Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Singapour et son environnement régional

 | 
Philippe Régnier

Première partie. Les fonctions régionales de l'économie de Singapour. Dimensions de la complémentarité entre Singapour et son environnement régional

Chapitre III. Singapour : Infrastructures et services à l’échelle régionale

Volltext

1A la suite du commerce, durant la période coloniale, et de l’industrie manufacturière au cours des années 60 et 70, le secteur tertiaire dans son ensemble a pris le relais comme courroie d’entraînement de l’économie de Singapour.

  • 1 Seow (287), 1980, 34 p. et (703), 1979, pp. 46-73.

2Etroitement lié à la vocation d’intermédiaire de l’emporium, et pourtant longtemps inexploré par le chercheur, ce secteur a joué un rôle essentiel dans l’histoire économique de Singapour, dont l’évolution diffère en cela du modèle classique des pays industriels (avec passage des secteurs primaire et secondaire vers celui des services). L’analyse de la période 1921-1957 révèle que Singapour a toujours été une société de services occupant, en moyenne, plus de 60 % de sa population active et assurant les 2/3 de son produit national brut, chiffres plus élevés que dans l’exemple de Hong Kong1.

3Dès la fin du xixe siècle, divers services existaient déjà sous la forme d’agences de commerce, de facilités portuaires, de compagnies maritimes et de succursales bancaires placées sous la tutelle de la City de Londres. En 1921-57, près de 70 % des emplois dépendaient du commerce d’entrepôt, de ses infrastructures d’encadrement (communications et transports) et d’autres services (base britannique, banques et assurances, services sociaux). L’industrialisation des années 60-70 a provoqué un recul relatif et temporaire de ce pourcentage (60 % en 1980), mais a créé, en se mêlant aux fonctions commerciales et de services déjà établies, une demande de nouvelles prestations, s’étendant à la région et même au-delà, au rythme du développement remarquable de l’économie de Singapour depuis l’indépendance.

  • 2 Source : Yearbooks of Statistics, Balance of Payments, Singapore, 1984/85, p. 85.

4L’ère des économies tertiaires et des sociétés post-industrielles est née au seuil des années 80 dans la plupart des pays occidentaux, les échanges de services représentant plus du cinquième des échanges mondiaux. Singapour, affichant une longue expérience dans ce domaine, détient plusieurs records : il se place dans le peloton des quatre et cinq pays au monde pour la part du secteur tertiaire au sein du produit national brut (67 % en 1985) et de la population active (62 %), parmi les quinze premiers exportateurs de services et les trois premiers pays pour le ratio des revenus invisibles rapporté au nombre d’habitants (derrière la Norvège et la Suisse). Son économie est très dépendante des flux de ses revenus invisibles, qui compensent la détérioration de la balance commerciale, et contribuent régulièrement au surplus de la balance des paiements ; les recettes nettes, provenant des services, représentent à elles seules deux à quatre fois le montant de l’apport net en capital selon les années2.

5Le secteur tertiaire (737 000 emplois en 1985 contre 396 000 pour l’industrie manufacturière et le bâtiment) enregistre le taux de croissance le plus élevé et dégage la part de valeur ajoutée le plus performante. Les services de nature commerciale demeurent en tête (265 000 emplois et l/5e du revenu tertiaire total) suivis par des services divers (242 000), les communications et les transports (123 000), et les services financiers ou d’affaires (101 000).

  • 3 Badham Richard, “The sociology of industrial and post-industrial societies”, Current Sociology, 198 (...)

6En soulignant le rôle croissant exercé par des services de contrôle et de distribution du savoir (éducation, recherche, communications et médias, informatique et dérivés, conseil et consulting), on peut se demander si Singapour n’est pas en train de devenir un “brain center ou une « société de l’information ». L’importance du tertiaire est liée à l’avantage comparatif que possède la cité-Etat dans l’offre et l’exportation de services en direction de son environnement immédiat, et qui laisse supposer que l’île soit appelée, d’ici à la fin du siècle, à se développer comme un pôle régional de services sophistiqués et de matière grise3.

1. Un système élaboré de transports et de communications

7Qu’on évoque les fonctions les plus anciennes de cet emporium, celles du commerce, ou l’essor le plus récent de services tertiaires avancés, le rayonnement de ses activités ne pouvait s’affirmer sans le support d’un système de communications internationales remarquable.

Les services portuaires, intermédiaires entre le régional et le mondial

Singapour, deuxième port du monde

  • 4 Teo (167), 1962, 62 p., Wee (173), 1977, 97 p.
  • 5 Source : Singapore Yearbook of Statistics 1984-85, Marine Department, Primary Production Division a (...)

8L’histoire toute entière de Singapour est d’abord celle d’un port colonial, commercial et militaire, dont le développement repose sur sa position géostratégique, au carrefour de routes maritimes essentielles pour diverses grandes puissances extérieures à la région comme pour les pays d’Asie du sud-est. Cette vocation, consolidée depuis 1965 par l’implantation d’une industrie navale et pétrolière, a permis à la cité-Etat de se hisser parmi les premiers ports du monde avec Rotterdam, New York, Kobé et Houston4. Escale pour plus de 4 000 lignes maritimes reliant 300 ports différents dans le monde, accueillant tous les types de navires (y compris militaires) et de pavillons, Singapour s’affirme comme relais de la navigation internationale de gros tonnage et comme centre de collecte ou de redistribution de produits à l’échelle régionale, par cabotage et cargos de petite capacité. Son traffic portuaire a presque doublé en dix ans, enregistrant en 1984, 30 000 mouvements de navires et 104 millions de tonnes de fret (dont 70 % de flux pétroliers). L’Asie du sud-est, si l’on y ajoute le fret avec l’Indonésie (les statistiques singapouriennes restant muettes à son propos), représente le second partenaire maritime de l’île-Etat, derrière le Moyen Orient exportateur de pétrole, et dépasse l’Asie du nord-est (Japon inclus)5.

  • 6 Port of Singapore Authority, The port of Singapore, 1984, 128 p. Singapore Shipping Agencies. Guide (...)

9En combinaison avec les capacités industrielles d’accueil (terminaux des raffineries pétrolières, chantiers de réparation navale), le port de Singapour offre de vastes infrastructures : cinq docks, douze kilomètres de quais et de berges spécialisées, 2 000 hectares d’entrepôts couverts, 10 000 employés travaillant jour et nuit 365 jours par an. Le dock de Keppel Wharves peut recevoir à lui seul trente navires simultanément et s’acquitter de ses tâches dans un délai record ! Dès 1973-74, les autorités portuaires (Port of Singapore Authority) ont lancé un programme de modernisation des installations et d’amélioration de la productivité en termes de rapidité de l’acheminement du fret et de maintien de la modicité du prix des services rendus. L’informatisation du mouvement des marchandises est achevée aujourd’hui et le transport par conteneurs connaît un essor très rapide (neuf terminaux opérationnels, 20 % du fret total en 1985)6.

  • 7 U.N., ESCAP, Review of developments in shipping, ports and waterways in the ESCAP region, Bangkok, (...)

10Le rayonnement maritime de Singapour s’étend aussi à sa flotte marchande (13e rang mondial avec 2 000 bâtiments, 7,73 millions de tonnes GRT), qui dépasse celle de l’Inde, de deux fois celle de Hong Kong, et qui représente 54 % de la capacité navale totale de l’ASEAN (trois fois celle des Philippines, quatre à six fois celle de l’Indonésie et de la Malaisie). Le cinquième de cette flotte est géré par la compagnie nationale NEPTUNE ORIENT LINES. Singapour se classe enfin au 3e rang mondial, derrière le Libéria et Panama, pour le nombre et le tonnage des navires étrangers battant son pavillon (Allemagne Fédérale et Japon surtout)7.

  • 8 Indonesia and Malaysia continue their uneconomic effort to enlarge the number of ships under their (...)

11L’effort de développement du commerce direct, sans recourir à Singapour, entrepris par les pays voisins, implique la construction et le bon fonctionnement de leurs propres infrastructures portuaires. La Malaisie et, plus récemment, l’Indonésie, tentent de s’engager dans cette voie mais se heurtent à de multiples problèmes rendant difficile toute compétition avec les services performants offerts par Singapour8.

Relations portuaires avec la Malaisie

  • 9 Malaysian Yearbook of Transport Statistics, 1982. Malaysian Business, Dec. 1975, pp. 47-49. Maritim (...)

12Singapour continue à exercer des fonctions vitales pour la Malaisie, non seulement en matière de fret international, mais aussi comme port-charnière entre les deux côtes de la péninsule et entre cette dernière et la Malaisie orientale. Même si le taux de fréquentation portuaire et le fret total enregistrés en Malaisie s’élèvent à plus du tiers des chiffres correspondants dans le cas de Singapour, Port Klang (avant-port de Kuala Lumpur) et Johore Port (Johor Baru et Pasir Gudang), pris individuellement, ne soutiennent pas la comparaison avec les facilités disponibles dans l’île-Etat. Ils se bornent souvent à acheminer ou réceptionner des marchandises devant ou ayant transité par elle, activité qui constitue l’essentiel des échanges avec les autres ports de Malaisie comme ceux de Penang et du Sabah9.

  • 10 Le transport par rail ou route du caoutchouc du Kelantan, Etat pourtant situé au nord de la péninsu (...)

13Les taxes douanières et portuaires gonflent en Malaisie les coûts, plus élevés en moyenne de 15 % que ceux pratiqués à Singapour, et ni Port Klang ni Pasir Gudang (14 mètres de profondeur en eau contre 20 à Singapour) ne sont en mesure d’accueillir des tankers dépassant 80 000 tonnes. Plus de 80 % des exportations destinées à Singapour sont transportées par rail ou route dont les prix concurrencent le cabotage côtier, en recul constant10.

  • 11 Johore Port Authority, A glimpse of Johore Port project, 16 July 1977, 38 p. CHRISTIANI and NIELSEN (...)

14Parallèlement à des travaux de modernisation et de décongestionnement de Port Klang (accès routiers, télécommunications, terminaux de conteneurs), la Malaisie a voulu créer au Johore, à partir de 1974, des infrastructures portuaires susceptibles de détourner de Singapour une partie de ses échanges maritimes. A défaut d’étude de faisabilité préalable très précise, Pasir Gudang a certes été construit mais l’approche de ce nouveau port à travers le détroit de Johore s’est révélée ultérieurement longue et difficile : les gros bâtiments doivent faire appel aux services d’un navire pilote, traverser les eaux territoriales de Singapour au nord-est de l’île, et peuvent craindre, comme instrument de pression potentiel, l’imposition par les autorités insulaires de taxes de passage et de contrôles stricts à l’égard des pavillons de complaisance (prévention des pollutions). Là encore, il faut conclure par un constat a posteriori d’interdépendance entre le Johore et son « petit » voisin, largement identique aux observations relevées dans le domaine de l’investissement et de la délocalisation industriels11.

Faiblesse des infrastructures portuaires en Indonésie

  • 12 FEER, 16.02.84, pp. 50-51.

15Bien qu’aucune statistique fiable ne soit disponible en matière de commerce maritime bilatéral, Singapour, relayé par Penang et Port Klang, continue à drainer une part substantielle des échanges de l’Indonésie avec le reste du monde. La flotte marchande de ce pays est composée de nombreux petits bâtiments vétustes, spécialisés dans le trafic à l’intérieur de l’archipel (produits de base et passagers), tandis que les deux compagnies nationales, parmi les plus déficitaires du pays, la JAKARTA LLOYD et PELNI travaillent dans le fret international12. Dans son ensemble, l’infrastructure portuaire demeure assez archaïque et souffre de maux divers : éparpillement du territoire, isolement des ports, lenteur des lignes maritimes intérieures, congestion des grands ports, main-d’œuvre inefficace, insuffisance ou vieillissement des équipements, lourdeurs administratives, coûts portuaires très élevés et corruption.

16Un décret présidentiel d’avril 1982 rend obligatoire le contrôle des sociétés indonésiennes du transport maritime intérieur et la canalisation des échanges avec l’étranger par les grands ports : Tanjung Priok (Jakarta), Tan-jung Perak (Surabaya), Ujung Pandang (Sulawesi), Belawan (Sumatra nord). Plusieurs prêts de la Banque Mondiale permettent d’entreprendre leur modernisation et rationalisation et de nourrir l’ambition de diminuer les coûts portuaires en vigueur afin de pouvoir concurrencer Singapour. A ces projets s’ajoute celui de la création d’une industrie navale, idée lancée par le ministre Habibie en 1984.

  • 13 Reksopoetranto : voir note 14 dans chapitre i.

17La plupart des analyses étrangères et même indonésiennes expriment la plus grande réserve à l’égard de la faisabilité et de la viabilité de toutes ces propositions, l’écart entre l’objectif et la réalité demeurant profond. Alors qu’on parle volontiers d’un début de complémentarité maritime dans la péninsule malaise, peut-être convient-il mieux de qualifier de dépendantes les relations portuaires liant encore l’Indonésie à Singapour, escale quasi-régulière des navires prenant en charge le commerce extérieur de l’archipel13.

Singapour et la libre circulation maritime dans le détroit de Malacca

  • 14 Cain (191), 1975, 27 p. Chia Lien Sien in Colin Mr Andrews (ed.), Southeast Asian frontiers for dev (...)

