Version classiqueVersion mobile

Diplomatie islamique

 | 
Mohammad-Reza Djalili

Annexe 1. Message de l’ayatollah Khomeyni à l’occasion du Hadj, 3 septembre 1983 (extraits)1

Texte intégral

  • 1 Sorouche, n° 28-29, août-octobre 1984, pp. 4-8.

1[...] Venons-en maintenant à évoquer certaines questions propres aux pèlerins de la Kaaba et à tous les musulmans du monde, bien que nous en ayons parlé, à maintes reprises.

21) Parmi ces questions, l’une d’entre elles concerne l’engagement des pèlerins et des oulémas accompagnant les groupes, à apprendre davantage et à enseigner aux autres, les problèmes relatifs au Hadj ; car une démarche contraire aurait des conséquences néfastes telles que la nullité du Hadj [...].

3Les oulémas responsables des groupes doivent inviter leurs pèlerins à faire connaître les cérémonies du Hadj, et il faut également que les pèlerins fassent preuve d’un grand enthousiasme à apprendre et à accomplir leur devoir, en toute connaissance de cause.

42) Nous savons tous, et il faut que nous sachions que tous les malheurs qui se sont abattus sur les musulmans, surtout durant ces deux derniers siècles, résultent de la sinistre emprise des puissances étrangères sur les pays musulmans, les entraînant vers l’obscurantisme et pillant leurs ressources naturelles ; et ils continuent de le faire. La cause en est la négligence par les musulmans des dimensions politiques et sociales de l’Islam ; ce qui a eu pour conséquence la frustration des masses musulmanes par les colonialistes et les exploiteurs de l’Est et de l’Ouest. Cette négligence a été telle que la plupart des oulémas de l’Islam ont fini par croire que l’Islam n’a rien à voir avec la politique et que le croyant ne doit pas s’ingérer dans la politique. Les pillards fourbes ont essayé, par l’intermédiaire de leurs agents pseudo-intellectuels, d’entraîner l’islam sur la même voie que celle du Christianisme, cantonnant les oulémas dans le cadre des questions religieuses, et les Imams des prières collectives étant contraints de limiter leurs activités aux fêtes et aux cérémonies de mariages. Ces pillards fourbes ont incité les hommes vertueux à se consacrer aux prières et aux invocations et poussé les jeunes à la débauche et aux turpitudes, les détournant de tout intérêt pour les questions politiques et sociales et les autres difficultés des pays musulmans. Ils ont atteint, dans une grande mesure, leurs objectifs, et ils ont tiré le plus grand profit de notre négligence et de notre ignorance, et les pays musulmans sont, soit tombés sous leur emprise coloniale directe, soit exploitée indirectement. Et pour ce faire, beaucoup de dirigeants et de gouvernants des musulmans leur ont servi d’agents, et par leurs intermédiaires, ont entraîné leurs peuples vers l’oppression et l’exploitation, la dépendance, la pauvreté, le dénuement. Le résultat fut l’asservissement de ces masses. Et aujourd’hui encore, les musulmans demeurent indifférents, les agents du colonialisme poursuivent leur propagande, les grandes puissances poursuivent leur pillage et leur hégémonie. Les religieux à la solde des Cours royales s’emploient à maintenir et à aggraver l’ignorance et l’indifférence des musulmans. « Nous sommes à Dieu, et certes à Lui nous retournerons. »

