Version classiqueVersion mobile

L’Église catholique et la politique de défense au début des années 1980

 | 
Catherine Guicherd

Partie I. Des temps anciens aux temps nouveaux : le discours de l'eglise sur la guerre et la paix

Chapitre III. Les déclarations épiscopales au jour le jour

Texte intégral

  • 1 HEHIR, J. Bryan, “Nuclear Weapons, The Two Debates, Commonweal, March 13, 1981, pp. 135, 139.

1Toute intervention publique du magistère de l’Eglise, même si elle ne prétend qu’énoncer des principes généraux, prend néanmoins racine dans une conjoncture particulière, qu’elle se propose d’aider à interpréter. Les déclarations épiscopales de 1983 témoignent de la volonté de rétablir un lien trop longtemps inexistant entre débat stratégique et jugement éthique1. Elles sont la résultante d’une confrontation de la tradition catholique en matière de jugement moral sur la guerre et la paix avec le débat public sur la défense qu’a connu l’Occident au début des années 1980, débat où les aspects philosophiques, politiques et stratégiques étaient étroitement mêlés.

2La discussion ayant pris des formes et suivi des inclinations différentes dans chaque contexte national, il est logique que les réactions épiscopales répondent à la même spécificité. Aussi est-il nécessaire de rappeler à grands traits le substrat politique sur lequel ces déclarations se sont construites. Nous commencerons tout naturellement par nous intéresser aux Etats-Unis qui, autant comme garants de la défense occidentale que par la vitalité de leur conférence épiscopale, ont joué un rôle phare dans les débats. Nous situerons pour chaque pays les caractéristiques essentielles de la discussion ainsi que les formes de l’engagement catholique qui ont présidé aux déclarations épiscopales.

I. Les Etats-Unis

A. Le contexte

  • 2 Discours à l’Institut International d’Etudes Stratégiques de Londres (IISS) publié dans Survival XX (...)
  • 3 Un résumé de ce processus d’armement se trouve dans LELLOUCHE, Pierre, L’Avenir de la Guerre, Paris (...)
  • 4 Le “Committee on the Present Danger” fut particulièrement actif ; voir RANGER, Robin, “The Salt II (...)

3En 1979-80, les Etats-Unis paraissent en perte de vitesse. Les déboires de la fin de l’ère Carter (volte-face sur la question de la bombe à neutrons, affaire des otages en Iran, contrecoups de la crise pétrolière) ont infligé de cruels revers à la puissance américaine et porté préjudice à l’image du pays au plan national et international. De nouveaux défis s’annoncent à l’horizon avec l’intervention soviétique en Afghanistan, le coup de force vietnamien au Cambodge, la détérioration de la situation en Amérique centrale. Sur le plan des rapports militaires Est-Ouest, le cri d’alarme lancé par le Chancelier Schmidt en septembre 19772 a porté au grand jour l’absence de réactions occidentales au processus d’armement euro-stratégique soviétique (l’installation des missiles SS-20 en particulier) et a apporté de l’eau au moulin de ceux qui dénoncent l’apathie de l’Alliance devant l’armement unilatéral de l’URSS depuis la ratification des accords SALT I3. Le trouble des conservateurs ne fait que s’approfondir après la signature des accords SALT II (1979), qu’ils accusent d’entériner et de renforcer le déséquilibre existant4.

  • 5 HERR, Edouard, « présentation de l’enseignement de l’Eglise catholique sur la Paix et la Guerre », (...)
  • 6 Rappelons que la « double-décision », prise en décembre 1979, prévoyait le stationnement des 108 mi (...)
  • 7 La directive présidentielle Nr.59 définit une stratégie dite de « compensation » (“countervailing”) (...)
  • 8 GASTEYGER, Curt, Searching for World Security, London, Frances Pinter, 1985, p. 46.

4Devant autant de signes de faiblesse qui semblent accabler l’Occident, Reagan apparaît comme le « champion du “réarmement” tous azimuts, moral, politique, économique et surtout, militaire »5. Certes, la « double-décision » de l’OTAN6 ainsi que la Directive présidentielle 59 (PD.59)7 qui poursuivait la réorientation amorcée par la « doctrine Schlesinger » en 1974 en direction d’options contre-forces, sont-elles antérieures à son arrivée aux affaires. Cependant, c’est sous son administration que sont repris les projets de construction du bombardier B-l et de la « bombe à neutrons » (arme à radiations renforcées) abandonnés par le Président Carter, que sont votés les crédits pour un nouveau missile stratégique basé à terre, le MX, pour un missile mobile de petite taille, le Midgetman, et pour un nouveau missile stratégique basé sur sous-marin, le Trident D-5 (d’une portée de 11,000 km)8.

  • 9 Alors que le concept d’« attaque préventive » était basé sur une prise de conscience progressive de (...)
  • 10 GRAY, Colin, PAYNE, Kenneth, “Victory is Possible”, Foreign Policy, Nr.39, 1980, pp. 14-27. Dans le (...)
  • 11 Du moins, c’est ce qui ressort des extraits publiés du document “Defense Guidance” de 1982 définiss (...)
  • 12 BOYER, Yves, « Implications stratégiques des nouvelles technologies en matière d’armes classiques » (...)
  • 13 La doctrine FoFa ou « d’attaque des forces d’exploitation et de remplacement » fut proposée en sept (...)

5Les critiques dénoncent cette série de mesures comme visant à l’acquisition d’une capacité de première frappe (“first strike”), qui pourrait offrir la tentation de lancer une attaque préemptive9. A cette époque, les militaires et les stratèges parlent de plus en plus de la possibilité de mener une guerre nucléaire et de la gagner10, une prétention que l’administration Reagan elle-même n’est pas la dernière à revendiquer11. Sur le théâtre local européen, la doctrine d’“Airland Battle”, présentée par l’Armée de Terre américaine en 1982 (dans le manuel de combat FM-105)12 et la stratégie de “Follow-on Forces Attack” (“FoFa”), proposée par le Général Rogers la même année13 envisagent les modalités d’une conduite de la guerre. La première, qui est une doctrine d’emploi opérationnel des forces terrestres, prévoit un emploi de l’arme nucléaire de théâtre (ANT), alors que la seconde développe un schéma de frappe en profondeur grâce à des armements conventionnels très perfectionnés (basés sur les « technologies émergentes »), avec recours éventuel à l’ANT en cas de nécessité.

  • 14 KROL, “Testimony to the Senate, op.cit.
  • 15 Voir l’appel : A Call to Stop the Arms Race, non daté, 2 p. (liste des signataires au verso). Parmi (...)
  • 16 Voir par exemple, McMANUS, Bishop William, “Message on the Armaments Race, Jan. 1, 1982, Origins, (...)
  • 17 Cf. le célèbre article de BUNDY, McGeorge, KENNAN, George, McNAMARA, Robert, SMITH, Gerard, “Nuclea (...)

6Face au bellicisme apparent de l’administration en place s’éveille un vaste courant de protestation dans lequel l’épiscopat va s’inscrire. Déjà en 1979 il avait, à rencontre des tendances conservatrices, pris position en faveur des accords SALT II14. A partir de l’hiver 1981-82, des évêques de plus en plus nombreux vont apporter leur appui au « mouvement pour le gel des armes nucléaires » (“National Freeze Campaign”) qui s’est développé à partir de la côte Est des Etats-Unis, sous l’impulsion des communautés scientifique et médicale15. Le mouvement catholique Pax Christi mena une campagne active en faveur du “freeze” et, par l’intermédiaire de son président, Mgr Gumbleton, réussit à convaincre un grand nombre d’évêques (132 en 1982, sur un total de 280 environ) de lui donner leur assentiment16. Si l’opposition à la politique de défense reaganienne bénéficiait d’un soutien de plus en plus large dans la hiérarchie catholique, elle jouissait aussi de l’appui d’une grande part de l’“establishment” libéral de la côte Est, dont de nombreux membres, qui avaient joué un rôle essentiel dans la définition des options de politique étrangère et de défense des administrations antérieures, prenaient la tête d’un vaste mouvement en faveur de l’adoption d’une politique de « non-emploi en premier » de l’arme nucléaire17. C’est en partie à ces experts qu’eurent recours les évêques pour étayer leur argumentation.

B. La lettre pastorale « le défi de la paix la promesse de Dieu et notre réponse »

1. Naissance du projet

  • 18 CASTELLI, op.cit., pp. 13-25. Le livre de Castelli nous servira de fil directeur tout au long de ce (...)
  • 19 HUNTHAUSEN, Bishop Raymond, “A Call to protest the Arms Race, June 12, 1981, Origins 11(7), 1981, (...)
  • 20 “President Reagan decides to go forward with the full production of neutron weapons, The New York (...)
  • 21 D’après Castelli, plus de quarante évêques se seraient exprimés dans les mois précédant novembre 19 (...)
  • 22 COOKE, Cardinal Terence, “The Church. Military Service and Nuclear Weapons, Dec. 7 1981, Origins 1 (...)

7La décision formelle de rédiger un document sur la guerre et la paix fut prise par l’Assemblée générale de la NCCB à l’automne 1980. Déjà à cette époque se dégageait un consensus au sein de la conférence épiscopale en faveur e l’élaboration d’un texte synthétisant l’enseignement de l’Eglise sur la guerre et la paix depuis Vatican II et en faisant application à la situation américaine contemporaine18. En juin de la même année, Mgr Hunthausen, évêque de Seattle, avait fait la « une » de la presse nationale en lançant un appel au désarmement nucléaire unilatéral des Etats-Unis et en déclarant refuser de payer la moitié de son impôt sur le revenu en signe de protestation contre la politique nucléaire de son gouvernement19. De nombreuses autres prises de position allaient suivre, à un rythme relativement mesuré jusqu’à l’automne 1981 où la décision du Président Reagan de reprendre la construction de la bombe à neutrons20, ajoutée aux suspicions déjà latentes, déclencha une série de déclarations, lettres pastorales, articles, etc., de la part d’évêques toujours plus nombreux et à un rythme toujours plus accéléré21. Au début décembre 1981, une lettre du cardinal Cooke, archevêque de New York, adressée aux aumôniers militaires prenait le contre-pied de ce courant de protestation en affirmant le droit de l’Etat à assurer sa défense, au besoin grâce à des moyens nucléaires, et son devoir d’assistance à d’autres nations qui escomptent son soutien22. A cette époque, il devenait plus qu’urgent de rassembler les bergers afin que le désordre qui régnait entre eux ne conduise à l’égarement de leur troupeau.

  • 23 HEHIR, J. Bryan, Conférence donnée à Indianapolis, 5 oct. 1983 (notes de l’auteur).

8Dès le début, il fut convenu que l’on utiliserait une procédure de rédaction publique, car il s’agissait non seulement de porter un jugement moral sur une question d’actualité, mais de prendre part à un débat d’opinion dans lequel la confrontation des options et des analyses jouait un rôle primordial23. Il semble que nul n’ait envisagé d’opérer différemment au sein de la conférence épiscopale. Il fut décidé que le projet serait confié à un comité “ad hoc”, qui procéderait à une série d’auditions d’experts, avant de rédiger la première esquisse d’un document soumis ensuite à l’appréciation de l’ensemble de la conférence épiscopale.

  • 24 Un débat ambigu avait eu lieu, entre autres, au sujet de la politique sociale du Président Nixon en (...)
  • 25 Notamment dans son ouvrage In Defense of Life, Boston, St Paul, 1981, 140 p. Pour des éléments biog (...)
  • 26 L’Eglise catholique des Etats-Unis s’est fréquemment exprimée sur la situation en Amérique centrale (...)

9Le comité de rédaction (ci-après « Comité ») devant reproduire l’équilibre des tendances au sein de l’épiscopat, on choisit comme président Mgr Bernardin, alors archevêque de Cincinnati, qui jouissait d’une grande considération dans le monde catholique en général et parmi ses pairs en tant qu’ancien président de la conférence épiscopale. Ses interventions sur la question de l’avortement et en matière sociale lors de précédentes échéances nationales l’avaient fait connaître au grand public et lui avaient donné une certaine expérience de l’action politique24. Les deux pôles du Comité étaient représentés, du côté des « colombes » par Mgr Gumbleton, Président de Pax Christi, qui avait largement contribué à faire du mouvement, en moins de dix ans, un des fers de lance des tendances « pacifistes » au sein du catholicisme américain et avait réussi à lui rallier une soixantaine de ses confrères, du côté des « faucons », par Mgr O’Connor, auxiliaire du Cardinal Cooke à l’aumônerie militaire, qui avait derrière lui une brillante carrière dans la Marine. Mgr O’Connor, promu depuis lors au titre de Cardinal et nommé archevêque de New York, était connu pour son engagement dans le mouvement pour le « droit à la vie » – contre l’avortement. En matière nucléaire, il avait interprété les enseignements de l’Eglise comme n’excluant pas un usage limité de l’arme tactique sur le champ de bataille25. Deux autres évêques, NNSS, Fulcher (Colombus) et Reilly (Norwich) étaient membres du Comité. Ne se réclamant d’aucune compétence particulière en matière de guerre et paix, ils étaient là autant pour modérer des débats qui promettaient d’être houleux que pour fournir un microcosme des réactions de l’ensemble de la conférence épiscopale aux propositions du groupe préparatoire. Le Comité était assisté de deux représentants des ordres religieux : pour les ordres féminins, Sœur Juliana Casey et, pour les ordres masculins, le Père Richard Warner. Il faut aussi mentionner la participation de J. Bryan Hehir, Directeur du département Justice et Paix de l’USCC/NCCB et de Edward Doherty, Conseiller pour les affaires politiques et militaires dans ce même département. M. Doherty, ancien diplomate, qui fut longtemps en poste en Allemagne fédérale, et surtout le Père Hehir, dont les séjours à Harvard furent fortement marqués par les personnalités de Henry Kissinger et Stanley Hoffmann, semblent avoir joué un grand rôle dans l’engagement politique de la conférence épiscopale à partir de la fin des années 1970, que ce soit en matière économique, de présence des Etats-Unis en Amérique centrale ou sur les questions de défense26. Ils devaient de nouveau se trouver sous les feux de la critique en tant que coordonnateurs de l’initiative pastorale sur la guerre et la paix. Pour compléter le tableau, il faut encore mentionner la présence de Bruce Russett, politologue de l’Université de Yale. qui assista le Comité sur toutes les questions stratégiques lors de la première phase de rédaction du projet.

2. La première mouture : “God’s Hope in a Time of Fear

  • 27 La liste complète des personnes interviewées par le Comité est donnée dans l’édition française publ (...)
  • 28 NCCB Ad hoc Committee on War and Peace, God’s Hope in Time of Fear, First Draft, Pastoral Letter on (...)
  • 29 CASTELLI, op.cit., pp. 93-94.

10La première phase des travaux du Comité se déroula de juillet 1981 à juillet 1982. Elle débuta par une série d’auditions de « témoins » allant d’anciens membres du gouvernement aux exégètes, en passant par des spécialistes de théologie morale, des représentants de mouvements de paix catholiques, des théoriciens de la résolution des conflits, d’anciens militaires et des membres de l’administration en place dont Caspar Weinberger, Secrétaire d’Etat à la Défense, Lawrence Eagleberger, Sous-Secrétaire d’Etat aux Affaires Politiques, Eugène Rostow, Directeur de l’Agence pour la Maîtrise des Armements et le Désarmement (ACDA) et le Général Edward Rowny27. Une première mouture du document intitulée “God’s Hope in a Time of Fear”28 fut rédigée fin mai 1982 et distribuée à tous les membres de la conférence épiscopale lors d’une retraite à Collegeville (Minnesota) qui les réunit du 13 au 23 juin 1982. Elle fut également envoyée à un cercle restreint de destinataires, dont le Vatican, certaines conférences épiscopales européennes et quelques théologiens. Une partie de cette mouture, qui n’était pas destinée à être rendue publique, filtra cependant dans des cercles assez étendus29. Jointe aux déclarations individuelles de nombreux évêques parues durant les mois précédents, elle laissait augurer de la direction dans laquelle s’engageait l’ensemble de la conférence épiscopale.

a. Le texte

11Le texte se voulait d’abord une invitation adressée aux chrétiens à répondre aux « signes des temps », selon la formule de Jean XXIII, signes de mauvais augure puisqu’ils laissent présager de la destruction possible de l’humanité (CoP 1, p. 1). Après une introduction rappelant les fondements de l’agir chrétien pour la paix dans l’Ancien et le Nouveau Testaments (ibid., pp. 2-7), il se divisait en cinq parties de longueur inégale. La première, intitulée « La paix dans le monde moderne » présentait d’emblée la non-violence évangélique comme un impératif moral pour le chrétien sans qu’il soit d’ailleurs possible de distinguer clairement son concept de non-violence de celui de non-résistance (ibid., pp. 9-11). Le droit à l’auto-défense, ensuite avancé comme une alternative morale pour le chrétien, apparaissait comme résiduel, d’autant plus que le texte sous-entendait que ce droit n’était qu’un avatar de l’inorganisation actuelle de la communauté internationale destiné à se résorber lorsqu’elle atteindrait un niveau de structuration suffisant (ibid., pp. 10-12). Le rappel de la tradition de la guerre juste venait ensuite, introduit par une allusion furtive à l’impératif de justice, mais réduit pour l’essentiel à un catalogue de propositions formelles régissant le “jus ad bellum” et le “jus in bello” (ibid., pp. 13-18).

12La deuxième partie intitulée « La guerre dans le monde moderne », était focalisée sur l’arme nucléaire et le danger de destruction de l’humanité dont elle est porteuse. Sa seconde section se présentait comme un catalogue d’interrogations adressées aux décideurs politiques sur la solidité à long terme de la dissuasion, sur la possibilité de contrôler et de limiter l’emploi des armes nucléaires, en particulier en respectant le principe de discrimination des populations civiles (ibid., pp. 21-22). Elle débouchait sur une justification méthodologique destinée à fonder la décision épiscopale d’intervenir sur des aspects contemporains et concrets de la politique de défense et exposant le choix de la vaste consultation entreprise (ibid., pp. 23-24).

  • 30 Le projet affirmait : “We do not perceive any situation in which the deliberate initiation of nucle (...)

13La troisième partie, traitant des problèmes socio-politiques et moraux de la guerre et de la paix, constituait le cœur du développement. Elle s’ouvrait sur un catalogue d’« impératifs immédiats » : 1) le respect du principe de discrimination des populations civiles en cas de guerre, en référence au document conciliaire (GS § 80.4), mais étendu aux actions en représailles, principe que le critère de proportionnalité ne doit pas conduire à vider de son contenu (CoP l, pp. 25-26), comme le document le rappelait encore ailleurs (ibid., p. 31) ; 2) le non-usage en premier de l’arme nucléaire, décrit comme la « démarche morale la plus sûre » devant le danger d’escalade de tout conflit nucléaire (ibid., pp. 26-28)30 ; 3) le rappel de la déclaration de 1976 selon laquelle « non seulement c’est un mal que d’attaquer les populations civiles, mais même de menacer de les attaquer, dans le cadre d’une stratégie de dissuasion » (ibid., pp. 28-30) ; 4) la limitation d’un emploi éventuel des armes nucléaires dans les bornes les plus étroites possibles, soit

seulement après qu’elles aient été utilisées contre notre territoire ou celui de nos alliés, et, même dans cette hypothèse, seulement d’une manière extrêmement limitée et discriminante contre des cibles militaires (ibid., p. 30) ;

145) la possession, bien qu’à contrecoeur, d’un arsenal nucléaire, dont l’abandon unilatéral laisserait les Etats-Unis sans défense face à leur adversaire soviétique ; 6) en continuité avec la déclaration du Cardinal Krol de 1979 devant la Commission des Affaires Etrangères du Sénat, la justification d’une attitude de « tolérance » de la possession de l’arme nucléaire, bien que la situation globale de dissuasion et l’intention de se servir des armes incluses dans la menace soient qualifiées de « mal moral », dans la mesure où toute alternative conduirait à un résultat encore plus catastrophique. Aboutissant d’évidence à une conclusion moralement insatisfaisante, le document consacrait plusieurs pages à justifier cette attitude de tolérance, ayant recours tour à tour au rappel de certains principes de la théologie catholique, à des observations politico-stratégiques et à l’énoncé de conditions concrètes afférentes à la politique militaire, qui conditionnaient la poursuite de cette tolérance (ibid., pp. 33-38).

15La seconde section de la troisième partie était un appel lancé sur la base des constats précédents. Appel à « des efforts actifs et accélérés pour la maîtrise, la réduction des armements et le désarmement » dans le cadre desquels « l’arrêt immédiat, par tous les Etats, de la mise au point, de la production et du déploiement de tous les nouveaux principaux systèmes d’armes et de vecteurs nucléaires » apparaissait comme un impératif (ibid., p. 38). Le gouvernement des Etats-Unis était encouragé à se montrer plus actif dans les négociations ainsi qu’à prendre certaines « initiatives indépendantes », dont la renonciation aux armements de première frappe pouvait être un exemple (ibid., p. 40). Appel ensuite à tirer les conclusions qui s’imposaient d’une renonciation à l’emploi en premier de l’arme nucléaire : il pourrait devenir nécessaire de renforcer les moyens de la défense conventionnelle, un renforcement auquel des Etats autres que les Etats-Unis – mais qui ne sont pas nommés – devraient aussi participer (ibid., p. 41). Les évêques se défendaient cependant de vouloir « rendre le monde plus sûr pour une guerre conventionnelle » et rappelaient leur rejet de la conscription obligatoire en temps de paix exprimé en 1980. Appel aussi à mettre au point des moyens non-violents de résolution des conflits, par la diplomatie ou des stratégies de résistance non-violente (ibid., pp. 43-44). Appel enfin à promouvoir une idée de la paix qui ne soit pas statique mais inclue la construction d’un ordre international plus juste (ibid., p. 45).

16La quatrième partie revenait plus en détail sur la question déjà abordée de la responsabilité de l’Eglise et de son magistère dans les problèmes modernes de la défense. Il vaut la peine de rapporter les propos par lesquels les évêques justifiaient leur ingérence dans ce domaine de la politique publique :

Les questions de la guerre et de la paix ont une dimension morale profonde. qu’il est impossible pour des chrétiens responsables d’ignorer. Ce sont des questions de vie et de mort. Il est vrai que ces questions ont également une dimension politique parce qu’elles plongent leurs racines dans la politique publique. Mais le fait qu’elles soient aussi politiques ne doit pas être une excuse pour nier à l’Eglise l’obligation qui est la sienne d’offrir à ses membres l’aide dont ils ont besoin pour former leur conscience. Nous devons apprendre ensemble comment élaborer des jugements moraux corrects et responsables. C’est pourquoi nous rejetons la critique de ceux qui accusent l’Eglise de s’occuper de ces questions au motif qu’elle ne devrait pas se mêler de politique. Nous sommes appelés à passer du débat au témoignage et à l’action (ibid., p. 47).

