Version classiqueVersion mobile

Le Pakistan, don de l’Indus

 | 
Gilbert Etienne

Chapitre VIII. Le Sind

Texte intégral

1Les grosses différences d’ordre socio-économique et géographique relevées entre le Sind et le Panjab, avant et sous le régime colonial, n’allaient évidemment pas se volatiliser, même quarante ans après l’indépendance, car il faut compter avec les temps longs de l’histoire.

  • 1 Encore aujourd’hui les migrations de Sindhis à Karachi sont faibles. Selon des estimations récentes (...)

2Dans une première phase, les écarts tendent plutôt à s’accentuer. Les Sindhis restent pratiquement en marge du boom que provoque à Karachi l’arrivée des réfugiés de l’Inde. Capitale de l’Etat de 1947 à 1960, la ville attire des réfugiés et de nombreux Panjabis dans les ministères. Par la suite, les Pathanes affluent dans les usines er le commerce1. Quant aux campagnes, leur éveil est plus lent que celui du Panjab. Les pesantes structures féodales se combinent aux problèmes de salinité, plus graves que dans le nord, pour retarder et compliquer le développement rural.

3Aujourd’hui, cette région longtemps engourdie est en train de s’éveiller.

Un score agricole médiocre

4En septembre 1967, pour la première fois nous pénétrons dans quelques villages du Sind autour de Hyderabad et de Thatta. De grands travaux d’irrigation sont en voie d’achèvement. En 1956, la digue de dérivation (barrage en anglais) de Kotri près de Hyderabad permet d’accroître l’irrigation dans le bas Sind. Comme dans le Thal, l’ensemble des travaux exige beaucoup plus de temps et d’investissements que prévu. De surcroît, les effets pervers de la salinité ne se font pas attendre.

5En bordure du canal d’Akram Wah, nous faisons halte au village de Haji Arab. Quelques paysans sont en train de moissonner le riz. Le travail va mollement dans des champs où les mauvaises herbes poussent aussi haut que le paddy. Ahmed Laïk ud Din est propriétaire de 25 ha. Au kharif (juin-octobre) les rizières couvrent 12 ha à 925 kg/ha de paddy (600 de riz), rendement misérable. Pas de fumier, pas d’engrais chimiques, ni de nouvelles semences, des pratiques culturales médiocres, une irrigation inadéquate. Les 4 ha de blé cultivés en hiver ne donnent que 450 à 550 kg/ha. Viennent en plus quelques champs de pois chiches (gram), et une canne à sucre de pauvre apparence. D’autres champs sont en broussaille. Les voisins ne font guère mieux.

6Dans un autre village, Mohammed Baksh (9,6 ha) m’entraîne voir son coton. Arrivés à maturité, les arbustes sont chétifs, éparpillés sur une trop large parcelle. La récolte donnera 70 kg/ha de coton égrené. Quant au blé et au riz, ils ne cotent pas plus haut que chez Ahmed Laïk.

  • 2 En plus de 35 ans de voyages en Asie, c’est la seule fois que je n’ai pu entrer dans un village !

7Nous poursuivons notre route. Ici un marécage, signe d’excès d’eau, plus loin la terre blanche de sel. Ailleurs des rizières mal nivelées ou du coton maigrelet. Des colons venus du Baluchistan ont créé leur village, masqué par d’épaisses haies d’épineux. Quand je fais mine d’approcher, les fonctionnaires qui m’accompagnent m’arrêtent : « Ces Baluchs sont très conservateurs. A cause de leurs femmes, personne, pas même un officiel, ne peut entrer dans leur village »2. Attitude qui ne va pas faciliter le développement des lieux !

8Le rapport de la Hunting Ltd (société américaine) confirme nos observations sur une plus large échelle. Les rendements du blé et du paddy correspondent, en gros, à ceux d’Ahmed Laïk. D’après les sondages de cette entreprise, seuls 12 % des champs de coton, 8 % du blé et 4 % des plantations de canne à sucre sont assez bien nivelés pour profiter d’une bonne irrigation.

9Le système d’irrigation de Kotri comporte 4 000 km de canaux principaux et secondaires auxquels s’ajoutent les petits canaux d’accès aux champs (water courses). Les grands canaux sont cimentés, ce qui permet de réduire les pertes d’eau par infiltration dans le sol sans, pour autant, prévenir entièrement la salinité.

10L’ensemble du système doit couvrir 900,000 ha de terres nouvelles ou peu irriguées auparavant. En 1964, 400,000 ha cultivés au kharif et 100 000 au rabi bénéficient d’une irrigation pas toujours adéquate. On est donc encore loin de l’objectif final.

  • 3 Attitude très répandue en Asie. Les investissements sont calculés au plus juste. Les responsables c (...)
  • 4 Ils sont évidemment creusés à une plus grande profondeur que les canaux d’irrigation.

11Ce premier bilan est aggravé par la salinité et le water logging. Au départ du projet, les travaux de drainage ont été négligés, bien que le besoin de ceux-ci eût été parfaitement reconnu3. En quelques années, les remontées de sel sont apparues. Il a bien fallu après coup entreprendre des travaux de drainage coûteux et complexes. Les drains horizontaux doivent passer sous les canaux d’irrigation4. Selon les endroits, la pente est si faible – nous sommes très près de la mer – que les drains fonctionnent mal. Quant au drainage vertical par pompage, il coûte très cher. L’eau saumâtre et souvent mélangée d’infiltrations en provenance de la mer, ne peut être utilisée comme complément d’irrigation.

