Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Singapour et son environnement régional

 | 
Philippe Régnier

Chapitre introductif. Singapour, emporium commercial. Éléments fondamentaux de continuité historique

Texte intégral

1Continuité et changements en histoire : l’Asie du sud-est et le cas de Singapour

2Par son objet comme par sa délimitation dans le temps, cette recherche s’inscrit a priori, toute entière, sous la rubrique de changements, au moins apparents, intervenus en Asie du sud-est durant la période contemporaine. Il s’agit en effet de caractériser le tissu de relations économiques qui lie une cité-Etat nouvellement indépendante à des Etats voisins très jeunes pour la plupart, dans le cadre d’une association régionale se situant elle-même dans la phase de sa structuration initiale. Ainsi, les dates de 1965 et 1967, qui marquent le début de la période étudiée, se complètent-elles avec l’indépendance de Singapour et la création de l’ASEAN (Association of Southeast Asian Nations) deux ans plus tard. Elles renvoient à la séparation de la Grande Malaisie et à la souveraineté singulière de cet emporium à majorité chinoise au sein du monde malais, dont il apparaît néanmoins indissociable.

3Ce premier constat suggérerait un examen des attributions régionales contemporaines de Singapour sur la seule base des développements nés à partir de cette « nouvelle » situation de 1965-1967. Ce serait négliger toutefois les enseignements susceptibles d’être livrés par le champ de l’histoire, et sans lesquels l’identité des fonctions de Singapour risquerait de demeurer incomplète, voire inexacte. Même si pour l’essentiel, le propos de ce travail entend se pencher sur l’actualité du rôle économique régional de Singapour depuis son indépendance et son adhésion à l’ASEAN, il convient de replacer celui-ci dans la perspective de la longue durée afin de pouvoir distinguer les éléments de changement de ceux relevant de la simple continuité.

4L’étude de l’histoire économique pré-coloniale et coloniale de l’Asie du sud-est, non pas linéaire et descriptive, mais présentée volontairement de manière sélective, renoue avec cette continuité oubliée ou méconnue, et valorise quelques notions fondamentales donnant à notre recherche un fil directeur pertinent.

5L’expérience historique de l’Asie du sud-est révèle la présence ininterrompue d’emporia commerciaux appartenant à un système de relations intra-régionales et internationales vieux de plus de deux mille ans, et les fonctions de la République de Singapour héritent d’une succession de formations étatiques basées sur des structures économiques comparables.

  • 1 Cowan (594), 1968, pp. 2 et 9-10.

6La démarche adoptée tout au long de ce chapitre introductif se fixe comme objectif de souligner, à propos de Singapour et de son environnement, une remarquable continuité des phénomènes par-delà les époques, permettant d’évaluer et de relativiser les transformations les plus récentes1.

1. Essai de typologie des formations étatiques en Asie du sud-est : la permanence historique du « couple » emporia commerciaux/vastes ensembles à structures agraires

7La fondation de Singapour en 1819 ne représente ni une création artificielle du colonisateur britannique, ni un phénomène isolé à l’échelle de l’histoire de l’Asie du sud-est, qui révèle au contraire l’existence d’emporia portuaires se succédant à travers les âges.

  • 2 « En Asie du sud-est, plus que partout ailleurs peut-être, l’environnement géographique détermine l (...)
  • 3 “In retrospect, it can be seen that any dominance exercised over the Strait of Malacca had been der (...)

8En consultant la carte de la région, un regard suffit pour mesurer la formidable position géostratégique du détroit de Malacca qui met en communication l’Océan Indien et la Mer de Chine2 et qui attribue implicitement puissance maritime et commerciale à toute forme de pouvoir organisé susceptible de contrôler cette zone-charnière3.

9Cette donnée géographique majeure entretient, au moins depuis le iisiècle de notre ère, le développement et la disparition répétés, à proximité de ce détroit, d’une suite de formations étatiques comparables qui correspondent à la définition de l’emporium commercial, tourné vers la mer, et dont l’ultime représentant se nomme Singapour. Ce type d’occupation de l’espace maritime et côtier ne demeure pas, d’ailleurs, un phénomène isolé propre à l’Asie du sud-est. L’observation d’autres grandes routes maritimes dans le monde met en relief des exemples bien connus comme ceux de la Grande Venise ou des villes portuaires de la Hanse au Moyen-Age.

  • 4 Evers Hans-Dieter, Traditional trading networks of Southeast Asia, Bielefeld, Univ. Bielefeld, Soci (...)

10L’existence d’emporia commerciaux sur les rives méridionales de l’Asie du sud-est retient d’autant plus l’attention qu’elle cohabite, durant toute l’histoire de la région, avec une seconde forme de constructions étatiques reposant sur l’agriculture. Celles-ci, par opposition aux emporia contrôlant la mer et les échanges, dominent l’intérieur des terres, c’est-à-dire ce vaste arrière-pays de part et d’autre des détroits : la péninsule malaise et l’archipel insulindien (principalement Java et Sumatra)4.

  • 5 “The continuing theme of an unstable and changing balance between the influence of a policy based o (...)

11Depuis l’Antiquité jusqu’à l’ASEAN contemporaine, cette dichotomie persiste dans l’ensemble de la région. La coexistence de ces deux types d’Etats détermine un équilibre instable, qui règle étroitement la nature des relations économiques et politiques intrarégionales, avant, pendant et même au-delà de la période coloniale5. Elle canalise à la fois des liens de complémentarité économique naturelle (agriculture et commerce) et des interdépendances potentiellement conflictuelles, y compris sur le terrain politique, entre des Etats portuaires ouverts au monde extérieur et des voisins frontaliers dont l’ordre intérieur s’édifie largement sur des bases agraires.

12Un tel partage mêlé de confrontations inévitables se vérifie dès l’émergence des premiers empires régionaux connus de l’historien (soit le couple Srivijaya-Majapahit) comme durant l’expérience coloniale avec la compétition acharnée entre Singapour et la Malaisie sous contrôle britannique d’une part, et l’Insulinde hollandaise de l’autre.

13Les relations économiques qui unissent aujourd’hui l’emporium commercial et industriel de Singapour à ses deux partenaires immédiats, la Malaisie et l’Indonésie, procèdent sans le moindre doute de ce lourd héritage historique. En apportant, dans les pages suivantes, quelques illustrations de ce passé encore si présent, l’objet est de replacer les fonctions économiques du Singapour moderne dans le moule cohérent d’un système de relations intra-régionales préexistant qui a profondément influencé l’évolution de l’Asie du sud-est contemporaine.

2. La succession d’emporia commerciaux en Asie du sud-est dès la période pré-coloniale

14Sous ce titre, il ne s’agit pas de remonter le plus loin possible dans le temps : pénétrer dans le domaine de l’archéologue ou de l’expert en histoire ancienne ne servirait pas davantage notre propos. Quelques exemples significatifs suffisent pour témoigner de cette succession d’emporia commerciaux et de vastes formations agraires qui vient d’être évoquée.

Histoire ancienne et premiers royaumes indianisés : l’émergence de pôles commerciaux dans les zones de passage maritime (ii au viie siècles après J.-C.)

  • 6 “There grew up throughout the greater part of the Malaysian archipelago a geopolitical pattern rema (...)

15Hormis la célèbre route commerciale de la soie par voie terrestre, les détroits de Malacca et de la Sonde, les côtes de Sumatra (nord et nord-est), de la péninsule malaise et de l’Indochine méridionale, ont constitué dès la plus haute Antiquité le point de passage maritime obligatoire des échanges entre l’Inde, la Chine et l’Asie du sud-est, orientant toute l’histoire pré-coloniale de cette dernière6.

16Parmi les premiers royaumes indianisés fondés dans la région, l’essor rapide de la civilisation pré-angkorienne de Fu-nan domine, du ii au viisiècles environ, les deltas du Mékong et de la Ménam.

  • 7 Hall (130), 1985, pp. 1-77. Smith (119), 1979, pp. 286-287. Sur les premiers commerçants chinois : (...)
  • 8 Coedes (111), 1964, pp. 83 et 93-94.

17Les récits des voyageurs chinois attribuent une double vocation au royaume de Fu-nan : des activités maritimes côtières particulièrement développées7, une agriculture en cours de structuration et conquérant progressivement l’intérieur des terres (préfiguration des royaumes khmers de Chenla puis d’Angkor à partir des vii-viiie siècles). Fu-nan est décrit comme le point de rencontre entre l’Inde et la Chine, bénéficiant de l’alternance des vents de mousson maîtrisée par sa puissante flotte commerciale et par les marchands venus de l’extérieur. George Coedes rapporte que « le Fu-nan occupait sur la route du commerce maritime une situation privilégiée et constituait un relais inévitable aussi bien pour les navigateurs qui empruntaient le détroit de Malacca que pour ceux qui transitaient par les isthmes de la péninsule malaise. Le Fu-nan était peut-être le terminus de la navigation en provenance de l’Orient méditerranéen » et entretenait probablement des relations avec le monde iranien8.

  • 9 Wolters (176), 1967, pp. 47, 60, 70 et 80.