53) Parmi les questions qui empêchent les musulmans et les opprimés du monde d’accomplir toute tâche susceptible de les libérer de la dépendance et de l’asservissement, et qui les maintiennent dans l’inertie et le sous-développement ; il y a la vaste propagande qui a été orchestrée et est toujours orchestrée dans les pays musulmans et les autres pays opprimés par les partisans de l’Ouest et ceux de l’Est. Ceux-ci, sous les ordres des superpuissances, ou en raison de leur étroitesse de vue, propagent l’idée que la science, la civilisation et le progrès sont propres aux deux camps, impérialiste et communiste, et qu’en particulier, les Occidentaux et depuis peu, les Américains, sont la race supérieure, tandis que les autres hommes sont de race inférieure, et que le sous-développement des seconds doit être imputé à l’infériorité de leur race. En d’autres termes, ce sont des hommes qui ont atteint un haut degré d’évolution ; les autres hommes sont en cours d’évolution qui, après des millions d’années, atteindront une perfection relative. Par conséquent, tous les efforts pour progresser sont inutiles, et les hommes libres n’ont pas d’autre alternative que d’être indépendants des capitalistes occidentaux ou du communisme de l’Est. Ce qui revient à dire que nous n’avons rien en propre, et que nous devons emprunter toute chose aux super-puissances de l’Est ou de l’Ouest, aussi bien la science, la civilisation, que le droit et le progrès. Cependant, vous, vous voyez bien quelle période sombre nous traversons ! Et comment en raison de ce genre de réflexion qui nous a été imposée, toute chose, de qualité aussi grande qu’elle soit, sera, du fait même qu’elle a été inventée chez nous, rejetée et trouvera peu d’acquéreurs, alors qu’elle sera vite vendue, si elle porte un label occidental. Les textiles iraniens doivent porter dans leur lisière des inscriptions en caractères étrangers et latins pour qu’ils puissent trouver des acheteurs. Même pour les maladies qu’il est parfaitement possible de traiter au pays, le malade ressent la nécessité d’aller se faire soigner à l’étranger. De pareils développements se produisent à un moment où certains savants, intellectuels et écrivains non musulmans, ont démontré, preuves à l’appui que la civilisation et la science ont été transférées de la société islamique à l’Europe, et que les musulmans furent les précurseurs et les pionniers dans ces domaines. [...] Quant à la majorité parmi les occidentalisés, elle se consacrait à encourager les jeunes et à les pousser à développer davantage leur inclination pour l’Occident. Par groupes successifs, les jeunes étaient envoyés à l’étranger où les colonialistes les conditionnaient en vue de les maintenir au niveau demandé par leur politique. Après quoi, ces jeunes étaient renvoyés dans leur pays, porteurs d’idées occidentales, non islamiques, anti-patriotiques. Ceci doit être considéré comme la tragédie du siècle pour les pays musulmans et les autres pays qui sont dans le même cas, et nous devons saisir la vaste portée de ce plan dont vous pouvez deviner les détails.

64) Parmi les obstacles qui se dressent devant les musulmans dans la défense de leur pays, il y a les vastes propagandes qui visent à montrer, toujours plus grandes qu’elles ne sont, les puissances étrangères. Autrefois les pseudo-intellectuels et diplômés, partisans de l’Occident, avaient fait de l’Angleterre un « monstre » pour pouvoir ainsi faire croire aux Etats ignorants et aux peuples asservis que l’Iran serait anéanti s’ils insultaient un simple domestique de l’ambassade d’Angleterre. Le drapeau de l’ambassade hissé sur le toit de n’importe quel coupable, l’exemptait du châtiment. Pour l’ambassadeur d’Angleterre, il suffisait de faire signe au gouvernement ou au premier ministre, et ses ordres étaient obéis sur l’heure. Aujourd’hui, dans les pays musulmans, ces deux puissances, notamment l’Amérique, sont considérées comme un « monstre » beaucoup plus grand que le précédent ; et ils pensent que, s’ils font la moindre remarque à l’un de ces deux pôles, le pays sera détruit. Par de pures illusions, et en comparant notre époque avec les époques passées, les traîtres partisans de l’Occident, en propageant de telles rumeurs, ont dissuadé les musulmans de défendre leurs propres droits ; et le crime de ces traîtres soi-disant patriotes n’est pas moins que celui du criminel principal.

