Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique étrangère du général de Gaulle

 | 
Élie Barnavi
, 
Saul Friedländer

1. Les fondements de la politique étrangère gaullienne

De Gaulle et les forces politiques françaises

René Rémond

Texte intégral

1Le titre retenu pour cet exposé est susceptible de deux interprétations au moins qui correspondent à des acceptions d’inégale étendue. J’écarterai la plus extensive qui impliquerait que nous examinions tous les aspects des rapports entre le Général de Gaulle et les diverses forces politiques : ce serait refaire l’histoire de trois décennies et embrasser toutes les dimensions du gaullisme ainsi que tout l’ensemble du système politique ; la tâche, trop ambitieuse pour pouvoir être menée à bien dans les limites de cette communication, resterait aussi trop extérieure au propos de ce colloque. Je pense mieux correspondre aux intentions qui ont présidé à son organisation en optant pour une interprétation restreinte par la référence à un troisième thème, celui-là même qui donne à notre rencontre son unité : la politique étrangère du Général de Gaulle. Je n’étudierai donc les rapports entre le Général de Gaulle et les forces politiques qu’en fonction de sa politique étrangère. Je le ferai au titre, sinon de ses fondements, car il resterait à démontrer que la position des partis est l’un d’eux, du moins des contraintes qui se sont exercées de ce fait ou des appuis que de Gaulle a pu trouver dans le système des forces politiques organisées.

2Il apparaît d’emblée que le thème ainsi défini – comme tous ceux qui ont trait à une relation entre deux termes – comporte deux versants. D’une part, en prenant pour centre la personne et les idées de Charles de Gaulle, on se demandera si ces forces politiques ont joué quelque rôle, tenu une certaine place dans son champ de vision et l’élaboration de ses décisions : a-t-il tenu compte de leur existence et de leurs inclinations ? Les a-t-il consultées, informées, associées, si peu que ce fût ? Bref, les forces politiques ont-elles été peu ou prou une des composantes de sa politique étrangère, comme Alfred Grosser montre lumineusement dans son ouvrage sur La IVRépublique et sa politique extérieure, qu’elles furent souvent déterminantes dans la conduite de la politique étrangère sous le régime précédent ? Et réciproquement, quel jugement les forces politiques portèrent-elles sur la politique étrangère de la VRépublique ? Quelle part les choix de la politique étrangère eurent-ils dans leur stratégie ? Furent-ils un attendu majeur de leur appréciation sur le rôle historique du Président de la République ? Les questions de politique étrangère les rapprochèrent-elles ou, au contraire, les éloignèrent-elles du Général ? Ont-elles concouru à cimenter des alliances ou tendirent-elles plutôt à les dissocier ? La politique suivie par le chef de l’Etat ajoute-t-elle une ligne de clivage à celles qui fragmentaient déjà le champ politique ?

3S’inspirant de cette division, ma communication comportera deux parties. N’en attendez aucune nouveauté ; elle n’apportera ni documents inédits, ni révélation. Au reste, que peut-on dire de neuf sur un sujet qui a déjà inspiré tant de publications ? Innombrable est la littérature consacrée au Général de Gaulle et à sa politique. J’ai tout bonnement rouvert les classiques et, au premier rang, les Mémoires de guerre et les Mémoires d’espoir. En parallèle j’ai relu Une politique étrangère de Maurice Couve de Murville qui fut dix ans le ministre des Affaires étrangères du Général de Gaulle et à ce titre son principal confident. J’ai parcouru d’Alfred Grosser La politique extérieure de la VRépublique, de Jean Touchard la remarquable synthèse sur Le gaullisme, ainsi que les deux volumes de l’Histoire de la République gaullienne de Pierre Viansson-Ponté, chronique détaillée de ces onze années. Sans oublier le précieux précis de Jacques Chapsal sur La vie politique depuis 1940.

