Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Pakistan, don de l’Indus

 | 
Gilbert Etienne

Chapitre VII. Nouvelles enquêtes au Panjab

Texte intégral

1En septembre 1985, puis en mars 1986, nous visitons plusieurs districts du Panjab.

Dans le district de Multan

2Venant de Bahawalpur, nous nous arrêtons à une vingtaine de kilomètres de Multan dans le sud de la province. Une grande partie des terres ont été mises en valeur après l’indépendance ou tout au moins l’irrigation a été améliorée grâce aux puits à pompe s’ajoutant aux anciens canaux. Le district a l’avantage d’être très peu affecté par la salinité. La plupart des villages dans cette zone proche de la route nationale sont électrifiés. Le coton et le blé sont les principales cultures. La cueillette du premier se prolonge jusqu’à fin novembre début décembre d’où les semailles tardives du blé sur le même sol, ce qui compromet son rendement. Lorsqu’ils disposent d’assez de terre, certains paysans préfèrent laisser la terre en jachère.

3Le village chaq n° 5 Faiz abrite 1 278 habitants (recensement de 1981) pour une surface totale de 420 ha, dont 360 sont cultivés. La densité est de 305 au km2. Environ le tiers des familles n’a pas de terre : artisans, manœuvres agricoles. Dans ce village comme dans les environs, il n’existe pas de grands propriétaires. Les principales exploitations ne dépassent guère une dizaine d’ha.

4Kirman Fakir Mohammed est marié depuis quatre ou cinq ans. Il n’a encore que deux enfants. Il utilise au maximum ses 1,8 ha : 1,6 avec un rendement de 330 kg/ha de coton égrené, suivi par du blé sur la même surface. Il emploie les nouvelles variétés, avec de l’urée et du phosphate di-ammonique en dessous des normes prescrites, ce qui explique, compte tenu de sols assez médiocres et des semis tardifs, un rendement de 1 500 kg/ha. N’ayant pas de quoi investir dans un puits, il achète l’eau d’un voisin.

  • 1 D’une manière générale les bufflesses donnent de 6 à 12 litres par jour.

5Près de sa maison une bufflesse à 10 litres de lait par jour et trois petits buffles1. Il vend toute sa production de coton et dans les dix quintaux de blé, auxquels s’ajoute un peu de lait. Kirman Fakir possède deux assortiments de vêtements. Sa famille est nourrie décemment. Il est clair que, le jour où il aura quatre à six enfants, sa situation risque de devenir difficile.

6Un autre paysan fait un peu mieux sur ses 2 ha : 430 kg/ha de coton égrené, 2 500 de blé.

7Araïns et Rajputs constituent les deux principales castes locales. Il n’est pas d’usage de se marier hors de sa caste et la préférence va aux mariages entre cousins germains.

8Dans les familles de très petits propriétaires et de paysans sans terre, il est fréquent qu’un ou quelques jeunes hommes travaillent en ville : à Multan ou à Karachi. Dans la première, ils gagnent 30 roupies par jour. Dans la seconde 1 000 par mois, dont ils économisent la moitié qu’ils envoient chez eux. Peu d’hommes sont partis au Moyen Orient.

  • 2 Il s’agit d’un dixième de la récolte de 2 000 kg/ha. La part des moissonneurs augmente en fonction (...)

9Les salaires agricoles se situent en général à 20-25 roupies par jour avec nourriture, mais peuvent tomber à 15-20. Les travailleurs attachés en permanence à un propriétaire gagnent 300 roupies par mois avec de la nourriture. A la moisson du blé, les salaires sont en nature à raison de 80 kg par acre moissonnée2, ce qui représente 4 journées de très dur travail, ou 5 et parfois 7. Un travailleur peut ainsi gagner 12 à 20 kg de grain par jour. Il y a une vingtaine d’années, me disent les paysans, les salaires en espèce étaient de 4 à 5 roupies, et la part de la moisson de 40 à 60 kg par acre car les rendements étaient plus faibles : 1 000 à 1 500 par ha (1 acre = 0,4 ha).

  • 3 L’indice est calculé par le coût de la vie des ouvriers et petits employés de bureau dans les grand (...)

10L’évolution de l’indice des prix à la consommation3 n’est pas assez précise pour nous permettre d’apprécier pleinement la tendance des salaires en termes réels. Il semble que ceux-ci n’aient pas baissé mais un peu augmenté, alors que les salaires en nature indiquent une hausse claire. Il paraît aussi vraisemblable que la hausse de la production élargit les besoins en main-d’œuvre.

11Passons au village de Bosen, à 15 km au nord de Multan : population 4 500 habitants, 1 800 ha, densité 250 au km2. Sur les 672 exploitations, trente comportent une quarantaine d’ha chacune, et même 50 pour le président de l’Union Council, conseil qui couvre quelques villages. Environ le tiers de la population n’a pas de terre : manœuvres agricoles au service des grands propriétaires, castes ayant conservé leur métier traditionnel après leur conversion à l’Islam : vidangeurs, cordonniers, barbiers, bijoutiers, cités dans l’ordre ascendant de leur statut social. Les Jats, la très grande majorité de la population, se réclament d’un ancêtre commun, Bosen, qui aurait fondé le village au xive siècle. Ils ne se marient qu’entre eux, comme les représentants des autres castes.

  • 4 20 CV, investissement total avec diesel : 35 000 roupies.
  • 5 35 CV, 110 000 roupies.

12Première innovation : le remplacement des puits à roue persane par les puits tubés à pompe qui font progresser le blé en saison sèche. Quant aux canaux, ils ne sont ouverts qu’à la mousson et alimentent le coton. On compte aujourd’hui 33 puits tubés, 25 avec moteur diesel4, 8 électriques. La capacité est pour chaque unité de 40 ha. Quant aux tracteurs, il y en a 255. A noter des machines-batteuses pour le blé, manufacturées à Multan (16 000 roupies) et, depuis dix ou quinze ans, un moulin à moteur pour transformer le blé en farine. Une partie des femmes sont ainsi déchargées du dur travail consistant à moudre chaque jour le grain dans une meule de pierre.

  • 6 Plus doux en hiver que dans le nord du Panjab, le climat est plus favorable à la canne.

13Nouvelles semences de blé, engrais chimiques, nouvelles variétés de coton et pesticides suivent l’apparition des puits tubés. Aujourd’hui les meilleurs paysans récoltent 3 000 kg/ha de blé, d’autres 2 000 à 2 500, soit le double ou plus des rendements traditionnels. Le coton monte également pour donner 300-500 kg/ha (égrené). La canne à sucre qui joue un rôle plus modeste atteint les 50 t/ha de canne, niveau sensiblement supérieur à celui observé plus au nord6.

14Bosen est l’exemple typique d’un village en plein essor. L’agriculture de subsistance recule devant l’économie monétaire : achats de biens d’équipement et d’autres intrants, commercialisation en hausse de la production. Ces conditions bénéficient de l’absence de salinité et, ne l’oublions pas, de l’esprit jat. La proximité d’une grande ville qui fournit du travail à une partie de la main-d’œuvre est également déterminante. Chaque jour, par exemple, des hommes gagnent Multan avec 50 à 100 litres de lait sur leur bicyclette. D’autres y travaillent en permanence.

15Les grands propriétaires, qui suivent de près leur exploitation, connaissent une confortable aisance : une maison en dur, radio, bicyclettes, sont d’usage commun. Les scooters et petites motos se font remarquer et même quelques automobiles. Les notables conservent évidemment un grand poids dans les affaires locales. Ils louent leurs tracteurs à d’autres paysans pour les labours et leur vendent une partie de l’eau de leurs puits.

16Les petits propriétaires, astucieux et travailleurs ne restent pas en dehors du mouvement général. Ainsi d’Ahmed Yar ; il a sous son toit neuf adultes et enfants : sa femme, sa seconde fille pas encore mariée, son fils dans la trentaine avec sa femme et ses enfants. Cela fait beaucoup de monde pour 1,6 ha. La moitié est consacrée au coton qui donne un bon rendement équivalent à 500 kg/ha égrené. Le reste est en fourrage. A la saison sèche Ahmed Yar et son fils sèment du blé sur toutes leurs parcelles et récoltent 2 500 kg.

17Le coton est irrigué par le canal, le blé grâce au puits tubé d’un voisin qui vend l’eau. Les labours se font avec un tracteur de location. Ahmed Yar dépense en argent 700 Rs par acre (0,4 ha) pour la culture du coton, vendu 2 800. Il gagne environ 2 100 roupies par acre, soit 4 200 en tout.

  • 7 1985/86, achat du blé par le gouvernement, procurement price : 80 Rs pour 40 kg, coton égrené : 185

18Le blé est moins avantageux car l’irrigation par puits coûte six fois le prix (très sous-évalué) de l’irrigation par canal. Les dépenses par acre : engrais, location du tracteur, achat de l’eau reviennent à 700-800 Rs, soit 2 800 à 3 200 pour toutes les terres (4 acres = 1,6 ha). Si tout le blé était vendu, il rapporterait 5 000 roupies. Or Ahmed Yar ne dispose que d’environ 1 000 kg d’excédent, ce qui donne 2 000 roupies7.

19Ahmed Yar et son fils gagnent encore un peu d’argent en vendant une partie du lait de leurs trois bufflesses et, de temps à autre, ils travaillent comme journaliers. Toute la famille prend trois repas par jour, principalement des galettes de blé avec assaisonnement, des feuilles de moutarde en hiver, du lait tous les jours, de la viande une ou deux fois par semaine ou moins, parfois à la saison une mangue ou une orange. Très frugal, cet ordinaire est en train de s’améliorer. Le fils d’Ahmed Yar s’est acheté une montre et une bicyclette. Il a reçu une radio pour son mariage. Il y a cinq ans la famille a remplacé la maison en pisé par un habitat en brique.

20Cette filière de dépenses : biens semi-durables, maison en dur… est typique de niveaux de vie en hausse, un peu partout en Asie, en Chine, en Inde ou ailleurs… Si Ahmed Yar peut s’y insérer, malgré une surface de 1,6 ha, c’est grâce à des cultures intensives, exigeant beaucoup de travail. De surcroît il ne peut s’en tenir là. Si son fils continue à avoir des enfants, ce qui est vraisemblable, et lorsque ceux-ci grandiront, les rendements actuels du coton et du blé ne suffiront pas à maintenir l’actuel niveau de vie.

21Nous parlons avec d’autres paysans. Les salaires journaliers se situent autour de 20 Rs avec de la nourriture contre 5 il y a une vingtaine d’années. Les dépenses de mariage montent : chez les paysans moyens, les coûts s’élèvent à 10 000 Rs pour la famille de la fille et à 7 000 pour celle du garçon. Comme les mariés sont souvent cousins au premier ou au deuxième degré, l’argent reste dans le cercle de la communauté familiale élargie (baradari).

  • 8 Tous les villages musulmans n’appliquent pas avec rigueur cet interdit. En Afghanistan nous avons t (...)

22A Bosen comme dans d’autres villages, “sudh nahin”, il n’y a pas d’intérêt lors d’un prêt d’argent conformément aux règles de l’Islam, ce qui, sans éviter tous les abus, prévient le fléau de ces formes d’endettement qui s’accumule avec des taux d’intérêt de 15 à 36 % par an comme on en trouve en Inde8.

