Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Singapour et son environnement régional

 | 
Philippe Régnier

Deuxième partie. Singapour et la coopération politique régionale. Une cité-État «chinoise» en quête inlassable de viabilité et de sécurité

Chapitre V. Singapour et la coopération économique dans le cadre institutionnel de l’ASEAN. Propositions et désenchantements

Texte intégral

1Comparées au tissu très dense des relations commerciales, industrielles et financières qu’entretient Singapour avec ses voisins, ses contributions à la coopération économique régionale institutionnalisée demeurent limitées, voire marginales. Si la cité-Etat s’est affirmée comme l’un des vecteurs majeurs des liens d’affaires dans la région, son rôle d’animateur des institutions de l’ASEAN semble effacé pour des motifs qu’il convient d’identifier.

2La petite république a pourtant tenté à plusieurs reprises de convaincre ses partenaires de la suivre dans l’élaboration d’une coopération économique effective, mais les premières réalisations de l’ASEAN se sont arrêtées très en deçà de ses attentes et n’ont parfois même suscité aucun intérêt de sa part.

3Singapour, plus que tout autre Etat-membre peut-être, a trouvé un avantage essentiellement politique dans son appartenance à l’ASEAN. La relance de cette association régionale en 1976-77 répond également à des nécessités de nature politique : compenser le faible pouvoir de négociation de chacun sur la scène internationale par la cohésion des Cinq parlant d’une seule voix aux pays industrialisés comme à l’Indochine communiste. Sur le plan intra-régional, la coopération s’est étendue au règlement pacifique des différends bi- ou trilatéraux qui subsistaient, mais elle a peu progressé dans le domaine économique.

4Certains signes témoignent de l’amorce d’un changement, mais il n’est pas acquis que l’appareil institutionnel de l’ASEAN rencontre, sous sa forme actuelle, les faveurs d’une île-Etat privilégiant la flexibilité sur la rigidité, le rôle de l’initiative privée sur l’omniprésence du pouvoir d’Etat.

1. Contributions de Singapour à une tentative de relance de l’ASEAN par la coopération économique

5Singapour n’a pas manqué d’insister dès 1967 sur le volet économique de la coopération à établir, et la spécificité de ses intérêts ne semble pas avoir représenté un obstacle à l’insertion de celui-ci dans les textes fondateurs de l’ASEAN. Cette situation s’explique par l’apparente convergence des politiques de développement économique que les Etats-membres souhaitent mettre en œuvre. Le contenu des déclarations reflète cette communauté d’idéaux, même si les instruments envisagés en vue de leur réalisation ne sont précisés à aucun moment.

Position de Singapour et références à la coopération économique dans les textes fondateurs de l’ASEAN

  • 1 Lau Teik Soon, “Singapore and ASEAN, in Chen (292), 1983, pp. 285-300.

6Lors des négociations préparatoires de 1966-67, Singapour s’est montré le plus fervent avocat de la coopération économique régionale. Spoliée de toute perspective de fusion avec la Malaisie et rêvant d’un marché commun de plus de 250 millions d’habitants, c’est dans ce domaine que l’île-Etat avait le plus à offrir en direction de ses partenaires1. En revanche, au lendemain des événements de 1965, sa liberté d’initiative politique se heurtait à des relations très délicates avec ses deux voisins. L’adoption de recommandations économiques et sociales à caractère régional fut d’ailleurs utilisée en 1967 pour masquer les différends politiques qui demeuraient entre presque tous les Etats-membres ; paradoxalement, c’est sur ce terrain que l’ASEAN peut se targuer aujourd’hui d’avoir remporté un succès politique incontestable !

  • 2 Ho Kwon Ping in Broinowski (480), 1982, pp. 196 et suiv. A propos de l’Indonésie : “Indonesia, unde (...)

7Singapour est l’un des principaux artisans des passages de la Déclaration de Bangkok (8 août 1967) qui envisagent la coopération économique régionale comme l’un des facteurs déterminants de paix et de stabilité en Asie du sud-est. Cette notion fondamentale, reprise par la Malaisie dans la Déclaration sur une zone de paix, de liberté et de neutralité (27 novembre 1971), englobe l’identité des objectifs socio-économiques des pays de l’ASEAN qui recouvrent un développement par les échanges et la promotion des exportations, l’ouverture à l’investissement étranger, l’accueil des sociétés transnationales, l’encadrement des libertés civiles et sociales… L’ASEAN n’est-il pas l’un des rares groupements dans le Tiers Monde qui n’affiche aucune politique régionale de substitution aux importations ou de contrôle des investissements étrangers2 !

8Cette convergence des objectifs est d’autant plus significative pour la cité-Etat qu’elle doit se montrer, en raison de sa taille et des conditions de sa viabilité, en prudente harmonie avec ses partenaires. En jouant la carte de la lutte permanente pour la survie de l’emporium, elle minimise habilement sa puissance économique réelle et s’arroge une autonomie d’action dans la voie de laquelle les autres capitales de l’ASEAN ne sont pas obligées de suivre.

  • 3 Burns Brigid, “The Association of Southeast Nations”, in Jamar (387), 1982, pp. 1-52.

9Singapour mise sur un développement rapide de la coopération économique régionale par le jeu de négociations sectorielles et lance dès 1967-68, des propositions concrètes (commerce, industrie, navigation, tourisme…). Cette approche fonctionnelle du régionalisme, incluse dans la Déclaration de Bangkok, est reprise avec le ferme appui de la cité-Etat, dans le Traité d’Amitié et de Coopération en Asie du sud-est (articles IV, VI et VII) et la Déclaration de Concorde de l’ASEAN du 24 février 1976 qui inaugurent la transformation institutionnelle de ce groupement lors des sommets de 1976 et 19773.

  • 4 Indo-China and ASEAN were in direct competition as the showcases of economic and social developmen (...)

10Sur cette base, réagissant à la pression grandissante des problèmes économiques internationaux et du défi communiste vietnamien, Singapour a cru que ses partenaires reconnaissaient explicitement la nécessité d’une réelle coopération économique favorable à leur croissance et donc à la réduction des risques de déstabilisation ou de subversion intérieures4. L’île comptait pouvoir bénéficier dans un bref délai, conformément aux dispositions de la Déclaration de Concorde, de l’ouverture du marché régional, de la garantie permanente d’approvisionnements en aliments et en énergie, de la cohésion des Cinq dans les grandes négociations économiques extérieures.

11De l’espoir aux désillusions, le chemin ne serait pas long à parcourir.

Le libéralisme et le pragmatisme de Singapour en matière de coopération économique régionale

  • 5 Crouch (365), 1984, 102 p.

12La position de Singapour au sein de l’ASEAN reflète fidèlement ses structures économiques et politiques nationales ; elle se résume à recommander des instruments de la nature de ceux qui président au bon fonctionnement de sa propre société et à son remarquable succès économique5. Libéralisme et supervision régulatrice de l’Etat, rigueur dans la poursuite des objectifs et souplesse de l’adaptation, flexibilité de la réflexion et discipline dans les engagements, caractérisent la politique régionale de Singapour qui repose sur trois principes majeurs.

13Le goût de l’action concrète correspond au matérialisme et au sens pratique de la population insulaire et de son gouvernement. Il se traduit par une méfiance à l’égard de toute institutionnalisation lourde et inutile qui secrète des projets imaginés par les diplomates et les politiciens et peu applicables en termes de faisabilité. Ainsi, dès la cinquième réunion ministérielle de l’ASEAN en avril 1972, Singapour attire l’attention sur le nombre réduit de résolutions suivies d’actions concrètes parmi toutes celles adoptées depuis 1967.