18De tels développements favorisèrent, dès les iii-ive siècles, l’établissement d’une première chaîne de cités portuaires le long de cette route maritime empruntée par les marchands. Tun-sun symbolise l’un de ces emporia, sorte d’avant-poste commercial de Fu-nan à proximité de la pointe sud-est de la péninsule malaise. Un second carrefour d’échanges, Ko-ying, sur la côte occidentale de Java ou peut-être sur celle de Sumatra (sud-est), semble avoir été le lieu d’arrivée des navires indiens, après leur traversée du détroit de Malacca, et de redistribution régionale des marchandises ainsi transportées9.

19Ces caractéristiques ne manquent pas d’annoncer avant l’heure le rôle d’entrepôt régional du Sultanat de Malacca puis ultérieurement du Singapour colonial.

L’empire commercial de Srivijaya et la construction d’un système de relations intrarégionales emporia formations agraires au sein du monde malais (vii-xve siècles)

20Du vii au xiiie siècles, un vaste empire commercial, Srivijaya, s’édifie à Sumatra, autour de Palembang et de Jambi, et étend son hégémonie sur les détroits de Malacca et de la Sonde. Après la chute de Fu-nan vers 627, naissent parallèlement les royaumes de Chenla puis d’Angkor, c’est-à-dire la première grande formation étatique de l’Asie du sud-est basée sur l’agriculture. Les premiers royaumes agraires javanais se constituent aux viii-xsiècles dans le centre puis l’est de Java pour former ultérieurement l’empire de Majapahit.

  • 10 Colless (592), 1969, pp. 1-9. Hall (130), 1985, pp. 78-102. Leifer (247), 1978. p. 7. Polanyi Karl, (...)

21La puissance commerciale de Srivijaya résulte du contrôle des détroits qui lui permettait de former un maillon indispensable dans le réseau des lignes de navigation reliant le monde arabe et l’Inde à l’archipel insulindien et à la Chine, et de déployer sa suzeraineté sur l’ensemble de la péninsule malaise et Java ouest10. Sa base territoriale reposait sur une série de ports autonomes, implantés pour l’essentiel sur la côte nord/nord-est de Sumatra et sur les rives occidentales de la péninsule.

  • 11 Smith (119), 1979, pp. 403-404. Wolters, ibid., 1957.

22Certains traits descriptifs, retrouvés plus loin à propos de Malacca et de Singapour, retiennent l’attention : populations et main-d’œuvre en faible nombre, absence d’agriculture (riz importé de Java), relative inexistence de marchandises commercialisables produites sur place (fonctions d’entrepôt tourné vers l’extérieur), matérialisme de ces sociétés portuaires, basées avant tout sur les échanges, et qui n’ont laissé pratiquement aucun témoignage important dans les domaines de l’art et de l’architecture11.

  • 12 Cowan, p. 13.

23De leur côté, comme l’écrit Charles Cowan, « Les premiers Etats de Java n’étaient pas tant des rivaux de Srivijaya que des voisins dotés d’un mode d’organisation différent »12. Tournés vers l’intérieur des terres, ces Etats dominaient de vastes zones agricoles où s’était instituée une bureaucratie administrative et religieuse hiérarchisée, dont l’héritage architectural est connu, aujourd’hui encore, du monde entier (temples de Borobudur et de Prambanan par exemple).

24Dès cette époque, on peut parler d’une réelle complémentarité économique entre deux systèmes, l’un commercial, l’autre largement agraire, au sein du monde malais.

  • 13 Tarling (165), 1966, pp. 21-22.
  • 14 Coedes (111), 1964, p. 371. Smith, p. 474

25Cet équilibre demeurait cependant fragile13. Si les royaumes javanais avaient manifesté au départ peu d’intérêt pour le commerce extérieur, se contentant de verser des tributs en nature à Srivijaya par le canal des routes maritimes dont celui-ci avait le monopole, la situation devait s’inverser à partir des xe et xie siècles. A la suite des raids tamouls contre Palembang, de conflits larvés entretenus par Java, et de l’apparition de nouveaux emporia placés cette fois aux portes de l’agriculture javanaise (sur la côte septentrionale), Srivijaya ne parvenait plus à empêcher diverses tentatives de commerce direct avec les marchands arabes et chinois, sans que ses propres entrepôts soient préalablement utilisés14. Au xiiie siècle, après de nombreuses expéditions guerrières opposant les deux îles, la seconde capitale de Srivijaya, Jambi, se voyait contrainte de prêter allégeance aux souverains de Java ; l’empire de Majapahit était né (vers 1293).

26Au couple Srivijaya-Angkor, dont la formation s’appuyait respectivement sur le commerce et l’agriculture et qui avait dominé l’archipel (Srivijaya) et la péninsule indochinoise (Angkor) durant cette première phase de l’histoire de l’Asie du sud-est, succède la puissance de Majapahit et du Siam.

27A la différence de Srivijaya, l’édification de Majapahit repose simultanément sur les deux types de formations territoriales déjà rencontrées :

  • L’empire naît sous la forme d’une fédération de royaumes agraires, héritiers des premiers Etats javanais et coalisés après de longues guerres civiles et l’incursion d’une flotte chinoise en 1292 ;

  • Il englobe également une série de grands ports comme Makassar, Tuban, Gresik, Surabaya, et l’île de Madura, tournés à la fois vers les régions agricoles intérieures et vers les îles des épices, assurant pour les unes et les autres des fonctions de relais commercial.

28Majapahit préfigure sans doute l’empire colonial des Pays-Bas par cette double vocation que sauront reprendre à leur compte les Portugais eux-mêmes chassés par les Hollandais, et par la première tentative d’unification de l’archipel.

  • 15 Cowan, p. 5. Hall (130), 1985, pp. 103-135 et 232-260. Van Leur Jacob C., Indonesian trade and soci (...)

29Toutefois, cette construction ne devait durer qu’un siècle environ, et il semble que Majapahit à aucun moment ne soit parvenu à contrôler durablement le détroit de Malacca et les flux d’échanges entretenus par des revitalisations occasionnelles de Jambi et de Palembang comme par de nombreux marchands extérieurs à la région15.

30Sur les frontières mouvantes de Majapahit, de manière complémentaire mais souvent aussi à son insu, un système d’organisation commerciale continuait donc à se perpétuer.

Les premières mentions de l’île de Tumasik et l’essor du Sultanat de Malacca, véritable précurseur de Singapour (xv-xvie siècles)

Tumasik

31L’histoire de Singapour ne commence pas en 1819 avec l’implantation britannique, mais elle est antérieure à la création du Sultanat de Malacca qui intervint au début du xve siècle.

32La dimension des activités commerciales de l’île de Tumasik (ou Tema-sek) est mentionnée lors du séjour, vers 1390-1400, du prince Paramesvara de Palambang, qui s’y réfugie afin de se soustraire à la tutelle de Majapahit, et qui fonde quelques années plus tard, au terme de sa fuite, le nouvel emporium de Malacca.

  • 16 Colless (591), 1969, pp. 1-11. Mary Turnbull indique qu’une île, correspondant probablement à Tusas (...)
  • 17 Une grande pierre portant des caractères javanais de Majapahit et des bijoux ont été retrouvés à l’ (...)
  • 18 Le terme “Singapura est attribué, parmi d’autres croyances, à Paramesvara ou à l’un de ses ascenda (...)

33Il est hasardeux de situer dans le temps les débuts de Tumasik. En raison de la position géographique privilégiée de l’île, ils pourraient se révéler très anciens16. Dans la mesure où la domination de Srivijaya s’exerçait sur les détroits et sur la péninsule malaise, cet empire s’y était vraisemblablement établi. Les traces laissées ultérieurement par Majapahit aux xiii et xivsiècles ne soulèvent, quant à elles, aucun doute17. Tumasik semble avoir fait l’objet, par la suite, d’une rivalité entre Majapahit et le Siam dans la course pour le contrôle du détroit de Malacca. Vers 1365, l’île tombe sous le joug de la flotte siamoise et lui prête allégeance avant que le nouveau gouverneur, dépêché sur place, ne soit assassiné par Paramesvara. On attribue également à ce dernier l’origine du terme « Singapura », la cité du lion, qui devait remplacer progressivement la première dénomination de l’île et entrer dans le domaine de la légende18.

34Vers 1400, le Siam intervient à nouveau, provoquant le départ de Paramesvara et l’anéantissement des activités commerciales de l’île. Un foyer important de piraterie, entretenant des relations étroites avec le Sultanat de Malacca, allait encore subsister quelques temps avant de sombrer dans l’oubli jusqu’au xixe siècle.

Malacca

  • 19 “The state based on maritime commerce reached its fullest development after the establishment of Ma (...)

35Paramesvara qui, comme Rafles plus tard, avait le sens de la géostratégie, s’établit sur l’embouchure de la Malacca. Recherchant la protection de la Chine face aux menaces siamoises toujours latentes, et ouvrant par son mariage et sa conversion à l’Islam un port libre aux marchands arabes, il fonde le Sultanat de Malacca, nouvelle puissance commerciale majeure au sein du monde malais, héritière des attributions de Srivijaya et véritable précurseur de Singapour19.