23Reste pour terminer la question de la limitation des naissances qui n’« accroche » pas.

24Un peu plus loin sur la même route, le village d’Inayatpur Moheta connaît un sort moins favorable que Bosen. Les paysans se plaignent. Leur niveau de vie baisse, les riches s’approprient l’eau du canal dont le débit est insuffisant. Les quatre principaux propriétaires disposent chacun de 20 ha équipés d’un puits tubé. Il ne leur reste que très peu d’eau à vendre aux autres paysans. Ainsi une vingtaine de roues persanes restent en usage, avec une capacité d’irrigation par puits de 1,2 ha. Comment dans ces conditions pousse le blé en saison sèche ? Sur les 1 200 ha cultivables, bien peu sont exploités dans de bonnes conditions.

  • 9 Ce défaut est en train d’être corrigé.

25Cet exemple illustre un défaut dont nous reparlerons9. Les puits tubés du Pakistan sont d’une puissance relativement élevée : 15-20 CV, alors qu’en Inde il existe beaucoup de modèles de 5 CV qui sont à la portée d’un propriétaire de 2 à 3 ha. Quant à imaginer des installations en commun, mes interlocuteurs se récrient : « Il y aurait trop de disputes ».

26La population totale serait de 8 000 pour une superficie totale de 1 320 ha, ce qui donne 600 au km2, chiffre très élevé par rapport à une agriculture peu avancée. Si la pauvreté reste dans des normes à peu près supportables, c’est grâce aux très nombreux hommes qui ont trouvé du travail à Multan.

  • 10 L’électricité devrait bientôt atteindre le village.

27Poussons plus avant à l’intérieur du pays dans le tehsil de Kabirwala à une quarantaine de km de Multan, par une route secondaire, récemment construite en brique10. Au chaq Naurang Shah la grande et vieille famille des Gardezi possède une partie de ses terres, longtemps exploitées par des métayers, tandis que les patrons résident à Multan. Aujourd’hui, la plupart des grands propriétaires ont repris l’exploitation directe de leurs terres. Leurs anciens métayers, quand ils en ont les moyens, achètent de la terre. (Beaucoup d’entre eux disposaient auparavant d’un lot de 5 ha.) Certains travaillent aujourd’hui comme ouvriers agricoles permanents ou temporaires et comme conducteurs de tracteurs. D’autres se sont reconvertis dans les ateliers de réparation ou sont partis en ville. Certains hommes vont jusque dans le Sind pour la récolte des bananes. Ceux qui ont un char et des bœufs font des transports à raison de 50 Rs par jour.

28Gradué de l’université agricole de Faisalabad (ancienne Lyallpur) le jeune Hussain Gardezi dirige l’exploitation de son père, soit 100 ha en copropriété.

29Les terres sont irriguées par un canal qui donne de l’eau toute l’année et pour le moment par un seul puits tubé. Les terres sont entièrement cultivées avec deux tracteurs. Au moment où les Gardezi achètent le premier en 1964, ils affrontent de multiples tracas. Mais aujourd’hui, il n’est plus nécessaire d’aller dans un garage de Multan. Un bon service de réparation a été ouvert dans le bourg de Kabirwala à 13 km. Un plus petit atelier vient d’être créé à quelques kilomètres.

  • 11 Formule courante pour les vergers au Pakistan, et selon les cas en Inde.

30Un verger de manguiers couvre 10 ha, exploités par un marchand11 qui se charge de l’entretien et de la récolte, de l’emballage et du transport. Dix à quinze personnes sont employées pendant deux mois pour cueillir les mangues (un bon arbre assure dans les 400 fruits).

31Le coton occupe 80 ha (330 kg/ha égrené). Hussain Gardezi préfère laisser ensuite la terre en jachère plutôt que d’avoir un blé tardif de faible rendement. Il se borne à faire pousser du fourrage. Le blé donne sur 40 ha 4 000 kg/ha, un très bon résultat.

32Dans l’étable ruminent onze bufflesses dont le lait est livré à motocyclette à Multan. Hussain Gardezi envisage de développer davantage l’élevage car la demande de lait ne cesse de croître. Il peut grâce à ses moyens motorisés assurer la livraison du lait à Multan, ce que n’arrivent pas à faire les petits paysans sur une bicyclette, étant donné la distance (40 km).

33Hussain Gardezi envisage aussi d’installer un deuxième puits tubé à pompe pour rendre ses cultures plus intensives.

  • 12 On Farm Water Management Programme dont nous reparlerons. Le gouvernement prend la moitié des frais (...)

34Comme partout ailleurs, les pertes en eau des canaux se situent entre 40 % et 50 % de l’eau détournée de la rivière dans le canal principal. Naurang Shah est un des villages où a débuté l’amélioration des canaux tertiaires (water courses) qui accèdent directement aux champs12. Les rigoles creusées dans la terre sont revêtues de briques cimentées, ce qui supprime les pertes d’eau en fin de parcours.

  • 13 Opération qui consiste à ne laisser qu’une pousse par cotonnier, en arrachant les autres au début d (...)

35Hussain Gardezi emploie à titre permanent un directeur de cultures, deux chauffeurs de tracteur, payés 500 roupies par mois avec de la nourriture en plus, six manœuvres agricoles. Pour les gros travaux, sarclage, démariage du coton13, moissons, il recrute de nombreux journaliers.

Vue d’ensemble du district14

  • 14 Les données qui suivent sont extraites d’une note remise par les autorités du district. Voir aussi (...)

36Le district de Multan compte 6 500 km2 avec une population de 2,7 millions (1981), soit 417 au km2. La pression des hommes sur la terre est en fait moins lourde qu’il ne paraît, car la population urbaine représente 32,3 % du total (30,2 en 1972), pourcentage élevé dans le contexte du sous-continent et de l’Asie en général (28 % pour le Pakistan, 23,8 % pour l’Inde). A cette réserve près, force est de constater que l’accroissement démographique est devenu plus que préoccupant, même si nous n’avons pas rencontré de gens vraiment misérables.

  • 15 Surface nette = surface topographique.
  • 16 L’indice 160 signifie que 60 % des terres portent deux récoltes par an.

37La surface cultivée nette15 de 837 000 ha est dans sa quasi-totalité irriguée face à 10 000 ha classifiés comme non cultivés, jachères, terres semi-désertiques, buissons, berges et lits étalés des rivières qui ne se remplissent qu’après la fonte des neiges et pendant la mousson. Il ne reste pratiquement plus de nouvelles terres à mettre en valeur, ce qui contraint les paysans à augmenter encore davantage leurs rendements, les récoltes multiples sur le même sol en une année et les cultures plus riches, remplaçant une partie des céréales de moindre rapport. L’intensité des cultures atteint 160 aujourd’hui16, mais une bonne partie des deuxièmes récoltes consistent en fourrage de faible rendement. Le district ne souffre pratiquement pas de la salinité. Malgré l’évolution des conditions agraires évoquées chez les Gardezi, le métayage est loin de disparaître. Il touche encore 40 % des terres, selon des formes très diverses : grands propriétaires faisant cultiver leurs terres par plusieurs métayers, petit paysan qui laisse ses parcelles en métayage à un paysan aisé et s’en va en ville.

Principales cultures en 1984/85 :

Principales cultures en 1984/85 :

38Viennent ensuite la canne à sucre (30 000 ha), le riz (15 000 ha), le maïs (25 000 ha), des cultures fourragères, des vergers de dattiers et manguiers.

39L’ancienne irrigation par canaux est aujourd’hui puissamment renforcée par les puits tubés à pompe : en 1985 16 540 diesel et 4 640 électriques, la plupart avec un moteur de 25 CV ; chacun irrigue dans les 40 ha. Le parc des tracteurs est de 12 050. Pour le battage du blé 7 100 machines faites à Multan sont utilisées.

  • 17 Des variétés américaines apparaissent déjà bien avant 1947.

40Avec l’administration nous procédons à un tour d’horizon général. Le coton occupe une place centrale dans le district. Les pratiques culturales s’améliorent : semis en ligne sur 70 % de la surface, billonnage, démariage soigné. De nouvelles variétés continuent à être introduites17. La consommation d’engrais chimiques est en hausse. Des points noirs subsistent : le coton est très vulnérable aux parasites. En 1983/84, la production s’est presque effondrée, baissant des deux tiers par rapport à 1984/85. La maîtrise de l’eau n’est pas toujours assurée. En temps normal, les pluies sont rares : 105 mm en 1984, 150 à 200 mm à plusieurs reprises, mais 295 mm en 1983. Ces fortes pluies endommagent le coton et encouragent les parasites. Inversement, la plante peut souffrir si les canaux ne sont pas ouverts à temps ou si leur débit faiblit.

41Pour le blé, le district, comme beaucoup d’autres, se trouve à mi-parcours. Un meilleur usage des engrais, des doses plus fortes, une irrigation plus adéquate, devraient relever la moyenne du district à 3 000 kg/ha dans un premier stade.

42En ce qui concerne l’emploi, plusieurs métiers traditionnels déclinent. D’autres, charpentiers, forgerons se maintiennent ou sont en hausse. Les petites industries rurales et les ateliers de réparation progressent comme nous l’avons relevé à Kabirwala. Lorsque l’ensemble des villages seront électrifiés, il faut s’attendre à un nouvel élargissement du marché du travail, mais les progrès risquent d’être lents, à entendre les plaintes des paysans sur les coupures fréquentes de courant, les baisses de voltage. C’est une des raisons qui expliquent le nombre modeste de moto-pompes électriques.

Dans le district de Sargodha18

  • 18 Nous traversons le district en septembre 1985 et nous y arrêtons en mars 1986.

43Quittant Multan en direction du nord, nous entrons dans le district de Jhang. De vastes espaces sont en friche près des eaux réunies du Chenab et de la Ravi. Plus loin de l’herbe et quelques rizières chétives avant de retrouver le quadrillage des canaux et les champs de coton.

44A cent mètres de la route, voici quelques maisons en pisé entourées d’épineux. Un homme enturbanné nous reçoit. Ses six frères et lui, venus du Baluchistan, sont installés ici avec femmes et enfants ; en tout 25 personnes et 5 ha de terre. Un autre frère se joint à nous. La maisonnée vit mal. « Je n’ai que ces habits rapiécés sur moi, pas un seul vêtement de rechange » me dit-il.

45L’irrigation ne dépend que des canaux. En 1984, le débit était bon, cette année (1985) il est insuffisant. Les 2,5 ha de rizières fraîchement repiquées ont soif. La bouche du canal reste close. Au lieu de récolter 2 000 kg/ha de paddy comme en temps normal – niveau déjà faible – nos Baluchs risquent de n’obtenir que la moitié. 0,6 ha sont réservés au coton en train de se flétrir, de même qu’un petit champ de canne à sucre. Quant au blé (1,8 ha) il donne 1 500 kg/ha.

46L’irrigation est déficiente, les doses d’engrais chimiques son très faibles, nos interlocuteurs manquent d’argent pour en acheter et ils n’auraient de toute manière pas intérêt à appliquer de trop fortes doses vu le manque d’eau.

47Devant l’étable, deux bœufs et 8 bufflesses dont le lait est entièrement autoconsommé. Nos paysans sont trop éloignés d’un bazar où ils pourraient vendre quelques litres par jour. Ils n’ont d’ailleurs pas de bicyclette.

