Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Singapour et son environnement régional

 | 
Philippe Régnier

Annexes

Annexe II. Singapour, conjoncture économique 1985-87

Texte intégral

A. Récession en 1985-86

1Enregistrant une croissance de + 8,2 % en 1984, l’économie de Singapour s’est contractée, pour la première fois depuis l’indépendance, de – 1,8 % en 1985. Cette même année, 96 000 emplois ont été supprimés et le chômage s’est élevé à 4,1 % de la population active (dont 45 % de jeunes de moins de 25 ans). La situation s’est redressée en 1986 avec + 1,9 % mais toutes les analyses prévisionnelles laissent prévoir en 1987-90 une expansion nettement plus lente que par le passé.

2D’avril 1985 à février 1986, un comité de 12 sages présidé par le ministre en exercice du commerce et de l’industrie, Lee Hsien Loong, fils du Premier Ministre Lee Kuan Yew, a été chargé d’examiner les origines de ce ralentissement de l’activité économique et de recommander au gouvernement des remèdes possibles et des nouvelles orientations pour l’avenir. Le rapport final du comité a identifié plusieurs groupes de problèmes conjoncturels et structurels :

  • Une récession durable frappe certains secteurs qui représentent le moteur du développement de Singapour depuis 20 ans, notamment l’industrie pétrolière et pétrochimique, la construction et la réparation navales, le bâtiment et l’hôtellerie ;

  • La politique des hauts salaires menée depuis 1979-81 et le niveau très élevé des coûts locaux de production en général affectent la compétitivité internationale de l’industrie manufacturière de Singapour (surtout comparée à Hong Kong, Corée du sud, Taïwan), réduisent l’attrait des investisseurs étrangers potentiels déjà moins nombreux en période de faible expansion mondiale, et freinent le développement rapide de secteurs liés aux technologies de pointe ;

  • Les échanges avec les principaux partenaires de Singapour se sont réduits : fluctuations cycliques des marchés de l’électronique, coût élevé du dollar, déficits budgétaires et tendances protectionnistes aux Etats-Unis ; chute des prix du pétrole et des produits de base affectant la santé des pays voisins ; début de récessions sectorielles au Japon ;

  • Le maintien dommageable de taux d’intérêts onéreux et de la surévaluation du dollar de Singapour s’est combiné avec un niveau record de l’épargne (41 % du PNB), canalisée pour une part sous la forme de prélèvements obligatoires alimentant la caisse sociale et de retraite, le Central Provident Fund (+ 40 % du coût salarial unitaire moyen) ;

  • L’interventionnisme omniprésent et souvent exclusif des pouvoirs publics a favorisé le développement de secteurs jugés prioritaires, mais certains choix récents ne se sont pas toujours révélés les meilleurs. Le contrôle du gouvernement s’étend à tous les rouages de l’économie locale (80 organismes et 450 sociétés gérés par l’Etat) ;

  • La faillite retentissante du groupe Pan Electric est venue s’ajouter aux 400 autres faillites moins spectaculaires mais non moins réelles intervenues en 1985 ; elle a provoqué, en décembre 1985, la fermeture des bourses de Kuala Lumpur et de Singapour pendant plusieurs jours.

B. Perspectives 1987 et à moyen terme

3Le budget de 1986 a introduit une première série d’allégements fiscaux destinés à relancer l’économie et deux mesures méritent d’être soulignées parmi ceux-ci :

  • La taxe sur les sociétés est diminuée de 40 à 33 % ;

  • La contribution des employeurs au Central Provident Fund est réduite de 25 à 10 % du montant brut du salaire versé, et cela pour une période d’au moins deux ans, l’augmentation des rémunérations salariales restant bloquée pour une durée équivalente.

4Ces mesures vont dans le sens du rapport du comité des sages de février 1986 qui recommande :

  • Une réduction des coûts de production et des efforts d’amélioration de la productivité ;

  • Une contribution plus large de l’épargne à la relance de l’investissement local ;

  • Une diminution de la pression fiscale sur les entreprises et les particuliers ;

  • Une promotion active du secteur tertiaire, des technologies de pointe et de la recherche ;

  • Un désengagement partiel des pouvoirs publics dans le contrôle de l’économie nationale donnant la priorité à des mesures d’incitation en faveur des entreprises privées locales et étrangères ;

  • Un programme d’éducation et de formation accrues à tous les niveaux d’âges et de compétences.

