Version classiqueVersion mobile

Tradition et modernisation des économies rurales : Asie-Afrique-Amérique latine

 | 
Claude Auroi
, 
Jean-Luc Maurer

Conclusion

Claude Auroi et Jean-Luc Maurer

Texte intégral

  • 1 Pour une description plus nuancés de la « méthode Etienne » voir Développement rural en Asie, 1982b (...)

1Ce livre fait partie de la catégorie assez mal définie des Mélanges. C’est un hommage à une personne, Gilbert Etienne, et en même temps un état de la question sur le développement rural de la planète dans sa diversité. Il pourrait s’achever par un essai de synthèse des différentes contributions, ce qui présenterait un intérêt certain. Nous préférons cependant approfondir dans cette dernière partie quelques réflexions sur la « pensée Etienne », un terme qui certainement fera bondir l’intéressé, mais qui nous paraît pertinent. Tenter cette réflexion rejoint aussi la méthodologie générale de cet ouvrage, proche du terrain, des gens et de leur agriculture, le tout dans une vision spatiale et historique, mais aussi culturelle. C’est ce que nous appellerons la « méthode Etienne », qui est non seulement faite d’études de statistiques, de rapports et de livres, mais surtout d’interviews de paysans, d’administrateurs et d’autres experts. La méthode d’interview est basée sur un court canevas, et ne cherche pas à déboucher sur des modèles sophistiqués mais sur des appréciations « de bon sens » dans lesquelles l’intuition et l’expérience jouent un grand rôle. « On s’engage et on voit », comme Napoléon, telle est la base des études de terrain de Gilbert Etienne1.

2Notre propos central a trait à l’explicitation des éléments principaux de l’œuvre de Gilbert Etienne, jusqu’à aujourd’hui, mais de façon non exhaustive. Ce court chapitre ne saurait donner en effet une vision complète des très nombreux ouvrages de notre ami et maître, ce serait là présomption de notre part. Nous avons retenu les éléments de sa pensée qui nous sont apparus comme déterminants non seulement à la lecture de ses œuvres, mais à la « pratique de l’individu ». Cette pratique a été constante sinon quotidienne depuis le début des années 1960, en tant qu’étudiants de Gilbert Etienne tout d’abord puis, après un doctorat passé sous sa direction, comme jeunes et moins jeunes collègues.

Vision générale du développement d’une région : Inde, Pakistan, Chine, Bangladesh et Afghanistan

3L’Inde est certainement le pays qui a le plus marqué et retenu l’attention de Gilbert Etienne, dès le début des années 1950. Ses nombreux livres, à commencer par Inde, économie et population et Inde sacrée en 1955 le montrent assez. Le pays sortait de la colonisation et entrait dans une phase de développement caractérisée par le lancement d’ambitieux plans quinquennaux qui devaient mener à un développement rapide grâce à des réformes de structure et des investissements dans la technologie moderne et la formation. Un peu plus tard sort La Voie chinoise, (1962), qui retient l’attention par son analyse de la collectivisation forcée, des plans autoritaires et de l’accent mis sur le travail humain plutôt que sur les technologies modernes. En 1967, le Pakistan fera l’objet d’une publication, ainsi que l’Afghanistan en 1972, en 1979 enfin le Bangladesh, comme contrepoints aux nombreuses études qui suivront sur les deux grands géants du monde asiatique (cf. bibliographie générale de Gilbert Etienne à la fin du volume). Ce cadre régional sera peu à peu approfondi par des études rurales spécifiques dans chacun des pays, en retenant dans une sorte de synthèse comparative permanente les éléments fondamentaux que l’on retrouve dans ces pays : la révolution en Chine, le développement capitalistique en Inde, les traits religieux au Pakistan et la discorde puis la guerre en Afghanistan, et peu à peu les éléments culturels en général.

