Version classiqueVersion mobile

Tradition et modernisation des économies rurales : Asie-Afrique-Amérique latine

 | 
Claude Auroi
, 
Jean-Luc Maurer

Chine rurale1

La résilience de l’économie paysanne

Claude Aubert

Texte intégral

  • 1 NB : La présente contribution est la version remaniée d'un article précédemment paru dans la revue (...)
  • 1 Voir la comparaison entre l’Inde et la Chine, faite par Gilbert Etienne dans Etienne et Aubert (199 (...)

1Chine et Inde ont en commun de regrouper des masses paysannes considérables dont la satisfaction des besoins alimentaires a toujours été, et reste, un objectif primordial. La Chine comme l’Inde semblent avoir réussi toutes deux à atteindre cet objectif, en dépit d’une croissance démographique sans précédent. Én effet, au cours des cinquante dernières années, ces deux pays-continents ont connu un essor parallèle de leur agriculture, les progrès de la révolution verte leur permettant d’éloigner le spectre des famines d’antan, tout en ouvrant la voie au développement des campagnes1.

2Cette convergence, réelle, des modalités techniques du développement, où semences améliorées, maîtrise de l’eau et engrais ont tenu le premier rôle, ne saurait cacher cependant les grandes différences des voies suivies. Si les structures foncières et les clivages sociaux n’ont guère évolué en Inde, la Chine a connu révolutions agraires, collectivisation et décollectivisation, qui n’ont eu de cesse de bouleverser les hiérarchies sociales et de remettre en cause l’organisation de l’économie. Si l’Inde n’a pas été épargnée par les conflits ethniques ou religieux qui ont traversé son histoire récente, les campagnes chinoises ont connu, elles, pendant près de trois décennies, des violences politiques récurrentes dont on eût pu penser qu’elles en seraient sorties exsangues.

3Or, et contrairement à ce qui s’est passé dans d’autres pays communistes, la paysannerie chinoise a survécu aux affres de la collectivisation. Plus encore, elle a trouvé le ressort d’un formidable rebond, dont témoignent les succès alimentaires récents et l’essor de l’économie rurale de ces dernières années. Après avoir connu des chemins fort contrastés, l’Inde et la Chine se retrouvent donc maintenant avec des paysanneries dynamiques, participant au mouvement de développement général qui caractérise les économies d’Asie.

  • 2 Sa « Théorie de l’Economie Paysanne », écrite dès 1923, n’a été présentée et traduite intégralement (...)
  • 3 L’histoire détaillée des révolutions agraires de cette seconde moitié de siècle en Chine reste enco (...)

4Mais quel est donc, dans le cas de la Chine, le fondement de ce dynamisme des campagnes ? Notre thèse est que cette vitalité est celle même d’une « économie paysanne », cette économie que Chayanov avait décrite dans la Russie du début de ce siècle2 et que, paradoxalement, la Chine aura le mieux illustrée, à son corps défendant, par-delà les heurs et malheurs de révolutions imposées3.

5C’est donc à une relecture de cette histoire récente de la Chine rurale que nous voudrions ici inviter le lecteur, afin de retrouver, par-delà les aléas des politiques successives et contradictoires, les « allers-retours » entre mouvements de collectivisation et de décollectivisation, la permanence du noyau paysan de cette économie, dont la résilience n’aura pas fini de nous étonner.

La collectivisation

6La collectivisation devait être graduelle et des étapes avaient été prévues : équipes d’entraide temporaires, équipes d’entraide permanentes, coopératives de production inférieures, coopératives de production supérieures… Elle fut en fait rapide et les étapes furent sautées. Au cours de l’été 1955, avant que Mao Zedong ne lance la vague « socialiste » à la campagne, les groupes d’entraide regroupaient moins du quart des foyers paysans, et les coopératives moins de 15 % (après pourtant de vigoureuses campagnes de mobilisation au cours des hivers 1953-54 et 1954-55). Un an plus tard, en 1956, 96 % des paysans étaient en coopératives, dont 88 % dans des coopératives « socialistes » (terres collectivisées). En un hiver, la majorité des agriculteurs étaient donc passés d’une agriculture familiale, plus ou moins intégrée dans de petites structures d’entraide, à de grands collectifs regroupant l’ensemble des habitants d’un village.

