Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Singapour et son environnement régional

 | 
Philippe Régnier

Deuxième partie. Singapour et la coopération politique régionale. Une cité-État «chinoise» en quête inlassable de viabilité et de sécurité

Chapitre dernier. Les réponses d’une cité-État aux défis de survie et de viabilité

Testo integrale

1Au terme de deux décennies marquées par une croissance économique ininterrompue, les Singapouriens ont vécu comme un choc psychologique le discours de leur Premier Ministre du 9 août 1985. Face à une récession qui affecte la cité-Etat et d’autres pays nouvellement industrialisés, mais qui s’inscrit également dans la trame historique des défis successifs rythmant la vie de l’emporium, le message de Lee Kuan Yew ne diffère pas de celui de 1965 : cohésion nationale, rationalisation économique et sociale, maximalisation des capacités d’intelligence et de travail, mobilisation infatigable de toute la population…

2La stabilité des conditions extérieures qui préside au développement de l’emporium échappe au contrôle de ce dernier et Singapour doit œuvrer inlassablement à réduire les risques qui pèsent sur sa fragilité. Par-delà son développement économique, largement tributaire d’apports étrangers, et sa sécurité politique, étroitement liée à son environnement régional, la multiplication des interdépendances transitant par son intermédiaire constitue une première stratégie qui vise à se rendre indispensable aux uns et aux autres mais sans jamais pouvoir prétendre exercer la moindre influence sur l’évolution de la conjoncture internationale.

3Unique certitude, Singapour contrôle pleinement une seule carte maîtresse : sa population. La mobilisation et l’organisation la plus cohérente possible de la société insulaire forment la principale ressource indépendante ayant permis d’ajuster ses réponses aux défis extérieurs rencontrés depuis 1965 ; elles figurent également parmi les quelques clés qui commandent l’avenir de Singapour.

1. La notion de lutte pour la survie, clé de voûte de la construction nationale depuis 1965

  • 1 Chan Heng Chee (501), 1971, 65 p. Morrison and Suhrke (420), 1978, 346 p. Onn Wee-Hock (266), 1978, (...)
  • 2 Singapore’s survival is the paramount concern of the PAP rulers. Everything else, including politi (...)

4L’indépendance soudaine de Singapour en 1965 pose le problème des moyens d’assurer, dans le plus bref délai, la viabilité économique et politique de la cité devenue Etat. Sur la toile de fond des années 1963-65, ponctuées par les plus formidables défis de l’histoire de Singapour (hormis l’attaque japonaise de 1942), Lee Kuan Yew, Goh Keng Swee et Rajaratnam inaugurent des campagnes de mobilisation populaire au nom de la lutte pour la survie de la cité-Etat1. Cet effort permanent pour la défense de l’emporium et son inlassable adaptation aux événements extérieurs se transforment rapidement en une sorte d’idéologie nationale ; le syndrome de l’extrême vulnérabilité se traduit par une volonté du pouvoir d’embrigader la société insulaire en recourant à des méthodes qui rappellent, par certains aspects, les campagnes de mobilisation des masses en Chine2.

  • 3 Seah Chee Meow (700), 1973, pp. 535-551 et (702), 1980, pp. 144-154.

5Au terme des crises de 1963-65, le PAP (People’s Action Party) continue à entretenir un climat de psychose lié aux défis perpétuels de l’actualité internationale (violences communalistes en 1969 dans toute la péninsule, retrait britannique en 1971, crise pétrolière en 1973-74, danger vietnamien à partir de 1975, montée du protectionnisme et récession économique internationale affectant la région depuis 1978-80…). Le concept de survie devient l’instrument-clé de la cohésion intérieure et de l’affirmation, sans cesse renouvelée en politique étrangère, de l’indépendance intangible de Singapour3.

  • 4 Lee Kuan Yew, “Survival for smaller nations”, Speech, Canberra, National Press Club, 16 March 1965, (...)

6Cette stratégie politique regroupe trois composantes inséparables : une volonté inébranlable de vivre sous la forme d’un Etat indépendant et souverain, une capacité déterminée de concrétiser celle-ci et de la faire respecter, un ajustement systématique aux fluctuations du monde extérieur maximalisant toutes les opportunités offertes pour consolider la viabilité et la sécurité nationales4.

  • 5 Alatas Syed Hussein, “Modernization and national consciousness”, in Ooi Jin Bee (526), 1969, pp. 21 (...)
  • 6 In the field of security, it is necessary to infuse a sense of urgency and preparedness into the m (...)

7Le thème de la survie économique de Singapour règle toutes les activités intérieures en vertu d’un ordre hiérarchisé de priorités autour duquel s’organise la gestion des demandes et des réponses de la société locale ; cet ordre varie selon la combinaison des variables internes et externes, les secondes pesant très lourd dans le cas d’un emporium aussi dépendant de son voisinage comme du reste du monde5. Défis et enjeux extérieurs justifient et légitimisent la plupart des mesures décrétées par le PAP, même celles touchant au domaine des libertés et du comportement de l’individu. Le citoyen de Singapour est d’abord un être social, la recherche de son excellence ou de sa valorisation optimale correspond à une volonté d’organiser tous les rouages de la société. Le fonctionnement de chacun de ses maillons réfléchit la lutte incessante pour la survie et s’insère dans un climat d’urgence institutionnalisée. Afin d’anticiper tout événement susceptible de nuire à la prospérité de la cité-Etat, les autorités comme la population doivent prévoir en permanence d’où le « diable » peut surgir !6

  • 7 Singapore may find itself surrounded by a hostile sea of obscurantist and xenophobic forces which (...)

8Au regard de ses dimensions, Singapour a sans doute raison de se préparer à toute menace éventuelle, mais cette attitude est mal perçue par les pays voisins qui ne comprennent pas, ou ne veulent pas comprendre, les motifs des campagnes tapageuses du PAP visant à maintenir en éveil la vigilance de la population de la cité-Etat7. La Malaisie s’est souvent montrée agacée par cette mentalité d’un Singapour se croyant assiégé au sein du monde malais et recourant à des conseillers israëliens pour organiser son système de défense. Kuala Lumpur et Jakarta réitèrent à intervalles réguliers leurs intentions pacifiques et feignent d’interpréter le discours de la survie de Singapour comme une politique voulant prévenir exclusivement d’éventuels dangers extra-régionaux. Le développement de la coopération au sein de l’ASEAN et l’impact des crises d’Indochine contribuent à une perception mieux acceptée des exigences spécifiques qui conditionnent la sécurité de la cité-Etat.

  • 8 Chan Heng Chee (502), 1976, 272 p., et (503), 1979, 14 p. Pang Chong Lian (535), 1971, 87 p.

9Depuis 1978-79, la nouvelle stratégie économique de Singapour (hautes technologies) actualise les garanties nécessaires à la prospérité continue de la petite république mais ce passage d’un développement quantitatif (années 1970) à une consolidation plus qualitative, doublé par l’arrivée sur le marché du travail de jeunes générations ayant connu le seul confort de la croissance, pouvait laisser entrevoir un certain essoufflement de l’idéologie de la survie. Le recul sensible du PAP aux élections de décembre 1984, la succession délicate de Lee Kuan Yew, et la récession économique enregistrée depuis plus de deux ans, ont créé les conditions idéales pour que le régime renoue avec cette idéologie fondamentale, notamment à l’occasion du vingtième anniversaire de l’indépendance. Le PAP a réaffirmé avec force combien la santé du pays dépend de son maintien au pouvoir. Idéologies nationale et partisane se mêlent étroitement autour du thème de la survie, l’histoire de la « nation » singapourienne se confondant largement avec celle du PAP depuis 19658.

2. La monopolisation du pouvoir ou le dirigisme du bien-être

Dirigisme ou planification autoritaire du bien-être

10Depuis 1963-65, les leaders de la première génération du PAP monopolisent l’exercice du pouvoir. Ayant évincé le principal foyer d’opposition, le Barisan Socialis, ils se sont toujours présentés comme l’unique force politique capable d’éviter les écueils de la stagnation ou du déclin de la cité-Etat et de relever les défis jalonnant son histoire. La société doit être subordonnée à la priorité impérative de survie de l’emporium et donc à la formation politique qui l’incarne par excellence, le PAP, dont la compétence, l’homogénéité, la centralisation et la discipline s’imposent pour gérer les nombreuses vulnérabilités d’un aussi minuscule territoire.

  • 9 Raj. K. Vasil (544), 1984, pp. 114-153.
  • 10 Goh Chok Tong, “Importance of continued good government”, Speech, Singapore, 11.01.81, Coll. Speech (...)

11Les premiers succès économiques remportés dès les lendemains de l’indépendance ont rallié une large majorité de la population au régime et ont encouragé celui-ci à appliquer toutes les mesures qu’il juge appropriées pour le développement de Singapour : une forme de dirigisme ou de planification autoritaire s’est instaurée. Croissance économique et transformation sociale se sont matérialisées si rapidement au cours des années 70 que la base du PAP et l’électorat se sont convaincus du « génie » immuable de leur Premier Ministre et de son gouvernement9. L’actuelle monopolisation quasi absolue du pouvoir s’autojustifie par la nécessité de consolider l’acquis (qui a vingt ans à peine), de se refuser le droit à l’erreur (dont une cité-Etat peut difficilement s’offrir le luxe), de trouver la meilleure solution à chacun des enjeux périodiques et d’éviter toute remise en cause d’un édifice dont la fragilité structurelle doit toujours rester présente dans les esprits. Le rôle du PAP s’identifie à celui de garant de la prospérité, de la stabilité et de la sécurité10.

  • 11 Josey (516), 1968, p. 34 (1ère édition) et (519), 1980, 352 p. (Chapter 6).
  • 12 L’éviction du jeune Secrétaire Général du NTUC, Lim Chee Onn, en avril 1983 et la démission du Prés (...)

12La centralisation et la consolidation du pouvoir du PAP dans la durée sont d’autant plus marquées qu’elles correspondent à l’essence de la philosophie politique de Lee Kuan Yew. Depuis son célèbre discours devant le Malayan Forum de Londres (janvier 1950), Lee ne semble pas s’être écarté de certaines règles d’or (socialisme pragmatique, rejet du communisme, multiracialité…) parmi lesquelles figure un mode de gouvernement regroupant des hommes animés par un sens très élevé de l’Etat, totalement disponibles et dévoués pour servir ce dernier11. Le rôle décisif d’une petite équipe d’amis réunis autour de Lee dès les débuts du PAP et capables de dégager des solutions de crise sur le double front intérieur et extérieur durant les années les plus troublées ne pouvait que conduire à une extrême centralisation du pouvoir où toutes les décisions importantes, le contrôle du parti et les instruments de la mobilisation nationale relèvent du Premier Ministre et de ses collaborateurs immédiats12.

La construction d’un Etat technocratique

13Le gouvernement de Singapour s’appuie sur un vaste appareil d’Etat omniprésent et technocratique (administrative state), dont les caractéristiques reproduisent les priorités définies plus haut.