18En 1970-73, un différend à propos du régime juridique du détroit de Malacca a opposé Singapour, ferme défenseur de son statut international, garantissant la libre navigation indissociable de la viabilité économique de l’île, aux deux pays voisins, désireux d’étendre au maximum leur zone économique exclusive et de contrôler pour des raisons de sécurité le passage des 150 navires utilisant en moyenne chaque jour cette voie maritime (contrôle des navires militaires et prévention des pollutions créées par des naufrages liés à la faible profondeur du détroit). L’Indonésie et la Malaisie poursuivaient un double objectif : accentuer leur pression sur le Japon, recevant par ce détroit l’essentiel de ses fournitures en énergie, pour obtenir d’importantes concessions économiques en retour ; diminuer leur dépendance vis-à-vis de Singapour en remettant en cause l’une des conditions fondamentales de sa viabilité14.

  • 15 Das C.V. et V.P. Pradhan, Some international law problems regarding the Straits of Malacca, Singapo (...)

19Soutenu par les USA, l’URSS, le Japon et par la Thaïlande, au sein de l’ASEAN, Singapour est parvenu à dévier les intentions politiques initiales de ses voisins en les transformant en problèmes techniques devant être réglés par le droit maritime international. Parmi les 121 détroits majeurs existants dans le monde, comment était-il possible de faire une exception à la future convention sur le droit de la mer qui devait garantir à Singapour, géographiquement enclavé, l’internationalisation permanente du détroit et l’accès aux zones économiques des pays riverains15 ?

  • 16 Basic Agreement between Indonesia and Singapore in the Strait of Singapore, Jakarta, 25 May 1973, S (...)

20Le 16 novembre 1971, un « non-accord » tripartite est intervenu, Singapour jouant habilement la carte de la modération en prenant note de la position de ses deux voisins, en invitant les flottes de toute provenance à poursuivre leur libre escale dans son port et en acceptant l’idée d’une coopération des Etats riverains en matière de sécurité de la navigation dans le détroit. En avril 1973, Singapour a proposé la mise en œuvre d’un système tripartite de prévention des accidents des super-tankers et des navires de guerre. Le naufrage du pétrolier Showa Maru en janvier 1975 à huit kilomètres au sud de Singapour est venu renforcer la crédibilité de ce projet : le “Trafic Separation Scheme” adopté en février 1977 est entré en vigueur le 1er mais 1981 sans autre modification du statut international du détroit, auquel les dirigeants de Singapour répètent régulièrement leur attachement16.

  • 17 Lancée au xixe siècle par Ferdinand de Lesseps, l’idée de ce canal fut reprise plusieurs fois mais (...)

21Ressorti des tiroirs en 1973-75, le projet de la Thaïlande de percer un canal dans la région de Kra afin de relier le Golfe du Bengale à la Mer de Chine méridionale, sans avoir besoin de contourner la péninsule malaise, constitue une autre proposition susceptible d’affecter le contrôle quasi exclusif de la principale voie maritime vers l’Extrême-Orient dont bénéficie Singapour17. Même si ce projet ne semble pas devoir se concrétiser, son existence illustre cependant, comme la crise relative au statut des détroits, le degré de dépendance de la cité-Etat à l’égard de tout facteur de changement ou de rupture introduit brutalement dans la région.

Singapour : carrefour aérien en Asie du sud-est

Un aéroport de réputation mondiale

  • 18 Hutton Peter, Wings over Singapore: the story of Changi airport, Singapore, Dept. Civil Aviation, 1 (...)

22Pour prolonger loin au-delà de ses frontières l’attrait de sa position géographique, le dynamisme de son économie et la qualité de ses services, Singapour devait se doter d’une infrastructure aérienne performante. Porte de la région Asie-Pacifique conjointement avec Bangkok et Tokyo, plaque tournante du trafic intra-ASEAN, l’aéroport ultra moderne et luxueux de Changi, inauguré en décembre 1981 (réalisation : 800 millions de US$), se classe parmi les dix premiers du monde18. Desservi par 38 compagnies aériennes étrangères, Changi recense 185 vols quotidiens et peut en recevoir vingt simultanément. En 1985, il a accueilli plus de 9 millions de passagers (dont 1,7 entre Singapour et la péninsule et 1 million en transit) et traité 300 000 tonnes de fret, soit 4 et 20 fois plus respectivement que l’aéroport de Kuala Lumpur. Les pays de l’ASEAN sont les premiers usagers, soit 40 % du trafic passagers et 26 % du fret, domaine dans lequel Singapour canalise 85 % des flux intra-ASEAN.

  • 19 Singapore Economic Bulletin, May 84, p. 31 ; June 84, p. 35 et Oct. 84, p. 39.

23La construction d’un second aérogare et de nouvelles pistes devrait permettre dès 1989-90 de doubler la capacité : 20 millions de passagers/an et 66 mouvements aériens possibles par heure. En 1984, la Singapore Civil Aviation Authority a été classée au premier rang mondial pour la qualité de ses installations de contrôle et de gestion, à niveau égal avec ses homologues de Londres, Amsterdam et Francfort19.

Prépondérance régionale de Singapore International Airlines

  • 20 Hutton Peter, The pursuit of excellence: an island and its airline, Singapore Airlines, 1979. Sikor (...)

24La compagnie nationale SIA (10 000 employés), en cours de privatisation depuis 1985, contribue à ce palmarès aérien : desservant 40 villes dans 28 pays, elle se place au 6-8e rang de l’aviation civile internationale et en 3position en termes de productivité (capacité tonne/kilomètre/employé) derrière NORTH WEST ORIENT (USA) et JAPAN AIRLINES20.

  • 21 Malaysian Yearbook of Transport Statistics. FEER, 17.10.85, pp. 96-97. “SIA’s ascendancy in the 70’ (...)

25SIA pèse lourd sur l’échiquier des compagnies aériennes de la région et est de ce fait parfois mal acceptée par les autres. Si la MAS (MALAYSIAN AIR SYSTEM) devance la SIA pour le nombre de passagers transportés (5,6 millions contre 4,8 en 1984-85, les chiffres incluant le trafic intérieur pour la MAS), tous les autres indicateurs montrent une suprématie de SIA. Très présente sur les longs courriers (27 Boeing 747) et sur les vols régionaux (14 Airbus), SIA possède la flotte la plus moderne et de haute qualité, rejointe seulement sur ce dernier point par THAI AIRWAYS très active sur les lignes de l’Asie du sud et du nord-est21.

26Entre Singapour et Kuala Lumpur, SIA et MAS ont organisé un système équitable de vols alternés, étendus depuis 1983 à Penang, Pulau Tioman et Langkawi (tourisme) ; SIA représente à elle seule 20 % du fret passagers et cargo de l’aéroport de Kuala Lumpur.

  • 22 S.T., 02.04.80.

27L’Indonésie (GARUDA) a consenti un partage d’exploitation similaire sur les deux lignes Singapour/Jakarta et Singapour/Medan (2 000 places/jour) mais ne concède aucun autre droit aérien à SIA sauf sur Bali22.

  • 23 S.T., 19.12.84.

28En 1981, un différend a opposé la Malaisie à Singapour : Kuala Lumpur a voulu réduire des 2/3 la longueur des deux corridors d’approche aérienne de Changi fixée à 90 miles nautiques et englobant le sud du Johore. Opposés à toute extension du South Johore Flight Information Region, les pilotes ont maintenu leur préférence pour un seul et unique réseau d’information aérienne contrôlé, comme par le passé, par Singapour23.

Solidarité aérienne de l’ASEAN en faveur de Singapour

29En 1979, les partenaires de Singapour ont témoigné de l’importance qu’ils accordent aux fonctions de nœud aérien régional assurées par Changi. L’Australie avait annoncé, unilatéralement, une promotion de ses vols QANTAS vers l’Europe, sans escale à Singapour, et, soucieuse de diviser l’ASEAN, une augmentation parallèle des autorisations de vols vers Sydney en faveur des autres membres de l’Association. Singapour, contrôlant 30 % du trafic Europe-Australie, se trouvait donc visé par ces mesures discriminatoires et Canberra escomptait que les autres capitales de l’ASEAN ne soient pas mécontentes de cette atteinte portée à sa suprématie aérienne.

30La réunion ministérielle de l’ASEAN du 22 février 1979 a pourtant dégagé une remarquable unité en rejetant toute discrimination extérieure à l’encontre de l’une des cinq compagnies aériennes de la région et en menaçant l’Australie de rétorsions collectives : Canberra finit par retirer sa décision.

  • 24 Broinowski (480), 1982, pp. 144-168. Garnaut (184), 1980, chapter 9. PEER, 18.05.79, pp. 87-88 et 2 (...)

31Craignant toute réduction des vols transitant par Singapour susceptible de pénaliser le marché du tourisme régional, les cinq ont témoigné d’une solidarité économique qui coïncidait cette année-là avec une volonté commune de nature également politique à la suite de l’invasion vietnamienne au Cambodge et à la veille de l’ouverture de la 5e CNUCED à Manille. La diplomatie singapourienne a manœuvré habilement sur ce terrain et a tiré son épingle du jeu ASEAN-Australie en exploitant au maximum la conjoncture politico-économique dans les termes perçus par ses partenaires24.

Singapour, carrefour régional de flux touristiques d’affaires et de loisirs

  • 25 Singapore Tourist Promotion Board, Tourist Statistical Report (Annual). ARB, 31.07.80, pp. 702-3 et (...)

32A la croisée des routes touristiques de l’Asie sud-est, Singapour accueille le plus grand nombre de visiteurs étrangers (3 millions en 1985, plus que la Thaïlande) et en retire le plus gros revenu parmi les pays de l’ASEAN. Le voyageur n’est pas attiré par la ville chinoise, China Town, réduite à sa plus simple expression par les architectes des grattes-ciel de la City, mais par l’excellence de ses infrastructures hôtelières (17 000 chambres de niveau international) et commerçantes, typiques d’une société urbaine très occidentalisée, et complémentaires des espaces plus traditionnels dans les pays voisins. Dans le cadre de la coopération économique intrarégionale, les Etats de l’ASEAN envisagent Singapour comme le point de départ de nombreux voyages organisés dans la région et comme l’un des centres majeurs d’exploitation du marché touristique dans cette partie du monde25.

  • 26 Singapore Tourist Promotion Board, Survey of overseas visitors 1983. Seetoh Oi Moon, Patterns of to (...)

33Parmi ce flot de visiteurs, les nationalités de l’ASEAN représentent 35 % du total : les Malaisiens (17 %) devancent les Japonais (12,4 %), les Indonésiens et les Australiens (10 % chacun). Malaisiens, Indonésiens et Thaïlandais (4 %) séjournent quatre à cinq jours en moyenne et profitent des choix et prix de divers biens de consommation plus intéressants que dans leurs pays d’origine. Ils créent ainsi des flux de commerce « touristique » informels entre Singapour et ses voisins (appareils photographiques, optique, microinformatique, produits de luxe,...). Bon nombre d’entre eux viennent également pour rencontrer des parents (familles chinoises), régler des affaires, habiter un moment un appartement acheté à prix d’or, ou transiter vers d’autres destinations après quelques achats26.

  • 27 Southeast Asian Affairs 19S4, p287. S.T., 11.05.85.

34Pour limiter les voyages à l’étranger de ses ressortissants, et l’hémorragie financière en découlant, l’Indonésie prélève depuis novembre 1982 une taxe de sortie de 150 US$ par individu ; cette mesure n’empêche pas les Indonésiens aisés de se déplacer sans cesse plus nombreux, et la chute de 30 % des visiteurs de ce pays à Singapour, en 1983 par exemple, semble résulter surtout de la dévaluation de la rupiah au mois de mars27. En termes analogues, les douanes sont devenues plus sévères en Malaisie à l’égard du trafic routier empruntant le Causeway (Singapour-Johor Bara), mais toute politique de fermeté véritable se heurterait à l’interdépendance économique des deux rives du détroit de Johore vers lesquels transitent chaque jour des milliers de travailleurs de part et d’autre.

  • 28 Tan It Koon, Motivations, reasons and mechanics of hosting conference, Singapore Professionals, 198 (...)

35Si le tourisme de loisirs s’avère rémunérateur, le voyage d’affaires (570 000 personnes en 1985) constitue une autre source lucrative qui repose sur la concentration à Singapour de sociétés actives dans la région. Souhaitant faire fructifier la situation privilégiée de l’île au carrefour des voies de communication internationale, le secteur immobilier et l’hôtellerie ont bâti une nouvelle vocation pour le cité-Etat : s’affirmer comme un « Genève » de l’Asie en prévoyant locaux et salles de réunion pour les conférences internationales, les séminaires socio-professionnels, les foires et expositions industrielles (Convention Centre, Science Park,...). Le complexe de 75 étages achevé récemment à côté du vieil hôtel colonial “Raffles” est la réalisation-phare de Singapour la plus gigantesque dans ce domaine28.

Singapour, capitale régionale de la communication du savoir

36Le développement de services tertiaires avancés au départ de Singapour et comme relais de la mutation technologique intervenant dans les pays industriels forge l’image de plus en plus véhiculée d’une cité-Etat concentrant matière grise et savoir-faire. Depuis une douzaine d’années, Singapour veut se présenter comme un foyer d’experts dans plusieurs branches porteuses et qui méritent d’être examinées.

