Version classiqueVersion mobile

Construire l’Europe

 | 
Andre Liebich
, 
Basil Germond

L'Union européenne et ses constructeurs

De Gaulle - adversaire ou partisan de la construction européenne ?

Benedikt Schoenborn

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

  • 1 L’essentiel de ce chapitre procède de Benedikt Schoenborn, La mésentente apprivoisée. De Gaulle et (...)

1Paul-Henri Spaak voyait en Charles de Gaulle « le plus dangereux adversaire » et le « fossoyeur » de l’unité européenne. Jean Monnet, tout comme d’autres grands Européens, déplorait la politique aveugle et dépassée du Président de Gaulle, le jugeant incapable de comprendre les exigences d’une Europe unie. L’ambassadeur allemand à Paris nota, fin janvier 1963, que de Gaulle était en train de détruire treize ans de construction européenne. En juillet 1965, lors de la crise de la chaise vide, le Président de la Commission européenne, Walter Hallstein, croyait une coopération avec de Gaulle impossible et compara ses méthodes à celles d’Adolf Hitler. Par sa décision de bloquer l’adhésion britannique au Marché commun, en janvier 1963 puis en novembre 1967, le général de Gaulle constituait, selon une opinion très répandue en Europe occidentale, l’obstacle principal à la construction européenne1.

  • 2 Le comte Richard de Coudenhove-Kalergi (1894-1972), de nationalité autrichienne, présidait le mouve (...)

2Durant les années 1960, à l’exception des gaullistes en France, les personnages qui vantaient les mérites européens du Président français étaient rares. L’un d’eux, Konrad Adenauer, croyait les actions énergiques du général de Gaulle salutaires pour l’Europe entière. Pour Richard Coudenhove-Kalergi, la réconciliation et l’amitié que de Gaulle avait offertes au peuple allemand prenaient une valeur incommensurable pour la construction européenne. Dans un sens similaire, même la diplomatie britannique admit que de Gaulle agissait dans l’intérêt de l’Europe, du fait qu’il contribuait à créer « une Allemagne saine ». Notons aussi que certains anciens critiques ont modifié leur jugement sur de Gaulle. Par exemple Helmut Schmidt reconnaît rétrospectivement avoir mal interprété, durant les années 1960, la politique européenne du général de Gaulle2.

  • 3 Gérard Bossuat, Faire l’Europe sans défaire la France. 60 ans de politique d’unité européenne des g (...)

3Aujourd’hui, les politiciens et les universitaires s’expriment sur de Gaulle d’une façon beaucoup plus sobre qu’à l’époque. Mais la divergence d’opinions au sujet de son influence sur la construction européenne persiste. Dans la littérature française on trouve souvent la référence aux deux types d’Europe, aux approches différentes de Jean Monnet et de Charles de Gaulle. Par exemple Pierre Gerbet, auteur de nombreuses publications sur la construction européenne, met en valeur les actions désintéressées de Monnet pour créer à partir de l’économie et d’institutions communes des solidarités entre les hommes, les opposant aux tentatives gaulliennes d’imposer un dessein européen trop centré sur la France. Pour François-Xavier Ortoli, ministre sous de Gaulle puis Président de la Commission européenne, les deux visions étaient profondément incompatibles. Il regrette qu’il n’y ait jamais eu de vrai débat sur ces deux manières de voir l’Europe, ajoutant que la personnalité et le style du général de Gaulle ont pu contribuer à en occulter la nécessité. Cela dit, un certain consensus semble exister en France sur la pertinence du titre « De Gaulle, l’Européen »3.

  • 4 Cf. par exemple ces manuels utilisés dans des universités du monde entier : Desmond Dinan, Europe R (...)
  • 5 Daniel J. Mahoney, “De Gaulle and the Death of Europe, The National Interest, n° 48, Summer 1997, (...)

4Dans la littérature en langue anglaise, de Gaulle apparaît fréquemment comme un adversaire de l’unification européenne, ses vetos à l’adresse de la Grande-Bretagne et son attitude durant la crise de la chaise vide servant de preuve4. La tâche de nuancer la perception du Président de Gaulle – et notamment de son impact sur la construction européenne – nécessitera probablement des efforts de longue haleine dans le monde anglophone. En 1997, dans un article intitulé « De Gaulle et la mort de l’Europe », Daniel Mahoney tourna en dérision la tendance américaine à réduire la politique gaullienne à un anachronisme. Dans ce contexte, le livre récent de l’historien britannique Piers Ludlow apporte des rectifications et de nouvelles interprétations importantes. S’appuyant sur ses recherches dans les archives de la Communauté et de nombreux pays européens, Ludlow décrit les brouilles communautaires des années 1960 comme une évolution naturelle, issue de l’ambivalence voulue du traité de Rome. De Gaulle avait forcément un rôle influent à jouer, du fait qu’il présidait, durant les dix premières années de l’existence de la Communauté, le pays qui avait de facto dirigé la construction européenne depuis 1950. Selon l’argumentation cohérente de Ludlow, les déclarations très fermes du général de Gaulle déclenchèrent des controverses inévitables sur la nature de la Communauté, alors que la politique réelle de la France à Bruxelles se distinguait par plus de pragmatisme5.

  • 6 Agnès Gallu, « Les archives du général de Gaulle ou la matrice de l’histoire gaullienne », Espoir, (...)

5Plusieurs raisons peuvent contribuer à expliquer la grande variété d’interprétations de la politique européenne du général de Gaulle, aujourd’hui et probablement à l’avenir. Tout d’abord, ses documents personnels des années 1958-1969 restent inaccessibles. Certes, les archives de son administration sont ouvertes aux chercheurs, ainsi que les fonds de plusieurs de ses ministres et proches. Dans le cas du Président de Gaulle, qui aimait prendre les décisions importantes tout seul, cette situation peut néanmoins laisser des doutes sur ses pensées profondes. Par exemple, de Gaulle ne consulta nullement les services concernés du Quai d’Orsay ou du ministère des Armées avant sa décision, début mars 1966, de sortir la France du commandement intégré de l’OTAN. La conférence de presse du 14 janvier 1963 illustre un cas similaire : pendant que de Gaulle prononça son veto contre la Grande-Bretagne, un ministre français, ignorant tout, mena des pourparlers à Bruxelles pour faire entrer la Grande-Bretagne dans le Marché commun6.

  • 7 Robert Frank, « De Gaulle et la construction européenne », in Fondation Charles de Gaulle (dir), La (...)

6Ajoutons que le général de Gaulle ne partageait pas nécessairement le point de vue exprimé par ses proches. Robert Frank a fait remarquer qu’en 1958-1959, Michel Debré portait sur le traité de Rome un jugement nettement plus négatif que de Gaulle. Rappelons que les prises de position de Debré avaient fait craindre avant le retour au pouvoir en juin 1958, que de Gaulle puisse dénoncer l’accord instituant la CEE. Frank souligne également qu’une évolution pragmatique accompagnait la vision gaullienne. Par conséquent, « on pourrait faire dire au général de Gaulle ce que l’on veut », selon le choix des périodes7.

