Versión clásicaVersión móvil

Le Pakistan, don de l’Indus

 | 
Gilbert Etienne

Chapitre VI. Panjab, deuxième et troisième rounds

Texto completo

  • 1 Voir les excellents travaux du Panjab Economic Research Institute de Lahore.
  • 2 S.M. Nasseem Underdevelopment, Poverty and Inequality in Pakistan, p. 105 (Lahore, 1981).

1Avant de donner un aperçu général du développement rural, observons les cultures, les bourgs ruraux, les paysans et l’administration qui les soutient. Cette démarche semble d’autant plus justifiée que, malgré des progrès1, l’écart entre élites urbaines et masses rurales est loin d’être comblé. En effet les informations de première main sur ce qui se passe dans les villages restent minces. S.M. Nasseem parle « de la rareté des micro-études du comportement paysan »2.

2Lors de nos premiers itinéraires dans les campagnes en 1952/53 le paysage demeurait en gros comme il devait être avant l’indépendance. Onze ans plus tard, en 1964, la scène est en train de s’animer. Une partie des nouveaux grands travaux d’irrigation sont en voie d’achèvement. Le bruit des moteurs diesel qui actionnent les pompes des puits tubés résonne dans plusieurs districts. Après le premier round sous les Britanniques, un deuxième est en train de se jouer, qui va s’effacer (vers 1967-70) devant le troisième avec l’introduction des nouvelles semences de blé et de riz, la hausse de la consommation des engrais chimiques, la multiplication accélérée des puits tubés à pompe. La percée des céréales déclenche ou accompagne des réactions en chaîne dans les campagnes avec la progression des cultures secondaires, du commerce, des petites industries. Néanmoins, le mouvement varie, selon les provinces et les districts. En 1978/79 nous reprenons contact avec plusieurs districts du Panjab ; en été 1985, un premier long circuit en voiture nous mène au Baluchistan, puis de Karachi jusqu’à Peshawar à travers le Panjab. Au printemps 1986, nous refaisons le même itinéraire dans l’autre sens.

Avant le nouveau départ, 1952-53

3L’éventail des cultures repose sur le blé semé en octobre-novembre et récolté en avril, le jowar (sorgho) et le bajra (petit mil) cultivés pendant la mousson (juillet-septembre/octobre), le coton de mai/juin à novembre/décembre, la canne à sucre de cycle annuel avec les récoltes qui s’étalent de fin novembre à février. A l’époque, au Panjab, le riz occupe une faible place durant la saison des pluies. Malgré la construction des canaux d’irrigation les paysans recourent aussi à des puits, dont beaucoup utilisent la roue persane.

  • 3 Economic Survey of Pakistan, 1985-86, tables 3-17.

4Les rendements moyens du blé pour l’ensemble de la province reposent sur des estimations sommaires qui indiquent toutefois une tendance assez proche de la réalité. La hausse des rendements depuis les premières décennies de ce siècle est très faible : 820 kg/ha par an pour 1920-1925, 920 pour 1940-1945, palier qui ne se modifie pas de manière sensible jusque dans les années 19503.

5Cette moyenne cache de grosses différences entre les terres bien irriguées où le blé peut monter à 1 000-1 500 kg/ha et celles où il tombe à 800-900 si l’eau est insuffisante. Dans les collines du Panjab et de la NWFP où le blé n’est pas irrigué les rendements varient entre 300 et 700 kg/ha selon l’ampleur des pluies d’hiver.

6Les autres cultures, coton, canne à sucre ne progressent guère non plus. Le premier est stationnaire en surface et en rendement (150-200 kg/ha de coton égrené). La canne à sucre progresse quelque peu en surface, mais faute de raffineries, le jus de canne est transformé sur place en sucre brut (gur) destiné au marché local. D’une manière générale, l’agriculture traditionnelle est en train de plafonner, en l’absence d’innovations techniques.