  • 13 Chen (505), 1975, 15 p. Chen George W.H. (504), 1974, 202 p. Chen and Fawcett (541), 1979, 275 p. S (...)

14L’unité de l’élite du PAP, hormis une certaine forme de dévotion pour son leader et ses proches conseillers, repose sur la présence exclusive en son sein de hauts fonctionnaires et de politiciens, occupant tantôt l’une, tantôt l’autre fonction, attentivement sélectionnés sur la base de leur éducation et de leur compétence13. Lee Kuan Yew évaluait lui-même cette élite dirigeante à 200 individus environ en 1967-68, assistés au niveau intermédiaire et opérationnel par 2 000 autres personnes, et il ajoutait :

  • 14 Josey (516), 1968, p. 381 (1ére édition).

Si vous tuez les 200 au sommet et les 2 000 à la base d’un seul coup, vous aurez détruit Singapour14.

  • 15 Crouch (365), 1984, pp. 13-23. Quah, Chan and Seah (513), 1985, 324 p.

15Afin de substituer à la politique coloniale inégalitaire du laisser-faire une société du bien-être planifié, et de privilégier la stabilité politique indispensable au développement économique par l’investissement, les cadres du PAP ont réduit dès les années 60 les possibilités de conflits sociaux et les résistances des élites traditionnelles. L’action gouvernementale et le maintien du PAP au pouvoir ne dépendent pas de la capacité des dirigeants à répondre à telles ou telles demandes et pressions particulières ; l’appareil de l’Etat peut promouvoir assez librement sa propre perception des intérêts globaux (internes et externes) de la cité. Le processus de décision est ainsi devenu plus « administratif » que « politique »15.

  • 16 For such a small slate, the goal of flexibility to external changes has meant the internal central (...)

16La dépolitisation des citoyens de base a été rendue possible par l’élimination du Barisan Socialis, l’encadrement de la vie syndicale et des moyens publics d’expression, l’absence d’opposition organisée, et surtout par une certaine redistribution des fruits de la croissance économique pour le mieux-être social de la population, seul capital véritable que l’île possède en propre16. Même si cette redistribution semble avoir favorisé l’essor d’une classe moyenne nombreuse et avoir moins profité aux ouvriers qui ont financé, par la modicité de leurs salaires, une part non négligeable de l’industrialisation, une majorité de la population, assez matérialiste (population chinoise), se montre satisfaite de l’amélioration spectaculaire de ses conditions de vie et de la réussite économique du pays.

  • 17 Quah (543), 1978, 32 p. et “public bureaucracy in Singapore” in You Poh Seng and Lim (294), 1984, p (...)
  • 18 Quah (542), 1978, 25 p.
  • 19 Ong Pang Boon, Minister of Home Affairs, Prevention of Corruption Act, Legislative Assembly Debates (...)

17L’influence politique des milieux d’affaires traditionnels a décliné elle aussi. Le recul du commerce d’entrepôt et la diversification du tissu économique ont rendu nécessaire la formation d’une administration plus vaste et plus interventionniste qu’avant 1965, mais aussi plus indépendante vis-à-vis des commerçants et banquiers chinois ou des intérêts de l’ancien colonisateur. Aujourd’hui, le secteur privé est dominé par des sociétés étrangères entretenant, le plus souvent, des activités dans le monde entier et des liens politiques par conséquent distendus avec l’administration locale, à Singpour comme ailleurs17. De plus, la probité des fonctionnaires et des politiciens de Singapour a été érigée en dogme par les leaders de la première génération du PAP et parmi lesquels figurait un nombre très faible d’hommes d’affaires. L’île-Etat se range parmi les pays du monde où la corruption, à petite ou grande échelle, est la moins répandue ! Se référant à la période troublée des gouvernements de David Marshall et de Lim Yew Hock, Lee est persuadé que cette corruption minerait les bases de la réussite de la cité-Etat et de sa réputation internationale18. Dès 1960, le Prevention of Corruption Act et la création du Corrupt Practices Investigation Bureau ont été adoptés. En 1975 par exemple, le Ministre de l’Environnement a été sévèrement condamné pour une fraude qui aurait été considérée comme « normale » dans tous les autres pays de l’ASEAN19.

  • 20 Ministry of Culture, Government Directory, Singapore, 1984.
  • 21 S.T., 06.04.85. Low Linda, “public enterprises in Singapore in You Poh Seng and Lim (294), 1984, p (...)

18Contrairement à Hong Kong, le rôle des pouvoirs publics pèse lourd dans la vie quotidienne de Singapour. Le Singapore Civil Service regroupait en 1984 quinze ministères et 84 agences publiques, soit 125 000 fonctionnaires représentant 10,8 % de la population active (environ 50 pour 1 000 habitants)20. Dans le but de compenser la faiblesse des ressources économiques de l’île, de remédier au rôle secondaire de la plupart des entrepreneurs locaux face à la puissance des sociétés étrangères, et de forger un instrument d’intervention en cas de crise ou de restructuration économique nécessaire, l’Etat contrôle directement une centaine d’entreprises parmi les plus importantes (comme SINGAPORE INTERNATIONAL AIRLINES en cours de privatisation) et une soixantaine d’autres par l’intermédiaire de DBS (Development Bank of Singapore) et de la société nationale de commerce INTRACO. Sept hauts fonctionnaires, ministres et anciens ministres, siègent dans quelques 490 conseils d’administration21.

Singapour et la convergence des régimes politiques de l’ASEAN

19Singapour dispose-t-il d’une liberté totale pour déterminer le choix de son régime politique ou doit-il tenir compte de l’interaction de ses décisions avec celles des pays voisins ? Existe-t-il une certaine convergence entre les différents systèmes politiques de l’ASEAN à laquelle celui instauré par le PAP ne fait pas exception ?

20A la première question, l’histoire a déjà répondu. Le communalisme et le communisme intérieurs et extérieurs marquent les deux limites les plus évidentes de la libre appréciation des gouvernements de la région. Ni Kuala Lumpur ni Jakarta ne peuvent tolérer une déstabilisation de la société singapourienne par l’un ou l’autre de ces deux dangers, les troubles de 1963-65 ayant démontré combien le principe des vases communiquants peut s’appliquer à l’espace politique de ces trois pays, par-delà leurs frontières respectives. Réciproquement, on ne voit pas comment Singapour pourrait s’isoler de toute instabilité éventuelle des régimes socio-politiques mis en place en Malaisie et en Indonésie.

21Partageant la même hostilité de fond à l’égard du communalisme, il est difficile de prévoir comment ces mêmes pays réagiraient dans le cas où l’île-Etat s’engagerait dans la voie d’un système politique ultra-démocratique contrastant avec les régimes autoritaires dominant l’ASEAN : l’effectivité de la politique multiraciale ou de la lutte contre la corruption à Singapour met déjà en cause, indirectement, certains des défauts les plus graves des régimes voisins ; il n’est pas sûr que Singapour trouve son intérêt à cultiver une singularité politique excessive qui viendrait se superposer à un niveau de développement économique avancé déjà en lui-même et mal accepté parfois par ses partenaires.

  • 22 Solidum (551), 1974, 267 p.

22Pour répondre à la seconde question, plusieurs indices soulignent une convergence des régimes politiques de l’ASEAN englobant Singapour22 :

  • Les contraintes pesant sur la liberté d’autodétermination nationale se recoupent dans le discours des dirigeants des différents Etats-membres. Le PAP a éliminé comme en Malaisie (1948-60) et en Indonésie (1965-66) le communisme intérieur. Il désigne le communisme extérieur comme la première cible de sa politique étrangère et, sur ce point, seules des divergences de sensibilité à l’égard, soit de la Chine, soit du Vietnam, le rapprochent davantage du gouvernement de la Thaïlande que de ses voisins immédiats. Plus généralement, l’idéologie de la lutte pour la survie à Singapour ne se différencie pas des positions des autres membres de l’ASEAN qui tous privilégient la stabilité intérieure et la défiance vis-à-vis de toute tentative de désordre d’inspiration communiste ou/et communaliste. Seuls les équilibres ethniques et sociaux varient d’un pays à l’autre et la cité-Etat se distingue par une exacerbation plus systématique des conditions requises pour sa stabilité en raison de sa petite taille ;

    • 23 Luther Hans U., “The example of Singapore in Dahm and Draguhn (539), 1975, pp. 113-134.

    La priorité accordée au développement économique prévaut dans tous les pays de l’ASEAN comme l’instrument majeur de consolidation à terme de la stabilité sociale interne et de la meilleure parade au communisme extérieur et/ou intérieur. La reconnaissance, au moins en théorie, de cette priorité facilite le dialogue entre Singapour (qui l’applique très concrètement) et ses partenaires, notamment l’Indonésie jugé le plus sensible au départ. Singapour, Kuala Lumpur et Jakarta proclament l’édification de sociétés nouvelles (société nouvelle du PAP, Ordre Nouveau en Indonésie, Nouvelle Politique Economique en Malaisie) en termes similaires. Les trois pays misent sur un capitalisme d’Etat (même à Singapour, le plus libéral) et sur une industrialisation dépendante d’un apport massif d’investissements étrangers et de l’exportation de produits au moins semi-transformés23 ;

    • 24 Abueva (564), 1979, pp. 141-164. Leifer (406), 1972, 161 p. Sur la question du statut du Président  (...)
    • 25 George (511), 1984, pp. 16-31. Josey (516), 1968, p. 607 (1ère édition).
    • 26 S.T., 20.12.84, 29.11.84, 11.05.85. FEER, 24.09.82, pp. 16-17, 04.10.84, pp. 10-11, 12-07.84, pp. 1 (...)

    La cité-Etat trouve sa place dans l’éventail des régimes de l’ASEAN qui s’échelonnent de la démocratie « dirigée » (Malaisie, Singapour) à différentes formes d’autoritarisme constitutionnel. L’exercice du pouvoir est partout monopolisé par un mouvement ou un parti dominant (ou une famille autocratique dans le cas de Brunei), par un rôle plus ou moins direct des militaires (même à Singapour où le PAP encourage l’insertion des cadres de l’armée dans la vie politique), par une opposition embryonnaire ou résiduelle muselée ou à peine tolérée, par un recours occasionnel à des mesures d’exception (Singapour, 1963) et par la délicate préparation de la succession des leaders charismatiques au pouvoir se soldant souvent par des coups d’Etat, des élections ou des réformes constitutionnelles contrôlées (projet d’extension des pouvoirs du Président de la République, poste brigué par Lee à Singapour)24. L’extrême personnalisation du pouvoir se retrouve dans chaque capitale : Lee Kuan Yew symbolise aux yeux des Singapouriens d’ascendance chinoise le leader, le guide, dans un sens loyaliste et confucianiste (philosophie du bon gouvernement) et la conception fonctionnelle du rôle du Premier Ministre occupe une place très secondaire dans la mentalité collective25. Contrairement à ce qu’on peut attendre de cet homme politique doué d’une remarquable intelligence, formé en Grande-Bretagne, rompu au droit occidental et aux règles de la démocratie parlementaire, l’actualité de ces dernières années révèle le visage d’un autre personnage, de tradition chinoise, attaché au système d’un parti unique et voulant reproduire à Singapour une forme de népotisme en projetant sur le devant de la scène politique son fils, le Général de Brigade Lee Hsien Loong, qui pourrait bien devenir son véritable successeur26.