4Cet échantillon de pays, si l’on peut parler ainsi de près des deux tiers de l’humanité, servira de base constante de référence à Gilbert Etienne, lui permettra de nuancer sa pensée et l’amènera à une sorte de positivisme mais aussi de relativisme culturel. Il s’abstient toujours de « jouer un pays contre l’autre » comme il serait facile de le faire, de dire qu’un Etat (et sa politique) est meilleur que l’autre. Ainsi lorsque l’on évoquait en 1968 les succès chinois et le grand bond en avant, et à l’opposé la stagnation de l’Inde, Gilbert faisait remarquer que les contextes étaient fort différents d’une part, et que l’expérience chinoise de révolution à l’excès pouvait très bien capoter. Ce qui arriva. De surcroît, la voie actuelle d’ouverture au marché des dirigeants chinois, si on la replace dans une perspective longue, donne entièrement raison à l’œuvre d’un homme qui sait bien que l’Histoire n’est pas linéaire.

5Les contextes doivent être analysés pour eux-mêmes, et les actions humaines se situent dans ces contextes généraux. Mais ces actions ne sont nullement déterminées de telle manière que le libre arbitre soit totalement exclu, même dans des contextes difficiles de castes, d’intolérance religieuse ou de fanatisme idéologique. Pour Gilbert Etienne, l’homme reste fondamentalement doué d’autonomie de pensée, et la stagnation d’une société ne signifie pas l’immobilisme pour toujours, mais une lente transformation sous l’action d’éléments concrets : la direction des élites et de l’Etat, les échanges économiques et donc aussi les moyens de communication à disposition, les éléments techniques du progrès, et l’encadrement ou les « techniques d’encadrement » chères à Pierre Gourou, la formation, surtout technique.

6Pour Gilbert Etienne, il ne fait pas de doute que les sociétés doivent évoluer vers la modernité, bien que cela se fasse très lentement dans des milieux difficiles, et avec des hauts et des bas. Mais la pensée Etienne est toujours positive en fin de compte, elle cherche systématiquement les éléments de résilience, et ne croit ni au catastrophisme, ni au paradis sur terre.

Les thématiques de prédilection

7L’étude de l’Histoire, telle que présentée par Fernand Braudel, Emmanuel Le Roy Ladurie et en général les historiens de l’école des Annales, montre bien qu’il faut tenir compte de cycles historiques. Amélioration des techniques agricoles et des situations économiques à certaines périodes (par exemple du xie au xiiie siècle en Europe, en Chine du viiie au xive siècle) et récession à d’autres (xive au xvie siècle en Europe, Chine : xviiie au xxe siècle). Un ensemble de facteurs doivent être considérés pour expliquer ces mouvements. Pour Gilbert Etienne, l’observation du binôme population-ressources est un des facteurs clés, car suivant en cela partiellement la thèse d’Esther Boserup il remarque que l’amélioration des techniques va de pair avec la croissance démographique, sans cependant parler en termes de causalité mécanique. D’où l’importance qu’il attribue aux technologies de production permettant d’accroître les ressources lorsque la relation démographie-disponibilités alimentaires est rompue.

8Il s’ensuit qu’au-delà d’une prise de position résolue pour l’utilisation des méthodes de régulation démographique, son attention se porte surtout sur les techniques permettant d’accroître la production agricole. Trois thèmes apparaissent comme fondamentaux dans cette optique :

  • La maîtrise accrue de l’eau ;

  • La révolution verte en général ;

  • Le rôle de l’encadrement.

La maîtrise de l’eau

9Certes l’irrigation fait partie de la révolution verte comme facteur d’accompagnement incontournable des nouvelles semences, des engrais et des pesticides. Mais elle était aussi primordiale bien avant l’apparition du concept, permettant notamment de réaliser des doubles récoltes de riz, de mettre en valeur des terres sèches et de suppléer au manque de pluies. « Des terres arides de l’Afghanistan et du bassin de l’Indus à l’Asie verte de l’Inde orientale et du Bangladesh, du Guangdong subtropical aux plaines de la Chine tempérée à faible pluviosité, la maîtrise de l’eau constitue l’impératif numéro un. C’est le sésame qui ouvre la voie aux autres facteurs de croissance : les semences à haut rendement, les engrais et la diversification de l’économie » (1982b : 231).

