Version classiqueVersion mobile

Le Pakistan, don de l’Indus

 | 
Gilbert Etienne

Chapitre XII. Regards sur d’autres pays d’Asie

Texte intégral

1L’itinéraire qui nous a menés des rizières et des champs de blé jusqu’aux capitales provinciales et à Islamabad, doit se prolonger au-delà des frontières du Pakistan.

2En 1950, les élites dirigeantes des pays d’Asie manquaient de précédents pour concevoir leurs plans de développement. Tout en tenant plus ou moins compte des conditions locales, les gouvernements étaient influencés par les modèles occidentaux à coloration marxiste, néo-libérale, socialiste ou socialisante. Aujourd’hui, après quarante ans de développement, l’expérience acquise devrait permettre d’améliorer les performances économiques et sociales grâce aux réformes appropriées et grâce à de plus larges échanges d’idées à l’intérieur du continent.

3Beaucoup de Pakistanais, d’Indiens, de Chinois, d’Indonésiens connaissent mieux les problèmes des pays occidentaux que ceux de leurs voisins. Par exemple, il y a quelques années je me trouvais à une conférence sur le développement qui regroupait des Asiatiques et des Occidentaux. Il était affligeant de voir, assis côte à côte, un jeune Panjabi du Pakistan et un Panjabi indien, chacun d’eux ignorant ce qui se passait chez l’autre. Systèmes de formation trop axés sur les économies des pays riches, ethnocentrisme, manque pur et simple de communication expliquent cette situation qui mérite d’être corrigée.

  • 1 Association qui regroupe Bangladesh, Bhutan, Inde, Maldives, Népal, Pakistan et Sri Lanka.

4La South Asian Association for Regional Cooperation (SAARC)1 s’engage dans cette direction. Il faut souhaiter que d’autres liens plus étroits et mutuellement bénéfiques se développent entre l’Asie du sud et du sud-est, entre celles-ci et l’Extrême Orient.

Le vent des réformes

  • 2 En fait, la Russie des tsars se trouvait à un stade beaucoup plus avancé en 1914 que les pays asiat (...)

5Relativement rares sont, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les leaders asiatiques attirés par le système libéral qui a fait la fortune de l’Europe occidentale et de l’Amérique du nord. Plusieurs courants vont au contraire dans le sens d’un socialisme aux teintes changeantes comme celles de l’arc-en-ciel. Communistes formés à Moscou, socialistes fabiens instruits à Londres, esprits gauchisants du Quartier latin… se méfient du libéralisme trop longtemps associé à l’impérialisme. De plus, ils ne sont pas insensibles à la propagande de l’Union Soviétique : celle-ci se présente à la fois comme champion des pays colonisés et comme ex-pays sous-développé devenu grande puissance économique, notamment dans et par l’industrie lourde2.

6Il faut aussi indiquer l’influence d’autres courants. Le New Deal de Roosevelt et le projet de la Tennessee Valley ont trouvé un grand écho dans plusieurs pays sous-développés.

7Les interventions de l’Etat dans les colonies pendant la Seconde Guerre mondiale ne sont pas non plus sans poids : contrôle des prix, rationnement, commandes de la métropole pour soutenir l’effort de guerre. Après 1945, le plan Marshall, la planification française, les nationalisations au Royaume-Uni, en France, en Italie ne sont pas non plus sans effet sur les nationalistes du Tiers Monde.

8Dans une perspective qui n’a rien à voir avec le marxisme, des Etats indépendants comme la Turquie, l’Iran, la Thaïlande développent, dans l’entre-deux guerres, des industries dans le secteur public.

9Ainsi l’attrait pour une forme de socialisme ou toute autre intervention de l’Etat est-il provoqué par de nombreux courants, certains de nature politique, d’autres relevant de préoccupations économiques telles que l’ampleur des tâches à assumer dans un cadre qui ne peut être celui de l’Europe libérale du xixe siècle.

10La mise en pratique de ces idées prend des formes multiples. Quelques pays font une option claire en faveur du marxisme-léninisme qui, dans le cas chinois, se sinise de plus en plus au fil des années. D’autres pays, les plus nombreux, adoptent un système mixte, comme l’Inde où le secteur public connaît un essor considérable, en même temps que le secteur privé progresse. Certains Etats interviennent dans l’industrie, mais touchent peu au secteur agricole.

11L’Etat se manifeste également de manière indirecte par les contrôles du secteur privé, en matière de création d’entreprises, de licences d’importations, de fixation des prix. Les systèmes de taxes et de subventions prolifèrent.

12Des difficultés croissantes sont apparues à mesure que l’appareil économique se développe et devient plus complexe en Inde, en Chine, en Indonésie.

13Vers la fin des années 1970, le vent commence à tourner, non pas sous l’effet d’influences étrangères, mais pour des raisons internes : une perception plus claire des enjeux, une autocritique cherchant à corriger les erreurs, une lassitude devant les promesses non tenues.

14Mao Zedong est à peine embaumé (1976) que les Chinois commencent à faire leurs comptes. Le bilan économique et social de la révolution culturelle est accablant. L’agile et lucide Deng Xiaoping rentre en scène et introduit de profondes réformes.

15En Inde à la même époque, les conseillers d’Indira Gandhi me disaient : « C’est le moment d’être plus pratique ». Le socialisme et ses pesanteurs ralentissaient la croissance économique, stimulant la corruption par le biais des contrôles et autres formalités bureaucratiques. Trop de mesures sociales allaient à fins contraires en renforçant le pouvoir des nantis au lieu d’aider les pauvres.

16L’expérience populiste du Premier Ministre Bhutto au Pakistan (1972-1977) n’est guère plus concluante, aussi le régime du général Zia revient-il à une ligne plus pragmatique. De son côté, le Bangladesh cherche à réduire le rôle du secteur public qui s’était beaucoup accru après l’indépendance pour des résultats décevants.

17Tous ces courants convergents se recoupent au nom du vieux dicton « Qui trop embrasse mal étreint ». L’Etat en fait trop et le fait mal. Il faut donc libéraliser les structures de l’économie, mieux utiliser les forces privées, alléger les bureaucraties peu efficaces et volontiers corrompues. La rhétorique et le dogmatisme de gauche battent en retraite, quelles que soient les idéologies, les cultures, les niveaux de développement.

18Ces tendances s’accompagnent d’une plus grande ouverture sur l’extérieur : un accueil plus favorable aux investissements privés étrangers, des politiques plus dynamiques d’exportation de produits manufacturés. Plusieurs pays d’Asie créent leurs minimultinationales privées ou publiques.