3. La mobilisation de la société singapourienne

La philosophie politique de la mobilisation globale

  • 27 Quah in You Poh Seng and Lim (294), 1984, p. 307 et Southeast Asian Affairs, 1977, pp. 207-208. Sea (...)

23Les théoriciens de l’espace social pourraient analyser en collaboration avec les spécialistes de la science politique les deux facteurs interdépendants qui ont déterminé l’apparition à Singapour d’un gouvernement dirigiste animé par une volonté de mobiliser toutes les forces potentielles de la société insulaire. Comme on vient de le souligner, la fragilité de la situation géopolitique de la cité-Etat née de l’écart entre les dimensions physiques de l’île et l’échelle démesurée des défis pesant sur la survie requiert une équipe dirigeante dont la tâche prioritaire est de construire la viabilité durable de l’emporium à partir d’un corps social aussi organisé et rationnel que possible. On a en revanche peu étudié la corrélation avec la taille réduite de la population, sa concentration sur une surface inférieure à celle d’une grande métropole européenne, l’absence d’arrière-pays à vocation agricole, un tissu très dense de communications en milieu urbain permettant de contrôler l’impact réel de toute décision dans un délai record : ce type d’espace facilite considérablement le processus d’intégration nationale et d’effectivité des mesures de mobilisation sociale adoptée par les autorités. La convergence des régimes de l’ASEAN s’arrête là où commence l’opposition radicale entre des espaces géographiques et sociaux aussi différents que ceux d’une île minuscule de 620 km2 et d’un gigantesque territoire comme celui de l’Indonésie pour citer le contraste le plus frappant entre deux pays de l’ASEAN27.

24Le PAP a réussi à concilier ordre social intérieur et vulnérabilité extérieure en subordonnant le premier à la seconde.

25La plupart des paramètres extérieurs qui pèsent sur la viabilité de Singapour échappent entièrement à son contrôle. Les conditions qui président à sa prospérité doivent être rapportées, quant à leur durée et à leur fiabilité dans le temps, à la notion de fragilité chronique de l’emporium ; fragilité structurelle liée à l’extériorité quasi absolue des activités économiques d’une île dépourvue de ressources naturelles, de base agraire et d’un vaste marché intérieur, et qui ne saurait donc, même temporairement, se replier sur elle ; fragilité conjoncturelle d’une cité-Etat tributaire d’une stabilité politique au moins relative de son environnement régional, sans cesse remise en cause par de nouveaux événements qui la modifient et commandent vigilance et adaptation constantes.

  • 28 Busch (500), 1972, pp. 33-34. Morrison (419), 1976, p. 230. Neville (531), 1980, 46 p.

26A la lumière des graves crises de 1957-65, le PAP n’a pas d’autre choix que de s’assurer le contrôle de tous les volets d’activités de la société insulaire pour éviter toute incertitude et toute faille intérieure dans laquelle un facteur de déstabilisation extérieur pourrait rapidement s’engouffrer. Parallèlement à une gestion aussi judicieuse que possible des dépendances extérieures et de l’imprévisible, le slogan de la “rugged society lancé par le PAP signifie que la survie intrinsèque de la cité-Etat repose sur la cohésion de son corps social et sur l’infaillibilité optimale de son gouvernement28. Cette stratégie politique est d’autant plus indispensable que les notions d’Etat et de Nation sont demeurées absentes jusqu’en 1965 dans une île peuplée par des immigrés de différentes origines et n’ayant jamais envisagé l’indépendance de Singapour. Lee Kuan Yew résume bien cet enjeu en déclarant le 13 juillet 1966 :

  • 29 Josey (516), 1968, pp. 486-487 (1ère édition). Voir aussi Lee Khoon Choy, “Creating a strong united (...)

Je dirais que notre meilleure chance réside dans une société organisée de manière très rigoureuse. Il n’y a pas d’autre issue. De nombreuses autres petites sociétés comme la nôtre ont survécu… ce qui est nécessaire, c’est une communauté hautement disciplinée, résolue, formée, prête à l’effort. Créez une communauté semblable et vous la verrez survivre et prospérer pendant des milliers d’années29.

  • 30 Gon Сhок Tono, “Singapore must never allow anarchy to return”, Coll. Speeches, 16.06.81, vol. 5, n° (...)
  • 31 Gon Keng Swee (216), 1972, 294 p. Nair (529), 1976, 268 p., (528), 1976, 220 p. et (530), 1982, 413 (...)

27Lee Kuan Yew n’est pas un idéologue et la mobilisation de la société singapourienne résulte, sur la base de cette situation géo-politique très singulière, de sa capacité de persuasion que la psychose des crises de 1957-65 et les premiers succès économiques des lendemains de l’indépendance ont rendu plus convaincante encore30. Sans recourir à des moyens coercitifs comme dans d’autres pays de la région, le PAP a rapidement bénéficié d’un énorme capital de confiance et, sous la bannière d’un socialisme démocratique et non doctrinaire31, son action se fonde sur quelques préceptes simples :

  • Défis et enjeux extérieurs justifient le pragmatisme et l’adaptation permanente. Le dogmatisme politique équivaut à la paralysie de l’action et le pouvoir peut revenir sur ses décisions si les circonstances se modifient ;

    • 32 Clammer in Gosling and Lim (377), 1983, vol. 2, p. 280. Geiger (215), 1975, 239 p.

    Autoritarisme et interventionnisme de l’Etat répondent à la nécessité de cohésion nationale et de réforme d’une société édifiée initialement pour servir le colonisateur. L’autorité du bon gouvernement s’appuie sur des administrés, en majorité chinois, soutenant volontiers ceux qui leur fournissent stabilité, emploi, logement et services sociaux et se souciant moins des libertés individuelles au sens où l’entendent les démocraties parlementaires32 ;

  • Le système de mobilisation sociale valorise le travail, le goût de l’effort, l’ingéniosité, le mérite, ce qui correspond là aussi aux qualités de l’immigré chinois. De surcroît, il garantit l’égalité des obligations et des droits à chaque citoyen quelles que soient sa race, sa religion, sa classe sociale... ;

  • La construction de l’Etat singapourien produit des technocrates s’identifiant à l’idéal de la morale confucianiste, c’est-à-dire à une administration qui se soucie en priorité de la conformité de l’attitude de la population vis-à-vis des règles du bon comportement social définies par les anciens (Lee Kuan Yew et la première génération des leaders du PAP). Une tradition culturelle chinoise de type mandarinal contribue à cette régulation de la vie quotidienne et des mœurs que les Singapouriens semblent accepter dans leur grande majorité.

  • 33 PAP, “The party”, 15th Anniversary Celebration Souvenir, Singapore, 1969, “PAP 1954-79”, 35th Anniv (...)

28Le PAP cherche donc à embrasser toutes les composantes de la société et le projet de Toh Chin Chye de transformer le parti en mouvement national paraît significatif33.

  • 34 Les thèmes : productivité, courtoisie, transports publics, propreté, prévention des naissances, san (...)
  • 35 Quah in You Poh Seng and Lim (294), 1984, pp. 303-305 et 309-310. Tham Kok Weng, National campains (...)

29L’organisation de campagnes publiques de mobilisation de la population, intervenant chaque année à l’initiative des services du Premier Ministre, illustre visuellement cette volonté d’encadrement global des masses. De 1958 à 1982, 66 campagnes de ce genre se sont succédées sur les thèmes les plus divers et soulignant tous certaines faiblesses de l’ordre social intérieur34. L’exercice vise à changer le comportement et à créer une citoyenneté singapourienne en utilisant des imageries et des symboles destinés à réprimer les attitudes indésirables et à promouvoir une société plus disciplinée et plus rationnelle35.

Première application : une « démocratie dirigée »

30Maintien de la stabilité politique à tout prix, expression contrôlée de l’opposition, encadrement des relations sociales, tels sont quelques-uns des éléments qui définissent le mieux le régime instauré depuis vingt ans à Singapour.

Priorité à la stabilité politique intérieure

31Les commémorations des 30e et 20e anniversaires du PAP et de l’indépendance, en 1984 et 1985 respectivement, ont rappelé à dessein les fléaux de l’instabilité d’une société ethniquement plurale, politiquement très divisée et économiquement vulnérable jusqu’en 1965. La fragilité intérieure représente un luxe que la cité-Etat ne peut s’offrir sous peine de décliner ou de disparaître : sa stabilité socio-politique, comme celle des pays voisins d’ailleurs, constitue la meilleure garantie de son développement économique durable et un maillon indispensable à l’équilibre régional. Stabilité de la Malaisie et de Singapour se confondent et la cohésion sociale de la petite république forme une soupape de sûreté en cas de troubles graves ébranlant son environnement immédiat (exemple de 1969).

  • 36 George (511), 1984, 221 p. Josey (515), 1980, pp. 46-53. Thomson (464), 1964, 66 p. Raj. K. Vasil ( (...)

32La primauté de la stabilité subordonne la vie politique et l’ordre social intérieurs : Singapour a adopté un système constitutionnel proche du modèle britannique mais limité par de nombreuses restrictions dans la pratique du régime. Comme il l’exposait déjà à Londres en 1962 (célèbre discours de Chatham House), Lee Kuan Yew ne croit pas à la transposition pure et simple de la démocratie parlementaire en Asie36. Au terme de la période coloniale, la société civile doit d’abord subir un changement structurel pour que la viabilité de l’indépendance soit crédible à l’intérieur comme à l’extérieur de l’île-Etat.

  • 37 It would be probably more correct to say that most Singaporeans of Chinese descent arc much less i (...)
  • 38 The Government will have to be strong and decisive with the right to pronounce unchallenged on a w (...)

33Faut-il penser que la majorité de la population de Singapour, chinoise, s’intéresse moins à ses libertés politiques qu’à la capacité du gouvernement de lui assurer l’amélioration sensible des conditions de vie ? Telle est la philosophie du pouvoir que le PAP veut accréditer, et dont Lee Kuan Yew semble avoir fait un usage raisonnable et socialement bénéfique, alors que cette même philosophie a conduit d’autres régimes aux frontières de la dictature37. Une certitude, la vulnérabilité chronique de l’emporium, la géo-politique délicate de Singapour au cœur du monde malais, la gravité des troubles ayant agité la scène politique intérieure de 1957 à 1963 ne laissaient guère d’autre alternative à l’équipe du PAP que de se constituer en état-major de crise38.