  • 20 « Malacca apparaît ainsi, à la fin du xve siècle, comme la capitale d’une sorte d’empire commercial (...)
  • 21 Tan Ding Eing (163), 1975, pp. 1-11.
  • 22 Le rôle de centre régional culturel et religieux joué par Malacca au xve siècle paraît important à (...)

36Le Sultanat connaît au xve siècle une expansion commerciale sans précédent. Devenu en Asie du sud-est le centre d’échanges pour les marchands arabes et les commerçants chinois (soutenus par des expéditions militaires de la flotte chinoise), il tire sa fortune de sa fonction d’entrepôt des épices et autres produits rares de la région comme de ceux en provenance de l’extérieur20. Ce carrefour international, que les Britanniques imiteront si fidèlement au xixe siècle, préfigure l’organisation du futur Singapour. Hormis l’adoption du statut de port libre, affichant une volonté de commercer avec tous (même avec le Siam), l’économie de Malacca se base sur un code de taxes douanières uniformes de 3 à 6 % prélevées sur le transit des marchandises. Lors de son apogée commerciale et territoriale (contrôle en 1477-90 des deux rives du détroit et d’une grande partie de la péninsule en concurrence avec le Siam du nord), Malacca ne compte pas moins de 5 000 résidents étrangers, parlant près de 86 langues et dialectes mais utilisant tous une lingua franca apparentée au malais ancien (c’est l’anglais qui la remplace aujourd’hui), et animant différents quartiers autonomes selon leurs spécialités respectives, comme ce sera le cas dans le Singapour colonial21. Contrôlant les routes maritimes et divers points-clé dans l’archipel et la péninsule, relais régionaux indispensables à ses activités d’entrepôt, Malacca représente un pôle majeur d’islamisation des peuples du monde malais, par l’intermédiaire de ses principaux agents : les marchands arabes et goudgeratis musulmans de l’Inde22.

37A l’image de celle de Srivijaya, la chute de ce dernier vaste emporium de la période pré-coloniale (débarquement d’Albuquerque en 1511) est pleine d’enseignements relatifs à l’existence de ce type de formations étatiques.

38Comme pour ses prédécesseurs, la viabilité et l’enrichissement de Malacca étaient fragiles et deux formes complémentaires de vulnérabilité peuvent être distinguées :

  • Parmi les faiblesses intérieures, le manque de cohésion de l’équipe dirigeante ne pouvait que mettre en danger cette cité commerçante face à la montée de périls extérieurs (leçon que les leaders actuels de Singapour ont retenue). Au début du xvie siècle, l’absence d’un système de succession héréditaire et les rivalités en découlant à la Cour de Malacca ont été aggravées par la fidélité éphémère des marchands étrangers résidents ou de passage, enclins à se soumettre de plein gré à tout nouvel arrivant (les Portugais en l’occurence) au regard de sa supériorité militaire et navale ;

  • Les faiblesses liées à l’environnement extérieur sont structurelles et conjoncturelles. Dépourvu de base agricole, Malacca dépendait pour l’essentiel de livraisons alimentaires en provenance de Java et du Siam, et le Sultanat n’était donc pas en mesure de soutenir un blocus maritime portugais. Aux lendemains du débarquement de Vasco de Gama en Inde en 1498, Lisbonne sut également détourner à son profit l’une des principales ressources de Malacca : le commerce des épices. Cette stratégie rappelle celle des royaumes javanais à rencontre de Srivijaya ; la prise de Malacca en 1511 illustre ce processus de manière éclatante.

3. Les « nouveaux » emporia commerciaux de la période coloniale et la fondation de Singapour (xvi au xxe siècles)

39Il ne s’agit pas d’étudier ici l’histoire de la colonisation en Asie du sud-est, mais de mettre en évidence, au gré de la succession des présences européennes, la mise en place d’entités commerciales qui, à leur tour, s’inscrivent dans un ordre régional et international préétabli (continuité historique) et perpétuent la formation d’emporia nécessaires à la navigation et aux échanges.

Les premières chaînes de comptoirs relais du commerce colonial

  • 23 Kammerer A., La Mer Rouge, l’Abyssinie et l’Arabie depuis l’Antiquité, Les Guerres du Poivre (tome  (...)
  • 24 Osborne (149), 1979, p. 75.

40En vertu de l’arbitrage de Tordesillas par le Pape en 1494, les Portugais et les Espagnols, forts de leur expérience maritime européenne et convoitant les épices et métaux précieux des terres lointaines, furent autorisés à se partager le monde au rythme de leurs découvertes23. Partis dans des directions opposées, ils se retrouvèrent en Asie du sud-est, dans les îles Moluques (Ternate et Tidore), et cherchèrent à relier à l’Europe ces producteurs d’épices par des systèmes commerciaux reposant sur des chaînes de comptoirs, le long des routes maritimes intercontinentales qu’ils venaient respectivement d’identifier24.

Le Portugal

  • 25 Hall (128), 1955, p. 199. « Commerces et navires dans les mers du sud », Archipel, Paris, 1979, pp. (...)

41La conquête de Malacca ne relève pas du hasard : en chassant les marchands arabes, les Portugais se substituent simplement à eux et tentent d’utiliser les circuits d’échanges que les premiers maîtrisaient. Après la chute du Sultanat, ils parviennent à revitaliser l’économie de Malacca en l’insérant dans une succession de relais portuaires (Ormuz, Goa, Ceylan, Amboine, Macao). Pendant plus d’un siècle, Malacca continue d’afficher une solide prospérité grâce à la taxation des nombreux navires franchissant les détroits25.

42Comme Batavia et Singapour au xixe siècle, Malacca forme un pôle de liaison entre l’Europe, l’Inde et la Mer de Chine, utilisé successivement par les Portugais, les Hollandais (1641) et les Britanniques (1824), et administré par un capitaine général placé sous l’autorité du Vice-Roi à Goa (structure reprise par les Anglais : tutelle administrative de Calcutta sur Singapour).

  • 26 Cowan, p. 7. Hall va dans le même sens en évoquant en particulier le triangle de conflits incessant (...)

43Les Portugais ne rompent pas le système de relations intra-régionales préexistant et le reprennent pour une part à leur compte. Parallèlement, des emporia concurrents, liés à la diffusion de l’Islam, se développent comme source alternative de flux commerciaux. Les Portugais remportent des points avec la fondation de Sunda Kalapa à Java ouest en 1522 (rebaptisé Jacatra, la future Batavia, par l’Etat islamisé de Bantam en 1527) et le contrôle d’Amboine, Ternate et Tidore en 1575-1578. Mais ils se heurtent à la puissance d’Atjeh (Sumatra nord) et du Johore au sud de la péninsule, où se sont réfugiés les successeurs du Sultanat de Malacca, sans oublier des ramifications dans toute la région (Brunei, Bantam, Makassar, Tuban, Demak, Madura, Surabaya). A la fin du xvie siècle, l’expansion d’Atjeh englobe les deux rives du détroit et divers ancrages dans la péninsule malaise (Kedah, Perak). Battu vers 1629 par une coalition soutenue par les Portugais (Malacca-Patani-Johore), Atjeh saura se replier et faire preuve d’une remarquable vitalité jusqu’au début du xxe siècle26.

L’Espagne

44Une stratégie de pénétration commerciale similaire est appliquée par le colonisateur espagnol. Au terme de la lutte entre Ternate (Portugal) et Tidore (Espagne) pour le contrôle des épices, le traité de Saragosse entérine en 1529 l’arbitrage du Pape de 1494 et reconnaît la domination des uns sur les Moluques, des autres sur les Philippines.

45En 1570-71, les Espagnols fondent Manille comme poste avancé des échanges entre leurs conquêtes en Amérique Latine et la Chine (métaux précieux contre soies et produits locaux). Dès cette époque, les Philippines deviennent irrémédiablement un membre périphérique de l’Asie du sud-est, éloigné du reste du monde malais non seulement par sa position géographique, mais surtout par l’intervention du colonisateur :

  • Celui-ci édifie un système d’encadrement monolithique et durable (jusqu’en 1898) reproduisant le modèle des grandes propriétés agraires de l’Espagne et introduisant le catholicisme dans un archipel demeuré largement à l’écart de l’indianisation et de l’islamisation (sauf à Mindanao et dans les îles de Sulu) ;

  • Il relie Manille à un circuit d’échanges ne passant pas par l’Asie du sud-est mais par l’Océan Pacifique vers le Mexique (Acapulco) et l’Espagne, puis vers les Etats-Unis au xxe siècle ;

  • Il oriente ce comptoir en direction de la Chine et rivalise du même coup avec son concurrent portugais (Macao).

  • 27 Les relations économiques entre Manille et Hong Kong sont beaucoup plus denses que les échanges des (...)

46Manille ne trahit certes pas cette longue lignée de formations maritimes et commerciales en Asie du sud-est, mais ces précisions soulignent les raisons historiques qui, jusqu’au xxe siècle, motivent le rôle marginal des Philippines sur l’échiquier régional, y compris au niveau de 1’ASEAN contemporaine27.

Batavia et les Indes néerlandaises (xviii-xxe siècles)

  • 28 La première expédition de Cornélis Houtman, qui avait eu connaissance des cartes maritimes dressées (...)

