Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géopolitique de la nouvelle Asie centrale

 | 
Mohammad-Reza Djalili
, 
Thierry Kellner

VI. Géopolitique de l’Asie centrale et de l’Afghanistan après le 11 septembre

Texte intégral

  • 1313 DELPECH, X., Politique du chaos. L’autre face de la mondialisation, Paris, Seuil, 2002, p. 9.

1Les événements tragiques du 11 septembre 2001 constituent pour de nombreux observateurs un tournant dans l’Histoire mondiale. Toutefois, on peut s’interroger sur leur réelle portée. En effet, quelle est la nature et la profondeur des changements structurels intervenus le 11 septembre 2001 ? Ces attentats ont-ils réellement changé quelque chose au système international tel qu’il existait avant le 11 septembre ? L’ont-ils véritablement transformé en accélérant sa mutation vers une situation totalement inédite ou bien n’ont-ils fait que renforcer des traits qui y étaient déjà présents ? Comme l’écrit Thérèse Delpech, « les événements dignes de mémoire ont ceci de particulier qu’ils éclairent soudain d’une vive lumière la période qui les a précédés en lui donnant une cohérence jusqu’alors insoupçonnée. Le 11 septembre 2001 n’échappe pas à cette règle »1313.

2Si ces questions exigent sans doute un examen approfondi, il ne fait toutefois pas de doute que le 11 septembre constitue une date charnière dans l’histoire de l’Asie centrale. Il marque la fin de la période post-soviétique et le début d’une ère nouvelle, dont la spécificité reste encore à définir. L’onde de choc provoquée par les attentats de New York et Washington s’est en effet répercutée de manière spectaculaire en Asie centrale, en raison de l’intervention américaine contre Ben Laden, son réseau et le régime des taliban qui les protégeait. Dans cette perspective, il est important d’examiner les conséquences géopolitiques de la guerre d’Afghanistan et du renversement du régime des taliban sur l’ensemble de la région.

3Le dimanche 7 octobre 2001, Washington a lancé une campagne de bombardements sur le territoire afghan, suivi de l’envoi de troupes au sol. Ainsi a débuté le premier conflit armé du xxie siècle dans lequel les États-Unis sont massivement engagés, avec le soutien politique – non sans arrière-pensées pour certains, d’une large « coalition » internationale. Ce conflit a pour théâtre d’opérations l’Afghanistan, pays en guerre depuis vingt-deux ans. Il se déroule dans un contexte géopolitique très particulier, marqué par l’existence d’un enchevêtrement de conflits, s’étendant le long d’une sorte d’« arc de crise », pour reprendre une expression de Shirin Akiner, allant du Proche-Orient à la région du golfe Persique, en passant par le Caucase, l’Asie centrale, le Cachemire et se prolongeant jusqu’au Xinjiang, situé aux confins de la Chine. Dans ces conditions, l’évaluation des incidences géopolitiques régionales de la crise d’Afghanistan s’impose d’elle-même à qui veut comprendre les enjeux profonds de la guerre, enjeux qui varient bien entendu d’un pays à l’autre. Au premier rang des États concernés, se trouvent les voisins centrasiatiques de l’Afghanistan, c’est-à-dire le Tadjikistan, l’Ouzbékistan, le Turkménistan auxquels il faut ajouter les deux autres républiques d’Asie centrale, le Kazakhstan et la République kirghize. Au-delà de ce premier cercle, il reste trois voisins immédiats : le Pakistan, l’Iran et la Chine. Mais, pour comprendre les dynamiques qui conditionnent les politiques de ces États, il faut élargir le cercle des acteurs proches à deux autres puissances régionales : la Russie et l’Inde. Si ces deux États ne possèdent pas de frontières communes avec l’Afghanistan, ils sont néanmoins impliqués ou préoccupés par la tournure que prendront les événements sur le territoire afghan et dans le pourtour de ce pays.

1. La « ceinture du nord » de l’Afghanistan

4Bien que les trois républiques qui bordent le nord de l’Afghanistan –à savoir le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Turkménistan –, soient toutes issues de l’Union soviétique, elles ont pourtant développé chacune une politique particulière par rapport à la situation de l’Afghanistan. Ce sont des considérations éminemment politiques qui, plus que toutes autres raisons, ont présidé à ces choix, choix qui, par ailleurs, prouvent que dix ans après le démantèlement de l’URSS, on a assisté à une réelle diversification des politiques étrangères entre les cinq États d’Asie centrale ex-soviétiques. Cette différenciation trouve son origine dans la situation interne particulière de chaque pays, dans les ambitions politiques des équipes au pouvoir et dans les contraintes externes. Elle est accentuée par l’apparition d’une compétition régionale entre les États voisins.

a. Le Tadjikistan

5Parmi les États de la « ceinture du Nord », le pays historiquement le plus impliqué dans la question afghane est le Tadjikistan. Cette implication s’explique en partie, nous l’avons vu, par la communauté ethnolinguistique qui existe entre Tadjiks des deux côtés de la frontière, mais en partie seulement. La guerre civile du Tadjikistan a en effet conduit les « islamo-démocrates », comme la presse les a baptisés à l’époque, à se réfugier sur le territoire afghan où ils étaient entrés en contact avec différentes factions afghanes. En sens inverse, la prise de Kaboul par les taliban a conduit le gouvernement officiel de l’Afghanistan, dirigé par Burhanuddin Rabbani, à se replier dans le nord de ce pays et à nouer des contacts avec les Tadjiks de l’autre côté de la frontière. Le Tadjikistan était ainsi devenu la base arrière de l’Alliance du nord. Douchanbé faisait office de centre diplomatique de l’opposition afghane, alors que l’aéroport de Kulyab lui servait de base pour son parc aérien et de centre logistique à partir duquel elle pouvait recevoir l’aide russe, iranienne ou indienne, contre les taliban. Ces flux dans les deux sens ont donc créé une imbrication sans précédent entre les deux pays.

6Par ailleurs, le Tadjikistan est également le principal point d’appui de l’influence russe en Asie centrale. Face aux tensions qui se développaient dans le pays, Boris Eltsine a en effet déclaré dès l’été 1992 que la frontière tadjiko-afghane était aussi celle du périmètre de sécurité de la Russie. Après quelques hésitations, Moscou a déployé plus de 20 000 hommes dans cette république montagnarde, afin de contrer les infiltrations des combattants tadjiks réfugiés en Afghanistan. Face à l’impasse militaire sur le terrain et à la montée en puissance des taliban en Afghanistan, la Russie s’est cependant engagée en faveur d’une reprise du dialogue entre les différentes parties au conflit tadjik. Moscou sera ainsi, avec Téhéran, le parrain des accords de réconciliation de 1997.

  • 1314 Sur la visite de D. Rumsfeld voir “US seeks new military relationship with Tajikistan”, RFE/RL Cent (...)
  • 1315 GORDON, M. R., CHTVERS, C.J., “US inspects Tajik air bases for possible use against taliban”, Inter (...)
  • 1316 “Tajik interior ministry troops fought in Afghanistan on side of Northern Alliance”, RFE/RL Newslin (...)
  • 1317 RODIN, V., “Putin’s visit to Tajikistan bolsters Russian influence in Central Asia”, Eurasia Insigh (...)
  • 1318 Voir “Tajiks, Kazakhs hedge over reports of new US military deployments”, RFE/RL Central Asia Repor (...)
  • 1319 “Tajik bases available”, RFE/RL Central Asia Report, vol. 1, n° 20, December 6, 2001.
  • 1320 “And contends with crumbling infrastructure in Tajikistan”, RFE/RL Central Asia Report, vol. 1, n°  (...)
  • 1321 ISNARD, J., « Les Américains et les Français aménagent une base militaire au Kirghizstan », Le Mond (...)
  • 1322 “Turkmenistan: Turkmenabad to remain key humanitarian hub”, Irin, May 29, 2002.
  • 1323 “Red Cross convoy crosses into Afghanistan from Tajikistan”, AFP, January 3, 2002 et “Up to 7 500 t (...)

7Depuis 1992, la présence russe au Tadjikistan n’a pas véritablement été remise en question par Douchanbé. Les choix et les décisions adoptés par les autorités du Tadjikistan face aux opérations militaires américaines en Afghanistan ont donc été conditionnés par cet ensemble de facteurs. Douchanbé, qui a rapidement signalé sa volonté de coopérer avec Washington, s’est semble-t-il fait rappeler à l’ordre par Moscou. Le ministre tadjik des affaires étrangères annonçait ainsi le 16 septembre 2001 que son gouvernement n’autorisait pas l’utilisation du territoire tadjik par un autre État en vue de lancer des attaques contre l’Afghanistan. Cette position sera maintenue jusqu’au 8 octobre, le lendemain du début des frappes américaines sur l’Afghanistan. A cette date, le gouvernement de Douchanbé s’est déclaré prêt à ouvrir son espace aérien aux forces américaines et, si cela s’avérait nécessaire, ses aéroports également. Mais rien de concret n’a toutefois suivi ces déclarations. Les raisons des prises de positions successives de Douchanbé s’expliquent en partie par la nécessité de consulter Moscou. La décision de collaborer avec Washington ne pouvait en effet être prise sans l’aval de la capitale russe. A la différence de l’Ouzbékistan, les liens militaires étroits avec la Russie empêchent Douchanbé d’adopter des décisions importantes en matière de politique étrangère sans recevoir son accord. Ce sont donc les réticences russes qui expliquent en grande partie l’autorisation différée, accordée par le Tadjikistan aux Etats-Unis, d’utiliser son territoire pour les opérations militaires en Afghanistan. Suite à l’échec de la visite du général Tommy Franks en Ouzbékistan – visite dont l’objectif était d’élargir le champ de la collaboration américano-ouzbèke –, Donald Rumsfeld s’est rendu le 3 novembre 2001 au Tadjikistan pour persuader Douchanbé d’ouvrir une base aux forces américaines1314. Malgré ces discussions et la visite d’experts américains venus inspecter les installations tadjikes, aucune solution n’a pu être trouvée avant que l’Alliance du nord n’engrange des victoires militaires essentielles1315. Ce qui revient à dire que le Tadjikistan a attendu que Washington se décide à coopérer pleinement avec l’Alliance du nord sur le plan militaire pour lui accorder son assistance. Cette proximité entre Douchanbé et l’Alliance du nord est d’ailleurs illustrée par le fait que des troupes du ministère de l’Intérieur tadjik ont appuyé l’Alliance lors des combats contre les taliban dans le nord de l’Afghanistan1316. C’est donc au moment où cette dernière a progressé sur le terrain (prise de Ma-zar-i Sharif, de Taloqan, de Hérat, de la province de Bâmiyân dans la première quinzaine de novembre 2001) que le président Imomali Rakhmonov – avec l’aval de Moscou1317–, a offert aux Etats-Unis de déployer des troupes sur le territoire tadjik1318. Il n’accordera son aval à Washington pour l’utilisation de la base de Kulyab située à 40 km de la frontière afghane que fin novembre-début décembre 20011319. En raison de l’état de délabrement des infrastructures locales, le premier avion occidental ne s’y posera pas avant le 20 décembre 20011320. Les Etats-Unis et la France ont également obtenu du gouvernement tadjik l’autorisation d’utiliser la base d’Ayni, proche de la capitale, après réaménagement de la piste1321. Mais les experts français ont rapidement considéré que cet aéroport était impraticable. A la fin de l’année 2001, le Tadjikistan est aussi devenu, avec le Turkménistan1322, une base logistique pour l’acheminement de l’aide humanitaire au nord de l’Afghanistan1323.

  • 1324 “Which will remain closed to Afghan fugitives ” RFE/RL Newsline, September 21, 2001.

8Outre sa subordination au choix de la Russie, d’autres raisons expliquent la prudence des positions du Tadjikistan face au conflit en Afghanistan. La crainte de voir un important flux de réfugiés gagner son territoire, suite aux opérations militaires américaines, était également perceptible à Douchanbé. Vu la situation économique désastreuse du pays, situation encore aggravée par la sécheresse qui y sévit depuis plusieurs années, le Tadjikistan n’était pas en mesure de faire face à une telle éventualité. Le président Rakhmonov a décidé dès le mois de septembre que les réfugiés afghans ne seraient pas autorisés à pénétrer sur le territoire tadjik1324. La frontière est donc restée fermée. En coordination avec Moscou, les mesures de sécurité ont également été renforcées aux frontières du pays, afin d’éviter les représailles éventuelles des troupes du régime de Kandahar.

  • 1325 Voir UN Security Council, The situation in Afghanistan and its implications for international peace (...)
  • 1326 Ce cabinet était formé de représentants de l’Alliance du nord, du groupe de Rome, proche l’ancien r (...)
  • 1327 D’après « Un gouvernement multi-ethnique prêle serment en Afghanistan », AFP, 22 décembre 2001. Voi (...)
  • 1328 « Les ministres du gouvernement afghan ont prêté sennent, y compris Qanooni », AFP, 24 juin 2002. L (...)
  • 1329 Signe que le problème afghan est loin d’être réglé, Haji Abdul Qadir (frère du commandant Abdul Haq (...)
  • 1330 Texte des Accords sur des dispositions provisoires en Afghanistan avant le rétablissement d’institu (...)
  • 1331 NAZAROVA, S., “A model of reconciliation: Post-conflict Tajikistan could offer valuable lessons to (...)
  • 1332 Voir BAIDAR, B., “Ethnic strife mars assembly preparations”, Afghanistan Reconstruction Report, n°  (...)
  • 1333 “Afghan Defense Minister visits Tajikistan”, RFE/RL Newsline, May 28, 2002.

9Pour l’avenir, comme tous les États de la zone, le Tadjikistan espère un retour à la stabilité en Afghanistan à la suite des opérations militaires américaines. La stabilisation de ce pays constituera en soi un acquis très important pour sa sécurité. Toutefois, malgré des progrès, il est encore un peu tôt pour considérer ce point comme acquis. Un rapport au Secrétaire général des Nations unies remis à la mi-mars 2002 remarquait ainsi que la sécurité demeurait préoccupante dans de nombreuses régions de l’Afghanistan en dehors de Kaboul. La situation sur le terrain reste volatile et imprévisible. De manière générale, selon les Nations unies, l’insécurité demeurait, au printemps 2002, la première cause d’inquiétude chez les Afghans pour trois raisons : “First, although al-Qa ‘idah and Taliban forces have been routed, pockets of resistance remain. Second, factional clashes are taking place between rival Afghan political and military actors seeking regional influence, which has led to both inter- and intra-ethnic violence. Third, banditry continues as a lingering manifestation of the war economy that has developed over the past two decades in the absence of proper security and a system of enforceable law1325. Il faut donc rester prudent quant aux perspectives de rétablissement de la stabilité dans ce pays. Avec la chute du régime des taliban, Douchanbé a toutefois déjà engrangé un certain nombre de bénéfices. L’installation à Kaboul d’un gouvernement où l’Alliance du nord et singulièrement les Tadjiks – avec qui, il faut le rappeler, Douchanbé entretient des relations depuis plusieurs années –, est très bien représentée, offre des perspectives intéressantes au Tadjikistan. L’opportunité d’approfondir les relations bilatérales et de développer des espaces de coopération entre les deux pays n’a sans doute jamais été meilleure. Sur les trente membres du cabinet intérimaire de Hamid Karzaï, nommé à la suite des accords de Bonn, dix-sept faisaient en effet partie de l’Alliance du nord. Sur le plan ethnique, le gouvernement intérimaire afghan comptait onze Pachtounes1326, huit Tadjiks, cinq Hazaras, trois Ouzbeks et trois représentants des autres minorités. Les Tadjiks y détenaient les postes clés des affaires étrangères, du ministère de l’intérieur et du ministère de la défense, portefeuille, qu’ils partageaient cependant avec les Ouzbeks, depuis la nomination du général Dostom au poste de vice-ministre de la défense1327. La grande assemblée traditionnelle (Loya Jirga) qui s’est réunie juin 2002 a un peu modifié cette répartition ethnique, pour tenter d’intégrer davantage les Pachtounes. Mais l’Alliance du nord et les Tadjiks en particulier demeurent en position de force, puisqu’ils conservent les ministères clés des affaires étrangères avec Abdullah Ab-dullah, ainsi que la direction de la police secrète, alors que Mo hammad Qassim Fahim, le successeur du commandant Massoud, garde son poste de ministre de la défense. Rachid Dostom, pour sa part, a été écarté du gouvernement de transition. Le nombre de Pachtounes a certes augmenté dans la nouvelle formation gouvernementale afghane, mais ils n’ont toutefois obtenu que des portefeuilles mineurs, sauf le gouverneur de la province de Paktia située dans l’est du pays, Taj Mohammad Wardak, qui est devenu ministre de l’Intérieur à la place de Yunus Qanooni (Tadjik d’origine), qui a finalement accepté le ministère de l’éducation1328. De nombreux Pachtounes sont toutefois mécontents des résultats de la Loya Jirga, ce qui jette une ombre pour l’avenir de la réconciliation nationale afghane1329. Le poids de la représentation tadjike dans le nouveau gouvernement afghan facilitera sans doute la communication, les contacts et les relations entre les deux États. Les gouvernements semblent en effet proches. Le 8 décembre 2001, avant même la mise en place du gouvernement intérimaire prévu par les accords de Bonn du 5 novembre 20011330, le ministre afghan des affaires étrangères, Abdullah Abdullah, s’est ainsi rendu à Douchanbé pour s’entretenir avec le président Rakhmonov. Il a à nouveau fait le déplacement dans la capitale tadjike fin mars 2002. Le pouvoir afghan semble intéressé par l’expérience acquise par le Tadjikistan au moment des négociations entreprises sous les auspices des Nations unies, avec le parrainage de la Russie et de l’Iran, pour mettre fin à la guerre civile qui déchirait le pays depuis 1992. Ce type d’expérience ouvre des perspectives intéressantes pour Kaboul, qui doit également entamer un processus très délicat de réconciliation nationale1331, processus dont l’issue demeure aujourd’hui très aléatoire, étant donnée la persistance de rivalités inter-tribales, inter-ethniques ou politiques au sein du pays et la résurgence des seigneurs de la guerre sur le territoire afghan1332. En janvier 2002, Hamid Karzaï a également rencontré le président Imomali Rakhmonov. Les possibilités de coopération économique entre les deux pays ont été abordées par les deux responsables. Le Tadjikistan est en effet très intéressé par les nouveaux débouchés qui s’offrent en Afghanistan pour sa production d’hydro-électricité. Il est cependant en concurrence avec le Turkménistan sur ce marché. Signe de l’intérêt de Douchanbé pour son voisin, dès le 4 janvier 2002, le Tadjikistan a été le premier pays d’Asie centrale à nommer un ambassadeur à Kaboul. Dans le domaine militaire également, la coopération entre les deux États pourrait se développer. Lors de sa visite à Douchanbé en mai 2002, Mohammad Fahim Khan, le ministre afghan de la défense, s’est entretenu avec son homologue tadjik de la coopération bilatérale, notamment de la formation d’une trentaine d’officiers de la future armée afghane au Tadjikistan. D’autres sujets, comme la participation du Tadjikistan à la reconstruction des infrastructures afghanes, ont été abordés1333.

  • 1334 Voir DUDOIGNON, S. A., « Changements politiques et historiographie en Asie centrale (Tadjikistan et (...)
  • 1335 “Tajik, Uzbek presidents pledge to strengthen cooperation”, RFE/RL Newsline, December 28, 2001.
  • 1336 Voir le texte de l’accord in “Tajik-Uzbek statement adopted after Tashkent talks 27 December”, Naro (...)
  • 1337 MANSUR, M., “Uzbekistan: Calls for end to mine policy rejected”, Iwpr’s Reporting Central asia, n°  (...)
  • 1338 BABAKHANOV, U., “Anti-terrorism campaign brings Dushanbe and Tashkent together”, Eurasia Insight, J (...)

10Étant donnée la forte représentation de l’élément tadjik au sein des nouvelles instances dirigeantes de l’Afghanistan, la position de Douchanbé se trouve renforcée face à son puissant voisin ouzbek. L’installation à Kaboul d’un pouvoir dans lequel les Tadjiks sont bien représentés modifie en effet l’équilibre régional. Le « pôle » persanophone se trouve renforcé face aux ambitions ouzbèkes. Cette nouvelle situation constitue sans nul doute une source d’inquiétude pour Tachkent. Il est cependant préférable pour l’Ouzbékistan de voir les Tadjiks du Tadjikistan et ceux d’Afghanistan coopérer dans le cadre de deux États distincts. Pour l’Ouzbékistan, un échec du processus de reconstruction de l’Afghanistan pourrait en effet avoir des conséquences très importantes. Dans ce cas, les Tadjiks des deux côtés de la frontière ne seraient-ils pas tentés de se regrouper au sein d’une nouvelle entité territoriale, avec tous les risques pour l’Ouzbékistan que l’émergence à ses frontières d’un nouvel État tadjik, plus puissant que le Tadjikistan actuel, lui ferait courir, notamment dans la région de Boukhara et de Samarkand où les Tadjiks sont nombreux ? Cette éventualité pourrait amener Tachkent à appuyer la politique de reconstruction d’un État afghan unifié tout en ménageant davantage que par le passé les intérêts des Tadjiks. Avant le 11 septembre 2001, les relations entre le Tadjikistan et l’Ouzbékistan étaient loin d’être idylliques. Les enjeux de mémoire, la réinterprétation de l’histoire dans le cadre de la fabrication de l’identité nationale des deux États après leur indépendance, les opposent en effet sérieusement. Depuis 1991, les divergences sur leur historiographie réciproque ont ainsi régulièrement constitué des sources de tensions entre eux1334. Douchanbé se méfie de l’hégémonisme de Tachkent et garde en mémoire la prise de la ville de Khojend, dans la région de Sogd, par Mahmud Khudoberdiev en 1998, avec l’appui de l’Ouzbékistan. Douchanbé sait également que la minorité ouzbeks représente environ 23 % de la population du pays et que ses intérêts n’ont guère été pris en considération lors de la négociation de l’accord de paix de 1997. Les liens privilégiés de Tachkent avec la faction de Khojend, écartée du pouvoir par les Kulabîs dès 1995 et négligée dans les accords de 1997, constituent un élément d’inquiétude pour le Tadjikistan. Outre sa crainte du nationalisme tadjik et de ses revendications irrédentistes potentielles sur Samarkand et Boukhara, Tachkent accusait le Tadjikistan d’abriter les militants du Mouvement islamique d’Ouzbékistan jusqu’aux opérations militaires américaines sur l’Afghanistan. Dans le sillage de l’intervention américaine en Afghanistan, le président Rakhmonov a rencontré I. Karimov à Tachkent le 27 décembre 2001, pour tenter de jeter de nouvelles bases dans leurs relations bilatérales1335. A l’issue de cette visite, les deux hommes ont annoncé la conclusion d’un accord destiné à stabiliser les relations entre leurs deux États. L’accent a été mis sur le nécessaire approfondissement de la coopération bilatérale. Une commission inter-gouvernementale commune devrait ainsi être mise en place pour étudier les moyens d’atteindre cet objectif1336. Un certain nombre de questions, comme celle du minage de la frontière entre les deux pays1337, de la délimitation frontalière, de la dette du Tadjikistan à l’égard de l’Ouzbékistan, des livraisons d’énergie et de la gestion de l’eau, doivent encore trouver une solution acceptable pour les deux parties. Le climat s’est toutefois un peu détendu entre les deux capitales, ce qui pourrait aider à faire avancer le règlement de ces questions1338. Le conflit afghan a donc offert à ces deux républiques centrasiatiques l’occasion de redéfinir et d’améliorer leurs relations. Il reste cependant à voir si elles seront réellement capables de saisir cette opportunité.

  • 1339 “Britam to open Embassy in Tajikistan”, REE/RL Newsline, December 19, 2001.
  • 1340 “Tajikistan, Saudi Arabia Reach Cooperation Agreement”, BBC, December 11, 2001.
  • 1341 En janvier 2001, le secrétaire américain à la Défense, Jeffrey Starr, rencontrait le ministre tadji (...)
  • 1342 “Tajik president meets with Russian defense minister”, RFE/RL Newsline, December 10, 2001.
  • 1343 “Tajikistan: joint military exercises held near Afghan border”, RFE/RL., April 19, 2002.
  • 1344 “Tajik president, Russian minister discuss cooperation, Afghanistan”, Tajik Radio first programme i (...)

11La guerre en Afghanistan et l’après-guerre, qui commence à se dessiner, ont également permis à Douchanbé de sortir quelque peu de l’isolement relatif où elle se trouvait sur la scène internationale et de renouer des contacts avec le monde extérieur. On a ainsi pu assister, dès le mois de décembre 2001, à une diversification de ses relations. Alors que le pays avait été plutôt négligé par la communauté internationale ces dernières années, Douchanbé a regagné une certaine visibilité. L’Angleterre a ainsi décidé d’ouvrir une ambassade dans la capitale tadjike1339. Le président Rakhmonov s’est rendu pour sa part en Arabie Saoudite. A l’occasion de cette visite, les deux Etats ont décidé d’accroître le niveau de leurs échanges diplomatiques et un accord de coopération a également été conclu. Il prévoit le financement par l’Arabie Saoudite de projets d’infrastructures dont le pays a grandement besoin1340. Douchanbé engrange donc les premiers bénéfices financiers de son alignement sur les positions de Washington. Malgré la nouvelle présence américaine dans la région ainsi que certains contacts établis sous l’administration Clinton fin 2000-début 2001 en vue de permettre aux États-Unis de monter une opération à partir du territoire tadjik, opération destinée à capturer Ben Laden avec l’aval semble-t-il de Moscou1341, les autorités du Tadjikistan ont continué à privilégier leurs relations avec la Russie en matière de sécurité. C’est ainsi que Douchanbé a reçu la visite du ministre russe de la défense le 7 décembre1342. Sur le plan militaire, les forces armées tadjikes ont participé en avril 2002 à des manœuvres communes avec les troupes russes installées sur le territoire de la république, près de la frontière afghane1343. L’approfondissement de la coopération entre les deux États est également envisagé, notamment en matière économique et dans le domaine de l’énergie1344.

  • 1345 “Tajik Defense Minister visits India”, BBC, December 19, 2001.
  • 1346 “India to help train Tajik air force”, RFE/RL Newsline, February 5, 2002.
  • 1347 “Indian Defense Minister visits Tajikistan”, RFE/RL Newsline, April 29, 2002.
  • 1348 “India expands interests in Tajikistan”, RFE/RL Newsline, March 1, 2002.

12Les contacts avec l’Inde, autre protecteur de l’Alliance du nord, se sont aussi multipliés, notamment dans le domaine militaire. Le ministre tadjik de la défense, Sherali Khairulloiev, s’est rendu à New Delhi en décembre 2001 pour s’entretenir des possibilités de coopérations techniques et militaires entre les deux États1345, alors qu’une délégation militaire indienne rendait la politesse à Douchanbé en février 2002. A l’issue de cette visite, le gouvernement tadjik a annoncé la conclusion d’un accord de coopération selon lequel New Delhi proposait d’entraîner l’armée de l’air tadjike et de participer à la modernisation de l’aéroport d’Ayni1346. En avril, c’était au tour du ministre indien de la défense, Georges Fernandes, de s’entretenir à Douchanbé avec son homologue tadjik, mais aussi avec le premier ministre et le Président Rakhmonov. Au cours de cette visite, les deux parties ont évoqué la mise en place d’un programme de formation militaire pour les officiers tadjiks en Inde1347. La question de l’utilisation de facilités militaires par l’armée indienne sur le territoire tadjik a également fait l’objet d’un accord. Outre le domaine de la sécurité, New Delhi entend développer ses relations économiques avec le Tadjikistan. Un certain nombre de projets ont été lancés entre les deux pays1348.

  • 1349 “Pakistan’s President visits Tajikistan”, RFE/RL Newsline, June 3, 2002.
  • 1350 AKHLAQUE, Q., “Musharraf leaves for Tajikistan on Sunday”, The Dawn, May 31, 2002.

13S’inquiétant de ce nouvel activisme de l’Inde au Tadjikistan, le général Moucharraf s’est quant à lui rendu début juin 2002 à Douchanbé. La situation afghane et la coopération dans le domaine économique entre les deux États ont été évoquées, ainsi qu’un projet de route à travers le corridor du Wakhan pour relier le Tadjikistan au Pakistan1349. La question de la réactivation du projet de gazoduc entre le Turkménistan, l’Afghanistan et le Pakistan figurait également au menu des entretiens entre les deux présidents1350. Il s’agissait peut-être pour le général Moucharraf de chercher le soutien de Douchanbé, qui bénéficie de bons contacts avec les membres tadjiks du gouvernement afghan. De plus, Islamabad s’est également inquiété de la pénétration indienne dans ce pays et de la menace que ce rapprochement indo-tadjik constitue potentiellement pour sa sécurité. Ce nouvel intérêt du Pakistan pour le Tadjikistan démontre l’importance que ce pays a acquise sur la scène régionale depuis le 11 septembre 2001.

  • 1351 “Tajik President hopes to expand economic cooperation with Iran”, RFE/RL Newsline, February 4, 2002
  • 1352 Concernant ce monde iranien (irân-zamin) qui couvre l’Iran, l’Afghanistan, le Tadjikistan, les vill (...)
  • 1353 “Iran to increase participation in Tajikistan economic projects”, Irna, April 30, 2002. 1 354 “Taji (...)
  • 1354 “Tajik premier, Iranian leader moot joint ventures, urge boost in economic ties”, Tajik television (...)

14Parmi les soutiens de l’Alliance du nord, seul l’Iran semblait relativement absent de la scène tadjike à la fin 2001. Toutefois, dès février 2002, Douchanbé accueillait Mohsen Aminzadeh, un haut représentant du ministère iranien des affaires étrangères, pour aborder la question de la coopération économique jugée insuffisante par les deux pays1351. Fin mars 2002, le ministre tadjik des affaires étrangères se rendait à son tour à Téhéran pour y rencontrer son homologue iranien, Kamal Kharrazi, ainsi que le Président Mohammad Khatami. La coopération économique bilatérale, la coordination de la lutte contre le terrorisme et le trafic de la drogue, ainsi que la possibilité de projets communs dans le cadre de la reconstruction de l’Afghanistan, ont été évoquées lors de ces rencontres. Enfin, fin avril-début mai 2002, dans le cadre de sa tournée en Asie centrale, le Président Khatami rencontrait à Douchanbé les hauts responsables tadjiks. Au cours de la visite, l’essor de la coopération économique a une fois encore été abordé. Neuf protocoles concernant la coopération économique, culturelle et politique auraient été conclus à cette occasion, ce qui porte à 55 le nombre d’accords signés entre les deux pays depuis 10 ans. Le Président Khatami a également annoncé que Téhéran allait financer une étude de faisabilité pour la construction d’une route devant relier l’Iran, l’Afghanistan et le Tadjikistan, créant ainsi une voie de communication reliant les diverses composantes d’un « pôle » persanophone jusqu’ici segmenté1352. Cette voie pourrait être connectée au réseau routier tadjik en direction de la Chine1353, ce qui créerait un lien supplémentaire entre Téhéran et Pékin. L’Iran devrait également participer à la construction du tunnel stratégique d’Anzob, qui reliera le sud du Tadjikistan au nord du pays1354. Malgré la volonté de l’administration Bush d’isoler Téhéran sur la scène internationale, Douchanbé a choisi de maintenir, voire d’étendre, ses relations avec la république islamique. L’héritage culturel et linguistique que partagent les deux pays face aux autres républiques turcophones d’Asie centrale, ainsi que la possibilité désormais offerte d’établir un axe « persanophone » s’étendant de l’Iran au Tadjikistan à travers le nord de l’Afghanistan, constituent sans doute les éléments qui poussent Douchanbé à ne pas négliger ces relations bilatérales.

  • 1355 PANNIER, B., “Tajikistan: Cracks appear in tight relationship with Russia”, RFE/RL, April 11, 2002.
  • 1356 “Tajik attitude towards Russia as strategic ally is ‘invariable’”, Tajik Radio first programme, BBC (...)
  • 1357 Voir “Commentator calls on Tajiks to restore ‘Historic Status Quo’ in Afghanistan”, BBC, December 1 (...)
  • 1358 “Tajik paper plays down Russian role in Central Asia, hails cooperation with NATO”, Biznes i Politi (...)

15Malgré l’importance des liens développés entre le Tadjikistan et Moscou, une série d’incidents mineurs, mais cependant symptomatiques, a opposé les deux États ces derniers mois1355. On peut penser que Douchanbé tente de tirer profit de la campagne antiterroriste pour rééquilibrer sa politique extérieure, en se détachant quelque peu de la tutelle russe et en se rapprochant de Washington. Si le président Rakhmonov a réaffirmé, lors de son voyage en Russie en mai 2002, que Moscou demeurait un partenaire stratégique et un allié essentiel du Tadjikistan1356, des voix discordantes se sont fait entendre dans la presse tadjike, dès la fin 2001, quant à l’orientation stratégique future du pays. Certains auteurs tadjiks pensent que le Tadjikistan devrait saisir la chance historique qui lui est offerte de s’aligner sur Washington, de renforcer sa coopération avec l’Otan et de quitter la position périphérique que les stratèges russes lui ont assignée jusqu’ici, pour devenir une sorte de tête de pont de l’Amérique en Asie centrale1357. Rejetant l’opposition de certains en Russie à l’égard d’un renforcement de la présence de l’Otan en Asie centrale, le sociologue tadjik Rustam Haydarov écrivait également en février 2002 : “Russia and the USA agreed recently in Washington that the USA would not have permanent military bases in Central Asia. So we have an unusual situation. After all, it is the Central Asian countries and the USA that should decide whether to have or not to have US, and de facto NATO, military bases on their territory on the basis of bilateral agreements. Russia has not been empowered to hold talks on the subject. [...] it is necessary to discard the old stereotypes, which used to depict NATO as a hostile organization. All that is in the past. It is necessary to develop cooperation between NATO and Tajikistan, both in the military, political and research fields. We think that Tajikistan and NATO could cooperate in the following areas: monitoring the military and political situation and making forecasts about any deterioration of the situation in Central Asia; studying demographic, ecological and information security within a regional security context; monitoring the demilitarization process and the process of the consolidation of peace in Afghanistan; supporting joint research work by experts from Tajikistan and NATO countries1358.

  • 1359 BLUA, A., “Tajikistan: last former Soviet holdoutjoins NATO Partnership Program”, RFE/RL, February  (...)
  • 1360 Mollah Abdallah Nouri a ainsi déclaré fin décembre 2001, “Tajikistan has provided its military airb (...)

16Si la coopération entre Douchanbé et les Occidentaux n’a sans doute pas atteint le niveau désiré par Haydarov, il faut toutefois relever que, depuis septembre 2001, un certain rapprochement s’est opéré. Le Tadjikistan s’est engagé dans la voie de la coopération militaire avec les États-Unis. En janvier 2002, Washington a levé les restrictions qui pesaient depuis 1993 sur le transfert d’équipement militaire au Tadjikistan. S’inscrivant dans le mouvement de rapprochement opéré entre Moscou et Washington à la suite des attentats du 11 septembre, Douchanbé a également accédé le 20 février 2002, au Programme de Partenariat pour la Paix de l’Otan1359. Cette nouvelle coopération du Tadjikistan avec les Occidentaux est cependant limitée. Lors de sa rencontre avec le président Rakhmonov en janvier 2002, le général Tommy Franks a déclaré que Washington n’avait pas l’intention d’installer des bases militaires sur le territoire tadjik. La République kirghize, considérée comme moins islamisée et où la Russie n’a pas de présence militaire, semble être de ce point de vue privilégiée dans la stratégie de Washington. La situation politique complexe du Tadjikistan invite les Etats-Unis à la prudence. Une présence prolongée de Washington pourrait embarrasser le Parti islamique du renouveau et l’affaiblir, en fournissant des arguments à la propagande de mouvements plus radicaux dans le pays. Conscient sans doute de ce danger pour sa formation, Mollah Abdallah Nouri a fait savoir que même s’il soutient la campagne antiterroriste lancée par Washington, il ne désire pas voir la présence américaine se prolonger au-delà de la fin des opérations militaires en Afghanistan1360. L’extrême pauvreté du pays, le délabrement des infrastructures ainsi que les problèmes liés au trafic de la drogue en provenance d’Afghanistan, constituent sans doute des facteurs pris en compte par Washington dans ces choix à l’égard de Douchanbé.

  • 1361 « L’Afghanistan et les pays d’Asie centrale accentuent leurs efforts dans la lutte contre l’opium » (...)
  • 1362 ICG, “Tajikistan: An Uncertain Peace”, op. cit., passim et ABDULLO, R. “Poverty is biggest threat t (...)

17Enfin, comme dans le cas des antres États d’Asie centrale, le Tadjikistan peut espérer que le nouveau gouvernement afghan, sous la pression internationale, s’attaquera au problème de la drogue, drogue dont une partie importante transite par son territoire et a contribué à entretenir un climat d’insécurité. Le gouvernement afghan, ainsi que le Pakistan, le Tadjikistan, l’Ouzbékistan, le Kazakhstan, le Turkménistan et l’Azerbaïdjan participeraient d’ailleurs à un programme commun de contrôle des stupéfiants. Ces États souhaitent améliorer dans l’avenir la coopération entre leurs agences de contrôle des narcotiques1361. Cette tâche risque cependant d’être très délicate. Pour conclure, on se souviendra que malgré l’aide économique dont le pays a commencé à bénéficier en raison de son adhésion à la coalition antiterroriste menée par Washington, le Tadjikistan demeure l’État le plus fragile de l’Asie centrale, du fait des immenses difficultés socio-économiques auxquelles il est confronté1362.

b. L’Ouzbékistan

  • 1363 PANNIER, B., “Central Asia: US interests suffer setbacks”, RFE/RL, July 18, 2000.
  • 1364 Cette volonté s’est par exemple exprimée au cours de l’année 2000 dans le cadre de la politique afg (...)
  • 1365 “Putin to discuss military cooperation with Uzbekistan”, Interfax, May 18, 2000 et “Terrorism key t (...)
  • 1366 D’après CUTLER, R., “The shattering of the Sino-Russian entente over the shape of Centrai Asia?”, T (...)
  • 1367 “Albright warns against repression in Uzbekistan”, RFE/RL Newsline, March 17, 2000 et “Uzbek presid (...)
  • 1368 LAMBROSCHINI, S., “Russia sanctioning anti-islamic crackdown”, RFE/RL, August  2, 2000.
  • 1369 PANNIER, B., “Central Asia: grappling with the future (Part 3)”, RFE/RL, September 10, 2001.
  • 1370 Ces accords portaient sur l’entraînement du personnel militaire ouzbek en Russie, ainsi que sur la (...)
  • 1371 “Uzbek President says Russian aid not necessary”, RFE/RL, Newsline, August 31, 2000.
  • 1372 “Uzbek, Ukrainian presidents denounce new Eurasian Economic Union”, RFE/RL, Newsline, October 13, 2 (...)
  • 1373 “Tashkent and Moscow have no obstacles preventing them from developing their relations”, Interfax, (...)
  • 1374 “Uzbekistan looking to Russia for military aid”, Iran Radio in BBC, March 9, 2001.
  • 1375 “Insecure Uzbekistan seeks Russian protection”, Jamestown Monitor, vol. 7, n° 88, May 7, 2001.
  • 1376 “Uzbekistan, Russia discuss economic, military cooperation”, RFE/RL Newsline, May 7, 2001.
  • 1377 Voir le commentaire de Haroutiun Khachatrian in “Creation of rapid deployment force marks potential (...)
  • 1378 LELYVELD, M., “Gas for Russian arms may be dangerous precedent”, RFE/RL, May 8, 2001.
  • 1379 “Russia has misgivings about Shanghai Cooperation Organization”, Eurasia Insight, June 20, 2001.
  • 1380 “ The sympathies of Chinese, leaders and the Chinese people, as a whole, lie with the Uzbek people (...)
  • 1381 Il a ainsi déclaré ce jour là, Uzbekistan has never given any obligations or held talks with the U (...)
  • 1382 “US men and materiel reportedly land in Uzbekistan”, RFE/RL Central Asia Report, vol. 1, n° 10, Sep (...)
  • 1383 “Uzbek territory available for search-and-rescue and humanitarian purposes only”, RFE/RL Central As (...)
  • 1384 “But official position not the whole story”, RFE/RL Central Asia Report, vol. 1, n° 12, October 11, (...)
  • 1385 Voir le texte du Joint Statement between the Covernment of the United States of America and the Gov (...)
  • 1386 Voir “Joint US-Uzbek Statement announces qualitatively new relationship”, RFE/RL Central Asia Repor (...)
  • 1387 “US to expand military cooperation with Uzbekistan”, RFE/RL, Newsline, February 21, 2002.
  • 1388 Texte in “United States-Uzbekistan Declaration on the Strategic Partnership and Cooperation Framewo (...)

18Au regard des opérations américaines en Afghanistan, les choix de l’Ouzbékistan diffèrent de ceux du Tadjikistan. La situation de Tachkent n’est évidemment pas la même que celle de Douchanbé. D’une part, l’Ouzbékistan bénéficie depuis des années d’une plus grande autonomie politique par rapport à Moscou et, d’autre part, il existe depuis le milieu des années 1990 une coopération militaire avec Washington. Comme les autres États d’Asie centrale, l’Ouzbékistan est membre du programme de Partenariat pour la paix de l’Otan depuis la mi-1994. Dans le cadre de ce programme, des officiers ouzbeks ont participé à des exercices de maintien de la paix aux États-Unis et en Europe occidentale en 1995 et 1997 (Cooperative. Nugget) et 1996 et 2001 (Cooperative Osprey). L’Ouzbékistan collabore également au Bataillon centrasiatique (Centrazbat), formé en décembre 1995 avec le Kazakhstan et la République kirghize, en vue du maintien de la paix en Asie centrale. Dans ce cadre, Tachkent a participé aux côtés de contingents américains aux exercices effectués en 1997 au Kazakhstan et en Ouzbékistan, en 1998 en République kirghize et en Ouzbékistan, et en septembre 2000 au Kazakhstan. Sur le plan bilatéral, un accord signé avec les États-Unis en 1995 permet à des officiers ouzbeks d’effectuer des stages de formation en Amérique. Enfin, selon certaines sources, des unités de commandos américains auraient séjourné à plusieurs reprises en Ouzbékistan, depuis les attentats du 16 février 1999, pour former des unités spécialisées dans la lutte antiterroriste. Malgré cette collaboration militaire américano-ouzbèke, avant le 11 septembre 2001, les Etats-Unis s’étaient progressivement désintéressés de l’Asie centrale. On avait pu assister à une réduction de l’activité diplomatique américaine au profit d’un regain d’intérêt pour cette zone de la part de la Russie et mais aussi de la Chine1363. Tachkent, malgré sa volonté d’indépendance à l’égard de Moscou1364, avait progressivement été amené à s’adapter au retour d’influence de la Russie. Dès le mois de mai 2000, V. Poutine avait fait le déplacement en Ouzbékistan. Dans le cadre de ce voyage officiel, il avait abordé avec le président Karimov la question de la coopération militaire et technique bilatérale, ainsi que celle de la lutte contre le radicalisme islamique et le terrorisme1365. A la suite de cette visite, contrairement à ses prises de position antérieures, I. Karimov avait déclaré qu’il n’y avait pas de différence entre la vision stratégique de l’Ouzbékistan en Asie centrale et celle de la Russie1366. Contrairement à Madeleine Albright1367, Moscou, ignorant complètement la problématique des droits de l’Homme, avait apporté son soutien à la politique de répression indiscriminée des mouvements « islamistes » menées par I. Karimov1368. Comme John Schceberlein le relevait début septembre 2001, le soutien américain aux États d’Asie centrale has been somewhat marginal in terms of dimensions, and it’s also been hampered by problems in the area of human rights and so on, which make it difficult for the US government to provide such support1369. La Russie, indifférente aux droits de l’Homme, offrait donc contrairement à Washington, plus embarrassé dans ce domaine, un soutien compréhensif à la politique répressive de Karimov, en échange d’un rapprochement. En même temps, elle proposait son aide dans le domaine militaire pour lutter contre le MIO dont les incursions inquiétaient de plus en plus Tachkent. En juin 2000, des accords militaires étaient ainsi conclus entre les deux États1370. Face à la campagne du MIO de l’été 2000 et contrairement aux informations qui circulaient dans la presse russe, Tachkent écartait cependant l’idée de demander une aide militaire supplémentaire à la Russie1371. Islam Karimov craignait sans doute sa trop grande dépendance à l’égard de Moscou dans le domaine de la sécurité. Aussi préférait-il jouer la carte diplomatique en entamant des pourparlers avec le régime de Kandahar, à l’automne de cette année, pour tenter d’obtenir l’extradition des membres du MIO en échange d’une reconnaissance du gouvernement des taliban. Faisant à nouveau preuve d’indépendance à l’égard de la Russie, Tachkent rejetait sa participation à l’Union économique eurasiatique, créée à l’initiative du président Nazarbaev le 10 octobre 2000, et qui regroupait la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan, la République kirghize et le Tadjikistan1372. Cependant, face à l’échec des pourparlers avec Kandahar, Karimov révisait toutefois ses choix et se rapprochait à nouveau de Moscou. Il déclarait ainsi en décembre 2000 que la Russie était un « partenaire prioritaire » pour l’Ouzbékistan1373. Une délégation militaire russe se rendait dès mars 2001 à Tachkent, pour aborder la question de la coopération militaire bilatérale1374. Le président Karimov se déplaça pour sa part à Moscou début mai 20011375. A cette occasion, il annonça que l’Ouzbékistan soutenait la politique russe en Asie centrale et que la présence russe était “a Jundamental guarantee of security and stability in the region”1376. Quelques jours après cette visite, l’Ouzbékistan annonçait qu’il allait intégrer le « Groupe de Shanghai ». Les commentateurs relevaient que Tachkent pourrait être rapidement amené à adhérer à la force de réaction rapide – structure présentée comme une alternative aux arrangements de sécurité proposés par Washington –, mise sur pied sous l’égide de Moscou en mai 2001 et regroupant six États de l’espace de la CEI (Russie, Arménie, Biélorussie, République kirghize, Tadjikistan et Kazakhstan)1377. Toujours en mai 2001, Moscou s’accordait avec Tachkent sur la livraison d’équipement militaire en échange de fourniture de gaz et de coton1378. En juin 2001, comme annoncé un mois plus tôt, Tachkent devenait le sixième membre du « Groupe de Shanghai », forum créé à l’initiative de Pékin. Signe cependant des réticences ouzbèkes, Islam Karimov précisait bien qu’en adhérant à cette structure, il n’entendait pas s’associer à un quelconque bloc. Selon lui, cette organisation must neverturn intoa militarypoliticalbloc. [...] It should not be against any country, should not join certain trends, should not organize subversive activities against third countries1379. L’espoir de renouer avec Washington était sans doute encore présent dans l’esprit du président ouzbek. Pour contrebalancer Moscou et en l’absence d’autre choix, le président Karimov soulignait également son désir d’établir une coopération de longue haleine avec Pékin1380. Autre signe des arrière-pensées ouzbèkes, en août 2001, Islam Karimov déclarait que l’Ouzbékistan ne réintégrerait pas le traité de sécurité collective de la CEI qu’il avait quitté en 1999. Avant le 11 septembre, Tachkent, malgré sa volonté d’indépendance à l’égard de Moscou, avait ainsi été amené à accepter un certain retour d’influence de la Russie en Asie centrale. La décision de Washington d’intervenir militairement en Afghanistan a bien entendu profondément bouleversé ce contexte. Les ambitions russes dans la région – quelles que soient par ailleurs ses capacités réelles à les mettre en œuvre effectivement –, ont subi un coup d’arrêt. La pénétration stratégique de Washington offre ainsi des perspectives totalement neuves à Tachkent. La capitale ouzbèke dispose désormais de l’opportunité de jeter les bases d’une coopération renouvelée avec les États-Unis et de renforcer le poids de l’Ouzbékistan comme puissance régionale en Asie centrale. Dès le 16 septembre, Tachkent annonçait qu’elle était prête à accueillir les Américains. Les pressions russes faisaient cependant hésiter le président ouzbek1381. Le 24 septembre, l’avant-garde américaine arrivait néanmoins sur le territoire de la république1382. Dans l’intervalle, Poutine avait donné son accord au déploiement de troupes de Washington en Asie centrale, contre l’avis de certains de ses conseillers. Les 26 au 28 septembre 2001, le sous-secrétaire d’Etat américain pour le contrôle de l’armement et la sécurité internationale, John Bolton, se rendait à Tachkent, suivi le 5 octobre par le secrétaire d’Etat américain à la Défense, Donald Rumsfeld. Entre ces deux visites, Karimov avait annoncé, le 1er octobre, que l’espace aérien ouzbek était ouvert aux Américains mais uniquement dans des buts « humanitaires et de sécurité »1383. Alors que, dans un premier temps, les autorités ouzbèkes ont minimisé l’importance de leur coopération avec Washington pour éviter des représailles de la part des taliban, sur le terrain, le déploiement des troupes de Washington s’est accéléré1384. Cet événement est historique. C’est la première fois que les Etats-Unis installent une base militaire en territoire ex-soviétique. Malgré les menaces proférées par Kandahar, le 5 octobre 2001, les États-Unis et l’Ouzbékistan ont signé un accord établissant une base solide pour la coopération bilatérale dans le domaine de la lutte antiterroriste. Le 12 octobre, dans un communiqué conjoint, les deux capitales ont annoncé que Tachkent autorisait l’utilisation de son espace aérien ainsi que les installations militaires et civiles d’un de ses aéroports pour des « opérations humanitaires ». Le communiqué précisait en outre que les deux gouvernements avaient décidé d’établir de nouvelles relations basées sur un engagement à long terme, destiné à favoriser la sécurité et la stabilité régionale. La dernière partie de l’accord a attiré l’attention des observateurs. Il stipule en effet que : Our two governments have decided to establish a qualitatively new relationship based on a long-term commitment to advance security and regional stability. We recognize the need to work closely together in the campaign against terrorism. This includes the need to consult on an urgent basis about appropriate steps to address the situation in the event of a direct threat to the security or territorial integrity of the Republic of Uzbekistan1385. Cette dernière phrase constitue un engagement sans précédent des États-Unis à l’égard d’une république de l’ex-URSS. Même s’il ne s’agit pas d’une véritable garantie de sécurité offerte par Washington à l’Ouzbékistan1386, les autorités américaines s’engagent tout de même à ouvrir des consultations avec Tachkent en cas de menace directe contre la sécurité ou l’intégrité territoriale du pays. Ce document ouvre également la possibilité d’une présence militaire américaine à long terme sur le sol ouzbek. Il faut bien constater que la coopération dans le domaine militaire entre les deux pays s’est intensifiée depuis octobre 2001. Washington et Tachkent ont ainsi décidé de mettre en place un groupe de travail bilatéral permanent sur la coopération technique et militaire. Ce groupe devrait rassembler des officiels de haut rang du Département américain de la Défense et du ministère ouzbek de la Défense mais, aussi des experts d’autres agences gouvernementales chargées des problèmes de sécurité et de défense. Une première réunion devrait se tenir à Washington à l’automne 2002. Lors de sa visite à Tachkent en février 2002, le général Myers a déclaré que les États-Unis envisageaient également la mise en place de programmes d’entraînement et de manœuvres communes avec les troupes ouzbèkes. Il s’agit d’accroître l’interopérabilité des forces armées des deux pays. En outre, Washington a aussi annoncé son intention de livrer des équipements militaires dont la nature n’a pas été spécifiée , à Tachkent1387. Dans le domaine des garanties de sécurité, à l’occasion du voyage effectué par I. Karimov à Washington en mars 2002, la capitale américaine a réaffirmé son engagement à l’égard de Tachkent. L’article 2 de la déclaration commune sur le partenariat stratégique et la coopération entre l’Ouzbékistan et les États-Unis, publié le 12 mars 2002, stipule en effet que “The US affirms that it would regard with grave concern any external threat to the security and territorial integrity of the Republic of Uzbekistan. The two countries expect to develop cooperation in combating transnational threats to society, and to continue their dynamic military and military-technical cooperation1388. Washington s’engage donc à soutenir l’indépendance et l’intégrité de l’Ouzbékistan, ce qui renforce la sécurité du pays à l’égard de son environnement régional.

  • 1389 BUKHARBAEVA, B., “Uzbekistan base teeming with troops”, Associated Press, May 28, 2002.
  • 1390 HARBA, E, “US aid to Uzbekistan to greatly expand under Economic Cooperation Agreement”, op. cit.
  • 1391 “Uzbek President savs US military presence open-ended”, RFE/RL Newsline, January 3, 2002.
  • 1392 Voir “US Government Delegations to Uzbekistan” in (www.usembassy.uz/).
  • 1393 CHETERIAN V., REKACKWICZ, P., « L’étoile montante ouzbèke », Le Monde diplomatique, novembre 2001, (...)

19Sur le plan militaire, officiellement, 1 500 à 2 000 militaires américains se sont déployés sur la base militaire de Khanabad. Ils pourraient en fait être davantage (le chiffre de 5 000 a été avancé en mai 2002)1389. Il est difficile de prédire les choix définitifs de Washington concernant cette présence sur le territoire ouzbek, lorsque les opérations militaires en Afghanistan seront terminées, ce qui n’est pas encore le cas à l’été 2002. Certains signes laissent cependant penser que les Etats-Unis envisagent de se maintenir à plus long terme. L’implantation militaire américaine en Arabie Saoudite à la suite de la guerre du Golfe constitue un précédent éclairant. Plus de dix ans après la fin de la guerre, Washington n’a toujours pas rapatrié ses troupes. Lors de la conférence de presse organisée le 8 décembre 2001 à Tachkent à l’occasion de sa visite, Colin Powell a également évoqué les « intérêts permanents » des États-Unis dans la région1390. De même, interrogé fin décembre 2001 sur la date de départ des troupes américaines, le président Karimov a répondu qu’il n’y avait eu aucune négociation avec les États-Unis en ce qui concernait le nombre d’années pendant lesquelles Washington allait utiliser la base de Khanabad1391. L’administration Bush pourrait donc choisir de s’implanter durablement en Ouzbékistan, ce qui ne ferait que renforcer le poids de Tachkent sur la scène centrasiatique. En choisissant de devenir un des principaux relais des États-Unis en Asie centrale, l’Ouzbékistan a ainsi renforcé son rôle de puissance régionale. Ses forces militaires, déjà considérées comme les plus importantes de l’Asie centrale, pourraient gagner en puissance du fait de la coopération militaire bilatérale avec Washington. Signe également de l’importance que Tachkent a prise dans la stratégie américaine depuis septembre 2001, les hautes personnalités de l’administration Bush, des militaires de haut rang, ainsi que les représentants du Congrès et de la Chambre des Représentants américains, se sont succédé dans la capitale ouzbèke (visites de Donald Rumsfeld, Colin Powell, du général Tommy Franks, de Lynn Pascœ, de Zalmay Khalilzad, du général Richard B. Myers)1392. La décision du président ouzbek d’offrir une base et des installations aux forces armées américaines sur son territoire reflète bien entendu ses ambitions régionales déjà anciennes. S’appuyant sur l’histoire de la région, sur l’importance de sa population à l’échelle régionale et sur la centralité du pays, il projette de faire de l’Ouzbékistan l’État-pivot de l’Asie centrale1393. La coopération avec Washington, en renforçant sa puissance militaire et mais aussi économique, pourrait aider Tachkent à réaliser cette ambition. En appuyant la capitale ouzbèke, Washington doit cependant se souvenir que les ambitions de Tachkent inquiètent les autres républiques d’Asie centrale. Les relations entre Tachkent et ses voisins ne sont pas idylliques. Les conflits et les problèmes sont complexes et variés. Il faudra sans doute beaucoup de doigté à F administration américaine pour ne pas s’aliéner les autres Etats de la région, si elle choisit d’appuyer sans critique les ambitions ouzbèkes pour prix de sa coopération dans la campagne militaire antiterroriste.

  • 1394 “Uzbek president fears Islamic rebels could seep into Central Asia”, AFP, December 27, 2001.
  • 1395 Voir UN Security Council, Message from the President of the Republic of Uzbekistan to the Secretary (...)
  • 1396 « L’ONU s’alarme de I’insecurité dans le nord de l’Afghanistan », Le Monde, 17 juin 2002.
  • 1397 “Afghanistan hands over ‘terrorist’ group members to Uzbek authorities”, BBC, May 28, 2002.
  • 1398 “Uzbekistan, Afghanistan sign cooperation agreement”, RFE/RL Newsline, January 31, 2002.

20En s’alignant sur Washington, Tachkent poursuivait également un autre objectif : la lutte contre l’opposition islamiste du pays, notamment contre le Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO), qui avait trouvé refuge sur le territoire afghan. Dans ce domaine, l’intervention militaire américaine a considérablement renforcé la sécurité de l’Ouzbékistan, en réduisant la menace que ce mouvement faisait peser sur le régime ouzbek et en ouvrant la possibilité d’une stabilisation à long terme de l’ensemble de l’Afghanistan. En ce qui concerne le MIO, l’aviation américaine a bombardé, au tout début de sa campagne aérienne, des positions et des installations de ce mouvement en Afghanistan. Le mouvement est sorti affaibli des opérations militaires américaines sur le territoire afghan. Son chef a peut-être été tué, ses effectifs ont été réduits et il ne dispose désormais plus de bases arrières proches du territoire ouzbek, sauf peut-être pour une partie de ses effectifs qui aurait réussi à gagner le Tadjikistan. Cette dernière information n’est toutefois pas confirmée. Malgré ces coups portés par les opérations militaires américaines, le président Karimov continue à faire de la lutte contre l’islamisme radical une de ses priorités1394. Il a également attiré l’attention des Nations unies sur la nécessité de prendre des mesures afin de réduire la circulation des armes sur le sol afghan. La stabilité de ce pays n’est malheureusement pas encore totalement assurée. Il s’agit d’éviter que des bandes armées n’entretiennent l’insécurité en Afghanistan, mais aussi dans les zones frontalières1395. Tachkent partage en effet une frontière de 137 km avec Kaboul. Sur le terrain afghan, Tachkent dispose (comme le Tadjikistan) d’un relais dans le pays à travers la minorité ouzbèke et aussi grâce à ses relations avec le général Dostom, un des trois chefs de guerre avec le Tadjik Atta Mohammed et l’Hazara Saïdi , de la région de Mazar-i Sharif située à deux pas de la frontière avec l’Ouzbékistan. Au cours de la campagne militaire, le général Dostom s’est également rangé aux côtés de Washington. En retour, certains observateurs pensent que les milices de Dostom ont reçu et reçoivent peut-être encore une assistance militaire de la part des Américains1396. On notera toutefois que le général Dostom, qui n’est guère apprécié de Fahim, le ministre de la défense d’origine tadjike du gouvernement Karzaï, a été écarté du nouveau gouvernement afghan par la Loya Jirga qui s’est tenue en juin 2002. Il a regagné son fief de Mazar-i Sharif dès le 25 juin 2002. Malgré cette mise à l’écart qui témoigne de la lutte de factions qui se déroule derrière la scène, au sein des nouvelles instances afghanes, Tachkent peut cependant espérer que grâce à ses relais certes moins puissants que ceux du Tadjikstan et de la Russie , ses intérêts seront pris en considération à Kaboul. En mai 2002, Tachkent a par exemple obtenu du gouvernement afghan qu’il lui livre un certain nombre de membres du Mouvement islamique d’Ouzbékistan qu’il détenait1397. Pour tenter d’établir des liens cordiaux avec son voisin afghan, l’Ouzbékistan s’est également empressé de conclure des accords bilatéraux, notamment dans le domaine de la lutte anti-drogue, mais aussi dans celui de la coopération. Tachkent pourrait ainsi former dans le futur des professeurs, des ingénieurs agronomes et des ingénieurs spécialisés dans le domaine de l’irrigation. Des projets de rénovation et de mise en place d’infrastructures routières sont également en discussion entre les deux pays1398.

  • 1399 Voir HARBA, F., “US aid to Uzbekistan to greatly expand under Economic Cooperation Agreement”, Eura (...)
  • 1400 “US Uzbekistan set up working group on military technical cooperation”, Interfax, January 29, 2002.
  • 1401 Le texte stipule en effet que les deux pays, agreed to cooperate not only in matters of military s (...)
  • 1402 KAISER, R., “Uzbek-US declaration kept secret”, The Washington Post, July 1, 2002.
  • 1403 Voir The US Role in Centrai Asia, by В. Lynn Pascoe, Deputy Assistant Secretary for European and Eu (...)
  • 1404 Voir le constat de Fiona Hill et James Warhola sur les régimes en Asie centrale et leurs réticences (...)
  • 1405 MACHLEDER, J., “US pressure helps prompt Uzbek government to register human rights group”, Eurasia (...)
  • 1406 Voir “Uzbek opposition figures urge caution on US support for Karimov”, Eurasia Insight, March 27, (...)
  • 1407 Voir “Transcript of Media Op with Lynn Pascoe”, Deputy Assistant Secretary of State for European an (...)

21Outre le domaine militaire, l’Ouzbékistan a également obtenu, en échange de son soutien, l’engagement de Washington de lui fournir une assistance économique importante. Un accord a été négocié fin novembre 2001 et rendu public en Ouzbékistan le 6 décembre 20011399. Lors de sa visite à Tachkent en janvier 2002, Elizabeth Jones a également déclaré qu’en plus de son assistance dans le domaine de la politique économique, Washington comptait financer des projets communs avec l’Ouzbékistan dans le domaine de la sécurité, de l’éducation, de la santé, des infrastructures, du traitement des eaux, etc., pour un montant fixé à 160 millions de dollars pour l’année 20021400. Enfin, la déclaration commune sur le partenariat stratégique et la coopération entre l’Ouzbékistan et les États-Unis, publiée le 12 mars 2002, stipule que les deux Etats donnent la priorité à leurs relations économiques. Washington s’engage par ailleurs à coopérer avec Tachkent dans le domaine humanitaire. L’Ouzbékistan pourrait donc profiter des conseils techniques et de l’assistance économique des États-Unis pour faire avancer les réformes dans le pays. Sa situation économique n’est en effet pas brillante et cette opportunité constitue une chance unique pour Tachkent de sortir du marasme. A terme, une modernisation économique de l’Ouzbékistan pourrait favoriser les objectifs politiques du président Karimov. Mais l’aide que Washington a proposée dans la déclaration du 12 mars n’est, semble-t-il, pas sans contrepartie. Selon cet accord, Tachkent doit en effet s’engager dans la voie de la démocratisation politique et économique du pays1401. Ce point est très intéressant, car il tranche complètement avec l’orientation du régime Karimov depuis l’indépendance de l’Ouzbékistan. Selon R. Kaiser, la formulation de l’article 1 de la déclaration de mars 2002 n’aurait pas vraiment reçu l’aval du Président ouzbek. Cet article aurait en fait été rédigé par des « réformateurs » au sein du ministère ouzbek des affaires étrangères1402. La résistance probable du président Karimov à cette disposition pourrait rapidement créer des difficultés dans les relations entre Washington et Tachkent. Les Etats-Unis sont convaincus que l’absence de réformes économiques et de démocratisation des régimes politiques en Asie centrale nourrit le terrorisme. C’est ce que Lynn Pascce a rappelé devant le Sénat, fin juin 20021403. Washington considère que les réformes économiques et politiques sont nécessaires à l’établissement de la sécurité et de la stabilité en Ouzbékistan. Pour l’Amérique, cette orientation devrait d’ailleurs être suivie dans l’ensemble de l’Asie centrale, pour assurer la stabilité de cette zone. Au regard des dix années écoulées, ces conditions risquent fort d’être difficiles à faire admettre à I. Karimov1404. Il faut donc demeurer très prudent quant aux perspectives de démocratisation du pays suite à l’établissement du partenariat américano-ouzbek. Si le climat paraît aujourd’hui favorable aux réformes, il risque cependant d’atteindre rapidement ses limites, étant donnée la nature du régime ouzbek. Le nouveau « partenariat stratégique » établi entre Washington et Tachkent pourrait donc rencontrer assez rapidement des zones de turbulences. Bien entendu, on peut s’attendre à ce que le président ouzbek adopte certaines mesures cosmétiques pour complaire aux États-Unis. Il a par exemple autorisé l’établissement d’un groupe de défense des droits de l’Homme en mars 20021405. Mais, en tout état de cause, la nature de son régime ainsi que l’environnement régional où il n’existe aucune véritable démocratie, rendront délicate la mise en œuvre de véritables réformes, même si Washington le pousse dans cette voie1406. Les États-Unis risquent alors d’être confrontés à un dilemme bien connu : continuer à soutenir un régime autoritaire au nom de leurs intérêts stratégiques, ou respecter leurs propres principes de liberté et de démocratie. Ce dilemme est d’ores et déjà évident aux yeux de l’administration Bush qui a multiplié les contacts avec les autres républiques d’Asie centrale. D. Rumsfeld s’est ainsi rendu en avril 2002 au Kazakhstan, en République kirghize et au Turkménistan. Washington semble conscient des réticences de Karimov. Ainsi, lors de sa visite à Tachkent en juin 2002, Lynn Pascœ a rappelé que, pour l’Ouzbékistan, il était “absolutely critical that progress be mode on political and économie reforms1407. Au cas où les pressions des États-Unis se feraient trop insistantes, et malgré le fait que ces derniers ont davantage à offrir à l’Ouzbékistan dans le domaine économique et financier que Pékin ou Moscou, Karimov pourrait être tenté de contrebalancer son nouvel allié américain en s’appuyant sur d’autres acteurs régionaux moins regardants en matière de droits de l’Homme par exemple sur la Chine ou la Russie , pour essayer de préserver son pouvoir personnel. Le régime communiste de Pékin, qui considère la pénétration des valeurs occidentales et de l’idée démocratique dans la zone comme une menace pour sa sécurité et sa survie, étant donnée la contiguïté géographique entre lui et l’Asie centrale, pourrait fournir cet appui au régime de Karimov. L’objectif de démocratisation de l’Ouzbékistan ne sera peut-être pas aussi aisé à atteindre.

  • 1408 “Central Asian terror crack-down to focus on three groups”, AFP, January 8, 2002.

22Une dernière remarque : l’alignement extrêmement rapide de Tachkent sur Washington à l’occasion de la crise afghane a jeté un doute sur les intentions de l’Ouzbékistan à l’égard de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), dominée par le condominium sino-russe. Avec la pénétration américaine dans la zone, Tachkent a vu sa marge de manœuvre diplomatique s’accroître par rapport à ces deux puissants voisins. Il l’a rapidement mise en œuvre, puisqu’à la réunion de l’OCS du 7 janvier 2002, un officiel chinois a pour la première fois déclaré que cette dernière avait pour objectif de lutter contre « trois forces » c’est-à-dire, “the terrorist groups in Chechnya and East Turkestan and the Uzbekistán lslamic Movement. L’évocation du Mouvement Islamique d’Ouzbékistan n’est pas le fruit du hasard, il s’agit d’un signal à destination des autorités ouzbèkes1408.

  • 1409 La presse russe évoque ainsi la présence invisible des États-Unis aux différents sommets de l’OCS, (...)
  • 1410 “Uzbek president defends decision to cooperate with USA in war against terror”, Uzbek Television fi (...)
  • 1411 “Defense minister in Moscow at a Shanghai Forum Meeting”, RFE/RL Kyrgyz News, May 15, 2002.
  • 1412 AKBARZADEH, S., “Tashkent caught between the US and the SCO”, The Analyst, June 5, 2002.
  • 1413 PANNIER, B., “Karimov decides to take part in Shanghai Group Summit”, RFE/RL, June 7, 2002.

