Version classiqueVersion mobile

Singapour et son environnement régional

 | 
Philippe Régnier

Annexes

Annexe IV. Facteurs de distorsion dans les échanges commerciaux entre Singapour et l’Indonésie

Texte intégral

1er facteur : Deux systèmes différents de classification douanière

  • 1 Himawan (227), 1980, 332 p.

1Comme on l’a observé dans la 1re partie du livre, cette distinction repose sur le double héritage du système de monopole commercial exclusif hollandais et de la politique libre-échangiste des Britanniques. C. Himawan montre bien comment ce système a engendré, dès le xviiie siècle, une contrebande massive, notamment avec les Britanniques implantés à Benkulu, et une corruption à grande échelle des administrateurs hollandais : le Gouverneur Général de la VOC (Compagnie des Indes Orientales) s’octroie en 1774 près de 1430 fois son traitement officiel ; deux siècles plus tard, en 1974-76, le patron des pétroles indonésiens PERTAMINA sera accusé d’avoir détourné 3 000 fois son salaire1.

2L’année 1976, date de l’accord Lee-Suharto prévoyant la remise des statistiques commerciales de Singapour à l’Indonésie, coïncide avec l’introduction de la rubrique ‘réexportations’ dans la présentation générale des statistiques singapouriennes.

2e facteur : Commerce officieux et de contrebande

  • 2 Indonesian Current Affairs Translation Service Bulletin (ICATS), July 1974, p. 534, Jan. 75, pp. 65 (...)

3Le commerce de contrebande, régulièrement mentionné dans la presse locale2, fait l’objet d’un différend irréductible : les flux qui échappent à la taxation douanière de l’Indonésie ne sont pas considérés comme illégaux par Singapour, libre-échangiste. Ce type de commerce se compose surtout de produits de base et semble régresser depuis une dizaine d’années.

  • 3 Jumabhoy J.M., “Commercial and documentary fraud”, Singapore Banking and Finance, 1982-83, pp. 94-9 (...)
  • 4 Jakarta Post, 07.04.84 et 31.08.84.

4Le commerce de contrebande « légal » ou « officialisé »3 englobe des produits, qui arrivent physiquement dans les postes douaniers indonésiens, mais qui sont accompagnés de fausses déclarations (entraînant l’exemption ou la sous-évaluation des taxes à percevoir) avec la complicité des douaniers et des importateurs. Un scandale lié à l’entrée libre, via l’aéroport de Halim à Jakarta, de vidéoscopes et d’ordinateurs par avions-cargo en provenance de Singapour, a motivé en 1984 l’arrestation du directeur général des douanes4.

5En matière de fausses déclarations, l’importateur indonésien collabore avec des sociétés d’import-export de Singapour qui achètent à l’étranger, au prix réel, les marchandises commandées. Ce prix réel est communiqué verbalement à l’importateur indonésien et l’intermédiaire singapourien établit une facturation qui indiquera à l’entrée en Indonésie 70 % de la valeur réelle, ce qui permet de réduire les taxes douanières tout en obtenant l’autorisation officielle d’importer. Les 30 % restants et une commission pour « service rendu » seront payés ultérieurement par l’importateur à son partenaire de Singapour, et sans aucune vérification possible en l’absence de contrôle des changes en Indonésie.

6La dénomination des produits importés peut elle aussi être faussée afin d’échapper aux classifications douanières les plus taxées : l’emballage et les documents d’accompagnement peuvent indiquer des textiles bon marché alors qu’il s’agit de chemises de qualité, et les douaniers, moyennant « pots de vin » discrets, ne procéderont pas à l’ouverture des colis, surtout lorsqu’on connaît l’encombrement d’un port comme celui de Jakarta.

  • 5 Singapore Economie Bulletin, August 1983, p. 40.

7Ces pratiques s’effectuent avec la complicité active des douaniers indonésiens et des commandants militaires locaux (Sumatra, Riau, Kalimantan), dont le traitement est dérisoire, et celle des agents de l’Ambassade d’Indonésie à Singapour, chargés de dresser des listes des produits commercialisés par l’île et de leurs prix moyens, et de les transmettre à Jakarta en vue d’une actualisation régulière des taxes douanières. En 1976, 75 douaniers ont été limogés à la suite de contrôles dans le port de Tanjung Priok (Jakarta) révélant plus de 825 millions de dollars de déclarations frauduleuses. En 1983, 80 millions de dollars au moins ont été extorqués par ces mêmes fonctionnaires de Tanjung Priok, soit un prélèvement de 280 à 500 US$ sur chaque importation5.

  • 6 Wee Mon-Cheng (317), 1970, pp. 12-13.
  • 7 Chan Yoke Chin Claire, Singapore/Indonesia relations 1975-76, Singapore, National University, 1981, (...)

8Le système des douanes est également lourd et très compliqué en Indonésie. Les mouvements de marchandises sont classés dans différentes catégories (gulugan), chacune correspondant à des règles, tarifs et taux de change distincts. Il n’est pas rare aujourd’hui encore que plus de vingt signatures soient nécessaires avant d’obtenir l’autorisation d’importation sollicitée6. En 1980-82, on ne comptait pas moins de 24 administrations douanières, 16 circuits officiels d’importation, 7 bureaux de contrôle des prix, 10 services de supervision des entrepôts, 6 services relevant du Ministère de l’Emploi et 14 administrations de districts7.