47Profitant du rattachement du Portugal à l’Espagne en 1580 et de la fermeture du port de Lisbonne aux étrangers (1594), là où ils s’approvisionnent en épices, les Hollandais se lancent à leur tour à la conquête des routes maritimes identifiées par les premiers colons28. Héritiers de la vocation marchande des villes de la Hanse, ils créent en 1602 la Compagnie des Indes Orientales (VOC) et occupent dès 1616 une quinzaine de comptoirs à l’est de Malacca, demeuré portugais.

  • 29 Cowan, p. 7. Robequain (155), 1946, p. 13. Consulter sur cette période : Boxer Charles R., The Dutc (...)

48Jan Pieterszoon Coen, nommé gouverneur général des Indes néerlandaises en 1614, n’a pas d’autre ambition que de rebâtir un empire commercial à l’image de Srivijaya et de Malacca. En fondant en 1619 sur l’emplacement de la forteresse indigène de Jacatra, le nouveau comptoir de Batavia, il inaugure une première phase de l’expansion hollandaise en Asie du sud-est, reposant essentiellement sur le négoce. Batavia se situe au cœur d’une politique qui, en cherchant à contrôler étroitement les mers grâce à un réseau de comptoirs fortifiés répartis dans l’archipel, utilise la formation d’emporia commerciaux, par opposition à la gestion de l’intérieur des terres qu’elle n’entend pas assumer (du moins jusqu’à la moitié du xixe siècle)29.

  • 30 “In effect such a policy was a logical continuation of the traditional monopolistic control exerted (...)

49L’essentiel des échanges se réoriente vers Batavia, la prise de Malacca par les Hollandais amplifiant le mouvement à partir de 1641. Sur la base de ces deux ports dominant l’archipel et les détroits, les Pays-Bas prétendent exercer, avec l’adoption des « Statuts de Batavia » (1642), un monopole commercial exclusif sur le trafic Europe-Insulinde et sur les flux intrarégionaux. L’objectif est assez largement atteint et voit la mise en œuvre de moyens militaro-industriels emprunts d’un systématisme dépassant les tentatives portugaises antérieures30. Les emporia commerciaux islamisés, qui avaient remporté des succès notables à rencontre des premiers colonisateurs, connaissent, après 1660, une stagnation relative, un processus de désintégration dans certains cas, les obligeant à céder diverses concessions aux Européens.

  • 31 Tarling (164), 1962, 189 p.

50Une rivalité anglo-hollandaise acharnée se développe au siècle suivant. Le traité de Paris (1784) qui met fin au monopole commercial exclusif des Pays-Bas dans l’Océan Indien, l’arrivée des Anglais à Penang (1786), l’occupation britannique temporaire des Indes néerlandaises (1786 à 1816), et la disparition de la VOC (1798), marquent le début d’une seconde phase dans la colonisation de l’Insulinde et le retour à un certain équilibre entre les formations étatiques traditionnellement en présence31.

51Charles Cowan écrit à propos des Hollandais :

  • 32 Cowan, p. 8.

Ils transformèrent leur système en une politique basée sur Java, se concentrant de plus en plus sur l’exploitation des ressources naturelles de cette île… On peut probablement dire qu’ils avaient échangé le manteau de Srivijaya et de Malacca contre celui de Majapahit… Dans ce contexte, un nouveau système maritime lié aux détroits apparut à la fin du siècle, c’est-à-dire un nouveau concurrent vis-à-vis des Hollandais implantés à Java aussi dynamique que ce qu’avait représenté auparavant Malacca vis-à-vis de Majapahit. Ce nouveau système reposait sur les colonies-comptoirs britanniques de Penang et de Singapour32.

  • 33 “For some decades, the Dutch combined two roles that had been exercised separately in the past by c (...)

52Au déclin de la suprématie hollandaise initiale, de nature commerciale, se substitue, au xixe siècle, une cohabitation entre deux systèmes économiques à la fois complémentaires et rivaux, qui renoue avec cette continuité historique commandant l’évolution du monde malais. D’un côté, en colonisant l’espace agraire intérieur de Java, les Hollandais s’appuient désormais sur un système de cultures forcées, dont Van den Bosch est le principal artisan, et dont l’excédent exportable est acheminé par Batavia. De l’autre, les Britanniques reprennent à leur compte les activités premières des Hollandais et la tradition marchande des Portugais, de Malacca et de Srivijaya : ils organisent à partir des trois colonies des détroits (Penang, Singapour et Malacca) un emporium dont l’essor fait appel au libre commerce et à la libre navigation33.

53Le traité anglo-hollandais de Londres de 1824, qui procède à l’échange des possessions britanniques de Sumatra contre celles des Pays-bas dans la péninsule (dont Malacca) entérine cette situation. Une frontière juridico-politique sépare pour la première fois la péninsule de l’archipel, c’est-à-dire deux types de constructions économiques, l’une plus maritime et commerciale, l’autre davantage vouée à la terre et à l’agriculture.

54Cette distinction, enracinée dans l’histoire de la région, devenait à nouveau déterminante. Elle demeure indispensable pour comprendre, aujourd’hui encore, quant au fond, la dynamique des relations économiques internes au monde malais, et celle qui lie en particulier Singapour à l’Indonésie.

L’essor de l’empire britannique en Asie du sud-est : la succession d’« économies-monde »

55Hormis cette typologie dualiste de formations étatiques ayant déterminé l’évolution de l’Asie du sud-est, quelques autres instruments d’analyse permettent de mesurer les fonctions de l’emporium commercial à travers les époques.

  • 34 Braudel (102), 1979, 607 p.

56Avant d’envisager les caractéristiques de Singapour en elles-mêmes, la structure de l’empire britannique, voire celle de ses prédécesseurs européens, offrent des éléments de réflexion préliminaires relatifs au mode de fonctionnement de ces vastes « économies-monde » et au rôle dévolu, dans ce cadre, à l’emporium commercial34.

57Tout au long de l’histoire, on relève l’édification de systèmes économiques reposant, à partir de grandes métropoles marchandes (Venise, Gênes, Lisbonne, Bruges, Amsterdam, Londres…), sur des chaînes de comptoirs dont certains maillons se trouvent en Asie du sud-est. Une économie-monde, c’est-à-dire « un morceau de la planète économiquement autonome, capable pour l’essentiel de se suffire à lui-même, et auquel ses liaisons et ses échanges extérieurs confèrent une unité organique » (F. Braudel) succède à une autre.

  • 35 “In a strategic sense the paralell with the Mediterranean sea later in the century is suggestive, a (...)

58Qu’il s’agisse des suprématies vénitienne et arabe tournées vers les richesses de l’Orient, des constructions coloniales portugaise et hollandaise exportant le modèle des premiers centres portuaires européens, ou de l’empire britannique érigé à partir d’une série de postes commerciaux s’étendant de la Méditerranée jusqu’à l’Asie du sud-est et à la Chine, chacune de ces économies-monde a parsemé les grandes routes maritimes, c’est-à-dire leur système nerveux, d’emporia locaux dont le dernier né dans le monde malais se nomme Singapour35.

  • 36 Wallerstein (172), 1980, 331 p.

59Au fil du temps se remplacent des « villes-monde », des entités à vocation internationale, sous-centres et relais d’un processus d’accumulation de richesses et par lesquels transitent les principaux flux de marchandises, de capitaux, d’informations et de compétences humaines. Autour d’une cité comme Singapour, à la fois relais mondial (naguère des activités britanniques, aujourd’hui de celles du Japon, des Etats-Unis et de l’Europe) et centre régional (du monde malais et de l’ASEAN contemporaine), s’emboîtent, à l’image de Palembang ou de Malacca autrefois, des zones hiérarchiques en termes de développement économique, entretenant à des degrés divers des échanges avec la petite île. L’ensemble constitue une économie régionale qui tend vers une forme d’intégration propre, tout en s’insérant dans une économie-monde dépassant largement ses frontières36.

  • 37 Perrin (276), 1974, p. 85.

60Par-delà Singapour et ces notions d’économies-monde, de villes internationales, d’intégration, on devine la trame d’organisation d’un espace régional et le mode de répartition des activités économiques entre métropole urbaine (envisagée comme pôle majeur de développement), relais secondaires (autres villes marchandes et foyers de communication dans la région), et zones périphériques (arrière-pays agraires retirés ou peu accessibles, et faiblement touchés par l’essor de la métropole régionale et de ses relais37).

61Ce cadre d’analyse sous-tend l’examen des attributions coloniales de Singapour comme celui des relations économiques contemporaines entre la cité-Etat, l’ASEAN et le reste du monde.

4. La fondation de Singapour et l’expansion d’un nouvel emporium commercial (1819-1965)

Raffles et le choix de Singapour

  • 38 Graham (126), 1967, 479 p. Hall D. G. E., From Mergui to Singapore, 1689-1819: a neglected chapter (...)

