Version classiqueVersion mobile

La politique étrangère du général de Gaulle

 | 
Élie Barnavi
, 
Saul Friedländer

4. De Gaulle et le « Tiers Monde »

La politique algérienne du Général de Gaulle. De Brazzaville à Evian

Evelyne Lever

Texte intégral

  • 1 Charles-Robert Ageron, L’Algérie algérienne de Napoléon III à de Gaulle, Sindbad, 1980.

1Lorsque de Gaulle reçut les pleins pouvoirs en juin 1958, nul ne savait quelle serait sa politique algérienne. Depuis des années, les exégètes se sont penchés sur ses écrits, sur ses déclarations, sur ses discours. De Gaulle a-t-il agi en fonction d’un plan préconçu comme le laissent supposer ses Mémoires ? A-t-il manœuvré pour le réaliser, selon une « périlleuse stratégie des circonstances » ? Sa conception du problème algérien s’est-elle profondément modifiée lorsque les destinées des deux communautés ont été remises entre ses mains ? « Le mystère gaullien demeurerait-il ? », se demandait encore Charles-Robert Ageron en 19801.

2Au printemps 1958, l’équivoque est totale. De Gaulle est appelé par les ultras d’Algérie, traditionnellement antigaullistes, prêts désormais à bien des concessions pourvu que l’Algérie demeure française. Ils acceptent par conséquent le principe de l’intégration et celui du « collège unique » qu’ils avaient systématiquement combattus. Ils admettent, implicitement du moins, que de Gaulle mène une politique plus libérale que celle qu’ils préconisaient encore quelques mois plus tôt. Les Français de métropole, lassés par les incertitudes de la IVe République, lui abandonnent le pouvoir avec soulagement dans l’espoir qu’il réglera, au mieux des intérêts de la France, un conflit qui se traîne depuis quatre ans.

  • 2 Alain de Sérigny, directeur de L’Echo d’Alger, était alors le porte-parole des partisans de l’Algér (...)

3Au même moment, les Algériens attendent de lui une solution réellement libérale, voire l’indépendance. Au journaliste de L’Express qui lui demande s’il n’est pas inquiet de partager apparemment les mêmes espoirs que M. de Sérigny2, l’écrivain berbère Jean Amrouche répond sans hésiter qu’il « croit que c’est M. de Sérigny qui se trompe ».

4Les commentaires de la presse étrangère soulignent les ambiguïtés de la situation ainsi créée : « Le Général de Gaulle peut avoir sur la solution du problème algérien des idées opposées à celles des colons… Ce serait une ironie suprême si tout le mouvement galliste reposait sur un malentendu quant aux idées du Général sur la présente crise », relève-t-on dans le New York Times.

5Les prises de position du Général par rapport aux problèmes coloniaux peuvent-elles alors laisser entrevoir les grandes lignes de sa politique algérienne ?

  • 3 Charles de Gaulle, Vers l’armée de métier, Berger-Levrault, 1934.
  • 4 Pierre Bloch, Algérie, terre des occasions perdues, Paris, Deux-Rives, 1961.
  • 5 Cette conférence regroupait les représentants des territoires français d’Afrique autour de R. Pleve (...)

6A la différence de bon nombre de ses pairs, de Gaulle n’a pas été un officier colonial. L’Empire ne le laisse pourtant pas indifférent. S’il a généralement tendance à glorifier l’œuvre de la France, il mesure, dès la période de l’entre-deux-guerres, la force des nationalismes indigènes : « Nous voyons naître des mouvements d’idées, de passions, d’intérêts, dont le but manifeste est la fin de notre domination, écrit-il dès 1934. Certes, s’il nous est donné de poursuivre notre œuvre, jusqu’au point du progrès où la sagesse vient aux élites et le loyalisme aux foules, on verra des populations, actuellement mal résignées, accepter franchement l’Union… »3. Ces quelques phrases laissent déjà transparaître ses doutes sur l’avenir de l’Empire. Il admet parfaitement le risque de la décolonisation. Quelques années plus tard, il regrette l’échec du projet Blum-Viollette4. Mais c’est évidemment au cours de la Seconde Guerre mondiale que les Territoires d’Outre-Mer et l’Algérie tout particulièrement retiennent son attention. Le 30 janvier 1944, il prononce un discours resté célèbre pour l’ouverture de la Conférence de Brazzaville5. Certains voient dans cette allocution l’amorce d’une politique conduisant vers l’autonomie et même vers l’indépendance. La portée de ce texte ne doit pourtant pas être exagérée. De Gaulle y affirme que la guerre a créé un « lien définitif » entre la France et l’Empire et qu’il convient « d’établir sur des bases nouvelles l’exercice de la souveraineté française ». Lesquelles ? Le Général ne les précise pas. Il laisse entendre toutefois que la France guidera « libéralement » ces « soixante millions d’hommes qui se trouvent associés au sort de ses quarante-deux millions d’enfants ». Mais c’est « la nation française » qui « procédera, le moment venu, aux réformes impériales de structure qu’elle décidera dans sa souveraineté ». Déclaration importante, certes, dans laquelle apparaît un thème qui restera cher à de Gaulle pendant les années à venir, celui de l’« association », idée essentielle de sa future politique coloniale, mais dont le contenu sera peu développé. Notons aussi que les termes du discours apparaissent suffisamment flous pour que l’on puisse en tirer des conclusions différentes, voire opposées.

  • 6 Charles-Robert Ageron, op. cit., p. 243.

7En ce qui concerne l’Algérie, l’ordonnance que fait promulguer de Gaulle le 7 mars 1944 reste néanmoins bien timide par rapport aux revendications des nationalistes du « Manifeste du peuple algérien » que de Gaulle connaît fort bien. Mais il n’est pas question pour lui de céder aux sollicitations d’un Ferhat Abbas qui rêvait alors d’un « Etat algérien démocratique qui serait fédéré avec la France ». Ne recommande-t-il pas au général Henry Martin « d’empêcher l’Afrique du Nord de glisser entre nos doigts pendant que nous délivrons la France »6 ? C’est dans ce contexte que son gouvernement couvre la sauvage répression de mai 1945, sur laquelle il se montre particulièrement discret dans ses Mémoires de guerre.

  • 7 Déclarations des 7 avril, 24 avril et 15 mai 1947.
  • 8 Déclaration du 24 avril 1947.
  • 9 Déclaration à la presse, le 18 août 1947.

8Il semble pourtant que, dès la fin du conflit mondial, le Général ait jugé le mouvement de décolonisation inéluctable. Il répète maintes fois ce propos à son entourage. Dès 1947, il envisage l’autonomie interne pour les Territoires d’Outre-Mer7. Il évoque pour l’Algérie l’idée d’un « statut qui la maintienne française et sous souveraineté de la France et qui organise à l’intérieur d’elle-même ce qui concerne ses propres intérêts »8. Il a néanmoins besoin des voix des Français d’Algérie pour soutenir son parti, le RPF. Aussi tient-il des propos « Algérie française » avant la lettre, les seuls dont voudront se souvenir les hommes du 13 mai. N’affirme-t-il pas, à l’occasion des élections municipales d’Alger en octobre 1947, que « toute politique qui [donnerait] à croire aux Français musulmans qu’il pourrait leur être loisible de séparer leur sort de celui de la France, ne ferait en vérité qu’ouvrir la porte à la décadence »9 ?

  • 10 Une circulaire de Louis Terrenoire aux républicains sociaux dira que « la paix a été conclue dans l (...)
  • 11 Réalités, janvier 1957.
  • 12 Dans Le drame algérien et la décadence française (Paris, Plon, 1957), J. Soustelle réfutait l’ouvra (...)

