Versione classicaVersione mobile

Diplomatie islamique

 | 
Mohammad-Reza Djalili

Chapitre V. L’Iran et les grandes puissances

Testo integrale

« ... notre politique extérieure ne prétendait servir qu’un seul pays, l’Iran. »
Mohammad-Reza Pahlavi,
Réponse à l’Histoire,

Paris, Albin Michel, 1979
« Le caractère habituel des religions est de considérer l’homme en lui-même, sans s’arrêter à ce que les lois, les coutumes et les traditions d’un pays ont pu joindre de particulier à ce fonds commun [...] De là vient que les révolutions religieuses ont eu souvent de si vastes théâtres, et ne sont rarement renfermées, comme les révolutions politiques, dans le territoire d’un seul pays, ni même d’une seule race. »
Alexis de Toqueville,
L’ancien régime et la révolution,

Paris, Gallimard, 1967, p. 69

1La République islamique, comme on l’a vu (ii, 3), ne tient pas en haute estime les grandes puissances, qu’elle accuse d’être à l’origine de tous les maux dont souffre l’humanité. L’hostilité à l’égard de ces « puissances vaniteuses », qui, non contentes de dominer et d’exploiter le monde, se sont toujours, d’une manière ou d’une autre, opposées à l’islam, est au cœur de toute l’argumentation islamique et bien entendu du discours général qui exprime la politique étrangère du régime. Défenseur des pauvres et des faibles face aux pays oppresseurs, Téhéran a une vision manichéenne du système international, le mal étant toujours et nécessairement du côté des grandes puissances. Ceci dit, la République islamique ne se considère pas pour autant comme une petite puissance. Consciente de la situation géostratégique exceptionnelle du pays et de ses dimensions, qui en font un géant régional, elle veut au contraire donner au monde l’image d’une puissance importante, capable par ses moyens et surtout par la justesse et la force de ses convictions, de déceler les faiblesses des Grands, d’infléchir leurs politiques, de mettre en cause l’ordre international que ceux-ci ont façonné en fonction de leurs intérêts égoïstes. Sa puissance, le pouvoir islamique dit la puiser dans l’islam qui, à ses yeux, est la seule religion dans le monde contemporain à préserver la certitude de sa valeur universelle et de sa supériorité. En face d’elle, la République islamique ne voit que des puissances spirituellement en déclin, politiquement déconsidérées, capables, dans le meilleur des cas, de ne répondre qu’aux besoins matériels d’une partie de leurs peuples.

2La pratique diplomatique de Téhéran est beaucoup plus nuancée que son discours doctrinal, encore que le pragmatisme reste toujours au service de l’idéologie. A l’égard des grandes puissances, le gouvernement islamique utilise des méthodes sensiblement différentes selon l’interlocuteur. Attentif aux circonstances conjoncturelles, conscient de ses propres besoins du moment, apte à utiliser des arguments qui plaisent, le gouvernement de Téhéran peut se montrer fin manœuvrier. Outre le choix de démarches minutieusement adaptées à chaque cas, la diplomatie islamique présente une réelle capacité de discernement et d’utilisation des différences et antagonismes existant entre les grandes puissances. Jouant habilement une puissance contre une autre, elle n’hésite pas, le cas échéant, à faire appel à une tierce puissance pour tirer son épingle du jeu. Malgré ses capacités d’accoutumance à l’environnement, la politique internationale de Téhéran ne souffre pas de dispersion, d’émiettement ; elle trouve sa cohésion autour de quelques objectifs principaux qu’elle poursuit : empêcher l’unité « des forces du mal » qui peut s’avérer dangereuse pour l’avenir du régime, exclure les puissances extérieures de toute la région du Moyen-Orient « afin d’ouvrir la voie à la propagation de la révolution islamique en dehors de l’Iran », et, durant la guerre, peser sur les alliances de l’Irak avec les grandes puissances pour empêcher l’ennemi de renforcer ses positions.

3Dans la stratégie de la République islamique vis-à-vis des grandes puissances « de l’Est et de l’Ouest », on peut distinguer deux catégories de pays. Il y a d’abord les pays avec lesquels les relations sont fondées principalement sur des considérations d’ordre économique. Le Japon, la République fédérale d’Allemagne, en partie la Grande-Bretagne, et un certain nombre de pays industrialisés qui sont d’importants partenaires économiques de l’Iran, se placent dans cette catégorie. Certes, il est possible que des problèmes politiques apparaissent dans les rapports de Téhéran avec ces pays mais généralement ce sont les préoccupations économiques et commerciales qui prévalent sur toute autre considération. Avec un certain nombre d’autres pays, le gouvernement islamique entretient des relations dont les fondements sont plus politiques qu’économiques, sans que la dimension économique soit totalement absente ; c’est avec les pays de ce deuxième groupe, qui comprend les Etats-Unis, l’Union Soviétique, la France et accessoirement la Chine, que les rapports sont plus passionnels et par définition très complexes.

1. Les Etats-Unis

  • 1 Voir Nouchine Yavari-d’Hellencourt, « Rejet de l’Occident et stratégie identitaire en Iran », Revue (...)
  • 2 Michael Ledeen et William Lewis, Debacle. L’échec américain en Iran, Paris, Albin Michel, 1981.

4Bien qu’ayant de longue date pratiqué un discours d’un anti-américanisme virulent et en dépit du fait que la majorité des manifestations organisées contre le Shah d’août 1978 à février 1979 furent ponctuées de slogans contre les Etats-Unis1, l’ayatollah Khomeyni ne se résoudra à entrer en conflit ouvert avec Washington que relativement tard. Durant la période de crise précédant le renversement de la monarchie, les membres de l’entourage de Khomeyni n’hésitèrent pas à prendre contact avec des représentants et des émissaires américains2. Au lendemain de la révolution, les rapports diplomatiques furent maintenus de manière quasi normale. Certes, il était évident que les choses avaient radicalement changé et que les Etats-Unis avaient perdu les positions privilégiées qu’ils occupaient au temps du Shah, mais malgré les difficultés qui ne manqueraient pas de surgir dans les rapports du nouveau régime avec Washington, il semblait encore possible de nouer le dialogue et de trouver un terrain d’entente.

5Cette première période, marquée par un comportement relativement conciliant des dirigeants islamiques, s’explique sans doute par la conscience que ces derniers avaient de la fragilité du pouvoir naissant et des risques qu’ils encouraient s’ils se heurtaient aux Américains. La consolidation de la révolution et l’édification d’une république islamique passaient par le maintien de quelques liens avec les Etats-Unis. Cette politique était d’autant plus aisée à mener que, de leur côté, les Américains se montraient très réceptifs à tout signal provenant du nouveau régime, espérant ainsi établir des rapports plus ou moins corrects avec Téhéran. Par ailleurs, ils étaient encouragés dans cette voie par le comportement du gouvernement iranien qui semblait prêt à normaliser progressivement ses relations avec Washington afin de mener une diplomatie équilibrée qui à ses yeux convenait aux intérêts du pays. Mais Mehdi Bazargan et son équipe ne détenaient, comme nous l’avons vu, que l’apparence du pouvoir.

  • 3 Ibid, p. 265.

6Le 4 novembre 1979, avec la prise en otage du personnel de l’ambassade américaine par les « étudiants de la ligne de l’imam », ce jeu de dupes prenait fin. Désormais, le thème « Etats-Unis principal ennemi de l’islam » prenait le dessus sur toute autre considération politique, économique et stratégique. En dix mois, le régime islamique s’était renforcé, mais il avait encore besoin de se consolider, de prendre racine, d’où la nécessité de l’union sacrée face à une menace imminente. Quelle autre puissance mieux que le « Grand Satan », qui venait d’accueillir sur son territoire le Shah dont l’état de santé exigeait des soins, pouvait représenter cette menace ? Du jour au lendemain, les dirigeants américains, qui avaient à peu près dans leur ensemble « cru que Khomeyni était un social-démocrate habillé en prêtre, et que le chah était un dur »3, découvraient avec stupéfaction que la rhétorique anti-américaine de l’ayatollah n’était pas simplement un pur exercice de style.

  • 4 Ali-Ashraf Pargari, Madjerayé Tabbas (l’incident de Tabbas), Téhéran, éd. des Pasdaran, 1362 (1983)

7La crise des otages, qui allait durer 444 jours avant de connaître un dénouement, déclencha le processus de dégradation des relations entre les deux pays. Rapidement le ton monta à Washington et à Téhéran. Quelques jours après l’occupation de l’ambassade, le président Carter annonça l’arrêt des importations américaines de pétrole et le gel des avoirs iraniens aux Etats-Unis, mais il attendit plusieurs mois pour annoncer, le 7 avril 1980, des sanctions contre l’Iran et la rupture des relations diplomatiques. Ce durcissement fut suivi par une tentative sans succès d’opération aéroportée qui devait permettre la libération des otages. L’échec de cette intervention fut interprété par les autorités islamiques comme un signe divin, approbation de la justesse de leur cause4.

8Sur le plan international, les Etats-Unis entreprirent une action devant la Cour internationale de justice. Ceci donna lieu à une ordonnance faisant droit aux demandes des Etats-Unis concernant respectivement des voies de fait et la reconnaissance de la responsabilité du gouvernement islamique. De son côté, le Conseil de sécurité adopta, à l’unanimité, une résolution demandant la libération des otages, mais Washington n’obtint pas des Nations Unies l’adoption de sanctions économiques contre l’Iran en raison de l’opposition de l’URSS. Les Etats-Unis prirent alors de nouvelles mesures unilatérales dans ce domaine comme l’interdiction des exportations autres qu’alimentaires ou médicales, ainsi que de la conclusion de nouveaux contrats ou de toute transaction financière.

  • 5 Voir à ce sujet les Cahiers de CEDIN, Centre de droit international de Nanterre, n° 1, avril 1984, (...)

9Le dénouement très progressif de la situation intervint dans les derniers mois de l’année 1980. Une série de négociations indirectes, notamment par l’intermédiaire du gouvernement algérien, furent engagées. L’investiture, le 20 janvier 1981, de Ronald Reagan, qui se déclarait non tenu par ces négociations, eut un effet décisif sur la signature des accords, le 19 janvier. Le même jour, Carter, qui s’apprêtait à quitter ses fonctions, prit une série de décrets destinés à mettre en œuvre les engagements pris, en particulier le déblocage de certains avoirs iraniens et leur transfert à différents comptes ouverts par la Banque d’Algérie auprès de la Banque d’Angleterre. Lorsque ces transferts furent effectués, le 20 janvier, les otages furent remis à des représentants du gouvernement algérien à Téhéran. Une fois les otages ayant regagné leur pays, commençait une nouvelle phase, cette fois juridique, celle des séquelles laissées par la crise des otages devant la juridiction instituée par les accords d’Alger5.

10En septembre 1980, à un moment où les tensions étaient très vives entre Téhéran et Washington, le gouvernement irakien donnait l’ordre à ses troupes d’envahir le territoire iranien. Dès le déclenchement des hostilités, des voix s’élevèrent en Iran pour dénoncer la collusion entre les Américains et Saddam Hussein. En fait, à l’époque deux préoccupations prioritaires conditionnent la politique de Washington : la crainte d’une intervention soviétique dans la guerre et les nouveaux risques qui pouvaient peser sur les tractations officielles engagées avec Téhéran pour libérer les otages. Certains stratèges du Pentagone vont jusqu’à penser que le conflit pourrait pousser l’Iran à renouer rapidement avec les Etats-Unis. Dans cette perspective, on fait, semble-t-il, discrètement savoir à Téhéran qu’en cas de libération des otages, Washington serait disposé à fournir des pièces détachées dont l’armée iranienne manque cruellement. En fait, la position américaine à l’égard de la guerre est inconfortable. A la nécessité de ménager l’Iran à cause des otages s’ajoute le souci d’empêcher une défaite iranienne aux conséquences imprévisibles, comme, d’ailleurs, le risque d’extension du conflit aux Etats voisins et les menaces qui pourront alors peser sur l’approvisionnement pétrolier de la plupart des pays occidentaux.

  • 6 Cité d’après Saad Robert Saad, « Irak-Iran : les chronologies », Les Cahiers de l’Orient, n° 1, 1er(...)

