Version classiqueVersion mobile

À la recherche de la Bosnie-Herzégovine

 | 
Marianne Ducasse-Rogier

Première partie. Trois peuples pour un État ou trois États pour un peuple ?

Chapitre 1. Brève histoire des communautés de Bosnie-Herzégovine

Entre cœxistence et confrontation

Texte intégral

1La question de la cohabitation des peuples de Bosnie, soulevée par le récent conflit puis par l’accord de Dayton, mérite quelques rappels sur l’histoire de ce pays, les grandes étapes de son peuplement, les rapports entre les communautés et la formation des différentes identités « nationales » correspondantes. La Bosnie apparaît alors caractérisée par deux traits principaux : d’une part, les trois communautés formant le corps principal de sa population, certes différenciées par leur religion, partagent un même passé, une même langue, une même culture et, surtout, un même territoire impossible à diviser en zones « ethno-nationales » distinctes ; d’autre part, le pays appartient à un ensemble géopolitique plus vaste (l’ex-Yougoslavie), auquel son histoire fut et reste étroitement liée, ainsi qu’en attestent en particulier les origines, le déroulement et le règlement du conflit de 1992-1995. Ces deux aspects tendent en conséquence à démontrer que celui-ci ne dérive pas de l’impossible cohabitation des communautés de Bosnie, mais s’inscrit dans le contexte plus général de la dissolution, violente, de la Fédération yougoslave.

I. La différenciation religieuse

  • 1 Noel Malcom, Bosnia : A Short Story, Papermac, London, 1996 (New Edition), pp. 2-6 et Paul Garde, V (...)

2La situation géographique de la Bosnie-Herzégovine en fait indéniablement l’un des nombreux « carrefours » de l’histoire européenne. A la frontière – sinon la frontière – des deux aires de religions chrétiennes (catholicisme et orthodoxie) au Moyen-Age, plus tard aux confins des empires ottoman et austro-hongrois, ce territoire montagneux ne pouvait que subir des vagues de peuplement et des influences multiples. Romains, Illyriens, Wisigoths, Huns, tribus iraniennes et turques s’installèrent successivement dans la région jusqu’au vie siècle après J.-C., date à laquelle apparaissent les Slaves. L’ensemble des chercheurs s’accorde à penser que ces derniers sont par la suite restés jusqu’à aujourd’hui la population principale d’un espace comprenant au sud l’essentiel de l’ex-Yougoslavie (est-il besoin de rappeler que le terme yougoslave signifie Slaves du Sud ?), la Bulgarie et une partie de la Grèce1.

1. La fracture chrétienne : catholicisme et orthodoxie

a. Serbes et Croates

  • 2 Malcom, op. cit., p. 8 (notre traduction). Cf. aussi Tim Judah, The Serbs : History, Myth and Destr (...)
  • 3 La Bosnie-Herzégovine actuelle est formée de deux régions géographiques, la Bosnie au nord, montagn (...)

3Parmi les Slaves qui pénètrent la Bosnie, figurent notamment deux tribus, arrivées « tardivement » et de manière simultanée, les Croates et les Serbes. Les origines de ces tribus sont floues et ont souvent fait l’objet d’interprétations partisanes, mais deux faits semblent avérés : lorsqu’elles s’installent dans, la région, il existe déjà une vaste population slave avec laquelle elles vont donc se « panacher » (sans négliger les influences des peuplements précédents) ; d’autre part si ces deux tribus sont distinctes, elles n’en demeurent pas moins « étroitement liées, vivant et migrant en tandem et ayant toutes deux une composante iranienne »2. Les Croates s’installent sur un territoire couvrant à peu près celui de la Croatie actuelle et incluant une bonne partie de la Bosnie (au sens géographique du terme) tandis que les Serbes s’établissent sur ce qui constitue aujourd’hui le Monténégro, l’est de la Bosnie et l’Herzégovine3. Dès le ixe siècle, se forment un Royaume de Croatie et un Royaume serbe, mais jusqu’au milieu du xiie siècle l’histoire politique de ces territoires est quelque peu confuse et complexe, les allégeances se succédant, tantôt à l’Empire Byzantin, tantôt au Royaume de Hongrie. A partir du xe siècle apparaît un territoire « bosnien » distinct, mais il oscille alors encore entre la domination du royaume serbe et l’influence croate, sans que l’on puisse précisément établir que l’un ou l’autre ait laissé une empreinte plus profonde. Ce n’est qu’autour de 1180 que la Bosnie gagne progressivement son indépendance (les ambitions serbes se déplacent vers l’est tandis que les Croates passent sous l’influence de la Hongrie, laissant à peu près vacant le pouvoir en Bosnie). Elle la conservera jusqu’en 1463, date de la conquête ottomane.

b. Catholiques et « Bogomiles »

  • 4 Le mouvement bogomile est une hérésie qui s’est développée en Bulgarie, à peu près au même moment q (...)
  • 5 Le terme « Patarin » était utilisé par les membres du clergé romain pour désigner les pratiques hér (...)
  • 6 A partir du xive siècle, l’offensive de l’Eglise catholique pour défaire l’Eglise de Bosnie se fait (...)
  • 7 Malcom, op.cit., chapitre 3, « The Bosnian Church » ; Garde, op. cit., pp. 188-191 ; judah, op. cit (...)

4Sur le plan religieux, la fracture initialement la plus importante est celle entre chrétiens orthodoxes et catholiques romains. A partir de la christianisation de la région au ixe siècle, la Croatie se place sous l’autorité de l’évêque de Rome alors que la Serbie suit le Patriarche de Constantinople. En Bosnie, la pratique du catholicisme tend à l’emporter, mais avec des variantes notoires et des rituels amalgamant les traditions orthodoxes et catholiques. Surtout, à partir du xiiie siècle se développe une Eglise de Bosnie schismatique, dont les rites associent paganisme, orthodoxie et catholicisme. Cette pratique religieuse généra un intense débat à la fin du xixe siècle, lorsqu’un historien, Franjo Rački, élabora une théorie selon laquelle elle témoignerait de l’existence de Bogomiles en Bosnie4. Cette thèse apparut fort séduisante car elle permettait notamment d’expliquer les nombreuses conversions à l’Islam en Bosnie après la conquête ottomane – les Bogomiles seraient alors les « vrais » ancêtres des musulmans de Bosnie, résistants de toujours aux influences chrétiennes occidentales et orientales. La théorie de Rački nourrit cependant une controverse car elle butait sur deux incertitudes : rien ne permet d’assurer que les pratiques en question étaient réellement bogomiles, ni de prouver une continuité entre ces fidèles et ceux qui allaient se convertir à l’Islam au xve siècle. Les membres de l’Eglise de Bosnie n’ont en effet jamais utilisé la dénomination bogomile (ils se désignaient comme des Krstjanin, « chrétien » en serbo-croate) et celle-ci n’apparaît pas non plus dans les documents de l’époque (on y parle plutôt de « Patarin »)5. D’autre part, les pratiques de cette Eglise ne semblent pas avoir eu grand-chose en commun avec celles des Bogomiles ou autres Patarin : le baptême ou le symbolisme de la croix auraient, par exemple, toujours été reconnus. Enfin, la question de la continuité entre les fidèles de cette Eglise et les convertis à l’Islam est, elle aussi, remise en question par la plupart des chercheurs : de nombreux facteurs ont conduit aux conversions islamiques après la conquête ottomane selon un mécanisme beaucoup plus complexe que ne le voudrait la version simpliste d’une résistance permanente au christianisme. En outre, entre la période de l’Eglise de Bosnie (xiie-xive siècle) et l’islamisation de la Bosnie (xve siècle), des conversions au catholicisme ou au christianisme orthodoxe ont eu lieu, qui mettent sérieusement en doute l’existence d’un lien direct « Bogomiles »-musulmans6. Aujourd’hui, il est reconnu par la communauté scientifique que la théorie de Franjo Rački ne peut être démontrée7. Celle-ci reste cependant encore très répandue en Bosnie, où son aspect folklorique peut facilement conduire à une manipulation idéologique visant à démontrer l’ancienneté d’une identité musulmane distincte.

c. Orthodoxes serbes et valaques

  • 8 Cette bataille, qui constitue l’un des mythes du nationalisme serbe, fut largement utilisée par Slo (...)
  • 9 Georges Castellan, Histoire des Balkans, Fayard, Paris, 1991, pp. 21-22.
  • 10 Judah, op. cit., pp. 9-11 et Malcom, op. cit., chapitre 6, « Serbs and Vlachs », pp. 70-81.
  • 11 Judah, op. cit., pp. 13-16.
  • 12 Tim Judah précise que les Valaques sont aussi probablement les ancêtres d’un certain nombre de Croa (...)

5Si catholiques et orthodoxes se livrent une certaine compétition pour attirer les fidèles de l’Eglise de Bosnie, les seconds ne sont pourtant à cette époque actifs que dans une partie de l’Herzégovine. Ce n’est qu’après la désormais célèbre bataille de Kosovo Polje en 1389, qui vit les Serbes s’incliner devant les Turcs, que la population orthodoxe de Bosnie croîtra réellement8. La défaite des premiers marqua en effet le début de la pénétration ottomane vers l’Occident balkanique et entraîna de vastes mouvements de population : les Serbes migrèrent par centaines vers l’ouest et le nord – donc vers la Bosnie-Herzégovine, dont la conquête par les Ottomans serait plus tardive. L’installation de populations orthodoxes se poursuivit ensuite en Bosnie bien après que celle-ci fut à son tour tombée sous la domination ottomane, avec apparemment l’accord, voire l’encouragement, des autorités turques. Mais si une partie de ces dernières populations peut être considérée comme « serbe », un autre groupe important contribua aussi à la diffusion de la religion orthodoxe : les Valaques. Ces bergers orthodoxes et nomades, non-slaves, parlaient une langue romaine proche du roumain et leur aire de peuplement, quoique fluctuante, recouvrait initialement le Nord de l’Albanie et le Sud de la Serbie actuelles9. A partir du xve siècle, ils pénétrèrent le nord de la Bosnie depuis la Serbie et l’Herzégovine, contribuant par ce biais à la propagation de la religion orthodoxe10. Plus tard, ils furent encouragés par les autorités austro-hongroises à s’installer à la frontière avec l’Empire ottoman où, en échange de services militaires, ils bénéficiaient d’exemptions de taxes11. La présence des Valaques relativise en conséquence l’ancienneté des populations « Serbes de Bosnie » : parmi les ancêtres des orthodoxes, figureraient en réalité de nombreux non-serbes – et même non-slaves12. L’histoire de la Bosnie médiévale et de son peuplement permet ainsi de souligner la vacuité des tentatives de caractérisation des populations de cette époque selon des critères ethno-nationaux. Leurs éléments distinctifs sont alors essentiellement religieux, identifiant principalement une communauté catholique et une communauté orthodoxe.