4J’ai centré mon étude sur les années 1958-1969, sans exclure tout à fait références et allusions à la période du gouvernement provisoire, mais celle-ci présente pour mon sujet moins d’intérêt : les forces politiques se reconstituent à peine, elles sont encore trop préoccupées par les débats intérieurs, en particulier les discussions sur les institutions, pour prêter grande attention à la politique étrangère et le Général de Gaulle dispose de ce fait d’une marge étendue d’initiative : il n’est guère tenu de compter, moins encore de composer avec les exigences ou les dispositions des partis politiques.

I. Le général de Gaulle et les forces politiques

5Le cas de la politique étrangère s’inscrit dans une perspective plus ample : celle de la philosophie politique du Général de Gaulle. Qu’il associe les partis à sa politique étrangère ou qu’il les tienne au contraire en dehors de ses décisions sur ce chapitre n’est qu’une application de l’idée qu’il se fait de leur rôle et de leurs attributions. Nous verrons dans un second temps si les facteurs propres à la conduite de la politique étrangère et les caractéristiques des problèmes qui en relèvent introduisent quelque élément supplémentaire, une harmonique propre, mais il convient de commencer par rappeler des données générales relativement bien connues, encore que la position du Général de Gaulle à l’égard des forces politiques et singulièrement des partis soit plus nuancée qu’on le reconnaît communément.

6Elle se définit par un petit nombre de propositions que je distinguerai et numéroterai pour la commodité.

7Première proposition. — Le Général de Gaulle a la conviction profonde qu’il y a un intérêt national, distinct des intérêts particuliers, supérieur aux intérêts de groupes, qu’ils soient professionnels ou politiques, dont se compose la Nation. Cet intérêt a une réalité objective ; et son évidence s’impose à tout esprit de bonne foi, à tout citoyen soucieux de la grandeur de la France. Le rôle de l’Etat est de le faire prévaloir sur la diversité contradictoire des vues intéressées et des égoïsmes collectifs.

8Vraie généralement, cette affirmation l’est peut-être davantage encore pour la politique étrangère : si l’intérêt général n’est pas toujours évident en politique intérieure, il est indiscutable dans les relations avec les autres peuples. Il découle des contraintes de la géographie et des impératifs de l’histoire. Il transcende les querelles. Plus évident, il est aussi plus impérieux.

9Seconde proposition. — Le Général n’ignore pas que les Français sont politiquement divisés ; il sait d’expérience que les partis ne tombent pas d’accord sur les fins et les objectifs de l’action politique. Dans son esprit le constat de l’existence de plusieurs familles entre lesquelles les Français se dispersent n’est pas entièrement négatif : les partis ont une réalité, ce ne sont pas des constructions purement artificielles ; ils ont leur raison d’être, ils expriment des valeurs positives, au moins dans leur principe. Lui-même écrit dans L’Appel :

  • 1 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre. L’Appel, Paris, Ed. Pion, 1954, p. 234.

Qu’il y en eût (des partis), c’est inévitable. A mon sens, d’ailleurs, nos malheurs étaient venus, non de leur existence, mais du fait qu’à la faveur d’institutions de décadence ils s’étaient abusivement approprié les pouvoirs publics… N’ayant plus de clientèle à flatter, de combinaison à pratiquer, de portefeuille à marchander, ils croyaient et donnaient à croire qu’ils retournaient aux nobles sources d’où ils étaient originaires : volonté de justice sociale, culte des traditions nationales, esprit de laïcité, flamme chrétienne1.

10On aura remarqué qu’il y en avait pour tous les grands courants de notre culture politique.

11Puisque les partis existent, qu’ils ont des racines dans notre histoire, qu’ils canalisent des courants d’opinion, le bon sens recommande de ne pas les ignorer : sans leur céder le pouvoir, ou leur sacrifier l’intérêt général, il faut les associer.

