Version classiqueVersion mobile

Diplomatie islamique

 | 
Mohammad-Reza Djalili

Chapitre IV. Formulation et mise en œuvre de la politique étrangère

Texte intégral

« Chacun cherchera son profit au détriment d’autrui, et la religion ne sera qu’un prétexte ».
Ferdowsi, Shahnameh

1Contrairement à l’image qu’il veut donner de lui-même, l’Etat islamique, loin d’être une communauté populaire enfin retrouvée, est le champ de forces où s’exercent constamment des poussées rivales. Cet enchevêtrement de pouvoirs conflictuels trouve néanmoins un semblant d’unité et d’homogénéité grâce à l’existence d’un guide suprême, incontesté et incontestable, une ambition idéologique commune à l’élite au pouvoir et aussi une certaine solidarité d’intérêt face aux menaces pouvant porter atteinte à la suprématie politique de cette élite ; bref une conscience aiguë d’être « dans la même barque » par rapport à l’éventuelle hostilité des autres groupes sociaux. Cette situation influe directement sur les structures politiques et administratives de l’Etat tout en conditionnant son mode de fonctionnement. La formulation, comme la mise en application de la politique étrangère n’échappent pas à cette logique.

1. Les structures du pouvoir

2La République islamique est une théocratie révolutionnaire dirigée par le clergé shi’ite, mais ni l’élite dirigeante ne forme un groupe homogène, ni la totalité du clergé n’est associée à cette entreprise.

  • 1 Voir Eric Hooglund, “Social Origin of the Revolutionary Clergy, in The Iranian Revolution and the (...)

3Les recherches relatives à l’origine sociale du clergé révolutionnaire montrent que, dans l’ensemble, la majorité de ses représentants sont issus de la petite bourgeoisie des villes et des campagnes1. Ils ont généralement reçu une formation religieuse dans les écoles coraniques, pour ensuite participer aux séminaires organisés dans certaines mosquées et autour de quelques sanctuaires. Rarement ils sont sortis du cadre de l’enseignement traditionnel pour fréquenter l’université, même les facultés de théologie. Leurs origines sociales et leur formation intellectuelle expliquent sans doute leur conservatisme, leur méfiance à l’égard de « l’extérieur », leur suspicion envers tout ce qui n’est pas strictement islamique, leur crainte de toute valeur soupçonnée d’être d’origine occidentale. Il existe certes des cas exceptionnels, des hommes plus ouverts, qui possèdent une connaissance moins schématique du monde moderne, mais la grande majorité du clergé au pouvoir, malgré son caractère révolutionnaire, a du mal a se dégager des préjugés inhérents à l’environnement socio-culturel traditionnel dans lequel elle a toujours vécu. Cela ne signifie en aucune façon un désintérêt du clergé pour « l’étranger » ; bien au contraire en tant que musulmans et dignitaires d’une religion universelle, les membres du corps clérical sont pour ainsi dire naturellement portés à dépasser le cadre restreint de l’espace national et cela d’autant plus que l’avenir du pouvoir que le clergé s’est arrogé à l’intérieur du pays dépend, entre autres, des succès remportés à l’extérieur.

  • 2 Shahraugh Akhavi, “Elite Factionalism in the Islamic Republic of Iran, The Middle East Journal, pr (...)

4On peut schématiquement distinguer dans l’élite au pouvoir en République islamique trois groupes différents : une petite équipe de dignitaires de haut niveau, un groupe intermédiaire plus nombreux et, à la base, toutes les personnalités qui détiennent une parcelle de l’autorité dans le pays2.

