Version classiqueVersion mobile

La politique étrangère du général de Gaulle

 | 
Élie Barnavi
, 
Saul Friedländer

5. De Gaulle et le Proche-Orient

La politique arabe du Général de Gaulle

Paul-Marie de La Gorce

Texte intégral

1Dans cet exposé, je m’efforcerai de discerner les origines de la politique arabe du Général de Gaulle en m’en tenant aux faits et aux textes. Je rechercherai ce qui a pu déterminer cette politique, dans la vie du Général comme dans l’Histoire de France, de montrer comment elle s’est manifestée d’abord dans le contexte où se trouvait son pays quand il revint au pouvoir, puis comment elle s’est développée à mesure des événements, et comment elle s’inscrivait dans le cadre de la politique étrangère française après 1958.

2C’est en 1926 que le Général de Gaulle, encore capitaine – il n’allait être nommé commandant que l’année suivante –, prit connaissance avec ce qui était les possessions françaises du Levant. Au vrai, il n’y resta que peu de temps, et l’étude qu’il consacra à l’Histoire des troupes françaises dans cette région du monde, rédigée en collaboration avec l’un de ses camarades, ne traduit ni prise de conscience des problèmes politiques du Proche-Orient, ni conception stratégique personnelle. On aurait tort pourtant de négliger cet épisode : pour le Général de Gaulle, désormais, l’Orient existait, c’est-à-dire qu’il l’avait vu et y avait vécu, que ce n’était plus pour lui une tache sur la carte mais une réalité qu’il avait appréhendée, comme tout responsable civil ou militaire français à cette époque, c’est-à-dire à travers la complexité des relations entre communautés de confessions diverses, et à travers l’ambiguïté de leurs rapports avec la puissance colonisatrice. Nul doute que le Général de Gaulle ait été sensible à ce que la France pouvait apporter à cette région du monde, à ce qu’elle représentait pour une partie de ses habitants, en particulier les chrétiens du Liban, nul doute aussi qu’il ait été sensible à l’extraordinaire fragilité d’une construction qui résultait d’un arrangement diplomatique, entretenait l’inlassable concurrence des Français et des Anglais, et heurtait inévitablement la fierté et la passion nationales des peuples soumis à une domination étrangère. N’oublions pas que l’année qui précéda son arrivée à Beyrouth fut celle où il fallut réduire l’insurrection des Druzes et où l’artillerie française dut tirer sur Damas. Sous le mandat français, dont l’œuvre matérielle et culturelle est incontestable et à laquelle le Général de Gaulle ne fut certainement pas insensible, les tragédies continuaient de sourdre, menaçant d’éclater à tout instant.

3Mais un homme tel que le Général de Gaulle ne devait pas sa formation qu’à sa propre expérience, mais également aux leçons de l’Histoire, telle qu’on la lui avait enseignée. Non que les relations entre la France et l’Orient aient alors tenu une place notable dans les manuels d’histoire, mais elle n’en était pas tout à fait absente et, surtout, un officier cultivé, affecté à l’Etat-Major des troupes du Levant, n’a pas manqué d’en redécouvrir les traces. Plus tard, le Général de Gaulle ne manqua jamais une occasion de rappeler les liens historiques entre la France et l’Orient. Ce qui en ressortait n’était autre que l’idée simple selon laquelle on avait trouvé, de part et d’autre, intérêt et profit aux relations et parfois aux alliances, et qu’il y avait là comme une tradition qu’il était tout naturel de préserver. Tous les Français de quelque culture – et le Général de Gaulle était d’un niveau bien supérieur – se rappellent l’alliance du roi François Ier avec Soliman le Magnifique, dont l’Empire s’étendait sur la plupart des pays arabes. En tout cas, c’est entre la France et les Arabes que furent établies les « Capitulations » qui résultèrent de cette Alliance, en 1535. Et il est significatif que celle-ci ait expressément stipulé que désormais le royaume de France se tiendrait, suivant les propres termes des actes officiels « à l’écart de la Guerre sainte contre les Infidèles ». Comme si, dès cette époque, la France se singularisait des autres nations d’Occident dans ses rapports avec l’Orient. Nul mieux que le grand historien romantique Michelet n’a exprimé la signification profonde des liens historiques entre la France et ce que nous appelons aujourd’hui le Proche-Orient. Evoquant cette époque, il remarquait que, « sauf Venise et quelques Français, personne en Europe ne comprit rien à la question d’Orient… Venise défaillant, elle légua à la France son rôle de médiateur entre les deux religions, d’initiateur des deux mondes… Acceptons hautement, au nom de la Renaissance, le nom injurieux que Charles Quint et Philippe II nous lancèrent tant de fois. La France, après Venise, fut le grand renégat qui défendit la Chrétienté contre elle-même, la garda de l’Espagnol et du roi de l’Inquisition. Saluons les hommes hardis, les esprits courageux qui, d’une part de Venise, de Paris et d’autre part de Constantinople, se tendirent la main par-dessus l’Europe et, maudits d’elle, la sauvèrent. Ils n’en firent pas moins l’œuvre sainte qui créa l’équilibre, l’ordre agrandi des temps modernes ».

