Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Singapour et son environnement régional

 | 
Philippe Régnier

Avant-propos

Philippe Régnier

Texte intégral

1Mes études au Collège de l'Europe de Bruges ont coïncidé en 1980-81 avec la finalisation à Bruxelles des négociations du premier accord de coopération entre l'ASEAN (Association of Southeast Asian Nations) et la Communauté Economique Européenne, et c'est en suivant le déroulement de celles-ci qu'est né mon intérêt pour les pays d'Asie du sud-est. Attentif aux réalisations et aux faiblesses de la construction européenne, je ne pouvais pas demeurer indifférent à l'édification d'autres groupements régionaux dans le monde et l'ASEAN (Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande et, depuis janvier 1984, Brunei) semblait l'un des plus prometteurs tout en étant, notamment sur le plan institutionnel, l'un des moins ambitieux au départ. Cette réflexion s'inscrivait également dans la perspective de l'émergence, de plus en plus marquée sur la scène internationale, de ce vaste marché régional de 275 millions d'habitants qui a témoigné d'une très forte croissance économique durant les années 1970-80 et qui a contribué, aux yeux de certains, à l'inauguration d'une ère nouvelle dans l'histoire du monde, celle du « Bassin du Pacifique ».

2Comprendre la nature de l'ASEAN et l'originalité de son expérience sans prétendre nourrir l'ambition démesurée de connaître en profondeur la situation respective de chacun des six Etats-membres, a posé un problème initial de méthode. En présentant le rôle économique et politique joué par Singapour dans cette région, la solution retenue privilégie l'étude d'un des acteurs nationaux et l'envisage comme une clé d'explication susceptible de rassembler un grand nombre de facteurs pertinents se rapportant à l'évolution de l'ASEAN depuis sa création. Il s'agit de démontrer que Singapour se trouve mêlé, par sa vocation d'emporium commercial occidental et chinois situé en plein cœur du monde malais, à la plupart des mouvements de coopération et de conflit qui animent ce groupement régional. Ce cadre d'analyse repose plus précisément sur une cohabitation instable, à l'échelle nationale et intra-régionale, entre des divisions ethnico-politiques et de multiples liens de complémentarité économique non moins réels qui rattachent la situation de l'île-Etat à celle de l'Indonésie et de la Malaisie, c'est-à-dire à son environnement immédiat, l'ensemble des trois pays formant le noyau dur de l'ASEAN. L'examen des relations entre la petite république et cet environnement contrasté permet non seulement d'identifier les forces profondes qui régissent le développement de l'ASEAN mais aussi de recenser les conditions qui président à la naissance et à l'essor de Singapour et peut-être, par extension, à la définition même de la survie et de la viabilité de l'emporium commercial. On peut s'interroger en effet sur les fonctions remplies en Asie du sud-est comme dans d'autres parties du monde par de grandes villes portuaires, souvent autonomes dont l'expression politique la plus achevée, mais aussi la plus rare, s'est traduite par l'apparition de cités-Etats.

3L'esprit qui a guidé cette recherche s'est voulu empirique. Une telle approche correspondait d'emblée à la perception du comportement de l'acteur régional lui-même, Singapour, qui témoigne dans l'organisation de ses relations extérieures d'un pragmatisme proportionnel aux dimensions de son territoire et de sa population. Par ailleurs, la méconnaissance initiale de certains problèmes spécifiques au pays et à l'espace régional étudiés interdisait toute tentative d'exercice théorique avant de pouvoir identifier, sur place, l'ordre des données devant être prises en compte ou encore vérifier la simple exactitude des faits.

