Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire l’Europe

 | 
Andre Liebich
, 
Basil Germond

L'Union européenne et ses constructeurs

Denis de Rougemont l’Européen

André Reszler

Note de l’auteur

Note portant sur l'auteur1

Texte intégral

« [...] l’Europe, cette Grèce agrandie, est un continent cloisonné et par nature diversifié… »
Denis de Rougemont, « L’esprit européen »

1Né le 9 septembre 1906 à Couvet, Neuchâtel, Denis de Rougemont meurt à Genève le 6 décembre 1985. C’est dans la ville de Calvin et de Rousseau où « l’esprit de Genève » était à la recherche d’un deuxième souffle, qu’il prononce, dans le cadre des premières Rencontres Internationales, le 8 septembre 1946, sa première conférence sur le thème européen. Il a quarante ans. Cet événement est le prélude à son engagement européen et sépare sa vie et son œuvre en deux moitiés fortement contrastées.

  • 1 C’est ce séjour, qui lui permet d’ailleurs de découvrir l’Europe centrale, qui lui fournit les maté (...)
  • 2 Franck Jotterand, « Terre élue », in André Reszler et Henri Schwamm (dir), Denis de Rougemont l’Ecr (...)

2C’est dans les années 1930 qu’il a publié coup sur coup les ouvrages qui établissaient sa réputation d’essayiste brillant : Penser avec les mains (1936), le Journal d’un intellectuel au chômage (1937), L’amour et l’Occident (1938) et le Journal d’Allemagne (1938). C’est l’époque où il se lie avec Emmanuel Mounier et Arnaud Dandieu, les rédacteurs-en-chef de la revue Esprit et se situe dans la mouvance personnaliste qui lui servait de famille intellectuelle. Un quart de siècle plus tard, il se reconnaîtra sans peine comme un des « non-conformistes des années trente » dont l’essayiste français Jean-Louis Loubet del Bayle réunit la galerie de portraits dans un essai publié sous le même titre. Ce qui distingue Rougemont en premier chef des écrivains français de sa génération, c’est le volet allemand de sa formation. A vingt ans, il part pour l’Allemagne et l’Autriche pour s’imbiber de culture allemande1. La cassure du nazisme et de la guerre qui éclate en 1939 ne pouvait lui apparaître que comme une guerre civile européenne, écrira plus tard un de ses amis, Franck Jotterand à ce sujet. Et Jotterand de citer Rougemont qui note le 31 octobre 1939 dans son Journal : « C’est la guerre la plus anti-suisse de toute l’Histoire… »2.

  • 3 « Les options fondamentales de l’Europe. Leçon de clôture par M. Denis de Rougemont », Annuaire 195 (...)
  • 4 L’esprit européen. Textes in-extenso des conférences et des entretiens organisés par les Rencontres (...)
  • 5 Dans l’imaginaire rougemontien, l’action l’emporte peut-être sur la réflexion. Toute action fédéral (...)

3L’Europe en tant que civilisation est encore absente de ses réflexions. C’est pendant les années de guerre qu’il passe à New York (1940-1946) qu’il aperçoit l’unité qui forme le cadre des différentes cultures nationales. « Vue de loin, l’Europe est évidente »3. Mais l’Europe réelle qu’il retrouve en 1946 a beaucoup changé pendant son absence et son avenir lui paraît hautement problématique. Il ne sait pas tout de suite la forme que prendra son engagement envers elle, mais comprend d’emblée qu’il ne restera pas simple spectateur ni commentateur : « j’ai hâte de lui demander : “Et maintenant, qu’allons-nous faire ensemble ?” »4 – cri balzacien s’il en est ! Cette question, il ne se l'était pas posée jusqu’ici. En l’écoutant, on assiste à la naissance du penseur et de l’homme d’action et européen5.

I. Les années de l’action

  • 6 Denis de Rougemont, « De l’Europe des Etats coalisés à l’Europe des peuples fédérés », Schweizer Mo (...)
  • 7 Denis de Rougemont en est le premier directeur puis le président. Malgré des réalisations qui ne so (...)