14Les conditions pesant sur la viabilité de l’emporium n’autorisent pas l’équipe dirigeante à gaspiller argent, temps et énergie dans une « réunionite » sans objet concret ; le personnel gouvernemental, en nombre limité, ne peut s’attarder sur des dossiers de coopération régionale dépourvus de retombées potentielles.

  • 6 Indorf Hans, “Some speculations on a second blueprint for ASEAN”, Contemporary Southeast Asia, vol. (...)

15Lors des sommets de Bali et de Kuala Lumpur, Singapour, soutenu par la Malaisie, s’oppose à la création d’un secrétariat général de l’ASEAN fortement institutionnalisé au sein duquel l’Indonésie pourrait jouer un rôle important. En juin 1982, pour bien marquer son hostilité à toute centralisation administrative de l’ASEAN, Singapour fait savoir qu’il n’est pas en mesure de nommer l’un de ses rares diplomates de haut rang au poste de Secrétaire Général, même si cette fonction revient pour la première fois à l’un de ses ressortissants : Chan Kai Yau, directeur au Ministère de l’Education, dépourvu d’expérience internationale, sera finalement dépêché à Jakarta, siège du Secrétariat6.

  • 7 The economic aspects of cooperation provide the greatest lure as far as the importance of ASEAN to (...)

16La seconde règle de conduite des dirigeants de Singapour consiste à rejeter le dogmatisme économique : libre entreprise et libre échange mais pas laisser faire, pouvoirs publics compétents et efficaces mais pas de dirigisme d’Etat et de bureaucratie pléthorique, dénonciation de tous les protectionnismes mais acceptation de mesures transitoires, irréalisme du modèle d’intégration européenne appliqué à l’ASEAN mais coopération régionale graduelle vers des objectifs accessibles et précis. Dans le même ordre d’idées, il est exclu que les liens étroits entre la cité-Etat et les pays industrialisés soient sacrifiés même partiellement sur l’autel de la coopération régionale, demande qui dans le cas de l’ASEAN ne s’est pas encore présentée7.

17Troisième priorité, le recours à des instruments flexibles et pragmatiques de coopération privilégie une capacité d’adaptation de Singapour au monde extérieur sans cesse en éveil et une harmonie avec les intérêts des milieux d’affaires, qui s’étendent bien au-delà des frontières insulaires. Aux réunions intergouvernementales, au Secrétariat Général de l’ASEAN, aux projets industriels éléphantesques ou à la planification sectorielle de l’ASEAN, la cité-Etat préfère les clubs d’industriels et de financiers de la région émissaires d’une même branche d’activités, les chambres de commerce, les associations d’entreprises ou de productions, à travers lesquels Singapour et la diaspora chinoise sont représentés d’une manière plus conforme au rôle qu’ils occupent dans le développement économique de la région.

  • 8 Il s’agit de la diplomatie du “musyawarah et du “mufakat qui reproduit une tradition politique pr (...)
  • 9 Drummond (603), 1982, pp. 301-309. FEER, 10.12.82, pp. 70.72.
  • 10 ASEAN has been used by member nations as a device for promoting national rather than regional inte (...)

18Frustré par la lenteur des progrès de l’ASEAN, Singapour critique par exemple depuis 1980 la rigidité de la négociation intra-régionale recherchant systématiquement le consensus8 qui est inadapté aux intérêts économiques différents selon les Etats-membres. Lee Kuan Yew estime que l’un d’entre eux peut ne pas s’associer à telle ou telle décision sans aboutir à l’immobilisation de la construction régionale sur le plus petit dénominateur commun acceptable9. En vertu de sa petite taille politique et surtout de sa performance économique qu’il n’entend pas entraver, Singapour veut conserver sa liberté d’appréciation pour participer ou non aux projets de l’ASEAN10.

2. Singapour et les principaux volets de la coopération économique régionale, participation et frustrations

  • 11 United Nations, Economic Cooperation for ASEAN, Report of a U.N. Team, New York, 1972.

19Reprenant les propositions des Nations Unies de 197211, le Traité d’Amitié et la Déclaration de 1’ASEAN annoncent trois volets de coopération possible : une libéralisation commerciale progressive, la définition de projets industriels régionaux, l’identification de “package deals reposant sur une complémentarité des économies.

20La confirmation de ces objectifs par les deux sommets de l’ASEAN en 1976 et 1977 coïncide avec une politique d’ouverture régionale de la part de Singapour qui témoigne d’un enthousiasme mesuré mais réel face à de telles perspectives de coopération.

21Moins de dix ans plus tard, la cité-Etat ne pourra que déplorer les maigres résultats obtenus.

Coopération et clivages en matière de politique commerciale

22L’axe des clivages qui divisent l’ASEAN en matière de politique commerciale désigne le « couple » Singapour-Indonésie, les deux pays se situant aux extrêmes dans la plupart des négociations au sein du groupe.

  • 12 Republic of Singapore, Trade Classification and Customs Tariff 1968, Singapore Government Printing (...)

23L’opposition entre une cité-Etat libre-échangiste12 et un vaste archipel hautement protectionniste prolonge l’ancien affrontement commercial entre les colonies britanniques des détroits et le monopole exclusif hollandais.

  • 13 En 1981-82, plus de la moitié des positions de l’Indonésie se situent bien au-dessus des 30%, un ti (...)
  • 14 Axline Andrew W., “Underdevelopment, dependence and integration”, International Organization, vol. (...)

24Entre ces positions peu conciliables, les autres membres de l’ASEAN affichent des tarifs douaniers souvent élevés pour les Philippines et la Thaïlande, plus modérés pour la Malaisie13. Le leadership commercial de Singapour est perçu, notamment par l’Indonésie, comme une concurrence préjudiciable pour le décollage de productions industrielles nationales, toute concession douanière intra-régionale risquant de profiter en premier lieu aux exportations manufacturées de la cité-Etat. Entre Singapour et l’Indonésie, suivie à des degrés divers par les autres Etats-membres, se manifeste l’attitude classique des pays économiquement les moins avancés qui redoutent qu’une libéralisation significative du marché régional se traduise par une polarisation des bénéfices au profit des plus développés14.

Commerce intra-régional : Singapour et les insuffisances de l’accord sur les préférences commerciales de l’ASEAN

  • 15 ‘Agreement in principle’ was the lowest common denominator; it was the distance the most reluctant (...)

25Dès octobre 1968, les Philippines, partagées entre leur protectionnisme de fait et l’influence américaine, ont proposé la création d’une zone de libre échange et l’édification ultérieure d’un marché commun. Il faut cependant attendre la Déclaration de Concorde pour que l’ASEAN se prononce en faveur d’un accord de libéralisation commerciale, sans en stipuler d’ailleurs les modalités en raison de divergences profondes entre Etats-membres15.

26Des accords entre Singapour et Manille et entre Singapour et Bangkok prévoyant une réduction tarifaire générale de 10 % interviennent dès le début des années 70. Mais le refus de Jakarta et de Kuala Lumpur de s’y associer, incontournable jusqu’au sommet de Bali en 1976, oblige Singapour, pourtant soutenu par les Philippines, à retirer sa double proposition d’un moratoire des hausses douanières à l’intérieur de l’ASEAN et de l’établissement d’une zone de libre-échange.

  • 16 Pour une présentation technique détaillée du PTA: Ooi (433), 1981, 36 p. et Tan (473), 1982, 100 p.