23De manière générale, la nouvelle proximité de Tachkent avec Washington n’est appréciée ni en Chine et ni en Russie1409. S’exprimant à propos de l’OCS, le président Karimov a ainsi déclaré en mai 2002 que if you analyse things thoroughly, there are two great countries that are signatories to the SCO, I would not name them, and [according to them] we should cooperate only with them. There is a Russian phrase ‘non-regional forces’, and according to them we should not cooperate with forces that have nothing to do with the region. As if this is against their interests. They say that we should express our stance on this problem, we should limit the presence of those countries which have nothing to do with our region and organize their departure, and should cooperate with only these two countries and thus guarantee our security1410. Bien que le président ouzbek ne nomme pas les deux pays en question, ce sont clairement les positions de la Chine et de la Russie qui sont visées. Les tensions entre membres de l’OCS ont également été illustrées par la réunion qui s’est tenue à Moscou le 15 mai 2002. Le ministre ouzbek de la Défense l’a tout simplement ignorée1411. Malgré son rapprochement avec les États-Unis et les bénéfices qu’il en retire, et en dépit de ses critiques à l’égard de l’OCS, I. Karimov sait qu’il ne peut pas s’isoler complètement de son environnement régional et doit donc ménager, jusqu’à un certain point, ses voisins russes et chinois1412. Il a ainsi décidé de prendre part aux travaux de l’organisation en juin 20021413. Outre l’objectif de maintenir le difficile équilibre entre son environnement régional et son désir de rapprochement avec Washington, en continuant à participer aux travaux de l’Organisation de coopération de Shanghai, le président ouzbek se ménage aussi la possibilité de rééquilibrer ses relations extérieures du côté de la Chine ou de la Russie, si Washington le pousse dans une direction qui risquerait de remettre en cause son autorité personnelle.

c. Le Turkménistan

  • 1414 Le Turkménistan a fait approuver ce statut par l’Assemblée générale des Nations unies dans sa résol (...)
  • 1415 Voir les mesures de repli adoptées par Achkhabad dans le domaine culturel in PANNIER, B., “Country (...)
  • 1416 Voir RASHID, A., L’Ombre des taliban, op. cit., pp. 201 et ss.
  • 1417 Détails sur les relations entre Achkhabad et les taliban in SAFRONOV, R., “Turkmenistan: a question (...)
  • 1418 “But Turkmen President downplays danger”, RFE/RL. Newsline, December 7, 2000.
  • 1419 “Taliban, Northern Alliance hold talks in Turkmenistan”, RFE/RL Newsline, December 12, 2000.
  • 1420 LELYVELD, M, “Ashgabat backs Tehran in Caspian dispute”, IIFE/IU, November 29, 2000.
  • 1421 LELYVELD, M., “Caspian: Russia-Iran declaration draws objections”, RFE/RL, March 17, 2001.
  • 1422 “Turkmenistan closes embassy in Azerbaijan”, RFE/RL Newsline, June 5, 2001.
  • 1423 LELYVELD, M., “Khamenei critical of Turkmen-Azerbaijani rapprochement”, RFE/RL, May 7, 2001.

24Au moment de l’intervention américaine en Afghanistan, le Turkménistan est le seul État de la ceinture du nord à avoir choisi délibérément de rester en dehors de la coalition internationale. Cette décision procède sans doute du statut de neutralité permanente dont ce pays s’est doté1414 et de l’isolement constant et croissant qui caractérise son régime autoritaire dirigé par S. Niyazov1415. Les bonnes relations qu’Achkhabad entretenait avec les taliban, dans les années où elle rêvait de construire un gazoduc qui relierait son territoire au Pakistan via l’Afghanistan, ne sont pas non plus étrangères aux choix du Turkménistan1416. En février 1999, le ministre turkmène des affaires étrangères de l’époque, aujourd’hui en exil, Boris Shikhmuradov, s’était ainsi rendu à Kandahar pour rencontrer le Mollah Omar et discuter de la possibilité de mise en place de ce projet à travers le territoire afghan, alors que le Président turkmène appelait pour sa part à une reconnaissance internationale du régime de Kandahar1417. Contrairement aux autres républiques centrasiatiques, Achkhabad ne considérait pas l’avancée des taliban en Afghanistan comme une menace pour sa sécurité1418. Elle a également tenté de jouer les intermédiaires entre ces derniers et l’Alliance du nord, en organisant avec l’aide des Nations unies une rencontre informelle entre les deux parties en décembre 20001419. Les relations particulières du Turkménistan avec l’Iran, pays voisin et seul débouché non-russe pour ses exportations de gaz, ont probablement également influencé la décision d’Achkhabad de rester à l’écart de la coalition mise en place par les Américains, à partir du moment où Téhéran refusait d’y participer. Malgré son ouverture à l’égard du régime de Kandahar, Achkhabad a pu maintenir des relations suivies avec l’Iran depuis plusieurs années, notamment en raison du soutien occasionnel qu’il lui a apporté contre les positions des autres Etats riverains notamment celles de la Russie et de l’Azerbaïdjan , à propos du statut de la mer Caspienne. Ainsi en a-t-il été en novembre 2000 face à la Russie1420. Contrairement à Bakou et Astana, Achkhabad s’était aussi abstenue de critiquer la déclaration Khatami-Poutine de mars 2001 qui stipulait que until the legal régime of the Caspian Sea is finalized, the parties do not ofjicially acknowledge any boundaries on this sea [...]Any décision and agreements referring to the legal status and use, of the Caspian Sea will only have force ifthey are approved on general consent of the five littoral stales1421. L’inimitié qui règne entre le Turkménistan et l’Azerbaïdjan, en raison du conflit maritime qui les oppose à propos de la propriété du champ de Serdar (Kyapaz pour les Azerbaïdjanais), est aussi appréciée par Téhéran, dans la mesure où cette dernière empêche ces deux États de trouver un terrain d’entente. En juin 2001, les désaccords entre Achkhabad et Bakou étaient tels que le Tukménistan a fermé l’ambassade qu’il avait ouverte en 1999 en Azerbaïdjan1422. Cette mésentente permet à l’Iran de ne pas se retrouver isolé face aux revendications des autres États riverains. La preuve de l’utilité de cette discorde pour Téhéran est illustrée par les critiques lancées par les autorités iraniennes à l’encontre de la tentative de rapprochement qui s’était dessinée entre les deux pays en mai 20011423. Pour le Turkménistan, l’Iran constitue enfin une voie de transit essentielle pour ses marchandises et son approvisionnement. La ville iranienne de Mashad est en effet un lieu de passage obligé et un nœud routier et ferroviaire en direction de la Turquie ainsi que des ports du golfe Persique.

  • 1424 “Niyazov comments on pipelines, caspian”, BBC, January 10, 2002.

25Avec son voisin russe, les relations du Turkménistan sont pour le moins erratiques. Achkhabad n’hésite pas à utiliser Téhéran comme contre-poids à l’influence russe ou lorsque Moscou cherche une entente avec Bakou sur le problème du statut de la Caspienne. En dépit des tentatives entreprises par V. Poutine pour persuader le président Niyazov de coopérer davantage avec la Russie, les relations entre les deux États demeurent plutôt chaotiques. Un rapprochement s’est dessiné à la fin de l’année 2001 et au début de l’année 2002, en ce qui concerne la question du transit du gaz turkmène par la Russie1424. Mais les deux États ne se sont toujours pas accordés quant au statut de la Caspienne, alors que le Turkménistan cherche à se dégager de sa dépendance à l’égard de Moscou dans le domaine du désenclavement de sa production gazièrc en réactivant, le projet de gazoduc trans-afgan avec le Pakistan.

  • 1425 “Niyazov rules out US troops in Turkmenistan”, RFE/RL Newsline, September 26, 2001 et “Turkmenistan (...)
  • 1426 “Turkmens offer humanitarian corridor, say evil must be punished”, BBC, September 25, 2001.
  • 1427 Avant septembre 2001, outre la présence des compagnies pétrolières américaines sur le terrain turkm (...)
  • 1428 “Turkmenistan acts to tighten border control”, BBC, October 1, 2001.
  • 1429 “Turkmen president seeks UN backing for gas export pipeline via afghanistan”, RFE/RL Newsline, Octo (...)
  • 1430 “Turkmenistan believes UN should sponsor Afghan gas pipeline project”, AGOC, vol. 6, issue 23, Dece (...)
  • 1431 “Niyazov discusses Afghanistan’s future with US envoy”, BBC, October 24, 2001.
  • 1432 TORBAKOV, I., “Taliban defeat revives debate on Trans-Afghan pipeline”, Eurasia Insight, December 1 (...)
  • 1433 “US to support Turkmen pipeline project via Afghanistan”, BBC, February 2, 2002.
  • 1434 “Pakistan, Afghanistan support turkmen gas-export pipeline”, RFE/RL Newsline, February 11, 2002.
  • 1435 Dès le 19 octobre 2001, le représentant américain au Turkménistan réitérait aussi le soutien des Ét (...)
  • 1436 Voir les déclarations de Laura Kennedy in “Niyazov, US envoy discuss pipeline possibilities”, BBC, (...)
  • 1437 HIEBERT, M., “Afghanistan. No big bin for big oil”, FEER, January 17, 2002.
  • 1438 KAZEM, H., “Afghanistan eyes a pipeline, but prospects look dim”, Eurasia Insight, June 6, 2002.

26En dépit de son refus réitéré d’accueillir des troupes américaines sur son territoire dans le cadre des opérations militaires en Afghanistan1425, le « Turkmenbashi » titre dont S. Niyazov aime à se parer , avait, dès la fin septembre, autorisé le survol du territoire turkmène à des fins humanitaires1426. Les Turkmènes ont aussi permis le passage de convois d’aide humanitaire à travers leur territoire. Ainsi, le Turkménistan est devenu une base logistique essentielle pour l’acheminement de cette aide à l’Afghanistan. Ce rôle lui vaudra les remerciements de Washington. Malgré les refus d’Achkhabad d’admettre des troupes américaines sur son sol, le gouvernement américain a intensifié depuis septembre 2001 sa coopération avec ce pays1427. Au début des hostilités en Afghanistan, étant donnés les liens qui existaient entre Achkhabad et Kandahar, les Américains avaient craint que ce pays ne puisse servir de refuge aux taliban, voire à des membres de al-Qaïda. Mais il n’en a rien été, semble-t-il, au grand soulagement de Washington. Dès le mois de septembre, le Turkménistan avait en effet renforcé la sécurité autour de ses frontières, y compris autour de celles qui le séparent de ses voisins centrasiatiques1428. Lynn Pascœ s’est rendu dans la capitale turkmène dès novembre 2001, suivi d’Elizabeth Jones fin janvier 2002. Mais avant même la visite de Lynn Pascœ, le président Niyazov a compris que la campagne militaire de Washington en Afghanistan lui offrait l’opportunité de réactiver la question du gazoduc turkmène vers les marchés du Pakistan et peut-être, au-delà vers ceux de l’Inde1429. La question du gazoduc trans-afghan a ainsi été évoquée, avec Kenzo Oshima, le représentant des Nations unies pour l’aide humanitaire, dès le 22 octobre 2001, alors que le régime des taliban n’était pas encore vaincu. Le « Turkmenbashi » a suggéré à cette occasion que l’organisation des Nations unies prenne en charge la construction de ce gazoduc, afin d’aider à la stabilité de l’Afghanistan1430. Il est intéressant de noter que le lendemain de cet entretien, le président Niyazov rencontrait Laura Kennedy, le nouvel ambassadeur américain à Achkhabad1431. Dès décembre, il était clair pour les observateurs que la chute des taliban allait relancer les spéculations autour de ce projet1432. Fin janvier 2002, lors de sa visite, E. Jones évoquait les différentes options pour l’exportation du gaz turkmène vers le marché international et déclarait que la voie trans-afghane était prometteuse et qu’elle bénéficiait du soutien de l’administration américaine1433. Le 10 février suivant, lors d’une conférence de presse commune à Islamabad, Hamid Karzaï et Pervez Moucharraf faisaient part de leur soutien au projet de gazoduc trans-afghan1434. Indépendamment de leur soutien à ce projet de gazoduc, les Etats-Unis encouragent également le Turkménistan à participer à la reconstruction de l’Afghanistan et à intensifier ses relations économiques bilatérales. En avril 2002, Donald Rumsfeld s’est rendu à son tour dans la capitale turkmène, pour aborder la question afghane avec le président Niyazov, mais aussi le problème de la stabilité régionale et de la coopération bilatérale et multilatérale dans le domaine de la sécurité. Signe de l’intérêt de Washington en ce qui concerne la coopération militaire avec Achkhabad, à l’occasion de sa visite, le représentant américain a également invité le Turkménistan à accroître sa participation au programme de Partenariat pour la Paix de l’Otan. Cette visite sera suivie d’une seconde tournée de Lynn Pascœ en juin 2002. Dans l’intervalle, les 29 et 30 mai 2002, le président Niyazov, son homologue pakistanais, Pervez Moucharraf, et le président intérimaire afghan, Hamid Karzaï, se sont réunis à Islamabad pour discuter du projet de gazoduc trans-afghan. A l’issue de cette rencontre, nous avons vu qu’ils ont conclu un protocole portant sur la mise en place de cette ligne. Ce projet jouit de l’appui de l’administration Bush, qui remercie ainsi le Turkménistan et le Pakistan de leur coopération, tout en infligeant un camouflet à Téhéran1435. Washington compte également sur ce gazoduc pour renforcer la stabilité de l’Afghanistan1436. Les observateurs restent pour leur part plus réservés quant aux perspectives de mise en place de cette infrastructure. Nous avons vu plus haut quels sont les obstacles qui jettent une ombre sur la réalisation de ce projet. Pour l’instant, les « Majors » ne se sont pas montré intéressés et ce d’autant que la stabilité et la paix en Afghanistan ne sont pas encore assurées. Il faudra sans doute attendre une certaine normalisation des relations indo-pakistanaises pour que ce projet ait une réelle chance de sortir des cartons1437. Cette perspective n’est peut-être pas pour demain1438. Il faut aussi se souvenir que les relations afghano-pakistanaises ne sont pas vraiment sereines. L’interventionnisme pakistanais dans les affaires afghanes a laissé des traces. De nombreux Afghans demeurent méfiants à l’égard des desseins d’Islamabad concernant leur pays. Le Pakistan ne sera-t-il pas tenté de s’immiscer à nouveau dans les affaires afghanes en raison même de la mise en place de cette infrastructure ?

  • 1439 DIBA, b. a., “Trans-Afghan Pipeline: Another loss for Iran in the pipeline diplomacy of the Caspian (...)
  • 1440 Turkmenistan invites Russia to join pipeline project”, RFE/RL Newsline, June 17, 2002.
  • 1441 LELYVELD, M., Russia: Support for gas pipeline through Afghanistan uncertain”, RFE/RL, July 11, 20 (...)

27Pour l’Iran, la perspective d’une mise en place de cette infrastructure n’est pas non plus réjouissante. Le gazoduc ne produira aucun bénéfice pour Téhéran, ni en terme économique (droit de transit), ni en terme politique. Il évitera le territoire de la République islamique et la privera d’un marché proche. Le désenclavement de la production turkmène par cette voie, si elle se concrétise, se fera donc en grande partie au détriment de Téhéran. Certains ont d’ailleurs déjà relevé cet échec de la République islamique1439. De même, la Russie verra une partie de son contrôle sur le désenclavement du gaz turkmène lui échapper, et donc ses moyens de pression sur Achkhabad réduits d’autant. Elle perdra également les bénéfices économiques du transit du gaz turkmène par son territoire. Pour tenter d’apaiser la Russie, le président Niyazov a invité les compagnies russes comme Gazprom, Itera ou Rosneft à participer à la mise en place de cette infrastructure1440. Face au projet transafghan, Igor Ivanov a pour sa part rappelé début juillet 2002 que les intérêts de la Russie ne devaient pas être négligés. Il a ainsi déclaré : we will not allow anybody to hurt our interests1441. La position de Moscou face aux perspectives de mise en œuvre du gazoduc trans-afghan est aujourd’hui ambiguë. Des tensions entre Moscou et Achkhabad ne sont pas exclues.

  • 1442 Laura Kennedy citée in Idem.

28Enfin, contrairement aux déclarations de Laura Kennedy selon lesquelles “the implementation of this program (the Trans-Afghan pipeline) can produce a decisive impact on Afghanistan’s stability and prosperity1442, il n’est pas certain que la construction de cette infrastructure crée à elle seule la stabilité en Afghanistan. Ce sera davantage la stabilité retrouvée du pays qui permettra peut-être à terme le développement d’une telle infrastructure.

  • 1443 Sur la situation interne du pays, voir le site internet du Provisional Executive Council of the Peo (...)
  • 1444 Sur la personnalité du président Niyazov voir KAISER, R., “Personality cult buoys ‘Father of All Tu (...)
  • 1445 SAFRONOV, R., Niyazov’s latest purge reveals a regime on the brink”, Eurasia Insight, April 16, 20 (...)
  • 1446 RECKNAGEL , G., “President shows no sign of welcoming refugee kinsmen”, RFE/RL, April 26, 2001.
  • 1447 “Exclusive interview with Boris Shikhmuradov on Afghan Conflict, situation in Turkmenistan”, RFE/RL (...)
  • 1448 RECKNAGEL, G., “Afghanistan: ethnic Turkmen seek peace-building role”, RFE/RL, January 6, 2002.
  • 1449 RECKNAGEL, G., “Afghan Turkmen say they have been sidelined in loya Jirga process”, RFE/RL, Turkmen (...)

29En ce qui concerne le Turkménistan, on notera que le régime du président Niyazov est secoué depuis l’année 2001 par une série de crises internes et de défections, qui touchent les élites dirigeantes du pays. Elles ne supportent plus le climat politique qui y règne1443. Des purges ont été organisées par le président turkmène. Son bilan en matière de respect des droits de l’Homme est loin d’être brillant et sa personnalité erratique pourrait finir par indisposer son nouveau soutien américain1444. C’est donc un pouvoir fragilisé qui va devoir redéfinir ces relations avec ses voisins et notamment avec ses voisins iranien et afghan, dans la période post-taliban1445. En ce qui concerne l’Afghanistan, on pourrait penser que le Turkménistan s’intéresse à ce pays également en raison de la minorité turkmène qui y vit. Il n’en est rien. Depuis son accession au pouvoir, le président Niyazov ne s’est guère soucié du sort des réfugiés Afghans d’origine turkmène. Alors qu’une grande partie des Turkmènes afghans a trouvé refuge au Pakistan depuis parfois plus d’une décennie, le Turkménistan a complètement ignoré leur sort et n’a rien entrepris pour encourager leur réinstallation sur son territoire1446. Plus grave, le pouvoir aurait ordonné en 1996 d’ouvrir le feu sur des réfugiés turkmènes qui tentaient de franchir la frontière turkméno-afghane et en aurait expulsé des milliers d’autres qui essayaient de gagner le territoire de la république turkmène pour échapper aux persécutions en Afghanistan1447. Dans la nouvelle administration afghane, les Turkmènes d’Afghanistan ne sont guère représentés1448. Ils auraient également été négligés lors de la Loyajirgaqui s’est réunie en juin 20021449. Cette légèreté du pouvoir afghan à l’égard de sa population turkmène ne semble pas indisposer Achkhabad. En juin 2002, le Turkménistan a accrédité sans aucun problème un ambassadeur à Kaboul. Comme c’est également le cas avec l’Iran, le facteur ethnique ne joue pas de rôle déterminant dans la politique du Turkménistan à l’égard de son voisin afghan. Seuls comptent donc ses intérêts politiques et économiques.

d. La République kirghize

  • 1450 Entre 1991 et juin 2001, Washington a fourni environ 500 millions de dollars d’aide financière à la (...)
  • 1451 “US expresses désappointement over Kyrgyz Presidential poll”, RFE/RL Newsline, November 3, 2000 et (...)
  • 1452 “Top Kyrgyz aide rejects US criticism of ‘backtracking’ on democracy”, Kabar news agency in BBC, No (...)
  • 1453 Voir sur la situation des droits de l’Homme dans le pays avant le 11 septembre 2001 : KHAM1DOV, A., (...)
  • 1454 “Kyrgyzstan’s Akaev says there is no ‘universal’ form of democracy”, RFE/RL Newsline, August 30, 20 (...)
  • 1455 “US presents Kyrgyzstan with defense équipement”, RFE/RL Newsline, December 8, 2000 et “US trains c (...)
  • 1456 “US security experts discuss border security in Kyrgyzstan”, Kabar news agency in BBC, February 8, (...)
  • 1457 JJS holds talks in Kyrgyzstan, Uzbekistan on regional security threats”, RFE/RL Newsline, May 22, (...)
  • 1458 “Russia will activate its policy in Central Asia”, Interfax, January 5, 2001.
  • 1459 “Kyrgyz President stops over in Moscow to discuss terrorism”, RFE/RL Newsline, January 31, 2001.
  • 1460 Détails de la coopération militaire bilatérale russo-kirghize pour l’année 2000 dans “Russian attac (...)
  • 1461 “Kyrgyz, Russian Premiers meet in Minsk”, RFE/RL Newsline, June 4, 2001.
  • 1462 Détails in “CIS collective forces headquarters start to function in Kyrgyz capital”, Kabar news age (...)
  • 1463 CIS rapid reaction forces end exercises on southern Kyrgyz border”, Kyrgyz Television first channe (...)
  • 1464 Détails des opérations militaires basées sur le scénario d’une attaque de militants islamistes in “ (...)
  • 1465 Voir “CIS military exercises begin in Kyrgyzstan”, RFE/RL Kyrgyz News, June 12, 2002.
  • 1466 D’après De TEMPLE, J., LtCol, “Central Asian rapid reaction force support gathered”, Eurasia Insigh (...)
  • 1467 “Russia and china play key role in region’s security”, Interfax, June 5, 2001.
  • 1468 Contrairement à cette annonce, les événements de l’année 2001 ont semble-t-il repoussé cette éventu (...)
  • 1469 “Russia will remain Kyrgyzstan’s strategic partner in 21st century”, Interfax, August 16, 2001.

30Au moment de l’intervention américaine en Afghanistan, les anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale, qui ne possèdent pas de frontières communes avec ce pays, à savoir la République kirghize et le Kazakhstan, se sont également rangées aux côtés des États-Unis. Si la République kirghize s’est alignée sur les positions de Washington, elle a hésité, comme le Tadjikistan, à autoriser le déploiement de forces militaires occidentales sur son territoire. Elle ne l’a finalement accepté que fin décembre 2001. La proximité de Bichkek avec Moscou n’est sans doute pas étrangère à cette hésitation. En effet, ces dernières années, la République kirghize n’a pas échappé à l’activisme politique du président Poutine. Parallèlement au retour d’intérêt de la Russie, malgré leur ampleur1450, les relations bilatérales entre Bichkek et Washington s’étaient distendues en raison de l’autoritarisme croissant du président Akaev et de la détérioration de la situation des droits de l’Homme et des libertés dans cette république, pourtant présentée naguère comme la plus démocratique de la région. Washington a ainsi fait part de sa désapprobation à l’occasion de l’élection présidentielle qui s’est déroulée en octobre 2000. Le porte-parole du Département d’État américain, Richard Boucher, a déclaré à l’époque que les États-Unis étaient “disappointed that the conduct of the élection in Kyrgyzstan did not meet international standards1451. Le pouvoir kirghiz a rejeté pour sa part les critiques américaines1452. Entre l’automne 2000 et l’été 2001, les signes d’un durcissement du régime (atteinte à la liberté de la presse, à la liberté d’opinion, répression de l’opposition politique, renforcement des pouvoirs du président) se sont multipliés1453. Le président Akaev a ainsi déclaré en août 2001 qu’il n’existait pas de « formule universelle pour la démocratie »1454. Toutefois, malgré ce refroidissement des relations bilatérales, Washington, préoccupé par l’essor des activités du Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO) dans la République et par la faiblesse de Bichkek face à ces incursions armées, mais aussi par le développement du trafic de la drogue et les possibilités de contrebande de composants pour la mise au point d’armes de destruction massive à travers les frontières poreuses du pays, avait octroyé aux autorités kirghizes une assistance technique et militaire substantielle dans le domaine de la surveillance frontalière1455. Le montant de cette aide prévue pour plusieurs années dans le domaine de la formation et de l’équipement a été estimé à 5,5 millions de dollars (dont 2,99 millions de dollars déjà fournis en 2 000)1456. Des experts américains s’étaient rendus en février 2001 dans le pays pour évaluer la situation sur place. Mais les États-Unis ne semblaient pas vraiment disposés à s’engager davantage sur le terrain kirghiz, malgré les risques d’une nouvelle campagne du MIO. Lors de sa tournée en Asie centrale en mai 2001, le général Tommy Franks avait appelé Bichkek à accroître sa coopération dans le domaine de la sécurité avec la Turquie, la Russie et aussi la Chine, afin de lutter contre la menace que ce mouvement radical faisait peser sur elle1457. La consolidation de l’influence russe en République kirghize s’était donc effectuée principalement par le biais des garanties de sécurité et du renforcement de la coopération dans le domaine militaire1458. Les incursions du Mouvement islamique d’Ouzbékistan dans la république, ainsi que la situation afghane, avaient servi de catalyseur. Dans le courant de l’année 2001, le président Akaev avait rencontré à plusieurs reprises des officiels russes pour s’entretenir du problème du terrorisme islamique1459. La coopération militaire bilatérale s’était étendue, Moscou mettant par exemple en place un programme de formation pour les gardes-frontières kirghizes1460. Dans le cadre du traité de sécurité collective, la République kirghize a également accepté le 25 mai 2001 de participer à la mise en place d’une force de réaction rapide multilatérale composée de 3 000 hommes au côté de la Russie, de l’Arménie, de la Biélorussie, du Kazakhstan et du Tadjikistan. Il était prévu que le centre de commandement de cette nouvelle force serait installé à Bichkek. En juin 2001, le premier ministre kirghiz a rencontré son homologue russe à Minsk pour discuter des détails de cette installation et aussi de l’octroi d’une aide militaire supplémentaire1461. Le centre de commandement est entré en fonction début août 20011462. Pour sa part, la force de réaction rapide devait également être opérationnelle en août 2001. Mais à cette date, rien n’était véritablement en place. Une série d’exercices prévus pour la fin de ce mois a également été reportée. Ils ne se sont déroulés qu’en octobre 2001, au sud de la république1463. D’autres exercices militaires avec la Russie ont été organisés par la suite en avril, (South Anti-Terror-2002)1464, puis en juin 2002 (Southern Shield of CIS-2002)1465. L’établissement de cette force de réaction rapide est considéré comme le premier pas concret réalisé par Moscou en direction de la mise en place d’une force militaire régionale dans le cadre du traité de sécurité collective signé à Tachkent en 19921466. Dans une interview accordée en juin 2001 à l’agence de presse russe Interfax, le ministre kirghiz des Affaires étrangères a pris acte de l’importance de la Russie en matière de sécurité pour son pays. Il a souligné que cette dernière, mais aussi la Chine, ce qui était plus neuf, étaient appelées à jouer un rôle central dans le domaine de la sécurité en Asie centrale1467. Dans cette perspective, l’établissement d’un centre antiterroriste à Bichkek dans le cadre du « Groupe de Shanghai » proposition remontant à l’année 2000 , a été envisagé à court terme1468. En août 2001, le ministre kirghiz de la défense s’est entretenu avec Sergeï Ivanov de la coopération militaire entre les deux pays, alors que le président Akaev a déclaré que la Russie demeurerait le « partenaire stratégique » de la République kirghize au xxie siècle1469.

  • 1470 Voir “Destabilization in Central Asia may follow strikes against Afghanistan”, Interfax, September  (...)
  • 1471 OMURALIYEV, N., “Involvement or neutrality in the fight against terrorism”, Vecherniy Bishkek in BB (...)
  • 1472 US accepts offered use of Kyrgyz airspace”, RFE/RL Newsline, September 25, 2001.
  • 1473 Le Fonds a finalement approuvé un prêt d’un montant de 93 millions de dollars à Bichkek en décembre (...)
  • 1474 “US provides humanitarian aid for Kyrgyzstan”, RFE/RL Newsline, October 31, 2001. Selon l’ambassade (...)
  • 1475 En juillet 2002, un nouveau programme de micro-crédit, pour une valeur de 15,3 millions de dollars, (...)
  • 1476 “Kyrgyzstan asks Paris Club members to reschedule debts”, RFE/RL Newsline, November 19, 2001.
  • 1477 “Paris Club reschedules Kyrgyzstan’s foreign debt”, RFE/RL Newsline, March 12, 2002.
  • 1478 D’apres “IMF to write off part of Kyrgyzstan’s debts”, RFE/RL Newline, November 21, 2001.

31A la veille des événements du 11 septembre, en l’absence d’alternative pour assurer sa sécurité, la République kirghize s’était tournée vers Moscou. Il n’est par conséquent guère étonnant que Bichkek ait attendu de recevoir le feu vert de la Russie avant d’autoriser un déploiement américain sur son territoire. Le 17 septembre, les autorités kirghizes se montraient réticentes quant à la possibilité d’une intervention des États-Unis en Afghanistan et critiquaient les propositions ouzbèkes d’accueillir les forces américaines1470. Néanmoins, dès le 20 septembre, certains observateurs kirghizs soulignaient qu’il était dans l’intérêt de Bichkek de soutenir Washington. Il fallait toutefois consulter Moscou au préalable1471. Le 25 septembre, après consultation effective de la Russie, le président Akaev annonçait qu’il avait proposé aux États-Unis d’ouvrir l’espace aérien de la République kirghize à leur aviation1472. Cette décision allait rapidement produire des bénéfices financiers pour le pays. Dès le 1er octobre, le Fonds monétaire international annonçait qu’il accordait un nouveau prêt de trois ans à Bichkek pour un montant estimé à 90 millions de dollars1473. Le même mois, Washington livrait de l’aide humanitaire à la République kirghize pour un montant estimé à 5 millions de dollars et déclarait que son assistance allait croître en 20021474. A l’occasion d’une tournée en Asie centrale, le président de la Banque européenne de reconstruction et de développement annonçait également que la banque avait l’intention d’accroître ses activités en République kirghize1475, alors que les autorités de la république demandaient pour leur part au Club de Paris de restructurer la dette extérieure du pays1476. Les négociations pour le rééchelonnement de la dette détenue par les pays membres du Club de Paris soit 449,7 millions de dollars sur un total de 1,429 milliard de dollars , ont débuté en mars 2002. Elles ont abouti à la restructuration d’une partie de la dette extérieure kirghize, soit 94,5 millions de dollars1477. Le FMI aurait également accepté, en novembre 2001, d’effacer une partie non spécifiée de cette dette1478.

  • 1479 “US-Kyrgyz memorandum of understanding signed in Washington”, Kabar news agency in BBC, February 18 (...)
  • 1480 Voir “Millennium Challenge Account Update”, Fact Sheet, June 3, 2002 (www.usaid.gov/press/releases/ (...)
  • 1481 BLUA, A., “East/West: US treasury secretary concludes visit to former Soviet countries”, RFE/RL, Ju (...)

32Outre le domaine financier, en matière économique, un protocole d’accord portant sur l’accroissement de la coopération bilatérale et l’assistance américaine à la République kirghize a été conclu le 15 février 2002 à l’occasion de la visite d’une délégation de Bichkek à Washington. Les États-Unis s’engagent à soutenir l’économie kirghize ; en contrepartie, ils demandent à Bichkek de poursuivre les réformes destinées à transformer l’économie de la république en économie de marché. L’accent est également mis sur la création et le renforcement des institutions démocratiques et sur le respect des droits de l’Homme dans le pays1479. Washington a donc opté pour une stratégie d’assistance économique, en échange de la démocratisation du pays et de la libéralisation de l’économie kirghize. Le pari n’est cependant pas gagné d’avance. Le bilan du début de l’année 2002 pour Bichkek en matière de respect des droits de l’Homme n’est en effet pas vraiment exemplaire. Cela n’a pas empêché le secrétaire d’État américain au Trésor, Paul O’Neill de se rendre sur place début juillet 2002, afin de s’entretenir avec les autorités kirghizes de leurs besoins dans le domaine économique. Dans le cadre de son programme “New Millennium Challenge Account lancé par le président Bush en mars 2002, Washington envisage en effet d’accroître son assistance financière globale aux pays en développement. Cet accroissement devrait atteindre 5 milliards de dollars en 20061480. La décision finale doit être adoptée en septembre 2002. La République kirghize pourrait devenir un des bénéficiaires de ce programme, à condition qu’elle se plie aux conditions que Washington fixera et qui ont trait principalement à la bonne gouvernance1481.

  • 1482 KYSHTOBAYEV, D., “The Pentagon in Tashkent”, Slovo Kyrgyzstan in BBC, October 4, 2001.
  • 1483 “Kyrgyz leader backs US fight against terrorism, lauds economic successes”, Kabar news agency in BB (...)
  • 1484 FJOGAN, B., “Kyrgyz authorities concerned about retaliatory raids against Central asian reservoirs” (...)
  • 1485 Pour la campagne 2001 du MIO voir KOICHIEV, A., “Kyrgyz soldiers reportedly clash with IMU fighters (...)
  • 1486 “Kyrgyzstan ready to make airfields available to antiterrorist coalition”, RFE/RL Newsline, Novembe (...)
  • 1487 “Kyrgyzstan to consult with CIS states on granting antiterrorism coalition use of its air bases”, R (...)
  • 1488 Voir les déclarations du président Akaev in “Kyrgyz legislature approves US use of airfields”, RFE/ (...)

33En plus des bénéfices financiers et économiques qu’elle pensait retirer de l’alignement sur les positions américaines, la République kirghize s’est également très vite inquiétée du rapprochement entre l’Ouzbékistan et les États-Unis. En raison de sa nouvelle entente avec Washington, le poids de Tachkent sur la scène centrasiatique risquait en effet d’être renforcé, peut-être au détriment de ses voisins1482. Or, les contentieux qui opposent la République kirghize à l’Ouzbékistan sont nombreux. Bichkek a donc intérêt à coopérer avec l’administration américaine, afin que cette dernière limite son soutien aux demandes de Tachkent et prenne également en considération les intérêts de la République kirghize dans sa nouvelle politique centrasiatique. Dès le 8 octobre, Bichkek a apporté son appui à la campagne de bombardement, entreprise la veille en Afghanistan par Washington. Quelques jours plus tard, le président Akaev évoquait la possibilité d’étendre la coopération avec les Etats-Unis1483. Il restait cependant prudent. Tout comme dans le cas du Tadjikistan, la crainte de représailles de la part du régime des taliban, en cas de coopération avec les forces américaines, a pesé sur ses choix1484. La République kirghize se sait vulnérable à la pénétration de militants islamistes sur son territoire. Les diverses incursions du Mouvement islamique d’Ouzbékistan entre 1999 et 2001 ont bien démontré cette faiblesse1485. Ce n’est donc qu’une fois les premiers succès militaires engrangés dans le nord de l’Afghanistan et les troupes des taliban substantiellement réduites, que le gouvernement kirghiz a annoncé, fin novembre 2001, son intention de répondre favorablement aux demandes d’utilisation de bases sur son territoire formulée par la France, le Canada, l’Australie, la Corée du Sud et l’Italie1486. Deux bases situées dans la région de Och, au sud de la République et Kant, dans le nord du pays ont été pressenties, mais les experts occidentaux les ont semble-t-il écartées. Avant d’accéder aux demandes occidentales, et notamment à la requête formulée par l’ambassade américaine à Bichkek le 4 décembre 2001, les autorités kirghizes ont à nouveau tenu à préciser qu’elles devaient consulter leurs partenaires de la CEI et particulièrement la Russie1487. Outre Moscou, dont le représentant déclarait le 14 décembre que son pays n’avait pas d’objection à l’utilisation par Washington d’une base sur le sol kirghiz, Bichkek a également consulté Pékin. Selon les déclarations du président kirghiz, la Chine a aussi accepté l’idée de ce déploiement américain dans la république1488. Cette double consultation rend bien compte des impératifs qui guident la politique étrangère de la République kirghize. Elle doit en effet tenir compte de son environnement régional et de son extrême faiblesse face à ses deux puissants voisins.

  • 1489 Comme le relevait “US military settling in near Bishkek”, Jamestown Monitor, vol. 8, n° 11, January (...)
  • 1490 “Kyrgyz president says US air force presence will not harm Kyrgyzstan”, Kyrgyz Television first cha (...)
  • 1491 Le même jour, Washington accordait 3,5 millions de dollars à Bichkek pour moderniser ses forces aér (...)
  • 1492 “Korean contingent arrives at Kyrgyz airport”, RFE/RL Newsline, March 1, 2002.
  • 1493 “Kyrgyz official says US military presence will not be permanent”, RFE/RL Newsline, January 9, 2002
  • 1494 “Akaev says US presence no threat to Russia”, RFE/RL, February 8, 2002 et “Western troops are in Ky (...)
  • 1495 RASHID, A., “Russia, China warily watch for American intrusions in Central Asia”, Eurasia Insight, (...)

34Le président Akaev a donc donné son feu vert le 14 décembre, après accord préalable des deux chambres de la République. Les conditions offertes à Washington par la République kirghize sont plus larges que dans le cas de l’Ouzbékistan et du Tadjikistan. Selon le Jamestown Monitor, à la demande du président Akaev lui-même, le parlement kirghiz n’aurait imposé aucune restriction aux opérations américaines à partir de Manas. Alors que, dans les cas ouzbek et tadjik, les troupes des États-Unis ne peuvent théoriquement pas engager d’actions offensives à partir de ces territoires, à Manas au contraire, elles peuvent opérer comme elles l’entendent1489. Le président Akaev a toutefois précisé ultérieurement que ce consentement avait été accordé pour une période d’un an1490. D’autres autorisations ont également été données au Canada et à la France fin décembre. Le 19 décembre, les premiers avions américains ont atterri sur l’aéroport de Manas à Bichkek, suivis fin février des appareils français1491. Il était prévu qu’environ 3 000 hommes et 40 avions y seraient déployés avant le 20 janvier 2002 mais début mars, on ne comptait officiellement à Manas que 1 100 hommes (des Américains, des Australiens, des Danois, des Français et des Espagnols), renforcés par une équipe médicale sud-coréenne1492. En juillet 2002, les forces de la coalition basées à Manas ont été évaluées à 1 800 hommes. Les autorités kirghizes ont rappelé, début janvier 2002, que le déploiement de forces militaires sur leur sol ne serait pas « permanent »1493. Elles ont souligné qu’une prolongation ne pourrait être accordée qu’après consultation de la Russie et aussi de la Chine. Le président Akaev a lui-même repris cette position à la mi-février 20021494. Ces diverses déclarations rappellent la prudence de Bichkek face à ses deux puissants voisins. Une trop grande proximité avec Washington risque de froisser leur sensibilité et de placer la République kirghize dans une position très délicate. Mais ces déclarations démontrent en même temps l’inquiétude de la Chine et de la Russie face à l’éventualité d’une présence militaire permanente de Washington dans la république1495. Le précédent de la guerre du Golfe et de l’installation de bases américaines sur le sol saoudien, ne plaident pas en faveur d’un retrait rapide des forces des États-Unis. Face aux perspectives de déploiement américain, les deux grands voisins de la République kirghize ont donc rapidement réagi pour tenter de faire valoir leurs intérêts auprès de Bichkek.

  • 1496 “Kyrgyz, Russian legislators propose joint military base”, RFE/RL Newsline, October 9, 2001.
  • 1497 “Russia requests use of Kyrgyz air base for humanitarian purposes”, RFE/RL Newsline, December 6, 20 (...)
  • 1498 En plus de ses intérêts stratégiques, la Russie dispose encore sur le territoire kirghiz d’installa (...)
  • 1499 “Russian delegation discusses military cooperation with Kyrgyzstan”, RFE/RL Kyrgyz News, January 16 (...)
  • 1500 Plusieurs accords de coopération dans le domaine militaire ont ainsi été conclus lors de la visite (...)
  • 1501 BLAGOV, S. “Russia boosts military ties with Kyrgyzstan”, Asia Times, June 15, 2002.
  • 1502 Voir “From CIS collective security treaty to collective security organization?”, Jamestown Monitor, (...)

35Dès le mois d’octobre, la Russie a proposé l’établissement d’une base conjointe russo-kirçhize sur le territoire de la République1496. Cette première proposition n’a apparemment pas produit d’effets. Cependant, alors que Washington formulait sa demande de déploiement militaire le 4 décembre, Moscou requerrait également le même mois des autorités kirghizes l’attribution d’une base destinée à mener des opérations à « but humanitaire »1497. Pour faire valoir ses intérêts1498, la Russie a maintenu un contact étroit avec les autorités de Bichkek en envoyant plusieurs délégations ainsi que de hauts responsables politiques. Les visites officielles du président kirghiz (février 2002) ou encore les sommets de la CEI et de l’Organisation de coopération de Shanghai (juin 2002) ont été mis à profit pour discuter des relations bilatérales1499. Moscou a également mis l’accent sur le renforcement de la coopération avec la République kirghize dans les domaines techniques et militaires, aussi bien dans un cadre bilatéral1500 que sur le plan multilatéral1501. Dans ce dernier cas, nous avons vu que des exercices militaires conjoints de la nouvelle force de réaction rapide ont été organisés en 2002. Le sommet de la CEI en mai 2002 a transformé la coopération militaire entre les États partie au traité de sécurité collective en organisation de sécurité collective régionale1502. Moscou demeure donc très attentive au développement de la coopération américano-kirghize.

  • 1503 GAGNAT, R., « Asie centrale : le Très Grand Jeu », Défence nationale, mars 2002, pp. 30-31.
  • 1504 Voir GLASER, B., “Terrorist strikes give US-China ties a boost”, Comparative Connections, vol. 3, n (...)
  • 1505 “Qùna Warns US Against ‘Hegemony’”, AFP, January 17, 2002. Egalement dans un rapport officiel consa (...)
  • 1506 WO-LAP LAM, W., “China opposes US presence in Central Asia”, CNN, April 22, 2002. Voir le commentai (...)
  • 1507 Voir GLASER, B., “Two steps forward, one step back ”, Comparative Connections, vol. 4, n° 1, April (...)
  • 1508 WO-LAP LAM, W., “Moscow tilts West, Beijing worries”, China Brief, vol. 2, n° 12, June 6, 2002.
  • 1509 Voir YAVRUMYAN, A., “Vladimir Putin: Russia and China suggest to the World ‘a new model of relation (...)
  • 1510 MUKHIN, V, “Russia and China confirm strategic partnership”, Strana. ru, June 3, 2002.
  • 1511 Voir “Putin moves to reassure China over Russia’s honeymoon with West”, Associated Press, June 6, 2 (...)
  • 1512 “China reaffirms desire to see US troops leave Central Asia soon”, Associated Press, June 9, 2002.
  • 1513 “Chinese delegation in Bishkek”, RFE/RL, Kyrgyz News, January 16, 2002.
  • 1514 Voir “Naryn province cooperates with a bordering province of China”, RFE/RL Kyrgyz News, February 7 (...)

36De son côté, Pékin est particulièrement concerné par la présence militaire américaine en Asie centrale en général et en République kirghize en particulier. Sur le plan stratégique, comme l’a résumé René Cagnat, « si l’on accepte cette évidence que le Xinjiang, ou Turkestan oriental, fait, malgré son appartenance à la Chine, partie intégrante de la zone centre asiatique, on s’apercevra que Bichkek est au cœur de la région, à égale distance de la Caspienne et du sud de l’Afghanistan mais aussi de l’extrémité orientale du Xinjiang. Le Kirghizstan, petit pays facilement défendable et contrôlable, faiblement islamisé – au moins dans sa partie septentrionale – devient alors, au milieu de l’Asie centrale, le pivot idéal. Bien sûr, aujourd’hui, les chasseurs bombardiers installés sur l’aéroport de Manas sont un peu loin de leurs cibles potentielles en Afghanistan et devront recourir, dans leurs missions, au ravitaillement en vol. Il n’en reste pas moins qu’ils sont en sécurité dans la plaine du Tchou, à seulement 280 kilomètres de la frontière chinoise. Les Américains quitteront peut-être, dans quelques années, leurs installations kirghizes, mais ils savent qu’ils pourront très vite y revenir, toujours ci même désormais – sauf improbable coup d’Etat islamiste ou pro chinois à Bichkek – de menacer de flanc le seul adversaire dorénavant à leur hauteur dans le Grand Jeu stratégique : la Chine »1503. Bien entendu, la possibilité d’une installation prolongée de forces américaines à quelques centaines de kilomètres de la province du Xinjiang ne rassure pas les autorités chinoises. Outre les risques stratégiques liés à cette présence militaire potentielle, le nouveau programme américain d’assistance économique à la République kirghize, en échange d’une démocratisation du pays, constitue également à terme une menace idéologique pour le régime chinois. La propagation de l’idée démocratique est en effet considérée de longue date par le pouvoir chinois comme un réel danger pour l’autorité du parti communiste. Aussi, malgré son soutien initial à la campagne antiterroriste et des signes de rapprochement enregistrés à la fin de l’année 2001 et au début de l’année 2002 entre les deux pays1504, Pékin critique le déploiement militaire américain1505. Le 21 avril, lors d’une tournée en Iran, le président chinois Jiang Zemin a ainsi déclaré que “Beijing’s policy is against stratégies offorce and the US military présence in Central Asia and the Middle East région1506. En dépit de ces déclarations et de la persistance de la méfiance entre les deux États, les contacts sino-américains se sont toutefois multipliés tout au long de la première moitié de l’année 20021507. La Chine est d’autant plus inquiète que le rapprochement spectaculaire de la Russie avec les Occidentaux la laisse potentiellement isolée1508. Cependant, comme l’a déclaré le président Poutine au Quotidien du Peuple, la veille du sommet de l’Organisation de Shanghai à Saint-Pétersbourg, un rapprochement entre la Russie et les Occidentaux ne signifie pas que Moscou néglige ses relations de coopération avec Pékin1509. Il a ainsi répété le message qu’était venu transmettre Sergeï Ivanov quelques jours plus tôt aux autorités chinoises1510. La Russie souhaite maintenir ses relations avec la Chine au même niveau de coopération, voire supérieur, malgré son rapprochement avec Washington. Ce choix permet en quelque sorte à Moscou de se placer en situation d’arbitre entre les États-Unis et la Chine, dans le nouveau jeu triangulaire qui prend forme en Eurasie. Les assurances données par V. Poutine au pouvoir chinois quant à l’orientation de la politique russe à l’égard des Américains et de l’Otan lors du sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai réuni à Saint-Pétersbourg en juin 2002, semblent en tout cas avoir tranquillisé la Chine dans une certaine mesure1511. A l’occasion de cette réunion, les représentants de Pékin ont pour leur part à nouveau réaffirmé leur désir de voir la présence militaire américaine en Asie centrale ne pas se prolonger. Ils ont déclaré avoir bien pris note des déclarations américaines selon lesquelles “the United States wasn’t interested in extending its military présence in the Central Asian région1512. Depuis l’intervention américaine en Afghanistan, pour faire valoir ses intérêts auprès de la République kirghize et éviter une trop grande proximité de ce pays avec Washington, la Chine a multiplié l’envoi de délégations1513. En février 2002, un accord de coopération économique a été conclu entre la préfecture de Kyzyl-Suu, située dans la province chinoise du Xinjiang, et la province kirghize de Naryn. En avril, la Chine annonçait également qu’elle allait investir 1,5 million de dollars dans la province kirghize de Chui1514. En mars, le colonel-général Xiong Guangkai, chef d’État-major de l’Armée populaire de Libération, se rendait à Bichkek pour discuter de la coopération militaire sino-kirghize dans le cadre de l’Organisation de coopération de Shanghai. Au terme de cette visite, la Chine a conclu avec son voisin kirghiz un accord, selon lequel elle devrait lui fournir une aide militaire pour un montant estimé à 1,2 million de dollars. Lors de la réunion de l’Organisation de coopération de Shanghai qui s’est tenue début juin 2002, il a également été décidé que le conseil de l’organisation serait désormais basé à Bichkek. Pékin a donc décidé d’intensifier ses relations économiques bilatérales et de relancer la coopération militaire afin de ne pas laisser Washington occuper le terrain kirghiz à son détriment.

  • 1515 “Kyrgyz- US military exercises begin in Kyrgyzstan”, RFE/RL Kyrgyz News, February 5, 2001.
  • 1516 “US intends to expand military cooperation with Kyrgyzstan”, Interfax, February 18, 2001.
  • 1517 “Kyrgyzstan, US sign military cooperation agreement”, RFE/RL Newsline, January 24, 2002.
  • 1518 “Chairman of the US joint chiefs of staff Richard Myers in Kyrgyzstan”, RFE/RL Kyrgyz News, Februar (...)
  • 1519 Voir “Kyrgyzstan to benefit from US military presence”, Vremva Po (Almaty) in BBC, February 10, 200 (...)
  • 1520 “Poll shows many in Kyrgyz capital against presence of coalition forces”, Public Educational Radio (...)
  • 1521 “President says US troops may remain in Kyrgyzstan”, RFE/RL Newsline, March 8, 2002.
  • 1522 “Discuss pentagon presence in Central Asia”, RFE/RL Newsline, April 16, 2002.
  • 1523 “US defense secretary visits Kyrgyzstan”, RFE/RL Newsline, April 29, 2002.
  • 1524 Voir ‘“Near abroad’, RIP ”, Jamestown Monitor, vol. 8, n° 103, May 28, 2002. Textes des deux docume (...)
  • 1525 Voir “Joint press statement of the US-Russia working group on Afghanistan”, US Department of State, (...)
  • 1526 Voir Press Briefing by Secretary of State Colin Powell, Practica Di Mare Air Force Base, Rome, Ital (...)

37Du côté américain, outre les perspectives ouvertes dans les domaines économique et politique depuis septembre 2001, Washington s’est également engagé dans la voie du renforcement de la coopération militaire bilatérale avec la République kirghize. Le général Franks a ainsi rencontré le président Akaev le 18 janvier. Le 24 était conclu un accord bilatéral pour une durée de deux ans sur la coopération militaire et la formation de cadres kirghizs. En plus du déploiement de troupes à Manas, entre le 5 et le 14 février se sont déroulées des manœuvres conjointes baptisées “Balanced Night-2002”. Ces opérations étaient destinées à former du personnel kirghiz (environ 100 hommes) à la lutte antiterroriste dans un environnement montagneux1515. Lors de sa visite à Bichkek en février, le général Myers a déclaré que Washington avait l’intention d’accroître la coopération militaire bilatérale, notamment dans le cadre de la formation des forces armées du pays1516. Pour rassurer Pékin et Moscou quant aux intentions des Etats-Unis, le général Tommy Franks a déclaré lors de sa visite que Washington n’avait aucun plan pour établir une base militaire permanente en Asie centrale1517. Le général R. Myers a réaffirmé cette position à la mi-février 20021518. La question de la durée de la présence américaine en République kirghize alimente cependant les spéculations1519. Si on en croit un sondage réalisé en avril 2002, une majorité de la population de Bichkek, où les Russes sont nombreux, ne serait pas favorable à la présence de forces étrangères dans la république. Les sondés semblent craindre une détérioration des relations avec la Russie, ainsi que les risques d’attentats terroristes liés à cette présence1520. Malgré ses positions précédentes sur le caractère « temporaire » de la présence américaine, le président Akaev a, pour sa part, laissé entendre début mars que les forces de Washington pourraient rester sur le territoire de la République aussi longtemps que cela serait nécessaire pour stabiliser la situation en Afghanistan1521. Cette position a été réaffirmée en avril1522. Lors de la visite de Donald Rumsfeld fin avril 2002, le président Akaev s’est également félicité de l’établissement par Washingon d’une « ceinture sécuritaire » autour de l’Afghanistan1523. Certains observateurs ont également relevé que ni la déclaration conjointe de nouveau partenariat stratégique russo-américain, ni la déclaration commune sur la coopération antiterroriste, adoptées à la réunion de Moscou et Saint-Pétersbourg les 23 au 26 mai 2002, ne mentionnaient la question de la durée de la présence américaine en Asie centrale1524. Ces éléments ont renforcé les spéculations, car ils semblent ouvrir la porte à une présence de longue durée des forces militaires américaines dans la République. Cependant, lors de la réunion du groupe de travail russo-américain sur l’Afghanistan groupe créé en août 2000 , qui s’est tenue fin avril 2002, les États-Unis ont à nouveau réaffirmé qu’ils n’entendaient pas établir de bases militaires permanentes en Asie centrale1525. Colin Powell a répété cette position à Rome en mai et l’ambassadeur américain en République kirghize a fait de même fin juin 20021526.

  • 1527 TORBAKOV, I., “Putin faces domestic criticism over Russia’s Central Asia policy”, Eurasia Insight, (...)
  • 1528 Sur la persistance du « syndrome de grandeur » en Russie, voir SHLAPENTO KH, V., “Is the ‘Greatness (...)
  • 1529 Voir “Moscow grumbles at US military presence in Kyrgyzstan”, Jamestown Monitor, vol. 8, n° 82, Apr (...)
  • 1530 “Could Kyrgyzstan fail to extend mandate of antiterrorism coalition?”, REE/RJ, Newsline, June 14, 2 (...)
  • 1531 OTORBAEV, K., Kyrgyzstan: concerns over new CIS base”, Iwpr’s reporting Central Asia, n° 129, July (...)
  • 1532 NAJIMOVA, A., “Moscow seen as moving to increase military ties with Central Asia”, RFE/RL, August 6 (...)
  • 1533 “Rearguard maneuvers against US military presence in Kyrgyzstan”, Jamestown Monitor, vol. 8, n° 47, (...)
  • 1534 ESHANOVA, Z., “Uzbekistan: survey shows waning support for war on terrorism”, REE/RL., July 24, 200 (...)

38Du côté russe, alors que le président Poutine a choisi de coopérer avec l’Occident en raison de la priorité qu’il donne au redressement économique de la Russie, cette position ne fait pas l’unanimité dans le pays, où une certaine hostilité aux desseins de Washington en Asie centrale est perceptible1527. Si l’administration américaine décide de s’implanter à long terme dans cette région, le président russe pourrait être confronté à la fronde d’une partie de son opinion publique très attachée au statut de grande puissance de la Russie1528. Il faudra sans doute qu’il démontre l’utilité de ce nouveau partenariat et que ce dernier produise des résultats tangibles pour la population russe, avant qu’elle ne l’accepte réellement. Dans l’incertitude quant aux intentions de Washington, la Russie a exercé des pressions sur Bichkek1529. Le 13 juin 2002, lors d’une conférence de presse commune avec son homologue russe Vladimir Rushailo, le secrétaire du Conseil national de sécurité de la République kirghize, Misir Ashyrkulov, a ainsi déclaré que les militaires de la coalition antiterroriste déployés sur le sol de la république devraient le quitter six mois après l’expiration du délai d’un an octroyé par les autorités kirghizes au début de l’opération « Liberté immuable »1530. En outre, la République kirghize a conclu, semble-t-il, un accord avec la Russie pour l’utilisation de la base de Kant, située à quelques kilomètres de Bichkek, dans le cadre de la force de réaction rapide de la CEI1531. Bichkek a donc offert certaines garanties à Moscou1532. La Russie dispose en tout cas de relais dans le pays pour faire entendre sa voix. Au début de l’année 2002, certains cercles pro-russes de la République kirghize auraient ainsi lancé une série d’opérations de propagande destinées à fragiliser la présence américaine1533. Si les Etats-Unis décident de prolonger indéfiniment leur présence militaire en République kirghize, il n’est pas exclu que des tensions apparaissent entre Moscou et Washington, et surtout entre Pékin et Washington. Les États-Unis pourraient toutefois opter pour une solution de compromis, soit en favorisant une présence militaire conjointe avec la Russie en République kirghize, ouvrant ainsi une période totalement inédite de cohabitation russo-américaine, soit en négociant directement avec Bichkek la conclusion d’un accord d’accès de longue durée à certaines installations militaires. Cette dernière éventualité aurait l’avantage de ménager la sensibilité russe, car il n’y aurait pas de présence permanente de troupes américaines dans la république, tout en préservant le principal, à savoir qu’en cas de besoin, des forces pourraient être rapidement envoyées sur un terrain déjà préparé. Cette solution pourrait également être mise en œuvre dans le cas de l’Ouzbékistan, où le soutien de la population aux opérations menées par Washington a commencé à s’éroder1534. Il faudrait toutefois, dans ce cas de figure, accroître la coopération dans le domaine militaire et l’inter-opérabilité entre les forces kirghizes, ouzbèkes et américaines.

  • 1535 P. Wolfowitz cité in LOEB, V., Footprints in steppes of Central Asia. New bases indicate US presen (...)
  • 1536 « Washington veut des relations à long terme en Asie centrale », AFP, 27 juillet 2002.

39A l’heure actuelle, il est malaisé de dire si les États-Unis choisiront finalement une présence militaire conjointe avec la Russie en République kirghize ou si la solution de l’accès à la demande, pour ménager les susceptibilités de Moscou, s’imposera. Une autre formule n’est pas non plus exclue. Comme l’a déclaré Paul Wolfowitz, les bases militaires utilisées en Asie centrale sont dans l’esprit de Washington davantage politiques que militaires1535. Lors de la réunion du groupe de travail russo-américain sur la lutte antiterroriste qui s’est tenue fin juillet 2002, les Etats-Unis ont d’ailleurs à nouveau assuré qu’ils n’avaient pas l’intention de maintenir une présence militaire permanente en Asie centrale. Ils ont cependant souhaité établir des relations à long terme en matière de sécurité avec les pays de la région1536. Quelle que soit finalement la formule retenue, il semble de plus en plus clair que les Etats-Unis pensent à s’engager à long terme en Asie centrale. Ce choix pourrait donc ouvrir une intéressante période de cohabition russo-américaine dans la région. Il restera cependant encore à fixer les modalités de cette cohabition, à en définir les objectifs, ainsi qu’à se répartir les rôles. Si cette option voit le jour, les réactions de l’Iran et la Chine devront être très minutieusement étudiées, car ce sont les régimes politiques de ces deux pays qui craignent sans doute le plus l’installation de Washington en Asie centrale, Moscou l’ayant, quant à elle, avalisée dans ce cas de figure.

  • 1537 “Kyrgyz security forces arrest more islamists”, RFE/RL Newsline, November 2, 2001. Sur ce mouvement (...)
  • 1538 Voir PANNIER, B., “Central Asia: how big a threat is Hi/b ut-Tahrir? (Part 1)”, RFE/RL, May 30, 200 (...)
  • 1539 Sur l’essor du militantisme islamique dans le sud la République kirghize, du fait des conditions so (...)
  • 1540 D’après les Nations unies, le nombre de toxicomanes a augmenté de 350 % ces 5 dernières années. Le (...)

40La République kirghize devrait pour sa part tirer profit au premier chef de cette nouvelle politique. Jusqu’à présent, outre les bénéfices financiers déjà engrangés que nous avons évoqués plus haut, à plus long terme, Bichkek compte sur l’essor des relations économiques avec les États-Unis, mais aussi sur les investissements directs étrangers, qui pourraient arriver dans le pays du fait du climat de sécurité créé à la suite la présence américaine. Dans un autre domaine, les opérations américaines ont offert l’occasion à Bichkek de renforcer les mesures de contrôle sur les activités religieuses, mais aussi de relancer une campagne de lutte contre les islamistes basés dans le pays. Les sympathisants du mouvement Hizb ut-tahrir ont été particulièrement visés1537. Cette politique de répression menée depuis le début de l’année 2002 semble toutefois moins radicale que celle de Tachkent1538. Sur le plan stratégique, la disparition du régime des taliban renforce à court terme la sécurité de la République kirghize. Le territoire afghan ne pourra désormais plus servir de refuge au Mouvement islamique d’Ouzbékistan ou à d’autres mouvements éventuels qui pourraient menacer le régime de Bichkek. Toutefois, les conditions qui ont permis l’éclosion du radicalisme islamique dans la région ne sont cependant pas éliminées avec la fin du régime taliban. Comme dans les autres États d’Asie centrale, les problèmes de transition économique, de corruption et de pauvreté endémique, mais aussi de mauvaise gouvernance persistent1539. La nouvelle politique américaine d’aide économique, en échange d’une amélioration de la gestion gouvernementale, pourrait aider à réduire ces facteurs. Au regard de la situation en Afghanistan, Bichkek peut également espérer que le nouveau régime, aidé par la communauté internationale, s’attaquera au problème de la drogue qui a causé des ravages parmi la population kirghize1540. Le règlement de cette question n’est toutefois pas assuré, comme nous l’avons vu. Il risque en tout cas de prendre du temps.

  • 1541 BLUM, V, “The right to write: the media versus the state in Kyrgyzstan”, Media Insight Central Asia (...)
  • 1542 “US terror an excuse for Central Asian leaders to suppress opposition”, Res Publica in BBQ December (...)
  • 1543 BABAKULOV, U., “Kyrgyzstan: unhappy Uzbeks side with protestors”, Iwjn’s Reporting Central Asia, (...)
  • 1544 Voir TABYSHALIEVA, A., “Kyrgyz turmoil over a border agreement”, The Analyst, May 22, 2002.
  • 1545 BLUA, A., “Four dead after protesters clash with police”, RFE/RL, March 18, 2002 et JURAEV, E., “Ak (...)
  • 1546 BLUA, A., “Governmenl resigns following protests over inarch violence”, RFE/RL, May 22, 2002 et “Th (...)
  • 1547 “Kyrgyzstan: anti-government anger grows”, Iwpr’s lirfiorting Central Asia, n° 132, July 26, 2002. (...)
  • 1548 ESHANOVA, Z., “Has new alliance with West helped opposition movements?”, RFE/RL, July 4, 2002.

41Profitant du climat international consécutif aux attentats du 11 septembre, contrairement à certaines attentes, le pouvoir kirghiz a intensifié les pressions contre la liberté de la presse1541 et l’opposition politique au président Akaev1542. Ces mesures ont toutefois été contre-productives. Couplées à la présence américaine, à l’attention des médias du monde entier du fait des opérations en Afghanistan, aux difficultés économiques persistantes, à la frustration des habitants du sud de la République et à celle de la minorité ouzbèke du pays, elles ont en fait engendré une série de protestations à caractère politique1543. Ces protestations sont les plus importantes dont le pays ait été le témoin depuis 1991. Les incidents les plus sérieux ont été enregistrés à l’occasion de l’arrestation, le 5 janvier 2002, puis de la mise en jugement, du député Azimbek Beknazarov. Ce dernier s’est opposé au président Akaev à propos de la cession de territoires kirghizs à des Etats voisins. Ce sont les accords signés avec l’Ouzbékistan et la Chine qui sont en fait visés1544. A l’occasion d’une manifestation de protestation organisée à Ak-Sui, dans la région de Djalalabad, contre la condamnation de Beknazarov, la police a ouvert le feu sur les manifestants, tuant plusieurs personnes1545. Alors que Beknazarov était libéré le 19 mars et que les États-Unis rappelaient au président Akaev la nécessité de respecter les droits de l’Homme, le refus du gouvernement de reconnaître sa responsabilité dans le tragique incident de mars a conduit à d’autres manifestations rassemblant un nombre croissant de participants. Le gouvernement kirghiz a été poussé à la démission fin mai 2002, alors que plusieurs milliers de manifestants réclamaient le départ du président Akaev1546. A la fin juillet 2002, la tension demeurait vive dans le pays1547. Par rapport à l’année écoulée, certains observateurs se sont alarmés de la fragilité persistante de la république montagnarde à la suite de ces troubles politiques internes. D’autres se demandent cependant si, finalement, la présence américaine n’aura pas aidé l’opposition politique, jusqu’ici bâillonnée, à faire entendre ses revendications sur la scène kirghize1548. Si tel est le cas et qu’un dialogue s’engage réellement entre les diverses parties, la démocratie pourrait à nouveau avoir quelque chance de se développer progressivement en République kirghize.

e. Le Kazakhstan

  • 1549 Voir à propos des restrictions à la liberté de la presse au Kazakhstan à la veille du 11 septembre (...)
  • 1550 PANNIER, B., “Central Asia: pledges to Albright evaporate quickly”, RFE/RL, April 28, 2000 ; DAILEY (...)
  • 1551 Des membres de la famille du président Nazarbaev sont étroitement associés au secteur énergétique d (...)
  • 1552 Voir IKIYVKID, M., “Government may move toward nationalization”, RFE/RL, May 1, 2001 et LEIYVELD, M (...)
  • 1553 LEIWELD, VI., “Contract review causes foreign investors concern”, RFE/RL, July 2, 2001.
  • 1554 “USA dragging out WTO entry for Kazakhstan, minister says”, Kazakh Commercial Television in BBC, Au (...)

42Entre l’été 2000 et les attentats du 11 septembre 2001, les relations entre Astana et Washington ont traversé une zone de turbulence. Un ensemble de facteurs a contribué à provoquer cette situation. Les dérives autoritaires du président Nazarbaev1549, le désenchantement américain lié à la faiblesse des progrès enregistrés dans le domaine de la démocratisation du pays et qu’a souligné Madeleine Albright lors de sa visite au Kazakhstan en avril 2000, et enfin le scandale de corruption impliquant des sociétés américaines travaillant dans le secteur pétrolier kazakh ont concouru à fragiliser les rapports entre les deux États1550. La mise en cause personnelle du chef de l’État kazakh à la suite du scandale de corruption impliquant des sociétés américaines qui a éclaté durant l’été 2000 a également contribué à altérer les relations bilatérales entre les deux pays1551. A ces facteurs, il faut encore ajouter la détérioration du climat des affaires pour les sociétés étrangères opérant au Kazakhstan dans la première moitié de l’année 2001. De nouvelles dispositions législatives, envisagées par les autorités kazakhes et dont l’objectif était semble-t-il, de réduire la protection accordée aux investissements étrangers, ont inquiété les compagnies établies dans le pays1552. Les rumeurs d’une possible renégociation des contrats conclus au début des années 1990, notamment dans le secteur pétrolier où les compagnies américaines sont très impliquées, ont particulièrement inquiété les investisseurs. Certains observateurs ont évoqué à propos de cette nouvelle législation les risques d’une véritable « nationalisation rampante »1553. Durant l’été 2001, le ministre kazakh de l’économie a pour sa part accusé Washington de retarder sans raison valable l’entrée de son pays à l’OMC1554.

  • 1555 Voir “Nazarbaev affirms foreign policy independent of Moscow”, Jamestown Monitor, vol5, n° 81, Ap (...)
  • 1556 Voir “Exit CIS customs union, enter Eurasian Economic Community?”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 18 (...)
  • 1557 “Kazakhstan becoming a key to Russia’s Central Asia strategy”, Eurasia Insight, February 1, 2001.

43Alors que les relations américano-kazakhes traversaient une période difficile, le président Poutine a essayé de resserrer les liens entre la Russie et le Kazakhstan. Il s’agissait de relancer des relations bilatérales quelque peu mises à mal avant son arrivée au pouvoir1555. La Russie a joué sur trois axes : la coopération dans le domaine de la sécurité, le renforcement des rapports économiques1556 et enfin la coopération dans le domaine énergétique. L’offensive de charme du président Poutine a produit des résultats rapides, puisqu’au début de l’année 2001, un commentateur signalait que le Kazakhstan était en train de devenir une « clé » de la stratégie russe en Asie centrale1557.

  • 1558 “Kazakhs take measures in view of developments in Kyrgyzstan, Uzbekistan”, Kazakh Commercial Televi (...)
  • 1559 “Central Asian leaders urge Russia to join their anti-terrorism treaty”, Interfax, August 21, 2000.
  • 1560 “Kazakh, Kyrgyz military make ready to counteract militant threat”, Novoye Pokoleniye in BBC, March (...)

44Sur le plan de la sécurité, la Russie a utilisé les inquiétudes d’Astana face aux incursions du Mouvement islamique d’Ouzbékistan en République kirghize et en Ouzbékistan durant l’été 2000 pour resserrer ses liens avec le Kazakhstan. Astana, tout en renforçant son dispositif militaire dans le sud du pays menacé par ce mouvement, a entrepris de consulter ses voisins centrasiatiques pour tenter de relancer une coopération quasi inexistante dans le domaine de la sécurité1558. Elle s’est également tourney vers la Russie1559. Dans le courant de l’année 2001, seule la coopération militaire entre Astana et Bichkek s’est en fait approfondie1560. Les autres voisins centrasiatiques ont continué à se montrer réticents aux ouvertures kazakhes.

