Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Pakistan, don de l’Indus

 | 
Gilbert Etienne

Chapitre IV. Le nouvel État 1947-1988

Texte intégral

  • 1 Caractéristique est la Suisse, pays à très forts particularismes, qui a mis de longs siècles pour a (...)

1Cas rare en Asie, le Pakistan constitue un Etat entièrement nouveau. Il n’hérite que de certaines parties de l’Empire britannique des Indes qui, dans le bassin de l’Indus, n’avaient jamais constitué un seul Etat même avant la colonisation. Si l’on ajoute le Bengale oriental, à l’autre bout du sous-continent, le destin du Pakistan s’annonçait fort délicat. Ces données sont si élémentaires qu’on a tendance à les oublier, de même que l’on néglige le temps nécessaire à créer une nation, à limer les particularismes locaux, combiner intérêt général et intérêts particuliers dont nous venons de voir l’importance1.

Le partage

2Le partage de l’Empire des Indes était-il évitable ? L’histoire a tranché, aussi est-il inutile d’y revenir. Faut-il rendre les Britanniques responsables de ce qui paraîtrait comme une ultime perfidie ? Que les Anglais aient joué du “divide and rule en diverses occasions ne fait pas de doute mais, en l’occurrence, le reproche semble plutôt injuste. En effet, les causes profondes du partage apparaissent au moins dès la fin du xixe siècle avec la montée des rivalités entre Hindous et Musulmans, la crainte des seconds – dont les élites se modernisent beaucoup plus tard que celles des premiers – de simplement changer de maître après le départ des Anglais.

  • 2 C’est à Dhaka qu’est fondée la Ligue musulmane en 1906. Au Panjab, dans le Sind et la NWFP, les Mus (...)

3Malgré l’ampleur des courants qui affectaient, non pas l’ensemble des élites musulmanes – le Congrès comptait de fortes personnalités musulmanes – mais une grande partie d’entre elles, surtout dans les provinces qui allaient rester indiennes et au Bengale oriental2, encore fallait-il organiser le mouvement et rallier les masses. Au départ, dans les années 1930 et même plus tard, la partie était très aléatoire. Or c’est là qu’intervient la personnalité hors série de Mohammed Ali Jinnah, à l’origine brillant avocat de Bombay, qui réalisa une œuvre considérée pendant des années comme une utopie.

4Le 14 août, au moment où le Pakistan voit le jour, quelles sont ses cartes ? Premier handicap la division en deux territoires qui n’ont rien en commun sinon la religion.

5Si nous nous limitons à la partie occidentale, il est difficile de pondérer les facteurs positifs et négatifs du partage. Premier point, les conditions dans lesquelles s’opère la séparation sont atroces au Panjab. Six à sept millions d’Hindous et de Sikhs d’une part, en gros le même nombre de Musulmans, passent d’un pays à l’autre. A côté de multiples pillages et viols, deux à trois cent mille personnes sont massacrées.

6D’un coup le Pakistan est dépouillé d’une grande partie de ses élites urbaines, hindoues et sikhs, dominantes dans le commerce, les banques, les hôpitaux, les universités. Ceux qui partent ne seront que très partiellement remplacés par les réfugiés qui affluent de l’Inde.

  • 3 Elles jouent un rôle non-négligeable dans le cadre de l’économie du Panjab mais constituent une mas (...)

7Autre inconvénient, le Pakistan part de presque zéro dans la grande industrie. L’industrie lourde, les grands centres textiles sont en Inde. Seules des entreprises surtout moyennes et petites existent sur place3.

8La situation est meilleure du point de vue agricole. Pour une population correspondant au dixième de l’Inde, le Pakistan occidental reçoit le tiers des terres irriguées de l’Empire et la partie du Panjab qui abrite le gros des canaux. Ainsi, déjà au départ, environ les trois quarts des terres du bassin de l’Indus sont irrigués, contre seulement 20 % pour toute l’Inde.

9Quant à l’infrastructure, routes, voies ferrées, électricité, elle est relativement avancée, surtout au Panjab.

10Ainsi, du point de vue économique, le Pakistan occidental disposait de gros atouts et de handicaps (très faible industrialisation, manque de cadres) qui n’avaient cependant rien d’insurmontable.

  • 4 Date du transfert à Rawalpindi, puis à Islamabad.

11Plus complexe apparaissait la tâche de créer un Etat à partir des seules armatures administratives provinciales, face à l’Inde qui héritait des structures et des services de l’Empire. A Karachi, la capitale jusqu’en 1959-614, ministres et hauts fonctionnaires s’arrachaient les rares machines à écrire, gommes et crayons dans des chambres d’hôtel ou des baraquements !