19En d’autres termes, le vieux pacte colonial (exportation de matières premières par le Tiers Monde et importation par celui-ci de produits manufacturés) est en voie de disparition. L’Inde livre des machines-outils en Suisse. Des entreprises publiques chinoises et brésiliennes répondent en commun à un appel d’offre du gouvernement irakien pour construire une grande centrale électrique et vendent des armes un peu partout. Des formules de joint ventures commencent à s’esquisser entre entreprises occidentales et du Tiers Monde pour opérer dans ce dernier ou dans nos pays.

Attention au dogmatisme de droite

20Au moment où la lucidité et la raison marquent des points dans bien des Etats en développement, le dogmatisme est en train de réapparaître par la porte de droite, grâce au président Reagan et à ses émules européens. Certains commentateurs vont même jusqu’à attribuer à l’effet Reagan les orientations du Tiers Monde évoquées ici. Or celles-ci ont commencé avant Reagan et, fait plus grave, les problèmes du Tiers Monde sont loin de correspondre à ceux de nos sociétés occidentales.

21C’est vrai qu’il y a trop d’Etat aussi dans les pays en développement, d’où les mesures de libéralisation en cours. Mais en même temps il n’y a pas assez d’Etat. Dans de vastes champs de l’activité économique et sociale, soit les lois n’existent pas, soit elles ne sont pas respectées. Citons en vrac les abus en matière de travail des enfants, la surcharge des camions qui abîme les routes, les innombrables fraudes et adultérations de produits chimiques, pharmaceutiques, alimentaires… Et la combine, les passe-droits, le manque de protection juridique…

22Autre sujet, la planification. Les enjeux sont trop complexes pour que l’Etat puisse dégager ses responsabilités. Comme les Pakistanais, les Chinois et les Indiens y tendent, la question est de planifier moins mais mieux, c’est-à-dire de laisser le champ libre à l’initiative privée ou à celle des entreprises publiques dans maints domaines, pour concentrer la planification de manière plus efficace sur certains secteurs décisifs.

23Les propagandistes du président Reagan prônent urbi et orbi la libre entreprise. Il est vrai que l’esprit d’entreprise n’est pas l’apanage de l’Occident. Les Japonais, les Coréens, les Chinois d’outre-mer, les Indiens et combien d’autres ont réduit à néant, et parfois à nos dépens, les thèses dérivées de Max Weber. Néanmoins, le secteur privé ne peut tout faire. Ce n’est pas lui par exemple qui va moderniser les systèmes d’irrigation par canaux. Les subventions de l’Etat – nous y reviendrons – peuvent jouer un rôle utile, même si celui-ci doit être limité. Il est certes opportun d’autoriser les entreprises privées à créer des centrales électriques ou construire des autoroutes comme y songe le Pakistan, mais l’Etat devra continuer à assumer une partie importante de ces travaux.

24Comme le montrent la Corée du sud et Taiwan, la question-clé ne tient pas au pour ou contre l’Etat et le secteur privé. Les pays d’Extrême Orient sont parvenus de longue date à des relations fructueuses et dynamiques entre l’un et l’autre. Au lieu d’être un frein comme dans beaucoup d’autres pays, l’Etat a été un stimulant. De plus il sait se montrer souple. Il adapte sa politique au gré de l’évolution de l’économie locale et de la conjoncture internationale.

25Le recul du dogmatisme et le rejet des « paroles creuses », comme dit Deng Xiaoping, ont de bonnes chances de faire coup double, ainsi qu’on l’observe dans les pays où les réformes sont déjà assez avancées : accélérer à la fois l’expansion économique et la lutte contre la pauvreté.

Les obstacles

26Les courants de réformes ne plaisent pas à tout le monde, ce qui se traduit par des obstacles, réticences et coups de frein.

  • 3 En Chine où le secteur privé reste encore modeste, les entreprises d’Etat fournissent de multiples (...)

27La prolifération des activités de l’Etat et de ses interventions indirectes (contrôles, licences, permis…) a contribué à accroître gaspillage et corruption, en créant de fructueux liens de patronage, d’échanges de faveurs à l’intérieur d’un triangle dont les pointes correspondent au pouvoir politique, à la bureaucratie et aux personnages influents du secteur privé (grands propriétaires fonciers, industriels, commerçants)3. Une économie de pénurie n’appauvrit pas tout le monde ! La libéralisation des importations, par exemple, est mal vue par les industriels, notamment indiens ou pakistanais, qui préfèrent accumuler de gros bénéfices à l’abri de solides barrières douanières.

28A ces difficultés s’ajoutent les soucis strictement politiques des dirigeants. Quel que soit le système de gouvernement, les hommes au pouvoir n’ont pas les coudées franches. Ils doivent compter avec des partis d’opposition qui ne s’embarrassent pas de scrupules pour critiquer les réformes ou, comme en Chine, avec des opposants au sein même du parti communiste.

29Les mesures d’assainissement suscitent des hésitations car elles peuvent entraîner des sacrifices pour des populations qui ne vivent certes pas dans l’abondance. A Pékin, en 1987, une revue économique publiait un long article sur les réformes économiques de l’Allemagne fédérale au lendemain de 1945. L’auteur soulignait que celles-ci avaient fait mal sur le moment avant d’assurer la fortune du peuple allemand.

30Dans cette perspective, les progrès de la corruption, dans presque tous les pays d’Asie, qu’il s’agisse de gros bakshishs entre riches, ou des abus des petits fonctionnaires et des agents de police, constituent un sujet de profonde inquiétude. Outre leurs méfaits, ce sont des sources de gaspillage ou de pertes pour l’Etat. C’est aussi un signe troublant de l’évolution de la classe politique, de l’administration, des entrepreneurs privés.

31Et pourtant, combien d’images positives ne faut-il pas présenter ? Au cours de ces dernières années, lors de plusieurs missions d’étude en Chine et dans les trois pays du sous-continent, j’ai été frappé par le niveau de nombreux hauts fonctionnaires, des anciens de l’Indian Civil Service, leurs successeurs plus jeunes qui ont commencé leur carrière après le départ des Britanniques. Hommes compétents, intègres, ayant conservé le sens du service de l’Etat. A ces échelons et plus bas dans les districts, on éprouve l’impression qu’une partie au moins des cadres ont une idée plus précise de leurs tâches et les assument mieux qu’il y a vingt ans.

32D’autres élites s’étoffent : des intellectuels, des hommes d’affaires, des ingénieurs… En Chine, le recul du dogmatisme et de la chape de plomb du Parti permet à beaucoup de cadres responsables de mieux utiliser leurs compétences.

33Peu de moments sont plus stimulants que la rencontre d’hommes qui ont une vision et une conception claire de leurs problèmes, qui en parlent en toute liberté. Faut-il évoquer, à la fois, la longue tradition des élites d’Asie, dans les affaires publiques, le commerce, l’éducation et en même temps leur prise de conscience des échéances du monde d’aujourd’hui, des innovations à introduire, des leçons à retenir des échecs ?

