Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géopolitique de la nouvelle Asie centrale

 | 
Mohammad-Reza Djalili
, 
Thierry Kellner

Conclusion

Texte intégral

1L’émergence de l’Asie centrale sur la scène internationale, à la suite de l’effondrement de l’URSS, a entraîné une transformation géopolitique dont l’importance dépasse largement les limites territoriales des ex-républiques soviétiques de cette région. Telle est l’hypothèse principale sur laquelle se fonde toute la réflexion géopolitique de cet ouvrage. Cette hypothèse nous semble être confirmée par la réapparition de concepts spatiaux comme l’Eurasie, chers à certains géopoliticiens du xixe et du début du xxe siècle, concepts qui de nos jours reprennent une certaine vigueur. Parallèlement à la référence à l’Eurasie, il est à nouveau question d’Asie continentale, alors qu’il y a encore quelques années, lorsqu’on évoquait l’Asie, il s’agissait essentiellement de sa façade maritime. Mais aujourd’hui, l’Asie semble en quelque sorte se « compléter » en réintégrant son centre. Les liaisons terrestres transcontinentales redeviennent à nouveau réalisables. Ce n’est pas une péripétie banale. En effet, la fondation d’un État shi’ite en Perse, l’Empire safavide (1501-1722) avait déjà créé dès le xvie siècle une barrière entre l’Asie centrale et l’Asie occidentale. Ce siècle avait également vu le développement des communications maritimes entre l’Europe et l’Asie ce qui avait eu, entre autres conséquences, de marginaliser très progressivement les traditionnelles « routes de la soie ». Plus tard, la colonisation russe et surtout la création de l’Union soviétique avaient définitivement mis un terme aux interactions qui existaient entre diverses régions de l’Asie à travers les communications passant par le centre.

2Il y a un peu plus de dix ans, les choses ont tout d’un coup basculé. L’Union soviétique a implosé, laissant la place à des États qui, afin d’exister, devaient s’ouvrir sur le monde extérieur. Les flux, les échanges, les relations d’antan semblaient à nouveau possibles, mais un retour en arrière était à l’évidence hors de question. Le monde avait changé. Les États de la région, de construction récente, n’avaient presque plus rien à voir avec les khanats et émirats de jadis. Les pays voisins eux aussi n’étaient plus tout à fait les mêmes.

3Au moment des indépendances, deux perspectives contradictoires, eurent la faveur des observateurs. Il y avait d’abord les hypothèses fondées sur une vision optimiste et enthousiaste. Au Sud, et plus particulièrement dans le monde musulman, on saluait soit la fin de la « colonisation », soit la libération de l’une des dernières terres de l’islam restée sous le joug d’une puissance « chrétienne ». Les partis islamistes ont parié sur une rapide renaissance de l’islam dans une région qui, jadis, pour ce qui est de la Transoxiane, avait été l’un des foyers les plus actifs de l’orthodoxie musulmane avant d’être colonisée par les Russes et de devenir, par la suite, victime de l’athéisme bolchevique et de la laïcité soviétique. En Turquie, certains se prenaient à rêver d’un monde turc s’étendant des Balkans aux confins de la Chine, tandis que d’autres pariaient déjà sur la renaissance d’un pan-turquisme militant. En Iran, on s’enflammait à l’idée d’une renaissance d’un grand espace culturel iranien qui engloberait la Transoxiane, cet « Iran extérieur » avec lequel les Iraniens avaient développé une même langue, une même littérature et un art identique. Ces hypothèses enthousiastes, fondées sur des considérations historiques, ethniques et culturelles, avaient aussi leurs pendants économiques et stratégiques. Ces hypothèses se cristallisèrent bientôt sur une idée exclusive : de par ses réserves en hydrocarbures, le bassin de la Caspienne pouvait être comparé à la région du golfe Persique. De l’équation « mer Caspienne = golfe Persique », on tirait toutes les conséquences énergétiques, financières et géopolitiques qui pouvaient transformer l’économie mondiale et les rapports de force régionaux.