  • 8 Wilfried Loth, “De Gaulle und Europa. Eine Revision, Historische Zeitschrift, n° 253, 1991, pp. 62 (...)

7On ne s’étonne pas ainsi de voir surgir de nouvelles interprétations. En 1990, le professeur allemand Wilfried Loth émit l’hypothèse que de Gaulle était beaucoup moins hostile à une Europe supranationale que les gaullistes autour de lui. Le présent chapitre mentionnera un nouvel élément qui pourrait rendre plus crédible la pensée un peu hérétique de Loth. Un professeur de l’université américaine Princeton, Andrew Moravcsik, avança en 1998 que de Gaulle aurait délibérément caché les vrais buts – de nature économique selon Moravcsik – de sa politique européenne. Bien qu’un examen approfondi du travail de Moravcsik ait jeté des doutes importants sur son utilisation des sources, son argumentation a trouvé un écho considérable8.

  • 9 Centre des archives économiques et financières (CAEF), Savigny-le-Temple, B 17684, Note du SGCI, 8. (...)

8De Gaulle avait sans doute un goût pour le mystère et des prises de position ambiguës. Lorsqu’il évoquait son grand dessein de l’Europe européenne, les Allemands en particulier ne comprenaient pas s’il voulait desserrer tout de suite les liens entre l’Europe et l’Amérique, ou bien à plus long terme – ce qui faisait pour Bonn une grande différence. Ces ambiguïtés et l’incertitude sur les pensées profondes du général de Gaulle ont probablement servi son désir d’agrandir l’espace de manœuvre français et de garder les mains libres. Il utilisait également la tactique de choquer ses partenaires par des discours intransigeants, afin de guider la Communauté dans le sens voulu ou d’obtenir des résultats plus favorables pour la France. Cette stratégie, appliquée aussi dans les relations avec les États-Unis, se manifesta par des menaces répétées que la France puisse quitter le Marché commun. De Gaulle l’exprima dans le cadre des négociations de la politique agricole commune en 1963 et 1964, durant la crise de la chaise vide en 1965, puis en 1967 et 1968, pour empêcher une adhésion britannique trop rapide. En réalité, le gouvernement français savait qu’il n’y avait d’alternative valable au Marché commun, comme l’illustre une analyse datée du 8 septembre 1965 : un retour au protectionnisme dans les limites nationales « risquerait de compromettre la prospérité et le rayonnement » de la France ; l’acceptation d’un libre-échangisme général aboutirait à la domination absolue des États-Unis ; l’établissement de liens bilatéraux laisserait subsister trop de différences économiques et de protections occultes9. L’industrie française aurait donc souffert lourdement de la fin du Marché commun et toute seule, la France aurait eu de graves problèmes à subventionner son agriculture.

  • 10 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, 3 tomes, Fayard, Paris, 1994-2000, t. 1, p. 156.

9Pour illustrer jusqu’à quel point le général de Gaulle entendait influencer les événements par ses discours, mentionnons encore l’exemple d’une allocution prononcée en juillet 1962. À la fin de la visite officielle de Konrad Adenauer en France, de Gaulle évoqua la « vague de témoignages admiratifs » qui avait déferlé vers le chancelier dans les rues françaises. En réalité, les rues avaient été désertes. De Gaulle s’expliqua alors à son porte-parole : « J’ai toujours fait comme si. Ça finit souvent par arriver. » Selon le témoignage d’Alain Peyrefitte, cette attitude de faire comme si constituait un élément important de la politique gaullienne10.

  • 11 Pour une discussion de l’approche européenne de Charles de Gaulle, cf. notamment les actes très vol (...)

10Dans l’impossibilité de brosser un tableau complet ou définitif -l’espace étant limité et les controverses loin d’être résolues – la présente contribution tentera de commenter trois éléments clés de la politique du Président de Gaulle à l’égard de la construction européenne11.

I. L’économie

  • 12 Le Kennedy Round se déroula à Genève et dura du 4 mai 1964 au 15 mai 1967. Cette négociation au sei (...)

11La décennie de Gaulle (1958-1969) coïncida avec une croissance économique prodigieuse, entraînée par la création du Marché commun. Dans les années 1960, le taux de croissance annuelle du PIB fut de 5,1 % en moyenne pour les Six, plus élevé que celui des États-Unis (4,1 %) et que celui de la Grande-Bretagne (2,7 %). Entre 1958 et 1970, le commerce intracommunautaire fut multiplié par six. Lors du Kennedy Round12, les pays membres de la CEE parlèrent d’une seule voix. La Communauté s’affirma également comme la première puissance commerciale du monde, devant les États-Unis, le Japon et la Grande-Bretagne.

  • 13 A. Peyrefitte, op. cit., t. 2, p. 375, 8.5.1963.
  • 14 DGESS, op. cit., t. 5, p. 179, Intervention de Jean-Marc Bœgner.

12Tous les témoignages concordent sur le fait que de Gaulle n’était pas un spécialiste d’économie et ne prit pas ses décisions en fonction de principes économiques. Dans son langage militaire de général, l’économie ne représenta que « l’intendance ». En même temps, de Gaulle savait très bien qu’il fallait, pour mener une politique de grandeur et pour être respecté dans le monde, une économie prospère et une monnaie solide. L’essor économique et la stabilité monétaire de la France étaient donc à ses yeux des éléments de non-dépendance, des atouts qui permettaient de « dire “zut” aux Anglais et aux Américains13 ». Or, lorsqu’il revint au pouvoir en 1958, de Gaulle accepta le Marché commun car il y voyait un intérêt considérable pour la France, une opportunité de moderniser son économie. Les mesures de redressement économique et monétaire prises à la fin de 1958 ont permis à la France d’appliquer sans clause de sauvegarde les dispositions du traité de Rome, ce qui à l’époque surprit tout le monde. Le mérite de l’ouverture de l’économie française à la concurrence internationale revient donc en partie au Président de Gaulle14.

13Durant la première décennie du Marché commun, l’essor européen reposa sur deux piliers : la politique agricole commune (PAC) et la mise en place de l’union douanière, qui entraîna une baisse des tarifs à l’intérieur du marché commun industriel. Le traité de Rome du 25 mars 1957 précisa bien le processus des réductions tarifaires pour l’industrie, mais resta quasiment muet sur les mesures à prendre pour l’agriculture. Toutefois, encore en 1957, les deux pays les plus importants de la Communauté tombèrent d’accord sur un échange de grande portée : la République fédérale d’Allemagne (RFA) accepta que l’ouverture du marché français à l’industrie allemande soit compensée par un soutien financier à l’agriculture française. La réalisation de la PAC devint ainsi la condition pour que la France ratifie le traité de Rome. Ce troc fondamental, bien que ne figurant dans aucun document, ne fut jamais remis en question par la suite.