75) Quelle est la solution, aujourd’hui ? Quel est le devoir légal des musulmans et des opprimés dans la destruction de ces idoles ? Une seule solution radicale s’impose, qui peut faire cesser à la base tous les problèmes et extirper le désordre : c’est l’unité des musulmans, ou plutôt de tous les mostaz’afins et des peuples exploités du monde. C’est sur cette unité que l’Islam et le Coran ont mis l’accent. En invitant et en propageant cette idée, cette unité devra se réaliser. Le centre de cette propagation est La Mecque au moment du rassemblement des musulmans pour l’accomplissement des obligations du Hadj qui ont été accomplies, d’abord par Abraham, et Mohammad, puis, à la fin des temps, le seront par le Mahdi promis, que nos âmes lui soient sacrifiées. Dieu a demandé à Abraham d’appeler les hommes au Hadj pour témoigner des bienfaits qui leur ont été accordés, et ils viendront de toutes les contrées pour voir ces bienfaits collectifs : politique, social, économique, culturel. Toi qui est leur Prophète, tu as sacrifié, dans la voie de Dieu, l’être qui t’est le plus cher dans la vie, et toute la progéniture d’Adam devra te prendre pour modèle. Que les hommes voient donc que tu as détruit les idoles et que tu as laissé de côté tout ce qui n’était pas Dieu : que ce soit le soleil ou la lune, les statues, les animaux ou les êtres, et tu as dit, et tu as dit vrai : « Je tourne mon front comme un croyant vers Celui qui a formé les cieux et la terre, et je ne suis point au nombre des polythéistes. » Et tous doivent imiter le père du monothéisme et le Prophète vénéré, et dans la sourate « Le Repentir », dont l’ordre a été donné pour qu’elle soit lue dans une réunion publique : « Dieu et son Prophète désavouent les polythéistes… » Le cri de désaveu à l’égard des polythéistes, dans les cérémonies du Hadj, et ce cri a une portée politique et d’adoration dont la pratique a été ordonnée par le Prophète. A présent, il faut dire à ce religieux vénal qui affirme que les cris : « Mort à l’Amérique », « Mort à Israël » et « Mort à l’Union Soviétique » sont contraires à l’Islam, que suivre l’exemple du Prophète et les prescriptions de Dieu sont aussi contraires aux rites du Hadj. Je m’adresse à lui, en lui disant : « Est-ce que toi, et tes semblables, religieux américanisés, vous mettez en cause les actes du Prophète et les commandements divins ? Et considérez-vous qu’imiter l’Envoyé du Seigneur est contraire à l’Islam ? Cherchez-vous à mettre aux oubliettes les commandements de Dieu et du Prophète pour des intérêts matériels ? Considérez-vous le désaveu et la rupture avec les ennemis de l’Islam et des musulmans, des oppresseurs des musulmans, comme Kufr ? Nous espérons que le gouvernement saoudien ne prêtera pas l’oreille aux suggestions de ces religieux sans Dieu, et qu’il laissera libres, conformément à sa promesse, les musulmans, au cours des cérémonies du Hadj et du désaveu à l’égard des polythéistes ; et dans cette œuvre divine, qu’il se comportera en frères avec eux, en particulier les pèlerins iraniens, palestiniens, libanais et afghans, qui ont subi les agressions des Kuffars, pour que l’ennemi commun de tous les opprimés soit dénoncé, d’une seule voix, au monde entier ; et j’insiste surtout auprès des pèlerins iraniens et autres pour qu’ils respectent l’ordre et le calme, et suivent les porteurs d’idées occidentales l’hojatol-Islam Khoïniha ; qu’ils considèrent tous les musulmans comme leurs frères et se comportent avec eux en vrais musulmans, responsables de leurs devoirs. Espérons que le gouvernement saoudien se montrera coopératif avec les pèlerins iraniens qui condamnent les oppresseurs responsables d’agressions et d’ingérences dans les pays musulmans, et que, grâce à la coopération et à l’unité dans la voie de l’Islam, les agresseurs polythéistes du territoire sacré de l’Islam seront dénoncés. Espérons, ainsi, que le Hadj de cette année se réalise de façon à recevoir l’agrément de Dieu et de son Prophète. Dans la voie de l’insurrection des musulmans