Version classiqueVersion mobile

Tradition et modernisation des économies rurales : Asie-Afrique-Amérique latine

 | 
Claude Auroi
, 
Jean-Luc Maurer

Réformes agraires postcoloniales et amorces du développement en Corée du Sud et à Taiwan

Philippe Régnier

Texte intégral

INTRODUCTION

1On admet généralement que les NPI d’Asie orientale ont réussi leur développement car ils n’ont pas négligé leur agriculture, contrairement à la plupart des autres pays du tiers monde (Chowdhury 1993 : 58). Leur succès s’explique non seulement par l’adoption durable et flexible de politiques macro-économiques et sectorielles appropriées, mais aussi par l’exploitation avisée de conditions initiales favorables au décollage économique. Parmi ces conditions, la mise en œuvre de réformes agraires figure en bonne place.

2Au-delà de ce constat, il faut examiner les données tangibles des années 1950-70 et surtout rendre compte d’expériences agraires différenciées parmi les NPI, même entre les deux ex-colonies japonaises, Taiwan et Corée du Sud.

3Tout au long de cet article, l’auteur s’attache à démontrer trois hypothèses permettant d’appréhender les expériences convergentes mais singulières de ces deux territoires :

41. Dans le domaine écononomique

5La réforme agraire est une composante importante mais pas nécessairement déterminante de la modernisation agricole : ses résultats positifs sont incontestables (surtout à Taiwan) mais nuancés (surtout en Corée) et doivent être analysés en combinaison avec d’autres paramètres (infrastructure en milieu rural, introduction de nouvelles techniques, politique des prix agricoles, formation des paysans et des cadres, ...).

62. Dans le domaine socio-politique

7La réforme agraire peut aussi constituer un élément important de la recomposition plus au moins totale de l’appareil de l’Etat et de son rôle de développeur au moment de l’indépendance et de la décolonisation : ce processus a été rendu possible dans le contexte d’extrême urgence à Taiwan et en Corée suivant une série de chocs historiques d’une rare intensité dans les années 1940-50.

83. Ainsi, on peut présupposer que la modernisation radicale de l’agriculture, notamment grâce à l’instrument de la réforme agraire, constitue l’une des bases de la refonte de l’assise économique et socio-politique de l’Etat. Cet instrument est d’autant plus important qu’il permet au nouvel Etat d’enclencher un développement rapide de la production agricole et d’amorcer simultanément l’industrialisation par le jeu de transferts de capital humain et financier vers l’industrie naissante.

9L’expérience taiwanaise de la réforme agraire est présentée avant l’expérience sud-coréenne dans un souci de clarté de l’argumentation. En effet, l’île de Taiwan a vécu à partir de 1949 une réforme agraire plus intense, davantage approfondie et moins fragmentaire que la Corée du Sud.

TAIWAN

L’héritage colonial

10Durant la période japonaise, une part substantielle de la terre était dans les mains du colonisateur (système des grandes cultures), et le reste principalement contrôlé par des grands propriétaires absentéistes. En 1949, seulement 35 % des exploitants étaient au moins partiellement propriétaires et une compétition acharnée régnait pour la location de terres arables (1/4 de la surface insulaire est cultivable). Les grands propriétaires imposaient des conditions locatives draconiennes : bail réduit à un an, contrat oral révocable à tout moment, et surtout redevance en nature égale à la moitié au moins de la récolte (parfois 75 %) et payable d’avance (quel que soit le niveau de la récolte suivante). A l’exception d’un effort incontestable des Japonais en matière de modernisation agricole (travaux d’irrigation, introduction d’engrais et de pesticides), la pauvreté prédominante des métayers était à l’origine d’un double problème crucial : problème social d’abord (conditions de vie précaires de l’écrasante majorité de la population), problème économique tout aussi préoccupant (incapacité financière d’investir dans l’amélioration de la productivité).

L’impulsion de la réforme agraire

11L’impulsion de la réforme agraire taiwanaise, largement inspirée par la Commission mixte sino-américaine pour la reconstruction rurale, trouve ses origines dans l’échec des nationalistes chinois sur le continent. La non-application de la loi sur la réforme agraire de 1930 en Chine est analysée a posteriori comme l’un des facteurs déterminants de la prise du pouvoir par les communistes dans les campagnes et de la défaite finale de Chang Kai-Chek sur le continent en 1947-49.

