Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Singapour et son environnement régional

 | 
Philippe Régnier

Préface

Gilbert Etienne

Texte intégral

1Traiter avec talent le cas édifiant de Singapour constitue un exercice stimulant pour l'auteur en même temps qu'il éclaire l'esprit du lecteur.

2Philippe Régnier n'est pas gêné par un écran idéologique quel qu'il soit. Il observe, pèse et soupèse les enjeux et les faits, mariant l'expérience directe à la lecture et à la réflexion. Les données de l'histoire, le régime politique de Lee Kuan Yew, le développement économique, l'environnement régional et international constituent un ensemble articulé de manière harmonieuse.

3Dans le climat de morosité – d'ailleurs excessif – qui prévaut aujourd'hui à propos du tiers monde, la cité-Etat jette une note lumineuse. Son destin pourrait être défini, depuis l'indépendance, comme un festival de l'intelligence : le sens des réalités et de l'art du possible, un leader hors du commun, un grand nombre d'hommes compétents autour de lui, un peuple industrieux et discipliné.

4Et pourtant rien n'était acquis au départ. Je me trouvais à Singapour en septembre 1958 lors de la campagne électorale qui allait amener Lee Kuan Yew au pouvoir, d'abord dans le cadre de l'autonomie interne, puis dans celui de l'indépendance. Le futur architecte de la cité-Etat suscitait l'appréhension des « bien pensants » par son « progressisme » teinté de socialisme. Qu'allait devenir cette ville dépendant exclusivement du commerce et de la base navale britannique ?

5Philippe Régnier retrace les étapes qui ont créé la prospérité d'aujourd'hui. Il dresse un bilan nuancé avec ses points forts et ses points faibles. Sur le plan économique, de lourds nuages ont obscurci le ciel en 1985 et 1986, mais, comme le montre l'auteur en conclusion et en annexe, Singapour ne manque pas de ressources pour reprendre sa marche.

6Des aléas pèsent aussi sur l'avenir politique, qu'il s'agisse de l'évolution des pays au sein de la région, de la succession de Lee Kuan Yew, de l'opposition à son gouvernement. La partie n'est donc pas entièrement gagnée, mais où l'est-elle de manière définitive ?

7Les esprits critiques n'ont pas tort de déplorer les aspects parfois musclés du système politique. Néanmoins la critique pâlit en face des résultats économiques et sociaux évoqués par Philippe Régnier.

8Faut-il alors proposer à d'autres pays le modèle singapourien, une des questions clé de cet ouvrage ? Non, compte tenu du caractère très particulier de la cité-Etat, oui si l'on songe aux compétences et à la lucidité de l'équipe dirigeante. Mais, ici aussi, l'explication est moins simple qu'il ne paraît. Encore faut-il considérer l'arrière-plan culturel du monde chinois, le cadre des relations internationales qui, du vénérable commerce des épices, il y a deux mille ans, se prolonge jusqu'à nos jours avec ses énormes installations portuaires, ses banques, ses nouvelles usines.

9Philippe Régnier se meut avec aisance dans ce vaste contexte. Il maîtrise les grands courants de l'histoire de même qu'une masse de questions très concrètes d'ordre technique, économique ou financier. En d'autres termes, il sait voir long et court.

Auteur

Professeur à l'Institut Universitaire de Hautes Etudes Internationales et à l'Institut Universitaire d'Etudes de Développement de Genève.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.