Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Singapour et son environnement régional

 | 
Philippe Régnier

Deuxième partie. Singapour et la coopération politique régionale. Une cité-État «chinoise» en quête inlassable de viabilité et de sécurité

Chapitre VI. Communalisme anti-chinois et anti-communisme dans les pays de l’ASEAN : Les réponses politiques de Singapour

Texte intégral

1Lorsque l’emporium déploie un rayonnement économique extérieur qui n’a plus aucune commune mesure avec sa taille géographique et humaine réduite, sa vocation mercantile initiale se trouve dépassée. L’impact est politique : les pays du voisinage profitent de complémentarités sectorielles établies au départ de cet emporium prospère mais s’opposent à toute dépendance lui reconnaissant la maîtrise d’un certain pouvoir.

  • 1 Le communalisme, terme emprunté à la langue anglaise, désigne l’ensemble des divisions de caractère (...)

2A travers les dimensions de son influence économique régionale, Singapour ne peut demeurer un nain politique sur l’échiquier de l’ASEAN, mais il doit prendre en compte l’ambivalence instable de relations à la fois coopératives et conflictuelles avec son environnement au centre desquelles se situe le problème de son identité chinoise en plein cœur du monde malais. L’assise de son rôle politique et la qualité de ses liens avec les deux autres pays du noyau dur de l’ASEAN achoppent sur le double repoussoir du communalisme1 et de l’anti-communisme, historiquement enraciné dans la mentalité des équipes dirigeantes d’Indonésie et de Malaisie, et dont le dénominateur commun réside dans leur défiance économique et politique à rencontre de la Chine et des Chinois d’outre-mer.

3Soucieuse de garantir son indépendance politique et la viabilité de son économie édifiée depuis 1965, la cité-Etat essaie d’agir sur ces deux leviers du communalisme anti-chinois et de l’anti-communisme ambiant.

1. Singapour, quatrième Chine ? Réponse de la cité-Etat au problème du communalisme anti-chinois dans les pays de l’ASEAN

4La distinction entre le communalisme et l’anti-communisme, l’un et l’autre essentiellement anti-chinois jusque dans les années 60, souligne la double perception de Singapour par ses voisins du monde malais en termes à la fois ethniques et politiques. L’action de la cité-Etat se trouve limitée aussi longtemps que se profile derrière son image d’emporium chinois l’ombre politique jugée toujours subversive de la Chine et le succès économique jalousé des Chinois de Hong Kong et de Taïwan. Pour l’Indonésie et la Malaisie, Singapour demeure encore une sorte de quatrième Chine qu’ils ne peuvent ignorer mais dont l’existence trouble les eaux d’un océan qu’ils souhaiteraient uniformément malais.

Continuité historique et changement : la superposition du communalisme anti-chinois et de l’anti-communisme

5Les tensions ethniques semblent très anciennes en Asie du sud-est et il est souvent malaisé pour l’observateur étranger de saisir complètement, et surtout de transcrire, l’enchevêtrement de leurs dimensions internes et externes, entremêlées d’aspects psycho-émotionnels difficilement mesurables, dans les sociétés de la région.

  • 2 Fitzgerald (369), 1965, 109 p. Hunter (385), 1966, 190 p. Kunstadter Peter (ed.), Southeast Asian t (...)

6Quatre types de conflits, étroitement complémentaires et plus ou moins accentués dans les mentalités collectives selon les pays et l’époque, peuvent être distingués2 :

  • Un communalisme ethno-racial oppose les populations indigènes, d’origine malaise (pribumi ou bumiputra) dans le cas de l’Indonésie et de la Malaisie, aux Chinois immigrés d’abord par petits groupes depuis les ix-xes siècles au moins, puis par vagues nombreuses à l’époque coloniale britannique et hollandaise ;

  • Un communalisme socio-culturel accuse ces Chinois de former, sur le plan linguistique, social et religieux, une sorte d’Etat dans l’Etat, sans volonté de réelle insertion dans les sociétés locales jugées moins « civilisées » ;

  • Un communalisme socio-économique dénonce le rôle d’intermédiaire commercial et financier de riches Chinois d’outre-mer exploitant le labeur des populations indigènes, contrôlant l’économie des grands pôles urbains, s’assurant une partie du pouvoir politique, même s’ils n’y participent pas officiellement, par leur collusion avec certains milieux dirigeants corrompus ;

  • Un communalisme de nature géo-stratégique repose sur la crainte millénaire de la Chine qui a étendu plusieurs fois son hégémonie sur l’Asie du sud-est par des incursions militaires et par le commerce (système de la suzeraineté) et qui rend suspects, aux yeux des populations locales, les Chinois d’outre-mer précisément dénommés ainsi pour les liens qu’ils continuent à entretenir avec leur terre d’origine.

7L’anti-communisme envers la Chine et ses « représentants » expatriés constitue un facteur de changement dans la continuité historique du phénomène communaliste ; il vient se superposer, depuis 1949, à cette toile de fond anti-chinoise préexistante. Tarnthong Thonswasdi écrit à ce propos :

  • 3 Tarnthong (475), 1979, p 161.

Il est très difficile pour les pays de l’ASEAN de distinguer les Chinois d’Outre-Mer, les Chinois communistes et ceux de Chine entre eux3.

8L’éveil des mouvements d’indépendance nationale en Asie du sud-est coïncide avec la reconstruction progressive d’une Grande Chine, d’abord par le Kuomintang, très lié aux riches Chinois d’outre-mer, puis par le Parti Communiste Chinois s’appuyant sur les Chinois locaux, simples travailleurs ou intellectuels, endurcis par la résistance anti-japonaise, et se montrant particulièrement bien organisés pour dénoncer la pauvreté du monde rural en Malaisie et en Indonésie ou celle du milieu ouvrier à Singapour (l’une et l’autre touchant notamment de nombreuses familles chinoises), pour défier les régimes politiques en place (années 1945-65), ou encore pour poursuivre des mouvements de guérilla aux Philippines et en Thaïlande jusqu’à nos jours.

Singapour, pilier de la transnationale des milieux d’affaires chinois

Les Chinois d’outre-mer de Singapour et de la région, agents d’une certaine intégration économique de l’ASEAN

9Le réseau transnational formé par les milieux d’affaires des Chinois d’outre-mer se compose de plusieurs cercles d’influence géographique : le trio Hong Kong-Singapour-Taïwan en est le cerveau et ses ramifications s’étendent à tous les pays de l’ASEAN, et à l’ensemble du Bassin du Pacifique (Asie du nord-est, Australie, Amérique du nord, Pacifique sud).

  • 4 Carstens (350), 1975, 36 p. Mark Lau Fong (414), 1981, 178 p. Lee Poh Ping (401), 1974, 262 p.
  • 5 Moese (356), 1979, 2 vols. Wee Mon Cheng (317), 1970, 80 p. Wu Yuan Li (491), 1980, 219 p.
  • 6 Comme ce fut ou est encore le cas pour les Juifs, les Arabes, les Libanais ou les Indiens. A certa (...)

10Historiquement fondée sur des liens familiaux et linguistiques selon les régions d’origine des immigrés (Hokkien, Cantonais, Fukien, Hakka,...) et sur la création d’associations secrètes et de chambres de commerce, cette « transnationale » a rapidement dépassé les frontières nationales et même régionales4. Ne se préoccupant guère des divisions formelles entre les Etats et de leurs systèmes politiques, aussi longtemps que ses affaires n’en sont pas affectées, elle incarne l’un des secteurs d’intégration et d’internationalisation des économies de l’ASEAN conjointement avec celui des grandes sociétés étrangères implantées elles aussi dans toute la zone5. Ce phénomène illustre le pouvoir économique que peut détenir une minorité ethnique à vocation commerçante en Asie du sud-est et, comme nous l’enseigne l’histoire, dans d’autres parties du monde6 ; en revanche il est unique parmi les groupements régionaux contemporains. Les milieux d’affaires chinois s’insèrent d’autant mieux dans le moule de l’ASEAN que celui-ci permet d’atténuer les nationalismes locaux et de développer la perspective d’un marché plus vaste et plus cohérent servant leurs intérêts.

11Sans la prise en compte des fonctions du capital et des entrepreneurs chinois, dont l’identité précise est souvent rendue floue par divers obstacles socio-culturels et l’absence d’informations écrites, l’investisseur occidental ne peut comprendre le monde des affaires de l’ASEAN ni s’y introduire aussi bien qu’il le souhaiterait.

  • 7 Lee Sheng Yi, “Business elites in Singapore”, in Shaw (509), 1977, pp 13-27.
  • 8 Environ 45 en Indonésie, 25 à Hong Kong, 15 à Singapour, 11 en Taïlande au début des années 80.
  • 9 Seah Chee Meow (457), 1979, p 29.

12Grandes familles et multinationales chinoises ont élu leur siège à Singapour et Hong Kong pour développer sur place et dans les autres pays de l’ASEAN des activités commerciales et financières fructueuses. Devenus entrepreneurs, commerçants, techniciens, cadres, membres de professions libérales, les représentants de cette élite chinoise contrôlent 80 % des échanges entre Singapour et ses voisins7, 25 à 30 % de l’économie de la Malaisie (milieux chinois de Singapour) et des Philippines (depuis Hong Kong surtout), des dizaines de groupes bancaires dans toute la région8. Ne révélant jamais l’origine et la nature exactes de leurs transactions, ils parviennent à s’accommoder de tous les régimes politiques et même des périodes d’instabilité ou de conflits9.

  • 10 Buchanan (190), 1972, 336 p.

13Leur puissance ne doit pas cependant être exagérée contrairement aux idées véhiculées par certains slogans issus de milieux politico-religieux indigènes ou d’analyses marxisantes10. L’importance de leurs activités ne dépasse pas celle du commerce et de certains services, englobe rarement l’industrie (sauf les textiles et la construction navale) ou l’agriculture et ses dérivés. Leurs investissements n’atteignent pas les dimensions de ceux du secteur public (y compris à Singapour) ou des apports étrangers. Leur implication reste limitée dans la sphère politique, même à Singapour où les hommes d’affaires chinois représentent moins d’un dixième des députés. Si, à l’avenir, le développement de l’ASEAN est davantage remis entre les mains du secteur privé, Singapour et les intérêts chinois figureront sans nul doute parmi les premiers bénéficiaires.

14L’élite chinoise tend à former une entité régionale mais elle ne constitue pas un bloc uni tant à l’intérieur de chaque pays qu’à l’échelle de l’ASEAN :

    • 11 Par exemple, on sait les relations entre les milieux d’affaires chinois de Jakarta et de Surabaya ( (...)

    Familles, clans, particularismes sont le lot de ces populations immigrées, la règle restant valable pour les grandes fortunes11 ;

  • Des distinctions et des clivages interviennent selon les degrés d’ancienneté de l’arrivée et d’insertion socio-culturelle dans le pays d’accueil ;

  • Le niveau social des Chinois n’est pas homogène : les classes modestes et moyennes sont majoritaires à Singapour ; l’aisance et l’extrême richesse cohabitent, notamment en Malaisie, avec la pauvreté (zones rurales) ;

  • La fortune ne sourit pas exclusivement aux Chinois d’outre-mer mais aussi aux Indiens, à des groupes d’intérêts indigènes publics et privés, autonomes ou liés aux activités de compagnies étrangères.

La lutte pour le pouvoir : les Chinois de Singapour et de l’ASEAN au centre de tensions communalistes intra-nationales et régionales

  • 12 Heidhues (383), 1974, 125 p. Gosling and Lim (377), 1983, 2 vols. Purcell (446), 1965, 623 p. Wang  (...)

15Succès économique remarquable mais limité aux dimensions d’un minuscule emporium à majorité chinoise (75 % de la population), phare du monde des affaires pour la minorité commerçante et financière chinoise établie dans chaque pays de l’ASEAN, Singapour et cette « transnationale » des Chinois d’outre-mer suscitent à la fois admiration, envie matérielle, et défiance politique. Au cœur de ces tensions communalistes séculaires réside la crainte des populations locales de voir l’influence économique considérable de la minorité chinoise se transformer en contrôle plus ou moins direct du pouvoir politique que nul n’entend partager avec ces « Juifs » de l’Orient. Réciproquement, nombreux sont ceux qui voudraient se substituer aux Chinois pour mieux s’assurer la maîtrise de la sphère économique du pouvoir12.

  • 13 Free and informal discussions among the heads of government have made us realize why present objec (...)

16Prétextant un enrichissement des Chinois sur la base de l’exploitation des populations et des ressources locales, invoquant leurs liens étroits avec des puissances étrangères (Chine, anciennes métropoles coloniales, sociétés multinationales) et alléguant leur singularité socio-culturelle contraire à la cohésion nationale, les gouvernements de la région ont adopté ou toléré une attitude foncièrement anti-chinoise tout au long de l’histoire, et se traduisant épisodiquement par la violence physique. Au lieu de chercher à réduire les clivages entre les races, le communalisme anti-chinois a trop souvent représenté un expédient de politique intérieure ou extérieure, selon les situations, ce dont Singapour vis-à-vis de ses voisins est tout aussi conscient que chacune des minorités chinoises à l’égard de leurs autorités nationales de tutelle respectives. Ce problème, empoisonnant l’équilibre socio-ethnique de plusieurs Etats-membres, se retrouve à l’échelle des relations intra-régionales et permet de mieux comprendre pourquoi l’ASEAN ne progresse pas, tant sur le plan économique que politique, aussi vite que le souhaiterait Singapour13.