  • 19 Les paysans sèment un peu de moutarde en mélange avec le blé.

48La nourriture est encore plus monotone que chez les paysans moins pauvres : des galettes (roti), du lait, des feuilles de moutarde en hiver19, presque jamais de viande. Pour subsister les hommes travaillent ici et là comme journaliers à 20 Rs par jour sans nourriture (10 roupies il y a 10 ans), parfois 30 à la moisson. Ici les prêteurs, amis ou autres, ne suivent pas les règles de l’Islam et prélèvent 15 % d’intérêt ! Les Baluchs se plaignent de l’administration et de la corruption. “Angrez Raj imandar tha” (le gouvernement britannique, lui, était honnête).

49Nouvelle halte à une dizaine de kilomètres. Avec 7 ha bien irrigués, le propriétaire s’en tire de manière satisfaisante. 2,4 ha de paddy à 3 500 – 4 000 kg/ha, 0,4 de coton. En hiver le blé cote à 2 500 kg/ha, la canne à sucre à 50 t/ha. Les manœuvres agricoles gagnent 25 roupies par jour sans nourriture, et les prêteurs ne demandent pas d’intérêt.

50Plus nous approchons de la ville de Sargodha, plus les cultures s’améliorent. Grands, moyens et petits domaines ont bien changé depuis notre passage en 1964. Les Tiwana ont vendu une partie de leurs terres. L’un d’eux s’est fixé aux Etats-Unis, un deuxième frère est avocat à Karachi, ce qui reste du domaine continue à être exploité en métayage.

  • 20 Système pratiqué sur une plus large échelle à l’époque britannique.
  • 21 20 à 25 kg de blé par jour à la moisson, 20-25 roupies par jour pour les autres travaux. Notre hôte (...)

51Autre exemple de gentleman farmer, celui-ci récent, le lieutenant-colonel Hassan Khan. Il a pris sa retraite de l’armée où il était officier-vétérinaire. En plus de sa propriété dans le district de Syalkot, il a obtenu à bail du gouvernement 40 ha à condition d’y élever des chevaux achetés par le gouvernement20. Huit employés permanents (400 roupies par mois chacun) et des journaliers21 permettent de cultiver au tracteur 18 ha de blé. Une irrigation adéquate et de bonnes doses d’engrais assurent 4 000 kg/ha. Le produit brut par ha est de 8 000 Rs, net de 4 000. A la mousson des cultures fourragères qui rapportent net 2 500 Rs par ha. Le bétail consiste en 12 bufflesses et vaches, dont le lait est écoulé à Sargodha. Proche de la ville, Hassan Khan consacre 8 ha aux cultures maraîchères grâce à son puits tubé. Notre colonel jouit d’un train de vie élevé. Un de ses fils l’aide à la ferme, un autre travaille dans une banque à Lahore, le troisième est étudiant dans la même ville.

  • 22 Le dernier couple est plus jeune, d’où deux enfants seulement.

52Dans un autre village, plusieurs paysans louent à rente fixe la terre de grands propriétaires. Hakim Khan, ses parents, ses trois frères dont deux mariés comme lui, soit neuf adultes et 14 enfants (5,7 et 2 enfants par couple)22 doivent vivre sur 7,2 ha. La rente (à 1 200 Rs pour 0,4 ha) représente un total de 21 600 Rs. Ce système a remplacé le métayage il y a vingt ans. Il est plus avantageux pour le cultivateur selon notre hôte.

  • 23 40 kg de canne vendus 9 à 9,65 Rs.

53Les hommes travaillent dur, ce qui leur permet de nouer à peu près les deux bouts : du blé sur 3,2 ha avec un bon rendement de 3 000 kg/ha. Irrigation par le canal et livraisons d’engrais fonctionnent de manière satisfaisante. Le père de Hakim Khan arrive à vendre 4 500 à 5 000 kg de blé qui rapportent brut 9 000 à 10 000 Rs. Sur 1,6 ha pousse la canne à sucre entièrement vendue (46 t par acre ou 115 par ha) pour 18 000 Rs23.

54Les cultures fourragères, trèfle, luzerne, millet moissonné en vert, occupent plusieurs ha en saison sèche comme à la mousson. Une partie nourrit le bétail : 4 bufflesses et 4 vaches dont tout le lait est auto-consommé ainsi que 4 bœufs de labour. Le reste du fourrage est vendu.

  • 24 Habitat en pisé, quelques biens semi-durables, trois bicyclettes, mais pas de radio.

55A nouveau il est frappant de relever le rôle grandissant des transactions monétaires, à l’achat comme à la vente, chez des paysans disposant d’une exploitation petite pour tant de monde. Jusqu’à maintenant, les progrès de l’agriculture ont permis à la famille de Hakim Khan de s’en sortir24, mais qu’adviendra-t-il avec quelques enfants supplémentaires et au moment où le domaine se divisera par quatre à la mort de Hakim ?

56Quant au propriétaire, il jouit d’un confortable revenu. C’est un officier supérieur résidant à Islamabad. A l’origine la terre avait été concédée à bail à un colonel britannique en retraite pour élever des chevaux !

  • 25 Cf. chapitre 4.

57Le voisin de Hakim Khan est un Shiite, reconnaissable au drapeau noir qu’il fait flotter depuis peu sur son toit25. Lui aussi est locataire de 3,6 ha (3 000 Rs/ha). Il faut faire vivre sept adultes et quatre enfants (pour le moment). Le blé est, comme dans les alentours, dominant avec 2 000 kg/ha. La moitié est vendue. Le bétail consiste en 5 bufflesses, une vache et un bœuf. Une vingtaine de litres (40 Rs) sont vendus chaque jour à un transporteur-cycliste qui se rend à Sargodha.

58Ici aussi, on ne saurait parler de misère mais la lutte entre les bouches à nourrir et les ressources est serrée. Notre Shiite emprunte 1 000 Rs à un marchand qu’il rembourse en grain à la moisson. Celui-ci ne demande pas d’intérêt, mais profite de l’écart des prix du grain, plus élevés en période de soudure qu’au moment de la récolte.

59Au village de Dharema, à 15 km de Sargodha en direction de Khushab, nous traversons des terres affectées par la salinité, les unes sont nues, les autres ne portent que de maigres cultures. Plus loin, une partie des terres sont légèrement surélevées et de ce fait en dehors de la zone des canaux.

60Le blé pousse de manière très variable. Là où commence à se manifester la salinité, la récolte baisse à 1 000-1 500 kg/ha nous dit Mohammed Ramzan. Sur d’autres parcelles où l’irrigation du canal n’est pas satisfaisante, le paysan s’attend à 2 000 kg/ha. Faute d’eau en suffisance, il ne met que de faibles doses d’urée et de phosphate. Le coton souffre aussi du début de salinité. Bien que la saison ait été favorable, Mohammed Ramzan n’a récolté que 100 kg/ha de coton égrené.

61L’exploitation couvre 10 ha, appartenant à un propriétaire de 70 ha. Propriétaire et métayer contribuent chacun pour moitié aux dépenses en intrants et se partagent à parts égales les récoltes.

62Mohammed Ramzan travaille avec son frère. L’un et l’autre sont mariés, le premier a deux enfants, le second cinq. En saison sèche (rabi) 4,8 ha sont ensemencés en blé, 1,6 ha porte du fourrage. Le reste est en jachère par manque d’eau. A la mousson (kharif) 1 ha est consacré au coton, 1 ha au fourrage. Quant à la canne à sucre, elle se contente de 0,4 ha. A nouveau, le reste de la terre est inutilisable par manque d’irrigation.

63Près de la maison en pisé, devant leurs mangeoires, 4 bufflesses, 2 vaches, 2 bœufs. Nos gens viennent de vendre un petit buffle (600 Rs). Comme ils ne sont pas trop loin de Sargodha, ils y écoulent une partie de leur lait acheté par un marchand du village.

64L’agriculture et l’élevage permettent tout juste aux deux ménages de subsister, compte tenu du médiocre taux d’utilisation des terres et de leur faible rapport. Les deux frères manquent de ressources supplémentaires, si ce n’est la modeste pension de 100 Rs par mois que touche l’un d’eux, comme ancien soldat.

65Nous sommes certes bien loin d’une révolution verte. Le niveau de vie des deux familles est stationnaire, comme le dit Mohammed Ramzan. Les deux hommes ont chacun quatre assortiments de vêtements. Adultes et enfants mangent des galettes de blé avec quelques condiments, du lait, très rarement de la viande. Dans la maison pas de biens semi-durables tels que vélo, radio…

66Ghulam Mohammed Khan jouit de conditions beaucoup plus favorables. Son frère et lui ont hérité 10 ha de leur père. Le blé (4 ha) atteint les 4 000 kg/ha, ce qui laisse un gros surplus à vendre après avoir satisfait les besoins de 15 adultes, adolescents et enfants. A côté du blé, 1,2 ha porte trèfle et luzerne. A la mousson, 1,6 à 2 ha sont consacrés à d’autres cultures fourragères. La canne à sucre de cycle annuel occupe 1,2 ha. Les deux frères exploitent en plus 3,2 ha d’orangers et citronniers qui rapportent net 12 000 Rs par ha. Les arbres produisent des fruits cinq ans après avoir été plantés, ils durent alors une quinzaine d’années.

67Le bétail consiste en 2 bœufs, 4 bufflesses, 6 vaches. Chaque jour les deux frères écoulent 20 litres de lait pour 50 Rs qui sont transportés à Sargodha. De temps à autre ils vendent quelques poulets.

68Les deux frères possèdent un tracteur pour les travaux des champs. Les soins donnés au verger et les cultures nécessitent trois ouvriers engagés à titre permanent pour 500 Rs chacun par mois.

69Nous ignorons dans quelles conditions les deux frères ont pu se lancer dans la plantation, à relativement grande échelle, d’arbres fruitiers car si ceux-ci rapportent gros, les coûts au départ sont élevés. Pendant les cinq premières années, le terrain ne rapporte rien sinon des cultures fourragères entre les arbres. Quoi qu’il en soit, Ghulam Mohammed et son frère utilisent de manière remarquable leurs 10 ha qui, il faut le souligner, ont la chance de n’être pas exposés à la salinité, de recevoir assez d’eau et d’être près d’un grand marché urbain. En quelque sorte, ils annoncent ce que pourrait être l’avenir d’une grande partie des terres du Panjab.

Au niveau du district

70La ville de Sargodha est fondée en 1903 en même temps que les premières colonies de canaux où viennent se fixer les Panjabis de l’est de la province. En 1947, les Sikhs et les Hindous sont repartis sauf, paraît-il, un dernier grand propriétaire hindou. Des Musulmans les ont remplacés.

71En 1982, le district a perdu sa partie est (Khushab). Dans ses limites actuelles il compte 5 834 km2 et 1,9 millions d’habitants (1981), soit 327 au km2. Le taux d’urbanisation a beau s’élever (23,7 % en 1972, 26,4 en 1981), il reste sensiblement inférieur à celui de Multan.