  • 15 A. Peyrefitte, op. cit., t. 2, p. 273, 16.12.1964.
  • 16 Centre des archives contemporaines (CAC), Fontainebleau, Série SGCI, 19880334/42, Note du SGCI, 7.9 (...)
  • 17 Pierre Gerbet, La construction de l’Europe, Imprimerie nationale, Paris, 1999, p. 273.

14Certes, au sujet de l’agriculture, les Six et notamment les Allemands et les Français s’affrontèrent durement dans les années qui suivirent. De Gaulle alla jusqu’à évoquer la fin du Marché commun si la RFA ne devait pas remplir les exigences de la PAC dans les délais prévus. Néanmoins, l’accord des Six sur les principes de la PAC à la mi-janvier 1962, après une séance-marathon de quatre semaines, puis la décision de décembre 1964 sur le prix commun des céréales, marquèrent des étapes capitales. « Nous aurons une économie réellement commune15 », se félicita de Gaulle. Si l’on considère que les obstacles à une politique agricole européenne avaient paru insurmontables lors des discussions des années 1950, l’aboutissement de la PAC se présente clairement comme un succès de l’ère de Gaulle. Notons deux points dans ce contexte. Par les versements communautaires et la hausse des ventes sur le Marché commun, la PAC apportait à la France (et les Pays-Bas) des bénéfices considérables et joua un rôle notable dans l’évolution de la balance des paiements française. La France n’avait donc aucun intérêt à sortir de ce système16. Deuxièmement, le gouvernement français réussit à imposer la PAC par une volonté obstinée et une coopération étroite avec la Commission européenne. Faisant référence au Moyen âge, quelques journalistes comparèrent même leur entente à celle du pape (Hallstein) et de l’empereur (de Gaulle)17. Toutefois, la politique agricole commune se forma sur un processus de marchandage entre les intérêts des différents gouvernements impliqués, et non selon un concept économique d’ensemble. Elle connut de sérieux problèmes ensuite, durant les années 1970.

15L’achèvement de l’union douanière se fit sans soulever de controverse. Les droits de douane à l’intérieur de la Communauté furent baissés à 90 % en janvier 1959, à 70 % début 1961 et à 50 % en juillet 1962, prenant ainsi une avance de trois ans sur le calendrier prévu par le traité de Rome. La CEE diminua ses droits de douane intérieurs de 10 % supplémentaires respectivement en 1963, 1965 et 1966. Au 1er juillet 1967, 15 % des droits de douane initiaux furent encore en place. Ils disparurent complètement dès le 1er juillet 1968, date aussi de l’achèvement du Marché commun agricole. Les Six prirent ainsi une avance de dix-huit mois sur le programme fixé en 1957.

16La mise en place du Marché commun provoqua plusieurs accrochages entre la Communauté et les États-Unis. Les Américains souhaitaient préserver les marchés européens pour vendre leurs produits. Lors de ladite guerre du poulet en 1963, les mesures de rétorsion américaines visèrent particulièrement l’Allemagne. Ensuite, Washington essaya à plusieurs reprises de freiner l’exécution de la PAC. En juin 1967, afin de faire aboutir le Kennedy Round et d’éviter une fragmentation du Pacte atlantique, le gouvernement américain donna toutefois la priorité aux considérations politiques et accepta des concessions sur le plan économique. Cela constitua une victoire importante dans l’émergence de l’Europe économique unie.

  • 18 F. Ortoli, op. cit., p. 85.
  • 19 Raymond Barre, Mémoire vivante. Entretien avec Jean-Michel Djian, Flammarion, Paris, 2001, p. 85. L (...)

17Durant la présidence du général de Gaulle, le développement économique de la Communauté fut assez spectaculaire. La France, avec l’Allemagne, y joua un rôle essentiel. Bien que le général de Gaulle se montrât « moins enthousiaste »18 à l’égard des affaires européennes après 1965, il tenait toujours à l’existence du Marché commun. Le laisser « péricliter » n’était plus envisageable après tant de batailles, expliqua de Gaulle à Raymond Barre en 196719. En somme, il apparaît assez clairement que de Gaulle n’était pas un adversaire du Marché commun.

II. La supranationalité

  • 20 Charles de Gaulle, Discours et Messages, Plon, Paris, 1970, t. 4, pp. 378-379, Conférence de presse (...)
  • 21 A. Peyrefitte, op. cit., t. 2, pp. 214-215 et 288.

18Régulièrement, de Gaulle lança ses tirades bien connues contre les idées d’une Europe supranationale, dans laquelle « les pays perdraient leur personnalité nationale » et « seraient régis par quelque aréopage technocratique, apatride et irresponsable »20. Dans l’intimité, de Gaulle dénonça plus furieusement encore cette Europe intégrée, « l’excuse à toutes les lâchetés », qui servait d’alibi aux « mythomanes » irréalistes, aux « petits messieurs » voulant s’asseoir parmi les grands et aux « malades comme Jean Monnet »21.

19Le principe supranational s’opposait aux conceptions gaullistes classiques, au cœur desquelles se trouvait la nation comme valeur politique suprême. La nation était pour de Gaulle une institution de décision, d’action, d’ambition, n’exprimant et ne servant que l’intérêt national. Il voyait le monde constitué par un ensemble de nations durables, tandis que les idéologies et les régimes ne furent que provisoires. De Gaulle reconnaissait la réalité des liens entre les États et l’utilité des alliances, mais aspirait néanmoins à un maximum d’indépendance pour la France.

  • 22 Cf. l’argumentation séduisante de P. Ludlow, op. cit., pp. 201-202.
  • 23 CAC, Série SGCI, 2000092/27, Note du SGCI, 17.5.65 (citation). Les notes prises par Alain Peyrefitt (...)
  • 24 P. Ludlow, op. cit., pp. 77-78 et 201.

20Tandis que de Gaulle protesta fermement contre toute entrave à l’indépendance nationale – peut-être aussi pour renforcer la position de ses négociateurs et pour obtenir les résultats désirés – la politique française semblait toutefois accepter des débuts de supranationalité22. Par exemple, l’importance de la Commission avait augmenté de façon considérable grâce aussi à l’appui français pour la mise en œuvre de la politique agricole. C’est seulement en 1965, lorsque la PAC fut « assez solidement préfigurée pour ne plus être remise en question », que de Gaulle décida de remettre la Commission à sa place23. Paris accepta également que la Commission représente la CEE vis-à-vis de pays tiers, notamment dans les négociations du Kennedy Round (1964-1967). En outre, la France ne s’opposa pas aux arrêts de la Cour de justice européenne, qui établit durant les années 1960 les fondements d’une jurisprudence accordant au droit européen le primat sur l’ensemble du droit national24.

  • 25 Ch. de Gaulle, Discours et Messages, op. cit., t. 4, p. 13, Allocution prononcée à Hambourg, 7.9.19 (...)
  • 26 Pour le récit complet de cette initiative, dont l’authenticité est confirmée, cf. B. Schoenborn, La (...)