4Face à ces visions quelque peu exaltées, il avait aussi un courant sceptique dont la crainte majeure était la possible coïncidence des indépendances avec le développement des conflits armés inter-ethniques, territoriaux et séparatistes, entraînant des ingérences externes qui pouvaient aboutir à un embrasement généralisé de toute la région et finalement au chaos. L’autre menace était de type idéologique : la montée inexorable du fondamentalisme islamique qui devait à la fois remplir le vide idéologique laissé par la disparition du communisme et contribuer à la formation des nouvelles identités. Enfin une autre interrogation s’exprimait parfois concernant les nouveaux États : ces créations soviétiques plus ou moins artificielles, résisteraient-elles à la disparition de l’URSS ?

5Très rapidement, il est apparu que les spéculations optimistes comme les prévisions alarmistes étaient démesurées et devaient être revues à la baisse. Certes, il y a ici et là des germes de pan-turquisme, des groupes islamistes, des intellectuels qui veulent réanimer une culture ancestrale. Mais il y a peu de risques que ces facteurs transforment radicalement le profil de toute la région. Par ailleurs, le conflit du Tadjikistan reste à ce jour circonscrit et même si l’on ne peut écarter quelques affrontements, un conflit généralisé reste improbable. Quant aux États, dans l’ensemble, ils se sont maintenus dans leur espace artificiellement découpé, même si le Tadjikistan a été très fortement secoué par des tendances régionalistes. L’importance des réserves de la Caspienne a été aussi revue à la baisse et aujourd’hui, les estimations offrent un ordre de grandeur plus proche de celui de la mer du Nord que de celui du golfe Persique. En outre, la question de leur désenclavement reste posée.

6En fait, comme partout, les choses se sont déroulées sous une forme plus banale. Progressivement, par à coups et ajustements successifs, les nouvelles entités étatiques ont tenté de s’adapter, de s’inscrire au mieux de leurs intérêts dans le contexte mondial et dans leur environnement régional. Leurs partenaires aussi se sont adaptés à elles tout en évaluant les bénéfices qu’ils pouvaient tirer de leurs investissements économiques voire politiques et militaires. Ils ont ainsi calculé les risques qu’ils encouraient en s’engageant ou en s’abstenant d’intervenir dans tel ou tel autre domaine. Les grands projets politiques ont fait place à un tâtonnement prudent. De tout cela, ressort aujourd’hui une configuration inédite marquée par l’apparition d’acteurs nouveaux, par le développement de relations bilatérales et multilatérales originales, par l’éclatement de conflits plus ou moins limités dans des domaines jusqu’alors cachés, par l’arrêt des combats sans résolution véritable, par la découverte d’enjeux et de défis hier encore insoupçonnés.

7Du point de vue de la configuration générale, le changement le plus important est sans aucun doute la disparition de l’URSS. Certes, la nouvelle Russie, même très affaiblie, reste une puissance de premier ordre dans l’ensemble de la région centrasiatique ; mais elle n’est plus la seule. D’autres acteurs sont apparus, qui pendant des décennies n’avaient pas voix au chapitre en ce qui concerne les affaires d’Asie centrale. Parmi ceux-ci, quelques-uns (Chine, Iran, Inde) représentent d’anciens pôles impériaux qui, dans le passé avaient joué un rôle important dans la région. Mais d’autres sont des acteurs nouveaux ; parmi eux, les Etats-Unis occupent une place de choix. Washington, étant donnée l’importance de ses relations avec la Russie mais aussi avec la Chine, de part son rôle politique au Moyen-Orient, ses intérêts économiques et stratégiques pour toutes les ressources énergétiques et en tant que puissance mondiale, ne pouvait se désintéresser de cette région centrale de l’Asie. Dès lors, rien d’étonnant à ce que ce « nouvel » acteur soit devenu très rapidement l’un des principaux sur l’échiquier régional.

8A la nouveauté de la présence américaine, il faut ajouter un autre événement qui, dans son genre, est inédit : l’émergence d’un ensemble de nouveaux États indépendants autour de la mer Caspienne qui fait de cette région un nouvel espace stratégique, un enjeu économique, un pôle émergent des relations internationales. Tout autour se trame un entrelacs d’intérêts contradictoires, éclatent des luttes feutrées mais bien réelles, apparaissent parfois des voies de compromis, hélas suivies souvent de nouvelles divergences. Bref, la mer Caspienne, mer fermée, qui à l’exception de ses rivages méridionaux, a fait partie pendant deux siècles exclusivement du domaine russe puis soviétique, est devenue, en quelques années, une zone très convoitée, un nouvel enjeu international.