12Autre difficulté : l’établissement de colons sur les nouvelles terres. Lors de notre passage, 10 000 à 15 000 familles se sont fixées dans le bas Sind : des réfugiés de l’Inde, des militaires à la retraite (Panjabis pour la plupart), des Baluchs comme ceux que nous avons entr’aperçus derrière leurs haies. 18 000 familles de fermiers et métayers locaux ont acquis leurs propres terres et 4 000 propriétaires ont agrandi leurs domaines.

13Il est évident que dans ce milieu physique rendu difficile par la salinité, la colonisation de nouvelles terres exige du temps.

  • 5 Mahmood Hassan Khan, Underdevelopment and Agrarian Structure, Lahore, 1981, p. 153.

14La nature et les facteurs techniques ne sont pas seuls en cause. Les grands féodaux à la tête de domaines couvrant des centaines ou des milliers d’ha restent bien loin des gentlemen farmers du Panjab. Beaucoup d’entre eux sont absentéistes. Leurs terres ont beau produire peu, l’étendue des domaines et les conditions de travail de la main-d’œuvre assurent de grosses recettes. De plus, comme le note Mahmood Hassan Khan, le départ des prêteurs et commerçants hindous a permis aux grands propriétaires de les remplacer et de renforcer encore leur position5. Le métayage classique est très répandu. Le cultivateur supporte la quasi-totalité des frais d’exploitation pour ne recevoir que la moitié de la récolte. Le métayer ne jouit pas toujours du droit d’occupation. Ces conditions ne l’incitent pas à beaucoup travailler. Quant aux manœuvres agricoles, ils connaissent un sort précaire.

  • 6 Cf. chapitre ii.

15Si ce climat féodal affecte pratiquement tous les districts, dans le haut Sind dépendant du projet de Sakkar6, l’agriculture se situe à un niveau moins faible qu’autour de Hyderabad. La mise en valeur des terres a commencé à s’améliorer depuis la fin des travaux dans les années 1930. Certains districts souffrent d’une salinité moins aiguë. La raffinerie de Sakkar achète la canne au rendement de 50 t/ha, contre 19 près de Kotri.

  • 7 P. Lieftinck, A. R. Sadove, T. C. Creyke, Water and Power Resources of West Pakistan, Baltimore, 19 (...)

16Blé et riz donnent de meilleurs rendements dans le haut Sind mais, comme au Panjab, le débit des canaux ne convient pas aux besoins de cultures qui doivent devenir plus intensives pour compenser la pression démographique. Or, même là où l’eau souterraine est bonne, les grands propriétaires, qui ne manquent pas d’argent, « vivent en général loin de leurs terres et s’intéressent peu à l’agriculture »7, conclut avec mélancolie une étude de la Banque mondiale. En 1965, le nord du Sind ne compte que quelques milliers de puits tubés contre 30 500 au Panjab.

Le réveil des campagnes

17En septembre 1985, nous nous retrouvons dans le district de Hyderabad, d’où nous gagnons en voiture le haut Sind. En mars 1986, nouvel arrêt dans cette seconde région.

18Les campagnes sont sorties de leur semi-somnolence. Le paysage et les hommes sont en train de changer. La production augmente et se diversifie.

19Sur l’autoroute qui relie Karachi à Hyderabad, le trafic ne cesse de grossir, les industries débordent hors de la grande métropole. A mi-chemin entre les deux villes s’édifie la nouvelle cité industrielle de Nooriabad. Grandes et petites usines gagnent du terrain à Hyderabad.

  • 8 Trois frères et deux sœurs. La part de celles-ci correspond, selon la tradition, à la moitiè de cel (...)
  • 9 Le riz exige beaucoup plus d’eau que les autres plantes.

20Dans la banlieue nord de la ville commencent les domaines de Chaudry Sahb qui gère ses propres terres, celles d’une de ses sœurs et d’un de ses frères. La famille indivise est propriétaire de 440 ha8. Le père, décédé, était avocat et faisait exploiter ses terres par des métayers. Son fils qui nous reçoit dans un spacieux bungalow représente le nouveau type de propriétaire sindhi. Actif, il investit, produit plus et s’enrichit. L’ensemble des terres ne peut être cultivé : l’eau des canaux assure l’irrigation de 70 % des terres au kharif et au rabi. Chaudry Sahb a installé des pompes sur le canal qui coule en contre-bas de ses champs. L’éventail de la production est très large : du blé (2,500 kg/ha) semé entre novembre et décembre, moissonné en avril/mai suivi par le coton dont les plants poussent en rangs serrés. La récolte (trois cueillettes entre mi-septembre et novembre) s’annonce excellente avec 600 kg/ha de coton égrené. Plus loin, des parcelles de canne à sucre. Les vergers de manguiers et de citronniers voisinent avec les légumes. Les cultures fourragères permettent de nourrir 425 bufflesses. Quant au riz, sa culture est interdite dans la région, afin de limiter les risques de water logging9.

  • 10 On peut en déduire une légère croissance en termes réels.

21Les salaires sont comparables à ceux du Panjab : 20 à 25 Rs (10 il y a dix ans)10pour les journaliers ; 450-500 par mois pour les ouvriers agricoles attachés à un propriétaire. A la moisson du blé, un travailleur peut gagner jusqu’à 20 kg de grain par jour.

22Nous poursuivons notre route à travers une campagne bien cultivée jusqu’au village de Tandeo Saeed Khan à 15 km de Hyderabad. Chaudhri Zulfikar se situe dans la catégorie des paysans moyens car, de ses 14 ha, il n’en cultive que 6,4 ha, faute d’eau. Le coton couvre 4,2 ha avec, à nouveau, un très bon rendement de plus de 600 kg/ha égrené. Le blé, qui suit, dépasse 3 000 kg/ha, soit le double d’il y a 20 ans. Nouvelles semences, engrais chimiques, pesticides (pour le coton) expliquent ces performances. Zulfikar a la sagesse de restreindre ses surfaces cultivées afin qu’elles soient bien irriguées, ce qui rapporte plus. Il loue un tracteur. Un petit verger de manguiers fournit des recettes complémentaires, auxquelles s’ajoutent des ventes occasionnelles de lait : six bufflesses en lactation.

