Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Singapour et son environnement régional

 | 
Philippe Régnier

Première partie. Les fonctions régionales de l'économie de Singapour. Dimensions de la complémentarité entre Singapour et son environnement régional

Chapitre I. Commerce et région : Singapour, carrefour d’échanges en Asie du Sud-est

Texte intégral

  • 1 1,67 fois, 0,89 et 0,67 fois respectivement pour Hong Kong, Taïwan et la Corée du sud en 1984.

1Singapour comme carrefour majeur d’échanges internationaux est une évidence qu’il n’est pas besoin de démontrer. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : durant la période 1965-85, le commerce extérieur de Singapour a représenté en moyenne chaque année plus de trois fois le produit national brut1, soit l’équivalent du quart des échanges en valeur de la France ou davantage que l’ensemble du commerce extérieur de la Chine en 1984 par exemple.

2Si, comme on l’a observé, les fonctions commerciales de Singapour correspondent étroitement à la vocation historique de cet emporium jusqu’à l’indépendance, elles demeurent aujourd’hui encore l’un des secteurs d’activité qui donne par excellence toute sa mesure à l’importance du rôle économique de Singapour en Asie du sud-est.

1. L’intégration prépondérante de singapour au sein du commerce de l’ASEAN

Données chiffrées et vue d’ensemble

  • 2 Konick (634), 1980, pp. 43-63.

3La prépondérance de Singapour au sein du commerce de l’ASEAN s’exerce à un double titre : l’île pèse d’un poids considérable dans les échanges intra-ASEAN, mais elle canalise aussi une part importante des flux entre l’ASEAN et le reste du monde ; elle se trouve donc intégrée dans un réseau de relations économiques à la fois intra- et extra-régionales très enchevêtrées. En d’autres termes, l’examen des structures et de l’évolution du commerce extérieur de l’ASEAN passe largement par l’analyse de la position occupée par Singapour au sein de ce groupement régional2.

  • 3 Rieger (281), 1983, pp. 31-50.

4Sur la base des données statistiques de 1983 et 1984, on dégage quelques observations majeures3 :

  • Les échanges Singapour/ASEAN représentent plus de 30 % du commerce extérieur total de l’île (15 à 24 % pour chacun des autres pays-membres vis-à-vis de l’ASEAN, sauf pour les Philippines qui affichent 8 % seulement) ;

  • L’ASEAN constitue le premier partenaire commercial de Singapour, loin devant les Etats-Unis (14,5 %), le Japon (12,5 %) ou la Communauté Européenne (8,6 %) ;

  • 75 % des échanges de Singapour se partagent en deux moitiés presque égales. L’une montre des flux avec les pays ou entités exportateurs de ressources naturelles et/ou ‘ateliers’ de l’ASEAN et de l’Asie du nort-est (Hong Kong, Corée du sud, Taïwan), l’autre avec les pays industrialisés (Etats-Unis, Japon, Europe occidentale) ;

    • 4 Les échanges intra-ASEAN ont représenté en 1983 21 % du commerce extérieur total des pays de l’ASEA (...)

    Singapour canalise à lui seul 81 % des échanges intra-ASEAN4 et les flux Singapour/Malaisie et Singapour/Indonésie rassemblent 82 % du commerce total de la région ASEAN avec Singapour ;

  • Singapour assure 36,7 % du commerce extérieur total de l’ASEAN, contre 24 % pour l’Indonésie et 17,8 % pour la Malaisie. Un quart de ses exportations se dirigent vers les Etats-Unis et le Japon (1/3 dans le cas de la Malaisie et de la Thaïlande, 1/2 dans celui des Philippines, 3/4 dans celui de l’Indonésie).

Evolution du commerce extérieur de Singapour (1960-1984)
Millions S $ et en % (1984 : 1 US $ = 2,14 S $)

Evolution du commerce extérieur de Singapour (1960-1984)Millions S $ et en % (1984 : 1 US $ = 2,14 S $)

1 ASEAN : statistiques officielles indonésiennes incluses.
2 Asie du nord-est : Hong Kong, Japon, Corée sud, Chine, Taïwan, Corée nord, Macao.
3 Asie du sud : Inde. Sri Lanka, Bangladesh, Pakistan. Maldives, Népal.
Source : Singapore Trade Statistics and IMF Direction of Trade.

Evolution du commerce intra-ASEAN
En millions de US $ et en %

Evolution du commerce intra-ASEANEn millions de US $ et en %

Source : International Monetary Fund Direction of Trade Statistics.

Evolution du commerce Singapour/ASEAN (1960-1984)
En millions de S $ et en % (1984 : 1 US $ = 2,14 S $)

Evolution du commerce Singapour/ASEAN (1960-1984)En millions de S $ et en % (1984 : 1 US $ = 2,14 S $)

M. : Importations
X : Exportations
T : Total
Source :
Singapore Trade Statistics and IMF Direction of Trade.

Evolution du commerce extérieur de Singapour par produits
En millions de S $ et en % (1984 : 1 US $ = 2,14 S $)

Evolution du commerce extérieur de Singapour par produitsEn millions de S $ et en % (1984 : 1 US $ = 2,14 S $)

M : Importations
X : Exportations
Rex : Réexportations
T : Total
Source : Singapore Trade Statistics, Department of Statistics.