9En 1954, de Gaulle approuve la politique de négociation de Mendès France à propos de l’Indochine10. Dès que le conflit algérien éclate, il met en doute les aptitudes des gouvernements de la IVe République à conserver l’Algérie. Désabusé, il déclare à Edmond Michelet en février 1955 : « L’Algérie ? perdue, finie. » Il déplore les incertitudes de la politique française, incapable de « créer les conditions d’une nouvelle association ». Il évoque encore l’association dans sa conférence de presse d’adieu, le 30 juin 1955, à l’hôtel Continental. Par conséquent, en 1955, lorsqu’il se retire de la vie politique, l’évolution de de Gaulle semble nette : il rejette les formes du colonialisme antérieur. Au cours de sa retraite, plusieurs de ses anciens compagnons le pressent de prendre officiellement position. Le Général s’en abstient. S’il multiplie les contacts avec les personnalités politiques les plus diverses, aucune déclaration officielle n’émane de la rue de Solférino ni de l’austère « Boisserie » de Colombey. Néanmoins, ses interlocuteurs laissent filtrer certaines confidences. Avec superbe, il déclare au général Catroux, à propos du Maroc : « Si j’étais le gouvernement de la France, je ne laisserais pas arracher une indépendance, je l’octroierais. La France donne, on ne lui enlève pas. » Il confie au journaliste Michel Drancourt que « les liens juridiques sont de trompeuses apparences »11. Edmond Michelet, Christian Pineau, Maurice Clavel, Louis Terrenoire pensent qu’il incline vers la solution de l’indépendance. Remerciant Jacques Soustelle pour son livre Aimée et souffrante Algérie, il lui laisse entendre que la IVRépublique est incapable de conserver l’Algérie française. Le Général approuve également le second ouvrage de Soustelle12et ne lui parle pas d’indépendance. Au cours du périple qu’il effectue en 1957 à travers l’Afrique, il ne manque pas de féliciter Robert Lacoste pour l’œuvre qu’il accomplit en Algérie. Mais ne confie-t-il pas à Louis Terrenoire qu’il « songe à une paix où il n’y aurait ni vainqueur ni vaincu », que la loi-cadre est trop tardive, incapable de mettre fin au conflit ? Il lui laisse entendre « qu’une expérience d’association pourrait être tentée si toutefois le régime changeait ». Les confidences que répandent ses interlocuteurs ne rencontrent aucun démenti. Toutefois, prudemment, au cours de l’été 1957, son cabinet préfère publier un communiqué précisant que « les propos attribués parfois dans la presse au Général de Gaulle… n’engagent que ceux qui les lui prêtent ».

10Au début de l’année 1958, de Gaulle demeure toujours extrêmement discret. Il reçoit pourtant l’ambassadeur de Tunisie, M. Masmoudi, au lendemain du bombardement de Sakhiet, et lui affirme qu’il souhaite une politique d’association pour la France et la Tunisie. Propos irritants pour les ultras ! A peu près à la même époque, Maurice Schumann s’entretient, lui aussi, avec l’ermite de Colombey. Il lui confie ce que sera sa politique algérienne s’il revient au pouvoir : une politique conduisant à l’autodétermination. Cette conversation d’une importance capitale est rapportée en mai 1958 par le député du Nord à Pierre Pflimlin, alors président du Conseil, sur le point de remettre sa démission.

11En fait, de Gaulle n’a promis à personne de faire la politique réclamée par les tenants de l’Algérie française. Il n’est nullement engagé vis-à-vis d’eux. A Soustelle, il joue le rôle du vieillard pessimiste qui ne reviendra pas au pouvoir et qui déplore la situation catastrophique du régime français. Il se montre réservé sur l’intégration. « Si les musulmans la voulaient… ce serait la solution », dit-il, incrédule. Il ne peut pourtant pas décourager totalement Soustelle, car il a besoin de lui pour retourner la situation en sa faveur, à Alger. C’est pourtant après un entretien plutôt décevant, où de Gaulle a simplement déclaré son hostilité à la sécession, que Soustelle le juge prêt à garder l’Algérie française, une fois au pouvoir. Il convaincra Alain de Sérigny pour que celui-ci, par l’intermédiaire de L’Echo d’Alger, tente de renverser l’opinion des pieds-noirs, peu enclins, dans leur ensemble, à considérer de Gaulle comme leur sauveur.

  • 13 Ch. de Gaulle, Mémoires d’espoir, Paris, Ed. Presses Pocket, 1970, p. 73.

12A ce propos, on est véritablement en droit de se demander quel fut le rôle effectif du Général au cours de ce printemps 1958. Dans ses Mémoires d’espoir, il se défend d’avoir participé en quoi que ce soit aux complots. Il prétend même que les gaullistes ont agi « en dehors de son aval et sans même l’avoir consulté »13. Il s’est manifesté pour sauver la France du chaos et de la « dictature militaire » lorsque la menace de guerre civile s’est profilée. Edmond Michelet et Louis Terrenoire soutiennent cette thèse. Ses plus proches collaborateurs pour cette période, Jacques Foccart et Olivier Guichard, sont restés d’une discrétion exemplaire, mais ce sont eux pourtant qui ont suggéré à Léon Delbecque de constituer son « Antenne » à Alger ! Les personnalités politiques de métropole ou d’Algérie communiquaient le plus souvent avec de Gaulle par leur intermédiaire.

13Il est certain que de Gaulle désirait revenir au pouvoir par les voies légales, et qu’il réprouvait dans son essence même toute tentative de putsch militaire qui aurait fait de lui une sorte de dictateur. Toutefois, il ne décourage ni ne blâme qui que ce soit. Il n’hésite pas à recevoir les envoyés du général Salan venus lui exposer le fameux plan « Résurrection », qu’il critique pour son organisation très légère. Il autorise pourtant Salan à intervenir militairement en métropole, au cas où il ne serait pas appelé au pouvoir. Triomphe-t-il alors secrètement ? Non parce qu’il détient les moyens d’ordonner l’exécution d’un plan qu’il méprise probablement, mais parce qu’il peut désormais apparaître comme l’arbitre suprême, le garant de la paix civile, en déjouant publiquement les tentatives de subversion dont il est averti. Il devient donc à ce moment même le recours de la Nation – ce qu’il attend depuis des années.

14Investi des pleins pouvoirs par l’Assemblée nationale, le 3 juin 1958, de Gaulle doit rétablir l’ordre et la légalité républicaine en Algérie. Son premier voyage de l’autre côté de la Méditerranée revêt donc une importance capitale. En effet, il s’agit avant tout de s’assurer de la fidélité de l’armée et de la rappeler à l’obéissance. Les gaullistes ont eu besoin de son concours actif pour s’imposer lors de la « révolution du 13 mai », qui n’a pourtant pas été un véritable pronunciamento militaire. Aussi l’attitude des officiers à l’égard du pouvoir change-t-elle désormais, car ils viennent de voir leur indiscipline sanctionnée par le succès dans la mesure où ils ont largement contribué à l’effondrement de la IVe République. Ils considèrent donc que le nouveau pouvoir leur doit beaucoup et, de ce fait, ils ne lui concèdent qu’une obéissance réfléchie, par conséquent révocable. Ils pourront toujours invoquer, à ce propos, un précédent illustre : celui du 18 juin 1940.

15Totalement acquise à l’intégration, l’armée se croit en mesure de l’imposer à de Gaulle s’il avait la tentation de ne pas l’appliquer. Les officiers supérieurs ont déjà multiplié les déclarations favorables à l’Algérie française, comme pour mettre le président du Conseil devant le fait accompli. Le général Massu n’hésite pas à affirmer que « le Général de Gaulle doit consentir à l’intégration, car il est arrivé au pouvoir porté par le mouvement d’Alger qui est partisan de cette formule ».

