Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique étrangère du général de Gaulle

 | 
Élie Barnavi
, 
Saul Friedländer

2. De Gaulle et les superpuissances

Le non-alignement

Etienne Burin des Roziers

Texte intégral

1Tout le monde est, a été ou sera gaulliste. Il n’est pas sûr que le Général de Gaulle ait prononcé cette phrase qu’on lui attribue si souvent, mais il est vrai qu’aujourd’hui rares sont les hommes politiques en France qui ne se réclament pas, à un titre ou à un autre, de la politique extérieure du Général de Gaulle. Evidemment, il ne suffit pas de se dire gaulliste pour interpréter à coup sûr la politique du Général de Gaulle.

2Comment, en effet, définir la conception du rôle international de la France chez un homme qui, tour à tour, a préconisé le démantèlement de l’Allemagne, puis a présidé à sa réhabilitation ; qui s’est évertué à mettre sur pied une organisation, une union indissoluble disait-il, des Etats de l’Europe de l’Ouest, et qui, dans le même temps, appelait de ses vœux la restauration de la vieille Europe, de l’Atlantique à l’Oural ; qui a revendiqué pour la France une place privilégiée aux côtés des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne à la tête de l’Organisation atlantique, avant de soustraire à cette organisation la disposition des forces françaises ?

3Certains s’efforcent de se tirer de cette difficulté en soulignant, ce qui est vrai, que le Général de Gaulle était aussi un pragmatiste, qui savait adapter ses orientations politiques selon le gré des circonstances, et cette remarque leur permet d’ailleurs, dans certaines occasions, de couvrir aujourd’hui du pavillon à la croix de Lorraine d’assez surprenantes marchandises. Cependant, ce serait, je crois, se tromper singulièrement que de le prendre pour un homme versatile, opportuniste, dénué de principes ; la vérité est que la vocation qu’il reconnaissait à la France le sollicitait dans deux directions. Pour être elle-même, c’est-à-dire indépendante, elle devait garder les mains libres, mais pour être fidèle à elle-même, elle devait aussi, disait-il, soutenir une grande querelle ; son génie, écrivait-il, est d’éclairer l’Univers. Comment concilier un parti pris d’indépendance si fortement affirmé, et la volonté déclarée de faire participer la France au grand jeu politique mondial ? Comment refuser à la fois l’alignement et l’isolement, tel est le sujet de cette intervention.

4Pour tenter de l’élucider, et afin d’asseoir notre réflexion sur des faits, j’ai retenu trois pages à peine tournées de notre histoire.

5Yalta figurerait en tête, comme la première pièce du dossier. La seconde a trait aux tentatives avortées faites par le Général de Gaulle, après son retour au pouvoir en 1958, pour établir entre la France, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, d’abord, puis la France et ses voisins de l’Europe de l’Ouest, ensuite, des relations particulières et privilégiées. La troisième aura trait au développement, à partir de 1962-1963, d’une politique orientée essentiellement vers l’affranchissement des peuples et vers l’effritement des blocs.

6Lorsque le dossier aura ainsi été constitué et dépouillé, je tâcherai, à la lumière des faits qui s’en dégageront, de déterminer dans quelle mesure la France au temps du Général de Gaulle a pratiqué pour elle-même et préconisé pour les autres une politique de non-alignement.

7Regardons d’abord la première pièce du dossier intitulée « Yalta ». Pour qualifier la réaction du Général de Gaulle en présence des accords de Yalta, il faut d’abord, je crois, se remettre les faits en mémoire. Pour certains, en effet, Yalta apparaît aujourd’hui comme synonyme de partage du monde, et c’est même le titre d’un livre d’Arthur Conte. Pour d’autres, au contraire, Yalta ainsi entendue est un mythe, tel est le titre d’un ouvrage d’un historien américain, Theofil Kis, dont les thèses sont partagées par beaucoup, et en particulier en France par Alfred Grosser. En fait, ce qui a été décidé entre Roosevelt, Churchill et Staline au bord de la mer Noire est connu en France par un communiqué en date du 12 février 1945.

8Selon ce communiqué, les décisions arrêtées à Yalta concernaient le statut de l’Allemagne après la capitulation, et la convocation à San Francisco d’une conférence destinée à élaborer la future Charte des Nations, sur la base de recommandations déjà formulées à la suite des travaux de Dumbarton Oaks.