7Cette collectivisation, portant d’un coup sur plus de cent millions de familles paysannes, semble s’être faite sans violence notable. La communauté villageoise traditionnelle prédisposait-elle donc la paysannerie à ce passage soudain au socialisme ?

  • 4 Nous avons développé le concept de « sociabilité médiate » à l’occasion de l’étude monographique d’ (...)
  • 5 Nous avons mis en évidence cette opposition entre entraide spontanée et entraide provoquée dans les (...)

8Sûrement pas. La simple constitution d’équipes d’entraide permanentes, par le passé, avait déjà posé des difficultés considérables et avait nécessité le recours à la coercition. Certes, de tout temps, les paysans se sont entraidés en Chine, mais il s’agissait d’une entraide spontanée, d’échanges de travail réciproques entre un nombre limité de familles entretenant par ailleurs des relations privilégiées. Cette entraide souple, fondée sur une sociabilité « médiate » (construite à force de cadeaux et services réciproques)4 entre familles s’étant librement choisies, n’était que le prolongement de stratégies économiques individuelles, un simple appendice des économies familiales participantes. Le regroupement en équipes permanentes, sur un mode territorial et non plus électif, d’un nombre de familles important (10 à 15) allait poser notamment le problème du tour (par qui commencer quand la récolte presse ?), introduire des comptes et une sociabilité « froide » (avec règlements et sanctions), nécessiter arbitrages et autorité : celle précisément des cadres communistes imposant les nouvelles structures de production.5

  • 6 Cf. le reportage épique de cette révolution dans un village du Nord de la Chine par Hinton (1966).
  • 7 Cette érosion du « nexus » culturel du pouvoir traditionnel à la campagne a bien été mis en évidenc (...)

9En fait, la violence avait précédé la collectivisation. Au cours de la réforme agraire (1949-1952), la redistribution des terres (40 % des terres avaient alors changé de mains) avait été accompagnée par des « meetings de lutte » contre paysans riches et (petits) propriétaires fonciers6. On estime à plusieurs millions de personnes le nombre des victimes des violences alors commises, dont probablement un million de morts. Les élites rurales (ou du moins ce qu’il en restait après un premier demi-siècle d’érosion du leadership traditionnel de la « gentry »)7 étaient décapitées, et le parti communiste restait seul détenteur de toute légitimité, se substituant aux multiples réseaux d’autorité et de coopération qui reliaient autrefois les communautés paysannes (associations de temples, clans, etc.).

  • 8 Pour une argumentation, parfois discutable, de cette transition en douceur vers le socialisme, voir (...)

10Coupés des réseaux d’alliance traditionnels, divisés par la manipulation faite par les cadres communistes des « dénominations de classes » (paysans riches, moyens-supérieurs, etc.) qui avaient présidé au partage des terres, les villageois avaient surtout vu leurs derniers espaces de liberté économique fondre comme peau de chagrin. A l’automne 1953, l’État avait instauré son monopole sur le commerce des grains, monopole ensuite étendu au coton et aux oléagineux (avec livraisons obligatoires à prix administrés). Privés de débouchés autonomes pour leurs récoltes, les paysans aisés n’avaient plus d’autre choix que de rejoindre les coopératives dès lors qu’elles furent généralisées. Bénéficiant de crédits privilégiés et prioritaires pour les équipements, ces coopératives pouvaient d’ailleurs se révéler assez attractives, pour leurs premiers adhérents du moins.8

Economie paysanne et structures collectives

11La longévité des structures collectives ainsi imposées a du beaucoup, paradoxalement, aux excès du « grand bond en avant ». En 1958, après les premières difficultés des coopératives et les divisions de fait par le biais de contrats familiaux, Mao Zedong pratique la fuite en avant et regroupe les coopératives (ou villages) au sein de communes populaires à l’échelle des cantons. Dès lors, l’organisation quasi militaire du travail par brigades spécialisées, travaillant hors des terroirs familiers aux paysans, jointe aux désordres engendrés par les multiples travaux hydrauliques et la campagne des « petits hauts-fourneaux », désorganise la production et conduit à la famine (plus de 15 millions de morts entre 1959 et 1961).

  • 9 La notion de « lien territorial » a été développée par le géographe Rodolphe de Koninck.