16En outre, le Général de Gaulle doit trouver un modus vivendi avec une population en effervescence, excitée par les activistes, mobilisée sur le thème de l’intégration depuis des semaines, et qui attend de l’homme du 18 juin qu’il se rallie clairement et officiellement à ses vues.

17Enfin, il convient peut-être de tenter de convaincre les masses algériennes, qui viennent de participer aux « fraternisations » du mois de mai, qu’il est le seul capable d’apporter une solution à leurs maux. Sont-elles totalement acquises au fln ? Peut-on les détacher de ceux que l’on appelle encore les chefs de la rébellion et qui n’aspirent qu’à l’indépendance ?

18La plus grande prudence s’impose au nouveau chef du gouvernement. Le temps des ambiguïtés commence.

  • 14 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 54.
  • 15 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 54.
  • 16 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 54.
  • 17 Le ministère de l’Algérie est alors rattaché à la présidence du Conseil, ce qui signifie clairement (...)

19Au cours de ce premier voyage, de Gaulle ne définit aucun programme politique pour l’Algérie. Dans le célèbre discours du 4 juin où il s’écrie : « Je vous ai compris »14, son charisme agit pleinement et il jouit de l’équivoque qu’il provoque à dessein : « Les mots [étaient] apparemment spontanés dans la forme, mais au fond bien calculés »15, expliquera-t-il dans ses Mémoires d’espoir. Il reconnaît néanmoins solennellement l’égalité des droits des musulmans et des Français, ce qui signifie l’adoption du collège unique. Enfin, il « ouvre les portes de la réconciliation »16à ceux qu’il appelle encore les « rebelles » tout en rendant hommage à leur courage. Les jours suivants, il ne prononce le terme magique d’intégration dans aucun de ses discours, mais le sens de ces allocutions laisse généralement penser qu’il s’y rallie. Tout en prenant ses distances avec les ultras, il s’abandonne une seule fois à crier à Mostaganem « Vive l’Algérie française », un « Vive l’Algérie française » que tous les partisans de l’intégration lui rappelleront plus tard comme le témoignage de sa trahison. Sans doute, de Gaulle caresse-t-il alors l’espoir que les combats cesseront si une politique généreuse et réaliste est menée par le gouvernement qu’il anime17.

  • 18 Charles de Gaulle, Discours et messages, vol. III, Paris, Ed. Plon, 1970, p. 24-25.

20Son discours du 13 juillet 1958, « message d’amitié et d’espoir », ne laisse pas davantage deviner ses intentions, bien qu’il annonce la création d’une « vaste et libre communauté » au sein de laquelle « l’Algérie tiendra une place de choix ». L’allocution s’achève par un « Vive les peuples associés », qui semble indiquer18que le Général poursuit la mise en œuvre de sa vieille idée, celle de l’association. Mais quel sens exact attribuer au terme d’association ?

21Pour avoir la possibilité de mener une politique personnelle, il a besoin de l’adhésion totale des peuples qu’il gouverne. Le recours au référendum, soumettant au suffrage populaire la constitution qu’il propose, lui en donne le moyen. Le référendum deviendra ainsi un véritable plébiscite. De Gaulle ménage l’opinion. Il connaît les sondages de l’ifop, selon lesquels 52 % des Français de métropole souhaitent l’intégration tandis que 41 % préconisent l’indépendance ; il mesure la violence latente des activistes, partisans inconditionnels de l’Algérie française ; il sait que l’armée n’est pas gaulliste, qu’elle redoute d’être frustrée de sa victoire et qu’elle croit mener en Algérie l’ultime combat pour la défense de la civilisation occidentale menacée par le communisme international ; il sait enfin que la guerre d’Algérie déconsidère la France et que, sans lui, le conflit se serait internationalisé. Il a donc besoin d’être plébiscité par les Français de toutes origines et de toutes tendances. Il laisse ainsi entière liberté à Jacques Soustelle, ministre de l’Information et ardent promoteur de l’intégration, pour mener la campagne du référendum.

  • 19 « Union pour le renouveau français », parti créé par Soustelle. Il préconisait la reconstruction ci (...)

22L’urf19 de Soustelle, les indépendants, le mrp votent « oui » au nom de l’intégration. Les socialistes se divisent. Gaston Defferre se montre favorable au « oui », parce qu’il est persuadé que de Gaulle adoptera une solution libérale, mais Pierre Mendès France et François Mitterrand votent « non », considérant que la politique gouvernementale est celle des ultras. Les communistes réagissent de la même façon. Mais le « oui » l’emporte triomphalement, surtout en Algérie où l’armée a engagé son honneur pour le faire triompher. En fait, les électeurs se sont prononcés pour le Général de Gaulle. Les Français des deux communautés, de métropole et d’Algérie, déposent entre ses mains le fardeau algérien, sans qu’il ait précisé quelle serait sa politique algérienne ni ce que serait le statut de l’Algérie. « L’équivoque poussée à ce point devient insoutenable », n’hésite pas à écrire Sirius dans Le Monde du 26 septembre.

23Que peut alors de Gaulle, pris entre les exigences des ultras, celles du fln et celles, souvent contradictoires des masses silencieuses des deux côtés de la Méditerranée ?

  • 20 Le plan prévoyait la transformation de l’économie algérienne dans les cinq années à venir et, par l (...)

24Fort de l’appui massif des populations, le président du Conseil détient désormais une autorité accrue pour faire prévaloir sa propre politique, alors que les partisans de l’Algérie française estiment que les résultats du référendum imposent l’application stricte de l’intégration. Or, de Gaulle se refuse, dès le mois d’octobre, à ce que l’on assimile ce résultat à l’intégration. Son soin le plus pressant consiste à proposer un programme de développement économique et social qu’il présente à Constantine lors de son quatrième voyage en Algérie du 2 au 5 octobre. Ce plan, ambitieux dans ses objectifs, constitue une arme politique20 : il s’agit, avant tout, de persuader les masses algériennes que la France est seule capable de mener à bien une véritable entreprise de rénovation et qu’elle est prête, de ce fait, à consentir d’énormes sacrifices. D’autre part, pour régler politiquement le problème algérien, de Gaulle attend beaucoup des élections législatives, estimant que, si elles se déroulent librement, une troisième force, libérale, apparaîtra en Algérie. « Le but à atteindre consiste à obtenir que se révèle librement une élite politique algérienne. C’est ainsi que pourra être comblé le vide politique qui a ouvert la voie aux meneurs de la rébellion », déclare-t-il en octobre.

25Le chef du gouvernement sait alors que les troupes de l’aln sont épuisées ; des contacts secrets ont été pris avec le fln qui se dit alors prêt à négocier « au sujet des conditions politiques et militaires d’un cessez-le-feu, sans que soit au préalable exigée la reconnaissance de l’indépendance ». C’est ainsi que le 25 octobre, de Gaulle lance un solennel appel à la « paix des braves », proposant aux combattants de rencontrer les chefs militaires français « avec le drapeau blanc des parlementaires ». Cette offre venant d’un président du Conseil plébiscité par la nation semble parfaitement crédible, mais le gpra l’interprète comme l’exigence d’une reddition pure et simple. Il estime que « le gouvernement français… fidèle à la politique traditionnelle de la France, entend maintenir par la force l’Algérie dans le cadre français ». Ferhat Abbas a d’ailleurs déclaré au Daily Mail que son désir était de « parler aux Français en qualité d’Algériens et non en qualité de Français… ». Le but unique du fln demeurait bien l’indépendance.

  • 21 Ce sera l’objet du « plan Challe ».