23Notre hôte jouit d’une modeste aisance seulement car, face à ses hauts rendements, les charges sont lourdes. Sous son toit : 21 personnes, adultes et enfants. Deux fils mariés, dont l’un est chauffeur de camion. Un troisième est mort l’an dernier. A moins que l’irrigation n’augmente en capacité, la famille aura de la peine à nouer les deux bouts quand les enfants grandiront.

24Plus loin, à distance de la grand-route, le village de Hamilpur. Mohammed Ramzan reçoit assez d’eau pour cultiver l’ensemble de ses 5 ha : du coton sur 3,2 ha (500 kg/ha égrené) auquel succède le blé à 2 500-3,000 kg/ha. Viennent en plus des manguiers (1,2 ha) un peu de maïs, du petit mil comme fourrage pour la bufflesse et la paire de bœufs. Ramzan cultive aussi comme métayer 4 ha supplémentaires. Les bœufs ne suffisent pas pour tous les labours, aussi loue-t-il de temps à autre un tracteur.

25A nouveau des conditions de vie satisfaisantes, mais beaucoup de bouches à nourrir. Ramzan travaille avec son frère aîné, tandis que le cadet est à l’école. Ils abritent également un neveu qui, instituteur, assure un complément de revenu. En tout vingt adultes et enfants.

26A travers champs, nous accédons à un hameau où vivent des haris (métayers) et des journaliers. Les maisons sont en boue séchée recouverte de chaume. L’habitat est précaire. En cas de forte pluie, le toit perce et parfois s’en va en lambeaux. Le mobilier se limite à des lits de corde (charpaï), quelques couvertures, une lampe à huile, quelques pots en terre pour conserver l’eau, deux ou trois casseroles. Les femmes plaisantent et les hommes s’expriment avec vivacité. Les uns et les autres possèdent un ou deux vêtements de rechange. Les hommes gagnent 20 Rs par jour sans nourriture.

27Pauvreté sans doute, mais non pas cette misère si aiguë qu’elle rend l’être humain presque inerte, tant il est accablé par le dénuement.

28Toutes les cultures n’atteignent pas le niveau évoqué plus haut : ici le coton ne donne que 200 kg/ha égrené. Des paysans n’arrivent pas à 2 000 kg/ha de blé. Inversement, d’autres cultures de gros rapport sont apparues, comme les fleurs : roses, jasmins, en forte demande à Karachi. A noter aussi quelques plantations de bambous.

29Près de Hamilpur s’étendent les 800 ha d’une grande famille vivant en indivis. L’un des aînés, Sayyed Anwar Ali Shah, nous reçoit. Agé, son beau visage entouré d’un fin collier de barbe, il recourt à un chef de culture. Blé, coton, canne à sucre, jouissent d’une bonne irrigation. Une bananeraie de 40 ha est louée à un commerçant-entrepreneur. Celui-ci paye 25 000 Rs de location par ha. Il supporte tous les frais et gagne net 12 500 Rs par ha. Les bananiers poussent pendant dix-huit mois avant de donner des fruits. Ils sont abattus après dix ans. Nos propriétaires développent l’élevage : 87 bufflesses à 5-10 l/jour. Le lait est vendu à Hyderabad et à Karachi.

  • 11 Défaut général de l’irrigation par canaux. En conséquence, les services d’irrigation tournent à per (...)

30De nombreux Haris attachés souvent de père en fils à la famille d’Anwar Ali, cultivent des lots de 8 ha chacun. Le propriétaire fournit les semences et prend à sa charge la moitié des dépenses en engrais et pesticides. Quant aux frais d’irrigation à la charge exclusive du propriétaire, ils sont très faibles : 50 Rs pour 0,4 ha de coton, 21 pour le blé, 70 pour la canne11. Bœufs et tracteurs (ces derniers appartenant aux propriétaires) assurent labours, hersage, transport.

31Autre exemple : Khuda Baks, propriétaire avec ses deux frères de 16 ha auxquels s’ajoutent 12 ha pris en location. Il y a dix ans notre hôte a installé un puits tubé à pompe (20 CV) pour renforcer l’irrigation du canal. Il a la chance de trouver une bonne eau souterraine qu’il capte à 30 m.

32Les trois propriétaires font cultiver l’ensemble des terres par des haris (métayer), à raison de lots de 2 à 4 ha. Le gros des terres porte du blé (2 000-3 000 kg/ha), du coton (600 kg/ha égrené), un peu de canne à sucre. Profitant du marché de Karachi, Khuda Baks s’est lancé, il y a quelques années, dans les fleurs : 0,4 ha de jasmin dont les fleurs se reproduisent pendant six mois, pour un revenu net de 45 000 Rs. Les roses à raison de 60 kg par jour (1,2 ha) sur huit mois (avril-novembre) dégagent un revenu net de 36 000 Rs pour 0,4 ha, soit 108 000 Rs en tout.

33Inutile de dire que grâce à l’horticulture les 16 adultes et enfants de la famille élargie de Khuda Baks connaissent l’abondance.

34Les domaines peuvent être de taille respectable, mais les familles ne cessent de se gonfler, ce qui à long terme finira par affaiblir le poids des grands zamindars.

