Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique étrangère du général de Gaulle

 | 
Élie Barnavi
, 
Saul Friedländer

Conclusion

Saul Friedländer

Texte intégral

1Ces réflexions finales ne sauraient se rapporter à l’ensemble des sujets traités ici ; cependant, avant d’en venir à la conclusion en tant que telle, quelques remarques concernant le rapport du Général de Gaulle à Israël paraissent encore nécessaires.

2Un jugement serein concernant ce domaine demande peut-être plus de recul. Mais un point important ne saurait, dès maintenant, être escamoté : l’attitude du Général à la veille de la « guerre des Six Jours ». On a fait remarquer que de Gaulle était informé du rapport réel des forces, à la veille de la guerre. Cela est possible. Cette information expliquerait la mise en garde du Général et le caractère acerbe de ses critiques ultérieures. Mais c’est oublier que le président du Conseil israélien, M. Levy Eshkol, éprouvait, lui – et sans l’ombre d’un doute –, les craintes les plus graves quant à l’issue d’une confrontation militaire. Il y a eu crise interne, hésitations, angoisse. L’appel au général Dayan au poste de ministre de la Défense, contre le gré du président du Conseil, est la meilleure preuve de ce désarroi. Voilà des éléments essentiels à la compréhension de la situation ; le Général de Gaulle ne semble pas en avoir tenu compte en formulant son jugement.

3On a mentionné par ailleurs que le Général avait averti Israël des conséquences à long terme d’une attaque : problèmes d’occupation, populations hostiles, répression nécessaire menant à plus de résistance, etc. C’est là un avertissement qu’il ne pouvait avoir donné, car l’attaque du 4 juin était dirigée contre l’Egypte seule. Si le roi Hussein de Jordanie n’avait pas pris l’initiative d’intervenir aux côtés de l’Egypte – ce dont Israël essaya vainement de le dissuader –, les problèmes d’occupation, tels que les entendait le Général de Gaulle, ne se seraient pas posés.

4Tout en restant encore sur ce même terrain, essayons brièvement de nous tourner vers un horizon moins encombré de controverses proches. Il existe, nous semble-t-il, un parallélisme évident entre la vision politique globale du Général de Gaulle et celle du fondateur d’Israël, Ben Gourion. Ce parallélisme explique sans doute l’estime mutuelle que se portaient ces deux hommes, une estime qui ne s’atténua ni au moment de la « Guerre des Six Jours », ni plus tard.

5Les points d’ancrage de la politique du Général de Gaulle, tels qu’on les a évoqués ici, furent, très schématiquement : une certaine vision de l’enracinement historique, une certaine conception de la volonté nationale, une certaine théorie de la raison d’Etat.

6L’enracinement historique tout d’abord : Mikhaël Harsgor a mis en évidence une filiation monarchique de la pensée gaullienne. On pourrait tout aussi bien mettre en évidence son respect de la tradition républicaine (que l’on se rappelle cette phrase d’août 1944, alors qu’on demandait au Général de proclamer la République : « la République n’a jamais cessé d’exister »), malgré les tentations possibles de l’Action française pendant les années trente. Ainsi donc enracinement dans la totalité du passé national. Dans une page souvent citée du début des Mémoires, tous les symboles nationaux sont rassemblés : Notre-Dame de Paris, Versailles, l’Arc de Triomphe et les drapeaux conquis frissonnant sous la voûte des Invalides. Racines chrétiennes, racines monarchiques, gloire révolutionnaire et napoléonienne, le tout aboutissant à la France d’aujourd’hui.

7Second point d’ancrage, une certaine conception de la volonté nationale, une certaine conception volontariste de l’Histoire. Léo Hamon l’a très bien montré : pour le Général, la nation ne pouvait vivre et se développer que par un effort constamment renouvelé de volonté, sans lequel le pays sombrerait, sans lequel ce serait à nouveau la déchéance. La volonté d’un homme et d’un groupe fut, pour le Général, la source du renouveau pendant la guerre ; c’est à cette même volonté que le Général fait appel à son retour au pouvoir, en 1958. Barrès et Bergson. Le vitalisme de Bergson, on le sait, fascine de Gaulle.