4Singulière actualité de cette page, mais aussi singulière présence d’une tradition historique qui, du xve au xixe siècle, persista jusqu’à nos jours et pénétra l’esprit d’un si grand nombre de Français. Le Général de Gaulle ne pouvait y être indifférent : plus encore, reprenant en charge l’Histoire de son pays, il était assuré d’avance qu’il en serait le continuateur.

5La guerre mit tout à l’épreuve : les hommes, les caractères, les partis, les théories. Le Général de Gaulle eut, comme on le sait, la certitude que l’invasion de la France ne terminait pas le conflit et que le reste du monde, coalisé, l’emporterait contre l’Allemagne. Ce qu’il voulait, c’était évidemment que l’empire français, tel qu’il était alors, poursuivit la lutte. Cela concernait, au premier rang, les possessions françaises de Méditerranée, en Afrique du Nord et au Levant, c’est-à-dire autant de pays arabes. Leur importance stratégique et géopolitique était impliquée dans l’Appel du 18 juin : leur participation à la guerre donnerait à la France un rôle éminent, malgré sa défaite, puisqu’elle les commandait. On ne saurait trop insister sur ce point : l’expérience politique du Général de Gaulle commença par une certaine analyse du rôle des pays du sud et de l’est de la Méditerranée dans les grands affrontements mondiaux. Dès lors, il ne pouvait être question que la politique française, dans l’avenir, néglige cette région du monde, même si elle en avait perdu le contrôle. Elle devrait faire, de toute manière, l’objet des desseins et des approches d’une véritable politique étrangère française.

6L’appel du Général de Gaulle ne fut pas écouté. Sous son autorité, la France libre ne prit pied au Levant qu’après de durs combats et en Afrique du Nord qu’au prix de longues et subtiles manœuvres politiques. Mais, de ces épisodes, bien des leçons ont été retenues par le Général de Gaulle. Et la première vint des pays du Levant. On sait qu’au moment d’y pénétrer le Général de Gaulle proclama leur indépendance, promise durant les dernières années de la IIIe République. Mais, en pratique, l’entreprise se heurta à l’impatience des nationalismes locaux et, indiscutablement aussi, aux calculs de la diplomatie britannique, tandis que le gouvernement provisoire, nécessairement fidèle à l’engagement pris en 1940, de restaurer la liberté mais aussi l’intégrité de la France et de son empire, ne pouvait se laisser soupçonner de renoncer à celle-ci. Il en résulta, en 1943, au Liban, les incidents que le général Catroux, sur ordre du Général de Gaulle, parvint à régler, puis d’autres en Syrie, en 1945, qui provoquèrent avec les Britanniques une crise qui, ramenée à ses proportions, paraît dérisoire, mais qui laisse amertume et aigreur. M’entretenant avec le Général de Gaulle, quand je préparais un livre consacré à sa vie et à son action politique, je lui en ai parlé, et il me sembla qu’il en avait tiré une conclusion simple. La France ne pouvait résister aux empiétements étrangers, tout en ayant contre elle les populations qu’il s’agissait d’émanciper : c’est en s’appuyant sur elles que l’on pouvait y résister et l’intérêt national était de guider leur libération. Leçon capitale dont les suites apparaîtraient à travers les grandes étapes de la politique étrangère sous la Ve République.

7C’est un fait que les préoccupations du Général de Gaulle l’éloignèrent des problèmes du monde arabe, dès après la libération de la France et dans les années qui suivirent. Certes il réalisa, en Algérie, l’élargissement du collège électoral que le Front populaire n’avait pu mener à bien, et il fit élire un certain nombre de députés musulmans à l’Assemblée constituante chargée de fonder la IVRépublique. Certes, aussi, il voulut faire du sultan du Maroc son interlocuteur exclusif et privilégié pour l’avenir de ce pays, en lui conférant la plus haute distinction réservée aux résistants français. Mais son obsession était, comme chacun le sait, de doter la France d’un certain modèle d’institutions, et il lui semblait très probable que survienne une troisième guerre mondiale : c’est pourquoi, comme il me le dit lui-même, il voulait qu’un nouveau statut de l’Algérie, tout en faisant part égale entre la représentation des Français et celle des musulmans, permette à la France de s’y maintenir, car il était convaincu qu’à nouveau la métropole serait envahie et que l’Afrique du Nord jouerait un grand rôle. C’est vers 1953-1954 qu’il prit des positions claires en faveur de la décolonisation de la Tunisie et du Maroc et qu’il envisagea l’autonomie de l’Algérie, avant qu’en 1957-1958 il ne prononce, à son sujet, dans des conversations privées, le mot d’indépendance. Mais, en réalité, son éloignement des affaires l’avait conduit à observer le silence de 1955 jusqu’à son retour, et il n’est possible de parler de sa politique arabe qu’après son retour au pouvoir.