11La solution, en janvier 1981, de la crise des otages ne débouchera pas sur une décrispation des rapports entre Washington et Téhéran et l’évolution de la situation sur le front amènera de nouveaux éléments de trouble dans les relations entre les deux pays. La contre-offensive iranienne, qui se développe durant l’année 1981 et qui aboutit au refoulement des Irakiens hors du territoire iranien en juin 1982, inquiète sérieusement l’administration américaine qui, maintenant, craint un bouleversement de l’équilibre régional pouvant mettre en cause le statu quo dans toute la zone du golfe Persique. Le Secrétaire à la défense, Caspar Weinberger déclare, le 4 juin 1982 : « une victoire iranienne n’est pas dans l’intérêt national des USA… l’Iran est dirigé par une bande de fous aveugles et fanatiques et constitue un danger pour tous les pays du Moyen-Orient »6. Les Etats-Unis amorcent dès lors une politique de rapprochement avec Bagdad qui se traduit par le retrait de l’Irak de la liste des pays terroristes, l’échanges de visites, la mise à disposition de l’Irak d’importants crédits etc. Le processus ainsi engagé aboutira au rétablissement des relations diplomatiques en mars 1985, après dix-huit ans d’interruption. La République islamique a dorénavant beau jeu de dénoncer la complicité américano-irakienne qui désormais s’étale au grand jour. Pourtant, durant les années 1983-84, plusieurs événements comme la détérioration des relations entre Téhéran et Moscou (interdiction du parti pro-soviétique Toudeh et expulsion de diplomates soviétiques) ou l’affaire de l’utilisation des armes chimiques par l’Irak, que les Etats-Unis condamneront ultérieurement, semblaient offrir aux deux pays des occasions d’améliorer leurs relations. Ces occasions ne furent pas saisies, Téhéran restant plus intransigeant que jamais. De leur côté, les Etats-Unis placent sur la liste des pays terroristes, le 24 janvier 1984, la République islamique qu’ils soupçonnent fortement d’avoir téléguidé l’attentat commis par le Jihad islamique à Beyrouth contre les contingents américains et français de la Force multinationale en octobre 1983, tout en parrainant les preneurs d’otages qui détiennent des citoyens américains. Dans ces conditions, Washington se pose comme règle le refus de toute négociation avec Téhéran sous la menace et le chantage.

12Alors qu’apparemment toutes les voies semblent bloquées, que Téhéran proclame haut et fort son hostilité aux Etats-Unis, que l’administration américaine s’affiche comme le champion de la fermeté à l’égard de l’Iran, tout en blâmant ceux de ses alliés qui sont enclins à céder face aux pressions des khomeynistes, en coulisse des tractations secrètes sont en cours entre les deux pays.

  • 7 R.K. Ramazani, “Iran: Burying the Hatchet, Foreign Policy, n° 60, automne 1985, pp. 52-74.

13Dès 1984, mais surtout dans le courant de l’année 1985, des contacts indirects sont établis et des entretiens confidentiels ont lieu entre les représentants des deux pays. L’objet essentiel de ces négociations est la livraison d’armements. Les offensives iraniennes sur le front n’ayant pas rencontré les succès escomptés, Téhéran a un urgent besoin d’armes sophistiquées de fabrication américaine pour pouvoir porter un coup décisif à l’ennemi irakien. La stratégie de la République islamique en matière d’acquisition d’armements est simple : traiter avec tout le monde, le diable inclus. Quant aux Américains, pour libérer leurs otages détenus au Liban et afin d’engager un dialogue avec Téhéran, ils sont prêts à payer le prix et cela d’autant plus qu’ils sont encouragés dans cette direction par Israël et, semble-t-il, l’Arabie Saoudite qui à l’époque avait cru percevoir un changement sensible dans la diplomatie islamique. En effet, durant les années 1985 et 1986, la République islamique, pour réduire son isolement international, tente de présenter d’elle-même à l’extérieur une meilleure image tout en multipliant les initiatives diplomatiques, sans toutefois renoncer à aucun de ses objectifs. Certains des observateurs, impressionnés par les retouches cosmétiques que subit la politique étrangère de l’Iran, découvrent les signes avant-coureurs de transformations profondes de la diplomatie islamique et vont suggérer, un peu prématurément, à Washington d’enterrer la hache de guerre7.

  • 8 Sur l’Irangate voir : The Tower Commission Report (A New York Times Special), New York, Randam Hous (...)

14Malgré l’embargo officiel, des armes américaines, avec l’aval des autorités de Washington, vont arriver à Téhéran. En mai 1986, le conseiller de la Maison Blanche pour les affaires de sécurité, Robert McFarlane, débarque à Téhéran à bord d’un avion transportant des armes. Il passe quatre jours dans la capitale iranienne et entame des pourparlers avec plusieurs personnalités du régime islamique. Après le voyage de McFarlane, plusieurs livraisons d’armes ont lieu et deux otages sont libérés au Liban, ce qui porte le nombre des otages libérés à trois depuis septembre 1985. Mais, en novembre 1986, une publication libanaise, Al-Shiraa, révèle la mission secrète de McFarlane à Téhéran. Ainsi éclate ce qu’on appellera par la suite le scandale de l’Irangate, qui ternira l’image de l’administration Reagan aux yeux de l’opinion publique américaine et internationale pour avoir entrepris une action en contradiction totale avec la politique officiellement affichée à Washington8.

  • 9 Le Monde, 9 et 10 novembre, 1986.
  • 10 Le Monde, 22 novembre 1986.
  • 11 Ibid.

15A Téhéran, il apparaît bientôt clairement que les tractations « indirectes » menées avec Washington ont été coordonnées par Rafsandjani. Ce dernier, tout en se félicitant « d’avoir jeté le trouble » dans le camp occidental, confirme que les Etats-Unis avaient cherché à nouer de nouveaux contacts avec l’Iran : « Les Etats-Unis utilisent tous les canaux à leur disposition pour mendier auprès de l’Iran l’acceptation de l’ouverture d’un dialogue [...]. C’est une indication de notre victoire et de la défaite de l’Amérique »9. L’ayatollah Khomeyni intervient quelques jours plus tard dans le même sens : « Ceux qui, il y a quelques années rompaient leurs relations avec l’Iran, nous supplient aujourd’hui d’établir des rapports, mais notre peuple refuse, et cela constitue notre plus grande victoire »10. Il conseille par la même occasion, au président Reagan, de « prendre le deuil » et de changer le nom de la Maison Blanche en Maison Noire, « ce qui reflète mieux la réalité ». A l’instar de Rafsandjani, lui aussi constate « le fait que le président d’un pays comme les Etats-Unis tienne des propos aussi angoissés et contradictoires témoigne de la grandeur de la révolution »11. Mais, tout en justifiant la politique de Rafsandjani, il s’en prend aussi aux responsables qui poussent au dialogue « alors qu’ils devraient hurler contre l’Amérique ».

  • 12 Scheherazad Daneshku, “The Execution of Mehdi Hashemi, Middle East International, 24 octobre 1987.

16Si l’affaire est présentée à Téhéran comme une victoire, cela ne signifie pas pour autant que la responsabilité de ceux qui ont fait filtrer l’information à l’étranger ne soit pas engagée et considérée même comme un acte de haute trahison. Comme nous l’avons dit plus haut, Mehdi Hashemi, accusé d’avoir fourni ces informations à Al-Shiraa, fut arrêté, jugé et exécuté12.

  • 13 Voir à ce propos, pour le point de vue irakien : Nizar Hamdoon, “The US-Iran Arms Deal: An Iraqi Cr (...)

17La vente d’armes américaines à l’Iran n’aboutit pas à un rapprochement entre les deux pays et eut de surcroît un effet négatif pour les Américains qui perdirent à cette occasion un peu de leur crédibilité aux yeux des dirigeants des pays arabes modérés proches de l’Irak, ce qui n’était pas pour déplaire à Téhéran13. Les responsables politiques de Washington devaient coûte que coûte rassurer les monarchies pétrolières en montrant leur réelle détermination à les protéger. L’occasion va se présenter en 1987 avec l’aggravation de la situation dans les eaux du golfe Persique. Mais ici aussi, leur hésitation initiale les empêchera de tirer, au début du moins, tout le bénéfice politique et psychologique escompté.

18Le Koweit ayant demandé, dès novembre 1986, aux cinq membres permanents du Conseil de sécurité la mise en place dans la région d’un dispositif de protection pour ses pétroliers, ce sont les Soviétiques qui répondront les premiers à l’appel de l’émirat, dès avril 1987, en mettant trois de leurs propres pétroliers à la disposition de ce pays. L’URSS acquiert ainsi paradoxalement le rôle de protecteur des monarchies de la région et de défenseur de la sécurité d’une zone d’intérêt stratégique pour l’Occident. Malgré le fait que cette perspective irrite Washington, il faudra néanmoins attendre l’attaque d’une frégate américaine (Le Stark), le 19 mai, par la chasse irakienne et la mort de trente-sept marins américains, pour que la Maison Blanche, toujours traumatisée par l’Irangate, se déclare prête à octroyer la protection du pavillon et de la marine des Etats-Unis aux pétroliers du Koweit. Mais, devant l’hostilité du Congrès, le déploiement américain n’aura lieu qu’en juillet 1987. Les Etats-Unis acceptent de placer sous pavillon américain onze pétroliers koweitiens, mais les menaces de Téhéran et l’apparition de mines de plus en plus nombreuses dans les eaux du golfe Persique, vont obliger les Américains à envoyer jusqu’à une trentaine d’unités de tous tonnages dans la région, soit l’un des déploiements de forces aéro-navales les plus importants depuis la guerre du Vietnam.

  • 14 Voir l’article de Francis Beaujeu, « Diplomatie et contraintes intérieures », Le Monde diplomatique (...)

19L’engagement naval des Etats-Unis va être considéré par Téhéran comme une agression américaine contre l’Iran, ce qui évidemment ne va pas contribuer à améliorer les relations entre les deux pays. Cette situation va permettre à l’URSS de se rapprocher de l’Iran et de s’associer à sa revendication, c’est-à-dire la demande du retrait total des forces étrangères de la région. Pendant un temps, la défense de la liberté de navigation, objectif assigné à la marine américaine et aux autres navires occidentaux présents dans la région, va même s’avérer utile à Téhéran, dont les pétroliers pourront transporter le brut avant que Bagdad reprenne ses attaques, le 29 août14. Par la suite, les incidents qui se produiront entre les marines américaine et iranienne aboutiront à la destruction d’importantes unités navales iraniennes en avril 1988. Ces incidents seront suivis de la tragédie de l’Airbus d’Iranair, abattu par la marine américaine et qui causera la mort de 290 passagers.

  • 15 Scheherazad Daneshku, “The American Idea of an Iranian moderate, Middle East International, 17 avr (...)
  • 16 Saul Bakhash, « Les leçons de l’Irangate », Esprit, mai 1987, pp. 55-64.

20Depuis une dizaine d’années que la révolution islamique dure, l’Iran s’est de plus en plus éloigné des Etats-Unis. La République islamique, dont la méfiance à l’égard de l’Amérique est en principe totale, se trouve à l’origine de cette distanciation progressive. Mais, les Américains aussi portent des responsabilités dans la détérioration constante de ces rapports. Ces responsabilités sont la conséquence d’une certaine méconnaissance des réalités iraniennes, d’un manque de concordance entre les actes et les paroles, de calculs erronés, de l’amateurisme de certains organes influents en matière de politique étrangère, et aussi des occasions mal exploitées. Ainsi, par exemple, l’obligation de Téhéran de se procurer certains types d’armements auprès des fournisseurs américains, aurait pu servir comme moyen pour obtenir un dialogue. Il fallait pour cela éviter les négociations scabreuses et passer par l’intermédiaire de pays amis, dont certains entretiennent d’excellentes relations avec Téhéran, ce qui aurait permis un dialogue d’Etat à Etat, où l’échange d’armes contre otages n’aurait pas uniquement constitué l’objet des marchandages. De plus, la quête désespérée des Américains à la recherche d’éléments modérés au sein de l’équipe dirigeante islamique a été un exercice tout à fait aléatoire15. A supposer même que ces modérés quelque peu dissidents existent vraiment, ce serait pour eux le comble de l’irresponsabilité de se présenter ainsi publiquement. Aurait-on oublié à Washington que « le paysage de la révolution est jonché (parfois littéralement) des corps de ceux qui étaient aussi peut-être les amis des Américains »16 ?

