Version classiqueVersion mobile

Le Pakistan, don de l’Indus

 | 
Gilbert Etienne

Chapitre IX. Du Baluchistan aux montagnes du nord-ouest

Texte intégral

  • 1 Des exceptions mais qui ne durent pas, comme l’ébauche d’un Etat que constitue Nasir Khan, souverai (...)

1Après la plaine de l’Indus, ses très anciennes structures politiques et administratives, son économie organisée à grande échelle depuis des millénaires, nous pénétrons dans des mondes fort différents. L’administration est restée sommaire, voire inexistante jusqu’après la création du Pakistan en 1947. L’autorité politique était éparpillée1 au gré des chefs de tribus, les sardars du Baluchistan, des conseils des anciens (maliks) chez les Pathanes. Certaines tribus n’avaient jamais accepté de faire allégeance à une autorité supérieure, ou ne le firent que par intermittence sous les Britanniques. Dans nombre de vallées l’ordre public demeurait précaire.

  • 2 O. Caroe, The Pathans, (Karachi, 1973), p. 377.

2Une différence sensible qui n’a pas disparu aujourd’hui tient aux structures de la société. « Brahuis et Baluchs sont organisés sur une base oligarchique liée au grand respect pour les chefs (sardars) »2, alors que chez les Pathanes le sens de l’autorité est beaucoup plus diffus, sauf au sein de quelques tribus. Bien souvent les notables pathanes n’ont que des pouvoirs très limités.

  • 3 Cf. Akbar Ahmed, Pakhtun Economy and Society, Londres, 1980.

3Le trafic des caravanes, avec ou sans brigandage, a joué un rôle dans l’économie locale qui reposait sur l’élevage et la transhumance et, dans les fonds de vallée, sur une agriculture irriguée. Cette dernière dépendait – et dépend encore – de canaux captant la rivière en amont ou de karez, voire de puits. Si les régions traversées par les grands axes caravaniers ont, de longue date, été touchées par le monde extérieur, d’autres sont restées, jusqu’en 1947 ou plus tard, entièrement isolées. Lorsqu’en 1953 je parcourais le haut Swat, les habitants n’avaient jamais vu d’étranger, sauf un ou deux Anglais dix ou vingt ans auparavant. Certains coins reculés des Tribal Areas du nord-ouest n’avaient jamais été visités par les représentants de sa Gracieuse Majesté britannique. Akbar Ahmed Khan raconte, dans un remarquable ouvrage, comment l’Agency des Mohmands, au nord du Khaïber, n’a commencé à s’ouvrir qu’en 19733. Au Baluchistan de vastes pans du territoire n’étaient accessibles qu’en chameau et rares étaient les Britanniques à les visiter.

4Le manque de routes, la turbulence des tribus qui nécessitait – et nécessite parfois encore aujourd’hui – une escorte armée, la vigueur et la rigueur des traditions compliquent singulièrement toute mesure de développement.

5Sur cet échiquier où encore plus qu’ailleurs l’économique est indissociable du politique se sont greffées, depuis 1979, les retombées de la guerre d’Afghanistan. Des trois millions de réfugiés, beaucoup campent dans des vallées dont les ressources couvraient déjà mal, en temps normal, les besoins des populations locales.

Au Baluchistan

  • 4 A l’exception principale du passage d’Alexandre le Grand dont l’armée souffrit énormément en traver (...)

6Le voyageur qui pénètre au Baluchistan, depuis Zahidan en Iran, traverse jusqu’à Quetta un pays resté presque en marge de l’histoire4. A partir de l’Iran, les caravanes contournaient le Baluchistan par la vallée de l’Helmand pour tomber sur Kandahar et Quetta d’où la principale piste caravanière empruntait le col du Bolan vers le Sind. D’autres axes passaient au nord de Quetta.

7Pour des raisons stratégiques, les Britanniques prolongèrent la voie ferrée et la route du Bolan, depuis Quetta jusqu’à Zahidan, sans pour autant rompre l’isolement de la région.

8Lorsqu’en mai 1953, j’arrive à Quetta, venant de Kandahar, la ville conserve la quiétude qu’elle connaissait sous les Britanniques : bazar animé, une longue rue avec des magasins vendant des produits modernes. Quelques garages pour les bus et camions au reste peu nombreux. Le gouverneur de la province me raconte comment il chasse le sanglier à cheval et à la lance selon l’usage des Moghols.

9Tout ou presque est à faire : construire des routes, ouvrir des écoles et des hôpitaux en dehors de Quetta, développer l’économie, s’occuper des nomades. Et les structures sociales, les rivalités entre Baluchs, entre ceux-ci et les Pathanes, la méfiance vis-à-vis des Panjabis ou des Sindhis nécessitent beaucoup de doigté.

10A côté des districts administrés par l’autorité provinciale dans la région de Quetta, le gros du territoire consiste en « Etats » princiers, anciens protectorats britanniques, en voie de rattachement au Pakistan grâce à l’action bien conduite d’Agha Abdul Hamid. En sa compagnie, nous gagnons Kalat, chef-lieu de l’Etat du même nom à 150 km au sud de Quetta.

  • 5 Les Brahuis représentent l’ethnie dominante notamment autour de Kalat.

11La route empierrée et poussiéreuse traverse un paysage à peu près vide au sortir de l’oasis de Quetta. Quelques villages aux champs petits, irrigués par des puits à roue persane. Ailleurs les paysans font des retenues d’eau pour conserver les très rares pluies (15 à 25 cm par an) au début du printemps surtout. Nous croisons des Brahuis5 qui, après l’hivernage dans la plaine de l’Indus, gagnent les plateaux. Les nomades poussent leurs chameaux, les ânes bâtés, les moutons. D’autres près de Kalat sont restés en marge du monde moderne au point de n’avoir jamais vu d’appareil photographique.

12Kalat, le seul gros village, est blotti au pied de l’ancienne forteresse détruite par le tremblement de terre de 1935. Quelques échoppes constituent le bazar. Bien entendu, l’électricité est absente. De temps à autre passe un vieux camion.

  • 6 S. Harrison, In Afghanistan’s Shadow, Baluch Nationalism and Soviet Temptations, Washington DC, 198 (...)

13Depuis lors, le Baluchistan connaît un destin troublé. Comme l’écrit Selig Harrison « en renforçant le pouvoir et l’autonomie des chefs de tribu, cette politique permissive (des Britanniques) avait semé les germes du conflit subséquent entre les Baluchs et le gouvernement central »6.

  • 7 Tout le pays est découpé en districts.

14La situation était d’autant plus délicate qu’en 1947 certains chefs, dont le Khan de Kalat, manifestaient des velléités d’indépendance. Or dès la fin des années 1950, l’autorité grandissante du gouvernement sur les tribus suscite des tensions7. Une première insurrection éclate de 1962 à 65, une seconde plus grave entre 1973 et 77. La seconde, notamment, est très rudement mâtée par un corps d’armée de 80 000 hommes. D’un côté comme de l’autre, la partie n’est pas simple à jouer. Certains leaders baluchs se plaignent du poids croissant du gouvernement et de l’administration, dont la plupart des hauts fonctionnaires et nombre de cadres moyens sont panjabis, plus rarement sindhis ou pathanes. En même temps, tels sardars voient d’un mauvais œil les projets de développement qui mettent en danger leurs pouvoirs, tandis que d’autres ou les mêmes se plaignent d’être traités en parents pauvres par le gouvernement central.

