Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Singapour et son environnement régional

 | 
Philippe Régnier

Première partie. Les fonctions régionales de l'économie de Singapour. Dimensions de la complémentarité entre Singapour et son environnement régional

Chapitre II. Industrie et région : Singapour, une industrialisation accélérée attentive aux besoins du marché régional

Texte intégral

1Pour le gouvernement de Lee Kuan Yew, le déclin des fonctions commerciales traditionnelles de Singapour crée au début des années soixante un vide économique qui menace la viabilité future de la cité et qu’il convient de combler rapidement. L’emporium commercial s’était développé sur la base de flux mercantiles entre les puissances coloniales et la région transitant par Singapour. Selon un schéma analogue, les investissements des pays industriels et ceux de la région, Asie du nord-est comprise, ont largement contribué au cours des deux dernières décennies à l’édification d’un emporium industriel se superposant au premier.

1. Les défis économiques de 1965 : réponses et stratégie de développement de Singapour

Indépendance : la viabilité économique en question

  • 1 Lee Kuan Yew: “For me it is a moment of anguish because all my adult life... I have believed in the (...)
  • 2 United Nations, A proposed industrialization programme for the state of Singapore, New York, United (...)

2L’indépendance brutale de Singapour suscite en 1965 de vives inquiétudes en termes de survie économique. Le Premier Ministre Lee Kuan Yew ne croit pas, sur le moment, à la viabilité d’une cité-Etat minuscule, face à des voisins potentiellement agressifs (séparation et confrontation), et sa vulnérabilité l’angoisse1. Un économiste hollandais, Winsemius, est à l’époque l’un des rares experts prêt à parier sur le succès de l’indépendance, alors que toutes les données militent dans le sens contraire2.

3Le marché insulaire est trop exigu et l’expulsion hors de Malaisie marque la fin de tout espoir d’un marché commun susceptible d’assurer à Singapour de vastes débouchés et de garantir la viabilité d’industries naissantes. L’indépendance ne paraît pas sérieuse : l’île doit même importer une partie de son eau potable !

4Le poids économique excessif de l’entrepôt en déclin et de la base aéronavale britannique posent des problèmes de reconversion et de création de nombreux pôles d’activités. Les solutions sont d’autant plus urgentes qu’on enregistre un taux élevé de chômage (15,2 % en 1962), un sous-emploi chronique (faible productivité des petits métiers urbains), et qu’on prévoit un afflux de jeunes sur le marché du travail dans les années 1965-80.

5La confrontation avec l’Indonésie et la séparation douloureuse de la Malaisie mettent en relief la dépendance structurelle de Singapour à l’égard de son voisinage immédiat, et ses dirigeants sont persuadés de la nécessité d’un vaste redéploiement de l’économie insulaire mieux équilibré vis-à-vis du monde extérieur. Ces événements politiques condamnent paradoxalement les trois pays, fortement intégrés en matière commerciale, à multiplier les cloisonnements nationaux pourtant contre nature, sans que l’on discerne vers où ces développements peuvent conduire le plus petit d’entre eux.

6Des moyens matériels considérables sont requis pour réaliser un décollage industriel effectif et rapide. Or Singapour, cité coloniale par excellence, ne dispose pas de capitaux suffisants pour répondre à ces défis : le marché local est immobilisé par des placements et des rapatriements financiers de et vers Londres ; les capitaux de la diaspora chinoise se limitent au commerce et à de petites banques locales.

  • 3 Buchanan (190), 1972, chapter 2, pp. 55-76.

7La société, profondément inégalitaire avec près de 25 % de très pauvres et une quasi-absence de services sociaux3, demeure perméable à l’agitation permanente et à la subversion communiste qui ébranlent Singapour en 1947-50 puis à nouveau à partir de 1954-55.

8Enfin, les événements extérieurs inattendus sont toujours susceptibles de mettre en péril la survie même d’une entité à l’échelle de Singapour. Les chocs politiques successifs avec les deux pays voisins ne suffisent pas ! Un nouveau danger alarme les leaders de Singapour dès le 18 juillet 1967 : l’annonce pour les années 1970 du retrait de l’armée britannique dont la base constitue l’unique défense militaire existante et contribue pour un quart aux activités économiques de l’île (20 % de son PNB, environ 40 000 emplois).

  • 4 Ong Wee Hock (533), 1977, pp. 17-23. Chen (292), 1983, pp. 3-25. You Poh Seng and Lim (294), 1984, (...)

9Tous ces facteurs n’ont pas laissé d’autre solution au gouvernement de Singapour que d’adopter au plus vite une politique pour garantir la viabilité économique et gérer l’urgence. Dès 1965, les modes respectifs de développement de Singapour et de Hong Kong se séparent définitivement : en quelques mois, on assiste, dans la cité du lion, au passage du laisser-faire colonial et libéral à un interventionnisme prépondérant des autorités gouvernementales dans la nouvelle construction de l’économie nationale4.

La stratégie de développement de Singapour et ses implications régionales (1965-80)

10Confrontés à la gravité et à l’urgence des défis, les économistes de l’équipe gouvernementale de Lee Kuan Yew, notamment Goh Keng Swee et Winsemius, ont élaboré une véritable stratégie de développement dont les premiers résultats devaient se concrétiser dès 1968-1970.

11L’exemple de Singapour offre une étude de cas parmi les plus analysées au monde et souvent citée par les économistes occidentaux comme un modèle de croissance. Il n’y a pas lieu de revenir ici sur ce sujet qui est à l’origine d’une abondante bibliographie et qui relève de l’expertise économique. En revanche, une présentation de cette stratégie de développement replacée dans un contexte international et dans ses implications régionales, correspond à l’objet de notre recherche.

La création de conditions favorables préalables au développement de l’économie (1960-66)

  • 5 Chen, Ibid., pp. 99-101.

12Un certain nombre de conditions, d’autant plus intéressantes qu’elles sont demeurées absentes ou peu marquées dans les pays voisins ont favorisé le succès de la stratégie économique adoptée à Singapour5.

13La qualité des hommes a joué un rôle déterminant dans ce formidable pari de viabilité et de développement.

14Au sommet de la société, un gouvernement effectif (après plusieurs années troublées de 1956 à 1963), honnête (absence de corruption), et dévoué à la tâche, a assuré dès 1965 la stabilité politique indispensable pour la crédibilité d’un petit Etat vulnérable. A cette qualité première s’ajoutait l’excellence de l’équipe au pouvoir, animée par un leader doué d’une rare intelligence et d’un charisme incontestable, et qui avait su s’entourer d’esprits avisés en matière d’économie, capables de définir une stratégie optimale pour le devenir de Singapour en conjuguant les exigences de la société interne et de la situation extérieure.

15A la base de la société, une population urbaine et un territoire de taille réduite, faciles à encadrer, offraient le seul atout réel de la cité-Etat. La culture de cette population d’émigrés, chinoise à plus de 75 %, portait en elle le respect du travail, du savoir, de l’expérience, de la discipline et de la réussite sociale. Une habile politique de valorisation des ressources humaines, systématique pour obtenir le meilleur des capacités des habitants peu nombreux, et une stratégie de redistribution sociale au rythme du développement économique, pouvaient apporter des résultats prometteurs.

16Parallèlement à un discours politique dénonçant, au départ, la colonisation et l’impérialisme de l’Occident, Lee Kuan Yew était parvenu à la conclusion qu’il n’y avait pas d’autre issue pour le développement de la Malaisie, et donc plus encore pour Singapour devenu indépendant, que de créer un environnement local suscitant la confiance des investissements étrangers, qui eux seuls pouvaient fournir les moyens d’un essor économique rapide. A la solidité du gouvernement et à la valeur de la population, les autorités de Singapour ajoutèrent toute une série d’incitations favorables aux investissements étrangers : maintien du statut de port libre, libre échange, absence de contrôle des changes, mesures de reconversion de l’entrepôt, exemptions fiscales, soutiens aux exportations, développement des infrastructures de transport et de communication, plans de formation et d’éducation…

17Dépendant, plus que tout autre forme d’Etat peut-être, de la conjoncture régionale et mondiale, Singapour a également bénéficié d’une situation économique internationale propice. Les années 1960-70 ont enregistré la plus forte croissance de l’après-guerre pour les pays industriels et les ont incités à investir à l’étranger pour profiter de conditions locales avantageuses. Dans la région, l’Indonésie et la Malaisie s’engageaient à leur tour dans la voie de la stabilité politique et de la priorité à l’économie, tandis que l’Asie du nord-est commençait à afficher les signes d’un boom économique sans précédent. La situation extérieure permettait ainsi à Singapour de jouer deux cartes à la fois : le mondial et le régional.

Les étapes du développement économique de Singapour et leur signification pour les pays voisins

18De l’entrepôt commercial à la filiale-atelier vouée à l’exportation manufacturière, moins de 15 ans se sont écoulés ! Et Singapour s’engage déjà, depuis le début des années 1980, sur le terrain des hautes technologies et des services avancés.

a) La situation initiale

19En 1965-67, l’économie reposait encore sur un secteur tertiaire (75 % des actifs) englobant les activités liées au commerce et à la base militaire. Le seul plan de développement (1961-65) qu’ait connu Singapour cherchait à valoriser le patrimoine des quelques entreprises de semi-transformation existantes, ayant accès aux produits de base de la région, et à promouvoir une industrie de substitution aux importations à l’échelle du marché intérieur de la Malaisie. Les résultats avaient été médiocres en raison de la confrontation avec l’Indonésie et de l’échec du projet de marché commun avec la péninsule, dont découlaient les vives interrogations déjà évoquées quant à la viabilité de Singapour nouvellement indépendant.

b) L’industrialisation accélérée (1967-1979)

  • 6 Chen (192), 1979, 241 p. Hughes (211), 1969, 226 p. Lee Soo Ann (245), 1973, 132 p. Lim Joo-Jock (2 (...)

20L’investissement étranger représentait, aux yeux des dirigeants, le seul moteur capable de transformer en un temps record l’économie nationale : l’Economic Development Board appliqua un plan de libéralisation générale de l’économie et d’incitations à l’investissement, inauguré par l’adoption des Industrial Expansion et Industrial Relations Acts en 1967 et 1968. La mise en place de ces législations, prolongeant les nouvelles conditions de la stabilisation socio-politique de Singapour et le potentiel de ses infrastructures, en plein cœur de l’Asie du sud-est, lui permit de devenir un point d’ancrage majeur de l’investissement international et d’afficher dans un bref délai des taux de croissance parmi les plus élevés du monde. La cité-Etat accueillit le siège régional d’un nombre impressionnant de sociétés étrangères et se transforma en filiale-atelier remplissant une double vocation mondiale et régionale : celle de contribuer, d’une part, à travers ses activités de sous-traitance, au développement de la concurrence acharnée entre les productions des pays industriels ; celle, de l’autre, visant à répondre, par l’expansion d’industries sectorielles et la disponibilité de biens et de services de qualité, aux besoins des pays voisins6.

  • 7 Singapour fut utilisé par l’armée américaine comme basette ravitaillement en carburant et de relâch (...)

21Parallèlement à ces transformations structurelles de l’économie, plusieurs facteurs conjoncturels participèrent également à leur succès : la guerre du Vietnam renforça l’intérêt des autorités et des entreprises américaines pour cette base-arrière proche du terrain des opérations ; le retrait des Britanniques rendit nécessaire l’adoption d’un système de défense vigoureux et permit la reconversion des bases évacuées ; la crise pétrolière mit en valeur les ressources énergétiques de l’Asie du sud-est7.

  • 8 Amjad (306), 1981, 337 p. Chia Slow Yue in Garnaut (184), 1980, chapter 9. Wilson (318), 1972, pp.  (...)

22Le décollage du secteur secondaire s’appuya en 1967-70 sur des industries à forte concentration de main-d’œuvre (pour réduire le chômage) presque totalement absentes dans les pays voisins (à l’exception des secteurs du textile et du bois, souvent encore artisanaux). L’industrie lourde, limitée aux chantiers navals, au bâtiment et au secteur pétrolier, entraîna toute l’économie durant les années 70-80, les produits énergétiques jouant à eux seuls le rôle de locomotive de la fabrication et de l’exportation manufacturières, et devenant le premier pôle d’activités de Singapour8.

23La cité-Etat est donc un foyer industriel régional complétant, en direction des pays voisins, ses attributs d’agent commercial dans le domaine des biens d’équipement et de consommation en provenance des pays développés. Hormis la présence, dans les autres pays de l’ASEAN, d’industries du textile, de transformation des produits de base et de certaines activités de sous-traitance (Malaisie), Singapour dispose d’une avance confortable, mais non pas décisive, longtemps dépendante à l’excès des « trois sœurs » pétrole/construction navale/bâtiment.

c) Le début des années 80 : à la conquête des hautes technologies

  • 9 Chia (194), 1982, 86 p. Hakam (222), 1983, 33 p. Saw Swee Hock and Bhatal (550), 1981, 162 p. Artic (...)

24Les années 1979-81 inaugurent une période de restructuration profonde de l’économie de Singapour9.

  • 10 Il s’agit des secteurs suivants : mécanique de précision, électronique, informatique, équipement mé (...)
  • 11 FEER, 06.07.79., pp. 40-41.
  • 12 Chen (192), 1979, pp. 9-10. Lim Chong Yah (248), 1980, pp. 13 et suiv. Pang Eng Fong (269), 1982, 2 (...)

25Le gouvernement définit des secteurs prioritaires pour l’avenir, tous liés aux hautes technologies et aux services de pointe10, tandis que le Conseil National en matière salariale (National Wages Council) procède à une augmentation substantielle des rémunérations (+ 16 à + 20 % par an) visant à provoquer une délocalisation des industries à forte concentration de main-d’œuvre et à faible valeur ajoutée, au profit des secteurs annoncés11. Cette politique s’accompagne de mesures de soutien diverses : éducation et formation accrues (Skill Development Fund), développement d’infrastructures ultra-modernes, incitations aux investissements étrangers incluant un transfert de technologie, crédits de recherche (Research and Development Assistance Scheme), amélioration de la productivité (Mechanization Scheme)12.

26Parmi les facteurs à l’origine de cette stratégie des années 1980-90, plusieurs renvoient à l’évolution de l’environnement économique régional de Singapour.

27Les taux de croissance remarquables enregistrés par les pays de l’ASEAN et de l’Asie du nord-est témoignent d’un véritable décollage de leurs productions manufacturières : des secteurs-clé de l’économie de Singapour, comme le raffinage pétrolier, la transformation de matières premières, le textile, se trouvent menacés à terme, sans parler des chantiers navals soumis à la concurrence japonaise et coréenne, et actuellement en pleine récession. Mais d’autres créneaux s’ouvrent avec la demande croissante par ces mêmes pays d’équipements et de technologies.

