Version classiqueVersion mobile

La politique étrangère du général de Gaulle

 | 
Élie Barnavi
, 
Saul Friedländer

4. De Gaulle et le « Tiers Monde »

De Gaulle et le Québec

Marc Laurendeau

Texte intégral

1Si l’on veut procéder à un examen complet du « Vive le Québec libre ! » désormais célèbre du Général de Gaulle, il faut faire appel à diverses sources qui se complètent, et nous évoquerons également brièvement différents témoignages de l’entourage du Général.

2Sans doute trouvera-t-on plus significatif encore de connaître l’évolution de sa pensée sur le Québec et le Canada. En résumé, dans un premier temps nous tenterons de situer l’étonnante déclaration dans son véritable contexte. Pour décrire le rôle historique du Général dans les relations France-Québec-Canada, nous ferons d’abord ressortir l’effet direct de ses paroles et de son attitude sur le mouvement indépendantiste du Québec et sur la politique canadienne. Enfin, il sera utile d’entrevoir la direction que ces propos ont imprimée aux relations avec l’Etat canadien et avec le peuple québécois.

3Tout d’abord, le contexte.

  • 1 London Times, 26 juillet 1967.

4Pour minimiser la portée du « Vive le Québec libre ! », on a laissé entendre que le Général de Gaulle s’était laissé emporter par la situation, on a même insinué qu’il était gâteux. L’affichant en titres flamboyants au-dessus de son éditorial, le prestigieux London Times mettait en doute la lucidité du Général, accusé de sénilité. On trouve dans le numéro du 26 juillet 1967 de ce journal : « Le mandat du Général comme Président de la République s’étend encore sur cinq ans, son successeur ne le remplacera peut-être pas avant 1972, et il est nécessaire pour les Français comme pour l’étranger de réparer la ligne de conduite adoptée tout le long du triste déclin du Général »1.

5Diverses sources démontrent au contraire que le « Québec libre » du Général de Gaulle était prémédité.

  • 2 Jean d’Escrienne, Le Général m'a dit..., 1966-1970, Paris, Ed. Plon, 1973, 284 p.

6En 1973, le dernier aide de camp du Général, le colonel Jean d’Escrienne, publie un volume intitulé Le Général m’a dit… L’auteur semble avoir reçu cette confidence que Charles de Gaulle, poussé ce soir-là par la main du destin, se serait dit à peu près ceci : « C’est un peu prématuré, mais tu es vieux, c’est l’occasion ou jamais, et il faut que tu la saisisses. Nul autre après toi ne pourra se permettre de dire cela si tu ne le dis pas. » Or il fallait que cela fût dit2. Le Général de Gaulle aurait également écarté l’aspect accidentel de sa déclaration, moment essentiel de son voyage.

7En guise d’explication, d’Escrienne invoque les conditions d’infériorité des Français, soumis à une loi britannique.

8Dans un autre livre intitulé Jamais dit, paru en 1971, Jean-Raymond Tournoux raconte que de Gaulle s’était expliqué, très décontracté, des raisons de son geste devant son secrétaire d’Etat aux Finances, M. Roland Nungesser :

  • 3 Jean-Raymond Tournoux, Jamais dit, Paris, Ed. Plon, 1971, p. 363.

Eh bien voilà, je me rends compte que ce que j’ai dit était très prématuré par rapport aux Canadiens français, qui ne sont peut-être pas prêts pour faire face à la situation. Je me rends compte que j’y suis allé très fort, cela va faire un bruit énorme, mais je rends service aux Canadiens français et au gouvernement fédéral, qui n’a pas intérêt à laisser pourrir le problème, comme le problème noir a pourri aux Etats-Unis3.

  • 4 Anne et Pierre Rouanet, Les trois derniers chagrins du Général de Gaulle, Paris, Bernard Grasset, 1 (...)
  • 5 Ibid., p. 24-27.

9Dans un livre plus récent, Les trois derniers chagrins du Général de Gaulle, les journalistes français Anne et Pierre Rouanet s’efforcent de démontrer que le Général invité au Québec avait décidé de réparer sur place la « lâcheté de la France », c’est son expression, envers le Canada. Il confiait à son gendre M. de Boissieu, quelques jours avant son embarquement sur le Colbert à Brest qu’il fallait « frapper un grand coup », que ça barderait mais qu’il le fallait4. A sa descente d’avion à Orly, devant les membres du gouvernement venus l’accueillir, médusés et vaguement inquiets, il se montre ravi. « Messieurs, ce fut un voyage magnifique… [Car] il fallait bien que je parle aux Français du Canada. Nos rois les avaient abandonnés… [et] je n’aurais plus été de Gaulle si je ne l’avais pas fait »5.