  • 8 Le fonctionnaire numéro un dans la province.

15Lorsqu’il succède au premier ministre Bhutto, le général Zia opte pour une ligne modérée. Nombre de prisonniers politiques sont libérés. L’armée se fait plus discrète. Des efforts accrus sont entrepris pour accélérer le développement. A Quetta, nous sommes frappés, en 1985 et 86, par le niveau de plusieurs hauts fonctionnaires, dont le Chief Secretary8 qui, pour la première fois est un Baluch, fils d’un chef de tribu du Makran.

16Si le calme est en gros revenu, le Baluchistan n’est pas à l’abri d’incidents provoqués par des Baluchs irrédentistes ou par les retombées de la guerre en Afghanistan : banditisme et kidnappings sur territoire pakistanais, afflux de réfugiés pashtunes ou pathanes, ce qui renforce le poids de l’importante minorité pathane au sein de la province et inquiète les Baluchs.

Un développement plus marqué

  • 9 Les Pathanes sont surtout concentrés dans le nord du Baluchistan et, du côté afghan, à Kandahar et (...)

17En 1985 et 1986, nous traversons le Baluchistan. Sur les 700 km qui séparent Quetta de la frontière iranienne, les villages se comptent sur les doigts d’une main. La route reste très mauvaise pour une grande partie du trajet. Camions et autobus sont rares. Quant aux trains, il n’y en a qu’un par semaine comme à l’époque britannique ! Jusqu’à la guerre d’Afghanistan9, la principale artère de communication interasiatique passait par le nord de l’Iran, puis Hérat, Kandahar avec embranchements sur Quetta ou Caboul-Peshawar. Le recul de l’économie iranienne n’a pas suscité une réorientation du trafic par le Baluchistan. Du poste frontière de Toftan à Nokkundi, 130 km de très mauvaise route sans un village. Nouvelle étape dans le désert jusqu’à Dalbandi ; tantôt des cailloux, tantôt des dunes ou encore une surface durcie comme du macadam. Pratiquement pas trace d’agriculture. Autour de Nushki, quelques champs sont en train d’être labourés avec un chameau, près des montagnes où des levées de terre retiennent le peu d’eau existante. Un maigre blé de printemps va pousser tant bien que mal.

  • 10 285 000 habitants en 1981.

18L’oasis de Quetta s’est nettement étendue depuis notre première visite, de même que la ville10 et le bazar. Voitures, camions, autobus cohabitent avec les chameaux, ânes et voitures à cheval (tangas).

  • 11 Route asphaltée mais pas très bonne. La construction n’a pas été faite avec assez de soin, d’où des (...)

19Changements également sur la route, maintenant asphaltée, entre Quetta et Kalat. La ligne électrique alimente les villages, ainsi que les puits tubés à pompe utilisés pour le blé et les vergers. Quant à l’agglomération de Kalat, elle prend l’allure d’une petite ville. Les Hindous qui dominent le bazar agrandissent leurs étalages. Des ateliers de mécanique et des garages sont apparus pour réparer camions et autobus qui gagnent directement Karachi par Khuzdar et Bela11. Plus au sud, quelques oasis alimentées par des roues persanes jettent une note vive sur le fond beige et gris du désert et des montagnes. Enfin, en plaine, autour de Bela, reprennent sur une plus large échelle les espaces verts : dattiers, arbres fruitiers, céréales.

  • 12 Les renseignements qui suivent nous ont été fournis par Hugo Fabietti, ethnologue italien qui parti (...)

20D’autres régions sortent de leur isolement, ainsi le district de Turbat dans le sud-ouest12. Le village est devenu une ville de 50 000 habitants. La route qui traverse en diagonale montagnes et vallées jusqu’à Kalat reste mauvaise. La piste qui gagne le port de Gwadar est pire. Néanmoins, les camions ont fait leur apparition, faisant reculer l’usage des chameaux sauf pour les transports à courte distance. De petits avions de la PIA relient Turbat à Karachi.

  • 13 Population du district de Turbat : 380 000 habitants en 1981.

21L’administration prend forme avec ses bureaux. Les plantations de dattiers progressent grâce à la commercialisation des fruits par camion sur Karachi. Les arbres fruitiers, les céréales autour de Turbat dépendent des canaux à ciel ouvert branchés sur la rivière Kech ou des karez, canaux souterrains qui prennent l’eau au pied des montagnes pour l’amener dans les champs à 2-10 km. Le négoce se trouve stimulé par les économies des 10 000 à 15 000 hommes qui vont travailler dans le Golfe13.

22L’ouverture du pays, le rôle croissant de l’argent dans l’économie ne manquent pas d’affecter les structures sociales avec leurs trois groupes strictement endogames : les Hakims, moins d’un pour cent de la population, groupe dominant qui se réclame d’une origine rajput (ils seraient venus à Turbat au xve siècle), les Baluchs, sédentaires et nomades, les Hizmatkars, métayers ou employés des deux premiers groupes, dont certains étaient des esclaves (ghulam) jusque vers 1920.

23Des signes de changement apparaissent. Les petits propriétaires baluchs vendent parfois leur terre et les droits d’eau liés à celle-ci. Certains acquéreurs sont des Hizmatkars revenus du Golfe avec leurs économies. Par ailleurs, salaires et fermage tendent à remplacer les anciens liens de dépendance entre propriétaires et métayers. Les notables (hakims) profitent évidemment des sources accrues d’enrichissement, même s’ils doivent compter avec les dépenses en main-d'œuvre. En 1986, le coût pour le forage de 1,600 m de karez, engageant 30 ouvriers (spécialisés dans ce travail) exige un an et un million de Rs.

24Quant aux nomades, tous baluchs, leur mode de vie, qui reposait sur un système d’échanges avec les agriculteurs, est en mutation comme en Iran et en Afghanistan. Une partie d’entre eux se sédentarisent en s’insérant dans la construction de maisons, de routes, dans les travaux agricoles. D’autres passent du transport par chameau au camion.

25Après ce bref aperçu, essayons de faire le point. Les contraintes de l’espace sont lourdes. La densité moyenne du pays (environ 12 au km2) ne veut pas dire grand-chose, car la population se concentre autour des points d’eau et laisse d’énormes espaces vides. Dans le district de Turbat, par exemple, une part importante de la population se groupe dans la vallée du Kesh, tandis que le gros de la superficie totale (22 539 km2) est désertique. L’énorme district de Chagaï (50 545 km2) connaît quelques points de concentration de ses 120 000 habitants (1981). Situation analogue pour Khuzdar avec 64 891 km2 et 387 000 habitants autour du chef-lieu et dans quelques autres vallées.

26La construction de routes est certes en progrès. L’axe direct Quetta-Khuzdar-Bela-Karachi ouvre une large tranche du Baluchistan tout en réduisant le trajet sur Karachi par rapport à la route ancienne Bolan-Sakkar-Hyderabad-Karachi. Mais, comme nous l’avons vu, cette route, pourtant nouvelle, est en mauvais état.

27Compte tenu du faible peuplement, l’agriculture assure, en temps normal, les besoins céréaliers. Selon les années, la surface irriguée varie entre 530 000 et 600 000 ha, dont le gros par des canaux, 7,700 ha par des karez, et 95 000 par des puits tubés à pompe (1983/84), ces derniers en nette expansion : 54 000 ha en 1981/82. Viennent ensuite les surfaces très variables qui bénéficient des pluies retenues par des levées de terre (culture sailaba) selon des techniques très anciennes.

