Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géopolitique de la nouvelle Asie centrale

 | 
Mohammad-Reza Djalili
, 
Thierry Kellner

V. Maux, menaces et périls

Texte intégral

1Séquelles de la guerre du Tadjikistan, possibilités d’influence des conflits du Caucase et de la situation afghane, terrorisme, montée potentielle de l’islamisme, risques de dislocation de certains États, crises écologiques, développement démesuré du trafic des armes, de la drogue et de la criminalité et corruption sont les dangers auxquels les pays de l’Asie centrale sont exposés. Si l’on ajoute à ces risques la détérioration généralisée de la situation socio-économique, la politique répressive des États et la limitation des libertés publiques, force est de constater que l’Asie centrale reste dans l’ensemble une région fragile, qui n’est pas à l’abri de tiraillements et de soubresauts dont il est difficile de prévoir l’ampleur. Par contre, si l’on tient compte des prévisions pessimistes des observateurs au début des années 1990 et de l’évolution subséquente de la situation dans la région durant la dernière décennie, tout espoir ne doit pas être écarté car les peuples et les élites politiques de cette partie du monde ont jusqu’ici montré leur capacité à ne pas perdre le contrôle, à éviter les pièges, à empêcher une conflagration qui pourrait éventuellement dégénérer et embraser l’ensemble de la zone.

1. Le conflit du Tadjikistan

  • 864 Voir ATKIN, M., The subtlest battle: Islam in Soviet Tajikistan, Philadelphia, Foreign Policy Resea (...)
  • 865 Cette province compte une forte minorité ouzbèke.
  • 866 POUJOL, C., « Quelques réflexions sur l’implication russe dans le conflit tadjik : 1992-1993 », in (...)
  • 867 Concernant les forces politiques du Tadjikistan voir DUDOIGNON, S.A., « Forces et partis politiques (...)
  • 868 NEUMANN, I., SOLODOVNIK, S., “Russian and CIS peace enforcement in Tajikistan”, Centre of Russians (...)
  • 869 Voir JAWAD, N., TADJBAKHSH, S., Tajikistan: a forgotten civil war, London, Minority Rights Group, 1 (...)
  • 870 Voir détails sur le processus de paix in Politics of compromise. The Tadjikistan peace process, edi (...)
  • 871 BUCKHARD, G, Small Arms and Transfers and Disarmament: A Security Leitmotif for Tajikistan in the l (...)
  • 872 Concernant la situation de ce groupe au Tadjikistan, voir Human Rights Watch, Tadjikistan. Léninaba (...)

2Le Tadjikistan a connu entre 1992 et 1997 une sanglante guerre civile qui a opposé deux factions régionalistes du sud du pays864. Les “Gharmîs” combattaient sous la bannière de l’islam alors que les “Kulabîs”, alliés aux “Khojandîs”, l’ancienne élite politique de l’époque soviétique originaire de la province de Sogd anciennement Léninabad865, d’inspiration néo-soviétique, jouissaient du soutien de la Russie et de l’Ouzbékistan866. La phase de combats intenses s’est déroulée de mai à décembre 1992 et s’est terminée par la victoire de la faction néo-soviétique867. La guerre s’est alors transformée en un conflit de basse intensité qui s’est prolongé jusqu’en 1997. Les combats entre les forces gouvernementales, aidées par les troupes dépêchées par la Russie dans le cadre d’une action de maintien de la paix, et l’opposition se sont concentrés le long de la frontière tadjiko-afghane868. Les violations des droits de l’Homme pendant le conflit ont été particulièrement graves et étendues. La population tadjike a payé un lourd tribut au conflit. La guerre aurait fait entre 20 000 et 100 000 victimes. Environ 500 000 à 600 000 personnes ont été déplacées à l’intérieur du Tadjikistan, alors que 70 000 Tadjiks trouvaient refuge en Afghanistan et 20 000 autres gagnaient l’Ouzbékistan et la République kirghize869. En décembre 1996, des négociations de paix ont été organisées sous le parrainage de la Russie et de l’Iran. Elles ont abouti à la conclusion à Moscou le 27 juin 1997 d’un accord général sur l’établissement de la paix entre le gouvernement tadjik et l’Opposition tadjike unie (UTO)870. A la suite de cet accord a été constituée une Commission de Réconciliation nationale, chargée de traiter du problème des réfugiés, de la démobilisation des combattants de l’Opposition tadjike unie et de leur intégration dans les structures gouvernementales, ainsi que de la formation d’un nouveau gouvernement. Bien que la guerre civile tadjike ait pris fin officiellement en juin 1997, des tensions ont subsisté dans le pays. Le conflit a entraîné la fragmentation du Tadjikistan en diverses zones dont certaines échappent au pouvoir central. Le pouvoir y est exercé par des chefs militaires locaux fidèles soit au gouvernement, soit à l’Opposition tadjike unie, ou encore échappant au contrôle des deux et agissant pour leur propre compte. Ces groupes armés sont en compétition les uns avec les autres pour l’appropriation des ressources disponibles dans le pays. Ils n’hésitent pas à recourir à la violence pour atteindre leurs objectifs, ce qui bien entendu alimente l’instabilité du pays. Certains de ces chefs de guerre disposent également de ressources propres grâce au trafic de la drogue et des armes. Cet auto-financement rend la tâche de reprise en main du pays par le pouvoir central d’autant plus compliquée. Alors que l’accord de 1997 prévoyait la démilitarisation des forces armées de l’Opposition tadjike unie, certains commandants militaires refusent de rendre leurs armes871. Des confrontations armées entre les forces du gouvernement tadjik et celles de l’Opposition tadjike unie, ou entre membres de l’Opposition tadjike unie, se sont produites dans le courant de l’année 1998. Malgré le processus de pacification, toutes les forces politiques du pays ne sont pas satisfaites de l’accord de 1997. Certaines ont été négligées et tentent de faire valoir leurs revendications. C’est ainsi qu’en novembre 1998, l’ancien colonel de l’armée tadjike, Mahmud Khudoberdiev, a pris le contrôle de la ville de Khodjend dans la région de Léninabad (rebaptisée province de Sogd en 2000). Il a exigé une place dans le gouvernement tadjik. S’il a finalement été chassé par les troupes gouvernementales, son opération démontre cependant que les intérêts du groupe de Léninabad872, ainsi que ceux de la minorité ouzbèke qui représente environ 23 % de la population du Tadjikistan n’ont pas été suffisamment pris en considération lors de la négociation du processus de paix. Cette carence constitue une source d’instabilité pour l’avenir du Tadjikistan. L’épisode Khudoberdiev met également en lumière un autre facteur d’instabilité du Tadjikistan, la rivalité entre Tachkent et Moscou. En effet, si les deux États ont soutenu le gouvernement tadjik contre l’opposition durant la guerre civile, Tachkent a tissé des liens privilégiés avec la faction de Khodjend. Elle espérait ainsi s’assurer un canal pour peser sur les choix du Tadjikistan. Or, cette faction a été écartée du pouvoir par les Kulabîs dès 1995 et ses intérêts ont été négligés dans les accords de 1997, ce qui n’a pas été apprécié à Tachkent. Pour son opération de novembre 1998 sur Khodjend, le colonel Khudoberdiev a bénéficié du soutien de l’Ouzbékistan. La Russie a pour sa part fourni de l’armement au gouvernement tadjik. Moscou et Tachkent se sont donc indirectement affrontés sur le territoire du Tadjikistan. Dans l’avenir, la poursuite de la compétition pour le leadership régional entre les deux capitales pourrait donc avoir les plus fâcheuses répercussions sur la stabilité du Tadjikistan.

  • 873 GRANT SMITH, R., “Tajikistan: the rocky road to peace”, Central Asian Survey, vol. 18, n° 2, 1999, (...)
  • 874 Voir BUCKARD, C, Small Arms Transfers and Disarmament: A Security Leitmotif for Tajikistan in the l (...)
  • 875 DUBNOV, A., “United Opposition splits”, CDPSP, vol. 51, n° 42, November 17, 1999, pp. 19-20.
  • 876 PANNIER, B., “Elections fail democracy test”, RFE/RL, March 31, 2000 ; “Tajikistan. Edging towards (...)
  • 877 ROY, O., “Nuri and the future of Tajikistan”, op. cit.
  • 878 PARSHIN, K., “Tajiks continue crackdown on Mysterious Islamic Party”, Transition Online, August 200 (...)
  • 879 PANNIER, B., “Uzbekistan: Islamic Militants Renew Fighting”, RFE/RL, August 9, 2000.
  • 880 “Tajiks attack Uzbekistan”, CDPSP, vol. 52, n° 32, September 6, 2000, pp. 14-15.
  • 881 MAMADSHOYEV, M., “The Tajik Government struggle to exert greater control over military has implicat (...)
  • 882 Outre le Tadjikistan, l’Ouzbékistan, le sud du Caucase, une partie de l’Iran et de l’Afghanistan so (...)
  • 883 Voir Special Alert n°310, FAO/WFP crop and food supply assessment mission to Tajikistan, July 27, 2 (...)
  • 884 “Sécheresse en Asie centrale”, IFRC News, 30 août 2001 et PLOTNIKOVA, R., “Spectre of famine over T (...)
  • 885 “Tajikistan: food shortage predicted”, Irin, May 21, 2002.
  • 886 La population tadjike est passée de 5,2 millions d’habitants à 6,5 millions entre 1990 et 2000.
  • 887 PIRSEYEDI, B., The Small Arms Problem in Central Asia: Features and Implications, Geneva, UNIDIR, M (...)

3En plus des difficultés déjà mentionnées, le processus de réconciliation nationale prévu dans les accords de 1997 est complexe et délicat à mettre en œuvre873. Le partage du pouvoir entre le gouvernement et l’Opposition tadjike unie, la démilitarisation des groupes armés de l’opposition, ainsi que le retour à la vie civile des soldats démobilisés ne se mettent en place que lentement874. La violence politique reste endémique dans le pays où des assassinats politiques ont été perpétrés. L’opposition elle-même est divisée, comme le montre l’exclusion de l’ex-n° 2 du parti, Akbar Turajonzoda875, ainsi que l’échec qu’elle a subi lors des élections de l’hiver 2000. En outre, ni l’élection présidentielle d’octobre 1999, ni les élections du parlement tadjik n’ont été considérées par les observateurs internationaux comme véritablement démocratiques876. Malgré toutes ces difficultés cependant, le processus de partage du pouvoir avec l’Opposition tadjike unie introduit un certain pluralisme dans le système politique tadjik. Le Tadjikistan est ainsi le seul État d’Asie centrale où il existe un parti islamique légal d’opposition. Autre signe encourageant, un des principaux commandants militaires de l’Opposition tadjike unie a été nommé à la tête du ministère des situations d’urgences (Ministry of National Emergencies)877. Ces décisions ne sont pas anodines si on les compare avec la situation politique des autres républiques d’Asie centrale. Il n’est pourtant pas sûr que le président Rakhmonov se satisfasse très longtemps de cette relative ouverture de la scène politique tadjike. Les tendances autoritaires des autres dirigeants des républiques d’Asie centrale pourraient le pousser à réduire la marge de manœuvre dont jouit l’opposition. A l’été 2000, le pouvoir tadjik a ainsi lourdement sanctionné les membres du parti musulman interdit Hizb ut-tahrir878. Les incursions menées par des militants du Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO) à l’été 2000879 ont également tendu la situation au Tadjikistan entre le gouvernement et l’Opposition tadjike unie, mais aussi, sur le plan international, entre Douchanbé et ses voisins. L’Opposition tadjike unie a ainsi essuyé les critiques de l’Ouzbékistan et de la République kirghize. Ses militants ont été accusés de participer aux raids islamistes de l’été 2000 par ces deux États880. Tachkent et Bichkek accusent également le Tadjikistan de servir de voie de transit aux opérations militaires des militants islamistes sur leurs territoires881. Pour rendre encore plus difficile la tâche du Tadjikistan, la situation économique et sociale du pays, déjà très précaire, pourrait s’aggraver à très court terme. En effet, une dramatique sécheresse – la plus importante depuis 70 ans –, s’est abattue sur l’Asie centrale au cours de l’année 2000882. La FAO a annoncé que la moitié de la population tadjike risquait d’être confrontée à la famine883. La Croix-Rouge internationale a également tiré la sonnette d’alarme durant l’été 2001. Selon elle, près d’un million d’habitants du Tadjikistan étaient au bord de la famine, étant donnés les dégâts occasionnés à la production agricole par la sécheresse884. En 2002, la situation humanitaire du pays demeure préoccupante. Certaines régions du Tadjikistan risquent d’être confrontées à des pénuries graves de produits alimentaires885. Si l’on ajoute à ce phénomène la pression démographie886, la pauvreté, la corruption endémique – y compris au sein des forces armées – , ainsi que les séquelles de la guerre civile dans la société (notamment la militarisation de la vie sociale mais aussi la circulation des armes, de la drogue et le développement d’une culture du « Kalachnikov »887) on ne pourra guère s’étonner de la persistance d’une menace importante de déstabilisation du pays. Cette menace pesant sur le Tadjikistan constitue également un risque pour l’ensemble de la zone. Les répercussions d’une déstabilisation du Tadjikistan sur les autres républiques d’Asie centrale seront en effet très importantes.

2. Des conflits périphériques

a. Le Caucase

  • 888 Voir CHUFRIN, G., “The Caspian Sea Basin: the Security dimensions” in SIPRI, Sipri Yearbook 1999, O (...)
  • 889 Voir Le Caucase postsoviétique : la transition dans le conflit, sous la direction de Mohammad-Reza (...)

4La persistance depuis des années d’un certain nombre de conflits armés au Caucase888, ainsi que l’instabilité politique, la crise économique, l’effondrement des structures de l’État, l’essor de la corruption et du trafic des armes et de la drogue dans cette région, menacent potentiellement les pays d’Asie centrale géographiquement proches. Il n’est pas question ici d’entreprendre une analyse détaillée de la situation du Caucase. La complexité de cette question ne peut être abordée dans le cadre restreint du présent ouvrage889. Nous nous bornons donc à dresser à grands traits une typologie des conflits dans cette région.

  • 890 Voir HALBACH, U., “The Caucasus as a Region of Conflict”, Aussenpolitik, n° 4, 1997, pp. 358-367.
  • 891 Voir sur le conflit de Tchétchénie : DUNLOP.J. B., Russia confronts Chechnya: roots of a separatist (...)

5Au Caucase, les conflits armés en cours, les conflits apaisés mais non résolus et les conflits potentiels sont nombreux et de nature très variée, ce qui rend leur classement très difficile890. En partant de l’état actuel des conflits, il faut placer la confrontation russo-tchétchène en tête de liste, puisque la deuxième guerre de Tchétchénie qui a débuté en août-septembre 1999 se poursuit toujours à l’été 2002891. Cette guerre est très particulière car elle présente à la fois des aspects de guerre de libération nationale, de conflit ethnique, de revendication territoriale et surtout, elle signifie la mise en cause des frontières internationales de la Russie, ce qui aux yeux de Moscou est inacceptable.

  • 892 CROISSANT, M. P., The Armenia-Azerbaijan conflict: causes and implications, Westport, Praeger, 1998 (...)

6En Transcaucasie, la position russe par rapport aux divers conflits armés varie. Il ne s’agit plus ici de préserver l’intégrité territoriale de la Russie, mais plutôt de défendre ses intérêts stratégiques, politiques et économiques dans cet « étranger proche » qu’elle continue de considérer comme une zone d’influence historique, ce qui explique son intervention plus ou moins directe dans la plupart des conflits de cette région. Dans cette partie du Caucase, les affrontements armés qui ont fait rage de la fin des années 1980 jusqu’au milieu des années 1990, sont aujourd’hui apaisés dans l’ensemble. Cependant, les cessez-le-feu instaurés n’ont pas abouti à la résolution des conflits et il existe théoriquement à tout instant un risque de reprise des combats. Parmi ces derniers, on peut distinguer le conflit arméno-azéri (1988-1994) d’une part et, d’autre part, les « conflits géorgiens ». Le premier s’articule autour de la question du Haut-Karabagh, enclave arménienne située en territoire azéri, qui revendique son rattachement à l’Arménie ou, à défaut, l’indépendance. Cette revendication a engendré un grave conflit armé qui a fait de nombreuses victimes et entraîné le déplacement de centaines de milliers de personnes892. A l’heure actuelle, le Haut-Karabagh est sous contrôle arménien, contrôle qui s’exerce aussi sur la portion du territoire azerbaïdjanais reliant l’enclave à la République d’Arménie. Cette zone échappe ainsi à la souveraineté de Bakou. Depuis le cessez-le-feu intervenu en 1994, un calme relatif règne dans la région. Tous les efforts de la communauté internationale pour trouver une solution sont cependant restés vains jusqu’à présent. Les propositions de l’OSCE, chargée de trouver des moyens de résoudre ce problème à travers le groupe de Minsk (Russie, États-Unis, France), n’ont pas été jugées acceptables par les parties en présence. En Azerbaïdjan, la non-résolution de ce conflit pèse sur la situation politique interne et constitue un facteur de déstabilisation du pays.

7Les « conflits géorgiens », bien que concernant aussi des territoires autonomes au sein de la république, sont de type différent : ils n’opposent pas deux États caucasiens et relèvent de la nature multi-ethnique de la Géorgie. Le plus important de ces conflits est celui d’Abkhazie, république autonome située au bord de la mer Noire, dont les Abkhazes constituaient à peine 18 % de la population totale au moment de l’effondrement de l’URSS, contre 45 % pour la population ethniquement géorgienne. Depuis l’indépendance de la Géorgie, les Abkhazes ont réclamé le rattachement de leur république à la Russie, ce qui a entraîné une escalade dans le conflit interethnique et l’intervention des forces armées géorgiennes en août 1992. En réponse, le président abkhaze, V. Ardzinba, a lancé une offensive avec le soutien de la Confédération des peuples du Caucase et des militaires russes stationnés en Abkhazie. Les forces géorgiennes ont essuyé une cuisante défaite et la population d’origine géorgienne a été contrainte de quitter l’Abkhazie. Depuis lors, une force de maintien de la paix de l’ONU, essentiellement composée de Russes, contrôle le cessez-le-feu. L’autre conflit concerne l’Ossétie du sud. Les Ossètes représentent une population d’environ 600 000 personnes au Caucase, dont 440 000 vivaient, avant la guerre, dans la République autonome de l’Ossétie du Nord faisant partie de la Fédération de Russie, 65 000 dans la région autonome de l’Ossétie du Sud, située en Géorgie et 95 000 dans le reste de la Géorgie. Dès 1989, les Ossètes du Sud réclamèrent plus d’autonomie et le passage de leur territoire au statut de République autonome au sein de la Géorgie. Mais les démonstrations de force des nationalistes géorgiens dans la région provoquèrent la panique de la population. Des affrontements armés éclatèrent et un conflit s’engagea. Depuis, les Ossètes demandent leur rattachement à l’Ossétie du Nord, donc à la Russie, alors que les Géorgiens essayent de maintenir l’intégrité territoriale de leur État. En juin 1992, à la suite de la rencontre entre Eltsine et Chevardnadze, un cessez-le-feu fut conclu et depuis, une force de maintien de la paix a été mise en place avec la participation des Russes, des Géorgiens et des Ossètes. En fin de compte, le conflit abkhaze et le conflit ossète sont en grande partie liés aux interférences de la Russie. Ils révêtent donc un caractère néo-impérial.

  • 893 Concernant cette région voir DARCHIASHVILI, D., “Ethnic relations as security factor in Southern Ge (...)
  • 894 Sur la situation ethnique de l’Azerbaïdjan, voir MAMEDOV, A., “Aspects of the contemporary ethnic s (...)

8En ce qui concerne les conflits armés potentiels, il existe malheureusement plusieurs possibilités de déclenchement de nouveaux affrontements. Ainsi, d’autres risques de conflits de type ethnique subsistent en Géorgie (en Adjarie, région frontalière avec la Turquie où vivent plus de 400 000 Géorgiens de confession musulmane et en Djavakhétie893, région du sud de la Géorgie située près de la frontière arménienne, où 90 % des 253 000 habitants sont ethniquement Arméniens) et en Azerbaïdjan (différentes minorités et surtout les Lezghins, au nombre de 252 000, vivant au Nord Azerbaïdjan et au Sud Daghestan894).

9Une autre forme d’affrontement possible est fonction d’une éventuelle extension des conflits actuels à d’autres régions limitrophes, comme par exemple le risque de prolongement de la guerre de Tchétchénie au Daghestan ou en Ingouchie.

  • 895 Voir DIBA, B. A., “The Russian maneuvers in the Caspian Sea: Who is the hypothetical Enemy?”, Payva (...)

10Une troisième source de tensions, que l’on ne peut totalement exclure, est plutôt de nature économique. C’est le cas de l’exploitation du pétrole en mer Caspienne et de l’acheminement des hydrocarbures vers les marchés de consommation, qui peuvent engendrer rivalités et dissensions à l’intérieur comme à l’extérieur des États. Enfin, aux divergences à l’intérieur ou entre les États du Caucase, il faut aussi ajouter les risques de tensions toujours possibles avec les voisins : Russie, Turquie, Iran. En juillet 2001, comme nous l’avons vu auparavant, un grave incident maritime a opposé l’Azerbaïdjan à l’Iran à propos de la prospection pétrolière dans une zone contestée. Le risque de tensions entre Téhéran et Moscou en raison de leur désaccord persistant sur le statut de la Caspienne ne peut pas non plus être totalement écarté. Les manœuvres militaires organisées dans la mer Caspienne par l’armée russe durant l’été 2002 ont ainsi été considérées par certains observateurs comme un avertissement lancé à l’Iran par la Russie895.

  • 896 Ces mesures prévoyaient que le gouvernement des États-Unis n’accorderait aucune assistance à l’Azer (...)

11Comme le démontre le problème du tracé des oléoducs ou des gazoducs pour l’exportation des hydrocarbures des États riverains de la Caspienne, la situation du Caucase constitue un frein au désenclavement des républiques d’Asie centrale. Les conflits armés en cours, les conflits apaisés mais non résolus et les conflits potentiels sont autant de menaces qui pèsent sur ces projets. Dans le cas de l’Azerbaïdjan, l’absence de règlement du conflit du Haut-Karabakh a empêché jusqu’à une date récente Bakou de jouir pleinement de l’aide de Washington, du fait des mesures législatives américaines (Section 907 of the Freedom Support Act)896. De manière plus générale, les tensions dans le Caucase ne favorisent pas les investissements dans le bassin de la Caspienne, ralentissant d’autant l’essor économique potentiel des républiques d’Asie centrale. Une extension éventuelle des guerres dans le Caucase pourrait également peser sur les républiques centrasiatiques, en créant une zone d’instabilité à leurs frontières. Toutefois, jusqu’à présent, on n’a pas assisté à un débordement des conflits périphériques sur l’Asie centrale. Même la guerre de Tchétchénie, de loin le conflit armé le plus grave de la zone, n’a pas débordé sur cette région. Mais, dans l’avenir, il n’est pas exclu que les dynamiques conflictuelles du Caucase ne pèsent sur la sécurité des républiques centrasiatiques. En entravant leur désenclavement, elles nuisent d’ailleurs déjà à leur essor économique, ce qui les fragilise.

b. L’Afghanistan

  • 897 Voir DUPREE, L., Afghanistan, Princeton, N. J., Princeton University Press, 1980, xxiv-778 p.

12Historiquement, géographiquement et culturellement, l’Afghanistan est très lié à l’Asie centrale897. Sur le plan géographique, ce pays partage en effet des frontières communes avec trois des cinq républiques méridionales de l’ex-Union soviétique, à savoir le Turkménistan, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan.

  • 898 “Afghanistan” in CIA, The World Factbook (www.cia.gov).

45. Les frontières de l’Afghanistan898

45. Les frontières de l’Afghanistan898
  • 899 « L’Afghanistan vu par Engels », Le Monde, 30 décembre 2001.

13Comme l’avait déjà relevé Friedrich Engels dans un texte publié en 1858, la « position géographique de l’Afghanistan et le caractère particulier de son peuple confèrent au pays une importance politique qu’il ne faut pas sous-estimer dans les affaires d’Asie centrale »899. Cette constatation, valable pour le milieu du xixe siècle, est restée d’actualité un siècle et demi plus tard. En effet, outre la contiguïté géographique de l’Afghanistan avec les trois républiques de la « ceinture du Nord », toutes les formations ethniques importantes d’Asie centrale sont également présentes au sein de la population afghane, ce qui fait de ce pays le plus centrasiatique des voisins des cinq républiques ex-soviétiques.

  • 900 D’après CENTLIVRES, P., Les nouvelles d’Afghanistan, 47, avril 1990, p. 4, cité in DORRONSORO, G., (...)

46. Les groupes ethniques en Afghanistan en 1978900

46. Les groupes ethniques en Afghanistan en 1978900
  • 901 Concernant la complexité ethnique de l’Afghanistan, voir la partie ethnographique rédigée par Louis (...)
  • 902 Cité in Amnesty International, Les minorités en Afghanistan, Londres, novembre 1999 (AI : ASA 11/14 (...)

14En raison du conflit qui a ravagé l’Afghanistan pendant plus de vingt ans, il n’existe aucune statistique précise ni de la population afghane (le CIA Factbook donne le chiffre de 26 813 057 habitants en juillet 2001), ni de sa répartition entre les différents groupes ethniques901. Actuellement, on dispose au mieux d’estimations offrant une idée de l’ordre de grandeur existant entre les différentes formations ethniques du pays. En 1990, selon les Nations unies, les Pachtounes représentaient 38 % de la population afghane, les Tadjiks, 25 %, les Hazaras, 19 %, les Ouzbeks 6 % et les autres groupes ethniques 12 %902.

  • 903 RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, Paris, Autrem (...)
  • 904 Voir STOBDAN, P., “The Afghan conflict and regional security”, Strategic Analysis, vol. XXIII, n° 5 (...)

15Du fait de sa proximité géographique et ethnique, la situation politique chaotique de l’Afghanistan risquait d’entraîner de graves conséquences sur l’Asie centrale. Ahmed Rashid relevait ainsi que la crise que traversait ce pays était « le principal facteur de l’instabilité croissante dans les cinq républiques »903. Pendant le règne des taliban (1996-2001), étant donnée la porosité des frontières, la crise socio-économique, mais aussi vu la faiblesse de leurs forces armées et de leurs appareils de sécurité, les républiques d’Asie centrale étaient exposées aux dangers en provenance d’Afghanistan. Au nombre des menaces potentielles que la situation afghane faisait peser sur celles-ci, on relevait904 :

  • La propagation de l’idéologie religieuse des taliban affectant les clivages politiques internes dans les républiques centrasiatiques ;

  • L’arriération relative de la société afghane et de son économie affectant les programmes de développement économique de l’Asie centrale ;

  • La poursuite du conflit en Afghanistan et son influence négative sur le développement des voies de communication et des pipelines en direction de l’Asie du Sud (Pakistan et Inde) ;

  • L’essor du trafic des armes et de la drogue, ainsi que leurs effets délétères sur les républiques d’Asie centrale ;

  • La propagation d’un terrorisme transfrontalier lié à l’essor d’un militantisme politique islamiste ;

    • 905 Du fait de l’offensive menée par les taliban à l’été et à l’automne 2000 au nord de l’Afghanistan c (...)

    Le risque d’un afflux de réfugiés afghans au Turkménistan, au Tadjikistan et en Ouzbékistan905 ;

  • En cas d’éclatement de l’Afghanistan, le problème des frontières, étant donnée la présence de populations tadjike, ouzbèke et turkmène, importantes sur le territoire afghan ;

  • En cas de solution du problème afghan sur base d’une prééminence ethnique pachtoune sans partage, la croissance du nationalisme tadjik et la menace que ce dernier pourrait faire peser sur l’Ouzbékistan (problème de Boukhara et de Samarkand).

16Cette liste, loin d’être exhaustive, offre cependant une idée des répercussions importantes que pouvait avoir la détérioration de la situation afghane sur la stabilité de l’ensemble de la région. L’intervention américaine d’octobre 2001 en Afghanistan n’a pas fait disparaître du jour au lendemain toutes ces menaces potentielles. Nous y reviendrons lorsque nous examinerons les conséquences des attentats de New York et Washington sur l’Asie centrale.

  • 906 Le Front Uni ou Jebhe-yi Muttahid-i Islami-yi Milli baravi Nijet-i Afghanistan est composé du Jamia (...)
  • 907 CENTLIVRES, P., CENTLIVRES-DEMONT, M., « Tadjikistan et Afghanistan : les groupes ethniques de part (...)
  • 908 Sur l’implication russe et iranienne en Afghanistan voir détails in HRW, Afghanistan. Crisis of Imp (...)
  • 909 RASHID, A., L’Ombre des taliban, op. cit., p. 191.

17Pour en revenir à la situation de l’avant-11 septembre, face à l’extension du contrôle des taliban sur l’Afghanistan, à l’exception notable du Turkménistan, les autres républiques d’Asie centrale ont finalement soutenu le Front Uni qui avait la faveur de la Russie906. Bien qu’elles aient choisi de s’opposer aux taliban – après il est vrai avoir essayé de négocier avec eux comme ce fut le cas à l’automne 2000 –, leurs politiques et leurs motivations n’étaient cependant pas complètement identiques. Le Tadjikistan a sans doute été le pays de la « ceinture du Nord » le plus impliqué dans la question afghane. Douchanbé a constamment adopté des positions anti-taliban. Elle les a conservées même au moment où ces derniers engrangeaient des succès militaires importants, poussant les autres républiques d’Asie centrale à envisager de négocier un modus Vivendi avec eux. Cette implication s’explique en partie par la communauté ethnolinguistique qui existe entre Tadjiks des deux côtés d’une frontière qui a été tracée il y a seulement un peu plus de cent ans. Comme le remarquaient Micheline et Pierre Centlivres, « en ce qui concerne les populations, le nord-est de l’Afghanistan et le sud du Tadjikistan peuvent [...] être considérés comme une seule, et vaste entité, que les politiques ethniques et l’évolution socio-économique ont fait évoluer différemment de chaque côté de la frontière »907. Il faut également se souvenir qu’il y a davantage de Tadjiks en Afghanistan qu’au Tadjikistan même. Durant la guerre civile du Tadjikistan, les « islamo-démocrates », opposés aux « néo-soviétiques », ont naturellement trouvé refuge en Afghanistan. Dans l’autre sens, la prise de Kaboul par les taliban en 1996 a amené le gouvernement officiel de l’Afghanistan à se replier dans le nord du pays, créant une imbrication sans précédent entre les deux États908. Ahmad Shah Massoud qui commandait l’Alliance du nord, était en fait considéré par de nombreux Tadjiks, quelle que soit par ailleurs leur orientation politique, comme un des symboles du nationalisme tadjik. Comme l’a noté A. Rashid, les taliban, en accusant Massoud de vouloir créer un « Grand Tadjikistan », ont en fait renforcé son aura auprès des Tadjiks tant du Tadjikistan que d’Afghanistan909. Jusqu’à l’intervention américaine sur le territoire afghan, le Tadjikistan a servi de véritable plaque tournante pour la livraison de l’aide russe, iranienne ou indienne au Front Uni.

18L’Ouzbékistan s’est également impliqué dans le conflit afghan en jouant la carte ethnique et « laïque ». Tachkent a ainsi principalement soutenu le général ex-communiste d’origine ouzbèke Abdurashid Dostom, qui dirige une force composée de combattants ouzbeks originaires du nord de l’Afghanistan. Mais après la chute de Mazar-i Sharif, bastion de Dostom en 1997, cette carte a perdu de sa valeur. Dostom s’est réfugié en Turquie avant de reparaître sur la scène afghane. Face à la poursuite de l’avancée des taliban, Tachkent, qui n’entretenait pourtant pas d’excellentes relations avec Téhéran, a permis à l’aide iranienne de transiter par son territoire pour atteindre les autres composantes du Front Uni.

19Quant à la République kirghize, qui n’a pas de frontières communes avec l’Afghanistan, elle n’a pas fourni d’aide militaire directe aux factions afghanes. Elle soutenait toutefois politiquement le Front Uni et a également laissé transiter de l’aide matérielle à travers son territoire en direction des troupes de Shah Massoud.

  • 910 “Exclusive interview with Boris Shikhmuradov on Afghan Conflict, situation in Turkmenistan”, RFE/RL (...)
  • 911 Sur l’importance du soutien pakistanais aux taliban voir RASHID, A., L’Ombre des taliban, op. cit., (...)
  • 912 PANNIER, B., “Central Asia: joint military exercise practices common defense”, RFE/RL, March 29, 20 (...)
  • 913 “Central Asian States split on Taliban policy”, Eurasia Insight, October 31, 2000.

20Si le caractère transfrontalier des ethnies présentes sur le sol de l’Afghanistan a été un facteur favorisant l’intervention du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan dans les conflits afghans, ce facteur n’a pas joué dans le cas du Turkménistan. Achkhabad n’a pas pris le parti des Turkmènes afghans, qui ne possèdent d’ailleurs pas de formation politique organisée à l’intérieur du pays. Au contraire, le pouvoir a ordonné en 1996 de repousser par la force des réfugiés turkmènes qui tentaient de franchir la frontière et en a expulsé des milliers d’autres qui essayaient de gagner son territoire pour échapper aux persécutions en Afghanistan910. Ceci étant, le Turkménistan, malgré sa neutralité officielle, a collaboré davantage avec les taliban qu’avec le Front Uni, en raison du projet de gazoduc vers le Pakistan. C’est la seule république d’Asie centrale qui, tout en maintenant des certains contacts avec le Front Uni, s’est concilié les taliban. Ces liens avec Kandahar lui ont valu d’être totalement épargnée par les incursions du Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO) de Juma Namangani, basé en Afghanistan et soutenu par les taliban. Les autres républiques d’Asie centrale, après quelques hésitations, de même que l’Iran, l’Inde et la Russie ont, pour leur part, tenté de contenir la poussée du mouvement taliban soutenu, principalement par le Pakistan911. Dès 1998, les ministres des Affaires étrangères et les ministres de la Défense du Kazakhstan, de l’Ouzbékistan et du Tadjikistan ont rencontré les autorités russes pour tenter de coordonner leurs actions politiques et militaires contre ce mouvement. Mais malgré les victoires militaires des taliban, il a fallu attendre le printemps 2000 pour que les républiques d’Asie centrale organisent en collaboration avec Moscou des manœuvres militaires communes (Southern Shield 2000)912. La coopération des républiques d’Asie centrale s’est difficilement mise en place. A l’automne 2000, un observateur remarquait qu’il n’y avait en fait aucune coalition anti-taliban en Asie centrale. Il ajoutait : “maybe there is understanding, but there is no coordination913. Les républiques centrasiatiques se méfient généralement de leurs voisins et particulièrement des intentions du président ouzbek, Islam Karimov. Ce dernier cherche en effet depuis l’indépendance à faire de l’Ouzbékistan la puissance régionale dominante en Asie centrale. Face à cette pression ouzbèke, la coopération des républiques entre elles est restée délicate à mettre en œuvre.

  • 914 “Dostum tapped to help exterminate Taliban”, CDPSP, vol. 52, n° 12, April 19, 2000, p. 23.
  • 915 RASHID, A., “Islamic Movement of Uzbekistan’s incursion assists the Taliban”, op. cit..
  • 916 « L’Iran reconstruit l’alliance anti-taliban », The Nation, 4 avril 2000.

21Devant la crise politique qui se perpétuait en Afghanistan, des initiatives visant à coordonner la résistance afghane anti-taliban ont toutefois été prises. En raison de sa méfiance tant envers la Russie qu’envers la composante tadjike de la résistance afghane anti-taliban, Tachkent ne s’y est que très progressivement ralliée. Elle a d’abord tenté de négocier directement avec les taliban. Pour le président Islam Karimov, l’essentiel était de trouver un compromis avec ces derniers, afin qu’ils ne soutiennent pas le Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO) dirigé par Juma Namangani et Tohir Yoldoshev. Le MIO était en effet officiellement accusé d’avoir perpétré à Tachkent l’attentat du 16 février 1999, qui visait personnellement le président ouzbek. Les négociations de juin 1999 avec le mollah Omar à Kandahar n’ont cependant abouti à aucun résultat, Tachkent refusant de reconnaître le gouvernement des taliban et ces derniers excluant de livrer les militants du MIO. Pendant la même période, Tachkent a également exercé des pressions sur le Tadjikistan, qu’il accusait de protéger le mouvement de Namangani. En réponse, le Mouvement islamique d’Ouzbékistan a lancé un appel au jihad contre le gouvernement de l’Ouzbékistan en août 1999. Alors que les taliban poursuivaient leur conquête du nord de l’Afghanistan, Tachkent a décidé d’organiser, avec le soutien de Téhéran, une rencontre entre son protégé, le général Dostom, et Ahmad Shah Massoud dont elle se méfiait jusqu’ici en raison de son origine tadjike et de l’orientation idéologique de son mouvement. Les deux hommes se sont rencontrés le 19 mars 2000 à Termez, dans le sud de l’Ouzbékistan et ont eu des discussions concernant la reprise de la coopération militaire entre leurs troupes contre les taliban914. A cette occasion, le président Karimov avait rejeté la proposition visant à l’établissement d’une base anti-taliban dans la ville de Termez située à la frontière afghane – ce que demandait la Russie –, pour que le général Dostom puisse menacer le nord du pays. Les avertissements des taliban l’avaient semble-t-il fait reculer915. A la suite de cette réunion, afin de reformer l’Alliance du nord et de renforcer ses chances face aux taliban, l’Iran avait également favorisé la réconciliation entre les deux chefs ouzbeks rivaux, le général Dostom et le général Abdullah Malik916.

  • 917 BURKE, J., “The makings of a quagmire in Central Asia”, Eurasia Insight, August 23, 2000.
  • 918 RASHID, A., “Namangani’s foray causes concern among Central Asian Governments”, Eurasia Insight, Fe (...)
  • 919 Voir “Central Asian States split on Taliban policy”, op. cit. et PANNIER, B., “Uzbekistan: Official (...)
  • 920 “Afgan Northern Alliance to fight Uzbek Islamic Extremists”, Interfax, March 18, 2001.

22Durant l’été 2000, le Mouvement islamique d’Ouzbékistan lançait sa deuxième campagne en direction de la vallée du Ferghana. En août, les présidents du Kazakhstan, de la République kirghize, de l’Ouzbékistan et du Tadjikistan rencontraient Sergueï Ivanov à Bichkek pour tenter une nouvelle fois de coordonner leurs actions contre les militants islamistes917. Mais les désaccords et la méfiance des républiques centrasiatiques entre elles, et aussi à l’égard des intentions de Moscou, ont continué à limiter la coopération, la bornant en fait à de simples déclarations d’intention918. La ligne anti-taliban adoptée par Karimov au printemps et à l’été 2000 devait subir une nouvelle inflexion durant l’hiver de cette année. Le président ouzbek, au grand dam de la Russie, tentait une fois encore de négocier directement avec Kandahar à propos du MIO919. Face à l’enlisement des négociations, dans une nouvelle volte-face, l’Ouzbékistan reprenait, au printemps 2001, ses positions anti-taliban et recevait Abdullah, le ministre des Affaires étrangères du gouvernement Rabbani. Ce dernier déclarait à la suite de sa visite à Tachkent que les troupes de l’Alliance du nord allaient combattre également le Mouvement islamique d’Ouzbékistan920.

  • 921 CHIPAUX, F., « Les taliban contrôlent désormais la quasi-totalité de l’Afghanistan », Le Monde, 28  (...)
  • 922 ABRAMOVICI, P., « L’histoire secrète des négociations entre Washington et les taliban », Le Monde D (...)
  • 923 A travers ce programme, Washington a fourni, durant l’année 2000, 3 millions de dollars d’aide à la (...)
  • 924 Les taliban étaient déjà soumis depuis novembre 1999 à un embargo aérien concernant la compagnie na (...)
  • 925 GRANGEREAU, P., « Les taliban au ban des Nations unies. L’ONU renforce ses sanctions contre le régi (...)

23De leur côté, les taliban, aidés par des officiers et des « volontaires » pakistanais, par les militants du Mouvement islamique d’Ouzbékistan et les troupes « arabo-afghanes » de Ben Laden, avaient repris leur progression. Durant l’été 2000, avec la prise de la ville de Taloqan, qui servait jusque-là de capitale au Front Uni, les forces des taliban s’étaient installées aux frontières du Tadjikistan, coupant les lignes vitales d’approvisionnement de la résistance anti-taliban et accentuant leurs pressions sur Tachkent et Douchanbé. Massoud était pour sa part obligé de se replier dans la province du Badakhshan, dans l’extrême nord-est de l’Afghanistan. Les taliban contrôlaient désormais environ 80 % du territoire afghan. La situation du Front Uni était devenue précaire, au point que ses soutiens iranien, russe ou ouzbek commençaient à douter de ses capacités d’action921. Parallèlement au soutien accordé au Front Uni, les États voisins de l’Afghanistan, réunis au sein du Groupe 6+2 (les six pays voisins de l’Afghanistan (Iran, Pakistan, Chine, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan, plus la Russie et les États-Unis) sous la supervision de l’ONU tentaient de trouver une solution de compromis avec le régime de Kandahar922. Aucun arrangement ne s’est cependant dégagé dans le cadre de ce forum. En septembre 2000, Washington qui avait commencé à renforcer son assistance militaire aux républiques d’Asie centrale depuis avril de cette année à travers le “Central Asian Border Security Initiative923, décidait de placer le MIO sur la liste des groupes terroristes. L’accroissement de l’assistance américaine était un signe très positif pour les républiques centrasiatiques. A la suite de la chute de Taloqan, étant donnée la présence de Ben Laden aux côtés des taliban et leur refus de le livrer, Washington et Moscou présentaient conjointement aux Nations unies en décembre 2000 un projet de résolution renforçant les sanctions déjà prises contre le régime de Kandahar924. Le Conseil de sécurité adoptait le 19 décembre, par 13 voix et deux abstentions (Chine et Malaisie), la résolution 1333 qui imposait un embargo sur les armes à l’encontre des seuls taliban, la fermeture de tous leurs bureaux de représentation à l’étranger, une interdiction de voyager hors d’Afghanistan pour les responsables taliban et un embargo aérien renforcé925.

  • 926 “Head of US Central Command press roundtable in Tashkent”, Washington File, May 21, 2001 (www.usemb (...)
  • 927 McMAHON, R., “Central Asian neighbors crucial to Afghan sanctions plan”, RFE/RL, Augusts, 2001.
  • 928 WEISBRODE, K., “Afghanistan stalemate fosters reevaluation of stabilization tactics”, Eurasia Insig (...)
  • 929 « Massoud n’avait pas obtenu d’aide directe de la France », AFP, 16 septembre 2001.

24La fin de l’année 2000 et le début de l’année 2001 ont ainsi vu se développer progressivement un climat de coopération entre la Russie et les États-Unis en Asie centrale. A l’occasion de sa tournée en mai 2001 dans les républiques centrasiatiques, le général Tommy Franks, commandant en chef de l’US Cent-com, interrogé par l’AFP sur la compatibilité des intérêts de Moscou avec ceux de Washington en Asie centrale avait déclaré à Tachkent : “I believe you used exactly the right word when you spoke of the interests of the United States and Russia : ‘intersect’. I believe that our interests do intersect. I do not believe that they compete. Of course, the nations in the region, as well as Russia and the United States, have a common goal, and that is stability and security in Central Asia. Of course, there will be military to military contacts and relationships between the Uzbek military and that of the Russian Federation, as well as similar interaction between the Uzbek military and the Armed Forces of the United States of America926. Cette déclaration démontrait que désormais les deux États avaient pris conscience de leurs intérêts communs dans cette région et écartaient la compétition au profit d’une forme de coopération. Alors qu’en Asie centrale, la coopération se mettait progressivement en place entre Moscou et Washington, les taliban, de plus en plus crispés, après avoir ordonné la destruction des Bouddhas de Bâmiyân en mars 2001927, reprenaient l’offensive contre les réduits de la résistance à leur mouvement au printemps et à l’été 2001928. La situation très difficile dans laquelle se trouvait le Front Uni avait amené Massoud à entreprendre, en avril 2001, une tournée en Europe, afin d’alerter l’opinion internationale sur les dangers de la situation afghane, mais aussi pour obtenir des Européens qu’ils exercent des pressions sur le Pakistan, principal soutien politique et militaire du régime de Kandahar. Rien de vraiment concret n’était cependant sorti de sa tournéeeuropéenne929.

  • 930 PANNIER, В., “Tajikistan: government claims Uzbek terrorist not in their country”, RFE/RL, January  (...)
  • 931 Voir CHETERIAN, V., « La vallée de Ferghana, cœur divisé de l’Asie centrale », Le Monde diplomatiqu (...)
  • 932 PANNIER, В., “Uzbekistan/Kyrgyzstan: Prime Ministers agreed on land swap”, RFE/RL, April 26, 2001 e (...)
  • 933 PANNIER, В., “Central Asia: Ryrgyz, Tajiks complain about Uzbek landmines”, RFE/RL, November 29, 20 (...)

25En réponse aux positions politiques hostiles adoptées par les républiques centrasiatiques, les taliban avaient offert, dès 1999, un sanctuaire au Mouvement islamique d’Ouzbékistan, en échange de sa participation à la lutte contre l’Alliance du nord. Fort du soutien politique des taliban, le Mouvement islamique d’Ouzbékistan a lancé trois campagnes militaires en 1999, 2000 et 2001 en République kirghize et en Ouzbékistan. Si la menace que faisait peser la situation afghane sur l’Asie centrale constituait une base de coopération entre les États de la région, les raids menés par Namangani ont en fait accentué les tensions entre l’Ouzbékistan d’un côté et le Tadjikistan et la République kirghize de l’autre930. Ces derniers étaient accusés par Tachkent de ne pas lutter efficacement contre les incursions des militants du MIO voire, dans le cas du Tadjikistan, de les abriter. Il semble que Namangani ait eu des contacts avec certains dirigeants du Parti de la Renaissance Islamique aux côtés desquels il avait combattu pendant la guerre civile. Peut-être le Tadjikistan a-t-il également utilisé la carte Namangani pour faire pression sur Tachkent, qui a soutenu le colonel Makhmud Khudoyberdiev, responsable d’une incursion militaire dans le nord du pays en novembre 1998931. En tout cas, l’Ouzbékistan a exercé de très fortes pressions sur ses voisins, en recourant notamment aux coupures de gaz en plein hiver. Afin de pouvoir contrôler son enclave de Sukh, Tachkent a également tenté de faire accepter à Bichkek la cession d’une bande de territoire, ce qui a provoqué des tensions au sein de la classe politique kirghize932. Pour protéger son territoire des incursions des militants de Namangani, Tachkent a également miné les frontières avec ses voisins933 et n’a pas hésité à expulser les réfugiés tadjiks arrivés au moment de la guerre civile. Cette politique, loin de rapprocher les trois républiques, a au contraire contribué à accroître les tensions entre elles et à créer un climat peu propice à la coopération.