35De Hyderabad, nous partons vers Tando Mohammed Khan. Le riz, les bananeraies, la canne à sucre dominent dans ces terres qui dépendent de Kotri. Avant la digue de dérivation, la région n’était desservie que par des canaux d’inondation. Les images d’une faible agriculture n’ont pas toutes disparu. Telles rizières mal aplanies et manquant d’engrais chimiques vont faire 1 000 à 1 300 kg/ha de riz (1 500-2 000 paddy). D’autres rizières devraient donner presque le double. Quelques très belles plantations de canne à sucre atteignent les 100 t/ha. Quant au blé qui succède au riz, il se situe entre 2 000 et 2 500 kg/ha.

36Petits, moyens et grands paysans coexistent. Trois frères exploitent, en tant que haris (métayers), respectivement 5,6, 4,8 et 20 ha. Adultes et enfants, vivant dans des maisons voisines, constituent, pour le moment, un effectif de 25 personnes. Ce sont des Panjabis, venus de Multan, à l’invitation du propriétaire, panjabi lui aussi, qui vit à Karachi et a acheté des terres dans les nouvelles zones de canaux. Les frais d’exploitation sont partagés de manière égale. Le hari paye les journaliers dont il a besoin pour la coupe de la canne.

37Les cinq frères possèdent deux paires de bœufs et dix bufflesses dont ils vendent une partie du lait à Hyderabad. Tout le monde a profité de ce déplacement. Ici, il existe plus de terre qu’à Multan, même pour un métayer.

38Les débouchés en ville permettent à une partie des paysans sans terre d’améliorer leur sort. Ahmed, dix-huit ans, est en train de contrôler l’irrigation de la rizière. Il s’occupe d’un ha dont il reçoit le quart de la production sans participer aux frais d’exploitation. Il apporte ainsi quelques sacs de riz à ses parents. A la morte saison, il est coolie à Hyderabad.

Le district de Hyderabad

  • 12 Il dessert le nord du district.

39Un des ingénieurs en charge du système d’irrigation nous donne un aperçu général du district. Le canal de Rohri, issu de Sakkar12, jouit d’un surplus d’eau en juillet-août, alors qu’à fin avril, il ne peut couvrir tous les besoins. La surface irriguée au kharif a certes augmenté de près de 50 % de 1960 à 1985 pour atteindre 420 000 ha, tandis qu’au rabi, avec une progression de 20 %, la surface desservie atteint 476 000 ha. Quant au barrage de Kotri à Hyderabad, il couvre 1,12 million d’ha dont 224 000 sont irrigués au kharif et 136 000 au rabi. Précisons qu’il s’agit des terres irriguées dans le district de Hyderabad et dans d’autres traversés par les canaux.

  • 13 Cf. chapitre x pour les statistiques au niveau provincial.

40Les données pour le district de Hyderabad se décomposent ainsi : 100 000 ha de blé (2 100 kg/ha), 88 000 de coton (330 à 420 égrené selon les années), 34 000 de canne à sucre (44 t/ha) et 23 000 ha pour le riz (1 450 à 2 000). On remarquera le niveau relativement élevé des cultures, ce qui sous-entend une progression substantielle à partir de 197013.

41Comme nous l’avons relevé sur le terrain, faute d’eau les paysans ne peuvent cultiver l’ensemble de leurs terres chaque année : surface cultivée nette du district : 144 000 ha (1979-1980) surface cultivée plus d’une fois par an : 34 000 ha jachères : 234 000 ha

42Source : Development Statistics, Sind, 1984, Karachi, 1985

  • 14 Le fond de la rigole fait 60 cm, les parois 45 cm.
  • 15 A Sakkar, nous notons des coûts de 15 à 30 000 Rs pour 500 m.

43Où trouver des remèdes à cette situation ? Même la construction du barrage de Kalabagh (cf. chapitre 10) ne va pas permettre un accroissement sensible du débit des canaux. Il faut donc limiter les pertes mais comment ? Il est exclu de cimenter un grand canal comme celui de Rohri qui mesure 335 km : les travaux seraient trop coûteux et exigeraient la fermeture du canal pour plusieurs années. Le principal canal de Kotri, Akram Wah, est cimenté, mais il a besoin de réparations. Quant aux canaux secondaires, ils sont simplement creusés dans le sol. Dans les deux zones a commencé le remplacement des rigoles d’accès aux champs (water courses) par des canalisations en brique cimentée dont nous avons vu un exemple dans le district de Multan (cf. chapitre précédent). Par ce biais, il est possible de gagner 10 à 20 % d’eau supplémentaire, mais ces opérations sont onéreuses et exigent du temps, compte tenu des milliers de km de canalisations nécessaires. Les services de l’irrigation nous donnent un coût de 150 Rs par mètre14, chiffre considéré comme trop élevé par d’autres spécialistes. Même si l’on prend la moitié, on arrive à 37 500 Rs pour 500 m15.

  • 16 Puits tubés de 20 CV capables d’irriguer 12 ha, à raison de 1,4 ha par 24 heures.

44Le recours aux puits tubés à pompe ne mène pas très loin, car l’eau souterraine est souvent saumâtre. Seules quelques zones près des canaux disposent d’une eau adéquate16

45Une lutte accrue contre la salinité, elle aussi fort coûteuse, est concevable. Finalement le bon nivellement des parcelles contribue à améliorer les conditions d’irrigation, mouvement déjà amorcé à en juger par le nombre de tracteurs munis d’une lame pour aplanir le sol.

46Les discussions que nous avons avec les autorités confirment nos observations sur d’autres points. Malgré les réformes agraires, les exploitations de 500 ha ou plus ne sont pas rares, même si elles sont divisées sur le papier. Les paysans moyens, souvent de lourdes familles en indivis (joint families), disposent de 6 à 12 ha. Lorsqu’au moins quelques hommes travaillent en ville, la famille s’en tire plutôt bien pour le moment.