Commerce de réexportation de Singapour
Millions de S $ et en % (1984 : 1 US $ = 2,14 S $)

Commerce de réexportation de SingapourMillions de S $ et en % (1984 : 1 US $ = 2,14 S $)

T. Ex. : Total Exportations
T. Rex. : Total Réexportations
Source : Singapore Trade Statistics
1 Indonésie non incluse

Les fonctions d’entrepôt régional : continuité historique et évolutions

5Le commerce d’entrepôt, c’est-à-dire le rôle d’intermédiaire commercial au sein d’un monde malais envisagé comme arrière-pays fournisseur de matières premières et demandeur de produits manufacturés, symbolise le succès du développement économique du Singapour colonial. Jusqu’en 1960-65, 40 % de ses échanges extérieurs se nouent encore avec la Malaisie et l’Indonésie, l’industrie de transformation demeure embryonnaire, 70 % des emplois et 75 % des revenus dépendent du secteur tertiaire lié aux activités commerciales et financières de l’entrepôt et à la base aéro-navale britannique garantissant leur sécurité.

6Tout en gardant une importance statistique non négligeable, cette fonction d’entrepôt n’a pas seulement décliné au cours des années 1960-80, mais sa nature a également subi des changements profonds.

Evaluation statistique

7Le commerce d’entrepôt désigne les importations de Singapour enregistrées à des fins de réexportations pures et quasi immédiates.

8Cette définition devrait permettre d’évaluer ce type de flux ; toutefois une série de problèmes rendent l’exercice moins limpide :

    • 5 Lau Kak Ew, “Singapore revised national accounts statistics”, Singapore Statistical Bulletin, Vol. (...)

    Les importations destinées à l’entrepôt ne correspondent pas toujours, en valeur et en volume, aux réexportations attendues ; les statistiques officielles de Singapour ont commencé pour leur part à distinguer au sein des flux d’exportations une rubrique « réexportations » depuis 1976 seulement, tandis que les importations de transit ne font l’objet d’aucune mention particulière5 ;

    • 6 Wanigatunga (727), 1976-77, pp. 31-42. Chua Joon Eng et Morgan (589), 1972, pp. 8-24.

    La frontière entre « exportations domestiques » et « réexportations » est mouvante, la seconde pouvant englober des réexpéditions simples, des remballages astucieux, des assemblages partiels et des transactions documentaires. S’ajoute une classification imprécise de certains flux, telle la distinction entre “manufactured goods et “miscellaneous manufactured goods6.

  • 7 Singapore: a business appraisal, (231), 1978, pp. 48-49.

9Par-delà ces difficultés, les chiffres officiels révèlent que les exportations, qui représentaient environ 43 % du commerce extérieur de Singapour en 1960 (et 93,7 % des exportations totales), ont chuté vertigineusement : 24 % en 1970 (et 61 %), 15, 8 % en 1984 (et 34,7 %). De tels résultats montrent néanmoins que ce type de commerce n’est pas mort : 60 sociétés de stockage continuent à le prendre en charge et de nombreuses études de consultants estiment qu’il convient de gonfler ces données de + 10 à + 15 %7. De plus, la croissance du commerce extérieur de Singapour en 1983 et 1984 a reposé largement sur une reprise des réexportations (produits alimentaires, huiles végétales, équipement de transport et machines, alors que caoutchouc naturel, produits manufacturés et pétroliers stagnent ou régressent).

Changement de nature

10Une double transformation est intervenue dans l’identité des flux géographiques du commerce d’entrepôt et dans le genre des produits concernés.

  • 8 “Decline of UK trade influence in Singapore opens way for US to improve position as a supplier”, In (...)
  • 9 Jim Joo-Jock (212), 1977, 246 p.

11Aux échanges traditionnels entre Malaisie, Java, Indochine, Siam, et puissances coloniales européennes, se sont substitués, pour la plus large part, des réseaux animés par les Etats-Unis8, le Japon, la RFA, Hong Kong et Taïwan, et s’étendant jusqu’en Malaisie orientale et dans toutes les îles principales de l’Indonésie. La vocation coloniale de Singapour s’est métamorphosée en une sorte de plate-forme internationale, de cité globale, alimentée par de nouvelles puissances économiques et axée sur les besoins et les richesses naturelles d’une région enregistrant des taux de croissance élevés. Par ailleurs, aux produits de base bruts des Etats voisins, transitant par Singapour en direction de l’Europe, ont succédé matières et énergie semi-transformées dans ces mêmes pays d’origine, voire certaines de leurs jeunes productions industrielles, et distribuées via Singapour dans le reste du monde. En sens inverse, une part croissante de biens d’équipement et de certains produits manufacturés des pays développés sont réacheminés par ce grand port vers les pays voisins9.

Facteurs d’explication

12Plusieurs facteurs expliquent le recul et les transformations du commerce d’entrepôt de Singapour.

13La politique d’industrialisation accélérée, adoptée dans l’île dès 1965-70, a provoqué une croissance rapide de ses exportations domestiques, insignifiantes au départ. La mise en valeur des ressources naturelles et la naissance d’industries sectorielles dans les pays voisins devant souvent recourir à Singapour, avant de pouvoir se doter de structures d’exportation directe, ont joué aussi un rôle important.

  • 10 Singapore Ministry of Trade and Industry, Economic Survey of Singapore, 1984, pp. 29-39, Singapore (...)
  • 11 Singapore international Chamber of Commerce, Report 1982-83, pp. 107-108.