5Le premier groupe qui possède la réalité du pouvoir, comprend une dizaine de membres : ce sont les éléments-clés de tout le système. Bien qu’au fil des années ce cercle ait subi quelques changements, causé par les décès ou la disgrâce, dans l’ensemble, sa composition est restée assez stable et il en sera probablement ainsi tant que l’ayatollah Khomeyni vivra. A la tête de ce groupe, on trouve Khomeyni lui-même qui en tant que Guide de la révolution, fondateur de la République islamique et tuteur de la communauté des croyants, exerce un pouvoir quasi sans limite et possède une autorité inégalée. Autour de lui, on peut citer l’ayatollah Hossein-Ali Montazeri, dauphin désigné du Guide, l’hodjatoleslam Ali Khamenei, président de la République depuis 1981 dont le deuxième et dernier mandat doit prendre fin en 1989, l’hodjatoleslam Ali-Akbar Hashemi Rafsandjani, président du parlement islamique et commandant en chef des forces armées par interim depuis juin 1988 ; l’ayatollah Ali Meshkini, président de l’assemblée des experts chargés de désigner le successeur de Khomeyni, l’ayatollah Abdel-Karim Ardebili, président du conseil supérieur de la justice ; l’hodjatoleslam Moussavi Khoeinia, procureur général et chef spirituel des étudiants de la « ligne de l’imam » qui avaient pris en otage le personnel de l’ambassade américaine ; l’ayatollah Mohammad Reyshahri, ministre du renseignement ; l’hodjatoleslam Mohtashami, ministre de l’intérieur, et quelques autres, dont le propre fils de Khomeyni, Ahmad, « l’œil, l’oreille et la bouche » du Guide de la révolution, qui semble jouir d’un pouvoir plus important que ses fonctions officielles le lui permettent. Dans ce groupe totalement composé de religieux, il n’existe pas de rapports hiérarchiques très rigides. En revanche, une concurrence feutrée mais bien réelle oppose ses membres les uns aux autres, à l’exclusion, bien évidemment, de Khomeyni qui, par définition, ne peut participer à ce jeu. Toutes les grandes orientations de politique intérieure et étrangère sont formulées, d’une manière ou d’une autre, dans le cadre de ce cercle sans qu’il y ait nécessairement réunion formelle en présence de tous les membres.

6A un niveau intermédiaire, se situe un groupe qui ne participe pas nécessairement à la prise des décisions stratégiques mais peut néanmoins être consulté et dont la vocation première est la mise en application des politiques formulées en haut lieu. Il comprend les membres du gouvernement dont certains, comme le premier ministre, les ministres des affaires étrangères, de l’intérieur, de l’orientation islamique, des gardiens de la révolution et de la défense, ont des positions politiques plus importantes que les autres. A ce niveau intermédiaire, on peut aussi placer les douze membres du « Conseil de surveillance », organe chargé d’entériner ou de rejeter les décisions du parlement, les responsables des diverses fondations mises en place pour favoriser le clientélisme, les responsables de l’appareil répressif, les tribunaux islamiques etc.

7Au bas de l’échelle, se trouve une tranche importante de personnalités politico-administratives comme les parlementaires, les responsables de l’encadrement et de la mobilisation de la population, les hauts fonctionnaires. Dans cette catégorie, outre le personnel chargé des affaires administratives habituelles, se trouve aussi le personnel dirigeant des institutions révolutionnaires comme les responsables de komiteh, l’ensemble des mollahs désignés pour diriger la prière du vendredi dans chaque ville et organiser la mobilisation des masses, les « représentants de l’imam », répartis dans tous les secteurs de l’activité politique, militaire, économique et sociale, les responsables des innombrables « associations islamiques » que possèdent toutes les administrations, usines, facultés, etc., la Jihadé Sazandaghi et la Jihadé Daneshgahi (« guerre sainte » de la reconstruction et des universités), la première chargée de l’amélioration des conditions de vie rurales et la seconde de la « révolution culturelle » dans les universités. A ces institutions « officielles », il faut aussi ajouter un certain nombre d’organisations militantes comme le hezbollah, le mouvement « des étudiants de la ligne de l’imam », « l’association du clergé combattant », etc.

  • 3 Pour quelques éléments biographiques de certains dirigeants islamiques, voir : « La nomenklatura ir (...)