2. L’empreinte de l’Islam

  • 13 La terre (Timar) est dès lors la propriété du Sultan, qui en confie la gestion à des Timariots en é (...)
  • 14 Malcom, op. cit., note 6, p. 53, chiffres issus des registres de taxes ottomans.
  • 15 Malcom, op. cit., chapter 5, « The Islamization of Bosnia », pp. 51-69 ; Castellan, op. cit., pp. 1 (...)

6Une troisième composante religieuse devait bientôt apparaître : les musulmans. A partir de 1463, la plupart de la Bosnie-Herzégovine actuelle est conquise par les Turcs, qui y imposent le système féodal ottoman13. Bien que la politique des autorités à la tête de l’Empire ottoman ne fût pas de convertir leurs sujets à l’Islam, ni même de pratiquer une discrimination totale envers les populations non-musulmanes, un nombre particulièrement élevé de conversions se produisit en Bosnie : la population musulmane, insignifiante en 1468-69, représente moins d’un siècle plus tard, en 1520, près de 39 % de la population des sandžaks (entités administratives) de Bosnie, Zvornik et d’Herzégovine (pour 61 % de chrétiens)14. Les chiffres traduisent une augmentation de la population musulmane qui ne peut s’expliquer seulement par l’installation de « colons » musulmans (d’autant qu’en termes réels la population totale diminue alors même qu’arrivent à la même époque des migrants orthodoxes). Une conjonction de facteurs serait plutôt à l’origine de ce phénomène de conversions massives : les avantages « sociaux » attribués aux musulmans (notamment en termes de propriété et de reconnaissance juridique), la volonté d’échapper à l’esclavage (les esclaves militaires qui se convertissaient pouvaient être libérés), la situation géographique de la Bosnie (aux confins de l’Empire ottoman et donc censée constituer l’ultime rempart face à l’Occident chrétien), la relative faiblesse de l’identité religieuse en Bosnie (l’Eglise de Bosnie associait différents rituels et ne contribua pas à forger un sentiment fort d’appartenance religieuse), la croissance urbaine (les villes étaient essentiellement musulmanes) ou encore l’afflux de Slaves déjà islamisés (depuis la Serbie, la Macédoine ou encore la Bulgarie)15.

  • 16 Malcom, op. cit., p. 63.

7La plupart des théories élaborées pour expliquer ce phénomène exceptionnel de conversion massive ne prennent pas en compte l’ensemble de ces facteurs. Elles privilégient au contraire souvent un seul aspect, dans le but de démontrer que la conversion à l’Islam concerna un groupe particulier. Ainsi de la thèse « bogomile », dont les partisans défendent l’idée de l’existence d’une communauté « pré-musulmane », résistante de la première heure à la christianisation. Ainsi encore de la version selon laquelle la noblesse catholique se serait convertie en masse pour maintenir ses droits fonciers16. La conjonction de plusieurs facteurs tendrait au contraire à prouver que des membres appartenant aux deux communautés, catholiques et orthodoxes, se sont convertis à l’Islam, soit en Bosnie, soit dans d’autres territoires de l’Empire ottoman. En conséquence, les musulmans de Bosnie ne peuvent être exclusivement considérés ni comme des Croates convertis, ni comme des Serbes islamisés, ni non plus comme d’antiques résistants à la chrétienté.

II. De l’Empire ottoman au Royaume de Yougoslavie

  • 17 Les mêmes expressions connurent un regain de popularité lorsque le conflit du Kosovo fut placé au c (...)
  • 18 Cité par William Cohen, sénateur du Maine, devant le Comité des services armés du Sénat, 17 octobre (...)

8Le peuplement de la Bosnie-Herzégovine ayant ainsi été présenté comme un processus complexe d’exodes, de migrations et de conversions, rendant très difficile l’élaboration d’une théorie du « premier occupant » ou du « véritable Bosnien », une autre des idées reçues couramment exposées se doit ici d’être relativisée : celle des « haines ethniques ancestrales » qui sépareraient les trois communautés. Cette expression fut abondamment citée au cours du récent conflit de 1992-95 afin de mettre en exergue le caractère à la fois inexorable et incompréhensible pour des « civilisés » des luttes quasi-« tribales » qui secoueraient régulièrement l’Etat naguère nommé Yougoslavie17. Elle offrait en effet le double avantage de justifier pour les uns – les Etats « extérieurs » – leur passivité devant les crimes commis en Bosnie (on n’intervient pas dans un conflit irrationnel de ce type) et pour les autres – les Etats voisins impliqués dans le conflit – de stimuler les passions tout en dissimulant leurs objectifs réels (asseoir leur pouvoir). Il est ainsi aujourd’hui acquis que Bill Clinton devint excessivement réticent quant à l’engagement de son pays dans ce qui lui apparaissait comme un bourbier inextricable après avoir lu le livre de Robert Kaplan, « Balkan Ghosts »18. Cet ouvrage, publié en 1993, faisait une large part à la haine réciproque et mutuelle que se voueraient les peuples des Balkans.

9Il n’est cependant pas question ici d’idéaliser les rapports entre les communautés, excès inverse tout aussi néfaste, ni de réfuter l’existence de griefs, issus notamment des événements tragiques de la Seconde Guerre mondiale entre Serbes, Croates et Musulmans de Bosnie. L’objet de cette partie est simplement de donner quelques éléments de réflexion sur les rapports entre ces trois communautés depuis la conquête ottomane jusqu’à 1990, afin de mieux comprendre ensuite la complexe architecture de Dayton et les ravages que provoquerait une partition de la Bosnie.

1. Entre ignorance et tolérance : la période ottomane

  • 19 Cf. Xavier Bougarel, Bosnie, Anatomie d’un conflit, La Découverte, Paris, 1996, pp. 27-28 ; Peter F (...)

10L’opposition dominante sous l’Empire ottoman est celle entre chrétiens (catholiques et orthodoxes) et musulmans (« colons » ou convertis). Si les autorités ottomanes pratiquent une certaine discrimination à l’égard de leurs sujets non musulmans, ceux-ci bénéficient, au moins dans les premiers siècles de la domination, d’une relative liberté – d’ordre religieux ou social19. En effet, les objectifs principaux des Ottomans étaient initialement militaires. En conséquence, ils accordaient peu d’importance au facteur religieux tant que l’ensemble des communautés respectait les règles politiques ottomanes. Celles-ci, tout en favorisant les sujets musulmans, pour lesquels il était par exemple plus aisé d’accéder à la propriété (le timar), n’empêchaient pas les membres d’autres communautés de conserver leur propriété en devenant des soldats de l’Empire, sans pour autant abandonner leur religion. D’autre part, si les musulmans non-propriétaires étaient souvent des citadins, un certain nombre d’entre eux vivaient aussi dans les campagnes et travaillaient donc sur les terres des timariots comme les autres paysans chrétiens. Tous payaient des impôts relativement élevés, quoique différents, et chacune des communautés était placée sous le système juridique correspondant à sa religion, selon le système du millet. Les citoyens non-musulmans pouvaient ainsi vivre normalement sous l’Empire ottoman à condition d’en accepter les règles – et de payer les impôts.

  • 20 Bolgarel, op. cit., chapitre 3, « Bon voisinage et crime intime », pp. 81-100.

11Le sociologue Xavier Bougarel a étudié les relations communautaires en Bosnie-Herzégovine et fait remonter à la période ottomane la tradition du « bon voisinage » qui illustre selon lui le mieux ces rapports20. Ce bon voisinage, ou komsiluk, fonctionnerait sur le modèle de la « coexistence pacifique », chaque communauté entretenant des liens de courtoisie plus ou moins distante avec les autres tant que celles-ci ne cherchent pas à perturber l’ordre établi ou à en tirer un quelconque profit au détriment de leurs « voisins ». Ni teintés de haine, ni empreints de tolérance exemplaire, de tels rapports expliquent à la fois le maintien jusqu’à la fin du xxe siècle de communautés distinctes dans les campagnes (les villes étant traditionnellement plus hétérogènes, surtout à partir de la seconde moitié du xxe siècle) et la fluctuation des relations entre les différents groupes, bonnes en général mais avec des flambées épisodiques de violence, en période de crise la plupart du temps.

  • 21 Ivo Andric, Le Pont sur la Drina, Belfond, Paris, 1994, 395 p.
  • 22 Sugar, op. cit., pp. 55-59.
  • 23 Idem. P. Sugar précise qu’aucune étude n’a encore été faite pour évaluer les conséquences démograph (...)
  • 24 Andric, op. cit., p. 22. Notons cependant que I. Andrić, qui vécut de 1892 à 1975, fait aussi allus (...)