28On compte environ 300 000 ha de blé, 100 000 de riz, 61 000 de sorgho. Le premier atteint dans les 1 500 kg ha, le deuxième 2 000, le troisième 600. Engrais chimiques et nouvelles semences commencent à se faire remarquer.

29A juste titre, les autorités poussent l’essor des plantes commerciales bien adaptées à la région : arbres fruitiers, légumes, palmiers-dattiers et même les fleurs. Au centre de recherche fruitière de Quetta, de belles rangées de pommiers nains : 600 arbres sur 0,4 ha qui donnent leurs premiers fruits après trois ans, alors que les pommiers locaux, plus grands, ne sont que 45 sur 0,4 ha et exigent sept ans avant de produire. 0,4 ha de nouveaux pommiers assure un revenu net de 100 000 Rs. Cerisiers, pruniers, poiriers, amandiers, grenadiers sont également encouragés. Quant à la vigne, elle est en train de prendre un nouveau départ après avoir été ravagée par une maladie, il y a quelques années. A noter, pour terminer, la floriculture et la culture de champignons.

30Si judicieuse soit-elle, l’idée de manœuvre se heurte à plusieurs obstacles. La diffusion des techniques et le transport rapide des fruits sont handicapés par les distances et les mauvaises routes. L’irrigation devrait être assurée sans faille, ce qui nécessite des études préalables – en cours avec l’aide du PNUD – des eaux souterraines. Viennent là-dessus les coûts de forage en terrain rocailleux : un puits tubé (30 CV) captant l’eau à 40-50 m coûte 300 000 Rs. Le gouvernement fait des essais d’irrigation au goutte à goutte (trickle system) avec des tuyaux desservant chaque arbre. L’économie d’eau est de 60 % par rapport à l’irrigation par rigoles à ciel ouvert et il n’est pas nécessaire de niveler le sol. Mais cette technique est coûteuse et délicate, concevable chez de grands propriétaires, elle ne l’est guère pour des petits paysans manquant de moyens et de mécaniciens.

  • 14 Les nomades seraient peut-être un million, ce qui paraît beaucoup, dont une forte proportion de Bra (...)

31Autre champ d’action : l’élevage14. La marge de manœuvre est restreinte par la tendance au surpâturage, phénomène qui peut se manifester rapidement, car les buissons qui parsèment les plateaux ne sont pas nombreux.

  • 15 Les derniers pourparlers sont engagés avec un consortium réunissant des entreprises de Roumanie, de (...)

32Qu’en est-il des débouchés hors de l’agriculture ? Les garages deviennent moins rares, mais ateliers de mécanique, petites usines demeurent fort peu répandus, sauf à Quetta. Quant aux ressources minérales, le gaz est exploité depuis une trentaine d’années et d’autres gisements ont été découverts. Périodiquement revient sur le tapis l’exploitation des mines de cuivre de Saindak dans l’angle nord-ouest du Baluchistan. On peut se demander si ce projet serait rentable compte tenu du marché mondial du cuivre, des énormes coûts d’infrastructure et d’investissements dans une région aussi perdue15.

33Reste pour terminer la fort ancienne soupape de sûreté qu’est l’émigration. Dans le Sind et au Panjab se trouvent des colons baluchs. D’autres se fixent à Karachi. D’autres enfin sont attirés par le Moyen Orient. Il reste à voir si les flux pourront augmenter. C’est en tout cas douteux à propos du Golfe.

34En conclusion, malgré son milieu physique très difficile, l’avenir du Baluchistan n’est pas sans espoir. On ne saurait toutefois oublier les aléas d’ordre politique, quels que soient les progrès au cours de ces dernières années.

Les Pathanes face au développement et à la modernisation

  • 16 En 1935, par exemple, les Britanniques engagent 35 000 hommes pour mâter les Mohmands.

35Si Baluchs et Brahuis ont donné beaucoup de fil à retordre aux Britanniques, ces derniers ont rencontré encore plus de difficultés avec les Pathanes. Razzias des tribus descendant de leurs plateaux rocailleux en plaine, kidnappings, insécurité des pistes caravanières nécessitaient de fréquentes opérations militaires jusqu’en 194716. Alors que les settled districts, territoires qui constituent la North West Frontier Province séparée du Panjab en 1901, connaissent une vie à peu près normale, dans les Tribal Agencies, le Political Agent joue un rôle très délicat, assurant la sécurité des routes et faisant alterner la carotte et le bâton, subsides ou opérations militaires pour éviter les troubles ou les arrêter. Les tribus ne sont pas soumises à la législation de l’Empire. Querelles, vendettas au sein de la même tribu, violences entre tribus continuent à se donner libre cours. Dans ces domaines, le Political Agent essayera tout au plus de limiter la casse !

  • 17 A côté des Tribal Agencies existent de plus petites zones autonomes dépendant des chefs de district (...)
  • 18 La ligne Durand (1893) qui marque la frontière coupe le monde pathane en deux.

36Le gouvernement du Pakistan n’a pas fondamentalement changé le système, car toute tentative d’administration directe dans les Tribal Agencies aurait provoqué de rudes réactions17. De plus, après 1947, le Gouvernement de Caboul revendique l’indépendance du « Pashtunistan », soit le territoire pakistanais des Pathanes18. Ces menées compliquent la tâche des autorités, même si la propagande afghane, qui d’ailleurs baisse au fil des années, ne rencontre qu’un succès limité.

  • 19 Dans la plaine de Peshawar en particulier.

37Malgré des traits communs, déjà en 1947 les tribus pathanes constituaient un ensemble hétérogène. Les unes commençaient à entrer – ou se trouvaient déjà bien engagées – dans le processus de développement19, d’autres gardaient presque intacts leur héritage et leurs traditions, différences qui sont loin de disparaître aujourd’hui.

  • 20 Population de la Northwest Frontier Province 11 millions, FATA (Federal Administered Tribal Areas) (...)

38Première caractéristique : le port d’armes qui jusque vers 1970 était autorisé dans les Tribal Agencies et dans les settled districts20. A Peshawar, les hommes déambulant le fusil à la bretelle et les cartouchières bien garnies constituaient un spectacle inédit dans le contexte de l’Asie. En 1957, un Pathane, capitaine en retraite, nous recevait dans la tour de sa maison, son fusil à côté de lui, regardant ses paysans en train de sarcler le blé. Du doigt, il désigne le village voisin : « C’est là qu’habite ma famille avec laquelle je suis en guerre. C’est pourquoi je vis solitaire ici ».

  • 21 En général un canon de montagne de la Première Guerre Mondiale du genre 75 mm.

39Chaque village constitue, au moins dans les montagnes, un ensemble de petits forts : de hauts murs en boue séchée avec tours de guet et meurtrières. Les notables portent le pistolet au lieu du fusil et il arrive, aux plus riches d’entre eux, d’exhiber un canon et un serviteur-artilleur spécialement entraîné21.

  • 22 Badal (revanche), hospitalité, chasteté des femmes, rivalités entre cousins.
  • 23 Zar, l’or ; zamin, le sol ; zan, la femme.
  • 24 Ahmed, op. cit., p. 205.