12Les leçons du « grand bond » ne furent perdues ni pour les paysans, désormais sans illusions sur les vertus de la collectivisation, ni pour le parti qui, à partir de 1962 et pour plus de quinze années, s’en tiendra, pour l’essentiel, au modeste niveau de collectivisation de 1’« équipe de production » (25 à 30 familles, soit l’équivalent d’un hameau ou d’un quartier de village). A ce niveau le « lien territorial » est sauvegardé dans le travail paysan qui s’applique à un terroir délimité bien connu9, tandis que les conflits d’intérêts entre familles participantes peuvent être contenus sous la férule des cadres.

13C’est précisément dans ce cadre limité des équipes que 1’« économie paysanne » a pu survivre, expliquant à la fois la longévité de ces collectifs et leur consubstantielle fragilité. « L’économie paysanne », c’est, au départ, la logique économique de l’unité familiale n’employant pas de travail salarié et dont l’objectif n’est donc pas de maximiser un revenu salarial ou le profit d’un capital mais de satisfaire à la consommation de ses membres, dans l’optique (essentielle en Chine) d’un accroissement de sa taille.

14La constitution d’équipes de production, où le travail était rémunéré par des points-travail (rétribués en nature et, très partiellement, en espèces lors de la distribution de fin d’année), allait à l’encontre d’une telle logique dans la mesure où elle introduisait la notion de salariat. Et de fait, les systèmes de rémunération ont toujours été le point faible des collectifs, incapables de motiver sérieusement les paysans. Soit les points-travail payaient la journée aux champs et encourageaient plus la présence que l’ardeur au travail, soit ils rémunéraient des tâches qu’il fallait alors évaluer dans des systèmes trop complexes pour les capacités comptables limitées de paysans souvent illettrés. Ces difficultés n’étaient pas seulement comptables, elles étaient bien plus l’expression de la contradiction inhérente entre les contraintes de l’économie paysanne et le fonctionnement des équipes.

15Travailler plus, sans compter, pour un revenu du travail décroissant mais permettant de maximiser les consommations familiales, ou d’augmenter le patrimoine commun, telle est la philosophie de l’économie paysanne et la norme dans les campagnes, acceptée comme telle dans les unités familiales. Cette norme n’a jamais été acceptée dans les collectifs de travail qui n’ont pas pu, de ce point de vue, supplanter la famille comme entité fondamentale dépassant les intérêts individuels de ses membres. Dès lors, tout système de rémunération ne pouvait donner lieu qu’à des querelles sans fin.

  • 10 Les stratégies individualistes des familles paysannes dans le cadre des collectifs ont bien été ana (...)
  • 11 L’importance des lopins privés a été signalée très tôt, dans son étude pionnière, par Kenneth Walke (...)

16Un modus vivendi a été cependant trouvé pendant ces deux décennies d’agriculture collective permettant de concilier, dans une cote mal taillée, l’impératif politique de la collectivisation et la logique de l’économie paysanne. Aux équipes a été confié l’essentiel des productions de grains, assurant à tous les mêmes rations (au sein d’une même équipe) dans le cadre d’une répartition égalitariste : les familles les plus nombreuses externalisaient ainsi leurs coûts de subsistance aux frais de la collectivité (l’endettement résultant de l’insuffisance du nombre de points-travail gagnés par ces familles par rapport à la valeur des rations consommées n’ayant jamais constitué une contrainte dure à leur égard)10. Et toute l’énergie restante, et la rationalité de l’économie paysanne, était concentrée sur les lopins familiaux assurant aux familles les compléments d’alimentation indispensables (petit élevage et potagers individuels) ainsi que les revenus monétaires pour les menues dépenses domestiques11.

17L’importance des lopins, environ 5 à 10 % des terres cultivées, ne se mesure donc pas à leur seule superficie. Par-delà les vicissitudes des campagnes politiques, où ils étaient parfois rognés ou temporairement supprimés, ils ont assuré, avec les marchés qui en étaient les compléments, la survie d’une économie paysanne plus importante que les statistiques officielles donneraient à penser, et plus encore la continuité d’une petite économie marchande qui allait se révéler décisive lors des réformes à venir.