62A la fin du xviiie siècle, le développement du commerce britannique avec la Chine et sa nécessaire protection à l’égard de la flotte hollandaise et des pirates locaux rendent indispensable la création d’un port d’escale sur la longue route maritime reliant l’Inde à Canton. La première base de Penang, cédée dès 1786 à Francis Light par le Sultan de Kedah, mais trop éloignée du détroit de Malacca, ne procure pas les avantages escomptés à la Compagnie des Indes Orientales de Londres. A la faveur de l’éclipse du pouvoir hollandais à Java entre 1795 et 1816 puis de la course anglo-hollandaise visant à s’approprier l’extrémité sud de la péninsule malaise, Lord Hastings, gouverneur général des Indes à Calcutta, charge Thomas Raffles, ancien lieutenant-général à Java (1811-1816) et lieutenant-gouverneur de Bencoolen, de fonder un nouveau comptoir, le plus central possible dans la zone du détroit, sans toutefois déclencher le moindre conflit armé avec les Hollandais, qui viennent de s’installer dans les îles de Riau38.

63Le 28 janvier 1819, Raffles, qui connaît la légende de l’ancienne Tumasik et sait mesurer sa situation géostratégique remarquable, débarque à Singapour. S’immisçant dans une querelle de succession au Johore, il négocie avec la Sultan Hussein qu’il vient d’aider à monter sur le trône, un accord permettant d’établir un comptoir dans l’île. malgré de véhémentes protestations hollandaises, Lord Castlereagh et les milieux d’affaires londoniens prennent conscience de la position privilégiée de Singapour et refusent de procéder à son évacuation : Farquhar, proche collaborateur de Raffles, devient sous l’autorité de celui-ci, le premier résident-gouverneur de Singapour (1819-23). Les visées commerciales de Raffles s’inspirent des anciens emporia de la région et des ambitions de l’empire britannique en cours de formation ; dès 1819 il écrit à Calcutta : “What Malta is in the West, that may Singapore become in the East.

64L’année 1824 est décisive : Anglais et Hollandais se partagent le monde malais par le traité de Londres (qui inclut l’échange de Bencoolen contre Malacca). Précisément à la frontière de ces deux sphères coloniales et au carrefour du trafic maritime, le Sultan du Johore cède à la Grande-Bretagne l’île de Singapour et dix miles d’eaux territoriales à sa périphérie.

  • 39 Cowan (593), 1950, pp. 113-203.

65A partir de cette date, l’évolution du statut de l’île traduit étroitement son essor économique. Parmi les trois colonies des détroits, seule Singapour a la capacité d’accueillir des navires de fort tonnage ; on manque de bois de construction à Penang, et le port de Malacca s’envase. En 1832, Singapour devient au détriment de Penang la résidence du gouverneur39. Administrée depuis Calcutta par la Compagnie des Indes Orientales jusqu’en 1858, puis par l’India Office jusqu’en 1867, Singapour assume, ultérieurement, la direction des trois colonies devenues Crown Colonies placées sous l’autorité directe du Colonial Office de Londres, et préside ainsi à la colonisation de l’intérieur de la péninsule malaise durant la seconde moitié du xixe siècle (les Hollandais faisant de même à Java).

La naissance d’un carrefour économique régional et international : Singapour

  • 40 Hall (130), 1985, p. 60.

66L’histoire économique du Singapour colonial pourrait se résumer à une série impressionnante de statistiques et de performances, dont la rapidité de croissance n’est pas sans rappeler le développement des emporia antérieurs et préfigure celui de la petite république indépendante après 196540.

  • 41 Tan Ding Eing (163), 1975, pp. 65-65. Trocki (169), 1979, 251 p.

67Dès 1820-40, le port en eau profonde et bien abrité s’affirme comme point de rencontre entre les lourds navires marchands européens et les embarcations chinoises et locales, les uns livrant des produits en provenance des Indes (textiles, armements, opium), redistribués par les autres dans toute la région, les seconds apportant épices, soies, bois tropicaux, thé, étain. C’est en direction comme au départ de Singapour que la navigation à voile bénéficie pleinement du rythme saisonnier des vents de moussons, et qu’elle entretient une complémentarité réelle entre les marchandises échangées, empruntant le double circuit de la route Europe-Inde-Chine et du cabotage régional41.

  • 42 Buckley (104), 1902, 2 volumes. Hall-Jones (129), 1979, 136 p.

68En accord avec la Compagnie des Indes Orientales, Raffles et Crawfurd, son successeur, fondent à Singapour un port libre destiné à ébranler le monopole commercial exclusif de Batavia et à attirer un nombre maximal de marchands de toutes les nationalités42. Aucune taxe n’est prélevée sur les échanges jusqu’en 1853 : sur place, les autorités tirent leurs principaux revenus de la consommation de l’opium ; les premiers droits de tonnage et de timbrage portuaires sont introduits en 1853 et 1863, tout en demeurant modestes. En revanche, les Hollandais discriminent lourdement les articles ayant transité par Singapour avant leur livraison à Batavia, et interdisent aux étrangers le libre accès vers Sumatra, Bornéo, et les Célèbes. Cette politique favorise une contrebande importante, qui n’a pas cessé depuis (et qui fait toujours l’objet d’un contentieux entre Singapour et l’Indonésie).

  • 43 Arasaratman (568), 1973, pp. 1-15.

69Cette confrontation illustre au xixe siècle non seulement la concurrence entre deux empires rivaux, mais oppose également, à travers ce couple Singapour-Batavia irréconciliable, deux conceptions économiques : le libre-échange, au service d’une nation en cours d’industrialisation, avide de matières premières et de débouchés, face au protectionnisme du système commercial hollandais qui reproduit, dans des termes analogues, les erreurs du prédécesseur portugais, et se replie à l’intérieur de ses frontières (Grandes Cultures à Java)43. Une telle dichotomie dans l’histoire économique du monde malais des xixe et xxe siècles, anticipée par les structures distinctes des formations étatiques de la période pré-coloniale, favorise des clivages profonds dans la région, jusqu’au sein de l’ASEAN contemporaine, notamment entre Singapour et l’Indonésie.

70Liberté portuaire et laisser-faire donnent une impulsion immédiate à l’économie marchande de Singapour, ce dont témoigne l’évolution démographique de l’île : 15 000 habitants en 1824 et plus de 50 000 vers 1850 (le village découvert par Raffles en 1819 ne comptait que 150 pêcheurs) ! Les autorités de l’île contrôlent dès 1830-40 la moitié des marchandises transitant par le détroit de Malacca ; elle connaît ensuite un boom commercial lié à l’ouverture de la Chine (traité de Nankin en 1841 et guerres de l’opium) et de nouveaux ports libres (Hong Kong, Labuan, Makassar…). N’entretenant aucune activité manufacturière significative jusqu’en 1959-63, Singapour s’affirme sur la scène économique régionale et internationale par le dynamisme de fonctions exclusivement commerciales et tertiaires.

  • 44 Dès 1837, il s’agit des compagnies suivantes : Oriental Steam Navigation Co., Norddeutscher Lloyd, (...)

71Dans le domaine des communications et des transports, l’ouverture du Canal de Suez en 1869 favorise l’essor de la navigation à vapeur, dont Singapour devient le relais en Asie du sud-est, fournissant eau et charbon, docks, chantiers de déchargement et de réparation pouvant accueillir plusieurs dizaines de navires simultanément (3 000 bâtiments en 1870). Il faut deux fois moins de temps pour couvrir la distance Londres-Singapour et de nombreuses compagnies maritimes établissent des services dans l’île44. Le télégraphe n’est pas absent de cette révolution il relie Singapour à Batavia et Calcutta en 1859 et 1870 : désormais le développement du commerce à Singapour suit celui des communications !

  • 45 En 1900, la Straits Chinese Association est fondée, puis, en 1906, la Chambre de Commerce Chinoise.

72Si Hong Kong tend à supplanter Singapour dans les échanges avec la Chine, le commerce d’entrepôt progresse néanmoins : 43 maisons de commerce (Agency Houses, dont 20 britanniques) encadrent dès 1846 le frêt des marchandises contre le prélèvement d’une commission. Les premières banques et chambres de commerce européennes et chinoises font leur apparition et contribuent à la naissance d’empires financiers locaux dont les ramifications s’étendent à toute la région45.

73Durant la seconde moitié du xixe siècle, la colonisation de la péninsule malaise (1874-1909) prend le relais de cette expansion ininterrompue. Singapour devient le poste avancé des milieux d’affaires londoniens pour l’exploitation de l’étain et du caoutchouc naturel à l’intérieur des terres. Aux entrepôts portuaires de charbon s’ajoutent ceux de pétrole dont la demande ne cesse de croître durant la Première Guerre Mondiale.

  • 46 Ee Joyce (604), 1961, pp. 33-51.
  • 47 Dupuis (117), 1972, pp. 48-51.

74Parallèlement au rôle d’intermédiaires, souvent indispensables, joués par les marchands chinois de Singapour entre les commerçants européens et les populations de la région, la mise en valeur des richesses naturelles de la Malaisie s’accompagne d’un apport massif de main-d’œuvre chinoise (Hokkiens, Teochews, Cantonais et Hakkas pour l’essentiel). Singapour organise et surveille ces flux d’émigration vers l’arrière-pays46 : de ce processus naît au xxe siècle un clivage, omniprésent, entre le monde urbain à majorité chinoise de Singapour relié à des sites miniers, de plantations ou d’exportation portuaire (comme Ipoh, Taiping, Kuala Lumpur, Georgetown, Butterworth, Port Swettenham, Malacca, Port Weld), et un monde rural à économie traditionnelle demeuré largement malais dans le reste de la péninsule47.