14Le moule du rapport classique entre colonisateurs et emporium commercial d’une part, et espace colonisé de l’autre, a inspiré un mode de commerce d’entrepôt rénové : de nouveaux liens se sont établis entre les grands pays industriels et Singapour, utilisé comme base régionale de réexportation de biens d’équipement et de transport, de matériels spéciaux, de hautes technologies et de produits de consommation, qui représentent aujourd’hui plus de 60 % des biens réexpédiés10. Dans le même temps, la diversification du tissu économique intervenant à Singapour, puis dans d’autres pays de l’ASEAN, a multiplié les complémentarités11.

15Enfin, les techniques modernes de stockage et la qualité des services offerts par Singapour (terminaux portuaires et aériens, rapidité des opérations déchargement-réexpédition, containérisation, chaîne du froid, contrôle des normes et procédures de commercialisation) ont contribué à cette transformation du commerce d’entrepôt.

Un rôle d’intermédiaire critiqué

  • 12 Buchanan (190), 1972, 336 p., propose une critique marxiste dénonçant Singapour comme un instrument (...)
  • 13 Paul (438), 1973, pp. 41 et 97.

16Les fonctions d’intermédiaire commercial et/ou financier, exercées par un groupe ethnique ou un Etat déterminés, ont été contestées et jalousées tout au long de l’histoire universelle. Singapour n’échappe pas à la règle : l’activité d’entrepôt est qualifiée, par certains, de parasite tirant profit sans travail aucun du simple transit portuaire des productions des pays voisins et du reste du monde12. Le concept de Singapour « Juif de l’Orient » est solidement établi dans les milieux anti-chinois de la région. Sans adopter toujours cette position radicale, de nombreux décideurs en Indonésie et Malaisie cherchent à réduire tout monopole commercial, toute rente de situation supposée, d’un Singapour qui affiche, avec Brunei et le Japon, le niveau de vie le plus élevé en Asie13.

  • 14 L’article d’un économiste indonésien, également interviewé à l’Universitas Indonesia à Jakarta en s (...)

17L’appréciation de ce rôle d’intermédiaire fluctue entre le discours critique, voire polémique, de ses détracteurs, qui encouragent des initiatives visant à le réduire, et les réalités géo-économiques objectives qui n’ont pas cessé de militer en faveur de Singapour jusqu’à ce jour. Les arguments de poids qui défendent la viabilité de son entrepôt sont les suivants14 :

  • La localisation géographique, les infrastructures et les services qu’offre Singapour demeurent inégalés dans la région ;

  • La qualité de réception/préparation/redistribution des produits destinés à la réexportation s’accompagne de techniques avancées de commercialisation seules disponibles à Singapour, d’où des économies dans les délais de transit et donc dans les coûts que les pays voisins ne sont pas en mesure de concurrencer ;

    • 15 Pratique des Marchés Internationaux : Singapour, (277), 1981, pp. 88-90.

    Le statut de port libre, non repris par les autres membres de l’ASEAN, renforce cette compétitivité de Singapour par des prix imbattables en fin de circuit commercial15 ;

  • La prépondérance de Singapour repose sur une complémentarité « en cascade » des réseaux de commercialisation entre ce grand port, relais du fret international et des navires de taille moyenne des Etats voisins, et les ports de Malaisie, d’Indonésie et de Thaïlande, eux-mêmes relais du cabotage intra-régional et domestique.

18Dans l’hypothèse où ces mêmes pays s’engageraient dans la voie du développement de structures comparables à celles de Singapour, il en résulterait pour chacun une formidable mobilisation des moyens nécessaires, au détriment de tant d’autres secteurs économiques nationaux prioritaires, et une hausse exorbitante des coûts de commercialisation rendant les exportations domestiques encore moins compétitives qu’à l’accoutumée. L’argument de Singapour, parasite car trop onéreux, ne résiste donc pas à l’analyse.

19Cela ne signifie pas pour autant que les gouvernements locaux doivent renoncer à des plans d’infrastructures portuaires adaptés au rythme du décollage économique de leur pays : le cœur du débat n’est pas d’essayer de se passer des services performants de Singapour, tentative dommageable pour tous les acteurs en présence, mais de préparer un avenir où leurs dimensions ne suffiront plus à répondre aux besoins de vastes partenaires comme l’Indonésie.

20L’existence d’un langage anti-singapourien, demeuré certes minoritaire depuis 1970-75 mais potentiellement destructeur sur le plan économique, souligne, en persistant dans les pays voisins, la dépendance et la vulnérabilité permanente de la cité-Etat placée dans son contexte régional. Celle-ci parvient à les minimiser en contrôlant le transit de certains produits indispensables aux uns et aux autres, et en cultivant à travers la compétitivité de ses services, son image de petit Etat-tampon entre des économies agraires encore peu avancées (à l’exception de la côte ouest de la Malaisie péninsulaire) et la concurrence acharnée qui prévaut sur les marchés internationaux (et dont Singapour constitue le maillon le plus proche).

2. Les deux partenaires commerciaux privilégiés de Singapour : la Malaisie et l’Indonésie

21La Malaisie et l’Indonésie représentaient en 1960-65 près de 40 % du commerce extérieur total de Singapour et l’essentiel de ses activités d’entrepôt. Ce chiffre, tombé à 25 % en 1983, place cependant ces deux pays comme premier partenaire commercial de l’île. A elle seule, la Malaisie a traditionnellement occupé ce rang jusqu’en 1982, dépassée depuis par les Etats-Unis. Les statistiques officielles disponibles, basées sur les données fournies par Jakarta, révèlent que l’Indonésie vient au 4e rang avec 8 à 9 % de l’ensemble des échanges de Singapour.