8A cette date, la politique française se définit très clairement : elle est dominée par la guerre d’Algérie et par ses prolongements. De ce fait, tout en ménageant la Tunisie et le Maroc, avec lesquels on s’efforce de mettre à jour des relations procédant de leur indépendance, elle considère l’ensemble des pays arabes comme des pays ennemis. De la part de plusieurs des Etats du Proche-Orient, la rupture des relations diplomatiques résultait d’ailleurs de la guerre d’Algérie elle-même.

9Les esquisses de rapprochement tentées par le gouvernement de M. Guy Mollet au début de 1956 n’avaient abouti à rien, faute qu’il y ait le moindre progrès en matière algérienne. La guerre de Suez avait porté à son comble cette entreprise de la politique française, qui consistait à identifier partout les nationalistes arabes comme des ennemis de la France et les adversaires des nationalismes arabes comme des alliés de la France. Le résultat est qu’au Proche-Orient la France était absente partout sauf au Liban, où depuis toujours elle occupe une place à part, et en Israël. Cette politique rejoignait d’ailleurs les préoccupations anti-soviétiques habituelles à la diplomatie de la IVe République. Le soutien de l’urss aux nationalismes arabes, l’ultimatum de Khrouchtchev aux Franco-Britanniques lors de l’expédition de Suez illustraient cette conjonction des ennemis que la politique française se reconnaissait alors. Il était même à la mode, dans les états-majors, de décrire la stratégie soviétique se développant à l’arrière-plan des mouvements nationalistes arabes, ceux-ci n’étant en quelque sorte que l’antichambre du communisme international. Et je me souviens qu’un général, fort bien en cour, faisait en Algérie une série de conférences qu’il illustrait d’une carte où une grande flèche rouge, partant des profondeurs de la Russie, se déployait à travers le Proche-Orient et l’Egypte et pointait jusqu’en Afrique du Nord…

10Il en résultait des relations exceptionnellement étroites avec Israël. Elles mettaient en contact permanent les deux états-majors. Elles se traduisaient par des ventes d’armes qui faisaient de la France son principal fournisseur militaire. Ce qui était plus significatif encore, c’était l’étroite association des officiers et experts israéliens à l’ensemble des travaux nucléaires qui pouvaient concourir à la fabrication d’une bombe A. Leur présence était permanente dans les laboratoires des environs de Paris comme à Marcoule. Elle témoignait de la véritable conjugaison des efforts des politiques et des systèmes de défense des deux pays.

11Que le Général de Gaulle voulût mettre fin à la politique menée jusque-là ne fait pas le moindre doute. Il le dit à son nouveau ministre des Affaires étrangères, M. Couve de Murville. Il voulut même que, par certains gestes, cette politique s’inscrive immédiatement dans la réalité. Ainsi furent prises aussitôt les décisions mettant un terme à la coopération franco-israélienne dans le domaine nucléaire et desserrant sensiblement les liens entre les états-majors des deux pays. Naturellement, la guerre d’Algérie entravait tout déroulement normal des relations franco-arabes, mais on n’attendit pas pour esquisser quelques ouvertures à l’adresse du Proche-Orient. Le 22 août 1958 fut signé le texte, négocié antérieurement, réglant le problème de l’indemnisation des actionnaires de la Compagnie du Canal de Suez. En 1959, le ministère des Affaires étrangères envoya en Egypte une mission destinée à veiller aux intérêts français gelés depuis l’affaire de Suez : le climat résultant de l’affaire algérienne ne permit pas qu’elle aboutisse. Mais, au Proche-Orient, les milieux politiques, économiques, intellectuels, relayant les impressions que l’on avait au Maroc et en Tunisie, croyaient déjà que le Général de Gaulle mènerait à son terme l’application du principe d’autodétermination du peuple algérien, qu’il avait énoncé le 16 septembre 1959.