21La vision gaullienne d’une coopération privilégiée entre la France et l’Allemagne, voire « l’union25 » des deux pays comme noyau d’une Europe européenne à créer, contenait également des pensées proches de la supranationalité. Le 22 janvier 1963, de Gaulle signa avec Adenauer le traité de l’Élysée « en vue de parvenir, autant que possible, à une position analogue » dans les domaines des Affaires étrangères, de la Défense et de l’Éducation. Malgré ses déceptions après la signature du traité, de Gaulle persista dans l’idée d’une coopération franco-allemande organique. Le 23 mars 1964, de Gaulle envoya à Bonn son ministre de l’Économie et des Finances, Valéry Giscard d’Estaing, pour proposer aux Allemands une union monétaire. L’initiative française visait clairement l’abandon du franc et du mark et la création d’une nouvelle monnaie. Quant aux pays membres de cette union monétaire, Giscard d’Estaing proposa à son homologue allemand le cadre des Six, ou bien, à défaut d’un consensus communautaire, une coopération entre la RFA et la France26.

22De toute évidence, plusieurs raisons poussaient de Gaulle à lancer cette initiative, qui avait d’ailleurs le caractère d’un ballon d’essai et non d’un projet détaillé. Durant les premiers mois de 1964, de Gaulle s’engagea passionnément contre l’inflation du franc et pour faire aboutir en France le plan de stabilisation. Il avait également commencé à réfléchir sur les lacunes du système monétaire international, réflexions qu’il exprima un an plus tard dans une conférence de presse. Enfin, le Marché commun fonctionnait bien et nécessitait une coopération financière très étroite entre les Six, notamment pour introduire les prix fixes prévus par la PAC.

23Quant à la notion de supranationalité, on pourrait faire valoir que de Gaulle ne voyait pas les conséquences entraînées par une union monétaire. Cependant, le Président français n’était pas naïf. Il avait par exemple bien compris les conséquences politiques du rôle du dollar américain au sein du système monétaire de l’époque. En outre, le compte-rendu du 23 mars 1964 montre bien que les deux ministres, Giscard d’Estaing et Kurt Schmücker, étaient conscients du caractère supranational d’une union monétaire. On peut donc imaginer que de Gaulle, dans cette situation précise, fut tenté par une solution supranationale.

  • 27 Bundesarchiv, Freiburg im Breisgau, BW1/105, Militärisches Tagebuch von Hassel, 15.11.1965. Messmer (...)

24Encore plus tard, les ouvertures françaises à l’adresse des Allemands contenaient des perspectives qui dépassaient une vision centrée uniquement sur la nation. Le 15 novembre 1965 par exemple, lors d’une conversation avec Kai-Uwe von Hassel, Pierre Messmer évoqua l’établissement d’un gouvernement européen jusqu’en 1990, avec autorité politique, militaire et même nucléaire27.

  • 28 Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes (PAAA), Berlin, B1/214, Aufzeichnung, 21.10.1965 : Haltung (...)

25En revanche, le général de Gaulle s’opposait fermement aux ambitions de la Commission de devenir ce gouvernement européen. Des analyses approfondies montrent qu’aucun des pays membres de la CEE ne souhaitait vraiment renforcer le pouvoir politique de la Commission au détriment du Conseil des ministres. Par exemple, Hallstein ne recueillit le soutien d’aucun gouvernement pour sa proposition de mars 1965. Durant la crise communautaire de 1965-1966, la France s’engagea pour que le rôle réel de la Commission ne soit pas fortifié, tandis que les Cinq n’admirent pas qu’il soit juridiquement affaibli28. Notons que les deux parties atteignirent leurs buts.

  • 29 CAEF, B 17684, Note du SGCI, 8.9.1965 : les aspects institutionnels de la crise.
  • 30 Hans-Peter Schwarz et al. (éds), Akten zur Auswärtigen Politik der Bundesrejmblik Deutschland (AAPD (...)

26L’extension du vote majoritaire au Conseil des ministres, prévu pour le 1er janvier 1966 et combattu si âprement par la France durant la crise, met en lumière une situation analogue. Alors que de Gaulle déclara, lors de sa conférence de presse du 9 septembre 1965, qu’il fallait surtout liquider le vote à la majorité, ses services avaient constaté la veille qu’il serait « relativement facile de trouver en commun des solutions à ce problème », les cinq partenaires ayant « des préoccupations assez proches des nôtres29 ». En effet, la Belgique et le Luxembourg souhaitèrent éviter le vote majoritaire pour les cas très importants, et l’Italie suggéra, fin septembre, de repousser la nouvelle formule de vote de six ou sept ans. Et Gerhard Schröder, le ministre allemand qui se profilait comme porte-parole des Cinq, jugea « impensable » que les « décisions de Bruxelles puissent lier des nations souveraines, sur des questions vitales, contre leur volonté ». Schröder ne cacha d’ailleurs pas son opinion aux Français et se fit citer dans la presse30. Les Cinq soulignèrent en même temps ne pas prêter la main à une modification juridique des modalités de vote prévues par le traité de Rome. Finalement, le texte signé le 30 janvier 1966 à Luxembourg entérina le désaccord sur ce point entre la France et les Cinq, mais en réalité personne n’osa plus recourir au vote à la majorité, même dans des cas où cela aurait été possible.

  • 31 Hans von der Groeben, Aufbaujahre der Europäischen Gemeinschaft. Das Ringen um den Gemeinsamen Mark (...)

27Certes, la crise de 1965-1966 déclenchée par de Gaulle avait un impact profond sur la Communauté. Selon les points de vue, elle mit fin aux espoirs ou aux illusions d’une Europe supranationale qui émergerait naturellement des solidarités créées sur le plan économique. La crise de la chaise vide mit aussi en évidence l’agressivité avec laquelle les partenaires de la Communauté furent prêts à défendre leurs intérêts nationaux. Par la suite, l’Europe communautaire perdit de son importance dans l’opinion publique et servit davantage de prétexte à appuyer des buts nationaux31. N’oublions pas, toutefois, que la crise ne détruisit pas la Communauté. Au contraire, la France montra qu’elle portait un intérêt réel à l’Europe des Six et, à partir de janvier 1966, tous les partenaires firent preuve d’une volonté sincère pour réussir la coopération et aboutir à une entente. De ce point de vue, la Communauté avait mûri et même gagné en stabilité.

  • 32 Sur ce point, cf. les illustrations de P. Ludlow, op. cit., pp. 40-70.

28Ces éléments laissent entrevoir la complexité de la crise communautaire de 1965-1966. En tout cas, elle ne se réduit pas aux divergences apparentes entre la France et les Cinq au sujet de la supranationalité. En partie, le conflit fut le résultat d’une méfiance mutuelle et croissante entre les partenaires32. Elle se manifesta, entre autres, par le fait que de Gaulle ne fit pas confiance aux paroles des Cinq au sujet du vote à la majorité. La crise de la chaise vide fut aussi la conséquence de l’incapacité des Six à s’entendre sur une union politique. En l’absence d’un exécutif politique européen et d’une direction claire, la Commission chercha à remplir ce vide.