17Cependant, les évêques poursuivaient :

En même temps, nous reconnaissons que l’autorité de l’Eglise n’a pas le même poids quand elle traite de solutions techniques relatives à des moyens particuliers que lorsqu’elle s’exprime sur les principes ou sur les fins.

18Des distinctions sont nécessaires, mais le texte n’en définissait les critères que par allusion (ibid., p. 48). L’appel à la prière et à la pénitence, qui terminait la quatrième partie, était précédé d’un court paragraphe reliant l’intervention de l’épiscopat sur la politique de défense à ses prises de position contre l’avortement dans une même démarche qui se voulait celle du respect de la vie (ibid., pp. 48-49) – démarche confirmée et affinée ultérieurement par l’épiscopat.

19La cinquième et dernière partie apparaissait comme un « message d’encouragement et d’espoir » adressé à des groupes de catholiques selon leurs situations particulières (éducateurs, théologiens, militaires, chercheurs, médecins, employés des industries d’armement, professionnels de la communication, membres du gouvernement, etc.), puis à l’ensemble des catholiques américains dans leur responsabilité de citoyens. Il faut noter à cet égard l’appel à davantage de compréhension envers les pacifistes et non-violents (ibid., pp. 53-54), qui contraste avec les réserves accompagnant la reconnaissance de la valeur de la profession militaire (ibid., pp. 54-55). Notable également, mais logique avec le reste de l’argumentaire, la conclusion qui envisage l’hypothèse où même la possession de l’arme nucléaire ne serait plus moralement tolérable, ce qui impliquerait que toute participation à leur fabrication ou mise au point deviendrait immorale (ibid., p. 58). Inquiets d’apparaître comme des traîtres à la patrie, les évêques justifient leur engagement en déclarant :

En tant que citoyens loyaux, les catholiques aiment leur patrie. Mais c’est cet amour lui-même et cette loyauté qui les poussent à exercer une surveillance constante sur le rôle de leur pays dans les affaires mondiales, exigeant qu’il soit à la hauteur de ses potentialités en tant que modèle et messager de paix et de justice pour toute l’humanité (ibid., p. 64).

b. Les réactions

  • 31 GRISEZ, Germain, “The Moral Implications of a Nuclear Deterrent, Center Journal, 2(1), Winter 1982 (...)
  • 32 « Dans les conditions actuelles, une dissuasion basée sur l’équilibre, non certes comme une fin en (...)
  • 33 Commission pontificale “lustitia et Pax, Observations on the first Draft Pastoral Letter of the NC (...)

20Les commentaires du texte les plus acerbes vinrent de la part de théologiens tels Germain Grisez, qui reprochaient au projet le « conséquentialisme » de son jugement de la dissuasion nucléaire31. Le commentaire reçu du Vatican suggérait l’inclusion d’un certain nombre de déclarations pontificales – en particulier du jugement prononcé sur la dissuasion par le Cardinal Casaroli au nom du pape lors de la seconde session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies sur le désarmement en juin 198232 – mais ne remettait pas en cause la décision des évêques d’analyser les problèmes contemporains de la guerre et de la paix au vu des enseignements de l’Eglise, ni leur choix d’une procédure de rédaction publique. Il exprimait cependant des réserves sur l’interprétation de la tradition catholique (guerre juste comparée au refus de porter les armes), sur le jugement de « tolérance » à propos de la dissuasion nucléaire, qu’il estimait confus, et sur certaines conclusions concrètes formulées à son avis de manière trop abrupte (emploi en premier de l’arme nucléaire, exigences exprimées à l’égard du gouvernement). Il demandait aussi une plus grande clarté dans la distinction entre énoncé des principes moraux et jugements politico-stratégiques circonstanciés33.

  • 34 CLARK, William, Letter to Mrs Clare Boothe Luce, July 30 1982 (non publié).
  • 35 EAGLEBERGER, Lawrence, Letter to Archbishop Bernardin, June 5, 1982 (non publié).
  • 36 ROSTOW, Eugene, Director of the Arms Control and Disarmament Agency, Letter to Fr. Bryan Hehir, Jul (...)
  • 37 REAGAN, President Ronald, Address to the Knights of Colombus, Aug. 3, 1982, Origins 12(11), 1982, p (...)

21Les premières critiques de la part de l’administration s’exprimèrent indirectement. Une lettre de William Clark, Conseiller du Président pour les Affaires de Sécurité, adressée à Clare Boothe Luce, membre du “John Paul II Center for Prayer and Study for Peace”, présidé par Mgr O’Connor, rejetait le « non-usage en premier de l’arme nucléaire » contenu dans le projet34, reprochait aux évêques d’ignorer les propositions américaines en matière de désarmement et affirmait que la stratégie officielle ne visait pas directement les populations civiles. Lawrence Eagleberger, Sous-Secrétaire d’Etat aux Affaires Politiques, critiquait le soutien que le texte apportait au « gel » nucléaire35. Enfin Eugene Rostow, Directeur de l’Agence pour le Controle des Armements et le Désarmement (ACDA), et Caspar Weinberger, Secrétaire à la Défense, réagirent également au projet, en particulier à sa proposition de non-usage en premier36. Le Président lui-même entra dans la polémique par un discours prononcé en août 1982 à l’occasion du cent cinquantième anniversaire des “Knights of Colombus”, où il affirmait résolument son rejet du « gel » nucléaire et remerciait cette association de notables catholiques pour son soutien à la stratégie de dissuasion37.

22Entretemps, le Comité préparatoire avait reçu une somme de commentaires si importante qu’il se voyait obligé de différer jusqu’à mai 1983 la publication de la lettre pastorale, prévue initialement pour novembre 1982.

3. La seconde mouture : “The Challenge of Peace: God’s Promise and our Response

a. Le texte

  • 38 NCCB Ad Hoc Committee on War and Peace, “The Challenge of Peace: God’s Promise and Our Responses, (...)
  • 39 A ce sujet, voir ci-dessous, chapitre iv.

23La publication de la seconde mouture du projet38 en octobre 1982 fit des évêques catholiques américains l’objet d’une attention nationale – et même internationale. Ce document, s’il était beaucoup plus élaboré que la première mouture et totalement restructuré, n’en différait pas sur ses affirmations essentielles. Les propositions concernant la dissuasion nucléaire étaient maintenant distinctes de celles qui se rapportaient à l’emploi des armes mais leur jugement éthique continuait de relever d’un mode semblable de raisonnement (CoP 2, pp. 315-17). Sur le second point, le texte reprenait le refus précédemment exprimé de la guerre anti-cité et de l’usage en premier de ces armes ; il réunissait des observations auparavant disparates sur la guerre limitée dans une partie distincte (ibid., p. 315). Sur le premier, il rappelait les principes énoncés par la lettre pastorale de 1976 et la déposition du Cardinal Krol devant la Commission des Affaires Etrangères du Sénat, tout en leur juxtaposant la « petite phrase » de Jean-Paul II aux Nations Unies (ibid., pp. 316-17). Si les deux argumentations mettent en jeu des modalités différentes du jugement éthique39, elles relèvent également l’insuffisance de la notion de dissuasion pour assurer la paix. Il fallait donc développer des critères d’acceptabilité – ou de « tolérance » – conditionnelle de cette dissuasion. Ces critères, qui seront peu modifiés par la suite et apparaîtront dans de nombreux textes – en particulier dans la lettre pastorale des évêques allemands –, condamnent la recherche d’options effectives de combat nucléaire, soulignent l’impératif de stabilité de la dissuasion et l’exigence de sa compatibilité avec le désarmement (ibid., p. 317).

  • 40 Le texte parlait aussi, à la suite de la première mouture de « gel des principaux systèmes d’armes (...)

24En matière de recommandations spécifiques, on retrouvait l’encouragement au gel nucléaire, qui s’appliquait aux « systèmes stratégiques » (ibid.)40. S’y ajoutaient le soutien à un « traité global d’interdiction des essais nucléaires », la demande adressée aux deux superpuissances de négocier des coupes importantes dans leurs arsenaux, en particulier parmi les armes les plus déstabilisantes, ainsi que de retirer toutes les armes nucléaires des zones frontières et d’améliorer les systèmes de contrôle et commande des armes tactiques afin d’éviter tout accident (ibid.). En outre, le texte s’opposait à :

    • 41 On désigne généralement par « cibles dures » les silos de stockage et de protection des missiles te (...)

    « l’addition d’armements susceptibles d’inviter à une attaque et qui, en conséquence, peuvent conduire à penser que les Etats-Unis cherchent à acquérir une capacité de première frappe grâce à des moyens de “destruction des cibles dures” »41, en mentionnant expressément le missile MX dans cette catégorie ;

  1. « la volonté de renforcer des plans stratégiques qui cherchent à avoir une capacité nucléaire de combat » ;

  2. des « propositions qui ont pour effet d’abaisser le seuil nucléaire et de brouiller la distinction entre les armes nucléaires et conventionnelles » (ibid.).

25Dans sa troisième section, consacrée à l’énoncé d’une série de propositions constructives en faveur de la paix, le projet insistait à nouveau sur l’importance des efforts bilatéraux en matière de désarmement ainsi que sur le rôle des « initiatives indépendantes ». Il demandait le respect effectif du Traité de non-prolifération nucléaire, un contrôle plus étroit sur les exportations d’armes et encourageait la recherche de moyens non-violents de résolution des conflits (ibid., pp. 318-19). Enfin, comme la première mouture, il envisageait clairement la nécessité de renforcer la défense conventionnelle afin de remédier aux tares éthiques de la dissuasion nucléaire (ibid., p. 319-20). Comme le déclara Mgr Bernardin lors de sa présentation des travaux du Comité à l’Assemblée plénière de l’épiscopat en novembre 1982. le sens général de ce document était que

  • 42 BERNARDIN, Joseph, Nov. 15 1982, in “US Bishops debate War and Peace Pastoral, Origins 12(25), 198 (...)

Le danger de guerre nucléaire est grand, l’orientation actuelle de la course aux armements accroît le danger, les coûts moraux, politiques, économiques et humains de la course aux armements sont intolérables, et l’impératif du moment est un changement profond et substantiel de politique, de perception personnelle et de pratique afin d’amorcer un réel processus de désarmement42.

  • 43 “US Bishops debate War and Peace Pastoral, ibid., pp. 401-8.
  • 44 Voir en particulier les interventions de Mgr Hannan et Cooke, in ibid., pp. 401-5. Les deux prélats (...)
  • 45 CASTELLI, op.cit., p. 117.

26La discussion qui s’ensuivit au sein de la conférence épiscopale43 mit en évidence la nécessité d’apporter une série de modifications au texte, dont les principales portaient sur les cinq points suivants : le jugement éthique de la dissuasion nucléaire, l’autorité des différentes affirmations contenues dans la lettre pastorale, la théologie de la paix, la « menace » à laquelle le processus d’armement dénoncé voulait faire face et enfin, la relation réciproque entre la guerre juste et la non-violence dans la tradition catholique – un point auquel le Vatican était particulièrement attentif. Malgré ces insuffisances et les critiques parfois vives de certains évêques44, un sondage indicatif tenté lors de l’assemblée de novembre 1982 montrait que le projet de lettre pastorale jouissait déjà de l’appui d’une partie non négligeable de l’épiscopat : 195 évêques se disaient « fondamentalement en accord », 71 avaient des « réserves importantes » à formuler et 12 seulement exprimaient leur « désaccord fondamental »45.

b. Les réactions

27Cependant les tribulations du Comité étaient loin d’être terminées. Les compromis en son sein et au sein de la conférence épiscopale n’étaient qu’un préalable aux négociations à entreprendre avec toute une série d’agents extérieurs, qui s’imposaient d’autant plus que les évêques avaient choisi eux-mêmes comme « règle du jeu » une méthode de rédaction publique. Ils devaient premièrement affronter la critique de plus en plus acerbe de l’administration, relayée par les catholiques conservateurs ; en second lieu il leur fallait s’assurer du feu vert du Vatican ; enfin et surtout, ils devaient tenir compte des réticences des conférences épiscopales européennes qui ne voyaient pas d’un très bon œil ce sursaut de vitalité outre-Atlantique, qui risquait de mettre en péril la sécurité de leurs propres nations.

  • 46 Réseau catholique de lobbyjng pour la paix et la justice basé à Washington DC.
  • 47 A Catholic Call to Conscience, signed by 39 theologians at meeting sponsored by Pax Christi USA, Ma (...)
  • 48 “Toward a Christian Response to War and Peace, Letter to Archbishop Bernardin, March 13, 1981, Ori (...)
  • 49 “The Monastic Tradition of Peace and Non Violence, Letter to Archbishop Bernardin, Oct. 1981, Orig (...)
  • 50 Pax, Dec. 1982, Benedictines for Peace, Erie (Pa), 15 p. Ce numéro relate l’action de “Benedictines (...)
  • 51 CASTELLI, op.cit., p. 121. Le Conseil National des Eglises fit publiquement connaître son approbati (...)

28D’un autre côté, ils avaient pour eux le soutien d’un certain nombre de groupes appartenant au mouvement de paix ou tout simplement opposés à la politique de défense reaganienne. Pax Christi, utilement relayé par le réseau “Network”46 et par le mouvement “Benedictines for Peace” dans le milieu des ordres religieux, fut le fer de lance de cet engagement. Déjà en août 1980, Pax Christi avait lancé un « appel aux consciences » pour que l’Eglise catholique se mobilise sur les questions de la paix et de l’armement47 et en mars 1981 dix-sept évêques membres du mouvement s’adressaient à Mgr Bernardin en son titre de président du Comité de rédaction de la lettre pastorale, priant celui-ci de s’interroger sérieusement sur la validité de la tradition de la guerre juste à l’époque nucléaire48. De son côté, “Benedictines for Peace” demandait aux évêques de développer une « théologie globale de la paix » au centre de laquelle se trouverait l’idée de non-violence49. Les deux mouvements, ainsi que le “Catholic Worker”, pacifiste de longue tradition, firent campagne en faveur de la seconde mouture de la lettre pastorale50. Le National Catholic Reporter ouvrit très largement ses colonnes aux prises de position en faveur du projet tout au long du processus d’élaboration. Les évêques jouissaient aussi de l’appui officiel ou officieux de larges groupes religieux tels que l’Eglise Méthodiste Unifiée (United Methodist Church), dont l’un des représentants, Mgr James Armstrong, était également Président du Conseil National des Eglises (NCC), une organisation chapeautant un nombre important d’Eglises protestantes et orthodoxes, connue pour ses engagements à l’encontre de la politique reaganienne, en particulier en Amérique Latine51.

  • 52 The New York Times, Nov. 17 1982, p. B4. William Clark s’exprimait au nom du Président Reagan, du S (...)
  • 53 “Prelates backed in Dispute on Arms, The New York Times, Nov. 18 1982 ; parmi les signataires on t (...)
  • 54 Citons entre autres : un long article de John Lehman, Secrétaire d’Etat à la Marine, Wall Street Jo (...)
  • 55 LEBER, Georg, MERTES, Alois, „Wir wollen Frieden, aber Frieden in Freiheit“, Frankfurter Rundschau, (...)

29Le crédit des évêques, déjà large dans une grande partie des milieux « libéraux », ne fit que s’accroître après la publication par le New York Times le 16 novembre 1982 d’une lettre de William Clark à Mgr Bernardin, qui atteignit le grand public avant même d’être reçue par son destinataire. L’incident prit d’autant plus d’éclat qu’il se produisit pendant l’assemblée annuelle de la Conférence épiscopale, alors qu’une grande partie de la presse était déjà mobilisée pour suivre les discussions du deuxième projet. La lettre du Conseiller pour les Affaires de Sécurité prenait à parti le Comité pour sa « lecture fondamentalement erronée de la politique américaine », soulignait la cohérence de celle-ci avec les critères d’acceptabilité de la stratégie nucléaire énoncés par les évêques, faisait une longue énumération des propositions américaines en matière de réduction des armements et fustigeait le document pour son ignorance du danger que représente l’Union soviétique pour les valeurs de la civilisation occidentale52. A partir de là, les évêques se trouvèrent au centre d’un enjeu national, chaque groupe d’opinion venant à situer ses propres options en matière de défense par rapport à leurs propositions. Quelques jours après la lettre de William Clark, un texte signé par vingt-quatre intellectuels de renom et anciens membres du gouvernement défendait le droit des prélats de prendre position dans le débat sur les armements et se portait témoin du sérieux de l’entreprise53. De nombreux échanges de propos, directs et indirects, allaient encore ponctuer la trame des relations entre le monde politique et la conférence épiscopale de novembre 1982 à avril 198354. Les Européens eux-mêmes ne restèrent pas hors du débat. En avril 1983, Georg Leber et Alois Mertes, deux éminents politiciens catholiques allemands, membres du ZdK, appartenant respectivement au parti social-démocrate et chrétien-démocrate, adressèrent une lettre ouverte à Mgr Bernardin dans laquelle ils critiquaient vivement l’option de « non-emploi en premier » retenue par la lettre pastorale, reprochant au texte sa « vision américaine » des problèmes55.

  • 56 NOVAK, Michael, “Moral Clarity in the Nuclear Age, The National Review, XXXV(6), April 1 1983, pp. (...)
  • 57 BENESTAD, op.cit. ; American Catholic Committee, Justice and War in the Nuclear Age, Ed. Philip F.  (...)
  • 58 Our Moral Duty to Defend Freedom, A Seminar Presenting Scholarly Viewpoints from Different Religiou (...)
  • 59 McARTHUR, Ronald, “The Challenge of Peace: A Theology of Defeat, Catholicism in Crisis, April 1983 (...)

30Les catholiques conservateurs apportèrent un soutien précieux au gouvernement. L’argument d’incompétence des évêques en matière de défense et de dissuasion fut l’un de leurs principaux instruments. Le plus prolifique d’entre eux fut certainement Michael Novak, chercheur à l’“American Enterprise Institute”, qui rédigea une multitude d’articles contre le document pastoral et alla jusqu’à publier une « contre-lettre » accompagnée d’une campagne de signatures auprès des laïcs catholiques56. Plusieurs comités se formèrent en particulier à Chicago et à Washington DC pour exprimer publiquement leur désaccord avec le document. L’un d’eux, l’“American Catholic Committee”, (Washington DC), comptait parmi ses membres un certain nombre de fonctionnaires de l’administration Reagan. Il travaillait en lien étroit avec la très conservatrice “Heritage Foundation” et son “Ethics and Public Policy Center sous l’égide duquel furent publiés plusieurs ouvrages critiquant l’engagement politique des évêques et en particulier leur lettre pastorale sur la guerre et la paix57. A Washington DC, le “Saint John Peace Institute” agissait dans le même sens58. Des journaux comme Catholicism in Crisis ou Center Journal, nés dans la vague conservatrice qui déferla sur les Etats-Unis au début des années 1980, se firent également les porte-paroles de l’opposition aux évêques59.

  • 60 CASTELLI, op. cit., p. 129 ; GUMBLETON, Mgr Thomas, interview du 4 janv. 1984 ; CASEY, Sr. Juliana, (...)

31Pour aboutir à certaines clarifications et apaiser quelque peu les polémiques, on décida que de nouveaux entretiens auraient lieu au début janvier 1983 entre le Comité et des représentants du Pentagone et du Département d’Etat. Les conversations semblent avoir porté essentiellement sur le choix des cibles dans la stratégie américaine, les évêques voulant s’assurer que les populations civiles n’étaient pas visées directement. Selon les participants, il s’est agi davantage d’un monologue de la part de l’administration que d’un véritable échange60. Toutes les divergences étaient loin d’être aplanies.

  • 61 En novembre 1982, des bruits avaient couru selon lesquels le Général Vernon Walters avait été dépêc (...)
  • 62 SCHOTTE, Jan, La réunion de Rome des 19-20 janvier, sous le titre « Les évêques américains et les d (...)
  • 63 BERNARDIN, Joseph, ROACH, John, Memorandum to the US Bishops, Jan. 25 1983, Origins 12(43), 1983, p (...)
  • 64 SCHOTTE, “Mémorandum”, op. cit., p. 714.
  • 65 ibid., pp. 713-14.
  • 66 ibid., pp. 713.

32Deux semaines plus tard devait avoir lieu à Rome une importante rencontre entre les évêques américains, des représentants du Vatican et des conférences épiscopales européennes. On a beaucoup spéculé sur les tenants et les aboutissants de cette réunion, dont très peu de choses ont filtré dans la presse. On la suspecta d’être une « remise au pas » des évêques américains sous la triple pression de leurs confrères européens, soucieux des conséquences de certaines de leurs propositions (en particulier le « non-usage en premier » et le « gel » des armes nucléaires), du gouvernement Reagan, et du Vatican lui-même, inquiet de leur trop grande indépendance et de l’exemple qu’ils pourraient éventuellement créer pour d’autres conférences épiscopales61. Les thèmes abordés furent très proches de ceux que les évêques américains s’étaient accordés à réviser lors de leur assemblée de novembre. L’autorité du document en était un point essentiel ; en effet si personne n’interdisait aux évêques américains de s’exprimer sur des questions politico-stratégiques concrètes, les gardiens de la doctrine étaient là en la personne du cardinal Ratzinger pour leur demander de ne pas confondre les grands principes de l’enseignement de l’Eglise avec leurs jugements politiques particuliers62. Il était fait application de cette distinction au sujet de l’usage en premier des armes nucléaires, de la guerre limitée et de la dissuasion. Dans le premier domaine on aboutit à une solution de compromis selon laquelle « la mise en œuvre du non-usage en premier prendra du temps ; elle ne saurait être opérée immédiatement car elle requiert des modifications spécifiques de la doctrine et de la planification stratégique de l’OTAN »63. La dissuasion avait fait l’objet d’un long exposé du cardinal Casaroli, interprétant le message du pape. Il était clair que la « petite phrase » de Jean-Paul II devait occuper un rôle central et qu’il n’était pas question de condamner radicalement la stratégie de dissuasion. Celle-ci devait être remise dans la perspective du double danger auquel elle a pour but de parer64. La discussion porta aussi sur la relation entre guerre juste et non-violence : on reprochait aux évêques américains de placer les deux attitudes sur un plan équivalent dans la tradition catholique, alors que la première devait nettement conserver la préséance65. Le dernier point abordé fut le lien entre la paix comme promesse eschatologique et la paix du monde ; le projet avait tendance à télescoper les deux aspects en présentant l’avènement du Royaume de Dieu comme le résultat de la construction d’un monde temporel plus pacifique66.

  • 67 CASTELLI, op. cit., pp. 134-37.
  • 68 ibid., pp. 147-48.