  • 14 Skinner S. William, Chinese society in Thailand, Ithaca, New York, Cornell, 1962, 459 p.

17Le communalisme anti-chinois ne pèse guère sur les relations entre la cité-Etat et la Thaïlande ou les Philippines dans la mesure où il semble peu marqué à l’intérieur de ces pays. L’assimilation de la minorité chinoise y est étendue, facilitée par la tolérance et l’acceptation des intermariages dans des sociétés dominées par l’influence du bouddhisme ou du christianisme14.

  • 15 En Indonésie, la plupart des entrepreneurs chinois sont placés sous la protection formelle d’un cad (...)

18La situation diffère dans des Etats imprégnés par l’Islam et où la discrimination des minorités se situe davantage au cœur du problème de la construction nationale. D’un poids démographique pourtant très dissemblable en Malaisie et en Indonésie, les Chinois y ont fait l’objet de ségrégations d’inspiration analogue : acquisition et exercice sélectifs de la nationalité, indigénisation du capital des sociétés et de leur encadrement, restrictions dans le libre accès à l’administration ou à l’université…15. En octroyant aux Chinois, sous la pression de milieux nationalo-religieux malais, une sorte de « citoyenneté de deuxième classe » en contradiction avec leur rôle éminent dans l’essor de l’économie et de la vie intellectuelle, les gouvernements locaux créent sur le terrain politique une situation explosive tristement illustrée dans les années soixante par exemple. Les émeutes sanglantes à Singapour (1964) et en Malaisie (1967 et 1969), les liquidations massives de 1966 en Indonésie, entretiennent parmi les Chinois de Singapour et d’ailleurs une psychose de l’insécurité latente et permanente.

  • 16 Le concept de « société plurale » a été introduit à propos de l’Asie du sud-est par J.S. Furnivall (...)

19Le problème du communalisme intérieur déborde les frontières nationales de chacune des sociétés plurales de l’ASEAN et détermine en partie la qualité des relations entre Singapour et ses voisins, qu’il s’agisse du traitement réservé aux Chinois en Malaisie et en Indonésie ou du sort des Malais de Singapour (15 % de la population)16.

  • 17 Bakar (571), 1981, pp 1040-59. Boland (341), 1982, 283 p. Fistie P. et P. Sockeel-Richarte, « L’Isl (...)

20Tirant les conclusions des traumatismes communalistes des années soixante, les gouvernements admettent progressivement la nécessaire collaboration économique avec les milieux d’affaires chinois et les résultats très partiels des mesures destinées à encourager une plus grande participation indigène dans la vie économique. Paradoxalement, le communalisme antichinois est rejeté ces dernières années au second plan derrière l’activisme de ses partisans les plus convaincus : Jakarta et Kuala Lumpur doivent affronter un communalisme politico-religieux conduit par des mouvements intégristes musulmans qui défient le pouvoir gouvernemental en place17.

Singapour/Malaisie : le communalisme au cœur des différends les plus graves

  • 18 Communalism is not an internal event. However well the Malays may behave in Singapore, their welfa (...)

21Axé sur une division profonde entre les communautés malaise et chinoise, le problème de la multiracialité se pose en termes aigus en Malaisie. Le plus sensible parmi les six pays de l’ASEAN, il est également celui qui déteint le plus sur la nature des relations de Singapour avec son environnement immédiat et même sur son équilibre ethnico-social intérieur18.

  • 19 MCA, The Malaysian Chinese: towards national unity, Kuala Lumpur, MCA Research and Service Centre, (...)
  • 20 Goh Cheng Teik (376), 1978, 79 p. Hashim (382), 1983, 127 p. Marvin (669), 1971, pp 121-130.

22Les Chinois de Malaisie, 35 % de la population totale, forment une minorité « majoritaire » par leur poids écrasant dans l’économie, leur concentration dans les milieux urbains (Kuala Lumpur, Penang, Malacca, Johor Baru,...), leur omniprésence dans la vie nationale jusque dans le domaine politique, le MCA (Malaysian Chinese Association) appartenant à la coalition gouvernementale au pouvoir depuis l’indépendance19. Cette situation peut mettre en péril la stabilité politique de la péninsule toute entière, y compris celle d’un Singapour indépendant : les Malais, majoritaires à l’intérieur de la Fédération et en particulier dans les zones rurales et les Etats du nord, estiment qu’ils ne bénéficient pas, depuis l’intervention du colonisateur et l’apport de l’immigration chinoise, de la juste part des fruits de leur travail et de la prospérité nationale proportionnellement à la majorité qu’ils représentent. Se jugeant exclus des principaux rouages de la vie économique en faveur des Chinois locaux et de ceux de Singapour, ils dénoncent le pouvoir politique de fait que détiennent ces derniers. L’arbitrage des autorités fédérales oscille entre l’indispensable soutien politique des Malais, numériquement majoritaires, et le pouvoir économique des Chinois et, pour une moindre part, des Indiens20.

  • 21 United Malays National Organization (UMNO), Malaysian Chinese Association (MCA) et Malaysian Indian (...)
  • 22 Le bilan est de 33 morts et 600 blessés. S.T. 21.07.64. Clutterbuck (361), 1984, pp. 319-320. Leife (...)

23La représentation politique des Chinois, qui avait soulevé déjà de nombreuses difficultés dans la préparation constitutionnelle de la décolonisation (1945-55) est devenue un problème brûlant dès la fusion de Singapour avec la Grande Malaisie (1963), plaçant Malais et Chinois en nombre presque égal. Les revers électoraux du Parti de l’Alliance (UMNO-MCA-MIC)21dominé par l’UMNO malaise (qui soutenait le Malay National Action Committee à Singapour), la poussée du PAP (le People’s Action Party de Lee Kuan Yew) à Singapour et sa décision de participer aux élections fédérales, sont à l’origine directe des émeutes raciales sanglantes de Singapour en juillet et septembre 196422.

  • 23 Fistie (608), 1967, pp. 237-262. Noordie (430), 1974, 353 p. Se reporter à la première partie de l’ (...)

24Les morts ne suffisent pas et ce conflit se prolonge en 1965. Les échanges politiques très durs entre les leaders du PAP et ceux de l’UMNO, la peur confuse des Malais de voir Lee Kuan Yew devenir éventuellement Premier Ministre de Malaisie, expliquent largement la séparation de Singapour en août23.

  • 24 Malaysia National Operations Council, The May 13 Tragedy, Kuala Lumpur, 1969. Gagliano Felix, Commu (...)

25L’incendie communaliste n’est pas éteint pour autant ! Le net recul électoral du MCA et le développement d’une contestation chinoise échappant au contrôle du Parti de l’Alliance provoquent en mai 1969 une nouvelle explosion de violence, à Kuala Lumpur cette fois, et plus tragique encore (plus de 1 000 morts annoncés officiellement)24. Le Vice-Premier Ministre Tun Razak déclare à cette occasion :

Le 13 mai 1969 est à marquer d’une pierre noire dans notre histoire, c’est un jour de tragédie nationale. Ce jour-là, la base la plus profonde de cette nation a été ébranlée par des conflits raciaux dont la violence a dépassé tous ceux déjà connus.

  • 25 Rajaratnam, The Singapore Mirror, vol. 2, n° 9, 28.02.66, pp 1-7.

26L’Etat d’urgence décrété dès le lendemain des émeutes ne sera suspendu qu’au début de 1971. Les propos de Rajaratnam, déclarant en 1966 que les deux pays peuvent mutuellement se blesser à mort, prennent brusquement tout leur sens : à l’heure où l’on se bat encore à Kuala Lumpur, l’agitation communaliste gagne Singapour et tue quatre personnes (700 arrestations) !25

  • 26 Bumiputrisation (de Bumiputra, fils de la terre) signifie indigénisation, c’est-à-dire, dans le con (...)

27Pour rétablir paix et stabilité civiles et se maintenir au pouvoir, le gouvernement de l’Alliance se lance dans une politique de « bumiputrisation » économique et sociale26.

  • 27 Article 71: Rights and Prerogatives of the Malay Rulers. Article 152: Malay as the National Languag (...)
  • 28 Fisk (311), 1982, pp. 105-124. Khor Kok Peng (239), 1983, 286 p. Milne and Mauzy (417), 1978, 406 p (...)

28La Nouvelle Politique Economique (NEP, juillet 1971) s’appuie sur plusieurs dispositions constitutionnelles réservant des privilèges à la population malaise27 et coïncide avec la période où Kuala Lumpur approfondit sa séparation vis-à-vis de Singapour. L’accès à l’administration et à l’université favorise les Malais (70 % des quotas fixés sauf pour l’Université de Malaisie de Kuala Lumpur) et des organismes bumiputras d’intervention économique sont créés. L’objectif vise à l’horizon de 1990 un résultat ambitieux : 30 % du capital des sociétés devra appartenir aux Malais (40 % aux non bumiputras, 30 % aux étrangers)28.

  • 29 Voir le profil de grands hommes d’affaires de la péninsule comme Tun Tan Siew Sin (Société SIME DAR (...)

29La NEP a fait l’objet de critiques sévères de la part des milieux d’affaires chinois de la péninsule et de Singapour concernés par ces mesures discriminatoires. Dès le troisième Plan Economique (1976-80), qui parle de développement pour l’ensemble des Malaisiens, le langage d’exclusion des Chinois s’est infléchi, les autorités ne pouvant pas plus contourner les détenteurs réels d’une part des activités économiques nationales qu’elles ne parviennent à se passer des services de Singapour. Au début des années 80, l’investisseur étranger continue à détenir environ 48 % du capital des sociétés ; les Malais (50 % de la population) ne contrôlent que 15 % contre 37 % au moins pour les Chinois et les Indiens dont le dynamisme est symbolisé par quelques grandes dynasties d’hommes d’affaires et leurs homologues singapouriens qui s’arrangent, au gré de leurs intérêts, pour tomber sous le statut tantôt de la législation sur les investissements étrangers en Malaisie, tantôt de celle sur les apports nationaux en capital29.

  • 30 FEER, 05.05.83, pp. 25-26, 12.04.84, pp. 70-73, 26.07.84, pp. 22-31.

30L’argument de la pauvreté des Malais recule devant une diversification sociale progressive et l’émergence d’une classe moyenne s’identifiant d’ailleurs au mode de vie de son homologue chinoise dans les pôles urbains et à Singapour. Si la proportion des Malais les plus modestes reste encore majoritaire, les foyers défavorisés existent aussi parmi la population chinoise, aucun groupe ethnique correspondant à une classification sociale aussi stéréotypée que par le passé30.

  • 31 FEER, 02.01.86, pp. 20-27.

31La récession économique internationale, qui frappe simultanément les exportations de produits de base et la politique d’industrialisation avancée de la Malaisie, et la montée d’une agitation musulmane extrémiste et parfois violente, qui inquiète les autorités, soulignent le décalage entre toute politique déclarative comme la NEP et l’observation des réalités. Il est encore trop tôt pour dire si une dynamique inter-raciale voit lentement le jour, suivant l’exemple de la politique multiraciale de Singapour, mais l’actuel Premier Ministre Mahathir semble très conscient de l’indispensable cohésion de toutes les forces vives de la nation31.

Singapour face au communalisme anti-chinois en Indonésie

  • 32 Coppel (364), 1983, 236 p. Kwee Tek Hoay, The origins of the modern Chinese movment in Indonesia, I (...)
  • 33 FEER, 26.12.85, pp. 34-35.

32Regroupant 3,5 millions d’individus ou environ 2,5 % de la population totale, concentrés dans les grands pôles industriels et/ou portuaires (Jakarta, Medan, Surabaya, Bandung,...), les Chinois d’Indonésie ne pèsent pas d’un poids démographique comparable à ceux de Malaisie. N’influençant pas de manière décisive les équilibres fondamentaux de la vie nationale, ils suscitent pourtant la défiance des populations indigènes (pribumi) pour des raisons économiques et politiques très similaires32. Le dernier congrès de la Muhammadiyah, le mouvement politico-religieux musulman le plus modéré d’Indonésie par opposition aux Ulamas conservateurs, n’a-t-il pas réaffirmé néanmoins le principe de la lutte contre toute domination économique par les Chinois33 !

33La corrélation entre le traitement réservé à la minorité chinoise, dont l’élite d’affaires entretient des liens commerciaux et familiaux très denses avec la cité-Etat, et la qualité des rapports officiels entre l’Indonésie et Singapour est évidente. Toute période d’agitation communaliste chez le grand voisin alarme les autorités insulaires qui analysent aussitôt les retombées possibles non seulement dans le domaine économique mais aussi en termes de sécurité. L’enclave chinoise connaît les limites de son existence comme Etat indépendant et souverain au cœur du monde malais, et elle redoute toute velléité expansionniste de son partenaire qui pourrait prendre la forme d’une fuite en avant, à la faveur d’une crise intérieure comme ce fut le cas à la veille de la confrontation de 1963-65.

  • 34 Brackman (345), 1970, 264 p. Hughes (384), 1967, Part II: The Purge, pp. 119-299.