4En fait, l’action européenne précède la formulation théorique ou programmatique des tâches qui se posent dans le cadre de l’Europe à faire. Les années 1948-1954 sont caractérisées par son militantisme débordant. Le discours de Churchill à l’Université de Zurich, le 19 septembre 1946, donne un sentiment d’urgence à la défense de l’Europe par l’union de ses peuples. L’Europe est menacée et la plus grave menace vient de ses divisions. Rougemont milite au sein des mouvements européens, participe à de nombreuses réunions et colloques politiques ou universitaires, signe des manifestes, répand ses idées par l’enseignement et comme nous le verrons tout à l’heure, prend de nombreuses initiatives ponctuelles. Les débuts de son action sont brillants : fin août 1947, il prononce le discours inaugural du premier Congrès de « L’Union européenne des fédéralistes », à Montreux (qui sera à l’origine du Congrès de La Haye) ; il préside l’année suivante la Commission culturelle du Congrès de La Haye. Le Message aux Européens qu’il présente en qualité de rapporteur est adopté par acclamation lors de la séance de clôture. En novembre, il est élu délégué général de l’Union européenne des fédéralistes à Rome. Il ressent douloureusement l’échec de la Communauté Européenne de la Défense, – il inaugure « la série d’échecs qu’eut à subir l’idée européenne au cours des deux dernières décennies », écrit-il en 19786 – mais tient bon sur l’échiquier fortement réduit de l’action fédéraliste. Parmi ses nombreuses initiatives, il faut mentionner la création du Centre Européen de la culture (1950)7 et l’Institut universitaire d’études européennes (1963) de l’aima mater genevoise (l’actuel Institut européen de l’Université de Genève où une chaire porte le nom Jean Monnet, le père spirituel de l’Europe technocratique).

II. L’œuvre théorique

  • 8 Il laissera à l’état d’esquisse son Traité du fédéralisme qu’il tient pourtant pour son projet le p (...)

5Définir l’Europe comme civilisation et tracer les voies qui permettraient à ses peuples de s’unir sans renier leur identité culturelle, dans le monde bipolaire de la guerre froide, voici le projet théorique du Rougemont écrivain européen. Il place invariablement la problématique de l’Europe à bâtir dans la perspective du fédéralisme8 ; et l’exemple de la Suisse comme expérience fédéraliste vécue est toujours présent son esprit d’organisateur à l’affût d’avancées pratiques sur un terrain où le nationalisme étatique et le principe du centralisme se disputent l’esprit du temps. Sa conception fédéraliste évoluera d’ailleurs sensiblement au fil des ans. Dans les années 1970, il attachera ses espoirs aux divers mouvements régionalistes (l’Europe des régions), puis, vers la fin de sa vie, il entreverra dans les mouvements écologistes un important vecteur d’ordre fédéraliste.

III. L’Europe une et diverse

  • 9 Franck Jotterand note dans sa contribution à Denis de Rougemont, l’Ecrivain, l’Européen que sa croy (...)
  • 10 L’esprit européen, p. 144. – Le nationalisme est une authentique maladie européenne, « l’anti-Europ (...)
  • 11 Rapport nu peuple européen Sur l’état de l’union de l’Europe 1979, Paris, Stock, 1979. p. 24. – Rou (...)