8Les deux derniers groupes sont mixtes, composés de religieux et de personnalités non cléricales, mais très souvent les positions-clés sont occupées par des membres du clergé ayant l’aval de l’ayatollah Khomeyni. Cette omniprésence des éléments cléricaux à tous les échelons du pouvoir et leur investissement des rouages de l’Etat ne doit cependant pas faire illusion en nous amenant à conclure à l’identification de la totalité du clergé shi’ite à la République islamique. Comme on l’a déjà relevé, l’unanimisme n’est pas la caractéristique dominante de l’élite religieuse shi’ite ; aujourd’hui les divisions sont peut-être encore plus profondes qu’hier. Une partie non négligeable du clergé se veut apolitique, modéré ou s’oppose carrément au régime actuel. Dans le groupe qui garde ses distances à l’égard du pouvoir islamique se trouve un certain nombre de grands ayatollahs (ayatollah ozma) comme Tabatabai-Qomi, Golpayegani, Sadeq Rouhani, Abolhassan Shirazi. Par ailleurs, le clergé militant impliqué dans le pouvoir islamique, bien que shi’ite, est plus globalement islamiste, ce qui signifie qu’il trouve plus facilement un terrain d’entente avec les intégristes sunnites à l’intérieur (environ 10 % de la population iranienne est sunnite) ou à l’extérieur du pays qu’avec le clergé shi’ite dit modéré. Sur le plan international, il est à noter qu’outre les affinités idéologiques qui rapprochent les uns et les autres, il existe quelquefois des liens de parenté entre le clergé iranien et des personnalités religieuses libanaises, irakiennes, koweitiennes ou afghanes, ce qui a permis l’établissement d’une sorte de structure informelle transnationale susceptible, à l’occasion, d’être utilisée efficacement à des fins politiques3.

9Entre les trois groupes qui se partagent le pouvoir comme à l’intérieur de chaque groupe, il existe des rivalités, des luttes d’influence, des antagonismes de toutes sortes. Des facteurs comme le tempérament des personnes, les querelles ancestrales qui déchirent les familles, les origines sociales et régionales, attisent les divergences et les oppositions sur le plan des sensibilités politiques ; les conflits mettant face à face les idéalistes et les pragmatiques, les modérés et les extrémistes, la gauche et la droite, sont monnaie courante. Dans l’exercice pratique des responsabilités, cette dualité apparaît sous la forme des oppositions entre les divers corps constitués. Ainsi, par exemple, l’armée s’oppose aux pasdaran, ceux-ci à la police, le gouvernement au parlement, les gouverneurs de provinces aux « représentants de l’imam » etc. Ces luttes intestines, lorsqu’elles apparaissent au grand jour, donnent lieu à de vifs débats politiques à l’intérieur de la classe dirigeante, ce qui a amené quelques observateurs peu avertis à conclure à l’existence d’une véritable démocratie islamique. Cependant, les tiraillements et les désaccords qui existent ça et là dans les coulisses du pouvoir islamique ne remettent en aucune façon en cause l’essentiel du système et lui sont même, dans une certaine mesure, bénéfiques car ce sont des forces qui s’annulent et de ce fait ne menacent pas directement la survie du régime.

10Pour apprécier avec plus de précision les conséquences des particularités du système islamique sur l’élaboration et la conduite de la politique étrangère, il faut tenir compte de quelques éléments importants.

  • 4 Seul le petit groupe de partisans de Mehdi Bazargan, ancien premier ministre de la République islam (...)

11D’abord, dans ce domaine, un consensus plus grand que pour la politique intérieure a persisté, du moins tant que l’Iran n’était pas sur la défensive, après la perte de Fao, de Chalamcheh sur le front de la guerre et les revers subis au Liban au printemps 1988. Jusqu’au milieu de l’année 1988, en matière de politique étrangère, la dissension entre les diverses factions a porté plutôt sur les moyens et rarement sur les fins. Les grandes orientations telles que la poursuite de la guerre, l’exportation de la révolution, l’attitude critique à l’égard de l’Occident en général et les prises de position agressives à l’encontre des Etats-Unis, la nécessité du rapprochement avec le Tiers Monde etc. ont été dans l’ensemble acceptées par tous4 alors que, sur le plan de la politique intérieure, il y a toujours eu un véritable clivage entre « radicaux » et « modérés » sur les questions essentielles concernant l’économie (étatisation ou maintient de la propriété privée) ou l’avenir de l’Etat (priorité à l’Etat ou à la révolution). En fait, dans la lutte d’influence qui oppose les uns aux autres au sein des sphères dirigeantes, les problèmes de politique extérieure sont utilisés tactiquement pour mettre l’adversaire dans l’embarras ou pour s’auréoler du prestige et de l’autorité que confère une prestation au niveau international.

