Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La liquidité internationale

 | 
Jacques L’Huillier

Introduction

Note de l’auteur

Dans le système de Bretton-Woods, la convertibilité du dollar en or, offerte par les Etats-Unis aux Banques centrales étrangères, constituait un pilier important de la construction. La rupture de cet état, par une déclaration unilatérale du Gouvernement américain, non seulement vicia le système en fait, mais créa aussi, en droit, une situation ambiguë. C'est le désir de sortir de cette impasse juridique qui incita le FMI à charger un organe, institué spécialement à cet effet, d'étudier la possibilité de réformer le système monétaire international.
Comme un premier chapitre de cette partie le fera ressortir, cette initiative échoua, parce que le problème de la LI fut éludé tout au long de l'entreprise. Et bien que le Deuxième Amendement aux Statuts du FMI ait eu le courage, ultérieurement, de prévoir certaines dispositions à cet égard, il n'a pas eu, cependant, l'héroïsme de trancher dans le vif. Pour l'essentiel, le FMI a adopté une attitude dilatoire, se bornant à réagir au coup par coup aux défauts les plus criants du fonctionnement des paiements internationaux.
Dans un deuxième chapitre, nous nous efforcerons de faire le point de la situation actuelle, dans ce domaine, et de ses contradictions.
Enfin, dans un troisième chapitre, nous exposerons les raisons pour lesquelles il semble que cette situation bancale ne puisse pas être redressée sans une réforme qui replacerait l'or au centre du système monétaire international, même s'il ne monopolisait pas toutes les fonctions de la LI.

Texte intégral

1Pendant une période récente – disons du milieu de la décennie 1960 jusqu’à l’instauration des changes flottants en 1973 –, le problème de la liquidité internationale (LI ci-après) occupa une place privilégiée dans les discussions relatives au système monétaire international. Depuis lors, ce problème a passé à l’arrière-plan, semble-t-il. Les questions qui ont bénéficié de l’éclairage de l’actualité ont été celles de la formation des taux de change sous un régime de changes flexibles, de l’inflation mondiale et de l’endettement international.

2A première vue, il y a une explication très simple de la disgrâce dans laquelle est tombé le problème de la LI. C’est que, théoriquement, il n’y a plus besoin de LI dans un système pur de changes flottants, puisque celui-ci est censé assurer en permanence l’équilibre des échanges extérieurs.

3Mais la nouvelle expérience que le monde a faite des changes flexibles, dans les dernières années, a confirmé ce que des essais antérieurs avaient déjà enseigné, notamment celui qui suivit la première Guerre mondiale. La leçon est que les autorités nationales ne restent jamais longtemps passives devant des fluctuations prononcées du taux de change de leur monnaie. Elles interviennent derechef sur les marchés des changes, et l’on ne peut nier, par conséquent, que le problème de la LI est toujours présent. Il est vrai qu’il y a une exception de taille à ce comportement. C’est le cas des Etats-Unis, mais il est tout à fait spécial puisque cette abstention des autorités américaines, qui est presque totale, est la contrepartie logique de leur propension à considérer le dollar comme l’étalon universel. Nous aurons d’ailleurs l’occasion de revenir sur cette conception.

4C’est non seulement le besoin de LI en soi qui est donc toujours d’actualité, selon nous, mais aussi le problème de la composition de la LI. Il faut savoir, en effet, de quelle, ou de quelles liquidités on parle. A cet égard l’hypocrisie connaît de beaux jours.

5Par exemple, certains répètent sans cesse, sans parvenir à se convaincre eux-mêmes, que l’or n’est plus une composante véritable de la LI et que les DTS sont appelés à devenir la LI par excellence. La nécessité d’épurer la discussion de telles tartuferies est une raison supplémentaire de s’intéresser encore, de nos jours, à la LI.

6Mais il est un motif encore plus décisif, à notre sens, de se pencher sur elle. Il est probable que la dégradation de la LI, telle que nous essaierons de la mettre en évidence, contribue largement au désordre actuel de l’économie mondiale, qu’il s’agisse de l’inflation, de la récession ou de l’incertitude croissante dans laquelle opèrent les agents économiques. On peut même se demander s’il n’y a pas eu un transfert de responsabilité de la LI vers les changes flottants, en ce sens que la flexibilité des changes ne serait finalement que la conséquence ultime de la détérioration de la LI.

7Cet ouvrage sera divisé en trois parties. Dans la première, nous examinerons quelques questions générales et fondamentales relatives à la LI. Puis, dans la deuxième partie, nous commenterons les formes que la LI a prises successivement, ou plutôt cumulativement, depuis la fin de la deuxième Guerre mondiale, en tentant de justifier l’accusation de dégradation que nous portions tout à l’heure contre la LI. Enfin, la troisième partie sera consacrée à retracer les tentatives faites en vain jusqu’ici pour réformer le système monétaire international, et nous nous efforcerons de faire le point de la situation actuelle dans ce domaine.