12La réforme agraire s’impose donc à Taiwan dès 1949 autant pour des motifs extérieurs (rivalité compétitive entre deux modèles « révolutionnaires » de développement : l’un nationaliste à Taiwan, l’autre communiste en Chine continentale), que pour des raisons intérieures intangibles :

  • Urgence des besoins alimentaires face à une forte pression démographique et à l’arrivée de deux millions de réfugiés du continent (1949-51) ;
  • Préoccupation sociale et politique afin d’éviter, comme en Chine, le creusement insupportable d’écarts de revenu entre villes et campagnes, entre riches et pauvres ;
  • Souci de préserver et de mieux mettre en valeur une surface cultivable limitée (l’île est très montagneuse), et d’éviter du même coup un exode rural massif et une explosion urbaine concomittante.

La réforme agraire (1949-1954)

13La réforme agraire s’est déroulée en trois étapes, analysées par de nombreux auteurs (Chowdhury 1993 : 61) : réduction des conditions exorbitantes de location des terres, puis vente de terres à prix préférentiel, puis instauration d’un système de rachat-vente.

14La première étape s’appuie sur la loi d’avril 1949 (application de la loi de 1930) qui met fin à l’extrême précarité de la position des métayers. Sous le contrôle vigilant de comités locaux de fermage, la redevance est réduite aux 37,5 % de la récolte effective et l’investissement productif du métayer est encouragé par diverses formes de déductibilité et surtout par l’instauration d’un système de bail de trois à cinq ans indéfiniment renouvelable, sauf si le propriétaire absentéiste revient travailler lui-même ses terres. En cas de vente, le métayer-exploitant dispose d’un droit de préemption.

15La deuxième étape s’appuie sur la loi de juin 1951. Le nouvel Etat du Kuomintang procède à la vente à des conditions très attractives des terres domaniales publiques ou privées de l’ancien colonisateur japonais (notamment celles de la grande compagnie sucrière de Taiwan), soit environ 20 % de la surface cultivée. Chaque lot d’un hectare au plus est vendu au prix de 2,5 récoltes annuelles avec possibilité de remboursement échelonné sur dix ans. Fin 1953, on estime que ces terres ont été redistribuées de la manière suivante : propriétaires (35 %), métayers (24 %), entreprises publiques et organismes d’Etat (41 %).

  • 1 L'exploitation doit couvrir au moins 9 hectares (dont 2 ha irrigués), et dans ce cas toute terre e (...)
  • 2 Bons fonciers garantis par le Trésor (taux : 4 %, remboursables sur six ans) pour 7/10 de la valeu (...)
  • 3 Pour les 3/10èmes restants, offre d'actions dans quatre entreprises industrielles publiques : soci (...)

16La troisième étape, de loin la plus ambitieuse et la plus originale, s’appuie sur la loi de janvier 1953 faisant suite à une énorme travail cadastral (1951-52). Elle autorise l’Etat à contraindre, sous certaines conditions1, les grands propriétaires absentéistes à lui vendre certaines de leurs terres en échange de bons du trésor2 et d’actions dans de grandes entreprises publiques3. Ces terres sont ensuite vendues aux exploitants intéressés par lots d’un hectare dans les mêmes conditions que celles évoquées sous la loi de 1951. En 1953-54, 140’000 hectares (10 % de la surface cultivée) ont été redistribués ainsi à 190’000 petits exploitants et ouvriers agricoles et 15 % de la surface cultivée seulement est demeurée entre les mains de grands propriétaires contre 38 % en 1952.

Des résultats incontestables...

17La plupart des observateurs s’accordent à dire que la réforme agraire taiwanaise a connu des effets positifs incontestables.