26L’espoir de régler rapidement le conflit était déçu. Quant aux résultats des élections, ils ne révélaient pas la troisième force modérée sur laquelle comptait tant le Général. Les listes « Algérie française » avaient triomphé. Puisque la paix n’était pas en vue, il fallait donc intensifier l’effort de guerre21, tout en commençant à mettre en application le plan de Constantine et en rétablissant l’autorité civile aux dépens de l’autorité militaire. A Paris, les institutions de la Ve République étaient mises en place : de Gaulle devenait Président de la République et choisissait Michel Debré, farouche défenseur de l’Algérie française, comme Premier ministre. Aucun ministère de l’Algérie n’était créé, le Président de la République et le chef du gouvernement se réservant ce domaine. De Gaulle laisse désormais son Premier ministre, caution auprès des partisans de l’Algérie française, multiplier les déclarations favorables à l’intégration, tandis qu’il se tient lui-même dans une certaine réserve par rapport au problème algérien.

27Au cours du printemps et de l’été 1959, très prudemment, presque insidieusement, de Gaulle oriente l’opinion métropolitaine vers une ébauche de solution nouvelle pour l’Algérie, tandis qu’il s’efforce de faire prendre conscience aux Français d’Algérie des archaïsmes du colonialisme en ce milieu du xxe siècle.

  • 22 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 72.

28Inaugurant son mandat présidentiel le 8 janvier 1959, il déclare qu’« une place de choix est destinée à l’Algérie de demain pacifiée et transformée… étroitement associée à la France »22. Dans son message au Parlement, il affirme qu’il faut trouver une solution politique au problème algérien, en insistant sur le fait qu’« elle ne saurait procéder que du suffrage universel ». L’orientation paraît bien imprécise, mais elle ne va certes pas dans le sens de l’intégration. Le 25 mars, lors d’une conférence de presse, le Général insiste sur certains points qui permettent de penser qu’il s’est déjà rallié à une politique d’autodétermination. Il manifeste en effet l’espoir que l’Algérie restera « liée à la France ». De toute évidence ce souhait traduit un doute dans l’esprit du chef de l’Etat. Ce qui paraît désormais assuré, c’est que la France ne se maintiendra pas par la force. « L’Algérie est en question, dit-il, son destin politique apparaîtra dans les suffrages de ses enfants. » N’annonce-t-il pas là clairement l’application du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ? Quelques jours plus tard, il s’écrie devant Pierre Laffont, directeur de L’Echo d’Oran : « L’Algérie de papa est morte et, si on ne comprend pas, on mourra avec elle. »

29La guerre se poursuit pourtant, inexorablement, affaiblissant considérablement la France sur le plan international, alors que de Gaulle souhaitait lui redonner une place de premier plan parmi les grandes puissances. Ce danger paraît encore plus manifeste au moment où un rapprochement s’esquisse entre l’Est et l’Ouest. Les Américains redoutent de voir les dirigeants du fln se tourner vers les pays de l’Est, l’ensemble du monde arabe constituant un enjeu précieux pour les Etats-Unis. La guerre coloniale menée par la France déconsidère le bloc occidental et les Américains ne veulent être gênés ni dans leurs relations diplomatiques, ni dans leurs ambitions économiques, par une France déstabilisant l’Afrique. Ils ont tout intérêt à voir les combats prendre fin. D’autre part, l’audience du fln s’affirme, comme en témoigne la Conférence interafricaine de Monrovia.

  • 23 Cf. B. Tricot, Les sentiers de la paix en Algérie (1958-1962), Paris, Plon, 1972.

30C’est au cours de l’été que le Général de Gaulle amorce un tournant capital de sa politique algérienne. Il aurait déclaré au secrétaire des Nations Unies qu’il souhaitait mettre l’Algérie en état d’autodétermination, tandis que Michel Debré affirme que « la destinée de la France est accrochée à la destinée algérienne… qu’il y va de notre sécurité, de nos possibilités d’indépendance économique ». La classe politique est plongée dans la perplexité. Mais de Gaulle, tout en laissant parler son Premier ministre, se considère comme le seul maître des destinées de l’Algérie. Avant de partir pour une tournée d’inspection militaire de l’autre côté de la Méditerranée, le général a demandé, le 26 août, l’avis de ses ministres sur le problème algérien. Cette consultation exceptionnelle risque-t-elle d’influencer de Gaulle ? On peut sincèrement en douter, car il semble qu’il ait su à l’avance ce que chacun allait déclarer : Michel Debré, plus nuancé que dans ses discours précédents, ne souhaite pas fixer dans l’immédiat un statut pour l’Algérie, estimant que la population elle-même devrait se prononcer, mais plus tard. La plupart des ministres se rallient au vœu du chef du gouvernement mais Boulloche, Sudreau et Bacon réclament une « initiative » libérale, tandis que Soustelle, appuyé par Guillaumat et Cornut-Gentille, défend une option différente. Il reproche au gouvernement de poser le problème du statut de l’Algérie, alors que pour lui le référendum de 1958 a prouvé que l’Algérie faisait partie intégrante de la France. Aucune discussion n’a suivi le Conseil, aucune indiscrétion ne semble avoir filtré à l’issue de la réunion. De Gaulle s’envole pour l’Algérie, ayant déjà préparé les allocutions qu’il prononcera devant les officiers et les populations. En effet, lorsqu’il a écouté ses ministres, il était déjà en possession d’une note importante rédigée par ses proches collaborateurs, en particulier par Bernard Tricot23. Ceux-ci sont partis de l’analyse des conditions d’un éventuel cessez-le-feu. Ou bien des bandes rebelles se rendaient individuellement, et la guerre se poursuivait tant qu’elles ne s’étaient pas toutes rendues, ou bien l’aln était totalement écrasée et il y avait une reddition générale. La seconde solution paraissait tout à fait improbable, car le fln aurait toujours pu mettre sur pied quelques bandes armées. Le fln, avant tout « force révolutionnaire peu sensible au destin individuel des hommes », n’avait aucune raison de demander un cessez-le-feu. Il est improbable qu’il pût se reconnaître vaincu. La guerre pouvait donc durer indéfiniment. Selon les collaborateurs de de Gaulle, le gpra ne demanderait le cessez-le-feu que dans la mesure où il serait persuadé que « la paix lui permettrait d’atteindre ses objectifs par la voie politique ». Dans ces conditions, « le cessez-le-feu ne pouvait pas être une conclusion mais une étape » qui permettrait d’entamer une période où la lutte passerait sur le plan politique. La note suggérait enfin de consulter les Algériens par référendum pour qu’un statut fût accordé à l’Algérie. La solution de l’indépendance ne devait pas être exclue. Le terme d’autodétermination n’était pas mentionné dans le rapport, mais c’était bien l’idée qui s’en dégageait.

31Officiellement, le voyage du Général de Gaulle se présente comme une tournée d’inspection militaire. En réalité, il s’agit pour le chef de l’Etat de s’assurer encore une fois de la fidélité de l’armée et surtout de lui faire admettre un nouveau principe, celui de l’autodétermination. Ce thème revient constamment dans les courtes allocutions qu’il prononce ici et là : « Sans le vœu des Algériens, la France ne peut rien faire. » « La France ne peut rester que si les Algériens le souhaitent. » « Il faudra que les Algériens se déterminent eux-mêmes et librement, cela est nécessaire. » Convaincre les militaires s’avère difficile. De Gaulle s’efforce de leur montrer que l’affaire algérienne n’est pas seulement militaire, mais aussi et surtout politique : « Nous n’aurons jamais [les Algériens d’accord avec nous] que s’ils le veulent eux-mêmes… L’ère de l’administration par les Européens est révolue… Nous ne devons agir en Algérie que pour l’Algérie, et avec l’Algérie de telle sorte que le monde le comprenne… », leur dit-il, annonçant ainsi le recours à l’autodétermination.

32Après le départ du Président, l’inquiétude de l’armée commence à se manifester. Les officiers supérieurs se demandent quel sera le sens des combats, car on ne peut pas se battre pour imposer l’autodétermination. Certains imaginent que ces déclarations sont prononcées uniquement pour satisfaire les Américains, à la veille de la rencontre de Gaulle-Eisenhower. La tension s’accroît bien évidemment dans les rangs des partisans de l’intégration.