21Au-delà de ces questions, le problème des relations entre les deux pays demeure entier. Si les Etats-Unis ne peuvent se couper définitivement de l’Iran, pays qu’ils considèrent comme le plus important d’une région hautement stratégique et si, de son côté, en tenant compte de sa situation géographique, l’Iran aurait tout intérêt à se servir des Etats-Unis pour contenir les pressions éventuelles que son puissant voisin du nord peut exercer sur lui, il semble toutefois illusoire de parier sur une normalisation, même restreinte et par palier entre les deux pays. Pour que la République islamique esquisse un rapprochement avec Washington, il faut d’abord qu’à Téhéran les considérations stratégiques prévalent sur les préoccupations idéologiques et qu’en même temps l’anti-américanisme systématique, un des mythes fondateurs du régime, soit abandonné. Ces deux conditions sont pour le moment loin d’être remplies. L’abandon de la rhétorique anti-américaine mettrait en péril la crédibilité du pouvoir à l’intérieur du pays, où une partie des cadres du régime sont foncièrement hostiles aux Etats-Unis, et menacerait, à l’extérieur, l’influence que Téhéran a acquise dans certains pays musulmans et sur certains groupes grâce à son attitude sans compromission à l’égard des Etats-Unis. Cependant, la fin de la guerre avec l’Irak ouvre de nouvelles perspectives dans les relations irano-américaines que les deux pays pourront positivement utiliser dans la mesure où il existerait, de part et d’autre, une réelle dose de bonne volonté.

2. L’Union soviétique

22Conscient du danger que représente une idéologie athée pour la religion, le clergé musulman est généralement hostile au communisme. Cette constatation s’applique également à la majorité des religieux qui exercent aujourd’hui le pouvoir à Téhéran et cela malgré leurs convictions révolutionnaires et leurs discours anti-impérialistes. Dans ces conditions, il n’est pas surprenant de constater que dans leur vision du monde, ils placent la superpuissance soviétique sur le même pied que les Etats-Unis, c’est-à-dire dans la catégorie des « Grands Satans ». Pourtant dans les faits, le traitement réservé à l’URSS est sensiblement différent de celui accordé aux Etats-Unis par la République islamique.

23Un survol, même rapide, de l’évolution des relations entre Téhéran et Moscou depuis 1979, montre qu’en dépit des difficultés de toute sorte, des tensions conjoncturelles, de l’opposition constante de Téhéran à la politique soviétique en Afghanistan, des reproches sévères formulés contre Moscou concernant sa politique à l’égard de la guerre, le pouvoir s’est rarement laissé emporter et a toujours gardé la voie ouverte à certains accommodements et arrangements avec l’URSS. Malgré les slogans hostiles lancés de temps à autre à Téhéran, les relations irano-soviétiques sont fondamentalement différentes des relations irano-américaines dans la mesure où les rapports avec l’URSS possèdent une dimension qui n’exclut ni le maintien des relations diplomatiques, ni l’échange de bons procédés, ni la coopération dans de nombreux domaines, le tout ponctué par des échanges de visites et prises de position identique sur certaines questions.

24D’où vient cette pondération, ce sens de la mesure, cette prudence qui caractérisent la politique soviétique de la République islamique ? La crainte que suscite tout naturellement la proximité du puissant voisin ? Une appréciation doctrinale différente des menaces que font peser les deux superpuissances mondiales sur le monde musulman ? Ou tout simplement les contraintes politiques et matérielles qui interdisent à l’Iran de s’attaquer en même temps aux deux superpuissances ? En fait, la politique de la République islamique à l’égard de l’URSS s’explique par un processus complexe où s’enchevêtrent des considérations à la fois d’ordre idéologique, stratégique, tactique et économique.

25Du point de vue idéologique, il semble qu’il existe dans le discours islamico-révolutionnaire un subtil distinguo entre le général et le particulier, entre la vision globale et la perception de la réalité régionale du Moyen-Orient et des besoins spécifiques de l’Iran. Si, sur le plan général, les deux superpuissances et les pays qui leur sont associés, sont renvoyés dos à dos, dans le cadre régional et à l’échelle nationale, les priorités et la gravité des menaces obligent le pouvoir à une appréciation plus nuancée de la situation internationale.

  • 17 Déclaration de Khomeyni, 4 novembre 1964, Islam and Revolution. Writing and Declarations of Imam Kh (...)
  • 18 Extrait du message de Khomeyni à l’occasion de la fête de ahadir 21 sept. 1982, Au sujet du sionism (...)
  • 19 Ibid, p.  3.

26Au niveau régional, bien que « l’Amérique soit pire que la Grande-Bretagne, la Grande-Bretagne pire que l’Amérique et l’Union soviétique pire que les deux »17, dans les circonstances actuelles l’ennemi principal est l’Amérique qui « a oppressé autant qu’elle le pouvait et pendant presqu’un demi-siècle, les musulmans du monde, notamment ceux de la région »18. L’Amérique, « vorace et hégémoniste », est décrite comme « l’archi-Satan », la puissance « criminelle du Siècle » dont le but ultime est de porter atteinte à la souveraineté des musulmans à travers l’exploitation de leurs ressources naturelles, l’organisation de complots, le soutien aux dirigeants corrompus, l’espionnage, les interventions de toutes sortes, la manipulation des masses… et surtout par leur lien étroit avec Israël, ce qui amène Khomeyni à déclarer « qu’aujourd’hui, tous nos malheurs viennent de l’Amérique, viennent d’Israël et Israël c’est l’Amérique »19.

27Quant à sa propre situation, la République islamique voit sa sécurité menacée essentiellement par l’Occident en général et les Etats-Unis en particulier. Ces derniers sont perçus comme n’ayant de cesse que de détruire le régime islamique qui tente d’instaurer le règne de Dieu sur la terre et qui par conséquence entre en conflit avec un pays dont les milieux dirigeants n’ont de soucis que leurs intérêts égoïstes et bassement matériels. Pour renverser le régime islamique, les Etats-Unis se sont livrés à de nombreuses entreprises au nombre desquelles figurent la « guerre imposée par le criminel Saddam », le blocus économique de l’Iran, le soutien aux mouvements contre-révolutionnaires, la provocation de troubles dans certaines régions du pays, la tentative d’infiltration des institutions comme l’armée, le déclenchement d’une campagne de propagande à travers les médias au niveau international, le soutien à tous les régimes hostiles à la révolution islamique etc.… Dans ces circonstances, il ne peut exister entre les deux pays que d’irréconciliables antagonismes.

  • 20 Dans son livre « La révolution de l’Iran en deux mouvements » (Enghelab-é Iran dar do harekat), pub (...)
  • 21 Voir à propos du changement dans la perception des menaces extérieures : Nader Entessar, “Changing (...)

28Tout cela aboutit à une haine de l’Occident et un anti-américanisme sans limite, que le pouvoir canalise, institutionnalise et dont il fait, on l’a vu, un élément moteur de l’action politique20. En politique étrangère, ce processus se traduit par l’inversion du postulat de base de la politique extérieure traditionnelle de l’Iran qui, se fondant sur l’histoire et la géographie, voyait le danger dans la contiguïté avec une superpuissance et non dans les rapports avec les Etats-Unis qui, malgré les moyens militaires, techniques et économiques dont ils disposent, ne se trouvent pas physiquement à proximité du territoire iranien, territoire dont, contrairement aux Russes, ils ont toujours respecté l’intégrité21. A écouter les dirigeants islamiques, on a l’impression qu’ils font abstraction de deux mille kilomètres de frontières communes avec l’URSS auxquelles se sont ajoutés, ces dernières années, les quelque huit cents kilomètres de frontière avec l’Afghanistan où ont été stationnées pendant des années, d’importantes divisions de l’Armée rouge.

29Si le discours islamique, systématiquement hostile aux Etats-Unis, n’a pas pour conséquence automatique l’absolution de l’URSS, il a néanmoins un effet pratique dans le sens où il montre que la voie de rapprochement avec Moscou, même si elle reste étroite, est moins semée d’embûches que celle d’un rapprochement encore hypothétique avec les Etats-Unis. La possibilité d’ouverture ainsi laissée a été exploitée par l’URSS qui, à son tour, a su se montrer compréhensive, conciliante et patiente, mais aussi parce que la République islamique, sous la pression des nécessités concrètes et des besoins immédiats, n’avait pas d’autre choix.

30Des considérations militaires et stratégiques, des besoins matériels et économiques, des nécessités politico-idéologiques, ont poussé la République islamique à esquisser, peut-être malgré elle et sans grand enthousiasme, un rapprochement avec l’URSS.

  • 22 Sur la politique officielle de l’Union soviétique à l’égard de la guerre, voir, entre autres, V. Go (...)

31La guerre a été un élément important dans les relations entre Téhéran et Moscou et cela en dépit de la neutralité officielle et déclarée de l’URSS à l’égard de ce conflit22. La nécessité d’acquérir des équipements militaires de toutes provenances et notamment de l’Union soviétique, directement ou par le biais de pays amis (Syrie, Libye, Corée du Nord), qui acceptaient de jouer le rôle d’intermédiaire, comme, par ailleurs, l’utilité évidente d’une action suivie destinée à infléchir, dans la mesure du possible, la politique soviétique de livraisons d’armements à l’ennemi irakien, ont amené les dirigeants islamiques à renforcer les liens avec Moscou. Pour ce faire, ils ont recouru à une diplomatie classique alternant la séduction et la pression ; la séduction s’exerçant, par exemple, à travers la limitation du soutien iranien à la résistance afghane, la pression se manifestant par l’arrestation des dirigeants du parti communiste pro-soviétique Toudeh ou l’expulsion de quelques diplomates soviétiques en mai 1983.

32De son côté, l’URSS désireuse de poursuivre sa politique de deux fers au feu pendant toute la durée de la guerre, politique qui dans l’ensemble lui a été bénéfique, consciente aussi du fait que le conflit ouvrait la voie d’un redéploiement diplomatique pour elle au Moyen-Orient, par le truchement d’un rapprochement avec les pays arabes favorables à l’Irak tout en lui donnant aussi la possibilité de jouer de la guerre Iran-Irak dans ses relations complexes avec la Syrie, se prêtera complaisamment aux règles du jeu diplomatique que lui propose Téhéran. Cette acceptation est d’autant plus volontaire, que l’URSS savait qu’avec les nombreux moyens dont elle disposait, comme par exemple la possibilité de fournir à sa guise de précieux renseignements militaires au gouvernement islamique, elle pouvait parfaitement maîtriser le jeu. Ainsi donc, la guerre avait ouvert la voie à la mise en place d’un système diplomatique fondé sur la conjonction d’intérêts mutuels froidement calculés de part et d’autre. Cependant, ce processus pouvait, à long terme, s’avérer plus néfaste pour le partenaire le plus faible, surtout si ce dernier ne pouvait, en cas de nécessité, se prévaloir du soutien d’une autre grande puissance capable de contrebalancer l’influence soviétique.

33Par ailleurs, l’isolement diplomatique, la prolongation de la guerre avec ses conséquences socio-économiques désastreuses, la gestion malencontreuse de l’économie et du développement national, la diminution des recettes pétrolières ont contribué à accroître la dépendance générale de l’Iran envers le monde extérieur. Cette situation, conjuguée aux options de politique étrangère, a eu pour conséquence un renforcement des liens économiques avec l’URSS. D’autres facteurs sont venus par la suite amplifier ce phénomène. Parmi ces facteurs, l’indisponibilité des ports du sud du pays, situés dans les zones de combats, est l’un des plus important car il oblige à compter davantage sur les voies d’acheminement passant par le territoire soviétique. Cela a eu pour conséquence de transformer la mer Caspienne, le chemin de fer de Jolfa et les routes venant du Caucase, en une sorte de nouvelle veine jugulaire de l’économie iranienne. De plus, la diminution des ressources financières de l’Iran a favorisé aussi le développement du commerce avec l’URSS qui accepte les échanges basés sur un système de troc de marchandises permettant d’économiser des devises étrangères. D’ailleurs, les demandes économiques de l’Iran sont examinées généralement avec bienveillance par les Soviétiques car le pays est resté globalement solvable et parce qu’un accroissement des échanges avec ce pays, surtout dans le contexte actuel, procure à Moscou de précieux moyens de pression sur le gouvernement islamique. Ce dernier de son côté n’était pas dupe et il était conscient qu’en retour, le fait d’améliorer les rapports économiques avec l’URSS pouvait avoir quelques conséquences avantageuses dans la guerre avec l’Irak, en incitant Moscou à plus de circonspection dans ses rapports avec Bagdad.

34Sur le plan politique et idéologique aussi, existe un terrain d’entente possible entre la République islamique et l’URSS. L’anti-impérialisme actif de Téhéran, essentiellement dirigé contre les Etats-Unis, l’Occident et leurs alliés dans la région n’est pas pour déplaire à l’URSS. Le discours anti-sioniste de Khomeyni rencontre aussi un écho favorable du côté soviétique. Cette concordance idéologique, malgré les divergences dans d’autres domaines, contribue à améliorer l’image que les deux partenaires ont l’un de l’autre. Outre l’estime réciproque, les affinités idéologiques ont comme toujours des retombées pratiques non négligeables. Pour l’URSS, le radicalisme islamique que prône le régime de Téhéran peut servir comme instrument de déstabilisation et de division dans certaines parties du Moyen-Orient, ce qui à terme vulnérabilise davantage l’Occident et ouvre de nouvelles perspectives pour la politique soviétique dans la région. En tout état de cause, il a servi pendant un temps à faire oublier et marginaliser son intervention en Afghanistan, ce qui en soit a été positif. De son côté, la République islamique, pour mener à bien son combat idéologique, a besoin d’appuis tactiques. L’URSS, dans une certaine mesure, mais surtout ses alliés régionaux peuvent lui fournir, en échange de certains avantages, quelques soutiens temporaires. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre, en partie du moins, les possibilités d’action que le gouvernement syrien a bien voulu mettre à la disposition de Téhéran au Liban.