34L’inquiétude permanente des Chinois de Singapour et de toute la région est née d’une longue série de traumatismes historiques inséparables de leur mémoire collective. Emeutes raciales, massacres de Chinois et destruction de leurs biens ont lieu épisodiquement en Indonésie au moins depuis le xviiie siècle (1727-40) jusqu’aux années les plus récentes (1963, 1965, 1973-74, 1981). A cette réalité, dont même les jeunes Chinois locaux demeurent conscients, s’ajoute la tragédie de 1965-66 encore terriblement présente dans la vie politique indonésienne. La répression qui a suivi la tentative de coup d’Etat du 30 septembre 1965 contre le régime du Président Soekarno s’est soldée par plusieurs centaines de milliers de morts, parmi lesquels de nombreux Chinois innocents qui, au nom de la lutte anti-communiste, ont souvent payé de leur vie le règlement de comptes socio-économiques34.

35Confrontation à peine interrompue, indépendance acquise depuis quelques mois, quelle pouvait être la réaction d’un minuscule Singapour sinon d’accepter la fatalité ! Suspension de la publication des statistiques officielles relatives au commerce bilatéral et exécution en 1968 de deux marins indonésiens coupables d’action terroriste sur le sol de Singapour (1964), telles furent les deux seules réactions de la cité devenue Etat face à cette période noire de l’histoire régionale.

  • 35 Brackman (346), 1972, 87 p.

36La politique de Soekarno avait oscillé entre une volonté d’assimilation des Chinois et d’association à la vie politique (Baperki : Comité consultatif pour la citoyenneté indonésienne), rendue difficile par le rapprochement de certains milieux chinois avec le parti communiste local, et l’adoption de mesures discriminatoires (exclusion des Chinois du commerce et de la propriété terrienne en milieu rural, quotas restrictifs d’importations pour les commerçants chinois dans les villes) qui, en 1959-61, ont provoqué le départ volontaire d’Indonésie d’environ 100 000 Chinois refusant de prendre la nationalité locale. Dès 1968, les discours du Général et futur Président Suharto ont laissé filtrer que la construction de l’Ordre Nouveau, optant en priorité pour le développement économique, pourrait difficilement se dispenser de la collaboration des Chinois indonésiens et extérieurs (Singapour et Hong Kong). En 1972, la politique d’indonésianisation du capital des sociétés, favorisant a priori les intérêts pribumis, a coïncidé avec un assouplissement des conditions d’acquisition de la nationalité pour les Chinois, pouvant indonésianiser leur nom par la même occasion ; durant cette période se nouait aussi le début du rapprochement entre Singapour et Jakarta, simple hasard du calendrier35 ?

  • 36 FEER, 07.04.83, pp. 44-56 et 26.04.84, pp. 188-189.

37Au fil de sa consolidation, le Régime Suharto a témoigné d’une collusion étroite et peu discrète avec les milieux d’affaires chinois dont l’association avec les groupes Harapan et Liem Sioe Liong a valeur de symbole36. Cette politique n’a pas manqué d’alimenter la critique de certains milieux intellectuels et religieux indonésiens (Journaux Merdeka, Indonesian Observer ou Matahari interdits en 1979), notamment musulmans, et prêchant la réduction du matérialisme économique et de la corruption (Pétition des Cinquante en 1980).

38Aussi longtemps que ces mouvements pourront exploiter le sentiment général de frustration des masses en matière de justice socio-économique, d’un développement profitant d’abord aux dignitaires du régime très liés aux milieux d’affaires chinois, d’un manque de participation politique pour définir un système plus proche de l’ordre moral, on peut craindre d’autres heurts de caractère communaliste.

  • 37 Kompass, Jakarta, 29.02.80. FEER, 21.09.79, p. 9 et 22.03.84, pp. 40-41.

39L’adoption en 1980 de deux nouveaux décrets présidentiels autorisant un million de Chinois à prendre la nationalité indonésienne (à condition d’abandonner la leur) prouve la détermination du régime et des intérêts économiques considérables qu’il représente, à poursuivre une politique de pacification ethnique qui déteint favorablement sur l’évolution des relations entretenues avec Singapour (amitié Lee/Suharto)37.

  • 38 Boland (341), 1982, 283 p. Leifer (406), 1972, 161 p. Wertheim W.F., Moslems in Indonesia: majority (...)

40Enfin, on peut se demander si la complexité de la vie politique indonésienne ne relègue pas, ces dernières années, le problème du communalisme anti-chinois au rang de toutes les autres difficultés d’unification nationale, à commencer par un communalisme anti-javanais loin d’avoir disparu et, surtout, une revitalisation de l’Islam (à Sumatra et ailleurs) qui défie l’idéologie pancasilaïque de l’Ordre Nouveau38.

2. Singapour et l’ASEAN engagés dans la lutte contre le communisme

41La Deuxième Guerre Mondiale a favorisé l’essor de mouvements communistes en Asie du sud-est et un vent d’anti-communisme essentiellement tourné contre la Chine Populaire et son bras séculier, les Chinois d’outre-mer, a soufflé dans les pays qui forment aujourd’hui l’ASEAN avec d’autant plus de force qu’il se superposait au communalisme anti-chinois préexistant.

  • 39 Central Committee of the Communist Party of China, “Resolute support for armed struggle led by the (...)
  • 40 Clutterbuck (360), 1967, 206 p. et (361), 1984, 412 p. Kroef (397), 1981, 342 p. Lim Joo Jock and V (...)
  • 41 Brackman (345), 1970, 264 p. Cayrac-Blanchard (352), 1973, 217 p. Corsino F., A communist revolutio (...)

42Avec un décalage de dix-huit ans, la Malaisie puis l’Indonésie, sans oublier la Thaïlande et les Philippines qui affrontent encore actuellement une guérilla localisée, se sont lancées dans une campagne pour extirper le communisme intérieur et dénoncer le soutien direct de Pékin visant une déstabilisation de toute la région à son profit39. L’Etat d’urgence en Malaisie (1948-60) a permis de disperser le MCP (Malayan Communist Party), composé en majorité de Chinois et qui sévissait dans toute la péninsule40. En Indonésie, la tentative de coup d’Etat de septembre 1965 s’est soldée par une rupture totale avec Pékin et par l’élimination sanglante du Parti Communiste Indonésien (PKI) qui, allié de Soekarno pendant plus d’une quinzaine d’années, soutenu par la Chine et certains milieux chinois locaux (BAPERKI). avait réussi à bâtir le troisième plus grand parti communiste du monde41.

  • 42 Jakarta a utilisé officiellement cet argument pour justifier son intervention ultérieure à Timor, c (...)

43Kuala Lumpur et le nouveau régime établi à Jakarta se soucièrent alors de l’identité socio-politique du People’s Action Party (PAP) de Lee Kuan Yew, se trouvant désormais à la tête d’une enclave insulaire chinoise indépendante, et de la nature de ses liens avec la Chine. Pour ces deux capitales, il paraissait exclu d’accepter en plein cœur du monde malais et à quelques kilomètres de leur frontière respective, une enclave chinoise liée à Pékin. Pépin vénéneux à l’intérieur d’un fruit à peine lavé du danger communiste, un Singapour confirmant son engagement dans une voie socialiste pure et dure, comme l’avait annoncé le PAP (1959-63), n’aurait pas pu être toléré par ses deux grands voisins42.

44Dans la réalité, Lee Kuan Yew a opté pour une lutte anti-communiste intérieure et extérieure aussi vigoureuse que celle menée par la Malaisie et l’Indonésie, mais ne partageant pas leur même défiance systématique à l’égard de la Chine. Cherchant à minimiser auprès d’eux son image de quatrième Chine dans la région, Lee est parvenu à éliminer l’agitation communiste intérieure et à prouver, par la prospérité économique de l’île, que les colonies des Chinois d’outre-mer peuvent connaître une destinée économique et politique différente de celle de la Chine. Sur le plan extérieur, il a exploité les leviers des crises indochinoises, pesant sans cesse davantage sur la sécurité de la Thaïlande, pour désigner le Vietnam, et non la Chine, comme le danger le plus direct menaçant l’ASEAN.

Le communisme intérieur à Singapour et son élimination

L’omniprésence du danger communiste jusqu’à la prise du pouvoir par le PAP (1948-59)

45Quelques films et photos d’archives suffisent pour se convaincre que Singapour n’a pas toujours affiché cette image, véhiculée aujourd’hui dans le monde entier, de la prospérité et d’un haut niveau de vie.

  • 43 Cheah Boon Kheng (354), 1983, 366 p. Clutterbuck (361), 1984, 412 p. Drysdale (366), 1984, 506 p. K (...)

46De 1948, date du début de l’Etat d’urgence en Malaisie, à la fin des années 1950, le communisme n’a cessé de gagner du terrain à Singapour, bénéficiant du prestige du MCP (Malayan Communist Party) issu de sa résistance contre l’occupant japonais, et surtout de l’existence d’un véritable prolétariat (chantiers navals), d’une misère urbaine assez largement répandue et d’un jeune milieu estudiantin perméable à l’influence idéologique43.

  • 44 Singapore Labour Department, Annual Report 1948.

47Dès 1946-47, le General Labour Union de Soon Khwong réorganisé au sein du Pan Malayan Federation of Trade Unions compte à Singapour plus de 70 000 sympathisants proches du MCP. Le contrôle de la vie syndicale par les communistes est tel que des grèves sont déclenchées dès 194844. Entre 1948 et 1953, environ 12 000 Singapouriens sont arrêtés en vertu des mesures d’urgence.

  • 45 Any man in Singapore who wants to carry the Chinese-speaking people with him cannot afford to be a (...)
  • 46 Chan Heng Chee. A sensation of independence: a political biography of David Marshall, Singapore, Ox (...)

48En 1954-58, l’agitation s’aggrave parmi les travailleurs (médiocrité des conditions de travail, échec d’un syndicalisme démocratique initié par les Britanniques) et les étudiants chinois d’éducation non anglophone (Singapore Chinese Middle School Students Union, Nanyang University ouverte en 1956)45. Le Singapore Factory and Shop Workers’ Union de Lim Chin Siong (30 000 membres en 1955) et le Singapore Bus Workers’ Union multiplient les grèves et les explosions de violence. Les grèves de mai 1955 provoquent la démission du Chief Minister David Marshall46 et les nouvelles manifestations de septembre-novembre 1956 (15 tués) déclenchent une répression décidée par le nouveau Chief Minister Lim Yew Hock : plusieurs syndicats sont dissous, Lim Chin Siong puis de nombreux dirigeants communistes, dont certains proches du PAP, sont arrêtés !

  • 47 S.T., 24.10 et 19.11.54.
  • 48 Drysdale (366), 1984, 506 p. Lee Ting Hui, “The communist open united front in Singapore, 1954-66”, (...)

49Depuis sa création en 1954,47 le PAP, présidé par Toh Chin Chye, se divise en une aile gauche majoritaire composée de communistes et de sympathisants, éduqués en langue chinoise, et une fraction plus modérée, anglophone, anti-coloniale mais partisante du dialogue avec Londres, qui regroupe le Secrétaire Général du PAP, Lee Kuan Yew, et ses amis d’études. L’unité se réalise pour exiger l’indépendance de la Malaisie et préparer les élections d’avril 1955 devant conduire au Self Government. En 1956-57, l’image du PAP se confond largement avec celle du MCP ou d’un parti travailliste très à gauche, même si Lee Kuan Yew a compris qu’il doit cheminer de concert avec les communistes dans l’attente d’une opportunité permettant de s’en démarquer48. Celle-ci lui est fournie en 1957 par Lim Yew HocK, le Chief Minister, qui emprisonne 35 dirigeants communistes, dont cinq appartiennent au comité directeur du PAP, probablement pour éviter que la PAP ne tombe sous le contrôle absolu des communistes.

  • 49 Legislative Assembly, The Communist Threat in Singapore, Singapore, 1957, (Sessional Paper n° 33). (...)

50Lim Yew Hock a donc, avant de quitter le pouvoir, et peut-être avec l’aval de Londres, favorisé le devenir politique de Lee Kuan Yew : l’aile extrémiste du PAP se trouvant décapitée, Lee peut s’assurer la direction effective du parti49 !

L’arrivée du PAP au pouvoir et les inquiétudes de Kuala Lumpur (1959-61)

51Il semble que Lee ait assuré la Grande-Bretgne, où il a effectué de brillantes études, d’un gouvernement modéré dans le cas où il parviendrait au pouvoir. Mais, jusqu’en 1958-59, il se garde de révéler son anti-communisme profond et ses objectifs réels pour l’avenir. Il se montre remarquable tacticien et son pragmatisme lui permet de s’adapter à l’évolution socio-politique intérieure rapide et troublée de Singapour.

52En raison du mutisme quasi-absolu de Lee sur ses véritables intentions, l’arrivée au pouvoir du PAP en mai 1959 (43 sièges sur 51) engendre une certaine panique parmi les milieux d’affaires : Lee et son équipe ont adopté un discours électoral très anti-occidental (décolonisation), les communistes emprisonnés sont libérés et Lim Chin Siong est même nommé Secrétaire Politique du Ministère des Finances ! Rares sont ceux qui discernent alors dans le projet de fusion de Singapour avec la Malaisie, celle-ci ayant suspendu avec succès l’Etat d’urgence en 1960, la volonté de Lee Kuan Yew d’isoler les communistes.

  • 50 We must prevent a situation in which an independent Singapore will go one way and the Federation t (...)
  • 51 S.T., 16.04.59 et 19.08.60. Chan Heng Chee (501), 1971, 65 p.