  • 934 PANNIER, В., “Russia: Terrorism forges bond between Moscow and Central Asia”, RFE/RL, January 26, 2 (...)
  • 935 TORBAROV, I., “Putin’s threats to bomb the taliban meant for central asian ears”, Eurasia Insight, (...)
  • 936 “Moscow imposes sanctions on Taliban”, CDPSP, vol. 52, n° 20, June 14, 2000, pp. 25-26.
  • 937 PANFILOV, O., “Russian military base in Khujand: ambition or necessity?”, Eurasia Insight, June 12, (...)
  • 938 PANNIER, В., “Tajikistan: Uzbek President criticizes proposed Russian base”, RFE/RL, April 9, 1999.
  • 939 Voir ZAMON, Nizomi “Is Juma Namangani a trump card in a mysterious geopolitical game?”, Eurasia Ins (...)

26Avant l’intervention américaine d’octobre 2001, la progression des taliban a permis à la Russie de renforcer son influence sur l’Asie centrale. Jouant des craintes des républiques centrasiatiques face au radicalisme islamique, Moscou s’est présentée comme le garant de la sécurité régionale934. La Russie était en effet considérée, en Asie centrale, même par Tachkent et sans doute à contre-cœur, comme le seul choix possible pour assurer la stabilité régionale face à cette menace. Afin de s’affirmer dans son rôle de protectrice de la région, Moscou a menacé le régime des taliban de frappes aériennes préventives935. Mais ce message était davantage destiné aux républiques d’Asie centrale qu’aux taliban. La Russie entendait favoriser l’accroissement de sa coopération avec les États de la région dans le domaine militaire. Le président Poutine avait ainsi abordé ce sujet, de même que celui des livraisons d’armes à Ahmad Shah Massoud, lors de sa visite au Tadjikistan et en Ouzbékistan en mai 2000936. Moscou cherchait également à renforcer sa présence militaire directe dans la région. Avec l’assentiment du Tadjikistan où elle déployait déjà 20 000 hommes, elle envisageait ainsi d’établir une nouvelle base militaire dans la région de Khodjend937, ce qui n’était pas forcément du goût de Tachkent. Le président Karimov avait, dès 1999, critiqué ce projet938. Cette région est en effet le foyer d’une importante minorité ouzbèke que Tachkent n’a pas hésité à instrumentaliser face à Douchanbé. Elle y jouit d’une forte influence du fait de son soutien à la faction des Khojandîs pendant la guerre civile. La présence russe risquait de réduire son poids dans la région. Si le président Karimov a encouragé Moscou à lui livrer des armes et de l’équipement pour lutter contre le radicalisme islamique, en revanche, il semblait beaucoup plus réticent à l’idée d’une intervention directe des troupes russes. Le risque était sans doute trop grand de voir Moscou s’implanter davantage en Asie centrale, sous le prétexte de la lutte contre les taliban. Cette situation aurait gêné les ambitions de Tachkent en Asie centrale et au Tadjikistan en particulier. La position russe était d’ailleurs elle-même ambiguë. La Russie a utilisé la menace créée par l’avancée des taliban et a sans doute instrumentalisé le Mouvement islamique d’Ouzbékistan939 pour renforcer son influence en Asie centrale mais, sur le fond, Moscou n’envisageait pas de s’impliquer sur le territoire afghan. Elle n’en avait ni la volonté ni les moyens militaires.

  • 940 DeTEMPLE, J., “Central Asian Rapid Reaction Force support gathered”, Eurasia Insight, May 3, 2001.
  • 941 KHACHATRIAN, H., “Creation of rapid deployment force marks potential watershed in Collective Securi (...)
  • 942 “Russia rethinks its Central Asia strategy”, Eurasia Insight, March 20, 2001.
  • 943 Aleksei Malashenko in BRANSTEN, J., “Afghanistan: report of Masood’s demise unleashes speculation o (...)

27Sous la présidence de Vladimir Poutine, Moscou a continué à considérer la lutte contre le radicalisme islamique comme essentielle à la stabilité de l’Asie centrale et donc à la sécurité de la Russie. En mai 2001, dans le cadre du Traité de sécurité collective, Moscou a ainsi patronné, en collaboration avec l’Arménie, la Biélorussie, la République kirghize, le Tadjikistan et le Kazakhstan, la création d’une force de réaction rapide destinée notamment à lutter contre le radicalisme islamique940. En Asie centrale, il était prévu qu’une force de 3 000 hommes serait mise sur pied en août 2001. Elle comprendrait des unités kirghizes, tadjikes, kazakhes et aussi des éléments russes de la 201e division, déjà déployée au Tadjikistan. L’objectif de cette force était de prendre part à la lutte contre les infiltrations du MIO941. On notera que l’Ouzbékistan a décliné l’offre de Moscou. Mais l’axe politico-militaire destiné à assurer à Moscou le maintien de sa sphère d’influence en Asie centrale a toutefois progressivement perdu son exclusivité au profit du renforcement des liens économiques942. Pour la Russie, malgré la rhétorique officielle, les taliban ne constituaient pas une véritable menace. Comme le déclarait Aleksei Malashenko en septembre 2001, “the Taliban do not directly threaten Moscow not Moscow, not Kazan, not Ufa, not even Chechnya. In this respect, the threat is exaggerated and it is aimed at the outside, I would say. Russia is using this threat to try to demonstrate, at times rather successfully, that it is a barrier to Islamic radicalism943.

  • 944 Voir ICG, “Incubators of conflict: Central Asia’s localised poverty and social unrest”, Asia Report (...)
  • 945 Voir ROY, O, L’échec de l’islam politique, Paris, Seuil, 1992, 251 p.
  • 946 Voir CHIPAUX, F., « 1994-2001, les sept ans de malheur du mollah Omar », Le Monde, 7 décembre 2001 (...)
  • 947 SAYED, S., « Ben Laden est un “prétexte”, estime le mollah Omar », Reuters, 19 septembre 2001 et «  (...)

28Par rapport à l’Asie centrale, on peut aussi se demander dans quelle mesure l’idéologie des taliban constituait un réel risque pour les républiques. En fait, le discours islamiste rencontre dans cette région un certain écho, en raison de l’incapacité de gouvernants centrasiatiques, souvent corrompus, à assurer les besoins élémentaires de leurs populations944. La répression indiscriminée, menée notamment par le pouvoir ouzbek, a également contribué à renforcer sa résonance sur la scène régionale. Les taliban pour leur part semblaient réticents à s’engager au-delà des frontières de l’Afghanistan. Dans leur stratégie, ces derniers avaient le choix entre deux bases de légitimité : soit donner la priorité à l’enjeu national afghan et s’atteler à la reconstruction d’un État islamique en Afghanistan, soit promouvoir la solidarité islamique transfrontalière. L’expérience d’autres mouvements islamistes montrait que la première de ces orientations était la plus probable945. Néanmoins, l’influence de l’idéologie internationaliste de Ben Laden sur le mollah Omar a progressivement modifié l’orientation du mouvement946. La tournure prise par les événements après le 11 septembre 2001 a démontré que la solidarité islamique prenait le pas sur l’objectif national, puisque le régime des taliban a choisi sa propre destruction plutôt que de livrer Ben Laden à Washington947. L’intervention militaire américaine consécutive aux attentats du 11 septembre 2001, et le renversement du régime des taliban qui en a découlé, ont modifié profondément la configuration géopolitique de l’ensemble de la région. Cette situation nouvelle fait l’objet d’un chapitre spécifique en dernière partie de cet ouvrage.

3. Une menace islamiste ?

29Il n’est évidemment pas question de retracer ici, même sommairement, la riche histoire de l’islam en Asie centrale. Quelques rappels sont cependant utiles pour comprendre l’environnement dans lequel le renouveau islamique, qui s’est développé dans les républiques centrasiatiques avant même leur indépendance, a pris place et pour tenter ensuite d’évaluer le risque de croissance de l’islam politique dans cette région.

  • 948 The Samanids and the revival of the civilization of Iranian peoples, edited and translated by Iraj (...)
  • 949 VOLL, J. O., “Central Asia as a Part of the Modem Islamic World” in Central Asia in historical pers (...)
  • 950 Voir History of civilizations of Central Asia, vol. 4, Part II, The age of achievement: A.D. 750 to (...)

30D’un point de vue historique, l’Asie centrale est une vieille terre de culture islamique. Dès le viiie siècle de notre ère, à la suite de la conquête arabe, la religion musulmane y a pénétré et s’y est implantée progressivement, d’abord dans le sud habité principalement par les sédentaires des villes-oasis, pour gagner ensuite – avec parfois il est vrai des périodes de recul –, le nord et les territoires steppiques où vivaient des populations nomades. Rapidement, les villes de Boukhara, conquise en 709 par les guerriers arabes et devenue capitale de la prestigieuse dynastie islamo-iranienne des Samanides (875-999) à partir de 892948, et Samarkand, conquise également par les Arabes en 712, sont devenues des foyers dynamiques de culture islamique. Leur aura dans le monde musulman ne déclinera qu’après la conquête russe du xixe siècle. Avec l’adoption du shi’isme comme religion officielle en l’Iran sous la dynastie des Safavides au xvie siècle, ces deux villes seront également considérées comme des sanctuaires de l’orthodoxie sunnite face au shi’isme perse. De manière générale, si on observe l’histoire de la région dans sa longue durée, les interactions entre l’Asie centrale et le reste du monde musulman n’auront en fait été réduites que pendant la courte période stalinienne. Il faut se souvenir que ni la conquête mongole, ni l’adoption du shi’isme par l’Iran, ni enfin la conquête russe, n’ont interrompu les relations entre l’Asie centrale et le reste du monde musulman sunnite. Comme l’écrivait au début des années 1990 John Voll, “[...] it is possible to argue that the Muslim communities of Central Asia, whether independently as Sunni states, or under Russian imperial or Communist rule, were not so isolated from the rest of the Islamic world that they lost touch with the basic identity, and frequently they participated in significant interactions with other Muslims949. Il n’est donc pas étonnant de voir aujourd’hui l’islam refleurir dans cette région. Ce phénomène était d’autant plus prévisible que la contribution de l’Asie centrale en général et singulièrement des persanophones de la région à la culture et à la religion musulmane est historiquement considérable950.

  • 951 GABORIEAU, M., « Préface » in L’islam en Asie du Caucase à la Chine, Paris, La Documentation frança (...)
  • 952 Voir les articles de Thierry ZARCONE, Ikromiddin OSTONQULOV et Razia SULTANOVA, in « L’Ordre Qâdiri (...)
  • 953 Voir BABAJANOV, B., « Le renouveau des communautés soufies en Ouzbékistan », Cahiers d’Asie central (...)

31Contrairement à une perception occidentale commune attribuant la création de la civilisation de l’islam aux seuls Arabes, il faut insister sur l’importance fondamentale de cette région dans sa formation et dans ses réalisations culturelles. Comme Marc Gaborieau le rappelait récemment, dès le viiie siècle, « les centres de création du monde musulman se sont décalés vers l’est : le Khorasan entendu au sens large Iran oriental, Transoxiane (Ouzbékistan), Afghanistan occidental , alors peuplé d’Iraniens, a fourni les bases de l’enseignement religieux avec les grandes collections classiques des Traditions du Prophète ; celles-ci servirent à l’élaboration des écoles de droit shaféite et hanafite, qui à leur tour jouèrent un rôle de premier plan dans la fondation des madrasa, les séminaires médiévaux pour l’enseignement des sciences religieuses dont le modèle doit plus à l’Asie centrale (et au Bouddhisme que l’islam a cotoyé dans cette région pourrait-on ajouter) qu’au monde arabe »951. Outre l’école juridique et théologique sunnite du hanafisme, qui se développe dès le ixe siècle dans les centres urbains de la région, comme Boukhara, Samarkand ou Ouzgend, avant de rayonner sur tout le monde musulman et de jouer le rôle d’école officielle dans l’empire ottoman, l’apport centrasiatique à l’islam est également essentiel dans le domaine du soufisme. Des confréries aussi prestigieuses que l’Yassawiyya, qui a été un des vecteurs principaux de l’islamisation des peuples turcs de la steppe, ou encore la Naqshbandiyya dont le fondateur, Muhammad Bahâ’ud-din (1317-1389), repose près de Boukhara, se sont constituées dans cette région, avant d’essaimer dans le monde islamique. D’autres mouvements soufis, comme la Qâdiriyya952, y ont également trouvé un terrain fertile. La confrérie Naqshbandiyya, la plus populaire en Asie centrale, va jouer pour sa part un rôle essentiel dans l’histoire centrasiatique, en devenant l’acteur principal du processus de réislamisation de la région après les ravages de la conquête mongole au xiiie siècle. Plus tard, elle prendra également la tête de la résistance face à la puissance russe puis soviétique. Cette confrérie est aujourd’hui en pleine renaissance953.

  • 954 AKINER, S., The Formation of Kazakh Identity. From Tribe to Nation-State, Former Soviet South Proje (...)
  • 955 FOURNIAU, V., Histoire de l’Asie centrale, op. cit., pp. 71 et 98.
  • 956 DUDOIGNON, S. A., « Islam d’Europe ? Islam d’Asie ? En Eurasie centrale (Russie, Caucase, Asie cent (...)

32Parmi les populations nomades de l’Asie centrale (Kazakhs, Kirghizs et Turkmènes), le processus d’islamisation sera plus progressif que chez les sédentaires des villes-oasis du sud de la région. Ainsi chez les Kazakhs, mis en contact avec l’islam dès 1043, la religion musulmane progressera réellement entre le xvie et le xviiie siècle. La conquête par les Kazakhs en 1598 de la ville de Turkestan qui abrite le mausolée de Ahmad Yasawi, grand mystique du xiiie siècle, fondateur de la confrérie de la Yassaviyya et auteur du Divân-i Hikmet (Le livre de la Sagesse), fera d’eux les gardiens de l’un des lieux de pèlerinage les plus prestigieux de l’islam centrasiatique. De nombreux Khans kazakhs seront ensevelis par la suite à cet endroit, ce qui renforcera le lien entre identité kazakhe et islam954. Au xixe siècle cependant, certains intellectuels très russifiés – comme Chokhan Valikhanov –, réfutaient toutefois le fait que la religion islamique soit une composante de l’identité des Kazakhs955. Malgré cette prise de position extrême qui pourrait laisser penser que l’empreinte de la religion musulmane sur les nomades d’Asie centrale est ténue, il faut souligner le fait que l’islamisation tardive ne signifie pas qu’elle soit superficielle. Au contraire, comme l’a relevé S. Dudoignon, dans le monde nomade, la conversion à l’islam et la mémoire de cet événement jouent aujourd’hui encore un « rôle fondateur dans la pratique religieuse proprement dite comme dans la réinvention constante des identités communautaires »956. Il faut donc rester prudent quant à l’évaluation du degré d’islamisation chez les Kazakhs, les Kirghizes et les Turkmènes, islamisation que les observateurs ont parfois tendance à minimiser.

  • 957 Voir ROY, O., Islam in the Soviet Union: from the second World War lo Gorbachev, London, Hurst, 200 (...)
  • 958 Bakhtiyar Babajanov notait à propos de la situation de l’Ouzbékistan que « vers les années 1960-197 (...)
  • 959 Voir les travaux pionniers d’Alexandre Bennigsen et Chantale Lemercier-Quelquejay : BENNIGSEN, A., (...)
  • 960 Voir BABAJANOV, B., « Le renouveau des communautés soufies en Ouzbékistan », op. cit., pp. 285-288.
  • 961 Selon Habiba Fathi, « une otin est un personnage religieux féminin qui s’occupe au quotidien de la (...)
  • 962 Concernant les « islams d’Asie centrale » selon l’expression de Catherine Poujol voir POLIAKOV, S.P (...)
  • 963 Selon O. Roy, on passe du fondamentalisme, défini comme la « volonté de revenir aux textes fondateu (...)
  • 964 A propos des mosquées, S. Akiner note ainsi qu’au Turkménistan, on est passé de 4 mosquées en 1989 (...)
  • 965 ROY, O., « Le rôle de l’Islam en Asie centrale et au Caucase », op. cit., p.  25.
  • 966 S. Hunter remarque qu’en Asie centrale, “(a) section of the population still considers religion and (...)
  • 967 L’islam d’Asie centrale appartient dans sa grande majorité à l’école juridique et théologique sunni (...)
  • 968 Pendant la Perestroïka, l’Asie centrale a connu une période de « revivalisme » intense de la religi (...)
  • 969 Les informations sur la vallée du Ferghana sont tirées de l’étude suivante : BABADJANOV, B., “The F (...)

33Du fait du caractère pluriséculaire de l’histoire de l’islam dans la région, de son empreinte sur la vie des sociétés centrasiatiques et aussi du lien étroit qui unit identité culturelle et islam au sein des populations de la région, les 1970 années de domination soviétique, malgré la rigueur de la politique anti-religieuse, n’ont pas réussi à déraciner l’islam de l’Asie centrale957. Il n’a jamais complètement disparu pendant l’ère soviétique, même si l’orientation communiste athée du régime a laissé des traces substantielles dans les sociétés centrasiatiques958. Les acteurs de son maintien pendant la période soviétique ont été le clergé officiel contrôlé par Moscou, mais aussi ce que les Soviétiques eux-mêmes avaient baptisé l’« islam parallèle », c’est-à-dire les mollahs, souvent autoproclamés, qui échappaient au contrôle du pouvoir et agissaient clandestinement dans le cadre de groupes de solidarité traditionnels959. Les confréries soufies (tarika), malgré la répression à laquelle elles ont été confrontées, ont également joué un rôle important dans la survie des formes locales de l’islam960. Enfin, il faut également souligner – notamment pour l’Ouzbékistan –, le rôle des femmes, particulièrement celui des « institutrices coraniques », les otin, dans la préservation de l’islam traditionnel en Asie centrale961. Ces dernières joueront d’ailleurs, après l’indépendance des Républiques, un rôle central dans la ré-islamisation des sociétés centrasiatiques. Dans les dernières années de la Perestroïka et après l’indépendance, on a en effet assisté dans toutes les républiques d’Asie centrale à un phénomène de ré-islamisation conservatrice des sociétés962. Cette réislamisation correspond à une redécouverte du patrimoine et de l’idendité des sociétés centrasiatiques, à une réappropriation culturelle mais aussi à une reconquête d’un passé dénigré à l’époque soviétique, voire complètement occulté. Ce phénomène, qui a gagné en visibilité tout au long des années 1990, a été accompagné, encouragé et aussi encadré par les gouvernants centrasiatiques. Cette ré-islamisation des sociétés centrasiatiques, qui peut prendre des formes très conservatrices d’un point de vue social, ne doit cependant être confondue ni avec le « fondamentalisme », même si cette tendance existe en Asie centrale, ni avec le « radicalisme islamique »963. Depuis le début des années 1990, l’accroissement de la pratique religieuse, l’observance des rites islamiques, l’ouverture d’établissements d’éducation religieuse, la ré-ouverture de lieux de cultes autrefois transformés en musées, la production de littérature religieuse, la reprise du pèlerinage vers La Mecque mais aussi vers les lieux saints locaux, ainsi que la construction de mosquées, ont sans doute constitué les signes les plus perceptibles du retour de l’islam964. En Asie centrale, l’islam est redevenu « un facteur culturel important »965, une composante de l’identité nationale et du nationalisme même des États centrasiatiques ainsi qu’une référence identitaire obligée pour les élites nationales966. La référence à l’islam permet aux États et aux populations d’Asie centrale de prendre leurs distances par rapport à l’ancienne métropole et de s’affirmer face à l’ancien colonisateur. Mais l’islam qui a ré-émergé en Asie centrale n’a pas uniquement pris des formes traditionnelles liées à l’école hanafî très présente dans la région. Des recherches récentes ont montré que l’islam dans sa version néo-hanbalí967 c’est-à-dire une forme d’islam plus fondamentaliste puisqu’elle n’accepte comme source de la loi que le Coran et la Sunna et rejette par exemple le culte des Saints, très présents dans l’islam soufi ou dans l’islam populaire d’Asie centrale, s’est aussi développé en Asie centrale durant la période soviétique avant même la Perestroïka968. Un des centres les plus actifs de ce mouvement était la vallée du Ferghana969. Cette entité géographique est en effet historiquement un bastion de l’islam. Pour cette raison, elle a été la cible de campagnes de propagande athéïste sévères à l’époque soviétique. Malgré la rigueur de la répression, ou peut-être en raison même de cette dureté, l’islam populaire s’est adapté pour survivre, avant de connaître un retour spectaculaire au début des années 1980, au point d’être perçu comme une menace pour le monopole idéologique détenu par le parti communiste. Parallèlement à ce phénomène, dès les années 1960-1970, de petits groupes religieux non-officiels, désavouant le conformisme du clergé officiel aux ordres de Moscou, mais aussi le retour d’une pratique islamique qu’ils considéraient comme hétérodoxe (par exemple le culte des Saints), ont commencé à prospérer dans cette région. Certains de ces groupes étaient dirigés par les descendants d’oulémas traditionalistes qui avaient échappé aux purges soviétiques. Face à la progression vigoureuse de l’islam populaire, le pouvoir soviétique a, semble-t-il, pensé pouvoir utiliser ces groupes fondamentalistes pour le contrer et l’affaiblir. Par son action, il va ainsi favoriser leur enracinement et leur propagation. Ces groupes vont entrer en contact avec la littérature fondamentaliste comme celle du Pakistanais Abû Al-A lâ Al-Mawdûdî (1903-1979) ou de l’Egyptien Sayyed Qotb (1906-1966). Lorsque le pouvoir soviétique se rendra compte que ces groupes lui échappent et que leurs discours se sont politisés, il sera trop tard. Ils auront eu le temps de s’implanter dans la vallée du Ferghana. Profitant du climat de la Perestroïka, des groupes nationalistes sont également apparus. Le pouvoir soviétique, considérant ces derniers comme plus dangereux, va se détourner de la question des groupes fondamentalistes. Cette désaffection imprudente de la part du pouvoir central leur permettra de s’organiser et de gagner en audience sous couvert du phénomène de ré-islamisation qui progressait alors en Asie centrale et était particulièrement vigoureux dans la vallée du Ferghana. D’abord financés par des capitaux locaux, les groupes fondamentalistes vont ensuite recevoir après la chute de l’URSS, l’aide financière des missionnaires originaires des États du Golfe et du Pakistan. Dans leurs valises, ces missionnaires ne transportaient pas que des devises, ils ont aussi été le vecteur d’une nouvelle vague de diffusion d’idées et de littératures radicales, bientôt traduites dans les langues des Républiques. Des contacts ont, semble-t-il, été établis entre ces missionnaires et les groupes « fondamentalistes » locaux. Avec l’indépendance, l’Asie centrale a rétabli la communication avec un monde musulman dont elle avait été séparée pendant plus de 70 ans. Cette reprise de contacts aura pour conséquence sa mise en rapport direct avec les divers courants de pensée qui traversent les sociétés musulmanes modernes, dont l’idéologie islamiste radicale. Au moment de l’indépendance, la diffusion des idées radicales, principalement au Ferghana, va être facilitée par l’existence d’un terreau particulièrement favorable auquel va s’ajouter le travail de certains missionnaires originaires d’Arabie Saoudite, du Pakistan ou de Turquie, la situation socio-économique désastreuse de la région et enfin la politique répressive que l’État ouzbek, dirigé par d’anciens apparatchiks communistes ignorant d’autres méthodes, va rapidement mettre en œuvre.

  • 970 Détails sur ce personnage in DUDOIGNON, S. A., « Islam d’Europe ? Islam d’Asie ? En Eurasie central (...)
  • 971 ROY, O., The Foreign Policy of the Central Asian Islamic Renaissance Party, op. cit., p. 3. Sur cet (...)
  • 972 OLIMOVA, S., OLIMOV, M., “The Islamic Renaissance Party” in Politics of compromise. The Tadjikistan (...)
  • 973 RASHID, A., The Résurgence of Central Asia. Islam or Nationalism?, op. cit., p. 245.
  • 974 Au moment du déclenchement de la guerre civile, ce dernier quittera le pays pour se réfugier en Ira (...)
  • 975 Voir sur le dialogue inter-tadjik depuis mars 1993 jusqu’aux accords de 1997, IMOMOV, A., SAUNDERS, (...)
  • 976 ROY, O., “Islam et politique en Asie centrale”, op. cit., p. 58.
  • 977 Voir RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, op. cit. (...)
  • 978 OLIMOVA, S., “Political islam and conflict in Tajikistan” in Political Islam and conflicts in Russi (...)
  • 979 Tajik opposition head recalls meeting with Taliban leader, Q&A with Said Abdallah Nouri”, Eurasia (...)
  • 980 Tajik Islamic Party leader vigorously denies Bin Laden link”, Eurasia Insight, February 13, 2002.
  • 981 OLIMOVA, S., “Political islam and conflict in Tajikistanin Political Islam and conflicts in Russi (...)
  • 982 Namangani, de son vrai nom Jumabai Khojiev, est originaire de Namangan dans la vallée du Ferghana. (...)
  • 983 RASHID, A., “Pamirs offer IMU secure base”, Eurasia Insight, April 10, 2001.
  • 984 ZAMON, Nizomi, “Is Juma Namangani a trump card in a mysterious geopolitical game?”, Eurasia Insight (...)
  • 985 RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, op. cit., p.  (...)
  • 986 DAVRON, V., “IMU movements may press Tajikistan to forefront of security concerns”, Eurasia Insight (...)

34Du courant de pensée néo-hanbalî que nous venons d’évoquer rapidement sont issus certains des principaux acteurs radicaux apparus fin des années 1980, début des années 1990 en Asie centrale. Le rôle de Muhammadjân Hâjjî Mullâ Rustamov, mieux connu sous le nom de Dâmla Hindustanî (1892-1989), dans la diffusion de ce courant de pensée doit être souligné970. Ce personnage a été le maître à penser même s’il a pris ses distances à la fin de sa vie avec ses anciens élèves , de certains des dirigeants les plus importants des organisations radicales apparues en Asie centrale. Fondée à la fin de l’URSS, la première formation politique islamiste a été créée en juin 1990 à Astrakhan. Il s’agissait du « Parti islamique du Renouveau » (PIR), dont la branche tadjike, mise sur pied en octobre 1990 (Hizb-i Nehzat-i-Islami) comptait dans ses rangs d’anciens élèves de Dâmla Hindustanî comme Abdallah Saidov mieux connu sous le nom de Mollah Abdallah Nouri et Mohammed Sharif Himmatzadeh. Sur le plan idéologique, le « Parti islamique du Renouveau » était proche des Frères musulmans ou du Jama’at-i Islami pakistanais971. Au Tadjikistan, pays marqué par un fort régionalisme, il s’est implanté dans les zones dont les habitants se considéraient comme sous-représentés au sein du pouvoir central communiste. Le discours radical permettait en fait de mobiliser les forces politiques contre les élites au pouvoir à Douchanbé. Cependant, malgré la rhétorique en faveur de l’établissement d’un État islamique, la branche tadjike du PIR est rapidement devenue le porte-parole et le représentant des intérêts de la population de la vallée de Qarateghin où est située la ville de Gharm972. C’est d’ailleurs en tant que représentant des intérêts des habitants de cette région, plutôt que comme un parti islamique, qu’il était perçu par la population du Tadjikistan973. La base de pouvoir du PIR était également essentiellement régionale, ce qui ne l’empêchait pas d’avoir des sympathisants ailleurs, même au sein de l’islam officiel tadjik (notamment le Qazi du pays depuis 1988, Akbar Turajonzoda)974. En décembre 1991, le PIR comptait officiellement 20 000 membres. Cette formation participera aux élections pour la nomination du Président de la République tadjike à l’automne 1991. Au printemps 1992, le PIR aura des représentants au gouvernement de réconciliation nationale mis sur pied à Douchanbé. Il sera cependant écarté du pouvoir par le déclenchement de la guerre civile en décembre de cette année. Pendant les cinq années de guerre civile qui vont déchirer le pays, il jouera un rôle essentiel aux côtés des démocrates du mouvement “Rastokhez” et des Ismaéliens du Pamir (Lali Badakhshan), opposés au gouvernement de Douchanbé. Depuis les accords de paix qui ont mis fin à la guerre civile le 27 juin 1997, le PIR participe au gouvernement de réconciliation nationale mis en place au Tadjikistan975. Au sein de ce gouvernement, l’Opposition tadjike unie, dont le PIR est une composante essentielle, s’est vue accorder 30 % des postes. C’est le seul cas en Asie centrale où le pouvoir est partagé avec l’opposition. Si on analyse l’évolution politique de la branche tadjike du PIR depuis 1992, on constate que le discours du mouvement s’est modéré, sa revendication en faveur d’un État islamique a ainsi perdu de son acuité. Il a également suivi un cheminement conforme à l’orientation « islamo-nationale », observée par la plupart des mouvements islamistes du Moyen-Orient. La branche tadjike du PIR s’est ainsi progressivement « nationalisée ». Elle a graduellement inscrit son action politique dans le seul cadre de l’Etat tadjik, faisant passer au second plan son discours « internationaliste » au profit de la défense de l’intérêt national du Tadjikistan. En 1996, le PIR, qui avait trouvé refuge en Afghanistan depuis 1992, a ainsi préféré s’allier à Ahmad Shah Massoud, d’origine tadjike, plutôt qu’aux taliban pachtounes qui l’avaient pourtant soutenu et qui progressaient vers le nord du pays. Le mouvement a ainsi opté pour la solidarité ethnique au détriment de l’internationalisme radical. Selon O. Roy, après avoir intercepté l’avion qui ramenait Abdallah Nouri au Tadjikistan en octobre 1997, les taliban auraient tenté une dernière fois de le convaincre de reprendre le jihad à leur côté, ce que ce dernier a refusé976. A la suite de la guerre civile, incapable semble-t-il de dépasser le régionalisme qui le caractérisait, le PIR a toutefois perdu de sa puissance. En réintégrant le jeu politique, il s’est fragmenté en diverses tendances977. Le mouvement s’est divisé en deux grands courants opposées, les « traditionnalistes », eux-mêmes divisés en « qadimistes » et en « fondamentalistes » ces derniers étant proches de l’idéologie véhiculée par l’école Déoband , et en radicaux islamistes, dont le groupe le plus important formerait le parti Taqfir fondé à Gharm978. Ce dernier ne jouirait pas d’un large soutien auprès de la population. Redevenu un parti islamique modéré participant à la vie politique du Tadjikistan, le PIR joue désormais, selon A. Rashid, le rôle d’opposition parlementaire dans le pays. Cette situation est unique en Asie centrale, où les partis islamiques sont partout interdits. En ce qui concerne la présence de mouvements radicaux au Tadjikistan, nous avons vu que les dirigeants du PIR pas forcément tous ses militants, il est vrai , ont adopté une attitude modérée depuis 1997. Au moment de la crise afghane à l’automne 2001, alors que certains observateurs craignaient qu’il ne s’aligne sur Kaboul, le président du Parti Islamique du Renouveau, Abdallah Nouri, a choisi de ne pas soutenir les taliban contre Washington. Cette prise de position, conforme à celle qu’il avait déjà adoptée en 1997979, démontre une fois encore que le facteur ethnique a joué contre la prétendue solidarité islamique, Nouri préférant soutenir l’Alliance du nord, principalement composée de Tadjiks, plutôt que les taliban pachtounes. Sa modération n’a pas empêché le PIR d’être accusé à l’occasion de la campagne américaine d’entretenir des liens avec Ben Laden, ce qu’Abdallah Nouri a catégoriquement réfuté. Il a ainsi déclaré à ce propos : “I want to stress again that I don’t know Osama bin Laden and have never met and maintained contacts with him. When we had been living for five years in Afghanistan, bin Laden, despite ail his wealth, had not offered even a piece of bread to our refugees. We have not even heard about him. He arrived in Afghanistan in 1996 when we were already returning home from emigration980. Pour éclaircir ce point, Abdallah Nouri aurait d’ailleurs rencontré des représentants américains à Douchanbé. Selon Saodat Olimova, la situation de l’islam est aujourd’hui contrastée au Tadjikistan. L’islam dans ses diverses variantes présentes sur le territoire tadjik jouerait en effet un rôle différent selon les régions. D’après son analyse, “in the foothills of Pamir there is theocratic rule and in northern Tajikistan there is secular authoritarianism with a subordinated position for the clerics. There is a totally different situation in the Khatlon and Gorno-Badakhshan regions. In Khatlon it is possible to see practically all types of Islam’s cœxistence with the regime. Furthermore, the Sufi pirs are extremely influential with their differing views of political Islam and Islam’s future in general. In Gorno-Badakhshan, the secularized populations regard Ismai’lism more as an ethno-political movement than a faith. Islamism is making a comeback together with an explosion of the Badakhshan people’s national self-awareness981. Par rapport au radicalisme islamique, si son attrait semble avoir globalement diminué au sein de la population du Tadjikistan, il n’est cependant pas exclu que certains groupes ou certaines factions au sein du PIR envisagent de recourir à la mobilisation radicale, et peut-être à la violence, pour arriver au pouvoir à Douchanbé. Certains contacts personnels avec des militants basés en Afghanistan, notamment au sein du Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO), ont par exemple été maintenus au moins jusqu’à l’intervention américaine dans ce pays. L’établissement de ces relations interpersonnelles entre certains combattants tadjiks du PIR et militants ouzbeks du MIO remonte à la période de la guerre civile au Tadjikistan. Juma Namangani982, futur chef militaire du MIO, a ainsi combattu aux côtés du PIR pendant le conflit. Il était en effet placé sous les ordres de Mirzo Ziyoyev, le neveu de Abdallah Nouri. Refusant les accords de 1997, il s’était retiré et s’était installé dans la région de Tavildara au Tadjikistan983. Il ne quittera cette base qu’en 1999, face aux pressions ouzbèkes sur le gouvernement tadjik. Ce départ ne l’empêchera pas de franchir la frontière afghane et de transiter par le Tadjikistan, les années suivantes pour lancer ses opérations militaires en direction de la République kirghize et de l’Ouzbékistan, bénéficiant sans doute de la complicité de groupes tadjiks. Ainsi pendant l’hiver 2000-2001, des combattants du Mouvement islamique d’Ouzbékistan ont traversé la frontière du Tadjikistan dans des circonstances mystérieuses, avant de retourner en Afghanistan984. Il n’est pas exclu que certaines personnes au sein du gouvernement tadjik (notamment Mirzo Ziyoyev, selon A. Rashid) et aussi peut-être en Russie, considérant Namangani comme un instrument à opposer à l’Ouzbékistan, aient en fait soutenu secrètement son mouvement985. Au début de l’année 2002, des informations, difficilement vérifiables, circulaient également quant à la possibilité d’un regroupement dans la région de Tavildara des combattants survivants du Mouvement islamique d’Ouzbékistan après la campagne militaire américaine en Afghanistan986. Le gouvernement tadjik ne contrôle pas réellement l’ensemble de cette zone et il n’est pas exclu que dans leur fuite, les combattants survivants du Mouvement islamique d’Ouzbékistan, aient reçu l’aide d’anciens combattants du PIR ayant refusé de participer au processus de réconciliation nationale mis en œuvre après les accords de 1997. Ils seraient nombreux dans les régions de Tavildara et de Kofarnihon.

  • 987 Voir AKINER, S., Tajikistan: Disintegration or Reconciliation?, London, Royal Institute of Internat (...)
  • 988 Chiffres cités in OLIMOV, M., OLIMOVA, S., “Political Islam in Central Asia”, Casianet early warnin (...)
  • 989 PARSHIN, K., “Tajik Government fears fundamentalist spread”, Eurasia Insight, March 27, 2001.
  • 990 ICG, “Tajikistan: An Uncertain Peace”, Asia Report, n° 30, Osh/ Brussels, December 24, 2001, pp. 9- (...)

35Si le danger du radicalisme islamique existe au Tadjikistan, il faut cependant relever le fait qu’avec l’expérience de la guerre civile, il a perdu de son attrait987. Un sondage réalisé à l’automne 2000 dans la région de Douchanbé et de Khodjend a montré que 98 % des personnes interrogées n’étaient pas intéressées par les activités des mouvements radicaux, alors que 78 % considéraient que l’État et la religion devaient être séparés988. Au moment des élections de 2000, le PIR n’a remporté que 7,5 % des voix. Les foyers radicaux au Tadjikistan sont aujourd’hui localisés notamment dans la vallée de Quarateghin, où une partie de l’électorat traditionnel du PIR, déçu par la politique de compromis de ce dernier depuis 1997, semble s’être radicalisée. Plus surprenant, on en trouve également dans la province de Sogd (anciennement province de Léninabad), située au nord du pays et considérée comme que plus laïque, mais où l’élite locale a le sentiment d’avoir été écartée du pouvoir. C’est à partir de cette région que l’action du Hizb ut-tahrir al-islami (Parti de la Libération de l’Islam), qui est un mouvement « néo-fondamentaliste » pour reprendre une typologie établie par Olivier Roy , aux ramifications internationales importantes, notamment en Europe occidentale et aux États-Unis, se serait développée au Tadjikistan à partir de 1998989. Dans cette province, ce mouvement serait particulièrement actif entre autres auprès des jeunes de Safarabad, Gissar et Khodjend990. La situation socio-économique très difficile du pays, l’immobilisme du gouvernement où siège pourtant le PIR, la corruption, mais aussi la globalisation et l’occidentalisation constituent autant de facteurs propices à l’essor de cette nouvelle forme de radicalisme islamique. Il pourrait prospérer à nouveau au Tadjikistan, en raison notamment de son orientation sociale. Le radicalisme islamique demeure également le principal vecteur de protestation contre les régimes politiques en place en Asie centrale. Dans le cas du Tadjikistan, il pourrait à nouveau servir d’instrument de mobilisation des forces politiques pour les factions régionalistes ou les groupes ethniques (on pense ici aux Ouzbeks du Tadjikistan), qui se considèrent lésés par les accords de 1997 dont ils ont été écartés. La situation dans la province de Sogd devra faire l’objet d’une vigilance particulière à ce propos. Par ailleurs, le fait que certains commandants militaires et anciens combattants du PIR restent à l’écart du processus de réconcilation nationale constitue un facteur de risque pour l’avenir.

  • 991 Sur ce parti et son idéologie voir ROY, O., The Foreign Policy of the Central Asian Islamic Renaiss (...)
  • 992 DUDOIGNON, S. A., « Islam d’Europe ? Islam d’Asie ? En Eurasie centrale (Russie, Caucase, Asie cent (...)

36Outre la branche tadjike, une branche ouzbèke (Islam Uyghonish Partyasi) du « Parti islamique du Renouveau », avait également été fondée en janvier 1991991. Elle tiendra un seul congrès avant d’être interdite. Le PIR ouzbek, également implanté principalement dans la vallée du Ferghana, n’a pas acquis le poids de son homologue tadjik dans la vie politique du pays. Alors que le parti comptait environ 50 000 sympathisants, principalement dans les villes de Andijan et Namangan, situées dans la vallée du Ferghana, le gouvernement ouzbek a entrepris de le réprimer dès 1992. Son chef, Abdullah Outaev, a ainsi été arrêté dès décembre 1992 et a disparu depuis lors. Des centaines de membres du parti ont également été emprisonnés. Après la première vague de répression du début des années 1990, certains parmi les sympathisants de la branche ouzbèke du PIR vont rejoindre le Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO), qui fera parler de lui à partir de 1999. Contrairement à la branche tadjike, confrontés au choix entre le projet « islamo-national » et l’internationalisme islamique, les éléments de la branche ouzbèke du PIR qui ont rejoint le MIO vont choisir la seconde option en s’alliant aux taliban à la fin des années 1990. En plus des branches tadjike et ouzbèke, il existait également une branche kazakhe du PIR, formée surtout de non-Kazakhs (Ouïgours et Ouzbeks), ainsi qu’une petite section kirghize regroupant, semble-t-il, plutôt des Ouzbeks (région de Och) que des Kirghizs992. Ces deux formations sont cependant numériquement très faibles.

  • 993 Informations tirées de MUMINOV, A., “Traditional and modem religious-theological schools in Central (...)
  • 994 D’après RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, op. c (...)
  • 995 Détails sur Tohir Yoldoshev tirés de RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques (...)
  • 996 Voir le chapitre de cette étude consacré au problème du trafic de la drogue en Asie centrale.

37En Ouzbékistan, en plus de la branche nationale du PIR, on trouvait également au début des années 1990 des groupes islamistes principalement implantés dans la vallée du Ferghana. On peut ainsi citer Tovba (Repentance), qui aurait été actif entre 1992 et 1995, et Islam Lashkarlari (les Combattants de l’Islam), regroupés autour de la mosquée Ata’ Wali han Tura à Namangan. Selon Ashirbek Muminov, ce dernier groupe se subdivisait en deux ailes : Adolat (Justice), et ceux qu’il nomme les « Wahhabites »993. Les membres de « Adolat » avaient apparemment à cœur de faire régner l’ordre public et la justice là où les forces de l’ordre étaient déficientes. Ce groupe sera éliminé par le pouvoir ouzbek en mars-avril 1992. Quant à l’activité des « Wahhabites », elle consistait en discussions religieuses sous la conduite de Tohir Yoldoshev. Au début des années 1990, les « Wahhabites », selon la classification de Ashirbek Muminov, avaient créé une soixantaine de cellules regroupant entre 20 et 50 personnes. Certaines rejoindront par la suite le Hizb ut-tah-rir al-islami, dont les activités vont se développer en Asie centrale dans les années 1990. A la suite de la répression exercée par les autorités ouzbèkes au début des années 1990, un certain nombre d’adhérants de ces groupes a trouvé refuge au Tadjikistan puis en Afghanistan. Le parcours de Tohir Yoldoshev est exemplaire à ce propos. Dès décembre 1991, ce dernier a opté pour la confrontation avec les autorités à l’occasion d’une visite de Islam Karimov. Début 1992, il passe au Tadjikistan où il aurait participé à quelques combats aux côtés de l’Opposition Tadjike Unie, avant de s’installer en Afghanistan dans la région de Taloqan. Selon A. Rashid, il entreprend également une série de voyages qui le conduisent au Pakistan, en Arabie Saoudite, en Iran, aux Émirats arabes unis et en Turquie. Entré en contact avec les services secrets pakistanais (l’Inter Services Intelligence ou ISI) dès le début des années 1990, il aurait résidé à Peshawar entre 1995 et 1998 et aurait reçu pendant cette période l’aide financière du parti pakistanais Jamiat-i-Islami. C’est également à cette époque qu’il aurait rencontré les milieux jihadistes, notamment les « Arabo-Afghans », au travers desquels il sera mis en contact avec Oussama Ben Laden994. A partir de Peshawar, Yoldoshev aurait effectué plusieurs voyages discrets en Ouzbékistan, afin d’établir des relais dans la vallée du Ferghana et dans la région de Surkhandarya. C’est dans ces régions que le Mouvement islamique d’Ouzbékistan, créé en 1998 à l’initiative de ce dernier et de Juma Namangani, allait développer ses activités entre 1999 et 2001. Après l’intégration des combattants tadjiks dans les structures gouvernementales suite aux accords de paix de 1997, et à l’exception de chefs militaires du PIR qui les ont refusés, le Mouvement islamique d’Ouzbékistan était devenu le seul groupe islamiste armé actif en Asie centrale. Tohir Yoldoshev deviendra le chef politique de ce mouvement alors que Juma Namangani prendra en main les opérations militaires. Sur le plan financier, outre le Pakistan, Yoldoshev aurait reçu de l’aide des milieux d’affaires ouzbéko-saoudiens hostiles à I. Karimov, de l’Arabie Saoudite elle-même, d’organisations turques et même de l’Iran, selon certaines sources995. Il n’est pas du tout exclu que le Mouvement islamique d’Ouzbékistan ait aussi recouru au trafic de l’opium et de l’héroïne provenant d’Afghanistan pour financer ses activités. Certains observateurs considèrent en fait ce mouvement davantage comme un groupe mafieux que comme un véritable mouvement radical. Ils font en effet remarquer que les campagnes militaires lancées entre 1999 et 2001 par ce mouvement correspondaient à l’époque de la récolte de l’opium afghan et auraient servi à éloigner les forces militaires des Républiques des zones de trafic996.

  • 997 Concernant ces attentats qui ont fait 13 morts et 128 blessés à Tachkent le 16 février 1999, A. Ras (...)

38En 1998, Yoldoshev s’établit à Kaboul, où il entre en contact avec les taliban. En mars 1999, il installe avec leur accord un camp d’entraînement militaire dans la région de Mazar-i Sharif, à quelques dizaines de kilomètres de la frontière ouzbèke. A cette époque, il est accusé par Tachkent d’avoir organisé l’attentat de février 1999 contre le président Karimov997. En novembre 2000, de même que Juma Namangani, il sera condamné à mort par contumace par le pouvoir ouzbek pour sa participation présumée à cet attentat. Les Russes l’ont accusé d’entretenir des relations avec certains leaders de la guérilla tchétchène comme Shamil Basayev.

  • 998 RASHID, A., “IMU gradually developing into Pan-Central Asian movement”, Eurasia Insight, April 3, 2 (...)
  • 999 Le nombre réel de Tchétchènes présents en Afghanistan reste un mystère. Depuis le début des opérati (...)
  • 1000 Comme pour les Tchétchènes, en ce qui concerne le recrutement des Ouïgours au sein du MIO, les esti (...)
  • 1001 Texte in RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, op. (...)
  • 1002 ICGRécent Violence in Central Asia: Causes and Consequences”, Central Asia Briefing, October 18, (...)
  • 1003 RASHID, A., “Juma Namangani returns to Tajikistan for fresh offensive”, The Analyst, January 17, 20 (...)
  • 1004 ALIEV, Iskander, “Namangani a presence in Tajikistan, even if IMU can’t be seen”, Eurasia Insight, (...)
  • 1005 Rakhmon Sanginov ainsi que son adjoint, Mansur Muakkalov, seront abattus en août 2001 par les force (...)
  • 1006 Le gouvernement kirghiz a tendance à présenter les Ouïgours comme une menace pour le pays. Ce disco (...)
  • 1007 “‘Juma’, ‘Hitler’ and others will infiltrate”, Slovo Kyrgyzstana, July 24, 2001.
  • 1008 KOICHIEV, A., “Kyrgyz soldiers reportedly clash with IMU fighters”, Eurasia Insight, July 26, 2001 (...)
  • 1009 Selon une expression de l’International Crisis Group in ICG, “Central Asia: fault lines in the new (...)
  • 1010 L’enclave de Sukh compte environ 43 000 habitants pour une superficie de 325 km2, soit l’équivalent (...)
  • 1011 PANNIER, B., “Central Asia: militants’ name-change signals growing ambition”, RFE/RL, June 1, 2001.