  • 33 Archives Nationales, Paris, 5AG1/162, Entretiens de Gaulle-Meyers (1.6.1964) et de Gaulle-Mende (2. (...)

29Les différentes tentatives d’amorcer une union politique européenne – le Plan Fouchet en 1961-1962, puis les propositions respectives de l’Allemagne, de la Belgique, de l’Italie et de la Commission en 1964-1965 – n’avaient pas réussi à recueillir le consensus nécessaire. Pour de Gaulle, une position commune vis-à-vis de Washington et la perspective d’une défense européenne étaient primordiales. Sans l’unanimité des Six envers la puissance qui déterminait la situation mondiale, en l’occurrence les États-Unis, de Gaulle jugea irréalisable la politique européenne tout court33. Si les Cinq avaient consenti à suivre la France dans la direction d’une telle Europe européenne, il n’est pas exclu que de Gaulle aurait été plus ouvert à des visions supranationales. Les quelques exemples mentionnés ci-dessus semblent en tout cas l’indiquer.

III. L’élargissement34

  • 34 On se contentera ici d’évoquer quelques pensées au sujet de la question britannique, particulièreme (...)
  • 35 PRO, Prem 13/2645, Memo, 13.6.1969: Relations with France.
  • 36 Geoffrey Warner, “Why the general said No, International Affairs, vol. 78, n° 4, 2002, p. 870. War (...)

30L’attitude du Président de Gaulle durant la crise de la chaise vide ainsi que son refus d’élargir la Communauté ont largement contribué à son image d’anti-européen. En particulier ses deux « vetos » à l’adresse de la Grande-Bretagne, le 14 janvier 1963 puis le 27 novembre 1967, suscitèrent à l’époque les plus vives réactions. Le Foreign Office affirma, en 1969, que les « préjugés irrationnels » du seul général de Gaulle avait été la cause de « dix années de frustrations britanniques »35. Les refus français provoquèrent beaucoup d’émotions, au point que les arguments rationnels furent souvent mis de côté. Cela semble se refléter encore dans l’historiographie d’aujourd’hui. Geoffrey Warner a constaté que les historiens britanniques ont couvert des « hectares de papier » au sujet des vetos gaulliens, mais sans montrer beaucoup d’intérêt à éclairer le point de vue français36.

  • 37 Foreign Relations of the United States (FRUS), 1961-1963, vol. XIII, Western Europe and Canada, Gov (...)
  • 38 AAPD, 1963, Dok. 73, Gespräch Adenauer-de Margerie, 4.2.1963.
  • 39 Fondation Jean Monnet (FJM), Lausanne, Archives orales, Interview avec Maurice Couve de Murville, 1 (...)

31Les chocs provoqués par les deux vetos résultent peut-être de leur forme plutôt que de leur substance. Le Président Kennedy commenta, fin janvier 1963 : « Nous étions conscients que l’adhésion au Marché commun pourrait être refusée à la Grande-Bretagne, mais nous n’étions pas préparés à la façon dont de Gaulle l’a fait37 ». Le chancelier Adenauer, sans aucun doute un ami de la France, souligna avec force ne pas comprendre pourquoi de Gaulle avait brutalement étranglé des pourparlers se trouvant déjà à l’agonie. L’ambassadeur Roland de Margerie, auquel Adenauer s’adressa, répondit que « personne ne pouvait comprendre » pourquoi de Gaulle avait agi de la sorte38. Maurice Couve de Murville rapporta plus tard sa conversation avec de Gaulle au sujet de la Grande-Bretagne, en janvier 1963 : « Je lui avais dit que je préférais continuer la négociation pendant quelques mois et que l’on arriverait à la constatation unanime avec nos partenaires que ce n’était pas possible. Lui était impatient, il voulait en terminer et n’a pas attendu les trois mois39. »

  • 40 Archives Nationales, Paris, 539 AP8, 1.2.1967 et 3.5.1967. A. Peyrefitte, op. cit., t. 3, p. 272, 1 (...)
  • 41 Philip Bell, France and Britain, 1940-1994. The Long Separation, Longman, London, 1997, pp. 206 et (...)

32En 1967, la majorité des ministres et des conseillers présidentiels partagea les réticences du général de Gaulle à l’égard de la candidature britannique. Mais en même temps, ils se soucièrent de son style, de l’attitude intransigeante qu’il avait tendance à adopter en public40. Le 27 novembre, lors d’une conférence de presse, de Gaulle exclut toute possibilité de négociation avec Londres et demanda que les « îles britanniques » entament « une très vaste et très profonde mutation » afin de pouvoir s’amarrer au continent. Bien que ce refus fût moins dramatique et moins surprenant que celui de janvier 1963, il était pour beaucoup de Britanniques plus blessant. Ils ressentaient le message – revenez dès que vous pouvez faire mieux ! – comme condescendant et humiliant41.

  • 42 Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), Paris, CM 8, Entretien de Gaulle-Wilson, 19.6.1 (...)

33Quant à la substance des refus de 1963 et 1967, deux raisons permanentes se dégagent. Premièrement, la Grande-Bretagne n’était pas assez « européenne ». Afin de faire preuve de sa nature européenne, la Grande-Bretagne aurait dû relâcher ses liens très étroits avec le Commonwealth et surtout avec les États-Unis. Pour de Gaulle, semble-t-il, les Britanniques ne faisaient vraiment pas assez d’efforts pour aller dans cette direction. Les discussions de 1961-1963 avaient révélé que Londres n’entendait nullement renoncer aux privilèges du Commonwealth et l’accord américano-britannique de Nassau, en décembre 1962, confirma l’orientation atlantiste de la Grande-Bretagne. Une adhésion britannique aurait donc menacé la création de l’Europe européenne souhaitée par de Gaulle. En 1967, le gouvernement français mit en avant les aspects économiques et financiers. Là encore, le statut de la livre britannique comme monnaie de réserve du dollar américain, structurellement malade, fut l’expression du contentieux principal : l’attachement de la Grande-Bretagne aux États-Unis. De Gaulle posa ouvertement la question au Premier ministre Wilson : « Pouvez-vous et voulez-vous maintenant entreprendre une politique réellement distincte de celles des États-Unis42 ? » De toute évidence, les réponses de Wilson ainsi que les actes de son gouvernement ne réussirent pas à convaincre de Gaulle. L’opinion publique européenne, y compris en France, fut pourtant largement favorable à l’adhésion britannique. Les Cinq, avec les Néerlandais en tête, dénoncèrent le blocage de de Gaulle. Sur le plan international, la France s’isola. Cependant, selon l’avis de plusieurs commentateurs, l’expérience d’après 1973 montra bien la pertinence de certaines critiques du général de Gaulle. Par exemple Willy Brandt, qui s’était vigoureusement investi en faveur de l’adhésion britannique dès 1967, admit plus tard avoir modifié son jugement : les relations spéciales entre Londres et Washington perturbaient en effet le développement de l’Europe. Sur ce point, avoua Brandt, de Gaulle avait eu raison.