  • 17 Sauf s’il s’agit de puits.

47Les règles en matière de métayage sont en pleine évolution : le propriétaire supporte la moitié des dépenses en engrais et pesticides, en semences assez souvent. Les frais d’irrigation et d’impôt foncier, les uns et les autres très faibles17, restent comme par le passé à la charge du propriétaire.

48Malgré les progrès atteints, céréales, coton, canne à sucre ne sont pas au bout de leur course mais, comme nous venons de le voir, l’amélioration de l’irrigation constitue le principal préalable aux prochaines étapes de la croissance.

  • 18 La surface consacrée aux arbres fruitiers (manguiers, bananiers principalement) passe de 12 000 ha (...)

49Reste un secteur qui s’est ouvert – ou a commencé à s’élargir – depuis une dizaine d’années : celui des fruits, légumes et fleurs. 0,4 ha de roses ou de jasmin rapportent net respectivement 36 000 et 45 000 Rs. L’idéal serait d’élargir les débouchés, non seulement à Karachi mais sur les marchés extérieurs, entre autres au Moyen Orient18.

50La diversification de l’économie en dehors du secteur rural offre des débouchés supplémentaires importants selon un processus déjà très avancé. Sur les 2,08 millions d’habitants du district (1981), 45 % habitent en ville, principalement à Hyderabad (745 000 habitants).

Dans le haut Sind

51Poursuivons notre route en direction de Sakkar. Sur plus de 300 km, la route coupe le tapis vert posé sur le désert : champs de coton dont tous ne sont pas aussi bons que ceux visités autour de Hyderabad, quelques bananeraies, un peu de canne à sucre, ici et là des oignons fraîchement repiqués. Au hasard d’une halte, nous interviewons un métayer. Avec trois de ses frères il exploite 12 ha. Le dernier frère tient le tea-stall (sorte de bistrot) au bord de la route où s’arrêtent les camionneurs. Grâce au complément de revenus de leurs bufflesses, les cinq ménages connaissent un niveau de vie acceptable. Adultes et enfants ne sont que vingt pour le moment ; chiffre qui va gonfler avec de nouvelles naissances et nécessiter des activités supplémentaires.

52A cent kilomètres au sud de Sakkar, le riz entre en scène, car là où les terres sont un peu plus hautes, la riziculture ne provoque pas trop de salinité.

  • 19 Le matin, des vélos, motos, charrettes tirées par un âne, tous chargés de lait, convergent vers Lar (...)

53Passant sur la rive droite de l’Indus à Sakkar, nous roulons vers le sud jusqu’au district de Larkana, longeant dans la ville de ce nom, la vaste propriété de la famille Bhutto. Le riz domine, à côté de vergers de manguiers et de champs de canne à sucre. Voici un hari, métayer, qui exploite 3,6 ha sur les 40 ha d’un zamindar. Toutes les terres portent du riz au kharif (4 000 kg/ha de paddy, 2 600 de riz), suivi par du blé (1 200) et de la luzerne. Une paire de bœufs, une bufflesse et quatre vaches sont attachées près de la maison. Le hari vend un peu de lait, collecté sur place par un marchand19 Il arrive à faire vivre sa famille : sa femme, sa fille et ses cinq fils dont l’aîné a commencé l’école.

54Plus loin, près des ruines de Mohenjo Daro, un autre hari exploite intensivement 3,2 ha de paddy (5 000 kg/ha) suivis par de la luzerne et du blé à 2 000-3 000 kg/ha. Son voisin est propriétaire de 8 ha, dont la moitié est confiée à un métayer et l’autre exploitée par lui-même directement. Les rendements sont du même ordre. Le propriétaire vend du riz, un peu de blé et le surplus de lait tiré de ses deux bufflesses. Jovial, notre interlocuteur nous explique qu’il a trois femmes, cas peu fréquent. La première ne lui a pas donné d’enfants, la deuxième deux filles et un fils. Quant à la troisième, il vient de l’épouser « pour le plaisir » (shauk sé). Si notre homme s’en tire assez bien, son cousin, lui, commence à sentir le poids de la démographie. Son père avait 5,6 ha qu’après sa mort ses deux fils se sont répartis. Or, faire vivre une famille comportant sa femme et 13 enfants sur 2,8 ha devient délicat. Pour nouer les deux bouts, le paysan a acheté un tracteur à crédit qu’il loue à d’autres cultivateurs.

55Autre exemple, trois frères, propriétaires en indivis de 12 ha. L’un d’eux est petit fonctionnaire, l’autre cocher de tanga (petite voiture à cheval), le troisième étudiant. Six métayers cultivent chacun 2 ha, avec des rendements autour de 2 000 kg/ha pour le blé et 3 250 pour le paddy.

56Les manœuvres agricoles gagnent dans les 20 Rs (sans nourriture) pour le repiquage, parfois 25. De temps à autre, ils trouvent un emploi en ville, à Sakkar ou Larkana.

57Les villages que nous traversons ne révèlent pas de misère réellement aiguë. L’habitat change peu (pas beaucoup de nouvelles maisons). Les rues sont mal tenues à voir la masse de fumier et de détritus un peu partout. Les lignes électriques sillonnent la campagne. Magasins, petites boutiques, ateliers où les mécaniciens s’affairent autour des tracteurs. Sur la route, pas seulement des autobus et des camions, mais aussi des voitures appartenant aux notables du cru.

  • 20 800 kg de blé et 800 kg de paddy.
  • 21 Principal poste de dépenses : environ 400 Rs par récolte pour 1 ha, dont la moitié payée par le mét (...)
  • 22 Puits avec moteur de 3 CV, pompant l’eau à 15-20 m. Investissement : 8-9 000 Rs.