6Sans citer la définition de Paul Valéry qui fera foi dans les années 1950 dans les milieux européanistes, pour cerner l’esprit européen, Rougemont nomme l’héritage conjugué d’Athènes, Rome et Jérusalem9 (par la suite, il évoquera également ses sources germaniques, celtes et slaves). C’est ainsi qu’il affirme que durant les trois mille ans de son histoire, l’Europe a été « façonnée par le judéo-christianisme, par la notion grecque de l’individu, par le droit romain, par le culte de la vérité objective… » et cela par opposition au nationalisme moderne, force anti-européenne par excellence10. En raison de la diversité et de la nature souvent contradictoire de ses sources, le « petit cap de l’Asie » est constamment le théâtre d’idées, d’idéaux opposés, en puisant de son déchirement fécond, des conflits créateurs inévitables, un principe d’évolution fécond. En réconciliant en son sein des forces qui se limitent mutuellement, elle réalise un équilibre humain inconnu dans d’autres continents. Lorsqu’elle entrevoit pour la première fois, en plein xxe siècle, l’union de ses forces, l’Europe a déjà largement galvaudé ses ressources spirituelles et matérielles. Il lui reste néanmoins de beaux restes que Rougemont énumère succinctement dans son Rapport au peuple européen (1978) : « le sens grec de la mesure, le sens romain du droit, le sens germanique de la communauté des hommes libres, le sens celtique de l’aventure spirituelle – pour ne rien dire de quelque vague nostalgie ou remords chrétien [...] qui s’exprime de préférence en termes de revendications de Justice ou d’Egalité. » (Rougemont ajoute : « Ces atouts sont très forts, mais nous ne les jouons jamais »)11.

  • 12 Ces réflexions ont été publiées en 1962 dans Les chances de l’Europe (Neuchâtel, Editions de la Bac (...)

7L’Europe n’est plus la « reine de la planète ». Elle ne représente pas moins une aventure que ses peuples n’entreprennent pas pour leur propre agrandissement, mais pour l’humanité tout entière. L’Europe est la partie du monde qui a fait « le Monde », qui a été le foyer de l’idée du « genre humain » et qui a également été « la condition instrumentale et nécessaire d’une véritable histoire universelle ». Sa « fonction mondialisante » est toujours actuelle12. Et Rougemont de définir l’Europe en 1962 par les effets de son action historique :

  • C’est elle qui a découvert la terre entière et personne n’est jamais venu la découvrir ;

  • Elle a dominé sur tous les continents successivement, et n’a jamais été dominée jusqu’ici par une seule puissance d’outre-mer ;

    • 13 Ibid, p. 738.

    Elle a produit une civilisation que le monde entier est en train d’imiter, tandis que l’inverse ne s’est jamais produit13.

  • 14 Ibid, p. 747.

8La tâche de l’Europe est loin d’être achevée. Il lui reste la « poursuite passionnée de vérités partielles, advienne que pourra » à condition qu’elle préfère le « risque créateur à la méditation prudente d’une sagesse immuable », sa nature aventureuse l’opposant sur ce point au génie de l’Orient14.

IV. L’Europe et ses limites géographiques

9Elaborés à l’époque de la guerre froide, les projets d’union européenne de Rougemont s’arrêtent invariablement au Rideau de Fer. Dans son esprit, la « famille européenne » se compose des pays de l’Europe de l’Ouest dont ont été détachés les pays satellites de l’Union Soviétique qui continuent de faire partie intégrante culturellement de l’aire européenne de la civilisation. Il ajoute à sa liste, avec quelque hésitation, les pays baltes, intégrés dans l’URSS. Dans son Rapport aux Européens, il mentionne la Yougoslavie et l’Albanie qui auront peut-être un jour la possibilité de rejoindre l’Europe (il écarte donc de ses considérations les pays qui ont subi dans le passé l’influence culturelle de l’Europe mais dont la société échappe à la règle commune du pluralisme).

10Si on ajoute aux 400 millions d’habitants à l’Ouest les 100 millions de l’Est, l’Europe dépasse largement la population des Etats-Unis (220 millions) et de la Russie soviétique (250 millions). Ses chiffres ne permettent bien entendu pas de mesurer ni la puissance militaire/industrielle ni le bonheur potentiel d’une Europe fédérée ; contrairement à Coudenhove-Kalergi qui, de retour de son exil américain, s’en fait l’avocat, Rougemont ignore la notion de « l’Europe puissance ». Il ne considère pas moins la création d’une Europe fédérée comme la tâche historique de sa génération. Elle est nécessaire et elle est possible.

V. Le fédéralisme comme principe d’intégration ou l’Etat-nation comme incarnation du Mal

  • 15 Depuis le xixe siècle, l’Etat et la nation forment en Europe un cadre en quelque-sorte unique, s’ap (...)
  • 16 Depuis les années 1930, il est lecteur de Proudhon.

