Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire l’Europe

 | 
Andre Liebich
, 
Basil Germond

L'Union européenne et le monde

L’Union européenne et l’Asie centrale : de la redécouverte à la coopération

Mohammad-Reza Djalili et Thierry Kellner

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1A la suite de l’implosion de l’URSS, la nécessité pour les États européens, de manière bilatérale ou sous forme multilatérale à travers l’Union Européenne, de s’engager dans une politique active en direction des nouveaux États d’Asie centrale est devenue rapidement une évidence. Cet engagement européen se justifiait de manière positive par les opportunités intéressantes qu’offraient ces pays sur le plan énergétique, économique et politique mais aussi, de manière négative en raison des problèmes qu’ils véhiculaient et qui pouvaient à terme porter atteinte aux intérêts européens. Ce qui par contre était moins clair pour les Européens, c’était la nature, l’intensité et les objectifs de leur engagement. Fallait-il utiliser des moyens importants dès le début ou procéder par tâtonnement et par étapes successives ? Quels aspects de leurs activités devaient-ils privilégier ? Comment procéder en ménageant à la fois les susceptibilités russes et les sensibilités locales ? Comment élaborer une politique efficace par rapport à une immense région sur laquelle on ne possédait que des informations fragmentaires et une connaissance superficielle et cela surtout à propos de son évolution contemporaine ? Certes, l’Europe avait déjà quelques expériences dans l’aide aux pays en transition de l’Europe de l’Est mais cette expérience était-elle d’une quelconque utilité pour les républiques d’Asie centrale ayant une trajectoire historique tout autre et faisant partie d’un univers culturel totalement différent ? Toutes ces questions ont accompagné l’élaboration et la mise en place des politiques européennes bilatérales et multilatérales en direction des États d’Asie centrale. Aujourd’hui, près de vingt ans après les indépendances, il est intéressant de s’interroger sur l’impact, les réussites et les éventuels échecs de la politique européenne afin d’en évaluer les effets dans la région tout en se demandant si l’UE, en tant qu’acteur géopolitique, a été à la hauteur de ses ambitions et de son potentiel. Cet exercice devrait aider à mieux comprendre les possibilités qui s’offrent à l’Union européenne à l’heure où l’on assiste à de nouveaux réajustements régionaux et internationaux en Asie centrale suite au renforcement des positions russes, à une implication plus grande de la Chine dans cette zone, à un affaiblissement des Etats-Unis, en raison de leur enlisement en Irak et des difficultés qu’ils rencontrent en Afghanistan, et à la montée en puissance de l’Iran, pays qui cherche aussi à jouer un rôle important dans cette région.

I. L’indépendance des Républiques d’Asie centrale : quelles opportunités et quels risques pour l’UE ?

  • 1 Au Caucase également, l’Union européenne a tâtonné avant de mettre en place une « politique europée (...)
  • 2 D’après Nargis Kassenova, “The EU in Central Asia: strategy in the context of Eurasian Geopolitics(...)
  • 3 “German FM Sketches new EU Policy for Central Asia, Uzreport, January 24, 2007.
  • 4 Heidi Wegener, “Central Asia: At last Europe may be getting its act together, Europe’s World, n° 5 (...)

2Entre 1989 et 1991, la chute du Mur de Berlin et l’effondrement de l’Union soviétique ont obligé les pays de l’Europe occidentale à reconsidérer totalement l’ensemble de leur politique à l’égard de l’Europe de l’Est et à formuler, de toutes pièces, de nouvelles politiques destinées à réguler leurs relations avec les nouveaux États indépendants de l’espace ex-soviétique. Par ordre de priorité, et en toute logique, l’Europe s’est d’abord intéressée aux pays de l’Europe centrale et orientale sortis du giron soviétique. En même temps, elle a essayé de mettre en place une politique envers la Russie en raison de l’importance de ce pays et du statut de grande puissance qu’il gardait sur la scène internationale en occupant, par exemple, un des cinq sièges permanents au Conseil de sécurité des Nations unies. Puis, les Européens se sont penchés sur la situation des républiques européennes de l’espace ex-soviétique ayant accédé à l’indépendance : les États baltes en priorité pour des raisons historiques, l’Ukraine, le Belarus et la Moldavie par la suite. A l’arrière-plan de toutes ces priorités, on trouve ensuite les trois États de Transcaucasie, proches géographiquement de l’Europe, suivis finalement des cinq républiques d’Asie centrale1. Ces dernières, au départ assez méconnues et éloignées par la distance géographique mais aussi mentale des Européens, périphériques même au sein de l’URSS et considérées vu d’Europe comme les plus arriérées de l’espace soviétique et les moins susceptibles d’embrasser les valeurs et les normes européennes2, n’ont guère éveillé l’intérêt. Comme l’a reconnu le ministre allemand des Affaires étrangères en janvier 2007, “It’s a kind of gap in our European conscionsness. As far as our common European past is concerned I can’t see any stage where people were strongly interested in this region3. Si l’Union européenne n’a pas complètement ignoré les opportunités et les défis que présentaient cette région, ce n’est cependant que très graduellement, tardivement et de manière peu structurée que son action à l’égard de l’Asie centrale s’est développée. Au printemps 2007, Hedi Wegener, présidente du groupe parlementaire Allemagne-Asie centrale au Bundestag a ainsi pu qualifier l’action menée par l’Union au cours des quinze dernières années en direction des républiques centre-asiatiques de “rather aimless, unplanned and uncoordinated 4. Un jugement sévère.

3Parmi les opportunités que les États de l’Asie centrale offraient à l’Europe, il y a d’abord l’accès à de nouveaux marchés regroupant près de 55 millions de personnes et qui, jusqu’en 1991, étaient presque inaccessibles. Mais c’est surtout l’importance des matières premières (hydrocarbures, uranium, minerais divers, productions agricoles, coton, etc.) de la région qui a suscité l’intérêt des acteurs économiques européens, au premier rang desquels, les compagnies minières et surtout pétrolières (Shell, Total, ENI, Agip, BP, Repsol, etc.) ou de services pétroliers (comme Technip ou Schlumberger). Dès le début des années 90, ces dernières se sont intéressées au potentiel du bassin de la mer Caspienne d’abord à l’Azerbaïdjan puis au Kazakhstan et au Turkménistan. Dans la période post-11 septembre, avec la guerre d’Irak, la montée des prix du pétrole et du gaz, le débat sur la question du « pic pétrolier » et les inquiétudes liées à la question de la sécurité énergétique, les hydrocarbures ont pris une place croissante dans les préoccupations européennes à l’égard de l’Asie centrale. Paradoxalement, contrairement aux États-Unis, la position géostratégique de la région n’a pour sa part guère suscitée l’intérêt de l’Union.

  • 5 Le Tadjikistan a été confronté à une guerre civile entre 1992 et 1997. Après une première phase d’u (...)

4Quant aux défis, l’instabilité potentielle de la région, le risque de voir se développer des conflits de basse intensité et des « zones grises » liés à l’effondrement de l’État ou au phénomène d’« États faillis » ou « défaillants », la possible montée en puissance du fondamentalisme islamique, la possibilité de conflits liés aux tensions interethniques ou séparatistes, l’évolution de la situation au Tadjikistan5 et en Afghanistan, les risques liés à la présence en Asie centrale d’armes de destruction massive héritées de l’URSS, etc. comportaient autant de menaces dont les effets néfastes pouvaient très rapidement dépasser les frontières de la région et peut-être avoir des répercussions jusqu’en Europe. A cela, seront ajoutés un peu plus tard d’autres défis sécuritaires non traditionnels comme le possible développement du terrorisme, le trafic de la drogue en provenance d’Afghanistan, le trafic d’arme et la criminalité internationale, les problèmes environnementaux, les questions liées à l’immigration illégale ou celles relatives à l’état critique des systèmes sanitaires de la région, qui offrent des conditions idéales pour la propagation des épidémies, etc.

II. La mise en place de relations bilatérales

  • 6 On comptait environ 100 000 Allemands au Kirghizstan à l’indépendance de ce pays. Aujourd’hui, ils (...)
  • 7 Les Allemands du Kazakhstan sont pour la plupart des descendants des Allemands de la Volga, déporté (...)
  • 8 IMF, Direction of Trade Statistics Yearbook 2007, International Monetary Fund, Washington, DC, 2007 (...)
  • 9 Chiffres de la Banque nationale du Kazakhstan (2005), cités dans A. de Montesquiou, Vers un nouveau (...)
  • 10 <http://www.auswaertiges-amt.de/diplo/en/Laenderinformationen/0l-Laender/Kasachstan.html>
  • 11 Roger Mcdermott, “Kazakhstan deepens ties with Germany”, Eurasia Daily Monitor, February 8, 2007.
  • 12 Sur les relations germano-kirghizes, voir <http://www.auswaertiges-amt.de/di-plo/en/Laenderinfornia (...)
  • 13 Le Tadjikistan abritait également une petite minorité allemande. Les 39 000 Allemands qui vivaient (...)
  • 14 Tachkent dispose ainsi d’un Institut Goethe.
  • 15 Anja Schoeller-Schletter, “Germany takes low-key approach toward Uzbekistan”, Eurasia Insight, Sept (...)
  • 16 Sanobar Chermatova, « Nouveau départ entre Tachkent et Washington », RIA Novosti, January 29, 2008.

5Sur le plan bilatéral, des relations entre certains grands pays européens et les Républiques d’Asie centrale se sont tissées rapidement pour diverses raisons. Ainsi l’Allemagne, du fait de la présence d’une importante communauté d’origine allemande en Asie centrale – surtout au Kirghizstan6 et au Kazakhstan7 –, a très vite développé des relations politiques, économiques et culturelles conséquentes avec les pays de cette région et y est devenue un des acteurs européens les plus actifs. Avec le Kazakhstan, Berlin a mis en place d’importantes relations politiques dès les années 90. Les visites et les échanges de personnel politique et diplomatique ont été nombreux jusqu’à aujourd’hui. Pour ne prendre que quelques exemples récents, le président kazakh s’est rendu en visite officielle à Berlin en 2004 et 2007 alors que le chancelier G. Schröder a fait le déplacement au Kazakhstan en 2003, suivi des ministres allemands des Affaires étrangères, puis du commerce, respectivement en novembre 2006 et octobre 2007. Les deux pays entretiennent par ailleurs un dialogue politique régulier. Sur le plan économique, le Kazakhstan est le troisième partenaire de l’Allemagne dans l’espace de la CEI derrière la Russie (1er) et l’Ukraine (2e) alors que la République fédérale est en 2006 le plus important partenaire commercial d’Astana au sein de l’Union européenne devant l’Italie (2e) et la France (3e). Les entreprises allemandes sont très actives au Kazakhstan. Plus de 400 d’entre elles sont enregistrées dans ce pays contre une cinquantaine seulement en Ouzbékistan. En 2006, les échanges bilatéraux avec Astana ont atteint 5,7 milliards de dollars8. Le Kazakhstan fournit essentiellement du pétrole, des métaux, des précurseurs chimiques et des ferro-alliages alors que Berlin exporte surtout des machines, de l’appareillage électrique, du matériel et des véhicules à moteur. Sur le plan des investissements, le rôle de l’Allemagne est relativement modeste – soit environ 500 millions d’€ entre 1993 et 2007 – comparé à celui d’autres pays européens comme la Grande-Bretagne (2e investisseur au Kazakhstan derrière les États-Unis), les Pays-Bas (3e) ou l’Italie (4e). Les investissements directs de ces trois derniers pays entre 1993 et 2004 ont en effet atteint 10,03 milliards de dollars soit 29,3 % de l’ensemble des IDE reçus par le Kazakhstan pendant cette période9. Berlin est aussi un des principaux partenaires d’Astana en matière d’assistance technique et au développement. Il se range à la 4e place parmi les donateurs du Kazakhstan après les États-Unis, le Japon et la Turquie10. Quant aux relations culturelles, elles se sont beaucoup développées – le premier accord de coopération culturelle entre les deux pays date de décembre 1994 – en raison de la présence de la minorité allemande au Kazakhstan. Plus récemment, l’Allemagne a également renforcé ses liens militaires avec Astana en concluant en février 2007 un accord de transit de personnel militaire et de matériel à travers le territoire kazakh. Ce dernier, ratifié par le Kazakhstan en janvier 2008, doit faciliter l’approvisionnement des troupes allemandes déployées en Ouzbékistan dans le cadre des opérations de l’ISAF menées en Afghanistan. De plus, Berlin et Astana ont décidé d’accroître l’accès du personnel militaire kazakh aux établissements allemands d’éducation militaire11. Si avec le Kirghizstan, les relations économiques sont marginales, l’Allemagne est cependant le troisième donateur en importance de ce pays derrière le Japon et les États-Unis12. Berlin entretient des relations commerciales plus substantielles avec le Turkménistan. C’est le premier partenaire européen d’Achkhabad devant l’Italie et la France. En ce qui concerne le Tadjikistan, l’Allemagne est le seul pays membre de l’Union européenne qui disposait d’une ambassade dans ce pays entre 1992 et 200113. Depuis cette date, la France et la Grande-Bretagne ont également ouvert des ambassades dans ce pays en raison de son importance pour les opérations menées par l’ISAF en Afghanistan. Les relations économiques germano-tadjikes restent faibles, soit environ 23 millions de dollars d’échanges en 2006 – le premier partenaire européen du Tadjikistan sont en fait les Pays-Bas qui achètent essentiellement de l’aluminium produit par Douchanbé – et l’assistance allemande dans le domaine de la coopération technique et au développement a seulement été lancée en 2002. Depuis cette date cependant, Douchanbé a bénéficié de 100 millions d’€uros d’assistance allemande, ce qui est loin d’être négligeable à l’échelle de ce pays. Avec l’Ouzbékistan, Berlin a développé des relations politiques, économiques, culturelles14 et militaires importantes. Dans ce dernier domaine, au moins 120 officiers ouzbeks ont été formés en Allemagne dans le cadre du programme de « Partenariat pour la paix » de l’OTAN15. Dans le contexte post-11 septembre, la République fédérale a renforcé ses relations avec Tachkent en déployant des troupes sur la base de Termez près de la frontière afghane. En dépit des difficultés apparues dans les relations entre l’Ouzbékistan et les Occidentaux dans le sillage des « révolutions de velours » puis surtout par rapport aux événements d’Andijan en mai 2005, Berlin n’a jamais rompu ses relations avec le gouvernement de Tachkent. Alors que l’Union européenne a décidé en novembre 2005 d’interdire pour un an l’accès à son territoire à douze dirigeants ouzbeks considérés comme responsables de la répression – dont le ministre de l’intérieur et celui de la défense – et adopté un embargo sur les « armes » et « les équipements militaires et les autres équipements » pouvant être utilisés lors de « répressions internes » – des sanctions reconduites en novembre 2006 puis en partie en mai 2007 –, l’Allemagne, a accueilli sur son territoire, pour « raison humanitaire », le ministre ouzbek de l’intérieur. Cette volonté allemande de maintenir le contact avec Tachkent lui a permis de conserver ses troupes à Termez jusqu’à présent alors que le régime ouzbek a exigé le départ des troupes américaines de la base de Karchi-Kanabad. Depuis l’automne 2005, Berlin a également joué les intermédiaires entre l’Ouzbékistan et les Européens afin d’essayer d’amener les deux parties à renouer le dialogue et à normaliser leurs relations, une tendance qui s’est finalement amorcée au cours de l’année 2007 avec l’adoucissement des sanctions européennes à l’égard de l’Ouzbékistan puis la visite du représentant spécial de l’Union pour l’Asie centrale – Pierre Morel – à Tachkent en janvier 2008. Ce dernier y a déclaré que l’UE considérait l’Ouzbékistan comme « un partenaire fiable » et s’est prononcé pour le renforcement et l’extension de la coopération16. Enfin, au regard des relations entre l’Europe et l’Asie centrale, il faut reconnaître que Berlin a joué un rôle moteur au sein de l’Union européenne. L’Allemagne a en effet porté l’attention de l’Union sur l’Asie centrale puisque c’est au cours de sa présidence qu’a été élaborée la « stratégie de l’Union européenne pour l’Asie centrale », avalisée par le Conseil européen en juin 2007.

