Version classiqueVersion mobile

La politique étrangère du général de Gaulle

 | 
Élie Barnavi
, 
Saul Friedländer

Avant-propos

Elie Barnavi

Texte intégral

1Lorsque l’idée de ce volume a germé, les héritiers du Général de Gaulle étaient encore au pouvoir. Au moment où il sort de presse, des hommes qui l’ont âprement combattu ont pris la relève. Or, non seulement les institutions de la VRépublique, telles que les a façonnées son fondateur, ont-elles tenu le pari de 1’« alternance », mais encore les grandes options de sa politique étrangère continuent de fonder la diplomatie française. La stratégie nucléaire, l’indépendance face aux blocs, le retrait des forces françaises du commandement unifié de l’OTAN, l’alliance franco-allemande, un certain tiers-mondisme, l’affirmation d’une présence multiforme partout dans le monde avec d’inévitables nuances dues au caractère des hommes et à la force des choses, ce sont là quelques-uns des traits permanents de la politique étrangère de la France. Ils font tous partie de l’héritage gaulliste, tout comme la définition de la politique étrangère comme étant du « domaine réservé » du Président de la République et le style inimitable, unique en Occident, que ce pouvoir régalien confère au locataire de l’Elysée quel qu’il soit.

2Cette remarquable permanence, les amateurs d’histoire héroïque, ceux que le prosaïsme des faits ennuie et qu’exaltent les exploits des êtres d’exception, préféreront la chercher dans la personnalité impérieuse du « dictateur-législateur » (Raymond Aron) et dans sa conception visionnaire du rôle de la France dans l’histoire du monde, tel qu’il le voulait. Ces enthousiastes montreront avec raison l’étrange unanimité qui s’est créée, toutes nuances politiques confondues, autour du souvenir du Général – qui n’est pas gaulliste dans la France d’aujourd’hui, peu ou prou ?

3D’autres parleront plus volontiers de la force des choses : coincée entre deux empires hors gabarit qui se partagent le globe, quelle place pouvait espérer tenir une puissance moyenne comme la France, riche d’un passé glorieux et d’une culture universelle, mais que la démographie, l’économie et la décolonisation condamnaient à jouer les seconds violons ? Les grandes options gaullistes apparaissent ainsi comme des solutions froidement calculées – et magnifiquement mises en scène – à des problèmes réels, et le Général de Gaulle, un homme d’Etat pragmatique, plus soucieux d’efficacité que de grandes architectures idéologiques. Que des hommes aussi différents que Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand aient jalousement préservé cet héritage, n’est-ce pas la preuve qu’ils n’avaient pas le choix, et que la politique étrangère gaullienne épousait très exactement les contours d’une réalité sur laquelle la volonté du Prince n’a pas de prise ?

4Faux débat, en vérité. L’on peut très bien imaginer une autre politique étrangère pour la France. Renvoyer dos à dos l’Amérique et la Russie, bâtir une force nucléaire « tous azimuts », claquer la porte de l’Europe au nez des Britanniques, prononcer le discours de Phnom Penh ou tourner le dos à Israël en mai 1967, quoi que l’on pense de la justesse de ces décisions, aucune ne s’imposait avec la force de l’évidence. Les décisions du Général, plus que leur inévitabilité, ont lié ses successeurs. Comment se défaire de l’arsenal stratégique sans un énorme gâchis financier, politiquement insupportable ? Pourquoi remettre en cause l’alliance franco-allemande, pièce maîtresse de cette « Europe des nations » qui est la matrice obligée de l’Europe unie de demain ? Comment réintégrer le commandement unifié de l’otan sans provoquer une crise politique majeure, internationale mais surtout nationale ?

5Par ailleurs, en quoi le pragmatisme réel du Général contredirait-il l’interprétation héroïque de son action ? L’appréciation réaliste des rapports de forces dans le monde « tel qu’il est », les décisions qui en ont découlé étaient destinées à servir une « certaine idée de la France », une certaine conception de l’Histoire, une idéologie en somme… Réalisme et idéalisme, nationalisme ombrageux et humanisme vrai, vieilles obsessions – les Allemagnes, la Russie, la grandeur de la France – et une sensibilité étonnamment moderne – décolonisation, haine des blocs, rapprochement des peuples : avec l’envergure hors du commun de l’homme, la permanence de son œuvre et son impact sur le siècle, c’est cette formidable imbrication qui rend fascinante l’étude de la politique étrangère gaullienne.

6Bien entendu, ce recueil n’ambitionne pas d’en établir le bilan exhaustif. Nous en avons délibérément choisi les quelques têtes de chapitre autour desquelles s’est bâtie au fil des ans une politique remarquablement cohérente : les grandes puissances, l’Europe, le « Tiers Monde », le Proche-Orient. Réunis à l’initiative de l’Ecole d’Histoire de l’Université de Tel-Aviv, des spécialistes – historiens, journalistes, proches collaborateurs du Général – en ont débattu trois jours durant, du 15 au 18 décembre 1980.

7Le dixième anniversaire de la disparition du fondateur de la VRépublique a fourni l’occasion de ce colloque. Les historiens, c’est bien connu, aiment ces dates-prétexte, ces jalons commodes de la mémoire que sont les anniversaires. Nous fûmes quelques-uns à nous dire qu’il serait dommage de ne pas saisir celui-ci.