28Les coûts sociaux et le niveau de vie devenus particulièrement élevés à Singapour ne lui permettent plus de concurrencer des voisins offrant d’énormes réservoirs de main-d’œuvre bon marché et socialement peu protégée. En revanche, la compétition entre les industries de pointe des pays développés, à la recherche d’infrastructures et d’employés de qualité, place Singapour dans une position favorable d’attraction de ce type d’investissements, et peut lui donner les moyens de demeurer “one step ahead” par rapport à ses partenaires de l’ASEAN.

  • 13 La superficie de Singapour était de 587,6 km2 en 1974 et de 620,2 km2 en 1984. Des travaux se pours (...)
  • 14 Singapour comptait 2 529 millions d’habitants en 1984 (2 075 millions en 1970) et affichait un taux (...)

29Le succès remarquable de Singapour, vanté dans le monde entier, fait souvent oublier les dimensions réelles de l’île (620 km2). Malgré la conquête de nouvelles terres sur la mer13, l’espace manque pour l’implantation de filières requérant de vastes infrastructures industrielles, et l’environnement très urbanisé, équivalent à la taille d’une grande municipalité européenne, souffre déjà de la pollution des raffineries pétrolières. Par ailleurs, le chômage ayant disparu dès 1972-75, il a fallu recourir à la main-d’œuvre étrangère (Bangladesh, Pakistan, Malaisie, Indonésie) pour les travaux les plus pénibles : recruter davantage à l’extérieur semble aujourd’hui incompatible avec la densité démographique déjà atteinte, et la valorisation systématique du capital humain local, au service de secteurs de pointe peu nombreux en effectifs, semble la seule solution qui s’offre à une population très jeune et minuscule14. La cité-Etat ne possède pas non plus les capacités d’accueil de branches entières d’activités : Lee Kuan Yew répète souvent que seuls quelques créneaux ou « niches » bien choisis devraient permettre d’assurer le développement continu de Singapour à l’ère des technologies modernes.

  • 15 IBIS Annual, “Singapore in the year 2000”, 1980, pp. 65-66.

30Ces orientations devraient, d’ici à la fin du siècle, renforcer les complémentarités entre un Singapour proposant des services et des techniques à la pointe du progrès, et des voisins producteurs d’énergie, de matières premières et de biens manufacturés15.

  • 16 Arndt and Garnaut (570), 1979, pp. 191-212. Gallez et Troupin (214), 1982, vol. 2. Staab (713), 198 (...)

31Le processus international d’industrialisation de ces 25 dernières années suggère, dans cette partie du monde, un développement économique « en cascade », une division des tâches et des interdépendances, s’étalant du Japon aux pays en développement de l’ASEAN, en passant par la bande des nouveaux industrialisés à laquelle Singapour appartient16.

2. Singapour : carrefour régional de flux d’investissements substantiels

32Avant d’examiner les secteurs dans lesquels Singapour est parvenu à développer diverses complémentarités avec ses voisins, on doit s’interroger sur la nature de l’investissement extérieur qui lui a permis de relever les défis de 1965 et de se hisser jusqu’à son rayonnement économique actuel.

  • 17 Lim Joo Jock (212), 1977, p. 89, utilise le concept de concurrence ouest-ouest pour illustrer, en 1 (...)

33L’investissement étranger s’est dirigé massivement vers Singapour en raison de son système socio-économique très favorable et de considérations liées à la concurrence entre pays industrialisés17. Les perspectives d’exportation et d’investissement dérivés en Asie du sud-est, à partir de l’île-Etat, ont joué également un rôle déterminant.

L’investissement étranger à Singapour et son impact à l’échelle régionale

Données statistiques

34De nombreuses études économiques ont analysé avec précision les mécanismes qui ont permis à l’investissement étranger d’assurer une fonction motrice de la croissance économique de Singapour. Rappeler ici les dimensions globales de cet apport extérieur semble nécessaire pour mesurer jusqu’où la petite cité-Etat parvient à réunir des flux d’investissements vitaux pour elle-même et pour le développement d’une région entière.

35L’investissement étranger cumulé (1973-83) dans le secteur manufacturier (énergie exclue) s’est élevé à 5,2 milliards de US$ à la fin de 1983, et le total des nouveaux engagements à 615 millions en 1984 (dont 2/3 en provenance de USA/Europe/Japon ; et + 16 % par rapport à 1983 en dépit de la récession internationale), soit 73 % de l’ensemble des investissements réalisés.

  • 18 4,2 contre 5,6 milliards de US$, source : Bank of Indonesia, Report 1983-84.
  • 19 120 contre 593 millions de US$, source : Dept. of Finance, Malaysia. Report 84-85.
  • 20 La liste des 100 ou 200e sociétés de Singapour est régulièrement publiée dans le Singapore Economic (...)

36A titre de comparaison, ce type d’investissement représente, en 1967-81, plus des 2/3 du montant correspondant enregistré en Indonésie, cinquante fois plus peuplée18. Les nouveaux engagements en Malaisie ont été en 1983 cinq fois inférieurs à ceux de Singapour19, et l’île se place en seconde position derrière l’Indonésie et loin devant les autres membres de l’ASEAN en matière d’investissements étrangers de toute nature. Leur flux dépasse le seuil du demi-milliard de US$ depuis 1978-80 (les USA reléguant dès lors la CEE au second rang). 7 070 sociétés étrangères (filiales et participations majoritaires) ont été recensées en 1981 (l 720 en 1970), représentant le tiers du nombre total des sociétés existantes à Singapour, 58 % de l’emploi, 68 % de la valeur ajoutée et 87 % des exportations directes, principalement dans les secteurs suivants classés par ordre d’importance décroissante : pétrole et dérivés, électronique et électricité, construction mécanique, chimie, transports, agro-alimentaire. Parmi ces sociétés étrangères figurent les plus grands noms de l’industrie du monde occidental qui ont développé dans les pays de l’ASEAN un réseau de filiales et de participations, dont Singapour est tantôt le siège régional, tantôt la courroie de transmission de matériels et de services sophistiqués nécessaires sur les chantiers des pays voisins20.

Investissements étrangers à Singapour (1973-1984)
(sauf pétrochimie) En 000 S $ et en % (1984 : 1 US $ = 2,14 S $)

Investissements étrangers à Singapour (1973-1984)(sauf pétrochimie) En 000 S $ et en % (1984 : 1 US $ = 2,14 S $)

Source : Singapore, Economie Development Board.

  • 21 Pang Eng Fong and Komaran (272), 1984, 31 p. et Singapore Business, July 83, p. 39.

37L’ensemble de ces données ne donne toutefois qu’une vue partielle de l’investissement étranger à Singapour. Les autorités locales comme celles de Hong Kong, publient des statistiques détaillées couvrant la seule industrie manufacturière : rien d’officiel ne filtre en matière d’investissements élevés dans le secteur tertiaire qui déterminent la vocation régionale et internationale des services offerts par la cité-Etat. Par ailleurs, en comptabilisant les seules sociétés à participation étrangère majoritaire, d’autres compagnies, dans lesquelles de nombreux actionnaires des pays de l’ASEAN, de Hong Kong et de Taïwan notamment ont des intérêts, n’apparaissent pas21.

L’investissement des pays de la région à Singapour

38Les chiffres sont très parcellaires en matière d’investissement régional à Singapour. En 1980, on recensait 72 investissements manufacturiers majeurs provenant des pays de l’ASEAN (Malaisie : 61, Thaïlande : 6, Indonésie : 5), 80 de Hong Kong, et 17 de Taïwan : d’un montant inférieur en moyenne à 1,5 million de US$ et créant 50 à 100 emplois au plus, ces flux concernent quelques secteurs précis (textile, habillement, bois et meubles, papier, imprimerie). Mais les sources restent muettes à propos des multiples participations minoritaires des pays de l’ASEAN dans des sociétés étrangères et surtout locales de Singapour (diaspora chinoise), sous forme de placements (services, immobilier, hôtellerie) ou encore de flux transitant par Hong Kong ou Taïwan dans le seul but de changer d’identité avant de venir s’investir à Singapour.

39L’initiative de ces investissements répond à plusieurs motifs distincts :

  • Le climat des affaires peut être défavorable dans les pays d’origine, pour des raisons socio-politiques comme pour des raisons économiques (facilités bancaires limitées, exclusion du capital privé de certains secteurs, bureaucratie et interventionnisme de l’Etat omniprésent, infrastructures insuffisantes, faible productivité…). La crainte permanente de l’instabilité politique et de mouvements communalistes (définition de quotas de participation ethnique au capital des sociétés en Malaisie) incite les milieux d’affaires chinois de la région à considérer Singapour comme une valeur-refuge ;

  • L’expansion économique et la qualité des services de Singapour attirent les investisseurs des pays voisins fascinés par ce phare de la réussite matérielle ;

  • La cité-Etat constitue, avec Hong Kong et Taïwan, l’un des piliers de la diaspora chinoise entretenant des liens de parenté, d’affaires et de clientélisme dans toute la région et même au-delà ;

  • Les marchés intérieurs des pays de l’ASEAN, y compris celui de l’Indonésie, le plus vaste mais aussi le moins développé, offrent des débouchés limités aux productions avancées et soulèvent des problèmes difficiles (coûts élevés de production, main-d’œuvre peu qualifiée, tarifs douaniers pénalisant les importations) ;

  • La prise de participations dans le tissu industriel et tertiaire de Singapour permet aux pays voisins d’accéder à des services performants, à certaines techniques modernes et à une connaissance plus directe des exigences des marchés internationaux.

40Comme dans le domaine commercial, certains milieux gouvernementaux des pays voisins dénoncent, au moins par le discours, les investissements qui convergent vers Singapour, en toute légalité d’ailleurs, l’Indonésie n’exerçant, par exemple, aucun contrôle des changes.

41L’investissement ASEAN à Singapour serait-il appelé à diminuer ? Rien n’est moins sûr. La politique singapourienne de délocalisation des industries à forte concentration de main-d’œuvre et d’encouragement aux investissements vers les pays de l’ASEAN milite en faveur d’une réponse positive. Le coût élevé de l’implantation dans l’île-Etat et la réduction des revenus des pays de la région tirés des exportations d’énergie et de matières premières vont dans le même sens. Mais, par ailleurs, l’incertitude du devenir économique et/ou politique des pays de la zone privilégie Singapour aux yeux des milieux d’affaires comme terre d’asile des capitaux, et foyer de services et de technologies appropriés pour répondre aux ambitions des Etats voisins, qui diversifient eux-mêmes les bases de leurs économies.

L’investissement en provenance de Malaisie

42L’osmose étroite entre les milieux d’affaires chinois de Malaisie et de Singapour rend difficile l’identification des investissements en provenance de la péninsule, minoritaires dans un grand nombre de projets ou bien se confondant avec les capitaux de familles chinoises singapouriennes, plus rarement malaises, et « plurinationales ».

  • 22 Ng Kwan-Meng (263), 1982, 62 p. et Singapore Business Directory, 1982.

43En 1982-83, l’investissement cumulé de la Malaisie se situait, avec 900 millions de US$, au quatrième rang derrière la Grande-Bretagne, les USA et Hong Kong, mais devant le Japon ; 88 sociétés manufacturières malaisiennes, dont plus de la moitié employant chacune moins de 50 personnes, étaient implantées à Singapour22. Une à plusieurs initiatives nouvelles interviennent chaque trimestre mais ne dépassent pas en général le million de dollars, à l’exception des périodes de crise en Malaisie (afflux de capitaux en 1969-72 à la suite des émeutes raciales).

  • 23 Promet a fondé en 1971 à Singapour l’ASIAN PACIFIC SHIPYARD. En association avec INTRACO (Singapore (...)

44Quelques compagnies transnationales de Malaisie, traditionnellement liées au secteur des produits de base et diversifiant leurs activités depuis 1965-70, occupent une place de choix ; SIME DARBY compte 24 sociétés à Singapour (assurance, immobilier, automobile, matières premières), TAN CHONG possède huit filiales dans la construction mécanique et l’automobile (premier centre de pièces détachées en Asie du sud-est), PROMET23 et DUNLOP Malaysia en animent trois respectivement (génie civil, prospection pétrolière), sans oublier d’autres entreprises dans les domaines du textile et de l’habillement (TAI WAH, SOUTH PACIFIC, LEE SHING…).

  • 24 Malaysian Business, May 1983, pp. 17-18 et FEER, 02.02.84., pp. 60-61.

45L’attraction du marché immobilier de Singapour comme valeur-refuge, moins décisive que dans le cas des investisseurs indonésiens, joue néanmoins un rôle certain : Yap Yong Seong (Duta Consolidated et TMD Malaysia), propriétaire de l’hôtel Hyatt Regency et de 46 % de Sealion Hotels, est le plus connu24.

  • 25 Singapore Business, March 1980, pp. 49-55.

46Même si l’importance des capitaux malaisiens investis à Singapour ne peut soutenir la comparaison avec la dimension de la présence singapourienne en Malaisie, l’ouverture en 1978, à Singapour, d’un bureau de la Malaysian Industrial Development Authority (MIDA) témoigne d’une accélération des flux financiers bilatéraux25.

L’investissement en provenance d’Indonésie

  • 26 Margolin (525), 1982, 842 p. et Tan I Tjhih (303), 1972, 222 p.

47Les Indonésiens figureraient parmi les premiers investisseurs étrangers à Singapour avec plus de 5 milliards de US$ d’investissements cumulés (1967-80) ; 20 à 30 000 (Chinois à 89 %) auraient déposé le capital minimum requis pour l’obtention du statut de résident permanent ! L’hémorragie de capitaux qui en résulte pour l’Indonésie motive le secret des identités. La nature des investissements (immobilier, hôtellerie, finance, commerce) confirme, là aussi, l’attrait de Singapour comme refuge. Deux noms illustrent l’étroitesse des affaires entre les communautés chinoises de la cité-Etat et de Jakarta26.

  • 27 FEER 03.05.84, pp. 98-103 et FEER 24.10.85, pp. 86-87 (avec organigrammes du groupe).
  • 28 Richland Development gère deux hôtels Méridiens conjointement avec AIR FRANCE et des banques frança (...)

48L’empire HARAPAN (40 sociétés)27, dirigé par Hendra Raharja (alias Tan Tjoe Hin), regroupe en Indonésie des activités d’assemblage et de commercialisation de cycles et d’automobiles étrangères, des banques et des compagnies d’assurance, des sociétés immobilières. Hormis quelques implantations financières à Hong Kong, il se prolonge essentiellement à Singapour (16 sociétés) avec Harapan Singapore et ses deux filiales (Harapan Import-Export – HIE – et Richland Development – RD –), d’une part, et le consortium Town City Properties de l’autre (participations singapouriennes et thaïlandaises). Parallèlement à ses activités commerciales, H. Raharja est devenu l’un des premiers hôteliers de Singapour avec le lancement en 1980-81 de six projets luxueux (4 300 chambres28).