10Dans ce domaine se posent cependant un certain nombre de questions concernant le type de projets d’irrigation à promouvoir, grands barrages ou petites retenues ; petits puits ou puits tubés profonds. Pour la deuxième alternative, il n’a jamais fait de doute pour Gilbert Etienne que ses chers tubewells étaient la panacée (bien qu’il reconnaisse un surinvestissement dans son étude sur Khandoï (1992b : 241)). Les grands barrages posent en revanche de nombreux problèmes, dont ceux de la gestion des canaux secondaires et tertiaires et de leur curage, ainsi que de l’ensablement inévitable de ces ouvrages. Il se refuse cependant à les condamner. « Il faut voir », dit-il souvent, en faisant référence à d’autres données du contexte socio-économique. Miser uniquement sur de petits investissements, dans la ligne de Schumacher (Small is beautiful) ne lui paraît guère raisonnable. « La marge de manœuvre dans tous nos pays empêche de ne miser que sur ces (les petits investissements) moyens. La région de Kandahar n’aurait pu se développer sans les deux barrages et le dispositif de canaux. Le partage des eaux du bassin de l’Indus entre l’Inde et le Pakistan exigeait des travaux d’ample envergure. Non moins nécessaires sont les grands barrages de l’Inde au pied de l’Himalaya ou ceux qui retiennent les fleuves du Deccan. Nous avons vu les progrès de la plaine du nord de la Chine grâce à un vaste dispositif qui a exigé de gros moyens modernes de construction » (1982b : 235). Mais d’ajouter un peu plus loin : « Lorsque ces pays auront atteint le palier minimal de sécurité alimentaire au plan national, le moment sera venu d’intensifier les investissements dans les zones sèches » (1982b : 235).

11Décrivant toujours minutieusement les potentialités hydrauliques différenciées entre régions, Gilbert Etienne reste convaincu que l’effort principal doit être porté sur les zones à fortes potentialités. « Il serait catastrophique pour la nation de miser à fond au stade actuel sur ces régions sous prétexte qu’elles sont moins développées que d’autres. Ce serait le moyen le plus sûr pour augmenter la dépendance du grain étranger car les surplus ne proviendront jamais d’un milieu physique ingrat » (1982b : 235).

12Nuances donc toujours et partout chez l’auteur, qui veut croire qu’il y a sans doute une meilleure solution appropriée à un problème, et qu’on ne peut donc écarter un procédé technique à l’avance pour des raisons théoriques et générales, qui souffrent peut-être des exceptions dans des contextes partiels.

13La même prudence se retrouve dans ses analyses de la révolution verte.

La Révolution verte

14Fort décriée à ses débuts (et même aujourd’hui), elle n’a jamais entraîné de préjugés négatifs absolus chez les gens de terrain. Trop conscient, voire obnubilé par le théorème des ciseaux malthusiens, Gilbert Etienne situe la révolution verte dans un continuum technique et un deuxième souffle pour les agricultures asiatiques. « La révolution verte survenait [...] au moment où les paysans asiatiques avaient le dos au mur : dans la plupart des pays, il restait peu de terres à défricher, la seule issue débouchait sur une hausse vigoureuse des rendements à l’hectare et des doubles ou triples récoltes annuelles sur le même sol dans l’année » (1987d : 910). Comme il l’explique dans la suite de cet article, les engrais ne suffisaient pas, il fallait de nouvelles variétés répondant mieux aux engrais. Les nouvelles semences réclament à leur tour une meilleure distribution de l’eau. « Il existe donc des liens étroits entre semences-engrais-eau. Si l’un des maillons de la chaîne manque, l’ensemble du système est compromis » (1987d : 910).

15Ceci dit, la révolution verte est un processus complexe, dans lequel le facteur humain joue un grand rôle, le paysan étant le maître d’œuvre de la combinaison des différents facteurs de production. Elle n’est cependant pas un danger pour le monde rural asiatique et l’emploi, là où les domaines sont petits et où l’emploi de la mécanisation reste limité.