12Ensuite, les interlocuteurs étrangers de Téhéran devraient s’abstenir de trop miser sur les rivalités qui existent entre les dignitaires de la République islamique soit pour atteindre un objectif précis, soit renforcer tel ou tel courant en prévision de l’après khomeynisme, en jouant les uns contre les autres. Pour pouvoir exploiter ces divisions, il faudrait qu’elles soient réelles, constantes, clairement identifiées et que les factions possèdent une véritable autonomie, ce qui n’est pas le cas dans les centres du pouvoir islamique. A ce jeu, comme les expériences américaines et françaises l’ont à plusieurs reprises prouvé, les risques de perte sont très élevés comparés aux possibilités de gain.

  • 5 Cette technique déconcertante de diplomatie à plusieurs voix a été poussée à l’extrême dans l’affai (...)

13Enfin, contrairement à l’attente de la plupart des observateurs, les divisions internes ont parfois produit des effets bénéfiques pour la réalisation des objectifs de la diplomatie islamique. Les divergences, apparentes ou réelles, entre les personnalités haut placées à Téhéran ont permis aux autorités islamiques de mettre au point une conduite diplomatique subtile, à multiples facettes et à plusieurs voix. Cette technique offre le moyen de négocier sans rien céder tout en jetant le trouble dans l’esprit de l’interlocuteur. Dans le premier cas, il suffit que le responsable désigné pour mener une négociation donne, par exemple, l’impression d’accepter une condition préalable posée par la partie adverse, faisant ainsi avancer les choses, et qu’une autre autorité, peu de temps après, refuse toute concession. C’est ainsi que la République islamique est parvenue à marquer quelques points dans les négociations avec la France, à l’époque de la politique de « normalisation » entre Paris et Téhéran en 1986. Dans le deuxième cas, la technique du discours multiple et non totalement concordant a pour conséquence de semer la confusion et d’ajouter à l’égarement d’un adversaire déjà partiellement décontenancé par les méthodes peu conventionnelles utilisées par la diplomatie islamique, ce qui permet à Téhéran soit de gagner du temps, soit d’éviter de prendre une position claire et d’en subir les conséquences qui en découlent5. En définitive, le clergé au pouvoir en Iran a montré plus d’aptitude à manipuler à son profit les divergences qui opposent ses adversaires les uns aux autres qu’il ne s’est laissé manœuvrer sur ce même terrain par ceux-ci.

14S’il faut à tout prix se garder de surestimer les divisions internes de l’équipe dirigeante islamique, il ne faut pas non plus sous-estimer son savoir-faire et ses qualités intellectuelles. Gardons-nous de croire, comme Caspar Weinberger, qu’une « bande de cinglés » gouverne à Téhéran ! Il est possible que le clergé militant qui règne à Téhéran ne possède pas la même forme d’intelligence que l’ancien Secrétaire américain à la défense. Cependant, il se nourrit d’une longue tradition de réflexion politico-religieuse ; il est habitué à l’usage de divers subterfuges qui lui ont permis de survivre durant des siècles dans un environnement souvent hostile. Expert en fourberie et fin connaisseur de la psychologie humaine, rusé et obstiné, le clergé compte aussi dans ses rangs, des personnalités possédant un solide bagage philosophique. Par ailleurs, il a accès au « savoir moderne » par l’intermédiaire de ceux qui, souvent à la faveur des bourses d’études généreusement octroyées aux membres des familles du clergé à l’époque du Shah, ont fait de bonnes études dans les universités américaines et européennes. A cela s’ajoute l’apport d’anciens étudiants iraniens d’extrême gauche ralliés à l’islamisme. Ainsi, un certain nombre de technocrates islamistes, affiliés souvent par des liens de parenté à la caste cléricale, exercent d’importantes fonctions politiques dans l’Iran d’aujourd’hui. En outre, le régime n’a jamais hésité, quand le besoin s’en est fait sentir, de recourir aux services de technocrates non-islamistes, quitte à s’en débarrasser le jour où des militants islamiques purs et durs pouvaient valablement leur être substitués.