12La liberté relative dont jouissaient les sujets chrétiens de l’Empire ne s’appliquait cependant pas dans un cas bien particulier – et non des moindres –, le système du devširme, dont Ivo Andrić donne un aperçu dans son roman Le pont sur la Drina21. Cette coutume en vigueur aux xve et xvie siècles consistait à enlever des enfants dans les villages chrétiens pour les envoyer à Istanbul, où ils étaient convertis à la religion musulmane et devenaient soldats, gardes impériaux ou encore fonctionnaires de l’Etat. S’il ne fait pas de doute que cette tradition constituait un traumatisme réel pour les chrétiens, il semblerait aussi qu’elle ait pu entraîner quelques avantages pour les populations concernées. En effet, certains enfants, devenus hauts fonctionnaires de l’Etat, pouvaient parfois faire bénéficier de leur statut social leur communauté d’origine22. Ces aspects positifs ne doivent cependant pas masquer le caractère inhumain d’un tel système, à la fois sur le plan affectif (les enfants étant extraits de leur milieu familial où ils ne retournaient pas) et sur le plan démographique (il est estimé qu’environ 200 000 enfants furent enlevés, ce qui représente aussi un réel déficit démographique ayant inévitablement pesé sur le développement des populations concernées)23. Concernant les relations communautaires, le souvenir de ce système contribue aujourd’hui encore à alimenter les griefs à l’encontre des Turcs et par extension des musulmans, comme en témoignent les écrits d’Ivo Andrić lorsqu’il évoque « […] ces enfants que l’on emmenait pour toujours, et qui, une fois circoncis et turquisés dans ce monde nouveau, oubliant leur foi, leur pays et leurs origines, passeraient leur vie dans les détachements de janissaires ou dans un autre corps d’élite de l’Empire »24.

  • 25 Bougarel, op. cit., pp. 27-28.
  • 26 Malcom, op. cit., pp. 130-133.

13Avec le déclin de l’Empire ottoman, la situation de relative tolérance devait cependant se dégrader, au détriment des populations non-musulmanes. A partir du xviiie siècle, les défaites militaires ottomanes entraînent un repli sur l’Empire et une attention grandissante est alors accordée à l’Islam. Surtout, la détérioration des conditions économiques en Bosnie et l’augmentation subséquente des impôts génèrent au même moment des tensions entre les communautés, d’autant que le décalage social entre ces dernières s’est accentué. Le problème principal est celui de la terre, propice à un durcissement des relations entre les communautés, précisément séparées par la question de la propriété : en 1910, plus de trente ans après l’annexion autrichienne, encore 91,1 % des propriétaires terriens sont musulmans et 95,4 % des paysans qui travaillent leurs terres chrétiens25. Enfin, l’éveil des sentiments nationaux contribue également à la dégradation des rapports entre chrétiens et musulmans, comme en témoignent les liens entre soulèvements paysans et accrochages frontaliers (avec le Monténégro notamment)26. Malgré ceci, la période ottomane ne peut être considérée comme marquée par une tendance à l’identification nationale des populations de Bosnie ; le principal facteur de différenciation reste religieux, se doublant parfois de critères socio-économiques. Orthodoxes, catholiques et musulmans de Croatie, Bosnie ou Serbie s’attachent alors essentiellement à trouver et affirmer leur place au sein des empires dans lesquels ils vivent respectivement.

2. Identifications nationales et domination austro-hongroise au xixe siècle

14Les relations intra-bosniennes furent radicalement modifiées au xixe siècle, marqué à la fois par l’éveil des sentiments nationaux et la déliquescence de l’Empire ottoman, dans un contexte de fortes tensions socio-économiques. A la division chrétiens/musulmans se substitua progressivement la triple opposition catholiques/musulmans/orthodoxes.

  • 27 Malcom, op. cit., p. 127 ; Judah, op. cit., pp. 61-62.
  • 28 Une pétition fut ainsi adressée au Sultan par les chrétiens en 1851, réclamant la parité des juges (...)
  • 29 Castellan, op. cit., p. 350.

15C’est à partir de la seconde moitié du xixe siècle que les communautés religieuses commencèrent à développer des sentiments nationaux, dans la mouvance de l’époque. Le déclin de l’Empire ottoman, l’autonomie grandissante de la Serbie en son sein (celle-ci devint « principauté autonome » dès 1830), la puissance de l’Empire austro-hongrois sont autant de facteurs qui, associés à un regain de vitalité des christianismes en Bosnie, participèrent de cette identification. Croates et Serbes ne cachaient pas leurs ambitions sur la Bosnie et encouragèrent leurs coreligionnaires vivant sur ce territoire à se considérer comme membres des nations serbe ou croate. Ainsi, Vuk Karadžić, célèbre intellectuel serbe, développa-t-il sa théorie (basée sur des analyses linguistiques) selon laquelle les chrétiens de Bosnie, d’Herzégovine et même de Dalmatie appartiendraient en réalité à la grande nation serbe27. D’autres intellectuels serbes se contentèrent de rattacher les orthodoxes au peuple serbe, mais l’idée d’une Grande Serbie englobant la Bosnie et l’Herzégovine commençait à voir le jour. De la même manière, des Croates comme Grgo Martić ou encore Ivan Franjo Jukić développèrent l’idée inverse que les populations catholique et musulmane de Bosnie-Herzégovine appartenaient en réalité à la nation croate, en appliquant la théorie de la conversion à l’Islam de la noblesse catholique. Cette ébullition nationaliste, venue de l’extérieur, intervint dans un contexte favorable en Bosnie : très pauvre, celle-ci connut au cours du xixe siècle des tensions sociales importantes et un relatif durcissement des communautés chrétiennes, comme en témoignent l’augmentation du nombre de prêtres orthodoxes ou catholiques, la construction de nombreuses églises (parfois sources de tensions) et écoles religieuses ou encore les revendications pour l’égalité des sujets, quelle que soit la confession28. Parallèlement, l’attitude des musulmans à l’égard des chrétiens se durcit, encourageant d’autant le processus d’identification nationale. Les différentes crises politico-militaires qui secouèrent à l’époque les Balkans et l’Empire ottoman (« Question d’Orient », création des Etats serbe, grec, bulgare et roumain, insurrections diverses notamment en Bosnie et au Monténégro en 1876) jusqu’à l’occupation en 1878 de la Bosnie-Herzégovine par l’Autriche-Hongrie, puis son annexion en 1908, contribuèrent aussi à ce processus d’identification nationale. Le xixe siècle peut en quelque sorte être considéré comme le moment où la Bosnie redevint un enjeu territorial, ce qui ne fut pas sans influer durablement sur les rapports entre les trois communautés qui la composaient, lesquelles cherchèrent dès lors à s’affirmer comme de véritables peuples. Georges Castellan résume ainsi cette période : « plus les conflits se multipliaient dans l’empire des Habsbourg et dans les Balkans, plus en Bosnie-Herzégovine se fortifiait la double équation catholique = Croate, orthodoxe = Serbe, tandis que les musulmans formaient un noyau à part entière dont l’identité nationale restait problématique »29.

  • 30 Castellan, op. cit., pp. 347-350.
  • 31 Idem. Cf. aussi Malcom, op.cit., pp. 140-141.
  • 32 Noel Malcom (idem, pp. 139-140) note qu’il est très difficile d’évaluer le nombre exact d’exilés ; (...)

16A partir de 1878, l’occupation militaire austro-hongroise contribua fortement à bouleverser la donne des relations entre les différentes communautés. Les Croates, qui nourrissaient d’ambitieux projets de rattachement de la Bosnie à leur Etat, se trouvèrent tout d’abord placés dans une position privilégiée : ils avaient assuré l’occupation du territoire – non sans se heurter à la résistance des populations musulmane et orthodoxe – et ils fournissaient aussi la majorité des cadres civils de l’administration du pays. L’idée d’un rattachement de la Bosnie à la Croatie soulevait cependant de vigoureuses objections dans l’administration austro-hongroise, par crainte du poids trop important que pourraient alors acquérir les Slaves au sein de l’Empire, ces derniers étant déjà considérés par trop réceptifs au discours pan-slave. Malgré ces réticences, l’administrateur hongrois – et catholique – von Callay pratiqua entre 1882 et 1903 une politique très favorable à ses coreligionnaires, en encourageant leur installation dans la plaine de la Save, leur participation à l’administration et la construction d’Eglises ou d’écoles religieuses30. Les orthodoxes quant à eux, dopés par la proximité du tout récent Royaume serbe (l’indépendance de la Serbie et du Monténégro fut reconnue au Congrès de Berlin en 1878 et le Royaume de Serbie proclamé en 1882) eurent tôt fait de s’insurger contre la gestion austro-hongroise de la Bosnie, à laquelle ils reprochaient notamment un système d’imposition très lourd et la non-résolution de la question de la propriété foncière31. Quant aux musulmans, dont la liberté de religion était certes garantie mais bien encadrée par les Austro-Hongrois, ils ne pouvaient guère se satisfaire d’une occupation dont ils étaient la cible première en tant que principaux sujets de l’Empire ottoman. Même si l’absence de véritable réforme agricole leur était plutôt favorable, ils avaient d’autres griefs et particulièrement celui des conversions forcées au catholicisme dont quelques cas firent grand bruit dans la communauté musulmane. Il est à noter que l’occupation autrichienne, puis l’annexion en 1908, furent à la source de nombreux mouvements de population : exodes de musulmans (vers la Turquie) et d’orthodoxes (vers la Serbie, mais aussi les Etats-Unis) dans un sens, implantation de catholiques dans l’autre32. Il apparaît en réalité que la politique des Austro-Hongrois et notamment de von Callay fut un échec pour la gestion des rapports entre les trois communautés. Ce dernier avait pourtant essayé de contrecarrer le développement des nationalismes croate et serbe en tentant de favoriser l’émergence d’une identité « bosnienne » forte ; mais l’attitude pro-catholique de l’administration coloniale, les difficultés économiques et l’ébullition nationaliste dans l’ensemble des Balkans ne devaient pas lui faciliter la tâche, qui se révéla finalement sans avenir, dépassée à la fois par le développement des nationalismes serbe et croate et par celui d’un mouvement aux nébuleux débuts, le pan-slavisme.

17Parallèlement au durcissement des nationalismes croates et serbes et à l’activisme musulman, apparaissaient en effet les premiers germes de l’idéologie pan-slave. Ce mouvement, qui visait à regrouper les Slaves du sud (Croates, Serbes, Slovènes et Bulgares), devait véritablement se développer à la fin du xixe et au début du xxe siècle. Il s’affirma en Bosnie surtout à partir de l’annexion en 1908 et s’appuya sur une opposition croissante à l’empire austro-hongrois, dans laquelle se retrouvèrent Serbes et Croates. La position des musulmans de Bosnie par rapport à cette idéologie n’est en revanche pas très claire, partagés qu’étaient ceux-ci entre une certaine sympathie pour la cause du mouvement – et l’opposition aux autorités autro-hongroises qu’il incarnait – et une défiance relative à l’égard des Serbes et des Croates.