9En troisième lieu, il y avait la déclaration sur l’Europe libérée, qui concernait en fait la Roumanie, la Bulgarie et la Hongrie, et enfin, selon le communiqué, deux accords, l’un sur la Pologne, qui portait à la fois sur le statut politique et sur le statut territorial de la Pologne, l’autre sur la Yougoslavie.

10En outre, deux importantes questions ont été traitées à Yalta : le gouvernement soviétique y avait pris l’engagement de déclarer la guerre au Japon trois mois au plus tard après la fin des hostilités en Europe, et enfin, bien que, si je ne me trompe la décision n’ait été rendue publique qu’au moment de la réunion de Potsdam, c’est bien à Yalta qu’avait été décidé entre les trois Grands de mettre à la charge de l’Allemagne, à titre de réparation, une dette de guerre de 20 milliards de marks, dont la moitié devait être attribuée à la Russie.

11On sait aujourd’hui que, de toutes ces questions, les deux qui ont donné lieu aux discussions les plus ardues sont la Pologne, d’une part, et les réparations, de l’autre.

12Alors, quelle fut la réaction du Général de Gaulle en présence de ce que l’on a su à l’époque des accords de Yalta ? Il faut, je crois, distinguer une réaction qui s’exprime sur-le-champ d’une réaction qui s’exprime après coup, avec un certain décalage dans le temps. Pour rendre compte de ces réactions, je laisserai délibérément de côté tout ce qui me paraît ne toucher qu’indirectement à notre sujet, c’est-à-dire le sentiment d’irritation profonde qui s’est manifesté alors en France, mais tenait davantage à des blessures d’amour-propre qu’au fond des choses. En effet, la France n’avait pas été invitée à Yalta, malgré ses titres à s’y rendre, ne serait-ce que le fait que, depuis le mois de novembre précédent, elle participait à Londres aux travaux de la Commission quadripartite, chargée d’élaborer le futur statut de l’Europe. De surcroît, non seulement elle n’avait pas été invitée, mais encore elle avait appris la nouvelle par les journaux.

13D’autre part, et ce fut plus spectaculaire encore, au lendemain de la Conférence, alors que le Président Roosevelt était invité à se rendre à Paris en visite officielle, il jugea bon de convier le Général de Gaulle à le rencontrer à bord du bateau sur lequel il faisait route, en rade d’Alger. Cette invitation ne fut pas acceptée alors, le gouvernement provisoire en délibéra, et c’est unanimement qu’elle fut écartée. A l’époque, l’attention, me semble-t-il, autant que j’en aie gardé le souvenir, s’est surtout concentrée sur des questions de forme.

14Sur le fond, et par rapport au sujet qui nous intéresse, le non-alignement, je dirais que la réaction a été assez mesurée. Sur le fond des choses, en effet, les accords de Yalta apportaient à la France des satisfactions très loin d’être négligeables : il fut décidé que la France aurait une zone d’occupation, il fut entendu qu’elle participerait au gouvernement quadripartite de l’Allemagne, enfin il fut convenu qu’elle serait puissance invitante à la Conférence de San Francisco, ce qui impliquait le bénéfice d’un siège permanent au Conseil de Sécurité et, à ce titre, d’un droit de veto.

15En regard de cela, il reste ce qui nous concerne directement, c’est-à-dire le sort fait à l’Europe à Yalta. Avant même que la Conférence ne se réunisse, dans un mémorandum daté du 5 février, le gouvernement français avait mis en garde les trois gouvernements réunis à Yalta contre les éventuelles atteintes à l’indépendance des Etats européens occupés, ou alliés de la France, comme la Pologne, et la Yougoslavie, et il fut dit que la France tiendrait pour nul et non avenu tout accord qui porterait atteinte à l’indépendance de ces pays. Mais encore une fois, à l’époque, ce n’est pas ce qui retint le plus l’attention.

16Alors les années passent, et au mois de juillet 1947, le Général de Gaulle prononce à Rennes un discours où le ton monte singulièrement. Evoquant la « lourde inquiétude qui pèse sur notre pays », il dénonce « le formidable groupement d’Etats, le bloc de 400 millions d’hommes que la Russie organise autour d’elle par la contrainte, à moins de 500 km de notre frontière, soit deux étapes du Tour de France ».

