Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Singapour et son environnement régional

 | 
Philippe Régnier

Annexes

Annexe V. Infrastructures et développement dans l’île de Batam

Texte intégral

I can visualize the day when Batam will be another Singapore, suplementing Singapore’s present industrial, commercial and financial activities. What must be remembered is that both Batam and Singapore are in the centre of ASEAN, the largest region for potential economic growth in the world”.
Dr Radius
Prawiro
Indonesian Minister for Trade and Cooperation
The Batam Development Program, p. 5.

1. La situation géographique

1Batam est situé à 20 km au sud-est de Singapour, d’où elle est visible à l’œil nu. Quarante minutes sont nécessaires pour relier les deux îles par ferry, quinze minutes par hélicoptère. D’une superficie de 415 km2 (2/3 de Singapour), l’île compte en 1985, 44 000 habitants (20 000 en 1979) et pourrait difficilement accueillir plus de 700 000 personnes sans devoir importer de l’eau de l’extérieur, les ressources locales étant, comme à Singapour, limitées.

2. Le statut

2L’île de Batam a fait l’objet de deux décrets présidentiels en 1973 et 1978 (nos 41 et 45) et a été classée comme projet prioritaire de développement industriel dès 1976.

3La programmation des infrastructures nécessaires a été précisée dans un premier plan général (Master Plan) préparé en 1972 par la compagnie nationale indonésienne des pétroles PERTAMINA, assistée de deux consultants, PACIFIC BETHEL Co. (USA) et NISSHO-IWAI (Japon). Il fut révisé en 1977 par la société américaine de consulting CRUK. Un deuxième plan général, établi en 1979 par la Batam Industrial Development Authority (BIDA) conjointement avec la Direction Générale de la Planification du Ministère indonésien des Travaux Publics (LPU), détaille les étapes du développement de l’île envisagé pour la période 1979-2004.

4Le projet est placé sous la responsabilité de la BIDA (siège à Jakarta), dont le président est le Ministre Habibie (Recherche et Technologie), d’un comité interministériel présidé par le Ministre de l’Economie et des Finances (Supervisory Body of Batam Industrial Zone), et de la Batam Industrial Corporation (PT PERSERO BATAM, siège à Jakarta).

3. Les infrastructures initiales (1973-80)

5Le réseau routier (110 km) est concentré dans le nord de l’île, celle qui naturellement fait face à Singapour. Il relie trois pôles urbains : Batu Ampar (nord), Sekupang (ouest) et Kabil (est). Un centre de télécommunications, en contact constant avec Singapour et incluant une station de liaisons par satellite, est implanté à Sekupang. L’aérodrome de Batu Besar se situe au nord-est à proximité de Nongsa, destiné à devenir ultérieurement un centre touristique.

6Trois zones portuaires ont été mises en chantier : Sekupang (commerce intra-régional), Batu Ampar (exportations industrielles et passagers), Kabil (tankers pétroliers, containers). Teluk Tering est appelé plus tard à assurer le transfert des touristes. Deux lignes de ferry relient plusieurs fois par jour Singapour à Batu Ampar (Batam Express) et à Sekupang (Mirani Express) pour environ 7 US$ aller-retour.

7Cinq zones industrielles sont prévues : Batu Ampar (industries légères et entrepôts), Sekupang et à proximité Tanjung Uncang (transformation de produits de base, industries du bois et agro-alimentaire), Kabil et la côte orientale (raffineries, aciérie, équipements lourds), Nongsa (tourisme et hôtellerie).

4. Les objectifs à plus long terme (1979-2004)

8Sur la base d’infrastructures à réaliser requérant un investissement public moyen de 77 millions de US$ par an, l’île devrait compter en 2004 environ 500 000 habitants et être dotée d’une capacité d’accueil de plusieurs centaines de milliers de touristes. Un plan quinquennal (1984-89) d’urbanisation de l 250 hectares, divisés en trois districts, a été dressé par ATELIER 6, une société indonésienne spécialisée dans le domaine de l’architecture, et par PRC (Planing Research Corporation Virginia, USA).