53En 1959-61, la rivalité entre Lee, devenu Chief Minister, et l’aile gauche du PAP réhabilitée, éclate au grand jour. Lee Kuan Yew et Ong Eng Guan, premier et unique maire de Singapour, devenu Ministre du Développement National, s’opposent sur la question de la fusion que MCP en Malaisie et PKI en Indonésie désapprouvent. Conscient que les communistes risquent de contraindre Lee à démissionner et qu’un « petit Cuba » peut naître au sud de la péninsule, le Premier Ministre de Malaisie, Tunku Abdul Rahman, annonce en mai 1961 son accord pour la création d’une Fédération de Malaisie incluant Singapour50. Exclu du PAP en 1960, Ong est cependant réélu à l’Assemblée Législative en juillet 1961 et Kuala Lumpur craint alors le pire51. Lee demande finalement un vote de confiance sur la question de la fusion : 27 voix se prononcent pour contre 24, dont 13 députés qui fondent, le 26 juillet 1961, un nouveau parti proche des communistes : le Barisan Socialis.

L’élimination durable du danger communiste à Singapour

  • 52 Singapore Government White Paper n° 33, 1961.

54En demandant aux Singapouriens de trancher définitivement le débat sur la fusion, par référendum (septembre 1962), le PAP remporte, avec 71 % de réponses positives, un succès incontestable52. Pourtant, la disparition brutale de trois de ses députés le prive de majorité confortable et menace à nouveau la stabilité du gouvernement Lee.

55En février 1963, invoquant l’Internai Security Ordinance contre l’opposition accusée d’avoir soutenu une tentative de subversion communiste à Brunei, Lee Kuan Yew déclenche l’opération de police “Cold Store : une centaine de communistes et la moitié des leaders du Barisan Socialis sont emprisonnés !

  • 53 S.T., 23.09.63.

56Par des mesures d’exception le danger communiste est donc écarté mais, à la suite de la création de la Malaysia, et lors des élections de septembre 1963, le Barisan Socialis remporte encore 46,9 % des voix, soit 13 sièges contre 37 au PAP (sur 51). D’autres arrestations interviennent et certaines personnes incarcérées retrouveront une liberté conditionnelle au début des années 80 seulement53.

57L’agitation communaliste à Singapour et en Malaisie (1964-65), qui conduit au retrait de la Cité du Lion de la Fédération, relègue l’activisme communiste à l’arrière-plan. Face à la consolidation rapide du PAP au pouvoir, le Barisan Socialis, décapité et secoué par des crises internes ultérieures, n’utilise même pas l’échec de la fusion avec la Malaisie pour tenter de discréditer Lee Kuan Yew.

  • 54 S.T., 08-09.01.66, 08 et 24.10.66.

58La stabilisation du système politique à Singapour est accueillie avec soulagement à Kuala Lumpur et à Jakarta : l’élimination définitive du Barisan Socialis ne coïncide-t-elle pas avec la destruction du PKI en Indonésie ! En décembre 1965 et octobre 1966, trois députés du Barisan Socialis puis les cinq derniers siégeant encore démissionnent, préférant poursuivre la lutte dans la clandestinité. Des émeutes violentes en faveur du Vietnam du nord (23 octobre 1966) causent l’arrestation des derniers cadres connus du Barisan Socialis54. Aux élections de 1968 (et de 1972), le PAP obtient tous les sièges contre une opposition qui, soutenue néanmoins par un tiers de l’électorat, est désorganisée et ne dispose d’aucun moyen pour menacer sérieusement sa suprématie. Face à cette situation, le gouvernement redoute la formation de groupes clandestins parvenant à troubler suffisamment l’ordre public pour nuire à la viabilité économique et politique encore à peine démontrée de la cité-Etat.

  • 55 Kroef (397), 1981, pp. 102-106.

59L’offensive contre la gauche et ses sympathisants se poursuit donc jusqu’en 1969-70 pour des mobiles intérieurs mais aussi pour confirmer à l’intention des pays voisins et des investisseurs occidentaux l’anti-communisme du régime singapourien55. De nombreux étudiants du Ngee Ann College et de l’Université Nanyang sont expulsés et le contrôle des autorités sur le monde universitaire devient strict. Dans le domaine judiciaire le système des jurés est abandonné au profit de jugements rendus conjointement par deux magistrats pour toutes les catégories d’affaires. Sur le plan politique, le Club Socialiste de l’Université de Singapour, lié au Barisan Socialis, est interdit et remplacé par le Democratic Socialist Club, émanation directe du PAP tandis que le congrès des syndicats (National Trade Union Congress ou NTUC) se transforme, sous l’impulsion de Devan Nair, en simple courroie de transmission entre gouvernement et monde du travail.

60L’épuration largement achevée au début des années 70, Lee Kuan Yew et son équipe se contentent ultérieurement d’exploiter avec habileté une série d’affaires politiques permettant de réaffirmer, à intervalles réguliers, et à des fins de cohésion intérieure comme de politique extérieure, leur anticommunisme de principe.

    • 56 The Herald Affair, May 1971, Univ. of Singapore, Library Reference Dept., 1971, 94 p. Lau Teik Soon(...)

    En 1971, deux journaux, l’Eastern Sun et le Singapore Herald, accusés d’entretenir des liens trop étroits avec Pékin, disparaissent. Quatre éditeurs du Nanyang Siang Pau (presse chinoise) sont arrêtés pour des raisons analogues56.

    • 57 ARB 31.12.74, p 38 et Yearbook on International Communist Affairs, 1975-76. Stanford, Hoover Instit (...)

    En 1974, les autorités révèlent l’existence à Singapour d’une « Armée de Libération » et procèdent à l’arrestation de trente sympathisants du MCP, dont certains membres du Barisan Socialis. Ne parvenant plus à fournir des preuves tangibles du maintien d’un danger communiste intérieur réel, elles dénoncent l’émergence d’une gauche rénovée et subversive57.

    • 58 S.T. 02.09.76. Lee Boon Hiok (646), 1978, pp. 229-244.

    A l’automne 1976, alors que des arrestations de même nature ont lieu à Kuala Lumpur dans le monde de la presse (New Straits Times et Berita Harian) et de la politique (Vice-Ministre de la Science et de la Technologie), le gouvernement de Singapour annonce qu’il vient de déjouer un complot58. L’interpellation d’un juriste pro-communiste, G. Rahman, établit l’existence de complicités intérieures pour fournir au parti travailliste britannique des informations motivant l’exclusion du PAP de l’Internationale Socialiste (en 1976) et nourrissant une campagne internationale contre le régime de Lee Kuan Yew. Plusieurs arrestations, dont celle des journalistes réputés, Arun Senkuttuvan et Ho Kwon Ping, permettent de remonter la filière jusqu’au Secrétaire Général du People’s Front of Singapore, Leong Mun Kwai, qui aurait avoué par la suite des projets de “black operations, c’est-à-dire des campagnes diffamatoires pour tenter de discréditer le régime à l’étranger et le déstabiliser.

    • 59 Lee Kuan Yew déclare en 1977 qu’il subsiste 61 détenus politiques pouvant être libérés après leur r (...)

    L’exclusion (ou le retrait, selon les interprétations) du PAP de l’Internationale Socialiste à la fin de 1976 fait l’objet d’un débat contradictoire animé. Lee Kuan Yew déclare que le PAP s’en retire pour protester contre le soutien apporté de l’extérieur, notamment par la presse étrangère, à la gauche pro-communiste de Singapour. L’Internationale Socialiste dénonce de son côté l’autoritarisme « dictatorial » du PAP qui maintient en prison des dizaines de condamnés pour des raisons politiques59.

61Les derniers détenus ont été libérés ces dernières années et le PAP concentre à présent son attention sur l’entrée au Parlement d’une opposition non communiste embryonnaire mais crédible. L’anti-communisme du PAP qui s’était exprimé d’abord au nom de la construction nationale, sur le plan intérieur, a glissé depuis 1975-78 vers le domaine de la politique extérieure à la faveur des crises indochinoises.

Singapour et l’ASEAN face aux dangers du communisme extérieur : Chine et Vietnam

62Quel est le danger communiste extérieur le plus réel pour l’ASEAN ?

63Entre d’une part le communalisme anti-chinois et l’anti-communisme tourné contre une Chine accusée de visées expansionnistes et subversives, et, de l’autre, l’extension du communisme nord-vietnamien et de l’influence soviétique à l’ensemble de l’Indochine, Singapour dispose d’une marge de manœuvre étroite mais concrète pour construire une politique extérieure anti-communiste habilement nuancée quant à ses destinataires, Chine et Vietnam, comme vis-à-vis de ses partenaires de l’ASEAN, dont les positions divergent sensiblement à ce sujet.

  • 60 The many efforts of the Singapore government to change the image of the island state has yet to re (...)

64Par l’absence de relations politiques officielles avec Pékin et la réaffirmation incessante de son identité nationale propre et indépendante, comme par son soutien tapageur en faveur de la Thaïlande et de la résistance cambodgienne opposées au régime de Heng Samrin à Phom Penh et au Vietnam, la cité-Etat cherche à minimiser son image chinoise auprès de ses deux voisins60.

Singapour-Pékin : absence de relations diplomatiques

65La Chine reste pour la Malaisie et l’Indonésie le premier danger extérieur menaçant leur stabilité intérieure et la sécurité de toute la région. Coincé entre ses deux voisins, Singapour, même en faisant abstraction de son histoire intérieure troublée par le MCP puis par le Barisan Socialis en 1948-65, n’a pas d’autre choix posssible que d’opter pour un profil bas dans ses relations avec Pékin.

66Le concept de « troisième Chine », l’expression est de Lee (5.12.65), d’avant-poste ou de cinquième colonne de la Chine en plein cœur de l’Asie du sud-est, désigne, dans l’analyse des milieux indigènes (surtout malais) de la région, les Chinois d’outre-mer et leur principal pôle d’activités économiques, Singapour. Ayant cultivé des liens étroits avec le Kuomintang, bénéficié de la protection juridique du gouvernement de Canton et de l’ouverture de consulats de la Chine nationaliste à Singapour et ailleurs, les Chinois d’outre-mer ont continué, après 1949, à soutenir la terre de leurs ancêtres en raison de leur isolement culturel dans leur pays de résidence, de leur fierté d’assister enfin à la restauration de la puissance millénaire de la Chine, et, pour certains, de leur conviction idéologique, particulièrement vraie pour le noyau dur des Chinois membres ou sympathisants du MCP. En sens inverse, Pékin n’avait plus besoin de consulats ou d’allégeance de citoyenneté puisqu’il pouvait s’appuyer sur des partis communistes locaux, particulièrement puissants en Malaisie et en Indonésie.

67Imprégnés de cet héritage historique, Kuala Lumpur et Jakarta ont cultivé une image stéréotypée de leurs communautés chinoises et, par conséquent, de Singapour, comme de véritables bras séculiers des ambitions de la Chine dans la région. Jusqu’en 1963-65, la progression des communistes à Singapour ne pouvait qu’encourager cette analyse.

  • 61 Fitzgerald (369), 1965, 110 p. et (371), 1972, 109 p. Shee Poon Kim (459), 1977, 27 p.

68Pour la Malaisie, la liquidation du communisme intérieur dès 1959-60 (fin de l’Etat d’urgence) et l’établissement de relations diplomatiques avec la Chine en 1974 laissent en suspens le problème du rôle de celle-ci vis-à-vis de la communauté chinoise de la péninsule et donc de l’équilibre socio-politique du pays61. Kuala Lumpur ne peut tolérer une quelconque ingérence de ce type, et par extension, elle exclut de voir à sa porte Singapour servir de relais politique éventuel entre la Chine et cette communauté. La notion d’intermédiaire potentiel n’est pas imaginaire au regard des fonctions d’agent commercial de la Chine que joue déjà Singapour (et Hong Kong) vers le reste du monde.

  • 62 Antara Daily News Bulletin, Special Issue, “Address of the Acting President General Suharto before (...)
  • 63 New Nation, Singapore, 10.06.74. Indonesia Times, 09.06.78. FEER, 16.06.78, p. 22. Rau Robert L., “ (...)

69Pour l’Indonésie, l’échec du coup d’Etat de 1965 et la destruction du PKI se soldent par la suspension de toute relation directe avec la Chine jusqu’en 1985. Le Général Suharto accuse officiellement Pékin d’avoir aidé le PKI dans une tentative de prise du pouvoir et d’avoir accordé l’asile politique à certains de ses leaders en fuite62. Pour des raisons analogues à celles évoquées à propos de la Malaisie, Singapour s’est toujours refusé à nouer des relations diplomatiques avec la Chine aussi longtemps que l’Indonésie ne l’aurait pas précédé dans cette voie. Or, Jakarta est enclin à retarder toute normalisation avec Pékin : le danger de la subversion érigé par le pouvoir, sur la base de son interprétation officielle des événements de 1965, en aversion collective contre le communisme, forme l’une des pierres angulaires de l’Ordre Nouveau, de l’idéologie du Golkar (le parti soutenant le régime actuel) et de l’équilibre du système politique intérieur. Comme Adam Malik en 1972-73, l’actuel Ministre indonésien des Affaires Etrangères, Mochtar, ne répétait-il pas encore en 1978-80 que les Chinois d’Indonésie doivent d’abord être complètement assimilés avant d’envisager un rapprochement avec la Chine63 ! A la veille de la commémoration du trentième anniversaire de la Conférence de Bandung, en 1985, le gouvernement indonésien n’a-t-il pas déclaré qu’il attendait toujours de Pékin des excuses formelles reconnaissant sa participation aux événements de septembre 1965 ?