  • 29 FEER 07.04.83, pp. 44-56, 09.02.84., p. 8 et 15.11.84, pp. 148-149. Ramifications avec la famille S (...)

49Soedono Salim, alias Liem Sioe Liong, est à la tête d’un empire (70 sociétés) qui se range peut-être parmi les vingt premières fortunes mondiales. Très proche de la famille présidentielle en Indonésie, il investit à l’étranger (Hong Kong, Singapour, Californie, Pays-Bas) une partie des bénéfices de ses 40 sociétés (30 000 employés) présentes en Indonésie dans des secteurs très variés et souvent en position de quasi-monopole sur le marché intérieur (ciment, céréales, banques, assurances, cycles, automobiles, commerce, textiles, bois, épices, immobilier, hôtellerie)29.

  • 30 S.T. 23.10.80 et Singapore Economic Bulletin, March 1983, p. 42.

50Premier groupe indonésien privé, LIEM a développé à Singapour une industrie manufacturière (CEMENT GRINDING), des opérations immobilières (MARINA CENTRE) et des collaborations multiples avec ses six banques et compagnies financières de Hong Kong30.

  • 31 FEER 02.02.84, pp. 60-61.

51On pourrait identifier d’autres investisseurs d’origine indonésienne non négligeables, tel Lim Tjoen Kong, établi à Singapour et dont le groupe TUAN SING HOLDINGS s’est engagé dans la fabrication des plastiques, du papier et des emballages31, ou Argus Nursalim associé à Singapour avec Goh Cheng Liang (TK LIM PROPERTIES et MT ELIZABETH HOSPITAL).

52Derrière ces grands noms se cachent de nombreux investisseurs anonymes « plus modestes » plaçant leur argent à Singapour dans l’immobilier ou en dépôt afin de se constituer un coussin d’épargne bienvenu en cas d’instabilité ou de crise en Indonésie.

L’investissement de Singapour dans la région

Caractéristiques

  • 32 Pang Eng Fong et Komaran (272), 1984, 31 p. Wells Louis T., Third World Multinationals, Cambridge M (...)
  • 33 Les réserves officielles s’élèvent en 1984 à 22,7 milliards de US$. FEER 06.08.82, pp. 44-45. Asian (...)

53Tout en poursuivant depuis 1970-80 une politique de mobilisation de l’investissement extérieur et local dans le secteur des technologies de pointe, Singapour est devenu un pôle d’investissements dans la région, se situant parmi les « pays en développement » au premier rang derrière Hong Kong et devant Taïwan, les Philippines et l’Arabie Saoudite32. Cette situation s’explique en Asie du sud-est par un processus d’industrialisation en cascade, dont Singapour est un maillon intermédiaire pour les compagnies transnationales, y compris chinoises, qui souhaitent accéder aux marchés des pays voisins. Dans ces derniers, l’émergence d’un secteur manufacturier coïncide avec la volonté singapourienne de transférer hors de l’île certaines productions et de contourner par l’investissement direct le protectionnisme en vigueur localement. Préoccupé par la récession internationale qui affecte l’économie insulaire, le gouvernement cherche de nouvelles garanties de viabilité pour l’emporium : il a créé en 1981 le GIC (Government of Singapore Investment Corporation) et place une part des excédents des entreprises publiques et des réserves en devises du trésor sous la forme d’investissements dans les pays de l’ASEAN et d’avoirs dans le reste du monde33.

  • 34 S.T. 14.07.84 et Singapore Economic Bulletin, August 1984, p. 24.
  • 35 FEER 19.10.79, pp. 81-84 et Bulletin of Indonesian Economic Studies, vol. XX, n° 2, August 1984, pp (...)

54L’investissement connu de Singapour à l’étranger s’élevait en 1984 à 1,6 milliard de US$, Malaisie et Indonésie en étant les premiers destinataires avec une centaine de filiales. Quatre sociétés sur cinq, dont des sociétés locales (Banque OCBC, WAH CHANG, JACK CHIA, ACMA, INTRACO, TEMASEK…) conduisent des projets dans la région34. La diaspora chinoise est la plus active mais aussi la plus mal connue. L’absence de contrôle des changes et la surévaluation de l’investissement d’origine domestique relativisent la valeur statistique des investissements étrangers déclarés dans certains pays de l’ASEAN. Dans d’autres cas, des capitaux sont déposés à Singapour (et Hong Kong) pour être réinjectés dans le pays d’origine en bénéficiant du statut fiscal d’investissement étranger35.

55La transnationale chinoise de Singapour est représentée au sommet par un club de milliardaires qui, au gré des législations, mènent des opérations commerciales et financières (plus rarement industrielles) dans toute l’Asie du sud-est à partir de ramifications familiales et d’intérêts divers à Hong Kong, Bangkok, Kuala Lumpur, Manille et Jakarta.

  • Jack Chia, Chinois thaïlandais, réside à Singapour d’où il dirige le groupe JACK CHIA Holdings, domicilié à Hong Kong (pharmacie, papeterie, édition, immobilier, monde du spectacle).

  • Tan Chin Tuan, président-patriarche de la plus grande banque chinoise de Singapour, l’Overseas Chinese Banking Corporation, cultive des liens bancaires dans le monde entier. Tony Tan Keng Yam, Directeur Général d’OCBC à 38 ans, est depuis 1979 l’un des jeunes technocrates les plus brillants du gouvernement singapourien où il a occupé plusieurs portefeuilles ministériels majeurs jusqu’à ce jour.

  • Les frères Shaw contrôlent depuis Singapour et Hong Kong le monde du cinéma et de l’immobilier.

  • Wee Choo Yaw a transformé la petite banque familiale UOB (United Overseas Bank) en rivale d’OCBC.

  • Robin Loh, originaire d’Indonésie, et ses fils, ont fait fortune à Singapour et Hong Kong dans la construction navale et les équipements pétroliers.

L’investissement de Singapour en Malaisie

  • 36 Pour des chiffres détaillés : Kulasingam M. et Tan Siew Ее, Changing patterns of foreign investment (...)

56La Grande-Bretagne avait inauguré via les colonies des détroits une politique d’investissements destinés à mettre en valeur les richesses naturelles de la péninsule. Singapour demeure aujourd’hui l’un des cinq premiers investisseurs étrangers en Malaisie et devancerait même, dans le secteur manufacturier, avec 500 millions de US$ (soit 20 % de l’apport étranger total), le Japon, les USA, le Royaume-Uni et l’Australie. Ces flux se dirigent vers les Etats géographiquement proches ou/et offrant des infrastructures satisfaisantes (Johore, Malacca, Kuala Lumpur, Penang, Sabah et Sarawak) ; ils concernent surtout des industries précises (alimentation, produits de base, énergie, transports) et le secteur tertiaire (commerce, immobilier, hôtellerie, finances) dont l’association OCBC-SIME DARBY Holdings est l’une des meilleures illustrations36.

  • 37 Singapore Business, July 1983, pp. 35-43. Parmi les 100e sociétés de Malaisie analysées en 1974/75, (...)

57La Malaysian Industrial Development Authority (MIDA) a comptabilisé en 1982, 703 projets d’origine singapourienne (531 en 1980), la plupart sous la forme de participations conjointes (20 filiales seulement) et dont les plus connues sont FRASER and NEAVE, CYCLE and CARRIAGE, MALAYSIAN BREWERIES, YEO HIAP SENG et BEN and Co37.

  • 38 Bumiputra, c’est-à-dire le fils de la terre, désigne tout individu d’ethnie malaise par opposition (...)
  • 39 Singapore Economic Bulletin, Feb. 1985, p. 20. Singapore Business, March 1985, p. 93.

58Des multinationales établies d’abord à Singapour, comme le groupe britannique BOUSTEAD, sont en partie responsables de cette pénétration étrangère en Malaisie : BOUSTEAD y détient 13 sociétés (caoutchouc, transport maritime, containers, assurance). Le gouvernement fédéral a redoublé d’efforts pour attirer l’investissement en provenance de Singapour depuis l’annonce d’une délocalisation de certaines industries ; celle-ci fait l’objet de consultations bilatérales régulières entre les chambres de commerce et les associations professionnelles. En 1984-85, il a mis en œuvre un régime de faveur pour les investisseurs singapouriens en les excluant de l’obligation des 30 % de participation bumiputra38 au capital des sociétés enregistrées en Malaisie, et en les autorisant à détenir 70 % des actions ou plus, même au-delà de 1990. L’adoption de cette législation révèle combien le rôle des milieux d’affaires chinois est considéré comme essentiel par les autorités de Kuala Lumpur, la politique communaliste relevant souvent du discours39.

  • 40 Malaysian Business, June 1982, pp. 6-19 et May 1983, pp. 17-18.

59La présence de Singapour en Malaisie s’identifie en particulier dans les branches suivantes : alimentation (CENTRAL SUGARS, ZUELLIG FEED-MILLS, AMOY CANNING, KHONG GUAN FLOUR, LAM SOON OIL and SOAP, MALAYSIAN FEEDMILLS), textiles (SOUTH PACIFIC, MAHSIUNG, FUSAN FISHING NETS), métallurgie (RHEEM HUME, JOINT STEEL WORKS, IRON and STEEL MILLS, METAL BOX, METAL CONTAINERS), appareillages électriques et électroniques (ACMA ELECTRICAL, HAW PAR BROTHERS, PAN ELECTRICO, WAH CHANG), construction et immobilier (METRO HOLDINGS, STRAITS TRADING, UNITED ENGINEERS, INTRACO), bois, papeterie et édition (SPP, TIMES PUBLISHING, VENEER PRODUCTS, JACK CHIA)… Jack Chia possède en Malaisie à lui seul dix sociétés regroupées dans JACK CHIA ENTERPRISES MALAYSIA (biens de consommation divers, édition, finances, hôtellerie à Penang et Kuala Lumpur). Eric Chia, fils du fondateur de SINGAPORE MOTORS, a bâti en Malaisie, depuis la création de KK MOTOR Co. en 1970, un empire (distribution régionale d’équipements agricoles de construction et de transport) qui figure au palmarès des dix premières sociétés du pays40.

60Le resserrement durable des relations économiques entre les deux pays passe par le développement de l’Etat du Johore avec lequel Singapour a déjà noué des liens étroits.

  • 41 S.T. 03.12.82 ; 19 et 21.02.83 : 29.11.84.
  • 42 Le problème de l’approvisionnement en eau comme preuve de la survie toujours fragile de Singapour e (...)
  • 43 FEER 03.10.85, pp. 19-20.

61En matière d’approvisionnement en eau, la cité-Etat a su transformer une dépendance vitale vis-à-vis du Johore en une forme d’interdépendance négociée41. Les accords de 1927 et de 1961-62 permettent à Singapour de recevoir quotidiennement, par trois pipelines de 40 kilomètres, 136 millions de litres d’eau filtrée ! Dépendance certes, 50 % des besoins de l’île sont ainsi couverts, mais compensée par le Public Utilities Board de Singapour qui gère 7 195 hectares de concessions dans le Johore (Tebrau et Scudai, et réservoirs de Pontian et Gunong Pulai) et produit de l’eau potable (cinq stations dont deux nouvelles à Pasir Gudang et Sungai Kahang) vendue en partie au gouvernement local de Johor Baru (20 % de l’eau traitée). Pour remédier à la hausse croissante de la consommation tant à Singapour42 qu’au Johore, les deux parties vont aménager au cours des 20 prochaines années le bassin de la Johor River (dérivations, réservoirs, pipelines) pour un coût estimé à 4,2 milliards de US$43.

62Les échanges ne s’arrêtent pas là. Les centrales de Senoko (Singapour) et de Pasir Gudang (Johore) peuvent échanger de l’électricité en cas de panne ou d’urgence. La construction d’un second Causeway, ou tout au moins d’un car-ferry entre Changi Point et Desaru, est à l’étude. L’industrialisation du Johore bénéficie de la proximité de Singapour : 37 entreprises singapouriennes sont déjà implantées et 28 autres projets en cours (170 millions de US$ investis au total), notamment dans la zone industrielle et portuaire de Pasir Gudang reliée au chemin de fer Singapour-Johor Baru-Kuala Lumpur. Ces investissements concernent l’agro-alimentaire, le textile, la métallurgie, l’électronique, les équipements pétroliers (PROMET), les plastiques, le bois. La construction immobilière à Johor Baru, l’attrait touristique, la création de zones de libre échange, motivent également les financiers de Singapour.

  • 44 Johor Baru, Investment Seminar Southern Region and Republic of Singapore. “Economic activity and in (...)

63Le sud Johore devient le prolongement de l’essor économique de la cité-Etat, qui manque d’espace44.

L’investissement de Singapour en Indonésie

  • 45 Bulletin of Indonesian Economic Studies (BIES), vol. XX, n° 2, Aug. 1984, pp. 96 et suiv. Singapore (...)

64L’investissement cumulé de Singapour en Indonésie, en s’élevant à 156 millions de US$ (1967-84), place l’île-Etat au 9e rang des investissements étrangers (loin derrière Japon, Hong Kong, USA), au 7e rang pour le nombre d’opérations réalisées, au 1er parmi les pays de l’ASEAN (devant les Philippines et la Malaisie). Il correspond à 31 projets sur les 844 approuvés par le BKPM (Office indonésien de coordination de l’investissement étranger) dans des domaines où les deux économies s’avèrent complémentaires : chimie, construction, hôtellerie, bois, textile, alimentation, bureautique, minerais, transports45.

  • 46 Une agitation violente, d’inspiration politico-religieuse (extrêmisme musulman) semble-t-il, se dév (...)
  • 47 Azhari Zahri, “Singapore-Indonesia economic relations in Wong and Tan (293), 1972, 99 p. Wells L(...)

65Si on le compare aux apports des pays industriels, cet investissement présente certaines spécificités. Sa fluctuation d’une année à l’autre dépend notamment de l’évolution de la stabilité socio-politique du régime du Président Suharto ; des signes tangibles témoignent d’une confiance accrue coïncidant avec la consolidation progressive de l’Ordre Nouveau instauré aux lendemains de la tentative de coup d’Etat de 1965, mais la route reste parsemée d’écueils comme le prouvent les troubles intérieurs intervenus en 1984-8546. Par ailleurs, les statistiques indonésiennes (celles de Singapour font défaut, comme en matière de commerce bilatéral) sous-évaluent ou ignorent les nombreuses transactions familiales (chinoises) et celles basées sur la confiance de la parole donnée par tel ou tel intermédiaire indonésien, qui s’engage à ne pas révéler l’identité étrangère du capital fourni. Chaque opération privilégie des projets de dimension modeste ou moyenne (2 à 3 millions de US$), rentables à court ou moyen terme (par opposition aux investissements dans les infrastructures ou l’industrie lourde), faisant appel à une participation locale limitée et adaptant sur place des techniques occidentales « pré-digérées » à Singapour47.