27Une solution de remplacement, plus modeste, est envisagée lors de la rencontre Lee-Suharto en novembre 1976 et à la suite d’un second démantèlement tarifaire entre Singapour et Bangkok (janvier 1977). L’Indonésie recommande la négociation de préférences commerciales, produit par produit, à partir de listes unilatérales de concessions soumises par les gouvernements respectifs. Un accord est finalement signé à Manille le 24 février 1977 ; entériné par le second sommet de l’ASEAN (août), il prend le nom de “Preferential Trading Agreement (PTA)16.

  • 17 Singapore Department of Trade, ASEAN preferential tariffs, 24.01.81, 107 p. FEER, 13.08.82, pp. 46- (...)

28Englobant 71 concessions au départ, des négociations à intervalles réguliers ont porté ce chiffre à 11 000 en 1984 et se sont engagées dans la voie d’une multilatéralisation limitée. En avril 1980, une réduction générale de 20 % a été adoptée pour toute importation nationale d’un même produit en provenance de l’ASEAN n’excédant pas une valeur annuelle de 50 000 US$ ; ce plafond s’élève à 10 millions de US$ depuis 1984 et des concessions quasi automatiques s’appliquent à certaines catégories de produits (textiles, chimie, caoutchouc, ciment). En matière d’origine, des règles définissent les conditions d’applicabilité du PTA : elles distinguent les articles produits et exportés directement par les pays de l’ASEAN, et ceux dont la part de transformation étrangère ne doit pas dépasser 40 à 50 % de la valeur finale17.

29L’accord sur le PTA ne compense pas l’échec du projet de zone de libre-échange et Singapour regrette que la coopération régionale doive évoluer au rythme des concessions des Etats les moins développés. Son directeur général pour les affaires de l’ASEAN déclare dès août 1977 :

  • 18 Cité par Chia Siow Yue (355), 1978, p. 19.

Quoique nous soyons préparés à accepter tout compromis, nous avons également le sentiment qu’en raison du rythme auquel l’ASEAN est disposée à évoluer, nous devrons encore compter sur nos propres arrangements18.

30Pour la cité-Etat comme pour de nombreux économistes extérieurs, la théorie des effets bénéfiques du PTA (création de nouveaux flux d’échanges entre Etat-membres et substitution à certaines importations extérieures) ne s’est guère vérifiée vu l’extrême modestie de l’arrangement.

    • 19 Consulter les tableaux pays par pays dans Tan (473), 1982, pp. 14-41. “It will be useful if future (...)

    Les concessions échangées demeurent insignifiantes malgré leur nombre. Obligé d’en présenter plusieurs centaines par an, chaque gouvernement sélectionne, à partir de considérations plus souvent politiques qu’économiques, des réductions tarifaires sur des produits de très faible intérêt dans son commerce extérieur ou ne faisant l’objet d’aucun flux d’échange préexistant avec ses partenaires. En 1981 par exemple, la Thaïlande a inclus des bois qu’elle n’a jamais importés et qui ne sont pas produits dans la région, l’Indonésie a proposé des composants de réacteurs nucléaires, les Philippines des équipements de neige19 !

  • A l’exception de la Malaisie et des Philippines, et de la Malaisie et Singapour, les listes de concessions unilatérales présentent de trop rares similitudes ne permettant pas de promouvoir davantage le commerce intra-régional.

    • 20 Lutkenhorst Wilfried, Import restrictions and export promotion measures in Southeast Asia countrie (...)

    Une diminution de 10 à 20 % des taxes à l’importation s’avère d’une portée limitée lorsque les droits concernés sont particulièrement prohibitifs. Dans l’hypothèse d’une chute de 100 % des tarifs des Philippines frappant chacune de ses importations annuelles inférieures à 500 000 US$ (en 1984), la croissance totale des achats en question aurait augmenté d’à peine 2 %20.

    • 21 ASEAN General Secretariat, ASEAN Trade Preferencies, Jakarta, 1981 (ASEAN Documentation Series), Si (...)

    De nombreuses concessions correspondent à Singapour, voire en Malaisie, à des positions tarifaires de droit déjà nul : sur les 147 offres volontaires de Singapour en mai 1981, 53 se trouvent dans cette situation. Inversement, les autres pays présentent des articles frappés de taxes déjà restreintes et excluent les produits « sensibles » pouvant créer des diversions commerciales à leur détriment21.

  • La négociation sur la base de concessions unilatérales, produit par produit, est longue et perméable aux pressions de groupes d’intérêts sectoriels, particulièrement liés aux régimes des trois pays de l’ASEAN les plus protectionnistes. Les articles manufacturés, précisément là où Singapour et la Malaisie peuvent le plus offrir, se trouvent au centre des divergences les plus profondes.

  • Divers produits exportés par Singapour ne sont pas éligibles en vertu des règles d’origine du PTA (réexportations et fabrications incluant une large part de composants étrangers).

  • Enfin l’obstacle des barrières non tarifaires n’est abordé ni dans le cadre du PTA ni dans aucune autre négociation en cours ou annoncée.

31Il ne faut pas attendre du PTA un essor substantiel des échanges intra-ASEAN. S’il marque une première étape, ce système ne valorise pas l’avantage comparatif des uns pour les exportations manufacturières, des autres pour les productions de base ou semi-transformées. Se heurtant à des résistances politiques considérables, il ne bénéficie pas non plus à Singapour et à la Malaisie, qui certes disposent d’un large éventail de produits demandés par leurs partenaires mais qui ne peuvent pas absorber davantage les exportations peu diversifiées de ces derniers. De son côté, Singapour craint que le PTA favorise la protection des entrepreneurs de 1’ASEAN les moins efficaces et engendre un recul de certaines branches d’activités de la région en termes de compétitivité sur le marché mondial : eu égard aux relations privilégiées de la cité-Etat avec les nations industrielles, il est exclu de se saborder soi-même.

  • 22 As long as Indonesia is not willing to accept that it is its fate to play the role of Portugal (in (...)

32L’établissement d’une zone de libre-échange, et non pas d’une union douanière (qui obligerait Singapour à rehausser sa protection douanière conformément à un tarif extérieur commun), correspond aux aspirations de la cité-Etat. Il stimulerait la croissance de son industrie et de ses services mais aussi une entrée massive sur le marché de l’ASEAN, par l’intermédiaire de Singapour, de produits en provenance du monde extérieur risquant de bloquer ou de retarder le décollage industriel des Etats-membres les plus retardés. Politiquement, cette solution ne paraît pas viable : l’Indonésie, voire d’autres pays, ne sont pas disposés à sacrifier leur développement au profit de Singapour ou de la Malaisie, ou encore d’un processus d’industrialisation à l’échelle régionale dont ils n’entrevoient pas les avantages22.

  • 23 ASEAN Information, August 1983 et Rieger (281), 1983, 50 p.

33La perspective d’un marché commun relève plus encore de la fiction. Quant à la combinaison possible d’une zone de libre-échange et d’une union douanière, avancée par certains et préservant la position singulière de Singapour, elle n’a pas encore fait l’objet d’une démonstration précise23.

Cohésion relative en matière de relations économiques extérieures

a) Politique commerciale extérieure de l’ASEAN

34Tournées par excellence vers les économies occidentales, les nations de l’ASEAN témoignent vis-à-vis des pays industrialisés du même degré de cohésion que celui noté, sur le terrain politique, à l’égard de l’Indochine. L’unité de l’ASEAN répond à une perception commune de défis extérieurs dont Singapour serait le dernier à se désolidariser. La collaboration de la cité-Etat avec les puissances industrielles détermine la viabilité intrinsèque de l’emporium et son insertion dans un groupement régional augmente son pouvoir de négociation.