12Pour ses premiers pas, le Pakistan comptait sur 82 membres de l’ICS, dont une partie sera affectée au Bengale oriental. Renforcés par un certain nombre de leurs collègues britanniques qui resteront encore quelques années, ils seront appuyés par d’autres Pakistanais recrutés sur une base ad hoc.

13Au niveau politique, malgré sa santé déclinante, le Qaïd-i-Azam joue un rôle crucial, entouré d’autres hommes politiques intègres et de qualité comme le premier ministre Liaqat Ali Khan.

14Malgré les troubles du partage, malgré la guerre du Cachemire, le Pakistan gagne la première manche, celle de la survie. Ses dirigeants, ses cadres supérieurs, la population dans son ensemble relèvent, avec autant de ténacité que de mérite, le défi qui leur est lancé.

Les deux Pakistans

15Le mauvais sort ne tarde pas à frapper le nouvel Etat. Déjà en septembre 1948, le Qaid-i-Azam meurt. Trois ans plus tard, le premier ministre Liaqat Ali Khan tombe sous les balles d’un assassin.

16Une période d’instabilité commence, marquée par les intrigues et les rivalités des partis, les luttes entre Panjabis, Sindhis, Pathanes et réfugiés de l’Inde. Les tensions entre les deux Pakistans s’avivent ; les Bengalis, majoritaires, se plaignent d’être dominés par les Pakistanais occidentaux.

17En octobre 1958, à la suite d’un coup d’Etat sans effusion de sang, le général Ayub Khan, commandant en chef de l’armée, prend le pouvoir. Avec bon sens et fermeté il remet les affaires publiques en ordre, enraye corruption et marché noir, met au pas les politiciens douteux. Le 1er mars 1962, la nouvelle constitution instaure un régime fort, de type présidentiel. Seuls les conseils de village sont élus au suffrage universel, les autres conseils, y compris l’Assemblée nationale, reposent sur le suffrage indirect. Modérément autoritaire, bien que la presse et les partis politiques soient soumis à des limitations, le système fonctionne tout d’abord de manière satisfaisante. Il s’accompagne d’un net essor de l’économie dans les deux parties du pays, au point qu’en 1965 des étrangers trop enthousiastes parlent du « miracle pakistanais ».

18En fait, dès cette date, le système se dégrade. La brève guerre indo-pakistanaise annonce le commencement de la fin. La hausse du budget militaire qui en résulte affecte l’économie. La scène politique s’agite. Le président Ayub s’entoure de flatteurs, sa santé décline, la corruption repart de l’avant. A l’Ouest, le jeune Zulfikar Ali Bhutto quitte le gouvernement. Au Pakistan oriental, le mécontentement augmente à nouveau. Dans le monde ouvrier, à Karachi et Lahore, les revendications s’amplifient.

19Désordres et troubles vont crescendo jusqu’en mars 1969, date à laquelle le président Ayub démissionne. Il cède la place à un autre militaire, le général Yahya Khan qui instaure à nouveau la loi martiale et réussit à rétablir le calme : d’importantes concessions sont faites aux Bengalis, d’autres satisfont au moins temporairement les ouvriers. Point capital, pour la première fois depuis la création du Pakistan, des élections ont lieu en 1970 au suffrage universel. L’Assemblée devra élaborer une nouvelle constitution.

20Les élections se déroulent dans des conditions régulières et donnent la victoire, à l’Est, à la Ligue Awami du Sheikh Mujibur Rahman et, à l’Ouest, au Pakistan’s People Party (PPP) d’Ali Bhutto. Le conflit entre les deux parties du pays entre alors dans sa phase ultime. Les Pakistanais de l’Ouest, Bhutto notamment, n’admettent pas de se voir dominer par le Sheikh Mujib dont le parti est majoritaire à l’Assemblée nationale. Mujib revendique pour le Bengale oriental une autonomie qui va extrêmement loin. Les incidents se multiplient tant et si bien que l’armée pakistanaise intervient massivement et très durement à Dhaka, capitale de la province, dans la nuit du 25 au 26 mars 1971.

21Répression, guérilla, exode de millions de Bengalis en Inde marquent l’année 1971. Finalement la guerre éclate le 3 décembre entre l’Inde et le Pakistan. Ce dernier capitule à Dhaka quelques semaines plus tard.

22Sans revenir ici sur tous les aspects du conflit entre Pakistanais occidentaux et Bengalis de l’Est, il faut en retenir les traits saillants. En 1947, comme nous l’avons vu, la partie orientale partait d’un niveau beaucoup plus bas que la partie occidentale, en termes d’élites, d’urbanisation, d’infrastructures, de développement économique. Son expansion allait, de ce fait, se révéler plus lente. De plus, les cadres hindous bengalis partis en Inde devaient être inévitablement remplacés par des Pakistanais occidentaux ou des réfugiés de l’Inde.