5La récession de 1985-86 résulte sans nul doute de la combinaison de facteurs conjoncturels et de changements structurels récents sur le marché mondial que le gouvernement de Singapour pouvait difficilement prévoir longtemps à l’avance, en partie tout au moins ; elle souligne une fois de plus l’extrême dépendance de la cité-Etat.

6Les débuts de redressement de 1986 s’expliquent autant par l’impact réel et psychologique des mesures adoptées sur la base du rapport des sages que par une certaine reprise de la demande mondiale et par des perspectives plus favorables pour Singapour sur le marché des changes (chute du dollar US et hausse du yen). Cependant, le discours national de Lee Kuan Yew, en août 1986, rejoint l’avis unanime des experts pour estimer que la croissance de Singapour n’excédera pas 3 à 5 % en 1987 et dans les prochaines années. L’expansion modeste du commerce extérieur et de la consommation intérieure parallèlement à un niveau d’investissements demeurant substantiel garantissent une reprise modérée sans pouvoir espérer retrouver les taux de croissance remarquables des années 70-80.

7Dans le secteur industriel, les coûts de production demeurent encore élevés et les investisseurs étrangers préfèrent la Corée du sud ou Taïwan, voire d’autres pays moins avancés de la région pour y transférer certaines activités devenues non rentables dans les pays industrialisés. L’avenir de Singapour dans des activités tertiaires semble mieux assuré mais quelques incertitudes persistent néanmoins, notamment dans le domaine commercial et financier : plans d’austérité en Indonésie et en Malaisie (chute des prix de l’énergie et des produits de base, chute du dollar), difficultés budgétaires, commerciales et monétaires aux Etats-Unis, surévaluation du yen et début de crise dans certaines industries traditionnelles au Japon, interrogations quant aux développements futurs des places financières de Tokyo et de Hong Kong, investissements délicats et plus rares des nations industrielles dans le domaine des services et des technologies de pointe.

8Plus généralement, les structures actuelles de l’économie de Singapour font penser à celles d’un pays encore moyennement développé :

  • De nombreuses entreprises locales, souvent de petite taille, traditionnelles et peu rationalisées, continuent à coexister avec le Singapour moderne des grandes sociétés para-publiques ou étrangères ;

  • En raison de la taille du marché intérieur et même régional dans certains cas, mais aussi d’infrastructures et d’activités de sous-traitance insuffisamment diversifiées, l’implantation de technologies avancées et de servives sophistiqués n’est pas toujours aisée, voire possible ;

  • Au sein du secteur tertiaire, qui représente 64 % du PNB, subsistent des services et des activités commerciales de dimension modeste remplissant des fonctions simples, parfois même rudimentaires ;

  • 50 à 60 % de la population locale n’a reçu qu’une éducation primaire et 23 % des Singapouriens ne sont jamais allés à l’école ;

  • La priorité donnée pendant 20 ans au service public, à la haute administration, à la gestion des sociétés para-publiques et des filiales de groupes étrangers a absorbé l’essentiel des talents et des cerveaux les plus brillants, délaissant l’entreprise privée locale ou régionale ;

  • L’intervention systématique du gouvernement dans la construction du tissu économique de la cité-Etat, probablement indispensable au départ, doit s’orienter à présent vers des mesures de dérégulation et de privatisation permettant d’élargir et de rendre plus flexible la diversification de l’industrie et des services, et d’éviter de tomber dans le piège d’un étatisme omniprésent dans de nombreux pays en développement même avancés ;

  • La philosophie du bon gouvernement et de son infaillibilité, qui s’applique depuis l’indépendance en style politique de Lee Kuan Yew et de son équipe, s’adapte mal aux nécessités de la compétition internationale requérant toujours plus d’esprit d’entreprise et de libre initiative. Le recul du PAP aux élections de 1986 et la récession économique de 1985-86 ont le mérite de rappeler au gouvernement qu’il peut se tromper et à la population que le confort de la croissance n’est jamais définitivement acquis.