66Les premiers investissements de Singapour en Indonésie remontent au xixe siècle. Le groupe MAYA (4 000 employés), parmi les plus anciens, compte six sociétés d’exportation de produits de la mer, une biscuiterie, et deux usines d’insecticides ; d’autres implantations devraient être transférées de Singapour dans la chimie et les plastiques. Des entreprises comme PRIMA INDONESIA (agro-alimentaire, Sulawesi sud), UNITED INTERNATIONAL PLASTIC INDONESIA (Java ouest), PULO MAS REALTY (commerce), KARIMUN (granite), ASIA TEGOO MINING (Kalimantan sud) font l’objet de participations singapouriennes (sociétés GAMMON SOUTHEAST et ASIA MINING ENT. dans les deux derniers exemples). D’autres sociétés, déjà mentionnées en Malaisie, comme YEO HIAP SENG, ACMA ELECTRICAL, FRASER and NEAVE, INTRACO, UNITED ENGINEERS, sont également actives en Indonésie.

67La politique de délocalisation industrielle adoptée par Singapour connaît plusieurs effets directs chez son grand voisin : SEMBAWANG a créé à Java ouest, conjointement avec PT KUSUMA WIRYA PERDANA, une aciérie (INDO SEMBAWANG FABRIKASI) spécialisée dans les équipements pétroliers lourds, et JURONG ENGINEERING envisage la construction d’une centrale thermique et d’une usine pétrochimique. Mais, au même titre que le développement du Johore sud se place dans le sillage de l’essor économique de la cité-Etat, le grand dossier des relations Singapour-Indonésie se concentre sur une île de l’archipel de Riau, quelques kilomètres au sud de Singapour : BATAM.

L’île de Batam (description des lieux et des infrastructures existantes : cf. annexes)

68Dès 1968-69, il était devenu difficile de maintenir Jakarta comme seul dépôt du matériel indispensable à l’exploitation off-shore et à l’exploitation du pétrole et du gaz des îles Natunas et de Sumatra nord. La compagnie nationale des pétroles (PERTAMINA) décidait de signer un contrat avec quatre sociétés pétrolières étrangères pour transformer Batam en nouvelle base logistique de ses opérations.

  • 48 Balani Island Investment Guide, Singapore, Delta Orient and Pertamina, May 1975, 285 p. (Consultant (...)

69S’appuyant sur sa localisation géo-stratégique, identique à celle de Singapour, le décret présidentiel n° 41 de 1973 déclarait l’île comme zone industrielle, placée sous l’autorité de la BIDA (Batam Industrial Development Authority, siège : Jakarta) et de la Batam Industrial Corporation, et il révisait à la hausse l’objectif initialement fixé : il était désormais question, sur la base d’un rapport établi par les consultants BECHTEL (USA) et NISSHO-IWAI (Japon), d’y construire une raffinerie, des entrepôts d’énergie, des infrastructures portuaires à l’échelle des super-tankers, et d’attirer un large éventail d’industries48.

70Sans l’avouer ouvertement, diplomatie javanaise oblige, l’Indonésie nourrissait l’ambition de se doter d’un outil capable de réduire sa dépendance économique à l’égard de Singapour et de concurrencer à terme cette cité « chinoise » sur son propre terrain (avec le souvenir que si les Hollandais n’avaient pas occupé l’archipel de Riau en 1819, Raffles aurait tout aussi bien pu débarquer à Batam au lieu de s’arrêter dans l’île voisine).

  • 49 En 1974-76, éclate un gigantesque scandale de corruption compromettant le Président de PERTAMINA, l (...)

71Fallait-il encore s’interroger sur les moyens à mettre en œuvre : la BIDA disposait-elle de ressources suffisantes pour créer les infrastructures nécessaires et attirer des investissements dans une île presque aussi déserte que Singapour à l’origine ? Le gouvernement était-il disposé à consacrer des fonds substantiels à la mise en valeur de Batam alors que les besoins de l’Indonésie entière demeureraient gigantesques, tous secteurs confondus ? Batam ne procédait-il pas d’une décision plus politique qu’économique (comme les projets industriels de l’ASEAN adoptés un peu plus tard en 1976-77) ? Toutes ces interrogations étaient posées par les observateurs étrangers lorsque le scandale PERTAMINA de 1974-76 ébranla l’Indonésie ; si quelques rares travaux de base avaient été engagés sur le terrain, les grands desseins pour Batam furent rangés dans les tiroirs49 !

  • 50 Les discussions à propos de Batam remontent régulièrement au sommet lors des rencontres Lee-Suharto(...)

72En 1978-80, le dossier, confié par le Président Suharto au puissant Ministre Habibie (Recherche et Technologie), secondé par son beau-frère Soedarsono à la tête de la BIDA, fut relancé sur des fondations plus concrètes : exemption fiscale pour tous les produits entreposés, transformés ou utilisés à Batam, et ouvertures de négociations avec Singapour en matière d’équipements et d’investissements. En octobre 1980, on parvint à un accord de libre circulation entre Singapour et Batam (exclusivement) pour les marchandises, les personnes et les services ; Lee Kuan Yew indiquait par ailleurs que l’investissement serait laissé, du côté de la cité-Etat, à l’initiative du secteur privé50.

  • 51 Singapore Economic Bulletin, Dec. 1982, p. 28. FEER, 05.07.84, pp. 61-62. S.T. 23.12.83, 16.12.84, (...)
  • 52 S.T. 09.04.81 et 10.06.83.
  • 53 S.T. 10.09.82, 16.10.82, 06.10.83. Malaysian Business, Sept. 1983, p. 112. L’étude de faisabilité a (...)

73Parmi les 40 sociétés étrangères engagées à Batam aujourd’hui, la contribution de Singapour paraît décisive. Elle représente un investissement total de 40 millions de US$ (au 31.12.83) et une participation à plus de 80 % de l’ensemble des projets. On peut citer un centre hôtelier (Batam Island Country Club and Holiday Resort) parmi les plus grandes réalisations et associant TAN CHOON LIAN à P.T. TONGKAT MAS INTERNATIONAL. D’autres initiatives se sont annoncées : un élevage porcin (délocalisation de Singapour) financé par Liem Sioe Liong et le Singapourien Oei Hong Leong (Chinois originaire de l’Indonésie détenant 40 % de la UNITED INDUSTRIAL Cor.), l’installation d’ateliers de sous-traitance liés au métro de Singapour (BATAM METAL PRODUCTS), la construction d’un pipeline sous-marin permettant de fournir de l’eau à Batam51. La coopération s’étend au secteur des transports (liaison par bateaux-ferry et aéroglisseurs, vente de véhicules usagés) mais aussi à celle de la main-d’œuvre : l’Indonésie n’en manque pas, à la différence de Singapour, qui, en revanche, peut fournir le personnel qualifié et envoie déjà à Batam, par centaines, ouvriers et techniciens spécialisés52. Singapour a enfin proposé à plusieurs reprises sa collaboration à un projet d’oléoduc reliant les îles Natunas à Batam, mais dont la construction semble bien compromise par la récession pétrolière (et certains problèmes de faisabilité)53.

74L’adoption du 2e plan de développement de Batam (1984-89) suscite des discussions passionnées tant à Singapour qu’en Indonésie.

75a) Pour Singapour, si la BIDA a consenti un effort budgétaire incontestable dans le domaine des infrastructures de base, les résultats demeurent néanmoins très modestes. On est très éloigné des objectifs indonésiens visant à bâtir à Batam un grand pôle de communications et d’industries, lorsque les 40 sociétés déjà implantées doivent assurer par leurs propres moyens leur approvisionnement en eau et électricité. Batam ne constitue en aucune manière une rivale dangereuse pour la cité-Etat dans la mesure où cette île ne peut se dispenser de ses multiples apports financiers et matériels comme de sa présence économique historiquement enracinée dans l’archipel de Riau.

  • 54 FEER 07.02.85, p. 61. Lavi Kwok Wenig, “problems of urban expansion in Singapore, Planews, Singapo (...)

76L’expansion des activités de Singapour déborde sur son environnement immédiat (sud Johore et Riau) selon le principe des vases communicants, pour reprendre une métaphore de Habibie ; ce milieu correspond étroitement aux limites spatiales et humaines de l’île-Etat, obligée de délocaliser certaines industries et de renforcer du même coup les complémentarités avec ses voisins54.

  • 55 Accusations immédiatement nuancées par le Vice-Président, Adam Malik, et par Habibie, FEER, 19.10.7 (...)

77b) Du côté indonésien, le pouvoir, notamment le Président Suharto et le Ministre Habibie, semble convaincu de la nécessité de coopérer avec Singapour, mais bien qu’il n’y ait pas d’autre choix, l’arrivée massive de capitaux « chinois » et transnationaux à Batam inquiète certains milieux politiques. Lors de la visite de Lee Kuan Yew à Batam en 1979, celui-ci avait annoncé la possibilité d’une participation de plus d’un milliard de US$ au développement d’infrastructures locales à la condition que les investisseurs puissent demeurer maîtres d’œuvre et en retirer juste profit. Diverses réactions, dont celles du Dr Chalik Ali (Parti Musulman Unifié : PPP) et Ali Murtopo, Ministre de l’Information à l’époque, avaient alors accusé Singapour de vouloir transformer Batam en l’un de ses satellites économiques et remettre ainsi en cause la souveraineté indonésienne55.

78En guise de conclusion provisoire, le devenir de Batam peut être considéré comme l’un des meilleurs instruments de multiplication des complémentarités entre les deux pays.

  • 56 Déclarations de Lee Kuan Yew et Suharto : S.T. 28.12.83. Voir aussi : Singapore International Chamb (...)

79Au regard des lourdeurs de l’administration indonésienne, de la récession internationale qui affecte les budgets et les flux d’investissements étrangers de part et d’autre, et de l’état encore assez rudimentaire des infrastructures implantées à Batam, le décollage véritable de cette île devrait atteindre un seuil respectable dans 20 à 30 ans56. La croissance vertigineuse de la cité-Etat depuis 1965 tend à négliger le récit complet de sa propre histoire économique qui commence près de 150 ans auparavant : Batam ne peut se construire en un jour !

80Le débat relatif à la souveraineté indonésienne menacée, quoique clos pour l’instant, n’est pas totalement superflu. Comment envisager un développement rapide et viable de Batam sans la définition par Jakarta d’un statut économique spécial en sa faveur, tant sur le plan administratif (ce qui a déjà été entrepris puisque le Président, Habibie et la BIDA l’ont exclue de la compétence directe des ministères sectoriels et du gouvernement de Riau) que sur celui des règles commerciales et financières (adoption d’une zone de libre circulation entre Singapour et Batam non étendue aux relations Batam-reste de l’Indonésie). Dans l’hypothèse où de tels instruments contribueraient à terme à un réel succès économique de l’expérience de Batam, celui-ci ne manquerait pas d’interpeller le pouvoir central à Jakarta et de donner de nouveaux arguments à ceux qui recommandent une certaine libéralisation du système économique indonésien : Singapour, indissociable de cette réussite supposée de Batam, parviendrait alors, pour la première fois, à l’intérieur même des frontières nationales de son grand voisin, à semer ou accentuer un vent de réformes !

3. Complémentarités et concurrences sectorielles au départ de Singapour

81Les fonctions historiques de Singapour comme entrepôt régional ont engendré des complémentarités traditionnelles avec les pays voisins dans le domaine commercial. La naissance de nouvelles complémentarités durant ces vingt dernières années hérite d’une double évolution.

82Dans un premier temps, l’industrie manufacturière de Singapour a connu une croissance spectaculaire, en partie tributaire d’un espace régional demeurant exportateur de produits de base non transformés.

83Dans une seconde phase plus récente, ce même espace a commencé à mettre en valeur ses vastes ressources naturelles et à s’engager dans l’industrialisation ; l’économie de Singapour s’est vue contrainte de délaisser, en faveur de cet environnement régional, certaines industries-clé moteur de son expansion il y a dix ans encore et de se reconvertir dans des créneaux relevant de techniques avancées et du secteur tertiaire.

84Même si les complémentarités se multiplient, l’ensemble de cette évolution ne procède pas d’une structuration économique de la zone ASEAN aussi cohérente et bien huilée qu’il paraît. Des concurrences et des ambitions conflictuelles entre Singapour et ses partenaires, qui doivent être placées dans un contexte ne se limitant pas aux seuls motifs économiques, ne manquent pas d’agiter également la scène régionale.

Des complémentarités dans les secteurs traditionnels

Continuité et déclin relatif dans les secteurs les plus traditionnels

85Le caoutchouc naturel, l’étain, les huiles végétales, figurent parmi les produits de base les plus caractéristiques des activités d’entrepôt de Singapour dès le xixe siècle et l’ASEAN se situe encore aujourd’hui au premier rang mondial des exportations dans ce secteur.

  • 57 Grilli Enzo R. et autres auteurs, The worid rubber economy, Baltimore, John Hopkins Univ. Press, 19 (...)
  • 58 Singapore Business, March 1980, pp. 49-55. Malaysian Business, Nov. 1982, pp. 16-20. FEER, 20.10.83 (...)

86Entre un quart et un tiers des ventes de Malaisie et d’Indonésie continuent à transiter par Singapour, y compris sous la forme de contrebande (étain surtout). Cette réalité permet aux sociétés de commerce et à la bourse des matières premières de la cité-Etat associée avec celle de Londres, d’influencer l’évolution des cours du marché mondial dont dépendent les recettes à l’exportation de ses voisins57. Ceux-ci tentent de réduire cette prépondérance commerciale de Singapour en améliorant leurs infrastructures, en créant des bourses nationales de produits de base et en luttant contre la contrebande58.

  • 59 Barlow (188), 1978, pp. 309-354. Tan Eng Joo, “The Singapore rubber market and the Indonesian produ (...)

87Singapour conserve un avantage incontestable dans le domaine de la commercialisation : la Rubber Association of Singapore (1911) traite trois à quatre fois le volume d’affaires contrôlé par la Malaysian Rubber Exchange (1974), les sociétés et leurs agents commerciaux sont enregistrés sur les deux marchés, et, s’ils augmentent leurs achats physiques sur le second, la majorité des services de stockage et d’expédition, de contrôle des normes, de gestion documentaire et financière reste concentrée à Singapour. Comme le déclarait Lee Kuan Yew en août 1980, la cité-Etat n’entend pas concurrencer la Malaisie dans la transformation de son caoutchouc naturel (moins de dix sociétés représentant 1 000 emplois demeurent à Singapour en 1985), mais le Premier Ministre ne commente pas l’aspect commercial, en aval de celle-ci, qui passe par les services de Singapour59.