23Limités jusqu’à l’arrivée au pouvoir d’Ayub Khan, les efforts pour combler les écarts s’accentuent peu à peu. Mais, au moment où le général Yahya Khan va encore plus loin, il est trop tard. Force est de reconnaître que le divorce était devenu inévitable et souhaitable. Pour le Pakistan occidental, le Bengale oriental devenait une charge, et les avantages qu’il avait retirés des exportations de jute (de l’Est) perdaient de leur poids à la suite des progrès des exportations de l’Ouest. Pour les Bengalis, le divorce était préférable au maintien de l’union avec un partenaire lointain et si différent.

L’ère Bhutto

24Zulfikar Ali Bhutto, esprit vif et homme prestigieux, hérite d’un lourd passé. Il va devoir redonner confiance à son pays, trouver les formules adéquates pour affermir la cohésion nationale du nouveau Pakistan, réduire les tensions sociales, relancer une économie en perte de vitesse.

25Les élus de 1970 adoptent en 1973 une nouvelle constitution selon laquelle le Premier Ministre dirige l’Etat au nom du Président de la République. Avec son cabinet, il est responsable devant l’Assemblée nationale dont les membres sont élus au suffrage universel. Chaque province élit son assemblée locale, mais le gouverneur de province, désigné par le président, représente ce dernier face au pouvoir provincial.

26Grâce à son habileté, à son énergie, à son talent pour haranguer les foules, Ali Bhutto, devenu Premier Ministre, réussit à remettre l’Etat sur pied et redonner confiance à la population.

27Très vite, néanmoins, les anciennes fissures vont se rouvrir et de nouvelles tensions apparaître. Le Pakistan People’s Party (PPP) de Bhutto est très largement majoritaire dans les deux principales provinces, le Panjab et le Sind. Dans la North West Frontier Province (NWFP) et au Baluchistan prédomine le National Awami Party qui, au niveau de l’Assemblée nationale, constitue le gros de l’opposition. Pathanes et Baluchs se sentent traités en parents pauvres, notamment par les Panjabis. Les tensions deviennent d’autant plus vives que, dans leurs montagnes, Pathanes et Baluchs ont été depuis des temps reculés connus pour leur humeur turbulente et guerrière. Alors que le PPP manœuvre pour s’imposer dans les deux provinces où il est minoritaire, les politiciens locaux ne se laissent pas faire. L’armée, qui était déjà intervenue au Baluchistan de 1965 à 1969, entreprend de nouvelles et dures opérations à partir de 1973, date à laquelle Bhutto fait tomber le gouvernement provincial.

28Dans la NWFP, les conflits prennent une tournure moins grave, d’autant plus que les tribal areas voisines conservent leur autonomie.

29Les vieilles oppositions entre Sindhis et Panjabis restent relativement contenues. Sindhi d’origine, Bhutto est populaire dans les deux provinces tenues par son parti. Mais les Sindhis se plaignent d’être dominés par les réfugiés venus de l’Inde, à Karachi, qui détiennent le gros des industries, des banques et du grand commerce.

30Derrière la façade démocratique, le Premier Ministre Bhutto règne en maître. Entouré de flatteurs, ne supportant guère la critique, il se montre tour à tour séduisant ou dur. La police est doublée de services spéciaux qui n’hésitent pas à éliminer les opposants trop dangereux. Dans le domaine social, Ali Bhutto choisit la voie populiste. Dans de grands discours enflammés, il stigmatise les « 22 familles » (l’équivalent des 200 familles dans la France de l’avant-guerre). Il nationalise de nombreuses entreprises, élève les salaires des ouvriers. Réforme agraire, critiques acerbes des grands propriétaires fonciers : autant de démarches qui s’inscrivent dans la même ligne.

31Cette politique ne portera guère de fruits, ni sur le plan social ni sur le plan économique. Et pourtant, le PPP et Ali Bhutto auraient probablement gagné les élections de 1977 dans les deux grandes provinces sans les truquages qui en ont faussé les résultats. Les tensions, larvées ou ouvertes, s’accroissent. Les mollahs, ainsi que les politiciens des partis intégristes attisent le feu, se réclament du Coran pour stigmatiser la politique et la vie privée de Bhutto. Les opposants laïques font chorus. Le monde urbain s’embrase. Finalement, en juillet 1977, le général Zia ul Haq dépose le Premier Ministre.

  • 5 Je me trouvais sur place au moment de l’exécution.

