Version classiqueVersion mobile

Tradition et modernisation des économies rurales : Asie-Afrique-Amérique latine

 | 
Claude Auroi
, 
Jean-Luc Maurer

L’agriculture en Afrique subsaharienne restituée dans son environnement institutionnel

Philippe Hugon

Texte intégral

  • 1 Au Sénégal, la part de l’agriculture dans la valeur ajoutée est passée de 20 % (1960-65) à 12 % (1 (...)

1L’agriculture africaine a connu apparemment un faible développement de longue période surtout si on la compare à l’agriculture asiatique et à la réussite de la révolution verte étudiée dans les nombreux travaux de Gilbert Etienne (cf. notamment Etienne, Gourou, 1985 ou Etienne, Griffon, Guillaumont, 1993). La faible productivité de l’agriculture est un facteur essentiel de blocage de l’économie. L’agriculture de rente procure 40 % des recettes d’exportation de l’Afrique ; elle est la principale source de revenus pour l’Etat. L’agriculture vivrière doit permettre l’alimentation d’une population qui croît de plus de 3 % par an et d’une population urbaine dont le taux de croissance est de l’ordre de 5 %. L’agriculture joue potentiellement un rôle important dans le développement comme lien essentiel, source d’une épargne et de main-d’œuvre pour l’industrie, facteur de débouchés pour celle-ci. Or, elle représente moins de 20 % du PIB africain1.

2L’Afrique subsaharienne est toutefois contrastée. En Afrique du Sud et au Zimbabwe domine une grande agriculture d’exploitants « blancs ». Deux zones agricoles relativement dynamiques apparaissent, en Afrique de l’Est (exception faite de la Corne de l’Afrique) et en Afrique de l’Ouest, pays à densité démographique plutôt élevée. La vaste diagonale allant du Soudan à la Namibie est, au contraire, caractérisée par de faibles densités et par de faibles rendements. Les zones en forte insécurité (Angola, Mozambique, Tchad, Afrique des Grands Lacs) connaissent évidemment une crise agricole particulièrement forte (cf. Raison, 1996). « La complexité des systèmes agricoles dans l’Afrique d’aujourd’hui ne s’accorde pas de jugements simplistes » (Couty, 1996). Les modes de culture vont de la culture itinérante sur brûlis à la culture irriguée en passant par des cultures intensives en travail, en mécanisation ou en intrants. On observe un lien entre ces systèmes et la pression démographique mais également avec les possibilités de financer les intrants, le mode d’appropriation des terres ou la mise en œuvre d’innovations (exemple du coton ou des semences améliorées).

3Des dynamiques agricoles sont repérables dans le vivrier marchand ou certaines cultures d’exportation notamment le coton. L’Afrique subsaharienne a vu sa population doubler depuis 1970 et sa population urbaine quadrupler. Or, apparemment, l’offre agricole a dans l’ensemble répondu à la demande urbaine et les importations agro-alimentaires demeurent limitées.

4Après avoir présenté certains symptômes de la faible croissance agricole en longue période (I), nous analyserons l’impact des politiques de libéralisation (II) avant de proposer une analyse institutionnelle en termes de filières (III).

1. LA FAIBLE CROISSANCE AGRICOLE AFRICAINE

Les traits structurels des agricultures africaines

5Plusieurs traits généraux apparaissent au-delà des grandes différences des systèmes de culture et de production (Raison, 1994) :

  • la production vivrière, la première transformation et la commercialisation des produits vivriers concernent principalement les femmes dont le temps de travail est supérieur à celui des hommes. Ces derniers sont plutôt spécialisés dans les activités de défrichage et dans les cultures d’exportations. L’agriculture est caractérisée par une division sexuelle du travail et par une faible spécialisation vis-à-vis du marché ;
  • la productivité du travail est basse du fait d’une très faible mécanisation et d’une utilisation réduite d’intrants. Il faut quarante jours de travail à la houe pour quatre avec une charrue attelée pour un hectare. En moyenne, un actif cultive un hectare au Sahel, cinquante ares en zone soudanaise et vingt-cinq ares en forêt équatoriale (source : Raison, 1996) ;
  • l’intégration agriculture/élevage est réduite, la maîtrise de l’eau est limitée, la pratique de la jachère longue et celle du brûlis domine (deux à trois ans de culture sur dix ans de jachère en zone soudanaise, deux ans sur vingt-cinq ans en zone forestière) ;
  • les risques climatiques sont mal maîtrisés. Peu artificialisée, l’agriculture africaine subit les effets de la sécheresse (Sahel, Afrique australe). L’intensification en intrants se substituant au travail accroît la productivité du travail mais accentue également le risque agricole ;
  • les risques de dégradation des écosystèmes sont importants. Il en résulte de fortes pressions migratoires ;
  • enfin, l’absence ou la faiblesse de droits de propriété privée conduit à des droits d’usage accordant généralement la possession du sol à celui qui le cultive. On voit toutefois se développer une appropriation privée des sols.
  • 2 Ainsi les tests réalisés au Sénégal sur la fonction de production agricole entre 1960-1990 montren (...)

6P. Pelissier a montré les préférences de l’agriculteur pour « l’extensif qui rapporte alors que l’intensif nourrit » dans un contexte de faible densité démographique et (ou) de faible appropriation des terres. Les paysanneries affrontent des aléas climatiques, en disponibilité de main-d’œuvre, accès au crédit et intrants ou en débouchés qui rendent trop risquée l’intensification capitalistique. Les aménagements agricoles qui réduisaient ces risques (irrigation, drainage, moyens de communication...) et qui justifient des intrants sont rares2.

7L’agriculture est une des principales sources de surplus mais davantage par le jeu des prix relatifs que par des progrès de productivité. Dès lors, l’extraction du surplus par faible valorisation des produits se fait aux dépens de sa dynamique de long terme. Ce sont les pays ayant adopté des prix incitatifs (Côte d’Ivoire, Kenya, Malawi), et (ou) stabilisés, qui ont connu des progrès notables de production.

8Les facteurs de blocage de l’agriculture interviennent différemment selon les systèmes de production : les distorsions de politiques, les prix défavorables, l’émigration rurale, le faible montant des investissements publics, les difficultés de commercialisation et d’approvisionnement, les technologies vétustes ou inadaptées, les facteurs climatiques (exemple : sécheresse), écologiques (désertification), sociaux (structures foncières ou lignagères) ou politiques (exemple : guerre et insécurité) sont autant d’éléments ayant joué selon diverses pondérations.

La sécurité alimentaire et l’agriculture vivrière

  • 3 La population en sous-alimentation chronique de 96 raillions (sur 268 millions en 1969-71) serait (...)

9Selon les statistiques officielles, relativement divergentes, l’Afrique Subsaharienne est dans l’ensemble marquée par une faible croissance de sa production agricole et alimentaire. Le niveau nutritionnel des populations tend apparemment à régresser3.

  • 4 Base 100 en 1970, elle serait de 80 en 1991. La production alimentaire per capita serait passée po (...)

10Les agricultures vivrières extensives, aux techniques peu artificialisées, sont vulnérables ; selon la FAO, la production vivrière par tête, constante au cours de la décennie 60, aurait baissé annuellement de 1,2 % durant les années 704. Ces chiffres sont, par contre, remis en cause par des études telles WALTPS (1994) qui estiment que le surplus agricole mis sur le marché depuis 1960 a crû annuellement au rythme de 2,6 %. L’Afrique connaît également d’importants problèmes d’approvisionnement au sein des filières agro-alimentaires (commerce, stockage, transports, transformation, distribution, manque de fluidité et de rapidité des flux d’approvisionnement, d’infrastructures, législation inadaptée, faible productivité des unités à petite échelle).