  • 17 Voir les détails dans <http://www.eni.it/en_IT/eni-world/kazakhstan/eni-busi-ness/exploration-production.shtml>.
  • 18 Aziz Burkhanov, “The EU Strategy in Central Asia: successes and failures”, Central Asia and the Cau (...)
  • 19 En outre, Craig Murray, ambassadeur britannique à Tachkent entre 2002 et 2004 a été très critique à (...)

6Mais l’Allemagne, n’est pas le seul grand pays européen à s’être intéressé à l’Asie centrale. L’Italie s’est souciée de la région en raison singulièrement de l’implication de ses compagnies pétrolières – notamment ENI dans le secteur des hydrocarbures du bassin de la Caspienne. Elle est devenue un des principaux investisseurs au Kazakhstan. Des relations pétrolières importantes se sont tissées entre Rome et Astana. ENI est présent depuis 1992 dans le secteur des hydrocarbures de ce pays, notamment dans les projets de développement des champs onshore de Karachaganak et offshore de Kashagan17, ce dernier étant la plus importante découverte pétrolière réalisée dans le monde depuis les années 80. En 2006, l’Italie a ainsi consommé environ 70 % du pétrole kazakh exporté vers l’Union européenne18. Le Royaume-Uni qui est le seul pays européen à avoir une connaissance historique directe de cette région en raison du « Grand Jeu » qui l’opposa à l’Empire russe à la fin xixe siècle et au début du siècle suivant mais aussi du fait de ses interventions en Transcaucasie et au Turkestan à la suite de la Première Guerre mondiale dans le sillage de la Révolution bolchévique, s’est également intéressé rapidement aux nouveaux États d’Asie centrale notamment en raison de l’intérêt manifesté par ses compagnies pétrolières (BP, Lasmo, Shell et BG). Londres a ainsi reconnu le Kazakhstan et l’Ouzbékistan dès le 31 décembre 1991, établi des relations diplomatiques avec Almaty en janvier 1992 et avec Tachkent à la fin de l’année 1992 et installé une ambassade au Kazakhstan en octobre 1992 et en Ouzbékistan en mai 1993. Il a mis en place des relations importantes avec ces pays dans le domaine politique, économique et culturel. Les visites et échanges diplomatiques ont été nombreux dès les années 90 et jusqu’à aujourd’hui particulièrement avec le Kazakhstan. Avec l’Ouzbékistan, les contacts officiels ont été plus espacés avant de s’interrompre dans le contexte des « révolutions de velours » et des événements d’Andijan19 que le ministre britannique des affaires étrangères de l’époque, Jack Straw, a condamné. Les relations économiques du Royaume-Uni avec les Républiques centre-asiatiques ne sont pas non plus négligeables surtout avec le Kazakhstan. On compte une centaine de compagnies britanniques dans ce pays alors que de nombreuses sociétés étrangères actives en Asie centrale opèrent depuis la Grande-Bretagne. Au Kazakhstan, les sociétés britanniques sont présentes dans le secteur minier, la production d’électricité, le secteur bancaire, les services juridiques, le consulting, l’aviation civile, le tabac, les métaux précieux, l’éducation et la formation, etc. Les entreprises anglaises British Gas, Shell et BP sont aussi très actives dans le secteur kazakh des hydrocarbures. Londres a par ailleurs joué un rôle très important en matière d’investissements puisque entre 1993 et 2004, il a été le second investisseur dans ce pays derrière les Etats-Unis. On trouve également des entreprises anglaises en Ouzbékistan (Rosehill Energy, BAT, OXUS Resources, PriceWaterhouseCoopers), au Turkménistan (comme Bristow Helicopters, De La Rue) notamment dans le secteur pétrolier (Burren Energy et Dragon Oil) et au Tadjikistan, dans l’industrie extractive. Pour promouvoir le commerce, un conseil de l’industrie et du commerce anglo-ouzbek a été établi de même qu’un bureau du commerce et des investissements au Kazakhstan. Ce type d’institution n’existe pas avec les autres républiques centre-asiatiques. Dans le domaine culturel, le British Council a installé un bureau à Almaty au Kazakhstan en charge aussi du Kirghizstan et à Tachkent en Ouzbékistan. Ce dernier couvre aussi le Tadjikistan et le Turkménistan. Par ailleurs, Londres a également développé une coopération originale dans le secteur de l’éducation en créant une université technique anglo-kazakhe à Almaty et une université anglo-ouzbèque à Tachkent. Dans le domaine militaire, l’Angleterre a mis en place des relations avec certaines des Républiques centre-asiatiques. Elle assiste ainsi Astana en entraînant les forces kazakhes au maintien de la paix (Kazbat). Avec le Kirghizstan, un protocole d’accord sur la coopération en matière de défense a été signé en 2006. Il fournit un cadre plus efficace pour l’aide britannique à Bichkek dans le domaine de la défense. Des officiers sont actuellement formés en Grande-Bretagne et Londres apporte une formation spécifique à des militaires kirghizes dans le domaine de la guerre en milieu montagneux, un programme particulièrement important pour renforcer les capacités de Bichkek à lutter contre le trafic de la drogue et des armes.

  • 20 Voir A. de Montesquiou, op. cit., pp. 47 et ss.

7Bien que les relations que Paris a établies avec les États de la région aient été récemment jugées en deçà de leur potentiel, la France a néanmoins noué des liens politiques, économiques et culturels d’importance non négligeables avec les pays d’Asie centrale20. Dans le domaine politique, Paris a rapidement reconnu l’indépendance des nouveaux États et établi des relations diplomatiques avec eux. N. Nazarbaev a fait le déplacement à Paris dès 1992 et I. Karimov dès 1993. F. Mitterrand a également été l’un des premiers chefs d’État européen à entreprendre des voyages en Asie centrale. Il s’est rendu au Kazakhstan dès le mois de septembre 1993, puis en Ouzbékistan et au Turkménistan en avril 1994. Après une première phase dynamique, les échanges de visites de délégations parlementaires et gouvernementales, ainsi que d’hommes d’affaires se sont quelque peu raréfiés. Jacques Chirac n’a ainsi effectué aucune visite dans la zone pendant ses mandats même s’il a reçu certains présidents de la région à l’Elysée – comme le président tadjik E. Rakhmonov en 2002 et en 2005 ou le président kazakh N. Nazarbaev en 2003 –. Ces contacts sont aujourd’hui jugés insuffisants par de nombreux observateurs et hommes d’affaires français. Avec l’Ouzbékistan, trois sommets franco-ouzbeks ont néanmoins été organisés à Paris et à Tachkent. Le personnel politique français s’intéresse également à la région puisqu’il existe un « groupe d’amitié France-Asie Centrale » au Sénat français et un groupe « France-Ouzbékistan » à l’Assemblée Nationale.

8Quoi qu’il en soit, dans le domaine économique, les partenaires principaux de la France sont le Kazakhstan (3,1 milliards de dollars d’échanges en 2006) et le Turkménistan (134,3 millions de dollars en 2006). Paris importe du Kazakhstan essentiellement des matières premières (pétrole, gaz, métaux etc.), des produits chimiques et des produits agricoles. Il exporte des produits électroniques et mécaniques, des biens de consommation et des biens d’équipement. En 2004-2005, une quarantaine de sociétés françaises étaient actives dans ce pays notamment dans les secteurs pétrolier, énergétique, des transports et des services. La Cogema est par exemple présente dans le secteur kazakh de l’uranium et Total dans celui des hydrocarbures depuis 1993. Elle est ainsi membre du consortium en charge de l’exploitation du champ pétrolier de Kashagan. Paris se situe néanmoins seulement au huitième rang des fournisseurs d’Astana, très loin derrière la Russie, la Chine ou l’Allemagne. Avec le Turkménistan, les échanges sont basés sur de grands contrats (Bouygues, Technip, Thales). Paris exporte essentiellement des équipements mécaniques et des biens d’équipement et importe des produits énergétiques et agricoles. La France est aussi un des partenaires importants de l’Ouzbékistan en Europe avec des échanges atteignant 117 millions de dollars en 2006. Paris se situe derrière l’Italie (160 millions de dollars en 2006) et surtout loin derrière l’Allemagne (355 millions de dollars d’échanges en 2006). Les relations économiques avec le Tadjikistan et le Kirghizstan sont pour leur part très limitées.

9La France a aussi développé des coopérations particulières dans de nombreux domaines avec les Républiques centre-asiatiques. Avec l’Ouzbékistan, Paris coopère par exemple dans le domaine de l’enseignement et de la formation (pour les cadres, le secteur financier et les PME). Avec le Kazakhstan, la France a lancé des coopérations dans le domaine de la culture, des sciences et des techniques (domaine de la médecine, de l’économie, des sciences humaines, de l’archéologie et du droit), de l’agriculture, du management, de l’administration et enfin des minerais et hydrocarbures avec la création d’un centre franco-kazakh du pétrole et du gaz (Kazframounay). Le Tadjikistan est par ailleurs le premier pays d’Asie centrale avec qui la France a conclu un accord de coopération en matière de sécurité intérieure en décembre 2002. Paris a aussi mis en œuvre une coopération culturelle originale avec l’Asie centrale, en créant dès le début des années 90, l’Institut français d’étude de l’Asie centrale (IFEAC) basé à Tachkent mais avec une vocation régionale. Par ailleurs, la France a développé des relations militaires bilatérales non négligeables avec certains pays d’Asie centrale. Avec l’Ouzbékistan, ce type de coopération a été établi dès la fin de la décennie 90. Paris a en effet signé avec Tachkent un accord de coopération en matière de défense en décembre 1999. Cet accord a institué une commission mixte franco-ouzbèque de coopération militaire. Cette dernière s’est réunie pour la première fois au printemps 2000. Par ailleurs, un arrangement administratif en matière d’armement a également été conclu avec l’Ouzbékistan en juillet 2000. Ce dernier a établi une commission mixte d’armement dont la première réunion s’est tenue en janvier 2001. Avec les autres républiques, ce type de coopération ne s’est développé qu’après le 11 septembre. Ainsi, dans le cadre des opérations militaires de l’OTAN en Afghanistan, un accord autorisant le stationnement de forces françaises a été conclu avec le Tadjikistan en décembre 2001. Paris a déployé dans ce pays un contingent de force aérienne comprenant environ 350 militaires et plusieurs avions. Une coopération militaire et de défense a ensuite été formalisée par un accord de coopération signé en décembre 2002. La présence militaire française au Tadjikistan a perduré jusqu’à présent. En 2001, des accords bilatéraux dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ont aussi été signés avec le Kirghizstan et le Kazakhstan. Une commission mixte de coopération militaire a été mise en place avec Bichkek en 2001. Elle se réunit périodiquement. Paris a par ailleurs ouvert une mission militaire à Almaty et mis en place une commission mixte de coopération militaire avec le Kazakhstan tout en développant un dialogue sur les questions d’armements avec ce pays. Dans la foulée, des classes d’enseignement du Français au profit d’officiers ont été ouvertes à Almaty et à Bichkek.

III. L’Union européenne et l’Asie centrale

10Sur le plan multilatéral, au départ, c’est surtout l’OSCE, seule organisation paneuropéenne, qui s’est intéressée à l’Asie centrale, une action qui s’est poursuivie jusqu’à aujourd’hui. C’est ensuite seulement que le Conseil de l’Europe et l’Union européenne se sont impliqués dans la région. Au regard de la politique de l’Union européenne qui nous intéresse ici, on peut schématiquement distinguer quatre phases à son action. A une phase de « découverte » couvrant les années 90, a succédé une première accélération des relations liée aux événements du 11 septembre et à la guerre d’Afghanistan mais aussi au processus d’élargissement en cours vers l’Est qui a rapproché géographiquement l’Union européenne de l’Asie centrale. Cette seconde phase couvre grosso modo la période post-11 septembre jusqu’en 2005. Pendant cette période en effet, les républiques centre-asiatiques sont devenues en quelque sorte les « voisins des nouveaux voisins » de l’Europe élargie. L’année 2005 voit ensuite s’ouvrir une nouvelle étape avec un renouveau d’intérêt européen en raison de la conjonction de plusieurs événements notamment la « révolution des tulipes » au Kirghizstan, les graves incidents survenus en mai à Andijan en Ouzbékistan et enfin la crise à propos des livraisons de gaz de la Russie à l’Ukraine du 1er janvier 2006. Ces événements ont contribué à accélérer la réflexion à propos de l’importance de l’Asie centrale et de la nécessité pour l’Europe de mieux définir sa politique à son égard, une tâche à laquelle l’Allemagne s’est particulièrement attelée au cours de sa présidence de l’Union. Enfin, en 2007, l’Union européenne a adopté une nouvelle stratégie pour l’Asie centrale qui définit les lignes directrices d’un engagement plus important de l’Union dans cette région pour la période 2007-2013.

a. Les années 90 : la découverte de l’Asie centrale

  • 21 Il y a eu en fait deux programmes : TACIS I de 1991 à 1999 et TACIS II de 2000 à 2006.