8Enfin une certaine théorie de la raison d’Etat. On a fait remarquer que le Général n’avait pas d’idéologie préétablie dans le sens habituel du terme, mais une idée de la Nation et une idée de l’Etat, de la raison d’Etat. On pourrait parler de pragmatisme, puisque la raison d’Etat, prise en soi, permet toutes les stratégies et toutes les volte-face tactiques aussi.

9Or, on trouve peu de conceptions contemporaines de l’Histoire et du Politique qui ressemblent d’aussi près à cette vision gaullienne que celle de Ben Gourion, que celle du sionisme tel que le concevait Ben Gourion. Est-il nécessaire de souligner le poids du passé, l’ancrage constant dans le passé, la justification constante – peut-être excessive – par le lien au passé, comme fondement essentiel, de toute l’idée du renouveau d’Israël ? C’est là rappeler l’évidence.

10Vision volontariste de l’Histoire ? La similarité est tout aussi manifeste. Que l’on se souvienne de la célèbre phrase de Herzl concernant la possibilité de créer un Etat juif : « Si vous le voulez ce ne sera pas une légende. » Toute l’histoire du sionisme est celle d’une volonté de renouveau national, d’un refus du mouvement naturel de l’Histoire. Le sionisme – et Ben Gourion pousse ces attitudes à l’extrême – est né d’une prise de conscience, celle de la déchéance croissante de l’existence juive en Diaspora, tout comme le gaullisme est né de la prise de conscience d’une déchéance nationale française. Dans les deux cas, la seule solution possible est dans l’acte de volonté collectif, celui qui rejette le cours des choses. Léo Hamon a évoqué le messianisme. Mais ce n’est pas de messianisme qu’il s’agit. Le messianisme implique une conception du salut échappant à la volonté de l’homme, ne dépendant que de la volonté de Dieu. Le sionisme est précisément le rejet des conceptions messianiques traditionnelles – et n’oublions pas le refus de toute référence religieuse chez Ben Gourion –, la reprise en main du destin juif par des hommes vivant hic et nunc : le retour des Juifs à l’Histoire.

11Le troisième point nous rapproche de l’action politique. Tout comme le gaullisme, le sionisme de Ben Gourion fut en fait un sionisme sans infrastructure idéologique, un sionisme centré sur un seul élément : la création, l’édification et la défense de l’Etat juif. Ce qui était commandé par la raison d’Etat trouvait en celle-ci sa propre justification. C’est de Gaulle, je crois, qui a parlé de l’Etat comme d’un « monstre froid », et dans ses manœuvres politiques le Général ne s’est jamais embarrassé d’a priori. Pour les mêmes raisons, à partir des mêmes prémisses, le sionisme de Ben Gourion s’est très vite débarrassé de toute conception idéologique globale. Le parallélisme peut être poussé plus loin encore : la roideur israélienne – du temps de Ben Gourion du moins – était en bonne partie déterminée par la marge de manœuvre très étroite dont disposait la diplomatie d’Israël, ce qui n’excluait pas les volte-face soudaines (le retrait du Sinaï en 1957, par exemple) ou les soudains assouplissements tactiques. N’est-ce pas là un rappel à la fois de la roideur gaullienne et des soudains changements de cap de sa politique ?

12Ceci étant – et pour clore ce chapitre – il faut admettre sans doute que, sur certains points, le Général n’était pas exempt de préjugés. De préjugés à l’égard d’un groupe, à l’égard d’un pays appartenant à ce groupe, à l’égard d’un peuple. Le Général de Gaulle se nourrissait d’une tradition intellectuelle et sociale ; il a su la surmonter aux grands moments de son action et je les évoquerai encore, mais on ne se détache jamais complètement d’une tradition. On ne se détache jamais totale ment d’un milieu. Il faut donc le reconnaître : dans les actions gaulliennes de 1967, il y avait une part de préjugés, une pique, une politique aussi, chacun de ces éléments renforçant les deux autres.