34Laquelle de ces deux tendances finira-t-elle par dominer l’autre ? Ou encore les forces contraires vont-elles coexister tant bien que mal pour de longues années ? Dans quelle mesure ces courants opposés vont-ils peser sur les réformes ? Comme dit le dicton, il est dangereux de s’arrêter au milieu du gué. Seule une vigoureuse accélération des réformes permettra de hâter le recul de la pauvreté. A l’heure actuelle, incertitudes et interrogations se manifestent dans plusieurs pays. Après un départ en fanfare, les réformes de Rajiv Gandhi sont freinées par un jeu complexe de facteurs politiques. En Chine, face au succès de la décollectivisation dans les campagnes, la réforme de l’industrie et celle des prix rencontrent de sérieux obstacles. Au Bangladesh, l’agitation politique accentue les difficultés à élargir le développement de l’économie. Le retour à la démocratie aux Philippines bute sur de nombreux obstacles. Quant aux Indonésiens, ils s’interrogent sur leur avenir.

35Un point au moins ne prête guère à discussion. Le retour au dogmatisme et l’arrêt des mesures de libéralisation de l’économie seraient funestes. Dans tous ces pays, Pakistan inclus, la partie à jouer devient de plus en plus délicate. Une plus grande efficacité dans la planification et la gestion de l’économie représente la plus sûre garantie dans la lutte contre la pauvreté.

La fonction publique

36Au Pakistan comme dans le reste du sous-continent, la fonction publique fait l’objet de solides et tenaces préjugés, alors qu’il s’agit d’un gros atout qui manque à d’autres pays asiatiques.

  • 4 Traité de science politique attribué à Kautilya, peu avant ou peu après le début de l’ère chrétienn (...)
  • 5 Principaux hauts fonctionnaires.
  • 6 Ssu-Yü Teng, “Chinese Influence on the Western Examination System”, Harvard Journal of Asiatic Stud (...)

37L’Indian Civil Service dont est issu le cadre supérieur de la fonction publique, Indian Administrative Service, IAS, Civil Service of Pakistan, CSP, n’était pas une sorte de modèle étranger plaqué sur la société locale. Une longue tradition partant de l’Artha Shastra4 influence l’administration jusqu’aux Britanniques en passant par les sultans de Delhi et les Grands Moghols. Les Omrahs5 de ces derniers font, par certains traits, songer aux grands serviteurs de l’impératrice Victoria ! L’innovation du recrutement par concours ne vient pas du Royaume Uni mais de la Chine mandarinale. Elle est propagée par les agents de la Compagnie des Indes qui commerçaient avec les Chinois dans les premières décennies du xixe siècle6.

38Il est non moins erroné, surtout dans le cas du Panjab, d’affirmer que l’administration coloniale ne se préoccupait que du maintien de l’ordre public (law and order). Enfin, contrairement aux autres puissances coloniales, les Anglais ont eu le mérite de recourir presque exclusivement au personnel local subalterne et moyen tout en indianisant peu à peu l’ICS.

39Qu’auraient fait le Pakistan et l’Inde sans cette poignée de hauts fonctionnaires nationaux au moment de l’indépendance ? Par la suite, l’IAS et le CSP ont été un facteur de relative stabilité. Même si, contrairement à leurs collègues indiens, certains fonctionnaires pakistanais sont entrés dans la politique, malgré aussi des collusions parfois critiquables avec les politiciens, les grands administrateurs du Pakistan, en assurant un minimum de continuité, ont contribué à surmonter les graves crises que le pays a affrontées depuis sa création.

40Pour s’en convaincre il suffit de porter ses regards sur d’autres pays. La tragédie que vit l’Afghanistan met en relief les faiblesses de ses dirigeants. Depuis 1945 l’incapacité des autorités de Caboul à mettre sur pied une administration tant soit peu solide représente un des facteurs qui, parmi d’autres, a conduit à la chute du président Daud en 1978. De graves carences administratives affectaient le développement de l’Iran impérial. D’autres ont profondément gêné l’Indonésie et n’ont pas entièrement disparu aujourd’hui. Enfin la Chine, après tant de turbulences révolutionnaires, revient à l’idée de constituer un solide corps de fonctionnaires bien choisis et compétents, recrutés sur concours.

  • 7 Pour plus de détails cf. G. Etienne, « La fonction publique en Inde – le passé, le présent » in Ser (...)

41Ces constatations qui vont à rencontre des idées reçues ne doivent pas conduire à une vision idéale des hauts fonctionnaires7. L’esprit courtisan, le carriérisme, voire l’opportunisme et la corruption suscitent de légitimes critiques au Pakistan comme en Inde. Il est vrai aussi que dans les conflits entre politiciens et cadres supérieurs, tous les torts ne sont pas du côté des premiers.

Succès et limites du développement rural

  • 8 Cf. entre autres M. Mesarovic et E. Pestel, Stratégie pour demain, rapport au Club de Rome, Paris 1 (...)

42Dans les années 1970, plusieurs rapports d’experts aboutissent à des scénarios très pessimistes sur l’Asie du sud et du sud-est où, à moins de changements profonds, il fallait craindre les pires catastrophes8. En 1985, à Delhi, à Jakarta, à Pékin, les autorités ne savaient plus où stocker les excédents de grain. Les silos étaient pleins à ras bord. A l’échelle du continent, les importations de céréales étaient à la baisse.

43Une forte croissance liée à une politique de prix et de stockage des céréales par les gouvernements explique cette situation. Pour la première fois dans leur histoire, la plupart des pays d’Asie se trouvent à l’abri de véritables et massives famines.

44En 1987, la nature provoque un rude retour du bâton. Au printemps, des pluies aussi violentes qu’exceptionnelles anéantissent une partie du blé en train d’être moissonné dans le nord de l’Inde et du Pakistan. Puis c’est au tour de la mousson de se montrer impitoyable : sécheresse dramatique sur le bassin de l’Indus et dans tout l’ouest de l’Inde, tandis que les plaines orientales et le Bangladesh sont accablées par des inondations très au-dessus de la normale. Au Laos, au Viet Nam, en Thaïlande, c’est la sécheresse qui frappe. Sécheresse également dans plusieurs parties de la Chine, alors que d’autres provinces souffrent d’excès d’eau.

45Grâce à leurs stocks et à des mesures de secours aux régions les plus durement affectées, tous les pays ont pu faire face aux coups du sort en évitant le pire, soit le retour d’une véritable famine. Même le très pauvre et si vulnérable Bangladesh a réussi à éviter la répétition du drame de 1974/75, quand 50 000 à 100 000 personnes au moins étaient mortes de faim.