34Cette réaction, justifiée au départ, devait-elle ou non s’institutionnaliser jusqu’au seuil des années 80-90 sous la forme d’un mode autoritaire de gouvernement ? Les avis divergent. L’idéologie de la lutte permanente pour la survie correspond, pour certains, à des menaces effectives qui ponctuent régulièrement la vie de l’emporium ; pour d’autres elle symbolise la volonté du PAP de se maintenir au pouvoir en « sacralisant » cette idéologie suprême.

  • 39 George (511), 1984, p. 114 (discours de Chatham House de 1962). S.T., Election 84, Nov.-Dec. 84. FE (...)

35Le recul sensible du PAP aux élections de 1984, le problème de la succession des générations au pouvoir, et l’aggravation de la récession économique ont incité Lee Kuan Yew à réaffirmer ses convictions relatives aux limites de la démocratie : le Premier Ministre comme ses plus proches collaborateurs ont déclaré tout au long de 1984-85 que le système de représentation « un citoyen – une voix » n’est pas adapté aux types de contraintes qui pèsent sur la viabilité d’une cité-Etat39.

Une opposition contrôlée

36L’élimination par des mesures d’exception de l’opposition la plus radicale en 1961-63 et la vigilance du pouvoir à l’encontre de toute tentative de sa revitalisation découragent les détracteurs du régime. Les arguments de la défense permanente de la viabilité de l’emporium et de la consolidation du succès économique et social intervenu depuis 1965 motivent le rejet de toute velléité d’opposition, systématiquement accusée de vouloir mettre en cause les fondements de la stabilité et de la prospérité de la cité-Etat.

  • 40 Seah Chee Meow in You Poh Seng and Lim (294), 1984, p. 245.

37A chaque consultation, environ un quart de l’électorat a toujours refusé d’apporter son soutien au PAP mais les formations qui affrontent ce dernier sont divisées (Workers’Party, Singapore Democratic Party, Barisan Socialis, United People’s Front) et disposent de cadres et de moyens matériels très modestes. Aucune d’elle ne semble très crédible et constructive aussi longtemps que le gouvernement du PAP reste perçu comme l’artisan du développement remarquable de Singapour depuis vingt ans40.

  • 41 Voir chapitres suivants.
  • 42 S T., 25.12.84. Un tel désistement devait intervenir dans le cas où le PAP aurait remporté les 79 s (...)
  • 43 S.T., 29.11.84, 17 et 21-24.12.84, 16.05.85. FEER, 11.04.85, p. 28, 30.05.85, p. 21, 03.10.85, p. 8 (...)
  • 44 AWSJ, 28.11.84. FEER, 21.05.84, p. 75, 26.07.84, pp. 35-36, 18.10.84, p. 83, 25.07.85, p. 14. Clutt (...)

38L’entrée au Parlement du leader du Workers’ Party, Jeyaretnam, puis de deux députés de l’opposition légale, en 1981 et 1984 (Jeyaretnam, réélu, et Chiam See Tong, chef du SDP), ce second résultat s’accompagnant d’un recul du PAP de 12 % en voix, démontre cependant un malaise et la nécessité d’une certaine évolution du régime. Les jeunes générations, habituées au développement économique des années 70-80, ne peuvent pas vivre exclusivement dans l’angoisse de la survie de la cité, et la société, au seuil d’un vaste renouvellement de l’équipe au pouvoir et à la recherche d’un second souffle de croissance (hautes technologies et services), à besoin de flexibilité elle-même génératrice d’innovations41. A la veille des élections de 1984, 1er PAP conscient de cette situation, est allé jusqu’à modifier le code électoral pour créer artificiellement une opposition parlementaire par le désistement de deux ou trois de ses élus en faveur des adversaires les mieux placés selon les résultats42 ! Toutefois, la lutte politique, voire pénale, menée par le PAP contre les deux députés Jeyaretnam et Chiam, normalement élus en 1984, ne révèle aucune meilleure disposition du gouvernement Lee à l’égard d’une véritable opposition, aussi petite soit-elle43. Cette impression semble confirmée par la disparition en juillet 1985 du journal Singapore Monitor, épisode d’une concentration accrue de la presse locale déjà signalée en 1979 (disparition de l’Eastern Sun et du Singapore Herald) et en 1984 (fusion du Monitor et du Straits Times)44. Parallèlement, le gouvernement continue à exercer, en vertu du Newspaper and Printing Presses Act de 1974, un contrôle direct sur la presse par son droit de regard dans la gestion financière des journaux (nomination de certains actionnaires) et son pouvoir de retirer à tout moment l’autorisation administrative d’impression et d’édition. Sécurité intérieure et défense de l’identité nationale figurent parmi les motifs officiels invoqués à ce sujet.

L’encadrement des relations sociales

a) L’encadrement des relations de travail

  • 45 Heyzer Noeleen in Chen (292), 1983, pp. 105-128. Pang Eng Fong et Tan Chwee Huat, ibid., pp. 227-23 (...)

39Jusqu’en 1961-63, le mouvement syndical s’était d’abord associé à la lutte anti-coloniale puis était rapidement tombé sous l’influence des communistes du MCP. La fin de toute représentation parlementaire du Barisan Socialis en 1963-66 devait donc s’accompagner d’une dépolitisation et d’une pacification des relations sociales dont dépendait le succès de la stratégie d’industrialisation de Singapour reposant sur la discipline de la main-d’œuvre locale et sur la modicité des salaires capables d’attirer l’investissement étranger. Pour sauvegarder sa viabilité, la cité-Etat ne pouvait pas s’offrir le luxe du désordre politique comme durant la période qui venait de s’écouler ou de blocages analogues à ceux de la Grande-Bretagne45.

  • 46 NTUC, Why labour must go modern, Singapore, NTUC Seminar, 1970, 282 p. Nair (528), 1976, 220 p., (5 (...)

40Le NTUC (National Trade Union Congress), qui succède en 1965 à la Singapore Association of Trade Unions, très liée à la gauche radicale, constitue dorénavant une simple courroie de transmission du PAP au pouvoir46. Ne disposant d’aucune autonomie d’action dans les domaines de l’exercice de la liberté syndicale et de la fixation des salaires, le NTUC essaie de compenser ce vide en développant divers services sociaux tournés vers les masses (coopération, transports, assurances, voyages,...).

41Ces restrictions des droits sociaux semblent acceptées par la majorité de la population active dans la mesure où le PAP est parvenu, en contrepartie, à réduire totalement le chômage dès 1971-73, à maintenir une inflation très faible et à mettre en œuvre d’importants programmes sociaux profitant au plus grand nombre (logements publics, écoles et universités accessibles à tous, santé,...).

42Tout désaccord avec ce nouveau système rencontre l’inflexibilité du gouvernement comme en témoignent les exemples suivants.

  • 47 S.T., 25.11.74.
  • 48If the union leadership challenges the political leadership, the political leadership must triumph (...)

43En 1969, les ouvriers des chantiers navals ralentissent le rythme de production pour obtenir le maintien du droit aux heures supplémentaires : Lee Kuan Yew n’hésite pas à les licencier tous en parlant de sabotage et de haute trahison. En 1974, l’agitation touche à nouveau ce secteur et reçoit le soutien de l’Union des Etudiants de l’Université : arrestations, procès, sanctions, démantèlent l’émergence supposée d’une nouvelle gauche47. Visiblement, certains leaders syndicaux n’admettent pas le dirigisme du gouvernement dans les relations industrielles : une réforme du NTUC ouvre en 1978 la direction de cet organisme à des non syndicalistes, c’est-à-dire à des cadres du PAP, et le Secrétaire Général du NTUC, Devan Nair, compagnon de route de Lee Kuan Yew, se voit attribué un pouvoir de veto sur la désignation des futurs leaders syndicaux par branches sectorielles. Le NTUC et ses syndicats affiliés n’ont aucune chance de pouvoir défier le pouvoir politique, ce que Lim Chee Onn, jeune technocrate placé en 1979 à la tête du NTUC pour remplacer Devan Nair, apprend à ses dépens : en avril 1983, l’ascension de sa carrière se termine brutalement : il est renvoyé par le Gouvernement et Ong Teong Cheong lui succède48.

b) L’encadrement social du milieu urbain

  • 49 Chen Peter in You Poh Seng and Lim (294), 1984, pp. 315-338.

44La volonté de discipliner et d’unifier l’ensemble de la société se retrouve en matière d’encadrement du milieu urbain. Aux anciennes associations professionnelles et sociétés secrètes chinoises, qui divisaient profondément ethnies et classes sociales avant 1965, se substituent (comme en Chine) des comités de quartier (175 Community Centres environ) et des comités consultatifs de citoyens (300 Residents Committees)49.

  • 50 Le HDB (Housing Development Board) est le HLM singapourien. 75 % des Singapouriens, parmi les salai (...)

45Ces comités, dont les membres permanents sont nommés par le PAP, correspondent plus à un objectif de « centralisation démocratique » du pouvoir qu’à celui d’une participation directe des masses à la gestion des affaires locales et nationales. Bien implantés dans les zones de logements publics (Housing Development Board) où vivent environ 75 % des Singapouriens50, ces comités, outre leurs activités civiques et sociales, jouent un rôle de transmission et d’explication des décisions du PAP. Unités de base de l’encadrement de la société, ils influencent et mesurent les réactions de la population et cultivent l’identification de cette dernière aux valeurs et aux règles fondamentales qui définissent l’espace national de la cité-Etat.

4. Sécurité intérieure et extérieure de Singapour : l’affirmation d’une identité nationale

46La définition de l’emporium ne correspond pas à celle d’un Etat et moins encore à celle d’un espace national ; il s’agit d’une entité économique à vocation internationale implantée de toutes pièces en territoire étranger et dont la réussite lui attribue dans le meilleur des cas une autonomie fonctionnelle. Rien ne prédestinait Singapour à devenir un Etat souverain ! Pour savoir comment assurer l’effectivité de cette indépendance, le PAP disposait de peu d’exemples dans le monde susceptibles de l’inspirer face à la singularité de la situation.

47Chargé de gouverner une cité d’immigrés profondément hétérogène, en l’absence de langue, de culture, d’allégeance politique unitaires, le PAP ne pouvait pas rassembler durablement la population sous la seule bannière de l’Etat-providence. La planification du bien-être matériel impliquant l’ordre social n’engendre pas obligatoirement une cohésion nationale inébranlable, c’est-à-dire un code de valeurs collectives auxquelles toute la population accepte de s’identifier de son plein gré. La lutte pour la survie, la démocratie dirigée, la redistribution des fruits de la croissance, doivent servir un pari de plus grande envergure sur l’avenir : forger une identité nationale, une citoyenneté singapourienne.

48L’édification d’une société multiraciale, prenant elle-même en charge la défense du territoire national, forme l’ultime levier de sécurisation intérieure et extérieure de la cité-Etat.

Multiracialité et cohésion nationale

La multiracialité comme fondement de la nation singapourienne

49Chinois, Malais, Indiens, Eurasiens et Européens se côtoient dans la vie quotidienne de Singapour. Sans une cohabitation solide des races, des langues, des cultures et des religions, la cohésion de la société peut voler en éclat à l’occasion de troubles communalistes intérieurs, comme en 1964, ou extérieurs, comme en 1969.