Un nœud de télécommunications internationales

37Singapour est l’un des grands carrefours de télécommunications internationales ; son volume d’activités le classe au premier rang dans la région, et au seizième dans le monde pour les communications par satellite. Fonctionnant sans arrêt, la Telecommunication Authority assure un éventail de services mis à la disposition du trafic aérien et maritime et des relations d’affaires, très denses sur ce point du globe.

38Reliée par téléphone et telex à 207 pays et par ligne automatique directe à plus de 150, l’île dispose de 45 téléphones pour 100 habitants, moyenne inférieure à celle de Hong Kong. Seize millions d’appels, quinze millions de telex et 340 000 télégrammes vers l’étranger, auxquels s’ajoutent 628 millions d’articles postés toutes destinations confondues, ont été comptabilisés en 1985.

  • 29 Guevara Petrolino, ASEAN transport and communication equipment manufacturing industries, Jakarta. C (...)

39Les deux stations de Sentosa sont reliées aux systèmes INTELSAT et IMMARSAT (International Maritime Organization) couvrant l’Océan Indien et le Pacifique, et la base de Yio Chu Kang est en contact permanent avec la navigation aérienne et maritime (télécommunications, météorologie, recherches et secours, aide médicale,...). D’autres services sophistiqués sont disponibles : Telefax (transmission de facsimile par satellite), Telexmail (abonnement au telex public), Telepac (accès aux bases de données de 20 pays), Prisnet (réseau privé de communications), Flight Information Distribution Service (vols aériens et réservations d’hôtels), Travelnet (réservation touristique informatisée), Credit Card Authorisation Telephone (vérification internationale). Dès 1986-87, les industries américaine et française équiperont en fibres optiques les centraux téléphoniques de Singapour et se lanceront dans la fabrication sur place de circuits intégrés29.

  • 30 Department of Transport, Communication and Tourism, Directorate of Posts and Telecommunications, AS (...)

40Un réseau de communications par câble sous-marin rapproche plusieurs capitales de l’ASEAN, le dernier projet étant de relier Brunei. Mise à part l’étroite collaboration entre Singapour et la Malaisie motivée par des raisons géo-territoriales, la coopération avec l’Indonésie (notamment la dynamique société nationale de télécommunications PERUMTEL) s’accroît : deux nouveaux câbles vont être posés, via Singapour, entre Medan, le Moyen Orient et l’Europe, et entre l’Indonésie et l’Australie. Jakarta a invité Singapour à participer à son programme de satellites PALAPA, l’île jouant un rôle de transmetteur-relais vers l’archipel de Riau, Sumatra et Kalimantan. En 1982, les deux pays ont même imaginé un système de téléconférence audiographique, abandonné par la suite, les hommes d’affaires préférant se déplacer physiquement (une heure d’avion entre Jakarta et Singapour)30.

Un centre régional d’éducation et de formation

41Singapour s’était déjà affirmé durant la période coloniale par la qualité de ses écoles secondaires privées et par des liens étroits entretenus avec l’Université de Malaisie à Kuala Lumpur. Ces deux pôles urbains de la péninsule ont longtemps offert l’unique réseau d’enseignement de haut niveau en Asie du sud-est.

  • 31 Sur le système d’éducation à Singapour, consulter également la partie conclusive de l’ouvrage. Seau (...)

42Dès 1959-60, le gouvernement de Lee Kuan Yew a considéré l’éducation comme prioritaire (10 % du budjet annuel en 1959-78, 20 à 30 % en 1979-85). Seul instrument capable de faire fructifier le capital humain, unique ressource appartenant en propre à la cité-Etat, cette mission éducative devait amorcer un vaste mouvement de cohésion sociale, de réceptivité à l’égard des contraintes internationales et de familiarisation aux techniques modernes31.

  • 32 S.T., 19.04.84.

43Le renom du système éducatif discipliné et rigoureux mis en place s’étend à la région entière. Quatre à six mille enfants de Malaisie et un nombre non négligeable d’Indonésiens et de Thaïlandais sont envoyés dans les 425 écoles primaires et secondaires de Singapour (526 000 élèves en 1985), d’où ils sortiront solidement formés et maîtrisant bien la langue anglaise, ce qui est loin d’être le cas en Indonésie surtout32. Le même phénomène se reproduit dans l’enseignement supérieur (40 000 étudiants et 3 400 enseignants) : des composantes de l’élite régionale, surtout dans les milieux d’affaires, ont étudié à l’Université Nationale de Singapour (commerce, gestion, sciences économiques, techniques spécialisées) dont la qualité est reconnue dans le monde entier et qui bénéficie de la contribution de spécialistes étrangers. Parmi ces étudiants originaires de l’ASEAN, ceux d’ethnie chinoise, victimes de discriminations en matière d’accès à l’université en Malaisie et en Indonésie, forment la majorité. Leur famille entretient des liens avec quelque parent proche ou éloigné établi à Singapour, et reproduit en quelque sorte l’ancienne tradition d’envoyer au moins un fils étudier aux sources de la culture chinoise : de la Chine devenue communiste, le « transfert culturel » s’est dirigé vers Singapour, Hong Kong et Taïwan.

44Singapour exerce également une attraction pour de nombreux chercheurs et hauts fonctionnaires de l’ASEAN, intéressés par la richesse et l’organisation des bibliothèques locales (University Library, National Library), par ses centres linguistiques de perfectionnement en anglais, et par deux institutions spécifiques nées aux lendemains de la création de l’ASEAN : le National Public Service Institute et l’Institute of Southeast Asian Studies (dans lequel une partie substantielle de cet ouvrage a pris forme).

  • 33 Vocational and technical training in Singapore, the potential of a regional training centre, NUS Si (...)

45Le tableau serait incomplet si le rôle de l’industrie et des services dans le domaine de la formation professionnelle était passé sous silence : banques et compagnies transnationales drainent à Singapour le personnel local de leurs filiales des pays voisins et leur proposent des formations dans l’enceinte de leur siège régional33. Le contrat de formation devient un nouveau service offert à des voisins gros demandeurs dans ce domaine, même si les capacités d’accueil de Singapour sont limitées.

46Le système singapourien d’éducation est souvent cité en référence. Il inspirait par exemple, le ministre indonésien Nugroho, brutalement décédé en juin 1985, pour une réforme de l’école secondaire dans son pays.

Une industrie de l’imprimerie et de l’édition à l’échelle régionale34

  • 34 Lee Hsien Loong, Minister of Slate for Trade, Industry and Defence, (Speech), “Singapore as the reg (...)
  • 35 Singapore Economic Bulletin, August 1984, p. 8 et Singapore Business, Sept. 1984, pp. 8-13. Pour Ho (...)

47Foyer d’une industrie de l’imprimerie et de la reproduction durant la période coloniale, abritant plusieurs sociétés d’édition dès les années cinquante (Donald Moore, Eastern Universities Press, Marican and Sons), Singapour, qui a organisé en 1978 le premier congrès mondial de l’imprimerie, essaie de concurrencer Hong Kong, mieux implanté sur les marchés régionaux. Regroupant plus de 330 entreprises et 14 000 employés, il s’agit du troisième centre d’Asie pour l’imprimerie (derrière Hong Kong et le Japon), dominé par quatre sociétés principales (TIEN WAH PRESS, SINGAPORE NEWS AND PUBLICATIONS, TIMES PRINTERS et SINGAPORE NATIONAL PRINTERS) et huit agences de distribution de matériel35.

48L’industrie de l’emballage et de l’expédition, dominée par quelques gros investissements (LAMIPARK and PANTHERS, TETRA PARK, METAL BOX, POLARPARK, FRASER and NEAVE, CITY CARTON, UNION CONTAINERS and WIN BOX) canalise une grande partie de la demande régionale, les flux intra-ASEAN de marchandises transitant à Singapour par quantités considérables, et son expansion a sextuplé depuis 1970.

  • 36 Singapore Business, December 1983, pp. 25-29.

49Troisième composante, l’édition : les sociétés de l’après-guerre ont été rejointes par 600 autres, dont FEDERAL PUBLICATIONS, FAR EASTERN PUBLICATIONS (années 60) et, PAN PACIFIC, TIMES EDUCATIONAL, PAN ASIA, THE WORLD BOOK, CHOPMEN PUBLISHERS (années 70). Relais en Asie du sud-est des grandes maisons d’édition américaines, australiennes et britanniques, Singapour distribue 80 journaux et revues de l’étranger (47 en 1979) et des ouvrages scientifiques et universitaires introuvables ailleurs. La copie de certains quotidiens et hebdomadaires comme l’Economist, l’International Herald Tribune, Time Magazine, est transmise par satellite (facsimile). Pour d’autres revues, Hong Kong utilise la cité-Etat comme boîte aux lettres et centre de réexpédition internationale en raison du timbrage postal plus avantageux (Asiaweek, Far Eastern Economic Review, Asia Finance, Asian Wall Street Journal)36.

50Singapour est un pôle de distribution des publications d’audience internationale en direction des capitales de 1’ASEAN (sauf Manille plus proche de Hong Kong), dont la concentration et la modernisation s’accentuent comme en témoigne la naissance en 1984 de SINGAPORE PRESS HOLDINGS à partir d’une fusion entre TIMES PUBLISHING, STRAITS TIMES PRESS et SINGAPORE NEWS and PUBLICATION. En Malaisie, orientée culturellement vers les mêmes circuits d’achats anglophones, diverses sociétés singapouriennes déjà mentionnées possèdent des filiales de commercialisation. Vers Jakarta, Medan et Kuala Lumpur, la cité-Etat poursuit activement sa traditionnelle fonction de redistribution d’ouvrages à caractère religieux (Islam), activité qui, comme celle du transit des avions de pèlerins indonésiens en route pour La Mecque, est un héritage de la période coloniale.

Singapour, centre de soins médicaux en Asie du sud-est

  • 37 Ambassade de France à Singapour, Poste Economique, Industrie et circuits d’achats pharmaceutiques, (...)

51Soixante à 70 % des importations pharmaceutiques de Birmanie, Brunei, Malaisie, Thaïlande et d’Indonésie proviennent des entrepôts de Singapour et parfois de ses laboratoires (pénicillines). L’implantation d’un projet ASEAN de production du vaccin américain de l’hépatite B constitute la preuve la plus récente que la petite république s’impose comme un centre médical de soins et de fabrications37.

  • 38 ST., 12.09 et 21.11.84, 19.01.85. FEER, 14.03.85, pp. 68-71. Singapore Business, July 1980, pp. 49- (...)

52Une centaine d’entreprises pharmaceutiques, dominées à 80 % par des capitaux étrangers, sont installées à Singapour, dont BEECHAM, la plus importante, qui y a investi pour la troisième fois consécutive en 1982. Si la production d’équipements dans ce secteur est encore absente, pouvoirs publics et sociétés (TEMASEK, TRAVENOL LABORATORIES, BIOTECH, KARNEGAFUCHI CHEMIL) s’orientent vers des technologies avancées : biologie moléculaire, fermentations pour antibiotiques, biotechnologies, instruments électro-médicaux38.

53En matière de soins médicaux, 11 hôpitaux publics et 11 cliniques privées (10 000 lits et 23 000 admissions/an), 29 maternités et centres de pédiatrie, et une large variété de services spécialisés attirent de nombreux patients de la région, locaux et expatriés. Ceux-ci sont pris en charge par un corps de 8 000 infirmières et de 2 500 médecins, souvent formés dans les meilleures universités américaines et britanniques.

54La médecine chinoise continue à exercer une influence non négligeable parmi la population de Singapour et de Malaisie : 12 % des importations pharmaceutiques de l’île proviennent de Hong Kong et de Chine.

Concentration de matière grise et de savoir

  • 39 Department of Statistics, Report on the survey of services 1980, Singapore, June 1982, 328 p. Minis (...)

55Une analyse du secteur tertiaire de Singapour a recensé pour 1980 environ 5 000 sociétés (47 000 emplois) engagées dans des activités de conseil juridique et fiscal, d’ingénierie, de prospection et de publicité, de commercialisation, de gestion, de recrutement de personnel, de services médico-sociaux. En 1985, on dénombrait plusieurs centaines de bureaux spécialisés exclusivement dans le conseil, la majorité, dans le domaine de la gestion d’entreprise, les autres dans ceux de l’immobilier, de l’aviation et de la navigation, de la certification, des assurances, de la sécurité-surveillance, des relations publiques…39.

56Ces sociétés sont, avec les banques et les ambassades, les premiers interlocuteurs des hommes d’affaires à la recherche d’informations sur les marchés de l’ASEAN, sur les procédures locales de négociation, de commercialisation ou d’investissement, et leur consultation est souvent indispensable pour appréhender les pesanteurs de la bureaucratie, de la corruption, et de la complexité des législations nationales.