11La première phase de la politique de l’Union européenne en direction de l’Asie centrale, a surtout consisté à la mise en place d’une coopération de basse intensité essentiellement destinée à favoriser l’établissement de la démocratie et de l’État de droit ainsi que la création d’une économie de marché dans cette région. L’Union européenne s’est engagée en Asie centrale par l’intermédiaire de divers programmes d’assistance. Entre 1991 et 2006, elle a ainsi fourni une aide globale aux cinq Républiques d’Asie centrale de l’ordre de 1,3 milliard d’€, soit environ 100 millions d’€ par an à travers plusieurs instruments dont le plus important est le programme TACIS (Technical Assistance to the Commonwealth of Independant States) élaboré dès 199121.

  • 22 Chiffres tirés du site de la European Commission’s Delegation to Kazakhstan, Kyrgyzstan and Tajikis (...)

Assistance de l’Union européenne aux cinq Républiques d’Asie centrale 1991-2006 dans le cadre du programme Tacis (en millions d’€)22

Assistance de l’Union européenne aux cinq Républiques d’Asie centrale 1991-2006 dans le cadre du programme Tacis (en millions d’€)22
  • 23 Ces accords instaurent un dialogue politique bilatéral entre l’Union européenne et les différents p (...)
  • 24 Voir le texte de l’accord de partenariat et de coopération signé en janvier 1995 entré en vigueur l (...)
  • 25 Voir le texte de l’accord de partenariat et de coopération signé en février 1995 entré en vigueur l (...)
  • 26 Voir le texte de l’accord de partenariat et de coopération signé en juin 1996 entré en vigueur le 1(...)
  • 27 Voir le site de ce programme, <http://www.inogate.org/en/>.
  • 28 Voir détails sur ce programme sur le site de la European Commission’s Delegation to Kazakhstan, Kyr (...)
  • 29 Voir détails sur ce programme sur le site de la European Commission’s Delegation to Kazakhstan, Kyr (...)
  • 30 Il s’agit d’un programme d’assistance à la réforme du département des douanes au Kirghzistan, au Ta (...)
  • 31 Voir détails sur ce programme qui concerne le Kazakhstan, le Kirghizstan et le Tadjikistan sur le s (...)
  • 32 ICG, “Central Asia: What Role for the European Union?, Asia Report, n° 113, April 10, 2006, p.11.
  • 33 Voir les opinions contradictoires sur cette question des spécialistes centre-asiatiques dans “Europ (...)

12Ce programme d’assistance technique et financière en direction des pays issus de la dissolution de l’URSS s’est largement inspiré du programme PHARE (Pologne, Hongrie, Assistance à la reconstruction économique) crée en 1989 pour les pays d’Europe centrale et orientale (PECO) avant d’être ensuite étendu à ceux des Balkans occidentaux. Il s’agissait pour l’Union d’appuyer la transition des nouvelles Républiques centre-asiatiques vers l’économie de marché et de renforcer la démocratie et l’État de droit dans l’espace postsoviétique. Pour Bruxelles, la croissance économique et l’établissement de la démocratie devaient permettre une stabilisation politique et économique de la région. En 1991, cinq secteurs prioritaires d’assistance ont été sélectionnés par l’Union européenne : la formation, l’énergie, les transports, le soutien aux entreprises commerciales et industrielles et la production/distribution de produits alimentaires. A la suite de l’entrée en vigueur en 1999 des accords de partenariat et de coopération (Partnership and Cooperation Agreements, PCA)23 signés entre l’Union européenne et le Kazakhstan24, le Kirghizstan25 et l’Ouzbékistan26, ces priorités ont été révisées pour mieux tenir compte des besoins spécifiques des pays bénéficiaires. Les accords de partenariat et de coopération signés avec le Turkménistan (1998) et le Tadjikistan (2004) ne sont pour leur part pas encore entrés en vigueur. L’accord conclu avec le Turkménistan reste gelé jusqu’à présent en attendant de voir l’évolution politique dans ce pays après la disparition du président Niyazov. L’accord avec le Tadjikistan est pour sa part en cours de ratification par les membres de l’Union. En Asie centrale, à travers TACIS, l’Union européenne a soutenu des projets en matière d’énergie (le programme Inogate, Interstate Oil and Gas Transport to Europe lancé en 1996 et destiné à renforcer l’intégration des systèmes de transports du gaz et du pétrole et à faciliter l’acheminement des hydrocarbures vers l’Europe27), de transport (le projet Traceca, Transport Corridor Europe-Caucasus-Asia, lancé dès 1993 et destiné à créer un couloir de transport est-ouest entre les républiques d’Asie centrale, du Caucase et l’Union européenne via la Caspienne et la mer Noire afin de stimuler le commerce), de commerce, de gestion de la frontière (le programme Bomca, Border Management in Central Asia, lancé en 2002 dans la vallée du Ferghana28), de lutte contre le trafic de la drogue (programme Cadap, Central Asia Drug Action Programme, dont le premier volet a été lancé entre janvier 2001 et décembre 200429), de douanes30, de réformes institutionnelles, administratives et légales, de réformes du système judiciaire, de réforme de la fonction publique31, d’éducation et de culture. Contrairement aux autres bénéficiaires du programme TACIS avec qui la Commission européenne détermine des aires de coopération prioritaires dans le cadre de “strategy paper” individuel, les Républiques d’Asie centrale sont pour leur part regroupées depuis 2002 au sein d’un RSP (Regional Strategy Paper). Comme le relève l’ICG, cette différence montre que la Commission hésite quant à son approche de l’Asie centrale : faut-il la traiter comme une région unifiée ou comme cinq États distincts32 ? On peut cependant difficilement faire le reproche à Bruxelles de trouver malaisé de répondre à cette interrogation, tant les opinions des observateurs locaux sur cette question sont elles-mêmes contradictoires33. Quoi qu’il en soit, entre 1991 et 2006, à travers TACIS, l’Union a tout de même fourni 642 millions d’€ d’assistance technique à l’ensemble de l’Asie centrale, ce qui est loin d’être négligeable à l’échelle de cette région. Les aires de coopération mises en place à travers ce programme constituent par ailleurs autant des bases utiles à l’approfondissement futur des liens entre l’UE et les États de la région.

  • 34 D’après European Commission, “Strategy Paper 2002-2006 & Indicative Programme 2002-2004 for Central (...)
  • 35 Depuis 2000, l’ECHO a mis l’accent dans son soutien sur l’hygiène et le traitement de l’eau au Tadj (...)
  • 36 Au Tadjikistan, pendant et après la guerre civile et à l’occasion de la sécheresse qui a frappé le (...)
  • 37 Depuis 2000, l’ECHO a consacré plusieurs millions d’€ à l’amélioration de l’accès a la santé au Tad (...)

13Outre TACIS, d’autres instruments de l’Union ont été activés pour fournir une assistance complémentaire aux Républiques d’Asie centrale comme l’aide macro-financière ou l’aide visée unique pour alléger l’impact de la crise économique russe de 1998. Bruxelles a également été très présent à travers l’ECHO (European Commission Humanitarian Aid Office), le programme d’assistance humanitaire de l’Union européenne, qui a déployé ses activités dès 1992 en Asie centrale, particulièrement au Tadjikistan, au Kirghizstan et en Ouzbékistan34. Dans ce cadre, l’Union a soutenu des projets visant à la mise en place de structures locales, à l’amélioration des équipements en matière d’hygiène et de traitements de l’eau35, au renforcement de la sécurité alimentaire36, et à un meilleur accès aux services de santé37. Ces opérations humanitaires ont été mises en œuvre par des partenaires de la Commission, notamment des ONG, des agences de l’ONU ou la Fédération internationale de la Croix rouge et du Croissant rouge.

  • 38 Chiffres tirés du site de la European Commission’s Delegation to Kazakhstan, Kyrgyzstan and Tajikis (...)

Assistance de l’UE à l’Asie centrale dans le cadre du programme ECHO38 1991-2006 (en millions d’€)

Assistance de l’UE à l’Asie centrale dans le cadre du programme ECHO38 1991-2006 (en millions d’€)
  • 39 ECHO in Tajikistan and Central Asia, op.cit., p. 5.
  • 40 European Commission “Central Asia indicative programme (2007-2010)”, 15 June 2006, p. 37, <http://w (...)
  • 41 European Commission “A Commission long term commitment for Central Asia, January 19, 2007, <http:/ (...)
  • 42 Voir ICG, “Central Asia: What Role for the European Union?, op. cit., p. 15.
  • 43 La majorité des opérations de ce programme touche le Tadjikistan, un pays particulièrement exposé a (...)
  • 44 European Commission, ECHO annual review 2005, p. 19, <http://ec.europa.eu/ echo/pdf_files/annual_re (...)

14Au total, l’ECHO a permis de fournir 192,6 millions d’€ d’assistance humanitaire à l’Asie centrale entre 1993 et 2006. Des dizaines de milliers de personnes en ont profité au Kirghizstan et surtout Tadjikistan. Ces deux pays ont en été les principaux bénéficiaires de ce programme dans les années 9039. Le programme a ensuite été interrompu au Kirghizstan en 2000 en raison de l’« amélioration de la situation » dans le pays40 et l’UE a également commencé à se désengager progressivement du Tadjikistan pour la même raison à partir de 200441. Cette décision européenne a suscité des inquiétudes locales en Asie centrale42. Bruxelles maintient néanmoins une présence humanitaire à travers la poursuite du “disaster preparedness programme de l’ECHO (DIPECHO). L’Union a ainsi financé des programmes de préparation et des mécanismes de réponse aux catastrophes naturelles en Asie centrale depuis 199643. Depuis 2003, elle a par ailleurs adopté quatre « plans d’action » du DIPECHO pour l’Asie centrale, le dernier en date en novembre 2006. Les budgets alloués à ce programme (9 millions d’€ entre 2003 et 2005) n’ont toutefois rien d’exceptionnel. Ils correspondent à l’assistance que Bruxelles fournit à la région des Caraïbes par exemple, et sont inférieurs aux budgets consacrés à l’Asie du Sud ou la communauté andine44.

  • 45 Voir détails sur ce programme sur le site de la European Commission’s Delegation to Kazakhstan, Kyr (...)

15Toujours dans le domaine humanitaire, l’Union a également mis en place à partir de 1996 un programme de sécurité alimentaire dont ont bénéficié principalement des populations vivant en République kirghize et au Tadjikistan. Ce programme comporte deux composantes principales : un programme de soutien budgétaire aux deux Républiques et un programme de développement rural dans certaines régions pauvres du Tadjikistan comme la province de Khatlon ou les zones montagneuses de la vallée du Ferghana45.

  • 46 Chiffres tirés du site de la European Commission’s Delegation to Kazakhstan, Kyrgyzstan and Tajikis (...)

Assistance de l’Union européenne à l’Asie centrale 1991-2006 dans le cadre du programme de sécurité alimentaire (FSP) (en millions d’€)46

Assistance de l’Union européenne à l’Asie centrale 1991-2006 dans le cadre du programme de sécurité alimentaire (FSP) (en millions d’€)46

Total de l’assistance de l’Union européenne à l’Asie centrale par pays 1991-2006 (en millions d’€)

Total de l’assistance de l’Union européenne à l’Asie centrale par pays 1991-2006 (en millions d’€)

16Au total depuis 1991, avec 1,37 milliard d’euros, l’assistance européenne aux républiques d’Asie centrale a donc été loin d’être négligeable. A titre de comparaison, l’USAID a fourni entre 1992 et l’année 2007, une assistance évaluée à 1,5 milliard de dollars47. De son côté, entre 1997 et 2005, le Japon a fourni à travers l’ODA (Officiai Development Assistance), une assistance (y compris des prêts), évaluée à environ de 1,9 milliard de dollars48. Si l’assistance de l’Union européenne n’a donc rien à envier à celles des Etats-Unis ou du Japon, il est cependant clair que l’Asie centrale n’a pas fait pas partie des priorités européennes. En effet, le montant de l’assistance aux Républiques d’Asie centrale ne peut être comparé à l’effort fourni par l’Union aux pays d’Europe centrale et orientale (PECO) et des Balkans occidentaux dans le cadre du programme PHARE (plus de 10 milliards d’euros pour la période 2000-2006 soit environ 1,5 milliard d’euros par an) ou à ses partenaires du Moyen-Orient (Algérie, Egypte, Jordanie, Liban, Maroc, Syrie, Tunisie et Autorité palestinienne) dans le cadre du programme MEDA (environ 8,7 milliards d’€ d’engagements pour la période 1995-2006)49. Malgré son importance, il n’est pas non plus malheureusement pas certain que cette assistance ait été très visible auprès des populations centre-asiatiques.

b. 2001-2004 : Un premier tournant

17Dans la période post-11 septembre, l’intervention militaire des États-Unis et de leurs alliés en Afghanistan suite aux attentats de New York et Washington ont replacé l’Asie centrale sous les feux de l’actualité. Les républiques centre-asiatiques se sont en effet trouvées placées aux avant-postes de la lutte contre le terrorisme et leur importance pour la sécurité européenne est alors apparue sous un nouveau jour. L’importance stratégique de la région et son utilité en cas de problème dans la zone de l’« arc de crise » sont en effet devenues plus évidentes à ce moment. Vu sa proximité avec l’Afghanistan, il était désormais plus difficile pour l’Union de faire l’impasse sur la région. Ce développement inattendu a amené l’UE à réexaminer sa politique à l’égard de cette zone et à adopter en octobre 2002 un “Strategy Paper for Central Asia” (SP) couvrant la période 2002-200650. Ce dernier, qui s’appuie fortement sur les options déjà prises par Bruxelles dans la période précédant le 11 septembre, est cependant officiellement destiné à renforcer les relations bilatérales entre l’Union et cette région en poursuivant un dialogue politique avec tous les pays en Asie centrale à travers les accords de partenariat et de coopération mais aussi au travers de la présence locale des États membres. La Commission a également été invitée à reprendre l’aide au Tadjikistan à travers le programme Tacis, suspendu en 1997 dans ce pays pour des raisons de sécurité51. Des discussions seront également ouvertes pour améliorer les relations avec le Tadjikistan. Elles aboutiront en fait à la signature d’un accord de partenariat et de coopération en 2004. Bruxelles annonce également qu’elle va optimiser son assistance dans un nombre réduit de secteurs prioritaires comprenant la réduction de la pauvreté, le développement économique et social, la bonne gouvernance, l’environnement et l’eau. Elle va également essayer de renforcer la lutte contre le trafic de la drogue dans la région par une utilisation plus efficace du plan d’action sur les drogues conclu entre l’Union et les Républiques asiatiques centrales en janvier 2001 (programme CAAP). Enfin, une coopération originale dans le domaine de la gestion frontalière, y compris la lutte contre la contrebande des armes et dans le domaine de la non-prolifération est lancée. C’est ainsi que le programme BOMCA (Border Management in Central Asia) sera créé en 2002-2003. On retiendra que malgré l’intérêt de ces programmes et leur accueil très favorable en Asie centrale, les résultats pratiques de BOMCA et CADAP ont été jugés mitigés par l’ICG en 200652.

