Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Singapour et son environnement régional

 | 
Philippe Régnier

Annexes

Annexe III. Biographie de Lee Kuan Yew, premier ministre de Singapour

Texte intégral

1Harry Lee Kuan Yew (« la lumière qui brille »), fils aîné de Lee Chin Koon (cadre de société pétrolière et bijoutier) et de Chua Jim Neo, est né à Singapour en 1923. Sa famille, d’origine Hakka (Chine méridionale), est implantée à Singapour depuis 1830-40 ; l’arrière grand-mère maternelle et le grand-père paternel ont épousé respectivement un Malais et un Chinois peranakan indonésien, ce qui explique l’esprit multiracial du cercle familial qui a tant marqué le jeune Lee dans ses luttes ultérieures contre toute discrimination raciale. Lee Kuan Yew fréquente l’école primaire anglophone de Telok Kurau afin de devenir, conformément à la volonté de son grand-père, l’égal d’un gentleman britannique en termes de professionnalisme tout en conservant la tradition chinoise. Puis, il poursuit ses études au Raffles College de Singapour fréquenté par l’élite locale anglophone. C’est l’impact de la Grande Dépression des années 30, ruinant familles maternelle et paternelle, qui prédisposent en partie Lee Kuan Yew à devenir plus tard un socialiste pragmatique.

2La capitulation de Singapour, la perle britannique de l’Asie, et l’installation du haut commandement nippon pour l’Asie du sud-est dans l’île, marquent profondément le jeune étudiant qui échappe de peu à une série d’exécutions sommaires par l’occupant. Ayant appris le japonais, il travaille pour l’Agence de Presse Domei et prend conscience durant ces années noires de l’extrême vulnérabilité de la cité insulaire. A la Libération, Lee aide Philip Hoalim, proche ami de sa famille et fondateur de la Malayan Democratic Union, à préparer un premier projet constitutionnel d’autonomie de la Malaisie.

3Concrétisant ses projets d’avant-guerre, Lee Kuan Yew s’embarque pour la Grande-Bretagne où il obtient, au Fitzwilliam College de Cambridge, la plus haute distinction universitaire pour ses résultats en droit. Il s’initie alors à la profession d’avocat à Londres (Middle Temple). C’est aussi entre 1946 et 1950 que débute sa carrière politique à travers sa participation active au club travailliste de Cambridge et au Malayan Forum de Londres, ce dernier rassemblant bon nombre de ses futurs collaborateurs et adversaires politiques. Peu avant de rentrer à Singapour, Lee prononce d’ailleurs devant cette audience son célèbre discours sur l’avenir de la Malaisie.

4En septembre 1950, Lee épouse Kwa Geok Choo, brillante juriste rencontrée à Cambridge, et fonde avec elle un cabinet d’avocats à Singapour. De ce mariage naîtront trois enfants (deux fils en 1952 et 1957, une fille en 1955), dont Lee Hsien Loong, mathématicien formé aux USA, Général de Brigade à 30 ans, puis député à partir de 1984 avant d’accéder à d’importantes fonctions ministérielles actuellement et de succéder, un jour peut-être, à son père.

5A partir de 1952, Lee Kuan Yew devient le conseiller juridique de nombreux syndicats locaux et se place à l’écoute de l’agitation sociale de l’époque, aidé en cela par ses connaissances linguistiques en mandarin et en malais. Cette expérience socio-politique, sur toile de fond de l’Etat d’urgence anticommuniste en vigueur dans toute la Malaisie depuis 1948, joue un rôle déterminant dans la création, en 1954, du PAP (People’s Action Party), sorte de parti social-démocrate, dont Lee est le premier secrétaire général. En 1955, le PAP remporte trois sièges à l’Assemblée Législative et le député Lee Kuan Yew est associé aux négociations sur l’indépendance de Singapour qui se déroulent à Londres et durant lesquelles l’intelligence et la personnalité de Lee impressionnent fortement les autorités britanniques.

6Propulsé au pouvoir en 1959 comme Chief Minister de Singapour à la suite d’une tentative avortée de déstabilisation communiste (1956-57), Lee Kuan Yew assure la totalité des sièges à son parti jusqu’aux élections de 1980. De 1963 à 1965, il siège également au Parlement de la Fédération de Malaisie, à Kuala Lumpur, et lutte vigoureusement contre les tentatives de partition communaliste entre Malais et Chinois. C’est sur cette question qu’il se résigne, non sans amertume et regret, à la séparation de Singapour de la Fédération, le 9 août 1965, date de l’indépendance définitive de la cité-Etat.

7Unanimement apprécié et reconnu comme le principal artisan du formidable développement économique de Singapour intervenu depuis 1965, Lee Kuan Yew jouit d’une stature internationale de tout premier plan tant par son rôle fréquent de médiateur au sein du Commonwealth que par ses liens privilégiés avec de nombreux Chefs d’Etat et de Gouvernement à travers le monde.

8Elu au Bureau de l’Internationale Socialiste en 1967, Lee Kuan Yew l’a quitté en 1976 à la suite d’accusations dénonçant l’autoritarisme du régime politique singapourien mis en place et l’emprisonnement d’un certain nombre d’opposants. Depuis les élections de 1984 qui ont vu le PAP perdre du terrain en faveur d’une opposition encore embryonnaire, Lee Kuan Yew s’efforce de préparer une transition politique ouvrant l’accès au pouvoir aux jeunes générations. Ayant annoncé son intention de quitter ses fonctions de Premier Ministre en 1988, année de son 65e anniversaire, il pourrait achever sa carrière politique hors du commun en briguant la Présidence de la République.