12Au reste à deux reprises, à des moments décisifs, le Général de Gaulle a pris en ce sens des initiatives capitales qui manifestent la sincérité de son désir de faire aux partis leur place dans les institutions et qui ont traduit en actes l’attention qu’il leur portait. La première fut prise pendant la guerre : ce fut la décision de les associer aux instances provisoires qui assuraient dans des conditions exceptionnelles la représentation de la Nation empêchée de s’exprimer normalement : à l’Assemblée consultative provisoire, qui tint ses premières séances en novembre 1943, et plus encore au Conseil national de la Résistance où Jean Moulin fait entrer, avec son accord, les représentants de six formations politiques : Parti communiste, SFIO, Parti radical, démocrates d’inspiration chrétienne, Alliance démocratique et Fédération républicaine, aux côtés des délégués des principaux mouvements de Résistance et des deux centrales syndicales, CGT réunifiée dans la clandestinité et CFTC. Plus tard, le reproche sera souvent fait au Général de Gaulle d’avoir, par cette initiative qu’il était en son pouvoir de ne pas prendre, remis en selle les partis et d’avoir ce faisant entravé le renouvellement de la vie politique sur d’autres bases, par exemple autour des organisations de Résistance. De cette réintégration des forces politiques les considérations de politique étrangère n’ont pas été complètement absentes ; c’est en partie pour asseoir l’autorité du Comité français de la Libération en face des gouvernements alliés et fonder sa prétention à incarner la légitimité nationale que de Gaulle a jugé souhaitable d’associer ainsi les partis à son action.

13La deuxième initiative qui manifeste le cas qu’il fait des partis est d’ordre constitutionnel : la Constitution de la VRépublique est le premier de nos textes fondamentaux à mentionner l’existence des partis et à leur reconnaître une fonction : l’article 4 dispose qu’ils « concourent à l’expression du suffrage ». Reconnaissance assurément limitée puisqu’il n’est pas fait mention du rôle qu’ils pourraient jouer dans la décision ou l’exercice du pouvoir, mais qui constitue néanmoins un pas décisif dans la définition des rapports entre les partis, toujours ignorés par les régimes précédents et dépourvus jusque-là d’état civil et de statut, et les pouvoirs publics. N’est-il pas remarquable que cette reconnaissance leur ait été octroyée par un homme dont on se plaît à dire qu’il n’aimait pas les partis et qui a du reste toute sa vie combattu le « régime des partis » ?

14Troisième proposition. — Mais les partis n’ont pas à intervenir dans la conduite de la politique générale et moins encore dans la politique étrangère. Leur ingérence y serait plus néfaste que partout ailleurs. Leurs vues, tributaires des intérêts partiels de catégories sociales ou de familles idéologiques, sont trop étroites pour embrasser l’intérêt général : ce sont par nature des féodalités dont l’Etat a le devoir de s’émanciper. Surtout les partis ne sont pas libres à l’égard des pressions de l’extérieur : le Général de Gaulle les soupçonne d’être trop dociles aux injonctions de puissances étrangères. Il a souvent dénoncé, non sans quelque outrance, le « parti de l’étranger ». L’appellation s’applique en premier lieu au Parti communiste, cas extrême de subordination à des intérêts autres que ceux de la France. Le Général de Gaulle a douté de leur indépendance avant même que, au temps du RPF, dans le climat de la guerre froide et le feu de la polémique, il ne qualifie les communistes de « séparatistes » (discours de Rennes, juillet 1947). Sa défiance éclate quand il refuse aux communistes, le 17 novembre 1945, un des grands ministères qu’ils lui réclament au nom de leur participation à la Résistance : les attendus qui motivent son attitude sont parfaitement explicites et il refuse de leur confier l’un ou l’autre des « trois leviers qui commandent la politique extérieure, à savoir : la diplomatie qui l’exprime, l’armée qui la soutient, la police qui la couvre ». On ne saurait être plus net : c’est bien en fonction de la politique étrangère et par souci de préserver son indépendance que se justifie sa réserve à l’égard des communistes. Alfred Grosser fait observer qu’en 1958 il refusera les mêmes trois ministères à Jacques Soustelle.