7L’évolution de la production met en lumière de sérieuses failles dans le système d’irrigation par canaux. L’irrigation est plus ou moins sûre. Elle est affectée par les mauvaises moussons qui contribuent à réduire le débit des fleuves et des canaux. Circonstance aggravante, la pression démographique croissante incite les paysans à cultiver plus de terre que n’en peuvent supporter les canaux. Quant aux puits à roue persane, chacun n’assure l’irrigation que d’un ou deux hectares.

8Tous ces facteurs cumulés expliquent pourquoi le Panjab n’arrive plus à nourrir sa population.

9L’infrastructure bouge peu. L’électricité se limite aux villes. Les villages ne sont accessibles que par des pistes où cheminent lentement les chars en bois tirés par ces beaux bœufs blancs du Panjab. Faute de bonnes routes la commercialisation de l’agriculture est freinée. Il est exclu de pousser la production du lait pour la vente en ville, malgré la hausse de la demande.

Le deuxième round 1964

  • 4 Cf. l’article de G. Mohammed dans la Pakistan Development Review, Spring 1965.
  • 5 L’énorme réseau de canaux non cimentés subit de fortes infiltrations d’eau dans le sol. En conséque (...)

10Dès le début des années 1960, le Panjab se réveille grâce à une planification plus avisée et cohérente au niveau national, grâce aussi à l’esprit d’initiative des paysans. Les plus riches se mettent à investir dans les puits tubés à pompe en guise de complément des canaux dont nous venons de voir les faiblesses. De 624 en 1955, le nombre de ces puits passe à 4 635 en 1960 et à 30 500 en 19654. Les engrais chimiques font une timide apparition. En même temps, les cris d’alarme se multiplient face à l’excès d’eau (water logging) et à la salinité dont les effets ont pris des proportions dangereuses5.

11Commençons par le district de Sheikhupura à une quarantaine de km à l’ouest de Lahore en pleine zone de canaux. Voici le village de Gaziminar. Plusieurs paysans habitent en bordure de la grand-route et ont leurs fermes un peu à l’écart entre les manguiers et les pipals. La faible intensité des cultures saute aux yeux. Même à la fin d’août, en pleine mousson, le maïs, le bajra (petit mil), le coton et la canne à sucre ne couvrent qu’une partie des terres. Les taches nues, beiges ou blanchâtres annoncent une salinité avancée.

12Ghulam Pir, Panjabi originaire de l’Inde, a reçu 11 ha de terre abandonnée par des Sikhs. Il vit avec sa femme et ses six enfants. Les cultures se répartissent ainsi :

13cycle annuel de la canne à sucre 1,8 ha. Une bufflesse à huit litres de lait par jour, deux vaches, chacune à 4 litres, une paire de bœufs.

14Une partie des sols souffrent de la salinité. Quant à l’eau du canal, elle est insuffisante pour soutenir des doubles récoltes annuelles sur le même sol. Ainsi les cultures sont très peu intensives. Seul avantage, les ressources abondantes en fourrage qui donnent au bétail un rendement élevé en lait. Une partie du fumier est utilisé comme combustible, le reste comme engrais. Notre homme ne s’en tire pas trop mal, mais il pourrait faire mieux, en dépit de la salinité : par exemple, utiliser plus souvent sa roue persane afin de bien irriguer au moins quelques champs en saison sèche.

15Son voisin Mohammed Aslam se montre d’une autre trempe. Son père est propriétaire de 10 ha dans le district de Sahiwal. Ici à Gaziminar, il fait cultiver ses quelques ha par des métayers que supervise son fils. A bon escient, celui-ci réduit sa surface cultivée, de manière à concentrer l’irrigation sur quelques parcelles où il sème et repique du riz, plus résistant au sel que d’autres plantes. Dans les terres sûres, il fait planter de la canne à sucre avec une repousse (ratoon) après la première coupe. Il réserve 0,4 ha au fourrage.