  • 9 Celles de l’Inde ont baissé de 29 millions de t. en 1985 à 15 millions à la fin de 1987.

46En 1988, la Chine, l’Inde, le Pakistan doivent à nouveau importer des céréales, ou en importer plus, non pas pour répondre à un besoin immédiat mais pour reconstituer leurs réserves9.

47Ces événements sont à la fois encourageants et préoccupants. Ils montrent que beaucoup de pays peuvent aujourd’hui prévenir une rupture du front alimentaire. Ils révèlent aussi le long chemin qu’il reste à parcourir pour rendre l’agriculture moins dépendante de la nature.

  • 10 Dans les 30 % des terres en Inde, 45 à 50 % en Chine, 20 % au Bangladesh.

48Du point de vue technique et économique, malgré tant de différences d’ordre historique, politique, économique, culturel, le processus de révolution verte observé au Pakistan se retrouve ailleurs : les liens inter-sectoriels, l’essor des industries soutenant l’agriculture (engrais chimiques, outillage, pesticides, ciment…), la politique des prix, le stockage. Néanmoins, aucun pays ne possède à l’échelle nationale un pourcentage aussi élevé de terres irriguées que le Pakistan10. Puis vient la diversité des espaces indien et chinois, des taux de croissance beaucoup plus variables au niveau local que ceux du bassin de l’Indus. Dans de tels pays, apparaissent trois grandes catégories de régions : les zones avancées ; celles qui sont encore très pauvres malgré un beau potentiel ; celles qui affrontent les dures contraintes de leur milieu physique.

  • 11 Le Panjab devient en même temps un gros producteur de riz, 3000 kg/ha.

49Commençons par les régions avancées. Les performances du Pakistan restent en deçà de celles des districts comparables en Inde et, dans une plus forte mesure, en Chine. Aujourd’hui, de l’ouest de l’Uttar Pradesh inclus au Haryana et au Panjab, le rendement moyen du blé se situe autour de 2 500 kg/ha pour les deux premiers, 3 000 pour le troisième11. Les deltas irrigués de l’Andhra et du Tamil Nadu cotent à 2 500-3 000 kg/ha pour le riz décortiqué, 3 700 à 4 500 de paddy. En 1982 et en 1987, nous relevons dans les districts bien aménagés de Chine 3 500 kg/ha de riz (plus de 5 000 kg/ha de paddy), 3 000 kg/ha de blé, chiffres qui peuvent atteindre 4 000 kg/ha de riz ou de blé.

50Par rapport au Pakistan, le processus de développement rural semble, d’une manière générale, plus prononcé en Inde et encore plus en Chine : petites industries rurales, ateliers de réparation, activités secondaires telles que lait, fruits, volailles, poisson, légumes.

  • 12 A noter que le fumier exerce des effets plus marqués en climat tempéré (le gros de la Chine) que da (...)

51Comment expliquer ces différences ? Tout d’abord un fait de civilisation. L’existence fort ancienne en Chine de techniques traditionnelles plus intensives que dans le sous-continent : fumure organique des sols12, sarclages très soignés, cultures en mélange, qui assurent davantage de doubles récoltes sur le même sol. Là où le calendrier est serré les paysans sèment le coton entre les rangées de blé quelques semaines avant sa moisson (Chine centrale). Plus au nord, le même procédé est utilisé pour le maïs semé peu avant la récolte du blé.

  • 13 Pour la Chine, World Bank Country Study, China, the Energy Sector, Annexe 3, Washington DC, 1985.

52Pour l’irrigation, dès les années 1950 apparaissent en Inde des puits tubes munis d’un petit moteur de 5-7 CV à la portée des propriétaires de quelques ha. Cette innovation est plus tardive au Pakistan. En Inde, les routes en dur progressent beaucoup plus vite qu’au Pakistan. Il y a déjà presque dix ans qu’au Panjab indien tous les villages sont reliés aux grands axes par ces réseaux. En revanche, même les régions avancées de Chine semblent en retard sur l’Inde dans ce domaine. Ces deux pays ont poussé l’électrification rurale plus intensément que le Pakistan. Au Panjab, Haryana et Tamil Nadu, elle est réalisée à 100 %, en Ouest Uttar Pradesh à 63 %, en Andhra à 76 %, ce qui donne une moyenne de 65 % pour toute l’Inde (1985). En Chine (1982), le nord-est arrive à presque 100 % contre 75 % pour l’est, 56 % pour le sud, avec une moyenne de 71 %13. Il importe de préciser, nous y reviendrons, que dans les deux pays la consommation d’électricité souffre gravement du manque de courant, pannes, baisses de voltage dûs à des défauts de fonctionnement du réseau et à une offre dépassée par la demande. La consommation d’engrais chimiques est plus faible au Pakistan que dans les zones de pointe de Chine et d’Inde, mais dans les trois pays l’application est mal équilibrée entre produits azotés, phosphate, éventuellement potasse.

  • 14 Rappelons que dans l’Inde orientale, les densités étaient déjà beaucoup plus lourdes au xixe siècle

53Passons à notre deuxième catégorie de régions. De vastes étendues de l’Inde : bassin moyen et inférieur du Gange, plaines de l’Assam et de l’Orissa s’apparentent au Bangladesh. Malgré un milieu physique favorable (terres alluviales, énormes possibilités d’irrigation par eau de surface et souterraine), la production avance faiblement face à la population. Au Bihar, au Bengale occidental et au Bangladesh, les densités de population deviennent accablantes. Les mini-propriétaires et les paysans sans terre pullulent sans commune mesure avec ce que nous observons au Pakistan14. A la pauvreté des hommes correspond la pauvreté des techniques. La grande majorité des terres ne dépend que des pluies. De surcroît, faute de drainage, même par pluie normale, les terres basses sont gorgées d’eau, avec pour conséquence des rendements du riz de 500 kg/ha, tandis que dans les terres un peu plus hautes, les paysans récoltent dans les 1 000 à 1 200 kg/ha. En saison sèche, le blé non irrigué donne dans les 1 000 kg/ha, les légumineuses à peu près la moitié. Il faut préciser que sur les parcelles irriguées dotées de nouvelles semences et de doses modestes d’engrais chimiques, le riz comme le blé parvient à 2 000 kg/ha, parfois plus.

  • 15 Les cultures irriguées en saison sèche sont à l’abri du risque d’inondation et souffrent beaucoup m (...)

54Au Bangladesh, les progrès de l’irrigation en saison sèche15 ont permis au riz boro d’atteindre 2 000 à 3 000 kg/ha. Le blé s’est propagé de manière remarquable. Malheureusement, les cultures irriguées, au Bangladesh comme dans les plaines de l’Inde orientale, s’étendent trop lentement, de sorte que les cultures incertaines de mousson continuent à tenir la plus grande place.