35Les rapports officiels avec Moscou, la croissance des échanges commerciaux, le renforcement des liens militaires, comme l’attirance vers les pays du camp soviétique, n’excluent pas d’office l’anti-soviétisme de la rhétorique islamique. Mais cet anti-soviétisme, contrairement à l’anti-américanisme systématique et véhément, reste passif, sélectif, nuancé. Deux raisons expliquent la persistance même mesurée du discours anti-soviétique : d’une part, le pouvoir islamique ne peut entrer en contradiction flagrante avec les principes directeurs de sa politique étrangère et se voit obligé de se conformer, même superficiellement, au slogan « ni Est, ni Ouest » et, d’autre part, d’importantes controverses persisteront durant des années entre les deux pays. Parmi ces points de discorde trois semblent avoir été primordiaux : la politique soviétique envers la guerre Iran-Irak, la situation en Afghanistan et le sort des dirigeants du Toudeh.

  • 23 Olivier Da Lage et Gérard Grzybek, « Le monde communiste et le conflit irako-iranien », L’URSS et l (...)

36Ce qu’il faut souligner à propos de ces trois questions de nature différente, c’est que, dans le contentieux irano-soviétique, elles ont formé un tout, s’imbriquant les unes dans les autres. Cet état de choses apparaît très clairement dans les périodes où les rapports bilatéraux connaissent une certaine dégradation. Il en a été ainsi, par exemple, au début 1983, au moment où la politique soviétique à l’égard du conflit irano-irakien a subi quelques modifications. Jusqu’à ce moment, la neutralité soviétique et l’interruption des livraisons d’armes à l’Irak, malgré son traité d’amitié et de coopération avec ce pays, avaient été appréciées par Téhéran. Mais à partir du moment où les forces armées iraniennes commencèrent à pénétrer en territoire irakien, l’URSS décide de mettre un terme à sa politique de bienveillance envers Téhéran et reprend ses fournitures de matériel militaire à l’Irak. L’infléchissement pro-irakien de la politique soviétique fera immédiatement réagir le pouvoir islamique. La question de l’Afghanistan, que l’on s’était efforcé de mettre quelque peu en veilleuse, refait surface et les condamnations de la présence soviétique dans le pays voisin et frère deviennent de plus en plus pressantes. Au même moment, la répression frappe les militants du parti communiste Toudeh et dix-huit diplomates soviétiques sont expulsés, le centre culturel ainsi que la banque irano-soviétique sont fermés. Cependant, même dans l’expression de leur colère, les dirigeants islamiques évitent tout excès et contrôlent leurs réactions. Ils se gardent bien de rompre tous les ponts et si « le secrétaire général du Toudeh, Noureddine Kianouri, est derrière les barreaux depuis le 6 février 1983 et a été contraint à une cérémonie d’aveux télévisés, dans le plus pur style des procès staliniens, il est cependant toujours vivant, comme si les dirigeants iraniens voulaient éviter de commettre l’irréparable pour se conserver un atout, un otage face à Moscou »23.

  • 24 Le Monde, 28 octobre 1986.
  • 25 Le Monde, 23-24 novembre 1986.
  • 26 Le Monde, 16 mai 1987.
  • 27 Le Monde, 3 juin 1987.

37La prééminence des facteurs favorables sur les éléments de discorde n’a cependant jamais permis le développement harmonieux des relations bilatérales entre les deux pays ni même le maintien d’une certaine continuité dans le dialogue instauré entre Téhéran et Moscou depuis 1979. Du côté iranien, l’évolution de la situation sur le front de la guerre, les problèmes posés par l’exportation de la révolution, les luttes entre factions à l’intérieur du régime et surtout l’état des rapports avec l’Occident, ont conditionné la diplomatie islamique dans ses rapports avec l’URSS. Du côté soviétique, malgré une réelle volonté d’accommodement, les contraintes qu’imposent la qualité de superpuissance et aussi les intérêts soviétiques par rapport aux autres pays du Moyen-Orient, ont empêché l’URSS de conduire une politique sans faille à l’égard de la République islamique. Ainsi, les relations entre les deux pays ont connu une évolution en dents de scie. Aux périodes de froid ont succédé les jours marqués par un irrésistible besoin de rapprochement ; appréciations favorables et remarques critiques ont été tour à tour échangées, mais les deux partenaires ont toujours pris le plus grand soin à maintenir un minimum de dialogue. Les développements récents illustrent très bien la nature ambiguë des rapports entre les deux pays. Ainsi, en octobre 1986, à la suite de la visite d’une délégation d’experts soviétiques à Téhéran, Ali Khamenei fait une déclaration surprenante : « L’Iran n’a jamais donné le qualificatif de satan à l’URSS car il le réserve seulement au grand satan, l’Amérique. Nous n’avons aucune raison d’avoir de mauvaises relations avec un voisin avec lequel nous n’avons eu jusqu’à présent aucun conflit »24. Un mois plus tard, autre son de cloche, l’ayatollah Montazeri estime pour sa part que « les Etats-Unis et l’Union soviétique ne se soucient que de leurs propres intérêts colonialistes et ils n’ont jamais rien fait au profit de l’Iran »25. En février 1987, les relations s’améliorent et Ali-Akbar Velayati se rend à Moscou. C’est la première visite officielle d’un ministre des affaires étrangères de la République islamique en URSS. A cette occasion, il invite son homologue soviétique à se rendre à Téhéran. Trois mois plus tard, renversement de la situation. Téhéran est mécontent du soutien soviétique à l’Irak et le président du parlement s’interroge sur les mobiles de la politique soviétique26. Plus grave aux yeux de Téhéran, est la décision soviétique d’affréter trois navires pour permettre au Koweit, dont les pétroliers sont la cible des attaques iraniennes, de transporter son pétrole. L’Iran réagit violemment et attaque un bâtiment soviétique. Les Soviétiques minimisent cette affaire, mais après l’attaque d’un deuxième navire, un responsable soviétique fait une sévère mise en garde et affirme que son pays « ripostera avec violence au cas où l’Iran commettrait une nouvelle agression contre un navire soviétique » et il ajoute « qu’il faut que l’Iran s’en rende bien compte et comprenne comme il faut ce que nous disons »27. Le message est bien reçu à Téhéran ; les attaques contre les navires soviétiques cessent du jour au lendemain.

  • 28 Le Monde, 15 août 1987.

38Quelques semaines plus tard, après l’arrivée dans les eaux du golfe Persique des bâtiments américains, nouveau revirement dans les relations entre Téhéran et Moscou. Les deux pays joignent leurs voix pour demander le retrait, dans le plus bref délai, de tous les navires de guerre des Etats étrangers à la région. Début août 1987, Youli Vorontsov, vice-ministre des affaires étrangères de l’URSS se rend à Téhéran et négocie la possibilité de la transformation d’un gazoduc en oléoduc ce qui permettrait à l’Iran d’acheminer son brut par l’URSS et d’éviter ainsi le passage obligé à travers le détroit d’Ormuz. Le rapprochement entre les deux pays est tel que les observateurs vont jusqu’à évoquer la possibilité de conclusion d’un traité d’amitié et de coopération entre l’URSS et l’Iran28. Si ces rumeurs paraissent totalement infondées, par contre, sur un autre plan, Moscou continue toujours à ménager Téhéran. Ainsi, bien qu’ayant soutenu la résolution 598 du Conseil de sécurité, qui exige un cessez-le-feu immédiat et prévoit des sanctions en cas de refus, l’URSS refuse toute action pouvant hâter le passage au deuxième stade du processus, plus contraignant pour Téhéran.

39En définitive, la diplomatie islamique à l’égard de l’Union soviétique se caractérise par l’alternance du chaud et du froid, le passage de la collaboration au rejet. Cette diplomatie de douche écossaise reflète bien la position délicate de la République islamique, consciente à la fois de la nécessité du maintien de certains liens avec la superpuissance voisine et aussi apte à discerner les limites des perspectives de coopération qui s’offrent aux deux pays. Cependant, le retrait des forces soviétiques d’Afghanistan, s’il s’avère total et définitif, et surtout le cessez-le-feu entre l’Iran et l’Irak vont sans doute permettre une amélioration sensible des relations irano-soviétiques.

3. La France

40Parmi les pays d’Europe occidentale, la France est celui avec lequel la République islamique a eu les rapports les plus difficiles et cela bien avant la crise de l’été 1987 qui aboutira à la rupture des relations diplomatiques durant onze mois. Du point de vue de Téhéran, du moins jusqu’à la libération des trois derniers otages français détenus au Liban par le hezbollah en mai 1988, la France se plaçait juste après les Etats-Unis dans la hiérarchie des puissances sataniques. Ce redoutable privilège, Paris le devait essentiellement à sa politique de soutien à l’Irak à qui il avait livré armes et matériel militaire. Mais, bien qu’au cœur du contentieux franco-iranien, la guerre Iran-Irak n’est pas à l’origine de la détérioration des relations entre les deux pays, qui avait commencé avant le déclenchement des hostilités. Durant les années 1979-1988, en rapport avec certains événements et les changements survenus en Iran comme en France, ces relations sont passées par diverses étapes poursuivant un processus de dégradation continuel même si pendant quelques mois, en 1986, leur normalisation sembla possible.

  • 29 Pendant les quatre mois que dura son séjour à Neauphle-le-Château, Khomeyni accorda cent trente-deu (...)
  • 30 Voir l’article de Michel Foucaut, « A quoi rêvent les Iraniens », Le Nouvel Observateur, 16 octobre (...)

41Pourtant tout présageait au début 1979, un avenir heureux pour les rapports futurs entre les deux pays. Expulsé d’Irak, l’ayatollah Khomeyni était arrivé en France en octobre 1978 où le gouvernement français l’avait autorisé à séjourner avec son entourage dans la région parisienne à Neauphle-le-Château. Durant son séjour en France, Khomeyni organisa, sans entrave réelle de la part des autorités, le renversement de la monarchie iranienne, tout en se forgeant une image de marque auprès de l’opinion publique française et internationale29. Les médias, comme d’ailleurs de nombreux intellectuels occidentaux furent séduits par ce patriarche qui parlait d’indépendance, de liberté et de démocratie, n’exigeant que la fin de la tyrannie et de la corruption. Comment résister à l’attrait de ce vieillard qui, au soir de sa vie, était porté à la méditation plus qu’à l’action politique et tenait un discours modéré et rassurant ? Comment ne pas soutenir un saint qui se battait contre un roi despotique30 ?

  • 31 Le Monde, 11 et 12 mars 1979.

42Lorsque, le premier février 1979, l’ayatollah retourna triomphalement à Téhéran, tout le monde en France et en Iran était convaincu que les relations entre Téhéran et Paris allaient se développer de manière sans précédent. Karim Sandjabi, le ministre des affaires étrangères du nouveau régime, ne déclarait-il pas à l’envoyé spécial du journal Le Monde que « nous n’oublierons jamais ce que la France a fait pour l’ayatollah Khomeyni. Nous tenons à ce que nos rapports se développent de plus en plus et nous pensons que politiquement, économiquement et culturellement, la France aura en Iran une importance beaucoup plus grande que dans le passé »31. Pourtant, le préjugé favorable qui existait de part et d’autre ne durera que quelques semaines.

43D’abord, le changement de ton des discours de Khomeyni étonna le public français. Il n’était désormais plus question de démocratie, considérée maintenant comme un concept étranger à l’islam, mais d’un régime théocratique dominé par le clergé. Ensuite, vinrent les procès politiques, les exécutions sommaires, la mise en place des tribunaux islamiques, les atteintes systématiques aux droits de l’homme, les pressions faites sur les femmes obligées de porter des « vêtements islamiques », la répression exercée contre certaines minorités religieuses etc. La mise à mort, le 9 avril 1979, de l’ancien premier ministre, Amir-Abbas Hoveyda, très proche de certains milieux politiques français, porta une nouvelle atteinte à ce qui restait encore de positif de l’image de la révolution islamique dans l’opinion publique française. Le mot « ayatollah » prit un sens péjoratif dans le jargon politique français. Ayant exprimé « son émotion et sa grave préoccupation », à la suite de l’exécution de Hoveyda, le gouvernement français fut pris à partie par diverses personnalités islamiques à Téhéran qui le critiquèrent très vivement. Le charme était rompu, le climat avait changé, les deux pays commencèrent à s’éloigner l’un de l’autre.