16Malgré l’étendue des terres affectées par la salinité (il s’agit d’une zone particulièrement exposée), le visiteur qui vient des plaines de l’Inde est frappé par le poids moins lourd des hommes sur la terre. A l’époque le district de Sheikhupura cote à 180 habitants par km2, densité plutôt faible par rapport au bassin du Gange. Dans l’ouest Uttar Pradesh, il y a déjà longtemps que les cultures fourragères se rétrécissent comme la peau de chagrin et que les bufflesses et les vaches donnent la moitié du lait collecté par Ghulam Pir.

  • 6 Chaq veut dire parcelle.

17Nouvelle halte dans une des anciennes canal colonies du district de Sargodha. Le village, créé au début du siècle, ne porte pas de nom mais un numéro : ici le chaq6 numéro 55. La carte du cadastre diffère de celle des villages traditionnels avec leurs champs morcelés. Les 510 ha se divisent en 51 squares (carrés) de 10 ha chacun. Le carré central est réservé à l’agglomération. La population a été de tout temps en majorité musulmane. Les Sikhs et les Hindous ont été remplacés par des réfugiés de l’Inde. (Population 1 200 habitants, soit 235 au km2).

18Subha Khan et ses quatre frères, originaires du Panjab indien, ont reçu un carré de 10 ha. Ils travaillent ensemble, mais ont cuisine et habitat séparés. Au total neuf adultes et dix-neuf enfants (un seul des frères n’est pas encore marié !).

19Le cycle des récoltes se décompose ainsi :

20cycle annuel 1,6 ha de canne à sucre plantée en mars-avril, récoltée dix à douze mois plus tard.

21La place prise par le coton et par la canne restreint les possibilités de doubles récoltes annuelles sur les mêmes sols. Ceux-ci sont épargnés par la salinité et le débit du canal est satisfaisant. Bons cultivateurs, nos quatre frères récoltent dans les 300 kg/ha de coton-fibre, dont les deux-tiers sont vendus et le reste filé, puis tissé à domicile. La canne à sucre est transformée sur place en sucre brut (gur) vendu au bourg voisin. Quant au blé, il oscille entre 1200-1500 kg/ha, beau résultat pour une agriculture qui n’utilise guère d’engrais chimiques. Il est entièrement consommé sur place.

22Dernière ressource importante, le bétail : en tout trois paires de bœufs, sept vaches à 4-5 litres chacune par jour, cinq bufflesses, chacune à 10 litres. Une partie du lait est vendue dans les bourgs voisins ou à Sargodha, à dix kilomètres.

23Subha Khan et ses frères sont des paysans moyens typiques : entreprenants, menant un train de ferme bien équilibré entre cultures commerciales et de subsistance. Mais ils sont arrivés à peu près au plafond de leurs techniques traditionnelles. De plus, malgré leurs bons rendements, ils n’ont plus de blé à vendre.

  • 7 Le plafond de la propriété est fixé à 200 ha irrigués. Au-delà le fermier ou le métayer a la possib (...)

24A Chaukera, un ancien village (3 000 habitants), le tiers des 1 700 ha cultivables souffre de salinité. Aslam Khan nous accueille à l’entrée de son domaine. Pendant longtemps ses 280 ha étaient cultivés par des métayers. Au moment de la réforme agraire de 1959, il a jugé prudent de reprendre l’exploitation directe de ses terres et de « s’arranger » avec un frère pour rester dans les limites fixées par la loi7. 50 ha sont maintenant couverts d’orangers, 10 des plantes utilisées dans l’industrie des colorants. Au rabi 50 ha portent du blé et des légumineuses, à côté des cultures fourragères qui nourrissent cent têtes de bétail : bufflesses à 10 litres/jour, vaches dont quelques unes arrivent à 16.

25Exemple typique du notable, doublé aujourd’hui d’un gentleman farmer, Aslam Khan s’occupe de son domaine avec ses trois fils. Il utilise 50 ouvriers agricoles payés 30 roupies par mois, moitié en nature, moitié en argent. Il possède trois tracteurs, profitables malgré de multiples ennuis pour les pièces de rechange.