15Pour être limite, le cas du Parti communiste n’est pas le seul : le Général de Gaulle tient tous les autres partis pour trop dévoués aux Etats-Unis. Il les juge gagnés à l’atlantisme, désespérant de la possibilité pour la France d’avoir une politique indépendante, de disposer d’une défense autonome, résignés à sa décadence, et toujours prêts à quelque abandon de souveraineté, soit par découragement, soit par égarement idéologique. Il englobe dans cette suspicion tous les partis dits européens, de la sfio aux indépendants en passant par le mrp et sans oublier les radicaux, qu’il a trouvés dans le camp adverse au cours du long combat contre le projet de Communauté européenne de Défense.

16Citons deux passages des Mémoires d’espoir qui expriment sans ambages le peu de confiance qu’il fait aux partis pour défendre l’intérêt national :

  • 2 Ch. de Gaulle, Mémoires d’espoir. Le Renouveau, Paris, Ed. Pion, 1970-1971, p. 180.

Pour l’école dirigeante de chaque parti politique, l’effacement de notre pays est devenu une doctrine établie et affichée. Tandis que, du côté communiste, il est de règle absolue que Moscou a toujours raison, toutes les anciennes formations professent le « supranational », autrement dit la soumission de la France à une loi qui ne serait pas la sienne. De là l’adhésion à l’« Europe » vue comme une construction dans laquelle des technocrates formant un « exécutif » et des parlementaires s’investissant du législatif – la grande majorité des uns et des autres étant formée d’étrangers – auraient qualité pour régler le sort du peuple français. De là, aussi, la passion pour l’Organisation atlantique qui mettrait la sécurité, par conséquent la politique de notre pays à la discrétion d’un autre. De là, encore, l’empressement à subordonner les actes de nos pouvoirs publics à l’agrément d’institutions internationales, où, sous les apparences de délibérations collectives, s’exerce en toutes matières, politiques, militaires, économiques, techniques, monétaires, l’autorité suprême du protecteur et où nos représentants, sans jamais dire : « Nous voulons », ne ferait que « plaider le dossier de la France ». De là, enfin, l’incessante irritation provoquée dans la gent partisane par l’action que je vais mener au nom d’une nation indépendante2.

17Et encore plus loin :

  • 3 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 312.

Tout se passe comme si les anciennes écoles dirigeantes, quelles que soient leurs activités, leurs étiquettes, leurs idéologies, avaient pris parti pour la décadence, soit par vertige devant les failles à franchir pour la conjurer, soit parce qu’en se pénétrant du sentiment qu’on ne saurait l’éviter, ils l’érigent intellectuellement en défi et en doctrine, soit enfin pour cette raison que leurs routines et leurs faiblesses y trouveraient une chance de durée et une apparence de justification3.

18Le soupçon n’épargne pas les amis d’Israël, qu’il suspectera d’être partagés entre deux allégeances, celle que commande leur appartenance à la nation française et celle que leur inspire la sympathie pour l’Etat hébreu. Ce soupçon ne sera sans doute pas étranger à sa prise de position de 1967 ; qui sait si le désir de trancher les liens et d’obliger les fonctionnaires à choisir n’a pas eu une part à la phrase fameuse sur « le peuple d’élite, sûr de soi et dominateur » qui a eu un tel impact dans l’opinion française autant qu’israélienne, et qui demeure aujourd’hui encore comme une blessure ouverte et douloureuse dans les relations entre nos deux peuples ?

19Dans ces conditions on s’explique que le Général de Gaulle ait toujours interdit aux partis de s’immiscer dans l’élaboration de la décision diplomatique et la conduite de la politique étrangère. On comprend aussi qu’il ait rencontré leur opposition.

  • 4 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 9-10.