9Enfin, autre originalité, la naissance d’un ensemble politique, rapprochant, ou plus précisément pouvant rapprocher, des pays qui avaient toujours eu du mal à s’insérer dans des groupes déjà existants. Du temps de l’Union soviétique, les nouveaux Etats, étaient situés à la périphérie de l’URSS, l’Iran aux limites du Moyen-Orient et du Sous-continent indien, l’Afghanistan entre Union soviétique, Iran et Pakistan, la Turquie au bord de l’Europe et aux frontières du monde arabe. Désormais, de nouvelles possibilités d’ancrage, des reconfigurations inédites, s’offrent à une dizaine d’États. L’avenir dira s’ils saisissent, de manière profitable pour tous, cette occasion.

10Une des principales conséquences de l’effondrement de l’Union soviétique en Asie est donc l’apparition, au cœur même du continent, d’un nouvel espace situé à la confluence des influences chinoises, turques, iraniennes, indiennes et européennes. Cet espace, géographiquement et historiquement cohérent, comme nous l’avons plusieurs fois souligné dans les pages qui précèdent, est entré, d’une part, à nouveau en résonance avec son environnement géographique et historique et d’autre part, est devenu l’objet de rivalités et d’influences de grandes et moyennes puissances. S’il est difficile de tracer le profil de la région aujourd’hui, tant les choses se transforment rapidement, il est encore plus ardu de prévoir les perspectives, d’avenir. Ce qui semble néanmoins presque certain, c’est que la région, même si l’on se limite uniquement aux perspectives géopolitiques, n’est pas à l’abri de nouveaux bouleversements fondamentaux. Imaginez, par exemple, un changement dans les rapports irano-américains, une normalisation, même progressive des relations entre Washington et Téhéran. Les données stratégiques de l’ensemble de la région se modifient radicalement pour ainsi dire du jour au lendemain. Ici, sans doute un peu plus qu’ailleurs, s’impose une grande prudence dans les conclusions, et cela d’autant plus que, dans la géopolitique telle que nous la concevons ici, la politique prime sur la géographie, géographie qui change au gré du politique.

***

11En 1991, la fin de l’URSS et l’accession à l’indépendance des cinq États d’Asie centrale a modifié la configuration géopolitique de l’Eurasie. Dix ans plus tard, les événements tragiques du 11 septembre marquent un nouveau tournant, pratiquement aussi important que le passage au statut d’Etat indépendant, dans l’histoire des républiques d’Asie centrale. Cette nouvelle évolution illustre bien la volatilité de la situation dans cette partie du monde. Depuis le 11 septembre, l’attention des médias de la planète s’est fixée sur cette région et sur ses problèmes. Avec l’intervention américaine en Afghanistan et l’effondrement du régime des taliban, les enjeux politico-stratégiques en Asie centrale ont été, une fois de plus, considérablement modifiés. Ces changements aboutissent à d’importantes transformations qu’il est possible d’appréhender en les articulant autour de quatre axes principaux : géopolitique, économique, religieux, et concernant les droits de l’Homme.