22Le rôle des autres partenaires de l’ASEAN est assez mince, sans parler de celui infime de l’Indochine et de la Birmanie. Seule la Thaïlande affiche une position non négligeable (3 %) dans le commerce extérieur de Singapour, notamment grâce à ses exportations de produits alimentaires. Les flux entretenus avec les Philippines, peu liés économiquement à l’Asie du sud-est, demeurent insignifiants (et inférieurs au commerce Singapour-Brunei), tandis que ceux avec le Sultanat précisément sont à la dimension de ce nouvel Etat souverain, faiblement peuplé, mais doté de ressources financières considérables (pétrole et gaz).

Le commerce Singapour/Malaisie

Valeur des statistiques disponibles

23Les statistiques présentent un certain degré de fiabilité dans la mesure où les deux pays héritent d’une administration des douanes structurées (colonisation britannique) et longtemps commune. La concentration géographique de 5/6es des échanges bilatéraux entre Singapour et la côte occidentale de la péninsule, réduit, hormis le commerce avec le Sabah et le Sarawak (Malaisie orientale), les incitations à la contrebande massive. La protection du marché intérieur en Malaisie, moins élevée qu’en Indonésie ou en Thaïlande, est un autre facteur œuvrant dans ce sens.

24La disponibilité de statistiques officielles dans les deux pays devrait permettre des comparaisons et des recoupements, mais comme dans le cas indonésien, les deux systèmes de classification douanière sont différents. Lorsque la Malaisie exporte au Japon via Singapour, elle considère le Japon comme le destinataire final de ses ventes ; Singapour les comptabilise en revanche comme importation en provenance de Malaisie et comme exportation (ou réexportation, depuis 1976) vers le Japon. Réciproquement, la Malaisie enregistre toute importation sur la base du pays d’origine sans distinction en cas de transit par Singapour.

25Les réexportations déclarées par Singapour composant à elles seules 57 % des exportations totales en direction de Malaisie (1984), il n’est pas étonnant que les chiffres globaux du commerce bilatéral varient, selon les années, du simple (sources de Kuala Lumpur) au double ou presque parfois (sources de Singapour) !

Présentation des échanges

26La Malaisie a toujours été profondément dépendante de ses échanges extérieurs, vérité plus éclatante encore lorsque Singapour appartenait à la Fédération. L’osmose des deux territoires, après plus de 140 ans d’histoire commune, ne pouvait que se perpétuer au-delà de la séparation de 1965 et des clivages politiques qui l’ont accompagnée.

  • 16 Ratna Rao, “Unity in diversity: Singapore/Malaysia economic relations”, Singapore Business, March 1 (...)
  • 17 Nul ne sait si cette tendance se confirmera sur le long terme, en raison d’une fluctuation conjonct (...)

27Ne représentant plus que 13,5 % du commerce extérieur de Singapour en 198016, contre 19 % en 1970, la Malaisie, tout en regagnant des points avec 16 % en 1984, a cependant été reléguée depuis 1982 à la seconde place derrière les Etats-Unis17.

28Pétrole brut, caoutchouc naturel, produits alimentaires, vêtements, huiles végétales et équipements électriques (deux composantes en forte hausse depuis 1982) forment l’essentiel des importations de Singapour. La Malaisie demeure le premier marché destinataire de réexportations pour les biens d’équipement et de transport, les produits manufacturés et ceux de la chimie, auxquels s’ajoutent des exportations domestiques d’énergie transformée. Les échanges bilatéraux marquent un déficit mesuré en faveur de la Malaisie.

29La Malaisie orientale (Sabah et Sarawak), géographiquement plus proche de Singapour que de la côte occidentale de la péninsule, groupe l/6e des flux et continue à utiliser la cité-Etat comme base de commercialisation (pétrole brut/caoutchouc/huiles végétales pour le Sabah ; épices/caoutchouc/pétrole brut/bois pour le Sarawak) et de réacheminement, dans sa direction, d’équipements divers (soit 65 % et 72 % des exportations totales respectivement vers ces deux Etats membres de la Fédération).

Séparation et différends commerciaux

  • 18 Interdiction en décembre 1971 de toute importation via Singapour (et Hong Kong) de produits en prov (...)

30Le divorce de 1965 a rangé dans les tiroirs le projet d’un marché commun qui correspondait à la rationalité d’une fusion économique entre l’île et son arrière-pays. Une guerre tarifaire, empreinte de ressentiments politiques et « communalistes »18, éclata et porta, dans les années suivant l’indépendance de la cité-Etat, un coup rude au commerce d’entrepôt et aux flux d’investissement. Durant cette période s’est affirmée une volonté du pouvoir malais de tout mettre en œuvre pour se passer de Singapour.

  • 19 Rueff (283), 1963, 98 p.
  • 20 Lau Teik Soon (641), 1969, p. 155.

31Mais, comme le soulignait déjà le rapport Rueff de 196319, rien ne peut modifier l’interdépendance concrète entre Singapour et Kuala Lumpur les « New York et Washington » de la péninsule, et aucun obstacle sérieux à une future réunification ne s’est développé en matière économique20.

  • 21 Singapore Business, July 1979, pp. 13-16.
  • 22 La Malaisie a publié jusqu’en 1965 des statistiques séparées concernant les échanges Singapour-Pena (...)

32L’examen des échanges montre que la Malaisie, malgré la velléité de ses discours pendant plus de 15 ans et un effort de modernisation de ses infrastructures portuaires, n’a pas réduit ses liens d’interdépendance commerciale avec Singapour21. Bien au contraire, la complémentarité s’est approfondie : la diversification des échanges s’est accrue et l’imbrication des marchés s’est considérablement renforcée avec trois partenaires privilégiés : le Johore (sud de la Malaisie péninsulaire), Penang22, et la Malaisie orientale.