20Quatrième proposition. — En contrepartie le Général de Gaulle a la certitude d’exprimer le sentiment profond du pays et d’avoir le soutien populaire. C’est, on le sait, un des thèmes constants de sa pensée que l’antithèse entre la fronde des notables et l’appui de la France profonde, l’opposition entre l’animosité des appareils et des états-majors et la confiance des masses. Aux premières pages des Mémoires d’espoir, il reprend ce thème familier : il met en parallèle « l’adhésion massive du sentiment populaire et le comportement des organisations qui lui prodiguent leurs critiques »4.

  • 5 Maurice Couve de Murville, Une politique étrangère, 1958-1969, Paris, Ed. Pion, p. 225-226.

21Maurice Couve de Murville lui fait écho et oppose à son tour l’opinion qui serait acquise à l’action du Général de Gaulle, aux réserves et même à l’hostilité des milieux politiques ou professionnels demeurés attachés à l’atlantisme5.

  • 6 Ch. de Gaulle, Conférence de presse du 5 septembre 1960, in Discours et messages, vol. III, Paris, (...)
  • 7 M. Couve de Murville, op. cit., p. 11.
  • 8 Ch. de Gaulle, Mémoires d’espoir, Paris, Ed. Pion, 1970-1971, p. 180.

22Cinquième proposition. — Assuré du soutien institutionnel du peuple à sa politique, le Général de Gaulle n’en juge pas moins nécessaire d’établir et d’entretenir avec lui une relation directe et privilégiée. Loin de se désintéresser de l’opinion ou de la croire acquise une fois pour toutes, il se préoccupe du contact. Il ne la sollicite jamais au préalable, mais il a le souci de l’informer. Ecoutons-le une fois encore : c’est en 1960 à propos de la construction européenne : « Suivant ma méthode, je crois bon de saisir l’opinion. Le 5 septembre, au cours d’une conférence de presse, je précise ce qui est entrepris »6. Et Maurice Couve de Murville de commenter : « Toutes (les affaires extérieures) furent traitées avec le même soin, aussi avec le souci d’assurer l’information, l’éducation, donc la préparation de l’opinion. Les célèbres conférences de presse avaient-elles un autre objet ? »7. L’indication est des plus intéressantes : c’était donc une des fonctions, et non des moindres, de ces rencontres semestrielles avec les journalistes que de s’adresser à l’opinion et de lui fournir des explications sur les orientations imprimées à notre politique étrangère. Au reste j’en ai fait la découverte en préparant cette communication et la preuve va en être apportée dans la seconde partie, c’est d’ordinaire à l’occasion des conférences de presse qu’ont éclatés les désaccords entre le Général de Gaulle et les partis politiques sur la politique étrangère. La parole a eu une part déterminante dans les conflits et les ruptures entre lui et les forces politiques autres que le Parti gaulliste, dont il dit, quelque part dans les Mémoires d’espoir, que « l’organisation qui s’est formée pour me suivre en dehors et au-dessus de tous les anciens partis et qui a fait élire au Parlement un groupe nombreux et compact, m’accompagnera sans défaillances »8.

  • 9 Ch. de Gaulle, ibid., p. 191.

23Cette adhésion de la France profonde demande aussi dans certaines circonstances à être manifestée et sanctionnée par des gestes symboliques, par exemple pour sceller la réconciliation définitive entre la France et l’Allemagne. « J’entends que les rapports nouveaux des deux nations si longtemps adverses soient consacrés avec solennité »9. D’où la recherche d’actes et de cérémonies tels que la revue au camp de Mourmelon qui associe des unités des deux armées et plus encore la célébration religieuse dans la cathédrale de Reims, victime en 1914 des bombardements allemands, et la ville où a capitulé en 1945 le Reich allemand (juillet 1962).

II. Les forces politiques et la politique extérieure de la Ve République

24Je passerai plus vite sur cette seconde face du sujet, les autres exposés devant traiter de façon approfondie cet aspect des choses. Je me bornerai à dessiner à grands traits l’évolution des rapports entre les partis et le Général de Gaulle à propos de sa politique étrangère, disposant quelques repères et jalons pour la suite de notre colloque.