44L’année 1979, verra d’autres événements qui à leur tour assombriront davantage l’horizon des rapports bilatéraux. Parmi ces événements, deux affaires eurent des retentissements importants. En premier lieu, il y eut, le 31 juillet, l’apparition publique à Paris de Chapour Bakhtiar, dernier chef de gouvernement de la monarchie, « disparu » depuis la prise du pouvoir par Khomeyni, à l’occasion d’une rencontre avec la presse où il déclarait sa détermination à continuer la lutte. En deuxième lieu, ce fut la prise en otage, le 4 novembre, du personnel diplomatique américain, que la France ne pouvait que condamner. L’arrivée à Paris de Bakhtiar ouvre la voie à la venue progressive et à l’installation en France de nombreuses personnalités de l’opposition. Cette vague sera suivie, quelques temps après, par l’arrivée des collaborateurs démis ou déçus de Khomeyni passés à leur tour dans l’opposition. Quant à l’affaire des otages, la France, pour des raisons de principe et par esprit de solidarité à l’égard des Etats-Unis, décida d’appliquer avec fermeté les mesures d’embargo pris à cette occasion par les pays européens. Le processus de la détérioration des relations entre Paris et Téhéran s’accéléra.

  • 32 Le Monde, 22 juillet 1980.

45La situation s’aggrava plus encore l’année suivante. Le 18 juillet 1980, un commando tente d’assassiner Chapour Bakhtiar à son domicile parisien. Les membres du commando, après avoir tué deux innocents, sont arrêtés en flagrant délit par la police. Aussitôt la nouvelle connue, à Téhéran des porte-parole des pasdaran et du Parti de la République islamique menacent de s’attaquer aux intérêts français dans tout le Moyen-Orient si Paris « ne libère pas leurs frères du commando arrêtés et n’expulse pas Bakhtiar »32. A partir de ce moment, la presse de Téhéran va considérer la France comme un nouvel ennemi de la révolution.

  • 33 Discours du ministre des affaires étrangères Jean-François Poncet, 5 décembre 1980 au sénat.
  • 34 Pour une analyse de l’évolution des relations entre Paris et Bagdad voir Shahram Chubin, « La Franc (...)

46Lorsque la guerre Iran-Irak éclate, la France évite de prendre parti et formule le souhait d’un règlement rapide du conflit33. Cependant, l’état de ses relations avec les deux pays belligérants est sensiblement différent. Avec l’Irak, depuis 1976, existait une coopération économique importante à laquelle est venue s’ajouter une commande d’avions Mirage Fl. Le rapprochement franco-irakien a été favorisé par l’apparition de divergences dans les relations soviéto-irakiennes à partir de 197834. En janvier 1980, neuf mois avant la guerre, l’Irak avait passé commande de nouveaux avions de combat, de chars et des hélicoptères à la France. Il en allait tout autrement des relations franco-iraniennes qui avaient connu, comme on l’a indiqué, une nette dégradation depuis l’accession de Khomeyni au pouvoir.

  • 35 Pierre Metge, « La France dans le conflit irano-irakien, commerce d’armes ou guerre par procuration (...)

47Durant les premiers mois de la guerre, les Irakiens dépêchèrent plusieurs délégations à Paris pour s’assurer de la livraison des armements déjà commandés. La France, malgré les pressions iraniennes, décida d’honorer ses engagements et de livrer à l’Irak le matériel militaire dont ce pays avait besoin. Tout en entretenant, dans ses déclarations officielles, un semblant d’équilibre entre les deux adversaires, le gouvernement français choisit sa politique : soutien, le plus discrètement possible, à l’Irak. Dès fin janvier 1981, Bagdad pouvait prendre livraison des premiers Mirage et commander d’autres armements35.

48L’arrivée des socialistes au pouvoir, en mai 1981, n’eut aucune conséquence positive sur les relations franco-iraniennes, la gauche choisissant d’assurer la continuité de la politique française au Moyen-Orient. De plus, le gouvernement socialiste, conscient du fait que les sensibilités pro-israéliennes du président comme la présence des communistes au gouvernement pouvaient inquiéter les pays arabes et surtout les monarchies pétrolières, s’empressa d’intensifier le soutien français à l’Irak.

49Dans les relations entre le gouvernement socialiste et Téhéran, on peut distinguer deux grandes périodes. La première coïncide avec le passage de Claude Cheysson au Quai d’Orsay (fin 1981-juillet 1984). Elle est marquée par une dégradation continue des rapports entre les deux pays, cette détérioration s’accentuant sensiblement à partir de juillet 1982, dès lors que l’Iran tente de faire des percées en territoire irakien. Avec Roland Dumas, qui succède à Claude Cheysson, commence la deuxième période caractérisée par une tentative de rééquilibrage de la politique française en faveur de l’Iran, tentative qui n’aboutira à aucune réalisation concrète jusqu’à la fin du gouvernement Fabius, en mars 1986.

  • 36 Le Monde, 17 septembre 1983.
  • 37 Le Figaro, 24 et 25 septembre 1983.

50Durant la première période, la France continua d’honorer ses contrats avec l’Irak en lui remplaçant le matériel perdu dans les combats, en fournissant des nouveaux armements, principalement des pièces d’artillerie, des missiles Roland et Exocet et en acceptant le rééchelonnement du remboursement de ses dettes. Mais c’est la décision de livrer à l’Irak cinq avions Super-Etendard qui, en 1983, allait amener la tension entre l’Iran et la France à son paroxysme. En apprenant la livraison imminente des cinq avions équipés de missiles air-surface Exocet, les autorités islamiques crièrent leur indignation et proférèrent des menaces : « Les Français seront punis pour ce genre d’hostilité. La France recevra une réponse à la suite de cette agression. La révolution islamique est capable d’infliger de rudes coups à la France et à tous ceux qui appuient Saddam, comme elle a coupé les mains des Etats-Unis en Iran »36, déclara le premier ministre, tandis que le représentant de la République islamique auprès des Nations Unies renchérit : « Si les Super Etendard étaient engagés dans la guerre, Téhéran en déduirait que la France participe directement au conflit »37. A partir de ce moment, les médias de l’Iran vont traiter le gouvernement français de « gouvernement socialo-sioniste allié au régime agresseur et sioniste-ba’thiste d’Irak ».

  • 38 Entretien télévisé de François Mitterrand, Antenne 2, 16 novembre 1983, cité par Paul Tavernier, «  (...)
  • 39 Le Monde, 9 février 1983.
  • 40 Le Monde, 27 août 1983.
  • 41 Déclaration de Claude Cheysson, Le Monde, 16 juillet 1982.
  • 42 Le Monde, 9 février 1983.

51La politique de soutien à l’Irak, qui ne fait pas l’unanimité à l’intérieur et qui inquiète même certains pays occidentaux, s’avère peu à peu dangereuse vu les moyens dont dispose la République islamique, en France et au Moyen-Orient, pour faire pression sur Paris. Dans ces conditions, le choix de cette politique soulève de nombreuses questions en France et ailleurs. Généralement, pour expliquer les raisons de cette politique plusieurs arguments sont avancés. Un des premiers arguments se fonde sur l’idée de la continuité de la politique étrangère : « je suis l’héritier des grands choix de la France » déclare le président Mitterrand38. Mais cette continuité s’inscrit aussi dans la perspective gaullienne de la politique extérieure (indépendance nationale, relations privilégiées avec les pays arabes…) qui ne déplaît pas au gouvernement socialiste. Le ministre des relations extérieures juge par ailleurs la politique à l’égard de l’Irak, inaugurée par Jacques Chirac, toujours « raisonnable »39. Maintenir des liens étroits avec Bagdad s’expliquera aussi par des impératifs mercantiles d’importance non négligeable. L’Irak, en tant que premier partenaire de la France au Moyen-Orient pour les exportations civiles et militaires, méritait quelques égards surtout si l’on tient compte du fait qu’en 1983, la dette de Bagdad envers la France était déjà estimée à trente-cinq milliards de francs40. Outre la continuité et le commerce, un autre souci préoccupe la France et cela surtout depuis 1982 où une défaite irakienne devient de l’ordre des possibilités : le maintien de l’équilibre régional au Moyen-Orient. Lorsque l’Irak est acculé à la défensive, la France renouvelle « son soutien à l’Irak comme nation arabe qui a droit à son identité » et considère « que toute menace contre l’unité nationale de ce pays constitue incontestablement une menace sur la stabilité de la région, dont les effets pourraient se faire sentir plus loin dans les pays devenus soudain très riches et dont les structures sont moins anciennes »41. Claude Cheysson est d’avis que la France doit aider l’Irak pour « que les Iraniens ne partent pas dans un de ces grands mouvements vers l’ouest comme il y en a eu déjà dans l’histoire »42, en négligeant quelque peu le fait que depuis quatorze siècles, c’est l’inverse qui s’est produit, la menace venant de l’ouest vers l’Iran soit par les Arabes soit par les Ottomans.

52A la continuité, les intérêts économiques et l’équilibre régional s’ajoutent aussi les contraintes de la politique arabe de la France. Jouer la carte irakienne, signifie aussi pour la France rassurer le monde arabe, dont la grande majorité des gouvernements, par crainte de la contagion khomeyniste, a choisi le camp irakien. La politique arabe de la France dont les origines remontent aux années soixante, a fait naître une communauté d’intérêts politiques, économiques et militaires dont l’importance est telle qu’elle permet certaines entorses aux relations théoriquement amicales qui devraient lier Paris et Téhéran.

  • 43 Déclaration de Claude Cheysson, Le Monde, 12 février 1983.

53On peut probablement aussi déceler des considérations d’ordre idéologique qui ont entravé l’évolution normale des relations entre les deux pays. Les dirigeants français ont du mal à admettre une république théocratique, cléricale et qui gouverne au nom de Dieu. Le peu de cas fait officiellement par Téhéran des principes de base régissant les droits de l’homme n’est évidemment pas apprécié à Paris. Cependant, le facteur idéologique pèse relativement peu quand il s’agit de préserver l’intérêt de la France dans une zone stratégique aussi importante. Certes, le rejet idéologique est renforcé par la mauvaise image des dirigeants islamiques, dans une partie importante de l’opinion publique française, mais ce qui inquiète la France, ce n’est pas la situation en Iran même mais les effets de la révolution khomeyniste à l’extérieur de l’Iran. « C’est le caractère de symbole que représente de plus en plus la révolution khomeyniste, ce symbole se manifestant dans le monde arabe et même au-delà »43 qui provoque interrogation et inquiétude à Paris quant à l’avenir des régimes arabes proches de la France.

  • 44 Pierre Metge, op. cit., p. 14.
  • 45 Georges Gorse, « Une guerre faite pour durer », Le Monde, 6 mai 1982, Bernard Bellocq, « Contre le (...)

54Enfin, la position de la France dans le conflit irano-irakien s’explique aussi en partie par l’existence d’un « lobby » pro-irakien en France, sorte de complexe militaro-industriel favorable à l’approfondissement des relations avec Bagdad. Malgré l’intervention de certaines personnalités suggérant de ne pas négliger un pays comme l’Iran, il semble que toujours « les partisans d’un engagement au côté de l’Irak finissent toutefois par l’emporter »44, laissant dans l’ombre les voix qui, dès 1982, se sont élevées pour un rééquilibrage de la politique française45.

55Après les livraisons des Super-Etendard à l’Irak, une série d’actions de représailles politiques et économiques sont ouvertement déclenchées par l’Iran contre la France. Parallèlement, des organisations intégristes pro-iraniennes s’attaquent aux intérêts français. En octobre 1983, le Jihad islamique revendique un attentat contre un poste de commandement de soldats français de la Force multinationale de sécurité à Beyrouth qui fait 58 morts. En 1985, cette même organisation revendique l’enlèvement des premiers otages français. Désormais la question des otages devient un élément fondamental du contentieux franco-iranien.

  • 46 François Beaujeu, « Impasses et faux calculs de la diplomatie française », Le Monde diplomatique, m (...)
  • 47 Ibid.
  • 48 Le Monde, 4 août 1981.