  • 23 The New Straits Times (N.S.T.), 23.10.81.

33A titre d’exemple (et ils sont presque quotidiens dans la presse locale), la Malaisie a interdit en 1981 les exportations de bois via Singapour et a incité les milieux d’affaires à recourir aux nouvelles infrastructures du port de Pasir Gudang (Johore sud)23. Les protestations du “Malay Timber Industry Board, dénonçant l’irréalisme de ces mesures, n’ont pas tardé à se manifester et Kuala Lumpur a été obligé de revenir en partie sur sa décision.

  • 24 Singapore Economic Bulletin, February 1985, p. 40.

34Sous le gouvernement du Premier Ministre Mahathir, on assiste à une modération des discours à l’encontre de Singapour et à une amélioration sensible des relations. N’est-ce pas le ministre Razaleigh (commerce et industrie) qui déclarait au début de 1985 que la Malaisie n’a pas l’intention de couper ses exportations transitant par Singapour, qu’elle préfère encourager des échanges directs avec le monde extérieur dans les seuls cas prouvés d’une meilleure rationalité économique et que les deux Etats forment un unique et même marché !24

Le commerce Singapour/Indonésie

Problèmes statistiques et différends commerciaux

  • 25 Les chiffres distincts, fournis par le Bureau Central des Statistiques, la Banque d’Indonésie et le (...)

35Les statistiques officielles généralement utilisées sont celles fournies par le Bureau Central des Statistiques de Jakarta et reposent sur les données communiquées par les douanes indonésiennes25.

36Pour des raisons liées à la politique de confrontation menée par l’Indonésie en 1963-66, Singapour ne publie aucune statistique relative au commerce avec ce pays depuis 1964, et se contente de citer les sources indonésiennes dans toutes ses publications gouvernementales. Son souci constant est double : éviter que les distorsions, qui ne manqueraient pas d’apparaître en comparant avec les statistiques singapouriennes, donnent des arguments favorisant la critique de certains milieux indonésiens anti-chinois, et qu’elles embarrassent le gouvernement de Jakarta en étalant au grand jour son incapacité à contrôler les échanges réels, son degré de corruption et sa collusion avec les hommes d’affaires chinois d’Indonésie et de Singapour.

  • 26 Jorgensen-Dahl (389), 1982, pp. 106-107 et Wong (320), 1979, pp. 20-21.
  • 27 Straits Times (S.T.), 10.11.73.
  • 28 S.T., 01.12.76.
  • 29 Lee Kuan Yew, “Statistics given to Ministers”, S.T., 10.09.82.

37Face à une Indonésie soekarnienne dénonçant le commerce de contrebande et la concurrence ainsi déloyale en provenance de Singapour, la cité-Etat avait proposé en 1964-65 de reverser à Jakarta une part de la valeur de ces flux jugés « illicites »26. Devant l’attitude intransigeante de ses interlocuteurs, elle s’est cantonnée dans un refus de publier et de communiquer ses statistiques commerciales, et dans une riposte systématique aux accusations de contrebande : l’affirmation du libre statut de son port27. Le 31 octobre 1976, Lee Kuan Yew et Suharto sont parvenus à un accord de principe28 : la remise des statistiques singapouriennes aux plus hautes instances du gouvernement indonésien. Celle-ci est intervenue pour la première fois en 1982 et la poursuite de cette pratique est confirmée par l’Ambassadeur de Singapour à Jakarta29. Les autorités indonésiennes se sont pourtant abstenues jusqu’à présent de publier ces chiffres ; le dossier demeure donc sensible en matière de politique intérieure.

38Plusieurs facteurs de distorsions expliquent l’écart entre les statistiques indonésiennes et les échanges bilatéraux réels (cf. Annexes) :

  • Le système indonésien de classification douanière, comme en Malaisie, ne comptabilise pas les produits transitant par Singapour. Ainsi, les importations déclarées en provenance de l’île correspondent aux seules exportations domestiques (non publiées) de Singapour dont l’Indonésie est destinataire ;

  • Le commerce officieux (sous-évaluation en douane et autres dissimulations) et de contrebande pure entre Singapour et l’archipel, apparu dès la période de rivalité coloniale anglo-hollandaise, n’a pas cessé d’exister depuis, en particulier avec les espaces géographiquement proches de l’île (archipel de Riau, Sumatra, Kalimantan occidental). La proportion des flux qui échappent à tout contrôle des autorités indonésiennes se chiffrait probablement encore à plusieurs centaines de millions de dollars en 1983-84.

  • 30 Far Eastern Economie Review (FEER), 25.04.85. Depuis le 1er mai 1985, la SGS (siège à Genève) assur (...)

39Dans le domaine des échanges contrôlés, la corruption étendue des services douaniers indonésiens et la réglementation tarifaire en vigueur, parmi les plus compliquées du monde, contribuent à une vision partielle de la réalité des échanges. Après l’arrestation en 1984 du directeur général des douanes, le gouvernement s’est enfin décidé à une grande opération de nettoyage (recours aux services de la Société Générale de Surveillance et licenciement de 3 000 douaniers)30.

  • Le commerce de compensation ou de troc pratiqué depuis 1982 n’est pas comptabilisé, ne faisant pas l’objet de règlements financiers.