  • 8 La chaîne était légère. Je me demande ce que pensait le camarade innocent !

26Notre hôte exerce une forte influence autour de lui, au point qu’il finance une école coranique (madrassa) où se réunissent les enfants du village. Remarquant que l’un d’eux est enchaîné à son camarade, je demande la raison. Réponse : il s’était sauvé de l’école. Retrouvé, il était puni pour une semaine8.

  • 9 C’est une manière d’inciter les paysans à adopter cette innovation.

27Chez les Tiwanas, une des plus grandes familles du Panjab, les quatre frères se sont répartis chacun 200 ha qui restent cultivés en métayage. Mais les Tiwanas prennent une part active aux travaux agricoles, contrairement au système classique où le propriétaire ne participe presque pas aux frais de culture et touche la moitié de la récolte. Ils ont construit trois puits tubés à pompe pour compléter l’irrigation des canaux. Les Tiwanas assurent la livraison gratuite des engrais chimiques pour le blé et le coton9 et se font rembourser la moitié du coût pour la canne à sucre. Les propriétaires organisent le transport de la canne à la raffinerie de Jauharabad. Produit des ventes et frais de transport sont partagés par moitié.

  • 10 La canne souffre d’un climat trop frais en hiver.

28Le blé, moyennant de petites doses d’engrais chimiques est monté à 1500-1800 kg/ha. La canne arrive à 50 t/ha, un beau rendement pour la région10.

Le grand projet de Thal

  • 11 Cf. Spate, op. cit., p. 465. Comme l’auteur l’ajoute : se non è vero, è ben trovato.

29Les deux millions d’ha entre l’Indus et la Jhelam sont restés à l’abandon sous les Britanniques. Ici et là un puits, quelques habitations en pisé, sinon le désert animé de maigres buissons. Ayant un jour décidé de supprimer une ligne télégraphique, les fonctionnaires avaient suscité les plaintes des rares habitants qui tenaient à conserver l’ombre des poteaux11.

30Le projet de mise en valeur de Thal commence en 1939. Interrompu en 1942, il reprend en 1945 et deux ans plus tard le premier canal partant de l’Indus est ouvert.

31Quadriller le désert de canaux ne représente qu’une partie des travaux. Il faut aplanir les sols, construire des routes, organiser l’établissement des colons dans une région quasi vide, mettre en place administration, écoles, dispensaires… De telles opérations exigent de nombreuses années, vérité élémentaire oubliée par ceux qui critiquent les longs délais d’exécution de semblables travaux.

32Lorsque nous visitons le Thal en septembre 1964, le projet est entré dans la phase opérationnelle. Les premiers villages, les premières cultures ont démarré depuis quelques années.

33Les premiers lots sont accordés à des réfugiés de l’Inde. Chaque famille reçoit une maison en brique, un abri pour le bétail, une pompe à main pour l’eau potable. Le coût de chaque maison est de 800 roupies remboursables à des conditions de faveur. 8 000 familles ainsi installées ont obtenu chacune 6 ha, dont le prix (150 roupies pour 0,4 ha) est remboursable en dix ans.

34Ces conditions très généreuses créent une ambiance de facilité que déplore le rapport de la Thal Development Authority (TDA) de 1959 : « Comme les réfugiés recevaient tout, ils étaient peu tentés d’investir par leurs propres moyens et de travailler intensément ». Pour cette raison, les prochains lots sont offerts au public à 800 roupies pour 0,4 ha.

35En 1964, on dénombre 25 000 familles réparties en 1 103 villages entourés de 175 000 ha pas encore tous cultivés. Viennent en plus 3 000 ha de vergers et de pépinières pour semences sélectionnées, 4 000 ha destinés à l’élevage de moutons, 65 000 ha à des forêts et à des fermes appartenant à la TDA. Compte tenu des pacages communaux, de la surface des villages, routes, canaux, cimetières, on arrive au total de 280 000 ha.