11La fédération du continent est nécessaire parce que face aux deux superpuissances du jour, les Etats-Unis et l’Union Soviétique, l’Europe doit parler d’une seule voix si elle veut maintenir son rang. Et elle est nécessaire aussi parce que l’Etat (ou l’Etat-nation)15 est désormais un obstacle devant les progrès de ses peuples (la pierre angulaire du fédéralisme rougemontien est la critique radicale, aux accents anarchisants, de l’Etat16).

  • 17 Rapport au peuple européen, p. 51.

12Il faut dépasser l’Etat-nation que l’histoire mettra au rencart à cause de son inadéquation aux tâches imposées par l’évolution du monde moderne. Même si les Etats-Nations parvenaient à renoncer au corset de leurs souverainetés étriquées, ils seraient incapables de résoudre un certains nombre de problèmes qui sont trop petits ou trop grands pour eux ; ils en viennent de plus en plus à obstruer le fonctionnement des sociétés modernes et engorgent leurs institutions de plus en plus obsolètes. L’Histoire met l’Etat-Nation pour ainsi dire hors d’usage. Son constat de 1979 à ce sujet est radical : « l’Europe unie ne peut avoir réponse à tout, mais [...] les souverainetés nationales ne peuvent plus avoir réponse à rien »17.

  • 18 Rougemont donne sa première conférence sur ce sujet dans l’aula de l’EPFL le 3 mai 1971. Plusieurs (...)
  • 19 Notamment p. 113.

13L’Europe se fera donc aux dépens des Etats-Nations qui avaient fait leur temps, et leur pouvoir émigrera vers le haut – l’Europe – ou descendra vers le bas – les cantons ou provinces composantes : les régions. L’avenir appartient à l’Europe des régions18idée qui hante l’esprit de Rougemont dès le début des années 1970. Dans son Rapport sur l’état d’union européen que nous avons déjà cité, il préconise le « dépassement de la structure Etat-nation par le bas et par le haut à la fois », c’est-à-dire par les Régions comme éléments de base de la Fédération continentale19.

14Il est aux aguets des manifestations des mouvements régionaux dans de nombreux pays de l’Europe de l’Ouest. En Bretagne et en Corse, en Ecosse et au pays de Galles, il préconise la « dévolution » du pouvoir central à des autorités régionales. Le but est d’inverser le processus de centralisation en cours depuis 1792 du moins qui a entraîné la suppression progressive des libertés locales et régionales, considérée en général comme progressive. Il tient le réveil des ethnies, groupes historiques et minorités linguistiques pour le phénomène majeur de l’époque – l’émergence de la conscience écologique renforçant singulièrement leur impact. Parmi les différentes illustrations de ce phénomène, il suit de près, à part les cas déjà mentionnés, l’Euzkadi, la Catalogne, l’Occitanie, le Tyrol du Sud, le Val d’Aoste, etc.

15Sur le plan régional(iste), Rougemont suit d’un intérêt particulièrement attentif les régions transfrontalières, c’est-à-dire les régions qui s’étendent des deux côtés d’une frontière nationale (comme la région lémano-alpine) ou qui se trouvent à cheval sur trois Etats-nations (la Regio basiliensis). Grâce à leur vocation supranationale, elles tendent à rendre les frontières nationales poreuses puis inexistantes. D’une manière générale, la région constitue un « espace de participation civique », se constituant par réaction contre les progrès de la centralisation stato-nationale.

  • 20 Denis de Rougemont, L’avenir est notre affaire, Paris, Stock, 1977, p. 337.