9Batu Ampar, centre administratif (organes de la BIDA et de PERSERO, autorités locales) doit devenir la ville principale de Batam (25 000 habitants en 2004), pourvue d’une industrie spécialisée dans le matériel pétrolier et d’un port en eau profonde. Sekupang se transformerait en un centre d’agriculture et d’horticulture, et assurerait la gestion de quatre centrales électriques et de stations de traitement des eaux. Nongsa se voit attribuer une zone industrielle de 4 000 hectares (industrie lourde), deux terminaux portuaires de grande capacité (containers), quatre complexes hôteliers, une centrale électrique, un réservoir, et une station de traitement de l’eau de mer.

10L’aéroport Hang Nadion de Batu Besar (800 hectares) devrait se développer rapidement, en coopération avec le département pour l’aviation civile de Singapour, et évoluer vers des infrastructures de dimension internationale (DC 10 et Airbus sont entrés en service en 1982-83 pour relier Batam à Jakarta).

5. Politique de l’investissement étranger

11Batam jouit d’une position stratégique à proximité de l’une des lignes maritimes internationales les plus fréquentées du monde, des ressources naturelles et des marchés de l’Asie du sud-est, des zones d’exploration et d’exploitation pétrolières (Océan Indien, Mer de Chine, Mer de Java).

12Tout projet d’investissement approuvé par la BIDA est exempté de charges fiscales et des taxes à l’importation pour tous les équipements nécessaires à sa mise en œuvre (durée négociée). Il bénéficie d’une liberté complète de gestion et de l’absence de contrôle des changes (rapatriement des bénéfices). Le prix du terrain à louer pour 25-30 ans s’échelonne entre 0,4 et 0,8 US$ le mètre carré (agriculture, élevage, agro-alimentaire, pêche) et entre 1,6 à 2,5 US$ (industrie, logement, services), le règlement pouvant être étalé sur cinq ans. Deux banques indonésiennes, la Bumi Daya et la Dagang Negara, possèdent une succursale à Batam.

13La main-d’œuvre est très bon marché, mais dépourvue de formation, et l’île ne relève d’aucun programme spécial du Ministère indonésien de la transmigration. La taxe de 150 US$, normalement applicable à tout ressortissant ou résident permanent désireux de se rendre à l’étranger, n’est pas exigée auprès des résidents de Batam voulant aller à Singapour et de ceux qui font régulièrement le trajet entre les deux îles. La demande préalable d’un visa n’est pas nécessaire pour visiter Batam.

14Des zones de libre échange sont prévues par les décrets nos 21 et 22 de 1978 et permettent d’importer gratuitement toute marchandise destinée à un usage sur place, y compris la réexportation ultérieure vers Singapour. Cette législation ne s’applique pas aux exportations de Batam vers le reste du territoire indonésien, frappées de la tarification douanière nationale en vigueur.

6. Liste de quelques sociétés étrangères établies à Batam

15Mc DERMOTT (équipements pétroliers, 1er investissement étranger réalisé à Batam)

16DRESSER MAGCOBAR (forage)

17CHICAGO BRIDGE AND IRON INDONESIA (équipements marins)

18AVLAU INDONESIA (équipements marins)

19TOYO KANESU (équipements marins)

20MILCHEM (forage)

21PATRA VICKERS (moteurs de navires)

22SIBASCO (ferry-boat)

23INDONESIA SPECIALISED CARRIERS (transport maritime)

24BATAM FABRICATORS (pétroliers)

25DRILLING BITS (forage)

26PERTA OIL MARKETING (pétrole)

27BATAM RESORT (tourisme)

28ASIA OILFIELD INDONESIA (pétrole)

29JUNELLO WOOD INDUSTRIES (bois)

30GOLDEN WALL REALITY (équipements administratifs)

31MANGA SRI LOKA (équipements administratifs)

32DUPONT DE NEMOURS (stockage)

33BENLINEDICT (bureautique)

34CRISTAL ROY GARMENT (textile)

35WING TAI GARMENT (textile)

36WING TAI GARMENT (textile)

37YEOH KIAN HIAN (agro-alimentaire)

38ITOH (composants automobiles)

39ASPA SHIPYARD (transport maritime)

40SINGCO (métallurgie)

41TRIUNE MARITIME (construction navale)

42BATAM HILLTOP (hôtellerie)

43TWIN TIMAS (hôtellerie)

44AVERY LAWRENCE (forage)

45DURONCAN BEHRING (fret)