  • 1561 En ce qui concerne le Kazakhstan, les États-Unis ont pourtant fourni pour 3 millions de dollars d’a (...)
  • 1562 Voir “Uzbeks, Kyrgyzs ‘disappointed’ at NATO inaction over militants”, Panorama in BBC, September 2 (...)
  • 1563 “Kazakh-Russian communique backs political dialogue in Afghanistan”, Interfax-Kazakhstan news agenc (...)
  • 1564 Détails in “CIS collective security system fleshed out at Bishkek summit”, Jamestown Monitor, vol. (...)

45Face à l’intensification des incursions du MIO, certains observateurs ont constaté l’inaptitude des Occidentaux à fournir une aide efficace aux pays menacés, malgré l’existence d’une coopération militaire de plusieurs années1561. Ils se sont interrogés sur l’utilité réelle des liens avec l’Occident dans le domaine de la sécurité1562. L’engagement de l’Otan et des États-Unis a été considéré comme insuffisant par Astana pour assurer sa sécurité face à la menace spécifique de mouvements comme le MIO. La Russie a semble-t-il été jugée plus capable d’apporter des garanties dans ce domaine. Moscou a donc profité de ce sentiment pour proposer son assistance. Le communiqué conjoint russo-kazakh publié à l’issue de la visite du président Poutine à Astana le 10 octobre 2000 est venu rappeler qu’effective use of existing CIS agreements and legal basis, including the mechanisms of the Collective Security Treaty, will make it possible to take the situation under control and to ensure the protection of sovereignty, territorial integrity and inviolability of borders of the Central Asian states1563. Le lendemain de cette déclaration, au sommet de la CEI à Bichkek, la Russie, la Biélorussie, l’Arménie, le Tadjikistan, la République kirghize et le Kazakhstan ont décidé de renforcer leur coopération militaire, dans le cadre du traité de sécurité collective de Tachkent. L’accord signé à cette occasion prévoyait notamment la formation d’un commandement militaire commun dirigé par la Russie1564.

  • 1565 “Four Central Asian countries differ with Russia, Tajikistan and Iran over afghan war”, Jamestown M (...)
  • 1566 “Central Asian-Taliban contacts draw Russian Warning”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 211, November  (...)
  • 1567 “Kazakh president hails cooperation with Russia”, Interfax-Kazakhstan news agency in BBC, December  (...)
  • 1568 “Russian security council secretary predicts intensification of international terrorism in Central (...)
  • 1569 “Collective ‘antiterrorism’ troops for Central Asia”, Jamestown Monitor, vol. 7, n° 104, May 30, 20 (...)
  • 1570 “Collective security elusive”, Jamestown Monitor, vol. 7, n° 149, August 3, 2001.

46Malgré cette nouvelle proximité, Astana entendait cependant limiter l’influence russe et conserver une certaine liberté de mouvement. Ainsi, à l’automne 2000, alors même qu’il amplifiait sa coopération bilatérale avec la Russie dans le domaine militaire, le Kazakhstan a adopté une position opposée à celle de Moscou à l’égard du régime des taliban. Un peu plus d’un mois après les succès militaires engrangés par ces derniers dans le nord de l’Afghanistan (prise de Taloqan), le président kazakh a reçu le général Pervez Moucharraf en visite officielle à Astana. A l’occasion de cette rencontre, les autorités kazakhes ont déclaré entretenir des contacts avec les taliban depuis une année, démontrant le pragmatisme politique d’Astana et aussi l’intérêt qu’elle portait au règlement du conflit afghan, même à l’avantage de ces derniers. Les responsables kazakhs ont rappelé à l’issue de la visite du général Moucharraf qu’en aucun cas les taliban ne devaient être ostracisés. Contrairement à la Russie, qui présentait le régime de Kandahar comme une menace pour la sécurité de l’Asie centrale, à l’automne 2000, une majorité de gouvernements centrasiatiques (Kazakhstan, Ouzbékistan, Turkménistan et République kirghize) essayaient de trouver un terrain d’entente avec ce dernier1565. Seul le Tadjikistan, appuyé par Moscou, maintenait une ligne anti-taliban stricte en raison de son soutien à Ahmad Shah Massoud, dernier rempart à une conquête complète de l’Afghanistan par les radicaux soutenus par le Pakistan. Contrairement aux positions russes, le Kazakhstan a lui aussi essayé de trouver un modus vivendi avec le régime des taliban. Outre le renforcement de sa sécurité, Astana espérait qu’une stabilisation de ce pays lui ouvrirait de nouvelles possibilités de désenclavement, notamment pour ses productions d’hydrocarbures, renforçant ainsi sa position face à la Russie dont elle demeure dépendante dans ce domaine. Cette politique d’ouverture et d’apaisement à l’égard des taliban a rapidement valu au Kazakhstan, mais aussi aux autres États de la zone qui poursuivaient la même politique, un avertissement de la part de Moscou. Sergeï Ivanov a menacé de prendre des sanctions à l’égard de « ceux qui entretiennent un quelconque contact avec, les taliban »1566. Ces divergences importantes quant à l’attitude à adopter face à la situation afghane n’ont pas empêché le président Nazarbaev de se féliciter fin décembre 2000 des nouvelles orientations de la politique russe sous la présidence de Vladimir Poutine1567. Moscou a pour sa part entretenue l’idée d’un danger de déstabilisation interne de l’Asie centrale par le terrorisme, mais aussi externe, du fait du régime des taliban, afin de se rendre indispensable. En avril 2001, Vladimir Rushailo évoquait ainsi thousands of well-armed and trained guerillas, who do not want to get accustomed to peaceful life1568. Ces mises en garde répétées, mais aussi le raidissement progressif des taliban, ont généré une extension des liens militaires de la Russie avec certains des États d’Asie centrale dont le Kazakhstan. En mai 2001, au sommet de Erevan, la mise en place d’une force de réaction rapide destinée à lutter contre la menace terroriste dans le cadre du traité de sécurité collective de Tachkent a été décidée1569. Astana a choisi d’y participer aux côtés de la République kirghize et du Tadjikistan. En août 2001, date prévue pour l’entrée en fonction de cette force de réaction rapide, rien n’était cependant encore vraiment en place1570. Le développement de l’influence russe au Kazakhstan par le biais de la coopération militaire a donc progressé, mais sans doute moins rapidement que Moscou ne pouvait l’espérer.

  • 1571 “Xengiz-Novorossiisk pipeline inaugurated”, Jamestown Monitor, vol. 7, n° 62, March 29, 2001.
  • 1572 “Russian envoy voices objections to Kazakhstan’s participation in Baku-Ceyhari pipeline”, RFE/RL Ne (...)
  • 1573 “Kazakhstan won’t use Baku-Ceyhan route until 2005”, RFE/RL Newsline, April 27, 2001.
  • 1574 “Kazakhstan doubtful about Baku-Ceyhan project’s economic feasibility”, Interfax, June 12, 2001.

47Outre la coopération militaire, avant le 11 septembre 2001, la Russie a également utilisé le domaine énergétique pour renforcer son influence sur le Kazakhstan. La mise en œuvre de la nouvelle ligne CPC reliant le champ pétrolifère kazakh de Tengiz au port russe de Novorossiisk, après il est vrai quelques embarras, a renforcé son monopole sur le transit des productions d’hydrocarbures kazakhes à destination du marché international1571. Astana, consciente de sa dépendance à l’égard de Moscou, a toutefois affiché, au début de l’année 2001, son intérêt pour le projet d’oléoduc Bakou/Ceyhan, dont la nouvelle administration Bush venait de reprendre l’idée. Ce choix lui a valu une mise en garde de la Russie1572. Le Kazakhstan a alors adopté une position de repli en n’écartant cependant pas complètement la possibilité d’utiliser cette infrastructure pour le désenclavement de sa production d’hydrocarbures dans l’avenir1573. En juin 2001, un nouveau repli a été enregistré, puisque le Premier ministre kazakh, Kasymzhomart Tokayev, a fait part à Steven Mann, conseiller pour les questions cas-piennes auprès du Secrétaire d’État américain, des doutes du Kazakhstan à l’égard du projet Bakou-Ceyhan1574. A la veille des attentats du 11 septembre, Astana s’était donc alignée sur la position russe à l’égard de ce projet très politique.

  • 1575 “Iranian route advocated for East Kashagan oil”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 231, December 12, 20 (...)
  • 1576 MOLAVI, A., “Iran’s diplomatic success in Caspian bad news for western business interests”, Eurasia (...)
  • 1577 “Astana criticizes Russian-Iranian declaration on Caspian”, Interfax, March 14, 2001.
  • 1578 Cité in FREEDMAN, R.O., “Putin and the Middle East”, MERIA, vol. 6, n° 2, June 2002.

48Comme nous avons vu, il existe cependant d’autres possibilités pour le transport des hydrocarbures kazakhs vers le marché international. Les autorités du Kazakhstan ne les ont pas écartées a priori. L’idée d’un oléoduc à travers l’Iran a ainsi été périodiquement évoquée, ce qui montre qu’Astana continue à favoriser la mise en place de voies multiples de désenclavement pour le transport de ses productions d’hydrocarbures. Elle entend donc se ménager une marge de manœuvre, malgré sa proximité avec la Russie dans ce domaine1575. Cette position se justifie d’autant à ses yeux que les intérêts russes ne correspondent pas nécessairement aux siens. Le Kazakhstan n’a ainsi pas hésité à protester vigoureusement contre la déclaration commune irano-russe de mars 2001, stipulant que “until the legal regime of the Caspian Sea isfinalized, the parties do not officially acknowledge any boundaries on this sea1576. Cette dernière menaçait en effet sérieusement ses intérêts pétroliers offshore, notamment la mise en valeur de son champ pétrolifère géant de Kashagan. Les autorités kazakhes ont considéré que cette déclaration était également contraire aux engagements pris par la Russie en 19981577. Moscou a été obligé d’envoyer V. Kalyuzhny pour rassurer Astana. L’envoyé russe a déclaré à cette occasion, en contradiction avec la déclaration publiée quelques jours auparavant, que “Russia has not departed and will not depart from the principles set down in the agreements signed by Moscow with Astana (Kazakhstan) and Baku1578. Malgré un retour d’influence de la Russie entre l’automne 2000 et le 11 septembre 2001, les relations russo-kazakhes connaissaient également des problèmes. Astana n’a pas hésité à afficher ses différences de vues avec la Russie quand ses intérêts nationaux l’exigeaient.

  • 1579 “Russia says nyet, others say yes to America”, Jamestown Monitor, vol. 7, n° 170, September 18, 200 (...)
  • 1580 BISENOVA, A., “Kazakhstan backs US, takes cautious approach on refugees”, Eurasia Insight, Septembe (...)
  • 1581 FANNIER, B., “Kazakhs, Kyrgyz opt for stricter security measures”, Eurasia Insight, October 17, 200 (...)

49Le président Nazarbaev a très vite compris les avantages qu’il pouvait tirer des attentats du 11 septembre. Sans attendre l’aval de Moscou qui hésitait encore à ce moment sur les positions à adopter face à ces événements1579, il a décidé de renouer avec les Etats-Unis dès le 14 septembre. Le 24, il a annoncé qu’il pourrait répondre positivement aux demandes américaines d’utilisation de l’espace aérien kazakh. Mais, contrairement à l’Ouzbékistan, le président kazakh a cependant hésité à autoriser Washington à utiliser le territoire de son pays, craignant sans doute de mécontenter ses voisins russe et chinois1580. Sa crainte pour la sécurité du Kazakhstan l’a également invité à la prudence. Bien que ne possédant pas de frontière commune avec l’Afghanistan, dès le début du mois d’octobre, Astana, tout comme Bichkek, a considérablement renforcé les mesures de contrôle à ses frontières, mais également dans tout le pays, pour assurer sa sécurité intérieure1581. Au grand déplaisir de ses voisins, elle n’a pas hésité à déporter des citoyens kirghizs, quzbeks et tadjiks par mesure de sécurité. Comme les autres Etats de la région au début du conflit avec l’Afghanistan, le Kazakhstan craignait également un afflux de réfugiés sur son territoire. Ce dernier ne s’est pourtant pas matérialisé.

  • 1582 “American forces to use bases in Kazakhstan”, Jamestown Monitor, vol. 7, n° 208 November 12, 2001.
  • 1583 “Talks on deploying US troops in Kazakhstan under way”, Kazakh Commercial Television in BBC, Februa (...)
  • 1584 “Rumsfeld in Central Asia”, Jamestown Monitor, vol. 8, n° 85, May 1, 2002.
  • 1585 KAISER, R, “Kazakhs allow some US landings”, The Washington Post, July 13, 2002.
  • 1586 ABAZOV, R., “Kazakhstan desires military bases too”, The Analyst, July 3, 2002.

50Sur le plan des relations avec Washington, entre septembre et novembre 2001, le ministre kazakh des affaires étrangères s’est rendu à deux reprises aux Etats-Unis pour discuter de la coopération bilatérale dans le cadre de la campagne antiterroriste. Le 6 novembre, les autorités kazakhes évoquaient la possibilité d’installation de bases américaines dans le pays, peut-être à Seipalatinsk et Tchimkent. Le 9 de ce mois, un ensemble d’accords de coopération dans le domaine militaire était également conclu avec la Turquie1582. Astana semblait donc choisir de rééquilibrer ses relations extérieures en direction des Occidentaux. Malgré ce rapprochement, Washington a décliné l’offre d’utilisation de bases sur le territoire kazakh. Il semble que l’éloignement du pays par rapport au théâtre des opérations en Afghanistan, mais aussi la proximité des installations proposées avec le territoire de la Russie et de la Chine l’aient invité à la prudence. L’éventualité de disposer de certaines facilités sur le territoire kazakh a cependant été évoquée en février 20021583. Lors de la tournée de D. Rumsfeld au Kazakhstan en mai 2002, les Américains et les Kazakhs ont également discuté de l’utilisation potentielle par l’aviation américaine de terrains d’atterrissages à Tchimkent, Lugovoye et Almaty1584. Un accord de principe a finalement été conclu en juillet 2002 entre les deux pays à ce propos1585. Les facilités accordées par le Kazakhstan concernent l’approvisionnement de l’aviation américaine en carburant et aussi l’autorisation d’atterrissage en cas d’urgence, notamment sur l’aéroport d’Almaty, situé non loin de la base de Manas utilisée par la coalition internationale. Mais comme l’ont rappelé les autorités kazakhes, il n’est toutefois pas question d’établir une quelconque base militaire permanente américaine sur le territoire de la république. L’offre du Kazakhstan est donc limitée et plutôt symbolique. Elle correspond cependant à un objectif du pouvoir kazakh. Astana, craignant de voir l’Ouzbékistan renforcé du fait de sa coopération avec les États-Unis, cherche par ce moyen à rétablir un certain équilibre en sa faveur sur le plan régional1586. Astana et Tachkent sont en effet en concurrence pour le leadership en Asie centrale. Les autorités kazakhes redoutent que Tachkent n’utilise son rapprochement avec les États-Unis pour accentuer la pression sur ses voisins. Le Kazakhstan entend s’assurer que ses intérêts ne seront pas négligés par Washington et que l’équilibre régional ne sera pas rompu à son détriment.

  • 1587 Début octobre 2001, le Premier ministre kazakh évoquait déjà la nécessité d’associer les taliban «  (...)
  • 1588 “Central Asian leaders taking stock of regional situation”, Jamestown Monitor, vol7, n° 215, Nove (...)

51Au regard de la situation afghane, à la mi-novembre 2001, alors que les troupes de l’Alliance du nord progressaient sur le terrain militaire, Astana, tout comme son voisin ouzbek, a appelé à la formation d’un gouvernement afghan représentatif, c’est-à-dire où l’élément pachtoune ne serait pas écarté1587. Les deux pays craignaient que le poids des Tadjiks ne soit disproportionné au sein des nouvelles institutions afghanes et que cette situation ne provoque à terme un renouvellement des tensions politiques en Afghanistan. Cette position reflète peut-être aussi une certaine méfiance à l’égard de l’Alliance du nord, très proche de la Russie1588. De manière générale, le Kazakhstan désire la stabilisation de la situation politique de l’Afghanistan. Un retour à la stabilité renforcera la sécurité d’Astana, notamment en réduisant les risques liés aux activités du MIO ou d’autres groupes radicaux qui ne pourront plus trouver refuge sur le territoire afghan. Le retour à la paix dans ce pays pourrait également offrir à terme au Kazakhstan de nouvelles possibilités de désenclavement vers le sous-continent et l’océan Indien.

  • 1589 Nazarbaev cité in “Powell in Kazakhstan”, Jamestown Monitor, vol. 7, n° 227, December 11, 2001.
  • 1590 Russia concerned over US intention to stay in Afghanistan”, Interfax, January 9, 2002.

52Pour en revenir aux relations avec Washington, le 9 décembre 2001, Colin Powell a rencontré le président Nazarbaev en tête-à-tête à Astana. A la suite de cette rencontre, le président kazakh a annoncé son intention de se rendre à Washington. Il a également rappelé à cette occasion que les intérêts de la Russie devaient être pris en considération dans la région. Selon lui, any policy of excluding Russia front the solution of international problems would be short-sighted and wrong. That big country, big power should be drawn into these processes1589. Cette déclaration, destinée à rassurer la Russie, montre néanmoins que malgré leur rapprochement avec Washington, les autorités kazakhes souhaitent maintenir un certain équilibre dans leurs relations extérieures et ne pas exclure la Russie. Astana, réaliste, continue à considérer ses relations avec son voisin russe comme essentielles. Dans certains domaines, comme l’économie et le transport des hydrocarbures, les liens avec Moscou sont trop importants pour être remis en cause du jour au lendemain. En outre, la Russie possède potentiellement des moyens de pression considérables sur le Kazakhstan (une frontière commune de plus de 6 000 km, la présence d’une très forte minorité de Russes au Kazakhstan, un monopole sur les infrastructures de transport pour les productions kazakhes d’hydrocarbures, etc.). Son opinion et ses intérêts ne peuvent donc être négligés par Astana. Moscou l’a d’ailleurs rappelé à plusieurs reprises aux autorités kazakhes1590.

  • 1591 “Kazakhstan denies agreeing to deployment of US troops”, RFE/RL Newsline, January 22, 2002.
  • 1592 Kazakh, Russian special services sign cooperation agreement”, RFE/RL Newsline, June 27, 2002.

53Le Kazakhstan, nous l’avons dit, est resté prudent dans sa coopération militaire avec les Américains, notamment en ce qui concerne la possibilité d’installation d’une base sur son sol pour les troupes de Washington. Cette éventualité ne pourra être envisagée qu’avec l’aval de la Russie. Signe que cet assentiment n’est pas acquis, en janvier 2002, le Kazakhstan démentait l’information selon laquelle il avait proposé à Washington de déployer des troupes sur son territoire1591. La cooperation américano-kazakhe est donc limitée par le facteur russe, qui pèse sur les choix du Kazakhstan. Pour rassurer la Russie quant à ses intentions, Astana a d’ailleurs conclu un accord de coopération dans le domaine de l’échange d’information entre services de sécurité des deux pays en juin 20021592. Malgré les limites imposées par la Russie, l’essor de la coopération avec Washington offre cependant au Kazakhstan une nouvelle carte, qu’il va pouvoir opposer à Moscou pour accroître sa marge de manœuvre et sa puissance de négociation.

  • 1593 Delegation of Chinese state council in Astana”, RFE/RL Kazakh News, January 15, 2002.
  • 1594 While China reiterates interest in pipeline”, RFE/RL Newsline, April 17, 2002.
  • 1595 Kazakhstan, China sign border demarcation deal in Chinese capital”, Interfax, May 10, 2002.
  • 1596 “China gives aid to Kazakh, Kyrgyz armed force”, RFE/RL Newsline, March 20, 2002.
  • 1597 “Kazakh foreign minister upbeat on Shanghai Cooperation Organization”, Interfax, May 6, 2002.

54En plus du facteur russe, Astana doit également tenir compte dans ses relations avec Washington du facteur chinois. L’autre grand voisin du Kazakhstan a en effet également des intérêts à protéger dans la région. Pékin n’a d’ailleurs pas manqué d’expédier une délégation en janvier 2002 au Kazakhstan. Lors de sa visite dans la capitale kazakhe, Ismail Amat, l’envoyé chinois, a évoqué la lutte contre le terrorisme et souligné l’intérêt de la Chine à voir Astana coopérer avec elle contre les velléités d’indépendance de certains Ouïgours1593. Pékin a rappelé au Kazakhstan l’importance des bénéfices économiques que le pays tire de ses relations avec la Chine. Un porte-parole de la China National Petroleum Corporation a opportunément redit en avril 2002 l’intérêt que son pays portait à la mise en place d’un oléoduc entre le Kazakhstan et son territoire1594. De même, en mai 2002, Pékin a signé avec Astana un accord selon lequel cette dernière devrait exporter cette année 1,25 million de tonnes d’acier sur le marché chinois1595. Les autorités chinoises mettent donc en avant les relations économiques pour resserrer les liens entre les deux pays. Ce n’est pas le seul axe de coopération promu par Pékin. En mars 2002, Astana a également reçu la visite du colonel-général Xiong Guangkai, chef d’État-major de l’Armée populaire de Libération. Ce dernier a rencontré le ministre kazakh de la Défense, mais aussi le président Nazarbaev. Lors de sa conférence de presse, il a évoqué les inquiétudes de la Chine à propos de la durée du déploiement américain en Asie centrale. Bien qu’aucune information n’ait filtré quant au contenu des entretiens, ce sujet a certainement fait l’objet de discussions entre lui et le président kazakh. Pékin considère en effet la présence militaire américaine en Asie centrale comme une menace potentielle pour sa sécurité et son intégrité territoriale. La coopération bilatérale dans le domaine de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme a également été évoquée lors de ces rencontres. A l’issue de cette visite, un accord a été conclu entre les représentants chinois et kazakh précisant que Pékin fournira de l’équipement militaire à Astana pour un montant estimé à trois millions de dollars1596. Pékin entend donc montrer au Kazakhstan que, dans le domaine de la sécurité également, elle peut lui offrir des garanties. Malgré le rapprochement de plusieurs membres de l’Organisation de coopération de Shanghai avec Washington au cours de l’année 2002, la Chine a également continué à promouvoir l’institutionnalisation de cette organisation dont le Kazakhstan fait partie. Du côté kazakh, le ministre des affaires étrangères a souligné l’importance de cette structure pour son pays, en raison même de la participation de la Chine1597. Pour Astana, il n’est donc pas question d’isoler Pékin.

  • 1598 Office of the Press Secretary, Joint Statement by President George W. Bush and President Nursultan (...)

55Les positions kazakhes à l’égard de la Russie et de la Chine n’empêchent pas Astana de tirer profit de l’opportunité qui s’est offerte à elle de renouer avec les Etats-Unis. Le 21 décembre 2001, à l’issue de la visite du président kazakh à Washington, les présidents Bush et Nazarbaev ont publié une déclaration commune jetant les bases d’une coopération renouvelée1598. Les deux chefs d’État y déclarent leur volonté d’accroître leurs relations bilatérales dans un grand nombre de domaines, comme la lutte contre le terrorisme, la non-prolifération des armes de destruction massive, la sécurité régionale, la démocratie et l’économie de marché, les investissements et, enfin, le développement des ressources énergétiques. Dans le domaine économique, Washington et Astana s’engagent à renforcer un partenariat stratégique de longue haleine destiné à promouvoir l’intégration du Kazakhstan dans l’économie internationale. Ils ont convenu d’accroître les échanges économiques bilatéraux et aussi d’améliorer les conditions pour les investissements. Washington soutiendra l’entrée de Astana à l’OMC. Il est clair qu’en matière économique et financière, le Kazakhstan a beaucoup à gagner de ses relations avec les États-Unis.

  • 1599 USA to train Kazakh special army subunits to fight terrorists”, Kazakh Commercial Television in BB (...)
  • 1600 Voir “Kazakhstan: US to supply arms, military training”, RFE/RL, July 16, 2002.
  • 1601 “Presidential Institute of Strategic Studies organizes international seminar on Kazakh-Russian rela (...)
  • 1602 “Kazakh official says US presence in Caspian is ‘positive’”, RFE/RL Newsline, April 23, 2002.
  • 1603 “Foreign interference in Caspian affairs creates tension in region: Rowhani”, Tehran Times, May 15, (...)

56Dans le domaine de la sécurité, les deux États conviennent de développer leur coopération bilatérale mais aussi multilatérale, dans le cadre du Partenariat pour la Paix de l’Otan. Washington s’engage à accroître ses programmes d’assistance au Kazakhstan, en vue de renforcer la sécurité aux frontières, mais aussi les capacités des forces armées du pays. Des troupes spéciales kazakhes dont la mission touche à la lutte antiterroriste devraient ainsi être formées par les Américains1599. Washington et Astana ont conclu en juillet 2002 un accord supplémentaire dans le domaine des livraisons d’armes et du renforcement des capacités de l’armée kazakhe. Des officiers kazakhs pourraient ainsi recevoir une formation aux Etats-Unis dans le cadre des nouveaux liens militaires entre les deux pays1600. Sur un plan stratégique, l’essor de la coopération américano-kazakhe renforce, dans une certaine mesure, la marge de manœuvre de ce dernier face à ses voisins russe et chinois. Certains analystes kazakhs considèrent en effet la présence américaine en Asie centrale comme positive. Ils pensent qu’elle ne constitue pas une menace pour la Russie. Au contraire, elle pourrait assurer l’équilibre entre les différents centres de pouvoir de la région1601. La présence américaine est également bien accueillie dans un autre domaine. Le ministre kazakh des Affaires étrangères a ainsi souligné que la présence américaine autour de la Caspienne était conforme aux intérêts de sécurité du Kazakhstan1602. On peut penser qu’Astana considère que sa proximité avec Washington renforce sa position face aux demandes iraniennes en mer Caspienne. Conscient de la réduction de son influence dans ce cas de figure, Téhéran condamne les interférences étrangères dans le bassin caspien. Elle a aussi rejeté l’accord bilatéral russo-kazakh, signé le 13 mai 2002, sur le partage de leurs zones maritimes respectives et le considère comme « nul et non-avenu »1603. En cas de difficulté, Astana compte donc sur l’appui de Washington face à Téhéran.

  • 1604 La compagnie americaine ChevronTexaco est le partenaire privé le plus important dans ce projet avec (...)
  • 1605 SOCAR détient 50 % des parts du projet, British Petroleum 25,41 %, Unocal 7,65 %, Statoil (Norvège) (...)
  • 1606 LELYVELD, M., “Russia: LUKoil withdraws from deal on Baku-Ceyhan oil pipeline”, RFE/RL, May 1, 2002
  • 1607 Voir RASHID, A., “Russia anxious over grip on oil as US firms join Great Game”, AGOC, vol. 6, issue (...)

57En ce qui concerne particulièrement les ressources énergétiques du Kazakhstan, Washington se félicite, dans la déclaration de décembre 2001, de la mise en place de l’oléoduc du Caspian Pipeline Consortium1604. Cette ligne permet en effet à Astana d’écouler une partie de sa producdon vers les marchés internationaux et lui assure donc des rentrées qui renforcent le pays. Toutefois, les États-Unis réitèrent leur attachement aux voies de désenclavement multiples pour le transport des productions kazakhes d’hydrocarbures. Washington réaffirme particulièrement son soutien au projet Aktau-Bakou-Tbilissi-Ceyhan, projet dont le tracé évite, on s’en souvient, le territoire russe. Alors que Moscou considère que ce dernier lui est défavorable, certaines compagnies russes comme LuKoil ont cependant exprimé leur intérêt pour ce projet1605. Mais sous la pression des autorités russes, elles s’en sont retirées en mai 20021606. La méfiance de la Russie subsiste donc malgré le rapprochement avec Washington après le 11 septembre1607. A l’été 2002, Moscou ne s’est toujours pas prononcé clairement à son sujet. Le partenariat russo-américain atteint peut-être ici une de ses limites.

  • 1608 “Kazakhstan qualifies interest in Baku-Ceyhan pipeline”, RFE/RL Newsline, October 24, 2001 et “Euro (...)
  • 1609 “Kazakhstan-India oil pipeline to bypass Afghanistan and Pakistan”, AGOC, vol. 7, issue 11, May 29, (...)
  • 1610 Détails in “Caspian-to-india pipeline to bypass Afghanistan and Pakistan Constructing the Trans-Asi (...)
  • 1611 LELYVELD, M., “Nazarbaev visit yields accords, but pipeline deal still in doubt”, REE/RL, December  (...)
  • 1612 Lors d’une réunion qui s’est tenue à Washington le 4 février 2002, le ministre kazakh des Affaires (...)
  • 1613 De nombreux experts ont exprimé de sérieux doutes quant à la rentabilité et donc la finalisation de (...)
  • 1614 LELYVELD, M., Oil pipeline prqject falls behind schedule”, RFE/RL, July 19, 2002 et LELYVELD, M., (...)
  • 1615 Caspian: putin, Nazarbaev sign protocol on gas fields”, RFE/RL, May 13, 2002.
  • 1616 Russian government approves volume of Kazakh oil exports”, RFE/RL Newsline, June 6, 2002.
  • 1617 Kazakhstan: Putin, Nazarbaev sign oil, gas agreements”, RFE/RL, June 8, 2002
  • 1618 Development planned for commercial Kashagan field”, OGJ Online, June 28, 2002.

58D’un autre côté, le gouvernement kazakh n’a pas non plus totalement écarté la possibilité d’utiliser d’autres voies de désenclavement pour le transport de ses hydrocarbures. Les voies iranienne et chinoise ont ainsi été évoquées à plusieurs reprises1608. De même, au printemps 2002, l’idée d’un oléoduc à partir du Kazakhstan (Tengiz) vers l’Inde (Srinagar et New Delhi), via la République kirghize et la Chine (Kachgar au Xinjiang), a également été suggérée (Trans-Asian oilpipeline), pour éviter les territoires afghan et pakistanais1609. Les travaux auraient d’ailleurs débuté du côté indien1610. Comme le président Nazarbaev l’a déclaré à Colin Powell, aux yeux des investisseurs, le transit par l’Iran pour le pétrole kazakh reste toutefois considéré comme le plus profitable1611. Malgré la déclaration commune américano-kazakhe et d’autres déclarations d’intentions formulées au cours de l’année 2002, le doute subsiste donc quant à la volonté du Kazakhstan de s’enrager dans le projet Aktau-Ceyhan1612. Sa réalisation, selon les termes de la déclaration américano-kazakhe de décembre 2001, demeure subordonnée à sa rentabilité commerciale1613. A la fin du mois de juillet 2002, alors que les observateurs commençaient à nouveau à douter, la décision de lancer le projet a finalement été adoptée1614. Officiellement, la ligne devrait être mise en place pour 2004. L’indifférence relative dans laquelle a été officiellement lancé le projet laisse penser que dans le cadre des nouvelles relations russo-américaines, il pourrait être perçu à Moscou comme moins anti-russe qu’au départ. Si cette tendance se confirme, elle pourrait faciliter sa mise en place définitive après des années d’atermoiements. Astana pourrait finalement décider de s’y associer si Moscou n’y voit pas d’inconvénients. Il faut cependant rester prudent. Bien des incertitudes pèsent encore actuellement sur la construction de cette ligne. Alors que Washington mettait l’accent sur le projet Bakou/Ceyhan, au cours de l’année 2002, la coopération russo-kazakhe dans le domaine énergétique s’est par ailleurs renforcée. Outre l’entrée en service de l’oléoduc CPC que nous avons évoquée plus haut, la Russie et le Kazakhstan se sont accordés en mai 2002 sur le partage de champs offshore de Kurmangazy, Tsentralnoye et Khvalynskoye dans la Caspienne1615. En juin 2002, un accord de longue durée (15 ans) pour le transit du pétrole kazakh à travers le territoire de la Russie a également été conclu entre N. Nazarbaev et V. Poutine. Dans cette convention, le Kazakhstan s’engage à faire transiter annuellement au. moins 17,5 Mt de pétrole par le territoire russe (au moins 15 Mt/an via l’oléoduc Atyrau-Samara et 2,5 Mt/an via l’oléoduc Makhachkala-Tikhoretsk)1616. Cette quantité de pétrole s’ajoute à celle qui sera transportée par l’oléoduc CPC. Moscou s’est donc assuré le contrôle du transit de la quasi-totalité de la production kazakhe pour les années à venir. Dans le secteur gazier également, Moscou a accru ses relations avec Astana. Les deux pays ont créé une société commune baptisée KazRusGaz, dont l’objectif sera de transporter le gaz naturel kazakh1617. En matière énergétique, Moscou a en fait tiré profit du climat international et de son alignement sur les États-Unis pour renforcer son monopole sur le transit des productions kazakhes actuelles et futures. Seuls les hydrocarbures de Kashagan pourraient peut-être échapper à son contrôle dans l’avenir. La production de ce champ pétrolifère ne devrait pas débuter avant 2005, ce qui laisse à la Russie le temps d’organiser sa stratégie, si elle entend conserver son monopole1618.

  • 1619 ‘Media situation in Kazakhstan has consistently deteriorated’, says OSCE Media Representative”, Vi (...)
  • 1620 Voir détails « Kazakhstan – Rapport annuel 2002 » in Reporters sans Frontières, La liberté de la pr (...)
  • 1621 BAKER, P., New repression in Kazakhstan. Journalists targeted after President implicated in scanda (...)
  • 1622 Kazakhstan : US raises concerns over conviction”, RFE/RL, August 7, 2002.
  • 1623 1623 OSCE, “New law on political parties could seriously threaten political pluralism in Kazakhstan (...)

59Malgré ses déceptions quant à la faiblesse des progrès réalisés par Astana avant le 11 septembre dans ce domaine, Washington a à nouveau mis l’accent sur la nécessaire promotion de la démocratie et de l’économie de marché dans le pays. Les dispositions de la déclaration américano-kazakhe de décembre 2001 rappellent cette nécessité. Toutefois, à ce sujet, la pénétration américaine ne s’est pas encore accompagnée d’une réelle avancée pour la démocratie. Le bilan du début de l’année 2002 n’invite pas vraiment à l’optimisme. Alors que le président Nazarbaev a été mis en cause dans un nouveau scandale de détournement, le climat politique dans le pays s’est alourdi au cours des six premiers mois de l’année. Les pressions sur les médias se sont accentuées. Freimut Duve, le représentant de l’OSCE pour les questions de liberté de la presse, a ainsi constaté en juin 2002 que “[the] situation in Kazakhstan has consistently deteriorated in the recent past. The last few months have seen a series of attacks on the media, including the closure of a number of media1619. « Reporters sans frontières » relève pour sa part dans son rapport sur la liberté de la presse en 2002 que les « agressions, pressions et intimidations contre les médias [se sont succédé] dans un pays tenu par la famille et les proches du président Nazarbaiev »1620. En Asie centrale, selon « Reporters sans frontières », seuls deux pays connaissent une situation plus délicate encore pour la liberté de la presse : le Turkménistan et l’Ouzbékistan. L’opposition politique, notamment le mouvement « Choix démocratique », fondé en novembre 2001, a également fait l’objet de pressions puis de mesures de répression de la part des autorités1621. Deux des dirigeants du mouvement, Mukhtar Ablyazov et Ga-lymzhan Zhakiyanov, ont été poursuivis devant la Cour suprême du Kazakhstan et condamnés respectivement à six et sept ans de prison fin juillet-début août 2002. Washington s’est inquiété de ces condamnations1622. En outre, les deux chambres kazakhes ont adopté, fin juin 2002, une nouvelle loi qui risque de porter atteinte au maigre pluralisme politique qui existe au Kazakhstan. Cette mesure législative a été critiquée officiellement par l’OSCE, qui la considère comme une menace pour la survie des formations politiques d’opposition du pays1623. Malgré certains espoirs du côté de Washington, les tendances autoritaires du président Nazarbaev se sont en fait renforcées depuis l’intervention américaine en Afghanistan.

  • 1624 CUTLER, R. M., “Government crisis in Kazakhstan: warm-up for the succession to Nazarbaev?”, The Ana (...)

60Les relations développées entre les États-Unis et le Kazakhstan à la suite des attentats du 11 septembre offrent de nouvelles perspectives à Astana dans certains secteurs, notamment en matière économique. Sur le plan stratégique également, sa marge de manœuvre par rapport à ses voisins s’est accrue, même si elle reste limitée face à la Russie et à la Chine. Dans le domaine de la sécurité, sa coopération avec Washington devrait lui permettre de renforcer ses capacités militaires et de se dégager quelque peu de sa dépendance à l’égard de la Russie sur ce plan. L’intervention militaire américaine en Afghanistan amènera peut-être la stabilisation de la situation politique dans ce pays. Dans ce cas, d’autres opportunités de désenclavement pour les productions kazakhes pourraient voir le jour. En ce qui concerne en particulier les relations américano-kazakhes, les obstacles dans le domaine de la transition vers l’économie de marché, mais aussi dans celui de la mise en place d’institutions démocratiques, tempèrent cependant l’optimisme. Pour le président Nazarbaev, l’association avec les États-Unis comporte des risques quant à son pouvoir personnel. Si la volonté américaine de mettre l’accent sur la démocratisation politique et économique ne se révèle pas être de la simple rhétorique, il y a fort à parier que les tensions ne manqueront pas de surgir rapidement entre les deux États, et ce d’autant que le président kazakh est confronté à des difficultés sur la scène politique interne du pays1624. Dans le cas du Kazakhstan comme ailleurs en Asie centrale, les principes de liberté et de démocratie affichés par l’administration américaine pourraient être rapidement battus en brèche par les exigences de la Realpolitik. Washington pourrait être forcé de fermer les yeux sur l’autoritarisme du président kazakh. Ce dernier jouit bien entendu d’une certaine marge de manœuvre, puisqu’il peut s’appuyer sur Moscou et sur Pékin pour contrer la politique que les États-Unis chercheraient à lui imposer.

2. Rappel sur le rôle historique des puissances extérieures en Afghanistan

  • 1625 RASHID, A., L’Ombre des taliban, op. cit., p. 23.
  • 1626 Voir ELPHINSTONE, Mountstuart, An account of the Kingdom of Caubul, and its dependencies, in Persia (...)

61La position géographique particulière de l’Afghanistan, situé au « cœur de l’Asie », comme l’écrivait le poète indo-pakistanais Mohammad Iqbal1625, et contrôlant les voies de passages vers le sous-continent indien, a depuis l’Antiquité invité les puissances extérieures à intervenir dans les affaires afghanes. Au cours de son histoire, l’Afghanistan a été traversé par tous les grands conquérants depuis Cyrus. Il a été administré par des Empires dont le centre de gravité politique était situé en Perse, en Inde ou dans les steppes de l’Asie centrale. L’espace afghan a successivement appartenu à l’Empire perse achéménide, à Alexandre de Macédoine, aux Grecs Séleucides, à l’Empire indien Maurya, aux Scythes, aux Parthes, à l’Empire Kushan, aux Hun Hephtalites, aux Sassanides, aux Arabes, aux Samanides, aux Turcs, aux Ghaznévides, aux Ghurides, aux Shah du Khorezm, aux Mongols, à Tamerlan, aux Timourides, avant de devenir un enjeu des disputes entre Safavides d’Iran et Moghols de l’Inde pendant deux siècles. Au début du xviiie siècle, les Pachtounes d’origine locale montent en puissance et font la conquête de l’Iran avant d’être chassés du pouvoir par Nadir Shah. A la mort de ce dernier, survenue en 1747, un capitaine de sa garde personnelle, d’origine Pachtoune, Ahmad Shah Abdali se fait proclamer souverain à Kandahar et jette les bases de la dynastie Durrani. Cette dernière va présider aux destinées de l’Afghanistan jusqu’à la période contemporaine. Les Durrani ne seront en effet chassés du pouvoir qu’en 1973 avec la destitution de Zaher Shah. L’autorité de cette dynastie n’empêche cependant pas les puissances régionales de s’intéresser à l’Afghanistan. Dès 1809, inquiet des menées de Napoléon, qui a envoyé le général Gardanne en Perse dans l’espoir d’amener le Shah (Fath Ali) à l’aider à envahir l’Inde, les Anglais signent un traité d’alliance avec le descendant d’Ahmad Shah, Shah Shudja1626. Si l’Afghanistan rencontre des difficultés avec ses voisins Perses (attaque d’Hérat) et Sikhs (prise de Peshawar), c’est désormais la rivalité anglo-russe qui va devenir le facteur d’intervention principal des puissances étrangères en Afghanistan. Ainsi, en 1838, les Persans, avec l’aide et les conseils de la Russie, assiègent Hérat, clé de l’Afghanistan et de la route vers l’Inde. Londres réagit en dépêchant une armée, malgré la levée du siège d’Hérat par la Perse. Remarquons qu’en 1856, Nasser edin Shah reprendra à nouveau cette ville, mais un débarquement britannique sur les rives du golfe Persique le contraindra toutefois à renoncer à sa conquête.

  • 1627 Sur le « grand jeu » anglo-russe : GILLARD, D., The struggle for Asia, 1828-1914: a study in Britis (...)
  • 1628 NORRIS, J. A., The First Afghan War, 1838-1842, Cambridge, Cambridge University Press, 1967, xvi-50 (...)
  • 1629 Sur cette période voir POULLADA, L. B., Reform and rebellion in Afghanistan, 1919-1929. King Amanul (...)
  • 1630 STEWART, R. T., Fire in Afghanistan, 1914-1929; faith, hope, and the British Empire, lst ed., Garde (...)
  • 1631 KAPUR, H., Soviet Russia and Asia: 1917 -1927: a study of Soviet policy towards Turkey, Iran and Af (...)
  • 1632 Voir les remarques sur le National Awami Party in JAFFRELOT, C, « Le Pakistan au cœur des tensions (...)
  • 1633 Voir le dossier spécial “New evidence on Soviet intervention in Afghanistan” in “Cold War in the Th (...)
  • 1634 Voir “Report by Soviet Defense Minister Ustinov to CPSU CC on ‘Foreign Interference’ in Afghanistan (...)
  • 1635 Zbigniew Brzezinski cité in POPHAM, P., “Taliban is a ‘monster hatched by the US’”, The Independent (...)

62Pour les Britanniques, la première guerre afghane, qui débute donc en 1838 va se solder par un échec retentissant et la perte de la quasi-totalité de leur corps expéditionnaire. En fait, la politique d’ingérence de Londres en Afghanistan, provoquée par sa crainte des visées de la Russie sur l’Inde1627, va lui coûter deux guerres : celle de 1838-1842 et une autre en 1878-18801628. Londres sera amenée à intervenir une troisième fois sur le sol afghan au moment de la proclamation de l’indépendance du pays, en 1919, par le roi Amanullah1629. Cette guerre sera cependant de courte durée. Le traité de Rawalpindi (août 1919) reconnaît l’indépendance du pays1630. Un autre voisin s’intéresse à cette époque à l’Afghanistan : l’URSS. Dès 1917, Moscou tente d’établir des relations avec Kaboul. En mai 1921, la Russie bolchévique signe avec la capitale afghane un traité d’amitié – le premier traité conclu par l’Afghanistan indépendant –, et en 1936, un accord de commerce lie les deux États1631. L’intérêt des Soviétiques pour l’Afghanistan ne laisse pas indifférents les États voisins qui craignent l’influence de Moscou sur Kaboul. Londres surtout se méfie des visées soviétiques. L’Afghanistan adhère à la Société des Nations en 1934. En 1937, Kaboul conclut le Traité de Saadabad avec l’Iran, l’Irak et la Turquie, ce qui renforce ses relations avec les États musulmans de la région. Après la Seconde Guerre mondiale, les relations entre Kaboul et son nouveau voisin, le Pakistan, devenu indépendant en 1947, sont troublées par la question de la frontière qui sépare les tribus Pachtounes. Le tracé de la frontière du Pakistan et de l’Afghanistan, qui s’étend du nord du Baloutchistan jusqu’au flan sud du Wakhan, avait été défini par le Traité dit de la Ligne Durand, signé le 12 novembre 1893 entre Abdul Rahman Khan, l’Émir de Kaboul, et Sir Henry Mortimer Durand, le secrétaire aux affaires étrangères du gouvernement britannique de l’Inde. Ce traité a intégré de vastes territoires habités par les tribus Pachtounes à l’Empire des Indes. En juillet 1947, l’Angleterre a organisé un référendum proposant aux populations d’intégrer soit l’Inde soit le Pakistan. Devant ce choix, les tribus Pachtounes ont opté pour le Pakistan. Depuis, leur désir de changer de statut s’est peu manifesté1632. Kaboul, par contre, a du mal à accepter cet état de fait. Les tensions entrent les deux États après 1947 vont conduire l’Afghanistan à rechercher l’appui de Moscou. En juin 1950, il signe avec l’URSS un nouveau traité de commerce. Sous la direction de Mohammad Daoud, premier Ministre de 1953 à 1963, les relations entre Kaboul et Islamabad restent tendues, alors que parallèlement la capitale afghane se rapproche de Moscou (nouveau traité de commerce et visite de Nicolas Boulganine et Nikita Khrouchtchev à Kabul en 1955). Malgré son refus d’adhérer au Pacte de Bagdad, l’Afghanistan continue à entretenir de bonnes relations avec Washington, tout en recevant de l’aide militaire soviétique. Jusqu’à la fin du ministère Daoud en 1963, les rapports avec le Pakistan demeurent tendus. Paradoxalement, les relations entre l’URSS et l’Afghanistan se détériorent sous la présidence de Daoud qui a renversé son cousin Zaher Shah en 1973. A partir de 1974, le président Daoud tente de prendre ses distances vis-à-vis de Moscou et se rapproche de l’Iran et des États du golfe Persique pour obtenir de l’aide économique. Sous l’impulsion de l’Iran et de l’Arabie Saoudite, les relations de l’Afghanistan avec le Pakistan se détendent progressivement. Ali Bhutto se rend en visite officielle à Kaboul en 1975 et Daoud lui rend la politesse en 1976. Parallèlement à ce rapprochement avec ses voisins musulmans, les relations avec l’URSS se détériorent rapidement. Le 27 avril 1978, Daoud est renversé par un coup d’État mené par les communistes afghans. Mais les différentes factions au sein du mouvement communiste se déchirent. A l’intérieur de la faction Khalq, Nur Muhammad Taraki s’oppose à Hafizullah Amin. A cette opposition interne au Khalq, il faut ajouter la rivalité avec la faction Parcham, dirigée par Babrak Karmal. Après le meurtre de Nur Muhammad Taraki, Hafizullah Amin rencontre des représentants américains en octobre 1979, ce qui inquiète Moscou et va précipiter son intervention militaire directe en Afghanistan1633. Avant même l’invasion du pays par l’Armée rouge le 25 décembre 1979, les puissances régionales (Pakistan, Iran, Chine), mais aussi la superpuissance américaine et ses alliés (Otan, Arabie Saoudite), vont s’impliquer sur le sol afghan en soutenant la résistance des moudjahidins qui s’est rapidement organisée1634. En fait, comme le reconnaîtra Z. Brzezinski en 1998, The US look part into Afghanistan civil war since its very beginning, or even earlier before ils beginning [...] We did not directly push the Russians to intervene in Afghanistan, but we purposely and in every way increased the probability for that invasion to happen. This secret operation was an excellent idea. As a resuit we thrust the Russian into the Afghani trap. And you really want me to repent of this?1635. Une fois encore, l’Afghanistan devient l’objet de rivalités qui le dépassent. Par Afghanistan interposé, ce sont les deux superpuissances de la planète qui s’affrontent.

  • 1636 Cité in Amnesty International, Les minorités en Afghanistan, op. cit.

63Le retrait des Soviétiques à la suite de dix ans d’une guerre meurtrière ne va pas améliorer la situation du pays. Les différentes factions afghanes se déchirent entre elles après leur départ et les puissances régionales continuent à intervenir dans les affaires de l’Afghanistan. C’est ce que dénonçait le secrétaire général des Nations unies dans un rapport à l’Assemblée générale de novembre 1998 : « l’Afghanistan, après avoir été l’un des catalyseurs des rivalités entre super-puissances, est maintenant devenu le théâtre d’une nouvelle version, purement régionale, du “Grand jeu”, dans lequel interviennent les intérêts intérieurs, les enjeux économiques et les préoccupations liées à la sécurité nationale des pays voisins et de ceux qui les encouragent. Le pays se trouve maintenant dans un cercle vicieux : le fait que les factions afghanes sont incapables de s’entendre aux fins d’un règlement politique est à la fois la cause et l’effet de l’ingérence persistante d’éléments extérieurs dans les affaires de l’Afghanistan »1636. A la suite des attentats du 11 septembre, l’intervention militaire américaine en Afghanistan qui a débuté, le 7 octobre 2001, est-elle appellée à mettre un terme à ce « grand jeu » régional évoqué par le Secrétaire général des Nations unies ? Ou, au contraire, ne risque-t-elle pas de le relancer en Afghanistan et peut-être de l’étendre aux États voisins de l’Asie centrale ? Quels sont les intérêts des principaux acteurs régionaux et quelle politique ont-ils suivie depuis les événements de New York et Washington ? Telles sont les questions auxquelles nous allons essayer de répondre.

3. Le Pakistan : un acteur incontournable en Afghanistan

  • 1637 GRARE, F., « Le Pakistan face à l’Asie centrale: l’Affaire afghane et la “nationalisation” de l’Isl (...)
  • 1638 Zia ul-Haq cité in HARRISON, S.S., « Les liaisons douteuses du Pakistan », Le Monde diplomatique, o (...)

64Le Pakistan n’est pas un pays voisin comme les autres pour l’Afghanistan. Cette particularité ne s’explique pas uniquement par la prise en compte des considérations géographiques. Certes, l’État afghan possède les frontières les plus longues (environ 2 430 km) avec ce pays et le territoire pakistanais offre un accès à la mer relativement proche, mais le particularisme des relations afghano-pakistanaises se justifie aussi par des considérations historiques. L’Afghanistan a été le seul État ayant voté à l’ONU contre l’adhésion du Pakistan. Ce vote s’explique par les revendications de Kaboul sur les territoires de l’ex-empire des Indes peuplés de Pachtounes qui, après la partition, sont devenus pakistanais. De ce fait, les relations entre les deux États ont été longtemps tendues. Ce n’est qu’après 1963, quand le roi Zaher Shah démet son cousin Daoud, alors Premier ministre et défenseur de la cause du « Pachtounistan », que les rapports entre les pays se détendent progressivement. Zaher Shah se rend ainsi en visite officielle à Islamabad en 1968. Avec le retour de Daoud au pouvoir en 1973, cette fois en tant que président de la nouvelle République d’Afghanistan, la question du « Pachtounistan » ressurgit. Les pressions de l’Iran et de l’Arabie Saoudite conduisent toutefois Kaboul à normaliser ses relations avec le Pakistan. L’arrivée des communistes afghans au pouvoir ravive une fois encore la question. Taraki puis Amin utilisent la revendication sur le « Pachtounistan » pour légitimer un pouvoir qu’ils savent faible. A la veille de l’invasion soviétique, cette question demeure le principal contentieux entre Islamabad et Kaboul. Lorsqu’en décembre 1979, l’année où la révolution islamique triomphe en Iran, les forces armées soviétiques pénètrent en Afghanistan, une opportunité nouvelle s’offre au Pakistan1637. Désormais, ce pays va devenir le point de passage obligé du soutien international à la résistance afghane. Islamabad prend conscience des avantages stratégiques qu’il peut tirer de sa situation et s’applique, avec tous les moyens dont il dispose, à devenir un acteur incontournable sur la scène politique afghane. Entre 1979 et 1989, outre l’objectif principal qui est d’obtenir le retrait des Soviétiques, la stratégie d’Islamabad a également visé à créer les conditions nécessaires pour qu’un pouvoir qui lui soit inféodé s’établisse à Kaboul une fois la guerre terminée. La mise en place d’un régime ami en Afghanistan était censée éliminer l’influence soviétique mais aussi indienne de ce pays, et permettre au Pakistan d’écarter toute menace sur son intégrité territoriale en provenance de Kaboul (problème du Pachtounistan). Grâce à sa proximité avec le régime afghan, Islamabad espérait obtenir une « profondeur stratégique », c’est-à-dire une sorte d’hinterland où il pourrait se replier en cas d’attaque massive de l’Inde. La création d’un État satellite en Afghanistan ouvrait aussi la perspective d’un renforcement de la sécurité du Pakistan, en écartant le risque d’une alliance de revers entre New Delhi et Kaboul en cas de conflit. Enfin, il s’agissait d’un premier pas vers la réalisation de la vocation panislamique du Pakistan, notamment en Asie centrale, imaginée par le général Zia ul-Haq. Comme ce dernier l’avait déclaré en juin 1988, « en aidant (les Etats-Unis) en Afghanistan, nous avons gagné le droit d’avoir à Kaboul un régime de notre choix. Nous avons pris des risques en assumant notre rôle, et nous ne permettrons pas que la situation régionale revienne à ce qu’elle était auparavant, avec une influence indienne et soviétique et des revendications sur notre territoire. Ce sera un véritable Etat islamique, une véritable confédération islamique, une partie de la renaissance panislamique qui gagnera un jour, vous verrez, les musulmans de l’Union soviétique. Il n’y aura plus de passeports entre le Pakistan et l’Afghanistan. Qui sait, peut-être un jour le Tadjikistan et l’Ouzbékistan se joindront-ils à nous, et, pourquoi pas, l’Iran et la Turquie »1638.

  • 1639 RASHID, A., L’Ombre des taliban, op. cit., p. 119.
  • 1640 Sur ce parti voir GRARE, f., Political Islam in the Indian Subcontinent: the Jamaat-i-Islami, New D (...)
  • 1641 Ehsan Ahrari donne la définition suivante de ce phénomène : il s’agit de l’émergence de groupes rad (...)

65Pour atteindre ses objectifs stratégiques en Afghanistan, Islamabad, avec l’approbation de Washington et le financement du Royaume saoudien, a systématiquement soutenu les groupes afghans les plus radicaux et les mieux disposés à son égard. C’est grâce aux fournitures militaires assurées par la CIA et les services secrets pakistanais (l’Inter Services Intelligence ou ISI) que les islamistes sont devenus le moteur de la lutte contre les Soviétiques1639. Pendant la durée de la guerre contre l’URSS, les moudjahidins afghans ont également été « parrainés » par les partis religieux pakistanais, notamment par le Jama’at-i Islami1640. Ces partis ont profité du contexte de guerre en Afghanistan pour tenter d’accroître leur influence dans la société pakistanaise, mais aussi au sein de l’appareil d’État. Durant les années de dictature du général Zia ul-Haq, sous son impulsion mais aussi sous l’influence de la guerre en Afghanistan et de la révolution iranienne, le phénomène « djihadi » a pris de l’ampleur au Pakistan1641. Le pays doit aujourd’hui gérer l’héritage de cette période, notamment la multiplication et la radicalisation de certaines madrasas et le problème de la violence sectaire, entre sunnites et shi’ites, qui touche le pays.

  • 1642 Parmi les sept partis reconnus par Islamabad comme représentants de la résistance afghane, six avai (...)
  • 1643 Les Pachtounes sont historiquement divisés en deux groupes principaux, les Ghalzays et les Durranis (...)

66Pour en revenir à la stratégie afghane d’Islamabad, de manière générale, elle a misé sur les groupes Pachtounes1642 – principalement sur les Ghalzays1643 –, au détriment des autres groupes ethniques minoritaires, car d’une part, la population pakistanaise compte environ 20 millions de Pachtounes – soit plus qu’en Afghanistan –, sur un total estimé à 150 millions d’habitants et de l’autre, ce sont historiquement les Pachtounes qui ont dirigé l’État afghan depuis trois siècles. En soutenant les Pachtounes, le Pakistan pensait aussi écarter la menace des revendications afghanes dans la question du « Pachtounistan ». Enfin, dernier facteur, les Pachtounes sont sur-représentés dans l’armée pakistanaise, puisqu’ils forment environ 20 % de ses effectifs. Cette présence a favorisé les contacts avec les groupes pachtounes de la résistance afghane et influencé les décisions des militaires pakistanais en leur faveur.

  • 1644 Les deux ordres soufi principaux de l’Afghanistan sont la Naqshbandiya et la Qadiriya. Les soufis o (...)
  • 1645 METCALF, B. D., Islamic revival in British India: Deoband, 1860-1900, Princeton, Princeton Universi (...)
  • 1646 En 1999, au moins huit des ministres du gouvernement taliban avaient été formés à l’école Dar ul-Ul (...)
  • 1647 Il s’agit d’un mouvement musulman puritain et rigoriste fondé par Mohammad Ibn’Abd al-Wahhab (1703- (...)

67Après le départ des Soviétiques, le Pakistan a tenté de conserver sa position privilégiée sur la scène afghane, en devenant le principal intervenant étranger dans les luttes inter-afghanes. Pendant la guerre contre l’URSS et après le départ des Soviétiques, Islamabad et le Jama’at-i Islami ont favorisé le Hezb-i-Islami dirigé par Gulbuddin Hekmatyar, un Pachtoune Kharruti de la tribu des Ghalzays, originaire de la province de Baghlan dans le nord-est de l’Afghanistan. Mais devant l’incapacité d’Hekmatyar à s’imposer sur le terrain et après l’effondrement de son mouvement à partir de 1992, Islamabad a cherché un nouveau relais apte à concrétiser ses options politiques. Dès 1994, le Pakistan s’est tourné vers les taliban – pour la plupart d’origine pachtoune –, qui ont fait leur apparition sur la scène politique afghane. Parallèlement, l’influence du Jama’at-i Islami s’est réduite au profit de celle du Jama’at-i Ulama i-Islam (JUI) qui entretient des relations étroites avec le mouvement taliban. Ce dernier, composé d’étudiants afghans des écoles islamiques (madrasas) établies dans les camps de réfugiés au Pakistan, prétendait ramener la paix en Afghanistan en mettant fin à la guerre civile. Sur le plan idéologique, l’islam des taliban rompt avec le soufisme, connu pour sa tolérance à l’égard de la diversité religieuse et traditionnellement très présent en Afghanistan1644. Il trouve sa source dans une interprétation extrême de l’islam de l’école déobandi, un mouvement réformateur apparu en Inde à l’époque coloniale et qui se proposait de régénérer la société musulmane sunnite en adaptant les textes islamiques classiques aux réalités contemporaines1645. Contrairement à l’Afghanistan, les écoles déobandi se sont développées rapidement au Pakistan après la partition de l’Inde. Les déobandis y ont créé le Jama’at-i Ulama i-Islam (JUI), dont l’influence a surtout grandi dans les années 1990. Ce parti politique pakistanais n’a pas joué de rôle direct dans la guerre d’Afghanistan contre l’URSS, mais il a profité du conflit pour établir des centaines d’écoles le long de la « ceinture pachtoune pakistanaise », dans la Province de la frontière nord-ouest (NWFP) et au Baloutchistan. Ces écoles, véritables centres de formation pour les taliban1646, ont été financées principalement par des fonds saoudiens. Le wahhabisme1647, venu d’Arabie Saoudite, a ainsi progressivement pénétré l’enseignement qui y était donné.

  • 1648 GRARE, F., « Désillusions centre-asiatiques, déconvenues afghanes » in Le Pakistan, carrefour de te (...)
  • 1649 Projets de Bridas et Unocal/Delta Oil entre le Turkménistan et le Pakistan via l’Afghanistan in RAS (...)
  • 1650 Détails in Idem, pp. 37-111.
  • 1651 CORDONNIER, I., « Les enjeux régionaux autour du Pakistan », Politique étrangère, n° 2, 2002, p. 29 (...)
  • 1652 EQBAL, A., “A mirage mis-named ‘strategie depth’”, Al-Ahram Weekly On-line, Issue n° 392, 27 August (...)
  • 1653 Concernant l’évolution de la perception chinoise à l’égard des taliban, voir KELLNER, T., « La Chin (...)
  • 1654 Les général Aziz, qui a dirigé toutes les activités des services de renseignement pakistanais avant (...)

68À partir de 1991, l’effondrement de l’URSS a offert au Pakistan de nouvelles possibilités dans les ex-républiques musulmanes de l’Union Soviétique1648. Sur le plan économique, Islamabad pensait devenir la voie d’accès privilégiée pour le désenclavement des républiques d’Asie centrale vers l’océan Indien. Un retour à la stabilité en Afghanistan devait lui permettre d’ouvrir un corridor d’accès aux nouveaux États centrasiatiques, à leurs marchés et à leurs ressources pétrolières et gazières1649. A la fin de l’année 1994, grâce au soutien d’Islamabad, les taliban ont donc commencé leur conquête progressive du territoire afghan1650. Outre la réalisation de ses ambitions en Asie centrale, en soutenant le mouvement des taliban, le Pakistan poursuivait ses visées stratégiques traditionnelles, notamment la recherche d’un gouvernement allié à Kaboul, censé écarter toute menace sur son intégrité territoriale (problème du Pachtounistan) et lui offrir la « profondeur stratégique » qu’il recherche face à l’Inde rivale, dont le territoire est sept fois supérieur au sien. C’est du moins le calcul des stratèges pakistanais, calcul que certains observateurs jugent totalement erroné. Le programme nucléaire pakistanais limite en effet les risques d’une attaque indienne massive, réduisant d’autant le besoin d’une « profondeur stratégique », alors que le développement du programme nucléaire de l’Inde et ses capacités balistiques ont rendu cette idée même de « profondeur stratégique » complètement obsolète1651. Ahmed Eqbal écrivait dès 1998, à la suite de la prise de Mazar-i Sharif par les taliban avec le soutien d’Islamabad que “‘strategic depth’ dœs exist in the real world. [...] In military thought it is a non-concept unless one is referring to a hard-to-reach place where a defeated army might safely cocoon. Yet far from improving the tenuous notion of ‘strategic depth the Taliban’s victory is likely to augment Pakistan’s political and strategie predieament1652. En fait comme le soulignait cet auteur, loin de renforcer la sécurité du Pakistan, le soutien massif qu’il a accordé aux taliban a au contraire renforcé l’isolement de ce pays sur la scène régionale. Ses relations avec l’Iran se sont dégradées en raison de l’orientation anti-shi’ite des taliban, alors que les États de l’Asie centrale tout comme la Russie se méfiaient des visées pakistanaises. Même le vieil allié chinois considérait les taliban comme une menace potentielle pour sa province du Xinjiang1653. Afin de contrer l’avance des taliban en Afghanistan, les autres puissances régionales (Inde, Iran, Russie) ont accru leur assistance aux groupes anti-taliban, précipitant ainsi la spirale de l’ingérence dans le conflit afghan et perpétuant la guerre civile dans ce pays. Malgré son isolement croissant sur la scène régionale, Islamabad, misant sur une victoire militaire des taliban pour forcer les autres puissances régionales à accepter le fait accompli, n’a pas remis en question sa politique afghane. Cette dernière s’est en outre trouvée liée progressivement au conflit du Cachemire. Les taliban ont en effet offert aux militants « djihadistes » pakistanais l’occasion de se former militairement sur le territoire afghan, avant d’aller combattre les forces indiennes dans l’État du Jammu et Cachemire1654. Le lien entre la politique afghane du Pakistan et la question du Cachemire, pierre d’achoppement des relations indo-pakistanaises, explique aussi le soutien constant d’Islamabad au régime de Kandahar jusqu’au 11 septembre 2001.

  • 1655 Détails in HRW, Afghanistan. Crisis of Impunity. The Role of Pakistan, Russia, and Iran in Fueling (...)
  • 1656 SIRRS, J., “The Taliban’s international ambitions”, The Middle East Quarterly, Summer 2001 in (www. (...)

69En ce qui concerne les ambitions pakistanaises à l’égard de l’Asie centrale, dès 1998, il devint de plus en plus évident qu’elles se heurtaient à de nombreuses difficultés. Étant donnée la dégradation de l’image des taliban dans l’opinion publique internationale – la pression des féministes américaines sur la société pétrolière Unocal a ainsi rendu impossible sa collaboration avec les taliban –, il était clair qu’aucune société pétrolière n’allait investir dans la réalisation de projets de gazoducs et d’oléoducs traversant le territoire afghan, et ce d’autant que la guerre civile se poursuivait entre le régime de Kandahar et les forces de l’Alliance du nord. Les attentats attribués à Ben Laden alors réfugié en Afghanistan, perpétrés contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, ont tendu les relations entre le régime des taliban et les États-Unis – sans toutefois les rompre complètement –, rendant cependant plus improbable la participation de compagnies américaines à des projets pétroliers à travers le territoire afghan. En dépit de l’échec de ses projets en Asie centrale, le Pakistan a continué jusqu’à l’été 2001 à fournir au régime des taliban de l’armement et des volontaires, et ce malgré l’embargo décrété par les Nations unies à l’hiver 2000-20011655. A la veille des événements de septembre 2001, le Pakistan était donc très impliqué en Afghanistan, malgré l’isolement croissant dans lequel sa politique d’assistance aux taliban l’avait placé, mais aussi en dépit des risques internes grandissants auxquels il était confronté du fait même des activités de ces derniers. Le spectre d’une « talibanisation » de certaines régions du Pakistan ne pouvait en effet pas être écarté. La vision de l’islam propagée par ce mouvement s’est répandue chez les Pachtounes vivant du côté pakistanais de la frontière. D’autres groupes ethniques pakistanais ont également été mis en contact avec cette idéologie, en raison de leur passage dans les camps d’entraînements mis en place en Afghanistan pour former les militants combattants au Cachemire. Une analyse portant sur 110 Pakistanais capturés par les troupes du commandant Massoud au cours de combats a ainsi révélé que seuls 33 d’entre eux étaient d’origine pachtoune1656. Parmi les prisonniers pakistanais, 28 étaient Punjabis, 17 ont été rangés dans le groupe des locuteurs Urdu, 15 étaient Sindis et 11 Balouches. L’idéologie des taliban s’est ainsi répandue dans d’autres groupes ethniques du Pakistan, par le biais de la collaboration avec les mouvements radicaux pakistanais engagés dans la lutte au Cachemire. La même étude constatait que 39 % des prisonniers capturés par l’Alliance du nord avaient admis appartenir au mouvement Harakat-ul-Ansar ou Harakat-ul-Mujahideen, actif au Cachemire. D’autres étaient membres de formations politiques pakistanaises comme Jamiate Ulema, Islami Mahaz, Jamaate Tablighi, le Mouvement Mohajir Qawmi et la Ligue musulmane pakistanaise. En plus de l’aide que les taliban recevaient du gouvernement pakistanais, ils étaient également soutenus par la mafia des transporteurs routiers et par des entreprises privées du Pakistan. Ces quelques éléments montrent l’étendue du soutien dont ils jouissaient au Pakistan ainsi que des liens qui s’étaient tissés entre l’Afghanistan et son voisin pakistanais avant le 11 septembre 2001.

  • 1657 RASHID, A., “Pakistan faces stark choices to end diplomatic isolation”, Eurasia Insight, September  (...)
  • 1658 Détails in ABOU ZAHAB, M., « Pakistan : les hoquets de l’histoire », Politique internationale, n° 9 (...)