40Si le port d’arme est en principe interdit à Peshawar et dans les districts depuis les années 1970, les Tribal Agencies n’ont guère changé. Comme le montre Akbar S. Ahmed, le Pakhtunwali, code d’honneur des Pathanes, est appliqué avec une rigueur variable22. Les fameux trois « Z » restent des sources de violence23, particulièrement au sujet des femmes. Cas extrême sans être exceptionnel, cette histoire citée par Akbar Ahmed dans la Mohmand Agency au nord du Khaïber vers 1970. Un jeune couple demande asile à un notable. Après quelque temps, le mari s’aperçoit que sa femme le trompe avec le fils de son hôte. Il se plaint au père. Celui-ci abat son fils de six coups de pistolet. Après les quarante jours de deuil, c’est au mari trompé de tuer sa femme. Nouvelle période de deuil, puis le mari épouse la belle-fille devenue veuve de son hôte24.

41Dans l’Agence du Kurram (sud de Khaïber), région relativement ouverte de longue date, il existe depuis plusieurs années des écoles de filles et des cinémas. En revanche, à Miram Shah (1980) chez les redoutables Waziris et Mahsuds, pour la jirga des maliks (conseil des notables), pas question d’envoyer les filles à l’école, ni d’avoir des cinémas. En effet, les hommes préfèrent se priver de cinéma plutôt que d’avoir des ennuis avec leurs femmes. Même strictement voilées et accompagnées, il est exclu qu’elles aillent dans un tel lieu. Durant la même visite à Miram Shah, lors de conversations, des Waziris me disent que si leur femme est gravement malade, ils préfèrent la voir mourir plutôt que de la faire soigner par un homme médecin.

42Ces quelques traits de caractère – et on pourrait en citer bien d’autres – donnent un reflet de sociétés tout à fait exceptionnelles par la force de leurs traditions, leur sens de l’honneur (izzat) très poussé, sans exclure non plus de dangereuses perfidies. Vouloir y appliquer les classiques schémas de développement économique et social eût été peu raisonnable, ce qu’ont, dans l’ensemble, bien compris les autorités. On ne va, par exemple, pas forcer la main des notables de Miram Shah pour ouvrir une école de filles. Par contre si, comme à Parachinar, les habitants y sont prêts, le gouvernement s’engage. Dans des domaines moins sensibles, les changements sont plus rapides : construction de routes, électrification, essor du commerce.

43D’autres facteurs de changement sont provoqués par la forte émigration à l’intérieur du Pakistan, en particulier vers Karachi, et au Moyen Orient. Ainsi apparaissent même en zone tribale de nouvelles maisons en dur, peintes de couleurs, signe d’un retour du Golfe. Toutefois, la modernisation des zones tribales est, en même temps, ralentie par le fait suivant : les enfants des riches maliks élevés à Lahore et plus tard aux Etats Unis veulent bien rentrer au Pakistan mais eux – et encore moins leurs femmes – ne se fixeront dans leur pays d’origine, dont ils sont par trop coupés, attitude qui se retrouve même chez certaines personnes des classes aisées, originaires de Peshawar.

Kurram et nord Waziristan

  • 25 Ce commerce n’a été que réduit par la guerre. En 1980, je tomberai sur de petites caravanes chargée (...)

44Ces deux tribal agencies sont caractéristiques des rythmes d’évolution en cours. Déjà en 1953 et 1957, la vallée de Kurram est en contact étroit avec les settled districts. Sur la route empierrée passent quelques autobus et camions. Vers Thal, s’avance une caravane de chameaux d’au moins un kilomètre de long, chargée de grosses billes de bois originaires de l’Afghanistan. Exemple typique de cette frontière, ouverte à toute circulation de marchandises. Le gouvernement afghan se plaint que les coupes de bois sont illicites mais il ne peut les empêcher, de crainte d’indisposer ses tribus25.

45La vallée serpente, prise de nonchalance. Les canaux irriguent le blé auquel succède le maïs. Près des maisons de notables, des murs entourent de beaux vergers d’arbres fruitiers. Agriculture, commerce avec le Pakistan et l’Afghanistan, émigration assurent un niveau de vie tolérable. Déjà, à cette époque, on ne rencontre pas de misère aiguë.

46Nouvelle visite en 1980. La circulation va bon train. Les camionnettes japonaises lourdement chargées passent à vive allure avant de s’engager sur les chemins de terre. Les petites motos pétaradent dans les bazars. Les tracteurs se font remarquer pour les transports et les labours, à moins que leur moteur soit branché sur une machine-batteuse.

47La route, aujourd’hui asphaltée, et la multiplication des camions stimulent l’économie rurale et sa diversification. Chaque jour partent de Parachinar (chef-lieu) et des autres gros villages des camions chargés de légumes et de fruits, soigneusement empaquetés. La plupart vont jusqu’à Peshawar, d’autres à Kohat ou Bannu. Ici aussi apparaît l’argent du Golfe dans ces nouvelles maisons en dur. Quant à Parachinar, c’est devenu une petite ville : des écoles primaires et secondaires, un hôpital hélas fort mal équipé. Le négoce du bazar et le gros commerce ont bien changé depuis nos précédentes visites.

  • 26 L’ancienne pratique britannique a été conservée. Les milices de chaque Agency sont recrutées dans d (...)
  • 27 Les étrangers comme les officiels pakistanais se déplacent, en général, avec une escorte.

48Redescendus à Thal, nous mettons le cap sur le Waziristan. A la barrière de contrôle de la Tribal Agency, une camionnette avec quatre hommes, ceinture de cartouchières, fusil à la main. Ce sont des Khassadars, c’est-à-dire des membres de la garde personnelle du Political Agent. Chemise flottante, gilet brodé, shalwar (pantalon de grosse toile), seul signe distinctif de leur fonction : le classique turban noir des Waziris est terminé par un morceau d’étoffe rose26. L’air à la fois jovial et farouche ils escortent notre voiture jusqu’à Miram Shah27. Tout d’abord un plateau dénudé, des cailloux noirâtres, un peu de sable. Dans les rares oasis, les peupliers bordent les canaux. Chaque maison en pisé est un petit château fort. Pas de bazar, sauf au village de Mir Ali. Plus loin, la route se glisse entre des collines escarpées, coiffées d’un picket, poste fortifié aujourd’hui abandonné. A l’époque britannique, ils étaient occupés par des miliciens pour prévenir les embuscades.

49Autour de Miram Shah, l’oasis refoule les teintes beiges et ocres du désert. A côté des canaux apparaissent des puits tubés du gouvernement qui remplacent les roues persanes actionnées par des bœufs. Poursuivant vers le sud-ouest, nous retombons sur des zones semi-désertiques avant d’accéder à la vallée de Tochi, ses canaux et ses peupliers, ses vergers et ses champs de maïs (nous sommes à fin août). A nouveau de petits villages sans bazar où chaque famille vit derrière ses hauts murs. Plus loin, vers la frontière, des montagnes qui ne sont pas encore totalement pelées, ultimes vestiges des forêts qui se réduisent comme la peau de chagrin.

50Alors que la vallée de Kurram est déjà bien engagée dans un processus graduel de modernisation, à Miram Shah, les traditions restent très puissantes, comme nous l’avons indiqué plus haut. Même la construction de routes suscite des sentiments mélangés. Les Othmans Khels, la principale tribu, craignent – à tort – que le gouvernement ne convoite leurs terres, alors que les deux autres tribus locales se déclarent beaucoup plus favorables à l’amélioration des voies de communication. Les faits les plus anodins peuvent susciter des incidents, particulièrement dangereux dans ce pays d’hommes armés. Ainsi lors de notre passage, le bazar est agité, à la suite de l’achat par le gouvernement d’un terrain destiné à des constructions administratives.