39En août 1999, face aux pressions exercées par le pouvoir ouzbek sur le gouvernement tadjik pour qu’il lui livre Juma Namangani (qui s’était établi depuis 1997 dans la région de Tavildara), ce dernier, à la demande de Abdallah Nouri, décidait de quitter sa base pour éviter de voir son organisation démantelée. Il va trouver un sanctuaire en Afghanistan, dans la région de Kunduz où, entre 1999 et 2001, les forces du MIO passeront d’environ 600 hommes à plus de 2000. Le mouvement va se transformer progressivement en force panislamique998 et collaborer militairement avec les taliban à l’occasion de leurs campagnes contre les forces de l’Alliance du nord de Shah Massoud. Il participera ainsi aux opérations militaires lors de l’offensive sur la ville de Taloqan, en septembre 2000. Avec son installation en Afghanistan, le recrutement au sein du MIO, au départ principalement ouzbek, va se diversifier pour accueillir également des Kirghizs, des Tadjiks, et aussi peut-être des Tchétchènes999 et des Ouïgours1000. En 1999, sur le chemin de l’Afghanistan, un groupe de militants du Mouvement islamique d’Ouzbékistan, dont le nombre donné par la presse russe variait de quelques dizaines à un millier, franchit la frontière de la République kirghize dans le district de Batken, province de Och. Des géologues japonais, ainsi qu’un général kirghiz et plusieurs autres personnes, seront capturés à cette occasion. L’Ouzbékistan va intervenir militairement en bombardant les positions des preneurs d’otages, mais aussi des villages tadjiks et kirghizs, ce qui provoquera des tensions avec ces deux voisins. Après une série d’accrochages et de replis, une partie des militants va se retirer au Tadjikistan, puis en Afghanistan. Les otages seront libérés contre une rançon de deux millions de dollars, versée par le gouvernement japonais le 26 octobre. Cette opération très médiatisée sera la première attribuée au Mouvement islamique d’Ouzbékistan. Le 25 août, dans un communiqué officiel, le MIO lançait également la guerre sainte contre le régime du président Karimov1001. En juillet 2000, les hommes de Namangani étaient, semble-t-il, de retour dans la région de Tavildara. En août, ils lançaient des opérations en République kirghize, à nouveau dans la région de Batken, où les combats devaient durer jusque fin septembre, et en Ouzbékistan, où des affrontements armés opposaient de petits groupes infiltrés de militants (de 70 à 100 hommes) aux forces armées ouzbèkes dans la région de Surkhandarya et au nord-est de Tachkent (Bostanlik)1002. Alors que la présence de Juma Namangani avait été signalée à l’hiver 2000-2001 au Tadjikistan1003, au début de l’été 2001, les observateurs remarquaient l’absence des militants du Mouvement islamique d’Ouzbékistan de leur point d’appui de Tavildara1004. Début juillet, l’inquiétude montait en République kirghize. Des rumeurs faisant état de la présence de militants du Mouvement islamique d’Ouzbékistan à la frontière tadjiko-kirghize, renforcés par des hommes du chef de guerre tadjik Rakhmon Sanginov mieux connu dans la région sous son surnom de « Hitler »1005 , et par des « séparatistes ouïgours »1006, circulaient dans la presse de la république1007. A la fin du mois de juillet 2001, des incidents éclataient en République kirghize, à proximité de la frontière avec l’Ouzbékistan, entre les forces armées kirghizes et des militants du MIO1008. Il semble que ces militants islamistes étaient déjà installés sur le territoire kirghiz et qu’ils n’aient pas eu à franchir la frontière tadjike. Cette constation, tout en apaisant les relations tadjiko-kirghizes, avait toutefois provoqué de fortes inquiétudes au sein des autorités de Bichkek. Elle tendait en effet à démontrer que, contrairement aux deux campagnes précédentes où la république avait été considérée comme une « cible accidentelle » des radicaux islamistes1009, cette dernière était devenue en 2001 une cible à part entière. Cette analyse doit être mise en parallèle avec la révision à la hausse des ambitions politiques du MIO annoncée cette même année. Le mouvement s’était rebaptisé Hizb-i-islami Turkistan (Parti islamique du Turkestan), affichant pour la première fois ses ambitions internationalistes, peut-être sous l’influence des idées de Oussama Ben Laden. Il semblait donc vouloir étendre ses objectifs antérieurs, qui concernaient principalement la vallée du Ferghana singulièrement les enclaves de Sukh et Vorukh1010 . Avant l’année 2001, il s’agissait au départ pour les hommes de Namangani d’acquérir des points d’appui dans cette vallée, afin de lutter contre le régime d’Islam Karimov à partir du territoire même de la république ouzbèke. Comme le rapporte A. Rashid, en réussissant à s’implanter dans l’enclave de Sukh, Namangani pouvait déclarer avoir conquis une partie du territoire ouzbek, ce qui aurait constitué une victoire politique sur le gouvernement de Karimov. Cette option était également extrêmement préoccupante pour le pouvoir ouzbek, étant donné le risque de voir se former une alliance entre les islamistes du MIO et la faction régionaliste du Ferghana. Au soulagement de Tachkent, elle ne s’est pas matérialisée. De plus, en essayant de s’implanter dans la vallée, Namangani cherchait à créer des tensions entre les trois républiques qui se la partagent. Ce calcul n’a pas été démenti, puisque les rapports entre les trois voisins se sont tendus à l’occasion des campagnes lancées par le MIO. Dans le courant de l’année 2001, ce mouvement avait donc étendu ses ambitions initiales et accru son horizon politique à l’ensemble de l’Asie centrale1011.

  • 1012 MCCONNELL, A., “Afghanistan bombing targets provide insight on US anti-terrorism coalition”, Eurasi (...)
  • 1013 COHEN, A., “Central Asia beyond Namangani”, The Analyst, November 21, 2001.
  • 1014 Selon Radio Free Europe, Juma Namangani a péri avec 24 compagnons, soit lors des bombardements amér (...)
  • 1015 « Un mystérieux pont aérien exfiltre de Kunduz des combattants », Le Temps, 24 novembre 2001.
  • 1016 Afghan Défense Minister suggests islamic militant may be alive”, RFE/RL Newsline, May 28, 2002.
  • 1017 Un certain nombre de militants ont disparu dans les opérations militaires. D’autres ont été capturé (...)
  • 1018 AGAM SHAH, “IMU likely to survive Juma blow”, Iwpr’s Reporting Central Asia, n° 94, December 14, 20 (...)
  • 1019 SOULÉ, V., « L’Ouzbékistan, allié de circonstance », Libération, 9 octobre 2001.
  • 1020 RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, op. cit., pp. (...)
  • 1021 PANNIER, B., “Tajikistan: Government claims Uzbek terrorist not in their country”, REF/RL, January  (...)
  • 1022 PANNIER, B., “Uzbekistan/Tajikistan: deportees trapped in ‘no-man’s land’”, RFE/RL, April 6, 2001.
  • 1023 PANNIER, B., “Uzbekistan/Kyrgyzstan: prime ministers agreed on land swap”, RFE/RL, April 26, 2001 e (...)
  • 1024 Voir ICG, “Central Asia: border disputes and conflict potential”, op. cit., pp. 15 et ss.
  • 1025 Avec le Tadjikistan, Tachkent a miné les régions de Pendjikent, Isfara et Asht. Avec la République (...)

40A l’occasion de l’intervention militaire américaine en Afghanistan, le MIO, qui avait été placé sur la liste des groupes terroristes par le département d’État américain en septembre 2000, s’est aligné sur le régime des taliban. Cette solidarité avec Kandahar, mais aussi probablement un accord entre I. Karimov à l’administration Bush, lui a valu d’être pris pour cible par les forces américaines. L’aviation de Washington a ainsi bombardé, dès le début de sa campagne en Afghanistan, des positions et des installations du MIO dans les provinces afghanes de Balkh et Kunduz, près de la frontière ouzbèke. Le camp d’entraînement de Dasht-e-Shur aurait été bombardé dès la première vague de frappes américaines1012. En novembre 2001, Juma Namangani a été pour sa part nommé commandant des troupes taliban du front nord par le mollah Omar. Les militants du MIO ont pris part aux combats dans la région de Kunduz. Selon certaines sources, Namangani aurait péri à cette occasion lors de raids effectués par l’aviation américaine1013. Sa mort n’a toutefois pas pu être confirmée avec certitude1014. Certains pensent qu’il aurait pu quitter l’Afghanistan grâce à un discret pont aérien organisé par le Pakistan quelques jours avant la chute de la ville de Kunduz1015. L’incertitude quant à son sort demeure et ce d’autant que, contrairement aux déclarations antérieures des autorités américaines, le ministre afghan de la défense, Mohammad Fahim Khan a annoncé lors d’une visite au Tadjikistan le 25 mai 2002, que Namangani pourrait être vivant. Il aurait selon lui trouvé refuge dans une zone proche des frontières tadjikes et pakistanaises1016. Il faut donc rester prudent quant à l’avenir de ce mouvement, même si les opérations militaires américaines lui ont sans doute porté des coups très durs1017. La disparition éventuelle de Namangani ne signifierait pas non plus nécessairement la fin de toutes les activités du MIO1018. Le sort de Tohir Yoldoshev est pour le moment inconnu. Il n’est pas exclu qu’il ait pu fuir l’Afghanistan. Il n’est pas non plus impossible que, dans l’avenir, le MIO puisse se reconstituer à partir des éléments ayant échappé aux opérations militaires en Afghanistan. Ces éléments pourraient s’être regroupés dans la région de Tavildara. Tout ceci est, bien entendu, à mettre au conditionnel. Ceci étant, il ne faudrait toutefois pas exagérer la puissance du MIO. Malgré la psychose entretenue par le pouvoir ouzbek, les forces de ce mouvement n’ont en effet jamais représenté une réelle menace militaire pour les républiques centrasiatiques. Comme le notait une journaliste de Libération, Tachkent a en fait « surestimé l’importance (du mouvement), afin de supprimer toute opposition mais au risque de nourrir en retour les rangs des extrémistes »1019. Si la menace que faisait peser le Mouvement islamique d’Ouzbékistan ne doit pas être surestimée, les opérations lancées par Namangani avaient toutefois réussi à accroître les tensions dans la région et à envenimer les relations entre les différents États de l’Asie centrale1020. Au cours des années 1999-2001, Tachkent mais aussi Bichkek, avaient ainsi périodiquement accusé Douchanbé d’abriter les militants du MIO, ce dont se défendait le Tadjikistan1021. Il est clair que les républiques d’Asie centrale, particulièrement l’Ouzbékistan, n’apprécient pas de voir le PIR participer au gouvernement de Douchanbé, aussi ont-elles saisi tous les prétextes pour tenter de l’affaiblir, aussi bien sur la scène internationale que sur la scène politique tadjike. Les relations entre les trois États voisins s’étaient en tout cas fortement détérioriées. Au nom de la lutte contre le radicalisme, Tachkent n’avait pas non plus hésité à expulser des citoyens Tadjiks1022 et à faire pression sur la République kirghize, afin d’obtenir une voie d’accès vers l’enclave de Sukh1023. Les marchandages territoriaux entre les deux pays, révélés par la presse, avaient provoqué la colère de la population kirghize et d’une partie de la classe politique du pays1024. Les relations entre Tachkent et Bichkek, mais aussi entre Tachkent et Douchanbé s’étaient également tendues à l’occasion du minage par l’Ouzbékistan de ses frontières avec ses voisins, pour empêcher les infiltrations des militants du MIO1025. Ce litige n’est aujourd’hui pas réglé. Alors que le développement des activités des militants du MIO aurait dû pousser les États centrasiatiques dans les voies de la coopération, ces derniers ont au contraire affiché au grand jour leur mésentente et se sont montrés incapables de coopérer efficacement.

  • 1026 En 2001, l’activité du mouvement s’est accrue. Des pamphlets du Hizb ut-tahrir comme “Islom nizomi” (...)
  • 1027 IGUSHEV, A., “Hizb-e-Tahrir activities in Tajikistan”, The Analyst, April 11, 2001.
  • 1028 DAUR, Dosybiev, “Astana concerned by Islamist propaganda drive”, Iwpr’s Reporting Central Asia, n°  (...)
  • 1029 Voir ROY, O., L’islam mondialisé, op. cit., p. 200.
  • 1030 Voir ICG, “The IMU and die Hizb-ut-Tahrir: implications of the Afghanistan campaign”, Central Asia (...)
  • 1031 RASHID, A., “Confrontation brews among Islande militants in Central Asia”, The Analyst, November 22 (...)
  • 1032 Concernant les mouvements néo-fondamentalistes en général, leur idéologie et leur sociologie, voir (...)

41A part le MIO dont nous venons de parler longuement, une autre formation, le Hizb ut-tahrir al-islami, a également développé ses activités dans la partie ouzbèke de la vallée du Ferghana à partir de 1992. Les premiers pamphlets de ce mouvement néo-fondamentaliste et clandestin ont commencé à circuler dans les mosquées ouzbèkes en 1993. Sur le plan géographique, le Hizb ut-tahrir a progressivement étendu son action au sud de la République kirsrhize (région de Och et de Djalalabad) aux alentours de 19951026, au Tadjikistan1027 et même au Kazakhstan1028. Ce mouvement se réclame du parti fondé par Taqi al-Din al-Nabahani (1909-1979) en 1953 à Jérusalem, défend le thème millénariste d’un retour au Califat dont il vante la pureté, et prône la réunification de l’Ummah, la communauté des croyants, dans le cadre d’un seul État islamique. Sa vision est internationaliste et ses ramifications en Europe occidentale et aux États-Unis sont très importantes. Depuis les années 1980, son siège est d’ailleurs situé à Londres. Contrairement à l’évolution islamo-nationale de la majeure partie des formations islamistes « classiques », le Hizb ut-tahrir est devenu un mouvement complètement « déterritorialisé », c’est à dire qu’il n’inscrit pas son action dans le cadre d’un État-nation particulier1029. En Asie centrale, jusqu’à l’intervention américaine en Afghanistan, ce mouvement n’a pas été impliqué dans des actions violentes, puisqu’il prône l’utilisation de méthodes pacifiques pour atteindre ses objectifs. La position de certains dirigeants et aussi de ses militants sur la possibilité d’un recours à la force est cependant ambiguë. Des membres du Hizb, interrogés par l’International Crisis Group à la fin de l’année 2001, ont ainsi exprimé leur sympathie pour le Mouvement islamique d’Ouzbékistan. Ils n’ont pas non plus exclu la possibilité d’un recours à la violence, étant donnée notamment la sévérité de la répression dont ils s’estimaient les victimes1030. Certains auteurs pensent que le Hizb ut-tahrir s’est en fait rapproché du Mouvement islamique d’Ouzbékistan à la fin des années 19901031. Mais cette information reste toutefois à confirmer. Jusqu’à la fin de l’année 2001, l’Hizba inscrit son action dans la tradition dawatiste (de da’wat, la prédication) plutôt que jihadiste. Il prêche la ré-islamisation de la société par le bas et, par la prédication, espère faire revenir les musulmans à ce qu’il considère comme une pratique stricte de l’islam. Ces membres insistent sur la nécessité d’une transformation de leur style de vie, sur la nécessité du jihad intérieur. Le retour à une pratique stricte est, du point de vue du Hizb, la condition préalable à la mobilisation politique nécessaire pour transformer l’État en État islamique. Ce passage à l’État islamique est censé, selon sa vision idéaliste, régler l’ensemble des problèmes socio-économiques que rencontre la région1032.

  • 1033 Détails in ICC, “The IMU and the Hizb-ut-Tahrir: implications of the Afghanistan campaign”, op. cit (...)
  • 1034 Voir la rhétorique de ce mouvement qui a condamné l’intervention américaine en Afghanistan, les pou (...)

42Son organisation est pyramidale. Elle s’articule autour de cellules secrètes ce qui, bien entendu, inquiètent les pouvoirs en place , comprenant 3 à 10 personnes choisies par cooptation1033. Le mouvement fait circuler sa propre littérature traduite dans les langues des populations d’Asie centrale. Son discours, aux accents messianiques, est fortement teinté d’antisémitisme et d’anti-occidentalisme. Au regard de l’Asie centrale, dans ses textes, le président Ouzbek est ainsi souvent présenté comme un « Juif athée » au service des Occidentaux1034. Le mouvement est également anti-shi’ite.

  • 1035 CORNELL, S.E., SPECTOR, R.A., “Central Asia: more than Islamic extremists”, The Washington Quarterl (...)
  • 1036 RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, op. cit., p.  (...)
  • 1037 Détails sur ce mouvement in BABADZHANOV, B., “The Fergana valley: source or victim of islamic fonda (...)
  • 1038 BUKHARBAEVA, G., “Uzbekistan’s islamic outcasts remain defiant”, Iwpr’s Reporting Central Asia, Apr (...)
  • 1039 “Hizb ut-Tahrir in Central Asia”, Transcaspian Project, November 9, 2000.
  • 1040 BABADJANOV, B., « Islam officiel contre islam politique en Ouzbékistan aujourd’hui : la Direction d (...)
  • 1041 BABAJANOV cité in PANNIER, B., “Central Asia: governments react to uncertain threat from Hizb ut-Ta (...)

43En quelques années, le Hizb ut-tahrir al-islami serait devenu le plus important mouvement néo-fondamentaliste d’Asie centrale. Selon les témoignages recueillis par A. Rashid, il compterait plusieurs milliers de membres dans l’ensemble de la région. Le Hizb ut-tahrir prétend pour sa part regrouper plus de 100 000 membres en Asie centrale. Ces chiffres sont cependant difficiles à vérifier. Le mouvement paraît populaire parmi les Ouzbeks du sud de la République kirghize, les Ouzbeks du Tadjikistan et les Tadjiks d’Ouzbékistan. Cette implantation géographique particulière donne une idée des raisons de l’essor du mouvement. Il semble tirer profit de frustrations locales. Ici, en l’occurrence, celles des populations minoritaires qui se considèrent discriminées et exclues de l’espace politique du pays où elles vivent1035. En outre, le mouvement recruterait également dans les milieux jeunes, urbains et souvent instruits, mais sans emploi1036. Cette sociologie rappelle en partie celle que l’on observe chez les néo-fondamentalistes en Europe occidentale. Il répond ici aux frustrations des laissés pour compte et ils sont nombreux , de la transition économique en Asie centrale. En Ouzbékistan, de petits groupes dissidents du Hizb ut-tahrir al-islami sont apparus au cours des années 1990. Ainsi, le groupe Akramiyyah, aussi connu sous le nom de Iymonrhilar (les Croyants) ou Khalifatchilar (Les Partisans du Califat), fondé à Andijan en 1996 par Akram Yuldashev arrêté depuis , ancien membre du Hizb et auteur d’un livre de doctrine, intitulé Iymonga yul (La Voie de la Vrai Foi)1037. L’organisation de ce mouvement aurait été calquée sur celle du Hizb ut-tahrir al-islami. Des communautés auraient essaimé dans la vallée du Ferghana (Andijan, Namangan, Kokand, Och en République kirghize) et dans d’autres régions ouzbèkes avant d’être réprimées par Tachkent. Ce mouvement aurait aujourd’hui en fait quasiment disparu1038. Autre dissidence du Hizb ut-tahrir, le groupe Hizb an-Nusra (Le Parti de la Victoire) aurait été fondé en 1999. Ce mouvement ouzbek dont on sait peu de choses se caractériserait par le fait qu’il laisse ouverte la possibilité d’un recours à la violence au cas où le pouvoir à Tachkent poursuivrait sa répression1039. Comme B. Babajonov l’a remarqué dans le cas des groupes présents en Ouzbékistan, le passage à l’action politique des groupes islamistes suit souvent le déclenchement de la répression par l’État. Ce dernier ne perd en effet toute légitimité aux yeux de ces groupes qu’après qu’il ait déclenché une « lutte sans merci contre ces formations »1040. C’est peut-être cette voie que pourrait également suivre le Hizb ut-tahrir al-islami. Avec l’intervention américaine en Afghanistan et la poursuite de la répression par le pouvoir ouzbek, certaines informations laissent à penser que les positions de ce mouvement ont évolué dans le sens d’une radicalisation. Selon B. Babajanov, le mouvement distribue désormais des tracts et de la littérature appelant à la guerre et au martyre au nom de l’islam1041. Si ces informations se confirment, il s’agit d’une évolution dans le sens d’une radicalisation politique enregistrée ailleurs dans la mouvance néo-fondamentaliste au cours des années 1990. Il est encore trop tôt pour juger de la réalité de cette option. Quelle qu’elle soit cependant, elle doit être replacée à sa juste mesure.

  • 1042 Concernant l’utilisation de l’expression « wahhabite » en Asie centrale, voir GABORIEAU, M. « Wahha (...)
  • 1043 Voir ICG,Central Asia: Islamist Mobilisation and Regional Security”, Asia Report, n° 14, Osh/ Bru (...)

44Comme nous venons de le voir longuement, les mouvements radicaux en Asie centrale n’ont pas la puissance qu’on leur a souvent attribuée. La menace « islamiste » a généralement été exagérée et aussi instrumentalisée par les régimes autoritaires en place en Asie centrale. Le président ouzbek, Islam Karimov, s’est ainsi fait le champion de la lutte contre le radicalisme islamique. Mais ses gesticulations autour du danger « wahhabite »1042 servaient surtout à camoufler ses objectifs réels. Il s’agissait pour lui d’assurer la perpétuation de son régime autoritaire et d’utiliser l’argument de l’islamisme pour discréditer et réprimer toute opposition potentielle à son autorité. Depuis l’indépendance des républiques centrasiatiques, certains dirigeants se sont ainsi complus à présenter les mouvements islamiques comme la menace principale pesant sur la stabilité de l’Asie centrale. Cette version a parfois été partagée sans critique par des observateurs en Europe et aux États-Unis. La guerre civile du Tadjikistan, souvent présentée comme une lutte entre « islamistes » et « communistes » ce qui escamotait la donne régionaliste qui est pourtant la clé de ce conflit , suivie de la montée en puissance des taliban en Afghanistan, a également contribué à entretenir cette perception. Bien entendu, le caractère spectaculaire des attentats du 11 septembre 2001, le choc créé dans l’opinion publique mondiale par les images retransmises en direct à la télévision de l’effondrement des tours du WTC de New York, la désignation de Ben Laden comme auteur de ces actions terroristes et enfin la décision américaine d’intervenir en Afghanistan contre le réseau al-Qaïda, n’ont fait que renforcer l’idée d’un danger islamiste pesant sur les républiques d’Asie centrale. Cette perception doit pourtant être nuancée. Si l’on considère le problème de l’islamisme radical en Asie centrale aujourd’hui, il semble assez clair qu’avant même l’intervention militaire américaine, qui a dispersé les taliban et durement frappé le Mouvement islamique d’Ouzbékistan, contrairement au discours des autorités centrasiatiques, il ne constituait pas véritablement une menace fondamentale pesant sur l’ensemble de la zone1043.

  • 1044 Voir les analyses de ROY, O., L’Echec de l’islam politique, Paris, Seuil, 1992, 251 p. ; KEPEL, G., (...)
  • 1045 Nous parlons ici de l’islamisme en tant que phénomène de contestation politique à fondement religie (...)
  • 1046 KODMANY DARWICH, B., CHARTOUNI-DUBARRY, M., Les États arabes face à la contestation islamique, Pari (...)
  • 1047 Gilles Kepel rappelle utilement le lien qui existe entre répression et montée de l’islamisme. Il no (...)
  • 1048 Idem, pp 527-549. Voir cependant les remarques de F. Burgat in BURGAT, F, « Les Non-dits du “déclin (...)

45Néanmoins, sur le plan idéologique, malgré le fait que de nombreux chercheurs contemporains considèrent que l’islamisme est en perte de vitesse dans le monde musulman1044, ce dernier pourrait cependant avoir encore un avenir en Asie centrale, peut-être d’ailleurs sous la forme du néo-fondamentalisme1045. Comme l’ont constaté Basma Kodmany Darwich et May Chartouni-Dubarry, « en l’espace de deux décennies, la contestation politique à fondement religieux, autrement dit l’islamisme, s’est imposée comme l’unique langage de la protestation sociale et de l’opposition aux pouvoirs en place dans la majeure partie du monde arabo-musulman »1046. Étant donné que depuis l’indépendance, l’Asie centrale est à nouveau connectée au monde musulman et aux courants politiques qui l’irriguent, et qu’en outre, les élites centrasiatiques au pouvoir ont choisi, comme dans de nombreux autres pays musulmans, de recourir à la contrainte voire à la violence contre toute opposition1047, il existe une probabilité de voir le même type de phénomène se développer dans cette région. Si selon l’analyse de G. Kepel, dans le monde musulman, l’expérience islamiste a semble-t-il commencé à produire les conditions de son propre dépassement1048, on n’en est peut-être pas encore là en Asie centrale. L’islamisme qui n’en était encore qu’à un stade précoce de développement au moment de l’intervention américaine en Afghanistan, pourrait être mobilisateur dans l’avenir, d’abord dans ses formes « classiques » puis peut-être dans sa version néo-fondamentaliste plus récente. Le succès engrangé par le Hizb ut-tahrir ces dernières années semble d’ailleurs accréditer cette thèse. En Asie centrale comme dans le reste du monde musulman, la contestation politique, socio-économique et même la revendication démocratique, pourrait se draper du manteau de l’islam. Il faudra donc rester attentif aux discours et aux revendications des acteurs « islamistes » et se garder d’avaliser aveuglément la propagande des régimes autoritaires en place. Il faut se souvenir que les causes tant locales qu’internationales qui ont été à l’origine de l’apparition ou qui ont alimenté les petits mouvements de contestation politique à fondement religieux en Asie centrale, demeurent présentes malgré l’intervention militaire des États-Unis en Afghanistan. Certaines, comme la nature autoritaire des régimes en Asie centrale, ont même été renforcées dans le sillage des opérations militaires menées par Washington.

  • 1049 ICG, “Incubators of conflict: Central Asia’s localised poverty and social unrest”, Asia Report, n°  (...)
  • 1050 Un redressement s’est dessiné en 2000 et renforcé en 2001, en raison de l’accroissement des prix du (...)
  • 1051 POMFRET, R., “Living standards in Central Asia”, Moct-Most, vol. 9, n° 4, 1999, p. 399.
  • 1052 RASHID, A., “Asking for Holy War”, FEER, November 9, 2000.
  • 1053 Cité in RABALLAND, G., AND, G., Is OSCE’s economic and environmental dimension relevant in Central (...)
  • 1054 Chiffres cités in ICG, “Kyrghyzstan at Ten: Trouble in the ‘Island of Democracy”, Asia Report, n° 2 (...)
  • 1055 D’après “IMF, The Government of Tajikistan Interim Poverty Reduction Strategy Paper”, Poverty Reduc (...)
  • 1056 Au Kazakhstan par exemple, 60 % des vols seraient liés à la drogue. Les 2/3 des 80 000 à 90 000 dét (...)

46Sur le plan local, la situation socio-économique très détériorée de l’ensemble des républiques d’Asie centrale1049, couplée à la clôture de l’espace politique par les régimes autoritaires des républiques centrasiatiques, forment un terreau propice à l’éclosion et à l’essor de l’islamisme. Pour rappel, sur le plan économique, entre 1989 et 1999, le produit national brut dans les pays d’Asie centrale a été divisé par deux au Tadjikistan et réduit de plus de 30 % en République kirghize, 40 % au Kazakhstan et 45 % au Turkménistan1050. Seul l’Ouzbékistan avait réussi à limiter la chute de son PNB à 10 % mais au prix d’un complet immobilisme1051. La transition économique de ces États est loin d’être achevée et, pour certains, même pas véritablement commencée, ce qui crée une grande incertitude pour l’avenir. En ce qui concerne le climat social de ces pays, bien que l’on ne dispose pas de chiffres complets, il est clair que malgré une certaine amélioration due aux résultats des deux dernières années, le chômage réel en Asie centrale reste important. Officiellement, il s’élève à 3,8 % au Kazakhstan en 2001, contre 4,5 % en 2000 ; 2,5 % au Tadjikistan en mars 2001, contre 3 % en 2000 et 6 % en République kirghize en avril 2001. Mais ces chiffres ne rendent pas compte de la réalité. De nombreux individus ne sont pas repris sur les listes du chômage car de toute façon celles-ci ne donnent pas droit à des allocations et la possibilité de trouver un emploi est nul. Le chômage est malheureusement répandu, même s’il est difficile de le quantifier exactement. Il est également déguisé. Le sous-emploi des jeunes n’apparaît par exemple pas dans les statistiques. Étant donné le taux de natalité important dans certaines zones de l’Asie centrale, comme par exemple dans la vallée du Ferghana, l’arrivée de nombreux jeunes sur un marché de l’emploi sans débouchés – un diplomate occidental estimait en novembre 2000 que le chômage y atteignait 80 %, ce qui semble surévalué ; il tournerait plutôt autour de 30 % –, renforce les risques d’explosion sociale et constitue sans aucun doute un terrain favorable à l’essor de mouvements islamistes1052. En Asie centrale, la pauvreté reste endémique. A l’époque de l’URSS, on comptait qu’environ 11,1 % de la population vivait sous le seuil de pauvreté. Selon Branko Milanovic, la pauvreté est passée de 15 % du total de la population en 1987-1988 à 66 % en 1993-1995, ce qui signifie que le nombre de pauvres est passé de 6,5 millions d’individus à 30,7 millions, et ce chiffre continue à croître1053. Dans la République kirghize par exemple, la Banque mondiale a estimé que 64 % de la population vivait sous le seuil de pauvreté, alors que les estimations locales citent le chiffre de 80 %1054. En 1997, le UNDP classait le Tadjikistan au 115e rang sur 174 pays selon le “Index of Human Factor Development”. 60 % de la population tadjike se considère comme pauvre, alors que selon les critères définis par le gouvernement lui-même, la proportion de pauvres atteint 83 % de la population du pays dont 1/3 de « très pauvres ». En parité de pouvoir d’achat, 20 % de la population est « très pauvre », c’est-à-dire que les individus vivent avec moins de 1,07 dollars US par jour1055. A la pauvreté s’est ajouté ces dernières années le fléau de la drogue. L’essor du trafic de la drogue en provenance d’Afghanistan a ainsi accru la corruption déjà très présente dans la zone. Avec le développement de la consommation de drogue, la criminalité a explosé1056 et la pandémie du Sida s’est étendue. De manière générale, le chômage, la pauvreté endémique, l’injustice criante dans la répartition des richesses, le fossé croissant entre la masse de la population et les nouveaux riches souvent liés aux pouvoirs en place, ainsi que la corruption généralisée, constituent un terreau très favorable à partir duquel des mouvements islamistes, qui tiennent un discours social et appellent à une purification morale, vont pouvoir s’étendre.

  • 1057 Voir ICG, “Force is not the way to meet Central Asia’s islamist threat”, Asia Report, n° 14, Osh/ B (...)
  • 1058 Voir ROY, O., « Le rôle de l’Islam en Asie centrale et au Caucase », Nouveaux Mondes, n° 3, Automne (...)
  • 1059 POUJOL, C., L’islam en Asie centrale. Vers la nouvelle donne, Paris, Ellipses, 2001, p. 51.
  • 1060 Voir AKBARZADEH, S., “Political Islam in Kyrgyzstan and Turkmenistan”, op. cit., pp. 454 et ss.
  • 1061 Comme le note cependant B. Babajanov, jusqu’à l’époque moderne, l’existence de « structures “écclés (...)
  • 1062 ROY, O., « Islam et politique en Asie centrale », op. cit., p. 53.
  • 1063 Détails sur le personnage in “Visit to Uzbekistan of the exiled Mufti”, in (www.eurasianet.org/reso (...)
  • 1064 Voir BABADJANOV, B., « Islam officiel contre islam politique en Ouzbékistan aujourd’hui : la Direct (...)
  • 1065 D’après ROY, O., « Islam et politique en Asie centrale », op.cit, p. 54.
  • 1066 Détails analyse de ce programme in BABADJANOV, B., « Islam officiel contre islam politique en Ouzbé (...)
  • 1067 POUJOL, C., L’islam en Asie centrale. Vers la nouvelle donne, op. cit., p. 20.
  • 1068 Détails sur le renouveau soufi, principalement celui de la tariqat naqshbandiyya en Ouzbékistan in (...)
  • 1069 Idem, p. 302.
  • 1070 Le pays compte dix-huit madrasa provinciales (une par province et trois à Tachkent), prolongées par (...)
  • 1071 Voir LUBIN, N., Calming the Ferghana Valley: development and dialogue in the heart of Central Asia, (...)
  • 1072 Détails des dispositions de cette loi in Human Rights Watch, Memorandum to the US Government Regard (...)
  • 1073 Voir HORSMAN, S., “Uzbekistan’s involvement in the Tajik civil war 1992-1997: domestic considératio (...)
  • 1074 Le 2 décembre 1997, un haut fonctionnaire de police a été assassiné à Namangan dans des circonstanc (...)
  • 1075 Voir KHOKLOV, A., “Uzbekistan names the enemy: Wahhabis”, CDPSP, vol. 51, n° 7, March 17, 1999, p.  (...)
  • 1076 CHERNOGAYEV, Y., “Uzbek terrorists face death penalty”, CDPSP, vol. 51, n° 24, July 14, 1999, p. 17
  • 1077 Human Rights Watch, Memorandum to the US Government Regarding Religions Persecution in Uzbekistan, (...)
  • 1078 Human Rights Watch, Republic of Uzbekistan. Crackdoum in the Farghona Valley: arbitrary arrests and (...)
  • 1079 Human Rights Watch, Press Backgrounder: Human Rights Abuse in Uzbekistan, September 26, 2001 (www.h (...)
  • 1080 CAVANAUGH, C, “The iron hands of Central Asia”, Washington Post, August 2, 2000. Pour l’Ouzbékistan (...)
  • 1081 Détails in ICG, “Kyrgyzstan at ten: Trouble in the ‘Island of Democracy’”, Asia Report, n° 22, Osh/ (...)
  • 1082 RASHID, A., “Asking for Holy War”, op. cit.

47A ces facteurs, il faut ajouter la clôture de l’espace politique et la répression indiscriminée orchestrée par les différents pouvoirs en place, mais aussi l’instrumentalisation depuis l’indépendance de l’islam par les élites autoritaires d’Asie centrale1057. Ces dernières, formées d’anciens apparatchiks communistes athées, ont instrumentalisé et manipulé la symbolique islamique, en effectuant par exemple le pèlerinage à La Mecque comme Islam Karimov ou Sapurmurad Niyazov, ou en prêtant serment en tenant à la fois le Coran et la Constitution lors de leur cérémonie d’investiture en tant que nouveau Président, pour légitimer leur pouvoir. L’utilisation de l’islam en tant qu’idéologie officielle destinée à légitimer le pouvoir en place a été la plus évidente au Turkménistan, en Ouzbékistan et au Tadjikistan, où les populations d’origine européenne étaient les moins nombreuses1058. Cet usage de l’islam s’est moins répandu au Kazakhstan et en République kirghize, sans doute pour ménager les importantes minorités européennes qui vivent dans ces deux républiques. L’utilisation de l’islam comme idéologie officielle par les pouvoirs en place avait également pour fonction de priver d’éventuels opposants du recours à la religion musulmane comme base de légitimité pour critiquer le pouvoir en place. En effet, comme le remarquait C. Poujol, l’islam constitue « une des seules alternatives idéologico-sociales désormais opérantes dans la région »1059. Mais cette utilisation de l’islam en tant qu’idéologie légitimante du pouvoir produit également un paradoxe ; elle confère à ses interprètes, c’est-à-dire au clergé – même s’il est aujourd’hui contrôlé –, un pouvoir dont il pourra se servir un jour pour critiquer les dirigeants des républiques. Dans le contexte de la création des États en Asie centrale, l’islam a également été utilisé comme moyen pour cimenter les jeunes républiques centrasiatiques menacées par l’existence d’identités régionales fortes (République kirghize) ou d’identités tribales (Turkménistan)1060. Cette instrumentalisation a eu pour conséquence de renforcer le rôle de l’islam dans les sociétés centrasiatiques. Son influence n’a ainsi fait que croître depuis 1991. Les pouvoirs en Asie centrale ont donc tenté de s’assurer le monopole sur l’islam. Chacune des républiques centrasiatiques a repris et nationalisé à son profit les structures encadrant le clergé à l’époque soviétique. En faisant ce choix, elles espéraient non seulement surveiller le personnel religieux, mais aussi contrôler le contenu de l’islam diffusé. L’ancienne « Direction spirituelle des musulmans d’Asie moyenne et du Kazakhstan », établie à Tachkent par Moscou en 1943, a ainsi disparu au profit de muftiyyats nationales1061. Chacune des républiques centrasiatiques a promu « le Qazi de la république (subordonné au Mufti de Tachkent à l’époque soviétique) au poste, créé à cette occasion, de Mufti de la république, autonome par rapport à celui de Tachkent. Cette rupture s’est faite chaque fois avec l’approbation du Qazi concerné : Sadikian Kamalov au Kirghizstan (où le muftiyya n’a été proclamé qu’en 1993), Ratbeg Nissan Bay (appelé aussi Nissanbaev, ou Nissan-bay oglu) au Kazakhstan, Nasroullah Ibadoulayev au Turkménistan, Mohammed Youssouf (Mamayous-soupof) à Tachkent et enfin Akbar Touradjanzade au Tadjikistan, même si ce dernier a voulu maintenir des liens avec son homologue de Tachkent »1062. L’Ouzbékistan, qui mène la politique de contrôle de l’islam la plus sévère de l’Asie centrale, a créé pour sa part la « Direction des Musulmans d’Ouzbékistan ». Cette institution a d’abord été dirigée par Mukhammad Sodik Mukhammad Yusuf1063, qui sera rapidement écarté en raison de son prestige et de sa trop grande indépendance vis-à-vis du pouvoir, au profit de Muhtarjon Abdullaev, plus conformiste et plus docile puis, depuis 1999, du mufti Abdurachid Qori Bahromov, connu également pour son conformisme1064. Par le biais de cette institution, l’État ouzbek contrôle la hiérarchie religieuse. Il attend d’elle qu’elle apporte une caution à sa politique religieuse quelle qu’en soit l’orientation, et qu’elle coopère avec le pouvoir. A travers la « Direction des Musulmans d’Ouzbékistan », l’État ouzbek oriente et contrôle en fait les activités religieuses dans le pays. La « Direction des Musulmans d’Ouzbékistan » examine et enregistre aussi les nominations du personnel religieux sur l’ensemble du territoire1065. Le pouvoir ouzbek utilise également la « Direction des Musulmans d’Ouzbékistan » pour lutter contre les mouvements religieux qui pourraient lui échapper. Ainsi, la Direction a-t-elle adopté en 2000 un programme strict et d’allure très soviétique pour la défense de la religion contre « le fondamentalisme et les diverses tendances extrémistes »1066. En Ouzbékistan, comme ailleurs en Asie centrale sauf au Tadjikistan, les partis religieux sont interdits. Le code pénal ouzbek est très rigoureux en ce qui concerne les partis religieux militants1067. En mai 1998, une loi sur la liberté de conscience, exigeant l’enregistrement préalable de tout groupe religieux de plus de 100 personnes et de toutes les mosquées, a ainsi été adoptée. Pour combattre le fondamentalisme, l’État ouzbek met particulièrement l’accent sur la tradition soufie de l’islam, dont le renouveau est très rapide dans le pays1068. Il insiste toutefois davantage sur le patrimoine humaniste du soufisme plutôt que sur son caractère religieux1069. Pour contrôler la jeunesse et éviter un recrutement précoce dans les instituts de formation religieuse, le pouvoir ouzbek a également décidé que les étudiants ne pouvaient suivre les cours dispensés par les madrasa1070 du pays qu’après l’école moyenne. Dès le début des années 1990, il a adopté une attitude très musclée à l’égard des organisations religieuses. La répression n’a pas seulement touché des mouvements radicaux comme Adolat ou le PIR dont nous avons parlé, mais aussi des religieux indépendants, notamment dans la vallée du Ferghana. C’est ainsi qu’en août 1995, le Sheik Abduvali Qori Mirzœv et un de ses assistants ont « disparu ». En 1997, un autre assistant de Mirzœv, Nematjon Parpiev disparaissait à son tour. Ce phénomène s’est répété ailleurs dans le pays1071. L’arsenal législatif de l’Ouzbékistan, destiné à lutter contre le « radicalisme islamique », s’est également renforcé au long des années 1990. Selon Human Rights Watch, la loi de mai 1998 sur la liberté de conscience et les organisations religieuses est particulièrement répressive. Elle interdit ainsi toutes les activités religieuses et toutes les organisations non enregistrées auprès de l’État et établit des peines pour les personnes qui ne respecteraient pas l’obligation d’enregistrement1072. La lutte contre l’islamisme est en fait devenue un instrument commode permettant aux autorités ouzbèkes d’étouffer toute contestation politique. Comme nous l’avons souligné, la menace islamiste a été instrumentalisée par Islam Karimov pour légitimer l’établissement, mais aussi pour assurer la perpétuation de son régime et pour discréditer et réprimer l’opposition potentielle à son autorité1073. Les événements de la vallée du Ferghana de décembre 19971074, l’attentat perpétré contre le Président ouzbek en février 1999, puis les incursions de militants islamistes du Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO) ont fourni l’occasion de dénoncer les agissements des « wahhabites », soutenus par l’« étranger », tout en permettant au gouvernement d’intensifier les mesures de répression et de se poser en rempart contre l’islamisme au regard de l’étranger1075. Pour discréditer l’opposition, le président Karimov n’a pas hésité à accuser Mohammad Solih, l’ancien dirigeant du parti Erk, son rival malheureux lors de l’élection présidentielle du 29 décembre 1991, d’être l’organisateur de l’attentat de février 1999. Il l’a ainsi associé à Tohir Yoldoshev1076. La définition que donne le pouvoir ouzbek du « wahhabisme » est très large et lui permet en fait d’étendre sa répression. Selon Human Rights Watch, “the government’s campaign targets those perceived by the authorities to be adherents of ‘Wahhabism’, a term suggesting a radical form of Islamic belief. The government has misapplied this term to refer to religious observance that takes place outside strict state controls. Thus, the label is applied to those who engage in private prayer alone or with others or engage in the private study of religion, i.e. study beyond state oversight. The state also brands as ‘Wahhabi’ any person suspected of following or having been associated with Muslim leaders who have displayed independence from or been critical of the government, specifically those who have favored the establishment of an Islamic state in the territory of Uzbekistan or the incorporation of Shari’a as the law of the land. Those who proselytize for strict observance of Muslim prayer or who learn Arabie to study the Koran in the original are labeled ‘Wahhabis’, as are men who grow beards as a mark of piety and women who wear certain kinds of headscarves1077. Les campagnes de répression organisées dans la seconde moitié des années 1990 par le pouvoir ouzbek ont particulièrement visé la vallée du Ferghana où il existe une puissante faction régionaliste1078. On compte qu’en 2001, environ 7 000 personnes auraient été emprisonnées du fait de ces campagnes pour activités « anti-étatiques »1079. L’Ouzbékistan n’est pas le seul cas en Asie centrale où la dérive autoritaire s’est développée1080. Même la République kirghize, longtemps considérée comme un « îlot de démocratie » dans cette région, a connu un infléchissement assez net de son régime politique vers l’autoritarisme1081. Toute cette politique est en fait contre-productive, puisqu’elle pousse une partie de la population dans la voie de la radicalisation. Comme le soulignait A. Rashid, “by forcing ail opposition underground into increasingly extremist positions, the autocratie leaders have fostered an environment in which the population has begun to embrace a volatile force: Islamic militancy1082.

  • 1083 Human Rights Watch dénonce ainsi la politique de la république Kirghize et de l’Ouzbékistan après l (...)
  • 1084 PUZANT, R., “Uzbek crackdown on religion continues unabated”, Eurasia Insight, November 12, 2001 et (...)
  • 1085 “Uzbek dissident released in Prague”, RFE/RL, December 11, 2001.
  • 1086 Karimov moves to bolster authoritarian rule in Uzbekistan”, Eurasia Insight, December 7, 2001.
  • 1087 PANNIER, B., “Kazakhstan: OSCE has harsh words for treatment of indépendant media”, RFE/RL, May 1, (...)
  • 1088 Voir Human Rights Watch, World Report 2002, (www.hrw.org/wr2k2/europe.html) et DONOVAN, J., “Centra (...)

48Depuis les attentats du 11 septembre, la situation en Asie centrale ne s’est guère améliorée. Au contraire, très pragmatiquement, au nom de la lutte contre le terrorisme, certains gouvernements ont accentué la pression contre leurs opposants politiques1083. A la suite de la campagne lancée par les États-Unis en Afghanistan, Tachkent a accru sa répression, notamment contre les militants du mouvement Hizb ut-tahrir1084. Les dirigeants de l’opposition, qui ont peu de choses à voir avec le radicalisme islamique, même exilés à l’étranger, ont également été visés. Profitant du climat international, Tachkent a ainsi tenté d’obtenir l’extradition de Mohammad Solih de Tchéquie, au motif de sa participation alléguée à l’attentat perpétré dans la capitale ouzbèke en février 1999. Face aux protestations internationales et en l’absence de garantie pour le dissident s’il était livré à l’Ouzbékistan, la cour de Prague a cependant rejeté cette demande1085. Dans le même temps, Islam Karimov entamait un processus destiné à le faire nommer Président à vie par le parlement ouzbek le 6 décembre 20011086. La clôture de l’espace politique s’est donc renforcée dans le pays. Au Kazakhstan, c’est la liberté de la presse qui semble avoir fait les frais de la campagne antiterroriste1087. De même, la situation générale des droits de l’Homme s’est dégradée dans l’ensemble de la zone depuis septembre 20011088.

  • 1089 KISSINGER, H. A., “Phase II and Iraq”, The Washington Post, January 13, 2002.
  • 1090 Voir les analyses in BURGAT, F., L’islamisme en face, Paris, La découverte, Essais, 1996, 285 p.
  • 1091 Voir SHAYEGAN, D., Le regard mutilé, Paris, L’aube, essai, 1996, 242 p.

49En collaborant sans critique et en renforçant les régimes autoritaires d’Asie centrale au nom de la lutte contre le terrorisme, Washington court le risque de réitérer les erreurs qu’elle a commises au Proche-Orient et en Afrique. En s’associant à des régimes autoritaires et corrompus, les États-Unis confirment en fait les discours des islamistes, et ce d’autant plus que certaines situations internationales qui alimentent ce discours n’ont pas disparu avec l’intervention en Afghanistan. Au contraire, le problème palestinien se pose avec autant d’acuité qu’avant le 11 septembre sinon davantage, les sanctions contre l’Irak ont été maintenues et une intervention militaire directe contre Bagdad n’est pas non plus exclue1089, la question du Cachemire n’est pas réglée et, enfin, la présence américaine sur le territoire de l’Arabie Saoudite n’est pas remise en question. Si le déploiement américain se prolonge en Afghanistan ou si Washington décide d’implanter des bases militaires permanentes en Asie centrale ou au Pakistan, alors, les islamistes de la région trouveront autant de nouveaux arguments pour fustiger l’Amérique et sans doute trouver du soutien parmi les populations locales. La lutte contre le radicalisme islamique exige davantage d’efforts qu’une campagne militaire ponctuelle. Il faut d’abord identifier les causes profondes de ce phénomène hétérogène pour pouvoir ensuite y répondre avec une meilleure efficacité. En Asie centrale, cela signifie qu’il faut s’attaquer en priorité aux difficultés économiques, politiques et sociales des Républiques. Mais ce n’est pas tout. C’est une erreur de considérer que les problèmes socio-économiques sont les seuls responsables de l’islamisme1090. Au-delà de sa dimension religieuse, la recherche contemporaine a démontré que l’islamisme pouvait également revêtir une dimension culturelle, identitaire ou nationaliste face, principalement, à l’Occident qui historiquement a souvent été le colonisateur. Il ne faut pas perdre de vue que dans un espace musulman confronté au choc produit par l’irruption de la modernité identifiée à l’Occident1091, l’islamisme peut être le vecteur d’une « réappropriation culturelle de la modernité » selon l’expression d’O. Roy. S’il est difficile pour l’instant de se prononcer sur ces aspects du phénomène dans le cas de l’Asie centrale – étant donnée la nature spécifique du colonialisme russe mais aussi en l’absence, à notre connaissance, d’études empiriques récentes sur ce sujet, il ne faudrait cependant pas occulter la nature complexe du phénomène de l’islamisme. Une analyse empirique des discours, des revendications et des pratiques des divers groupes islamistes en Asie centrale devrait être menée au préalable, pour identifier ceux qui sont dangereux. On ne peut se contenter du discours des autorités.