72Surface cultivée : 485 000 ha

73irriguée : 472 000 ha

7440 000 ha ont été rendus stériles à 100 % par la salinité, auxquels s’ajoutent dans les 100 000 ha en friche et non cultivables. Quant à l’irrigation, elle est très largement tributaire des canaux. Les puits tubés à pompe sont relativement peu nombreux (4 144 en 1985), et encore, 1 700 ont été installés par l’Etat dans le cadre des projets anti-salinité, car la nappe phréatique est souvent saumâtre.

75Même si les labours avec les bœufs n’ont pas disparu, le nombre de tracteurs a doublé de 1978/79 à 1984/85, 6 000 à cette date. Comme dans le district de Multan, les machines batteuses pour le blé commencent à se faire remarquer.

76Le blé représente de loin la principale culture : 200 000 ha avec une moyenne de 1 860 kg/ha seulement, conséquence de la salinité et du manque de puits tubes à pompe. Viennent ensuite 40 000 ha respectivement de coton, de canne à sucre et de riz, puis 25 000 ha de maïs.

77Dans l’ensemble, le développement général du district est relativement modeste comparé à celui de Multan. Sargodha (291 000 habitants, 1981) représente un pôle économique plus faible que Multan avec ses 730 000 habitants. Les industries modernes sont moins nombreuses, de même que les petites entreprises. Dans les campagnes, se juxtaposent les contrastes entre les terres à rendement élevé et celles qui souffrent de salinité et du manque d’irrigation. Le nombre limité des puits tubés à pompe explique aussi les rendements modérés du blé en comparaison de Multan. Le coton, plante de meilleur rapport que les céréales mais très vulnérable à la salinité, n’occupe qu’une place réduite. Quant au riz dont nous verrons l’importance dans d’autres districts, il s’accommode sans doute d’un taux assez élevé de sel, mais il a besoin de plus d’eau que n’en livrent les canaux. Et à nouveau les puits tubes manquent pour servir d’appoint !

78Sans être le seul facteur qui ralentit l’expansion, la salinité joue donc un grand rôle. En 1960, sur 900 000 ha du district de Sargodha et de ses voisins (Gujrat et Jhang), 40 % sont affectés à un degré ou un autre par la salinité. Depuis l’ouverture des canaux à la fin du siècle dernier et au début de celui-ci, l’eau s’est infiltrée dans le sol. Dans les zones dépourvues de drainage naturel souterrain, la nappe phréatique s’élève, au point qu’en 1960, dans la moitié des 900 000 ha, cette dernière n’était plus qu’à 1,50 m du sol contre 3 % des terres en 1926. La remontée des sels minéraux prend d’inquiétantes proportions, ruinant totalement les sols ou réduisant les récoltes.

79En 1962 démarre le deuxième Salinity Control and Reclamation Project (SCARP n° 2) qui fait partie d’une série de vastes opérations lancées par la Water and Power Development Authority (WAPDA), grande entreprise publique. L’idée est de faire coup double : lutter contre la salinité et fournir un complément d’irrigation aux canaux. Des puits tubés sont construits pour pomper l’eau, ce qui abaisse la nappe phréatique, puis l’eau est utilisée d’abord pour lessiver les sols en éliminant les sels, et ensuite pour l’irrigation des cultures qui reprennent vie.

80La formule est ingénieuse, mais encore faut-il que l’eau souterraine ne soit pas saumâtre, c’est-à-dire qu’elle soit utilisable dans les cultures. Pour cette raison les premiers puits sont installés dans les zones d’eau douce. Ailleurs, il faudrait évacuer les eaux mauvaises, soit par pompage, soit par des drains horizontaux, opérations très coûteuses.

81Lorsque nous visitons Sargodha en 1964, le SCARP n° 2 a démarré depuis deux ans avec un objectif de 3 311 puits tubes à pompe (environ 40 ha par puits) à atteindre en 1965. La marche des travaux ne tient pas l’horaire. Les constructions sont retardées, faute de fonds, notamment des devises pour l’importation d’une partie du matériel. A plusieurs reprises le programme est révisé et retardé. Finalement, en 1982 l’objectif prévu pour 1965 est à peu près atteint avec 2 200 puits dans des zones d’eau souterraine adéquate pour l’irrigation et 820 qui pompent l’eau saumâtre.

  • 26 Renseignements obtenus auprès du Projet Director SCARPno2 Sargodha.

82Dans les zones de la première catégorie, la nappe phréatique a baissé de manière sensible sur la moitié de la surface atteinte. Quant à l’intensité des cultures, elle est montée de 104 à 125, en d’autres termes les doubles récoltes couvrent aujourd’hui le quart de la surface totale cultivée, ce qui représente 80 000 ha supplémentaires26.

83Après les difficultés de construction, surviennent celles de fonctionnement et d’entretien des puits tubés. Ces tâches relèvent du département de l’irrigation, une fois que la WAPDA a terminé les constructions. Laisser-aller, manque d’électricité, de pièces de rechange… réduisent le rendement par unité et augmentent les coûts d’entretien. Comme nous le verrons, ces défauts ne sont pas particuliers au SCARP n° 2. C’est pourquoi, il est question de privatiser ces puits, tout au moins ceux qui desservent les terres où la nappe phréatique est bonne pour l’irrigation.

A nouveau dans le district de Sheikhupura

84Au début d’octobre 1985, puis en mars 1986, nous retrouvons avec plaisir le vieux et sympathique Circuit House de Sheikhupura, spacieux bungalow qui a vu passer bien des fonctionnaires britanniques avant l’indépendance.

  • 27 L’eau souterraine est bonne pour l’irrigation.

85Les changements de l’économie rurale, notés en 1978 et 79 ne cessent de se renforcer. Commençons par le village de Bathal, à 13 km au sud de la ville sur une route secondaire, asphaltée en 1979. Village sikh et hindou avant 1947, il est aujourd’hui peuplé de Musulmans originaires du district de Jallandar au Panjab resté indien. En 1960, les trois quarts des champs souffrent à un degré ou un autre de waterlogging et de salinité. Le programme de puits tubés (SCARP n° 1) lancé en 1960 a permis de réduire ces maux : surface totale : 489 ha ; cultivée et irriguée : 440 ha. A côté des canaux : cinq puits tubés de l’Etat dans le cadre du SCARP et 16 puits privés27. En 1981, le village compte 1 158 habitants et 110 exploitations. Près de la moitié des familles n’ont pas de terre : manœuvres agricoles, métayers. Le principal notable est propriétaire de 100 ha pour lesquels il utilise cinq ouvriers permanents et de la main-d’œuvre d’appoint. Quatre propriétaires, dont lui, possèdent chacun un tracteur.

86Gujars, Rajputs et Kumhars (potiers de tradition) constituent les principales castes. Les mariages mixtes n’existent pas.

87Balu et ses quatre frères sont encore jeunes. Ils exploitent ensemble les 5,6 ha hérités de leur père. Leur maison compte pour le moment douze personnes, adultes et enfants. Toute la terre est transformée en rizières au kharif à raison de 2 000 kg/ha de paddy basmati (1 300 de riz décortiqué). La plus grande partie de la production est vendue. En hiver, seuls 3,2 ha sont ensemencés en blé donnant 1 500 kg/ha, rendement faible dû à des reliquats de sel et parfois au manque d’eau. Leurs besoins satisfaits, les frères vendent environ 1 000 kg de blé.

  • 28 Acheté 166 Rs les 40 kg (man) de riz décortiqué soit 415 Rs le quintal. IRRI (nouvelle variété) 86  (...)

88Les hommes emploient leurs trois bœufs pour les labours. Ils ont quelques bufflesses qui fournissent le lait consommé par les adultes et enfants. Pour le moment, Balu et sa famille sont plutôt contents de leur sort. Le bon prix du basmati28, riz traditionnel de haute qualité, leur a permis d’améliorer leur maison. Le soir ils se distraient avec leur radio. De temps à autre l’un d’eux va sur sa bicyclette à Sheikhupura faire de menues emplettes. Aucun des hommes ne semble préoccupé par la limitation des naissances. Or quand tous les frères seront mariés, chacun avec au moins quatre ou cinq enfants, les 5,6 ha d’aujourd’hui suffiront-ils à faire vivre 30 à 35 adultes et enfants, même compte tenu de nouvelles hausses des rendements ?

89Rencontre d’un métayer, Rahim, qui exploite 3,2 ha d’un propriétaire. Il loue un tracteur et tous les frais d’exploitation sont partagés en parts égales. Au kharif : 1,6 ha en variété à haut rendement IRRI à 2 500 kg/ha de paddy, 1,6 ha en basmati à 1 500 kg/ha. Au rabi seule la moitié des terres est ensemencée en blé à 2 500 kg/ha. Avec une femme et cinq enfants dont l’aîné des garçons va à l’école, le budget de Rahim est plutôt serré. Il n’a qu’un assortiment de vêtements de rechange et pas de biens semi-durables : radio, bicyclette.

90A quelque distance, arrêt auprès de Yussuf. Il n’a pas de terre aussi travaille-t-il pour un propriétaire. Celui-ci supporte tous les frais de l’exploitation et touche les trois quarts des récoltes : 2 ha avec du basmati et 0,4 ha en IRRI avec des rendements comparables à ceux de Rahim. Au rabi, notre homme doit chercher du travail ailleurs : sarclage du blé, puis moisson. Durant celle-ci il est employé pendant une vingtaine de jours à raison de 20 kg de blé par jour. Il n’a pas de bétail. De temps à autre il achète un peu de lait pour ses enfants. Ici et là il gagne de 10 à 20 Rs, parfois 25, par jour pour divers travaux. Lui aussi n’a que deux assortiments de vêtements et ses enfants ont petite mine. La pauvreté tombe à l’extrême limite avant la véritable misère.

  • 29 En général les prêteurs n’exigent pas d’intérêt, mais s’il s’agit de grain, la différence de prix l (...)

91Rauf est un Kumhar qui a abandonné son métier traditionnel de potier. Avec ses trois ânes, il transporte du fumier séché comme combustible, du grain, des briques. Trop vieux pour travailler intensément, il se plaint de son sort. Son fils aîné, il se plaint de son sort. Son fils aîné, qui pourrait l’aider, s’est brouillé avec lui à la suite du remboursement de la dette de 11 000 Rs contractée pour son mariage29. Il vit de son côté, gagnant 525 Rs par mois comme cantonnier. Les huit autres enfants et adolescents habitent une pauvre maison avec leurs parents. Rauf me montre son dhoti (sorte de long pagne), il n’en a pas d’autre. Seule autre ressource, deux petites bufflesses qui ne donnent pas encore de lait.

  • 30 Les puits privés fonctionnent au diesel. Comme nous l’avons vu (chap. 5), l’électricité répond de m (...)

92Malgré la proximité de Sheikhupura, malgré aussi l’énorme pôle d’attraction de Lahore où les manœuvres gagnent 30 Rs par jour, petits propriétaires et paysans sans terre ont la vie dure. La densité de population (236 au km2) n’est pas excessive en soi mais la productivité du sol est médiocre. Les doubles récoltes annuelles sur le même sol ne sont pas assez fréquentes. Certains sols ne s’y prêtent pas, d’autres souffrent de la salinité, malgré les progrès réalisés dans ce domaine. L’irrigation pourrait s’accroître en saison sèche si les puits tubés de l’Etat fonctionnaient de manière adéquate, ce qui n’est pas le cas du fait des pannes de courant et du mauvais entretien des moteurs30.

