Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géopolitique de la nouvelle Asie centrale

 | 
Mohammad-Reza Djalili
, 
Thierry Kellner

III. Réalignement stratégique

Texte intégral

1. De la recomposition géopolitique : un nouveau « Grand Jeu » ?

a. La Russie et la nouvelle Asie centrale

« D’ordinaire les empires conquérants meurent d’indigestion »
Victor Hugo

  • 178 Il faut entendre le terme de « sécurité », dans un sens plus large que le cadre traditionnel de la (...)
  • 179 Voir BAKSHI, J., “Russian Policy Towards Central Asia. Part II”, Strategic Analysis, vol. XXII, n°  (...)
  • 180 Voir Russia’s National Security Concept”, Arms Control Today, vol. 30, n° l, January/February 2000 (...)
  • 181 Pour Walt, la « sécurité » est concernée par la menace, l’utilisation et le contrôle de la force mi (...)
  • 182 La « conception de sécurité nationale » considère ainsi comme une menace fondamentale sur la Russie (...)
  • 183 ATKIN, M., “The rhetoric of islamophobia”, Central Asia and the Caucasus, n° l, 2000, pp. 123-132.

1Étant donné la position géographique particulière qu’occupe l’Asie centrale par rapport au territoire de la Fédération de Russie, Moscou entend tout d’abord protéger sa sécurité178. Du point de vue stratégique, les républiques d’Asie centrale bordent le sud du territoire russe, le long de ce que l’on peut appeler le « ventre mou » de la Russie. La vulnérabilité de son flanc sud rend le gouvernement russe soucieux d’éviter toute pénétration d’une autre puissance dans cette région. La croissance potentielle de l’influence de l’Iran, du Pakistan, de la Turquie, de la Chine et surtout des États-Unis, de l’Europe et de l’Otan constitue autant de menaces auxquelles la Russie est très attentive179. Dans la « conception de sécurité nationale » adoptée en janvier 2000, Moscou mentionne comme une menace pesant sur sa sécurité nationale dans la sphère internationale, les tentatives exercées par d’autres États “to oppose the strengthening of Russia as one of the influential centres of a multipolar world, to hinder the exercise of its national interest and to weaken its position in Europe, the Middle East, Transcaucasus, Central Asia, and the Asia Pacific Region180. L’Asie centrale, en tant que région géographique, se situe donc au cœur des préoccupations stratégiques de Moscou. La Russie est particulièrement sensible à l’action des États-Unis et de l’Otan dans cette zone. Outre cette crainte fondamentale de la Russie de voir d’autres puissances pénétrer l’Asie centrale, Moscou perçoit la propagation de l’islamisme radical dans la région comme une menace essentielle sur sa sécurité prise dans son sens traditionnel, c’est-à-dire d’un point de vue militaire181. Les analystes russes se sont toujours inquiétés des conséquences possibles que les conflits afghan et tadjik pourraient avoir sur l’Asie centrale. Ils craignent en effet qu’ils ne débordent sur les autres républiques centrasiatiques avant d’atteindre le territoire de la Fédération de Russie qui abrite une forte minorité musulmane au Tatarstan, dans le nord du Caucase et au Bashkortostan182. A Moscou, on a développé une version russe de la théorie des dominos selon laquelle la contagion de l’islamisme radical gagnerait le territoire de la Fédération après avoir infecté l’ensemble de l’Asie centrale. Cette crainte du fondamentalisme islamique, bien que réelle chez certains, fait cependant l’objet de manipulations183. Elle est en effet instrumentalisée pour fournir une couverture aux ambitions néo-impériales de Moscou dans la région. Sur le plan militaire, la Russie est intervenue au Tadjikistan dans le cadre de la guerre civile qui s’y est déroulée. Officiellement, Moscou continue d’assurer la protection de la frontière entre ce pays et l’Afghanistan afin d’éviter la contagion du radicalisme islamique. Son déploiement militaire au Tadjikistan permet également à Moscou de rester physiquement présente en Asie centrale et d’y entretenir son influence.

  • 184 TROFIMENKO, H., Russian National Interests and the Current Crisis in Russia, Aldershot, Ashgate, 19 (...)

2Aux yeux de nombreux analystes russes, la défense des frontières extérieures de la CEI constitue la première ligne de défense de la Russie elle-même184. L’Asie centrale est donc considérée comme un maillon important du périmètre de sécurité russe. C’est pourquoi Moscou a mis l’accent sur la poursuite des liens militaires avec les nouvelles républiques. Cependant, son succès dans ce domaine est mitigé. Si outre le Tadjikistan, elle a assuré un temps sa présence militaire au Kazakhstan et en République kirghize, l’Ouzbékistan, qui caresse également des ambitions régionales en Asie centrale, a pour sa part refusé l’établissement de bases russes sur son territoire. Le Turkménistan ne comptait quant à lui que des gardes frontières russes faisant fonction de conseillers.

  • 185 Voir ROY, A., “The military and political security landscape in Russia and the South”, in Russia, T (...)
  • 186 Détails in ZAGORSKI, A., “Traditional Russian security interests in the Caucasus and Central Asia” (...)
  • 187 Pour des raisons historiques et géographiques, la délimitation de la frontière entre la Russie et l (...)
  • 188 Détails in ZAGORSKI, A., “Traditional Russian security interests in the Caucasus and Central Asia” (...)
  • 189 Voir ELEUKENOV, D., “Perspectives on security in Kazakhstan”, in Crossroads and conflict. Security (...)

3En matière de sécurité au sens militaire du terme, la Russie est particulièrement concernée par ses relations avec le Kazakhstan voisin. Pour Moscou, le territoire kazakh joue un rôle très important dans la défense du territoire russe. Ce pays constitue en effet une zone tampon, une sorte de bouclier stratégique destiné à protéger le territoire russe en cas d’instabilité en Asie centrale mais aussi dans l’éventualité d’une dégradation des relations avec la Chine185. Au regard de la défense du territoire russe, la présence militaire de Moscou au Kazakhstan répond aussi à son besoin de maintenir l’accès à certaines installations stratégiques (cosmodrome de Baïkonour, système de première alerte de Balkhash et centre d’essai de missiles de Sary Saghan) essentielles pour surveiller d’éventuels lancements de missiles provenant du sud ou de la Chine186. De nombreux observateurs russes pensent également que l’établissement d’une nouvelle ligne de défense le long de la frontière kazakhe est irréalisable, étant donné la longueur de cette frontière et les coûts qu’un tel programme entraînerait pour une économie russe déjà précaire187. Cette situation implique donc le maintien d’une coopération militaire étroite avec Astana. C’est pour ces raisons que la Russie a conclu avec le Kazakhstan un traité d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle dont l’article 3 prévoit que les deux États coopéreront pour développer une défense commune. Ce traité a été complété par un accord bilatéral concernant la coopération militaire en mars 1994. Cette politique russe se heurte cependant à la volonté d’Astana de ne pas tomber sous la coupe de Moscou. C’est pourquoi la mise en œuvre de ces accords n’a guère progressé188. Le Kazakhstan cherche en fait à diversifier sa coopération militaire avec d’autres pays ou organisations régionales comme l’Otan pour contrebalancer cette pression russe189.

4En ce qui concerne les intérêts économiques de la Russie dans la zone, il faut relever le fait que ce pays dépend peu de l’Asie centrale. Au contraire, les économies d’Asie centrale sont davantage dépendantes de leurs relations avec la Russie. Dans le domaine de l’énergie, les productions de la région ne sont pas vitales pour Moscou. En tant que fournisseur, mais aussi marché pour ses productions, et malgré la forte dépendance de cette région vis-à-vis de Moscou avant 1991, seul le Kazakhstan, parmi les cinq républiques d’Asie centrale, joue encore un rôle relativement important dans le commerce extérieur de la Russie. En 1998, les échanges avec Astana représentaient 4,4 % des importations de Moscou et 2,7 % de ses exportations.

5Ainsi donc, dans le domaine économique, depuis l’indépendance des nouvelles républiques, Moscou a vu son influence s’amenuiser, non seulement du fait de l’entrée en scène de concurrents puissants en Asie centrale, mais aussi en raison de sa propre négligence. La Russie a en effet orienté sa politique à l’égard des ces républiques surtout sur l’aspect militaire des relations plutôt que sur l’essor des liens économiques, alors qu’elle jouissait dans ce domaine d’avantages dont elle aurait pu tirer profit. Si la Russie demeure un partenaire non négligeable pour les États de la zone, son importance dans le commerce extérieur des républiques centrasiatiques tend cependant à décroître progressivement comme le montrent les tableaux ci-dessous.

  • 190 IMF, Direction of trade Statistics Yearbook, Washington DC, 2001.

9. Évolution de la part de la Russie dans les exportations des républiques d’Asie centrale 1992-2000190

9. Évolution de la part de la Russie dans les exportations des républiques d’Asie centrale 1992-2000190
  • 191 Idem.

10. Évolution de la part de la Russie dans les importations des républiques d’Asie centrale 1992-2000191

10. Évolution de la part de la Russie dans les importations des républiques d’Asie centrale 1992-2000191

6L’érosion relative de la position économique de la Russie en Asie centrale pourrait se poursuivre dans l’avenir. Comme l’a montré la crise financière de l’été 1998, les républiques centrasiatiques demeurent encore sensibles à la conjoncture économique russe. Les leçons qu’elles ont tirées de cette crise les invitent à accroître leurs efforts pour réduire davantage la part de Moscou dans leurs échanges, afin d’échapper aux turbulences potentielles qui pourraient affecter l’économie de la Russie.

  • 192 GRAHAM, TE., “Russia’s Foreign Policy” in Où va la Russie, Proceedings, Symposium de l’Institut Roy (...)
  • 193 Détails in ZUBAREVICH, N., FEDOROV, Y., “Russian-Southern Economic Interaction”, in Russia, The Cau (...)
  • 194 Traditionnellement, la sécurité économique d’un État est mesurée par son degré de dépendance à l’ég (...)

7De manière générale, Moscou n’a pas les moyens de rivaliser en matière économique avec les pays occidentaux, le Japon ou d’autres pays asiatiques. Un ordre de grandeur suffit à rappeler la supériorité écrasante dont ces derniers disposent dans ce domaine : en 1998, le PNB de la Russie représentait 5 % du PNB américain192. Difficile de rivaliser dans ces conditions. En ce qui concerne les investissements, la Russie ne peut offrir d’alternative aux capitaux occidentaux. D’autre part, Moscou manque également des technologies modernes dont les États d’Asie centrale ont besoin pour la production de biens de consommation courante ou pour l’extraction de leurs hydrocarbures. Pour la Russie, le Kazakhstan demeure néanmoins un fournisseur important pour certaines entreprises russes dépendantes de ses productions minérales (chrome, zinc, manganèse, titane, plomb, uranium, bauxite...). Cette dépendance ne doit cependant pas être trop exagérée. Dans le domaine des communications, l’indépendance du Kazakhstan gêne également Moscou. En effet, les principales routes reliant la Russie d’Europe aux régions orientales du pays traversent le territoire du Kazakhstan. La ligne principale du transsibérien parcourt environ 100 km au Kazakhstan, alors que les deux autres lignes de ce chemin de fer entre la Russie d’Europe et la Sibérie, situées plus au sud encore, traversent respectivement 700 km et 1 200 km de territoire kazakh. En somme, le trafic entre les parties occidentales et orientales de la Russie dépend du Kazakhstan. La même constatation vaut pour la transmission de l’électricité entre ces deux parties du territoire russe193. C’est donc davantage le Kazakhstan que l’Asie centrale dans sa totalité qui intéresse Moscou en terme de sécurité économique194.

  • 195 Voir l’étude de ce problème in idem, pp. 132-138.
  • 196 Voir infra.

8Si l’économie russe ne dépend pas véritablement de l’Asie centrale, on peut toutefois noter que les perspectives d’exploitation des richesses du bassin de la Caspienne – c’est-à-dire essentiellement celles du Kazakhstan, de l’Azerbaïdjan et du Turkménistan –, pourraient néanmoins l’affecter. Les productions caspiennes pourraient effectivement entrer en concurrence avec celles de la Russie sur le marché international de l’énergie195. Cette perspective inquiète Moscou : 40 à 45 % des recettes en devises proviennent en effet de ses exportations de pétrole et de gaz. Bien que cette situation ne se soit pas encore concrétisée totalement, la Russie ne peut toutefois pas se désintéresser de ce problème. C’est pourquoi elle a pesé de tout son poids depuis le milieu des années 1990 pour s’assurer que les productions de la Caspienne soient transportées à travers son territoire. Cette situation lui permettrait de tirer les bénéfices économiques du passage des infrastructures (droit de transit, investissement, etc.) ainsi que de contrôler les flux en cas de nécessité. Elle assurerait ainsi la pérennisation de son influence sur la région. Ce choix de la Russie a entraîné des réactions hostiles des États de la région qui ont essayé, avec le soutien de Washington et d’Ankara, de trouver des solutions pour échapper à son influence196.

  • 197 BLUM, D.W., “Domestic Politics and Russia’s Caspian Policy”, Post-Soviet Affairs, vol. 14, n° 2,199 (...)
  • 198 Voir les exemples cités in PEUCH, J.-C, “Caspian Sea Oil: The Role of Private Corporation”, The Fle (...)
  • 199 PEUCH, J.-C, “Caspian Sea Oil: The Role of Private Corporation”, op. cit., p. 29.
  • 200 NANAY, J., “The Industry’s race for the Caspian Oil Reserves”, in Caspian Energy Resources. Implica (...)
  • 201 BECKER, A.S., “Russia and Caspian Oil: Moscow Loses Control”, Post-Soviet Affairs, vol 16, n° 2, 20 (...)

9Par ailleurs, en ce qui concerne la mise en valeur des richesses de la Caspienne, la politique de la Russie a oscillé entre l’accent mis sur ses intérêts stratégiques et la volonté de ses propres compagnies pétrolières de participer aux projets de développement des hydrocarbures. Les choix du ministère russe des Affaires étrangères ont été principalement guidés par une analyse stratégique traditionnelle dont l’objectif était de conserver à la Russie sa sphère d’influence dans la région et de la protéger contre les empiétements des autres acteurs. Cependant, le ministère russe de l’énergie, lié aux compagnies pétrolières et gazières soutenues par les dirigeants des provinces russes bordant la mer Caspienne, a plutôt favorisé la participation de la Russie au développement du potentiel caspien pour des raisons de profit économique197. Ces deux coalitions d’intérêts au sein du pouvoir russe sont entrées en concurrence à de nombreuses reprises198. Cette opposition des intérêts au sein des différents ministères russes explique le caractère erratique de la politique de Moscou à l’égard de la zone. Comme le soulignait un auteur, contrairement à ses homologues européens ou américains, le ministère russe des Affaires étrangères n’a jamais complètement soutenu ses compagnies pétrolières dans la région de la Caspienne199. C’est en partie pour cette raison que les compagnies américaines et britanniques sont aujourd’hui les principaux acteurs dans cette zone, les compagnies russes arrivant seulement en troisième position200. Ainsi en Azerbaïdjan, les sociétés russes ne sont parties qu’à 6 des 19 contrats signés par Socar entre 1994 et 1999201. Quant à la question des voies de désenclavement pour les productions de la Caspienne, nous le verrons, elle n’est toujours pas réglée définitivement.

  • 202 Voir LUBIN, N., “New Threats in Central Asia and the Caucasus. An Old story with a New Twist”, in R (...)
  • 203 Voir infra.

10En dehors des menaces liées à la sécurité, Moscou est également confronté à de nouveaux risques : certains ne sont que des risques potentiels, d’autres sont bien réels202. Sans entrer dans le détail, on peut citer pêle-mêle les répercussions potentielles d’un conflit entre populations russes et kazakhes au Kazakhstan ou l’afflux de réfugiés en cas de déstabilisation de la zone. En ce qui concerne les risques déjà actualisés, on peut citer l’essor du trafic de la drogue en provenance de l’Afghanistan à travers l’Asie centrale et du crime organisé qui l’accompagne203 ainsi que la dégradation de l’environnement avec des répercussions transfrontalières, notamment autour de la mer Caspienne.

  • 204 Voir KOSMARSKAIA, N., “Ethnic Russians in Central Asia. A sensitive issue? Who is most affected? (A (...)
  • 205 Voir infra concernant la CEI.
  • 206 SHASHENKOV, M., “Russia in Central Asia: emerging security links”, in From the Gulf to Central Asia (...)
  • 207 Voir OLCOTT, M. Brill, The Kazakhs, op. cit., p. 268 et ss. et KAGEDAN, A., « La Communauté des Éta (...)
  • 208 Voir sur les débats entre les différents courants de pensée à propos de l’espace CEI en général ZVI (...)
  • 209 GRETSKY, S., Russia’s policy Toward Central Asia, Carnegie Endowment for International peace, Carne (...)
  • 210 “Russia’s Policy Toward Central Asia” by Sergei Gretsky, Review by Muriel Atkin, Central Asia Monit (...)
  • 211 RASHID. A., The Resurgence of Central Asia. Islam or Nationalism?, Karachi, Oxford University Press (...)
  • 212 OLCOTT, M., Brill, “Central Asia’s catapult to Independence”, Foreign Affairs, vol. 71, n° 3, Summe (...)
  • 213 Un auteur relève ainsi qu’en 1994, l’assistance russe au Kazakhstan, à l’Ouzbékistan et au Turkméni (...)
  • 214 DAWISHA, K, “The Imperial Impulse: Russia and the ‘Near Abroad’” in KIARE. M.T., CHANDRANI, Y., Wor (...)
  • 215 HUNTER, S., Central Asia since Independence, Foreword by Marie Bennigsen Broxup, Published with the (...)
  • 216 KORTUNOV, A., “Russia and the ‘Near Abroad’: Looking for a Model Relation-ship”, in US-Kussian Part (...)
  • 217 GRETSKY, S., Russia’s Policy Toward Central Asia, op. cit.
  • 218 Voir ALLISON, Roy, « Le maintien de la paix dans les États successeurs de l’Union sovietique », Cah (...)

11Outre cet ensemble de questions liées à la sécurité, on retiendra que la contiguïté géographique, la présence d’une diaspora russe importante en Asie centrale – surtout au Kazakhstan et en République kirghize204 – , ainsi que l’héritage impérial sont autant de facteurs qui invitent la Russie à ne pas se désintéresser de cette zone. Paradoxalement, au moment de l’effondrement de l’URSS, Moscou n’a guère prêté d’attention à sa périphérie centrasiatique. Le premier projet de regroupement entre États issus de l’ex-URSS ne visait en fait que les républiques slaves, démontrant ainsi la préférence des nouveaux gouvernants russes pour une union avec ceux qu’ils considéraient comme historiquement et ethniquement proches205. Les responsables russes de l’époque qui orientaient prioritairement la politique extérieure de la Fédération en direction de l’Occident considéraient en fait l’Asie centrale comme un fardeau susceptible de freiner le redressement économique mais aussi l’ancrage européen de la Russie. Ils se méfiaient également des élites conservatrices de la région qui risquaient de collaborer avec les nostalgiques de l’URSS en Russie même. Les premiers moments de la politique extérieure de la Fédération ont donc été marqués par le désintérêt et la négligence vis-à-vis d’un espace que les Russes considéraient d’ailleurs comme essentiellement arriéré et culturellement étranger. La période de la “Perestroïka” n’avait guère contribué à transformer l’image négative qui s’attachait à la région. Au contraire, les scandales qui ont éclaboussé l’Asie centrale à cette époque avaient encore renforcé les préjugés existants206. Il n’est donc pas étonnant que, dans un premier temps, les dirigeants russes aient été tentés de prendre leurs distances par rapport à une zone considérée comme semi-féodale, conservatrice et corrompue. Contrairement à la Russie, au moment de l’effondrement de l’URSS, les républiques centrasiatiques, désemparées, ont privilégié le maintien de liens avec l’ancienne métropole. La dépendance des républiques dans le domaine économique les poussait dans cette direction. Conscient du problème que constitue la présence d’une forte minorité russe présente sur son territoire, le président kazakh N. Nazarbaev sera le plus ardent défenseur du maintien de l’Union puis d’une intégration au sein de la Communauté des États indépendants207. Alors que dans la période qui suit l’indépendance de la région, le gouvernement russe erre à la recherche d’une politique à l’égard de l’Asie centrale, des voix s’élèvent rapidement en Russie pour demander une réévaluation de la politique étrangère à l’égard de l’ancienne périphérie. Les débats entre « atlantistes » et « eurasianistes », renvoyant aux polémiques de la Russie du xixe siècle entre « slavophiles » et « occidentalistes », se développent ainsi dès les mois de mars et d’avril 1992208. Si on suit le point de vue de S. Gretsky, la distinction souvent opérée dans l’analyse occidentale entre ces deux courants ne doit pas être exagérée209. Les deux camps considèrent la Russie comme un État eurasiatique et partagent ce que l’auteur nomme une « mentalité impériale » à l’égard des nouveaux États nés de l’effondrement de l’URSS210. Ils vont d’ailleurs rapidement atteindre un consensus et adopter une approche plus interventionniste. Le 15 mai 1992, le Traité de Tachkent fournit un cadre organisant la coopération russo-centrasiatique en matière de défense. Le Turkménistan refuse cependant d’y adhérer. Ce traité symbolise l’intérêt des militaires russes à préserver un espace commun de défense relativement stable pour répondre aux inquiétudes stratégiques de la Russie. Les ambitions russes dans le domaine de la défense commune se heurteront, nous l’avons vu, à la crainte des dirigeants d’Asie centrale de voir la Russie dominer les forces armées communes de la CEI, mais aussi aux ambitions de l’Ouzbékistan qui souhaite mettre sur pied ses propres forces militaires avant toute intégration avec d’autres États. En 1994, un auteur notait cependant que les États d’Asie centrale, principalement l’Ouzbékistan et le Kazakhstan, demeuraient les meilleurs soutiens au renforcement de la CEI, à condition que ce regroupement soit fondé sur des relations équitables211. Si les élites d’Asie centrale se sont faites, durant la première année d’indépendance, l’avocat de la formation d’une sorte de commonwealth, elles n’entendaient cependant pas abandonner leur souveraineté politique récemment acquise au profit d’une réintégration212. En fait, ce qui les intéressait en priorité, c’était le maintien du soutien économique213 et militaire de Moscou214 pour consolider leurs assises. Le problème pour les dirigeants d’Asie centrale était de savoir comment utiliser la puissance russe à leur propre profit tout en évitant de retomber sous l’hégémonie de la Russie215. La recherche de cet objectif explique sans doute les fluctuations qu’ont connues les relations entre Moscou et les nouvelles républiques. Dans les années qui ont suivi l’indépendance, on a assisté à des phases de rapprochement mais aussi d’éloignement entre les États d’Asie centrale et leur ancienne métropole. Dans ce contexte, la politique étrangère de la Russie à l’égard des États de l’ex-URSS a oscillé entre une tentation isolationniste latente et une attitude néo-impériale visant à rétablir sa prédominance216. Cependant, influencé par les développements tragiques de la situation au Tadjikistan et soumis à la pression des cercles militaires, le gouvernement russe va s’orienter progressivement vers le rétablissement de l’influence de la Russie en Asie centrale217. Le conflit tadjik fournit à Moscou l’occasion d’envoyer ses troupes, en décembre 1992, dans l’ancienne république soviétique pour y maintenir la paix et pour surveiller la frontière avec l’Afghanistan218. Aujourd’hui, ces troupes russes stationnent toujours sur le territoire tadjik.

  • 219 “Migranian: Near Abroad is vital to Russia”, CDPSP, vol. 46, n° 7, 1994, p. 4.

12Par ailleurs, le rétablissement d’une sphère d’influence en Asie centrale va être accéléré par la perception croissante au sein des élites russes que la réduction de la présence de la Russie dans cet espace profite à d’autres États. Au cours de l’année 1993-1994, la politique russe paraît plus menaçante à l’égard des républiques méridionales de l’ex-URSS. Alors qu’elle va s’octroyer le droit d’intervenir dans les nouvelles républiques an nom de la protection des minorités russes, à partir de novembre 1993, à travers sa nouvelle doctrine militaire, Moscou s’attribue la responsabilité de protéger les frontières extérieures de la CEI. Un article de 1994 signé par Andranik Migranian, membre du Conseil présidentiel de B. Eltsine, considère que l’espace de l’ex-URSS que Moscou baptise désormais « étranger proche » (blizhnee zarubezh’e) est vital pour la Russie219. Le remplacement du ministre des Affaires étrangères A. Kozyrev par E. Primakov en 1995 symbolise l’attitude plus ferme de Moscou à l’égard de la région. Cette politique russe se heurte néanmoins à la résistance des États d’Asie centrale, qui en 1991 étaient favorables au maintien des liens avec Moscou, mais qui désormais ne souhaitent plus retomber sous la coupe de la Russie. Ainsi, l’Ouzbékistan et le Turkménistan vont favoriser l’autonomie alors que le Kazakhstan et la République kirghize s’efforceront de diversifier leurs relations extérieures afin de réduire l’entreprise de Moscou. Seul le Tadjikistan, confronté à la guerre civile, va demeurer plus dépendant à l’égard du pouvoir russe.

  • 220 Voir de TINGUY, A., « Russie-Asie centrale : la fin d’un “étranger proche », La revue internationa (...)
  • 221 “CIS Customs Union: Stillborn in its Fifth Year”, Jameslown Monitour, vol. 6, n° 103, May 25, 2000 (...)
  • 222 CUTLER, R., “Russia slouches towards Central Asia”, The Analyst, April 12, 2000.
  • 223 BONNET, F., « Les experts russes redéfinissent les relations stratégiques avec Washington », Le Mon (...)

13En définitive, le retour de la Russie en Asie centrale ne s’est pas concrétisé. Au contraire, les États d’Asie centrale ont résisté à la pression parfois très insistante de Moscou et réussi à diversifier leurs relations extérieures, transformant la Russie en un acteur parmi d’autres sur la scène régionale. Le projet de Communauté des États indépendants imaginé par le pouvoir russe comme un instrument destiné à favoriser son influence sur la zone est lui-même un échec220. De même, l’union douanière créée en 1994 entre la Russie et la Biélorussie, élargie en 1995 au Kazakhstan, en 1996 à la République kirghize et en 1998 au Tadjikistan, et devenue la Communauté économique eurasiatique en octobre 2000, n’a pas véritablement conduit à une plus grande intégration221. Pour ralentir sa perte d’influence dans la région, Moscou relance au début de l’année 2000 une politique plus volontariste en Asie centrale222. L’impression croissante d’avoir été privé de ses zones d’influence traditionnelles par le jeu de la politique occidentale et américaine en particulier, pousse la Russie dans ce sens. Un groupe d’experts du Conseil de politique étrangère et de défense russe relevait dans une étude de la Fondation Carnegie que la plupart des élites de la Russie considéraient « la politique américaine envers la CEI, y compris dans la région de la mer Caspienne et dans le Caucase, comme fondamentalement anti-russe »223.

  • 224 Voir CDPSP, vol. 52, n° 28, August 9, 2000, pp. 7-8 et CDPSP, vol. 52, n° 29, August 16, 2000, pp.  (...)
  • 225 TORBAKOV, I., Putin’s Russia de-fines its Foreign Policy agenda”, Eurasianet, July 28, 2000.

14Pour relever ce défi, au cours de l’année 2000, le président Poutine a rendu publics une série de documents concernant la politique étrangère et la doctrine militaire de la Russie224. Ces nouvelles orientations dont l’objectif principal vise à résoudre les problèmes internes de la Russie semblent l’engager dans une sorte de retrait géopolitique, de retour sur soi, de reconcentration de ses moyens. Toutefois, cette orientation générale n’exclut pas dans l’esprit de ses initiateurs le fait que Moscou entende conserver une zone d’influence où elle disposerait d’alliés sûrs. Un des objectifs essentiels définis dans la nouvelle doctrine est ainsi l’établissement d’une ceinture d’États amis, d’une sorte de glacis de protection autour de la Russie. Cette « aire d’importance vitale » pour Moscou couvre en fait le territoire de l’ex-Union soviétique225. Les relations entre Moscou et les États de la CEI demeurent donc une des priorités essentielles de la politique extérieure de la Russie telle que définie par ces documents. Dans le cadre de la CEI, l’intégration politique ne semble désormais plus être l’idée fixe défendue par le Kremlin. Elle a cédé la place à l’idée d’une intégration « à vitesses et niveaux différents » au sein de l’organisation.

  • 226 Dans le Caucase, au regard de l’Azerbaïdjan, la formule adoptée consiste semble-t-il à favoriser l’ (...)
  • 227 “Russia tightening up the Joint Air Defense System”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 52, March 14, 20 (...)

15Au regard de l’Asie centrale, Moscou a adopté au cours de l’année 2000 une ligne d’action consistant à offrir sa protection militaire en échange d’une sorte d’alliance géopolitique226. C’est en tout cas le sens que l’on peut donner aux nouvelles relations qui se sont tissées avec l’Ouzbékistan au début de cette année. Alors que Tachkent était le plus réfractaire des États de la région à l’égard des aspirations russes dans l’espace centrasiatique, le président Islam Karimov a entamé un rapprochement avec Moscou en janvier 2000. En mars, Tachkent, tout comme Bichkek et Douchanbé, a accepté d’accroître sa coopération bilatérale avec la Russie dans le domaine de la défense aérienne commune227. Cependant, l’Ouzbékistan conserve une attitude ambiguë dans ses relations, attitude qui reflète le dilemme auquel ce pays est confronté. A ses ambitions régionales en Asie centrale s’oppose la nécessité de ne pas contrecarrer trop directement Moscou pour éviter ses foudres. Tachkent entend également bénéficier de l’aide russe en cas de problème non seulement face à une menace externe – à l’époque les taliban –, mais aussi interne, à savoir une opposition politique qui pourrait inquiéter le pouvoir du président Karimov. Ces considérations poussent donc le président ouzbek à accepter, jusqu’à un certain point, le regain d’intérêt de Moscou dans la région. Plutôt que de s’opposer aux visées russes, ce dernier préfère sans doute les accompagner pour mieux les limiter.

  • 228 Outre le rappel incessant de la menace islamiste, Moscou aurait utilisé des moyens plus radicaux po (...)
  • 229 KARASIK, T., “Russian threat to strike Afghanistan tests Central Asian partners”, The Analyst, June (...)
  • 230 “Central Asia, Russia plan to build joint military operation to fight militant Islamic movements”, (...)
  • 231 En avril 2001, un responsable russe constatait à propos de la situation afghane que les taliban ne (...)
  • 232 FITCHETT, J., “A resurgent Russian influence grips former Soviet Central Asia”, International Heral (...)
  • 233 “Putin in Uzbekistan: back to elder brother-junior brolher relations?”, op. cit. et “Aid to Uzbekis (...)
  • 234 Voir “The Taliban’s success and the impact on Central Asia”, Eurasia Insight, October 11, 2000 et “ (...)
  • 235 Sur la question tadjike en Ouzbékistan, voir entre autres, ABRAMSON, D., “Identity counts: the Sovi (...)

16De leur côté, pour assurer le rétablissement de leur influence sur la région, les dirigeants russes jouent sur le sentiment d’insécurité présent en Asie centrale. Ils instrumentalisent la menace islamiste et se posent en garants de la stabilité régionale228. La situation afghane, de même que les incursions d’éléments islamistes en 1999 et 2000 en République kirghize et en Ouzbékistan, ont favorisé cette stratégie. L’Afghanistan des taliban a été présenté par Moscou comme un centre du terrorisme international et une menace sérieuse pour la région. Le porte-parole du Kremlin, Sergei Yastrzhembsky, avait ainsi déclaré, sans toutefois en apporter la preuve, qu’un accord avait été conclu à Mazari Sharif entre les taliban, le président tchétchène Aslan Maskhadov, le terroriste internationalement recherché Oussama Ben Laden et Djuma Namangani, dirigeant du Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO)229. Cette version, démentie par le président tchétchène, permettait à Moscou de rappeler opportunément aux États d’Asie centrale, spécialement à l’Ouzbékistan, la menace que faisait peser l’Afghanistan sur leur sécurité. Suivant la même ligne, au printemps 2000, la Russie avait menacé de bombarder le territoire afghan. Parallèlement, elle en avait profité pour renforcer sa présence militaire au Tadjikistan. Les victoires militaires des taliban à l’automne 2000, en accroissant le sentiment d’insécurité en Asie centrale, avaient à nouveau permis à Moscou de mettre l’accent sur la coopération militaire230. Au-delà d’une protection contre la menace potentielle que constituaient les avancées des taliban231, Moscou offrait plus fondamentalement son soutien aux régimes autoritaires d’Asie centrale. Face au risque de développement d’une opposition politique armée et aussi face aux critiques croissantes de l’Occident en matière de droits de l’Homme et de déficit démocratique, Moscou fournissait en fait à ces régimes une garantie quant à leur survie. La décision d’établir un centre de lutte antiterroriste à Bichkek, adoptée lors du sommet de Douchanbé réunissant les cinq États du « Groupe de Shanghai », était destinée à fournir une base supplémentaire à la collaboration russo-centrasiatique dans ce domaine. De manière générale, en matière de sécurité, il est clair que Moscou avait un avantage sur Washington. Comme le remarquait à l’époque un diplomate américain, « imaginez que l’on demande au Congrès d’envoyer des troupes en Asie centrale pour aider à garantir la sécurité dans la vallée du Ferghana ou à la frontière de l’Afghanistan ? »232. Jusqu’au 11 septembre 2001, grâce à sa nouvelle politique, Moscou avait engrangé un certain nombre de succès. Toutefois ces efforts se heurtaient aux réticences plus ou moins affichées des dirigeants d’Asie centrale. S’ils étaient en fait désireux de bénéficier du soutien politique et militaire de Moscou, ils se méfiaient en même temps des arrière-pensées de la Russie. Ainsi, malgré ses demandes d’aide militaire, Islam Karimov a rejeté à plusieurs reprises l’idée d’une présence de troupes russes sur le territoire ouzbek233. Les discussions entre le président ouzbek et les taliban à l’automne 2000 constituent également la preuve de son pragmatisme mais aussi de sa méfiance à l’égard des ambitions russes. Le chef de l’État ouzbek a tenté de trouver une sorte de modus vivendi avec Kandahar afin que les taliban limitent leur soutien à l’opposition islamiste ouzbèke. Il s’agissait, dans un second temps, d’empêcher Moscou de réinvestir la zone au nom de la lutte contre le radicalisme islamique234. Le président ouzbek se méfiait également de l’assistance que Moscou et Téhéran apportaient à Ahmad Shah Massoud, d’origine tadjike. Il craignait en effet de voir se renforcer un nationalisme tadjik susceptible d’avoir des effets sur les populations de cette ethnie vivant en Ouzbékistan235. Enfin, le président Karimov n’entendait de toute façon pas laisser la Russie occuper la place qu’il réserve à son pays en Asie centrale.