  • 1092 SOKOLSKY, R., CHARLICK-PALEY, T., NATO and Caspian Security. A Mission too far?, op. cit., p. 64. V (...)

50Le choix opéré par les régimes centrasiatiques en faveur de la répression porte aujourd’hui une responsabilité écrasante dans l’apparition d’une contestation islamiste radicale. Le cas de l’Ouzbékistan est particulièrement éclairant. C’est dans ce pays, où la politique du gouvernement est la plus répressive, que sont apparus les mouvements les plus radicaux. Le régime a été lui-même à la source de la radicalisation des opposants islamistes, du fait du verrouillage de son espace politique, verrouillage qui empêche la population d’exprimer son mécontentement légitime face à une série de problèmes, notamment ceux liés à la transition économique. Cette constatation peut être étendue à l’ensemble de la zone. Comme le remarquait un rapport de la Rand, “leaders of Kazakhstan, Uzbekistan and Turkmenistan seek to suppress political movements that could express political, cultural, and economic grievances in a legitimate, and peaceful manner [...] The greater the state repression, the more radical and violent Islamic movements generally are likely to become. [...] bad governance creates radical Islam1092. Il n’est malheureusement pas certain que, dans le climat international actuel, cette leçon soit entendue.

4. La vallée menacée : le Ferghana

  • 1093 D’après BALLAND, D., « Diviser l’indivisible : les frontières introuvables des États centrasiatique (...)
  • 1094 Chiffres cités in GREGOIRE, P., « Mourir pour la vallée de Ferghana ? », L’écho, 11 juin 2002.
  • 1095 Voir la logique du découpage de la vallée du Ferghana in BALLAND, D., « Diviser l’indivisible : les (...)
  • 1096 Voir OLIMOV, M.A., “Regionalism in Tajikistan: its impact on the Fergana Valley”, Perspectives on C (...)
  • 1097 KHAMIDOV, A., “Frustration builds among uzbeks in Southern Kyrgyzstan”, Eurasia Insight, March 26, (...)
  • 1098 Les Turcs Meskhets sont des Turcs du Caucase. Ils font partie des peuples « punis » par Staline dan (...)
  • 1099 Ces émeutes auraient causé la mort de plus de 200 personnes in OLCOTT, M. Brill, “Central Asia’s Po (...)
  • 1100 Voir CHETERIAN, V., « La vallée de Ferghana, coeur divisé de l’Asie centrale », Le Monde diplomatiq (...)
  • 1101 Voir l’acuité des problèmes socio-économiques dans ces enclaves in “Uzbekistan: Irin focus on ethni (...)

51Située au cœur de l’Asie centrale, la vallée du Ferghana est une grande dépression qui s’étend entre les sytème montagneux des Tian Shan, de Gissar et de l’Alay. Sa superficie atteint 22 000 km2. A l’époque soviétique, cet ensemble géographique homogène a été divisé entre trois républiques socialistes. Elle couvre donc aujourd’hui le sud de la République kirghize, l’est de l’Ouzbékistan et le nord du Tadjikistan sur environ 300 km de longueur et 100 km de largeur. Elle est arrosée par le Syr Darya. Sur ce territoire vit environ 10 millions de personnes, soit environ un cinquième des habitants de toute l’Asie centrale. La vallée du Ferghana concentre ainsi 50 % de la population de la République kirghize, 30 % de la population du Tadjikistan et un quart de l’ensemble de la population de l’Ouzbékistan. La densité de population y est très forte, en moyenne de 300 hab/km2, 450 hab/km2 à l’ouest de la zone et jusqu’à 500 hab/km2 dans l’oblast de Andijan1093. Cette région concentre également une grande partie de la production agricole et industrielle des trois États qui se la partagent. Elle accumule environ 25 % de la production agricole et industrielle de l’Ouzbékistan, 50 % des terres arables et de la production industrielle et agricole de la République kirghize et, enfin, 90 % de la production industrielle du Tadjikistan et 75 % des terres arables de ce pays1094. Cette vallée est non seulement un objet potentiel de controverses entre les trois républiques, mais aussi un lieu d’affrontement éventuel entre les différentes communautés ethniques qui y vivent. En effet, les frontières extrêmement complexes qui séparent les trois États1095 divisent cette vallée sans tenir compte des lignes de démarcations ethniques qui sont par ailleurs très enchevêtrées. Une grande majorité de la population vivant dans la vallée (85 %) est d’origine ouzbèke, y compris dans les secteurs qui ne se situent pas en Ouzbékistan. Ainsi, la province de Sogd (anciennement province de Leninabad) au Tadjikistan1096, comme celles de Och et de Djalalabad en République kirghize, abritent d’importantes populations ouzbèkes. Cette présence de population ouzbèke inquiète les deux autres républiques. Elles craignent en effet l’irrédentisme de Tachkent mais aussi l’instrumentalisation de cette minorité par le pouvoir ouzbek, pour exercer des pressions sur elles dans d’autres dossiers. Le gouvernement de la République kirghize, qui tend à considérer que sa minorité ouzbèke a des vélléités séparatistes, l’a écartée des centres de décision politique. Ce choix a détérioré les relations entre cette population et Bichkek1097. Avant la fin de l’URSS, la vallée a été le théâtre de tensions ethniques qui ont dégénéré en affrontements, comme ce fut le cas entre turcs Meskhets et Ouzbeks en 19891098 ou entre Kirghizs et Ouzbeks lors des émeutes de Och en 19901099. Pour compliquer la donne ethnique, le conflit tadjik a également conduit de nombreux réfugiés à s’installer dans la région. Outre la complexité de la répartition ethnique, les parties ouzbèkes mais aussi tadjike de la vallée du Ferghana sont très mal reliées au territoire national des deux républiques1100, ce qui pose bien entendu des problèmes d’approvisionnement mais aussi de contrôle pour les pouvoirs centraux. Le Ferghana kirghiz est pour sa part mieux arrimé au territoire national. Enfin, pour compliquer encore davantage le tracé frontalier, on trouve dans la zone sept petites enclaves montagnardes1101.

La vallée du Ferghana

La vallée du Ferghana

D’après “Central Asia”, Nelles Map, München

  • 1102 Kyrgyzstan: poverty and migration in the Fergana Valley”, IRIN, June 6, 2002.
  • 1103 La vallée joue un rôle important sur le plan agricole, elle fournit en effet une part importante de (...)
  • 1104 De CORDIER, B., « Conflits ethniques et dégradation écologique en Asie centrale. La vallée du Fergh (...)
  • 1105 NALLE, D., “The Ferghana Valley, 1999”, Central Asia Monitor, n° 1, 2000, pp. 1-7.
  • 1106 Alma Sultangalieva du Kazakh Institute for Strategic Studies évoque pour sa part la « culture du ka (...)
  • 1107 Concernant la circulation des armes et la militarisation de la société, notamment au Tadjikistan, v (...)
  • 1108 Il s’agit d’une région du Tadjikistan qui compte une forte minorité ouzbèke.
  • 1109 Voir ZVIAGELSKAYA, I., “The Tajikistan conflictin SIPRI, Sipri Yearbook 1999, op. cit., pp. 67-68
  • 1110 Voir TABYSHALIEVA, A., “The challenge of regional cooperation in Central Asia: Preventing Ethnic Co (...)

52Du fait notamment des difficultés économiques très importantes on compte que 60 % de la population vit au dessous du seuil de pauvreté dans la vallée, alors que le taux de chômage y tourne autour de 50 %, ce qui force une partie des habitants à chercher des opportunités d’emplois à l’étranger, notamment en Russie1102 , mais aussi de la pression démographique sur la terre1103, de querelles autour de l’eau et des dégradations de l’environnement1104, les relations entre les groupes ethniques de la région sont délicates1105. A travers l’histoire, le Ferghana, cœur du khanat de Khokand, a également été traditionnellement un centre de l’islam centrasiatique. C’est dans cette région que s’est développée la résistance au pouvoir soviétique en 1918. Forte de cette tradition, la vallée a connu ces dernières années un regain d’intérêt pour l’islam, mais aussi une recrudescence de l’agitation, sans pour cela que les deux phénomènes soient totalement liés. Les dirigeants centrasiatiques attribuent cependant généralement l’accroissement des troubles à la propagation du fondamentalisme islamique. Ainsi, les islamistes baptisés dans la région « wahhabites » ont-ils été rendus responsables des événements de Namangan en 1997, puis des troubles du district de Batken en République kirghize durant l’été 1999. Les troubles ont repris durant l’été 2000 et en 2001. Mais les observateurs ne s’accordent pas quant à leur nature. Le principal responsable, le Mouvement islamique d’Ouzbékistan, est en effet présenté tantôt comme un mouvement radical, tantôt comme un simple groupe criminel lié au trafic de la drogue1106. Les incidents de l’été 1999 ont toutefois particulièrement inquiété les gouvernements de la région. Ces accrochages ont mis en lumière les risques accrus de déstabilisation de la vallée du Ferghana liés à l’activité de bandes armées, mais aussi à la circulation croissante des armes1107 et de la drogue dans la zone. Ces événements ont en outre accentué les craintes des Kirghizs face à ce qu’ils perçoivent comme une « menace ouzbèke », que cette dernière émane de bandes armées, de militants islamistes ou du gouvernement d’Islam Karimov, dont ils craignent d’ailleurs les intentions à long terme. Cette inquiétude kirghize est partagée par les autorités du Tadjikistan, comme l’ont révélé les réactions du gouvernement tadjik lors des opérations menées en novembre 1998 par l’ancien colonel rebelle Mahmud Khudoberdiev à Khodjend1108. En effet, la complicité des autorités ouzbèkes dans cette opération avait été dénoncée à l’époque par les plus hautes instances du pays1109. La vallée du Ferghana constitue un point de tension potentielle extrêmement important en Asie centrale. L’avenir de la région va dépendre en grande partie de la volonté de coopération des différentes républiques. Comme le notait A. Tabyshalieva, “the Ferghana Valley can serve as an incubator for a more peaceful future in the whole of Central Asia if proper efforts are undertaken. Or it can become a source of disaster for the entire region1110.

5. Risques d’éclatement : le cas du Kazakhstan

53Le Kazakhstan présente la particularité d’avoir hérité de la colonisation russe puis de la période soviétique, d’une très importante population russe, installée sur son territoire. Cette situation fragilise Astana, non seulement sur le plan interne, mais aussi sur le plan externe face à la Russie. Les autorités kazakhes sont particulièrement attentives à ce problème. Dans ses relations avec Moscou, la prudence s’impose au Kazakhstan. La présence d’une forte minorité russe constitue potentiellement un puissant levier pour la Russie. Elle pourrait l’utiliser pour s’immiscer dans les affaires kazakhes. Aussi, les autorités du Kazakhstan cherchent-elles à éviter une confrontation avec Moscou sur ce point.

  • 1111 CUTLER, R., “Ethnic russian discontent grows in Kazakhstan”, Eurasia Insight, March 13, 2000.
  • 1112 Voir HELENIAK, T., “The changing nationality composition of Central Asian and Transcaucasian States(...)
  • 1113 ANDRUSZ, G., DRESSLER, W., TAYLOR, M., « Le Kazakhstan et l’art de la synthèse eurasiatique » in DR (...)
  • 1114 Sur la question des populations russes en Asie centrale voir TISHKOV, V., “The Russians in Central (...)
  • 1115 HUTTENBACH, H., “Whither Kazakhstan? Changing Capitals: from Almaty to Aqmola/Astana”, Nationalitie (...)
  • 1116 CLOVER, G, “Still a potent symbol of Russian imperialism”, Financial Times, July 1, 1999, p. iv.
  • 1117 Cité in CUTLER, R., “Ethnic Russian discontent grows in Kazakhstan”, op. cit.
  • 1118 Voir KOZLOV, S., “A Russian Republic in East Kazakhstan?”, CDPSP, vol. 51, n° 48, December 29, 1999 (...)
  • 1119 Viktor Kazimirchuk, chef du groupe, a écopé de 18 ans de prison, alors que ses deux lieutenants, Vl (...)
  • 1120 Voir “Show ends tragically”, CDPSP, vol. 52, n° 24, July 12, 2000, p. 20 et “Unjust trial is over”,(...)
  • 1121 PANNIER, B., “Convictions of Russian ‘Separatits’ Upset Relations”, RFE/RL, June 15, 2000.
  • 1122 BRAUER, B., “Central Asia readjusting to life in Putin’s orbit”, The Analyst, March 29, 2000. A ce (...)

54Au moment de l’indépendance, les Kazakhs représentaient environ 40 % de population du Kazakhstan, soit 6,53 millions de personnes sur 16,3 millions. Les Russes de la République équivalaient pour leur part à environ 36 % de la population. En 1999, les Kazakhs étaient environ 8,12 millions sur une population estimée à 15 millions d’habitants, soit 55 % de la population1111. Entre 1989 et 1999, environ 1,58 million de Russes ont quitté le pays, suivis par des centaines de milliers d’Ukrainiens, d’Allemands et de Tatars de Crimée1112. En 1991 cependant, comme le montrent les sondages réalisés à l’époque, et alors qu’une grande majorité de Russes ne pratiquaient pas la langue kazakhe et que les mariages mixtes étaient peu nombreux, comme partout ailleurs en Asie centrale, la population russe de la République se considérait néanmoins comme bien intégrée1113. A partir de 1992, et surtout à partir de l’imposition du kazakh comme langue d’État en janvier 1993, les Russes du Kazakhstan ont cependant commencé à s’inquiéter pour leur avenir dans la nouvelle République. Les départs se sont accélérés à ce moment. Si cette émigration a conforté le poids des Kazakhs au sein du pays, il n’en demeure pas moins que le nord du Kazakhstan, une des régions les plus développées et les plus industrialisées du pays, peuplé en grande partie par des populations russes et abritant des communautés cosaques, pourrait bien un jour revendiquer son rattachement à la Fédération de Russie1114. C’est sans doute en partie pour éviter ce risque que le président Nazarbaev a décidé de déplacer la capitale Almaty, située au sud-est du pays à Astana au nord, en décembre 19971115. Cette décision du gouvernement kazakh répond sans aucun doute aux tentations séparatistes d’une partie de la population russe, qui se considère de plus en plus comme des citoyens de seconde zone face au processus de kazakhisation1116. Depuis l’indépendance, le président Nazarbaev se trouve face à un dilemme important : comment construire un État national Kazakh sans rejeter les autres groupes ethniques du pays et particulièrement les populations russes ? Face à cette question récurrente, le pouvoir a tenté de promouvoir l’utilisation du terme « kazakhstani », qui englobe l’ensemble des citoyens de la République sans référence à leur identité ethnique. Le but de la manœuvre était de tenter de créer une identité « kazakhstanaise », dans laquelle pourraient s’intégrer les différents groupes ethniques de la République. Cependant, malgré ces efforts, la présence de populations russes continue de poser des problèmes au pouvoir kazakh. La tension s’est peu à peu développée dans le pays, sans cependant atteindre le seuil de l’explosion. A la mi-février 2000, Aleksandr Shishannikov, un des dirigeants du mouvement LAD, qui défend les droits des Russes déclarait que “the population here is gotten to the point where any extremist in the region who describes himself as a defender of the Russian people can count on the support of the en tire population of Hast-Kazakhstan province1117. Ces déclarations faisaient suite à l’arrestation, le 18 novembre 1999, de 22 jeunes Russes à Ust-Kamenogorsk (Oskemen en kazakh), accusés d’avoir préparé un coup de force contre le gouvernement local. Ils auraient en outre envisagé de proclamer la création d’une république sécessionniste russe de l’Altaï1118. Bien que les détails de cette affaire demeurent obscurs, le gouvernement kazakh n’en a pas moins réagi avec vigueur, interdisant par exemple la publication, pendant trois mois, d’un journal russe de l’est du pays, pour avoir diffusé des informations concernant le leader du groupe de Ust-Kamenogorsk. Douze citoyens russes ont été condamnés début juin 2000 à de lourdes peines de prison, pour avoir participé à cette tentative1119. A la suite des condamnations, le ministère des affaires étrangères de la Fédération de Russie a fait part de sa mauvaise humeur en diffusant un communiqué officiel dans lequel il dénonçait la « sévérité » du verdict. La presse russe a pour sa part dénoncée l’injustice du procès, mais aussi l’utilisation politique qu’en aurait fait le gouvernement kazakh1120. Une réunion organisée à Almaty pour apaiser les tensions autour de cette affaire entre les communautés russe et kazakhe n’a pas donné les résultats attendus, preuve de la persistance d’un certain malaise inter-ethnique1121. S’il semble clair que la politique de « kazakhisation » menée par le pouvoir a inquiété les populations russes depuis l’indépendance du Kazakhstan, les signes d’une plus grande agitation se sont multipliés ces derniers temps. Bien que les dirigeants de LAD et d’autres organisations défendant les Russes aient critiqué les initiatives du groupe d’Ust-Kamenogorsk, ces mêmes formations avaient lancé un appel au président Nazarbaev pour l’organisation d’un référendum sur l’unification avec la Russie et la Biélorussie. Proposition que le président kazakh s’est empressé de rejeter. La rigueur du verdict prononcé contre les membres du groupe d’Ust-Kamenogorsk constitue un message clair des autorités kazakhes à l’égard de sa population russe. L’agitation ne sera pas tolérée. Malgré ces signes préoccupants, les problèmes entre les Russes et les Kazakhs n’ont pas atteint le point critique. Il n’en demeure pas moins que le risque de tension pouvant aller jusqu’à la sécession du nord et de l’est du Kazakhstan continue de peser sur l’avenir du pays. Face à ce problème, la nature du régime de la Russie constitue une variable essentielle. Les choix de V. Poutine pourraient avoir des conséquences importantes sur le destin de cette partie du territoire kazakh. Les orientations du Président de la Fédération de Russie en matière de politique étrangère seront donc déterminantes. Un retour du nationalisme russe à Moscou ne pourra en tout cas qu’inquiéter le Kazakhstan1122.

6. Risques écologiques1123

  • 1123 Outre les études citées dans ce chapitre, ce dernier a également bénéficié de discussions avec Jere (...)
  • 1124 Voir FESHBACH, M., FRIENDLY, A., Ecocide in the URSS: health and the nature under siege, New York, (...)
  • 1125 Selon RAVIOT, J.-R., « Environnement contre géopolitique : les enjeux écologiques clans la région C (...)
  • 1126 Voir LETOLLE, R., MAINGUET, M., Aral, Paris, Springer-Verlag, 1993, x-357 p., Central Eurasian Wate (...)
  • 1127 En Karakalpakie (Ouzbékistan), 95 % des terres seraient ainsi salinisées. Voir détails in UN Reside (...)
  • 1128 Voir KHARIN, N. G., Vegetation degradation in Central Asia under the impact of human activities, Do (...)
  • 1129 Voir The Caspian Sea: a quest for environmental security, edited by William Ascher and Natalia Miro (...)
  • 1130 Au Tadjikistan, le Syr-Darya, le Vakhsh et la Panj (Pyandj) seraient ainsi particulièrement touchés (...)
  • 1131 Jean-Robert Raviot signale ainsi que la biodiversité de la faune et de la flore de la mer Caspienne (...)
  • 1132 Dans le cas du Tadjikistan par exemple, l’expansion industrielle et agricole des dernières décennie (...)
  • 1133 Bref aperçu dans AKINER, S., “Post-Soviet Central Asia: Past is Prologue”, in The New States of Cen (...)

55Le bilan de la gestion soviétique sur l’environnement de l’Asie centrale est catastrophique1124. Comme partout dans le territoire de l’ex-URSS, les problèmes écologiques actuels de cette région sont le résultat d’une exploitation extensive des ressources naturelles mais aussi d’une industrialisation et d’une urbanisation menées au mépris des équilibres écologiques1125. L’assèchement progressif de la mer d’Aral est sans aucun doute la plus médiatisée des catastrophes qui affectent l’environnement de l’Asie centrale1126, mais ce n’est malheureusement pas la seule. On peut citer pêle-mêle la salinisation et l’alcalinisation des sols dues à une irrigation mal conçue1127, la désertification de certaines zones (Aral)1128 et les influences sur le climat que cette désertification entraîne, la pollution de la mer Caspienne1129, mais aussi des cours d’eau de l’Asie centrale par les engrais chimiques, les pesticides et les rejets industriels1130, la pollution atmosphérique liée à l’industrialisation soviétique, aux raffineries pétrolières mais également aux tempêtes de sable, elles-mêmes liées à la désertification, les atteintes à la biodiversité liées à la pollution mais aussi à la situation économique qui favorise le braconnage et aussi le tourisme lié à la chasse1131, l’érosion des sols et la déforestation1132, la pollution des nappes phréatiques et de l’eau de distribution, la pollution due aux dépôts de produits toxiques à ciel ouvert, etc.1133. On peut malheureusement encore étendre cette liste affligeante.

  • 1134 D’après Central Asia: Environmental Assessment, prepared by the Regional working Group of the Centr (...)

47. Les atteintes à la biodiversité en Asie centrale1134

47. Les atteintes à la biodiversité en Asie centrale1134
  • 1135 KIANITSA, V, “Test anxiety”, The Bulletin of Atomic: Scientist, vol. 49, n° 7, October 1993. Entre (...)
  • 1136 CAGNAT, R., La rumeur des steppes. Aral, Asie centrale, Russie, op. cit., p. 184.
  • 1137 KHAMIDOV, A., “Kyrgyzstan tackles toxic waste”, Eurasia Insight, February 26, 2001 et TURDUBAEV, T. (...)
  • 1138 Kyrgyzstan: landslide poses threat of ecological disaster”, RFE/RL, May 13, 2002 et “Nuclear disas (...)
  • 1139 FIRUZ, I., “Uranium of Leninabad: a legacy of radiation”, Eurasia Insight, October 3, 2000.

56Ainsi, dans le domaine de la pollution d’origine nucléaire, le Kazakhstan doit gérer les conséquences graves des 23 essais au sol, puis des 90 essais atmosphériques soviétiques réalisés avant 1963 et suivis des 350 expérimentations souterraines menées après cette date dans le polygone d’essais nucléaires de Semi-palatinsk1135. René Cagnat a estimé qu’au moins quatre millions de personnes étaient affectées par la pollution nucléaire dans le nord et le nord-est du Kazakhstan1136. En République kirghize, des déchets radioactifs datant de l’époque soviétique ont été entreposés dans 25 sites du pays, notamment près de la ville de Mayly-Su, dans la province de Djalalabad. Ils causent de graves inquiétudes. Ils sont en effet situés dans des zones sismiques actives, également sujettes aux inondations et aux glissements de terrains. Ces derniers temps, l’érosion constatée sur les sites de stockage de ces déchets a atteint des niveaux inquiétants1137. Le risque de voir des matières radioactives, transportées par un glissement de terrain provoqué par les pluies ou par un séisme, polluer gravement certaines rivières kirghizes avant de contaminer une grande partie de la vallée du Ferghana ne doit pas être écarté1138. Au Tadjikistan, ce sont les retombées de l’exploitation soviétique de mines d’uranium qui inquiètent la population locale, notamment dans la région de Khodjend1139.

  • 1140 PERERA, J., “Concern over Anthrax Island”, Jane’s Intelligence Review, vol. 12, n° 7, July 2000, pp (...)
  • 1141 HOGAN, B., “US experts deploy in Uzbekistan to address bio-weapons threat”, Eurasia Insight, Januar (...)
  • 1142 Voir Center for Non proliferation Studies (CNS), Biological Decontamination of Vozrozhdeniye Island (...)

57Autre héritage soviétique, Astana doit également gérer avec l’Ouzbékistan les retombées des essais d’armes bactériologiques menés depuis la fin des années 1920 sur l’île de Vozrozhdeniye, dans la mer d’Aral1140. Avec la désertification progressive de cette mer et la sécheresse de ces dernières années, cette île est désormais reliée à la terre. Les risques de propagation des agents pathogènes expérimentés dans les laboratoires de l’URSS notamment la maladie du charbon, mais pas seulement , ne sont pas à écarter. A la suite des attentats de New York et Washington en septembre 2001 et des cas de maladie du charbon qui ont frappé les États-Unis, le gouvernement américain s’est inquiété de la possibilité de voir un groupe terroriste s’emparer des matières dangereuses encore stockées sans réelle surveillance dans cette île1141. Aussi a-t-il conclu avec Tachkent un accord selon lequel, les États-Unis devraient démanteler une vingtaine de bâtiments, décontaminer les laboratoires de recherches ainsi que onze puits de stockage de bacilles du charbon situés dans cette île1142. On peut donc espérer que ce problème particulier sera réglé dans l’avenir.

  • 1143 En Ouzbékistan par exemple, sept problèmes majeurs liés à l’environnement ont été identifiés par le (...)

58Comme le montre ce bref inventaire, de manière générale, soixante-dix années de gestion soviétique ont laissé l’Asie centrale dans une situation de crise écologique1143. Cette dernière n’est pas sans conséquence en termes de sécurité, le mot « sécurité » devant être pris ici dans son acception non traditionnelle , pour les nouveaux États centrasiatiques. La dégradation de l’environnement menace en effet la santé des populations locales, comme le montre le tableau ci-dessous.

59

  • 1144 D’après UNDP, Human Development Report 2001, Making new technologies work for human development, Ne (...)

48. Espérance de vie, mortalité infantile et tuberculose en Asie centrale1144

48. Espérance de vie, mortalité infantile et tuberculose en Asie centrale1144

60Si on compare les indicateurs centrasiatiques avec ceux des pays de l’OCDE, la différence d’espérance de vie, mais aussi l’importance du taux de mortalité infantile et des cas de tuberculose signes de la dégradation de la situation sanitaire , est évidente. Bien entendu, la dégradation de l’environnement n’est pas le seul facteur responsable de la détérioration de la santé publique dans la zone. Les difficultés socio-économiques, la pauvreté endémique et le sous-équipement médical y contribuent également. Cependant, les conditions environnementales jouent un rôle non négligeable. Dans certaines zones de l’Asie centrale, on peut leur attribuer une influence directe et évidente sur la dégradation de l’état de santé des populations locales.

  • 1145 D’après UN Resident coordinator system Uzbekistan, Common country assessment of Uzbekistan, op. cit (...)
  • 1146 Détails in LIPOVSKY, I. P., “The deterioration of the ecological situation in Central Asia: causes (...)
  • 1147 FAO, “Contaminated water devastates health across the Aral Sea region”, News and Highlights, Januar (...)
  • 1148 DUBROVSKAYA, E., “International doctors battle drying sea in Uzbek epidemic”, Eurasia Insight, Apri (...)
  • 1149 “Pollution hurts health of 54 percent of Kazakh women”, RFE/RL, Newsline, March 15, 2001.

61En Ouzbékistan par exemple, la moitié de la population vit dans un environnement dangereux1145. Selon le Programme des Nations unies pour le développement (UNDP selon son acronyme anglais), seuls 27 % du territoire ouzbek seraient conformes aux standards internationaux en matière de qualité de l’air, de l’eau et des sols. Les problèmes environnementaux les plus sévères sont concentrés dans les régions de Navoi, Ferghana et Khorezm, ainsi qu’en Karakalpakie. Dans cette dernière région, 70 % de la population souffriraient de troubles liés aux conséquences de diverses formes de pollution1146. La mortalité maternelle et infantile y est très élevée. L’eau courante contient des métaux en fortes quantités, comme le strontium, le zinc et le manganèse, ce qui favorise l’anémie chronique. Ces quinze dernières années, les cancers des reins et du foie ont été multipliés par 30 dans la zone1147. Environ 100 000 personnes y auraient également contracté la tuberculose ces dernières années, en raison de la désertification du lac d’Aral1148. Un rapport américano-kazakh de 2001 constatait pour sa part que plus de la moitié des femmes vivant dans cette république souffraient en fait de différentes maladies liées à la pollution de l’environnement1149.

  • 1150 Voir O’HARA, S., WIGGS, G., MAMEDOV, B., DAVIDSON, G., HUBBARD, R., “Exposure to airborne dust cont (...)
  • 1151 Voir Caspian Environment Programme, Caspian Demographic Profile, CRTC “Human Sustainable Developmen (...)

62Au Turkménistan, les maladies respiratoires liées à la pollution atmosphérique sont extrêmement répandues. Selon certains experts, dans ce pays, les vents transporteraient des quantités très importantes de résidus chimiques provenant de pesticides (comme le phosalone), utilisés en très grandes quantités dans la région pendant la période soviétique, et qui se sont accumulés dans le lac d’Aral, aujourd’hui largement transformé en désert. Ces résidus organo-phosphorés sont une cause majeure de maladie et de décès parmi la population, toutes tranches d’âge confondues. 50 % des maladies touchant les enfants au Turkménistan seraient ainsi de nature respiratoire1150. La mauvaise qualité de l’eau de distribution serait également responsable de l’accroissement des maladies intestinales. Cette situation se retrouve dans les régions autour de la Caspienne où ce type de maladies est considéré comme responsable en partie du taux de mortalité important qui affecte cette zone1151. Ailleurs en Asie centrale, la situation n’est guère plus favorable.

  • 1152 “Quarter of Kyrgyz population has no pure drinking water”, AKIpress website in BBC, June 19, 2001.
  • 1153 Chiffres cités in UNDP Tajikistan, National Human Development Report 1999, op. cit.
  • 1154 The United Nations System in Turkmenistan, Common country assessment, SD, p. 28 (www.untuk.org/publ (...)
  • 1155 UN Resident coordinator System Uzbekistan, Common country assessment of Uzbekistan, op. cit., p. 58

63Partout, le traitement des eaux est insuffisant. Officiellement, selon le ministère kirghiz de la santé, un quart de la population du pays n’aurait pas accès à l’eau potable. En raison de cette situation, le pays, notamment le sud, serait chaque année victime d’épidémies de fièvre typhoïde1152. Au Tadjikistan, les trois-quarts des systèmes d’adduction d’eau devraient être remplacés. En 1997, 63,7 % des cas de typhoïde enregistrés dans la capitale tadjike avaient été provoqués par la consommation d’eau contaminée1153. Au Turkménistan, la pollution de l’eau est considérée comme un problème majeur. Selon le Programme des Nations unies pour le développement, 25 % de l’eau de surface ne répondraient pas aux standards sanitaires alors que 65 % ne répondraient pas aux standards bactériologiques1154. En Ouzbékistan, un tiers des habitants de la république consomment une eau polluée. 45 % de l’eau des nappes phréatiques du pays seraient impropres à la consommation1155. La mauvaise qualité de l’eau serait ainsi responsable des maladies intestinales, qui sont la troisième cause de mortalité chez les nourrissons de moins d’un an dans ce pays. Comme dans le cas des régions situées autour de la mer Caspienne, le manque d’eau potable et la pollution des nappes phréatiques sont responsables d’une large part des décès dûs aux maladies infectieuses. Les populations locales payent donc un lourd tribut aux diverses formes de pollution de l’environnement.

  • 1156 Voir FEWER, Early Warning Report on Ferghana, Osh, December 2001.

64En termes de sécurité, ces problèmes renforcent le malaise social déjà présent dans les sociétés centrasiatiques et accroissent les risques d’agitation liés à ce mécontentement. Dans certaines régions également on pense ici à la vallée du Ferghana , les difficultés liées à l’approvisionnement en eau ou à la pression sur la terre risquent de tendre des relations inter-ethniques déjà délicates1156. De manière générale, les diverses pollutions que l’on rencontre en Asie centrale portent atteinte aux forces vives des nations centrasiatiques, en mettant en péril l’existence même d’une partie de leurs populations. Les problèmes de santé auxquels sont confrontées les populations pèsent également sur les systèmes sanitaires et les économies de ces pays en général.

  • 1157 BLANC, A., CARRIERE, P., « Caspienne (mer) » in Encyclopaedia Universalis, Corpus 5, Paris, 1990, p (...)
  • 1158 D’après “Caspian Sea level down 50 centimeters in five years”, The Caspian (CEP e-bulletin), Januar (...)
  • 1159 En Iran, il s’agit des provinces du Golestan, Mazandaran et de Gilan ; en Azerbaïdjan, des régions (...)
  • 1160 RAVIOT, J.-R., « Environnement contre géopolitique : les enjeux écologiques dans la région Caspienn (...)
  • 1161 Détails pour les pays riverains in Scientific, environmental, and political issues in the Circum-Ca (...)
  • 1162 HILL, D., “Kazakhstan: Caspian Sea rise threatens cities, industries, oil fields”, RFE/RL, July 18, (...)
  • 1163 ZVIAGELSKAIA, I. D., NAUMKIN, V. V., “Non-Traditional Threats, Challenges and Risks in the Former S (...)

65A ces problèmes vient s’ajouter la question de l’évolution du niveau de la mer Caspienne. Si, depuis le xixe siècle, elle avait connu une baisse substantielle de sa superficie, au point que des spécialistes envisageaient son assèchement progressif, voire sa disparition1157, depuis 1978, c’est le phénomène inverse qui s’est développé. Depuis cette date, l’élévation du niveau de la mer Caspienne a atteint presque trois mètres. Certains pensent qu’elle pourrait encore gagner un mètre d’ici à 2010. L’incertitude demeure toutefois. En effet, entre 1996 et 2001, le niveau de l’eau a baissé de 50 cm. Les scientifiques pensent qu’il pourrait cependant remonter de 10 cm en 20021158. Quoi qu’il en soit, ce phénomène physique naturel mal connu constitue une menace pour les régions riveraines de la mer Caspienne, leurs écosystèmes, leurs populations et leurs économies1159. Selon Jean-Robert Raviot ce phénomène menace directement quatre villes, 109 villages et une population de 200 000 habitants1160. Des terres agricoles, des voies de communication mais aussi des installations industrielles, des champs pétroliers et gaziers et même une centrale nucléaire (Mangychlak au Kazakhstan), situés en bordure de la mer Caspienne, sont également menacés. Tous les États riverains sont concernés par ce phénomène1161. Dans certains endroits, les côtes ont progressé de plusieurs kilomètres. Au Kazakhstan, plus de 600 000 hectares de terres ont déjà été inondés. Les dommages liés à ce phénomène ont été estimés à deux milliards de dollars. Les dégâts potentiels causés à la seule industrie pétrolière pourraient atteindre 250 millions de dollars. On estime que les dommages liés à ce phénomène avoisineront les 4,1 milliards de dollars en 2010, dont 1,75 milliard pour les seules raffineries1162. En outre, les eaux provenant des inondations transportent des produits dangereux pour la santé des populations1163.

  • 1164 PARSHIN, K., “Severe water shortage hits Tajikistan”, Eurasia Insight, July 16, 2001.
  • 1165 “Uzbekistan: Unicef warns of multiple health threats”, Irin, October 6, 2000 et ASHURALI-UGLI, M., (...)
  • 1166 Voir le cas de la République kirghize in Kyrgyzstan. Common country assessment, prepared for the Un (...)
  • 1167 Chiffre donné in ICG, “Central Asia: Water and Conflict”, Asia Report, n° 34, Osh/Brussels, May 30, (...)
  • 1168 GAFIATULLINA, I., “Half a million Uzbeks fight to survive cold and hunger”, IFRC News, February 28, (...)
  • 1169 PLOTNIKOVA, R., “Spectre of famine over Tajikistan”, IFRC News, October 4, 2001.

66Ces dernières années, la question de l’eau est devenue très préoccupante en Asie centrale, tant au niveau national que sur le plan régional. Outre les pénuries d’approvisionnement, comme par exemple à Douchanbé1164, ainsi que la question de la pollution de l’eau circulant dans les réseaux de distribution de certaines régions de l’Asie centrale1165 et des répercussions de ce problème sur l’état de santé général des populations centrasiatiques1166 que nous venons d’évoquer, sur le plan national, la sécheresse à laquelle l’Asie centrale est confrontée depuis 1999 a encore aggravé les effets des dysfonctionnements liés à la gestion de l’eau dans la région. Les quantités d’eau reçues dans certaines zones, notamment celles bordant le lac d’Aral, ont ainsi fortement diminué, en raison de l’absence de coordination entre les différentes provinces ouzbèkes. Les autorités des provinces du Khorezm et de Karakalpakie dénoncent le comportement des autres provinces du pays (Surkhandarya, Navoi et Boukhara), situées en amont, et qui s’approprient des quantités indues d’eau. Cette compétition pour l’eau entre provinces a entraîné des tensions politiques à l’intérieur du pays. Elle a également engendré des conséquences graves pour le secteur agricole du Khorezm et de Karakalpakie. Ainsi, dans cette dernière province, les surfaces cultivées en 2001 ont baissé de 44 % par rapport à 19991167. 500 000 personnes seraient menacées en 2002 par une pénurie alimentaire1168. Les tensions sociales résultant de cette situation dans cette partie de l’Ouzbékistan ne sont pas à écarter à court terme. Au Tadjikistan, pays pourtant bien pourvu en eau au regard de la région, la sécheresse a durement frappé ces dernières années. Le manque d’eau a réduit la production agricole, ce qui a accru le déséquilibre alimentaire dans la république. Un million de personnes pourrait être confronté à la famine1169.

  • 1170 “Central Asian experts discuss regional water consumption”, Interfax, March 26, 2002.

67Lors de la réunion des experts des cinq républiques qui s’est tenue fin mars 2002 à Tachkent, il a ainsi été estimé que les pays de la zone perdaient jusqu’à 1,4 milliard de dollars par an en raison d’une mauvaise utilisation de l’eau1170. La mauvaise gestion de l’eau entraîne donc des pertes économiques très importantes pour l’ensemble de l’Asie centrale.

  • 1171 L’International Crisis Group notait dans un rapport récent que la moitié de l’eau utilisée pour l’i (...)
  • 1172 Voir le cas de l’irrigation en Ouzbékistan in THURMAN, M., “Irrigation management in Uzbekistan: ec (...)
  • 1173 Voir l’étude de HANNAN, T., O’HARA, S.L., “Managing Turkmenistan’s Kara Kum Canal: Problems and pro (...)
  • 1174 Voir le cas du Turkménistan et les conséquences de la salinisation des sols pour l’agriculture dans (...)
  • 1175 ICG, “Central Asia: Water and Conflict”, op. cit., p. 28. Voir les différentes possibilités de conf (...)

68De manière générale, outre les aléas climatiques de ces dernières années, la gestion et la maintenance des réseaux d’irrigation posent d’énormes problèmes aux républiques d’Asie centrale depuis l’indépendance, en raison du manque de moyens1171, de l’obsolescence du matériel, de la pénurie de personnel qualifié, mais aussi d’un certain immobilisme1172. Les pertes en eau sont substantielles. L’exemple le plus emblématique est sans doute celui du canal du Karakum, au Turkménistan1173. Autre problème, l’insuffisance de drainage entraîne une montée des eaux souterraines, qui provoque à son tour la salinisation des sols1174. Ce dernier phénomène couplé au manque d’eau dans certaines régions est responsable de la chute des rendements agricoles. Mais la question de l’eau ne joue pas seulement au niveau national. Sur le plan régional, les problèmes liés à la gestion de l’eau ont également tendu les relations entre les différentes républiques de l’Asie centrale. La situation s’est dégradée depuis 1992. Un rapport récent de l’International Crisis Group concluait une étude consacrée au problème de l’eau et des conflits en Asie centrale en relevant que la question de l’eau ne conduit probablement pas à la guerre dans un futur proche, mais qu’elle est toutefois devenue “an increasingly important factor in the strained relations among the five states and an important contributor to local conflicts1175. L’Asie centrale est en effet une zone géographique marquée par l’aridité qui est présente partout, sauf dans les zones montagneuses où les précipitations sont plus nombreuses et où on trouve les glaciers, la source d’eau la plus importante de cette région. Ces derniers couvrent en effet environ 11 000 km2. Le plus impressionnant d’entre eux, le glacier de Fedchenko, se trouve au Tadjikistan.

49. Les précipitations en Asie centrale1176

49. Les précipitations en Asie centrale1176
  • 1177 D’après Aquastat (Information system on water and agriculture), (www.fao.org/waicent/faoinfo/agricu (...)
  • 1178 En Ouzbékistan, le désert du Kyzyl Kum, la steppe et les régions semi-arides couvrent 60 % du pays. (...)
  • 1179 L’Amou Daria s’étend sur près de 2 500 km entre le glacier Vrevski dans l’Hindou-Kouch et la mer d’ (...)
  • 1180 Elle atteint 3 211 m3 par personne et par an dans le bassin de l’Amou Daria et 1 171 m3 par personn (...)
  • 1181 Norman Myers cité in idem, p. 121.
  • 1182 “Tajikistan” in Aquastat, Country Profile, 1997, (www.fao.org/waicent/faoinfo/agricult/agl/aglw/aqu (...)

69Les précipitations en Asie centrale atteignent en moyenne 338 mm par an, soit l’équivalent des pluies reçues par le Maroc (336 mm). Mais les disparités entre républiques et au sein même des républiques centrasiatiques sont très importantes. En Ouzbékistan, si la moyenne des précipitations annuelles est de 264 mm, le nord-ouest du pays ne reçoit que 97 mm contre 425 mm dans les zones montagneuses du sud de la république. Dans la vallée du Ferghana, la moyenne des précipitations annuelles varie entre 98 et 502 mm. Au Turkménistan, elle atteint 191 mm, mais le nord-est du pays reçoit moins de 80 mm de pluie par an, contre 300 mm dans la zone montagneuse du Kopetdag. Au Tadjikistan, la moyenne des précipitations annuelles est de 691 mm, mais le sud-est du pays reçoit moins de 100 mm de pluie par an, contre 2 400 mm relevés au glacier Fedchenko, dans le centre du pays. En République kirghize, elle est estimée à 533 mm, mais varie de 150 mm dans les plaines de la vallée du Ferghana à plus de 1 000 mm dans les montagnes du pays. Enfin au Kazakhstan, la moyenne des précipitations annuelles atteint 344 mm. On relève moins de 100 mm dans la dépression de Balkhash-Alakol ou près de la mer d’Aral, contre plus de 1 600 mm dans les zones montagneuses de l’est et du sud-est de la république1177. Étant donné le régime pluvial de cette région très éloignée des océans, une grande partie de la superficie de l’Asie centrale est aujourd’hui occupée par des déserts, comme ceux du Kara Kum et du Kyzyl Kum, des zones semi-arides et des steppes inhospitalières1178. Avant de rejoindre le lac d’Aral, les deux fleuves principaux de cet espace, l’Amou Daria (l’Oxus) et le Syr Daria (l’Iaxarte des Anciens)1179 vont donc traverser des zones arides pendant une grande part de leur parcours (70 % dans le cas de l’Amou Daria et 90 % dans celui du Syr Daria). G. Raballand rappelle cependant que, malgré l’aridité qui caractérise l’Asie centrale, l’eau n’y est pas si rare si on prend la région dans son ensemble, puisque les ressources en eau rapportées au nombre d’habitants dans le bassin de l’Amou Daria sont supérieures à celles de la Seine, du Danube ou du Rhin et de la Meuse1180. Le seuil de stress hydrique, fixé par Norman Myers à 500 m3 par personne et par an, y est donc loin d’être atteint1181. Le problème principal est celui de l’inégale répartition des ressources en eau entre les différentes républiques de la zone. Le bassin hydrologique de l’Amou Daria et du Syr Daria, les deux principaux affluents de la mer d’Aral et aussi les fleuves les plus importants de l’Asie centrale, couvre 1,9 million km2 et s’étend sur six pays (sud du Kazakhstan, Turkmenistan, Ouzbékistan, nord de l’Afghanistan, Tadjikistan et République kirghize). Toutefois, c’est sur le territoire du Tadjikistan et de la République kirghize que se forment principalement ces deux fleuves. Alors que 82,5 % du flux de l’Amou Daria est généré sur le territoire du Tadjikistan (principalement par les rivières Vakhsh, Panj et Kafirnigan), le territoire de la République kirghize engendre environ 78 % du flux du Syr Daria1182. Si ces deux pays détiennent les clés de l’eau en Asie centrale, c’est en fait le secteur agricole des États situés en aval qui en consomme la majeure partie.

  • 1183 Voir BLAKE, R, “Central Asia’s ecological crisis: the aftermath of the cotton monoculture”, Harvard (...)
  • 1184 ICG “Central Asia: Water and Conflict”, op. cit., p. 3. Selon l’ICG, le Turkmenistan envisage de me (...)

70En dépit des conditions climatiques qui prévalaient dans ces régions, l’Union soviétique a accéléré la transformation des républiques de l’Asie centrale en pays producteurs de coton1183. La monoculture du coton occupe encore aujourd’hui une place très importante dans les économies centrasiatiques. Dans le bassin de l’Aral, l’irrigation est passée de 4,5 millions d’hectares en 1960 à 7 millions d’hectares en 1980, et 8 millions d’hectares en 1995. Depuis cette date, la tendance s’est poursuivie, puisque la surface de terres irriguées de l’Asie centrale s’est encore accrue de 7 %1184. Parallèlement, la consommation d’eau a augmenté avec la mise en valeur de nouvelles terres. On est ainsi passé de 64,7 km3 en 1960 à 120 km3 en 1980. Pour l’ensemble de l’Asie centrale, l’eau consommée par le secteur agricole représente 91 % du total, ce qui dépasse de loin la moyenne mondiale où la part du secteur agricole est de 69 %. En 1994, l’irrigation couvrait environ 4,3 millions ha soit 82 % des terres cultivées en Ouzbékistan. En moyenne, la quantité d’eau utilisée pour l’irrigation se montait à 12 477 m3/ha par an en 1994 contre 1 600 m3/ha par an pour les pays baltes, 2 500 m3/ha par an pour la Fédération de Russie et 7 200 m3/ha par an en moyenne pour le Caucase. Au Turkménistan, l’irrigation couvrait environ 1 744 100 ha en 1994, soit 99,4 % du total des terres cultivées dans le pays.

  • 1185 Aquastat (Information system on water and agriculture), General summary for the countries of the Fo (...)

50. Utilisation de l’eau et agriculture en Asie centrale1185

50. Utilisation de l’eau et agriculture en Asie centrale1185
  • 1186 En Ouzbékistan, on compte que le pays génère environ 9,54 km3d’eau/an pour une consommation totale (...)
  • 1187 ADB, Key indicators 2001, Growth and change in Asia and Pacific, vol. 31, 2001, p. 50 (www.adb.org/ (...)

71Étant donnée l’importance des quantités d’eau nécessaires à l’approvisionnement du secteur agricole et la faiblesse des ressources en eau disponibles sur le territoire national, le Turkménistan dépend en fait à 97 % de l’eau provenant de l’étranger pour assurer son approvisionnement, alors que l’Ouzbékistan en dépend quant à lui à 77 %1186. Pendant la période soviétique, cette dépendance n’était pas ressentie avec autant d’acuité qu’actuellement. Aujourd’hui, avec l’indépendance et la perception plus aiguë du territoire national et des ressources que cette dernière a entraîné, le Turkménistan et l’Ouzbékistan considèrent que les problèmes liés à l’irrigation touchent directement leur sécurité, étant donnée la dépendance de leur économie à l’égard du secteur agricole. En Ouzbékistan, le secteur agricole représentait en effet environ 34,9 % du produit intérieur brut en 2000, alors qu’au Turkménistan, on l’estimait à 25,8 %1187.