  • Diverses transactions, laissant ou non une trace écrite, relèvent de pratiques fréquemment utilisées entre Singapour et son grand voisin : transit documentaire avec ou sans falsification des pièces déclaratives, valse des étiquettes et des emballages pour masquer l’identité du pays d’origine, accords tacites sur la base de la parole donnée (milieux d’affaires chinois)…

  • Le commerce des contrefaçons, dont Singapour est un des principaux foyers dans le monde et qui est dénoncé par les pays industriels, complique encore l’évaluation en douane.

  • Les achats effectués à Singapour par les nombreux visiteurs indonésiens, qui dépensent en moyenne plus que tous les autres dans ce « paradis de la consommation », ne sont pas comptabilisés dans les statistiques commerciales.

Essai d’évaluation du commerce Singapour/Indonésie

  • 31 Richter (690), 1966, pp. 28-45.

40Même si l’Indonésie du Président Soekarno n’était pas aussi dépendante que la Malaisie de son commerce extérieur, la moitié de ses exportations transitaient néanmoins par Singapour (47 % des revenus d’entrepôt du port en 1963-64). Durant les périodes de troubles politiques affectant tel ou tel pays voisin (comme la Malaisie par exemple en 1963-66), les échanges ont certes reculé mais sont parvenus à atteindre Singapour par des circuits détournés encore plus officieux qu’habituellement31.

41Avec la politique du Président Suharto axant l’effort sur la mise en valeur des ressources énergétiques et sur le décollage industriel, le commerce bilatéral ne pouvait que s’accroître.

42Singapour représente le 3e ou 4e partenaire commercial de l’Indonésie et les échanges ont progressé en valeur, surtout après 1976-76 (prix du pétrole), avec un surplus toujours en faveur de Jakarta (sauf en 1983). Sur la base des statistiques officielles, l’Indonésie se range au 6e rang des partenaires de Singapour derrière USA, Malaisie, Japon, CEE et Arabie Saoudite.

  • 32 Richter et Simkin (691), 1970, pp. 17-44 et 45-60.

43Ayant examiné les nombreuses possibilités de distorsions dans la comptabilisation des échanges, il convient d’essayer de mieux approcher la réalité, au moins de manière empirique, et en laissant aux experts de l’économie quantitative le soin d’explorer plus à fond le problème32.

  • 33 Soit 2,5 milliards de dollars de Singapour d’échanges réels, dont 850 millions au moins de contreba (...)
  • 34 IBRD/IDA, Economic development of Indonesia, February 1986, vol. I, p. 18.

44En 1968 par exemple, Buchanan et Paul ont affirmé dans leurs ouvrages respectifs que l’Indonésie occupait une position voisine de celle de la Malaisie dans le commerce extérieur de Singapour33. Le FMI et d’autres agences internationales ont indiqué que les échanges Singapour/Indonésie dépassaient ceux entre l’île et la seule Malaisie péninsulaire34.

45Pour la période récente, si l’on admet que le commerce d’entrepôt s’élève encore à plus du tiers des échanges bilatéraux (comme c’est le cas avec la Malaisie) et que la contrebande pure ou légalisée demeure importante (au moins 1/5 à 1/4 des flux s’ajoutant aux chiffres officiels indonésiens), l’Indonésie pourrait bien afficher une position voisine de celle de la Malaisie dans le commerce extérieur de Singapour. L’Indonésie, troisième, sinon second partenaire de la cité-Etat ? Le rapport de la Chambre Internationale de Commerce de Singapour ne souffle-t-il pas à mots couverts la prépondérance de l’Indonésie au sein des échanges Singapour/ASEAN, alors que tous les chiffres officiels désignent la Malaisie !

46Le débat reste ouvert, mais il ne fait aucun doute que l’Indonésie est appelée, en raison de son échelle démographique et de la dimension de ses efforts présents et futurs de développement, à dépasser largement la Malaisie comme principal interlocuteur économique de Singapour. Les liens d’interdépendance entre Singapour et la région s’avèrent plus marqués encore qu’il n’y paraît : les Singapouriens eux-mêmes, troublés par un double sentiment de crainte vis-à-vis de leur environnement immédiat et de fierté quant à leur propre réussite économique et sociale, ne veulent pas trop reconnaître encore ce mouvement de rapprochement avec leur grand voisin indonésien.

Nature des échanges et complémentarités

47Traditionnellement, l’Indonésie exportait vers Singapour des produits de base destinés à la semi-transformation et à la réexportation. Les ventes de l’île se limitaient aux produits alimentaires et à des biens de consommation occidentaux.

  • 35 Abdullah Said, “Low-keycd but expanding”, Singapore Business, August 1984, pp. 39-43.

48La nature des échanges a évolué au cours de ces dix dernières années : d’entrepôt commercial, la cité-Etat est devenue un pôle d’industries et de services tandis que l’Indonésie s’est engagée sur la voie de la transformation intermédiaire de ses ressources naturelles et de l’exportation directe35. Les échanges dans le domaine de l’énergie ont pesé très lourd jusqu’en 1982-83, l’Indonésie écoulant du pétrole brut et du gaz vers les raffineries de Singapour, ce dernier vendant en retour du pétrole raffiné et des dérivés spéciaux. Le recul de - 41 % du commerce bilatéral en 1984 (sources indonésiennes) s’explique par la mise en service de plusieurs raffineries en territoire indonésien et précède la chute des prix pétroliers à l’échelle mondiale à partir de 1985.