17De manière générale, plus de dix ans après les indépendances, les dirigeants centrasiatiques ne sont pas prêts à hypothéquer leur souveraineté et leur liberté d’action pour le prix du soutien russe. Le retour de la Russie en Asie centrale se heurte encore à d’autres obstacles. En temps qu’ancienne puissance coloniale, elle jouit d’une image mitigée dans cette région. L’héritage de la période soviétique, en termes de pollution et de dégradation de l’environnement, est par exemple un élément qui joue en sa défaveur. De même, son soutien à des régimes autoritaires pourrait entraîner à terme l’hostilité de franges importantes de la population locale. Avec l’ouverture sur le monde et le développement des moyens de communications modernes, les habitants d’Asie centrale sont désormais plus sensibilisés à d’autres modèles que la Russie. Par ailleurs, les difficultés que traverse celle-ci, atténuent son pouvoir d’attraction. Du point de vue de l’influence culturelle, la langue russe, bien qu’encore importante, est fortement concurrencée par le développement de l’anglais. Les élites d’Asie centrale préfèrent aujourd’hui envoyer leurs enfants se former aux États-Unis ou en Europe plutôt qu’en Russie. On peut enfin s’interroger sur la capacité et les moyens dont dispose Moscou pour assurer la pérennisation de son influence. La Russie a beaucoup moins à offrir dans tous les domaines que les pays occidentaux, ses nouveaux rivaux dans la région.

  • 236 PANNIER, B., “Russia: Terrorism forges bond between Moscow and Central Asia”, RFE/RL, January 26, 2 (...)
  • 237 BRZEZINSKI, Z., The grand chessboard: American primacy and its geostrategic imperatives, op. cit., (...)

18Cependant, l’évolution de la situation à l’intérieur de la Russie influencera encore dans une large mesure les orientations de l’Asie centrale. Si Moscou ne dispose certes pas des moyens d’assurer sa mainmise totale sur la région, elle conserve néanmoins des atouts dont le premier est la faiblesse relative des États de la région par rapport à elle. L’argument de sécurité sur lequel joue Moscou pour maintenir son influence n’est d’ailleurs pas totalement dénué de fondements236. Le Tadjikistan par exemple dépend d’elle pour assurer la surveillance de ses frontières avec l’Afghanistan. On peut se poser la même question à propos du Turkménistan. De même, la République kirghize ou le Kazakhstan peuvent-ils être tentés de recourir à Moscou si un jour la pression de Pékin se fait trop forte. Quant à Astana, elle est pour sa part fragilisée par la forte minorité russe qui vit à l’est et au nord du pays. Cette fragilité lui impose la prudence. Seul l’Ouzbékistan pourrait dans une certaine mesure avoir les moyens de concurrencer Moscou. Brzezinski a fort justement résumé la situation de la Russie au regard de l’Asie centrale. Pour lui en effet, “Russia will be too weak to reimpose its imperial domination but too powerfull to be excluded237. Pour des raisons géographiques, historiques, culturelles, ethniques et stratégiques, la Russie va utiliser les moyens dont elle dispose pour essayer de protéger ses intérêts dans la région. Le profil bas adopté par les dirigeants centrasiatiques depuis l’élection de V. Poutine démontre que ces capacités sont perçues dans la région comme suffisamment solides pour que les républiques d’Asie centrale évitent de provoquer Moscou trop directement.

b. L’Occident et l’Asie centrale : la « redécouverte »

  • 238 Quatre puissances nucléaires se côtoient autour de la région : l’Inde, le Pakistan, la Chine et la (...)
  • 239 LIEVEN, A., “The (Not So) Great Game”, The National Interest, n° 58, Winter 1999/2000, p. 69.
  • 240 BLANK, S., “Every shark east of Suez: great power interests, policies, and tactics in the Transcasp (...)

19L’Asie centrale, on l’oublie trop souvent, c’est aussi l’Eurasie centrale. De ce fait, tout ce qui concerne cette région, à partir du moment où l’Eurasie fait sens en tant que concept géopolitique, concerne d’une certaine manière le continent européen et aussi les États d’Europe. Or, depuis le xixsiècle, mises à part les rivalités anglo-russes popularisées par R. Kipling à travers l’expression de « Grand jeu » et quelques brèves poussées en direction de la Caspienne et du Caucase pendant les deux guerres mondiales, l’Occident est resté étrangement distant et indifférent à l’égard de l’espace centrasiatique. A la suite de l’invasion soviétique en Afghanistan, les pays occidentaux ont commencé à porter un certain intérêt à l’Asie centrale soviétique mais dans la seule perspective du conflit afghan et dans le cadre des relations Est-Ouest. Il faut attendre la dissolution de l’URSS pour que l’Occident, par le biais d’abord de ses compagnies pétrolières, se préoccupe enfin de cette région considérée jusqu’alors comme le domaine réservé de la Russie. L’Europe occidentale et les États-Unis vont progressivement se rendre compte de l’enjeu que représente cette région dans la recomposition du système international et élaborer graduellement une politique centrasiatique. Les considérations qui président à la formulation de cette politique varient des deux côtés de l’Atlantique et aussi d’un État à l’autre en Europe. De manière générale, les États occidentaux sont dans l’ensemble favorables au développement d’une économie de marché et encouragent les privatisations. Sur le plan politique, ils s’accordent sur la nécessaire promotion de la société civile, de la démocratie et des droits de l’Homme, même si dans la pratique, ils s’accommodent fort bien des liens noués avec les régimes autoritaires de la région. Jusqu’au milieu des années 1990, les Occidentaux se sont satisfaits de la poursuite de l’influence russe dans une zone considérée comme faisant partie de sa sphère d’influence. Cependant, la situation a commencé à changer à partir des années 1994-1995, la première guerre de Tchétchénie ayant démontré la faiblesse de l’armée russe. Outre le rejet de la prétention de la Russie à détenir le monopole sur les ressources énergétiques de la région, les États-Unis se sont également rendu compte qu’en tant que première puissance militaire mondiale, ils ne pouvaient se désintéresser totalement de l’Asie centrale dans leur stratégie globale. Cette région, de par sa position géostratégique particulière – située au cœur de l’Eurasie, arrière-cour de la Russie, du Moyen-Orient, de l’Asie du Sud et de la Chine – et son importance sur le plan nucléaire238 intéresse Washington bien avant les événements du 11 septembre 2001. Quatre facteurs ont, semble-t-il, poussé les États-Unis à s’y engager et à tenter de contrebalancer l’influence de Moscou : les ressources en hydrocarbures de la Caspienne (qui ont cependant été surestimées) ; la détérioration des relations avec la Russie ; l’instabilité de cette dernière ainsi que le renforcement des liens entre Washington et Ankara239. Dès 1994, les États-Unis se sont également inquiétés des manœuvres russes dans les pays de la zone Caspienne, surtout dans le Caucase. Pour cette raison, ils ont envisagé de briser le tête-à-tête entre Moscou et ces États en les encourageant à diversifier leurs relations extérieures. Une autre direction suivie par Washington pour atteindre cet objectif a été de promouvoir l’essor de la coopération militaire avec les républiques centrasiatiques. C’est ainsi que les nouveaux États d’Asie centrale, après avoir été admis au sein de l’OSCE et du Conseil de coopération nord-atlantique (CCNA), se sont vu offrir l’occasion d’adhérer au programme de Partenariat pour la Paix en janvier 1994. En février 1995, Washington a également pris la décision de soutenir la construction d’un oléoduc de désenclavement pour les productions de la Caspienne vers la Turquie, oléoduc qui éviterait le territoire russe. L’objectif était bien entendu de réduire le monopole de Moscou sur l’exportation des hydrocarbures de la Caspienne, de soutenir l’indépendance des nouveaux États par le renforcement de leur capacité économique, d’intensifier le rôle régional de la Turquie et enfin de protéger les intérêts des compagnies américaines, déjà impliquées dans la mise en valeur des ressources énergétiques de la région240.

  • 241 US Department of State Dispatch, vol. 7, n° 45, November 4, 1996, p. 548. Voir également US Policy (...)

20La politique développée par Washington a été résumée en six points, dans un discours prononcé en octobre 1996 à l’occasion de l’inauguration de l’Institut d’Asie centrale du John Hopkins School of Advanced International Studies par James F. Collins, conseiller spécial du Département d’État pour les nouveaux États indépendants241 :

  • Soutien à l’indépendance, à la souveraineté et à la sécurité de chaque État d’Asie centrale ;

  • Assistance pour l’établissement d’une économie de marché et d’un gouvernement démocratique ;

  • Aide à l’intégration de ces États dans la communauté mondiale et dans les institutions financières internationales ainsi qu’à leur participation au dialogue de sécurité euro-atlantique ;

  • Encouragement des États d’Asie centrale pour la poursuite des relations pacifiques avec leurs voisins afin de créer les conditions d’une meilleure coopération entre eux et contribuer à la résolution des conflits locaux ;

    • 242 Voir les dispositions du Silk Road Strategy Art of 1999, Calendar n° 106, 106th Congress, 1th Sessi (...)

    Contribution à la prévention de la prolifération des armes de destruction massive, à la lutte contre le terrorisme, le trafic des stupéfiants et la dégradation de l’environnement ; soutien aux intérêts commerciaux américains et à la politique de diversification globale des ressources énergétiques242.

  • 243 M. Croissant note que depuis 1992, Washington a ainsi fourni aux républiques d’Asie centrale une ai (...)
  • 244 Voir le ton du rapport de Mr Helms du Committee on Foreign Relations dans le cadre du Silk Road Str (...)
  • 245 Voir infra la question de l’oléoduc principal de désenclavement pour les productions de la zone Cas (...)
  • 246 S. Blank favorise cette interprétation in BLANK, S., “American Grand Strategy and the Transcaspian (...)
  • 247 Voir CROISSANT, M. P., « Les intérêts américains en Asie centrale », op. cit., pp. 109-111 et BLANK (...)
  • 248 Voir le problème récent de corruption massive impliquant des compagnies américaines et des officiel (...)
  • 249 Afghanistan 137 km, Kazakhstan 2 203 km, République kirghize 1 099 km, Tadjikistan 1 161 km et Turk (...)
  • 250 BRZEZINSKI, Z., The grand chessboard: American primacy and its geostrategic imperatives, New York, (...)
  • 251 Voir sur ce choix américain, les critiques in ANDERSON, L., BECK, M., “US political activism in Cen (...)
  • 252 “US steps away from Central Asia”, Stratfor, February 28, 2000 ; “US loses influence over Caspian B (...)
  • 253 “US edges into Central Asia”, Stratfor, September 15, 2000.
  • 254 Voir les difficultés du projet de gazoduc transcaspien pour les productions du Turkménistan soutenu (...)

21Pour Washington, il s’agit certes de promouvoir le développement d’une Asie centrale stable et prospère – c’est pour cette raison que les États-Unis encouragent les réformes économiques destinées à assurer la mise en place d’une économie de marché et tentent de favoriser l’installation d’institutions démocratiques dans la région243 –, mais surtout détachée de l’influence exclusive de la Russie et aussi de celle, potentielle, de l’Iran244. Afin de renforcer sa sécurité énergétique, Washington désire également accroître ses sources potentielles d’approvisionnements en hydrocarbures grâce au désenclavement des productions de la Caspienne. La dépendance énergétique des États-Unis à l’égard d’un Moyen-Orient considéré comme instable et volatile est en effet perçue comme virtuellement dangereuse. C’est pour ces raisons que le gouvernement privilégie officiellement des routes multiples pour les pipelines à partir de l’Azerbaïdjan, du Kazakhstan et du Turkménistan et favorise surtout les projets de désenclavement suivant un axe est-ouest – c’est-à-dire évitant à la fois le territoire russe et celui de l’Iran –, pour les hydrocarbures de la Caspienne245. Au-delà de la rhétorique économique et idéologique, la politique américaine dans la zone Caspienne est donc d’abord stratégique246. Elle vise à assurer l’influence prépondérante des États-Unis dans la zone et à prévenir l’émergence d’un nouvel empire russe en Eurasie, empire qui pourrait menacer l’équilibre des forces en Europe, au Moyen-Orient et en Extrême-Orient247. Pour consolider sa position en Asie centrale, Washington a cherché à s’appuyer sur certains États de la région. Le Kazakhstan a d’abord fait figure de favori avant de céder la place à l’Ouzbékistan. Dans un premier temps, les États-Unis se sont rapprochés d’Almaty pour assurer le démantèlement de son arsenal nucléaire et aussi en raison de ses ressources pétrolières potentielles. Pendant un moment, le président kazakh, Nursultan Nazarbaev, a été encensé pour ses qualités « démocratiques » et considéré comme une personnalité politique ayant conscience de ses responsabilités internationales. Mais progressivement, les relations avec le Kazakhstan se sont distendues248. Les rapports avec l’Ouzbékistan ont connu une évolution en sens inverse. Au début, la question du respect des droits de l’Homme a détourné Washington du régime d’Islam Karimov. Mais les choses ont évolué progressivement. La volonté affirmée de l’Ouzbékistan de s’émanciper de la tutelle russe et de devenir un pivot régional a amené Washington à considérer la possibilité d’un rapprochement avec Tachkent. De par son poids démographique, son homogénéité ethnique, sa centralité géographique – ce pays partage une frontière commune avec les quatre autres républiques d’Asie centrale ainsi qu’avec l’Afghanistan249 – et historique dans la région, l’Ouzbékistan a été soudain présenté comme le point d’ancrage indispensable à l’essor de l’influence américaine250. Pragmatique, le président Karimov a appuyé la politique de Washington dans la région. Les États-Unis ont mis l’accent sur le rôle stabilisateur de l’Ouzbékistan en Asie centrale plutôt que sur l’absence de respect de ses dirigeants à l’égard des droits de l’Homme251. Afin d’éviter un retour de Moscou, et pour renforcer son influence sur l’Ouzbékistan, Washington a également développé ses relations militaires avec Tachkent. Un accord bilatéral de coopération dans ce domaine a été conclu entre les deux États dès le milieu des années 1990. Cependant, au cours de l’année 2000, le bilan très négatif de l’Ouzbékistan en matière de droits de l’Homme et le regain d’activités de la Russie dans la région ont contribué à éloigner Washington de ce pays, comme d’ailleurs des autres républiques centrasiatiques252. Étant données les ambitions de l’Ouzbékistan en Asie centrale, on pouvait penser que cette tendance n’était que passagère. Pendant un temps, les États-Unis ont essayé de combiner leur politique à l’égard de l’Ouzbékistan à une politique de coopération avec la Russie dans la région, afin de mieux lutter contre le trafic de la drogue et la menace terroriste émanant à leurs yeux de l’Afghanistan. Le régime des taliban abritait en effet Oussama Ben Laden et ses partisans, considérés déjà par Washington comme une menace terroriste très importante253. A l’égard des autres États d’Asie centrale, Washington focalisait surtout son intérêt sur le Turkménistan en raison de ses ressources gazières et de sa proximité avec l’Iran254. En ce qui concerne le Tadjikistan, les États-Unis s’intéressaient à l’évolution à l’intérieur du pays ainsi qu’à l’Afghanistan voisin. Washington surveillait de très près les activités iraniennes auprès des Tadjiks ainsi que l’essor du trafic de la drogue qui transite par le territoire du Tadjikistan et par la République kirghize.

  • 255 SOKOLSKY, R., CHARLICK-PALEY, T., “Look before NATO leaps into the Caspian”, Orbis, vol. 43, n° 2, (...)
  • 256 Un auteur considère ainsi que la stabilité et la prospérité de la région constituent un « intérêt v (...)
  • 257 Martha Brill Olcott a également défendu cette idée lors d’une audition devant le Sénat américain le (...)
  • 258 La National Security Strategy américaine de 1998 relevait ainsi, non sans distorsion, que la Caspie (...)
  • 259 RUSECKAS, L., Caspian Oil Development: An Overview”, in Caspian Energy Resources. Implications for (...)
  • 260 Voir infra.
  • 261 OLCOTT, M. Brill, Politics of Economie Distribution in the Caspian Sea States, op. cit.
  • 262 Ainsi, en 1993, lorsque la Turquie a menacé d’intervenir au côté de Azerbaïdjan dans le conflit du (...)
  • 263 Les inquiétudes de Pékin étaient déjà perceptibles du fait de l’extension de l’OTAN vers l’Europe o (...)
  • 264 BLANK, S., “American Grand Strategy and the Transcaspian Region”, op. cit., p. 66. Voir dans la pre (...)
  • 265 LIEVEN, A., “The (Not So) Great Game”, op. cit., p. 71.
  • 266 Voir MYERS JAFFE, A., MANNING, R., “The Myth of the Caspian ‘Great Game’: The Real Geopolitics of E (...)
  • 267 Voir MENON, R., SPRUYT, H., “The limits of neorealism: understanding security in Central Asia”, Rev (...)

22Dans un article publié en 2000, deux auteurs ont résumé en six points les intérêts stratégiques de l’Occident en Asie centrale. Pour eux, les Occidentaux ont intérêt à soutenir l’indépendance et la souveraineté des États de l’Asie centrale (principalement ceux du bassin Caspien, riche en hydrocarbures) afin d’éviter l’établissement de l’hégémonie d’un seul pays sur l’ensemble de la région. Le second objectif serait de maintenir l’accès aux ressources énergétiques de la zone. Il s’agit ensuite d’éviter les risques de guerre civile ou de conflits internationaux entre États de la région, d’empêcher la prolifération des armes de destruction massive, de décourager l’essor d’un militantisme islamique anti-occidental et enfin de prévenir l’extension d’un conflit dans les zones particulièrement importantes pour l’Occident, à savoir la Turquie et le golfe Persique255. Si les intérêts occidentaux sont certes substantiels dans la région, il faudrait toutefois veiller à ne pas commettre d’erreur de perception en les surestimant. En effet, contrairement à un grand nombre de déclarations256 – surtout américaines –, ni les États-Unis ni l’Union européenne ne possèdent véritablement d’« intérêts vitaux » dans la région257. On ne voit pas en quoi cette zone serait essentielle et indispensable à la « vie » – selon le sens étymologique du terme « vital » – des États-Unis et de l’Europe. Malgré les allégations officielles, l’argument souvent invoqué pour expliquer les intérêts américains dans la zone et consistant à dire que la Caspienne constitue une alternative possible au golfe Persique en matière d’approvisionnement énergétique ne tient pas la route258. Dans l’avenir, la Caspienne est en fait destinée à jouer au mieux un rôle d’appoint sur le marché mondial du pétrole. La région pourrait fournir entre 4 et 5 % de la production mondiale de pétrole259. Dans ces conditions, la région de la Caspienne peut difficilement être comparée au Moyen-Orient en terme d’approvisionnement énergétique260. Evaluant l’importance de l’espace caspien, Martha Brill Olcott notait que cette zone était donc “an area of secondary security interest for the US, and even this interest is derivative of our broader security concerns, having to do with Russia, South Asia and a host of global issues such as terrorism, the proliferation of weapons of mass destruction, international crime and drugs261. Aux États-Unis, certains méconnaissent ou feignent de méconnaître ce point essentiel, au risque d’entretenir une illusion dont les conséquences pourraient être importantes non seulement pour Washington mais aussi pour ses alliés européens. La surestimation des intérêts occidentaux pourrait en effet conduire à un engagement sans véritable objet. Le risque de voir l’Otan entraînée dans un conflit régional ne peut pas être totalement écarté262. Il est d’autant plus préoccupant que dans cette éventualité, la Russie ne pourrait pas rester indifférente. En réaction, la pression occidentale, surtout américaine, en direction du Caucase et de l’Asie centrale accroît le sentiment d’encerclement perceptible en Russie. De même, elle inquiète Téhéran et même Pékin263. La conséquence de cette politique est que progressivement, le bassin caspien et l’Asie centrale sont devenus une des zones de frictions les plus importantes entre les Occidentaux et la Russie264. En outre, cette politique américaine a créé des attentes injustifiées dans les pays de la région comme en Azerbaïdjan et en Géorgie, notamment en ce qui concerne les garanties de sécurité. A ce propos, un auteur relevait que la stratégie américaine dans la région s’apparentait à un “quadruple containment” (tourné contre la Russie, l’Iran, l’Irak et l’Afghanistan) dangereux à terme pour la stabilité régionale. Anatol Lieven soulignait en effet que by providing Russia and Iran with a reason to undermine local US allies who will not be supported in a crisis, American policy may in fact end up helping to destabilize the Caspian Basin265. La pénétration stratégique américaine dans la zone Caspienne sans une forme d’entente avec la Russie pourrait donc contribuer davantage à la déstabilisation régionale qu’à son équilibre. La surestimation des intérêts occidentaux dans la région pourrait enfin avoir pour conséquence la tentation d’étendre le rôle de l’Otan en direction du Caucase pour protéger les voies de désenclavement du pétrole caspien, voire de l’Asie centrale au risque d’une surextension fragilisant l’organisation266. Aujourd’hui comme hier, les principales menaces pesant sur l’Asie centrale ne proviennent ni de Moscou ni de Téhéran, elles émanent en fait de la situation interne des États de la région. Ce sont ces problèmes qu’il faut traiter en priorité267.

23En ce qui concerne la politique européenne en Asie centrale, elle peut être analysée sur le plan global et sur le plan bilatéral, c’est-à-dire au niveau de l’Union européenne (EU) et dans le cadre des relations d’État à État. L’Union européenne est présente en Asie centrale. Elle possède effectivement des intérêts géopolitiques et économiques en tant que consommateur potentiel de produits énergétiques et fournisseur de capitaux d’investissement, de services et d’équipement. Sa politique vise à préserver la stabilité de la région, par l’intermédiaire de la mise en place d’institutions démocratiques représentatives ainsi que l’atténuation des risques de conflit et la poursuite de la promotion des réformes économiques. Pour les pays de la région, producteurs d’énergie et de matières premières, l’Union européenne représente pour l’instant le seul marché important en dehors de la CEI. La complémentarité des économies entre les pays membres de l’Union et les républiques d’Asie centrale est évidemment un atout pour l’essor du commerce bilatéral. Les États membres de l’Union sont ainsi des fournisseurs de premier ordre en ce qui concerne les capitaux, le savoir-faire, les biens, les services et la technologie nécessaires à la mise en valeur des ressources des nouveaux États d’Asie centrale.

  • 268 IMF, Republic of Kazakhstan: Selected Issues and Statistical Appendix, Country Report n° 02/64, Mar (...)

11. Les investissements directs étrangers au Kazakhstan 1993-2001 (en pourcentage du total)268

11. Les investissements directs étrangers au Kazakhstan 1993-2001 (en pourcentage du total)268

24L’Union européenne est également un important fournisseur d’aide pour les pays les plus pauvres, comme la République kirghize et le Tadjikistan (par le biais de l’Office humanitaire de la Communauté européenne (ECHO)). Sur le plan économique, les États de l’Union européenne sont devenus des partenaires importants pour les républiques d’Asie centrale. Les pays de l’Union ont des intérêts variés mais, pour la plupart, leurs compagnies pétrolières sont impliquées dans les projets énergétiques de la région. Les tableaux ci-dessous illustrent ainsi la part croissante des Européens dans les échanges du Kazakhstan.

  • 269 Idem, p. 96.

12. Distribution géographique des exportations du Kazakhstan 1995-2001269(en pourcentage)

12. Distribution géographique des exportations du Kazakhstan 1995-2001269 (en pourcentage)
  • 270 Idem, p. 97.

13. Distribution géographique des importations du Kazakhstan 1995-2001270 (en pourcentage)

13. Distribution géographique des importations du Kazakhstan 1995-2001270 (en pourcentage)
  • 271 Voir les intérêts de l’Union dans le Caucase in The European Union and the Caucasus Region: Oil, In (...)
  • 272 Les Investment Projects for the Rehabilitation of Infrastructure (IP) comprennent : “1. Rehabilitat (...)
  • 273 RADVANYI, J., « Quand les Occidentaux poussent les nouveaux États indépendants loin de Moscou. Tran (...)
  • 274 POIRIER-COUTANSAIS, C, « L’Union européenne en Asie centrale ou la tentation de la puissance », La (...)
  • 275 Voir Basic Multilateral Agreement on International Transport for Development of the Europe-the Cauc (...)
  • 276 Entre 1991 et 1998, l’Union européenne a fourni à travers le programme Tacis une assistance s’éleva (...)
  • 277 Voir détails sur le programme TACIS in (europa.eu.int).
  • 278 Voir EU Cooperation with the New Independant States and Mongolia, Explanatory Memorandum, 1999, in (...)

25Afin d’accroître les échanges, l’Union européenne favorise également le désenclavement des États de la région par l’intermédiaire du programme “Transport Corridor Europe-Caucasus-Asia” (TRACECA) lancé lors de la conférence de Bruxelles en 1993. S’appliquant au départ aux cinq républiques d’Asie centrale et aux trois républiques du Caucase271, le programme a été élargi à l’Ukraine et à la Mongolie. Il s’agit de réhabiliter ou de développer les réseaux routiers, fluviaux et ferroviaires, les ports, les oléoducs, les couloirs aériens272. L’objectif poursuivi est de faciliter le désenclavement des États nouvellement indépendants de la région. Pour renforcer leur indépendance, il s’agira de les relier au reste monde par des voies d’accès évitant à la fois le territoire de la Russie et celui de l’Iran273. En 1999, l’Union européenne avait ainsi financé 22 études d’assistance technique et 5 projets d’investissements274. L’engagement de l’Union envers les États d’Asie centrale et du Caucase a été réaffirmé lors de la conférence de Bakou qui s’est tenue en septembre 1998. A cette occasion a été conclu un accord multilatéral d’une durée de 10 ans visant à accroître le développement du projet TRACECA275. Outre cet axe, le programme TACIS de l’Union européenne s’applique également aux républiques centrasiatiques276. Il s’agit d’aider à la formation, de développer une meilleure gestion des ressources naturelles et de faciliter le passage à l’économie de marché. Enfin, si les questions économiques ne soulèvent pas de problèmes particuliers dans le dialogue qui s’est instauré entre l’Union européenne et l’Asie centrale, les questions relatives au respect des droits de l’Homme, provoquent des difficultés entre Bruxelles et les gouvernements de la région. L’Union européenne exprime ses préoccupations au sujet de la montée de l’autoritarisme, de l’extension des régimes présidentiels, de l’organisation d’élections non démocratiques. Certaines opérations du programme TACIS visent d’ailleurs à aider ces pays dans leur transition vers la démocratie et l’établissement d’un État de droit277. L’efficacité de ces mesures est cependant encore peu perceptible. Le programme TACIS dans son ensemble est d’ailleurs critiqué pour son manque d’objectifs clairs, ce que reconnaît d’ailleurs la Commission qui a défini les nouvelles orientations du programme pour la période 2000-2006278.

  • 279 Dans le bassin caspien, l’Azerbaīdjan et la Géorgie ont à plusieurs reprises émis le souhait de rej (...)

26Dans leurs relations avec l’Occident, les États d’Asie centrale ont été invités, en mars 1992, à rejoindre le Conseil de coopération nord-atlantique (CCNA) qui a pour objectif de promouvoir la consultation et la coopération entre l’Otan et les pays anciennement membres du Pacte de Varsovie. Exception faite du Tadjikistan, tous les pays d’Asie centrale ont également adhéré au Partenariat pour la paix. Des programmes de partenariat individuel ont aussi été élaborés entre l’Otan et les pays d’Asie centrale. Le but de ce partenariat est la participation des pays de cette région à l’architecture de sécurité européenne, en s’appuyant sur des processus de coopération et d’échange d’informations. Il s’agit également de contribuer à la stabilité régionale par le biais du contrôle démocratique des forces armées. Pour les pays d’Asie centrale, le partenariat est un moyen qui peut leur permettre de créer, de renforcer et de moderniser leurs armées nationales. Ils y voient aussi une façon d’atténuer leur dépendance militaire à l’égard de la Russie, ce qui n’est guère prisé par Moscou. Contrairement à la Russie, les pays d’Asie centrale ne sont pas inquiets du processus d’élargissement de l’Otan à l’Est. Certains souhaiteraient d’ailleurs bénéficier de relations plus proches avec l’organisation, mais il leur faut cependant rester prudent279. Cette aspiration risque en effet d’irriter Moscou. La Russie n’est de toute façon pas prête à admettre qu’un État d’Asie centrale puisse un jour adhérer à l’organisation atlantique sans son aval.

  • 280 MOFFETT, J., “Central Asia: US to participate in joint military exercise”, RFE/RL, August 29, 1997. (...)
  • 281 “American-led exercise underway in Kazakhstan”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 171, September 15, 20 (...)
  • 282 BLANK, S., “American Grand Strategy and the Transcaspian Region”, op. cit., pp. 69-70.
  • 283 Voir “Russia’s National Security Concept”, op. cit. et CORNELL, S. E., “Putin’s Past and Russia’s F (...)

27En 1997, pour la première fois, des exercices communs ont été organisés dans le cadre du programme Centrazbat entre l’Otan et les États d’Asie centrale (Ouzbékistan, Kazakhstan et République kirghize). Des troupes américaines ont ainsi été parachutées sur le territoire du Kazakhstan, ce qui tendait à démontrer à chacun qu’aucune partie du monde n’était hors d’atteinte de Washington280. Des exercices communs se déroulent désormais régulièrement. Par exemple, celui qui s’est déroulé du 10 au 20 septembre 2000. Il a réuni des troupes kazakhes, ouzbèkes, kirghizes, géorgiennes, azerbaïdjanaises, turques, britanniques et américaines. Pour la première fois, des unités de la 201e division motorisée russe, division chargée de surveiller la frontière tadjiko-afghane, s’étaient jointes à l’exercice281. De manière générale, on peut remarquer que le degré de coopération avec les gouvernements occidentaux varie selon le climat qui prévaut dans les rapports entre la Russie et l’Occident. Il faut éviter qu’un rapprochement entre les républiques d’Asie centrale et l’organisation ne soit perçu à Moscou comme une autre tentative d’encerclement. Le problème est que les exercices et la coopération développés au sein du Partenariat pour la Paix avec les républiques centrasiatiques font partie de ce que les experts militaires américains nomment l’“extraordinary power projection”. Ces activités seraient en fait ambiguës. Selon Blank, elles peuvent effectivement préparer soit au maintien de la paix soit à des opérations militaires282. D’où la méfiance concomitante de Moscou. La réaction de la Russie face à l’essor des relations entre l’Otan et les républiques d’Asie centrale était en fait négative. Moscou a exercé avant le 11 septembre 2001 des pressions pour tenter de limiter les liens existant entre l’organisation atlantique et les républiques. L’adhésion potentielle d’une quelconque de ces républiques à l’Otan ou l’installation de bases de l’organisation sur le territoire d’une république du Caucase ou de l’Asie centrale était inacceptable pour Moscou. Sa doctrine de sécurité le démontrait clairement, puisque l’extension de l’Otan vers l’Est et la possibilité de l’émergence de bases à la proximité immédiate des frontières de la Fédération y étaient considérées comme des menaces fondamentales pour sa sécurité283. Les dirigeants d’Asie centrale avaient pris note de cet avertissement russe et adopté un profil bas en attendant d’observer les développements politiques en Russie. Si l’Occident avait réussi à réduire en partie l’influence russe dans les républiques d’Asie centrale, c’était cependant au prix d’un certain raidissement de Moscou. La Russie ne possédait certes pas les moyens de s’imposer dans la région ; cependant, sa capacité de nuisance restait très importante.

  • 284 Voir en ce qui concerne la situation lamentable des droits de l’Homme en Asie centrale : Amnesty In (...)
  • 285 Voir MacFARLANE, N. S., Western engagement in the Caucasus and Central Asia, Royal Institute of Int (...)

28Enfin, malgré les efforts occidentaux pour promouvoir leurs valeurs et leurs institutions en Asie centrale, les résultats restent très mitigés. Ni le modèle démocratique occidental, ni l’idéologie des droits de l’Homme ne semblent avoir séduit les autocrates en place284. Au contraire, c’est la voie inverse qu’ils ont suivie à des degrés divers285. Plus grave, on constate en Asie centrale que les populations locales assimilent l’idée de « démocratie » à celle d’« économie de marché ». Étant donnés les résultats peu convaincants des réformes économiques en Asie centrale jusqu’ici, c’est l’idée même de démocratie qui aujourd’hui paraît affaiblie dans la région.

29La politique occidentale à l’égard de l’Asie centrale, se poursuivait depuis une dizaine d’années lorsque les attentats du 11 septembre 2001, organisés semble-t-il à partir de l’Afghanistan, sont venus rappeler à l’Occident que cette zone pouvait être porteuse de graves menaces. Les raisons qui avaient poussé les pays occidentaux à élaborer une politique à l’égard de cette région ne se sont pas modifiées du jour au lendemain. Cependant, ces événements sans précédent ont contribué à changer le regard que les Occidentaux, et plus particulièrement les Américains, portaient sur cette partie du monde. De région marginale et d’intérêt relatif, l’Asie centrale ex-soviétique et son environnement immédiat sont soudain devenus une zone de préoccupations majeures. Ils le resteront en tout cas tant qu’ils demeureront un lieu à partir duquel on peut soit organiser des actions terroristes, soit contrer ce genre d’actions qui menacent directement la sécurité des pays occidentaux. A partir de là, une nouvelle phase des relations entre l’Occident et l’Asie centrale a commencé, phase dont les contours sont encore flous.

c. La Chine, un voisin attentif et intéressé

  • 286 Selon l’expression de Jean Racine in RACINE, J.-L., « Le cercle de Samarcande : géopolitique de l’A (...)
  • 287 FRANK, A. Gunder, “The Centrality of Central Asia”, op. cit., pp. 50-74.
  • 288 Les relations du monde chinois avec l’Asie centrale furent politiques et militaires mais aussi cult (...)
  • 289 PERDUE, P.S., Boundaries, Maps, and Movement: Chinese, Russian, and Mongolian Empires in Early Mod (...)
  • 290 Voir MILLWARD, J.A., Beyond the pass: economy, ethnicity, and empire in Qing Central Asia, 1759-186 (...)
  • 291 Il s’agit de la désignation officielle de la plus grande région administrative de Chine. Située dan (...)
  • 292 KUNZWEILER, W., “The new Central Asian great game”, Strategic Review, vol. XX-VI, n° 3, Summer 1998 (...)
  • 293 Voir KELLNER, T., « La Chine et les républiques d’Asie centrale : de la défiance au partenariat », (...)
  • 294 La Chine et la Russie ne partagent désormais plus qu’une frontière de 40 km.
  • 295 Contrairement à la présentation historique officielle, cette région a longtemps échappé au contrôle (...)
  • 296 La frontière sino-kazakhe s’étend sur 1 533 km, la frontière sino-kirghize 858 km sur et la frontiè (...)
  • 297 Concernant l’agitation politique dans la région voir KOSTRZEWA, T.K., Separatist Nationalism in Xin (...)
  • 298 Selon le dernier recensement officiel chinois de 1990, les Ouïgours représentent environ 47,50 % de (...)
  • 299 La population du Xinjiang est estimée à environ 16 millions de personnes. Avant 1949, les Han (chin (...)
  • 300 La frontière sino-afghane s’étend sur 76 km.
  • 301 Voir SHI, ZE, “Prospects and impacts of Energy Exploration in the Caspian Region”, International St (...)