93Autre exemple, la petite ville de Jhabrau (20 000 habitants) à 22 km de Sheikhupura. La construction de la route asphaltée et l’arrivée de la ligne électrique, il y a une dizaine d’années, ont provoqué une vigoureuse poussée des secteurs secondaire et tertiaire qui font vivre 3 000 familles dont beaucoup de très petits propriétaires et de paysans sans terre. Le bazar est très actif : magasins vendant des aliments, des textiles, des radios, des bicyclettes. Les ateliers de réparation pour camions, motos, pompes et tracteurs prolifèrent. Une entreprise fabrique de la glace, très prisée pour rafraîchir les boissons gazeuses, coca cola et autres. Deux usines de décorticage de riz ont suivi l’essor des rizières.

  • 31 Investissements et dépenses de fonctionnement sont deux fois plus élevés pour les puits diesel que (...)

94Le secteur agricole se répartit en 2000 exploitations : 1 800 en dessous de 5 ha, 130 entre 5 et 10 ha, 60 entre 10 et 20, 10 au-dessus de 20. 2 630 ha sont cultivés dont 240 souffrent de salinité. Il n’existe pas ici de puits tubés de l’Etat. Sur les 72 puits qui complètent le réseau de canaux, 18 fonctionnent à l’électricité31 (nouvelles plaintes sur le manque de courant) et les autres au diesel. 32 tracteurs assurent une part croissante des labours.

95Les rendements des terres sont élevés : autour de 2 000-3 000 kg/ha pour le blé, 3 000-3 500 pour le paddy IRRI, 1 000-1 500 pour le basmati. En bordure de l’agglomération, les jardins potagers s’agrandissent : légumes, pommes de terre et plus loin des vergers.

96La population comprend plusieurs castes de Sunnites : Rajputs, Araïns particulièrement débrouillards, Gujars. Dix à vingt familles sont chiites. On ne se marie qu’à l’intérieur de sa caste et de préférence entre cousins germains.

97La famille de Mansur Ahmed illustre bien l’intégration en cours ville-campagne. Exploitant en métayage 2,2 ha avec autour de lui sept enfants dont deux adultes, Mansur connaîtrait une existence très précaire si ses deux fils aînés n’avaient pas trouvé du travail dans la petite ville : l’un est charpentier, l’autre ouvrier dans une usine.

98Le village de Kelay est plus isolé au bout d’une piste à 36 km du chef-lieu. 3 140 habitants, 820 ha dont 662 cultivés, une densité qui s’alourdit : 380 habitants au km2. Sur les 560 familles, 205 sont propriétaires, 150 cultivent en métayage, 205 trouvent du travail comme manœuvres agricoles, dans l’artisanat ou divers autres métiers. Le principal malik, grand propriétaire, nous reçoit dans son confortable bungalow. Il a deux femmes (cas peu fréquent) et trois fils. Ses terres font 140 ha. Beaucoup de familles connaissent un sort moins enviable ! L’isolement des lieux réduit l’ouverture des métiers hors de l’agriculture. Quant à celle-ci, elle progresse à une cadence lente. Les champs se trouvent à la queue du canal, de sorte que l’eau manque souvent. Les 38 puits tubés privés ne compensent qu’imparfaitement le trop faible débit du canal. Les salaires se situent dans les normes observées ailleurs : 20 Rs par jour, 20 kg de blé à la moisson contre 15 il y a vingt ans. Dans la riziculture, les salaires sont plus bas : 15 Rs par jour pour le repiquage, 11 kg de paddy par jour à la récolte.

99Lors de notre nouveau passage, en mars 1986, nous visitons d’autres villages. Le blé a remplacé le riz et s’annonce prometteur. Les petites pluies d’hiver ne sont pas trop chiches et compensent une partie des insuffisances de l’irrigation. Celle-ci continue à susciter des plaintes : canaux fermés, pannes d’électricité qui affectent les motopompes.

100Les contrastes observés auparavant se répètent. Shafi Mohammed (Araïn) n’a hérité de son père que 0,4 ha. Il loue 3,2 ha pour 5 000 Rs par an. Faute de bœufs, il loue un tracteur et achète l’eau d’un puits tubé. Son basmati monte à 1 800 kg/ha de paddy. Par contre le blé est bloqué à 1 000 kg/ha par la salinité. Les deux bufflesses donnent chacune 4 lt de lait entièrement consommés à la maison.

  • 32 Il y a quinze ans 7 hommes touchaient 2 kg de paddy par man (40 kg) récolté, aujourd’hui ils reçoiv (...)

101A côté de son train de ferme, Shafi Mohammed a une tanga (petite voiture à deux roues) et un cheval. Les transports rapportent 25 à 30 Rs par jour. Le niveau de vie de la famille progresse car les quatre fils travaillent hors de l’agriculture, dans les bourgs voisins : l’un est chauffeur de camion, le deuxième boutiquier, deux autres sont garçons de restaurant. Masud Akhtar et ses trois frères, eux aussi mais à un niveau différent, se répartissent activités rurales et urbaines : 70 ha dans le district, 50 à Kasur, 32 à Sahiwal. Ces derniers consistent en vergers exploités par un marchand. Ici à Sheikhupura, Masud assure le gros des labours avec deux tracteurs. Il a fait installer un puits tubé à pompe. Il utilise 16 ouvriers agricoles permanents qui touchent un huitième des récoltes de blé et de riz. Les hommes supplémentaires, engagés à la moisson, reçoivent environ 20 kg de blé par jour ou 18 kg de paddy32.

102Alors que Masud Akhtar gère les domaines, un des frères, après avoir été officier de marine, s’occupe de frêt maritime au Programme alimentaire mondial à Rome, le deuxième est chirurgien-esthéticien aux Etats-Unis, le troisième, après son doctorat en électricité au MIT, travaille à Lahore.

Vue d’ensemble du district

103En 1981, la population est de 2,1 millions répartis sur 5 960 km2, densité 354 au km2. Le district reste relativement peu urbanisé. La population des villes passe de 15,8 % du total à 18,1 entre 1972 et 1981. Il est bon néanmoins de se souvenir que l’énorme métropole de Lahore (3 millions en 1981) n’est qu’à une trentaine de km.

104La surface cultivée nette, presque entièrement irriguée, est de 471 000 ha, brute (doubles récoltes incluses) de 600 000 ha. Le nombre de puits tubés est de 1930 relevant du secteur public (SCARP n° 1) et de 7 356 privés. Les premiers, ainsi que la moitié des seconds, sont électrifiés.

105Avec les autorités du district nous faisons le point. Première question, ici comme ailleurs : l’eau. Il n’est pas possible d’accroître le débit des canaux. En revanche, une belle marge de manœuvre existe pour limiter les pertes d’eau. De nombreux canaux ont besoin d’être réaménagés et en partie reconstruits (remodelling), élargis et plus régulièrement nettoyés. Une meilleure répartition de l’eau s’impose afin que les usagers en queue de canal ne soient plus désavantagés. Le cimentage (lining) des rigoles d’accès aux champs (watercourses) a commencé mais progresse lentement.

  • 33 Les divisions administratives ne correspondent pas à celles d’un district car la plupart des canaux (...)

106Toutes ces tâches sont énormes et, pour nous en faire une idée, prenons la Sheikhupura Canal Division, unité administrative d’une seule zone de canaux couvrant une partie des districts de Sheikhupura, Gujranwala et Sargodha33.

107Canal principal et embranchements 131 km

108(main canal and branches)

109Canaux secondaires et tertiaires 825

110(distributories and minors)

111Surface couverte kharif 131 000 ha

112rabi 129 000

113657 villages

  • 34 76 % de surface nette cultivée. 120 % veut dire que 20 % des terres portent deux récoltes annuelles

114Passons aux puits tubés. Le SCARP n° 1 envisageait de faire relever l’indice d’intensité des cultures de 76 à 150. Après vingt-cinq ans, celui-ci est à 12034. Les coûts de construction des petits canaux partant des puits de l’Etat ont dépassé les budgets alloués. Certains sols sablonneux exigent plus d’eau que prévu. Le fonctionnement des puits de l’Etat, malgré le recul de la salinité, est mal assuré : pannes de courant, entretien défectueux des équipements, le tout ponctué de sérieuses carences administratives, sans parler de la corruption.

115Quant aux puits privés, leur progression est freinée par la qualité inégale de l’eau souterraine ; sur 40 % de la surface du district, elle est saumâtre, donc inutilisable. Il serait malgré tout possible d’augmenter le nombre des installations privées à condition que l’électricité soit assurée, puisqu’elle permet l’utilisation d’équipements beaucoup moins coûteux que les motopompes diesel. En même temps commencent à apparaître des puits de plus faible capacité (5 CV) que les installations de 15 à 20 CV. Les paysans moyens (2 à 5 ha) pourraient les acheter.

116Le parc des autres machines consiste en 4 937 tracteurs et 2 905 batteuses. Quant à la consommation des engrais, elle progresse de manière irrégulière : 28 091 t (matière active NPK) en 1978/79, 39 967 t en 1980/81, 41 638 t en 1983/84 et seulement 35 964 t en 1984/85.

117Blé (230 000 ha) et riz (190 000 ha) dominent de très loin les autres cultures. Après avoir plafonné à 2 080 kg/ha en 1980/81 et 1981/82, le premier est tombé jusqu’à 1 712 en 1984/85. Les variétés IRRI donnent 2 100-2 200 kg/ha de riz (3 000 de paddy), le basmati 1 200-1 300 (1 800-2 000 de paddy). En 1978/79 les rendements étaient respectivement de 1 863 et 1 277 kg/ha (riz décortiqué).

118Assez comparables pour le riz à ceux des autres districts, mais plus faibles pour le blé, ces ordres de grandeur donnent l’impression d’un plafonnement de la production, ce qui n’est pas très étonnant si l’on songe aux imperfections du système d’irrigation (canaux et puits) et à la hausse assez faible de la consommation des engrais chimiques.

119Quant à la protection des cultures, il reste beaucoup à faire, surtout pour le riz. Les variétés IRRI sont moins vulnérables que le basmati, or les traitements antiparasitaires parfois manquent ou sont inadéquats. Les produits font l’objet de beaucoup d’adultérations de la part des marchands.

120Le district est un gros producteur de lait acheminé par camion à Lahore. Diverses sociétés assurent la collecte depuis les villages. Les transporteurs à vélo prennent le lait à 3 Rs le lt. Il est vendu 5 Rs à Sheikhupura d’où il gagne la grande ville. En 220 jours de lactation, les bufflesses donnent une moyenne de 7 lt par jour, les vaches (180 jours de lactation) 2 lt.

121Depuis 1981 la construction des routes tend à s’accélérer selon le financement conjoint du conseil local (Union Council) et de l’Etat. 350 km sont refaits ou revêtus en quatre ans. Le commerce, les petites industries s’en trouvent encouragés.

122En ce qui concerne les salaires, les données recueillies sur le terrain correspondent aux tendances générales. Les manœuvres gagnent 20-25 Rs par jour à la campagne, 25 à Sheikhupura, 30 à Lahore. A la récolte l/10e du blé est assuré aux manœuvres. Lorsque quatre hommes font 0,4 ha en un jour ils obtiennent 20 kg par personne ou 25, correspondant respectivement à des rendements de 2 000 et 2 500 kg/ha.