17Juillet 1947, la date est capitale. Changement de registre, à une mise en garde se substitue une mise en accusation. Qu’est-il advenu entre-temps ? A la guerre menée en commun contre l’Allemagne a fait place la guerre froide entre les deux blocs. Après l’échec de la Conférence de Moscou sur l’Allemagne au printemps 1947, après le rejet du plan Marshall par le gouvernement soviétique, après le revirement de la Tchécoslovaquie, la rupture est consommée. Molotov quitte Paris le 5 juin 1947, donc quelques semaines avant le discours de Rennes. Désormais, et pour longtemps, l’esprit de Riga supplante l’esprit de Yalta.

  • 1 Daniel Yergin, Shattered Peace. The Origins of the Cold War and the National Security State, Boston (...)
  • 2 The Diaries of Sir Alexander Cadogan, 1938-1945, éd. par David Dilks, Londres, Cassell, 1971, 882 p

18Je vais m’expliquer : j’emprunte ces deux expressions à un historien américain, Daniel Yergin, qui, sous le titre Les débuts de la guerre froide ou la paix saccagée, analyse de façon très approfondie le contenu et l’esprit de ces deux époques. L’école de Yalta a un chef de file qui est le Président Roosevelt, et y adhèrent, non seulement son entourage, mais encore Churchill, et ceux qui l’ont accompagné à Yalta. C’est une école qui se veut pour le présent réaliste. Roosevelt écrit : « Les forces d’occupation ont le pouvoir là où se trouvent les forces de chacun sans que les autres n’y puissent rien changer »1. Et j’ajouterai que, pour l’avenir, c’est une école optimiste, on estime que la paix va être fondée sur l’accord des grandes puissances, qui se reconnaîtront mutuellement des zones d’influence. C’est en quelque sorte un pari que l’on fait sur la Russie. Pour lui, l’objectif prioritaire d’après-guerre est le maintien de la coopération soviéto-américaine, sans laquelle le monde ne connaîtrait pas la paix. J’ajoute que l’état d’esprit de Roosevelt est partagé par les autres participants à la Conférence de Yalta, qui donne l’impression, à lire leurs souvenirs, de s’être terminée dans une véritable atmosphère d’euphorie. On estime que Staline a été raisonnable, et Sir Alexander Cadogan célèbre dans ses Mémoires le calme et la sérénité de cet homme d’Etat ; Churchill lui-même déclare que si Chamberlain s’est lourdement trompé sur Hitler, lui, Churchill, ne se tromperait pas sur Staline2.

19Par conséquent, c’est un acte de foi, un acte de confiance plus exactement, mais surtout c’est une école qui repose sur cette idée qu’au bout du compte la Russie est un Etat, bien entendu soucieux de sa sécurité au lendemain de la guerre, bien entendu animé de l’esprit de puissance – mais au total un Etat comme les autres, et avec lequel on peut traiter comme avec les autres.

20Alors, en regard, qu’est-ce que l’école de Riga ? Elle tire son nom de la capitale de la Lettonie, où se trouvait, en qualité d’observateur, un groupe de diplomates américains, chargés d’observer l’Union soviétique du dehors. Leur chef, Donald Kelley, fit de nombreux émules parmi ses collègues, et aussi parmi les jeunes fonctionnaires du Département d’Etat, dont beaucoup ont appris le russe à l’Ecole des Langues orientales. Les membres de ce groupe ont en commun d’avoir appris à connaître l’Union soviétique du dehors. Pour une part à travers les discours des émigrés, attachant à ce pays un intérêt passionné, mais avec le sentiment d’être en présence d’un phénomène entièrement nouveau, d’une sorte d’Etat-Eglise animé d’un grand militantisme, d’un grand prosélytisme, voué en quelque sorte par essence à répandre la bonne parole, à exercer une hégémonie, et avec lequel il était vain de chercher des accommodements, comme avec un Etat-nation. En réalité, leur sentiment était que l’on ne pouvait pas s’entendre avec lurss, et qu’il fallait attendre longtemps, que le temps fasse son œuvre.