12La pénétration américaine au cœur de l’Asie centrale et au Caucase (Géorgie) bouleverse le paysage géopolitique. Alors que ces dernières années, sur les plans politique et militaire, Washington semblait progressivement se désintéresser de l’Asie centrale, au profit d’un renouveau d’influence de la Russie et d’une pénétration politique et économique de la Chine notamment grâce à l’Organisation de coopération de Shanghai , cette tendance s’est brutalement inversée. La question se pose de savoir si le renouveau d’intérêt des États-Unis et de leurs alliés occidentaux, ainsi que leur présence militaire dans cette zone, seront temporaires ou si, au contraire, les Américains envisagent une implantation et un engagement politique à long terme. Au cas où Washington choisirait cette seconde option, c’est tout l’équilibre régional qui se trouverait transformé. Grâce à sa position géographique, l’Asie centrale offrirait aux Américains un plateau d’observation privilégié au cœur du continent eurasiatique. En choisissant de s’implanter dans cette zone stratégique unique arrière-cour de la Chine, de la Russie, mais aussi du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud , les États-Unis, puissance maritime inégalable, se doteraient de la capacité d’action sur la scène mondiale généralement réservée à la puissance continentale telle que l’imaginait Halford Mackinder. D’un point de vue géopolitique, Washington réaliserait en quelque sorte la synthèse entre les idées d’Alfred T. Mahan et celles de Mackinder. En ce sens, les États-Unis confirmeraient leur qualité d’hyperpuissance sans rivale. La percée stratégique de l’Amérique au cœur de l’Eurasie, si elle se confirme dans les mois à venir, constituera sans doute l’événement majeur de ce début de siècle en termes géopolitiques. Cette situation ne manque pas d’inquiéter les différentes puissances situées autour de cette région, au premier chef desquelles, la Chine voisine. L’Organisation de Coopération de Shanghaï, vecteur de l’influence de Pékin en Asie centrale, a été ébranlée par la pénétration des Américains dans cette région. Toutes les républiques d’Asie centrale ont renforcé leurs relations avec Washington, notamment dans le domaine de la sécurité, alors que l’Ouzbékistan est aujourd’hui devenu un « partenaire stratégique » des États-Unis. L’essor des relations russo-américaines, pakistano-américaines et indo-américaines a également inquiété Pékin. Alors que la position stratégique de son allié traditionnel pakistanais a été fragilisée par l’effondrement du régime des taliban, son rival indien s’est vu offrir l’occasion d’approfondir sa coopération dans de nombreux domaines avec les États-Unis. Dans le sillage de la campagne antiterroriste, New Delhi a relancé son offensive diplomatique en direction de l’Asie centrale en profitant de l’affaiblissement de la position chinoise. La percée potentielle de l’Inde en Asie centrale constitue un nouveau défi pour Pékin tout en ouvrant des possibilités d’interaction originales. Par rapport à la situation prévalant avant le 11 septembre, la position stratégique de la Chine en Asie centrale est aujourd’hui moins assurée. Si l’atmosphère est plutôt à la détente dans les relations bilatérales sino-américaines, certaines questions notamment leurs différences idéologiques ainsi que le problème de Taïwan, n’ont pas été réglées. Pékin, qui craint pour sa sécurité, continue à considérer l’unilatéralisme américain comme la menace principale à long terme. Quant à la Russie, elle aussi directement concernée par la pénétration américaine dans ses anciennes zones d’influence exclusive, il n’est pas dit qu’elle acceptera cet état de fait. Si le président Poutine privilégie aujourd’hui la coopération avec Washington pour favoriser le redressement économique de la Russie, son objectif ultime demeure le rétablissement du prestige international russe. Étant donné son passé, le sentiment de sa grandeur ainsi que ses ambitions, la place de « partenaire junior » de Washington en Eurasie pourrait ne pas lui convenir. Malgré le rapprochement opéré en 2001 et dans la première partie de l’année 2002, la lutte contre le « terrorisme » ne constitue peut-être pas une base suffisante pour assurer le maintien d’une coopération à long terme entre les deux États. Il existe en fait des zones de friction importantes entre eux. Fondamentalement, la Russie rejette les tendances américaines à l’unilatéralisme. Dans ces conditions, l’avenir pourrait encore nous réserver bien des surprises et ce d’autant que les États-Unis s’engagent sans grande expérience dans des régions complexes.