  • 51 Benjamin (498), 1975, 34 p. Busch (500), 1972, 438 p.
  • 52 Clammer (507), 1985, pp. 107-117.

50La construction d’un espace économique, politique et social multiracial s’impose en premier lieu comme un objectif de sécurisation intérieure unitaire. Elle répond aussi à un souci de sécurité en rendant la société imperméable à toute nouvelle vague d’agitation communaliste dans la péninsule : la domination oppressive de la majorité chinoise sur la minorité malaise (15 % des Singapouriens) serait inacceptable pour la Malaisie et l’Indonésie, et Singapour cherche à ménager la sensibilité anti-chinoise de ses deux voisins et leur volonté de protéger les populations et la culture malaises51. Enfin, une politique multiraciale franche et poussée est en mesure de créer un large consensus parmi la population et de reporter la critique du communalisme racial du côté des pays voisins : la multiracialité devient l’une des composantes majeures de l’intégration nationale52.

  • 53 The first problem we face is that of racial harmony between Chinese and Malays... The prerequisite (...)

51Lee Kuan Yew et ses amis ont dénoncé dès le début des années 50 le communalisme comme le danger de déchirements et de divisions le plus grave à l’intérieur de la Malaisie. La revendication d’une politique multiraciale effective remonte au discours de Lee devant le Malayan Forum à Londres en janvier 1950 et aux principes fondamentaux de la doctrine du PAP de 1954. Pendant dix ans (1955-65) et surtout durant la période du rattachement de Singapour à la Fédération, le PAP n’a cessé de se battre pour une Malaisie malaysienne, et non malaise, qui ne compartimente pas les races53.

  • 54 Sedition Ordinance, Singapore Gazelle (Acts), Act n° 3, Section 4, 14.01.66. Parliamentary Debates, (...)

52Dès 1966, le gouvernement de Singapour prend le contre-pied de la constitution de Malaisie et encourage l’édification d’une société multiraciale empêchant tout retour au communisme. Un corps de lois vient garantir les droits et les obligations de tous les groupes ethniques, linguistiques et religieux et n’accorde aucun privilège spécial à tel ou tel d’entre eux, contrairement à la législation mise en place en Malaisie. La stricte égalité de tous les citoyens devant la loi prévaut sur des discriminations raciales qui ne font qu’engendrer des tensions entre majorité et minorités. Toute agitation communaliste est considérée désormais comme une tentative de sédition menaçant la sécurité de Singapour et est passible des sanctions pénales les plus sévères54. Avec le temps et son maintien durable au pouvoir, le PAP mise sur une transition d’abord juridique vers une société multiraciale, tout en envisageant sa consolidation à plus long terme par d’autres instruments de mobilisation nationale.

La multiracialité dans les symboles de la nation

53La création d’une société multiraciale s’appuie sur les symboles les plus classiques de l’Etat-nation comme sur les instruments de cohésion nationale les plus vitaux pour un Etat : l’éducation et la défense.

54Tous les symboles de la nation, à commencer par le drapeau de Singapour s’inspirant des couleurs de ses deux voisins, affirment l’identité multiraciale de la cité-Etat et compensent au profit des minorités ethniques le poids démographique de la population chinoise.

55Le premier Président de la République, Yusuf bin Iskak, était malais ; ses deux successeurs Sheares et Nair, respectivement eurasien et indien. Wee Kim Wee, désigné en septembre 1985, est chinois.

56Parmi les quatre langues officielles, le Malais figure comme une sorte de langue « nationale » dans l’hymne de Singapour chanté par tous les citoyens sans traduction dans les trois autres langues.

57Les Chinois sont délibérément sous-représentés dans les corps de la fonction publique qui contribuent le plus à fixer l’image extérieure de Singapour. Les Malais sont particulièrement nombreux dans la police, l’armée et la justice (héritage colonial) ; toutefois, à la suite des troubles communalistes de 1969, le gouvernement a temporairement fermé l’accès des Malais aux postes-clé de l’armée et de la police, la majorité chinoise ne pouvant tolérer que la sécurité nationale soit contrôlée par des individus ayant montré leur allégeance communaliste en direction de Kuala Lumpur ou de Jakarta. Les Indiens envahissent la carrière diplomatique jusqu’au plus haut sommet de la hiérarchie avec S. Dhanabalan qui a succédé depuis quelques années à l’illustre Rajaratnam comme Ministre des Affaires Etrangères : si les capitales voisines tendent à considérer encore Singapour comme un emporium chinois, elles doivent cependant s’accoutumer à dialoguer avec celui-ci par l’intermédiaire de personnalités d’ethnie indienne !

Education et multiracialité

58L’avenir de Singapour repose sur les jeunes ! Plus de la moitié de la population a moins de 28 ans et plus d’un quart poursuit des études ou une formation. L’éducation est l’une des priorités du gouvernement et figure, après la défense, comme le poste budgétaire le plus important.

  • 55 Lee Kuan Yew, New bearings in our education system, Singapore, Ministry of Culture, 1966-67. Minist (...)

59La valorisation des ressources humaines, seul atout dont dispose la cité-Etat à l’intérieur de ses frontières exiguës, connaît une double dimension : valorisation en termes économiques qui a permis l’essor industriel des années 70-80 et qui, par l’ampleur des programmes de formation en cours, devrait contribuer à la transition vers des services et des technologies avancés dans les prochaines décennies ; valorisation en termes d’intégration politique par la transmission dès l’école primaire des valeurs nationales essentielles et de l’esprit de mobilisation qui garantissent la viabilité et le développement de la cité-Etat55.

Multilinguisme et cohésion nationale

60Multiracialité et multilinguisme évoluent dans une seule et même direction : ni communisme, ni assimilation chinoise, mais intégration nationale vers une identité singapourienne.

  • 56 Koa Eddie, A sociolinguistic profile of Singapore, Singapore, Nus, Department of Sociology, 1976, 1 (...)

61Le bilinguisme a été introduit dans les écoles dès 1966. L’essentiel de l’enseignement (70 % au moins) se déroule en langue anglaise qui n’affiche, contrairement aux trois autres, aucune couleur ethnique ; elle crée un instrument de communication égalitaire entre tous les Singapouriens et elle s’impose par la vocation internationale de l’emporium. Par ailleurs, la langue maternelle et son support culturel asiatique ne sont pas négligés afin de préserver l’identité et la libre expression de tous et de résister à certains aspects de la société occidentale, véhiculés par l’anglais, jugés décadents56.

  • 57 Chiew Seen-Kong, “Ethnicity and national integration” et Seah Chee Meow and Linda Seah, “Educationa (...)

62Hors du cercle familial et des foyers les plus modestes, on constate aujourd’hui que le monolinguisme de l’anglais domine partout. Ce phénomène est d’autant plus marqué que les autorités ont favorisé un certain recul de l’usage du chinois. Lee Kuan Yew a en effet retenu la leçon des années 1950-60 lorsque l’aile anglophone du PAP s’est heurtée à l’opposition procommuniste de son aile gauche, de langue et de culture chinoises. La définition des langues officielles et du contenu de l’éducation fait l’objet, dans une société plurale, d’une politisation communaliste jugée dangereuse et déstabilisatrice par le PAP57. Sous la couverture du bilinguisme, le PAP s’est employé à lutter contre l’emprise des dialectes chinois (hokkien, cantonais, teochew, hainanais, hakka) et de l’éducation chinoise délivrée par des institutions proches des communistes comme le Ngee Ann College et l’Université Nanyang (fermée en 1980). Par cette méthode, le PAP voulait également réduire l’image chinoise de Singapour.

  • 58 Benjamin (498), 1975, 34 p. Chan Heng Chee (503), 1979, 14 p.

63Les récentes campagnes gouvernementales encourageant la population chinoise à ne plus utiliser les dialectes au profit du mandarin, qui lui est étranger, contribuent aussi au déclin de la culture chinoise à Singapour. A travers une certaine assimilation anglophone, acceptée de différentes manières par chaque groupe ethnico-linguistique, une sorte de « culture singapourienne » communautaire se développe et renforce l’identité nationale de la cité-Etat58.

Multiracialité et méritocratie

  • 59 Le concept de méritocratie a été inventé par Rajaratnam en 1970. Consulter le Straits Times des 13. (...)

64La prospérité de Singapour dépend de l’optimalisation de ses ressources humaines et de l’excellence de ses dirigeants. L’élitisme délibéré de Lee Kuan Yew et de son équipe n’est que l’une des applications de leur stratégie de mobilisation sociale pour la survie de l’emporium. La « méritocratie », selon Rajaratnam, fait prévaloir l’ascension sociale de chacun selon ses capacités intellectuelles, son goût de l’effort et du travail, le mérite de ses succès indépendamment de son origine ethnique, culturelle ou religieuse59.

65La généralisation de l’enseignement primaire et secondaire obligatoire, la multiplication des formations spécialisées et des départements universitaires de haut niveau, combinées avec une croissance économique exceptionnelle et une politique de plein emploi, ont forgé une jeune population bien éduquée et de nouvelles élites dynamiques.

  • 60 FEER, 20.04.79, pp. 30-31.
  • 61 Lee Lai To, “Singapore’s continuous search for quality”, Southeast Asian Affairs 1984, pp. 279-293. (...)

66Si on ne peut que louer l’action du PAP et les résultats obtenus en l’espace de deux décennies à peine, l’édification d’un système de méritocratie soulève des commentaires moins unanimes surtout lorsque les pouvoirs publics tendent à opter pour une sorte de « planification des cerveaux ». En privilégiant des instruments de mesure et de sélection des capacités intellectuelles basés sur les méthodes américaines, parfois dès l’école primaire60, et en insistant sur la primauté du savoir et du professionnalisme, l’appareil éducatif produit une nouvelle génération de diplômés de haut niveau (presque tous dans les domaines des sciences économiques et des techniques) mais oublie que la connaissance et l’intelligence ne se recoupent pas toujours. Au sommet de la hiérarchie de l’Etat ou des entreprises nationales, le problème se pose dans des termes analogues : de jeunes technocrates brillants sont appelés à succéder, par étapes planifiées à l’avance, aux artisans de l’indépendance et de vingt années de succès économique. Goh Chok Tong, Vice-Premier Ministre depuis le départ en semi-retraite de l’illustre Goh Keng Swee à la fin de 1984, est l’un des technocrates qui s’adressent souvent aux Singapouriens comme à un conseil d’administration. Personne ne discerne vraiment en lui l’étoffe complète d’un futur Premier Ministre, non seulement bon gestionnaire mais surtout leader politique, et les yeux se tournent chaque jour davantage vers le fils de Lee Kuan Yew61.

  • 62 FEER, 08.09.83, pp. 23-24, 31.05.84, p. 7, 21.06.84, pp. 31-32 et 23.05.85, p. 10. FEER, 20.09.84, (...)