30Jusque récemment, la recherche contemporaine, tributaire d’une vision géographique issue de la guerre froide, réduisait la complexité de l’environnement régional de l’Asie centrale. Ainsi, elle n’était plus habituellement perçue que comme une sorte de cul-de-sac géographique286. Les chaînes montagneuses des Pamirs et des Tian Shan isolaient dans l’esprit des chercheurs l’espace centrasiatique du reste de l’Asie. Au cours des années 1990, la centralité géographique et historique de la région a commencé à être à nouveau prise en considération dans les analyses287. Les barrières mentales ont cédé peu à peu le pas à une réintégration de l’espace centrasiatique dans son contexte global. Aussi, dans l’analyse géopolitique, l’Asie centrale a-t-elle renoué avec son environnement asiatique et particulièrement avec le « monde chinois », qui a entretenu avec elle des contacts étroits dans la longue durée historique288. Cette dernière ainsi que la géographie nous invitent donc à nous interroger sur la place, dans la recomposition géopolitique en cours, de cet acteur régional essentiel dont le rôle fut minoré depuis presque un siècle par le dynamisme de la pénétration russe puis de la domination soviétique. Si ces derniers provoquèrent l’affaiblissement progressif puis la rupture de la quasi-totalité des contacts sino-centrasiatiques, rupture illustrée par la clôture hermétique des frontières sino-soviétiques, l’effondrement de l’URSS et le reflux de la Russie effacent à leur tour la fracture artificielle entre les régions de l’extrême-occident chinois et l’Asie centrale. L’effondrement soviétique clôt en effet l’expérience coloniale de la Russie en Asie centrale et nous ramène au partage de l’espace centrasiatique entre Empire russe et Empire mandchou opéré au xviiie siècle289. Si la Russie s’est retirée de son « Asie centrale », la République populaire de Chine demeure pour sa part, dans sa composante spatiale – c’est-à-dire principalement au Xinjiang –, l’héritière du colonialisme et de l’impérialisme de la dynastie mandchoue des Qing290. Aujourd’hui, l’espace centrasiatique mais aussi la région autonome chinoise du Xinjiang291, tous deux considérés pendant toute la durée de la guerre froide comme des impasses géographiques, retrouvent donc leur vocation naturelle de pont et de lieu de passage entre ces deux parties de l’Asie et, au-delà, vers le Moyen-Orient et l’Europe. L’Asie centrale est depuis 1991 à nouveau ouverte à l’influence de son puissant voisin chinois, si bien que certains observateurs ont commencé à s’en inquiéter. Un article de la revue américaine Strategic Review, suggérait ainsi que le « grand jeu » en Asie centrale opposerait, au xxie siècle, les États-Unis à la Chine292. Si cette analyse est excessive au regard de la situation actuelle dans la région, elle renferme cependant un point intéressant. En moins de dix ans, la Chine est effectivement devenue (redevenue doit-on dire, si on s’inscrit dans le temps long historique) un acteur important sur la scène centrasiatique. Les intérêts de Pékin dans cette zone tournent principalement autour de trois axes : la sécurité définie dans un sens large, les échanges commerciaux et les hydrocarbures293. Si l’émergence de républiques indépendantes en Asie centrale, c’est-à-dire aux frontières même de son territoire, constitue pour la Chine un gain stratégique important en créant une zone tampon entre elle et son voisin russe294 dans une région où elle était en position de faiblesse295, il n’en demeure pas moins que cette nouvelle conjoncture suscite certaines craintes à Pékin. En effet, face à ses voisins centrasiatiques, – principalement au Kazakhstan, à la République kirghize et au Tadjikistan qui partagent une frontière commune avec elle296 –, Pékin doit assurer la sécurité de sa région « autonome » du Xinjiang où l’agitation est endémique, du fait des tendances séparatistes latentes297 de sa minorité turcophone la plus importante, les Ouïgours298. La localisation géographique de cette région mais aussi sa composition ethnique299font craindre à Pékin les répercussions que pourraient avoir sur elle un essor en Asie centrale de l’ethno-nationalisme, combiné ou non à une extension du radicalisme islamique. Le pouvoir chinois redoute les conséquences des situations prévalant en Afghanistan300, au Tadjikistan ou dans la vallée du Ferghana sur sa région autonome, où ses populations turcophones partagent des liens religieux, claniques, historiques et culturels très puissants avec les populations présentes de l’autre côté de la frontière. La Chine craint également que des mouvements ouïgours, qui pourraient lutter contre sa présence au Xinjiang, ne trouvent un soutien et des bases arrières en Asie centrale ou en Afghanistan. Pékin s’inquiète enfin de l’éventualité d’un essor du pan-turquisme dans sa province301. De manière générale, une déstabilisation de l’Asie centrale aurait sans aucun doute des répercussions sur le Xinjiang, c’est pourquoi Pékin est très attentive au développement de la situation dans cette nouvelle périphérie.

  • 302 En janvier 1992, Wang Enmao, ancien chef du gouvernement du Xinjiang appelait à bâtir une « nouvell (...)
  • 303 Sur ce point voir ZHAO, S., “China’s Periphery Policy and its Asian Neighbors”. Security Dialogue, (...)
  • 304 Voir GLADNEY, D. C, « L’expansion du colonialisme intérieur en Chine », Pouvoirs, n° 81, 1997, pp.  (...)
  • 305 En accédant à l’indépendance, le Kazakhstan, le Tadjikistan et la République kirghize avaient hérit (...)
  • 306 Voir par exemple “Text of PRC-Tajikistan Joint Declaration”. Xinhua Domestic Service in FBIS-CHI-96 (...)
  • 307 “Uighur Movement misidentified as ‘Islamic Fundamentalist’”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 93, May  (...)
  • 308 “Russia, China, Central Asian States to boost military ties”, Agence France Presse, Mars 30, 2000.
  • 309 Voir « Réunion des ministres des Affaires étrangères de Chine, du Kazakhstan, du Kirghizstan, de Ru (...)
  • 310 STERN, D., “Central Asia anti-terrorism plan”, Financial Times, July 6, 2000.
  • 311 Voir “Uzbek president at Shanghai Five summit urges joint security efforts”, Turkistan Newletter, v (...)
  • 312 Voir article VIII de la “Joint Statement between the People’s Republic of China and Turkmenistan”, (...)
  • 313 Voir articles 6 et 8 de la déclaration de Douchanbé in “Text of the Shanghai Five Declaration”, Tur (...)
  • 314 Un auteur chinois notait à ce propos, “Once the lime is ripe, it will not be impossible for Xinjian (...)

31Afin de prévenir ces menaces et après quelques hésitations302, Pékin a choisi de développer des relations politiques avec ses nouveaux voisins et de promouvoir le développement de liens économiques pour tenter d’assurer la stabilité de la zone. La politique étrangère mise en œuvre par la Chine à l’égard de l’Asie centrale s’inscrit dans une stratégie plus vaste – la politique périphérique (zhoubian zhengce) selon la terminologie officielle –, que Pékin a adoptée à l’égard de ses voisins asiatiques en général303. Cette politique est destinée à terme à accroître son influence dans les affaires mondiales en consolidant en quelque sorte sa base de pouvoir sur le plan régional. Pour Pékin, il est important de consolider son assise régionale en renforçant les relations avec ses voisins afin d’empêcher qu’une « puissance » ne puisse tirer profit de ses désaccords éventuels avec les nations limitrophes. Au regard des républiques d’Asie centrale, Pékin a appliqué les principes de sa stratégie générale destinée à renforcer sa position dans le système international post-guerre froide, en tenant compte des impératifs de sécurité auxquels elle est confrontée dans sa province du Xinjiang. Parallèlement à l’accroissement de la répression interne visant les Ouïgours depuis le milieu des années 1990304, Pékin a stabilisé puis développé ses relations avec ces nouvelles entités politiques en négociant sur la question délicate du tracé des frontières305, et en s’assurant parallèlement de leur collaboration dans la lutte contre le séparatisme et le radicalisme islamique. La Chine a développé ses relations économiques avec les nouvelles républiques et a commencé à leur offrir des voies de désenclavement pour leurs productions vers le marché mondial. Depuis la tournée de Li Peng en Asie centrale en 1994, Pékin a obtenu périodiquement le soutien officiel de ses voisins centrasiatiques dans le domaine de la lutte contre le séparatisme soit à l’occasion de visites officielles bilatérales, soit lors des rencontres multilatérales qui réunissent depuis 1996 les cinq États du « Groupe de Shanghai » (Kazakhstan, la République kirghize, le Tadjikistan, la Russie et la République populaire de Chine)306. Ce soutien n’est pas de pure forme : le Kazakhstan, la République kirghize mais aussi l’Ouzbékistan ont en effet accru au fil des années 1990 leur pression sur les organisations ouïgoures présentes sur leur territoire307. La coopération sino-centrasiatique dans ce domaine continue de progresser. Ainsi, en mars 2000, s’est tenue à Astana au Kazakhstan une réunion entre les ministres de la défense des États du « Groupe de Shanghai ». L’objectif de cette rencontre était de tenter de dégager une position commune dans la lutte contre l’extrémisme religieux, le séparatisme national et le terrorisme international308. Cette orientation commune s’est concrétisée à l’occasion du sommet de Douchanbé qui s’est tenu début juillet 2000. Les cinq États membres du « Groupe de Shanghai » ont en effet confirmé officiellement leur volonté d’accroître leur coopération dans la lutte contre ces phénomènes309. La déclaration de Douchanbé a été complétée par la décision des cinq d’établir un centre de lutte antiterroriste à Bichkek en République kirghize310. L’Ouzbékistan, qui était présent pour la première fois à la réunion de ce groupe, a annoncé son intention de collaborer à ses travaux311. De même, la déclaration conjointe signée par Jiang Zemin et S. Niyazov à l’occasion de la visite du président chinois à Achkhabad en juillet 2000 dans le prolongement du sommet de Douchanbé comporte une disposition aux termes de laquelle les deux États devraient accroître leur coopération dans le même domaine312. On peut cependant se demander dans quelle mesure cette dernière n’est pas de pure forme, au moins en ce qui concerne la lutte contre l’extrémisme religieux. En effet, pour des raisons stratégiques liées à la réalisation d’un gazoduc vers le Pakistan à travers le territoire afghan, Achkhabad entretient des relations cordiales avec le régime des taliban. En ce qui concerne la lutte contre le fondamentalisme islamique mais aussi les tendances séparatistes, la déclaration de Douchanbé rappelle que Pékin partage des intérêts communs avec ses partenaires centrasiatiques mais aussi avec la Russie. Du fait de ces dispositions, cette déclaration renforce également la coopération des régimes autoritaires de la région entre eux. Elle apparaît comme une sorte de « Sainte Alliance » entre ces régimes pour garantir leur stabilité face à une éventuelle opposition politique. Enfin, la coopération entre Pékin et les États du « Groupe de Shanghai » semble avoir atteint un nouveau stade de développement. La déclaration commune comporte en effet une pointe anti-américaine, ce qui constitue une modification par rapport au ton des déclarations précédentes. Elle condamne en effet les « interventions humanitaires » du type de celle du Kosovo, mais aussi le projet américain de déploiement d’un système de défense antimissile (le Theater Missile Defense TMD) à Taïwan313. Il est cependant encore trop tôt pour savoir si cette prise de position commune de la Chine, de la Russie, du Kazakhstan, de la République kirghize et du Tadjikistan débouchera sur une véritable alliance destinée à contrer l’influence des États-Unis dans la région. La condamnation des interventions humanitaires rappelle que la Chine attache une importance essentielle à sa souveraineté et considère que la question des droits de l’Homme constitue une ingérence inadmissible dans son domaine réservé. Pour Pékin, il s’agit en tout cas d’éviter que Washington ne puisse utiliser des raisons humanitaires, c’est-à-dire la question du Tibet ou peut-être celle du Xinjiang314, pour s’immiscer dans les affaires intérieures chinoises.

  • 315 Voir ZHOU, Xiaohua, “Covert and overt Russia-US rivalry in Central Asia”, Xinhua Domestic Service i (...)
  • 316 GU, Guanfu, “US Involvement in Central Asia and the Security of China”, in China Society for Strate (...)
  • 317 Officiellement, 180 000 Ouïgours vivent au Kazakhstan, 40 000 en République kirghize et 35 000 en O (...)
  • 318 RASHID, A., “Afghanistan, Epicentre of Terror”, FEER, May 11, 2000, pp. 16-18.
  • 319 “Islamic nerves”, The Economist, October 14, 2000, p. 81.
  • 320 La ville de Taloqan, capitale politique de l’Alliance du nord dirigée par Massoud et proche de la f (...)
  • 321 RASHID, A., “On the Spot”, FEER, October 19, 2000, p. 28.
  • 322 “Is Russia Readying ‘Preemptive Strikes Against Taliban?’”, CDPSP, vol. 52, n° 21, June 21, 2000, p (...)
  • 323 “Taliban reaches out to China”, Stratfor, July 28, 2000.
  • 324 RASHID, A., “China forced to expand role in Central Asia”, The Analyst, July 19, 2000.
  • 325 “Uzbekistan profits from Sino-Russian rivalry”, Stratfor, September 7, 2000.
  • 326 Voir Accord conclu entre la Fédération de Russie, la République du Kazakhstan, la République de Kir (...)
  • 327 La Chine, la Russie, le Kazakhstan, la République kirghize et le Tadjikistan se sont engagés à rédu (...)
  • 328 Voir infra.
  • 329 Voir Information Office of the State Council of the Peoples Republic of China, Narcotics Control in (...)
  • 330 SEYTOFF, A., “Aids epidemic among Xinjiang’s Liyghnrs”, The Analyst, July 5, 2000.
  • 331 OGD (Observatoire géopolitique des drogues), La géopolitique mondiale des drogues 1998/1999, Rappor (...)

32La Chine craint de manière générale de voir les États-Unis accroître leur influence en Asie centrale d’où ils pourraient, à terme, la menacer. Si elle considère que c’est la Russie qui est en premier lieu visée par la stratégie américaine dans cet espace, elle appréhende cependant de voir Washington utiliser le séparatisme de certaines minorités ethniques à son profit315. Cette perception d’une menace potentielle que les États-Unis pourraient faire peser sur le territoire chinois à partir de l’Asie centrale apparaît dans une étude réalisée en 1998. L’auteur, Gu Guanfu, notait ainsi à propos de la question du séparatisme, “The ethnic-separatist forces in western China’s remote border provinces have emerged [...]. Externally, these forces mainly relied upon the United States and have close relations with ethnic-separatist organization in Central Asia. The Clinton administration is going to further use them to engage in separatist activities against China316. Pour Pékin, il s’agit donc d’empêcher que sa faiblesse stratégique dans cette région ne soit mise à profit par Washington. Elle se doit donc de limiter cette éventualité en faisant comprendre à ses voisins qu’elle serait inacceptable pour elle. En ce qui concerne la question du séparatisme en tout cas, Pékin peut semble-t-il d’ores et déjà compter sur leur concours. En effet, aucun des États d’Asie centrale n’entend s’aliéner son puissant voisin chinois au nom de la défense des Ouïgours. Même si ces derniers recueillent des sympathies parmi la population centrasiatique, les gouvernements des républiques d’Asie centrale sont méfiants à leur égard, d’autant qu’ils pourraient leur poser également des problèmes. Le Kazakhstan et la République kirghize abritent en effet une communauté ouïgoure importante, alors que dans la vallée du Ferghana, une partie de la population considérée comme ethniquement ouzbèke par Tachkent est en fait d’origine ouïgoure317. L’essor d’un nationalisme ouïgour pourrait donc leur causer des difficultés. Avant le 11 septembre 2001, à l’exception du Turkménistan, les États d’Asie centrale et la Chine partageaient une certaine inquiétude face à la situation afghane318. L’offensive des taliban de l’été 2000 l’avait encore accrue319. En effet, les défaites des forces de Ahmad Shah Massoud320 et l’avancée des taliban vers le nord-est de l’Afghanistan menaçaient de réduire la zone tampon qui existait jusque là entre les zones contrôlées par Kandahar et les territoires tadjik et chinois321. Face aux taliban, Pékin avait toutefois adopté une politique pragmatique. Il s’agissait essentiellement d’empêcher que le territoire afghan ne serve de base arrière aux organisations ouïgoures. Aussi la Chine avait-elle établi des contacts avec le régime de Kandahar dès la fin de l’année 1998. Durant l’été 2000, elle avait pourtant haussé le ton à l’égard des taliban. Cette inflexion temporaire de la politique chinoise, conjuguée avec les menaces russes de bombardement du territoire afghan du printemps 2000322, avaient porté ses fruits puisque l’ambassadeur du régime des taliban au Pakistan avait assuré Pékin qu’aucun groupe ne serait autorisé à opérer contre la Chine depuis le territoire de l’Afghanistan323. Ce geste des taliban, au moment où les relations avec la Russie étaient tendues, semblait indiquer que la Chine était invitée par Kandahar à prendre une part plus active dans le règlement de la question afghane. Les taliban préfèraient sans doute négocier avec Pékin plutôt que de voir la Russie et la Chine collaborer contre leur régime et apporter leur soutien conjoint à l’Alliance du nord du commandant Massoud. En outre, en intervenant davantage dans la question afghane, Pékin et Téhéran pourraient cimenter l’entente qui s’est dessinée entre eux depuis le début des années 1990324. Une telle solution pourrait cependant ne pas être du goût de Moscou. Les arrière-pensées ne sont pas non plus absentes des calculs de Pékin. En effet, sans l’avouer ouvertement, la Chine se méfie sans doute du prétexte que pourrait saisir Moscou pour accroître sa présence militaire en Asie centrale au nom de la lutte contre les taliban. A l’été 2000, Pékin s’est engagée davantage sur le chemin de la coopération militaire en Asie centrale, en concluant un accord avec l’Ouzbékistan et en fournissant à Tachkent une aide d’un demi-million de dollars325. Si cette somme demeure peu importante au regard des relations qu’entretient Pékin avec d’autres États, il n’en demeure pas moins que le choix d’accroître la coopération avec Tachkent, considéré comme l’État le plus réticent de la zone à l’égard des intentions de Moscou dans la région, montre bien que la Chine entend protéger ses intérêts en Asie centrale. En dernière analyse, le retrait russe de la région en 1991 constitue pour Pékin un gain stratégique essentiel auquel elle n’entend pas renoncer, d’autant que depuis l’indépendance des républiques, elle a accru ses intérêts économiques dans la région. La mémoire de la menace qu’a fait peser l’URSS sur le territoire chinois à partir du Kazakhstan joue également sans doute un rôle non négligeable dans la perception que la Chine a de cette région. Pour renforcer sa sécurité aux frontières et consolider les gains stratégiques acquis avec l’effondrement de l’URSS, Pékin a d’ailleurs conclu le 26 avril 1996 un accord pour l’établissement de mesures de confiance dans les zones frontalières avec la Russie, le Kazakhstan, la République kirghize et le Tadjikistan326. Ce traité a été complété par un autre accord concernant la réduction des forces militaires dans les zones frontalières signé à Moscou en avril 1997327. Indépendamment de ces considérations liées à la sécurité dans l’acception traditionnelle du terme, Pékin s’inquiète également de l’accroissement depuis le milieu des années 1990 en Asie centrale du trafic de la drogue et des armes328. Ces trafics risquent en effet de déstabiliser des régions contiguës au territoire chinois, voire de s’étendre à la Chine même. Sa localisation géographique, entre les zones de production d’opium du « Triangle d’or » et celles du « Croissant d’or », met en effet Pékin dans une position délicate. La croissance du trafic de la drogue en Asie centrale est un problème très sérieux auquel la Chine est attentive. En avril 1996, Pékin et Moscou ont conclu un accord de coopération visant à lutter contre le trafic illicite de la drogue. En 1998, dans le cadre de la réunion du « Groupe de Shanghai », les présidents de la République populaire, du Kazakhstan, de la République kirghize, de Russie et du Tadjikistan ont signé une déclaration commune faisant de la lutte contre ce trafic une de leurs priorités. Les déclarations communes, adoptées lors des rencontres des membres de ce groupe en 1999 et 2000, réaffirment également leur volonté commune de lutter contre ce fléau. De plus Pékin a conclu un accord bilatéral avec le Tadjikistan sur le contrôle de la drogue329. Malgré ces initiatives, la Chine doit faire face de manière croissante sur son territoire au problème des stupéfiants. En 1999, on a relevé 65 000 affaires criminelles liées à la drogue. Les organes de sécurité ont saisi plus de 5 tonnes d’héroïne, 1,193 tonne d’opium et 1,6 tonne de cristaux de méthamphétamine (“ice”). Officiellement, le pays compte 596 000 drogués inscrits, mais les autorités reconnaissent que ce chiffre est sous-estimé. Parmi les personnes enregistrées, 80 % ont moins de 35 ans, ce qui donne une idée des problèmes futurs liés à la consommation de drogue en Chine. Corollaire à l’extension de la consommation de stupéfiants, fin 1999, sur un total de 17 316 cas enregistrés de personnes atteintes par le virus du sida, 74,2 % avaient été infectées à l’occasion d’une injection de drogue. La région du Xinjiang occupe désormais la seconde place en Chine en matière de taux d’infection par le sida après la province du Yunnan qui borde le « Triangle d’Or »330. Selon l’Observatoire géopolitique des drogues, en 1999, 70 % de l’héroïne consommée en Chine provenaient de cette dernière région. Les 30 % restant étaient originaires du « Croissant d’Or » qui borde l’Asie centrale331. Cet organisme a également noté que certains Ouïgours se sont lancés dans le trafic de la drogue. Ils pourraient contrôler le marché à Pékin et Canton. Pour l’avenir, au-delà des conséquences sanitaires sur sa population, le risque pour Pékin est de voir des groupes d’oppostion politique trouver, dans le trafic de la drogue, le moyen de financer leurs activités. Une telle configuration se présente ailleurs sur la planète. L’essor d’un narco-trafic destiné à financer des activités anti-chinoises au Xinjiang constitue donc une menace sérieuse. Il explique les divers engagements de la Chine et ses déclarations réitérées pour la lutte contre ce fléau en collaboration avec les républiques d’Asie centrale.

  • 332 Voir “China’s Basic Policy Towards Central Asia”, Beijing Review, vol. 37, n° 18, May 2-8, 1994, p. (...)
  • 333 Voir BECQUELIN, N., “Tensions inter-ethniques et pauvretés endémique”, Perspectives chinoises, n° 3 (...)
  • 334 Voir sur ce sujet ZHAO, Yueyao, Pivot or periphery? Xinjiang’s Regional Development and Chinese-Cen (...)
  • 335 En 1994 la Chine a exporté au Kazakhstan des textiles, des grains, de la nourriture, des machines a (...)

33En parallèle à l’axe politique, Pékin a également entrepris d’accroître ses relations économiques avec l’Asie centrale. Contrairement à Moscou qui a misé sur le contrôle des territoires, des forces armées et des gardes-frontières pour assurer la pérennité de son emprise dans l’espace de l’ex-URSS, Pékin compte sur l’essor des relations économiques et des investissements en Asie centrale pour renforcer la stabilité de cette région mais aussi son influence. Lors de sa tournée de 1994, Li Peng a ainsi déclaré que la coopération économique constituait le premier objectif de la politique chinoise à l’égard de l’Asie centrale332. Pékin considère également que le développement économique de sa région autonome du Xinjiang, une des plus pauvres de Chine333, constitue le meilleur moyen de réduire les tendances séparatistes de la population ouïgoure. Pour paraphraser François de Neufchâteau, il s’agit en quelque sorte de gagner l’adhésion des populations ouïgoures au régime par la prospérité. Sa stratégie d’ouverture économique répond donc à ce triple objectif. Dès le début des années 1990, Pékin a adopté une politique préférentielle à l’égard de sa région autonome, destinée à faciliter et à accélérer les échanges avec l’Asie centrale334. Dans ses relations commerciales avec cette région, la Chine jouit d’un certain nombre d’avantages sur d’autres concurrents potentiels comme l’Iran, le Pakistan et même la Turquie. Le commerce sino-centrasiatique est ainsi facilité par la proximité géo-culturelle du Xinjiang avec l’Asie centrale mais aussi par un niveau de complémentarité élevé entre les économies chinoise et centrasiatiques. Le marché chinois présente en effet de nombreuses opportunités pour les productions et les matières premières des républiques d’Asie centrale alors que ces dernières sont intéressées par les biens de consommation et les produits agricoles et industriels de la Chine335. Pour l’Asie centrale, la Chine offre également une voie de désenclavement importante en direction des marchés de l’Asie de l’est et du Pacifique.

  • 336 IMF Direction of Trade Statistics Yearbook, Washington DC, 2001. Les statistiques ne donnent qu’une (...)

14. Commerce de la République populaire de Chine avec le Kazakhstan, la République kirghize, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Turkménistan 1992-2000336 (en millions de dollars)

14. Commerce de la République populaire de Chine avec le Kazakhstan, la République kirghize, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Turkménistan 1992-2000336 (en millions de dollars)
  • 337 IMF Direction of Trade Statistics Yearbook, Washington DC, 1999.
  • 338 Preuve cette faiblesse, le premier joint venture sino-ouzbek a seulement été établi en août 2000 à (...)
  • 339 Les présidents Jiang Zemin et Islam Karimov ont d’ailleurs réitéré, à l’occasion de la visite de ce (...)

34Avec l’Asie centrale, Pékin a enregistré un certain succès dans le domaine économique. Cependant, si le volume des échanges a cru depuis 1991, le commerce reste assez volatil. En outre, alors que les échanges bilatéraux ont pris une signification importante à l’échelle de la région autonome du Xinjiang, ils ne représentent qu’une fraction infime des échanges totaux de la Chine avec le monde. Ainsi, en 1998, les échanges de Pékin avec ses voisins d’Asie centrale atteignaient 955 millions de dollars sur un montant total d’échange estimé à 323 milliards de dollars337. Le volume des échanges sino-centrasiatiques ne peut pas non plus être comparé à celui de Pékin par rapport à la Fédération de Russie. Ce dernier atteignait en effet 5,5 milliards de dollars en 1998. L’essor des échanges sino-centrasiatiques est en fait limité par la faiblesse des économies des nouvelles républiques338. Dans le domaine des investissements, il est également clair que Pékin ne peut rivaliser ni avec les Occidentaux ni avec les Japonais. Néanmoins, à travers le Xinjiang, Pékin est devenue un partenaire commercial d’importance pour le Kazakhstan et la République kirghize339. Elle pourrait le devenir à terme pour l’Ouzbékistan. Si à l’échelle de la Chine, les échanges sino-centrasiatiques sont peu importants, au niveau régional, il en va tout autrement. Le commerce avec l’Asie centrale occupe en effet une place importante dans les échanges extérieurs de la région autonome du Xinjiang.

  • 340 Compilé d’après Almanac of China’s Foreign Economic Relations and Trade, The Editorial Board of the (...)

15. La part du Kazakhstan dans les échanges du Xinjiang (in %)340

15. La part du Kazakhstan dans les échanges du Xinjiang (in %)340
  • 341 Compilé d’après Idem.

16. La part de la République kirghize dans les échanges du Xinjiang (in %)341

16. La part de la République kirghize dans les échanges du Xinjiang (in %)341
  • 342 Border trade thrives in Xinjiang”, Xinhua in FBIS-CHI-1999-0423, April 23, 1999.
  • 343 “Xinjiang to further develop border trade”, Xinhua in FBIS-CHI-1999-0311, March 11, 1999.
  • 344 LIU, Qingjian, “Sino-Central Asian trade and economic relations: progress, problems and prospects” (...)
  • 345 Voir DORIAN, J. et al., “Energy in central Asia and northwest China: major trends and opportunities (...)
  • 346 Parmi 29 projets-clés mentionnés dans le IXe plan quinquennal (1996-2001) adopté le 6 avril 1996 pa (...)
  • 347 D’après “Xinjiang Border Markets Booming”, Xinhua in FBIS-CHI-97-258, September 15, 1997. Pour W. R (...)
  • 348 La liaison entre Almaty et Urumqi pourrait être plus rapide si le chemin de fer passait par Jinghe (...)
  • 349 On gardera cependant à l’esprit que l’écartement des voies de chemin de fer de l’ex-URSS est différ (...)
  • 350 « Les lignes ferroviaires internationales stimulent l’économie de l’Eurasie », Beijing Information, (...)
  • 351 “Southern Xinjiang railway line opens”, China Daily, December 7, 1999 (www.chi-nadaily.com.cn).
  • 352 Second Eurasia Continental Bridge Expected to Open”, People’s Daily, December 30, 1999 (http ://en (...)
  • 353 Voir le point 6 de la declaration bilaterale de 1994 in “Sino-Uzbek Statement on Relations Issued”, (...)
  • 354 “Qian Qichen, Uzbek Prime Minister Meet in Tashkent”, Xinhua Domestic Service FBIS-CHI-1999-0611, J (...)
  • 355 FERDINAND, “Xinjiang: relations with China and abroad”, in China Deconstructs. Politics, Trade and (...)
  • 356 “Uzbek-Kyrgyz-Chinese Highway opens”, RFE/RL Newsline, vol. 1, n° 78, Part I, July 22, 1997.
  • 357 PRC, Uzbekistan, Kyrgyzstan Sign Transportation Agreement”, Xinhua Domestic Service in FBIS-CHI-98 (...)
  • 358 Pakistan, PRC, Kazakhstan, Kyrgysstan Sign Trade Accord”, Xinhua in FBIS-CHI-98-328, November 24, (...)
  • 359 Voir ADB, Regional Economic Cooperation in Central Asia, Asian Development Bank, Manila, July 1998, (...)

35En 1998, les échanges frontaliers ont ainsi représenté 55 % du commerce extérieur total de la région autonome du Xinjiang. La part des États de la CEI dans ces échanges s’est élevée à 64 %. Le Kazakhstan est ainsi devenu le premier partenaire commercial de la région autonome342. Selon Abdulahat Abdurixit, président du gouvernement de la région autonome, le Xinjiang exporte principalement du grain, de la viande, du sucre, d’autres produits agricoles et biens de consommation courante et importe d’Asie centrale des matières premières et des fertilisants chimiques343. Une partie importante des échanges se fait cependant sous forme de troc, ce qui ne va pas sans poser problème. De même, les analystes chinois stigmatisent le manque de qualification des entrepreneurs locaux, le chaos dans l’organisation des échanges et « l’environnement inadéquat » régnant dans les nouvelles républiques en matière d’investissements344. Tout comme le manque d’infrastructures, ces facteurs réduisent l’essor des échanges frontaliers. Malgré ces problèmes, des projets de coopération dans le domaine énergétique sont également envisagés entre le Xinjiang et l’Asie centrale. Le Kazakhstan pourrait ainsi accroître ses exportations du pétrole par rail vers la région autonome, alors que la République kirghize pourrait lui fournir de l’hydroélectricité345. Afin d’améliorer les conditions et d’accroître les échanges avec l’Asie centrale, Pékin a entrepris de renforcer, dans le cadre de ses plans quinquennaux, ses infrastructures de transports ainsi que les télécommunications346. Elle a en outre établi des points de passage transfrontaliers là où la frontière était hermétiquement close auparavant. En 1992, le pouvoir central chinois a décidé d’ouvrir les villes frontalières de Yining, Tacheng et Bole, ainsi que la capitale provinciale, Urumqi, aux commerçants étrangers. Douze points de passage transfrontaliers dont Korgos et Alataw ont été ouverts par la suite au Xinjiang347. Sur le plan ferroviaire, Pékin a ainsi complété la ligne entre Urumqi et Alataw à la frontière avec le Kazakhstan dès 1991348. En 1992, la voie de chemin de fer reliant Urumqi à Almaty et, au-delà, à Bichkek, Tachkent et Achkhabad est donc entrée en service349. Cette ligne permet le transport de marchandises depuis la côte pacifique de la Chine jusqu’à l’Europe occidentale à travers l’Asie centrale ou la Russie350. En 1995, la ligne Lanzhou-Urumqi était doublée, alors qu’en 1997 était lancé le projet de chemin de fer du sud Xinjiang entre Korla et Kachgar via Kucha et Aqsu. Cette ligne a été complétée en décembre 1999351. Elle devrait être prolongée en direction d’Andijan en Ouzbékistan via la République kirghize (Torugart, puis Djalala bad ou Irkeshtan, Sary-Tash, Och). Cette voie de chemin de fer est destinée à relier également le port de Lianyungang sur la côte pacifique de la Chine à Kachgar, puis à l’Ouzbékistan où elle sera connectée aux chemins de fer en direction de l’Europe centrale et orientale. Si on en croit le Quotidien du Peuple, cette ligne Kachgar-République kirghize-Ouzbékistan d’une longueur de 577 km devrait voir le jour rapidement352. Elle pourrait favoriser l’accroissement des liens économiques entre Pékin et Tachkent mais aussi faciliter l’exportation de produits ouzbeks vers le Pakistan et l’Inde. Comme dans le cas de la ligne Urumqi-Almaty pour le Kazakhstan, elle placerait l’Ouzbékistan sur la voie de transit commercial entre la République populaire de Chine et l’Europe occidentale. Le développement des voies de communication fait partie des priorités dans les relations sino-ouzbèkes comme le montrent les dispositions des déclarations bilatérales adoptées en 1994 et 1996353. Plus récemment, lors de la rencontre entre le vice-premier ministre chinois Qian Qichen et le premier ministre ouzbek Otkir Sultonov à Tachkent, la nécessité d’accroître la coopération dans ce domaine entre les deux pays a été soulignée par les deux parties. Selon l’agence officielle chinoise Xinhua, The two sides agreed that Sino-Uzbekistan cooperation in the sphere of communications is an important bridge for developing bilateral economic and trade cooperation, and that the two countries will continue to make efforts to open up the China-Kyrgyzstan-Uzbekistan highway and railway as early as possible354. Dans le domaine routier, parallèlement au renforcement nécessaire du réseau du Xinjiang, Pékin a développé ses connexions avec l’Asie centrale. Dès 1993, une dizaine de routes reliant l’Asie centrale à la Chine seraient entrées en service355. La Chine a poursuivi ses efforts dans le domaine, puisqu’en juillet 1997 a été inaugurée une autoroute reliant Andijan (Ouzbékistan) à Kachgar (Chine) via Och (République kirghize)356. En février 1998, Pékin a également conclu avec l’Ouzbékistan et la République kirghize un accord prévoyant l’ouverture d’une nouvelle route entre Kachgar et Tachkent, via Irkeshtan en République kirghize357. Sur le plan régional, en 1998, la Chine, la République kirghize, le Kazakhstan et le Pakistan ont également conclu un accord destiné à faciliter le transit des marchandises transportées par route358. Si la volonté de renforcement des infrastructures de transport et de communication constitue un avantage certain pour le développement des relations économiques transfrontalières sino-centrasiatiques, de nombreux problèmes demeurent cependant. La Banque asiatique de développement relevait que les contraintes budgétaires pesant sur le financement des projets d’infrastructures, ainsi que le manque de personnel qualifié, la corruption, les procédures douanières inadéquates et les barrières non tarifaires aux échanges demeuraient des obstacles sérieux à leur essor359.