La décollectivisation

18La coexistence entre économie paysanne et collectif de travail allait se révéler à la longue de plus en plus difficile à maintenir. La concurrence était âpre, en termes de travail, de fumure, entre ces deux secteurs de l’économie agricole. Plus encore, le manque de motivation résultant de l’inadéquation des systèmes de rémunération au mode de travail paysan conduisait à des inefficiences, des gaspillages croissants. Ceux-ci devenaient d’autant plus difficilement supportables qu’entre-temps la révolution verte était intervenue, augmentant considérablement les dépenses de production et nécessitant une gestion plus rigoureuse des collectifs.

19Les réformateurs qui, avec Deng Xiaoping, arrivent au pouvoir en décembre 1978, ont précisément fait leur cheval de bataille de cette remise en cause des systèmes de rémunération des équipes paysannes. Ils proposent désormais de « lier la rémunération à la production », ce qui ne pouvait évidemment se faire qu’en individualisant la production de chacun, donc en divisant les équipes. De fait, un certain nombre de « systèmes de responsabilité » ont alors été proposés, impliquant chacun une division plus ou moins poussée des collectifs de travail.

20Dans les « contrats de production à des groupes », l’équipe est divisée en petits groupes de travail (cinq à six familles), responsables de parcelles déterminées et devant remettre au collectif une quantité donnée des récoltes, payée en points-travail : leur motivation est de pouvoir garder pour eux tout surplus de production. Les « contrats de production aux familles » sont similaires, mais l’unité contractante est la famille et la terre est donc divisée entre toutes les familles. Les « forfaits d’exploitation aux familles » consacrent, eux, une réelle décollectivisation, puisque les points-travail (et les rations) sont supprimés, la famille devenant totalement responsable de ses profits et pertes, vendant ses récoltes mais payant ses intrants.

  • 12 Nous avons retracé en leur temps les péripéties de cette décollectivisation, Cf. Aubert (1982) et ( (...)

21Le fait le plus notable de ces réformes, mises en route à partir de 1979, a été que l’on ne s’est pas arrêté à une forme intermédiaire de décollectivisation. Les divers systèmes décrits plus haut ont été davantage des étapes politiques permettant à la décollectivisation d’avancer à visage masqué que des formes viables combinant responsabilité familiale et répartition collective. En fait, dès que les autorités locales ont été acquises aux réformes impulsées du Centre, et c’était un fait accompli dès la fin 1982, l’ensemble de la paysannerie, libérée des contraintes politiques qui avaient maintenu de force les collectifs, a opté pour les forfaits d’exploitation familiaux (ou « forfaits intégraux »), signant la dissolution définitive des équipes12.

22Ce fait est significatif car il consacre le retour à une forme stable d’économie paysanne. Désormais une convergence totale est restituée entre l’unité de production familiale et l’unité de consommation, convergence qui serait restée inachevée dans les formes intermédiaires des « contrats de production » gardant une part de répartition collective.

  • 13 Pour la synthèse des évolutions les plus récentes apparues dans les campagnes chinoises, Cf. Aubert (...)

23Depuis quinze ans, les exploitations familiales sont donc réapparues, dans un système de fermage généralisé qui n’ose pas dire son nom (les terres restent propriété collective des villages, qui les afferment aux familles paysannes sur des baux de quinze ou trente ans, tandis que des « retenues » sont versées aux cadres villageois pour différents usages collectifs et constituent un fermage de fait). Il en est résulté une efficience accrue des productions, une réorganisation totale des modes de commercialisation des produits agricoles avec le déclin des monopoles d’Etat et l’introduction de mécanismes de marché, une mobilité nouvelle de la main-d’œuvre rurale, libérée du statut de quasi-servage qui était le sien dans les anciens collectifs de travail.13

Une nouvelle économie paysanne

24L’efficience accrue des productions a été manifeste au cours de la période qui a suivi immédiatement la décollectivisation. De 1978 à 1984, la production de grains augmentait ainsi d’un tiers pour atteindre 407 millions de tonnes (5 % de croît annuel). Cet essor s’est ralenti les années suivantes (490 millions de tonnes en 1996, soit 1,6 % de croît annuel), mais la production s’est diversifiée : la récolte de coton a doublé entre 1978 et 1996 (plus de 4 millions de tonnes), celle d’oléagineux a plus que quadruplé (23 millions de tonnes). Plus encore, les produits animaux ont pris le relais des productions céréalières dans la consommation. D’après les chiffres officiels, probablement surestimés, la production de viande aurait atteint 58 millions de tonnes en 1996, plus de cinq fois son niveau de 1978.