25En 1958, le système des partis est affaibli par la chute de la IVe République et les forces ne sont guère en mesure de combattre les initiatives du Général de Gaulle qui dispose du soutien massif que l’opinion lui a témoigné en adoptant à la majorité de 79,5 % le projet de constitution qu’il lui a soumis en vertu des pouvoirs obtenus de l’Assemblée nationale. Cette approbation vaut mandat de conduire la politique et en particulier de régler le problème algérien. De surcroît la guerre d’Algérie, en accaparant l’attention, ne laisse guère aux partis le loisir d’examiner la politique étrangère : de fait ils ne portent aux relations internationales qu’une attention intermittente et médiocre. Il en sera ainsi jusqu’en 1962. Le Parti communiste est la seule formation au début qui soit unanime dans l’opposition et encore assouplira-t-il son attitude au lendemain de la déclaration du 16 septembre 1959 qui reconnaît aux Algériens le droit à l’autodétermination.

26Le premier dissentiment à l’intérieur de la majorité se fait jour à la suite de l’allocution prononcée par le Général de Gaulle à l’Ecole militaire le 3 novembre 1959 et qui dévoile pour la première fois ses intentions concernant l’indépendance de la défense : à une séance ultérieure du Conseil des Ministres Antoine Pinay, ministre des Finances, marque son étonnement de n’avoir pas été informé. Le différend s’accuse et après quelque deux mois de malentendu l’homme, qui fait figure de leader des indépendants et qui était avec Pierre Mendès France et Guy Mollet l’un des trois hommes politiques à avoir acquis sous la IVRépublique une certaine popularité, donne sa démission (18 janvier 1960). La politique étrangère et militaire n’est pas l’unique cause du différend mais elle y a une part.

27En 1960, à l’occasion de la venue en France de Khrouchtchev, une fraction d’extrême-droite désapprouve l’éclat donné à sa réception et s’inquiète d’un rapprochement qui lui semble trop cordial avec l’Union soviétique : se réveillent les vieilles appréhensions sur le rôle de fourrier du communisme du Général, d’une extrême-droite qui ne lui a jamais pardonné d’avoir introduit au gouvernement des ministres communistes. Mais, dans l’ensemble, la politique étrangère ne suscite pas d’opposition profonde avant le printemps 1962 : les Européens ont été rassurés que la VRépublique poursuive somme toute la politique de la IVe et que le Général de Gaulle, loin de dénoncer les traités de Rome signés en 1957, les honore et même en presse l’application. Le débat de politique étrangère qui se déroule à l’Assemblée les 14 et 15 juin 1960 exprime une approbation assez générale à laquelle la sfio ne fait pas exception.

28C’est au printemps 1962 qu’éclate la première crise grave sur la politique étrangère entre le Général de Gaulle et une partie de la majorité qui l’avait suivi jusque-là : elle se produit à l’occasion d’une conférence de presse tenue le 15 mai 1962, au cours de laquelle le Général de Gaulle ironise sur les apatrides et brocarde les adeptes du volapück intégré. L’incident se greffe sur la déconvenue causée aux partisans de la construction européenne par l’échec, quatre semaines plus tôt, des négociations relatives à ce qu’on appelle le plan Fouchet (17 avril). Même si les responsabilités sont partagées, la facilité avec laquelle le Général en prend son parti inquiète sur l’inspiration de sa politique. Brochant là-dessus, ses railleries mettent le feu aux poudres. Les cinq ministres mrp qui avaient accepté de faire partie du gouvernement constitué un mois plus tôt par Georges Pompidou, ressentent les plaisanteries du Général comme un affront : ils donnent leur démission. La rupture est consommée, entraînant le passage du mrp à l’opposition et à terme la candidature contre le Général à l’élection présidentielle de 1965 de Jean Lecanuet, qui se définit comme candidat libéral, social et européen, l’épithète marquant bien que la politique étrangère est un des terrains de désaccord entre les amis politiques et le chef de l’Etat. Le Général, revenant sur l’incident, dans ses Mémoires d’espoir, donne sa version de la rupture :

En France, les partis et la plupart des journaux, faisant chorus avec l’étranger, s’inquiètent et se scandalisent de l’attitude du Général de Gaulle dont l’intransigeance met en péril « l’espérance européenne ».