12Du reste, le nouveau cours de la politique française, que les circonstances ne permettaient pas encore de développer, n’était nullement dissimulé par le Général de Gaulle à ses interlocuteurs du Proche-Orient : en ce temps-là, c’est-à-dire avant le terme de la guerre d’Algérie, c’était surtout David Ben Gourion. La page des Mémoires d’espoir consacrée au leader israélien et aux entretiens qu’il eut avec lui est significative à cet égard. Elle n’est pas une reconstitution, faite après coup, et pour introduire les événements ultérieurs : les témoignages des collaborateurs du Général de Gaulle et des artisans de la politique étrangère française confirment que le langage employé par le Général de Gaulle, les jugements qu’il porta, les idées qu’il développa correspondaient bien à ce qu’il disait et à ce qu’il pensait à l’époque.

  • 1 Général de Gaulle, Mémoires d’espoir, Paria, Ed. Presses Pocket, 1970, p. 284.

13Il n’est pas inutile de rappeler les passages les plus révélateurs des Mémoires d’espoir : « Voici et revoici David Ben Gourion ! D’emblée j’ai pour ce lutteur et ce champion courageux beaucoup de sympathie et de considération. Sa personne symbolise Israël, qu’il gouverne après avoir dirigé sa fondation et son combat… La grandeur d’une entreprise qui consiste à replacer un peuple juif disposant de lui-même sur une terre marquée par sa fabuleuse Histoire, et qu’il possédait il y a dix-neuf siècles, ne peut manquer de me séduire. Humainement, je tiens pour satisfaisant qu’il retrouve un foyer national et je vois là une sorte de compensation à tant de souffrances endurées au long des âges et portées au pire lors des massacres perpétrés par l’Allemagne d’Hitler »1. On voit ici que le Général de Gaulle partageait au fond le sentiment, très répandu en France, que l’existence d’Israël se légitime au moins autant par les massacres antisémites que par les souvenirs historiques. On voit aussi que le Général de Gaulle reconnaissait volontiers qu’il y avait un peuple juif, dont l’Histoire n’avait pas permis l’assimilation à d’autres, du moins dans certains de ses éléments, et qu’il était naturel qu’il ait sa terre : nul doute que c’était là, pour lui, une occasion nouvelle de vérifier cette pérennité des réalités nationales, dont on sait qu’elle est à ses yeux la trame de l’Histoire.

  • 2 Général de Gaulle, op. cit., p. 284-285.

14Mais les réalités nationales, au Proche-Orient, sont aussi faites des peuples arabes. La façon dont le Général de Gaulle s’exprime à cet égard, selon ses propres dires, devant David Ben Gourion, montre que dans cette première phase de la politique française nouvelle, il s’agit de rétablir un équilibre rompu sous le régime précédent. Là encore, le texte des Mémoires d’espoir se suffit à lui-même : « Si l’existence d’Israël me paraît très justifiée, j’estime que beaucoup de prudence s’impose à lui à l’égard des Arabes. Ceux-ci sont ses voisins, et le sont pour toujours. C’est à leur détriment et sur leurs terres qu’il vient de s’installer souverainement. Par là, il les a blessés dans tout ce que leur religion et leur fierté ont de plus sensible. C’est pourquoi, quand Ben Gourion me parle de son projet d’implanter 4 ou 5 millions de Juifs en Israël qui, tel qu’il est, ne pourrait les contenir, et que ses propos me révèlent son intention d’étendre les frontières dès que s’offrirait l’occasion, je l’invite à ne pas le faire. La France, lui dis-je, vous aidera demain comme elle vous a aidés hier à vous maintenir quoi qu’il arrive. Mais elle n’est pas disposée à vous fournir les moyens de conquérir de nouveaux territoires… Plutôt que d’écouter des ambitions qui jetteraient l’Orient dans d’affreuses secousses et vous feraient perdre peu à peu les sympathies internationales, consacrez-vous à poursuivre l’étonnante mise en valeur d’une contrée naguère désertique et à nouer avec vos voisins des rapports qui, de longtemps, ne seront que d’utilité »2.

15Le rééquilibrage de la politique française était donc amorcé et largement assuré dès avant la fin de la guerre d’Algérie. Mais celle-ci seulement permettait l’essor de cette politique. On mesure mieux, à distance, quelle entrave elle fut pour l’action extérieure du Général de Gaulle, quand on songe qu’avant 1962 la diplomatie française s’acharnait encore à quérir des voix aux Nations Unies pour éviter sa condamnation et devait, pour cela, entretenir les sympathies de ses alliés. On le mesure mieux encore en songeant que, dès qu’elle fut libérée du poids de la guerre d’Algérie, elle orienta justement son action vers cette partie du monde que la domination française sur l’Algérie scandalisait, et qu’elle répandit partout l’appel à l’indépendance, alors que le peuple algérien avait dû attendre la sienne.