  • 24 Associé à l’ASEAN, Singapour est parvenu à résister pendant plusieurs années à la volonté des natio (...)
  • 25 Manille multiplie ces dernières années les déclarations en faveur d’un marché commun.

35L’étroite complémentarité de son économie avec le milieu régional autorise un partage réciproque d’intérêts dans une approche communautaire des relations extérieures. La cité-Etat se rallie à ses partenaires sur les dossiers touchant à la commercialisation des produits de base, de l’énergie et des biens semi-manufacturés, dont elle se trouve elle-même consommatrice et surtout agent de distribution. En contrepartie, elle reçoit leur soutien dans la dénonciation du protectionnisme des pays industriels dans la mesure où tous les Etats-membres entendent promouvoir sur ces marchés leurs exportations manufacturières24. Dans l’hypothèse de clivages intra-ASEAN, Lee Kuan Yew sait habilement profiter de la position-charnière de la Malaisie, à la fois exportatrice de matières premières et d’énergie, comme l’Indonésie, mais aussi de produits industriels, comme Singapour. La cité-Etat recherche occasionnellement l’appui des Philippines qui dépendent comme elle du marché américain véhiculant ses conceptions économiques libérales25.

36Dans le cadre institutionnel de l’ASEAN, Singapour a été désigné comme l’interlocuteur régional officiel de la seule Nouvelle-Zélande. Dans la réalité, ses performances économiques et sa large ouverture sur le monde lui permettent de jouer un rôle non négligeable dans la plupart des négociations extérieures de l’ASEAN même s’il convient de laisser la préséance formelle à l’Indonésie ou à la Malaisie. Plusieurs facteurs facilitent ce rôle :

  • La parfaite connaissance par les représentants singapouriens de la langue anglaise, de la culture anglo-saxonne et de leurs collègues de Malaisie ;

    • 26 Par exemple au sein des comités des Ambassadeurs de l’ASEAN auprès des Communautés Européennes à Br (...)

    L’efficacité de l’administration insulaire, pourtant réduite en nombre, et son haut niveau de qualification pour pouvoir intervenir sur les dossiers les plus techniques et parvenir à coordonner, en coulisse si nécessaire, les positions de ses partenaires de l’ASEAN26 ;

  • La compétence et le pragmatisme d’une équipe dirigeante écoutée et respectée dans les enceintes économiques les plus influentes comme la Banque Mondiale, le FMI ou le GATT ;

  • La capacité d’afficher une solidarité « verbale » vis-à-vis de ses partenaires dans les grands débats sur un nouvel ordre international (Groupe des 77, Mouvement des Pays non Alignés, Réunions du Commonwealth) pour en retirer des avantages politiques même si les résultats concrets de ces discussions ne sont que trop connus à l’avance.

b) L’ouverture de l’ASEAN aux investissements étrangers

37Les politiques nationales réglementant l’investissement étranger témoignent d’une convergence compétitive, chaque Etat-membre visant à obtenir un apport maximal de moyens financiers et de transferts de technologies. Dans le cas de Singapour, de telles contributions semblent liées à la survie et à la viabilité de son économie, et lui garantissent par là même son existence politique durable ; dans les autres pays, à l’exception de Brunei proche de la situation de la cité-Etat, l’enjeu ne se pose pas en termes aussi marqués : disposant du coussin de sociétés encore largement rurales et de richesses naturelles diversifiées, ces Etats dépendent de l’investissement étranger pour la rapidité de la réalisation de certains projets de développement dans les domaines des infrastructures et de l’industrialisation surtout.

  • 27 Chia Siow Yue, “Codes of conduct for MNC’s and governments in ASEAN”, Contemporary Southeast Asia, (...)

38L’ASEAN n’a jamais manifesté d’hostilité à l’encontre des sociétés transnationales, contrairement à d’autres groupements régionaux comme le Pacte Andin par exemple ; elle s’est contentée d’adopter sous la forme d’une résolution un code de conduite des multinationales27. L’accueil des investissements étrangers se trouve plus ou moins restreint selon le degré de nationalisme économique et culturel des pays membres : l’Indonésie et Singapour se situent aux deux extrêmes, la réglementation étant assez rigide en Thaïlande, plus souple en Malaisie et aux Philippines.

  • 28 Phanit (441), 1980, pp. 162 et suiv.

39La cité-Etat doit s’efforcer de tempérer les jalousies de ses partenaires à rencontre des flux considérables d’investissements dont elle bénéficie chaque année. Par ses prises de participation de plus en plus nombreuses dans des projets chez ses voisins et par la diversité des productions et des services offerts dans leur direction, elle insiste sur ces apports qui leur profitent, sans compter l’importance des investissements qu’ils accueillent eux-mêmes depuis les années 70. Singapour exploite également l’argument de son indispensable stratégie de survie nationale : en laissant s’implanter dans l’île le plus grand nombre d’intérêts étrangers, celle-ci parvient à compenser les limites de sa taille géographique et humaine et de l’absence de ressources naturelles ; ne dépendant ni d’une seule catégorie sectorielle ni d’une provenance unique des investissements réalisés sur son territoire, elle forge les instruments d’une autonomie au moins relative, même s’il est difficile d’utiliser cette terminologie dans le cas d’un petit pays aussi international28.

Singapour face aux difficultés de coopération industrielle régionale

40La position singulière de Singapour en matière de commerce intra-ASEAN se retrouve sur le terrain industriel. Seul Etat-membre à démontrer une complémentarité réelle de son économie avec celles de ses partenaires, il se méfie des tentatives de coopération industrielle résultant de négociations intergouvernementales. Reposant le plus souvent sur des analyses économiques peu approfondies, de telles tentatives répondent à des motivations politiques qui dissimulent mal les nationalismes rigides des intérêts en présence. Promoteur d’un tissu de liens économiques intra-régionaux effectifs par le jeu du marché et de l’implication des milieux d’affaires locaux et internationaux, Singapour ne discerne aucun argument valable pour soutenir une approche institutionnelle de la coopération entre industries. Pour les branches dont la viabilité nécessite de vastes économies d’échelle, même la perspective d’un marché de l’ASEAN très unifié ne suffirait pas à elle seule en raison du niveau de développement encore limité des Etats-membres.

41Ce contexte permet de mieux comprendre pourquoi Singapour se montre tantôt inintéressé, tantôt hésitant dans les trois types de coopération industrielle mis en œuvre par l’ASEAN.

Les projets industriels de l’ASEAN (1976) : échec presque total

  • 29 FEER, 13.08.82, pp. 39-84. Le Japon (Doctrine Fukuda) a décidé de soutenir ces projets à concurrenc (...)

42Décidés à la hâte dans le climat de relance politique du sommet de Bali de 1976, les cinq projets industriels de l’ASEAN, qualifiés immédiatement d’éléphantesques par Singapour, ne s’inspirent d’aucune étude préalable cohérente. Evalués chacun à 250 millions de US$ environ, une participation financière de 40 % des Etats-membres est programmée sans se préoccuper ni de la source possible des 60 % restants, en principe à la charge du pays hôte du projet, ni de la capacité d’absorption des productions par le marché régional29.

43La planification de deux complexes d’engrais à base d’urée (500 000 tonnes chacun), attribué à l’Indonésie et à la Malaisie, dépassait les prévisions les plus optimistes de consommation future par les agricultures de la région. Un seul a finalement vu le jour, celui de Sumatra nord, en partie renationalisé pour un usage domestique, et inauguré officiellement en 1984.