29L’opposition des Européens s’accentue dans les semaines suivantes. Le 13 juin, après une déclaration du ministre sur la politique extérieure, faute de pouvoir exprimer par un scrutin leur désaccord, 296 députés, qui comprennent la totalité du mrp et de la sfio, la plupart des radicaux, bon nombre d’indépendants, auxquels s’ajoute le groupe dissident de l’unr, qui a rompu sur la politique algérienne, et s’intitule Unité de la République, signent un manifeste des Européens dont il est donné lecture solennelle : les signataires ensuite se retirent en masse et désertent l’hémicycle. C’est la préfiguration du Cartel des Non : avant que l’opposition des forces politiques ne se regroupe contre le projet de révision constitutionnelle, elles se sont déjà rapprochées et comptées sur la politique européenne. Il est permis de se demander si l’hostilité à l’élection du Président de la République au suffrage universel ne puise pas quelques-unes de ses motivations dans le différend antérieur sur l’Europe et la supranationalité. Auquel cas la politique extérieure aurait eu plus de part qu’on ne lui en accorde habituellement à la dislocation de la majorité et à la redistribution des systèmes d’alliances.

30C’est encore une conférence de presse qui provoque l’orage suivant : celle du 14 janvier 1963, au cours de laquelle le Général de Gaulle ferme la porte de la Communauté économique européenne à la Grande-Bretagne. Les réactions sont extrêmement vives et viennent de toutes les formations, gaullistes exceptés. Dans le débat parlementaire qui s’engage à la rentrée parlementaire interviennent Paul Reynaud, les socialistes Chandernagor et Gérard Jaquet, François Mitterrand et René Pleven. Le Cartel des Non, qui a subi une défaite en novembre 1962, se reforme sur la politique étrangère et coalise toutes les forces politiques, de la droite à la gauche.

31Au cours des années suivantes la querelle tend plutôt à s’apaiser. Il ne faut pas moins que la décision, en 1966, de sortir de l’organisation militaire atlantique pour réveiller les passions. Une motion de censure ne recueille que 137 suffrages ; on est loin des 296 signataires de juin 1962. Dans l’intervalle, il est vrai, est survenue la dissolution et les nouvelles élections n’ont pas porté chance aux opposants. Mais l’initiative du Général ne trouve pas l’opposition aussi unanime ; elle divise la gauche en particulier, car si les socialistes désapprouvent le retrait de l’otan, les communistes au contraire y applaudissent : ils deviennent de plus en plus favorables à la politique d’indépendance et de détente du chef de l’Etat. La politique étrangère, après avoir un temps soudé l’opposition, est en voie de la désagréger : elle fait passer une ligne de séparation entre le Parti communiste et les élus de la Fédération de la gauche démocrate et socialiste.

32Pour notre propos, l’année 1967 est marquée par deux événements : deux déclarations encore dont les effets sur les forces politiques furent considérables. La première est la fameuse formule prononcée du balcon de l’Hôtel de Ville de Montréal : « Vive le Québec libre ! » (24 juillet). Fort mal comprise en France, très mal acceptée par les états-majors de partis, elle a accrédité l’idée que le Général n’était plus maître de ses propos et qu’il importait de contrôler ses initiatives. La déclaration et cette interprétation ne sont pas étrangères à la condamnation que Valéry Giscard d’Estaing articule en août contre ce qu’il appelle 1’« exercice solitaire du pouvoir ».