  • 360 Voir KELLNER, T., « La Chine et le pétrole, enjeux stratégiques », Transitions (ex-revue des pays d (...)
  • 361 Voir TROUSH, S., China’s Changing Oil Strategy and its Foreign Policy Implications, Center for Nort (...)
  • 362 Cette notion ne signifie pas l’indépendance totale mais plutôt, comme le signale Kenneth Lieberthal (...)
  • 363 Sur l’importance de ces bassins voir PAIK, Keun-Wook, Tarim basin energy development: implications (...)
  • 364 Article Views Oil Industry Growth”, Beijing Review in FBIS-CHI-98-1 76, June 25, 1998.
  • 365 Voir détails in LI, Peng, China’s Policy on Energy Resources”, Xinhua Domestic Service in FBIS-CHI (...)
  • 366 YATSKO, P., “China’s Tarim Basin is proving a big disappointment”, FEER, September 1996, p. 69.
  • 367 “Development of Northwestern Oil Fields Planned”, Xinhua in FBIS-CHI-1999-0329, March 29, 1999.
  • 368 “Article Views Oil Industry Growth”, Beijing Review in FBIS-CHI-98-l76, June 25,1998.
  • 369 Voir EIA, International Energy Outlook 1997, (www.eia.doe.gov/oiaf/ieo97/home.html) et YAA, Interna (...)
  • 370 STRECKER DOWNS, E., China’s Quest for Energy Security, op. cit., p. 9.

36Depuis 1997, l’intérêt de Pékin s’est également porté sur les ressources énergétiques du bassin de la Caspienne360. En effet, tant du point de vue de son développement économique que de sa sécurité énergétique, l’accès à des ressources pétrolières nouvelles et sûres est devenue essentielle pour Pékin. Alors que ses champs pétrolifères les plus importants (Daqing, Shengli, Liaohe) s’acheminent peu à peu vers leur épuisement, le développement économique de la Chine depuis 1979 a fortement accru sa consommation de produits pétroliers361. En 1993, Pékin est ainsi passé du statut de pays exportateur de pétrole à celui de pays importateur. Le principe maoïste de l’indépendance (zili gengsheng ou “self-reliance”)362 a ainsi été remis en question, ce qui inquiète les autorités chinoises. Afin de tenter de réduire sa dépendance croissante en matière pétrolière et donc sa vulnérabilité potentielle, Pékin comptait principalement sur le développement de ses ressources pétrolières propres, notamment sur celles que contiendraient les bassins du Tarim, du Junggar et de Turpan-Kumul363, tous trois situés dans la région autonome du Xinjiang364. Li Peng avait ainsi résumé la stratégie officielle en madère d’hydrocarbures par la formule “Stabilizing East China and Developing West China365. Cependant, la région autonome du Xinjiang, présentée comme très prometteuse au début des années 1990 – on parlait à son sujet d’une sorte de nouvelle « Arabie Saoudite »–, s’est révélée globalement décevante dans le domaine pétrolier366. Si les estimations de réserves potentielles de pétrole pour le Tarim ont été ramenées à 10,7 milliards de tonnes et 8,4 trillions de m3 de gaz (13 % des réserves nationales de pétrole et 25 % des réserves de gaz)367, les réserves prouvées de pétrole dans ce bassin s’élèveraient en fait à 230 millions de tonnes (Mt) alors que les réserves prouvées de gaz atteindraient 100 milliards de m3368. Même si cette région contient les réserves que les géologues chinois lui attribuent, son exploitation sur une large échelle ne sera cependant pas suffisante pour couvrir le déficit de Pékin en matière d’approvisionnement pétrolier. La US Energy Information Administration (EIA) notait en 1997 que la consommation chinoise devrait croître de 4,9 % par an entre 1995 et 2015. A cette date, la consommation de produits pétroliers pourrait atteindrait 39 % de la consommation des États-Unis et 56 % de celle de l’Europe occidentale. En 1999, l’EIA constatait que Pékin pourrait être amenée à importer 4,6 millions de barils/jours de pétrole en 2020. La majeure partie de ces importations devraient provenir des producteurs du golfe Persique, ce qui pose à Pékin un important problème de sécurité369. Le déficit pétrolier tournait donc autour de 40 Mt par an en 2000 avant d’atteindre 80 à 100 Mt en 2010. La dépendance de la Chine en matière d’importation pétrolière pourrait ainsi passer de 11 % en 1996 à 60 % en 2020370.

  • 371 D’après XU, X., “China and the Middle East: Cross-investment in the Energy Sector”, Middle East Pol (...)

17. Importations chinoises de pétrole 1992-1999371 (en millions de tonnes)

17. Importations chinoises de pétrole 1992-1999371 (en millions de tonnes)
  • 372 D’après STRECKER DOWNS, E., China’s Quest for Energy Security, op. cit., p. 33.

18. Principales sources d’approvisionnements pétroliers de la Chine en 1999372

18. Principales sources d’approvisionnements pétroliers de la Chine en 1999372
  • 373 Voir infra.
  • 374 Voir PAIK, K.-W., “Energy cooperation in Sino-Russian relations: the importance of oil and gas”, Th (...)
  • 375 Cet argument apparaît clairement dans les cercles académiques chinois. Voir l’article de Zhang Wenm (...)
  • 376 La China National Petroleum Corporation a d’ailleurs mis le projet en veilleuse en août 1999. Voir (...)
  • 377 CLOVER, C, “Kazakhs and Chinese press for oil deals”, Financial Times, 6 July 1998, p. 4.
  • 378 SHI, ZE, “Prospects and impacts of Energy Exploration in the Caspian Region”, op. cit., p. 5.
  • 379 BLANK, S., “The New Russo-Chinese ‘Partnership’ and Central Asia”, The Analyst, August 16, 2000.
  • 380 ANDERSON, J., “The limits of Sino-Russian Strategic Partnership”, Adelphi Paper, n° 315, December 1 (...)
  • 381 Voir sur ce sujet MENON, R., “The Strategic Convergence Between Russia and China”, Survival, vol. 3 (...)
  • 382 Voir KERR, D., “Problems in Sino-Russian Economic Relations”, Europe-Asia Studies, vol. 50, n° 7,19 (...)
  • 383 Voir dans le cas de la Russie, VOSKRESSENSKI, A. D., “The Perceptions of China by Russia’s Foreign (...)
  • 384 Voir “Putin and Jiang Disconnect on the Telephone”, Stratfor, June 9, 2000 ; “Shanghai Five Foresha (...)

37Étant donnés ses besoins croissants en pétrole, l’accès à de nouvelles ressources est donc essentiel pour Pékin. Elle aimerait diversifier géographiquement ses sources d’approvisionnements pétroliers afin de réduire sa dépendance croissante à l’égard des producteurs du golfe Persique, ainsi que la vulnérabilité stratégique qui en résulte parce qu’elle ne dispose pas des capacités nécessaires pour assurer la protection des voies maritimes entre le Golfe et la mer de Chine du sud en cas de difficultés face à Washington. Afin de diversifier ses fournisseurs, Pékin a tout intérêt à ce que les richesses de l’Asie centrale ne soient pas développées au seul profit des marchés européens. C’est pourquoi en 1997, ses compagnies pétrolières ont investi des sommes considérables dans des projets pétroliers au Kazakhstan373. Pour diversifier ses approvisionnements et donc renforcer sa sécurité énergétique, Pékin a également intérêt à ce que Moscou, fournisseur potentiel important374, ne contrôle pas toutes les voies d’exportation des productions de l’Asie centrale. Aussi Pékin envisage-t-elle de développer un oléoduc pour relier directement les zones de production qu’elle a acquises au Kazakhstan au territoire chinois. Le principal avantage de cette ligne en terme de sécurité réside dans le fait qu’elle relie directement les deux États sans avoir à franchir le territoire d’une tierce partie et qu’en outre, étant terrestre, elle échappe potentiellement aux pressions que Washington pourrait exercer sur les voies d’approvisionnements maritimes de la Chine375. Étant donnés les coûts importants d’un tel projet, les considérations qui poussent Pékin à agir sont donc davantage stratégiques qu’économiques. Il n’est cependant pas certain que ce projet aboutisse376. Les limitations à cette option sont en effet très nombreuses. La distance entre les lieux de production en Asie centrale et les centres de consommation chinois situés sur la côte pacifique, mais aussi le manque de capitaux nécessaires pour financer un tel projet entravent sa faisabilité. Certains estiment également que les réserves du Kazakhstan acquises par la China National Petroleum Company (CNPC) ne sont pas suffisantes pour assurer la rentabilité d’un tel oléoduc377. Aussi, seul l’avenir nous dira si la valeur stratégique de cette ligne est suffisante pour mobiliser le financement nécessaire à sa construction. Si cet oléoduc finit néanmoins par se concrétiser, et si on y ajoute un projet de gazoduc entre le Turkménistan et la Chine – projet discuté lors de la visite à l’été 2000 du président chinois dans la capitale turkmène –, l’Asie centrale pourrait devenir au siècle prochain un fournisseur d’énergie important pour Pékin. Aux yeux de la Chine, l’importance stratégique de l’Asie centrale en serait d’autant accrue. Au regard de l’Asie centrale, nous avons vu les craintes de Pékin à l’égard de l’influence de Washington. En ce qui concerne le rôle de la Russie dans la région, Pékin continue à penser que Moscou lui est utile. Un auteur chinois relevait en effet que personne n’était capable de remplacer la Russie pour maintenir la stabilité et la sécurité de l’Asie centrale378. Certains auteurs comme S. Blank pensent que le partenariat russo-chinois devrait se renforcer en Asie centrale. Ils voient dans la réunion du « Groupe de Shanghai » à Douchanbé, l’embryon d’une organisation régionale de sécurité collective tournée principalement contre les États-Unis et dans laquelle Pékin laisserait jouer à Moscou le rôle principal sur la scène centrasiatique379. Cependant, pour d’autres observateurs, on a assisté au cours des années 1990 en Asie centrale davantage à une suspension de la compétition entre les deux États qu’à une véritable coopération380. Dans l’avenir, la Chine pourrait toutefois chercher à réduire l’influence russe en Asie centrale si ses intérêts l’exigent. Malgré le « partenariat stratégique » établi en 1996381 de nombreuses questions subsistent entre les deux États dans leurs relations bilatérales382. De même, la méfiance perdure dans certains cercles politiques des deux côtés de la frontière383. En Asie centrale, si les deux États s’accordent en ce qui concerne la menace islamiste et la nécessité de limiter l’influence de Washington dans la zone, leurs positions divergent cependant à propos de la manière de traiter le problème afghan. Dans le domaine énergétique, la Chine a également davantage intérêt au développement des productions du Kazakhstan que Moscou. En outre, la politique développée par V. Poutine depuis son élection, visant à rétablir l’influence russe dans la région mais aussi ses gestes d’ouverture à l’égard de l’Occident et de l’Inde jettent une ombre sur la poursuite du rapprochement stratégique initié entre les deux États384. En ce qui concerne l’Asie centrale, seul l’avenir nous dira si la Russie et la Chine sont capables d’établir une véritable coopération ou, à défaut, de trouver au moins un équilibre entre leurs intérêts divergents.

d. La Turquie et l’Iran, grandes ambitions et moyens limités

  • 385 STAUFFER, T., “Becoming a hub for Central Asian oil exports”, Petroleum Economist, vol. 64, n° 7, J (...)

38Parmi les pays voisins du sud, l’Iran occupe une position géographique privilégiée par rapport aux républiques d’Asie centrale. Territorialement contigu à cette région, ce pays possède une frontière terrestre longue de près de 1 000 km avec le Turkménistan. Il est également riverain de la mer Caspienne, comme le sont le Kazakhstan, le Turkménistan, l’Azerbaïdjan et la Russie. Potentiellement, l’Iran peut offrir à ces pays enclavés un accès aux mers ouvertes (golfe Persique et mer d’Oman). Les avantages de la voie iranienne sont nombreux. De par sa position géographique, l’Iran constitue la route la plus simple, la plus rapide, la plus courte et la moins chère vers le marché international pour les hydrocarbures de la région de la Caspienne385. Les autres routes proposées sont plus longues, plus chères et posent au moins autant de problèmes politiques que la voie iranienne. Indépendamment de cet avantage géographique, l’Iran possède également une expertise dans le domaine pétrolier, expertise qu’il pourrait mettre au service des républiques centrasiatiques. Des difficultés majeures empêchent cependant le développement de la voie iranienne. Le premier obstacle est d’ordre politique. L’isolement du pays en raison des orientations idéologiques de son régime sur la scène régionale et internationale constitue un handicap majeur aux renforcements de ses liens avec ses nouveaux voisins. La rentabilisation optimale de la position géographique unique de l’Iran par rapport à l’Asie centrale est otage des contraintes idéologiques que son régime politique lui impose. Il en existe cependant d’autres. Ainsi, en matière gazière, l’Iran et le Turkménistan sont en fait potentiellement concurrents. Par ailleurs, du point de vue de la sécurité des approvisionnements pétroliers, le fait d’écouler la production de la Caspienne par le golfe Persique renforce encore le rôle stratégique de cette zone. Or, un des intérêts de cette production réside justement dans le fait de n’être pas située dans la zone du golfe Persique, ce qui accroît les possibilités de diversification et donc la sécurité de l’approvisionnement des pays consommateurs. Écouler les productions caspiennes à travers le golfe Persique reviendrait donc à priver les pays consommateurs de l’Europe occidentale ou des États-Unis de cette possibilité de diversification et soumettrait les hydrocarbures de la Caspienne aux mêmes risques que les productions de la région du Golfe. Mais pour les États de la Caspienne, l’écoulement de leur production par le Golfe leur permet cependant de se rapprocher de leurs marchés potentiels futurs, c’est-à-dire des États d’Asie du Sud (Inde, Pakistan), de l’Asie de l’Est (comme la Chine ou le Japon) et de l’Asie du Sud-Est.

39Cependant, la politique américaine d’isolement de l’Iran crée un obstacle majeur à la mise en œuvre de cette option. Le président Clinton a signé en 1995 des Executive Orders qui interdisent aux compagnies américaines et à leurs filiales d’entretenir des relations commerciales avec l’Iran. En août 1996, les États-Unis ont également adopté l’Iran and Libya Sanctions Act (ILSA) qui impose des sanctions aux compagnies étrangères qui investiraient plus de 20 millions de dollars par an dans le secteur pétrolier ou gazier iranien. Cette législation interdit non seulement aux compagnies américaines, mais aussi étrangères, de participer à la mise en place et au développement d’une voie potentielle de désenclavement pour les hydrocarbures caspiens à travers le territoire de l’Iran. Malgré cette législation, le Département d’État américain a cependant décidé en juillet 1997 qu’une proposition de gazoduc pour l’exportation du gaz turkmène vers la Turquie via l’Iran ne violait pas techniquement ces dispositions. Washington ne s’opposerait donc pas à ce projet qui implique pourtant Téhéran. Face à la pression de ses alliés européens qui refusent l’application extraterritoriale d’une loi américaine à leurs compagnies privées, le président Clinton a renoncé aux sanctions qui auraient pu frapper les sociétés européennes comme Total ou Gazprom et asiatiques comme Petronas, pour avoir enfreint la législation des États-Unis en investissant dans le secteur gazier offshore iranien (projet gazier de Sud Pars évalué à 2 milliards de dollars). Cependant, l’attitude américaine laisse planer suffisamment d’incertitude pour empêcher les investissements massifs dont l’industrie pétrolière iranienne a besoin.

  • 386 Turko-Persia in Historical Perspective, edited by Robert L. Canfield, Cambridge, Cambridge Universi (...)
  • 387 Canfield note à ce propos, “the Ottoman, Safavid and Mughal empires fostered specific variants of a (...)
  • 388 JALALI, A., Iran as a Major Power in the Caspian Sea Basin”, The Analyst, June 7, 2000.

40Outre la proximité géographique, du point de vue historique et culturel, l’histoire de l’Iran et celle de la Transoxiane sont enchevêtrées depuis des siècles. R. Canfield parle de véritable oikoumenê turco-persan pour qualifier la communauté culturelle partagée dans la longue durée historique par les mondes turc et persan386. Au moment d’être porté à son apogée par les empires ottoman, safavide et moghol, cet oikoumenê turco-persan s’étendait d’Istanbul à Delhi387. Du fait de la colonisation russe puis de la domination soviétique, les communications entre ces deux entités ont été presque totalement interrompues. L’Iran est donc confronté à un processus de véritable « redécouverte » de l’héritage commun qu’il partage avec la Transoxiane. Retrouvailles cependant de deux mondes profondément transformés durant le xxe siècle et qui doivent désormais redéfinir leurs relations, ce qui prendra sans doute du temps. Ce qui les rend difficiles c’est que les républiques d’Asie centrale renouent avec leurs racines culturelles et historiques mais ne peuvent faire complètement l’impasse sur leur passé russo-soviétique, qui constitue en même temps un pont vers la culture européenne388.

41En ce qui concerne les rapports interétatiques, l’Iran, surpris par l’effondrement de l’Union soviétique, a mis en place à la hâte des relations diplomatiques, politiques, économiques et culturelles avec ses nouveaux voisins. Depuis, Téhéran s’est impliqué activement dans le développement de ces relations. L’activisme iranien en Asie centrale est fondé sur deux considérations importantes. D’une part, l’Iran cherche à profiter de l’occasion qui s’est présentée à lui en 1991 pour briser l’isolement diplomatique dont il souffre sur la scène internationale, du fait de son militantisme islamique. En devenant un élément dynamique et incontournable dans la nouvelle configuration régionale qui se met en place pratiquement à sa porte, il essaie de relancer sa politique étrangère et d’amener à terme les pays occidentaux à reconnaître son importance stratégique. D’autre part, l’accession à l’indépendance des États d’Asie centrale modifie de fond en comble l’environnement géopolitique de l’Iran. Elle lui offre une nouvelle possibilité, celle de devenir un pays de transit et un élément essentiel de la nouvelle « Route de la soie » qui se profile. Le gouvernement de Téhéran ne peut évidemment négliger cet atout.

  • 389 Voir DJALILI, M. R., « Téhéran face à l’Asie centrale », Nouveaux Mondes, n° 4, printemps 1994, pp. (...)
  • 390 D’après PANNIER, B., “A need for common ground in Tadjikistan”, Transition, vol. 1, n° 24, December (...)
  • 391 ROY, O., « Le rôle de l’Islam en Asie centrale et au Caucase », op. cit., p. 24. Voir FURTIG, H., I (...)
  • 392 KARAM, P., “Realpolitik contre messianisme islamique”, op. cit., p. 74.

42En partant de ces deux considérations, l’Iran a élaboré une stratégie politique qui s’appuie à la fois sur une diplomatie multilatérale et sur un renforcement des liens bilatéraux avec tous les États. Il utilise une approche pragmatique plutôt qu’idéologique, privilégiant le rôle de grande puissance régionale au lieu de celui d’État islamique révolutionnaire. Les intentions prêtées à Téhéran dans le domaine de la propagation d’un islam militant en Asie centrale ne correspondent donc pas à la réalité389. Le fait que Téhéran professe un islam shi’ite alors que la majeure partie des peuples d’Asie centrale est de confession sunnite s’oppose d’ailleurs à l’extension de son influence. Même au Tadjikistan persanophone et culturellement proche de l’Iran, cette incompatibilité religieuse demeure. La majeure partie des Tadjiks est sunnite alors que les ismaéliens chi’ites du Pamir sont considérés comme schismatiques par le clergé iranien390. En matière de prosélytisme religieux Téhéran a adopté, en Asie centrale, une attitude bien plus modérée que celle du Pakistan ou de l’Arabie Saoudite391. En Asie centrale et dans son voisinage, le radicalisme islamique s’inscrit davantage dans une mouvance sunnite à forte connotation anti-shi’ite, comme par exemple dans le cas des taliban. Même dans le conflit tadjik, l’attitude iranienne a été modérée392. Téhéran n’a pas soutenu les « islamistes » tadjikes, mais par contre elle s’est attachée à rapprocher les diverses parties en conflit dans ce pays.

43Au niveau multilatéral, les autorités de Téhéran ont largement contribué à remettre en selle l’ECO, en encourageant l’adhésion des nouveaux États d’Asie centrale à cette organisation. Parallèlement, l’Iran a pris l’initiative de proposer, dès 1992, la création d’une nouvelle structure de coopération régionale réunissant les cinq pays riverains de la Caspienne. Mais étant donné l’existence de divergences sur le statut juridique de cette mer, cette nouvelle organisation de coopération n’est pas encore formellement entrée en fonction et cela en dépit du fait qu’ont déjà eu lieu de nombreuses rencontres consacrées à l’examen du développement de la coopération entre les États riverains.

  • 393 Ce mot d’origine arabe (au singulier “tâleb” qui devient “taleban” par l’adjonction de la finale pe (...)
  • 394 MAFINAZEM, A, “Iran and Uzbekistan, Friends or Rivals?”, The Analyst, July 19, 1999.

44Pour ce qui est des relations bilatérales, l’Iran a ouvert très rapidement des missions diplomatiques dans toutes les capitales d’Asie centrale. Des accords économiques, techniques et culturels ont été signés avec tous les États et de nombreux échanges de visites officielles ont lieu de manière constante depuis début 1992. Parmi les nouveaux partenaires centrasiatiques de l’Iran, le Turkménistan et le Tadjikistan occupent une place particulière, le premier de par sa contiguïté géographique et le second à cause de ses affinités culturelles. S’agissant du Turkménistan, voie d’accès de l’Iran à toute l’Asie centrale, des liens étroits ont été noués entre les deux pays. Depuis 1996, une ligne de chemin de fer permet la jonction ferroviaire entre l’Iran et le Turkménistan, tandis que le transit par la route s’organise selon un axe nord-sud (Turkménistan-golfe Persique) et est-ouest (Turkménistan-Turquie). Quant au Tadjikistan persanophone, il occupe une place à part dans la politique iranienne. En dépit de la distance géographique et des divergences idéologiques évidentes qui existent entre Douchanbé et Téhéran, les affinités culturelles favorisent le développement de rapports privilégiés entre les deux pays. Cependant, la persistance de tensions à l’intérieur du Tadjikistan ainsi que la situation en Afghanistan ont freiné l’extension des relations bilatérales. Par rapport à l’Ouzbékistan, la politique iranienne se fonde sur des considérations tenant compte à la fois de l’importance de ce pays – le plus peuplé d’Asie centrale – et des ambitions régionales de son président, Islam Karimov. Téhéran, conscient aussi de l’impact de la culture persane dans bien des régions de l’Ouzbékistan et de l’importance de villes comme Samarkand et Boukhara dans l’histoire du monde musulman, cherche à développer de bonnes relations avec ce pays. Cela n’a pas toujours été aisé compte tenu d’une part, du discours politique ouzbek sur la menace islamiste en provenance de l’Iran et, d’autre part, des rapports privilégiés que Tachkent désirait entretenir avec Washington. L’Iran et l’Ouzbékistan ont également des vues divergentes sur le Tadjikistan. Cependant, l’arrivée au nord de l’Afghanistan en août 1998 des taliban393 et les massacres consécutifs de milliers d’Hazaras shi’ites avaient quelque peu modifié la perception de Tachkent. Le président Karimov s’était, semble-t-il, rendu compte que la menace pour son régime provenait davantage du militantisme des taliban que de l’Iran, ce qui avait ouvert la possibilité d’une détente entre les deux pays394.

45En ce qui concerne le Kazakhstan, riverain de la Caspienne, l’Iran essaie de développer ses relations économiques avec ce pays. Une collaboration sous forme de swap (troc) pétrolier s’est instaurée entre Téhéran et Astana. Quant à la République kirghize, son importance est pour l’heure assez limitée dans les calculs stratégiques de Téhéran, mais il constitue déjà un lieu de passage pour le trafic routier entre l’Iran et la Chine.

  • 395 “Iran set to create market for Caspian Sea crude oil”, AGOC vol. 5, issue 11, June 23, 2000.
  • 396 “Last component of Korpeje-Kord-Kuy pipeline completed”, AGOC, vol. 5, issue 11, June 23, 2000.

46Afin de tenter de réduire la pénétration occidentale, singulièrement celle de Washington en Asie centrale, l’Iran tente de devenir un débouché pour le pétrole du bassin caspien. La consommation interne d’hydrocarbures, en augmentation constante dans le nord du pays, fortement peuplé et urbanisé, offre en effet une possibilité de développer en Iran les exportations de ressources énergétiques en provenance de la zone caspienne. Par contre, la production pétrolière iranienne, concentrée dans le sud du pays, pourrait être essentiellement destinée à l’exportation. Cette stratégie vise bien évidemment à faire de l’Iran un partenaire politique et économique important des États riverains de la Caspienne tout en réduisant l’attrait du projet de désenclavement américain par la Turquie (oléoduc Bakou/Ceyhan). Pour accroître les relations économiques avec la région caspienne, Téhéran mise aussi sur le développement de ses infrastructures de transport dans le nord du pays et sur la conclusion d’accords de swap ou d’approvisionnement pétrolier sur le long terme avec l’Azerbaïdjan et le Kazakhstan. Le problème de cette politique réside dans le fait que les accords de swap déjà réalisés avec le Turkménistan, par exemple, n’ont pas vraiment donné les résultats espérés395. Les difficultés autour de la liaison établie entre Korpedje (Turkménistan) et Kurt Koy (Iran) illustrent bien ce problème. En effet, ce gazoduc destiné à approvisionner le nord de l’Iran a été financé par Téhéran, moyennant le remboursement des coûts par la livraison de gaz turkmène. Téhéran devait avoir recouvré son investissement dans les deux ans. Cependant, alors que les quantités susceptibles d’être transportées par le gazoduc s’élèvent à 5 milliards de m3 par an, en juin 2000, seuls 2 milliards de m3 avaient effectivement été livrés à Téhéran depuis le dernier trimestre 1998. Le volume de gaz exporté a encore été réduit en 2000, si bien que les quantités prévues par les accords ne sont pas atteintes et qu’en outre, le nord du pays a été confronté à des pénuries396. Les difficultés auxquelles cette stratégie sera confrontée ne seront sans doute pas moindres dans le domaine des échanges pétroliers avec Bakou et Astana.

  • 397 Voir FREEDMAN, R.O., “Russian-Iranian Relations in the 1990s”, MERIA, vol. 4, n° 2, June 2000, pp.  (...)
  • 398 Voir l’interview de Viktor Kalyuzhny, représentant spécial du Président V. Poutine pour la région d (...)

47De manière générale, malgré l’intensité des efforts iraniens en Asie centrale, la politique de Téhéran rencontre un certain nombre d’obstacles qui ne lui permettent pas de jouer un rôle à la mesure de ses attributs géopolitiques. Parmi ces obstacles, nous avons déjà signalé les positions idéologiques du régime islamique. A cela, il faut ajouter le manque de moyens financiers et économiques, l’isolement relatif de l’Iran sur la scène internationale et l’opposition des États-Unis à l’extension de son rôle en Asie centrale. Ces facteurs empêchent l’édification d’une grande politique centrasiatique. On pourrait dire que, pour Téhéran, le chemin de l’Asie centrale passe par une amélioration de ses relations avec Washington. La seule parade avancée par la République islamique pour pallier aux difficultés rencontrées dans l’édification de sa politique centrasiatique a été le développement d’une coopération étroite avec la Russie397. Mais cette politique n’a pas produit les résultats attendus. Moscou protège ses intérêts dans la région de la Caspienne, intérêts qui ne se confondent pas nécessairement avec ceux de l’Iran398. En ce qui concerne l’acheminement du pétrole de la Caspienne, Téhéran est également un concurrent pour Moscou. Un autre aspect de la politique russe qui gêne beaucoup l’Iran est l’intervention militaire en Tchétchénie. Ne pouvant condamner ouvertement la Russie qui s’en prend à une population musulmane, la République islamique se met en porte-à-faux par rapport à sa propre image. Enfin, il faut aussi tenir compte du fait que les rapports entre les deux pays sont sensiblement influencés par l’évolution des relations entre Moscou et Washington. Un réchauffement ou une détérioration des rapports entre ces deux États a des conséquences sur les relations bilatérales irano-russes, sans que Téhéran ne dispose de la moindre possibilité d’influence sur ces évolutions.

  • 399 Voir ORAL, Sander, “Turkeyand Turkic World”, Central Asian Survey, vol. 13, n° l, 1993, pp. 37-44 ; (...)
  • 400 Voir IDRIS BAL, “The Turkish Model and the Turkic Republics”, Perceptions, vol. III, n° 3, Septembe (...)
  • 401 Frédérique-Jeanne Besson citée in BILLION, D., « La Turquie: des illusions au réalisme », La revue (...)
  • 402 Le Tadjikistan persanophone intéresse évidemment beaucoup moins la Turquie.
  • 403 KRAMER, H., “Will Central Asia become Turkey’s sphere of influence”, Perceptions, vol. III, n° 4, M (...)
  • 404 Voir COPEAUX, E., Une vision turque du monde à travers les cartes de 1931 à nos jours, Paris, CNRS (...)
  • 405 KRAMER, H., “Will Central Asia become Turkey’s sphere of influence”, op. cit.

48Comme l’Iran, la Turquie est un acteur régional qui s’est fortement impliqué en Asie centrale et au Caucase dès l’effondrement de l’URSS399. La situation qui prévalait dans l’ancien espace soviétique a offert à Ankara l’occasion de restaurer son importance stratégique et politique aux yeux des Occidentaux, dans un contexte post-guerre froide. L’activisme politique d’Ankara, contrairement à Téhéran, a bénéficié très vite du soutien de Washington. Avec la disparition de l’URSS, les États-Unis ont considéré la Turquie comme un moyen de contenir la menace islamique potentielle que représentait l’Iran à leurs yeux. Il s’agissait d’éviter que le vide de pouvoir créé par le retrait russe du Caucase et de l’Asie centrale ne soit mis à profit par Téhéran. La Turquie a ainsi été présentée comme un modèle de république laïque et démocratique, occidentalisée et économiquement développée dont pourraient s’inspirer les républiques centrasiatiques dans leur construction nationale400. A Ankara, la fin de l’Union soviétique a également signifié la redécouverte d’un monde turc qui, comme l’écrit F.-J. Besson, n’avait « jamais disparu du champ idéologique turc mais avait été réduit à une abstraction »401. Depuis 1991, certains cercles nationalistes et religieux turcs de même que les médias, ont mis l’accent sur les liens culturels, ethniques, religieux et linguistiques qu’entretiendrait la Turquie avec les quatre républiques turcophones d’Asie centrale ainsi qu’avec l’Azerbaïdjan402. L’existence d’une aire turque, s’étendant des Balkans aux confins de la Chine, forte d’une population de 120 millions d’habitants, offrant à la Turquie des possibilités de nouer des liens culturels, politiques et économiques très étroits, est souvent évoquée par la presse d’Ankara et les hommes politiques turcs. L’ancien président, Turgut Ozal, parlait ainsi d’un « xxisiècle turc »403. A partir de 1993, afin de sensibiliser la jeunesse turque à la nouvelle conjoncture internationale, on a même vu réapparaître dans les manuels scolaires des chapitres et des cartes consacrés au « monde turc du xxe siècle » et aux « Turcs d’Asie ». Le mot « Turkestan », politiquement très connoté, y est également réapparu404. Partant de ces affinités partagées avec les républiques centrasiatiques, le gouvernement turc, a organisé dès octobre 1992 le premier sommet des États turcs. Depuis lors, d’autres rencontres de chefs d’États turcophones sont régulièrement organisées. Aucune autre région n’a fait l’objet de visites officielles de personnel politique turc aussi fréquentes que les républiques centrasiatiques405. Mais malgré les déclarations sur les liens de fraternité unissant l’Asie centrale à la Turquie, l’émergence d’un « Grand monde » turc s’est rapidement révélée illusoire. Les espoirs d’Ankara ont dû être revus à la baisse. Les « atouts » d’Ankara dans ces relations avec les républiques centrasiatiques se sont en effet révélés moins pertinents que prévu. Du point de vue linguistique, la Turquie a ainsi surestimé les affinités qu’elle partage avec les populations de l’Asie centrale. Il existe en effet au moins cinq groupes de langues turques, ce qui rend par exemple la communication entre un Turc de Turquie et un Kazakh peu aisée. Seul l’azéri est facilement compréhensible pour un Turc de Turquie. De ce point de vue, l’Iran dispose même d’un atout par rapport à Ankara. En effet, de nombreux Iraniens sont bilingues et parlent à la fois persan et turc. Téhéran peut ainsi envoyer de nombreux diplomates bilingues en Asie centrale.

  • 406 La Turquie ne partage de frontière commune avec l’Azerbaïdjan qu’au Nakhitchevan, enclave azérie sé (...)

49Sur le plan religieux, le monde turc est également fragmenté, puisque les Azéris, pourtant proches géographiquement de la Turquie, sont très majoritairement chi'ites. Du point de vue politique enfin, les peuples d’Asie centrale désirent garder leur identité propre. Les individus se sentent davantage ouzbeks ou turkmènes que « turcs ». Les États de la région ne veulent pas échanger le « Grand frère » russe contre un nouveau « Grand frère » turc. Un certain paternalisme turc ainsi que l’arrogance culturelle d’Ankara ont également provoqué progressivement l’agacement des leaders centrasiatiques ainsi que celui de la population. Quant au rôle d’intermédiaire entre l’Occident et l’Asie centrale que certains entendaient faire jouer à la Turquie sur le plan économique, il faut remarquer que les sociétés occidentales se passent très bien des hommes d’affaires turcs pour pénétrer les marchés centrasiatiques. Si, par rapport à l’Iran, Ankara détient quelques avantages dans la région, elle est également confrontée à un handicap majeur, celui de ne pas posséder de frontières communes, ni terrestres ni maritimes – à travers la Caspienne – avec les républiques centrasiatiques406. Sur le plan historique également, contrairement à une assertion souvent reprise dans les médias occidentaux, l’Empire ottoman ne s’est jamais étendu sur l’Asie centrale. Enfin, l’activisme politique d’Ankara en Asie centrale et dans le Caucase a suscité des inquiétudes à Moscou et à Téhéran. La Russie, craignant l’accroissement de l’influence de la Turquie, considérée au sein des cercles militaires russes comme la tête de pont de l’Otan, a rapidement décidé de contrer les visées d’Ankara dans ces régions. On remarquera que du point de vue centrasiatique, la Turquie n’a pas non plus les moyens d’offrir des garanties militaires. Dans ce domaine, la Russie demeure mieux placée. Cet ensemble de facteurs explique que la Turquie ait revu ses ambitions initiales à la baisse pour adopter une politique plus réaliste et plus conforme à ses moyens.