56La nomination de Roland Dumas au ministère des relations extérieures, fin décembre 1984, marque une certaine évolution dans les rapports entre Paris et Téhéran. Roland Dumas va tenter d’infléchir la diplomatie française dans une direction un peu plus favorable à Téhéran. Dans cette perspective, il réactive les négociations sur le contentieux financier (prêt d’un milliard de dollars consenti en 1974 par l’Iran au Commissariat à l’énergie atomique), insiste pour que les opposants iraniens résidant en France observent les réserves d’usage, et nomme un haut fonctionnaire pour assurer les contacts avec les autorités islamiques. Mais cette tentative de réajustement politique n’est pas appréciée de la même manière par l’ensemble des responsables français. Ainsi, « le ministère des finances demeure aussi intransigeant qu’auparavant sur le chapitre d’Eurodif. Le ministère de l’intérieur, du moins au niveau des services qui coopèrent avec ceux de Bagdad, ferme le plus souvent les yeux sur les agissements des opposants iraniens. Le ministère de la défense négocie, dans le plus grand secret, la vente à l’Irak d’une nouvelle fournée de 24 Mirage F1 »46. Parallèlement cependant, les négociations se poursuivent avec Téhéran et, en octobre 1985, cent mille obus sont livrés à l’Iran par la Société Luchaire, sans que l’on sache si cette société avait obtenu l’aval réglementaire des autorités françaises47. C’est la deuxième livraison connue de matériel militaire français à l’Iran depuis le déclenchement des hostilités avec l’Irak, puisqu’en août 1981, la France avait livré à la marine iranienne trois vedettes qui avaient été achetées par Téhéran en 197448. Au début 1986, il semble que les négociations progressent et qu’on s’achemine vers une solution acceptable pour les deux partenaires, mais à la veille des élections législatives françaises du 16 mars, le climat entre Paris et Téhéran se dégrade. Quelques jours avant les élections, le Jihad islamique annonce « l’exécution » d’un otage, Michel Seurat. Le 8 mars une équipe de journalistes d’Antenne 2 est enlevée. Téhéran refuse un visa au directeur du département Afrique du nord et Moyen-Orient du Quai d’Orsay. Eric Rouleau, alors ambassadeur à Tunis, est envoyé à la hâte à Téhéran, mais aucun résultat tangible ne sort de ses discussions avec les autorités islamiques. Tout se passe comme si les dirigeants de Téhéran préféraient attendre l’accession au pouvoir de Jacques Chirac pour reprendre les négociations avec Paris.

  • 49 Cité dans Le Monde, 4 juillet 1987.

57Au lendemain des élections, le 19 mars, Radio-Téhéran salue « la défaite des socialistes » et l’attribue à « la pression des musulmans contre leur politique de soutien à Israël et l’Irak »49. Le message est clair, la République islamique préfère comme interlocuteur Jacques Chirac et cela en dépit des liens qui le lient à Saddam Hussein et aussi malgré le fait qu’il soit à l’origine du rapprochement franco-irakien lors de son premier passage à Matignon. Le signal est bien compris à Paris où le nouveau gouvernement fait rapidement savoir qu’il est favorable à l’établissement d’un dialogue avec l’Iran. Dès le mois d’avril, le gouvernement de Jacques Chirac engage une action en vue de normaliser les relations avec Téhéran. Cette politique connaîtra des hauts et des bas et après quatorze mois de laborieux pourparlers aboutira, en juin 1987, à une crise.

58Les pourparlers s’engagent dès le 9 avril, après l’arrivée d’une délégation française à Téhéran conduite par le secrétaire général du Quai d’Orsay. Le gouvernement islamique pose trois conditions à une normalisation entre les deux pays : le remboursement du prêt d’un milliard de dollars avec les intérêts, l’arrêt du soutien de la France à l’Irak et la nécessité de mettre un terme à l’activité des opposants iraniens installés en France.

  • 50 Le Monde, 8 juillet 1987.

59En mai, Ali-Reza Moayeri, adjoint au premier ministre de la République islamique, est reçu en visite officielle à Paris. A cette occasion, ce dernier rencontre François Mitterrand et Jacques Chirac et qualifie ses conversations avec les autorités françaises de « positives » tout en laissant entrevoir que Téhéran userait de son influence auprès des ravisseurs des otages français au Liban pour une éventuelle libération. Plus tard, Jacques Chirac expliquera les principes sur lesquels il avait attiré l’attention de son interlocuteur. « Je lui avais très clairement indiqué les règles du jeu. Je lui avais dit que nous étions prêts à régler les problèmes irritants de l’opposition iranienne en France, que nous étions prêts à engager une discussion pour régler les contentieux financiers entre les deux pays, parce que le problème se posait effectivement, mais qu’il fallait bien comprendre que nous n’étions en aucun cas disposés non seulement à discuter, mais même à évoquer l’action de la France dans la région. Et que si les Iraniens entendaient lier une telle discussion avec les autres sujets, il valait mieux ne pas commencer »50. En clair, les relations franco-irakiennes ne sont en aucune manière négociables.

  • 51 Sorouche, 22 mai-21 juin 1986, p. 10.
  • 52 Ibid.

60Ayant accepté, semble-t-il, à Paris, la condition émise par Jacques Chirac à la poursuite du dialogue entre les deux pays, de retour à Téhéran, Ali-Reza Moayeri indiquait simplement avoir exposé les points de vue iraniens tout en demandant la neutralité de la France dans la guerre ainsi que l’arrêt d’envoi d’armes à l’Irak, omettant de signaler le refus catégorique de Paris d’entamer une discussion au sujet de sa politique moyen-orientale51. A Téhéran, tout en affichant une volonté de progresser sur le plan économique et à propos des opposants, une certaine confusion était entretenue sur les relations franco-irakiennnes, ce qui laissait toutes les possibilités ouvertes tout en permettant l’évolution des négociations. Cette attitude n’empêchait pas le chef du gouvernement islamique, Mir-Hossein Moussavi, à appeler la France à « se montrer réaliste, dans l’intérêt de ses relations avec le Moyen-Orient, avec la révolution islamique au niveau mondial et avec l’Iran au niveau régional »52.

  • 53 Le Monde, 4 juillet 1987.

61En juin 1986, les choses vont s’accélérer, Massoud Radjavi, chef des Moudjahedins islamo-marxiste, est expulsé de France et part s’installer auprès de ses amis irakiens à Bagdad. Le 20, deux otages français détenus au Liban sont libérés. Le 26 juin, une délégation iranienne se rend à Paris pour discuter du contentieux financier. Parallèlement à ces évolutions, les médias de la République islamique ne cessent d’inviter la France à adopter une attitude de neutralité dans le conflit irano-irakien soit en arrêtant les livraisons d’armements à l’Irak, soit en livrant aussi à Téhéran. En septembre, une série d’attentats, attribués à des mouvements islamistes, sont commis à Paris, faisant onze morts et plus de cent cinquante blessés. Le 19 novembre, un accord intervient entre les deux pays, la France verse à l’Iran 330 millions de dollars au titre d’un premier remboursement du prêt Eurodif. Quelques jours auparavant, le 11 novembre, deux otages sont libérés à Beyrouth auxquels viendra s’ajouter la libération d’un troisième otage, le 24 décembre. Le gouvernement français, qui attendait la libération de tous les otages, est déçu. Le ministre des affaires étrangères déclare à l’Assemblée nationale : « Lorsqu’il y a eu la libération de M. Cornéa [24 décembre] nous attendions mieux. J’ai écrit à mon collègue iranien, M. Ali Akbar Velayati pour lui dire que nous attendions mieux et que la politique de confiance que nous menons avec l’Iran sur un plan général devait permettre d’aboutir plus vite sur cette affaire des Français détenus au Liban »53.

62L’année 1987 sera témoin de l’effritement progressif de cette « politique de confiance ». Les négociations financières marquent le pas, aucun progrès n’est fait dans les affaires des otages et l’Iran continue inlassablement de demander une réorientation de la politique française dans la région. En mars, un nouvel élément intervient qui va peser lourd dans les relations entre les deux pays. Il s’agit du démantèlement par la police française, d’un réseau terroriste d’inspiration khomeyniste, accusé d’être à l’origine des attentats de septembre 1986. Enfin, à la suite d’une série d’interpellations dans les milieux intégristes à Paris, le juge Gilles Boulouque demande à entendre Vahid Gordji, militant islamiste officiellement interprète à l’ambassade de la République islamique et qui, tout en ne jouissant pas du statut diplomatique, est en quelque sorte le numéro deux de la mission diplomatique. Gordji reste à l’intérieur des locaux de l’ambassade et refuse d’obtempérer à la convocation du juge. La police met un dispositif en place à la porte de l’ambassade dans l’espoir de faire sortir Gordji. A Téhéran, l’ambassade de France est à son tour bloquée. La « guerre des ambassades » commence, elle aboutira à la rupture, par Paris, des relations diplomatiques entre la France et l’Iran, le 17 juillet 1987.

63Malgré le dénouement de l’affaire Gordji, fin novembre, après l’échange de celui-ci contre le vice-consul de France à Téhéran et la libération de deux otages français, le 27 novembre, les rapports entre les deux pays restent tendus. Dès le début de l’année 1988, des tractations discrètes ont lieu entre Paris et Téhéran, des contacts sont pris avec Damas et les organisations shi’ites libanais. Après maintes péripéties à trois jours du second tour de l’élection présidentielle, le 4 mai, les trois derniers otages français sont libérés. Jacques Chirac remercie nommément l’Iran et annonce que le rétablissement des relations normales entre la France et l’Iran peut être désormais envisagé. S’il est difficile, à l’heure actuelle, de savoir précisément les concessions qui ont été faites du côté français pour la libération des otages, il est plus aisé de relever les facteurs qui ont agi sur cette évolution. L’approche des élections françaises a sans doute joué un rôle fondamental dans la décision des Iraniens, de leurs alliés du hezbollah libanais, qui se sont rendus compte que c’était le moment où ils pouvaient obtenir le meilleur prix. De plus, l’Iran étant dans une mauvaise posture, à la suite des déboires dans la guerre, des revers subis par le hezbollah au Liban dans la lutte qui l’oppose à la milice Amal et d’une détérioration de la situation économique, a accepté un règlement qui pourrait atténuer son isolement et lui permettre d’au moins récupérer ses avoirs bloqués en France.

64Malgré la réélection de François Mitterrand, que les autorités de la République islamique, du moins par le passé, n’appréciaient guère, les relations diplomatiques entre les deux pays sont rétablies le 16 juin 1988. Cependant, tant que la guerre Iran-Irak n’était pas terminée, il paraissait aléatoire d’espérer un approfondissement de ces liens. Ce que demandait la République islamique, c’est-à-dire l’abandon de l’Irak ou tout au moins le rééquilibrage de la politique française à l’égard de la guerre, n’était pas dans les possibilités de Paris. La France n’était pas l’Union soviétique qui pouvait se permettre de jouer à la fois la carte irakienne et iranienne, et elle n’était pas non plus le Japon, ni la République fédérale qui poursuivent au Moyen-Orient des objectifs essentiellement économiques. Au Moyen-Orient, la France est un « pays politique » et c’est en tant que puissance politique qu’elle a pu se tailler une position économique dans cette partie du monde. Mais le processus de paix engagé entre l’Iran et l’Irak fait disparaître un obstacle essentiel au développement des relations franco-iraniennes.

4. La Chine

  • 54 Pekin information, 25 juin 1973.

65En août 1971, l’Iran a reconnu le gouvernement de la République populaire, comme l’unique représentant légitime de toute la Chine, y compris Taïwan. A partir de ce moment commence une nouvelle phase dans les relations entre ces deux vieux pays asiatiques qui, pendant un certain temps, s’étaient perdus de vue. Les rapports ainsi engagés, vont se développer très rapidement surtout en fonction des donnés géopolitiques et atteindront leur apogée dès 1973. Cette année-là, le ministre des affaires étrangères chinois, en visite officielle à Téhéran, apporte l’aval de Pékin aux deux objectifs fondamentaux de la politique étrangère iranienne de l’époque, à savoir le renforcement de la sécurité dans la région du golfe Persique et le programme d’augmentation du potentiel militaire54.

  • 55 Keesing’s Contemporary Archives, 5 janvier 1979, p. 29391.
  • 56 A propos de cette visite, le Shah écrit dans ses mémoires : « Enfin je dois rendre hommage à la loy (...)

66Lorsque commença la crise de 1978 qui devait aboutir à l’effondrement de la monarchie, les autorités chinoises, semble-t-il, ne parvinrent pas à évaluer correctement l’importance des troubles et les conséquences qu’ils pouvaient avoir. Quand bien même elles auraient eu conscience des dimensions de l’événement, elles tentèrent d’en minimiser l’importance, essayant même, dans la mesure du possible, de soutenir moralement le Shah dans cette période difficile qu’il traversait. Ces faits semblent expliquer, en tout cas en partie, les raisons de la visite que Hua Guofeng rendit au souverain iranien du 29 août au 1er septembre 1978, sinon comment expliquer cette visite sans objet bien précis, sans urgence et qui se fit dans de mauvaises conditions55. En tout état de cause, ce fut la dernière visite qu’un chef de gouvernement rendit au Shah à Téhéran56.