55Les calamités naturelles, surtout inondations, cyclones, parfois forte sécheresse, sont plus redoutables dans toute la région, particulièrement au Bangladesh, qu’au Pakistan ou dans le nord-ouest et le sud-est de l’Inde. Elles n’expliquent pourtant pas tout. Alors que les terres irriguées représentent de 61 à 85 % de la surface cultivée dans le nord-ouest, elles tombent à 33 % au Bihar, à 20 % au Bengale occidental et au Bangladesh, à 16 % en Assam, à 20 % en Orissa. Même compte tenu des pluies beaucoup plus abondantes dans l’est du sous-continent, les rendements ont besoin, pour s’élever, d’une irrigation d’appoint.

56Les écarts sont non moins frappants dans la consommation d’engrais chimiques : 19 kg/ha, matière active au Bihar, contre 127 au Panjab indien (1980-81). Même écart pour les routes : 16 km pour 100 km2 au Bihar, 28 au Bengale occidental, 11 en Orissa, contre 71 au Panjab et au Tamil Nadu. Même constat pour le pourcentage de villages électrifiés qui tombe à 43-45 % dans l’Inde orientale, contre 65 à 100 % dans les régions avancées.

57Dans un tel contexte, il est évident que le processus global de développement rural progresse avec peine. Les emplois hors de l’agriculture restent limités. On retiendra finalement le très faible taux d’urbanisation : 10 % au Bangladesh, 12 % en Orissa et au Bihar contre 28 % au Panjab indien, 22 à 33 % au Haryana et en Andhra.

  • 16 Nous ne pouvons reprendre en détail les raisons historiques, politiques et socio-économique qui exp (...)

58D’une manière générale, le bassin de l’Indus a atteint un niveau de développement très supérieur à celui des plaines orientales de l’Inde et du Bangladesh16.

59Il est difficile, faute d’informations précises, d’estimer quelle est l’importance en Chine des régions potentiellement riches mais encore très pauvres. Elles occupent probablement une place moins grande que cet énorme bloc oriental du sous-continent qui, Bangladesh inclus, réunit plus de 200 millions d’habitants en milieu rural. En Chine, il n’existe pratiquement pas de ces terres basses qui, faute de drainage, donnent les rendements misérables cités plus haut. En revanche, les districts mal gérés, mal irrigués, voire isolés devront souvent se contenter de 1 500-2 000 kg/ha de riz.

60Restent les régions victimes d’un milieu physique ingrat. Au Pakistan, elles ne jouent qu’un rôle limité au niveau de la production nationale et n’affectent qu’une faible partie de la population. Elles n’existent pratiquement pas dans le delta du Gange-Brahmaputra.

61L’Inde péninsulaire comporte une proportion élevée de sols médiocres qui ne cessent de se dégrader sous l’effet de l’érosion et de l’ouverture à la charrue de terres fragiles, conséquence de la pression démographique. Le climat évolue d’ouest en est : conditions arides (200-400 mm de pluies), semi-arides (500-700), pluvieuses (1 000-1 300 mm). Les possibilités d’irrigation par eau de surface et par pompage sont restreintes, ce qui limite les cultures de mousson et exclut une récolte en saison sèche. Néanmoins des progrès limités sont possibles.

  • 17 50 millions d’ha consacrés aux céréales et légumineuses sur 150 millions (kharif et rabi) pour tout (...)

62Tout comme le gouvernement du Pakistan, celui de l’Inde accorde une attention croissante à ces régions de manière à enrayer la dégradation des sols, à améliorer les rendements. Sur ces vastes espaces17, une hausse de quelques quintaux par ha n’est pas négligeable. Les possibilités d’irrigation ont beau être restreintes, un puits irriguant un demi à un ha de cultures riches telles que canne à sucre, arbres fruitiers, vigne, légumes, permet à une famille d’accéder à un niveau de vie décent.

  • 18 Surtout dans les collines du sud Bihar et de l’Orissa. Avance sensible par contre au Gujrat.
  • 19 Consommation d’engrais chimiques (1980/81) de 9 à 11 kg/ha au Rajasthan et au Madhya Pradesh, 26 Ma (...)

63Le bajra (petit mil) dans l’ouest du Rajasthan est soumis à d’énormes variations au gré des pluies : de zéro à 200 kg/ha jusqu’à 500. Le jowar (sorgho) se situe entre 300 et 700 kg/ha. Dans les collines de l’est, de nombreuses vallées abritent des rizières dont les rendements ne font qu’osciller, selon la mousson, entre 500 et 1 000-1 200 kg/ha (Pas de nouvelles variétés, guère d’engrais chimiques). De surcroît, il s’agit de districts isolés dont l’économie est très peu diversifiée. Pas de pôles urbains, très peu de petites industries18, manque de routes, d’électricité19.

64Les énormes étendues montagneuses du nord-ouest de la Chine affrontent un milieu physique non moins hostile : érosion aiguë des sols, faibles et incertaines précipitations (neige et pluie), hivers longs et rigoureux qui excluent toute double récolte annuelle. En 1982, je visitais de tels districts en Mongolie intérieure : comme avant l’arrivée des communistes au pouvoir en 1949, les paysans récoltaient de 300 à 600 kg/ha de blé, avec une pointe à 900 lors d’une année exceptionnellement favorable. Dans les premières collines du Shanxi (1987), il n’est pas rare de tomber sur des rendements de blé ou de maïs d’environ 1 000 kg/ha.

65La Chine centrale, et encore plus les provinces méridionales, sont dotées d’un relief tourmenté, quoique mieux arrosé que le nord-ouest. Entre montagnes et collines où les buissons ont remplacé de longue date la forêt, se glissent des vallées irriguées et lourdement peuplées. Dans les montagnes, le riz en partie irrigué peut monter à 2 000 kg/ha. Le maïs ne dépendant que des pluies dépassera rarement les 2 000 kg/ha.

  • 20 Officiellement la surface cultivée totale nette est de 100 millions d’ha. Tous les Chinois expérime (...)

66Les zones de collines et de montagnes (plaines non comprises) couvriraient 20 millions d’ha dans le nord-ouest et à peu près la même surface dans le centre et le sud20.

A qui profite la croissance ?21

  • 21 Pour plus de détails cf. G. Etienne Développement rural en Asie, Paris 1982, et Food & Poverty...
  • 22 Au Panjab indien, super-champion agricole du sous-continent, l’écart était et reste encore plus éle (...)