16En réalité, la politique arabe du Général de Gaulle ne se sépare en aucune façon de l’ensemble de la politique étrangère. Celle-ci, comme on le sait, partait d’une certaine analyse du monde, qui reposait elle-même sur trois données essentielles : l’éclatement du camp communiste ruinait le système des blocs et imposait que l’on eût avec tous les pays de régime socialiste des rapports d’Etat à Etat fondés sur les intérêts nationaux ; la parité nucléaire entre les deux plus grandes puissances leur interdisait de se faire directement la guerre et conduisait par conséquent à l’assouplissement puis à la normalisation des relations internationales ; l’avènement des innombrables nations du Tiers Monde ruinait définitivement l’ancien système des blocs et annonçait l’émergence de nouveaux pôles de puissance. Placée dans ces perspectives, la politique française d’indépendance prenait tout son sens. Elle impliquait une nouvelle politique à l’Est, sans que celle-ci dépende du bon ou du mauvais vouloir des alliés traditionnels de la France. Elle supposait que la France se dote de ses propres moyens de défense et, ne dépendant plus pour sa sécurité de la protection des Etats-Unis, celle-ci pourrait mener une politique distincte de la leur, là et quand elle le voudrait. Enfin, elle ne se concevait pas sans faire appel à l’indépendance des autres, sans aider ceux qui voulaient la conquérir ou la défendre, sans consolider les indépendances nouvelles. L’indépendance, dans le sens que la politique française donnait à ce mot, signifiait une contestation délibérée des blocs, une révision radicale des anciens rapports Est-Ouest, une résistance à l’hégémonie qui s’exerçait sur l’aire économique, stratégique et géographique où se trouve la France, c’est-à-dire l’hégémonie américaine, et un dialogue permanent et actif avec toutes les puissances qui, dans le monde, se réclamaient de la même volonté d’indépendance, autrement dit du même refus de l’alignement.

17Ce rappel d’idées qui sont naturellement familières à ceux qui connaissent l’œuvre politique du Général de Gaulle était pourtant nécessaire ici, car sa politique arabe en procède directement. La coopération établie avec l’Algérie, en dépit des secousses dues à la guerre et à ses séquelles, en témoigne parfaitement. Que le gouvernement algérien fût socialiste, qu’il voulût collectiviser une part de l’économie nationale, qu’il eût ainsi de graves oppositions avec des intérêts français, cela n’empêchait pas que la France dût être pour elle un interlocuteur privilégié, car il devait être clair pour le monde entier, et d’abord pour l’Algérie elle-même, qu’en échappant aux lois et aux limites du monde capitaliste elle pouvait conserver avec une France indépendante les rapports qu’exigeait sa propre politique d’indépendance. Il en allait de même, naturellement, pour tout Etat se réclamant du non-alignement. Il ne faut pas négliger, bien entendu, le fait qu’ainsi la France s’offrait comme interlocuteur à des pays qui, sans elle et en raison de leur opposition à l’hégémonie américaine, n’auraient eu d’autres partenaires que l’Union soviétique ou la Chine. Il est vrai que la France prouvait, par son exemple, que l’on pouvait avoir avec un pays industriel avancé des rapports qui ne soient pas de subordination et qu’il n’était pas nécessaire, pour se soustraire à une hégémonie, d’en subir une autre. Telle était la leçon donnée au monde par la politique étrangère du Général de Gaulle : il est naturel qu’elle ait été écoutée avec passion par de nombreux Etats ; il était inévitable qu’elle le fût par les peuples arabes qui voulaient s’affranchir de leurs hégémonies traditionnelles.