57A titre d’exemple, l’industrie de l’ingénierie en génie civil réunit 120 sociétés à Singapour, dont 30 % de filiales anglo-saxonnes. Ayant commencé à étendre sa renommée en Asie du sud et du sud-est dès 1960-65, en s’appuyant sur des réseaux de clientélismes locaux (diaspora chinoise), son emprise géographique réelle est difficile à cerner aujourd’hui en raison du silence observé par les intéressés pour des motifs fiscaux et de concurrence. Il est probable que 10 à 15 % au moins du volume total des contrats traités dans la région sont contrôlés entièrement par des bureaux d’études à vocation exportatrice établis à Singapour. On peut citer des cabinets privés : ANDERSON CONNEL CONSULTANTS au Sabah (immobilier) et au Johore (industrie de l’aluminium), CHAN CONSULTING ENGINEER à Brunei (aéroport), CHAN CHEE WAH MANNSELL en Malaisie-Thaïlande (immobilier et villes nouvelles) et en Indonésie (ponts-et-chaussées), DAMES and MOORE en Malaisie (géologie, géophysique). D’autres sociétés sont présentes dans tous les pays de l’ASEAN : projets portuaires (SIR BRUCES WHITE and WOLFE BARRY), étude des sols (FUGRO), zones industrielles et résidentielles (ENGINEERING ASSOCIATES), ponts-et-chaussées, aéroports, irrigation (SIR WILLIAM HALCROW).

58S’inspirant de leur expérience sur le marché du bâtiment et de la construction à Singapour, les bureaux d’études gouvernementaux sont également présents dans la région (Ministry of Public Works, Housing Development Board, Port Authority of Singapour, Public Utilities Board, Jurong Town Corporation).

59Dans une autre branche de l’ingénierie, celle du génie électrique, on peut évoquer des sociétés dynamiques comme MONENCO ASIA, BASSETT SHIPP, SING CHOW, LIM KIM HAI, LINDETEVES JACOBERG FAR EAST ou SINHIM ELECTRIC.

  • 40 FEER, 31.07.81, pp. 48-50.

60Faut-il conclure avec Lee Kuan Yew40 que l’avenir de Singapour réside dans une polarisation de services spécialisés liés à l’information technique et au savoir scientifique, qui consolideront et garantiront son éventail d’activités commerciales et financières déjà bien établies ?

61Cette stratégie paraît séduisante, même si elle nécessite le consentement au moins implicite des pays voisins consommateurs, ayant leurs propres ambitions nationales (Indonésie en particulier), et des pays industriels, ce qui ne va pas toujours de soi (transferts de technologies). Par ailleurs, l’accumulation d’un certain savoir technique, tourné vers la rentabilisation matérielle à tout prix, ne devrait pas propager un sentiment de supériorité parmi les Singapouriens face aux cultures plus traditionnelles prédominantes dans les pays voisins. Ceci n’est pas toujours le cas et nourrit des conflits ou des malentendus qui pourraient être évités à l’avenir.

2. Singapour, place financière régionale et internationale

  • 41 Le Straits Dollar est né en 1899 (Straits Settlements Currency Note Ordinance).

62La position géographique privilégiée de Singapour, doublée par le développement d’infrastructures de communications, avait favorisé, dès l’entre-deux-guerres, l’émergence d’activités financières dynamiques liées au commerce d’entrepôt et animées par les succursales des banques londoniennes. A partir de Singapour, le colonisateur avait forgé un réseau s’étendant à l’ensemble de l’arrière-pays (Kuala Lumpur, Penang, Malacca, Bornéo nord) grâce à l’instauration d’une devise commune41 et à l’établissement dans l’île d’une bourse de produits de base (caoutchouc, épices, étain).

  • 42 Les principales institutions financières de Singapour sont apparues en 1968-73 : l’Asian Dollar Mar (...)
  • 43 “Singapore as the financial centre of ASEAN”, ASEAN Review, Oct. 1977, pp. 18-19. Cottrell Robert, (...)

63Aux lendemains de l’indépendance, l’expansion du commerce et de l’investissement international, dont Singapour devait tant bénéficier, s’est accompagnée d’une diversification spectaculaire des services financiers (1972-80)42. Le décollage économique des pays de l’Asie du nord-est, de Singapour, puis de l’ASEAN toute entière, a engendré d’énormes besoins de financement sur les marchés de capitaux de Londres et New York, via Hong Kong. S’appuyant sur l’expérience laissée par les Britanniques, la cité-Etat, le Bahrain ou Luxembourg de l’Asie du sud-est, est devenu centre-relais du marché financier international : centre régional de l’offre et de la demande en direction des capitales de l’ASEAN, dont les marchés locaux sont peu structurés ; relais de capitaux américains, arabes, chinois et européens désireux d’investir dans cette zone riche en ressources naturelles43.

La dimension des activités financières de Singapour

Conditions favorables à l’expansion du marché financier de Singapour

  • 44 Tan Ciiwee Huat (301), 1974, 279 p.

64Plusieurs facteurs fondamentaux ont contribué au succès rapide du marché financier de Singapour et les énumérer brièvement permet de mieux comprendre les caractéristiques qui séparent la cité-Etat des marchés des autres membres de l’ASEAN. Singapour est la seule ville qui répond, dans cette région du monde, au concept de centre financier, c’est-à-dire un lieu doté d’un réseau d’institutions et de marchés financiers, offrant un large éventail de services, facilitant les flux domestiques, régionaux et internationaux de commerce et d’investissements, et participant à la croissance économique des pays voisins. A cette définition, s’ajoutent plusieurs conditions remplies par Singapour44 :

  • Un environnement régional où d’importants surplus financiers existent et cherchent à s’investir au-delà des frontières et des contraintes nationales ;

  • Une économie intérieure solide (jusqu’en 1984-85), une devise nationale forte et stable, une inflation dérisoire, une balance des paiements excédentaire ;

  • Une panoplie d’instruments de promotion de l’investissement et des dépôts de capitaux étrangers ;

  • La présence d’institutions financières diversifiées et performantes pouvant recruter sur place des employés bien formés ;

  • L’existence d’un marché boursier et d’un marché des changes étoffés, relayés par des marchés secondaires facilitant les transactions, notamment entre banques ;

  • Le fonctionnement de communications instantanées et ininterrompues avec les autres centres financiers de la planète.

65Cette toile de fond générale est émaillée de mesures gouvernemantales incitatives :

  • Législation juridico-fiscale favorisant l’installation des banques étrangères (licences complètes et restreintes accordées jusqu’en 1969-72, licences off-shore) ;

  • Abolition du contrôle des changes (totale depuis le 1er juin 1978) ;

  • Liberté des banques de fixer l’évolution de leurs taux d’intérêt (depuis 1975) ;

  • Souplesse des conditions financières permettant d’acquérir le statut de résident permanent à Singapour (investir ou déposer environ 500 000 US$) ;

  • Flexibilité et limitation de la taxation sur les comptes bancaires des résidents et non résidents (dès 1969) ;

    • 45 FEER, 05.05.83, pp. 93.95.

    Garantie du secret bancaire, renforcée encore en 198345,et précieuse pour la clientèle privée de certains pays de la région.

La prépondérance de Singapour en chiffres

  • 46 Source : Bank of England Quaterly Bulletin, 1983-84.
  • 47 Skully Michael, Merchant Banking in ASEAN, Kuala Lumpur, Oxford Univ. Press, 1983, 200 p. Singapore (...)

66En 1984-85, 355 banques commerciales étaient présentes à Londres (un quart du marché mondial), 255 à New York et 122 à Singapour. L’île-Etat se classe au septième rang de l’activité bancaire internationale (4,5 % du total), derrière les quatre grands (Grande-Bretagne, USA, Japon, France), immédiatement après la Suisse et les Bahamas, et loin devant les Pays-bas, le Canada, l’Allemagne Fédérale, Hong Kong et Bahrain (2,3 à 2,6 % chacun)46. Parmi les 122 banques opérant à Singapour, 37 (dont 24 étrangères) possèdent une licence complète, 14 une licence restreinte (dépôts/prêts pour résidents à partir d’un seuil défini), 71 une licence off-shore (non-résidents et marché interbancaire) ; 54 bureaux de représentation d’autres banques étrangères, sont également implantés. La liste se poursuit avec 52 banques d’affaires (une en 1970), 34 compagnies financières, 81 sociétés d’assurances, quatre maisons d’escompte47.

  • 48 Lee Sheng Yi (242), 1979, 132 p.

67Toute l’histoire des banques étrangères établies en Asie du sud-est et en Extrême-Orient passe par leur implantation à Singapour et à Hong Kong, ces deux cités devenant des entrepôts de capital pour financer des prêts dans leur région d’influence respective. Les sièges ayant élu résidence dans la City de Singapour sont reliés, dans les autres capitales de l’ASEAN, à des bureaux de représention ou à des succursales, selon la législation en vigueur ; ils canalisent les informations (développement et besoins de financement) et débloquent en retour des prêts et des services après consultation de leur centrale à Londres, New York, Tokyo ou Paris. Les toutes premières banques du monde sont présentes à Singapour mais aussi celles de l’Asie (HONG KONG and SHANGAI, MITSUI, BANK of CHINA, INDIAN BANK) et quelques-unes des plus importantes de l’ASEAN (BANGKOK BANK, MALAYAN BANKING, PHILIPPINE NATIONAL BANK). Les banques étrangères contrôlent à Singapour environ 70 % des avoirs bancaires totaux48.

68Dix des treize banques de Singapour figurent parmi les 50 premières banques de l’ASEAN et appartiennent à des familles chinoises comme les TAN (INDUSTRIAL AND COMMERCIAL BANK) ou les NG (FAR EAST BANK). Deux des quatre « grandes sœurs » (The big Four), DBS et UOB, se rangent aux premiers rangs derrière la BANGKOK BANK :

    • 49 Lee Sheng Yi, “Ownership and control of local banks, Singapore Banking and Finance 80-81, pp. 109- (...)

    DBS (DEVELOPMENT BANK OF SINGAPORE) est la seule des quatre sœurs dans laquelle les pouvoirs publics détiennent la majorité du capital. Très liée à l’Economic Development Board, elle fournit des prêts aux investisseurs étrangers agréés par l’Etat, soutient divers programmes gouvernementaux et participe à des syndications bancaires49 ;

    • 50 FEER, 20.08.52, pp. 55-58 et 16.08.84, pp. 68-69. “UOB: largest of the Big Four, Malaysian Busines (...)

    Sa rivale du secteur privé, UOB (UNITED OVERSEAS BANK), fondée en 1949 par Wee Kheng Chiang sous le nom de UNITED CHINESE BANK, contrôle trois autres banques locales, CHUNG KIAW BANK et LEE WAH BANK depuis 1971-73, FAR EAST BANK depuis 1984. Son président, Wee Cho Yaw, l’une des grosses fortunes de Singapour (380 millions de US$), est à l’origine de certaines des plus importantes syndications bancaires en Asie50 ;

    • 51 Wilson Dick. Solid as a rock: the first 40 years of OCBC, Singapore, OCBC 1972, “UOB: largest of th (...)

    OCBC (OVERSEA CHINESE BANKING Co.), première banque locale jusqu’en 1972-73, forme un conglomérat de 55 sociétés actif dans toute la péninsule et contrôlé en partie par les familles Lee Keng Wee et Tan (la fortune de Tan Chintuan est évaluée à 335 millions de US$). Ayant acquis la FOUR SEAS COMMUNICATION BANK et la BANK OF SINGAPORE, ses ramifications internationales et la modernisation de ses services sont cependant moins dynamiques comparées à celles de DBS et UOB51 ;

  • OUB (Overseas Union Bank) appartient à la famille Lien, autre fortune privée (240 millions de US$), et ne représente qu’un tiers des activités respectives des trois autres.

69Banques étrangères et locales réunies, le volume des prêts internationaux provenant du marché de Singapour dépasse les 120 milliards de US$ (1984).

  • 52 FEER, 16.02.84, pp. 76-78, 30.09.84, p. 57, 13.12.84, p. 65 et 10.01.85, pp. 56-57.

70Parmi les autres structures contribuant encore au rayonnement financier de Singapour, la bourse (SES), née en 1973 de la partition de la bourse de Malaisie et de Singapour, rassemble 300 sociétés (13 pour la bourse de Jakarta). Leur capitalisation atteint 42 milliards de US$ et avec 5,5 milliards de transactions en 1984, la dimension de la SES supplante la bourse de Hong Kong (42 et 19 milliards respectivement en termes de capitalisation). Le marché des changes enregistre neuf milliards de transactions quotidiennes (369 millions en 1974), l’essentiel s’effectuant entre quatre devises principales : dollar américain, yen, deutschmark, livre sterling (et 15 % du total entre US$ et S$)52.

Le marché asiatique du dollar

  • 53 Lee Sheng Yi, Recent development in Asian Currency and Asian Bond Market, Singapore, Nanyang Univ., (...)

71Fondé en 1968, le marché asiatique du dollar (ADM) constitue l’une des poutres maîtresses de l’infrastructure financière de Singapour. Il s’agit d’un marché international “off-shore” sur lequel toutes les devises autres que la monnaie locale sont échangées entre banques et institutions financières pour l’essentiel, lesquelles doivent tenir une comptabilité séparée de ces flux (Asian Currency Units : au nombre de 160 en 1984) accessibles aux résidents et non résidents53. L’établissement de ce marché, qui canalise aujourd’hui 1/10e des mouvements “off-shore” en devises dans le monde, résulte d’une initiative de la BANK of AMERICA souhaitant profiter de l’abolition de toute taxe sur les comptes de dépôts des non-résidents, condition plus favorable à l’époque qu’à Hong Kong (taxe de 15 %) et Tokyo (contrôle des changes). L’objectif visait à créer à Singapour un centre de collecte de fonds (funding centre), relais entre les marchés de capitaux flottants de Londres et New York, et les pays d’Asie et du Moyen Orient (Bahrain), capable de drainer diverses sources de financement pour soutenir le décollage économique des pays de la région.