70Avec l’effondrement des tours du World Trade Center, la stratégie pakistanaise en Afghanistan s’est trouvée fondamentalement remise en cause. Le général Moucharraf, au pouvoir depuis le coup d’État du 12 octobre 1999, n’a eu d’autre choix que de s’aligner sur Washington et de se résoudre à abandonner le régime des taliban qu’il avait été le seul, avec l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis, à reconnaître1657. Si cette décision a fait l’objet de critiques au Pakistan, il est pourtant évident que le régime pakistanais ne pouvait raisonnablement pas envisager de s’opposer aux États-Unis pour protéger les taliban. Sa liberté de choix était d’autant plus limitée que l’Inde risquait dans ce cas de profiter de l’occasion pour obtenir le soutien de Washington, dans le cadre d’opérations visant les militants radicaux opérant au Cachemire à partir du territoire pakistanais. Le général Moucharraf, conscient de ce danger pour sa politique au Cachemire, a donc choisi de soutenir inconditionnellement les États-Unis et de lâcher – certes à contrecœur –, le régime des taliban1658. Fondamentalement, les attentats du 11 septembre, tout en portant un coup fatal à la stratégie pakistanaise en Afghanistan, ont cependant offert à ce pays une occasion inespérée de renouer avec les États-Unis dans des conditions favorables. Ces dernières années, les relations américano-pakistanaises avaient traversé une période de turbulence, en raison de la politique nucléaire du Pakistan condamnée par Washington, du coup d’État militaire du général Moucharraf en 1999 et aussi du rapprochement qui s’était dessiné entre New Delhi et les États-Unis sous l’administration Clinton. Du fait de sa position géographique, mais aussi de sa connaissance intime des rouages du régime de Kandahar, le Pakistan s’est vu offrir l’opportunité de devenir un allié indispensable des États-Unis dans le cadre de leur campagne militaire. Islamabad a ainsi brisé l’isolement international dans lequel le pays était placé. Les sanctions qui le frappaient depuis les essais nucléaires de 1998 ont été levées par les États-Unis, ce qui constitue un gain immédiat pour son économie, très éprouvée depuis plusieurs années. En choisissant de devenir un allié des États-Unis, le général Moucharraf a également acquis la légitimité internationale dont il était privé depuis le coup d’État qui l’avait porté au pouvoir.

  • 1659 Les États-Unis ont demandé au Pakistan, par l’intermédiaire de Colin Powell de : 1) fermer la front (...)
  • 1660 “Border no barrier in Al Qaeda hunt”, CBS News, April 26, 2002 et “FBI and Pentagon teaming in Paki (...)
  • 1661 “Pakistan opposes help to Northern Alliance”, The Dawn, September 26, 2001 et “Backing the wrong ho (...)
  • 1662 « Mais qui sont ces “taliban modérés” ? », AFP, 17 octobre 2001.
  • 1663 Voir SINGH, JASWANT, “Reflections: September 11, 2001 and After”, Strategic Analysis, vol. XXV, n°  (...)
  • 1664 La prise de Kaboul par l’Alliance du nord, contrairement aux demandes formulées par les Américains, (...)
  • 1665 CLAUDE, P., « Le Pakistan reconnaît l’Alliance du Nord », Le Monde, 28 novembre 2001.
  • 1666 “Hazardsofdelay”, The Dawn, November 20, 2001.
  • 1667 “Pakistan looks to Karzai”, Iwpr’s Reporting Central Asia, n° 93, December 13, 2001.

71Par rapport aux demandes formulées par les Américains dès le 13 septembre 2001, le Pakistan a promis sa pleine coopération1659. Il a fourni une aide substantielle à Washington dans le domaine de l’information, mais aussi sur le plan militaire, en autorisant l’utilisation par l’armée américaine d’installations sur son territoire et en déployant des forces le long de la frontière afghane. Islamabad a également autorisé les Etats-Unis à étendre leurs opérations contre les membres du réseau al-Qaïda qui se sont réfugiés sur le territoire pakistanais, notamment dans les zones tribales1660. Tout en coopérant pleinement avec Washington, le Pakistan a essayé de protéger au mieux ses intérêts en Afghanistan, malgré sa position inconfortable du fait des opérations américaines contre ses anciens protégés. La perspective de voir l’Alliance du nord, son adversaire sur le terrain afghan, engranger les bénéfices de la chute du régime de Kandahar a alarmé le régime pakistanais. Islamabad a fait savoir dès le mois de septembre 2001 qu’elle s’opposait à l’octroi de toute assistance militaire à l’Alliance du nord1661. Le pouvoir pakistanais a également essayé de promouvoir l’idée d’inclure un certain nombre de « taliban modérés » dans les futures instances politiques de l’Afghanistan. Ainsi, lors de la visite de Colin Powell à Islamabad, le 16 octobre 2001, le président pakistanais Pervez Moucharraf a indiqué que « l’extrémisme n’est pas le fait de chaque taliban [...] Je ne veux pas rentrer dans les détails de qui sont les modérés, mais nous savons avec certitude qu’il y a de nombreux modérés chez les taliban »1662. Cette position a été rejetée non seulement par New Delhi – dont le ministre des affaires étrangères a déclaré que “a moderate Taliban is an oxymoron1663 –, mais aussi par Moscou et Téhéran. Devant la difficulté à trouver des « taliban modérés » acceptables pour la communauté internationale, et aussi face aux succès militaires de l’Alliance du nord sur le terrain1664, le Pakistan a finalement été obligé de reconnaître ce mouvement1665. Il n’a cependant pas renoncé à utiliser la carte ethnique pachtoune, en épousant la cause de ces derniers face aux autres minorités ethniques de l’Afghanistan, notamment aux Tadjiks. Il a ainsi rappelé à chaque occasion que les Pachtounes ne devaient pas être écartés des nouvelles instances dirigeantes de l’Afghanistan1666. Pour ne pas être marginalisé sur la scène politique afghane, Islamabad a très pragmatiquement noué des contacts avec H. Karzaï1667.

  • 1668 Voir les réactions très hostiles des kabonlis à l’annonce de la visite d’Abdul Sattar, le ministre (...)
  • 1669 “Pakistan’s choice”, International Herald Tribune, November 28, 2001.
  • 1670 SULSER, E., « Au nez et à la barbe d’Islamabad, Kaboul s’empresse de renouer avec l’Inde », Le Temp (...)
  • 1671 « Journée au pas de charge pour le ministre indien des AE à Kaboul », AFP, 10 août 2002.
  • 1672 « Un ministre afghan à Islamabad », AFP, 11 janvier 2002.
  • 1673 ULHAQUE, Ihtasham “Islamabad, Kabul pledge to f’orget past”, The Dawn, February 9, 2002. L’apaiseme (...)
  • 1674 “Terrorist dens to be smashed: Musharraf holds talks with Karzai”, The Dawn, April 3, 2002.

72Le Pakistan subit cependant le contrecoup de sa stratégie afghane des dernières années. Une partie de la population afghane se montre hostile1668. Les membres de l’Alliance du nord, présents au sein du pouvoir de transition en Afghanistan, restent également méfiants à l’égard des intentions d’Islamabad. Ils n’ont ainsi guère apprécié les critiques formulées fin novembre 2001 sur le manque de représentation des Pachtounes dans les négociations de Bonn1669. Sur le plan stratégique, Islamabad a perdu sa position privilégiée en Afghanistan. Kaboul a diversifié ses relations extérieures et a noué des liens avec les autres puissances régionales, comme la Russie et l’Iran. Le plus inquiétant pour le Pakistan est sans doute le fait que la capitale afghane, en partie pour contrebalancer son influence et éviter une nouvelle ingérence dans ses affaires internes, a rapidement établi des contacts avec New Delhi1670. La première visite officielle d’un haut responsable indien en Afghanistan n’a cependant eu lieu qu’en août 2002. Le nouveau ministre des affaires étrangères de l’Inde, Yashwant Sinha, s’est ainsi rendu dans la capitale afghane pour s’entretenir avec Hamid Karzaï et Abdullah Abdullah des questions de sécurité et de la coopération indo-afghane, dans le cadre du processus de reconstruction du pays1671. Malgré son handicap sur la scène afghane en raison de son soutien accordé aux taliban, le Pakistan a rétabli progressivement ses relations avec Kaboul. Le ministre afghan des finances, Hedayat Amin Arsala, s’est ainsi rendu à Islamabad le 10 janvier 2002. Il s’agissait du premier contact politique officiel à ce niveau entre les deux pays depuis la déroute des taliban1672. En février 2002, Hamid Karzaï a fait à son tour le déplacement dans la capitale pakistanaise pour y rencontrer le général Pervez Moucharraf. Au cours des discussions, les deux chefs d’Etat ont officiellement déclaré vouloir tirer un trait sur le passé. Ils se sont engagés à développer la coopération entre leurs deux pays, notamment dans les domaines politique et économique1673. Ils ont ainsi décidé à l’occasion de cette visite de relancer le projet de gazoduc trans-afghan en direction du Turkménistan. En avril 2002, c’était au tour de Pervez Moucharraf de rendre visite à Hamid Karzaï à Kaboul1674. Les deux chefs d’États ont abordé la question de la coopération bilatérale, notamment dans le domaine des relations économiques (question du transit pour les marchandises à destination de l’Afghanistan à travers le territoire pakistanais et rétablissement des liaisons aériennes), mais aussi de la lutte contre la culture et le trafic de l’opium. Les questions de sécurité ont également été abordées. Enfin, le Pakistan a annoncé le déblocage d’une aide de 100 millions de dollars pour la reconstruction de l’Afghanistan. Ce montant, important à l’échelle pakistanaise, équivaut à l’aide promise par l’Inde à Kaboul. Il ne peut cependant pas être comparé avec les 550 millions de dollars que Téhéran a offerts pour la reconstruction de l’Afghanistan.

  • 1675 “Pakistan, Afghanistan agree to form Joint Ministerial Commission”, The Dawn, April 3, 2002.
  • 1676 « Khatami signe plusieurs accords à Kaboul », AFP, 14 août 2002.

73Le fait que les deux États soient proches de Washington a sans doute facilité la reprise du dialogue afghano-pakistanais. La présence américaine en Afghanistan constitue en outre, pour le moment, une garantie pour Kaboul qu’Islamabad ne cherchera pas à s’ingérer trop ouvertement dans les affaires du pays. Chacune des deux parties a en fait de bonnes raisons de cultiver une certaine bienveillance à l’égard de l’autre. L’Afghanistan doit s’assurer un environnement régional pacifique pour pouvoir se concentrer sur les tâches de reconstruction qui l’attendent. Dans ce contexte, il faut éviter les tensions avec son voisin pakistanais. Sur le plan économique, la coopération avec Islamabad est également souhaitable. L’Afghanistan est un État enclavé. Cette particularité géographique le force à s’accorder avec ses voisins, pour pouvoir bénéficier de voies de désenclavement en direction de l’océan Indien. Lors de la visite de Pervez Moucharraf à Kaboul en avril 2002, les deux États ont ainsi décidé de mettre sur pied une cellule chargée d’examiner les questions relatives à l’utilisation du port de Karachi, pour le transit vers l’Afghanistan du matériel nécessaire à la reconstruction du pays1675. Cependant, pour ne pas tomber dans une trop grande dépendance à l’égard de son voisin pakistanais, Kaboul cherche à diversifier ses possibilités de désenclavement. C’est une des raisons pour lesquelles les nouvelles autorités afghanes ont choisi de développer des relations de coopération avec Téhéran, dans le domaine des infrastructures de transport. Lors de la visite à Kaboul du président iranien en août 2002, ce dernier a ainsi promis d’accélérer les travaux de construction de la route Dogharoun-Hérat1676.

  • 1677 « L’Afghanistan ne prendra pas parti en cas de conflit Inde/Pakistan », AFP, 6 juin 2002.

74Sur le plan politique, Hamid Karzaï sait également qu’Islamabad bénéficie encore de la sympathie de nombreux Pachtounes afghans. Ses relais en Afghanistan demeurent importants, de même que sa capacité de nuisances. Il s’agit donc de ménager les intérêts pakistanais jusqu’à un certain point. D’un autre côté, on peut penser qu’Hamid Karzaï a spéculé sur le fait que l’aide pakistanaise pourrait lui être éventuellement utile pour contrebalancer l’influence des Tadjiks – notamment celle du ministre de la Défense Mohammad Qassim Fahim –, au sein des nouvelles instances dirigeantes afghanes. L’existence de cette possibilité devrait inviter les Tadjiks afghans à la prudence. Ces derniers n’ignorent pas que de nombreux Pachtounes ne sont pas satisfaits de la répartition du pouvoir au sein des nouvelles instances afghanes et que le Pakistan pourrait très bien instrumentaliser ce mécontentement, si une forme satisfaisante de compromis n’est pas trouvée. Si Hamid Karzaï décide d’utiliser le soutien d’Islamabad, il lui faudra cependant être particulièrement prudent s’il veut éviter que les divergences qui existent au sein de son gouvernement ne soient finalement exploitées par le Pakistan. Ce dernier trouverait là un moyen commode pour s’immiscer à nouveau dans les affaires afghanes. Islamabad a intérêt, quant à elle, à cultiver des relations amicales avec son voisin afghan, afin d’éviter d’être marginalisée sur la scène politique de ce pays, mais aussi, pour empêcher un trop grand rapprochement entre Kaboul et New Delhi. Une telle éventualité, au moment où les relations entre l’Inde et le Pakistan restent tendues, en raison des activités des militants djihadis engagés dans le conflit du Cachemire, la placerait en effet dans une postion stratégique très délicate. En juin 2002, alors que la tension entre New Delhi et Islamabad était à son comble, le gouvernement de Kaboul a toutefois déclaré que l’Afghanistan ne prendrait pas parti en cas de conflit entre les deux pays1677. Cette déclaration était destinée à rassurer Islamabad, en éloignant le spectre d’une prise à revers du Pakistan par l’Afghanistan en cas de conflit avec New Delhi. Cependant, au regard de sa politique afghane d’avant le 11 septembre, le Pakistan ne peut plus compter sur l’appui du pouvoir à Kaboul. La perspective de bénéficier éventuellement d’une « profondeur stratégique » pour ses forces militaires en cas de conflit avec l’Inde – même si celle-ci est illusoire –, s’est également évanouie. Sur le plan stratégique, la neutralité afghane, tout en rassurant quelque peu Islamabad, profite cependant davantage à l’Inde, plus puissante militairement, qu’au Pakistan.

  • 1678 “Musharraf says onus on India for talks: Accord signed with Tajikistan”, The Dawn, June 3, 2002 et (...)

75La position d’Islamabad sur le plan régional sort donc fragilisée des opérations antiterroristes menées par Washington. Dans le domaine économique, Islamabad souhaite tirer profit d’un retour à la stabilité en Afghanistan. Comme l’ensemble des voisins de ce pays, le Pakistan compte participer à la reconstruction de l’économie afghane. Fidèle à ses objectifs en direction des républiques d’Asie centrale, Islamabad espère aussi qu’un retour à la stabilité en Afghanistan lui permettra d’ouvrir des voies d’accès aux marchés centrasiatiques. Il a également relancé l’idée d’un gazoduc trans-afghan à destination du Turkménistan. Les 29 et 30 mai 2002, le général Moucharraf, le président Niyazov et Hamid Karzaï ont ainsi conclu un protocole portant sur la mise en place de ce projet, qui jouit du soutien de l’administration Bush. Afin de favoriser ses desseins en Asie centrale, le général Moucharraf s’est rendu début juin 2002 au Tadjikistan, la république centrasiatique qui était la plus opposée aux taliban. Il s’agissait pour lui d’essayer de relancer les relations entre les deux pays, en tenant compte du nouveau contexte politique. Le général Moucharraf a rencontré à cette occasion le président Rakhmanov. Les deux chefs d’États ont décidé d’accroître leur coopération bilatérale, notamment en matière économique et commerciale, et aussi dans le domaine des infrastructures. Le Tadjikistan porte en effet un intérêt certain à la mise en place de routes à travers l’Afghanistan et le Pakistan vers l’océan Indien. Les deux pays devaient mettre sur pied une commission économique commune en septembre 20021678. Cette visite reflète aussi l’influence que les Tadjiks ont acquise dans les affaires afghanes, du fait de la coopération militaire entre l’Alliance du nord et les États-Unis et de son rôle dans la nouvelle administration de l’Afghanistan. On peut penser que le président pakistanais est aussi venu chercher l’appui de Douchanbé, qui bénéficie de bons contacts dans la nouvelle administration afghane, pour son projet de gazoduc vers le Turkménistan. De nombreux obstacles devront toutefois encore être surmontés avant que cette infrastructure ne voie le jour.

  • 1679 Détails in ABOU ZAHAB, M., « Pakistan: les hoquets de l’histoire », op. cit., pp. 50-52.
  • 1680 D’apres STERN, B., « En trois mois, le Pakistan a perçu 6 milliards de dollars d’aide », Le Monde, (...)
  • 1681 Détails du rééchelonnement in REDDY, B. Muralidhar, “US reschedules Pakistan debt”, The Hindu, Augu (...)

76De manière générale, les opérations militaires américaines et la chute des taliban n’ont pas seulement affaibli la position du Pakistan en Afghanistan. Elles ont également entraîné des conséquences graves pour le Pakistan sur le plan interne et aussi par rapport à la question du Cachemire. Sur le plan interne, les attentats du 11 septembre ont, par contrecoup, durement touché l’économie pakistanaise déjà fragilisée1679. Devenu un allié majeur des Etats-Unis dans leur campagne contre le terrorisme en Afghanistan, le gouvernement pakistanais a essayé de rentabiliser son alignement sur Washington au mieux de ses intérêts économiques. Islamabad a commencé à toucher des dividendes pour sa participation à la coalition internationale. Le Fonds monétaire international lui a ainsi accordé des prêts pour 1,3 milliard de dollars, la Banque mondiale pour 9/4 millions de dollars dans le cadre de l’exercice 2001-2002, et la Banque asiatique de développement 950 millions de dollars pour le même exercice. Cette dernière devrait également fournir une assistance, évaluée à 800 millions de dollars par an, entre 2002 et 2005. Un rééchelonnement de la dette extérieure pakistanaise – estimée à 33 milliards de dollars à la fin décembre 2001 –, a été négocié le 13 décembre 2001 au Club de Paris (la négociation a porté sur 12,5 milliards de dollars de créances). Le Pakistan a obtenu que ses paiements soient étalés sur 38 ans, avec 15 ans de délai de grâce, pour les prêts accordés dans le cadre de programme d’assistance au développement (2/3 des dettes détenues par le Club de Paris) et en 23 ans avec un délai de grâce de 5 ans pour le tiers restant. L’Union européenne a, pour sa part, accordé des facilités commerciales en faveur des exportations pakistanaises pour plus de 1 milliard d’euros1680. Les États-Unis auraient accordé 1 milliard de dollars d’aide à Islamabad, dont 600 millions sous forme de dons. Washington a également réduit de 375 millions de dollars la dette du Pakistan à son égard, avant de consentir un effort supplémentaire en acceptant de rééchelonner la dette pakistanaise à son égard (soit environ trois milliards de dollars)1681. Après avoir levé, le 22 septembre, les sanctions mises en place contre Islamabad à la suite des essais nucléaires de 1998, l’administration Bush a promis une augmentation des quotas pour les exportations du secteur textile pakistanais à destination du marché américain. Ce secteur représente en effet 50 % des exportations du Pakistan et occupe 60 % de la main-d’œuvre industrielle du pays. Au regard des mesures annoncées, le Pakistan semble avoir engrangé des bénéfices importants pour son économie.

  • 1682 SHAHZAD, Irfan, “Beyond the debt relief”, The Dawn, January 21, 2002 et ASAD, Ali Shah, “No end to (...)
  • 1683 16831 IAIDFR, Masood, “Pakistan textile sector awaits US incentives”, The Dawn, June 26, 2002.
  • 1684 Voir FARUQUI, A., “Repaying Pakistan”, EEER, December 13, 2001 et CHAWIA, S., “Developments in Paki (...)
  • 1685 C. Jaffrelot cité in BOSShARD, A., « Les islamistes opérant au Pakistan devraient aussi être pris p (...)

77L’assistance des organismes internationaux de crédit, le rééchelonnement de la dette et l’augmentation promise des quotas pour l’importation de textile pakistanais constituent, des gains pour le pays et offrent un ballon d’oxygène à son économie. Mais ils ne règlent cependant pas tous les problèmes économiques du Pakistan, loin s’en faut1682. Le poids des dépenses militaires continue ainsi de peser sur l’économie pakistanaise. Il ne devrait pas diminuer dans un avenir proche vu les tensions actuelles avec l’Inde. Malgré les promesses de l’administration américaine, le secteur pakistanais du textile, sévèrement touché après le 11 septembre, n’a pas non plus obtenu l’accroissement substantiel des quotas d’exportations à destination du marché américain auquel on aurait pu s’attendre1683 Les difficultés dans ce secteur ont entraîné des licenciements massifs et alimentent un ressentiment à l’égard de Washington dans une partie de la population pakistanaise. Les opérations militaires en Afghanistan, les tensions avec l’Inde autour de la question du Cachemire, ainsi que les attentats perpétrés contre les Occidentaux sur le territoire pakistanais, ont en outre éloigné les acheteurs européens et américains du Pakistan. Les investisseurs étrangers ne se pressent pas non plus au portillon. Selon certains analystes, l’assistance accordée par les Occidentaux n’est pas suffisante pour sortir l’économie pakistanaise de son marasme1684. Cette situation est inquiétante pour le Pakistan, d’autant plus que le développement économique est essentiel pour aider à la réintégration des groupes radicaux dans la société pakistanaise1685.

  • 1686 Voir ICG, “Pakistan: the dangers of conventional wisdom”, Pakistan Briefing, Islamabad/Brussels, Ma (...)
  • 1687 Selon cet auteur, 80 % des manifestants étaient en fait Pachtounes. Parmi eux, il y avait de nombre (...)
  • 1688 Voir ABOU ZAHAB, M., « Pakistan : vers une “démocratie militaire” », Politique étrangère, n° 2, Avr (...)
  • 1689 Voir KESSLER, G., “A defining moment in Islamabad. US brokered ‘Yes’ pulled India, Pakistan from br (...)
  • 1690 Voir détails in ICG, “Kashmir: confrontation and miscalculation”, Asia Report, n° 35, Islamabad/Bru (...)
  • 1691 Voir le discours du général Moucharraf prononcé le 12 janvier 2002 où il réitère son soutien à la c (...)
  • 1692 Le 14 mai 2002, une attaque menée par des militants contre un camp militaire indien au Jammu et Cac (...)

78Les observateurs ont craint que l’alignement de Pervez Moucharraf sur Washington et l’abandon des taliban ne poussent les mouvements islamistes dans la rue et ne déstabilisent le pays. C’était oublier que l’armée pakistanaise et les partis religieux entretiennent des relations de proximité depuis de nombreuses années1686. La mobilisation de ces mouvements n’a pas été importante. Mariam Abou Zahab a souligné que le soutien aux taliban dans la société pakistanaise a « revêtu une dimension essentiellement ethnique et émotionnelle », loin des manifestations de masses auxquelles certains s’attendaient1687. Si on peut se féliciter de la faible ampleur des protestations, le risque de déstabilisation du Pakistan a cependant conduit les Etats-Unis à avaliser le choix de Pervez Moucharraf de se faire élire par référendum au poste de président du Pakistan pour cinq ans. Les nouvelles institutions du Pakistan pourraient également être redessinées pour mieux servir les intérêts de l’armée pakistanaise. La démocratie s’éloigne donc un peu plus au Pakistan, sans que la formule soutenue par Washington ne garantisse davantage de stabilité pour le pays. Le bilan de la gestion du Pakistan par les militaires n’est pas brillant. En plus, l’alliance entre l’armée et les « mollahs », initiée sous le général Zia ul-Haq, pourrait être reconduite, avec tous les dangers internes et externes que ce choix ferait courir au pays dans l’avenir1688. Dans l’immédiat, si le général Moucharraf a évité l’affrontement avec les mouvements radicaux sur la question des taliban, le problème du Cachemire lui pose un défi bien plus délicat à relever. Dans le contexte des opérations américaines en Afghanistan, cette question a en effet rebondi en décembre 2001, à la suite de l’attentat commis par des militants islamistes contre le Parlement indien. La tension entre New Delhi et Islamabad n’a cessé de croître jusqu’en juin 2002, au moment où une intervention diplomatique américaine1689 est parvenue à établir une trêve entre les deux parties, en tout cas jusqu’aux élections prévues pour septembre 2002 dans l’État indien du Cachemire1690. Face aux pressions de l’Inde – pays contre lequel Islamabad a déjà mené trois guerres en 1947-1948, 1965 et 1971 –, la question de l’avenir des mouvements djihadis opérant dans cette région pour le compte du Pakistan qui les utilise pour « affaiblir » New Delhi et rendre le coût de sa présence au Cachemire « insupportable », est aujourd’hui ouverte. L’Inde a exigé l’arrêt inconditionnel de toutes les opérations menées par ces militants au Jammu et Cachemire et tient le général Moucharraf pour personnellement responsable de leurs activités. Forte de l’exemple des États-Unis qui ont lancé une campagne destinée à éradiquer le terrorisme, New Delhi a envisagé de mener ses propres opérations contre les « terroristes » qui opèrent au Cachemire indien et leurs bases situées dans le Cachemire pakistanais. Elle a massé des centaines de milliers d’hommes aux frontières du Pakistan, menaçant très directement Islamabad d’une intervention militaire si elle n’obtenait pas l’arrêt des activités de ces militants et le démantèlement de leurs infrastructures. Au risque de s’attirer la colère de ces mouvements ainsi que d’une grande partie de la population pakistanaise, très attachée à la cause cachemiri et qui refuse de voir le pays plier face aux exigences indiennes, le général Moucharraf a été forcé de prendre des mesures contre certaines de ces formations1691. Puis, face à la poursuite des opérations des séparatistes radicaux au Cachemire indien ainsi qu’à l’escalade de la tension avec New Delhi, il a été contraint de promettre à l’envoyé américain Richard Armitage l’arrêt permanent des infiltrations, afin que Washington puisse négocier un modus Vivendi avec New Delhi en juin 20021692. Mais la marge de manœuvre de Pervez Moucharraf est étroite ; l’armée pakistanaise considère les militants opérant au Cachemire comme un élément clé dans son dispositif militaire face à l’Inde. Il lui est très difficile de renoncer à cet instrument au moment où New Delhi a massé des troupes à la frontière et menace le territoire pakistanais.

  • 1693 VICK, K., KHAN, K., “Pakistan! ambivalence frustrates hope for Kashmir peace”, The Washington Post, (...)
  • 1694 Voir “The worries of Musharraf”, The Economist, June 8, 2002, p. 51.
  • 1695 ABOU ZAHAB, M., “Pakistan : vers une ‘démocratie militaire’”, op. cit, pp. 275-276. Voir sur la rec (...)
  • 1696 ICG “Pakistan: Madrasas, Extremism and the military”, Asia Report, n° 36, Islamabad Brussels, July  (...)
  • 1697 RASHID, A., LA CUARDIA, A., “Crisis with India adds to political problems Musharraf faces at home”, (...)

79Jusqu’à présent, malgré les effets d’annonce, le Pakistan s’est surtout contenté de mesures cosmétiques par rapport à la question des militants djihadis. L’interdiction des infiltrations de militants au Cachemire apparaît davantage comme un choix tactique que comme une véritable remise en question de la politique cachemiri d’Islamabad1693. Selon certaines sources, les militants djihadis auraient été invités par l’ISI à réduire temporairement leurs activités1694. Mariam Abou Zahab a remarqué que les différentes mesures adoptées par Islamabad contre les militants islamistes ont davantage visé le terrorisme sectaire qui oppose les sunnites aux shi’ites sur le territoire pakistanais et déstabilise le pays depuis plusieurs années, plutôt que les mouvements opérant au Cachemire1695. De même, un rapport de l’International Crisis Group constate que les réformes concernant les madrasas – dont certaines sont très liées aux mouvements djihadis –, envisagées par le pouvoir pakistanais sont superficielles1696. Si le général Moucharraf décide de s’attaquer réellement aux mouvements opérant au Cachemire, il lui faudra affronter les retombées internes d’une remise en cause de la politique menée jusqu’alors par le Pakistan sur cette question. Ce problème est extrêmement délicat, car si les djihadis ne bénéficient pas d’un large soutien dans la population pakistanaise, la cause du Cachemire est au contraire très populaire. Le général Moucharraf risque d’être accusé, comme cela a d’ailleurs déjà été le cas, de sacrifier les populations musulmanes du Cachemire aux ambitions de l’Inde1697. Dans ces conditions, son pouvoir risque d’être remis en cause. Si, au contraire, il choisit de ne pas s’attaquer à ces mouvements et maintient sa politique actuelle, l’Inde ne manquera pas de l’accuser de duplicité et de souligner son manque de volonté à combattre les militants djihadis. Dans l’hypothèse où Pervez Moucharraf déciderait néanmoins de s’attaquer sérieusement à ces mouvements, il n’est pas certain qu’il parvienne à contrôler l’ensemble de leurs activités. Malgré leur proximité avec l’ISI, ils disposent d’une certaine marge de manœuvre et pourraient poursuivre leurs actions au Cachemire pour le déstabiliser. Dans les deux cas, un conflit avec le voisin indien – qui dispose de capacités nucléaires –, ne peut totalement être écarté.

  • 1698 Le général Moucharraf s’est ainsi rendu trois fois en Chine entre décembre 2001 et l’été 2002, pour (...)
  • 1699 “Elimination of Taleban helps Iran Pakistan relations improve”, Iran Press Service, November 30, 20 (...)

80La crise afghane et les tensions autour du Cachemire en 2002 ont fortement secoué le Pakistan. Islamabad a subi des revers importants au regard des objectifs poursuivis par sa politique étrangère d’avant le 11 septembre, aussi bien en Afghanistan que dans la question du Cachemire. Le spectre d’un conflit avec New Delhi n’est pas écarté. Toutefois, la nouvelle conjoncture internationale lui a offert de nouvelles opportunités. Le rapprochement avec Washington est sans doute l’élément le plus positif pour fslamabad, d’autant que ce dernier s’est réalisé sans remettre en cause la vieille amitié avec la Chine1698. Même si le chemin qui reste à parcourir sera long et semé d’embûches, les bons offices américains pourraient aider Islamabad à sortir de la logique d’affrontement avec l’Inde dans la question du Cachemire. Fondamentalement, la conjoncture internationale consécutive aux attentats du 11 septembre offre également au Pakistan l’occasion de réorienter ses choix et de modifier l’horizon de sa politique étrangère. Sur le plan régional, avec l’éviction du régime des taliban, l’obstacle majeur à une normalisation des relations du Pakistan avec l’Iran, mais aussi avec les États centrasiatiques, est désormais levé1699. Sur le plan interne, Islamabad pourra bénéficier d’un soutien économique et financier de la communauté internationale. Ce dernier devrait l’aider à prendre les mesures nécessaires à son redressement économique. Il pourrait également faciliter la nécessaire mise en œuvre d’une nouvelle politique destinée à réduire tant la dérive sectaire que connaît le pays que les mouvements djihadis opérant au Cachemire. Bien entendu, ce programme d’action qui rompt avec une politique vieille de plus de vingt ans exige une volonté politique et un engagement puissant de la part des autorités pakistanaises, ainsi qu’un engagement équivalent de la communauté internationale. C’est cependant au pouvoir pakistanais qu’il incombe de saisir cette opportunité historique et de se donner les moyens nécessaires pour mettre en œuvre ce programme. En observant les événements de l’année 2002, il faut malheureusement constater que, jusqu’ici, ce n’est pas cette option que le général-président Moucharraf a favorisée. Washington, qui a semble-t-il décidé d’avaliser sans garantie la mainmise de l’armée pakistanaise sur la vie politique du pays, pourrait rapidement être confronté aux conséquences de ce choix malencontreux. Les militaires pakistanais, contrairement à l’administration civile, sont en effet peu enclins à réviser leur stratégie à l’égard du Cachemire et à entamer un dialogue avec New Delhi sur cette question. Les efforts réalisés par les administrations Clinton et Bush en direction d’un rapprochement entre les Etats-Unis et l’Inde pourraient être les premières victimes d’un soutien sans condition à l’armée pakistanaise et à Pervez Moucharraf.

4. Iran : les errances de la politique afghane de Téhéran

81Parmi les six pays voisins de l’Afghanistan, l’Iran est incontestablement celui qui possède les liens historiques les plus anciens et les plus importants avec ce pays. La raison en est simple : à l’exception de la Chine, qui partage avec l’Afghanistan une frontière longue seulement de 76 km dans la région difficile d’accès du Pamir (le couloir de Wakhan), les autres voisins de l’Afghanistan sont tous de nouveaux États issus soit de la partition de l’Inde en 1947, comme le Pakistan, soit de l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, comme le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Turkménistan. Par ailleurs, une grande partie du territoire actuel de l’Afghanistan a appartenu à la Perse jusqu’au début du xviiie siècle. La séparation de l’Afghanistan de l’Iran s’explique en partie par le shi’isme militant pratiqué par la dynastie Safavide, qui régna en Iran de 1501 à 1722, militantisme que rejetaient déjà les Pachtounes. A ces liens historiques, il faut ajouter un facteur plus important encore : l’appartenance de l’Iran, de l’Afghanistan, du Tadjikistan, des villes de Samarkand, de Boukhara et de la région du Sorkhandarya en Ouzbékistan à un même espace culturel, construit autour de l’héritage littéraire persanophone qui, depuis plus d’un millénaire, a été un ferment d’unité pour des populations parfois très éloignées géographiquement les unes des autres. Si, à ces considérations, on ajoute les réalités géopolitiques actuelles, comme la longue frontière qui sépare les deux pays et s’étend sur plus 930 km, la présence de deux millions de réfugiés afghans en Iran depuis vingt ans et la menace socio-économique que représente pour l’Iran le trafic de la drogue en provenance d’Afghanistan, il semble évident que Téhéran soit amené à jouer un rôle de premier plan dans la résolution de la crise afghane. Or, il n’en a rien été et l’Iran est resté un acteur de second plan loin derrière le Pakistan. Pourtant, contrairement à Islamabad, Téhéran n’avait d’autre ambition qu’une stabilisation de la situation en Afghanistan, ainsi que la formation d’un régime plus modéré que celui des taliban à Kaboul. L’Iran ne cherche pas dans ce pays, comme le Pakistan, une hypothétique profondeur stratégique face à l’Inde ou un accès aux ressources en pétrole et gaz de l’Asie centrale ni même la mise en place d’un pouvoir qui lui soit inféodé, comme l’a toujours voulu Islamabad, afin de contrecarrer les éventuelles revendications afghanes sur les provinces du nord Pakistan, peuplées de Pachtounes, qu’on désigne dans ces régions sous le nom de Pathans.

  • 1700 Détails in DJALILI, M.-R., « L’Iran prisonnier d’une logique confessionnelle », Les nouvelles d’Afg (...)

82A l’époque contemporaine, le profil relativement bas et le manque d’efficacité de la politique iranienne en Afghanistan s’expliquent avant tout par le contexte historique et l’évolution de la situation dans République islamique d’Iran, qui voit le jour en février 1979. En l’espace de quelques semaines, deux événements historiques majeurs se produisent, qui vont avoir un impact déterminant sur les relations entre les deux pays voisins. Le 4 novembre 1979, les « étudiants de la ligne de l’imam » occupent l’Ambassade américaine à Téhéran et prennent en otage 52 diplomates. Le 25 décembre 1979, les troupes soviétiques entrent en Afghanistan afin de protéger le régime communiste installé à Kaboul depuis 1978. Cette intervention dans un pays « musulman frère et voisin » n’est cependant que mollement condamnée par l’ayatollah Khomeyni. Occupé à édifier sa politique antiaméricaine, il ne veut pas se mettre sur le dos son voisin soviétique en dépit de son slogan maintes fois répété : « ni l’Est, ni l’Ouest ». Quelques mois plus tard, le 22 septembre 1980, alors que la résistance afghane face à l’invasion soviétique s’est s’organisée, l’armée de Saddam Hussein attaque l’Iran. La guerre Iran/Irak est déclenchée ; elle durera huit ans. Plus question pour Téhéran de s’impliquer en Afghanistan et de disperser ses forces, cela d’autant que les Américains se sont engagés massivement dans le soutien aux moudjahidins afghans. Cependant, Téhéran accepte une seule exception à cette politique : le soutien aux groupements chi'ites qui représentent environ 20 % de la population de l’Afghanistan1700. Ce faisant, l’Iran oubliait les leçons de l’histoire. En effet, le militantisme chi’ite avait été à l’origine de la sortie de l’Afghanistan du giron iranien. C’est pourquoi, au moment de la prise de Kaboul par les moudjahidins et de la chute du gouvernement communiste de Nadjibullah en 1992, les Iraniens n’ont que très peu de moyens pour influencer l’évolution de la situation interne en Afghanistan, alors que les Pakistanais sont au contraire très présents sur l’échiquier afghan. La montée en puissance dès 1994 des taliban, production pakistanaise par excellence, et leur installation dans la capitale afghane en 1996, est un nouvel échec pour l’Iran, les taliban étant anti-shi’ites, anti-iraniens et, du fait du caractère fruste et archaïque de leur mouvement, peu sensibles aux finesses de la culture persane. A partir de ce moment, outre le soutien aux partis shi’ites, Téhéran esquisse un rapprochement avec les groupes qui formeront l’Alliance du nord. Entre-temps, les relations avec le régime de Kandahar continuent à se détériorer. Cette dégradation atteint son point culminant durant l’été 1998, quand les taliban, après leur entrée à Mazar-i Sharif, assassinent dix diplomates iraniens présents dans la grande ville du nord de l’Afghanistan. Alors que l’Iran a massé des troupes le long de sa frontière et entreprend des manœuvres militaires de grande ampleur, la guerre est cependant évitée de justesse, grâce à une médiation internationale efficace. Les deux régimes islamistes voisins vont dès lors uniquement s’appliquer à éviter tout motif de confrontation directe.

  • 1701 ALVANDI, R., “Iranian-American relations after 11 September”, ISIM Newsletter, n° 10 July 2002, p.  (...)
  • 1702 “Khamenel nixes US talks again”, RFE/RL Iran Report, vol. 5, n° 16, May 6, 2002, 478.
  • 1703 Malgré les progrès réalisés dans le dialogue euro-iranien ces dernières années, les choix de G. Bus (...)
  • 1704 “Kabul denies Iran interfering in west”, RFE/RL Iran Report, vol. 5, n° 6, February 18, 2002.
  • 1705 Voir “Khatami: al-qaeda could be here”. REE/RL Iran Report, vol. 5, n° 8, Mardi 4, 2002 et “Tehran (...)
  • 1706 “Afghans struggle with Iranian interference”, RJE/RL Iran Report, vol. 5, n° 5, February 11, 2002.
  • 1707 Voir sur les liens entre Ismaël Khan et l’Iran, « L’Afghan qui louche vers l’Iran », Libération, 12 (...)
  • 1708 Alors qu’il avait reçu la visite de Zalmay Khalilzad, l’envoyé spécial de G. Bush pour les question (...)
  • 1709 “Xehran-Kabul relations get complicated”, RFE/RL Iran Repart, vol. 5, n° 10, March 18, 2002.
  • 1710 MICHEL, S., « États-Unis et Iran “guerroient” à Herat », Le Figaro, 23 mars 2002.
  • 1711 Ces derniers ont toutefois affirmé qu’ils étaient indépendants de Téhéran in “Afghan Shia deny link (...)
  • 1712 « Les États-Unis s’emploient à réduire l’influence de l’Iran en Afghanistan », AFP, 29 avril 2002.
  • 1713 « Iraniens et Américains se reparlent. Part I et II », Le Figaro, 15 mars 2002 ; “Iran-US dialogue (...)
  • 1714 Voir “Any questions abolit US-Iran relations?”, RIE/RL Iran Report, vol. 5, n° 19, May 27, 2002.

83Suite aux attentats du 11 septembre, la politique iranienne à l’égard de l’Afghanistan est désormais directement connectée à ses rapports avec les Etats-Unis1701. Schématiquement, cette politique va connaître une évolution en trois temps. Dans un premier temps, les autorités de la République islamique, toutes tendances confondues, et pour une fois en phase avec l’opinion publique qui a manifesté son soutien à Washington, ont condamné très fermement les actions terroristes contre les États-Unis. Les circonstances semblent offrir une opportunité nouvelle pour reconsidérer les relations irano-américaines et aplanir les contentieux qui les opposent depuis plus de vingt ans. Mais, deux semaines plus tard, changement de cap : le 26 septembre, Ali Khamenei, Guide suprême du régime, annonce que l’Iran ne participera pas à la coalition américaine contre le terrorisme. Khamenei répétera son opposition à tout dialogue avec Washington dans son discours du 1er mai 20021702. Khatami s’empresse d’abonder dans ce sens et dénonce « l’arrogance » de George Bush. Cette deuxième étape, marquée donc par un retour à l’antiaméricanisme primaire, sera suivie d’une troisième, habituelle dans la diplomatie islamique, celle de la politique de l’ambiguïté. Attaqué par certains parlementaires réformistes, accusé par les commentateurs de quelques journaux et par les intellectuels iraniens de l’intérieur du pays comme de la diaspora de sacrifier une fois encore les intérêts nationaux de l’Iran aux intérêts idéologiques du régime, le gouvernement va tenter de faire preuve de pragmatisme. Alors que l’après-taliban commençait à prendre forme en Afghanistan, le président Bush a adressé, début janvier 2002, une sévère mise en garde à Téhéran, contre toute tentative de déstabilisation de l’autorité de l’administration intérimaire. L’inclusion de l’Iran par le président américain dans son discours sur l’état de l’Union prononcé le 29 janvier 2002, parmi le groupe des pays formant, avec l’Irak et la Corée du nord, « l’axe du Mal », a encore détérioré les rapports entre les deux pays. Cette situation est paradoxale, puisque l’Union européenne, alliée de Washington dans la coalition contre le terrorisme, et Téhéran, ont entamé depuis 1998 un dialogue destiné à créer les conditions d’un rapprochement entre l’Europe et l’Iran1703. Alors que ce rapprochement entre Bruxelles et Téhéran était bien entamé, Washington a choisi la voie inverse. Les accusations lancées par D. Rumsfeld à propos de tentatives iraniennes de déstabilisation de l’ouest de l’Afghanistan – accusations que, il faut le souligner, le gouvernement afghan a par ailleurs infirmées en février 20021704 –, ainsi que les informations selon lesquelles des taliban, mais aussi des membres de l’organisation de Ben Laden, auraient réussi à franchir la frontière iranienne pour échapper aux opérations militaires lancées par Washington1705, ont encore contribué à élargir le fossé entre les deux États. Tant Washington que Téhéran sont passés à côté de l’opportunité historique de rapprochement que les attentats du 11 septembre avaient créée1706. Sur le plan régional, ces nouveaux avatars des relations irano-américaines laissaient mal augurer des rapports entre Téhéran et Kaboul. En effet, les autorités de la République islamique craignent que les États-Unis ne décident de faire de l’Afghanistan une autre Turquie, un État sécularisé et ancré à l’Ouest. Sur le plan de la sécurité de la République islamique, dans la perspective d’une implantation à long terme des États-Unis en Afghanistan, Téhéran risque de se trouver encadré par deux alliés de Washington (Kaboul et Ankara), alors que les Américains sont militairement présents au sud, dans la région du golfe Persique, et s’installent au nord, dans les Républiques ex-soviétiques d’Asie centrale (République kirghize, Ouzbékistan) et dans le Caucase (Géorgie). Pour tenter de réduire ce risque d’encerclement, Téhéran s’est appliqué à établir des relations cordiales et à coopérer avec les autorités afghanes à Kaboul, tout en cultivant ses liens privilégiés avec Ismaïl Khan, le seigneur de la guerre qui contrôle les provinces afghanes de Badghis, Farah, Nimroz et Hérat. Pour l’Iran, il s’agit d’inviter le gouvernement intérimaire afghan à trouver un équilibre entre les pressions américaines et les intérêts iraniens, tout en conservant à portée de main la possibilité de se constituer une sphère d’influence voire, si nécessaire, une zone tampon dans l’ouest de l’Afghanistan entre son territoire et l’Afghanistan, au cas où Washington dominerait totalement les choix de politique extérieure du nouvel État afghan1707. Si Kaboul a répondu positivement à Téhéran, puisque Hamid Karzaï s’est rendu dans la capitale iranienne en février 20021708 – visite qu’il a lui-même qualifiée de « meilleure visite à l’étranger » depuis le début de son mandat1709 –, la stratégie de l’Iran s’est toutefois heurtée aux pressions américaines sur l’Afghanistan et aux contre-mesures mises en œuvre par les États-Unis1710. Les Américains se sont appliqués à contrecarrer les calculs iraniens, en essayant de couper Téhéran de ses alliés potentiels en Afghanistan. Ainsi, fin avril 2002, D. Rumsfeld s’est entretenu avec les chefs des principales factions Hazaras, Karim Khalili et Haji Mohammad Mohaqeq, traditionnellement considérées comme proches de l’Iran1711, avant de se rendre à Hérat pour y rencontrer Ismaël Khan1712. Depuis quelques mois, l’armée américaine aurait également multiplié les initiatives dans les zones contrôlées par ces chefs de guerre, en leur livrant des armes et de l’équipement militaire et en entamant une campagne de séduction auprès des populations locales par le biais d’actions à caractère humanitaire. Seule note d’optimisme dans les relations bilatérales américano-iraniennes, malgré les tensions, les deux États auraient conservé de discrets canaux de communication1713. De part et d’autre, les blocages psychologiques et les obstacles à l’établissement du dialogue demeurent cependant très importants1714.

  • 1715 “Iran keen on Afghan reconstruction”, RFE/RL Iran Report, vol. 4, n° 47, December 17, 2001 et “Stoi (...)
  • 1716 RECKNAGEL, G., “Iran: Tehran seeks to win hearts, minds by aiding Afghan broadcasting (Part 2)”, RF (...)
  • 1717 “Transport, infrastructure to dominate Afghan reconstruction”, RFE/RL Iran Report, vol. 5, n° 8, Ma (...)
  • 1718 “Iran to provide electricity for three western Afghan provinces”, AGOC, vol. 7, issue 11, May 29, 2 (...)
  • 1719 “Téhéran et Kaboul signent un accord sur le retour des réfugiés afghans”, Associated Press, 3 avril (...)
  • 1720 “Tehran supports Afghan counternarcotics efforts”, RFE/RL Iran Report, vol. 5, n° 13, April 15, 200 (...)
  • 1721 “Iran contends with its drug-abuse problem”, RFE/RL Iran Report, vol. 5, n° 18, May 20, 2002.
  • 1722 Les promesses d’aide à la reconstruction de l’Afghanistan faites à la conférence de Tokyo (janvier (...)
  • 1723 “Iran/Afghanistan: Karzai calls US and Iran ‘Friends’”, RFE/RL, February 24, 2002.
  • 1724 « L’Iran soutient Karzaï, malgré sa réputation de “pro-américain” », AIT, 14 juin 2002.
  • 1725 NAÏM., « M. Khatami veut rassurer l’Afghanistan sur les intentions de l’Iran », Le Monde, 14 août 2 (...)
  • 1726 “A finger in every pie. Tehran looks east”, RFE/RL Iran Report, vol. 5, n° 2, January 21, 2002.

84Dans sa politique d’ouverture à l’égard de l’Afghanistan, malgré sa situation économique très difficile, l’Iran a très tôt offert de participer au processus de reconstruction du pays1715. Téhéran contribue à la revitalisation des médias afghans1716, à la construction de routes dans le Nimroz (sud-ouest de l’Afghanistan) et dans la province d’Hérat ainsi qu’à la mise en place d’un chemin de fer entre Torbat-i Heydarieh, Sangan et Hérat. Ce dernier projet a été inscrit au budget iranien pour 20021717. Téhéran fournit aussi du matériel et des livres scolaires et construit un centre hospitalier à Zarandj, chef-lieu du Nimroz. L’Iran devrait fournir de l’électricité aux trois provinces de Farah, Nimroz et Hérat1718. La République islamique a également conclu avec Kaboul un accord destiné à faciliter le retour des réfugiés afghans dans leur patrie1719. Téhéran soutient aussi les efforts entrepris par le gouvernement Karzaï pour tenter d’éradiquer la culture de l’opium en Afghanistan1720. L’Iran est en effet une des premières victimes du trafic de la drogue en provenance de ce pays1721. La décision de la capitale iranienne de contribuer de manière substantielle, par rapport à ses moyens, à la reconstruction de son voisin (560 millions de dollars sur cinq ans, dont 120 millions pour l’année 2002) s’explique donc par la volonté de Téhéran d’établir des relations amicales avec son voisin afghan et de tenter de jouer un rôle plus important que par le passé sur la scène politique de ce pays1722. Signe de la volonté iranienne de renforcer ses relations avec Kaboul, Hamid Karzaï a été, comme nous l’avons relevé plus haut, chaleureusement reçu par M. Khatami en février 20021723. A l’occasion de la désignation de Hamid Karzaï à la tête du gouvernement afghan par l’assemblée traditionnelle (Loya Jirga), qui s’est réunie en juin 2002, Téhéran lui a à nouveau apporté son soutien, malgré sa réputation de leader pro-américain1724. Le Président Khatami a effectué pour sa part un déplacement à Kaboul le 13 août 2002. Il est venu confirmer l’assistance financière que Téhéran a promis de fournir à Kaboul et redire aux autorités afghanes que l’Iran n’avait aucune intention de s’immiscer dans les affaires de l’Afghanistan. Le Président Khatami a également profité de sa visite à Kaboul pour adresser des mises en garde à Washington et condamner sa politique extérieure – qualifiée d’« agressive » –, à l’égard de l’Iran1725. Le président afghan a profité des déclarations de M. Khatami pour proposer de jouer les médiateurs entre Téhéran et Washington. La nouvelle administration afghane a effectivement tout intérêt à éviter que les relations entre son voisin iranien et son protecteur américain s’enveniment. Dans ce cas de figure, sa sécurité, déjà très fragile, pourrait être menacée. Aussi, malgré les préventions américaines, Kaboul a-t-il bien accueilli les ouvertures de l’Iran à son égard. Le gouvernement afghan souhaite établir des relations de coopération avec Téhéran, notamment dans les domaines économique et culturel, et en matière de lutte contre le trafic de stupéfiants. Pour ménager Washington, le domaine politique est pour l’instant laissé de côté. Face à l’immensité et à la difficulté de la tâche de reconstruction qui l’attend, Kaboul n’a aucun intérêt à s’aliéner son voisin iranien. L’administration afghane doit disposer d’un environnement régional pacifique pour pouvoir se concentrer sur les tâches de rétablissement de l’appareil étatique et de reconstruction du pays. En janvier 2002, le porte-parole du ministère des affaires étrangères du gouvernement intérimaire de H. Karzaï déclarait à propos des relations irano-afghanes : “Iran and Afghanistan have a lot to share… Even in the most difficult periods of Afghan history in the past 20-something years, Iran has been a very helpful and friendly country and neighbor. So nothing has changed, and definitely nothing has changed in the negative sense. Everything has improved in our relationship with Iran… Iran has many ideas on how to improve the relations with the new Afghan interim administration. The Afghan interim administration has also made it quite clear that it would like to pursue and continue friendly relations, whether it’s in the economic sector, whether it’s reconstruction, whether it’s Iran helping us in the sphere of cultural and other spheres1726. De manière plus générale, en entretenant des relations avec Téhéran, Kaboul se ménage un contrepoids face au Pakistan. Il s’agit de rétablir un équilibre dans ses relations extérieures, pour lui permettre de se réinsérer dans son environnement régional, en minorant les risques d’une reprise de l’ingérence de ses voisins.

  • 1727 Outre son assistance à la Géorgie, Washington aide également l’Azerbaïdjan à renforcer sa marine da (...)
  • 1728 LELYVELD, M., “Azerbaijan-Kazakhstan Caspian accord irks Tehran”, RFE/RL, December 5, 2001.
  • 1729 LELYVELD, M., “Caspian meeting ends with few clues on progress”, RFE/RL, January 25, 2002.
  • 1730 LELYVELD, M., “US rejects military involvement in Caspian dispute”, RFE/RL, 15 March 2002.
  • 1731 PEUCH, J.C., “Azerbaijan/Iran: tension over caspian, US-Azerbaijani des surfaces during talks in Te (...)
  • 1732 LELYVELD, M.. “Caspian: Azerbaijan, Iran seek new phase in border dispute”, RFE/RL, 18 June 2002 et (...)

85Au-delà de la situation afghane, sur le plan régional, la pénétration américaine en Asie centrale, ainsi que le rapprochement qui s’est opéré entre Moscou et Washington, affaiblissent la position stratégique de l’Iran. En plus des inquiétudes concernant la sécurité du pays, que le déploiement militaire américain en Afghanistan, en Asie centrale et dans le Caucase1727 a suscité dans les instances dirigeantes iraniennes depuis la fin 2001, la question du statut juridique de la mer Caspienne a également évolué dans un sens défavorable à Téhéran. Au grand déplaisir de l’Iran, les positions du Kazakhstan, de l’Azerbaïdjan et de la Russie se sont rapprochées. Des accords bilatéraux ont ainsi été conclus laissant Téhéran de plus en plus isolée. Alors que l’Azerbaïdjan et la Russie s’étaient déjà accordés en janvier 2001 sur la division de la Caspienne en secteurs nationaux suivant le principe de « ligne médiane », en novembre de cette année, le Kazakhstan et l’Azerbaidian ont conclu un accord sur le partage des fonds marins de cette mer, en suivant le même principe1728. La réunion multilatérale qui s’est tenue à Moscou en janvier 2002 entre les États riverains de la Caspienne n’a quant à elle donné aucun résultat tangible1729. Signe de l’inquiétude croissante de l’Iran, la tension autour de la Caspienne s’est accrue durant l’hiver 2002, notamment entre Téhéran et Bakou, qui se sont mutuellement accusés de violer la frontière maritime1730. La visite du président Aliev à Téhéran en mai 2002 a toutefois jeté les bases d’une détente entre les deux pays, même si elle n’a pas aplani leurs divergences de vue au sujet de la Caspienne1731. Malgré une réunion bilatérale d’experts à Bakou, en juin 2002, et l’optimisme affiché par le Président Khatami, le problème du tracé de la frontière maritime entre les deux parties reste entier1732.

  • 1733 LELYVELD, M., “Another Caspian row in the making?”, RFE/RL, February 26, 2002 et LELYVELD, M., “Teh (...)
  • 1734 LELYVELD, M., “Impasse on setting sea borders continues”, RFE/RL, April 9, 2002 et PEUCH, J.C., “As (...)
  • 1735 LELYVELD, M., “Summit failure generates further concerns for future division of sea”, RFE/RL, April (...)
  • 1736 PEUCH, J.C., “Caspian; ‘militarization’ of the sea, myth or reality?”, RFE/RL, june 10, 2002.
  • 1737 Voir “Iran, Russia sign agreement on North-South transport corridor”, Irna, May 22, 2002 et SPECTOR (...)
  • 1738 “Iran and Russia sign agreement on North-South transport corridor”, AGOC, vol. 7, issue 12, June 13 (...)

86La République islamique, isolée dans ses positions face aux autres États riverains de la Caspienne, a choisi, pendant l’hiver 2002, de manifester son mécontentement en pratiquant l’obstruction. Elle a ainsi bloqué la tenue d’une réunion multilatérale prévue pour le mois de mars1733. Une rencontre bilatérale irano-russe qui a eu lieu début avril n’a pas rapproché les positions. Aussi, la réunion des chefs d’États des pays riverains de la Caspienne qui s’est tenue fin avril à Achkhabad a-t-elle échoué à produire un accord1734. Les parties se sont séparées sans même publier de déclaration commune à l’issue de ce sommet. Étant donné l’échec des discussions, la Russie, l’Azerbaïdjan et le Kazakhstan pourraient se contenter des accords bilatéraux déjà signés, voire même conclure un accord trilatéral excluant Téhéran. Dans ce cas, l’Iran ne pourrait bénéficier que du soutien du Turkménistan. Face au blocage continu concernant le règlement du statut de la Caspienne, la Russie, après l’échec du sommet d’Achkhabad, a choisi d’accroître sa présence militaire dans cet espace, et aussi d’y organiser, durant l’été 2002, les manœuvres aéronavales les plus importantes de la période post-soviétique. Cette politique d’intimidation augure assez mal de la tournure que pourrait prendre les événements dans l’avenir autour de cette zone1735. Bien qu’elle ne fasse pas, jusqu’ici, partie des priorités de la politique des différents Etats riverains, la militarisation de la Caspienne n’est pas exclue1736. Malgré ces tensions, il faut toutefois relever que les relations entre Moscou et Téhéran n’ont pas été remises en cause. Au contraire, elles continuent à se développer, notamment dans le domaine économique. Un axe de transport nord-sud pour les marchandises est d’ailleurs en train de prendre forme parallèlement au projet Traceca (axe est-ouest), favorisé par l’Europe et les États-Unis1737. Les ministres iranien, indien et russe des transports ont signé un accord en ce sens à Saint-Pétersbourg en mai 20021738. Dans cette perspective, l’Iran espère devenir une route majeure pour le transit de marchandises entre les pays du golfe Persique et au-delà de l’Inde, vers les marchés d’Asie centrale, du Caucase et de Russie.

  • 1739 RECKNAGEL, C, “Khatami tours Central Asia to press for Iran energy routes, lower US presence”, RFE/ (...)
  • 1740 “Best way to transfer Kazakh oil and gas is via Turkmenistan and Iran”, AGOC, vol. 7, issue 10, May (...)
  • 1741 Cette déclaration précisait que Until the legal regime of the Caspian Sea is finalized, the partie (...)
  • 1742 H.-R. Asefi in LELYVELD, M., “Iran/Russia: Caspian division causing rift”, RFE/RL, May 17, 2002.
  • 1743 COE, C., “Russia-Kazak deal to divide north Caspian gains US approval”, op. cit.
  • 1744 MCCONNELL, A., “Iran announces unilateral decision to develop Caspian resources”, Eurasia Insight, (...)

87A la suite du sommet d’Achkhabad et malgré son échec, le président Khatami a entamé une série de visites qui l’ont conduit dans les différentes capitales centrasiatiques. Il s’agissait de plaider en faveur d’un approfondissement de la coopération régionale, notamment dans le domaine économique, de rappeler à ses voisins que l’Iran constitue toujours la voie de désenclavement la plus courte pour leurs productions d’hydrocarbures vers le marché international et enfin de redire l’opposition de l’Iran à une présence américaine prolongée en Asie centrale1739. Lors de sa rencontre avec le président Nazarbaev, ce dernier a laissé entendre qu’un projet d’oléoduc à travers le territoire iranien était à l’étude1740. Si la coopération entre les deux pays semblait sur la bonne voie, au regard des objectifs de la République islamique, la conclusion le 13 mai 2002 d’un protocole additionnel au traité de 1998 entre Moscou et Astana sur la division du nord de la Caspienne en secteurs nationaux et le règlement du problème de trois gisements pétroliers en litige, en contradiction avec les dispositions d’une déclaration commune irano-russe publiée en mars 2001, a fait l’effet d’une douche froide à Téhéran1741. Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que [the] conclusion of agreements of this kind will delay the pace of five-party negotiations among the littoral states in order to reach a collective agreement on the legal regime of the Caspian Sea1742. Alors que l’Iran critiquait l’accord entre Moscou et Astana, Washington s’en est au contraire félicité et a invité Moscou et Bakou à s’accorder également. A l’occasion d’une rencontre avec le président Aliev, Steven Mann, l’envoyé de G. Bush pour les questions caspiennes, a ainsi déclaré le 16 mai que l’accord était “apositive step and we would welcome the signing of similar agreements between Russia and Azerbaijan1743. Fin mai 2002, Téhéran a annoncé qu’elle entendait développer unilatéralement les ressources situées dans son secteur1744. Cette prise de position révèle l’incapacité de l’Iran à faire admettre ses positions aux autres États riverains. Si Téhéran choisit de mettre en œuvre cette option, un regain de tension avec ses voisins n’est pas exclu, surtout si elle considère que son secteur maritime couvre 20 % de la superficie de la mer Caspienne.

  • 1745 JEGO, M., « L’Iran reste écarté des grands projets pétroliers de la Caspienne », Le Monde, 27 avril (...)
  • 1746 “Afghan pipeline route worries Iran”, RFE/RL Iran Report, vol. 4, n° 47, December 17, 2001.
  • 1747 CALLARI, R., “Energy interests, the US government, and the post-taliban Trans-Alghan pipeline”, The (...)
  • 1748 “Iran proposes joint gas projects to Azerbaijan, Turkey, Turkmenistan”, RFE/RL, Turkmen Report, Jun (...)
  • 1749 “Iran Kazakhstan discuss pipeline to Persian Gulf via Turkmenistan”, RFE/RL Turkmen Report, June 17 (...)
  • 1750 “Caspian oil swaps with Iran to grow fivefold by year-end”, AGOC, vol. 7, issue 15, August 8, 2002.

88En ce qui concerne la question du désenclavement des productions d’hydrocarbures de la Caspienne, malgré l’ambiguïté kazakhe, il est de plus en plus clair que les oléoducs et les gazoducs d’évacuation de ces productions éviteront le territoire iranien, malgré la position géographique privilégiée du pays entre Caspienne et océan Indien1745. En raison de sa politique à l’égard de Washington, l’Iran reste écarté des grands projets pétroliers autour de la Caspienne. Grâce à sa coopération avec les États-Unis, la Russie est aujourd’hui mieux placée. L’entrée en fonction du projet CPC l’assure de conserver une partie importante du transit des productions kazakhes. Moscou, si elle le souhaite, pourrait également participer au projet Bakou/Tbilissi/Ceyhan. Une partie importante des productions caspiennes transiteront donc soit par la Russie, soit par le Caucase, échappant quoi qu’il en soit à Téhéran. Enfin, la proximité du nouveau régime de Kaboul avec Washington pourrait faciliter la mise en place d’infrastructures de transports pour les productions d’hydrocarbures de la Caspienne à travers le territoire afghan. Cette mise en place priverait Téhéran des bénéfices économiques mais aussi politiques liés à de telles infrastructures1746. Même si tout reste à faire sur le terrain, la signature, le 30 mai 2002 à Islamabad, d’un protocole d’accord entre le Pakistan, l’Afghanistan et le Turkménistan, portant sur la réalisation d’une étude de faisabilité concernant la construction d’un gazoduc trans-afgan long de 1 460 km, entre les gisements gaziers de Dauletabad, dans le sud du Turkménistan et la ville de Multan au Pakistan, constitue de ce point de vue un avertissement sérieux pour Téhéran et ce d’autant que le projet bénéficie du soutien de l’administration Bush1747. Signe de l’inquiétude de la République islamique, dès le début juin 2002, Ahmad Rahgozar, vice-président de l’Iranian National Oil Company, évoquait la possibilité de mise en œuvre d’un projet commun entre l’Iran, l’Azerbaïdjan, la Turquie et le Turkménistan, pour le transport du gaz à destination du marché européen1748. Téhéran aurait également proposé, le 17 juin 2002, par l’intermédiaire de son ambassadeur à Astana, d’ouvrir des négociations avec le Kazakhstan à propos de la mise en place d’un oléoduc de désenclavement à travers le Turkménistan, puis le territoire iranien jusqu’au golfe Persique, pour les productions de ce pays. Selon Astana, la société Total Fina Elf pourrait être chargée d’effectuer l’étude de faisabilité pour ce projet1749. Enfin, dans l’avenir, grâce aux aménagements réalisés autour du port de Neka et dans les raffineries de Téhéran et Tabriz, la République islamique devrait importer des quantités plus importantes de pétrole centrasiatique dans le cadre des accords de swap qu’elle a conclu avec le Kazakhstan et le Turkménistan1750. Cet activisme renouvelé de Téhéran dans le domaine pétrolier et gazier autour de la Caspienne, montre qu’en Asie centrale, l’avenir nous réserve probablement des surprises.

5. La Chine : nouvelles opportunités et inquiétudes

  • 1751 l751 Texte in PRESCOTT, J. R. V., Map of mainland Asia by treaty, Garlton, Melbourne University Pre (...)
  • 1752 Voir VERTZBERGER, Y., The enduring entente: Sino-Pakistani relations, 1960-1980, foreword by Thomas (...)
  • 1753 HILALI, A. Z., “China’s response to the Soviet invasion of Afghanistan”, Central Asian Survey, vol. (...)
  • 1754 Voir COOLEY, J. K., CIA et Jihad. 1950-2001. Contre l’URSS, une désastreuse alliance, op. cit., pp. (...)
  • 1755 D. U., Youkang, “Internationalization of Afghanistan’s civil war and ils impacts” in Shanghai Insti (...)
  • 1756 Idem, pp. 316-317.
  • 1757 SHI, Lan, “Xinjiangde diyuan zhenzhi” in PAN, Zhiping, Minzu zijue haishi minzu fenlie, Wulumuqi, X (...)
  • 1758 Voir NIQUET, V., « La Chine face aux défis stratégiques de l’après 11 septembre », Perspectives chi (...)
  • 1759 DING, Baozhong, “Shen Guofang urges peaceful solution to Afghan issue”, Xinhua in FBIS-CHI-1999-082 (...)
  • 1760 “Spokeswoman on PRCs vote for sanction against Taliban”, Xinhua in FBIS-CHI-1999-1104, November 4, (...)
  • 1761 “China FM spokesman commente on issue of Afghanistan”, Xinhua in FBIS-CHI-2000-1221, December 21, 2 (...)
  • 1762 Selon V. Niquet, en décembre 1998, un accord de coopération militaire aurait été signé entre le rég (...)
  • 1763 “Chinese diplomats to call on Taliban supreme leader”, AFP in FBIS-CHI-2000-1212, December l2, 2000
  • 1764 “China firm trades with Taliban”, FEER, March 15, 2001 et MURPHY, D., LAWRENCE, S., “Beijing hopes (...)
  • 1765 MUNAWAR, H., “Taliban team to visit China to boost trade”, The Nation, July 4, 2001.
  • 1766 POMFRET, J., “China strengthens ties with Taleban by signing economic deal”, International Herald T (...)
  • 1767 Voir “Ministry of Foreign Affairs spokesman on the reported relations between China and the Taliban (...)