L’évolution des relations entre Singapour et la Chine

  • 64 Lee Lai-To (500), 1975, 48 p. Tajima (471), 1981, 38 p. Tilman (477), 1984, 51 p.

70L’absence de dialogue diplomatique officiel entre Singapour et Pékin ne signifie pas, comme dans le cas de l’Indonésie, que les relations bilatérales directes soient demeurées inexistantes. Celles-ci ont, au contraire, connu un dynamisme évident dans le domaine commercial et des développements politiques à propos de la crise cambodgienne. Au cours de cette évolution, cinq phases majeures peuvent être distinguées64.

a) Phase 1 (1965-68)

  • 65 S.T., 29.11.67.

71En dépit de la nature de son régime et de son rôle d’appui du MCP et du Barisan Socialis, la Chine inspire aux dirigeants de Singapour un respect instinctif au regard d’un héritage historico-culturel commun et de la grandeur nationale du peuple chinois retrouvée depuis 1949. Fidèle à sa devise de nouer des liens d’affaires avec le plus grand nombre possible de pays, la cité-Etat entend commercer avec Taïwan comme avec Pékin et ne s’oppose pas (abstention) à la demande d’entrée de la Chine à l’ONU65. Les succursales de la BANK OF CHINA et de la KWANGTUNG PROVINCIAL BANK, fermées à Kuala Lumpur et Penang, sont autorisées à poursuivre leurs activités à Singapour en employant du personnel exclusivement local.

72La révolution culturelle, qui affecte de plein fouet Hong Kong et Macao, touche moins l’opinion singapourienne, géographiquement éloignée, mais engage une polémique accusant l’île-Etat de servir de base de repli à l’armée américaine combattant au Vietnam, d’emprisonner tous les membres de l’opposition (Barisan Socialis) et de participer à l’ASEAN, dont la raison-d’être puise dans un anti-communisme et un communalisme tournés contre la Chine.

b) Phase 2 (1969-71)

  • 66 Wu Yuan Li, Strategic significance of Singapore, Washington DC, American Enterprise, 1972, 28 p.

73Les relations politiques de Singapour avec la Chine demeurent hostiles au début des années 70, Pékin intensifiant son soutien au Viêt-minh et n’abandonnant pas sa stratégie de subversion intérieure dans les pays de l’ASEAN, y compris à Singapour. Lee lance un appel à la mobilisation des petites nations d’Asie du sud-est contre tout relent d’hégémonie et de chauvinisme chinois66. La crise de la succursale singapourienne de la BANK OF CHINA coïncide, en 1971, avec celle de la presse locale pro-chinoise. La succursale est accusée de ne pas respecter l’obligation de réserves minimales en liquidités imposée par la Monetary Authority de Singapour et d’utiliser ses avoirs pour financer l’agitation communiste intérieure. Consciente du rôle d’intermédiaire régional joué par Singapour en sa faveur, la Chine se hâte de rétablir le statu quo afin d’éviter la fermeture de la banque et une remise en cause de ses échanges fructueux avec Singapour.

c) Phase 3 (1971-74)

74Singapour tire rapidement les conclusions pratiques de l’amorce du retrait américain du Vietnam et du rapprochement entre Washington et Pékin.

  • 67 S.T., 12.10.71.

75En l’absence de relations diplomatiques entre les pays de l’ASEAN et la Chine, et après cinq années successives d’abstention, Singapour vote avec la Malaisie en faveur de son entrée à l’ONU, l’Indonésie s’abstenant67. Des premiers contacts officiels sont noués entre les chambres de commerce des deux pays et des rencontres sportives ont lieu. La venue à Singapour de l’équipe de Chine de tennis de table, (juillet 1972) permet à Lee Kuan Yew, malgré l’incident de slogans pro-communistes criés par le public singapourien durant les jeux, d’officialiser un peu plus les relations bilatérales en recevant personnellement les joueurs.

76En 1974, on peut parler d’une reconnaissance mutuelle de facto, encouragée par l’établissement de relations diplomatiques entre la Malaisie et la Chine (Manille et Bangkok suivent en 1975) et par la déclaration de Pékin renonçant à toute forme de double nationalité des Chinois d’outre-mer.

d) Phase 4 (1975-78)

  • 68 Camilleri (349), 1975, 37 p.

77L’unification du Vietnam sous la bannière communiste est à l’origine de la relance politique de l’ASEAN et de la tentative de la Chine de se rapprocher de ce groupement régional. Pour la Thaïlande et Singapour, le Vietnam devient le premier danger en Asie du sud-est ; pour la Chine, il ouvre, en se liant à l’URSS, un second front d’insécurité sur son flanc sud et Pékin veut répondre par une stratégie en tenaille s’appuyant sur l’ASEAN et la résistance cambodgienne68.

  • 69 Khaw Guat Hoon (393), 1977, 63 p. Shee Poon Kim, “Will China continue to smile on ASEAN”, Trends Jo (...)

78Cette conjonction d’intérêts sonne l’heure des premiers voyages officiels des dirigeants de Singapour en Chine, ceux du Ministre des Affaires Etrangères, Rajaratnam, au début de 1975, puis de Lee Kuan Yew en mai 1976. En accueillant ces hôtes avec le protocole réservé aux grands hommes d’Etat, en saluant le renforcement de l’ASEAN, en respectant la citoyenneté et la souveraineté de Singapour, et en se déclarant disposée à nouer des liens diplomatiques lorsque la cité-Etat le souhaitera, la Chine s’exprime autant à l’intention du gouvernement singapourien qu’à celle des capitales de l’ASEAN les plus hostiles à son égard69. Le message est clair : Pékin souligne l’indépendance de Singapour pour mieux minimiser sa propre influence vis-à-vis des Chinois d’outre-mer et des partis communistes locaux en Asie du sud-est. Son souci de pouvoir officialiser ses relations avec la cité-Etat a valeur de message en direction de Jakarta, la Chine sachant bien que Singapour ne répondra pas à cette invitation avant que l’Indonésie n’ait accepté de renouer un dialogue politique avec Pékin.

  • 70 FEER, 24.11.78, p. 33. Martin (415), 1977, 114 p.

79L’accueil assez froid de Deng Xiao Ping par les autorités insulaires, à la fin de 1978, s’inscrit dans la même logique. L’insistance de Lee Kuan Yew sur la nécessaire interruption de tout soutien aux mouvements communistes locaux de la part de Pékin et sur l’indépendance de Singapour vise à la fois le leader chinois et les deux voisins de la cité-Etat très attentifs au déroulement de ce voyage70.

e) Phase 5 (Les années 80)

  • 71 I don’t think there is going to be a sizeable Chinese presence else-where in Southeast Asia for a (...)

80Lee ne sait pas moins que ses partenaires de l’ASEAN combien l’Asie du sud-est relève traditionnellement de la zone d’influence d’une Chine forte et que l’évolution géo-politique peut renouer, un jour, avec cette formidable continuité historique. Mais, durant les prochaines décennies, il ne croit pas au danger expansionniste de ce grand pays, trop absorbé par l’immensité de ses tâches de développement intérieur et de modernisation, y compris en matière militaire71. Comment expliquer autrement le recul de la Chine devant l’hypothèse d’infliger une seconde « leçon » armée contre la frontière nord du Vietnam ?

81L’identité des intérêts de la Chine et de la Thaïlande, pays vigoureusement soutenu par Singapour contre l’occupation vietnamienne au Cambodge, contribue à un climat de large compréhension entre Pékin et l’île-Etat. Mais, le véritable rapprochement, par-delà l’opposition fondamentale des systèmes politiques respectifs, se situe sur le terrain économique.

82La multiplication de leurs échanges et de leurs consultations au plus haut niveau coïncide avec la politique de « libéralisation économique » de Deng Xiaoping : une minuscule part du marché chinois suffirait à garantir la viabilité économique d’un Singapour devant affronter, pour la première fois depuis 1965, une récession sensible. La cité-Etat mise sur les circuits commerciaux directs ou, via Hong Kong et Taïwan, déjà existants, et sur l’atout de ses milieux d’affaires connaissant bien les rouages de l’économie chinoise et les mentalités de ses opérateurs ; plusieurs contrats sont déjà intervenus (pétrole, bâtiment, génie civil) et un accord aérien a été signé entre CHINA AIRLINES et SINGAPORE INTERNATIONAL AIRLINES.

83Les facteurs économiques pèsent lourds, aujourd’hui, sur cette filiation entre les Chinois d’outre-mer et la Chine qu’il a tant fallu minimiser au cours des années 50-70 pour des raisons politiques. Plus que jamais, les Chinois de l’ASEAN (et d’ailleurs) affirment leur position d’intermédiaires privilégiés pour promouvoir les intérêts économiques de la Chine dans le reste du monde et ceux des investisseurs étrangers qui souhaitent accéder à cet énorme marché potentiel. La collaboration entre hommes d’affaires singapouriens et homologues chinois de Canton ou de Shangaï peut désormais évoluer sans s’attirer de critiques trop vives des pays de l’ASEAN les plus anti-chinois.

84La Malaisie, frappée elle aussi par une récession économique préoccupante, a pris conscience de la nécessité de coopérer avec la communauté chinoise intérieure pour le bien-être de son développement national comme pour accéder au marché de la Chine. A la fin de 1985, à deux semaines d’intervalles, Lee Kuan Yew et Mahathir se sont succédés à Pékin !

  • 72 FEER, 02.05.85, p. 12 et 09.05.85, pp. 18-19.

85Jakarta s’engage dans une voie analogue : les chambres de commerce d’Indonésie et de Chine ont noué un premier contact officiel direct en 1985 et le ministre des affaires étrangères chinois a été invité à se rendre à Bandung pour la commémoration du trentième anniversaire de la célèbre conférence de 195572 ! L’Indonésie abandonne depuis peu une analyse de la Chine en termes exclusivement idéologiques et politiques, et prend conscience qu’elle devra de plus en plus compter avec elle sur les marchés de l’Asie et du Tiers Monde.

86Le rétablissement de relations diplomatiques entre Jakarta et Pékin n’interviendra pas dans l’immédiat mais cette perspective n’est plus exclue à terme. Cette nouvelle situation place Singapour dans une position régionale beaucoup plus confortable que par le passé.

Crise d’Indochine et renforcement de la diplomatie régionale de Singapour depuis 1975-78

  • 73 Pfennig and Sun (337), 1984, 395 p. Shee Poon Kim (460), 1980, 22 p. Suh (479), 1983, 243 p. Tarnth (...)

87A l’époque où la Malaisie, les Philippines et la Thaïlande normalisent leurs relations avec Pékin, la Chine cesse d’être systématiquement perçue par l’ASEAN comme le danger communiste le plus immédiat. La chute de Saïgon en 1975 puis celle de Phnom Penh fin 1978 projettent le péril vietnamien sur l’avant-scène de la sécurité et de la stabilité de la région73.

88Singapour, s’étant assuré les conditions intérieures de son indépendance durant la décennie qui précède, s’engage dans une politique étrangère plus active et profite du levier des nouvelles crises d’Indochine pour transcender, non plus seulement par sa réussite économique, mais aussi par l’affirmation d’une diplomatie déterminée, sa petite taille géographique. L’instrument choisi se résume à un discours et à des actes invariablement hostiles envers Hanoï. L’objectif vise à canaliser l’anti-communisme des pays de l’ASEAN en priorité contre le Vietnam et l’URSS jugés les plus menaçants, et à reléguer du même coup la Chine au second rang des préoccupations. Par le biais de cette stratégie, Singapour mise sur une réduction sensible de la sinophobie et de sa propre image de quatrième Chine dans la perception des autres capitales de l’ASEAN. Pour tenir en échec ce pari, il ne faut pas sous-estimer l’offensive de charme diplomatique du Vietnam qui compte rallier la neutralité bienveillante des pays les plus opposés à la Chine, c’est-à-dire celle de l’Indonésie et de la Malaisie.

a) L’ASEAN face à la question vietnamienne en 1975

  • 74 Leifer (407), 1983, 198 p. FEER, 16.07.76, p. 13.

89A l’exception de Singapour et de la Thaïlande, les autres pays de l’ASEAN prônent jusqu’en 1975 une politique de coexistence avec le Vietnam. La Malaisie, en vertu de sa déclaration sur la neutralisation de l’Asie du sud-est de 1971, souhaiterait accueillir les trois pays d’Indochine comme observateurs au sein de l’ASEAN et pouvoir envisager ultérieurement leur adhésion éventuelle. Kuala Lumpur et Manille proposent d’ailleurs de participer à la reconstruction du Vietnam. L’Indonésie, attentive à tout mouvement d’agitation intérieure qu’elle attribue instinctivement au communisme subversif et à l’implication latente de Pékin, considère le Vietnam avec une sympathie mesurée que plusieurs facteurs permettent de comprendre comme l’éloignement géographique des deux pays, l’identité de leur lutte anti-coloniale par le recours aux armes, l’ambition commune de dominer une partie de l’Asie du sud-est eu égard à leurs dimensions territoriales et démographiques face aux plus petits Etats dans leur zone d’influence respective74.

  • 75 Singapore was regarded as controversial by its partners”. Indorf (386), 1984, p. 35.