25Le fait remarquable est que ces succès, incontestables même si les chiffres sont parfois incertains, ont été obtenus dans le cadre d’exploitations familiales de plus en plus petites (la moyenne est maintenant d’environ un demi-hectare cultivé par exploitation). Pourtant les autorités chinoises avaient bien envisagé le développement d’exploitations familiales « spécialisées », de grande taille, dans la foulée de la décollectivisation. Ces fermes spécialisées devaient permettre, soit par concentration des terres, soit par une spécialisation des activités hors sol, des économies d’échelle et un taux de commercialisation élevé des productions. Certaines spécialisations se sont certes fait jour au cours des dernières années, mais le fait le plus saillant a été davantage la généralisation de mini-fundia, fermes mixtes, mêlant activités agricoles et revenus non agricoles.

26Dans la plupart de ces fermes, un ou plusieurs membres de la famille travaillent en effet dans des petites entreprises rurales ou à la ville. Les petites entreprises rurales se sont multipliées et près de 120 millions de ruraux y travaillent la majeure partie de l’année, soit plus du quart des 450 millions d’actifs à la campagne. A ce nombre s’ajoutent quelque 80 millions de migrants saisonniers s’employant en ville durant la morte-saison.

  • 14 Nous avons analysé le développement de cette industrie rurale et les formes nouvelles d’urbanisatio (...)

27Cette évolution vers un statut mixte des foyers ruraux correspond tout à fait à la logique de l’économie paysanne. Dès lors que les ressources en terre sont limitées, la satisfaction des consommations familiales est recherchée au travers de la complémentarité de revenus non agricoles, la ferme continuant d’assurer les consommations alimentaires de base. Cette optimisation des revenus familiaux ne correspond évidemment pas à celle de l’exploitation agricole proprement dite, au grand désespoir des économistes ruraux chinois qui déplorent la faible efficience de ces mini-fundia à la très basse productivité du travail. Elle remplit toutefois parfaitement son rôle du point de vue des familles paysannes et permet de surcroît une transition en douceur dans le cadre de l’industrialisation rurale et de l’urbanisation progressive de la Chine14.

28Une autre manifestation de cette économie paysanne à l’œuvre en Chine recoupe cet autre regret des économistes chinois, celui de la propension paysanne à des dépenses improductives à leurs yeux, telles que la construction effrénée de nouvelles maisons, ou les dépenses somptuaires lors des mariages et enterrements. Il s’agit là encore, et malgré les apparences, d’investissements très rationnels de la part des unités économiques familiales. Hormis le fait des incertitudes de la politique rurale et d’un mode de propriété des terres n’invitant pas aux investissements clans l’agriculture, la construction de nouvelles maisons constitue, dans le contexte actuel, le seul moyen d’attirer des brus dans la famille, et donc de maintenir à terme la continuité de la force de travail familiale, base, plus encore que la terre, de l’économie paysanne (la terre, divisée égalitairement lors de la décollectivisation, n’est d’ailleurs plus réajustée que de façon marginale en fonction des évolutions de la taille des familles).

  • 15 Ces échanges dont nous avons montré le rôle central dans la mise en œuvre d’une sociabilité médiate (...)

29De la même façon, les banquets, lors des mariages ou enterrements, sont le lieu privilégié de la réactivation, ou de l’établissement de nouvelles relations interpersonnelles qui sont le vrai capital de la famille. Les échanges de cadeaux ou d’« enveloppes rouges » qui interviennent alors sont de véritables investissements, dans la mesure où l’économie paysanne se nourrit des réseaux informels, et électifs, d’échanges et de solidarité qui apportent crédit (tontines), opportunités d’emplois ou plus simplement l’appoint de main-d’œuvre lors des gros travaux agricoles (échanges de journées de travail ou d’animaux de labour)15.

30C’est sur ce fond d’économie familiale et de réseaux de relations interpersonnelles qu’a prospéré le formidable esprit d’entreprise qui a permis le succès des réformes rurales en Chine. Le problème maintenant est celui de l’interface entre cette économie paysanne et l’économie globale du pays.

