Version classiqueVersion mobile

Diplomatie islamique

 | 
Mohammad-Reza Djalili

Introduction

A Soussan, Azadeh et Daryoush

Texte intégral

Ces océans de vertu et de science,
Ces flambeaux illuminant l'assemblée des parfaits,
N'ont pourtant point trouvé d'issue hors cette nuit ténébreuse.
Ils ont raconté une histoire, et puis se sont endormis.
Khayyâm, Roba' iyat

1Lorsqu’en février 1979 la révolution islamique triompha à Téhéran, peu d’observateurs furent capables d’imaginer les conséquences de cet événement pour l’avenir des relations internationales. Certes, tout le monde était conscient du fait qu’il ne s’agissait pas d’un banal changement de régime, comme il s’en produit de temps à autre dans les pays du Tiers Monde, mais d’une véritable révolution qui allait bouleverser la société iranienne de fond en comble et dont les ondes de chocs seraient sans doute ressenties dans tous les pays de la région. Personne non plus ne perdait de vue l’importance géostratégique de l’Iran, sa position centrale dans une zone particulièrement sensible et son voisinage avec une superpuissance, éléments qui amplifiaient davantage l’impact de l’événement. Mais, sur le plan international, seules deux possibilités paraissaient envisageables : soit la fin de l’alignement de l’Iran sur l’Occident et le choix d’une politique d’indépendance nationale aux ambitions relativement modestes, soit, et cela semblait plus improbable, un glissement significatif vers l’Union soviétique, ce qui évidemment aurait eu de graves conséquences sur l’équilibre Est-Ouest. Aucune de ces deux prévisions ne se réalisa en fin de compte.

  • 1 Le Monde, 11-12 mars 1979.

2Pourtant, la politique suivie par le nouveau régime, durant les premiers mois de son existence, semblait confirmer la première thèse. Le gouvernement provisoire de Mehdi Bazargan se voulait modéré et son ministre des affaires étrangères, Karim Sandjabi, déclarait que contrairement au Shah « qui avait des prétentions disproportionnées par rapport aux possibilités de l’Iran et pratiquait une politique sans sagesse », le nouveau régime ne voulait en définitive que défendre « l’indépendance, l’intégrité et l’unité de l’Iran » tout en étant conscient « de la responsabilité qui lui incombe dans la sauvegarde de ses intérêts mais aussi de la paix et de l’équilibre mondial »1. Or, les bonnes dispositions du gouvernement Bazargan étaient en contradiction flagrante avec les déclarations enflammées de quelques membres influents du clergé et les idées avancées par l’ayatollah Khomeyni et les personnalités de son entourage, c’est-à-dire par ceux qui en fait détenaient la réalité du pouvoir tout en n’exerçant pas de responsabilités gouvernementales.

3Cette période de transition prendra brutalement fin le 4 novembre 1979, avec l’occupation de l’ambassade américaine et la prise en otage de son personnel par les « étudiants de la ligne de l’imam ». Ayant rempli, probablement inconsciemment, la fonction qui lui était assignée, à savoir donner un temps de répit au courant maximaliste de la révolution pour qu’il se consolide, s’affirme et s’impose, Mehdi Bazargan et ses amis furent contraints à la démission. A partir de ce moment, la République islamique inaugure un nouveau type de comportement en matière de relations internationales. Dix mois après la victoire de la révolution islamique, naît la diplomatie islamique.

4Le tournant ainsi amorcé ne fut pas immédiatement perçu à l’extérieur du pays. Au début, l’affaire des otages, acte fondateur de la nouvelle diplomatie, fut interprétée comme un accident de parcours ou une opération montée par des éléments incontrôlés. Avec le temps, ces explications s’avérant de moins en moins plausibles, on évoquera désormais cet événement comme la manifestation de colère de tout un peuple contre vingt-cinq années d’oppression et de domination américaine. Mais bientôt l’idée de dissocier à tout prix les autorités politiques des preneurs d’otages parut complètement illusoire et il fallut se résoudre à avancer une autre explication. Dès lors, l’interprétation généralement admise fut celle de l’irruption de l’irrationalité, à la faveur d’une situation exceptionnelle, dans le champ des relations internationales. Cette analyse, qui confondait jeu traditionnel de la diplomatie et rationalité, avait l’avantage de présenter la question des otages, dans laquelle le pouvoir avait une réelle responsabilité, comme un acte déraisonnable et répréhensible, mais somme toute explicable si on le plaçait dans le contexte d’une période où le régime patauge dans les tourments révolutionnaires.