67Le lien entre niveau de vie, croissance de l’agriculture et diversification de l’économie rurale n’est pas particulier au Pakistan. En Inde (1985/86), les salaires pour les principaux travaux agricoles variaient du simple au double22 entre les zones avancées d’une part, les plaines orientales et les districts peu irrigués de la péninsule de l’autre. Le taux d’emploi des petits propriétaires et des paysans sans terre dans l’agriculture et hors de celle-ci était nettement plus élevé que dans les régions de faible croissance. Dans celles-ci, les salaires progressent très peu en termes réels, stagnent, au pire baissent. Au Bangladesh, c’est vers 1982 que les salaires en termes réels commencent à dépasser le niveau de 1970. En 1984, face à 10-18 Takas par jour dans la plupart des villages, ils montaient à 25 à Comilla, district nettement plus développé que la moyenne ce qui supposait une légère amélioration par rapport à 1970.

68Lorsqu’on compare les salaires du Sind et du Panjab pakistanais à ceux de l’ouest Uttar Pradesh ou des deltas du sud-est, on s’aperçoit que le poids des densités rurales influence le rapport croissance-salaire. Le plus faible peuplement du Pakistan explique, me semble-t-il, pourquoi les salaires y sont plus élevés, malgré des rendements plus bas et une diversification de l’économie rurale moins marquée.

*) 1985/86 1 roupie indienne = 1,30 roupie pakistanaise.

69Dans les deltas irrigués de l’Andhra et du Tamil Nadu, les salaires en argent sont du même ordre. A la moisson, ils peuvent s’élever à 15-20 kg de paddy (Thanjavur).

70Dans la Chine de Mao Zedong comme dans celle de Deng Xiaoping, les écarts de revenus paysans sont non moins étroitement liés au niveau du développement local, dans l’agriculture et hors de celle-ci. En 1972, les unités collectives dans les districts dotés d’une solide infrastructure, d’une bonne irrigation avec nouvelles semences, engrais chimiques, pesticides, petites industries accordaient un salaire quotidien qui pouvait être cinq fois supérieur à celui distribué par les communes pauvres, isolées, disposant de peu d’irrigation. Néanmoins le poids des hommes pouvait abaisser les salaires quotidiens malgré un progrès économique considérable… Le cas était très net dans la belle plaine de Chengdu, Sichuan (1978), où la densité de population était de 800 à 1 000 au km2.

71La décollectivisation de l’agriculture, les progrès du commerce privé, des petites industries collectives ou privées résultant de la réforme agraire de 1979, n’ont que partiellement atténué les écarts. Certes les régions pauvres ont connu par ce biais une amélioration sensible de leurs conditions de vie, mais celles-ci ne sauraient se comparer à celles des districts avancés. Dans la seule province du Hubei (Chine centrale), je note en 1987 des écarts de revenu par tête de un à cinq entre les districts de montagne et les villages les plus prospères en plaine. Les écarts pourraient se creuser davantage par rapport aux districts plus pauvres du nord-ouest (Gansu, Shanxi, Shaanxi…).

  • 23 J.-L. Maurer, Modernisation agricole, développement économique et changement social à Java, Paris, (...)

72A Java, en Indonésie, Jean-Luc Maurer arrive à des conclusions analogues. Dans les districts bien aménagés, les paysans, jouissant au départ de techniques traditionnelles très minutieuses, sont parvenus grâce aux nouvelles semences, engrais chimiques, pesticides, doubles ou triples récoltes annuelles, à une forte hausse de la production. Essor également d’autres activités telles que jardins potagers, petit commerce. Les plus pauvres ont profité de l’expansion générale23.

73Tous ces exemples provenant de pays différents démontrent avec éclat qu’en général les petits paysans et les sans terre ne restent pas en marge de la révolution verte.

74Cette évidence a mis du temps à être reconnue, même dans les pays concernés où nombre de représentants des élites urbaines ont si longtemps répété en chœur avec des experts étrangers que « les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent » !

Réformes agraires et nouvelle institutions rurales

75Dès le départ des premiers plans quinquennaux, deux courants se manifestent et se combinent. Des changements institutionnels s’imposent telles que réformes agraires, création de conseils locaux, de coopératives, en même temps que des mesures d’ordre économique et technique. Les premiers devraient promouvoir une plus grande justice sociale, tout en facilitant la croissance stimulée par les secondes.

76Au fil des années et au gré des expériences, ce sont tantôt les réformes sociales, tantôt les mesures technico-économiques qui prennent le pas. Après la première percée de la révolution verte dans les années 1965-1970 et le soutien technique qui l’accompagnait, le souci d’améliorer le sort des pauvres par des programmes spéciaux rebondit dans le sous-continent (target group approach).

77Il est aujourd’hui possible de faire le tri entre institutions et réformes qui ont des chances d’atteindre leurs objectifs et celles qui sont inefficaces.

  • 24 Rappelons que de 1957 à 1977 la production de grain par tête reste stationnaire et les importations (...)

78La tentation de collectivisation des terres, concevable a priori dans des campagnes très peuplée où pullulent les petites exploitations devrait avoir fait long feu si l’on en juge d’après l’expérience chinoise. Les communes populaires ont certes contribué à beaucoup réduire les inégalités, toutefois elles ne résolvaient pas les besoins de la population (alimentation et emploi) par une croissance économique adéquate24. En 1982, un cadre de district me résumait le problème en ces termes. « Dans le système collectif il fallait dix jours pour repiquer le riz, aujourd’hui quatre suffisent ! ».

79Que dire, dans ces conditions, d’un plafond relativement bas de la propriété foncière avec distribution du surplus aux paysans pauvres ? L’opération est techniquement plus concevable au Pakistan qu’en Inde, au Bangladesh, à Java où les grands domaines de type pakistanais sont rares ou inexistants. Politiquement, une telle réforme relève de l’utopie. En Inde les grands propriétaires, et plus récemment, les paysans moyens, qui occupent une place en vue au Parlement et dans les Assemblées provinciales, s’opposeraient à de nouvelles baisses du plafond de la propriété.

  • 25 Sur l’Indonésie, cf. J.-L. Maurer, op. cit.

80Restent les autres champs d’action. Nous avons vu que l’attaque indirecte de la pauvreté grâce aux innovations techniques, au renforcement de l’appareil de développement rural a donné, lorsque le processus a été suffisamment vigoureux, des résultats non négligeables pour les plus pauvres en termes de revenu et d’emploi dans l’agriculture et hors de celle-ci. Cette tendance se retrouve du Pakistan à la Chine, en passant par l’Indonésie25.

  • 26 Phénomène à peu près général en Asie, en Afrique, en Amérique latine, cf. U. N. Research Institute (...)
  • 27 Cf. entre autres India’s Seventh Five Year Plan, New Delhi, 1985, p. 53-57.