18C’est ainsi sur un chamboulement des rapports entre les communautés que s’achève la période austro-hongroise ; alors que le komsiluk était basé sur le bon voisinage distant et courtois, l’entrée dans le xxe siècle s’accompagne d’une double tendance : d’une part l’accroissement des tensions entre les communautés, allant parfois jusqu’aux frictions, et d’autre part l’émergence d’un mouvement visant à fondre les différents nationalismes en un seul, le pan-slavisme. La Première Guerre mondiale allait renforcer le second, sans toutefois éradiquer les premières qui réapparaîtraient peu à peu au sein du Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes, proclamé à Belgrade le 1er décembre 1918.

3. Les déchirements de l’entre-deux-guerres

  • 33 Cf. le Recensement officiel du 31 janvier 1921, cité par Castellan, op. cit., p. 410.

19La Première Guerre mondiale ayant entraîné l’effondrement des deux grands empires qui se disputaient la domination des Balkans, se créèrent dans cette région différents Etats, plus ou moins nations, plus ou moins indépendants. Parmi eux, le Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes ne comptait pas moins de quatorze peuples distincts, pratiquant six religions et parlant une dizaine de langues différentes33. 17 % de la population n’étaient en outre ni Serbes, ni Croates, ni Slovènes. La structure politique même de cet Etat n’était pas tout à fait définie à sa naissance, les trois peuples fondateurs se partageant entre les « fédéralistes » (Croates et Slovènes) d’une part et les partisans d’une extension du Royaume de Serbie d’autre part. Cette opposition devait se durcir au fil des années pour aboutir à des positions irréconciliables et perdurer jusqu’à la chute de cette première Yougoslavie en 1941.

  • 34 Malcom, op. cit., pp. 156 et 162.
  • 35 Mouvement fasciste prônant le renouveau national croate.

20En Bosnie même, l’effondrement de l’Empire austro-hongrois fut suivi d’une vague de violences dirigées contre les grands propriétaires – musulmans pour la plupart – sans que les troupes serbes ne s’y opposent, les Serbes ayant eux-mêmes subi des exactions en 1914 à la suite de l’assassinat, par l’un des leurs, de l’Archiduc François-Ferdinand à Sarajevo34. La période de l’entre-deux-guerres ne résolut pas les tensions communautaires qui avaient émergé à la fin de la domination austro-hongroise : les musulmans, à la recherche de leur identité, trouvèrent difficilement leur place dans un royaume déchiré par la lutte politique entre Serbes et Croates, à laquelle participaient les catholiques et les orthodoxes du pays. En 1929, le Royaume fut rebaptisé Yougoslavie et la Bosnie, qui avait été jusque-là maintenue en tant qu’entité administrative, divisée en quatre grandes régions. Les tensions s’accrurent dans l’ensemble du Royaume, notamment en Croatie, à la suite de cette modification perçue comme la réalisation des ambitions grand-serbes ; le Croate Ante Pavelić quitta à cette époque son pays pour l’Italie où il fonda, avec le soutien de Mussolini, le parti Oustachi35. En 1939, sous la pression des nationalistes croates encouragés par les succès de Mussolini et Hitler en Europe, une nouvelle organisation administrative fut mise en place, dans laquelle la Croatie obtint une forte autonomie : la Bosnie était séparée en deux, une partie de son territoire associée à l’entité croate et l’autre à la Serbie. En avril 1941, dès avant la défaite yougoslave devant les forces de l’Axe, Mussolini et Hitler créèrent l’« Etat indépendant de Croatie » (NDH selon les initiales en serbo-croate) dirigé par Ante Pavelić et qui absorbait l’ensemble de la Bosnie-Herzégovine.

III. Un destin yougoslave

21Si les tensions entre les différentes communautés de Bosnie existaient avant la Seconde Guerre mondiale, sans que l’on puisse pour autant les qualifier de « haines ancestrales » dans un contexte d’ébullition nationale et de recherche de la structure politique idéale en Yougoslavie, elles n’avaient jamais entraîné d’aussi terribles exactions que celles qui prirent place entre 1941 et 1945. Il convient cependant de noter que ce conflit saisit plus la Bosnie de l’extérieur que de l’intérieur ; loin de faire la démonstration que ces peuples ne peuvent vivre ensemble, les sanglants événements de la Seconde Guerre mondiale soulignent plutôt le rôle pernicieux et néfaste que peuvent avoir les nations voisines lorsqu’elles recourent à la propagande, la paranoïa et l’incitation à la haine pour monter les populations bosniennes les unes contre les autres. Il reste de cette période des souvenirs encore très vifs aujourd’hui et des blessures prêtes à se rouvrir pour peu qu’on les stimule un tant soit peu. Et c’est ce qu’avaient bien compris les dirigeants nationalistes des années 1990, notamment Slobodan Milošević et Franjo Tudjman, qui n’hésitèrent pas à déterrer les démons du passé et leur insuffler une nouvelle vie pour justifier le déclenchement d’un autre conflit.

1. Ruptures et regroupements pendant la Seconde Guerre mondiale

  • 36 Malcom, op. cit., p. 176
  • 37 Malcom, idem.
  • 38 Judah, op. cit., p. 127.
  • 39 L’estimation du nombre total de victimes a fait l’objet de diverses polémiques, mais Paul Garde cit (...)
  • 40 Malcom, op. cit., p. 176.

22Entre 1941 et 1945 se déroulèrent simultanément sur le territoire bosnien trois conflits – en marge de la lutte principale des démocraties européennes contre les régimes fascistes – opposant les populations yougoslaves les unes aux autres. Le premier coup fut porté par le nouvel « Etat indépendant de Croatie » dont les autorités décidèrent, dès leur avènement, de s’en prendre aux Serbes qui vivaient sur leur territoire – soit en Bosnie principalement, mais aussi en Krajina et en Slavonic. Fidèle à l’idéologie nazie, le régime d’Ante Pavelić organisa aussi l’extermination des Juifs et des Tziganes, avec une froide efficacité : en 1945, il ne restait que 2000 Juifs sur les 14 000 que comptait la Bosnie avant le conflit36. Mais la priorité était accordée à la « question » des minorités serbes : dès mai 1941 fut organisée une campagne de violences massives à leur encontre, dans le but apparent de les éliminer physiquement. En juin 1941, des centaines de Serbes furent arrêtés dans la région de Mostar, assassinés d’une balle dans la tête et jetés dans la rivière Neretva qui traverse la ville. D’autres actes similaires eurent lieu dans les villes de Bihać, Brčko et Doboj, tandis que des villages serbes étaient anéantis dans la région de Sarajevo37. En août 1941, 1200 Serbes étaient massacrés à Glina, dans une église où ils devaient être convertis au catholicisme38. Au total, entre 295 000 et 334 000 Serbes auraient ainsi péri au cours du conflit en Croatie et en Bosnie-Herzégovine, soit entre 15,52 et 17,58 % de la population serbe de la NDH si l’on considère que celle-ci s’élevait à 1,9 million en 194139. Cette politique génocidaire ne resta pas sans réponse de la part des Serbes concernés, dont certains s’en prirent aux musulmans : ceux-ci étaient considérés par les autorités de la NDH comme Croates islamisés et encouragés à collaborer avec le régime d’Ante Pavelić. Dans la région de Bileća en Herzégovine orientale, 600 musulmans furent tués, suivis en juillet-août par 500 autres à Višegrad, un peu plus au nord. Dans le même temps, les Serbes de Nevesinje, dans la même région, se soulevaient contre les milices oustachis et constituaient une « zone libre »40.

  • 41 Judah, op. cit., p. 118.

23Les Serbes, victimes des Oustachis, devinrent surtout des recrues de premier choix pour les mouvements de résistance qui s’organisaient peu à peu dans la région. Un premier groupement serbe de lutte contre l’occupation allemande se mit en place dès 1941 sous l’impulsion d’un général nationaliste et royaliste, Draža Mihailović, nommé l’année suivante Ministre de la guerre par le gouvernement yougoslave en exil. Ses hommes prirent le nom de Tchetniks, un terme utilisé pour désigner les héroïques guérilleros serbes des temps anciens, qui luttaient contre les Turcs. Leur nationalisme se traduisait aussi dans la pratique religieuse (ainsi des messes orthodoxes étaient-elles célébrées, autour d’un portrait du roi Pierre II)41. Quelques mois plus tard, le parti communiste yougoslave, qui ne comptait à l’époque guère plus de quelques milliers d’adhérents, lançait à son tour un mouvement de résistance. Les « Partisans » dirigés par Josip Broz Tito avaient en effet dû attendre l’invasion de l’URSS par les troupes de Hitler en juin 1941 pour se lancer dans la résistance. Très vite, les buts des deux mouvements de résistance allaient s’avérer fort différents et largement incompatibles, au point qu’une troisième lutte, entre Tchetniks et Partisans, vint rapidement s’ajouter à la guerre contre les Allemands et au conflit entre les Oustachis et les Serbes. Les Tchetniks allaient les premiers se laisser aller à une certaine dérive nationaliste et répondre dès 1941 aux massacres de Serbes par les Oustachis à des massacres de musulmans et de Croates. Ces actes et l’idéologie au nom de laquelle ils étaient commis rendaient en conséquence difficile le recrutement au sein des communautés non-serbes ; à la recherche d’appui pour contrecarrer l’influence grandissante des Partisans communistes, D. Mihailović fut par la suite conduit à collaborer avec les Italiens, puis, après la défaite de l’Italie en 1943, à tenter un rapprochement avec les Allemands.

  • 42 Le général McLean, envoyé par W. Churchill auprès de Tito en 1943, résume ainsi sa mission : « Ma t (...)
  • 43 Garde, op.cit., pp. 82-83.