58En mars 1986, nous repassons dans la région, sur le chemin du retour en Europe. Changement de décor, le blé a remplacé le riz. Halte au village de Nasirabad, à 8 km de Sakkar sur la rive droite de l’Indus. Les canaux ne donnent de l’eau que pendant la saison des pluies. Des puits tubés permettent de cultiver du blé en saison sèche. Comme l’eau tend à manquer pour les deux saisons, le blé oscille entre 1 500 et 2 000 kg/ha, le riz décortiqué entre 1 350 et 1 700 kg. Voici un métayer qui, sur son seul hectare irrigué, récolte 2 000 kg de blé suivis par 2 400 de paddy. Après avoir assuré les besoins de sa famille20, pour le moment pas trop nombreuse (sa femme et ses trois enfants), il vend le solde du grain. La moitié du lait de sa vache et de sa bufflesse est acheté 4 Rs par litre dans le village. Il travaille aussi comme manœuvre à 25 Rs par jour, somme qui peut monter à 30 pour le repiquage lorsque la main-d’œuvre se fait rare. A ces gains s’ajoutent 1 200 Rs provenant des ventes de paddy et de blé, mais dont il faut déduire au moins 400 Rs d’engrais chimiques21. Lorsqu’on sait qu’un simple shalwar (large pantalon de toile, 6 m de tissu) coûte 150 Rs, on mesure combien notre hari joue une partie serrée. Avec 4 ha, un autre hari s’en sort un peu mieux. A l’autre bout de l’échelle, Nasirabad (1 700 habitants) compte 10 zamindars, propriétaires d’au moins 40 ha chacun. Les plus entreprenants ont fait installer des puits tubés à pompe, car l’eau souterraine est souvent douce22.

59L’un des principaux notables est propriétaire de 48 ha ici et de 65 ha dans d’autres villages. Il exploite directement 6 ha et le reste par des métayers dont les lots n’excèdent par 5 ha. Il a acheté deux pompes diesel branchées sur des étangs, lorsque les canaux et les puits de l’Etat manquent d’eau.

60Passons maintenant sur la rive gauche de l’Indus. Salinité et excès d’eau (water logging) affectent blé et coton qui perdent du terrain malgré quelques puits tubés de l’Etat destinés à améliorer le drainage. De gros villages se succèdent où circulent même quelques automobiles. Plusieurs palmeraies (dattiers) se groupent autour de spacieuses demeures. Le blé plafonne vers 1 500 kg/ha, niveau plutôt médiocre.

61Au village de Kandhra (15 km de Sakkar) 15 000 habitants jouissent de 1 320 ha dont 1 050 sont cultivés. Sindad est propriétaire de 2 ha. Déjà âgé, il a perdu cinq enfants. Sous son toit habitent sa femme, un fils marié et deux autres ainsi que deux filles. Les deux filles aînées sont mariées et donc hors de la maison. Sur 1,2 ha, le coton succède au blé dans la même année. Seuls quelques quintaux du second sont vendus en très bonne année, ce qui ne couvre pas les frais de production. Par contre, le coton donne en tout 600 kg vendus 3 000 Rs (dans les 1 500 Rs de frais de production). Sur 0,8 ha poussent des oignons en saison sèche, et du sorgho fourrager au kharif, puis de la luzerne. Le bétail consiste en une vache à 5 1/jour, une paire de bœufs, une quinzaine de chèvres, dont les ventes rapportent 300 à 400 Rs par an… et près de l’étable quatre poulets. Sindad et son fils travaillent en plus comme journaliers à 20-25 Rs par jour ou 20 kg de blé à la moisson.

  • 23 Lorsqu’un marchand hindou marie un fils, il lui en coûte 25 000 Rs.

62Sans être spectaculaire, la hausse de la production assure à Sindad et aux siens un sort meilleur qu’il y a vingt ans, nous dit-il. La famille dispose d’un peu plus d’argent liquide et se suffit en blé. Ni le père, ni le fils n’ont pu s’acheter une bicyclette, mais ils ont maintenant un transistor. D’un autre côté, les dépenses de mariage ne cessent de s’alourdir : pour marier une fille 5 000 Rs, un garçon 2 00023.

63Les emprunts d’argent se font à 10 % d’intérêt, ce qui n’est pas exorbitant. Dans le village demeurent 80 familles d’Hindous, dont plusieurs marchands et prêteurs. Leurs concurrents musulmans pratiquent le même taux.

64De l’autre côté du chemin, la maison de Hussain Baksh. Avec cinq enfants dont deux fils mariés et sa femme, il ne pourrait s’en sortir sur 1,2 ha dont il est propriétaire. Il prend, en plus, 2 ha en métayage avec partage des frais et de la production.

  • 24 Dans le programme de lutte contre la salinité, l’Etat a installé deux grands puits tubés à pompe de (...)

65A Trimonh (18 km de Sakkar), Ghulam Rasul Shah nous accueille autour d’une tasse de thé, dans la pièce de réception de sa maison, presque un manoir. Gentleman-farmer comme ses collègues rencontrés près de Hyderabad et influent dans la politique locale, il porte un pistolet. « L’insécurité ne cesse de s’accroître » maugrée-t-il. Son domaine compte 240 ha en son nom et celui de son fils aîné qui travaille en ville dans une petite usine. Les trois plus jeunes garçons et les deux filles habitent avec leurs parents. Ghulam Rasul cultive lui-même avec des garçons de ferme 120 ha, portant principalement du blé et du coton et 40 ha de palmiers-dattiers et de manguiers. 80 ha sont confiés à 15 métayers qui supportent la moitié des frais en semences, engrais, pesticides. Le propriétaire paye les droits d’eau (irrigation par canal). Le blé donne une moyenne de 1 500 kg/ha car de vastes étendues souffrent de salinité24. Seules les parcelles tout à fait libres de sel atteignent 3 200 kg/ha. Quelques rigoles d’accès aux champs viennent d’être cimentées.