  • 35 Phénomène général dans les pays riches et pauvres.

123Reste pour terminer la limitation des naissances. La question passe mal la rampe. Influencés par des mullahs bornés, de très nombreux paysans croient que de telles pratiques sont contraires à l’Islam. L’inertie naturelle des hommes aidant35, les programmes du gouvernement avancent mollement.

Retour dans le Thal

124Venant de Sargodha, nous reprenons la route en direction du Thal. Le pont rail-route sur la Jhelam datant des Britanniques est devenu étroit pour le trafic des camions, autobus, quelques voitures, beaucoup de minibus où s’entassent voyageurs et ballots de tout genre, plus des files d’ânes et de chameaux !

125Depuis notre première visite en 1964, la région a troqué son image de zone pionnière aux prises avec le désert contre un paysage qui ne diffère plus guère des anciennes colonies de canaux. Les arbres grandissent et se multiplient le long des routes et autour des villages, les dunes de sable se font rares, la foule est plus dense. Khushab, chef-lieu du nouveau district séparé de Sargodha en 1982, est devenu un gros bourg de 56 000 habitants, Jauharabad qui vivait autour de sa raffinerie de sucre s’étend et compte 20 000 habitants.

  • 36 12-15 km de Jauharabad.

126Les chaqs n° 47 et 48 MB (visités en 1964)36 sont maintenant de vrais villages avec des boutiques de textiles, de chaussures, d’articles en plastic et des petits restaurants qui servent le classique thé au lait, des dépôts d’engrais chimiques, des tailleurs derrière une machine à coudre à pédale.

  • 37 Prix d’achat par le gouvernement : 100 kg de riz basmati à 437 Rs, IRRI à 216 (1985/86).

127Les 600 à 700 habitants du chaq MB 47 (1964) sont devenus 3 500, avec l’afflux de nouveaux colons et l’accroissement des familles. Jats, Araïns, Gujars, Rajputs, Quraishis ne se marient que dans leur propre caste. A quelques nuances près, ils ont bien mis en valeur leur agriculture. L’agglomération occupe 24 ha, les terres cultivées font 600 ha, contre 450 en 1964. Le rendement moyen du blé a passé de 1 000 kg/ha à 2 500 grâce à la révolution verte. La canne à sucre atteint le niveau non moins honorable de 46 t/ha. La raffinerie de Jauharabad absorbe l’ensemble de la production. Quelques rizières sont cultivées à la mousson. Les paysans se concentrent sur la variété traditionnelle basmati (2 000-2 200 kg/ha de paddy) qui rapporte plus que le nouveau riz malgré un rendement modéré37.

  • 38 Nous retrouvons les normes rencontrées ailleurs : 20-25 kg de blé par acre (0,4 ha) récolté, tâche (...)

128Beaucoup d’exploitations ont conservé leur dimension initiale de 6 ha, mais elles font vivre plusieurs ménages contre un seul au départ. Malgré l’énorme accroissement de la population, celle-ci vit plutôt mieux qu’il y a vingt ans grâce aux performances du blé, de la canne, de l’élevage et grâce à d’autres ressources. Dans ce village qui compte beaucoup d’anciens militaires, une vingtaine de jeunes gens sont dans l’armée et quinze autres en Arabie séoudite. Plusieurs travaillent à titre permanent ou temporaire à l’usine de sucre. D’autres sont employés dans le bazar de Jauharabad ou de Khushab. Enfin, certains petits paysans gagnent de temps à autre comme manœuvres agricoles38 20 à 25 Rs par jour ou 20-25 kg de blé par jour à la moisson.

129La famille d’Abdul Ghafar est originaire de Ludhiana, au Panjab indien. Lui-même et ses deux frères exploitent ensemble les 6 ha hérités de leur père. La canne à sucre occupe 2,8 ha à raison d’une première récolte de 46 t/ha et d’une repousse (ratoon crop) à 37 t/ha. Puis la terre est labourée et ensemencée en céréales. 3 ha assurent 7 500 kg de blé. Abdul Ghafar et un de ses frères ont chacun cinq enfants, le troisième est jeune marié sans enfants pour le moment. Les six adultes et les dix enfants consomment en tout environ 3 000 kg de blé par an, ce qui laisse un surplus à vendre de 4 000 kg. Au blé succèdent en été des cultures fourragères pour alimenter deux bufflesses et une belle paire de bœufs. Tout le lait est autoconsommé.

130Le budget familial est serré. Abdul Ghafar possède une bicyclette mais, quand je parle d’autres biens semi-durables, il répond : “Radio ya TV ka shauk nahin, petka shauk” (Je n’ai pas envie d’une radio ou de la TV, il faut d’abord manger). De temps à autre il trouve un emploi occasionnel ou vend une chèvre. Il en a trois en ce moment.

131Pour Mohammed Sharif, la vie est plus dure. Démuni de terre, il doit entretenir sa femme et trois jeunes enfants. Heureusement que son fils aîné travaille à l’usine de sucre de Jauharabad où il gagne 450 Rs par mois. Quant à lui, il est manœuvre agricole, avec un emploi de loin pas assuré toute l’année. Il a heureusement deux bufflesses dont il vend un peu de lait chaque jour. Sa garde-robe se limite à deux chemises et deux shalwars, pantalons bouffants en toile, la tenue classique des Panjabis. Pas très alerte, il constate que sa vie s’écoule sans changement, ni en bien ni en mal… Existence difficile, mais tout de même nettement moins misérable que celle de nombreux paysans sans terre dans les régions pauvres de l’Inde.

132Plusieurs hommes nous entourent. Ahmed, passé la soixantaine, se tient droit comme un i, le cheveu en brosse, le visage en lame de couteau. C’est un vétéran de la deuxième guerre mondiale. Avec la compagnie musulmane d’un bataillon rattaché au Rajput Regiment, il a fait la campagne d’Italie, entre autres les terribles combats de Cassino. « Mais, ajoute-t-il, allez voir mon camarade Shakrullah Quraishi, il a épousé une Italienne et vit ici avec elle ». Une maison en pisé, un brin coquette avec ses pots de fleurs sous la véranda, voici notre homme et sa petite femme, la peau ridée, parcheminée, devenue tout à fait panjabi. En 1945, Maria de Marcos rencontre à Tarente le soldat de son cœur. Un an plus tard, elle le rejoint en Inde et l’épouse. Destin extraordinaire que celui de cette jeune paysanne italienne qui va passer toute sa vie dans un village perdu du Panjab. Elle venait certes d’un milieu simple, mais tout de même : “La vita è dura qui” (Il est dur de vivre ici). Elle n’a jamais revu l’Italie. Son fils aîné, lui, s’y est rendu et a trouvé un emploi. Il revient de temps à autre voir ses parents et leur envoie des magazines illustrés italiens dont les photos jettent une note insolite. Nous prenons le thé, discutant en italien et en urdu. Shakrullah a lui aussi dépassé la soixantaine, il parle doucement et témoigne de beaucoup d’égards envers sa femme…

133Après la route en dur qui nous a menés au chaq MB 47, nous prenons la piste vers le chaq MB 48. Ni la population ni l’économie n’ont progressé aussi vite que dans le premier village. De 700 habitants en 1964, la population a passé à 1 000. Beaucoup d’hommes, parfois des familles, ont quitté le village, faute de ressources. La surface cultivée (520 ha) n’a pratiquement pas augmenté depuis 1964. Elle comporte 500 ha cultivés dont 80 ne dépendent que des pluies (du fourrage à la mousson, un peu de blé grâce aux pluies d’hiver). Circonstance aggravante, à peu près la moitié des terres irriguées souffrent de salinité. 80 ha sont hors d’usage, les autres portent du riz tolérant relativement le sel : une nouvelle variété à 2 000 kg/ha de paddy. Quant au blé, il atteint 2 000 kg/ha sur les terres non salines. La canne à sucre, elle, ne dépasse pas 37 t/ha.

134La remontée des sels a suivi de peu l’irrigation des terres. Jusqu’à maintenant aucun programme de drainage n’a été entrepris.

135Il n’existe pas de puits tubés à pompe dans cette zone, car l’eau souterraine est saumâtre, en partie sous l’effet des montagnes proches, la Salt Range, qui comporte des mines de sel. Même l’eau potable est souvent mauvaise, c’est pourquoi les paysans installent leurs pompes à main près des canaux secondaires, d’où l’eau s’infiltre dans le sol.

136Comme au chaq MB 47, ici une partie des labours se font au tracteur. Les quelques grands propriétaires louent leur machine à d’autres. Les salaires en espèces des manœuvres agricoles sont les mêmes dans les deux villages. A la moisson, quatre hommes qui moissonnent 0,4 ha (1 acre) en un jour gardent le dixième de la récolte, d’un cinquième inférieure à celle du chaq MB 47.

  • 39 Pour cette raison le nombre de puits tubés dans le Thal est faible : 544 puits tubés à pompe en 198 (...)

137Le chaq MB 48 représente un exemple typique de l’impact de la salinité. L’avenir s’annonce aléatoire. Les travaux de drainage seront difficiles, l’eau éventuellement pompée étant saumâtre39 elle ne pourra pas être recyclée dans les canaux pour améliorer l’irrigation, de sorte que le coût de fonctionnement des puits tubés sera onéreux. Quant à l’émigration, il n’est pas certain qu’elle continuera à jouer, au même degré, le rôle de soupape de sûreté.

138Cet aperçu de quelques villages illustre un des aspects du district de Khushab, sa partie irriguée en plaine. L’autre consiste en mamelons puis en collines qui finissent par se fondre dans la Salt Range. Entre les pentes couvertes de buissons et d’arbustes, la terre est cultivée sans irrigation, ce qui nous amène à une agriculture fort différente de celle que nous avons observée jusqu’à maintenant.

139En 1981, la population du district est de 651 417 habitants pour 6 490 km2. Alors que le tehsil (sous-district) de Khushab comprend 330 habitants au km2 et 80 000 ha irrigués contre 150 000 non irrigués, dans le tehsil de Noorpur (second sous-district) la densité tombe à 53 au km2, la surface irriguée à 6 000 ha face à 210 000 ha de cultures pluviales (barani).

  • 40 Ces chiffres, issus du Statistical Pocket Book of the Punjab 1985, sont surprenants, la première mo (...)
  • 41 Rendement modeste, mais prix élevé : 6,90 Rs le kg au détail contre 2,43 Rs pour le kg de blé.

140Sur les 96 000 ha de blé, seuls 41 000 sont irrigués avec un rendement moyen très inférieur à celui de nos deux chaqs : 1 240 kg/ha. Le blé cultivé uniquement grâce aux pluies d’hiver tombe un peu en dessous de 1 00040. Des lentilles, surtout les pois chiches, gram, couvrent 220 000 ha non irrigués, avec un rendement de 300-500 kg/ha41. Viennent ensuite 12 000 ha de rizières et 8 000 de canne à sucre dans les terres irriguées du Thal. Du fait de la salinité, le coton joue un rôle insignifiant.

141Villes et gros bourgs représentent 22,4 % de la population. Les 18 grandes et moyennes usines utilisent 4 200 personnes. S’y ajoutent les nombreux garages et ateliers pour véhicules à moteur, machines, batteuses… et tout le négoce du bazar.