  • 28 Littéralement voile, rideau, coutume qui empêche les femmes de se montrer à des hommes.

51A Miram Shah, comme plus au sud à Wanna, le quartier où résident les officiels pakistanais est gardé et entouré de murs dont on ferme les portes à 18 h. Les règles en matière de pardah28 restent ultra-strictes. Si une femme est surprise parlant à un inconnu, l’un et l’autre risquent la mort.

52On imagine dans ces conditions le talent, le doigté, la souplesse, mais aussi la fermeté dont doivent faire preuve les Political Agents. La sécurité s’est certes améliorée, mais les rivalités entre tribus et les vendettas familiales peuvent encore finir dans le sang.

53Et pourtant, même des régions de ce type ne sont pas figées. Toujours plus d’hommes se déplacent. Le camion et l’autobus se font plus fréquents. L’agriculture et la commercialisation s’animent. La modernisation plus avancée dans le Kurram et dans les districts n’est pas sans effet non plus sur les territoires isolés.

54La steppe, une famille de nomades, les femmes, le visage découvert, portant une ample et lourde jupe, les chameaux. Nous descendons sur la plaine et le district de Bannu. Adieu à notre escorte. Le Pakistan reprend son visage familier. De part et d’autre de la route des rizières, Bannu s’étale aves ses échoppes, ses magasins. La foule est dense. Ici et là déambulent des femmes, pour la plupart voilées.

55Que de réflexions suscitent ces zones frontières rudes mais attachantes. « Mœurs d’un autre âge, usages scandaleux », diront les partisans sans nuance du « progrès ». Le problème n’est pas là. Il faut prendre les hommes et leur civilisation comme un tout. C’est vrai que celui-ci détonne même dans le contexte actuel de l’Asie, mais nous laissons à d’autres le soin d’étalonner les mérites et la valeur d’une civilisation !

  • 29 Op. cit., p. 99.

56Il est, par contre, absolument clair que si le gouvernement pakistanais avait voulu bousculer les traditions pathanes, il se serait trouvé pris dans des guerres sans fin. Bien qu’elle n’évite pas toutes les tensions, la ligne suivie était la seule possible. Comme l’écrit Akbar Ahmed : « Depuis les années 1970, chez toutes les tribus se fait jour le sentiment que les temps sont mûrs pour s’accommoder du monde moderne ». Les Pathanes sortent toujours plus de chez eux. Nombre de projets de développement sont accueillis de manière positive malgré, ici et là, des réticences comme à Miram Shah. « Ce n’est probablement pas par hasard, conclut Akbar Ahmed, que le dernier meurtre entre proches parents a été commis à Shati Khel en 1973, l’année dans laquelle la route a franchi le col de Nahaki et l’électricité est arrivée »29.

  • 30 Phénomène qui n’est pas nouveau, mais qui s’est beaucoup accru sous l’effet de la guerre.

57Cette évolution graduelle – et déjà beaucoup plus marquée dans les settled districts – se trouve aujourd’hui compromise par la guerre d’Afghanistan. Non sans mérite et générosité, les Tribal Agencies et les districts ont accueilli une forte proportion des trois millions de réfugiés afghans, dont un très grand nombre de Pathanes. Mais à la longue la situation devient préoccupante. Des vallées comme celle du Kurram comptent autant sinon plus de réfugiés que d’habitants locaux, ce qui met à rude épreuve les ressources locales : l’eau, la terre, les rares forêts. L’afflux d’Afghans à Peshawar fait monter les prix des loyers. Les camionneurs réfugiés concurrencent les Pakistanais. Faits beaucoup plus graves : l’explosion de la drogue, la fabrication d’héroïne en zone tribale30 ou du côté afghan, le trafic et la corruption qui en découlent. Et depuis quelques années, des bombes éclatent en plein Peshawar et les villages pakistanais des confins sont bombardés par l’aviation soviéto-afghane.

Le Swat en transition

58La plaine de Peshawar connaît une évolution en gros comparable à celle du Panjab et du Sind. Après avoir plafonné dans les années 1950, l’irrigation par canaux progresse. Les puits tubés, quoiqu’en nombre relativement restreint, apportent un complément d’eau. Blé, canne à sucre voient leurs rendements s’accroître. La production des arbres fruitiers augmente.

  • 31 La principale tribu du Swat est celle des Yusufzais qui ont envahi le pays au début du xvie siècle.
  • 32 Le wali a fait poser une ligne de téléphone qui relie tous les postes à son palais, d’où son secrét (...)

59Dans le Swat, les changements sont plus profonds. Contrairement à beaucoup d’autres régions pathanes31, il devient un Etat princier en 1926, reconnu comme tel par les Britanniques. Au premier Wali (souverain) Abdul Wadud, succède en 1949 son fils, Miangul Jahan Zeb, homme éclairé qui entreprend la modernisation de l’Etat. En 1953, nous traversons la plaine de longue date mise en valeur autour de Saidu Sherif : les canaux de la Swat irriguent le blé en saison sèche, suivi par le riz à la mousson. Le haut pays commence seulement à s’ouvrir. De Barain, terminus de la route à l’époque, je gagne à pied Kalam à 40 km dans le nord. La région est pacifiée depuis peu, mais nous marchons accompagné de deux ou trois miliciens, le fusil vétuste (modèle de la fin du xixe siècle) à la bretelle. Le chemin est jalonné de forts32 en grosses pierres où nous changeons d’escorte après que la garnison ait présenté les armes dans un maniement pas tout à fait au point ! A Kalam, je loge chez le tehsildar (chef du sous-district) qui ne quitte pas son pistolet. Les paysans cultivent du blé ou du maïs, car il fait trop froid pour avoir deux récoltes annuelles. Aucun signe de modernisation, mais une pauvreté accusée. Beaucoup d’hommes ne portent pas les classiques et robustes sandales de cuir des Pathanes. Certains utilisent une semelle de corde tressée attachée à la cheville, d’autres une planchette en bois. L’habillement est fruste et de très médiocre apparence. Les habitants regardent avec étonnement ce “Frangui” (étranger) qui, comble de bizarrerie, va se promener sur un petit sommet encore enneigé au-dessus de Kalam !

60A partir de 1957, la situation commence à changer avec la construction d’une route jusqu’à Kalam. Les écoles, les hôpitaux et dispensaires deviennent plus nombreux. Le Wali, accessible à tous ses sujets, stimule le développement. Il est en même temps d’une honnêteté proverbiale.

  • 33 Depuis lors l’ordre public et la sécurité se sont dégradés. Cf. Akbar S. Ahmed, “Letter from Swat”, (...)

61En 196933, le Swat entre dans une nouvelle étape de son histoire. Comme les autres Etats du nord, il est totalement intégré au Pakistan et devient un district, tandis que le Wali perd son trône. Il meurt en 1987.