44La Thaïlande devait construire une unité de production de soude. Sa compétitivité, soumise à la rude concurrence de prix mondiaux plus élevés, fut définitivement mise en doute par la nécessité de transporter du sel brut sur 430 km du nord du pays jusqu’à la côte.

  • 30 Broinowski (480), 1982, Chapter x.

45Les Philippines ont d’abord soumis un projet d’exploitation de cuivre, puis d’engrais à base de phosphates importés, puis une usine de transformation du bois, sans jamais arrêter un choix économiquement réalisable30.

  • 31 “Feasible diesels?”, ASEAN Business Quaterly, 3rd Quarter 1977, pp. 34-35.
  • 32The Singapore decision to move ahead with Cummins on its diesel project clearly begs the question (...)

46Le cas de Singapour a provoqué une crise au sein de l’ASEAN. Ayant proposé la réalisation d’un complexe pétrochimique pour lequel le soutien financier était déjà acquis (SUMITOMO, Japon), la cité-Etat a essuyé un refus de l’Indonésie soucieuse de développer ses propres raffineries. Envisageant alors la fabrication de moteurs diesel, l’obstruction de Jakarta s’est renouvelée au nom de la protection de son industrie nationale embryonnaire (PT BOMA BISMA à Surabaya)31. Se retirant des négociations régionales, Singapour a poursuivi ce second projet en coopération avec les Etats-Unis (société CUMMINS ENGINE), a réduit de 99 % sa contribution financière aux autres projets de l’ASEAN et a refusé toute concession douanière préférentielle en faveur de leurs productions futures32.

  • 33 FEER, 15.03.84, pp. 80-82 et ASEAN Information, May 1984.

47En 1984 seulement, l’Indonésie, embarrassée par l’inauguration de son usine d’engrais à Aceh en présence de toutes les délégations de l’ASEAN, a permis, quelques jours auparavant, l’adoption comme projet industriel régional de la construction à Singapour d’un centre de fabrication du vaccin américain de l’hépatite B. Estimé à quatre millions de US$, le financement de l’ASEAN se limiterait à 1 % du total (comme Singapour pour les quatre autres projets) ; toutefois, Brunei a annoncé avec une publicité particulière, et non sans arrière-pensée peut-être, sa solidarité avec ce projet33.

Les accords de complémentarité industrielle (1978-79) : absence de concrétisation

48L’objectif des accords de complémentarité industrielle à l’échelle de l’ASEAN consiste à se partager les tâches dans des productions élaborées que chaque pays membre n’est pas en mesure de réaliser seul.

  • 34 FEER, 27.07.79, p. 101, 02.05.80, pp. 54-54, 13.08.82, pp. 46-48. La division des tâches dans ce pr (...)

49Singapour réagit dès 1978 en exprimant son hostilité de principe à toute planification sectorielle régionale décidée par des instances gouvernementales et à toute clause d’exclusivité contraignant les Etats-membres à acheter les produits issus de ce programme. En 1979, certaines chambres de commerce nationales lancent néanmoins l’idée d’un premier accord de complémentarité automobile, chaque pays se spécialisant dans la fourniture de composants déterminés et pouvant les écouler ensuite sur le marché de l’ASEAN avec une franchise tarifaire de 50 %. Jakarta et Kuala Lumpur proposent également que tout accord de complémentarité soit contrôlé au moins à 51 % par des capitaux de l’ASEAN34.

50La cité-Etat dénonce aussitôt l’instauration de monopoles au profit de chaque participant, condamnant toute liberté de concurrence et risquant de favoriser des industries locales notoirement inefficaces. Elle diminue ses taxes à l’importation, augmente celles sur les composants, et déclare ne pas pouvoir appliquer les dispositions proposées. Elle remet aussi en cause la diplomatie de l’accord par consensus pratiquée au sein de l’ASEAN en souhaitant qu’un Etat-membre puisse ne pas s’engager dans certains projets régionaux sans empêcher pour autant leur mise en œuvre entre les autres partenaires. Ces derniers, qui ne veulent pas que Singapour s’isole comme dans le cas des projets industriels de 1977, dégagent un compromis qui annihile presque entièrement la conception interventionniste initiale : aucune production nationale similaire ne sera discriminée par le pays se spécialisant dans tel ou tel composant ; les préférences commerciales octroyées en faveur de ce dernier seront laissées à la discrétion de chaque pays et ne pourront dépasser, dans le meilleur des cas, le taux des concessions accordées dans le cadre du PTA et de l’ASEAN.

  • 35 FEER, 25.08.82, pp. 80-81, 15.09.83, pp. 86-87 et 03.11.83, pp. 76-77. Lee Sheng Yi, ASEAN AIJVs in (...)

51Singapour a donc réussi à tenir en échec l’idée de division intra-ASEAN planifiée des tâches. L’entrée de la Corée du sud sur le marché automobile n’a pas convaincu les milieux d’affaires de l’ASEAN de l’existence d’un marché potentiel à leur portée dans ce secteur. Lorsque la construction d’une motocyclette régionale a été suggérée en 1984, la Malaisie s’est empressée d’indiquer qu’elle voulait produire, seule, un prototype35 !

Entreprises industrielles conjointes (1982) : espoirs mesurés

  • 36 FEER, 08.12.83, pp. 82-83, 05.11.84, pp. 113-114.

52Conçu comme un instrument plus flexible et mieux adapté aux exigences de rationalité économique du secteur privé que les projets précédents, l’accord de base sur les entreprises industrielles conjointes (ASEAN Industrial Joint Ventures) stipule que dans le cas où au moins deux entrepreneurs de l’ASEAN, de nationalités différentes, décident de s’associer, leur production ultérieure bénéficie d’une concession tarifaire réciproque de 50 % dans les pays d’origine des participants. En annexe, dix-huit créneaux sont déjà identifiés (alliages ferreux, mini-tracteurs, papiers spéciaux, machines textiles, chimie…)36.

  • 37 Indorf (386), 1984, 96 p.

53Figurant parmi les pays de l’ASEAN comme celui qui a le plus investi sous cette forme dans la région, et bien avant l’adoption d’un accord formel de cette nature, Singapour a réagi positivement. Jugeant cependant incomplet l’arrangement initial et agitant la perspective de son retrait toujours possible si satisfaction n’était pas obtenue, deux précisions sont intervenues en 198437 :

  • Le traitement préférentiel appliqué entre les pays d’origine des entrepreneurs participants est étendu, après un délai de quatre ans, aux autres membres de l’ASEAN selon les engagements commerciaux déjà en vigueur (et non pas par l’application d’une franchise de 50 % comme le prévoyait l’accord de 1982) ;

  • Une société étrangère établie dans l’un des Etats-membres peut contrôler jusqu’à 49 % du capital de l’entreprise ou du projet conjoint (principe que certaines délégations de l’ASEAN avaient refusé en 1982).

  • 38 FEER, 02.08.84, pp. 68-69 et 13.09.84, p. 12.

54Deux projets automobiles, l’un entre la Malaisie et les Philippines, l’autre entre la Malaisie et la Thaïlande, ont obtenu en 1984 le statut d’AIJV38, mais ce n’est pas avant l’horizon des années 1990 qu’une première évaluation pourra mesurer si ce nouvel accord de coopération industrielle se traduit par des résultats concrets et performants.

Singapour, promoteur d’un début de coopération financière régionale

  • 39 Нua Pak Cheong (230), 1978, 204 p., Skully (296), 1983, 200 p.