21Or, en juillet 1947, Roosevelt est mort, Harry Hopkins est mort, Churchill a prononcé le discours de Fulton et l’école de Riga tente de s’imposer. Cette école a d’ailleurs déjà sa doctrine, et même son doctrinaire, qui a adressé au Département d’Etat un télégramme devenu presque aussitôt le texte de référence de la diplomatie américaine, et publié en substance dans le numéro de juillet 1947 de Foreign Affairs, sous le titre « Les sources du comportement soviétique », énonçant ce qu’est devenue la politique de l’« endiguement ».

  • 3 Général de Gaulle, Discours de guerre, in Discours et messages, Dans l’attente, 1940-1958, Paris, E (...)
  • 4 Général de Gaulle, op. cit., p. 102.

22Par rapport à ces deux écoles de pensée, où se situe le Général de Gaulle ? J’ai déjà dit qu’il avait, dès l’origine, pris ses distances vis-à-vis des éventuelles décisions prises à Yalta, mais ce qui m’a frappé, c’est que le discours de 1947 n’en porte pas moins une condamnation sans réserve sur ce qui a été décidé deux ans et demi plus tôt. Voici comment il s’explique : « Je ne chercherai pas à développer dans quelle mesure une politique qui, à Yalta, tenta de régler hâtivement le sort de l’Europe sans l’Europe, et en particulier sans la France, malgré les protestations du gouvernement de Paris, a pu contribuer à cette situation »3. Comme pour rendre compte de l’état d’esprit qui pouvait légitimement prévaloir à l’époque chez les Occidentaux, il ajoute : « Une grande espérance s’était emparée du monde, chacun voulait croire qu’après les terribles épreuves que subissait la race humaine, tous les Etats, et d’abord les plus grands, mettraient désormais à la base de leur politique la coopération entre eux et le repos du monde »4.

23Voilà par conséquent quelle était la position du Général de Gaulle à Yalta, et au lendemain de Yalta. Je voudrais maintenant exposer les trois propositions qu’elle me suggère.

24La première, c’est qu’il me paraît certain que de Gaulle croit, lui aussi, que la paix doit être fondée sur le concert des grandes puissances. Mais, s’agissant de la paix en Europe, pour lui il doit s’agir en premier lieu d’un concert européen. Or, à Yalta, la France n’a pas pu parler au nom de l’Europe.

25La deuxième, c’est que de Gaulle ne récuse pas le principe même des zones d’influence, qui sont alors en fait des zones de sécurité. Il en réclame d’ailleurs une pour la France, qui comprend à des titres divers la Rhénanie, la Ruhr et la Sarre ; et il est prêt à en concéder une à la Russie, sous forme d’un glacis soustrait à l’influence allemande. Peu de temps auparavant, en novembre 1944, j’avais accompagné le Général à Moscou, et je crois pouvoir dire que, si la discussion a été très dure en ce qui concerne le statut politique de la Pologne, c’est-à-dire la légitimité du gouvernement futur de la Pologne libérée, en revanche, il n’y a pas eu de difficultés majeures au sujet de son statut territorial. Le Général admettait sans difficulté que la Pologne, privée des régions ukrainiennes, reçoive des compensations à l’ouest, en récupérant la vieille terre des Piasts, conscient, d’ailleurs, qu’une Pologne ainsi reconstituée et trop exposée aux revendications allemandes pourrait difficilement se soustraire à l’influence dominante de la Russie.

26Troisième et dernière proposition, de Gaulle voit en réalité dans Staline beaucoup plus l’héritier des tsars que le grand prêtre du marxisme. A propos du règlement de la fin de la guerre, il dira : « Etes-vous bien sûrs que Pierre le Grand aurait agi différemment ? »

27Voilà pour la première pièce du dossier, et je voudrais maintenant considérer la seconde, qui concerne la tentative de regroupement des puissances occidentales au début du septennat. Il y eut d’une part une démarche velléitaire, dirais-je, pour instituer un directoire à trois, presque aussitôt après le retour du Général au pouvoir ; et d’autre part, un peu plus tard, une négociation prolongée, à laquelle s’attache aujourd’hui le nom de Christian Fouchet.

  • 5 Général de Gaulle, Mémoires d’espoir, Paris, Ed. Presses Pocket, 1970, p. 219.