  • 48 Singapour constitue un centre de collecte de fonds auprès des riches marchands chinois d’outre-mer. (...)

75Singapour devient également, comme l’ancienne Malacca, un centre culturel régional, lieu de rencontre des marchands et des intellectuels arabes et malais, de transit des pèlerinages vers La Mecque, de diffusion des publications religieuses liées à l’Islam, de refuge et d’intrigues politiques (chefs, et sultans malais), de liens étroits avec le Kuomintang en Chine48.

76Aux lendemains de la Première Guerre Mondiale, Singapour ne recouvre pas la même prospérité qu’auparavant, dépendant d’une économie britannique ébranlée par quatre années de conflit en Europe, puis par les effets de la Grande Crise de 1919-1932 qui rongent les principes du libre commerce (adoption des préférences impériales) et de la libre immigration, et qui retardent durablement la reprise économique.

77Toutefois, un vaste programme public vient, à Singapour, se substituer en partie au moins à la morosité des affaires. Pour assurer la sécurité des possessions britanniques en Asie du sud-est et répondre aux velléités expansionnistes japonaises, la conférence impériale de Londres et le gouvernement Baldwin décident en 1921 la construction d’une puissante base navale à Singapour. Achevée vingt ans plus tard parallèlement à l’essor des transports aériens (l’aéroport de Singapour est ouvert en 1937), l’implantation de ces infrastructures devait entretenir jusqu’en 1965-70 un pôle majeur d’activités et renforcer les fonctions de carrefour régional et international de Singapour.

Enjeux de survie et de viabilité pour Singapour : les expériences de 1938-45 et de 1963-65

78Développement économique rapide et extraverti, déclin brutal et souvent définitif à la faveur de changements extérieurs, tels sont les principaux traits qui caractérisent, à la lumière de l’histoire, la vie et la mort de nombreux emporia commerciaux. Comme Srivijaya et Malacca, l’ancienne Tumasik, ruinée par l’intervention du Siam puis du Portugal, n’échappe pas à la règle. L’exemple de Singapour ne manque pas à son tour de soulever des interrogations similaires.

79La fondation et le mode de fonctionnement économique de cette petite colonie paraissent aléatoires aux yeux de nombreux observateurs dès le début du xixe siècle. Aux menaces hollandaises, qui s’estompent après 1824, succèdent des craintes quant à l’ouverture concurrente d’autres ports libres en Asie du sud-est et en Extrême-Orient (Hong Kong) ou quant à la percée d’un canal dans le sud du Siam. La réalité montre au contraire qu’ils stimulèrent le développement de Singapour.

  • 49 Fisher (120), 1964, p. 147.

80L’absence d’agriculture, faute d’espace suffisant, et d’industries, faute de main-d’œuvre et de vocation manufacturière, provoque des inquiétudes concernant la dépendance de Singapour vis-à-vis du monde extérieur en matière d’importations, jugée excessive et dangereuse49.

  • 50 Turnbull (171), 1977, pp. 92, 155 et 332.

81L’inexistence d’une base militaire, hormis le modeste Fort Canning (1860), en mesure de réduire la vulnérabilité insulaire, sans compter le désordre social intérieur (né du faible interventionnisme des autorités locales dans les domaines de l’aménagement public, de la fiscalité ou des agissements longtemps impunis des sociétés secrètes chinoises), nourrissent également cette première vague d’hésitations concernant la viabilité de Singapour, rapidement balayée par sa formidable expansion économique durant la seconde moitié du xixe siècle50.

  • 51 Turnbull, ibid., p. 332.

82Mais si certains doutes s’effacent au fil du temps, notamment à la faveur de la construction de la base navale britannique et d’un ordre socio-économique plus diversifié, d’autres demeurent, inséparables des conditions qui président à la destinée de l’emporium commercial, et réapparaissent périodiquement tout au long de l’histoire de celui-ci. L’occupation japonaise ou encore les années troublées de l’indépendance illustrent bien ce constat51.

L’occupation japonaise

83L’existence de Singapour est indissociable de son environnement extérieur, et sa vulnérabilité face à l’expansionnisme japonais en 1941-42 constitue un exemple significatif. Doté de fortifications réputées imprenables, quoique terminées à la hâte en 1938-41, le port de Singapour est dépourvu de flotte et de protection aérienne ! Londres envoie à la dernière heure des fleurons de la marine royale, les cuirassés Prince of Wales et Repuise, sans mesurer le danger de l’aviation japonaise, qui fera mouche par deux fois, et sans envisager la possibilité d’une invasion nippone non pas par la mer mais depuis la jungle voisine du Johore, séparée par quelques bras d’eau des rives de Singapour (nord) laissées sans défense crédible. Le 15 février 1942, la perle du Commonwealth en Asie du sud-est tombe aux mains des Japonais sans la moindre difficulté !

  • 52 Thomson V., Post mortem on Malaya, New York, Macmillan, 1943, p. 7 et Richer (154), 1981, p. 85.
  • 53 “We decided that from then on our lives should be ours to decide, that we should not be the pawn an (...)

84« Plus que l’évacuation d’une ville, c’était la fin d’une époque » titre le Times de Londres de ce temps52, vérité qui sera pleinement reconnue par la Grande-Bretagne quelques trente ans plus tard avec le démantèlement de sa base navale (1969-71). Ce témoignage cinglant de la fragilité de Singapour devait frapper sur l’heure plus d’un esprit, à commencer par Churchill, qui parle de l’un des plus grands désastres de l’histoire britannique et Lee Kuan Yew, qui saura, une fois au pouvoir, en tirer toutes les conséquences en matière de défense53.

  • 54 Turnbull, p. 205.
  • 55 Jones F.c, Japan’s new order in Southeast Asia, 1937-45, London, Oxford Univ. Press, 1954, p. 383 q (...)

85Autre enseignement, l’occupant japonais place à son tour, de 1942 à 1945, Syonan, c’est-à-dire Singapour, au centre de sa sphère de co-prospérité en Asie du sud-est. Nouveau maître des lieux, il entend lui aussi bénéficier de la situation géographique exceptionnelle de l’île et s’assurer la collaboration économique des Chinois d’outre-mer qui, comme les marchands de l’ancienne Malacca, savent s’adapter, d’un envahisseur à l’autre, aux changements politiques54. En dehors du mythe qui consiste à vouloir transformer Singapour en une économie autosuffisante (la ville souffrira d’un grave problème d’approvisionnements alimentaires pendant la guerre), les Japonais choisissent Syonan comme base de leur commandement administratif et militaire en Malaisie (à laquelle Sumatra est rattachée) et dans l’ensemble de la région. En 1943, la visite du Premier Ministre Tojo confirme Singapour comme clé de la construction de la Grande Asie Orientale et comme centre-relais de l’Ordre Nouveau55.

Les années troublées de l’accession à l’indépendance (1963-65)

86Les années de l’accession de Singapour à l’indépendance donnent un autre exemple majeur de la nature des défis pouvant mettre en péril la survie et la viabilité de cet emporium.

87L’octroi par la Grande-Bretagne du statut d’autonomie en juin 1959 inaugure cette période troublée sur la toile de fond de l’état d’urgence anticommuniste en vigueur dans toute la péninsule malaise depuis 1948 et des émeutes de 1956, qui, avant l’arrivée de Lee Kuan Yew au pouvoir (il devient Chief Minister après les élections de mai 1959) avaient sévèrement menacé la sécurité intérieure de l’île une première fois.

  • 56 Boyce (343), 1968, 268 p.
  • 57 Wilson (318), 1972, p. 9.

88En 1961, l’aile modérée du PAP (People’s Action Party), que conduit Lee Kuan Yew doit affronter une nouvelle offensive de la gauche et la scission du parti (naissance du Barisan Socialis en juillet 1961 qui se range dans l’opposition). Redoutant un coup de force communiste, le Premier Ministre de Malaisie, Tunku Abdul Rahman, propose dès le 23 août, avec l’appui de Londres, l’idée d’une grande fédération de Malaisie englobant Singapour afin que la cité ne demeure pas à la merci de développements politiques pouvant ruiner son économie florissante56. Les événements maintiennent une pression constante sur les travaux de la Commission Cobbold chargée de mener à bien ce projet : à la suite d’un référendum la population de Singapour se prononce (septembre 1962) en faveur de la fusion et Lee Kuan Yew procède à l’arrestation des principaux leaders du Barisan Socialis (février 1963). Tunku Abdul Rahman rejette la suggestion d’un marché commun entre la Malaisie et Singapour, exige l’inclusion du Sabah et du Sarawak (Bornéo nord) dans la future fédération, à des fins de rééquilibrage ethnique de sa population pour éviter, en cas de rattachement du seul Singapour, la prépondérance d’une majorité chinoise57.