4Ayant vécu vingt mois en Asie du sud-est, je garde le sentiment d'une récolte assez abondante de matériel et d'impressions tout en étant conscient d'avoir laissé d'immenses champs d'investigation inexplorés. Travaillant à Jakarta pendant la plus grande partie de cette période, mon expérience directe de Singapour s'est limitée à cinq séjours de recherches qui, faute d'une plus grande disponibilité, n'ont pas excédé trois mois au total, mais qui, préparés longtemps à l'avance et correspondant chacun à des volets précis de l'ouvrage, furent très denses. Pour sa part, ma présence plus durable dans le pays de l'ASEAN le plus peuplé et le plus vaste, mais aussi le moins avancé, a permis de profiter d'une interaction entre des activités quotidiennes de coopérant et le cheminement de la recherche universitaire en cours : confronté aux dimensions des problèmes de développement du gigantesque archipel indonésien et aux méandres de la bureaucratie javanaise, il a été possible de mieux comprendre la politique régionale de ce grand pays, notamment l'attitude des autorités locales à l'égard de l'opulente cité-Etat voisine et du rôle des milieux d'affaires chinois dans toute l'Asie du sud-est.

5Au contact des Singapouriens, des Indonésiens, des autres nationalités de la région ou encore des expatriés occidentaux ayant accumulé une longue et solide expérience en Asie du sud-est, je me suis souvent demandé si tous ces interlocuteurs n'étaient pas ceux qui pouvaient témoigner le mieux de la situation locale et donc écrire à ma place. Mais j'ai toujours pensé aussi que la position d'observateur nouvellement arrivé dans la région me condamnait en quelque sorte, pour le bénéfice de la recherche et de la synthèse, à porter un regard neuf, ou tout au moins extérieur, sur un monde étranger, en demeurant détaché des divisions socio-culturelles ou encore des préoccupations partisanes immédiates troublant le milieu étudié.

6Exercice dans le domaine de l'étude des relations internationales, cette recherche ne revendique rien si ce n'est d'avoir essayé, avec un souci constant d'honnêteté et de recul, sinon d'objectivité, de comprendre autrui.

7La partie introductive de ce livre présente le résultat de recherches historiques effectuées à Londres durant l'automne 1983, principalement à la School of Oriental and African Studies (SOAS) et à la London School of Economics (LSE). Le reste du manuscrit est le fruit de travaux, d'expériences vécues et d'interviews durant la période de mon affectation à l'Ambassade de France à Jakarta entre février 1984 et septembre 1985. Sans cette opportunité offerte, dans le cadre du Service National de la Coopération, par le Ministère français des Affaires Etrangères, cet ouvrage n'aurait peut-être jamais vu le jour !

8Je voudrais exprimer ici ma gratitude aux diplomates et hommes d'affaires français et étrangers qui ont contribué à la pleine réussite de ma première expatriation en Asie du sud-est et qui ont tant enrichi cette recherche.

9J'adresse mes plus vifs remerciements à la direction et à l'ensemble du personnel de l'Institut d'Etudes sur l'Asie du sud-est de Singapour (ISEAS) qui ont mis chaleureusement à ma disposition les ressources de leur bibliothèque et de celle de l'Université Nationale de Singapour lors de mes cinq visites successives entre juin 1984 et août 1985. Je garde également un excellent souvenir de mon séjour à l'Université de Malaisie à Kuala Lumpur en mai 1985.

10Ayant commencé mes études de doctorat à l'Institut Universitaire de Hautes Etudes Internationales de Genève en 1981-1983, en bénéficiant d'une bourse d'échange entre la France et l'Université de Genève, puis d'une bourse de l'Institut, j'exprime ma profonde reconnaissance à l'ensemble du corps professoral de la Section Histoire et Politique Internationales pour avoir facilité, en me nommant assistant en octobre 1985, l'achèvement de ce livre dans les meilleures conditions.

11Enfin et surtout, je voudrais évoquer le rôle déterminant de mes parents, des membres de mon jury de thèse à Genève, de certains amis et professeurs de nationalités diverses et véritables citoyens du monde, sans la confiance desquels rien n'aurait jamais commencé ni abouti. Leur valeur d'exemple et leur soutien m'ont aidé en permanence dans la conduite de ce projet.

12Genève, avril 1986.