72Les surplus de la croissance du monde occidental, doublés dès 1973-75 par les revenus des pays pétroliers, ont contribué à l’expansion spectaculaire de l’ADM/130 milliards de US$ en 1984 contre 400 millions en 1970 et 55 milliards en 1980. Les 4/5e des transactions s’opèrent entre banques mais la Monetary Authority de Singapour ne publie aucune indication précise sur leur identité, leur utilisation finale, notamment quant à leur répartition géographique.

  • 54 Hodjera Zoran, The Asian Currency Market: Singapore as a regional financing centre, Washington, IMF (...)

73Il semble qu’une bonne moitié des dépôts et prêts, dans le cadre de l’ADM, englobe la région Asie, et à concurrence de 20 % les pays de l’ASEAN54. Les dépôts non bancaires proviennent de l’épargne en devises directement transférée à Singapour par les milieux d’affaires de la région, tandis que de nombreux emprunts sont destinés à des projets industriels ou d’infrastructures de grande envergure menée dans ces pays. Hong Kong est le premier client du « supermarché » financier de Singapour, redistribuant le tout sous la forme de financements en Asie du nord- et du sud-est. L’Indonésie et la Malaisie s’inscrivent comme les seconds plus gros emprunteurs sur l’ADM, suivis par les Philippines, la Chine, la Corée du sud, la Thaïlande, l’Australie, le Japon et Taïwan. Les banques de ces pays ont recours à l’ADM comme à un instrument parmi d’autres, susceptible de couvrir leurs besoins en liquidités. Elles peuvent obtenir des dollars et les revendre à leur banque centrale, ou à d’autres banques de leur pays, et prêter sur le marché intérieur la monnaie locale obtenue en contrepartie ; elles peuvent parfois proposer directement des dollars ou participer à une syndication.

Le marché bancaire de Singapour (1974-1984)
(Millions de S $) 1984 : 1 US $ = 2,14 S $

Le marché bancaire de Singapour (1974-1984)(Millions de S $) 1984 : 1 US $ = 2,14 S $

Source : Monetary Authority of Singapore.

Le marché asiatique du dollar à Singapour (1974-1984)
(Millions de US $) 1984 : 1 US $ = 2,14 S $

Le marché asiatique du dollar à Singapour (1974-1984)(Millions de US $) 1984 : 1 US $ = 2,14 S $

Source : Monetary Authority of Singapore.

  • 55 Suwidjana (300), 1984, 78 p. Wong Ernest, “Singapore: international capital market of the 80’s, Si (...)

74Malgré la prépondérance de Londres et Hong Kong dans le domaine des syndications, celles au départ de Singapour se multiplient avec l’initiative de groupements étrangers mais aussi de banques locales comme DBS, UOB et POSB (POST OFFICE SAVINGS BANK). Parallèlement aux flux denses liant Singapour à Londres et New York, le caractère régional de l’ADM ne cesse de se développer et la part des pays de l’ASEAN augmente régulièrement55.

Singapour et l’imbrication des marchés financiers de l’ASEAN

Prépondérance régionale de Singapour

  • 56 Lee Sheng Yi and Y.C. Jao (244), 1982, 338 p. Lin See Yan, “ASEAN financial growth and interdepende (...)

75Singapour réunit à lui seul la moitié des avoirs financiers de l’ASEAN (moins Brunei), quatre fois ceux de l’Indonésie, de la Thaïlande et des Philippines, trois fois ceux de la Malaisie56. Au regard de l’héritage colonial, son intégration financière est très étroite avec la Malaisie et Brunei. Les relations avec l’Indonésie découlent de la dimension des échanges bilatéraux, de l’interpénétration des milieux d’affaires chinois : l’archipel représenterait, selon certains, le marché de cette fin de siècle pour les financiers de Singapour. La Thaïlande et surtout les Philippines, plus liées à Hong Kong, demeurent relativement à l’écart. L’île-Etat est seule à avoir accueilli des représentations bancaires provenant de tous ses partenaires de l’ASEAN.

76Cette prépondérance trouve ses origines autant dans la puissance de son appareil financier que dans la faiblesse structurelle du système bancaire des capitales voisines :

  • La plupart des banques de ces pays sont tournées vers le seul marché intérieur, lui-même peu diversifié en termes industriels et commerciaux (à l’exception partielle de la Malaisie) ;

  • L’accès des banques étrangères (octroi de licences restreintes ou offshore) est réduit en raison du maintien de législations restrictives (plus libérales dans le seul cas des Philippines) permettant au mieux, l’ouverture de bureaux de représentation. Parmi les 30 premières banques étrangères actives dans la région ASEAN, toutes ont leur agence principale dans l’île et environ 80 % de leurs avoirs régionaux (10 % en Malaisie). A Singapour, 73 % des avoirs financiers sont contrôlés par des banques étrangères, contre 6 % en Thaïlande ;

  • En sens inverse, les banques locales n’entretiennent aucun réseau à l’étranger, sauf à Singapour et Hong Kong pour les plus importantes ;

  • Le dirigisme des autorités locales assujettit les banques à de lourdes procédures d’autorisation de crédits, de mobilisation de liquidités… 56 % et plus du capital des banques commerciales est contrôlé par des fonds publics, dans le cas de Singapour 26 % ;

    • 57 En janvier 1985, le taux bancaire était de 34 % à Manille, 26 % à Jakarta, 16,5 % à Bangkok contre (...)

    Si l’on ajoute des pesanteurs politico-économiques évidentes, on comprend que le niveau des dépôts soit faible : moins de 10 % du PNB (Singapour : 30 %). Les taux d’intérêts, liés à des monnaies instables (dévaluations) et à une inflation souvent élevée, demeurent prohibitifs dans certains cas. Les milieux d’affaires préfèrent rechercher des conditions de financement plus avantageuses sur les marchés occidentaux que Singapour relaie en offrant un large éventail de prêts possibles, y compris à moyen et long terme57.

L’intégration des marchés financiers de Singapour et de Kuala Lumpur

  • 58 Purcal J. (ed.), The monetary system of Singapore and Malaysia: implications of the split currency, (...)

77Devise commune et libre mouvement du capital ont été maintenus entre Singapour, Malaisie et Brunei jusqu’en 1966-67. L’échec des négociations sur un projet commun (août 1966) a entraîné la dissolution, en juin 1967, du Currency Board, la création des trois monnaies nationales, puis, en mai 1973, la fin de leur interchangeabilité (sauf entre Singapour et Brunei) et la séparation des marchés boursiers. Une formidable régression dans la qualité de l’intégration financière préexistante venait donc solder des divisions politiques profondes (seconde partie de l’ouvrage)58.

78La séparation, comme le recours à la confrontation dans le cas de l’Indonésie, est un arbre de politique nationale intérieure qui dissimule mal une forêt d’interdépendances économiques : au-delà des dates fatidiques de 1967 et 1973, celles-ci se perpétuent et les deux marchés financiers se voient contraints d’agir de concert comme par le passé. Le style des billets de banque a certes été modifié, mais la législation de droit britannique demeure intacte de part et d’autre, la libre circulation du capital est maintenue avec simple déclaration auprès de la banque centrale de Malaisie dans le cas de transferts de fonds importants vers Singapour, les marchés des produits de base et des eurodevises à Londres restent la référence commune. L’énorme afflux de capitaux, s’expliquant par une perception de Singapour comme valeur-refuge (crises monétaires internationales de 1971-1973, conflits ethniques en Malaisie) a même renforcé, dès les lendemains de la séparation

79En 1984, deux tiers des sociétés cotées en bourse à Singapour ont des intérêts en Malaisie, et la quasi-totalité des emprunts de Kuala Lumpur lancés sur les marchés financiers de l’ASEAN le sont sur celui de Singapour. L’écart entre les deux monnaies nationales s’est peu creusé, leurs supports respectifs, produits de base dans un cas et productions manufacturées et services dans l’autre, apparaissant plus complémentaires que concurrents.

a) Les bourses de Kuala Lumpur (KLSE) et de Singapour (SES)

  • 59 FEER, 12.04.84, p. 57. Ceci s’est encore vérifié à la fin de 1985 avec la faillite retentissante du (...)

80Cent soixante-dix-neuf des trois cent quinze sociétés cotées à la SES ont leur siège en Malaisie et représentent 45 % de la capitalisation totale, qui s’élève à 42 milliards de US$ (1984). Cinquante-trois des deux cent soixante-treize entreprises en bourse à la KLSE sont incorporées à Singapour (30 % des 34 milliards au total). Pour reprendre un commentaire, « Les bourses de Kuala Lumpur et Singapour sont aussi étroitement liées que des coureurs dans une course de relais. Singapour et Kuala Lumpur constituent en effet un marché unique avec une double identité »59. Conjointement, la SES et la KLSE se rangent à la seconde place en Asie après Tokyo, et des groupes commerciaux et bancaires comme OCBC, DBS, UOB, SIME DARBY, PROMET, FABER MERLIN, TAIPING, CONSPLANT, KL KEPONG, MAYBANK, sont responsables de cette connexion des deux marchés.

81La création de deux bourses distinctes n’a pas élevé d’obstacle pour la plupart des hommes d’affaires qui possèdent des lignes de crédit, des agents et des liens familiaux de part et d’autre du Causeway. Le volume d’actions échangées demeure largement favorable à la SES et plusieurs facteurs peuvent expliquer cette prépondérance :

  • L’éventail le plus souvent ouvert d’instruments et de services disponibles ;

  • La dimension des fonds en circulation rendant toute action en bourse plus importante qu’à Kuala Lumpur ;

  • La plus grande flexibilité des règles financières à l’égard des professionnels de la bourse ;

  • La moindre dépendance de la SES vis-à-vis des fluctuations des cours mondiaux de produits de base ;

  • Le libre mouvement de fonds entre Singapour et l’étranger ;

  • L’utilisation dès 1979-80 de systèmes de communications et de traitement informatique à la pointe du progrès technologique.

  • 60 Danson Steve, “A test of stock recommendations and market efficiency for the KLSE”, Singapore Manag (...)
  • 61 Asian Wall Street Journal, 28.11.84 et S. T., 29.11.84.

82La KLSE, moins performante à tous égards, souffre de rigidités plus profondes liées à la Nouvelle Politique Economique Fédérale (participation accrue des Malais au capital des sociétés), à l’entrave des clientélismes, aux limites fixées pour les rapatriements de dividendes vers l’étranger, aux incertitudes politiques (tensions communalistes)60. Cependant, face à une récession marquée qui frappe la KLSE depuis 1982-83 (- 20 %), les autorités ont décidé de s’inspirer des règles boursières en vigueur à Singapour pour réformer une législation, souvent inadaptée pour des motifs socio-politiques, et se donner les moyens d’attirer des grandes affaires traitées à Singapour jusqu’à présent. Quelques observateurs s’interrogent : reviendrait-on à la case départ de l’avant désintégration de 1967-7361 ?

b) Les marchés financiers des deux pays

83Derrière Singapour, le marché financier de Kuala Lumpur (38 banques commerciales, 12 d’affaires, quatre compagnies financières) s’affirme comme le plus étoffé mais aussi le plus comparable au sein de l’ASEAN. L’importance des échanges économiques entre les deux pays provoque une large convergence de leurs rythmes d’inflation, de leurs exportations, de l’investissement et de l’épargne. Quarante-cinq à 55 % des recettes et paiements extérieurs de la Malaisie transitent par Singapour, et Kuala Lumpur est le cinquième emprunteur sur le marché asiatique du dollar. La similitude, parfois même le mimétisme des mesures gouvernementales adoptées dans la péninsule à la suite de Singapour (et rarement dans le sens inverse), encouragent par exemple Kuala Lumpur à mettre en œuvre depuis 1973-80 une libéralisation bancaire progressive.

84Parmi les cinq banques commerciales de Malaisie implantées à Singapour (et qui représentent 80 % des dépôts domestiques en Malaisie) quatre bénéficient d’une licence complète : MALAYAN BANKING Co. (depuis 1960), qui possède 22 succursales et une compagnie financière (MALAYAN FINANCE), KWONG LEE BANK (depuis 1926, du Sarawak), BAN HIN LEE (1936, de Penang), et UNITED MALAYAN (1961). La BANK BUMI-PUTRA a reçu un statut offshore mais enregistre les meilleurs résultats.

  • 62 FEER, 05.12.85, pp. 81-86.

85Les banques de Singapour établies en Malaisie (OCBC, UOB, OUB) s’arrogent environ 10 % des avoirs, dépôts et prêts dans ce pays. OCBC et SIME DARBY HOLDINGS, souvent comparés à des MORGAN et ROCKEFELLER locaux, contrôlent, au moins en partie, 38 des 100 premières sociétés du pays et 55 autres satellites secondaires, ceci dans les branches les plus diverses. Possédant quatre succursales en Malaisie, OCBC s’y range parmi les trois premières banques étrangères derrière CHARTERED BANK et HONG KONG and SHANGAI BANKING Co. Quatre compagnies d’assurances exercent des activités dans la péninsule. Dans le domaine des banques d’affaires, plusieurs membres de la seconde génération de la famille chinoise Kwek se partagent à Singapour et en Malaisie des dizaines de sociétés financières et industrielles du groupe HONG LEONG, également très actif à Hong Kong (rachat de la DAO HENG BANK en 1982)62.