89Née le 16 septembre 1963, la Malaysia semble fournir à Singapour le cadre d’une nouvelle stabilité intérieure et extérieure. Le répit est pourtant de courte durée : la politique de confrontation de Sukarno en Indonésie en 1963-66, entrecoupée par le retrait de la fédération et l’indépendance de Singapour (9 août 1965), relancent, avec une intensité inégalée dans toute son histoire, le problème de la survie de cet emporium.

a) La confrontation

  • 58 Leifer (407), 1983, p. 81.

90Dès juin 1963, l’Indonésie avait annoncé qu’elle n’accepterait pas la création « néo-coloniale » de la Malaysia. Quelques mois plus tard, pour des raisons à la fois intérieures et de politique étrangère, Sukarno engage une confrontation semi-armée émaillée d’opérations et d’infiltrations ponctuelles, conduites par des soldats et agents indonésiens, au Sarawak et sur les côtes de Malaisie occidentale. Parallèlement au soutien larvé apporté à l’opposition communiste et à l’envoi de commandos de sabotage contre ses installations portuaires, Singapour subit un boycott commercial décrété par l’Indonésie qui provoque une chute vertigineuse de ses activités d’entrepôt et un recul sensible des investissements étrangers58.

  • 59 Morrison and Suhrke (420), 1978, pp. 170-191.

91Quoique brève, cette expérience laisse des traces profondes. Les leaders du PAP (People’s Action Party, parti de Lee Kuan Yew au pouvoir) prennent conscience de la précarité des fonctions commerciales traditionnelles de Singapour et de la nécessité de diversifier son économie. Sur le plan politique, la vulnérabilité de l’île face à tout mouvement hostile de ses voisins immédiats ne leur échappe pas59.

b) La séparation

92Lee Kuan Yew et ses proches collaborateurs, nés en Malaisie pour la plupart, demeurent convaincus que le destin de Singapour est indissociable de la vie économique et politique de la péninsule, après plus d’un siècle d’histoire coloniale commune. Toute autre solution leur paraît inconcevable.

  • 60 Sur la fédération et le retrait de Singapour : Bedlington (339), 1978, 275 p. Chan Heng Chee (501), (...)

93La séparation, qui intervient malgré cela en août 1965, trouve ses origines dans de multiples divisions opposant dès le départ Singapour et son hinterland malais réunis au sein de la fédération. Au-delà de cette dichotomie entre une société urbaine et commerciale et un monde rural largement traditionnel, c’est le clivage irréconciliable entre Malais et Chinois, véritable catalyseur de toutes les oppositions, qui éclate au grand jour lorsque le PAP veut présenter aux élections fédérales de 1964, au nom de la multiracialité et de l’anti-communisme, des candidats dans toute la péninsule face au parti de l’Alliance de Tunku Abdul Rahman (dominé par l’Union Nationale des Malais, UMNO, et soutenu par l’Association des Chinois de Malaisie, la MCA, minoritaire)60.

  • 61 Josey (516), 1968, pp. 159 et 189.
  • 62 “We dreamt of Singapore in connection with Malaya as what New York is to America but little did we (...)

94Lee Kuan Yew n’envisage à aucun moment l’indépendance éventuelle de Singapour : « C’est une absurdité politique, économique et géopolitique [...]. Nos chances de survie sont dix fois mieux assurées en appartenant à la Grande Malaisie qu’en demeurant seuls »61. Or, les émeutes anti-chinoises qui coûtent la vie à 23 personnes à Singapour en juin-septembre 1964, la double crainte de leur extension sanglante à toute la péninsule et du contrôle de la vie politique malaise par les Chinois du PAP en cas de victoire électorale, précipitent le retrait de Singapour de la fédération62.

  • 63 Singapore Gazette Governement Extraordinary, “An agreement relating to the separation of Singapore (...)

95Lorsque ce dernier intervient63, Lee Kuan Yew lui-même perd pied quelques heures et peut-être pour la seule fois de sa longue et brillante carrière politique, tant il lui est difficile d’imaginer sérieusement la viabilité d’un Singapour réduit à des frontières politiques qui coïncident avec sa taille géographique. Dans la nuit du 9 au 10 août 1965, il déclare à la radio :

  • 64 Josey (516), 1968, p. 284. Intervention de Lee Kuan Yew sur les ondes de Singapour à 0 h 00 dans la (...)

For me it is a moment of anguish because all my adult life, I have believed in the merger and unity of these two territories64.

  • 65 Wilson (318), 1972. pp. 10-11.

96Plusieurs facteurs, parmi lesquels le maintien de la présence britannique à Singapour et l’importance des fonctions économiques de ce port pour son environnement régional immédiat, expliquent l’échec de la confrontation engagée par l’Indonésie. L’expulsion de Singapour hors de la Fédération ne remet pas davantage en cause l’étroite interdépendance entre ces deux territoires65.

97La nouvelle petite république doit cependant relever, et dans les meilleurs délais, le plus formidable défi de toute son existence d’emporium commercial. Comment garantir la viabilité économique d’un Singapour indépendant mais non moins inséparable de son arrière-pays traditionnel, la Malaisie et l’Indonésie ? Comment ces voisins peuvent-ils accepter durablement la présence de cette petite enclave chinoise, souveraine au cœur même du monde malais ?

98Telle est l’interrogation majeure, chevauchant l’économie et la politique, à laquelle les dirigeants de Singapour s’efforcent inlassablement de répondre depuis le 9 août 1965.

99Quels instruments mettent-ils en œuvre pour maintenir le plein succès de Singapour sur l’échiquier régional ?

Notes

1 Cowan (594), 1968, pp. 2 et 9-10.

2 « En Asie du sud-est, plus que partout ailleurs peut-être, l’environnement géographique détermine l’histoire des hommes ». Isoart (134), 1978, p. 1.

3 “In retrospect, it can be seen that any dominance exercised over the Strait of Malacca had been derived from a position of economic strength located either on the east coast of Sumatra or on the west coast of the Malay Peninsula”. Leifer (247), 1978, p. 8. Les Grandes Voies Maritimes dans le monde. xv-xvie s, Paris, Ecole Pratique des Hautes Etudes, Bibliothèque Générale, vie Section, 1965, 326 p.

4 Evers Hans-Dieter, Traditional trading networks of Southeast Asia, Bielefeld, Univ. Bielefeld, Sociology of Development Research Centre, 1984, 24 p. (Working Paper, Colloquium on Southeast Asia, 25-30 June 1984). Smith and Watson (119), 1979, pp. 181-182.

5 “The continuing theme of an unstable and changing balance between the influence of a policy based on a populous and agricultural Java, on the one hand, and that of the commercial and maritime power of a rival system in or near the Straits area on the other, can be observed thoughout the colonial era as before it.” Cowan (594), 1968, p. 9.

6 “There grew up throughout the greater part of the Malaysian archipelago a geopolitical pattern remarkably similar to that of maritime Europe in medieval times, with political power organised in units of sea rather than of land, so ports and bases strategically on both sides of the waterway which it sought to dominate.” Fisher (120), 1964, pp. 106-107.
Sur l’Antiquité :
Gerini G. E., Researches on Ptolemy’s geography of Eastern Asia, London, 1909, 945 p. (Royal Asiatic Monographs n° 1). « Commerces et navires dans les mers du sud », Revue Archipel, Paris, 1979, pp. 15-95.

7 Hall (130), 1985, pp. 1-77. Smith (119), 1979, pp. 286-287. Sur les premiers commerçants chinois : Wang Gungwu, The Nanhai trade, a study of the early history of Chinese trade in the South China Sea, Kuala Lumpur, Prinlcraft, 1959, 135 p. (Journal of the Malayan Branch of the Royal Asiatic Society, vol. XXXI, n° 182).

8 Coedes (111), 1964, pp. 83 et 93-94.

9 Wolters (176), 1967, pp. 47, 60, 70 et 80.

10 Colless (592), 1969, pp. 1-9. Hall (130), 1985, pp. 78-102. Leifer (247), 1978. p. 7. Polanyi Karl, Trade and market in the early empires: economies in history and theory, Glencoe, Free Press, 1957.

11 Smith (119), 1979, pp. 403-404. Wolters, ibid., 1957.

12 Cowan, p. 13.

13 Tarling (165), 1966, pp. 21-22.

14 Coedes (111), 1964, p. 371. Smith, p. 474

15 Cowan, p. 5. Hall (130), 1985, pp. 103-135 et 232-260. Van Leur Jacob C., Indonesian trade and society: essays in Asian social and economic history, The Hague, Van Hoeve, 1955, 465 p.

16 Colless (591), 1969, pp. 1-11. Mary Turnbull indique qu’une île, correspondant probablement à Tusasik, est mentionnée sous différentes appellations dès le début de l’ère chrétienne, Turnbull (171), 1977, pp. 1-33. Voir aussi Dupuis (117), 1972, p. 26.

17 Une grande pierre portant des caractères javanais de Majapahit et des bijoux ont été retrouvés à l’embouchure de la Singapore River en 1928. Turnbull, loc. cit. Coedes, p. 371 et Tarling (165), 1966, p. 14.