33La seconde déclaration concerne Israël : c’est la phrase énigmatique sur le peuple d’élite, sûr de soi et dominateur, prononcée, elle aussi, dans une conférence de presse, le 27 novembre 1967. Venant quelques mois après l’embargo sur les livraisons d’armes à Israël et la condamnation de la guerre des Six Jours, elle provoque de très vives réactions jusque dans les rangs des gaullistes, qui ne sont pas les derniers à compter parmi eux des amis ardents du peuple israélien et des partisans convaincus de la cause d’Israël : le général Kœnig n’a-t-il pas été président du groupe France-Israël ? Par-dessus les frontières de partis, transcendant les divisions habituelles, bousculant les classements traditionnels, la position du Général de Gaulle jette dans l’opposition quelques-uns de ceux qui l’avaient appuyé jusque-là. Un indice de plus de la pesée exercée sur la distribution des forces par la politique étrangère décidée par le Général de Gaulle.

34Au terme de cette communication et après ce bref rappel des principaux événements qui jalonnèrent les rapports entre le Général et les partis à propos de sa politique étrangère, il resterait à s’interroger sur la validité de la distinction que lui-même établit entre les appareils et les partis qui lui auraient été constamment hostiles et l’opinion populaire qui ne lui aurait pas ménagé son adhésion. Maurice Couve de Murville s’élève dans son livre contre l’insinuation des adversaires selon laquelle la politique faite entre 1958 et 1968 n’était pas celle de la France, mais seulement celle des humeurs du Général, et il dénonce leur affectation à parler de politique gaulliste. C’était bien, assure-t-il, la politique de la France que faisait le chef de l’Etat. Politique doublement française, parce que conforme à cet intérêt national à l’existence duquel le Général croyait fermement, et aussi parce que bénéficiant de l’approbation du pays. De fait les sondages, dont il conviendrait d’entreprendre une analyse complète et systématique de ce point de vue, donnent à penser que la politique étrangère a joui d’une assez large approbation. Sans faire l’unanimité, elle bénéficiait d’un soutien plus large que la politique économique ou sociale : les taux de satisfaction sont plus élevés que pour d’autres secteurs. Il semble bien y avoir à cet égard une « majorité silencieuse » qui ne se reconnaît pas dans les critiques et les criailleries des partis politiques. Est-ce parce que l’opinion, moins sensibilisée sur ces questions, sauf quand il s’agit par exemple d’Israël, est davantage encline à faire confiance aux responsables ? Est-ce parce que la politique d’indépendance pratiquée et les déclarations éclatantes du Général de Gaulle flattent son nationalisme instinctif ? Le fait est là.

35D’autre part l’évolution ultérieure confirme a posteriori l’intuition du Général de Gaulle et de son ministre. Depuis, en effet, presque toutes les forces politiques se sont ralliées à ses orientations : il n’en est guère aujourd’hui qui ne se réfèrent à son exemple et ne se réclament de son inspiration. Les préoccupations partisanes, les arrière-pensées polémiques ne sont certes pas absentes de ces prises de position, mais n’est-ce pas aussi le signe que la pression de l’opinion a contraint les partis à réviser leur attitude ? La politique étrangère du Général de Gaulle, qui, a, de son vivant, divisé, réconcilie aujourd’hui à titre posthume ; elle contribue au consensus français.

Notes

1 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre. L’Appel, Paris, Ed. Pion, 1954, p. 234.

2 Ch. de Gaulle, Mémoires d’espoir. Le Renouveau, Paris, Ed. Pion, 1970-1971, p. 180.

3 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 312.

4 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 9-10.

5 Maurice Couve de Murville, Une politique étrangère, 1958-1969, Paris, Ed. Pion, p. 225-226.

6 Ch. de Gaulle, Conférence de presse du 5 septembre 1960, in Discours et messages, vol. III, Paris, Ed. Pion, 1970, p. 206.

7 M. Couve de Murville, op. cit., p. 11.

8 Ch. de Gaulle, Mémoires d’espoir, Paris, Ed. Pion, 1970-1971, p. 180.

9 Ch. de Gaulle, ibid., p. 191.

Auteur