  • 43 Cité d’après G. Bossuat, op. cit., p. 105.
  • 44 AMAE, EM, Entretiens du général de Gaulle avec Wilson, les 25.1. et 19.6.1967, et avec Kiesinger, l (...)
  • 45 PRO, FCO 30/416, Conversation Soames-de Gaulle, 4.2.1969.
  • 46 PRO, FCO 30/416, Memorandum analysing the French proposal, 7.2.1969.

34Le deuxième point majeur, avancé par de Gaulle, fut sa conviction que l’entrée de la Grande-Bretagne changerait la nature de la Communauté. Il demanda ainsi à Harold Macmillan, le 2 juin 1962 : « Que deviendra le Marché commun quand vous en ferez partie ? Ce sera évidemment autre chose43. » En 1967, il répéta cet argument lors des entretiens avec Wilson et avec le chancelier allemand Kiesinger, vis-à-vis de ses ministres et lors de deux conférences de presse : « [L’adhésion britannique] changerait les conditions selon lesquelles on s’est réuni à Six. Il faudrait recommencer et faire autre chose44. » C’est seulement le 4 février 1969, lors d’un entretien avec l’ambassadeur britannique Soames, que de Gaulle esquissa pour la première fois la figure possible d’une telle communauté élargie et différente. Soames décrivit la vision du général de Gaulle ainsi : « Sa pensée est qu’il devrait y avoir une large association économique européenne, mais avec un Conseil restreint formé d’une association politique européenne entre la France et la Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’Italie45. » La réaction du gouvernement britannique, assez perfide, révéla toutefois que l’idée gaullienne venait trop tard. Le Foreign Office aboutit à la conclusion que la proposition française, même si elle était sincère, était en tous les cas mauvaise pour la Grande-Bretagne. Refaire toute la construction de l’Europe sans se fonder sur le traité de Rome semblait impossible à ce stade46. Du fait que Londres divulgua la proposition française à la presse, la vision du général de Gaulle ne fut pas développée par la suite.

  • 47 Cf. les contributions de Jean-Marc Boegner, Alain Prate, Georges-Henri Soutou et Françoise de la Se (...)
  • 48 Brandt fut alors ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Kiesinger (1966-1969).
  • 49 Archiv der sozialen Demokratie, Bonn, Nachlass Brandt, AM 10, Gespräche Thomas-d’Aumale, 31.10., 11 (...)

35Les analyses indiquent qu’il n’y avait pas, en 1961-1963, une opposition française radicale et a priori à l’adhésion britannique47. Le fait que Paris accepta alors l’ouverture de négociations peut en servir de preuve. Quant à la candidature britannique de 1967, quelques documents appuient l’hypothèse que de Gaulle n’y était peut-être pas aussi hostile que l’on croit. Le 31 octobre 1967, Christian d’Aumale, ministre conseiller à l’ambassade française à Bonn, transmit une information confidentielle à Stephan Thomas, collaborateur intime de Willy Brandt48. Le diplomate français annonça que de Gaulle souhaitait proclamer personnellement, pendant sa présidence, l’élargissement de la Communauté. Thomas restant sceptique, d’Aumale insista : la décision du général de Gaulle fut « irréversible », de Gaulle avait compris l’importance du triangle Paris-Bonn-Londres pour l’avenir de l’Europe, et il souhaita lui-même faire entrer la Grande-Bretagne vers 1970. Cette affirmation fut renouvelée deux semaines plus tard. Il s’agit, expliqua d’Aumale, de rester ferme vis-à-vis de Londres pour obtenir les changements politiques, économiques et financiers qui permettraient l’entrée britannique dans la Communauté. L’interlocuteur fut désormais convaincu de la sincérité des propos transmis. De Gaulle s’est rendu compte, rapporta Thomas à Brandt, que l’adhésion de la Grande-Bretagne était inévitable et le Président français préfère accomplir l’acte historique lui-même49.

36Cette annonce tout à fait surprenante refléta-t-elle vraiment l’intention du général de Gaulle ou ne fut-elle qu’une ruse politique à l’adresse des Allemands ? La question doit rester ouverte. Mais on peut néanmoins accorder un certain crédit à l’idée que la communication du diplomate français, généralement bien informé, ait pu exprimer la véritable position du Président français. Si l’attitude de Paris, très ferme, visait vraiment l’entrée de la Grande-Bretagne à des conditions meilleures, cette politique s’insérerait bien dans le schéma gaullien de faire pression sur ses partenaires pour en obtenir davantage de concessions. Comme mentionné déjà, le gouvernement français avait suivi des stratégies similaires dans les négociations de la PAC, lors de la crise de la chaise vide et dans les rapports avec les États-Unis.

***

37Pour conclure ces observations sur de Gaulle et la construction européenne, deux remarques s’imposent, l’une positive et l’autre négative. La première concerne les mérites du Président de Gaulle dans le développement du couple franco-allemand, qui se révéla un moteur essentiel de la construction européenne par la suite. Certes, de Gaulle n’a pas inventé le couple franco-allemand – qui existait déjà bien avant 1958 – mais il y apporta des éléments décisifs. Aucun chef d’État français, autre que l’ancien dirigeant de la France libre et adversaire tenace du Reich, n’aurait pu sceller avec une telle irréversibilité la réconciliation franco-allemande. Nombre de Français se rallièrent à cette réconciliation parce que Charles de Gaulle s’y investit. Les Allemands en étaient fort conscients. Le vaste système de réunions établi par le traité franco-allemand de janvier 1963, signé par de Gaulle et Adenauer, fut scrupuleusement respecté et élargi ensuite. Une prise de conscience de la responsabilité commune, ainsi que des amitiés sincères et uniques entre des politiciens français et allemands en résultèrent.

  • 50 R. Frank, op. cit, p. 93.

38À l’époque, la vision gaullienne du couple franco-allemand suscita de vives réactions. Beaucoup d’Allemands craignaient que de Gaulle utilisât la RFA pour établir l’hégémonie française en Europe occidentale. L’Italie, les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg s’opposaient contre ce général qui montrait peu d’intérêt à valoriser leurs opinions. La coopération privilégiée, intergouvernementale, entre l’Allemagne et la France sembla d’abord en contradiction avec l’approche communautaire. Mais l’expérience prouva assez vite l’utilité collective de cette coopération franco-allemande. En revanche, l’apaisement entre les méthodes communautaires et intergouvernementales, qui « se faisaient la guerre » durant les années 1960, n’eut lieu que dans la décennie suivante50. Le traité de Maastricht de 1992 consacra finalement leur coexistence.

  • 51 FJM, Archives orales, Interview avec Maurice Couve de Murville, 16.1.1984.
  • 52 P. Ludlow, op. cit., p. 208.

