Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sanctions des Nations unies et leurs effets secondaires

 | 
Djacoba Liva Tehindrazanarivelo

Remerciements

A la mémoire de mes parents, Djacoba et Bisary

A Mamy, Andry et Mazava, la vie continue…

Texte intégral

1La présente étude est le fruit de plusieurs années de recherche effectuée principalement à l’Institut universitaire de hautes études internationales de Genève (Suisse). Elle a bénéficié de l’aide de plusieurs personnes, parmi lesquelles j’aimerais citer le professeur Georges Abi-Saab, mon directeur de thèse, dont les observations et conseils ont été inestimables tant dans mon enrichissement personnel que dans le mûrissement progressif de mon projet initial. Je lui sais également gré de son humanisme et de sa continuelle disponibilité après sa prise de fonction au sein de l’Organe d’appel de l’Organisation mondiale du commerce. Que le professeur Vera Gowlland-Debbas trouve dans ces quelques lignes l’expression de ma profonde gratitude pour tout ce qu’elle a apporté à la présente étude. Les nombreuses années passées à suivre ses enseignements, en tant qu’étudiant puis assistant, ont grandement enrichi mes réflexions sur le droit des Nations Unies et sur les sanctions dans le cadre des organisations internationales. De même, je tiens à remercier le professeur Linos-Alexandre Sicilianos pour les fructueuses discussions que nous avons eues au Centre d’étude et de recherche de l’Académie de droit international de la Haye, et pour ses précieuses remarques sur bien des aspects de la présente étude.

2Mes remerciements vont également au professeur Christian Dominicé pour ses observations et conseils au début de la recherche ; au professeur Laurence Boisson de Chazournes pour son soutien constant tout au long de mes études à l’Institut et sa relecture de la version initiale de la présente étude ; et aux nombreuses autres personnes de Madagascar, de Suisse, de France et des Pays-Bas qui ont participé d’une façon ou d’une autre à l’achèvement de ce travail de longue haleine. Que les personnels des Bibliothèques de l’Institut universitaire de hautes études internationales, du Palais des Nations à Genève et du Palais de la Paix à La Haye trouvent ici le fruit de leur professionnalisme et encourageante disponibilité.

3Pour terminer, j’aimerais adresser ma profonde reconnaissance envers mes parents ainsi que mes frères et sœurs qui, chacun à sa manière, m’ont donné les moyens de réaliser mon ambition en venant étudier en Europe. Mes sentiments à cet égard se résument dans ce proverbe malgache : « Ny hazo no vanon-ko lakana, ny tany naniriany no tsara ». Qu’il me soit enfin permis de singulariser ici deux personnes qui ont subi plus que d’autres les effets secondaires de la préparation de cette étude, à savoir mon épouse, Mamy, qui a supporté mes nombreuses absences sans que cela ait entamé son soutien indéfectible et son encouragement, et notre fils, Andry, qui trouvera dans ces pages l’explication de la présence non constante de son père.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.