10Dans un article publié en 1979, l’ex-consul général de France au Québec, M. Pierre de Menthon, rappelle un entretien privé avec le Général, quelques mois après l’exclamation du balcon de Montréal. Transmettant ses instructions au diplomate, le Général soulignait l’opposition entre les petites gens, selon son expression, qui l’ont compris, et les cadres, personnes généralement plus prudentes, qui se sont compromises dans bien des cas avec le gouvernement central du Canada. En tout cas, le mouvement est en route, qui débouchera fatalement sur une forme ou une autre d’indépendance, affirmait-il.

11Au-delà des nombreux témoignages possibles, il est encore plus instructif et enrichissant d’étudier la pensée du Général lui-même, telle qu’elle s’est exprimée au cours de ses trois visites au Canada. Une en 1944, un an avant la fin de la guerre ; une autre en 1960, alors qu’il était président depuis deux ans ; et enfin lors de l’Exposition universelle, en 1967.

12Cette pensée nous est de surcroît connue de source officielle, comme ses Mémoires de guerre, ses Mémoires d’espoir, ou les cinq volumes de ses Discours et messages. J’ai disposé aussi de messages moins facilement accessibles, d’archives et de journaux de l’époque.

13C’est pendant la guerre, lors de son premier appel lancé aux Canadiens français, le 1er août 1940, à la radio de Londres, puis à l’occasion de deux brefs séjours en juillet 1944 et août 1945, que se manifeste pour la première fois chez de Gaulle la conscience sur le plan politique de l’existence, au Canada, d’une communauté de souche française. Cette conscience reste passive et ne dépasse pas dans les discours l’exaltation du sentimentalisme patriotique français. Les textes de cette période traduisent une vision unitaire du Canada, qui n’a guère changé au cours de son voyage de 1960. Elle change plus tard, jusqu’à percevoir un Canada certes uni, mais au sein duquel se détache déjà une entité française bien distincte.

14De leur côté, les Français du Canada subissent eux aussi une lente évolution. Au début de la guerre, ils sont atterrés par la chute de la France. Mais sous l’influence du clergé, les Canadiens français sont plutôt pétainistes, d’autant qu’ils voient peser sur eux la menace d’être appelés à défendre l’Empire britannique, envers qui ils n’éprouvent guère de sympathie.

15Au cours d’un plébiscite en 1942, une majorité d’entre eux s’opposent à la conscription, mais ils sont mis en minorité à l’échelle de la fédération. Par la suite, le renforcement de l’emprise sur la France occupée, la décision du gouvernement canadien de rompre les relations diplomatiques avec celui de Vichy, tout accentue la tendance favorable au Général de Gaulle qui se fait jour dans l’opinion publique québécoise. A cela vient s’ajouter le sentiment mixte d’amour et de rejet qu’éprouvaient les Québécois face à la France.

16Un écrivain canadien a d’ailleurs très bien saisi le problème dans l’un de ses livres :

Les abandons anciens restaient sévèrement ressentis. Le duplicisme jaloux d’un chef obscurantiste qui régna dix-huit ans au Québec voyait le mal incarné dans le laïcisme de gauche français, et cela avait laissé des traces profondes sur les Québécois à cette époque. Les susceptibilités étaient vives, les complexes nombreux, ceux de supériorité notamment, de ces Américains modernes qui relevaient volontiers nos retards, et aussi d’infériorité, du fait d’une langue parfois incertaine, et de la pauvreté d’une culture encore non affirmée. Il restait des ponts à franchir.

17Le séjour du Général de Gaulle en 1960 et surtout les visites du Premier ministre John Diefenbaker en 1961 et 1963 changent du tout au tout sa perception du Canada, en lui faisant découvrir une entité politique et sociologique particulière qui s’appelle à l’époque la province de Québec. Cela débouche sur une véritable reconnaissance de paternité du peuple français, et, à l’occasion de l’inauguration de la délégation générale du Québec à Paris, en 1961, sur une première offre de coopération encore jamais faite, de la France au Québec, dans les domaines de la culture, de la science, de la technique, et même de l’économie.

18Mais si le Général de Gaulle entretient de sérieuses réserves sur cet Etat canadien qu’il estime fondé sur notre défaite d’autrefois, selon son expression, il tient quand même, dans un cadre plus officiel, à garder d’excellentes relations avec son allié canadien. Désormais, il y a le Canada, et il y a le Québec, comme il l’annonce au Premier ministre canadien Lester B. Pearson, lors de la visite de ce dernier en 1964. La politique française s’articule dorénavant sur deux plans, les relations entre Etats avec le premier, et les relations avec le second.