  • 407 Voir infra.

50Au-delà des aspects affectifs et émotionnels, la politique turque en Asie centrale se fonde essentiellement sur des considérations économiques et énergétiques. La promotion d’une voie est-ouest pour désenclaver les productions de la Caspienne est rapidement devenue un axe principal de la politique d’Ankara à l’égard de la zone Caspienne. Depuis 1994, la capitale turque, soutenue par Washington, favorise la construction d’un oléoduc entre Bakou et le port turc de Ceyhan sur la Méditerranée. Il s’agit de désenclaver les productions caspiennes d’hydrocarbures en évitant le territoire de la Russie mais aussi celui de l’Iran. Jusqu’à présent, malgré le soutien américain, cet objectif n’a pas encore été atteint407.

  • 408 KRAMER, H., A Changing Turkey. The Challenge to Europe and the United States, Washington DC, Brooki (...)
  • 409 Republic of Turkey, Ministry of Foreign Affairs, Relations with the Central Asian Republics, (www.m (...)
  • 410 L’Eximbank aurait ainsi fourni 1,1 milliard de dollars en programmes, crédit d’investissements et s (...)
  • 411 Republic of Turkey, Ministry of Foreign Affairs, Relations with the Central Asian Republics, (www.m (...)
  • 412 Idem.
  • 413 DEMIR, C.E., BALCI, A., AKKOK, F., “The role of Turkish schools in the educational system and socia (...)
  • 414 Par exemple l’International Turkmen-Turkish University et la Kyrgyz-Turkish Manas University.

51Dans le domaine du développement économique, Ankara a mis sur pied une agence de coopération destinée à favoriser les échanges avec les États de la zone. L’Agence turque pour la coopération technique et économique (TIKA), fondée en 1992, a pour mission de coordonner les activités privées et publiques en matière de développement en Asie centrale. Cette agence fournit une aide aux nouveaux États dans les secteurs les plus variés. Elle a ainsi contribué au développement d’un système bancaire, à la formation d’un personnel capable d’opérer dans une économie de marché, à la création de l’Eurasian Union of Chambers (chambres de commerce) et de la News Agencies Union of the Turkish Speaking Countries, à la mise en place de réseaux informatiques, à la transmission de programmes de télévision par satellite, etc. L’objectif d’Ankara est de favoriser l’indépendance économique des républiques centrasiatiques grâce au développement de leur économie nationale et à l’établissement des bases nécessaires à une économie de marché408. La Turquie a ainsi conclu plusieurs centaines d’accords avec ces républiques dans les domaines de l’économie, de la culture, de l’éducation, des communications et des transports, de l’assistance technique et de la formation409. Le gouvernement turc offre une aide humanitaire à certains États, favorise la venue d’étudiants de la zone en Turquie par l’intermédiaire de bourses d’études et met à la disposition des exportateurs turcs des lignes de crédits (Eximbank)410. Le secteur privé turc a fait preuve d’un dynamisme impressionnant en Asie centrale dans des secteurs comme la construction, l’hôtellerie, la restauration, la grande distribution, l’agro-alimentaire, l’électricité, l’informatique, les télécommunications et le textile-cuir. On comptait en 1998 environ 4 000 entreprises turques implantées dans les républiques centrasiatiques et en Azerbaïdjan. Les investissements dans la région sont également importants, puisque les entrepreneurs turcs y auraient investi 8,4 milliards de dollars411. Sur le plan culturel, les universités turques accueillent plusieurs milliers d’étudiants originaires des pays d’Asie centrale412. Plusieurs centres culturels et de nombreuses écoles ont été ouverts dans ces pays. Les écoles turques installées en Asie centrale – plus d’une centaine –, jouent un rôle très important dans l’éducation des futures élites de la zone413. De nouvelles universités ont également été établies en collaboration avec les États de la région414. Étant donné le rôle de ces établissements dans la formation des élites centrasiatiques, la Turquie verra sans doute son influence croître dans l’avenir.

  • 415 PEROUSE, J.F., « Le monde turc à l’épreuve de la réalité », op. cit., p. 72. Voir le succès du mouv (...)

52Du point de vue religieux, l’influence de la Turquie laïque mais sunnite est probablement plus importante que celle de la République islamique d’Iran mais chiite. Les organisations islamiques turques, officielles ou privées, ainsi que les confréries religieuses de ce pays ont mis en place des réseaux et sont actives presque partout415.

  • 416 “Foreign Relations between Israel and the Islamic Newly Independent States”, The Analyst, August 6, (...)
  • 417 “Axis and counteraxis in the Caucasus”, CDPSP, vol. 52, n° 5, March 1, 2000, p. 22.
  • 418 IMF, Direction of Trade Statistics Yearbook, Washington DC, 1999.
  • 419 POPE, N., “Losing the Great Game”, MED, June 16, 2000, p. 16.
  • 420 Voir infra et United States Energy Information Administration, August 2000 (www.eia.doe.gov).
  • 421 BILLION, D., « La Turquie : des illusions au réalisme », op. cit., p. 156.
  • 422 POPE, N., “Losing the Great Game”, op. cit., pp. 15-17.
  • 423 Voir « Déclaration commune des présidents Suleyman Demirel et Edouard Chevardnadze, Tbilissi, 15 ja (...)
  • 424 LELYVELD, M., “Turkey challenges leadership role in Caspian Region”, RFE/RL., January 24, 2000 et “ (...)
  • 425 “Ankara’s entrance exam”, CDPSP, vol. 52, n° 3, February 16, 2000, pp. 17-18 ; “Turkey challenges R (...)
  • 426 Voir AKHMEDOVA, A., “Azerbaijan, Georgia move to secure oil pipelines”, Eurasia Insight, April 21, (...)
  • 427 « La Force internationale d’assistance pour la sécurité », AFP, 20 juin 2002.

53En définitive, malgré une percée turque indéniable en Asie centrale, on est très loin des espoirs suscités par l’effondrement de l’Union soviétique, lorsque Ankara, encouragée par Washington, croyait se tailler une place de premier choix sur le plan international grâce à sa politique dans le « monde turc ». Le manque de moyens financiers, la concurrence d’autres acteurs plus puissants sur le plan économique – comme les États de l’Union européenne, Israël416, le Japon, la Corée du sud ou les Etats-Unis –, la réticence des partenaires centrasiatiques ainsi que la faiblesse des moyens de transport, la situation interne en Turquie et la fragmentation du pouvoir, la nécessité de tenir compte des intérêts de Moscou et de Téhéran, et enfin le choix des Occidentaux de traiter directement avec ces pays ont empêché la réalisation de ce projet de toute façon trop ambitieux. Les responsables turcs ont rapidement pris conscience qu’une politique trop active en Asie centrale risquait de provoquer des conflits d’intérêts avec l’Iran et aussi avec la Russie417. Ces conflits porteraient atteinte aux relations économiques et énergétiques que la Turquie entretient avec ces deux pays. Dans ces domaines, les relations irano-turques et russo-turques sont en effet très importantes pour Ankara. Sur le plan des échanges économiques par exemple, en 1998, les chiffres officiels du commerce entre Moscou et Ankara – c’est-à-dire sans prendre en compte le « commerce de valise » qui n’entre pas dans les statistiques –, s’élevaient à 3,5 milliards de dollars contre 894 millions de dollars pour l’ensemble des échanges entre la Turquie et les cinq républiques d’Asie centrale418. La même année, les échanges irano-turcs s’élevaient à 628 millions de dollars. Dans le domaine énergétique, Ankara dépend de la Russie. Moscou fournit effectivement 70 % du gaz consommé en Turquie419. Cette dernière a essayé de réduire sa dépendance en diversifiant ses approvisionnements et en se tournant vers l’Iran. Un accord a ainsi été conclu en 1996 entre Ankara, Téhéran et Achkhabad, aux termes duquel le Turkménistan devrait livrer du gaz à la Turquie à travers le territoire iranien420. Étant donnée l’importance de la Russie et de l’Iran pour son commerce et son approvisionnement énergétique, Ankara n’a donc pas vraiment intérêt à s’aliéner ces deux États. D. Billion a résumé ce dilemme turc : « comment jouer un rôle géopolitique en Transcaucasie et en Asie centrale, en concurrence avec Moscou, alors que ses intérêts économiques se développent pour l’instant moins avec les républiques caucasiennes et centrasiatiques qu’avec la, Russie elle-même ? »421. Les liens avec la Russie ne devraient pas non plus être négligés par Ankara si elle espère voir le projet Bakou/Ceyhan se concrétiser. En effet, les Russes conservent une capacité de nuisance susceptible de bloquer la réalisation de ce dernier, capacité qu’ils avaient mise en œuvre avec un certain succès au cours de l’année 2000422. Bien qu’Ankara ait révisé à la baisse ses prétentions à l’égard de l’Asie centrale, son regain d’intérêt pour le projet Bakou/Ceyhan depuis la signature du protocole d’Istanbul, sa collaboration avec la Géorgie423 et l’Azerbaïdjan ainsi que les déclarations de S. Demirel concernant la nécessité d’un pacte de stabilité au Caucase424 avaient ravivé la méfiance russe. Ce phénomène était particulièrement perceptible au travers de la presse425. Il risquait de jeter une ombre sur l’avenir des relations russo-turques dans le Caucase et, par extension, en Asie centrale. Contrairement au programme de rapprochement avec le « monde turc » promu pendant la présidence de S. Demirel, le nouveau président turc Ahmet Necdet Sezer, élu en mai 2000, avait choisi dans son discours d’investiture de mettre davantage l’accent sur les relations de son pays avec l’Union européenne. Sa première visite officielle avait toutefois été réservée à Bakou. La question des priorités de la politique étrangère turque restait donc posée. Après les attentats du 11 septembre 2001, la Turquie, en tant qu’alliée des États-Unis dans la région a confirmé son soutien à la politique américaine. Elle a essayé de renforcer sa présence dans le Caucase, notamment en coopérant avec la Géorgie et l’Azerbaïdjan426, et tenté d’élargir l’axe Ankara/Bakou/Tel Aviv. Enfin, elle a amorcé un rapprochement avec le nouveau gouvernement afghan. Dans le cadre de l’opération des Nations unies en Afghanistan, Ankara a pris en juin 2002 le relais de Londres à la tête de la Force internationale d’assistance pour la sécurité en Afghanistan (Isaf). Elle doit en assurer le commandement pour six mois et déployer 1 500 hommes sur le terrain427. Cette décision confirme, si besoin était, son implication directe ou indirecte dans la stratégie américaine en Asie centrale. L’après-11 septembre ouvre une nouvelle perspective à la politique turque dans cette région. Désormais, la Turquie se voit offerte la possibilité de jouer un rôle sur le plan militaire et sécuritaire dans cette zone.

e. Autres puissances asiatiques

Le Japon

54Comme on a pu le constater avec l’essor des relations sino-centrasiatiques, le retour de l’Asie centrale sur l’échiquier international est également une ouverture de cette région sur le reste du continent asiatique. L’horizon des républiques d’Asie centrale s’est étendu au-delà du voisin chinois. Avides de relations nouvelles après un tête-à-tête avec la seule Russie pendant plus d’un siècle, les États de la région ont cherché à nouer des contacts tous azimuts. Dans cette perspective, le Japon, première puissance économique du continent asiatique, ne pouvait pas manquer de retenir leur attention. Il est intéressant de constater que Tokyo a répondu rapidement au désir d’ouverture des républiques d’Asie centrale. Des relations diplomatiques bilatérales ont ainsi été établies avec le Kazakhstan, la République kirghize et l’Ouzbékistan, dès le 26 janvier 1992, avec le Tadjikistan le 2 février et avec le Turkménistan dans le courant du mois d’avril 1992. A la même époque, le vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères Micino Watanabe s’est rendu en visite officielle en République kirghize et au Kazakhstan et, dès janvier 1993, Tokyo a installé une ambassade à Almaty.

  • 428 On se souviendra des débats autour de l’origine continentale (Asie centrale) ou méridionale (malayo (...)
  • 429 “Japan’s attempts to formulate a Silk Road Strategy”, The Analyst, February 14, 1999.
  • 430 La firme Mitsui modernise ainsi la Centrale hydroélectrique de Severnaya en Azerbaidjan, grâce à un (...)
  • 431 Voir Japan’s Official Development Assistance (ODA), Annual Report 1999 (www.mofa.go.jp).

55Parmi les facteurs qui expliquent l’intérêt japonais pour la zone, il faut se souvenir que, sur le plan culturel, l’héritage mongol et nord-asiatique des populations centrasiatiques, de même que le passé bouddhique de l’Asie centrale et de l’Afghanistan attirent la sympathie des Japonais428. Des contacts culturels ont ainsi été établis dès le début des années 1990, alors qu’un Institut de Recherche sur l’Asie centrale voyait le jour en janvier 1999. Au-delà de cette affinité culturelle perçue par les Japonais, l’intérêt de Tokyo pour l’Asie centrale tourne principalement autour de trois pôles : un pôle politique, un pôle économique et un pôle énergétique429. Dans le domaine politique, l’émergence de l’Asie centrale sur l’échiquier international offre à Tokyo l’occasion d’élargir son horizon de politique étrangère. Dès le milieu des années 1990, le Japon a ainsi commencé à étendre ses relations avec les nouvelles républiques d’Asie centrale dans le cadre de sa « diplomatie eurasienne », notamment par le biais de prêts ou de dons destinés à la construction ou à la modernisation d’infrastructures430, à l’éducation, au secteur médical ou à l’aide d’urgence. Depuis 1993, le Japon est ainsi devenu un des principaux fournisseurs d’aide au développement de la région431.

  • 432 “Kazakhstan’s President concludes visit to japan”, RFE/RL Newsline, December 10, 1999.
  • 433 Voir HICKOK, M.R., “The other end of the Silk Road: Japan’s Eurasian initiative”, Central Asian Sur (...)
  • 434 Cité in Idem, p. 34.

56Sur le plan politique, les visites de dirigeants japonais en Asie centrale ou de dirigeants centrasiatiques à Tokyo se sont succédé depuis le milieu des années 1990, preuve de l’accroissement du rôle de l’archipel sur la scène régionale. Le président kirghiz s’est ainsi rendu au Japon en 1993 et 1998. Le président ouzbek a effectué une visite officielle dans l’archipel en 1994, alors que le premier ministre ouzbek faisait le déplacement à Tokyo en 1996, 1998 et 1999. Le président Nazarbaev s’est, pour sa part, rendu en visite officielle dans l’archipel en avril 1994 et en décembre 1999. Au cours de cette dernière visite, Tokyo a offert une ligne de crédit de 1,2 million de dollars au Kazakhstan pour le financement de huit projets destinés à améliorer les infrastructures du pays432. Pour les républiques d’Asie centrale confrontées à de nombreuses difficultés liées à la sortie du modèle soviétique, le Japon offre l’exemple d’une modernisation asiatique réussie. L’expérience de la reconstruction du Japon après la Seconde Guerre mondiale fournit un modèle de développement dans lequel l’État et les industries collaborent étroitement, afin de réduire les retombées négatives sur la société de la restructuration rapide de l’économie. Ce modèle de développement non occidental semble avoir trouvé un certain écho auprès des dirigeants centrasiatiques inquiets face aux conséquences de plus en plus visibles des politiques économiques brutales prônées par les Occidentaux, sur la stabilité politique interne. Le président du Kazakhstan, N. Nazarbaev, de même que son homologue ouzbek, Islam Karimov, se sont ainsi prononcés pour un modèle de développement s’inspirant de l’expérience japonaise433. Outre l’aide apportée par le Japon, dans le domaine économique et commercial, les liens entre Tokyo et les républiques d’Asie centrale se sont étendus. Le MITI (Ministry of International Trade and Industry du Japon) encourage les entreprises japonaises à investir dans la région. Les sociétés japonaises ont adopté une stratégie commerciale à long terme, visant à établir des alliances avec des compagnies locales ou les gouvernements dans d’autres secteurs que les seuls hydrocarbures. Contrairement aux Occidentaux, les grandes compagnies japonaises comme Itochu et Mitsui ont donc choisi de diversifier leurs investissements sur les marchés régionaux, sans se concentrer uniquement sur les hydrocarbures. Ce choix est apprécié par les leaders locaux et Tokyo a accumulé un certain capital de sympathie dans la région. Ainsi, le président kirghiz a-t-il souligné que le Japon fournissait un exemple de la manière dont les investisseurs étrangers pouvaient contribuer positivement à la restructuration des économies locales, au lieu d’extraire les richesses de l’Eurasie au bénéfice exclusif des économies déjà développées434. Sur le plan commercial, Tokyo est devenu, au fil de la décennie écoulée, un partenaire non négligeable pour le Kazakhstan et l’Ouzbékistan. Pour l’avenir, les échanges commerciaux pourraient encore croître du fait de la complémentarité des économies d’Asie centrale, productrices de matières premières, avec celle du Japon.

  • 435 IMF, Direction of Trade Statistics Yearbook, Washington DC, 1999.

19. Les républiques d’Asie centrale et le Japon 1992-1998435 (en millions de dollars)

19. Les républiques d’Asie centrale et le Japon 1992-1998435 (en millions de dollars)
  • 436 MEDLOCK, K.B. III, SOLIGO, R., “Japanese Energy Demand to 2015”, in Japanese Energy Security and Ch (...)
  • 437 HICKOK, M.R., “The other end of the Silk Road: Japan’s Eurasian initiative”, op. cit., p. 32.
  • 438 LELYVELD, M., “Russia: Gazprom secures pipeline financing”, RFE/RI, 18 April 2000 et “Gazprom secur (...)
  • 439 MITO, T., “Japan’s energy strategy, Russian economic security, and opportunities for Russian energy (...)

57Sur le plan énergétique, les réserves d’hydrocarbures de l’Asie centrale intéressent bien entendu également Tokyo. En effet, du point de vue de son approvisionnement, le Japon, quatrième pays consommateur d’énergie du monde après les États-Unis, la Chine et la Russie, dépend à près de 75 % de ses importations de pétrole en provenance des pays de l’OPER principalement des États du golfe Persique, l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis, qui représentent à eux seuls 65 % des importations japonaises de pétrole436. Cette dépendance à l’égard du Moyen-Orient pourrait encore croître dans l’avenir. Aussi, conscient du problème de sécurité énergétique qui se pose du fait de cette dépendance, le gouvernement japonais tente de promouvoir non seulement la stabilité de son approvisionnement, mais aussi la diversification des fournisseurs de l’archipel. Les réserves pétrolières de l’Asie centrale ont ainsi retenu l’attention des compagnies japonaises, notamment en Azerbaïdjan et au Kazakhstan. A l’égard des investissements dans le domaine des hydrocarbures, les compagnies japonaises ont tout d’abord adopté une politique plus prudente que celle des Occidentaux, avant de devenir plus active à partir de décembre 1998. Itochu Oil Exploration Co a ainsi acquis en 1996, 3,54 % de Azerbaïdjan International Operating Company (AIOC), consortium dont on savait déjà qu’il contrôlait des réserves prouvées de pétrole, ce qui limitait les risques. En décembre 1997, la même société a par ailleurs décidé de se lancer dans la construction d’une nouvelle raffinerie à Supsa en Géorgie, pour un montant estimé à 250 millions de dollars. Malgré sa prudence, Tokyo a toutefois subi des revers dans le domaine des investissements énergétiques, notamment lors de la fermeture de la North Aspheron Operating Company dont Itochu détenait 20 %. En ce qui concerne la question cruciale des voies de désenclavement pour les hydrocarbures caspiens, la Japan’s Export-Import Bank a proposé, en janvier 1999, de financer une partie de l’oléoduc Bakou/Ceyhan (200 millions de dollars)437. Cet alignement sur les positions américaines a cependant placé Tokyo en difficulté face à Moscou et à Téhéran. Pour rétablir en quelque sorte l’équilibre entre les options américaines et celles de la Russie, en avril 2000, le Japon s’est engagé par l’intermédiaire de la Japan Bank for International Cooperation à financer le projet de gazoduc “Blue Stream” de la société russe Gazprom pour la livraison de gaz russe à la Turquie à hauteur de 600 millions de dollars438. Ce choix entre en contradiction flagrante avec le souhait américain de favoriser la construction d’un gazoduc transcaspien pour la livraison de gaz turkmène à la Turquie, à travers la mer Caspienne puis l’Azerbaïdjan et la Géorgie. Dans ses choix touchant à l’échiquier caspien, Tokyo semble donc chercher à conserver un certain équilibre entre les préférences défendues par Washington et les intérêts de la Russie, avec qui il envisage de tisser des relations importantes dans le domaine énergétique439.

  • 440 Voir SMIL, V., “China’s greenhouse gas emissions”, Global Environmental Change, vol. 4, n° 4, Decem (...)
  • 441 Voir MATSUURA, S., “China’s Air Pollution and Japan’s Response to it”, International Environmental (...)
  • 442 ASUKURA, K., “Concept for a Natural Gas Pipeline that will support Asia’s Symbiosis. Part 1. The No (...)
  • 443 Voir “Asia in a new century challenge and opportunity”, Speech by Prime Minister of Japan, Junich (...)
  • 444 BLUA, A., “Central Asia: Japan keen to boost regional ties”, RFE/RI, July 11, 2002.
  • 445 Voir “Joint statement on friendship, strategic partnership and cooperation between Japan and the Re (...)

58Toujours dans ce domaine, les réserves gazières de l’Asie centrale, principalement celles du Turkménistan et de l’Ouzbékistan, intéressent également Tokyo. En effet, des raisons d’ordre environnemental et économique poussent le Japon à envisager la mise en place d’un vaste projet destiné à assurer l’approvisionnement en gaz de l’Asie de l’Est. Au-delà de cet aspect, le développement d’un réseau de gazoducs serait destiné, selon les promoteurs du projet, à assurer la paix et la stabilité dans la région. Le Japon voit ainsi, dans la mise en place de ce réseau, l’occasion d’accroître la coopération régionale, notamment avec la République populaire de Chine. En outre, Tokyo favorise l’accroissement de la consommation de gaz par Pékin afin de réduire sa dépendance vis-à-vis du charbon – dont les effets sur l’environnement par le biais notamment de la pollution atmosphérique, de la contribution à l’effet de serre440 et des pluies acides –, sont déjà bien visibles non seulement en Chine même mais aussi en Asie de l’Est. Pour le gouvernement japonais, étant donné le fait que la Chine est actuellement le second producteur mondial de dioxide de carbone (13,2 % des émissions mondiales) et qu’elle risque de dépasser les États-Unis dans ce domaine vers 2020, l’Asie de l’Est aurait tout à gagner, sur le plan environnemental, de la réduction de la consommation chinoise de charbon441. Dans cette optique, Mitsubishi a proposé le développement d’un “Trans-Asia Natural Gas Pipeline Concept”, dont la réalisation a été estimée à environ 7 billions de Yen442. Le projet vise au développement d’un réseau de gazoducs (45 000 km) destinés à approvisionner l’Asie de l’Est (Mongolie, Corée du Nord, Corée du Sud, Chine, Japon), à partir de champs gaziers de l’ex-Union soviétique. Ce projet aurait également l’avantage de réduire la dépendance énergétique de la région vis-à-vis du golfe Persique. Le Turkménistan a été identifié comme l’une des cinq sources potentielles d’approvisionnement gazier. Les autres zones considérées sont le nord de Sakhaline, la Yakoutie, la région d’Irkoutsk et la côte arctique de la Sibérie occidentale. En ce qui concerne spécifiquement l’Asie centrale, les études de faisabilité préliminaires concernant un projet de gazoduc entre le Turkménistan et le Xinjiang (Chine), avec extension possible jusqu’au Japon, sont menées par Exxon-Mobil, Mitsubishi et la China National Petroleum Company. Étant donnés les coûts de construction d’un tel projet, un grand nombre d’observateurs doutent cependant de sa concrétisation à court terme. De plus, le fait qu’un gazoduc important destiné à l’approvisionnement du Japon traverse le territoire de la Chine pourrait offrir à cette dernière un moyen substantiel de pression sur Tokyo. Les arguments stratégiques pourraient donc s’opposer à sa réalisation. Preuve de l’intérêt continu du Japon pour l’Asie centrale, le premier ministre japonais, Junichiro Koizumi, a annoncé en avril 2002 son intention d’envoyer dans la zone une mission d’experts. Cette mission composée d’industriels, de représentants du gouvernement et aussi des milieux académiques avait pour rôle d’explorer la possibilité d’étendre la coopération nippo-centrasiatique, notamment dans le secteur énergétique443. A la mi-juillet 2002, cette délégation japonaise, comprenant une trentaine de personnes, a donc entamé une tournée de dix jours au Kazakhstan, en Ouzbékistan, au Turkménistan et en Azerbaïdjan444. En retour, le Japon a accueilli, pour la seconde fois, fin juillet 2002, le président Islam Karimov à Tokyo. A l’occasion de cette visite, une déclaration commune d’amitié, de partenariat stratégique et de coopération a été signée entre les deux pays. Les deux États se sont également entendus pour accroître à l’avenir leurs relations économiques bilatérales445. Tokyo pourrait donc également profiter du climat international consécutif au 11 septembre pour relancer, avec l’aval américain, sa politique eurasienne et accroître sa présence politique et économique en Asie centrale et en particulier en Ouzbékistan.

L’Inde et le Pakistan

  • 446 « Inde-Asie centrale. Routes du commerce et des idées », Tachkent, Aix en Provence, Institut França (...)
  • 447 RICHARDS, J.F., The Mughal Empire, The New Cambridge History of India, vol. I. 5, Cambridge, New Yo (...)
  • 448 Concernant les « Timourides », descendants de Tamerlan jusqu’à Babur, voir l’article “Timurids” in (...)
  • 449 Voir le témoignage de Babur in BABAR, Zahir al Din Muhammad, Le Livre de Babur : mémoires de Zahiru (...)
  • 450 WATSON, G, “Interpretations of Central Asian influences on Mughal India: the historical debate”, So (...)
  • 451 FOLTZ, R., “Central Asians in the administration of Mughal India”, Journal of Asian History, vol. 3 (...)
  • 452 YASMEEN, S., “Pakistan’s cautious foreign policy”, Survival, vol. 36, n° 2, Summer 1994, pp. 115-13 (...)
  • 453 STOBDAN, P., “Central Asia in geo-political transition”, Strategic Analysis, vol. XXII, n° 1, April (...)

59Depuis la plus haute antiquité, le sous-continent indien entretient des liens commerciaux, politiques et culturels privilégiés avec l’Asie centrale446. Dans la longue durée historique, les soubresauts qui ont agité cette région ont très souvent eu d’importantes répercussions dans le sous-continent. Pour ne prendre qu’un exemple, la dynastie moghole, qui régna sur une bonne partie du sous-continent indien entre 1526 et 1740 (1858 pour la fin de la dynastie), était originaire de l’Asie centrale447. Babur, le fondateur de cette dynastie, était né en 1483 à Andijan dans la vallée du Ferghana et descendait de Gengis Khan (par les femmes) et de Tamerlan448. Sous la poussée de Mohammad Chaybani, khan des Ouzbeks, il fut forcé d’abandonner Samarkand en 1501 avant de se réfugier en 1504 à Kaboul. Après avoir vainement tenté de reconquérir ses possessions centrasiatiques, c’est à partir de cette ville qu’aux alentours de 1520, il va se lancer à la conquête de l’Inde449. Ses successeurs, Humayun et surtout Akbar, la parachèveront et consolideront l’Empire Moghol. Sous cette dynastie, l’influence de l’Asie centrale sur le sous-continent sera considérable dans de nombreux domaines450. Cette région fournira aux Moghols des artistes, des poètes, des écrivains, des penseurs religieux, mais aussi de très nombreux administrateurs et des chefs militaires451. Au cours du xixe siècle, les liens qui existaient entre le sous-continent et la région vont cependant se réduire en raison de la colonisation russe. A l’époque soviétique, l’Inde a développé des liens économiques importants avec les Républiques soviétiques d’Asie centrale. Jawaharlal Nehru s’est rendu dans la région en 1955, Lal Bahadur Shastri en 1966 et Indira Gandhi ensuite. Profitant de l’expérience de la région acquise pendant cette période, – expérience dont ne disposait pas le Pakistan qui appartenait au camp anti-sovétique pendant la guerre froide –, New Delhi a entrepris de cultiver ses relations avec ces nouvelles républiques dès leur indépendance. Pour l’Inde, l’accession à l’indépendance des États d’Asie centrale, région qu’elle considère comme son « voisinage stratégique élargi », a certes ouvert de nouvelles opportunités mais comporte aussi des risques. En effet, d’un point de vue géostratégique, la disparition de l’URSS l’a privée d’un allié de longue date dans sa confrontation avec le Pakistan. Cette situation risquait de conforter la position d’Islamabad et d’accroître parallèlement les menaces pesant sur la sécurité de l’Inde. New Delhi craignait que son voisin pakistanais ne développe des liens privilégiés avec les républiques d’Asie centrale en raison de leur héritage musulman commun. La création, à ses frontières, d’un grand « arc islamique » qui pourrait lui être hostile affaiblirait considérablement sa position stratégique. Celle du Pakistan serait au contraire renforcée. Il recevrait le soutien de nouveaux États islamiques dans le conflit du Cachemire qui l’oppose à New Delhi, tout en acquérant la « profondeur stratégique » qu’il recherche pour ses forces armées depuis la sécession du Bangladesh en 1971. Islamabad pourrait l’utiliser dans une éventuelle confrontation militaire avec New Delhi. Cette crainte n’était pas infondée, puisqu’un tel projet de création d’un « arc islamique » a effectivement été caressé par une partie des élites pakistanaises dès 1991452. Islamabad a tenté d’utiliser la carte de la solidarité islamique dans ses relations avec les républiques d’Asie centrale – notamment à l’occasion de rencontres organisées dans le cadre de l’Organisation de coopération économique (ECO en anglais, pour Economic Cooperation Organization) ou de l’Organisation de la conférence islamique –, en dénonçant les exactions indiennes contre les populations musulmanes du Cachemire453. Cette politique n’a toutefois pas rencontré d’écho auprès des dirigeants centrasiatiques.

  • 454 Voir le point de vue indien in India and Central Asia cultural, economic, and political links, Sure (...)
  • 455 D'après United States Energy Information Administration, February 2000 (www.eia.doe.gov).
  • 456 Voir infra.
  • 457 Voir RASHID, A., Taliban. Islam, Oil and the New Great Game in Central Asia, op. cit., pp. 17-30 et (...)
  • 458 Voir GRARE, F., “Pakistan and Central Asia: Strategic considerations versus economic opportunities” (...)
  • 459 MAC DONALD, J.A., “The Reemergence of India as a Central Asian player”, The Analyst, May 24, 2000.

60Sur la scène régionale, en plus de leur concurrence stratégique, l’Inde et le Pakistan sont également en compétition pour l’obtention des marchés et des hydrocarbures de l’Asie centrale454. Dans le domaine économique, Islamabad a ainsi envisagé de faire du Pakistan la voie de transit privilégiée entre l’Asie centrale et l’Océan Indien. De même, dans le secteur de l’énergie, Islamabad qui, comme New Delhi, a vu sa consommation énergétique croître ces dernières années, convoite les richesses de l’Asie centrale, en particulier le gaz du Turkménistan. Selon le ministère pakistanais du pétrole et du gaz, la demande de gaz au Pakistan devrait augmenter de 50 % entre 2000 et 2006455 Islamabad a donc favorisé un projet de gazoduc baptisé Centgas, promu par un consortium dominé par la société américaine Unocal, et dont l’objet était de relier le champ gazier de Daulatabad, au Turkménistan, à Multan, au Pakistan, à travers le territoire afghan456. Cette ligne pouvait potentiellement être prolongée jusqu’en Inde, ce qui aurait pu établir une base de coopération entre les deux États. Mais cet ambitieux projet pakistanais s’est heurté à la situation chaotique qui régnait en Afghanistan depuis 1992. Il fallait donc trouver une solution au conflit afghan. C’est une des raisons pour lesquelles Islamabad a appuyé le mouvement des taliban à partir de 1994457. Si cette politique a effectivement permis au Pakistan d’acquérir un rôle prépondérant sur la scène politique afghane, elle s’est avérée contre-productive au regard de l’Asie centrale. Les républiques de la région – à l’exception du Turkménistan pour des raisons évidentes liées au projet de gazoduc –, ont rapidement considéré les taliban comme une menace pour leur sécurité. La Russie a profité de cette crainte pour regagner de l’influence sur la scène centrasiatique et développer une coopération anti-taliban avec l’Iran et l’Inde. Le Pakistan se trouvait ainsi isolé sur la scène régionale alors que les taliban s’émancipaient en partie de sa tutelle, réduisant d’autant ses moyens d’action458. Au contraire du Pakistan, en mettant l’accent sur la lutte contre le radicalisme islamique, le terrorisme transfrontalier et le trafic de la drogue en provenance d’Afghanistan, New Delhi a trouvé une base de coopération solide avec les républiques d’Asie centrale mais aussi avec l’Iran et la Russie. Un accord de partenariat stratégique basé sur leurs intérêts communs en matière de sécurité a ainsi été signé en mai 2000 entre Islam Karimov et le président Vajpayee459.

  • 460 Voir sur les relations sino-indiennes, GARVER, J. W., The protracted contest: Sino-Indian rivalry i (...)
  • 461 Cité in FRAZIER, M.W., “China-India relations since Pokhran II: assessing sources of conflict and c (...)
  • 462 “Nuclear anxiety: India’s letter to Clinton on the nuclear testing”, New York Times, May 13, 1998. (...)
  • 463 “Moscow Abandons China for India”, op. cit.
  • 464 “The Shanghai Six?”, Stratfor, July 17, 2000.
  • 465 “Putin Backs India on Kashmir Policy”, International Herald Tribune, October 5, 2000.
  • 466 Ces accords concernent l’aviation (140 Sukhoi SU-30MKI), l’armée de terre (310 chars T-90) et la ma (...)
  • 467 DHUME, S., “Arming India”, FEER, October 12, 2000, p. 20.