33La déclaration très attendue du 16 septembre dissipe enfin les équivoques. Cette allocution, l’une des plus longues qu’il ait jamais consacrées à l’Algérie, renouvelle les données du problème.

34Après avoir rappelé l’immense effort accompli par la France et après avoir rendu hommage à l’armée, le chef de l’Etat propose de mener la pacification à son terme. La paix sera effective lorsque « les attentats n’auront pas coûté la vie à 200 personnes par an », déclare-t-il. Une fois la paix rétablie, s’ouvrira alors une période transitoire qui n’excédera pas quatre années, à l’issue desquelles les Algériens « en tant qu’individus » seront appelés à « décider de leur destin… librement… en connaissance de cause », par le recours à l’autodétermination. Trois solutions leur seront proposées : la sécession, la francisation ou l’association.

35Pour le Général, « la sécession entraînerait une misère épouvantable, un affreux chaos politique, l’égorgement généralisé et bientôt la dictature belliqueuse des communistes ». Il admet parfaitement la francisation, tout en évoquant pourtant cette possibilité sans la moindre chaleur. De toute évidence, sa préférence va au « gouvernement des Algériens par les Algériens, appuyé sur l’aide de la France et en union étroite avec elle ».

36Ce discours, d’une importance capitale dans l’évolution de l’affaire algérienne, rompt avec la politique traditionnelle de la France. Il proclame en effet la fin du régime colonial. La personnalité algérienne est officiellement reconnue : la nation algérienne, qui demeure encore une nation en devenir, pourra jouir du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, principe que certains Etats européens ont difficilement admis jusqu’au début du xxe siècle, principe inscrit dans le préambule de la Constitution de la IVRépublique mais resté lettre morte, principe dont la reconnaissance était réclamée par Bourguiba en août 1957 à l’onu et exigée par le GPRA, comme base à tous pourparlers. Ainsi, la souveraineté française en Algérie se trouve-t-elle déléguée au peuple algérien. Pour de Gaulle, il s’agit de donner la parole à ceux qui se sont tus et qui continuent de se taire par crainte des représailles du fln ou de celles des Européens. Il espère voir émerger cette troisième force qui n’a pu se dégager aux législatives en 1958, et qui finalement ne se révélera jamais.

37Le recours à l’autodétermination permet de ce fait, pour la première fois, d’envisager l’indépendance, malgré l’évocation apocalyptique faite par le chef de l’Etat. Le principe est désormais admis. L’indépendance devient possible. Quant à la solution souhaitée par le Général de Gaulle, l’association, elle apparaît comme une proposition neuve, tout en restant dans la ligne de la pensée gaullienne.

38Malgré les aspects positifs apportés par cette déclaration, un certain nombre de problèmes se posent. La pacification risque de durer indéfiniment. C’est le Président de la République et lui seul qui se réserve le choix de la date à laquelle il la considérera comme achevée. Les passions risquent de s’exacerber dangereusement pendant le laps de temps qui s’écoulera jusqu’au référendum d’autodétermination. Enfin, de Gaulle évite les négociations avec le gpra, qu’il refuse de reconnaître comme le représentant véritable des Algériens. En attendant, la guerre continue.

39Le discours du chef de l’Etat rassure la majorité des formations politiques métropolitaines, tout en suscitant quelques oppositions. A gauche, la sfio réclame des négociations avant le cessez-le-feu, les communistes accusent de Gaulle d’abuser du pouvoir personnel en « engageant la nation sur les questions vitales pour son avenir », et en lui reprochant d’entraîner les peuples dans une « guerre longue ». A droite, la tension monte chez les partisans de l’Algérie française, tandis que l’armée décide de jouer la carte de la francisation. Challe veut « faire prendre la guerre à son compte par la population musulmane » afin d’isoler les rebelles.

40Quant au gpra, il refuse de subordonner le choix du peuple algérien à la consultation du peuple français. Il pose solennellement le principe de l’intégrité du territoire national, il refuse la poursuite de la pacification et considère que la paix ne peut se conclure qu’après une négociation directe entre les deux gouvernements, ce qui implique la reconnaissance du gpra. Malgré cette réponse dilatoire, le gouvernement français multiplie les offres de cessez-le-feu. De toute évidence, de Gaulle veut mettre fin au conflit, comme en témoigne cette nouvelle proposition faite au cours de sa conférence de presse du 10 novembre : « Je dis encore une fois que si les chefs de l’insurrection veulent discuter avec les autorités des conditions de la fin des combats, ils peuvent le faire. Les conditions, je le répète, seraient honorables… » Le gpra, à la stupéfaction générale, désigne quelques jours plus tard Ben Bella et ses compagnons de prison comme interlocuteurs. De Gaulle ne pouvant pas accepter de semblables conditions, le dialogue ne s’engage pas. C’est de nouveau l’impasse à la fin de l’année 1959.

41Alors que tout espoir de cessez-le-feu semble remis à un avenir incertain, une opposition sérieuse à la politique algérienne du général de Gaulle s’est constituée en métropole comme en Algérie, depuis le discours sur l’autodétermination. Bien que l’armée maintienne la présence française en Algérie, les Européens ont l’impression d’avoir été dupés. Ils considèrent qu’ils ont ramené le Général de Gaulle au pouvoir pour qu’il pratique l’intégration, la seule politique qu’ils admettent. Or, depuis le discours du 16 septembre, ils redoutent que de Gaulle accorde l’indépendance. Ils ont largement contribué à l’effondrement de la IVe République qui voulait négocier avec les rebelles. Pourquoi ne seraient-ils pas maintenant à l’origine de la chute de la Ve ? La rupture est définitivement consommée entre les ultras d’Algérie et le chef de l’Etat qui a pourtant tenu à se dégager de leur influence dès juin 1958. Mais les origines de son arrivée au pouvoir restent troubles. L’appui des ultras lui a été indispensable, on se chargera de le lui rappeler.

  • 24 Allocution du 29 janvier 1960.

42Aussi, les barricades qui se dressent dans Alger en janvier 1960 s’élèvent-elles comme un défi à son pouvoir. De Gaulle assume, seul, les responsabilités. Son autorité demeure intacte, la métropole faisant bloc autour de lui et l’armée ne basculant pas dans le camp des insurgés malgré les vœux des colonels activistes. Il réaffirme sa volonté de ne pas changer de politique : « L’autodétermination est la seule politique qui soit digne de la France… la seule issue possible »24. Il condamne les opposants des deux communautés : les rebelles algériens qui exigent des négociations préalables au cessez-le-feu, ce qu’il refuse, et les Français de souche qui refusent l’autodétermination. Les insurgés des barricades se trouvent ainsi placés sur le même plan que les rebelles algériens par le chef de l’Etat : des opposants à sa politique, autrement dit des opposants à l’exercice de la démocratie. Quant aux militaires, ils reçoivent des consignes précises : liquider la rébellion, poursuivre la pacification sans jamais céder à la tentation de « s’associer… même passivement à l’insurrection ».

43Pour la première fois, le pouvoir n’avait pas cédé devant l’émeute d’Alger, devant les ultras, mais des mesures d’urgence s’imposaient. La marge de manœuvre du Président de la République semble alors étroite. S’il bénéficie d’un fort consensus populaire pour mettre en œuvre sa politique d’autodétermination, il doit compter avec une armée déjà déchirée et avec une population pied-noir traumatisée par l’échec des barricades, persuadée que les démarches gaulliennes conduisent à l’abandon total et calculé.

