Version classiqueVersion mobile

L’ordre juridique international entre tradition et innovation

 | 
Christian Dominicé

Notice biographique

Texte intégral

1Né le 16 juillet 1931 à Genève, originaire de cette cité, où sa famille, venue de Loraine, est fixée depuis le xvie siècle, Christian Dominicé a fait ses études secondaires au Collège de Genève - aujourd’hui Collège Calvin - pour y recevoir la maturité classique en 1949. Inscrit à l’Université de Genève, il obtient la licence en droit en 1952. Après un stage au Barreau, il devient titulaire du brevet d’avocat en 1954.

2Des séjours en Allemagne, puis aux Etats-Unis d’Amérique, où il obtient en 1958 le Master of International Affairs de Columbia University, à New York, lui permettent de préparer son doctorat en droit, que l’Université de Genève lui décerne en 1961 pour une thèse de droit international public.

3C’est alors que commence pour Christian Dominicé une longue carrière au sein de la Faculté de droit de Genève, où, après avoir été l’assistant du Professeur Paul Guggenheim, il est nommé chargé de cours en 1961, puis professeur dès 1964. Il enseigne le droit constitutionnel comparé et le droit international public.

4Avec l’accord de l’Université, il accepte d’aller, pour une année universitaire (1967-1968), à l’Institut de relations internationales de l’Université des Indes occidentales, à Port-of-Spain, Trinidad and Tobago, Institut qui vient d’être créé avec l’appui de la Confédération suisse au titre de la coopération technique.

5De retour à Genève, il accède en 1969 aux fonctions de Doyen de la Faculté de droit, poste qu’il va occuper jusqu’en 1974, présidant à une profonde réforme du programme d’études, caractérisée par l’introduction des cours à option, et à la réorganisation de la Faculté dans les nouvelles structures universitaires.

6Il reprend alors sous sa responsabilité les principaux enseignements de droit international public et d’organisation internationale, dirigeant le département de la Faculté consacré à ces disciplines.

7Bientôt, cependant, il est appelé à assumer la direction de l’Institut universitaire de hautes études internationales, tâche qui va lui incomber pendant six ans (1978 -1984), sans pour autant l’inciter à quitter entièrement la Faculté de droit à laquelle il tient particulièrement à rester fidèle. Il y conserve un enseignement, pour y reprendre dès 1984, un poste plus important, partageant ses tâches d’enseignement entre la Faculté et l’Institut, à raison d’un mi-temps sur chaque rive.

8Parallèlement à ces activités académiques, Christian Dominicé a manifesté un engagement civique prononcé, qui l’a conduit à accepter divers commandements militaires, dont celui du “Régiment genevois”, et à consacrer une partie de son temps au Fonds national suisse de la recherche scientifique, dont il fut membre et vice-Président du Conseil de Fondation, qu’il quitta lors de son élection au poste de Secrétaire général de l’Institut de Droit international. Il s’aquitte de cette fonction depuis 1991.

9Membre de la Commission Médico-Juridique de Monaco et de diverses sociétés scientifiques, consultant, arbitre, il a également à son actif plus de soixante-dix publications. Il a enseigné à l’Académie de droit international de La Haye, ainsi que dans diverses universités étrangères. Il est docteur honoris causa de l’Université de Paris XIII.

10Récemment, lors de l’entrée en vigueur de la Convention de Stockholm de 1992 instituant la Cour de conciliation et d’arbitrage dans le cadre de l’OSCE, il a été désigné membre de cette Cour, en qualité d’arbitre nommé par la Suisse.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search