33Au sein du Comité, Mgr O’Connor voyait sa position renforcée à la suite des discussions de Rome ; il en profita pour présenter toute une série de nouvelles propositions67. Cependant, si certaines de ses suggestions aboutirent (Cf. infra), les directions du Comité et de la conférence épiscopale réussirent à minimiser l’impact auprès des évêques du mémorandum rédigé par le Père Jan Schotte, NNSS. Bernardin et Roach joignirent à l’envoi du texte romain leur propre mémorandum accompagné d’une lettre de couverture faisant état des conversations plutôt positives qu’avait eues le Cardinal Bernardin avec les Cardinaux Casaroli, Ratzinger et le pape lui-même quelques temps auparavant68. Les évêques recevaient sous le même pli la troisième mouture de la lettre pastorale, qui accusait des différences importantes avec la version précédente.

4. La troisième mouture69

  • 69 Third Draft of Pastoral Letter, “The Challenge of Peace: God’s Promise and Our Response, Origins 1 (...)
  • 70 “Administration hails new Draft of Arms Letter – Says Bishops ‘improved’ the nuclear Statement, Th (...)

34La troisième mouture du texte, qui parut au début avril 1983, fut saluée par le gouvernement comme un « retour à la raison » de la part des évêques70. Le projet paraissait effectivement plus modéré sur plusieurs thèmes situés au cœur de la contestation publique à rencontre de la politique de défense reaganienne. Les deux modifications les plus importantes concernaient l’une, l’usage en premier des armes nucléaires, l’autre, la question du gel nucléaire. Sur le premier point, l’affirmation radicale de la deuxième mouture était devenue :

  • 71 “We abhor the concept of initiating nuclear war on however restricted a scale, CoP 3, p. 711 (Trad (...)

Nous exprimons la plus profonde réticence envers l’idée de déclencher une guerre nucléaire, quelque restreinte qu’en soit l’échelle71.

35Le texte poursuivait en stipulant :

Il existe une grave obligation morale de mettre au point aussi rapidement que possible des stratégies défensives afin de supprimer toute justification à l’emploi des armes nucléaires en réponse aux attaques non-nucléaires (ibid.).

  • 72 RUSSETT, Bruce, “Ethical and Practical Dilemmas of Deterrence, International Security 8(4), Spring (...)
  • 73 Le MX, auparavant mentionné dans le texte, n’apparaissait plus qu’en note (Nr.78).
  • 74 JEAN-PAUL II, Message pour la journée de la paix 1983, op.cit., § 7, cité par CoP 3, p. 720.

36Sur le second point, on a noté surtout le remplacement du verbe “halt” se rapportant à l’expérimentation, la fabrication et le déploiement des armes nucléaires par le terme “curb” (ibid., pp. 715, 716), qui fut interprété comme un retrait du soutien auparavant accordé au mouvement pour le gel nucléaire. Peu de commentateurs cependant ont remarqué que l’objet de la limitation avait été élargi des systèmes stratégiques à l’ensemble des armes nucléaires72. Par ailleurs, le nouveau texte adoptait une attitude beaucoup plus modérée à l’égard de la politique gouvernementale, faisant une large place à une citation de William Clark sur le choix des cibles nucléaires (ibid., p. 714), modérant ses critiques à l’égard de certains systèmes d’armes (le MX en particulier)73 et saluant les efforts de l’administration en matière de maîtrise des armements (ibid., pp. 715, 716-17). Dans le jugement de la dissuasion, simple mention était faite des textes de 1976 et 1979, toute allusion à leur contenu ayant disparu. Le projet citait beaucoup plus longuement le message de Jean-Paul II aux Nations Unies que la version précédente et y ajoutait la référence à d’autres documents pontificaux (ibid., pp. 713-14). La « menace » soviétique faisait l’objet d’un traitement plus systématique et d’une appréciation beaucoup plus dure (ibid., pp. 707, 720) qui prenait largement appui sur une citation extraite du message pontifical pour la journée de la paix 198374. Une plus grande attention était accordée au risque de guerre conventionnelle, une conséquence probable des inquiétudes exprimées par les Européens (ibid., p. 717). Enfin, un important effort de clarification avait été fait pour distinguer les différents niveaux d’expression du texte (ibid., pp. 700-701) et pour situer les mérites respectifs des « traditions » de la guerre juste et de la non-violence dans l’enseignement de l’Eglise (ibid., pp. 705-706).

  • 75 CASTELLI, op.cit., pp. 148-49.

37Cette nouvelle mouture semblait donc entériner les critiques exprimées par l’administration et dans une moindre mesure, par le Vatican et les évêques européens. Mais la direction de la Conférence épiscopale était décidée à réagir aux allégations de faiblesse et d’irrésolution. Quelques jours après une présentation malencontreuse de la troisième version par Mgr Bernardin75, ce dernier décida, conjointement avec Mgr Roach, président de la conférence épiscopale, de publier un communiqué rectificatif dont la substance se résumait dans les trois affirmations suivantes :

  • 76 BERNARDIN, Archbishop Joseph, ROACH, Archbishop John, “How the proposed Pastoral relates to US Poli (...)

1) ... l’opinion selon laquelle il n’y aurait que quelques rares et insignifiantes différences entre la politique américaine et la politique prônée par la lettre pastorale est inacceptable ;
2)… la troisième mouture est bien davantage le produit d’une réflexion et d’un dialogue au sein de la communauté catholique que d’un dialogue entre le Comité de rédaction et l’administration ;
3) En ce qui concerne la question d’un gel nucléaire, ni la seconde version, ni la troisième ne prônent un « gel » en tant que tel.76

38Sur ce dernier point, le communiqué ajoutait :

  • 77 ibid.

Dans les deux projets, l’intention est de lancer un appel à freiner la course aux armements et à réduire les arsenaux des deux côtés aussi rapidement que possible, en mettant l’accent en particulier sur les systèmes potentiellement les plus instables. De même que le second projet ne prenait pas partie pour une proposition particulière en matière de gel nucléaire, le troisième ne peut ni ne devrait être utilisé pour rejeter telle ou telle proposition spécifique77.

  • 78 Une résolution sur le gel nucléaire était alors en discussion au Congrès.

39Il est douteux que cette déclaration ait suffi à mettre les choses au point, et en particulier à satisfaire les partisans du gel qui comptaient sur le soutien des évêques78. Le texte restait ambigu et beaucoup se demandaient si l’apparente soumission de l’épiscopat n’était qu’un repli tactique ou constituait un retour à une position traditionnelle après une période de rébellion initiale.

5. The Challenge of Peace: God’s Promise and our Response

40La réponse fut donnée à Chicago, les 2-3 mai 1983, lorsque les évêques s’assemblèrent pour voter le texte final de la lettre pastorale. Comme le reste du processus de rédaction, cette assemblée était publique et se déroula sous les feux des caméras de télévision et en présence de très nombreux journalistes. Les conférences épiscopales européennes avaient elles aussi été conviées à envoyer des représentants.

  • 79 CASTELLI, op. cit., pp. 155-78. La grande respectabilité dont jouissaient les défenseurs d’un texte (...)
  • 80 NOVAK, Michael, “The Bishops speak out”, The National Review, Nr.17, June 10 1983, p. 674. Le compt (...)
  • 81 Le texte affirmait son soutien à des « accords immédiats bilatéraux et vérifiables pour arrêter l’e (...)
  • 82 « Nous n’entrevoyons aucune situation où le déclenchement délibéré d’une guerre nucléaire, quelque (...)
  • 83 Cette question fera l’objet d’un développement approfondi au chapitre iv.

41Il était convenu que la structure du texte ne serait pas fondamentalement modifiée. Le vote aurait lieu sur les quelque 500 amendements regroupés au préalable en cinq catégories, selon leur ordre d’importance. La procédure choisie donnait aux partisans et adversaires de chaque amendement le droit d’argumenter en quelques minutes en faveur de leur position, avant que l’assemblée ne passe au vote. Une grande habileté tactique de la part de quelques évêques favorables à un nouveau « durcissement » du texte, ajoutée à la présence d’un terrain réceptif de la part d’une majorité des membres de la conférence épiscopale, permit le retour à un certain nombre d’affirmations controversées de la seconde mouture79. Il faut ajouter que la plupart des propositions présentées lors de la discussion finale avaient déjà fait l’objet d’échanges approfondis au sein du Comité, qui savait parfaitement distinguer la frontière entre l’acceptable et l’inacceptable80. Les modifications les plus remarquées furent le retour à une certaine forme de « gel » nucléaire81 et au non-emploi en premier de l’arme nucléaire. Cependant, sur ce dernier point, la formulation radicale de la deuxième mouture82 était juxtaposée à la proposition modérée de la troisième mouture, ce qui n’était pas sans contradiction. Le document final reprenait le « non » rhétorique à la guerre nucléaire (ibid., pp. 735, 739), déjà présent dans les précédentes versions, tout en restant ambigu sur la réelle possibilité de limiter un conflit atomique83. En même temps qu’il revenait à des conclusions plus déterminées sur des aspects concrets de la politique de défense, le texte faisait un nouvel effort de distinction entre les niveaux de ses différentes affirmations (ibid., p. 761). Une des applications directes de cette clarification concernait le « non-usage en premier » des armes nucléaires, à propos duquel on précisait en note :

Nos conclusions et jugements dans ce domaine, bien qu’ils se basent sur une étude sérieuse et sur une réflexion en matière d’application des principes moraux, n’ont bien évidemment pas la même force que les principes eux-mêmes et laissent donc la place à des opinions différentes…  (ibid,. Nr.69, p. 738).

42Une claire concession à la tendance représentée par Mgr O’Connor – et aux évêques européens. Comme la troisième mouture, le texte était davantage attentif aux dangers de guerre conventionnelle que ne l’avait été la seconde version (ibid., p. 738, 747). Par contre, les modifications dont s’était félicitée l’administration (outre le gel et l’usage en premier de l’arme nucléaire) avaient perdu beaucoup de leur impact. La citation de William Clark sur la frappe anti-cités était maintenant réléguée à une note de bas de page (ibid., Nr.81), tandis que le développement sur la nature du système soviétique, illustrant à l’origine le curieux critère de « justice comparative », avait été introduit dans le paragraphe traitant du rapport entre les superpuissances, ce qui permettait de replacer les Etats-Unis devant leurs responsabilités en matière de respect des droits de l’homme (ibid., p. 751).

43Le passage sur la dissuasion nucléaire avait à nouveau été modifié, redonnant un léger avantage à la déclaration du Cardinal Krol dans ses affirmations non controversées. La nuance rétablissait un certain équilibre perdu précédemment au bénéfice du message pontifical (ibid., p. 741). Enfin la relation réciproque de la non-violence à la guerre juste, du devoir du soldat à celui de l’objecteur de conscience avait été une ultime fois remaniée afin que la guerre juste apparaisse clairement comme la tradition catholique, tout en laissant sa place à la seconde option comme totalement cohérente avec le message de l’Evangile (ibid., pp. 727-28, 733-34).

  • 84 CASTELLI, op. cit., p. 177.

44Le texte final fut voté par 238 voix sur un total de 288 évêques présents. Seuls 9 membres de l’épiscopat lui refusèrent leur soutien84. La majorité des prélats s’était donc prononcée en faveur d’un texte plus critique de la politique gouvernementale et plus concrète dans ses affirmations que ne l’était la version précédente. Si leurs conclusions devaient plaire aux militants des mouvements de paix, elles étaient loin de satisfaire l’ensemble de la population catholique, aux Etats-Unis et dans le monde. Quelques jours seulement auparavant – le 27 avril exactement – les évêques allemands avaient publié un document d’une tonalité sensiblement différente.

II. L’Allemagne

A. Le contexte

  • 85 LELLOUCHE, op. cit., pp. 154-59.

45L’Allemagne a vécu jusqu’à 1976-77 dans l’apaisement créé par la détente. Les accords de 1970-72 avec la RDA, la Pologne, l’Union soviétique, puis les accords d’Helsinki en 1975 avaient pu laisser croire que l’« Ostpolitik », si elle ne résolvait pas les problèmes fondamentaux, pouvait durablement en diminuer l’acuité. Elle avait peu à peu fait l’objet d’un consensus de toutes les formations politiques pour des raisons économiques et parce que, dans la mesure où l’on pouvait compter sur la garantie militaire américaine, la coopération avec l’Est paraissait plus favorable à la sécurité collective qu’une politique de confrontation85. Or, la prise de conscience par le gouvernement social-démocrate en 1977 du fait que la détente n’avait en rien ralenti la politique d’armement soviétique, puis les événements subséquents d’Afghanistan, de Pologne, etc., firent remonter à la surface les angoisses de toujours où se mêlent les questions de sécurité et d’identité nationale.

  • 86 Sur les SS-20 et la double-décision de l’OTAN, la littérature est pléthorique. Citons seulement deu (...)
  • 87 A ce sujet, voir la réponse à l’article de Bundy, Kennan, etc. par quatre politiciens allemands. KA (...)

46Dans ce contexte, le stationnement des missiles Pershing II se faisait le révélateur d’une double crainte. D’un côté, c’est la peur lancinante du « découplage », c’est-à-dire de la rupture du lien assurant que les intérêts américains en Europe – et en Allemagne en particulier – resteraient à jamais inséparables des intérêts de l’Europe elle-même. Sur le plan stratégique, cela se traduit par la volonté de rendre inconcevable toute guerre, et a fortiori toute guerre nucléaire limitée à l’Europe – celle-là même que les stratèges américains et le Président en personne semblent envisager. Les missiles Pershing II devaient être l’instrument de ce « recouplage » en assurant que toute attaque soviétique contre l’Europe de l’Ouest se heurterait à l’éventualité d’une attaque en retour sur le cœur de la Russie soviétique. Celle-ci à son tour rendrait envisageables des représailles sur les cités américaines86. C’est donc la probabilité de l’escalade nucléaire qui renforcerait la dissuasion. De la même manière, les responsables politiques et militaires allemands sont opposés à toute proposition susceptible d’élever le seuil nucléaire parce qu’elle accroîtrait les chances qu’une guerre soit menée sur leur territoire ; guerre conventionnelle, certes, mais dont les destructions seraient pour eux insupportables. C’est aussi une logique identique qui les pousse à rejeter énergiquement le concept du « non-usage en premier » des armes nucléaires de la part des USA, stratégie qui ne pourrait à leurs yeux que rendre une guerre conventionnelle plus probable87.

  • 88 Voir KELLY, Petra, Rede zum deutschen Bundestag, 22 Nov. 1983, in Die Nachrüstungsdebatte im deutsc (...)
  • 89 Un résumé des principaux arguments avancés par les adversaires de l’installation des euromissiles o (...)
  • 90 Par exemple l’Appel de Krefeld, lancé au début 1981, qui a réuni plus de deux millions de signature (...)
  • 91 Cette exigence, qui n’est pas générale à l’ensemble du mouvement de paix, est cependant commune à u (...)
  • 92 A l’image de la proposition du groupe réuni autour d’Olof Palme, Common Security, A Programme for D (...)
  • 93 Campaign for European Nuclear Disarmament, „Atomwaffenfreies Europa von Poland bis Portugal“, Berli (...)

47A l’inverse, pour les Allemands qui se reconnaissent dans les mouvements de paix, cette volonté de se donner les moyens de mener la guerre pour rendre la dissuasion plus crédible apparaît comme une duperie et une trahison. L’installation des Pershing, la doctrine d’“Airland Battle, la banalisation des concepts de « guerre limitée », de « frappe en profondeur », etc., réveillent les consciences à la douloureuse réalité de se trouver sur la ligne de front88 et, si un conflit devait intervenir, d’en être les premières victimes. Les Pershing en particulier, à cause de leur caractère d’armes de première frappe et de la courte durée séparant leur mise à feu de la frappe des cibles, semblent constituer soudain un danger très grand89. La détérioration du rapport militaire entre les deux Grands paraît porter un coup fatal à la détente qu’avaient créée les petits pas persévérants de l’« Ostpolitik ». Une nouvelle fois, le rêve d’une Allemagne réunie – sinon réunifiée – et neutre entre les grandes puissances s’évanouit. La conscience de ne pas être un pays souverain à part entière s’exacerbe et, à son tour, exaspère le ressentiment contre le « protecteur » dont on a l’impression de n’être que le jouet. C’est dans ce contexte que se développent les mouvements de paix, dont les revendications vont du rejet de l’installation des missiles de croisière et des Pershing90 à la sortie de l’OTAN91 et à la création de zones exemptes d’armes nucléaires le long de la frontière allemande92, ou en Europe centrale, ou dans l’Europe tout entière93.

  • 94 „Der Geist von München’ und die Friedensbewegung“, Ein Gespräch mit Henri Ménudier, Herder Korresp (...)

48A l’intérieur comme à l’extérieur – en particulier en France – on a vu non sans inquiétude se développer ces mouvements dont nationalisme et neutralisme semblaient être les deux traits dominants. Or, les choix de politique étrangère faits par la République fédérale depuis 1949 ont eu pour objectif premier l’élimination de ces hypothèses. La réunification est impossible parce que la neutralité l’est aussi : c’est cette constatation qui avait amené le gouvernement chrétien-démocrate à se déterminer en faveur de la solidarité occidentale aux dépens de l’unité allemande dans les années 1950, choix qui n’a jamais été remis en cause par la suite. Les menaces de sortie de l’OTAN proférées par une partie du mouvement de paix, ou simplement la volonté déclarée d’accommodation avec l’Est, vont clairement dans une direction opposée, suscitant en Allemagne et en France des préoccupations sérieuses sur l’avenir de la sécurité occidentale, doublées dans ce dernier pays de craintes pour sa propre sécurité au cas où disparaîtrait un jour le « glacis » allemand, obligeant la défense française à commencer non plus sur le Rhin, mais sur l’Elbe94.

  • 95 Von BREDOW, Wilfried, „Zusammensetzung und Ziele der Friedensbewegung in der BRD“, Aus Politik und (...)
  • 96 Une excellente analyse des mouvements qui traversent l’Allemagne au début des années 1980 et repose (...)

49Les mouvements politiques qui se sont développés au début des années 1980 ont pu évoquer aussi le spectre d’une grande Allemagne, réunifiée, puissante et agressive95. Si cette éventualité ne saurait être exclue, on aurait tort d’y voir le résultat d’une volonté politique clairement déterminée de tel ou tel groupe. La remise en cause du « modèle occidental » qui se manifeste dans les mouvements écologistes, doublée du rejet de la politique de défense qui lui est intimement associée, sont les conséquences d’une crise récurrente d’identité qui n’a pas cessé de se manifester par à coups depuis la guerre,... si toutefois cette identité a jamais existé96.

  • 97 Frankfurter Allgemeine Zeitung, Juni 1982 ; Der Spiegel, 29 Aug. 1983, pp. 28-29. D’après ce dern (...)

50Pourtant, la majorité des Allemands reste attachée à ce qui demeure, n’en déplaise à beaucoup, le « système de Yalta ». Les sondages, malgré la divergence de leurs résultats sur l’installation des euromissiles, montrent que l’appartenance à l’OTAN n’est pas remise en cause97.

Chez les catholiques

  • 98 Voir ces textes dans Katholische Kirche im demokratischen Staat, Hirtenworte der deutschen Bischöfe (...)
  • 99 ZdK Vollversammlung, Bad Godesberg, 14 Nov. 1981, Hrsg. Generalsekretariat des ZdK, Bonn, 1981, 16  (...)
  • 100 Zur aktuellen Friedensdiskussion, p. 13 (Traduction CG).
  • 101 Voir par exemple la critique point par point de l’Einigung Katholischer Studenten an Fachhochschule (...)
  • 102 24 Aug. 1982, Düsseldorf, 3te Aufl., 10 März 1983, 20 p. ; pour le document de 1981, BDKJ Hauptvers (...)
  • 103 Pax Christi, Delegiertenversammlung, Pax Christi, Deutsches Sekretariat, Frankfurt/Main, 5te Aufl., (...)
  • 104 Pax Christi n’utilise pas ce terme, quoiqu’il en décrive le mécanisme, ibid., § 39. La paternité du (...)
  • 105 „Katholiken von unten : religiös und selbstbewusst“, Herder Korrespondenz, Heft 10/Okt. 1982, pp. 4 (...)
  • 106 Par exemple Walter Dirks ou Heinrich Böll. Indirectement par le biais du Bensberger Kreis“, cercle (...)
  • 107 Le Comité directeur de Pax Christi publia en décembre 1982 une déclaration demandant au gouvernemen (...)
  • 108 Le Conseil de l’Eglise évangélique (EKD) adopta le 5 novembre 1981 un document de réflexion Frieden (...)

51A partir du début des années 1970, la conférence épiscopale allemande s’est prononcée à plusieurs reprises sur les questions du terrorisme et de la situation politique interne98, mais n’a pas pris officiellement position sur les problèmes de la défense et de l’armement. Elle a préféré laisser cette tâche aux organisations laïques catholiques et au Comité Central des Catholiques allemands. Outre sa prise de position de 1972 sur l’objection de conscience, déjà évoquée, celui-ci publia en novembre 1981 une déclaration intitulée Zur aktuellen Friedensdiskussion99 qui imputait au bloc socialiste l’entière responsabilité de la mise en danger de la paix et dénigrait la transposition politique de l’éthique chrétienne de l’amour du prochain comme pure « éthique de conviction », à laquelle elle opposait une politique responsable basée sur l’examen rationnel des faits ; elle décrivait aussi la « double-décision » de l’OTAN comme « l’exemple d’une politique qui, par-delà la recherche de l’équilibre militaire, vise à la décroissance du processus d’armement, à la détente et à la paix »100. Cette prise de position fut vivement contestée. Elle se heurta à l’opposition du BDKJ et de Pax Christi et, plus généralement, des courants sympathiques au mouvement de paix au sein du catholicisme101. Le BDKJ, qui avait élaboré en mai 1981 un document de base de réflexion sur la paix, publia par l’intermédiaire de son Comité directeur une prise de position intitulée Positionspapier des BDKJ-Bundes-vorstandes zur Sicherheits- und Abrüstungspolitik en août 1982102. Pax Christi de son côté s’était déjà exprimé par un programme publié en novembre 1980 sous le titre Abrüstung und Sicherheit Plattform der Pax Christi103. Ces deux documents militent en faveur d’une politique de sécurité dépassant la seule dimension militaire, critiquent l’équilibre de la dissuasion nucléaire et se prononcent pour une option de désarmement « graduel »104 dans le cadre d’un « concept alternatif de la défense et de la sécurité ». A la modération et à la prudence des organes dirigeants des deux mouvements, on peut opposer le radicalisme des groupes de l’Initiative Kirche von unten (IKvu) (ou « Eglise de la base »). L’IKvu, rassemblement hétéroclite de groupuscules se définissant davantage par opposition à la hiérarchie que sur un programme concret, s’était particulièrement fait entendre lors du Katholikentag de Düsseldorf en 1982105. Même si elle ne représentait qu’une petite minorité du catholicisme allemand, elle bénéficiait de solides soutiens intellectuels106 et risquait de faire tâche d’huile sur certains groupes du BDKJ ou de Pax Christi, découragés par l’attitude prudente de leurs dirigeants107. De plus, devant le silence prolongé de leurs évêques, des catholiques de plus en plus nombreux se tournaient vers les Eglises protestantes en quête de principes directeurs dans leur engagement pour la paix108.