11L’agriculture de subsistance, de type extensive, demeure peu intégrée au marché (cueillette ou brûlis). Elle utilise des méthodes « traditionnelles » de culture (cultures associées), de débroussage (brûlis) et de techniques de production (houe, machette). En jachère longue, au-delà de 30 hab/km2, le système de cultures associées et itinérantes ne peut assurer la sauvegarde des sols. Dans les régions à densité démographique supérieure (exemple du Kenya ou des plateaux Bamiléké) les jachères n’excèdent pas trois ans, l’agriculture est plus intensive et les cultures souvent continues. L’exploitation familiale moderne est quasi absente. L’intensif modernisé avec irrigation, double récolte annuelle, fumure, utilisation de semences et plantes à hauts rendements ne se trouve que dans quelques zones (exemple des Bamiléké du Cameroun, Zimbabwe). Des progrès de productivité ont été enregistrés dans les grands périmètres irrigués. Mais les coûts de production y sont élevés (exemple : Moyenne Vallée du Sénégal).

12Il est toutefois très difficile de faire une synthèse pour l’Afrique. Les systèmes d’information sont peu fiables. L’opacité de l’information renvoie à des enregistrements imparfaits dans des sociétés à statistiques déficientes. Elle tient à l’autoconsommation et aux circuits économiques fonctionnant en dehors de l’enregistrement. Les espaces africains sont peu intégrés et conduisent à des prix ou à des quantités disparates.

13Les sociétés africaines sont également caractérisées par une très grande instabilité des productions, des flux et des prix agricoles. La saisie statistique est rendue ainsi très difficile. Les écarts entre les évolutions mensuelles, annuelles et pluriannuelles peuvent être considérables. Il est très délicat, au-delà des fluctuations, de définir des tendances de moyen et long terme.

14Les statistiques globales sont, enfin, un enjeu important au niveau des pouvoirs notamment pour bénéficier de certaines formes d’aide. Elles sont ainsi souvent « construites pour les besoins de la cause ». Les estimations macro-économiques de consommation ou de production agro-alimentaire utilisées par la FAO doivent être ainsi utilisées avec précaution. Les productions sont estimées en appliquant à des populations rurales, très mal connues, des rendements et des surfaces évalués à partir de certains échantillons. La production agricole, calculée à partir de la population rurale, diminue évidemment d’autant plus que celle-ci baisse. La mise en relation des statistiques de population urbaine et de production agricole aboutit alors à un biais inclus dans le mode de calcul. Les consommations ou les disponibilités alimentaires sont obtenues selon la méthode des soldes cumulant les diverses erreurs.

Les importations agro-alimentaires

  • 5 Les produits alimentaires sont ceux des sections 0.1 et 4 et division 22 de la CTCI (produits alim (...)
  • 6 En quantité, les importations nettes de céréales, négligeables dans les années 50, ont crû de 9 % (...)

15La crise relative des systèmes agro-alimentaires africains se manifeste par une relative détérioration de la balance agro-alimentaire5. Le taux d’autosuffisance alimentaire de 98 % en 1960 était tombé à 90 % en 1972. Les importations agricoles en valeur avaient été multipliées par 5,4 entre 1970 et 1980 et les importations alimentaires par 7,26.

16Ces chiffres doivent toutefois être relativisés ; le déficit alimentaire par habitant en Afrique de l’Ouest est huit fois inférieur à celui de l’Afrique du Nord et il tend à baisser ; les importations alimentaires représentent moins de 10 % de la consommation alimentaire ; la balance commerciale alimentaire de l’Afrique subsaharienne (en valeur nutritive) demeure équilibrée et les importations alimentaires par tête sont faibles comparées à d’autres régions. Les importations céréalières sont passées en pourcentage des exportations de biens et services de 3,8 % (1973) à 3,8 % (1980), 5,5 % (1985), 4,2 % (1991) et 5,2 % (1992). Les évolutions en Afrique francophone sont très contrastées (cf. tableau 1).

Tableau 1. Poids des importations céréalières sur les exportations de biens et services ( %)

Tableau 1. Poids des importations céréalières sur les exportations de biens et services ( %)

Source : Makaya, 1996

17On note une forte inflexion des importations dans un contexte d’ajustement. En Afrique de l’Ouest, les importations agro-alimentaires sont passées de 6 % fin 1960 à 14 % de la ration calorique aujourd’hui après avoir culminé autour de 20 % au milieu des années 80. Le déficit calorique correspond à un décalage d’environ cinq ans entre l’offre et la demande. Ainsi, en l’espace de trente ans, la population urbaine ivoirienne a été multipliée par dix alors que l’intégralité de la demande calorique est assurée par la production interne (WALTPS, 1994).

  • 7 Ce schéma est reconstruit à partir d’hypothèses fortes. Il donne des ordres de grandeur. Des chiff (...)

18Il est possible de représenter le circuit céréalier africain urbain et rural à partir du schéma ci-dessous (ordre de grandeur en millions de tonnes pour 1990)7.

Schéma. Le circuit macro-économique céréalier en Afrique subsaharienne
(en millions de tonnes)

Schéma. Le circuit macro-économique céréalier en Afrique subsaharienne(en millions de tonnes)

Urbanisation et dynamique vivrière

19La faible dynamique apparente des cultures vivrières s’explique, pour certains, par un « biais urbain » (Lipton, 1977). Pour nourrir les villes, les offices publics de commercialisation (exemple de l’ONCAD au Sénégal) sont devenus d’énormes bureaucraties. Ainsi se sont développés, face aux prix administrés fixés à des niveaux bas, des marchés parallèles dont les principaux bénéficiaires sont les intermédiaires commerciaux. Le recours aux importations dans un contexte de bas prix internationaux aboutit à la concurrence des producteurs locaux et à une forte déprotection de l’agriculture.

20Nous avons toutefois montré que cette thèse du « biais urbain » était discutable et qu’il fallait se méfier des fausses évidences. Ce sont les pays africains les plus urbanisés qui ont les prix producteurs relativement les plus élevés (cf. Hugon et al., 1991). Les agricultures connaissent surtout des instabilités de prix et de volume. Ce sont les pays les moins urbanisés d’Afrique qui sont relativement les plus dépendants alimentairement sous forme d’importations ou d’aide alimentaire et ceux qui ont la plus faible valeur ajoutée agricole par rural. Ces résultats sont confirmés par des travaux de J.M. Cour (1994) et de WALTPS (1994).

21L’urbanisation africaine, dont les formes sont variées, n’a pas généralement entraîné une rupture des liens villes/campagnes pour plusieurs raisons. Les agents appartiennent à des réseaux qui dépassent la dichotomie villes/campagnes. Les agglomérations urbaines sont des lieux d’intensification des échanges. La ville n’est pas seulement un lieu de ponction d’un surplus agricole, elle est surtout un espace de création de richesse par la division du travail et le marché et de constitution d’une demande solvable. Il y a en ville diversité et non-uniformité des régimes alimentaires, à la fois superposition, confrontation et dynamique propre. Les exemples toujours cités de pain ou de riz, pour caractériser les modèles mimétiques, doivent être ainsi relativisés. On note une relative ruralisation des modes de consommation alimentaire (Requier-Desjardins, 1989).

22On peut ainsi observer depuis dix ans une rupture du parallélisme des déficits alimentaires et des explosions urbaines en Afrique subsaharienne. En 1982-1984, les importations de céréales permettaient de nourrir 50 % de la population urbaine africaine. Le pourcentage est, par contre, tombé à 32/33 % en 1985-86 et 1990.

Tableau 2. Parallélisme des déficits alimentaires et de l’expansion urbaine des PVD et en ASS

Tableau 2. Parallélisme des déficits alimentaires et de l’expansion urbaine des PVD et en ASS

(1) Argentine et Chine exclues ; (3) (4) Selon la norme de 210 kg par habitant. Sources : Bairoch, Pour les Pvd (économie à faible revenu et intermédiaire). US Department of Agriculture pour l’Ass et Banque mondiale.

Une relative perte de compétitivité de l’agriculture d’exportation

23L’agriculture d’exportation demeure dominée par les petites exploitations. Elle est souvent une économie de cueillette avec de faibles rendements. La commercialisation et la transformation sont souvent défectueuses. Les cours sont instables. L’ensemble des produits sont exportés avec peu de valeur ajoutée interne.

24Les produits agricoles d’exportation africains sont fortement concurrencés par de nouveaux exportateurs (bananes, girofle, vanille, thé, tabac, café) ou par des produits synthétiques ou de substitution (vanille, arachide, caoutchouc). Dans les régions d’économie de plantation, on constate des complémentarités entre le vivrier et les cultures d’exportation.