89Avant l’invasion soviétique, l’attention du régime chinois ne s’est guère portée sur l’Afghanistan. Pourtant, Kaboul est historiquement un des premiers États à avoir reconnu la Chine communiste. Les deux États n’ont établi des relations diplomatiques qu’en janvier 1955. En août 1960, pour renforcer l’indépendance et la politique de neutralité de l’Afghanistan, la Chine a conclu un traité d’amitié et de non-agression mutuelle avec Kaboul. En novembre 1963, un traité délimitant la frontière entre les deux pays a également été signé1751. L’essor des relations sino-afghanes a été limité par la proximité stratégique de Pékin avec Islamabad. En effet, la Chine a mis en place un véritable axe stratégique avec le Pakistan, au fur et à mesure que ses relations avec New Delhi se sont dégradées1752. Pékin a toujours refusé de soutenir les revendications du régime afghan sur le « Pachtounistan ». Malgré la position stratégique de l’Afghanistan, la Chine n’a pas mis en place de véritable politique afghane. Mais la croissance de l’influence soviétique en Afghanistan a progressivement amené Pékin à s’intéresser à ce pays. Plusieurs événements ont conduit à une prise de conscience de l’importance de l’Afghanistan pour la sécurité de la Chine. L’abandon par le régime afghan de sa politique de « neutralité active », à la suite du coup d’Etat de 1978 et la signature du pacte d’amitié entre l’URSS et l’Afghanistan, ont constitué autant de preuves aux yeux des Chinois de l’influence grandissante de Moscou. Toutefois, c’est l’invasion soviétique du 25 décembre 1979 qui a véritablement provoqué le réveil de la politique chinoise. Le 30 janvier 1979, le ministre chinois des Affaires étrangères qualifiait l’intervention militaire soviétique de menace pour la sécurité de la Chine1753. Non seulement Pékin a renforcé sa coopération avec le Pakistan, mais en outre, elle est devenue avec ce pays le premier État à fournir une assistance militaire aux moudjahidins afghans. Elle a établi des camps d’entraînement pour les moudjahidins au Xinjiang et renforcé sa collaboration avec Washington pour contrer Moscou1754. Le soutien de Pékin à la résistance afghane ne s’est pas démenti au cours des années 1980. Dans sa politique, Pékin a choisi d’appuyer les choix du Pakistan ou à tout le moins, de ne pas gêner un allié avec qui elle entretenait désormais des relations « spéciales ». En Afghanistan, la chute en avril 1992 du régime Najibullah et les luttes de factions qui ont dégénéré après la prise de pouvoir par les moudjahidins, ont incité Pékin à retirer son personnel diplomatique en février 1993. Pour la Chine, la poursuite de la guerre civile en Afghanistan après le retrait soviétique a constitué un facteur de déstabilisation pour les provinces situées au nord-ouest de son territoire, principalement pour le Xinjiang. Un analyste chinois, Dou Youkang, a souligné, dans une étude publiée en 2000, que l’instabilité de l’Afghanistan a produit des conséquences négatives sur l’ouest de la Chine, en menaçant de s’étendre aux États voisins de l’Asie centrale et en favorisant l’essor du trafic des armes sur le territoire chinois. La situation afghane a facilité la pénétration de forces « extrémistes » dans la province du Xinjiang1755 et accru le trafic de la drogue. Sur un plan plus large, cette étude dénonce également la pénétration américaine et celle de l’Otan en Asie centrale. Elles ont produit, selon l’analyse de cet auteur, des changements défavorables à la Chine, en menaçant la sécurité de l’extrême ouest du pays. Enfin, il constate que les projets de gazoducs et d’oléoducs trans-afghans, envisagés à partir de l’Asie centrale, ont jeté le doute quant aux possibilités pour Pékin d’accéder aux ressources énergétiques de cet espace. Ces ressources sont pourtant nécessaires à l’essor économique de la Chine et au renforcement de sa position stratégique en Asie de l’Est grâce au contrôle du transit de ces hydrocarbures vers le marché japonais1756. En ce qui concerne les taliban, leur montée en puissance a inquiété les autorités chinoises, malgré le fait qu’ils jouissaient du soutien du Pakistan. Certains auteurs chinois les ont présentés comme un instrument aux mains de Washington. Une étude publiée en 1999 et consacrée à la géopolitique du Xinjiang a relevé que la forme d’islam prônée par les taliban était très proche de celle de l’Arabie Saoudite, pays allié des Américains. Elle était selon cette étude compatible avec les États-Unis1757. Le régime des taliban constituait donc un danger pour la sécurité de la Chine, en raison de sa proximité avec Washington. Ce facteur n’est toutefois pas le seul élément constitutif de l’inquiétude de Pékin. La Chine craignait aussi l’assistance potentielle que pouvaient offrir les taliban aux mouvements indépendantistes ouïgours menaçant sa souveraineté au Xinjiang. A la suite des attentats perpétrés le 7 août 1998 contre les ambassades des États-Unis à Nairobi (Kenya) et à Dar es-Salaam (Tanzanie), alors que les relations entre la Maison blanche et les taliban traversaient une période de turbulences, Pékin en a profité pour nouer des contacts avec le régime de Kandahar. La Chine a sans doute choisi ce moment pour développer des relations avec les taliban en raison même des tensions qui existaient dans leurs rapports avec Washington1758. Pékin a cependant pratiqué une politique de la carotte et du bâton à leur égard. Si d’un côté, la Chine a été à l’origine de la création du groupe de « Shanghai » en 1996, groupe dont les déclarations conjointes adoptées à l’issue des sommets d’Almaty (1998), de Bichkek (1999), de Douchanbé (2000) et de Shanghai (2001) ont dénoncé l’« extrémisme religieux », de l’autre, elle a plaidé pour une solution pacifique au conflit afghan dans le cadre des Nations unies1759 et a développé une politique d’engagement à l’égard du régime taliban. Bien qu’elle n’ait jamais retiré sa reconnaissance diplomatique au gouvernement Rabbani, Pékin n’a pas soutenu militairement le front anti-taliban contrairement à l’Iran, à la Turquie, à l’Inde, ainsi qu’à ses partenaires au sein du « Groupe de Shanghai ». Pour maintenir la pression sur le régime de Kandahar, Pékin a voté certaines résolutions du Conseil de Sécurité des Nations unies1760, tout en s’abstenant à d’autres moments, comme lors du vote de la résolution 1333 du 19 décembre 20001761. Cette politique d’engagement à l’égard des taliban s’est progressivement mise en place à partir de la fin de l’année 19981762et du début de l’année 1999, lorsque cinq diplomates chinois se sont rendus à Kaboul. A l’issue de cette rencontre, Pékin a annoncé l’instauration de relations commerciales officielles avec les taliban et l’organisation de vols directs entre Kaboul et Urumqi, capitale de la région autonome du Xinjiang. En décembre 1999, une délégation officielle du régime des taliban, composée de trois membres du gouvernement, s’est rendue à Pékin. Les discussions entre les parties ont porté sur une aide économique éventuelle de Pékin au régime de Kandahar. En novembre 2000, des membres de l’Institut pour l’étude des relations internationales contemporaines de Pékin, un important groupe de réflexion gouvernemental, ont fait le déplacement en Afghanistan. Un mois plus tard, quelques jours avant le vote de la résolution 1333 aux Nations unies, une délégation chinoise menée par Lu Shulin, l’ambassadeur chinois à Islamabad, s’est rendue en Afghanistan. A cette occasion, Lu a rencontré le mollah Omar, ce qui constitue un privilège rarement accordé à un non-musulman1763. Outre ces visites réciproques et malgré l’embargo décrété par les Nations unies, Pékin a établi des relations économiques et commerciales avec le régime de Kandahar par le biais de ses sociétés. Deux compagnies chinoises, Huawei Technologies Co et ZTE, ont ainsi installé 12 000 lignes téléphoniques à Kandahar et 5 000 lignes à Kaboul1764. Durant l’été 2001, une délégation du gouvernement taliban dirigée par l’attaché commercial du régime de Kandahar au Pakistan s’est également rendue en Chine pour rencontrer des hommes d’affaires privés chinois. Aucune rencontre officielle n’aurait cependant été prévue avec le ministère chinois du commerce1765, les relations entre la Chine et les taliban ayant été affectées par la destruction des bouddhas de Bâmiyân. Le 11 septembre 2001, jour des attentats de New York et Washington, Pékin a conclu un protocole d’accord visant à étendre ses relations économiques et sa coopération technique avec le régime des taliban1766. Dans le contexte des attentats, le ministère chinois des Affaires étrangères, embarrassé, s’est empressé de nier l’existence d’un tel accord1767.

  • 1768 L’ostracisme dont les taliban étaient l’objet de la part de la communauté internationale offrait à (...)
  • 1769 Dans sa lutte contre les mouvements indépendantistes ouïgours, Pékin a obtenu la collaboration des (...)
  • 1770 Les analyses occidentales avancent des chiffres situés entre 200 et 500 individus, alors que les au (...)
  • 1771 “Taleban assure China over extremists”, BBC News, July 25, 2000.
  • 1772 Voir détails in KELLNER, T., « La Chine et la nouvelle Asie centrale. De l’indépendance des républi (...)

90A la veille des événements du 11 septembre 2001, Pékin, contrairement aux autres voisins de l’Afghanistan, à l’exception du Turkménistan, entretenait donc des relations presque normales avec les taliban. Outre la promotion de ses intérêts économiques1768 et sa stratégie consistant à cultiver des relations avec les régimes politiques hostiles à Washington, afin d’accroître ses moyens de pression face à l’administration américaine, ce sont également des raisons de sécurité qui l’ont amenées à développer une politique d’engagement à l’égard du régime de Kandahar. En nouant des liens avec le pouvoir taliban, mais aussi en exerçant des pressions sur son allié pakistanais, Pékin a cherché à se prémunir contre un soutien éventuel de Kandahar aux indépendantistes ouïgours du Xinjiang1769. Des Ouïgours ont étudié dans des madrasas du Pakistan, dont on sait que certaines étaient très proches des taliban. D’autres ont peut-être même combattu aux côtés des taliban en Afghanistan contre les troupes de l’Alliance du nord. Le nombre réel de Ouïgours engagés aux côtés des taliban reste toutefois sujet à caution1770. Pour éviter le risque de voir des mouvements ouïgours trouver une base arrière en Afghanistan, Pékin a en tout cas offert aux taliban d’accroître les liens économiques bilatéraux1771. Sous cet aspect, sa politique afghane peut être rapprochée de celle mise en œuvre à l’égard des républiques d’Asie centrale depuis 19911772.

  • 1773 D’après CHRISTENSEN, T. J., “Terrorism, Taiwan elections, and tattered treaties: PRC security polit (...)
  • 1774 POMFRET, J., “China censors anti-US reaction”, International Herald Tribune, September 15, 2001.
  • 1775 CHRISTENSEN, T. J., “Posing problems without catching up: China’s rise and challenges for US securi (...)
  • 1776 Voir la perception chinoise des Etats-Unis avant le 11 septembre in WANG, Fei-Ling, “Self-Image and (...)
  • 1777 POMFRET, J., “China’s support cornes at a price”, International Herald Tribune, September 19, 2001.
  • 1778 “Foreign Ministry regular press conference by spokesman Zhu Bangzao”, September 18, 2001 (www.fmprc (...)
  • 1779 PAGE, J., “China denies setting terms for war on terror”, Reuters, September 20, 2001.
  • 1780 BENNETT, C, “Twin mission for PLA troops”, South China Morning Post, September 27, 2001.
  • 1781 “China launches security clampdown on Afghan border territory”, ATP, September 27, 2001.
  • 1782 “Foreign Ministry spokesman Sun Yuxi gives a press conference”, October 9, 2001 (www.fmprc.gov.cn/e (...)
  • 1783 “China hints its Muslim Separatists fair targets in war on terror”, AFP, October 10, 2001 et “Forei (...)
  • 1784 Voir “China warns war on terror should not spread to other countries”, AFP, October 10, 2001.
  • 1785 “China calls for support against islamic separatists”, Reuters, October 11, 2001 et ECKKOLM, E., “C (...)
  • 1786 “Zhu Bangzao discloses bloody cases created by ‘East Tujue’ elements at home and abroad”, Peoples D (...)
  • 1787 RPC ; Information Office of State Council, “‘East Turkistan’ terrorist forces cannot get away with (...)
  • 1788 ECKHOLM, E., “Official praises China for its cooperation in rooting ont bin Laden’s terror network” (...)
  • 1789 US Commission on International Religions Freedom, Recommendations for US Policy on China, February  (...)
  • 1790 “US renews warning over repression to China following Xinjiang report”, AFP, March 23, 2002.
  • 1791 “Us to freeze assets of Uighur muslim group under terrorism regulations”, AFP, August 26, 2002 et “ (...)
  • 1792 Tang Jiaxuan a ainsi salué la décision américaine de placer sur la liste des organisations terroris (...)
  • 1793 voir “Full text of China’s regulations on export control of missiles, missile-related items and tec (...)
  • 1794 Les organisations ouïgoures de la diaspora dénoncent cette mesure américaine, qu’elles considèrent (...)
  • 1795 Voir Amnesty International, China: Eight against Terrorism is no excuse for repression, October 11  (...)
  • 1796 Ministry of Foreign Affaire of the People’s Republic of China, “Spokesperson on the establishment o (...)
  • 1797 “China congratulates Afghans on interim Government”, Reuters, December 6, 2001 ; “China envoys to v (...)
  • 1798 Chinese Ambassador presents credentials to Karzai”, Xinhua, May 2, 2002.
  • 1799 « Visite à Pékin d’Hamid Karzaï », AFP, 23 janvier 2002.
  • 1800 “Official of the Foreign Ministry briefs the resident journalists in Beijing about the visit of Afg (...)
  • 1801 VIDAILLET, T., “China Muslim separatist leader nabbed in Pakistan”, Reuters, May 27, 2002.
  • 1802 “President Jiang Zemin meets Chairman Hamid Karzai of the Afghan Interim Government”, January 24, 2 (...)
  • 1803 “Chairman of Afghan Interim Administration met with Foreign Minister Tang Jiaxuan”, May 15, 2002 (w (...)
  • 1804 « Visite du ministre chinois des Affaires étrangères à Kaboul », AFP, 15 mai 2002.

91Face aux événements de septembre 2001, Pékin a réagi de manière extrêmement pragmatique. Après quelques hésitations, elle s’est alignée sur les positions de Washington, en affichant une solidarité de principe avec les États-Unis, en soutenant diplomatiquement Washington et en coopérant avec les Américains dans le domaine du renseignement et de la lutte contre le financement des réseaux terroristes1773. Les réactions populaires anti-américaines circulant sur internet ont été rapidement censurées1774. Les attentats du 11 septembre ont offert à Pékin l’occasion de relancer les relations bilatérales sino-américaines dans une position favorable. La menace immédiate constituée par les activités du réseau Ben Laden contre les États-Unis a détourné les Américains de leurs préoccupations à l’égard de la Chine. Avant ces événements, la nouvelle administration Bush, se démarquant de la politique d’engagement de l’administration précédente, avait en effet qualifié la Chine de « concurrent stratégique » des États-Unis. L’Amérique s’interrogeait sur la menace que l’essor de la Chine représentait pour sa puissance1775. La tension était montée d’un cran au début de l’année 2001, en raison de l’affaire de la collision entre un avion de chasse chinois et un avion de reconnaissance américain au large de l’île de Hainan. En offrant de coopérer avec Washington, Pékin a donc tenté d’enrayer la détérioration des relations entre les deux pays et de faire passer la rivalité stratégique sino-américaine au second plan, tout en projetant l’image d’une « puissance responsable »1776. Mais elle visait également d’autres objectifs. Sur le plan économique, la Chine est très liée aux États-Unis. Une aggravation de la situation économique américaine risquait d’avoir des conséquences graves sur l’économie chinoise. Pékin avait donc tout intérêt à collaborer à la campagne antiterroriste lancée par Washington pour minimiser le risque de voir des opérations de longues durées grever l’économie américaine. De plus, le climat international consécutif aux attentats du 11 septembre a offert à Pékin l’occasion d’essayer de faire avaliser sa politique contre les « séparatistes ». Les autorités chinoises ont ainsi assimilé la lutte contre le terrorisme mené par Washington à celle qu’elles mènent contre le « séparatisme » au Tibet, au Xinjiang et à Taïwan1777. Zhu Bangzao, porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, a ainsi déclaré lors d’une conférence de presse le 18 septembre 2001 que “the United States asks for China’s support and assistance in the fight against terrorism. China, in the same token, has reason to ask the United States to give its understanding and support in China’s fight against national splittism and terrorism1778. Il a rappelé à plusieurs reprises qu’il ne devait pas y avoir de « double-standard » dans la lutte anti-terroriste1779. A la fin du mois de septembre 2001, Pékin a donc renforcé son dispositif militaire au Xinjiang1780. La frontière avec l’Afghanistan a été bouclée1781 et certaines zones de la région autonome ont été rendues inaccessibles aux journalistes étrangers début octobre 20011782. Le 10 octobre 2001, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères a évoqué la question des « forces terroristes du Turkestan oriental » (baptisées également « Tujue de l’Est » (Dong Tujue) par la presse chinoise), en établissant un lien entre elles et le terrorisme international1783. Le ministre des affaires étrangères a quant à lui comparé la situation au Xinjiang à celle qui prévaut en Tchétchénie. Selon lui, la Chine comme la Russie sont victimes au même titre du « terrorisme »1784. Très vite, les autorités chinoises ont lancé une campagne de dénigrement visant à criminaliser les organisations ouïgoures, qualifiées systématiquement de « terroristes »1785. Le 14 novembre, Pékin a lié officiellement les mouvements ouïgours à Oussama Ben Laden1786. Ces relations avec les réseaux terroristes ont été exposées dans un document de dix pages publié en janvier 20021787. Pékin y dénonce particulièrement les activités du East Turkistan Opposition Party et du East Turkistan Islamic Party. Ce dernier, peu connu, serait lié selon Pékin au réseau Ben Laden, aux taliban et au Mouvement islamique d’Ouzbékistan. Le document n’attribue cependant aucune attaque sur le territoire chinois à ce groupe particulier, ce qui, pour le moins, laisse sceptique. Cela n’empêche cependant pas les autorités chinoises de présenter sans nuance l’ensemble des organisations ouïgoures comme des « terroristes » liés aux réseaux combattus par Washington. Leur objectif est d’obtenir la légitimation de la politique de répression qu’elles ont mise en place au Xinjiang dès le début des années 1990 et de faire taire les critiques internationales à ce sujet. Jusqu’à l’été 2002, les tentatives de Pékin de faire admettre à Washington la légitimité de sa lutte contre le « terrorisme » ouïgour, en échange de sa participation à la campagne anti-terroriste, se sont heurtées à une fin de non-recevoir. Le président Bush, lors d’un discours à l’Assemblée générale des Nations unies en novembre 2001, a déclaré que la campagne anti-terroriste ne devait pas être utilisée comme une excuse pour persécuter les minorités ethniques. À la suite de négociations qui se sont déroulées à Pékin début décembre 2001 entre les deux gouvernements, sur les modalités de la coopération sino-américaine dans la lutte contre le terrorisme, le général Taylor a également déclaré que les États-Unis ne soutiendraient pas les efforts de Pékin “to paint Uighur Muslim nationalists in China’s Xinjiang region as terrorists1788. En janvier 2002, le Département d’État américain a toutefois précisé que Washington s’opposait à l’utilisation du terrorisme au Xinjiang ou ailleurs en Chine tout en rappelant qu’il avait clairement indiqué à Pékin que “combating international terrorism is not an excuse to suppress legitimate political expression. Effective counter-terrorism requins a respect for fundamental human rights1789. A la suite de la publication du rapport d’Amnesty International consacré au renforcement de la cœrcition dans la région autonome du Xinjiang, Washington a réitéré son avertissement à Pékin de ne pas utiliser le prétexte de la lutte contre le terrorisme pour accroître sa répression contre les minorités de la région1790. Fin août 2002, les États-Unis ont cependant décidé de geler les avoirs du East Turkistan Islamic Party et de placer cette organisation sur la liste des groupes terroristes1791. Cette décision américaine a été saluée par les autorités chinoises1792, qui avaient annoncé la veille, à la satisfaction de Washington, la mise en place d’une nouvelle législation destinée à mieux contrôler leurs exportations de technologies militaires1793. Au nom d’une coopération sino-américaine sans doute souhaitable, l’administration Bush a fait une concession de taille à Pékin à l’égard du problème du Xinjiang. Cette concession, peut-être légitime au regard des activités du East Turkistan Islamic Party, risque cependant de se transformer rapidement, si Washington n’y est pas attentive, en véritable carte blanche permettant aux autorités chinoises de réprimer toute dissidence au Xinjiang et de régler, à leur guise et à l’abri des critiques, le problème de leur minorité ouïgoure1794. Comme de nombreuses organisations de défense des droits de l’Homme l’avaient craint, et malgré l’action des organisations ouïgoures de la diaspora, qui ont tenté depuis le 11 septembre d’informer l’opinion publique internationale de la nature du problème au Xinjiang/Turkestan oriental, les autorités chinoises auront finalement réussi à utiliser les attentats de New York et Washington pour obtenir la reconnaissance du bien-fondé de leur politique de répression dans cette région1795. L’intervention militaire américaine en Afghanistan n’a cependant pas uniquement produit des bénéfices pour Pékin. Si la relance des relations sino-américaines et la bienveillance qu’elles ont obtenues de Washington à l’égard de leur politique au Xinjiang sont positivement accueillies par les autorités chinoises, sur le plan géostratégique, le déploiement de troupes américaines en Asie centrale – auquel Pékin ne s’est pas opposé, les trouble. En bouleversant l’environnement régional de la Chine, la campagne antiterroriste lancée par Washington a ouvert des perspectives dont certaines sont inquiétantes pour le pouvoir chinois. En ce qui concerne l’Afghanistan, pays frontalier de la Chine, l’élimination du régime des taliban ouvre la porte à l’incertitude. Un retour à la stabilité dans ce pays constituera un gain pour la sécurité de sa région autonome du Xinjiang. Cependant, dans l’immédiat, l’établissement d’un nouveau pouvoir à Kaboul oblige les autorités chinoises à élaborer dans l’urgence une nouvelle politique étrangère à l’égard de l’Afghanistan. Très pragmatiquement et pour ne pas être marginalisée sur la scène politique afghane, Pékin s’est empressée de nouer des contacts avec la nouvelle administration. Elle a ainsi félicité le gouvernement de transition pour sa mise en place1796, annoncé qu’elle entendait fournir de l’aide humanitaire aux Afghans et participer à la reconstruction du pays1797 et réouvert en mai 2002 son ambassade dans la capitale afghane1798. En janvier 2002, les autorités chinoises ont reçu Hamid Karzaï à Pékin. Il semble que ce dernier ait en quelque sorte fait le détour par la capitale chinoise pour préparer sa visite à Islamabad. La vieille amitié sino-pakistanaise n’a pas été remise en question par le rapprochement qui s’est dessiné entre Islamabad et Washington. Pékin et Islamabad ont décidé de coordonner leur position à l’égard de l’Afghanistan, pour protéger leurs intérêts nationaux. Jiang Zemin a ainsi déclaré à l’occasion de la visite du chef d’état-major de l’armée pakistanaise, le général Muhammad Aziz Khan, quelques jours avant celle de Hamid Karzaï, que « la Chine [allait] garder le contact et coordonner sa position avec le Pakistan dans le but de maintenir la paix et la stabilité dans la région »1799. Pékin soutient la formation d’un gouvernement multiethnique en Afghanistan, ce qui signifie qu’elle désire que les Pachtounes ne soient pas écartés des nouvelles instances afghanes. Cette position correspond à celle également défendue par le Pakistan. Bien que peu d’informations aient filtré à ce sujet, la question du séparatisme ouïgour et des combattants d’origine ouïgoure détenus en Afghanistan et dont Pékin entend obtenir le rapatriement a été abordée1800. Hamid Karzaï aurait promis à cette occasion aux autorités chinoises que “any captured Islamic separatists from China would be dealt with severely1801. Cette prise de position a été très bien accueillie par Pékin. La Chine a également promis une assistance de 150 millions de dollars au gouvernement intérimaire afghan pour la reconstruction du pays1802. En mai 2002, le ministre chinois des affaires étrangères, Tang jiaxuan, a fait le déplacement à Kaboul, où il a rencontré le président afghan, Abdullah Abdullah, ainsi que Zaher Shah. Le ministre chinois est venu rappeler aux Afghans l’intérêt que la Chine porte à l’établissement d’un gouvernement représentatif de l’ensemble des groupes ethniques du pays1803. A l’occasion de cette visite, un accord de coopération économique et technologique a été conclu entre les deux pays1804. Hamid Karzaï a également réitéré sa promesse de lutter contre les mouvements ouïgours. Sa nomination à la tête de l’Afghanistan par la Loya Jirga en juin 2002 a donc été bien accueillie par la Chine, malgré la proximité de ce dirigeant avec Washington.

  • 1805 « L’Afghanistan se félicite de ses relations avec la Chine », Xinhua, 7 août 2002 (via www.afgha.ne (...)
  • 1806 US General hints at long-term Presence in Afghanistan”, AFP, August 22, 2002.
  • 1807 Voir les critiques de l’unilatéralisme américain malgré le rapprochement sino-américain de l’après (...)

92Depuis la mise en place d’une nouvelle administration dans le pays, Pékin a donc essayé d’établir des relations de coopération avec l’Afghanistan. Son offensive diplomatique porte déjà des fruits, puisque les autorités afghanes ont accepté de coopérer avec Pékin dans sa lutte contre les « terroristes » ouïgours. Le ministre afghan des affaires étrangères, Abdullah Abdullah, a ainsi affirmé début août 2002 que les « séparatistes du “Turkestan chinois” qui étaient entrés en Afghanistan avec l’aide d’al-Qaïda et des Taliban étaient des terroristes, des ennemis de l’Afghanistan et de l’ensemble de l’humanité »1805. Il s’est également félicité de la coopération bilatérale sino-afghane – l’Afghanistan encourage la Chine à participer au processus de reconstruction du pays et au développement de son secteur privé – et a rappelé que la Chine, contrairement à d’autres États de la région, n’était pas intervenue dans les affaires intérieures de l’Afghanistan et avait soutenu sa souveraineté. Pékin bénéficie d’un capital de sympathie à Kaboul, peut-être aussi en raison de l’appui qu’elle pourrait fournir en cas de lutte de factions au sein du pouvoir afghan. Au-delà de la promotion de ses intérêts économiques et de la recherche de la coopération de l’administration afghane dans le cadre de la lutte contre les indépendantistes ouïgours, Pékin désire une stabilisation rapide en Afghanistan et un retour à la paix, afin que la présence militaire américaine ne se prolonge pas. Sur ce point cependant, Pékin pourrait être déçue. Washington envisage au contraire une présence à long terme, afin d’assurer la stabilité de l’Afghanistan1806. Étant donnée l’incertitude qui entoure l’avenir des relations sino-américaines1807, les autorités chinoises considèrent cette éventualité comme un risque. Des tensions ne sont peut-être pas à exclure si les relations sino-américaines se dégradent à l’avenir. Étant donnée la proximité du pouvoir afghan avec Washington, on peut penser que, dans le futur, l’état des relations sino-afghanes dépendra en grande partie de celui des relations sino-américaines.

  • 1808 SINGH, Swaran, “The Kargil Conflict: why and how of China’s neutrality”, Strategic Analysis, vol. X (...)
  • 1809 SMITH, C. S., “China asks that Pakistan show caution”, The New York Times, January 4, 2002 et “Chin (...)
  • 1810 “Jiang meets Musharraf and Vajpayee, calling for peace in South Asia, China Daily, June 5, 2002.
  • 1811 JAWED, NAQVI, “China backs efforts for easing tension, The Dawn, July 11, 2002.
  • 1812 CHELLANEY, B., “China seeks to stem India’s budding military ties with US, International Herald Tr (...)
  • 1813 “India, China sign accord to fight terror, boost trade, Associated Press, January 16, 2002.
  • 1814 DUGGER, C. W., “Wider military ties with India offer US diplomatic leverage, The New York Times, J (...)

93L’Afghanistan n’est pas le seul espace géographique frontalier du territoire chinois où les conséquences de la campagne antiterroriste américaine se font sentir. Au regard du sous-continent indien, les retombées à long terme de l’intervention militaire de Washington inquiètent particulièrement Pékin. Une déstabilisation interne du Pakistan – allié de longue date de la Chine et instrument de sa politique face à l’Inde –, en raison de la coopération du gouvernement Moucharraf avec Washington, affaiblirait en effet la position stratégique de Pékin face à New Delhi. La Chine craint aussi que les tensions entre le Pakistan et l’Inde à propos du Cachemire ne dégénèrent en une guerre que le Pakistan ne serait pas en mesure de gagner. Une victoire militaire de l’Inde pourrait amener à l’éclatement de l’État pakistanais, ce qui laisserait la Chine face à un puissant voisin sur sa frontière occidentale. Débarrassée de la menace pakistanaise, l’Inde pourrait alors être tentée d’accroître son influence ailleurs en Asie, éventualité qui heurte les ambitions chinoises dans la région. La possibilité d’une guerre nucléaire entre New Delhi et Islamabad alimente également les craintes de Pékin. La Chine pourrait en effet être en partie tenue pour responsable de ce désastre, en raison de l’aide qu’elle a fournie à Islamabad dans le domaine nucléaire. Dans une période où la Chine est confrontée à des difficultés économiques (entrée à l’OMC, montée des protestations sociales) mais aussi politiques (le xvie Congrès du PCC doit avoir lieu fin 2002), Pékin veut à tout prix préserver un environnement régional stable et pacifique. Il en va de la poursuite de sa modernisation. Elle n’a donc aucun intérêt à voir éclater un conflit entre ses deux voisins. Au regard de la question du Cachemire, Pékin avait adopté, lors du conflit de Kargil en 1999, une attitude de neutralité, afin de ne pas encourager les militaires pakistanais à poursuivre leurs actions sur le terrain1808. Dans la crise actuelle, la Chine a donné des conseils de prudence au Pakistan, tout en rappelant son soutien à un règlement pacifique du conflit au Cachemire1809. Jiang Zemin a essayé de rapprocher les positions de ses deux voisins en rencontrant séparément Pervez Moucharraf et Atal Behari Vajpayee lors du sommet d’Almaty, qui s’est tenu débutjuin 20021810. Pékin a également soutenu les efforts diplomatiques mis en œuvre, notamment par les Etats-Unis, pour calmer les tensions dans la région1811. En essayant d’apaiser cette tension régionale, Pékin joue une fois encore le rôle de « puissance responsable ». Sur le fond, elle tente surtout de préserver le statu quo dans le sous-continent indien. Il s’agit d’éviter que les États-Unis ne puissent saisir l’occasion des tensions indo-pakistanaises pour accroître leur rôle dans cette région. Pékin craint à la fois un trop grand rapprochement entre New Delhi et Washington1812 et entre Washington et Islamabad. La Chine a donc tenté de courtiser l’Inde en proposant d’accroître la coopération économique bilatérale et de mettre sur pied une commission chargée d’examiner les problèmes frontaliers qui divisent les deux Etats1813. Elle considère avec une certaine inquiétude les contacts, notamment militaires, qui se sont multipliés entre Washington et New Delhi au cours de l’année 20021814. Il est clair que la coopération militaire indo-américaine, qui a atteint un niveau sans précédent selon les mots du général Myers pendant l’année 2002, sans se transformer encore en une véritable alliance, constitue un sérieux avertissement pour Pékin.

  • 1815 Visites an Pakistan notamment de Tang Jiaxuan et Xiong Guangkai.
  • 1816 “Pakistan and China reaffirm close ties, AFP, December 20, 2002.
  • 1817 McDONALD, J., “Musharraf backs China crackdown of Uighurs, Associated Press, December 21, 2001.
  • 1818 “Pakistan signs military cooperation agreement with China, AFP, March 11, 2002.
  • 1819 “China seeks middle ground in India, Pakistan Row, Reuters, January 8, 2002.
  • 1820 NAIR, V. K., “America’s war on terrorism and Chinese strategy, China Brief, vol. 2, n° 5, February (...)
  • 1821 NAIR, V. K., “Missile proliferation: China goes to bat for Pakistan, China Brief, vol. 2, n° 13, J (...)
  • 1822 MOHAN, MALIK, “China’s Southern Discomfort, Asia Times, July 10, 2002.

94Outre ce rapprochement entre l’Inde et les États-Unis, le déploiement des forces militaires américaines sur quatre bases pakistanaises (Karachi, Jacobabad, Dalbandin et Pasni) ainsi que le développement de la coopération entre Washington et Islamabad dans le cadre de la campagne militaire menée par les États-Unis en Afghanistan ont également alarmé la Chine. Un engagement de longue durée de Washington aux côtés d’Islamabad pourrait en effet distendre les liens entre le Pakistan et Pékin. Cette dernière s’est donc empressée de resserrer ses contacts avec la capitale pakistanaise. Le général Moucharraf s’est ainsi rendu quatre fois en Chine entre le 11 septembre 2001 et l’été 2002, alors que des officiels chinois se sont succédé au Pakistan1815. Dès le mois de décembre 2001, les deux pays ont réaffirmé la solidité de leurs relations. Le général Moucharraf a rappelé que “the cornerstone of Pakistan’s foreign po-licy is its close association and relationship with China1816. Pékin cherche à obtenir du Pakistan la garantie que son rapprochement avec les États-Unis ne sera pas préjudiciable aux intérêts stratégiques de la Chine. Le général Moucharraf a, semble-t-il, rassuré Pékin et offert, en signe de bonne volonté, son soutien dans la lutte contre les indépendantistes ouïgours1817. A l’occasion de la visite au Pakistan d’une délégation militaire chinoise menée par Xiong Guangkai, Pékin et Islamabad ont conclu en mars 2002 un protocole d’accord destiné à accroître leur coopération bilatérale dans le domaine militaire1818. Il semble cependant que Pékin ne soit pas allé jusqu’à offrir à Islamabad une garantie totale en cas de conflit avec New Delhi à propos du Cachemire1819. La position chinoise est en fait très délicate. Pékin entend certes préserver ses liens privilégiés avec le Pakistan – considérant en effet que ses relations avec ce pays sont aussi essentielles à sa sécurité que celles d’Israël avec les États-Unis1820 –, mais peut-être pas à n’importe quel prix. Il s’agit d’éviter que son soutien à Islamabad ne provoque une détérioration complète de ses relations, aussi fragiles soient-elles, avec l’Inde. Pékin veut absolument prévenir la formation d’une véritable alliance militaire entre New Delhi et les États-Unis. D’un autre côté, il ne faut pas non plus donner à l’Inde l’impression que le soutien chinois au Pakistan s’est affaibli, afin d’éviter qu’elle n’humilie le gouvernement d’Islamabad ou, pire, n’entreprenne des opérations militaires qui pourraient être fatales à la survie de l’Etat pakistanais. Tout en prônant la désescalade entre les deux parties au Cachemire, Pékin a toutefois continué à fournir discrètement de l’équipement – peut-être même nucléaire1821 –, au Pakistan, afin d’éviter que ce dernier ne soit surclassé par l’Inde sur le plan militaire1822. En maintenant son assistance à l’armée pakistanaise, Pékin entend également cultiver son influence auprès de la hiérarchie militaire pakistanaise, afin que ses intérêts ne soient pas négligés au profit de Washington.

  • 1823 CUTLER, R. M., “The Shattering of the Sino-Russian Entente over the shape of Central Asia?, The An (...)
  • 1824 BURHARBAYEVA, B., “Commander: ties growing with Central Asia, Associated Press, August 23, 2002.
  • 1825 Voir le projet de gazoduc, estimé à 18 milliards de dollars, entre le bassin du Tarim et Shanghai p (...)
  • 1826 Voir SMITH, J., Changing Uyghur Identities in Xinjiang in the 1990s, PhD Dissertation, Department o (...)
  • 1827 GUO, Van, “Kesuowo zhanzheng dui minzu fenlie wentide qishi, Xibei Daxue Xuebao, vol. 30, n° 4, 20 (...)
  • 1828 L’Inde a exprimé un intérêt pour l’Organisation de Coopération de Shanghai. Son adhésion à cette st (...)
  • 1829 Sur l’Organisation de Coopération de Shanghai voir CLEASON, G., “Inter-State cooperation in Central (...)
  • 1830 “Whatever happened to the Shanghai Cooperation Organization?, Jamestown Monitor, vol. 7, issue 217 (...)
  • 1831 “Shanghai summit FMs meet in Beijing to tackle terrorism, China Daily, January 7, 2002; “SCO membe (...)
  • 1832 ZHENG, Yu, “Sino-Russian ties curb US pressures, China Daily, June 10, 2002.
  • 1833 “Jiang makes four-point proposal for Sino-Kyrgyzstan ties, People’s Daily, June 25, 2002.

95Au regard de l’Asie centrale, la percée spectaculaire des États-Unis sur la scène régionale à la suite des attentats du 11 septembre a également entraîné des conséquences importantes pour la Chine. La nouvelle présence américaine dans cet espace risque de ralentir, voire peut-être de porter un coup d’arrêt à l’essor du condominium sino-russe qui se dessinait depuis plusieurs années dans cette région1823. A plus long terme, elle fragilise la position stratégique globale de la Chine face à Washington, puisque les Américains ont réussi à pénétrer militairement dans un espace géographique proche du territoire chinois d’où ils étaient pratiquement absents jusqu’ici. Cette pénétration américaine réintroduit un facteur d’incertitude dans un environnement régional où la Chine pensait avoir réussi à accroître son influence et à projeter sa puissance. Elle estimait également avoir assuré en grande partie sa sécurité, grâce à l’essor des activités de l’Organisation de coopération de Shanghai. Cependant, plusieurs membres de cette organisation – en l’occurrence l’Ouzbékistan mais aussi le Tadjikistan et la République kirghize – ont accepté un déploiement de forces militaires américaines sur leur territoire. Cette présence militaire pourrait se prolonger, ce qui est contraire aux intérêts stratégiques de la Chine. La coopération dans le domaine politique et militaire, ainsi qu’en matière économique entre les États-Unis et les républiques d’Asie centrale, s’est également accrue depuis septembre 2001. Enfin, Washington a fait savoir qu’elle comptait rester engagée en Asie centrale dans la longue durée1824. Malgré le rapprochement qui s’est dessiné entre Pékin et Washington depuis le 11 septembre 2001, étant donnée la méfiance qui s’est exprimée ces dernières années dans la population, chez les auteurs chinois et surtout au sein du pouvoir à Pékin à l’égard des intentions des États-Unis par rapport à la Chine, la perspective d’une percée politique américaine en Asie centrale et, plus grave encore, la possibilité de voir des bases militaires américaines installées aux frontières même de la région autonome du Xinjiang indisposent la capitale chinoise. Cette région, tête de pont de la Chine en direction de l’Asie centrale et du Moyen-Orient, abrite non seulement le centre d’essais nucléaires de la République populaire mais renferme également des réserves d’hydrocarbures sur lesquelles les autorités chinoises comptent pour poursuivre l’essor économique du pays et réduire leur dépendance à l’égard de l’Opep1825. Le pouvoir chinois, conscient de sa vulnérabilité au Xinjiang, en raison du renforcement du sentiment national ouïgour depuis l’indépendance des Républiques d’Asie centrale1826, se méfie des intentions de Washington, qui pourrait utiliser la question ouïgoure pour s’immiscer dans ses affaires au nom de la protection des droits de l’Homme, comme ce fut le cas à ses yeux face à la Serbie lors du conflit du Kosovo1827. Aussi a-t-elle cherché à obtenir des garanties auprès des Américains. Ces derniers, comme nous l’avons relevé, les lui ont finalement données en août 2002 en inscrivant le East Turkislan Islamic Party sur la liste des groupes terroristes. Si la Chine est partiellement rassurée au Xinjiang, il n’en demeure pas moins que par rapport à l’Asie centrale, la percée américaine constitue un échec pour la politique étrangère chinoise qui, jusqu’au 11 septembre, visait – entre autres objectifs –, à limiter l’influence des Occidentaux dans cette région stratégique, arrière-cour de la Chine. Pékin devra désormais composer avec Washington et peut-être bientôt avec New Delhi également1828. Certains observateurs ont émis des doutes quant au devenir de l’Organisation de coopération de Shanghai, que Pékin considérait comme une réussite de sa politique extérieure ces dernières années1829. Ils soulignent que les succès américains en Asie centrale ont démontré son inutilité et la considèrent dès lors obsolète1830. Ce n’est pas l’avis du pouvoir chinois, qui a multiplié les efforts en 2002 pour maintenir cette structure et essayer de relancer, voire d’étendre, ses activités1831. La Chine voit toujours cette organisation multilatérale comme un outil essentiel à la préservation de sa sécurité et de son influence en Asie centrale, même si certains analystes chinois reconnaissent que la percée des Américains dans cette zone géographique a sapé son fonctionnement1832. Pékin compte également sur le maintien de ses liens bilatéraux avec les républiques d’Asie centrale pour s’assurer que ses intérêts soient pris en considération malgré leur coopération avec Washington1833.

  • 1834 Voir YU, B., “A ‘Nice’ treaty in a precarious world, Comparative Connections, vol. 3, n° 3, Octobe (...)
  • 1835 “Putin takes high road over ABM pact withdrawal, Jamestown Monitor, vol. 7, Issue 231, December 17 (...)
  • 1836 Voir les différents points de vue en Chine in YU, B., “Beautiful Relationship in a Dangerous World” (...)
  • 1837 “Global times: big-power relations enter period of cooperation, People’s Daily, August 2, 2002.
  • 1838 BLAGOV, S., “Russia, China eye Pan-Asian oil bridge, Asia Times, June 25, 2002.
  • 1839 “Russia, China make new push to ban arms in space over US, Associated Press, June 27, 2002.
  • 1840 La Chine disposerait de moins de 25 missiles Dongfeng 5 d’une portée de 13 000 km (15 à 20 Dongfeng (...)

96Le rapprochement spectaculaire opéré entre la Russie et les États-Unis à l’occasion de l’intervention américaine en Afghanistan contrarie également la Chine, qui venait juste de conclure avec Moscou un traité d’amitié et de coopération (le 16 juillet 2001). Les termes de ce traité, il est vrai, avaient été soigneusement pesés pour ne pas indisposer Washington, car aucun des deux pays n’a au fond intérêt à chercher la confrontation avec les États-Unis1834. L’alignement extrêmement rapide de V. Poutine sur les positions américaines, l’aval de Moscou à la dénonciation du Traité ABM par les États-Unis le 13 décembre 2001 et enfin le rapprochement entre la Russie et l’Otan en mai 2002, ont cependant indisposé Pékin1835. La politique pro-occidentale du président Poutine ne remettait-elle pas en cause le partenariat stratégique sino-russe1836 ? La suite de l’année 2002 a quelque peu rassuré les analystes chinois. Le président Poutine a en effet signalé en juin 2002 qu’un rapprochement entre la Russie et les Occidentaux n’entraînait pas une remise en cause des relations de coopération existant entre Moscou et Pékin. La Russie souhaite maintenir ses relations avec la Chine au même niveau de coopération qu’avant le 11 septembre, voire à un niveau supérieur, malgré son rapprochement avec Washington. En Chine, cette politique semble avoir été accueillie comme un moindre mal, car elle assure au moins Pékin de la neutralité russe en cas de difficultés avec Washington. Un éditorial du Quotidien du Peuple notait récemment à ce propos : “Russia’s ‘strategy of westward advance’dœs not affect Sino-Russian relationship of strategic trust and cooperation. There is extensive space for cooperation between China and Russia in the fields of maintaining global strategic stability, establishing multilateral armament control and disarmament as well as prevention of proliferation. The impartial, middle-of-the-road line pursued by Russia in its relations with the United States and with China is a very important content of its foreign policy1837. Les espaces possibles de coopération sino-russes ne manquent pas et ils ont été mis à profit par les deux partenaires. Moscou et Pékin ont ainsi annoncé leur intention d’accroître leur collaboration dans le domaine énergétique. Ils envisagent de mettre en place un oléoduc de 2 247 km entre la ville russe d’Angarsk, dans la région d’Irkoutsk et Daqing, dans le nord-ouest de la Chine. Cette ligne devrait fournir 20 Mt de pétrole russe à la Chine en 2005, avant de passer à 30 Mt de pétrole par an vers 20101838. D’autres projets, notamment gaziers, seraient à l’étude. La Russie et la Chine ont également présenté conjointement une proposition de traité destiné à interdire le déploiement d’armes dans l’espace1839. Cette proposition marque en fait l’opposition des deux pays au projet de bouclier spatial promu par l’administration Bush. La perspective du déploiement du bouclier spatial américain est toutefois plus préoccupante pour Pékin que pour Moscou. En effet, étant donné le faible nombre de missiles dont dispose la Chine1840, Pékin est particulièrement menacée par ce projet. La dissuasion minimale assurée par ses forces nucléaires sera en effet réduite à néant une fois le bouclier mis en place.

  • 1841 WO-LAP LAM, W., “Jiang hails China-Russia relations, CNN, August 24, 2002.
  • 1842 Voir le communiqué commun sino-russe in “Chinese, Russian PMs sign Joint communiqué, People’s Dail (...)

97En juillet, à l’occasion de la visite de V. Rushailo à Pékin, les deux partenaires ont annoncé leur intention d’accroître leur coopération dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et de la sécurité. La visite de M. Kasyanov à Pékin en août 2002, a fourni une nouvelle fois l’occasion aux autorités chinoises de se féliciter de l’état des relations sino-russes1841. La coopération bilatérale dans de nombreux domaines (politique, économie et commerce, énergie, infrastructure, science et technologie) a été réaffirmée entre les deux pays1842. Pékin entend continuer à se fournir en armements auprès de Moscou. Malgré les turbulences de l’année 2002, le partenariat sino-russe a donc résisté au rapprochement russo-occidental. Mais Pékin en connaît désormais les limites. Moscou n’entend pas aider la Chine à contrebalancer ouvertement la puissance américaine.

  • 1843 Cité in SANDS, D.R., “China counters US Influence, The Washington Times, January 11, 2002.
  • 1844 Voir LIU, Ji, “Choices for Sino-American Relations in the 21st Century, (www.china.org.cn/english/ (...)
  • 1845 GRAHAM, B., “US weighs stronger relations with China. Pentagon seeks improved military ties, The W (...)
  • 1846 Voir PAN, P. P., “China issues rules on missile exports, The Washington Post, August 26, 2002 et F (...)
  • 1847 “Taiwan issue remains core of Sino-US Relations”, China Daily, March 6, 2002.
  • 1848 Voir la liste des priorités stratégiques de la Chine dans CHRISTENSEN, T. J., “China, in Strategic (...)
  • 1849 “China-US Relations: neither enemy nor close friend, China Youth Daily translated by Zheng Guihong (...)
  • 1850 “Global times: big-power relations enter period of cooperation, op. cit.

98L’intervention américaine en Afghanistan bouleverse donc l’environnement régional de la Chine. Si Washington s’installe à long terme en Asie centrale et accroît sa collaboration militaire avec l’Inde, Pékin risque de se trouver isolée et même véritablement encerclée sur le plan géostratégique par le dispositif américain en Asie. Comme le rappelle David M. Lampton, the ancient Chinese fear has always been encirclement by its enemies, and virtually everything that happened since September has reinforced that1843. Malgré l’évolution positive enregistrée dans les relations sino-américaines depuis le 11 septembre 2001 et alors qu’il existe de larges espaces de coopération entre les deux parties1844, Pékin et Washington n’ont pas encore réussi à aplanir l’ensemble des différends qui les opposent. Les visites et les rencontres se sont succédé au cours de l’année 2002 ; le dialogue ainsi que les contacts1845, entre les deux pays ont été rétablis et quelques progrès ont été enregistrés dans des domaines de désaccords importants comme la prolifération1846. Cependant, des problèmes persistants divisent toujours les deux gouvernements, notamment la question du respect des droits de l’Homme, le problème du TMD (Theatre missile defence) et du NMD (National missile defence) et les ventes d’armes à Taïwan1847. L’opposition idéologique entre les deux systèmes politiques demeure entière. Sur ce plan, la propagation potentielle des valeurs occidentales et de l’idée démocratique jusqu’aux frontières de la Chine en raison de la pénétration américaine en Asie centrale et de l’influence éventuelle de Washington sur les régimes politiques de cette région est perçue comme une menace par le régime communiste chinois, dont l’objectif numéro un est d’assurer sa propre survie et son maintien au pouvoir1848. Dans ces conditions, le processus de rapprochement initié après le 11 septembre entre Pékin et Washington reste fragile1849. L’avenir des relations sino-américaines est incertain alors que les prouesses militaires américaines en Afghanistan ont à nouveau démontré à la Chine ses faiblesses dans ce domaine. Ainsi que le développait un éditorial récent du Quotidien du Peuple, si Pékin se félicite du climat de coopération entre grandes puissances qui caractérise selon elle la période actuelle, elle n’en continue pas moins à considérer que l’unilatéralisme américain constitue le principal danger auquel elle est confrontée1850. Dans le triangle stratégique Moscou-Washington-Pékin, Moscou occupe aujourd’hui une place plus enviable que celle de Pékin. Les événements du 11 septembre 2001 lui ont davantage profité qu’à la Chine dans ses rapports avec les Etats-Unis. Même si des zones d’ombre persistent dans les relations russo-américaines, (poursuite de la coopération russo-iranienne dans le domaine nucléaire, nouveaux accords russo-irakiens, visite du président Nord-Coréen à Moscou, montée de la tension avec la Géorgie), Moscou a réussi à établir une proximité et un niveau de coopération avec Washington dont Pékin ne peut pas aujourd’hui encore se prévaloir. Un an après les événements du 11 septembre, les relations sino-américaines, qui occupent une place centrale dans la politique étrangère de la Chine, sont donc marquées par deux tendances contradictoires : les possibilités d’amélioration des rapports entre les deux États et le risque que cette dernière ne soit en fait que conjoncturelle.

6. La Russie : entre retrait et retour d’influence

  • 1851 Le ministre de la Défense russe, Sergei Ivanov, a par exemple déclaré le 14 septembre que “Central (...)
  • 1852 “Putin offers limited assistance to US-led antiterrorism coalition, Jamestown Monitor, vol. 7, Iss (...)
  • 1853 “Moscow continues to back antiterror campaign, Jamestown Monitor, vol. 7, Issue 184, October 8, 20 (...)

99A la grande surprise de nombreux observateurs et aussi d’une partie importante de sa population, et à la différence de ce qui s’était passé en Bosnie puis au Kosovo, la Russie n’a pas choisi une attitude d’obstruction par rapport au choix de Washington d’intervenir en Afghanistan contre le régime des taliban. Le président Poutine a été le premier chef d’Etat à appeler Georges Bush le 11 septembre pour l’assurer de la solidarité de son pays. Ce n’est toutefois qu’après deux semaines d’intenses consultations et contre l’avis d’une partie de l’armée et de la classe politique russe1851, qu’il a décidé, le 24 septembre, d’appuyer pleinement les Américains et de placer son pays au cœur de la campagne antiterroriste lancée par les États-Unis. La Russie, sans doute en raison d’une opposition de ses militaires mais aussi de réticences liées à l’histoire, s’est cependant abstenue de participer aux opérations militaires sur le terrain afghan. Par ailleurs, la décision du président Poutine d’avaliser les choix de Washington n’était pas sans risques pour Moscou. En effet, en cas d’échec de la politique américaine en Afghanistan ou de retrait des forces de Washington sans résolution du problème afghan, les Russes seraient obligés de subir d’une manière ou d’une autre les conséquences de ce désastre. D’un autre côté, les Américains étaient déjà entrés en contact avec l’Ouzbékistan qui, sans consulter Moscou, avait proposé, dès le 16 septembre, de mettre son territoire à la disposition de Washington, réfutant les mises en garde lancées par S. Ivanov. Contrairement à de nombreux observateurs en Russie, le président Poutine a rapidement compris que les attentats du 11 septembre allaient amener les Etats-Unis à accroître leur rôle sur la scène internationale plutôt que de le restreindre. Aussi, au lieu de tenter de s’opposer à la volonté de l’administration Bush sans en avoir les moyens, il a choisi d’accompagner ce mouvement pour essayer d’en tirer un maximum de profit pour la Russie. Le président russe a rapidement énoncé les « cinq points » autour desquels s’articulait la participation de son pays : échanges de renseignements, permission de survol de l’espace aérien russe pour des missions humanitaires, contribution à d’éventuelles opérations d’extraction en Afghanistan, utilisation de bases militaires en Asie centrale, aide accrue aux forces de l’Alliance du nord, le relais de Moscou en Afghanistan depuis la montée en puissance des taliban1852. Malgré les craintes d’une partie de la classe politique russe, au début de la campagne militaire américaine en Afghanistan, en octobre 2001, le président Poutine a réitéré son soutien à Washington1853et cette ligne a été maintenue par le pouvoir russe durant l’année 2002.

  • 1854 “EU announces formal recognition of Russia as ‘market economy in major milestone on road to WTO me (...)
  • 1855 Voir “Russia WTO talks ‘at dead end’, BBC News, July 3, 2001 et LELYVELD, M., “Russia: entry into (...)
  • 1856 ULYANOV, N., “Russian breakthrough at Kananaskis. G8 summit assumes Russian agenda, Strana.ru, Jun (...)
  • 1857 SAS, I., “American investors in no rush to come to Russia. American praise of Russia’s investment c (...)
  • 1858 “Invest climate in Russia improving, Uncertain US Official, Dow Jones News-wires, June 26, 2002.

100Les raisons qui ont amené Vladimir Poutine à opter pour ce choix historique de rapprochement avec l’Occident sont multiples. Outre le fait que son pays n’avait pas réellement les moyens de s’opposer à la volonté de Washington, le président russe a compris que ces événements lui offraient une chance historique d’associer la Russie à l’Occident dans des conditions favorables. Fondamentalement, les gains économiques constituent la motivation principale de la Russie. Les relations avec les Occidentaux sont en effet le seul moyen de renforcer l’État russe et de moderniser le pays grâce aux apports de technologies, d’investissements et à l’essor du commerce. Pour le président Poutine, le redressement de l’économie est un préalable nécessaire, destiné à permettre à terme à la Russie de recouvrer son prestige et sa position sur la scène internationale. Un retrait stratégique temporaire devrait aider Moscou à créer les conditions nécessaires à son redressement économique. Le rapprochement avec les Occidentaux s’inscrit dans cette logique. Les moyens économiques et financiers nécessaires à la Russie se trouvent en effet en Occident ou au Japon, plutôt que chez des partenaires asiatiques éventuels comme la Chine, l’Inde ou l’Iran. En soutenant la campagne américaine et en choisissant la voie de l’alliance avec l’Occident, Moscou entend donc tirer les bénéfices économiques nécessaires à sa modernisation (rééchelonnement de sa dette extérieure, relance des investissements occidentaux dans le pays, développement des relations économiques et commerciales avec l’Europe et les États-Unis, et mise à disposition de la Russie de nouveaux crédits par les organismes internationaux). Moscou a également cherché à obtenir un soutien américain dans le dossier de son admission à l’OMC. Sur ce point, elle a reçu l’appui des Occidentaux, puisque tant Washington que l’Union européenne ont officiellement déclaré que l’économie russe était désormais une « économie de marché »1854. Cette reconnaissance constitue une avancée vers l’adhésion de Moscou à cette organisation. Comparé à la situation de l’avant 11 septembre, les observateurs sont aujourd’hui plus optimistes quant aux perspectives d’entrée de la Russie à l’OMC, même si des problèmes persistent1855. Lors du sommet du G8 qui s’est tenu à Kananaskis au Canada en juin 2002, les nouveaux partenaires de la Russie lui ont également offert un succès diplomatique, en lui permettant de participer aux discussions économiques qui se sont tenues lors de cette rencontre. La Russie est ainsi apparue comme un membre à part entière de ce club très fermé, malgré la faiblesse de son économie. Outre le fait d’être considéré par les membres du G8 comme un égal, ce qui donne à la Russie une satisfaction de prestige, Moscou n’est pas non plus revenue les mains vides. Elle a obtenu la création d’un fonds de 20 milliards de dollars alimenté par les autres membres du G8 et destiné à assurer la sécurité et le démantèlement des armes de destruction massive dont elle a hérité de l’Union soviétique1856. Si ce fonds est effectivement mis en place – ce dont doutent cependant certains analystes russes –, le budget de la Russie se trouvera libéré d’autant et les sommes ainsi épargnées pourront être allouées à d’autres postes. Malgré les attentes que le rapprochement avec les États-Unis a produit en Russie en matière d’investissements, les observateurs russes doivent cependant bien constater que, jusqu’à présent, les investisseurs américains ne se pressent pas au portillon1857. Le climat peu propice aux affaires qui règne encore en Russie constitue en fait, selon les observateurs occidentaux, un puissant obstacle au décollage des investissements1858.

  • 1859 FITCHETT, J., “War alters Caspian equation, International Herald Tribune, October 31, 2001.
  • 1860 “Moscow seeks greater influence in global oil markets, AGOC, vol. 7, issue 15, August 8, 2002.
  • 1861 LELYVELD, M., “Russia: are oil exports to US a new strategic trade?, RFE/RL, July 9, 2002.
  • 1862 LELYVELD, M., “Russia: companies may join forces to export oil to US from Murmansk, RFE/RL, August (...)
  • 1863 “Analysts believe Russia must diversify economy, AGOC, vol. 7, issue 14, July 12, 2002.

101Dans le domaine de l’énergie, Moscou pourrait également tirer avantage de son rapprochement avec les Occidentaux en faisant avaliser par les Américains l’accroissement de son rôle dans l’exploitation et dans le transit des richesses pétrolières et gazières de la Caspienne. En coopérant dans ce domaine avec Washington, Moscou se verrait offrir l’occasion de renforcer son influence autour de l’espace caspien, que beaucoup considèrent encore aujourd’hui en Russie comme une zone d’influence naturelle1859. Nous avons cependant vu que, par rapport au projet Bakou/Tbilissi/Ceyhan, la position russe reste indécise. Par contre, grâce au projet CPC réalisé avec le soutien américain, la Russie a réussi à se positionner en tant que pays de transit principal pour les productions pétrolières actuelles du Kazakhstan. Depuis le début de l’année 2002, afin de cimenter davantage les liens qui la rattachent désormais aux Occidentaux, la Russie a également entrepris d’accroître son rôle sur le marché pétrolier international. Elle a ainsi rompu avec la discipline imposée par l’Opep et augmenté ses exportations pétrolières en direction des marchés européens1860. Cette option est également destinée à offrir à la Russie de nouvelles perspectives pour son économie, aujourd’hui moins importante que celle des Pays-Bas. Au-delà de l’Europe occidentale, la Russie envisage de livrer du pétrole à Washington1861. Il s’agit de lier davantage les deux partenaires, en développant un nouvel espace de coopération dans un domaine stratégique. Les Etats-Unis cherchent en effet à diversifier leur approvisionnement pétrolier, pour tenter de réduire la part des productions de l’Opep dans leurs importations. Le trouble que les attentats du 11 septembre ont jeté dans les relations entre Washington et son fournisseur saoudien invite également Moscou à essayer de tirer profit de cette situation. Cependant, malgré la volonté de promouvoir les échanges dans le domaine de l’énergie, l’éloignement géographique qui sépare la Russie de son nouveau client potentiel ne permettra peut-être pas aux productions de Moscou d’être réellement compétitives sur le marché américain1862. D’autre part, l’option pétrolière russe n’est pas crédible à long terme face à la concurrence des États du golfe Persique et, singulièrement, de l’Arabie Saoudite. De nombreux experts pensent que la Russie a tout intérêt à diversifier son économie pour éviter de tomber dans la dépendance à l’égard d’une seule production. Il faut savoir qu’en 2001, les exportations de gaz et de pétrole ont ainsi représenté 40 % des gains en devises de la Russie et fourni 66 % de son budget national1863. La Russie est donc très vulnérable aux fluctuations du marché international. Pour atteindre l’objectif de diversification de son économie, les capitaux occidentaux seront nécessaires.

  • 1864 Voir BRANSTEN, J., “2001 in Review: Russian foreign policy brings Moscow closer to West, RFE/RL, D (...)
  • 1865 “Putin accepts US military entry in Georgia, Jamestown Monitor, vol. 8, Issue 45, March 5, 2002.
  • 1866 Voir les déclarations de Sergei Ivanov in “Chechnya, Afghanistan said branches of one tree”, Interf (...)
  • 1867 Voir les nombreux rapports des organisations de defense des droits de l’Homme : HRW, “Human Rights (...)
  • 1868 Voir par exemple, IRA, STRAUS, “Conspiracy theories run into cold facts, The Russia Journal, May 1 (...)
  • 1869 Par exemple “Russian officials continue to link Chechen rebels with bin Laden, Jamestown Monitor, (...)
  • 1870 “West accused of ignoring Russian Human Rights abuses, Dow Jones Newswires, July 9, 2002.
  • 1871 BOYLF., J., “Russia, Pakistan profit, Saudi loses from Septembre 11, Reuters, August 30, 2002.
  • 1872 “Russian minister praises ‘cooperation with US in Chechen conflict, Itar-Tass, July 28, 2002.

102L’occasion d’approfondir les liens avec Washington valait donc la peine d’être saisie, et ce d’autant que l’administration Bush s’était montrée plutôt hostile à la Russie au début de son mandat. Ce n’est qu’en juin 2001 que les rapports entre les deux pays avaient commencé à se détendre1864. En soutenant la campagne antiterroriste de Washington en Afghanistan, en acceptant par la suite le retrait américain du traité ABM en décembre 2001, puis l’idée d’une présence militaire américaine en Géorgie1865, le président Poutine, favorable, semble-t-il, à une sorte de repli stratégique de la Russie, a donc cherché à établir un partenariat sans ambiguïté avec l’Occident dont son pays a besoin structurellement. Mais d’autres motifs l’ont également poussé à agir dans ce sens. Le fait de se placer aux côtés de Washington dans le cadre de sa campagne antiterroriste et de se présenter comme un « allié » des Etats-Unis permettait tout d’abord à la Russie de rehausser son prestige international. Sur un plan plus conjoncturel, il s’agissait aussi pour la Russie de faire avaliser sa guerre en Tchétchénie. Le pouvoir russe n’a pas hésité à établir un parallèle entre le régime des taliban et la situation tchétchène1866. La guerre extrêmement brutale1867 – guerre qualifiée en Russie d’« opération antiterroriste »–, mais aussi très coûteuse en hommes et en séquelles pour la société russe, que Moscou mène dans cette république caucasienne depuis 1999, a été déclenchée à la suite d’une vague d’attentats (à Moscou et Volgodonsk) attribués aux séparatistes tchétchènes. Leur implication dans ces attaques n’est cependant pas établie avec certitude et laisse bien des observateurs sceptiques1868. En dressant un parallèle entre la situation tchétchène et les événements de New York et Washington, Moscou a transmis à l’opinion mondiale le message selon lequel les indépendantistes étaient eux aussi des « terroristes ». Le lien supposé des séparatistes tchétchènes avec le réseau al-Qaïda a également été mis en avant1869. Tout en altérant l’image de la cause tchétchène auprès de l’opinion internationale, le gouvernement russe a ainsi placé son intervention militaire dans cette région dans le contexte de la campagne internationale de lutte contre le terrorisme, dissimulant les motivations néo-impériales de ce conflit. Conséquence du climat international post-11 septembre et du rapprochement avec la Russie, les critiques des gouvernements occidentaux sur la situation en Tchétchénie se sont raréfiées1870. Comme le notait Jonathan Eyal, “the skill of Putin was not only that he perceived the opportunity of moving doser to the United States, and at a stroke dejlected or dejlated the criticism about Chechnya in all Western governments1871. Le gouvernement russe s’est d’ailleurs félicité en juillet 2002 de la coopération russo-américaine dans le cadre du conflit de Tchétchénie1872.

  • 1873 “What is Moscow’s price for cooperation?, Jamestown Monitor, vol. 7, Issue 179, October 1, 2001.
  • 1874 XORBAKOV, I., “Russia’s growing presence in Afghanistan hints at regional rivalry with Western Powe (...)
  • 1875 “Unites States warns Moscow over move into Kabul, Jamestown Monitor, vol. 7, Issue 220, November 3 (...)
  • 1876 Cité in JEGO, M., « Le retour des Russes en Afghanistan », op. cit.
  • 1877 Sur le rôle de la Russie dans l’approvisionnement en matériel militaire du Front Uni à partir princ (...)
  • 1878 TEREKHOV, N., « A Moscou on estime que l’Alliance du Nord peutjouer un rôle important en Afghanista (...)
  • 1879 Voir SNESAREV, A. E., Indila kok glavnyi faklor v Sredne-Aziatskom voprosie: vzgliad tuzemtsev Indi (...)
  • 1880 TORBAKOV, I., “Russian planners reexamining ‘Great Game’ concepts for clues on future policy, Eura (...)
  • 1881 TORBAKOV, I., “Russia worries that Afghan success will prompt US unilateralism, Eurasia Insight, J (...)
  • 1882 Voir l’interview de Paul Wolfowitz in RASHID, A., “US signals Afghan policy shift. The Daily Teleg (...)
  • 1883 « Une importante délégation militaire russe à Kaboul », AFP, 17 août 2002 et CHRETER, V., « Les mil (...)
  • 1884 Voir les déclarations de I. Ivanov in LELYVELD, M., “Russia: support for gas pipeline through Afgha (...)

103En ce qui concerne la périphérie musulmane de la Russie, Moscou ne peut, bien entendu, que se féliciter de l’élimination par Washington du régime des taliban et de l’organisation de Ben Laden qui constituaient une menace potentielle pour son flan sud. La disparition des taliban la prive toutefois d’un moyen commode de maintenir son influence en Asie centrale, par le biais de la coopération dans le domaine de la sécurité. Au regard de l’Afghanistan, malgré son orientation pro-occidentale, Moscou a tout de même essayé de ne pas laisser Washington dicter seule les conditions de l’après-guerre. Au début des opérations militaires dans ce pays, elle a obtenu de l’administration américaine de pouvoir approvisionner en armement l’Alliance du nord, ce qui lui assure le maintien de liens à moyen terme, et a également demandé que cette formation se voie attribuer un rôle clé dans les futures institutions afghanes post-taliban1873. Pour appuyer son protégé afghan, la Russie s’est empressée – officiellement à la demande de Burhanuddin Rabbani –, d’assurer sa présence à Kaboul en envoyant, dès que la ville est tombée aux mains des troupes de l’Alliance du nord, quatre cents « fonctionnaires » du ministère de la défense, des affaires étrangères et des « situations d’urgence »1874. La Russie a donc été le premier État à expédier en Afghanistan une délégation gouvernementale et à réouvrir son ambassade. Cette initiative russe démontre que la coopération affichée avec Washington dans la crise afghane n’était pas exempte d’une certaine compétition entre les deux États. Au risque de créer des tensions avec l’administration américaine, Moscou entendait en effet soutenir la présence des troupes de l’Alliance du nord à Kaboul, prendre des garanties pour l’avenir quant à son influence et s’assurer par ce biais que ses intérêts en Afghanistan ne seraient pas négligés par les Occidentaux1875. La Pravda du 30 novembre 2001 remarquait à ce propos, « [en] usant de son influence auprès de l’Alliance du Nord, la Russie veut avoir son mot à dire dans les décisions qui vont être prises sur le futur de l’Afghanistan. [...] Nos relations avec l’Iran et avec l’Inde sont un atout supplémentaire. Il suffit de mettre un frein aux ambitions de l’Alliance et nous obtiendrons alors ce que nous n’avons pu avoir en dix ans de guerre »1876. La mise en place d’un gouvernement à Kaboul, au sein duquel l’Alliance du nord occupe une place clé a fourni à Moscou un bon relais local. Contrairement aux États-Unis, la Russie a tissé de longue date des relations avec ce mouvement. Sans l’aide logistique de la Russie, l’Alliance n’aurait sans doute pas pu faire échec aux taliban dans le nord du pays1877. Le pouvoir russe compte donc sur cette carte pour assurer le respect de ses intérêts en Afghanistan1878. Certains observateurs pensent que l’envoi de soldats russes à Kaboul reflète aussi la perception selon laquelle la sécurité de la Russie ne peut être assurée que moyennant sa présence en Afghanistan. Son périmètre de sécurité, sa « frontière stratégique », pour reprendre l’expression du célèbre général Snesarev1879, serait située sur l’Hindou Kouch et non sur l’Amou-Daria1880. Cette option entre cependant en contradiction avec l’idée d’un repli stratégique destiné à permettre à la Russie de se concentrer sur ses difficultés économiques. Dans ses relations futures avec l’Afghanistan, Moscou dispose certes d’un atout grâce à ses relations privilégiées avec l’Alliance du nord, mais face à Washington, comme le reconnaît le colonel-général Léonid Ivashov, elle ne pourra au mieux que jouer le second rôle1881 et ce d’autant que, contrairement à l’orientation originelle de l’administration Bush opposée à l’engagement de l’Amérique dans le “state building ou le “nation building”, les États-Unis envisagent non seulement une présence militaire à long terme dans ce pays mais aussi une véritable participation à la reconstruction de l’Etat en Afghanistan1882. La Russie ne dispose pas pour sa part des ressources financières nécessaires pour concurrencer Washington dans ce domaine. Ce sont les Occidentaux qui détiennent ici de la meilleure carte. Sa place risque donc d’être secondaire dans le processus de reformation d’un État afghan. Malgré ces limitations, Moscou n’entend apparemment pas être totalement écartée du terrain afghan. En matière militaire, la Russie coopère à la formation de la nouvelle armée afghane, même si c’est Washington qui joue le rôle le plus important dans ce domaine. Une délégation russe s’est rendue à Kaboul à la mi-août 2002, pour évaluer les besoins en matériel des forces armées. Moscou et Washington collaborent dans ce domaine, puisque les États-Unis ont financé l’achat en Russie des pièces de rechange nécessaires à la remise en état du matériel militaire afghan, dont la majeure partie date de l’époque soviétique1883. Au regard de la situation afghane, les intérêts russes et américains ne correspondent cependant pas forcément dans tous les domaines. Si les deux partenaires ont intérêt à voir se développer un Afghanistan stable et pacifique, les projets de gazoducs ou d’oléoducs trans-afghans en provenance d’Asie centrale et en direction du sous-continent indien entrent cependant en concurrence avec les intérêts russes en matière de transit d’hydrocarbures1884. Moscou tente en effet, avec une certaine réussite d’ailleurs, de préserver son monopole sur le transit des productions caspiennes. Les projets trans-afghans entrent donc en contradiction avec le rôle que la Russie entend jouer dans le domaine énergétique. Pourtant, les compagnies pétrolières russes pourraient retirer des avantages financiers de leur participation à ces projets. Leur contribution pourrait aussi permettre à la Russie de diversifier ses moyens de rétablir une certaine influence en Afghanistan, mais aussi dans les républiques d’Asie centrale intéressées par le développement de ces infrastructures. La Russie hésite cependant à soutenir ces projets.