  • 109 „Gerechtigkeit und Frieden“, Erklärung der Frühjahrs- Vollversammlung 1981 der DBK, in Frieden und (...)
  • 110 HÖFFNER, Joseph, Das Friedensproblem im Licht des Christlichen Glaubens, 21 Sept. 1981, Bonn, Sekre (...)
  • 111 « Faire la paix », 15 juin 1982, DC, Nr.1833, 1982, pp. 680-82. Edition allemande, Für den Frieden, (...)

52Le magistère de l’Eglise catholique avait lui aussi commencé à s’exprimer sur les questions de guerre et paix à partir de 1981. Au début de l’année, la conférence épiscopale avait publié une courte déclaration109 et le Cardinal Höffner, son président, avait repris le thème dans son discours d’ouverture de l’assemblée annuelle d’automne110. Mais ces prises de position, qui dénonçaient la précarité de la paix basée sur l’équilibre de la dissuasion, paraissaient trop modérées dans leur incitation à un dialogue dépassionné, trop classiques dans leur rappel du droit de l’Etat à recourir à la défense armée et trop méfiantes à l’égard de ceux qui semblaient ignorer cet impératif. Une déclaration conjointe des Présidents des Conférences épiscopales française et allemande du 15 juin 1982 reprenant les affirmations traditionnelles sur le désarmement (bilatéral, progressif et contrôlé), la dissuasion (insatisfaisante à long terme) et l’équilibre (nécessaire aux négociations)111paraissait également trop timide aux catholiques de plus en plus nombreux qui voyaient dans le stationnement des fusées à moyenne portée le principal danger pour la paix. De plus, le dynamisme des évêques américains, puis l’événement créé par la déclaration des évêques d’Allemagne de l’Est au début janvier 1983 exigeaient de la part de leurs collègues ouest-allemands une prise de position plus nette dans le débat en cours.

B. La lettre pastorale « la justice crée la paix »

  • 112 KAMPE, Bischof Walther, in „Was sagen die katholischen Bischöfe der BRD zum Thema Frieden ?“, Probl (...)
  • 113 HOMEYER, Bischof Josef, Interview du 16 janvier 1986.

53Les évêques allemands résistèrent continuellement à l’idée de se prononcer sur des problèmes concrets, à la manière de leurs homologues américains112 malgré les très fortes pressions des catholiques engagés dans les mouvements de paix et en dépit du souhait de certains membres de la conférence épiscopale. Il semble qu’ils aient dû se détourner de leur idée originelle de publier un document très court synthétisant les enseignements de l’Eglise sur la paix, pour s’orienter sous l’influence des événements extérieurs vers la rédaction d’un document beaucoup plus complet et plus engagé113. Ils décidèrent néanmoins de limiter leur déclaration à l’énonciation de principes généraux capables de fournir des orientations en matière d’attitude personnelle et politique à l’égard de la paix. D’emblée, la prérogative du magistère de l’Eglise était donc plus réduite que dans le document américain.

1. Premières ébauches114

  • 114 Une grande partie de l’information concernant le processus de rédaction de la lettre pastorale alle (...)
  • 115 BÖCKLE, Franz, „Sehnsucht nach Frieden-Frage nach Heil“, Die Christliche Friedensbotschaft, Sept. (...)

54Le processus de rédaction de la lettre pastorale allemande fut en un certain sens plus pragmatique que celui du texte américain, du moins à ses débuts. La décision formelle de publier un document sur les questions contemporaines de la guerre et de la paix fut prise par le Conseil permanent de l’épiscopat lors de sa réunion du 4 mai 1982, ce qui permit la tenue d’une première discussion au sein de l’épiscopat dans son ensemble lors de l’assemblée annuelle de septembre 1982. Cette discussion eut lieu sur la base de trois documents préparatoires rédigés par trois théologiens, Franz Böckle, moraliste, Karl Kertelge, spécialiste du Nouveau Testament, et Karl Lehmann, expert en dogmatique, à partir des contributions que chacun d’entre eux avait présentées au Katholikentag de Dusseldorf115.

  • 116 D’après LANGENDÖRFER, Atomare Abschreckung, p. 69.
  • 117 BÖCKLE, „Sehnsucht“, op. cit., p. 31.
  • 118 ibid., pp. 32-33.
  • 119 ibid., pp. 34-35.

55Le rapport de Franz Böckle établissait une distinction nette entre les deux dimensions de la « paix » et de la « sécurité », qui allait demeurer une constante de la lettre pastorale. Il était à son avis indispensable de ne pas confondre la « paix » au sens plein du terme, comme « œuvre de la justice » et la recherche de la sécurité, ou absence de violence armée. Seule la première est du ressort actif de l’Eglise, alors que la seconde ne peut faire l’objet que de jugements moraux sur les moyens utilisés116. Sa définition de la paix comme « un processus dynamique, caractérisé par une diminution de la violence et une augmentation de la justice »117 justifiait l’établissement d’un lien entre la promotion de la paix d’une part, le respect des droits de l’homme et la mise en œuvre de la justice sociale d’autre part. Sur le plan de la politique de sécurité, il désignait la stabilité comme le but premier des efforts militaires et condamnait en conséquence toute politique visant à se doter d’une capacité de première frappe ou tendant à la supériorité118. Il mettait aussi l’accent sur la nécessité de donner la priorité à la recherche de moyens de règlement pacifique des conflits119.

  • 120 LEHMANN, op. cit., pp. 38-44 ; KERTELGE, op. cit., pp. 63-64.
  • 121 LEHMANN, op. cit., pp. 44-46 ; LANGENDÖRFER, Atomare Abschreckung, pp. 69-70.

56Les interventions de Karl Lehmann et Karl Kertelge avaient pour but de clarifier la relation entre la finitude de la réalité humaine et le concept chrétien de paix, à la fois don de Dieu et tâche de l’homme, qui pouvait commencer à se réaliser ici-bas mais n’atteindrait sa plénitude que dans une perspective eschatologique120. La tension entre les deux pôles ne devait pas être artificiellement abolie. Il était donc indispensable pour le chrétien de mettre en œuvre les maximes de l’Evangile dans son attitude quotidienne, tout en évitant de sombrer dans l’utopie d’une grande « fraternité universelle » et de la « paix perpétuelle »121.

  • 122 Harald Oberhem a été pendant plusieurs années assistant du professeur Nagel, Directeur de l’Instit (...)
  • 123 CZEMPIEL, Ernst-Otto, Schwerpunkte und Ziele der Friedensforschung, München/Mainz, Kaiser/Grünewald (...)
  • 124 La recherche des deux sous-groupes fut différée. Elle aboutit cependant à un stade intermédiaire au (...)

57L’assemblée générale de la conférence épiscopale décida de confier la tâche de préparation d’un premier document au petit groupe de théologiens mentionné, auquel s’adjoignit Harald Oberhem, directeur du bureau „Militärseelsorge und Öffentlichkeit“ auprès de l’aumônerie militaire. Aucune procédure formelle de consultation ne fut décidée, mais chacun des membres du comité de préparation bénéficiait d’un réseau de relations suffisamment étendu pour qu’aient lieu des échanges de vue aussi nombreux que discrets avec de multiples politiciens, stratèges, politologues et théologiens122. Le comité était aussi en rapport étroit par des liens familiaux, amicaux et de travail avec la „Hessische Stiftung für Friedens-und Konfliktforschung“ (HSFK) de Francfort, dont les experts avaient contribué à de nombreuses initiatives du „Katholischer Arbeitskreis Entwicklung und Frieden“ (KAEF), un organisme de conseil et d’étude auprès de la conférence épiscopale pour les questions de paix et de développement123. De plus, le KAEF, alors présidé par Franz Bockle, avait lancé en 1978-79 un projet d’étude globale sur les problèmes éthiques de la sécurité appliqués à la situation allemande. Ce projet devait être confié conjointement à la faculté de théologie de Bonn, sous l’égide du même Franz Böckle pour les aspects éthico-théologiques, et à la HSFK, sous la direction de Gert Krell, pour les aspects stratégiques124.

58Le rythme du travail de préparation s’accéléra brusquement à partir de décembre 1982, si bien qu’on ne peut exclure l’hypothèse d’une course de vitesse avec l’épisocpat américain. Le 11 du même mois, les membres du comité se partagèrent les tâches selon les cinq chapitres prévus pour la déclaration. Au lendemain de leur réunion du 15 janvier 1983, ils remirent leurs travaux à Heinz-Theo Risse, secrétaire de la KAEF, qui était chargé d’en élaborer une synthèse devant être soumise à examen du Conseil permanent de l’épiscopat le 24 janvier.

2. La première mouture : Dienst der Kirche am Frieden“

  • 125 D’après LANGENDÖRFER, Atomare Abschreckung, p. 71.
  • 126 ibid., p. 72.

59La première mouture du texte reprenait l’argumentation déjà développée par Franz Bockle, Karl Lehmann et Karl Kertelge, tout en la complétant. Comme la lettre pastorale américaine, le projet faisait largement place à l’évolution du concept de paix à travers la Bible et rappelait aussi la théologie de la guerre juste. Cependant, il s’agissait moins ici de faire une énumération de ses critères, à l’image du projet américain, que d’en démontrer l’altération historique marquée par un juridisme croissant et une inadéquation de plus en plus flagrante à l’évaluation de la guerre moderne. Le recours à la défense armée, s’il ne saurait être refusé à l’Etat, ne peut garder un sens que s’il est replacé dans le contexte d’un concept global de paix125. A la légitime défense, au moyen de la force armée si nécessaire, doivent donc faire pendant des efforts concrets en matière de détente, de règlement pacifique des différends et de perfectionnement des structures internationales. Théologiquement, ces deux aspects étaient reliés à la problématique du « déjà là » et du « pas encore » de la réalisation du Royaume de Dieu. Parce que ce Royaume ne peut se réaliser totalement dans un monde imparfait, le recours à la défense armée peut rester parfois indispensable – d’où le rejet de l’utopie de la paix perpétuelle – mais parce que sa construction commence dès ici-bas. le chrétien a le devoir de transposer le message d’amour du prochain de l’Evangile dans ses actes personnels jusque dans la politique. Toutefois, celui-ci ne peut s’appliquer de la même manière dans les rapports interindividuels et les rapports entre communautés politiques126.

  • 127 ibid., pp. 72-73 ; également BÖCKLE, „Sehnsucht“, op. cit., pp. 32-33.
  • 128 BÖCKLE, ibid., p. 33.
  • 129 D’après LANGENDÖRFER, Atomare Abschreckung, pp. 72-73.

60Après avoir émis ces réserves, le texte aborde la question du jugement éthique de la dissuasion nucléaire. Pour l’auteur – en l’occurrence Franz Böckle – l’exigence première est la prévention de toute guerre, non pas comme le résultat d’une casuistique, mais comme impératif éthique – on pourrait dire catégorique – à cause des destructions insupportables qu’elle occasionnerait. Or, c’est cet objectif même que se fixe la dissuasion nucléaire. Celle-ci doit juger d’après ses buts plutôt que d’après les conséquences qu’aurait son échec – comme en traitent les évêques américains. Si le but final est la prévention de la guerre, la fin intermédiaire doit être le maintien de la stabilité. L’auteur énonce alors des critères permettant de juger des moyens de garantir cette stabilité, critères relativement proches de ceux que définissent les évêques américains pour évaluer l’acceptabilité de la dissuasion127. Il remarque que la délicate question de l’« usage en premier » de l’arme nucléaire devrait également être appréciée en fonction de sa contribution à la stabilité de la dissuasion128. Etant donné l’impératif qu’il s’est fixé – la prévention de toute guerre – le texte n’entre pas dans le détail d’une critériologie destinée à délimiter un usage « moral » des armes. Seuls sont rappelés les principes de discrimination des populations civiles et de limitation des dommages129.

  • 130 Rappelons que quelques jours auparavant avait eu lieu la rencontre de Rome où fut discuté le projet (...)

61Le Conseil permanent de l’épiscopat, lors de son examen du projet le 24 janvier confirma le choix du thème de la paix comme « œuvre de la justice » qui devait devenir le fil directeur du document. Il donna également son accord au traitement dans la lettre pastorale de problèmes concrets afférents à la politique de sécurité130. Une nouvelle tâche de remaniement fut confiée à Heinz-Theo Risse et le 7 février l’esquisse fut envoyée à l’ensemble des membres de la conférence épiscopale afin qu’ils puissent en prendre connaissance avant la réunion de Trèves (21-24 février 1983) où elle devait être discutée pour la première fois en assemblée plénière.

3. La seconde mouture : „Gerechtigkeit und Frieden“

  • 131 Cité par LANGENDÖRFER, Atomare Abschreckung, p. 75.
  • 132 ibid.

62La seconde mouture conservait la distinction essentielle établie au départ par Franz Böckle entre la sauvegarde de la paix („Friedenssicherung“) et la promotion de la paix („Friedensförderung“), qui délimitait aussi la compétence de l’Eglise. Elle approfondissait la réflexion sur le sens du « Sermon sur la montagne » pour l’action politique – une précision essentielle eu égard à l’usage extensif de ce passage de l’Evangile dans les discours politiques de tous bords. Tout en reconnaissant que ce texte énonçait des « positions de base (Grundeinstellungen) essentielles pour la conduite de vie des chrétiens », le projet considérait comme une erreur de « vouloir organiser les rapports socio-politiques par déduction directe à partir de telles positions »131. Sur le plan historique, l’attitude de l’Eglise à l’égard de la guerre et du service militaire dans les premiers siècles faisait l’objet d’une évaluation plus prudente que précédemment pour accommoder la contradiction des données historiques à ce sujet132.

  • 133 Le premier critère veille à ce que les moyens militaires actuels ou en projet ne rendent pas la gue (...)
  • 134 ibid.

63La nouvelle mouture comprenait un passage supplémentaire sur le respect du droit sous toutes ses formes (droit constitutionnel, droit international, droits de l’homme, etc.) comme condition première des efforts de « construction de la paix ». Quant à la dissuasion, elle continuait d’être appréciée selon ses objectifs. Le jugement moral la concernant était celui du message pontifical aux Nations Unies en juin 1982. Les deux conditions d’acceptabilité de la dissuasion énoncées par Franz Böckle avaient été dissociées par Heinz-Theo Risse en trois exigences éthiques, ce qui les rendait quasi identiques aux trois critères définis par la lettre pastorale américaine133. Cependant le texte se refusait à examiner tout scénario d’emploi des armes nucléaires correspondant à tel ou tel type de dissuasion, à l’inverse du document américain. Même la question de l’emploi en premier de l’arme nucléaire, abordée dans la première mouture, était maintenant exclue134.

La discussion

  • 135 „Friedensdisput in Trier“, Herder Korrespondenz, 37 Jg., Heft 4/1983, p. 151.
  • 136 LANGENDÖRFER, Atomare Abschreckung, pp. 77-78.
  • 137 KAMPE, Bischof Walther, Interview d’avril 1985.

64Si le contenu de la discussion épiscopale de Trèves resta en grande partie secret, une certaine agitation régna à la périphérie de la conférence. Un comité représentatif de quatorze groupes catholiques appartenant au mouvement de paix s’était rassemblé sous la bannière Frieden wollen heisst Frieden wagen“ (« vouloir la paix, c’est oser la paix ») pour demander aux évêques de prendre « une position claire et concrète contre l’armement nucléaire »135 et de « plaider en faveur de mesures de désarmement unilatérales propres à créer la confiance »136. Il semble que certains évêques aient été très impressionnés par leur action et soient intervenus dans la discussion en faveur d’une plus grande netteté dans les exigences politiques du texte137.

  • 138 LANGENDÖRFER, Atomare Abschreckung, p. 78.

65Dans l’ensemble, les évêques se montrèrent satisfaits de l’esquisse du groupe de travail. Ils n’ajoutèrent cependant pas moins d’une centaine d’amendements au projet, dont l’objectif était, entre autres, de lui donner un contenu plus « prophétique ». Ainsi, un passage qui sera repris plus tard sous le titre d’« espoir de paix » (Friedenshoffnung“) fut-il ajouté aux deux composantes de Friedenssicherung“ et Friedensförderung“. Il devait permettre de concrétiser le sens du Sermon sur la montagne pour l’action politique et de relier davantage les possibilités d’action concrète au concept théologico-anthropologique de paix développé antérieurement. Dans ce contexte, il fut proposé de traiter de la défense non-violente comme modalité pratique, mais cette tentative n’aboutit pas. Enfin, il faut signaler la réintroduction du passage sur l’emploi en premier de l’arme nucléaire, sans que d’autres thèmes relatifs à l’usage effectif des armes soient abordés138.

66En fin de réunion, on décida que des amendements écrits pourraient être apportés au projet jusqu’au 3 mars 1983. La tâche du groupe de préparation prendrait fin après leur incorporation et le texte serait alors pris en charge par un groupe de cinq évêques : NNSS. Hemmerle (Aix-la-Chapelle), Kamphaus, Kampe, Schwarz (Auxiliaire à Trèves) et Wöste (Auxiliaire à Munster).

4. La troisième mouture

  • 139 ibid., p. 80 (Traduction DC, Nr.1853, 1983, p. 585).
  • 140 ibid., p. 79.
  • 141 ibid., p. 81 (Traduction DC, Nr.1853, 1983, pp. 588-89).

67Un des traits marquants de la troisième mouture est l’attention accrue accordée au marxisme-léninisme et au danger idéologique qu’il représente. Le thème est abordé au tableau des différents concepts historiques de paix (Section II) et repris dans le cadre du jugement éthique de la politique de sécurité (Section IV). Celui-ci évoque clairement les deux menaces qui pèsent sur la paix dans le monde : d’une part « la menace sur la liberté des nations et de leurs citoyens émanant de systèmes totalitaires », d’autre part, « la menace qui émane de la course aux armements avec une accumulation inimaginable d’armes nucléaires et conventionnelles »139. Cependant, il précise que l’on doit faire face à ce double danger en priorité par des moyens politiques, tout comme le chapitre ii insistait sur l’importance d’une réflexion « politique, spirituelle et morale » au sujet du marxisme140. En présence de ces deux dangers, la dissuasion nucléaire apparaît encore comme un moindre mal. Le témoignage des chrétiens devrait en tout cas montrer qu’« autre chose » est possible. Les évêques évoquent alors la « politique des petits pas » qui peut porter ses fruits dans les relations internationales, mais ils font preuve d’une extrême prudence en demandant « d’envisager des initiatives dans la mesure où elles ne mettent pas en péril la sécurité et les propres intérêts légitimes »141.

  • 142 KAMPE, Mgr Walther, Interview d’avril 1985 ; OBERHEM, Harald, Interview du 5 mars 1985 ; KOSCHEL, I (...)
  • 143 Nous reviendrons en détail sur la relation entre services civil et militaire au chapitre vi.
  • 144 LANGEN DÖRFER, Atomare Abschreckung, p. 81. La question sera développée au chapitre vi.

68Le chapitre final, qui traite de la contribution de l’Eglise et des chrétiens à la paix, a été entièrement remanié, après une discussion pied à pied entre Mgr Kampe et Harald Oberhem142. Mais même si les services civil et militaire apparaissent tous deux comme « services pour la paix », l’épreuve de force semble bien s’être soldée par une victoire de l’aumônerie militaire sur Pax Christi143. Enfin, un paragraphe décisif sur la protestation illégale a été ajouté au texte, précaution nécessaire à un moment où le débat sur le « droit à la résistance » (Widerstandsrecht“) et la désobéissance civile battait son plein en marge des actions entreprises par les mouvements de paix contre le stationnement des Pershing II144.

69La troisième mouture fut envoyée à tous les évêques le 15 mars 1983 afin que le groupe de préparation fût en mesure d’incorporer les derniers amendements lors de sa réunion du 31 mars.

5. La quatrième mouture

70Les modifications essentielles ayant été apportées au texte par l’assemblée de Trèves, celles qui devaient intervenir par la suite apparaissaient plutôt mineures. Il faut cependant mentionner une restructuration qui a réuni sous forme résumée au début de la section IV les fondements anthropologiques des thèmes développés dans la lettre. Ces fondements, au départ dispersés (moutures 1 et 2), avaient fait l’objet d’un chapitre spécial dans la troisième version.

  • 145 ibid., p. 82.
  • 146 ibid., p. 83 (Traduction DC, Nr.1853, 1983, p. 587).

71L’appréciation des dangers qui menacent la paix fut modifiée pour placer nettement en premier l’existence de « systèmes totalitaires » et en second la « course aux armements »145. Malgré le « non » répété à toute forme de guerre, au motif que « jamais il n’a été aussi évident que tout bénéfice possible ne serait pas en rapport avec les sacrifices à fournir », on s’interroge : « les armes qui doivent servir à la dissuasion, avec pour objectif d’empêcher la guerre, peuvent-elles encore être utilisées dans une guerre en respectant le principe de proportionnalité des moyens ? »146. La contradiction est proche de celle que l’on a rencontrée chez les évêques américains entre l’impératif catégorique contenu dans le critère de discrimination et le résultat du jugement éthique sur la dissuasion.

  • 147 ibid. ; KAMPE, Mgr Walther, Interview d’avril 1985.

72C’est sur la base de cette quatrième mouture que se déroula l’assemblée de Würzburg (18 avril 1983) qui devait procéder à l’adoption du texte. Dès le départ il fut entendu qu’aucun vote n’aurait lieu : le projet serait adopté par consensus147.

6. Le produit final : „Gerechtigkeit schafft Frieden“

  • 148 LANGENDÖRFER, ibid.
  • 149 ibid. ; GsF, p. 578.
  • 150 LANGENDÖRFER, ibid. ; GsF, p. 580.

73Le texte définitif n’est pas très différent de sa quatrième version148. La section III souligne davantage que « l’hostilité mortelle entre le socialisme révolutionnaire et le “capitalisme” », sur laquelle repose le conflit Est-Ouest, « appelle une confrontation intellectuelle et politique spécifique »149 ; il accentue également la thèse de la complémentarité entre le « développement récent de l’éthique de paix depuis Jean XXIII » et la « doctrine de la “juste défense” »150. Enfin, décision importante, le passage relatif à l’emploi en premier des armes nucléaires a été supprimé.

  • 151 Voir à ce sujet la revue de presse effectuée par la conférence épiscopale, qui ne compte pas moins (...)

74La lettre pastorale fut tenue secrète pendant une dizaine de jours, le délai nécessaire à l’incorporation des derniers amendements, puis présentée au public le 27 avril par le cardinal Höffner. La presse lui accorda une grande attention et la gratifia généralement de commentaires favorables151. Cependant, beaucoup – en particulier dans les rangs des mouvements de paix – attendaient avec une plus grande impatience l’adoption de la version définitive de la lettre pastorale américaine qui devait avoir lieu quelques jours plus tard.