  • 63 Lee Sheng Yi, “Some aspects of banking and finance in ASEAN countries”, Singapore Banking and Finan (...)

86La nouvelle Politique Economique et notamment son système de quotas en matière de participation des différents groupes ethniques dans l’économie ne s’appliquent pas aux sociétés singapouriennes !! S’il en allait autrement, la riposte ne tarderait pas à intervenir à l’encontre des succursales des banques malaises à Singapour. Les intérêts en présence sont trop volumineux pour oser s’aventurer sur ce terrain63.

Singapour et Brunei, deux pôles financiers faits pour s’entendre

  • 64 “Brunei-Malaysia & Split, New Nation, Singapore, 23.05.73. FEER, 15.03.84, pp. 58-61.

87Avec 12 milliards de US$ de réserve pour 200 000 habitants, Brunei, « l’émirat » pétrolier de l’Asie du sud-est est l’un des Etats les plus riches du monde. La famille du Sultan, dont le nouveau palais aurait coûté deux à trois cents millions, investit ses revenus tirés des exportations de pétrole et de gaz (3,7 milliards US$/an) au Japon, en Europe et aux USA, mais très peu dans la région : l’Indonésie et les Philippines ne figurent même pas dans les statistiques extérieures globales publiées par ce pays. Seuls les échanges avec Singapour sont denses (la cité-Etat est le deuxième partenaire de Brunei derrière le Japon : ventes d’énergie, achats alimentaires et d’équipements) et l’histoire monétaire commune des deux petits territoires se poursuit dans des termes analogues à ceux unissant le Luxembourg et la Belgique. La fin de l’accord d’interchangeabilité, en 1973, ne s’est jamais appliquée à leurs relations bilatérales : le dollar singapourien est accepté partout dans le sultanat et réciproquement pour le dollar de Brunei64.

  • 65 “High cash flow from Brunei”, New Nation, Singapore, 06.11.76.

88Les fonds déposés par Brunei à Singapour se sont considérablement accrus lors des augmentations successives des prix pétroliers (50 à 100 millions de US$ certains mois), mais les chiffres précis demeurent secrets, y compris ceux liés à des opérations immobilières et hôtelières65. En 1980-84, les Chinois de Brunei, soucieux de l’avenir de leur statut après l’indépendance (octroi de la citoyenneté à 6 000 d’entre eux sur 54 000) ont placé tous leurs avoirs à Singapour et Hong Kong !!

  • 66 FEER, 26.01.84, pp. 28-34 et 02.08.84, pp. 80-81.

89Les banques de la cité-Etat participent à plusieurs projets sur place, comme la centrale de liquéfaction du gaz naturel. En sens inverse, QAF HOLDINGS, a fait son entrée à la bourse de Singapour en prenant le contrôle de BEN and Co. (groupe singapourien STRAITS STEAMSHIP). QAF, dirigé par le frère du souverain et conseillé par les banques d’affaires ROTSCHILD and SONS de Singapour, est un conglomérat (immobilier, commerce, services, sous-traitance pétrolière) qui souhaite transformer BEN and Co. en une sorte de quasi-banque, recevant des participations de tous les secteurs de l’économie de Brunei, et susceptible de drainer, à travers sa cotation en bourse, des investissements étrangers sous la forme de joint ventures66.

  • 67 Hamzah (223), 1980, 34 p. Long Bernard, “Brunei seeks to diversify its economy”, Singapore Trade an (...)

90Le Sultan, qui est un ami proche de Lee Kuan Yew et de sa famille, a pris conscience d’une certaine nécessité de diversifier l’économie de Brunei afin d’assurer l’après-pétrole. Face à un partenaire qui ne manque pas de moyens financiers, les entreprises singapouriennes commencent à affluer pour fournir équipements, technologies, ingénieurs, qui doivent être entièrement importés. Le renforcement des échanges entre les deux pays passe davantage par le transfert de technologie et la formation des hommes que par le commerce pétrolier appelé à demeurer stationnaire67.

Les relations financières Singapour-Indonésie

  • 68 Arief (182), 1978, 175 p. Arndt H.V. and N. Suwisjana, “The Jakarta Dollar Market, BIES, vol. XVII (...)

91Les avoirs des banques indonésiennes se sont élevés à 20 milliards de US$ en 1983-84 (31 milliards pour les banques singapouriennes par comparaison). Cinq banques locales seulement figurent parmi les 55 premières de l’ASEAN et la bourse demeure embryonnaire avec 13 sociétés membres (12 étrangères) et une capitalisation dérisoire de 330 millions de US$, somme équivalente à la prise de participation de 35 %, en 1985, par l’Etat indonésien dans la plus importante société privée du pays : INDOCEMENT (groupe LIEM). Le marché du dollar à Jakarta n’exerce aucune fonction entre emprunteurs et prêteurs de pays tiers comme celui de Singapour : relevant exclusivement du système bancaire national et répondant aux seuls besoins en devises du marché intérieur, il accepte les dépôts dès 1 000 US$ (25 000 à Singapour) et dispense des prêts à court terme, deux opérations fortement taxées par l’Etat depuis 198068.

  • 69 FEER, 20.12.84, pp. 116-117, Singapore Banking and Finance, 1981-82, pp. 109-117.

92A Singapour, la BNI 1946 possède une succursale, la BANK INDONESIA (banque centrale d’Indonésie) et la BANK BUMI DAYA se contentant de représentations. Les compagnies financières de dépôts et de gestion de portefeuilles de riches indonésiens sont nombreuses. Si les banques d’Etat veulent s’implanter davantage, l’Indonésie devra accorder la réciprocité, ce qui remettrait en cause sa politique restrictive en matière d’implantation des banques étrangères : la BNI 1946 travaille à Singapour depuis 1967-68 sans licence et sans contrepartie en faveur d’une banque singapourienne à Jakarta ! Cet anachronisme résulte de la politique d’apaisement de Lee Kuan Yew après la pendaison en 1968 de deux marins de l’armée indonésienne coupables d’actes terroristes à l’intérieur de l’île durant la confrontation69.

93En Indonésie, OCBC s’est implantée dès 1933 (quatre succursales) mais a été expropriée en 1963-66 comme toutes les banques étrangères. Jusqu’à ce jour et malgré le volume des échanges bilatéraux, aucune licence n’a été accordée aux trois bureaux de représentation de l’INTERNATIONAL BANK of SINGAPORE (OCBC-DBS-OUB-UOB), de TAT LEE BANK (famille Goh Tjoei Kok, d’origine indonésienne) et de l’ASIA COMMERCIAL BANKING Co., établis depuis 1976-77. A l’exception de dépôts à court terme des milieux d’affaires chinois et étrangers actifs dans le pays, les capitaux préfèrent se placer hors des frontières. Singapour étant l’une des destinations qui offre les meilleures garanties de stabilité et d’anonymat. Le sentiment latent et permanent d’insécurité (émeutes meurtrières de Tanjung Priok et incendies criminels en 1984), dans les rangs de la minorité chinoise, est en partie responsable de la fuite des capitaux privés que n’entrave aucun contrôle des changes. La menace de la dévaluation (1978-1983) est un autre facteur, mais l’explication économique fondamentale réside dans l’omniprésence et l’encadrement excessifs de l’Etat indonésien.

  • 70 Skully Michael, “Commercial banking in Indonesia, Asian Survey, vol. XXII, n° 9, Sept. 1982, pp. 8 (...)

94Cinq banques commerciales d’Etat, étroitement soumises au contrôle de la banque centrale, s’assurent 75 % des dépôts et des prêts. Les 70 banques privées (11 étrangères) gérant le reste70 ne sont pas autorisées à travailler avec les entreprises publiques et se voient refuser le libre accès au crédit, canalisé en priorité vers des secteurs industriels administrés par l’Etat. Elles manquent de fonds, de liquidités en devises contingentées par la banque centrale, et souffrent du coût très élevé de l’argent (le taux interbancaire a été de 30 % en moyenne en 1984). Les banques étrangères ne sont pas autorisées à s’implanter hors de Jakarta.

  • 71 FEER, 26.04.84, pp. 96-98, 11.10.84, pp. 113-114, 15.11.84, pp. 91-95.

95En dépit de tentatives récentes de libéralisation mesurée du système, en maintenant toutefois une forte taxation sur les opérations offshore menées au départ de Jakarta, le secteur privé s’est tourné vers l’étranger71.

  • 72 FEER, 19.04.84, pp. 74-77.

96Face à l’emprise de l’administration, des rouages et des clientélismes informels, ce dont les Chinois ont l’art, se sont multipliés et Singapour y possède ses entrées. L’emprunt à Singapour (et à Hong Kong) sous toutes ses formes, en transitant au besoin par Londres ou Tokyo pour bénéficier d’accords de double taxation, réduit la pression fiscale de l’Etat indonésien, contourne sa politique d’encadrement du crédit et donne les moyens aux banques étrangères de participer à de grands projets, géographiquement dispersés dans l’archipel, sans étendre leur présence directe, prohibée, hors de Jakarta72.

Manille ne concurrence pas Singapour

  • 73 FEER, 24.09.82, pp. 95-96, 26.04.84, pp. 112-117, 02.08.84, pp. 78-79.

97Singapour et les Philippines sont les deux seuls pays de l’ASEAN à octroyer sans restriction des licences “off shore” aux banques étrangères. L’ambition de transformer Manille en place financière n’a jamais gêné Singapour dans la mesure où cet archipel, excentré par la géographie et l’économie du reste de l’ASEAN, a noué l’essentiel de ses liens avec les banques de Hong Kong, New York et Tokyo. La création en 1976-77 d’un marché “off shore” à Manille n’a pas apporté les fruits escomptés : les difficultés économiques (dévaluations, endettement, inflation) et politiques chroniques, qui ébranlent le pays, ne permettent pas d’attirer les dépôts des sociétés étrangères et locales. Elles provoquent au contraire une fuite des capitaux des résidents quasi systématique73.

98Depuis octobre 1983, la banque centrale a gelé toutes les opérations de change et le montant des transactions journalières sur les deux bourses de Manille et de Makati a chuté de 10 millions en 1976 à moins de 5 000 US$ en 1984 (capitalisation totale : 13 milliards en 1984 contre 27 encore en 1980) !

Les fonctions financières régionales de Singapour : perspectives

Concurrence/complémentarité entre Hong Kong et Singapour sur les marchés financiers de l’ASEAN

  • 74 Sur Hong Kong et Singapour : Geiger (215), 1975, 239 p. Hermann (225), 1970, 314 p. Leung Chi Keng (...)

99Hong Kong, le Singapour de l’Asie du nord-est74, et Singapour, présentent, jusqu’en 1960, des développements historiques similaires, et donc potentiellement concurrents sur les marchés financiers extérieurs, même si on doit rattacher leur réussite respective à deux arrière-pays différents.

100Dans la réalité, les activités commerçantes et financières de la diaspora chinoise lient, officiellement, et surtout officieusement, le destin des deux cités sur les marchés de l’ASEAN, Hong Kong ayant l’avantage aux Philippines et en Thaïlande, Singapour prenant la tête en Malaisie, en Indonésie et à Brunei. Cette complémentarité entre les deux emporia se retrouve dans leur approche économique, l’un animé par les milieux d’affaires privés et le laisser-faire, perméable à quelques scandales retentissants, l’autre encadré et promu par une volonté gouvernementale inflexible.

  • 75 Lee Sheng Yi and Jao (244), 1982, 338 p. Wu Yuan-Li (323), 1980, 219 p. Blye Douglas, “Banks prefer (...)

101Singapour s’affirme comme un pôle régional de syndications (booking and syndication centre). Toutes les banques étrangères, présentes chez l’un, le sont chez l’autre, et Singapour, précédant les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, est le premier pays d’origine des dépôts effectués à Hong Kong. Ceux-ci sont recyclés sous forme de prêts internationaux, Hong Kong coordonnant trois à quatre fois plus de syndications que Singapour75.

  • 76 Asiabankmg, Oct. 1984, pp. 41-42 et 66. FEER, 17.02.82, pp. 22-28, 05.05.83, pp. 12-14. Sur le retr (...)
  • 77 FEER, 17.12.82, p. 68, 05.07.84, pp. 61-62.

102La cité-Etat souffre de quelques handicaps si on la compare à Hong Kong : dirigisme parfois excessif de la Monetary Authority, surévaluation de sa monnaie, productivité plus faible, absence d’un marché voisin immédiat aussi gigantesque que celui de la Chine, carence en personnel bancaire hautement qualifié et expérimenté. Mais, de l’autre côté, des nuages sombres, susceptibles de nuire à sa crédibilité, s’accumulent au-dessus de Hong Kong à l’horizon de l’échéance de 1997. Même si l’accord sino-britannique de 1984 prévoit le respect du système financier actuellement en vigueur, l’incertitude politique demeure. Elle se traduit par une fuite de capitaux, illustrée par le départ des groupes MILLIE et GENERAL ORIENTAL, ou le tranfert aux Bermudes du siège de la célèbre société anglaise JARDINE MATHESON, établie dans l’île depuis 184176. Jusqu’à présent, ces retraits ne profitent guère à Singapour, mais la cité-Etat cherche à attirer des technologies et des cerveaux en provenance de l’enclave britannique. La politique de libéralisation économique en Chine l’incite, comme ses partenaires de l’ASEAN, à utiliser Hong Kong comme une fenêtre sur le marché chinois (à l’automne 1985 les voyages à Pékin de Lee Kuan Yew et de Mahathir se sont suivis de quelques semaines). Des investissements comme ceux de SINGAPORE UNITED INDUSTRIAL Co. (de Oei Hong Leong, famille chinoise indonésienne, et de Dennis Lee, frère du Premier Ministre) ou de Ng Teng Fond se dirigent vers Hong Kong dans les secteurs immobilier, commercial ou industriel potentiellement moins affectés par l’incertitude de 1997 que ceux des finances et des services. Réciproquement, la Chine, qui devient un concurrent direct de l’Indonésie et d’autres pays de la zone sur les marchés régionaux, a recours, via Hong Kong et Singapour, au réseau des Chinois d’outre-mer pour promouvoir ses exportations et sa nouvelle image économique77.