5Mais les « excès » de la politique étrangère de Téhéran continuant de plus belle bien après le retour des otages américains aux Etats-Unis tout en s’étendant au-delà de l’espace géopolitique iranien, on commença à s’interroger sérieusement sur la nature véritable de cette politique qui, tout en rejetant la logique de la bipolarisation du système international, ne s’engageait pas totalement en faveur du non-alignement, tel qu’il est généralement exprimé, et ne faisait pas non plus l’option d’une superbe solitude à la manière de la Birmanie ou de l’Albanie.

6Les questions soulevées par l’attitude de la République islamique sur la scène internationale furent l’objet d’une attention particulière de la part de nombreux observateurs politiques et chercheurs et cela d’autant plus qu’il devint rapidement évident qu’on ne se trouvait pas en présence d’un phénomène limité à un Etat, mais que la diplomatie islamique était à la fois l’émanation d’un courant islamiste révolutionnaire transnational et l’inspiratrice d’une multitude de « groupes » activistes à l’œuvre dans toute la communauté musulmane. Mais, sauf rares exceptions, l’analyse a été surtout centrée sur certaines caractéristiques de cette diplomatie ou quelques-unes de ses péripéties les plus spectaculaires. Peu d’efforts ont été faits dans le sens d’une prise en considération globale, en utilisant une approche systématique ayant pour objet le dépassement des événements conjoncturels. Pourtant, cette diplomatie qui défie l’ordre international, mérite plus que des explications sommaires. La révolution islamique n’est pas une révolution comme les autres et sa politique extérieure n’est pas uniquement un essai d’investissement de la scène internationale par nécessité révolutionnaire ou un moyen de consolidation de la légitimité d’un nouveau régime. Elle véhicule aussi des idées peu ordinaires sur la souveraineté des Etats, les statuts et immunités diplomatiques, la hiérarchie internationale, les droits de l’homme, la guerre, la paix etc., idées qui mettent en cause l’ensemble des rapports internationaux. A l’originalité de la vision, s’ajoutent aussi l’existence d’un système de référence, le recours à des méthodes d’action singulières, l’utilisation d’un langage inhabituel. Tout cela concourt à démontrer, si besoin était, l’intérêt de ce sujet tant pour le praticien que l’observateur de la vie politique internationale.

7Notre souhait dans cet ouvrage est de pouvoir apporter quelques éléments de réponse aux questions que soulève l’entrée brutale du radicalisme islamique dans le jeu politique international. Pour ce faire, nous nous pencherons sur la politique étrangère de la République islamique, seul exemple d’Etat intégriste, révolutionnaire et militant du monde musulman. Dans cette perspective, on cherchera à la fois à analyser les aspects doctrinaux de la diplomatie du régime islamique de Téhéran et à examiner sa traduction dans les faits par l’évocation des relations que l’Iran entretient avec ses plus importants partenaires. Une première partie sera consacrée à une étude générale des rapports entre l’islam et les relations internationales. La diplomatie islamique s’inscrit dans une tradition musulmane et s’adresse en premier lieu au monde musulman ; on ne peut ni la dissocier de ses racines ni la soustraire aux réalités objectives de son environnement immédiat. Dans tout régime de nature totalitaire, laïc ou théocratique, l’idéologie gouverne la diplomatie. Dans ces conditions, il est essentiel de ne jamais perdre de vue les principes idéologiques qui fondent la conduite politique d’un tel régime. C’est à cet aspect des choses que la deuxième partie du travail sera consacrée. La troisième partie sera réservée à la guerre Iran-Irak dans la mesure où cette guerre et l’idéologie représentent ensemble les deux éléments qui ont profondément influencé toute l’évolution de la diplomatie islamique. Les trois dernières parties auront un aspect moins théorique. On examinera successivement les modalités de formulation et d’application de la politique extérieure, les relations de la République islamique avec les grandes puissances et la politique régionale de Téhéran. Plutôt qu’une description détaillée des rapports bilatéraux, on a délibérément choisi ici de privilégier la perception qu’a Téhéran de ses principaux partenaires.

Notes

1 Le Monde, 11-12 mars 1979.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search