32Après une brève période durant laquelle le général ménage Bhutto, le conflit se durcit de part et d’autre. Là-dessus survient l’arrestation d’un tueur qui avait abattu le père d’un ennemi politique de Bhutto en 1974 à Lahore. L’enquête, qui s’était alors enlisée, reprend et conduit à l’arrestation et à l’inculpation de l’ex-Premier Ministre. Au terme d’un long procès qui fait encore l’objet de controverses, Ali Bhutto est reconnu coupable, condamné à mort et pendu en avril 1979. De nombreux témoignages recueillis auprès de Pakistanais intègres confirment la culpabilité de Bhutto5. Sur l’opportunité ou non de l’exécution, les avis étaient, par contre, partagés. Quant au général Zia, il a déclaré à plusieurs reprises qu’il ne voyait pas pourquoi il aurait dû gracier Bhutto alors que bien d’autres personnes étaient pendues chaque année pour des crimes analogues.

33Quelles que soient les polémiques et les discussions, force est de reconnaître que le bilan de l’ère Bhutto n’est guère positif : opérations armées et autres violences dans certaines provinces, avantages salariaux vite mangés par l’inflation, ralentissement général de l’économie.

De la loi martiale au processus de démocratisation

34Le général Zia trouve sur son bureau de lourds dossiers politiques, économiques et sociaux. L’opinion publique accueille avec des sentiments fort mélangés le retour à la loi martiale, d’autant plus que celle-ci durera jusqu’aux élections de mars 1985. D’un autre côté, force est de reconnaître que la scène politique est rendue confuse par la multiplication des partis, le manque de leaders susceptibles de s’imposer, les tensions régionales qui s’étaient aggravées sous le régime de Bhutto. Quant à l’économie, il est urgent de lui donner un nouveau souffle.

35Le général Zia ul Haq, devenu par la suite Chef de l’Etat, s’efforce de réconcilier la nation vis-à-vis d’elle-même, politique qui porte ses fruits au Baluchistan si durement meurtri sous le régime précédent. Plus délicats restent les rapports entre Sind et Panjab où, en 1983, les grands propriétaires du premier, suivis puis dépassés par des mouvements paysans, lancent une vague d’agitation rudement réprimée par l’armée. Même si toute la lumière reste à faire sur ces événements, il est clair que le retour en force des militaires au pouvoir affecte les Sindhis faiblement représentés dans l’armée. Néanmoins, dans l’ensemble et compte tenu de la loi martiale qui interdit les partis politiques, le Pakistan traverse une période de calme relatif. Sans doute des opposants au régime sont-ils emprisonnés et les syndicats mis au pas, mais d’un autre côté l’économie sort de sa semi-stagnation pour repartir en avant grâce à une politique de développement plus avisée que dans la période précédente. Les progrès sont facilités par l’énorme émigration de Pakistanais au Moyen Orient, ce qui provoque d’importantes rentrées de devises pour l’Etat par le biais des transferts d’argent des travailleurs à leurs familles. De son côté, l’aide étrangère s’accroît après l’arrivée de l’armée soviétique à Caboul à la fin de 1979. En effet, la guerre d’Afghanistan donne au Pakistan un rôle de premier plan au quel les grandes puissances, à commencer par les Etats-Unis, ne restent pas insensibles.

  • 6 Le Panjab fournit 80 % des effectifs de l’armée, le reste est surtout pathane.

36Malgré les acquis de la politique économique (cf. chapitre suivant), les pressions de l’opinion publique s’accentuent pour un retour à la démocratie. Les Pakistanais se sentent las du régime militaire, du rôle grandissant de l’armée et de celui de nombreux anciens officiers dans les affaires civiles6.

37En autorisant l’élection au suffrage universel (1985) des membres de l’Assemblée nationale et des assemblées provinciales et en levant la loi martiale, le Président Zia entame un processus de démocratisation graduelle, puisque les partis ne sont pas autorisés à faire campagne, sauf sous certaines conditions. La censure est levée et la presse retrouve un droit substantiel à la critique, même si certaines limites ne doivent pas être franchies. Quant à l’Assemblée nationale, ce n’est pas une simple chambre d’enregistrement. Les débats sont parfois animés et les députés opposés au gouvernement ne se privent pas d’exprimer leur opinion. Caractéristique est, par exemple, le tollé provoqué dans l’opinion publique par les nouveaux impôts proposés dans le budget 1987/88 et retirés par la suite.

  • 7 Ce phénomène était fort bien résumé par un haut fonctionnaire qui me confiait : « Beaucoup de gens (...)