18Outre les suites du 11 septembre en Afghanistan, un autre facteur a semble-t-il été déterminant dans le regain – relatif – d’intérêt de l’Union pour l’Asie centrale pendant cette période. Parallèlement au processus en cours d’élargissement progressif vers l’Est, l’Europe s’est en effet peu à peu aperçue qu’elle avait tout intérêt à renforcer ses relations avec les zones géographiques contiguës. En effet, à l’Est, l’élargissement du 1er mai 2004 qui devait toucher dix pays – la République tchèque, la Slovaquie, la Slovénie, la Pologne, la Hongrie, Chypre, Malte, la Lettonie, la Lituanie et Estonie – allait la rapprocher géographiquement de l’Ukraine, du Belarus et de la Moldavie mais aussi du Caucase et de l’Asie centrale même si aucun pays de ces deux dernières zones ne deviendrait un de ses voisins immédiats à ce moment. La poursuite du processus d’intégration de nouveaux États (Bulgarie et Roumanie) allait aussi immanquablement avoir pour conséquence de créer pour la première fois une frontière maritime entre l’Union et le Caucase du Sud, le long des côtes de la mer Noire. A cela pourrait également s’ajouter à l’avenir une frontière terrestre avec le Caucase en cas d’adhésion de la Turquie. Bruxelles a donc pris conscience, par étapes du fait que la protection de la sécurité de l’Union exigeait de développer des relations avec les pays de ces zones géographiques proches, en quelque sorte les voisins des nouveaux pays membres ou les « voisins de ses voisins ». Sur le fond, l’Union a en effet tout intérêt à promouvoir la stabilité et la prospérité dans les États situés à ses frontières afin de renforcer sa propre sécurité. C’est pourquoi elle a progressivement mis en place à partir de 2003 une « politique européenne de voisinage » (PEV). Pourtant, dans sa communication au Conseil et au Parlement européen sur l’« Europe élargie »53 de mars 2003, première étape de la constitution de cette politique, la Commission a écarté le Caucase. Officiellement, cette exclusion était liée à des raisons géographiques puisqu’aucun des pays du sud Caucase n’allait devenir un de ses voisins immédiats après l’élargissement du 1er mai 2004. L’Union européenne a cependant nommé en juillet 2003 un Représentant spécial pour cette zone. En décembre 2003, elle a par ailleurs adopté une « stratégie européenne de sécurité » dans laquelle elle identifiait les menaces qui pesaient sur elle – principalement des risques non militaires comme le terrorisme, la prolifération des armes de destruction massive, les conflits régionaux, la déliquescence des États, la criminalité organisée –54. Dans le cadre de cette stratégie, Bruxelles a considéré qu’en raison de son élargissement vers l’Est, il lui fallait désormais porter un « intérêt plus grand et plus actif aux problèmes du Caucase du Sud ». Un nouveau pas vers l’inclusion du Caucase dans sa politique de voisinage a ainsi été franchi. Ce document contient également un point touchant à l’Asie centrale. Au regard des menaces sur sa sécurité identifiées par Bruxelles, la nouvelle stratégie de sécurité considère à ce moment que « les terroristes et les criminels sont désormais en mesure d’opérer dans le monde entier : leurs activités en Asie centrale ou en Asie du Sud-Est peuvent constituer une menace pour des pays européens ou leurs ressortissants ». Malgré la reconnaissance de menaces non traditionnelles émanant de cette région, le document en restera cependant là en ce qui concerne l’Asie centrale. Au regard du Caucase, un facteur supplémentaire a précipité son inclusion dans la « politique européenne de voisinage ». Il s’agit de la « révolution des roses » de novembre 2003 en Géorgie. Le nouveau Président, Mikhaïl Saakachvili, élu le 4 janvier 2004, a en effet déclaré dans son discours inaugural du 25 janvier que l’intégration européenne serait son « objectif prioritaire ». Le lendemain, le Conseil européen a invité la Commission à lui présenter une recommandation sur l’attitude à adopter vis-à-vis des trois États de la région. En mai 2004, la Commission a recommandé au Conseil d’inclure les trois pays du sud Caucase dans la politique de voisinage (PEV). La décision a été adoptée par le Conseil le mois suivant. L’attention de l’UE s’est donc rapprochée de l’Asie centrale en 2003/2004 sans cependant qu’une politique spécifique ne soit effectivement lancée. La politique de voisinage ne concernait pas les républiques centre-asiatiques malgré l’existence d’un espace caspien liant le Caucase à l’Asie centrale dont la géopolitique est pourtant unifiée.

  • 55 ICG, “Central Asia: What Role for the European Union?”, op. cit., p. 19.

19Néanmoins, en mars 2004, la visite de Chris Patten en Asie centrale marque le début d’un « dialogue politique régional » entre l’Union et les États centre-asiatiques. L’objectif est de créer un forum informel qui pourrait regrouper les représentants des cinq républiques et contribuer à renforcer la confiance entre eux. Depuis les années 90, les relations inter-centre-asiatiques ne sont en effet guère marquées par la coopération mais plutôt par la concurrence des élites de certains États entre elles (Kazakhstan/Ouzbékistan), une certaine méfiance et une prise de distance importante des républiques entre elles. Les intérêts nationaux continuent de prévaloir sur la coopération régionale. Le processus d’intégration des républiques d’Asie centrale, beaucoup discuté par les observateurs, est ainsi considéré comme très illusoire par les analystes locaux. Dans le cadre de ce dialogue politique régional, tout en favorisant la confiance et le rapprochement des républiques entre elles, la Commission entendait discuter de sujet d’intérêt commun comme le trafic de la drogue, les problèmes de gestion de l’eau et de l’énergie, mais aussi la question du terrorisme. En marge de ces rencontres, elle a parallèlement essayé de soulever bilatéralement des questions politiques et le problème du respect des droits de l’Homme55. Plusieurs rounds de discussions ont ainsi été organisés dans ce cadre entre 2004 et 2006 à Bichkek, Bruxelles et Almaty, avant la première rencontre entre la troïka européenne et les ministres des Affaires étrangères des cinq républiques centre-asiatiques en mars 2007.

  • 56 Voir details sur l’Initiative de Bakou et le programme Inogate dans <http://www. inogate.org/inogate/en/baku-initiative>.
  • 57 Détails dans http://www.traceca-org.org/.
  • 58 Voir la carte des réseaux gaziers et pétroliers proposés par Inogate dans <http:// www.inogate.org/en/images/maps/gas_map_big.gif> et < (...)
  • 59 Le BTC a été mis en place sans implication financière de l’Union européenne. Cet oléoduc de 1768 km (...)

20Parallèlement, en novembre 2004, une nouvelle impulsion a été donnée aux programmes Traceca et Inogate56 qui concerne respectivement les transports et l’énergie – deux facteurs fondamentaux à prendre en considération pour renforcer le développement économique des républiques centre-asiatiques mais aussi les liens économiques entre elles et l’Europe – lors de la conférence régionale ministérielle de Bakou qui réunit la commission et 15 États y compris la Russie – comme observateur – en novembre 2004. Sur le plan des réalisations dans le cadre de ces deux programmes, on doit relever qu’entre 1996 et 2006, l’Union a soutenu 61 projets d’assistance technique et 15 projets d’investissements à travers le programme Traceca pour un montant total de 160 millions d’€57. Entre 1996 et 2003, le budget du programme Inogate qui s’articule autour de l’assistance technique et, dans certains cas, autour du financement d’investissements et qui est basé sur six piliers – évaluation des réseaux existants de pétrole et de gaz ; possibilités de développement de nouveaux systèmes de transmission ; amélioration institutionnelle du commerce et du transport des hydrocarbures d’un état à un autre ; sécurité et sûreté des infrastructures d’un état à un autre ; transfert de savoir-faire dans des opérations de gestion des ressources et des pipelines, et enfin, coordination, promotion et attraction d’investissements dans des projets stratégiques – s’est élevé à 53 millions d’€. Il a été porté à 18 millions pour la période 2004-2006. Au regard de l’espace caspien, dans le domaine gazier, Inogate considère entre autres, la construction des gazoducs Azerbaïdjan-Géorgie-Turquie (Bakou-Tbilissi-Erzerum, BTE) entré en fonction en 2007 et Turkménistan-Iran-Turquie comme des axes prioritaires58. De même dans le domaine pétrolier, Inogate a soutenu l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan dont la mise en service en 2005 permet désormais au pétrole d’Azerbaïdjan et, dans une moindre mesure, du Kazakhstan d’atteindre la Méditerranée et le marché européen en passant par le Caucase et la Turquie et en évitant les territoires russe et iranien59.

c. 2005-2006 : le réveil de l’Europe

21L’année 2005 a constitué une sorte de réveil pour l’Union européenne par rapport à l’Asie centrale. C’est en effet en juillet 2005 qu’elle décide de créer un poste de « représentant spécial » pour cette région. Il sera d’abord attribué à Jan Kubis puis à Pierre Morel à partir de 2006. Plusieurs facteurs peuvent être avancés pour expliquer la croissance de l’intérêt européen à l’égard de l’Asie centrale à ce moment. Tout d’abord, on trouve en arrière-plan le facteur afghan. Les Européens se sont progressivement rendu compte que la mission de l’ISAF risquait de prendre beaucoup plus de temps qu’on ne le pensait au départ vu les difficultés rencontrées sur le terrain. Dans ce contexte, l’Union européenne a semble-t-il compris qu’elle avait besoin d’une Asie centrale stable car l’instabilité, si elle se développait dans cette région, risquait de gravement entraver les efforts de reconstruction – déjà difficiles – entrepris en Afghanistan. L’engagement européen en Asie centrale afin de renforcer la stabilité de cette région a donc été perçu comme nécessaire à la réussite de la stabilisation de l’Afghanistan, elle-même importante pour la sécurité de l’Europe60. Par ailleurs, la « révolution des tulipes » qui a amené un changement de régime en République kirghize a été perçue comme une opportunité pour l’Europe. Ce changement de régime a en effet été interprété à ce moment comme une avancée vers la démocratie61. Dans un espace où l’autoritarisme des régimes reste la règle jusqu’à présent62, le nouveau régime kirghize est ainsi apparu comme un partenaire régional potentiel pour l’Union. Les événements d’Andijan de mai 2005 ont quant à eux amené certains observateurs à prendre conscience des dangers d’instabilité régionale en Asie centrale. Ce n’est sans doute pas une coïncidence si la nomination du représentant spécial de l’Union européenne pour l’Asie centrale est intervenue peu après ces événements. Par ailleurs, Andijan a fourni l’occasion à l’Union de parler d’une voix commune à l’égard de l’Ouzbékistan – même si certains États membres étaient plutôt sceptiques voire réticents –. Bruxelles a adopté des sanctions communes à cette occasion et réaffirmé ses principes. Enfin, dernier élément, la controverse qui a éclaté entre la Russie et l’Ukraine en décembre 2005/janvier 2006 à propos des livraisons de gaz russe, a fait en quelque sorte redécouvrir à l’Europe qu’elle dépendait du gaz provenant de Russie et a incité de nombreux observateurs à encourager Bruxelles à renforcer la diversification de son approvisionnement gazier pour assurer sa sécurité énergétique63. Dans ce contexte, l’Union a été amenée à considérer d’un œil neuf le potentiel énergétique de l’espace caspien – dont le Kazakhstan et le Turkménistan en Asie centrale et l’Azerbaïdjan au Caucase –. Dans son Livre vert intitulé « Vers une stratégie européenne, de sécurité d’approvisionnement »64 – publié en 2000, la Commission avait identifié l’intérêt de l’Union européenne pour les réserves d’hydrocarbures de cet espace, mais sans que Bruxelles n’insiste vraiment. Néanmoins dans le nouveau contexte, la réflexion sur cette question a été poussée plus avant. C’est ainsi que la Commission européenne a publié le 8 mars 2006 un autre Livre vert intitulé « Une stratégie européenne pour une énergie sûre, compétitive et durable »65 portant sur le développement d’une politique énergétique européenne commune et cohérente, destinée à permettre à l’Union de parler et de négocier d’une seule voie avec les États producteurs et leurs compagnies, et dans lequel il est fait davantage de place au rôle potentiel des pays de l’espace caspien dans l’approvisionnement énergétique de l’Union. L’intérêt de l’Europe pour les pays producteurs de cet espace a ensuite été réaffirmé dans le plan d’action global dans le domaine de l’énergie pour la période 2007-2009 adopté en mars 2007 par le Conseil. L’approfondissement du dialogue et des relations avec l’Azerbaïdjan et le Kazakhstan – avec qui l’Union a par ailleurs conclu des protocoles d’accord respectivement en novembre et décembre 2006 – mais aussi avec les autres producteurs de la Caspienne est ainsi prévu. Selon ce nouveau plan, dans le cadre de l’accélération de l’élaboration d’une approche commune de la politique énergétique extérieure, Bruxelles devrait « renforcer les relations de l’UE avec l’Asie centrale, les régions de la mer Caspienne et de la mer Noire, en vue de diversifier davantage les sources et les voies d’approvisionnement »66.