61Par rapport à l’Asie centrale, les intérêts de l’Inde ne se limitent cependant pas à sa confrontation stratégique avec le Pakistan. Cette espace constitue également un enjeu en relation avec ses ambitions en Asie. New Delhi entend en effet accroître son rôle dans cette partie du monde et aussi dans l’océan Indien. Mais il lui faut au préalable assurer sa sécurité dans son voisinage proche, notamment en Asie centrale. Il s’agit de prévenir une trop grande influence de la Chine, l’autre puissance asiatique émergente, sur les nouvelles républiques. Depuis la guerre qui l’a opposée à Pékin en 1962, et même si leurs relations se sont améliorées depuis la fin de la guerre froide, l’Inde continue d’éprouver une très grande méfiance à l’égard de son puissant voisin460. New Delhi redoute non seulement la collaboration sino-pakistanaise, – collaboration qui la confine dans le sous-continent et met un frein à ses ambitions asiatiques –, mais aussi, de manière plus générale, les ambitions de Pékin en Asie. En mai 1998, la série d’essais nucléaires qu’elle a menée était en partie dirigée contre la Chine qui a été qualifiée de menace « numéro un » pour la sécurité de l’Inde par le ministre de la défense461. Entre les deux séries de tests, le premier ministre, Atal Behari Vajpayee, a confirmé dans une lettre au président Clinton les appréhensions indiennes à l’égard de Pékin462. D’un point de vue géostratégique, New Delhi redoute de se retrouver encerclée par le dispositif chinois. Aux yeux des Indiens, Pékin a en effet accru ces dernières années son influence sur la Birmanie, le Népal, le Bangladesh, le Pakistan et l’Asie centrale. Cet encerclement, perçu comme une menace essentielle sur son territoire, a conduit New Delhi à rechercher un moyen de contenir la Chine en Asie centrale. C’est pour cette raison que l’Inde oriente sa politique étrangère à l’égard de cette région en direction d’un rapprochement avec la Russie avec qui elle partage une méfiance latente à l’égard des intentions de Pékin. Cette tendance s’est intensifiée au cours de l’année 2000 du fait de l’écho favorable que semble avoir trouvé New Delhi auprès du nouveau président russe463. C’est ainsi que V. Poutine a suggéré, lors du sommet du « Groupe de Shanghai » réuni à Douchanbé à l’été 2000, que l’Inde se joigne désormais aux travaux de ce forum régional464. Pour la Russie, la présence de New Delhi pourrait éventuellement servir de contrepoids à Pékin. Au demeurant, la visite du président Poutine dans la capitale indienne en octobre 2000 a donné l’occasion au premier ministre indien d’annoncer la conclusion d’un partenariat stratégique avec Moscou, la Russie apportant son soutien à l’Inde dans la question du Cachemire465. En plus des contrats de vente d’armes conclus à l’occasion de cette visite466, la Russie et New Delhi devraient accroître leur coopération en Asie centrale, notamment face aux développements de la situation en Afghanistan467.

  • 468 Washington avait imposé à New Delhi des sanctions touchant aux garanties de crédit fournies par le (...)
  • 469 Mohan Malik, cité in FRAZIER, M.W., “China-India Relations since Pokhran II: Assessing Sources of C (...)

62Enfin, sur le plan géostratégique, un dernier élément pousse l’Inde à s’intéresser à l’Asie centrale. Il s’agit en effet d’une région où la collaboration indo-américaine est possible, principalement en ce qui concerne la lutte contre le trafic de la drogue mais aussi au regard de la situation afghane. New Delhi y voit en tout cas une occasion d’améliorer ses relations avec les États-Unis, relations mises à mal par les essais nucléaires de 1998468. Ce facteur n’est pas négligeable. En effet, en cas de difficultés dans les relations sino-américaines, l’Inde pourrait se voir attribuer dans les calculs de Washington un rôle équivalent à celui qu’occupait Pékin pendant la période de guerre froide entre les États-Unis et l’URSS469. Au triangle stratégique Pékin-Moscou-Washington des années 1971-1989 pourrait ainsi succéder au xxie siècle un triangle New-Delhi-Pékin-Washington. Nous n’en sommes cependant pas encore là aujourd’hui.

  • 470 Voir PURI, M. M., “Central Asian geopolitics: the Indian view”, Central Asian Survey, vol. 16, n° 2 (...)

63En dehors de ces considérations stratégiques, l’Inde est tout autant intéressée que le Pakistan par l’essor des liens économiques avec l’Asie centrale et par les hydrocarbures de la région, notamment par les réserves turkmènes de gaz. Sur le plan économique, New Delhi a ainsi développé ses relations avec le Kazakhstan et l’Ouzbékistan470. Les nouveaux hôtels de Boukhara et de Samarkand, destinés aux touristes étrangers, appartiennent par exemple à une chaîne indienne. Comme dans le cas du Pakistan, pour accroître les contacts, New Delhi a développé ses liaisons aériennes avec les capitales centrasiatiques. La pénétration économique indienne dans la région reste toutefois modeste, en raison de ses moyens financiers limités.

  • 471 IMF, Direction of Trade Statistics Yearbook, Washington DC, 2001.

20. Commerce de l’Inde avec le Kazakhstan, la République kirghize, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Turkménistan 1992-2000471 (en millions de dollars)

20. Commerce de l’Inde avec le Kazakhstan, la République kirghize, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Turkménistan 1992-2000471 (en millions de dollars)

64L’essor économique indien en Asie centrale est rendu difficile par l’absence de frontières communes entre son territoire et cet espace géographique. Dans ce domaine, son voisin pakistanais jouit d’une position géographique plus favorable. Le Pakistan, qui n’a pas non plus de frontières communes avec les républiques d’Asie centrale, peut cependant traverser le territoire afghan pour accéder à cette région, ou éviter l’Afghanistan, et emprunter le territoire de son allié chinois (route du Karakorum) pour atteindre, à travers le réseau routier de la région du Xinjiang, la République kirghize, le Tadjikistan ou le Kazakhstan. Si l’Inde souhaite à son tour mettre en place des infrastructures de transports en direction de l’Asie centrale, la géographie l’obligera à développer des relations de coopération soit avec la Chine, soit avec l’Afghanistan et le Pakistan.

  • 472 D’après United States Energy Information Administration, February 2000 (www.eia.doe.gov).

65Sur le plan énergétique, du fait de sa très grande dépendance à l’égard du Moyen-Orient, l’Inde s’intéresse également aux productions d’Asie centrale afin de diversifier ses approvisionnements et de renforcer sa sécurité énergétique. Dans ce cadre, le projet de gazoduc entre le Turkménistan et le Pakistan, avec une prolongation jusqu’à son territoire, pourrait potentiellement l’intéresser. Le développement de cette ligne permettrait aussi de trouver une base de coopération avec son rival pakistanais. Mais les problèmes de sécurité liés à la traversée de l’Afghanistan rendent délicate sa mise en œuvre. De plus, la construction d’un tel gazoduc offrirait à Islamabad un moyen de pression sur une partie de l’approvisionnement énergétique de l’Inde ce qui constitue un risque que New Delhi ne paraît pas prête à courir. La probabilité que cette ligne Turkménistan-Pakistan soit mise en œuvre rapidement est très faible. Unocal s’est retiré du projet en août 1998, alors que le général Pervez Moucharraf et le président Niyazov se sont rencontrés au printemps 2000 pour tenter de le relancer. La question du financement de ce gazoduc demeure entière. Avant le 11 septembre, l’administration américaine doutait que ce projet se réalise dans un futur proche472. Pour assurer son approvisionnement, l’Inde peut se tourner vers l’Iran, notamment vers son champ gazier géant de Pars Sud, ou vers d’autres fournisseurs. Par rapport à l’Asie centrale, l’axe politique choisi par New Delhi dans ses relations avec les nouvelles républiques lui a assuré une influence dont le Pakistan ne pouvait se prévaloir. Le fait pour Islamabad d’avoir placé l’islam au centre de son approche, résultat sans doute d’une erreur de perception par rapport à l’importance de l’héritage islamique dans l’élaboration de la politique étrangère des républiques d’Asie centrale, a conduit au contraire à son isolement et à la méfiance des gouvernements en place. Les attentats du 11 septembre ont modifié la situation de ces deux pays par rapport à l’Asie centrale et ouvert de nouvelles perspectives. Dans la stratégie de lutte contre le terrorisme mise en place par les États-Unis, l’Inde et le Pakistan, du fait de leur proximité géographique avec l’Afghanistan, ont joué un rôle déterminant. Il sera analysé plus loin, au chapitre vi.

2. Les logiques de régionalisation

  • 473 Sur cette organisation voir le chapitre iii le et le chapitre vi 4.

66Afin d’affirmer avec force leur souveraineté, les États d’Asie centrale se sont très vite lancés dans une politique d’adhésion aux organisations internationales et, en priorité, aux Nations unies et à leurs organes spécialisés. Parallèlement, ils se sont engagés dans une politique de participation aux structures de coopération régionale. L’attrait pour le régionalisme s’explique d’abord par une volonté d’affirmation de leur existence sur le plan international. Il répond cependant à d’autres préoccupations. On citera pêle-mêle la volonté de nouer des liens d’un type nouveau avec les États anciennement soviétiques (CEI), de bénéficier des privilèges des États issus de l’ex-URSS et d’intégrer les organisations dont seul Moscou était membre auparavant (OSCE), d’adhérer aux organisations régionales – anciennes et nouvelles – auxquelles participent leurs voisins (ECO), d’essayer de se regrouper avec les autres États centrasiatiques afin d’harmoniser échanges et communications et de développer les relations économiques (l’Organisation de coopération centrasiatique). Des préoccupations liées à la sécurité régionale ont présidé à la formation d’une structure comme le « Groupe de Shanghai », devenu à l’été 2001 l’Organisation de coopération de Shanghai473. A tout cela, il faut ajouter une préoccupation générale, celle de créer des blocs économiques capables de mieux représenter les intérêts des pays membres au sein d’une économie de plus en plus mondialisée. Par ailleurs, la mise en place des structures de coopération régionale peut contribuer à l’amélioration des relations de bon voisinage, ce qui ne manquera pas d’avoir des conséquences positives quant au désenclavement des États de la région.

a. La Communauté des États indépendants (CFA)

  • 474 YAKEMTCHOUK, R., « La Communauté des États indépendants, CEI », Annuaire, français de droit interna (...)
  • 475 Ce traité est entré en vigueur en avril 1994. Il comptait à l’origine neuf États-parties : l’Arméni (...)
  • 476 L’Ukraine et la Moldavie ont également refusé d’y adhérer.
  • 477 Arménie, Biélorussie, Kazakhstan, République kirghize, Russie et Tadjikistan.
  • 478 “CIS Collective Security treaty moves toward institutionalization”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 1 (...)
  • 479 GOBLE, P., “The end of the CIS”, RFE/RL, May 26, 2000.
  • 480 Concernant l’échec de la CEI, voir BREMMER, I., “Whose Eurasia?”, Analysis of Current Events, vol.  (...)
  • 481 Cité in FULLER, L„ “Back to the USSR?”, RFE/RL, August 6, 2001.
  • 482 Voir CORNELL, S., “Geopolitics and strategic alignments in the Caucasus and Central Asia”, Percepti (...)
  • 483 Détails in HALE, H., “The rise of Russian anti-imperialism”, Orbis, vol. 43, n° l, Winter 1999, pp. (...)
  • 484 “Whither GUUAM?”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 50, March 10, 2000.
  • 485 LELYVELD, M., “Putin seeks to boost ties with Central Asia”, REE/RL, May 22, 2000 et PANNIER, B., “ (...)
  • 486 “Preemptive warning”, CDPSP, vol. 52, n° 21, June 21, 2000, p. 10. Certains doutent cependant de la (...)
  • 487 KARASIK, T., “Russian threat to strike Afghanistan tests Central Asian partners”, The Analyst, June (...)
  • 488 Suite aux déclarations russes du printemps 2000, les taliban avaient renforcé leur dispositif milit (...)
  • 489 BURKE, J., “The makings of a quagmire in Central Asia”, Eurasia Insight, August 23, 2000.
  • 490 PANNIER, B., “Joint military exercise practices common defense”, RFE/RL, March 29, 2000.
  • 491 Voir “Preemptive strike against Wahhabis”, CDPSP, vol. 52, n° 13, April 26, 2000, p. 14.
  • 492 ROY, O., La nouvelle Ask centrale, ou la fabrication des nations, op. cit., p. 287.

67Réunis le 8 décembre 1991 à Minsk, les présidents russe, ukrainien et biélorusse, après avoir constaté que l’Union soviétique n’avait plus d’existence en tant que sujet de droit international, ont convenu de former une Communauté des États indépendants (CEI), ouverte à toutes les républiques membres de l’ex-URSS. Cette initiative à laquelle aboutirent les trois présidentes slaves, sans avoir même consulté les autres républiques, fut mal reçue par les dirigeantes des cinq républiques d’Asie centrale. A l’époque, M. Nazarbaev a qualifié cette décision de « fait accompli » et d’ « insulte à la dignité nationale des républiques asiatiques »474. Les 12 et 13 décembre 1991, les cinq présidents se rencontrèrent à Achkhabad et décidèrent de se rallier à l’accord de Minsk, à la condition toutefois que leurs républiques soient considérées comme membres fondateurs et égaux en droit de la CEI. Le 21 décembre à Almaty, les présidents des onze États indépendants -sans les républiques baltes, ni la Géorgie, qui ne sera admise qu’en 1993 – ont adhéré officiellement à l’accord de Minsk en précisant que la nouvelle communauté n’était ni un État, ni une entité supranationale. De plus, ils ont décidé le maintien d’un commandement unique des forces militaires stratégiques ainsi que d’un contrôle unique des armes nucléaires. En matière économique, les chefs d’État ont souligné leur attachement à la création d’un espace économique commun. Du point de vue institutionnel, deux organes furent créés : un conseil des chefs d’État, organisme suprême de la CEI, et un conseil des chefs de gouvernement chargé de coordonner les activités communes. En janvier 1993, une charte de la CEI est enfin adoptée. Cette charte définit les objectifs de la communauté et contient des dispositions relatives à la sécurité collective et à la coopération militaire. Plusieurs nouveaux organes – un conseil des ministres des affaires étrangères, un conseil des ministres de la défense, un tribunal économique, une assemblée interparlementaire – sont institués. Le 15 mai 1992, le traité de sécurité collective de Tachkent – entré en vigueur en 1994 –, crée un espace stratégique commun qui, sans instaurer une véritable union de défense, propose le non-recours à la force pour régler les différends entre États membres ainsi que l’abstention de la participation à une alliance militaire dont les activités seraient tournées contre un État membre475. Parmi les républiques d’Asie centrale, seul le Turkménistan a refusé d’adhérer au traité de Tachkent476, préférant, en matière de sécurité, les accords bilatéraux à la coopération multilatérale. Il a ainsi signé avec la Russie des arrangements plaçant ses forces aériennes sous contrôle russe, créant un commandement unifié avec la Russie pour les forces terrestres et navales. En décembre 1993, la Russie et les cinq républiques d’Asie centrale ont adopté un mémorandum sur la coopération dans le domaine de la protection des frontières extérieures de la CEI. En ce qui concerne le Tadjikistan, qui sombre dans la guerre civile en mai 1992, le sommet de la CEI à Moscou du 22 janvier 1993 envisage des mesures visant à stabiliser la situation frontalière entre le Tadjikistan et l’Afghanistan. Un traité de coopération russo-tadjike est signé suivi, quelques mois plus tard, par la mise en place d’une force d’intervention collective composée, à des fins plus ou moins symboliques, de forces armées des républiques centrasiatiques aux côtés de l’armée russe. Seul le Turkménistan décline l’offre. En mai 2000, les présidents des États membres du traité de sécurité collective477 se sont réunis à Minsk pour s’accorder sur l’élargissement de l’« action collective » destinée à combattre le terrorisme international, l’extrémisme de même que le trafic de la drogue et des armes. Le président russe a tenté d’institutionnaliser davantage la coopération entre les États membres du traité de sécurité collective478. L’idée d’en faire une organisation régionale de sécurité a été évoquée lors du sommet. A l’époque, le ministre des Affaires étrangères a pour sa part laissé entendre que la Russie pourrait fournir davantage d’aides aux États membres du Traité de sécurité collective qu’aux États de la CEI qui refusent d’y accéder ou s’en sont retirés479. Malgré les ambitions renouvelées du président russe avant le 11 septembre 2001, la CEI est demeurée une structure mal définie, aux objectifs flous480. Il s’agit davantage d’un cadre où se juxtaposent les intérêts divergents des États membres plutôt que d’un lieu destiné à promouvoir une véritable coopération multilatérale. Cette situation s’explique en partie par les difficultés économiques auxquelles les pays membres sont confrontés et se justifie aussi par les imperfections même du « système CEI », où l’immense majorité des accords signés sont en fait restés lettre morte. Ainsi, en 1998, il a été calculé que sur 887 documents mis au point dans le cadre de la CEI jusqu’à cette date, seuls 130 avaient été signés par l’ensemble des États membres, la signature de ces documents ne signifiant par ailleurs pas qu’ils aient été mis en œuvre481. De plus, les États réunis au sein de la CEI, malgré leur passé commun et leurs complémentarités géographique, historique, économique sont, sur les plans politique et économique, très inégaux. Les motivations qui ont conduit les républiques ex-soviétiques à devenir membres de cette organisation sont d’ailleurs contradictoires. La Fédération de Russie s’est attribuée un rôle dirigeant dès la conclusion des accords d’Almaty en décembre 1991. Faire de la CEI une zone d’influence de la Russie par l’application de la doctrine de « l’étranger proche », a été et reste, au centre des préoccupations de Moscou. La volonté russe de suprématie ne correspond bien entendu pas à l’attente des autres membres de l’organisation. Si le Kazakhstan, par crainte de l’éclatement du pays, la République kirghize et le Tadjikistan, en raison de la proximité de l’Afghanistan et de la fragilité de leurs frontières, jouent le jeu de la coopération au sein de la CEI, l’Ouzbékistan et le Turkménistan ont choisi une autre voie. Ils ont opté pour un décrochage économique et même militaire avec la Russie, puisque Tachkent a suspendu sa participation à l’assemblée interparlementaire de la CEI en 1997, a refusé de participer à l’Union douanière de la CEI et enfin, a décidé de ne pas renouveler le traité de sécurité collective au début de l’année 1999482. Les deux États ont favorisé le développement d’une politique d’indépendance nationale qui cadre mal avec une intégration dans une CEI dominée par Moscou. Au sein même de la CEI, on a assisté à l’essor en 1997-1998 des interactions entre les États du groupe dit de CUAM (acronyme de Géorgie, Ukraine, Azerbaïdjan et Moldavie), auquel s’est joint l’Ouzbékistan en avril 1999 à l’occasion des célébrations du 50e anniversaire du traité de Washington (GUAM est ainsi devenu GUUAM). Ce choix constituait un signe fort de la volonté de Tachkent de se démarquer de Moscou. L’objectif des cinq États était bien entendu de tenter de contrebalancer l’influence de la Russie au sein de la CEI483. Avant le 11 septembre, preuve de la fluidité de la situation dans l’espace CEI et en Asie centrale, la Moldavie et l’Ouzbékistan avaient modéré leur position pour se rapprocher, peut-être temporairement, de Moscou. Tachkent avait tempéré sa politique précédente d’ouverture et de collaboration avec l’Occident en décidant de renouer des relations avec la Russie de Vladimir Poutine. Le président Karimov avait trouvé un terrain d’entente avec ce dernier lors du sommet de la CEI qui s’était tenu en janvier 2000 à Moscou484. La visite du président russe en Ouzbékistan en mai 2000 était, semble-t-il, destinée à rapprocher davantage les positions des deux leaders. Ce dernier avait ainsi déclaré à l’occasion de son voyage que toute menace contre l’Ouzbékistan était également une menace contre la Russie485. Par ailleurs, plusieurs accords de coopération militaire avaient été conclus entre les deux pays pendant cette visite. Comme nous l’avons vu, la « menace islamiste » avait servi de catalyseur à un retour de la Russie dans la région, du moins dans le domaine de la coopération militaire, jusqu’au 11 septembre 2001. L’attitude brutale de Moscou à l’égard des « islamistes » au Daghestan et en Tchétchénie, de même que les avertissements directs adressés aux taliban accusés d’abriter sur le territoire qu’ils contrôlent des bases arrières pour les rebelles Tchétchènes486 constituaient autant de preuves de sa volonté de combattre cette menace. Face au discours agressif de la Russie à l’égard des taliban, les dirigeants d’Asie centrale, notamment les présidents kazakh et ouzbek, avaient toutefois rappelé qu’une action de bombardement de l’Afghanistan ne se justifiait qu’en tant que réponse à une attaque des « islamistes » et pas de manière préventive487. Malgré les arrière-pensées que l’on pouvait discerner derrière le discours prudent des deux présidents, c’est-à-dire leur crainte d’une réponse violente des taliban488 ainsi que la crainte qu’un conflit avec l’Afghanistan ne favorise l’établissement d’une présence militaire permanente et directe de la Russie dans la région489, la coopération militaire russo-centrasiatique avait trouvé un nouveau souffle. Des manœuvres conjointes sur les territoires tadjik et ouzbek proches de la frontière afghane, baptisées “Southern Shield 2000” et regroupant des forces armées du Kazakhstan, de la République kirghize, du Tadjikistan, de l’Ouzbékistan, de l’Arménie, de la Biélorussie et de la Russie en avaient constitué le premier signe tangible490. Ces manœuvres militaires, faisant suite aux exercices “Southern Shield 1999”, étaient les plus importantes jamais organisées dans le cadre de la CEI491. Malgré l’essor des liens avec les Occidentaux ces dernières années, les États d’Asie centrale ne voyaient pas, avant le 11 septembre, d’alternatives crédibles aux garanties de sécurité que leur offrait la Russie. Si Moscou détenait certes un atout dans le domaine militaire, ses cartes économiques et financières étaient toutefois bien moins séduisantes que celles de l’Occident. Même si les États membres avaient accepté une prépondérance russe au sein de la CEI, la Russie n’aurait probablement pas eu la possibilité matérielle de s’imposer. Comme le relevait déjà Olivier Roy en 1997, Moscou avait « échoué dans le passage d’une structure impériale traditionnelle à la mise en place d’une sphère d’influence stratégique moderne, avant tout par manque de moyens économiques mais aussi du fait de sa vision néo-impériale, territoriale et militaire, de l’influence politique »492.

  • 493 NOV1KOV, G., « La CEI en 1997 : un point de vue russe », Le courrier des pays de l’Est, n° 417, mar (...)

68Pour devenir un jour une structure de coopération efficace, la CEI devra sans doute instaurer en son sein une plus grande égalité. Afin de passer à une étape de partenariat véritable entre États, outre une modification des mentalités des élites dirigeantes à Moscou, il faudra aussi que la crise de l’État russe trouve une issue car si « le destin de la CEI ne se confond pas avec celui de la Russie, […] il en dépend dans une mesure décisive… »493.

b. L’OSCE

  • 494 GHEBALI, V.-Y, L’OSCE dans l’Europe post-communiste, 1990-1996, Bruxelles, Bruylant, 1996, p. 111.
  • 495 Voir OSCE, Mission Survey, The OSCE Mission in Tajikistan, (www.osce.org).
  • 496 Voir RHODES, A., TSCHERNE-LEMPIAINEN, P., Human Rights and terrorism in the Central Asian OSCE sta (...)
  • 497 L’OSCE a par exemple cherché à organiser une conférence réunissant les républiques d’Asie centrale (...)
  • 498 En octobre 2000, l’OSCE a ainsi organisé en collaboration avec l’UNODCCP une conférence internation (...)
  • 499 Voir DAILEY, E., “Central Asia: the silk road as a European crossroad?”, Helsinki Monitor, n° 3, 19 (...)
  • 500 Voir Office for Democratic Institutions and Human Rights, “OSCE/ODIHR on presidential election in U (...)
  • 501 Voir l’étude de l’International Crisis Group au sujet du rôle de l’OSCE dans la région in ICG, “The (...)

69L’URSS était un membre fondateur de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) qui a succédé à la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE) mis en place par l’Acte final d’Helsinki (1975). La dissolution de l’Union soviétique souleva deux questions pour l’OSCE. L’une concernait le sort du siège de l’URSS, l’autre était relative à l’admission soit de toutes les républiques sans discrimination soit des seuls pays spécifiquement européens. A la première question, la réponse fut très vite trouvée et la substitution de la Fédération de Russie à l’URSS fut entérinée sans discussion, le 8 janvier 1992. Quant à la seconde question, le conseil ministériel de l’organisation décida, le 30 janvier, d’admettre toutes les ex-républiques soviétiques. Abstraction faite des réserves de principe exprimées par certains États, l’idée de l’admission en bloc des anciennes républiques soviétiques – fortement soutenue par la Russie, les États-Unis et l’Allemagne – fut acceptée par tous les États membres. « Ceux-ci considérèrent qu’une telle admission présentait l’avantage d’affermir la cohésion de la CEI naissante, d’assujettir les membres de celle-ci aux engagements de l’OSCE (droits de l’Homme, état de droit, économie de marché, transparence des activités militaires, désarmement…) et d’arrimer à la Grande Europe des pays musulmans vis-à-vis desquels le régime de Téhéran cherchait à jeter son dévolu »494. Une fois la question d’admission réglée, l’OSCE envoya une mission de rapporteurs en mars 1992 au Turkménistan, Ouzbékistan et Tadjikistan suivie d’une autre en avril au Kazakhstan et en République kirghize. L’intégration au sein de l’OSCE des républiques d’Asie centrale, qui n’avaient aucune expérience des méthodes et activités de l’organisation, a posé un certain nombre de problèmes. Un programme d’appui aux participants récemment admis fut décidé : visites sur place de hauts responsables, envoi d’équipes d’experts, organisation de rencontres et séminaires et établissement d’un bureau de liaison à Tachkent faisaient partie de ce programme. L’OSCE dispose désormais d’une mission au Tadjikistan, d’un bureau régional de liaison pour l’Asie centrale installé en Ouzbékistan et de centres OSCE au Kazakhstan, en République kirghize et au Turkménistan. Une fois les républiques d’Asie centrale admises à l’OSCE, l’organisation ne pouvait rester indifférente face à la guerre civile qui a éclaté au Tadjikistan en 1992. Elle va appuyer les Nations unies dans sa recherche d’une résolution de ce conflit. Le 1er décembre 1993, le Conseil ministériel de Rome décide d’établir une mission de l’OSCE au Tadjikistan. Son mandat a été prolongé périodiquement jusqu’à présent495. Il s’agissait de favoriser l’émergence d’un climat de confiance entre les différents acteurs de la société civile, de promouvoir la protection des droits de l’Homme et enfin d’encourager l’établissement de structures démocratiques dans le pays. Les succès mitigés rencontrés par l’OSCE dans la résolution du conflit tadjik, ne signifient cependant pas que cette organisation n’a pas de fonction à remplir en Asie centrale à moyen ou à long terme. L’insertion des États de cette région dans un grand ensemble paneuropéen, ou plutôt eurasiatique, tel l’OSCE, devrait avoir des conséquences positives pour les États et les sociétés centrasiatiques. En plus du rapprochement avec les pays occidentaux, économiquement avancés et politiquement au premier plan sur la scène internationale, l’OSCE peut assurer un certain nombre de missions que peu d’autres organisations sont à même de remplir. Que ce soit en matière de protection des droits de l’Homme496, dans les questions relatives à la promotion d’institutions démocratiques et à la surveillance du processus électoral, dans le domaine de la prévention des conflits497 ou de la lutte contre le trafic des armes et de la drogue498, l’OSCE peut rendre d’utiles services. Il en va de même à propos de la promotion de la liberté de la presse, des droits des femmes ou de la liberté religieuse, ainsi que dans le processus de transition vers l’économie de marché. Sa contribution peut être d’autant plus originale qu’elle est parfaitement capable, selon ses statuts, de jouer à la fois sur les registres public et privé. Elle peut ainsi offrir une assistance au développement et au renforcement des institutions nationales tout en soutenant les organisations non gouvernementales pour favoriser à travers elles l’émergence d’une société civile. Si l’OSCE a progressivement accru son intérêt pour l’Asie centrale, on peut toutefois se poser la question de l’impact effectif de ses activités sur les républiques centrasiatiques. Cette question se pose surtout dans le domaine de la propagation et du renforcement des droits de l’Homme, étant donné le caractère autoritaire croissant des régimes de la région499. De même, face aux processus électoraux qui se sont déroulés dans les républiques centrasiatiques en 1999 et 2000, l’organisation n’a pu que constater et déplorer leur caractère non démocratique500. L’OSCE semble en fait manquer non seulement des moyens d’influencer les gouvernements en place mais aussi d’une véritable stratégie à long terme en Asie centrale501. Ce n’est qu’une fois réglé ces deux problèmes fondamentaux qu’elle pourra véritablement jouer son rôle dans cette région.

c. L’Organisation de coopération économique (ECO)

  • 502 Voir les documents constitutifs de l’ECO in (www.ecmecretariat.org/).
  • 503 Voir HAGHAYEGHI, M., “Economic Cooperation Organization: A Preliminary Assessment”, Central Asia Mo (...)

70L’Organisation de coopération économique, mieux connue sous son acronyme anglais ECO (Economic Cooperation Organization), est une organisation régionale intergouvernementale établie sous son sigle actuel en 1985 par la République islamique d’Iran, le Pakistan et la Turquie, afin de promouvoir la coopération économique. L’ECO, en tant qu’organisation, a en fait succédé à l’Organisation de coopération régionale pour le développement (Regional Cooperation for Development, RCD), en activité entre 1964 et 1979. L’Organisation de coopération régionale était elle-même dérivée du Pacte de Bagdad, conclu le 24 février 1955 entre la Turquie et l’Irak – auxquels s’étaient joints l’Angleterre en avril 1955, le Pakistan en septembre 1955 et l’Iran en novembre de la même année –, et de l’Organisation du Traité Central (CENTO en anglais), établie en 1959, après le renversement de la monarchie irakienne et le retrait de ce pays du Pacte de Bagdad, en association avec les États-Unis et l’Angleterre. Après une période de mise en sommeil à partir de 1979, du fait de la révolution islamique en Iran, de l’instabilité politique au Pakistan et de l’accent mis par la Turquie sur l’essor des relations économiques avec la Communauté économique européenne, l’organisation a été réactivée en 1985 à l’instigation de Téhéran qui cherchait à briser son isolement et à trouver des débouchés pour son économie. La charte constitutive de l’ECO – le Traité d’Izmir de 1977 –, a été amendée en 1990 pour fournir une base légale de la nouvelle organisation502. En novembre 1992, elle a accueilli sept nouveaux états membres : l’Afghanistan, Azerbaïdjan, le Kazakhstan, la République kirghize, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Turkménistan503.

71L’organe de décision de l’ECO est le Conseil des ministres. Il est composé des ministres des Affaires étrangères des États membres et se réunit une fois par an. L’organisation comporte par ailleurs un Conseil des représentants permanents basé à Téhéran, chargé de faire appliquer les décisions prises par le Conseil des ministres. Enfin, un Conseil régional du plan se réunit une fois par an, généralement à Téhéran. Tous les deux ans, l’ECO organise un sommet des chefs d’États dans la capitale d’un des États membres. Lors de ce sommet, on passe en revue les réalisations et les progrès réalisés dans la mise en œuvre des programmes et des projets élaborés par l’organisation. Jusqu’à présent, six de ces sommets ont été organisés. Le premier sommet de l’ECO s’est tenu à Téhéran en 1992. Il a été suivi par celui d’Istanbul de juillet 1993, d’Islamabad en mars 1995, d’Achkhabad en mai 1996 et d’Almaty en mai 1998. Le sixième sommet de l’ECO s’est tenu en juin 2000 à Téhéran504. L’organisation a pour objet la promotion du développement économique des États membres ; la promotion du commerce régional et la réduction progressive des barrières au commerce ; la promotion du rôle de la région dans le commerce mondial ; l’intégration économique graduelle des économies des États membres dans l’économie mondiale ; le développement des infrastructures de transport et de communication entre les États membres et avec le reste du monde ; la promotion de la libéralisation et de la privatisation des économies des États membres ; la mise en valeur des ressources naturelles de la région ; la promotion de l’utilisation efficace du potentiel agricole et industriel de la région ; la promotion de la coopération régionale dans la lutte contre le trafic de la drogue ; la protection de l’environnement ; le développement des liens historiques et culturels entre les populations de la région et enfin la promotion de la coopération mutuelle avec les autres organisations régionales et internationales.

72Actuellement, les principaux domaines de coopération de l’organisation recouvrent :

  • Les transports et communications ;

  • Le commerce et les investissements ;

  • L’énergie, les minerais et l’environnement ;

  • L’industrie et l’agriculture.

  • 505 Voir DJALILI, M. R., « La redécouverte de l’Asie centrale par la communauté internationale : du dis (...)
  • 506 On relèvera que l’organisation a décidé de mettre sur pied un comité d’experte destiné à discuter d (...)

73Lors du sommet d’Islamabad en 1995, l’organisation a également établi six institutions régionales, – la Banque pour le commerce et le développement de l’ECO, la Compagnie de réassurance de l’ECO, l’ECO Shipping Company, l’ECO Air, la Chambre de commerce de l’ECO et l’ECO College of insurance –, ainsi que deux agences spécialisées (l’Institut culturel de l’ECO et la Fondation pour la science de l’ECO). Depuis 1992, les perspectives à long terme de l’organisation de même que ses activités sectorielles prioritaires sont définies dans des plans d’action. Le domaine des transports et des communications, le commerce et les investissements ainsi que le secteur de l’énergie font partie des grandes priorités définies par l’organisation afin de répondre à ses objectifs. Sur le plan international, l’ECO jouit du statut d’observateur auprès de l’Assemblée générale des Nations unies et de l’Organisation de la conférence islamique. Des relations ont également été établies avec d’autres organisations régionales comme l’ANASE ou l’Union européenne. En tant qu’organisation, l’ECO possède certaines caractéristiques particulières. Ainsi, sur le plan géographique, elle est la seule structure de coopération économique recouvrant les parties centrale et occidentale du continent asiatique. C’est également l’unique organisation régionale dont l’ensemble des membres sont des pays à la fois musulmans et non-arabes et également la seule aussi où, du point de vue ethno-linguistique, l’immense majorité des populations pratiquent des langues appartenant aux groupes linguistiques iranien et turc. Sur le plan économique, l’ECO représente un marché de plus de 300 millions de personnes alors que le sous-sol des États membres recèle de nombreuses matières premières. Malgré les atouts réels dont disposent cette organisation régionale et les développements institutionnels importants qu’elle a connus ces dernières années, elle tarde cependant à combler les attentes des pays membres505. La différence d’orientation idéologique mais aussi de politique étrangère des États qui la composent, ainsi qu’une certaine rivalité politique au sein même de l’organisation entre ces membres, entravent l’essor de la coopération au sein de l’ECO. Le dernier sommet des chefs d’État réuni, en juin 2000, en Iran a ainsi mis en évidence les problèmes rencontrés puisque ni la Turquie ni le Kazakhstan n’ont pris part aux discussions506. En plus des difficultés d’ordre politique, l’organisation ne parvient pas non plus, dans le domaine économique, à mettre en place une dynamique réelle susceptible de transformer la région en pôle important dans le système économique mondial. Malgré une proximité géographique, historique, linguistique et culturelle qui devrait au contraire faciliter leur essor, les volumes d’échanges entre les républiques d’Asie centrale et leurs partenaires au sein de l’ECO restent limités. Les tableaux ci-dessous donnent une idée de ces échanges entre les républiques centrasiatiques et les États fondateurs de l’organisation.