16Gilbert Etienne note surtout un entraînement de toute l’économie dans les régions de l’Inde qu’il a étudiées au niveau des céréales. « Dans de telles régions, la poussée des céréales soutenue par les progrès de l’irrigation, semences, engrais éventuellement pesticides provoque ou accompagne des réactions en chaîne correspondant à un processus global de développement : construction de routes en dur, électrification, diversification de l’économie rurale : culture de légumes, élevage, lait, petites industries, commerce. En conséquence, le marché du travail s’élargit : les petits paysans et les sans-terre trouvent plus de travail, y compris toutes sortes de petites activités secondaires, et les salaires agricoles tendant à augmenter en valeur réelle. Quant aux petits propriétaires, ils se débrouillent pour acquérir les nouveaux intrants. Ainsi, la pauvreté recule » (1987d : 914).

17Gilbert Etienne ne reconnaît pas de bien-fondé aux critiques prédisant un approfondissement des inégalités dans les campagnes, une catastrophe écologique, un accroissement des tensions sociales. Après plus de vingt ans de révolution verte, à la fin des années 1980 il constatait plutôt : « une croissance inégalement répartie dans l’espace, la victoire contre la famine, mais pas encore contre la faim, une amélioration du sort des petits propriétaires et des paysans sans terre dans les zones où l’on peut parler de révolution verte. Quant aux tensions sociales, si l’on prend la carte de l’Inde, en général elles ne coïncident pas avec les zones de pointe, mais avec les districts somnolents » (1987d : 915).

18La révolution verte et toute amélioration de la productivité des sols apparaît comme inévitable si l’on veut répondre au défi démographique. Dans certains cas cela implique des choix (trades off) entre utilisation de moyens chimiques nocifs, ou la misère et la mort pour de nombreuses populations.

19Il est vrai qu’un approfondissement de la révolution verte est souhaitable, bien qu’elle sera difficile, car il faudrait créer des supersemences, répondant encore mieux aux engrais, et des variétés également adaptées à des sols pauvres, et des molécules synthétisant directement l’azote de l’air.

20Ces efforts vont dans la direction de garantir une production nationale des Etats suffisante en céréales, mais pas forcément l’autosuffisance absolue. « Il ne faut pas tomber dans l’obsession de l’autosuffisance alimentaire. Des pays déjà riches comme la Corée du Sud importent passablement de grain, mais c’est pour nourrir le bétail et non les hommes, selon la tendance toujours plus répandue dans les pays avancés » (1987d : 917).

21Avec la mondialisation croissante du commerce agricole, et à condition que la croissance des pays asiatiques se maintienne, il est à parier que cette tendance va encore s’accentuer.

Le rôle de l’encadrement

22Le facteur humain peut paraître passer parfois à l’arrière-plan dans l’œuvre de Gilbert Etienne, tant il est vrai que l’accent est d’abord mis sur les techniques de production. Mais ce serait erroné d’en faire un technocrate car il tient toujours compte du facteur humain dans le développement. Ce facteur est une sorte de substrat, qui évolue, mais lentement. C’est pourquoi certains milieux, à certaines époques, sont plus dynamiques que d’autres et le restent pendant des périodes assez longues. Les facteurs culturels sont donc prégnants, mais n’empêchent jamais un certain progrès. Au sujet de Khandoï, le village qu’il a le plus étudié en longue durée, il écrit : « Les traditions religieuses, les coutumes et les mœurs n’ont guère affecté négativement le développement. Encore aujourd’hui, les changements dans ces domaines sont plutôt lents. Même si les valeurs traditionnelles tendent à s’éroder – et cela déjà avant l’ère coloniale – elles ne vont pas disparaître de sitôt. En fait, traditions et changements se combinent plus qu’ils ne s’opposent radicalement, qu’il s’agisse des mœurs, des techniques, de la vie sociopolitique. »