36Les cultures progressent peu à peu : le rendement moyen du blé passe de 500 kg/ha en 1951/52 au double six ans plus tard. La raffinerie de sucre, récemment construite à Jauharabad, reçoit 185 000 t de canne par an.

37Le projet affronte de nombreux obstacles. Dans plusieurs zones, les canaux sont à peine achevés que water logging et salinité apparaissent avec la montée de la nappe phréatique. Quant à la mutation du désert en terre arable, elle exige du temps. Les terres alluviales près de l’Indus sont excellentes, celles situées plus à l’intérieur peuvent être médiocres. Et le climat est d’une extrême rudesse : souvent plus de 40° à l’ombre de mars à juillet, mais des gelées dans les nuits d’hiver.

38En partant de Jauharabad, petite ville en pleine expansion, nous nous arrêtons au chaq n° 47 MB. Les 100 familles comptent d’anciens soldats et des réfugiés. Sur 670 ha, les deux tiers sont déjà cultivés et irrigués, le reste est fait de dunes de sable. Les paysans (6 ha chacun) cultivent du blé, de la canne à sucre, un peu de coton et environ 1 ha de fourrage. Très peu de terres portent deux récoltes annuelles.

39Les chaq n° 49 MB et 53 MB présentent des caractéristiques analogues. Les colons connaissent des conditions de vie acceptables. Peu à peu ils s’habituent à leur nouvel environnement.

40Reprenons le calendrier des opérations :

411936-39 études préliminaires

421939-42 début des travaux

431945-47 digue de dérivation sur l’Indus

441947-64 aménagement incomplet de 280 000 ha et de l’infrastructure

45Le coût total (irrigation, infrastructure) atteint 500 millions de roupies en 1964 (soit dans les 100 millions de dollars de l’époque). En retenant à peu près 200 000 ha cultivés, l’investissement par ha revient à 2 500 roupies.

Le troisième round, 1978/79

46Lorsqu’en août 1978 et en avril 1979, nous visitons à nouveau quelques districts du Panjab, le troisième round, celui de la révolution verte, a derrière lui déjà un peu plus de dix ans. Dans les districts de Gujranwala et Sheikhupura, les rizières ont modifié le paysage à la mousson. Nouvelles semences, engrais chimiques, multiplication des puits tubés en complément des canaux se traduisent par des rendements de 2 500 à 3 000 kg/ha de paddy (1 600 à 2 000 de riz décortiqué), niveau honorable, même s’il peut encore s’élever. Le blé, de son côté, monte à 1 500-2 000 kg/ha.

  • 12 Village de Chiawali, à 10 km au sud de la ville de Gujranwala.
  • 13 La nouvelle variété IRRI 6 à haut rendement et du basmati, riz traditionnel de qualité, qui donne m (...)
  • 14 Le riz exige beaucoup plus d’eau que les autres plantes.

47Ainsi Bashir Mohammed dans le district de Gujranwala12 irrigue ses 5,2 ha avec l’aide du canal et de son puits tubé à pompe. 4 ha portent du riz13 à la mousson, suivis par le blé en saison sèche. Le reste de ses terres comporte du fourrage destiné à ses huit bufflesses (6 lt/jour chacune) et à ses quatre bœufs, un verger de manguiers, un peu de canne à sucre. Bashir assure à sa femme et à sept enfants un niveau de vie plus que décent. Il vend une partie de son lait, le gros du riz et un peu de blé. Depuis dix ans ses récoltes de blé ont augmenté d’environ 3 t. Quant au riz, il n’en produisait guère avant d’avoir installé son puits tubé, car le canal ne donnait pas assez d’eau14. Il utilise en permanence un ouvrier agricole qui, en plus de nourriture et de quelques vêtements, touche 400 roupies par mois.