49Les autres exportations indonésiennes se portent bien : caoutchouc naturel en tête suivi par étain, transistors et semi-conducteurs, bois de contreplaqués, cosmétiques, huiles végétales, ciment, textiles, thé, épices et autres produits alimentaires. Les ventes singapouriennes augmentent régulièrement dans les domaines des biens d’équipement et de transport, du génie civil, des industries mécanique et électrique, mais aussi des services techniques et de gestion, secteur dans lequel Singapour occupe un créneau privilégié. La part des flux en capital et en savoir-faire technologique est passée, en direction de l’Indonésie, de 9 % en 1961 à 46 % du total des exportations. Mais, si on se réfère aux statistiques indonésiennes disponibles, elle ne semble pas avoir compensé, en 1984, le recul des échanges pétroliers.

  • 36 S.T., 11.05.85 et Singapore Economic Bulletin, June 1985, pp. 24-25.

50En période de récession internationale, qui n’épargne pas Singapour, les autorités de l’île ne manquent pas de jouer la carte de la chute du commerce avec l’Indonésie pour illustrer la « montée des périls » et mobiliser la population dans un nouveau grand souffle d’effort et de rigueur36.

  • 37 5 à 6 000 sociétés établies à Singapour commercent avec l’Indonésie. Singapore Business, August 198 (...)
  • 38 Azhari Zahri, “Singapore-Indonesian economic relations”, et Noor Handono “Some salient points in Si (...)

51La signature en 1974 du premier accord de coopération économique et technique, la création de l’Indonesian Business Association (IBAS) à Singapour en 197537, l’institutionnalisation de contacts réguliers entre les chambres de commerce et la remise des statistiques singapouriennes, ont œuvré dans le sens d’une décrispation des relations commerciales entre les deux pays, empoisonnés par le problème de la contrebande. Les différends en matière de politique commerciale ou à propos de la volonté de se passer de « l’enclave chinoise parasite » ont baissé en intensité. En 1982, le gouvernement indonésien a annoncé un plan d’exportations directes à partir des ports de Tanjung Priok (Jakarta), Tanjung Perak (Java ouest), Unjung Pandang (Sulawesi sud) et Belawan (Sumatra nord) mais de nombreux économistes et politiciens locaux ont mis en doute les chances de succès réel : les facilités offertes par Singapour sont trop compétitives pour que l’Indonésie puisse développer des infrastructures concurrentes ; en revanche, la promotion de complémentarités relève du possible en s’appuyant sur les services et l’assistance financière privée en provenance de Singapour, sans oublier sa vocation de fournisseur immédiat en cas d’urgence38.

  • 39 James (236), 1981, 49 p. Morrison (420), 1978, pp. 228 et suiv. Warshawsky (482), 1974, 329 p. Wein (...)

52L’Indonésie, à l’image de la Malaisie, entretient des relations commerciales avec Singapour comme par le passé et, par-delà le déclin de l’entrepôt, les multiplie souvent dans l’ombre ou avec discrétion (pour des raisons de politique intérieure et l’absence de statistiques singapouriennes aidant). Cette réalité relève d’un double langage typiquement javanais, favorisant dans la pratique une étroite collaboration avec l’île-Etat, tout en maintenant un discours critique à peine voilé à son encontre. La confrontation de 1963-66, en créant de graves difficultés dont l’économie indonésienne se serait volontiers passée, a démontré l’échec d’un boycott visant Singapour ; l’apparente hostilité politique entretenue par Jakarta, teintée d’une jalousie mêlée d’admiration latente, camoufle des relations économiques lucratives de coulisse, entre le régime indonésien et les milieux d’affaires chinois notamment, non remises en question39.

53Les échanges entre les deux pays empruntent les sillages profonds tracés par la géographie et l’histoire de la région et multiplient les interdépendances.

Notes

1 1,67 fois, 0,89 et 0,67 fois respectivement pour Hong Kong, Taïwan et la Corée du sud en 1984.

2 Konick (634), 1980, pp. 43-63.

3 Rieger (281), 1983, pp. 31-50.

4 Les échanges intra-ASEAN ont représenté en 1983 21 % du commerce extérieur total des pays de l’ASEAN (14 % en 1963).

5 Lau Kak Ew, “Singapore revised national accounts statistics”, Singapore Statistical Bulletin, Vol. 4, 1975, pp. 1-9. Rieger (281), 1983, pp. 4-5.

6 Wanigatunga (727), 1976-77, pp. 31-42. Chua Joon Eng et Morgan (589), 1972, pp. 8-24.

7 Singapore: a business appraisal, (231), 1978, pp. 48-49.

8 “Decline of UK trade influence in Singapore opens way for US to improve position as a supplier”, International Commerce, 13 May 1968, pp. 16-18.

9 Jim Joo-Jock (212), 1977, 246 p.

10 Singapore Ministry of Trade and Industry, Economic Survey of Singapore, 1984, pp. 29-39, Singapore Economic Bulletin, June 1985, pp. 19-26.

11 Singapore international Chamber of Commerce, Report 1982-83, pp. 107-108.

12 Buchanan (190), 1972, 336 p., propose une critique marxiste dénonçant Singapour comme un instrument de l’impérialisme économique des puissances coloniales et du néo-colonialisme contemporain des pays industriels occidentaux.

13 Paul (438), 1973, pp. 41 et 97.

14 L’article d’un économiste indonésien, également interviewé à l’Universitas Indonesia à Jakarta en septembre 1984, détaille cette question : Reksopoetranto S., Peranan Singapura bagi perdagagan luar negeri Indonesia alternatif di masa mendatang: mem-by pass atau memanfaalkan Singapura, (L’alternative concernant le rôle futur de Singapour dans le commerce extérieur de l’Indonésie : by-passer Singapour ou bien chercher à bénéficier de ses activités), Jakarta, Fakultas Ekonomi U.I., 1984, 50 p. (LPEM n° 2).