2. La prise de décision

15Dans la pratique, l’élaboration et la conduite de la politique étrangère de la République passent par un processus complexe. Ni le modèle explicatif de la personnalisation de la politique étrangère par un leader plus ou moins charismatique, appliqué généralement aux pays du Tiers Monde, ni l’analyse de type hiérarchique ne permettent de rendre parfaitement compte de la formulation et de la mise en œuvre de la diplomatie islamique. En réalité, il semble que l’on soit ici en présence d’un schéma qui combine certains aspects de chacun de ces deux modèles. Cependant, la personnalisation est singulière puisqu’elle est le fait d’un homme qui en principe, est au-dessus des institutions et, théoriquement, en dehors de la mêlée. La hiérarchie est également particulière puisqu’elle n’est ni clairement définie, ni stable en ce qui concerne le domaine de la politique étrangère.

16Si l’on représente le modèle de prise de décision en matière de politique étrangère sous la forme d’une pyramide en République islamique, il faut impérativement placer Khomeyni, tant que ce dernier vivra, à son sommet. Dans cette sphère, il exerce trois prérogatives essentielles : la formulation des grandes orientations (soit directement, soit par référence au corps de doctrine que les disciples ont dégagé des écrits et paroles du Guide), l’arbitrage des conflits qui peuvent surgir entre les personnages-clés de la diplomatie et la distribution des blâmes, éloges ou encouragements. Cette dernière activité est fondamentale, car toute appréciation de l’ayatollah peut s’avérer fatale pour l’avenir politique des personnes concernées. Bani-Sadr, Bazargan, Ghotbzadeh et d’autres en ont fait, à des titres divers, la cruelle expérience.

17Après Khomeyni, vient l’hodjatoleslam Hashemi Rafsandjani, président du parlement, représentant personnel du Guide au Conseil supérieur de la défense et commandant en chef, par interim, des forces armées, depuis juin 1988. Bien qu’il n’exerce officiellement aucune fonction de portée internationale il s’est ménagé, par son habileté et le réseau d’influence qu’il a mis en place (des hommes à lui contrôlent les rouages les plus sensibles du système comme le commandant des pasdaran ou la direction de la radio et de la télévision) une position de première importance dans les structures de prise de décision en matière de politique étrangère. Ses interventions publiques sur les questions relatives à la politique internationale, ses déplacements à l’extérieur du pays, ses contacts « discrets » avec certains pays sont autant d’éléments qui placent Rafsandjani en position de dicter sa conduite sur la scène internationale au gouvernement sans être membre de celui-ci. De plus, par l’intermédiaire du Conseil supérieur de la défense, il a joué un rôle essentiel à la fois dans l’élaboration de la stratégie militaire, dans la diplomatie propre à la guerre, et ensuite dans l’acceptation du cessez-le-feu.

18A la suite de Rafsandjani, mais à une distance respectable, on peut placer Ali Khamenei, président de la République et officiellement chef de l’Etat. Outre ses prérogatives protocolaires concernant les affaires étrangères, (signature des traités et acceptation des lettres de créances), il semble que Khamenei aspire à peser plus fortement sur la prise de décision en matière diplomatique. Cependant, malgré quelques tournées à l’étranger (Libye, Pakistan, Afrique noire), sa participation pour la première fois à l’Assemblée générale des Nations-Unies en 1987 et de nombreuses déclarations concernant les questions internationales, il n’est pas parvenu, jusqu’aux derniers mois de son mandat, à se tailler une place de choix dans ce domaine.

  • 6 Voir son intervention devant le parlement islamique en juin 1987, Keyhan, 7 juin 1987.

19Quant à la gestion quotidienne de la diplomatie, elle revient au ministre des affaires étrangères, Ali-Akbar Velayati qui occupe ce poste depuis 1981. Ce dernier ambitionne de participer davantage à la conception de la politique extérieure qu’il est chargé d’exécuter. Mais sa position est délicate car, d’une part, le premier ministre, Mir-Hossein Moussavi, a manifesté lui aussi de plus en plus d’intérêt pour les affaires internationales et, d’autre part, plusieurs candidats espèrent d’ores et déjà prendre, à la faveur d’un remaniement ou d’un changement de gouvernement, le contrôle du ministère des affaires étrangères. Parmi eux, le nom d’Ahmad Azizi, président de la commission des affaires étrangères du parlement islamique jusqu’en 1988, qui se veut plus radical et tient un discours critique sur la manière dont la diplomatie islamique est conduite, a été, un moment, avancé6.