  • 1188 ICG Central Asia: Water and Conflict”, op. cit., p. 1.

72Le coton représente également une source importante de rentré en devises pour ces deux pays. Comme l’a remarqué l’International Crisis Group, le coton demeure au cœur du système de contrôle politique et social1188.

  • 1189 Idem, p. 7.

73Pendant la période soviétique, Moscou avait en fait favorisé l’Ouzbékistan, le Turkménistan et le Kazakhstan en matière d’irrigation. Afin qu’un maximum d’eau soit disponible pour les républiques productrices de coton situées en aval, des restrictions dans ce domaine avaient été imposées sur les républiques montagnardes. En outre, étant donnés les besoins en eau des républiques productrices au moment de la croissance du coton, au printemps et en été, le Tadjikistan et la République kirghize avaient été amenés à limiter leur production d’hydroélectricité en automne et en hiver, afin de remplir les réservoirs, qui pouvaient ainsi alimenter les républiques situées en aval au moment opportun. En échange, les républiques productrices de coton, également riches en produits énergétiques, fournissaient du charbon, du gaz et des produits pétroliers aux deux républiques montagnardes. En cas de dispute des républiques entre elles à propos de l’eau, elles pouvaient recourir à l’arbitrage de Moscou. Le pouvoir central prenait également en charge les coûts liés à la maintenance et à l’entretien des barrages, réservoirs et canaux destinés à l’irrigation1189.

  • 1190 Selon RABALLAND, G., « L’eau en Asie centrale : entre interdépendance régionale et vulnérabilités n (...)
  • 1191 Idem, p. 128.
  • 1192 Sur ces accords et les raisons de leur échec : ICG, “Central Asia: Water and Conflict”, op. cit., p (...)
  • 1193 VOIR KHAMIDOV, A., “Water continues to be source of tension in Central Asia”, Eurasia Insight, Octo (...)
  • 1194 ICG, “Central Asia: Water and Conflict”, op. cit., pp. 16-18.
  • 1195 KOICHIEV, A., “Water games could leave central asia high and dry this summer”, Eurasia Insight, Mar (...)

74Avec la dissolution de l’URSS, l’équilibre du système a en fait été remis en question. Malgré un accord signé en février 1992 sur l’allocation de quotas d’eau pour chaque république-accord que le parlement kirghiz n’a par ailleurs pas ratifié1190, des divergences de vues et des conflits d’intérêts sont apparus très vite entre les républiques. Dès le début des années 1990, la République kirghize et le Tadjikstan ont voulu accroître les surfaces irriguées, et les autres républiques choisissaient la même voie. La compétition pour le partage de l’eau disponible s’est alors renforcée. Parallèlement, les républiques productrices de produits énergétiques ont décidé d’aligner leurs prix sur ceux du marché international. Cette situation a amené la République kirghize, incapable d’assumer le coût de sa facture énergétique, à augmenter sa production hydroélectrique au moment où elle en avait le plus besoin, c’est-à-dire en automne et en hiver. Comme le signale G. Raballand, la République kirghize réalise « des lâchers d’eau à cette période. Toutefois cette saison n’est pas une période de croissance de la végétation. En revanche lorsqu’arrive cette période, les Kirghizes prétextent que les lâchers ont déjà été effectués et limitent ainsi les nouveaux lâchers d’eau, créant de facto une pénurie pour les cultures… »1191. Cette situation a engendré de fortes tensions en 1997, au moment où la sécheresse limitait encore davantage l’eau disponible pour l’irrigation en aval. En 1998, des accords de compensation ont été conclus notamment entre la République kirghize et le Kazakhstan et entre la République kirghize et l’Ouzbékistan. Il s’agissait d’assurer aux républiques situées en aval des quantités d’eau suffisantes pour alimenter leur secteur agricole, en échange de livraisons de produits énergétiques (gaz, charbon) à la République kirghize. La mise en œuvre de ces accords s’est cependant heurtée à des difficultés. Les dispositions prévues dans ces accords ont été violées par les différentes parties. Certains problèmes nés de cette violation ont particulièrement influé sur la vie quotidienne des populations. Ainsi, Tachkent a-t-il été à plusieurs reprises incapable de fournir à Bichkek les quantités de gaz prévues par l’accord de 1998, laissant la population kirghize en proie aux intempéries. Astana a également échoué à livrer à Bichkek les quantités de charbon prévues par les accords de compensation. Pour faire face à ce problème, la République kirghize a augmenté sa production hydroélectrique, ce qui a réduit d’autant l’eau disponible au printemps et en été pour l’irrigation en aval. Des lâchers d’eau opérés en hiver par Bichkek ont également provoqué des inondations très importantes au Kazakhstan et en Ouzbékistan1192. L’Ouzbékistan a pour sa part été accusé par le Kazakhstan de détourner l’eau à son seul profit. En 1997, les fermiers kazakhs ont ainsi protesté à plusieurs reprises contre le gouvernement ouzbek. Ces différends ont aigri les rapports entre les diverses parties. Du côté kirghiz, les autorités se plaignent, depuis le début des années 1990, du fait que le pays doit assumer seul les coûts de maintenance des réservoirs et des barrages, alors que les bénéfices de la culture du coton reviennent en fait à l’Ouzbékistan et au Kazakhstan. La République kirghize a demandé aux autres républiques de contribuer financièrement à ces frais. En juillet 1997, le parlement kirghiz avait adopté une résolution allant dans ce sens, mais les républiques situées en aval l’ont refusée. Aussi, en juin 2001, Bichkek a promulgé une loi selon laquelle l’eau est désormais considérée comme une marchandise. La République kirghize a annoncé son intention de facturer à ses voisins l’eau utilisée1193. L’Ouzbékistan et le Kazakhstan ont très rapidement critiqué cette décision de Bichkek. Toutefois, l'International Crisis Group pense qu’une solution de compromis pourra être trouvée entre les trois républiques1194, même si à l’automne 2001, Tachkent n’a pas hésité à recourir aux pressions, en coupant les approvisionnements en gaz de la République kirghize, comme il l’avait déjà fait auparavant1195.

  • 1196 “Tajik-Uzbek cooperation accord signed”, BBC, February 14, 2002.

75En ce qui concerne l’Amou Daria, le Tadjikistan se plaint de la part congrue d’eau qui lui a été attribuée lors de la conclusion de l’accord de février 1992 (12 %). Des tensions existent entre Douchanbé et Tachkent, notamment en raison des projets tadjiks visant à accroître les prélèvements en eau pour soutenir l’essor de son secteur agricole. L’Ouzbékistan accuse son voisin de prélever davantage que son dû selon l’accord de 1992. Douchanbé rejette cette récrimination. En février 2002, les deux États ont cependant signé un accord annuel sur l’utilisation rationnelle de l’eau et de l’énergie pour 20021196. L atmosphère semble donc s’être détendue quelque peu.

  • 1197 D’après ICG, “Central Asia: Water and Conflict”, op. cit., pp. 21-22.
  • 1198 Ce lac artificiel devrait être mis en place dans la dépression de Karashor, dans le désert du Kara (...)
  • 1199 ICG, “Central Asia: Water and Conflict”, op. cit., pp. 25-26.

76Entre l’Ouzbékistan et le Turkménistan, les relations ne sont pas au beau-fixe. Périodiquement, des incidents liés à l’eau se produisent à la frontière, entre les fermiers des deux États. Certains responsables des régions du Khorezm et de Karakalpakie dénoncent le Turkménistan de prélever trop d’eau. Selon un accord signé en 1996, l’Ouzbékistan et le Turkménistan possèdent en effet le droit de prélever chacun 22 km3 d’eau de l’Amou Daria. Les Ouzbeks reprochent toutefois aux Turkmènes de dépasser leur quota et de prélever 30 km3. Ils considèrent également que l’accord de 1996 n’est pas équitable, étant donnée la différence démographique entre les deux pays ainsi que la plus grande superficie de terres irriguées du côté ouzbek1197. A l’avenir, les relations entre les deux républiques pourraient encore se dégrader, notamment en raison du projet turkmène de lac artificiel, baptisé lac du Siècle d’Or, dans le désert du Kara Kum1198. Pour Tachkent, ce projet ne pourra être alimenté que par des prélèvements supplémentaires d’eau de l’Amou Daria, ce qui risque de détériorer encore davantage la situation déjà sérieuse de la Karakalpakie et de la région du Khorezm1199.

  • 1200 Idem, pp. 26-27.
  • 1201 Voir le rapport sur la question de l’eau de Sarah O’Hara in Foreign Affairs Sixth Report, House o (...)
  • 1202 La question de l’eau se pose en fait pour toute l’Asie. Voir HENNING, J., “Water: Potential Spark o (...)
  • 1203 PINDARE, Olympique, texte établi et trad. par Aimé Puech, Paris, Les Belles Lettres, 1922, xxix-159 (...)

77Enfin, selon un accord conclu en 1946 entre l’URSS et l’Afghanistan, ce dernier possède le droit de prélever 9 km3 d’eau d’un des affluents de l’Amou Daria. Si le retour à la paix se matérialise dans ce pays, Kaboul pourrait être amenée dans l’avenir à utiliser les dispositions de ce traité pour relancer son secteur agricole dans le nord du pays. Les répercussions de ce choix sur les régions d’Asie centrale arrosées par l’Amou Daria pourraient être très importantes et créer à terme des tensions entre Kaboul et ses voisins du nord1200. La gestion de l’eau va donc continuer à poser de très sérieux problèmes. Les républiques centrasiatiques ont ainsi estimé leur besoin en eau pour 2005 à 151,8 km3, c’est-à-dire 25 km3 de plus que la moyenne annuelle du débit des rivières de la région1201. Plus que jamais, l’eau est devenue dans la région une denrée stratégique1202. Là, comme ailleurs dans le monde, il faudra que les gouvernants et les populations locales réapprennent avec Pindare que « le premier des biens est l’eau »1203.

  • 1204 STANLEY, B., “Kazakstan accused of sacrificing health, environment to boost oil earnings”, Associat (...)

78Pour conclure ce bref aperçu, d’une manière générale, la question de la protection de l’environnement se heurte en Asie centrale à une double barrière : psychologique d’abord, étant donnée la vision prométhéenne de l’action de l’homme sur la nature développée à l’époque soviétique et dans laquelle la protection de l’environnement n’entrait pas en ligne de compte ; économique ensuite. Il est clair que dans la situation socio-économique où se trouvent aujourd’hui les républiques centrasiatiques, l’environnement ne pèse guère devant les impératifs de profits1204. Pour l’avenir, la nature des régimes actuellement en place dans les républiques centrasiatiques ne favorise guère l’émergence d’une société civile susceptible d’exprimer ses inquiétudes dans le domaine environnemental et de faire pression sur les gouvernants pour que cette question fasse partie des priorités de ces États. Dans ces conditions, la situation de l’environnement en Asie centrale ne semble pas près de s’améliorer, avec tous les risques, tant sur le plan interne que régional, que cet état de fait entraînera.

7. Le trafic de la drogue et la criminalité internationale

  • 1205 OLCOTT, M. Brill, UDALOVA, N., Drug Trafficking on the Great Silk Road: The Security Environment in (...)
  • 1206 Voir sur ce phénomène de « zones grises », Grey area phenomena: confronting the new world disorder, (...)
  • 1207 VASSILENKO, I., “Features of Conducting Harm Reduction Programs for Intravenous Drug Users in Centr (...)
  • 1208 OLCOTT, M. Brill, UDALOVA, N., Drug Trafficking on the Great Silk Road: The Security Environment in (...)
  • 1209 UNODCCP, World Drug Report 2000, New York, United Nations Publication, 2000, p. 31.
  • 1210 OGD (Observatoire géopolitique des drogues), La géopolitique mondiale des drogues 1998/1999, Rappor (...)
  • 1211 Interpol, World-wide cannabis traffic in (www.interpol.int/Public/Drugs/cannabis/default.asp).
  • 1212 D’après Office des Nations Unies pour le contrôle des drogues et la prévention du crime (ci-après U (...)

79Depuis leur indépendance, les républiques centrasiatiques sont confrontées au problème croissant du trafic de la drogue. Or, celui-ci génère de l’instabilité. Dans certains cas, comme en Amérique latine, il constitue une véritable menace pour la sécurité de l’État. Si, en Asie centrale, on n’a pas encore atteint le niveau d’instabilité de certains États du continent américain, il n’en demeure pas moins que la situation s’est dégradée au point que certains observateurs n’hésitent plus à parler de véritable « narcotisation » des sociétés centrasiatiques1205. A terme, certaines zones géographiques de la région courent le risque de devenir de véritables « zones grises » échappant au pouvoir central et contrôlées par des narcotrafiquants1206. Cette réalité est le produit de l’enchevêtrement d’un grand nombre de facteurs dont il faut tenter de faire la synthèse. D’un point de vue général, les conditions naturelles dans certaines républiques de la région nature des terrains et climat , conviennent parfaitement à la culture du pavot, du cannabis et de l’éphédra (dont on extrait l’éphédrine)1207. Le cannabis croît ainsi naturellement en Asie centrale. Il peut aussi être récolté deux ou trois fois par saison dans certaines régions du Tadjikistan et de la République kirghize. Cependant, malgré d’excellentes conditions naturelles, la production locale de substances psychotropes demeure limitée, sauf dans le cas du cannabis, qui est très répandu dans toute la zone et souvent toléré par les gouvernements en place. Un rapport récent relevait ainsi qu’un tiers de la population kirghize le cultivait1208. Au Kazakhstan, où deux enquêtes ont été menées par les Nations unies en 1998 et 1999, on trouverait du cannabis à l’état sauvage sur environ 400 000 hectares de terrain, notamment dans la vallée de la Tchou. Mais seuls 2 300 hectares seraient en fait exploités pour la production et l’exportation1209. Outre le cannabis, l’éphedra sauvage serait également commun dans les vallées de la chaîne des Tian Shan1210. Selon Interpol, l’Asie centrale est toutefois le principal fournisseur de cannabis du marché russe1211. La résine de cannabis saisie en Russie proviendrait principalement de la République kirghize. En ce qui concerne l’opium, la production au Tadjikistan se concentre dans la vallée de Pendjikent, près de la frontière de l’Ouzbékistan. Le pavot est également cultivé au Turkménistan, principalement dans les régions d’Akhal, Lebap et Mary proches de la frontière iranienne. Les stocks d’opium produits demeurent néanmoins quantitativement faibles. En Ouzbékistan, la production se concentre dans la région de Samarkand-Surkhandaria, proche de la frontière tadjike. Le pavot est également cultivé illégalement en République kirghize. Parmi les cinq républiques d’Asie centrale, c’est cependant le Kazakhstan qui en produirait la plus grande quantité, notamment dans la région de Kyzyl Orda. Le Bureau pour le contrôle de la drogue et la prévention du crime (Office for Drug Control and Crime Prevention, ODCCP) des Nations unies estime que les deux mille hectares d’opium cultivés dans le pays ont une capacité de production d’environ 30 tonnes1212. Les possibilités de culture de produits psychotropes en Asie centrale demeurent cependant aujourd’hui sous-exploitées. Le risque de voir cette possibilité utilisée un jour ne doit cependant pas être totalement négligé.

  • 1213 Voir sur ces deux espaces CHOUVY, P.-A., Les territoires de l’opium : géopolitique dans les espaces (...)

80Outre les conditions naturelles, sur le plan historique, l’usage de substances psychotropes n’était pas inconnu des populations centrasiatiques. Depuis des temps immémoriaux, certaines drogues, notamment l’opium, étaient utilisées en Asie centrale et dans les régions voisines comme l’Inde et la Perse. En Iran par exemple, où la consommation d’opium demeure très répandue même sous la République islamique, il n’est pas rare d’entendre aujourd’hui encore rapporter le dicton populaire selon lequel l’ingestion d’opium après l’âge de 60 ans est bienfaisante. En Asie centrale, les populations locales absorbaient généralement des substances psychotropes pour leurs vertus médicinales, mais aussi dans le cadre de la culture traditionnelle. Ainsi, le koknar, breuvage tiré du pavot, est-il répandu partout en Asie centrale. Chez les Kazakhs, la tradition en fait un signe de richesse. Au Turkménistan, l’opium était utilisé comme médecine ou entrait dans la composition d’un breuvage de consommation courante. En République kirghize, l’opium a été produit dès la période coloniale à des fins médicales. Sous le régime soviétique, plus des trois quarts de l’opium cultivé légalement en URSS provenait également de cette petite république. Outre les conditions naturelles et le facteur historique, la localisation géographique de l’Asie centrale joue un rôle dans l’essor du trafic de la drogue. Les républiques centrasiatiques occupent en effet une position géographique particulière. Elles sont situées entre les grandes zones de production d’opium du Croissant d’Or (Afghanistan, Pakistan, Iran) et, à travers la Chine, du Triangle d’Or (Birmanie, Laos, Thaïlande)1213 et les centres de consommation d’Europe ou de Chine. Cette situation géographique particulière dont les trafiquants ne pouvaient guère tirer profit à l’époque soviétique, du fait de la clôture rigoureuse des frontières, a acquis tout son intérêt au moment de l’indépendance des républiques d’Asie centrale.

  • 1214 MCCOY, A.W., The politics of heroin: CIA complicity in the global drug trade, 1st ed., Brooklyn, NY (...)
  • 1215 COOLEY, J. K., CIA et Jihad. 1950-2001, op. cit, pp. 138-139.
  • 1216 RASHID, A., L’Ombre des taliban, op. cit., p. 159.
  • 1217 V UN ODCCP, Tendances mondiales des drogues illicites 2001, New York, Publication des Nations Unies (...)
  • 1218 Voir ABOU ZAHAB, M., « Pakistan : d’un Narco-État à une “sucess story” dans la guerre contre la dro (...)
  • 1219 UN ODCCP, Tendances mondiales des drogues illicites 2001, op. cit., pp. 36-37. Voir UNDCP, “An anal (...)
  • 1220 UN ODCCP, Tendances mondiales des drogues illicites 2001, op. cit., p. 35.

81Si les conditions naturelles, l’histoire, la tradition, la contiguïté géographique avec les zones de production, mais aussi la position d’intermédiaire vers des centres de consommation importants (Europe, Russie, Chine), constituent un terreau favorable sur lequel le trafic de la drogue pouvait potentiellement s’épanouir, d’autres facteurs, plus conjoncturels, ont toutefois joué un rôle moteur dans son essor. Parmi ces derniers, il faut relever le rôle central de la situation prévalant en Afghanistan depuis une vingtaine d’années. Historiquement, l’opium était peu consommé par les Afghans qui lui préféraient le haschisch. La consommation traditionnelle était faible chez les Pachtounes mais plus répandue chez les Turkmènes et chez les Ismaéliens du Badakhshan. Jusqu’à la fin des années 1970, l’Afghanistan, qui connaissait une production illicite d’opium non négligeable, ne pouvait cependant être classé parmi les grands producteurs de la planète. La culture du pavot ne s’est développée sur une large échelle qu’au cours des vingt dernières années. C’est la guerre contre l’URSS, déclenchée en décembre 1979, qui a été le moteur de sa croissance. En effet, les moudjahidins afghans ont rapidement recouru à la culture et à la vente de l’opium pour financer une partie de leurs achats d’armements. Ce phénomène s’est développé pendant toute la durée de la guerre avec la bénédiction des Occidentaux et la complicité de barons de la drogue comme le célèbre Haji Ayoub Afridi de la tribu Pachtoune des Afridis, basés de l’autre côté de la Passe de Khyber au Pakistan1214. Comme le remarquait John Cooley, afin de financer la guerre antisoviétique, la CIA et ses alliés ont laissé prospérer « les plus grands empires de la drogue qu’on ait jamais vus en dehors des cartels colombiens »1215. Entre 1979 et 1989, Washington a ainsi choisi « d’ignorer la collusion croissante entre moudjahidin, trafiquants de drogue pakistanais et éléments de l’armée en Afghanistan »1216. L’essor de cette culture en Afghanistan pendant cette période fut également encouragé par la réduction de la production internationale, notamment en Turquie où, depuis 1972, la culture de l’opium est interdite, et en Iran, où la République islamique nouvellement créée allait également prononcer l’interdiction de cultiver l’opium1217. Le Pakistan suivrait bientôt ce mouvement d’interdiction avec, il est vrai, un succès très mitigé1218. La production afghane d’opium a ainsi été encouragée par l’existence de vastes débouchés sur des marchés proches. Avec le départ des Soviétiques en 1989 et l’arrêt de l’aide américaine, les divers groupes armés afghans ont favorisé l’accroissement de la production d’opium pour assurer leurs besoins de financement, alors que la guerre civile se dessinait. Outre ce facteur, la culture de l’opium répondait aux besoins du monde rural afghan, à la recherche d’une source de subsistance viable dans un pays ravagé par dix ans de guerre1219. Aussi, alors qu’elle avait progressé de 14 % en moyenne par an entre 1979 et 1989, la culture de l’opium a-t-elle atteint 19 % de progression moyenne par an entre 1989 et 19941220.

82

  • 1221 Idem, p. 64. et UNDCP, Afghanistan. Opium Poppy Survey 2002. Pre-Assessment, February 2002, p. 1.

51. Afghanistan, la production d’opium1221 (en tonnes)

51. Afghanistan, la production d’opium1221 (en tonnes)
  • 1222 A propos de l’implication des taliban dans le trafic de l’opium et des revenus que ces derniers aur (...)
  • 1223 COOLEY, J. K., CIA et Jihad. 1950-2001, op. cit., p. 156.
  • 1224 UN ODCCP, Tendances mondiales des drogues illicites 2001, op. cit., p. 38.
  • 1225 Idem, p. 64.
  • 1226 Détails de la production d’opium par province entre 1994 et 2000 in Idem, p. 40.

83En 1994, la production d’opium en Afghanistan a ainsi atteint 3 416 tonnes. La prise de contrôle progressive du territoire afghan par les taliban, au cours de la seconde moitié des années quatre-vingt-dix, n’a dans un premier temps pas ralenti la production d’opium, contrairement aux espoirs d’amélioration que certains observateurs avaient placés dans ce mouvement, du fait de son rigorisme islamique. Entre 1995 et 1998, elle s’est maintenue aux alentours de 2 500 tonnes par an, avant de s’envoler en 1999 (4 565 tonnes) en raison des conditions météorologiques idéales et des prix élevés liés à la mauvaise récolte de 1998. Le régime des taliban qui, il est vrai, tirait des revenus de la culture de l’opium notamment sous forme d’impôts, a donc hérité d’un Afghanistan devenu, dès le début des années 1990, le plus grand producteur d’opiacés de la planète, ravissant la première place à la Birmanie1222. Leur attitude face à la culture, à la production et au trafic de la drogue était toutefois assez ambiguë. En 1996, les taliban auraient ainsi interdit la production et la vente d’héroïne et de haschisch. A cette époque, il n’était pas encore question de la culture du pavot. Selon J. Cooley cependant, jusqu’en 1998, aucune décision n’avait été prise au sujet de l’héroïne1223. En septembre 1999, les taliban ont décrété que la culture de l’opium devait être réduite de 1/3 pour l’année 1999-2000. Mais ce décret n’a pas eu les effets escomptés, puisque selon les Nations unies, la surface cultivée a été réduite d’à peine 10 %. La récolte a toutefois baissé de 28 % en 2000 par rapport à 1999, en raison semble-t-il des conditions climatiques marquées par une forte sécheresse1224. En 2000, la production d’opium en Afghanistan a atteint 3 260 tonnes, soit l’équivalent de 326 tonnes d’héroïne selon le taux de conversion de 10 :1 admis pour le Programme des Nations unies pour le contrôle international des drogues (PNUCID mieux connu sous son acronyme anglais Undcp). Elle a donc été multipliée par dix par rapport à 1986 (350 tonnes d’opium brut). A titre de comparaison, la Birmanie, leader du Triangle d’Or, a récolté pour sa part en 2000 « seulement » 1 087 tonnes d’opium, soit l’équivalent d’environ 108 tonnes d’héroïne1225. Selon les observations des Nations unies, 92 % de la production d’opium se concentrent dans six provinces de l’Afghanistan (Helmand, Nangarhar, Oruzgan, Qandahar, Balkh, Badakhshan)1226. A elles seules, les provinces de l’Helmand et du Nangarhar ont fourni 75 % de la production de l’an 2000.

  • 1227 Idem, p. 34.
  • 1228 Idem, p. 38.
  • 1229 Idem, p. 32.

84La surface cultivée réservée à l’opium a fortement augmenté depuis les années 1980. Sur une superficie totale de 65 millions d’hectares, on estime que seuls 8 millions d’hectares sont arables en Afghanistan. Les surfaces cultivées chaque année ne dépasseraient cependant pas 2,6 millions d’hectares environ1227. Sur ce total, la part réservée à la culture du pavot est passée de 10 000 ha en 1986 à 91 000 ha en 1999, avant de décroître en 2000 pour atteindre 82 000 ha. Étant donnée la sécheresse qui a sévi en Afghanistan pendant l’année 2000, le rendement est passé de 50,4 kg/ha d’opium en 1999 à 35,7 kg/ha en 20001228. En 2000, les prix de l’opium frais en Afghanistan étaient tombés à 30 US $ le kilo, contre 58 US $ en 1999. La valeur de l’ensemble de la récolte 2000 a été estimée à 91 millions de dollars, contre 251 millions de dollars en 1999. En 1999, la production d’opium de l’Afghanistan couvrait 79 % du total de la production mondiale, contre 35 % en 1989. En 2000, malgré une baisse substantielle de la récolte, elle représentait encore 70 % du total de la production mondiale1229.

  • 1230 GLEASON, G., “Central Asian ‘Razborka’: fallout from Afghanistan’s opium ban”, Eurasia Insight, May (...)
  • 1231 NAÏM, M., « La culture du pavot reprend en Afghanistan », Le Monde, 18 décembre 2001.
  • 1232 ICG, “Central Asia: Drugs and Conflict”, Asia Report, n° 25, Osh/ Brussels, November 26, 2001, p. 4
  • 1233 Idem, p. 4.
  • 1234 Congressional Testimony, Statement by Asa Hutchinson Administrator, Drug Enforcement Administration (...)
  • 1235 UNDCP, Afghanistan, Opium supply survey 2001, October 16, 2001, p. III et 12 in (www.undcp.org/paki (...)
  • 1236 AHMAD, F., “Taliban’s collapse may trigger rise in heroin trade: experts”, The Dawn, December 9, 20 (...)

85On en était arrivé là lorsque le 27 juillet 2000, le mollah Omar a édicté un décret interdisant la culture et le commerce de l’opium sur l’ensemble du territoire de l’Émirat islamique d’Afghanistan. Malgré le scepticisme qui a accueilli cette décision1230, les Nations unies ont constaté une contraction très importante de la production pour l’année 2001. Les chiffres sont éloquents, puisque la récolte s’est limitée à 185 tonnes d’opium brut, soit une réduction de 94 % par rapport à l’année précédente et de 96 % par rapport au record de 1999. L’ensemble de la récolte a été estimée à 56 millions de dollars. Les taliban avaient donc réussi à éliminer en 2001 96 % de la production d’opium dans les territoires sous leur contrôle1231. Cependant, certains observateurs attribuent la chute de la récolte à la sécheresse qui a continué à sévir en Afghanistan en 2001, plutôt qu’à une réelle volonté des taliban de s’attaquer à ce problème. D’autres pensent qu’il s’agissait pour les taliban de faire monter les prix, pour ensuite pouvoir écouler les stocks de drogue accumulés1232. On compte en effet qu’environ 220 tonnes d’héroïne étaient stockées sur le territoire afghan avant l’intervention américaine1233. Certains observateurs ont également invoqué le fait que le régime des taliban était à la recherche d’une reconnaissance internationale. En s’attaquant à la culture et au commerce de l’opium dénoncés par la communauté internationale, Kaboul pensait pouvoir gagner sa reconnaissance diplomatique. Fin août 2001, le mollah Omar avait ainsi reconduit l’interdiction de la culture de l’opium pour l’année 2001-20021234. Cette interdiction frappant les parties du territoire afghan contrôlées par les taliban a conduit à faire des régions contrôlées par l’Alliance du nord les principales zones productrices d’opium pour l’année 2001. Les deux plus importants districts de production, Jurm et Keshirn , sont en effet situés dans la province du Badakhshan, qui représente 83 % de la production d’opium afghane de 20011235. Comme le rappelait en décembre de cette année un officiel des Nations unies chargé de la lutte anti-drogue, “from the, point of view of the opium trade, the Northern Alliance is not better than the Taliban1236.

  • 1237 ICG, “Central Asia: Drugs and Conflict”, op. cit., p. 4.

86C’est à cette situation afghane que les républiques centrasiatiques ont été confrontées depuis leur indépendance. En Asie centrale, à l’époque de l’Union soviétique, la consommation de drogue était un phénomène marginal, jusqu’au déclenchement de la guerre contre l’Afghanistan en 1979. Avec la poursuite du conflit, la consommation s’est répandue parmi les combattants soviétiques. Ces derniers ont importé les problèmes de drogue au cœur de l’URSS. Afin d’assurer l’approvisionnement de ces nouveaux consommateurs, des contacts « commerciaux » avaient été établis entre les occupants soviétiques et les producteurs afghans. Cette situation constitue sans doute une des racines de l’essor du trafic de stupéfiants dans les dernières années de l’URSS. Ces contacts ont été maintenus après la dissolution de l’Union. Ils ont facilité la mise en place de réseaux en Asie centrale, après l’indépendance en 1991. Mais d’autres facteurs l’ont également favorisée. On peut ainsi relever le fait que les populations de la région partagent le russe comme langue de communication commune, que les républiques sont bien reliées entre elles par des réseaux de communication routier, ferroviaire et aérien datant de l’URSS et enfin qu’il existe également des réseaux transfrontaliers de relations personnelles, hérités de la période soviétique et couvrant tout le territoire de l’ex-URSS. Avec l’indépendance, les communications de tout ordre avec le reste du monde se sont également accrues, alors que l’ouverture des frontières facilitait le rétablissement des contacts transfrontaliers entre groupes ethniques, tadjiks ou ouzbeks, vivant de part et d’autre de la frontière avec l’Afghanistan. Mais c’est surtout la guerre du Tadjikistan qui a été l’accélérateur principal du commerce de la drogue dans la zone. La situation chaotique qui régnait dans le pays entre 1992 et 1997 a créé un contexte propice au développement du trafic, alors que les groupes armés tadjiks de tous bords se sont lancés dans le commerce de la drogue pour financer leurs activités politiques et militaires, suivant ainsi l’exemple de leur voisin afghan. A l’occasion de la guerre civile, des combattants tadjiks réfugiés en Afghanistan ont établi des contacts avec l’Alliance du nord. Après la signature des accords de 1997 mettant fin à la guerre au Tadjikistan, alors que des militants de l’Opposition tadjike unie (UTO) regagnaient le pays et intégraient les structures gouvernementales tadjikes, ces contacts auraient été maintenus. Aussi, l’Alliance du nord était-elle devenue, avant l’intervention américaine en Afghanistan, la source principale d’approvisionnement de l’Asie centrale en opium et en héroïne1237.

  • 1238 Détails in “Women and drugs in Tajikistan”, Eurasia Policy Forum, February 20, 2001 (www.eurasianet (...)
  • 1239 Voir LABROUSSE, A., ALLIX, S., VIELMINI, F., « Les drogues en Asie centrale : héritage et innovatio (...)
  • 1240 Cité in UN ODCCP, Tendances mondiales des drogues illicites 2001, op. cit., p. 95.
  • 1241 Congressional Testimony, Statement by Asa Hutchinson Administrateur, op. cit. C’est également l’opi (...)
  • 1242 Un ODCCP, Tendances mondiales des drogues illicites 2001, op. cit., p. 41.
  • 1243 Une fois récoltée la résine d’opium obtenue par incision des capsules de pavot, est transformée en (...)

87La détérioration rapide des conditions économiques à laquelle les populations centrasiatiques ont été confrontées du fait de la disparition de l’URSS constitue également la toile de fond nécessaire à l’extension du trafic à travers l’Asie centrale. Les conditions socio-économiques qui règnent dans la zone rendent en effet le commerce de la drogue très attractif. Ce dernier constitue dans certains cas le seul moyen de subsistance pour la population. Ainsi par exemple, de plus en plus de femmes, souvent veuves ou divorcées avec enfants, se sont-elles lancées dans le trafic de la drogue pour s’assurer un revenu. Ce serait particulièrement le cas en République kirghize et au Tadjikistan1238. L’appauvrissement généralisé des populations locales profite également aux trafiquants qui trouvent ainsi à moindre coût de nombreux passeurs prêts à prendre des risques. Enfin, le tracé et l’imbrication des frontières ont rendu les républiques d’Asie centrale vulnérables à la contrebande. Sur le plan territorial, le relief du terrain, mais aussi le découpage pratiqué à l’époque soviétique, ne facilite en effet pas le contrôle de certaines parties du territoire national. Ainsi par exemple, Khodjend, deuxième ville du Tadjikistan, est isolée de Douchanbé par deux chaînes montagneuses. Ailleurs, certaines enclaves territoriales échappent pratiquement au contrôle du gouvernement central. C’est le cas notamment des enclaves de Sukh et Vorukh. Face aux trafiquants, étant données la nature du terrain et la pauvreté de leurs moyens de surveillance, les républiques d’Asie centrale n’ont pas véritablement les moyens de contrôler complètement leurs frontières1239. La conjonction de cet ensemble d’éléments a donc conduit à un essor considérable du commerce illicite de la drogue. L’Asie centrale est progressivement devenue une des zones clés pour le transit des productions de l’Afghanistan vers les marchés internationaux. Selon les Nations unies, ce pays est la principale source d’approvisionnement d’opium, de morphine et d’héroïne pour l’Iran, le Pakistan, l’Inde et l’Asie centrale et d’héroïne pour l’Europe tant orientale qu’occidentale1240. La DEA notait récemment que si la présence d’héroïne d’origine afghane sur le marché américain est relativement faible, au contraire, selon ses estimations, 80 % des produits opiacés en circulation sur les marchés d’Europe proviendraient de ce pays1241. L’Afghanistan est également la principale source de l’héroïne vendue dans certains pays de la péninsule d’Arabie et de l’est de l’Afrique1242. Ces dernières années, les trafiquants ont choisi de transformer directement l’opium en héroïne sur le territoire afghan pour l’acheminer ensuite vers l’étranger1243. L’héroïne, moins volumineuse et moins odorante que l’opium brut, est plus facile à transporter clandestinement. En outre, la valeur ajoutée de ce produit est très importante. Un kilo d’héroïne sur le marché de Moscou se négocie jusqu’à 30 000 US $ et il peut atteindre 150 000 US $ en Europe occidentale. Cette nouvelle tendance s’observe dans les prises d’héroïne effectuées au Tadjikistan. Les saisies à la frontière sont ainsi passées de 60 kg en 1997 à 271 kg en 1998, 709 kg en 1999, 1,9 tonnes en 2000 et 4,2 tonnes en 2001.

  • 1244 Voir les différentes routes depuis l’Afghanistan, à travers l’Iran vers la Turquie ou d’autres dest (...)
  • 1245 République islamique aurait ainsi déployé environ 42 000 hommes le long de sa frontière avec le Pak (...)
  • 1246 DINMORE, G., “Afghan general targets desert traffickers”, Financial Times, January 9, 2002.

88Pour atteindre le marché européen, la production afghane suit essentiellement deux grandes voies : la « route des Balkans » et la « route de la Soie ». La « route des Balkans », qui est la plus ancienne route en service, part de l’Afghanistan, pénètre en Iran1244 et traverse le territoire de la République islamique pour aboutir à la Turquie. Elle gagne ensuite les États des Balkans pour atteindre enfin l’Europe. Elle fait parfois un détour par la Méditerranée avant d’arriver en Europe par l’Italie. En raison de la politique rigoureuse de lutte anti-drogue mise en œuvre par le gouvernement de Téhéran1245, mais aussi du fait du verrouillage de la frontière iranienne à la suite de la montée de la tension entre la République islamique et le régime des taliban, la route traversant l’Asie centrale a toutefois pris une importance croissante au cours des années 1990, sans pour cela faire disparaître le trafic à travers l’Iran1246. Selon les Nations unies, la voie à travers l’Asie centrale serait cependant devenue aussi importante pour l’exportation de la production afghane de drogue que la route iranienne. L’accroissement des saisies d’opiacées en Asie centrale illustre ce fait.

89

  • 1247 UN ODCCP, Tendances mondiales des drogues illicites 2001, op. cit., p. 102 et ICG, “Central Asia: D (...)

52. Saisies d’opium (brut et préparé) en Asie centrale 1994-20001247 (en kilogrammes)

52. Saisies d’opium (brut et préparé) en Asie centrale 1994-20001247 (en kilogrammes)

90

  • 1248 ODCCP, Tendances mondiales des drogues illicites 2001, op. cit., p. 116 et ICG, “Central Asia: Drug (...)

53. Saisies d’héroïne en Asie centrale en 1994-20001248 (en kilogrammes)

53. Saisies d’héroïne en Asie centrale en 1994-20001248 (en kilogrammes)
  • 1249 Selon le UN ODCCP, les routes principales du trafic de la drogue entre le Tadjikistan et la Républi (...)
  • 1250 ICG Central Asia: Drugs and Conflict”, op.cit., p. 5.
  • 1251 Association d’Etudes Géopolitique des Drogues, “Tadjikistan: Le narco-express Duchanbé-Moscou”, Let (...)
  • 1252 STERN, D., “Young men risk death on drugs train to Europe”, Financial Times, January 2002.
  • 1253 ICG, “Central Asia: Drugs and Conflict”, op.cit., p. 6.
  • 1254 SHPAKOVA, S., “A war against drug trafficking in Kyrgyzstan”, The Analyst, April 25, 2001.

91Schématiquement, cette « route de la Soie » d’un nouveau genre, emprunte le territoire des républiques frontalières de l’Afghanistan (Tadjikistan, Turkménistan, Ouzbékistan), avant de passer en République kirghize1249 ou au Kazakhstan, pour pénétrer ensuite en Russie. Depuis le territoire de la Fédération russe, les productions afghanes peuvent alors gagner l’Europe orientale puis occidentale. En 2001, parmi les six routes actives dans le trafic de la drogue depuis l’Afghanistan, deux passaient par le Pakistan et l’Iran, alors que les quatre autres traversaient l’Asie centrale (trois empruntaient le territoire du Tadjikistan et une celui du Turkménistan)1250. Les trafiquants de drogue sont extrêmement flexibles dans le choix des routes empruntées à travers l’Asie centrale. Ils adaptent en effet leurs itinéraires en fonction de la pression exercée par les autorités. Une route jugée peu sûre sera ainsi rapidement abandonnée au profit d’une autre, avant d’être réactivée le cas échéant, si la pression du pouvoir se relâche. Ainsi, en 1997, la région du Gorno-Badakhshan au Tadjikistan et la voie Khorog (Tadjikistan)/Och (République kirghize), étaient considérées comme les zones de pénétration privilégiées des productions afghanes vers l’Asie centrale, avant de devenir le point de mire de la lutte anti-drogue dans la région. Les itinéraires de pénétration de la drogue afghane au Tadjikistan se sont alors déplacés vers la région de Jirgatal-Gharm et les districts de Panj et Moskovski dans le sud-ouest du pays. A partir de Panj, la drogue est acheminée vers Douchanbé ou Khodjend pour prendre ensuite la direction de la Russie en utilisant les lignes ferroviaires Douchanbé-Moscou, baptisé le « narco-express »1251, et Douchanbé Astrakhan1252 , ou de l’Europe occidentale. Depuis Moskovski, elle est transportée vers Och en République kirghize avant de prendre le chemin de la Russie1253. Pour l’administration américaine, environ 80 % de la drogue produite en Afghanistan transiterait ainsi par le Tadjikistan (districts de Shurobod, Moskovski et Panj), avec comme destination finale la Russie et l’Europe. Une faible quantité de ce trafic serait destinée aux États-Unis. En République kirghize, selon Yuri Panfilov, directeur du Département de contrôle des drogues, Bichkek serait devenue le point de convergence de l’opium et de l’héroïne en provenance de la région du Badakhshan, via Batken et Och, ainsi que du haschisch de l’Issyk-Kul1254.

  • 1255 ICGCentral Asia: Drugs and Conflict”, op. cit., p. 6.
  • 1256 “Tajik Officials detail drug-trafficking problems”, Asia-Plus news agency, Dushanbe, BBC Monitoring (...)
  • 1257 International Narcotics Control Strategy Report, 1999, Released by the Bureau for International Nar (...)
  • 1258 Heroin found in Tajik ambassador’s car in Kazakhstan”, Interfax-Kazakhstan, May 22, 2000.
  • 1259 “10 kilos of heroin seized from Tajik Trade Representative’s garage in Almaty”, Interfax-Kazakhstan (...)
  • 1260 “Tajik Ambassador to Kazakhstan returns ‘temporarily’ to Dushanbe”, RFE/RL Newsline, June 5, 2000.
  • 1261 “Tajik border guard official arrested for drug offense”, RFE/RL Newsline, April 23, 2002.
  • 1262 Voir “Tajik president sacks more border guard officials”, RFE/RL Newsline, January 22, 2002 et “Pur (...)
  • 1263 PEUCH, J.-C., “Central Asia: charges link Russian military to drug trade”, RFE/RL, June 8, 2001.
  • 1264 Voir la situation dans l’extrême-orient russe in KATTOULAS, V., “Russian Far East. Crime Central”, (...)
  • 1265 ICG,Central Asia: Drugs and Conflict”, op. cit., p. 6.
  • 1266 Idem, p. 9.
  • 1267 “Turkmen drug trafficking”, RFE/RL Corruption and crime watch, vol. 2, n° 12, March 28, 2002 et SAF (...)
  • 1268 ICG, “Central Asia: Drugs and Conflict”, op. cit., p. 7.
  • 1269 OGD, Atlas mondial des drogues, PUF, Paris, 1996, p. 182.
  • 1270 OGD, La géopolitique mondiale des drogues 1998/1999, op. cit., p. 38.
  • 1271 PAOLI, L., Illegal Drug Trade in Russia, Final Report, Max Planck Institute For Foreign And Interna (...)

92D’autres routes de la drogue relieraient l’Afghanistan au Turkménistan, soit directement (principaux points de passage à Takhta-Bazar et Kushka), soit à travers l’Iran (point de passage à Serakhs) ou encore en transitant par l’Ouzbékistan (région de Boukhara). Quelque 80 tonnes d’héroïne franchiraient ainsi la frontière de ce pays chaque année1255. Dans le cas de la République kirghize et du Tadjikistan, les conditions naturelles (le relief, la dureté du climat, l’isolement) jouent en faveur des trafiquants. Outre ce facteur, le manque de moyens est également mis en avant par les autorités. Ainsi au Tadjikistan, Rustam Nazarov, qui dirige l’Agence de répression des drogues, déclarait récemment que “the law-enforcement agencies are, to put it mildly, insufficiently equipped to carry out the fight against drug-related crimes in comparison with the requirements. Even our agency, which is set up with the assistance of the UN, is, regrettably, neither financed nor equipped with efficient technical and communications equipment. And these problems affect the level of the fight against drug trafficking1256. Le sous-équipement et le manque de moyens n’expliquent pas à eux seuls l’ampleur prise par le commerce illicite de la drogue en Asie centrale. La corruption endémique dans toute la zone joue également un rôle important. Au Tadjikistan, l’administration américaine remarquait par exemple que, “influential figures from both sides of the civil war, many of whom hold positions in the government, are widely believed to have a hand in the drug trade. While it is impossible to determine for certain how pervasive drug corruption is within government circles, it is a fact that salaries for even top officials are low and often seem inadequate to support the lifestyles many officials maintain. [...]1257. L’implication de hauts fonctionnaires tadjiks dans le trafic de la drogue a été mis en lumière en mai 2000, à l’occasion de l’interception par la police kazakhe d’une voiture appartenant à l’ambassadeur tadjik, Sadulajan Nigmatov, dans laquelle ont été découverts, 62 kilos d’héroïne, 54 000 dollars américains en cash et un chèque bancaire d’une valeur de 1,261 million de Livres britanniques1258. A la suite de cette première découverte, dix kilos d’héroïne supplémentaires ont également été trouvés par la police kazakhe dans le garage de la représentation commerciale du Tadjikistan au Kazakhstan1259. Le ministre tadjik des affaires étrangères a pour sa part nié l’implication de l’ambassadeur tadjik dans le trafic1260. Cet exemple spectaculaire n’est pas la seule affaire liée à la drogue impliquant des fonctionnaires. En avril 2002, un officier des douanes du Tadjikistan a ainsi été intercepté alors qu’il transportait 7 kilos d’héroïne1261. La corruption endémique qui règnerait dans les services de douane du Tadjikistan a amené les autorités à lancer une campagne de purges au début de l’année 20021262. Mais les fonctionnaires tadjiks ne sont pas les seuls en cause. Les gardes-frontières russes stationnés au Tadjikistan et censés lutter contre le trafic de stupéfiants à la frontière tadjiko-afghane sont également soupçonnés de participer à ce trafic, en utilisant les transports aériens ou ferroviaires militaires pour acheminer directement les productions afghanes depuis le Tadjikistan vers la Russie, sans avoir à subir de contrôle1263. Dernièrement, face au danger grandissant que court désormais la Russie en matière de trafic de stupéfiants, le contrôle de Moscou sur ses troupes basées au Tadjikistan se serait renforcé1264. Cette politique aurait réduit l’implication des troupes russes dans le trafic1265. En République kirghize également, la corruption touchant les organes chargés du contrôle douanier se serait étendue1266. Au Turkménistan, selon certains observateurs, les plus hautes autorités seraient elles-mêmes impliquées dans le trafic de la drogue en provenance d’Afghanistan1267. L’Ouzbékistan, également frontalier de l’Afghanistan, était aussi devenu un pays de transit pour les productions afghanes. Ces dernières ne franchissaient pas directement la frontière ouzbéko-afghane, mais transitaient plutôt par le Tadjikistan. Récemment cependant, on a pu observer un déclin de la voie ouzbèke. Les observateurs estiment que ce phénomène résulte du fait que les trafiquants écouleraient de plus en plus leur marchandise au-delà de l’Asie centrale, en utilisant la voie aérienne directement depuis le Tadjikistan1268. Au-delà de ce premier cercle de voisins centrasiatiques de l’Afghanistan, le Kazakhstan est lui aussi devenu au cours des années 1990 un pays clé pour le transit des drogues en direction de la Russie, du Japon et de l’Europe1269. L’Observatoire géopolitique des drogues relevait en 1999 le rôle de la ville de Tchimkent, véritable nœud routier et ferroviaire entre l’Asie centrale et la Russie, d’où opéreraient les mafias ouzbèkes1270. Selon les autorités russes, 84 % du haschisch, 60 % de l’opium et 53 % de la marijuana saisie en Russie en 1998-1999 provenaient ainsi d’Asie centrale. La Russie est en effet particulièrement vulnérable à la contrebande provenant du Kazakhstan, en raison des 6 500 km de frontières qu’elle partage avec ce pays1271.