  • 507 IMF, Direction of Traile Statistics Yearbook, Washington DC, 2001.

21. Les républiques d’Asie centrale et l’Iran 1992-2000507 (en millions de dollars)

21. Les républiques d’Asie centrale et l’Iran 1992-2000507 (en millions de dollars)
  • 508 Idem.

22. Les républiques d’Asie centrale et la Turquie 1992-2000508 (en millions de dollars)

22. Les républiques d’Asie centrale et la Turquie 1992-2000508 (en millions de dollars)
  • 509 Idem.

23. Les républiques d’Asie centrale et le Pakistan 1992-2000509 (en millions de dollars)

23. Les républiques d’Asie centrale et le Pakistan 1992-2000509 (en millions de dollars)
  • 510 PARTRIDGE, B., “Central Asia: Lack of transport links hamper trade”, RFE/RL, January 11, 2000. Quel (...)
  • 511 PARTRIDGE, B., “Trade with Southern Neighbors fails to Take off”, RFE/RI,, January 10, 2000 égaleme (...)

74Si l’insuffisance des infrastructures de transports et de communications explique en partie la faiblesse du commerce entre ces États510, ce n’est cependant ni la seule, ni la principale raison. En fait, la similarité des économies des États membres en fait davantage des concurrents que des partenaires511. En effet, les membres de l’ECO sont principalement des pays producteurs de matières premières et de produits agricoles. Ils sont demandeurs de produits finis provenant des pays industrialisés plutôt que des productions de leurs partenaires régionaux. Ils disposent en outre d’une variété limitée de produits pour l’exportation. Les productions des divers États membres peuvent entrer en concurrence. C’est notamment le cas pour le coton ou les hydrocarbures qui constituent des postes importants dans les exportations des pays riverains de la Caspienne.

  • 512 D’après HASSA-YARI, H., « Organisation de la coopération économique (ECO), un pont stratégique entr (...)

24. Importations et exportations des membres de l’ECO512

24. Importations et exportations des membres de l’ECO512
  • 513 AFRASIABI, K. L., JALALI, Y. P., “The Economic Cooperation Organization: regionalization in a Compe (...)

75En fait, les marchés d’exportations des productions des pays membres de PECO se trouvent en dehors de cette région, c’est-à-dire principalement en Europe occidentale, en Amérique du Nord et en Extrême-Orient. D’un point de vue économique, cette organisation régionale repose donc sur des bases assez fragiles, d’autant que les États membres ont connu des expériences historiques dissemblables et ont opté pour des systèmes économiques différents. La réalisation de l’intégration économique régionale de la zone ECO est donc davantage un objectif pour l’avenir qu’une réalité actuellement tangible. De plus, cette organisation est concurrencée par de nombreux autres regroupements comme la CEI, la Zone de coopération économique de la mer Noire, l’Organisation de coopération Centrasiatique, ou encore le groupe de GUUAM513.

d. L’Organisation de coopération centrasiatique

  • 514 “Central Asian Economic Union leaders meet in Almaty”, REF/RL Kazakh Report, January 5, 2001.
  • 515 Le traité constitutif de l’Organisation de coopération centrasiatique a été signé le 28 février 200 (...)
  • 516 GRETSKY, S., “Regional Integration in Central Asia”, Analysis of Current Events, vol. 10, n° 9/10, (...)
  • 517 DION, R., “The Decline of Central Asian Integration”, The Analyst, March 29, 2000.
  • 518 RABALLAND, R., « L’intégration économique en Asie centrale. Réalité ou chimère ? », le Courrier des (...)
  • 519 DIETER, H., “Regional integration in Central Asia: current economic position and prospects”, Centra (...)
  • 520 Sur les problèmes d’intégration économique voir KASENOV, U., “Problems of cooperation and integrati (...)

76Parmi les républiques d’Asie centrale, les prémices d’une intégration économique ont été jetées en 1994. En effet, une zone économique commune, baptisée en juillet 1998 l’Union économique centrasiatique (Central Asian Economic Union CAEU) et rebaptisée en janvier 2001 le Forum économique centrasiatique (Central Asian Economic Forum)514, puis l’Organisation de coopération centrasiatique (Central Asian Cooperation Organization CACO) depuis la réunion qui s’est tenue à Tachkent les 27 et 28 décembre 2001515, a été fondée le 10 janvier 1994 par le Kazakhstan et l’Ouzbékistan. La République kirghize a adhéré à cet accord le 16 janvier 1994. Le Tadjikistan a obtenu le statut d’observateur en août 1995 et est devenu membre en mars 1998. La Russie bénéficie du statut d’observateur depuis août 1996, alors que le Turkménistan demeure à l’écart. L’objectif de l’Union était de promouvoir l’intégration économique des États membres. En 1995, au sommet d’Almaty, les dirigeants des États membres approuvaient le principe du libre-échange. Malgré des réalisations pratiques516, les observateurs avaient constaté la stagnation du processus et même un recul de l’intégration des républiques d’Asie centrale au début de l’année 2000517. Lors du sommet de Douchanbé qui s’est tenu le 14 juin 2000, les quatre républiques avaient conclu un accord visant à l’établissement d’un espace économique commun pour 2002. Il n’en a cependant rien été, au point que certains observateurs se sont posé la question de savoir si l’intégration économique en Asie centrale relevait de la réalité ou était plutôt une chimère518. En fait, en février 2002, les quatre républiques centrasiatiques se sont à nouveau réunies à Tachkent pour établir l’Organisation de coopération centrasiatique, dont l’objectif est de promouvoir la coopération économique entre les États membres, de discuter de la mise en place de zones de libre échanges et de la modernisation des infrastructures de transport, et enfin de l’utilisation rationnelle de l’eau et des réservoirs dans la région. L’organisation a également pour but d’accroître la coopération dans le domaine de la sécurité entre les États membres. Il est encore trop tôt pour savoir si cette nouvelle organisation répondra aux espoirs d’intégration économique régionale. Si cette perspective est effectivement souhaitable519, au regard de l’expérience des dix années écoulées, les difficultés rencontrées risquent cependant d’être nombreuses. Malgré l’optimisme de certains, les économies d’Asie centrale ne sont guère complémentaires alors que les stratégies en matière de développement économique divergent. On peut enfin s’interroger sur la volonté réelle d’intégration de certains États membres520. Ce sont davantage les problèmes liés à la sécurité dans la zone qui poussent les États d’Asie centrale à se rapprocher.

  • 521 Voir les objectifs de Nazarbev in VIELMINI, E, « Références eurasiennes au Kazakhstan contemporain  (...)
  • 522 Traité sur l’approfondissement de l’intégration dans les domaines économique et humanitaire et sur (...)
  • 523 ZHALIMBETOVA, R., GLEASON G., “Eurasian economic Community (EEC) comes into being”, The Analyst, Ju (...)
  • 524 Voir “A close-up glimpse of EAEC’s warts”, Jamestown Monitor, vol. 8, issue 96, May 16, 2002.
  • 525 Voir KUBICEK, P., “Regionalism, nationalism and realpolitik in Central Asia”, Europe-Asia Studies, (...)

77Outre l’Organisation de coopération centrasiatique, à l’instigation du président Nazarbaev, le Kazakhstan, la Russie et la Biélorussie ont fondé une Union douanière eurasienne en janvier 1995521. Elle a été élargie en mars 1996 à la République kirghize et en 1998 au Tadjikistan522. Elle est devenue en octobre 2000 la Communauté économique eurasienne (Eurasian Economic Community EURASEC)523. Cette communauté déborde l’espace géographique régional puisque l’Ukraine et la Moldavie ont acquis le statut d’observateur à cette organisation en mai 2002. Malgré quelques avancées dans le domaine de l’intégration, un très grand nombre de problèmes divise en fait les États membres (persistance de barrières tarifaires et de sanctions “anti-dumping”, maintien de tarifs prohibitifs en matière de transport routiers ou ferroviaires, absence de mécanisme de règlement des conflits commerciaux entre les États membres, différence de vue quant à la manière de négocier l’adhésion à l’OMC, etc.)524. Pour chaque république de la zone, la construction ou la reconstruction de l’identité nationale et d’un État, l’intégration interne du pays, la consolidation de l’indépendance, en somme la poursuite de ses intérêts nationaux, constituent des objectifs prioritaires. La question de l’intégration économique passe à notre avis au second plan devant ces priorités525.

3. Conceptualisations théoriques et restructuration régionale

78La structuration institutionnelle par le biais d’organisations de coopération régionale se double du lancement d’un certain nombre de concepts qui se veulent porteurs d’un projet géopolitique de recomposition spatiale. Parmi ces constructions, les structures hypothétiques suivantes sont le plus souvent évoquées : l’espace turc, l’espace turkestanais, la « Grande Asie centrale » et le « Grand Moyen-Orient ».

a. Un espace turc ?

  • 526 Concernant le pan-turquisme voir LANDAU, J., Pan-Turkism. From Irredentism to Cooperation, 2nd revi (...)
  • 527 Cité in CRAIG-HARRIS, L., “Xinjiang, Central Asia and the implications for China’s policy in the Is (...)
  • 528 Lors du sommet des pays de langue turque qui s’est tenu à Bakou, en avril 2000, l’Ouzbékistan a ouv (...)
  • 529 PEROUSE, J.F., « Le monde turc à l’épreuve de la réalité », Limes, n° l, Hiver 1999/2000, pp. 65-79
  • 530 Roy, O., « Passés recomposés », La revue internationale et stratégique, n° 34, été 1999, p. 69.

79Lors de l’indépendance des républiques d’Asie centrale, certains observateurs ont pensé qu’il était désormais possible d’envisager la création d’un ensemble territorial qui regrouperait les populations de langue turque, réalisant ainsi une union du « monde turc »526. Comme le déclarait le président S. Demirel en Asie centrale en 1992, “nobody can now deny that there is a Turkic world stretching from the shores of the Adriatic to the walls of China”527. Malgré les efforts déployés par Istanbul en direction des républiques d’Asie centrale et aussi de l’Azerbaïdjan, cette idée s’est cependant rapidement heurtée à la réalité. La Turquie est certes aujourd’hui présente en Asie centrale, mais son action n’a pas débouché sur la création d’un regroupement territorial couvrant l’ensemble des populations turcophones, même si des réunions et des sommets entre États turcophones sont régulièrement organisés528. Les républiques d’Asie centrale ont pour leur part des intérêts propres et ne comptent pas accorder à la Turquie de traitement privilégié. Comme nous l’avons déjà relevé, elles n’entendent pas non plus se placer sous la houlette d’un nouveau « grand frère »529. Aussi la Turquie n’est-elle aujourd’hui qu’un partenaire parmi les autres pour l’Asie centrale et l’espace turc un espace encore bien hypothétique. Cependant, la coopération multilatérale et interétatique continue entre les républiques « turques », et Ankara s’efforce toujours de jouer dans ce groupe le rôle d’animateur principal. Par ailleurs, si l’idéologie panturquiste reste présente au sein de nombreux courants nationalistes en Turquie, elle n’a que peu d’impact en Asie centrale. Les quelques défenseurs centrasiatiques du panturquisme n’y ont qu’une audience très limitée. O. Roy note que les républiques d’Asie centrale s’ingénient davantage à exacerber leur différence sur le plan linguistique qu’à cultiver leurs affinités530.

b. Un espace turkestanais ?

  • 531 YALCINKAYA, A., “The frontiers of Turkestan”, Central Asian Survey, vol. 16, n° 3, 1997, p. 437.
  • 532 VIELMINI, F., « Références eurasiennes au Kazakhstan contemporain », op. cit., p. 116
  • 533 “Turkmenistan: The New Hennit Kingdom”, Stratfor, July 27, 2000.

80On peut imaginer un regroupement territorial des différentes républiques qui couvrirait l’espace centrasiatique531. Cette idée de « Turkestan » n’est pas neuve. Certains Tatars ont caressé ce rêve jusqu’au début du xxe siècle. Dans une telle construction se pose d’emblée la question de la place du Tadjikistan persanophone, mais aussi celle du Kazakhstan qui ne se sent pas proche de son voisin ouzbek. Comme le relevait un auteur, les Kazakhs cherchent à se démarquer de l’Ouzbékistan mais aussi de l’« identité centrasiatique ressentie par la majorité des couches dirigeantes comme pénalisante pour un pays qui se veut un pont entre l’Europe et l’Asie »532. D’ailleurs comment parler de constitution d’un « Turkestan » sans évoquer sa partie orientale, aujourd’hui province chinoise du Xinjiang ? Cette construction, bien que conceptuellement envisageable, ne rencontre pas aujourd’hui de véritable écho en Asie centrale. Elle se heurterait en outre aussi bien aux intérêts de la Russie qu’à ceux de la République populaire de Chine et de l’Iran. On peut cependant imaginer une logique régionale turkestanaise, basée sur une intégration économique, un essor des échanges et de la collaboration au niveau des cinq républiques d’Asie centrale. Comme nous l’avons vu, les prémices de ce type de construction ont été jetées en 1994 avec la création d’une zone économique commune devenue, à l’hiver 2001, l’Organisation de coopération centrasiatique. Le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, la République kirghize et le Tadjikistan en sont membres, alors que le Turkménistan continue à faire cavalier seul et à s’isoler de manière croissante de son environnement centrasiatique. Son isolement a été poussé à un tel degré par son président que certains auteurs ont baptisé cette république le « nouveau Royaume ermite »533. On peut relever que la nouvelle Organisation de coopération centrasiatique souffre donc dès le départ de l’absence d’un de ses membres potentiels. La rivalité stratégique en Asie centrale entre Tachkent et Astana rend également délicat le processus d’intégration économique. Malgré l’engagement officiel des républiques sur la voie du libre-échange, on est encore très loin d’avoir atteint cet objectif. Mis à part quelques réalisations pratiques, le processus stagne.

  • 534 LANDAU. J. M., “Ethnonationalism and Pan-nationalism in Turkey and the Ex-Soviet Republics”, Migrat (...)

81La question de l’intégration dans un ensemble turkestanais ne semble donc pas aujourd’hui faire partie des priorités des républiques. En outre, la formation d’un ensemble turkestanais se heurte à toute une série de concepts pan-nationalistes qui agitent certains milieux politico-intellectuels en Asie centrale. Il en va ainsi du pan-ouzbékisme, du pan-tadjikisme et de l’idée pan-kazakh qui ont pour projet de réunir sous la même souveraineté étatique des populations de leurs ethnies respectives dispersées sur le territoire de plusieurs États534.

c. Une « Grande Asie centrale » ?

  • 535 CANFIELD, R.L., “The Collision of Evolutionary Process and Islamic Ideology in Greater Central Asia (...)
  • 536 CANFIELD, R.L., “Restructuring in Greater Central Asia: Changing political configurations”, op. cit (...)

82Dans le cadre d’une réflexion conceptuelle en cours depuis la fin de la guerre froide, certains auteurs ont commencé à envisager d’étendre le concept géographique d’« Asie centrale » à des zones considérées jusqu’alors comme faisant partie soit du « Moyen-Orient » classique, soit d’autres constructions géopolitiques. L’idée de “Greater Central Asia (Grande Asie centrale) a ainsi fait son apparition dans la littérature scientifique535. Pour Robert Canfield par exemple, cette nouvelle région correspondrait à la rencontre de l’Asie centrale, de l’Asie du sud et du sud-ouest. Il note ailleurs : “(a)s new ties are formed between Turkey, Iran, Afghanistan, Pakistan, and the Central Asian republics, Greater Central Asia will become strategic to the formation of a huge economic trading région536. Un autre auteur reprenant la même expression n’attribue pas d’extension géographique précise à cette construction. Il analyse dans son article les relations qu’entretiennent les États de l’Asie centrale ex-soviétique stricto sensu avec l’Iran, le Pakistan, l’Afghanistan et la Turquie en remarquant au passage le rôle d’autres acteurs régionaux comme l’Inde et la Chine. La délimitation géographique de cette “Greater Central Asia (Grande Asie centrale)” reste donc aujourd’hui incertaine. En tant qu’instrument d’analyse, ce nouveau concept n’a pas encore fourni la preuve de son utilité, même si, en s’appuyant sur l’idée d’un ensemble turco-persan, il renvoie à un passé historique qui peut faire sens.

d. Un « Grand Moyen-Orient » ?

  • 537 L’Institute for National Strategic Studies utilise également l’expression “Greater Middle East” pou (...)
  • 538 KEMP et HARKAVY, s’interrogeant sur l’extension de ce nouvel espace, donnent la réponse suivante : (...)
  • 539 Voir l’analyse d’un observateur iranien in “UAE claims over Iranian islands upset Persian Gulf Secu (...)

83Au contraire de la proposition précédente, certains auteurs ont recommandé depuis 1992 d’ouvrir le « Moyen-Orient », entendu au sens habituel – c’est-à-dire comprenant le Machrek arabe, la Turquie, Israël et l’Iran –, aux nouveaux États indépendants issus de la décomposition de l’Union soviétique. Dans certains cas, ils envisagent la fusion entre les constructions géopolitiques que sont le « Caucase », l’« Asie centrale » et le « Moyen-Orient ». L’idée de l’émergence d’un nouvel espace géopolitique baptisé « Grand Moyen-Orient », rassemblant les républiques méridionales de l’ex-Union soviétique et les États du « Moyen-Orient », est ainsi apparue dans certaines publications537. La délimitation géographique de ce “Greater Middle East (Grand Moyen-Orient)” fait cependant problème538. La pertinence de l’extension géographique de cette proposition mérite d’être examinée. A quelle réalité répond-elle ? Peut-on vraiment déceler les signes de l’émergence d’un nouvel ensemble régional basée sur des réalités tangibles ? Sur le plan des dynamiques à l’œuvre, on peut se poser la question de savoir si le conflit israélo-palestinien influe réellement sur les choix du Kazakhstan ou de l’Ouzbékistan en matière de relations extérieures. Ou encore, un Tadjik et un Égyptien partagent-ils véritablement des préoccupations identiques ou la vision d’un destin commun ? L’imaginaire d’un Kazakh peut-il s’identifier avec celui d’un Jordanien ou d’un Yéménite ? Cette nouvelle construction possède-t-elle aujourd’hui une valeur explicative quelconque, rend-elle compte de l’émergence réelle d’une nouvelle région ? Une extension aussi large de cet espace ne fait pas sens. Les dynamiques observées dans la région ainsi définie sont extrêmement hétérogènes. Peut-on dès lors dégager des points de rencontre entre les différentes composantes géographiques regroupées sous le terme de « Grand Moyen-Orient » ? Actuellement, cette expression ne répond encore à aucune réalité tangible. Pour certains cependant, le « Grand Moyen-Orient » est un concept qui permet à des pays comme Israël ou la Turquie, pays qui n’ont pas de frontières communes avec l’Asie centrale, de s’immiscer dans le jeu régional539. Une telle interférence entrerait selon eux dans les calculs de Washington.

  • 540 Voir ROY, O., Les illusions du 11 septembre, Le débat stratégique face au terrorisme, Paris, 2002, (...)

84Tout en demeurant toujours réticent quant à l’utilisation de concepts tels que le « Grand Moyen-orient » ou la « Grande Asie centrale », force est de constater que ces constructions théoriques, avec le temps et à la lumière de certains événements, peuvent acquérir quelque pertinence. Peut-on faire l’impasse sur les activités de Ben Laden, d’origine saoudienne, installé en Afghanistan, entretenant vraisemblablement des liens avec certains mouvements radicaux au Pakistan et en Asie centrale et menant des actions terroristes dont les objectifs les plus évidents sont situés dans la région du golfe Persique – s’agissant du retrait des forces armées américaines d’Arabie Saoudite –, et, du moins dans sa rhétorique, au Proche-Orient, par rapport au soutien qu’il affirme apporter à la cause palestinienne ? Il s’agit pourtant de rester très prudent. Comme l’a noté O. Roy, il y a en fait déconnexion entre les réseaux d’al-Qaïda et la question palestinienne même si Ben Laden l’utilise dans son discours et que cette dernière peut lui valoir une certaine popularité dans le monde musulman. Aucun militant de Ben Laden ne s’est impliqué dans le conflit israélo-palestinien. Le seul lieu d’interaction entre le Moyen-Orient et al-Qaïda est en fait l’Arabie Saoudite. Le recrutement même d’al-Qaïda a lieu davantage en Europe qu’au Moyen-Orient alors que l’Afghanistan n’a finalement été qu’une base d’entraînement pour ce mouvement. Enfin, les réseaux al-Qaïda ne sont pas des produits des conflits du Moyen-Orient mais plutôt d’une « globalisation de l’islam ». Comme O. Roy l’a noté, al-Qaïda est « à la jonction d’une radicalisation islamique et d’une contestation anti-impérialiste exacerbée, délocalisée par la globalisation, c’est-à-dire décalée par rapport au Moyen-Orient et à ses conflits »540. Le lien qui rattacherait l’Asie centrale ex-soviétique à des dynamiques propres au Moyen-Orient par le biais des activités d’al-Qaïda est dès lors ténu. Dans le cas des activités du Hizb-ut Tahir, mouvement néofondamentaliste créé en 1953 en Jordanie et jusqu’à présent non-violent à l’opposé d’al-Qaïda, les liens entre l’Asie centrale et occidentale sont également faibles. Les ramifications de ce mouvement les plus actives se déploient aujourd’hui dans les anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale à partir de son bureau principal situé à Londres et pas à partir du Moyen-Orient. Dans ce cas, il y a en fait davantage de liens avec des dynamiques nées en Occident (la détérriorialisation de l’islam en Occident, la recomposition d’une identité protestataire chez les exclus des banlieux occidentales souvent issus de l’immigration, etc.) qu’avec l’espace moyen-oriental.

85Par contre sur le plan de la réponse américaine aux attentats du 11 septembre, si on observe le déploiement américain en Afghanistan, en Asie centrale et au Caucase, il faut bien constater les interactions qui existent entre celui-ci et la présence déjà plus ancienne des États-Unis au sud, dans la mer d’Oman et dans les eaux du golfe Persique ou, à l’ouest, dans les bases de l’Otan en Turquie. Par ailleurs, si on prend en considération les interactions stratégiques à l’œuvre depuis plus d’une dizaine d’années dans ces régions, force est de constater qu’elles concernent un ensemble d’États qui s’articule autour des ex-républiques soviétiques d’Asie centrale, se prolonge vers la Russie et la Chine, l’Afghanistan, le Pakistan et l’Inde, jusqu’à l’Iran, la Turquie et les États de Transcaucasie. Cet ensemble hétérogène, mais néanmoins interconnecté, forme un nouvel espace ayant une cohérence géopolitique sur laquelle les observateurs peuvent difficilement faire l’impasse. Cette réalité conduit à s’interroger sur le besoin de suggérer un nouveau découpage géopolitique transversal incluant des parties de l’Asie occidentale et de l’Asie orientale, la fraction septentrionale du sous-continent indien et l’Asie centrale.

4. Ouverture sur le monde et différenciation des intérêts nationaux

86Très rapidement, après l’accession des nouveaux États à l’indépendance, des divergences d’intérêts sont apparues entre eux en dépit d’un vécu commun, de références identiques, d’une certaine unité ethnolinguistique, de l’islam supposé fédérateur et de l’existence de liens économiques « structurels » du fait de leur appartenance à l’espace ex-soviétique. Ces intérêts divergents ne découlent pas nécessairement de l’existence de contentieux réels ou imaginaires, mais résultent plutôt de la prise en compte de différences géopolitiques évidentes entre ces États. Ici, comme partout ailleurs, les réalités géographiques, économiques et même démographiques vont aboutir à la différenciation des intérêts nationaux. Ainsi, il est évident que le partage de frontières communes avec la Russie (cas du Kazakhstan) ou avec l’Afghanistan (cas du Tadjikistan, du Turkménistan et, dans une moindre mesure, de l’Ouzbékistan), les dimensions des États (importance de la population et étendue géographique), leur position géographique centrale ou périphérique, leur accès aux ressources, à la mer Caspienne, à l’eau ainsi que la situation interne, les ambitions politiques des dirigeants, etc., sont des facteurs qui contribuent à la conception et à la mise en place de politiques étrangères différentes convenant à chacun des pays, à chacun des pouvoirs en place. Cette différenciation, qui risque d’ailleurs de s’approfondir avec le temps, n’est pas en soi un obstacle insurmontable au développement de la coopération régionale. Cependant, cette coopération ne peut pas simplement se justifier par une référence générale à l’histoire ou à la culture mais doit, comme partout ailleurs, se construire progressivement en tenant compte des intérêts et des sensibilités particulières de chaque nation. L’élaboration des politiques étrangères a également été fortement marquée par le « rôle » que les dirigeants de chaque État ont assigné à leur pays. Ainsi en va-t-il de l’Ouzbékistan qui, se considérant comme un État-pivot – étant le pays le plus peuplé et le plus puissant de la région –, a mis l’accent à la fois sur sa centralité géographique et historique dans le sous-système centrasiatique. Quant au Kazakhstan, le pays le plus étendu de l’Asie centrale, il se considère comme l’État eurasiatique par excellence, trait d’union entre l’Europe et l’Asie, entre la Russie et le monde centrasiatique. Les trois autres États, bien qu’ayant des ambitions plus modestes, ont aussi choisi un rôle particulier sur la scène régionale, rôle auquel ils s’efforcent d’adapter leur politique extérieure.

5. La mise en place des nouvelles forces armées

  • 541 Concernant le développement des forces armées en Asie centrale, voir SMITH, D.L., Breaking away fro (...)

87A part quelques unités de police, les républiques soviétiques d’Asie centrale ne disposaient d’aucune armée propre au moment de l’indépendance. A l’époque soviétique, l’Armée rouge était une force unifiée, symbole même de la cohésion de l’union. Les conscrits d’Asie centrale allaient effectuer leur service militaire ailleurs que dans la région d’où ils étaient originaires. A l’indépendance, la création de forces armées a été reconnue comme une mesure logique pour assurer la souveraineté des nouveaux États541. Cette préoccupation n’a cependant pas été jugée prioritaire. Ainsi, l’Ouzbékistan n’a décidé de créer ses propres forces armées qu’en juillet 1992. Au moment de l’indépendance, les républiques d’Asie centrale ont rencontré des difficultés dans la définition des menaces auxquelles elles étaient confrontées. La plupart de ces menaces entrait en fait dans une définition non traditionnelle de la sécurité. Les principaux risques pour les républiques sont davantage liés aux confrontations interethniques, à l’extrémisme religieux, au terrorisme et au crime organisé, qu’à une menace militaire extérieure, objet des préoccupations de la sécurité prise dans son acception traditionnelle. Cette situation a compliqué la tâche des républiques qui forment une armée nationale.

  • 542 Voir MAKARENKO, T., “Central Asia commits to military reform”, Jane’s Intelligence Review, Septembe (...)
  • 543 “Kazakhstan: Power Shift in Central Asia”, Stratfor, September 9, 2000.

88Dans le cas du Kazakhstan, la mise en place de ses forces armées s’est faite en trois étapes allant de la création d’une administration militaire centrale (1992), à la restructuration des forces kazakhes (1993-1996), puis à leur modernisation (à partir de 1997). L’objectif est de créer une armée professionnelle. Afin de mettre en œuvre ce programme, le Kazakhstan a maintenu des liens étroits avec la Russie dans le domaine militaire, tout en diversifiant ses contacts avec la Chine, la Turquie, l’Allemagne et les États-Unis. Fin 1999, selon de nombreux observateurs, les forces armées du Kazakhstan, malgré ses efforts, n’étaient guère préparées à répondre aux menaces qui pesaient sur le pays542. Devant ces résultats et sous la pression non seulement du risque islamiste mais aussi de la menace que fait peser l’Ouzbékistan sur ses frontières, Astana a décidé d’accroître son budget militaire en 2000 (216 millions de US dollars contre 132 millions de US dollars en 1999). La nouvelle doctrine militaire adoptée en février 2000 est également destinée à consolider les forces armées par la création d’une force de réaction rapide et le renforcement de la mobilité543. Si les résultats de ces mesures ne seront pas visibles avant quelque temps, l’accent mis par Astana sur l’accroissement de l’efficacité de ces forces armées rend en tout cas compte de la crainte croissante du pouvoir kazakh face au radicalisme islamique, mais aussi face aux ambitions de son voisin ouzbek.

  • 544 Voir infra.
  • 545 Details in TURSUNOV, B., PIKULINA, M., Severe lessons of Batken, Royal Military Academy Sandhurst, (...)
  • 546 Il s’agit principalement de l’achat d’avions, d’hélicoptères de combat, de véhicules blindés et d’é (...)
  • 547 “Governments initiate joint anti-insurgency measures”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 161, August 31 (...)

89En République kirghize, entre 1991 et 1999, peu de progrès ont été réalisés quant à la mise en place d’une armée efficace. L’inefficacité des forces kirghizes a d’ailleurs été démontrée à l’occasion des incidents de Batken à l’été 1999544. Non seulement les gardes-frontières kirghizes n’avaient pas repéré les infiltrations des groupes islamistes sur le territoire de la république mais, en plus, les forces armées se sont avérées incapables de déloger ces combattants des positions qu’ils occupaient dans le pays545. Bichkek, qui ne possède pas de force aérienne, a dû faire appel à l’Ouzbékistan pour soutenir ses opérations terrestres. Sans l’appui de ses voisins, la capacité de la République kirghize de s’opposer efficacement aux opérations militaires des groupes islamistes semble très douteuse. A la suite du traumatisme engendré par ces incidents, le gouvernement kirghiz a adopté une série de mesures destinées à empêcher de nouvelles incursions islamistes. Il a ainsi renforcé ses postes frontaliers avec le Tadjikistan et déployé davantage de troupes dans les régions sensibles. Le renouvellement des opérations de militants islamistes durant l’été 2000 a cependant démontré la faiblesse endémique de ses forces armées. Une fois encore, la République kirghize a dû faire appel à l’aviation de ses voisins, en l’occurrence à celle du Kazakhstan, pour mener des opérations contre les petits groupes très mobiles de militants islamistes. C’est sans doute pour répondre dans l’avenir à ce type de situation qu’elle a conclu avec la Russie un accord portant sur la livraison de matériel militaire lors du sommet réuni à Bichkek en octobre 2000546. Il devrait permettre à la République kirghize de renforcer ses forces armées face à la menace que font peser sur elle les infiltrations de militants islamistes. En outre, si le renforcement de la coopération militaire avec Moscou accroît la dépendance de Bichkek à son égard, il renforce parallèlement la position de la République kirghize par rapport à l’Ouzbékistan, dont elle craint les ambitions régionales547. L’accroissement des dépenses militaires de Bichkek risque cependant de fragiliser encore davantage une situation économique déjà difficile.

  • 548 Voir infra.
  • 549 MAKARENKO, T., “Central Asia commits to military reform”, op. cit., p. 32.

90Au Tadjikistan, la guerre civile qui s’est déroulée dans le pays entre 1992 et 1997 a bien entendu rendu très difficile l’établissement de forces armées nationales548. Dans le cadre du programme de réconciliation nationale adopté en 1997 entre le gouvernement et l’Opposition tadjike unie (UTO pour United Tajik Opposition), deux mille combattants de l’opposition ont été intégrés en 1999 aux forces armées gouvernementales. Ces nouvelles unités sont cependant peu fiables, de nombreux combattants de l’UTO continuent à se méfier du gouvernement de Douchanbé. Une partie de la force militaire du pays reste encore entre les mains des seigneurs de la guerre locaux et de leurs troupes. Étant donnés les clivages régionalistes qui la traversent, on ne peut guère parler de véritable armée nationale dans le cas du Tadjikistan. La sécurité du pays est en grande partie assurée par les troupes déployées par Moscou. Elles se chargent de la surveillance des frontières avec l’Afghanistan et combattent le trafic de la drogue qui a pris un essor très important ces dernières années. Au Turkménistan, étant donnée la nature du régime politique du pays, les forces armées sont en fait davantage au service du président Niyazov qu’à celui du pays549. La Russie a également apporté une aide à Achkhabad dans le domaine de la surveillance des frontières.

  • 550 BACARERE-BECANE, C, SIECA, E., « L’émergence des armées post-soviétiques : le cas de l’Ouzbékistan  (...)
  • 551 “Uzbekistan profits from Sino-Russian rivalry”, op. cit.

91En fait, parmi les cinq républiques d’Asie centrale, l’Ouzbékistan est sans doute le mieux placé sur le plan militaire. Tachkent a hérité d’infrastructures importantes du complexe militaro-industriel de l’URSS, ce qui lui permet d’assurer la production locale de quelques équipements, notamment dans le domaine aérien (production de l’IL-75 CANDID à Chkalov), alors que les autres républiques dépendent essentiellement de Moscou pour leur approvisionnement en matériel. Les forces armées de Tachkent sont également les plus nombreuses et les mieux équipées de l’Asie centrale. Alors qu’en 1991, 80 % des officiers de l’armée n’étaient pas Ouzbeks – ils étaient principalement Russes ou Ukrainiens –, aujourd’hui, ils se recrutent essentiellement parmi la population locale. Le corps des officiers compte actuellement plus de 60 % d’Ouzbeks. L’Ouzbékistan a aussi hérité d’institutions importantes pour la formation des cadres (8 écoles) et créé sa propre académie militaire à Tachkent en 1995. Avec le souci de réduire sa dépendance à l’égard de Moscou dans le domaine militaire, Tachkent a développé au début des années 1990 des contacts avec la Turquie et les Occidentaux. En 1995, des accords concernant la formation des officiers à l’étranger ont ainsi été conclus avec l’Allemagne et les États-Unis550. A l’été 2000, en l’absence d’autre choix, Islam Karimov s’est également adressé à Pékin pour contrebalancer l’influence de la Russie en matière militaire. C’est ainsi que le ministre de la défense ouzbek s’est rendu en Chine en août 2000. Un accord de coopération militaire a été conclu avec Pékin et la Chine a également promis une aide d’un demi-million de dollars à Tachkent551. Au cours de l’hiver 1999/2000, l’accent avait été mis en Ouzbékistan sur la préparation des forces armées pour faire face aux menaces non traditionelles sur la sécurité. La qualité de cette préparation a été testée par les islamistes à l’été 2000. Il semble que l’armée ouzbèke ait été beaucoup plus efficace que son homologue kirghize.

  • 552 IISS, The Military Balance 1999-2000, Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 164.