23Ceci dit, le rôle de l’encadrement administratif du monde paysan est très important. Comme le milieu social, les administrateurs sont ce qu’ils sont, c’est-à-dire qu’ils vont du « médiocre au tolérable en termes de compétences et de dévouement aux tâches entreprises » (1992b : 115). Il existe cependant des administrations, et surtout des administrateurs de grande classe, parce qu’ils ont été formés à bonne école, et dans la tradition des « grands serviteurs de l’Etat ». Servir l’Etat, codirigé avec François Bloch-Lainé, synthétise le rôle et la qualité des administrations dans les grands Etats de l’Europe et de l’Asie, et en dresse un bilan. Gilbert Etienne, dans son article sur « La Fonction publique en Inde – le passé, le présent » (1987a : 105-129) montre bien que les administrateurs efficaces proviennent d’une tradition historique longue, celle des grands empereurs, des Moghols, de l’Indian Civil Service de l’Empire britannique et de l’Indian Administrative Service (IAS) qui lui a succédé. L’Inde, comme la Chine, a bénéficié d’Etats forts avec des règles administratives détaillées et une hiérarchie importante, mais il n’en est pas hélas de même partout. Ceci aussi peut expliquer les différences de rythmes et de style de développement. « L’IAS s’enracine dans un long et riche passé, condition qui ne se retrouve pas partout dans le tiers-monde. De vastes territoires, notamment en Afrique noire ignoraient avant la colonisation le concept d’Etat, et, a fortiori, celui de service public. A l’heure des indépendances, ils ne disposaient que d’un très faible nombre de hauts fonctionnaires indigènes. Un pays comme l’Afghanistan a émergé en tant qu’Etat il y a un siècle seulement et jusqu’à la guerre actuelle (1987), il n’a jamais réussi à créer un système administratif digne de ce nom. Ce facteur a joué un rôle dans la gestation du drame, qui éclate en 1978 avec la chute du président Daud » (1987a : 124).

24Le développement ne saurait ainsi seulement provenir d’en bas, il est un mouvement d’ensemble entre les dirigeants et les paysans. Il faut qu’il existe une intégration plus ou moins harmonieuse entre les deux. Lorsque l’administration est trop corrompue, trop « coulante » comme dit Gilbert Etienne, on ne peut demander aux cadres moyens ni aux paysans d’être honnêtes. Ne soyons pas naïfs cependant. La perfection n’existe pas en matière de gestion. « Les écarts entre le laisser-aller, l’inertie d’une part, la rigueur, l’efficacité de l’autre sont difficiles à expliquer. L’important est de ne pas minimiser les capacités en privilégiant les faiblesses » (1987a : 122).

Les leçons de l’expérience

  • 2 Frères de nos frères, Genève. Le soutien donné à celte ONG par Annette et Gilbert Etienne depuis pl (...)

25Quarante ans de pratique des terrains, d’études micro et macroéconomiques, de voyages en voiture à travers les territoires, de Suisse en Inde, par l’Afghanistan puis le Balouchistan, de missions de coopération dans les domaines agraire et industriel, d’aide concrète aux plus démunis à travers une ONG2 très active, toutes ces années ont conduit à une sagesse, qui s’exprime quotidiennement, mais qui pour notre plaisir et intérêt a aussi été fixée sur papier. Les enseignements de l’expérience Gilbert Etienne en matière de développement rural se trouvent dans son livre clé, Développement rural en Asie, dont nous transcrirons ci-dessous in extenso les six points qui les résument, appelés « leçons ».

26Au-delà de l’hommage que nous voulons lui rendre, laissons parler l’intéressé, qui a toujours su dire plus directement ce que nous interprétons parfois trop abstraitement.

Des schémas similaires

27par Gilbert Etienne (1982b : 23-26)

28Ces similitudes (entre l’Europe et la Chine) dans la marche du développement, voulues ou spontanées, aboutissent à des conclusions très proches de celles que nous tracerons au terme de nos cheminements dans les campagnes asiatiques.