20A la suite de Khomeyni, Rafsandjani, Khamenei, Velayti et Moussavi forment « la bande des quatre », maîtres d’œuvre de la politique extérieure de la République islamique. Quant à la mise en application de cette politique, elle se réalise pour l’essentiel à travers deux canaux : l’appareil diplomatique traditionnel et les structures révolutionnaires réservées plus spécifiquement à l’exportation de la révolution.

3. L’appareil diplomatique

  • 7 Il s’agit de Karim Sandjabi (février-avril 1979), Ebrahim Yazdi (avril-novembre 1979), Abol-Hassan (...)
  • 8 A propos des personnages-clés du ministère des affaires étrangères, voir M.R. Torabi, “Barressié si (...)

21La République islamique, durant les premières années de son existence, a eu beaucoup de mal à faire fonctionner le ministère des affaires étrangères. Ainsi, entre février 1979 et décembre 1981, cinq ministres se sont succédés à la tête de ce département ministériel7. Mais avec la nomination d’Ali-Akbar Velayati, en 1981, la direction des affaires étrangères a connu une certaine stabilité. Médecin-pédiatre, Velayati est un militant islamiste proche de Khomeyni. Ancien candidat au poste de premier ministre, il semble plus lié à Khomeyni qu’au chef du gouvernement Mir-Hossein Moussavi. Au sein du ministère des affaires étrangères, il a habilement placé aux postes-clés un certain nombre de personnages ayant des liens avec les organisations et institutions révolutionnaires comme des membres du groupe des « étudiants de la ligne de l’imam », du hezbollah, de l’association des étudiants musulmans des Etats-Unis. A ces militants s’ajoutent quelques représentants des ministères du renseignement et des pasdaran ainsi que des fils et parents de mollahs influents. Un groupe largement représenté au ministère des affaires étrangères est celui formé par les principaux responsables de la prise en otages de diplomates américains en poste à Téhéran. Ainsi, un des plus proche collaborateur du ministre, Hossein Sheikholeslam, vice-ministre des affaires étrangères chargé des questions politiques, ou plusieurs ambassadeurs accrédités dans d’importantes capitales occidentales sont d’anciens preneurs d’otages qui, après avoir malmené l’immunité diplomatique, veulent aujourd’hui pleinement jouir des effets bénéfiques de cette même immunité8.

  • 9 Voir le discours de Khamenei prononcé à cette occasion, Ettelaat, 28 avril 1987.
  • 10 L’Institute for Political and International Studies (IPIS) publie, depuis 1986, la revue trimestrie (...)

22Quant au personnel du ministère, les cadres politiques, par vagues successives, ont été « épurés ». Sur environ six cents diplomates de carrière, plus de cinq cent cinquante ont été écartés, les quelques diplomates qui restent sont affectés généralement à des tâches d’importance secondaire. Le cadre administratif a aussi subi une sévère épuration et plus de la moitié de ses effectifs a été limogé. Pour les remplacer, un certain nombre de personnes, sur le seul critère de leur fidélité à la République islamique ont été recrutées. Mais ce personnel ne possédant généralement aucune qualification technique en rapport avec les activités du ministère, il a fallu s’occuper de la formation de nouveaux cadres. Malgré l’islamisation de l’université, grâce à l’épuration, la révolution culturelle et les contrôles idéologiques, il semble que le pouvoir n’ait pas encore réellement confiance dans l’université ; c’est pourquoi le ministère des affaires étrangères a lui-même mis sur pied une « faculté des relations internationales » dont les premiers diplômés sont sortis en avril 19879. Le gouvernement espère ainsi doter le ministère d’un personnel cent pour cent islamique et non contaminé par d’autres idéologies. Un autre signe de la méfiance du régime à l’égard de l’université peut être perçu dans l’initiative qu’a pris le ministère des affaires étrangères en fondant, en 1983, un institut d’étude politique et de relations internationales rattaché au ministère et qui publie, entre autres, une revue de politique étrangère, dont le directeur est Velayati lui-même10.