31Cette interface, révélatrice quant aux rapports de force entre la paysannerie et l’Etat, peut être commodément appréhendée au travers des problèmes de la commercialisation des produits agricoles. Bien entendu, l’économie paysanne est ouverte sur le marché. La réapparition des exploitations familiales a de fait coïncidé avec une réintroduction des mécanismes de marché, et un recul des monopoles étatiques. Dès 1985, la commercialisation des produits animaux, des fruits et des légumes était libéralisée, l’essentiel des transactions se faisant désormais sur les marchés paysans. Une totale libéralisation n’a pu se faire, par contre, pour les grains, les oléagineux et le coton. Pour autant, l’Etat a dû consentir de lourdes concessions aux intérêts paysans. Encore prédominant pour les achats des surplus de grains (transitant à plus de 70 % par les stations étatiques) l’Etat a été obligé d’augmenter considérablement les prix payés aux producteurs, au travers d’un système de « double rail », combinant quotas de livraisons obligatoires à prix administrés et ventes négociées à prix de marché.

32Le prix moyen d’une tonne de grains semi-usinés (blé, riz poli) est ainsi passé de 260 yuans en 1978, avant la décollectivisation, à 360 en 1984 (soit une hausse de près de 20 % en termes réels, les quantités livrées ayant par ailleurs plus que doublé grâce à la montée en puissance des ventes « hors quotas » payées 50 % plus cher).

33Après la mise en place du double rail en 1985, la hausse se poursuivait jusqu’à la fin des années 1980 (750 yuans en 1989, soit encore 20 % en termes réels) avant que les récoltes records de 1990 ne fassent chuter les prix. La tentative avortée de libéralisation de 1993 a de nouveau relancé les prix (et l’inflation), la tonne de grain atteignant près de 1600 yuans en 1996, soit une hausse en termes réels de 15 %. Au total, les grains se sont donc appréciés de quelque 70 % depuis le début des réformes, tandis que les revenus paysans (toujours en termes réels) augmentaient de plus de 150 %.

Une paysannerie encore sous tutelle

  • 16 Certains ont même avancé à cet égard la notion de « pouvoir paysan », Cf. Kelliher (1992).

34Cette progression considérable des prix agricoles, expliquant pour une large partie la progression des revenus paysans, est le signe d’un renversement des rapports de force entre l’Etat et une paysannerie affranchie des structures collectives16. Malgré le maintien d’un certain nombre de monopoles commerciaux, l’Etat n’est plus en mesure d’extraire à bas prix les surplus paysans. Pour autant, l’économie paysanne n’est pas en situation dominante. Si la paysannerie peut désormais freiner ses livraisons et faire monter les prix, elle n’est toujours pas en mesure de s’organiser librement, de gérer les marchés, et, a fortiori, d’être son propre maître dans les villages.

  • 17 Le rôle des cadres villageois et son évolution, dans le contexte changeant des règles de partage de (...)

35Tandis que l’économie de marché s’instaure partout à la campagne, le manque se fait en effet cruellement sentir d’organisations intermédiaires entre les familles paysannes et l’Etat, entre les petits producteurs et les marchés. De ce point de vue, l’aventure de la collectivisation n’aura pas été un simple « aller-retour » ramenant l’économie paysanne à son point de départ. Certes, d’un côté, l’accès à la terre est maintenant garanti pour tous à la campagne, dans le cadre des forfaits d’exploitation, ce qui est un progrès considérable par rapport aux pays où la réforme agraire reste à faire. Mais d’autre part, les structures intermédiaires ont disparu, laissant la place à l’encadrement communiste des villages. Même si beaucoup de ses membres se sont reconvertis depuis dans les affaires17, cet encadrement demeure très présent, reste autoritaire et abuse fréquemment de son pouvoir. Dans les villages, la « sociabilité médiate » de la paysannerie, caractérisée traditionnellement par la réciprocité des échanges et l’équilibre des relations humaines, cède donc le pas à des rapports dominés par la corruption et l’arbitraire. Et, en réponse à ces excès, des émeutes paysannes ont refait çà et là leur apparition.