d. 2007 : vers une stratégie européenne à l’égard de l’Asie centrale

22Le programme du TACIS a expiré en 2006. Lors de sa présidence du Conseil de l’Union européenne, au cours du premier semestre 2007, le gouvernement allemand a profité de l’occasion pour impulser une coopération plus étroite entre l’Union européenne et l’Asie centrale. Cette nouvelle stratégie de Bruxelles (Stratégie pour un nouveau partenariat) pour l’Asie centrale définit les lignes directrices d’un engagement beaucoup plus important que par le passé de l’Union en faveur de cette région. Bruxelles reconnaît l’importance stratégique croissante de l’Asie centrale qui résulte de sa position géographique entre l’Europe, l’Asie, la Russie et l’Asie méridionale. Pour soutenir cette stratégie, l’Union doublera son aide financière aux pays d’Asie centrale entre 2007 et 2013 (750 millions d’€). D’autres ressources seront fournies dans le cadre de programmes bilatéraux avec les États membres et de la coopération avec les institutions financières internationales. Par ailleurs, l’Union et les pays d’Asie centrale mèneront un dialogue régulier au niveau politique – comme ils l’ont fait pour la première fois à Astana en mars 2007 – sur la situation dans la région et sur les réponses communes à apporter face aux menaces globales (terrorisme, extrémisme, prolifération des armes de destruction massive, trafic de drogue, d’armes et de personnes), afin de consolider la sécurité, la stabilité et le développement de la région, c’est-à-dire les trois grands domaines du partenariat que Bruxelles entend développer à long terme avec les États de la zone. Les parties se consulteront également régulièrement sur l’évolution des pays voisins du Sud, l’Afghanistan et l’Iran. Le Conseil européen contrôlera en juin 2008, puis au moins tous les deux ans, les progrès réalisés lors de la mise en œuvre de la stratégie. L’Union prévoit d’ouvrir une délégation de la Commission dans chacun de ces cinq États67.

23La nouvelle stratégie de l’Union européenne préconise une approche bilatérale et régionale équilibrée prenant en considération les besoins économiques de chaque pays, la coopération régionale aussi bien entre les pays d’Asie centrale qu’entre ceux-ci et d’autres régions. Elle cherche aussi à engager le dialogue sur les droits de l’homme avec l’ensemble des pays de la région en étroite coopération avec l’OSCE et l’ONU. Elle veut activement contribuer à l’éducation et à la formation des jeunes qui représentent la majorité de la population des cinq États. En ce qui concerne le développement économique, le commerce et des investissements l’Union européenne soutiendra l’adhésion à l’OMC des pays qui n’en sont pas encore membres tout en contribuant à l’élimination des obstacles au commerce régional et elle favorisera les politiques qui encouragent les investissements, la diversification économique et le développement de l’infrastructure régionale dans le domaine des transports, de l’énergie et du commerce. Elle soutiendra politiquement et accompagnera les pays d’Asie centrale dans la construction d’un nouveau couloir de transport de l’énergie reliant la mer Caspienne, la mer Noire et le territoire de l’Union. S’agissant des questions relatives à l’environnement, Bruxelles aidera à l’amélioration de l’accès équitable à l’eau et coopérera à la gestion des forêts, la production et le transport de l’énergie et la vulnérabilité aux changements climatiques.

24Pour lutter contre les menaces communes, l’Union européenne propose d’accentuer son soutien à la mise en place d’une gestion moderne des frontières qui permettra de les rendre à la fois ouvertes et plus sûres, sans entraver les échanges et tout en contribuant à lutter contre la criminalité internationale, notamment dans le domaine du trafic international de drogue et du terrorisme. Enfin pour jeter des ponts et contribuer au dialogue interculturel mais aussi pour encourager le dialogue au sein de la société civile et le respect de la liberté de religion, la nouvelle stratégie propose de s’appuyer sur la diversité des religions et les traditions séculaires de paix et de tolérance existant en Asie centrale. Le programme de l’Union est donc ambitieux. Il reste cependant à voir comment ses intentions se matérialiseront dans l’avenir.

IV. Forces et faiblesses de l’Union européenne

a. Les forces

  • 68 Bernard Adam (dir), Europe puissance tranquille ? Rôle et identité sur la scène mondiale, Brussels, (...)
  • 69 Voir sur la nature de la « puissance » de l’Union européenne, Zaki Laidi, La norme sans la force : (...)
  • 70 Les économistes ont montré, en analysant le commerce CEI-UE grâce à une équation de gravité, que ce (...)
  • 71 Voir détails dans Gaël Raballand, Antoine Kunth and Richard Auty, “Central Asia’s transport cost bu (...)

25Face à l’Asie centrale, l’Union européenne dispose d’un certain nombre d’avantages sur lesquels elle va pouvoir s’appuyer pour renforcer ses relations et son influence dans cette région. Dans le domaine politique, elle jouit tout d’abord d’une image dont il ne faudrait pas négliger l’importance. L’Union est une puissance rassurante, une « puissance tranquille » pour reprendre le titre d’un ouvrage récent68, différente de par sa nature des autres acteurs internationaux présents dans la région69. Elle n’a pas d’ambitions régionales hégémoniques ou « stratégiques » contrairement aux trois autres grands acteurs présents dans cette zone et son éloignement géographique la rend moins menaçante que d’autres voisins immédiats des Républiques centre-asiatiques. Il n’y a pas dans la politique européenne de dimension « militaire » comme dans le cas de la politique américaine, russe ou même chinoise. L’UE est d’ailleurs dénuée de forces militaires propres. Par contre, c’est un partenaire enclin à partager son expérience avec les États et à offrir son aide à la modernisation des institutions étatiques, au développement, à la transition vers l’économie de marché, etc., une série de domaines utiles aux Républiques centre-asiatiques. Bruxelles fournit des expériences, des guides pour avancer plutôt que des modèles imposés. L’Union possède également des possibilités d’interventions diplomatiques et peut proposer des systèmes de négociations efficaces pour résoudre les crises voire les conflits. Outre une contribution majeure dans le domaine humanitaire, elle peut aussi offrir une assistance à la construction de l’Etat, à la modernisation des institutions (éduquer la police, réformer et moderniser le système des prisons, le système judiciaire, etc.), très utile aux pays de la région et qu’elle est la seule à proposer. Par ailleurs, d’un point de vue plus géopolitique, l’Union européenne offre aussi aux États d’Asie centrale, une possibilité d’atténuer l’influence pesante de la Russie et de la Chine, un facteur que les élites centre-asiatiques n’ignorent pas et que certaines utilisent d’ailleurs déjà. Il faut aussi souligner l’importance du “soft power” – un attribut souvent sous-estimé de la puissance –, dont dispose Bruxelles. L’UE est un modèle d’intégration politique et économique réussie qui attire les élites centre-asiatiques. Elle offre un schéma de relations modernes entre États, très différent de ce qu’on peut rencontrer ailleurs dans les relations internationales et surtout très éloigné du modèle « impérial » dans sa version russe, américaine ou chinoise, modèle que craignent les républiques d’Asie centrale. Contrairement à la Chine qui peut offrir une « voie » vers la modernisation économique, l’Europe constitue quant à elle un pôle de modernité, au sens large, très attractif pour les élites et les sociétés centre-asiatiques. L’Union européenne est un pôle civilisationnel de modernité majeur du système international et ses concurrents potentiels n’ont pas de véritable contre-modèle efficace à offrir à l’heure actuelle. De nombreux centre-asiatiques se sentent par ailleurs culturellement proches de l’Europe, particulièrement au Kazakhstan mais pas seulement, car ils ont eu accès à cette culture à travers la présence de la Russie pendant plus d’un siècle. A cet ensemble, s’ajoute le fait que l’Union européenne est un pôle d’attraction économique majeur pour les républiques centre-asiatiques. C’est à la fois un partenaire et un marché essentiels, un fournisseur d’innovations technologiques et de savoir-faire et un pourvoyeur majeur d’investissements. Malgré le fait que les échanges soient encore considérés par les économistes comme en deçà de leurs potentialités réelles70 en raison d’une série de facteurs (déficience des institutions, manque de transparence et de réglementation appropriée, développement lent du secteur privé, problèmes liés aux infrastructures, coûts de transports71, problèmes liés au bureaucratisme et à la corruption, etc.), les liens économiques entre les deux zones se sont considérablement développés depuis les années 1990. Progressivement, l’Union a pris une importance déterminante pour les nouveaux États indépendants.

  • 72 Chiffres tirés de Commission européenne, “Kazakhstan dans EU Bilateral Trade with the World, DC Tr (...)
  • 73 Chiffres tirés de Commission européenne, “Tajikistan dans EU Bilateral Trade with the World, DC Tr (...)
  • 74 Chiffres tirés de Commission européenne, “Uzbekistan dans EU Bilateral Trade with the World, DC Tr (...)
  • 75 Chiffres tirés de Commission européenne, “Turkmenistan dans EU Bilateral Trade with the World, DC (...)
  • 76 Chiffres tirés de Commission européenne, “Kyrghistan dans EU Bilateral Trade with the World, DC Tr (...)

26En 2006, le total des échanges entre les pays de l’Union européenne et les pays d’Asie centrale a ainsi atteint 26,47 milliards de dollars. Ces échanges sont très significatifs. Ils représentent en effet 28,36 % de l’ensemble du commerce centre-asiatique. L’Union européenne prise dans son ensemble est ainsi le premier partenaire commercial des républiques d’Asie centrale devant la Russie avec 17,33 milliards de dollars (soit 18,73 % de l’ensemble de leur commerce) et la Chine avec 10,10 milliards de dollars (soit 10,92 % de ce commerce) et très loin devant les États-Unis qui ne représentent que 2,3 % de l’ensemble de leur commerce extérieur (environ 2,135 milliards de dollars). Avec plus de 22 milliards de dollars, les échanges de l’Union avec le Kazakhstan se taillent la part du lion. Ils représentent à eux seuls 83,46 % du total du commerce avec l’ensemble de l’Asie centrale en 2006. L’Union européenne est ainsi le premier partenaire commercial du Kazakhstan – la première économie d’Asie centrale –, avec 36,1 % de l’ensemble de son commerce extérieur. Elle est son premier marché d’exportation avec 45,4 % de ses exportations totales devant la Russie (11,6 %) et la Chine (10,9 %). C’est également le second partenaire d’Astana en matière d’importation avec 25,7 % de l’ensemble de ses importations derrière la Russie (36,8 %) mais devant la Chine (19,5)72. Les volumes tant des importations originaires de l’UE en direction du Kazakhstan que des exportations kazakhes à destination de l’UE sont par ailleurs en forte augmentation depuis 2002. Vu du côté de l’UE, malgré le poids des échanges avec ce pays sur le plan régional en Asie centrale, le Kazakhstan n’est cependant qu’un partenaire économique mineur. En 2006, Astana a représenté 0,93 % de l’ensemble des importations de l’UE et 0,42 % du total de ses exportations. Avec les autres républiques centre-asiatiques, les échanges varient d’un cas à l’autre. Ainsi, en 2006, l’UE était le second partenaire commercial en importance du Tadjikistan avec 14,2 % du total du commerce extérieur de ce pays, juste devant la Chine (12,4 % du total des échanges tadjiks) mais derrière la Russie (18,7 %)73. L’Union était également le second partenaire commercial en importance de l’Ouzbékistan avec 20,8 % du total du commerce extérieur de ce pays, derrière la Russie (25,8 %) mais devant la Chine (10,5 %)74. La même année, l’UE est le troisième partenaire commercial du Turkménistan avec 11,3 % du total du commerce extérieur de ce pays derrière l’Ukraine (34,2 %) et l’Iran (13,1 %)75. Enfin, l’Union européenne n’est que le quatrième partenaire économique de la République kirghize avec 5,8 % de l’ensemble du commerce extérieur de ce pays, loin derrière la Chine (56,9 %), la Russie (15,1 %) et le Kazakhstan (8,l %)76.

  • 77 IMF, Direction of Trade Statistics Yearbook, Washington, DC, International Monetary Fund, diverses (...)

Exportations centre-asiatiques à destination de l’Union européenne77 (en millions de dollars)

Exportations centre-asiatiques à destination de l’Union européenne77 (en millions de dollars)
  • 78 Ibid.

Importations centre-asiatiques provenant de l’Union européenne78 (en millions de dollars)

Importations centre-asiatiques provenant de l’Union européenne78 (en millions de dollars)
  • 79 Voir Yelena Kalyuzhnova, “The EU and the Caspian Sea region: an energy partnership?”, Economic Syst (...)
  • 80 Voir <http://ec.europa.eu/energy/oil/crude/index_en.htm>.
  • 81 « Géopolitique des approvisionnements énergétiques de l’UE », Euractiv.com, 20 juillet 2005.
  • 82 Jonathan Stern, “The New Security Environment for European Gas: Worsening Geopolitics and Increasin (...)
  • 83 Création de joint-ventures avec le Kazakhstan et le Turkménistan en 2001 ; contrat d’exportation de (...)
  • 84 Voir le cas du South Stream pipeline promu par Gazprom et ENI dans “EU wrong-footed as Russia moves (...)
  • 85 Catherine Locatelli relève que « l’Asie centrale, que ce soit le Kazakhstan ou le Turkménistan, est (...)
  • 86 Voir sur ce point Jérôme Guillet, « Gazprom, partenaire prévisible : relire les crises énergétiques (...)
  • 87 La ligne Odessa-Brody mise en place à l’origine (2001) pour transporter du pétrole caspien est long (...)
  • 88 “Oil-Handling capacities growing and available on Georgia’s Black Sea Coast, Eurasia Daily Monitor (...)
  • 89 Voir sur ce projet Nicklas Norling, “Gazprom’s Monopoly and Nabucco’s Potentials: Strategic Decisio (...)