  • 8 Ng Chin-Keong, (262), 1976, 78 p.
  • 9 ICATS, 1971, p. 478 et 1974, p. 815.
  • 10 ICATS, 1974, p. 815.
  • 11 ICATS, 1973, p. 762 et 1975, pp. 69, 142-44 et 300.

9Parmi les territoires géographiquement prédestinés à commercer par des voies officieuses avec Singapour, l’archipel de Riau8 est le plus proche (sud de Singapour). Le port de Tanjung Pinang en particulier joue un rôle d’entrepôt-relais entre la cité-Etat et l’Indonésie, dénoncé par certains milieux indonésiens qui accusent les commerçants chinois de cette localité d’être les agents de Singapour9. Le commerce de contrebande du latex était florissant via ce petit archipel jusqu’en 1965-66. Puis succédèrent les textiles revendus 40 à 50 % moins chers sur le marché indonésien par rapport aux produits nationaux similaires10. A Tanjung Pinang, les Chinois écoulaient les marchandises auprès de clients Batak qui les transportaient par petits caboteurs de 2 000 tonnes ver Medan et Jakarta. Un sixième des cas de contrebande signalés, impliquant plusieurs centaines de millions de rupiahs, ont pendant longtemps été identifiés dans les îles de Riau11.

3e facteur : Commerce de compensation

  • 12 Singapore Business, Jan. 1982. Singapore International Chamber of Commerce, Report 82-83. S.T., 08. (...)
  • 13 Singapore Business, June 1984, pp. 68-69. Jakarta Post, 30.03.84.

10L’initiative revient à l’Indonésie en 193212 à la suite de la réduction de ses revenus pétroliers en devises l’obligeant à acheter moins à l’extérieur. Ce type d’échanges-troc, pratiqué par 80 pays dans le monde en 1984, concerne l’exportation de pétrole brut indonésien contre l’importation en provenance de Singapour de produits pétroliers raffinés ou de certaines catégories de pétrole inexistantes en Indonésie13.

4e facteur : Commerce de transactions diverses

  • 14 Lee Sheng Yi (244), 1982, p. 233.

11Même dans le cas d’échanges directs entre l’Indonésie et le reste du monde, les documents d’accompagnement (déclaration en douane, factures, assurances, garanties) sont souvent établis ou transitent par Singapour, place financière et de services14. Des falsifications astucieuses peuvent être effectuées.

5e facteur : Commerce de contrefaçons

  • 15 Ambassade de France à Singapour, Poste d’Expansion Economique, « La contrefaçon à Singapour », 14.0 (...)
  • 16 Singapore Business, June 1984, pp. 27-32.

12Les échanges de contrefaçons faussent les statistiques, les prix des produits piratés étant tantôt inférieurs, tantôt identiques aux prix des articles de marque garantis. Singapour et Taïwan occupent le 1er rang mondial dans ce domaine (électro-informatique, cassettes, disques, cosmétiques, produits de luxe)15. En 1982, on estime que les Etats-Unis ont perdu 6 à 8 milliards de dollars de chiffre d’affaires à l’étranger en raison de la concurrence déloyale des contrefaçons16.

Notes

1 Himawan (227), 1980, 332 p.

2 Indonesian Current Affairs Translation Service Bulletin (ICATS), July 1974, p. 534, Jan. 75, pp. 65-69, March 76, pp. 219-20, July 76, p. 475, Oct. 76, pp. 713-14. Jakarta Post, 07.04.84, 28.09.84, 18.02.85, Straits Times, 10.11.73, 24.11.73, 29.09.74, 14.07.82, 10.09.82.

3 Jumabhoy J.M., “Commercial and documentary fraud”, Singapore Banking and Finance, 1982-83, pp. 94-95. Voir aussi : FEER, 15.03.84, pp. 78-79.

4 Jakarta Post, 07.04.84 et 31.08.84.

5 Singapore Economie Bulletin, August 1983, p. 40.

6 Wee Mon-Cheng (317), 1970, pp. 12-13.

7 Chan Yoke Chin Claire, Singapore/Indonesia relations 1975-76, Singapore, National University, 1981, 75 p. Seah Tony, (458), 1977, 68 p.

8 Ng Chin-Keong, (262), 1976, 78 p.

9 ICATS, 1971, p. 478 et 1974, p. 815.

10 ICATS, 1974, p. 815.

11 ICATS, 1973, p. 762 et 1975, pp. 69, 142-44 et 300.

12 Singapore Business, Jan. 1982. Singapore International Chamber of Commerce, Report 82-83. S.T., 08.04.82. FEER, 27.02.76, pp. 24-25.

13 Singapore Business, June 1984, pp. 68-69. Jakarta Post, 30.03.84.

14 Lee Sheng Yi (244), 1982, p. 233.

15 Ambassade de France à Singapour, Poste d’Expansion Economique, « La contrefaçon à Singapour », 14.09.83, 10 p.

16 Singapore Business, June 1984, pp. 27-32.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search