23Malgré la transformation progressive du ministère des affaires étrangères en outil docile et efficace aux mains du pouvoir islamique, ce ministère ne possède pas un monopole total sur toutes les affaires politiques ayant une dimension internationale. Ainsi, par exemple, le premier ministre essaie aussi de se doter de moyens pour intervenir en matière de politique étrangère. Un de ses assistants, Ali-Reza Moayeri, ancien chargé d’affaires à l’ambassade de la République islamique en France, a été désigné pour suivre certains dossiers qui en principe font partie du domaine couvert par le ministère des affaires étrangères. Par exemple, dans les tractations entre Paris et Téhéran, les services de Moayeri ont joué pendant longtemps un rôle plus important que la direction de l’Europe du ministère des affaires étrangères.

4. L’appareil d’exportation de la révolution

24L’exportation de la révolution se fait par divers moyens comme l’organisation de campagnes de propagande et d’information, la formation de cadres étrangers dans des centres spécialisés en Iran, l’octroi d’aide matérielle et logistique aux organisations islamiques activistes à travers le monde, l’envoi de personnel d’encadrement et de formation (mollah, pasdar), la mise en place de réseaux de renseignement et d’actions terroristes etc. Pour mener à bien ces tâches multiples, les services du ministre des affaires étrangères étant totalement insuffisants, un grand nombre d’autres organes sont sollicités. Tout d’abord les ministères directement concernés comme ceux du renseignement, de l’orientation islamique, des gardiens de la révolution, de l’intérieur et les services spécialisés de la présidence de la République et du premier ministre. Ensuite, un certain nombre d’organismes spécifiques pour l’exportation de la révolution ont été mis en place dont certains sont opérationnels et d’autres plus centrés sur la propagande.

  • 11 Scheherazade Daneshkhu, “The Execution of Mehdi Hashemi, Middle East International, 24 octobre 198 (...)

25Parmi le premier groupe, il faut citer le Bureau d’aide aux mouvements de libération créé dès 1979 et dépendant à la fois du ministère des affaires étrangères et des gardiens de la révolution. Ce bureau a été dirigé, entre 1980 et 1986, par Mehdi Hashemi, bras droit de l’ayatollah Montazeri, successeur désigné de Khomeyni. Ayant été à l’origine de fuites qui ont révélé les ventes d’armes américaines à l’Iran, Hashemi a été arrêté puis exécuté en septembre 198711. Depuis, le Bureau a été rattaché formellement au seul ministre des affaires étrangères, il est désormais dirigé par un religieux, proche du président du parlement.

26En matière de propagande, outre l’action des ambassades et autres organes constitués, plusieurs structures à vocation internationale ont vu le jour dont le Secrétariat islamique chargé d’établir des liens avec le clergé musulman à travers le monde, le Congrès mondial des guides de la prière du vendredi, la Mobilisation du peuple déshérité, une section de la Fondation des martyrs etc.

  • 12 Amir Taheri, “Iran Turns its Fires on a New Great Satan, International Herald Tribune, 11 septembr (...)

27A cette nébuleuse aux contours imprécis, il faut aussi ajouter l’utilisation du pèlerinage de La Mecque chaque année comme moyen essentiel de sensibilisation et de mobilisation au profit de la cause khomeyniste. Cette exploitation du pèlerinage a été à l’origine tous les ans de graves incidents et a abouti à un véritable bain de sang en juillet 198712. Mais cela n’empêchera pas Téhéran de continuer sur cette voie, ni d’assembler et coordonner les activités de plus de vingt-cinq mouvements islamistes en Iran, ni de soutenir de nombreuses associations islamiques implantées en Europe, aux Etats-Unis et au Canada. La volonté d’exportation de la révolution survivra tant que perdurera l’idéologie panislamique sur laquelle se fonde toute l’action internationale de la République islamique.

  • 13 Sur les liens de Téhéran avec les organisations islamistes à travers le monde, voir : Amir Taheri, (...)