18Cette politique entrait peu à peu dans la réalité. Des accords de coopération pétrolière avec l’Algérie à ceux conclus avec l’Irak, une série d’étapes étaient franchies. Surtout les grands thèmes de la politique du Général de Gaulle, depuis la condamnation de la guerre américaine du Viêt-nam jusqu’à la rupture avec l’otan, au premier grand voyage en Union soviétique et à l’établissement de relations normales avec la Chine, étaient profondément ressentis parmi les peuples du Tiers Monde : les peuples sans doute plus que les gouvernements. En tout cas il était clair, dès cette époque, que la politique étrangère française, étendant son action à l’ensemble du Tiers Monde, et en particulier aux pays arabes, impliquerait, en cas de crise au Proche-Orient, un comportement tout différent de celui d’avant 1958. C’est le jugement que je me suis permis de formuler, dès 1963, devant des membres du gouvernement israélien qui m’avaient fait l’honneur de m’inviter dans ce pays. On le vit à l’occasion de la crise de mai et juin 1967. On en connaît les origines. On sait que le 7 avril, l’action militaire israélienne au nord fut d’une envergure telle que le gouvernement syrien se déclara convaincu que son pays serait attaqué directement et massivement, à une date qu’il croyait même connaître. On sait que son appel à l’aide provoquait, le 18 mai, la demande égyptienne de retrait des forces des Nations Unies aux frontières, puis, le 22 mai, l’interdiction aux navires israéliens de pénétrer dans le golfe d’Akaba. Quelle que fût l’appréciation que l’on porta sur la valeur juridique de cette dernière décision – les Egyptiens n’ayant encore jamais reconnu au golfe d’Akaba le caractère d’une voie d’eau internationale –, il n’y eut pas de doute, du côté français, quant au fait que la guerre, qui approchait manifestement, ne réglerait en rien le conflit israélo-arabe. Il faut se souvenir que le 24 mai, le Général de Gaulle fit proposer une concertation sur le Proche-Orient à l’Union soviétique, aux Etats-Unis et à la Grande-Bretagne. Aucune des deux grandes puissances n’y répondit : ainsi passait, sans doute, ce qui était la meilleure chance d’un règlement pacifique, la dernière en tout cas.

19La position française, quant à elle, était prise ce jour même. Le Général de Gaulle reçut en effet, ce 24 mai, le ministre israélien des Affaires étrangères, M. Abba Eban. Il lui fut indiqué que la France n’approuverait pas le pays dont les forces tireraient les premières. D’après le témoignage de M. Couve de Murville, qui assistait à l’entretien, il n’y eut plus, dès ce jour-là, le moindre doute dans l’esprit du Général de Gaulle : le processus engagé irait à son terme et Israël aussitôt assuré du soutien américain ouvrirait les hostilités. Le 2 juin, le gouvernement fit connaître publiquement ce qu’il avait dit dans le secret des entretiens avec le ministre israélien : la France, était-il dit, n’est « engagée à aucun titre ni sur aucun sujet avec aucun Etat en cause », et « l’Etat qui le premier et où que ce soit emploiera les armes n’aura pas son approbation ni son appui ». Comme il eût été absurde de proclamer son opposition à toute guerre et de l’entretenir par des livraisons d’armes, l’embargo fut décrété sur toutes les ventes et expéditions d’armements à destination des pays du champ de bataille, le 5 juin : Israël, principal client de la France à cet égard, était, de loin, le plus touché et c’est d’ailleurs ce même jour que démarrait son offensive contre ses adversaires arabes.

20En réalité, il n’y avait rien là d’inattendu. C’était même l’aboutissement naturel des avertissements donnés à David Ben Gourion, dès les premières années de la VRépublique et qui ont été rapportés plus haut. Mais c’était surtout ce qui devait normalement résulter d’une certaine appréciation des rapports entre les peuples, que le Général de Gaulle avait maintes fois exposés. Il ne pouvait s’agir de laisser mettre en péril l’existence d’Israël ; il ne pouvait s’agir non plus de le laisser s’étendre au-dehors et dominer les terres avoisinantes. A l’historien la position française pose cependant une série de problèmes.

21Cette position était-elle justifiée, s’il y avait lieu de croire qu’Israël était sur le point d’être attaqué et risquait de succomber avant qu’on lui porte secours ? Le Général de Gaulle n’eut pas d’hésitation sur ce point. Les informations dont il disposait lui donnaient à penser que les armées des pays arabes n’étaient pas en état de prendre l’offensive et ne se préparaient pas à le faire. De surcroît, le rapport des forces lui paraissait favorable, en toute hypothèse, à Israël. Je puis apporter, à cet égard, un témoignage personnel, ayant été peut-être le seul Français à avoir rendu visite aux autorités militaires d’Egypte et d’Israël et m’étant intéressé aux capacités de défense des deux pays, je fus consulté sur l’issue vraisemblable d’un affrontement : je répondis qu’elle ne faisait pas de doute et qu’Israël aurait l’avantage, et il me fut dit que telle était en effet l’opinion du Général de Gaulle. Ce n’est pas dans la perspective d’une victoire arabe que celui-ci a donc pris position contre Israël, c’est au contraire dans la certitude que l’armée israélienne vaincrait et qu’il en résulterait de nouveaux et graves problèmes politiques entre les Etats du Proche-Orient.