67La méritocratie comme expression de l’organisation optimale de la société risque de dévier vers un élitisme sclérosant si elle repose sur un moule uniforme d’éducation et de promotion des individus. Comme en témoigne l’un des projets électoraux du PAP en 1984, abandonné depuis, et qui visait à encourager le mariage et la procréation des citoyens les plus diplômés, l’élitisme « scientifiquement » programmé peut s’avérer contre-productif en voulant s’introduire partout dans la vie des gens62.

  • 63 FEER, 17.01.85, pp. 34-35, Newsweek, 09.02.85, pp. 6-10.

68Au nom de la survie de l’emporium, la régulation excessive de la société peut asphyxier l’initiative, la créativité et la spontanéité de la jeunesse, la responsabilité individuelle. L’intelligence humaine ne se domestique pas et c’est en misant au contraire sur sa richesse que Singapour relèvera les défis complexes de la société post-industrielle63.

69En résumé, l’emporium est condamné par sa propre nature à évoluer entre les deux nécessités de sa forte cohésion et de son extrême flexibilité : s’organiser pour s’adapter sans cesse !

L’ultime sursaut de la survie : de la défense militaire à la défense totale de la cité-Etat

  • 64 Josey (516), 1968, p. 180 (1ère édition).

70L’existence d’une défense nationale structurée et bien équipée ne représente pas automatiquement l’ultime garantie de la survie de Singapour en cas de conflit ; les spécialistes n’apportent pas de réponse définitive quant à la capacité réelle de défendre un territoire de 620 km2 et quant à la possibilité pour la cité-Etat de s’engager dans une dispute armée sans courir le risque d’être rapidement blessée à mort64.

Sécurité intérieure : multiracialité et défense nationale

  • 65 Bedlington (339), 1978, 275 p. Lee Tzu Peng, “Youth and the evolution of a Singaporean” in Ministry (...)

71Un service national rigoureux, complété par un corps de réservistes jusqu’à l’âge de 50 ans, assure un brassage déterminant des ethnies et des cultures, les uns et les autres occupant affectations et grades les plus divers, et véhicule un esprit de tolérance et de multiracialité. D’une durée de deux ans à trente mois, obligatoire pour tous les hommes et devant généralement être effectué avant le début d’études supérieures éventuelles, le service national modèle les jeunes appelés dans le moule de l’idéologie d’une société en état de mobilisation permanente. A son terme, chaque participant reçoit un certificat qui équivaut à une sorte d’attestation de bonne citoyenneté et c’est ainsi que naissent depuis quinze ans les premières générations de Singapouriens65.

  • 66 “The military and society in Switzerland”, Pioneer, Singapore Armed Forces, December 1982, pp. 6-9. (...)
  • 67If Singapore suffers a major economic crisis and the present PAP second leadership fails to overco (...)

72Les cadres de réserve et les hauts gradés de l’armée veillent sur le maintien de la cohésion nationale et remplissent une fonction de discipline sociale s’inspirant de l’exemple helvétique66. Comme dans d’autres pays de l’ASEAN, les dignitaires de l’armée sont appelés parfois, tel le fils de Lee Kuan Yew, ex-numéro trois dans la hiérarchie de l’état-major, à exercer des responsabilités nationales importantes en quittant, au besoin, la carrière militaire. L’insertion de nombreux réservistes dans la vie économique, sociale et politique de Singapour est envisagée par Rajaratnam comme une garantie supplémentaire de la stabilité intérieure pour traverser, sans aléa, une période d’incertitudes économiques et politiques comme celle que connaît Singapour ces dernières années67.

Sécurité extérieure : une défense dissuasive

  • 68 S.T., 25.03.68, 22.01.69. Goh Keng Swee, Parliamentary Debates, Singapore, 1969, vol 29, Col. 1160.

73Placé sous la protection de l’Anglo-Malayan Defence Agreement de 1957, Singapour n’a jamais entretenu d’armée autonome jusqu’en 1965, à l’exception de deux petits régiments d’infanterie et d’une milice civile, le Singapore Volunteers Corps. Dès l’indépendance, la défense repose brusquement sur les épaules de la cité-Etat et la Grande-Bretagne annonce son prochain retrait : Goh Keng Swee, l’un des plus brillants collaborateurs de Lee Kuan Yew, est alors chargé d’organiser dans les meilleurs délais une défense crédible protégeant la jeune souveraineté de l’île et pouvant être utilisée comme catalyseur de la construction nationale68.

  • 69 Ministry of Defence, Public Affairs Dept., The Singapore Armed Forces, Singapore, 1981, 198 p. Moey (...)

74Pour jouer la carte de la rapidité et de l’efficacité, et pour éviter, tout en réduisant le chômage, de trop grandes pesanteurs sur une économie encore fragile, Goh Ken Swee opte dès 1967 pour un système de conscription (National Bill) et de réservistes (New Enlistment Bill), et fait appel au concours de conseilleurs israéliens ! En moins de dix ans (1967-75), la SAF (Singapore Armed Forces) est opérationnelle dans les trois armes de l’infanterie (chars AMX 13), de la marine (douze patrouilleurs, vedettes lance-missiles) et de l’aviation (premier escadron d’avions américains de combat Hawker Hunters). La défense représente jusqu’en 1971-72 près de 40 % du budget national et 11 % du Produit National Brut69.

  • 70 The nightmare that haunts even the Singapore leaders of today... is that one day they may wake up (...)
  • 71 Singapour parle du système de dissuasion du “poisoned shrimp. The Mirror, 08.01.68, Goh Keng Swee, (...)

75Confronté à l’extrême vulnérabilité de la petite république (cf. chute de Singapour en 1942), à l’hostilité initiale de son environnement régional, au départ des Britanniques et aux structures lâches de l’accord militaire de l’ANZUK (Australie-Nlle Zélande-Royaume Uni), Singapour s’oriente vers une politique de dissuasion aussi crédible que possible70. En créant une capacité de destruction foudroyante contre le premier assaut lancé par tout ennemi potentiel et en développant au sein de l’armée, voire de toute la population, une mentalité de cité-garnison, de citoyen-soldat, d’alerte permanente, comme en Israël, Goh Keng Swee veut démontrer à l’adversaire le prix trop élevé d’une agression71. Il utilise l’image du « poisson empoisonné » que l’agresseur devra avaler avant de pouvoir toucher le sol de Singapour. Par ailleurs, les énormes dégâts provoqués par toute attaque massive dans un milieu aussi urbanisé que celui de Singapour ne manqueraient pas d’anéantir les richesses précisément convoitées par l’ennemi, l’agression armée perdant alors tout son sens.

  • 72 Wu Yuan Li (738), 1972, pp. 661-674.

76Ne disposant pas de ressources et d’espace suffisants pour résister à une attaque durable, la cité-Etat consolide depuis 1973-75 sa stratégie de dissuasion par des améliorations qualitatives. En misant sur des équipements ultra-modernes et sur un entraînement rigoureux, elle compense en partie sa minuscule taille géographique et humaine au point de devenir un pôle militaro-industriel non négligeable à l’échelle de la région72.

L’émergence du pôle militaro-industriel de Singapour au sein de l’ASEAN

77Doté d’une armée de 50 000 hommes et d’un réservoir de 200 000 réservistes (davantage qu’en Malaise ou aux Philippines), Singapour affiche quelques performances sur la scène militaire de l’ASEAN.

  • 73 Singapour a acheté en l984 trois avions-radar EE8C Hawkeye de fabrication américaine et l’ensemble (...)
  • 74 Josey (516), 1968, p. 544. ARB, 30.11.80, pp. 742-46. FEER, 13.01.83, pp. 28-32. F.T., 30.11.83. Pi (...)
  • 75 On peut citer : SAE (Singapore Automotive Engineering), SAI (Singapore Aircraft Industries), SEE (S (...)

78Avec un budget annuel de 860 millions de US$ (25 % des dépenses publiques en 1984), soit autant en valeur que celui des Philippines et dix fois plus que celui de la Nouvelle Zélande, la cité-Etat se place à égalité avec la Suède et la Suisse, en tête des pays de l’ASEAN, pour son effort financier dans le domaine militaire rapporté au nombre d’habitants (340 US$ environ). En raison de son insularité, l’aviation représente son meilleur instrument de dissuasion et la puissance aérienne de la SAF, légèrement inférieure en nombre d’unités à celle de la Thaïlande, se classe au premier rang de l’ASEAN pour sa modernité en s’appuyant sur une suprématie déjà constatée dans le domaine civil73. Combinant la sophistication de son système de défense avec sa stratégie de développement de hautes technologies, Singapour est devenu également un centre de fabrication d’armements et de services de réparation et de maintenance de matériels militaires74. Hormis la compagnie CIS (CHARTERED INDUSTRIES of SINGAPORE) spécialisée depuis 1967 dans la production des munitions et des armes légères, des sociétés plus récentes fabriquent sous licence et/ou réparent des avions de combat ou de transport, et des navires de petite taille75.

  • 76 S.T., 24.01.76 (standardisation des armements). FEER, 13.01.83, pp. 28-32.

79Singapour aurait un rôle important à jouer si l’ASEAN venait à envisager un jour un début d’harmonisation des approvisionnements en armements à l’échelle régionale, faute d’un accord plus général de défense commune auquel aucun Etat-membre ne semble aspirer, même dans les périodes de crises les plus tendues avec l’Indochine76. Cela ne signifie pas pour autant que chacun demeure inactif ; depuis l’établissement d’un dialogue politique entre Singapour et ses voisins et depuis l’invasion du Cambodge par les Vietnamiens, la cité-Etat participe régulièrement à des exercices navals bilatéraux avec l’Indonésie, la Malaisie et la Thaïlande, et à des manœuvres aériennes avec Brunei. La règle non écrite de l’ASEAN, prévoyant le soutien des Etats-membres à l’un des leurs en cas d’agression extérieure, semble s’imposer peu à peu : Singapour, et, plus timidement, la Malaisie, n’ont-ils pas offert en 1984 leur assistance à la Thaïlande contre le Vietnam ?

  • 77 It is feared that the presence of Singapore forces in Malaysia territory might provoke a political (...)

80Probablement par défiance anti-chinoise, la Malaisie a longtemps refusé à Singapour d’organiser des exercices aériens en commun et d’implanter des camps d’entraînement sur son territoire, obligeant donc la SAF à s’exercer dans la jungle à Brunei, en Thaïlande et même à Taïwan77. Mais là aussi, des signes d’évolution se multiplient : les premiers officiers singapouriens ont été acceptés à l’Ecole de Guerre du Johore en 1983 et Singapour a contribué au transfert des forces navales malaisiennes de la base de Woodlands (Singapore) à celle de Lumut (Perak). Même avec l’Indonésie, Lee Kuan Yew n’hésite plus à discuter librement des questions de sécurité et le souvenir de la confrontation s’estompe peu à peu. Echanges d’informations, renseignements anti-subversifs, formation de cadres militaires, exercices groupés, se développent de plus en plus à l’échelle de l’ASEAN.