67Quelques mois plus tard, quand la révolution islamique triompha et que Khomeyni prit le pouvoir, les Chinois, tout en reconnaissant les causes internes du bouleversement, l’attribuèrent aussi à la rivalité américano-soviétique et, plus particulièrement mirent l’accent sur le rôle que les soviétiques jouèrent dans le développement du processus révolutionnaire. A cet égard, il est intéressant de citer un texte paru en avril 1979 à Pékin dans la revue Beijing Information :

  • 57 Beijing Information, 16 avril 1979.

A cause de sa position stratégique importante et de ses riches ressources pétrolières, l’Iran fait l’objet de la rivalité entre Moscou et Washington pour dominer le globe. C’est pourquoi, dès le début des troubles, chacun d’eux priait l’autre de ne pas intervenir dans les affaires intérieures de l’Iran. En fait ils s’y sont immiscés de diverses manières. Mais il est clair que les Etats-Unis se trouvaient sur la défensive tandis que l’Union soviétique avait l’offensive.
Séparée de l’Iran par une frontière terrestre longue de 1 800 km, l’Union soviétique rêve de contrôler son voisin et de s’étendre sur le golfe Persique. Le bouleversement actuel lui offrait la chance de pouvoir intervenir. Au moment le plus critique en Iran, elle a énergiquement soutenu les forces à sa solde, incitée les ouvriers à la grève, provoquée des conflits armés et aggravé la situation générale. Elle a fait retourner secrètement en Iran des réfugiés résidant en Union soviétique ou en Europe orientale, afin de s’infiltrer dans les divers groupements et organisations en lutte contre le Shah. Après la formation du gouvernement provisoire, la presse soviétique a aussitôt exalté l’action positive des forces que Moscou soutenait. Elle a demandé la liberté totale de toutes « organisations » poussant ces forces à utiliser leur statut légal pour prendre le pouvoir au moment propice57.

68Cette analyse, comme d’ailleurs la visite de Hua Guofeng au Shah, ne pouvait que déplaire aux mollahs qui n’expliquaient leurs succès que par la justesse de leur cause et leur foi inébranlable dans l’islam ; elle rendait la Chine d’emblée suspecte aux yeux du jeune régime islamique. Dans ces conditions, les relations entre la nouvelle République islamique et Pékin étaient fortement compromises dès le départ.

  • 58 Le Monde, 31 juillet 1979.
  • 59 The Statesman (New Delhi), 31 juillet et 2 août 1979.

69Il fallut attendre plusieurs mois pour que les craintes s’apaisent et pour que, des deux côtés, on se rende mieux compte de la nécessité de renouer des liens. Le 29 juillet 1979, la radio iranienne annonçait une nouvelle surprenante et inhabituelle dans les usages diplomatiques. D’après cette radio, Hua Guofeng avait exprimé ses regrets pour la visite qu’il avait faite au Shah et déclarait que la Chine soutenait la révolution islamique. C’est dans un message confié au ministre pakistanais des affaires étrangères, Agha Shahi, que le dirigeant chinois aurait fait amende honorable. La radio ajoutait que l’ayatollah Khomeyni avait accepté les excuses du dirigeant chinois en déclarant que « nous musulmans, considérons que le pardon est une très grande chose »58. Cette version des faits fut par la suite démentie par Agha Shahi, qui déclara avoir simplement retransmis un message du président Hua Guofeng à l’ayatollah Khomeyni où il était question du désir de la Chine d’avoir des relations amicales avec l’Iran59. En fait, cette présentation des choses se place dans le style particulier qu’affectionne la révolution islamique pour qui le comportement antérieur de la Chine était entaché d’une sorte de culpabilité originelle qui ne disparaît que grâce au pardon qu’accorde l’islam à ceux qui se repentent.

70En tout état de cause, le handicap dont souffraient les relations sino-iraniennes était ainsi levé et les rapports pouvaient désormais se normaliser. Pourtant, quelques mois plus tard, un nouvel événement allait rencontrer la réticence du gouvernement de Pékin : la prise en otages de diplomates américains à Téhéran. Ce nouveau développement suscita l’appréhension du gouvernement chinois, qui craignait que le durcissement de la politique iranienne envers les Etats-Unis ne mène inévitablement à un rapprochement du régime islamique avec l’URSS. Par ailleurs, la Chine, en tant que puissance respectueuse des usages internationaux, ne pouvait en aucune façon approuver un acte qui était en contradiction flagrante avec toutes les normes du droit international. Mais comment ménager l’Iran, avec qui elle venait à peine de normaliser ses relations, et ne pas admettre la mise en cause d’un principe fondamental du droit international ? La position de la Chine était donc délicate et il lui fallait manœuvrer avec beaucoup de doigté.

  • 60 Voir A.H.H. Abidi, China, Iran, and the Persian Gulf, New Delhi, Reliant Publishers, 1982.

71Au moment du déclenchement de la crise, la presse chinoise se contenta de refléter les positions respectives des deux pays sans formuler de commentaire. Le 26 novembre, un porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères fit une déclaration condamnant à la fois les ingérences étrangères dans les affaires internes d’un pays (une des accusations portées par la République islamique contre les Etats-Unis à propos de leurs relations avec le régime du Shah) et réaffirmant que l’immunité diplomatique était un principe qui devait être universellement respecté60.

  • 61 Beijing Information, 21 janvier 1980.

72En janvier 1980, les Etats-Unis proposèrent un projet de résolution au Conseil de sécurité demandant des sanctions économiques contre l’Iran. Le 13 janvier, le projet de résolution fut mis au vote. L’Union soviétique y ayant opposé son veto, le projet fut rejeté. Quant à la Chine, elle ne participa pas au vote. Expliquant les raisons de son abstention, le représentant chinois au Conseil de sécurité déclara : « nous éprouvons de la sympathie envers le peuple américain sérieusement préoccupé par le sort des otages. A ce sujet, nous avons toujours été d’avis que les normes régissant les relations internationales et l’immunité diplomatique acceptées en commun, doivent être respectées de façon universelle », et il ajoutait plus loin que « les sanctions économiques contre l’Iran ne conduiraient pas nécessairement au relâchement de la tension et à la libération des otages »61. Selon le représentant chinois, il fallait trouver une solution par voie de consultation et de négociation.

  • 62 Ibid.

73Cette prise de position de la Chine résume clairement la ligne politique que ce pays va poursuivre tout au long de la crise. Mais entre novembre 1979 et janvier 1980, l’Armée rouge a envahi l’Afghanistan et l’inquiétude de la Chine ne cesse de croître à propos de l’évolution de la situation en Asie occidentale, ce qui explique sans doute la véhémence des propos du représentant de la Chine à l’égard de l’Union soviétique pendant la même séance du 13 janvier du Conseil de sécurité : « Le comportement de l’Union soviétique au cours de l’examen de ce problème au Conseil de sécurité montre que Moscou cherche à tirer parti de la crise afin de se poser en “protecteur” de l’Iran et “allié naturel” des pays islamiques, et de se constituer ainsi un capital politique à bon marché. Nous sommes sûrs que le peuple iranien et autres peuples du monde islamique sauront parfaitement percer à jour les intrigues de l’URSS, et qu’ils feront échec à ses intentions : semer la discorde et pêcher en eau trouble »62.

  • 63 Beijing Information, 28 janvier 1980.
  • 64 Beijing Information, 5 mai 1980.

74« La sympathie pour le peuple américain » n’empêche nullement la Chine d’éprouver le même sentiment pour le peuple iranien. Ainsi, par exemple, lorsque le chargé d’affaires soviétique à Mexico lâche un « ballon d’essai » et déclare que l’URSS est disposée à accorder son aide, y compris une aide militaire, à l’Iran afin de lui permettre de résister à la pression américaine et que Téhéran refuse cette proposition, la Chine se réjouit et trouve là une occasion d’approuver le peuple iranien63. Après l’échec de l’opération américaine aéroportée sur Tabbas, le porte-parole du ministère des affaires étrangères de la République populaire déclara que « les sanctions prises par le gouvernement américain contre l’Iran, de même que l’opération de sauvetage impliquant la violation de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’Iran, non seulement sont inutiles à la recherche d’une solution au problème, mais encore sont de nature à aggraver la situation. Nous exprimons notre regret devant ces actions américaines »64. C’est une autre manière de montrer au régime islamique que Pékin se préoccupe aussi des intérêts de Téhéran.

  • 65 Ibid.

75L’opération de Tabbas fut l’occasion pour les Chinois de développer une fois de plus, mais cette fois de manière plus systématique, leurs thèses sur les profits que les Soviétiques pourraient tirer de l’aggravation de la crise irano-américaine. Du point de vue de la Chine, l’URSS pourrait obtenir quatre avantages de cette situation : a) détourner l’attention du monde de son intervention en Afghanistan ; b) se poser en défenseur de l’Iran ; c) accroître son déploiement militaire, en prétextant le renforcement des forces navales américaines dans l’océan Indien ; d) tirer profit sur le plan économique à cause des sanctions américaines65.

  • 66 Abidi, A.H.H., op. cit., p. 189.

76Après la libération des otages, le 20 janvier 1981, le Quotidien du peuple publia un article où il se félicitait de l’issue heureuse de la crise, rappelait le rôle positif de certaines organisations internationales et du gouvernement algérien, mais ne manquait pas de souligner combien l’URSS avait intrigué pour détériorer les relations entre l’Iran et les Etats-Unis et que la résolution du problème des otages ne pouvait pas être accueillie favorablement par l’« hégémonisme soviétique »66.

  • 67 Beijing Information, 6 octobre 1980.

77Beaucoup plus que la crise des otages, c’est la guerre Iran-Irak qui va mettre à l’épreuve les relations entre Téhéran et Pékin. Déjà, bien avant le déclenchement du conflit, la Chine, par la voie d’un commentaire du Beijing Information (5 mai 1980), se montre préoccupée de la détérioration des relations irano-irakiennes qui ne pouvait que rendre plus complexe la situation instable dans la région du golfe Persique, où les « forces hégémonistes » ont l’intention d’utiliser ces disputes pour atteindre leur but. Quand la « dispute » se transformera plus tard en une guerre véritable, les Chinois manifesteront officiellement leur inquiétude. Cette inquiétude transparaît dans le discours du 24 septembre du ministre chinois des affaires étrangères, Huang Hua, devant l’Assemblée générale de l’ONU : « Nous sommes profondément préoccupés par le récent conflit militaire entre l’Irak et l’Iran. Nous espérons sincèrement que les deux parties cessent promptement leurs hostilités et règlent leurs différends par voie de négociations pacifiques, afin de ne pas se laisser exploiter par ceux qui poursuivent des buts inavouables »67. Appel à la modération, mise en garde contre les ingérences des superpuissances, tout en maintenant une position équidistante entre les deux pays belligérants sans évoquer la responsabilité de l’agression, tels seront désormais les grands principes sur lesquels sera fondée la politique officielle de la Chine vis-à-vis de la guerre.

78La République islamique apprécie, du bout des lèvres il est vrai, la neutralité de la Chine, tout en partageant ses craintes quant aux bénéfices que « l’hégémonisme » peut tirer de la situation par le déclenchement de la guerre. Cependant, ce sont d’autres considérations qui vont amener Téhéran à engager un processus de rapprochement avec Pékin. La coopération qui existe entre la Chine et l’Irak, la possibilité d’utiliser le facteur chinois à l’occasion dans les relations avec l’URSS, la nécessité de briser l’isolement diplomatique sont, au début, les motivations essentielles de la politique chinoise du régime islamique.

  • 68 Beijing Information, 26 septembre 1983.

79La dégradation du climat politique entre Téhéran et Moscou, en 1983, va fournir l’occasion d’améliorer les relations irano-chinoises. Tout au long de cette année, des contacts vont être pris de part et d’autre et plusieurs visites officielles échangées. En septembre, le ministre iranien des affaires étrangères fera un voyage à Pékin où il rencontrera des dirigeants de haut rang comme Li Xiannian et Zao Ziyang ; ce dernier exprimera « son appréciation de la position de l’Iran de s’opposer à l’hégémonie et de mettre l’accent sur le développement des relations avec d’autres pays du Tiers Monde »68.

  • 69 Sorouche, 22 mai-22 juillet 1985, p. 73.