48Son voisin s’en sort moins bien. Faute de puits tubé, il ne peut cultiver du riz et son blé manque d’eau à la suite du débit insuffisant du canal.

49La mécanisation de l’agriculture s’étend. Après les puits à pompe, sont apparus les tracteurs et, plus récemment, des batteuses pour le blé, manufacturées dans de petites industries rustiques.

50Le mouvement général de l’économie progresse non sans failles ni défauts. Bashir et ses amis se plaignent du marché noir pour obtenir des engrais et des nouvelles semences, de la mauvaise qualité des uns et des autres. Quant au service de l’irrigation, la corruption n’y est pas nouvelle mais en hausse. « Si je veux obtenir mon tour d’eau, je suis bon pour un bakshish au responsable » grogne Bashir !

51Sur la route entre Lahore et Sheikhupura, l’animation n’est pas moins vive : tout d’abord un gros trafic de camions, autobus, tracteurs, automobiles dont quelques-unes appartiennent à des notables de la campagne. Les grandes usines se multiplient : textile, engrais chimiques, mécanique. Les ateliers prolifèrent dans le sillage de la mécanisation agricole pour la réparation des tracteurs et des motopompes. De petits entrepreneurs manufacturent pompes et batteuses. D’autres vendent des pièces détachées.

52Autre changement : l’avance croissante des cultures maraîchères à la sortie de Lahore : choux-fleurs, carottes, aubergines, tomates selon la saison. Même un ha bien irrigué et entretenu avec soin rapporte gros aux Araïns et autres paysans du cru. Les champs de trèfle et de luzerne (5 coupes de février à mai) assurent le fourrage nécessaire aux bufflesses des villages proches de la grande ville où la demande de lait est difficile à satisfaire.

  • 15 Il devrait arriver sans peine à au moins 3 000 kg/ha de paddy, soit 2 000 de riz décortiqué.

53A la mousson, ici aussi dans le district de Sheikhupura, la rizière est en train de changer le paysage. Voici un propriétaire de 4 ha, au milieu du district. 2,8 ha portent du paddy (2 300 kg/ha) résultat honorable pour un riziculteur débutant15. Le blé donne 1 500 kg/ha, niveau bas dû à la faible irrigation, et à des doses trop minces d’engrais chimiques. Le reste de la terre porte du fourrage en saison sèche et à la mousson, dont une partie est vendue et l’autre destinée aux deux bufflesses. Si notre interlocuteur s’en tire à peu près, il ne cache pas comme Bashir et ses amis son mécontentement : les nouvelles semences c’est seulement pour les “mota” (les gros). Il n’arrive pas non plus à obtenir les quantités voulues d’urée et de phosphate di-ammonique. Un autre se plaint des bakshishs qu’il faut verser à l’agent de la coopérative. Le troisième revient sur les riches qui sont servis les premiers. Plusieurs critiquent la lenteur du gouvernement à combattre la salinité car les travaux que nous observions en 1964 progressent à un rythme très modéré !

54D’une manière générale l’administration suscite toutes sortes de doléances et quand je demande aux paysans pourquoi ils ne se plaignent pas, ils haussent les épaules comme dans d’autres districts et en Inde : “Koï nahin sunta” (personne n’écoute) « Et votre chef du village ne vous aide-t-il pas ? » Réponse : il est lié à l’administration, ce que conteste un autre, tandis qu’un troisième lance d’un ton sévère : “Sharab pita hai !” il boit de l’alcool.

55Ces « petites histoires » sont en fait d’une importance capitale, car elles nous mènent au cœur des enjeux futurs. Les innovations techniques connaissent un succès si évident que leur diffusion s’étend et atteint finalement tous les paysans, grands, moyens et petits. Beaucoup d’entre eux ont beau être illettrés, ils ont fort bien compris que, grâce à quelques changements techniques relativement simples, ils peuvent doubler, puis tripler leur production. Seulement, pour y parvenir, il faut un appareil de soutien qui marche quasi sans défaut, ce qui est loin d’être le cas.