  1. Ces effets sont d’abord d’une portée économique considérable, tant sur le plan quantitatif que qualitatif :
  • la réduction des droits de métayage et l’accès étendu à la propriété4 de la terre provoquent une augmentation rapide des revenus des exploitants, et par là même une distribution plus égalitaire du revenu à l’échelle de la population toute entière ;
  • la motivation accrue et la hausse des ressources des exploitants permettent une croissance rapide de la production et de la productivité du secteur agricole dès les années 1950-60 ;
  • la forte progression non seulement de la production et de la consommation d’intrants divers en amont de celle-ci, mais aussi la création de surplus de revenus parmi les ménages ruraux, constitue l’une des bases du décollage industriel de Taiwan, à commencer par l’essor d’une myriade de petites et moyennes entreprises à la campagne (l’une des singularités du modèle taiwanais d’industrialisation) ;
  • la politique d’expropriation non violente et partielle des grands propriétaires absentéistes et surtout l’habile système de compensation nourrissent un autre rouage essentiel de l’industrialisation naissante par transfert de capitaux dormants mais mobilisables.
  1. L’impact de la réforme agraire est tout aussi considérable vu sous l’angle socio-politique, dans la mesure où elle permet d’ancrer dès les premières années et dans toute l’île le nouveau régime nationaliste et son appareil d’Etat. Les points d’ancrage principaux sont les suivants :
  • l’immédiateté et la réussite de la réforme agraire contribuent aux premiers succès reconnus du régime et donc à la légitimation de ce nouveau pouvoir au sein d’une société divisée entre population insulaire et réfugiés continentaux ;
  • le monde rural apporte un soutien sans équivoque et durable au nouveau régime, qui sait adroitement le structurer à son profit par l’édification d’associations locales d’agriculteurs remplissant diverses fonctions économiques et socio-politiques ;
  • le monde urbain des élites taiwanaises traditionnelles d’origine terrienne (propriétaires fonciers absentéistes) acceptent, certes sous la contrainte du Kuomintang, dé jouer le jeu de la réforme agraire et surtout de l’industrialisation naissante par référence antagoniste vis-à-vis de l’expérience coloniale japonaise comme vis-à-vis de la nouvelle expérience communiste sur le continent chinois ;
  • le nouvel Etat nationaliste parvient donc, notamment grâce à la réforme agraire, à recomposer l’ensemble de la société taiwanaise, à construire les débuts de sa légitimité, et surtout les conditions éco-et socio-politiques de sa propre autonomie d’action vis-à-vis des acteurs traditionnels ou conservateurs du passé. Selon Steinberg (1989), la réforme agraire a été rendue possible à Taiwan car il n’y avait pas de grands propriétaires appartenant au Kuomintang et susceptibles d’exercer des pressions paralysant les réformes (à l’époque, il n’existe même pas encore de Ministère de l’agriculture).

Mais aussi des limites

18Les résultats bénéfiques de la réforme agraire ne doivent cependant pas être exagérés, même s’ils sont rarement allés aussi loin ailleurs dans le tiers monde non communiste de l’après-guerre.

19Le débat reste ouvert quant aux modalités de mesure précise des effets économiques directement attribuables ou non à la réforme agraire :

  • Le fort redémarrage de la production agricole entre 1946 et 1951 est antérieur à l’essentiel de la réforme agraire et peut s’expliquer en partie par le niveau d’infrastructures laissé par le colonisateur,5 ne détournant plus à son profit le gros des ressources produites ;
  • La réforme agraire provoque un émiettement considérable des surfaces cultivées, dont la rationalité économique est moins claire que la rationalité sociale et politique. La surface cultivée moyenne par exploitant-propriétaire diminue structurellement, et ce d’autant plus que la conquête de nouvelles terres arables est impossible au regard de la topographie montagneuse.

20Il faudra attendre plusieurs plans successifs de remembrement des terres et de constitution d’associations d’exploitants, à partir des années 1970, pour commencer à surmonter ce handicap.

21La réforme agraire de 1949-54 a creusé le lit d’une seconde réforme d’ajustement en 1982 (2nd Stage Farmland Reform Program), qui privilégiera le remembrement et l’aide à l’achat de terres afin de lutter contre la taille moyenne jugée trop exiguë des exploitations en pleine propriété.

  • La capacité de produire plus et surtout mieux n’est pas devenue soudainement la vertu des exploitants grâce à la seule réforme agraire ; elle est d’abord le fruit d’une nouvelle politique de garantie des prix et des revenus agricoles combinée à de gros investissements publics et associatifs en milieu rural (infrastructures rizicoles, nouvelles techniques de semences et d’engrais, mécanisation, ...).
  • La réforme agraire taiwanaise aurait pu demeurer inopérante si elle n’était venue s’appuyer sur un système d’organisations associatives créées par les Japonais et réactivées/étendues par le nouveau régime du Kuomintang (sous l’égide du Ministère de l’intérieur !). Chaque association est subdivisée localement en unités (districts) el en cellules (au moins 150 exploitations) dont les fonctions de coopérative d’achat et de vente et d’intermédiation financière et technique ont joué un rôle primordial dans la modernisation agricole.
  • Enfin, comme mentionné plus haut, il ne faudrait pas commettre un contresens en établissant un lien monocausal entre la réforme agraire et le décollage industriel. A propos des transferts de revenus des grands propriétaires fonciers comme de la création de revenus supplémentaires chez les petits exploitants accédant à la propriété, on peut seulement affirmer que la réforme agraire s’est combinée à d’autres instruments d’intervention publique afin de faciliter l’organisation efficace d’un système de flux d’échanges intersectoriels entre l’agriculture en voie de modernisation et l’industrie naissante6.