Rénovations dans d’autres secteurs traditionnels

a) L’industrie du bois

  • 60 Ambassade de Trance à Singapour, Poste Economique, Les industries du bois, 16 juin 1980, 54 p. Asia (...)

88L’industrie du bois fait l’objet d’une intéressante division des tâches au sein de l’ASEAN, notamment entre Singapour (119 sociétés, 6 000 employés, en 1985) et l’Indonésie, qui, comme premier producteur mondial (122 millions d’hectares de forêts), lui fournit 80 à 85 % de ses achats, la Malaisie (Sabah) lui vendant les 15 % restants60.

  • 61 FEER, 18.07.83, pp. 52-53, 06.09.84, pp. 112-113, 08.11.84, p. 84. Jakarta Post, 11.03.85.

89Les entreprises de première transformation déclinent à Singapour, le contraire se produisant chez ses voisins. Les 40 scieries existantes (plus de 100 au début du siècle) se heurtent à l’interdiction, en vigueur en Malaisie et en Indonésie, d’exporter des grumes. Dans ce dernier pays, la législation ne s’appliquant qu’à la moitié environ de la production locale de grumes, Singapour parvient à obtenir 40 000 m3 de bois par mois nécessaires à la survie des activités de sciage, mais la politique commerciale de Jakarta pourrait devenir un jour plus restrictive. Les neuf sociétés de contreplaqués (8e rang mondial), dont INTERNATIONAL WOOD PRODUCTS, JURONG PLYWOOD, KRANJIN PLYWOOD INDUSTRIAL, dépendent aussi d’approvisionnements identiques, mais résistent mieux, en raison de leur compétitivité (prix et qualité), que leurs homologues indonésiens qui traversent de sérieuses difficultés (faible concentration, isolement géographique, fret maritime coûteux, main-d’œuvre peu qualifiée, déforestation…)61.

90L’industrie du bois à forte valeur ajoutée est, pour sa part, bien portante à Singapour, spécialisée dans le séchage des essences, les moulures (parquets, portes…) et les meubles (33 usines dont la plus grande unité au monde de fabrication de chaises), tandis qu’elle demeure embryonnaire ou inexistante ailleurs dans la région.

  • 62 Fisk (311), 1982, pp. 256-257, ARB, vol6, n° 8, 1977, p. 284. Malaysian Business, May 1978, pp. 2 (...)

91Pour l’avenir, la cité-Etat ne semble pas dépourvue d’atouts. La plupart des propriétaires de concessions forestières en Indonésie et Malaisie sont actionnaires dans des entreprises présentes à la fois sur le terrain et à Singapour, sous la forme d’une filiale ou d’un bureau commercial. Les sociétés internationales de commerce de bois sont toutes représentées au sein du Singapore Timber Industry Board (7 parcs à bois à Sungai Kadut) et procèdent, à partir de là, à leurs achats dans la région et aux contrôles de qualités. Dans ce dernier domaine, la Malaisie et l’Indonésie ne peuvent guère résister à la concurrence et au modernisme des entreprises basées à Singapour, qui prouvent également leur dynamisme en investissant à Sumatra et au Sabah. Les efforts d’exportation directe entrepris par la Malaisie depuis 1974-76 ont révélé leurs limites dans la lutte contre la suprématie de Singapour en matière de commercialisation des bois, faute d’infrastructures et de concentration suffisantes du marché local62.

b) L’industrie agro-alimentaire

92Le rôle important de l’industrie agro-alimentaire à Singapour (296 sociétés, 12 300 emplois) s’explique d’abord par l’extrême dépendance extérieure de l’emporium dépourvu de ressources pour nourrir sa population, aussi réduite soit-elle. Autosuffisant pour la production de viande porcine et de volailles (promise à une délocalisation prochaine à Riau et au Johore), Singapour achète l’essentiel de son alimentation en Malaisie et en Thaïlande, en Australie et en Indonésie pour une moindre part.

93Singapour continue aussi à valoriser sa vocation de distributeur régional héritée de la période coloniale :

  • Les réexportations vers les pays occidentaux des produits de Malaisie et d’Indonésie (épices, café, huiles végétales, fruits exotiques...) souvent préparés à Singapour (conserves, empaquetage, matières grasses) se maintiennent et progressent même depuis le début des années 80 ;

    • 63 Ambassade de France, Poste Economique, Singapour, Le secteur agro-alimentaire à Singapour, données (...)

    Les échanges alimentaires placent Singapour au cœur des flux intra-ASEAN, y compris en cas d’urgence, pour acheminer des céréales de Thaïlande en Malaisie (orientale surtout), à Bruneï et en Indonésie, et des produits occidentaux dont la demande s’accroît dans les pôles urbains de la région (les capitales respectives, Penang, Johor Tohor Baru, Medan, Surabaya…)63 ;

    • 64 Singapore Economic Bulletin, June 1982, p. 21.

    Les exportations domestiques de Singapour progressent elles aussi (alimentation pour animaux, boissons). Les exemples de TAI HUA FOOD INDUSTRIES, dirigée par le Singapourien Peh Cheng Chuan, ou de la récente création de CEREBOS PACIFIC gérant les intérêts régionaux du premier groupe de l’agro-alimentaire britannique (RANKS HOVIS MC DOUGALL), sont éloquents64.

Les industries motrices de la croissance économique (1979-80) : complémentarités régionales et remises en question

L’industrie pétrolière

  • 65 Singapore Trade/Industry Yearbook, 1974, pp. 23-33. Financial Times (F.T.), Singapore Survey, 01.10 (...)

94Véritable locomotive de l’expansion de l’industrie manufacturière durant une décennie, bénéficiant des chocs pétroliers qui ont mis en valeur les ressources énergétiques de la région, ce secteur a transformé Singapour, ancien dépôt de charbon à l’époque de la navigation à vapeur, en premier entrepôt d’Asie et troisième centre mondial de raffinage derrière Rotterdam et Houston (1,1 million de barils/jour). Deux cents sur environ 230 compagnies pétrolières existantes dans le monde investissent dans la commercialisation d’équipements liés à l’exploration et à l’exploitation (Indonésie, Malaisie, Thaïlande, Brunei, Birmanie), au stockage et raffinage de pétrole brut importé du Moyen Orient et d’Indonésie avant d’être réacheminé vers le Japon et l’ASEAN65.

95L’industrie pétrolière, qui a contribué pour plus de 60 % des importations totales, 45 % des investissements étrangers, et 40 % de la production manufacturière jusqu’en 1980, est devenue ces dernières années un « colosse aux pieds d’argile » sous le double feu de la récession internationale et de changements structurels dans les pays producteurs voisins. Cette remise en question d’un pilier de l’économie ayant joué un rôle jugé excessif par certains, compte tenu des dépendances inhérentes à tout emporium, illustre en toile de fond l’éventail des facteurs qui incitent les autorités locales à s’orienter, aujourd’hui, vers de nouvelles activités plus diversifiées.

a) Singapour, centre de raffinage régional : incertitudes

  • 66 Cinq raffineries : SHELL (460 000 b./j.), ESSO (231 000), SINGAPORE REFINING (170 000) groupant CAL (...)
  • 67 S.T., 03.07.85.

96Située sur la route des exportations pétrolières du Moyen Orient et de l’Indonésie, la cité-Etat, soucieuse de valoriser le créneau de sa position d’intermédiaire, offre une capacité de raffinage de 50 millions de tonnes par an66. Mais depuis 1983-84, celle-ci est utilisée à 60-70 % seulement, et SHELL a mis en sommeil l’une de ses quatre unités67. Que s’est-il passé ?

97Plus que le recul de la demande de pétrole provoquée par la récession mondiale et l’émergence d’énergies nouvelles, c’est surtout d’une surcapacité internationale dont sont victimes les raffineries de Singapour : les livraisons de brut du Moyen Orient (55 % du total) et d’Indonésie (30 %) diminuent au rythme de l’entrée en service (1984-87) de nouvelles raffineries chez ces deux fournisseurs. Les approvisionnements d’origine indonésienne ont été divisés de moitié entre 1982 et 1985, les trois raffineries de Balikpapan, Cilacap et Dumai étant susceptibles de porter la capacité totale de traitement de l’archipel à plus de 800 000 barils/jour dès 1986-87, et les achats directs au Moyen Orient des catégories de pétrole absentes du sous-sol indonésien s’étant multipliés. Ainsi, la vielle rivalité des services pétroliers entre l’Indonésie et Singapour, matérialisée en 1970-73 par les ambitieux projets à Batam du président de PERTAMINA, le Général Ibnu Sutowo, revient à la une de l’actualité.

98Il est toutefois possible, qu’au nom d’une politique de mobilisation pour l’argument classique de la survie de l’emporium, les autorités de la cité-Etat adoptent un langage plus alarmiste que ne l’exige la situation réelle :

    • 68 S.T., 25.02.83, 01.03.83, 14.05.83. F.T., 01.08.84. FEER, 19.07.84, pp. 90-92. 08.11.84, p. 98. 15. (...)

    Le fonctionnement initial peu satisfaisant des nouvelles raffineries indonésiennes laisse un répit à Singapour pour chercher d’autres marchés et reconvertir certaines installations. Quelques catégories de pétrole indonésien (basse teneur en soufre) ne peuvent être traitées qu’à Singapour (à Pulau Bukom et à Jurong) et les ventes de fuels spéciaux devraient se poursuivre. La livraison de gaz naturel indonésien (réserves d’Arjuna) devrait aussi prendre le relais68 ;

    • 69 La BRUNEI SHELL PETROLEUM : FEER, 15.03.84, pp. 57-60 et 04.10.84, pp. 68-69.
    • 70 S.T., 24.07.82, 18.03.83, 05.07.83, 08.09.83, 22.10.83, 14.01.84, 04.03.84. Malaysian Business, Feb (...)

    Les achats de brut en Malaisie (23 % du total en 1983), à Brunei69, et en Thaïlande devraient soutenir l’industrie pétrolière de Singapour. PETRONAS (Compagnie des pétroles de Malaisie) lui vend 80 000 barils/jour à un prix élevé mais accepté par Singapour pour maintenir ses raffineries en activité. La mise en chantier de nouvelles raffineries en Malaisie (Trengganu, peut-être Malacca) ne semble pas remettre en cause le projet de gazoduc Trengganu-Singapour qui alimenterait les centrales et la chimie singapourienne (30 % des besoins en 1990)70. Face à la surcapacité mondiale de raffinage, Bangkok comme Kuala Lumpur hésitent cependant à engager des fonds importants dans ce domaine ;

    • 71 FEER, 20.01.83, pp. 58-59 et 08.11.84, p. 98.

    L’exploration pétrolière conjointe menée en Chine par la SHELL de Singapour et SINO CHEMICALS OF CHINA a déjà pour résultat la fourniture par Pékin de 20 000 barils/jour raffinés à Singapour71 ;

  • Enfin, la chute des prix et de la consommation de pétrole dans le monde ne dessert pas systématiquement Singapour doté d’infrastructures parmi les plus compétitives.

b) Singapour : base régionale d’exploration et d’exploitation offshore72

  • 72 Ambassade de France à Singapour, Poste Economique, Circuits d’achats pétroliers, 14.04.81, 67 p. Ec (...)

99Couvrir en Asie du sud-est un espace maritime de trois millions de km2 et coordonner de nombreuses concessions relevant de compagnies diverses requiert une base régionale capable d’offrir les services logistiques nécessaires, les techniciens qualifiés et les infrastructures permettant de réduire au minimum toute interruption de production.

100Singapour, réunissant ces conditions, abrite 350 sociétés de matériel pétrolier reliées aux puits eux-mêmes et à des centres secondaires de stockage répartis dans la région. Leurs activités se sont développées en direction de l’Indonésie (60 % des gisements potentiels non encore explorés) mais aussi de la Malaisie, de la Birmanie, de la Thaïlande et de Brunei. Concentrées à Jurong (Marine Base) et sur l’emplacement de l’ex-base britannique de Loyang (Singapore Offshore Petroleum Services), leurs affaires se sont ralenties depuis 1982-83, mais la recherche de pétrole et surtout de gaz devrait se maintenir à un bon rythme et réserver un avenir satisfaisant pour Singapour, par lequel transitent plus de 80 % des matériels.

c) Singapour : centre régional de pétrochimie et nouvelles orientations

  • 73 S.T., 04.10.83. FEER, 22.11.84, pp. 91-92. Business Times, 26.03.85.

101S’inspirant des prévisions optimistes en matière de consommation pétrolière mondiale établies en 1975-76, l’idée de créer un nouveau type de complémentarité entre Singapour, hautement spécialisé dans la pétrochimie, et l’espace régional producteur de pétrole brut ou/et raffiné, est à l’origine du complexe PETROCHEM de Pulau Ayer Merbau réalisé en 1982 par la PETROCHEMICAL Co. de Singapour et le groupe japonais SUMITOMO (2 milliards de US$). Ce projet comprend un vapocraqueur d’éthylène et de prophylène (465 000 tonnes/an) situé en amont d’unités industrielles (résines artificielles, plastiques, fibres synthétiques, chimie, pharmacie). La révision à la baisse de la consommation mondiale pour les années 80 et les projets de création d’industries concurrentes en Indonésie et en Malaisie n’ont pas permis le décollage attendu du complexe singapourien, que de nombreux observateurs qualifient déjà d’erreur « éléphantesque ». Devant utiliser, selon les plans initiaux, 70 % de naphte fourni par les raffineries locales, PETROCHEM s’est orienté vers des approvisionnements extérieurs beaucoup plus importants que prévus en gaz naturel liquéfié (Japon, Indonésie, Malaisie, Arabie Saoudite) afin de diminuer ses coûts de production73. Rien ne laisse penser cependant qu’il devienne le pôle de la pétrochimie régionale escompté au départ.

102Les efforts de développement d’un centre de stockage (fuels, produits chimiques, engrais, synthétiques) semblent promis à un avenir plus brillant. SHELL et MOBIL mettent en œuvre des programmes de conservation d’énergie et de spécialisation de leurs personnels tandis que deux sociétés néerlandaises, VAN OMMEREN et PAKTANK, construisent des terminaux de stockage dans les îles de Sebarok et Busing.

103Dans le domaine du négoce pétrolier, l’ouverture d’un marché libre et d’un autre à terme (spot et future oil markets) couvre déjà 75 à 150 000 barils/jour, soit 1/6e du brut raffiné à Singapour ; plus de trente compagnies se sont engagées dans cette branche en combinaison avec le marché financier à terme de Singapour (SIMEX), inauguré en 1984.