27Par ailleurs, le potentiel de croissance des échanges entre l’Asie centrale et l’Union n’est pas épuisé, singulièrement en matière énergétique. Pour l’approvisionnement de son secteur nucléaire, l’Union est ainsi particulièrement intéressée par les ressources centre-asiatiques en uranium. Le Kazakhstan possède en effet les secondes plus importantes réserves d’uranium du monde (environ 20 % des réserves mondiales). C’est actuellement le troisième producteur de la planète derrière l’Australie et le Canada et Astana ambitionne de devenir le numéro 1 dans ce domaine en 2010. Etant donné leur intérêt mutuel, un accord de coopération sur l’énergie nucléaire a donc été passé en décembre 2006 entre l’Union européenne (Euratom) et le Kazakhstan. Selon certaines sources, à l’avenir, grâce à cet accord, la part de l’uranium kazakh dans la consommation européenne pourrait passer de 2,46 % en 2006 à 20 %. Dans le domaine des hydrocarbures également, l’Asie centrale et l’Union européenne sont complémentaires. Ce sont de véritables partenaires naturels79. Les relations ont d’ailleurs commencé à se mettre en place depuis les années 90 dans ce secteur mais avec un résultat qui reste encore en dessous des potentialités existantes. Malgré leur proximité géographique, en 2005, le Kazakhstan et l’Azerbaïdjan n’ont ainsi respectivement fourni que 5 % et 1 % du pétrole brut importé dans l’Union européenne à 2580. Dans ce domaine, Astana n’est que le 6e fournisseur en importance de l’Union alors que Bakou arrive en 15e position. En matière gazière, les relations de Bruxelles avec les républiques d’Asie centrale productrices de gaz (Kazakhstan, Ouzbékistan et Turkménistan) sont quasi inexistantes. En 2006, seules de petites quantités de gaz turkmène ont semble-t-il alimenté le marché polonais. Vu d’Europe, les ressources centre-asiatiques sont cependant importantes. Elles pourraient contribuer au renforcement de la sécurité énergétique de l’Union, en consolidant la diversification géographique de son approvisionnement en hydrocarbures et en réduisant sa dépendance dans ce domaine à l’égard du Moyen-Orient et de la Russie. En 2005 en effet, 45 % des importations de pétrole de l’UE proviennent du Moyen-Orient et en matière gazière, 40 % de ses importations en gaz naturel de Russie (30 % d’Algérie et 25 % de Norvège). D’ici 2030, plus de 60 % des importations en gaz de l’UE pourraient provenir de ce pays81. Cette dépendance croissante inquiète de nombreux observateurs européens et, dans cette optique, l’établissement de liens directs avec les Républiques centre-asiatiques apparaît donc souhaitable. Vu d’Asie centrale, le marché européen, proche et solvable, est aussi a priori très attractif. Toutefois, en matière d’acheminement du gaz, les difficultés ne doivent pas être sous-estimées. Il faut rester prudent quant aux possibilités réelles de liens directs vu les contraintes de ce secteur. Comme l’a rappelé récemment J. Stern, l’idée de mettre en place des gazoducs depuis cette région ou le Moyen-Orient vers l’Europe n’est pas neuve et “there have been regalar initiatives to create such projects for at least the post 30 years without success82. Outre le coût financier important que nécessite la construction de nouvelles infrastructures de transport du gaz, une politique de contournement de la Russie menée par l’Union en Asie centrale en matière gazière ne sera pas aisée à mettre en œuvre étant donné les avantages dont dispose Moscou. Les infrastructures existantes sont toutes orientées vers la Russie et leur taille est suffisante pour acheminer les exportations des producteurs centre-asiatiques (Turkménistan mais aussi Ouzbékistan et Kazakhstan). Ce facteur économique n’incite pas au développement d’éventuelles alternatives. De plus, la Russie a mené une sorte de politique de préemption dans le secteur gazier centre-asiatique en concluant de nombreux accords avec les producteurs locaux dans la période post-11 septembre83. En réduisant les quantités de gaz disponibles pour l’exportation, Moscou a limité la marge de manœuvre de l’Europe en ce qui concerne la mise en place de nouvelles infrastructures. La Russie a également pris la précaution supplémentaire de développer de nouveaux projets de gazoducs en direction du marché européen – avec d’ailleurs la coopération d’États de l’Union –, afin de limiter encore davantage la possibilité de voir se créer des liens directs entre Bruxelles et les producteurs gaziers centre-asiatiques84. Une politique de contournement de la Russie sera donc difficile à mettre en place pour Bruxelles dans ces conditions. Par ailleurs, cette option n’est guère appréciée par Moscou, d’autant que l’Asie centrale joue un rôle majeur dans la nouvelle stratégie adoptée par Gazprom85. Il sera donc nécessaire de dégager un consensus sur cette question avec le pouvoir russe, ce qui ne sera pas aisé. Il faut aussi rester conscient que rien n’indique que les Républiques centre-asiatiques sont des fournisseurs gaziers plus sûrs que ne l’est en réalité la Russie, malgré les inquiétudes qui sont nées à propos de la politique de Moscou dans le sillage de la crise du gaz de décembre 2005/janvier 2006 entre la Russie et l’Ukraine86. Enfin, de manière générale, malgré son intérêt en termes de diversification de l’approvisionnement, l’établissement de liens énergétiques directs entre l’Union et les pays d’Asie centrale producteurs d’hydrocarbures n’est pas non plus sans risques. Un des risques encourus par Bruxelles serait de le conduire à sacrifier ses principes de protection des droits de l’Homme et de propagation de la démocratie à ses intérêts énergétiques, ce qui porterait une atteinte grave à sa crédibilité. Malgré ces incertitudes, des projets visant à faciliter l’importation d’hydrocarbures centre-asiatiques par oléoducs et gazoducs vers le marché européen continuent d’être discutés. En matière pétrolière, depuis son entrée en fonction en 2005, l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan (BTC) permet aux productions azerbaïdjanaises d’atteindre directement le marché international et l’Europe sans avoir à traverser le territoire russe ou le territoire iranien. Ce n’est cependant pas encore le cas des productions du Kazakhstan. Le pétrole kazakh continue en effet d’être exporté à travers la Russie soit par rail soit par oléoducs. A l’avenir, des productions du champ pétrolifères de Kashagan pourraient néanmoins être transportées via la Caspienne (par barges) vers Bakou et le BTC. Astana semble aussi intéressé par la possibilité d’utiliser la ligne de chemin de fer Bakou-Batoumi pour transporter son pétrole en direction de la mer Noire puis peut-être, de l’oléoduc Odessa-Brody87. Une possibilité qui intéresse bien entendu Bruxelles. Pour renforcer la diversification des voies d’approvisionnement de l’Europe, la Commission considère en effet depuis 2003 que la mise en place de la ligne Odessa (Ukraine)-Brody-Plock-Gdansk (Pologne) est un projet d’intérêt paneuropéen. Cette dernière ligne de 690 km pourrait accueillir des productions kazakhes à destination du marché de l’Union88. Le pétrole kazakh, transporté par barges à travers la Caspienne, serait chargé à destination de l’Ukraine depuis les terminaux géorgiens situés sur la mer Noire (Batoumi, Kulevi ou Supsa). Les incertitudes quant à cette possibilité sont cependant nombreuses. En matière gazière, Bruxelles soutient le projet transcaspien discuté depuis les années 90. Ce dernier a récemment resurgi à l’occasion de la disparition du président turkmène en décembre 2006. Bruxelles, en coopération avec Washington, conduit d’ailleurs une étude de faisabilité sur cette ligne destinée à relier le Turkménistan à l’Azerbaïdjan via la mer Caspienne avant de se diriger vers la Turquie à travers le gazoduc du Sud Caucase. D’autres propositions, comme le projet Nabucco, destiné à relier le bassin de la Caspienne à l’Europe, via la Turquie sont également discutées. Ce dernier gazoduc est destiné à offrir des opportunités de diversification importante des approvisionnements de l’Union depuis l’Asie centrale et l’Iran. Dans ce cas également, l’Union se heurte cependant aux intérêts et à la politique de Moscou89.

  • 90 Bruxelles a intérêt à diversifier ses fournisseurs et ses voies d’approvisionnement alors que les p (...)

28L’Asie centrale – et singulièrement l’espace caspien – apparaît donc à l’Union comme une possibilité non négligeable de diversifier ses fournisseurs énergétiques et de multiplier ses voies d’approvisionnement. Les deux parties ont donc des intérêts économiques communs mais aussi de sécurité énergétique90, ce qui devrait contribuer à les rapprocher à l’avenir. Le facteur russe risque cependant de peser lourdement sur ces relations et de les limiter si un consensus n’est pas trouvé avec Moscou. Enfin, financièrement, Bruxelles possède les ressources nécessaires pour appuyer sa politique à l’égard de l’Asie centrale si elle le désire réellement. Les avantages dont dispose l’Europe et la contribution qu’elle peut apporter au développement de ces républiques dans de nombreux domaines, ne laissent donc indifférent aucun pays de la région.

Les projets de gazoduc étudiés ou en développement vers le marché européen

Les projets de gazoduc étudiés ou en développement vers le marché européen

b. Les faiblesses

  • 91 Aziz Burkhanov, “The EU Strategy in Central Asia: successes and failures, op. cit.

29Malgré ses atouts, l’Europe n’a joué en Asie centrale, jusqu’à présent du moins, qu’un rôle relativement limité et les résultats qu’elle a obtenus ne correspondent pas à ses pleines potentialités. Cet état de fait est imputable à une série de facteurs. L’absence de contiguïté géographique est un premier élément à souligner. Il limite les capacités d’action de l’Union européenne. La distance géographique réduit par ailleurs l’intérêt et l’attention que Bruxelles accorde à cette zone. La persistance de la « distance mentale » doit aussi être soulignée. Certains pointent ainsi en Asie centrale la faible connaissance de la région de la part des « spécialistes » européens. Par ailleurs, l’UE ne s’est aussi pas véritablement donné les moyens d’une action efficace. Les moyens financiers mobilisés sont somme toute restés modestes. L’incertitude et l’absence de volonté doivent également être relevées. Comme le remarque un auteur centre-asiatique, il n’y a pas d’opinion uniforme en Europe sur la question de savoir si l’Asie centrale est importante pour l’Union91. Le fait que les relations entre l’Union européenne et la Russie ne font pas l’objet d’une stratégie claire rend également délicate la définition d’une stratégie à l’égard de l’Asie centrale. La discontinuité de l’action diplomatique de l’UE est également un frein à son influence dans cette région. Le système de présidence tournante ne favorise pas la continuité dans l’action d’autant que les divers États membres ont eux-mêmes des priorités différentes. C’est évidemment moins le cas d’acteur unifié comme la Chine ou la Russie. Sur le plan politique, on peut reprocher à l’Union l’approche fragmentée de sa politique d’aide, centrée plus sur des projets plutôt que sur une stratégie concertée, ainsi que de son engagement politique limité à quelques missions spécifiques. Certains des programmes mis en œuvre n’ont pas eu non plus les résultats escomptés par rapport aux sommes et à l’énergie investis. Dans le domaine du trafic de la drogue, en dépit d’une assistance non négligeable, les gains retirés du commerce des drogues continuent ainsi de contrecarrer les efforts notamment européens.

  • 92 Voir Alexander Warkotsch, “The European Union and Democracy Promotion in Bad Neighbourhoods: The Ca (...)

30Mais le faible succès de la politique européenne s’explique aussi par le dilemme devant lequel se trouvent placés les États d’Asie centrale eux-mêmes. En effet, ceux-ci veulent à la fois conforter leur nouvelle indépendance, ce qui les amène à se rapprocher de l'Occident en général et de l’Europe en particulier – unique moyen de prendre quelque distance par rapport à la Russie et à la Chine – mais en même temps, ils cherchent à maintenir leur stabilité interne ce qui est difficile quand les Européens, ainsi que les Américains, leur demandent de faire des réformes, de mettre en place un État de droit, de promouvoir les droits de l’Homme et les libertés publiques. Dans ces conditions, il est évident que du côté des régimes, généralement autoritaires, en place en Asie centrale, existe aussi des réticences quant à l’amplification de leurs rapports avec le monde occidental. La conjonction de ces deux phénomènes explique les limites de l’efficacité des politiques de l’Union européenne et de ses États membres. Si l’insistance européenne sur les réformes politiques et économiques de style occidental et sur le respect des droits de l’Homme, de la bonne gouvernance etc. a heurté les élites dirigeantes en Asie centrale – certains analystes parlent de « confrontation idéologique » à ce propos – et a été contre-productive à court terme puisqu’elle a poussé les régimes dans les bras de pays comme la Chine ou la Russie qui n’ont pas ces exigences, on peut toutefois s’interroger sur le long terme. Ces thématiques ont en effet une résonance certaine dans l’opposition et au sein des sociétés civiles en Asie centrale. En outre, et c’est le dilemme européen, l’Union ne peut y renoncer dans ses relations avec les pays d’Asie centrale – même pour ses besoins énergétiques – sous peine d’aliéner sa propre identité, sans parler de l’instrument de propagande qu’elle fournirait ainsi aux critiques des Occidentaux que sont notamment les mouvements radicaux islamistes. Il lui faut trouver un moyen d’« engager » les régimes centre-asiatiques actuels mais sans renoncer à ses principes et en modulant par exemple ses rapports avec les pays de la zone en fonction des progrès réalisés. L’absence de démocratisation des régimes malgré les politiques mises en œuvre par l’Union dans ce domaine92, de même que la faiblesse dans certains cas – comme en Ouzbékistan ou au Turkménistan – des résultats en ce qui concerne les réformes économiques peuvent expliquer une certaine déception européenne mais ne doivent cependant pas remettre en cause sa volonté de poursuivre son engagement dans cette zone.