22Ce ne sont pas des raisons de caractère économique qui ont déterminé la position française. A cette époque, les exportations de la France vers les pays du Proche-Orient étaient beaucoup plus limitées qu’elles ne le sont maintenant, et naturellement aucun problème d’approvisionnement pétrolier ne paraissait se poser. C’était le temps où les recherches et découvertes de gisements d’hydrocarbures progressaient à un rythme qui dépassait l’accroissement des besoins et, depuis près de dix ans, le prix relatif du pétrole baissait, le prix du baril étant, pour certaines qualités, de 1,20 $ et on pouvait en trouver de moins cher encore. Mais il ne serait pas exact de dire que le Général de Gaulle, cherchant à prévoir les conséquences de la guerre, n’ait pas envisagé celles qui concerneraient le pétrole et l’approvisionnement des nations industrielles. Il fut peut-être le seul dans son cas, car on ne trouve nulle part ni dans les discours officiels, ni dans les publications spécialisées, ni dans la presse, ni dans les témoignages des acteurs de la politique internationale à cette époque, la moindre allusion aux conséquences que l’aggravation du conflit israélo-arabe pourrait avoir un jour en matière de pétrole. Le fait est que le Général de Gaulle exposant à certains interlocuteurs les conséquences, à son avis prévisibles, de la guerre – comme en a témoigné M. Maurice Schumann et comme je puis en témoigner moi-même – en évoqua trois : il en résulterait, disait-il, une aggravation de la situation internationale, les Soviétiques venant au secours de certains pays arabes et pénétrant dans une région d’où ils avaient été tenus à l’écart jusque-là ; le problème palestinien prendrait des proportions et une dimension qui le feraient changer de nature ; et les pays arabes ne manqueraient pas d’utiliser un jour l’arme du pétrole, faisant peser une menace sur l’approvisionnement des pays industrialisés.

  • 3 Général de Gaulle, Discours et messages, vol. IV, Paris, Ed. Plon, 1970, p. 234.

23Le fait est que le principal résultat de la guerre fut l’occupation du Golan, de la Cisjordanie, de Gaza et du Sinaï par Israël. Voici en quels termes le Général de Gaulle en parle dans sa conférence de presse du 27 novembre 1967 : « Israël, ayant attaqué, s’est emparé en six jours de combats des objectifs qu’il voulait atteindre. Maintenant, il organise sur les territoires qu’il a pris l’occupation qui ne peut aller sans oppression, répression, expulsion »3.

24L’objectif de la politique française au Proche-Orient s’identifie, dès lors, à l’application de la résolution 242 des Nations Unies qui prévoit l’évacuation des territoires occupés. Mais cette politique obéit à sa propre logique. Reprenant en cause l’un des objectifs nationaux essentiels des nations arabes, elle les voit naturellement se rapprocher d’elle. Jusqu’au bout, directives officielles et prescriptions du Président de la République rappelleront que la France n’est pas liée au camp arabe, maintenant qu’elle est dégagée du camp israélien. Mais tout porte les pays arabes à considérer la France comme leur seul défenseur en Occident : à cette époque, aucun autre pays membre de l’Alliance atlantique n’a pris ses distances vis-à-vis de la politique américaine. Et, bien entendu, la France cherche à répondre à l’attente de ses interlocuteurs arabes par le développement d’une coopération qui, sur le plan économique, technique, culturel, et plus tard militaire, deviendra l’une des grandes dimensions de la politique étrangère française. Il faut noter à cet égard que cette évolution se fit prudemment durant les vingt-deux mois qui séparèrent la guerre des Six Jours de la démission du Général de Gaulle. Pour ne prendre qu’un exemple, on peut rappeler que la vente des pièces de rechange de matériel militaire à Israël fut autorisée jusqu’au jour de la destruction de l’aviation civile libanaise par les commandos israéliens : ils avaient utilisé des hélicoptères fabriqués en France, ou sous licence française. Encore fut-il décidé, à cette occasion, d’un embargo total sur les ventes d’armements à tous les pays du champ de bataille, ce qui revenait à mettre sur le même plan Israël, qui seul était en cause, et les pays voisins qui ne l’étaient pas. Du reste, quand on leva cet embargo, sous la présidence de Georges Pompidou, ce fut pour reprendre les ventes d’armements au Proche-Orient, mais cette fois à destination des pays arabes.