  • 1885 BLAGOV, S., “Securing Moscow’s southern flank, Asia Times, July 29, 2002.
  • 1886 ZLOBIN, N., “Being a junior partner to the US is not demeaning Russia just needs to understand wher (...)

104Par rapport à l’Asie centrale, l’installation potentielle de bases militaires américaines permanentes reste un sujet d’inquiétude pour Moscou. La Russie a accepté cette présence car, d’une part, elle ne pouvait empêcher certains États, comme l’Ouzbékistan, d’offrir ces possibilités aux Américains et que, d’autre part, sa volonté de collaboration étroite avec la coalition aurait été mise en doute. Cette acceptation se double néanmoins d’appréhensions. Moscou continue à craindre la pénétration stratégique des Américains dans une région qui demeure aujourd’hui, aux yeux des dirigeants russes, une partie intégrante de leur horizon de politique étrangère. Si le président Poutine a certes déclaré que le déploiement américain en Asie centrale ne constituait pas une menace pour la Russie, Moscou a néanmoins parallèlement travaillé au renforcement de ses liens militaires avec la République kirghize et le Tadjikistan. Elle a aussi tenté de renforcer la coopération économique avec les membres de la Communauté économique eurasienne (Russie, Biélorussie, Kazakhstan, République kirghize et Tadjikistan), mais aussi, tendance plus neuve, de développer les relations dans le domaine de la sécurité, notamment en matière de surveillance des frontières extérieures des États membres. Si le Tadjikistan et la République kirghize ont répondu positivement à cette dernière proposition, le Kazakhstan semble moins intéressé1885. La Russie a également proposé au Kazakhstan, au Turkménistan et à l’Ouzbékistan de créer une sorte d’Opep centrasiatique dans le domaine gazier. Cette proposition a été accueillie favorablement au Kazakhstan, mais elle a rencontré un accueil plus mitigé au Turkménistan et en Ouzbékistan. Aussi, en dépit de ses efforts pour maintenir son influence en Asie centrale, il semble que dans l’avenir, la Russie sera conduite à cohabiter avec les États-Unis dans cette zone. Cette cohabitation ne signifie pas nécessairement que l’influence russe sera progressivement évincée au profit de celle de Washington. En effet, si les États-Unis désirent se maintenir à long terme dans cette région, ils auront besoin de partenaires locaux sur lesquels s’appuyer. Certains analystes russes pensent que Moscou pourrait être amenée à jouer ce rôle. Le rapprochement qui s’est dessiné en 2001-2002 préfigure peut-être un nouveau type de relations russo-américaines, dans lesquelles la Russie pourrait devenir une sorte de relais ou d’agent de la puissance de Washington dans cette partie de l’Eurasie. C’est en tout cas l’espoir que caressent certains analystes russes1886. Toutefois, de nombreux blocages – comme l’anti-américanisme latent d’une partie de la classe politique russe et aussi sa vision des relations internationales comme « jeu à somme nulle » –, devront être levés, avant que cette option n’aie une chance de se matérialiser.

  • 1887 Selon la déclaration de Rome, les efforts de coopération entre la Russie et l’Otan devront être men (...)
  • 1888 “Russian academic sees ‘no visible benefits’ from NATO agreement”, Rossiyskaya Gazeta, May 29, 2002
  • 1889 NICOLET, L., « La présence américaine en Asie centrale irrite les Russes, excepté Vladimir Poutine  (...)
  • 1890 Voir les différentes opinions in “Russia: roundtable discusses benefits, drawbacks of US cooperatio (...)
  • 1891 “Igor Ivanov: part of the US political elite is trying to solve international problems without taki (...)
  • 1892 “Moscow unveils plans to build nuclear reactors in Iran, RFE/RL, July 26, 2002 et PRIEST, D., “Ira (...)
  • 1893 La collaboration entre Moscou et Téhéran a été le principal point de divergence entre russes et amé (...)
  • 1894 BAKER, P., “Putin’s concessions to US are limited by the bottom line Russia unyielding on Iran nucl (...)
  • 1895 Détails in “Putin walks careful line on US antiterror policy, Jamestown Monitor, vol. 8, Issue 32, (...)
  • 1896 MORGAN, D., “Bush aide plays down significance of Russia-Iraq Deal. Sen Lu-gar concerned about ‘sym (...)
  • 1897 ALEKSEYEVA, N., “Go East Young Man!, hvestiya, June 6, 2002 (www.russianob-server.com/stories/02/0 (...)
  • 1898 HERZEN, A., La Russie et l’Occident, traduction André Prud’hommeaux, Lausanne, Editions Rencontre, (...)

105Neuf mois après les attentats du 11 septembre, les prises de positions du président Poutine en faveur de la coalition internationale ont été confirmées par son rapprochement spectaculaire avec l’Otan, entériné le 28 mai 2002 par la création du Conseil OTAN-Russie1887. Ce dernier a pour but d’établir, entre les Etats membres de l’OTAN et la Russie, un mécanisme de consultation, d’établissement de consensus, de coopération, de décision et d’action conjointes sur toute une gamme de questions de sécurité dans la région euro-atlantique. Ici aussi cependant, certains analystes russes considèrent que la Russie ne tirera en fait pas de réels bénéfices de la création de cette nouvelle institution1888. Malgré le rapprochement spectaculaire entre la Russie et les Occidentaux, certains doutes subsistent quant au caractère définitif de ce choix en faveur d’une intégration de la Russie à l’Occident. Si le président Poutine a choisi de soutenir la politique de Washington, les milieux militaires et politiques, mais aussi la population russe, ne sont pas aussi unanimes1889. Nombreux sont ceux en Russie qui perçoivent des « arrière pensées » contraires aux intérêts stratégiques de Moscou dans la politique menée par l’administration Bush depuis le 11 septembre1890. Les tendances de Washington à agir unilatéralement sur la scène internationale sont également critiquées au plus haut niveau à Moscou1891. D’autres ne désirent pas que la Russie s’aligne inconditionnellement sur les positions américaines, afin de préserver ses relations traditionnelles notamment avec le monde musulman. La poursuite de la coopération russo-iranienne dans le domaine nucléaire, malgré l’opposition de Washington et de son allié israélien au programme atomique de Téhéran1892, ainsi que l’annonce en août 2002 de la conclusion prochaine d’un accord de coopération économique et commerciale entre la Russie et l’Irak au moment où les pressions de Washington contre le régime de Saddam Hussein se sont fait très insistantes, montrent que Moscou entend protéger ses intérêts nationaux en l’occurrence ses intérêts économiques plutôt que politiques1893, même si ses choix entrent en partie en contradiction avec la diplomatie américaine1894. La poursuite des relations entre Moscou et les pays membres de l’« axe du Mal », tel que défini par le président Bush en janvier 2002 et que le président Poutine a prudemment critiqué en février1895, n’a, pour l’instant, pas remis en cause la coopération russo-américaine1896. Si on peut l’analyser comme une orientation politique davantage conjoncturelle que réellement structurelle, on peut toutefois se demander si elle n’indique pas qu’en matière de politique extérieure, Moscou désire garder des options ouvertes. C’est peut-être une des motivations qui a poussé le président Poutine à rassurer Pékin quant aux nouvelles relations russo-américaines en juin 20021897. Plutôt que de s’aligner totalement sur l’Occident, la Russie ne cherche-t-elle pas à conserver un certain équilibre dans ses relations extérieures ? Elle aimerait sans doute trouver une formule lui permettant de tirer un maximum de profits économiques de toutes les opportunités que lui offre sa géographie. Le président Poutine pourrait ainsi paraphraser en termes économiques la pensée d’Alexandre Herzen, qui écrivait que la Russie « paraît asiatique, vue d’Europe ; vue de l’Asie, elle paraît européenne. Et ce dualisme convient parfaitement à son caractère et à sa destinée, qui consiste entre autres à devenir un grand caravansérail de la civilisation entre l’Europe et l’Asie »1898. Vladimir Poutine semble vouloir accorder aujourd’hui la priorité au redressement économique de la Russie, avant toute autre considération. Pour atteindre cet objectif, Moscou a structurellement besoin de l’Occident. Toutefois, dans la logique économique, le développement de liens commerciaux avec l’Iran, l’Irak, mais aussi avec la Chine et l’Inde fait sens. En effet, pour le plus grand bénéfice de l’économie russe, l’essor de ces relations plassent potentiellement la Russie au carrefour de voies commerciales reliant l’Asie à l’Europe. Une place qui semble correspondre aux aspirations du président russe, dont l’objectif final est de rendre à la Russie son prestige et sa puissance sur la scène mondiale.

  • 1899 FERGUSON, J., “Growing pains, Comparative Connections, vol. 4, n° 1, April 2002; FERGUSON, J., “Gr (...)
  • 1900 FEIFERG, “Russia: Putin’s ties with ‘Axis of Evil’ not likely to cool relations with U.S. , RFE/RL (...)

106Au regard de la volonté de rapprochement du président russe avec les Occidentaux, son pari ne se réalisera toutefois qu’au cas où ses nouveaux partenaires répondent réellement aux attentes de la Russie. Bien que les observateurs soient plutôt optimistes quant à l’avenir du nouveau partenariat russo-américain, le risque de frictions entre les États-Unis et son partenaire russe ne peut toutefois pas être totalement écarté1899. A court terme, les relations que Moscou continue d’entretenir et même de développer avec les membres de l’« axe du Mal », défini par l’administration américaine, pourraient altérer ses rapports avec Washington. Cette situation serait d’autant plus préjudiciable à la Russie que comme nous l’avons vu, les relations avec ces États ne peuvent en aucun cas devenir une alternative réelle au rapprochement avec l’Occident. A plus long terme, les tensions risquent également de resurgir entre les nouveaux partenaires, surtout au cas où les bénéfices économiques que Moscou attend de ses relations avec les Occidentaux tarderaient à se matérialiser1900. Dans ce cas, le président Poutine, qui jouit aujourd’hui d’une forte popularité en Russie, pourrait voir sa politique contestée. C’est alors tout l’édifice du rapprochement Russie-Occident qui serait rapidement fragilisé.

L’Inde : un nouvel acteur ?

  • 1901 Voir DIXIT, A., “Soldiers of Islam : Origins, ideology and strategy of the Taliban, Strategic Anal (...)
  • 1902 Voir TOBDAN, P., “The Afghan conflict and regional security, Strategic Analysis, vol. XXIII, n° 5, (...)
  • 1903 Voir “Pakistan had little choice on US demands: paper, The Davm, January 30, 2002.
  • 1904 Concernant les relations indo-américaines voir RAJAGOPALAN, R., “US policy towards South Asia: the (...)
  • 1905 Voir BHASKAR, C. Uday, “Clinton’s visit and the Nuclear narrative, Strategic Analysis, vol. XXIV, (...)
  • 1906 IMF, Direction of Trade Statistics Yearbook, Washington DC, 2001, p. 533.
  • 1907 AYOOB, M., “South Asia’s dangers and US foreign policy, Orbis, vol. 45, n° l, Winter 2001, pp. 123 (...)
  • 1908 “India to side with US on NMD, The Hindustan Times, September 2, 2001.
  • 1909 “US considers India its partner: Blackwill, The Hindustan Times, September 4, 2001. Voir COHEN, S. (...)
  • 1910 “US asks LSI chief to rein in jehadi groups, The Times of India, September 11, 2001.
  • 1911 Voir MOSAKI, N., “New Delhi becomes Mecca for US South Asia Policy, Noviye Izvestia in CDPSP, vol. (...)
  • 1912 MOHAN, C. Raja, “Let’s create a favourable climate, says Chinese envoy, The Hindu, September 5, 20 (...)

107Si, depuis l’Antiquité, l’Afghanistan s’est trouvé à la croisée des influences politiques et culturelles du monde persan mais aussi indien, l’histoire du sous-continent indien est également marquée par ce pays. Qu’il s’agisse de conquérants ou de bureaucrates, comme les fameux zamindars venus servir la Cour moghole à Agra, les Afghans ont entretenu des relations étroites avec le monde indien. Mais ces quelques considérations historiques ne doivent pas masquer le fait que l’intérêt que l’Inde contemporaine porte à la situation afghane – tout comme à l’Asie centrale –, s’inscrit surtout dans le cadre de sa rivalité avec le Pakistan. Étant données les relations tumultueuses afghano-pakistanaises depuis 1947, l’Afghanistan constitue potentiellement un allié de revers non négligeable pour New Delhi, dans sa confrontation stratégique avec Islamabad. Pour éviter que cette opportunité ne disparaisse, en raison de la politique mise en œuvre par le pouvoir pakistanais en Afghanistan, l’Inde a choisi de contrer les objectifs d’Islamabad en soutenant financièrement, mais aussi en équipements militaires, l’Alliance du nord, face à la montée en puissance des taliban appuyés par le Pakistan1901. De plus, New Delhi était également très consciente du lien qui existait entre la politique afghane du Pakistan et sa politique au Cachemire. Les autorités indiennes n’ignoraient pas que son rival utilisait le territoire afghan pour y former les militants djihadis qui allaient ensuite combattre au Cachemire1902. Leurs intérêts stratégiques dans la question cachemiri les ont donc également poussés à mener une politique active sur la scène afghane. Dans ce contexte et au regard de l’Afghanistan, les attentats du 11 septembre ont fourni aux autorités indiennes l’occasion d’engranger des bénéfices immédiats, puisque le Pakistan s’est vu contraint sous la pression américaine d’abandonner le régime des taliban, clé de voûte de sa politique afghane. Le 13 septembre 2001, les autorités américaines ont remis une liste de sept demandes au général Mahmood Ahmed, le chef de l’ISI à l’époque, en visite à Washington et le 19 septembre 2001, après consultation de son état major, le général Moucharraf a accepté de se ranger aux côtés des Etats-Unis1903. La politique que le Pakistan poursuivait en Afghanistan depuis de nombreuses années s’est ainsi effondrée en quelques jours. Alors qu’Islamabad sortait affaiblie de la crise du 11 septembre, cette dernière a donné à New Delhi l’occasion d’approfondir le rapprochement entamé avec les États-Unis sous l’administration Clinton1904. Ces dernières années, malgré les sanctions imposées par Washington en 1998 à la suite des essais nucléaires indiens, on avait assisté à une amélioration progressive des relations entre les deux plus grandes démocraties du monde, longtemps en froid. Le président Clinton s’était ainsi rendu en Inde en mars 2000, alors que le Premier ministre indien, Atal Biliari Vajpayee, avait fait le déplacement à Washington en septembre 2000, suivi par son ministre des Affaires étrangères, Jaswant Singh en avril 20011905. Avant la crise du 11 septembre, même si les investissements américains demeuraient en dessous des attentes indiennes, les Etats-Unis étaient devenus le plus grand partenaire économique de l’Inde, juste après l’Union européenne (en 2000, les échanges bilatéraux avaient atteint plus de 14 milliards de dollars1906). La convergence grandissante des intérêts stratégiques de Washington et de New Delhi en Asie, notamment par rapport à la montée en puissance de la Chine, constituait également un facteur de rapprochement essentiel. Pour Mohammed Ayoob, Indian and American interests have begun visibly to converge with regard to China, which most Indian strategic analysts perceive as the primary security threat to India and many in Washington consider the principal strategic competitor to the United States both in Asia and worldwide1907. Contrairement à la Russie et à la Chine, l’Inde n’avait pas non plus émis d’objections au programme américain visant à la mise en place du NMD1908. A la veille du 11 septembre, l’ambassadeur américain en Inde pouvait ainsi déclarer que l’administration Bush considérait New Delhi comme un véritable « partenaire », alors que les appels à un réexamen des relations indo-américaines pour tenir compte de l’émergence de l’Inde en tant que nouvelle puissance se multipliaient1909. Autre signe de l’intérêt porté par Washington à New Delhi, dans la question du Cachemire, à l’occasion de la visite du chef de l’ISI à Washington en septembre 2001, l’administration Bush avait demandé à Islamabad de limiter les activités des mouvements djihadis1910. Les perspectives d’un partenariat indo-américain étaient suffisamment significatives pour que Pékin, mais aussi Moscou – l’allié traditionnel de New Delhi –, commencent à s’en inquiéter et prennent des initiatives pour rapprocher les positions des trois pays1911. Dans la période précédant le 11 septembre, Pékin, soutenue par Moscou, avait ainsi fait des ouvertures à l’Inde1912.

  • 1913 “Vajpayee writes to Bush assures full cooperation, The Asian Age, September 13, 2001.
  • 1914 Voir l’éditorial, “Seize the moment, The Hindustan Times, September 14, 2001.
  • 1915 Voir Embassy Press Release on terrorist attacks in New York and Washington, DC, September 13, 2001 (...)
  • 1916 “India offers USA use of its military bases, The Statesman, September 15, 2001 et THAPAR, Vishal, (...)
  • 1917 Voir “Camp maps given to FBI, The Pioneer, September 14, 2001. Détails sur le US-India Counterterr (...)
  • 1918 (Visites du général Richard Myers, du général Henry Shelton, de l’amiral Dennis Blair, du secrétair (...)
  • 1919 Voir Joint Statement. Third Meeting of the India-US Defence Policy Group, New Delhi, December 3-4, (...)
  • 1920 Voir les exercices à venir in “More Indo-US joint military exercises, The Pioneer, September 5, 20 (...)
  • 1921 Voir Joint Statement of India-US Defence Policy Group, Press release, May 24, 2002 (http ://pib.nic (...)
  • 1922 KRISHNASWAMI, Sridhar, “India, US expanding bilateral defence cooperation, The Hindu, May 11, 2002
  • 1923 Le général Richard Myers en visite à New Delhi a ainsi déclaré en mars 2002 que The current level (...)
  • 1924 Sur ce dernier point voir VENURAJAMONY, “India-China-US triangle: a ‘soft’ balance of power system (...)
  • 1925 DATTA-RAY, S. K., “India ponders an invitation to align with America, International Herald Tribune (...)

108A la suite des attentats du 11 septembre, du fait des relations déjà existantes entre les deux pays, l’Inde n’a pas hésité à se rallier immédiatement à Washington. Elle a ainsi été un des premiers États à offrir sa pleine coopération aux États-Unis dans la lutte contre le terrorisme1913. New Delhi, qui se présente également comme une victime du terrorisme encouragé par le Pakistan au Cachemire, a très bien compris les avantages qu’elle pourrait tirer en jouant sur ce registre avec Washington. Il s’agissait d’obtenir des Américains la reconnaissance du fait que les activités des séparatistes dans l’État du Cachemire sont assimilables à du terrorisme. La légitimité de sa politique dans cette région serait alors avalisée par la première puissance mondiale, tandis que le Pakistan se verrait privé de ses moyens d’action sur le terrain. On notera que l’occasion qui se présentait de négocier avec Islamabad sur la question du Cachemire dans des conditions favorables n’a pas été envisagée par le pouvoir indien, plus intéressé par le profit qu’il pouvait éventuellement tirer d’un soutien de Washington au détriment du Pakistan. Pour New Delhi, l’occasion était également belle de renforcer la coopération bilatérale avec les Américains en l’asseyant sur un intérêt commun supplémentaire1914. Dans son discours à la nation du 14 septembre 2001, le Premier ministre indien a donc proposé aux États-Unis de coopérer à l’enquête qui débutait et d’approfondir la collaboration indo-américaine dans le cadre de la campagne anti-terroriste qui s’annonçait1915. L’Inde a également offert à Washington d’utiliser des bases militaires sur son territoire1916. Depuis ce moment, New Delhi a apporté une aide précieuse aux Américains, notamment en matière de renseignements, dans le cadre du US-India Counterterrorism Joint Working Group, un groupe qui avait été établi en janvier 20001917. Les visites et les contacts à hauts niveaux se sont multipliés entre les deux pays, qui ont par ailleurs décidé de se consulter non seulement sur la situation afghane mais aussi dans une série d’autres domaines (échanges commerciaux, coopération dans le domaine des technologies de pointe, énergie, environnement, etc.). En matière de sécurité, la coopération bilatérale s’est élargie très rapidement avec le rétablissement des contacts militaires1918, l’instauration d’une collaboration en matière de recherche et développement dans le domaine militaire (Joint Technical Group) et la relance, en décembre 2001, des activités du “Defence policy Group”1919. Cette dernière structure s’est à nouveau réunie en mai 2002. Entre ces deux dates, des projets communs ont été mis en œuvre dans des domaines variés, comme l’organisation de patrouilles navales conjointes dans le détroit de Malacca, la tenue d’un exercice commun des forces spéciales des deux pays à Agra, la reprise des ventes d’équipements militaires américains et, enfin, la signature d’un accord sur la sécurité militaire, destiné à faciliter la coopération en matière de technologies de défense. A l’issue de la rencontre de mai 2002, les deux parties ont annoncé l’accroissement des domaines de coopération bilatérale (mise en place de programmes d’entraînement commun et organisation d’exercices conjoints pour les forces armées1920 ; développement des fournitures d’armement ; coopération dans le domaine de la recherche militaire ; participation commune à des exercices de maintien de la paix ; coopération dans le domaine de la lutte contre le cyberterrorisme, etc.)1921. La prochaine réunion de ce groupe est prévue pour février 2003. Selon The Hindu, il y existe à présent six niveaux différents de coopération bilatérale dans le domaine de la sécurité entre l’Inde et les États-Unis : between the Defence Minister of India and the US Defence Secretary; the defence policy group; the military coordination group; the executive steering groups; the security cooperation group which deals with technological aspects; and the joint technical group1922. La coopération militaire entre les deux parties n’a en fait jamais été aussi intense1923. Au-delà d’un rapprochement lié à leur campagne antiterroriste, les États-Unis sont intéressés par l’établissement d’une coopération bilatérale approfondie avec l’Inde, notamment pour des raisons économiques – l’Inde est un marché émergent majeur –. Dans une perspective à long terme, l’Inde pourrait un jour devenir un contrepoids important face à une Chine qui aurait choisi de remettre en cause le leadership américain et chercherait à transformer le système international à son profit. Dans l’immédiat, la nécessité d’assurer la sécurité des voies de communications maritimes pour le pétrole du Moyen-Orient en direction des marchés asiatiques et vers le Pacifique consitute une base de coopération potentielle entre Washington et New Delhi dans l’océan Indien. Cette éventualité ne peut que satisfaire l’Inde, qui possède des intérêts de sécurité importants dans cette zone (la protection de son approvisionnement énergétique) et ambitionne de devenir la puissance régionale prépondérante dans cet espace maritime. Toutefois, même si un rapprochement avec Washington lui apporte des avantages indéniables (accroissement des échanges économiques et des investissements nécessaires à son développement économique, renforcement de son statut international, pressions accentuées sur le Pakistan pour qu’il mette fin aux actions des séparatistes au Cachemire, droit de regard en ce qui concerne le futur de l’Afghanistan, et consolidation de sa position par rapport à Pékin dans le cadre d’une nouvelle relation triangulaire États-Unis-Inde-Chine, dans laquelle New Delhi et Washington pourraient coopérer pour amener la Chine à améliorer ses relations avec chacune d’entre elles, voire contrebalancer son action si elle choisissait d’adopter une politique agressive en Asie1924), l’Inde reste prudente. D’un point de vue stratégique, il faut éviter qu’une trop grande proximité entre New Delhi et Washington ne crée en Chine un sentiment d’encerclement. Ce dernier pousserait en effet Pékin à réagir et à chercher un moyen de contrebalancer cette alliance. Cela l’amènerait à coopérer encore davantage avec le Pakistan et à développer des relations avec des mouvements politiques ou d’autres voisins hostiles à l’Inde. New Delhi préférera sans doute utiliser la possibilité d’une alliance avec Washington pour obtenir des concessions de la Chine à son égard. Enfin, il existe des points de frictions entre New Delhi et Washington – comme le rejet indien de l’unilatéralisme dans le domaine des relations internationales et aussi un anti-américanisme répandu en Inde depuis de nombreuses années –, qui constituent autant de freins à leur rapprochement. Malgré une grande convergence entre l’Inde et les États-Unis ainsi que des intérêts communs dans de nombreux domaines, la mise en place d’une véritable alliance reste donc pour l’instant exclue1925.

  • 1926 “Jaswant Singh laughs off US-Pakistan deal on Kashmir, The Hindustan Times, September 17, 2001 et (...)
  • 1927 “Reports on Pakistan conditions false, The Hindu, September 18, 2001.
  • 1928 “India may have been upstaged by Pakistan, The Statesman, September 18, 2001 et MOHAN, Raja C., “I (...)
  • 1929 ANEJA, Atul, “Pakistan factor will not hit Indo-US ties: Blackwill, The Hindu, September 22, 2001.
  • 1930 SLATER, J., RASHID, A., “India and Pakistan. Dangerous manœuvres, FEER, January 10, 2002.
  • 1931 RASHID, A., “Pakistan and India. Duty calls, FEER, January 17, 2002.
  • 1932 RASHID, A., “Give peace a chance, FEER, January 17, 2002.
  • 1933 Les Indiens citent généralement les groupes suivants : Hizbul Mujahideen (HM) ; Jammu-Kashmir Liber (...)
  • 1934 PRAKASH, P., « Attentat suicide au Parlement indien, New Delhi soupçonne un groupe cachemiri de l’a (...)
  • 1935 Voir Human Right Watch, Behind the Kashmir Conflict, July 1999 (http ://www.hrw.org/reports/1999/ka (...)
  • 1936 SWAMY, A. R., “America needs India and Pakistan, but it can’t satisfy both, International Herald T (...)
  • 1937 Voir l’évolution de la politique américaine à l’égard de cette question avant les attentats du 11 s (...)
  • 1938 PHILIP, B., « Face à l’Inde, le Pakistan est en position de faiblesse », Le Monde, 28 décembre 2001
  • 1939 CODY, E., “Defining Terrorism Tricky for Pakistan, The Washington Post, January 7, 2002.
  • 1940 Le Jaish e-Mohammed et le Lashkar-e-Taiba ont été inscrits sur la liste des groupes terroristes par (...)
  • 1941 CODY, E., “Defining Terrorism Tricky for Pakistan, The Washington Post, January 7, 2002.
  • 1942 La majorité des militants islamistes arrêtés au Pakistan, en décembre et après le discours du 12 ja (...)
  • 1943 « Le Pakistan fait un geste en direction de l’Inde », Le Monde, 5 janvier 2002.
  • 1944 « Epreuve de paix au Pakistan », Le Monde, 11 janvier 2002.
  • 1945 ROY, O., Les illusions du 11 septembre. Le débat stratégique face au terrorisme, op. cit., p. 45.
  • 1946 Voir texte de l’intervention in “English rendering of President General Pervez Musharaf’s address t (...)
  • 1947 « Pakistan : l’extrémisme hors la loi », Libération, 14 janvier 2002.
  • 1948 “English rendering of President General Pervez Musharaf’s address to the Nation (January 12, 2002)(...)
  • 1949 Idem.

109Si les perspectives de coopération bilatérale entre les États-Unis et l’Inde sont encourageantes, l’intervention militaire américaine en Afghanistan a aussi entraîné des conséquences moins positives pour New Delhi. Contrairement aux attentes indiennes, elle a ainsi amené Washington à se rapprocher d’Islamabad. Du fait de la géographie et du choix de Pervez Moucharraf de s’aligner totalement sur Washington contre le régime de Kandahar, New Delhi s’est vue dans un premier temps reléguée au second rang derrière le Pakistan dans les préoccupations de Washington. Elle s’est évidemment inquiétée de l’essor de ces nouvelles relations et des bénéfices que le général Moucharraf pourrait tirer de ce rapprochement avec Washington, notamment du danger d’internationalisation de la question du Cachemire au profit d’Islamabad1926. L’administration américaine a cependant rapidement assuré l’Inde qu’il n’existait pas entre Washington et Islamabad de « marché » du type soutien pakistanais à la campagne américaine en Afghanistan contre concession américaine dans la question du Cachemire1927. Certains analystes indiens craignaient également que le Pakistan ne tire profit de son alignement avec Washington pour éloigner les États-Unis de l’Inde et renverser à son profit la tendance qui s’était dessinée entre les deux pays avant le 11 septembre1928. Ici également, Washington a rapidement rassuré New Delhi1929. Aussi, de nombreux observateurs indiens – parmi lesquels l’ancien ministre des affaires étrangères Jaswant Singh –, restent optismistes quant à l’avenir des relations indo-américaines. Ils pensent que la coopération américano-pakistanaise, dans le cadre de la campagne antiterroriste lancée par Washington, est davantage tactique que réellement stratégique. Ce sont des considérations ponctuelles qui ont amené l’administration Bush à réengager le Pakistan dans le cadre de la crise afghane. Cette orientation ne remettrait donc pas en question le rapprochement qui s’est dessiné, sous l’administration Clinton, entre New Delhi et Washington. Dans sa stratégie asiatique, Washington désire toujours approfondir ses rapports avec l’Inde, même si la nécessité de ne pas isoler le Pakistan la place dans une position inconfortable. Cet inconfort américain est particulièrement visible dans le cadre de la crise qui s’est développée autour de la question du Cachemire, à la suite des attaques perpétrées par des militants radicaux à Srinagar, puis contre le Parlement indien, le 13 décembre 2001. New Delhi considère qu’une limite a été dépassée avec ce dernier attentat. Lors de son discours de Nouvel An, le premier ministre indien a ainsi déclaré que although India has been a victim of cross-border terrorism for the past nearly two decades and has lost tens of thousands of innocent men and women and security forces, the outrage of December 13 has breached the limit of the nation’s endurance1930. Après l’attaque contre le Parlement indien, la tension s’est rapidement aggravée dans le sous-continent. Islamabad comme New Delhi ont massé des troupes le long des 2 900 kilomètres de frontière commune – au détriment de la surveillance de la frontière afghane dans le cas du Pakistan, ce qui mettait en péril les opérations antiterroristes de Washington dans ce pays1931 –. L’Inde a réduit sa présence diplomatique au Pakistan et déployé sa flotte le long des côtes pakistanaises. La frontière entre les deux États a été fermée. Le build-up militaire indien est quantitativement très impressionnant, puisqu’il s’agit de la plus grande mobilisation militaire depuis cinquante ans1932. L’objectif de New Delhi était d’agiter la menace d’une guerre pour faire pression sur Islamabad, afin d’obtenir la dissolution des groupes armés musulmans qui opèrent contre elle au Cachemire, ainsi que le démantèlement de leurs infrastructures de soutien installées dans l’Azad Cachemire, contrôlé par le Pakistan. L’Inde accuse depuis longtemps Islamabad de soutenir les groupes armés radicaux, comme le Jaish e-Mohammed et le Lashkar-e-Taiba, qui ont multiplié les attaques contre ses forces dans la région du Jammu et Cachemire qu’elle contrôle depuis 19471933. Ce dernier groupe a revendiqué l’attaque contre l’assemblée législative indienne du Jammu et Cachemire qui a fait 40 morts le 1er octobre 2001. Ces deux formations sont soupçonnées d’être liées à al-Qaïda et peut-être responsables de l’attentat suicide du 13 décembre 2001 contre le parlement indien1934. New Delhi a saisi le moment où le contexte international lui était favorable pour faire oublier ses graves violations des droits de l’Homme dans le conflit du Cachemire1935, ternir encore davantage l’image du Pakistan dans l’opinion internationale et obtenir de l’administration américaine qu’elle accroisse sa pression sur Islamabad1936. Parallèlement, elle a refusé toute médiation internationale entre elle et le Pakistan et n’entend pas permettre une internationalisation de la question du Cachemire, étant donnée sa supériorité sur le plan militaire, mais aussi en cas de négociations bilatérales avec le Pakistan. Washington a été prié par New Delhi de ne pas s’entremettre dans cette question, car sa médiation ne servirait à ses yeux qu’à renforcer la position pakistanaise. La situation de Washington dans la question du Cachemire1937 est donc très délicate, puisque le général Moucharraf, dont les Américains ont besoin dans leur campagne contre les réseaux islamistes en Afghanistan et aussi de plus en plus sur le territoire du Pakistan, se trouve confrontée à un véritable dilemme. D’un côté, il ne peut renoncer à son alignement sur Washington, alignement qui l’oblige à lutter contre le terrorisme, mais de l’autre, il ne peut pas non plus renoncer au Cachemire, dont la cause est considérée au Pakistan comme une sorte de « lutte sacrée »1938, et abandonner complètement les mouvements qui combattent New Delhi dans cette région, sous peine de voir ces organisations et peut-être l’opinion pakistanaise se retourner contre lui. Ce dernier point inquiète particulièrement Washington, qui ne désire pas la déstabilisation du Pakistan. Comme le titrait le Washington Post, pour Moucharraf, définir qui est un « terroriste » est un exercice très périlleux1939. La marge de manœuvre du général Moucharraf est donc très étroite entre la pression de New Delhi et celle de sa propre opinion publique. Les positions intransigeantes de l’Inde, qui n’a entamé aucune discussion avec le Pakistan dans la question du Cachemire, ainsi que ses menaces militaires ont produit des résultats, puisque Washington, malgré ses réticences, a exercé des pressions sur Islamabad. Si, dans la capitale pakistanaise, certains avaient misé sur la bienveillance américaine par rapport aux agissements des groupes armés intervenant au Cachemire étant donné le rôle pivot du Pakistan dans la campagne militaire en Afghanistan, ils se sont lourdement trompés. L’attaque du 13 décembre 2001 contre le parlement indien a été jugée inacceptable dans le contexte actuel. Face aux pressions américaines1940, le Pakistan s’est vu contraint de donner des gages. Il a ainsi annoncé le gel des avoirs de Jaish e-Mohammed et de Lashkar-e-Taiba, alors que le chef du Jaish-e-Mohammed, Maulana Masood Azhar, a été arrêté avec 50 militants1941. Le Pakistan a également arrêté le 30 décembre 2001 Hafiz Mohammed Saeed, le leader du Lashkar-e-Taiba. Cette arrestation a été davantage appréciée par New Delhi1942. Pour essayer de renouer le dialogue, lors de l’ouverture du sommet de l’Association d’Asie du Sud pour la Coopération régionale (SAARC) à Katmandou, le président pakistanais a posé un geste fort en tendant « la main d’une amitié sincère » au premier ministre indien. Mais M. Vajpayee a déclaré que le général Moucharraf devait « donner suite à ce geste en ne permettant aucune activité au Pakistan ou dans aucun territoire sous son contrôle qui permette à des terroristes de perpétrer leur violence aveugle en Inde »1943. Alors qu’aucune solution ne se dessinait, le commandant de l’armée de terre indienne, le général Padmanabhan, déclarait le 11 janvier 2002 qu’« il existait une perspective de guerre conventionnelle, limitée » avec le Pakistan1944. C’est alors que le général Moucharraf a pris une décision, qualifiée d’historique, le 12 janvier 2002. Tout en réaffirmant la revendication d’Islamabad sur le Cachemire et en invitant l’Inde au dialogue sur cette question, sur la base des résolutions des Nations unies et de la volonté du peuple du Cachemiri, il a en fait annoncé la rupture avec la politique de soutien aux mouvements radicaux initiée par le général Zia. Comme l’écrit O. Roy, le 11 septembre a poussé le Pakistan à se « redéfinir comme un Émanation normal et non comme le sanctuaire et la tête de pont des mouvements islamistes dans la région. […][Moucharraf a réaffirmé] la prééminence de l’Etat et de la nation sur toutes les formes de panislamisme […] »1945. Il a ainsi annoncé à cette occasion la prohibition des organisations Sipah-e-Sahaba, Tehreek-e-Jafria Pakistan et Tehrik-e-Nifaz-e-Shariat Mohammadi. Et, plus important dans le contexte du Cachemire, il a prononcé l’interdiction du Jaish-e-Mohammad et du Lashkar-e-Taiba1946. Il n’y aura plus d’« État dans l’État », a-t-il déclaré. Il s’agit donc d’un véritable « coup d’arrêt à vingt ans de laisser-faire »1947. Cette décision du général Moucharraf s’est accompagnée d’une mise en garde ferme à destination de l’Inde contre toute tentative militaire en direction du Pakistan. The Armed Forces of Pakistan are fully prepared and deployed to meet any challenge. They will spill the last drop of their blood in the defence of their country. Let there be no attempt of crossing the border in any sector as it will be met with full force. Do not entertain any illusions on this count, a-t-il déclaré1948. En ce qui concerne le Cachemire, il a tenu à rappeler à New Delhi, mais aussi aux États-Unis, que the legitimate demand of the people of Kashmir can ever be suppressed without their just resolution1949.

  • 1950 « L’Inde salue les efforts du Pakistan », Le Figaro, 13 janvier 2002.
  • 1951 « L’Inde salue le discours pakistanais mais veut des actes », Le Monde, 13 janvier 2001.
  • 1952 Voir “President’s address to the Nation May 27, 2002 (Text) (http://www.pak.gov.pk/public/presiden (...)
  • 1953 Will there be war?, The Economist, May 25, 2002, p. 12.
  • 1954 Voir BAKER, P., “Putin seeks role as mediator in Indo-Pakistan conflict”, The Washington Post, June (...)

110La déclaration du président pakistanais, suivie d’un début de mise en œuvre des mesures annoncées, constituaient des signes d’une prise en charge concrète du problème du radicalisme islamique au Pakistan. Le ton ferme adopté sur la question du Cachemire par le général Moucharraf constituait le second volet de ce diptyque. Moucharraf ne pouvait en effet pas s’attaquer aux groupes radicaux sans rassurer son opinion publique quant à sa volonté de ne pas abandonner ses revendications sur le Cachemire. Le gouvernement indien restait pour sa part réservé, en attendant de constater les développements ultérieurs sur le terrain1950. Le ministre indien des affaires étrangères, Jaswant Singh, a ainsi déclaré que l’Inde attendrait des actes concrets de la part d’Islamabad avant d’entamer la « désescalade » militaire à la frontière avec le Pakistan1951. Malgré le discours historique du général Moucharraf de janvier 2002, suivi d’une seconde intervention, le 27 mai 2002, réaffirmant l’engagement du Pakistan de ne plus abriter de groupes terroristes et affirmant contre les faits que les infiltrations de militants au Cachemire avaient cessé, la tension s’est aggravée tout au long de la première moitié de l’année 20021952. Le général Moucharraf n’a pas réussi à tenir ses promesses en ce qui concerne les mouvements opérant au Cachemire alors que pour sa part, l’Inde a refusé toute discussion en profondeur sur la question cachemiri avec le Pakistan, n’offrant aucune concession permettant d’entrer dans un processus de désescalade et de négociation avec Islamabad. La tension entre les deux pays a continué de croître pour culminer en mai et juin 2002, au point que le Premier ministre indien a déclaré aux troupes déployées à la frontière pakistanaise que le « temps du combat décisif était arrivé »1953. La Chine et la Russie ont essayé de calmer le jeu entre les deux voisins, mais ce n’est que grâce à l’intervention diplomatique des Occidentaux principalement de Washington , qu’une sorte de trêve pas la paix s’est instaurée entre New Delhi et Islamabad en juin 20021954. Les États-Unis ont fait admettre à Pervez Moucharraf que les infiltrations de militants radicaux devaient être « permanentes ». Cette promesse garantie par Washington a conduit New Delhi à réduire sa pression, tout en maintenant l’essentiel de son dispositif militaire. Parallèlement, Washington essaye de pousser l’Inde à entamer un dialogue sur la question du Cachemire avec son voisin. Jusqu’ici, New Delhi s’y est refusé, alors que sa recherche d’un statut de grande puissance sur la scène internationale par l’intermédiaire notamment de sa campagne pour l’attribution d’un siège permanent au Conseil de Sécurité des Nations unies , devrait au contraire l’encourager à adopter une attitude plus responsable et à mettre en place une politique d’engagement à l’égard du Pakistan sur cette question. En l’absence de dialogue, l’intransigeance indienne dans le problème du Cachemire réduit la marge de manœuvre du Pakistan et ne lui laisse pour seul choix qu’une sorte de capitulation face aux exigences indiennes, ce qui est politiquement inacceptable pour le général Moucharraf.

  • 1955 “17 killed in new violence in Kashmir”, Reuters, August 27, 2002.
  • 1956 Voir “President’s address on August 14, 2002” (www.pak.gmi.pk/l4august/president-speeeh14august.htm(...)
  • 1957 “Pakistan says can’t end all Kashmir incursions”, The New York Times, August 21, 2002.
  • 1958 “Pakistan-based group calls for Kashmir poll boycott”, Reuters, September 3, 2002.
  • 1959 LAKSHMI, R., “Indians accuse Powell of meddling”, The Washington Post, July 31, 2002.
  • 1960 Voir par exemple clans la presse indienne “Government surrendering sovereignty to US”, The Hindu, J (...)
  • 1961 DEYOUNG, K., “Powell suggests India, Pakistan are stalled on Kashmir issue”, The Washington Post, J (...)
  • 1962 “India, Pakistan ties at ‘lowest ebb’: Musharraf”, The Hindustan Times, September 9, 2002.
  • 1963 Voir “Senior official challenges Armitage on India-Pakistan tension claim”, AFP, August 25, 2002 et (...)
  • 1964 SCHAFFER, T. C, “The Kashmiri impasse: lots of activity, little movement”, South Asia Monitor n° 50 (...)
  • 1965 “No move to convert Line of o Control to border”, The Hindustan Times, September 10, 2002.
  • 1966 Voir la proposition du Kashmir Study Group citée in JAFFRELOT, C, « Les relations indo-pakistanaise (...)
  • 1967 Voir MADHAV, R., “Like Texas, like Kashmir”, The Pioneer, August 8, 2002 et VANAIK, A., “Powell’s v (...)
  • 1968 Arundhati Roy citée in JACOBSEN, K., KHAN, S. H., « L’Inde à la recherche de la puissance », Le Mon (...)
  • 1969 “US aware it has no role inJammu and Kashmir issue: Sinha”, The Times of India, August 19, 2002.

111En attendant, malgré les nouvelles assurances prodiguées par le chef de l’Etat pakistanais, les activités des militants radicaux ont repris1955. Dans son allocution à la Nation du 14 août 2002, le général Moucharraf a rejeté le principe des élections organisées par l’Inde au Cachemire, sans faire mention de la question du « terrorisme ». Il a estimé que ces élections visaient en fait à légitimer une « occupation illégale ». Le « terrorisme » qu’il condamne dans ce discours est une fois encore celui des mouvements sectaires agissant sur le territoire du Pakistan1956. Ce sont ces groupes que les autorités pakistanaises ont réprimé en priorité depuis le 11 septembre, ainsi que les « étrangers » opérant à partir du territoire pakistanais. L’engagement officiel du pouvoir pakistanais de réduire les activités des militants défendant la cause du Cachemire ne s’est pas vraiment matérialisé sur le terrain. Le Pakistan a d’ailleurs admis en août 2002 qu’il ne pouvait pas garantir la fin de toute infiltration1957. La nature du terrain rend sans doute cet argument acceptable en partie. Mais Islamabad semble aussi avoir beaucoup de difficultés à abandonner la carte des militants dans sa confrontation avec l’Inde. Les mouvements radicaux ont, pour leur part, appelé depuis le Pakistan à boycotter le scrutin organisé par l’Inde1958. De nombreux observateurs craignent une nouvelle flambée de violence du fait de cette consultation, alors que l’Inde a mis en garde Islamabad contre toute tentative de perturber les élections régionales au Cachemire. De son côté, New Delhi ne paraît pas encore prête à dialoguer sur une question qu’elle considère relever de son domaine réservé. Elle a fait savoir à l’administration américaine qu’elle n’entendait pas que les élections organisées au Cachemire soient monitorées par des observateurs internationaux1959. Certains en Inde ont d’ailleurs vivement réagi aux remarques de Colin Powell à ce propos1960. Fin juillet 2002, alors que les troupes des deux pays campaient sur leurs positions, à la suite de sa tournée dans le sous-continent, Colin Powell a déclaré que la situation était bloquée entre les deux parties1961. Même si les diplomates américains se montrent optimistes quant à la situation dans le sous-continent avis que ne partagent pas les Pakistanais1962 , la tension reste au Cachemire1963. Malgré ses efforts diplomatiques, Washington est loin d’avoir trouvé une solution au problème cachemiri1964. La proposition, qui consisterait à transformer la « ligne de contrôle » divisant le Cachemire en frontière internationale, a été rejetée pour l’instant par New Delhi1965. D’autres solutions sont envisageables, notamment l’établissement d’une sorte de « condominium » indo-pakistanais où les deux pays pourraient gérer conjointement le Cachemire réunifié1966. Cependant, aucune proposition n’a encore fait l’objet d’une discussion en profondeur entre Islamabad et New Delhi. Le simple fait que les États-Unis aient placé le problème du Cachemire dans leur agenda constitue déjà une défaite diplomatique aux yeux de certains en Inde1967. La mise en place de la confiance nécessaire aux discussions bilatérales sur ce sujet entre Islamabad et New Delhi constitue en soi un processus de longue haleine. Le succès ne sera peut-être pas au rendez-vous même si la population du Cachemire y aspire. Les résistances, aussi bien en Inde qu’au Pakistan, risquent d’être fortes, certains groupes, voire même les pouvoirs en place, n’ayant guère d’intérêt au règlement de ce conflit qu’ils peuvent instrumentaliser à des fins de politique intérieure. Arundhati Roy écrit à ce propos que « pour les gouvernements indien et pakistanais, le Cachemire ne représente pas un problème, mais au contraire une perpétuelle solution dont les résultats sont spectaculaires »1968. La plus grande prudence s’impose donc à Washington, si elle ne veut pas que son action soit instrumentalisée par les deux parties. De plus, en jouant les « intermédiaires » sans le dire clairement puisque l’Inde lui refuse ce rôle1969 sur une question aussi malaisée, les Américains risquent de finir par mécontenter les deux parties, alors que son objectif est au contraire de n’en mécontenter aucune et de les amener à trouver un modus vivendi politiquement acceptable et respectueux des droits des Cachemiris. Rien n’indique actuellement que l’administration américaine parviendra à amener les deux parties à rétablir le dialogue entre elles.

112Même si l’Inde a engrangé un important succès politique en obtenant l’interdiction « officielle » d’organisations radicales basées au Pakistan, la question du Cachemire reste entièrement ouverte entre les deux pays. Or, tant que cette dernière restera pendante et que les relations avec le Pakistan ne seront pas stabilisées, l’Inde ne pourra pas réaliser ses ambitions en Asie. Elle restera au contraire confinée dans le sous-continent, du fait du danger permanent que représente pour elle Islamabad. Quant aux aspirations des Cachemiris eux-mêmes, elles ne sont réellement prises en considération ni par l’Inde, ni par le Pakistan. La communauté internationale devrait sans doute pousser davantage les deux parties à respecter les aspirations de cette population.

  • 1970 “India to help Afghanistan in farm sector”, The Hindu, February 28, 2002.
  • 1971 “Afghan defence minister arrives in Delhi”, The Times of India, May 6, 2002.
  • 1972 “Afghanistan won’t take sides in Indo-Pakistani conflict: FM”, The Times of India, June 7, 2002.
  • 1973 KAZI, AFTAB, SAEEDI, TARIQ, “India and the politics of the trans-afghan gas pipeline”, The Analyst, (...)
  • 1974 Voir sur ce point ROY, M. S., “India’s interests in Central Asia”, Strategic Analysis, vol. XXIV, n (...)
  • 1975 Détails in POONAM, M., “Fighting terrorism: India and Central Asia”, op. cit.
  • 1976 RAHMAN, SHAIKH AZIZUR, “India strikes for Oil and Gas with military base in Tajikistan”, The Washin (...)

113Au regard de l’Afghanistan, la disparition du régime des taliban et l’installation d’un gouvernement où l’Alliance du nord occupe une position privilégiée, constituent un gain stratégique important pour New Delhi, dans la mesure où il s’agit d’un revers essentiel pour la politique pakistanaise des 20 dernières années. Au-delà du profit immédiat que constitue le démantèlement des camps d’entraînements pour les militants radicaux islamistes qui passaient ensuite au Cachemire, New Delhi se voit également offrir l’occasion d’établir des relations de coopération avec l’Afghanistan, relations qui pourraient contrebalancer un retour d’influence éventuel d’Islamabad à Kaboul. La mise en œuvre de cette option est facilitée par le fait que, depuis des années, durant le régime des taliban, l’Inde a soutenu l’Alliance du nord. De même, elle a fourni de l’équipement à cette formation dans le cadre des opérations contre les taliban, durant l’automne 2001. Le 13 décembre 2001, avant même l’établissement du gouvernement intérimaire à Kaboul, Abdullah Abdullah, dont la famille réside en Inde, s’était entretenu avec Atal Behari Vajpayee, alors que Younous Qanooni terminait une visite de six jours dans ce pays. Au cours de son séjour, il aurait discuté avec New Delhi de la possibilité d’une coopération indo-afghane dans le domaine de l’établissement d’une force de sécurité nationale en Afghanistan. En développant des liens avec New Delhi, Kaboul indique à Islamabad qu’elle dispose d’un nouveau moyen de restreindre son ingérence éventuelle dans ses affaires. L’Inde s’est bien entendu empressée d’offrir ses services et sa collaboration au gouvernement intérimaire afghan, pour affaiblir la position d’Islamabad sur la scène régionale. Elle a ainsi réouvert son ambassade à Kaboul dès le 22 décembre 2001. L’envoyé spécial du gouvernement indien en Afghanistan jusqu’en juillet 2002, S. K. Lambah, a déclaré que New Delhi ouvrait une ligne de crédit immédiatement utilisable de 100 millions de dollars, pour aider les secteurs afghans de la santé, de l’éducation et des infrastructures (irrigation, routes, énergie). En février 2002, Hamid Karzaï s’est rendu à New Delhi pour y rencontrer le Premier ministre indien. A l’occasion de cette visite, l’Inde a offert d’étendre sa coopération avec Kaboul dans le domaine essentiel de l’agriculture1970. Hamid Karzaï a pour sa part souligné l’importance des investissements indiens pour la reconstruction du pays. Disposant de relais locaux à travers l’Alliance du nord, la position de l’Inde sur la scène politique afghane est donc aujourd’hui confortée. Le ministre afghan de la Défense, Fahim, s’est pour sa part rendu à New Delhi pour rencontrer les autorités indiennes en mai 2002. La coopération bilatérale en matière de sécurité a été abordée à cette occasion1971. L’Inde devrait participer à la mise en place de la nouvelle armée afghane, notamment à la formation de la force aérienne et du corps des officiers. Cette participation va lui offrir l’occasion de renforcer ses relais dans le pays. Au regard des tensions qui opposent, l’Inde au Pakistan, le gouvernement afghan s’est également déclaré neutre1972. Cette position, tout en assurant au Pakistan de ne pas être pris sur deux fronts, constitue un gain pour New Delhi, plus puissante sur le terrain militaire que son voisin pakistanais. Le gouvernement afghan aurait également transféré certains combattants pakistanais capturés sur le sol afghan en Inde. Cette coopération dans le domaine de la lutte contre les militants radicaux ne peut que satisfaire New Delhi et lui permettre d’améliorer sa connaissance des réseaux opérant au Cachemire indien. L’Inde sort donc renforcée de la campagne militaire menée par Washington, même si à court terme, un certain nombre de militants radicaux ont pu passer au Pakistan et pourraient se retrouver au Cachemire. Ceci dit, vu sa situation géographique, il est fort improbable que l’Inde puisse un jour jouir d’une position identique à celle du Pakistan sur l’échiquier politique afghan. De même, la géographie restreint également la possibilité pour les deux pays de développer leurs relations économiques. Par rapport au projet de gazoduc trans-afghan lancé par le Pakistan, l’Afghanistan et le Turkménistan et qui pourrait être prolongé jusqu’à son territoire, l’Inde reste hésitante. Elle n’apprécie guère ce projet, dont le Pakistan va tirer profit pour renforcer son rôle sur la scène afghane. Malgré une prise de conscience de l’intérêt qu’une telle ligne pourrait revêtir en matière de sécurité énergétique, le pouvoir à New Delhi n’accepte pas l’idée qu’une partie de son approvisionnement puisse transiter par le Pakistan1973. Outre le problème de la traversée du territoire afghan, le blocage politique sur la question du Cachemire empêche également la coopération indo-afghane de se développer dans ce domaine. La position géographique du Pakistan constitue aussi un obstacle de poids en ce qui concerne l’essor des liens notamment économiques entre l’Inde et l’Asie centrale. Néanmoins, dans le sillage du 11 septembre, New Delhi a relancé son offensive diplomatique en direction de cette région, comme nous l’avons vu. Il s’agit pour elle de favoriser l’établissement d’un climat de paix et de stabilité en Asie centrale, afin que des troubles éventuels dans cette zone ne soient pas mis à profit par des groupes islamistes radicaux, qui pourraient menacer à terme sa sécurité au Cachemire1974. C’est pourquoi l’Inde désire étendre sa collaboration avec ces républiques dans le domaine de la sécurité, notamment dans celui de la lutte antiterroriste. Les premiers pas dans cette direction avaient déjà été posés lors de la visite du président Akaev à New Delhi en avril 1999 et surtout en mai 2000, lors du voyage officiel du président ouzbek dans la capitale indienne1975. En décembre 2001, le ministre tadjik de la défense s’est aussi rendu à New Delhi, alors qu’une délégation militaire indienne rendait la politesse à Douchanbé en février 2002. En avril, le ministre indien de la Défense a fait le déplacement au Tadjikistan pour s’entretenir de la coopération dans le domaine militaire entre les deux pays. La nouvelle proximité de New Delhi avec Douchanbé s’est matérialisée en mai 2002, à la suite de la signature d’un accord bilatéral lors de la visite du ministre indien de la Défense, par l’établissement à Farkhor, dans une zone du Tadjikistan proche de la frontière de l’Afghanistan, de la première base militaire indienne en dehors de son territoire. Cette infrastructure permet à l’Inde d’acheminer l’aide humanitaire au nord de l’Afghanistan, mais des objectifs stratégiques à plus long terme semblent avoir guidé son choix. Comme l’a déclaré l’ancien commandant en chef de l’armée indienne au Washington Times, geostrategically, Afghanistan and the Central Asian republics form a part of India’s extended neighborhood. It is, therefore, necessary to safeguard our legitimate national interests in this region. This military diplomacy will also help keep peace and stability in the region1976. L’établissement de relations privilégiées avec le Tadjikistan et l’Afghanistan devrait aider l’Inde à contenir le Pakistan et renforcer sa sécurité au regard de la question du Cachemire. De plus, alors qu’Islamabad a longtemps joué et joue encore la carte Pachtoune en Afghanistan, New Delhi a opté pour la solution inverse en choisissant la carte tadjike. Cette dernière offre également un espace de coopération avec l’Iran. Cependant, ce choix n’est pas sans risque car il pourrait relancer les tensions sur la scène politique afghane. De plus, en cas de développement d’un nationalisme tadjik, New Delhi pourrait être confrontée à des problèmes dans ses relations avec l’Ouzbékistan et, sur le terrain afghan, avec les Pachtounes.

  • 1977 “India stepping up diplomacy in Central Asia”, Stratfor, August 9, 2002.

114Durant l’été 2002, les contacts entre le gouvernement indien et les Républiques d’Asie centrale se sont multipliés. New Delhi cherche à obtenir le soutien des gouvernements centrasiatiques pour son adhésion à l’Organisation de coopération de Shanghai. En prenant part aux travaux de cette organisation, dont Islamabad est aujourd’hui exclue, l’Inde pourrait accroître sa collaboration avec les États centrasiatiques, mais aussi projeter son influence politique dans son « voisinage stratégique élargi » et ainsi tirer profit de l’affaiblissement de la position de la Chine en Asie centrale depuis le 11 septembre. Cette orientation répond également à ses ambitions stratégiques à long terme en Asie. Comme le remarque effectivement une analyse récente, India needs to cement a strong position in Central Asia if it is to become a major regional power. While much of New Delhi’s attention has thus far been focused on expanding its reach into Southeast Asia and developing ties with Iran and Middle Eastern slates, Central Asia could become a clear buffer between India and other regional powers and may offer some strategic leverage in the country’s ongoing competition with Pakistan and China1977.

  • 1978 Details des aires de cooperation indo-kazakhes in ROY, M. S., “India-Kazakhstan: Emerging Ties”, St (...)

115Malgré les difficultés liées à l’absence de voies de désenclavement directes vers l’Asie centrale, New Delhi entend aussi promouvoir ses intérêts économiques sur les marchés centrasiatiques. Les ressources minérales et énergétiques de cette région l’intéressent particulièrement. Elle a dès lors décidé de multiplier ses contacts, notamment avec les pays producteurs d’hydrocarbures comme le Kazakhstan, même si le problème de l’acheminement des productions kazakhes vers le marché indien reste entier1978. A la suite du 11 septembre, un des développements les plus originaux en Asie centrale, d’un point de vue géopolitique, est la possibilité aujourd’hui offerte à New Delhi de pénétrer, dans le sillage de Washington, dans cette région où son influence était jusqu’alors relativement marginale. Cette perspective devrait être bien accueillie par les républiques centrasiatiques qui cherchent à diversifier leurs partenaires et à échapper à une trop grande influence tant de la Russie que de la Chine. La percée stratégique potentielle de ce nouvel acteur en Asie centrale devrait rendre la scène politique régionale encore plus complexe dans l’avenir, tout en ouvrant des nouvelles possibilités d’interaction et de coopération originales.

Notes

1313 DELPECH, X., Politique du chaos. L’autre face de la mondialisation, Paris, Seuil, 2002, p. 9.

1314 Sur la visite de D. Rumsfeld voir “US seeks new military relationship with Tajikistan”, RFE/RL Central Asia Report, vol. 1, n° 16, November 8, 2001 et KHATCHADOU-RIAN, R., “US eyes bases in Tajikistan”, Eurasia Insight, November 5, 2001.

1315 GORDON, M. R., CHTVERS, C.J., “US inspects Tajik air bases for possible use against taliban”, International Herald Tribune, November 6, 2001.

1316 “Tajik interior ministry troops fought in Afghanistan on side of Northern Alliance”, RFE/RL Newsline, January 3, 2002.

1317 RODIN, V., “Putin’s visit to Tajikistan bolsters Russian influence in Central Asia”, Eurasia Insight, October 25, 2001

1318 Voir “Tajiks, Kazakhs hedge over reports of new US military deployments”, RFE/RL Central Asia Report, vol. 1, n° 17, November 15, 2001.

1319 “Tajik bases available”, RFE/RL Central Asia Report, vol. 1, n° 20, December 6, 2001.

1320 “And contends with crumbling infrastructure in Tajikistan”, RFE/RL Central Asia Report, vol. 1, n° 23, December 27, 2001.

1321 ISNARD, J., « Les Américains et les Français aménagent une base militaire au Kirghizstan », Le Monde, 30 janvier 2002.

1322 “Turkmenistan: Turkmenabad to remain key humanitarian hub”, Irin, May 29, 2002.

1323 “Red Cross convoy crosses into Afghanistan from Tajikistan”, AFP, January 3, 2002 et “Up to 7 500 tonnes of UN aid sent to Afghanistan from Tajikistan: Russia”, AFP, June 8, 2002.

1324 “Which will remain closed to Afghan fugitives ” RFE/RL Newsline, September 21, 2001.

1325 Voir UN Security Council, The situation in Afghanistan and its implications for international peace and security: Report of the Secretary-General, A/56/875-S/2002/278 , March 18, 2002.

1326 Ce cabinet était formé de représentants de l’Alliance du nord, du groupe de Rome, proche l’ancien roi Zaher Shah et du groupe des exilés pachtounes de Peshawar (en opposition aux Pachtounes de la faction de Kandahar dont étaient issus les taliban ).

1327 D’après « Un gouvernement multi-ethnique prêle serment en Afghanistan », AFP, 22 décembre 2001. Voir détails du cabinet in “Afghanistan’s interim cabinet”, BBC, December 27, 2001.

1328 « Les ministres du gouvernement afghan ont prêté sennent, y compris Qanooni », AFP, 24 juin 2002. La liste complète du gouvernement afghan à la suite de la Loya Jirga donne une idée de la répartition du pouvoir entre les différents groupes ethniques du pays. On y constatera la position privilégiée des Tadjiks et aussi des « chefs de guerre » : Président : Hamid Karzaï, Pachtoune ; Vice-présidents : Mohammed Fahim, Tadjik ; Karim Khalili, Hazara ; Abdul Qadir, Pachtoune ; Nahmatullah Shahrani, Ouzbek ; conseiller spécial à la sécurité, Younous Qanooni, Tadjik ; Gouvernement : ministre de la Défense : Mohammed Fahim, Tadjik ; ministre des Affaires étrangères : Abdullah Abdullah, Tadjik ; ministre des Finances : Ashraf Ghani, Pachtoune ; ministre de l’Intérieur : Taj Mohammed Wardak, Pachtoune ; ministre du Plan : Mohammed Mohaqik, Hazara ; ministre des Communications : Massoum Stanakzai, Pachtoune ; ministre des Frontières : Arif Nurzaï, Pachtoune mais issu d’un parti dominé par les Tadjiks ; ministre des Réfugiés : Intayatullah Nazeri, Tadjik ; ministre des Mines : Juma M. Mahammadi, Pachtoune ; ministre des Industries légères : Mohammed Alim Razm, Ouzbek ; ministre de la Santé publique : Dr. Sohaila Siddiqi, Pachtoune ; ministre du Commerce : Sayed Mustafa Kasemi, musulman chiite ; ministre de l’Agriculture : Sayed Hussain Anwari, Hazara ; ministre de la Justice : Abbas Karimi, Ouzbek ; ministre de l’Information et de la Culture : Saïd Makhdoom Rahim, Tadjik ; ministre de la Reconstruction : Mohammed Fahim Farhang, Pachtoune ; ministre des Mosquées et du Pèlerinage : Mohammed Amin Naziryar, Pachtoune ; ministre des Affaires urbaines : Yousuf Pashtun, Pachtoune ; ministre des Travaux publics : Abdul Qadir, Pachtoune ; ministre des Affaires sociales : Nour Mohammed Karkin, Turkmène ; ministre de l’Eau et de l’Electricité : Ahmed Shakar Karkar, Ouzbek ; ministre de l’Irrigation et de l’Environnement : Ahmed Yousuf Nu-ristani, Pachtoune ; ministre des Martyrs et des Handicapés : Abdullah Wardak, Pachtoune ; ministre de l’Education supérieure : Sharif Faez, Tadjik ; ministre de l’Aviation civile et du Tourisme : Mir Wais Saddiq, Tadjik ; ministre des Transports : Saïd Mohammed Ali Jawad, musulman chiite ; ministre de l’Education : Younous Qanooni, Tadjik ; ministre du Développement rural : Hanif Asmar, Pachtoune ; président de la Cour suprême : Sheikh Hadi Shinwari. D’après « Le nouveau gouvernement afghan », Associated Press, June 22, 2002.

1329 Signe que le problème afghan est loin d’être réglé, Haji Abdul Qadir (frère du commandant Abdul Haq, lui-même exécuté par les taliban peu après le déclenchement des raids de l’aviation américaine sur l’Afghanistan), un des vice-présidents de l’Afghanistan et le ministre des Travaux publics, a été assassiné devant son bureau dans le centre de Kaboul le 6 juillet 2002. C’était un des plus puissants seigneurs de la guerre du pays et aussi l’un des rares Pachtounes proches de l’Alliance du nord. Il a été remplacé par Abdul Ali, nommé en juillet 2002 par H. Karzaï. H. Karzaï a lui-même échappé de justesse à un attentat au début du mois de septembre 2002.

1330 Texte des Accords sur des dispositions provisoires en Afghanistan avant le rétablissement d’institutions gouvernementales permanentes, Bonn, 5 décembre 2001 in (www.afghana.org/accords_bonn.htm).

1331 NAZAROVA, S., “A model of reconciliation: Post-conflict Tajikistan could offer valuable lessons to her war-torn neighbour Afghanistan”, Iwpr’s reporting Central Asia, n° 127, June 28, 2002.

1332 Voir BAIDAR, B., “Ethnic strife mars assembly preparations”, Afghanistan Reconstruction Report, n° 7, June 6, 2002 ; CHIPAUX, F., « Dans le Sud-Ouest, la vieille ani-mosité entre Pachtounes et Tadjiks a empêché l’élection régulière des délégués », Le Monde , 10 juin 2002 et HRW, Afghanistan Return of the Warlords, Briefing paper, June 2002, 20 p. (www.org/backgrounder/asia/afghanistan/warlords.htm).

1333 “Afghan Defense Minister visits Tajikistan”, RFE/RL Newsline, May 28, 2002.

1334 Voir DUDOIGNON, S. A., « Changements politiques et historiographie en Asie centrale (Tadjikistan et Uzbekistan, 1987-1993) », op. cit., passim et TORBAKOV, I., “Tajik-Uzbek relations: divergent national historiographies threaten to aggrave tensions”, Eurasia Insight, June 12, 2001.

1335 “Tajik, Uzbek presidents pledge to strengthen cooperation”, RFE/RL Newsline, December 28, 2001.

1336 Voir le texte de l’accord in “Tajik-Uzbek statement adopted after Tashkent talks 27 December”, Narodnoye Slovo in BBC, December 30, 2001.

1337 MANSUR, M., “Uzbekistan: Calls for end to mine policy rejected”, Iwpr’s Reporting Central asia, n° 109, March 22, 2002.

1338 BABAKHANOV, U., “Anti-terrorism campaign brings Dushanbe and Tashkent together”, Eurasia Insight, January 11, 2002.

1339 “Britam to open Embassy in Tajikistan”, REE/RL Newsline, December 19, 2001.

1340 “Tajikistan, Saudi Arabia Reach Cooperation Agreement”, BBC, December 11, 2001.

1341 En janvier 2001, le secrétaire américain à la Défense, Jeffrey Starr, rencontrait le ministre tadjik de la Défense pour discuter de la sécurité régionale et du problème de l’Afghanistan, mais aussi de la possibilité d’une coopération militaire entre les deux pays. Il aurait invité Douchanbé à rejoindre le programme du Partenariat pour la Paix de l’Otan.

1342 “Tajik president meets with Russian defense minister”, RFE/RL Newsline, December 10, 2001.

1343 “Tajikistan: joint military exercises held near Afghan border”, RFE/RL., April 19, 2002.

1344 “Tajik president, Russian minister discuss cooperation, Afghanistan”, Tajik Radio first programme in BBC, March 14, 2002.

1345 “Tajik Defense Minister visits India”, BBC, December 19, 2001.

1346 “India to help train Tajik air force”, RFE/RL Newsline, February 5, 2002.

1347 “Indian Defense Minister visits Tajikistan”, RFE/RL Newsline, April 29, 2002.

1348 “India expands interests in Tajikistan”, RFE/RL Newsline, March 1, 2002.

1349 “Pakistan’s President visits Tajikistan”, RFE/RL Newsline, June 3, 2002.

1350 AKHLAQUE, Q., “Musharraf leaves for Tajikistan on Sunday”, The Dawn, May 31, 2002.

1351 “Tajik President hopes to expand economic cooperation with Iran”, RFE/RL Newsline, February 4, 2002.

1352 Concernant ce monde iranien (irân-zamin) qui couvre l’Iran, l’Afghanistan, le Tadjikistan, les villes de Samarkand, Boukhara et la région de Surkhandarya, et compte entre 90 et 100 millions de personnes voir DJALILI, M.-R., « Un monde iranien aux multiples identités », Boèce, n° 3, Juin 2002, pp. 33-46.