16Il faut « défaire et dépasser l’Etat-nation », écrit Rougemont dans son dernier livre majeur, L’avenir est notre affaire (1977). Source de conflits, il est le seul obstacle devant l’union de l’Europe ; elle entrave également la participation des citoyens à toutes les affaires qui les regardent. « Ce qui suppose nécessairement : une Fédération continentale dont les Régions seront les unités de base »20. Pendant ses dernières années, il associera à la cause fédéraliste/régionaliste toutes les forces qui prennent fait et cause pour la protection de l’environnement. En effet, à côté de l’Europe bureaucratique, culturellement uniformisée et administrativement centralisée, Rougemont veut croire à une autre Europe en mouvement : celle qui se fonde sur l’imbrication (l’entrelacement) de l’écologie, des mouvements régionalistes et le fédéralisme. C’est ce qu’il exprime par le slogan : « Ecologie – Régions – Europe fédérée, même avenir ! ».

VI. La Suisse comme modèle de construction européenne

« Ici bat le cœur de l’Europe. C’est ici que l’Europe devrait se déclarer, jurer son Pacte et se constituer ».
La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux

  • 21 Denis de Rougemont, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux, Lausanne, le Livre du Mois, 1970, (...)
  • 22 Rougemont note dans La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux que l’idée européenne semble avoir (...)

17« La Suisse est née de l’Europe et en détient le secret. Formée au xive au xvie siècle dans le Saint-Empire et par lui, ayant reçu ses premières libertés pour assurer la grand-garde du Gothard, elle a seule conservé jusqu’à nos jours le principe de l’Empire d’Occident, l’union sans unification, qui est l’idée fédéraliste »21. Mais pour que la Suisse communique sa « grâce très secrète » à l’Europe, il faut qu’elle se soit au préalable « décrassée de son conformisme, de son égoïsme »22.

  • 23 Ibid, p. 277.

18La difficulté d’ériger la Suisse en modèle de construction européenne s’explique avant tout par le fait qu’elle n’est pas « d’abord un territoire mais une fonction. Son importance n’est pas celle d’un domaine, mais d’une structure de relations. Elle ne se mesure pas en kilomètres carrés [...] : elle dépend de l’efficacité et de la fécondité d’une formule d’organisation, d’une méthode d’articulation des groupes humains de toute nature et de leurs activités différenciées »23.

  • 24 Rapport au peuple européen, p. 146.

19L’Europe fédérée sera inévitablement neutre. Ses raisons historiques ne seront pas les même que la neutralité helvétique, mais celle-ci se réalisera (idéalement) à l’échelle de la fédération. « La Fédération européenne sera neutre par impossibilité – due à ses trop grandes diversités – de décider une politique d’agression, contre quelque voisin que ce soit… »24.

  • 25 La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux, p. 293.

20Il est partisan de l’adhésion de la Suisse à l’Europe, mais à certaines conditions. « Mon idéal très clair – mon utopie – est que la Suisse adhère un jour à une union européenne de type expressément fédéraliste, qui renoncerait à la guerre comme moyen politique »25.

  • 26 Ibid, p. 282.

21« Une Europe unitaire, c’est finis Helvetiae, sans commentaires, écrit Rougemont dans La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux, pour ajouter aussitôt la question qui restera sans réponse : « Mais une Europe fédérale, seule possible pour nous comme pour l’Europe – qui la propose ? »26.

VII. Contre Bruxelles ?

  • 27 Rapport au peuple européen, p. 42.
  • 28 Ibid, p. 7.

22Que penser de Bruxelles ? Continue-t-elle par d’autres moyens l’œuvre commencée par sa génération ? Rougemont voit clairement qu’au-delà de la création d’un vaste marché commun, sa compétence en matière de politique économique se double d’un indéniable poids politique27. La Communauté européenne ne cache pas son ambition de dépasser sa mission originale. Mais si elle veut étendre ses pouvoirs économiques sur les domaines du social, de la culture et de la « politique commune des pays membres » – et dans ses publications « se nomme tranquillement “l’Europe” », – on ne saurait soutenir cette prétention. L’Europe est « tout de même autre chose qu’un marché ! La gestion d’une partie de l’économie partiellement intégrée de neuf pays ne prépare pas la Commission de Bruxelles à décider des grandes options morales et politiques de l’Europe tout entière »28.