38Non moins significatif a été, au printemps 1986, le retour d’Europe de Benazir Bhutto, fille de l’ancien Premier Ministre. Chef de file du PPP, elle a suscité d’énormes rassemblements populaires autorisés par le régime mais sa demande de nouvelles élections a fait long feu, faute de soutien. Même si le nom de Bhutto suscite la nostalgie chez un nombre non négligeable de Pakistanais7 les discussions et tensions entre Benazir Bhutto et d’autres figures politiques du PPP laissent ouvert le futur rôle de celle-ci.

39Autre aspect important du régime, l’Islamisation. Dès la création du Pakistan existaient des courants dans cette direction, animés principalement par des Musulmans venus de l’Inde, comme le Maulana Maududi. Contenu dans les premières années et plus tard sous le régime du président Ayub, le mouvement s’est amplifié au moment de la chute du Premier Ministre Bhutto.

  • 8 L’ablation de la main du voleur aussi, mais on ne signale aucune application de cette peine.

40Musulman pratiquant, le général Zia accorde son soutien à l’Islamisation de l’Etat et de ses institutions. De nombreuses réformes sont introduites. Le zakat, ancienne aumône légale, est rétabli. Les cinq prières quotidiennes, l’observation stricte du Ramadan sont fortement encouragées. Certaines peines de la shariat (flagellation notamment) sont rétablies8.

41Interdit par le Coran, le prêt à intérêt est en voie de disparition dans les banques où il est remplacé par un système de partage des profits et des pertes.

42L’absence d’opposition déclarée à l’Islamisation ne veut pas dire que les mullahs ont les coudées entièrement libres. Ainsi les propositions extrémistes concernant le statut de la femme ont suscité une vigoureuse opposition chez les femmes de l’intelligentsia. Quant au président Zia, il préconise une ligne modérée et se refuse à imposer le port du voile.

  • 9 Rappelons que la politique d’Islamisation est beaucoup plus modérée au Pakistan qu’en Iran.

43Le processus d’Islamisation rencontre des difficultés pratiques car les rites et coutumes varient entre les nombreuses confessions musulmanes. Typique est le zakat, obligatoire pour les Sunnites et facultatif chez les Chiites (15-20 % de la population). Finalement, les mesures d’application se conforment aux coutumes de chaque groupe, ce qui ne fait pas la joie des Sunnites. D’autres signes de frictions, ouvertes et potentielles, se manifestent. Dans les villages du Sind et du Panjab il est fréquent de voir aujourd’hui des drapeaux noirs sur le toit des maisons appartenant aux Chiites, comme si ceux-ci voulaient affirmer leur identité particulière. Des actes de violence ont parfois éclaté entre Sunnites et Chiites ainsi qu’entre d’autres groupes comme ceux qui se réclament des écoles de Deoband et Barelvi, villes de l’Inde, anciens centres théologiques. Tous les deux s’opposent au Jamaat-i-Islam, formation politico-religieuse très active, longtemps dirigée par le Maulana Maududi décédé en 1979. Pour terminer, le militantisme chiite de l’Iran n’est pas sans effet sur les Chiites pakistanais9.

De graves sujets d’inquiétude

44Après avoir marqué plusieurs points dans le domaine politique et économique, le gouvernement affronte depuis quelques années de graves difficultés.

  • 10 Cf. Dawn, 8.9.85 et 5.9.85.
  • 11 Pakistan Times, 6.3.86.
  • 12 Pakistan Times, 14.6.86.

45Vient tout d’abord la corruption, mal fort ancien dont l’ampleur n’a cessé de s’élargir et qui suscite les plus vives critiques dans l’opinion publique comme chez les dirigeants. En 1985, Mushtaq Ahmed évoque ce « mal incurable » tandis que le Ministre de l’intérieur décrit la corruption comme un « cancer qui mange les parties vitales de notre société »10. Le professeur Rafi Ullah Shehab surenchérit en dénonçant le luxe mal acquis qui s’étale en grosses voitures, résidences somptueuses, abondance de bijoux au sein d’une partie des élites11. Le Premier Ministre Junejo ne demeure pas en reste. La lutte contre la corruption « un gros problème » figure dans les cinq points de son programme économique et social. A de nombreuses reprises, le président Zia fait chorus et dénonce le très grand nombre de fonctionnaires malhonnêtes12.

46Les riches ou les nouveaux riches, civils et militaires, ne sont pas seuls en cause. Petits et moyens fonctionnaires, policiers, arrondissent leurs fins de mois par le biais de toutes sortes de bakshishs.

  • 13 Cf. Pakistan Times Overseas Weekly, 20.4.86.