La construction navale

  • 74 Singapore Shipbuilding and Repairing Directory 1984/84. U.N., ESCAP, Review of developments in ship (...)

104Autre pilier de l’économie, les chantiers navals ont hérité de l’ancienne base britannique et de la vocation portuaire de Singapour. Quatre groupes dominent ce secteur : KEPPEL-, JURONG-, SEMBAWANG SHIP-YARDS, MITSUBISHI INDUSTRIES74.

  • 75 Annonce par le ministère de la recherche et de la technologie (BPPT) et par Pt Pal pour remplacer 3 (...)

105a) La construction navale compte 60 sociétés (25 en 1965) qui produisent 3 à 400 bâtiments par an, dont certains de 250 000 tonnes. Devant affronter une concurrence très vive (Japon, Corée du sud, Taïwan) et un net recul de la demande des grosses unités (récession pétrolière), elle tente de se spécialiser dans le petit navire réservé à un usage spécifique (forages, transport du ciment, cargos…), et destiné au marché régional, domaine dans lequel l’Indonésie a annoncé en 1984 son intention de se lancer également75. La construction navale de Singapour demeure jusqu’à présent la seule industrie de ce type dans la région, mais elle essuie la tempête de la crise internationale sans que cette dernière profite d’ailleurs à de nouveaux venus potentiels sur le marché.

  • 76 Maritime Asia, 1981, n° 10, pp. 43-47. F.T., 29.05.75 et 22.11.82. Singapore Economic Bulletin, May (...)

106b) Les 200 sociétés de réparation et de réhabilitation navales entretiennent chaque année 4 000 bâtiments en moyenne, dont plus des 2/3 sous pavillon étranger, et se placent au 3e rang mondial. Dégageant 40 % du revenu total de l’industrie navale nationale, elles prennent en charge les tankers du Moyen Orient et du Japon qui relâchent à Singapour. Elles profitent aussi du marché régional en proposant leurs services aux bâtiments des compagnies pétrolières travaillant en Asie du sud-est et aux centaines de caboteurs commerciaux arrivant de Malaisie et d’Indonésie. Dans l’ensemble, cette branche semble mieux résister à la crise que la précédente76.

  • 77 Maritime Asia, 1980, n° 11, pp. 12-30 et 1981, n° 3, p. 17. Shipper’s Times, 1981, n° 5, pp. 3-5. S (...)

107c) Durant les années 70, les compagnies pétrolières du Golfe du Mexique, attirées par la proximité de Singapour des zones d’exploration et d’exploitation offshore de l’ASEAN, ont investi dans la construction de plates-formes. Des sociétés étrangères, comme BAKER, BETHLEHEM, ROBIN SHIPYARD, FAR EAST LEVINGSTONE, MARATHON, LE TOURNEAU, ou locales, comme PROMET, ont hissé Singapour au 2e rang mondial (1/4 de la production) avec 15 à 20 commandes annuelles. La période 1982-85 marque un sérieux coup de frein de la demande sans que l’on sache encore si les perspectives en direction de la Malaisie et de la Chine se concrétiseront77.

  • 78 Singapore Economic Bulletin, Sept. 81, pp. 30-31, May 82, p. 28, Oct. 84, p. 15. Business Times, 26 (...)

108d) L’industrie des équipements et des services maritimes (45 sociétés), la plus récente et la plus légère en matière d’infrastructures, semble aussi la plus dynamique pour l’avenir (moteurs, hélices, matériel offshore, anticorrosifs, pièces de rechange, systèmes de direction…). Très attentive aux besoins régionaux, comme le prouvent de nouvelles coopérations bilatérales (KEPPEL avec SOBRIN and SETAMA de Malaisie par exemple), elle bénéficie aussi de l’effort de diversification des chantiers navals traditionnels disposés à investir dans des domaines porteurs. D’autres activités, relevant du secteur tertiaire, se développent avec succès : agences maritimes de voyages, gestion et surveillance du fret, contrôle et maintenance des bâtiments (VERITAS, LLOYDS), services de géophysique et de sciences appliquées (DET NORSKE, VERITEC MARINE TECHNOLOGY CONSULTANTS)78.

L’industrie textile

109N’ayant jamais joué un rôle moteur aussi déterminant que les deux secteurs précédents, ou que son homologue à Hong Kong, l’industrie textile de Singapour (15 % des actifs néanmoins) est un exemple intéressant d’anticipation et d’évolution des économies des pays voisins.

  • 79 Singapore Economic Surrey, 1983, p. 26. FEER, 18.07.83, pp. 43-45.
  • 80 Singapour comme carrefour touristique (voir chapitre suivant).
  • 81 S.T. 22.10.83 et Singapore Economic Bulletin, March 1982, p. 22.

110Les filatures (72 sociétés) sont appelées à disparaître progressivement au rythme d’une délocalisation vers la Malaisie et la Thaïlande, et des exportations moins onéreuses mises par d’autres sur le marché mondial (ASEAN, CHINE, Hong Kong, qui a beaucoup investi à Singapour), mais de qualité parfois encore médiocre (Indonésie)79. La reconversion s’effectue vers des activités de haut de gamme (confection, prêt à porter, vêtement de qualité, haute couture, machines textiles et service après-vente) qui regroupent plus de 330 sociétés et l’essentiel de la valeur ajoutée pour l’ensemble de la branche du textile. A l’écoute d’une « bourgeoisie » urbaine fortunée dans les capitales voisines, des achats de sa propre population et des nombreux touristes80, de la mode sur les marchés des pays occidentaux, Singapour s’en remet au conseil des grands couturiers et consultants étrangers et parvient à occuper dans la confection un rang international respectable, unique en Asie du sud-est, et dont la première exposition “Singapore Apparel 1985” à Tokyo est le témoignage le plus récent81.

Spécialisation dans les technologies avancées pour la fin du siècle

111L’aéronautique, les biotechnologies, l’électronique et l’informatique, la chimie et la pharmacie, l’optique et les télécommunications, figurent parmi les secteurs prioritaires définis depuis 1979-80 dans la stratégie de « seconde révolution industrielle ». Il s’agit d’apporter des solutions nouvelles face au déclin de certaines activités traditionnelles et à la récession des industries motrices de la décennie précédente, processus dans lequel le décollage des pays de l’ASEAN est partie prenante. A l’assaut des technologies avancées, dont deux illustrations sont présentées ci-après, Singapour cherche à maintenir une avance vis-à-vis de son espace régional par la maîtrise de nouveaux instruments véhiculant de possibles complémentarités.

L’électronique

  • 82 Pang Eng Fong et Lim (270), 1977, 85 p. Banque Nationale de Paris à Singapour, The electronics indu (...)

112Alors qu’elle comptait seulement deux sociétés locales en 1968 (ROXY et SETRON), l’industrie électronique a succédé aux secteurs de l’énergie et de la construction navale comme moteur de la croissance de la production manufacturière82. L’investissement cumulé dans cette branche s’est élevé à 1,1 milliard de US$ en 1984 ; engagé par plus de 350 sociétés (120 millions et une quarantaine de compagnies en 1973), il témoigne d’un rare dynamisme (+ 200 millions par rapport à 1983) insufflé par l’expansion du marché américain. Les exportations électroniques de Singapour ont été multipliées par dix entre 1973 et 1983, les Etats-Unis se substituant à la Malaisie comme premier partenaire commercial de l’île-Etat depuis 1982. Cette dernière se place par ses ventes au 4e rang mondial et occupe les trois créneaux de la filière : composants (le plus important), appareils de consommation (TV, radios, vidéos…), électronique industrielle (ordinateurs, bureautique, télécommunications…).

  • 83 Tsang San Yin, “Links with international companies crucial (electronics industries in Singapore), (...)
  • 84 Akrasanee (332), 1979, 2 volumes. Lim Linda Y.C. (251), 1978, 2 volumes. Tan Tony, Minister of Comm (...)

113Le développement foudroyant de l’électronique à Singapour résulte de l’expansion des marchés des pays industriels et d’une stratégie des Etats-Unis visant à concurrencer, hors de leurs frontières, les productions japonaises83. Si le marché tout entier de l’Asie du sud-est ne suffit pas pour y asseoir une industrie électronique verticalement intégrée, la dimension régionale n’est pourtant pas absente de cette évolution. En remontant, échelon par échelon, la filière électronique jusqu’à des productions de haut de gamme (électronique industrielle), Singapour a commencé à délaisser en faveur de la Malaisie la fabrication des composants simples, secteur dans lequel son voisin est devenu l’un des premiers exportateurs d’Asie. Hormis cette complémentarité entre les deux « sœurs » de la péninsule, la quasi-absence de l’électronique dans les autres pays de l’ASEAN bénéficie à la cité-Etat, qui peut étendre ses fonctions de centre régional de distribution aux composants (réexports) et aux biens de consommation à bas prix (radios-cassettes, TV-vidéos, logiciels personnels) dont les voisins sont friands. Elle investit en Malaisie, mais aussi depuis peu en Indonésie (SAM-POERNA et SERVIO LOGIC) et en Thaïlande (SINGAPORE COMPUTER SYSTEM ADVISERS), pays dont les ambitions industrielles empruntent souvent le chemin de Singapour pour l’acquisition de matériels avancés84.

L’industrie aéronautique

  • 85 Ambassade de France à Singapour. Poste Economique, Industries aéronautiques, 12 juin 1980, 75 p. Th (...)

114La position de carrefour aérien, l’un des aéroports les plus modernes du monde, l’acquisition de flottes aériennes civile et militaire au premier rang de l’ASEAN, la concentration d’industries électroniques et de mécanique de précision, vont de pair avec l’édification d’une industrie aéronautique tournée vers le triangle Inde-Hong Kong-Australie dont l’ASEAN constitue le centre : tel est l’objectif de Singapour85.

115Des sociétés locales comme SAEOL (SINGAPORE AERO OVERHAUL), SAMCO (SINGAPORE AEROSPACE MAINTENANCE Co.), SAMAERO (SAEOL + SAMCO), HELI-ORIENT, SGAS (Singapore GENERAL AVIATION SERVICES) et SIA (SINGAPORE INTERNATIONAL AIRLINES) offrent aux compagnies aériennes de toute la région un éventail complet de prestations (maintenance et réparation), seul capable d’effectuer une révision détaillée des gros porteurs ou le réusinage des équipements mécaniques, au lieu d’envoyer l’appareil aux USA ou en Europe. MAS (MALAYSIAN AIR SYSTEM), THAI AIWAYS, GARUDA et de nombreuses flottes privées, notamment indonésiennes (AIRTRUST, AIR FAST, SATAS, KING AIRS…) l’utilisent régulièrement.

116La fabrication de composants “made in Singapore s’est développée plus récemment et bénéficie de l’homologation américaine sur le marché international. SUNSTRAND (n° 1 mondial pour les régulateurs de vitesse), GARETT (engrenages), FAS ORIENT (systèmes hydrauliques, outils au sol), AERO PLANE REFURNISHING et HELI ORIENT (sièges), VAC HYD PROCESSING (réacteurs, turbines, chambres de combustion, compresseurs), SIA, SAMCO, AEROSYSTEMS, INTERNATIONAL AERA-DIO (électronique, communications) fournissent l’aviation locale (SIA et SINGAPORE AIRFORCE) et les compagnies de l’Asie du sud et du sud-est. Des petits avions d’origine étrangère à vocation agricole ou industrielle (exploration pétrolière, exploitation forestière) et des hélicoptères (DORNIER, BELL, EVERGREEN, BRISTOW, OKANAGAN) sont également commercialisés.

  • 86 Singapore Investment News, Oct. 1981, pp. 1-2. Singapore Economic Bulletin, Oct. 81, p. 21 et March (...)

117L’industrie aéronautique de Singapour, qui a accueilli en septembre 1981 la première exposition aérospatiale d’Asie, a fait son entrée au 35e salon international du Bourget (France) en 1984, sous les couleurs de SAI (SINGAPORE AIRCRAFT INDUSTRIES) et pourrait entreprendre avant 1990 l’assemblage de modèles existants. Elle n’est pas affectée par la présence modeste d’AIM en Malaisie (réparation, hélicoptères) et de NURTANIO en Indonésie (assemblage sous licence)86.

4. La « seconde révolution industrielle » des années 1980-90 : défis et perspectives

118Singapour, petit emporium dépourvu de ressources naturelles et d’une population nombreuse, frappé par une crise affectant divers secteurs traditionnels ou plus récents de son économie et par les répercussions de la récession internationale, se trouve placé, une fois de plus au cours de son histoire, devant un défi réunissant des variables à la fois conjoncturelles et structurelles.

119En optant pour une délocalisation des secteurs à forte concentration de main-d’œuvre et les moins rémunérateurs, et pour le développement d’industries et de services avancés, il n’y a guère d’autre choix possible que d’essayer de s’infiltrer dans quelques créneaux de spécialisation et de les rendre compatibles avec l’investissement extérieur.

Le pari des hautes technologies : atouts et limites

Les atouts

120La mise en œuvre d’une politique « dirigée » de transformation du tissu économique de l’île-Etat peut s’appuyer sur un acquis de qualité englobant les infrastructures et les industries manufacturières existantes. Toutefois, rien n’est possible, dans un pays minuscule, sans une valorisation maximale de la matière grise, une extrême rationalisation des activités productives du corps social, et un apport financier et matériel majeur de l’étranger.

121Dans le domaine des ressources humaines, le niveau d’éducation des Singapouriens a atteint un stade satisfaisant mais l’introduction de technologies de pointe requiert aujourd’hui une amélioration de la productivité locale, c’est-à-dire la formation de techniciens et d’employés très qualifiés et des mesures de rationalisation accrue de l’appareil économique.

  • 87 Lim Chong Yah (250), 1984, 117 p. et (249), 1983, pp. 75-81. Pang Eng Fong (269), 1982, 242 p. Seah (...)

122Dès 1979, les pouvoirs publics ont lancé un programme de renforcement des filières d’études techniques à la Singapore Polytechnic, au Nanyang Technological Institute (1981), à la Ngee Ann Polytechnic et à l’Université Nationale. Le budget de l’Etat a augmenté en rythme annuel de plus 20 à 30 % en faveur de l’éducation et finance plusieurs plans de formation (Vocational and Industrial Training Board, Skills Development Fund, Training Grant Scheme). En 1982-83, a été inauguré le “Basic Education for Skills Training” destiné à donner une véritable qualification à 320 000 adultes qui ne sont jamais allés au-delà de l’école primaire. L’objectif recherché par tous ses instruments serait de produire chaque année, dès 1985, 1 000 nouveaux ingénieurs, 5 000 techniciens et 10 000 employés qualifiés. Ces mesures sont explicitées par des campagnes politiques et publicitaires en faveur des gains de productivité, de l’adaptation des mentalités et des structures sociales87.