  • 152 TOULAT, Jean, « La bombe et l’Evangile », Le Monde, 11 nov. 1983 ; TOULAT, Pierre, « Quel est le me (...)

75Du côté français, six mois allaient encore s’écouler avant la publication d’un texte qui fit l’effet d’une « bombe »152.

III. La France

A. Le contexte

  • 153 A ce sujet, voir MELLON, Christian, « Histoire du ralliement : 1972-1981 », Alternatives Non-violen (...)
  • 154 Déclaration à Antenne 2, le 16 novembre 1983, Défense Nationale, janv. 1984, p. 195.

76Il est vrai que, mis à part l’environnement international, rien ne requérait d’urgence une intervention des évêques français sur les problèmes de défense. Apparemment, le « consensus national » en faveur de la dissuasion nucléaire était capable de résister à toutes les tempêtes déchaînées ailleurs par les mouvements de paix. Après le ralliement progressif de la droite au projet gaullien de création d’une force nucléaire indépendante dans les années 1960, la gauche socialiste et communiste s’était peu à peu « convertie », au cours de la décennie suivante153, si bien que le Président Mitterrand pouvait déclarer à l’automne 1983 : « La pièce maîtresse de la stratégie de dissuasion en France, c’est le chef de l’Etat, c’est moi »154, sans créer de grands remous.

  • 155 Le Président Mitterrand l’a confirmé en allant « voter » lui-même devant le Bundestag en faveur de (...)
  • 156 C’est davantage des doctrines comme celles d’„Airland-Battle“, définissant les modalités du combat (...)

77Certes, la France ne peut ignorer le débat qui se déroule de part et d’autre de l’Atlantique. Sa sécurité n’est pas indépendante de celle du reste de l’Europe – et en particulier de celle de l’Allemagne fédérale155. Les progrès technologiques des deux « grands » l’obligent constamment à adapter son appareil de défense et, par là même, à repenser sa stratégie. Mais en 1983 la discussion commence à peine à s’ouvrir au-delà d’un cercle limité de spécialistes. Les ouvrages publiés à partir de cette date mettront au grand jour les contradictions qu’impliquent l’extension et la modernisation de la force nucléaire malgré le maintien d’une armée conventionnelle importante, ainsi que le flou qui demeure dans les doctrines d’emploi et les difficultés d’intégration de la défense française à un système militaire européen156.

  • 157 L’Appel des Cent, signé à l’origine par cent personnalités dont certaines – mais non pas toutes – é (...)
  • 158 Chiffres donnés par Le Monde, respectivement 20-21 nov. 1983, 21 juin 1983. L’Appel des Cent, sous (...)

78Mais la majorité des Français semble encore faire confiance à ses missiles et à son président pour conjurer la menace que tous – mis à part les communistes – sont d’accord pour situer du côté de Moscou. Le rôle des communistes est d’ailleurs ambigu. Forcés d’adhérer implicitement aux postulats socialistes, comme condition de leur accès au pouvoir, ils n’ont pu que tenter timidement de profiter du climat international pour mobiliser les foules contre les euromissiles par l’intermédiaire du « Mouvement de la Paix » et de l’« Appel des Cent »157. Ils réussirent ponctuellement à rassembler quelque deux cents à trois cent mille personnes pour la « fête de la paix » à Vincennes en juin 1982 et 1983, mais sous un mot d’ordre si vague qu’il en perdait toute signification158.

  • 159 Comité pour le Désarmement Nucléaire en Europe. Le CODENE est un regroupement hétérogène de mouveme (...)
  • 160 Notamment à l’occasion de la rencontre internationale du Larzac en août 1983 ; HOWORTH, op. cit., p (...)
  • 161 LEGGEWIE, Klaus, Keine Friedensbewegung in Frankreich ? Zehn Gründe für ihre relative Unterentwick (...)

79L’emprise du parti communiste sur les mouvements de paix et l’absence de relai de la part d’autres forces politiques crédibles est sans doute l’une des raisons qui expliquent le peu d’engouement des Français à leur égard. La tentative du CODENE159 à partir de 1981-82 pour faire contrepoids au Mouvement de la Paix ne rencontra un véritable succès qu’à partir de l’été 1983, lorsqu’il réussit à démontrer nettement son indépendance par rapport aux forces communistes et à s’imposer comme véritable partenaire des mouvements de paix européens160. Le syndrome d’un pacifisme « munichois », l’absence d’une base sociale écologiste ou « alternative », l’extériorité de la France par rapport aux structures militaires de l’OTAN et sa volonté d’affirmer son indépendance grâce à sa force nucléaire, le ralliement des principales formations politiques à la dissuasion sont autant de motifs qui jouent à rencontre des initiatives du mouvement de paix en France161.

  • 162 Les principaux résultats de ce sondage, ainsi qu’une interprétation sont donnés par CHAVANAT, Domin (...)
  • 163 LELLOUCHE, op. cit., pp. 21-25.
  • 164 59 % des personnes interrogées estiment tout à fait nécessaire (36 %) ou assez nécessaire (23 %) un (...)

80Cependant, l’unité de façade dont jouit le système de défense est fragile. Un sondage réalisé durant l’été 1984 par le Secrétariat Général à la Défense Nationale (SGDN) montre que si les Français dans leur majorité espèrent que « la force de frappe française peut contraindre un éventuel agresseur à ne pas nous attaquer », ils pensent aussi que le Président n’utiliserait pas les armes nucléaires en cas d’échec de la dissuasion ou s’opposent à leur usage car ils sont persuadés qu’ils n’échapperaient pas à l’holocauste162. Le « consensus nucléaire » ne reposerait-il donc que sur un « bluff » ? C’est la conclusion de Pierre Lellouche, qui émet ainsi l’hypothèse d’un « neutralisme à la française » réduisant au domaine du discours tout engagement vis-à-vis des alliés européens et consacrant pour soi-même une version du « plutôt rouge que mort » tant dénigré chez les voisins163. Le modèle français de dissuasion évince, par sa nature même, l’hypothèse de l’emploi des armes nucléaires. C’est la raison pour laquelle la majorité des Français est favorable au développement simultané de moyens de résistance populaire militaires, mais aussi non-violents164. Le rassurant discours des pouvoirs politiques et militaires sur la dissuasion aurait donc tort de conduire à la passivité d’un peuple qui reste, malgré tout, conscient des limites de son armement nucléaire.

Dans les milieux catholiques

  • 165 MULLER, Jean-Marie, L’Evangile de la Non-violence, Paris, Fayard (Points Chauds), 1969, 216 p. ; St (...)
  • 166 Loi sur l’objection de conscience, Loi Nr 83-605 Journal Officiel, (contenu en partie publié).
  • 167 Il faut ajouter que nombre de catholiques ont été mêlés depuis le début des années 1970 au mouvemen (...)

81C’est particulièrement les milieux chrétiens de « gauche » – catholiques et protestants – qui fournissent un terrain de prédilection à la contestation radicale non seulement de la dissuasion nucléaire mais du système de défense dans son ensemble en proposant une « alternative non-violente ». Le concept de non-violence y a depuis longtemps fait son chemin par l’intermédiaire de militants comme Lanza del Vasto, fondateur des communautés de l’Arche, ou de Jean et Hildegard Goss. Au début des années 1980, cette tendance plutôt spiritualiste converge dans une certaine mesure avec les travaux des théoriciens de la défense non-violente, qui se sont développés en France au cours des années 1970 sous l’impulsion de Jean-Marie Muller, Christian Mellon, Jacques Sémelin et plus généralement autour du « Mouvement pour une Alternative non-violente » (MAN)165. La progression de l’idée de non-violence, sous sa forme spirituelle ou politique selon les cas, fait que les Eglises constituent au début des années 1980 et surtout à partir du vote de la loi du 8 juillet 1983166 un réservoir potentiel d’objecteurs de conscience167.

82Malgré tout, les catholiques engagés dans les mouvements de paix ne constituent qu’une infime minorité. La difficulté du CODENE et des mouvements affiliés, dont nombre sont d’obédience chrétienne, à se démarquer du Mouvement de la Paix, en est l’une des causes. Par ailleurs, la présence de Pax Christi dans le domaine de l’action catholique laïque pour la paix depuis 1945 a certainement servi à rallier les catholiques qui se seraient autrement engagés auprès d’autres groupes. Or, au début des années 1980, la section française de Pax Christi reste attachée à une ligne prudente et traditionnelle justifiée par le désir de conserver au sein du mouvement le pluralisme des opinions.

  • 168 Les « principes et objectifs d’action » de Pax Christi-France expriment « la volonté de rassembler (...)
  • 169 La délégation française, conjointement avec les délégations autrichienne et luxembourgeoise, signa (...)

83En conformité avec les déclarations pontificales, elle continue à plaider la cause d’un désarmement mutuel, équilibré et contrôlé168 et, dans le débat européen sur les missiles nucléaires à moyenne portée, elle a exprimé son désaccord avec la prise de position du mouvement international à rencontre de la décision de l’OTAN169.

  • 170 « Le désarmement, point de vue d’Eglises chrétiennes de France », 2 juil. 1982, DC, Nr.1835, 1982, (...)

84Du côté de la hiérarchie, aucune position n’a été prise jusqu’à la fin du printemps 1982. La première déclaration officielle sera le communiqué conjoint des Présidents des Conférences épiscopales allemande et française du 15 juin 1982 (Cf. supra). Il sera suivi quelques semaines plus tard de la remise d’un document au Président de la République par des représentants des Eglises catholique et protestante à l’occasion de la session extraordinaire des Nations Unies sur le désarmement. Ce texte, très modéré dans son approche, se contentait d’exprimer son inquiétude devant l’extrême dépendance de la défense française et européenne à l’égard de l’arme nucléaire et souhaitait que le gouvernement prenne de nouvelles initiatives en matière de désarmement et de restauration de la confiance entre l’Est et l’Ouest170.

  • 171 Déclaration commune de la Commission française Justice et Paix et de la Commission économique, soci (...)
  • 172 « Recherche œcuménique sur la défense et la guerre. Propositions d’un groupe de travail », déc. 198 (...)
  • 173 Quelle défense pour la paix ? Eléments de réflexion sur la dissuasion nucléaire française, Commissi (...)

85A cette époque, les Eglises catholique et protestante cherchaient la voie d’un cheminement commun. Dans la ligne de leurs travaux sur les ventes d’armes du début des années 1970, la Commission Justice et Paix de l’Eglise catholique et la Commission économique, sociale et internationale de la Fédération protestante de France avaient commencé en 1981 une réflexion conjointe sur la défense. En octobre 1981, elles publièrent un communiqué insistant sur l’urgence de trouver une alternative à la défense armée et suggérant que soient étudiées les possibilités de recours à des moyens non-violents171. Une première analyse des « menaces », soulignant la nécessité de se démarquer des approches purement militaires et d’inclure dans la réflexion des facteurs sociaux, économiques et idéologiques fut portée à la connaissance du public en janvier 1983 sans recevoir beaucoup d écho172. Rarcontre, la publication en avril suivant sous l’égide de la seule Commission Justice et Paix des « Eléments de réflexion sur la dissuasion nucléaire française » suscita des remous dans les milieux catholiques intéressés. Cette analyse condamnait la stratégie « anti-cités » comme contraire à l’éthique chrétienne et demandait que l’on saisisse l’occasion de l’effervescence internationale et du « consensus » des grandes formations politiques sur la défense pour qu’un réel débat non partisan puisse s’instaurer en France173.

86L’écart entre l’attitude prudente des évêques et les positions de l’organisme qui lui sert d’étude et de conseil sur les questions de paix et d’armement ne devait pas rester sans conséquences dans les débats qui eurent lieu autour de la lettre pastorale.

B. « Gagner la paix »

1. L’initiative épiscopale

  • 174 La délégation française se composait de Mgr Vilnet, Président de la Conférence épiscopale, du Père (...)
  • 175 Le Père Defois participa à l’assemblée de Würzburg lors de laquelle fut discuté le texte final de l (...)
  • 176 COSTE, Père René, Interview du 4 juin 1985.

87Face à l’audience que gagnait peu à peu l’initiative américaine, à la faveur croissante que trouvait l’option non-violente dans les cercles catholiques militants et devant le danger de se voir dépassée par sa propre Commission Justice et Paix, la Conférence épiscopale française se trouvait dans une situation de plus en plus inconfortable. Son silence devenait chaque jour plus difficile à justifier. Ses délégués avaient participé à la rencontre de Rome où fut discuté le projet de lettre pastorale américaine174 et elle avait été régulièrement informée des progrès de la rédaction du document allemand175. Il semble que, dès l’hiver 1982-83, les instances dirigeantes de la Conférence aient considéré comme indispensable la publication d’un document176, sans envisager d’échéance précise.

  • 177 Secrétariat général de l’Episcopat, Lettre circulaire Nr. 19/1980 (non publiée).
  • 178 Secrétariat général de l’Episcopat, Lettre circulaire Nr.21/1982 (non publiée).
  • 179 CHAVANAT, Colonel Dominique, Les évêques américains et la dissuasion nucléaire, Eléments de réflexi (...)
  • 180 Secrétariat général de l’Episcopat, Documents sur la paix et le désarmement, Paris, 3 janv. 1983 (n (...)
  • 181 Secrétariat général de l’Episcopat, « L’Eglise en France et les armements nucléaires ou conventionn (...)
  • 182 Secrétariat général de l’Episcopat, Lettre circulaire Nr.22/1983, 24 mars 1983 ; texte reproduit da (...)
  • 183 Documents Episcopat, Nr. 13, 1983, reproduit dans COSTE, René, « Le problème éthique de la dissuasi (...)
  • 184 Secrétariat général de l’Episcopat, Lettre circulaire Nr.26/1983, 21 avril 1983 (non publiée).
  • 185 Secrétariat général de l’Episcopat, Lettre circulaire Nr. 50/1983 (non publiée).
  • 186 Secrétariat général de l’Episcopat, Lettre circulaire Nr. 54/1983 (non publiée). Sur ce point, voir (...)

88Le Secrétariat général de l’Episcopat avait d’ailleurs commencé dès 1980 à réunir une documentation sur la défense, d’abord en réaction à l’intervention soviétique en Afghanistan177, puis dans le cadre plus large d’un examen des aspects éthiques et stratégiques de la dissuasion nucléaire. Dans le numéro 5/1981 de Documents Episcopat, bulletin de liaison interne à la conférence épiscopale, le Contre-amiral Sevaistre établissait un premier bilan du « phénomène militaire ». En janvier 1982 un dossier sur le désarmement préparé par l’équipe nationale de Pax Christi était transmis aux évêques178. En juin de la même année, un groupe de représentants des mouvements non-violents avait remis à Mgr Vilnet, Président de la Conférence épiscopale, une note réagissant à la déclaration « Faire la paix », suite à un entretien avec le Père Defois, Secrétaire général de la Conférence. Le 19 novembre 1982, un groupe d’étude et de recherche de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN) sur « la défense nationale, le pacifisme et le neutralisme » remettait à son tour un dossier au Secrétaire général de l’Episcopat, formulant de manière plus détaillée le contenu d’une entrevue du 11 octobre précédent. Déjà en septembre 1982, le Colonel Chavanat, alors officier d’Etat-major de la 1re Armée, avait adressé à l’épiscopat ses propres réflexions sur le projet de lettre pastorale des évêques américains179. Au tout début janvier 1983, les membres de la conférence épiscopale recevaient du Père Defois un ensemble de « documents sur la paix et le désarmement », dont une suite de réflexions qui avaient été demandées par le Secrétariat général de l’Episcopat au Secrétariat général à la Défense Nationale et à l’IHEDN. Ces réflexions portaient sur quatre thèmes : 1) la conception actuelle de la défense en France ; 2) les raisons du refus de la France à renoncer à un emploi en premier des armes nucléaires ; 3) ses raisons de ne pas renoncer à une stratégie anti-cités ; 4) l’opinion des personnes sollicitées sur les aspects éthiques de la dissuasion180. Un mois plus tard, les évêques recevaient par lettre circulaire un texte rédigé par le Père Defois lui-même, qui semble avoir fourni la base des positions françaises lors de la réunion de Rome181. Entre mars et septembre 1983 ils devaient encore recevoir divers documents dont un article de Jean Klein, chercheur à l’Institut Français de Relations Internationales, alors délégué laïc de Pax Christi182, un article du Père René Coste183, le compte rendu de la réunion de janvier au Vatican184, une lettre du Père Schotte à M. et Mme Parodi, militants non-violents du mouvement de l’Arche, qui avaient entrepris un « jeûne pour la paix »185, ainsi que les conclusions de la 13e Assemblée générale des Conférences épiscopales européennes, réunie à Zagreb du 16 au 21 avril 1983186.

  • 187 « L’épiscopat français condamne le pacifisme de l’Eglise catholique américaine », Le Matin, 24 mars (...)
  • 188 « Le Père Defois s’explique », Témoignage Chrétien, 11 avril 1983, pp. 2-3.
  • 189 Interview du Père Defois, Secrétaire général de l’épiscopat, Le Pèlerin, 15 mai 1983, p. 14.
  • 190 Sur le rôle de la lettre pastorale américaine dans l’initiative française, voir QUELQUEJEU, Bernard (...)
  • 191 Le Pèlerin, 15 mai 1983, p. 14.
  • 192 LUSTIGER, Kardinal Jean-Marie, Interview au magazine Der Spiegel, 31 Jan. 1983, p. 117.
  • 193 Une rencontre entre le Secrétariat, Jean Klein, le Père Laurent de la revue Projet et de l’Action P (...)
  • 194 Le Secrétariat rencontra les représentants de Pax Christi, Justice et Paix, et quelques théologiens (...)

89Sur le plan des relations publiques, le Père Defois indiquait dans une interview accordée au journal Le Matin en mars 1983 qu’une déclaration était concevable « d’ici à six mois », en même temps qu’il contestait vivement certaines propositions de la lettre pastorale américaine, en particulier le « gel nucléaire »187. Sa prise de position souleva une telle polémique qu’il dut publier une mise au point la semaine suivante. Celle-ci justifiait la divergence d’approche par la différence des situations stratégiques188. Un mois plus tard une nouvelle interview dans l’hebdomadaire Le Pèlerin s’efforçait de souligner qu’« il n’y a pas de divergences entre l’épiscopat américain et l’épiscopat français »189. Mais il devenait de plus en plus évident que les évêques français ne pourraient éluder une prise de position190. Le Père Defois envisageait officiellement à cette époque la possibilité de travaux préparatoires dans un avenir proche191. De son côté, le Cardinal Lustiger, archevêque de Paris, avait déclaré dans une interview accordée fin janvier au magazine allemand Der Spiegel que les problèmes moraux de la dissuasion nucléaire nécessitaient un « réel débat public » faisant appel à « la responsabilité de la nation et à son sens de l’identité nationale »192. De fait, outre les documents déjà mentionnés, des consultations informelles avaient eu lieu en mars et avril entre le Secrétariat de l’épiscopat et des représentants des milieux militaires ou favorables à la dissuasion nucléaire française d’une part193, des représentants des tendances non-violentes et des mouvements de paix d’autre part194.

90Un débat eut lieu lors de l’assemblée générale des évêques en mai 1983 sur la base de ces consultations, des études préparatoires, ainsi que des positions présentées par les délégués français à la réunion de Rome en janvier 1983. Aucune décision concrète ne semble alors avoir été prise, sinon celle de confier la charge du dossier au Conseil permanent de l’épiscopat. En juin, le Père Defois prit l’initiative de réunir un groupe de travail en vue d’élaborer le brouillon d’une éventuelle déclaration.

2. Le « comité » de préparation

  • 195 DEFOIS, Père Gérard, Interview du 7 juin 1985 ; JULLIEN, Mgr Jacques, Interview du 9 juin 1985.

91Il était naturel que les évêques les plus directement concernés par les questions de paix et de défense fussent intégrés au comité de préparation. Celui-ci devait donc comprendre, outre le Père Defois, Mgr Jullien, alors évêque de Beauvais, théologien moraliste de formation qui avait une longue expérience des milieux militaires à cause de ses années de service à Brest, port d’attache des sous-marins nucléaires, Mgr Ernoult, Président de Pax Christi, Mgr Fihey, nouvellement nommé à la tête de l’aumônerie militaire et Mgr Gaillot qui s’était fait connaître en témoignant au procès d’un objecteur de conscience quelques années auparavant et dont la sympathie pour la tendance non-violente apportait un certain équilibre au sein du comité. Une première rencontre du groupe était prévue pour le début juin. Victime d’un grave accident, Mgr Ernoult ne put y participer ; Mgr Gaillot de son côté dut s’excuser à cause d’un emploi du temps trop chargé. Etaient donc présents le Père Defois, Mgr Jullien et Mgr Fihey, qui décidèrent que chacun rédigerait son propre texte et l’enverrait ensuite à ses collègues. Une réunion de mise en commun et de confrontation des approches aurait lieu le 8 septembre195.

  • 196 Entre autres, « Morale, conscience et Force de Frappe », Masses Ouvrières, avril 1965, pp. 6-16, ma (...)
  • 197 JULLIEN, Mgr Jacques, Gagner la Paix, Projet de texte : contribution au projet à soumettre au Conse (...)
  • 198 JULLIEN, Mgr Jacques, Interview du 5 juil. 1985. Notons que le texte ne fut pas envoyé à Mgr Gaillo (...)
  • 199 Sur ce point précis, nous n’avons reçu que des réponses évasives, y compris de la part de Mgr Gaill (...)

92Il s’avéra que Mgr Jullien fut le plus assidu à la tâche. S’appuyant sur des réflexions qu’il avait menées antérieurement196, il rédigea très rapidement un texte197 qu’il envoya le 8 juillet au Secrétariat de l’épiscopat ainsi qu’à quelques évêques et personnes de sa connaissance198. Il semble que le Père Defois ait trouvé ce texte en accord parfait avec ses propres convictions et n’ait pas jugé utile de doubler le travail de Mgr Jullien. La réunion du groupe de préparation eut bien lieu comme prévu au début septembre, mais le nombre de ses membres s’était encore réduit : seuls le Père Defois et Mgr Jullien étaient présents. Mgr Ernoult restait hospitalisé, l’attention de Mgr Fihey était retenue par les événements du Tchad et il semble que Mgr Gaillot n’ait pas été re-contacté199. Un seul texte était donc disponible, rédigé par Mgr Jullien.

  • 200 Conseil permanent de l’Episcopat, minutes de la réunion du 12-14 sept. 1983 (non publiées).
  • 201 JULLIEN, Mgr Jacques, Interview du 5 juil. 1985.