  • 1272 L’ECO a ainsi adopté, le 11 mai 1996, le Plan de l’ECO pour le contrôle des drogues qui fournit un (...)
  • 1273 Voir ICG, “Central Asia: Drugs and Conflict”, op. cit., pp. 17-21. Voir les critiques concernant l’ (...)
  • 1274 OGD, La géopolitique mondiale des drogues 1998/1999, op. cit., p. 37.
  • 1275 Voir MAKARENKO, T., “Kyrgyzstan and Global Trade”, Eurasia Insight, sd.
  • 1276 “Tajik Officials detail drug-trafficking problems”, op. cit.
  • 1277 OGD, La géopolitique mondiale des drogues 1998/1999, op. cit., p. 38.

93Malgré les mesures adoptées dans le cadre bilatéral, régional au sein de l’ECO ou du Groupe 6+2 par exemple1272 , ou multilatéral, par les autorités centrasiatiques en collaboration avec la DEA, le PNUCID et l’Union européenne1273, les résultats obtenus en matière de lutte contre le trafic de la drogue restent mitigés. L’Observatoire géopolitique des drogues (OGD) relevait par exemple que les « efforts » des républiques d’Asie centrale devaient être relativisés, étant donné que les effets d’annonce des gouvernements centrasiatiques à propos de la lutte contre le trafic de stupéfiants n’étaient guère suivis de mesures concrètes. Pour l’OGD, la « structure de coordination de la lutte antidrogue mise en place par les cinq républiques d’Asie centrale est largement inopérante »1274. Outre l’absence de volonté politique, de stratégie efficace et de coopération entre fonctionnaires locaux et agences des Nations unies, les difficultés liées à la topographie de la région, la nouveauté même du problème du trafic de la drogue, l’insuffisance d’organisation mais aussi de moyens techniques et financiers, la corruption endémique du fait des bas salaires des fonctionnaires et enfin l’existence d’une culture de la contrebande remontant à la période pré-soviétique, mais renforcée par les pénuries liées au système économique soviétique, constituent autant de facteurs expliquant la faiblesse des résultats obtenus par les organismes de lutte anti-drogue mis en place dans les républiques centrasiatiques. En République kirghize, le chef de la commission d’État chargée du contrôle de la drogue déclarait ainsi qu’en 1998, seuls 5 % de l’opium transformé provenant d’Afghanistan était saisi1275. Au Tadjikistan, selon Saidanvar Kamolov, président du comité de protection des frontières, seul 1/10 de la drogue franchissant la frontière serait en fait intercepté1276. Bekshan Karibolov, dirigeant le bureau kazakh d’Interpol, relevait pour sa part que sur plus de 100 kg de substances interdites franchissant la frontière entre le Kazakhstan et la Russie, seuls 5 % étaient confisqués1277. Les observateurs estiment généralement que les prises de drogue en Asie centrale représentent entre 5 et 10 % du volume total de transit, ce qui en dit long sur l’inefficacité des contrôles.

  • 1278 Idem, p. 38.
  • 1279 MAKARENKO, T, “Drugs in Central Asia: Security implications and political manipulations”, CEMOTI, n (...)
  • 1280 ALLIX, S., « Sur les pistes du Croissant d’or », Le Monde diplomatique, avril 1996, p. 22.

94Concernant le rôle des groupes criminels, l’Observatoire géopolitique des drogues, dans son rapport annuel 1998-1999, rapportait les déclarations du vice-président du Comité national de sécurité du Kazakhstan, selon lequel ses services auraient identifié 125 groupes opérant en Asie centrale dont 30 se livreraient au trafic de la drogue sur le territoire kazakh1278. En République kirghize, le trafic de la drogue serait essentiellement contrôlé par deux groupes. Le premier serait formé de Russes ayant établi des contacts avec des Afghans pendant la période de l’occupation soviétique. Le second serait constitué d’organisations criminelles turques agissant en coopération avec des Kirghizs. Selon T. Makarenko, la mafia de la drogue la plus puissante en Asie centrale est constituée de Géorgiens, d’Azéris et de Tchétchènes1279. Dès 1996, nombre d’observateurs relevaient la présence en Asie centrale de groupes mafieux russe, géorgien, azéri, tchétchène, chinois, italien voire colombien. Ces trafiquants trouvent en général sur place une main-d’œuvre qualifiée et d’excellents chimistes1280. En plus des groupes purement mafieux guidés par le profit, s’il faut en croire les gouvernements en place en Asie centrale, certaines formations politiques se livreraient également au trafic de la drogue. Le cas le plus souvent cité est celui du Mouvement islamique d’Ouzbékistan. De manière générale, la frontière entre trafiquants et opposition politique est parfois très ténue. Le trafic de la drogue peut en effet servir de source de financement à des seigneurs de la guerre locaux, à certains clans ou à des groupes d’opposition politiques, comme ce fut le cas lors de la guerre du Tadjikistan. Dans certains cas, l’opposition politique a tout simplement recours au trafic de la drogue pour financer ses activités ou survivre dans la clandestinité. Certains auteurs pensent au contraire que des narcotrafiquants utilisent le discours politique pour dissimuler le trafic auquel ils se livrent. De simples groupes mafieux peuvent en effet « habiller » leurs activités criminelles d’une rhétorique politique. Enfin, le narcotrafic est également instrumentalisé par les autorités en place pour discréditer l’opposition politique. Ces dernières utilisent en effet le prétexte de la lutte contre le trafic de drogue pour éliminer leurs rivaux politiques ou les groupes d’opposition. L’Ouzbékistan par exemple a recours à ce type de méthode. Le manque d’informations objectives, la distorsion, la manipulation et la désinformation rendent donc malaisée l’évaluation des activités de certains groupes. La méthode qui consiste à transformer une opposition politique en narcotrafiquants a d’ailleurs été éprouvée ailleurs dans le monde. Difficile donc de discerner la réalité.

  • 1281 Voir ABDRISAEV, B., “Drugs, a threat to Central Asian Security”, The Analyst, March 15, 2000.
  • 1282 Voir l’analyse in MAKARENKO, T., “Crime and terrorism in Central Asia”, Jane’s Intelligence Review, (...)
  • 1283 Voir ICG, “Central Asia: fault lines in the new security map”, Asia Report, n° 20, Osh/ Brussels, J (...)
  • 1284 Voir RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, op. cit. (...)
  • 1285 GOUVERNEUR, C., « Sur les routes de l’opium afghan », op cit.
  • 1286 Nancy Lubin in “Central Asia expert calls for review of regional drug interdiction efforts”, Eurasi (...)
  • 1287 Au Kazakhstan par exemple, deux tiers des 80 000 à 90 000 prisonniers du pays seraient incarcérés p (...)
  • 1288 LABROUSSE, A., ALLIX, S., VIELMINI, F., « Les drogues en Asie centrale : héritage et innovations », (...)

95Le Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO) a été présenté à la fois comme une « guérilla islamiste » et comme un groupe de narcotrafiquants contrôlant le commerce de stupéfiants de la région de Batken, au sud de la République kirghize1281. Tamara Makarenko considère pour sa part que les motivations de Namangani et du Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO) sont criminelles par nature. Ils camoufleraient leur narcotrafic en se drapant dans la bannière de l’Islam. Les campagnes lancées entre 1999 et 2001, correspondant à la période de récolte de l’opium, n’auraient en fait servi qu’à détouner l’attention des gouvernements centrasiatiques et à faciliter le transport de la drogue1282. L’International Crisis Group semble quant à lui penser que les motivations du MIO sont davantage politiques1283. Ahmed Rashid pense également que les incursions de 1999 à 2001 étaient politiquement motivées. Elles étaient destinées à porter un coup au prestige de l’Ouzbékistan1284. Il est donc difficile de trancher en l’état actuel des informations. Quelles que soient les motivations principales de ce groupe particulier, opposition politique ou narcotrafic, il est certain que le trafic de la drogue constitue une entreprise particulièrement lucrative. Une enquête récente donnait les chiffres suivants : « un kilo d’opium est acheté 30 dollars au cultivateur afghan [...]. Les passeurs sont rémunérés entre 15 et 30 dollars par jour selon leur fonction. Le même kilogramme d’opium se négocie ensuite 100 dollars à Zahedan, 600 à Téhéran, 2 400 en Turquie. Raffiné au moyen d’anhydride acétique, chaque kilo d’opium produit 100 grammes d’héroïne. Une centaine de dollars suffisent pour équiper un laboratoire clandestin. Un gramme d’héroïne – coupée à 65 % ou à 80 % – se revend entre 30 et 40 euros sur les trottoirs du Vieux Continent »1285. Le ministère russe de l’intérieur révélait que le kilo d’opium coûtait environ 50 US $ à Faizabad (Afghanistan), 200 US $ à Khorog (Tadjikistan), 1 000-1 500 US $ à Och (République kirghize), 5 000 US $ à Almaty (Kazakhstan) et 10 000 US $ à Moscou. Un kilo d’héroïne, estimé entre 7 000 et 10 000 US $ à la frontière tadjik, peut ainsi atteindre 150 000 à 200 000 US $ à Londres ou à New York. A ce prix, la valeur sur le marché de la récolte afghane de 2 000 a été estimée à 100 milliards de dollars américains1286. Le narcotrafic peut donc constituer un puissant moyen de financement des activités politiques. Quoi qu’il en soit des motivations criminelles ou politiques des groupes se livrant au narcotrafic, son essor a entraîné non seulement la criminalisation croissante des sociétés mais aussi celle de la vie économique de l’Asie centrale1287. Sur le plan de la société, certains auteurs soulignent l’essor de l’organisation mafieuse, au cœur même des mahallas (littéralement « quartier », structure de base de l’organisation sociale urbaine en Asie centrale, où se regroupent les membres d’un groupe de solidarité). A partir de la mahalla s’élèverait ainsi une véritable pyramide grimpant jusqu’au sommet de l’État. On trouverait par exemple en Ouzbékistan trois pyramides de ce type connues de toute la population1288. Outre l’installation de structures mafieuses au cœur des mahallas, on peut également constater que le nombre de crimes liés à la drogue est en constante augmentation dans la région. La criminalisation de la société a pour corollaire le développement du trafic et la circulation des armes à feu et des explosifs liés à l’extension du crime organisé, l’essor de la corruption au sein de l’État et même des organes de police et de sécurité ou de la justice, la menace d’expansion d’une économie parallèle dominée par des lobbies mafieux et le risque de voir se développer à terme sur certaines parties du territoire de véritables « zones grises » échappant à l’autorité des gouvernements en place.

  • 1289 D’après OGD, La géopolitique mondiale des drogues 1998/1999, op. cit., p. 39 ; également LABROUSSE, (...)
  • 1290 Cité in OLCOTT, M. Brill, UDALOVA, N., Drug Trafficking on the Great Silk Road: The Security Enviro (...)

96Le blanchiment de l’argent de la drogue constitue également un problème auquel sont confrontées les républiques d’Asie centrale. Au Kazakhstan par exemple, le processus de privatisation a été largement utilisé par les trafiquants pour blanchir beaucoup d’argent, ce qui leur permet de contrôler des secteurs importants de l’économie du pays1289. Le déplacement de la capitale d’Almaty à Astana a aussi été l’occasion de recycler de l’argent sale dans des opérations immobilières. Le recyclage de l’argent de la drogue est également évident au Turkménistan, par le biais notamment de la construction d’hôtels de luxe à Achkhabad. Les processus de privatisation mis en œuvre en Asie centrale constituent autant d’opportunités de blanchiment que les trafiquants ne manquent pas de saisir. A titre de comparaison, on a estimé qu’en Russie, environ 180 milliards de dollars américains d’argent sale avaient été investis dans des entreprises à travers le processus de privatisation, notamment dans les secteurs de l’énergie et des télécommunications1290. D’importants domaines des économies centrasiatiques courent donc le risque d’être contrôlés par des groupes mafieux.

  • 1291 “Tajikistan-Kirgizstan: Heroin contributes to social collapse”, The Geopolitical Drug Dispatch, n°  (...)
  • 1292 Voir dans le cas du Tadjikistan, NAZAROVA, S., “Tajikistan faces addiction crisis”, Iwpr’s Reportin (...)
  • 1293 “Turkmen drug trafficking”, op. cit.
  • 1294 D’après PONCE, R., “Rising heroin abuse in Central Asia raises threat of public health crisis”, Eur (...)
  • 1295 OLCOTT, M. Brill, UDALOVA, N., Drug Trafficking on the Great Silk Road: The Security Environment in (...)
  • 1296 UN ODCCP, Country Profile: Islamic Republic of Iran, op. cit.
  • 1297 PAOLI, L., Illegal Drug Trade in Russia, op. cit., p. 5.

97Indépendamment de cette criminalisation de l’économie, le coût humain du commerce illicite de la drogue doit également être souligné. La détérioration des conditions de vie, la crise économique et sociale persistante, l’absence de projets d’avenir pour la jeunesse de la région, couplés à la disponibilité de la drogue, ont engendré un essor important de la consommation de substances psychotropes au niveau local parmi les populations centrasiatiques1291. Les trafiquants mettent d’ailleurs en place de véritables stratégies de marketing pour attirer de nouveaux consommateurs. Ainsi, la drogue peut-elle être dans un premier temps distribuée gratuitement, afin de créer une demande dont les trafiquants peuvent espérer tirer ensuite rapidement profit, étant donnée la dépendance sous laquelle tombent les nouveaux utilisateurs après quelques prises. Les jeunes sont ainsi visés et particulièrement les jeunes filles, qui tombent par la suite rapidement dans la prostitution1292. En 1999, le nombre de consommateurs enregistrés au Kazakhstan s’élevait officiellement à 34 000 individus. Les observateurs reconnaissent toutefois qu’il pourrait en fait être 7 à 8 fois plus important et tourner autour de 200 000 personnes. Les 2/3 de ces consommateurs auraient moins de 30 ans. En Ouzbékistan, le nombre de consommateurs enregistrés atteint officiellement le chiffre de 22 000 individus. Le nombre réel de consommateurs dépasserait cependant les 200 000 personnes. Le Turkménistan compte officiellement 13 000 drogués enregistrés. En 1996, ils étaient 4 087, en 1997, 5 809 et en 1998, 8 000. La tendance est donc à la hausse constante1293. Au Tadjikistan, les consommateurs de drogue enregistrés sont passés de 823 en 1995 à 6 243 en 2001. Mais le nombre réel de consommateurs pourrait être jusqu’à 15 fois supérieur aux statistiques officielles. Parmi les consommateurs enregistrés au Tadjikistan, 75 % consomment de l’héroïne. En République kirghize si, en 1991, 82 % des consommateurs enregistrés consommaient du haschisch, en 2001, 61 % consomment désormais de l’opium ou de l’héroïne. La République kirghize comptait pour sa part plus de 5 000 drogués enregistrés en janvier 2002, mais on serait en fait plus proche des 50 000 individus. Les statistiques gouvernementales kirghizes montrent une croissance de 340 % de la consommation de drogue depuis 19911294. Les observateurs estiment que 75 % des consommateurs sont âgés de 14 à 30 ans. Suivant les standards internationaux, le taux de consommation de drogue de l’Asie centrale peut être comparé à celui des États-Unis et est déjà largement supérieur à ce que connaît l’Europe occidentale1295. La tendance actuelle est donc très préoccupante, même si la situation des républiques d’Asie centrale ne peut pas encore être comparée au bilan catastrophique de ses voisins immédiats. Ainsi, le Pakistan comptait environ 5 millions de consommateurs de drogue en 2001. L’Iran recense officiellement 1,2 million de consommateurs mais on serait en fait plus proches des 2 millions1296. Le ministère de l’Intérieur russe indiquait pour sa part qu’en 1999, 2,5 à 3 millions de personnes prenaient régulièrement ou occasionnellement des stupéfiants, soit 2,1 % de la population, contre 5,4 % pour les États-Unis1297. Selon les statistiques officielles russes, plus de deux tiers de ces consommateurs seraient des jeunes de moins de 30 ans. Les consommateurs de plus de 30 ans ne représentaient en fait que 23,9 % du total en 1999.

  • 1298 Voir CHOUVY, P.A., « Narcotrafic, héroïnomanie et diffusion du sida en Asie », PEDDRO, n° 4, décemb (...)
  • 1299 ONUSIDA, « Le point sur l’épidémie de sida 2001 », Novembre 2001, (usinfo.state.gov/regional/af/usa (...)
  • 1300 Chiffres cités in BLUA, A., “Central Asia: HIV/AIDS in Central Asia, increased drug use spurring ep (...)
  • 1301 CHOUVY, P. A., “Narcotrafic, héroïnomanie et diffusion du sida en Asie”, op. cit.

98Le développement de la consommation de drogue par injection s’accompagne de l’essor du sida. Cette corrélation entre consommation d’héroïne par injection et développement de la pandémie du sida a été soulignée par de nombreux observateurs1298. Ce facteur est particulièrement présent en Europe orientale et dans la Fédération de Russie où, selon Onusida, la consommation de drogues injectables est devenue très courante parmi les jeunes hommes. Dans cet espace, l’épidémie a ainsi connu la croissance la plus rapide du monde. L’infection par le VIH touchait dans cet espace, 1 million de personnes en 2001. Pour les Nations unies, étant donné le fait que les jeunes sont également sexuellement actifs, une épidémie colossale de sida pourrait être imminente. En Asie centrale, pour Onusida, des flambées de VIH liées à la consommation de drogues injectables sont annoncées au Kazakhstan, en République kirghize, au Tadjikistan et en Ouzbékistan1299. La maladie a rapidement progressé en 2001 et risque de croître fortement dans les années à venir. Officiellement, à la fin de cette année, le Kazakhstan compterait 2 256 personnes contaminées par le VIH, l’Ouzbékistan 779, la République kirghize 208, le Tadjikistan 45, et le Turkménistan, où les informations concernant la maladie sont tenues secrètes, 4. Selon les observateurs locaux cependant, le nombre de personnes infectées est en fait au moins dix fois supérieur aux chiffres officiels1300. Comme nous l’avons vu, une part importante des contaminations sont liées à la croissance de la prise d’héroïne par injection. Ainsi, dans la ville de Temirtau considérée par les observateurs comme un des centres principaux de l’épidémie de sida au Kazakhstan, 10 % des résidents agés de 15 à 29 consommeraient de la drogue par voie intraveineuse. Au Kazakhstan, 80 % des infections se déclarent parmi les toxicomanes par voie intraveineuse ou les personnes qui se piquaient par le passé. Une enquête menée à Almaty dans le milieu des toxicomanes a révélé que la moitié d’entre eux était âgée de moins de 18 ans et qu’il n’était pas rare qu’ils partagent une même seringue, ce qui facilite la propagation de la maladie. Cependant, il semble que la contamination par le virus du sida se soit d’abord opérée à partir du trafic d’héroïne en provenance de la Birmanie, à travers le Xinjiang1301. La présence croissante de l’héroïne afghane sur le marché kazakh risque cependant d’amplifier l’épidémie de sida.

  • 1302 ONUSIDA, « L’effondrement des structures en Europe de l’Est ouvre la porte à une rapide propagation (...)
  • 1303 Idem ; également M1KKELSEN, H., “Building expanded responses to HIV/Aids and injecting drug use in (...)
  • 1304 BUZURUKOV, A., “HIV/AIDS epidemic: time is running out for Central Asia”, The Analyst, April 10, 20 (...)

99Autre élément favorisant la diffusion de la maladie : la prostitution. Un tiers des femmes toxicomanes de Och, en République kirghize, indiquent qu’elles s’adonnent périodiquement ou régulièrement à la prostitution pour gagner leur vie ou acheter de la drogue1302. Comme la majeure partie des relations sexuelles se déroule sans recours aux préservatifs, les risques de propagation de la maladie sont extrêmement élevés. Le système médical, déjà confronté à des problèmes très importants, peut difficilement faire face à la dégradation de la situation sanitaire dans les pays d’Asie centrale. Enfin, en ce qui concerne les centres de désintoxication, ils sont trop peu nombreux et souvent trop chers pour les populations locales. Bien que les taux actuels d’infection par le VIH en Asie centrale soient faibles si on les compare avec d’autres pays, les Nations unies constataient au printemps 1999 que la région était cependant mûre pour une épidémie explosive de sida1303. En 2001, Onusida remarquait que la pandémie de sida était encore à un stade précoce en Asie centrale. Des efforts de prévention portant sur les comportements sexuels, sur les pratiques d’injection à risque parmi les jeunes, et sur les facteurs socio-économiques favorisant la propagation du virus, permettraient sans doute de réduire son ampleur. En juin 2001, une conférence organisée à l’initiative du Kazakhstan à Almaty a pour la première fois attiré l’attention des gouvernants centrasiatiques sur ce problème1304. Il reste à espérer que cette prise de conscience soit suivie de mesures concrètes destinées à réduire les risques d’un développement exponentiel de l’épidémie.

  • 1305 ABDRISAEV, B., in CACI Forum Summary, “Drugs, a threat to Central Asian Security”, op. cit.
  • 1306 MAKARENKO, T., “Crime and terrorism in Central Asia”, op, cit., p. 17.

100Étant donnés les risques de criminalisation de la zone et le problème sanitaire croissant, le trafic de la drogue constitue une menace réelle sur la stabilité des républiques centrasiatiques1305. D’autres menaces sont possibles, les narcotrafiquants pourraient par exemple être tentés de s’implanter dans des zones échappant au contrôle des États, ou encore déstabiliser certaines régions afin d’assurer la poursuite de leur trafic. Selon certains observateurs, c’est ce type de stratégie qu’aurait suivi le Mouvement islamique d’Ouzbékistan entre 1999 et 20011306.

  • 1307 « La chute des taliban a relancé la culture de l’opium », AFP, 31 décembre 2001.
  • 1308 RECKNAGEL, G, “Opium poppy crisis looms with no solution in sight”, RFE/RL, March 7, 2002.
  • 1309 KRUSHELNYCKY, A., “Farmers face choice of poppies or poverty”, RFE/RL, April 22, 2002.
  • 1310 SYNOVITZ, R., “Despite violence, opium eradication continues”, RFE/RL, April 11, 2002 et « Dans le (...)
  • 1311 « Les Américains entrent dans la bataille contre l’opium en Afghanistan », AFP, 17 avril 2002.
  • 1312 UNDCP, Afghanistan. Opium Poppy Survey 2002. Pre-Assessment, op. cit.

101Il n’est malheureusement pas certain que les gouvernements centrasiatiques parviendront à enrayer l’essor de ce commerce illicite, et ce d’autant que la situation de l’Afghanistan n’incite guère à l’optimisme, malgré l’intervention américaine dans ce pays. Selon le PNUCID, face aux difficultés économiques liées à la sécheresse et à la disparition des marchés d’échanges agricoles à l’intérieur du pays, les paysans afghans n’ont d’autre choix que de replanter du pavot1307. L’endettement des paysans afghans auprès des trafiquants d’opium, les seules sources de crédit rural depuis vingt ans en Afghanistan, expliquerait également la reprise de cette culture lucrative1308. Les réfugiés afghans qui ont regagné le pays depuis l’hiver 2001-2002 se sont également tournés vers l’opium, qui leur assure des bénéfices substantiels1309. La disparition du régime des taliban ne signifie donc pas la fin du problème de la production et du commerce de l’opium, même si le gouvernement de Hamid Karzaï a prononcé leur interdiction le 17 janvier 2002 et entamé une campagne d’éradication en avril 2002. Cette dernière a conduit à des affrontements avec les paysans dans les zones de production, ce qui augure mal de l’avenir1310. Elle sera sans doute très délicate à mettre en œuvre. Le nouveau pouvoir n’a pas encore établi effectivement son autorité sur l’ensemble du territoire afghan et les mesures de compensation proposées jusqu’à présent aux paysans demeurent insuffisantes. Le programme d’éradication du pavot, prévoit ainsi une compensation de 350 dollars pour 2 250 m2 détruits, ce qui représente à peine un dixième des bénéfices de la vente du pavot1311. L’abandon de la culture et du commerce de l’opium en Afghanistan risque donc de prendre du temps. L’éradication de cette culture est loin d’être acquise. Depuis la chute des taliban, la culture du pavot a d’ailleurs repris sur une large échelle dans le pays, malgré les efforts du gouvernement Karzaï et le soutien international à sa politique d’interdiction. Selon le PNUCID, en 2002, entre 45 000 et 65 000 ha auraient été plantés. En tenant compte de la moyenne annuelle de production de 41 kg à l’hectare pour les huits dernières années, la production 2002 d’opium pourrait atteindre entre 1 900 et 2 700 tonnes d’opium1312. Malgré l’intervention américaine en Afghanistan et la chute du régime des taliban, les menaces sur la sécurité des républiques d’Asie centrale liées au trafic de la drogue, demeurent bien réelles. La situation ne s’est pas améliorée fondamentalement depuis septembre 2001. Au contraire, la disparition des taliban a relancé la production d’opium. La communauté internationale doit prendre conscience de l’ampleur de ce problème. Plus concernée que les États-Unis par cette question, étant données les quantités importantes qui pénètrent sur son territoire, l’Union européenne pourrait être amenée à s’impliquer davantage dans la lutte contre la production et le commerce de l’opium. Ces deux acteurs, avec l’aide des Nations unies et de relais locaux, doivent chercher des solutions à cette question très complexe, tout en n’ignorant pas l’instrumentalisation et les risques de manipulation du problème de la drogue par les régimes centrasiatiques. En Asie centrale également, le développement d’une véritable stratégie régionale de lutte contre le trafic s’impose. Les problèmes sociaux, économiques et politiques qui ont amené l’Afghanistan à devenir le premier producteur d’opiacés de la planète et l’Asie centrale à se transformer en corridor de désenclavement pour les productions afghanes devront impérativement être traités. Si la communauté internationale n’y prend garde, son indifférence face à ce problème pourrait conduire à terme à une déstabilisation de l’ensemble de l’Asie centrale. Le coût humain de cette indifférence pourrait également être très élevé.

Notes

864 Voir ATKIN, M., The subtlest battle: Islam in Soviet Tajikistan, Philadelphia, Foreign Policy Research Institute, 1989, viii-66 p. ; TADJBAKHSH, S., “Tajikistan: causes and consequences of the civil war”, Central Asia Monitor, n° 1, 1993 ; THONI. J., The Tajik conflict: the dialectic between internal fragmentation and external vulnerability: 1991-1994, Geneva, Graduate Institute of International Studies, 1994, 64 p. ; Le Tadjikistan à l’épreuve de l’indépendance, sous la direction de Mohammad-Reza Djalili et Frédéric Grare, Genève, Publications de l’IUHEI, 1995, 203 p., ZVIAGELSKAYA, I., The Tajik Conflict, Russian Center for Strategic Research and International Studies Series, 1997, 30 p., (www.ca-c.org/dataeng/st_09_zvjag.shtml) et JONSON, L., The Tajik War: A Challenge to Russian Policy, Discussion Paper n° 74, London, Royal Institute of International Affairs, 1998, 54 p.

865 Cette province compte une forte minorité ouzbèke.

866 POUJOL, C., « Quelques réflexions sur l’implication russe dans le conflit tadjik : 1992-1993 », in Le Tadjikistan à l’épreuve de l’indépendance, op. cit., pp. 109-119.

867 Concernant les forces politiques du Tadjikistan voir DUDOIGNON, S.A., « Forces et partis politiques au Tadjikistan (1989-1993) », in Le Tadjikistan à l’épreuve de l’indépendance, op. cit., pp. 63-94.

868 NEUMANN, I., SOLODOVNIK, S., “Russian and CIS peace enforcement in Tajikistan”, Centre of Russians Studies, Pubication n° 1, 1995 (www.nupi.no/russland/pub/Notat 530.htm).

869 Voir JAWAD, N., TADJBAKHSH, S., Tajikistan: a forgotten civil war, London, Minority Rights Group, 1995, 30 p.

870 Voir détails sur le processus de paix in Politics of compromise. The Tadjikistan peace process, edited by Kamoulin Abdullaev and Catherine Barnes, Accord, n° 10, March 2001.

871 BUCKHARD, G, Small Arms and Transfers and Disarmament: A Security Leitmotif for Tajikistan in the late 1990s, Sandhurst, Royal Military Academy, Conflict Studies Research Centre, September 1999 (www.ppc.pims.org).

872 Concernant la situation de ce groupe au Tadjikistan, voir Human Rights Watch, Tadjikistan. Léninabad: crackdown in the North, Washington, vol. 10, n° 2 (D), April 1998, 20 p. (www.hrw.org).

873 GRANT SMITH, R., “Tajikistan: the rocky road to peace”, Central Asian Survey, vol. 18, n° 2, 1999, pp. 243-251.

874 Voir BUCKARD, C, Small Arms Transfers and Disarmament: A Security Leitmotif for Tajikistan in the late 1990’s, op. cit. et ROY, O., “Nuri and the future of Tajikistan”, Eurasia Insight, June 19, 2000.

875 DUBNOV, A., “United Opposition splits”, CDPSP, vol. 51, n° 42, November 17, 1999, pp. 19-20.

876 PANNIER, B., “Elections fail democracy test”, RFE/RL, March 31, 2000 ; “Tajikistan. Edging towards democracy”, The Economist, March 4, 2000.

877 ROY, O., “Nuri and the future of Tajikistan”, op. cit.

878 PARSHIN, K., “Tajiks continue crackdown on Mysterious Islamic Party”, Transition Online, August 2000, (www.tol.cz).

879 PANNIER, B., “Uzbekistan: Islamic Militants Renew Fighting”, RFE/RL, August 9, 2000.

880 “Tajiks attack Uzbekistan”, CDPSP, vol. 52, n° 32, September 6, 2000, pp. 14-15.

881 MAMADSHOYEV, M., “The Tajik Government struggle to exert greater control over military has implications for islamic insurgency”, Eurasia Insight, August 29, 2000 ; PANNIER, B., “Uzbeks and Kyrgyz question Tajik role in regional conflict”, RFE/RL, September 1, 2000 et “Commonwealth’s southern border in flames”, CDPSP, vol. 52, n° 33, September 13, 2000, pp. 19-20.

882 Outre le Tadjikistan, l’Ouzbékistan, le sud du Caucase, une partie de l’Iran et de l’Afghanistan sont également touchés par ce phénomène climatique. Environ 60 millions de personnes seraient en fait affectées par la sécheresse. Les observateurs craignent ses retombées humaines, économiques et politiques sur l’ensemble de la région. GOBLE, P., “The Politics of Drought”, RFE/RL, September 22, 2000.

883 Voir Special Alert n°310, FAO/WFP crop and food supply assessment mission to Tajikistan, July 27, 2000 (www.fao.org) et TYLER, P., “Drought puts once fruitful Tajikistan in a fierce bind”, International Herald Tribune, October 4, 2000.

884 “Sécheresse en Asie centrale”, IFRC News, 30 août 2001 et PLOTNIKOVA, R., “Spectre of famine over Tajikistan”, IFRC Neus, October 4, 2001.

885 “Tajikistan: food shortage predicted”, Irin, May 21, 2002.

886 La population tadjike est passée de 5,2 millions d’habitants à 6,5 millions entre 1990 et 2000.

887 PIRSEYEDI, B., The Small Arms Problem in Central Asia: Features and Implications, Geneva, UNIDIR, May 2000, 108 p.

888 Voir CHUFRIN, G., “The Caspian Sea Basin: the Security dimensions” in SIPRI, Sipri Yearbook 1999, Oxford, Oxford University Press, 1999, pp. 227-234 et SAGRAMOSO, D., “Arc of Crisis”, The World Today, vol. 56, n° 4, April 2000, pp. 9-11.

889 Voir Le Caucase postsoviétique : la transition dans le conflit, sous la direction de Mohammad-Reza Djalili, Bruxelles, Bruylant LGDJ, Collection Axes Savoir, 1995, 264 p., O’BALLANCE, E., Wars in the Caucasus, 1990-1995, New York, New York University Press, 1997, xxviii-238 p., Caucasus, war and peace: the new world disorder and Caucasia, Mehmet Tutuncu ed., Haarlem, Netherlands, SOTA, 1998, 221 p. ; Chechnya: the international community and strategies for peace and stability, edited by Lena Jonson and Murad Esenov, Stockholm, Swedish Institute of International Affairs, 2000, iv-132 p. et CORNELL, S. E., Small nations and great powers: a study of ethnopolitical conflict in the Caucasus, Richmond, Surrey, England, Curzon, 2001, 480 p.

890 Voir HALBACH, U., “The Caucasus as a Region of Conflict”, Aussenpolitik, n° 4, 1997, pp. 358-367.

891 Voir sur le conflit de Tchétchénie : DUNLOP.J. B., Russia confronts Chechnya: roots of a separatist conflict, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 1998, xi-234 p. ; LIEVEN, A., Chechnya: tombstone of Russian power, with photographs by Heidi Bradner, New Haven, Yale University Press, 1998, xii-436 p. ; LEEUW, C. van der, Storm over the Caucasus: in the wake of independence, Richmond, Surrey, Curzon Press, 1999, xi-212 p. ; HERZIG, E., The new Caucasus: Armenia, Azerbaijan and Georgia, London, Royal Institute of International Affairs, 1999, vii-165 p., ainsi que le numéro spécial “The Caucasus: elites, politics and strategic issues”, Central Asian Survey, vol. 18, n° 4, December 1999, pp. 413-549. Pour une information régulière sur le conflit en Tchétchénie voir la page online “Crisis in Chechnya”, RFE/RL (www.rferl.org/nca/special/chechnya/index.html).

892 CROISSANT, M. P., The Armenia-Azerbaijan conflict: causes and implications, Westport, Praeger, 1998, xiv-172 p.

893 Concernant cette région voir DARCHIASHVILI, D., “Ethnic relations as security factor in Southern Georgia”, Central Asia and the Caucasus, n° 1, 2000, pp. 43-53.

894 Sur la situation ethnique de l’Azerbaïdjan, voir MAMEDOV, A., “Aspects of the contemporary ethnic situation in Azerbaijan”, Central Asia and the Caucasus, n° 1, 2000, pp. 29-37 et MATVEEVA, A., Me CARTNÈY, C, “Policy responses to an ethnic community division: Lezgins in Azerbaijan”, International Journal on Minority and Group Rights, vol. 5, n° 3, 1997/1998, pp. 213-252.

895 Voir DIBA, B. A., “The Russian maneuvers in the Caspian Sea: Who is the hypothetical Enemy?”, Payvand’s Iran News, July 12, 2002.

896 Ces mesures prévoyaient que le gouvernement des États-Unis n’accorderait aucune assistance à l’Azerbaïdjan tant que le conflit avec l’Arménie ne serait pas réglé. Voir HOFFMAN, D.I., “Oil and Development in Post-Soviet Azerbaijan”, op. cit., pp. 5-28 et LACEY, M., “Washington Feud: Azerbaijan’s riches in oil vs grievances of Armenian lobby”, International Herald Tribune, March 3, 2000, pp. 15 et 20.

897 Voir DUPREE, L., Afghanistan, Princeton, N. J., Princeton University Press, 1980, xxiv-778 p.

898 “Afghanistan” in CIA, The World Factbook (www.cia.gov).

899 « L’Afghanistan vu par Engels », Le Monde, 30 décembre 2001.

900 D’après CENTLIVRES, P., Les nouvelles d’Afghanistan, 47, avril 1990, p. 4, cité in DORRONSORO, G., La révolution afghane: des communistes aux tâlebân, Paris, Ed. Karthala, 2000, p. 23.

901 Concernant la complexité ethnique de l’Afghanistan, voir la partie ethnographique rédigée par Louis Dupree pour l’article “Afghanistan” de l’Encyclopaedia Iranica, edited by Ehsan Yarshater, London, Boston, Routledge, Kegan Paul, volume I, pp. 495-501.

902 Cité in Amnesty International, Les minorités en Afghanistan, Londres, novembre 1999 (AI : ASA 11/14/99).

903 RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, Paris, Autrement, Frontières, 2002, p. 183.

904 Voir STOBDAN, P., “The Afghan conflict and regional security”, Strategic Analysis, vol. XXIII, n° 5, August 1999, pp. 719-747.

905 Du fait de l’offensive menée par les taliban à l’été et à l’automne 2000 au nord de l’Afghanistan contre les positions d’Ahmad Shah Massoud, environ 90 000 personnes s’étaient réfugiées dans les montagnes du Badakhshan, dans une zone proche des frontières du Tadjikistan. Face à un afflux plus massif encore de réfugiés au cas où les taliban auraient poussé leur avancée plus au nord, Douchanbé aurait eu énormément de difficultés à gérer cette situation dans les conditions économiques actuelles du pays. D’après RASHID, A., “Massoud ready to light on”, op. cit. Les républiques d’Asie centrale n’ont en fait accueilli qu’un petit nombre de réfugiés en provenance d’Afghanistan. On en dénombrait, en juin 2001, 1 500 au Turkménistan, 8 800 en Ouzbékistan et environ 15 400 au Tadjikistan. Au moment de l’intervention américaine, les six États frontaliers de l’Afghanistan – Pakistan, Iran, Tadjikistan, Turkménistan, Ouzbékistan, et Chine – ont bloqué l’accès à leurs frontières pour des raisons de sécurité ou en évoquant leur incapacité à accueillir davantage de réfugiés. Voir détails sur la situation des réfugiés dans les pays voisins avant et après le 11 septembre 2001 in HWR, No Safe Refuge. The Impact of the September 11 Attacks on Refugees, Asylum Seekers and Migrants in the Afghanistan Region and Worldwide, Human Rights Watch Backgrounder, October 18, 2001 (www.hrw. org/backgrounder/refugees/afghan-bck1017.htm#_Toc527982587).

906 Le Front Uni ou Jebhe-yi Muttahid-i Islami-yi Milli baravi Nijet-i Afghanistan est composé du Jamiat-i Islami-yi Afghanistan de Burhanuddin Rabbani, du Hezb-e Wah-dat e-Islami-yi Afghanistan fondé par Abdul Ali Mazari mais dont le dirigeant actuel est Karim Khalili, du Junbish-i Milli-yi Islami-yi Afghanistan du général Dostom, du Hara-kat-i Islami-yi Afghanistan de l’Ayatollah Mohammad Asset’ Mohseni et enfin du Itti-had-i Islami Bara-yi Azadi Afghanistan de Abdul Rasul Sayyaf. D’apès HRW, Afghanistan. Crisis of Impunity. The Role of Pakistan, Russia, and Iran in Fueling the Civil War, vol. 13, n° 3 (C), July 2001, pp. 12-13 (www.hrw.org/reports/2001/afghan2/).

907 CENTLIVRES, P., CENTLIVRES-DEMONT, M., « Tadjikistan et Afghanistan : les groupes ethniques de part et d’autre de la frontière » in Le Tadjikistan à l’épreuve de l’indépendance, sous la direction de Mohammad-Reza Djalili et Frédéric Grare, Genève, Publications de l’IUHEI, 1995, p. 17.

908 Sur l’implication russe et iranienne en Afghanistan voir détails in HRW, Afghanistan. Crisis of Impunity. The Role of Pakistan, Russia, and Iran in Fueling the Civil War, passim.

909 RASHID, A., L’Ombre des taliban, op. cit., p. 191.

910 “Exclusive interview with Boris Shikhmuradov on Afghan Conflict, situation in Turkmenistan”, RFE/RL Turkmen Report, November 30, 2001.

911 Sur l’importance du soutien pakistanais aux taliban voir RASHID, A., L’Ombre des taliban, op. cit., passim.

912 PANNIER, B., “Central Asia: joint military exercise practices common defense”, RFE/RL, March 29, 2000.

913 “Central Asian States split on Taliban policy”, Eurasia Insight, October 31, 2000.

914 “Dostum tapped to help exterminate Taliban”, CDPSP, vol. 52, n° 12, April 19, 2000, p. 23.

915 RASHID, A., “Islamic Movement of Uzbekistan’s incursion assists the Taliban”, op. cit..

916 « L’Iran reconstruit l’alliance anti-taliban », The Nation, 4 avril 2000.

917 BURKE, J., “The makings of a quagmire in Central Asia”, Eurasia Insight, August 23, 2000.

918 RASHID, A., “Namangani’s foray causes concern among Central Asian Governments”, Eurasia Insight, February 5, 2001.

919 Voir “Central Asian States split on Taliban policy”, op. cit. et PANNIER, B., “Uzbekistan: Officials call on Taliban to extradite suspected terrorist”, RFE/RL, December 1, 2000.

920 “Afgan Northern Alliance to fight Uzbek Islamic Extremists”, Interfax, March 18, 2001.

921 CHIPAUX, F., « Les taliban contrôlent désormais la quasi-totalité de l’Afghanistan », Le Monde, 28 septembre 2000.

922 ABRAMOVICI, P., « L’histoire secrète des négociations entre Washington et les taliban », Le Monde Diplomatique, janvier 2002.

923 A travers ce programme, Washington a fourni, durant l’année 2000, 3 millions de dollars d’aide à la République kirghize, au Kazakhstan et à l’Ouzbékistan, afin que ces trois États renforcent la sécurité à leurs frontières. Ce programme a été étendu au Tadjikistan et au Turkménistan. En décembre 2001, le gouvernement américain avait aidé à l’entraînement des gardes-frontière et livré du matériel de communication, de détection et d’observation pour un montant estimé à 70 millions de dollars.

924 Les taliban étaient déjà soumis depuis novembre 1999 à un embargo aérien concernant la compagnie nationale Ariana et au gel de leurs avoirs financiers à l’étranger.

925 GRANGEREAU, P., « Les taliban au ban des Nations unies. L’ONU renforce ses sanctions contre le régime de Kaboul », Libération, 21 décembre 2000.

926 “Head of US Central Command press roundtable in Tashkent”, Washington File, May 21, 2001 (www.usembassy.ro/USIS/Washington-File/100/01-05-21/eur108.html) (last access in 2006).

927 McMAHON, R., “Central Asian neighbors crucial to Afghan sanctions plan”, RFE/RL, Augusts, 2001.

928 WEISBRODE, K., “Afghanistan stalemate fosters reevaluation of stabilization tactics”, Eurasia Insight, September 4, 2001.

929 « Massoud n’avait pas obtenu d’aide directe de la France », AFP, 16 septembre 2001.

930 PANNIER, В., “Tajikistan: government claims Uzbek terrorist not in their country”, RFE/RL, January 10, 2001.

931 Voir CHETERIAN, V., « La vallée de Ferghana, cœur divisé de l’Asie centrale », Le Monde diplomatique, mai 1999, pp. 16-17.

932 PANNIER, В., “Uzbekistan/Kyrgyzstan: Prime Ministers agreed on land swap”, RFE/RL, April 26, 2001 et UTYAGANOVA, M., “Kyrgyzstan’s Border Riddle”, The Analyst, May 23, 2001.

933 PANNIER, В., “Central Asia: Ryrgyz, Tajiks complain about Uzbek landmines”, RFE/RL, November 29, 2000.

934 PANNIER, В., “Russia: Terrorism forges bond between Moscow and Central Asia”, RFE/RL, January 26, 2000 et COBLE, P., “Kyrgyzstan/Uzbekistan: analysis from Washington-undermining chances for cooperation”, RFE/RL, May 16, 2001.

935 TORBAROV, I., “Putin’s threats to bomb the taliban meant for central asian ears”, Eurasia Insight, June 13, 2000.

936 “Moscow imposes sanctions on Taliban”, CDPSP, vol. 52, n° 20, June 14, 2000, pp. 25-26.

937 PANFILOV, O., “Russian military base in Khujand: ambition or necessity?”, Eurasia Insight, June 12, 2000. Douchanbé avait donné son accord en juillet 2000. Voir JEGO, M., « Le retour de la Russie en Asie centrale », Le Monde, 28 juillet 2000.

938 PANNIER, В., “Tajikistan: Uzbek President criticizes proposed Russian base”, RFE/RL, April 9, 1999.

939 Voir ZAMON, Nizomi “Is Juma Namangani a trump card in a mysterious geopolitical game?”, Eurasia Insight, February 8, 2001. Selon A. Rashid, entre 1999 et 2001, l’armée russe a aidé à trois reprises les militants du MIO à gagner ou à regagner l’Afghanistan. Ce fait alimente bien entendu les spéculations quant aux relations entre la Russie et le MIO avant le 11 septembre 2001 in RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, op. cit., p. 158.

940 DeTEMPLE, J., “Central Asian Rapid Reaction Force support gathered”, Eurasia Insight, May 3, 2001.

941 KHACHATRIAN, H., “Creation of rapid deployment force marks potential watershed in Collective Security Treaty development”, Eurasia Insight, May 30, 2001.

942 “Russia rethinks its Central Asia strategy”, Eurasia Insight, March 20, 2001.

943 Aleksei Malashenko in BRANSTEN, J., “Afghanistan: report of Masood’s demise unleashes speculation on region’s future”, RFE/RL, September 11, 2001.

944 Voir ICG, “Incubators of conflict: Central Asia’s localised poverty and social unrest”, Asia Report, n° 16, Osh/Brussels, June 8, 2001, 22 p.

945 Voir ROY, O, L’échec de l’islam politique, Paris, Seuil, 1992, 251 p.

946 Voir CHIPAUX, F., « 1994-2001, les sept ans de malheur du mollah Omar », Le Monde, 7 décembre 2001 et « Analyse: Oussama et Omar, alliés contre nature », Le Monde, 7 décembre 2001.

947 SAYED, S., « Ben Laden est un “prétexte”, estime le mollah Omar », Reuters, 19 septembre 2001 et « Les taliban rejettent la “deuxième chance” offerte par Bush », Associated Press, 13 octobre 2001.

948 The Samanids and the revival of the civilization of Iranian peoples, edited and translated by Iraj Bashiri, Dushanbe, Irfon, 1998, 323 p.

949 VOLL, J. O., “Central Asia as a Part of the Modem Islamic World” in Central Asia in historical perspective, edited by Beatrice F. Manz, Boulder, Westview Press, 1998, pp. 66-67.

950 Voir History of civilizations of Central Asia, vol. 4, Part II, The age of achievement: A.D. 750 to the end of the fifteenth century, The achievements, edited by C.E. Bosworth and M.S. Asimov, Paris, Unesco Publishing, 2000, 700 p. et The Oxford history of Islam, edited by John L. Esposito, Oxford, New York, Oxford University Press, 1999, xii-749 p.

951 GABORIEAU, M., « Préface » in L’islam en Asie du Caucase à la Chine, Paris, La Documentation française, 2001, p. 15.

952 Voir les articles de Thierry ZARCONE, Ikromiddin OSTONQULOV et Razia SULTANOVA, in « L’Ordre Qâdiriyya », Journal d’histoire du soufisme, n° 1-2, Numéro spécial sur l’Ordre Qâdiriyya, Istanbul, Simurg Press, Octobre 2000, xxviii-679 p.

953 Voir BABAJANOV, B., « Le renouveau des communautés soufies en Ouzbékistan », Cahiers d’Asie centrale, n° 5-6, 1998, pp. 294 et ss.

954 AKINER, S., The Formation of Kazakh Identity. From Tribe to Nation-State, Former Soviet South Project, The Royal Institute of International Affairs, 1995, p. 10.

955 FOURNIAU, V., Histoire de l’Asie centrale, op. cit., pp. 71 et 98.

956 DUDOIGNON, S. A., « Islam d’Europe ? Islam d’Asie ? En Eurasie centrale (Russie, Caucase, Asie centrale) » in L’islam en Asie du Caucase à la Chine, op. cit., p. 26. Voir sur ce sujet DeWeese, D. A., Islamization and native religion in the Golden Horde: Baba Tukles and conversion to Islam in historical and epic tradition, University Park, Pennsylvania State University Press, 1994, xvii-638 p. et les remarques de ALTOMA, R., “The influence of Islam in Post-Soviet Kazakhstanin Central Asia in historical perspective, op. cit., pp. 164-181.