23Les réalisations de Bruxelles ne sauraient masquer ni le découragement des milieux fédéralistes ni le manque d’enthousiasme palpable des jeunes et des intellectuels. « Une espèce d’enlisement de la cause européenne et des espoirs fédéralistes dans la bureaucratie et la technocratie des Eurocrates, depuis 20 ans, suffit à expliquer l’amère désaffection de tant de militants de la première heure et l’indifférence des jeunes gens à l’égard d’une “Europe” qui n’évoque plus pour eux un continent libéré des frontières nationales, mais au contraire les marathons nocturnes de Bruxelles sur la surproduction des vins méditerranéens ou le prix de la betterave communautaire ».

  • 29 Ibid, pp. 11-12.

24Dans le préambule du Rapport au peuple européen, Rougemont note que l’Europe « moribonde » ou décadente d’aujourd’hui ne suscite guère d’engouement notable. L’Europe qui « intéresse au sens fort les Européens [...] n’est pas d’abord celle de l’économie et du libre-échange commercial mais bien celle des chances de la vie, c’est-à-dire des chances de la paix et du maintien des libertés, donc du progrès des responsabilités civiques »29. Mais quelle est en fait l’Europe qui agonise ? Si c’est celle de la Communauté économique européenne, le slogan « Bruxelles c’est fini » ne signifie aucunement que l’Europe se meurt. Ce qu’on nomme l’Europe des Etats n’a jamais existé. La seule Europe réelle, c’est « celle des Européens vivants, de leurs cultures et de leurs espoirs » ; ses réserves concernant Bruxelles sont nombreuses.

  • 30 Ibid, p. 44. – Mes italiques.

25La première réserve concerne la forme d’union que revêtira la construction européenne : « [...] dans quelle mesure la CEE peut prétendre à constituer le “noyau de l’Europe unie”, alors que nul ne sait quelle serait la formule d’une telle union : unitaire ou fédéraliste ? ». La deuxième réserve touche aux finalités mêmes de Bruxelles : « Périodiquement, certains proposent de confier à la CEE des “compétences élargies, politiques, sociales, culturelles. C’est oublier que la CEE serait ainsi tentée, voire contrainte, en vertu de sa nature même, d’appliquer des critères de rentabilité, de productivité ou de profit à des activités humaines qui relèvent en fait de finalités bien différentes, qualitatives et non pas quantifiables, affectives ou spirituelles, non pas économiques d’abord »30.

VIII. En guise de conclusion

26La vision européenne de Denis de Rougemont a commandé le respect des milieux européens dès les débuts de la construction européenne jusqu’à sa mort, mais l’Europe des institutions n’a pas suivi le modèle fédéraliste dont il s’est fait l’avocat dans ses écrits et son enseignement. Il faut espérer que la postérité trouvera un jour dans son œuvre ce « supplément d’âme » dont l’Europe réelle a cruellement besoin.

  • 31 « Rougemont l’occidental », dans Denis de Rougemont l’Ecrivain, l’Européen, p. 7.

27Au terme de cet exposé, citons les lignes de l’éloge écrites par St. John Perse à l’occasion de son 70e anniversaire : « Dans son extrême complexité d’Européen, [il] apparaît, sur notre front occidental, comme le plus représentatif de ce que pourrait être, au regard de l’Histoire, une figuration scientifique de “l’HOMO EUROPEANUS” »31. On pourrait également voir en lui – et cette image ne lui aurait sans doute pas déplu – le « dernier Européen » : une figure hautement respectée mais disparue sans héritier.

Notes

1 C’est ce séjour, qui lui permet d’ailleurs de découvrir l’Europe centrale, qui lui fournit les matériaux de son premier livre, Le paysan du Danube (1932), si on fait abstraction d’un bref pamphlet incisif, Les méfaits de l’instruction publique, publié trois ans plus tôt.

2 Franck Jotterand, « Terre élue », in André Reszler et Henri Schwamm (dir), Denis de Rougemont l’Ecrivain l’Européen, Neuchâtel, La Baconnière, 1976, p. 55.