44Après avoir remanié l’équipe ministérielle et procédé à l’épuration consécutive aux journées d’insurrection, de Gaulle estime indispensable de reprendre un contact direct avec les combattants. Sur les « points chauds » du Nord constantinois, de l’Aurès et du Sud algérois, de « popote » en « popote », le Général s’emploie à préciser ses buts, à rassurer les hommes et à donner un sens à leur combat. Or, il apparaît bien vite que ses propos marquent un certain recul par rapport à ceux qu’il avait tenus les mois précédents. Il donne l’impression qu’une guerre sans fin se poursuit, en déclarant : « Il faut qu’il y ait le succès de nos armes. C’est seulement après des années que les Algériens auront ce qu’ils veulent. » Mais n’est-ce pas là le langage que les militaires appellent de leurs vœux ? Toutefois, si le chef de l’Etat consent à ne pas les frustrer de leur victoire militaire, il condamne la solution de la francisation à laquelle ils se sont ralliés. « Les Algériens ne peuvent être ni des Provençaux, ni des Bretons », leur dit-il ; quant à l’indépendance, il la rejette vigoureusement si elle conduit à la sécession totale avec la France. Il propose donc une « Algérie algérienne liée à la France ». C’est la formule « choc » de cette « tournée des popotes », formule que de Gaulle veut opposer au slogan « Algérie française ». Temporisant, luttant contre les partis pris de l’armée et ceux des ultras, ne pouvant tenir compte des aspirations profondes des Algériens, du reste mal connues, le Général renouvelle en réalité ses propositions du 16 septembre 1959.

  • 25 10 % des Français s’opposent résolument à cette perspective et 26 % ne se prononcent pas.

45En métropole, le mythe de l’Algérie française est bien mort sur les barricades. Les sondages montrent que 64 % des Français se rallient à « l’Algérie algérienne liée à la France »25. L’opinion adhère à la politique du chef d’Etat qui a su lui faire épouser ses vues, mais une partie de la jeunesse accepte de plus en plus mal la poursuite du conflit, les désertions se multiplient et des réseaux d’aide au fln se structurent. En Algérie, les activistes se sont ressaisis et invitent les pieds-noirs à organiser la « résistance » à la politique d’abandon. Quant au gpra, il estime que les récents propos du Général de Gaulle constituent « une déclaration de guerre au peuple algérien », lequel doit poursuivre une lutte à outrance jusqu’à l’indépendance. Lors des élections cantonales du mois de mai, la population algérienne ne suit pourtant pas la consigne d’abstention du fln, les listes unr qui soutiennent le Général de Gaulle l’emportent. On ne voit pas émerger cette fameuse troisième force que le chef de l’Etat appelle de ses vœux, mais on peut penser qu’une partie importante de la population algérienne lui accorde encore sa confiance. Des négociations peuvent-elles alors s’engager ?

46Toute tentative de ce genre paraît difficile depuis la « tournée des popotes », pourtant de Gaulle relance les offres de pourparlers au lendemain des cantonales. Aussi renouvelle-t-il clairement, le 14 juin, au cours d’une allocution, ses propositions concernant l’autodétermination. Il se porte garant de la liberté de la consultation, dont il remet cependant la date à la fin des combats. Enfin, il lance un nouvel appel aux dirigeants de l’insurrection : « Je leur déclare, dit-il, que nous les attendons ici pour trouver avec eux une fin honorable aux combats qui se traînent encore, régler la destination des armes, assurer le sort des combattants. » De Gaulle sait, à ce moment, que l’armée française l’a emporté sur le terrain et que l’épuisement de l’aln est tel que des combattants algériens veulent négocier un cessez-le-feu séparé. Il a reçu personnellement, dans le plus grand secret, quelques jours plus tôt, des émissaires de la Wilaya IV. Le gpra avait été mis au courant des tractations. Tout laisse penser que cette affaire de la Wilaya IV a considérablement facilité la tâche du Général de Gaulle et qu’elle a pesé sur la réponse apportée par le gpra, qui se déclare prêt à envoyer Ferhat Abbas négocier avec le chef de l’Etat français.

  • 26 Ces pourparlers sont menés du côté français par Roger Moris, secrétaire pour les Affaires algérienn (...)

47Des pourparlers préliminaires s’ouvrent le 25 juin à la préfecture de Melun26. Les divergences sont évidentes entre les deux partis : pour les Français, le cessez-le-feu constitue un préalable au processus d’autodétermination, l’insurrection n’assurant aucun droit, sinon celui de discuter de la cessation de cette insurrection. Pour le fln, au contraire, le cessez-le-feu constitue un élément de négociation politique. Le fln, qui se considère comme le seul représentant du peuple algérien, n’admet pas non plus que les Français veuillent se réserver le droit de négocier également avec les autres tendances existant au sein du peuple algérien. Enfin, les représentants du fln se voient refuser la libre circulation sur le territoire français ainsi qu’une rencontre avec Ben Bella. Les exigences des émissaires algériens exaspèrent de Gaulle qui pousse, semble-t-il, ses représentants à brusquer la rupture qui a lieu effectivement le 29 juin. Le chef de l’Etat décide de s’en tenir au programme du 16 septembre 1959 et réaffirme sa volonté d’appliquer l’autodétermination en Algérie, dès que les attentats auront cessé, rejetant sur le fln la responsabilité de l’échec des pourparlers. Il continue de se prononcer pour une « Algérie algérienne liée à la France », évoquant même, lors d’un discours prononcé à Rouen, l’existence d’un Etat fédéral algérien.

48Mais comment, dans ces conditions, la situation peut-elle évoluer ? De Gaulle envisage deux solutions : la recherche du cessez-le-feu par tous les moyens, ou la mise en place d’institutions nouvelles permettant de constituer cette « Algérie algérienne » gérée effectivement par les deux communautés, alors que se traînent encore les combats et que le terrorisme fait rage. Le gouvernement opte pour la seconde solution, sans perdre de vue la possibilité de reprendre les pourparlers avec le fln.

49La population musulmane se sent alors de plus en plus solidaire du fln. Jusqu’aux pourparlers de Melun, il y avait une croyance confuse, selon laquelle une sorte de complicité existait entre de Gaulle et le fln. Beaucoup d’Algériens étaient à la fois gaullistes et nationalistes. Ils ne sont plus désormais que nationalistes. L’attentisme algérien risque de tourner à la haine. A Alger, si les étudiants libéraux et les étudiants algériens organisent pour la première fois une manifestation commune scandée par des slogans tels que « le fascisme ne passera pas », les pieds-noirs s’organisent et s’enrôlent de plus en plus nombreux dans le faf, l’armée ne sait plus pourquoi elle se bat et certains officiers se sentent totalement solidaires des activistes. En métropole les passions s’attisent : le procès des Barricades et le procès du réseau Jeanson dramatisent les affrontements idéologiques.

50Alors que les oppositions s’exaspèrent de part et d’autre, apparemment impassible, le Général de Gaulle brise toutes les équivoques le 4 novembre. Le concept d’« Algérie algérienne » restait vague ; il le précise de façon déterminante : « Cela veut dire, annonce-t-il, une Algérie émancipée… où les responsabilités seront aux mains des Algériens… une Algérie qui aura son gouvernement, ses institutions et ses lois… La République algérienne existera un jour. » De Gaulle souhaite néanmoins que s’établisse une coopération fructueuse entre la France et l’Algérie nouvelle. Si les Algériens souhaitent la « rupture hostile », le Président de la République prendra « les mesures nécessaires pour sauvegarder… nos intérêts ». Mais comment réaliser de tels desseins ? Par le recours à l’autodétermination, à la fin des combats. En fait la solution du problème algérien repose toujours entre les mains du chef de l’Etat français, recours suprême. « Il m’appartient d’être, dit-il, quoi qu’il arrive, le garant de l’indépendance et de l’intégrité de la France, ainsi que celui des traités qu’elle a conclus ; autrement dit de son honneur. Si le cours ordinaire des pouvoirs ne suffit pas, il m’appartient de recourir directement au pays par la voie du référendum. »

51Si les partisans de l’Algérie française vouent de Gaulle aux gémonies, ceux de la paix négociée, sans se priver de critiquer le style du Général qui « frise la dictature », manifestent toutefois leur soulagement. Les membres de l’unr laissent éclater leur satisfaction. Quant au gpra, il refuse de croire en la bonne foi de la France « qui cherche à imposer un statut en contradiction formelle avec l’autodétermination ».