62En 1985, nous traversons à nouveau le Swat pour gagner la vallée de l’Indus et la grand-route du Karakorum. En septembre, les belles rizières (nouvelles variétés, engrais chimiques) déroulent leur tapis de part et d’autre de la rivière. Saidu est méconnaissable. Les écoles se sont multipliées. Le petit bourg pousse dans toutes les directions avec des immeubles à trois ou quatre étages, rose et vert pistache. Un gros trafic de camions, d’autobus, de minibus se fraye un passage dans les rues bordées de magasins bien garnis : textiles, vélos, radios, montres, pharmacies… ici et là de petites industries. Le bazar des fruits est en plein boom : pommes, poires, abricots, pêches. En basse altitude des orangers. Pommes de terre et tomates se propagent sur les hauts. Des cargaisons de fruits et légumes descendent en plaine chaque jour dans les camions rutilants de chrome et de peintures.

  • 34 Generosity and Jealousy, The Swat Pukhtun of Northern Pakistan, New York, 1982, pp. 5 à 9, 124, 277 (...)
  • 35 Les belles forêts observées en 1953 sont en net recul.

63Comme l’indique Charles Lindholm dans son excellente étude sur le Swat34, l’économie monétaire gagne du terrain en plaine et dans les hautes vallées avec ses bons et ses mauvais côtés. Et pourtant, malgré la hausse de la production, la diversification de l’économie et une amélioration des niveaux de vie, le revenu moyen de la population reste sensiblement inférieur à celui des districts proches de Peshawar. En effet, la pression des hommes sur la terre se fait toujours plus pesante, en même temps que le déboisement prend des proportions alarmantes35. La densité se situe dans les années 1970 autour de 700 par km2 cultivé. Dans le village de plaine de Shin Bagh, C. Lindholm dénombre 180 familles de propriétaires et 130 sans terre travaillant comme métayers ou ouvriers agricoles.

64Déjà à l’époque de l’enquête de Lindholm (1977) l’émigration est très forte. A Shin Bagh, sur 1 970 habitants, l’auteur recense 487 résidents masculins et 184 qui travaillent en dehors, surtout des jeunes non mariés, 114 à Karachi, 34 au Moyen Orient. Les débouchés dans le reste du Swat, à Peshawar et dans les autres provinces sont faibles (30 en tout), un signe des capacités limitées d’absorption. Ces chiffres, vieux de dix ans, ont dû beaucoup s’enfler depuis lors, notamment en ce qui concerne le Moyen Orient.

  • 36 Sarclages insuffisants, besoins de traitements anti-parasitaires.
  • 37 Les possibilités de développer le tourisme pakistanais et étranger sont énormes, mais encore faudra (...)
  • 38 Destin similaire dans l’Himalaya indien ou au Népal. Rappelons que les villages des Alpes en Suisse (...)
  • 39 Comme nous l’avons vu, l’accroissement de la population de Karachi est une des cause des graves ten (...)

65Même si l’on prend en compte les possibilités de développement dans l’agriculture36, les services (notamment le tourisme)37, l’élevage, l’industrie… comme tant d’autres régions de montagnes du Pakistan et d’ailleurs38, le Swat continuera à connaître une forte émigration. Reste à voir dans quelle mesure les débouchés suffiront à absorber l’excédent de main-d’œuvre39.

66Comme le souligne Akbar Ahmed dans son article, durant les vingt ans de règne du Wali, le Swat a traversé une phase de transition, d’une société et d’une économie traditionnelles aux premiers stades du développement moderne. A la conduite éclairée des affaires publiques par un souverain au noble caractère a succédé un système politique et administratif, probablement inévitable, mais qui ne comporte pas que des avantages.

Hunza : à cheval et en voiture

  • 40 Nous atteignons Gilgit par avion et revenons en plaine par la route.
  • 41 Déjà en 1936, Ella Maillart, qui traverse le pays en venant de Chine, est frappée par la pression d (...)

67En 1961, le nord du Pakistan vit encore au rythme des temps anciens. Les DC3 de la PIA desservent Gilgit quand le temps le permet. Une route, accessible aux jeeps, en été seulement, relie la région à la plaine par un long circuit : la vallée de l’Indus jusqu’à Chilas, puis la montée au col de Babusar à plus de 4 000 m, la descente sur la vallée de Kaghan et finalement Abbottabad40. Une agriculture de montagne au potentiel restreint, un peu d’élevage, un négoce freiné par le manque de moyens de transport et de routes, l’émigration en plaine… autant de facteurs qui créent des conditions de vie tout juste supportables41.

  • 42 Les habitants de Hunza font du vin aujourd’hui de manière discrète, à la suite de la prohibition in (...)

68A partir de Gilgit, nous suivons la vallée jusqu’à Baltit (60 km), capitale de l’Etat princier de Hunza. Nous voici à cheval le long de la vieille route des caravanes qui conduit au Sinkiang. Le chemin est taillé dans les falaises qui tombent à pic sur la rivière, puis il traverse les oasis avec leurs belles cultures en terrasses, retenues par des murs de pierre bordés de peupliers. Paysage extraordinaire. En isolant le pays de la mousson, la barrière de l’Himalaya crée d’énormes déserts de pierres, d’éboulis dominés par les géants du Karakorum, sommets de 7 000 à 8 000 m., dômes de neige, cascades de séracs, arêtes rocheuses en dents de scie. Les rivières et torrents alimentés par la fonte des neiges et les rares précipitations ont permis aux paysans de développer, depuis des temps fort anciens, une belle agriculture irriguée : cultures vivrières, orge, blé, maïs. La vigne42 et les arbres fruitiers, en particulier les abricotiers, occupent une place importante.

  • 43 On connaît les soucis des Britanniques devant la pénétration russe en Asie Centrale. Seule une minc (...)
  • 44 Punial, Yasin, Ishkoman et Gopi.

69Non sans peine l’ensemble des vallées a fini par être pacifié, après une longue période de profonde insécurité. Luttes de tribus, pillages des caravanes, violences féroces, captures d’hommes vendus comme esclaves. Les Britanniques installent un Political Agent à Gilgit, chargé de surveiller la frontière43 et de maintenir des relations satisfaisantes avec les Mirs (souverains de Hunza et Nagar) qui se font face de part et d’autre de la rivière Hunza et avec les autres petits Etats de la région44. Ce n’est qu’au prix d’une rude campagne militaire (1897) que les Britanniques ont réussi à imposer leur protectorat aux différents princes.

70En 1961, la situation n’est pas très différente de celle qui prévalait sous les Britanniques. Un Political Agent pakistanais réside à Gilgit, tandis que les deux Etats continuent à jouir d’une large autonomie, ce qui n’exclut pas un jeu subtil d’intrigues. En 1974, les Etats sont abolis pour devenir des subdivisions du district de Gilgit. La région est très hétérogène : plusieurs ethnies aux origines incertaines, pas moins de cinq langues, dont le Burushaski (Hunza), des populations sunnites, la prédominance des Shiites à Nagar, des Ismaéliens à Hunza.

71Après les caravanes de chevaux qui ont rythmé la vie de la Haute Asie pendant des millénaires, la route asphaltée et le camion sont en train de pénétrer dans les vallées, d’escalader les cols, de modifier les modes de vie et les possibilités de développement. Ainsi, est-ce avec un sentiment étrange qu’en 1985, nous « avalons » les 60 km de Gilgit à Baltit en moins de deux heures de voiture, alors que de l’autre côté de la rivière nous distinguons les restes du chemin sur lequel nous avions passé trois jours et demi, à cheval, vingt-quatre ans plus tôt.

  • 45 A partir de Havelian, terminus du chemin de fer. Le relief très escarpé, les glissements de terrain (...)