29Premièrement, le monde ancien a été beaucoup moins statique que ne le laissent entendre trop de discussions sur les civilisations traditionnelles et la modernisation, sur la permanence des techniques, voire sur leurs aspects « primitifs ». Le refus d’innover des paysans ou des citadins, l’immobilisme des structures sociales, le manque d’efficacité des gouvernements et des administrations s’effondrent devant les témoignages de l’Histoire, témoignages ignorés ou négligés par les stratèges du développement contemporain.

30Deuxième leçon : l’importance du facteur démographique, déjà vitale dans le passé, s’est accentuée par le bond des taux de croissance. Il est donc curieux que ces phénomènes continuent trop souvent à être en partie escamotés ou dilués dans les polémiques et le sectarisme.

31Troisième leçon, n’importe quel système technique a sa rationalité propre, y compris les techniques itinérantes sur brûlis et la culture à la houe. Adapté à un certain milieu physique et humain, tout ensemble de techniques finit par trouver son plafond. Afin de répondre aux exigences d’une population en pleine expansion, il faut à un moment donné introduire de nouveaux facteurs [...].

32A défaut de tels changements, les « ciseaux malthusiens » s’ouvrent par la mort ou la paupérisation. Ces données, pourtant simples à comprendre, sont méconnues par ceux qui, à force de critiquer le modèle occidental[...], négligent les limites techniques traditionnelles même sous leurs formes les plus intensives.

33Quatrième leçon, tout processus de développement est composé d’une multitude de rouages interdépendants, à l’intérieur de l’agriculture, au sein du monde rural[...], entre agriculture et industrie, entre villes et campagnes. Non moins cruciaux sont la recherche scientifique et sa diffusion, l’infrastructure, le commerce, les réseaux bancaires. L’« explication globalisante » de Fernand Braudel correspond à notre processus global de développement rural.

34Les enseignements du passé conservent toute leur validité et, mieux connus, ils auraient permis d’éviter bien des débats stériles en matière de planification. Priorité à l’industrie, a-t-on dit pendant longtemps, puis priorité à l’agriculture, ou encore aux ressources humaines (la formation de l’homme) pour terminer par les « nouvelles stratégies » basées sur les besoins fondamentaux et la self-reliance (compter sur ses propres forces).

35Les précédents rappelés ci-dessus montrent que la question n’est pas de choisir entre telle ou telle priorité, mais d’arriver aux dosages les plus adéquats, aux effets d’entraînement intersectoriels les plus vigoureux. Comment par exemple développer l’agriculture et les villes si le transport du grain n’est pas assuré ? De même l’agriculture avait, autrefois déjà, besoin d’outils venant de l’industrie artisanale et c’est des paysans que dépendaient les manufactures de textiles, de sucre, de soie, etc.

36Cinquième leçon, la diversification accrue des activités économiques. Il en résulte à la fois un élargissement de l’appareil de production et du marché du travail. Ainsi se combinent, surtout chez les plus pauvres, une gamme d’activités qui leur permettront de nouer les deux bouts : le blé et quelques oliviers dans le Languedoc ; les céréales, quelques vaches et volailles dans le nord de la France, le tout ponctué d’artisanat villageois ; en Chine, la rizière souvent exiguë et le carré de légumes, les cultures dérobées de patates douces sur les pentes… Et s’ajoutent le petit commerce, de la minuscule échoppe aux marchands ambulants en Europe ou en Extrême-Orient, l’entretien des canaux d’irrigation et des routes…

37Ce processus de développement comporte une sixième leçon qui va à l’encontre des théories sur le développement autocentré (self-reliance) et l’accent mis sur les cultures vivrières autoconsommées. Les phases prospères de l’Europe médiévale et de la Chine ancienne fournissent un enseignement diamétralement opposé. L’économie villageoise s’ouvre toujours plus sur le monde extérieur : la monnaie progresse en même temps que le commerce du village à la ville et vice versa. Et bon nombre d’innovations techniques ne naissent pas au sein du terroir, mais sont importées d’une autre province ou de fort loin comme le riz précoce originaire du Champa en Chine, ou le collier à l’épaule, et combien d’autres innovations venues de Chine jusqu’en Europe.