56En 1978, non seulement nombre de paysans se plaignent du manque d’engrais mais encore le gouvernement se trouve démuni de nouvelles semences de blé, qu’il faut importer en catastrophe de l’Inde et du Mexique.

  • 16 Les blés traditionnels se contentent de trois à quatre irrigations. Les nouveaux blés en exigent ci (...)

57L’étroite interdépendance de ces facteurs se résume ainsi : les nouvelles variétés de céréales réagissent génétiquement mieux aux engrais chimiques en plus du fumier que les semences traditionnelles, mais le sol doit être très bien humidifié, ce qui nécessite une irrigation supérieure à celle dont se suffisent les variétés traditionnelles16

58Alors qu’en saison d’hiver les parasites sont peu nombreux, ils prolifèrent à la saison des pluies. Or les nouvelles variétés, de par leur homogénéité, sont plus vulnérables que les anciennes semences, ce qui nécessite des traitements antiparasitaires, remarque qui vaut également pour le coton. Finalement, après quatre ou cinq ans il faut changer de semences, pour éviter qu’elles dégénèrent.

59Em bref, tous ces facteurs sont étroitement interdépendants. Si l’un fait défaut, tout le processus peut tomber en panne. C’est dire que le paysan devient toujours plus tributaire de facteurs extérieurs qui relèvent de la planification générale de l’économie et de sa gestion : l’amélioration de l’irrigation, souvent par de coûteux travaux publics, la fabrication ou l’importation d’engrais et de pesticides, la recherche agronomique qui, comme au Japon et dans les pays occidentaux, doit mettre périodiquement au point de nouvelles semences, la multiplication des semences et leur distribution. Et pour coiffer le tout intervient le facteur prix : celui des intrants, celui des produits agricoles.

60En d’autres termes, le paysan s’insère de plus en plus dans les multiples ramifications de l’économie nationale. L’industrie, l’agriculture, les infrastructures, les transports, l’électricité, les relations économiques internationales constituent un ensemble de facteurs toujours plus interdépendants.

Notas

1 Voir les excellents travaux du Panjab Economic Research Institute de Lahore.

2 S.M. Nasseem Underdevelopment, Poverty and Inequality in Pakistan, p. 105 (Lahore, 1981).

3 Economic Survey of Pakistan, 1985-86, tables 3-17.

4 Cf. l’article de G. Mohammed dans la Pakistan Development Review, Spring 1965.

5 L’énorme réseau de canaux non cimentés subit de fortes infiltrations d’eau dans le sol. En conséquence la nappe phréatique s’élève, créant soit l’excès d’eau (water logging) qui affecte les racines des plantes, soit la montée de sels jusqu’à la surface du sol, questions que nous reprendrons en détail au chapitre suivant.

6 Chaq veut dire parcelle.

7 Le plafond de la propriété est fixé à 200 ha irrigués. Au-delà le fermier ou le métayer a la possibilité de racheter la terre qu’il cultive

8 La chaîne était légère. Je me demande ce que pensait le camarade innocent !

9 C’est une manière d’inciter les paysans à adopter cette innovation.

10 La canne souffre d’un climat trop frais en hiver.

11 Cf. Spate, op. cit., p. 465. Comme l’auteur l’ajoute : se non è vero, è ben trovato.

12 Village de Chiawali, à 10 km au sud de la ville de Gujranwala.

13 La nouvelle variété IRRI 6 à haut rendement et du basmati, riz traditionnel de qualité, qui donne moins à l’ha mais rapporte plus.

14 Le riz exige beaucoup plus d’eau que les autres plantes.

15 Il devrait arriver sans peine à au moins 3 000 kg/ha de paddy, soit 2 000 de riz décortiqué.

16 Les blés traditionnels se contentent de trois à quatre irrigations. Les nouveaux blés en exigent cinq ou six.

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search