25Dans le passé, les filières d’exportation agricole ont connu un succès important : cacao, café, palmier, hévéa et surtout coton. Les cultures de rente avaient fortement crû du fait des prix favorables (surprix stabilisés), des structures d’encadrement, grandes plantations avec salariat, incitations des petits producteurs) et des offices de commercialisation et de stabilisation (exemple du Cocoa Marketing Board du Ghana). Ces différents facteurs se sont atténués, alors que l’Afrique affrontait la concurrence internationale. La relative stabilité des prix dans un contexte de cours internationaux à la fois plutôt favorables et instables a joué un rôle positif dans les années 60 et 70. Or, cette situation s’est inversée au cours de la décennie 80. Les prix internationaux ont chuté en longue période avant de remonter depuis 1992-93 et sont devenus plus instables. Les mécanismes internes de stabilisation ont connu d’importants déficits et dysfonctionnements. Les grandes filières ont perdu de la compétitivité dans un contexte où la concurrence mondiale s’accroissait : cacao, café, huile de palme.

26Les prix ont été peu incitatifs et peu stabilisés. On peut considérer qu’il y a asymétrie entre les cultures vivrières et les cultures d’exportation. Les premières se sont plutôt développées aux dépens des secondes alors que, sauf rares exceptions (arachide du Sénégal, haricots du Burkina Faso), le développement des cultures d’exportation se réalisent plutôt au bénéfice des cultures vivrières. Ainsi, la filière coton joue un rôle d’entraînement du vivrier en milieu rural.

Les mutations en cours

27L’agriculture africaine doit faire face à de grands défis :

  • la pression démographique s’accroît malgré l’émigration rurale. Les fronts pionniers se multiplient. Les modes extensifs de cultures continuent toutefois de dominer ;
  • les préférences impériales, puis européennes, s’érodent et les pays ont mis en œuvre des politiques de libéralisation et d’ajustement de change visant à accepter les signaux des prix mondiaux et à améliorer la compétitivité des agricultures ;
  • l’économie administrée et les mécanismes théoriquement stabilisateurs et de fait préleveurs se réduisent dans un contexte de libéralisation ;
  • on observe une limitation des terres disponibles. « Le temps de l’espace fini commence », écrit J. Giri et un processus d’appropriation privée est en cours ;
  • les principales modifications concernent l’intensification, la spécialisation vis-à-vis des marchés, le développement d’une quasi-salarisation et un changement dans la répartition des revenus et de la propriété des facteurs (Pourcet, 1996).

28Les paysans africains refusent souvent le « paquet technologique » global des agences de développement pour réaliser les innovations plus autonomes qui desserrent les goulets d’étranglement. Mais les innovations sont coûteuses, le crédit est absent ou usuraire, la main-d’œuvre féminine reste le « facteur de production » le plus rentable. Les travaux de Ostrom (1992) ont montré que les gestions des systèmes agricoles par des usages et par des règles appropriés étaient généralement plus efficientes que les grands périmètres intégrés imposés d’en haut.

2. L’IMPACT DES POLITIQUES DE LIBÉRALISATION ET D’AJUSTEMENT SUR LES FILIÈRES AGRICOLES AFRICAINES

29La mise en œuvre de politiques macro-économiques, dans le cadre des programmes d’ajustement structurel (PAS) est la résultante de la crise économique et financière et des distorsions liées à une économie administrée. Elle s’appuie sur une représentation de la crise agricole, qui va largement à l’encontre des filières ou des opérations intégrées de développement : interdépendance par le marché et par les prix, absence de distorsions sectorielles, ouverture sur le marché international (Benoit-Cattin, Griffon, Guillau-mont, 1994).

2.1 L’impact des politiques d’ajustement

30Les politiques de stabilisation et d’ajustement structurel visent à assainir les finances, à améliorer l’environnement macro-économique, à réduire les distorsions économiques, à libéraliser les circuits économiques, à ouvrir l’économie et à inciter les opérateurs privés. Elles mettent en œuvre un ensemble d’instruments qui ont indirectement des effets sur les filières. Ces mesures accroissent le coût du crédit de campagne, elles réduisent le rôle des sociétés publiques et de l’Etat, elles exercent indirectement des effets de restructuration des filières. Nous privilégierons trois instruments de politique économique.

La politique cambiaire

31La politique cambiaire repose sur différents volets tels : - la libéralisation du marché des changes ; - la dépréciation du taux de change réel ; - l’unification des taux de change entre les marchés officiels et parallèles. Elle peut être analysée comme un moyen de modifier les rapports de prix entre l’agriculture et les autres secteurs.

32Deux effets de l’ajustement de change doivent être différenciés, qui jouent selon des degrés divers dans les branches agricoles : l’amélioration de la compétitivité extérieure par les changements de termes de l’échange et par les réponses des exportations en volume au jeu des prix ; l’accroissement de la rentabilité interne des secteurs exposés à la concurrence internationale par le jeu de l’accroissement des revenus des facteurs (exprimés en monnaie nationale).

33Dans la mesure où les pays africains sont « price takers » pour la plupart des produits agricoles exportés, l’ajustement de change a des effets sur la rentabilité et les prix de revient des filières davantage que sur leur compétitivité exprimée en prix de vente.

34La dépréciation du taux de change effectif réel (l’accroissement des coûts de production globaux est inférieur à la dépréciation nominale) doit accroître la rentabilité des exportations en rendant les prix extérieurs plus attractifs traduits en monnaie nationale. Elle augmente par contre le coût des intrants et des équipements importés ainsi que le montant des frais financiers libellés en devises fortes et les salaires des expatriés. Elle agit comme une taxe à l’importation et peut compenser les réductions des protections tarifaires.

La politique commerciale et l’harmonisation des taux de protection

35La politique commerciale vise à réduire les « distorsions » liées à la protection non tarifaire, à la surprotection des entreprises non compétitives, à la multiplication des incitations et des protections au cas par cas que favorisent l’arbitraire et les dysfonctionnements administratifs.

36Il s’agit de rationaliser et d’uniformiser les systèmes de protection et d’incitation par plusieurs mesures telles :

  • la fiscalisation des importations de l’Etat ou des organismes publics ;
  • la limitation des régimes d’exonération ;
  • la suppression des protections non tarifaires ;
  • l’uniformisation des taux de protection nominale ;
  • un système d’incitation assis de manière uniforme sur la valeur ajoutée nationale.

37La libéralisation des importations, liée à la dépréciation du taux de change réel, doit accroître la rentabilité des exportations. La réduction des tarifs douaniers et des autres obstacles aux importations diminue la taxation implicite des exportations en réduisant la proportion de produits de substitution des importations dans l’économie locale.

38Il s’agit de modifier les règles de la protection en cherchant à uniformiser les taux de protection effective et à calculer un taux de protection, soit nominale indirecte soit véritable, tenant compte des taux de change d’équilibre, des prix virtuels et de la substituabilité entre les biens locaux et les biens importés.

39Le coefficient de protection effective permet d’analyser, au sein de la filière, les protections par segments. Il suppose une complémentarité entre les facteurs et une constance des coefficients techniques. Il fait abstraction du niveau du taux de change.

40Les coefficients de protection véritable s’expriment en termes de mouvements des prix relatifs des biens importables et exportables (échangeables ou tradable) relativement à ceux des produits non échangeables ou non tradable. Les cœfficients de protection nominale indirecte prennent en compte les taux de change d’équilibre et les prix virtuels.

Les politiques d’offre

41Les mesures de stabilisation, de réduction de l’absorption s’accompagnent d’ajustements axés sur l’offre. Dans le domaine agricole, les principales mesures concernent :

  • les actions sur les prix, accroissement des prix réels au producteur, baisse ou suppression des subventions aux intrants, augmentation des prix au consommateur, légalisation des marchés parallèles ;
  • la libéralisation : baisse du contrôle des prix et de la réglementation, réduction ou suppression des offices publics de commercialisation et des caisses de stabilisation ;
  • la privatisation : baisse des entreprises publiques et parapubliques.