28Pour ce qui est du directoire à trois, je crois qu’il faut avoir présent à l’esprit le contexte : le 15 juillet 1958, à la suite d’un coup d’Etat, les Américains débarquent des troupes à Beyrouth, et les Anglais renforcent leurs dispositifs en Jordanie. Peu après, le 4 octobre, les Chinois de la Chine populaire, accentuant le bombardement des îles côtières de Quemoy et Matsu, John Foster Dulles, le secrétaire d’Etat, leur adresse un avertissement conçu en termes proprement belliqueux. Par conséquent, il apparaît à deux reprises que la France aurait pu être impliquée alors dans un conflit, et constituer une cible, à la suite d’incidents à propos desquels elle n’avait été en aucune manière consultée. Aussi, dès le mois de septembre, le Général de Gaulle adresse un mémorandum aux gouvernements de Washington et de Londres, demandant que la France soit organiquement associée à ces consultations systématiques entre Anglais et Américains. Mais je dirais que cette démarche est entreprise sans illusions. Il s’agit, écrit le Général dans ses Mémoires d’espoir, de mettre en cause notre participation à lotan. « Ainsi que je m’y attends, les deux destinataires de mon mémorandum me répondent évasivement. Rien ne nous retient donc d’agir, non pas de s’engager davantage, mais au contraire, de préparer les voies du dégagement »5.

29J’en viens à la négociation qui porte le nom de Christian Fouchet. A l’inverse des démarches effectuées un peu pour la forme, on l’a vu, auprès des gouvernements américain et britannique, la négociation Fouchet est une ouverture sérieuse aux voisins de l’est du continent, pourparlers conduits sans arrière-pensées. L’idée, du reste, vient de loin : en pleine guerre, à Alger, le Général avait publiquement appelé de ses vœux, devant l’Assemblée consultative, un regroupement des puissances situées à l’ouest du continent, et dont les artères naturelles, selon lui, sont la Méditerranée, le Rhin et la Manche. A la veille de partir à Moscou signer une alliance avec l’URSS, il obtient de l’Assemblée nationale un ordre du jour de confiance pour préparer une organisation internationale des peuples libres, au sein de laquelle les ententes régionales ne risquent pas d’aboutir à la formation de blocs antagonistes. L’objectif est très ambitieux, il ne s’agit de rien moins que de créer une union des Etats indissoluble, mais il ne s’agit pas de créer un bloc, il s’agit en réalité de donner consistance à un élément d’équilibre entre l’Amérique et l’Europe, cela va de soi en quelque sorte – mais plus encore au sein de l’Europe, en vue de rétablir le concert européen, en vue de faire renaître les conditions de la détente, de l’entente et de la coopération entre les deux parties de l’Europe. De Gaulle s’exprime à ce sujet en des termes qui me semblent fermes et efficaces, ce sont les termes employés au Congrès des Etats-Unis, le 25 avril 1960. C’est grâce à l’organisation d’un ensemble européen de l’Ouest, face au bloc construit par les Soviétiques, que pourra s’établir de l’Atlantique à l’Oural l’équilibre entre deux zones comparables par leurs ressources et par leur nombre, dit-il. Seul un pareil équilibre permettrait peut-être un jour à l’ancien monde d’accorder ses deux factions.

30La négociation va échouer, et cet échec éclaire, semble-t-il, la nature de l’entreprise. Quelles en sont les raisons ? Je crois pouvoir dire que nous les connaissons avec assez de précision : vers la fin des négociations, faute de pouvoir s’accorder sur une base unique, on convient de mettre chacun son point de vue par écrit. Il y a un projet français, et un projet commun à tous les autres partenaires. Lorsqu’on met ces deux textes en regard, la véritable nature du différend apparaît clairement. Il porte sur l’intégration et sur l’atlantisme. L’intégration, parce que pour de Gaulle c’est l’effacement de la souveraineté française, et l’alignement de la France sur l’Europe occidentale ; l’atlantisme, parce que c’est l’effacement de la personnalité européenne et l’alignement de l’Europe sur les Etats-Unis.

  • 6 Général de Gaulle, op. cit.