  • 93 D’après European Commission, « Strategy Paper 2002-2006 & Indicative Programme 2002-2004 for Centra (...)

31Malgré sa politique d’assistance et le fait qu’elle soit le premier donateur dans cette zone, la visibilité de l’Union en tant qu’institution en Asie centrale reste encore trop faible. En 2007, la Commission européenne ne dispose d’une délégation officielle qu’au Kazakhstan. Cette dernière s’occupe officiellement des relations avec ce pays mais aussi le Kirghizstan et le Tadjikistan. L’établissement d’une représentation au Kirghizstan, au Tadjikistan et en Ouzbékistan déjà évoquée en 200293, n’a toujours pas abouti cinq ans plus tard. Il existe actuellement quatre centres d’information de l’Union européenne (EUi) basé en Asie centrale. Le premier a été établi au Kazakhstan en 1998. Il a ensuite fallu attendre 2002 pour voir s’ouvrir deux centres d’information supplémentaires au Kirghizstan et au Tadjikistan. Le plus récent a été installé dans la nouvelle capitale kazakhe Astana en 2007. L’UE ne dispose toujours pas de centre d’information au Turkménistan et en Ouzbékistan. Des progrès dans l’information aux populations locales sont donc nécessaires car l’action de l’Union a tout de même été positive et Bruxelles gagnerait à le faire savoir davantage localement.

V. En guise de conclusion

32En Asie centrale, entre les acteurs internationaux majeurs présents dans la région – Russie, États-Unis, Chine – et les acteurs régionaux comme l’Iran, la Turquie, le Pakistan et l’Inde, les pays européens, de manière bilatérale ou multilatérale par le biais de l’UE, occupent une position intermédiaire dont l’importance est loin d’être négligeable. En effet, par rapport aux puissances régionales, l’Europe possède des atouts économiques et politiques considérables, tandis que, contrairement aux grandes puissances, elle ne poursuit pas d’objectifs hégémoniques qui suscitent nécessairement craintes et réticences du côté des partenaires centre-asiatiques. Dans ces conditions, occuper une position intermédiaire ne signifie pas que l’Union est dans une situation de puissance de second rang. Au contraire, dans de nombreux domaines, elle joue le rôle d’un acteur clé dont les capacités d’action sont incomparables par rapport aux autres acteurs. Il en va ainsi du renforcement des institutions étatiques, du soutien aux réformes économiques et sociales, du développement des infrastructures, de l’encouragement à la transition démocratique etc. Malgré cette situation avantageuse, les pays de l’UE se sont montrés dans l’ensemble trop frileux dans leur engagement en Asie centrale. Par rapport à d’autres régions du monde, Europe de l’Est, Méditerranée, Afrique, l’Asie centrale n’a jamais constitué une zone prioritaire pour l’Union Européenne.

Notes

1 Au Caucase également, l’Union européenne a tâtonné avant de mettre en place une « politique européenne de voisinage » (PEV). Cette dernière, qui s’applique à l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie, États par ailleurs membres du Conseil de l’Europe, n’a été développée que depuis 2004. Bien que la Russie soit également un voisin de l’UE, les relations avec celle-ci sont fondées sur un « partenariat stratégique ». A propos de la PEV voir : <http://ec.europa.eu/world/enp/pdf/strategy/strategy_paper_fr.pdf>.

2 D’après Nargis Kassenova, “The EU in Central Asia: strategy in the context of Eurasian Geopolitics, Central Asia and the Caucasus, vol. 46, n° 4, 2007.

3 “German FM Sketches new EU Policy for Central Asia, Uzreport, January 24, 2007.

4 Heidi Wegener, “Central Asia: At last Europe may be getting its act together, Europe’s World, n° 5, Spring 2007,
<
http://www.europesworld.org/EWSettings/Article/tabid/78/Default.aspx?Id=d9ebe85b-dcb9-46cb-8eef-df4476e87440>.

5 Le Tadjikistan a été confronté à une guerre civile entre 1992 et 1997. Après une première phase d’une extrême violence entre mai et décembre 1992, la guerre s’est transformée en conflit de basse intensité et s’est prolongée jusqu’à la signature des accords de paix en juin 1997. La guerre a dévasté le pays, déjà la plus pauvre des républiques soviétiques avant l’indépendance. Elle a fait entre 20 000 et 40 000 morts. Près de 600 000 personnes ont été déplacées et des centaines de milliers d’autres ont émigré. Voir sur le conflit : Le Tadjikistan à l’épreuve de l’indépendance, sous la direction de Mohammad-Reza Djalili et Frédéric Grare, Genève, Publications de l’IUHEI, 1995, 203p. Concernant le bilan humain, voir Richard H. Rowland, “National and Regional Population Trends in Tajikistan: Results from the Recent Census, Eurasian Geography and Economics, vol. 46, n°3, March 2005, pp. 202-223.

6 On comptait environ 100 000 Allemands au Kirghizstan à l’indépendance de ce pays. Aujourd’hui, ils ne seraient plus qu’environ 15 000.

7 Les Allemands du Kazakhstan sont pour la plupart des descendants des Allemands de la Volga, déportés en Asie centrale pendant la Seconde Guerre mondiale. Alors qu’ils étaient environ 1 million au Kazakhstan en 1989, on ne compte plus en 2007 qu’environ 230 000 Allemands vivant dans ce pays.

8 IMF, Direction of Trade Statistics Yearbook 2007, International Monetary Fund, Washington, DC, 2007, p. 276.

9 Chiffres de la Banque nationale du Kazakhstan (2005), cités dans A. de Montesquiou, Vers un nouveau partenariat entre la France et l’Asie centrale, Rapport au Premier Ministre, Paris, La Documentation française, juillet 2005, p. 51. On retiendra que ces investissements se concentrent principalement dans le secteur des hydrocarbures.

10 <http://www.auswaertiges-amt.de/diplo/en/Laenderinformationen/0l-Laender/Kasachstan.html>

11 Roger Mcdermott, “Kazakhstan deepens ties with Germany”, Eurasia Daily Monitor, February 8, 2007.

12 Sur les relations germano-kirghizes, voir <http://www.auswaertiges-amt.de/di-plo/en/Laenderinforniationen/01-Laender/Kirgisistan.html>.

13 Le Tadjikistan abritait également une petite minorité allemande. Les 39 000 Allemands qui vivaient dans ce pays ont cependant massivement émigré en Allemagne dans les années 90. Voir <http://www.auswaertiges-amt.de/diplo/en/Laenderinformationen/01-Laender/Tadschikistan.html>.

14 Tachkent dispose ainsi d’un Institut Goethe.

15 Anja Schoeller-Schletter, “Germany takes low-key approach toward Uzbekistan”, Eurasia Insight, September 7, 2005.

16 Sanobar Chermatova, « Nouveau départ entre Tachkent et Washington », RIA Novosti, January 29, 2008.

17 Voir les détails dans <http://www.eni.it/en_IT/eni-world/kazakhstan/eni-busi-ness/exploration-production.shtml>.

18 Aziz Burkhanov, “The EU Strategy in Central Asia: successes and failures”, Central Asia and the Caucasus, vol. 45, n° 3, 2007.

19 En outre, Craig Murray, ambassadeur britannique à Tachkent entre 2002 et 2004 a été très critique à l’égard du régime ouzbek, ce qui lui a valu d’être écarté par Londres. Voir Craig Murray, Murder in Samarkand: a British Ambassador’s controversial defiance of tyranny in the War on Terror, Edinburgh, Mainstream Pub., 2006, 400p.

20 Voir A. de Montesquiou, op. cit., pp. 47 et ss.

21 Il y a eu en fait deux programmes : TACIS I de 1991 à 1999 et TACIS II de 2000 à 2006.

22 Chiffres tirés du site de la European Commission’s Delegation to Kazakhstan, Kyrgyzstan and Tajikistan, “Overview of EC assistance to Central Asia: 1991-2006, December 3, 2006, <http://www.delkaz.cec.eu.int/joomla>.

23 Ces accords instaurent un dialogue politique bilatéral entre l’Union européenne et les différents pays. Les partenariats établis ont comme objectifs de fournir un cadre approprié au dialogue politique mais aussi de soutenir les efforts de démocratisation et de développement économique, d’accompagner la transition vers une économie de marché et de promouvoir les échanges et les investissements. Ils aspirent également à jeter les bases d’une coopération dans les domaines législatifs, économique, social, financier, scientifique civil, technologique et de coopération culturelle. Des rencontres annuelles sont prévues dans le cadre de diverses instances comme le conseil de coopération, le comité de coopération, le comité de coopération interparlementaire et des sous-comités dans divers domaines. Voir <http://europa.eu/scadplus/leg/fr/lvb/rl7002.htm>.

24 Voir le texte de l’accord de partenariat et de coopération signé en janvier 1995 entré en vigueur le 1er juillet 1999 dans <http://ec.europa.eu/external_relations/ceeca/pea/pca_kazakhstan.pdf>.

25 Voir le texte de l’accord de partenariat et de coopération signé en février 1995 entré en vigueur le 1er  juillet 1999 dans <http://ec.europa.eu/external_relations/ceeca/pca/pca_kyrgyzstan.pdf>.

26 Voir le texte de l’accord de partenariat et de coopération signé en juin 1996 entré en vigueur le 1er juillet 1999 dans <http://ec.europa.eu/external_relations/ceeca/pea/pca_uzbekistan.pdf>.

27 Voir le site de ce programme, <http://www.inogate.org/en/>.

28 Voir détails sur ce programme sur le site de la European Commission’s Delegation to Kazakhstan, Kyrgyzstan and Tajikistan, “Border Management”, December 4, 2006, <http://www.delkaz.cec.eu.int/joomla>) et sur le site <http://bomca.eu-bomca.kg/>.

29 Voir détails sur ce programme sur le site de la European Commission’s Delegation to Kazakhstan, Kyrgyzstan and Tajikistan, “Action on Drugs”, December 4, 2006, <http://www.delkaz.cec.eu.int/joomla>) et sur le site <http://cadap.eu-bomca.kg/>.

30 Il s’agit d’un programme d’assistance à la réforme du département des douanes au Kirghzistan, au Tadjikistan et au Kazakhstan. Voir détails sur le site de la European Commission’s Delegation to Kazakhstan, Kyrgyzstan and Tajikistan, “Customs”, December 4, 2006, <http://www.delkaz.cec.eu.int/joomla>.

31 Voir détails sur ce programme qui concerne le Kazakhstan, le Kirghizstan et le Tadjikistan sur le site de la European Commission’s Delegation to Kazakhstan, Kyrgyzstan and Tajikistan, “Civil Service Reform”, December 4, 2006, <http://www.delkaz. cec.eu.int/joomla>.

32 ICG, “Central Asia: What Role for the European Union?, Asia Report, n° 113, April 10, 2006, p.11.

33 Voir les opinions contradictoires sur cette question des spécialistes centre-asiatiques dans “European Policy towards Central Asia, 137th Bergedorf Round Table, May 4th-6th, 2007, Astana, pp. 46-47,
<http://www.koerber-stiftung.de/bg/recherche/pdf_protokoll/bnd_137_en_text. pdf>.

34 D’après European Commission, “Strategy Paper 2002-2006 & Indicative Programme 2002-2004 for Central Asia, 30 October 2002, p. 12,
<
http://ec.europa.eu/external_relations/ceeca/rsp2/02_06_en.pdf>.

35 Depuis 2000, l’ECHO a mis l’accent dans son soutien sur l’hygiène et le traitement de l’eau au Tadjikistan. C’est un des plus importants donateurs internationaux dans ce secteur essentiel à la santé publique. D’après ECHO in Tajikistan and Central Asia, Brussels, November 2003, p. 7.

36 Au Tadjikistan, pendant et après la guerre civile et à l’occasion de la sécheresse qui a frappé le pays en 2000-2001, l’ECHO a fourni de grandes quantités de produits de base et de nourriture. Le programme travaille également à assurer à plus long terme la sécurité alimentaire de ce pays montagneux où seuls 10 % des terres sont arables, en finançant par exemple la réhabilitation des systèmes d’irrigation secondaires, la plantation d’arbres fruitiers, la fourniture de graines et d’engrais, la formation agricole ou en aidant les communautés isolées dans des secteurs montagneux du pays à renforcer leur autosuffisance à travers le développement de cultures fruitières et de l’élevage. D’après Idem, p. 11.

37 Depuis 2000, l’ECHO a consacré plusieurs millions d’€ à l’amélioration de l’accès a la santé au Tadjikistan en priorité pour les foyers ruraux et les populations des petits centres urbains. D’après Idem, p.9

38 Chiffres tirés du site de la European Commission’s Delegation to Kazakhstan, Kyrgyzstan and Tajikistan, “Overview of EC assistance to Central Asia: 1991-2006, December 3, 2006, <http://www.delkaz.cec.eu.int/joomla>.

39 ECHO in Tajikistan and Central Asia, op.cit., p. 5.

40 European Commission “Central Asia indicative programme (2007-2010)”, 15 June 2006, p. 37, <http://www.donors.kg/upload/docs/reports_and_studies/ECDele-gation_CA_IP_%20rev_june-15-2006_Eng.pdf>.

41 European Commission “A Commission long term commitment for Central Asia, January 19, 2007, <http://ec.europa.eu/echo/field/tajikistan/index_en.htm>.

42 Voir ICG, “Central Asia: What Role for the European Union?, op. cit., p. 15.

43 La majorité des opérations de ce programme touche le Tadjikistan, un pays particulièrement exposé aux désastres naturels. Ce programme concerne aussi dans une moindre mesure la République kirghize et l’Ouzbékistan. Voir European Commission, “Disaster preparedness in Central Asia, <http://ec.europa.eu/echo/field/dipecho/ central_asia_en.htm>.

44 European Commission, ECHO annual review 2005, p. 19, <http://ec.europa.eu/ echo/pdf_files/annual_reviews/2005_globalreach_en.pdf>.