3 « Les options fondamentales de l’Europe. Leçon de clôture par M. Denis de Rougemont », Annuaire 1957 de l’Institut Universitaire d’Etudes Européennes, p. 2.

4 L’esprit européen. Textes in-extenso des conférences et des entretiens organisés par les Rencontres Internationales de Genève, Neuchâtel, La Baconnière, 1947.

5 Dans l’imaginaire rougemontien, l’action l’emporte peut-être sur la réflexion. Toute action fédéraliste ou régionaliste présuppose des aptitudes supérieures d’organisation.

6 Denis de Rougemont, « De l’Europe des Etats coalisés à l’Europe des peuples fédérés », Schweizer Monatshefte, Sonderbeilage, Heft 5, 1978, p. 7.

7 Denis de Rougemont en est le premier directeur puis le président. Malgré des réalisations qui ne sont nullement dépourvues d’intérêt, le Centre ne devient pas l’Unesco européen qu’il était destiné devenir. Voir Ghita Ionescu, “Portrait of the Federalist as a Young Man”, in André Reszler et Henri Schwamm, op. cit., p. 46.

8 Il laissera à l’état d’esquisse son Traité du fédéralisme qu’il tient pourtant pour son projet le plus ambitieux.

9 Franck Jotterand note dans sa contribution à Denis de Rougemont, l’Ecrivain, l’Européen que sa croyance constitue le fondement de sa pensée (p. 53). Rougemont lui-même mentionne parmi ses ouvrages en préparation, en 1976, un « journal intime sur Dieu ».

10 L’esprit européen, p. 144. – Le nationalisme est une authentique maladie européenne, « l’anti-Europe par excellence ».

11 Rapport nu peuple européen Sur l’état de l’union de l’Europe 1979, Paris, Stock, 1979. p. 24. – Rougemont rédige ce rapport en s’appuyant sur les travaux du « Groupe Cadmos », un groupe de réflexion ad hoc qu’il réunit à la Villa Moynier, siège du Centre européen de la Culture.

12 Ces réflexions ont été publiées en 1962 dans Les chances de l’Europe (Neuchâtel, Editions de la Baconnière). Nous citons ici leur réédition dans Europes de l’antiquité au xxe siècle, Anthologie critique et commentée, établie et présentée par Yves Hersant et Fabienne Durand-Bogaert, Paris, Robert Laffont, 2000, p. 737.

13 Ibid, p. 738.

14 Ibid, p. 747.

15 Depuis le xixe siècle, l’Etat et la nation forment en Europe un cadre en quelque-sorte unique, s’appuient mutuellement et s’identifient dans la mesure du possible l’un à l’autre.

16 Depuis les années 1930, il est lecteur de Proudhon.

17 Rapport au peuple européen, p. 51.

18 Rougemont donne sa première conférence sur ce sujet dans l’aula de l’EPFL le 3 mai 1971. Plusieurs numéros du Bulletin du Centre Européen de la Culture y seront consacrés.

19 Notamment p. 113.

20 Denis de Rougemont, L’avenir est notre affaire, Paris, Stock, 1977, p. 337.

21 Denis de Rougemont, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux, Lausanne, le Livre du Mois, 1970, p. 282.

22 Rougemont note dans La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux que l’idée européenne semble avoir trouvé son climat autant que son modèle en Suisse. Rousseau, Constant, Jean de Müller, Jacob Burckhardt, Robert de Traz, Gonzague de Reynold méritent une place de choix dans n’importe quelle anthologie de l’idée européenne.

23 Ibid, p. 277.

24 Rapport au peuple européen, p. 146.

25 La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux, p. 293.

26 Ibid, p. 282.

27 Rapport au peuple européen, p. 42.

28 Ibid, p. 7.

29 Ibid, pp. 11-12.

30 Ibid, p. 44. – Mes italiques.

31 « Rougemont l’occidental », dans Denis de Rougemont l’Ecrivain, l’Européen, p. 7.

Notes de fin

1 André Reszler est Professeur honoraire à l’Institut Européen de l’Université de Genève.

© Graduate Institute Publications, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540