42Les politiques axées sur l’offre visent deux principaux objectifs : accroître la production à partir des capacités existantes grâce à une meilleure allocation des ressources et des mesures incitatives telles la libéralisation et le retour aux prix du marché ; augmenter la capacité de production grâce à une croissance de l’épargne et de l’investissement. Le taux d’intérêt joue un rôle déterminant dans cet équilibrage de l’épargne intérieure et extérieure et de l’investissement à un niveau supérieur.

43Ces mesures macro-économiques ont indirectement des effets sur les filières agricoles. Elles sont censées améliorer les termes de l’échange de l’agriculture, permettre des prix incitatifs stimulant l’offre, réduire les prélèvements fiscaux et parafiscaux sur les producteurs. Le désengagement de l’Etat et les mesures défavorables aux projets capitalistiques sont supposés favoriser des projets de substitution privés et à faible intensité capitalistique.

44La réussite de ces mesures implique les conditions suivantes : les producteurs doivent avoir une faible aversion au risque. La baisse des revenus urbains et de la demande solvable est supposée neutre vis-à-vis des prix et des débouchés agricoles. Il est supposé que des substitutions sont possibles entre les importations de céréales (blé, riz) et les céréales locales dès lors que les prix relatifs sont modifiés. Les exportations en volume des cultures de rente ne sont pas supposées créer des effets de composition au niveau des prix et donc des recettes.

45Ces effets attendus des PAS sur les filières peuvent être appréciés, d’après la typologie présentée dans le tableau ci-après, qui distingue, d’une part, les critères de l’offre et de demande, et d’autre part, les problèmes internes à la filière et ceux liés à l’environnement de la filière.

Tableau 3. Critères de performance des filières agricoles et instruments de politique économique

Tableau 3. Critères de performance des filières agricoles et instruments de politique économique

+ : effet positif des Pas - : effet négatif des Pas 0 : effet neutre des Pas

46Nous prendrons deux exemples illustrant l’impact des politiques d’ajustement, le cas du coton et l’effet de la dévaluation du FCFA.

2.2 L’exemple de la filière coton

47La réussite de la filière coton en Afrique francophone montre l’importance d’une organisation efficiente de filières en termes de stabilisation des prix et des règles permettant la prévisibilité et d’effets d’entraînement sur la production vivrière et les revenus distribués. L’Afrique francophone, troisième exportateur mondial, a acquis un pouvoir de marché (cf. Ministère de la coopération, 1995 ; Cl. Mainguy, 1992).

48Selon l’étude de U. Lele (1988), la production dépend en longue période des prix producteurs lorsque les politiques sectorielles sont peu présentes et que la filière coton est peu organisée (exemple de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique australe). Par contre, dans les pays d’Afrique de l’Ouest (notamment le Cameroun et le Sénégal), les élasticités de l’offre sont significatives vis-à-vis de facteurs non-prix. Si l’on compare les performances de ces deux pays de la Zone Franc (Cameroun, Sénégal) et de quatre pays hors Zone Franc (Nigeria, Kenya, Malawi, Tanzanie), on constate des différences significatives au niveau des taux de croissance de la production en longue période ; par contre des instabilités de production et de prix (estimées par les coefficients de variation) ne sont pas significativement différentes. Les facteurs institutionnels jouent un rôle essentiel (cf. tableau 4).

Tableau 4. Comparaison de performances des filières coton

Tableau 4. Comparaison de performances des filières coton

Source : U. Lele, 1988. Cœfficent de variation, rapport de l’écart type sur la moyenne.

49Il est possible de représenter les facteurs prix, structurels et orga-nisationnels dans le tableau 5.

Tableau 5. Effets des politiques sur la filière coton

Tableau 5. Effets des politiques sur la filière coton

50Selon de nombreux travaux, notamment ceux confirmés de Boussard et Gérard par Guillaumont et Combes (cf. Benoit-Cattin, Griffon et Guillaumont, 1994), les élasticités-prix de l’offre sont moins significatives que les instabilités de prix. L’offre répond favorablement à la stabilité des prix réels au producteur.

Les effets de la libéralisation de la filière

51De nombreuses filières cotonnières africaines ont connu une lourdeur administrative et un défaut de gestion des offices de commercialisation. Dans certains cas, l’exemple tanzanien, 1986-87, la suppression du Board a permis un système alternatif efficace qui s’est traduit par un paiement rapide au producteur, un approvisionnement en intrants dans les délais ou des disponibilités en biens de consommation pour les paysans. Par contre, dans le cas du Nigeria, la suppression du Cotton Board s’est traduite par un échec.

52Les performances sont liées au mode d’organisation des filières, aux effets de diffusion de la recherche, à l’encadrement, aux innovations et aux choix technologiques. On peut considérer que plus les filières fonctionnent dans un contexte macro-économique déficient, ou instable, et moins elles sont intégrées en aval avec des industries textiles/habillement (cas des pays d’Afrique de l’Ouest) et plus l’internalisation et l’intégration des filières sont efficientes.

53Les prix du coton mondial sont eux-mêmes le résultat de politiques d’intervention ; ils sont très volatiles et ne peuvent être considérés comme des prix d’équilibre. Le taux de change est la résultante de facteurs financiers qui ont peu à voir avec la parité des pouvoirs d’achat des monnaies. Selon les travaux de Claire Mainguy (1992), il n’y a pas de lien entre la dépréciation du taux de change effectif réel et l’accroissement des parts de marché durant la période 1985-89.

Les effets des politiques de stabilisation entre les pays de la Zone Franc et les pays Hors Zone

54On peut comparer les effets de la fixité des taux de change et des institutions stabilisatrices des dix pays de la Zone Franc avec les pays africains Hors Zone. Les pays de la Zone Franc et Hors Zone subissent les mêmes instabilités des prix mondiaux et ont connu des instabilités des prix nominaux aux producteurs relativement proches. Les écarts types sont très proches au cours de la période 1975-1989.

55On constate par contre des évolutions contrastées des prix producteurs réels. Dans les pays de la Zone Franc, il y a entre 1975 et 1988 un accroissement continu des prix réels producteurs alors que les pays hors Zone Franc ont connu une forte instabilité et une tendance à la stagnation. Les écarts types montrent des différences significatives au niveau de l’instabilité des exportations et des prix (cf. tableau 6).

56On peut considérer que la plus grande stabilité du change, au sein des pays de la Zone Franc a plutôt réduit les instabilités des prix réels aux producteurs. Il semble toutefois que les facteurs institutionnels tels l’environnement stabilisé, la garantie d’approvisionnement et de débouchés soient plus explicatifs que les seules variables de prix et de change pour expliquer la réussite des filières coton en Afrique francophone.

Tableau 6. Instabilités des prix et des exportations en volume comparé Zone Franc et non Zone Franc

Tableau 6. Instabilités des prix et des exportations en volume comparé Zone Franc et non Zone Franc

Source : Hugon, CERED.
Pe : Prix ou volume moyen sur la période. Pt : Prix ou volume observé annuellement

2.3 Les effets de la dévaluation du FCFA de janvier 1994

57Il y a eu, à la suite de la dévaluation des FCFA, amélioration de la compétitivité et de la rentabilité des secteurs exportateurs et de substitution des importations. On a observé du fait de réflectivité de la dévaluation, une dépréciation du taux de change réel de 27 % en devises alors que les termes de l’échange s’amélioraient de 2 %. L’effet du taux de change sur la compétitivité des pays africains de la Zone Franc doit prendre en compte les spécificités de ces économies qui sont exportatrices de « commodités » dont les prix sont fixés internationalement et qui sont, sauf pour le cacao de Côte d’Ivoire, « price taker ». Les effets de compétitivité-prix ont été faibles par rapport aux effets rentabilité des filières exportatrices.