  • 42 Il existe une autre raffinerie, 20 % plus grande à Sargodha. Une partie de la canne est toujours tr (...)

142Dans ce contexte, la raffinerie de sucre (Koh i Nur Sugar Mills) demeure, comme en 1964, la principale industrie. Lancée en 1954 par la corporation publique Pakistan Industrial Development Corporation, elle a été achetée par les Saigols, grande famille industrielle du Panjab, en 1959. Au fil des années elle s’est agrandie car elle draine une partie de la canne produite à Sargodha et celle du Thal42.

  • 43 Ces derniers suscitent des plaintes à la suite d’adultérations. Parfois les livraisons de phosphate (...)

143La modernisation en cours des équipements fera passer la capacité quotidienne de 1 200 t de cannes broyées à 1800-2000. Pendant 160 jours, l’entreprise fonctionne presque non-stop. Puis, en morte saison, les machines sont révisées ou réparées en vue de la nouvelle campagne de canne. Durant celle-ci, l’entreprise recrute 650 ouvriers qui s’ajoutent aux 500 du personnel permanent. La canne donne 8,80 % de sucre, taux bas dû au rendement de la canne qui souffre du froid en hiver ou parfois d’une irrigation insuffisante en été. L’usine passe contrat avec 3 000 producteurs. (10 000 ha de canne). En 1985/86 elle achète 245 000 t de canne transformées en 21 500 t de sucre. Le département provincial de la canne à sucre s’occupe de la vulgarisation, des livraisons d’engrais et de pesticides43.

144Les rendements moyens de la canne se situent autour de 32 t/ha, ce qui est vraiment faible. Une nouvelle variété plus productive fait l’objet d’essais. L’ennui est qu’elle exige plus d’irrigation et d’engrais chimiques que les variétés actuelles.

  • 44 Livrée à l’usine, la canne est achetée 9 Rs les 37 kg (1985/86). Les 23 centres collecteurs l’achèt (...)

145L’usine achète 245 000 t à 65 millions de Rs, sans les frais de transport. Elle vend le sucre 8,50 Rs le kilo (prix au détail 9 Rs)44.

  • 45 Il s’agit d’une partie des On Farm Water Management Projects en cours dans plusieurs districts comm (...)

146Avec les autorités du district, nous discutons de l’avenir. L’émigration vers le Moyen Orient n’est pas très forte, en revanche l’armée recrute de nombreux soldats. Comme la population continue à s’accroître et que le programme de prévention des naissances n’avance guère, où créer des emplois ? Les zones sans irrigation n’ont qu’un avenir agricole limité. En revanche, la région du Thal peut rendre plus performante l’irrigation. Un gros projet a débuté en 1980 avec les objectifs suivants : réduire les pertes d’eau en cimentant avec des briques les rigoles d’irrigation (water courses), qui accèdent aux champs45, mieux niveler les parcelles, construire des puits tubes à pompe là où l’eau souterraine est bonne.

147On peut certes prévoir la poursuite de l’expansion dans l’industrie et les services, mais la région est relativement isolée, loin des grands centres urbains.

Dans le district de Chaqwal

148Après le double visage (plaines et collines) du district de Kushab, le changement de décor est complet. La route monte en lacets les pentes de la Salt Range, elle descend dans une vallée évasée, passe un nouveau seuil. A l’entour, collines et montagnes. Les villages se font plus espacés, le trafic de camions et d’autobus faiblit. Pratiquement pas d’irrigation sauf quelques champs au pied d’un petit réservoir qui retient la pluie.

149Une première fois, en septembre, nous traversons la région, venant de Sargodha en direction de Rawalpindi et d’Islamabad. Buissons, petits arbres et broussailles entre les cailloux tapissent de vert les montagnes. Sur les plateaux poussent maïs, jowar (sorgho) et bajra (petit mil). En mars, nous reprenons cet itinéraire dans l’autre sens. Les pluies sont exceptionnellement fortes, assurant la bonne croissance du blé.

150Arrêt au village de Murid à 8 km du chef-lieu sur la route de Mianwali. Sultan Khan, homme âgé, a cinq fils. Autour de la maison, 0,8 ha de blé qui fournissent 400 à 500 kg en tout. La vieille bufflesse ne donne plus qu’un lt de lait par jour, à côté de deux génisses et d’un bœuf. Comment vivre sur une si faible base ? Les deux fils aînés et mariés travaillent dans une mine de charbon du district. Chaque mois ils envoient dans les 1 000 Rs (en tout) à leur père pour entretenir femmes et enfants, le troisième garçon, pas encore marié, trouve de temps à autre un emploi à Chaqwal (30 Rs par jour) et il loue 150 Rs par an 0,4 ha de terre dont il récolte dans les 500 kg de maïs. Le quatrième fils est soldat dans un bataillon de gardes-frontières (Frontier Force Battalion) et le cinquième travaille depuis deux ans en Arabie Séoudite.

  • 46 Exemple de la hausse croissante des dépenses de mariage, tendance commune aux pays du sous-continen (...)

151Grâce à l’émigration, la famille arrive à s’en sortir, mais la vie est dure se plaint le vieux Sultan Khan. Les mariages de ses enfants ont coûté très cher : 30 000 Rs pour sa fille, 25 000 pour chacun de ses deux garçons46. Et il en reste encore trois à marier ! Même s’il a fait des emprunts sans intérêt auprès de parents, il faut peu à peu rembourser.

152Nous parlons de la situation en général. Bhutto, Zia ? il fait la moue, la politique ne l’intéresse pas, il a d’autres soucis.

153Un peu plus loin dans les champs se dresse la maison plus cossue d’Amir Khan. Son père est mort il y a quelques années. Il reste sa mère, une de ses sœurs, les deux autres sont mariées, sa femme et son fils (il est marié depuis quelques années seulement). Le père, ancien policier, était propriétaire de 2,8 ha. Peu avant de mourir, il a vendu 0,8 ha pour 32 000 Rs. Il fallait en effet de l’argent pour payer la commission (18 000 Rs) de l’agence qui, à Chaqwal, recrute la main-d’œuvre pour le Moyen Orient. Les opérations sont compliquées et le mot “béimani” (malhonnêteté) revient à plusieurs reprises dans la conversation. Par la suite, en deux ans, le fils émigré a envoyé 50 000 Rs à la maison.

  • 47 Le lait est vendu au village à 3 Rs le lt, contre 5 à Chaqwal où il est transporté à bicyclette. Am (...)

154Amir Khan s’occupe de la ferme. 1,6 ha porte du blé. Cette année, grâce aux bonnes pluies, il espère récolter 1 000 kg/ha. A la mousson il cultive un peu de maïs et du jowar utilisé comme fourrage. Chacune de ses quatre vaches donne 6 lt par jour, de sorte qu’il vend un peu de lait47. Il s’apprête à livrer sa génisse à un voisin. De temps à autre il vend un poulet.

155L’atmosphère de la maison est beaucoup plus détendue que chez Sultan Khan. Amir Khan est jeune, vif. La maisonnée n’est pas encore trop grande. L’argent du frère et un train de ferme, certes insuffisant mais non négligeable, permettent de vivre de manière assez confortable. De temps à autre Amir Khan prend sa bicyclette pour aller au cinéma à Chaqwal.

156A l’entour, nous passons devant des maisons neuves en briques, grâce, de nouveau, à l’argent du Golfe.

157Au retour à Chaqwal, nous tombons sur d’autres exemples de familles à cheval sur ville et campagne. Bashir possède 2 ha dans un village à quinze km. Il loue un tracteur pour les labours. Si les pluies sont bonnes il récolte 1 000 kg/ha sinon 700, ou même seulement 300 en cas de sécheresse. Avec quelques amis, il a monté une petite affaire à Chaqwal. Ils récupèrent de la ferraille qu’ils transportent jusqu’à Lahore dans leur vieux camion acheté d’occasion. Tour à tour gouailleurs et irrités, Bashir et ses amis partent en guerre contre la corruption. Tout est affaire de pots de vin : pour obtenir la licence de transporteur, pour emprunter à la banque, dans les contacts les plus courants avec l’administration. Et le flot de l’argent noir se gonfle par petits ruisseaux et grosses rivières ! Finalement, nos gens regrettent Bhutto ! Quant aux entreprises qui recrutent pour le Moyen Orient, elles commencent par toucher 15 000 à 20 000 Rs, plus le prix du billet d’avion (5 000 Rs). Elles s’occupent alors « de tout » y compris d’opérations qui ne sont pas forcément légales. Corruption, escroqueries ne manquent pas au tableau. Les contrats sont d’un an avec, ensuite, un mois de vacances au Pakistan, et un salaire de 3 000 Rs par mois pour la main-d’œuvre non qualifiée.

  • 48 Voir celui de Khushab également.

158Après ces aperçus ponctuels, prenons l’ensemble du district. Jusqu’en 1985, le territoire du district de Chaqwal faisait partie de celui de Jhelam. Le nouveau découpage48 correspond au souci des autorités de constituer des districts pas trop grands et ainsi plus faciles à développer, compte tenu de l’accroissement de la population.

159Chaqwal compte 780 000 habitants en 1981 pour 6 600 km2, densité 118, chiffre faussement bas car il correspond à des ressources limitées : 211 000 ha cultivés dont seuls 40 000 sont irrigués. Montagnes couvertes de buissons et laminées de ravines occupent 280 000 ha et 40 000 autres sont si érodés qu’ils sont incultivables ; 40 000 comportent des arbres fruitiers.

160140 000 ha environ sont consacrés au blé, en général non irrigué. Par bonnes pluies, durant l’hiver, le paysan récolte 1 000 à 1 200 kg/ha, moyenne qui baisse à 700-900 quand les pluies sont moins bonnes ou mal réparties. Durant la mousson, maïs, jowar et bajra occupent une partie des terres, le premier à raison de 700-1 000 kg/ha, les deux autres à 300-500, ici aussi compte tenu des pluies. L’arachide occupe quelques milliers d’ha. Finalement il n’existe guère de doubles récoltes annuelles sur le même sol.

161Tracteurs et bœufs coexistent, les premiers gagnant du terrain sur les seconds pour les labours.

162L’élevage est, d’une manière générale, moins important qu’en plaine. Rares sont les bufflesses plus grosses productrices de lait que les vaches. Celles-ci donnent 3-4 lt de lait par jour, un résultat fort honorable mais faible par rapport aux 5 à 10 lt des bufflesses. Les paysans possèdent en revanche de nombreux moutons et chèvres.

  • 49 Cf. Chap. ii.

163De tout temps, ou en tout cas depuis la période coloniale49, la région ne peut vivre uniquement de ses propres ressources. Une partie des hommes part à l’armée, dans les grandes villes, à l’étranger, tendances qui ne font que s’accentuer aujourd’hui, grâce à l’émigration vers le Moyen Orient. Selon des estimations sommaires, plus de 10 % de la population active serait dans le Golfe et en Arabie Séoudite, 20 % dans l’armée et combien d’autres à Karachi, Lahore ou d’autres villes.