90Singapour, qui a retenu la leçon de ses graves troubles internes au début des années 60, se démarque de cette bienveillance relative à l’égard du Vietnam et demeure très méfiant vis-à-vis du communisme en général. Son soutien aux troupes américaines combattant au Vietnam du sud traduit un souci de ne pas voir l’influence communiste déteindre sur la stabilité de l’ASEAN si chère à la prospérité de la cité-Etat. La neutralisation de l’ASEAN est utopique et seul l’engagement de toutes les grandes puissances en Asie du sud-est peut offrir des garanties de sécurité et de paix75.

  • 76 S.T., 16.06.78.

91Bangkok affiche une position proche de celle de Singapour afin de contrer le Vietnam, le vieil ennemi séculaire, qui, à l’occasion d’une nouvelle période d’expansionnisme vers le Cambodge voisin, pourrait nouer des liens directs avec le parti communiste de Thaïlande dans le nord-est du pays et commencer son œuvre de déstabilisation. La sécurité de ses frontières orientales et la préservation de l’intégrité du Cambodge comme Etat-tampon obsèdent les autorités de Bangkok76.

92La chute de Saïgon et surtout l’invasion vietnamienne au Cambodge trois ans plus tard éclairent d’un jour nouveau les méfiances initiales de Singapour et de la Thaïlande.

b) Les années-charnières (1975-78) : l’écart entre le discours et les faits

  • 77 The only interest which appears to have a regional character is fear of communism”. Rajaratnam, S. (...)

93La chute de Saïgon alimente une peur collective au sein de l’ASEAN analogue à celle de la Malaisie craignant un coup de force communiste à Singapour en 1961-63. Comme les autorités de la cité-Etat l’ont toujours affirmé, le danger du communisme extérieur peut seul cimenter la relance de l’ASEAN et une volonté d’unification régionale réelle77. Le concept de la garantie de la stabilité régionale, mis en évidence dans la Déclaration de Concorde et dans le Traité de l’ASEAN de 1976, vise en premier lieu un Vietnam qui, allié à une grande puissance extérieure, se voudrait expansionniste et subversif jusqu’à l’intérieur des pays de l’ASEAN.

94L’unanimité des Etats-membres, qui à aucun moment n’envisagent de créer un espace militaire coordonné, s’arrête aux déclarations d’intention.

  • 78 Communiqué de la huitième Réunion des Ministres des Affaires Etrangères de l’ASEAN, Kuala Lumpur, 1 (...)

95L’Indonésie et la Malaisie nourrissent l’espoir que le Vietnam, enfin uni et débarrassé de toute présence étrangère, épuisé par trente ans de guerre, opte pour la coexistence avec l’ASEAN78.

96Singapour et la Thaïlande campent au contraire sur leur position de méfiance. Lee Kuan Yew, qui a la réputation de savoir discerner les mouvements de fond de l’histoire, ne doute pas que l’appareil de guerre vietnamien renoue avec de vieux rêves de domination sur l’ensemble de l’Indochine et s’étende bientôt au-delà de ses frontières nationales.

97La tournée en 1976 du Vice-Ministre des Affaires Etrangères du Vietnam, Phan Hien, dans les capitales de l’ASEAN, à l’exception significative de Bangkok, semble déjà confirmer cette analyse. Jusqu’en 1978, Hanoï et Moscou tiennent un discours très hostile au renforcement de l’ASEAN. Le Vietnam se déclare disposé à établir des relations diplomatiques avec chaque Etat-membre mais refuse toute discussion collective. Ses critiques portent habilement sur des points sensibles de la coopération intra-ASEAN : relations entre Singapour et la Chine, présence des bases militaires américaines aux Philippines et en Thaïlande, exercices navals bilatéraux susceptibles de préfigurer un pacte militaire entre les Cinq.

  • 79 S.T., 07.12 et 25-27.07.78, Bangkok Post, 07.07.78.
  • 80 S.T., 11.09.78. La Chine acceptera de distendre ses liens avec les partis communistes clandestins d (...)
  • 81 FEER, 24.11.78, p. 33.

98En 1978, la montée des tensions entre Pékin et Hanoï motive, au moins en partie, le revirement soudain du Vietnam et de l’URSS qui se montrent plus conciliants à l’égard de l’ASEAN. Le Ministre des Affaires Etrangères N. Trinh y effectue son premier voyage officiel, ignorant délibérément Singapour où le Vice-Premier Ministre Phan Hien se rend en juillet, porteur d’un message de paix à l’intention de la Chine79. Phan Hien déclare quelques semaines plus tard que le Vietnam accepte de dialoguer avec l’ASEAN et, en novembre, Phan Van Dong se rallie à l’idée de neutralisation de l’Asie du sud-est. Contrairement à Deng Xiaoping, il promet de ne soutenir aucun mouvement communiste intérieur dans la région80. Le coup est rude, au moins pour les utopistes, lorsque, le même mois, l’URSS et le Vietnam signent un traité d’amitié et de coopération institutionnalisant la présence soviétique dans la zone. Mais le Ministre indonésien des Affaires Etrangères se borne à remarquer que seule la grave crise économique du Vietnam motive cet accord et qu’il le comprend81.

99A la veille de l’invasion vietnamienne au Cambodge, l’ASEAN n’entend pas encore se mêler d’un conflit triangulaire Moscou-Hanoï-Pékin qui divise le monde communiste ! Le Premier Ministre Kriangksak manifeste cependant à Bangkok une inquiétude de plus en plus marquée pour la sécurité de la Thaïlande et Lee Kuan Yew dénonce la tactique des offensives diplomatiques vietnamiennes en direction de l’ASEAN. Le revirement spectaculaire de l’attitude de Hanoï en 1978 correspond à une vaste campagne de charme qui dissimule l’absence d’engagements concrets par une remarquable aptitude à cultiver des divisions entre les Etats de l’ASEAN. En négligeant de se rendre à Bangkok, en insistant sur la collusion entre Singapour et la Chine, ou en flattant les conceptions de Jakarta ou de Kuala Lumpur en matière de régionalisme, le Vietnam cherche à obtenir de l’ASEAN sa double neutralité vis-à-vis du soutien de la Chine auprès du régime de Pol Pot et vis-à-vis de lui-même à propos de l’intervention militaire qu’il prépare au Cambodge.

c) Singapour, animateur de la diplomatie anti-vietnamienne de l’ASEAN

100L’entrée des troupes vietnamiennes au Cambodge (décembre 1978) donne raison à la méfiance dont Singapour ne s’était jamais départie depuis la chute de Saïgon.

101Face à son ennemi héréditaire, on pouvait escompter que Bangkok réagît durement et tentât d’entraîner l’ASEAN dans une politique tournée dorénavant en priorité contre Hanoï. Dans la réalité, la Thaïlande n’avait pas besoin de la crise cambodgienne pour réaffirmer son identité nationale, la valeur de sa diplomatie, la capacité de son système de défense renforcé par l’appui américain. Elle n’entendait certes pas demeurer inactive (accueil des réfugiés, soutien à la résistance cambodgienne, escarmouches frontalières) mais voulait encore préserver sa neutralité relative, qui l’a épargnée autrefois de la colonisation, et ne pas s’engager dans un conflit extérieur alors que tant reste à faire à l’intérieur du pays.

  • 82 In face of the immediate threat from Vietnam, China and the ASEAN countries have a mutual interest (...)

102L’occupation du Cambodge a fourni en revanche à Singapour l’opportunité idéale pour mieux structurer sa politique extérieure, se hisser davantage, malgré sa taille géographique et humaine, sur la scène diplomatique régionon plus la Chine, comme le premier péril en Asie du sud-est82. Invoquant l’indispensable stabilité de la région pour la survie de l’emporium, Singapour peut également jouer sur la question indochinoise un rôle d’intermédiaire entre l’Indonésie, souvent suivie par la Malaisie, plus favorable à Hanoï, et la Thaïlande menacée d’agression par le Vietnam et se retrouvant, implicitement, en accord avec les intérêts de la Chine au Cambodge. La cité-Etat est en mesure de parler plus haut et plus fort que ne peut ou ne veut le faire Bangkok.

  • 83 It would be wise for non communist countries in Southeast Asia not to work wholly on the assumptio (...)
  • 84 S.T., 15.01. et 03.02.79.

103Dès la rencontre Lee-Kriangsak en décembre 1978, Singapour dénonce en termes virulents l’impérialisme et l’expansion militaire dont la Thaïlande risque d’être la victime suivante83. Lee obtient des pays de l’ASEAN, réunis à la demande de la Thaïlande à Bangkok dès le 12 janvier 1979, l’exigence du retrait immédiat de toutes les forces étrangères présentes au Cambodge. L’expression paraît suffisamment large pour inclure, à la satisfaction de Jakarta, l’appui de la Chine aux partisans de Pol Pot et ne pas se montrer exclusivement anti-vietnamienne. Cette politique de la porte entrouverte précède de quatre semaines l’attaque chinoise sur la frontière nord du Vietnam (17 février 1979)84.

  • 85 S.T., 28.06.79.

104Au-delà de cette « leçon » que la Chine veut infliger à son voisin et qui s’achève début mars, l’Indonésie et la Malaisie sont obligées de continuer à s’aligner sur la situation de la Thaïlande, la plus directement menacée par le Vietnam, et ne peuvent donc ni démentir ni même modérer la politique anti-vietnamienne de Singapour. Rajaratnam n’hésite pas à dire qu’une guerre de déstabilisation larvée a commencé en Asie du sud-est avec l’afflux de centaines de milliers de réfugiés ayant quitté l’Indochine85. La Thaïlande doit supporter le lourd fardeau de 600 000 fuyards (1979-80) rassemblés dans des camps à proximité de la frontière ; la Malaisie se voit accusée par des milieux politico-religieux intérieurs liés à l’Islam d’accueillir en priorité des immigrés chinois (du Vietnam-sud) ; Singapour s’interroge si le bon traitement réservé par l’ASEAN aux réfugiés n’incite pas le Vietnam à procéder à davantage d’expulsions de tous les indésirables.

  • 86The reactionary allegations of the Singapore authorities and those of the Peking rulers are comple (...)

105A la mi-1979, la cité-Etat opte pour une double stratégie : encourager la résistance au Cambodge et animer une vaste campagne internationale dénonçant l’agression du Vietnam. Lors d’une nouvelle rencontre en juin, Lee Kuan Yew et Kriangsak n’excluent pas l’éventualité de nouer une alliance militaire. Ils refusent de reconnaître le gouvernement de Heng Samrin installé par le Vietnam à Phnom Penh et décident officieusement de livrer des armes à certaines factions de la résistance cambodgienne (à l’exception des troupes de Pol Pot). Hanoï critique à nouveau la collusion entre Singapour, Bangkok et la Chine, et lance des premières incursions militaires en territoire thaïlandais en janvier 198086.

  • 87 S.T., 02.07 et 10.06.79, 02.07.79, 01.07.80, 01, 04, 05 et 21.09.80. ARB, vol. 9, n° 7, 31.12.79, p (...)

106Singapour réclame la condamnation de l’occupation vietnamienne au Cambodge dans toutes les enceintes internationales (conférences du Commonwealth, en août 1979, des Pays Non Alignés, en novembre,...). A l’Assemblée Générale des Nations Unies, son Ambassadeur, Tommy Kон, coordonne les délégations de l’ASEAN et intervient au nom des Cinq de manière remarquable. Avec l’adoption des résolutions 34/22 (novembre 1979) et 35/6 (octobre 1980), entrecoupée par l’intervention soviétique en Afghanistan (décembre 1979), il obtient avec une confortable majorité la non-reconnaissance du gouvernement Heng Samrin, le maintien du Cambodge démocratique comme représentant légal à l’ONU, l’exigence du retrait des troupes vietnamiennes et la convocation d’une conférence spéciale de l’ONU sur le Cambodge87.

  • 88 Ministry of Foreign Affairs, Thailand, The Vietnamese Acts of Agression against Thailand’s sovereig (...)

107L’Indonésie et la Malaisie, Kuala Lumpur étant désigné par l’ASEAN pour tenter de renouer un dialogue politique avec Hanoï, publient en mars 1980 à Kuantan une déclaration commune lui demandant de distendre ses liens avec Moscou, et estimant que la Chine doit réduire ses pressions au nord et à l’ouest (résistance cambodgienne) du Vietnam. L’espoir indonésien de voir naître un Vietnam libéré de l’influence des deux grandes puissances communistes est de courte durée : en juin 1980, Hanoï déclenche une nouvelle offensive à proximité de la frontière thaïlandaise alors que son Ministre des Affaires Etrangères Thach se trouve encore en visite à Jakarta88 !

d) Le rôle proéminent de Singapour dans les victoires diplomatiques de l’ASEAN sur la question du Cambodge

  • 89 It is not our intention to bring Vietnam to its knees; we only want to bring it to its senses”. Dh (...)

108La Conférence Spéciale des Nations Unies sur le Cambodge, qui se réunit à New York en juillet 1981, symbolise l’assiduité de la diplomatie anti-vietnamienne de Singapour et de son représentant à l’ONU, Tommy Kон (nommé ultérieurement ambassadeur à Washington). L’objectif, qui vise à rassembler un maximum de pays favorables au maintien du siège du Cambodge démocratique au sein de l’organisation universelle et à exercer une pression internationale pour le désengagement militaire du Vietnam, est atteint : 93 Etats répondent présents en dépit du boycott lancé par l’URSS et ses alliés !89

  • 90 Le Monde, 22.03.83, 15 et 24-25.04.83, 04.05.83.