  • 78 Where religious prejudice has to be stirred up against Singapore, then Singapore is Israël. Where (...)

81L’instauration récente et encore inachevée d’un tel climat de confiance signifie-t-elle que Singapour ne doive plus percevoir négativement son environnement immédiat ? A intervalles réguliers, le gouvernement de l’île-Etat, se remémorant les critiques de ses voisins à l’égard de sa coopération militaire avec Israël, déclare qu’il n’y a plus lieu d’adopter une politique de cité assiégée et que le système de défense n’est pas tourné contre ses partenaires78. En introduisant le nouveau concept de « défense totale », la politique de Singapour donne pourtant l’impression d’avoir évolué dans le sens contraire, ces dernières années, mais ce nouveau slogan obéit peut-être davantage à un objectif de renforcement de la cohésion intérieure de la cité-Etat que de défiance vis-à-vis du monde extérieur.

La « sacralisation » de la lutte pour la survie : la défense totale

  • 79 “Total defence and you”, Pioneer, Feb. 1984, n° 76. “Sweden: they are totally prepared: are we?”, P (...)

82S’inspirant des systèmes de défense à la fois civil et militaire de la Suisse, de la Suède ou d’Israël, le PAP a lancé depuis 1983-84 une campagne de mobilisation de la société qui, sous la dénomination de défense totale, prétend rassembler toute la population et tous les secteurs d’activités en cas de crise extérieure aiguë79. Cinq terrains d’action ont été identifiés pour pouvoir mobiliser, à l’horizon de 1990, les Singapouriens en vingt-quatre heures :

    • 80 S.T., 22.10.84. Yeo Ning Hong, Minister of Defence, “Defence is every Singaporean’s business”, Sing (...)

    La défense militaire continue à reposer sur le contingent et les réservistes, et désormais le fonctionnement de la SAF fait l’objet d’informations pour le public dès l’école primaire80 ;

    • 81 S.T., 14.11.83, et 15.05.84.

    La défense civile, qui regroupait déjà 16 000 volontaires en 1984, prend en charge le contrôle des pertes humaines, des blessés et des dégâts matériels en cas de guerre. Son organisation rigoureuse est conditionnée par la haute concentration urbaine et l’étroitesse du territoire de Singapour81 ;

    • 82 “Plan to keep the economy going in case of war”. S.T., 25.11.84.

    La défense économique signifie non seulement la mobilisation de l’appareil de production en cas de conflit mais aussi le développement en temps de paix de passerelles entre les secteurs civil et militaire d’une même branche d’activités82. Plusieurs applications en découlent : conversion des infrastructures civiles à des fins militaires, développement des hautes technologies, y compris dans le domaine des armements, exercice de responsabilités civiles par les hauts gradés de la SAF ;

    • 83 S.T., 18.01.84.

    La défense sociale garantit l’invulnérabilité intérieure de Singapour en réunissant la population autour des valeurs dominantes qui régissent la vie et la citoyenneté dans la cité-Etat, et dans lesquelles le public se reconnaît. A cet effet un Conseil Consultatif sur les Relations Intrasociales dans le domaine de la défense existe depuis 198483. La défense psychologique vise à protéger les jeunes de la subversion par l’idéologie (communisme), par la fluidité et le danger de certaines valeurs occidentales (drogue, relâchement des mœurs) et par l’accoutumance au confort matériel.

  • 84 There must be threats, and there will always be threats because history has always been of threats (...)

83En déclarant en novembre 1984 que chaque Singapourien doit se préparer à affronter de nouvelles crises, car nouveaux défis il y aura, Rajaratnam exploite par excellence le thème de la survie de l’emporium84.

84Le lancement du concept de défense totale a coïncidé curieusement avec le début de la transition importante que traverse la cité-Etat depuis deux à trois ans. De nombreux défis sont apparus, amplifiés au besoin par le pouvoir, et figurent omniprésents parmi les thèmes du discours politique actuel : récession économique, succession des générations, sélection de nouveaux cadres, émergence d’une opposition légale. La défense totale symbolise un nouvel instrument global de mobilisation, très illustratif de la mentalité du PAP qui ne sépare pas la survie de la cité-Etat de son propre maintien durable au pouvoir.

Note

1 Chan Heng Chee (501), 1971, 65 p. Morrison and Suhrke (420), 1978, 346 p. Onn Wee-Hock (266), 1978, 103 p. Seah Chee Meow, “The survival strategy, a multifront approach” in Mauzy (444), 1984, pp. 196-204.

2 Singapore’s survival is the paramount concern of the PAP rulers. Everything else, including political norms, have to be subordinated to that”. Raj. K. Vasil (544), 1984, p. 143.

3 Seah Chee Meow (700), 1973, pp. 535-551 et (702), 1980, pp. 144-154.

4 Lee Kuan Yew, “Survival for smaller nations”, Speech, Canberra, National Press Club, 16 March 1965, 11 p. Thomson (464), 1966, 85 p. “Viability is not a simple or absolute concept, but a relative quality, which varies and fluctuates with circumstances”. Paul (438), 1973, p. 387.

5 Alatas Syed Hussein, “Modernization and national consciousness”, in Ooi Jin Bee (526), 1969, pp. 216-232.

6 In the field of security, it is necessary to infuse a sense of urgency and preparedness into the minds of the populations to enable them to meet the challenges ahead, which can result from external developments beyond their control”. Lau Teik Soon in (642), 1972, p. 380. Voir aussi Lee Boon Hiok (646), 1978, pp. 229-244.

7 Singapore may find itself surrounded by a hostile sea of obscurantist and xenophobic forces which will necessitate very dramatic measures for survival”. Lee Kuan Yew, 11.12.65 in Josey (516), 1968, p. 293 (1ère édition).

8 Chan Heng Chee (502), 1976, 272 p., et (503), 1979, 14 p. Pang Chong Lian (535), 1971, 87 p.

9 Raj. K. Vasil (544), 1984, pp. 114-153.

10 Goh Chok Tong, “Importance of continued good government”, Speech, Singapore, 11.01.81, Coll. Speeches, Feb. 1981, vol. 4, n° 8. Voir également : S.T., 21.08.84, 20.12.84, 23.12.84, 25.12.84.

11 Josey (516), 1968, p. 34 (1ère édition) et (519), 1980, 352 p. (Chapter 6).

12 L’éviction du jeune Secrétaire Général du NTUC, Lim Chee Onn, en avril 1983 et la démission du Président de la République Devan Nair, en avril 1985, ont encore récemment illustré ces propos.

13 Chen (505), 1975, 15 p. Chen George W.H. (504), 1974, 202 p. Chen and Fawcett (541), 1979, 275 p. Shaw (509), 1977, 116 p.

14 Josey (516), 1968, p. 381 (1ére édition).

15 Crouch (365), 1984, pp. 13-23. Quah, Chan and Seah (513), 1985, 324 p.

16 For such a small slate, the goal of flexibility to external changes has meant the internal centralisation of power and control by one agressive political party, and the close control of labour demands to ensure the continued attractiveness of Singapore to foreign capital”. Beaulieu (338), 1975, p. 276.

17 Quah (543), 1978, 32 p. et “public bureaucracy in Singapore” in You Poh Seng and Lim (294), 1984, pp. 295-298.

18 Quah (542), 1978, 25 p.

19 Ong Pang Boon, Minister of Home Affairs, Prevention of Corruption Act, Legislative Assembly Debates, 1st Session, vol. 12, 13.02.60, Cols 376-377. FEER, 06.09.74, p. 123 (“The Mr Clean of Asia”). FEER, Asia Yearbook, 1976, p. 271.

20 Ministry of Culture, Government Directory, Singapore, 1984.

21 S.T., 06.04.85. Low Linda, “public enterprises in Singapore in You Poh Seng and Lim (294), 1984, pp. 253-287. Seah Linda, “public enterprise and economic development”, in Chen Peter (292), 1983, pp. 129-159.

22 Solidum (551), 1974, 267 p.

23 Luther Hans U., “The example of Singapore in Dahm and Draguhn (539), 1975, pp. 113-134.

24 Abueva (564), 1979, pp. 141-164. Leifer (406), 1972, 161 p. Sur la question du statut du Président : S.T., 06.09 et 12.10.84. FEER, 06.09.84, pp. 25-26, 11.04.85, pp. 10-11, 05.09.85, pp. 10 el 13.

25 George (511), 1984, pp. 16-31. Josey (516), 1968, p. 607 (1ère édition).

26 S.T., 20.12.84, 29.11.84, 11.05.85. FEER, 24.09.82, pp. 16-17, 04.10.84, pp. 10-11, 12-07.84, pp. 12-13, 18.10.84, pp. 32-33, 11.07.85, pp. 38-39.

27 Quah in You Poh Seng and Lim (294), 1984, p. 307 et Southeast Asian Affairs, 1977, pp. 207-208. Seah Chee Meow in You Poh Seng, ibid., p. 240.

28 Busch (500), 1972, pp. 33-34. Morrison (419), 1976, p. 230. Neville (531), 1980, 46 p.

29 Josey (516), 1968, pp. 486-487 (1ère édition). Voir aussi Lee Khoon Choy, “Creating a strong united community”, Singapore, Coll. Speeches, 27.06.81, vol. 5, Jul. 81, n° 1 et Tan Tony, “a more cohesive and united nation”, Coll. Speeches, 11.04.81, vol. 4, n° 11, March 81.

30 Gon Сhок Tono, “Singapore must never allow anarchy to return”, Coll. Speeches, 16.06.81, vol. 5, n° 3, Sept. 81.

31 Gon Keng Swee (216), 1972, 294 p. Nair (529), 1976, 268 p., (528), 1976, 220 p. et (530), 1982, 413 p.

32 Clammer in Gosling and Lim (377), 1983, vol. 2, p. 280. Geiger (215), 1975, 239 p.

33 PAP, “The party”, 15th Anniversary Celebration Souvenir, Singapore, 1969, “PAP 1954-79”, 35th Anniversary, Singapore, 1979.

34 Les thèmes : productivité, courtoisie, transports publics, propreté, prévention des naissances, santé, travail, parler mandarin, économies d’énergie, limites des valeurs occidentales, personnes âgées,... Lee Kuan Yew, “Courtesy, way to a better life”, 27.06.81, Speeches, vol. 5, n° 1, July 81. Dhanabalan S., Courtesy can succeed if sustained over time, Speeches, vol. 5, n° 3, Sept. 81.

35 Quah in You Poh Seng and Lim (294), 1984, pp. 303-305 et 309-310. Tham Kok Weng, National campains in Singapore politics, Singapore, NUS, 1983, Academic Exercise.

36 George (511), 1984, 221 p. Josey (515), 1980, pp. 46-53. Thomson (464), 1964, 66 p. Raj. K. Vasil (544), 1984, pp. 71-90.

37 It would be probably more correct to say that most Singaporeans of Chinese descent arc much less interested in democracy than they are in humanistic reasonable government by a leadership elite”. Lee Kuan Yew in Josey (516), 1980, p. 605 (1ère édition).