36Si la viabilité de l’économie paysanne n’est pas fondamentalement remise en cause par cet environnement, il est clair que son bon fonctionnement, sa bonne intégration aux marchés, l’articulation de ses intérêts vis-à-vis des pouvoirs dépendra donc dans une large mesure de la capacité des communautés rurales à s’auto-organiser, à générer un leadership diversifié, bref à s’émanciper de la tutelle communiste. Cette perspective reste malheureusement encore fort peu d’actualité dans la Chine d’aujourd’hui.

Bibliographie

Bibliographie

AUBERT, Cl., 1982, « Chine rurale : la révolution silencieuse », Projet, septembre-octobre 1982.

—,1984, « La nouvelle politique économique dans les campagnes chinoises », Le Courrier des Pays de l’Est, juillet-août 1984.

—,1986, « Les Réformes agricoles, ou la genèse incertaine d’une nouvelle voie chinoise », Revue Tiers-Monde, numéro spécial « Les Réformes en Chine » (Cl. Aubert (sldr)), octobre-décembre 1986.

—,1988, « Villes et campagnes en Chine », Cahiers d’Economie et Sociologie Rurales, INRA, 1er trimestre 1988.
—,1990, « Economie et société rurales », La Chine au XXe siècle, de 1949 à aujourd’hui, M.-Cl. Bergère, L. Bianco, J. Dômes (éd.), Fayard.

—,1992, « Agriculture chinoise de la crise à la reprise », Le Courrier des Pays de l’Est, mai 1992.

—,1995, « Exode Rural, exode agricole en Chine, la grande mutation ? », Espaces-Populations-Sociétés, 2/1995.

—,1996, « Chine rurale : le fossé villes/campagnes », Revue Tiers-Monde, numéro spécial « La Chine après Deng » (Cf. Aubert, J.-P. Cabestan et F. Lemoine (sldr)), juillet-septembre 1996.

—,1997, « L’agriculture chinoise : pour une approche régionale », in : Déméter, Economie et stratégies agricoles, Paris, Armand Colin.

AUBERT, Cl, Y. CHENG, 1984, Les Greniers de Mancang, chronique d’un village taïwanais, Paris, 4 vol. (ronéo INRA).

AUBERT, CL, Y. CHENG, K. LEUNG, 1982, « Entraide spontanée, entraide provoquée en Chine rurale : l’intervention communiste (1943-1944) », Annales, économies, sociétés, civilisations, mai-juin 1982.

CHAN, A., R. MADSEN, J. UNGER, 1984, Chen Village, the recent history of a peasant community in Mao’s China, Berkely, Univ. of California.

CHAYANOV, A. V., 1966, The Theory of Peasant Economy, D. Thorner, B. Kerblay and R.E.F. Smith (eds), The American Economic Association, Irwin.

DOMENACH, J.-L., 1982, Aux Origines du grand bond en avant, le cas d’une province chinoise, 1956-1958, Paris, E.H.E.S.S.

DÖMES, J., 1980, Socialism in the Chinese Countryside, rural societal policies in the People’s Republic of China, 1949-1979, Montréal, McGill University Press.

DUARA, P., 1988, Culture, Power, and State, Rural North China, 1900-1942, Stanford.

ETIENNE, G., Cl. AUBERT, 1992, « Les progrès et les aléas de l’agriculture et du monde rural », Economie Prospective Internationale, numéro spécial « La Chine et l’Inde en transition », Paris, CEPII.

FRIEDMAN, E., PC. PICKOWICZ, M. SELDEN, 1991, Chinese Village, Socialist State, Yale University Press.

HINTON, W. H., 1971, Fanshen, la révolution communiste dans un village chinois, Paris, Pion (édition originale 1966).

KELLIHER, D., 1992, Peasant Power in China, the era of rural reform, 1979-1989, Yale University Press.

HUANG Sh., 1989, The Spiral Road, change in a Chinese village through the eyes of a communist party leader, Westview Press.

NEE, V., 1985, « Peasant Household Individualism », in: Chinese Rural Development, the great transformation, W. Parish (ed.), Sharpe.

OI, J.C, 1989, State and Peasant in Contemporary China, the political economy of village government, University of California Press.

PUTTERMAN, L., 1993, Continuity & Change in Rural China, collective & reform eras in perspective, New York, Oxford, University Press.

SHUE, V., 1980, Peasant China in Transition, the dynamics of development towards socialism, 1949-1956, Berkeley, University of California Press.