109De là à voir Hanoï s’acheminer vers la négociation politique d’un éventuel retrait, la distance à parcourir reste longue : voulant transformer la question cambodgienne en affaire « intérieure », les Vietnamiens ripostent par une série de conférences des Etats d’Indochine de type fédéraliste, et qui, chaque année, annonceront rituellement un retrait partiel des forces vietnamiennes du Cambodge pour mieux convaincre de leur bon vouloir les pays de l’ASEAN qui leur sont le moins défavorables90.

  • 91 S.T., 21.09.80, 19.12.81, 28.06.82, 17.03.84. FEER, 10.12.81, pp. 44 et 67-68, 05.04.84, pp. 54-56, (...)

110Singapour et Bangkok se heurtent précisément au refus de la Malaisie de cautionner toute politique concertée de soutien direct de l’ASEAN auprès de la résistance cambodgienne. Pour mieux souligner sa politique d’équidistance, au moins théorique, à l’égard de Pékin et de Hanoï, Singapour envoie officieusement des armes aux forces du Cambodge démocratique tout en poursuivant des échanges commerciaux avec le Vietnam (même des ventes de riz thaïlandais)91 !

  • 92 S.T., 09.12.81. Indonesian Times, 09.08.84. Le Monde, 08.09.81. FEER, 25.06.82, pp. 8-10 et 23.07.8 (...)

111Le second succès diplomatique de Singapour réside dans la formation, en juin 1982, d’un gouvernement de coalition du Cambodge représentant les trois principaux groupes de résistance contre Phnom Penh et les Vietnamiens. Dès septembre 1981, la cité-Etat a en effet accueilli pour des négociations triangulaires les trois leaders qui composent ce gouvernement : Norodom Sihanouk, Son Sann et Khieu Sampan. Certains pays de l’ASEAN sont agacés ou embarrassés par cette initiative de Singapour qui semble agir seul dans cette affaire. Mais à partir du moment où la Thaïlande approuve, où les Khmers rouges soutenus par Pékin ont accepté de collaborer avec les autres factions de la résistance sous la présidence de Sihanouk, et où le danger vietnamien ne faiblit pas, il y a peu de place pour une désunion interne au sein de l’ASEAN92.

  • 93 S.T., 27.10.82, FEER, 20.09.84, pp. 38-40, 27.09.84, pp. 40-42.
  • 94 The ability to pay adequate attention to particular issues is also a power resource... Small state (...)
  • 95 Singapore is a little like a small man who makes a lot of noise to divert your attention from his (...)

112Comme le montrent les résolutions successives des Nations Unies, Singapour et l’ASEAN rallient chaque année un nombre plus large de pays condamnant le Vietnam, le problème du Cambodge allant de pair avec celui de l’Afghanistan et les affrontements militaires s’étant multipliés sur la frontière thaïlandaise93. Le gouvernement de Lee Kuan Yew, fort de la stabilité et de la longévité de son pouvoir sur le plan interne, témoigne d’une détermination inébranlable pour éroder la certitude de Hanoï que l’Occident oubliera le Cambodge avec le temps. Ne pouvant, en raison de ses limites géographiques et humaines, se consacrer à tous les grands dossiers de la politique internationale, Singapour préfère choisir quelques thèmes précis et les exploiter de manière approfondie pour mieux garantir la viabilité de l’emporium et l’affirmation de l’identité nationale. Ainsi, le martelage de son discours anti-vietnamien sur le pupitre de l’ONU et d’autres enceintes internationales permet de tenir la communauté mondiale en éveil constant sur le danger de l’extension du communisme en Asie du sud-est94. Certains pays de l’ASEAN désapprouvent parfois la forme et/ou le contenu des prises de position de la cité-Etat, mais tous reconnaissent leur utilité et apprécient que Singapour se charge, au moins en partie, du lourd dossier de l’Indochine, laissant à ses partenaires une disponibilité pour se concentrer sur d’autres dossiers internationaux ou sur leurs problèmes intérieurs respectifs95.

  • 96 FEER, 09.08.84, pp. 18-19, 08.03.84, pp. 36-37, 22.03.84, pp. 15-17, 26.07.84, pp. 32-33, 18.01.85, (...)

113L’Indonésie, qui aspire peut-être à devenir conjointement avec le Vietnam l’un des deux leaders de la région, tente de se désolidariser avec ménagement de Singapour et de Bangkok aussi souvent que possible. Se conformant à l’esprit de la déclaration de Kuantan de 1980, de hautes personnalités indonésiennes, civiles et militaires, se succèdent à Hanoï depuis 1983-84 et essaient de jouer un rôle de médiateur entre l’ASEAN et le Vietnam. Ce dernier avance, comme à l’accoutumée, des promesses de retrait partiel du Cambodge mais procède, en décembre 1984/janvier 1985, à la plus grande offensive jamais lancée contre la résistance du Cambodge démocratique : la Thaïlande, à nouveau agressée, saisit une fois de plus l’ONU96 !

  • 97 S.T., 01.07.80, 15.08.81, 21 et 28.09.84, 02.10.81, 06 et 08.03.83. FEER, 13.06.85, p. 32.

114Il est difficile de prédire si la stratégie du couple Singapour-Thaïlande parviendra à obtenir, par la seule voie diplomatique, un début de règlement politique à propos du Cambodge. La dislocation de la coalition gouvernementale, présidée par le Prince Sihanouk, et des forces armées de la résistance, prêche davantage pour un statu quo qui entérinerait de fait la domination du Vietnam sur toute l’Indochine. Rien n’exclut cependant un autre scénario où Hanoï, souhaitant un jour alléger ou rompre son alliance encombrante avec l’URSS, pourrait chercher à se rapprocher de l’Occident en participant à de réelles négociations avec l’ASEAN sur la question cambodgienne97.

  • 98 If by the 1990’s or in the early decades of the 21st century the Communist system in China were to (...)

115Dans tous les cas, Singapour enregistre dès à présent un succès d’un autre ordre : la campagne anti-vietnamienne, qui dure depuis plus de sept ans déjà, contribue au recul de la perception anti-chinoise systématique qui prévalait auparavant dans la politique régionale de certains gouvernements de l’ASEAN. La décision de Pékin de ne pas sacrifier le développement économique et social du pays sur l’autel du conflit l’opposant à Hanoï et l’absence d’une seconde « leçon » armée chinoise au nord du Vietnam soulignent la relative faiblesse militaire de la Chine et surtout son refus d’adopter une stratégie expansionniste. Le vaste programme de libéralisation de Deng Xiao Ping laisse également entrevoir le formidable potentiel d’un décollage industriel de la Chine d’ici au siècle prochain. Ni Hanoï, ni Jakarta, se défiant traditionnellement de Pékin pour des raisons politiques, n’avaient compté avec cette nouvelle donnée d’une Chine pouvant devenir un jour un géant économique98. Dans l’hypothèse où ce facteur serait jugé négligeable, le petit Singapour demeure dans le voisinage pour rappeler, à travers le succès de sa propre expérience, ce dont les Chinois sont capables quand il s’agit de parler affaires.

116Grâce à la diversification volontaire de ses fonctions de carrefour international et à son dynamisme remarquable, Singapour est devenu un pôle majeur de développement économique qui ne pouvait pas demeurer totalement, comme on vient de l’observer, un « nain » politique sur l’échiquier régional. Cette évolution ne doit cependant pas masquer que rien n’est possible dans le domaine de la viabilité et de la prospérité durables de l’emporium sans la garantie, toujours aléatoire, de l’équilibre du monde extérieur.

117Face à cette réalité, la cité-Etat dispose d’un seul et unique atout : l’ordonnancement optimal de sa société intérieure. Elle doit le jouer sans hésitation pour opposer la solidité de sa cohésion nationale aux multiples incertitudes des relations internationales.

Notes

1 Le communalisme, terme emprunté à la langue anglaise, désigne l’ensemble des divisions de caractère racial, culturel, économique, religieux et social opposant plusieurs groupes ethniques dans une région donnée. Dans les pays de l’ASEAN, il s’agit principalement de tensions entre les populations malaises et les Chinois.

2 Fitzgerald (369), 1965, 109 p. Hunter (385), 1966, 190 p. Kunstadter Peter (ed.), Southeast Asian tribes, minorities and nations, Princeton, Princeton Univ. Press, 1967, 2 vols. Gosling et Lim (377), 1983, vol. 2. Shee Poon Kim (459), 1977, 27 p. Talabot (472), 1974, 253 p. Walker Anthony R. (ed.)., Studies of ethnic minority people, Singapour, Board of Editors, Contributions to Southeast Asian Ethnography, 1982, 178 p.

3 Tarnthong (475), 1979, p 161.

4 Carstens (350), 1975, 36 p. Mark Lau Fong (414), 1981, 178 p. Lee Poh Ping (401), 1974, 262 p.

5 Moese (356), 1979, 2 vols. Wee Mon Cheng (317), 1970, 80 p. Wu Yuan Li (491), 1980, 219 p.

6 Comme ce fut ou est encore le cas pour les Juifs, les Arabes, les Libanais ou les Indiens. A certain similarity between the position of Jews in medieval Europe and the condition of Chinese in colonial Southeast Asia, of Indians in colonial East Africa and Burma, Armenians and Greeks in feudal Turkey, Syrians in West Africa...Wertheim W. F., East- West parallels, sociological approches to modern Asia, Chicago, Guadrangle Books, 1965, p 75.

7 Lee Sheng Yi, “Business elites in Singapore”, in Shaw (509), 1977, pp 13-27.

8 Environ 45 en Indonésie, 25 à Hong Kong, 15 à Singapour, 11 en Taïlande au début des années 80.

9 Seah Chee Meow (457), 1979, p 29.

10 Buchanan (190), 1972, 336 p.

11 Par exemple, on sait les relations entre les milieux d’affaires chinois de Jakarta et de Surabaya (Java est) concurrentes et souvent orageuses.

12 Heidhues (383), 1974, 125 p. Gosling and Lim (377), 1983, 2 vols. Purcell (446), 1965, 623 p. Wang Gungwu (481), 1981, 292 p. “It is not cultural divergence which is at the root of the tensions... Lack of assimilation is not the real motive... It provides an excuse to select a special group of ‘foreigners’ as the target”. Wertheim, infra (note 5), p. 76.

13 Free and informal discussions among the heads of government have made us realize why present objectives of ASEAN cannot be achieved as quickly as some of us would have whished them to be. There are difficulties which, fora variety of reasons, cannot be overcome as simply as we would wish”. Lee Kuan Yew, 05.08.77, cité par Morrison (419), 1976, p 190.

14 Skinner S. William, Chinese society in Thailand, Ithaca, New York, Cornell, 1962, 459 p.

15 En Indonésie, la plupart des entrepreneurs chinois sont placés sous la protection formelle d’un cadre supérieur de l’armée (cukong) ; en Malaisie les présidents des compagnies sont souvent des hommes de paille d’origine malaise : en Thaïlande un représentant des pouvoirs publics siège aux conseils d’administration des sociétés chinoises.

16 Le concept de « société plurale » a été introduit à propos de l’Asie du sud-est par J.S. Furnivall dans les années 1940 : Journal of the Royal Central Asiatic Society, vol. 29, 1942 et Netherlands India: a study of plural economy, Cambridge/New York, 1944.

17 Bakar (571), 1981, pp 1040-59. Boland (341), 1982, 283 p. Fistie P. et P. Sockeel-Richarte, « L’Islam et la politique en Malaysia », Projet, Paris, n° 140, décembre 1979, pp 1287-93. Nagara Judith, “Ethnic and political aspects of Malay religious revitalization”, Southeast Asia Ethnicity and Development Newsletter, Singapore, vol. 2, n° 3, Sept. 1978, pp 28-33. Peacock (439), 1978, 276 p. Siddique (707), 1980, pp. 78-90.

18 Communalism is not an internal event. However well the Malays may behave in Singapore, their welfare depends upon how well the minority Chinese are treated in Malaya”. Beaulieu (338), 1975, p. 273.

19 MCA, The Malaysian Chinese: towards national unity, Kuala Lumpur, MCA Research and Service Centre, 1982, 103 p. Funston (373), 1980, 326 p. Sidhu M.S., “Chinese dominance of West Malaysian Towns, 1921-1970”, Geography, vol. 61, n° 1, 1976, pp. 21-22.

20 Goh Cheng Teik (376), 1978, 79 p. Hashim (382), 1983, 127 p. Marvin (669), 1971, pp 121-130.

21 United Malays National Organization (UMNO), Malaysian Chinese Association (MCA) et Malaysian Indian Congress (MIC).

22 Le bilan est de 33 morts et 600 blessés. S.T. 21.07.64. Clutterbuck (361), 1984, pp. 319-320. Leifer (652), 1964, pp. 1115-1122.

23 Fistie (608), 1967, pp. 237-262. Noordie (430), 1974, 353 p. Se reporter à la première partie de l’ouvrage.

24 Malaysia National Operations Council, The May 13 Tragedy, Kuala Lumpur, 1969. Gagliano Felix, Communal violence in Malaysia, 1969, the political aftermath, Athens, Ohio Univ., 1971, 42 p. Milne (671), 1970, pp. 203-226. Snyder (712), 1970, pp. 1070-80. Tunku A. Rahman, May 13: before and after, Kuala Lumpur, Ulusan Melayu Press, 1969.