81Quelles leçons retenir de l’approche institutionnelle ? Les faiblesses des conseils locaux, des coopératives, des services de vulgarisation ne sont pas l’apanage du Pakistan. On les retrouve ailleurs, notamment en Inde et au Bangladesh, au point que le mécanisme des défaillances de gestion et des abus est à peu près identique. Les gros propriétaires ou, selon les cas, les paysans moyens-supérieurs dominent ces institutions et en sont les principaux bénéficiaires26. Les programmes spéciaux pour les pauvres (target group approach) butent sur les mêmes défauts : les riches empochent une partie des crédits destinés aux pauvres. Ou encore, ces derniers doivent verser un bakshish aux fonctionnaires. Les chantiers ruraux (rural works) laissent à désirer et les responsables des travaux (contractors) se servent au passage27.

82Le non-remboursement des crédits des coopératives revient périodiquement à l’ordre du jour au Bangladesh et en Inde, comme dans les autres pays d’Asie.

83Le système Training and Visit, introduit en Inde, donne des résultats très en deçà des expectatives pour les mêmes raisons qu’au Pakistan.

84Tout cela n’implique pas une condamnation totale de ces institutions. Le crédit rural, les services de vulgarisation ont, malgré leurs défauts, contribué au développement rural. Cependant, du double point de vue économique et social, le coulage est considérable. Faut-il continuer à augmenter les pouvoirs de ces organisations et les fonds mis à leur disposition ? Ne vaudrait-il pas mieux commencer par tenter d’améliorer leur fonctionnement, en particulier les services de vulgarisation ? Quant aux conseils locaux, ils gagneraient peut-être en efficacité s’ils se concentraient sur quelques tâches d’intérêt général : santé, prévention des naissances, écoles, éventuellement routes secondaires.

85Parallèlement, on pourrait imaginer de renforcer les pouvoirs du chef de distric, l’entourer d’un petit noyau de meilleurs collaborateurs. Déjà aujourd’hui, malgré les faiblesses du système Training and Visit, les services des districts visités nous semblent en progrès par rapport aux années 1960.

86En substance, il est concevable d’améliorer le rendement de ces institutions pour autant que l’opportunisme politique n’intervienne pas trop. Lorsqu’un gouvernement stimule les programmes spéciaux pour les pauvres ou élargit les pouvoirs des conseils de village et de district, il peut avoir des pensées non avouées : renforcer les réseaux de patronage, élargir sa clientèle électorale, car on connaît le rôle des notables des conseils locaux lors des élections. Néanmoins, à en juger par les plaintes des pauvres en Inde, il reste à voir si, à long terme, cette tactique se révèle payante en termes de votes !

La planification au niveau national

  • 28 Cette carence est universelle dans le Tiers Monde, cf. W. C. Baum, S. M. Tolbert, Investing in Deve (...)

87Dans pratiquement tous les pays d’Asie, les responsables de la planification se rendent mieux compte aujourd’hui qu’il est essentiel de réviser la répartition des capitaux entre investissements pour de nouveaux projets et fonds destinés à l’entretien, (maintenance and operations) à l’amélioration, la rénovation des usines, centrales électriques, systèmes d’irrigation existants… On obtiendrait ainsi une croissance plus rapide et moins coûteuse qu’en multipliant les nouveaux projets. Cette vérité élémentaire passe mal dans la pratique pour toutes sortes de raisons : prestige des nouveaux projets, occasions de patronage et faveurs à des intérêts locaux, éventuelles offres de crédits étrangers qui ne seraient pas disponibles pour des travaux d’entretien ou de réfection28.

88Les correctifs en cours, à Islamabad, New Delhi, Pékin ou Jakarta, mériteraient d’être plus vigoureusement menés.

89L’interdépendance croissante entre industrie – infrastructure – agriculture exige une planification de plus en plus subtile. En même temps, l’économie nationale doit s’intégrer davantage au marché mondial. Les pays d’Asie disposent certes de compétences et d’une expérience qui leur manquaient il y a vingt ou trente ans. Il n’empêche que les défis des prochaines décennies mettront leurs élites à rude épreuve.

90Sans prétendre dresser un inventaire complet des prochaines échéances, arrêtons-nous à deux questions fondamentales entre toutes, l’électricité et l’irrigation.

91La pénurie d’électricité est devenue en Asie, non plus un signe de sous-développement mais de développement ! L’offre répond de moins en moins à la demande. Très net en Chine et en Inde depuis plus de dix ans, le phénomène est apparu de manière aiguë au Pakistan depuis le début des années 1980. Beaucoup d’usines doivent tourner au ralenti, à 20-30 % en dessous de leur capacité. Les pompes d’irrigation électriques tombent en panne. Lorsque les paysans le peuvent, ils passent au diesel, d’usage plus coûteux. Le ralentissement de l’électrification des bourgs ou villages constitue un frein majeur à l’implantation de petites industries.

92Dans tous les pays concernés, les plans augmentent les allocations de fonds au secteur énergétique, mais il est à craindre que la pénurie ne se résorbe pas avant plusieurs années. Ainsi, après avoir été l’un des moteurs du développement, l’électricité est devenue un handicap majeur.

93Comment se tirer de cette situation ? Nos discussions dans plusieurs pays ne sont pas très encourageantes. Compte tenu des autres besoins de l’économie, il semble difficile d’accroître encore la part de l’électricité. En Inde et au Pakistan, il est question d’encourager le secteur privé à se lancer dans ce domaine. Il reste à voir dans quelle mesure les industriels répondront à ces éventuelles sollicitations.

94Il existe une marge de manœuvre qui ne coûte pas grand-chose, c’est l’amélioration des réseaux : la lutte contre laisser-aller, coulage et autres abus de la part des services électriques, mais il faudrait une rude poigne politique pour atteindre des résultats tangibles.

95Que dire des hausses de taxes ? Cela n’est pas inconcevable, encore qu’il s’agisse d’un point politiquement sensible. Un moindre mal consisterait à percevoir régulièrement les taxes actuelles !

96Au bout du compte, la question mériterait d’être examinée dans de nombreux pays du Tiers Monde. L’exemple du sous-continent et de la Chine n’est peut-être pas universel. Ici aussi, les échanges d’expériences seraient bienvenus.

  • 29 Alors qu’en Inde la surface irriguée continue à augmenter, elle est restée à peu près stationnaire (...)
  • 30 C’est la raison pour laquelle un gigantesque projet a commencé, la construction d’un canal de dériv (...)