24Les Partisans accueillirent au contraire à partir de 1942-43 un nombre croissant de Croates et de musulmans désireux de s’opposer au régime de la NDH, notamment en Bosnie où Tito avait finalement installé ses bases et où ses troupes progressaient. En 1944, les Alliés qui avaient jusqu’alors soutenu D. Mihailović et ses Tchetniks sur le conseil du Gouvernement yougoslave en exil, modifièrent leur stratégie et apportèrent leur soutien aux Partisans, qui semblaient alors être plus en mesure de lutter efficacement contre les Allemands42. Si Tito et ses hommes ne commirent pas de massacres aussi systématiques que les Oustachis, ni même que leurs homologues Tchetniks, ils n’en eurent pas moins recours eux aussi à des pratiques violentes, à des meurtres, purges, incendies de villages ou encore exécutions sommaires43.

  • 44 Xavier Bougarel note en outre que le mouvement de Tito a permis de reconstituer la communauté bosni (...)

25Cet enchevêtrement de conflits et les terribles massacres perpétrés au cours de cette période pesèrent inévitablement sur les rapports entre les communautés. Pourtant, ces conflits ne sont pas le simple reflet d’une lutte inter-communautaire. A l’exception peut-être de la politique des Oustachis à l’égard des Serbes – et encore faut-il rappeler que tous les Croates ne sont pas responsables de la folie meurtrière de leurs dirigeants et que beaucoup cessèrent de soutenir le régime lorsqu’ils en comprirent les rouages –, les mécanismes ayant conduit à ces différents massacres relevaient plus de l’idéologie que de la xénophobie. Les clivages dépassaient dès 1942 les lignes de fractures communautaires : l’exemple le plus frappant en est la guérilla des Partisans, qui regroupait des membres des trois communautés. On pouvait aussi trouver, quoique dans une moindre mesure, des musulmans aux côtés des Oustachis comme dans les troupes Tchetniks. Cette période noire semble ainsi constituer l’aboutissement en forme de paroxysme, ou de caricature, des tendances notées précédemment : apparent durcissement des rapports entre les communautés d’une part, contrebalancé d’autre part par la constitution d’une armée symbolisant l’union des Slaves du Sud. Avec la victoire des Partisans, triomphait en apparence la seconde tendance, celle de la tolérance et de la coexistence44. Pendant quarante-cinq ans, la Yougoslavie allait encenser cette armée de guérilla et en faire un mythe national, le ciment du peuple yougoslave. Mais à l’aube des années 1990, la propagande des nationalistes extrémistes devait jouer une autre partition et pointer à nouveau le doigt sur les massacres, soulignant le rôle pervers de chaque communauté et omettant de rappeler que les mêmes se battaient ensemble aux côtés des Partisans. A Bileća, qui fait aujourd’hui partie de la Republika Srpska (l’une des deux entités de Bosnie-Herzégovine), un ravin est devenu un lieu de pèlerinage : dans cette fosse furent jetés pieds et poings liés des Serbes, victimes des Oustachis. Un monument flambant neuf, bâti en 1991, commémore cet épisode. Mais, dans ce même village, les massacres de musulmans par les Serbes, qui eurent lieu à la même époque, ne sont jamais évoqués, pas plus que ceux commis dans la municipalité voisine de Foca, en 1942, par les Tchetniks. Et le gigantesque monument élevé à la gloire des Partisans disparaît sous les mauvaises herbes dans le parc municipal. La mémoire collective devient instrument de guerre lorsqu’elle se fait sélective.

2. A l’ombre de Tito

  • 45 La Constitution de 1974, considérée comme le point d’orgue de ce mouvement de décentralisation, leu (...)
  • 46 Le recensement de 1948 dénombrait en Bosnie 44,3 % de Serbes, 30,7 % de musulmans et 24 % de Croate (...)
  • 47 Garde, op. cit., p. 89.

26Après 1945, la Yougoslavie allait revivre sous la houlette de l’ancien chef des partisans, Tito. Cet Etat communiste, initialement satellite de l’URSS, est exclu en 1948 du Kominform après la rupture entre Tito et Staline. Dès lors la Yougoslavie s’engage sur une voie originale, se faisant l’apôtre du non-alignement et se rapprochant avec les pays en voie de développement. Elle n’en reste pas moins un Etat communiste, avec ses caractéristiques et ses travers, dont un appareil étatique tout-puissant et le culte du chef de l’Etat. Celui-ci, né à Zagreb, de mère slovène et de père croate, souhaitait ne pas reproduire les tensions nationalistes qu’avait connues la Yougoslavie de l’entre-deux-guerres et éviter la domination des Serbes dans le nouvel Etat. Ce dernier fut donc constitué selon un principe fédéral associant six Républiques : la Slovénie, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, la Serbie, le Monténégro et la Macédoine. La Serbie était en outre dotée de deux provinces autonomes, le Kosovo et la Voïvodine peuplés, l’un en majorité d’Albanais, l’autre d’une forte minorité hongroise. Ces deux territoires devaient acquérir au fil des années et à mesure de la décentralisation de la Fédération un statut très proche de celui des Républiques45. La Constitution de 1946 reconnaissait cinq nations constituantes, correspondant aux cinq peuples sud-slaves (Croates, Macédoniens, Monténégrins, Serbes et Slovènes), une multitude de nationalités et trois langues officielles. Cette structure fédérale impliquait deux modifications importantes par rapport à la période précédente : tout d’abord, la multitude nationale de la Yougoslavie n’était plus taboue, puisque la cohésion de l’Etat passait avant tout par le Parti communiste et Tito. Ensuite, la Serbie perdait effectivement sa capacité à influer sur le fonctionnement de l’Etat (elle ne représentait en réalité plus qu’une voix sur six, voire huit dans les domaines où pouvaient se prononcer les provinces autonomes). Les Républiques ne constituaient cependant pas des ensembles nationaux cohérents, chacune contenant en son sein plusieurs nations ou nationalités. La palme en ce domaine revenait à la Bosnie-Herzégovine, dont une des communautés principales (les musulmans) n’était pas reconnue comme une nation et où vivaient deux autres peuples très fortement représentés46. A l’inverse, les Serbes, disséminés dans des proportions variables sur sept des huit entités yougoslaves, constituaient la population la plus largement dispersée sur l’ensemble du territoire yougoslave47.

  • 48 Bougarel, op. cit., annexe I, p. 140.
  • 49 Noel Malcom souligne ainsi que la plupart des diplomates en poste dans les Etats arabes ou en Indon (...)
  • 50 Le recensement de 1971 mentionne, pour la première fois, la catégorie nationale des Musulmans – et (...)
  • 51 Le recensement de 1981 voit ainsi une nouvelle poussée des « Yougoslaves » (7,9 %), qui témoigne de (...)
  • 52 Xavier Bougarel (op. cit., p. 87) note cependant que ce nombre, en terme relatif, n’est pas aussi i (...)

27Les relations entre les communautés bosniennes furent modifiées au cours de la période titiste par deux grands ensembles de facteurs : la politique des nationalités de Tito et la modernisation du pays et son urbanisation. En 1946, les musulmans ne comptaient pas parmi les nations constituantes de l’Etat ; ils n’étaient cependant pas non plus considérés comme Serbes ou Croates et apparaissent pour la plupart dans les recensements de 1948 et 1953 dans la catégorie « indéterminés » ou « yougoslaves indéterminés »48. Cette situation devait évoluer au cours des années 1960. Bien que résolument opposé à toute forme d’identification religieuse par ses convictions socialistes, Tito ne pouvait en effet négliger l’avantage que constituait l’existence d’une communauté musulmane sur son territoire dans ses rapports avec les Etats musulmans, notamment avec l’Egypte de Nasser ou l’Indonésie de Sukarno49. Dès 1961, la catégorie « Musulmans (appartenance ethnique) » apparaît dans le recensement ; en 1963, ils sont mentionnés dans le préambule de la Constitution et en 1968 la nation musulmane est reconnue au même titre que les cinq nations désignées en 194650. Dès lors, il devient courant de se référer aux Musulmans (avec une majuscule) lorsque la nation est considérée et aux musulmans (minuscule) quand il s’agit de la religion. Parallèlement à cette reconnaissance « séculaire » de la communauté musulmane, une autre tendance se développe en Bosnie avec la modernisation du pays et surtout son urbanisation croissante. A partir de la décennie soixante-dix, l’identification communautaire tend à s’estomper, notamment dans les villes où les populations se mélangent de plus en plus et prêtent de moins en moins d’attention à ces critères de distinction51. A la même époque, le nombre de mariages mixtes augmente en termes absolus52. Ce phénomène reste cependant principalement urbain et propre à la population instruite et, s’il ne doit pas être nié, il ne doit pas non plus être exagéré pour faire de la Bosnie d’alors le symbole d’un mélange de communautés indifférenciables. Dans les campagnes notamment, les appartenances communautaires restent toujours vivaces. Ces décennies pourraient en quelque sorte être caractérisées comme une période de relative tolérance et de cohabitation harmonieuse, les centres d’intérêt principaux de la majorité de la population n’étant plus les questions nationales, mais plutôt les questions économiques, sociales ou encore culturelles.

3. La marche à la guerre

a. Partis nationalistes et élections en Bosnie

  • 53 Sur la montée des nationalismes en ex-Yougoslavie et les origines du conflit, de nombreuses études (...)
  • 54 SDA : Parti d’action démocratique ; SDS : Parti démocratique serbe ; HDZ : Communauté démocratique (...)
  • 55 Un sondage publié par l’hebdomadaire croate Danas évalue à 74 % la part de la population bosnienne (...)
  • 56 Au sein du parlement, 86 sièges revinrent au SDA, 71 au SDS, 44 au HDZ, 20 aux (ex)-communistes et (...)