25 Rajaratnam, The Singapore Mirror, vol. 2, n° 9, 28.02.66, pp 1-7.

26 Bumiputrisation (de Bumiputra, fils de la terre) signifie indigénisation, c’est-à-dire, dans le contexte de la Malaisie, augmenter la participation des Malais dans le contrôle de l’économie nationale.

27 Article 71: Rights and Prerogatives of the Malay Rulers. Article 152: Malay as the National Language. Article 153: Malay Special Privileges.

28 Fisk (311), 1982, pp. 105-124. Khor Kok Peng (239), 1983, 286 p. Milne and Mauzy (417), 1978, 406 p. Milne R.S., “National ideology and nation building in Malaysia”, Asian Suney, vol. X, n° 7, July 1970, pp. 563-73 et “The politics of Malaysia’s New Economic Policy”, Pacific Affairs, vol. 49, n° 2, 1976, pp. 235-262.

29 Voir le profil de grands hommes d’affaires de la péninsule comme Tun Tan Siew Sin (Société SIME DARBY) in Malaysian Business, Jan. 1977, pp. 2-4. D. Nai-Wai Lee (BOUSTEADS) in Mal. Business, July 1979, pp. 47-49, Tan Sri Ibrahim Mohamed et Brian Chiang (PROMET) ibid., April 1982, pp. 45-48 et Eric Chia (Jack CHIA) ibid., June 1982, pp. 6-19.

30 FEER, 05.05.83, pp. 25-26, 12.04.84, pp. 70-73, 26.07.84, pp. 22-31.

31 FEER, 02.01.86, pp. 20-27.

32 Coppel (364), 1983, 236 p. Kwee Tek Hoay, The origins of the modern Chinese movment in Indonesia, Ithaca, Cornell Univ. Press, 1969, 64 p. Suryadinata Leo, Pribumi Indonesians, the Chinese minority and China, Kuala Lumpur, Heinemann, 1978, 227 p.

33 FEER, 26.12.85, pp. 34-35.

34 Brackman (345), 1970, 264 p. Hughes (384), 1967, Part II: The Purge, pp. 119-299.

35 Brackman (346), 1972, 87 p.

36 FEER, 07.04.83, pp. 44-56 et 26.04.84, pp. 188-189.

37 Kompass, Jakarta, 29.02.80. FEER, 21.09.79, p. 9 et 22.03.84, pp. 40-41.

38 Boland (341), 1982, 283 p. Leifer (406), 1972, 161 p. Wertheim W.F., Moslems in Indonesia: majority with minority mentality, Queensland, Univ. of North Queensland, 1980, 16 p.

39 Central Committee of the Communist Party of China, “Resolute support for armed struggle led by the Communist Party of Thaïland”, Peking Review, X, 08.12.67.

40 Clutterbuck (360), 1967, 206 p. et (361), 1984, 412 p. Kroef (397), 1981, 342 p. Lim Joo Jock and Vani (410), 1984, 204 p. O’Ballance (431), 1966, 188 p. Pye Lucian, Guerilla communism in Malaya, Princeton, Princeton Univ. Press, 1956, 369 p. Short (461), 1975, 547 p.

41 Brackman (345), 1970, 264 p. Cayrac-Blanchard (352), 1973, 217 p. Corsino F., A communist revolutionary movement as an international state factor, the case of the PKI-Aidit, Singapore, Maruzen Asia, 1982, 260 p. Mortimer (421), 1974, 464 p.

42 Jakarta a utilisé officiellement cet argument pour justifier son intervention ultérieure à Timor, craignant de voir cette île se transformer sous l’impulsion du Fretilin, en un petit Cuba en plein cœur de l’archipel.

43 Cheah Boon Kheng (354), 1983, 366 p. Clutterbuck (361), 1984, 412 p. Drysdale (366), 1984, 506 p. Kroef (396), 1967, 268 p. Lee Ting Hui (404), 1976, 151 p. Turnbull (171), 1977, 384 p., chapter 7.

44 Singapore Labour Department, Annual Report 1948.

45 Any man in Singapore who wants to carry the Chinese-speaking people with him cannot afford to be anti-communist. The Chinese are very proud of China, S.T., 05.05.55.

46 Chan Heng Chee. A sensation of independence: a political biography of David Marshall, Singapore, Oxford Univ. Press, 1984, 260 p. Josey Alex, David’s Marshall’s political interlude, Singapore, Eastern Universities Press, 1982, 189 p.

47 S.T., 24.10 et 19.11.54.

48 Drysdale (366), 1984, 506 p. Lee Ting Hui, “The communist open united front in Singapore, 1954-66”, in Lim Joo Jock (409), 1984, 213 p. Margolin (525), 1982, 844 p. Pang Chong Lian (535), 1971, 87 p.

49 Legislative Assembly, The Communist Threat in Singapore, Singapore, 1957, (Sessional Paper n° 33). Voir aussi Turnbull (171), 1977, pp. 253 et 266.

50 We must prevent a situation in which an independent Singapore will go one way and the Federation the other”. Tunku A. Rahman, Parliamentary Debates, Kuala Lumpur, vol. 3, n° 16, 16.10.61, Cols 1590-1613.

51 S.T., 16.04.59 et 19.08.60. Chan Heng Chee (501), 1971, 65 p.

52 Singapore Government White Paper n° 33, 1961.

53 S.T., 23.09.63.

54 S.T., 08-09.01.66, 08 et 24.10.66.

55 Kroef (397), 1981, pp. 102-106.

56 The Herald Affair, May 1971, Univ. of Singapore, Library Reference Dept., 1971, 94 p. Lau Teik Soon (398), 1971, pp. 328-388.

57 ARB 31.12.74, p 38 et Yearbook on International Communist Affairs, 1975-76. Stanford, Hoover Institution Press, 1976.

58 S.T. 02.09.76. Lee Boon Hiok (646), 1978, pp. 229-244.

59 Lee Kuan Yew déclare en 1977 qu’il subsiste 61 détenus politiques pouvant être libérés après leur renoncement écrit au communisme. A Amnesty International Report, 1977, pp. 211-217. George (511), 1984, pp. 110-131. Josey (516), 1980, pp. 143-146. Lee Ting Hui (404), 1976, pp. 1-36 et 124-139 où l’on peut consulter une liste de détenus, les dates de leur détention et leurs déclarations de renoncement.

60 The many efforts of the Singapore government to change the image of the island state has yet to remove the stigma of being an ‘outpost’ of China in the région”. Jorgensen-Dahl (389), 1982, p. 230.

61 Fitzgerald (369), 1965, 110 p. et (371), 1972, 109 p. Shee Poon Kim (459), 1977, 27 p.

62 Antara Daily News Bulletin, Special Issue, “Address of the Acting President General Suharto before the Gotong Royong House of Representatives”, Jakarta, 16.08.67. Brackman (345), 1970, 264 p. Kroef (397), 1981, pp. 217-260. Howie R.P., China and the Gestapu affair in Indonesia, Canberra, Australian Political Studies, August 1970, 70 p. Mortimer (421), 1974, 464 p. Taylor (476), 1974, 384 p.

63 New Nation, Singapore, 10.06.74. Indonesia Times, 09.06.78. FEER, 16.06.78, p. 22. Rau Robert L., “Normalization with PRC with emphasis in ASEAN states”, Pacific Community, January 1976, vol. 7, n° 2, pp. 230-247. Suryadinata (714), 1981, pp. 197-206.

64 Lee Lai-To (500), 1975, 48 p. Tajima (471), 1981, 38 p. Tilman (477), 1984, 51 p.

65 S.T., 29.11.67.

66 Wu Yuan Li, Strategic significance of Singapore, Washington DC, American Enterprise, 1972, 28 p.

67 S.T., 12.10.71.

68 Camilleri (349), 1975, 37 p.

69 Khaw Guat Hoon (393), 1977, 63 p. Shee Poon Kim, “Will China continue to smile on ASEAN”, Trends Journal, Singapore, March 1977, n° 1, pp. 36-46.

70 FEER, 24.11.78, p. 33. Martin (415), 1977, 114 p.

71 I don’t think there is going to be a sizeable Chinese presence else-where in Southeast Asia for a long while”. Lee Kuan Yew, S.T., 04.06.71.
China today is in no position to support a major military presence outside its near environment... but may at some stage see that environment as including Singapore”.
Miliar T.B., Geopolitics and the military-strategy potential, CSIS Georgetown Univ., Indian Ocean Conference, Paper, March 1971.

72 FEER, 02.05.85, p. 12 et 09.05.85, pp. 18-19.

73 Pfennig and Sun (337), 1984, 395 p. Shee Poon Kim (460), 1980, 22 p. Suh (479), 1983, 243 p. Tarnthong (475), 1979, 274 p. Zagoria (494), 1968, 286 p.

74 Leifer (407), 1983, 198 p. FEER, 16.07.76, p. 13.

75 Singapore was regarded as controversial by its partners”. Indorf (386), 1984, p. 35.

76 S.T., 16.06.78.

77 The only interest which appears to have a regional character is fear of communism”. Rajaratnam, S.T., 19.12.69.

78 Communiqué de la huitième Réunion des Ministres des Affaires Etrangères de l’ASEAN, Kuala Lumpur, 14.05.75. Yong Mun Cheong (739), 1980, pp. 11-14.

79 S.T., 07.12 et 25-27.07.78, Bangkok Post, 07.07.78.

80 S.T., 11.09.78. La Chine acceptera de distendre ses liens avec les partis communistes clandestins d’Asie du sud-est en 1981. Le Monde, 03.01.81.

81 FEER, 24.11.78, p. 33.

82 In face of the immediate threat from Vietnam, China and the ASEAN countries have a mutual interest in co-operation. While this will probably last for ever, the relationship could be extremely profitable-especially for Singapore.” S.T., 26.11.79.

83 It would be wise for non communist countries in Southeast Asia not to work wholly on the assumption that the Vietnamese would stop at Kampuchea in their bid to extend their influence”. S.T., 09.02.79 (interview de Lee à la BBC, 06.02.79). Asiaweek, 02.02.79, p. 21.

84 S.T., 15.01. et 03.02.79.

85 S.T., 28.06.79.

86The reactionary allegations of the Singapore authorities and those of the Peking rulers are completely identical so much that we should wonder whether the Singaporean authorities now still represent an independent country in Southeast Asia. Radio Hanoi, Nov. 1979.

87 S.T., 02.07 et 10.06.79, 02.07.79, 01.07.80, 01, 04, 05 et 21.09.80. ARB, vol. 9, n° 7, 31.12.79, pp. 635-636 et vol 10, n° 6, pp. 747-748. Nishikawa (429), 1983, 92 p.

88 Ministry of Foreign Affairs, Thailand, The Vietnamese Acts of Agression against Thailand’s sovereignity and territorial integrity, Bangkok, 1980. Kershaw Roger, “Thaïland after Vietnam, after Vietnam Thaïland?”, Asian Affairs, vol. LXIII, Feb. 1976, pp. 9-32. Kroef Justus, “Kampuchea, the diplomatic labyrinth”, Asian Survey, vol. 22, n° 10, Oct. 1982, pp. 1009-33.

89 It is not our intention to bring Vietnam to its knees; we only want to bring it to its senses”. Dhanabalan, Chairman of the ASEAN Standing Committee, ARB, vol. 11, n° 4, 30.09.81, pp. 842-845.

90 Le Monde, 22.03.83, 15 et 24-25.04.83, 04.05.83.

91 S.T., 21.09.80, 19.12.81, 28.06.82, 17.03.84. FEER, 10.12.81, pp. 44 et 67-68, 05.04.84, pp. 54-56, 25.11.84, pp. 52-53.

92 S.T., 09.12.81. Indonesian Times, 09.08.84. Le Monde, 08.09.81. FEER, 25.06.82, pp. 8-10 et 23.07.82, pp. 11-13. Simon (710), 1982, pp. 196-207.

93 S.T., 27.10.82, FEER, 20.09.84, pp. 38-40, 27.09.84, pp. 40-42.

94 The ability to pay adequate attention to particular issues is also a power resource... Small states who are able to devote their full attention to a narrow range of issues can be quite influential on particular subjects”. Ministry of Culture, Issues facing Singapore in the 80’s, Singapore, 1981/82, pp. 13-14.

95 Singapore is a little like a small man who makes a lot of noise to divert your attention from his sixty-two inches”. Ronald McKie, cité par George (511), 1984, p. 72 (2nd édition).

96 FEER, 09.08.84, pp. 18-19, 08.03.84, pp. 36-37, 22.03.84, pp. 15-17, 26.07.84, pp. 32-33, 18.01.85, pp. 5-8, 14.02.85, p. 14, 21.02.85, p. 16, 28.02.85, pp. 32-33, 03.10.85, p. 26. Jakarta Post, 13.03.84, 04 et 08.05.84, 18.02.85, 06.03.85, 16.07.85. Asiaweek, 18.01.85, pp. 8-9.

97 S.T., 01.07.80, 15.08.81, 21 et 28.09.84, 02.10.81, 06 et 08.03.83. FEER, 13.06.85, p. 32.

98 If by the 1990’s or in the early decades of the 21st century the Communist system in China were to produce a modern industrial state equipped with all the technological advances, what will happen to the rest of Asia if it fails to achieve similar progress?”. Wilairat (485), 1975, p. 515.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site