  • 25 Le premier labour est plus aisé avec un tracteur à moins que la terre n’ait été amollie par une pet (...)

66Ghulam Rasul est propriétaire de trois tracteurs qu’il utilise directement ou loue à ses métayers pour leur premier labour (une heure pour 0,4 ha à 60 Rs). Les paysans font les autres labours avec les bœufs25.

67Notre hôte n’est pas trop optimiste quant au recul de la salinité. C’est pourquoi il envisage de pousser ses plantations d’arbres fruitiers de meilleur rapport. Il se préoccupe aussi de la rotation des cultures. Comme la deuxième cueillette du coton a lieu en novembre, labours et semailles du blé sont retardés au mois de décembre et la moisson à fin avril, ce qui affecte la production, car la chaleur devient intense et vers fin mars, début avril, l’eau manque parfois pour une dernière irrigation.

Quelques données générales

68Au bord de la digue avec vannes de Sakkar, dans le confortable et ancien Guest House du département de l’irrigation, nous procédons à un tour d’horizon avec les principaux fonctionnaires.

  • 26 Cf. A.A. Michel, op. cit., p. 112.

69A nouveau, nous nous sentons un peu étourdi par l’ampleur du système hydraulique. A lui seul, le canal de Nara porte un débit maximum presque aussi élevé que celui de la Tamise à Londres. Il fait 120 mètres de large. Les sept canaux principaux des rives droite et gauche totalisent 1 380 km. L’ensemble des canaux 10 800, les petits canaux d’accès aux champs (water courses) 76 500. Dans une très bonne année, (1980-81) la surface irriguée monte à 2,9 millions d’ha (kharif plus rabi), sinon elle tourne autour de 2,5 millions. Les progrès réalisés sont sensibles : en 1958-59 : 1 million d’ha étaient irrigués, à peu près la moitié au kharif et l’autre au rabi26.

  • 27 Le canal de Rohri, par exemple, a été construit pour une capacité maximale de 11 000 cusec (pieds c (...)

70En même temps, le gigantisme de l’entreprise se retourne contre elle, au moment où les cultures exigent une maîtrise de l’eau très supérieure à celle du passé. Nos interlocuteurs insistent sur plusieurs tâches. Le système nécessite davantage de fonds pour l’entretien, la réparation et l’amélioration des canaux (remodelling). Certains d’entre eux, par exemple, sont abîmés lorsque le flux d’eau dépasse la capacité prévue lors de la construction27. Les installations de régulation (regulators), les vannes de distribution (weirs) entraînent divers investissements et réparations.

71L’administration du système a baissé depuis l’indépendance. La petite corruption et les tendances au laisser-aller ne sont certes pas nouvelles, mais ces maux se sont accrus, y compris maintenant dans les sphères supérieures du département de l’irrigation.

72L’excès d’eau (water logging) et la salinité constituent un autre sujet de préoccupations. Divers projets (puits tubés de l’Etat, drains horizontaux) sont en voie de réalisation, non sans grosses difficultés et retards.

  • 28 La différence s’explique par la plus grande évaporation de l’eau au kharif et le besoin d’eau plus (...)

73Reste la question-clé, comment non seulement améliorer le fonctionnement du système d’irrigation, mais accroître ses capacités. Dans de nombreux villages, l’eau disponible permet de bien couvrir 27 % des surfaces au kharif et 54 % au rabi pour un même débit à chaque saison28. En fait beaucoup de paysans irriguent, mais mal, une proportion beaucoup plus large de leurs terres.

74Plusieurs projets sont, comme nous l’avons vu, en marche pour cimenter les rigoles ou petites canalisations d’accès aux champs. Les estimations varient sur les coûts et les effets : 12 500 Rs à plus du double par km, gain en eau de 10 à 30 % selon les sols. Les autorités fournissent matériel et supervision, les paysans la main-d’œuvre.

75Comme dans les autres districts, les structures d’encadrement se sont beaucoup étoffées : services de vulgarisation, crédit agricole, distribution de nouvelles semences, d’engrais chimiques, de pesticides. Le chef du district (deputy commissioner), un Pathane, fait une bonne impression. Comme dans le reste du pays, le deputy-commissioner joue aujourd’hui un plus grand rôle dans le développement qu’il y a une vingtaine d’années.

76Je n’obtiens pas de renseignements précis sur le fonctionnement de l’administration du développement. Tout n’est sans doute pas parfait mais l’engagement des autorités et les mesures de soutien à l’économie rurale occupent une place plus large que lors des premiers plans quinquennaux. La hausse de la production nous en donne un reflet.

  • 29 Le district de Larkana fait un score un peu supérieur.

77L’ordre de grandeur avancé par le département de l’agriculture de Sakkar, à propos des rendements, correspond à nos observations : le blé (120 000 ha) donne environ 2 000 kg/ha, le paddy (17 000 ha) 2 500 (1 650 de riz) ce qui est plutôt faible, le coton égrené (110 000 ha) 400, niveau qui sans être spectaculaire, dépasse de loin les rendements des années 1950-6029.

78Au niveau des infrastructures, l’électrification des campagnes, tout en restant très partielle, se fait remarquer. En revanche trop de villages sont desservis par de mauvaises routes ou des pistes.