28Cependant, c’est précisément la détérioration de la situation économique et sociale à la fin des années 1980 qui suscitera un regain des tensions communautaires. Mais ce n’est pas en Bosnie-Herzégovine que ce mouvement naît, ni se développe. A l’origine des conflits de 1991-1995 se trouvent deux nationalismes, exacerbés par la crise politique et économique que connaît la Yougoslavie depuis la mort de Tito en 1980. Le nationalisme serbe, tout d’abord, dont Slobodan Milošević ranime les braises et qu’il utilise pour entraîner ses co-nationaux dans une intolérance grandissante, seulement égalée par une paranoïa croissante. Le nationalisme croate ensuite, dont Franjo Tudjman et son parti politique, le HDZ (Communauté démocratique croate), reprennent le flambeau avec un ultime objectif, la séparation de la Croatie et de la Yougoslavie53. La Bosnie-Herzégovine reste dans un premier temps relativement à l’écart de cette nouvelle polarisation nationaliste, pour des raisons auxquelles n’est certainement pas étrangère la structure « multinationale » de la république : en 1991, celle-ci était composée de 43,7 % de Musulmans, de 31,4 % de Serbes et de 17,3 % de Croates (sans oublier 5,5 % de Yougoslaves et 2,1 % d’« autres »). Mais le phénomène d’identification communautaire, largement alimenté par des campagnes de propagande en Serbie et en Croatie, gagne progressivement la Bosnie également. Lors des premières élections libres de décembre 1990, les partis politiques se forment selon des critères communautaires : ainsi naît un parti « musulman », le SDA de Alija Izetbegović, un parti « serbe », le SDS de Radovan Karadžić, et un parti « croate », le HDZ dirigé à l’époque par Stjepan Kljuić (relativement modéré, ce dernier sera par la suite remplacé par l’Herzégovinien Mate Boban)54. Il est à noter que ces deux derniers partis sont constitués sur le modèle de ceux du même nom existant déjà en Croatie, où le SDS avait été créé par les Serbes sécessionnistes de la région de Knin. Si l’existence de ces trois formations témoigne du développement des réflexes sécuritaires au sein de la société bosnienne, il ne faut cependant pas considérer que la Bosnie était alors déjà divisée en communautés irréconciliables. Une majorité de citoyens avait d’ailleurs exprimé son refus de voir la vie politique s’organiser selon des lignes « ethno-nationales » à l’occasion d’un sondage publié quelque temps auparavant, craignant sans doute de voir la république fragilisée par une telle structure55. En réalité, loin de s’opposer directement, ces partis ne se concurrençaient initialement pas véritablement du fait de leur caractère mono-communautaire et avaient au contraire conclu une alliance électorale. Leur victoire commune est ainsi au moins autant révélatrice de l’absence d’une opposition démocratique crédible face aux communistes, alors en perte de vitesse, que de la montée en puissance du nationalisme. Ayant remporté la majorité des suffrages, HDZ, SDA et SDS formèrent un gouvernement de coalition et se partagèrent les postes clés du pays : A. Izetbegović (SDA) devint « président de la présidence », M. Krajišnik (SDS), président du parlement et J. Pelivan (HDZ), premier ministre56. Les différents ministères furent répartis selon des critères de nationalité pour former un gouvernement d’unité nationale. Celle-ci n’allait cependant pas résister à la dissolution de la Fédération yougoslave, à l’éclatement des conflits en Slovénie et en Croatie, ainsi qu’à l’attitude de plus en plus ouvertement provocatrice des Serbes de Bosnie-Herzégovine.

b. Les conflits slovène et croate

  • 57 Constitution de la République de Croatie, promulguée le 22 décembre 1990, Partie I, « Historical Fo (...)
  • 58 En mars 1991, des autonomistes serbes tentent de « prendre » le parc national de Plitvice : F. Tudj (...)

29Dès 1990, de dangereux signaux apparaissent du côté de la Croatie : à la suite de la victoire électorale du HDZ et de Franjo Tudjman, les Serbes de la région de Knin s’organisent pour résister au nouveau régime, notamment en créant des milices armées. Les nationalistes croates multiplient aussi les provocations, réhabilitant le drapeau à damier, utilisé depuis des siècles par les Croates mais de dernière date symbole du régime oustachi et marginalisant l’alphabet cyrillique, essentiellement utilisé par les Serbes. Surtout, la Croatie devient l’« Etat national de la nation croate » et les non-Croates qui y vivent – dont les Serbes – bien que citoyens égaux en droit, ne sont donc pas reconnus comme membres de la nation constituante57. Ces provocations – certains diront maladresses – vont nourrir la propagande serbe, prête à fustiger le nouveau gouvernement croate à toute occasion et à en caractériser les actions par l’adjectif « oustachi ». La situation se durcit au début de 1991 et les accrochages meurtriers se multiplient entre la police croate et les autonomistes serbes dès avant la déclaration d’indépendance de la Croatie58. Cet activisme des Serbes de Croatie n’est pas sans influence sur leurs voisins de Bosnie : ainsi, on l’a vu, le SDS de R. Karadžić s’inspire de celui né à Knin et la notion de « régions autonomes serbes », inventée en Krajina croate, va aussi faire des adeptes en Bosnie-Herzégovine.

  • 59 La Slovénie, la république la plus riche et la plus homogène de la Fédération yougoslave, ne voyait (...)
  • 60 En décembre 1990 et en mai 1991 des référendums avaient été organisés respectivement en Slovénie et (...)
  • 61 Le système de défense yougoslave était organisé selon deux grands axes. D’une part, la JNA, armée « (...)

30Dans le même temps, les Slovènes se débattent aussi pour sortir de la Fédération yougoslave, dont les institutions sont alors en pleine déliquescence59. Le paroxysme de la crise institutionnelle survient en mai 1991, lorsque les membres serbes refusent d’accepter la nomination du Croate Stipe Mesić au poste de la présidence fédérale tournante, qui revenait pourtant à la Croatie. Slovénie et Croatie saisissent alors l’occasion et déclarent unilatéralement leur indépendance le 25 juin suivant60. La Constitution ne reconnaissant cependant qu’un droit formel de sécession aux républiques, les troupes de la JNA (Jugoslovenska narodna armija, armée populaire yougoslave) entrent en Slovénie le surlendemain, officiellement pour défendre l’intégrité territoriale de la Yougoslavie61. La guerre dans ce pays serait pourtant courte, démontrant que S. Milošević, défenseur officiel de l’unité yougoslave, était surtout le champion officieux de la grande Serbie et n’avait pas véritablement d’intérêts vitaux à défendre dans cette république quasiment dépourvue de Serbes. Dix jours plus tard, les chars de la JNA entamaient leur retrait de Slovénie, laquelle pouvait dès lors poursuivre sans plus d’entrave son chemin vers l’indépendance et à terme l’intégration européenne.

  • 62 Les rapporteurs de la Commission d’experts chargée par le Conseil de sécurité de recueillir et d’an (...)
  • 63 S/1994/674, op. cit., notes 25 et 26, p. 79.
  • 64 Pour une « définition » du nettoyage ethnique, cf. S/1994/674, op. cit., et plus particulièrement l (...)

31Le scénario fut tout autre en Croatie où s’engagea, à partir d’août-septembre 1991, un conflit long et meurtrier, opposant aux autorités croates les Serbes des « régions autonomes », lesquels étaient soutenus à la fois par la JNA et par des milices pour la plupart venues de Serbie. Parmi les caractéristiques du conflit croate, dont nombre devaient par la suite se reproduire en Bosnie, figure le recours massif à des forces irrégulières, constituées de mercenaires, voire de criminels, et agissant en complément et la plupart du temps indépendamment, mais non sans coordination ni contact, des armées régulières62. L’une des premières de ces forces « spéciales » fut celle dite des « Tigres » de Željko Ražnatović, alias Arkan, citoyen yougoslave recherché par Interpol dès avant le conflit pour divers crimes (et notamment des assassinats politiques). Un autre groupe allait apparaître à la même époque, les « Tchetniks » de Vojislav Sešelj, adeptes de pratiques analogues63. Le nettoyage ethnique, méthode de prédilection de ces groupuscules, fit alors sa (ré)apparition en territoire croate, avant de s’exporter en Bosnie. Kijevo, en Krajina, fut ainsi en août 1991 l’un des premiers villages à subir ces pratiques criminelles, consistant à vider une ville ou une région d’une partie de sa population, sous le prétexte qu’elle n’appartient pas à la « bonne » communauté. Pour ce faire, des procédés parfaitement étrangers aux règles de la guerre sont mis en œuvre, qui vont de l’intimidation des civils aux assassinats les plus sauvages, en passant par l’incarcération, les bombardements, la destruction des symboles culturels et le viol64. Les habitants de la ville de Vukovar, en Slavonie orientale, comptent aussi parmi les premières victimes de ces méthodes. Après avoir été assiégée pendant trois mois par la JNA, la ville tomba le 20 novembre 1991 et fut livrée aux « Tigres » d’Arkan qui y accomplirent leur basse besogne, avant de se retirer en Bosnie poursuivre leur tâche.

c. La Bosnie déchirée

  • 65 Au total, six régions autonomes serbes seront instituées entre septembre et novembre 1991.
  • 66 Thompson, op. cit., p. 207.
  • 67 Demandes formulées lors du Congrès du SDA du 30 novembre 1991, cf. Silber & Little, op. cit., p. 21 (...)

32En Bosnie, l’indépendance de la Slovénie et de la Croatie et les événements qui suivirent allaient fournir aux dirigeants nationalistes serbes le prétexte qu’ils attendaient pour déclencher à leur tour les hostilités. En septembre 1991, les quatre « régions autonomes serbes » qui avaient été proclamées dans le nord et l’est de la Bosnie sollicitent la protection de la JNA, qui se déploie immédiatement en divers endroits du pays, délimitant de fait un « territoire serbe »65. Au cours de la même période, les Serbes de Bosnie sont armés et soumis à une active propagande, destinée à générer un sentiment d’insécurité et de terreur au sein de la population. Pour plus de résultat, les médias sont confisqués par la JNA dès l’été 1991 : le premier relais-TV à être saisi et reprogrammé le 1er août 1991 pour diffuser la télévision de Belgrade est celui de Kozara, qui couvrait le nord-ouest du pays (et les villes de Banja Luka, Prijedor, Sanski Most). En six mois, cinq relais sur les onze que comptait la Bosnie furent ainsi confisqués et à la veille de l’indépendance en avril 1992, le gouvernement n’émettait plus que sur la moitié de son territoire66. Sur la scène politique, les tensions montent aussi dès l’automne 1991, alors que les Bosniens hésitent encore entre l’indépendance – et les risques de guerre subséquents – et le maintien au sein de la Fédération yougoslave – et la menace d’être alors dominés par une Serbie toute-puissante. De par sa structure démographique, la Bosnie ne pouvait en effet que se trouver dans une impasse dès lors qu’un conflit ouvert opposait Serbes et Croates à ses frontières. Et c’est ce qu’avaient bien compris les dirigeants du SDA, qui tout en demandant la reconnaissance des six républiques yougoslaves, sollicitaient l’envoi de « casques bleus » sur leur propre territoire67.