COREE DU SUD

L’héritage colonial

22Dans un environnement géographique et climatique peu favorable à l’agriculture « les Japonais s’étaient approprié les meilleures terres et les plus grandes exploitations coréennes. Ils étaient parvenus à contrôler près de 70 % de la valeur totale des terres. Généralement, la production était prise en charge par des tenanciers coréens qui payaient une rente fixée .... » (Lanzarotti 1992 : 124).

  • 7 (voir Amsden p. 53 à 54). En effet, les Japonais avaient pratiqué une politique de peuplement dire (...)

23Le colonisateur avait certes contribué à un effort de modernisation de l’agriculture, et était aussi à l’origine d’un certain développement préindustriel basé sur le secteur agro-alimentaire (les fameuses trois industries « blanches » de l’époque : riz, farine, sucre). Mais comme souligné par Amsden et Lanzarotti, le système foncier colonial portait en lui tous les germes de déséquilibres économiques et de conflits sociaux potentiels en 1945-50, plus encore qu’à Taiwan7.

24Durant la période postcoloniale, la restructuration de la propriété foncière va découler de la redistribution des terres délaissées par les Japonais, de ventes directes par les grands propriétaires coréens et de la réforme agraire proprement dite. Contrairement à Taiwan, ce processus va être fortement perturbé par diverses secousses historiques liées à la guerre froide et chaude dans la péninsule coréenne.

L’impulsion de la réforme agraire

25Plus encore que dans le cas taiwanais, l’impulsion de la réforme agraire de 1949 peut être imputée à l’administration militaire américaine directement opérationnelle sur place, mais dans un contexte de sécurité intérieure et extérieure extraordinairement troublé.

26Sur le plan intérieur, les motivations des Américains et du premier régime sud-coréen de Syngman Rhee – tous deux soucieux de protéger la propriété privée (grandes propriétés) – sont ambiguës (Steinberg 1989 : 49 et 153).

  • 8 Notamment sur le poids très lourd des remboursements imposés par les vendeurs aux nouveaux proprié (...)

27Une réforme agraire au moins limitée leur semblait s’imposer non pas tant pour des motifs économiques et sociaux que pour des motifs idéologiques et politiques : calmer la paysannerie pauvre afin d’éviter une évolution révolutionnaire à la chinoise et/ou une « contagion » nord-coréenne. Avant même la réforme agraire, les grands propriétaires vont réagir en vendant directement des terres à leurs locataires (700’000 ha vendus ainsi entre 1945 et 1953). Il s’agit là de l’aspect le plus critiquable du processus de redistribution de la terre, car l’Etat initialement impotent ne pourra pas revenir ultérieurement sur ce fait accompli8 et il parviendra à redistribuer seulement 580’900 hectares.

  • 9 Amsden p. 37

28A partir de 1950, la réforme agraire proprement dite va s’étaler sur au moins vingt ans, se heurtant à divers obstacles. La guerre de Corée et les besoins de la reconstruction retarderont ou amputeront ici et là son application réelle. L’intervention américaine directe (aide alimentaire) et la faible motivation du régime sud-coréen fortement corrompu et de plus en plus contesté ne créeront pas davantage le climat approprié entre 1953 et 19599.

La réforme agraire

29La réforme agraire sud-coréenne se déroule en deux phases :

30La première phase (1949-51) consiste en une redistribution des terres sous contrôle japonais (13 à 15 % de la surface irriguée). Celle-ci, achevée après l’armistice mettant fin à la Guerre de Corée, bénéficie à environ 35 % des foyers ruraux.

31La seconde étape, qui débute en 1950, s’appuie sur une législation autorisant l’Etat à redistribuer la terre dans trois cas : exploitations dépassant trois hectares, exploitations détenues par de grands propriétaires absentéistes, exploitations cultivées par des non-propriétaires.