et des opprimés du monde contre les pillards, les oppresseurs et les exploiteurs, il faut rappeler que les puissances tyranniques exécutent leurs sinistres intentions, par le recours aux menaces et à la terreur, par le moyen des trompettes de la propagande ou par l’intermédiaire de leurs agents félons locaux, leurs hommes de main. Si les peuples résistaient, avec intelligence et unité, ils ne pourraient mettre à exécution leurs plans. Beaucoup de preuves justifient cette prétention, et l’exemple le plus vivant que nous pouvons citer dans les pays de la région, est celui de l’Iran et de l’Afghanistan. L’Iran, comme chacun le sait, était soumis entièrement à l’Amérique. Le Shâh félon détrôné avait, à tout point de vue, mis ce pays sous la dépendance de l’Amérique ; ce pays était devenu l’une des bases militaires de l’Amérique. L’armée était sous la direction des conseillers militaires américains, la culture dans les mains de gens vénaux ; et le Shâh, le gouvernement et le parlement comptaient parmi les serviteurs dévoués de l’Amérique. L’économie était encore plus dépendante que le reste. Le Shâh détrôné était le gendarme le plus puissant de la région. L’Amérique et les autres pays qui étaient ses alliés, le protégeaient. Il était très bien équipé du point de vue militaire. Malgré tout cela, le grand peuple de l’Iran, sans force militaire, sans équipement de guerre et sans organisation, à mains nues, mais avec la foi ardente que lui a donné l’Islam, avec une ferme résolution, en s’appuyant sur Dieu et ayant confiance en soi-même, a détruit, en un court laps de temps, mais miraculeusement, les idoles illusoires qu’avaient construites les partisans de l’Occident. L’Iran a mis un terme à la chaîne de cruautés, vieille de 2 500 ans, et a anéanti les faiseurs de mythes et d’idoles. L’Afghanistan fait échec à la lâche agression soviétique, à cette puissance légendaire, cette puissante armée, ce gouvernement usurpateur et ce parti traître, avec sa foi et en s’appuyant sur Dieu, à tel point que l’on peut dire que la Russie traverse un état de détresse et de remords, en raison de son agression, et cherche désespérément un moyen d’évacuer l’Afghanistan sans déshonneur. De la même façon, ce furent le peuple puissant et les oulémas engagés qui ont chassé la France et l’Angleterre, agresseurs de l’Algérie et de l’Irak. Pour chasser les craintes artificielles semées par la colonisation et l’exploitation, il suffit que les oulémas réveillent les musulmans et les gouvernements des pays islamiques afin qu’ils anéantissent le pouvoir de ces talismans et de ces sorcelleries diaboliques. Ainsi, ils pourront exorciser cette magie qui subjugue les musulmans et leur gouvernement, représentant une population d’un milliard d’âmes, et qui tiennent la veine jugulaire de l’Occident et de l’Orient, ainsi que de vastes et riches territoires. Ils pourront prendre exemple sur l’Iran qui, avec une population de plus de 30 millions d’âmes, a coupé court à toutes les ingérences des puissances étrangères dans le pays, s’est libérée du joug du colonialisme et a chassé de sa patrie les conseillers et profiteurs étrangers.

8Ils ne doivent pas prêter l’oreille aux hauts-parleurs du colonialisme qui, d’une même voix et depuis le début de la révolution, diffusent des contre-vérités et suscitent des rumeurs pour faire croire que l’Iran est ruiné.

9Ils doivent être reconnaissants envers une puissance islamique qui se propose de restaurer la gloire des musulmans, de couper les mains des oppresseurs qui convoitent les richesses dont Dieu a pourvu leur pays, et qui cherche à établir pour toujours la paix et la fraternité de foi entre les frères musulmans.

10Ils doivent aussi savoir que les puissants pays opportunistes dont le seul idéal est de s’emparer des pays islamiques et opprimés, les laisseront seuls dans l’adversité, car le mot « fidélité » n’existe pas dans leur lexique.

Notes

1 Sorouche, n° 28-29, août-octobre 1984, pp. 4-8.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search