72En 1979, est ouverte la Karakorum Highway qui, partant du piémont de l’Himalaya, parvient à la frontière chinoise au col du Khunjerab à 4,700 m d’altitude. Les 750 km45 de route asphaltée ont exigé près de vingt ans de travaux par les Pakistanais et les Chinois. La vallée étroite de l’Indus, qui ne comptait que des sentiers reliant les rares villages, s’anime.

73Six ans après la fin des travaux, les effets de la route se font peu à peu sentir. Le trafic reste modeste, surtout à partir de Hunza. Mais après le frêt prohibitif des transports par jeep via le col de Babusar, le camion offre d’évidents avantages pour l’écoulement des produits locaux. Néanmoins, ce dernier souffre encore du manque de routes secondaires dans les vallées latérales malgré des progrès, entre autres la voie carrossable Gilgit-Yasin et la route de Skardu.

  • 46 Il en reste encore pour les matchs de polo, jeu très ancien dans la région.

74Gilgit conserve son rôle de centre régional. C’est devenu une véritable ville de 32 000 habitants : rues asphaltées, nouveaux immeubles en dur qui bousculent le vieux bazar, écoles, hôpitaux en nombre grandissant. Les véhicules à moteur ont pratiquement chassé les chevaux si nombreux en 196146. Le commerce, les garages, les hôtels locaux et les bistrots qui servent thé, galettes, fritures et brochettes se multiplient le long de la route et à Gilgit.

75Les villages de la partie basse de Hunza étaient relativement ouverts de longue date au commerce. Par contre plus haut dans la vallée, la route a rompu l’isolement qui jusqu’alors exigeait dix à quinze jours de caravane.

76Quant au trafic international, il reste, pour le moment, très limité, situation qui va changer lorsque la réfection de la route du côté chinois sera terminée. On peut alors s’attendre à d’assez gros flux de touristes et à un trafic frontalier de marchandises.

77Cette région est peut-être la plus belle des massifs Himalaya-Karakorum, par ses contrastes saisissants entre les gorges profondes et désolées, les pentes abruptes faites d’éboulis ou de parois rocheuses, les oasis avec leurs vergers, les géants de glace. Alors qu’au Népal ou au Ladakh il faut, en général, des marches assez longues pour s’approcher des hauts sommets, de Gilgit à la frontière ceux-ci surplombent la vallée. Ce paradis pour touristes locaux et étrangers est encore fort peu exploité, bien que l’on décèle un début d’infrastructures : hôtels et rest-houses. Quelques groupes de voyageurs sont apparus, sans parler des expéditions en haute montagne dont les débuts sont anciens.

78Une telle ressource mérite d’être encouragée car la région a besoin d’utiliser tous ses atouts pour compenser le poids toujours plus lourd de la population : 225 000 habitants, estimation pour 1985 dont 32 000 urbains à Gilgit et 306 villages.

79La forêt se raréfie, au point qu’avant d’en tirer profit, de gros efforts de reboisement s’imposent. Le relief laisse peu de place à l’agriculture et c’est au prix de très durs travaux que les paysans ont, depuis des siècles, construit leurs terrasses et les canaux qui longent le flanc de la montagne avant d’irriguer les champs. Le district de Gilgit compte 20 400 ha cultivés, 6 500 pourraient encore être mis en valeur à condition d’avoir de l’eau. L’altitude exerce d’autres contraintes : au-dessus de 2 300 m, la saison froide s’allonge et empêche les doubles récoltes annuelles sur le même sol : du blé ou du maïs, au lieu de tous les deux plus bas.

  • 47 A noter les troupeaux de yaks au Khunjerab.

80Les familles dépourvues de terre sont rares et le métayage est peu pratiqué. Les propriétés sont petites, très souvent autour de 0,75 ha, dont, le cinquième consacré aux abricotiers, pommiers, noyers, peupliers et 0,60 ha aux céréales, avec éventuellement quelques parcelles de fourrage. L’élevage apporte un complément. Au premier printemps, chèvres et moutons gagnent les pâturages en altitude dont ils descendent en automne. Le gros bétail, pas très abondant, est en général dans les villages47.

81Les exploitations à double récolte de grain permettent à la famille de couvrir à peu près ses besoins moyennant quelques ventes de fruits. Par contre, la situation se gâte nettement avec une seule récolte. Dans l’ensemble 20 à 30 % du blé consommé dans le district viennent du dehors.

82Malgré les nombreuses subventions accordées par le Gouvernement central, entre autres pour les transports, bon nombre de familles ont de la peine à nouer les deux bouts. L’émigration, déjà manifeste il y a un demi-siècle et en 1961, n’a fait que s’accentuer. Nous retrouvons le pôle d’attraction de Karachi, le Moyen Orient puis l’armée. Entre 5 et 15 % de tous les adultes masculins travaillent ou étudient hors de leur village.

83Comme la pression démographique ne va pas ralentir avant au moins quelques décennies et que les débouchés hors des montagnes risquent de ne pas beaucoup s’accroître, un développement local plus rapide s’impose. Une marge substantielle de manœuvre existe du côté de la production et des ventes de fruits en plaine grâce à la route. Comme nous l’avons vu au Baluchistan, de très petites surfaces de vergers avec des arbres sélectionnés et bien entretenus rapportent gros. Des gains sont concevables pour les céréales grâce aux engrais chimiques. La culture de la pomme de terre et, notamment, celle des semences de pomme de terre vendues en plaine constitue un autre débouché. Nous en observons les débuts dans les villages au-delà de Baltit. Des tracteurs se faufilent jusqu’aux terrasses supérieures, puis transportent les sacs jusqu’à la route où attendent les camions à destination d’Islamabad ou de Peshawar.

84De meilleurs soins au bétail, la lutte contre les épizooties s’imposent pour produire davantage de viande, de lait, de laine, de peaux.

  • 48  Le district voisin du Baltistan (Skardu) à l’est comporte des dimensions et une population analogu (...)

85Faciles à mettre sur le papier, ces objectifs exigent du temps pour être atteints. Les 225 000 habitants du district de Gilgit sont répartis sur 28 500 km248. Les villages éloignés de la route, la maladie, la rareté des écoles, les glissements de terrain, la pauvreté de beaucoup de familles constituent de sérieux handicaps. A côté des projets du Gouvernement, l’Agha Khan a lancé par le biais de sa Fondation un gros programme de développement socio-économique qui ne se limite pas à ses coreligionnaires de Hunza. La moitié des 1 030 villages des districts de Chitral, Gilgit et Baltistan sont maintenant couverts : vulgarisation agricole, construction de canaux et autres travaux d’infrastructure, santé, éducation, encouragement aux Village Organizations, mises sur pied localement pour assurer l’exécution du programme.

  • 49 127 millions de Rs/an les quatre premières années, fonds fournis par la Fondation Agha Khan et quat (...)
  • 50 Engin idéal pour couvrir des régions aussi étendues, mais ce moyen n’est guère à la portée de l’adm (...)
  • 51 Les renseignements ci-dessus sont tirés de The Agha Khan Rural Support Programme, an Interim Evalua (...)

86Les premiers résultats, depuis le début des opérations (décembre 1982), sont encourageants. Le programme dispose d’un encadrement compétent et assez étoffé, de moyens financiers49 et logistiques importants dont, ce qui n’est pas un luxe dans ces régions, un hélicoptère50, et une dotation en jeeps très supérieure à celle de l’administration. La commercialisation des fruits et des semences de pommes de terre est en nette progression et les pertes ont été réduites grâce aux traitements antiparasitaires. Les démonstrations sur l’usage des engrais chimiques se multiplient. 134 000 têtes de bétail ont été vaccinées. Des travaux destinés à améliorer les périmètres irrigués sont en cours. 550 000 arbres ont été plantés51.