32Au premier abord, on peut constater que la réforme agraire sud-coréenne s’applique à une superficie potentielle nettement moindre qu’à Taiwan en raison des tergiversations initiales du premier régime sud-coréen, mais aussi qu’elle semble moins sophistiquée dans ses mécanismes d’application. Comme le souligne Steinberg, la classe nobiliaire des propriétaires fonciers (les yangban) est entre 1948 et 1960 l’un des piliers du régime, de la même manière qu’elle a hier collaboré avec le pouvoir colonial pour maintenir et même aggraver le système de métayage. Elle a non seulement anticipé la réforme agraire, mais contribué ensuite à freiner son application jusqu’à la chute de Syngman Rhee en 1959.

33Il faudra attendre l’avènement en 1960 du nouveau régime des jeunes militaires conduits par le général Park et oblitérant l’influence des classes sociales priviligiées du régime précédent, pour que l’application de la réforme agraire s’accélère drastiquement (1961-64). En 1965, la Corée du Sud sera véritablement devenue un pays de petits exploitants :

  • 75 % des exploitants sont désormais propriétaires contre 16,5 % en 1947 ;
  • 7 % des exploitants sont seulement de purs métayers contre 42 % en 1947.

Des résultats partiels....

34Presque à l’inverse de Taiwan, c’est surtout sur le plan sociopolitique et moins sur le plan économique que la réforme agraire coréenne peut être qualifiée de succès au moins partiel.

351. (sur le plan sociopolitique)

  • La réforme agraire, ou tout au moins son impulsion, permet au premier régime sud-coréen de désamorcer les fortes tensions économiques et sociales en milieu rural en 1945-50. Plus encore, face aux révolutions radicales en Chine et surtout en Corée du Nordi10, elle lui permet de tenter de se légitimer auprès des masses paysannes en proclamant un nouvel Etat de droit basé sur la redistribution de la terre et sur le principe de l’égalitarisme, contrairement à l’ordre foncier précolonial et colonial.
    Toutefois, la portée sociopolitique de la réforme ne contribue pas à forger ou à recomposer globalement la société et à redéfinir les assises de l’Etat. Le poids foncier des yangban diminue mais non pas leur pouvoir politique tandis qu’il faudra attendre les années 60-70 pour assister à une véritable « révolution » de l’organisation et de l’encadrement des campagnes11.
  • La réforme agraire sud-coréenne a tant sur le plan intérieur qu’extérieur (surtout aux yeux des USA et de la Banque mondiale) contribué à l’image socio-égalitariste de la jeune république. L’anticommunisme importé à l’état pur n’avait pas suffi à établir les bases d’un nouveau régime dans un pays foncièrement agraire. La réforme agraire relayée dès les années 60 par un véritable programme d’industrialisation a véhiculé une vision d’avenir, celle d’une Corée promouvant l’égalité des chances pour chacun, celle d’un Etat confucéen rénové se préoccupant du mieux-être de tous. Même discours, même rêve, mais instruments différents pour répondre au formidable défi lancé par la Corée du Nord, et qui semblait devoir l’emporter sur sa sœur ennemie du sud au moins jusque dans les années 60.

362. (sur le plan économique)

  • « Quelles que soient les différences entre les auteurs recensés – note Lanzarotti12 – il se dégage de leurs analyses une vision de la croissance agricole où celle-ci résulte d’une interaction positive entre facteurs d’impulsion et facteurs de réaction ». On peut donc considérer la réforme agraire comme un facteur d’impulsion : les paysans ayant largement accédé à la propriété (en 1965), leur motivation à produire et leur ouverture à la modernisation vont sous-tendre à la fois la forte croissance agricole et le décollage industriel rapide des années 1970.
  • Les effets économiques directs de la réforme agraire sont très difficiles à mesurer en raison des destructions de la Guerre de Corée et des lenteurs de la reconstruction dans l’immédiat après-guerre. On estime cependant que la réaction positive du monde paysan est à l’origine – en l’absence (faute de moyens mobilisables) de toute autre politique substantielle de modernisation agricole – d’une croissance modeste de la production entre 1955 et 1970, à un rythme excédant légèrement l’expansion démographique. Le surplus agricole est utilisé comme instrument d’aide et de subventionnement dans les villes, jugées politiquement et socialement instables et perméables à la subversion marxiste. L’intervention de l’Etat se traduit par une politique de prix d’achat inférieurs au prix de revient des exploitants. Il est vrai que ceux-ci n’avaient guère de choix face à l’autoritarisme de l’Etat central recherchant sa légitimation dans ses réponses à la situation d’urgence et de nécessité de survie de la nouvelle république.
  • La production de modestes surplus a permis aussi de supprimer graduellement les goulets d’étranglement de fournitures en denrées alimentaires, d’assurer la sécurité durable des approvisionnements, et de réduire les pressions inflationnistes très fortes dans l’après-guerre.