47Les grands contrats, les contrôles de l’Etat sur l’économie et les autres pesanteurs bureaucratiques provoquent un coulage qui fait dire au ministre du plan, Mahabub ul Haq que chaque année dans les 20 milliards de roupies étaient « détournés » d’une manière ou d’une autre13. Quant à la contrebande, elle trouve un terrain particulièrement fertile autour du port de Karachi, comme dans les zones-frontières.

  • 14 La culture de l’opium et la fabrication d’héroïne sont restées pendant longtemps relativement modes (...)

48Ces abus ont été puissamment encouragés par un mal, non pas nouveau, mais qui a pris un essor fantastique depuis le début des années 1980 : la culture de l’opium et la fabrication de l’héroïne en Afghanistan et dans les Tribal Areas14. Plusieurs facteurs expliquent cette explosion. D’une part le marché international de la drogue a souffert des mesures sévères prises en Iran à l’époque du Shah et après sa chute ainsi que de la lutte dans le triangle d’or aux confins de la Birmanie et de la Thaïlande. D’autre part, la guerre d’Afghanistan, les besoins en armes et en argent, les intrigues inter-tribales ont constitué un formidable stimulant.

  • 15 Pakistan Times, 16.9.85.

49De puissants gangs aux ramifications internationales opèrent à travers le pays. De surcroît, bien que les plus gros contingents de drogue soient écoulés à l’étranger, le nombre des héroïnomanes serait passé de 100 000 en 1979 à 1,5 million en 198515 particulièrement chez les jeunes.

  • 16 Système hérité de la colonisation. Avec sagesse le gouvernement ne l’a pas remis en question après (...)

50La répression d’un tel fléau se heurte à de sérieux obstacles. Il est fort malaisé pour le gouvernement d’intervenir massivement à la source, dans les régions-frontières où les tribus jouissent d’une large autonomie au point qu’elles échappent à l’appareil législatif du pays16. Lorsque l’armée est intervenue dans la région du Khaïber elle a provoqué une réaction en chaîne. Les tribus menacées ont été soutenues par les troupes du gouvernement de Caboul, à condition qu’elles s’opposent au passage des résistants afghans. L’affaire a pris de telles proportions que l’accès au col du Khaïber, site classique pour les touristes étrangers, est interdit depuis le printemps 1985.

51Quant à la lutte contre la drogue à l’intérieur du pays, elle est gênée par les collusions entre trafiquants et fonctionnaires, voire politiciens pêcheurs en eau trouble.

52Les effets de la drogue sont en train de déborder le cadre socio-économique pour affecter la vie politique en dehors des zones-frontières comme l’ont prouvé les dramatiques incidents de Karachi en décembre 1986. A la suite d’opérations de police lancées contre les trafiquants de drogue, les gangs rivaux (pathanes et afghans contre muhajirs, habitants d’origine indienne) ont provoqué émeutes, incendies et massacres de quelques centaines d’hommes, femmes et enfants. Des troubles sporadiques se sont poursuivis en 1987 et en 1988.

  • 17 Le Monde, 28.7.87.
  • 18 Un couple de fonctionnaires étrangers du Haut Commissariat pour les Réfugiés a été enlevé au Baluch (...)

53La guerre d’Afghanistan provoque d’autres retombées au Pakistan. Dans les zones de la frontière, à Peshawar, autour des camps de réfugiés, les incidents se multiplient : bombardements de l’aviation afghane, explosions, attentats et simple banditisme. D’autres incidents peuvent être provoqués à la fois par les répercussions de la guerre et par des rivalités internes, comme par exemple les combats au kalashnikov et au tube-roquette entre Sunnites et Chiites pakistanais à Parachinar17. Alors que le président Zia avait rétabli le calme au Baluchistan, aujourd’hui l’insécurité a repris, liée à la guerre, à des infiltrations d’agents du gouvernement de Caboul, à des enlèvements18.

  • 19 Cf. Pakistan and Gulf Economist, 27.6.87.

54Le gros trafic d’armes qui alimente la résistance s’accompagne de coulage, au point que l’usage du kalashnikov se propage, non seulement dans les régions-frontières, mais loin à l’intérieur du Pakistan. Le brigandage s’accroît dans le Sind, où la circulation même sur les grandes routes n’est plus très sûre. Le nombre des meurtres recensés passe de 970 en 1979 à 1569 en 1986, celui des émeutes de 1230 à 1994, celui de cas de kidnappings de 612 à 99419. Les causes de ces violences sont multiples : prolongements des troubles de 1983 (voir plus haut) banditisme classique avec de plus gros moyens, éventuelles interventions d’agents provocateurs soutenus par Caboul.