31Une fois de plus, c’est à de Gaulle que j’emprunte cette conclusion provisoire : « Par-dessus les partis pris des régimes et des propagandes, ce sont la paix et le progrès qui répondent aux besoins et aux désirs des hommes dans l’une et l’autre moitié de l’Europe accidentellement brisée. Il faut donc que la France fasse en sorte que certains autres, avant tout la Grande-Bretagne, n’entraînent pas l’Occident vers un système atlantique qui serait incompatible avec toute possibilité d’une Europe européenne »6.

32J’en viens à la troisième et dernière pièce de ce dossier. Il s’agit de l’action internationale menée par la France à partir de 1962. Comme je vous l’ai dit, l’échec de la négociation Fouchet date du printemps 1962. J’ai assisté en quelque sorte à son agonie, ayant pris des fonctions à l’Elysée en janvier 1962, et j’ai été frappé du sentiment que le Général n’en a pas véritablement porté le deuil, mais que, deux hypothèques aussitôt levées, celle d’une réforme profonde de l’Alliance atlantique, comme celle d’une Union européenne soumise à la tutelle américaine, la France a les mains libres, et son action internationale se développe. J’ajoute que les circonstances s’y prêtent évidemment.

33A la fin de l’année 1962, l’institution de l’élection du Président de la République au suffrage universel est ratifiée par le peuple français, par la voie du référendum. Peu après ont lieu des élections qui portent à l’Assemblée nationale une « chambre introuvable », et l’avenir des institutions semble assuré. D’autre part, il faut dire que la guerre d’Algérie a pris fin, le long et douloureux processus de décolonisation est arrivé à son terme, et la France du même coup retrouve une large audience dans le Tiers Monde. Enfin, si la force de dissuasion n’est pas encore vraiment opérationnelle, le plus dur est fait, la bombe a explosé dans le Sahara deux ans plus tôt et, véritablement, la voie prise est désormais irréversible aux yeux de tous.

34Comment va se manifester cette action internationale de la France ? Je dirai qu’elle s’exprime par trois affirmations.

35La première est l’affirmation de l’indépendance nationale, et elle prend la forme d’actes de grande portée en politique internationale, pris sous la seule responsabilité de la France. Auparavant, dès 1959, il y avait déjà eu la reconnaissance par la France, seule, et publiquement, de l’intangibilité des frontières orientale et occidentale de la Pologne. Et puis, en 1966, il y a eu la sortie de l’otan. Entre-temps, il y avait eu la reconnaissance de la Chine, et les clameurs provoquées à l’époque chez les Alliés par ces trois grandes décisions attestent qu’il eût été difficile que la France pût les prendre, si elle avait dû recueillir au préalable l’opinion de ses partenaires.

36Deuxième affirmation, celle du droit des autres à l’indépendance. Et cette indépendance avait été solennellement affirmée dans son principe par le Général de Gaulle, dans un discours prononcé dès 1959 sur le champ de bataille de Solférino. Il y affirmait le droit d’un peuple à disposer de lui-même, principe aussi grand que la terre, pourvu qu’il en ait la volonté et la capacité. Alors j’ai à peine besoin de dire qu’il fut fait application de cette règle au Viêt-nam, au Québec…

37Troisième affirmation, celle du droit au non-alignement. Cela va de soi en quelque sorte à l’époque, pour les vingt-cinq Etats réunis pour la première fois à Belgrade à l’appel du maréchal Tito (septembre 1961), qui constituent le groupe des non-alignés. Mais ce droit vaut aussi pour les pays encore alignés, je pense aux pays d’Amérique du Sud pour ce qui concerne l’emprise des Etats-Unis, et aux encouragements formulés discrètement, mais sans méprise possible, par le Général, tout au long de ce grand périple, qui le conduit dans tous les Etats de l’Amérique latine ; même chose vis-à-vis des pays de l’Europe orientale. Enfin, cette affirmation vaut aussi pour les Etats encore en gestation en quelque sorte, dont de Gaulle pense l’indépendance d’autant mieux assurée qu’ils se tiendront, comme ils le souhaitent, à l’écart des deux blocs qui les sollicitent.

38Nous avons maintenant constitué le dossier, nous l’avons même en partie dépouillé, et je voudrais m’efforcer de formuler trois propositions que je suis, pour ma part, porté à en tirer.