39La deuxième remarque concerne le style du Président de Gaulle. Il utilisait des moyens très forts – les menaces, les boycotts – pour atteindre ses objectifs. Ainsi, en juin 1965, il donna ordre à ses ministres de « faire la grève », de « faire peur », de mettre les Cinq « dans l’épouvante »51. Cette attitude fut évidemment très loin de l’esprit communautaire vanté par les fondateurs de la CEE. En faveur du général de Gaulle, on pourrait avancer que la mise en pratique de la construction européenne, par exemple l’arrivée des factures pour la PAC, engendrait logiquement chez les Six une défense plus accentuée de leurs intérêts nationaux. Cependant, le comportement français apporta une nouvelle dimension d’agressivité et de méfiance aux négociations communautaires52. Le style du général de Gaulle énerva tout le monde, provoqua une résistance croissante et contribua à son isolement progressif. Vers la fin de sa présidence, les Cinq n’écoutèrent même plus ses arguments. Le comportement français vis-à-vis des partenaires de la Communauté correspondait assez bien à l’attitude que de Gaulle ne cessait de reprocher à Washington : imposer sa volonté par la force, sans passer par la discussion.

  • 53 Geir Lundestad, “Empireby Integration. The United States and European Integration, 1945-1997, Oxf (...)

40Enfin, vu d’aujourd’hui, l’impact du Président de Gaulle sur la construction européenne ne se présente plus de façon aussi négative qu’à l’époque. Après son départ de la scène politique, le 28 avril 1969, la Communauté n’avança pas beaucoup plus rapidement, contrairement à ce qu’on avait imaginé. Le sommet de La Haye, en décembre 1969, donna certes un nouvel élan à la coopération financière et Georges Pompidou admit l’élargissement de la Communauté. Mais au plus tard avec l’entrée de la Grande-Bretagne, de l’Irlande et du Danemark, au 1er janvier 1973, l’avancement fut ralenti. Un universitaire a ainsi nommé la période de 1973 à 1983 « la décennie stagnante » de la Communauté européenne53. En rétrospective, cette expérience jette une lumière plus favorable sur les accomplissements de la décennie de Gaulle : l’union douanière fut mise en pratique et achevée plus vite que prévu ; la PAC fut réalisée, malgré de nombreux obstacles ; les Six manifestèrent, tous, qu’ils tenaient à l’existence du Marché commun comme garant de la prospérité ; les institutions communautaires furent consolidées, l’importance du Conseil des ministres renforcée ; la Commission s’établit comme experte économique et administrative dans les négociations avec des pays tiers ; la Communauté attira de nouveaux pays candidats, même la Grande-Bretagne qui avait d’abord été très sceptique.

Notes

1 L’essentiel de ce chapitre procède de Benedikt Schoenborn, La mésentente apprivoisée. De Gaulle et les Allemands, 1963-1969, PUF, Paris, 2007, 431p. Paul-Henri Spaak (1899-1972), ministre belge des Affaires étrangères, Président de l’Assemblée générale de l’ONU et secrétaire général de l’OTAN, est considéré comme l’un des « Pères de l’Europe ». Walter Hallstein présidait la Commission européenne de 1958 à 1967. Paul-Henri Spaak, Combats inachevés. De l’espoir aux déceptions, Fayard, Paris, 1969, p. 164. Jean Monnet, Memoirs, Collins, Londres, 1978, pp. 433-434, 493-494.

2 Le comte Richard de Coudenhove-Kalergi (1894-1972), de nationalité autrichienne, présidait le mouvement d’union paneuropéenne. The National Archives/Public Record Office (PRO), Kew, FCO 33/119, Telegram Bonn Embassy (Roberts), 10.4.1968 (citation). Richard Coudenhove-Kalergi, “Der deutsche Anti-Caullismus”, in Rheinischer Merkur, 4.9.1964. Pour l’évolution de Schmidt, cf. Reiner Marcowitz, Option für Paris ? Unionsparteien, SPD und Charles de Gaulle, 1958 bis 1969, Oldenbourg, Munich, 1996, pp. 298-299.

3 Gérard Bossuat, Faire l’Europe sans défaire la France. 60 ans de politique d’unité européenne des gouvernements et des présidents de la République française, Peter Lang, Bruxelles, 2005, p. 89 (citation). Pierre Gerbet, « Jean Monnet- Charles de Gaulle. Deux conceptions de la construction européenne », in Gérard Bossuat et Andreas Wilkens (éds), Jean Monnet, l’Europe et les chemins de la paix, Publications de la Sorbonne, Paris, 1999, pp. 411-433. François-Xavier Ortoli, « De Gaulle et la construction européenne », in Fondation Charles de Gaulle (dir), La politique économique et financière du Général de Gaulle, 1958-1969, Cahiers de la Fondation Charles de Gaulle, Paris, 2005, pp. 73-86.

4 Cf. par exemple ces manuels utilisés dans des universités du monde entier : Desmond Dinan, Europe Recast. A History of European Union, Lynne Rienner, Boulder, 2004, 373p. Derek W. Urwin, The Community of Europe. A History of European Integration since 1945, Longman Group Limited, Harlow, 1995, 292p.

5 Daniel J. Mahoney, “De Gaulle and the Death of Europe, The National Interest, n° 48, Summer 1997, pp. 46-56. Piers Ludlow, The European Communily and the Crises of the 1960s. Negotiating the Gaullist challenge, Routledge, Londres et New York, 2006, 269p.

6 Agnès Gallu, « Les archives du général de Gaulle ou la matrice de l’histoire gaullienne », Espoir, n° 134, avril 2003, pp. 87-90. Maurice Vaïsse, La grandeur. Politique étrangère du général de Gaulle, 1958-1969, Fayard, Paris, 1998, p. 385. Edgard Pisani, Le Général indivis, Albin Michel, Paris, 1974, pp. 105-113.

7 Robert Frank, « De Gaulle et la construction européenne », in Fondation Charles de Gaulle (dir), La politique économique et financière du Général de Gaulle, 1958-1969, Cahiers de la Fondation Charles de Gaulle, Paris, 2005, pp. 87-89.

8 Wilfried Loth, “De Gaulle und Europa. Eine Revision, Historische Zeitschrift, n° 253, 1991, pp. 629-660. Cf. aussi la contribution de Loth au colloque tenu à l’UNESCO les 19-24 novembre 1990 : Institut Charles de Gaulle (dir.), De Gaulle en son siècle (DGESS), La Documentation française – Plon, Paris, 1992, t. V, pp. 144-155. Andrew Moravcsik, The Choice for Europe: Social Purpose and State Power from Messina to Maastricht, UCL Press, London, 1998, 514p. Robert H. Lieshout et al., “De Gaulle, Moravcsik, and ‘The Choice for Europe’. Soft Sources, Weak Evidence, Journal of Cold War Studies, vol. 6, n° 4, Fall 2004, pp. 89-139.

9 Centre des archives économiques et financières (CAEF), Savigny-le-Temple, B 17684, Note du SGCI, 8.9.65 : l’industrie française et le Marché commun.

10 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, 3 tomes, Fayard, Paris, 1994-2000, t. 1, p. 156.