37A plus long terme, on peut cependant relever que la réforme agraire a permis de mettre fin à la spéculation foncière traditionnelle et de canaliser progressivement l’épargne de la classe privilégiée vers d’autres buts (reconstruction, commerce et décollage industriel).

Mais de nombreuses limites

  • 13 Lee et Yamazawa (1990), chapter 10

38Comme dans le cas japonais après la deuxième réforme agraire, la transformation des tenanciers/métayers en propriétaires a eu un impact (partiellement) positif mais peu significatif sur la progression de la productivité agricole en Corée du Sud, tout au moins durant une bonne première décennie13. L’absence de sources fiables distinguant les zones minoritairement touchées par la réforme par rapport aux autres terres empêche toute affirmation catégorique, mais il est néanmoins possible de dégager quelques tendances quant aux autres limites des effets de la réforme.

39En premier lieu, si l’objectif de meilleure distribution du patrimoine foncier a été atteint, celui d’une meilleure répartition du revenu agricole ne l’a été qu’à la mesure de la réduction bien moins immédiate des écarts entre propriétaires riches et exploitants sans terre. La réforme a surtout dilué les tensions sociales en « redistribuant » la pauvreté du monde rural entre tous les paysans (la Corée du Sud est classée en 1960 parmi les pays les moins avancés du tiers monde et, de l’avis général, sans grand avenir économique).

40L’émiettement très poussé et l’exiguité des exploitations ont empêché l’effet-revenu escompté et ont également engendré de sérieux obstacles à la modernisation de l’agriculture.

41On peut également accuser le régime de Syngman Rhee de ne pas avoir discerné, contrairement au régime taiwanais, l’importance de développer l’agriculture et la nécessité d’y investir des ressources substantielles. Il y avait probablement des priorités perçues comme plus urgentes après les ravages de la Cuerre de Corée, un déficit en moyens mobilisables (contrairement à Taiwan dont les ressources financières n’avaient pas été englouties), et des préjugés quant aux contraintes géoclimatiques du milieu naturel et donc quant aux coûts jugés exorbitants de l’objectif d’autosuffisance rizicole.

42Mais on doit dénoncer encore le programme américain PL-480 d’aide alimentaire qui a encouragé les autorités coréennes à négliger l’agriculture. Grâce au PL-480 (1,2 milliard de dollars entre 1948 et 1970, dont 777 millions après 1953), les villes étaient nourries et la main-d’œuvre rurale très pauvre pouvait travailler à des tâches d’intérêt général prioritaires en échange de livraisons alimentaires.

43Sur le long terme, cette assistance américaine durable a eu des effets contre-productifs en maintenant une situation de sous-développement chronique des campagnes et en permettant au gouvernement de différer toute action d’envergure.

44Pour la seconde fois en vingt ans, ce sont des arguments politiques et non économiques qui ont motivé un changement de stratégie à la fin des années 60.

Epilogue... : le décollage tardif de l’agriculture sud-coréenne (années 1970)

  • 14 Les élections de 1971 consacrent un effondrement marqué de la popularité du général-président, au (...)

45Le tarissement de l’aide alimentaire américaine et surtout l’érosion du soutien des paysans au régime du général Park à la fin des années 6014 ont été les leviers d’une nouvelle stratégie de mobilisation administrative, économique et technologique au sein du monde rural. En décalage temporel complet avec la réforme agraire, et non pas couplée/synchronisée avec celle-ci comme à Taiwan, cette nouvelle stratégie devait conduire durant les années 1970 à la période de la plus forte croissance de l’agriculture dans l’histoire coréenne.

46Dépassant ici le thème de cet article consacré à la réforme agraire proprement dite, on se contentera de rappeler brièvement les ancrages de la modernisation de l’agriculture coréenne car ce rappel n’est pas sans présenter des analogies avec l’expérience taiwanaise antérieure.