1353 “Iran to increase participation in Tajikistan economic projects”, Irna, April 30, 2002. 1 354 “Tajik premier, Iranian leader moot joint ventures, urge boost in economic ties”, Tajik television first channel in BBC, May 1, 2002.

1354 “Tajik premier, Iranian leader moot joint ventures, urge boost in economic ties”, Tajik television first channel in BBC, May 1, 2002.

1355 PANNIER, B., “Tajikistan: Cracks appear in tight relationship with Russia”, RFE/RL, April 11, 2002.

1356 “Tajik attitude towards Russia as strategic ally is ‘invariable’”, Tajik Radio first programme, BBC, May 14, 2002.

1357 Voir “Commentator calls on Tajiks to restore ‘Historic Status Quo’ in Afghanistan”, BBC, December 12, 2001.

1358 “Tajik paper plays down Russian role in Central Asia, hails cooperation with NATO”, Biznes i Politika, Dushanbe in BBC, March 1, 2002.

1359 BLUA, A., “Tajikistan: last former Soviet holdoutjoins NATO Partnership Program”, RFE/RL, February 25, 2002.

1360 Mollah Abdallah Nouri a ainsi déclaré fin décembre 2001, “Tajikistan has provided its military airbases. But we have always been against the presence offoreign armed forces on Tajik territory. I think that after the antiterrorist operations in Afghanistan have ended, the US armed forces will be pulled out of Tajikistan. The US ambassador to Tajikistan [Franklin Huddle] assured me of this during our meeting. He said that US troops will leave Tajikistan as soon as the problem [in Afghanistan] is settled. I hope this is so. I want to underline that the presence of foreign troops on the territory of any state will not promote its full independence, in “Tajik Islamic party leader backs war on terror but wants US troops out”, Biznes i Politika in BBC, January 12, 2002.

1361 « L’Afghanistan et les pays d’Asie centrale accentuent leurs efforts dans la lutte contre l’opium », Associated Press, 15 juin 2002.

1362 ICG, “Tajikistan: An Uncertain Peace”, op. cit., passim et ABDULLO, R. “Poverty is biggest threat to peace”, Iwpr’s Reporting Central Asia, n° 127, June 28, 2002.

1363 PANNIER, B., “Central Asia: US interests suffer setbacks”, RFE/RL, July 18, 2000.

1364 Cette volonté s’est par exemple exprimée au cours de l’année 2000 dans le cadre de la politique afghane du régime ouzbek. Voir GOBLE, P., “Uzbekistan: Analysis from Washington. New moves on an old chessboard”, RFE/RL, October 16, 2000.

1365 “Putin to discuss military cooperation with Uzbekistan”, Interfax, May 18, 2000 et “Terrorism key topic during Russian leader’s visit”, BBC, May 19, 2000.

1366 D’après CUTLER, R., “The shattering of the Sino-Russian entente over the shape of Centrai Asia?”, The Analyst, November 21, 2001.

1367 “Albright warns against repression in Uzbekistan”, RFE/RL Newsline, March 17, 2000 et “Uzbek president rejects US criticism over human rights”, RFE/RL Newsline, March 19, 2000.

1368 LAMBROSCHINI, S., “Russia sanctioning anti-islamic crackdown”, RFE/RL, August  2, 2000.

1369 PANNIER, B., “Central Asia: grappling with the future (Part 3)”, RFE/RL, September 10, 2001.

1370 Ces accords portaient sur l’entraînement du personnel militaire ouzbek en Russie, ainsi que sur la maintenance de l’équipement militaire ouzbek par la Russie. D’après “Russia, Uzbekistan sign military cooperation agreements”, RFE/RL, Newsline, June 27, 2000.

1371 “Uzbek President says Russian aid not necessary”, RFE/RL, Newsline, August 31, 2000.

1372 “Uzbek, Ukrainian presidents denounce new Eurasian Economic Union”, RFE/RL, Newsline, October 13, 2000.

1373 “Tashkent and Moscow have no obstacles preventing them from developing their relations”, Interfax, December 14, 2000.

1374 “Uzbekistan looking to Russia for military aid”, Iran Radio in BBC, March 9, 2001.

1375 “Insecure Uzbekistan seeks Russian protection”, Jamestown Monitor, vol. 7, n° 88, May 7, 2001.

1376 “Uzbekistan, Russia discuss economic, military cooperation”, RFE/RL Newsline, May 7, 2001.

1377 Voir le commentaire de Haroutiun Khachatrian in “Creation of rapid deployment force marks potential watershed in collective security treaty development”, Eurasia Insight, May 30, 2001.

1378 LELYVELD, M., “Gas for Russian arms may be dangerous precedent”, RFE/RL, May 8, 2001.

1379 “Russia has misgivings about Shanghai Cooperation Organization”, Eurasia Insight, June 20, 2001.

1380 “ The sympathies of Chinese, leaders and the Chinese people, as a whole, lie with the Uzbek people [...] We should be interested in ereating long-standing relations with China in Idem.

1381 Il a ainsi déclaré ce jour là, Uzbekistan has never given any obligations or held talks with the United States on using its airspace and military bases to attack Afghanistan. Voir BAKER, P., “Uzbeks eager to join US alliance”, Washington Post, September 17, 2001 ; “In the shadow of the bear, Central Asian states clarify their positions on strikes against Afghanistan”, RFE/RL Central Asia Report, vol1, n° 9, September 20, 2001 et BORDEN, A., MUKHAME, S., “US ‘Arrives’ in Uzbekistan”, Ipwr’s Reporting Central Asia, September 21, 2001.

1382 “US men and materiel reportedly land in Uzbekistan”, RFE/RL Central Asia Report, vol. 1, n° 10, September 28, 2001.

1383 “Uzbek territory available for search-and-rescue and humanitarian purposes only”, RFE/RL Central Asia Report, vol. 1, n° 12, October 11, 2001.

1384 “But official position not the whole story”, RFE/RL Central Asia Report, vol. 1, n° 12, October 11, 2001.

1385 Voir le texte du Joint Statement between the Covernment of the United States of America and the Government of the Republic of Uzbekistan, Washington DC, October 12, 2001 in (www.state.gov/r/pa/prs/ps/2001/index.cfm?docid=5354) et BAIRD, A., “New alliance brings United States, Uzbekistan into long-term embrace”, Eurasia Insight, October 18, 2001.

1386 Voir “Joint US-Uzbek Statement announces qualitatively new relationship”, RFE/RL Central Asia Report, vol. 1, n° 13, October 18, 2001.

1387 “US to expand military cooperation with Uzbekistan”, RFE/RL, Newsline, February 21, 2002.

1388 Texte in “United States-Uzbekistan Declaration on the Strategic Partnership and Cooperation Framework”, US Department of State, Office of the Spokesman, Washington, DC, March 12, 2002 (www.state.gov/r/pa/prs/ps/2002/8736.htm).

1389 BUKHARBAEVA, B., “Uzbekistan base teeming with troops”, Associated Press, May 28, 2002.

1390 HARBA, E, “US aid to Uzbekistan to greatly expand under Economic Cooperation Agreement”, op. cit.

1391 “Uzbek President savs US military presence open-ended”, RFE/RL Newsline, January 3, 2002.

1392 Voir “US Government Delegations to Uzbekistan” in (www.usembassy.uz/).

1393 CHETERIAN V., REKACKWICZ, P., « L’étoile montante ouzbèke », Le Monde diplomatique, novembre 2001, pp. 16-17.

1394 “Uzbek president fears Islamic rebels could seep into Central Asia”, AFP, December 27, 2001.

1395 Voir UN Security Council, Message from the President of the Republic of Uzbekistan to the Secretary-General of the United Nations (A/56/719-S/2001/1213), December 19, 2001.

1396 « L’ONU s’alarme de I’insecurité dans le nord de l’Afghanistan », Le Monde, 17 juin 2002.

1397 “Afghanistan hands over ‘terrorist’ group members to Uzbek authorities”, BBC, May 28, 2002.

1398 “Uzbekistan, Afghanistan sign cooperation agreement”, RFE/RL Newsline, January 31, 2002.

1399 Voir HARBA, F., “US aid to Uzbekistan to greatly expand under Economic Cooperation Agreement”, Eurasia Insight, December 10, 2001.

1400 “US Uzbekistan set up working group on military technical cooperation”, Interfax, January 29, 2002.

1401 Le texte stipule en effet que les deux pays, agreed to cooperate not only in matters of military security but also in the security that comes from an open market-based economy and an open, democratic system in five separate, categories: 1.Political relations: Uzbekistan reaffirms its commitment to further intensify the democratic transformation of its society politically and economically. The United States agrees to provide the Government of Uzbekistan assistance in implementing democratic reforms in primity areas such as building a strong and open civil society, establishing a genuine multi-party system and independence of the media, strengthening non-governmental structures, and improving the judicial system. 3.Economic relations: The two countries agree to give priority to economic relations and to focus on Uzbekistan’s commitment to implement economic and structural reforms 5.Legal cooperation: Both countries recognize the need to build in Uzbekistan a rule-of-law state and democratic society. They agree to cooperate to improve the legislative process, develop a law-based government system, further reform the judicial system, and enhance the legal culture in Uzbekistan and the training of legal specialistsin “United States-Uzbekistan Declaration on the Strategic Partnership and Cooperation Framework”, op. cit.

1402 KAISER, R., “Uzbek-US declaration kept secret”, The Washington Post, July 1, 2002.

1403 Voir The US Role in Centrai Asia, by В. Lynn Pascoe, Deputy Assistant Secretary for European and Eurasian Affairs, Testimony Before the Senate Foreign Relations Committee, Subcommittee on Central Asia and the South Caucasus, Washington, DC, June 27, 2002 (www.state.gov/p/eur/rls/rm/2002/11535.htm).

1404 Voir le constat de Fiona Hill et James Warhola sur les régimes en Asie centrale et leurs réticences à l’égard du système démocratique in HILL, F., “The changing face of Eurasia”, Eurasia Insight, August 20, 2001 et WARHOLA, J., “10 years after: Personal rule in Post-Soviet Eurasia”, Analysis of Current Events, vol. 13, n° 4, December 2001.

1405 MACHLEDER, J., “US pressure helps prompt Uzbek government to register human rights group”, Eurasia Insight, March 7, 2002. Voir les progrès et les limitations des réformes entreprises en Ouzbékistan depuis le début de l’année 2002 sous la pression de Washington in KAISER, R. G., “US ties inspire Uzbek reform promises. Corrupt alliances still dominate politics”, The Washington Post, July 1, 2002.

1406 Voir “Uzbek opposition figures urge caution on US support for Karimov”, Eurasia Insight, March 27, 2002.

1407 Voir “Transcript of Media Op with Lynn Pascoe”, Deputy Assistant Secretary of State for European and Eurasian Affairs, Tashkent, June 14, 2002 in (www.usrmbassi.uz/2002/020614.htm).

1408 “Central Asian terror crack-down to focus on three groups”, AFP, January 8, 2002.

1409 La presse russe évoque ainsi la présence invisible des États-Unis aux différents sommets de l’OCS, grâce à la participation du Président ouzbek. Voir “The policy of double standards in the open”, Ekspress-K in BBC, June 30, 2002.

1410 “Uzbek president defends decision to cooperate with USA in war against terror”, Uzbek Television first channel in BBC, May 10, 2002.

1411 “Defense minister in Moscow at a Shanghai Forum Meeting”, RFE/RL Kyrgyz News, May 15, 2002.

1412 AKBARZADEH, S., “Tashkent caught between the US and the SCO”, The Analyst, June 5, 2002.

1413 PANNIER, B., “Karimov decides to take part in Shanghai Group Summit”, RFE/RL, June 7, 2002.

1414 Le Turkménistan a fait approuver ce statut par l’Assemblée générale des Nations unies dans sa résolution 50/80 A, adoptée le 12 décembre 1995. Voir également KHOUDAIBERDIEV, R., “Main purpose of Niyazov’s neutrality is isolation of Turkmenistan. Interview with Boris Shikhmuradov”, RIE/RL Turkmen report, December 16, 2001. La neutralité a été à nouveau mise en avant par le pouvoir turkmène dans sa nouvelle doctrine militaire publiée en février 2002. Voir détails “Military doctrine outlined”, BBC, February 2, 2002.

1415 Voir les mesures de repli adoptées par Achkhabad dans le domaine culturel in PANNIER, B., “Country setting out on its ‘own path’”, RFE/RL, 20 April 2001.

1416 Voir RASHID, A., L’Ombre des taliban, op. cit., pp. 201 et ss.

1417 Détails sur les relations entre Achkhabad et les taliban in SAFRONOV, R., “Turkmenistan: a question mark in Central Asia’s security framework”, Eurasia Insight, September 21, 2001.

1418 “But Turkmen President downplays danger”, RFE/RL. Newsline, December 7, 2000.

1419 “Taliban, Northern Alliance hold talks in Turkmenistan”, RFE/RL Newsline, December 12, 2000.

1420 LELYVELD, M, “Ashgabat backs Tehran in Caspian dispute”, IIFE/IU, November 29, 2000.

1421 LELYVELD, M., “Caspian: Russia-Iran declaration draws objections”, RFE/RL, March 17, 2001.

1422 “Turkmenistan closes embassy in Azerbaijan”, RFE/RL Newsline, June 5, 2001.

1423 LELYVELD, M., “Khamenei critical of Turkmen-Azerbaijani rapprochement”, RFE/RL, May 7, 2001.

1424 “Niyazov comments on pipelines, caspian”, BBC, January 10, 2002.

1425 “Niyazov rules out US troops in Turkmenistan”, RFE/RL Newsline, September 26, 2001 et “Turkmenistan again says its bases not available”, RFE/RL Newsline, October 5, 2001.

1426 “Turkmens offer humanitarian corridor, say evil must be punished”, BBC, September 25, 2001.

1427 Avant septembre 2001, outre la présence des compagnies pétrolières américaines sur le terrain turkmène, il existait une coopération entre Achkhabad et Washington dans les domaines humanitaire, culturel et aussi en matière de lutte contre le trafic de la drogue. Dans le domaine militaire, on peut relever que dans le cadre du programme IMET (Military Education and Training program), une vingtaine d’officiers turkmènes ont suivi un stage de formation militaire aux États-Unis. En mai 2001, le président turkmène s’était également entretenu avec le général Tommy Franks à l’occasion de sa visite à Achkhabad. Le Président turkmène insistait toutefois sur le caractère strictement défensif de la coopération militaire bilatérale, étant donné le statut de neutralité du pays. Voir “US military official satisfied with talks”, BBC, May 22, 2001.

1428 “Turkmenistan acts to tighten border control”, BBC, October 1, 2001.

1429 “Turkmen president seeks UN backing for gas export pipeline via afghanistan”, RFE/RL Newsline, October 24, 2001.

1430 “Turkmenistan believes UN should sponsor Afghan gas pipeline project”, AGOC, vol. 6, issue 23, December 6, 2001.

1431 “Niyazov discusses Afghanistan’s future with US envoy”, BBC, October 24, 2001.

1432 TORBAKOV, I., “Taliban defeat revives debate on Trans-Afghan pipeline”, Eurasia Insight, December 12, 2001.

1433 “US to support Turkmen pipeline project via Afghanistan”, BBC, February 2, 2002.

1434 “Pakistan, Afghanistan support turkmen gas-export pipeline”, RFE/RL Newsline, February 11, 2002.

1435 Dès le 19 octobre 2001, le représentant américain au Turkménistan réitérait aussi le soutien des États-Unis au projet de pipeline transcaspien. Mais cette solution se heurte au refus de l’Azerbaïdjan. Le projet afghan pose moins de problèmes de ce point de vue. “Azerbaijani official says trans-caspian pipeline will not be built”, RFE/RL Newsline, October 10, 2001 et “US reaffirms support for trans-caspian pipeline”, RFE/RL Newsline, October 19, 2001.

1436 Voir les déclarations de Laura Kennedy in “Niyazov, US envoy discuss pipeline possibilities”, BBC, June 13, 2002.

1437 HIEBERT, M., “Afghanistan. No big bin for big oil”, FEER, January 17, 2002.

1438 KAZEM, H., “Afghanistan eyes a pipeline, but prospects look dim”, Eurasia Insight, June 6, 2002.

1439 DIBA, b. a., “Trans-Afghan Pipeline: Another loss for Iran in the pipeline diplomacy of the Caspian Region”, Payvand’s Iran News, July 21, 2002.

1440 Turkmenistan invites Russia to join pipeline project”, RFE/RL Newsline, June 17, 2002.

1441 LELYVELD, M., Russia: Support for gas pipeline through Afghanistan uncertain”, RFE/RL, July 11, 2002.

1442 Laura Kennedy citée in Idem.

1443 Sur la situation interne du pays, voir le site internet du Provisional Executive Council of the People’s Democratic Movement of Turkmenistan, (www.gundogar.org/ang.htm).

1444 Sur la personnalité du président Niyazov voir KAISER, R., “Personality cult buoys ‘Father of All Turkmen’. Central Asian leader nurtures nationhood”, The Washington Post, July 8, 2002.

1445 SAFRONOV, R., Niyazov’s latest purge reveals a regime on the brink”, Eurasia Insight, April 16, 2002.

1446 RECKNAGEL , G., “President shows no sign of welcoming refugee kinsmen”, RFE/RL, April 26, 2001.

1447 “Exclusive interview with Boris Shikhmuradov on Afghan Conflict, situation in Turkmenistan”, RFE/RL Turkmen Report, November 30, 2001.

1448 RECKNAGEL, G., “Afghanistan: ethnic Turkmen seek peace-building role”, RFE/RL, January 6, 2002.

1449 RECKNAGEL, G., “Afghan Turkmen say they have been sidelined in loya Jirga process”, RFE/RL, Turkmen Report, June 24, 2002.

1450 Entre 1991 et juin 2001, Washington a fourni environ 500 millions de dollars d’aide financière à la République kirghize. D’après les déclarations de John O’Keefe, ambassadeur des États-Unis à Bichkek in “US supports democratic institutions in Kyrgyzstan”, Interfax, June 18, 2001.

1451 “US expresses désappointement over Kyrgyz Presidential poll”, RFE/RL Newsline, November 3, 2000 et OSOROVA, Gulsara, “The island of autocracy?”, The Analyst, November 8, 2000. Concernant la détérioration de la situation des droits de l’Homme en République kirghize à cette période voir “Kyrgyzstan” in HRW, World Report 2001, in (www.hue.org/wr2kl/europe/kyrgyztan.html).

1452 “Top Kyrgyz aide rejects US criticism of ‘backtracking’ on democracy”, Kabar news agency in BBC, November 14, 2000.

1453 Voir sur la situation des droits de l’Homme dans le pays avant le 11 septembre 2001 : KHAM1DOV, A., “Kulov verdict indicates Akayev moving in authoritarian direction”, Eurasia Insight, January 29, 2001 ; International Helsinki Federation for Human Rights, Mission to Central Asia (Kazakhstan, Kyrgyzstan and Uzbekistan) 7-16 June 2001, Report, June 18, 2001, 15 p. (www.ihf-hr.org/publical.htm) ; SCHUEPP, C, “Democracy gets a make-over in Kyrgyzstan”, Eurasia Insight, August 30, 2001 et “Kyrgyzstan” in HRW, World Report 2002, (www.org/wr2k2/europel3.html).

1454 “Kyrgyzstan’s Akaev says there is no ‘universal’ form of democracy”, RFE/RL Newsline, August 30, 2001.

1455 “US presents Kyrgyzstan with defense équipement”, RFE/RL Newsline, December 8, 2000 et “US trains central asians to combat weapons smuggling”, RFE/RL Newsline, August 28, 2001.

1456 “US security experts discuss border security in Kyrgyzstan”, Kabar news agency in BBC, February 8, 2001.

1457 JJS holds talks in Kyrgyzstan, Uzbekistan on regional security threats”, RFE/RL Newsline, May 22, 2001.

1458 “Russia will activate its policy in Central Asia”, Interfax, January 5, 2001.

1459 “Kyrgyz President stops over in Moscow to discuss terrorism”, RFE/RL Newsline, January 31, 2001.

1460 Détails de la coopération militaire bilatérale russo-kirghize pour l’année 2000 dans “Russian attache to Kyrgyzstan upbeat on Russian-Kyrgyz military cooperation”, Vecherniy Bishkek in BBC, March 12, 2001. Outre la Russie, la Turquie joue aussi un rôle dans la formation des officiers et des forces armées kirghizes, alors que Washington a établi un programme d’entraînement pour les troupes de montagnes kirghizes. D’après “Russian, Turkish military specialists help Kyrgyzstan train officers”, Kyrgyz-Press International News Agency, BBC, February 4, 2001 et “Kyrgyz military preparing to repel possible militant attacks chief of staff”, Delo No in BBC, March 3, 2001.

1461 “Kyrgyz, Russian Premiers meet in Minsk”, RFE/RL Newsline, June 4, 2001.

1462 Détails in “CIS collective forces headquarters start to function in Kyrgyz capital”, Kabar news agency in BBC, August 7, 2001.

1463 CIS rapid reaction forces end exercises on southern Kyrgyz border”, Kyrgyz Television first channel in BBC, October 15, 2001.

1464 Détails des opérations militaires basées sur le scénario d’une attaque de militants islamistes in “Russia stages ‘CIS collective’ antiterrorism exercises in Central Asia”, Jamestown Monitor, vol. 8, n° 79, April 23, 2002.

1465 Voir “CIS military exercises begin in Kyrgyzstan”, RFE/RL Kyrgyz News, June 12, 2002.

1466 D’après De TEMPLE, J., LtCol, “Central Asian rapid reaction force support gathered”, Eurasia Insight, May 3, 2001 et KHACHATRIAN, H., “Creation of rapid deployment force marks potential watershed in collective security treaty development”, Eurasia Insight, May 30, 2001.

1467 “Russia and china play key role in region’s security”, Interfax, June 5, 2001.

1468 Contrairement à cette annonce, les événements de l’année 2001 ont semble-t-il repoussé cette éventualité à plus tard. Il a bien été décidé au sommet de l’OCS, qui s’est tenu à Saint Pétersbourg enjuin 2002, que Bichkek accueillerait un tel centre, mais ses modalités de mise en place et ses objectifs restent flous. Voir TRIFONOV, K, “Russia, China, Central Asia in anti-terror action”, Reuters, June 7, 2002.

1469 “Russia will remain Kyrgyzstan’s strategic partner in 21st century”, Interfax, August 16, 2001.

1470 Voir “Destabilization in Central Asia may follow strikes against Afghanistan”, Interfax, September 17, 2001 et “Kyrgyzstan warns of spillover from retaliatory strikes”, RFE/RL Newsline, September 18, 2001.

1471 OMURALIYEV, N., “Involvement or neutrality in the fight against terrorism”, Vecherniy Bishkek in BBC, September 20, 2001.

1472 US accepts offered use of Kyrgyz airspace”, RFE/RL Newsline, September 25, 2001.

1473 Le Fonds a finalement approuvé un prêt d’un montant de 93 millions de dollars à Bichkek en décembre 2001. Voir “IMF approves new loan for Kyrgyzstan”, RFE/RL Newsline, December 11, 2001.

1474 “US provides humanitarian aid for Kyrgyzstan”, RFE/RL Newsline, October 31, 2001. Selon l’ambassade américaine à Bichkek, l’aide américaine pourrait atteindre 49,9 millions de dollars en 2002. Cette somme n’est certes pas négligeable mais on peut cependant remarquer qu’elle n’atteint pas la moyenne de l’aide fournie ces dix dernières années par Washington à ce pays (590,7 millions de dollars entre 1992 et 2002, soit une moyenne de 59 millions de dollars par an). On ne peut pas encore parler à ce stade d’aide économique massive des États-Unis à la République kirghize. Chiffres cités in “President Akayev receives Pascoe of US State Department”, RFE/RL Kyrgyz News, June 20, 2002. Les alliés des Etats-Unis ont également mis la main à la poche. La République kirghize s’est ainsi vu accordé un prêt à faible intérêt d’une valeur de 5 millions de dollars par Tokyo pour la remise en état de l’aéroport de Bichkek en plus des 46 millions de dollars déjà alloués par la capitale japonaise pour la réparation des pistes d’envol et des terminaux cargo.

1475 En juillet 2002, un nouveau programme de micro-crédit, pour une valeur de 15,3 millions de dollars, a été lancé par la BERD en République kirghize. Détails du programme d’assistance in SUDAKOV, K., “EBRD supports micro and small enterprises in Kyrgyzstan”, The Analyst, July 17, 2002.

1476 “Kyrgyzstan asks Paris Club members to reschedule debts”, RFE/RL Newsline, November 19, 2001.

1477 “Paris Club reschedules Kyrgyzstan’s foreign debt”, RFE/RL Newsline, March 12, 2002.

1478 D’apres “IMF to write off part of Kyrgyzstan’s debts”, RFE/RL Newline, November 21, 2001.

1479 “US-Kyrgyz memorandum of understanding signed in Washington”, Kabar news agency in BBC, February 18, 2002. Texte complet de l’accord in “Kyrgyz-US memorandum stresses economic cooperation”, Kabar news agency in BBC, February 18, 2002.

1480 Voir “Millennium Challenge Account Update”, Fact Sheet, June 3, 2002 (www.usaid.gov/press/releases/2002/fsmca.html).

1481 BLUA, A., “East/West: US treasury secretary concludes visit to former Soviet countries”, RFE/RL, July 19, 2002.

1482 KYSHTOBAYEV, D., “The Pentagon in Tashkent”, Slovo Kyrgyzstan in BBC, October 4, 2001.

1483 “Kyrgyz leader backs US fight against terrorism, lauds economic successes”, Kabar news agency in BBC, October 16, 2001.

1484 FJOGAN, B., “Kyrgyz authorities concerned about retaliatory raids against Central asian reservoirs”, Eurasia Insight, October 16, 2001 et “Tajik officials increase security at dams and other strategic facilities”, Eurasia Insight, October 16, 2001.

1485 Pour la campagne 2001 du MIO voir KOICHIEV, A., “Kyrgyz soldiers reportedly clash with IMU fighters”, Eurasia Insight, July 26, 2001 et “New rebel incursions into Southern Kyrgyzstan”, RFE/RL Central Asia Report, vol1, n° 1, July 27, 2001.

1486 “Kyrgyzstan ready to make airfields available to antiterrorist coalition”, RFE/RL Newsline, November 29, 2001.

1487 “Kyrgyzstan to consult with CIS states on granting antiterrorism coalition use of its air bases”, RFE/RL Newsline, December 3, 2001.

1488 Voir les déclarations du président Akaev in “Kyrgyz legislature approves US use of airfields”, RFE/RL Newsline, December 6, 2001.

1489 Comme le relevait “US military settling in near Bishkek”, Jamestown Monitor, vol. 8, n° 11, January 16, 2002.

1490 “Kyrgyz president says US air force presence will not harm Kyrgyzstan”, Kyrgyz Television first channel in BBC, January 12, 2002.

1491 Le même jour, Washington accordait 3,5 millions de dollars à Bichkek pour moderniser ses forces aériennes in “US to help finance modernization of Kyrgyz air force”, RFE/RL Newsline, December 21, 2001.

1492 “Korean contingent arrives at Kyrgyz airport”, RFE/RL Newsline, March 1, 2002.

1493 “Kyrgyz official says US military presence will not be permanent”, RFE/RL Newsline, January 9, 2002.

1494 “Akaev says US presence no threat to Russia”, RFE/RL, February 8, 2002 et “Western troops are in Kyrgyzstan temporarily only”, RFE/RL Kyrgyz News, February 13, 2002.

1495 RASHID, A., “Russia, China warily watch for American intrusions in Central Asia”, Eurasia Insight, May 3, 2002.

1496 “Kyrgyz, Russian legislators propose joint military base”, RFE/RL Newsline, October 9, 2001.

1497 “Russia requests use of Kyrgyz air base for humanitarian purposes”, RFE/RL Newsline, December 6, 2001.

1498 En plus de ses intérêts stratégiques, la Russie dispose encore sur le territoire kirghiz d’installations militaires que certains considèrent comme essentielles. Il s’agit d’une station de communication à longue distance et d’un site d’essais militaires à Issyk-Kul. GOLOTYUK, Y., “Russia is closer but the United States is wealthier”, Vremya Novostei in Strana.ru, June 13, 2002.

1499 “Russian delegation discusses military cooperation with Kyrgyzstan”, RFE/RL Kyrgyz News, January 16, 2002 ; “Kyrgyz. president discusses bilateral ties in Moscow”, REE/RL Newsline, February 12, 2002 ; “Russian security council secretary visits Kyrgyzstan”, RFE/RL Newsline, June 6, 2002 et “Russian defense minister arrives in Bishkek”, RFE/RL Kyrgyz News, June 12, 2002.

1500 Plusieurs accords de coopération dans le domaine militaire ont ainsi été conclus lors de la visite du ministre kirghiz de la Défense à Moscou en juin 2002. Selon Sergei Ivanov, la coopération bilatérale dans ce domaine devrait croître « qualitativement » plutôt que « quantitativement » dans l’avenir. Il a également déclaré que la Russie entendait maintenir les installations militaires qu’elle détenait sur le territoire kirghiz pour une période de 7 à 15 ans. Voir “Russia’s defence minister on russian military presence in Kyrgyzstan”, Pravda, June 13, 2002 et “Russian defence chief sees ‘considerable conflict potential’ in Central Asia”, Itar-Tass, June 13, 2002.

1501 BLAGOV, S. “Russia boosts military ties with Kyrgyzstan”, Asia Times, June 15, 2002.

1502 Voir “From CIS collective security treaty to collective security organization?”, Jamestown Monitor, vol. 8, n° 95, May 15, 2002.

1503 GAGNAT, R., « Asie centrale : le Très Grand Jeu », Défence nationale, mars 2002, pp. 30-31.

1504 Voir GLASER, B., “Terrorist strikes give US-China ties a boost”, Comparative Connections, vol. 3, n° 3, October 2001 et GLASER, B., “Face to face in Shanghai: new amity amid perennial differences”, Comparative Connections, vol. 3, n° 4, January 2002.

1505 “Qùna Warns US Against ‘Hegemony’”, AFP, January 17, 2002. Egalement dans un rapport officiel consacré à la situation des droits de l’Homme aux Etats-Unis, publié en mars 2002. Voir Information Office of the State Council of the People’s Republic of China, Human Rights record of the United States in 2001, Beijing, March 11, 2002. Disponible sur le site du ministère des Affaires étrangères chinois (www.fmprc.gov.cn/eng/32296.htmt).

1506 WO-LAP LAM, W., “China opposes US presence in Central Asia”, CNN, April 22, 2002. Voir le commentaire de Ariel Cohen in COHEN, A., “Does China want to build an anti-american alliance across Asia?”, Eurasia Insight, May 4, 2002.

1507 Voir GLASER, B., “Two steps forward, one step back ”, Comparative Connections, vol. 4, n° 1, April 2002 et CLASER, B., “Fleshing out the candid, cooperative, and constructive relationship”, Comparative Connections, vol. 4, n° 2, July 2002.

1508 WO-LAP LAM, W., “Moscow tilts West, Beijing worries”, China Brief, vol. 2, n° 12, June 6, 2002.

1509 Voir YAVRUMYAN, A., “Vladimir Putin: Russia and China suggest to the World ‘a new model of relations between states’”, Strana.ru, June 7, 2002.

1510 MUKHIN, V, “Russia and China confirm strategic partnership”, Strana. ru, June 3, 2002.

1511 Voir “Putin moves to reassure China over Russia’s honeymoon with West”, Associated Press, June 6, 2002.

1512 “China reaffirms desire to see US troops leave Central Asia soon”, Associated Press, June 9, 2002.

1513 “Chinese delegation in Bishkek”, RFE/RL, Kyrgyz News, January 16, 2002.

1514 Voir “Naryn province cooperates with a bordering province of China”, RFE/RL Kyrgyz News, February 7, 2002 et “China makes investments to the Chui province”, RFE/RL, Kyrgyz News, April 13, 2002.

1515 “Kyrgyz- US military exercises begin in Kyrgyzstan”, RFE/RL Kyrgyz News, February 5, 2001.

1516 “US intends to expand military cooperation with Kyrgyzstan”, Interfax, February 18, 2001.

1517 “Kyrgyzstan, US sign military cooperation agreement”, RFE/RL Newsline, January 24, 2002.

1518 “Chairman of the US joint chiefs of staff Richard Myers in Kyrgyzstan”, RFE/RL Kyrgyz News, February 18, 2001.

1519 Voir “Kyrgyzstan to benefit from US military presence”, Vremva Po (Almaty) in BBC, February 10, 2002.

1520 “Poll shows many in Kyrgyz capital against presence of coalition forces”, Public Educational Radio and TV (Bishkek) in BBC, April 10, 2002.

1521 “President says US troops may remain in Kyrgyzstan”, RFE/RL Newsline, March 8, 2002.

1522 “Discuss pentagon presence in Central Asia”, RFE/RL Newsline, April 16, 2002.

1523 “US defense secretary visits Kyrgyzstan”, RFE/RL Newsline, April 29, 2002.

1524 Voir ‘“Near abroad’, RIP ”, Jamestown Monitor, vol. 8, n° 103, May 28, 2002. Textes des deux documents : “Joint Declaration on New Strategic Relationship”, US-Russia Summit, Moscow and St. Petersburg, May 23-26, The Acronym Institute for Disarmament diplomacy (www.acronym.org.uk/dors/0205/docOH.htm) et “Joint Statement on Counterterrorism Cooperation”, May 24, 2002 (www.whilehouse.gov/news/releases/2002/05/20020524-5.html).

1525 Voir “Joint press statement of the US-Russia working group on Afghanistan”, US Department of State, April 26, 2002 (www.usinfo.state.gov/regional/eur/terrorism/russia-us-afghan0426.htm).

1526 Voir Press Briefing by Secretary of State Colin Powell, Practica Di Mare Air Force Base, Rome, Italy, May 28, 2002 (www.whilehouse.gov/news/releases/2002/05/20020528-5.html) et “America not planning permanent military base in Kvrgvzstan”, Argumentvi Fakty Kyrgyzstan in BBC, June 29, 2002.

1527 TORBAKOV, I., “Putin faces domestic criticism over Russia’s Central Asia policy”, Eurasia Insight, February 12, 2002.

1528 Sur la persistance du « syndrome de grandeur » en Russie, voir SHLAPENTO KH, V., “Is the ‘Greatness Syndrome’ Eroding?”, The Washington Quarterly, vol. 25, n° l, Winter 2002, pp. 131-146.

1529 Voir “Moscow grumbles at US military presence in Kyrgyzstan”, Jamestown Monitor, vol. 8, n° 82, April 26, 2002.

1530 “Could Kyrgyzstan fail to extend mandate of antiterrorism coalition?”, REE/RJ, Newsline, June 14, 2002.

1531 OTORBAEV, K., Kyrgyzstan: concerns over new CIS base”, Iwpr’s reporting Central Asia, n° 129, July 12, 2002. Début juillet 2002, Radio Free Europe annonçait pour sa part que les autorités kirghizes et les Etats-Unis avaient conclu un nouvel accord pour l’établissement d’une seconde base pour la coalition antiterroriste à Kant. Kyrgyzstan to make second airfield available to antiterrorism coalition”, RFE/RL Newsline, July 8, 2002. Washington aurait-elle rassuré Moscou en favorisant l’implantation militaire russe en République kirghize ?

1532 NAJIMOVA, A., “Moscow seen as moving to increase military ties with Central Asia”, RFE/RL, August 6, 2002.

1533 “Rearguard maneuvers against US military presence in Kyrgyzstan”, Jamestown Monitor, vol. 8, n° 47, March 7, 2002.

1534 ESHANOVA, Z., “Uzbekistan: survey shows waning support for war on terrorism”, REE/RL., July 24, 2002.

1535 P. Wolfowitz cité in LOEB, V., Footprints in steppes of Central Asia. New bases indicate US presence will be felt after Afghan War”, The Washington Post, February 9, 2002.

1536 « Washington veut des relations à long terme en Asie centrale », AFP, 27 juillet 2002.

1537 “Kyrgyz security forces arrest more islamists”, RFE/RL Newsline, November 2, 2001. Sur ce mouvement et sa présentation dans les médias kirghizs voir GREBEN-SCHIKOV, I., “The Hizb ut-Tahrir through the eyes of kyrgyz journalists”, Media Insight Central Asia Newsletter, n° 22, January 2002 (www.cimera.org).

1538 Voir PANNIER, B., “Central Asia: how big a threat is Hi/b ut-Tahrir? (Part 1)”, RFE/RL, May 30, 2002 et ESHANOVA , Z., “Uzbekistan, Kyrgyzstan differ in approach to Hizb ut-Tahrir”, RFE/RL, July 12, 2002.

1539 Sur l’essor du militantisme islamique dans le sud la République kirghize, du fait des conditions socio-économiques, voir “But home grown problems are contributing to Islamic Militancy”, HIE/HI, Central Asia Kefmrt, vol. 1, n° 1, July 27, 2001.

1540 D’après les Nations unies, le nombre de toxicomanes a augmenté de 350 % ces 5 dernières années. Le pays compterait environ 50 000 toxicomanes dont 20 000 pour la seule ville de Bichkek. Cette dernière affiche un taux de 50,6 toxicomanes pour 100 000 habitants. Les toxicomanes sont passé du cannabis à l’opium et à l’héroïne. En 1999, 60 % d’entre eux consommaient des opiacés. Voir United Nations, Office for Drug Control and Crime Prevention, Kyrgyzstan: Country Profite in (www.undcp.org/uzbekistan/country_profile_kyr.html). Parallèlement, le SIDA s’est étendu dans le pays. Les 3/4 des toxicomanes kirghizs seraient séropositifs. Voir “Central Asia faces ‘explosive growth’ of Hiv/Aids cases”, Eurasia Insight, December 11, 2000 et IRIN, “Kyrgyzstan: Drug abuse fuelling Hiv/Aids”, November 29, 2001 (www.irinnews.org).

1541 BLUM, V, “The right to write: the media versus the state in Kyrgyzstan”, Media Insight Central Asia Newsletter, n° 22, January 2002 (www.cimera.org) et HILL, D., “Press Institute says governments ‘waging war’ on media”, RFE/RL, February 21, 2002.

1542 “US terror an excuse for Central Asian leaders to suppress opposition”, Res Publica in BBQ December 3, 2001.

1543 BABAKULOV, U., “Kyrgyzstan: unhappy Uzbeks side with protestors”, Iwjn’s Reporting Central Asia, n° 125, June 21, 2002.

1544 Voir TABYSHALIEVA, A., “Kyrgyz turmoil over a border agreement”, The Analyst, May 22, 2002.

1545 BLUA, A., “Four dead after protesters clash with police”, RFE/RL, March 18, 2002 et JURAEV, E., “Aksy: a turning point, or a dot on a strait line down?”, The Analyst, April 24, 2002.

1546 BLUA, A., “Governmenl resigns following protests over inarch violence”, RFE/RL, May 22, 2002 et “Thousands call for president to resign”, RTV/RL, June 17, 2002.

1547 “Kyrgyzstan: anti-government anger grows”, Iwpr’s lirfiorting Central Asia, n° 132, July 26, 2002. Voirsur la situation politique kirghize, ICG, “Kyrgyzstan’s Political Crisis: An Exit Strategy”, Asia Report, n° 37, Osh/ Brussels, August 20, 2002, 32 p.

1548 ESHANOVA, Z., “Has new alliance with West helped opposition movements?”, RFE/RL, July 4, 2002.

1549 Voir à propos des restrictions à la liberté de la presse au Kazakhstan à la veille du 11 septembre 2001, Silencing Central Asia: the voice of the dissidents, Testimony from US Congressional Hearings on Central Asia. Committee on International Relations House of Representatives, July 18, 2001 ; particulièrement le témoignage de Begeldin Gabdullin, éditeur du journal kazakh xxie siècle. Les différents témoignages présentés lors de cette séance sont disponibles sur le site de EurasiaNet de l’Open Society Institute (www.eurasianet.org/departments/rights/arlirles/eavO)72701b.shtml).

1550 PANNIER, B., “Central Asia: pledges to Albright evaporate quickly”, RFE/RL, April 28, 2000 ; DAILEY, E., “New USAID strategy for Central Asia reveals disappointment in democratic reform”, Eurasia Insight, September 21, 2000 ; DOBBS, M., “Investment in freedom is flush with peril. From Kazakhstan, a cautionary tale”, The Washington Post, January 25, 2001 et PANNIER, B., “Kazakhstan: parliament moves to further restrict media independence”, RFE/RL, March 23, 2001. Pour un état de la situation des droits de l’Homme au Kazakhstan en 2000 voir “Kazakhstan” in HRW, World Report 2001, (www.hrw.org/un2kl/eu-rope/kazakstan.html) et “Kazakhstan” in Country Reports on Human Rights Practices 2000, Released by the Bureau of Democracy, Human Rights, and Labor, US State Department, February 23, 2001 (www.state.gov/g/drl/rls/hrrpt/2000/eur/798.htm). Voir le mécontentement des autorités kazakhes face à ce rapport in “Kazakh foreign ministry issued press release on US State Department’s annual report on human rights”, RFE/RL Kazakhstan Daily Digest, March 20, 2001. Concernant les scandales de corruption et leurs conséquences sur les relations américano-kazakhes voir McKEEBY, ‘“Crude Business’: corruption and Caspian oil”, CSIS Caspian Energy Update, August 2000 (www.csis.org) et LEWS, D., “Bribery investigation prompts geopolitical, economic reevaluation in Kazakhstan”, Eurasia Insight, September 7, 2000.

1551 Des membres de la famille du président Nazarbaev sont étroitement associés au secteur énergétique du pays. Ainsi, Timur Kulibaev, son beau-fils, dirige la compagnie KazTransOil. Cette dernière contrôle la totalité du système d’oléoducs destinés au transport du pétrole du pays. Selon les informations de son site internet, elle transporte 80 % du pétrole kazakh. Voir www.kaztransoil.kz. En mai 2001, il a également été nommé à la tête de la nouvelle compagnie nationale “Oil and Gas Transport”.

1552 Voir IKIYVKID, M., “Government may move toward nationalization”, RFE/RL, May 1, 2001 et LEIYVELD, M., “Law changes spark investor concern”, KFE/RL, June 12, 2001.

1553 LEIWELD, VI., “Contract review causes foreign investors concern”, RFE/RL, July 2, 2001.

1554 “USA dragging out WTO entry for Kazakhstan, minister says”, Kazakh Commercial Television in BBC, August 20, 2001.

1555 Voir “Nazarbaev affirms foreign policy independent of Moscow”, Jamestown Monitor, vol5, n° 81, April 27, 1999. Pour la relance des relations bilatérales voir “Nazarbaev in Moscow: symbolic concessions, hard bargaining”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 121, June 21, 2000.

1556 Voir “Exit CIS customs union, enter Eurasian Economic Community?”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 188, October 10, 2000 et “Political implications of the Eurasian Economic Union treaty”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 189, October 11, 2000.

1557 “Kazakhstan becoming a key to Russia’s Central Asia strategy”, Eurasia Insight, February 1, 2001.

1558 “Kazakhs take measures in view of developments in Kyrgyzstan, Uzbekistan”, Kazakh Commercial Television in BBC, August 14, 2000 ; “Kazakh, Uzbek presidents discuss situation at Uzbek-Tajik border”, Interfax, August 9, 2000.

1559 “Central Asian leaders urge Russia to join their anti-terrorism treaty”, Interfax, August 21, 2000.

1560 “Kazakh, Kyrgyz military make ready to counteract militant threat”, Novoye Pokoleniye in BBC, March 8, 2001.

1561 En ce qui concerne le Kazakhstan, les États-Unis ont pourtant fourni pour 3 millions de dollars d’aide destinée au renforcement du contrôle de la frontière du pays en 2000. Durant l’été 2001, Washington a également annoncé une nouvelle aide de 4,4 millions de dollars à Astana. Voir “US grants Kazakhstan border-control equipment worth over 4m dollars”, Interfax-Kazakhstan news agency in BBC, August 17, 2001. Selon la presse kazakhe, jusque récemment, le Kazakhstan a été le pays d’Asie centrale qui a reçu le plus d’aide de Washington : en 1997, 35,5 millions de dollars ; en 1998, 40,5 millions de dollars ; en 1999, 44,2 millions de dollars ; en 2000, 53,5 millions de dollars ; en 2001, 71,5 millions de dollars et en 2002, 81,6 millions de dollars. Chiffres cités in “The policy of double standards in the open”, op. cit.

1562 Voir “Uzbeks, Kyrgyzs ‘disappointed’ at NATO inaction over militants”, Panorama in BBC, September 21, 2000.

1563 “Kazakh-Russian communique backs political dialogue in Afghanistan”, Interfax-Kazakhstan news agency in BBC, October 9, 2000.

1564 Détails in “CIS collective security system fleshed out at Bishkek summit”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 192, October 16, 2000 et “Moscow unveils and pushes ‘collective security forces’ plan”, Jamestown Monitor, vol. 7, n° 64, April 2, 2001. Lors de la réunion qui s’est tenue le 14 mai 2002, les États parties au traité de sécurité collective ont décidé de transformer leur alliance largement symbolique en organisation formelle. Cependant, les discussions sur la constitution d’un commandement militaire commun placé sous la direction de la Russie ont été postposées. Les observateurs ne sont guère optimistes quant aux chances de succès de cette organisation dans le nouveau contexte de l’après-11 septembre. Voir KNOX, K., “CIS Military-Alliance upgrade plan faces numerous obstacles”, RFE/RL, May 15, 2002.

1565 “Four Central Asian countries differ with Russia, Tajikistan and Iran over afghan war”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 210, November 9, 2000.

1566 “Central Asian-Taliban contacts draw Russian Warning”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 211, November 10, 2000.

1567 “Kazakh president hails cooperation with Russia”, Interfax-Kazakhstan news agency in BBC, December 26, 2000.

1568 “Russian security council secretary predicts intensification of international terrorism in Central Asia”, Interfax, April 26, 2001.

1569 “Collective ‘antiterrorism’ troops for Central Asia”, Jamestown Monitor, vol. 7, n° 104, May 30, 2001.

1570 “Collective security elusive”, Jamestown Monitor, vol. 7, n° 149, August 3, 2001.

1571 “Xengiz-Novorossiisk pipeline inaugurated”, Jamestown Monitor, vol. 7, n° 62, March 29, 2001.

1572 “Russian envoy voices objections to Kazakhstan’s participation in Baku-Ceyhari pipeline”, RFE/RL Newsline, March 8, 2001.

1573 “Kazakhstan won’t use Baku-Ceyhan route until 2005”, RFE/RL Newsline, April 27, 2001.

1574 “Kazakhstan doubtful about Baku-Ceyhan project’s economic feasibility”, Interfax, June 12, 2001.

1575 “Iranian route advocated for East Kashagan oil”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 231, December 12, 2000.

1576 MOLAVI, A., “Iran’s diplomatic success in Caspian bad news for western business interests”, Eurasia Insight, March 22, 2001.

1577 “Astana criticizes Russian-Iranian declaration on Caspian”, Interfax, March 14, 2001.

1578 Cité in FREEDMAN, R.O., “Putin and the Middle East”, MERIA, vol. 6, n° 2, June 2002.

1579 “Russia says nyet, others say yes to America”, Jamestown Monitor, vol. 7, n° 170, September 18, 2001.

1580 BISENOVA, A., “Kazakhstan backs US, takes cautious approach on refugees”, Eurasia Insight, September 24, 2001 ; “CIS countries define policies in expectation of an-titerrorist operations”, Jamestown Monitor, vol. 7, n° 176, September 26, 2001 et BISENOVA, A., “Kazakhstan tries to balance disparate interests”, Eurasia Insight, October 9, 2001.

1581 FANNIER, B., “Kazakhs, Kyrgyz opt for stricter security measures”, Eurasia Insight, October 17, 2001.

1582 “American forces to use bases in Kazakhstan”, Jamestown Monitor, vol. 7, n° 208 November 12, 2001.

1583 “Talks on deploying US troops in Kazakhstan under way”, Kazakh Commercial Television in BBC, February 6, 2002.

1584 “Rumsfeld in Central Asia”, Jamestown Monitor, vol. 8, n° 85, May 1, 2002.

1585 KAISER, R, “Kazakhs allow some US landings”, The Washington Post, July 13, 2002.

1586 ABAZOV, R., “Kazakhstan desires military bases too”, The Analyst, July 3, 2002.

1587 Début octobre 2001, le Premier ministre kazakh évoquait déjà la nécessité d’associer les taliban « modérés » au nouveau gouvernement afghan. Voir “Taleban should be involved in new Afghan government- Kazakh premier”, Channel 31 TV in BBC, October 10, 2001.

1588 “Central Asian leaders taking stock of regional situation”, Jamestown Monitor, vol7, n° 215, November 21, 2001.

1589 Nazarbaev cité in “Powell in Kazakhstan”, Jamestown Monitor, vol. 7, n° 227, December 11, 2001.

1590 Russia concerned over US intention to stay in Afghanistan”, Interfax, January 9, 2002.

1591 “Kazakhstan denies agreeing to deployment of US troops”, RFE/RL Newsline, January 22, 2002.

1592 Kazakh, Russian special services sign cooperation agreement”, RFE/RL Newsline, June 27, 2002.

1593 Delegation of Chinese state council in Astana”, RFE/RL Kazakh News, January 15, 2002.

1594 While China reiterates interest in pipeline”, RFE/RL Newsline, April 17, 2002.

1595 Kazakhstan, China sign border demarcation deal in Chinese capital”, Interfax, May 10, 2002.

1596 “China gives aid to Kazakh, Kyrgyz armed force”, RFE/RL Newsline, March 20, 2002.

1597 “Kazakh foreign minister upbeat on Shanghai Cooperation Organization”, Interfax, May 6, 2002.

1598 Office of the Press Secretary, Joint Statement by President George W. Bush and President Nursultan Nazarbayev on the new Kazakhstan-American relationship, December 21, 2001 in (www.whitehouse.gov/news/releases/2001/12/20011221-10.html). Voir également “Bush, Kazakh Declare Longterm Strategic Partnership”, Reuters, December 24, 2001.

1599 USA to train Kazakh special army subunits to fight terrorists”, Kazakh Commercial Television in BBC, March 6, 2002.

1600 Voir “Kazakhstan: US to supply arms, military training”, RFE/RL, July 16, 2002.

1601 “Presidential Institute of Strategic Studies organizes international seminar on Kazakh-Russian relations”, RFE/RL Kazakh News, February 15, 2002.

1602 “Kazakh official says US presence in Caspian is ‘positive’”, RFE/RL Newsline, April 23, 2002.

1603 “Foreign interference in Caspian affairs creates tension in region: Rowhani”, Tehran Times, May 15, 2002 ; “Iranian nation determined to protect Caspian Sea”, Tehran Times, May 16, 2002 ; “Iran condemns Russian-Kazakh agreement on Caspian”, RFE/RL Newsline, May 16, 2002.

1604 La compagnie americaine ChevronTexaco est le partenaire privé le plus important dans ce projet avec 15 % des parts. Les autres partenaires sont la Fédération de Russie, qui détient 24 % des parts, le Kazakhstan (19 %), le Sultanat d’Oman (7 %), Lukarco B.V (12,5 %), Rosneft-Shell Caspian Ventures Limited (7,5 %), Mobil Caspian Pipeline Company (7,5 %), Agip International (NA) N.V (2 %), BC Overseas Holdings Limited (2 %), Kazakhstan Pipeline Ventures LLC ( 1,75 %) et Oryx Caspian Pipeline LLC (1,75 %). Voir Office of the Press Secretary, Caspian Pipeline Consortium Fact Sheet. Caspian Pipeline Consortium, November 13, 2001 in (www.whilehcmse.gov/news/releases/200l/71/20011113-17.html) et “Kazakh-Russia oil pipeline opens officially”, AGOC, vol. 6, issue 24, December 19, 2001.

1605 SOCAR détient 50 % des parts du projet, British Petroleum 25,41 %, Unocal 7,65 %, Statoil (Norvège) 6,37 %, TPAO (Turquie) 5,02 %, Itochu Oil (Japon) 2,92 %, Devon Energy 0,6 %, et le joint-venture américano-saoudien Delta Hess 2,03 %. LuKoil pourrait participer au projet à hauteur de 7,5 %. Voir “Russia shows increasing interest in US-backed pipeline”, AGOC, vol. 6, issue 23, December 6, 2001 et “LUKoil to participate in financing of Baku-Ceyhan Pipeline?”, RFE/RL Newsline, December 28, 2001.

1606 LELYVELD, M., “Russia: LUKoil withdraws from deal on Baku-Ceyhan oil pipeline”, RFE/RL, May 1, 2002.

1607 Voir RASHID, A., “Russia anxious over grip on oil as US firms join Great Game”, AGOC, vol. 6, issue 22, November 21, 2001.

1608 “Kazakhstan qualifies interest in Baku-Ceyhan pipeline”, RFE/RL Newsline, October 24, 2001 et “European investors in Kazakhstani oil still keen on Iranian export route”, AGOC, vol. 6, issue 23, December 6, 2001.

1609 “Kazakhstan-India oil pipeline to bypass Afghanistan and Pakistan”, AGOC, vol. 7, issue 11, May 29, 2002.

1610 Détails in “Caspian-to-india pipeline to bypass Afghanistan and Pakistan Constructing the Trans-Asian Pipeline”, Oil and Gas International, May 5, 2002.

1611 LELYVELD, M., “Nazarbaev visit yields accords, but pipeline deal still in doubt”, REE/RL, December 27, 2001.

1612 Lors d’une réunion qui s’est tenue à Washington le 4 février 2002, le ministre kazakh des Affaires étrangères a rappelé à Dick Cheney, Colin Powell et Condoleezza Rice, l’intérêt de son pays pour l’oléoduc Bakou-Ceyhan, in “Kazakhstan reaffinns in-terest in Baku-Ceyhan”, RFE/RL, Newsline, February 6, 2002. Steven Mann a déclaré a la suite de sa rencontre avec le président Nazarbaev, le 12 mars 2002, que “(the) President re-affirmed his support for the Baku-Tbilisi-Ceyhan pipeline and for the future participation of Kazakh producers in that export route. Voir US presidential envoy on Caspian issues holds talks with Kazakh leader”, RFE/RL Kazakh News, March 13, 2002. Lors de la cérémonie organisée pour la fin de la visite du président Aliev en mai 2002, les autorités kazakhes ont à nouveau fait part de leur intérêt pour le projet, in “Kazakhstan backs Baku-Ceyhan oil export pipeline”, RFE/RL Newsline, May 28, 2002.

1613 De nombreux experts ont exprimé de sérieux doutes quant à la rentabilité et donc la finalisation de ce projet. Voir les exemples cités in RASIZADE, A., “The mythology of munificent Caspian bonanza and its concomitant pipeline geopolitics”, Central Asian Survey, vol. 21, n° l, March 2002, p. 38. Cependant, en raison des perspectives du champ de Shah Deniz et de celui de Kashagan, la presse a adopté un ton plus optimiste à son sujet en 2001-2002. Voir Baku-Ceyhan pipeline project moves ahead as SOVAR, BP-Amoco reach agreement”, AGOC, vol. 5, issue 20, November 1, 2000 ; Oil executive explores Baku-Ceyhan pipeline prospects, as caspian states wrestle over export routes. Q&A with Howard Chase of BP Amoco”, Eurasia Insight, March 15, 2001 ; COE, C., Future looks good for BTC pipeline project”, AGOC, vol. 6, issue 9, May 8, 2001 ; ENI joins Baku-Tbilisi-Ceyhan crude pipeline sponsor group”, AGOC, vol. 6, issue 22, November 21, 2001. Ces nouvelles perspectives n’ont cependant pas convaincu tout le monde. Voir BERNIKER, M., As Baku-Ceyhan construction date nears, debate continues over project’s viability”, Eurasia Insight, June 17, 2002.

1614 LELYVELD, M., Oil pipeline prqject falls behind schedule”, RFE/RL, July 19, 2002 et LELYVELD, M., Caspian: Western oil companies approve construction of Baku-Tbilisi-Ceyhan oil pipeline”, RFE/RL, August 5, 2002.

1615 Caspian: putin, Nazarbaev sign protocol on gas fields”, RFE/RL, May 13, 2002.

1616 Russian government approves volume of Kazakh oil exports”, RFE/RL Newsline, June 6, 2002.

1617 Kazakhstan: Putin, Nazarbaev sign oil, gas agreements”, RFE/RL, June 8, 2002

1618 Development planned for commercial Kashagan field”, OGJ Online, June 28, 2002.

1619 ‘Media situation in Kazakhstan has consistently deteriorated’, says OSCE Media Representative”, Vienna, 14 June 2002 in (www.osce.org/news/generate.php3hieu>s_id=2517). Pour un état de la situation des médias en Asie centrale, voir le site de l’OSCE : OSCE, “Media freedom in Central Asia”, in (www.osce.org/nmis/in_foms/cilmaly_media_conference.php3).

1620 Voir détails « Kazakhstan – Rapport annuel 2002 » in Reporters sans Frontières, La liberté de la presse dans le monde. Rapport 2002 (www.rsf.org/article.php3?id_article=l678).

1621 BAKER, P., New repression in Kazakhstan. Journalists targeted after President implicated in scandal”, The Washington Post, June 10, 2002 et KAISER, R., Kazakhs’ season of repression. President of key US ally puts critics on trial, in jail”, The Washington Post, July 22, 2002. Voir également les arguments de N. Nazarbaev, (notamment culturalistes dans la lignée des fameuses « valeurs asiatiques » : “We have a completely different sense about the relations among peoples that you just don’t undersland a-t-il déclaré) en faveur d’une approche « graduelle » pour l’établissement de la démocratie au Kazakhstan in “There is no war on dissidents’. Interview with Nursultan Nazarbayev, President of Kazakhstan”, The Washington Post, July 22, 2002.

1622 Kazakhstan : US raises concerns over conviction”, RFE/RL, August 7, 2002.

1623 1623 OSCE, “New law on political parties could seriously threaten political pluralism in Kazakhstan”, Almaty, June 7, 2002 (www.osce.org/news/generate.php3?news_id=2614) et BRADEN, M., “OSCE/ODIHR review of Kazakhstan’s new law on political parties”, Eurasia Insight, August 8, 2002.

1624 CUTLER, R. M., “Government crisis in Kazakhstan: warm-up for the succession to Nazarbaev?”, The Analyst, December 5, 2001.

1625 RASHID, A., L’Ombre des taliban, op. cit., p. 23.

1626 Voir ELPHINSTONE, Mountstuart, An account of the Kingdom of Caubul, and its dependencies, in Persia, Tartary, and India: a view of the Afghaun nation, and history of the Dooraunee monarchy, New and revised edition, London, R. Bentley, 1839, 2 volumes.

1627 Sur le « grand jeu » anglo-russe : GILLARD, D., The struggle for Asia, 1828-1914: a study in British and Russian imperialism, London, Methuen, 1977, 214 p. et HOPKIRK, P., The great game: on secret service in high Asia, London, Murray, 1997, xxii-562 p.

1628 NORRIS, J. A., The First Afghan War, 1838-1842, Cambridge, Cambridge University Press, 1967, xvi-500 p.; FRASER-TYTLER, W. K., Afghanistan: a study of political developments in central and southern Asia, 3rd ed., revised by M. C. Gillett, London, New York, Oxford University Press, 1967, xvi-362 p.; HEATHCOTE, T. A., The Afghan wars, 1839-1919, London, Osprey, 1980, 224 p.; ROBSON, B., The road to Kabul: the second Afghan War, 1878-1881, London, New York, Arms and Armour Press, New York, Distributed by Sterling Pub. Co., 1986, 312 p.; WALLER, J. H., Beyond the Khyber Pass: the road to British disaster in the First Afghan War, 1st ed., New York, Random House, 1990, xxxiii-329 p.

1629 Sur cette période voir POULLADA, L. B., Reform and rebellion in Afghanistan, 1919-1929. King Amanullah’s failure to modernize a tribal society, Ithaca, Cornell University Press, 1973, xvii-318 p.

1630 STEWART, R. T., Fire in Afghanistan, 1914-1929; faith, hope, and the British Empire, lst ed., Garden City, NY, Doubleday, 1973, viii-614 p.

1631 KAPUR, H., Soviet Russia and Asia: 1917 -1927: a study of Soviet policy towards Turkey, Iran and Afghanistan, Geneva, M. Joseph, 1966 et ADAMEC, L. W., Afghanistan, 1900-1923; a diplomatic history, Berkeley, University of California Press, 1967, vi-245 p.

1632 Voir les remarques sur le National Awami Party in JAFFRELOT, C, « Le Pakistan au cœur des tensions ethniques et de clivages régionaux » in Le Pakistan, carrefour de tensions régionales, sous la direction de Christophe Jaffrelot, Bruxelles, Editions complexe, 1999, pp. 22 et ss.

1633 Voir le dossier spécial “New evidence on Soviet intervention in Afghanistan” in “Cold War in the Third World and the collapse of Detente”, CWIHP Bulletin, n° 8-9, Winter 1996-1997, pp. 128-184.

1634 Voir “Report by Soviet Defense Minister Ustinov to CPSU CC on ‘Foreign Interference’ in Afghanistan, 2 October 1980” in “Cold War in the Third World and the Collapse of Detente”, CWIHP Bulletin, n° 8-9, Winter 1996-1997, pp. 176-177.

1635 Zbigniew Brzezinski cité in POPHAM, P., “Taliban is a ‘monster hatched by the US’”, The Independent, September 17, 2001.

1636 Cité in Amnesty International, Les minorités en Afghanistan, op. cit.

1637 GRARE, F., « Le Pakistan face à l’Asie centrale: l’Affaire afghane et la “nationalisation” de l’Islam », PSIS Occasional Paper, n° l, 1995, p. 22.

1638 Zia ul-Haq cité in HARRISON, S.S., « Les liaisons douteuses du Pakistan », Le Monde diplomatique, octobre 2001, pp. 22-23.

1639 RASHID, A., L’Ombre des taliban, op. cit., p. 119.

1640 Sur ce parti voir GRARE, f., Political Islam in the Indian Subcontinent: the Jamaat-i-Islami, New Delhi, CSH-Manohar, 2001, 134 p. et VALI REZA NASR, S., The Vanguard of the Islamic Revolution. The Jama ‘at-i Islami of Pakistan, Berkeley, University of California Press, 1994, in (www.escholarship.cdlib.org/ucpress/nasr.xml).

1641 Ehsan Ahrari donne la définition suivante de ce phénomène : il s’agit de l’émergence de groupes radicaux that emphasize the primacy of jihad in the very strict meaning of holy war to bring about political and social changes both within and outside Pakistan. D’après AHRARI, E., “Jihadi Groups, Nuclear Pakistan and the New Creat Game”, Strategic Studies Institute, US Army War College, August 2001, p. 3.

1642 Parmi les sept partis reconnus par Islamabad comme représentants de la résistance afghane, six avaient en fait une base ethnique essentiellement pachtoune. Voir détails in GRARE, F, « Le Pakistan face à l’Asie centrale : l’Affaire afghane et la “nationalisation” de l’Islam », op. cit., pp. 38 etss.

1643 Les Pachtounes sont historiquement divisés en deux groupes principaux, les Ghalzays et les Durranis. Les Pachtounes se considèrent comme les descendants de Qais, un des compagnons du Prophète Mahomet. Les Ghalzays se disent descendants du fils cadet de Qais et les Durranis de son fils aîné, Sarbanar. Ces deux groupes sont traditionnellement en compétition. Le groupe pachtoune des Durranis (dont est issu l’ancien roi de l’Afghanistan Zahir Shah) a dirigé l’Afghanistan moderne du xviiie siècle à 1973, sauf pendant neuf mois en 1929. Ils se divisent en deux branches principales, les Zirak et les Panjpia. La branche Zirak est dominée par les Popalzai dont est originaire Hamid Karzai. Généralement, les Pakistanais se méfient des Durranis, considérés comme moins favorables à Islamabad. D’après RASHID, A., L’Ombre des taliban, op. cit., passim et YAYHA EFFENDI, “Afghan pre-Loya Jirga complexities”, The Dawn, December 14, 2001.

1644 Les deux ordres soufi principaux de l’Afghanistan sont la Naqshbandiya et la Qadiriya. Les soufis ont été persécutés par le régime des taliban. Sur l’islam et le soufisme en Afghanistan voir Islam outside the Arab world, edited by David Westerlund and Ingvar Svanberg, Richmond, Surrey, Curzon, 1999, xii-476 p. et WIELAND, A., Islamische Mystik in Afghanistan: die strukturelle Einbindung der Sufik in die Gesellsrhaft, Stuttgart, F. Steiner, 1998, ix-263 p.

1645 METCALF, B. D., Islamic revival in British India: Deoband, 1860-1900, Princeton, Princeton University Press, 1982, xiv-386 p.

1646 En 1999, au moins huit des ministres du gouvernement taliban avaient été formés à l’école Dar ul-Ulum Haqqania du Maulana Samiul Haq, le dirigeant d’une faction dissidente du JUI. Des dizaines d’autres « cadres » taliban auraient également été formés dans cette école. Pendant le règne des taliban, Samiul Haq était semble-t-il en contact avec le mollah Omar, ce qui montre les liens étroits qui existaient entre taliban et certains milieux radicaux pakistanais. Voir RASHID, A., L’Ombre des taliban, op. cit., p. 124 et 126.

1647 Il s’agit d’un mouvement musulman puritain et rigoriste fondé par Mohammad Ibn’Abd al-Wahhab (1703-1792) en Arabie. Son alliance avec la tribu des Saoud a donné naissance à l’Arabie Saoudite. Voir « Le wahhabisme : une doctrine rigoriste de l’islam qui a inspiré les taliban », AFP, 24 septembre 2001.

1648 GRARE, F., « Désillusions centre-asiatiques, déconvenues afghanes » in Le Pakistan, carrefour de tensions régionales, op.cit. pp. 53-70.

1649 Projets de Bridas et Unocal/Delta Oil entre le Turkménistan et le Pakistan via l’Afghanistan in RASHID, A., L’Ombre des taliban, op. cit., pp. 201 et ss.

1650 Détails in Idem, pp. 37-111.

1651 CORDONNIER, I., « Les enjeux régionaux autour du Pakistan », Politique étrangère, n° 2, 2002, p. 292.

1652 EQBAL, A., “A mirage mis-named ‘strategie depth’”, Al-Ahram Weekly On-line, Issue n° 392, 27 August- 2 September 1998 in (www.akram.org.eg/weekly/1998/392/foc12.htm).

1653 Concernant l’évolution de la perception chinoise à l’égard des taliban, voir KELLNER, T., « La Chine, les taliban et le Xinjiang », 20 novembre 2001, 3 p. (www.diploweb.com/p5kell1.htm).

1654 Les général Aziz, qui a dirigé toutes les activités des services de renseignement pakistanais avant et après la guerre d’Afghanistan, a mis en place des camps d’entrainement de chaque côté de la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan pour deux organisations islamistes. La plus importante, le Lashkar-e-Taiba, est composée de Pakistanais, mais aussi d’Afghans. L’autre, le Harakat-ul-Ansar, est principalement formé de Pakistanais et de Cachemiris, mais aussi d’Afghans et de vétérans arabes de la guerre d’Afghanistan. Il a notamment détourné vers Kandahar en janvier 2000 un avion des lignes régulières indiennes. Il est considéré comme un « groupe terroriste » par Washington depuis 1997. Sur ce dernier point voir RAJESWARI, P. R., “US Policy on Terrorism-Case of Harkat-ul-Ansar”, Strategic Analysis, vol. XXII, n° 7, October 1998, pp. 1 055-1 066.

1655 Détails in HRW, Afghanistan. Crisis of Impunity. The Role of Pakistan, Russia, and Iran in Fueling the Civil War, vol. 13, n° 3 (C), July 2001 in (www.hrw.org/reports/2001/afghan2/). Le 19 décembre 2000, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la résolution 1333 qui renforçait l’embargo sur les armes à destination des taliban (résolution 1267, octobre 1999) et interdisait les voyages des officiels taliban ayant rang de ministre en dehors de l’Afghanistan.