52Eprouvant les rigueurs de l’exercice solitaire du pouvoir, déçu de ne pas voir relever le défi du 4 novembre, de Gaulle décide de se rendre en Algérie pour annoncer l’installation d’un exécutif provisoire. Il veut encore convaincre les musulmans de se rallier à lui. Le 16 novembre, un communiqué annonce que le pays sera consulté par voie de référendum au sujet d’un « projet de loi relatif à l’organisation des pouvoirs publics en Algérie, en attendant l’autodétermination ». Il s’agit d’anticiper sur l’autodétermination en organisant des pouvoirs spécifiquement algériens. De Gaulle essaie de gagner politiquement la guerre.

53Au cours de son dernier voyage en Algérie, du 9 au 13 décembre 1960, de Gaulle affronte des foules divisées et une armée prête à la rébellion. Malgré les événements dramatiques qui ponctuent sa visite, il affirme qu’il ne changera rien à sa politique algérienne. Néanmoins, au cours de ces journées d’émeutes, les ultras ont manifesté leur force et le fln a démontré sa formidable emprise sur la population musulmane. Le gpra appelle les Algériens à faire échec à la « sinistre mascarade du référendum ». L’idée de l’« Algérie algérienne » soutenue par les Européens et par une troisième force est bien morte. Le recours à la négociation devient inévitable. Il faut donc trouver un arrangement avec le fln, le mettre au pied du mur. « C’est ce que je ferai après le référendum », déclare le Général de Gaulle à Louis Terrenoire. En Conseil des Ministres, le chef de l’Etat insiste sur « la cristallisation » provoquée par son voyage. Aussi se lance-t-il dans la campagne pour le référendum, plus pour obtenir la caution de sa politique que pour faire prévaloir un système institutionnel nouveau en Algérie. Ce « oui, franc et massif » qu’il réclame aux Français, il l’obtient le 8 janvier 1961. Laissant éclater sa satisfaction, il déclare à Louis Terrenoire : « Jusqu’à présent, j’ai fait de nombreux discours ; il s’agissait de préparer l’opinion à ce qui doit arriver ; maintenant, cela devient sérieux, il faudra se taire car on aura les contacts avec le fln, on va les entreprendre. »

54Personne ne se méprit sur le sens du « oui franc et massif ». Il signifiait « oui » à la négociation, « oui » à la paix en Algérie. Si les Français de la métropole avaient délégué leurs pouvoirs à de Gaulle pour mettre fin à un conflit meurtrier et sans issue, les Français d’Algérie pressentaient l’accélération d’un processus d’abandon qu’ils voulaient à tout prix éviter. Quant au gpra, il comprenait que l’heure des pourparlers avait sonné. Aussi faisait-il savoir dès le 16 janvier qu’il était prêt à renouer le dialogue.

  • 27 Charles de Gaulle, Discours et messages, vol. III, Paris, Ed. Plon, 1970, p. 288.

55Lors des rencontres secrètes entre les émissaires de de Gaulle et ceux du fln, les Français s’aperçoivent que les conversations n’aboutiront que si la France accepte des concessions. Refusant d’évoquer des garanties pour les Français d’Algérie, ne reconnaissant pas la souveraineté française sur le Sahara, le fln n’admet pas le principe du cessez-le-feu lors de l’ouverture des négociations. Or de Gaulle a toujours posé le principe du cessez-le-feu en préalable à toute négociation. C’est pourtant lui qui cède et le cessez-le-feu devient ainsi un objet de négociation, comme le voulaient les Algériens. Des pourparlers doivent s’engager le 7 avril à Evian, mais le fln, apprenant que les Français s’apprêtent à consulter également les représentants du mna qu’ils considèrent comme « les valets du colonialisme », les relations sont rompues et le terrorisme fait rage. Sans se décourager pourtant, le 11 avril, au cours d’une conférence de presse, de Gaulle montre qu’il envisage sérieusement le désengagement : « L’Algérie nous coûte plus cher qu’elle ne nous rapporte… La décolonisation est notre intérêt et par conséquent “notre politique” »27, n’hésite-t-il pas à déclarer. La netteté de ces propos balaie définitivement toute équivoque. On ne peut être plus clair : de Gaulle est résolu à négocier et il accepte désormais l’idée de l’indépendance.

  • 28 Cf. Mémoires d’espoir, t. I : Le Renouveau, 1958-1962, p. 120.

56Pour s’opposer à cette politique qu’il qualifie de « politique d’abandon », un « quarteron de généraux » fomente un putsch en avril : Challe, Zeller et Jouhaud, bientôt rejoints par Salan, tentent d’imposer leur loi à l’Algérie, persuadés que l’armée ralliera la sédition. Sûr de la légitimité qu’il incarne, de Gaulle prévoit que les officiers rebelles courent à l’échec. « Ils s’empêtreront », ne cesse-t-il de répéter. Néanmoins, devant la gravité de la situation, après avoir consulté le Premier ministre, les présidents des assemblées et le Conseil constitutionnel, il décide d’appliquer, pour la première fois, l’article 16 de la Constitution qui lui donne pratiquement tous les pouvoirs. Il faut affoler les insurgés et éviter à tout prix un coup d’Etat militaire, sans pour cela recourir aux forces populaires organisées, ce qui serait pour le Parti communiste et les syndicats l’occasion rêvée de faire pression sur le pouvoir, voire de s’en emparer. Le chef de l’Etat compte polariser autour de sa personne toutes les forces nationales de résistance. Le dimanche 23 avril à 20 heures, il apparaît sur les écrans de télévision. Le Général ne compose pas, les mots résonnent, le ton est brutal. Le discours-combat qu’il prononce, où la puissance des mots triomphe, entraîne tout un peuple et retourne l’opinion d’une large partie de l’armée. Les putschistes restent isolés et la sédition s’effondre le surlendemain. Les Français d’Algérie, obstacle majeur à la politique gaullienne, sont alors prêts à cautionner n’importe quel mouvement, pourvu qu’il promette de conserver l’Algérie à la France. Tandis qu’ils fondent leurs espoirs dans l’oas, le chef de l’Etat annonce dès le 8 mai la reprise des pourparlers avec le fln. De Gaulle sait que l’indépendance est inévitable, mais il croit encore en une Algérie associée à la France28. Le 20 mai 1961, les délégués français et les délégués algériens se rencontrent à Evian. Pour détendre la situation, de Gaulle a décidé d’appliquer une trêve unilatérale d’un mois, dans l’espoir que les Algériens cesseront, eux aussi, les hostilités. Mais l’aln, qui redoute de se voir imposer un cessez-le-feu, intensifie la lutte. Les dirigeants du fln s’en tiennent, en effet, aux décisions de la Soummam, refusant l’arrêt des combats tant que les questions politiques ne seraient pas résolues et que la nation algérienne ne serait pas reconnue indivisible, souveraine et indépendante. Ils finissent pourtant par admettre le principe de l’autodétermination, mais se heurtent aux Français à propos du sort des Européens d’Algérie et du Sahara. Les pourparlers sont rompus le 13 juin. Krim Belkacem, ministre des Affaires étrangères du gpra et chef de la délégation du fln, rejette sur les Français la responsabilité de la rupture, estimant qu’ils étaient beaucoup plus préoccupés par l’avenir des deux pays que par l’indépendance de l’Algérie.