  • 88 FEER, 14.03.85, pp. 68-71.
  • 89 Tan Boon Wan et Han Chun Kwong, The sophistication of information systems in the electronics indust (...)

123Dans le domaine de l’investissement étranger, seul en mesure de réaliser de substantiels transferts de capital et de savoir-faire, l’exonération fiscale décrétée par l’Economic Development Board, chargé de sélectionner et superviser les projets, peut durer dix ans. Des plans de soutien à l’implantation de sociétés et à l’innovation dans les technologies prioritaires ont vu le jour (Product Development Assistance Scheme, Research and Development Assistance Scheme). Un parc de la science et de la technologie est né et abrite déjà plusieurs projets : National Computer Board (sept sociétés de logiciels-informatique), Marine Technology Centre (douze laboratoires), Institute of Standards and Industrial Research, et un institut de biologie moléculaire88. Cette stratégie orientée vers les industries de haut de gamme semble, selon la presse locale, rencontrer des premiers succès, avec des investissements se dirigeant surtout vers l’électronique et l’informatique89.

Les limites

124Même si les premières indications paraissent encourageantes, les incitations en faveur du développement des technologies de pointe peuvent ne pas suffire.

  • 90 Pang Eng Fong, “Technology transfer and Singapore’s restructuring strategy, ASEAN Business Quaterl (...)

125Dans une période de ralentissement de l’activité mondiale et de restructuration technologique se déroulant d’abord dans les pays industriels, les compagnies occidentales sont peu disposées à opérer de vastes transferts de technologies avancées, et donc sensibles, notamment vers des cités comme Hong Kong et Singapour, reines de la contrefaçon et du piratage. A l’exception de certains marchés très étroitement liés aux pays de la région, qui rendent indispensable la décentralisation à Singapour de savoir-faire élaboré, les activités de recherche et développement y demeurent très réduites (1 170 ingénieurs seulement travaillent dans ce domaine), les maisons-mères se bornent à transférer des segments bien précis de productions sophistiquées (composants)90.

  • 91 Pang Eng Fong et L. Linda, “Restructuring in Singapore: issues and outlook”, Singapore Banking and (...)

126Le nombre insuffisant d’ingénieurs et de techniciens expérimentés constitue un autre obstacle que la politique restrictive en matière de recrutement de cadres étrangers adoptée en 1983-84 avait accentué. Dans son discours national d’août 1985, le Premier Ministre lui-même a reconnu l’erreur et déclare qu’il n’était pas possible d’attirer des investissements technologiques sans que ces derniers soient gérés sur place par un minimum d’expatriés compétents. Mais, le nombre de Singapouriens qualifiés n’est pas seul à faire défaut : si l’environnement socio-culturel hiérarchisé et dirigiste de la société forme d’excellents personnels exécutants, les sociétés étrangères établies à Singapour se plaignent qu’il ne favorise pas la créativité intellectuelle et l’esprit d’initiative, grave carence susceptible de ralentir en profondeur la seconde révolution de l’industrie et des services qui s’est engagée91.

127Autre handicap, reconnu par Lee Kuan Yew en août 1985, les effets des augmentations de salaires de 1979-81 en termes de gains de productivité et de rationalisation industrielles ne sont pas aussi probants que prévus. Cette politique n’aurait fait qu’accentuer la perception, par l’investisseur étranger potentiel, des coûts économiques et sociaux devenus élevés à Singapour par comparaison avec d’autres nouveaux pays industrialisés d’Asie.

  • 92 Chow Kit Boey (195), 1980, 48 p. Singapore Business Yearbook, 1982, pp. 7-33.

128Globalement, de nombreux observateurs se demandent si l’avenir de Singapour réside véritablement dans le développement local de technologies avancées et s’il ne paraît pas beaucoup plus prometteur et réalisable dans celui des services à haute valeur ajoutée92.

129Plusieurs obstacles semblent délicats à surmonter en matière d’industries de pointe : absence ou insuffisances des personnels requis, insignifiance du marché intérieur, faiblesse des structures de recherche, espace industriel physiquement limité, ambitions à terme des pays voisins…

130En revanche, l’essor du secteur tertiaire, tendance observée dans la plupart des pays industriels, correspond mieux aux atouts dont la cité-Etat dispose : vocation tertiaire de l’emporium, dynamisme des services déjà existants, faible rôle de la taille géographique et humaine du territoire, dimension modeste des infrastructures et des effectifs nécessaires, dépendance minimale en approvisionnements extérieurs, complémentarités régionales plus durables…

Singapour au cœur d’une division intrarégionale des tâches

131L’examen, dans une perspective régionale, du commerce extérieur et du tissu industriel de Singapour permet, dans l’inlassable débat « concurrence ou complémentarité » qui oppose les pays de la région à la cité-Etat, de placer la majorité des poids dans le second plateau de la balance.

  • 93 Pribumi : indigène, autochtone. Voir la définition de bumiputra (note 38).
  • 94 FEER, 12.07.84.

132La compétitivité de l’industrie manufacturière de Singapour s’exerçant au détriment des autres pays de l’ASEAN transparaît dans quelques rares secteurs (raffinage pétrolier, grumes et contreplaqués, textiles) qui vivent tous à l’heure de la délocalisation ou de la reconversion progressive. Même si l’image de la ville chinoise, accumulant des richesses grâce à ses liens privilégiés avec les sociétés transnationales et grâce au travail des autres, reste présente dans l’idéologie de certains milieux politico-religieux pribumi d’Indonésie et de Malaisie93, la non-compétitivité des productions industrielles de ces pays (Indonésie surtout) trouve davantage ses origines dans des structures socio-économiques internes peu adaptées, que dans la concurrence exercée par Singapour. Pour des motifs de conjoncture internationale, il est tout aussi douteux que les pays de l’ASEAN réussissent à se lancer dans l’aéronautique ou la construction navale à grande échelle, là même où Singapour et d’autres pays avancés doivent affronter tantôt une concurrence acharnée, tantôt une grave récession94.

  • 95 Pour la théorie économique des pôles de développement et de croissance, consulter l’œuvre de Franço (...)
  • 96 IBAS Bulletin, May 1980, pp. 41-43 et IBAS Annual, 1980, pp. 59-71.

133Les liens de complémentarité sont, en revanche, omniprésents dans les secteurs primaire et secondaire comme dans ceux des services. Singapour, hier relais des échanges maritimes internationaux, exerce aujourd’hui des fonctions de pôle régional de développement, diffusant vers ses voisins des produits et des services bon marché, mais aussi des transferts financiers et de savoir-faire qui multiplient, par son intermédiaire, les interdépendances intrarégionales et extérieures95. Cette division des tâches, dont l’industrialisation du Johore et de Batam sont d’excellentes illustrations, n’est pas unilatérale. De par sa taille et ses ressources limitées, Singapour n’a ni la capacité ni l’ambition de développer sur son territoire l’éventail complet d’une industrie moderne, et son rayonnement ne cantonne donc pas ses voisins dans des productions de deuxième ordre. Réciproquement, ces pays, disposant d’un capital industriel et financier limité, ne peuvent que bénéficier d’une concentration, à leur porte, de moyens matériels et techniques mis à la disposition de leurs efforts de diversification économique96.

134La garantie de survie et de la viabilité se limite pour l’emporium au choix judicieux de quelques créneaux de spécialisation qui ne signifient pas, comme on l’a souvent écrit, une supériorité, une avance, ou encore une coupure vis-à-vis des pays voisins. Il s’agit de les définir en s’adaptant certes aux conditions du marché international, mais aussi de l’évolution prévisible des besoins de l’environnement régional dans les 20-30 prochaines années. L’adaptation constante doit être la préoccupation majeure de la société insulaire et, dans ce domaine, les Chinois de Singapour, habitués au confort de la réussite matérielle depuis 1965-1970 et à une certaine condescendance à l’égard des populations pauvres des pays voisins, doivent faire l’effort de mieux les connaître, afin d’identifier leurs besoins réels, et doivent se convaincre que l’immense et fière Indonésie ne viendra pas les solliciter s’ils ne formulent pas d’eux-mêmes des propositions intéressant son développement.

135Il est tout aussi impératif de garder présent à l’esprit que toute rupture avec l’environnement régional, qu’elle soit le fait de Singapour ou de l’un de ses voisins, ne condamnerait peut-être pas à mort la cité-Etat, capable de survivre sur l’acquis de liens économiques étroits noués avec les pays industriels, mais ruinerait les conditions géo-politiques qui ont présidé à son superbe développement, assis à la fois sur le régional et le mondial.

  • 97 FEER, 12.05.78, pp. 40-43.

136En bref, devant les difficultés actuelles de Singapour face à la montée des protectionnismes pénalisant ses exportations et à une mobilisation incertaine d’investissements étrangers indispensables au succès de ses ambitions technologiques, l’expansion industrielle et financière de Singapour hors de ses frontières (ASEAN et périphérie, Asie du sud, Chine, Australie, Californie) représente une troisième voie possible, ne mécontentant personne et lui permettant de dépasser l’étroitesse de ses limites géographiques et humaines97.

Notes

1 Lee Kuan Yew: “For me it is a moment of anguish because all my adult life... I have believed in the merger and unity of these two territories. Interview radiodiffusé dans la nuit du 9 au 10 août 1965.

2 United Nations, A proposed industrialization programme for the state of Singapore, New York, United Nations Industrial Survey Mission, 1963, 201 p. (dit Rapport Winsemius).

3 Buchanan (190), 1972, chapter 2, pp. 55-76.

4 Ong Wee Hock (533), 1977, pp. 17-23. Chen (292), 1983, pp. 3-25. You Poh Seng and Lim (294), 1984, pp. 254-255.

5 Chen, Ibid., pp. 99-101.

6 Chen (192), 1979, 241 p. Hughes (211), 1969, 226 p. Lee Soo Ann (245), 1973, 132 p. Lim Joo-Jock (212), 1977, 246 p. Voir aussi les articles de Lam Khee Fui (639), 1973-74, pp. 47-50 et de Pang Eng Fong and A. Tan in Amjad (306), 1981, pp. 141-174.

7 Singapour fut utilisé par l’armée américaine comme basette ravitaillement en carburant et de relâche pour les soldats. Pour le retrait britannique, consulter Lee Soo Ann (649), 1969, pp. 29-35 et Benoit E., “Impacts of the end of Vietnam hostilities and the reduction of British military presence in Malaysia and Singapore, in Asian Development Bank, Southeast Asia’s economy in the 70’s, London, Longman, 1971, pp. 581-671.

8 Amjad (306), 1981, 337 p. Chia Slow Yue in Garnaut (184), 1980, chapter 9. Wilson (318), 1972, pp. 81-89. Voir aussi les articles de Kon How Eng (632), 1974-75, pp. 91-100 et de Lee Soo Ann (650), 1975, pp. 29-40.

9 Chia (194), 1982, 86 p. Hakam (222), 1983, 33 p. Saw Swee Hock and Bhatal (550), 1981, 162 p. Articles de Chaponnière (582), 1984, pp. 51-57. Pang Eng Fong, “Singapore Economy in the year 2000”, IBAS Annual, 1980, pp. 59-71. Shee Poon Kim (706), 1979, pp. 124-130.

10 Il s’agit des secteurs suivants : mécanique de précision, électronique, informatique, équipement médical, optique, chimie, pharmacie, aéronautique, télécommunications, biotechnologies.

11 FEER, 06.07.79., pp. 40-41.

12 Chen (192), 1979, pp. 9-10. Lim Chong Yah (248), 1980, pp. 13 et suiv. Pang Eng Fong (269), 1982, 242 p. Wong Kwei Cheong, “Economic growth through higher productivity, Petir, Singapore, 1981, n° 10, pp. 66-68.

13 La superficie de Singapour était de 587,6 km2 en 1974 et de 620,2 km2 en 1984. Des travaux se poursuivent aujourd’hui encore dans ce domaine.

14 Singapour comptait 2 529 millions d’habitants en 1984 (2 075 millions en 1970) et affichait un taux de croissance démographique de 1,1 % (2,8 % en 1970). 34,4 % de la population avait moins de 20 ans, 74,5 % moins de 40 ans.

15 IBIS Annual, “Singapore in the year 2000”, 1980, pp. 65-66.

16 Arndt and Garnaut (570), 1979, pp. 191-212. Gallez et Troupin (214), 1982, vol. 2. Staab (713), 1980, pp. 65-95 et Sautter Christian. « Le Japon et l’Asic-Pacifique : un cas de multiplication internationale du travail », in Economie prospective internationale, La Documentation française, octobre 1980, n° 4.

17 Lim Joo Jock (212), 1977, p. 89, utilise le concept de concurrence ouest-ouest pour illustrer, en 1960-75, un grand mouvement de réallocation de certaines activités manufacturières des pays industriels dans le Tiers Monde, pour mieux se concurrencer entre eux.

18 4,2 contre 5,6 milliards de US$, source : Bank of Indonesia, Report 1983-84.

19 120 contre 593 millions de US$, source : Dept. of Finance, Malaysia. Report 84-85.

20 La liste des 100 ou 200e sociétés de Singapour est régulièrement publiée dans le Singapore Economic Bulletin et le Singapore Business. Pour une liste complète des compagnies étrangères présentes : Directories of business and firms in Singapore (disponibles pour les pays suivants : USA, CEE, Japon, RFA, France, Grande-Bretagne, Australie, Suisse).

21 Pang Eng Fong and Komaran (272), 1984, 31 p. et Singapore Business, July 83, p. 39.

22 Ng Kwan-Meng (263), 1982, 62 p. et Singapore Business Directory, 1982.

23 Promet a fondé en 1971 à Singapour l’ASIAN PACIFIC SHIPYARD. En association avec INTRACO (Singapore) et ELF AQUITAINE, son président (Tan Sri Ibrahim) et le directeur de l’APS (Brian Chiang) nourrissent l’ambition de devenir la première compagnie pétrolière locale de l’ASEAN.

24 Malaysian Business, May 1983, pp. 17-18 et FEER, 02.02.84., pp. 60-61.

25 Singapore Business, March 1980, pp. 49-55.

26 Margolin (525), 1982, 842 p. et Tan I Tjhih (303), 1972, 222 p.

27 FEER 03.05.84, pp. 98-103 et FEER 24.10.85, pp. 86-87 (avec organigrammes du groupe).

28 Richland Development gère deux hôtels Méridiens conjointement avec AIR FRANCE et des banques françaises. Le Glass Hotel a ouvert ses portes en 1985. Seule la réalisation du Raharja Centre est reportée à 1986-87 en raison de l’actuelle récession hôtelière locale.

