Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Pakistan, don de l’Indus

 | 
Gilbert Etienne

Remerciements

Texte intégral

1Les Instituts universitaires de hautes études internationales et d’études du développement à Genève m’ont permis, grâce à des congés sabbatiques, d’entreprendre une partie de mes principales recherches au Pakistan. Le Fonds national suisse pour la recherche scientifique a participé à trois reprises à mes frais de voyage. Je leur exprime ma reconnaissance. Un grand merci également aux secrétaires de l’IUHEI qui, avec bonne grâce, ont dactylographié le gros de ce manuscrit.

2La liste des amis pakistanais qui m’ont aidé à comprendre et connaître leur pays est longue. Je citerai tout d’abord Zubeida Agha, peintre de talent, ses parents, ses frères et sœurs. Des remerciements particuliers s’adressent à son frère Agha Abdul Hamid, haut fonctionnaire exemplaire.

3N.A. Faruqui, lui aussi ancien membre du Civil Service of Pakistan, ne m’a pas ménagé sa confiance et son amitié, de même que son cousin, Maqbool Qayoom, aujourd’hui aux Nations Unies à Genève. Akhtar Mahmood, autre ami de longue date, secrétaire du gouvernement d’une rare vivacité, m’a fait bénéficier de son expérience.

4Finalement j’aimerais remercier V.A. Jafarey, gouverneur de la State Bank et Niaz Naik, Foreign Secretary, puis ambassadeur en France. L’un et l’autre ont beaucoup facilité ma dernière mission d’étude en 1985/86.

5Je ne puis mentionner tous les autres fonctionnaires, depuis le fond des districts jusqu’à Islamabad sans l’appui desquels je ne serais pas parvenu à mener ces enquêtes. Il en va de même des nombreux paysans, souvent savoureux, qui ont répondu à mes questions.

6Comment aussi ne pas évoquer l’enrichissement que m’ont apporté, au fil des années, ces multiples contacts avec des hommes et des terroirs imprégnés de si brillantes et anciennes civilisations.

7Ici à Genève, Jean-Luc Maurer, cher ami de l’IUED, a bien voulu lire mon texte et me faire profiter de ses commentaires.

8Pour terminer, un très grand merci s’adresse à ma femme qui m’a accompagné dans la plupart de ces pérégrinations et qui, comme pour d’autres travaux, m’a aidé de ses conseils et de ses salutaires critiques.

9Quant au contenu de ce livre, il va de soi qu’il n’engage que son auteur.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.