79Dans les bazars des villes (Sakkar 193 000 habitants, Larkana 123 000, 1981), l’activité va bon train : moyen et petit négoce de tout genre, garages et autres ateliers de mécaniciens, quelques industries. Plus avant dans les campagnes, la petite industrie se fait rare.

80Dans le district de Sakkar, l’urbanisation atteint 30,2 % d’une population totale de 1,12 million. En revanche, Larkana se situe dans la moyenne des districts du haut Sind, soit 22,3 % sur 1,14 million (1981).

81Cet aperçu de quelques régions du Sind illustre l’éveil général de la province. De nouveaux facteurs techniques – semences, engrais, pesticides – font sentir leurs effets. Dans la première manche, soit jusqu’à maintenant, il a été possible de relever les rendements des terres avec une irrigation imparfaite. Pour aller plus loin, une meilleure maîtrise de l’eau devient cruciale : augmenter l’irrigation ou réduire les pertes d’eau par infiltration dans le sol, assurer le drainage des très vastes étendues souffrant de salinité. Or, comme nous le verrons (chapitre 10), cette nouvelle étape s’annonce singulièrement plus difficile que la précédente.

82La diversification de l’économie rurale (fruits, légumes, fleurs) mieux amorcée dans le bas Sind, qui bénéficie du grand marché urbain de Karachi et de celui de Hyderabad, devrait peu à peu s’étendre plus largement dans le haut Sind. Quant à la petite industrie rurale, autre facteur important dans la lutte contre la pauvreté et dans la création d’emplois, elle reste assez loin derrière celle du Panjab.

83S’il est difficile, faute d’enquêtes approfondies, de préciser l’évolution sociale, quelques faits ressortent néanmoins : le poids des grands propriétaires reste très lourd. Leur mutation graduelle en gentlemen farmers favorise l’économie et, dans une certaine mesure, l’évolution des salaires agricoles. Mais les phénomènes d’exploitation, de relations semi-féodales entre patrons et métayers ou manœuvres agricoles, sont loin de disparaître, même si les paysans pauvres sont aujourd’hui moins dociles grâce, entre autres, à la ligne suivie par Zulfikar Ali Bhutto. Il est non moins évident que les propriétaires fonciers continuent (sauf à Karachi) à dominer la scène politique du Sind.

Notes

1 Encore aujourd’hui les migrations de Sindhis à Karachi sont faibles. Selon des estimations récentes, sur une population d’environ 7,5 millions les Sindhis ne seraient que 400 000. Cf. Pakistan and Gulf Economist, 1-9-87, chiffre qui paraît tout de même bien bas. Selon d’autres sources : 12 %.

2 En plus de 35 ans de voyages en Asie, c’est la seule fois que je n’ai pu entrer dans un village !

3 Attitude très répandue en Asie. Les investissements sont calculés au plus juste. Les responsables coupent plus volontiers le budget consacré au drainage que celui de l’irrigation.

4 Ils sont évidemment creusés à une plus grande profondeur que les canaux d’irrigation.

5 Mahmood Hassan Khan, Underdevelopment and Agrarian Structure, Lahore, 1981, p. 153.

6 Cf. chapitre ii.

7 P. Lieftinck, A. R. Sadove, T. C. Creyke, Water and Power Resources of West Pakistan, Baltimore, 1968, vol. I, p. 89.

8 Trois frères et deux sœurs. La part de celles-ci correspond, selon la tradition, à la moitiè de celle de chaque homme.

9 Le riz exige beaucoup plus d’eau que les autres plantes.

10 On peut en déduire une légère croissance en termes réels.

11 Défaut général de l’irrigation par canaux. En conséquence, les services d’irrigation tournent à perte. Le propriétaire paye aussi seul le très faible impôt foncier, dans les 40 Rs pour 0,4 ha.

12 Il dessert le nord du district.

13 Cf. chapitre x pour les statistiques au niveau provincial.

14 Le fond de la rigole fait 60 cm, les parois 45 cm.

15 A Sakkar, nous notons des coûts de 15 à 30 000 Rs pour 500 m.

16 Puits tubés de 20 CV capables d’irriguer 12 ha, à raison de 1,4 ha par 24 heures.

17 Sauf s’il s’agit de puits.

18 La surface consacrée aux arbres fruitiers (manguiers, bananiers principalement) passe de 12 000 ha en 1977 à 24 000 en 1983.

19 Le matin, des vélos, motos, charrettes tirées par un âne, tous chargés de lait, convergent vers Larkana.

20 800 kg de blé et 800 kg de paddy.

21 Principal poste de dépenses : environ 400 Rs par récolte pour 1 ha, dont la moitié payée par le métayer.

22 Puits avec moteur de 3 CV, pompant l’eau à 15-20 m. Investissement : 8-9 000 Rs.

23 Lorsqu’un marchand hindou marie un fils, il lui en coûte 25 000 Rs.

24 Dans le programme de lutte contre la salinité, l’Etat a installé deux grands puits tubés à pompe destinés au drainage seulement, car l’eau souterraine ne peut être récupérée pour l’irrigation. Les deux puits sont, lors de notre passage, hors d’usage, à la suite de défauts d’entretien.

25 Le premier labour est plus aisé avec un tracteur à moins que la terre n’ait été amollie par une petite irrigation préalable. Suivent 4 à 5 labours avec bœufs et deux passages avec la planche traînante (mala) pour aplanir.

26 Cf. A.A. Michel, op. cit., p. 112.

27 Le canal de Rohri, par exemple, a été construit pour une capacité maximale de 11 000 cusec (pieds cube seconde) alors que le débit peut monter à 16 000.

28 La différence s’explique par la plus grande évaporation de l’eau au kharif et le besoin d’eau plus élevé pour le riz que pour le blé.

29 Le district de Larkana fait un score un peu supérieur.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search