55Les activités bancaires et financières constituent l’un des rares secteurs où le rayonnement du marché de Singapour se traduit par un effort résolu de coordination régionale de la part de la cité-Etat. Il est douteux que son approche plus institutionnelle dans ce domaine qu’à l’accoutumée soit privilégiée pour elle-même ; Singapour cherche à profiter de l’extrême faiblesse des marchés financiers des autres Etats de l’ASEAN pour étendre sa prépondérance comme grand argentier de la région, position dont il peut retirer un pouvoir économique et donc politique durable vis-à-vis de ses partenaires39.

  • 40 Rojanasatien Boonchu, “The ASEAN bankers association, a view with hindsight”, Singapore Business an (...)
  • 41 ASEAN, Memorandum of Understanding on ASEAN Swap Arrangement, 1977.

56Les débuts d’une coopération financière régionale remontent à 1975 : Singapour et les Philippines se décident à animer un groupe de travail au sein de la Chambre de Commerce Internationale de l’ASEAN (ASEAN CCI). Les deux délégués de Singapour, Wee Cho Yaw, président de la banque OUB (Overseas Union Bank), qui dirige déjà les travaux de l’ASEAN en matière de coopération industrielle et qui deviendra en 1979 le président de l’ASEAN CCI, et son adjoint, Lim Kee Ming, également issu du milieu bancaire, se font remarquer à cette occasion. En mars 1976, sont créés le COFAB (Comité des affaires financières et bancaires de l’ASEAN) et l’association des banquiers de l’ASEAN, qui choisit la cité-Etat comme siège et Tony Tan, alors directeur général de la Banque OCBC (Overseas Chinese Banking Co.) et ministre d’Etat à Singapour, comme premier président40. En 1977-78, une liquidité de 200 millions de US$ est débloquée pour soutenir tout Etat-membre souffrant de problèmes de balance des paiements41. Enfin, un conseil des professionnels de l’assurance, animé principalement par les Singapouriens, se réunit : Singapour, Manille et Bangkok proposent la fondation d’une société régionale de réassurance mais se heurtent à l’opposition de Kuala Lumpur et de Jakarta.

  • 42 ASEAN Information, April 1981 et October 1982.

57Pour Singapour, les piliers d’une coopération financière régionale modeste, mais souple et concrète, sont dans l’ensemble posés. Quelques autres instruments viennent les compléter en 1980-82 : l’ASEAN Finance Corporation (siège : Singapour, capital : 48 millions de US$) destinée à appuyer les projets économiques ; l’ASEAN Trading and Investment Co. (siège : Singapour, capital : 100 millions de US$) et sa filiale l’ASEAN Japanese Development Corporation pour soutenir les entreprises industrielles conjointes conformes à l’accord de 198242.

  • 43 Sirisena N.L., Problems and prospects of cooperation in banking, finance and monetary policy in ASE (...)

58L’île-Etat ne semble pas disposée à formuler des objectifs plus ambitieux pour l’instant43 :

  • La création d’un pôle régional d’émissions de lettres de commerce et de change, permettant de moins dépendre des grandes places financières mondiales en la matière, suppose la maîtrise de produits bancaires que les institutions de la région ne possèdent pas et avec lesquels Singapour commence à peine à se familiariser. Elle implique également une harmonisation hypothétique des contrôles des changes, la petite république ayant abrogé le sien depuis 1978 ;

    • 44 FEER, 08.03.85. Ce projet a été soutenu par la Thaïlande notamment.

    L’établissement d’une union régionale de paiements44, c’est-à-dire la négociation annuelle d’accords de crédits compensatoires en cas de déficit grave de la balance commerciale d’un des Etats, n’emporte pas davantage l’agrément de Singapour. Ce système nécessitant de recourir à une devise commune, l’internationalisation consécutive du dollar de Singapour est redoutée. Par ailleurs, nul ne discerne comment les banques de l’ASEAN, dotées de ressources limitées, pourraient soutenir à elles seules les aléas du commerce régional ;

  • L’instauration d’un réseau commun de crédits-assurance à l’exportation semble prématurée, l’instrument lui-même venant tout juste d’être introduit sur chacun des marchés nationaux à l’exception de l’Indonésie ;

  • L’ouverture d’une banque régionale de développement, proposée par l’Indonésie en 1981 pour des raisons plus circonstancielles que concrètes (visite du premier Ministre Suzuki), rencontre des réticences. Les liens entre marchés financiers de l’ASEAN, hormis ceux unissant Singapour à Kuala Lumpur, paraissent trop ténus aux milieux financiers de la cité-Etat pour garantir la viabilité d’une telle initiative.

59Pour l’ensemble de ces projets futurs, un certain nombre de préconditions doivent être remplies :

  • Un développement substantiel du commerce et de la coopération industrielle intra-ASEAN, motivant un besoin réel d’assises financières à l’échelle de la région ;

  • Une harmonisation des politiques bancaires et financières nationales ;

  • Un renforcement, et non pas une remise en cause, des liens de coopération avec les banques et sociétés financières des pays industrialisés.

Singapour et l’ASEAN : évolutions récentes et perspectives

Consensus plus marqué en faveur d’instruments souples de coopération régionale

  • 45 ASEAN Information, Sept. 1984. FEER, 10.12.82, pp. 70-72, 08.03.84, pp. 78-89, 05.09.85, pp. 53-54 (...)

60En période de récession économique contrastant avec la croissance rapide de la décennie précédente, et à l’approche du vingtième anniversaire de l’ASEAN, les Etats-membres dénoncent à des degrés divers l’échec, la paralysie ou l’inadaptation des instruments de coopération existants et l’absence d’engagement ferme pour une réelle collaboration économique. Le rapport des sages, demandé lors de la quinzième réunion des ministres des affaires étrangères pour diagnostiquer les insuffisances et les réformes possibles de l’ASEAN, n’a cependant pas encore provoqué de réaction majeure, sauf celle de certaines hautes personnalités thaïlandaises souhaitant la convocation d’un troisième sommet de l’ASEAN avant 198745.

  • 46 Behrman Jack, “Coopération in removal of constraints on ASEAN industrialization”, UMBC Economic Rev (...)

61Critiques et propositions, comme celle d’une ASEAN « à plusieurs vitesses », se multiplient en provenance de Singapour depuis le début des années 80, situation qui n’est pas sans lien avec des difficultés économiques incitant les autorités insulaires à se tourner davantage vers une valorisation du marché régional. Certes, le pouvoir d’initiative politique ne se trouve guère de leur côté, mais les capitales voisines évoluent pas à pas vers des mesures de libéralisation économique intérieure (même en Indonésie) et vers une coopération régionale plus proche des réalités du marché et du secteur privé ; l’exemple de Singapour, où les milieux d’affaires sont encadrés par les pouvoirs publics sans que les deux entités se confondent pour autant, influence d’autres partenaires dont l’économie domestique est souvent asphyxiée par un interventionnisme bureaucratique et corrompu 46.

  • 47 Fifield (368), 1979, 83 p.

62Les Six portent une attention croissante à des instruments de coopération plus flexibles comme les chambres de commerce réunies dans l’ASEAN CCI ou les clubs sectoriels de l’industrie et du tertiaire dont les travaux paraissent les plus crédibles sur le plan économique ; inutile d’ajouter que Singapour y joue un rôle plus déterminant que partout ailleurs. Informations et idées commencent à circuler et contribuent au décloisonnement des Etats les plus nationalistes, précisément ceux qui sont demeurés méfiants ou hostiles à l’égard de la prépondérance commerciale et financière de la cité-Etat47. Pour la première fois, le secteur privé de l’ASEAN exerce une pression grandissante sur les gouvernements pour qu’ils réalisent des progrès substantiels dans la mobilisation des forces du marché régional. Singapour se trouve moins isolé.