80En 1985, c’est Rafsandjani qui se rend en voyage officiel en Chine à la tête d’une impressionnante délégation. A cette occasion, les problèmes bilatéraux sont examinés et l’accent est mis sur la responsabilité des grandes puissances dans la persistance des tensions entre les pays du Tiers Monde, thème cher aux deux pays. A propos des rumeurs concernant l’achat d’armes à la Chine, Rafsandjani répond aux questions des journalistes de façon laconique : « en ce qui concerne la vente d’armes par la Chine, nous n’exigeons pas une telle chose de la part des Chinois. Nous comptons sur nos propres forces pour assurer une longue défense »69. En fait, en 1983, les « rumeurs » à ce sujet ont déjà une longue histoire.

  • 70 Far Eastern Economic Review, décembre 1982, p. 7, International Herald Tribune, 13 janvier 1983.
  • 71 Pour le démenti du ministère des affaires étrangères voir : Beijing Information, 24 mars 1984.
  • 72 International Herald Tribune, 4 avril 1984.
  • 73 SIPRI, The Iraq-Iran War and the Arms Trade, Press Release, 3 septembre 1984.

81Fin 1982, début 1983, les premières informations à propos de livraisons d’armements et de matériel militaire chinois à l’Iran et à l’Irak sont publiées par la presse internationale70. D’après ces informations, le volume des exportations de la Chine à destination des deux pays belligérants avait tellement augmenté les derniers temps qu’il semblait fort probable que, sous couvert de commerce civil, les Chinois fournissaient du matériel militaire aux deux pays en guerre. Ces sources précisaient qu’au début, la Chine ne fournissait que l’Irak, mais, par la suite, elle avait commencé des livraisons à l’Iran. Les armes livrées étaient surtout des armes légères, des munitions, des pièces de rechange et des chasseurs F6, qui sont en fait la version chinoise du Mig 19 soviétique. Evidemment, des porte-paroles officiels du gouvernement de Pékin réfutèrent en bloc ces informations en déclarant que la Chine n’avait jamais livré des armements à aucun des Etats belligérants71. En 1984, des informations plus détaillées furent publiées dans la presse, faisant état de la vente d’armes d’une valeur de plus d’un milliard de dollars à l’Iran. D’après ces informations, une partie des armes aurait été livrée à la République islamique par l’intermédiaire de la Corée du Nord, qui, par ailleurs, aurait envoyé trois cents conseillers à Téhéran pour former les Iraniens afin qu’ils puissent utiliser les armes en provenance de Pyong Yang. De plus, l’Iran aurait autorisé des experts chinois à examiner des armements d’origine soviétique capturés sur les troupes irakiennes72. Une fois de plus, Pékin dément catégoriquement ces informations. Cependant, une publication de l’institut suédois de recherches sur la paix (SIPRI), parue la même année, confirme la vente d’armes de fabrication chinoise à l’Iran comme à l’Irak, et donne ainsi quelque crédibilité aux informations parues dans la presse73.

  • 74 Le Monde, 28 mars 1987.
  • 75 Le Monde, 23 février 1987.

82En 1987, la question des livraisons d’armes chinoises à la République islamique prend des dimensions internationales plus importantes. Malgré les réactions indignées des autorités chinoises, plusieurs capitales occidentales font, au début de l’année, état de leurs préoccupations à propos de l’installation par l’Iran de missiles de fabrication chinoise le long des côtes longeant le détroit d’Ormuz74. Inquiets de l’évolution de la situation dans la région du golfe Persique, les Etats-Unis vont à plusieurs reprises inviter la Chine à cesser ses ventes d’armes à l’Iran. La Chine, pour sa part, continue à maintenir que sa décision de ne pas vendre d’armes à l’Iran reste inchangée. En tout état de cause, la livraison, supposée ou réelle, de fusées chinoises Silkworm à l’Iran finit par constituer un élément dans le processus de dégradation des relations sino-américaines entamé en 1987. En 1988, des sources américaines révèlent que, durant l’année 1987, quelque 65 % des armes reçues par l’Iran provenait de la Chine. Selon ces mêmes sources, la Chine aurait vendu pour sept milliards de dollars d’armes à l’Iran et à l’Irak depuis 197975. Certains observateurs iront jusqu’à dire que si la Chine, comme d’ailleurs l’URSS, n’était pas disposée à accepter le principe des sanctions contre l’Iran, prévu par la résolution 598, c’est que devenu premier fournisseur militaire de la République islamique, Pékin voulait ménager Téhéran. La révélation, début 1988, de la vente d’un nombre important de missiles chinois à l’Arabie Saoudite, au moment où les relations de ce pays avec l’Iran devenaient de plus en tendues, ajoute un nouvel élément au jeu compliqué que Pékin mène dans la région.

Note

1 Voir Nouchine Yavari-d’Hellencourt, « Rejet de l’Occident et stratégie identitaire en Iran », Revue française de science politique, août 1986, pp. 528-544.

2 Michael Ledeen et William Lewis, Debacle. L’échec américain en Iran, Paris, Albin Michel, 1981.

3 Ibid, p. 265.

4 Ali-Ashraf Pargari, Madjerayé Tabbas (l’incident de Tabbas), Téhéran, éd. des Pasdaran, 1362 (1983).

5 Voir à ce sujet les Cahiers de CEDIN, Centre de droit international de Nanterre, n° 1, avril 1984, consacré entièrement au Tribunal des différends irano-américains (1981-1984), Journal de droit international, n° 4, 1985, pp. 791-863.

6 Cité d’après Saad Robert Saad, « Irak-Iran : les chronologies », Les Cahiers de l’Orient, n° 1, 1er trimestre 1986, p. 143.

7 R.K. Ramazani, “Iran: Burying the Hatchet, Foreign Policy, n° 60, automne 1985, pp. 52-74.

8 Sur l’Irangate voir : The Tower Commission Report (A New York Times Special), New York, Randam House, 1987.

9 Le Monde, 9 et 10 novembre, 1986.

10 Le Monde, 22 novembre 1986.

11 Ibid.

12 Scheherazad Daneshku, “The Execution of Mehdi Hashemi, Middle East International, 24 octobre 1987.

13 Voir à ce propos, pour le point de vue irakien : Nizar Hamdoon, “The US-Iran Arms Deal: An Iraqi Critique”, Middle East Review, été 1987, pp. 35-40.

14 Voir l’article de Francis Beaujeu, « Diplomatie et contraintes intérieures », Le Monde diplomatique, octobre 1982.

15 Scheherazad Daneshku, “The American Idea of an Iranian moderate, Middle East International, 17 avril 1987.

16 Saul Bakhash, « Les leçons de l’Irangate », Esprit, mai 1987, pp. 55-64.

17 Déclaration de Khomeyni, 4 novembre 1964, Islam and Revolution. Writing and Declarations of Imam Khomeyni, Translated and Anotated by Hamid Algar, Mizan Press, Berkeley, 1981, p. 185.

18 Extrait du message de Khomeyni à l’occasion de la fête de ahadir 21 sept. 1982, Au sujet du sionisme et du régime usurpateur de Ghods, Brochure publiée par le Département des langues nationales et étrangères de la voix et vision de la République islamique, Téhéran (sans date de publication), p. 19.

19 Ibid, p.  3.

20 Dans son livre « La révolution de l’Iran en deux mouvements » (Enghelab-é Iran dar do harekat), publié à Téhéran en 1984, Mehdi Bazargan, évoque le cas d’un mollah qui poussa l’anti-américanisme au point de déclarer que le mot d’ordre « Mort à l’Amérique » était plus important que l’obligation de la prière, p. 115.

21 Voir à propos du changement dans la perception des menaces extérieures : Nader Entessar, “Changing Patterns of Iranian Arab Relations”, Journal of Social, Political and Economic Studies, vol. 9, n° 3, automne 1984, pp. 341-358.

22 Sur la politique officielle de l’Union soviétique à l’égard de la guerre, voir, entre autres, V. Gourev, « En dépit des intérêts nationaux (conflit irano-irakien) », La vie internationale, n° 4, 1984, pp. 119-123.

23 Olivier Da Lage et Gérard Grzybek, « Le monde communiste et le conflit irako-iranien », L’URSS et l’Europe de l’Est, Pub. Documentation française, édition 1985, p. 15.

24 Le Monde, 28 octobre 1986.

25 Le Monde, 23-24 novembre 1986.

26 Le Monde, 16 mai 1987.

27 Le Monde, 3 juin 1987.

28 Le Monde, 15 août 1987.

29 Pendant les quatre mois que dura son séjour à Neauphle-le-Château, Khomeyni accorda cent trente-deux interviews à la radio, à la télévision et à la presse, il publia cinquante déclarations aussitôt diffusées en Iran, et s’adressa directement à près de cent mille Iraniens qui, au rythme d’un millier par jour environ, venaient prier avec lui, l’écouter ou simplement lui baiser la main, voir Amir Taheri, Khomeyni, Paris, Balland, 1985, pp. 239-240.

30 Voir l’article de Michel Foucaut, « A quoi rêvent les Iraniens », Le Nouvel Observateur, 16 octobre 1978 et sur ce sujet voir aussi Fereydoun Hoveyda, « L’intelligentsia occidentale face à Khomeyni », Revue des deux mondes, janvier 1988, pp. 57-69.

31 Le Monde, 11 et 12 mars 1979.

32 Le Monde, 22 juillet 1980.

33 Discours du ministre des affaires étrangères Jean-François Poncet, 5 décembre 1980 au sénat.

34 Pour une analyse de l’évolution des relations entre Paris et Bagdad voir Shahram Chubin, « La France et le Golfe : opportunisme ou continuité », Politique étrangère, n° 4, 1983, pp. 879-887.

35 Pierre Metge, « La France dans le conflit irano-irakien, commerce d’armes ou guerre par procuration ? », Paix et conflits, n° 7, automne 1984, p. 7.

36 Le Monde, 17 septembre 1983.

37 Le Figaro, 24 et 25 septembre 1983.

38 Entretien télévisé de François Mitterrand, Antenne 2, 16 novembre 1983, cité par Paul Tavernier, « La guerre du Golfe : les grandes puissances et les autres... ou le triomphe de l’ambiguité », ARES, Défense et Sécurité, 1984-1985, p. 546.

39 Le Monde, 9 février 1983.

40 Le Monde, 27 août 1983.

41 Déclaration de Claude Cheysson, Le Monde, 16 juillet 1982.

42 Le Monde, 9 février 1983.

43 Déclaration de Claude Cheysson, Le Monde, 12 février 1983.

44 Pierre Metge, op. cit., p. 14.

45 Georges Gorse, « Une guerre faite pour durer », Le Monde, 6 mai 1982, Bernard Bellocq, « Contre le lobby irakien en France », Le Monde, 2 août 1983.

46 François Beaujeu, « Impasses et faux calculs de la diplomatie française », Le Monde diplomatique, mai 1987, p. 7.

47 Ibid.

48 Le Monde, 4 août 1981.

49 Cité dans Le Monde, 4 juillet 1987.

50 Le Monde, 8 juillet 1987.

51 Sorouche, 22 mai-21 juin 1986, p. 10.

52 Ibid.

53 Le Monde, 4 juillet 1987.

54 Pekin information, 25 juin 1973.

55 Keesing’s Contemporary Archives, 5 janvier 1979, p. 29391.

56 A propos de cette visite, le Shah écrit dans ses mémoires : « Enfin je dois rendre hommage à la loyauté des dirigeants chinois. Lors de la visite que M. Hua Guofeng me fit au moment où la crise iranienne atteignait son point culminant, j’eu le sentiment que les Chinois étaient alors les seuls à vouloir un Iran fort », Mohammad-Reza Pahlavi, Réponse à l’Histoire, Paris, Albain Michel, 1979, p. 190.

57 Beijing Information, 16 avril 1979.

58 Le Monde, 31 juillet 1979.

59 The Statesman (New Delhi), 31 juillet et 2 août 1979.

60 Voir A.H.H. Abidi, China, Iran, and the Persian Gulf, New Delhi, Reliant Publishers, 1982.

61 Beijing Information, 21 janvier 1980.

62 Ibid.

63 Beijing Information, 28 janvier 1980.

64 Beijing Information, 5 mai 1980.

65 Ibid.

66 Abidi, A.H.H., op. cit., p. 189.

67 Beijing Information, 6 octobre 1980.

68 Beijing Information, 26 septembre 1983.

69 Sorouche, 22 mai-22 juillet 1985, p. 73.

70 Far Eastern Economic Review, décembre 1982, p. 7, International Herald Tribune, 13 janvier 1983.

71 Pour le démenti du ministère des affaires étrangères voir : Beijing Information, 24 mars 1984.

72 International Herald Tribune, 4 avril 1984.

73 SIPRI, The Iraq-Iran War and the Arms Trade, Press Release, 3 septembre 1984.

74 Le Monde, 28 mars 1987.

75 Le Monde, 23 février 1987.

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search