38Fernand Braudel, à propos des grands siècles de l’Europe médiévale, et E. Le Roy Ladurie au sujet de la Catalogne utilisent presque la même expression de croissance « à la moderne » ou de « style moderne ». Ne faudrait-il pas parler plutôt d’un modèle de croissance typique des grandes phases d’expansion économique, peu importent les époques et les civilisations, car finalement cet entrelacs de facteurs interdépendants correspond à une logique inexorable voulue par l’accroissement démographique. Hier comme aujourd’hui, les choix fondamentaux d’ordre technico-économique demeurent restreints, quels que soient, répétons-le, les choix idéologiques, les options réformistes ou révolutionnaires.

39Le lecteur pourra nous reprocher de généraliser à partir des seuls exemples de l’Europe médiévale et de la Chine. Les indices moins nombreux dont on dispose sur l’Inde et d’autres civilisations asiatiques vont dans le même sens. Il serait toutefois erroné de reprendre les enseignements du passé tels quels, car les nouveaux facteurs techniques sont lourds de conséquence pour les hommes comme pour la production. Sans le progrès peu coûteux de la médecine préventive, principalement depuis le lendemain de la dernière guerre mondiale, les pays du tiers-monde feraient face à des taux démographiques de 0,5 à 1,5 % par an, alors qu’au cours des trois décennies écoulées la plupart d’entre eux ont connu une fourchette de 2 à 3 % par an. Un tel handicap peut, moyennant des efforts énergiques et du temps, être corrigé grâce à d’autres moyens modernes : les méthodes de contraception inconnues dans le passé, d’où des tâches et des responsabilités nouvelles.

40Dans le domaine de la production, les pays du tiers-monde bénéficient aussi de « raccourcis techniques », pour reprendre l’expression d’Alfred Sauvy, mais leur insertion dans chaque économie nationale exige des choix judicieux, du temps, de multiples efforts de formation.

41Les liens entre les différents secteurs prennent une importance sans précédent. L’Asie pourra nourrir – et mieux qu’aujourd’hui – sa population moyennant l’appui de certains facteurs techniques modernes dont l’introduction est déjà relativement avancée, mais doit s’étendre et se perfectionner dans un processus beaucoup plus complexe que ceux du passé.

42Non moins délicate est la question des prix, elle aussi non pas nouvelle, mais d’une complication croissante, qu’il s’agisse des produits agricoles, des engrais, du ciment, de l’électricité…

43L’intégration des économies nationales au marché mondial constitue, par son ampleur, un second fait sans précédent. Il en résulte des avantages sous forme de transferts de technologie, d’apports financiers, de coopération technique, mais aussi une masse bien connue de difficultés en matière de prix des produits importés et exportés, de problèmes monétaires, de taux de change, de risques d’abus, de pressions de la part des pays riches.

Notes

1 Pour une description plus nuancés de la « méthode Etienne » voir Développement rural en Asie, 1982b : 26-30. Cet ouvrage lait la synthèse des études antérieures à 1982, mais constitue aussi une synthèse de la « Pensée Etienne » en matière de développement rural. C’est à notre avis le livre clé d’un homme et d’une période, celle des folles années du développement, de 1955 au début des années 1980. Le sous-titre en est d’ailleurs évocateur : les hommes, le grain et l’outil. Cette trilogie est caractéristique des éléments à retenir dans l’oeuvre de Gilbert Etienne : la culture, la production et la technologie, appliquées à des ensembles vastes, nationaux ou régionaux. Mais cette méthode est aussi applicable à des microsociétés, à des terroirs, à des villages. Dans ce domaine des études « micro », Gilbert Etienne a fait merveille en suivant pas à pas pendant près de trente ans un village de l’ouest de l’Uttar Pradesh, Khandoi. Il a fait une synthèse de cette mise en perspective dans un article qui reste un exemple pour les recherches de terrain.

2 Frères de nos frères, Genève. Le soutien donné à celte ONG par Annette et Gilbert Etienne depuis plus de vingt ans est remarquable.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search