97Un autre facteur de croissance est en train de se muer en frein, c’est l’irrigation par canaux. Les défauts observés au Pakistan se répètent en termes semblables en Inde et en Chine : manque de fonds pour l’entretien et la rénovation, déclin des départements provinciaux de l’irrigation en Inde, mauvaise répartition et utilisation de l’eau29. Avec des nuances ou des différences locales, on peut dire que l’irrigation actuelle n’est plus capable d’entraîner de nouvelles et fortes hausses de rendements. En Chine, la situation s’aggrave dans la plaine du nord où les puits tubes à pompe ont atteint le point de saturation. La recharge de la nappe phréatique n’est pas toujours assurée. La pénurie d’eau menace même la livraison d’eau potable dans les villes et celle à usage industriel30.

98Des pays comme la Birmanie, la Thaïlande, les Philippines disposent d’espaces relativement larges par rapport à leurs populations. Le Bangladesh, Java en Indonésie, la Chine et l’Inde, par contre, supportent des densités rurales toujours plus menaçantes. Dans les 500 au km2, 700, parfois 1 000 ou plus en plaine, avec pour conséquence des exploitations agricoles de plus en plus petites. En Inde, plus de la moitié des exploitations sont en dessous d’un ha. La proportion est encore plus élevée au Bangladesh. En Chine, à la suite de la décollectivisation, chaque famille dispose de 0,3 à 0,5 ha, rarement plus d’un ha en plaine. C’est dire que partout où le milieu physique le permet, les paysans doivent pousser au maximum leurs rendements et les récoltes multiples dans l’année. Donc tout l’appareil de soutien aux paysans : irrigation, semences, engrais chimiques, pesticides devrait fonctionner de manière quasi-parfaite, ce qui est loin d’être le cas. Le Pakistan se trouve dans une situation un peu plus confortable, grâce à un pourcentage plus élevé de terres irriguées (voir plus haut) et à des densités rurales moins lourdes. Beaucoup d’exploitations dépassent 2 ha ce qui, moyennant une bonne irrigation, assure plus que le minimum vital selon les normes locales. L’étendue des cultures fourragères est non moins révélatrice, par rapport aux pays très peuplés.

99Le Pakistan a donc intérêt à utiliser au maximum ces atouts, avant que les densités rurales ne deviennent trop lourdes. Or, cette dernière échéance est en train de se préciser. Le taux de croissance démographique est beaucoup plus élevé qu’en Chine, en Inde, au Bangladesh et en Asie du sud-est, phénomène pour le moins troublant pour un pays qui n’est certes pas un des moins avancés.

Notes

1 Association qui regroupe Bangladesh, Bhutan, Inde, Maldives, Népal, Pakistan et Sri Lanka.

2 En fait, la Russie des tsars se trouvait à un stade beaucoup plus avancé en 1914 que les pays asiatiques et africains en 1945.

3 En Chine où le secteur privé reste encore modeste, les entreprises d’Etat fournissent de multiples canaux à la corruption !

4 Traité de science politique attribué à Kautilya, peu avant ou peu après le début de l’ère chrétienne.

5 Principaux hauts fonctionnaires.

6 Ssu-Yü Teng, “Chinese Influence on the Western Examination System”, Harvard Journal of Asiatic Studies, vol. 7, n° 4, 1943. Le système des examens fut d’abord adopté en Inde, puis au Royaume Uni.

7 Pour plus de détails cf. G. Etienne, « La fonction publique en Inde – le passé, le présent » in Servir l’Etat, sous la direction de F. Bloch-Lainé et G. Etienne, Paris, 1987.

8 Cf. entre autres M. Mesarovic et E. Pestel, Stratégie pour demain, rapport au Club de Rome, Paris 1974.

9 Celles de l’Inde ont baissé de 29 millions de t. en 1985 à 15 millions à la fin de 1987.

10 Dans les 30 % des terres en Inde, 45 à 50 % en Chine, 20 % au Bangladesh.

11 Le Panjab devient en même temps un gros producteur de riz, 3000 kg/ha.

12 A noter que le fumier exerce des effets plus marqués en climat tempéré (le gros de la Chine) que dans le monde tropical.

13 Pour la Chine, World Bank Country Study, China, the Energy Sector, Annexe 3, Washington DC, 1985.

14 Rappelons que dans l’Inde orientale, les densités étaient déjà beaucoup plus lourdes au xixe siècle.

15 Les cultures irriguées en saison sèche sont à l’abri du risque d’inondation et souffrent beaucoup moins des parasites que les cultures à la saison des pluies.

16 Nous ne pouvons reprendre en détail les raisons historiques, politiques et socio-économique qui expliquent les écarts entre les districts avancés de l’Inde et les autres... Cf. G. Etienne Développement rural en Asie, Paris, 1982 et Food and Poverty, India’s half won Battle, New Delhi, 1988.

17 50 millions d’ha consacrés aux céréales et légumineuses sur 150 millions (kharif et rabi) pour toute l’Inde.

18 Surtout dans les collines du sud Bihar et de l’Orissa. Avance sensible par contre au Gujrat.

19 Consommation d’engrais chimiques (1980/81) de 9 à 11 kg/ha au Rajasthan et au Madhya Pradesh, 26 Maharashtra, 38 Karnataka. Irrigation : Rajasthan 21 % des terres, Madhya Pradesh, Maharashtra 11 à 12 %, Karnataka 22.

20 Officiellement la surface cultivée totale nette est de 100 millions d’ha. Tous les Chinois expérimentés reconnaissent que ce chiffre est très sous-évalué. Les estimations vont de 120 à 140 millions d’ha. Les 40 millions d’ha se réfèrent aux 100 millions.

21 Pour plus de détails cf. G. Etienne Développement rural en Asie, Paris 1982, et Food & Poverty...

22 Au Panjab indien, super-champion agricole du sous-continent, l’écart était et reste encore plus élevé.

23 J.-L. Maurer, Modernisation agricole, développement économique et changement social à Java, Paris, Genève, 1986.

24 Rappelons que de 1957 à 1977 la production de grain par tête reste stationnaire et les importations de grain n’ont cessé de croître.

25 Sur l’Indonésie, cf. J.-L. Maurer, op. cit.

26 Phénomène à peu près général en Asie, en Afrique, en Amérique latine, cf. U. N. Research Institute for Social Development, Rural Cooperatives as Agents of Change, Geneva, 1975. La situation n’a guère changé au cours de ces dernières années.

27 Cf. entre autres India’s Seventh Five Year Plan, New Delhi, 1985, p. 53-57.

28 Cette carence est universelle dans le Tiers Monde, cf. W. C. Baum, S. M. Tolbert, Investing in Development, Lessons of World Bank Experience, Londres, 1985.

29 Alors qu’en Inde la surface irriguée continue à augmenter, elle est restée à peu près stationnaire en Chine depuis dix ans (Renseignements obtenus au Ministère des ressources hydrauliques à Pékin, septembre 1987).

30 C’est la raison pour laquelle un gigantesque projet a commencé, la construction d’un canal de dérivation d’une partie du Yangzi vers le nord.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search