29 FEER 07.04.83, pp. 44-56, 09.02.84., p. 8 et 15.11.84, pp. 148-149. Ramifications avec la famille Suharto, dont le fils du président Sigit, sa fille Siti et son beau-frère Sudwikatmono.

30 S.T. 23.10.80 et Singapore Economic Bulletin, March 1983, p. 42.

31 FEER 02.02.84, pp. 60-61.

32 Pang Eng Fong et Komaran (272), 1984, 31 p. Wells Louis T., Third World Multinationals, Cambridge Mass., MIT Press, 1983, 206 p. Krishna K. and Mc Leod M. (ed.), Multinationals from developing countries, Lexington, Mass., 1981, 211 p.

33 Les réserves officielles s’élèvent en 1984 à 22,7 milliards de US$. FEER 06.08.82, pp. 44-45. Asian Wall Street Journal 13.01.82. Singapore Economic Bulletin, February 1982 et November 1982, pp. 29 et 39.

34 S.T. 14.07.84 et Singapore Economic Bulletin, August 1984, p. 24.

35 FEER 19.10.79, pp. 81-84 et Bulletin of Indonesian Economic Studies, vol. XX, n° 2, August 1984, pp. 96 et suiv.

36 Pour des chiffres détaillés : Kulasingam M. et Tan Siew Ее, Changing patterns of foreign investment in Malaysia, Penang. Univ. Sains Malaysia, 1982, 210 p. Khor kоk Peng (239), 1983, 286 p. FEER 12.05.78, pp. 40-43 et 19.10.79, pp. 82-84. S.T. 18.02.81 et 18.05.83. The Star 22.08.82. NST 18.11.79.

37 Singapore Business, July 1983, pp. 35-43. Parmi les 100e sociétés de Malaisie analysées en 1974/75, 32 % des postes de direction revenaient à des Chinois, dont 13 % de Singapouriens. Consulter à ce sujet Sieh Lee Mei Ling (290), 1982, 373 p.

38 Bumiputra, c’est-à-dire le fils de la terre, désigne tout individu d’ethnie malaise par opposition aux Chinois et Indiens émigrés tardivement dans la région. Comme on le verra dans la 3e partie de l’ouvrage, la Nouvelle Politique Economique adoptée en Malaisie depuis 1969-70 définit des quotas de participation des Malais dans l’économie nationale afin d’accroître leur rôle demeuré marginal dans ce domaine vis-à-vis des sociétés chinoises, indiennes et/ou étrangères.

39 Singapore Economic Bulletin, Feb. 1985, p. 20. Singapore Business, March 1985, p. 93.

40 Malaysian Business, June 1982, pp. 6-19 et May 1983, pp. 17-18.

41 S.T. 03.12.82 ; 19 et 21.02.83 : 29.11.84.

42 Le problème de l’approvisionnement en eau comme preuve de la survie toujours fragile de Singapour est régulièrement repris dans le discours des politiciens locaux. Singapore Business, April 1985, p. 46.

43 FEER 03.10.85, pp. 19-20.

44 Johor Baru, Investment Seminar Southern Region and Republic of Singapore. “Economic activity and investment potentials in Johore, 28.02-01.03.78, 57 p. Univ. of Malaya Library, Johore: a bibliography, Kuala Lumpur, 1982, 108 p.

45 Bulletin of Indonesian Economic Studies (BIES), vol. XX, n° 2, Aug. 1984, pp. 96 et suiv. Singapore Business, pp. 39-48. Singapore Economic Bulletin, June 1985, pp. 24-25.

46 Une agitation violente, d’inspiration politico-religieuse (extrêmisme musulman) semble-t-il, se développe en Indonésie depuis la manifestation de Tanjung Priok (Jakarta) en septembre 1984 qui s’est soldée par des dizaines de morts. Attentats à la bombe et incendies criminels se sont succédés depuis dans la capitale et certaines grandes villes de province et ont même frappé le temple prestigieux de Borobudur (Java central).

47 Azhari Zahri, “Singapore-Indonesia economic relations in Wong and Tan (293), 1972, 99 p. Wells Linfra, note 31. IBAS Bulletin, 1981, pp. 57-63 et BIES, March 1979, pp. 69-74.

48 Balani Island Investment Guide, Singapore, Delta Orient and Pertamina, May 1975, 285 p. (Consultants Paper). New Nation (Singapore), 13.03.74. S.T., 04.03.73 et 15.09.77.

49 En 1974-76, éclate un gigantesque scandale de corruption compromettant le Président de PERTAMINA, la compagnie nationale des pétroles en Indonésie.

50 Les discussions à propos de Batam remontent régulièrement au sommet lors des rencontres Lee-Suharto : S.T. 05.11.78, 19-22.09.79, 01.11.80, 28.02.80, 05.07.80, 08.09.82, 28.12.83. Pour une présentation de Batam : BIDA, The Batam development program, Jakarta, BIDA, July 1980, 112 p. (voir Annexes).

51 Singapore Economic Bulletin, Dec. 1982, p. 28. FEER, 05.07.84, pp. 61-62. S.T. 23.12.83, 16.12.84, 27.12.84.

52 S.T. 09.04.81 et 10.06.83.

53 S.T. 10.09.82, 16.10.82, 06.10.83. Malaysian Business, Sept. 1983, p. 112. L’étude de faisabilité a été réalisée par la compagnie néerlandaise GASUNI AMRO.

54 FEER 07.02.85, p. 61. Lavi Kwok Wenig, “problems of urban expansion in Singapore, Planews, Singapore, vol. 2, n° 4, 1973, pp. 14-17.

55 Accusations immédiatement nuancées par le Vice-Président, Adam Malik, et par Habibie, FEER, 19.10.79, pp. 81-84. S.T. 22.09.79, Asiaweek, 14.10.80, pp. 42-43.

56 Déclarations de Lee Kuan Yew et Suharto : S.T. 28.12.83. Voir aussi : Singapore International Chamber of Commerce. Notes on the visit to Batam on 3rd March 1981 by 35 members of the Chamber, Singapore, SHC, 1981, 4 p.

57 Grilli Enzo R. et autres auteurs, The worid rubber economy, Baltimore, John Hopkins Univ. Press, 1980, 204 p. (World Bank Staff Papers, n° 30). Wilson Joan, The Singapore Rubber Market, Singapore, Eastern Univ. Press, 1958, 75 p. U.N., ESCAP, Transnational corporations and the distribution in the tin industry in Southeast Asia, Bangkok, Sept. 1982, 93 p. Singapore Trade and Industry, Jan. 1974, pp. 27-31. Singapore Eco. Bulletin, Jan. 1983, p. 24. FEER, 24.05.84, pp. 77-78 et 05.07.84, p. 8. Business Times, Singapore, 06.03.85.

58 Singapore Business, March 1980, pp. 49-55. Malaysian Business, Nov. 1982, pp. 16-20. FEER, 20.10.83, p. 80 et 17.11.83, p. 81.

59 Barlow (188), 1978, pp. 309-354. Tan Eng Joo, “The Singapore rubber market and the Indonesian producer. IBAS Bulletin, March 1978, pp. 15-21. Southeast Asian Affairs, 1981, pp. 273-289. Singapore Eco. Bulletin, August 1982, p. 17. Singapore Ministry of Trade and Industry, Economic Survey, 1983, pp. 38-39.

60 Ambassade de Trance à Singapour, Poste Economique, Les industries du bois, 16 juin 1980, 54 p. Asia Research Bulletin (ARB), 30.11.81, vol. 11, n° 6, pp. 862-64.

61 FEER, 18.07.83, pp. 52-53, 06.09.84, pp. 112-113, 08.11.84, p. 84. Jakarta Post, 11.03.85.

62 Fisk (311), 1982, pp. 256-257, ARB, vol6, n° 8, 1977, p. 284. Malaysian Business, May 1978, pp. 2-10. Business Times, 04.09.80, New Straits Times (NST), 23.01.81.

63 Ambassade de France, Poste Economique, Singapour, Le secteur agro-alimentaire à Singapour, données actualisées. 21.04.84, 28 p. FEER, 12.04.84, pp. 51-52.

64 Singapore Economic Bulletin, June 1982, p. 21.

65 Singapore Trade/Industry Yearbook, 1974, pp. 23-33. Financial Times (F.T.), Singapore Survey, 01.10.73, 29.09.75, 22.11.82.

66 Cinq raffineries : SHELL (460 000 b./j.), ESSO (231 000), SINGAPORE REFINING (170 000) groupant CALTEX-SINGAPORE PETROLEUM-BP. BP (27 000).

67 S.T., 03.07.85.

68 S.T., 25.02.83, 01.03.83, 14.05.83. F.T., 01.08.84. FEER, 19.07.84, pp. 90-92. 08.11.84, p. 98. 15.11.84, p. 116. 22.11.84, pp. 91-92.

69 La BRUNEI SHELL PETROLEUM : FEER, 15.03.84, pp. 57-60 et 04.10.84, pp. 68-69.

70 S.T., 24.07.82, 18.03.83, 05.07.83, 08.09.83, 22.10.83, 14.01.84, 04.03.84. Malaysian Business, Feb. 1982, pp. 28-33. FEER, 02.07.82, pp. 82-86. 31.05.84, pp. 56-58 et 18.10.84, pp. 80.81.

71 FEER, 20.01.83, pp. 58-59 et 08.11.84, p. 98.

72 Ambassade de France à Singapour, Poste Economique, Circuits d’achats pétroliers, 14.04.81, 67 p. Economie Development Board, Singapore serving the region’s offshore oil industry, Singapore, Economie Development Board, Feb. 1976. Ishak Rashim, “Singapore’s role in regional offshore oil industry”, Speeches, vol. 3, n° 1, July 1979. Lim Joo-Jock (212), 1977, pp. 5-93.

73 S.T., 04.10.83. FEER, 22.11.84, pp. 91-92. Business Times, 26.03.85.

74 Singapore Shipbuilding and Repairing Directory 1984/84. U.N., ESCAP, Review of developments in shipping, ports and inland waterways in the ESCAP region, Bangkok, ESCAP, 1980, 102 p.

75 Annonce par le ministère de la recherche et de la technologie (BPPT) et par Pt Pal pour remplacer 300 caboteurs obsolètes. FEER, 08.11.84, pp. 66-70. Pour l’industrie navale de la Malaisie : Kanapathy V., “The shipping industry of Malaysia”. UMBC Economie Review, 13.01.77, pp. 5-25 et Maritime Asia, 1981, n° 10, pp. 31-37.

76 Maritime Asia, 1981, n° 10, pp. 43-47. F.T., 29.05.75 et 22.11.82. Singapore Economic Bulletin, May 1983, p. 22. Singapore Business, Feb. 85, pp. 4-6.

77 Maritime Asia, 1980, n° 11, pp. 12-30 et 1981, n° 3, p. 17. Shipper’s Times, 1981, n° 5, pp. 3-5. Singapore Economic Bulletin, May 1982, p. 28.

78 Singapore Economic Bulletin, Sept. 81, pp. 30-31, May 82, p. 28, Oct. 84, p. 15. Business Times, 26.03.85.

79 Singapore Economic Surrey, 1983, p. 26. FEER, 18.07.83, pp. 43-45.

80 Singapour comme carrefour touristique (voir chapitre suivant).

81 S.T. 22.10.83 et Singapore Economic Bulletin, March 1982, p. 22.

82 Pang Eng Fong et Lim (270), 1977, 85 p. Banque Nationale de Paris à Singapour, The electronics industry in Singapore, April 1984, 29 p. Chaponnière (582), Janv. 1984, pp. 51-57. FEER, 14.03.85, pp. 68-70.

83 Tsang San Yin, “Links with international companies crucial (electronics industries in Singapore), Singapore Trade and Industry, Jan. 1976, pp. 8-13.

84 Akrasanee (332), 1979, 2 volumes. Lim Linda Y.C. (251), 1978, 2 volumes. Tan Tony, Minister of Commerce and Industry, “Developing Singapore as a software centre, Singapore Economic Bulletin, June 1983, pp. 17-18.

85 Ambassade de France à Singapour. Poste Economique, Industries aéronautiques, 12 juin 1980, 75 p. The Mirror, “priority for aerospace industry, 1981, n° 8, p. 5.

86 Singapore Investment News, Oct. 1981, pp. 1-2. Singapore Economic Bulletin, Oct. 81, p. 21 et March 1982, p. 18. S.T., 12.03.84, Singapore Business Yearbook, 1984, pp. 103-105. FEER, 12.07.84, pp. 54-55.

87 Lim Chong Yah (250), 1984, 117 p. et (249), 1983, pp. 75-81. Pang Eng Fong (269), 1982, 242 p. Seah Chee Meow (546), 1979, 114 p. Shantakumar G. in You Poh Seng (294), 1984, pp. 165-188. Southeast Asian Affairs, 1984, pp. 287-88. Singapore Business Yearbook, 1984, p. 100.

88 FEER, 14.03.85, pp. 68-71.

89 Tan Boon Wan et Han Chun Kwong, The sophistication of information systems in the electronics industry of Singapore. Singapore, Nus, oct. 1982, 27 p. Singapore Business, Oct. 1984, p. 107 et April 1985, pp. 20-25. Singapore Economic Bulletin, Feb. 1981, pp. 19-21, June 1983, pp. 17-18, Nov. 1983, p. 21.

90 Pang Eng Fong, “Technology transfer and Singapore’s restructuring strategy, ASEAN Business Quaterly, n° 2, 1980, pp. 26-32 et “Technology transfer: the Singapore experience, Singapore Business Yearbook, 1981, pp. 70-89. Hakam (222), 1983, 33 p.

91 Pang Eng Fong et L. Linda, “Restructuring in Singapore: issues and outlook”, Singapore Banking and Finance, 1981/82, pp. 58-62.

92 Chow Kit Boey (195), 1980, 48 p. Singapore Business Yearbook, 1982, pp. 7-33.

93 Pribumi : indigène, autochtone. Voir la définition de bumiputra (note 38).

94 FEER, 12.07.84.

95 Pour la théorie économique des pôles de développement et de croissance, consulter l’œuvre de François Perroux, dont : L’économie du xxsiècle, Paris, PUF, 1961, 598 p. Voir aussi Perrin (276), 1974, 208 p.

96 IBAS Bulletin, May 1980, pp. 41-43 et IBAS Annual, 1980, pp. 59-71.

97 FEER, 12.05.78, pp. 40-43.

Table des illustrations

Titre Investissements étrangers à Singapour (1973-1984)(sauf pétrochimie) En 000 S $ et en % (1984 : 1 US $ = 2,14 S $)
Légende Source : Singapore, Economie Development Board.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 310k

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site