93Le 12 septembre, ce texte fut présenté au Conseil permanent de l’épiscopat, qui décida d’en faire la base de discussion de l’assemblée plénière de Lourdes au mois de novembre. Cependant, aucune décision ne fut prise concernant la nature exacte d’un éventuel document. On évoqua la possibilité de rédiger un « livre blanc » comprenant une préface, des documents de réflexion déjà élaborés par l’épiscopat français, ainsi que des passages de déclarations des épiscopats étrangers. Ce « livre blanc » aurait été suivi d’une courte déclaration adoptée par l’Assemblée des évêques200. Mgr Jullien envisageait à l’époque de publier son texte à titre personnel, initiative qu’approuvait le Père Defois. Quelques amendements proposés par Mgr Fihey y furent toutefois introduits, si bien qu’il put être envoyé à l’ensemble de l’épiscopat le 15 octobre, accompagné d’une lettre de couverture indiquant qu’il serait la « seule information essentielle » à partir de laquelle aurait lieu l’échange de vues201.

  • 202 Chiffre cité par Mgr Jullien, Interview du 9 juin 1985.
  • 203 Alors qu’on avait par erreur tout d’abord annoncé 2 « non » et 8 bulletins blancs. La presse reprod (...)

94Le texte fut mis en discussion les 4-5 novembre à Lourdes. Très vite il s’avéra que le débat ne portait pas tant sur son contenu que sur son statut. En d’autres termes, ce qui ne devait être qu’une plateforme de discussion, un document préparatoire, devint soudain un projet sur lequel les évêques étaient appelés à se prononcer. Le rôle de quelques évêques très respectés parmi leurs confrères, en particulier Mgr Lustiger, archevêque de Paris, Mgr Matagrin, évêque de Grenoble et Mgr Vilnet, Président de la conférence épiscopale, semble avoir été déterminant dans ce revirement. Un vote d’orientation eut lieu, faisant apparaître qu’une vaste majorité (89 sur 107)202 était favorable à prendre le texte pour base. A partir de là, la procédure s’accéléra. Vingt-trois amendements furent présentés, et presque tous intégrés. Le vote final donna les résultats suivants : oui, 93 ; non, 8 ; bulletins blancs, 2203. La « bombe » des évêques était prête à exploser !

3. Le contenu du « document » pastoral204

  • 204 Gagner la Paix, Document de la Conférence épiscopale française, Paris, nov. 1983, 15 p. (Les Grands (...)

95Un bref examen du contenu du texte – le document de Mgr Jullien assorti de quelques amendements – nous permettra d’en saisir la ligne directrice. La lettre « Gagner la paix » ne contient pas, à l’inverse des documents allemand et américain, de longue partie introductrice sur le concept de paix dans la théologie catholique. Elle part directement d’une analyse de situation. Les trois parties qui la composent sont intitulées respectivement « entre la guerre et le chantage », « la dissuasion nucléaire » et « construire la paix ». La première traite essentiellement de la menace, qu’elle nomme clairement : il s’agit avant tout de « l’idéologie marxiste-léniniste » et de sa volonté conquérante (GP, p. 6). En comparaison, la menace représentée par l’accumulation des armements apparaît secondaire. A ce propos, les évêques français, tout comme leurs confrères allemands, mettent en garde contre la minimisation du risque de guerre conventionnelle par rapport au danger d’un conflit nucléaire (ibid., p. 5). Devant la menace évoquée, le texte examine les perspectives de l’action non-violente, dont se réclament un certain nombre de groupes chrétiens (ibid., pp. 7-8). Rappelant que « l’Eglise a toujours reconnu au pouvoir politique le droit de repousser la violence par la force », les évêques s’interrogent : « ... la non-violence est-elle transposable telle quelle aux Etats ?... La non-violence est un risque que peuvent prendre les personnes. Les Etats qui, par fonction, doivent défendre la paix, peuvent-ils prendre ce risque ? » (ibid., p. 7). Ils vont jusqu’à affirmer : « ... la logique (menace/contre-menace) ne pourra durer éternellement… Les non-violents n’ont-ils pas raison à long terme ? » Mais ils concluent provisoirement par la négative (ibid., p. 8).

  • 205 ibid., p. 8. Un paragraphe placé en annexe du projet de Mgr Jullien a été ici introduit dans le tex (...)

96S’ensuit une analyse de la dissuasion nucléaire qui, après avoir fortement insisté sur l’impératif de prudence dans cette matière délicate205, rappelle l’enseignement de l’Eglise sur le sujet – GS et la « petite phrase » de Jean-Paul II – (ibid., p. 9). Le texte procède ensuite à l’évaluation spécifique de la dissuasion nucléaire française. Une affirmation sous-tend l’ensemble du raisonnement :

La menace n’est pas l’emploi.

  • 206 Ce terme n’est employé que dans une note de bas de page, également tirée de l’annexe au projet de M (...)
  • 207 L’addition de ces critères est due à l’initiative de Mgr Fihey.

97C’est elle qui permet de considérer la dissuasion nucléaire (française) comme un « moindre mal » dans les conditions actuelles (ibid., p. 10). Acculés à cette « éthique de détresse »206, les évêques énoncent ensuite, comme leurs homologues américains et allemands, une série de critères fondant l’acceptabilité conditionnelle de la dissuasion (ibid.)207. Ils soulignent enfin les dangers et les coûts qu’entraîne une course sans fin aux armements (ibid., pp. 10-11).

98La troisième partie visant à fournir l’ébauche d’une action positive pour la paix reprend l’analyse de la solution non-violente. Elle prend acte de sa fidélité à l’Evangile et, au-delà du caractère « prophétique » qu’elle lui accorde, elle reconnaît que ses protagonistes sont peut-être les pionniers d’un réalisme futur (ibid., p. 11).

  • 208 Le cardinal Etchegaray, alors évêque de Marseille, a particulièrement insisté dans ce sens ; JULLIE (...)
  • 209 Une citation du pape rappelant les trois impératifs traditionnels du désarmement : mutuel, équilibr (...)

99Cette concession, qui ne figurait pas dans le texte initial, a été introduite à la demande de l’assemblée de Lourdes208. De même, à la requête insistante des évêques, fut renforcé le paragraphe suivant sur le désarmement, considéré comme une tâche essentielle209. Citant longuement le message de Jean-Paul II pour la journée de la paix 1983, le document accorde une grande place au « dialogue », quelles qu’en soient les exigences et les difficultés (ibid., pp. 12-13).

100Il tente en conclusion d’élaborer un concept de paix plus large que celui de la simple sécurité militaire. Reprenant les quatre composantes de la paix énoncées par le pape Jean XXIII dans l’encyclique “pacem in Terris” (Vérité, Liberté, Justice et Solidarité), les évêques français rejoignent leurs confrères américains et allemands dans leur affirmation du respect des droits de l’homme et de la construction de la communauté internationale comme conditions essentielles de la paix (ibid., pp. 13-14). Au-delà de la composante sociale, la paix est fondamentalement un problème moral et spirituel. Renvoyant alors dos-à-dos le « matérialisme pratique occidental » et le « matérialisme théorique de l’Est », les pasteurs mettent en garde leurs fidèles contre l’appauvrissement moral de leur civilisation et incitent les chrétiens à s’engager effectivement pour la paix (ibid., pp. 14-15).

101Les évêques n’ont pas conçu leur document comme une parole finale sur la question. Aux considérations de prudence introduites dans le corps de la déclaration, ils ajoutent en conclusion :

Bien des points restent à élucider, bien des pistes restent à explorer, bien des champs restent ouverts où de légitimes divergences peuvent et doivent s’affronter : un dialogue loyal est un chemin de paix, il peut ouvrir au pardon et à la réconciliation (GP, p. 15).

  • 210 Sur ce point, TOULAT, Jean, op. cit. ; TOULAT, Pierre, op. cit. ; WARNIER, Philippe, « L’occasion m (...)
  • 211 Il faut signaler qu’un certain nombre de réactions « à chaud » se basèrent sur la « Note de presse  (...)
  • 212 GAILLOT, Mgr Jacques, « pourquoi j’ai voté contre », Le Monde, 12 nov. 1983 ; « Gagner la paix : un (...)
  • 213 La Paix Autrement, Se défendre sans se renier. Des Chrétiens s’expriment dans le débat sur la dissu (...)

102En réalité, le « dialogue » ne faisait que commencer ! Il devait s’ouvrir par une série de critiques cinglantes de la part de certains milieux catholiques : on reprochait au texte à la fois sa procédure d’adoption, marquée par un manque flagrant de consultations210, et son contenu211. Au sein de la conférence épiscopale, la dissidence s’exprima par la voix de Mgr Gaillot, seul évêque a avoir explicité publiquement les raisons de son désaccord212. Plus tard, après que les passions se fussent quelque peu taries, le dialogue put devenir réellement constructif. Les groupements catholiques engagés pour la paix, et en particulier, les groupements favorables à la non-violence prirent les évêques au mot. Ils organisèrent une vaste consultation dans les milieux catholiques en vue de rédiger un texte qui pouvait apparaître à la fois comme un complément et une réplique aux évêques213.

Notes

1 HEHIR, J. Bryan, “Nuclear Weapons, The Two Debates, Commonweal, March 13, 1981, pp. 135, 139.

2 Discours à l’Institut International d’Etudes Stratégiques de Londres (IISS) publié dans Survival XX/1, Jan.-Feb. 1978, pp. 2-10. Schmidt demandait essentiellement que les fusées à moyenne portée en Europe soient incluses dans le futur accord SALT sans faire de proposition concrète de réponse au stationnement des SS-20. Il abordait également les problèmes politiques du commerce Est-Ouest.

3 Un résumé de ce processus d’armement se trouve dans LELLOUCHE, Pierre, L’Avenir de la Guerre, Paris, Mazarine, 1985, pp. 65-72.

4 Le “Committee on the Present Danger” fut particulièrement actif ; voir RANGER, Robin, “The Salt II Debate”, Britannica Book of the Year, 1980, Chicago, etc. Encyclopedia Britannica Inc., p. 289-92.

5 HERR, Edouard, « présentation de l’enseignement de l’Eglise catholique sur la Paix et la Guerre », Sécurité et Stratégie, Bruxelles, Centre d’Etudes de la Défense, 4(3), Nov. 1984, p. 40.

6 Rappelons que la « double-décision », prise en décembre 1979, prévoyait le stationnement des 108 missiles Pershing II et 464 missiles de croisière à partir de décembre 1983 si aucun accord sur les missiles nucléaires à moyenne portée en Europe n’intervenait dans l’intervalle. Il y a donc offre de négociation, doublée d’une menace de mise à exécution des mesures d’armement en cas d’échec des pourparlers.

7 La directive présidentielle Nr.59 définit une stratégie dite de « compensation » (“countervailing”) qui prévoit une riposte contre les « bases militaires, industrielles et politiques du pouvoir et du régime soviétique lui-même », en d’autres termes, contre les moyens qui permettent aux Soviétiques d’asseoir leur puissance politique et militaire ; TATU, Michel, Le Monde, 8 août 1980. Egalement, “Carter said to back a plan for limiting any nuclear war, The New York Times, Aug. 6, 1980.

8 GASTEYGER, Curt, Searching for World Security, London, Frances Pinter, 1985, p. 46.

9 Alors que le concept d’« attaque préventive » était basé sur une prise de conscience progressive de la disparition de la supériorité nucléaire américaine au cours des années 1950 et pouvait s’appliquer à toute attaque qui aurait lieu avant l’inversion totale de l’équilibre des forces en présence, l’attaque “préemptive” est beaucoup plus localisée. Elle s’applique à toute hypothèse où l’on aurait de fortes raisons de croire à l’imminence d’une attaque soviétique. Intervenant en situation – au maximum – d’égalité des forces de l’attaquant sur celles de la victime, elle sous-entend une supériorité technique incontestable du premier et réclame la supériorité morale de la légitime défense ; FREEDMAN, Lawrence, The Evolution of Nuclear Strategy, London, McMillan, 6th ed., 1985, pp. 126-27. Une telle distinction est contestée par certains auteurs.

10 GRAY, Colin, PAYNE, Kenneth, “Victory is Possible”, Foreign Policy, Nr.39, 1980, pp. 14-27. Dans le sens contraire, BALL, Desmond, “Can Nuclear War be controlled?, Adelphi Papers, Nr. 169, London, IISS, Fall 1981, 51 p.

11 Du moins, c’est ce qui ressort des extraits publiés du document “Defense Guidance” de 1982 définissant les options stratégiques pour les années 1984-88 ; HALLORAN, Richard, “Pentagon draws up First Strategy for Fighting a Long Nuclear War” ; The New York Times, May 30, 1982 p. A12 ; “Weinberger denies US Plan for ‘Protracted Nuclear War’, ibid., June 21, 1982, p. A5.

12 BOYER, Yves, « Implications stratégiques des nouvelles technologies en matière d’armes classiques », Nouvelles technologies et défense de l’Europe, Travaux et Recherches de l’IFRI, Paris, 1985, pp. 89-109.

13 La doctrine FoFa ou « d’attaque des forces d’exploitation et de remplacement » fut proposée en septembre 1982 et finalement adoptée à l’automne 1984.

14 KROL, “Testimony to the Senate, op.cit.

15 Voir l’appel : A Call to Stop the Arms Race, non daté, 2 p. (liste des signataires au verso). Parmi les scientifiques, l’organisation “Physicians for Social Responsibility”, sous le leadership de Helen Caldicott, fut particulièrement active.

16 Voir par exemple, McMANUS, Bishop William, “Message on the Armaments Race, Jan. 1, 1982, Origins, 11(33), 1982, pp. 526-30 ; MALONE, Bishop James, “peacemakers in the Nuclear Age, Christmas 1981, Origins, 11(30), 1982, pp. 480-81 ; CASTELLI, op.cit., pp. 52-53.

17 Cf. le célèbre article de BUNDY, McGeorge, KENNAN, George, McNAMARA, Robert, SMITH, Gerard, “Nuclear Weapons and the Atlantic Alliance, Foreign Affairs, 60(4), 1982, pp. 753-68 ; également, McNAMARA, Robert, “What the United States can do”, Newsweek, Dec. 5, 1983, pp. 48, 50, 55 ; KENNAN, George, Le mirage nucléaire, Les relations américano-soviétiques à l’âge de l’atome, Paris, La Découverte, 1983, 258 p.

18 CASTELLI, op.cit., pp. 13-25. Le livre de Castelli nous servira de fil directeur tout au long de cette partie.

19 HUNTHAUSEN, Bishop Raymond, “A Call to protest the Arms Race, June 12, 1981, Origins 11(7), 1981, pp. 110-13 ; voir The New York Times, July 13, 1981.

20 “President Reagan decides to go forward with the full production of neutron weapons, The New York Times, Aug. 9 1981. Voir également, The New York Times du 12 au 31 août 1981.

21 D’après Castelli, plus de quarante évêques se seraient exprimés dans les mois précédant novembre 1981, op.cit., pp. 26-39 ; voir The New York Times, Oct. 18 1981. Parmi les déclarations qui ont fait beaucoup de bruit, il faut citer la campagne contre la bombe à neutrons lancée par Mgr. Matthiesen (Amarillo, Texas), demandant aux employés de l’usine d’assemblage nucléaire Pantex, située dans son diocèse, d’envisager de quitter leur emploi au bénéfice d’activités civiles ; MATTHIESEN, Bishop Leroy, Statement protesting the production of nuclear weapons, Aug. 21, 1981, Origins 11(12), 1981, pp. 180-81 ; voir The New York Times, Sept. 8 1981. La revue de l’épiscopat américain, Origins, a publié de nombreuses autres déclarations dans les années 1981-83 (Voir bibliographie).

22 COOKE, Cardinal Terence, “The Church. Military Service and Nuclear Weapons, Dec. 7 1981, Origins 11(30), 1982, pp. 469-73. La presse donna un large écho à cette lettre qui suscita de nombreuses réactions, The New York Times, Dec. 15, 1981, Dec. 18, 1981.

23 HEHIR, J. Bryan, Conférence donnée à Indianapolis, 5 oct. 1983 (notes de l’auteur).

24 Un débat ambigu avait eu lieu, entre autres, au sujet de la politique sociale du Président Nixon en 1973 et avec le candidat Carter sur la question de l’avortement en 1976 ; CASTELLI, op.cit., pp. 66-68.

25 Notamment dans son ouvrage In Defense of Life, Boston, St Paul, 1981, 140 p. Pour des éléments biographiques, voir The New York Times, Feb. 1, 1984, Feb. 14, 1984.

26 L’Eglise catholique des Etats-Unis s’est fréquemment exprimée sur la situation en Amérique centrale, à partir de 1981, rejetant la plupart du temps l’analyse du conflit faite par l’administration Reagan et en conséquence, sa politique à l’égard des pays de la région, NCCB, Statement on Central America, Nov. 19 1981, Origins, 11(25), 1981, pp. 393-96 ; USCC (J. Bryan Hehir), Testimony before a Subcommittee of the House Foreign Affairs Committee concerning Military Aid to El Salvador, Feb. 25 1982, Origins, 11(39), pp. 615-19 ; USCC (Archbishop James Hickey), Testimony on Central America, March 7, 1983, Origins, 12(41), 1983, pp. 649-56 ; ROACH, Archbishop John, “Toward a Diplomatic, Non Military Solution in Central America, July 22, 1983, Origins, 13(10), 1983, pp. 165-67. Pour une critique de cet engagement, avec des attaques spécifiques contre le personnel de l’USCC, voir BENESTAD, op. cit., pp. 100-113.

27 La liste complète des personnes interviewées par le Comité est donnée dans l’édition française publiée par Pax Christi, op. cit., pp. 195-97.

28 NCCB Ad hoc Committee on War and Peace, God’s Hope in Time of Fear, First Draft, Pastoral Letter on Peace and War, June 11, 1983, 70 p. (non publié). Chaque mouture de la lettre pastorale américaine sera notée CoP, suivi du numéro d’ordre correspondant ; ici CoP 1.

29 CASTELLI, op.cit., pp. 93-94.

30 Le projet affirmait : “We do not perceive any situation in which the deliberate initiation of nuclear warfare, on however restricted a scale, can be condoned. Non-nuclear attacks by another state must be deterred by other than nuclear means, op. cit., pp. 26-27. Jim Castelli signale que cette formulation avait été adoptée à la demande de Mgr O’Connor de préférence à celle de “Use nuclear weapons first” ; Mgr O’Connor pensait qu’il était possible d’utiliser en premier l’arme nucléaire sans déclencher une guerre nucléaire. CASTELLI, op. cit., p. 89. Toutefois le texte renvoyait (en note) à l’article des quatre auteurs américains publié quelques mois auparavant dans Foreign Affairs (Spring 1982, 60(4)).

31 GRISEZ, Germain, “The Moral Implications of a Nuclear Deterrent, Center Journal, 2(1), Winter 1982-83, pp. 9-24. Réduit à son expression la plus caricaturale, le conséquentialisme s’identifie à l’adage « qui veut la fin veut les moyens ». Le terme n’est utilisé que dans un sens péjoratif par les adversaires du « proportionnalisme ». Nous reviendrons en détail sur ce sujet au chapitre v.

32 « Dans les conditions actuelles, une dissuasion basée sur l’équilibre, non certes comme une fin en soi, mais comme une étape sur la voie d’un désarmement progressif, peut encore être jugée comme moralement acceptable ». DC, Nr. 1833, 1982, pp. 663-67. Cette « petite phrase » devenue célèbre, a fait couler beaucoup d’encre. Nous y reviendrons.

33 Commission pontificale “lustitia et Pax, Observations on the first Draft Pastoral Letter of the NCCB on Peace and War “God’s Hope in a Time of Fear, July 8 1982 (non publié).

34 CLARK, William, Letter to Mrs Clare Boothe Luce, July 30 1982 (non publié).

35 EAGLEBERGER, Lawrence, Letter to Archbishop Bernardin, June 5, 1982 (non publié).

36 ROSTOW, Eugene, Director of the Arms Control and Disarmament Agency, Letter to Fr. Bryan Hehir, July 20 1982 (non publié) ; WEINBERGER, Caspar, Response to the First Draft of the Peace Pastoral, Sept. 13 1982, Origins 12(19), 1982, pp 292-94.

37 REAGAN, President Ronald, Address to the Knights of Colombus, Aug. 3, 1982, Origins 12(11), 1982, pp. 171-75.

38 NCCB Ad Hoc Committee on War and Peace, “The Challenge of Peace: God’s Promise and Our Responses, Second Draft of a Proposed Pastoral Letter on War, Armament and Peace, Origins 12(20), 1982, pp. 305-26 (Ci-après CoP 2).

39 A ce sujet, voir ci-dessous, chapitre iv.

40 Le texte parlait aussi, à la suite de la première mouture de « gel des principaux systèmes d’armes et de vecteurs nucléaires » (p. 318). On peut supposer qu’il s’agit également des systèmes stratégiques.

41 On désigne généralement par « cibles dures » les silos de stockage et de protection des missiles terrestres.

42 BERNARDIN, Joseph, Nov. 15 1982, in “US Bishops debate War and Peace Pastoral, Origins 12(25), 1982, p. 395 (Traduction CG).

43 “US Bishops debate War and Peace Pastoral, ibid., pp. 401-8.

44 Voir en particulier les interventions de Mgr Hannan et Cooke, in ibid., pp. 401-5. Les deux prélats avaient un passé très lié à l’institution militaire, le premier comme vétéran de la seconde guerre mondiale, présent lors du débarquement en Normandie, le second comme successeur du Cardinal Spellman à la tête de l’aumônerie militaire de 1968 à 1983.

45 CASTELLI, op.cit., p. 117.

46 Réseau catholique de lobbyjng pour la paix et la justice basé à Washington DC.

47 A Catholic Call to Conscience, signed by 39 theologians at meeting sponsored by Pax Christi USA, Maryknoll, New York, Aug. 1980, 5 p. (ronéotypé).

48 “Toward a Christian Response to War and Peace, Letter to Archbishop Bernardin, March 13, 1981, Origins 10(47), 1981, pp. 744-46.

49 “The Monastic Tradition of Peace and Non Violence, Letter to Archbishop Bernardin, Oct. 1981, Origins 11(21), 1981, pp. 327-28.

50 Pax, Dec. 1982, Benedictines for Peace, Erie (Pa), 15 p. Ce numéro relate l’action de “Benedictines for Peace” à l’occasion de l’Assemblée de novembre 1982 où fut débattue la seconde mouture de la lettre pastorale. L’action des mouvements de paix catholiques se déploya également lors de la session extraordinaire des Nations Unies sur le désarmement : Catholic Disarmament Assembly, Statement, New York, June 12, 1982, 6 p., ronéotypé.

51 CASTELLI, op.cit., p. 121. Le Conseil National des Eglises fit publiquement connaître son approbation du document catholique après la publication de la version finale, “National Council of Churches Governing Board Praises Roman Catholic Bishops Pastoral Letter, The New York Times, May 14, 1983, p. 3.

52 The New York Times, Nov. 17 1982, p. B4. William Clark s’exprimait au nom du Président Reagan, du Secrétaire d’Etat George Shulz, du Secrétaire à la Défense Caspar Weinberger, du Directeur de l’ACDA Eugene Rostow et d’« autres membres du gouvernement ».