13Sur le plan diplomatique, on pouvait espérer que les événements du 11 septembre allaient rapprocher les États-Unis des autres acteurs de la communauté internationale et conduire Washington à adopter une approche plus multilatérale des problèmes globaux. En fait, c’est la tendance inverse qui s’est dessinée. Washington a écarté non seulement ses alliés traditionnels de la conduite effective de la guerre, mais a aussi contraint les Nations unies à jouer un rôle marginal. On constate cependant que ce nouvel unilatéralisme américain est une sorte d’unilatéralisme pragmatique, utilitaire et, en quelque sorte, à la carte. En fait, les États-Unis ont agi seuls lorsqu’ils pensaient que leur efficacité s’en trouvait accrue, mais n’ont pas hésité à faire appel à leurs partenaires en fonction des capacités d’action de ceux-ci. C’est en tout cas de cette manière que les opérations militaires ont été menées en Afghanistan. Cette tendance à l’unilatéralisme pragmatique s’exprime à nouveau dans sa nouvelle « stratégie de sécurité nationale », publiée le 17 septembre 2002, où Washington rappelle son attachement aux alliances et aux organisations multilatérales, mais annonce qu’elle agira de manière préventive contre toute menace sur sa sécurité nationale. Par ailleurs, les événements de septembre 2001 démontrent de manière éclatante le danger que l’existence de « zones grises » fait courir à la communauté internationale dans son ensemble. Washington paraît également avoir pris conscience de ce problème auquel elle semble vouloir s’attaquer dans le cadre de sa « stratégie de sécurité nationale ». En ce qui concerne plus directement les États-Unis, l’idée d’une sanctuarisation du territoire américain s’est effondrée avec les attentats du 11 septembre, ce qui constitue une véritable révolution pour Washington.

14Du point de vue économique, en raison du ralentissement de la conjoncture économique mondiale, la situation socio-économique en Asie centrale ne s’est globalement pas améliorée, sauf pour le Kazakhstan, vu l’accroissement de ses exportations pétrolières. Les perspectives de croissance pour 2002 ont été revues à la baisse. Avec l’accent mis sur les questions de sécurité, le problème des réformes économiques est passé au second plan des préoccupations des gouvernements en place. Malgré sa rhétorique, Washington n’a pas vraiment lié son assistance économique à la mise en place de réformes, ce qui n’incite pas les gouvernants centrasiatiques à les mettre en œuvre. Les pays d’Asie centrale, qui ont aidé les États-Unis dans leur intervention en Afghanistan, attendent aujourd’hui de recevoir, sous forme d’aide fournie par l’ensemble des pays occidentaux, des dividendes de leur engagement. Cette aide économique a commencé, mais elle demeure encore faible par rapport aux moyens financiers dont disposent les Occidentaux ainsi que par rapport aux besoins de ces pays, dont plus de la moitié de la population vit, dix ans après l’indépendance, en dessous du seuil de pauvreté. Les modalités de l’assistance devront faire l’objet d’une surveillance en ce qui concerne les populations les plus démunies afin qu’elles puissent en bénéficier réellement. Il s’agit d’éviter que les oligarchies au pouvoir en Asie centrale ne la confisquent une fois de plus à leur profit.