8On s’interrogera peut-être sur l’opportunité d’une telle rencontre sur le campus d’une université israélienne, dans un pays où la présence de la France a été mise à mal par l’homme même que l’on prétendait ainsi honorer. On pourrait rétorquer, avec raison, qu’un colloque à prétention scientifique n’a pas à chercher de justifications autres que la curiosité intellectuelle de ses participants et l’intérêt du sujet traité – s’agissant de de Gaulle et de sa politique étrangère, quel meilleur argument, en effet, que le sujet lui-même ?

9Reconnaissons cependant que le souci d’érudition n’a pas été seul en cause. Dans la brève histoire de l’Etat d’Israël, le Général de Gaulle occupe une place considérable et passionnément controversée. En mettant brutalement fin à une longue lune de miel qui semblait ne jamais devoir se terminer, il a donné à ce pays une magistrale leçon de Realpolitik – d’aucuns diraient : de machiavélisme – qui lui a fait mal, mais l’a aidé à comprendre qu’en effet « une nation est toujours seule face à son destin ». Ce faisant, il a provoqué une redistribution des cartes au Proche-Orient et une orientation nouvelle, franchement et massivement américaine, de l’Etat juif. Surtout, il a porté un coup rude aux relations franco-israéliennes. Dans l’histoire de ces relations, il y a bien l’ère d’avant de Gaulle et l’ère d’après de Gaulle. L’« ami et allié » de naguère s’étant mué, dans les journées dramatiques de mai 1967, en un partenaire rebelle et encombrant, l’image de la France dans l’opinion publique israélienne s’en est trouvée ternie. Adulée avant, elle a perdu de son prestige après, jusqu’à être assimilée – abusivement, bien sûr, mais c’est ainsi – aux ennemis d’Israël. Pis, c’est l’éclat même de sa culture que la France a quelque peu perdu dans ce coin du monde, où sa présence est pourtant si profondément enracinée. Dans un premier temps, l’opinion a dissocié la politique du Général de la France et du peuple français. Puis, comme le départ du Général ne devait rien changer, on s’est lassé de ces subtilités. Et comme les hommes ont la mémoire courte, on a fini par considérer l’hostilité de la France comme une donnée naturelle, comme je ne sais quelle fatalité programmée depuis toujours dans l’histoire de ce pays. Après tout, en Israël comme ailleurs, on a tendance à ne juger une politique que par ses aspects qui nous touchent le plus directement. C’est donc l’ensemble de la politique étrangère gaullienne qui s’est ainsi trouvée définitivement jugée.

10Mal, sans doute. Voilà pourquoi, dix ans après la mort du solitaire de Colombey, il nous a semblé utile de reprendre tout cela. Non que le temps qui passe rende forcément plus clairvoyant : le fameux « recul historique » n’est le plus souvent qu’un leurre. Mais il permet, à ceux qui cherchent à comprendre, de se dégager quelque peu de la gangue des émotions, des idées reçues, des positions partisanes. A défaut d’une impossible et peut-être inutile objectivité, il offre une certaine sérénité.

11L’on comprendra sans doute que l’on ait accordé une place importante aux fondements politiques et idéologiques de la politique étrangère gaullienne. Au moins depuis les imprécations de Lucien Febvre, l’histoire des relations internationales ne se conçoit plus comme l’étude désincarnée des échanges diplomatiques.

  • 1 La politique africaine du Général de Gaulle (1958-1969). Actes du Colloque organisé par le Centre b (...)

12L’on comprendra moins peut-être que l’Afrique fasse défaut dans un recueil consacré à la diplomatie gaullienne. L’on voudra bien se souvenir qu’un colloque, organisé à Bordeaux en octobre 1979, y a déjà pourvu1.

13En revanche, nous avons cru bon d’y inclure le problème algérien, incontournable pour qui veut comprendre l’évolution de la diplomatie française au Maghreb et au Machrek. D’ailleurs, peut-on encore considérer sérieusement l’insurrection nationaliste algérienne comme une « rébellion », la guerre d’Algérie comme une guerre civile et le drame algérien comme relevant exclusivement de la politique intérieure de la France ?

14Tel que nous le présentons au public, ce recueil, avec ses lacunes et ses faiblesses, se veut une contribution utile à la compréhension d’un phénomène politique majeur de notre temps. L’homme qui, l’espace d’une génération, « tint à bout de bras la France » (André Malraux), méritait bien cela.

15Il me reste le devoir agréable de mentionner ceux qui ont rendu possible la publication de ce livre : l’Université de Tel-Aviv et l’Institut français de Tel-Aviv, dont le concours financier nous a été indispensable pour rassembler les diverses contributions à cette étude ; l’Institut universitaire de hautes études internationales de Genève, qui a bien voulu financer la publication de cet ouvrage et l’inclure dans cette collection.

Notes

1 La politique africaine du Général de Gaulle (1958-1969). Actes du Colloque organisé par le Centre bordelais d’Etudes africaines, le Centre d’Etudes d’Afrique noire et l’Institut Charles-de-Gaulle, Pedone, 1980.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search