  • 68 Bougarel, Bosnie, anatomie d’un conflit, op. cit., p. 10 – les versions de cette citation varient l (...)

33La coalition gouvernementale vole en éclats à l’initiative du SDS dans la nuit du 14 au 15 octobre 1991, au cours d’une houleuse session parlementaire où les députés du SDA et du HDZ proposent de voter une déclaration sur la souveraineté de la Bosnie. Les membres du SDS, opposés à toute tentative de sortir du giron yougoslave, quittent la séance, non sans que R. Karadžić ait auparavant formulé sa première menace à l’égard de ses concitoyens : « La voie que vous avez choisie est la même autoroute qui a mené la Croatie en enfer, à ceci près que cet enfer de la guerre serait plus grave encore en Bosnie-Herzégovine et que la nation musulmane pourrait y disparaître »68. Le 20 décembre suivant, ignorant cette mise en garde, la présidence vote (à l’exception des deux délégués serbes) sa demande de reconnaissance auprès de l’Union européenne – qui vient d’accepter de reconnaître les indépendances croate et slovène. La confrontation avec la partie serbe semble dès lors irrémédiable.

Conclusion

  • 69 D’aucuns considèrent même que la visite à Belgrade en juin 1991 de James Baker, alors secrétaire d’ (...)

34Il apparaît ainsi, à l’issue de ce bref rappel historique, qu’imputer le déclenchement du conflit à une « impossible cohabitation » entre des communautés bosniennes pétries de « haines ethniques ancestrales » relève au mieux de l’ignorance, au pire de la manipulation idéologique. Les origines de la guerre meurtrière et destructrice qui débuta « officiellement » en avril 1992 sont beaucoup plus complexes et puisent à différentes sources, étroitement mêlées : parmi elles, la destruction de l’idéal yougoslave et la faillite du système économique associé, la dissolution subséquente de la fédération yougoslave, la montée des nationalismes serbe et croate et surtout des ambitions territoriales grand-serbes et grand-croates, l’éclatement de la guerre en Croatie, et enfin la sécession des Serbes de Bosnie, appuyés par l’armée « yougoslave ». Le rôle particulièrement trouble joué par Belgrade et Zagreb, dont les dirigeants n’ont pas hésité à planifier le dépeçage de la Bosnie dès 1991, doit aussi être apprécié à sa juste valeur, et même, s’agissant de S. Milošević, figurer parmi les causes premières du conflit. En outre, les réactions pour le moins inadaptées des Occidentaux, tardant à comprendre les enjeux de la dissolution de la fédération, reconnaissant ensuite hâtivement les nouvelles républiques, mais privant la Bosnie de moyens de défense (par le truchement de l’embargo sur les armes) tout en faisant la sourde oreille aux demandes de déploiement préventif formulées par A. Izetbegović, ont certainement contribué à accélérer la spirale de la violence, jusqu’à ce que celle-ci atteigne le pays de plein fouet en 199269. Ce n’est ainsi pas une coïncidence si le déclenchement officiel des hostilités en Bosnie eut lieu le jour même de la reconnaissance par l’Union européenne de l’indépendance du pays : le prétexte apparent fut immédiatement saisi par les sécessionnistes de Pale et derrière eux, par S. Milošević, passé maître dans l’art des faux-semblants et de la manipulation des faits. Cependant, si cette guerre fut en grande partie « importée » en Bosnie, notamment pour servir les intérêts politiques des régimes en place à Belgrade et Zagreb, elle n’en prit pas moins racine parmi les Bosniens eux-mêmes. Les partis nationalistes censés les représenter (le HDZ et le SDS en premier lieu, mais aussi, quoique dans une moindre mesure, le SDA) parvinrent à générer la crainte, un sentiment qui précède bien souvent la haine, en exploitant les différences communautaires (réelles, bien que tendant parfois à s’estomper) marquant la société. Soumis à une propagande intense, les citoyens s’alignèrent progressivement (mais non sans résistance) sur les positions de leurs « représentants » et, bien que souvent persuadés de n’agir qu’en vertu du principe de légitime défense, contribuèrent ainsi, eux aussi, à la marche à la guerre.

Notes

1 Noel Malcom, Bosnia : A Short Story, Papermac, London, 1996 (New Edition), pp. 2-6 et Paul Garde, Vie et mort de la Yougoslavie, Fayard, Paris, 1992, p. 22.

2 Malcom, op. cit., p. 8 (notre traduction). Cf. aussi Tim Judah, The Serbs : History, Myth and Destruction of Yugoslavia, Yale University Press, New Haven, 1997, p. 8.

3 La Bosnie-Herzégovine actuelle est formée de deux régions géographiques, la Bosnie au nord, montagneuse et arrosée, et l’Herzégovine au sud, plus aride et méditerranéenne.

4 Le mouvement bogomile est une hérésie qui s’est développée en Bulgarie, à peu près au même moment que d’autres sectes du même ordre en Cathare et Lombardie. Dénoncés par l’Eglise catholique pour professer le manichéisme (théologie dualiste accordant à Satan, Dieu du mal, un pouvoir quasi aussi important qu’à Dieu ; le monde visible notamment était considéré comme une création de Satan), les Bogomiles prônaient une existence « pure », ascétique, pour se libérer de l’emprise du mal et rejetaient le baptême et le symbolisme de la croix comme de fausses croyances.

5 Le terme « Patarin » était utilisé par les membres du clergé romain pour désigner les pratiques hérétiques de Bosnie ; il semblerait d’ailleurs que les auteurs des textes les mentionnant n’aient eu qu’une connaissance superficielle de ces pratiques et aient tiré une sonnette d’alarme en se basant sur de lointaines rumeurs propagées par les Franciscains installés en Herzégovine, soucieux de venir à bout de l’Eglise de Bosnie. Cf. Malcom, op. cit., pp. 39-40.

6 A partir du xive siècle, l’offensive de l’Eglise catholique pour défaire l’Eglise de Bosnie se fait plus vigoureuse et de nombreuses conversions affaiblissent durablement cette dernière ; Noel Malcom estime qu’en 1463, à la veille de la conquête ottomane, il ne reste plus que quelques dizaines de membres « irréductibles », Malcom, op. cit., pp. 41-42.

7 Malcom, op.cit., chapitre 3, « The Bosnian Church » ; Garde, op. cit., pp. 188-191 ; judah, op. cit., p. 81.

8 Cette bataille, qui constitue l’un des mythes du nationalisme serbe, fut largement utilisée par Slobodan Milošević pour galvaniser le sentiment national serbe à partir de la fin des années 1980.

9 Georges Castellan, Histoire des Balkans, Fayard, Paris, 1991, pp. 21-22.

10 Judah, op. cit., pp. 9-11 et Malcom, op. cit., chapitre 6, « Serbs and Vlachs », pp. 70-81.

11 Judah, op. cit., pp. 13-16.

12 Tim Judah précise que les Valaques sont aussi probablement les ancêtres d’un certain nombre de Croates – ou catholiques de Bosnie, Judah, op. cit., p. 11.

13 La terre (Timar) est dès lors la propriété du Sultan, qui en confie la gestion à des Timariots en échange de leur participation à l’armée (ils deviennent des Spahis, guerriers). La seule condition à remplir pour devenir Timariot est militaire : il faut se mettre au service de l’armée du Sultan plusieurs mois par an ; les autres, qu’ils soient chrétiens, juifs ou musulmans, sont employés comme paysans, tenus de payer une taxe (travail et argent) au Timariot. Les paysans ne sont cependant pas soumis à d’autres devoirs envers le Timariot (ce dernier n’a en particulier pas de pouvoir juridique sur les serfs). Cf. Malcom, op. cit., pp. 47-48.

14 Malcom, op. cit., note 6, p. 53, chiffres issus des registres de taxes ottomans.

15 Malcom, op. cit., chapter 5, « The Islamization of Bosnia », pp. 51-69 ; Castellan, op. cit., pp. 121-122 ; Garde, op. cit., p. 33.

16 Malcom, op. cit., p. 63.

17 Les mêmes expressions connurent un regain de popularité lorsque le conflit du Kosovo fut placé au cœur de l’attention médiatique lors de la campagne de bombardements menée par l’OTAN entre mars et juin 1999.

18 Cité par William Cohen, sénateur du Maine, devant le Comité des services armés du Sénat, 17 octobre 1995 (ín Richard Holbrooke, To End a War, Random House, New York, 1998, note 1, p. 23) ; cf. aussi Laura Silber & Allan Little, The Death of Yugoslavia, Penguin Books, BBC Books, London, 1996 (revised edition), p. 287. En mai 1999, dans le contexte de la crise du Kosovo, Bill Clinton reconnut s’être trompé dans ses jugements sur les peuples des Balkans : cf. discours du 14 mai 1999 devant un groupe d’anciens combattants, retranscrit par le New York Times, www.nytimes.com/library/wor...ope/051499kosvo-clinton-text.html.

19 Cf. Xavier Bougarel, Bosnie, Anatomie d’un conflit, La Découverte, Paris, 1996, pp. 27-28 ; Peter F. Sugar, Southeastern Europe under Ottoman Rule, 1354-1804, University of Washington Press, Seattle, 1977, pp. 43-59.

20 Bolgarel, op. cit., chapitre 3, « Bon voisinage et crime intime », pp. 81-100.

21 Ivo Andric, Le Pont sur la Drina, Belfond, Paris, 1994, 395 p.

22 Sugar, op. cit., pp. 55-59.

23 Idem. P. Sugar précise qu’aucune étude n’a encore été faite pour évaluer les conséquences démographiques de ce système, mais que celles-ci ne font guère de doutes.