15La dimension économique ne se réduit toutefois pas uniquement à l’aide. La question de l’exploitation des hydrocarbures de l’Asie centrale se pose également. Il ne fait aucun doute que l’intervention militaire américaine en Afghanistan a eu comme objet principal la lutte contre le terrorisme. Dans cette guerre, contrairement à la guerre du Golfe, les considérations économiques concernant le pétrole et le gaz n’ont joué qu’un rôle secondaire. Cependant, ce conflit influence les questions relatives aux ressources énergétiques de la zone de la mer Caspienne et ouvre de nouvelles perspectives. D’abord, il a suscité un rapprochement russo-américain qui se traduit dans la région par l’apparition de nouvelles possibilités de collaboration dans la mise en valeur et l’exploitation des ressources d’hydrocarbures. On peut espérer qu’à l’avenir un climat plus serein présidera aux relations entre Washington et Moscou dans le domaine du désenclavement des productions d’hydrocarbures de la Caspienne. Si elle se poursuit, cette atmosphère de coopération pourrait faciliter la construction de l’oléoduc Bakou/Tbilissi/Ceyhan (BTC) ou du gazoduc Bakou/Tbilissi/Erzerum (BTE). La probable rentabilité économique de la ligne BTC même en l’absence du pétrole kazakh, la possible participation de sociétés russes à ce projet, et enfin la compensation offerte à Moscou par l’entrée en fonction de l’oléoduc “Caspian Pipeline Consortium” (CPC), facilitent la mise en place de cet oléoduc vers le port turc de Ceyhan en levant les obstacles politiques et économiques qui grevaient ce projet. Après de nombreuses années d’ajournement, la construction de la ligne BTC vient d’être lancée à l’automne 2002. La concrétisation de ce projet, et peut-être celle du gazoduc BTE dans l’avenir, conforteront la pénétration américaine dans le Caucase. La Turquie semble également appelée à renforcer ses relations avec les États de cette région, principalement avec l’Azerbaïdjan et la Géorgie. En Asie centrale, la situation est un peu différente. Dans le domaine pétrolier et gazier, cette région reste, jusqu’à présent, largement hors de portée d’Ankara. Au contraire, la Russie y a conforté son influence, notamment grâce au projet CPC. Si une sorte de « condominium » s’établit entre Washington et Moscou pour l’exploitation des ressources d’hydrocarbures du bassin de la Caspienne, l’Iran risque finalement d’être le grand perdant de l’après-11 septembre. Les avantages géographiques indéniables dont il jouit par rapport à la zone Caspienne n’ont pas suffi à transformer l’Iran en plaque tournante du désenclavement pour les productions d’hydrocarbures de cette région. Avec la mise en place du projet BTC, celles de l’Azerbaïdjan lui échapperont au profit d’Ankara. Reste pour l’avenir la question du désenclavement des productions futures du Kazakhstan. Mais là aussi, la mise en place de l’oléoduc CPC a renforcé le rôle de la Russie. Le facteur décisif dans l’isolement de Téhéran demeure l’incapacité de son régime à abandonner son antiaméricanisme, malgré l’occasion historique de renouer avec Washington qui lui a été offerte en septembre 2001. Cette incapacité de Téhéran à esquisser un rapprochement avec les États-Unis a permis à la Russie de conforter ses positions. Si l’influence de Moscou risque de se réduire quelque peu au Caucase avec la construction du BTC et peut-être du BTE, la Russie conserve pour l’instant tout son poids en Asie centrale dans le domaine du transit des hydrocarbures.