45 Voir détails sur ce programme sur le site de la European Commission’s Delegation to Kazakhstan, Kyrgyzstan and Tajikistan, “The EC Food Security Programme in Central Asia, December 4, 2006, <http://www.delkaz.cec.eu.int/joomla>. Sur le plan des résultats obtenus sur le terrain, l’ICG souligne que malgré l’action de l’Union, de nombreuses difficultés subsistent au Tadjikistan où la malnutrition persiste dans de nombreuses zones du pays. Voir ICG, “Central Asia: What Role for the European Union?, op. cit., p. 16.

46 Chiffres tirés du site de la European Commission’s Delegation to Kazakhstan, Kyrgyzstan and Tajikistan, “Overview of EC assistance to Central Asia: 1991-2006, December 3, 2006, <http://www.delkaz.cec.eu.int/joomla>.

47 “USAID Assistance in Central Asia: 1992-2007”, <http://centralasia.usaid.gov/ page.php?page=article-15&from_t=>.

48 Chiffre compilé d’après les Japan’s ODA White Paper (2002-2006) et les Japan’s ODA Annual Reports (1997-1999), <http://www.mofa.go.jp/policy/oda/white/index.html>.

49 D’après European Commission, “The Euro-Mediterranean Partnership. The MEDA Programme, <http://ec.europa.eu/external_relations/euromed/meda.ht>.

50 Voir le texte <http://ec.europa.eu/external_relations/ceeca/c_asia/02_06_ en.pdf>.

51 En décembre 1997, un des experts européens du programme Tacis, le français Franck Janier-Dubry a été kidnappé avec sa compagne Karine Mane qui travaillait pour une ONG financée par le Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations unies par un chef de guerre tadjik, Rizvon Sadirov. Cette dernière a trouvé la mort lors de l’intervention des forces de l’ordre pour la libérer.

52 Voir ICG, “Central Asia: What Role for the European Union?”, op. cit., pp. 13-14.

53 Voir le texte dans <http://ec.europa.eu/world/enp/pdf/com03_104_fr.pdf>.

54 Voir le texte <http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cmsUpload/031208ESSIIFR.pdf>.

55 ICG, “Central Asia: What Role for the European Union?”, op. cit., p. 19.

56 Voir details sur l’Initiative de Bakou et le programme Inogate dans <http://www. inogate.org/inogate/en/baku-initiative>.

57 Détails dans http://www.traceca-org.org/.

58 Voir la carte des réseaux gaziers et pétroliers proposés par Inogate dans <http:// www.inogate.org/en/images/maps/gas_map_big.gif> et <http://www.inogate.org/ en/images/maps/oil_map_big.gif>.

59 Le BTC a été mis en place sans implication financière de l’Union européenne. Cet oléoduc de 1768 km de longueur pour une capacité de 50 Mt de pétrole par an (1 mb/j) a été financé pour 30 % par le consortium mené par British Petroleum et regroupant dix autres sociétés pétrolières à savoir Socar (Azerbaïdjan) ; TPAO (Turquie) ; Statoil (Norvège) ; Chevron, Amerada Hess, ConocoPhillips (Etats-Unis) ; Itochu, Inpex (Japon) ; Eni (Italie) et Total (France). Les 70 % restants ont été fournis la banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), la société de finance internationale (IFC), le bras privé de la Banque mondiale, des agences de crédit à l’exportation de sept pays et un syndicat regroupant quinze banques commerciales. D’après <http://www.bp.com/genericarticle.do?categoryld=9006669&content Id=7014358>.

60 Pour certains observateurs, l’Union européenne n’aurait cependant pas encore pris suffisamment la mesure des dangers que la situation afghane fait courir à sa sécurité. Voir les commentaires dans Nicklas Norling, “EU’s Central Asia Policy: the adoption of a new strategy paper 2007-2013”, Central Asia and the Caucasus, vol. 45, n° 3, 2007.

61 Depuis cependant, les observateurs ont quelque peu déchanté. Voir Erica Marat, The Tulip Revolution: Kyrgyzstan one year after, March 15 2005-March 24, 2006, Washington, DC, Jamestown Foundation, 2006, viii-149p.

62 Voir Marlène Laruelle et Sébastien Peyrouse, Asie centrale, la dérive autoritaire : cinq républiques entre héritage soviétique, dictature et islam, Paris, CERI/Autrement, 2006, 136p.

63 Certains observateurs bien informés sont cependant restés plus prudents dans leur analyse de la crise russo-ukrainienne et de ses conséquences pour l’Europe. Voir l’analyse pondérée de cette crise dans Jonathan Stern, “The Russian-Ukrainian gas crisis of January 2006”, Oxford Institute for Energy Studies, 2006, 17p., <http://www. oxfordenergy.org/pdfs/commen t_0106.pdf>.

64 Voir <http://eur-lex.europa.eu/smartapi/cgi/sga_doc?smartapi!celexplus!prod!DocNumber&lg=fr&type_doc=COMfmal&an_doc=2000&nu_doc=769>.

65 Voir le texte <http://ec.europa.eu/energy/green-paper-energy/doc/2006_03_08_gp_document_fr.pdf>.

66 Voir <http://www.consilium.europa.eu/ueDocs/cms_Data/docs/pressData/fr/ec/93141.pdf>.

67 D’après le site du ministère allemand des affaires étrangères, <http://www.auswaertigesamt.de/diplo/fr/Europa/Aussenpolitik/Regionalabkommen/Zentralasien.html>.

68 Bernard Adam (dir), Europe puissance tranquille ? Rôle et identité sur la scène mondiale, Brussels, GRIP, 2006, 200p.

69 Voir sur la nature de la « puissance » de l’Union européenne, Zaki Laidi, La norme sans la force : l’énigme de la puissance européenne, Paris, Presses de Sciences po, 2005, 159p.

70 Les économistes ont montré, en analysant le commerce CEI-UE grâce à une équation de gravité, que ce dernier est compris entre 36 et 58 % de son potentiel. Voir analyse dans Oxana Babetskaia-Kukharchuk and Mathilde Maurel, “Russia’s accession to the WTO: the potential for trade increase”, Journal of Comparative Economics, vol. 32, n° 4, December 2004, pp. 680-699.

71 Voir détails dans Gaël Raballand, Antoine Kunth and Richard Auty, “Central Asia’s transport cost burden and its impact on trade, Economic Systems, vol. 29, 2005, pp. 6-31.

72 Chiffres tirés de Commission européenne, “Kazakhstan dans EU Bilateral Trade with the World, DC Trade Statistics, 7 août 2007, <http://trade.ec.europa.eu/doclib/ docs/2006/september/tradoc_113406.pdf>.

73 Chiffres tirés de Commission européenne, “Tajikistan dans EU Bilateral Trade with the World, DC Trade Statistics, 24 août 2007, <http://trade.ec.europa.eu/doclib/ docs/2006/september/tradoc_113453.pdf>.

74 Chiffres tirés de Commission européenne, “Uzbekistan dans EU Bilateral Trade with the World, DC Trade Statistics, 7 août 2007, <http://trade.ec.europa.eu/doclib/ docs/2006/september/tradoc_113461 .pdf>.

75 Chiffres tirés de Commission européenne, “Turkmenistan dans EU Bilateral Trade with the World, DC Trade Statistics, 7 août 2007, <http://trade.ec.europa.eu/do-clib/docs/2006/september/tradoc_113457.pdf>.

76 Chiffres tirés de Commission européenne, “Kyrghistan dans EU Bilateral Trade with the World, DC Trade Statistics, 24 août 2007, <http://trade.ec.europa.eu/doclib/ docs/2006/September/tradoc_113409.pdf>.

77 IMF, Direction of Trade Statistics Yearbook, Washington, DC, International Monetary Fund, diverses années.

78 Ibid.

79 Voir Yelena Kalyuzhnova, “The EU and the Caspian Sea region: an energy partnership?”, Economic Systems, vol. 29, 2005, pp. 59-76.

80 Voir <http://ec.europa.eu/energy/oil/crude/index_en.htm>.

81 « Géopolitique des approvisionnements énergétiques de l’UE », Euractiv.com, 20 juillet 2005.

82 Jonathan Stern, “The New Security Environment for European Gas: Worsening Geopolitics and Increasing Global Competition for LNG, Oxford, Oxford institute for Energy Studies, 2006, p. 13.

83 Création de joint-ventures avec le Kazakhstan et le Turkménistan en 2001 ; contrat d’exportation de 25 ans signé avec le Turkménistan en 2005 ; accord sur l’exclusivité de l’exploitation des gisements ouzbeks sur 25 ans en 2006 ; accord Russie-Turkménistan-Kazakhstan pour coordonner le développement des productions et des routes etc. Voir D. Finon, « La Russie et l’“Opep du gaz” : vraie ou fausse menace ? », Russie. Nei. Visions, n° 24, Ifri, Paris, novembre 2007, p. 16.

84 Voir le cas du South Stream pipeline promu par Gazprom et ENI dans “EU wrong-footed as Russia moves ahead with new export pipelines, Oil and Energy Trends, January 18, 2008, p. 7.

85 Catherine Locatelli relève que « l’Asie centrale, que ce soit le Kazakhstan ou le Turkménistan, est une variable essentielle de l’équation gazière russe. Les importations de gaz en provenance de ces pays contractualisés jusqu’à la fin des années 2010 permettent à Gazprom de différer la mise en production de nouveaux gisements tout en satisfaisant sa consommation intérieure et ses engagements contractuels. Le contrat passé en 2005 avec le Turkménistan est fondateur de cette stratégie. La Russie devrait importer 90 Gm3 de gaz turkmène en 2007. Le Kazakhstan et l’Ouzbékistan pourraient rapidement exporter des quantités du même ordre de grandeur vers la Russie », dans Catherine Locatelli, « Gazprom contraint par son environnement pourra-t-il, sans réforme, assurer le développement de l’industrie gazière russe ? », LEPII, Note de travail, n° 6, Janvier 2007, p. 5.

86 Voir sur ce point Jérôme Guillet, « Gazprom, partenaire prévisible : relire les crises énergétiques Russie-Ukraine et Russie-Belarus », Russie.Nei.Visions, n° 18, Ifri, Paris, mars 2007, 24p ; Dominique Finon and Catherine Locatelli, “Russian and European gas interdependence: Could contractual trade channel geopolitics ?”, Energy Policy, vol. 36, n° 1, 2008, pp. 423-442.

87 La ligne Odessa-Brody mise en place à l’origine (2001) pour transporter du pétrole caspien est longtemps restée inactive faute de pétrole de la Caspienne pour l’alimenter. En 2003, les Ukrainiens ont envisagé de la prolonger jusqu’à la ville polonaise de Plock. Mais Kiev s’est cependant entendu en juin 2004 avec Moscou pour transporter du pétrole russe de l’Oural à destination de la mer Noire et du marché mondial, c’est-à-dire dans le sens inverse de celui imaginé au départ. Transneft et TNK-BP ont signé un accord supplémentaire en décembre 2006 pour étendre pour une période de trois ans, un accord de partenariat et de coordination du transport de pétrole à travers la Russie et l’Ukraine, conclu en novembre 2004 entre Transneft, TNK et Ukrtransnafta. L’Azerbaïdjan, la Géorgie, l’Ukraine, la Pologne et la Lituanie envisagent désormais de prolonger la ligne vers Gdansk. Un premier accord a été signé dans ce sens en mai 2007. Mais la question du pétrole qui pourrait venir alimenter cet oléoduc reste ouverte. Les productions azerbaïdjanaises seules ne sont pas suffisantes et le Kazakhstan envisage d’utiliser le BTC mais aussi semble-t-il le futur oléoduc prévu Burgas (Bulgarie) –Alexandroupolis (Grèce) – détenu à 51 % par la Russie –, ce qui limitera les quantités de pétrole kazakh disponibles pour la ligne vers Gdansk.

88 “Oil-Handling capacities growing and available on Georgia’s Black Sea Coast, Eurasia Daily Monitor, vol. 5, Issue 28, February 13, 2008.

89 Voir sur ce projet Nicklas Norling, “Gazprom’s Monopoly and Nabucco’s Potentials: Strategic Decisions for Europe, Silk Road Paper, Central Asia-Caucasus Institute & Silk Road Studies Program, November 2007, 43p.

90 Bruxelles a intérêt à diversifier ses fournisseurs et ses voies d’approvisionnement alors que les producteurs centre-asiatiques ont tout intérêt à diversifier leurs voies d’exportation pour ne pas dépendre uniquement de la Russie en matière de transit.

91 Aziz Burkhanov, “The EU Strategy in Central Asia: successes and failures, op. cit.

92 Voir Alexander Warkotsch, “The European Union and Democracy Promotion in Bad Neighbourhoods: The Case of Central asia, European Foreign Affairs Review, vol. 11, 2006, pp. 509-525.

93 D’après European Commission, « Strategy Paper 2002-2006 & Indicative Programme 2002-2004 for Central Asia », 30 October 2002, p. 54, <http://ec.europa.eu/ external_relations/ceeca/rsp2/02_06_en.pdf>.

Notes de fin

1 Mohammad-Reza Djalili est Professeur associé à IHEID, Genève. Thierry Kellner est docteur en relations internationales de l’institut, chercheur associé au Brussels Institute of Contemporary China Studies (BICCS) et enseigne à l’Université libre de Bruxelles.

Table des illustrations

Titre Assistance de l’Union européenne aux cinq Républiques d’Asie centrale 1991-2006 dans le cadre du programme Tacis (en millions d’€)22
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Assistance de l’UE à l’Asie centrale dans le cadre du programme ECHO38 1991-2006 (en millions d’€)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1495/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Assistance de l’Union européenne à l’Asie centrale 1991-2006 dans le cadre du programme de sécurité alimentaire (FSP) (en millions d’€)46
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1495/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Total de l’assistance de l’Union européenne à l’Asie centrale par pays 1991-2006 (en millions d’€)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1495/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Exportations centre-asiatiques à destination de l’Union européenne77 (en millions de dollars)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1495/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Importations centre-asiatiques provenant de l’Union européenne78 (en millions de dollars)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1495/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Les projets de gazoduc étudiés ou en développement vers le marché européen
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1495/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k

© Graduate Institute Publications, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540