38 The Government will have to be strong and decisive with the right to pronounce unchallenged on a wide range of values. It is demanding that this be accepted as the core value” in Asian Working Party on State and Nation Building, 1971, p. 56.

39 George (511), 1984, p. 114 (discours de Chatham House de 1962). S.T., Election 84, Nov.-Dec. 84. FEER, 13.12.84, p. 11 et pp. 30-32, 27.12.84, pp. 12-13, 21.02.85, p. 23, 11.04.85, p. 28, 15.08.85, pp. 10-11.

40 Seah Chee Meow in You Poh Seng and Lim (294), 1984, p. 245.

41 Voir chapitres suivants.

42 S T., 25.12.84. Un tel désistement devait intervenir dans le cas où le PAP aurait remporté les 79 sièges à pourvoir aux élections de décembre 1984, cf. Amendement au Parliamentary Election Act, Section 51A.

43 S.T., 29.11.84, 17 et 21-24.12.84, 16.05.85. FEER, 11.04.85, p. 28, 30.05.85, p. 21, 03.10.85, p. 8, 10.10.85, p. 13, 11.07.85, pp. 38-39. Asiaweek, 04.01.85, pp. 7-10. Newsweek, 11.02.85, pp. 6-10.

44 AWSJ, 28.11.84. FEER, 21.05.84, p. 75, 26.07.84, pp. 35-36, 18.10.84, p. 83, 25.07.85, p. 14. Clutterbuck (361), 1984, pp. 341-343, Josey (515), 1980, pp. 109-113, Chapter 11, (2e édition).

45 Heyzer Noeleen in Chen (292), 1983, pp. 105-128. Pang Eng Fong et Tan Chwee Huat, ibid., pp. 227-239. Pang Eng Fong (269), 1982, 242 p.

46 NTUC, Why labour must go modern, Singapore, NTUC Seminar, 1970, 282 p. Nair (528), 1976, 220 p., (529), 1976, 268 p. et (530), 1982, 413 p. Voir aussi PERJUANGAN, publication du NTUC (various issues).

47 S.T., 25.11.74.

48If the union leadership challenges the political leadership, the political leadership must triumph, if necessary, by changing the ground rules to thwart the challenge,... Lee Kuan Yew, FEER, 30.11.79.

49 Chen Peter in You Poh Seng and Lim (294), 1984, pp. 315-338.

50 Le HDB (Housing Development Board) est le HLM singapourien. 75 % des Singapouriens, parmi les salaires modestes et moyens, occupent un logement du HDB et peuvent accéder à la propriété de celui-ci à des conditions préférentielles. Chen (292), 1983, pp. 315-338. Hassan (549), 1976, 371 p. Chen George W.H. (504), 1974, 202 p.

51 Benjamin (498), 1975, 34 p. Busch (500), 1972, 438 p.

52 Clammer (507), 1985, pp. 107-117.

53 The first problem we face is that of racial harmony between Chinese and Malays... The prerequisite of Malayan independence is the existence of a Malayan society, not Malay, not Malayan Chinese, not Malayan Indian, not Malayan Eurasian, but Malayan, one that embraces the various races already in the country”. Lee Kuan Yew, Speech, Malayan Forum, London, Jan. 1950. Rajaratnam, “The cultural approach to politics” et Toh Chin Chye, “politics in plural societies”, PETIR, PAP, Sept. 1958 et Aug. 1960.

54 Sedition Ordinance, Singapore Gazelle (Acts), Act n° 3, Section 4, 14.01.66. Parliamentary Debates, Singapore, vol. 25, 16.03.67, Cols 1257-1260. Lee Khoon Choy, National Culture in a multiracial society, Singapore, Ministry of Culture, 1967. Rajaratnam, “Building a genuinely Singapore community”, The Mirror, 09.06.69, p. 1.

55 Lee Kuan Yew, New bearings in our education system, Singapore, Ministry of Culture, 1966-67. Ministry of Education, Progress in Education, Singapore, 1959-65. Tan Peng Boo, Education in Singapore, Singapore, Educational Publication Bureau, 1969. Voir aussi une actualisation par Quah John S., Southeast Asian Affairs, 1977, p. 212. Les douze manuels des six années d’école primaire exposent tous les thèmes de la construction nationale de Singapour : Ministry of Education, Education for living, Singapore, 1978 (12 booklets).

56 Koa Eddie, A sociolinguistic profile of Singapore, Singapore, Nus, Department of Sociology, 1976, 17 p. Afendras et Kuo (521), 1980, 292 p. FEER, 22.03.84, pp. 19-30.

57 Chiew Seen-Kong, “Ethnicity and national integration” et Seah Chee Meow and Linda Seah, “Educational reform and national integration” in Chen (292), 1983, pp. 29-64 et 240-267.

58 Benjamin (498), 1975, 34 p. Chan Heng Chee (503), 1979, 14 p.

59 Le concept de méritocratie a été inventé par Rajaratnam en 1970. Consulter le Straits Times des 13.04.70 et 10.05.70.

60 FEER, 20.04.79, pp. 30-31.

61 Lee Lai To, “Singapore’s continuous search for quality”, Southeast Asian Affairs 1984, pp. 279-293. Shee Poon Kim, “political leadership and succession, in Chen (292), 1983, pp. 173-196. “Don’t talk down to us, FEER, 11.07.85, pp. 34-37.

62 FEER, 08.09.83, pp. 23-24, 31.05.84, p. 7, 21.06.84, pp. 31-32 et 23.05.85, p. 10. FEER, 20.09.84, p. 53 à propos du livre de Chee Heng Leng et Chan Chee Khoon, Designer Genes, IQ, ideology and sociology, publié à Singapour la même année.

63 FEER, 17.01.85, pp. 34-35, Newsweek, 09.02.85, pp. 6-10.

64 Josey (516), 1968, p. 180 (1ère édition).

65 Bedlington (339), 1978, 275 p. Lee Tzu Peng, “Youth and the evolution of a Singaporean” in Ministry of Education, Youth in our society, Singapore, May 1972, pp. 41-43.

66 “The military and society in Switzerland”, Pioneer, Singapore Armed Forces, December 1982, pp. 6-9. S.T., 18.03.84.

67If Singapore suffers a major economic crisis and the present PAP second leadership fails to overcome it, then an alternative to the PAP government under the tutelage of the military could become possible. Shee Poon Kin in Chen (292), 1983, p. 195. Voir également FEER, 13.01.83, pp. 26-32 (“The citizen soldier”) et 18.10.84, pp. 32-33.

68 S.T., 25.03.68, 22.01.69. Goh Keng Swee, Parliamentary Debates, Singapore, 1969, vol 29, Col. 1160.

69 Ministry of Defence, Public Affairs Dept., The Singapore Armed Forces, Singapore, 1981, 198 p. Moey Yue Kew (527), 1974, 60 p. Yeo Nin Hong, “The building of the Singapore armed forces, in Jayakumar (534), 1982, pp. 36-43.

70 The nightmare that haunts even the Singapore leaders of today... is that one day they may wake up to find that they have been asked to go to Collyer Quay to hand over the city to an Indonesian admiral, or to the Johore Causeway to hand over the keys to a Malaysian General. Wilson (319), 1975, pp. 78-79.

71 Singapour parle du système de dissuasion du “poisoned shrimp. The Mirror, 08.01.68, Goh Keng Swee, Parliamentary Debates, Singapore, 1966, vol. 26, Col. 1162 et 1968, vol 28, Col 36. Lee Kuan Yew, Parliamentary Debates, 1967, vol. 27, Col. 39.

72 Wu Yuan Li (738), 1972, pp. 661-674.

73 Singapour a acheté en l984 trois avions-radar EE8C Hawkeye de fabrication américaine et l’ensemble de la gestion de la SAF a été transférée sur ordinateur. L’acquisition de huit avions de combats F 16, d’hélicoptères Super-Puma et de Mirages français a été décidée en 1985. Asian Defence Journal, Kuala Lumpur, Jan. 1985, pp. 36-56. S.T., 18 et 24.03.84. ARB, 30.11.80, pp. 742-746. FEER, 05.04.84, p. 43.

74 Josey (516), 1968, p. 544. ARB, 30.11.80, pp. 742-46. FEER, 13.01.83, pp. 28-32. F.T., 30.11.83. Pioneer, SAF, July 1983. F.T., 28.04 et 18.06.83, 17.11.84. Singapore Economic Bulletin, May 1983, p. 12.

75 On peut citer : SAE (Singapore Automotive Engineering), SAI (Singapore Aircraft Industries), SEE (Singapore Shipbuilding and Engineering), ODE (Ordnance Dept. and Engineering) et SCS (Singapore Computer Systems).

76 S.T., 24.01.76 (standardisation des armements). FEER, 13.01.83, pp. 28-32.

77 It is feared that the presence of Singapore forces in Malaysia territory might provoke a political blacklash while the spectre of possible Singapore intervention in the event of a breakdown of communal relations in Malaysia continues to hover in the background. FEER, 20.10.83, p. 51. Aussi S.T., 24.09.79, 06.12.83. N.S.T., 10.05.75.

78 Where religious prejudice has to be stirred up against Singapore, then Singapore is Israël. Where social prejudices have to be stimulated. Singapore is depicted as a third China. Where anti-communist fears have to be used then Singapore becomes Cuba...”. Rajaratnam in Chan Heng Chee, Asian Working Party on State and Nation Building, Singapore, 1971, p. 29. “We are not Israel and Southeast Asia is not the Middle East. Goh Keng Swee, S.T., 27.09.84.

79 “Total defence and you”, Pioneer, Feb. 1984, n° 76. “Sweden: they are totally prepared: are we?”, Pioneer, Oct. 1984, n° 84. “Blueprint for Total Defence, S.T., 06.03.84. S.T., 23.02.84 et 01.05.84. Asiaweek, 07.12.94.

80 S.T., 22.10.84. Yeo Ning Hong, Minister of Defence, “Defence is every Singaporean’s business”, Singapore Economic Bulletin, Speech (09.04.83), May 1983, p. 12.

81 S.T., 14.11.83, et 15.05.84.

82 “Plan to keep the economy going in case of war”. S.T., 25.11.84.

83 S.T., 18.01.84.

84 There must be threats, and there will always be threats because history has always been of threats. So most important is... take precautions long before the threat becomes unmanageable... So one lesson that Singaporeans must learn is please, don’t build a philosophy that the world is fine, that it consists of saints, and therefore let’s have a good life”.
Rajaratnam, in “prepare for new threats”, S.T., 20.11.84. “The people of Singapore must never assume that peace and prosperity such as they have enjoyed for the last 15 years will continue indefinitely, the volatility of the regional and international situation proves otherwise, and this nation must be prepared for any contingency”.
Ministry of Defence, The Singapore Armed Forces, Singapore, 1981, p. 33.

Leggi

Freemium

open access

Offerto da L’éditeur de ce site