  1. Le premier ancrage est d’abord politique. De 1971 à son assassinat en 1979, le général Park préside personnellement à une formidable campagne de conscientisation et de mobilisation des masses rurales, d’une rare intensité dans un pays non communiste du tiers monde. L’un des mots d’ordre est d’assurer l’autosuffisance alimentaire au nom de la sécurité et de la défense du pays face à l’ennemi nord-coréen.
  2. L’enrégimentement quasi militarisé du monde paysan s’effectue par le biais d’instruments politico-administratifs descendant jusqu’au niveau du district sous la supervision du Ministère de l’intérieur. L’autorité incontestée dévolue au chef du district (Kunsu) a permis une planification par objectifs très rigoureuse du développement agricole local, relayée par une réorganisation du système des coopératives. La coopérative est le vecteur essentiel de la modernisation agricole (moyens financiers et techniques) fournissant tous les intrants et prenant en charge l’écoulement de la production.15. En dessous des coopératives, c’est-à-dire au niveau des villages, le régime a lancé un « nouveau mouvement communautaire » (Saemaul Undong) de mobilisation des exploitants directement dans leur milieu micro local. Agissant comme une sorte de gouvernement villageois, le mouvement saemaul a désigné de nouveaux leaders n’appartenant pas à l’élite traditionnelle du village (Yangban) : ceux-ci ont fixé à la fois les objectifs de production et la répartition du travail entre les familles et ont contribué au développement de la loyauté (nationaliste) de chaque habitant vis-à vis de l’Etat central. On doit largement à ce mouvement la hausse spectaculaire de la production agricole, de vastes programmes de reforestation, et surtout des travaux gigantesques de développement des infrastructures et de l’habitat en milieu rural tels qu’on peut les observer encore aujourd’hui16.
  3. Enfin, deux autres facteurs ont joué un rôle clé. En collaboration scientifique avec des agronomes américains, un système dit de « guidance » a été mis en place en milieu rural au début des années 70 pour introduire avec un succès extrêmement rapide et spectaculaire des variétés de riz à haut rendement jusque dans des régions reculées du pays : l’ensemble des intrants modernes ont été ainsi mobilisés (nouvelles semences, pesticides et engrais, mécanisation approppriée). Par ailleurs, l’Etat devenant plus prodigue au fil du décollage industriel, des stimulants financiers ont joué un rôle d’incitation économique déterminants :
  • le prix du riz a été considérablement augmenté, passant d’un niveau inférieur au prix mondial à plus du double, afin d’augmenter sensiblement les revenus ruraux (deux à trois fois inférieurs à ceux des villes) ;
  • un système de subventionnement direct à la production-vente a été édifié afin de favoriser à la fois l’exploitant et le consommateur, et de vastes programmes de développement agricole ont été lancés par l’Etat.

47Au prix d’un énorme effort humain et d’un coût matériel démesuré, dont l’endettement de l’Etat coréen a été le corollaire (années 70 et 80), la modernisation de l’agriculture a été finalement réalisée trente ans après l’adoption de la réforme agraire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AMSDEN, A. H.,
1989. Asia’s Next Giant: South Korea and Late Industrialization
New York, Oxford University Press.

CHARDONNET, J.,
1988. Taiwan : un miracle économique
Paris, Editions EDIC, (Chapitre VIII : L’importance du développement agricole).

CHO, L.-J. and Y. H. KIM (eds),
1991. Economic Development in the Republic of Korea: A Policy Perspective
Honolulu, Hawaii University Press.

CHOWDHURY A., and I. ISLAM,
1993. The Newly Industrialising Economies of East Asia
London, Routledge, (Chapter 4 : Agriculture and Rural Development).

HOU, C-M. (ed),
1994. The Taiwan Model of Agricultural Assistance
Taipei, Chung-Hua Institution for Economic Research.

HSIUNG. J. C, (ed.)
1981. The Taiwan Experience (1950-1980)
New York, Praeger.

KIM, K.-S. andJ.-K. PARK
1985. Sources of Economic Growht in Korea (1963-1982)
Seoul, Korean Development Institute.

KIM, K.-D.,
1985. Rethinking Development: Theories and Experiences
Seoul, Seoul National University Press.

LANZAROTTI, M.,
1992. La Corée du Sud : une sortie du sous-développement
Paris, PUF, (Chapitre IV : Développement agricole et industrialisation).