58L’amélioration de la balance commerciale a résulté largement d’un décalage intertemporel conduisant à une courbe en J inversée. L’effet mécanique de la dévaluation (auquel se sont ajoutés, la première année de la dévaluation, les effets cours mondiaux et accroissement en volume) a accru la valeur des exportations agricoles alors que les importations chutaient fortement les six premiers mois. La dévaluation a eu pour effet immédiat de créer une prime de change positive à l’exportation et négative à l’importation. Le pessimisme des élasticités prix n’a pas été vérifié. La première année de la dévaluation, les exportations ont augmenté de + 106 % en FCFA malgré une faible hausse des exportations pétrolières alors que les importations ont fortement chuté. Trois facteurs peuvent être décomposés : l’effet quantité, l’effet mécanique de la dévaluation et l’effet cours mondiaux. Celui-ci a représenté pour les exportations 4 % du PIB en Côte d’Ivoire. L’effet quantité s’est élevé à 3,1 % du PIB au Cameroun.

59La seconde année de la dévaluation, les effets de la croissance de la valeur des exportations agricoles ont été plus réduits alors que les importations reprenaient fortement notamment dans la zone UEMOA. L’effet mécanique de la dévaluation a disparu, de même que l’effet cours mondiaux s’est ralenti. Seul l’effet volume s’est maintenu.

60Selon les calculs de Goreux (1995), la décomposition de la valeur de l’ensemble des exportations entre 1993 et 1995 montre qu’au Cameroun (hors pétrole), 22 % de l’augmentation exprimée en FCFA est due à l’effet quantité et 15 % à l’effet cours mondiaux (essentiellement sur le café et le cacao).

Tableau 7. Augmentation hors pétrole de la valeur des exportations 1993-1995 (milliards de FCFA)

* : sans pétrole pour 1995 en % du niveau 1993
** : avec pétrole pour 1995 en % du niveau 1993
Source : Goreux, 1995.

61Les exportations agricoles des pays de la Zone Franc ont augmenté de 28 % en francs français entre 1991-1993 et 1994-1995. La hausse des cours mondiaux et la dévaluation ont amélioré la rentabilité des filières du cacao, du café, des oléagineux, du coton ou du bois. Elles ont stimulé l’offre.

62On a constaté également une substitution d’importation pour les produits vivriers et d’élevage. Il y a eu à la fois réponse de l’offre, déplacement de la demande. Les importations alimentaires ont chuté. On a vu également se développer des flux régionaux (exemple du mil, du sorgho et du bétail allant du Sahel vers l’Afrique côtière). Dans l’ensemble, la dévaluation du FCFA a eu un impact positif sur l’agriculture africaine dans un contexte international favorable.

3. UNE ANALYSE INSTITUTIONNALISTE DES FILIÈRES AGRO-ALIMENTAIRES AFRICAINES

63Il existe certes des problèmes de production agricole et des distorsions de politique économique, mais la crise agricole se joue largement hors de l’agriculture ; elle se situe en amont (engrais, semences, techniques) et en aval (commercialisation, transports, stockage, sécurité de débouchés...). Les filières intégrées sont celles qui ont le mieux réussi même si les prix producteurs ont été ajustés à la baisse en période de basse conjoncture (cf. la réussite de la filière coton présentée précédemment).

3.1 Stratégies d’acteurs, organisation et régulation des réseaux

64L’agriculture africaine est intégrée dans des relations aval et amont.

65Il importe de prendre en compte les stratégies des différents acteurs face aux instabilités génératrices de risque et d’incertitude et leurs modes d’organisation dans un environnement institutionnel (Hugon, Pourcet, Quiers-Valette, 1994). D’un côté, les marchés sont peu intégrés et les relations marchandes ne sont qu’un mode de coordination parmi d’autres. De l’autre, les circuits publics contrôlés par les Etats ont fait faillite. Les approvisionnements des villes se font par des réseaux où se combinent des logiques domestiques, marchandes, publiques et industrielles (Hugon in ALTER-SIAL/ CERED/ORSTOM, 1986). Ils sont assurés dans des cadres réglementaires, dans des contextes institutionnels. Les décideurs publics communaux et étatiques disposent de moyens plus ou moins importants pour réguler ces circuits.

66L’agriculture extensive résulte de choix rationnels. Elle permet de minimiser les risques et d’économiser le travail lorsque la terre est abondante. Mais en cas de pression démographique, elle conduit à un raccourcissement des jachères et à une dégradation des écosystèmes.

67Les agriculteurs agissent dans un univers instable, risqué ou incertain. Dès lors que les aléas ne sont pas probabilisables, l’arbitrage entre le risque (probabilisable) et la rentabilité fait place à celui entre incertitude (non probabilisable) et la sécurité ou la liquidité. La priorité des producteurs est donnée à la sécurité alimentaire, d’où le plus souvent une autoconsommation non numérisée conduisant à un surplus résiduel mis au marché. La stratégie est plutôt celle de la diversification des activités pour réduire les risques. A défaut d’environnement stabilisé, le choix privilégie les processus techniques permettant une réversibilité. La priorité des commerçants est différente. La préférence pour la liquidité, liée à la précarité des situations (soif de l’argent) et à la recherche de processus réversibles, conduit à une très grande flexibilité et à un court termisme des opérateurs (taux de retour le plus rapide du capital avancé) (Hugon, 1993). L’efficience technique et la prise en compte du long terme sont alors assurées par des organisations en réseaux permettant une permanence des opérations et réduisant les incertitudes. Ces réseaux peuvent être organisés sur des bases familiales, religieuses, ethniques. Ils réduisent les coûts de transaction, permettent des proximités spatiales, temporelles et sociales et fonctionnent sur des relations de confiance et de fiabilisation. Les industriels et exportateurs sont, quant à eux, sensibles à la qualité des produits et aux investissements de forme permettant des standards de qualité et des réputations.

68L’agriculture est concurrencée par les importations. Celles-ci sont stimulées par les importateurs et par les bureaucrates qui prélèvent des rentes sur ces importations. Les circuits d’approvisionnement des produits alimentaires importés permettent des coûts faibles grâce aux économies d’échelle portant sur des produits standardisés. Mais ils ne permettent une accessibilité qu’en s’articulant avec des circuits qui créent de la divisibilité vis-à-vis de clientèles à très faible pouvoir d’achat, qu’en s’adaptant à des marchés très instables et donc en créant de la flexibilité. La logique industrielle s’articule avec des réseaux plus ou moins informels.

69On constate ainsi des combinatoires entre des modes d’organisations qui cherchent à concilier flexibilité et réversibilité nécessaires pour gérer les instabilités et permanence et irréversibilité des techniques nécessaires pour permettre l’efficience (Hugon, 1988).

Tableau 8. Organisation des circuits

Tableau 8. Organisation des circuits

70La ville a un effet plutôt stabilisateur vis-à-vis des agriculteurs par la diversification des approvisionnements, la variété des alimentations, de plus faibles fluctuations des revenus qu’en milieu rural, une meilleure circulation de l’information permettant les arbitrages des opérateurs. Elle est également un lieu d’innovation, d’organisation de l’espace, de concentration des pouvoirs. Néanmoins, les instabilités, créatrices d’incertitude et de risque, subies par les agents assurant les approvisionnements urbains sont très élevées. Les revenus informels urbains fluctuent fortement, les importations de produits alimentaires (exemple : riz) sont très volatiles, les insécurités urbaines sont fortes.

71L’agriculture est ainsi insérée dans des circuits organisés que l’on peut analyser sous plusieurs éclairages :

  • fonctionnelle, enchaînement des différentes phases de production, collecte, transport, stockage, transformation, distribution, préparation, consommation ;
  • spatiale, organisation des flux dans l’espace autour de points de collecte, de réseaux, de commerce à courte ou à longue distance, de noyaux, axes et franges ;
  • temporelle : gestion des aléas prévisibles, probabilisables, non pro-babilisables ; opérations de stockage, de spéculation ;
  • relationnelle, coordination des agents sous formes contractuelles, associatives, coopératives, contraignantes, familiales, relations de confiance ou de fidélisation ;
  • technique, degrés de sophistication des équipements, de réversibilité des choix techniques, importance des innovations (de produits, de procédés).