24 Andric, op. cit., p. 22. Notons cependant que I. Andrić, qui vécut de 1892 à 1975, fait aussi allusion dans le même ouvrage aux avantages que pouvaient retirer les populations locales du système, puisque le pont, « personnage principal » de l’histoire, est justement construit par un Vizir qui faisait partie d’un des convois d’enfants et qui souhaite par là démontrer son attachement à sa terre d’origine.

25 Bougarel, op. cit., pp. 27-28.

26 Malcom, op. cit., pp. 130-133.

27 Malcom, op. cit., p. 127 ; Judah, op. cit., pp. 61-62.

28 Une pétition fut ainsi adressée au Sultan par les chrétiens en 1851, réclamant la parité des juges musulmans et chrétiens, l’égalité devant la loi et l’abolition des taxes imposées aux chrétiens à la place du service militaire ; cf. Malcom, op. cit., p. 125.

29 Castellan, op. cit., p. 350.

30 Castellan, op. cit., pp. 347-350.

31 Idem. Cf. aussi Malcom, op.cit., pp. 140-141.

32 Noel Malcom (idem, pp. 139-140) note qu’il est très difficile d’évaluer le nombre exact d’exilés ; il retient pour sa part le chiffre de 100 000, musulmans et orthodoxes confondus. Selon lui, les raisons en sont multiples et il ne faut pas exclure, pour les musulmans, la crainte de représailles pour leurs actions contre les chrétiens au cours des années précédentes ou la volonté, pour les orthodoxes, d’échapper à des conditions économiques de plus en plus difficiles.

33 Cf. le Recensement officiel du 31 janvier 1921, cité par Castellan, op. cit., p. 410.

34 Malcom, op. cit., pp. 156 et 162.

35 Mouvement fasciste prônant le renouveau national croate.

36 Malcom, op. cit., p. 176

37 Malcom, idem.

38 Judah, op. cit., p. 127.

39 L’estimation du nombre total de victimes a fait l’objet de diverses polémiques, mais Paul Garde cite deux études (l’une effectuée par un Serbe, l’autre par un Croate) dont les chiffres sont comparables et lui semblent raisonnables (ces chiffres comprennent aussi les morts au combat ; le nombre total des victimes des massacres mêmes est donc légèrement inférieur). Noel Malcom quant à lui cite un pourcentage très inférieur (7,3 %) mais pour les Serbes de Bosnie seulement. Cf. Garde, op. cit., p. 78 et Malcom, op. cit., p. 192. (L’estimation de la population de la NDH est donnée par Malcom, op. cit., p. 176.)

40 Malcom, op. cit., p. 176.

41 Judah, op. cit., p. 118.

42 Le général McLean, envoyé par W. Churchill auprès de Tito en 1943, résume ainsi sa mission : « Ma tâche consistait donc simplement à dire au gouvernement quels hommes, en Yougoslavie, tuaient le plus d’Allemands et à indiquer par quels moyens nous pourrions les aider à en tuer davantage », F. McLean, Diplomate et Franc-tireur, Paris, Gallimard, p. 260, cité in Garde, op. cit., p. 74.

43 Garde, op.cit., pp. 82-83.

44 Xavier Bougarel note en outre que le mouvement de Tito a permis de reconstituer la communauté bosnienne mise à mal par les décennies précédentes et de « rétablir les rapports communautaires traditionnels de la société bosniaque », op. cit., p. 36.

45 La Constitution de 1974, considérée comme le point d’orgue de ce mouvement de décentralisation, leur accordait ainsi le droit de promulguer leurs propres constitutions, tout en reprenant par ailleurs des amendements datant de 1971 et qui leur reconnaissaient des prérogatives similaires à celles des républiques dans la plupart des domaines économiques et politiques. Cf. Noel Malcom, Kosovo, A Short History, Papermac, London, 1998, p. 327.

46 Le recensement de 1948 dénombrait en Bosnie 44,3 % de Serbes, 30,7 % de musulmans et 24 % de Croates. Statistiques citées dans Bougarel, op. cit., annexe I, p. 141.

47 Garde, op. cit., p. 89.

48 Bougarel, op. cit., annexe I, p. 140.

49 Noel Malcom souligne ainsi que la plupart des diplomates en poste dans les Etats arabes ou en Indonésie étaient musulmans d’origine, même si bien souvent ils ne pratiquaient plus leur religion, Bosnia, a Short History, op. cit., pp. 196-197.

50 Le recensement de 1971 mentionne, pour la première fois, la catégorie nationale des Musulmans – et indique en conséquence une forte diminution du pourcentage de « Yougoslaves » en Bosnie-Herzégovine (de 8,4 % en 1961 à 1,2 % en 1971) ; statistiques citées dans Bougarel, op. cit., annexe I, p. 141.

51 Le recensement de 1981 voit ainsi une nouvelle poussée des « Yougoslaves » (7,9 %), qui témoigne de cette relativisation des appartenances communautaires ; statistiques citées dans Bougarel, op. cit., annexe I, p. 141.

52 Xavier Bougarel (op. cit., p. 87) note cependant que ce nombre, en terme relatif, n’est pas aussi important en Bosnie que dans le reste de la Yougoslavie et révèle une permanence plus forte des barrières communautaires.

53 Sur la montée des nationalismes en ex-Yougoslavie et les origines du conflit, de nombreuses études détaillées ont été faites ; cf. entre autres : Silber & Little, op. cit. ; Malcom, Bosnia, op. cit., chapitre 15 ; Garde, op. cit., troisième partie.

54 SDA : Parti d’action démocratique ; SDS : Parti démocratique serbe ; HDZ : Communauté démocratique croate.

55 Un sondage publié par l’hebdomadaire croate Danas évalue à 74 % la part de la population bosnienne favorable à l’interdiction des partis communautaires, in Bougarel, op. cit., p. 88, note 10.

56 Au sein du parlement, 86 sièges revinrent au SDA, 71 au SDS, 44 au HDZ, 20 aux (ex)-communistes et 12 aux réformistes d’A. Marković (et 7 aux « autres »), cf. Xavier Bougarel, « Bosnie-Herzégovine : Anatomie d’une poudrière », Hérodote, no 67, 4e trimestre 1992, tableau XXVIII, p. 140.

57 Constitution de la République de Croatie, promulguée le 22 décembre 1990, Partie I, « Historical Foundations ».

58 En mars 1991, des autonomistes serbes tentent de « prendre » le parc national de Plitvice : F. Tudjman ordonne alors à l’armée croate d’occuper les lieux ; les milices serbes multiplient par ailleurs les provocations dans les villages de Krajina et de Slavonie et la répression de la police croate nourrit les rangs de la « résistance serbe ». Cf. Malсом, op. cit., pp. 216-217, ou encore Mark Thompson, Forging War – The Media in Serbia, Croatia and Bosnia-Hercegovina, Article 19, International Centre against Censorship, UK, 1994, pp. 75-78.

59 La Slovénie, la république la plus riche et la plus homogène de la Fédération yougoslave, ne voyait plus guère d’intérêt à se maintenir au sein d’un Etat qui ne parvenait, ni économiquement, ni politiquement, à effectuer la transition du communisme à la démocratie et à l’économie de marché.

60 En décembre 1990 et en mai 1991 des référendums avaient été organisés respectivement en Slovénie et en Croatie : 89 % des électeurs slovènes et 92 % des Croates s’étant exprimés à ces occasions s’étaient déclarés favorables à l’indépendance.

61 Le système de défense yougoslave était organisé selon deux grands axes. D’une part, la JNA, armée « traditionnelle » et dont S. Milosević avait réussi à faire son alliée principale : non seulement parce que les Serbes étaient les plus nombreux parmi les officiers (jusqu’à 60 % selon un hebdomadaire slovène, cité par Christopher Bennett, Yugoslavia’s Bloody Collapse, p. 134, note 20), mais aussi parce que l’Etat-major n’avait aucun intérêt à la dissolution de la fédération, sans laquelle sa position privilégiée risquait de s’estomper. D’autre part, chaque république disposait d’unités de défense territoriale, commandées par des généraux à la retraite et censées constituer des réservoirs pour la JNA en cas de conflit. Celles-ci avaient été désarmées en Slovénie et en Croatie en 1990 mais pas en Bosnie (Silber & Little, op. cit., pp. 106-107).

62 Les rapporteurs de la Commission d’experts chargée par le Conseil de sécurité de recueillir et d’analyser des informations sur les violations du droit humanitaire commises au cours du conflit notent à leur propos : « le nettoyage ethnique est souvent exécuté par des “forces spéciales”. Ces forces semblent être soutenues, équipées et approvisionnées par les gouvernements qu’elles servent et sont autorisées à agir sans en référer aux autorités légitimes », cf. S/1994/674, 27 mai 1994, Rapport final de la Commission d’experts constituée conformément à la résolution 780 (1992) du Conseil de sécurité, para. 141.

63 S/1994/674, op. cit., notes 25 et 26, p. 79.

64 Pour une « définition » du nettoyage ethnique, cf. S/1994/674, op. cit., et plus particulièrement les para. 129-150.

65 Au total, six régions autonomes serbes seront instituées entre septembre et novembre 1991.

66 Thompson, op. cit., p. 207.

67 Demandes formulées lors du Congrès du SDA du 30 novembre 1991, cf. Silber & Little, op. cit., p. 216.

68 Bougarel, Bosnie, anatomie d’un conflit, op. cit., p. 10 – les versions de cette citation varient légèrement dans la forme selon les sources : cf. aussi Unfinished Peace, Report of the International Commission on the Balkans, Carnegie Endowment for International Peace, Aspen Institute, Washington, p. 34 et Silber & Little, op. cit., p. 215.

69 D’aucuns considèrent même que la visite à Belgrade en juin 1991 de James Baker, alors secrétaire d’Etat, qui se prononça en faveur de l’unité et de l’intégrité territoriale de la fédération, fut interprétée par S. Milošević comme un encouragement à l’action, cf. Mudry, op. cit., p. 363.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search