103Que réserve l’avenir ?

  • 78 Wilson (318), 1972, pp. 109-110.

104Hong Kong et Singapour sont parvenus à maintenir la vitalité de leurs activités économiques même durant les crises intérieures ou extérieures les plus dures chez leurs grands voisins respectifs (Révolution Culturelle en Chine ; Confrontation par l’Indonésie, par exemple). L’échéance de 1997 jette assurément une ombre sur la prospérité future de Hong Kong qui a reposé jusqu’à présent sur une succession d’accidents de l’histoire. Mais n’en est-il pas allé de même pour Singapour ? A la différence de Hong Kong, la cité-Etat bénéficie certes d’une indépendance et d’une souveraineté incontestées78, mais ce facteur ne lui donne pas un avantage pour autant décisif. Singapour demeure aussi dépendant de l’évolution socio-politique intérieure en Indonésie et en Malaisie que Hong Kong vis-à-vis des orientations de la politique de Pékin.

Des paris difficiles sur l’avenir

105Comme il a été observé dans le processus d’industrialisation régionale, Singapour (et Hong Kong) relève d’un système financier hiérarchisé composé de centres bancaires majeurs (Londres, New York, Tokyo) et de relais en direction des pays de l’ASEAN. Dans une situation monétaire internationale tendue, face à l’endettement préoccupant de nombreux Etats et à la récession qui frappe la petite république (depuis 1984-1985) et l’économie internationale de manière générale, les autorités de la cité-Etat doivent insuffler aux activités financières une seconde dynamique tournée vers l’avenir.

  • 79 S.T., 12.10.84, Singapore Hanking and Finance, 80-81, pp. 80-81 et 102-105. Southeast Asian Affairs (...)

106Première question, faut-il privilégier la libre initiative, comme à Hong Kong, ou mettre en œuvre une politique d’accompagnement ? La Monetary Authority de Singapour a opté pour la seconde solution, relativement impopulaire parmi les milieux d’affaires, mais jugée indispensable par le gouvernement pour parer à toute période de tourmente financière internationale éventuelle. Partagée entre la volonté de protéger la viabilité de Singapour comme place bancaire et celle de créer des conditions suffisamment souples pour attirer davantage de dépôts et de syndications au départ de l’île, la MAS a renforcé son contrôle sur les transactions des banques étrangères, décourageant momentanément de nouvelles implantations (comme HARRIS BANK de Chicago, CHEMICAL BANK of NEW YORK, SANWA BANK) et expulsant certaines (JARDINE-FLEMING). Mais parallèlement, diverses taxes pénalisant les syndications off-shore et les opérations sur le marché asiatique du dollar ont été supprimées en 198379.

  • 80 Saw Swee Hock (232), 1979, pp. 154-163. S.T., 12.10.84, Mirror, 1980, n° 4, p. 6. FEER, 09.02.84, p (...)

107Deuxième question, l’usage du dollar singapourien doit-il être internationalisé ? Depuis la fin du contrôle des changes en 1978, les dépôts et prêts contractés à Singapour, dans cette devise, par des non-résidents (dont les pays voisins) ont été multipliés par quatre, profitant de son appréciation ininterrompue depuis 14 ans, de son rôle dans les échanges intra-ASEAN, de l’expansion des investissements de Singapour à l’étranger. Représentant aujourd’hui plus de 15 % des transactions financières totales, le dollar singapourien pourrait rapidement devenir une espèce d’unité de compte de l’ASEAN étendant la vocation régionale de l’île. Or les autorités refusent toute « régionalisation » de la monnaie nationale, privilégiant, au nom de la stabilité d’une petite économie très dépendante du monde extérieur, les grands équilibres de l’économie nationale par le maintien d’un regard attentif sur l’offre de monnaie80.

108Pour inaugurer une deuxième phase dans le développement financier de Singapour, l’innovation n’est cependant pas négligée, comme en témoigne de récentes initiatives :

a) SIMEX (Singapore International Monetary Exchange)

  • 81 Asian Banking, June 1983, pp. 53-55. FEER, 12.07.84, pp. 66-67, 06.09.84, pp. 127-130 et 10.01.85, (...)

109Né en décembre 1983, SIMEX, relié à la Chicago Mercantile Exchange (CME) est un marché de couverture à terme (future market) pour les transactions en devises ou en or qui, entre Chicago et Singapour, fonctionne 24 heures sur 24 heures. En dépit de sa relative vitalité au départ, SIMEX n’avait pas encore décollé complètement en 1984 : ni Sydney, désireux pourtant de nouer un accord avec COMEX (New York Commodities Exchange), ni Hong Kong, ne se sont encore lancés dans cette « aventure », et le London Gold Futures Market, ouvert en 1982, a clos ses portes deux ans plus tard faute de transactions quotidiennes suffisantes. Quelques années sont nécessaires pour mesurer si SIMEX parviendra à atteindre un rythme d’activités satisfaisant, ce sur quoi les milieux d’affaires locaux paraissent confiants81.

b) Singapour, centre de gestion de fonds internationaux (funds managment)

  • 82 Singapore Banking and Finance, 80-81, pp. 34-36 et 81-82, pp. 96-99. Singapore Finance, 15.09.82, p (...)

110La gestion des dépôts des pays voisins et des compagnies transnationales sous la forme de placements rémunérateurs a motivé la création de la SINGAPORE INVESTMENT Co. Ce projet, dont le développement devrait se concrétiser dans un délai assez bref, a déjà reçu l’appui de plusieurs banques d’affaires étrangères implantées à Singapour (MORGAN GRENFELL ASIA, WARDLEY, ROTSCHILDS and SONS)82.

c) Ressources humaines et problèmes des besoins en expertise bancaire

  • 83 Png Por Seng, “Training bank staff for the year 2000”, Singapore Banking and Finance, 81-82, pp. 66 (...)

111La première phase du développement financier de la cité-Etat a pris une douzaine d’années (1968-80) pour parvenir à attirer 125 banques et 275 autres institutions, et offrir un large éventail de services. La seconde étape consiste à mettre en place des activités spécialisées, dont certaines au profit des pays de la région (syndications, gestion de fonds), et elle requiert la disponibilité sur place d’experts financiers de haut niveau. A la différence de Hong Kong, le personnel bancaire local n’a pas encore accumulé à Singapour une expérience suffisante et sa capacité d’innovation en matière de nouveaux produits bancaires reste faible. L’évolution souhaitée par les autorités passe donc, dans un premier temps, par le maintien en poste, voire le recrutement supplémentaire, de spécialistes étrangers dans la profession et par l’organisation de programmes de formation dispensés par les banques les plus importantes83.

112Le succès du marché financier de Singapour dépend, comme par le passé, de la double stabilité régionale et internationale, à laquelle tout emporium ne saurait se soustraire.

  • 84 Financial Times, 22.11.82.

113Sur l’échiquier régional, une seule crise peut tout ruiner ! Les incertitudes qui pèsent sur l’avenir de Hong Kong soulignent la fragilité de la colonie notamment dans un domaine très sensible à l’évolution de la conjoncture comme celui des opérations financières. En termes analogues, la prospérité de Singapour est inséparable de la stabilité politique de la Malaisie et de l’Indonésie. Toute transformation peut porter un coup rude ou fatal à des années de construction et d’efforts84.

114Les chances de succès dépendent également de la stabilité de la situation financière internationale. Depuis 1983, le marché asiatique du dollar s’essouffle, récession mondiale oblige : l’alourdissement de la dette et les tensions monétaires grèvent la bonne santé du système bancaire international, et Singapour n’exerce pas une puissance telle qu’il puisse espérer influencer le cours des événements d’une manière significative.

Anmerkungen

1 Seow (287), 1980, 34 p. et (703), 1979, pp. 46-73.

2 Source : Yearbooks of Statistics, Balance of Payments, Singapore, 1984/85, p. 85.

3 Badham Richard, “The sociology of industrial and post-industrial societies”, Current Sociology, 1984, vol. 32, pp. 1-141. Jussawalla M. et Cheah Chee-Wah, “Towards an information economy: the case of Singapore”, Information Economics and Policy, 1983, n° 1, pp. 161-176. Porat Marc, “Global implications of the information Society”, Journal of Communication, 1978, vol. 28, n° 1, pp 70-80.

4 Teo (167), 1962, 62 p., Wee (173), 1977, 97 p.

5 Source : Singapore Yearbook of Statistics 1984-85, Marine Department, Primary Production Division and Port of Singapore Authority.

6 Port of Singapore Authority, The port of Singapore, 1984, 128 p. Singapore Shipping Agencies. Guide to Singapore port facilities, Singapore, 1979, (2nd edition).

7 U.N., ESCAP, Review of developments in shipping, ports and waterways in the ESCAP region, Bangkok, 1980, 102 p. OECD, Maritime transport 1982, Paris, 1983, 162 p. UNCTAD, Review of maritime transport 1981 and 1982, Geneva, TD/B/C.4/251 et 258. FEER, Shipping Annual, 10.02.83 et 16.02.84.

8 Indonesia and Malaysia continue their uneconomic effort to enlarge the number of ships under their respective control that call at their respective ports... ”, in Jaafar (235), 1984, 262 p.

9 Malaysian Yearbook of Transport Statistics, 1982. Malaysian Business, Dec. 1975, pp. 47-49. Maritime Asia, 1981, n° 2, “The shipping of Malaysian exports, pp. 40-43.

10 Le transport par rail ou route du caoutchouc du Kelantan, Etat pourtant situé au nord de la péninsule est de 10 % moins cher que le transit par mer de Port Klang à Singapour. Iyer G.K. Rama Tan Sri, A study of the railway Services to Singapore in relation of greater utilization of ports in Peninsular Malaysia, Kuala Lumpur, Prime Minister’s Dept., Government Press, 1981.

11 Johore Port Authority, A glimpse of Johore Port project, 16 July 1977, 38 p. CHRISTIANI and NIELSEN Consultants, Johore Port: economic and technical study, Copenhagen, 1971. N.S.T., 27.03. et 04.04.75, 15.01.76 et 04.05.76, 23.01.81. Malaysian Business, March 1975, pp. 16-21.

12 FEER, 16.02.84, pp. 50-51.

13 Reksopoetranto : voir note 14 dans chapitre i.

14 Cain (191), 1975, 27 p. Chia Lien Sien in Colin Mr Andrews (ed.), Southeast Asian frontiers for development, Singapore, Mc Graw Hill, pp. 239-266. Leifer (247), 1978, 215 p. Vertzberger Yaacov, “The Malacca-Singapore Straits: the Suez of Southeast Asia”, Conflict Studies, London, 1982, n° 140, 27 p.

15 Das C.V. et V.P. Pradhan, Some international law problems regarding the Straits of Malacca, Singapore, ISEAS, 1973, 95 p. Shaw K.E., “Juridical status of the Malacca Straits and its relations to Indonesia and Malaysia”, Nanyang Univ. Journal, vol. 3, 1969, pp. 284-320.

16 Basic Agreement between Indonesia and Singapore in the Strait of Singapore, Jakarta, 25 May 1973, S.T., 01.05.85.

17 Lancée au xixe siècle par Ferdinand de Lesseps, l’idée de ce canal fut reprise plusieurs fois mais jamais concrétisée. Low Patrick, “To cut or not to cut (Kra Canal Project)”, Singapore Trade and Industry, Sept. 1973, pp. 21-25. ARB, n° 4, 30.11.74, pp. 22-24 et 31.12.84, pp. 32-33. Yeung Y., The proposed Kra Canal, ISEAS, 1973.

18 Hutton Peter, Wings over Singapore: the story of Changi airport, Singapore, Dept. Civil Aviation, 1981, 96 p. Changi Airport Dept Division, Changi Airport Data, Singapore 1980, Singapore Business Year, 1981, pp. 16-23.

19 Singapore Economic Bulletin, May 84, p. 31 ; June 84, p. 35 et Oct. 84, p. 39.

20 Hutton Peter, The pursuit of excellence: an island and its airline, Singapore Airlines, 1979. Sikorski D., Singapore Airlines: case study of public enterprise, Singapore, Dept. of Business Administration, NUS, March 1983, 29 p. (Paper n° 33). Business Times, 08.02.85.

21 Malaysian Yearbook of Transport Statistics. FEER, 17.10.85, pp. 96-97. “SIA’s ascendancy in the 70’s”, Singapore Statistical Kews, 1981, n° 3, p. 164.

22 S.T., 02.04.80.

23 S.T., 19.12.84.

24 Broinowski (480), 1982, pp. 144-168. Garnaut (184), 1980, chapter 9. PEER, 18.05.79, pp. 87-88 et 25.09.79, p. 79, N.S.T. (Kuala Lumpur), 07.03.79.