3.2 Les filières agro-alimentaires

72L’intégration de l’agriculture nous semble éclairée par une analyse en termes de plusieurs circuits, réseaux ou filières spatialisées conçues comme des types idéals. Nous distinguerons quatre « filières ». Leur spatialisation suppose qu’il existe une relation entre les niveaux d’organisation, les techniques utilisées, les échelles et les espaces de référence (local, régional, national, international) ; nous pouvons différencier ainsi l’espace de la filière, défini par la localisation des diverses opérations et l’espace géographique (exemple : urbain), lieu d’intersection de filières ou de segments de filières.

73Le méso-système, ou interlacs des diverses filières, est un lieu intermédiaire pour comprendre, au-delà de la succession d’opérations techniques d’amont et d’aval, les dynamiques des sous-systèmes à l’intérieur desquels s’exercent des champs de force, se nouent des relations marchandes et non marchandes, se réalisent des modes d’organisation et des stratégies d’acteurs dont les objectifs, et dont les moyens, ont des niveaux de compatibilité ou d’incompatibilité. Les organisations de filières sont essentielles pour comprendre l’efficience de la production agricole, la mise en place de relations contractuelles ou de dépendance permettant la prévisibilité ou réduisant les coûts de transactions et conduisant à des degrés différents de stabilisation flexible. A l’intérieur des filières, il existe des segments stratégiques définis par des lieux de valorisation, par des contrôles des technologies, ou par la maîtrise des possibilités d’accumulation (De Bandt, Hugon, 1988 ; Hugon in Benoit-Cattin, Griffon, Guillaumont, 1994).

74L’adéquation des systèmes de production agricole aux différents modes de consommation alimentaire se réalise par des opérations prenant en charge les changements dans la matière (transformation), dans l’espace (transport), dans le temps (stockage), dans l’attribution (distribution). Les modes de produire, d’échanger et de consommer se font à partir de techniques plus ou moins capitalistiques : ils sont réalisés par des unités de dimensions variables et sont organisés selon différents modes de coordination.

  • Le transport de l’exploitation agricole au marché urbain s’effectue généralement en quatre étapes au moins : du champ au village (premier lieu de stockage) ; du village au lieu de groupage et de collecte ; du point de collecte au silo ; du lieu de stockage au marché urbain. Les villes, notamment celles situées en bordure maritime, sont souvent mieux reliées aux circuits extérieurs (Asie du Sud-Est pour le riz, Amérique du Nord et Europe pour les céréales, Amérique latine ou Afrique du Sud pour la viande...) qu’aux zones de production nationales. Cette déconnexion locale se renforce à mesure que les coûts de transport internationaux diminuent alors que les coûts de transport nationaux augmentent au rythme de la facture énergétique. La baisse des coûts de transports internationaux et les améliorations des transports terrestres internes ont largement modifié les circuits d’approvisionnement et ont accéléré le processus d’urbanisation. Ainsi la ville de Kinshasa (3 millions) est certes approvisionnée par les grands transporteurs internationaux de blé, de riz et de viande importée. Elle l’est également par l’agriculture périurbaine et les transports à pied ou en taxi. Elle l’est surtout par des petits transporteurs qui viennent de tout le Bas Zaïre et d’une grande partie du Bandundu, soit une aire de 50’000 km2.
  • En déplaçant l’offre dans le temps, le stockage joue un rôle de stabilisation des prix saisonniers ou d’assurance alimentaire interannuelle ; il peut aussi servir à spéculer sur des pénuries créées volontairement. La question d’un stock régulateur géré par les pouvoirs publics (locaux), nationaux ou régionaux ou par les opérateurs privés est centrale.
  • Les opérations de commercialisation sont plus ou moins courtes et complexes selon la distance entre les producteurs et les consommateurs : vente directe du producteur périurbain sur les marchés urbains, détaillants intermédiaires entre les producteurs et les consommateurs, interventions de grossistes pour les circuits longs, etc. Soucieux de protéger les consommateurs urbains et les producteurs contre les abus des intermédiaires, ou de saisir les surplus ruraux à la source, les autorités ont souvent essayé, avec des succès limités, de contrôler les circuits de commercialisation privés ou de leur substituer des offices publics ; aujourd’hui, sous l’influence des bailleurs de fonds internationaux, les monopoles publics sont démantelés pour faire place au commerce privé.

75On constate, dans le temps, un transfert croissant des diverses opérations créatrices de valeur ajoutée du monde rural vers le monde urbain et un poids relativement faible de l’agriculture dans la valeur ajoutée totale au sein des filières.

76Nous distinguerons quatre principales filières, circuits ou réseaux selon leur technologie, leur organisation, leur mode de régulation et leur dimension spatiale :

  • domestiques (locales) ;
  • artisanales et marchandes (régionale, infra ou supranationale) ;
  • étatiques (nationale) ;
  • industrielles et capitalistes (internationale).

Tableau 9. Typologie des circuits agro-alimentaires en Afrique

Tableau 9. Typologie des circuits agro-alimentaires en Afrique

EN CONCLUSION : QUELLES PERSPECTIVES ?

77Les évolutions passées montrent que, dans l’ensemble, les agricultures vivrières africaines et les circuits d’approvisionnement auront répondu au défi urbain. Le système agricole commercialisé par les paysans a augmenté comme le ratio population non agricole sur population agricole. Entre 1930 et 2030, le milieu urbain aura absorbé 70 % du croît démographique.

78Par contre, l’agriculture d’exportation africaine a perdu, malgré les ajustements de la décennie 80, de la compétitivité et le vivrier marchand s’est en partie substitué aux cultures d’exportation comme source de revenus monétaires.

79La connexion au marché s’est faite progressivement par le vivrier commercialisé qui a joué un rôle croissant dans la part du PIB marchand, dans le PIB agricole aux dépens des cultures d’exportation et du vivrier autoconsommé. En donnant la priorité aux bas prix des villes, les politiques d’approvisionnement vivrier n’ont certes pas encouragé le dynamisme du marché intérieur. La production vivrière mise en marché est toutefois passée de 56 % du PIB agricole monétisé en 1970 à 73 % en 1990 pour l’Afrique de l’Ouest (WALTPS, 1994). Dans l’ensemble, l’évolution de la densité du peuplement rural a suivi le développement des marchés urbains.

80Les incitations à produire ont augmenté en fonction des proximités des villes mais les contraintes de production sont devenues plus fortes. Comme résultante de ces facteurs contraires, la productivité par unité de surface et par agriculteur est inversement proportionnelle à la distance vis-à-vis des villes.

81La question se pose de savoir si cette évolution passée se poursuivra et permettra de répondre à la demande rurale et urbaine sans trop de difficultés et de crises.

Quelles perspectives démographiques ?

82La baisse du solde des migrations de 2 % à 1 % l’an, combiné avec la chute de la croissance naturelle de 3 % à 2,5 % l’an, laisse prévoir des croissances urbaines passant de 5 % à 3,5 % d’ici l’an 2020. Entre 1990 et 2020, la population urbaine croîtra au taux moyen de 4,2 % en Afrique de l’Ouest contre un pourcentage de 6,3 % entre 1960 et 1990. Les effectifs urbains seront multipliés par 3,5. On peut estimer que la population rurale croîtra de 1 % par an soit une augmentation de 40 %. A taux d’urbanisation constant, le taux de croissance moyen des villes serait de l’ordre de 2,71 % contre 3,31 % pour la période 1960-80. En terme absolu, ceci conduit toutefois à faire doubler la population urbaine en moins de vingt ans.

Quelles perspectives agricoles ?

83L’agriculture vivrière de rapport devra répondre à ces besoins croissants. Il en résultera vraisemblablement une différenciation croissante au sein des paysanneries.

84Selon un calcul approximatif, il faudrait en Afrique de l’Ouest, où existent des zones de densité élevée, multiplier dans les vingt-cinq prochaines années les rendements par 2,3 et la productivité du travail par 3,1 en moyenne. Il n’est pas évident que les systèmes agricoles répondent à de tels défis et que les déséquilibres économiques qui en résulteraient ne soient pas très élevés (Griffon, Marty, 1993).

85Le surplus agricole moyen par habitant (production agricole mise au marché au-delà de la propre alimentation des producteurs) doit doubler dans les prochaines années, ce qui impliquerait des investissements élevés d’intensification.