53 “Prelates backed in Dispute on Arms, The New York Times, Nov. 18 1982 ; parmi les signataires on trouvait William Colby, ancien directeur de la CIA, Gerard Smith, négociateur du traité SALT I, Paul Warnke, son homologue pour SALT II, le Sénateur Hatfield, Hans Bethe, prix Nobel, etc..

54 Citons entre autres : un long article de John Lehman, Secrétaire d’Etat à la Marine, Wall Street Journal, Nov. 15 1982 ; un discours du Président Reagan devant l’Assemblée Nationale de l’Eglise évangélique, The New York Times, March 9 1983 ; une lettre signée par vingt-quatre membres catholiques de la chambre des Représentants critiquant le projet de lettre pastorale, “Letter of 24 Congressmen on US Bishops’ Pastoral”, Dec. 15 1982, Origins, 12(31), 1983, pp. 492-96 ; deux déclarations du Vice-Président Bush et du Secrétaire d’Etat Shulz fin février 1983, critiquant l’engagement politique de l’Eglise catholique en Amérique centrale : “Marxist do not sway Catholics”, International Herald Tribune, March 4, 1983 ; CASTELLI, op.cit., p. 140. Du côté des évêques, une homélie prononcée par le Cardinal Krol le 1er janvier 1983 critiquait le gouvernement pour avoir refusé d’engager un dialogue avec l’Union soviétique sur la base de la proposition Andropov sur les euromissiles de décembre 1982. KROL, Cardinal John, “A Perspective on Arms Control Dialogue”, Jan. 2 1983, Origins 12(33), Jan. 27 1983, pp. 532-34.

55 LEBER, Georg, MERTES, Alois, „Wir wollen Frieden, aber Frieden in Freiheit“, Frankfurter Rundschau, 13 April 1983. Tous deux étaient co-auteurs de la réponse allemande à la proposition américaine de « non emploi en premier », KAISER, Karl, LEBER, Georg, MERTES, Alois, QSCHULZE, Franz-Joseph, “Nuclear Weapons and the Preservation of Peace, Foreign Affairs, 60(5), Summer 1982, pp. 1157-71.

56 NOVAK, Michael, “Moral Clarity in the Nuclear Age, The National Review, XXXV(6), April 1 1983, pp. 354-92. Cette lettre fut traduite en allemand par la Konrae-Adenauer Stiftung, fondation de recherche liée au parti chrétien-démocrate, Klarheit des ethischen Standpunktes im Nuklearzeitalter, Ein Brief katholischer Geistlicher und Laien aus den Vereinigten Staaten von Amerika, Sankt Augustin bei Bonn, Konrad-Adenauer Stiftung, 1983, 74 p.

57 BENESTAD, op.cit. ; American Catholic Committee, Justice and War in the Nuclear Age, Ed. Philip F. Lawler, Lanham/New York/London, University Press of America, 1983, 119 p.

58 Our Moral Duty to Defend Freedom, A Seminar Presenting Scholarly Viewpoints from Different Religious Perspectives, The Reserve Officiers Association Building, Washington DC, March 7 1983, sponsored by the St Joan Peace Institute, Eagle Forum Education and Eagle Defense Fund, 1983, 46 p. ; SCHLAFLY, Phyllis, The Pastoral Lettre on War and Peace We Wish the Bishops had written, Nov. 14 1982, Washington DC, St Joan Peace Institute, Eagle Forum Education and Legal Defense Fund, 14 p.

59 McARTHUR, Ronald, “The Challenge of Peace: A Theology of Defeat, Catholicism in Crisis, April 1983 ; MURPHY, op.cit., pp. 153-63. Sur l’ensemble de l’opposition conservatrice aux évêques, voir ASKIN, Steve, “Conservative Voices rise up against Bishops, National Catholic Reporter, Dec. 3, 1982.

60 CASTELLI, op. cit., p. 129 ; GUMBLETON, Mgr Thomas, interview du 4 janv. 1984 ; CASEY, Sr. Juliana, Interview du 7 janv. 1984.

61 En novembre 1982, des bruits avaient couru selon lesquels le Général Vernon Walters avait été dépêché par le gouvernement américain auprès du Vatican pour demander expressément l’appui du pape contre les évêques, “Will the Pope stop Nuclear Heresy? ”, The New York Times, Nov. 18, 1982. Si Walters a bien eu des entretiens au Vatican à l’époque, il n’existe aucune preuve que la lettre pastorale ait été au centre des conversations. Il pouvait s’agir d’une simple visite de routine, les Etats-Unis et le Vatican n’ayant pas encore établi de relations diplomatiques et Walters assumant alors le rôle de représentant officieux.

62 SCHOTTE, Jan, La réunion de Rome des 19-20 janvier, sous le titre « Les évêques américains et les défis de l’âge nucléaire », DC, Nr.1856, 1983, pp. 711-12 (ci-après, SCHOTTE, “Mémorandum”).

63 BERNARDIN, Joseph, ROACH, John, Memorandum to the US Bishops, Jan. 25 1983, Origins 12(43), 1983, p. 696 (Traduction CG).

64 SCHOTTE, “Mémorandum”, op. cit., p. 714.

65 ibid., pp. 713-14.

66 ibid., pp. 713.

67 CASTELLI, op. cit., pp. 134-37.

68 ibid., pp. 147-48.

69 Third Draft of Pastoral Letter, “The Challenge of Peace: God’s Promise and Our Response, Origins 12(44), 1983, pp. 697-728 (Ci-après, CoP 3).

70 “Administration hails new Draft of Arms Letter – Says Bishops ‘improved’ the nuclear Statement, The New York Times, April 7 1983 ; “New Draft of Pastoral Letter condemning the nuclear Arms Race changed to accomodate views of Reagan Administration, Washington Post, April 6 1983 ; “Administration: ‘Draft substantially improved’, National Catholic Reporter, April 15 1983.

71 “We abhor the concept of initiating nuclear war on however restricted a scale, CoP 3, p. 711 (Traduction CG).

72 RUSSETT, Bruce, “Ethical and Practical Dilemmas of Deterrence, International Security 8(4), Spring 1984, p. 52 (Note 18).

73 Le MX, auparavant mentionné dans le texte, n’apparaissait plus qu’en note (Nr.78).

74 JEAN-PAUL II, Message pour la journée de la paix 1983, op.cit., § 7, cité par CoP 3, p. 720.

75 CASTELLI, op.cit., pp. 148-49.

76 BERNARDIN, Archbishop Joseph, ROACH, Archbishop John, “How the proposed Pastoral relates to US Policy, April 8 1983, Origins, 12(45), 1983, p. 738 (Traduction CG).

77 ibid.

78 Une résolution sur le gel nucléaire était alors en discussion au Congrès.

79 CASTELLI, op. cit., pp. 155-78. La grande respectabilité dont jouissaient les défenseurs d’un texte proche de la seconde mouture, en particulier Mgr John Quinn, archevêque de Chicago, Mgr James Hickey, archevêque de Washington DC et Mgr Malone, évêque de Youngstown (Ohio), influa sensiblement sur l’issue des débats.

80 NOVAK, Michael, “The Bishops speak out”, The National Review, Nr.17, June 10 1983, p. 674. Le compte-rendu de Jim Castelli corrobore cette impression, CASTELLI, ibid.

81 Le texte affirmait son soutien à des « accords immédiats bilatéraux et vérifiables pour arrêter l’expérimentation, la fabrication et le déploiement de nouveaux systèmes d’armes nucléaires », Col. p. 743 ; également p. 745.

82 « Nous n’entrevoyons aucune situation où le déclenchement délibéré d’une guerre nucléaire, quelque restreinte qu’elle soit, puisse moralement se justifier. On doit répondre par un autre moyen que le nucléaire aux attaques non-nucléaires d’un autre Etat », CoP, p. 738.

83 Cette question fera l’objet d’un développement approfondi au chapitre iv.

84 CASTELLI, op. cit., p. 177.

85 LELLOUCHE, op. cit., pp. 154-59.

86 Sur les SS-20 et la double-décision de l’OTAN, la littérature est pléthorique. Citons seulement deux courts articles qui nous paraissent résumer clairement l’enjeu : LELLOUCHE, op. cit., pp. 66-72 ; NAGEL, „Der Doppelbeschluss“, Frankfurter Rundschau, Juli 1983.

87 A ce sujet, voir la réponse à l’article de Bundy, Kennan, etc. par quatre politiciens allemands. KAISER u.a., op. cit.

88 Voir KELLY, Petra, Rede zum deutschen Bundestag, 22 Nov. 1983, in Die Nachrüstungsdebatte im deutschen Bundestag, Protokoll einer historischen Entscheidung (ci-après, Die Nachrüstung im Bundestag), Hamburg, Rohwolt, 1984, pp. 190-94.

89 Un résumé des principaux arguments avancés par les adversaires de l’installation des euromissiles occidentaux se trouve chez FENEBERG, op. cit., pp. 144-53. Feneberg mentionne : 1) le saut qualitatif dans la course aux armements que représente cette installation ; 2) la précision des armes ; 3) la déstabilisation de l’équilibre, les Etats-Unis pouvant atteindre directement l’Union soviétique, alors que l’inverse n’est pas vrai pour le même type d’armes ; 4) la qualité d’armes de combat (et non de dissuasion) des Pershing, même si leur nombre ne permet pas d’envisager une première frappe.

90 Par exemple l’Appel de Krefeld, lancé au début 1981, qui a réuni plus de deux millions de signatures contre le stationnement des “cruise” et des Pershing II : STRÄSSER, Christoph, „Der Krefelder Appell“, in Frieden in Deutschland, Hrsg. Hans Pestalozzi, Ralf Schlegel, Adolf Bachmann, München, Wilhelm Goldmann, 1982, pp. 87-92.

91 Cette exigence, qui n’est pas générale à l’ensemble du mouvement de paix, est cependant commune à une grande partie des courants qui le composent, dont le parti des Verts : Pershing II, Cruise Missile, NEIN !, Reader, Positionen in der Friedensbewegung, Bonn, Koordinationsausschuss der Friedensbewegung, non daté, non paginé ; LAFONTAINE, Oskar, „Den Austritt aus der NATO wagen“, Der Spiegel, 37 Jg., Nr.35, 29 Aug. 1983, pp. 44-56 (Extraits de son livre, Angst vor den Freuden, Hamburg, Rohwolt, 1983, 192 p.).

92 A l’image de la proposition du groupe réuni autour d’Olof Palme, Common Security, A Programme for Disarmament, Report of the Independent Commission on Disarmament and Security issued under the Chairmanship of Olof Palme, London, Pan Books, 1982, 202 p.

93 Campaign for European Nuclear Disarmament, „Atomwaffenfreies Europa von Poland bis Portugal“, Berlin, Mai 1983, Notes de l’auteur. Pour un tableau des manifestations du mouvement de paix en Allemagne entre 1979 et 1983, voir Ramsès, Rapport annuel sur le système économique et les stratégies, 1983-84 Paris, IFRI (Economica), 1984.

94 „Der Geist von München’ und die Friedensbewegung“, Ein Gespräch mit Henri Ménudier, Herder Korrespondenz, 37 Jg., 1983, pp. 456-61.

95 Von BREDOW, Wilfried, „Zusammensetzung und Ziele der Friedensbewegung in der BRD“, Aus Politik und Zeitgeschichte, Bd. 24, 1982, pp. 3-13.

96 Une excellente analyse des mouvements qui traversent l’Allemagne au début des années 1980 et reposent sous un jour nouveau la question de l’identité allemande est fournie par SAUZAY, Brigitte, Le vertige allemand, Paris, Orban, 1985, 261 p. Voir aussi De Sà REGO, Carlos, Une nostalgie de grandeur, Essai sur la France Etat-Nation, Paris, Ramsey, 1985, pp. 142-53.

97 Frankfurter Allgemeine Zeitung, Juni 1982 ; Der Spiegel, 29 Aug. 1983, pp. 28-29. D’après ce dernier article, qui compare les résultats de divers sondages, il est seulement possible de conclure à l’accroissement du nombre des opposants à l’installation des euromissiles et du sentiment anti-américain entre 1981 et 1983, sans pouvoir trouver une majorité dans l’un ou l’autre cas.

98 Voir ces textes dans Katholische Kirche im demokratischen Staat, Hirtenworte der deutschen Bischöfe zu wichtigen Fragen der Zeit und zu den Bundestagswahlen, 1945-80, Hrsg. Alfons Fitzek, Wurzburg, Naumann, 1981, 264 p.

99 ZdK Vollversammlung, Bad Godesberg, 14 Nov. 1981, Hrsg. Generalsekretariat des ZdK, Bonn, 1981, 16 p. Voir également le texte préparatoire à cette déclaration, „Die ethischen Grundlagen der Aussen- und Sicherheitspolitik“, Erklärung der Kommission 1. “politik, Verfassung, Recht“ des ZdK, in Frieden und Sicherheit, Bonn, Sekretariat der DBK, 1981, pp. 11-18 (Arbeitshilfen Nr.21).

100 Zur aktuellen Friedensdiskussion, p. 13 (Traduction CG).

101 Voir par exemple la critique point par point de l’Einigung Katholischer Studenten an Fachhochschulen (EKSF), Stellungnahme zur ZdK-Stellungnahme, Zur aktuellen Friedensdiskussion“, Altenberg, 9 Jan. 1982, Hrsg. EKSF Zentralstelle, Köln, 1982, 9 p.

102 24 Aug. 1982, Düsseldorf, 3te Aufl., 10 März 1983, 20 p. ; pour le document de 1981, BDKJ Hauptversammlung, Frieden und Gerechtigkeit, Schwerpunktthema des BDKJ, Mai 1981, (Id. Dokumentation BDKJ) Düsseldorf, 1981, 4 p.

103 Pax Christi, Delegiertenversammlung, Pax Christi, Deutsches Sekretariat, Frankfurt/Main, 5te Aufl., Jan. 1982, 14 p. (Dokumentation Kirche und Abrüstung, Nr.4).

104 Pax Christi n’utilise pas ce terme, quoiqu’il en décrive le mécanisme, ibid., § 39. La paternité du concept de « gradualisme », reviendrait à Charles Osgood, “A Case for graduated unilateral Disarmament”, Bulletin of Atomic Scientists, 16(4), 1960, pp. 127-31 ; An Alternative to War and Surrender, Urbana, University of Illinois Press, 1962, 183 p. Ce concept a acquis droit de cité dans de nombreux groupes de recherche sur la paix en RFA. Ses versions sont multiples mais ont pour point commun de préconiser des initiatives unilatérales prudentes en matière de désarmement afin d’amorcer un processus de « désescalade » de la course aux armements.

105 „Katholiken von unten : religiös und selbstbewusst“, Herder Korrespondenz, Heft 10/Okt. 1982, pp. 473-75 ; „Demonstration gegen die Sicherheitspolitik“, Kölner Staatsanzeiger, 25 Aug. 1982 ; „Die linken Frommen’ machen ihren eigenen Katholikentag“, Westdeutsche Allgemeine Zeitung, 14 Aug. 1982 ; Das Thema Frieden schafft Fronten : drei Grossdemonstrationen auf den Katholikentag geplant“, ibid., 25 Aug. 1982 ; etc. Pour une présentation de l’IKvu par elle-même, voir Katholisch und rebellisch, Ein Wegweiser durch die andere Kirche, Hrsg. Siegfried Rudolf Dunde, Hamburg, Rohwolt, 1984, 341 p.

106 Par exemple Walter Dirks ou Heinrich Böll. Indirectement par le biais du Bensberger Kreis“, cercle d’intellectuels catholiques fondé en 1966 en vue de formuler des « opinions alternatives sur des sujets politiques et sociaux actuels ». Le Bensberger Kreis a publié en 1982 un mémorandum intitulé Frieden, für Katholiken eine Provokation ? (Hamburg, Rohwolt, 1982, 122 p.) dans lequel il se prononce en faveur d’un désarmement graduel et regrette « l’attitude généralement conservatrice des catholiques allemands en matière de politique de sécurité et de paix ». Le journal Publik Forum (Frankfurt/Main) se fait généralement le porte-parole des thèses de l’IKvu.

107 Le Comité directeur de Pax Christi publia en décembre 1982 une déclaration demandant au gouvernement ouest-allemand de continuer sans relâche à négocier, sans fixer au préalable une date de stationnement des euromissiles ; Erklärung des Geschäftsführenden Vorstandes zum Jahrestag des Doppelbeschlusses der NATO, Frankfurt, Dez. 1982, Pax Christi, 1/1983, 35.Jg, p. 9.

108 Le Conseil de l’Eglise évangélique (EKD) adopta le 5 novembre 1981 un document de réflexion Frieden wahren, fördern und erneuern (Gütersloh, 1982, 97 p.) qui servit de référence à de nombreux groupes catholiques dans l’élaboration de leurs propres prises de position.

109 „Gerechtigkeit und Frieden“, Erklärung der Frühjahrs- Vollversammlung 1981 der DBK, in Frieden und Sicherheit, p. 5 ; également, „Friede und Sicherheit“, Pressebericht, ibid., pp. 6-10.

110 HÖFFNER, Joseph, Das Friedensproblem im Licht des Christlichen Glaubens, 21 Sept. 1981, Bonn, Sekretariat der DBK, 1981, 27 p. (Der Vorsitzende der DBK, Nr. 18). Traduction sous le titre « Le problème de la paix à la lumière de la foi chrétienne », DC, Nr.1820, 1981, pp. 1113-23 (Ci-après, HÖFFNER, « Le problème de la paix »).

111 « Faire la paix », 15 juin 1982, DC, Nr.1833, 1982, pp. 680-82. Edition allemande, Für den Frieden, Erklärung des Vorsitzenden der Deutschen Bischofskonferenz und des Vorsitzenden der Französichen Bischofskonferenz, Hrsg. Sekretariat der DBK, Bonn, 1982 (Stimmen der Weltkirche, Nr. 15). Il semble que les deux Conférences aient, pendant une certaine période, considéré que cette déclaration clôrait le problème de leur intervention dans le débat sur la défense.

112 KAMPE, Bischof Walther, in „Was sagen die katholischen Bischöfe der BRD zum Thema Frieden ?“, Probleme des Friedens, Heft 1/1983, p. 62.

113 HOMEYER, Bischof Josef, Interview du 16 janvier 1986.

114 Une grande partie de l’information concernant le processus de rédaction de la lettre pastorale allemande provient de l’ouvrage de Hans Langendörfer ; LANGENDÖRFER, Hans, Atomare Abschreckung, pp. 65-82. Nous y avons ajouté quelques éléments glanés au cours de nos interviews.

115 BÖCKLE, Franz, „Sehnsucht nach Frieden-Frage nach Heil“, Die Christliche Friedensbotschaft, Sept. 1982, Bonn, Sekretariat der DBK, pp. 29-37 (Arbeitshilfe Nr.28) ; LEHMANN, Karl, „Friede, eine Frucht der Erlösung“, ibid., pp. 37-47 ; KERTERLGE, Karl, „Ehre sei Gott-Friede auf Erden“, ibid., pp. 60-64.

116 D’après LANGENDÖRFER, Atomare Abschreckung, p. 69.

117 BÖCKLE, „Sehnsucht“, op. cit., p. 31.

118 ibid., pp. 32-33.

119 ibid., pp. 34-35.

120 LEHMANN, op. cit., pp. 38-44 ; KERTELGE, op. cit., pp. 63-64.

121 LEHMANN, op. cit., pp. 44-46 ; LANGENDÖRFER, Atomare Abschreckung, pp. 69-70.

122 Harald Oberhem a été pendant plusieurs années assistant du professeur Nagel, Directeur de l’Institut für Theologie und Frieden“ de Hamburg, et enseignant à la „Hochschule der Bundeswehr“. Ernst-Joseph Nagel, théologien de renom, spécialiste des questions éthiques de la guerre et de la paix, fut l’un des experts de la délégation allemande lors de la rencontre de Rome des 18-19 janvier 1983. Franz Böckle, Recteur de l’Université de Bonn, est connu pour ses positions modérées au sein du ZdK, dont il est l’un des membres à titre individuel. D’après les renseignements dont nous disposons, il bénéficie d’une grande considération autant de la part de la CDU que du SPD.

123 CZEMPIEL, Ernst-Otto, Schwerpunkte und Ziele der Friedensforschung, München/Mainz, Kaiser/Grünewald, 1972, 124 p. (Entwicklung und Frieden, Wissenschaftliche Reihe, Nr.4) (Ci-après, CZEMPIEL, Schwerpunkte) ; Abrüstung und Sicherheit, eine Konsultation mit Wissenschaftlern und Politikern, Hrsg. Gert Krell, Werner Damm, München/Mainz, Kaiser/Grünewald, 1979, 197 p. (Entwicklung und Frieden, Mal. Nr. 10) ; RISSE-KAPPEN, Thomas, Analyse und synoptische Dokumentation von Stellungnahmen aus den Kirchen in der Bundesrepublik Deutschland, Bonn, KAEF, April 1982, 126 p. (KAEF Arbeitspapier Dokumentation Nr. 13) ; KRELL, Gert, RISSE-KAPPEN, Thomas, SCHMIDT, Hans-Joachim, Die Herausforderung der Nuklearrüstung, Gutachten zum Pastoralbrief der US-Bischofskonferenz zu Krieg und Frieden, Bonn, KAEF, Aug. 1983, 77 p. (KAEF Arbeitspapier Dokumentation Nr.20). Ce dernier titre est l’édition revue et corrigée de l’étude de la lettre pastorale américaine effectuée par les chercheurs de la HSKF pour le KAEF après la rédaction de la deuxième mouture du document.

124 La recherche des deux sous-groupes fut différée. Elle aboutit cependant à un stade intermédiaire au printemps 1983 avec la publication de l’ouvrage Politik und Ethik der Abschreckung. C’est dans le cadre de ce projet que fut rédigée la thèse de Hans Langendörfer (Atomare Abschreckung und kirchliche Friedensethik. citée) et que furent réalisées plusieurs études sur les aspects éthiques de l’armement publiées dans la collection „Arbeitspapier“ de la KAEF (devenue en 1984 Commission Justice et Paix). Outre l’étude Die Herausforderung der Nuklearrüstung, citée, voir notamment RISSE-KAPPEN, Thomas, Fahrplan zur Abrüstung’ ? Zur INF-Politik der Bundesrepublik Deutschland 1970-1983“, ARB 38/85, Febr. 1985, 111 p. ; „Abschrek-kung. Rüstungskontrolle und Raketenabwehrwaffen“, Zur Diskussion um die strategische Verteidigungsinitiative (SDI) der USA, ARB 40/86, Jan. 1986, 44 p.

125 D’après LANGENDÖRFER, Atomare Abschreckung, p. 71.

126 ibid., p. 72.

127 ibid., pp. 72-73 ; également BÖCKLE, „Sehnsucht“, op. cit., pp. 32-33.