25 Singapore Tourist Promotion Board, Tourist Statistical Report (Annual). ARB, 31.07.80, pp. 702-3 et 31.01.82, pp. 882-4. Singapore Business, Apr. 78, pp. 8-13, Jul. 83, p. 35.

26 Singapore Tourist Promotion Board, Survey of overseas visitors 1983. Seetoh Oi Moon, Patterns of tourism in ASEAN, Singapore, NUS, Dept. Geography, 1977-78, 184 p. Chow Kit Boey (195), 1980, pp. 22-23.

27 Southeast Asian Affairs 19S4, p287. S.T., 11.05.85.

28 Tan It Koon, Motivations, reasons and mechanics of hosting conference, Singapore Professionals, 1980, n° 1, pp. 27-31.

29 Guevara Petrolino, ASEAN transport and communication equipment manufacturing industries, Jakarta. Conference on industrial cooperation ASEAN-EEC, 26-28 Feb. 1979, 11 p. + annexes. Singapore Business, March 1985, p. 69.

30 Department of Transport, Communication and Tourism, Directorate of Posts and Telecommunications, ASEAN Indonesia-Singapore submarine cable, Jakarta, 1980, 30 p. Antara (Jakarta) 28.08.84, Singapore Economic Bulletin, May 1972, p. 40. Sept. 1982, p. 44. Oct. 1982, p. 52. Singapore Business, August 1984, p. 48.

31 Sur le système d’éducation à Singapour, consulter également la partie conclusive de l’ouvrage. Seau Chee Meow in Chen (292), 1983, pp. 240-267. Shantakumar G. in You Poh Seng (294), 1984, pp. 165-179. Singapore Ministry of Education, Annual Report (since 1959).

32 S.T., 19.04.84.

33 Vocational and technical training in Singapore, the potential of a regional training centre, NUS Singapore, Economic Research Centre for the Institute of International Education Research, West Germany, 2 vol., March 1981.

34 Lee Hsien Loong, Minister of Slate for Trade, Industry and Defence, (Speech), “Singapore as the regional printing and publishing centre, Singapore Economic Bulletin, March 1985, pp. 18-19.

35 Singapore Economic Bulletin, August 1984, p. 8 et Singapore Business, Sept. 1984, pp. 8-13. Pour Hong Kong: Woronoff (322), 1980, 279 p.

36 Singapore Business, December 1983, pp. 25-29.

37 Ambassade de France à Singapour, Poste Economique, Industrie et circuits d’achats pharmaceutiques, Singapour, 21.09.81. Sepulveda C. and E. Meneses (éd.), The pharmaceutical industry in ASEAN countries, Bangkok, U.N. Asian and Pacific Development Institute and UNIDO, 1980, 366 p.

38 ST., 12.09 et 21.11.84, 19.01.85. FEER, 14.03.85, pp. 68-71. Singapore Business, July 1980, pp. 49-53. Singapore Economic Bulletin, Jul. 82, p. 33 et Nov. 83, p. 20.

39 Department of Statistics, Report on the survey of services 1980, Singapore, June 1982, 328 p. Ministry of Labour Research and Statistics Dept., Report on the labour force survey of Singapore 1984, Singapore, 1985, 113 p. Times Business Directory, Singapore, 1984.

40 FEER, 31.07.81, pp. 48-50.

41 Le Straits Dollar est né en 1899 (Straits Settlements Currency Note Ordinance).

42 Les principales institutions financières de Singapour sont apparues en 1968-73 : l’Asian Dollar Market (1968), la Monetary Authority of Singapore (1970) et la Post Office Savings Bank, caisse d’épargne locale (1971).

43 “Singapore as the financial centre of ASEAN”, ASEAN Review, Oct. 1977, pp. 18-19. Cottrell Robert, “Singapore: home of the Asia and regional treasury”, Financial Times, Singapore Survey, 22.11.82. Bonness Bernd, “Bahrain- the financial centre of the Middle East”, Singapore Banking and Finance 82-83, pp. 79-80.

44 Tan Ciiwee Huat (301), 1974, 279 p.

45 FEER, 05.05.83, pp. 93.95.

46 Source : Bank of England Quaterly Bulletin, 1983-84.

47 Skully Michael, Merchant Banking in ASEAN, Kuala Lumpur, Oxford Univ. Press, 1983, 200 p. Singapore Banking and Finance, 81-82, pp. 46-47. FEER, 12.03.83, pp. 41-68 et 11.09.83, pp. 73-74.

48 Lee Sheng Yi (242), 1979, 132 p.

49 Lee Sheng Yi, “Ownership and control of local banks, Singapore Banking and Finance 80-81, pp. 109-117. FEER, “The rise of the Big Four, 20.08.82, p. 61. “The long arm of DBS, Decision, Singapore, 07.07.75, pp. 8-20. Tan Gim Wah, “Taking risk for development sake (DBS)”, Singapore Trade and Industry, August 1974, pp. 49-52. Tan Nee, “DBS fights its way to the top, Asian Finance, 15.09.82, pp. 62-64.

50 FEER, 20.08.52, pp. 55-58 et 16.08.84, pp. 68-69. “UOB: largest of the Big Four, Malaysian Business, November 1979, pp. 44-49.

51 Wilson Dick. Solid as a rock: the first 40 years of OCBC, Singapore, OCBC 1972, “UOB: largest of the Big Four, Malaysian Business, nov. 1979, pp. 44-49.

52 FEER, 16.02.84, pp. 76-78, 30.09.84, p. 57, 13.12.84, p. 65 et 10.01.85, pp. 56-57.

53 Lee Sheng Yi, Recent development in Asian Currency and Asian Bond Market, Singapore, Nanyang Univ., Institute of Economics and Business Studies, April 1979, 31 p. Tan Chwee Huat (302), 1981, pp. 51-72. Tay Tuan hearn A., “The prospects of the Asian Market, Singapore Banking and Finance, 1978, pp. 163-173.

54 Hodjera Zoran, The Asian Currency Market: Singapore as a regional financing centre, Washington, IMF Staff Papers, vol. 25, n° 2, June 1978, pp. 221-253. Lee Sheng Yi, The role of Singapore as a financial centre, NUS, Development Business Administration, January 1983, 44 p. (Paper 30).

55 Suwidjana (300), 1984, 78 p. Wong Ernest, “Singapore: international capital market of the 80’s, Singapore Banking and Finance, 80-81, pp. 29-32.

56 Lee Sheng Yi and Y.C. Jao (244), 1982, 338 p. Lin See Yan, “ASEAN financial growth and interdependence”, Singapore Business, Jul. 84, pp. 47-64.

57 En janvier 1985, le taux bancaire était de 34 % à Manille, 26 % à Jakarta, 16,5 % à Bangkok contre 12 % à Kuala Lumpur et 9,5 % à Singapour (comme à Londres). Sirisena (295), 1977, 38 p.

58 Purcal J. (ed.), The monetary system of Singapore and Malaysia: implications of the split currency, Singapore, BUS, Dept. of Extra Mural Studies, 1967, 52 p. BANK NEGARA MALA YSIA, Money and Banking in Malaysia, Kuala Lumpur, 1984, 489 p. (2nd ed.). ARB, vol. 3, n° 1, June 1973, pp. 1819-22 et 1828-30 et n° 4, Sept. 1973, pp. 2062-63. FEER, 01.09.66, “Death of a dollar”, pp. 410-412.

59 FEER, 12.04.84, p. 57. Ceci s’est encore vérifié à la fin de 1985 avec la faillite retentissante du groupe Pan Electric qui a provoqué la fermeture simultanée des deux marchés boursiers.

60 Danson Steve, “A test of stock recommendations and market efficiency for the KLSE”, Singapore Managinent Review, 1981, n° 2, pp. 69-72. Menyanathan Shahathavan, “Futures trading in the KLSE”, ASEAN Business Quaterly, 1981, n° 2, pp. 28-31. FEER, 24.09.82, pp. 84-87, 12.03.83, pp. 60-62, 12.04.84, pp. 57-64.

61 Asian Wall Street Journal, 28.11.84 et S. T., 29.11.84.

62 FEER, 05.12.85, pp. 81-86.

63 Lee Sheng Yi, “Some aspects of banking and finance in ASEAN countries”, Singapore Banking and Finance, 1982-83, pp. 130-133. Lim Lin Leans (309), 1984, pp. 195-213. Singapore Business, July 1983, pp. 35-43.

64 “Brunei-Malaysia & Split, New Nation, Singapore, 23.05.73. FEER, 15.03.84, pp. 58-61.

65 “High cash flow from Brunei”, New Nation, Singapore, 06.11.76.

66 FEER, 26.01.84, pp. 28-34 et 02.08.84, pp. 80-81.

67 Hamzah (223), 1980, 34 p. Long Bernard, “Brunei seeks to diversify its economy”, Singapore Trade and Industry, Dec. 1974, pp. 35-42. Lim Pasty, “Brunei in ASEAN: implications for us” et “Independence of wealth”, Singapore Business, January 1984, pp. 3-7.

68 Arief (182), 1978, 175 p. Arndt H.V. and N. Suwisjana, “The Jakarta Dollar Market, BIES, vol. XVIII, n° 2, July 1982, pp. 35-64.

69 FEER, 20.12.84, pp. 116-117, Singapore Banking and Finance, 1981-82, pp. 109-117.

70 Skully Michael, “Commercial banking in Indonesia, Asian Survey, vol. XXII, n° 9, Sept. 1982, pp. 875-893. Cinq banques commerciales d’Etat (BNI 1946, DAGANG NEGARA, BUMI DAYA, RAKYAT INDONESIA, EKSPOR-IMPOR). Quatre banques privées (CENTRAL ASIA, PAN INDONESIA, DUTA EKONOMI, NIAGA).

71 FEER, 26.04.84, pp. 96-98, 11.10.84, pp. 113-114, 15.11.84, pp. 91-95.

72 FEER, 19.04.84, pp. 74-77.

73 FEER, 24.09.82, pp. 95-96, 26.04.84, pp. 112-117, 02.08.84, pp. 78-79.

74 Sur Hong Kong et Singapour : Geiger (215), 1975, 239 p. Hermann (225), 1970, 314 p. Leung Chi Keng (228), 1980, 665 p. Woronofe (322), 1980, 279 p.

75 Lee Sheng Yi and Jao (244), 1982, 338 p. Wu Yuan-Li (323), 1980, 219 p. Blye Douglas, “Banks prefer Hong Kong”, Asian Business, vol. 16, n° 8, Aug. 1980, pp. 31-33. Asiaweek, 07.09.84, pp. 36-38. Singapore Banking and Finance, 80-81, pp. 19-21.

76 Asiabankmg, Oct. 1984, pp. 41-42 et 66. FEER, 17.02.82, pp. 22-28, 05.05.83, pp. 12-14. Sur le retrait des sociétés de Hong Kong : Newsweek, 09.04.84, pp. 34-35, Le Monde, 05.07.84. FEER, 11.07.84 et 13.12.84, p. 10, 12.04.84.

77 FEER, 17.12.82, p. 68, 05.07.84, pp. 61-62.

78 Wilson (318), 1972, pp. 109-110.

79 S.T., 12.10.84, Singapore Hanking and Finance, 80-81, pp. 80-81 et 102-105. Southeast Asian Affairs, 1984, pp. 302-304. FEER, 09.02.84, pp. 56-58, 25.04.84, pp. 110-113, 18.10.84, pp. 94-99, 15.11.84, pp. 88-90.

80 Saw Swee Hock (232), 1979, pp. 154-163. S.T., 12.10.84, Mirror, 1980, n° 4, p. 6. FEER, 09.02.84, pp. 58-60 et 19.07.84, p. 95. Moniteur du Commerce International, juillet 1983, pp. 30-31. Singapore Business Yearbook 1984, pp. 26-27.

81 Asian Banking, June 1983, pp. 53-55. FEER, 12.07.84, pp. 66-67, 06.09.84, pp. 127-130 et 10.01.85, pp. 62-63. Singapore Banking and Finance, 82-83, pp. 20-24. Singapore Business, Dec. 83, pp. 63-68 et Aug. 84, p. 115.

82 Singapore Banking and Finance, 80-81, pp. 34-36 et 81-82, pp. 96-99. Singapore Finance, 15.09.82, pp. 67-68.

83 Png Por Seng, “Training bank staff for the year 2000”, Singapore Banking and Finance, 81-82, pp. 66-69. Tan Choon Tee, “Banking education in Singapore”, Singapore Banking and Finance, 1978, pp. 75-82. Singapore Banking and Finance, 80-81, pp. 24-26 et 118-122, 1981-82, pp. 66-69. S.T., 20.11.84. FEER, 09.07.82, pp. 74-75 et 25.04.84, pp. 110-113.

84 Financial Times, 22.11.82.

Abbildungsverzeichnis

Titel Le marché bancaire de Singapour (1974-1984)(Millions de S $) 1984 : 1 US $ = 2,14 S $
Bildunterschrift Source : Monetary Authority of Singapore.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1812/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 220k
Titel Le marché asiatique du dollar à Singapour (1974-1984)(Millions de US $) 1984 : 1 US $ = 2,14 S $
Bildunterschrift Source : Monetary Authority of Singapore.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1812/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 159k

Lesen

Freemium

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site