39Premièrement, de Gaulle est contre les blocs. Les faits à cet égard sont éloquents, et il est superflu d’y revenir. La question est de savoir pourquoi il adopte cette attitude. Je crois qu’il en a exprimé plusieurs fois la première cause, c’est que la coexistence des blocs n’assure pas la paix. Certes, la coexistence pacifique vaut mieux que la guerre froide, mais elle n’est qu’une pause dans la guerre froide, toujours à la merci d’un changement d’hommes ou de circonstances. La paix, à son avis, en particulier en Europe, ne peut reposer que sur un règlement européen, qui sera aussi nécessairement un règlement du problème allemand. C’est le discours qu’il tiendra notamment aux Soviétiques, lors de la visite de 1966.

40Deuxième raison, les blocs, pour lui, sont par nature hégémoniques. Ils engendrent l’asservissement, ou la dépendance, qui se dissimulent à l’Est sous la notion de souveraineté limitée, à l’Ouest sous celle de leardership.

41Troisième observation, il ne croit pas que les blocs soient dans la nature des choses. Il n’aurait sans doute pas pris à son compte la sombre prédiction de Tocqueville, distinguant dans l’avenir deux géants russe et américain, avançant sous le signe l’un de la liberté, l’autre de la servitude. Il n’est pas au fond de l’école de Riga, l’idéologie pour lui a la vie moins dure que les faits nationaux. Et la véritable ligne de partage n’est pas celle qui sépare le monde capitaliste du monde communiste, c’est celle qui sépare les pauvres des riches, les Etats nantis des pays les plus démunis.

42Deuxième proposition : à l’égard des zones d’influence, de Gaulle a une position beaucoup plus nuancée. Le principe ne lui en paraît pas inacceptable, pour certaines. Il s’agit en premier lieu de zones qui correspondent à la nature des choses, qui répondent à des affinités, et trouvent leur racine dans l’histoire, ou leur explication dans la géographie. Il s’agit du monde anglo-saxon, du monde slave, je dirai du monde francophone. Egalement, pour la France, des pays qui ont longtemps partagé son destin, pour le meilleur et pour le pire, et avec lesquels elle a établi des accords de coopération. Mais il y a aussi des zones d’influence légitimes, qui répondent aux nécessités de l’équilibre. Je crois que ceci explique sa réaction immédiate et très déterminée au moment des tentatives soviétiques d’installer une base de missiles à Cuba. Cuba fait partie de la zone de sécurité des Etats-Unis, et à ce titre ils ont le droit de s’assurer que leur existence ne puisse être menacée à partir d’elle. De la même manière, il a tenu pour légitime le souci de sécurité de la Russie vis-à-vis de l’Allemagne, et les conséquences qu’il convenait d’en tirer sur le statut des pays de l’est de l’Europe. Et je crois qu’il est à cet égard assez significatif d’observer que, dans l’effort déterminé qu’il va mener en vue d’effriter ces blocs, il aura soin de réserver à l’Union soviétique sa première visite, avant de se rendre en Pologne ou en Roumanie, suivant un itinéraire inverse de celui de Nixon, pour bien marquer que c’est là une entreprise de démantèlement des blocs, et non dirigée contre les intérêts nationaux vitaux de la Russie. Cependant, c’est là où se nuance sa pensée, les zones d’influence tendent naturelle ment à se durcir, et à se soumettre à une hégémonie assortie d’un droit d’intervention.

43C’est là, semble-t-il, une leçon constante de l’histoire. La Sainte Alliance des souverains contre les peuples, au lendemain des traités de Vienne, a pratiqué pendant quelques années l’intervention sur la base de l’article 6 du traité du 20 novembre 1815. Chacun sait aujourd’hui ce qu’il est advenu des zones d’influence de l’Europe de l’Est, et j’ose dire, dans une certaine mesure, de l’Amérique centrale.

44Je formulerai plutôt la troisième proposition sous forme d’interrogation : la sagesse ultime est-elle dans le non-alignement ? Et je serai tenté de répondre oui et non. Oui, s’il s’agit des peuples qui n’ont d’autres responsabilités que vis-à-vis d’eux-mêmes. Et ces peuples à cet égard ont droit à la compréhension de la France. « La France se voit ouvrir un vaste crédit d’intérêts et de confiance chez beaucoup de peuples dont le destin est en gestation, mais qui refusent d’être fidèles à l’une ou l’autre des dominations en présence », écrit de Gaulle, et de citer à l’époque la Chine, le Japon, l’Inde, un grand nombre d’Etats anciens ou nouveaux d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine, qui répugnent à s’aligner et regardent de préférence vers la France.