128 BÖCKLE, ibid., p. 33.

129 D’après LANGENDÖRFER, Atomare Abschreckung, pp. 72-73.

130 Rappelons que quelques jours auparavant avait eu lieu la rencontre de Rome où fut discuté le projet de lettre pastorale américaine. La délégation allemande se composait du Cardinal Höffner, Président de la conférence épiscopale, de Mgr Homeyer, Secrétaire général de la conférence, du professeur Nagel, de Mgr Kampe, évêque auxiliaire de Limburg, alors Président de la section allemande de Pax Christi et de Mgr Hengsbach, évêque de Essen et Président de la Commission des évêques de la CEE (COMECE). Notons qu’aucun d’entre eux n’était alors formellement associé à la préparation de la déclaration allemande, quoique Mgr Kampe ait été incorporé au groupe de travail à partir du 5 février, en même temps que Mgr Kamphaus, évêque de Limburg.

131 Cité par LANGENDÖRFER, Atomare Abschreckung, p. 75.

132 ibid.

133 Le premier critère veille à ce que les moyens militaires actuels ou en projet ne rendent pas la guerre « plus réalisable ou plus vraisemblable ». Le second doit garantir que le but de la dissuasion reste la stabilité, qui doit prévenir la guerre, et rejette toute prétention à la supériorité. Selon le troisième, cette stabilité doit se réaliser au plus bas niveau d’armement possible, ce qui implique que la politique de dissuasion choisie soit compatible avec les efforts de limitation des armements et de désarmement. D’après LANGENDÖRFER, Atomare Abschreckung, p. 76.

134 ibid.

135 „Friedensdisput in Trier“, Herder Korrespondenz, 37 Jg., Heft 4/1983, p. 151.

136 LANGENDÖRFER, Atomare Abschreckung, pp. 77-78.

137 KAMPE, Bischof Walther, Interview d’avril 1985.

138 LANGENDÖRFER, Atomare Abschreckung, p. 78.

139 ibid., p. 80 (Traduction DC, Nr.1853, 1983, p. 585).

140 ibid., p. 79.

141 ibid., p. 81 (Traduction DC, Nr.1853, 1983, pp. 588-89).

142 KAMPE, Mgr Walther, Interview d’avril 1985 ; OBERHEM, Harald, Interview du 5 mars 1985 ; KOSCHEL, Interview du 17 avril 1985.

143 Nous reviendrons en détail sur la relation entre services civil et militaire au chapitre vi.

144 LANGEN DÖRFER, Atomare Abschreckung, p. 81. La question sera développée au chapitre vi.

145 ibid., p. 82.

146 ibid., p. 83 (Traduction DC, Nr.1853, 1983, p. 587).

147 ibid. ; KAMPE, Mgr Walther, Interview d’avril 1985.

148 LANGENDÖRFER, ibid.

149 ibid. ; GsF, p. 578.

150 LANGENDÖRFER, ibid. ; GsF, p. 580.

151 Voir à ce sujet la revue de presse effectuée par la conférence épiscopale, qui ne compte pas moins de 330 articles publiés dans les jours qui suivirent par la presse locale, nationale et étrangère ; Pressespiegel zum Wort der deutschen Bischofskonferenz Gerechtigkeit schafft Frieden, Bonn, Pressestelle der DBK, 385 p. (Ci-après, Pressespiegel zum Wort der DBK).

152 TOULAT, Jean, « La bombe et l’Evangile », Le Monde, 11 nov. 1983 ; TOULAT, Pierre, « Quel est le message ? », Le Monde, 12 nov. 1983 ; JACQUES, Michel, « La bombe des évêques », L’Express, 18-21 nov. 1983, p. 18.

153 A ce sujet, voir MELLON, Christian, « Histoire du ralliement : 1972-1981 », Alternatives Non-violentes, Nr.46, 1982, pp. 14-23 ; HOWORTH, Jolyon, France: The Politics of Peace, London, Merlin Press/European Nuclear Disarmament, 1984, pp. 34-47.

154 Déclaration à Antenne 2, le 16 novembre 1983, Défense Nationale, janv. 1984, p. 195.

155 Le Président Mitterrand l’a confirmé en allant « voter » lui-même devant le Bundestag en faveur de l’implantation des euromissiles sur le sol allemand le 20 janvier 1983, Le Monde, 21 janv. 1983.

156 C’est davantage des doctrines comme celles d’„Airland-Battle“, définissant les modalités du combat sur le sol européen qui inquiètent militaires et stratèges français. Elles obligent à reposer la question jamais totalement résolue du rôle de l’arme nucléaire tactique (ANT) et le problème de l’extension du « sanctuaire ». La discussion sur la défense française prendra un ton plus ouvert en 1984-85 avec la publication d’une série d’ouvrages critiques. Citons : COPEL, Etienne, Vaincre la Guerre, Paris, Lieu Commun, 1984, 246 p. ; De ROSE, François, Contre la stratégie des Curiaces, Paris, Julliard, 1983, 128 p. ; LELLOUCHE, opcit.

157 L’Appel des Cent, signé à l’origine par cent personnalités dont certaines – mais non pas toutes – étaient proches du parti communiste, avait pour but de faire échec à la méfiance qu’exprimait la quasi totalité de la presse face aux initiatives du Mouvement de la Paix et de réunir une manifestation de masse à l’occasion de la seconde assemblée spéciale des Nations Unies sur le désarmement ; HOWORTH, op. cit., pp. 59-62. Texte de l’appel, in ibid., pp. 91-92.

158 Chiffres donnés par Le Monde, respectivement 20-21 nov. 1983, 21 juin 1983. L’Appel des Cent, sous la bannière duquel s’est déroulée la manifestation de 1982, ne contenait aucune allusion ni aux SS-20, ni aux Pershing II. Il affirmait seulement son soutien aux efforts de la session spéciale des Nations Unies sur le désarmement et, plus généralement, aux négociations en vue du désarmement. Le rassemblement de 1983 s’est déroulé sous le slogan. « J’aime la vie, j’aime la paix » ; HOWORTH, op. cit., pp. 72-73.

159 Comité pour le Désarmement Nucléaire en Europe. Le CODENE est un regroupement hétérogène de mouvements « Verts » ou « alternatifs » (Parti des Verts, Les Amis de la Terre, Ecoropa, Greenpeace, etc.), de mouvements en faveur de l’objection de conscience et du service civil (Mouvement des objecteurs de conscience. Service Civil International, etc.), de groupuscules de la gauche politique (PSU), d’initiatives antimilitaristes locales (Larzac), de mouvements non-violents (MAN, Artisans de Paix, MIR). Y participent également des groupements chrétiens (MRJC). Signalons enfin le rôle du Mouvement pour le Désarmement, la Paix et la Liberté (MDPL), créé dans les années 1960 par le journaliste Claude Bourdet pour rallier tous les opposants à la « force de frappe ». Voir HOWORTH, op. cit., pp. 62-70.

160 Notamment à l’occasion de la rencontre internationale du Larzac en août 1983 ; HOWORTH, op. cit., pp. 74-79.

161 LEGGEWIE, Klaus, Keine Friedensbewegung in Frankreich ? Zehn Gründe für ihre relative Unterentwicklung“, in Krieg der Erwachsenen gegen die Kinder, Möglichkeilen einer Friedenserziehung, Redaktion Reiner Steinweg, Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1984, pp. 283-299. Même si les thèses développées dans cet article sont discutables, l’auteur nous paraît bien résumer les causes de la faiblesse du mouvement de paix en France. Voir aussi l’excellente analyse de HOWORTH, op. cit.

162 Les principaux résultats de ce sondage, ainsi qu’une interprétation sont donnés par CHAVANAT, Dominique, « Opinion Publique et Défense », Défense Nationale, nov. 1984, pp. 19-31. Egalement LELLOUCHE, op. cit., pp. 17-25.

163 LELLOUCHE, op. cit., pp. 21-25.

164 59 % des personnes interrogées estiment tout à fait nécessaire (36 %) ou assez nécessaire (23 %) une formation de la population civile à la résistance non-violente. Ce résultat vient confirmer le sondage Louis Harris, La Vie réalisé du 8 au 14 oct. 1982 selon lequel 61 % des Français seraient favorables à ce qu’une part du budget de la défense soit affectée à la mise au point de moyens de défense fondés sur des méthodes non-violentes. Par ailleurs, ce même sondage, à la question : « Si un conflit menaçait directement le territoire français, dans quel mode de défense auriez-vous le plus confiance ? » donne les réponses suivantes : 18 % dans la force de frappe nucléaire, 28 % dans l’armée conventionnelle, 20 % dans une résistance armée de toute la population préparée à l’avance, 17 % dans une résistance non-violente de toute la population préparée à l’avance ; La Vie, 18 Nov. 1982. Selon un sondage Louis Harris, Atlantic Institute for International Affairs de novembre 1983, 52 % des Français seraient cependant prêts à utiliser les armes nucléaires si la France était attaquée par le même moyen (mais 8 % seulement en cas d’attaque non-nucléaire), Ramsès, 1983-84, p. 64.

165 MULLER, Jean-Marie, L’Evangile de la Non-violence, Paris, Fayard (Points Chauds), 1969, 216 p. ; Stratégie de l’Action non-violente, Paris, Fayard, 1972, 267 p. ; Vous avez dit Pacifisme ?, De la menace nucléaire à la défense civile non-violente, Paris, Cerf, 1984, 312 p. ; SEMELIN, Jacques, Pour sortir de la violence, Paris, Ed. ouvrières, 2e éd., 1983, 200 p. Christian Mellon fonda en 1973 la revue Alternatives Non-Violentes dont il partage la direction avec Jacques Sémelin. Les trois chercheurs cités sont les auteurs du rapport La dissuasion civile, Principes et méthodes de la résistance non-violente dans la Stratégie Française, Paris, Fondation pour les Etudes de Défense Nationale, 1985, p. 15 (Ci-après, La dissuasion civile). Ce rapport a été rédigé à la demande de Charles Hernu, alors Ministre de la Défense.

166 Loi sur l’objection de conscience, Loi Nr 83-605 Journal Officiel, (contenu en partie publié).

167 Il faut ajouter que nombre de catholiques ont été mêlés depuis le début des années 1970 au mouvement de résistance des paysans du Larzac, devenu l’un des hauts lieux de la protestation politique et non-violente contre la politique de défense française.

168 Les « principes et objectifs d’action » de Pax Christi-France expriment « la volonté de rassembler dans le Mouvement des hommes et des femmes de sensibilités politiques différentes, des militaires et des non-violents... réunis par le même idéal de paix », et plus loin, « Pax Christi ne se présente pas comme un mouvement de pression mais d’éducation pluraliste... », Principes et objectifs d’action de Pax Christi, Brochure, 4 p., non datée.

169 La délégation française, conjointement avec les délégations autrichienne et luxembourgeoise, signa une « note de minorité » désapprouvant la déclaration du Conseil International de Fribourg (18 mai 1983) qui prenait position contre la modernisation des armes nucléaires en Europe, Pax Christi International sur le Désarmement et la Sécurité, Anvers, Secrétariat Pax Christi, 2e éd. (non-daté), pp. 12-13.

170 « Le désarmement, point de vue d’Eglises chrétiennes de France », 2 juil. 1982, DC, Nr.1835, 1982, pp. 787-88. Cette déclaration fut présentée par une délégation comprenant le Cardinal Gouyon, Président de Pax Christi, Mgr Ménager, Président de la Commission Justice et Paix, le Père Gérard Defois, Secrétaire de l’Episcopat et le Pasteur Maury, Président de la Fédération protestante de France.

171 Déclaration commune de la Commission française Justice et Paix et de la Commission économique, sociale et internationale de la Fédération protestante de France, 19 oct. 1981, DC, Nr. 1820, 1981, pp. 1128-29.

172 « Recherche œcuménique sur la défense et la guerre. Propositions d’un groupe de travail », déc. 1982, DC, Nr.1844, 1983, pp. 113-16.

173 Quelle défense pour la paix ? Eléments de réflexion sur la dissuasion nucléaire française, Commission Justice et Paix, Paris, Avril 1983, XXIV p.

174 La délégation française se composait de Mgr Vilnet, Président de la Conférence épiscopale, du Père Gérard Defois, Secrétaire de l’Episcopat, de Mgr Ernoult, Président de Pax Christi et du Père René Coste, théologien de la Faculté catholique de Toulouse.

175 Le Père Defois participa à l’assemblée de Würzburg lors de laquelle fut discuté le texte final de la lettre pastorale allemande : DEFOIS, Père Gérard, Interview du 7 juin 1985.

176 COSTE, Père René, Interview du 4 juin 1985.

177 Secrétariat général de l’Episcopat, Lettre circulaire Nr. 19/1980 (non publiée).

178 Secrétariat général de l’Episcopat, Lettre circulaire Nr.21/1982 (non publiée).

179 CHAVANAT, Colonel Dominique, Les évêques américains et la dissuasion nucléaire, Eléments de réflexion, Strasbourg, 20 sept. 1982, 7 p. (non publié).

180 Secrétariat général de l’Episcopat, Documents sur la paix et le désarmement, Paris, 3 janv. 1983 (non publiés).

181 Secrétariat général de l’Episcopat, « L’Eglise en France et les armements nucléaires ou conventionnels », Lettre circulaire du 16 févr. 1983. Ce texte est publié quasi intégralement sous le titre « Armements modernes et responsabilités éthiques » dans le numéro de décembre 1983 de la revue Etudes, pp. 585-601.

182 Secrétariat général de l’Episcopat, Lettre circulaire Nr.22/1983, 24 mars 1983 ; texte reproduit dans KLEIN, Jean, « Les chrétiens, les armes nucléaires et la paix », Stratégique, 1er trim. 1983, pp. 7-34.

183 Documents Episcopat, Nr. 13, 1983, reproduit dans COSTE, René, « Le problème éthique de la dissuasion nucléaire », Esprit et Vie, vol. 93, Nr.39, 1983, pp. 513-28.

184 Secrétariat général de l’Episcopat, Lettre circulaire Nr.26/1983, 21 avril 1983 (non publiée).

185 Secrétariat général de l’Episcopat, Lettre circulaire Nr. 50/1983 (non publiée).

186 Secrétariat général de l’Episcopat, Lettre circulaire Nr. 54/1983 (non publiée). Sur ce point, voir La Croix, 21 sept. 1983.

187 « L’épiscopat français condamne le pacifisme de l’Eglise catholique américaine », Le Matin, 24 mars 1983. Le Père Defois reprochait aux évêques américains leur prise de position en faveur d’un « gel nucléaire unilatéral », alors que la deuxième version de la lettre pastorale dont il était alors question ne parle que de gel négocié.

188 « Le Père Defois s’explique », Témoignage Chrétien, 11 avril 1983, pp. 2-3.

189 Interview du Père Defois, Secrétaire général de l’épiscopat, Le Pèlerin, 15 mai 1983, p. 14.

190 Sur le rôle de la lettre pastorale américaine dans l’initiative française, voir QUELQUEJEU, Bernard, « La lettre des évêques américains sur les armements et son accueil en France », Le Supplément, Nr.148, 1984, pp. 5-18.

191 Le Pèlerin, 15 mai 1983, p. 14.

192 LUSTIGER, Kardinal Jean-Marie, Interview au magazine Der Spiegel, 31 Jan. 1983, p. 117.

193 Une rencontre entre le Secrétariat, Jean Klein, le Père Laurent de la revue Projet et de l’Action Populaire, Mgr Jullien, alors évêque de Beauvais, et deux officiers supérieurs du SGDN eut lieu le 8 mars 1983.

194 Le Secrétariat rencontra les représentants de Pax Christi, Justice et Paix, et quelques théologiens (Bernard Quelquejeu, Paul Valadier) au début avril ; certains d’entre eux, ainsi que des représentants du MAN (François Vaillant) à d’autres occasions. Les informations que nous avons reçues au sujet de ces consultations sont très confuses et contradictoires. Il semble qu’il se soit agi plutôt de « conversations de couloir » – ou d’appels téléphoniques – que de consultations en bonne et due forme, ce qui n’est certainement pas étranger au sentiment éprouvé par plusieurs groupes de ne pas avoir été consultés. Aucun texte de la Commission Justice et Paix n’avait été transmis aux évêques.

195 DEFOIS, Père Gérard, Interview du 7 juin 1985 ; JULLIEN, Mgr Jacques, Interview du 9 juin 1985.

196 Entre autres, « Morale, conscience et Force de Frappe », Masses Ouvrières, avril 1965, pp. 6-16, mai 1965, pp. 54-82 ; L Homme debout, Desclée de Brouwer (Croire aujourd’hui), 1980, pp. 109-134. Mgr Jullien rédigea également une réponse à la première mouture de la lettre pastorale des évêques américains.

197 JULLIEN, Mgr Jacques, Gagner la Paix, Projet de texte : contribution au projet à soumettre au Conseil permanent de l’épiscopat, 28 juin 1983, 25 p. (non publié).

198 JULLIEN, Mgr Jacques, Interview du 5 juil. 1985. Notons que le texte ne fut pas envoyé à Mgr Gaillot ; GAILLOT, Mgr Jacques, Interview du 24 juin 1985.

199 Sur ce point précis, nous n’avons reçu que des réponses évasives, y compris de la part de Mgr Gaillot.

200 Conseil permanent de l’Episcopat, minutes de la réunion du 12-14 sept. 1983 (non publiées).

201 JULLIEN, Mgr Jacques, Interview du 5 juil. 1985.

202 Chiffre cité par Mgr Jullien, Interview du 9 juin 1985.

203 Alors qu’on avait par erreur tout d’abord annoncé 2 « non » et 8 bulletins blancs. La presse reproduisit ces chiffres erronés.

204 Gagner la Paix, Document de la Conférence épiscopale française, Paris, nov. 1983, 15 p. (Les Grands Textes de la Documentation Catholique, Nr.46) (ci-après GP).

205 ibid., p. 8. Un paragraphe placé en annexe du projet de Mgr Jullien a été ici introduit dans le texte. Evoquant la diversité et la complexité des questions techniques en jeu, il met en garde à la fois contre l’évacuation du jugement éthique et les « jugements péremptoires de type déductif, qui feraient bon marché des composantes techniques ». Il conclut : « Entre les deux excès, il convient de chercher à formuler un jugement prudentiel au plus près des contingences pesées avec une extrême circonspection et qui accepte une modulation des certitudes et des interrogations : il y va du respect des choses en jeu et du crédit d’une parole responsable ». Le texte renvoie en note à une considération d’Aristote sur la prudence, commentée par St Thomas d’Aquin.

206 Ce terme n’est employé que dans une note de bas de page, également tirée de l’annexe au projet de Mgr Jullien, reprenant et commentant une citation de Mgr Beck, archevêque de Liverpool, au Concile sur l’aporie du jugement éthique de la dissuasion nucléaire. On craignit que le terme « éthique de détresse » (à distinguer de « situation de détresse » ou de « logique de détresse ») qui avait été largement employé dans les discussions sur l’avortement ne prêtât à controverse : JULLIEN, Mgr Jacques, Interview du 9 juin 1985.

207 L’addition de ces critères est due à l’initiative de Mgr Fihey.

208 Le cardinal Etchegaray, alors évêque de Marseille, a particulièrement insisté dans ce sens ; JULLIEN, Mgr Jacques, Interview du 5 juil. 1985.

209 Une citation du pape rappelant les trois impératifs traditionnels du désarmement : mutuel, équilibré et contrôlé, fut remplacée par une autre citation soulignant le danger de militarisation de l’économie créé par la course aux armements et l’importance du dialogue pour la réduction des armements. Le texte fait aussi référence à l’exigence du Concile réclamant l’institution d’une autorité publique universelle.

210 Sur ce point, TOULAT, Jean, op. cit. ; TOULAT, Pierre, op. cit. ; WARNIER, Philippe, « L’occasion manquée », La Croix, 18 nov. 1983. Plus généralement, « Quelle paix à l’ombre des missiles ? », L’Actualité Religieuse dans le Monde, Nr.7, 15 déc. 1983, pp. 39-53 ; « “Gagner la Paix” : oui à l’espérance ! Non au texte des évêques français », Témoignage Chrétien, 21 -27 nov. 1983, pp. 4-15 ; de nombreuses réactions dans La Croix, dans Le Journal de la Paix (journal de Pax Christi) de décembre 1983 à juin 1984 ; également, Mouvement Rural de la Jeunesse Chrétienne (MRJC), Communiqué de presse du 7 déc. 1983, 2 p. ; Mouvements et Groupes de la Mission Ouvrière, Gagner la Paix par l’engagement de tous, Communiqué du 24 nov. 1983, 1 p. ; Mouvement « Vivre Ensemble l’Evangile Aujourd’hui », Note de presse, non datée, 2 p. ; « La sainte colère du “chrétien de gauche” Georges Montaron », Libération, 10 nov. 1983. Le Secrétariat général de l’épiscopat a répertorié l’ensemble des réactions à la lettre pastorale et reproduit un certain nombre d’entre elles : « L’assemblée plénière (Lourdes, 5-8 nov. 1983) à travers la presse », La Presse et l’Actualité, Nr.48, 30 nov. 1983, 82 p.

211 Il faut signaler qu’un certain nombre de réactions « à chaud » se basèrent sur la « Note de presse » rédigée par le Père Boullet pour résumer le contenu de la lettre pastorale. Or, cette note faisait totalement abstraction des développements positifs sur la non-violence introduits à Lourdes. Une trop grande hâte dans la rédaction du document en est la cause ; JULLIEN, Interview du 9 juin 1985.

212 GAILLOT, Mgr Jacques, « pourquoi j’ai voté contre », Le Monde, 12 nov. 1983 ; « Gagner la paix : un simple mot », La Croix, 19 nov. 1983 ; « Les raisons d’un refus », Témoignage Chrétien, 21-28 nov. 1983, p. 15.

213 La Paix Autrement, Se défendre sans se renier. Des Chrétiens s’expriment dans le débat sur la dissuasion nucléaire, Paris, Secrétariat du collectif « La Paix Autrement », 1986, 30 p. Le texte contient en annexe la liste des groupes et personnes signataires, parmi lesquelles on compte cinq évêques. Il est intéressant de noter que 12 000 exemplaires ont été écoulés dans les cinq mois suivant sa publication. Quelques jours après la publication du texte des évêques catholiques, l’Assemblée générale de la Fédération protestante de France, réunie à La Rochelle adoptait à son tour une déclaration qui préconisait un « gel nucléaire, même unilatéral », dépassant ainsi les vœux de son président, le pasteur Maury ; Assemblée générale de la Fédération protestante de France, « La lutte pour la paix », in Les Eglises contre la bombe ?, pp. 133-34. Voir Le Monde, 15 nov. 1983. Pour la suite des débats, voir également, Commission française « Justice et Paix », Commission sociale, économique et internationale de la Fédération protestante de France, Pour Construire la paix, Recherche œcuménique, Paris, Le Centurion, 1985, 72 p.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search