86L’agriculture africaine aura besoin d’une révolution technique (cultures attelées, intensification, semences résistantes voire association agriculture élevage et culture attelée). La tendance est à une certaine intensification de l’agriculture pluviale et à la diffusion des technologies « traditionnelles » améliorée. Par contre, une révolution verte de type asiatique étudiée par G. Etienne supposerait des travaux d’irrigation, des droits de propriété autour d’exploitations moyennes et des intrants onéreux qui paraissent peu vraisemblables dans un horizon proche.

87Selon les prévisions de WALTPS (1994), en 2020, le secteur agricole de l’Afrique de l’Ouest fournira 14 % du produit régional brut. On observera une forte différenciation au sein des paysanneries. 25 millions d’agriculteurs (15 % du total) produiront les quantités nécessaires à l’approvisionnement de 40 % des consommateurs soit 100 millions ; leur productivité atteindra cinq fois le niveau d’auto-subsistance alors que la productivité moyenne des 150 millions d’agriculteurs restera à un niveau proche de deux fois celui d’auto-subsistance. On peut supposer que les besoins en calories augmenteront fortement. La croissance est évaluée à 250 % entre 1995 et 2050. L’essentiel viendra d’énergie d’origine végétale.

Quels circuits d’approvisionnement ?

88Les échanges intrarégionaux réalisés par les circuits marchands joueront un rôle croissant dans l’approvisionnement des villes. En Afrique de l’Ouest, le commerce régional contribuerait à 22 % des importations contre 9 % en 1990. La part importée dans la demande alimentaire passerait de 11 % à 15 %. Les échanges intrarégionaux assureraient plus de la moitié contre 14 % en 1990 (prévisions de WALTPS, 1994).

89Tout laisse à penser qu’il y aura à la fois forte instabilité des prix internationaux et tendance à la hausse des prix des produits alimentaires du fait de la réduction des subventions et des protections des agricultures des pays industrialisés suite aux accords de l’OMC. La facture alimentaire de l’Afrique risquerait de croître fortement dans le cas où la substitution d’importation ne se ferait pas de manière significative.

90Il y aura vraisemblablement maintien de la pluralité des circuits d’approvisionnement. L’agriculture intensive sera davantage localisée en fonction des conditions foncières que des proximités de marché. L’intensification de l’agriculture dans des zones éloignées des villes rendra toutefois nécessaire une professionnalisation accrue des tâches d’intermédiation. Elle réduira le poids des circuits domestiques et des circuits courts. Si les circuits publics ont peu de chance de resurgir, les circuits domestiques continueront d’exister mais joueront un rôle second par rapport aux circuits marchands. Les grossistes y joueront un rôle important. Ces circuits marchands s’articuleront avec des organisations industrielles.

91Les disparités spatiales devront être gérées par un aménagement du territoire et par un réseau dense d’infrastructures. En Afrique de l’Ouest francophone, Abidjan et Dakar seront les marchés moteurs. La densification des réseaux urbains et d’intensification des approvisionnements supposent une forte amélioration des moyens de transport à moyenne distance. L’essentiel des liaisons concernera l’« hinterland » des zones côtières en Afrique de l’Ouest.

Comment gérer l’approvisionnement alimentaire des villes ?

92Nous avons vu la complexité des circuits d’approvisionnement qui supposent un pilotage se situant à des échelles diverses.

93Il faut bien entendu prendre en compte les grandes tendances lourdes nationales qui concernent aussi bien le marché international que les facteurs démographiques et donc mettre en place des cellules de prospective. Il faut également une grande flexibilité des politiques pour répondre aux instabilités et aux risques et avoir des cellules d’urgence permettant de répondre immédiatement à des catastrophes (sécheresse, guerres, épidémies).

94Il faut également mettre en œuvre des actions au niveau des collectivités décentralisées, des municipalités. Celles-ci ne sont efficaces que si elles permettent des actions concertées entre les divers opérateurs privés et publics qui interviennent au sein des filières d’approvisionnement. Des relations contractualisées sont généralement les plus efficaces face à l’inefficacité des structures bureaucratiques et au risque spéculatif des marchés.

95Il faut enfin agir au niveau micro-économique à la fois des quartiers, des cellules domestiques et des individus. Les groupes et individus précaires et vulnérables sont ceux qui sont exclus à la fois du marché (faute de demande solvable), des circuits publics (faute d’accès aux produits subventionnés ou donnés) et des réseaux familiaux et sociaux distributifs de l’alimentation. Cette action suppose une mobilisation des pouvoirs publics, des associations de quartiers et des organisations bénévoles, laïques et religieuses, avec concertation et appui des bailleurs de fonds internationaux.

96L’agriculture africaine, comme le soulignent les travaux de Gilbert Etienne, ne doit pas être appréhendée du point de vue technique ou d’un modèle idéal libéral ou étatique. Les facteurs sociaux, historiques, institutionnels et humains pèsent fortement. Les administrations et acteurs des filières jouent un rôle important à côté des paysanneries. Dès lors, les modèles bureaucratiques qui privilégient les encadrements d’en haut, les modèles autogestionnaires qui se placent du point de vue des acteurs du bas, les modèles néolibéraux qui mettent en avant les lois du marché doivent être fortement relativisés face à la résistance des modèles organisationnels et aux dynamiques qui leur sont propres.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALTERSIAL/CERED/ORSTOM
1996 Nourrir les villes en Afrique Subsaharienne
Paris, L’Harmattan.

AZOULAY, G., DILLON, J.-C1.,
1993 La sécurité alimentaire en Afrique. Manuel d’analyse et d’élaboration des stratégies
Paris, Karthala/ACCT.

BENOIT-CATTIN, M. GRIFFON, M., GUILLAUMONT, P.,
1994 Economie des politiques agricoles dans les pays en développement
Paris, Revue Française d’Economie.

BENZ, H.,
1996 Riz local et riz importé en Afrique : les déterminants de la compétitivité
Paris, Thèse EHESS.

BERTHELEMY, J.C1., SECK, A., VOURC’H, A,
1996 La Croissance au Sénégal. Un pari perdu ? Paris, OCDE.

BOSERUP, E.,
1981 Population and Technology
Oxford, Basil Blackwell.

BAIROCH, P.,
1985 De Jéricho à Mexico : villes et économies dans l’histoire
Paris, Gallimard.

CHALEARD M.L.,
1994 Le Temps des villes, le temps des vivres Paris, Karthala.

C.I.R.A.D.,
1996 Approvisionnement vivrier des villes africaines : les organisations au cœur des ajustements ATP.

COUR, J.M.,
1994 Analyse démo-économique rétrospective et esquisse d’image à long terme de l’Afrique de l’Ouest
Paris, OCDE/Club du Sahel, WALTPS.

COUSSY, J., VALLIN, J. (Eds), 1996
Crise et population en Afrique
Paris, Ed. CEPED.

COUTY, Ph., 1996
Les Apparences intelligibles. Une expérience africaine Paris, Ed. Arguments.

DE BANDT, J., HUGON, Ph.,
1988 Les Tiers Nations en mal d’industrie
Paris, Economica.

DUBRESSON, A., MARCHAL, J., RAISON, J.-R,
1984 Les Afriques au Sud du Sahara
Paris, Belin-Reclus

DUPRESSOIR, S.,
1986 Modèles d’organisations commerçantes et dynamisme du marché du riz au Mali
Paris, CIRAD.

ETIENNE, G., GOUROU, P. (Eds),
1985 Des Labours de Cluny à la révolution verte
Paris, PUF.

ETIENNE, G., GRIFFON, M., GUILLAUMONT, P., 1993
Afrique Asie, Performances agricoles comparées
Revue Française d’Economie.

F.A.O.,
1986 L’Agriculture africaine dans les vingt-cinq prochaines années
Rome, (plus cinq annexes).

GIRIJ.,
1986 L’Afrique en panne, vingt-cinq ans de « développement »
Paris, Karthala.

GOREUX, L.M.,
1995 Les premiers effets de la dévaluation du FCFA
Washington, Banque mondiale.

GOUROU, P.,
1991 L’Afrique tropicale. Nain ou géant agricole ?
Paris, Flammarion.