Le couple Singapour/Indonésie, clé de compréhension de l’ASEAN

  • 48 Broinowski (480), 1982, p. 243 et Seah Tony Eng Wah (458), 1977, 68 p. “These differences between S (...)

63Les différences radicales de taille géographique et humaine, de dotation en ressources naturelles et d’héritage historique placent Singapour et l’Indonésie aux deux pôles de l’ASEAN48. De tous les Etats participants, l’un se montre enthousiaste pour promouvoir une véritable coopération économique, l’autre s’exprime de manière très réservée. Les deux pays affichent le plus souvent une conception opposée du régionalisme qui témoigne des relations à la fois complémentaires et concurrentes entre l’emporium et le vaste espace agraire voisin qui a motivé sa création. Le poids historique de systèmes coloniaux rivaux édifiés à partir de Singapour et de Batavia et affirmant des orientations sensiblement différentes s’insère dans cette observation de relations contrastées entre emporia commerciaux et vastes ensembles agraires tout au long de l’histoire de l’Asie du sud-est. Il pèse naturellement, aujourd’hui encore, sur les profils respectifs des politiques extérieures de Singapour et de Jakarta, c’est-à-dire sur les tensions et les points d’accords potentiels principaux qui animent l’ASEAN.

  • 49 Jorgensen-Dahl, Ibid., p. 209 (“The tyranny of small membership).
  • 50 Akrasanee (566), 1983, p. 209, Lau (640), 1981, p. 99.

64Si l’évolution de l’ASEAN dépendait de la seule volonté de Jakarta, il est probable que son institutionnalisation, son interventionnisme, son protectionnisme, sa défiance vis-à-vis du monde extérieur se trouveraient plus accentués. La diplomatie de l’accord par consensus a sauvegardé les intérêts des Etats les plus petits49 et a permis à Singapour de cultiver sa singularité comme un instrument fonctionnel de critique permanente au sein de l’ASEAN (même si cette diplomatie semble, selon Lee Kuan Yew, de moins en moins adaptée pour traiter les dossiers économiques). Cette stratégie s’est révélée d’autant plus aisée que l’Indonésie, tout en le reconnaissant rarement publiquement, ne se montre pas plus satisfaite que les autres des maigres performances économiques de l’ASEAN et qu’elle bénéficie dans les mêmes proportions, voire davantage, des complémentarités effectives entretenues par la cité-Etat dans la région50.

65Très intégré dans l’économie régionale et internationale, Singapour représente le point d’ancrage du développement simultané de flux économiques intra- et extra-ASEAN. Il compense toute velléité de repli ou de cloisonnement du partenaire le plus nationaliste, l’Indonésie, et la position des autres Etats fluctuent entre ces deux marges au gré de leurs intérêts sectoriels. La liberté de manœuvre de Singapour est donc étroite mais réelle : par son niveau de vie et de développement surpassant tous les autres (sauf Brunei et encore), la cité-Etat peut continuer son œuvre d’interpellation et de rappel permanent des grands principes de la rationalité économique ; dépendante de son environnement pour la sauvegarde et la promotion de ses intérêts les plus vitaux, elle doit cependant composer avec la situation intérieure de son partenaire le moins avancé.

  • 51 Lee Kuan Yew in Josey (516), 1968, p. 370 (1ère édition). “Until its massive problems of poverty an (...)

66La complémentarité compétitive entre Singapour et l’Indonésie ne semble donc pas explosive : fort de sa puissance économique, l’un souhaiterait pouvoir transcender sa petitesse géo-politique ; le second, aspirant à un rôle de leader régional conforme à ses dimensions géographiques, voudrait être en mesure de dépasser ses nombreux handicaps socio-économiques51.

  • 52 Leifer (407), 1983, p. 124.
    Indonesia’s action over Timor has stirred fears about what some ‘advent (...)

67La position de l’Indonésie correspond davantage à celle du spectateur que de l’acteur : elle condamne ses partenaires à évoluer selon son propre rythme et les précède rarement par ses initiatives. Singapour et Kuala Lumpur gardent les yeux rivés sur les réactions potentielles ou en cours de Jakarta, mais le comportement de cette capitale n’est pas dénué de réciprocité connaissant l’inquiétude de ses voisins toujours en éveil à l’encontre de toute tentative de revitalisation d’une « Grande Indonésie »52.

68Inversement, Singapour adopte la stratégie de l’acteur « engagé », au moins par son discours, sa volonté politique et ses orientations nationales intérieures. Cette attitude ne vise-t-elle pas à compenser son complexe de spectateur auquel le prédispose sa dépendance irréductible vis-à-vis de l’évolution des événements extérieurs dont une cité-Etat ne peut prétendre influencer le cours ?

69Carrefour étroit des mouvements de coopération et de conflit dans la construction économique de l’ASEAN, l’Indonésie semble conduire cette association régionale depuis l’arrière sans que Singapour puisse remplir pleinement le rôle de locomotive.

Notes

1 Lau Teik Soon, “Singapore and ASEAN, in Chen (292), 1983, pp. 285-300.

2 Ho Kwon Ping in Broinowski (480), 1982, pp. 196 et suiv. A propos de l’Indonésie : “Indonesia, under the leadership of General Suharto had joined an informal network of like-minded states spanning Southeast Asia and beyond, of which Thailand, Malaysia, Singapore and the Philippines were already members”, Leifer (407), 1983, p. 120.

3 Burns Brigid, “The Association of Southeast Nations”, in Jamar (387), 1982, pp. 1-52.

4 Indo-China and ASEAN were in direct competition as the showcases of economic and social development for their respective ideologies”, Broinowski (480), 1982, p. 41.

5 Crouch (365), 1984, 102 p.

6 Indorf Hans, “Some speculations on a second blueprint for ASEAN”, Contemporary Southeast Asia, vol. 3, n° 2, Sept. 1981, pp. 140-159.

7 The economic aspects of cooperation provide the greatest lure as far as the importance of ASEAN to Singapore is concerned... To Singapore, ASEAN supplements rather than dictates the pace of economic development”, Seah Chee Meow (457), 1979, pp. 22-23.

8 Il s’agit de la diplomatie du “musyawarah et du “mufakat qui reproduit une tradition politique propre au monde rural (communauté villageoise) en Indonésie et dans une certaine mesure en Malaisie et aux Philippines. Voir Crouch (365), 1984, pp. 10-15 et Jorgensen-Dahl (389), 1982, p. 166.

9 Drummond (603), 1982, pp. 301-309. FEER, 10.12.82, pp. 70.72.

10 ASEAN has been used by member nations as a device for promoting national rather than regional interest... National interests exist... Regional interests are abstract concepts which ASEAN members cannot as yet clearly define or reach agreement on”, Rajaratnam, Speech, 4th ASEAN Ministerial Meeting, Manila, 12.03.71.

11 United Nations, Economic Cooperation for ASEAN, Report of a U.N. Team, New York, 1972.

12 Republic of Singapore, Trade Classification and Customs Tariff 1968, Singapore Government Printing Office, 1968, 327 p. Trade Development Board, Singapore Trade Classification and Customs Duties, Singapore, 1983, 347 p. Au début des années 80,92% des positions tarifaires de Singapour correspondaient à des droits nuls. Des taxes de 10 à 20% ad valorem sont maintenues pour environ 40 positions, dont celles portant sur les alcools et tabacs.

13 En 1981-82, plus de la moitié des positions de l’Indonésie se situent bien au-dessus des 30%, un tiers pour les Philippines, un quart pour la Thaïlande, certains droits dépassant 70 %. Consulter Tumbocon-Haresco in ASEAN Economic Bulletin, Singapore, ISEAS, July 1984, pp. 47-48.