45En revanche, certains peuples ont des responsabilités plus larges, ils doivent s’engager davantage dans les voies internationales. C’est le cas de la France, membre permanent du Conseil de Sécurité, qui a des devoirs vis-à-vis de la communauté internationale. Sa politique n’est donc pas la politique de la France seule. Au surplus, j’ajoute que pour elle, à l’époque considérée, les conditions de l’alignement au sens le plus strict ne sont pas réunies. L’Angleterre a pu se tenir à l’écart dans une large mesure des conflits européens, d’une part, parce que sa flotte régnait sur les mers, d’autre part, parce que l’équilibre européen n’était pas alors sérieusement menacé par des menées hégémoniques. Aujourd’hui, la France dispose pour assurer sa propre sécurité d’une arme puissante qui est l’arme nucléaire, mais l’équilibre des forces est mal assuré, et on comprend que de Gaulle ait pu signer, la dernière ou l’avant-dernière année de la guerre, une alliance avec la Russie contre l’Allemagne, et que lorsqu’il prit la décision de soustraire nos forces au système de commandement intégré de l’otan, il ne lui a pas paru que le moment était venu de remettre en question l’Alliance atlantique, qui fut même renouvelée sous sa présidence, à sa première échéance.

46Au terme de cet exposé, j’hésite à conclure, et peut-être ai-je à compter avec une difficulté de vocabulaire. Selon le dictionnaire, s’aligner signifie parfois, familièrement parlant, se mettre en face d’un autre pour se battre, se camper pour en découdre. On peut se demander si certains ne sont pas tentés d’interpréter le terme dans ce sens ; mais jamais le Général de Gaulle ne l’a pris dans cette acception. Toujours selon le dictionnaire, s’alignent aussi ceux qui se placent sur le même rang. Or, depuis de Gaulle, la France est sortie du rang et, en ce sens, je dirais qu’elle n’est pas alignée.

47Mais on peut n’être pas aligné tout en étant solidaire de ceux dont on est appelé à partager le sort.

48Il est certain que ceux qui se sont réunis en 1961 à Belgrade, au nombre de 25, étaient plus nombreux quelques années après au Caire ou à Lusaka, et avaient en commun sans doute le refus d’être impliqués dans une guerre entre les deux blocs, et aussi, pour le plus grand nombre, le fait d’avoir conquis récemment une indépendance encore fragile, et je dirais pour tous, ou presque, le fait de figurer parmi les laissés pour-compte du progrès économique dans le monde.

49De Gaulle non aligné était cependant profondément européen. Là encore, il me faut le citer : « Pour moi, j’ai de tout temps, mais aujourd’hui plus que jamais, ressenti ce compte en commun des nations qui peuplent l’Europe, toutes de même race blanche, de même origine chrétienne, de même manière de vivre, liées entre elles, depuis toujours, par d’innombrables relations de pensée, d’art, de science, de politique, de commerce… »

50Du point de vue qui a été le mien au cours de cet exposé, en quoi a-t-il pu infléchir le cours de notre histoire ? Je terminerai en lui donnant à nouveau la parole : il écrit, dans ses Mémoires d’espoir, pour qualifier l’action internationale menée par la France : « Il est indispensable que ce que nous disons et ce que nous faisons le soit indépendamment des autres. Dès mon retour, voilà la règle ».

51C’est un changement si complet dans l’attitude de notre pays, que le jeu politique mondial en fut soudain profondément modifié.

Notes

1 Daniel Yergin, Shattered Peace. The Origins of the Cold War and the National Security State, Boston, Houghton Miffiln Company, 1978, x-526 p.

2 The Diaries of Sir Alexander Cadogan, 1938-1945, éd. par David Dilks, Londres, Cassell, 1971, 882 p.

3 Général de Gaulle, Discours de guerre, in Discours et messages, Dans l’attente, 1940-1958, Paris, Ed. Pion, 1970.

4 Général de Gaulle, op. cit., p. 102.

5 Général de Gaulle, Mémoires d’espoir, Paris, Ed. Presses Pocket, 1970, p. 219.

6 Général de Gaulle, op. cit.