15 Pratique des Marchés Internationaux : Singapour, (277), 1981, pp. 88-90.

16 Ratna Rao, “Unity in diversity: Singapore/Malaysia economic relations”, Singapore Business, March 1980, pp. 49-54.

17 Nul ne sait si cette tendance se confirmera sur le long terme, en raison d’une fluctuation conjoncturelle des marchés de l’électronique liant Singapour et les USA.

18 Interdiction en décembre 1971 de toute importation via Singapour (et Hong Kong) de produits en provenance de Chine. The Straits Tintes (S.T.) 23.10.71. Le « communalisme » (communalism en anglais) est un terme qui, quoique n’existant pas en français, convient pour désigner les tensions à la fois ethniques, socio-économiques, culturelles et religieuses opposant deux ou plusieurs types de population cohabitant dans un même lieu, Malais et Chinois pour la région étudiée ici.

19 Rueff (283), 1963, 98 p.

20 Lau Teik Soon (641), 1969, p. 155.

21 Singapore Business, July 1979, pp. 13-16.

22 La Malaisie a publié jusqu’en 1965 des statistiques séparées concernant les échanges Singapour-Penang.

23 The New Straits Times (N.S.T.), 23.10.81.

24 Singapore Economic Bulletin, February 1985, p. 40.

25 Les chiffres distincts, fournis par le Bureau Central des Statistiques, la Banque d’Indonésie et le Ministère du Commerce Extérieur, présentent des écarts non négligeables.

26 Jorgensen-Dahl (389), 1982, pp. 106-107 et Wong (320), 1979, pp. 20-21.

27 Straits Times (S.T.), 10.11.73.

28 S.T., 01.12.76.

29 Lee Kuan Yew, “Statistics given to Ministers”, S.T., 10.09.82.

30 Far Eastern Economie Review (FEER), 25.04.85. Depuis le 1er mai 1985, la SGS (siège à Genève) assure elle-même dans le cadre d’un contrai gouvernemental, l’inspection de toutes les importations de l’Indonésie ; elle contrôle notamment dès l’origine l’exactitude de la documentation commerciale accompagnant les marchandises (facturation, classification douanière, déclarations,...). Le gouvernement indonésien encaisse ainsi des revenus douaniers correspondant à la nature réelle des importations. L’intervention de la SGS a déjà permis de réduire la durée de procédure de dédouanement et de prélever des taxes dépassant dans certains cas de moitié les prévisions des services douaniers locaux. Dans ce contexte, le gouvernement indonésien a accepté une première baisse de 5 à 20 % en moyenne des prélèvements en douane sur toutes les positions tarifaires existantes.

31 Richter (690), 1966, pp. 28-45.

32 Richter et Simkin (691), 1970, pp. 17-44 et 45-60.

33 Soit 2,5 milliards de dollars de Singapour d’échanges réels, dont 850 millions au moins de contrebandes diverses.

34 IBRD/IDA, Economic development of Indonesia, February 1986, vol. I, p. 18.

35 Abdullah Said, “Low-keycd but expanding”, Singapore Business, August 1984, pp. 39-43.

36 S.T., 11.05.85 et Singapore Economic Bulletin, June 1985, pp. 24-25.

37 5 à 6 000 sociétés établies à Singapour commercent avec l’Indonésie. Singapore Business, August 1984, pp. 39-48.

38 Azhari Zahri, “Singapore-Indonesian economic relations”, et Noor Handono “Some salient points in Singapore-Indonesian economic relations”, IBAS Bulletin, May 1980, pp. 12-18 et pp. 29-33.

39 James (236), 1981, 49 p. Morrison (420), 1978, pp. 228 et suiv. Warshawsky (482), 1974, 329 p. Weinstein (483) et (484), 1972 et 1976, 664 p. et 384 p.

Table des illustrations

Titre Evolution du commerce extérieur de Singapour (1960-1984)Millions S $ et en % (1984 : 1 US $ = 2,14 S $)
Légende 1 ASEAN : statistiques officielles indonésiennes incluses.2 Asie du nord-est : Hong Kong, Japon, Corée sud, Chine, Taïwan, Corée nord, Macao.3 Asie du sud : Inde. Sri Lanka, Bangladesh, Pakistan. Maldives, Népal.Source : Singapore Trade Statistics and IMF Direction of Trade.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Evolution du commerce intra-ASEANEn millions de US $ et en %
Légende Source : International Monetary Fund Direction of Trade Statistics.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1810/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Evolution du commerce Singapour/ASEAN (1960-1984)En millions de S $ et en % (1984 : 1 US $ = 2,14 S $)
Légende M. : ImportationsX : ExportationsT : TotalSource : Singapore Trade Statistics and IMF Direction of Trade.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1810/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Evolution du commerce extérieur de Singapour par produitsEn millions de S $ et en % (1984 : 1 US $ = 2,14 S $)
Légende M : ImportationsX : ExportationsRex : RéexportationsT : TotalSource : Singapore Trade Statistics, Department of Statistics.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1810/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Commerce de réexportation de SingapourMillions de S $ et en % (1984 : 1 US $ = 2,14 S $)
Légende T. Ex. : Total ExportationsT. Rex. : Total RéexportationsSource : Singapore Trade Statistics1 Indonésie non incluse
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1810/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 576k