957 Voir ROY, O., Islam in the Soviet Union: from the second World War lo Gorbachev, London, Hurst, 2000, xxvii-764 p.

958 Bakhtiyar Babajanov notait à propos de la situation de l’Ouzbékistan que « vers les années 1960-1970 la majorité de la population, alors qu’elle se disait formellement musulmane, ne respectait en réalité pas même les plus élémentaires des prescriptions religieuses. Ainsi au milieu des années 1970, 20 % seulement de la population en Ouzbékistan accomplissait les prières (namâz) », in BABAJANOV, B., « Le renouveau des communautés soufies en Ouzbékistan », op. cit., p. 297.

959 Voir les travaux pionniers d’Alexandre Bennigsen et Chantale Lemercier-Quelquejay : BENNIGSEN, A., LEMERCIER-QUELQUEJAY, C., L’Islam en Union Soviétique, Paris, Payot, 1968, 263 p. ; BENNIGSEN, A., LEMERCIER-QUELQUEJAY, C., Les musulmans oubliés : l’Islam en URSS aujourd’hui, Paris, F. Maspero, 1981, 315 p. ; BENNIGSEN, A., LEMERCIER-QUELQUEJAY, C., Le soufi et le commissaire. Les confréries musulmanes en URSS, Paris, Editions du Seuil, 1986, 311 p. ; BENNIGSEN, A., LEMERCIER-QUELQUEJAY, C., « L’Islam dans les Républiques musulmanes soviétiques », in L’Islam et l’État dans le monde d’aujourd’hui, publié sous la direction de Olivier Carré, Paris, PUF, 1982, pp. 143-165 ; BENNIGSEN, A., « Les tariquat en Asie centrale », in Les ordres mystiques dans l’islam. Cheminement et situation actuelle, Travaux publiés sous la direction de Alexandre Popovic et Gilles Veinstein, Paris, Edition de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1986, pp. 27-36.

960 Voir BABAJANOV, B., « Le renouveau des communautés soufies en Ouzbékistan », op. cit., pp. 285-288.

961 Selon Habiba Fathi, « une otin est un personnage religieux féminin qui s’occupe au quotidien de la vie des croyantes. Responsable de l’éducation sociale et religieuse des femmes de la naissance à l’âge adulte, elle est directement liée à la vie des fidèles ». Voir à ce sujet, FATHI, H., « Le pouvoir des otin, institutrices coraniques, dans l’Ouzbékistan indépendant », Cahiers d’Asie centrale, n° 5-6, 1998, pp. 313-333.

962 Concernant les « islams d’Asie centrale » selon l’expression de Catherine Poujol voir POLIAKOV, S.P., Everyday Islam. Religion and Tradition in Rural Central Asia, Introduction by Martha Brili Olcott, London, ME Sharpe, New York, Armonk, 1992, xx-vi-155 p. ; POLONSKAYA, L., MALASHENKO, A., Islam in Central Asia, Reading, Ithaca Press, 1994, vi-176 p. ; HIRO, D., Between Marx and Muhammad. The Changing Face of Central Asia, London, Harper Collins Publishers, 1995, xxviii-404 p. ; HAGHAYEGHI, M., Islam and Politics in Central Asia, Basingstoke, Macmillan, 1995, xxiv-320 p. ; KARAM, P., Le retour de l’islam dans l’ex-empire russe : Allah autres Lénine, Paris, Harmattan, 1996, 253 p. ; ZARCONE, T., « L’islam d’Asie centrale et le monde musulman. Restructuration et interférences », Hérodote, n° 84, 2e trimestre 1997, pp. 57-76 ; Political Islam and conflicts in Russia and Central Asia, edited by Lena Jonson and Murad Esenov, Stockholm, Utrikespolitiska Institutet, 1999, iv-138 p. et Islam and Central Asia: an enduring legacy or an evolving threat?, edited by Roald Sagdeev and Susan Eisenhower, Washington, DC, Center for Political and Strategic Studies, 2000, 255 p.

963 Selon O. Roy, on passe du fondamentalisme, défini comme la « volonté de revenir aux textes fondateurs de la religion, en contournant tous les apports de l’histoire, de la philosophie et de la tradition des hommes », à l’islamisme lorsque ce fondamentalisme devient contestataire, lorsqu’il exprime en termes politiques la volonté de réforme de la société. L’islamisme est une lecture politique et radicale du fondamentalisme. Voir ROY, O., Généalogie de l’islamisme, Paris, Hachette, 1995, 140 p.

964 A propos des mosquées, S. Akiner note ainsi qu’au Turkménistan, on est passé de 4 mosquées en 1989 à 181 en 1994 ; en Ouzbékistan de 300 en 1989 à 5 000 dès 1993 ; au Tadjikistan entre 1989 et 1991, 2 000 mosquées ont été ouvertes. En 1995, la République kirghize comptait plus de 1 000 mosquées et le Kazakhstan 4 200, cité in AKINER, S., “Islamic fondamentalism in Central Asia: Historical Background and Contemporary Context”, WriteNet Paper, n°13/2000, May 2001, p. 10.

965 ROY, O., « Le rôle de l’Islam en Asie centrale et au Caucase », op. cit., p.  25.

966 S. Hunter remarque qu’en Asie centrale, “(a) section of the population still considers religion and nationalism as similar, and looks at religion as being part of national life. It is judged compulsory to follow the prescriptions of Islam. To reject them is disproved as showing a lack of respect to the memory of one’s ancestors, to the nation and national culture”, cité in HUNTER, S., “Islam in post-independence Central Asia: internal and external dimensions”, Journal of Islamic Studies, vol. 7, n° 2, 1996, p. 291. Une enquête réalisée en 1992 et 1993 par l’Office of Research of the United States Information Agency (USIA) au Kazakhstan, en République kirghize et en Ouzbékistan auprès d’un échantillon de la population adulte âgée de 18 ans et plus a abouti aux résultats suivants “[the] results, [...] reveal the differentiated nature of Central Asians’ relation to Islam. About half of the Kazakhs and Uzbeks and four-fifths of the Kyrgyz avow a faith in Islam, but only one in five Uzbeks and Kyrgyz say they participate in religions services at a masque or prayer house each month. The proportion agreeing that Islam should play a larger role in their countries ranges from half among the Kazakhs to seven-tenths among the Kyrgyz ; yet, substantially fewer (ranging from a fifth of the Kazakhs to about two-fifths of the Uzbeks) completely subscribe to this view. In addition, the results suggest that pro-Islam sentiment has translated into only limited support for nationalist or religions parties in these countries. This is no doubt in part the result of the leaders’ efforts to use Islam as a unifying and legitimating force vis-a-vis the indigenous peoples while also branding Islamic activists a threat to national stability and curtailing their activities. Whether Islamic groups will exert greater influence on the political life of these countries in the future remains to be seen. There is certainly the possibility that Islamic radicalism could grow in strength if economic conditions deteriorate drastically, repression intensifies, and the authorities lose the people’s confidencein DOBSON, R., “Islam in Central Asia: findings from national surveys”, Central Asia Monitor, n° 2, 1994.

967 L’islam d’Asie centrale appartient dans sa grande majorité à l’école juridique et théologique sunnite du hanafisme depuis sa théorisation entre le xe et le xiie siècle. C’est en effet en Asie centrale, singulièrement à Boukhara et Samarkand que cette école s’est constituée à partir du ixe siècle. Les traits particuliers de cette école sont selon Bakhtyar Babadjanov, l’« autonomie relative laissée aux oulémas dans les questions de théologie et de droit non documenté par la Tradition du Prophète, une tolérance particulière pour les coutumes et les rites anté-islamiques, ainsi qu’une reconnaissance généralement répandue de la séparation des pouvoirs temporel et spirituel », in BABADJANOV, B., « Islam officiel contre islam politique en Ouzbékistan aujourd’hui: la Direction des Musulmans et les groupes non hanafi », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 31, n° 3, 2000, pp. 151-164. A l’école hanafi s’oppose l’école hanbalî. Selon S. Dudoignon, les Hanbalî dénient aux oulémas « le recours au jugement personnel. Prohibant toute forme d“innovation” illicte, ils prônent le retour à un islam des origines, celui du Prophète, des quatre premiers califes, et des Compagnons du Prophète (salaf : les prédécesseurs), et ils postulent l’imitation en toute chose du Coran et de la Sunna », in DUDOIGNON, S. A., « Islam d’Europe ? Islam d’Asie ? En Eurasie centrale (Russie, Caucase, Asie centrale) », op. cit., p. 25. L’école hanbalî est devenue très influente dans le inonde musulman en général à travers le mouvement wahhabî. En Asie centrale, outre les sunnites, on trouve également de petites minorités shî’ites dans les villes de Samarkand et Boukhara ainsi que des shi’ites septimaniens, les Ismaéliens, regroupés dans la région du Badakhshan.

968 Pendant la Perestroïka, l’Asie centrale a connu une période de « revivalisme » intense de la religion musulmane. Le pouvoir soviétique a d’abord choisi la répression en matière religieuse, entre 1985 et 1988, avant d’assouplir ses positions. Voir HAGHAYEGHI, M., Islam and Politics in Central Asia, Basingstoke, Macmillan, 1995, pp. 41-70.

969 Les informations sur la vallée du Ferghana sont tirées de l’étude suivante : BABADJANOV, B., “The Fergana valley: source or victim of islamic fundamentalism?” in Political Islam and conflicts in Russia and Central Asia, edited by Lena Jonson and Murad Esenov, Stockholm, Utrikespolitiska Institutet, 1999, pp. 112-123.

970 Détails sur ce personnage in DUDOIGNON, S. A., « Islam d’Europe ? Islam d’Asie ? En Eurasie centrale (Russie, Caucase, Asie centrale) », op. cit., p. 52 et BABADJANOV, B., KAMILOV, M., “Muhammadjan Hindustani and the beginning of the ‘Great Schism’ among the Muslims of Uzbekistan” in Islam in politics in Russia and Central Asia: early eightieth to late twentieth centuries, edited by Stephane A. Dudoignon and Komatsu Hisao, London, Kegan Paul, 2001, pp. 195-219. Selon O. Roy, Hindustanî, originaire de Kokand dans la vallée du Ferghana, aurait ouvert une madrasa clandestine à Douchanbé dans les années 1970. Son influence se serait étendue de l’Ouzbékistan au Tadjikistan étant donné que ses élèves étaient Ouzbeks et Tadjiks. Voir ROY, O., « Islam et politique en Asie centrale », Archives de sciences sociales des religions, n° 115, Juillet-Septembre 2001, p. 58.

971 ROY, O., The Foreign Policy of the Central Asian Islamic Renaissance Party, op. cit., p. 3. Sur cette dernière formation voir GRARE, F., Political Islam in the Indian Subcontinent. The Jamaat-i-islami, CSH-Manohar, New Delhi, 2001, 134 p.

972 OLIMOVA, S., OLIMOV, M., “The Islamic Renaissance Party” in Politics of compromise. The Tadjikistan peace process, op. cit.

973 RASHID, A., The Résurgence of Central Asia. Islam or Nationalism?, op. cit., p. 245.

974 Au moment du déclenchement de la guerre civile, ce dernier quittera le pays pour se réfugier en Iran, tout en continuant à être considéré comme un des leaders de l’oppostion islamiste. Il rentrera au Tadjikistan, se rapprochera du président Rakhmonov qui le nommera vice-premier ministre en 1998. Il sera exclu du PIR peu après et échappera en février 2000 à une tentative d’attentat commanditée, semble-t-il, par une faction dure du PIR. Il est aujourd’hui considéré comme un soutien au président Rakhmonov.

975 Voir sur le dialogue inter-tadjik depuis mars 1993 jusqu’aux accords de 1997, IMOMOV, A., SAUNDERS, H. H. CHUFRIN, GE., “The inter-Tajik dialogue within the framework of the Dartmouth conference” in Central Asia and the Caucasus, (www.ca-c.org/dalaeng/st_07_imomov.html).

976 ROY, O., “Islam et politique en Asie centrale”, op. cit., p. 58.

977 Voir RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, op. cit., pp. 90-105.

978 OLIMOVA, S., “Political islam and conflict in Tajikistan” in Political Islam and conflicts in Russia and Central Asia, edited by Lena Jonson and Murad Esenov, Stockholm, Utrikespolitiska Institutet, 1999 (www.ca-c.org/dataeng/11.olimova.html).

979 Tajik opposition head recalls meeting with Taliban leader, Q&A with Said Abdallah Nouri”, Eurasia Insight, November 13, 2001.

980 Tajik Islamic Party leader vigorously denies Bin Laden link”, Eurasia Insight, February 13, 2002.

981 OLIMOVA, S., “Political islam and conflict in Tajikistanin Political Islam and conflicts in Russia and Central Asia, op. cit.

982 Namangani, de son vrai nom Jumabai Khojiev, est originaire de Namangan dans la vallée du Ferghana. Il a commencé sa carrière dans les troupes soviétiques envoyées en Afghanistan. En 1991, il aurait tenté un soulèvement islamique dans sa ville natale. Après l’échec de ce soulèvement, il a gagné le Tadjikistan et combattu avec le PIR pendant la guerre civile entre 1992 et 1997.

983 RASHID, A., “Pamirs offer IMU secure base”, Eurasia Insight, April 10, 2001.

984 ZAMON, Nizomi, “Is Juma Namangani a trump card in a mysterious geopolitical game?”, Eurasia Insight, February 8, 2001.

985 RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, op. cit., p. 103.

986 DAVRON, V., “IMU movements may press Tajikistan to forefront of security concerns”, Eurasia Insight, April 18, 2002 et MCCONNELL, A., “Islamic radicals regroup in Central Asia”, Eurasia Insight, May 15, 2002.

987 Voir AKINER, S., Tajikistan: Disintegration or Reconciliation?, London, Royal Institute of International Affaire, 2000, 96 p.

988 Chiffres cités in OLIMOV, M., OLIMOVA, S., “Political Islam in Central Asia”, Casianet early warning network, July 2001 (www.fewer.org/casia/Ctajn0701.pdf).

989 PARSHIN, K., “Tajik Government fears fundamentalist spread”, Eurasia Insight, March 27, 2001.

990 ICG, “Tajikistan: An Uncertain Peace”, Asia Report, n° 30, Osh/ Brussels, December 24, 2001, pp. 9-10.

991 Sur ce parti et son idéologie voir ROY, O., The Foreign Policy of the Central Asian Islamic Renaissance Party, Muslim Politics Project, Council on Foreign Relations, New York, 2000, 29 p.

992 DUDOIGNON, S. A., « Islam d’Europe ? Islam d’Asie ? En Eurasie centrale (Russie, Caucase, Asie centrale) », op. cit., p. 67.

993 Informations tirées de MUMINOV, A., “Traditional and modem religious-theological schools in Central Asiain Political Islam and conflicts in Russia and Central Asia, op. cit., pp. 101-111.

994 D’après RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, op. cit., p. 127.

995 Détails sur Tohir Yoldoshev tirés de RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, op. cit., pp. 124-128.

996 Voir le chapitre de cette étude consacré au problème du trafic de la drogue en Asie centrale.

997 Concernant ces attentats qui ont fait 13 morts et 128 blessés à Tachkent le 16 février 1999, A. Rashid remarque que par la concentration de l’ensemble du pouvoir entre ses mains, Islam Karimov s’est créé de nombreux opposants parmi les élites régionales ouzbèkes. Selon lui, « beaucoup d’Ouzbeks pensent que les attentats de Tachkent n’étaient pas l’œuvre d’extrémistes musulmans, mais de membres du gouvernement qui voulaient se débarrasser de Karimov ». Une autre version désigne la Russie comme responsable de ces attentats. Moscou aurait voulu éliminer Karimov, considéré sans doute comme trop indépendant. RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, op. cit., pp. 82 et 135.

998 RASHID, A., “IMU gradually developing into Pan-Central Asian movement”, Eurasia Insight, April 3, 2001.

999 Le nombre réel de Tchétchènes présents en Afghanistan reste un mystère. Depuis le début des opérations militaires américaines, très peu de renseignements fiables ont circulé à leur sujet. Certains observateurs pensent qu’il faut rester très prudent dans cette matière et qu’il pourrait bien s’avérer en fin de compte qu’il n’y ait eu en Afghanistan que très peu de combattants Tchétchènes. Voir GARDAZ, S., « Où sont passés les combattants tchétchènes d’Al-Qaida ? », Le Temps, 2 mars 2002.

1000 Comme pour les Tchétchènes, en ce qui concerne le recrutement des Ouïgours au sein du MIO, les estimations sont très imprécises. A. Rashid semble penser qu’il pourrait être relativement important. Voir RASHID, A. “China forced to expand rôle in Central Asia”, op. cit. Il est toutefois difficile de se prononcer sur ce point, en l’absence de chiffres vérifiés. Les indications laissent plutôt penser que le nombre de Ouïgours au sein du MIO était peu important. Voir VIDAILLET, T., “Reconstruction: China to ask Afghan government to repatriate separatists”, Reuters, March 8, 2002. A l’occasion d’une table ronde organisée en juin 2002 devant la Commission executive pour la Chine du Sénat américain, Justin Rudelson a déclaré que seuls 13 Ouïgours avaient été capturés en Afghanistan alors qu’ils combattaient avec les taliban. Il a ajouté qu’il n’était pas certain que ces individus soient originaires du Xinjiang. Ils pouvaient en effet appartenir à la communauté ouïgoure vivant au Pakistan. Voir Prepared Statement of Justin Rudelson, June 10, 2002 in Ethnie minorities in China: Tibetans and Uighurs. Roundtable before the Congressional-executive commission on China, one hundred seventh congress, second session, June 10, 2002 (www.cecc.gov).

1001 Texte in RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, op. cit., p. 217 et ss.

1002 ICGRécent Violence in Central Asia: Causes and Consequences”, Central Asia Briefing, October 18, 2000, pp. 3-5.

1003 RASHID, A., “Juma Namangani returns to Tajikistan for fresh offensive”, The Analyst, January 17, 2001.

1004 ALIEV, Iskander, “Namangani a presence in Tajikistan, even if IMU can’t be seen”, Eurasia Insight, June 4, 2001.

1005 Rakhmon Sanginov ainsi que son adjoint, Mansur Muakkalov, seront abattus en août 2001 par les forces gouvernementales tadjikes.

1006 Le gouvernement kirghiz a tendance à présenter les Ouïgours comme une menace pour le pays. Ce discours lui permet également de contenter son voisin chinois.

1007 “‘Juma’, ‘Hitler’ and others will infiltrate”, Slovo Kyrgyzstana, July 24, 2001.

1008 KOICHIEV, A., “Kyrgyz soldiers reportedly clash with IMU fighters”, Eurasia Insight, July 26, 2001 et KOICHIEV, A., “Skirmishes suggest IMU is changing tactics”, Eurasia Insight, August 6, 2001.

1009 Selon une expression de l’International Crisis Group in ICG, “Central Asia: fault lines in the new security map”, Asia Report, n° 20, Osh/ Brussels, July 4, 2001, p. 4.

1010 L’enclave de Sukh compte environ 43 000 habitants pour une superficie de 325 km2, soit l’équivalent de la Bande de Gaza. Elle appartient à l’Ouzbékistan mais est peuplée de Tadjiks et pour l’atteindre, il faut traverser le territoire de la République kirghize. L’enclave de Vorukh, qui compte environ 25 000 habitants, est sous souveraineté tadjike. Elle est cependant située en République kirghize et peuplée en partie de Tadjiks proches du PIR.

1011 PANNIER, B., “Central Asia: militants’ name-change signals growing ambition”, RFE/RL, June 1, 2001.

1012 MCCONNELL, A., “Afghanistan bombing targets provide insight on US anti-terrorism coalition”, Eurasia Insight, October 12, 2001.

1013 COHEN, A., “Central Asia beyond Namangani”, The Analyst, November 21, 2001.

1014 Selon Radio Free Europe, Juma Namangani a péri avec 24 compagnons, soit lors des bombardements américains sur Kunduz le 18 novembre 2001, soit lors d’affrontements avec les troupes de l’Alliance du nord dans la région de Kunduz. Voir “IMU leader reported dead in Afghanistan”, RFE/RL Central Asia Report, vol. 1, n° 18, November 22, 2001.

1015 « Un mystérieux pont aérien exfiltre de Kunduz des combattants », Le Temps, 24 novembre 2001.

1016 Afghan Défense Minister suggests islamic militant may be alive”, RFE/RL Newsline, May 28, 2002.

1017 Un certain nombre de militants ont disparu dans les opérations militaires. D’autres ont été capturés et le gouvernement afghan de H. Karzaï a commencé à les extrader vers leur pays d’origine. Des militants ouzbeks auraient ainsi été livrés à Tachkent et des combattants kirghizs à Bichkek. Pour empêcher que d’autres combattants du MIO ne puissent trouver refuge en Inde ou au Pakistan, Tachkent a d’ailleurs conclu des conventions d’extradition avec ces deux pays (respectivement en mai et en mars 2002). D’après “IMU fighters extradited from Afghanistan”, RFE/RI, Central Asia report, vol. 2, n° 21, May 30, 2002 et “Afghanistan extradites suspected IMU member to Kyrgyzstan”, RFE/RL Newsline, May 30, 2002.

1018 AGAM SHAH, “IMU likely to survive Juma blow”, Iwpr’s Reporting Central Asia, n° 94, December 14, 2001.

1019 SOULÉ, V., « L’Ouzbékistan, allié de circonstance », Libération, 9 octobre 2001.

1020 RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, op. cit., pp. 138-139.

1021 PANNIER, B., “Tajikistan: Government claims Uzbek terrorist not in their country”, REF/RL, January 10, 2001.

1022 PANNIER, B., “Uzbekistan/Tajikistan: deportees trapped in ‘no-man’s land’”, RFE/RL, April 6, 2001.

1023 PANNIER, B., “Uzbekistan/Kyrgyzstan: prime ministers agreed on land swap”, RFE/RL, April 26, 2001 et GOBLE, P., “Kyrgyzstan/Uzbekistan: undermining chances for coopérationRFE/RL, May 16, 2001.

1024 Voir ICG, “Central Asia: border disputes and conflict potential”, op. cit., pp. 15 et ss.

1025 Avec le Tadjikistan, Tachkent a miné les régions de Pendjikent, Isfara et Asht. Avec la République kirghize, c’est le sud de la région de Batken qui est visé (142 km de frontière étaient encore minés en février 2002). Malgré les demandes répétées de ses voisins pour qu’elle entreprenne le déminage des zones en litige, Tachkent continue à faire la sourde oreille. PANNIER, B., “Central Asia: Kyrgyz, Tajiks complain about Uzbek landmines”, RFE/RL, November 29, 2000 ; COBLE, P., “Uzbekistan: undermining confidence”, RFE/RL, June 21, 2001.

1026 En 2001, l’activité du mouvement s’est accrue. Des pamphlets du Hizb ut-tahrir comme “Islom nizomi” (The Islamic Order), “Khlifalikning tushunchalari” (The Caliphate Concepts), “Siyosiy fiklar” (The Political Thoughts) ainsi que d’autres publications en Ouzbek, Arabe et Kirghiz ont ainsi été saisis à Och et Djalalabad ainsi que dans les districts de Kara-Suu, Aravan, Nookat et Uzgen. D’après BOTOBEKOV, U., “Hizb at-Tahrir challenges the Central Asia ruling regimes”, Times of Central Asia, March 4, 2001 et GULZINA KARYM KYZY, “Kyrgyzstan under the revival of the Islamic militant specter”, The Analyst, May 23, 2001.

1027 IGUSHEV, A., “Hizb-e-Tahrir activities in Tajikistan”, The Analyst, April 11, 2001.

1028 DAUR, Dosybiev, “Astana concerned by Islamist propaganda drive”, Iwpr’s Reporting Central Asia, n° 117, April 26, 2002.

1029 Voir ROY, O., L’islam mondialisé, op. cit., p. 200.

1030 Voir ICG, “The IMU and die Hizb-ut-Tahrir: implications of the Afghanistan campaign”, Central Asia Briefing, January 30, 2002, pp. 8-9. Human Rights Watch a relevé dans son rapport 2001 sur la situation des droits de l’Homme en Ouzbékistan que “members of Hizb ut-Tahrir claimed sortie 4 000 of their co-religionists had been arrested since late 199H, the majority in 1999. Human Rights Watch and other rights groups documented the conviction of several hundred members of the group in 2000 for engaging in unsanctioned meetings, teaching religion and praying in private, and possession and distribution of literature not cleared by slate censors”. Cité in “Uzbekistan”, Human Rights Watch, World Report 2001, (www.hrw.org/wr2k1/europe/uzbekistan.html).

1031 RASHID, A., “Confrontation brews among Islande militants in Central Asia”, The Analyst, November 22, 2000.

1032 Concernant les mouvements néo-fondamentalistes en général, leur idéologie et leur sociologie, voir ROY, O., l’islam mondialisé, passim.

1033 Détails in ICC, “The IMU and the Hizb-ut-Tahrir: implications of the Afghanistan campaign”, op. cit., p. 7.

1034 Voir la rhétorique de ce mouvement qui a condamné l’intervention américaine en Afghanistan, les pouvoirs arabes qu’il accuse de collusion avec les Occidentaux et les accords de Bonn présentés comme un prélude à l’Occidentalisation de l’Afghanistan et au-delà de l’Asie centrale in “Alliance with America is a great crime forbidden by Islam”, September 18, 2001 ; “Communiqué from Hizb ut-Tahrir America and Britain declare war against Islam and the Muslims”, October 9, 2001 ; “The Constitution of Uzbekistan is the law of disbelief and falsehood”, December 7, 2001 ; “The Bonn agreement consolidates the American control over Afghanistan and lays the basis for uprooting Islam from it”, December 10, 2001 in (www.hizb-ut-tahrir.org/english/english.html). Voir également RASHID, A., “Interview with Leader of Hizb-e Tahrir”, The Analyst, November 22, 2000 ainsi que les informations sur le site (www.khilafah.com).

1035 CORNELL, S.E., SPECTOR, R.A., “Central Asia: more than Islamic extremists”, The Washington Quarterly, vol. 25, n° 1, Winter 2002, pp. 200-201. Il faut toutefois rester prudent quant à la « popularité » de ce mouvement auprès des minorités ethniques. En effet, Shahram Akbarzadeh a remarqué qu’en République kirghize par exemple, la minorité ouzbèke, comme la minorité ouïgoure, qui posent certains problèmes au gouvernement kirghize, sont souvent accusées dans les médias officiels d’être les foyers du « radicalisme islamique » dans le pays. L’argument servirait donc à nier toute légitimité aux demandes formulées par les minorités. En République kirghize, le fossé entre groupes ethniques au sein du pays se serait ainsi creusé du fait de l’attitude du pouvoir. Voir AKBARZADEH, S., “Political Islam in Kyrgyzstan and Turkmenistan”, Central Asian Survey, vol. 20, n° 4, December 2001, pp. 460 et ss.

1036 RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, op. cit., p. 113.

1037 Détails sur ce mouvement in BABADZHANOV, B., “The Fergana valley: source or victim of islamic fondamentalism?in Political Islam and conflicts in Russia and Central Asia, op.cit., pp. 112-123.

1038 BUKHARBAEVA, G., “Uzbekistan’s islamic outcasts remain defiant”, Iwpr’s Reporting Central Asia, April 27, 2000.

1039 “Hizb ut-Tahrir in Central Asia”, Transcaspian Project, November 9, 2000.

1040 BABADJANOV, B., « Islam officiel contre islam politique en Ouzbékistan aujourd’hui : la Direction des Musulmans et les groupes non hanafi », op. cit., p. 158 note 13.

1041 BABAJANOV cité in PANNIER, B., “Central Asia: governments react to uncertain threat from Hizb ut-Tahrir (Part 2)”, RFE/RL, May 30, 2002.

1042 Concernant l’utilisation de l’expression « wahhabite » en Asie centrale, voir GABORIEAU, M. « Wahhabisme : une seule étiquette pour des mouvements divers », la Lettre d’Asie centrale, n° 2, Automne 1994, pp. 1-2 ; FATHI, H., « Le wahhabisme en Asie centrale », la Lettre d’Asie centrale, n° 2, Automne 1994, pp. 2-3 ; ZARCONE, T., « Indéfinissable wahhabisme », la Lettre d’Asie centrale, n° 2, Automne 1994, pp. 6-7.

1043 Voir ICG,Central Asia: Islamist Mobilisation and Regional Security”, Asia Report, n° 14, Osh/ Brussels, March 1, 2001, 45 p.

1044 Voir les analyses de ROY, O., L’Echec de l’islam politique, Paris, Seuil, 1992, 251 p. ; KEPEL, G., Jihad. Expansion et déclin de l’islamisme, Paris, Folio, 2000, 708 p. et BASBOUS, A., L’Islamisme, une révolution avortée ?, Paris, Hachette, 2000, 273 p., et a contrario les remarques de F. Burgat in BURGAT, F., « Les Non-dits du “déclin islamiste” », (www.elmandjra.org/burgatesprit_2001.htm).

1045 Nous parlons ici de l’islamisme en tant que phénomène de contestation politique à fondement religieux, étant entendu qu’il peut prendre comme le rappelle F. Burgat, des formes très diverses « allant du légalisme le plus manifeste au renversement des pouvoirs en place, où les uns recourent à la mosquée et les autres à l’assassinat, où certains prêchent la régénération morale de l’homme musulman et d’autres l’instauration de la cité islamique ». Comme le reniai que cet auteur, la rhétorique islamiste, sous couvert du discours religieux, peut en effet « véhiculer une infinité de revendications tout à fait profanes, non seulement économiques ou sociales mais également, de plus en plus souvent, démocratiques », in BURGAT, F., « Les Non-dits du “déclin islamiste” », (www.elmandjra.org/burgatesprit_2001.html).

1046 KODMANY DARWICH, B., CHARTOUNI-DUBARRY, M., Les États arabes face à la contestation islamique, Paris, IFRI, Armand Colin, 1997 cités in BURGAT, F, « Les Non-dits du “déclin islamiste” », (www.elmandjra.org/burgatesprit_2001.htm).

1047 Gilles Kepel rappelle utilement le lien qui existe entre répression et montée de l’islamisme. Il note a ce propos : « On ne saurait oublier que l’utopie islamiste ; dès la fin des années 1960, a fleuri sur le terreau répressif et autoritaire de la quasi-totalité des États du monde musulman, par delà la faillite morale du nationalisme et l’échec économique [...] » in KEPEL, G., Jihad. Expansion et déclin de l’islamisme, op. cit., p. 547.

1048 Idem, pp 527-549. Voir cependant les remarques de F. Burgat in BURGAT, F, « Les Non-dits du “déclin islamiste” », op. cit..

1049 ICG, “Incubators of conflict: Central Asia’s localised poverty and social unrest”, Asia Report, n° 16, Osh/ Brussels, June 8, 2001, 38 p.

1050 Un redressement s’est dessiné en 2000 et renforcé en 2001, en raison de l’accroissement des prix du pétrole pour le Kazakhstan, de la reprise de la production d’or pour la République kirghize et de celle de l’aluminium pour le Tadjikistan. L’Asie centrale et l’Azerbaïdjan auraient connu une croissance moyenne de 7 % au premier trimestre 2001 comparé au 6,5 % pour la même période en 2000 (6,6 % pour la République kirghize, 7,6 % pour le Tadjikistan, 13 % pour le Kazakhstan et seulement 2,8 % pour l’Ouzbékistan en raison de la sécheresse qui sévit dans le pays pour la deuxième année consécutive. Le Turkménistan devrait pour sa part profiter en 2001 de l’accroissement de ses ventes de gaz). Voir ADB, Asian Development Outlook 2001 Update, 2001 in (www.adb.org/Documents/Books/ADO/2001/Update/car_update.asp).

1051 POMFRET, R., “Living standards in Central Asia”, Moct-Most, vol. 9, n° 4, 1999, p. 399.

1052 RASHID, A., “Asking for Holy War”, FEER, November 9, 2000.

1053 Cité in RABALLAND, G., AND, G., Is OSCE’s economic and environmental dimension relevant in Central Asia? Papier preparé pour la conférence “The OSCE and the multiple challenges of transition in the Caucasus and Central Asia (1991-2001)” organisée par l’Institut Universitaire de Hautes Etudes Internationales, Genève, 6-8 Décembre 2001.

1054 Chiffres cités in ICG, “Kyrghyzstan at Ten: Trouble in the ‘Island of Democracy”, Asia Report, n° 22, Osh/Brussels, August 28, 2001, p. 2. Voir également IMF, “Kyrgyz Republic Interim Poverty Reduction Strategy Paper”, Prepared by the Kyrgyz authorities, Poverty Reduction Strategy Papers, June 13, 2001, 74 p., in (www.imf.org/external/NP/prsp/2001/kgz/01/index.htm).

1055 D’après “IMF, The Government of Tajikistan Interim Poverty Reduction Strategy Paper”, Poverty Reduction Strategy Papers, March 24, 2000, p. 3, in (www.imf.org/external/NP/prsp/2000/tjk/01/032400.pdf).

1056 Au Kazakhstan par exemple, 60 % des vols seraient liés à la drogue. Les 2/3 des 80 000 à 90 000 détenus du pays auraient été condamnés dans des affaires de stupéfiants. Au Turkménistan, 90 % des 700 condamnations à mort prononcées dans le pays l’auraient été pour des affaires liées au trafic de la drogue. D’après ICG, “Central Asia: Drugs and Conflicts”, op. cit., p. 15.

1057 Voir ICG, “Force is not the way to meet Central Asia’s islamist threat”, Asia Report, n° 14, Osh/ Brussels, March 11, 2001, 30 p. et “Government response to IMU threat fuels radicalism in Uzbekistan”, Eurasia Insight, July 24, 2001.

1058 Voir ROY, O., « Le rôle de l’Islam en Asie centrale et au Caucase », Nouveaux Mondes, n° 3, Automne 1993, pp. 22-24.

1059 POUJOL, C., L’islam en Asie centrale. Vers la nouvelle donne, Paris, Ellipses, 2001, p. 51.

1060 Voir AKBARZADEH, S., “Political Islam in Kyrgyzstan and Turkmenistan”, op. cit., pp. 454 et ss.

1061 Comme le note cependant B. Babajanov, jusqu’à l’époque moderne, l’existence de « structures “écclésiasitiques centralisées était restée étrangère à l’islam ». Aussi ces institutions apparaissent-elles comme « des corps étrangers à la communauté musulmane », ce qui bien entendu leur ôte une grande part de légitimité. Voir BABADJANOV, B., « Islam officiel contre islam politique en Ouzbékistan aujourd’hui : la Direction des Musulmans et les groupes non hanafi », op. cit., pp. 152-153.

1062 ROY, O., « Islam et politique en Asie centrale », op. cit., p. 53.

1063 Détails sur le personnage in “Visit to Uzbekistan of the exiled Mufti”, in (www.eurasianet.org/resource/uzbekistan/press_digest/digest2.1.shtml).

1064 Voir BABADJANOV, B., « Islam officiel contre islam politique en Ouzbékistan aujourd’hui : la Direction des Musulmans et les groupes non hanafi », op. cit., pp. 159 et ss.

1065 D’après ROY, O., « Islam et politique en Asie centrale », op.cit, p. 54.

1066 Détails analyse de ce programme in BABADJANOV, B., « Islam officiel contre islam politique en Ouzbékistan aujourd’hui : la Direction des Musulmans et les groupes non hanafi », op. cit., pp. 154-156.

1067 POUJOL, C., L’islam en Asie centrale. Vers la nouvelle donne, op. cit., p. 20.

1068 Détails sur le renouveau soufi, principalement celui de la tariqat naqshbandiyya en Ouzbékistan in BABAJANOV, B., « Le renouveau des communautés soufies en Ouzbékistan », op. cit., pp. 294 et ss.

1069 Idem, p. 302.

1070 Le pays compte dix-huit madrasa provinciales (une par province et trois à Tachkent), prolongées par une école supérieure (Imam al-Boukhari à Tachkent).

1071 Voir LUBIN, N., Calming the Ferghana Valley: development and dialogue in the heart of Central Asia, report of the Ferghana Valley Working Group of the Center for Préventive Action, New York, Century Foundation Press, 1999, p. 103.

1072 Détails des dispositions de cette loi in Human Rights Watch, Memorandum to the US Government Regarding Religious Persecution in Uzbekistan, August 10, 2001, 18 p. (www.hrw.org/backgrounder/eca/uzhek-aug/uzhek-bck-full.htm).

1073 Voir HORSMAN, S., “Uzbekistan’s involvement in the Tajik civil war 1992-1997: domestic considérations”, Central Asian Survey, vol. 18, n° 1, 1999, pp. 37-48.

1074 Le 2 décembre 1997, un haut fonctionnaire de police a été assassiné à Namangan dans des circonstances restées assez mystérieuses. Cet assassinat sera suivi d’autres meurtres le 11 et le 19 décembre. Voir “Troubles in Fergana”, Central Asia Monitor, n° l, 1998, p. 1.

1075 Voir KHOKLOV, A., “Uzbekistan names the enemy: Wahhabis”, CDPSP, vol. 51, n° 7, March 17, 1999, p. 9 ; VAVILOV, N., “Yesterday explosions were heard in the Capital of the most stable state in the CIS”, CDPSP, vol. 51, n° 7, March 17, 1999, pp. 8-9 ; “President of Uzbekistan accuses muslim extremists of perpetrating act of terrorism”, CDPSP, vol. 51, n° 8, March 24, 1999, pp. 15-16 ; ROTAR, I., SHEVCHENKO, M., “Tashkent challenges Tehran”, CDPSP, vol. 51, n° 10, April 7, 1999, p. 17 ; ABBAS, N., “Searching for he Motives behind the Recent Blasts in Tashkent”, Central Asia Monitor, n° 2, 1999, pp. 21-24.

1076 CHERNOGAYEV, Y., “Uzbek terrorists face death penalty”, CDPSP, vol. 51, n° 24, July 14, 1999, p. 17.

1077 Human Rights Watch, Memorandum to the US Government Regarding Religions Persecution in Uzbekistan, op. cit.

1078 Human Rights Watch, Republic of Uzbekistan. Crackdoum in the Farghona Valley: arbitrary arrests and religions discrimination, vol. 10, n° 4 (D), May 1998 in (www.hrw.org/reports98/uzbekistan/).

1079 Human Rights Watch, Press Backgrounder: Human Rights Abuse in Uzbekistan, September 26, 2001 (www.hrw.org/backgrounder/eca/uzbek092501-bck.htm).

1080 CAVANAUGH, C, “The iron hands of Central Asia”, Washington Post, August 2, 2000. Pour l’Ouzbékistan voir HRW, Uzbekistan: Background on Human Rights, September 26, 2001 (www.hrw.org/press/2001/09/uzbe.h092501.htm) ; HRW, Uzbekistan: US Cautioned on New Ally. Secretary of Défense cannol afford to turn a blind eye to abuses by Uzbekistan, October 4, 2001 (www.hrw.org/press/2001/10/uzbek1004.htm).

1081 Détails in ICG, “Kyrgyzstan at ten: Trouble in the ‘Island of Democracy’”, Asia Report, n° 22, Osh/Brussels, August 28, 2001, 32 p. et DONOVAN, J., “US congressmen concerned about rights abuse”, RPE/RL, December 14, 2001.

1082 RASHID, A., “Asking for Holy War”, op. cit.

1083 Human Rights Watch dénonce ainsi la politique de la république Kirghize et de l’Ouzbékistan après le 11 septembre. Voir HRW, “Opportunism in the face of tragedy. Repression in the name of anti-terrorism”, in (www.hrw.org/campaigns/september11/opportunismwatch.htm).

1084 PUZANT, R., “Uzbek crackdown on religion continues unabated”, Eurasia Insight, November 12, 2001 et BLUA, A., “Karimov extends war on islamic extremism to women”, RFE/RL, May 6, 2002.

1085 “Uzbek dissident released in Prague”, RFE/RL, December 11, 2001.

1086 Karimov moves to bolster authoritarian rule in Uzbekistan”, Eurasia Insight, December 7, 2001.

1087 PANNIER, B., “Kazakhstan: OSCE has harsh words for treatment of indépendant media”, RFE/RL, May 1, 2002.

1088 Voir Human Rights Watch, World Report 2002, (www.hrw.org/wr2k2/europe.html) et DONOVAN, J., “Central Asia: Human Rights activists urge tougher US stance”, RFE/RL, March 29, 2002.

1089 KISSINGER, H. A., “Phase II and Iraq”, The Washington Post, January 13, 2002.

1090 Voir les analyses in BURGAT, F., L’islamisme en face, Paris, La découverte, Essais, 1996, 285 p.

1091 Voir SHAYEGAN, D., Le regard mutilé, Paris, L’aube, essai, 1996, 242 p.

1092 SOKOLSKY, R., CHARLICK-PALEY, T., NATO and Caspian Security. A Mission too far?, op. cit., p. 64. Voir les remarques dans le même sens de Madeleine Albright lors de sa visite en Ouzbékistan in RASHID, A., “Epicentre of Terror”, FEER, May 11, 2000, p. 18.

1093 D’après BALLAND, D., « Diviser l’indivisible : les frontières introuvables des États centrasiatiques », op. cit., p. 78.

1094 Chiffres cités in GREGOIRE, P., « Mourir pour la vallée de Ferghana ? », L’écho, 11 juin 2002.

1095 Voir la logique du découpage de la vallée du Ferghana in BALLAND, D., « Diviser l’indivisible : les frontières introuvables des États centrasiatiques », op. cit., p. 95.

1096 Voir OLIMOV, M.A., “Regionalism in Tajikistan: its impact on the Fergana Valley”, Perspectives on Central Asia, vol. 1, n° 3, 1996. (www.cpss.org).

1097 KHAMIDOV, A., “Frustration builds among uzbeks in Southern Kyrgyzstan”, Eurasia Insight, March 26, 2001.

1098 Les Turcs Meskhets sont des Turcs du Caucase. Ils font partie des peuples « punis » par Staline dans les années 1940. Ils furent déportés en Asie centrale. En 1989, environ 106 000 Turcs Meskhets vivaient en Ouzbékistan. Voir ABRAMSON, D., “Remembering the present: the meaning today of the 1989 violence in Kokand”, Central Asia Monitor, n° 3, 1997 et KHAZANOV, A. M., “Meskhetian Turks in search of self-identity”, Central Asian Survey, vol. 11, n° 4, 1992, pp. 1-16.

1099 Ces émeutes auraient causé la mort de plus de 200 personnes in OLCOTT, M. Brill, “Central Asia’s Post-Empire Politics”, Orhis, vol. 36, n° 2, Spring 1992, p. 260.

1100 Voir CHETERIAN, V., « La vallée de Ferghana, coeur divisé de l’Asie centrale », Le Monde diplomatique, mai 1999, pp. 16-17.

1101 Voir l’acuité des problèmes socio-économiques dans ces enclaves in “Uzbekistan: Irin focus on ethnic enclaves in Ferghana Valley”, IRIN, June 5, 2001.

1102 Kyrgyzstan: poverty and migration in the Fergana Valley”, IRIN, June 6, 2002.

1103 La vallée joue un rôle important sur le plan agricole, elle fournit en effet une part importante de l’approvisionnement des trois républiques. La pression sur la terre est particulièrement importante du fait de l’accroissement démographique dans la région ces vingt dernières années. Voir SAIFULIN, R., “The Fergana Valley: A view from Uzbekistan”, Sd, (www.cpss.org).

1104 De CORDIER, B., « Conflits ethniques et dégradation écologique en Asie centrale. La vallée du Ferghana et le nord du Kazakhstan », Central Asian Survey, vol. 15, n° 3-4, 1996, pp. 399-411.

1105 NALLE, D., “The Ferghana Valley, 1999”, Central Asia Monitor, n° 1, 2000, pp. 1-7.

1106 Alma Sultangalieva du Kazakh Institute for Strategic Studies évoque pour sa part la « culture du kalashnikov » pour rendre compte de ces événements. Selon elle, à la suite de la guerre civile au Tadjikistan, un certain nombre de combattants, sans attaches particulières, se seraient retrouvés sans activités et auraient donc décidé d’utiliser leurs compétences militaires pour leur propre compte. Voir BAUER, B., “The Lure of Fundamentalism”, Transitions Online, 5 November 1999 (www.tol.cz).

1107 Concernant la circulation des armes et la militarisation de la société, notamment au Tadjikistan, voit KHODJIBAEV, K., “Small arms proliferation and social militarization in Tajikistan”, Central Asia Monitor, n° 3, 1999, pp. 24-28.

1108 Il s’agit d’une région du Tadjikistan qui compte une forte minorité ouzbèke.

1109 Voir ZVIAGELSKAYA, I., “The Tajikistan conflictin SIPRI, Sipri Yearbook 1999, op. cit., pp. 67-68.

1110 Voir TABYSHALIEVA, A., “The challenge of regional cooperation in Central Asia: Preventing Ethnic Conflict in the Ferghana Valley”, Peaceworks, n° 28, US Institute of Peace, Washington DC, June 1999, 50 p.

1111 CUTLER, R., “Ethnic russian discontent grows in Kazakhstan”, Eurasia Insight, March 13, 2000.

1112 Voir HELENIAK, T., “The changing nationality composition of Central Asian and Transcaucasian States”, Post-Soviet Geography and Economics, vol. 38, n° 6, 1997, pp. 357-378 et ABAZOV, R., “Central Asia’s conflicting legacy and ethnic policies: revisiting a crisis zone of the Former USSR”, Nationalism and Ethnic Politics, vol. 5, n° 2, Summer 1999, pp. 62-90.

1113 ANDRUSZ, G., DRESSLER, W., TAYLOR, M., « Le Kazakhstan et l’art de la synthèse eurasiatique » in DRESSLER, W., Le second printemps des nations, op. cit., p. 314, note 27.

1114 Sur la question des populations russes en Asie centrale voir TISHKOV, V., “The Russians in Central Asian and Kazakhstan” in Muslim Eurasia: Conflicting Legacies, op. cit., pp. 289-310.

1115 HUTTENBACH, H., “Whither Kazakhstan? Changing Capitals: from Almaty to Aqmola/Astana”, Nationalities Papers, vol. 26, n° 3, 1998, pp. 581-587.

1116 CLOVER, G, “Still a potent symbol of Russian imperialism”, Financial Times, July 1, 1999, p. iv.

1117 Cité in CUTLER, R., “Ethnic Russian discontent grows in Kazakhstan”, op. cit.

1118 Voir KOZLOV, S., “A Russian Republic in East Kazakhstan?”, CDPSP, vol. 51, n° 48, December 29, 1999, p. 21 ; CHARODEYEV, G., “Rebel Pugachov proves to be ‘intelligent and capable’”, CDPSP, vol. 51, n° 48, December 29, 1999, p. 22 ; “Mother calls”, The Economist, March 18, 2000, pp. 63-64.

1119 Viktor Kazimirchuk, chef du groupe, a écopé de 18 ans de prison, alors que ses deux lieutenants, Vladimir Chernyshev et Konstantin Sementsev se voyaient condamner à 17 ans d’emprisonnement.

1120 Voir “Show ends tragically”, CDPSP, vol. 52, n° 24, July 12, 2000, p. 20 et “Unjust trial is over”, CDPSP, vol. 52, n° 24, July 12, 2000, pp. 20-21.