87Laissons chiffres et rapports pour continuer notre route jusqu’au col du Khunjerab. De rares camions et bus, jusqu’au dernier village : Sust, poste de douane et sa petite oasis. La gorge se resserre, puis s’élargit. La route attaque les lacets du col et voici, à côté des yaks très placides, la borne frontière recommandant au voyageur de conduire à droite ! Aux profils échancrés du Karakorum succèdent les énormes croupes des Pamir qui annoncent la frontière toute proche de l’Afghanistan et de l’Union Soviétique. Bam-i-dunya, le toit du monde comme on dit en persan, mais aussi le carrefour de la Haute Asie où depuis des siècles se sont rencontrées tant de grandes civilisations.

Notes

1 Des exceptions mais qui ne durent pas, comme l’ébauche d’un Etat que constitue Nasir Khan, souverain de Kalat au xviiie siècle. Il réussit à regrouper sous son autorité la plus grande partie des tribus baluchs.

2 O. Caroe, The Pathans, (Karachi, 1973), p. 377.

3 Cf. Akbar Ahmed, Pakhtun Economy and Society, Londres, 1980.

4 A l’exception principale du passage d’Alexandre le Grand dont l’armée souffrit énormément en traversant plus au sud par le Makran pour retourner en Mésopotamie.

5 Les Brahuis représentent l’ethnie dominante notamment autour de Kalat.

6 S. Harrison, In Afghanistan’s Shadow, Baluch Nationalism and Soviet Temptations, Washington DC, 1981, p. 21.

7 Tout le pays est découpé en districts.

8 Le fonctionnaire numéro un dans la province.

9 Les Pathanes sont surtout concentrés dans le nord du Baluchistan et, du côté afghan, à Kandahar et dans l’est de l’Afghanistan.

10 285 000 habitants en 1981.

11 Route asphaltée mais pas très bonne. La construction n’a pas été faite avec assez de soin, d’où des éboulements de terrain, des inondations provoquées par les torrents aux soudaines et violentes crues.

12 Les renseignements qui suivent nous ont été fournis par Hugo Fabietti, ethnologue italien qui participe à un projet de recherches au Baluchistan conduit par les Universités de Milan et Turin.

13 Population du district de Turbat : 380 000 habitants en 1981.

14 Les nomades seraient peut-être un million, ce qui paraît beaucoup, dont une forte proportion de Brahuis.

15 Les derniers pourparlers sont engagés avec un consortium réunissant des entreprises de Roumanie, de Finlande et de Suède. Cf. Overseas weekly Pakistan Times, 13-12-1987. On parle aussi d’une participation de la Chine.

16 En 1935, par exemple, les Britanniques engagent 35 000 hommes pour mâter les Mohmands.

17 A côté des Tribal Agencies existent de plus petites zones autonomes dépendant des chefs de district (deputy commissioner).

18 La ligne Durand (1893) qui marque la frontière coupe le monde pathane en deux.

19 Dans la plaine de Peshawar en particulier.

20 Population de la Northwest Frontier Province 11 millions, FATA (Federal Administered Tribal Areas) 2,2 millions d’habitants (1981).

21 En général un canon de montagne de la Première Guerre Mondiale du genre 75 mm.

22 Badal (revanche), hospitalité, chasteté des femmes, rivalités entre cousins.

23 Zar, l’or ; zamin, le sol ; zan, la femme.

24 Ahmed, op. cit., p. 205.

25 Ce commerce n’a été que réduit par la guerre. En 1980, je tomberai sur de petites caravanes chargées de bois.

26 L’ancienne pratique britannique a été conservée. Les milices de chaque Agency sont recrutées dans des tribus du dehors. En revanche, le Political Agent confie sa sécurité personnelle à des gardes de corps de la région.

27 Les étrangers comme les officiels pakistanais se déplacent, en général, avec une escorte.

28 Littéralement voile, rideau, coutume qui empêche les femmes de se montrer à des hommes.

29 Op. cit., p. 99.

30 Phénomène qui n’est pas nouveau, mais qui s’est beaucoup accru sous l’effet de la guerre.

31 La principale tribu du Swat est celle des Yusufzais qui ont envahi le pays au début du xvie siècle.

32 Le wali a fait poser une ligne de téléphone qui relie tous les postes à son palais, d’où son secrétaire est tenu au courant de mes déplacements.

33 Depuis lors l’ordre public et la sécurité se sont dégradés. Cf. Akbar S. Ahmed, “Letter from Swat”, Far Eastern Economic Review, 1-10-1987.

34 Generosity and Jealousy, The Swat Pukhtun of Northern Pakistan, New York, 1982, pp. 5 à 9, 124, 277 à 281.

35 Les belles forêts observées en 1953 sont en net recul.

36 Sarclages insuffisants, besoins de traitements anti-parasitaires.

37 Les possibilités de développer le tourisme pakistanais et étranger sont énormes, mais encore faudrait-il que ce secteur soit mieux encouragé que ce n’est le cas.

38 Destin similaire dans l’Himalaya indien ou au Népal. Rappelons que les villages des Alpes en Suisse ou en France ont connu et continuent à connaître un fort exode vers les plaines et les villes.

39 Comme nous l’avons vu, l’accroissement de la population de Karachi est une des cause des graves tensions actuelles.

40 Nous atteignons Gilgit par avion et revenons en plaine par la route.

41 Déjà en 1936, Ella Maillart, qui traverse le pays en venant de Chine, est frappée par la pression démographique qui conduit nombre d’hommes à s’expatrier. (Cf. son libre Oasis interdites, Genève, 1971, p. 290). Ajoutons que les gens de Hunza ne nous ont pas paru jouir de la santé qu’on leur prête parfois.

42 Les habitants de Hunza font du vin aujourd’hui de manière discrète, à la suite de la prohibition introduite par le Gouvernement.

43 On connaît les soucis des Britanniques devant la pénétration russe en Asie Centrale. Seule une mince bande de territoire afghan, le corridor du Wakhan sépare les deux Empires.

44 Punial, Yasin, Ishkoman et Gopi.

45 A partir de Havelian, terminus du chemin de fer. Le relief très escarpé, les glissements de terrain, les risques de tremblements de terre, les ruptures de poches de glacier, rendirent la construction très difficile. 500 Pakistanais et Chinois sont morts d’accidents. On compte 99 ponts et 1 708 passages pardessus des lits de torrent (culverts).

46 Il en reste encore pour les matchs de polo, jeu très ancien dans la région.

47 A noter les troupeaux de yaks au Khunjerab.

48  Le district voisin du Baltistan (Skardu) à l’est comporte des dimensions et une population analogues. Il convient d’ajouter encore le Chitral, 12 300 km2 et 240 000 habitants, à l’ouest.

49 127 millions de Rs/an les quatre premières années, fonds fournis par la Fondation Agha Khan et quatre organisations étrangères.

50 Engin idéal pour couvrir des régions aussi étendues, mais ce moyen n’est guère à la portée de l’administration.

51 Les renseignements ci-dessus sont tirés de The Agha Khan Rural Support Programme, an Interim Evaluation, Washington DC, 1987. Rapport d’évaluation entrepris par la Banque mondiale.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search