16Les événements du 11 septembre ouvrent également la porte à une stabilisation de la situation politique en Afghanistan. Cette dernière permettra à terme d’envisager un désenclavement de certaines productions d’hydrocarbures de l’Asie centrale par le sud, vers l’océan Indien. Cette voie pourrait permettre de désenclaver les futures productions pétrolières du Kazakhastan et le gaz du Turkménistan. Mais de nombreuses incertitudes demeurent. Jusqu’à présent, les marchés asiatiques (aussi bien d’Asie du Sud, comme l’Inde ou le Pakistan, que d’Asie de l’Est, comme la Chine) pourtant en expansion, ne profiteront guère de la mise en valeur du bassin de la Caspienne. L’ensemble des infrastructures demeure tourné vers l’Occident. Enfin, l’hypothèse d’une présence prolongée de Washington en Asie Centrale et au Caucase ouvre la porte à un possible redéploiement américain autour de ce qu’Harkavy et Kemp ont baptisé l’« ellipse énergétique stratégique » de la planète qui comprend à la fois la région du golfe Persique et celle de la mer Caspienne. Le contrôle de l’Amérique sur les ressources pétrolières mondiales pourrait donc être renforcé dans la période post-11 septembre.

17En ce qui concerne l’islamisme en Asie centrale – dont l’influence a souvent été exagérée par les gouvernements en place et qui n’a jamais représenté une réelle menace militaire pour les républiques centrasiatiques –, il a été considérablement affaibli par la campagne antiterroriste lancée par Washington. Le Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO), seule formation islamiste à s’être lancée dans la lutte armée en Asie centrale, a été en partie éliminé par les opérations militaires américaines en Afghanistan. Avec la fin du régime des taliban, il ne dispose plus de soutien, de sanctuaire et d’infrastructures dans ce pays. Ses capacités d’actions sont donc fortement réduites à court terme. Il n’est pas toutefois impossible que le MIO puisse se reconstituer à partir d’éléments épars ayant pu échapper aux opérations militaires. Certains pourraient s’être regroupés dans la région de Tavildara au Tadjikistan, alors que d’autres seraient passés au Pakistan. Si le MIO a subi un échec peut-être définitif, en revanche l’action en Asie centrale du Hizb ut-tahrir al-islami (Parti de la Libération de l’Islam), mouvement « néo-fondamentaliste », anti-occidental, antisémite et anti-shi’ite, aux ramifications internationales importantes – notamment en Europe occidentale et aux Etats-Unis –, n’a pas été visée par les opérations militaires américaines. Ce n’est qu’indirectement, du fait de la répression que les pouvoirs centrasiatiques ont accentuée depuis le 11 septembre, qu’il a été touché par la campagne antiterroriste internationale. Avant septembre 2001, ayant inscrit son action dans la tradition dawatiste plutôt que jihadiste, il n’a pas été impliqué dans des actions violentes en Asie centrale. Mais les opérations militaires de Washington et la poursuite de la répression par les pouvoirs en place dans cette région pourraient radicaliser ses positions. La campagne de Washington ne s’est pas attaquée jusqu’à présent aux causes profondes qui sont à l’origine de l’apparition du radicalisme islamique. Le développement de ce courant politico-religieux en Asie centrale va dépendre, pour partie du moins, des choix politiques de Washington. Le maintien voire l’aggravation de situations considérées comme injustes par une large frange des opinions publiques musulmanes – comme le non-règlement de la question palestinienne, le maintien des sanctions et peut-être les opérations militaires américaines contre l’Irak, la poursuite du conflit du Cachemire –, peuvent nourrir le ressentiment et conduire à une nouvelle poussée de radicalisme. Le caractère autoritaire des régimes en place, renforcé depuis le 11 septembre, ainsi que les difficultés socio-économiques persistantes en Asie centrale, constituent d’importants facteurs endogènes auxquels il faut s’attaquer. De manière générale, la politique de répression mise en place ces dernières années par les pouvoirs centrasiatiques pour répondre à l’essor de l’islamisme a été globalement contre-productive. La meilleure preuve est sans doute le fait que l’Ouzbékistan, qui a adopté les mesures les plus répressives à l’égard de l’islamisme, est aussi le pays de la région où sont apparus les mouvements les plus radicaux. L’islamisme est un phénomène complexe, hétérogène, évolutif, qui ne s’explique pas par la simple injustice dans la redistribution socio-économique à l’intérieur des pays ou entre les États. Les situations varient de pays à pays, des revendications identitaires peuvent le sous-tendre. Le rapport à la modernité, souvent identifiée à l’Occident, est aussi en cause. Bref, l’après-11 septembre invite donc les chercheurs à entamer une véritable réflexion sur la nature des mouvements radicaux en Asie centrale.

18Enfin, l’avenir des pays d’Asie centrale dépend aussi de l’évolution de la situation des droits de l’Homme dans cette région. Depuis le 11 septembre, loin de s’être améliorée, elle s’est au contraire détériorée. Grâce à leur coopération avec Washington dans la lutte contre le terrorisme, les pouvoirs étatiques autoritaires de la région sortent renforcés de la campagne antiterroriste lancée par les États-Unis. Conscients de leur utilité pour Washington et de la bienveillance dont ils jouissent, ces gouvernements risquent de choisir la voie de l’immobilisme, voire celle d’un durcissement de leur autoritarisme. Le danger de voir s’accroître les violations des droits de l’Homme et la clôture de l’espace public et, pour les pays occidentaux, de retomber dans les erreurs déjà commises ailleurs au Proche-Orient ou en Afrique ne peut donc pas être écarté. Sur ce plan, le bilan en Asie centrale pourrait ne pas être meilleur qu’ailleurs.

19En Afghanistan, la tâche qui attend la communauté internationale, mais aussi les Afghans eux-mêmes, est extrêmement complexe. Il sera très difficile de passer d’une situation de guerre à la démocratie pour un pays construit historiquement sur un modèle autoritaire. Par ailleurs, le processus de réconciliation nationale sera lent et semé d’embûches étant donné le traumatisme de la société afghane. On ne peut pas non plus écarter de possibles interférences des puissances voisines dans les affaires de ce pays. La communauté internationale négligerait son rôle en ne fournissant pas l’assistance promise. Cependant, on constate ces derniers temps, que contrairement à ses orientations originelles, l’administration Bush semble s’engager progressivement dans la voie du state building” en Afghanistan. Ce choix, s’il se confirme, est sans aucun doute une bonne nouvelle pour Kaboul. La reconstruction politique et économique de l’Afghanistan aurait alors un impact positif sur toute la région.

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Freemium

Offert par