  • 29 Mémoires d’espoir, t. I : Le Renouveau, 1958-1962, p. 122.

57De Gaulle manœuvra-t-il pour aboutir à la rupture, comme le pensait alors Pierre Mendès France ? Pressentait-il qu’il faudrait céder aux exigences du fln ? Caressait-il l’espoir de constituer un exécutif provisoire sans le fln ? Il « ne cessa pas d’expliquer en public ce à quoi nous étions résolus. Ainsi s’éclairent et souvent se convainquent les esprits. Ainsi sont remises au point les réalités », note-t-il à ce propos dans ses Mémoires29.

58Alors que le terrorisme du fln et celui de l’oas se déchaînent, de Gaulle semble concevoir une issue nouvelle. Il évoque la partition de l’Algérie, considérant toutefois que ce n’est pas la solution souhaitable. Son plan consiste à « substituer aux anciens rapports de la France et de l’Algérie des rapports entre deux pays souverains et indépendants, mais associés dans toute la mesure où cela est possible ». Encore et toujours la même idée d’association, dont le Général ne se départira qu’à regret. Quelques jours plus tard, il chante les bienfaits de la décolonisation et les pourparlers reprennent le 17 juillet à Lugrin. Après d’interminables discussions, les relations sont de nouveau rompues, car le problème du Sahara demeure toujours un obstacle majeur entre les deux parties. L’affaire de Bizerte, survenue au même moment, encourageait d’ailleurs les partisans de la guerre à outrance au sein du fln. Le gpra est remanié et le nouveau chef du gouvernement, Ben Khedda, leader de l’aile gauche du fln, maintient les exigences algériennes concernant l’intégrité du territoire. Il refuse, a priori, toute idée d’association avec la France.

59La reprise du dialogue est-elle alors possible ? De toute évidence, c’est le souhait du chef de l’Etat. Le 5 septembre 1961, au cours d’une conférence de presse, il réaffirme nettement que la France a rejeté toute idée de domination coloniale et il reconnaît l’appartenance du Sahara à l’Algérie. Concession capitale qui s’assortit pourtant d’une obligation pour les Algériens, celle de coopérer avec la France. Des contacts secrets sont alors renoués entre les deux parties, tandis qu’en Algérie les haines s’accusent entre les deux communautés. L’oas fait régner sa loi et ne recule devant aucun moyen pour éliminer le chef de l’Etat qui échappe de justesse à un attentat le 9 septembre à Pont-sur-Seine. L’oas multipliant ses forfaits, affaiblit le gouvernement français au moment où celui-ci s’engage de nouveau sur la voie des négociations.

  • 30 Robert Buron, Carnets politiques de la guerre d’Algérie, Plon, 1965, p. 187.

60C’est dans un climat tragique que se rencontrent secrètement, le 11 février 1962, les représentants du gouvernement français et ceux du fln, dans le village des Rousses, proche de la frontière suisse. Avant de quitter ses émissaires, de Gaulle leur a adressé ses dernières consignes « dans le style qui lui est propre », selon Robert Buron. « Réussissez ou échouez, leur dit-il, mais surtout ne laissez pas la négociation se prolonger indéfiniment… Ne vous attachez pas au détail. Il y a le possible et l’impossible »30. De Gaulle, plus préoccupé par l’avenir des relations économiques franco-algériennes que par le sort des pieds-noirs, se montre désormais prêt à bien des concessions.

61Le compromis conclu aux Rousses n’est pas remis en question lors des négociations officielles d’Evian (7 au 18 mars 1962). Le cessez-le-feu suivait la négociation politique, et le référendum d’autodétermination allait se dérouler quelques semaines seulement après la fin des combats, contrairement à ce qu’avait souhaité de Gaulle. Quant au « pari » des accords d’Evian, il reposait sur un double postulat : le maintien d’une forte minorité française en Algérie, et l’établissement à Alger d’un pouvoir libéral garant des droits et des biens de cette minorité. Ce pari était-il perdu d’avance ? On l’a dit, et avant même que l’encre ne soit sèche, ces accords apparaissaient comme l’habillage juridique d’une entreprise de liquidation.

Notes

1 Charles-Robert Ageron, L’Algérie algérienne de Napoléon III à de Gaulle, Sindbad, 1980.

2 Alain de Sérigny, directeur de L’Echo d’Alger, était alors le porte-parole des partisans de l’Algérie française...

3 Charles de Gaulle, Vers l’armée de métier, Berger-Levrault, 1934.

4 Pierre Bloch, Algérie, terre des occasions perdues, Paris, Deux-Rives, 1961.

5 Cette conférence regroupait les représentants des territoires français d’Afrique autour de R. Pleven, commissaire aux Colonies. Elle marquait la première étape de la réalisation de l’« Union française ».

6 Charles-Robert Ageron, op. cit., p. 243.

7 Déclarations des 7 avril, 24 avril et 15 mai 1947.

8 Déclaration du 24 avril 1947.

9 Déclaration à la presse, le 18 août 1947.

10 Une circulaire de Louis Terrenoire aux républicains sociaux dira que « la paix a été conclue dans les moins mauvaises conditions possibles ».

11 Réalités, janvier 1957.

12 Dans Le drame algérien et la décadence française (Paris, Plon, 1957), J. Soustelle réfutait l’ouvrage de Raymond Aron, La tragédie algérienne (Plon, 1957), qui proposait le désengagement en Algérie pour raisons économiques.

13 Ch. de Gaulle, Mémoires d’espoir, Paris, Ed. Presses Pocket, 1970, p. 73.

14 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 54.

15 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 54.

16 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 54.

17 Le ministère de l’Algérie est alors rattaché à la présidence du Conseil, ce qui signifie clairement que l’Algérie demeure l’affaire personnelle du Général de Gaulle. Un secrétariat d’Etat aux Affaires algériennes est confié à René Brouillet, de tendance libérale, Bernard Tricot et Luc Boissonis, qui le rejoindront quelques semaines plus tard, apparaissent aussi comme des libéraux.

18 Charles de Gaulle, Discours et messages, vol. III, Paris, Ed. Plon, 1970, p. 24-25.

19 « Union pour le renouveau français », parti créé par Soustelle. Il préconisait la reconstruction civique et morale de la nation française autour du Général de Gaulle, la mise en place d’institutions nouvelles, et bien entendu l’intégration de l’Algérie.

20 Le plan prévoyait la transformation de l’économie algérienne dans les cinq années à venir et, par là même, celle des conditions de vie de ses habitants. Cf. Evelyne Lever et Bernard Droz, Histoire de la guerre d’Algérie, Paris, Editions du Seuil, coll. « Points », 1982, p. 271 à 277.

21 Ce sera l’objet du « plan Challe ».

22 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 72.

23 Cf. B. Tricot, Les sentiers de la paix en Algérie (1958-1962), Paris, Plon, 1972.

24 Allocution du 29 janvier 1960.

25 10 % des Français s’opposent résolument à cette perspective et 26 % ne se prononcent pas.

26 Ces pourparlers sont menés du côté français par Roger Moris, secrétaire pour les Affaires algériennes, et le général H. de Gastines ; du côté algérien, par Me Ahmed Boumendjel et M. Ben Yahia.

27 Charles de Gaulle, Discours et messages, vol. III, Paris, Ed. Plon, 1970, p. 288.

28 Cf. Mémoires d’espoir, t. I : Le Renouveau, 1958-1962, p. 120.

29 Mémoires d’espoir, t. I : Le Renouveau, 1958-1962, p. 122.

30 Robert Buron, Carnets politiques de la guerre d’Algérie, Plon, 1965, p. 187.

Auteur

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search