28L’exportation de la révolution n’est pas uniquement le fait de l’expansionnisme idéologique de Téhéran ou le résultat du travail des organes que la République islamique a créés pour arriver à ses fins. Elle est aussi en quelque sorte la conséquence directe de la victoire du khomeynisme en Iran qui a engendré une dynamique propre, favorable pour tous les mouvements extrémistes disséminés un peu partout dans la communauté musulmane. Que le gouvernement de Téhéran le veuille ou non, l’existence d’une République islamique de type intégriste est en soi un facteur qui réactive tous ces mouvements. Par ailleurs, la République islamique a été un élément fédérateur qui a amené un grand nombre de groupes d’activistes à se lier avec elle. Ainsi, à peu de frais, le pouvoir islamique est parvenu à se doter d’un vaste réseau de sympathisants actifs à travers le monde, sympathisants capables d’utiliser les moyens les plus violents pour servir leur cause. A l’occasion, Téhéran n’a pas hésité à employer ces facilités pour atteindre certains objectifs sur le plan de la politique internationale13.

Notes

1 Voir Eric Hooglund, “Social Origin of the Revolutionary Clergy, in The Iranian Revolution and the Islamic Republic, ed. Nikki R. Keddie and Eric Hogglund, Syracuse University Press, 1986, pp. 74-83.

2 Shahraugh Akhavi, “Elite Factionalism in the Islamic Republic of Iran, The Middle East Journal, printemps 1987, pp. 181-201 ; du même auteur voir aussi : “The Power Structure in the Islamic Republic of Iran in “Internal Developments in Iran, Significant Issues Series, vol. VII, n° 3, 1985, pp. 1-14, ed. by Shireen Hunter.

3 Pour quelques éléments biographiques de certains dirigeants islamiques, voir : « La nomenklatura iranienne », Les Cahiers de l’Orient, n° 5, premier trimestre 1987.

4 Seul le petit groupe de partisans de Mehdi Bazargan, ancien premier ministre de la République islamique, qui forme une sorte d’opposition légale, a été ouvertement opposé à la poursuite de la guerre.

5 Cette technique déconcertante de diplomatie à plusieurs voix a été poussée à l’extrême dans l’affaire de la réponse de Téhéran à l’appel au cessez-le-feu lancé, en juillet 1987, par le Conseil de sécurité (résolution 598). Après plusieurs semaines d’atermoiements, le Secrétaire général des Nations Unies s’est rendu à Téhéran, le 11 septembre 1987, pour avoir une réponse claire et précise du gouvernement islamique. Pour ce faire, il a demandé que la discussion ait lieu en présence des quatre principaux responsables de la diplomatie ; ceux-ci ont refusé de voir ensemble le Secrétaire général : Le Monde, 1er septembre 1987.

6 Voir son intervention devant le parlement islamique en juin 1987, Keyhan, 7 juin 1987.

7 Il s’agit de Karim Sandjabi (février-avril 1979), Ebrahim Yazdi (avril-novembre 1979), Abol-Hassan Bani-Sadr (novembre 1979), Sadegh Ghotbzadeh (novembre 1979-août 1980), Mir-Hossein Moussavi (août-octobre 1981).

8 A propos des personnages-clés du ministère des affaires étrangères, voir M.R. Torabi, “Barressié siassaté kharédji djomhouri eslami (évaluation de la politique étrangère de la République islamique), Keyhan (Londres), 6 août 1987. Voir aussi le différend américano-helvétique sur l’accréditation d’un ambassadeur à Berne, Le Monde, 28 avril 1987.

9 Voir le discours de Khamenei prononcé à cette occasion, Ettelaat, 28 avril 1987.

10 L’Institute for Political and International Studies (IPIS) publie, depuis 1986, la revue trimestrielle : Madjalé Siassaté Kharéji (Journal de politique étrangère).

11 Scheherazade Daneshkhu, “The Execution of Mehdi Hashemi, Middle East International, 24 octobre 1987, p. 15.

12 Amir Taheri, “Iran Turns its Fires on a New Great Satan, International Herald Tribune, 11 septembre 1987 et Martin Kramer, “Tragedy in Mecca, Orbis, printemps 1988, pp. 2321-247.

13 Sur les liens de Téhéran avec les organisations islamistes à travers le monde, voir : Amir Taheri, La Terreur Sacrée, Paris, ed. Sylvie Messinger, 1987, Xavier Raufer, La nébuleuse : le terrorisme du Moyen-Orient, Paris, Fayard, 1987, Pierre Péan, La menace, Paris, Fayard, 1987.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search