55Plus récemment (juillet 1987) des explosions non revendiquées provoquent de nombreux morts à Lahore et à Karachi. Extrémistes pakistanais, services secrets de Caboul, gangs de la drogue ? Les explications font défaut sur ces tragédies qui contribuent à accentuer malaise et inquiétude.

  • 20 Rappelons que la frontière (la ligne Durand) qui date de la fin du xixe siècle coupe en deux le pay (...)

56Reste pour terminer le problème des réfugiés. Le Pakistan a fait preuve d’un remarquable sens de la solidarité en accueillant dans les trois millions d’Afghans. Même si les autorités bénéficient d’un gros soutien international, elles sont, comme la population pakistanaise, largement mises à contribution. Arrivés souvent avec leurs troupeaux, surpassant parfois par leur nombre les populations locales, les Afghans mettent à rude épreuve les maigres ressources en pâturage, en forêts, en eau, de ces régions pauvres. Jusqu’à maintenant, grâce aux multiples liens entre les tribus de part et d’autre de la frontière20, la cohabitation entre réfugiés et Pathanes du cru s’est déroulée sans grosses tensions. Au Baluchistan, par contre, les relations entre réfugiés et autochtones se passent moins bien. Les Baluchs craignent de voir l’influence des Pathanes qui habitent au Baluchistan se trouver renforcée par l’arrivée des réfugiés dont beaucoup sont pashtunes.

57Si jusqu’à maintenant les Pakistanais ont accueilli les réfugiés de manière exemplaire, les frictions augmentent. Les loyers à Peshawar sont montés en flèche. Les Afghans arrivés avec leurs camions – ou qui en achètent sur place – concurrencent les compagnies locales de transport. Quant aux trafiquants de drogue, ils suscitent les sentiments que l’on imagine chez les Pakistanais. On comprend dès lors pourquoi le gouvernement a hâte de voir les réfugiés retourner chez eux, perspective qui, à la suite de l’accord de Genève sur le retrait des troupes soviétiques, pourrait, sauf imprévu majeur, se concrétiser dans un avenir pas trop lointain.

58Comment conclure cet aperçu du système politique et de son fonctionnement quarante ans après l’indépendance ? Fragile au départ, le nouvel Etat a connu la mauvaise fortune de perdre son grand leader, le Qaid-i-Azam, déjà en 1948, alors que dans l’Inde voisine Jawaharlal Nehru assurait cohésion nationale et développement des institutions pendant dix-sept ans, jusqu’à sa mort en 1964.

59Après un nouveau départ qui suscita de gros et légitimes espoirs sous le président Ayub (1958-69), le système s’est à nouveau enrayé dans une série de crises qui culminent avec la sécession du Bangladesh à la fin de 1971. Succédant à la tentative avortée de Zulfikar Ali Bhutto (1972-77), le président Zia se trouve aux commandes depuis plus de dix ans. Le processus de démocratisation en cours représente une nouvelle étape. Pour se poursuivre et s’amplifier, il exige une relative stabilité politique dans la continuité. Dans cette perspective, comment interpréter la décision inattendue du président Zia ? Le 29 mai 1988, il dissout le Cabinet, l’Assemblée nationale, les exécutifs et législatifs provinciaux. Il justifie sa décision – conforme à la Constitution – en invoquant plusieurs raisons : l’Islamisation du pays traîne les pieds, la corruption augmente, l’ordre public se dégrade, l’économie est en difficulté en matière de finances. Dans les couloirs proches du pouvoir, on parle aussi de divergences entre le Président et le Premier Ministre, de rivalités de personnes…

60Comme nous l’avons vu, il est exact que la corruption et l’ordre public représentent de graves sujets d’inquiétude. Néanmoins, même si ces maux se sont accrus ces dernières années, ils ne sont pas nouveaux comme l’a souligné le président Zia. Quant au problème de l’Islamisation, est-il devenu si aigu ? En fait, l’écrasante majorité des Pakistanais sont dans l’ensemble fidèles à leur religion.

61Le geste du président Zia ne va pas sans risques, mais il est difficile d’en dire plus au moment où nous écrivons ces lignes (juin 1988), et dans l’attente des élections fixées au 16 novembre.

62Reste finalement un éventuel retour à la loi martiale, hypothèse fermement rejetée par le Chef de l’Etat. Il doit percevoir l’hostilité de l’ensemble du pays à tout régime militaire, quels que soient les clivages politiques.

63Ce tableau se complique encore lorsque s’y ajoute la toile de fond internationale : la situation mouvante en Afghanistan, les hauts et les bas des relations avec l’Inde.