164Si la soupape de sûreté qu’est l’émigration a jusqu’à maintenant plutôt bien fonctionné, qu’en sera-t-il dans l’avenir ? Le boom du pétrole est survenu au moment où s’alourdissait la pression démographique. Celle-ci n’est pas près de se calmer, tandis que les débouchés au Moyen Orient vont se resserrer au lieu de s’ouvrir davantage. Quant au marché du travail à l’intérieur du Pakistan, il tend plutôt à se contracter.

165Dans ces conditions, que peut-on faire localement ? Depuis quelques années le gouvernement cherche à développer la région. La promotion de Chaqwal au rang de district en est un signe évident. Les routes s’améliorent. Une bonne chaussée asphaltée relie maintenant le district à Rawalpindi. La route vers Sargodha n’est pas mauvaise. Malgré tout, le manque de ressources locales, le relatif éloignement des grands axes de communication, Lahore-Islamabad-Peshawar, ne favorisent pas l’essor des secteurs secondaire et tertiaire. Sans doute Chaqwal, avec ses 50 000 habitants, se développe-t-elle : entreprises de transport, garages, magasins, quelques petites industries, mais la ville reste bien modeste, même si la nouvelle administration locale va lui donner de l’importance. Pour tout le district, la population urbaine ne représente (1981) que 8,2 % de la population.

  • 50 Celui-ci est gêné par le manque de fourrage.
  • 51 Cf. Haq Nawaz Shah and Dr. M. Jameel Khan, general editor, An Evaluation of Small Dams Programme in (...)

166Des efforts sont également entrepris dans l’agriculture et l’élevage50. A partir de 1960 déjà, des petits barrages sont construits pour stocker l’eau destinée à l’irrigation. Comme le relève l’étude entreprise par le PERI, les résultats obtenus ne sont pas très encourageants : des faiblesses dans les études préliminaires et dans la construction, manque de soutien et de suivi au niveau de la vulgarisation et du crédit après l’achèvement des travaux, difficultés d’irrigation par manque de canalisations que les paysans hésitent à creuser. Comme le note le rapport : « Les paysans retirent les deux-tiers de leurs ressources d’activités hors de l’agriculture, ils sont peu tentés de pousser l’usage intensif de la terre et changer leur système de récoltes »51. On relève aussi que les propriétaires de 50-100 ha sont rares, ce qui freine les capacités d’investissement. Les exploitations de 2-10 ha dominent. Les paysans sans terre sont peu nombreux.

  • 52 Erosion par la pluie quasi-inexistante : champs aplanis et bordés de diguettes pour retenir l’eau.

167Les auteurs du rapport soulignent aussi que, de toute manière, les possibilités d’irrigation resteront limitées. Quant à de meilleures techniques de dry farming (cultures pluviales), elles sont complexes : on pourrait modifier le régime des cultures, inciter les paysans à labourer en suivant les courbes de niveau, lutter contre l’érosion, prévenir le ruissellement des pluies par des cultures fourragères ou d’autres moyens. En bref, les sols plutôt pauvres ont besoin de protection, ce qui est beaucoup moins le cas dans les plaines alluviales irriguées52.

168Nous reprenons la discussion de ces problèmes au Barani Agricultural Research Institute de Chaqwal. Par bonnes pluies et avec des doses modérées d’engrais chimiques, il serait possible de pousser le blé à 1 500 kg/ha, peut-être 2 000. Pour ce faire, il importe d’augmenter le nombre des labours, de semer en novembre, de mieux sarcler. Les pois chiches (gram) donnent à l’Institut 1 000-2 000 kg/ha. Sans arriver jusque là, les paysans dépasseraient, par de meilleures pratiques culturales, les 500-600 kg d’aujourd’hui obtenus par bonne pluie.

169Chaqwal et les autres districts de la Rawalpindi Division fournissent 90 % de la production pakistanaise d’arachide à raison de 1 000 kg/ha (en coque), seuil qui pourrait être amélioré.

  • 53 Même les puits d’eau potable coûtent cher. Alors que dans les plaines les alluvions sont très épais (...)

170D’une manière générale, j’éprouve à Chaqwal la même impression que dans beaucoup de régions qui manquent d’irrigation en Inde. Dans ces conditions, et même avec une pluviosité pas trop faible, (en l’occurrence dans les 800 mm par an dont la moitié durant la mousson), le développement de l’agriculture se complique dangereusement et la marge de progrès est beaucoup plus mince que dans les terres alluviales bien irriguées53.

171Pour toutes ces raisons, démographiques, économiques et techniques, l’avenir de Chaqwal et des districts semblables s’annonce fort difficile.

Notes

1 D’une manière générale les bufflesses donnent de 6 à 12 litres par jour.

2 Il s’agit d’un dixième de la récolte de 2 000 kg/ha. La part des moissonneurs augmente en fonction du rendement. Cet usage est très répandu au Panjab.

3 L’indice est calculé par le coût de la vie des ouvriers et petits employés de bureau dans les grandes villes. Il est fort possible que la hausse du coût de la vie ait été plus modérée à la campagne.

4 20 CV, investissement total avec diesel : 35 000 roupies.

5 35 CV, 110 000 roupies.

6 Plus doux en hiver que dans le nord du Panjab, le climat est plus favorable à la canne.

7 1985/86, achat du blé par le gouvernement, procurement price : 80 Rs pour 40 kg, coton égrené : 185.

8 Tous les villages musulmans n’appliquent pas avec rigueur cet interdit. En Afghanistan nous avons trouvé bien des formes d’intérêt usuraire.

9 Ce défaut est en train d’être corrigé.

10 L’électricité devrait bientôt atteindre le village.

11 Formule courante pour les vergers au Pakistan, et selon les cas en Inde.

12 On Farm Water Management Programme dont nous reparlerons. Le gouvernement prend la moitié des frais à sa charge, l’autre est à celle des paysans.

13 Opération qui consiste à ne laisser qu’une pousse par cotonnier, en arrachant les autres au début de la croissance.

14 Les données qui suivent sont extraites d’une note remise par les autorités du district. Voir aussi Statistical Pocket Book of the Panjab, 1985, Lahore 1985.

15 Surface nette = surface topographique.

16 L’indice 160 signifie que 60 % des terres portent deux récoltes par an.

17 Des variétés américaines apparaissent déjà bien avant 1947.

18 Nous traversons le district en septembre 1985 et nous y arrêtons en mars 1986.

19 Les paysans sèment un peu de moutarde en mélange avec le blé.

20 Système pratiqué sur une plus large échelle à l’époque britannique.

21 20 à 25 kg de blé par jour à la moisson, 20-25 roupies par jour pour les autres travaux. Notre hôte se plaint du manque de main d’œuvre. A Sargodha, les travailleurs non qualifiés gagnent 25-30 roupies par jour.

22 Le dernier couple est plus jeune, d’où deux enfants seulement.

23 40 kg de canne vendus 9 à 9,65 Rs.

24 Habitat en pisé, quelques biens semi-durables, trois bicyclettes, mais pas de radio.

25 Cf. chapitre 4.

26 Renseignements obtenus auprès du Projet Director SCARPno2 Sargodha.

27 L’eau souterraine est bonne pour l’irrigation.

28 Acheté 166 Rs les 40 kg (man) de riz décortiqué soit 415 Rs le quintal. IRRI (nouvelle variété) 86 Rs les 40 kg, 215 le quintal, blé 80, 200 le quintal.

29 En général les prêteurs n’exigent pas d’intérêt, mais s’il s’agit de grain, la différence de prix lors de l’emprunt et du remboursement représente 10 à 15 % d’intérêt. A noter à nouveau les lourdes dépenses de mariage, même chez les pauvres.

30 Les puits privés fonctionnent au diesel. Comme nous l’avons vu (chap. 5), l’électricité répond de moins en moins à la demande.

31 Investissements et dépenses de fonctionnement sont deux fois plus élevés pour les puits diesel que pour ceux utilisant l’électricité.

32 Il y a quinze ans 7 hommes touchaient 2 kg de paddy par man (40 kg) récolté, aujourd’hui ils reçoivent 5 kg. Sur une moisson de 25 mans par jour ils se partagent 125 kg.

33 Les divisions administratives ne correspondent pas à celles d’un district car la plupart des canaux traversent différents districts.

34 76 % de surface nette cultivée. 120 % veut dire que 20 % des terres portent deux récoltes annuelles.

35 Phénomène général dans les pays riches et pauvres.

36 12-15 km de Jauharabad.

37 Prix d’achat par le gouvernement : 100 kg de riz basmati à 437 Rs, IRRI à 216 (1985/86).

38 Nous retrouvons les normes rencontrées ailleurs : 20-25 kg de blé par acre (0,4 ha) récolté, tâche accomplie en un jour par quatre ou cinq travailleurs.

39 Pour cette raison le nombre de puits tubés dans le Thal est faible : 544 puits tubés à pompe en 1984/85 : 47 du gouvernement pour la lutte contre la salinité et 497 privés. En 1978/79 ces derniers étaient 458.

40 Ces chiffres, issus du Statistical Pocket Book of the Punjab 1985, sont surprenants, la première moyenne est bien basse, la seconde très élevée, à moins que les pluies d’hiver n’aient été particulièrement favorables. Les pluies : 450 à 600 mm dans la Sait Range, 325 dans le piémont, 250 dans le Thal.

41 Rendement modeste, mais prix élevé : 6,90 Rs le kg au détail contre 2,43 Rs pour le kg de blé.

42 Il existe une autre raffinerie, 20 % plus grande à Sargodha. Une partie de la canne est toujours transformée en sucre brut, avec les techniques artisanales, dans les villages.

43 Ces derniers suscitent des plaintes à la suite d’adultérations. Parfois les livraisons de phosphate ne suffisent pas.

44 Livrée à l’usine, la canne est achetée 9 Rs les 37 kg (1985/86). Les 23 centres collecteurs l’achètent 8,50 Rs.

45 Il s’agit d’une partie des On Farm Water Management Projects en cours dans plusieurs districts comme nous l’avons vu à Multan. Le projet du Thal coûte 25 millions de dollars financés par l’Asian Development Bank et 256 millions d’investissement en Rs, dont une partie financée par les bénéficiaires.

46 Exemple de la hausse croissante des dépenses de mariage, tendance commune aux pays du sous-continent et à beaucoup d’autres en Asie ou en Afrique.

47 Le lait est vendu au village à 3 Rs le lt, contre 5 à Chaqwal où il est transporté à bicyclette. Amir Khan se plaint de ceux qui « mouillent » le lait.

48 Voir celui de Khushab également.

49 Cf. Chap. ii.

50 Celui-ci est gêné par le manque de fourrage.

51 Cf. Haq Nawaz Shah and Dr. M. Jameel Khan, general editor, An Evaluation of Small Dams Programme in Punjab, Lahore, Punjab Economic Research Institute, 1984.

52 Erosion par la pluie quasi-inexistante : champs aplanis et bordés de diguettes pour retenir l’eau.

53 Même les puits d’eau potable coûtent cher. Alors que dans les plaines les alluvions sont très épaisses et la nappe phréatique en général abondante, ici il faut creuser la roche, et en profondeur. Un puits de 30 m coûte 5 000 Rs. Dans ces conditions, on ne peut guère songer à promouvoir des puits tubés à pompe pour l’irrigation.

Table des illustrations

Titre Principales cultures en 1984/85 :
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.