18 Le terme “Singapura est attribué, parmi d’autres croyances, à Paramesvara ou à l’un de ses ascendants, qui, arrivant à Tumasik, aurait vu un étrange animal comparable à un lion. Il est possible également que ces princes aient voulu restaurer le trône du lion de Srivijaya.

19 “The state based on maritime commerce reached its fullest development after the establishment of Malacca around 1400. The models of Srivijaya and Majapahit clearly inspired the founder of the last pre-colonial trading empire, just as the example of Malacca was later to serve the Portuguese and their successors”. Williams (174), 1976, p. 47. Voir aussi, Onghokam, “The decline of indigenous commodity trade”, Prisma (Jakarta), Dec. 1983, n° 30, pp. 3-21.

20 « Malacca apparaît ainsi, à la fin du xve siècle, comme la capitale d’une sorte d’empire commercial, dont les musulmans de toutes races sont les agents. Elle joue par anticipation le rôle du futur Singapour... » Dupuis (117), 1972, p. 28. Reid A. Trade goods and routes in Southeast Asia c. 1300-1700, Jakarta, 20-27 Nov. 1984, 24 p. (Paper of SPAFA Workshop).

21 Tan Ding Eing (163), 1975, pp. 1-11.

22 Le rôle de centre régional culturel et religieux joué par Malacca au xve siècle paraît important à la lumière de ses fonctions de point de transit des pélerinages vers la Mecque et d’impression des publications liées au monde musulman.

23 Kammerer A., La Mer Rouge, l’Abyssinie et l’Arabie depuis l’Antiquité, Les Guerres du Poivre (tome II), Le Caire, Mémoires de la Société Royale de Géographie d’Egypte, 1935, pp. 58 et 439 (cité par Robequain (155), 1946, p. 11).

24 Osborne (149), 1979, p. 75.

25 Hall (128), 1955, p. 199. « Commerces et navires dans les mers du sud », Archipel, Paris, 1979, pp. 105-194.

26 Cowan, p. 7. Hall va dans le même sens en évoquant en particulier le triangle de conflits incessants entre Malacca, Atjeh et le Johore qui empêchent les Portugais de contrôler étroitement et durablement les flux commerciaux transitant par le détroit. Lapian A. B., The maritime network in the 14th century, Jakarta 20-27 Nov. 1984, 20 p. (Paper to the Spafa Workshop).

27 Les relations économiques entre Manille et Hong Kong sont beaucoup plus denses que les échanges des Philippines avec la Malaisie, Singapour ou l’Indonésie, néanmoins tous membres de l’ASEAN depuis 1967.

28 La première expédition de Cornélis Houtman, qui avait eu connaissance des cartes maritimes dressées par les Portugais, atteint vers 1595 le détroit de la Sonde. De leur côté, Francis Drake et Cavendish avaient fait route jusqu’à Ternate pour le compte de la Grande-Bretagne dès 1577-79, mais les Anglais furent refoulés par les Hollandais (Massacre de Amboine en 1623). Une sorte de statu quo s’établit jusqu’à la fin du xviiisiècle. Les Hollandais décidèrent de s’implanter à Java tandis que les Britanniques, à l’exception des comptoirs de Bantam et de Bencoolen, songeaient à étendre leur influence en Inde dans un premier temps.

29 Cowan, p. 7. Robequain (155), 1946, p. 13. Consulter sur cette période : Boxer Charles R., The Dutch sea-borne empire, 1600-1800, London, Hutchinson, 1965. Glamann Kristof, Dutch-Asiatic trade, 1620-1740, The Hague, Nijhoff, 1958. Roelofsz Meilinck, Asian trade and European influence in the Indonesian archipelago, 1500-1630, The Hague, Nijhoff, 1962.

30 “In effect such a policy was a logical continuation of the traditional monopolistic control exerted in turn by Sri Vijaya, Malacca, and the Portugese over the maritime commerce passing between the Indian Ocean and the South China Sea, though the Dutch flows of trade was more effectively controlled, thanks to their command over major sources of the principal commodities involved.” Fisher (120), 1964, p. 137. Voir aussi Fuber (121), 1976, p. 19 et Devillers (116), 1970, vol. 1, pp. 156-258.

31 Tarling (164), 1962, 189 p.

32 Cowan, p. 8.

33 “For some decades, the Dutch combined two roles that had been exercised separately in the past by competing poles of power based on alternative economic systems”, Leifer (247), 1978, p. 9.

34 Braudel (102), 1979, 607 p.

35 “In a strategic sense the paralell with the Mediterranean sea later in the century is suggestive, and the series of British footholds at Penang, Singapore, Labuan and Hong-Kong may be compared with Gibraltar, Malta, Suez and Aden. Fisher (120), 1964, p. 85.

36 Wallerstein (172), 1980, 331 p.

37 Perrin (276), 1974, p. 85.

38 Graham (126), 1967, 479 p. Hall D. G. E., From Mergui to Singapore, 1689-1819: a neglected chapter in the naval history of the Indian Ocean, Bangkok, Paper to the Siam Society, 16 Sept. 1952, 18 p. Sir Thomas Raffles a fait l’objet de plusieurs ouvrages : Collis (112), 1966, 227 p. Hahn (127), 1968, 587 p. Marks (142), 1959, 263 p. Tregonning K. G., The British in Malaya, 1786-1826, Tucson, Univ. Arizona Press, 1965. Wurzburg (177), 1954, 788 p.

39 Cowan (593), 1950, pp. 113-203.

40 Hall (130), 1985, p. 60.

41 Tan Ding Eing (163), 1975, pp. 65-65. Trocki (169), 1979, 251 p.

42 Buckley (104), 1902, 2 volumes. Hall-Jones (129), 1979, 136 p.

43 Arasaratman (568), 1973, pp. 1-15.

44 Dès 1837, il s’agit des compagnies suivantes : Oriental Steam Navigation Co., Norddeutscher Lloyd, Messageries, Dutch Rotterdam Lloyd, East India Steamship Co., Indo-China Navigation Co., China Navigation Co., Ho Hang Co.

45 En 1900, la Straits Chinese Association est fondée, puis, en 1906, la Chambre de Commerce Chinoise.

46 Ee Joyce (604), 1961, pp. 33-51.

47 Dupuis (117), 1972, pp. 48-51.

48 Singapour constitue un centre de collecte de fonds auprès des riches marchands chinois d’outre-mer. Sun Yat Sen ne vient pas moins de huit fois à Singapour entre 1900 et 1910. Il y établit une branche du Kuomintang en 1912. En 1930, ce sera au tour de Ho Chi Minh de fonder à Singapour le Malay Communist Party.

49 Fisher (120), 1964, p. 147.

50 Turnbull (171), 1977, pp. 92, 155 et 332.

51 Turnbull, ibid., p. 332.

52 Thomson V., Post mortem on Malaya, New York, Macmillan, 1943, p. 7 et Richer (154), 1981, p. 85.

53 “We decided that from then on our lives should be ours to decide, that we should not be the pawn and playthings of foreign powers... Such was their (the Japanese) blindness and brutality. They never knew what they did to a whole generation like me. Lee Kuan Yew, in Josey (516), 1968, pp. 29 et 41.

54 Turnbull, p. 205.

55 Jones F.c, Japan’s new order in Southeast Asia, 1937-45, London, Oxford Univ. Press, 1954, p. 383 qui cite le Syonan Tribune du 6.07.43. Turnbull, p. 213.

56 Boyce (343), 1968, 268 p.

57 Wilson (318), 1972, p. 9.

58 Leifer (407), 1983, p. 81.

59 Morrison and Suhrke (420), 1978, pp. 170-191.

60 Sur la fédération et le retrait de Singapour : Bedlington (339), 1978, 275 p. Chan Heng Chee (501), 1971, 65 p. Fletcher N. M. H., The separation of Singapore from Malaysia, Ithaca, Cornell Univ. Press, 1967, 98 p. Hanna W., The separation of Singapore from Malaysia, New York, American Univ. Field Staff Reports, Southeast Asian Series 13/21, vol. XIII. McKie R. C. H., The emergence in Malaysia, West Port, Conn., Greenwood, 1973.

61 Josey (516), 1968, pp. 159 et 189.

62 “We dreamt of Singapore in connection with Malaya as what New York is to America but little did we realize what the leaders of the Pap had in mind was a share in the running of Malaysia, Tunku A. Rahman, Sunday Times, 18.04.65. “This communal issue and the danger of widespread communal violence was apparently the chief reason why the Tengku decided on the separation”, Wilairat (485), 1975, p. 121. “There is nothing in the post-independance development of the former British holdings in maritime Southeast Asia that is not ultimately related to the fears and hatreds generated by communal divisions”, Williams (174), 1966, p. 247.

63 Singapore Gazette Governement Extraordinary, “An agreement relating to the separation of Singapore from Malaysia as an independent and sovereign state, Singapore, vol. II, n° 66, 9 August 1965.

64 Josey (516), 1968, p. 284. Intervention de Lee Kuan Yew sur les ondes de Singapour à 0 h 00 dans la nuit du 9 au 10 août 1965.

65 Wilson (318), 1972. pp. 10-11.