25Au moment où le Général de Gaulle quitta le pouvoir, un changement formidable, presque inimaginable au départ, avait transformé l’image de la France auprès du monde arabe. La rigueur montrée dans le règlement de l’affaire algérienne avait fait oublier la durée de ce règlement, et n’avait laissé que le souvenir de la détermination farouche d’un homme résolu à libérer tous les peuples naguère colonisés par la France. L’éclat donné à sa condamnation des blocs, les positions prises dans les conflits qui opposaient des peuples pauvres à des puissances hégémoniques, l’esquisse, même critiquable et critiquée d’une politique de coopération avec le Tiers Monde, la dénonciation de la guerre des Six Jours et de ses résultats, c’est-à-dire de l’occupation de territoires arabes, avaient achevé l’œuvre amorcée par la décolonisation des anciennes possessions françaises. Concernés par les événements d’Algérie, intéressés à l’établissement de rapports d’un type nouveau entre nations industrielles et pays en voie de développement, impliqués dans la guerre de 1967, les Etats et les peuples arabes considéraient désormais le Général de Gaulle comme l’homme qui avait renversé le cours de la politique française et su établir entre eux-mêmes et la France des relations qui ne pouvaient exister tant que durait l’ère de la domination.

26Conclure cette esquisse d’analyse de la politique arabe du Général de Gaulle, c’est présenter deux réflexions. La première porte sur le développement de cette politique après son départ et sa disparition. On sait qu’elle souleva, en 1967, une formidable vague d’indignation dans les milieux les plus attachés aux relations avec Israël ou à l’Etat d’Israël lui-même. Un tableau de l’opinion française à cet égard sortirait du cadre de cet exposé : mais on peut rappeler que le Parti communiste soutint la position française, que le mouvement gaulliste la soutint aussi, naturellement, mais non sans que de graves réserves se soient exprimées plus ou moins discrètement, correspondant peut-être à un sentiment assez général. Toutes les autres forces politiques lui étaient opposées. J’ai des raisons de me souvenir que, dans la presse, il y a eu un nombre insignifiant de journalistes pour la soutenir. Pourtant, la politique amorcée dès 1958, poursuivie avec plus de clarté et de détermination après 1962 et qui avait trouvé l’occasion de s’exprimer avec rigueur en 1968, fut poursuivie. Il n’est pas exagéré de dire que, de tous les aspects de la politique étrangère du Général de Gaulle, c’est celui qui a connu la plus grande continuité. Plus encore : cette politique a été développée et intensifiée. On a déjà dit la dimension économique et commerciale qu’elle avait prise. On rappellera simplement ici qu’elle s’est traduite par des positions de plus en plus nettes sur le problème palestinien : Georges Pompidou, à l’occasion des massacres de septembre 1970, affirmant que ce n’était plus un problème de réfugiés mais un problème national, puis le Président Giscard d’Estaing proclamant le droit des Palestiniens à avoir une patrie et, plus catégoriquement encore, leur droit à l’autodétermination. Cette continuité ne pourrait s’expliquer si l’on n’admettait pas que la politique arabe du Général de Gaulle puisait, en réalité, ses sources dans l’histoire ancienne des relations de la France avec cette région du monde, qu’elle s’appuyait sur des considérations stratégiques et géopolitiques, apparues à la lumière de la Seconde Guerre mondiale et que l’histoire des relations internationales depuis trente-cinq ans a encore mises en évidence, et qu’elle s’inspirait enfin d’une conception du rôle de la France auprès des peuples récemment émancipés, et en particulier dans cette région, qui seule donne à sa politique une dimension véritablement internationale.

27De là vient que cette politique a été poursuivie. Sa signification historique apparaît alors : elle marque véritablement le terme de la longue période où les puissances d’Occident ont dominé les rives méridionales et orientales de la Méditerranée, et où les rapports entre les peuples d’Occident et d’Orient ont été des rapports de force basés sur la puissance supérieure des premiers sur les seconds. Tout annonçait que cette ère de domination allait s’achever quand le Général de Gaulle revint au pouvoir, mais il en subsistait de lourdes séquelles non seulement en Afrique du Nord, mais dans plusieurs pays du Proche-Orient arabe où une forme déguisée de protectorat survivait très souvent. Il revint au Général de Gaulle d’y mettre un terme pour ce qui concernait la France. Mais il advint aussi qu’après son œuvre de décolonisation il conçut, proposa et pratiqua des rapports d’un type nouveau entre la France, puissance industrielle européenne et occidentale par excellence, et les nations arabes, avec leur degré et leur forme de développement et de civilisation. En vérité, il ne fit peut-être qu’amorcer cette tâche. Mais parce qu’il en est au point de départ, sa signification historique demeurera.

Notes

1 Général de Gaulle, Mémoires d’espoir, Paria, Ed. Presses Pocket, 1970, p. 284.

2 Général de Gaulle, op. cit., p. 284-285.

3 Général de Gaulle, Discours et messages, vol. IV, Paris, Ed. Plon, 1970, p. 234.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search