14 Axline Andrew W., “Underdevelopment, dependence and integration”, International Organization, vol. 31, n° 1, 1977, pp. 83-105. FEER, 18.03.83, p. 39 et 10.05.84, pp. 72-73.

15 ‘Agreement in principle’ was the lowest common denominator; it was the distance the most reluctant member, Indonesia, was prepared to go to meet the expectations of the most ‘activist’ members, Singapore and the Philippines”, Jorgensen-Dahl (389), 1982, p. 55. Voir aussi FEER, 23.01.76, pp. 47-52.

16 Pour une présentation technique détaillée du PTA: Ooi (433), 1981, 36 p. et Tan (473), 1982, 100 p.

17 Singapore Department of Trade, ASEAN preferential tariffs, 24.01.81, 107 p. FEER, 13.08.82, pp. 46-48 et 08.03.84 repris dans Problèmes Economiques, Documentation Française, 1er août 1984, n° 1885, pp. 8-10. Singapore Business, July 1984, pp. 66-67.

18 Cité par Chia Siow Yue (355), 1978, p. 19.

19 Consulter les tableaux pays par pays dans Tan (473), 1982, pp. 14-41. “It will be useful if future РТА negociations could be directed not only at expanding the number of preferences exchanged, but also at exchanging preferences on items with real trade potential”, Goh Сhоk Tong, Singapore Minister of Trade and Industry, ASEAN Information, December 1980.

20 Lutkenhorst Wilfried, Import restrictions and export promotion measures in Southeast Asia countries”, ASEAN Economic Bulletin, Singapore, ISEAS, vol. 1, July 1984, pp. 43-69.

21 ASEAN General Secretariat, ASEAN Trade Preferencies, Jakarta, 1981 (ASEAN Documentation Series), Singapore Department of Trade, ASEAN Preferential Tariffs, 1981.

22 As long as Indonesia is not willing to accept that it is its fate to play the role of Portugal (in the model of Ricardo) to Singapore’s England, an ASEAN free trade area cannot come into being”, Crouch (365), 1984, pp. 55-56.

23 ASEAN Information, August 1983 et Rieger (281), 1983, 50 p.

24 Associé à l’ASEAN, Singapour est parvenu à résister pendant plusieurs années à la volonté des nations industrielles de le classer parmi les nouveaux pays industrialisés et de lui refuser l’octroi de préférences commerciales.

25 Manille multiplie ces dernières années les déclarations en faveur d’un marché commun.

26 Par exemple au sein des comités des Ambassadeurs de l’ASEAN auprès des Communautés Européennes à Bruxelles ou des Nations Unies à Genève et New York. En 1972, c’est par l’intermédiaire de Singapour et de la Malaisie que la Communauté Européenne a noué son premier dialogue avec l’ASEAN qui devait aboutir en 1980 à la signature d’un accord de coopération ASEAN/CEE, premier du genre entre deux groupements régionaux.

27 Chia Siow Yue, “Codes of conduct for MNC’s and governments in ASEAN”, Contemporary Southeast Asia, vol. 5 (2), September 1983, pp. 219-236.

28 Phanit (441), 1980, pp. 162 et suiv.

29 FEER, 13.08.82, pp. 39-84. Le Japon (Doctrine Fukuda) a décidé de soutenir ces projets à concurrence d’un milliard de US$, débloquant une première tranche de 90 à 147 millions pour l’Indonésie et la Malaisie.

30 Broinowski (480), 1982, Chapter x.

31 “Feasible diesels?”, ASEAN Business Quaterly, 3rd Quarter 1977, pp. 34-35.

32The Singapore decision to move ahead with Cummins on its diesel project clearly begs the question of its commitment to the entire concept of ASEAN industrial cooperation”, FEER, 20.10.78, pp. 61.62.

33 FEER, 15.03.84, pp. 80-82 et ASEAN Information, May 1984.

34 FEER, 27.07.79, p. 101, 02.05.80, pp. 54-54, 13.08.82, pp. 46-48. La division des tâches dans ce projet automobile, qui n’envisage pas la réalisation complète d’un véhicule, intervient selon la répartition suivante : Indonésie (moteurs diesels). Philippines (transmissions, carcasses, axes de rotation), Malaisie (chaînes, cycles, compteurs), Thaïlande (carcasses de véhicules utilitaires, protections extérieures).

35 FEER, 25.08.82, pp. 80-81, 15.09.83, pp. 86-87 et 03.11.83, pp. 76-77. Lee Sheng Yi, ASEAN AIJVs in the private sector, UNIDO/ONUDI, Vienne, 21.04.82.

36 FEER, 08.12.83, pp. 82-83, 05.11.84, pp. 113-114.

37 Indorf (386), 1984, 96 p.

38 FEER, 02.08.84, pp. 68-69 et 13.09.84, p. 12.

39 Нua Pak Cheong (230), 1978, 204 p., Skully (296), 1983, 200 p.

40 Rojanasatien Boonchu, “The ASEAN bankers association, a view with hindsight”, Singapore Business and Finance, 1982-83, pp. 115-116.

41 ASEAN, Memorandum of Understanding on ASEAN Swap Arrangement, 1977.

42 ASEAN Information, April 1981 et October 1982.

43 Sirisena N.L., Problems and prospects of cooperation in banking, finance and monetary policy in ASEAN, Singapore, Nanyang Univ., Institute of Economics and Business Studies, March 1977, 38 p. (Occasional Paper, n° 16). Tan Fuh Gih (474), 1977, 122 p.

44 FEER, 08.03.85. Ce projet a été soutenu par la Thaïlande notamment.

45 ASEAN Information, Sept. 1984. FEER, 10.12.82, pp. 70-72, 08.03.84, pp. 78-89, 05.09.85, pp. 53-54 (pour l’appel de Kukrit à Bangkok).

46 Behrman Jack, “Coopération in removal of constraints on ASEAN industrialization”, UMBC Economic Review, 1980, vol. XVI, pp. 26-30.

47 Fifield (368), 1979, 83 p.

48 Broinowski (480), 1982, p. 243 et Seah Tony Eng Wah (458), 1977, 68 p. “These differences between Singapore and Indonesia are not based merely on economic technicalities but more fundamentally on perceptions which owe much to historical experiences and the geographical and physical composition of the two countries...”, Jorgensen-Dahl (389), 1982, p. 138.

49 Jorgensen-Dahl, Ibid., p. 209 (“The tyranny of small membership).

50 Akrasanee (566), 1983, p. 209, Lau (640), 1981, p. 99.

51 Lee Kuan Yew in Josey (516), 1968, p. 370 (1ère édition). “Until its massive problems of poverty and development are solved, Indonesia will find it difficult to claim its rightful position in the world community”, Broinowski (480), 1982, p. 232.
Indonesia does not possess the resources and capability to assert a regional dominance... the conspicuous disjunction between declaratory policy and its actual practise will remain”, Leifer (407), 1983, pp. 170-171. Voir aussi Leifer Michael, “Indonesia’s regional vision”, World Today, Oct. 1974, pp. 418-425.

52 Leifer (407), 1983, p. 124.
Indonesia’s action over Timor has stirred fears about what some ‘adventurist’ generals would do if the restraining influence of President Suharto was not available. President Sukarno’s Konfrontasi remains an unnerving memory’, FEER, 06.02.76, p. 19. Autres analyses de la politique extérieure de l’Indonésie : Warshawski (482), 1974, 329 p. Weinstein (483), 1972, 664 p. et (484), 1976, 384 p.