1656 SIRRS, J., “The Taliban’s international ambitions”, The Middle East Quarterly, Summer 2001 in (www.meforum.org).

1657 RASHID, A., “Pakistan faces stark choices to end diplomatic isolation”, Eurasia Insight, September 17, 2001.

1658 Détails in ABOU ZAHAB, M., « Pakistan : les hoquets de l’histoire », Politique internationale, n° 94, hiver 2001-2002, pp. 49-50.

1659 Les États-Unis ont demandé au Pakistan, par l’intermédiaire de Colin Powell de : 1) fermer la frontière afghano-pakistanaise pour interrompre les activités et le transit des membres de al-Qaïda ; 2) de geler les avoirs des dirigeants taliban au Pakistan ; 3) d’arrêter la fourniture de carburant aux taliban ; 4) de fournir l’information détenue par l’ISI sur les activités de Ben Laden et de son réseau, ainsi que sur les taliban ; 5) d’autoriser l’utilisation de son espace aérien pour les opérations militaires en Afghanistan ; 6) de permettre le stationnement de forces américaines sur son territoire et 7) de répondre positivement aux requêtes d’assistance ultérieures que Washington pourraient formuler in “US presses Pakistan to co-operate”, BBC, September 13, 2001.

1660 “Border no barrier in Al Qaeda hunt”, CBS News, April 26, 2002 et “FBI and Pentagon teaming in Pakistan?”, CBS News, July 13, 2002.

1661 “Pakistan opposes help to Northern Alliance”, The Dawn, September 26, 2001 et “Backing the wrong horse in Afghanistan?”, The Dawn, September 27, 2001.

1662 « Mais qui sont ces “taliban modérés” ? », AFP, 17 octobre 2001.

1663 Voir SINGH, JASWANT, “Reflections: September 11, 2001 and After”, Strategic Analysis, vol. XXV, n° 9, December 2001, pp. 987-993.

1664 La prise de Kaboul par l’Alliance du nord, contrairement aux demandes formulées par les Américains, a ainsi été accueillie avec dépit par Islamabad. Le général Moucharraf déclarait le 13 novembre 2001 que Kaboul devait rester une ville démilitarisée et être placée sous le contrôle de forces de l’ONU, auxquelles le Pakistan se pro posait de participer. Voir “All forces must pull ont of Kabul: CE: UN peacekeepers demanded”, The Dawn, November 14, 2001.

1665 CLAUDE, P., « Le Pakistan reconnaît l’Alliance du Nord », Le Monde, 28 novembre 2001.

1666 “Hazardsofdelay”, The Dawn, November 20, 2001.

1667 “Pakistan looks to Karzai”, Iwpr’s Reporting Central Asia, n° 93, December 13, 2001.

1668 Voir les réactions très hostiles des kabonlis à l’annonce de la visite d’Abdul Sattar, le ministre pakistanais des Affaires étrangères, à l’occasion de l’investiture du gouvernement intérimaire de H. Karzai in « Les Pakistanais ne sont pas les bienvenus à Kaboul », AFP, décembre 20, 2001.

1669 “Pakistan’s choice”, International Herald Tribune, November 28, 2001.

1670 SULSER, E., « Au nez et à la barbe d’Islamabad, Kaboul s’empresse de renouer avec l’Inde », Le Temps, décembre 17, 2001.

1671 « Journée au pas de charge pour le ministre indien des AE à Kaboul », AFP, 10 août 2002.

1672 « Un ministre afghan à Islamabad », AFP, 11 janvier 2002.

1673 ULHAQUE, Ihtasham “Islamabad, Kabul pledge to f’orget past”, The Dawn, February 9, 2002. L’apaisement entre les deux pays, prôné lors de cette rencontre, a permis au Pakistan d’obtenir la libération de certains combattants pakistanais capturés sur le territoire afghan, dans le cadre de la campagne anti-terroriste menée par les Etats-Unis. Selon la commission pakistanaise des droits de l’Homme, 2 000 Pakistanais sur un total estimé de 5 000 combattants pro-taliban avaient été capturés depuis l’automne 2001. Les autorités afghanes ont déjà remis en liberté plus de 500 de ces Pakistanais. D’autres libérations pourraient suivre. Cette question, qui irrite une partie de l’opinion pakistanaise, devrait donc être réglée dans l’avenir. D’après « Kaboul va libérer des prisonniers pakistanais », AFP, 14 août 2002.

1674 “Terrorist dens to be smashed: Musharraf holds talks with Karzai”, The Dawn, April 3, 2002.

1675 “Pakistan, Afghanistan agree to form Joint Ministerial Commission”, The Dawn, April 3, 2002.

1676 « Khatami signe plusieurs accords à Kaboul », AFP, 14 août 2002.

1677 « L’Afghanistan ne prendra pas parti en cas de conflit Inde/Pakistan », AFP, 6 juin 2002.

1678 “Musharraf says onus on India for talks: Accord signed with Tajikistan”, The Dawn, June 3, 2002 et “Pakistan, Tajikistan agree to boost trade”, The Dawn, June 3, 2002.

1679 Détails in ABOU ZAHAB, M., « Pakistan: les hoquets de l’histoire », op. cit., pp. 50-52.

1680 D’apres STERN, B., « En trois mois, le Pakistan a perçu 6 milliards de dollars d’aide », Le Monde, 12 décembre 2001.

1681 Détails du rééchelonnement in REDDY, B. Muralidhar, “US reschedules Pakistan debt”, The Hindu, August 25, 2002.

1682 SHAHZAD, Irfan, “Beyond the debt relief”, The Dawn, January 21, 2002 et ASAD, Ali Shah, “No end to economie stagnancy”, The Dawn, June 24, 2002.

1683 16831 IAIDFR, Masood, “Pakistan textile sector awaits US incentives”, The Dawn, June 26, 2002.

1684 Voir FARUQUI, A., “Repaying Pakistan”, EEER, December 13, 2001 et CHAWIA, S., “Developments in Pakistan economy post-september 11, 2001”, Strategic Analysa, vol. 26, n° 2, April-June 2002, pp. 238-251.

1685 C. Jaffrelot cité in BOSShARD, A., « Les islamistes opérant au Pakistan devraient aussi être pris pour cible », Le Temps, 5 octobre 2001.

1686 Voir ICG, “Pakistan: the dangers of conventional wisdom”, Pakistan Briefing, Islamabad/Brussels, March 12, 2002, pp. 2-3.

1687 Selon cet auteur, 80 % des manifestants étaient en fait Pachtounes. Parmi eux, il y avait de nombreux étudiants afghans des madrasas déobandies. En outre, les membres du Pakistan/Afghanistan Defence council étaient divisés entre eux quant à la stratégie à adopter. Voir in Idem, pp. 56-57.

1688 Voir ABOU ZAHAB, M., « Pakistan : vers une “démocratie militaire” », Politique étrangère, n° 2, Avril-Juin 2002, pp. 280-283.

1689 Voir KESSLER, G., “A defining moment in Islamabad. US brokered ‘Yes’ pulled India, Pakistan from brink of war”, The Washington Post, June 22, 2002.

1690 Voir détails in ICG, “Kashmir: confrontation and miscalculation”, Asia Report, n° 35, Islamabad/Brussels, July 11 2002, 14 p.

1691 Voir le discours du général Moucharraf prononcé le 12 janvier 2002 où il réitère son soutien à la cause du Cachemire en même temps qu’il annonce l’interdiction de cinq mouvements islamistes in The Nation, January 13, 2002.

1692 Le 14 mai 2002, une attaque menée par des militants contre un camp militaire indien au Jammu et Cachemire a provoqué la mort de 35 personnes, essentiellement des femmes et des enfants. Le 21 mai, Abdul Gani Lore, le plus modéré des leaders cachemiri et surtout un opposant à l’intégration du Cachemire au territoire pakistanais, était assassiné. A la suite de ces attaques, les préparatifs militaires indiens se sont accélérés, alors que le Premier ministre, Atal Behari Vajpayee, appelait les troupes indiennes à se préparer pour le « combat décisif ». Voir “Will there be war”, The Economist, May 25, 2002 et “Special report. India and Pakistan”, The Economist, May 25, 2002.

1693 VICK, K., KHAN, K., “Pakistan! ambivalence frustrates hope for Kashmir peace”, The Washington Post, June 29, 2002.

1694 Voir “The worries of Musharraf”, The Economist, June 8, 2002, p. 51.

1695 ABOU ZAHAB, M., “Pakistan : vers une ‘démocratie militaire’”, op. cit, pp. 275-276. Voir sur la recrudescence de la violence sectaire au Pakistan depuis le 11 septembre, RASHID, A., “Attack highlights problem for Musharraf”, The Daily Telegraph, March 18, 2002.

1696 ICG “Pakistan: Madrasas, Extremism and the military”, Asia Report, n° 36, Islamabad Brussels, July 29 2002, 31 p.

1697 RASHID, A., LA CUARDIA, A., “Crisis with India adds to political problems Musharraf faces at home”, The Daily Telegraph, May 31, 2002.

1698 Le général Moucharraf s’est ainsi rendu trois fois en Chine entre décembre 2001 et l’été 2002, pour s’en retenir avec les autorités chinoises de la situation dans le sous-continent indien – Pékin s’est en effet fortement inquiété des risques de déstabilisation de cette région, en raison du conflit du Cachemire –, mais aussi de la situation interne dans son pays. Il s’agissait également de rassurer les autorités chinoises quant à la solidité de la vieille amitié qui lie Islamabad à Pékin. Malgré le rapprochement américano-pakistanais, Islamabad n’entend en effet pas remettre en cause ses relations avec la Chine. Voir “Musharraf to Make ‘Stopover’ in China for support”, Reuters, August 1, 2002.

1699 “Elimination of Taleban helps Iran Pakistan relations improve”, Iran Press Service, November 30, 2001 et AKHTAR, J., “Pakistan, Iran ready for new strategic cooperation”, Iran Press Service, December 10, 2001.

1700 Détails in DJALILI, M.-R., « L’Iran prisonnier d’une logique confessionnelle », Les nouvelles d’Afghanistan, n° 68, 2e trimestre 1995, pp. 7-8.

1701 ALVANDI, R., “Iranian-American relations after 11 September”, ISIM Newsletter, n° 10 July 2002, p. 10.

1702 “Khamenel nixes US talks again”, RFE/RL Iran Report, vol. 5, n° 16, May 6, 2002, 478.

1703 Malgré les progrès réalisés dans le dialogue euro-iranien ces dernières années, les choix de G. Bush ont ralenti les négociations d’un accord de commerce et de coopération entre l’Union et Téhéran, au grand dam de la République islamique. Voir “Iran cold-shouldered by European Union”, Iran Press Service, May 13, 2002. Le processus a toutefois été relancé fin juin 2002, mais ne devrait réellement débuter qu’à l’automne de cette année. Voir “Tehran pleased with EU agreement”, RIE/RL Iran Report, vol. 5, n° 23, june 24, 2002 et “The hand of friendship?”, The Economist, June 22, 2002, p. 45.

1704 “Kabul denies Iran interfering in west”, RFE/RL Iran Report, vol. 5, n° 6, February 18, 2002.

1705 Voir “Khatami: al-qaeda could be here”. REE/RL Iran Report, vol. 5, n° 8, Mardi 4, 2002 et “Tehran denies involvement with al-qaeda”, RIE/RL Iran Report, vol. 5, n° 24, July 1, 2002.

1706 “Afghans struggle with Iranian interference”, RJE/RL Iran Report, vol. 5, n° 5, February 11, 2002.

1707 Voir sur les liens entre Ismaël Khan et l’Iran, « L’Afghan qui louche vers l’Iran », Libération, 12 mars 2002.

1708 Alors qu’il avait reçu la visite de Zalmay Khalilzad, l’envoyé spécial de G. Bush pour les questions afghanes la veille de son départ pour l’Iran, Hamid Karzaï a déclaré à Téhéran que “Iran has never interfered in the internai affairs of Afghanistan”. Il a ajouté que la situation prévalant entre Téhéran et Washington n’affecterait jamais la promotion des relations entre Kaboul et Téhéran. Il a enfin souligné l’importance de la participation de l’Iran au processus de reconstruction de l’Afghanistan et a invité les commerçants et les hommes d’affaires iraniens à investir dans son pays, selon “Karzai walking a fine line”, RFE/RL Iran Report, vol. 5, n° 8, March 4, 2002.

1709 “Xehran-Kabul relations get complicated”, RFE/RL Iran Repart, vol. 5, n° 10, March 18, 2002.

1710 MICHEL, S., « États-Unis et Iran “guerroient” à Herat », Le Figaro, 23 mars 2002.

1711 Ces derniers ont toutefois affirmé qu’ils étaient indépendants de Téhéran in “Afghan Shia deny links with Iran”, REE/RL Iran Report, vol. 5, n° 3, January 28, 2002.

1712 « Les États-Unis s’emploient à réduire l’influence de l’Iran en Afghanistan », AFP, 29 avril 2002.

1713 « Iraniens et Américains se reparlent. Part I et II », Le Figaro, 15 mars 2002 ; “Iran-US dialogue controversial for both sides”, RFE/RL Iran Report, vol. 5, n° 10, Mardi 18, 2002 ; “Tehran opposes talks with US”, RTE/RL Iran Report, vol. 5, n° 11, March 25, 2002 ; “Claims and counter-claims on Iran-US contacts”, RFE/RL Iran Report, vol. 5, n° 17, May 13, 2002.

1714 Voir “Any questions abolit US-Iran relations?”, RIE/RL Iran Report, vol. 5, n° 19, May 27, 2002.

1715 “Iran keen on Afghan reconstruction”, RFE/RL Iran Report, vol. 4, n° 47, December 17, 2001 et “Stoic before the storm”, The Economist, June 22, 2002, pp. 45-46.

1716 RECKNAGEL, G., “Iran: Tehran seeks to win hearts, minds by aiding Afghan broadcasting (Part 2)”, RFE/RL, January 18, 2002 et “Afghanistan-Iran cultural des strengthened”, RFE/RL Iran Report, vol. 5, n° 10, March 18, 2002.

1717 “Transport, infrastructure to dominate Afghan reconstruction”, RFE/RL Iran Report, vol. 5, n° 8, March 4, 2002.

1718 “Iran to provide electricity for three western Afghan provinces”, AGOC, vol. 7, issue 11, May 29, 2002.

1719 “Téhéran et Kaboul signent un accord sur le retour des réfugiés afghans”, Associated Press, 3 avril 2002.

1720 “Tehran supports Afghan counternarcotics efforts”, RFE/RL Iran Report, vol. 5, n° 13, April 15, 2002.

1721 “Iran contends with its drug-abuse problem”, RFE/RL Iran Report, vol. 5, n° 18, May 20, 2002.

1722 Les promesses d’aide à la reconstruction de l’Afghanistan faites à la conférence de Tokyo (janvier 2002) se répartissent comme suit : Iran, 560 millions de dollars sur cinq ans ; Japon, 500 millions de dollars sur deux ans et demi ; Union européenne, 495 millions de dollars pour la première année ; Etats-Unis, 297 millions de dollars pour la première année ; Arabie Saoudite, 220 millions de dollars sur trois ans ; Pakistan, 100 millions de dollars sur cinq ans ; Inde, 100 millions de dollars annoncés ; Grande-Bretagne, 86 millions de dollars pour 2002 ; Corée du sud, 45 millions de dollars. D’après The New York Times, January 22, 2002.

1723 “Iran/Afghanistan: Karzai calls US and Iran ‘Friends’”, RFE/RL, February 24, 2002.

1724 « L’Iran soutient Karzaï, malgré sa réputation de “pro-américain” », AIT, 14 juin 2002.

1725 NAÏM., « M. Khatami veut rassurer l’Afghanistan sur les intentions de l’Iran », Le Monde, 14 août 2002 et RECKNAGEL, C, “Iran/Afghanistan: Khatami’s visit to Kabul underscores regional tensions with US”, RFE/RL, August 15, 2002

1726 “A finger in every pie. Tehran looks east”, RFE/RL Iran Report, vol. 5, n° 2, January 21, 2002.

1727 Outre son assistance à la Géorgie, Washington aide également l’Azerbaïdjan à renforcer sa marine dans la Caspienne. Voir BLANK, S., “US Military in Azerbaijan, to counter Iranian threat”, The Analyst, April 10, 2002.

1728 LELYVELD, M., “Azerbaijan-Kazakhstan Caspian accord irks Tehran”, RFE/RL, December 5, 2001.

1729 LELYVELD, M., “Caspian meeting ends with few clues on progress”, RFE/RL, January 25, 2002.

1730 LELYVELD, M., “US rejects military involvement in Caspian dispute”, RFE/RL, 15 March 2002.

1731 PEUCH, J.C., “Azerbaijan/Iran: tension over caspian, US-Azerbaijani des surfaces during talks in Tehran”, RFE/RL, May 20, 2002 et PEIMANI, H., “Will Iranian-Azerbaijani des improve after President Aliyev’s visit to Iran?”, The Analyst, June 19, 2002.

1732 LELYVELD, M.. “Caspian: Azerbaijan, Iran seek new phase in border dispute”, RFE/RL, 18 June 2002 et “Khatami Stresses Detente, Warns of Foreign Presence in Caspian”, Tehran Times, June 29, 2002.

1733 LELYVELD, M., “Another Caspian row in the making?”, RFE/RL, February 26, 2002 et LELYVELD, M., “Tehran seems to be blocking Caspian summit, RFE/RL, March 12, 2002.

1734 LELYVELD, M., “Impasse on setting sea borders continues”, RFE/RL, April 9, 2002 et PEUCH, J.C., “Ashgabat summit ends without agreement”, RFE/RL, April 24, 2002.

1735 LELYVELD, M., “Summit failure generates further concerns for future division of sea”, RFE/RL, April 26, 2002 ; LELYVELD, M., “Tensions continue following summit failure”, RIE/RL, May 3, 2002 ; COHEN, A., “Caspian fleet flexes muscle”, Eurasia Insight, May 11, 2002 et TORBAKOV, I., “Russia to flex military muscle in the Caspian sea with an eye on future energy exports”, Eurasia Insight, July 31, 2002.

1736 PEUCH, J.C., “Caspian; ‘militarization’ of the sea, myth or reality?”, RFE/RL, june 10, 2002.

1737 Voir “Iran, Russia sign agreement on North-South transport corridor”, Irna, May 22, 2002 et SPECTOR, R. A., “The North-South transport corridor”, The Analyst, July 3, 2002.

1738 “Iran and Russia sign agreement on North-South transport corridor”, AGOC, vol. 7, issue 12, June 13, 2002.

1739 RECKNAGEL, C, “Khatami tours Central Asia to press for Iran energy routes, lower US presence”, RFE/RL, April 25, 2002.

1740 “Best way to transfer Kazakh oil and gas is via Turkmenistan and Iran”, AGOC, vol. 7, issue 10, May 16, 2002.

1741 Cette déclaration précisait que Until the legal regime of the Caspian Sea is finalized, the parties (Iran and Russia) do not officially acknowledge any boundaries on this sea. Any decision and agreements referring to the legal status and me of the Caspian Sea will only have force if they are approved by all five littoral states in COE, G., “Russia-Kazak deal to divide north Caspian gains US approval”, AGOC, vol. 7, issue 12, June 13, 2002. Voir “Russia draws fine line in Caspian Sea”, AGOC, vol. 7, issue 12, June 13, 2002.

1742 H.-R. Asefi in LELYVELD, M., “Iran/Russia: Caspian division causing rift”, RFE/RL, May 17, 2002.

1743 COE, C., “Russia-Kazak deal to divide north Caspian gains US approval”, op. cit.

1744 MCCONNELL, A., “Iran announces unilateral decision to develop Caspian resources”, Eurasia Insight, June 4, 2002.

1745 JEGO, M., « L’Iran reste écarté des grands projets pétroliers de la Caspienne », Le Monde, 27 avril 2002.

1746 “Afghan pipeline route worries Iran”, RFE/RL Iran Report, vol. 4, n° 47, December 17, 2001.

1747 CALLARI, R., “Energy interests, the US government, and the post-taliban Trans-Alghan pipeline”, The Analyst, May 22, 2002 et “Afghanistan. Pakistan, Turkmenistan sign pipeline agreement”, RFE/RL Iran Report, vol. 5, n° 20, June 3, 2002.

1748 “Iran proposes joint gas projects to Azerbaijan, Turkey, Turkmenistan”, RFE/RL, Turkmen Report, June 11, 2002.

1749 “Iran Kazakhstan discuss pipeline to Persian Gulf via Turkmenistan”, RFE/RL Turkmen Report, June 17, 2002.

1750 “Caspian oil swaps with Iran to grow fivefold by year-end”, AGOC, vol. 7, issue 15, August 8, 2002.

1751 l751 Texte in PRESCOTT, J. R. V., Map of mainland Asia by treaty, Garlton, Melbourne University Press, 1975, pp. 240-241.

1752 Voir VERTZBERGER, Y., The enduring entente: Sino-Pakistani relations, 1960-1980, foreword by Thomas Perry Thornton, Published with the Center for Strategic and International Studies, Georgetown University, New York, Praeger, 1983, x-112 p.

1753 HILALI, A. Z., “China’s response to the Soviet invasion of Afghanistan”, Central Asian Survey, vol. 20, n° 3, 2001, pp. 326-327.

1754 Voir COOLEY, J. K., CIA et Jihad. 1950-2001. Contre l’URSS, une désastreuse alliance, op. cit., pp. 77-90.

1755 D. U., Youkang, “Internationalization of Afghanistan’s civil war and ils impacts” in Shanghai Institute for International Studies, The Post Cold War World, Shanghai, SUS Publication, 2000, pp. 315-316.

1756 Idem, pp. 316-317.

1757 SHI, Lan, “Xinjiangde diyuan zhenzhi” in PAN, Zhiping, Minzu zijue haishi minzu fenlie, Wulumuqi, Xinjiang renmin chubanshe, 1999, pp. 365-366.

1758 Voir NIQUET, V., « La Chine face aux défis stratégiques de l’après 11 septembre », Perspectives chinoises, n° 67, Septembre/Octobre 2001, p. 7. Les Américains ne rompront complètement leurs relations avec les taliban que quelques jours avant le 11 septembre 2001. Voir « Trois ans de liaisons secrètes entre Kaboul et Washington », Le Figaro, 30 octobre 2001.

1759 DING, Baozhong, “Shen Guofang urges peaceful solution to Afghan issue”, Xinhua in FBIS-CHI-1999-0828, August 28, 1999.

1760 “Spokeswoman on PRCs vote for sanction against Taliban”, Xinhua in FBIS-CHI-1999-1104, November 4, 1999.

1761 “China FM spokesman commente on issue of Afghanistan”, Xinhua in FBIS-CHI-2000-1221, December 21, 2000.

1762 Selon V. Niquet, en décembre 1998, un accord de coopération militaire aurait été signé entre le régime des taliban et Pékin, à la suite de la visite en Afghanistan d’une délégation militaire chinoise venue inspecter les sites des tirs de missiles américains contre les camps d’entraînements de Ben Laden. Les Chinois étaient intéressés par les missiles américains qui n’avaient pas explosé. Cité in NIQUET, V., « La Chine lace aux défis stratégiques de l’après 11 septembre », op. cit., p. 7.

1763 “Chinese diplomats to call on Taliban supreme leader”, AFP in FBIS-CHI-2000-1212, December l2, 2000.

1764 “China firm trades with Taliban”, FEER, March 15, 2001 et MURPHY, D., LAWRENCE, S., “Beijing hopes to gain from US Raids on Afghanistan”, FEER, October 4, 2001.

1765 MUNAWAR, H., “Taliban team to visit China to boost trade”, The Nation, July 4, 2001.

1766 POMFRET, J., “China strengthens ties with Taleban by signing economic deal”, International Herald Tribune, September 13, 2001.

1767 Voir “Ministry of Foreign Affairs spokesman on the reported relations between China and the Taliban”, September 15, 2001 in (www.fmpre.gov.cn/eng/).

1768 L’ostracisme dont les taliban étaient l’objet de la part de la communauté internationale offrait à Pékin un marché afghan libre de concurrence commerciale.

1769 Dans sa lutte contre les mouvements indépendantistes ouïgours, Pékin a obtenu la collaboration des partis radicaux pakistanais. Dans un article paru en mai 2001, on pouvait ainsi lire que “Important religious andjihadi organizalions of Pakistan, ncluding Jamaat-i-Islami, have once again assured the Chinese government that they are ready to help the Chinese government in every way regarding the internai situation in China. [...] In this regard, a meeting look place between Jamaat-i-Islami leaders and the Chinese ambassador before the visit of the Chinese prime minister. Jamaat-i-Islami andjihadi organizalions say that China has always supported Muslims on a number of issues, including those of Kashmir and Palestine. Therefore, all the jihadi and religious organizations should help China in solving its internai problems. These organizations have decided to help China in internai issues, including that of Xinjiang in SUHARWARDI, Muzammil, “Internal disturbances in China: Religions organizations assure cooperation”, Rawalpindi Nawa-i-Waqt in FBIS-CHI-2001-0515, May 15, 2001. Pour les mouvements radicaux pakistanais, la solidarité islamique passait donc après les intérêts nationaux du Pakistan. Cette attitude est conforme à l’évolution vers le nationalisme observée pour d’autres mouvements islamistes.

1770 Les analyses occidentales avancent des chiffres situés entre 200 et 500 individus, alors que les autorités chinoises parlent de 2 000 à 3 000 militants ouïgours ayant transité par l’Afghanistan. En l’état actuel de l’information, les deux chiffres semblent cependant surévalués. Voir la version chinoise in “Qaida network spreads globe-wide, 1 000 ‘East Turkistan’ elements slip into China”, People’s Daily, June 10, 2002.

1771 “Taleban assure China over extremists”, BBC News, July 25, 2000.

1772 Voir détails in KELLNER, T., « La Chine et la nouvelle Asie centrale. De l’indépendance des républiques centrasiatiques à l’après-11 septembre », Rapport du GRIP, Bruxelles, 2002/1, 39 p. (http://www.academia.edu/277880/La_Chine_et_la_nouvelle_Asie_centrale._De_l_ind%C3%A9pendance_des_r%C3%A9publiques_centrasiatiques_%C3%A0_l_apr%C3%A8s-11_septembre).

1773 D’après CHRISTENSEN, T. J., “Terrorism, Taiwan elections, and tattered treaties: PRC security politics front September 11 through year’s end”, China Leadership Monitor, Issue 1, n° 2, Winter 2002.

1774 POMFRET, J., “China censors anti-US reaction”, International Herald Tribune, September 15, 2001.

1775 CHRISTENSEN, T. J., “Posing problems without catching up: China’s rise and challenges for US security policy”, International Security, vol. 25, n° 4, Spring 2001, pp. 5-44.

1776 Voir la perception chinoise des Etats-Unis avant le 11 septembre in WANG, Fei-Ling, “Self-Image and Strategic Intentions: National Confidence and Political Insecurity”, ZHANG, Ming, “Public images of the United States” in In the Eyes of the Dragon. China views the World, edited by Yong Deng and Feiling Wang, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers, 1999, pp. 21-46 et 141-158 et DENG, Yong, “Hegemon on the offensive: Chinese perspectives on US global strategy”, Political Science Quarterly, vol. 116, n° 3, Fall 2001, pp. 343-365.

1777 POMFRET, J., “China’s support cornes at a price”, International Herald Tribune, September 19, 2001.

1778 “Foreign Ministry regular press conference by spokesman Zhu Bangzao”, September 18, 2001 (www.fmprc.gov.cn/eng/18183.html).

1779 PAGE, J., “China denies setting terms for war on terror”, Reuters, September 20, 2001.

1780 BENNETT, C, “Twin mission for PLA troops”, South China Morning Post, September 27, 2001.

1781 “China launches security clampdown on Afghan border territory”, ATP, September 27, 2001.

1782 “Foreign Ministry spokesman Sun Yuxi gives a press conference”, October 9, 2001 (www.fmprc.gov.cn/eng/18774.html).

1783 “China hints its Muslim Separatists fair targets in war on terror”, AFP, October 10, 2001 et “Foreign Ministry press conference by spokesman Sun Yuxi”, October 11, 2001 (www.fmprc.gov.cn/eng/18793.html).

1784 Voir “China warns war on terror should not spread to other countries”, AFP, October 10, 2001.

1785 “China calls for support against islamic separatists”, Reuters, October 11, 2001 et ECKKOLM, E., “China seeks world support in fight with its muslim separatists”, The New York Times, October 12, 2001.

1786 “Zhu Bangzao discloses bloody cases created by ‘East Tujue’ elements at home and abroad”, Peoples Daily, November 16, 2001 (english.peopledaily.com.cn/200111/16/eng20011116_84716.shtml).

1787 RPC ; Information Office of State Council, “‘East Turkistan’ terrorist forces cannot get away with impunity”, January 21, 2002 (www.china.org.cn/english/2002/Jan/255H2.hlm).

1788 ECKHOLM, E., “Official praises China for its cooperation in rooting ont bin Laden’s terror network”, The New York Times, December 7, 2001.

1789 US Commission on International Religions Freedom, Recommendations for US Policy on China, February 13, 2002 (www.uscirf.gov/reporls/13Feb02/chinarecommendations.php3).

1790 “US renews warning over repression to China following Xinjiang report”, AFP, March 23, 2002.

1791 “Us to freeze assets of Uighur muslim group under terrorism regulations”, AFP, August 26, 2002 et “US puts China muslim group on terrorist list”, Reuters, August 26, 2002. Pékin n’a produit aucune preuve de liens entre cette organisation et Ben Laden ou al-Qaïda. Pour sa part, Hasan Mahsum, le dirigeant de ce mouvement, interrogé par Radio Free Asia Uyghur Service le 22 janvier 2002, a rejeté les accusations de Pékin. Il a déclaré : The East Turkestan Islamic Party hasn’t received any financial assistance from Osama Bin Laden or his al-Qaeda organization. We don’t have any kind of organizational links with al-Qaeda or the Taliban. Involvement by some Uyghur individuals with the Taliban doesn’t mean that the East Turkestan Islamic Party has relations with the ‘Taliban’, cité in DOLET, E., “US should not support Chinese persecution of Uyghurs”, Uyghur Information Agency, February 20, 2002.

1792 Tang Jiaxuan a ainsi salué la décision américaine de placer sur la liste des organisations terroristes les « séparatistes du Turkestan oriental » et pas seulement l’ETIM. Pékin a donc directement détourné à son profit la concession que Washington lui a faite. Voir “China welcomes US stance on Anti-terrorism”, Xinhua News Agency, August 26, 2002 et “Decision to put ETIM on terror list hailed”, China Daily, August 28, 2002.

1793 voir “Full text of China’s regulations on export control of missiles, missile-related items and technologies”, August 25, 2002 (www.china-embassy.org/eng/33977.html). Voir le commentaire de cette législation in “The hidden danger in China’s new missile policy”, Stratfor, August 27, 2002 et “Pakistan and Iran are China’s main missile customers: analyst”, AFP, August 27, 2002.

1794 Les organisations ouïgoures de la diaspora dénoncent cette mesure américaine, qu’elles considèrent comme un désastre pour les aspirations des Ouïgours. Voir DOLAT, E., “The US hasjustitïed Chinese persecution of the Uyghur People”, Uyghur Information Agency, August 27, 2002.

1795 Voir Amnesty International, China: Eight against Terrorism is no excuse for repression, October 11 2001 ; Human Rights Watch, China/APEC Summit: Crackdown in Xinjiang, October 18, 2001 ; China: Human Rights Concems in Xinjiang, Octobre 2001 et Amnesty International, China’s Anti-terrorism Legislation and Repression in the Xinjiang Uighur Autonomous Region, March 2002.

1796 Ministry of Foreign Affaire of the People’s Republic of China, “Spokesperson on the establishment of the Afghan Interim Government”, December 23, 2001 in (www.fmprc.gov.cn/eng/22737.html).

1797 “China congratulates Afghans on interim Government”, Reuters, December 6, 2001 ; “China envoys to visit Kabul, mull resuming embassy”, Reuters, December 11, 2001 et “China to actively partiripate in Afghan reconstruction”, Xinhua, December 13, 2001.

1798 Chinese Ambassador presents credentials to Karzai”, Xinhua, May 2, 2002.

1799 « Visite à Pékin d’Hamid Karzaï », AFP, 23 janvier 2002.

1800 “Official of the Foreign Ministry briefs the resident journalists in Beijing about the visit of Afghan Intérim Government Chairman Karzai”, January 25, 2002 (www.fm-prr.gov.cn/eng/24381.html).

1801 VIDAILLET, T., “China Muslim separatist leader nabbed in Pakistan”, Reuters, May 27, 2002.

1802 “President Jiang Zemin meets Chairman Hamid Karzai of the Afghan Interim Government”, January 24, 2002 (www.chinaembassy-fi.org/eng/24652.html).

1803 “Chairman of Afghan Interim Administration met with Foreign Minister Tang Jiaxuan”, May 15, 2002 (www.fmprc.gov.cn/eng/30114.html).

1804 « Visite du ministre chinois des Affaires étrangères à Kaboul », AFP, 15 mai 2002.

1805 « L’Afghanistan se félicite de ses relations avec la Chine », Xinhua, 7 août 2002 (via www.afgha.net).

1806 US General hints at long-term Presence in Afghanistan”, AFP, August 22, 2002.

1807 Voir les critiques de l’unilatéralisme américain malgré le rapprochement sino-américain de l’après 11 septembre in “Unilateralist lone superpower”, China Daily, August 23, 2002.

1808 SINGH, Swaran, “The Kargil Conflict: why and how of China’s neutrality”, Strategic Analysis, vol. XXIII, n° 7, October 1999, pp. 1 083-1 094. D’autres commentateurs indiens ont considéré a contrario que la neutralité de Pékin était un blanc-seing donné à l’agression pakistanaise, la neutralité chinoise favorisant en effet le vainqueur. Voir RACHAVAN V. R., “China, India and Kashmir”, The Hindu, June 15, 1999.

1809 SMITH, C. S., “China asks that Pakistan show caution”, The New York Times, January 4, 2002 et “China backs Islamabad’s stance on Kashmir”, The Dawn, June 30, 2002.

1810 “Jiang meets Musharraf and Vajpayee, calling for peace in South Asia, China Daily, June 5, 2002.

1811 JAWED, NAQVI, “China backs efforts for easing tension, The Dawn, July 11, 2002.

1812 CHELLANEY, B., “China seeks to stem India’s budding military ties with US, International Herald Tribune, January 19, 2002.

1813 “India, China sign accord to fight terror, boost trade, Associated Press, January 16, 2002.

1814 DUGGER, C. W., “Wider military ties with India offer US diplomatic leverage, The New York Times, June 10, 2002.

1815 Visites an Pakistan notamment de Tang Jiaxuan et Xiong Guangkai.

1816 “Pakistan and China reaffirm close ties, AFP, December 20, 2002.

1817 McDONALD, J., “Musharraf backs China crackdown of Uighurs, Associated Press, December 21, 2001.

1818 “Pakistan signs military cooperation agreement with China, AFP, March 11, 2002.

1819 “China seeks middle ground in India, Pakistan Row, Reuters, January 8, 2002.

1820 NAIR, V. K., “America’s war on terrorism and Chinese strategy, China Brief, vol. 2, n° 5, February 28, 2002.

1821 NAIR, V. K., “Missile proliferation: China goes to bat for Pakistan, China Brief, vol. 2, n° 13, June 20, 2002.

1822 MOHAN, MALIK, “China’s Southern Discomfort, Asia Times, July 10, 2002.

1823 CUTLER, R. M., “The Shattering of the Sino-Russian Entente over the shape of Central Asia?, The Analyst, November 21, 2001.

1824 BURHARBAYEVA, B., “Commander: ties growing with Central Asia, Associated Press, August 23, 2002.

1825 Voir le projet de gazoduc, estimé à 18 milliards de dollars, entre le bassin du Tarim et Shanghai pour l’approvisionnement en gaz de la future capitale économique de la Chine in COODMAN, P. S., “A pipeline to the future, clogged by China’s past?”, The Washington Post, August 20, 2002.

1826 Voir SMITH, J., Changing Uyghur Identities in Xinjiang in the 1990s, PhD Dissertation, Department of East Asian Studies, The University of Leeds, March 1999, 288 p. Sur la résistance infra-politique développée par les Ouïgours face à Pékin voir BOVINC-DON, G., “The Not-so-silent Majority: Uyghur Resistance to Han Rule in Xinjiang, Modern China, vol. 28, n° l, janvier 2002, pp. 39-78.

1827 GUO, Van, “Kesuowo zhanzheng dui minzu fenlie wentide qishi, Xibei Daxue Xuebao, vol. 30, n° 4, 2000, pp. 105-110.

1828 L’Inde a exprimé un intérêt pour l’Organisation de Coopération de Shanghai. Son adhésion à cette structure pourrait être soutenue par la Russie et les autres États d’Asie centrale. Voir BAKSHI, Jyotsna, “Shanghai Co-operation Organisation (SCO) before and after September 11, Strategic Analysis, vol. 26, n° 2, April-June 2002, pp. 265-276.

1829 Sur l’Organisation de Coopération de Shanghai voir CLEASON, G., “Inter-State cooperation in Central Asia from the CIS to the Shanghai Forum, Europe-Asia Studies, vol. 53, n° 7, 2001, pp. 1 077-1 095 et MISRA, A., “Shanghai 5 and the emerging alliance in Central Asia: the closed society and its enemies, Central Asian Survey, vol. 20, n° 3, September 2001, pp. 305-321.

1830 “Whatever happened to the Shanghai Cooperation Organization?, Jamestown Monitor, vol. 7, issue 217, November 27, 200; WOLAP LAM, W., “Is China losing its high moral ground?, CAW, December 18, 2001 et BLANK, S., “China’s Deafeats in Central Asia, The Analyst, August 14, 2002.

1831 “Shanghai summit FMs meet in Beijing to tackle terrorism, China Daily, January 7, 2002; “SCO member states join to promote cultural exchanges, Xinhua News Agency, April 12, 2002; “SCO Defense ministers sign communiqué on military cooperation, People’s Daily, May 16, 2002; “6-Nation group meets in Shanghai on economic cooperation, China Daily, May 28, 2002; “Charter for Shanghai Cooperation Organization adopted at summit in Russia, Xinhua News Agency, June 8, 2002; “Shanghai Cooperation Organization approves Center of Anti-terror, China Daily, June 8, 2002.

1832 ZHENG, Yu, “Sino-Russian ties curb US pressures, China Daily, June 10, 2002.

1833 “Jiang makes four-point proposal for Sino-Kyrgyzstan ties, People’s Daily, June 25, 2002.

1834 Voir YU, B., “A ‘Nice’ treaty in a precarious world, Comparative Connections, vol. 3, n° 3, October 2001.

1835 “Putin takes high road over ABM pact withdrawal, Jamestown Monitor, vol. 7, Issue 231, December 17, 2001 et DESPIC-POPOVIC, H., « Le retrait américain d’ABM ne trouble pas la Russie », Libération, 14 décembre 2001. Voir pour la réaction chinoise, YU, B., “Moscow and Beijing adapt to a different Pax Americana, Comparative Connections, vol. 3, n° 4, January 2002.

1836 Voir les différents points de vue en Chine in YU, B., “Beautiful Relationship in a Dangerous World”, Comparative Connections, vol. 4, n° 2, July 2002.

1837 “Global times: big-power relations enter period of cooperation, People’s Daily, August 2, 2002.

1838 BLAGOV, S., “Russia, China eye Pan-Asian oil bridge, Asia Times, June 25, 2002.

1839 “Russia, China make new push to ban arms in space over US, Associated Press, June 27, 2002.

1840 La Chine disposerait de moins de 25 missiles Dongfeng 5 d’une portée de 13 000 km (15 à 20 Dongfeng 5 selon IISS, The Military Balance 1999-2000, Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 186). Sa nouvelle génération de missiles mobiles à combustible solide, le Dongfeng 31 à tête multiple d’une portée de 8 000 km, serait au stade final de développement et devrait être déployée en 2002. En 2015, elle devrait disposer d’une centaine de missiles nucléaires (ou davantage selon certains). D’après “NRDC Nuclear Notebook, Chinese Nuclear Forces, 2001, Bulletin of the Atomic Scientists, vol. 57, n° 5, September/October 2001, pp. 71-72 et “CIA highlights China missile threat, AP, January 10, 2002.

1841 WO-LAP LAM, W., “Jiang hails China-Russia relations, CNN, August 24, 2002.

1842 Voir le communiqué commun sino-russe in “Chinese, Russian PMs sign Joint communiqué, People’s Daily, August 23, 2002.

1843 Cité in SANDS, D.R., “China counters US Influence, The Washington Times, January 11, 2002.

1844 Voir LIU, Ji, “Choices for Sino-American Relations in the 21st Century, (www.china.org.cn/english/26337.htm).

1845 GRAHAM, B., “US weighs stronger relations with China. Pentagon seeks improved military ties, The Washington Post, July 22, 2002.

1846 Voir PAN, P. P., “China issues rules on missile exports, The Washington Post, August 26, 2002 et FOREMAN, W., “US welcomes Chinese missile rules, Associated Press, August 26, 2002.

1847 “Taiwan issue remains core of Sino-US Relations”, China Daily, March 6, 2002.

1848 Voir la liste des priorités stratégiques de la Chine dans CHRISTENSEN, T. J., “China, in Strategic Asia, 2001-2002, Richard Filings and Aaron Friedberg eds., Seattle, Washington National Bureau of Asian Research, 2001, p. 27 et ss. (web.mit.edu/polisci/faculty/T.Christensen.html).

1849 “China-US Relations: neither enemy nor close friend, China Youth Daily translated by Zheng Guihong, March 5, 2002 (china.org.cn).

1850 “Global times: big-power relations enter period of cooperation, op. cit.

1851 Le ministre de la Défense russe, Sergei Ivanov, a par exemple déclaré le 14 septembre que “Central Asia is within the zone of competence of the CIS Collective Security Treaty. I see no reasons whatsoever, even hypothetical, for any suppositions about conducting NATO operations from territories of Central Asian countries, members of the CIS in “Russia says nyet, others say yes to America, Jamestown Monitor, vol. 7, Issue 170, September 18, 2001.

1852 “Putin offers limited assistance to US-led antiterrorism coalition, Jamestown Monitor, vol. 7, Issue 175, September 25, 2001.

1853 “Moscow continues to back antiterror campaign, Jamestown Monitor, vol. 7, Issue 184, October 8, 2001 et “Russian politicos react to strikes against the taliban, Jamestown Monitor, vol. 7, Issue 185, October 9, 2001.

1854 “EU announces formal recognition of Russia as ‘market economy in major milestone on road to WTO membership, European Union News Release, n° 33/02, May 30, 2002 (www.eurunion.org/news/press/2002/2002033.htm) et SLEVIN, P., “US says Russia now ‘market economy’ designation follows announcement by EU, The Washington Post, June 7, 2002.

1855 Voir “Russia WTO talks ‘at dead end’, BBC News, July 3, 2001 et LELYVELD, M., “Russia: entry into WTO may be slowed, RFE/RL, August 20, 2002.

1856 ULYANOV, N., “Russian breakthrough at Kananaskis. G8 summit assumes Russian agenda, Strana.ru, June 28, 2002 (www.russianohserver.com/foregn/article/15693.html).

1857 SAS, I., “American investors in no rush to come to Russia. American praise of Russia’s investment climate no more than a polite gesture, Novaya Gazeta, June 28, 2002 (www.russianobservn.com./slmies/02/06/28/1192/15696.html).

1858 “Invest climate in Russia improving, Uncertain US Official, Dow Jones News-wires, June 26, 2002.

1859 FITCHETT, J., “War alters Caspian equation, International Herald Tribune, October 31, 2001.

1860 “Moscow seeks greater influence in global oil markets, AGOC, vol. 7, issue 15, August 8, 2002.

1861 LELYVELD, M., “Russia: are oil exports to US a new strategic trade?, RFE/RL, July 9, 2002.

1862 LELYVELD, M., “Russia: companies may join forces to export oil to US from Murmansk, RFE/RL, August 16, 2002.

1863 “Analysts believe Russia must diversify economy, AGOC, vol. 7, issue 14, July 12, 2002.

1864 Voir BRANSTEN, J., “2001 in Review: Russian foreign policy brings Moscow closer to West, RFE/RL, December 13, 2001 et “Putin and Bush hit it off in Slovenia, Jamestown Monitor, vol. 7, Issue 117, June 18, 2001.

1865 “Putin accepts US military entry in Georgia, Jamestown Monitor, vol. 8, Issue 45, March 5, 2002.

1866 Voir les déclarations de Sergei Ivanov in “Chechnya, Afghanistan said branches of one tree”, Interfax, September 25, 2001.

1867 Voir les nombreux rapports des organisations de defense des droits de l’Homme : HRW, “Human Rights in the new Russia-US relationship”, November 13, 2001 (www.hrw.org/press/2001/11/lmsh-putin.htm), HRW, “Last Seen: Continued ‘Disappearances’ in Chechnya”, vol. 14, n° 3 (D), April 2002 (www.org/reports/2()02/russchech02/) ; Rapport de Médecins Sans Frontières, Tchétchénie Ingouchie. Non-assistance à personnes en danger, janvier 25, 2002, 36 p. ; Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme, Tchétchénie. Terreur et impunité : Un système organisé, n° 328, March 2002, 56 p. Voir également les reportages de Anne Nivat sur la situation en Tchétchénie, par exemple NIVAT, A., « La Tchétchénie vit dans l’angoisse des rafles russes », Ouest-France, 1er juillet 2002 ; Une population privée de perspective, Ouest-France, 2 juillet 2002 ; NIVAT, A., “‘Zachistki’ undercut anti-terror claims in Chechnya”, RFE/RL (Press Release), August 14, 2002 et NIVAT, A., “We are the lost ones”, The Washington Post, August 21, 2002.

1868 Voir par exemple, IRA, STRAUS, “Conspiracy theories run into cold facts, The Russia Journal, May 13, 2002 ; “Former agent points finger at FSB, RFE/RL, July 25, 2002 et “Two russian journalists reflect on significance of 1999 Moscow bombings, Chechnya Weekly, vol. 3, Issue 24, August 7, 2002.

1869 Par exemple “Russian officials continue to link Chechen rebels with bin Laden, Jamestown Monitor, vol. 7, Issue 169, September 17, 200 ; “Yastrzhembsky details alleged Chechen links to Bin Laden, Jamesloum Monitor, vol. 7, Issue 187, October 11, 2001 ; “Office of Putin’s aide insists there are close ties between Chechen rebels and Al Qaeda, Interfax-AVN, January 22, 2002 et “The ‘al-quaeda’ terrorists in Chechnya, The Voice of Russia, July 24, 2002 (www.vor.ru/chechnya/commentaries_4l6.html).

1870 “West accused of ignoring Russian Human Rights abuses, Dow Jones Newswires, July 9, 2002.

1871 BOYLF., J., “Russia, Pakistan profit, Saudi loses from Septembre 11, Reuters, August 30, 2002.

1872 “Russian minister praises ‘cooperation with US in Chechen conflict, Itar-Tass, July 28, 2002.

1873 “What is Moscow’s price for cooperation?, Jamestown Monitor, vol. 7, Issue 179, October 1, 2001.

1874 XORBAKOV, I., “Russia’s growing presence in Afghanistan hints at regional rivalry with Western Powers, Eurasia Insight, December 4, 2001.

1875 “Unites States warns Moscow over move into Kabul, Jamestown Monitor, vol. 7, Issue 220, November 30, 2001.

1876 Cité in JEGO, M., « Le retour des Russes en Afghanistan », op. cit.

1877 Sur le rôle de la Russie dans l’approvisionnement en matériel militaire du Front Uni à partir principalement du Tadjikistan (base de Kulyab), voir HRW, Afghanistan. Crisis of Impunity. The Hole of Pakistan, Russia, and Iran in Fueling the Civil War, op. cit., pp. 40-45

1878 TEREKHOV, N., « A Moscou on estime que l’Alliance du Nord peutjouer un rôle important en Afghanistan », Agence Novosti, 19 juillet 2002.

1879 Voir SNESAREV, A. E., Indila kok glavnyi faklor v Sredne-Aziatskom voprosie: vzgliad tuzemtsev Indii na anglichan i ikh upravlenie. Doklad predsiedatelia Sredne-Aziatskago ot-diela Obshchestva vostokoviedieniia A.E. Sniesareva, Saint-Peterburg, Tip. A.S. Suvorina, 1906, vi-173 p. et SNESAREV, A. E., Avganislan, Moskva, Gosizdvo, 1921, 244 p.

1880 TORBAKOV, I., “Russian planners reexamining ‘Great Game’ concepts for clues on future policy, Eurasia Insight, November 28, 2001.

1881 TORBAKOV, I., “Russia worries that Afghan success will prompt US unilateralism, Eurasia Insight, January 2, 2002.

1882 Voir l’interview de Paul Wolfowitz in RASHID, A., “US signals Afghan policy shift. The Daily Telegraph, August 27, 2002.

1883 « Une importante délégation militaire russe à Kaboul », AFP, 17 août 2002 et CHRETER, V., « Les militaires russes envisagent de livrer des pièces de rechange et des équipements à l’armée afghane », Agence Novosti, 19 août 2002.

1884 Voir les déclarations de I. Ivanov in LELYVELD, M., “Russia: support for gas pipeline through Afghanistan uncertain”, RFE/RL, July 11, 2002.

1885 BLAGOV, S., “Securing Moscow’s southern flank, Asia Times, July 29, 2002.

1886 ZLOBIN, N., “Being a junior partner to the US is not demeaning Russia just needs to understand where its interests coincide with American interests, World Energy Policy Journal, June 2002 in (www.cdi.org/russia/johnson/6317-9.cfm).

1887 Selon la déclaration de Rome, les efforts de coopération entre la Russie et l’Otan devront être menés dans les domaines suivants : lutte contre le terrorisme, gestion des crises, non-prolifération, maîtrise des armements et mesures de confiance, défense contre les missiles de théâtre, recherche et sauvetage en mer, coopération entre militaires et réforme de la défense, plans civils d’urgence et menaces et défis nouveaux. Voir Déclaration des Chefs d’Etat et de gouvernement des États membres de l’OTAN et de la Fédération de Russie, Rome, 28 mai 2002 (www.nato.int/docu/ba-siclxl/b020528f.html). Sur les domaines de coopération et les limites de ces nouvelles relations voir : HUNTER, R. E., ROGOV, S. M., OLIKER O., NATO and Russia: Bridge- Building for the 21st Century: Report of the Working Group on NATO-Russia Relations, Santa Monica, Rand Corporation, WP-128-NSRD/RC, 2002, 38 p.

1888 “Russian academic sees ‘no visible benefits’ from NATO agreement”, Rossiyskaya Gazeta, May 29, 2002.

1889 NICOLET, L., « La présence américaine en Asie centrale irrite les Russes, excepté Vladimir Poutine », Le Temps, 11 janvier 2002.

1890 Voir les différentes opinions in “Russia: roundtable discusses benefits, drawbacks of US cooperation, RFE/RL, April 4, 2002.

1891 “Igor Ivanov: part of the US political elite is trying to solve international problems without taking into account other countries’ interests, RIA Novosti, July 7, 2002.

1892 “Moscow unveils plans to build nuclear reactors in Iran, RFE/RL, July 26, 2002 et PRIEST, D., “Iran’s emerging nuclear plant poses test for US, The Washington Post, July 29, 2002.

1893 La collaboration entre Moscou et Téhéran a été le principal point de divergence entre russes et américains, lors du sommet qui s’est tenu entre les deux pays en Russie, fin mai 2002. Vladimir Poutine a toutefois assuré à Washington que la coopération avec Téhéran dans le domaine du nucléaire civil respectait le principe de non prolifération et avait un « caractère purement économique ». D’après « Moscou relance ses projets de coopération nucléaire avec l’Iran », AFP, 26 juillet 2002.

1894 BAKER, P., “Putin’s concessions to US are limited by the bottom line Russia unyielding on Iran nuclear project, The Washington Post, August 16, 2002

1895 Détails in “Putin walks careful line on US antiterror policy, Jamestown Monitor, vol. 8, Issue 32, February 14, 2002.

1896 MORGAN, D., “Bush aide plays down significance of Russia-Iraq Deal. Sen Lu-gar concerned about ‘symbolic gesture’ and will discuss it with Russian Defense Minister, The Washington Post, August 19, 2002 et BARER, P., “Russian-Iraqi oil ties worry US moscow’s support for an attack on Hussein may depend on economic assurances, The Washington Post, September 1, 2002.

1897 ALEKSEYEVA, N., “Go East Young Man!, hvestiya, June 6, 2002 (www.russianob-server.com/stories/02/06/06/1108/15514.html).

1898 HERZEN, A., La Russie et l’Occident, traduction André Prud’hommeaux, Lausanne, Editions Rencontre, 1967, p. 305.

1899 FERGUSON, J., “Growing pains, Comparative Connections, vol. 4, n° 1, April 2002; FERGUSON, J., “Growing expectations: how far can rapprochement be carried forward?, Comparative Connections, vol. 4, n° 2, July 2002 et CORDOVA, A, “The transformation of US-Russian relations, US Foreign Policy Agenda, vol. 7, n° 2, July 2002 (usinfo.state.gov/journak/itps/0702/ijpe/cordova.htm).

1900 FEIFERG, “Russia: Putin’s ties with ‘Axis of Evil’ not likely to cool relations with U.S. , RFE/RL, August 21, 2002.

1901 Voir DIXIT, A., “Soldiers of Islam : Origins, ideology and strategy of the Taliban, Strategic Analysis, vol. XX, n° 5, August 1997, pp. 665-673.

1902 Voir TOBDAN, P., “The Afghan conflict and regional security, Strategic Analysis, vol. XXIII, n° 5, August 1999, pp. 719-747 et POONAM, M., “Fighting terrorism: India and Central Asia, Strategic Analysis, vol. XXIV, n° 11, February 2001, pp. 2035-2054.

1903 Voir “Pakistan had little choice on US demands: paper, The Davm, January 30, 2002.

1904 Concernant les relations indo-américaines voir RAJAGOPALAN, R., “US policy towards South Asia: the relevance of structural explanations, Strategic Analysis, vol. XXIII, n° 12, March 2000, pp. 1997-2010 ; SUBRAMANYAM, R., A., Democracies at loggerheads: security aspects of US-India relations, New Delhi, South Asian Publishers, 2001, x-218 p. et RAJAGOPA1AN, R., “Indo-US relations in the Bush White House, Strategic Analysis, vol. XXV, n° 4, July 2001, pp. 545-556.

1905 Voir BHASKAR, C. Uday, “Clinton’s visit and the Nuclear narrative, Strategic Analysis, vol. XXIV, n° 2, May 2000, pp. 207-219 et NAYAN, R., “Vajpayee’s visit and Indo-US Relations, Strategic Analysis, vol. XXIV, n° 9, December 2000, pp. 1709-1723.

1906 IMF, Direction of Trade Statistics Yearbook, Washington DC, 2001, p. 533.

1907 AYOOB, M., “South Asia’s dangers and US foreign policy, Orbis, vol. 45, n° l, Winter 2001, pp. 123-34. Egalement AYOOB, M., “India Matters, The Washington Quarterly, vol23, n° l, Winter 2000, pp. 27-39.

1908 “India to side with US on NMD, The Hindustan Times, September 2, 2001.

1909 “US considers India its partner: Blackwill, The Hindustan Times, September 4, 2001. Voir COHEN, S. P., India: emerging power, Washington, DC, Brookings Institution Press, 2001, xii-377 p.

1910 “US asks LSI chief to rein in jehadi groups, The Times of India, September 11, 2001.

1911 Voir MOSAKI, N., “New Delhi becomes Mecca for US South Asia Policy, Noviye Izvestia in CDPSP, vol. 53, n° 30, August 22, 2001, p. 17-18 et VENU RAJAMONY, “India-China-US triangle: a ‘soft’ balance of power system in the making, South Asia monitor,CSIS, March 15, 2002, pp. 20-24. Le traité d’amitié sino-russe signé enjuin 2001 a ainsi été interprété à New Delhi comme une sorte d’avertissement lancé par Moscou. Voir BAKSHI, JYOTSNA, “Post-Cold War Sino-Russian relations: an Indian perspective, Strategic Analysis, vol. 26, n° l, January-March 2002, pp. 80-117.

1912 MOHAN, C. Raja, “Let’s create a favourable climate, says Chinese envoy, The Hindu, September 5, 2001 et RADYUHIN, V., “Trilateral meet wants India, China to remove mistrust, The Hindu, September 9, 2001.

1913 “Vajpayee writes to Bush assures full cooperation, The Asian Age, September 13, 2001.

1914 Voir l’éditorial, “Seize the moment, The Hindustan Times, September 14, 2001.

1915 Voir Embassy Press Release on terrorist attacks in New York and Washington, DC, September 13, 2001 (www.indianembassy.org/special/2001/world-center.htm).

1916 “India offers USA use of its military bases, The Statesman, September 15, 2001 et THAPAR, Vishal, “India offers turnaround facilities, The Hindustan Times, September 18, 2001.

1917 Voir “Camp maps given to FBI, The Pioneer, September 14, 2001. Détails sur le US-India Counterterrmism Joint Working Group in BOUCHER, R., “US-India Counterterrorism Joint Working Group, Press Statement, Washington, DC, July 18, 2002 (www.state.gov/r/pa/prs/ps/2002/11922.htm).

1918 (Visites du général Richard Myers, du général Henry Shelton, de l’amiral Dennis Blair, du secrétaire d’Etat américain à la Défense et visite en retour du ministre indien de la Défense.)

1919 Voir Joint Statement. Third Meeting of the India-US Defence Policy Group, New Delhi, December 3-4, 2001 (www.meadev.nic.in/speeches/dej-jtslmt-indo-us.htm).

1920 Voir les exercices à venir in “More Indo-US joint military exercises, The Pioneer, September 5, 2002.

1921 Voir Joint Statement of India-US Defence Policy Group, Press release, May 24, 2002 (http ://pib.nic.in/archieve/lreleng/lyr2002/rmay2002/24052002/r240520025.html).

1922 KRISHNASWAMI, Sridhar, “India, US expanding bilateral defence cooperation, The Hindu, May 11, 2002.

1923 Le général Richard Myers en visite à New Delhi a ainsi déclaré en mars 2002 que The current level of military-to-military cooperation between our nations is unprecedented in the history of US-India relations. Our defense cooperation leads the way in the continuing transformation of our bilateral relationship in “India-US military cooperation gets boost, News India-times online, March 1, 2002.

1924 Sur ce dernier point voir VENURAJAMONY, “India-China-US triangle: a ‘soft’ balance of power system in the making, op. cit., 47 p.

1925 DATTA-RAY, S. K., “India ponders an invitation to align with America, International Herald Tribune, November 21, 2001; SCHAFFER, T., “Building a new partnership with India, The Washington Quarterly, vol. 25, n° 2, Spring 2002, pp. 31-44; MOHAN, Raj a C, “Boosting Indo-US ties, The Hindu, August 21, 2002.

1926 “Jaswant Singh laughs off US-Pakistan deal on Kashmir, The Hindustan Times, September 17, 2001 et KARLEKAR, Hiranmay, “Pakistan’s clever, clever game, The Pioneer, September 18, 2001.

1927 “Reports on Pakistan conditions false, The Hindu, September 18, 2001.

1928 “India may have been upstaged by Pakistan, The Statesman, September 18, 2001 et MOHAN, Raja C., “India and US-Pakistan ties, The Hindu, September 21, 2001.

1929 ANEJA, Atul, “Pakistan factor will not hit Indo-US ties: Blackwill, The Hindu, September 22, 2001.

1930 SLATER, J., RASHID, A., “India and Pakistan. Dangerous manœuvres, FEER, January 10, 2002.

1931 RASHID, A., “Pakistan and India. Duty calls, FEER, January 17, 2002.

1932 RASHID, A., “Give peace a chance, FEER, January 17, 2002.

1933 Les Indiens citent généralement les groupes suivants : Hizbul Mujahideen (HM) ; Jammu-Kashmir Liberation Front (JKLF) ; Lashkar-e-Taiba (LeT) ; Harkat-ul-An-sar (HuA) ; Harkat-ul-Mujahideen (HUM) ; Harkat-ul-Jehad-e-Islami (HUJI) ; Al Badar ; Tehriq-ul-Mujahideen (TUM ; Dukh-Teran-e-Millat (DTM). Voir SINHA, P.B., “PakistanThe Chief Patron-Promoter of Islamic Militancy and Terrorism, Strategie. Analysis, vol. XXI, n° 7, October 1997, pp. 1 015-1 029 ; MANN, Poonam, “Fighting terrorism: India and Central Asia, vol. XXIV, Strategic Analysis, n° 11, February 2001, pp. 2 035- 2 054 et PRAKASH, P., « Un terrorisme sponsorisé par le Pakistan », Libération, 29 décembre 2001.

1934 PRAKASH, P., « Attentat suicide au Parlement indien, New Delhi soupçonne un groupe cachemiri de l’attaque qui a fait 10 morts », Libération, 14 décembre 2001.

1935 Voir Human Right Watch, Behind the Kashmir Conflict, July 1999 (http ://www.hrw.org/reports/1999/kashmir).

1936 SWAMY, A. R., “America needs India and Pakistan, but it can’t satisfy both, International Herald Tribune, October 8, 2001.

1937 Voir l’évolution de la politique américaine à l’égard de cette question avant les attentats du 11 septembre in PALIT, P. S., “The Kashmir policy of the United States; a study of the perceptions, conflicts and dilemmas”, Strategic Analysis, vol. XXV, n° 6, September 2001, pp. 781-803.

1938 PHILIP, B., « Face à l’Inde, le Pakistan est en position de faiblesse », Le Monde, 28 décembre 2001.

1939 CODY, E., “Defining Terrorism Tricky for Pakistan, The Washington Post, January 7, 2002.

1940 Le Jaish e-Mohammed et le Lashkar-e-Taiba ont été inscrits sur la liste des groupes terroristes par Colin Powell le 26 décembre 2001 in “Jaish, Lashkar put on terror list”, The Frontier Post, December 27, 2001.

1941 CODY, E., “Defining Terrorism Tricky for Pakistan, The Washington Post, January 7, 2002.

1942 La majorité des militants islamistes arrêtés au Pakistan, en décembre et après le discours du 12 janvier, ont en fait été relâchés à la suite d’une « amnistie conditionnelle » en mars 2002. D’après HARRISON, Selig S. “Why Musharraf clings to power, International Herald Tribune, May 10, 2002.

1943 « Le Pakistan fait un geste en direction de l’Inde », Le Monde, 5 janvier 2002.

1944 « Epreuve de paix au Pakistan », Le Monde, 11 janvier 2002.

1945 ROY, O., Les illusions du 11 septembre. Le débat stratégique face au terrorisme, op. cit., p. 45.

1946 Voir texte de l’intervention in “English rendering of President General Pervez Musharaf’s address to the Nation (January 12, 2002), (www.pak.gov.pk/public/President_address.htm).

1947 « Pakistan : l’extrémisme hors la loi », Libération, 14 janvier 2002.

1948 “English rendering of President General Pervez Musharaf’s address to the Nation (January 12, 2002), op.cit.

1949 Idem.

1950 « L’Inde salue les efforts du Pakistan », Le Figaro, 13 janvier 2002.

1951 « L’Inde salue le discours pakistanais mais veut des actes », Le Monde, 13 janvier 2001.

1952 Voir “President’s address to the Nation May 27, 2002 (Text) (http://www.pak.gov.pk/public/presidentadress-27-5-2002.hlm) ; No infiltration across border, says Musharraf”, The Dawn, May 28, 2002. Le même jour, le Pakistan a procédé à un essai réussi de missile balistique Hataf-III (Ghaznavi). Il s’agissait de montrer à l’Inde qu’Islamabad était prête à se défendre contre toute menace provenant de l’armée indienne.

1953 Will there be war?, The Economist, May 25, 2002, p. 12.

1954 Voir BAKER, P., “Putin seeks role as mediator in Indo-Pakistan conflict”, The Washington Post, June 2, 2002 ; “China deeply concerned over India-Pakistan conflict”, AFP, June 6, 2002 et GRANGEREAU, P., PRAKASH, P., « Espoir de détente au Cachemire », Libération, 12 juin 2002.

1955 “17 killed in new violence in Kashmir”, Reuters, August 27, 2002.

1956 Voir “President’s address on August 14, 2002” (www.pak.gmi.pk/l4august/president-speeeh14august.htm).

1957 “Pakistan says can’t end all Kashmir incursions”, The New York Times, August 21, 2002.

1958 “Pakistan-based group calls for Kashmir poll boycott”, Reuters, September 3, 2002.

1959 LAKSHMI, R., “Indians accuse Powell of meddling”, The Washington Post, July 31, 2002.

1960 Voir par exemple clans la presse indienne “Government surrendering sovereignty to US”, The Hindu, July 31, 2002 et ‘“Big brother’ is watching”, The Pioneer, July 31, 2002.

1961 DEYOUNG, K., “Powell suggests India, Pakistan are stalled on Kashmir issue”, The Washington Post, July 29, 2002.

1962 “India, Pakistan ties at ‘lowest ebb’: Musharraf”, The Hindustan Times, September 9, 2002.

1963 Voir “Senior official challenges Armitage on India-Pakistan tension claim”, AFP, August 25, 2002 et LANCASTER, J., “Kashmir candidate killed; Islamic militants blamed”, The Washington Post, September 7, 2002.

1964 SCHAFFER, T. C, “The Kashmiri impasse: lots of activity, little movement”, South Asia Monitor n° 50, September 1, 2002. Egalement PATTANAIK, Smruti S, “Pakistan’s Kashmir policy: objectives and approaches”, Strategic Analysis, vol. 26, n° 2, April-June 2002, pp. 199-225.

1965 “No move to convert Line of o Control to border”, The Hindustan Times, September 10, 2002.

1966 Voir la proposition du Kashmir Study Group citée in JAFFRELOT, C, « Les relations indo-pakistanaises à l’épreuve de l’islamisme », Géopolitique, n° 79, Juillet-Septembre 2002, p. 40.

1967 Voir MADHAV, R., “Like Texas, like Kashmir”, The Pioneer, August 8, 2002 et VANAIK, A., “Powell’s visit”, The Hindu, August 12, 2002.

1968 Arundhati Roy citée in JACOBSEN, K., KHAN, S. H., « L’Inde à la recherche de la puissance », Le Monde diplomatique, juillet 2002, p. 21.

1969 “US aware it has no role inJammu and Kashmir issue: Sinha”, The Times of India, August 19, 2002.

1970 “India to help Afghanistan in farm sector”, The Hindu, February 28, 2002.

1971 “Afghan defence minister arrives in Delhi”, The Times of India, May 6, 2002.

1972 “Afghanistan won’t take sides in Indo-Pakistani conflict: FM”, The Times of India, June 7, 2002.

1973 KAZI, AFTAB, SAEEDI, TARIQ, “India and the politics of the trans-afghan gas pipeline”, The Analyst, August 28, 2002.

1974 Voir sur ce point ROY, M. S., “India’s interests in Central Asia”, Strategic Analysis, vol. XXIV, n° 12, March 2001, pp. 2273-2289.

1975 Détails in POONAM, M., “Fighting terrorism: India and Central Asia”, op. cit.

1976 RAHMAN, SHAIKH AZIZUR, “India strikes for Oil and Gas with military base in Tajikistan”, The Washington Times, September 2, 2002.

1977 “India stepping up diplomacy in Central Asia”, Stratfor, August 9, 2002.

1978 Details des aires de cooperation indo-kazakhes in ROY, M. S., “India-Kazakhstan: Emerging Ties”, Strategic Analysis, vol. 26, n° l, January-March 2002, pp. 48-64