64Quelles que soient ces incertitudes, n’oublions pas l’autre plateau de la balance. Malgré les courants centrifuges, le sentiment d’appartenir à la nation pakistanaise s’affermit dans certains milieux de la population. Les liens économiques interprovinciaux se renforcent. Beaucoup d’hommes politiques aspirent à passer du gouvernement provincial à celui de l’Etat central. Même si les mariages intercommunautaires restent rares, les hommes circulent, se rencontrent, apprennent à mieux se connaître.

  • 21 Le système a subi des modifications sous le premier ministre Bhutto.
  • 22 Cf. G. Etienne, « La fonction publique en Inde, le passé, le présent » dans Servir l’Etat, Paris, 1 (...)

65A ces facteurs mal pondérables, s’ajoute l’administration. Malgré toutes les critiques qui lui sont adressées, celle-ci compte beaucoup d’hommes compétents dans ses échelons supérieurs, qui ne succombent pas tous à la corruption. Le noyau initial qui a joué un rôle décisif dans les premiers pas du nouvel Etat s’est étoffé avec le recrutement des cadres du Civil Service of Pakistan (CSP)21, qui succède à l’Indian Civil Service. Ces hommes ont pu assurer un minimum de continuité dans le fonctionnement de l’Etat lorsque celui-ci a traversé des phases d’instabilité ou de crise. A cet égard, le Pakistan jouit, comme l’Inde, d’un atout substantiel qui fait défaut à beaucoup d’autres pays du tiers monde22.

66Enfin, on ne saurait oublier le dynamisme de nombreux milieux économiques que nous verrons à l’œuvre dans les villes et les villages.

67P.S.

68Que va-t-il se passer à la suite de la mort du président Zia le 17 août 1988 : chaos, élections maintenues, rentrée en scène de l’armée ? La première hypothèse semble douteuse. Les deux autres restent ouvertes. Si les personnalités politiques arrivent à imposer un jeu pas trop désordonné, le processus de démocratisation a des chances de se poursuivre. Quant à l’armée, on le sent déjà, elle entend garder son mot à dire. Son influence pourrait reculer à mesure que les institutions civiles se renforcent ou, au contraire, augmenter en cas de carences politiques. Par ailleurs, un simple retour à la loi martiale risquerait fort de n’être pas aussi aisé qu’en 1977, tant l’hostilité de la population et de toutes les formations politiques est vive.

Notes

1 Caractéristique est la Suisse, pays à très forts particularismes, qui a mis de longs siècles pour aboutir en 1848 à un Etat fédéral.

2 C’est à Dhaka qu’est fondée la Ligue musulmane en 1906. Au Panjab, dans le Sind et la NWFP, les Musulmans sont non seulement en majorité, mais ils disposent aussi d’un poids politique plus large que dans toutes les autres provinces.

3 Elles jouent un rôle non-négligeable dans le cadre de l’économie du Panjab mais constituent une masse de manœuvre bien faible au niveau national.

4 Date du transfert à Rawalpindi, puis à Islamabad.

5 Je me trouvais sur place au moment de l’exécution.

6 Le Panjab fournit 80 % des effectifs de l’armée, le reste est surtout pathane.

7 Ce phénomène était fort bien résumé par un haut fonctionnaire qui me confiait : « Beaucoup de gens retiennent de Bhutto ses débuts positifs et sa fin tragique qui suscite la compassion. Ils oublient tout ce qui s’est passé entre deux ».

8 L’ablation de la main du voleur aussi, mais on ne signale aucune application de cette peine.

9 Rappelons que la politique d’Islamisation est beaucoup plus modérée au Pakistan qu’en Iran.

10 Cf. Dawn, 8.9.85 et 5.9.85.

11 Pakistan Times, 6.3.86.

12 Pakistan Times, 14.6.86.

13 Cf. Pakistan Times Overseas Weekly, 20.4.86.

14 La culture de l’opium et la fabrication d’héroïne sont restées pendant longtemps relativement modestes dans ces régions.

15 Pakistan Times, 16.9.85.

16 Système hérité de la colonisation. Avec sagesse le gouvernement ne l’a pas remis en question après l’indépendance. Voir chapitre ix.

17 Le Monde, 28.7.87.

18 Un couple de fonctionnaires étrangers du Haut Commissariat pour les Réfugiés a été enlevé au Baluchistan au printemps 1985 et fut libéré à Caboul (!) à la fin de l’année.

19 Cf. Pakistan and Gulf Economist, 27.6.87.

20 Rappelons que la frontière (la ligne Durand) qui date de la fin du xixe siècle coupe en deux le pays pathane ou pashtune.

21 Le système a subi des modifications sous le premier ministre Bhutto.

22 Cf. G. Etienne, « La fonction publique en Inde, le passé, le présent » dans Servir l’Etat, Paris, 1987.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.