1121 PANNIER, B., “Convictions of Russian ‘Separatits’ Upset Relations”, RFE/RL, June 15, 2000.

1122 BRAUER, B., “Central Asia readjusting to life in Putin’s orbit”, The Analyst, March 29, 2000. A ce propos, la presse russe a relevé que le Kazakhstan et la Chine ont décidé de joindre leurs efforts dans la lutte contre le « séparatisme ethnique ». Si, dans le cas de la Chine, ce sont les Ouïgours qui sont visés par cette déclaration, le journaliste russe pose la question suivante : “what kind of separatists will Beijing be helping Astana combat?La question reste ouverte. Voir SKOSYREV, V., “Astana and Beijing are prepared to fight separatists together”, CDPSP, vol. 51, n° 47, December 22, 1999, pp. 24-25.

1123 Outre les études citées dans ce chapitre, ce dernier a également bénéficié de discussions avec Jeremy Allouche (IUHEI) ainsi que d’une étude de ce dernier. Voir ALLOUCHE, J., « L’eau en Asie centrale : Incidences d’un nouveau contexte géopolitique », Septembre-Octobre-Novembre, 2002 (www.diploweb.com).

1124 Voir FESHBACH, M., FRIENDLY, A., Ecocide in the URSS: health and the nature under siege, New York, Basic Books, 1992, xvii-367 p.

1125 Selon RAVIOT, J.-R., « Environnement contre géopolitique : les enjeux écologiques clans la région Caspienne », Cemoti, n° 23, janvier-juin 1997, p. 68.

1126 Voir LETOLLE, R., MAINGUET, M., Aral, Paris, Springer-Verlag, 1993, x-357 p., Central Eurasian Water Crisis. Caspian Aral, and Dead Seas, edited by Iwao Kobori and Michael H. Glantz, Tokyo, New York, Paris, United Nations University Press, 1998, x-203 p.

1127 En Karakalpakie (Ouzbékistan), 95 % des terres seraient ainsi salinisées. Voir détails in UN Resident coordinator System Uzbekistan, Common country assessment of Uzbekistan, United Nations, 2001, p. 58 (www.undp.uz/).

1128 Voir KHARIN, N. G., Vegetation degradation in Central Asia under the impact of human activities, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 2002, 200 p.

1129 Voir The Caspian Sea: a quest for environmental security, edited by William Ascher and Natalia Mirovitskaya, Dordrecht, Kluwer Académie Publishers, 2000, xiv-364 p. La mer Caspienne est particulièrement polluée par les déchets industriels et chimiques provenant des centres industriels riverains mais aussi, pour une large part, transportés par ses affluents dont la Volga. Une autre source de pollution sont les résidus provenant de l’agriculture (DDT, PCB, résidus organo-chlorés, sulfates, nitrates). Les hydrocarbures et d’autres matières comme le baryum, par exemple, provenant de l’exploitation renouvelée des ressources pétrolières de la région constituent également un facteur de pollution très important. Enfin, les déchets provenant des villes bordant cette mer participent également à la dégradation de la mer Caspienne. Voir détails in de MORA, S., SHEIKHOLESLAMI, M.-R., At Sea training Programme ASTP, Contaminant Screening Programme, Draft Final Report: Interpretation of Caspian Sea Sediment Data, February 2002, (www.caspianenvironment.org/eracl/3astp.htm).

1130 Au Tadjikistan, le Syr-Darya, le Vakhsh et la Panj (Pyandj) seraient ainsi particulièrement touchés par les pesticides et les fertilisants. Les eaux les plus contaminées seraient celles des vallées du Vakhsh et du Zerafshan, avec des concentrations de mercure atteignant 25 fois la norme. Le Syr-Darya contiendrait pour sa part de l’uranium. Selon les estimations de l’UNDP, 60,8 % des eaux de la région de Kofarnihon, 57 % des eaux de la région Khodjend et 33 % de celles de la région de Hissar seraient polluées. D’après UNDP Tajikistan, National Human Development Report 1999, Douchanbé, 2000 (www.undp.tj/publications/NHDR/nhdr99toc.him). Voir également le cas du “Tajik aluminium plant” et de ses rejets, qui causent une pollution grave non seulement sur le territoire du Tadjikistan, mais aussi dans la province ouzbèke de Surkhandaria in “Environmental disaster in Central Asia”, CDPSP, vol. 52, n° 27, August 2, 2000, p. 17.

1131 Jean-Robert Raviot signale ainsi que la biodiversité de la faune et de la flore de la mer Caspienne a été réduite de deux tiers depuis le début du siècle in RAVIOT, J.-R., « Environnement contre géopolitique : les enjeux écologiques dans la région caspienne », op. cit., p. 68. On se souviendra également de la forte mortalité des phoques de la Caspienne (Phoca caspica) observée en 2000 et 2001, ainsi que du problème de la réduction très substantielle des stocks d’esturgeons. Dans ce dernier cas, outre la pollution, entre également enjeu le problème de l’essor du braconnage lié à la dégradation de la situation économique dans les pays de l’ex-URSS riverains de la Caspienne. Voir RAYMAKERS, C, Study on the social and economic aspects of illegal fishing in the Caspian sea, Traffic Europe, Brussels, April 2002, 44 p. (www.caspianenvironment.org/reports.htm). Pour des raisons économiques, le braconnage et le tourisme lié à la chasse y compris d’espèces rares comme le léopard des neiges , se sont fortement développés depuis 1991. Un rapport de Traffic Europe notait à propos de la situation dans les républiques d’Asie centrale, que “in all countries reviewed, threatened and endangered species that had been strictly protected by Soviet legislation have begun to be used commerciallyvoir Overview of Wild-life Trade in the Central Asian countries, A Traffic Europe report, Brussels, 1998, (www.traffic.org/publications/summaries/wildlifetrade-centralasia.html).

1132 Dans le cas du Tadjikistan par exemple, l’expansion industrielle et agricole des dernières décennies a réduit la surface des forêts du pays de 75 %. En raison des difficultés économiques de ces dernières années, la population a en outre puisé dans les forêts restantes pour se procurer du bois pour le chauffage et la cuisine, ce qui a encore accru les pressions sur cet écosystème déjà fragilisé. Pour l’ensemble de l’Asie centrale, depuis le début du xxe siècle, on estime que les forêts ont été réduites de 75 à 80 %.

1133 Bref aperçu dans AKINER, S., “Post-Soviet Central Asia: Past is Prologue”, in The New States of Central Asia and Their Neighbours, edited by Peter Ferdinand, The Royal Institute of International Affairs, Council on Foreign Relations Press, New York, 1994, pp. 30-31.

1134 D’après Central Asia: Environmental Assessment, prepared by the Regional working Group of the Central Asian States, Fourth Ministerial Conference, Environment for Europe, Arhus, Denmark 23-25 June 1998, (www.mem.dk/aarhus-conference/issues/NIS/assesasia.htm).

1135 KIANITSA, V, “Test anxiety”, The Bulletin of Atomic: Scientist, vol. 49, n° 7, October 1993. Entre 1949 et 1990, le territoire du Kazakhstan aura été le théâtre de 489 explosions nucléaires sur un total de 715 pour l’ensemble de l’URSS. Deux explosions nucléaires ont également eu lieu sur le territoire de l’Ouzbékistan et une sur le territoire du Turkménistan dans le cadre de PNE (Peaceful Nuclear Explosion). Les Soviétiques ont utilisé des charges nucléaires pour la prospection pétrolière et aussi minière, ou encore à des fins d’analyse géologique. Une de ces explosions a été utilisée dans le cadre de la construction d’un canal entre la Caspienne et la mer de Kara. Voir “Nuclear Notebook. Soviet Nuclear Testing, August 29, 1949-October 24, 1990”, The Bulletin of Atomic Scientist, vol. 54, n° 3, May/June 1998 et LARIN, V, TAR, E., “Soviet PNEs: a legacy of contamination”, The Bulletin of Atomic Scientist, vol. 55, n° 3, May/June 1999. Un journal kazakh estimait récemment que les déchets radioactifs du Kazakhstan s’élevaient à 237 millions de tonnes. Astana envisage d’importer des déchets hautement radioactifs d’autres pays, officiellement pour financer sa décontamination. Voir UTYAGANOVA, M., “Kazatomprom is lobbying for importing nuclear waste”, The Analyst, October 24, 2001.

1136 CAGNAT, R., La rumeur des steppes. Aral, Asie centrale, Russie, op. cit., p. 184.

1137 KHAMIDOV, A., “Kyrgyzstan tackles toxic waste”, Eurasia Insight, February 26, 2001 et TURDUBAEV, T., “Kyrgyzstan: nuclear waste fears”, Iwpr’s reporting Central Asia, n° 119, May 10, 2002.

1138 Kyrgyzstan: landslide poses threat of ecological disaster”, RFE/RL, May 13, 2002 et “Nuclear disaster threatens Central Asia’s Ferghana Valley”, Deutsche Welle, May 21, 2002.

1139 FIRUZ, I., “Uranium of Leninabad: a legacy of radiation”, Eurasia Insight, October 3, 2000.

1140 PERERA, J., “Concern over Anthrax Island”, Jane’s Intelligence Review, vol. 12, n° 7, July 2000, pp. 18-19 ; CHOFFNES, E., “Germs on the loose. Bioweapons tests tainted sites around the globe. Will the mess ever be cleaned up?”, The Bulletin of Atomic Scientist, vol. 57, n° 2, March/April 2001, et PERRY, A., “Buried terror on ‘Renaissance Island’”, Time (Asia), vol. 158, n° 19, November 12, 2001. Concernant les recherches soviétiques en matière d’armements bactériologiques, voir ALIBEK, K., Biohazard: the chilling true story of the largest covert biological weapons program in the world, told from the inside by the man who ran it, 1st ed., New York, Random House, 1999, xi-319 p.

1141 HOGAN, B., “US experts deploy in Uzbekistan to address bio-weapons threat”, Eurasia Insight, January 3, 2002.

1142 Voir Center for Non proliferation Studies (CNS), Biological Decontamination of Vozrozhdeniye Island: The US-Uzbek Agreement, The Monterey Institute of International Studies, Briefing Series, January 18, 2002 (www.miis.edu/cns/dc/011802.htm) et BLEEK, P.C., “US to clean up Soviet-era germ warfare site in Uzbekistan”, Arms Control Today, November 2001.

1143 En Ouzbékistan par exemple, sept problèmes majeurs liés à l’environnement ont été identifiés par les autorités. Il s’agit de la salinisation et de la dégradation des terres arables ; de la rareté et de la pollution des ressources en eau ; de l’insuffisance d’eau potable ; des pertes en biodiversité ; de la désertification et la dégradation générale des sols ; de la contamination des produits alimentaires et enfin, de la pollution atmosphérique des villes et des centres industriels.

1144 D’après UNDP, Human Development Report 2001, Making new technologies work for human development, New York, Human Development Report Office, 2001, pp. 167-168 et pp. 164-165.

1145 D’après UN Resident coordinator system Uzbekistan, Common country assessment of Uzbekistan, op. cit., p. 56.

1146 Détails in LIPOVSKY, I. P., “The deterioration of the ecological situation in Central Asia: causes and possible consequences”, Europe-Asia Studies, vol. 47, n° 7, November 1995, p. 1 109-1 123.

1147 FAO, “Contaminated water devastates health across the Aral Sea region”, News and Highlights, January 27, 1997 et SUSLOVA, A., “Saving women and children in drought-affected areas of Uzbekistan”, IFRC News, April 25, 2002.

1148 DUBROVSKAYA, E., “International doctors battle drying sea in Uzbek epidemic”, Eurasia Insight, April 25, 2002.

1149 “Pollution hurts health of 54 percent of Kazakh women”, RFE/RL, Newsline, March 15, 2001.

1150 Voir O’HARA, S., WIGGS, G., MAMEDOV, B., DAVIDSON, G., HUBBARD, R., “Exposure to airborne dust contaminated with pesticide in the Aral Sea region”, The Lancet, vol. 355, n° 9 204, February 19, 2000.

1151 Voir Caspian Environment Programme, Caspian Demographic Profile, CRTC “Human Sustainable Development & Health”, Ashgabat, February 2002 (www.caspianenvironment.org).

1152 “Quarter of Kyrgyz population has no pure drinking water”, AKIpress website in BBC, June 19, 2001.

1153 Chiffres cités in UNDP Tajikistan, National Human Development Report 1999, op. cit.

1154 The United Nations System in Turkmenistan, Common country assessment, SD, p. 28 (www.untuk.org/publications/reports/cca/index.html).

1155 UN Resident coordinator System Uzbekistan, Common country assessment of Uzbekistan, op. cit., p. 58.

1156 Voir FEWER, Early Warning Report on Ferghana, Osh, December 2001.

1157 BLANC, A., CARRIERE, P., « Caspienne (mer) » in Encyclopaedia Universalis, Corpus 5, Paris, 1990, pp. 37-39.

1158 D’après “Caspian Sea level down 50 centimeters in five years”, The Caspian (CEP e-bulletin), January 2002 (www.caspianenvironmmt.org/ebulletin12.htm).

1159 En Iran, il s’agit des provinces du Golestan, Mazandaran et de Gilan ; en Azerbaïdjan, des régions de Lenkaran, Guba-Khachmaz, Bakou et Soumgaït, et de Ali-Bairamiy ; en Fédération de Russie, de la République du Daghestan, de la République de Kalmoukie et de l’oblast d’Astrakhan ; au Kazakhstan, des oblasts de Mangistau et Atyrau, et au Turkménistan, du Velayat (Province) de Balkhan.

1160 RAVIOT, J.-R., « Environnement contre géopolitique : les enjeux écologiques dans la région Caspienne », op. cit., p. 78.

1161 Détails pour les pays riverains in Scientific, environmental, and political issues in the Circum-Caspian Region, edited by Michael H. Glantz and Igor S. Zonn, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, July 1997, 328 p.

1162 HILL, D., “Kazakhstan: Caspian Sea rise threatens cities, industries, oil fields”, RFE/RL, July 18, 1997.

1163 ZVIAGELSKAIA, I. D., NAUMKIN, V. V., “Non-Traditional Threats, Challenges and Risks in the Former Soviet South”, in Russia, The Caucasus and Central Asia. The 21st Century Security Environment, op. cit., p. 243.

1164 PARSHIN, K., “Severe water shortage hits Tajikistan”, Eurasia Insight, July 16, 2001.

1165 “Uzbekistan: Unicef warns of multiple health threats”, Irin, October 6, 2000 et ASHURALI-UGLI, M., “Uzbekistan: typhoid outbreak linked to water crisis”, Iwpr’s reporting Central Asia, n° 119, May 10, 2002.

1166 Voir le cas de la République kirghize in Kyrgyzstan. Common country assessment, prepared for the United Nations System in Kyrgyzstan by Anara Tabyshalieva in cooperation with the National Statistics Committee, Bishkek, 2001, pp. 97 et 99.

1167 Chiffre donné in ICG, “Central Asia: Water and Conflict”, Asia Report, n° 34, Osh/Brussels, May 30, 2002, p. 23. Voir KOHN, D., “Man-made drought wreaks havoc in Karakalpakstan”, Eurasia Insight, February 26, 2001.

1168 GAFIATULLINA, I., “Half a million Uzbeks fight to survive cold and hunger”, IFRC News, February 28, 2002.

1169 PLOTNIKOVA, R., “Spectre of famine over Tajikistan”, IFRC News, October 4, 2001.

1170 “Central Asian experts discuss regional water consumption”, Interfax, March 26, 2002.

1171 L’International Crisis Group notait dans un rapport récent que la moitié de l’eau utilisée pour l’irrigation était en fait perdue. Selon cette étude, la proportion de perte atteindrait 70 % au Tadjikistan, notamment en raison de l’évaporation. Le coût d’une modernisation des systèmes d’irrigation en Asie centrale a été évalué à 16 milliards de dollars. Les républiques sont incapables d’y faire face et en outre, le faible coût de l’eau, dont le prix réel n’est pas répercuté sur les agriculteurs, ne les incite pas non plus à prendre des mesures d’économie. Le blocage est ici en partie psychologique. Voir ICG, “Central Asia: Water and Conflict”, op. cit., p. 2. Sur le problème des coûts réels de l’eau voir WEGERICH, K., Water user Associations in Uzbekistan and Kyrgyzstan. Study on conditions for sustainable development, International Water Management Institute, Occasional Paper n° 32, August 2000, pp. 5-6.

1172 Voir le cas de l’irrigation en Ouzbékistan in THURMAN, M., “Irrigation management in Uzbekistan: economic inefficiencies, costs, and possible solutions”, Central Asia Monitor, n° 4, 1995. Récemment, le pouvoir ouzbek a décidé de déléguer la gestion de cette question au niveau local. La situation pourrait ainsi s’améliorer selon certains observateurs. Voir WEGERICH, K., The potentials for success: Uzbek heal water management, Water Issues Study Group, Occasional Paper n° 29, April 2001, 8 p. Pour le Turkménistan voir O’HARA, S. L. HANNAN, T., “Irrigation and water management in Turkmenistan: past systems, present problems and future scenarios”, Europe-Asia Studies, vol. 51, n° l, January 1999, pp. 21-41.

1173 Voir l’étude de HANNAN, T., O’HARA, S.L., “Managing Turkmenistan’s Kara Kum Canal: Problems and prospects”, Post-Soviet Geography and Economics, vol. 39, n° 4, 1998, pp. 225-235.

1174 Voir le cas du Turkménistan et les conséquences de la salinisation des sols pour l’agriculture dans ce pays in O’HARA, S. L., “Irrigation and land degradation: implications for agriculture in Turkmenistan, central Asia”, Journal of Arid Environments, vol. 37, n° 1, September 1997, pp. 165-179.

1175 ICG, “Central Asia: Water and Conflict”, op. cit., p. 28. Voir les différentes possibilités de conflits dans le bassin de l’Aral in KLÖTZLI, S., “The Water and soil crisis in Central Asia a source for future conflicts?”, ENCOP Occasional Paper, n° 11, Center for Security Policy and Conflict Research Zurich, Swiss Peace Foundation, Zurich, Berne, May 1994, p. 43 (www.fsk.ethz.ch/fsk/encop/11/en11-con.htm).

1176 Chiffres in Aquastat database (www.fao.org/waicent/faoinfo/agricult/agl/aglw/aquastat/dbase/index.htm).

1177 D’après Aquastat (Information system on water and agriculture), (www.fao.org/waicent/faoinfo/agricult/agl/aglw/aquastat/countries/index.htm).

1178 En Ouzbékistan, le désert du Kyzyl Kum, la steppe et les régions semi-arides couvrent 60 % du pays. Au Turkménistan, le désert du Kara Kum couvre pour sa part 80 % de la surface totale du pays. Enfin au Kazakhstan, les déserts et les steppes représentent également plus de 80 % de la superficie totale du pays.

1179 L’Amou Daria s’étend sur près de 2 500 km entre le glacier Vrevski dans l’Hindou-Kouch et la mer d’Aral. Ses principaux affluents sont la Panj, et la Vakhsh. Il ne reçoit plus guère d’eau ni du Zeravchan ni de la Kachkadaria. Le Syr Darya prend sa source dans les Tian Shan, traverse Ferghana puis le sud du Kazakhstan avant de rejoindre le nord-est de la mer d’Aral. Son cours s’étend sur 2 784 km si on prend en compte la plus longue des branches qui lui donnent naissance, la Naryn. Les ressources de l’Amou Daria ont été estimées à 76,69 km3 par an et celles du Syr Daria à 36,99 km3 par an. D’après Thesaurus, Encyclopaedia Universalis, Paris, 1990, p. 131 et p. 3 364 et Aquastat, General summary for the countries of the Former Soviet Union in (www.fao.org/waicent/faoinfo/agricult/agl/aglw/aquastat/regions/fussr/index.htm).

1180 Elle atteint 3 211 m3 par personne et par an dans le bassin de l’Amou Daria et 1 171 m3 par personne et par an dans le bassin du Syr Daria, contre 965 m3 par personne et par an dans le bassin de la Seine, 2 519 m3 par personne et par an dans le bassin du Danube et 1 396 m3 par personne et par an dans le bassin du Rhin et de la Meuse. Les chiffres proviennent de “Major watersheds of the world”, World resources 2000-2001, (www.wri.org). Voir RABALLAND, G., « L’eau en Asie centrale : entre interdépendance régionale et vulnérabilités nationales », Géoéconomie, Summer 2001, n° 18, p. 121.

1181 Norman Myers cité in idem, p. 121.

1182 “Tajikistan” in Aquastat, Country Profile, 1997, (www.fao.org/waicent/faoinfo/agricult/agl/aglw/aquastat/countries/index.htm).

1183 Voir BLAKE, R, “Central Asia’s ecological crisis: the aftermath of the cotton monoculture”, Harvard Asian Quarterly, Summer 1999 (www.fas.harvard.edu/~asiactr/haq/199903/9903a011.htm).

1184 ICG “Central Asia: Water and Conflict”, op. cit., p. 3. Selon l’ICG, le Turkmenistan envisage de mettre en valeur dans l’avenir 450 000 hectares supplémentaires, la République kirghize 230 000 hectares et le Tadjikistan 500 000 hectares.

1185 Aquastat (Information system on water and agriculture), General summary for the countries of the Former Soviet Union in (www.fao.org/waicent/faoinfo/agricult/agl/aglw/aquas-tat/regions/fussr/index.htm).

1186 En Ouzbékistan, on compte que le pays génère environ 9,54 km3d’eau/an pour une consommation totale estimée en 1994 à 58,05 km3.

1187 ADB, Key indicators 2001, Growth and change in Asia and Pacific, vol. 31, 2001, p. 50 (www.adb.org/Documents/Books/Key_Indicators/2001/default.asp).

1188 ICG Central Asia: Water and Conflict”, op. cit., p. 1.

1189 Idem, p. 7.

1190 Selon RABALLAND, G., « L’eau en Asie centrale : entre interdépendance régionale et vulnérabilités nationales », op. cit., p. 127.

1191 Idem, p. 128.

1192 Sur ces accords et les raisons de leur échec : ICG, “Central Asia: Water and Conflict”, op. cit., pp. 14-16.

1193 VOIR KHAMIDOV, A., “Water continues to be source of tension in Central Asia”, Eurasia Insight, October 23, 2001.

1194 ICG, “Central Asia: Water and Conflict”, op. cit., pp. 16-18.

1195 KOICHIEV, A., “Water games could leave central asia high and dry this summer”, Eurasia Insight, March 19, 2001 et KHAMIDOV, A., “Water continues to be source of tension in Central Asia”, op. cit.

1196 “Tajik-Uzbek cooperation accord signed”, BBC, February 14, 2002.

1197 D’après ICG, “Central Asia: Water and Conflict”, op. cit., pp. 21-22.

1198 Ce lac artificiel devrait être mis en place dans la dépression de Karashor, dans le désert du Kara Kum. Il pourrait couvrir une superficie de 3 460 km2 et atteindre une profondeur de 130 m. Le projet a été estimé à 6 milliards de dollars. D’après INSAROVA, K., “Tashkent ‘threatened’ by Turkmen reservoir”, Iwpr’s Reporting Central Asia, n° 105, February 22, 2002.

1199 ICG, “Central Asia: Water and Conflict”, op. cit., pp. 25-26.

1200 Idem, pp. 26-27.

1201 Voir le rapport sur la question de l’eau de Sarah O’Hara in Foreign Affairs Sixth Report, House of Commons, Session 1998-1999, Publications on the internet, Foreign Affairs Committee Publications, 20 July 1999. (www.publications.parliament.uk) et TURSUNZOD, A., “Water shortage in Central Asia: is there a way out?”, The Analyst, September 26, 2001.

1202 La question de l’eau se pose en fait pour toute l’Asie. Voir HENNING, J., “Water: Potential Spark of Asian Regional Conflict”, The Analyst, May 24, 2000.

1203 PINDARE, Olympique, texte établi et trad. par Aimé Puech, Paris, Les Belles Lettres, 1922, xxix-159 p.

1204 STANLEY, B., “Kazakstan accused of sacrificing health, environment to boost oil earnings”, Associated Press, December 10, 2001.

1205 OLCOTT, M. Brill, UDALOVA, N., Drug Trafficking on the Great Silk Road: The Security Environment in the Central Asia, Russian and Eurasian Program, Carnegie Endowment for International Peace, Working Papers, n° 11, March 2000, p. 23.

1206 Voir sur ce phénomène de « zones grises », Grey area phenomena: confronting the new world disorder, edited by Max C. Manwaring, Boulder, Westview Press, 1993, xx-198 p.

1207 VASSILENKO, I., “Features of Conducting Harm Reduction Programs for Intravenous Drug Users in Central Asia”, Eurasia Policy Forum, March 1, 2001.

1208 OLCOTT, M. Brill, UDALOVA, N., Drug Trafficking on the Great Silk Road: The Security Environment in the Central Asia, op. cit., p. 10.

1209 UNODCCP, World Drug Report 2000, New York, United Nations Publication, 2000, p. 31.

1210 OGD (Observatoire géopolitique des drogues), La géopolitique mondiale des drogues 1998/1999, Rapport annuel, Avril 2000, p. 37.

1211 Interpol, World-wide cannabis traffic in (www.interpol.int/Public/Drugs/cannabis/default.asp).

1212 D’après Office des Nations Unies pour le contrôle des drogues et la prévention du crime (ci-après UN ODCCP), Global Illicit Drug Trends 1999, New York, United Nations Publication, 1999.

1213 Voir sur ces deux espaces CHOUVY, P.-A., Les territoires de l’opium : géopolitique dans les espaces du Triangle d’Or et du Croissant d’Or, Genève, Olizane, Septembre 2002, 539 p. Concernant l’histoire de l’opium voir : BOOTH, M., Opium: a history, New York, St. Martin’s Press, 1998, xii-381 p.

1214 MCCOY, A.W., The politics of heroin: CIA complicity in the global drug trade, 1st ed., Brooklyn, NY, Lawrence Hill Books, 1991, xx-634 p. et COOLEY, J. K., CIA et Jihad. 1950-2001. Contre l’URSS, une désastreuse alliance, Paris, Edition Autrement, Frontières, 2002, 287 p. Ayoub Afridi, déjà inquiété aux États-Unis, a été condamné à 7 ans de prison en novembre 2001 au Pakistan pour trafic de drogue, mais il a été remis en liberté peu après. Voir “Ayub Afridi sentenced to 7-year RI”, The Dawn, November 29, 2001 et SHAHZAD, S.S., “US turns to drug baron to rally support”, Asia Times, December 4, 2001.

1215 COOLEY, J. K., CIA et Jihad. 1950-2001, op. cit, pp. 138-139.

1216 RASHID, A., L’Ombre des taliban, op. cit., p. 159.

1217 V UN ODCCP, Tendances mondiales des drogues illicites 2001, New York, Publication des Nations Unies, 2001, p. 34.

1218 Voir ABOU ZAHAB, M., « Pakistan : d’un Narco-État à une “sucess story” dans la guerre contre la drogue ? », CEMOTI, n° 32, juillet-décembre 2001, pp. 141-158.

1219 UN ODCCP, Tendances mondiales des drogues illicites 2001, op. cit., pp. 36-37. Voir UNDCP, “An analysis of the process of expansion of opium poppy cultivation to new districts in Afghanistan”, Strategic Study n° 1, June 1998 (www.undcp.org/pakistan/report_1998-06-31_1.html) ; UNDGP, The dynamics of the farmgate opium trade and the coping strategies of opium traders”, Strategic Study n° 2, October 1998, (www.undcp.org/pakistan/report_1998-10-31_1.html) ; UNDCP, “The role of opium as a source of informal credit”, Strategic Study n° 3, January 1999, (www.undcp.org/pakis-tan/report_1999-0T31_1.html) ; UNDCP, “Access to labour: the role of opium in the livelihood strategies of itinerant harvesters working in Helmand Province, Afghanistan”, Strategic Study n° 4, June 1999 (www.undcp.org/pakistan/report_1999-06-30_1.html).

1220 UN ODCCP, Tendances mondiales des drogues illicites 2001, op. cit., p. 35.

1221 Idem, p. 64. et UNDCP, Afghanistan. Opium Poppy Survey 2002. Pre-Assessment, February 2002, p. 1.

1222 A propos de l’implication des taliban dans le trafic de l’opium et des revenus que ces derniers auraient tirés de ce commerce, contrairement peut être à une version trop vite répandue dans les médias, le Transnational Institute notait récemment que “[the] Taleban has levelled the ‘usher’ 10 % tax on all agricultural production including opium, and sometimes manages to collect additional taxes from traders. […] This would bring Taleban earnings for the top year at somewhere between USD 30-45 million. […] Since the ban, Taleban earnings from opium were practically down to zero. […] The figures are very low compared to the many billions that are earned higher up in the commodity chain with trafficking and street sale of processed heroin. There are no examples documented that connect the Taleban directly with international heroin trafficking”, in TNI, “Merging Wars. Afganistan, Drugs and Terrorism”, Drugs and Conflict Debate Paper, n° 3, November 2001 (www.tni.org/drugs/index.htm). Egalement, Association d’Etudes Géopolitique des Drogues, « Afghanistan : Les taliban et la drogue », Lettre internationale des drogues, n° 1, Octobre 2001, pp. 1-2.

1223 COOLEY, J. K., CIA et Jihad. 1950-2001, op. cit., p. 156.

1224 UN ODCCP, Tendances mondiales des drogues illicites 2001, op. cit., p. 38.

1225 Idem, p. 64.

1226 Détails de la production d’opium par province entre 1994 et 2000 in Idem, p. 40.

1227 Idem, p. 34.

1228 Idem, p. 38.

1229 Idem, p. 32.

1230 GLEASON, G., “Central Asian ‘Razborka’: fallout from Afghanistan’s opium ban”, Eurasia Insight, May 29, 2001.

1231 NAÏM, M., « La culture du pavot reprend en Afghanistan », Le Monde, 18 décembre 2001.

1232 ICG, “Central Asia: Drugs and Conflict”, Asia Report, n° 25, Osh/ Brussels, November 26, 2001, p. 4.

1233 Idem, p. 4.

1234 Congressional Testimony, Statement by Asa Hutchinson Administrator, Drug Enforcement Administration, before the House Government Reform Committee, Subcommittee on Criminal Justice, Drug Policy, and Human Resources, October 3, 2001 in (www.usdoj.gov:80/dea/pubs/cngrtest/ct100301.html).

1235 UNDCP, Afghanistan, Opium supply survey 2001, October 16, 2001, p. III et 12 in (www.undcp.org/pakistan/report_2001-10-16_1.pdf).

1236 AHMAD, F., “Taliban’s collapse may trigger rise in heroin trade: experts”, The Dawn, December 9, 2001.

1237 ICG, “Central Asia: Drugs and Conflict”, op. cit., p. 4.

1238 Détails in “Women and drugs in Tajikistan”, Eurasia Policy Forum, February 20, 2001 (www.eurasianet.org).

1239 Voir LABROUSSE, A., ALLIX, S., VIELMINI, F., « Les drogues en Asie centrale : héritage et innovations », La revue internationale et stratégique, n° 34, été 1999, pp. 102-103.

1240 Cité in UN ODCCP, Tendances mondiales des drogues illicites 2001, op. cit., p. 95.

1241 Congressional Testimony, Statement by Asa Hutchinson Administrateur, op. cit. C’est également l’opinion du directeur du Programme des Nations unies pour le contrôle international des drogues (PNUCID) en Afghanistan, Bernard Frahi, qui a déclaré en juin 2002 qu’entre « 70 et 90 pour cent de l’héroïne qui se retrouve sur le marché européen vient d’Afghanistan » in « L’Afghanistan, toujours premier fournisseur d’héroïne en Europe », AFP, 25 juin 2002.

1242 Un ODCCP, Tendances mondiales des drogues illicites 2001, op. cit., p. 41.

1243 Une fois récoltée la résine d’opium obtenue par incision des capsules de pavot, est transformée en morphine. La morphine base doit alors subir cinq étapes avant d’être convertie en héroïne. Cette opération requiert l’utilisation d’un « précurseur » chimique, l’anhydride acétique. Le trafic de ce produit fabriqué en Asie centrale s’est également développé au cours des années 1990. Détails sur le processus de transformation de l’opium in COOLEY, J. K., CIA et Jihad. 1950-2001, op. cit., pp. 144-145.

1244 Voir les différentes routes depuis l’Afghanistan, à travers l’Iran vers la Turquie ou d’autres destinations comme l’Irak, le golfe Persique, le Koweït ou le Turkménistan in UN ODCCP, Country Profile: Islamic Republie of Iran, (www.odccp.org:80/iran/country_profile_page002.html). Egalement la route iranienne in GOUVERNEUR, C, « Sur les routes de l’opium afghan », Le Monde diplomatique, mars 2002, pp. 6-7.

1245 République islamique aurait ainsi déployé environ 42 000 hommes le long de sa frontière avec le Pakistan et l’Afghanistan, mis en place un réseau d’observation (200 postes) et renforcé sa législation anti-drogue. En Iran, les trafiquants risquent la peine de mort pour détention de drogue à partir de 30 grammes d’héroïne ou de 5 kilos d’opium. En 2000, 269 259 individus ont été arrêtés en Iran dans le cadre d’affaires liées à la drogue (121 742 ont été inculpés pour trafic et 144 578 pour consommation de drogue). Environ 75 % des inculpés étaient accusés dans le cadre d’affaires liées au commerce de l’opium. 60 % des détenus en Iran sont emprisonnés pour des violations de la législation anti-drogue. Détails sur la situation du trafic en Iran et sur les contre-mesures juridiques adoptées par la République islamique en matière de lutte contre le trafic de la drogue, UN ODCCP, Country Profile: Islamic Republic of Iran, (www.odccp.org:80/iran/country_profile_new.html).

1246 DINMORE, G., “Afghan general targets desert traffickers”, Financial Times, January 9, 2002.

1247 UN ODCCP, Tendances mondiales des drogues illicites 2001, op. cit., p. 102 et ICG, “Central Asia: Drugs and Conflict”, op. cit.

1248 ODCCP, Tendances mondiales des drogues illicites 2001, op. cit., p. 116 et ICG, “Central Asia: Drugs and Conflict”, op. cit..

1249 Selon le UN ODCCP, les routes principales du trafic de la drogue entre le Tadjikistan et la République kirghize sont les suivantes : “1) Kyzyl-Art route covers Khorog-Osh Road and adjacent areas close to the border in the Murghab district of the Gorno-Badakhshan Province; 2) Altyn-Mazar route starts from the Raushan plateau, continues through the ravines of the Zaalay range, and into the Chon-Alay valley; 3) Batken route -starts in the Jergatal and Garm districts of Tajikistan and continues into the Batken and Kadamjay districts of Osh and the Bat-ken Provinces of Kyrgyzstan; 4) Leninabad route includes all highxoays from the Lyailyak district and adjacent areas to the Uzbekistan province center” in UN ODCCP, Kyrgyzstan: Country Profile, (www.odccp.org:80/uzbekistan/country_profile_kyr.html).

1250 ICG Central Asia: Drugs and Conflict”, op.cit., p. 5.

1251 Association d’Etudes Géopolitique des Drogues, “Tadjikistan: Le narco-express Duchanbé-Moscou”, Lettre internationale des drogues, Janvier 2001, p. 3.

1252 STERN, D., “Young men risk death on drugs train to Europe”, Financial Times, January 2002.

1253 ICG, “Central Asia: Drugs and Conflict”, op.cit., p. 6.

1254 SHPAKOVA, S., “A war against drug trafficking in Kyrgyzstan”, The Analyst, April 25, 2001.

1255 ICGCentral Asia: Drugs and Conflict”, op. cit., p. 6.

1256 “Tajik Officials detail drug-trafficking problems”, Asia-Plus news agency, Dushanbe, BBC Monitoring Service, February 5, 2001.

1257 International Narcotics Control Strategy Report, 1999, Released by the Bureau for International Narcotics and Law Enforcement Affairs, US Department of State Washington, DC, March 2000 in (www.state.gov/www/global/narcotics_law/1999_narc_report/europ99_part6.html).

1258 Heroin found in Tajik ambassador’s car in Kazakhstan”, Interfax-Kazakhstan, May 22, 2000.

1259 “10 kilos of heroin seized from Tajik Trade Representative’s garage in Almaty”, Interfax-Kazakhstan, May 23, 2000.

1260 “Tajik Ambassador to Kazakhstan returns ‘temporarily’ to Dushanbe”, RFE/RL Newsline, June 5, 2000.

1261 “Tajik border guard official arrested for drug offense”, RFE/RL Newsline, April 23, 2002.

1262 Voir “Tajik president sacks more border guard officials”, RFE/RL Newsline, January 22, 2002 et “Purge of Tajik border guards continues”, RFE/RL Newsline, February 26, 2002.

1263 PEUCH, J.-C., “Central Asia: charges link Russian military to drug trade”, RFE/RL, June 8, 2001.

1264 Voir la situation dans l’extrême-orient russe in KATTOULAS, V., “Russian Far East. Crime Central”, FEER, May 30, 2002.

1265 ICG,Central Asia: Drugs and Conflict”, op. cit., p. 6.

1266 Idem, p. 9.

1267 “Turkmen drug trafficking”, RFE/RL Corruption and crime watch, vol. 2, n° 12, March 28, 2002 et SAFRONOV, R., “Turkmenistan’s Niyazov implicated in drug smuggling”, Eurasia Insight, March 29, 2002.

1268 ICG, “Central Asia: Drugs and Conflict”, op. cit., p. 7.

1269 OGD, Atlas mondial des drogues, PUF, Paris, 1996, p. 182.

1270 OGD, La géopolitique mondiale des drogues 1998/1999, op. cit., p. 38.

1271 PAOLI, L., Illegal Drug Trade in Russia, Final Report, Max Planck Institute For Foreign And International Criminal Law, Freiburg, October 2000 in (www.odccp.org:80/russia/report_2000-10-31_1_page.006.html).

1272 L’ECO a ainsi adopté, le 11 mai 1996, le Plan de l’ECO pour le contrôle des drogues qui fournit un cadre pour la coopération au niveau régional entre ses États membres ainsi qu’avec le PNUCID. En ce qui concerne le « Groupe 6+2 » qui réunit les voisins de l’Afghanistan ainsi que la Fédération de Russie et les États-Unis, les États membres ont décidé d’adopter un Plan d’action régional en septembre 2000. Selon le PNUCID, ce Plan d’action régional “would provide a framework of cooperation among the six states bordering Afghanistan, the US and the Russian Federation, and the UNDCP for improved regional dialogue and counter-narcotics measures”. Voir détails in “A Regional Action Plan adopted by ‘Six plus Two’ Group in New York on 13 September 2000” in (www.undcp.org/uzbekistan/actionplan.html). Toujours sur le plan régional, le Tadjikistan est lié à la Russie, au Kazakhstan, à la République kirghize, à l’Ouzbékistan et à la Chine dans la lutte contre le trafic de la drogue. Si la coopération entre Douchanbé et Bichkek est jugée satisfaisante, celle avec l’Ouzbékistan serait plus problématique. La question de la coopération régionale contre le trafic de drogue est également abordée dans le cadre des réunions de l’Organisation de coopération de Shanghai mais, selon l’International Crisis Group, elle serait en fait minimale. De même, la coopération entre l’Iran et les républiques d’Asie centrale n’aurait guère avancé.

1273 Voir ICG, “Central Asia: Drugs and Conflict”, op. cit., pp. 17-21. Voir les critiques concernant l’action du PNUCID et des États-Unis en matière de lutte anti-drogue en Asie centrale et en Afghanistan in LUBIN, N., KLAITS, A., BARSEGIAN, I., Narcotics Interdiction in Afganistan and Central Asia: Challenges for International Assistance, New York, Open Society Institute, Central Eurasia Project and Network Women’s Program, 2002, pp. 7 et ss. En ce qui concerne l’Union européenne, un rapport présenté à la chambre des Communes à Londres remarquait que “the EU Central Asia Drugs Initiative (CADI), launched at the Dublin Furopean Council in 1996 to assist the countries of Central Asia in tackling the trade in drugs, had not yet been implemented. [...] despite two visits to the region by Commission officials in 1997, the assistance recommended for delivery through Tacis ‘has been slow to get off the ground’, though the Minister told us that the programmes were to be implemented in June 1999. [...] In view of the perceived inefficacy of Tacis programmes, the Government should press the European Commission to seek alternative and more effective mechanisms to support Central Asian drugs programmes. We also heard in Tashkent that the remit of CADI was likely to lead to duplication of the expert work being developed by ODCCR [...] We urge the Government to ensure that EU programmes in the field of drug control in Central Asia are implemented in a timely and effective fashion. In particular, such programmes should not waste resources in duplicating efforts undertaken by other national or multilateral organisationsin Foreign Affairs Sixth Report, House of Commons, op. cit.

1274 OGD, La géopolitique mondiale des drogues 1998/1999, op. cit., p. 37.

1275 Voir MAKARENKO, T., “Kyrgyzstan and Global Trade”, Eurasia Insight, sd.

1276 “Tajik Officials detail drug-trafficking problems”, op. cit.

1277 OGD, La géopolitique mondiale des drogues 1998/1999, op. cit., p. 38.

1278 Idem, p. 38.

1279 MAKARENKO, T, “Drugs in Central Asia: Security implications and political manipulations”, CEMOTI, n° 32, juillet-décembre 2001, p. 94.

1280 ALLIX, S., « Sur les pistes du Croissant d’or », Le Monde diplomatique, avril 1996, p. 22.

1281 Voir ABDRISAEV, B., “Drugs, a threat to Central Asian Security”, The Analyst, March 15, 2000.

1282 Voir l’analyse in MAKARENKO, T., “Crime and terrorism in Central Asia”, Jane’s Intelligence Review, vol. 12, n° 7, July 2000, pp. 16-17 et MAKARENKO, T., “Drugs in Central Asia: Security implications and political manipulations”, op. cit., pp. 99-106.

1283 Voir ICG, “Central Asia: fault lines in the new security map”, Asia Report, n° 20, Osh/ Brussels, July 4, 2001, 24 p.

1284 Voir RASHID, A., Asie centrale, champ de guerres. Cinq républiques face à l’islam radical, op. cit., pp. 142-165.

1285 GOUVERNEUR, C., « Sur les routes de l’opium afghan », op cit.

1286 Nancy Lubin in “Central Asia expert calls for review of regional drug interdiction efforts”, Eurasia Insight, February 11, 2002.

1287 Au Kazakhstan par exemple, deux tiers des 80 000 à 90 000 prisonniers du pays seraient incarcérés pour crimes liés à la drogue. Cité in MAITLAND, J. A., “Summary of fact finding mission to Kazakhstan”, Peak Options Consulting for Soros Foundation, Open Society Institute, International Harm Reduction Development Program, Eurasia Policy Forum, March 1, 2001.

1288 LABROUSSE, A., ALLIX, S., VIELMINI, F., « Les drogues en Asie centrale : héritage et innovations », op. cit., p. 106.

1289 D’après OGD, La géopolitique mondiale des drogues 1998/1999, op. cit., p. 39 ; également LABROUSSE, A., ALLIX, S., VIELMINI, F., « Les drogues en Asie centrale : héritage et innovations », op. cit., pp. 107-108.

1290 Cité in OLCOTT, M. Brill, UDALOVA, N., Drug Trafficking on the Great Silk Road: The Security Environment in the Central Asia, op. cit., p. 24.

1291 “Tajikistan-Kirgizstan: Heroin contributes to social collapse”, The Geopolitical Drug Dispatch, n° 92, June 1999, p. 6.

1292 Voir dans le cas du Tadjikistan, NAZAROVA, S., “Tajikistan faces addiction crisis”, Iwpr’s Reporting Central Asia, n° 121, May 24, 2002.

1293 “Turkmen drug trafficking”, op. cit.

1294 D’après PONCE, R., “Rising heroin abuse in Central Asia raises threat of public health crisis”, Eurasia Insight, March 29, 2002.

1295 OLCOTT, M. Brill, UDALOVA, N., Drug Trafficking on the Great Silk Road: The Security Environment in the Central Asia, op. cit., p. 16.

1296 UN ODCCP, Country Profile: Islamic Republic of Iran, op. cit.

1297 PAOLI, L., Illegal Drug Trade in Russia, op. cit., p. 5.

1298 Voir CHOUVY, P.A., « Narcotrafic, héroïnomanie et diffusion du sida en Asie », PEDDRO, n° 4, décembre 2001, pp. 13-15, (www.pachouvy.org/peddro.html).

1299 ONUSIDA, « Le point sur l’épidémie de sida 2001 », Novembre 2001, (usinfo.state.gov/regional/af/usafi/french/f1112902.htm).

1300 Chiffres cités in BLUA, A., “Central Asia: HIV/AIDS in Central Asia, increased drug use spurring epidemic (Part 1)”, RFE/RL, April 30, 2002.

1301 CHOUVY, P. A., “Narcotrafic, héroïnomanie et diffusion du sida en Asie”, op. cit.

1302 ONUSIDA, « L’effondrement des structures en Europe de l’Est ouvre la porte à une rapide propagation du VIH/SIDA parmi les jeunes », Note d’Information, 12 mai 1999, (www.unaids.org).

1303 Idem ; également M1KKELSEN, H., “Building expanded responses to HIV/Aids and injecting drug use in Central Asia”, Eurasia Policy Forum, March 1, 2001.

1304 BUZURUKOV, A., “HIV/AIDS epidemic: time is running out for Central Asia”, The Analyst, April 10, 2002.

1305 ABDRISAEV, B., in CACI Forum Summary, “Drugs, a threat to Central Asian Security”, op. cit.

1306 MAKARENKO, T., “Crime and terrorism in Central Asia”, op, cit., p. 17.

1307 « La chute des taliban a relancé la culture de l’opium », AFP, 31 décembre 2001.

1308 RECKNAGEL, G, “Opium poppy crisis looms with no solution in sight”, RFE/RL, March 7, 2002.

1309 KRUSHELNYCKY, A., “Farmers face choice of poppies or poverty”, RFE/RL, April 22, 2002.

1310 SYNOVITZ, R., “Despite violence, opium eradication continues”, RFE/RL, April 11, 2002 et « Dans le Helmand, les cultivateurs de pavot font de la résistance », Le Figaro, 18 avril 2002.

1311 « Les Américains entrent dans la bataille contre l’opium en Afghanistan », AFP, 17 avril 2002.

1312 UNDCP, Afghanistan. Opium Poppy Survey 2002. Pre-Assessment, op. cit.

Table des illustrations

Titre 45. Les frontières de l’Afghanistan898
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 46. Les groupes ethniques en Afghanistan en 1978900
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1141/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre La vallée du Ferghana
Légende D’après “Central Asia”, Nelles Map, München
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1141/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre 47. Les atteintes à la biodiversité en Asie centrale1134
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1141/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre 48. Espérance de vie, mortalité infantile et tuberculose en Asie centrale1144
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1141/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre 49. Les précipitations en Asie centrale1176
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1141/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 50. Utilisation de l’eau et agriculture en Asie centrale1185
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1141/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 51. Afghanistan, la production d’opium1221 (en tonnes)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1141/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 52. Saisies d’opium (brut et préparé) en Asie centrale 1994-20001247 (en kilogrammes)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1141/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 53. Saisies d’héroïne en Asie centrale en 1994-20001248 (en kilogrammes)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1141/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Freemium

Offert par