GRIFFON, M., MARTY, I.,
1993 « Politiques agricoles, agro-alimentaires et développement rural en Afrique subsaharienne : un scénario de sortie de crise »
In : Michailof, P.S., La France et l’Afrique. Vade-mecum pour un nouveau voyage, Paris, Karthala.

HUGON, Ph.,
1988 « Le Mal de vivre »
In : Les Tiers Nations en mal d’industrie, Paris, Economica.
1993 L’Economie en Afrique
Paris, Repères.
1994 « Filières agricoles et politiques macro-économiques en Afrique subsaharienne »
In : Benoit-Cattin, Griffon, M., Guillaumont, P., Economie des politiques agricoles dans les pays en développement, Revue Française d’Economie.

HUGON, Ph. COUSSY, J., SUDRIE, O.,
1991 Urbanisation et dépendance alimentaire en Afrique subsaharienne
Paris, SEDES.

HUGON, Ph., POURCET, G., QUIERS-VALETTE, S. (eds),
1994 L’Afrique des incertitudes
Paris, PUF.

LELE, U.,
1988 Le Coton en Afrique : une analyse des écarts de performance
Washington, Banque mondiale.
1991 Aid to African Agriculture: Lessons from Two Decades of Donor’s Experiences
Washington, World Bank Publications, John Hopkins Univer-sity Press.

LIPTON, M.,
1977 Why Poor People Stay Poor. Urban Bias in World Development
London, Temple Smith.

MAINGUY, C,
1992 La Compétitivité extérieure de l’Afrique Subsaharienne. Le rôle des politiques économiques
Paris, Thèse EHESS.

MAKAYA.J.J.,
1996 Importations alimentaires, politiques de stabilisation et urbanisation en Afrique
Paris X-Nanterre, Thèse.

MINISTERE DE LA COOPERATION,
1995 La Compétitivité du coton dans le monde
Paris, 2 vol. 

OSTROM, E.,
1992 Crafting Institutions for Self Government Irrigation Systems
San Francisco, ICS Press.

POURCET, G.,
1996 Institutions et développement rural
Chantilly, Séminaire FORUM, octobre 1996.

RAISON, J.-P.,
1996 « Les Campagnes africaines : un monde en mutation dans un contexte d’incertitude croissante »
In : Bonnamour, J., Agriculture et campagnes dans le monde, Paris, SEDES.

RAVALLION, M.,
1987 Markets and Famines
Oxford, Clarendon Press.

REQUIER-DESJARDINS, D.,
1989 L’Alimentation en Afrique. Manger ce que l’on peut produire
Paris, Karthala.

SEN, A.K.,
1981 Poverty and Famines. An Essay on Entitlement and Deprivation
Oxford, Clarendon Press.

SINGH, SQUIRE, STRAUSS,
1986 An Agricultural Household Model
The Johns Hopkins Press.

TIMMER, C, FALCON, W., PEARSON, S.,
1986 Analyse de la politique alimentaire
Banque mondiale, Paris, Economica.

WALTPS/O.C.D.E./B.A.D./C.I.L.S.S.,
1994 Pour préparer l’avenir de l’Afrique de l’Ouest : une vision à l’horizon 2020
Paris.

Notes

1 Au Sénégal, la part de l’agriculture dans la valeur ajoutée est passée de 20 % (1960-65) à 12 % (1985-90). Nous estimons que pour plus de 50 % de la population active africaine, la population agricole contribue à 20 % du PIB alors que l’informel pour 20 % de la population active contribue à 25 % et que le secteur moderne pour 10 % contribue à environ 45 %. On peut estimer que les écarts de valeur ajoutée par tête entre l’agriculture, l’informel et le secteur moderne sont dans ce rapport de 1 à 2 et 4,3.

2 Ainsi les tests réalisés au Sénégal sur la fonction de production agricole entre 1960-1990 montrent une forte élasticité aux précipitations et une relative réponse de l’offre aux prix relatifs. On n’observe pas de progrès de productivité globale des facteurs. Faute d’engrais et de crédit, la pression démographique a accru la surexploitation des ressources ligneuses. Les paysanneries ont arbitré pour le court terme de la production aux dépens de la conservation/régénération des sols dans un contexte de baisse des prix réels (Berthelemy, Seck, Vourc’h, 1996).

3 La population en sous-alimentation chronique de 96 raillions (sur 268 millions en 1969-71) serait passée à 204 millions (sur 500 millions en 1990-92), soit plus de 49 % et risque d’atteindre 300 millions en 2010 (prévisions Fao). Les disponibilités alimentaires moyennes de l’ordre de 2150 calories par jour en 1970 seraient de 2200 en 1990 (source Fao citée par Azoulay, Dillon, 1993). On note, en revanche, de grands écarts selon les pays. Le Mozambique, l’Angola, le Tchad, les Comores, le Burundi et le Rwanda en Afrique francophone ont des disponibilités alimentaires par tête inférieures à 2000 calories.

4 Base 100 en 1970, elle serait de 80 en 1991. La production alimentaire per capita serait passée pour l’ensemble de l’Afrique subsaharienne en production annuelle (kilos céréales, tubercules) de 297,4 kg (1974-80) à 274,7 (1985-87) et 252,5 (1990-92). Le taux de croissance agricole de 1,8 % (1980-90) serait tombé à 0,7 % (1990-94).

5 Les produits alimentaires sont ceux des sections 0.1 et 4 et division 22 de la CTCI (produits alimentaires et animaux vivants, boissons, tabac et oléagineux).

6 En quantité, les importations nettes de céréales, négligeables dans les années 50, ont crû de 9 % par an au cours des années 60-70 ; elles atteignaient, en 1983-84, 10,8 millions de tonnes pour le blé et 4,0 millions pour les autres céréales contre 5,1 millions de tonnes en 1974. Elles étaient par contre retombées à 10,5 millions de tonnes en 1990 (source : Banque Mondiale). Les importations céréalières (maïs, riz et blé) seraient passées, en millions de $ courants, de 507 en 1973 à 2 183 en 1980, à 2 014 en 1985, à 1 909 en 1991 et 2 631 en 1992. Les chiffres, sans le Nigeria, sont respectivement de : 446,9, 1527, 1526, 1756 et 2388. L’aide alimentaire céréalière de 2,4 millions de tonnes en 1980 était montée à 5 millions de tonnes en 1984/85 avant de retomber à 2,8 millions de tonnes en 1990.

7 Ce schéma est reconstruit à partir d’hypothèses fortes. Il donne des ordres de grandeur. Des chiffres assez différents sont cités par Azoulay et Dillon (1993) pour 1980.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Poids des importations céréalières sur les exportations de biens et services ( %)
Légende Source : Makaya, 1996
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Schéma. Le circuit macro-économique céréalier en Afrique subsaharienne(en millions de tonnes)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Tableau 2. Parallélisme des déficits alimentaires et de l’expansion urbaine des PVD et en ASS
Légende (1) Argentine et Chine exclues ; (3) (4) Selon la norme de 210 kg par habitant. Sources : Bairoch, Pour les Pvd (économie à faible revenu et intermédiaire). US Department of Agriculture pour l’Ass et Banque mondiale.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1597/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 3. Critères de performance des filières agricoles et instruments de politique économique
Légende + : effet positif des Pas - : effet négatif des Pas 0 : effet neutre des Pas
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1597/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Tableau 4. Comparaison de performances des filières coton
Légende Source : U. Lele, 1988. Cœfficent de variation, rapport de l’écart type sur la moyenne.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1597/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Tableau 5. Effets des politiques sur la filière coton
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1597/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 6. Instabilités des prix et des exportations en volume comparé Zone Franc et non Zone Franc
Légende Source : Hugon, CERED.Pe : Prix ou volume moyen sur la période. Pt : Prix ou volume observé annuellement
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1597/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende * : sans pétrole pour 1995 en % du niveau 1993** : avec pétrole pour 1995 en % du niveau 1993Source : Goreux, 1995.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1597/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Tableau 8. Organisation des circuits
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1597/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Tableau 9. Typologie des circuits agro-alimentaires en Afrique
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1597/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search