11 Pour une discussion de l’approche européenne de Charles de Gaulle, cf. notamment les actes très volumineux du colloque De Gaulle en son siècle, op. cit., t. 5, L’Europe, ainsi que l’ouvrage de Pierre Maillard, De Gaulle et l’Europe entre la Nation et Maastricht, Tallandier, Paris, 1995, 370p.

12 Le Kennedy Round se déroula à Genève et dura du 4 mai 1964 au 15 mai 1967. Cette négociation au sein du GATT concerna 80 % du commerce mondial et impliqua 40 pays, bien que les protagonistes principaux en tussent les Etats-Unis et la CEE.

13 A. Peyrefitte, op. cit., t. 2, p. 375, 8.5.1963.

14 DGESS, op. cit., t. 5, p. 179, Intervention de Jean-Marc Bœgner.

15 A. Peyrefitte, op. cit., t. 2, p. 273, 16.12.1964.

16 Centre des archives contemporaines (CAC), Fontainebleau, Série SGCI, 19880334/42, Note du SGCI, 7.9.65 : bilan de la PAC.

17 Pierre Gerbet, La construction de l’Europe, Imprimerie nationale, Paris, 1999, p. 273.

18 F. Ortoli, op. cit., p. 85.

19 Raymond Barre, Mémoire vivante. Entretien avec Jean-Michel Djian, Flammarion, Paris, 2001, p. 85. Le 2 juillet 1967, Barre prit office à Bruxelles en tant que vice-président de la Commission européenne.

20 Charles de Gaulle, Discours et Messages, Plon, Paris, 1970, t. 4, pp. 378-379, Conférence de presse, 9.9.1965.

21 A. Peyrefitte, op. cit., t. 2, pp. 214-215 et 288.

22 Cf. l’argumentation séduisante de P. Ludlow, op. cit., pp. 201-202.

23 CAC, Série SGCI, 2000092/27, Note du SGCI, 17.5.65 (citation). Les notes prises par Alain Peyrefitte (op. cit., t. 2, pp. 272-273) font ressortir que le conflit entre de Gaulle et la Commission s’annonça dès le lendemain de l’accord sur la PAC, le 15 décembre 1964, donc avant la proposition provocatrice de la Commission, présentée le 24 mars 1965.

24 P. Ludlow, op. cit., pp. 77-78 et 201.

25 Ch. de Gaulle, Discours et Messages, op. cit., t. 4, p. 13, Allocution prononcée à Hambourg, 7.9.1962.

26 Pour le récit complet de cette initiative, dont l’authenticité est confirmée, cf. B. Schoenborn, La mésentente apprivoisée, op. cit., chapitre 3.

27 Bundesarchiv, Freiburg im Breisgau, BW1/105, Militärisches Tagebuch von Hassel, 15.11.1965. Messmer fut alors ministre français des Armées, von Hassel ministre allemand de la Défense.

28 Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes (PAAA), Berlin, B1/214, Aufzeichnung, 21.10.1965 : Haltung der Regierungen in der EWG-Krise.

29 CAEF, B 17684, Note du SGCI, 8.9.1965 : les aspects institutionnels de la crise.

30 Hans-Peter Schwarz et al. (éds), Akten zur Auswärtigen Politik der Bundesrejmblik Deutschland (AAPD), 1965, Oldenbourg, Munich, 1996, Dok. 348 : Gespräch Schröder-McGhee, 13.9.1965 (citation) ; Dok. 416 : Gespräch Schröder-Gouve de Murville, 13.11.1965. Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Paris, RFA 1527, Rheinische Post, 6.10.1965.

31 Hans von der Groeben, Aufbaujahre der Europäischen Gemeinschaft. Das Ringen um den Gemeinsamen Markt und die Politische Union (1958-1966), Nomos, Baden-Baden, 1982, pp. 344-345.

32 Sur ce point, cf. les illustrations de P. Ludlow, op. cit., pp. 40-70.

33 Archives Nationales, Paris, 5AG1/162, Entretiens de Gaulle-Meyers (1.6.1964) et de Gaulle-Mende (2.12.1964).

34 On se contentera ici d’évoquer quelques pensées au sujet de la question britannique, particulièrement controversée à l’époque. Bien sûr, la vision du Président de Gaulle était beaucoup plus large et ne concernait pas seulement la Grande-Bretagne. Sur ce point, cf. par exemple Alain Larcan, « L’Europe de l’Atlantique à l’Oural », in Maurice Vaïsse (dir.), De Gaulle et la Russie, CNRS Éditions, Paris, 2006, pp. 181-198.

35 PRO, Prem 13/2645, Memo, 13.6.1969: Relations with France.

36 Geoffrey Warner, “Why the general said No, International Affairs, vol. 78, n° 4, 2002, p. 870. Warner, lui aussi, mentionne Piers Ludlow comme exception.

37 Foreign Relations of the United States (FRUS), 1961-1963, vol. XIII, Western Europe and Canada, Government Printing Office, Washington DC, 1994, Doc. 64, NSC Meeting, 31.1.1963.

38 AAPD, 1963, Dok. 73, Gespräch Adenauer-de Margerie, 4.2.1963.

39 Fondation Jean Monnet (FJM), Lausanne, Archives orales, Interview avec Maurice Couve de Murville, 16.1.1984.

40 Archives Nationales, Paris, 539 AP8, 1.2.1967 et 3.5.1967. A. Peyrefitte, op. cit., t. 3, p. 272, 10.5.1967.

41 Philip Bell, France and Britain, 1940-1994. The Long Separation, Longman, London, 1997, pp. 206 et 213.

42 Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), Paris, CM 8, Entretien de Gaulle-Wilson, 19.6.1967.

43 Cité d’après G. Bossuat, op. cit., p. 105.

44 AMAE, EM, Entretiens du général de Gaulle avec Wilson, les 25.1. et 19.6.1967, et avec Kiesinger, les 13.1. et 12.7.1967 (citation). Ch. de Gaulle, Discours et messages, op. cit., t. 5, pp. 173-174 et 243-244.

45 PRO, FCO 30/416, Conversation Soames-de Gaulle, 4.2.1969.

46 PRO, FCO 30/416, Memorandum analysing the French proposal, 7.2.1969.

47 Cf. les contributions de Jean-Marc Boegner, Alain Prate, Georges-Henri Soutou et Françoise de la Serre, in DGESS, op. cit., t. 5.

48 Brandt fut alors ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Kiesinger (1966-1969).

49 Archiv der sozialen Demokratie, Bonn, Nachlass Brandt, AM 10, Gespräche Thomas-d’Aumale, 31.10., 11.11.1967.

50 R. Frank, op. cit, p. 93.

51 FJM, Archives orales, Interview avec Maurice Couve de Murville, 16.1.1984.

52 P. Ludlow, op. cit., p. 208.

53 Geir Lundestad, “Empireby Integration. The United States and European Integration, 1945-1997, Oxford University Press, Oxford, 1998, p. 109.

Notes de fin

1 Benedikt Schoenborn est FiDiPro chercheur et Maître de conférences à l’Université de Tampere, Finlande.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search