13Venons-en maintenant au point final, à la question évoquée dans l’introduction de Léo Hamon : l’importance historique du Général de Gaulle – le point de vue initial était français, les remarques finales exprimeront un regard autre.

14Il est commun aujourd’hui, hors de France surtout, de nier l’importance historique du Général de Gaulle, ou du moins de la réduire à son seul contexte national, en montrant que les projets gaulliens à l’échelle européenne ou planétaire ont tous été effacés par la suite des événements. C’est notamment la thèse centrale de la biographie du Général que l’on doit à Brian Crozier, celle de beaucoup d’autres aussi (j’irai jusqu’à dire que l’excellente étude d’Inge et Stanley Hoffmann sur De Gaulle, artiste de la politique, en mettant l’accent sur le don de l’artiste, pose implicitement la question de la portée véritable de la politique du Général).

15Mais, quoi qu’il en soit de ces interprétations, essayons ici de poser le problème à un niveau différent : non pas à celui des résultats, pas même à celui des conceptions, mais bien au niveau d’un certain type de leadership politique.

16Ce qui frappe d’emblée – et nous sommes là au-delà de toute signification strictement nationale – c’est qu’à deux reprises, en juin 1940 et pendant la guerre d’Algérie, le Général de Gaulle a la force de rompre avec les traditions qui sont les siennes, avec le milieu dont il est issu, avec les valeurs qui l’ont nourri. On répondra qu’il restait fidèle à une certaine idée, traditionnelle, de la grandeur nationale. C’est aller vite en besogne car, en termes concrets, cette grandeur nationale reposait sans aucun doute sur le respect d’un certain code dont l’obéissance militaire et le sens de la continuité du pouvoir formaient des composantes nécessaires. Ces composantes, voici qu’il les rejette pour devenir félon aux yeux de ceux qui sont les siens, aux yeux de ses pairs et, en 1940, de ses chefs. Je crois que là déjà nous sommes face à un courage moral et politique qui, en soi, prend valeur d’exemple à un niveau qui dépasse les limites nationales et les événements d’une époque donnée. Telle est la dimension morale d’un certain leadership, mais je désire faire un pas de plus.

17René Rémond a décrit une action politique qui savait dépasser les cadres partisans habituels, surmonter l’inertie des appareils, qu’ils fussent politiques ou bureaucratiques, pour agir directement sur les masses. Ainsi donc, une dimension charismatique évidente.

18Mikhaël Harsgor a mis en relief l’ancrage dans la tradition, l’importance du passé et nous avons repris ce thème dans ces remarques de conclusion. Mais le leader pragmatique, capable de calculs complexes, habitué aux rouages des organisations modernes qu’elles fussent militaires ou politiques, est apparu aussi, tout au long des diverses communications.

19Voici donc un leadership politique qui unit des éléments en général séparés : l’enracinement dans la tradition, le pragmatisme et le charisme. Et, pour ce qui est du charisme, un charisme qui n’atteint jamais la démesure, un charisme toujours soumis au contrôle de la raison. Or c’est là, selon moi, un type de pouvoir politique qui va devenir essentiel à l’avenir : face aux changements de plus en plus rapides des données sociales, culturelles et politiques, un enracinement dans la tradition du groupe assurant le maintien d’une certaine identité collective ; face à la croissance des appareils politiques et des organisations bureaucratiques, une emprise charismatique capable d’en surmonter l’inertie ; face aux complexités des choix qu’impose la scène politique de notre temps, un pragmatisme et une rationalité permettant d’allier le calcul et la souplesse de l’action ; face enfin aux tentations de la puissance démesurée qu’offrent les technologies, qu’elles soient celles du contrôle ou celles de la destruction, le frein d’une pensée rationnelle toujours en éveil. Considéré sous cet angle-là, le Général de Gaulle me paraît dépasser singulièrement les limites de son pays et de son temps.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.