SIU, H.H., 1989, Agents and Victims in South China, accomplices in rural revolution, New York, Yale University Press.

WALKER, K.R., 1965, Planning in Chinese Agriculture, socialisation and the private sector, 1956-1962, London, Frank Cass.

YAN, Y., 1996, The Flow of Gifts, reciprocity and social networks in a Chinese village, Stanford, Standford University Press.

YANG, M.M., 1994, Gifts, Favors &Banquets, the art of social relationships in China, Ithaca, NY, Cornell University Press.

Notes

1 Voir la comparaison entre l’Inde et la Chine, faite par Gilbert Etienne dans Etienne et Aubert (1992).

2 Sa « Théorie de l’Economie Paysanne », écrite dès 1923, n’a été présentée et traduite intégralement en anglais qu’en 1966 par Thorner, Kerblay et Smith, Cf. Chayanov (1966).

3 L’histoire détaillée des révolutions agraires de cette seconde moitié de siècle en Chine reste encore à écrire. Les historiens, tels Mac Farquhar ou Parris Chang, ne les ont abordées le plus souvent qu’à travers le prisme des luttes politiques qu’elles ont engendrées. On pourra lire cependant avec intérêt les études de Dômes (1980) et de Domenach (1982). Pour une approche économique de toute cette période, avec l’exemple d’un canton de la Plaine du Nord, voir Putterman (1993). Quelques monographies villageoises récentes retracent cette histoire dans son contexte local, Cf. un village modèle de la Chine du Nord enquêté par Friedman, Pickowicz et Selden (1991), un canton du Sud étudié stir la longue durée par Siu (1989), un autre village du Guangdong traversé par la révolution culturelle et décrit au travers des interviews réalisées par Chan, Madsen et Unger (1984). Mais rien ne vaut que de laisser la parole à l’un des protagonistes de cette aventure comme le fait Huang Shu-min (1989) dans son petit livre qui est le seul à nous la faire vivre de l’intérieur.

4 Nous avons développé le concept de « sociabilité médiate » à l’occasion de l’étude monographique d’un village de Taiwan, Cf. Claude Aubert et Cheng Ying (1984).

5 Nous avons mis en évidence cette opposition entre entraide spontanée et entraide provoquée dans les premières équipes des zones libérées du Nord de la Chine in Aubert, Cheng et Leung (1982).

6 Cf. le reportage épique de cette révolution dans un village du Nord de la Chine par Hinton (1966).

7 Cette érosion du « nexus » culturel du pouvoir traditionnel à la campagne a bien été mis en évidence par Duara (1988).

8 Pour une argumentation, parfois discutable, de cette transition en douceur vers le socialisme, voir Shue (1980).

9 La notion de « lien territorial » a été développée par le géographe Rodolphe de Koninck.

10 Les stratégies individualistes des familles paysannes dans le cadre des collectifs ont bien été analysées par Nee (1985).

11 L’importance des lopins privés a été signalée très tôt, dans son étude pionnière, par Kenneth Walker (1965).

12 Nous avons retracé en leur temps les péripéties de cette décollectivisation, Cf. Aubert (1982) et (1984).

13 Pour la synthèse des évolutions les plus récentes apparues dans les campagnes chinoises, Cf. Aubert (1986), (1992), (1996) et (1997).

14 Nous avons analysé le développement de cette industrie rurale et les formes nouvelles d’urbanisation par les bourgs et petites villes in Aubert (1988) et (1995).

15 Ces échanges dont nous avons montré le rôle central dans la mise en œuvre d’une sociabilité médiate (Aubert et Cheng, 1984), ont été récemment redécouverts et analysés dans la littérature anglo-saxonne, Cf. Yang (1994) et Yan (1996).

16 Certains ont même avancé à cet égard la notion de « pouvoir paysan », Cf. Kelliher (1992).

17 Le rôle des cadres villageois et son évolution, dans le contexte changeant des règles de partage des récoltes entre Etat, collectivité et paysans, a bien été étudié par Jean Oi (1989).

Notes de fin

1 NB : La présente contribution est la version remaniée d'un article précédemment paru dans la revue Historiens et Géographes sous le titre « Collectivisation/décollectivisation en Chine rurale, ou le triomphe de l’économie paysanne » (N° 340, mai-juin 1993 : 127-135).

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search