LEE, Ch. H. and I. YAMAZAWA,
1990 Japan and Korea: A Parallel with Lessons
New York, Praeger, (Chapter 9 : Agricultural Development and Policy in Modem Japan and Chapter 10: The Agricultural Foundation for Korean Industrial Development).

LUMLEY, F.A.,
1976. The Republic of China under Chiang Kai-Chek: Taiwan Today
London, Barrie and Jenkins.

REGNIER. Ph.,
1997. « International Security, Political Enlargement and Democratization: The Case of South Korea and Taiwan »
In: M. Schmiegelow (ed), Democracy in Asia, Frankfurt/New York, Campus Verlag and St Martin’s Press, pp 339-364.

SONG, B.N.,
1990. The Rise of the Korean Economy
Hong Kong, Oxford University Press.

STEINBERG, D.I.,
1989. The Republic of Korea: Economic Transformation and Social Change
Boulder and Eondon, Westview Press, (Chapter 10, The Economic Development of Korea, 1953-1986).

TIEN H.-M.,
1989. The Great Transition: Political and Social Change in the Republic of China
Stanford, Hoover Institution Press.

WANG I. K,
1986. Rural Development Studies : Korea and Developing Countries
Seoul, Seoul National University Press.

Notes

1 L'exploitation doit couvrir au moins 9 hectares (dont 2 ha irrigués), et dans ce cas toute terre en surplus doit être cédée au tiers ou à la moitié au maximum de leur valeur.

2 Bons fonciers garantis par le Trésor (taux : 4 %, remboursables sur six ans) pour 7/10 de la valeur des terres expropriées.

3 Pour les 3/10èmes restants, offre d'actions dans quatre entreprises industrielles publiques : société cimentière, société de production de pâte à papier et papier, société industrielle et minère, société pour le développement agricole et forestier.

4 Dès 1955, 3/5e des exploitants sont propriétaires ! En 1985, c'est-à-dire après la 2e réforme agraire de 1982, ce pourcentage dépassera les 4/5e et les purs métayers auront quasiment disparu.

5 Dès 1950-52, le régime nationaliste effectue la réhabilitation du système précolonial et colonial d'irrigation dans les plaines occidentales rizicoles, soit environ 500’000 hectares.

6 Se référer à ce propos aux nombreuses théories des termes de l'échange entre produits agricoles et industriels (au profit de l'industrialisation).

7 (voir Amsden p. 53 à 54). En effet, les Japonais avaient pratiqué une politique de peuplement direct en Corée, y compris en milieu rural (2 à 3 % de la population totale en 1943). Dès les années 1920 (réforme cadastrale et fiscale), le colonisateur avait supprimé le vieux droit coutumier de préemption des métayers sur les terres cultivées, et avait poussé l'exploitation agricole à son maximum. La production avait considérablement augmenté pour couvrir les besoins nippons, mais le niveau de vie rural s'était considérablement dégradé. Ainsi, on comptait 54 % de métayers en 1938 contre 38 % en 1918, et la consommation de riz s'était effondrée de plus de la moitié (index 56 contre 100).

8 Notamment sur le poids très lourd des remboursements imposés par les vendeurs aux nouveaux propriétaires (Chowdhury p. 63).

9 Amsden p. 37

10 Choi M.H., “A Review of Korea's Land Reform”, Seoul, Korean Quarterly, vol. 2, N° 1, pp. 55-63.

11 Amsden, p. 37

12 Lanzarotti (p. 127)

13 Lee et Yamazawa (1990), chapter 10

14 Les élections de 1971 consacrent un effondrement marqué de la popularité du général-président, au pouvoir depuis dix ans. Le chef de file de l'opposition, le fameux Kim Dae Jung, frôle de près la victoire.

15 La réforme aboutit à une concentration du nombre des coopératives (7'500 en 1972 contre 21’000 en 1961) au niveau du sous-district.

16 Seul le programme d'industrialisation en milieu rural a échoué, autre grande différence avec Taiwan. La nationalisation partielle des PME privées à l'avènement du second régime sud-coréen (1960), et surtout la prédilection d'une stratégie d'industrialisation à grande échelle fortement concentrée (conglomérats ou chaebols) n'ont pas laissé d'espace pour un développement industriel en milieu rural, au moins jusqu'à la fin des années 1970

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search