19En 1967, de Gaulle va au Québec à l’occasion de l’Exposition universelle de Montréal, afin d’y célébrer les retrouvailles entre les peuples français du Canada et de la France, et y consacrer la permanence de la coopération franco-québécoise. Et aussi afin d’exprimer sur les bases protocolaires qui siéent aux Etats alliés l’amitié qui existait entre la France et le Canada. Mais quatre mots viennent détruire le scénario.

20Il faut dire que les retrouvailles furent particulièrement chaleureuses, j’ai assisté à quelques assemblées, j’ai vu aussi des discours télévisés. Auparavant, les Canadiens français avaient pu assister sans grand enthousiasme à diverses visites royales, celles notamment de George VI et d’Elisabeth II : non seulement ils avaient du mal à s’identifier aux personnages et au symbole monarchiques, mais ces visites régulières étaient le constant rappel que le Canada est d’abord un pays britannique.

21Or, voici un chef d’Etat français prestigieux, militaire de surcroît, qui vient parcourir le Québec par le « chemin du roi », ainsi qu’on l’avait appelé, tout le long du fleuve en somme, et recevoir d’énormes ovations en prononçant des discours bouillonnants d’émotion ; tout cela avait ébranlé les Français du Canada. Les quatre mots fatidiques venaient seulement couronner des retrouvailles d’une très vive intensité.

  • 6 Général de Gaulle, Discours et messages, vol. III, Paris, Ed. Plon, 1970, p. 191.

22A Montréal, devant vingt mille spectateurs venus l’acclamer, de Gaulle commença par mettre la foule en confiance : « Je vais vous confier un secret, mais ne le répétez à personne ; ce soir, ici, et tout au long de ma route, je me suis trouvé dans une atmosphère du même genre que celle de la Libération. » Il avait sa foule en main, tellement en main qu’il lança peu après le fameux « Vive le Québec libre ! »6.

23Vraisemblablement, il ne souhaitait pas adopter intégralement le contenu d’un slogan séparatiste ; il s’agissait plutôt d’un appui aux efforts entrepris par le Québec pour affirmer et développer sa personnalité, et devenir son propre maître.

24Tel est le sens de la plupart des discours prononcés tout au long de sa route, la quinzaine de discours dont nous parlions auparavant. La solution qui a sa préférence, c’est plutôt un Québec disposant de lui-même à tous égards, mais dans le cadre d’une nouvelle coopération négociée en égal avec le Canada.

25Cela évoque un peu les combinaisons que l’on a tenté de réaliser à propos de l’Algérie. C’est également assez proche de ce que, dix ans plus tard, le Premier ministre du Québec appellera la souveraineté-association.

26Une lettre adressée, d’autre part, par le Général de Gaulle au Premier ministre Daniel Johnson, longtemps demeurée secrète, s’inscrit parfaitement dans la logique des discours prononcés au Québec en 1967. Cependant, elle ne formule plus de vœux, elle est plus déterminée et prend acte cette fois d’une réalité, l’apparition en pleine lumière du fait français. Rappelant l’accueil que lui ont réservé les Français du Canada, le général confie en avoir été touché au fond de l’âme. Les conséquences de cette visite et aussi de cette exclamation sur le mouvement indépendantiste au Québec ont été très directes. A l’époque, le principal parti indépendantiste s’appelait le « Rassemblement pour l’indépendance nationale ». En quelques semaines, des centaines et des centaines d’adhésions sont parvenues à son secrétariat général. Le Parti libéral du Québec, alors formation d’opposition, veut envoyer une note de réprimande au Général de Gaulle, et le député français démissionne pour devenir le premier député indépendant de l’Assemblée nationale du Québec.

27A la mi-septembre, René Lévêque propose à sa formation, le Parti libéral du Québec, dont il a été ministre, d’adopter une motion en faveur de la souveraineté du Québec, assortie d’une étroite association avec le reste du Canada. Sa proposition est battue par une thèse favorisant un statut particulier pour le Québec, que le Parti libéral n’a d’ailleurs jamais défini depuis.

28Lévêque quitte alors le Parti libéral, pour fonder, avec l’appui d’une quinzaine d’importants militants libéraux, le « Mouvement pour l’inter-association », et recruter peu après des milliers d’adhérents.

29La visite du Général de Gaulle fait l’objet d’une reconnaissance particulière au sein du mouvement indépendantiste. Sur le coup, Pierre Bourgaud, président du « Rassemblement pour l’indépendance », déclare à la fin de juillet 1967 que le Général a donné l’exemple d’un gouvernement souverain qui se tient debout, et va jusqu’au bout de ses entreprises.

30De même, le dixième anniversaire du « Vive le Québec libre ! » a été commémoré le 24 juillet 1977 à Montréal, et trois mille personnes ont acclamé le souvenir du Général de Gaulle et assisté à la projection sur grand écran du film de sa visite.

31Voyons maintenant les effets sur la politique intérieure canadienne. Point n’est besoin d’insister sur le fait que toute la presse anglophone s’est déchaînée contre le Général de Gaulle, en comparant son discours de l’Hôtel de Ville de Montréal aux harangues d’Hitler en 1938, au sujet de la libération des Allemands des Sudètes.

32Le ministre fédéral de la Justice, Pierre-Elliott Trudeau, déclarait ironiquement à la presse, peu après la venue du Général, avoir trouvé l’incident « marrant ». Par la suite, le gouvernement canadien se permit de rappeler le Pays Basque, la Bretagne, les îles Saint-Pierre-et-Miquelon… (c’est d’ailleurs un argument que reprendra plus tard, comme Premier ministre, P.-E. Trudeau).

33N’empêche que le choix de Pierre-Elliott Trudeau en 1968, pour diriger le Parti libéral du Canada et succéder à Lester B. Pearson, n’est pas étranger aux revendications montantes des Canadiens français. Comme le sera sans doute, sous le régime Trudeau, l’application du bilinguisme officiel dans les institutions fédérales.

34Les résultats furent très limités, mais les tensions étaient là.

35Passons maintenant à la politique franco-québécoise, d’autant plus intéressante à évoquer que l’actualité présente ensuite plusieurs rebondissements.

36De Gaulle resta fidèle à la ligne qu’il s’était tracée. Et même sous certains dirigeants québécois faibles et velléitaires – comme M. Bertrand, qui succéda à Daniel Johnson – qui tentaient plutôt de composer avec le gouvernement fédéral, voire de s’aligner sur lui, il soutint l’aspiration du Québec à jouer un rôle dans la francophonie, par exemple. Sans son soutien, le Québec n’aurait jamais obtenu en 1969 le statut de gouvernement participant au sein de l’Agence de Coopération culturelle et technique. Bien qu’Ottawa ait toujours tenté de vendre à de Gaulle une image du Canada nation bilingue, il se refusa à voir celui-ci autrement que comme une création britannique, incapable de représenter les Canadiens français.

37Il continua d’affirmer bien haut que le Canada, à ses yeux, était un pays qui ne fonctionnait pas bien, et qui de ce fait devait évoluer.

38Ainsi qu’il le souligna devant l’ambassadeur Beaulieu, en décembre 1968, la France n’acceptera de modifier sa politique à l’égard du Canada que moyennant la capacité de ce dernier à trouver son équilibre dans des conditions nouvelles, sous forme d’une coopération entre peuples égaux.

39A certains égards, Valéry Giscard d’Estaing fut un peu le continuateur de cette politique lorsqu’il refusa que la France participe à la Conférence de Dakar, préparatoire à la création d’un « Commonwealth français » – à moins que le Canada, selon l’expression officielle de l’Elysée, ne trouve un moyen de représentation acceptable pour le Québec. Comme cette communauté organique francophone pourrait éventuellement discuter de culture, d’éducation et de technologie, le Québec veut exercer normalement le prolongement externe de ses compétences exclusives. En vertu de cette théorie, très admissible en droit constitutionnel, du prolongement externe des compétences intérieures, le gouvernement du Québec a toujours eu l’appui de la France.

40Des formules plus habiles pour décrire l’effort franco-québécois furent trouvées par M. Raymond Barre. On se souviendra du « non-ingérence, mais non indifférence », qui permit de relâcher l’attention et les tensions du côté libéral, et les relations triangulaires Paris-Ottawa-Québec. M. Barre, en février 1969, avant le référendum, disait que la France ne pouvait plus se désintéresser du sort du Québec, quel que soit le choix qu’il ferait de son avenir et la route qu’il déciderait de prendre.

41Il faut donc espérer, à l’issue de l’intermède de Gaulle, qu’il sera possible de concilier des rapports cordiaux et amicaux entre les Etats, d’un côté, et les relations d’étroite fraternité entre les peuples, de l’autre.

Notes

1 London Times, 26 juillet 1967.

2 Jean d’Escrienne, Le Général m'a dit..., 1966-1970, Paris, Ed. Plon, 1973, 284 p.

3 Jean-Raymond Tournoux, Jamais dit, Paris, Ed. Plon, 1971, p. 363.

4 Anne et Pierre Rouanet, Les trois derniers chagrins du Général de Gaulle, Paris, Bernard Grasset, 1980, 488 p.

5 Ibid., p. 24-27.

6 Général de Gaulle, Discours et messages, vol. III, Paris, Ed. Plon, 1970, p. 191.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search