92De manière générale, il est clair que pour mettre en place une défense nationale, considérée comme une des prérogatives essentielles d’un État souverain, les nouvelles républiques ne disposent que de faibles moyens budgétaires. En ce qui concerne l’analyse des budgets alloués à la défense nationale par les républiques d’Asie centrale, on ne dispose encore que de très peu de chiffres552. Les statistiques économiques concernant ces pays sont incertaines, ce qui rend délicate une évaluation précise de ces budgets. Le tableau ci-dessous en donne cependant une idée, alors que les suivants présentent l’état des forces armées en les situant dans leur contexte régional.

25. Budget de la défense (en millions de dollars)

25. Budget de la défense (en millions de dollars)
  • 553 IISS, The Military Balance 1992-1993, Oxford, Oxford University Press, 1993, passim et IISS, The Mi (...)

26. Évolution des forces armées entre 1992 et 2000553

26. Évolution des forces armées entre 1992 et 2000553
  • 554 Idem. Concernant l’Afghanistan, les forces des taliban avaient été estimées à 25 000 hommes. Dans l (...)

27. Tableau comparatif forces armées : l’Asie centrale et ses voisins554

27. Tableau comparatif forces armées : l’Asie centrale et ses voisins554
  • 555 ALEXANDROV, M., “Military relations between Russia and Kazakhstan in the post-soviet era (1992-1997 (...)

93Comme dans le cas de la population, les forces armées des républiques d’Asie centrale ne peuvent être comparées à celles de leurs voisins. Comme nous venons de le voir, sur le plan régional, l’armée ouzbèke constitue la première force d’Asie centrale. Si, dans le contexte centrasiatique, elle peut potentiellement menacer les autres républiques, dans un contexte régional élargi, elle ne fait guère le poids comparée à des États comme l’Iran ou le Pakistan. Même face aux forces des taliban, l’armée ouzbèke aurait sans doute rencontré des difficultés très importantes. De manière générale, la mise en place des forces armées en Asie centrale s’est heurtée à de nombreux problèmes, problèmes qui ne sont pas simplement causés par le fait que ces républiques ne disposaient d’aucune structure militaire indépendante dans le cadre de l’URSS. En ce qui concerne l’équipement par exemple, sur le papier, les républiques ont hérité à l’indépendance d’un matériel important provenant des forces armées de l’Union Soviétique. Cependant, une grande partie de ce matériel est vétuste, voire inutilisable par manque d’entretien. De plus, cette dépendance à l’égard du matériel de l’URSS les oblige à se tourner vers Moscou pour leur approvisionnement en munitions, pièces de rechanges, modernisation des équipements, etc., pérennisant d’autant l’influence russe. Les moyens financiers sont très limités, ce qui les empêche de s’orienter vers d’autres fournisseurs. De même, le personnel qualifié fait encore défaut à l’heure actuelle. En effet, à l’époque soviétique, les Russes et les Ukrainiens dominaient le corps des officiers, aussi les républiques se sont-elles retrouvées face à une pénurie de cadres qualifiés, pénurie encore accentuée par l’émigration des slaves au début des années 1990. Au Kazakhstan par exemple, à l’époque soviétique, 97 % des officiers étaient russes. Aussi, le départ de cadres slaves a-t-il causé de l’aveu même des officiels kazakhs, “an irremediable shorlage of command, engineer and technical cadres555. Dans ce pays, la pénurie d’officiers expérimentés demeurait encore en 2000 un obstacle sérieux au développement des forces armées nationales. Malgré plus de dix ans d’indépendance, on constate que la constitution des forces armées crédibles en Asie centrale demeure encore embryonnaire.

Notes

178 Il faut entendre le terme de « sécurité », dans un sens plus large que le cadre traditionnel de la protection de l’intégrité territoriale. La « sécurité » dans son acception élargie prend également en considération les dimensions non-militaires de la sécurité (les tensions ethniques, les criminalités organisées, les flux migratoires, etc.). La « sécurité » n’est plus associée au seul champ des phénomènes conflictuels interétatiques et les dimensions interne et externe de la sécurité tendent aujourd’hui à être considérées comme indissociables. Voir BRAILLARD, P., DJALILI, M.R., Les relations internationales, Paris, Presses universitaires de France, 1997, p. 105.

179 Voir BAKSHI, J., “Russian Policy Towards Central Asia. Part II”, Strategic Analysis, vol. XXII, n° 11, February 1999.

180 Voir Russia’s National Security Concept”, Arms Control Today, vol. 30, n° l, January/February 2000, p. 17.

181 Pour Walt, la « sécurité » est concernée par la menace, l’utilisation et le contrôle de la force militaire. Voir WALT, S. M., “The Renaissance of Security Studies”, International Studies Quaterly, vol. 35, n° 2, June 1991, p. 212. La dimension militaire traditionnelle de la sécurité continue de faire partie des premières préoccupations de Moscou. Dans la « conception de sécurité nationale » adoptée en janvier 2000 par la Fédération de Russie, il est rappelé que la force militaire et la violence demeurent un aspect substantiel des relations internationales. Voir “Russia’s National Security Conceptö, op. cit., p. 15.

182 La « conception de sécurité nationale » considère ainsi comme une menace fondamentale sur la Russie dans la sphère internationale, « l’éclatement ou l’escalade de conflits aux frontières de la Fédération ou aux frontières extérieures des États membres de la CEI ». Cette disposition démontre que les frontières extérieures des États de la CEI continuent à être perçues par la Russie comme faisant partie de son périmètre de sécurité. Le conflit afghan et ses répercussions sont visées par cette disposition. Voir “Russia’s National Security Concept“, op. cit., p. 16.

183 ATKIN, M., “The rhetoric of islamophobia”, Central Asia and the Caucasus, n° l, 2000, pp. 123-132.

184 TROFIMENKO, H., Russian National Interests and the Current Crisis in Russia, Aldershot, Ashgate, 1999, p. 81.

185 Voir ROY, A., “The military and political security landscape in Russia and the South”, in Russia, The Caucasus and Central Asia. The 21st Century Security Environment, op. cit., pp. 27-60.

186 Détails in ZAGORSKI, A., “Traditional Russian security interests in the Caucasus and Central Asia” in Russia, The Caucasus and Central Asia. The 21st Century Security Environment, op. cit., p. 69.

187 Pour des raisons historiques et géographiques, la délimitation de la frontière entre la Russie et le Kazakhstan pose elle-même des problèmes importants. Voir PAIN, E.A., “Contagious ethnic conflicts and border disputes along Russia’s southern flank”, in Russia, The Caucasus and Central Asia. The 21st Century Security Environment, op. cit., pp. 187-188.

188 Détails in ZAGORSKI, A., “Traditional Russian security interests in the Caucasus and Central Asia” in Russia, The Caucasus and Central Asia. The 21st Century Security Environment, op. cit., pp. 70-71.

189 Voir ELEUKENOV, D., “Perspectives on security in Kazakhstan”, in Crossroads and conflict. Security and Foreign Policy in the Caucasus and Central Asia. edited by Gary K. Bertsch, Cassady Craft, Scott A. Jones and Michael Beck, New York/London, Routledge, 2000, pp. 240-255.

190 IMF, Direction of trade Statistics Yearbook, Washington DC, 2001.

191 Idem.

192 GRAHAM, TE., “Russia’s Foreign Policy” in Où va la Russie, Proceedings, Symposium de l’Institut Royal Supérieur de Défense, Bruxelles, 1 mars 2000, p. 42.

193 Détails in ZUBAREVICH, N., FEDOROV, Y., “Russian-Southern Economic Interaction”, in Russia, The Caucasus and Central Asia. The 21th Century Security Environment, op. cit., pp. 127-128.

194 Traditionnellement, la sécurité économique d’un État est mesurée par son degré de dépendance à l’égard des importations stratégiques de matières premières, d’énergie et de produits alimentaires ainsi que par la vulnérabilité de ses communications avec le monde extérieur et le maintien d’un volume adéquat d’exportations. D’après, idem, p. 119.

195 Voir l’étude de ce problème in idem, pp. 132-138.

196 Voir infra.

197 BLUM, D.W., “Domestic Politics and Russia’s Caspian Policy”, Post-Soviet Affairs, vol. 14, n° 2,1998, pp. 137-164.

198 Voir les exemples cités in PEUCH, J.-C, “Caspian Sea Oil: The Role of Private Corporation”, The Fletcher Forum of World Affairs, vol. 22, n° 2, Summer/Fall 1998, p. 30.

199 PEUCH, J.-C, “Caspian Sea Oil: The Role of Private Corporation”, op. cit., p. 29.

200 NANAY, J., “The Industry’s race for the Caspian Oil Reserves”, in Caspian Energy Resources. Implications for the Arab Gulf, Abu Dhabi, The Emirates Center for Strategic Studies and Research, Reading, Ithaca Press, 2000, p. 114.

201 BECKER, A.S., “Russia and Caspian Oil: Moscow Loses Control”, Post-Soviet Affairs, vol 16, n° 2, 2000, p. 102.

202 Voir LUBIN, N., “New Threats in Central Asia and the Caucasus. An Old story with a New Twist”, in Russia, The Caucasus and Central Asia. The 21st Century Security Environment, op. cit., pp. 205-225 et ZVIAGELSKAIA, I.D., NAUMKIN, V.V., “Non-Traditional Threats, Challenges and Risks in the Former Soviet South”, in idem, pp. 226-247.

203 Voir infra.

204 Voir KOSMARSKAIA, N., “Ethnic Russians in Central Asia. A sensitive issue? Who is most affected? (A Study Case of Kyrgyz Republic)”, Central Asia and the Caucasus, n° 1, 2000, pp. 65-74.

205 Voir infra concernant la CEI.

206 SHASHENKOV, M., “Russia in Central Asia: emerging security links”, in From the Gulf to Central Asia. Players in the New Great Game, edited by Anoushiravan Ehteshami, Exeter, University of Exeter Press, 1994, p. 170.

207 Voir OLCOTT, M. Brill, The Kazakhs, op. cit., p. 268 et ss. et KAGEDAN, A., « La Communauté des États Indépendants : toujours en quête de son identité », Commentaire, n° 28, Service canadien du renseignement de sécurité, mars 1993 (www.csis-scrs.gc.ca/Jro/comment/com28f.htmt) .

208 Voir sur les débats entre les différents courants de pensée à propos de l’espace CEI en général ZVIAGELSKAYA, I., The Russian Policy Debate on Central Asia. Royal Institute of International Affairs, London, 1995 (www.ca-c.org/dataeng/st_08_zvjag.shtml) ; TOLZ, V., “Conflicting ‘Homeland Myths’ and Nation-State Building in Postcommunist Russia”, Suivie Review, 57, n° 2, Summer 1998, pp. 273-274. En 1992-1993, le Front de Salut National qui regroupe des communistes et des nationalistes sera l’avocat le plus ardent de la reconstitution de l’Union. Ces forces politiques ne sont cependant pas les seules à développer une vision impériale. Certains groupes industriels influents dont les approvisionnements dépendent des matières premières centrasiatiques favorisent également le rétablissement d’une « relation spéciale » entre Moscou et l’Asie centrale. On trouve aussi chez les « libéraux » russes les traces de cette mentalité impériale. Comme le remarque un auteur, de nombreux libéraux russes perçoivent clairement la division du noyau slave du pays en terme apocalyptique et refusent de reconnaître la chute de l’Empire. Voir KORTUNOV, A., SHOUMIKHIN, A., “Russia and Central Asia: Evolution of Mutual Perceptions, Policies, and Interdependence”, in ZHANG, Yongjin, AZIZIAN, R., Ethnic challenges beyond Borders, Chinese and Russian Prespectives of the Central Asian Conundrum, New York, St Martin Press, 1998, pp. 11-31 et KORTUNOV, A., “Russia and the ‘Near Abroad’: Looking for a Model Relationship”, in US-Russian Partnership: Meeting the New Millennium, Sergey Oznobishchev and James H. Brusstar, National Defense University Press, Washington DC, 1999 (www.ndu.edu/inss/books/usrpcont.html).

209 GRETSKY, S., Russia’s policy Toward Central Asia, Carnegie Endowment for International peace, Carnegie Moscow Center, Moscow, 1997 (www.ca-r.org/dataeng/CRETS KY.shtml).

210 “Russia’s Policy Toward Central Asia” by Sergei Gretsky, Review by Muriel Atkin, Central Asia Monitor, On-Line Supplement, n° 1, 1998.

211 RASHID. A., The Resurgence of Central Asia. Islam or Nationalism?, Karachi, Oxford University Press, London, Zed Books, 1994, p. 228.

212 OLCOTT, M., Brill, “Central Asia’s catapult to Independence”, Foreign Affairs, vol. 71, n° 3, Summer 1992, pp. 108-131.

213 Un auteur relève ainsi qu’en 1994, l’assistance russe au Kazakhstan, à l’Ouzbékistan et au Turkménistan représentait entre 40 et 70 % du PNB de ces pays, in ZA-GORSKI, A., “Reintegration in Former USSR?”, Aussenpolitik, vol. 45, 3rd quarter, 1994, p. 270.

214 DAWISHA, K, “The Imperial Impulse: Russia and the ‘Near Abroad’” in KIARE. M.T., CHANDRANI, Y., World Security, Challenges for a New Century, Third Edition, New York, St Martin Press, 1998, p. 88.

215 HUNTER, S., Central Asia since Independence, Foreword by Marie Bennigsen Broxup, Published with the Center for Strategic and Internatonal Studies, Washington DC, London, Praeger, 1996, p. 123.

216 KORTUNOV, A., “Russia and the ‘Near Abroad’: Looking for a Model Relation-ship”, in US-Kussian Partnership: Meeting the New Millennium, op. cit.

217 GRETSKY, S., Russia’s Policy Toward Central Asia, op. cit.

218 Voir ALLISON, Roy, « Le maintien de la paix dans les États successeurs de l’Union sovietique », Cahiers de Chaillot, n° 18, Institut d’Etudes de Sécurite, Union de l’Europe Occidentale, Paris, Novembre 1994.

219 “Migranian: Near Abroad is vital to Russia”, CDPSP, vol. 46, n° 7, 1994, p. 4.

220 Voir de TINGUY, A., « Russie-Asie centrale : la fin d’un “étranger proche », La revue internationale et stratégique, n° 36, Hiver 1999/2000, pp. 117-127.

221 “CIS Customs Union: Stillborn in its Fifth Year”, Jameslown Monitour, vol. 6, n° 103, May 25, 2000 et PANNIER, B., “Change in CIS Customs Union“, Rfe./Rl., October 10, 2000.

222 CUTLER, R., “Russia slouches towards Central Asia”, The Analyst, April 12, 2000.

223 BONNET, F., « Les experts russes redéfinissent les relations stratégiques avec Washington », Le Monde, 4-5 juin 2000.

224 Voir CDPSP, vol. 52, n° 28, August 9, 2000, pp. 7-8 et CDPSP, vol. 52, n° 29, August 16, 2000, pp. 6-7, et “Russia’s Military Doctrine”, Arms Control Today, vol. 30, n° 4, May 2000, pp. 29-38. Analyse in BIANK, S., Threats to Russian Security. The view from Moscou : Carlisle, Strategic Studies Institutes, US Army War College, July 2000, 51 p.

225 TORBAKOV, I., Putin’s Russia de-fines its Foreign Policy agenda”, Eurasianet, July 28, 2000.

226 Dans le Caucase, au regard de l’Azerbaïdjan, la formule adoptée consiste semble-t-il à favoriser l’amélioration des relations entre les deux pays en échange d’une plus grande participation de la Russie dans le développement économique de la république. Moscou pourrait également jouer la carte du soutien politique au pouvoir, en garantissant la stabilité du régime. Cette assistance russe serait utile à Ilham Aliev, le fils du président actuel en cas de succession. Ce dernier pourrait trouver un appui à Moscou en contrepartie d’un rapprochement entre les deux pays et d’une plus grande prise en considération des intérêts de la Russie. De même, la possibilité d’un appui de Moscou dans la question du Karabagh, appui dont il reste à définir la nature et les modalités, est un argument auquel le pouvoir azerbaïdjanais ne peut rester indifférent. Ces hypothèses ont été formulées dans la presse russe et reprises en Azerbaïdjan à l’été 2000, ce qui illustre bien le regain d’intérêt de la Russie pour la région depuis l’élection de V. Poutine. Voir “Russia may help Azeri presidents son to succeed father”, in Turkistan Newsletter, August 18, 2000.

227 “Russia tightening up the Joint Air Defense System”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 52, March 14, 2000.

228 Outre le rappel incessant de la menace islamiste, Moscou aurait utilisé des moyens plus radicaux pour appuyer sa rhétorique. Ahmed Rashid signale qu’au cours de l’été 2000, les militaires russes surveillant la frontière entre l’Afghanistan et le Tadjikistan ne se seraient pas opposés à la pénétration des combattants du Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO) sur le territoire tadjik d’où ils auraient lancé leur offensive contre la République kirghize et l’Ouzbékistan. Cette action délibérée était selon lui destinée à aggraver la tension en Asie centrale afin de rendre le recours à Moscou plus nécessaire encore. Voir RASHID, A., “Islamic Movement of Uzbekistan’s incursion assists the Taliban”, The Analyst, September 13, 2000 ; également “Central Asia insurgency update”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 166, September 8, 2000.

229 KARASIK, T., “Russian threat to strike Afghanistan tests Central Asian partners”, The Analyst, June 21, 2000.

230 “Central Asia, Russia plan to build joint military operation to fight militant Islamic movements”, Associated Press, October 11, 2000. Ce sommet a réuni la Russie, le Kazakhstan, la République kirghize, le Tadjikistan, la Biélorussie et l’Arménie. L’Ouzbékistan était absent, signe de la méfiance de Tachkent à l’égard des intentions de Moscou mais aussi de son pragmatisme face aux victoires militaires des taliban.

231 En avril 2001, un responsable russe constatait à propos de la situation afghane que les taliban ne constituaient pas une réelle menace pour les républiques centrasiatiques. Voir “Threat of taliban aggression against Central Asian countries not real”, Interfax, April 18, 2001.

232 FITCHETT, J., “A resurgent Russian influence grips former Soviet Central Asia”, International Herald Tribune, August 9, 2000.

233 “Putin in Uzbekistan: back to elder brother-junior brolher relations?”, op. cit. et “Aid to Uzbekistan Promised”, CDPSP, vol. 52, n° 35, September 27, 2000, p. 18.

234 Voir “The Taliban’s success and the impact on Central Asia”, Eurasia Insight, October 11, 2000 et “Central Asia’s shifting sands”, Stratfor, October 10, 2000.

235 Sur la question tadjike en Ouzbékistan, voir entre autres, ABRAMSON, D., “Identity counts: the Soviet legacy and the census in Uzbekistan” in Census and Identity. The politics of Race, Ethnicity, and Language in National Census, edited by David I. Kertzer and Dominique Arel, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, pp. 187 et ss.

236 PANNIER, B., “Russia: Terrorism forges bond between Moscow and Central Asia”, RFE/RL, January 26, 2000 et CHETERIAN, V., “Feature: back in the saddle”, Transitions Online, 14 March 2000 (www.tol.cz).

237 BRZEZINSKI, Z., The grand chessboard: American primacy and its geostrategic imperatives, op. cit., p. 148.

238 Quatre puissances nucléaires se côtoient autour de la région : l’Inde, le Pakistan, la Chine et la Russie. L’intérêt américain pour les questions nucléaires dans cette région a été illustré par l’aide accordée au démantèlement de l’arsenal nucléaire dont le Kazakhstan avait hérité de l’URSS.

239 LIEVEN, A., “The (Not So) Great Game”, The National Interest, n° 58, Winter 1999/2000, p. 69.

240 BLANK, S., “Every shark east of Suez: great power interests, policies, and tactics in the Transcaspian energy wars”, Central Asian Survey, vol. 18, n° 2, 1999, p. 151.

241 US Department of State Dispatch, vol. 7, n° 45, November 4, 1996, p. 548. Voir également US Policy toward Central Asia, Statement by Ambassador Stephen Sestanovich, in Central Asia Monitor, n° 2, 1999, pp. 25-27.

242 Voir les dispositions du Silk Road Strategy Art of 1999, Calendar n° 106, 106th Congress, 1th Session, S.579 (Report n° 106-45), May 11, 1999 (http ://thomas.loc.gov).

243 M. Croissant note que depuis 1992, Washington a ainsi fourni aux républiques d’Asie centrale une aide estimée à 1,3 milliards de dollars destinée à former des officiels et des parlementaires chargés d’appliquer la loi, à encourager la formation de partis politiques et la tenue d’élections libres. Dans le cadre du programme Partnership for Freedom, des enseignants, des juristes, des étudiants originaires d’Asie centrale iraient également se former aux États-Unis. Si ce type de programme prépare l’avenir, on ne peut aujourd’hui que constater l’échec de Washington dans le domaine de la « bonne gouvernance », de la démocratisation et de la propagation de l’idéologie des droits de l’Homme. Voir CROISSANT, M. P., « Les intérêts américains en Asie centrale », La revue internationale et stratégique, n° 36, Hiver 1999/2000, p. 112

244 Voir le ton du rapport de Mr Helms du Committee on Foreign Relations dans le cadre du Silk Road Strategy Act of 1999, May 11, 1999 (http://ftp.lor.gov/pub/thomas/cpl06/sr045.txt). Les conclusions du rapport se terminent par cette phrase intéressante : “it is not inconceivable that, in failing to act, the United States would miss an opportunity to secure the independance of states that, in the worst circumstance, could prove to be the building blocks of a hostile, regional empire reproducing the threat and tensions of the Cold War”.

245 Voir infra la question de l’oléoduc principal de désenclavement pour les productions de la zone Caspienne entre Bakou et Ceyhan en Turquie.

246 S. Blank favorise cette interprétation in BLANK, S., “American Grand Strategy and the Transcaspian Region”, World Affairs, vol. 163, n° 2, Fall 2000, pp. 65-79. M. Croissant considère pour sa part que c’est le pétrole de la Caspienne qui constitue la motivation principale, avant tout calcul géostratégique, de l’engagement de Washington dans la région, in CROISSANT, M. P., « Les intérêts américains en Asie centrale », op. cit., p. 114. Cette dernière interprétation est également soutenue par les déclarations du Général A. Zinni, commandant en chef du US Central Command cité in BLANK, S., US Military Engagement with Transcaucasia and Central Asia, Carlisle, Strategic Studies Institutes, US Army War College, June 2000, p. 1.

247 Voir CROISSANT, M. P., « Les intérêts américains en Asie centrale », op. cit., pp. 109-111 et BLANK, S., US Military Engagement with Transcaucasia and Central Asia, op. cit., p. 4. Pour Blank, le même argument vaut pour l’Iran.

248 Voir le problème récent de corruption massive impliquant des compagnies américaines et des officiels kazakhs au plus haut niveau, problème qui fragilise encore les relations entre Washington et Astana in “US Interests in Kazakhstan jeopardized”, Stratfor, July 13, 2000 et McKEEBY, “‘Crude Business’: Corruption and Caspian Oil”, CSIS Caspian Energy Update, August 2000.

249 Afghanistan 137 km, Kazakhstan 2 203 km, République kirghize 1 099 km, Tadjikistan 1 161 km et Turkménistan 1 621 km.

250 BRZEZINSKI, Z., The grand chessboard: American primacy and its geostrategic imperatives, New York, Basic Books, 1997, xiv-223 p.

251 Voir sur ce choix américain, les critiques in ANDERSON, L., BECK, M., “US political activism in Central Asia. The case of Kyrgyzstan and Uzbekistan”, in Crossroads and conflict. Security and Foreign Policy in the Caucasus and Central Asia, op. cit., pp. 75-89.

252 “US steps away from Central Asia”, Stratfor, February 28, 2000 ; “US loses influence over Caspian Basin Oil”, Stratfor, March 23, 2000 et PANNIER, B., “US interests suffer setbacks”, RFE/RE, July 18, 2000.

253 “US edges into Central Asia”, Stratfor, September 15, 2000.

254 Voir les difficultés du projet de gazoduc transcaspien pour les productions du Turkménistan soutenu par Washington in BULENT, Aliriza, “The Eurasian energy corridor: turning into a cul-de-sac”, CSIS Caspian Energy Update, February 2000 ; également infra.

255 SOKOLSKY, R., CHARLICK-PALEY, T., “Look before NATO leaps into the Caspian”, Orbis, vol. 43, n° 2, Spring 1999, p. 286.

256 Un auteur considère ainsi que la stabilité et la prospérité de la région constituent un « intérêt vital » pour Washington. Les États-Unis devraient donc encourager la Turquie à devenir le leader régional, éliminer la Russie en matière de contrôle des exportations de pétrole, soutenir le Pakistan contre la domination croissante de l’Iran sur la région etc. voir BURKE, A., “A US Regional Strategy for the Caspian Sea Basin”, Strategic Review, vol. xxvii, n° 4, Fall 1999, pp. 22 et ss. De même, Bill Richardson, secrétaire d’état américain à l’énergie a déclaré lors de la signature de l’accord d’Istanbul concernant l’oléoduc Bakou/Ceyhan, “This is not just another oil and gas deal, and this is not just anolher pipeline. It is a strategic framework that advances America ’s national security interests. It is a stratégie vision for the future of the Caspian region. And as President Clinton said, these agreements will help fulfill our rommitment to the eontinued prosperity and independence of the Caspian states in “Press Briefing by Energy Secretary Bill Richardson and Special Advisor to the President and Secretary of State for Caspian Basin Energy Diplomacy John Wolf”, The White House, Office of the Press Secretary, Istanbul, Turkey, November 18, 1999.

257 Martha Brill Olcott a également défendu cette idée lors d’une audition devant le Sénat américain le 12 avril 2000. Voir OLCOTT, M. Brill, Politics of Economic Distribution in the Caspian Sea States, Testimony before the US Senate Foreign Relations Committee, Subcommittee on International Economie policy, Export and Trade Promotion, Washington DC, April 12, 2000.

258 La National Security Strategy américaine de 1998 relevait ainsi, non sans distorsion, que la Caspienne allait jouer un rôle croissant dans la satisfaction de la demande future d’énergie dans le monde. Voir CLINTON, W.J., A National Security Strategy for a New Century, cité in BLANK, S., US Military Engagement with Transcaucasia and Central Asia, op. cit., p. 5.

259 RUSECKAS, L., Caspian Oil Development: An Overview”, in Caspian Energy Resources. Implications for the Arab Gulf, op. cit., p. 16.

260 Voir infra.

261 OLCOTT, M. Brill, Politics of Economie Distribution in the Caspian Sea States, op. cit.

262 Ainsi, en 1993, lorsque la Turquie a menacé d’intervenir au côté de Azerbaïdjan dans le conflit du Karabagh, la Russie a répliqué en menaçant d’utiliser l’arme nucléaire. Sachant que la Turquie est membre de l’OTAN, que l’Azerbaïdjan et la Turquie sont désormais liés par un traité de défense et que Moscou est également engagé par un traité de même nature avec l’Arménie, on mesure bien le danger pour l’organisation atlantique en cas de reprise des affrontements entre Erevan et Bakou. Du côté russe, la guerre de Tchétchénie montre bien que Moscou n’entend pas céder sa place en Transcaucasie. Voir l’analyse de S. Blank in BLANK, S., “American Grand Strategy and the Transcaspian Region”, op. cit., passim.

263 Les inquiétudes de Pékin étaient déjà perceptibles du fait de l’extension de l’OTAN vers l’Europe orientale. Le bombardement de l’ambassade de Chine à Belgrade en 1999 a été interprété à Pékin comme un signe supplémentaire de la menace que cette organisation pourrait un jour faire peser sur la Chine. Voir BRISTOW, D., “China worried by NATO expansion”, Jane’s intelligence Review, vol. 11, n° 2, February 1999, p. 5 ; JIANG, B., “The Positive and Negative Impacts of Nato Eastward Expansion”, International Studies (Beijing), n° 12-14, 1997, pp. 30-40 ; WAN, S., “Nato’s Eastward Expansion - An Issue Attracting World Attention”, International Studies (Beijing), n° l-2, 1996, pp. 9-18 et WANG, N., “The impact of Nato’s Eastward Expansion on Relations between US, Russia and Europe”, International Strategic Studies (Beijing), Sérial n° 46, n° 4, October 1997, pp. 34-39. Après le bombardement de son ambassade à Belgrade, voir les inquiétudes chinoises in “FRY Crisis Shows Need To Strengthen PLA”, Jiefang-jun Bao in FBis-CHI-1999-0518, April 13, 1999 ; ZHANG, Wenmu, “The Changing Pat tern of War and China’s Security in the 21st Century. Taking NATO’s Intervention in the Kosovo Crisis as a Starting Point”, Ta Kung Pao in FBISCHi-1999-0510, April 28, 1999 ; “FRY Unveils US Strategy for 21st Century”, Ta Kung Pao FBiS CHI-1999-0515, May 3, 1999 ; CHENG, Guangzhong, “Kosovo War and the US ‘Python’ Strategy”, Ta Kung Pao in FBiS-CHI-1999-0625, June 2, 1999 et les analyses de SHAMBAUGH, D., “China’s Military Views the World”, International Security, vol. 24, n° 3, Winter 1999/2000, pp. 52-79.

264 BLANK, S., “American Grand Strategy and the Transcaspian Region”, op. cit., p. 66. Voir dans la presse russe, “Robertson continues eastward expansion”, CDPSP, vol. 52, n° 27, August 2, 2000, p. 18.

265 LIEVEN, A., “The (Not So) Great Game”, op. cit., p. 71.

266 Voir MYERS JAFFE, A., MANNING, R., “The Myth of the Caspian ‘Great Game’: The Real Geopolitics of Energy”, op. cit., pp. 112-129 et SOKOLSKY, R., CHARLICK-PALEY, T., NATO and Caspian Security. A Mission too far?, Santa Monica, Rand, MR-1074-AF, 1999, passim. (spécialement p. 95 et ss.).

267 Voir MENON, R., SPRUYT, H., “The limits of neorealism: understanding security in Central Asia”, Review of International Studies, n° 25, 1999, pp. 87-105.

268 IMF, Republic of Kazakhstan: Selected Issues and Statistical Appendix, Country Report n° 02/64, March 19, 2002, p. 98.

269 Idem, p. 96.

270 Idem, p. 97.

271 Voir les intérêts de l’Union dans le Caucase in The European Union and the Caucasus Region: Oil, Interests, and Influence, Friedemann Millier, Claude Zullo (Eds), Ebenhausen/lsartal, Dezember 1998, 155 p.

272 Les Investment Projects for the Rehabilitation of Infrastructure (IP) comprennent : “1. Rehabilitation of the Caucasian Railways; 2. Rehabilitation of the Red Bridge and Construction of the TRACECA bridge; 3. Bukhara Cotton Export Distribution Center; 4, Container Services Between the Caspian Ports of Baku and Turkmenbashi; 5. Design and construction of Rail Ferry Facilities in the Port of Poti, Georgia; 6. Improvement of the existing rail ferry terminal and construction of facilities at Ilyichevsk, Ukraine; 7. Establishment of a Ferry Cargo Movement Computer System and Supply and Installation of Computers and Communication Fquip-ment for the Ports of Ilyichevsk (Ukraine) and Poti (Georgia); 8. Cargo and Container Handling Equipment for the Seaports of Baku (Azerbaijan), Turkmenbashi (Turkmenistan), Poti (Georgia) and Ilyichevsk (Ukraine); 9. Rail. Tank Wagon Cleaning Boilers in Baku (Azerbaijan); 10. Intermodal/Terminal Equipment (Karmir Belur, Chimkent, Aktau, Bishkek); 11. Supply of an Optical Cable System for Communication and Signalling to the Railways of Armenia, Azerbaijan and Georgia; 12. Rehabilitation of the Rail Ferry Terminal at Aktau; 13. Supply of navigational aid equipment; 14. Supply of lank wagons to Azerbaijan Railways”. Voir détails techniques et financiers ainsi que la présentation du programme in (www.traceca.org).

273 RADVANYI, J., « Quand les Occidentaux poussent les nouveaux États indépendants loin de Moscou. Transports et géostratégie au sud de la Russie », Le Monde diplomatique, juin 1998, pp. 18-19.

274 POIRIER-COUTANSAIS, C, « L’Union européenne en Asie centrale ou la tentation de la puissance », La revue internationale et stratégique, n° 36, Hiver 1999/2000, p. 132.

275 Voir Basic Multilateral Agreement on International Transport for Development of the Europe-the Caucasus-Asia Corridor, Bakou, 8 septembre 1998 in (www.traceca.org). La première réunion de la Commission intergouvernementale Traceca créée par cet accord s’est tenue en mars 2000 à Tbilissi. Les chefs de gouvernements et les ministres des transports de l’Arménie, de l’Azerbaïdjan, de la Bulgarie, de la Géorgie, du Kazakhstan, du Kirghizstan, de la Moldavie, de l’Otizbékistan, de la Roumanie, du Tadjikistan, de la Turquie, de l’Ukraine, ainsi que les représentants de l’Union européenne y ont pris part. Les représentants de la Mongolie et du Turkménistan qui n’ont pas signé l’accord de septembre 1998, ont été invités aux travaux de la conférence. Il a été décidé d’établir un secrétariat permanent à Bakou et de définir un plan d’action.

276 Entre 1991 et 1998, l’Union européenne a fourni à travers le programme Tacis une assistance s’élevant à 95,3 millions d’euros pour le Kazakhstan, 40,9 millions d’euros pour la République kirghize, 8 millions d’euros pour le Tadjikistan, 33,2 millions d’Euro pour le Turkménistan et 102,5 millions d’euros pour l’Ouzbékistan. Voir Taris Annual Report 1998, Com (99) 380 (http ://europa.eu.int/comm/external_relations/nis/tar98/figures.htm). Le programme Tacis a été suspendu avec le Tadjikistan en décembre 1997.

277 Voir détails sur le programme TACIS in (europa.eu.int).

278 Voir EU Cooperation with the New Independant States and Mongolia, Explanatory Memorandum, 1999, in (europa.eu.int).

279 Dans le bassin caspien, l’Azerbaīdjan et la Géorgie ont à plusieurs reprises émis le souhait de rejoindre l’organisation. La coopération militaire entre Washington et ces deux pays s’est d’ailleurs accrue depuis le milieu des années 1990. Cette position exaspère évidemment la Russie qui craint la formation d’un véritable « cordon sanitaire » dans la région. Selon l’expression de Blank in BLANK, S., US Military Engagement with Transcaucasia and Central Asia, op. cit., p. 10. L’inquiétude russe face au retrait programmé d’une importante partie de ses troupes de Géorgie et à son rôle futur en Transcaucasie transparaît ainsi dans la presse. Au sommet de l’OSCE à Istanbul en novembre 1999, il a en effet été décidé que Moscou évacuerait ses bases militaires de Vaziani près de Tbilissi et de Gudauta en Abkhazie. Les deux bases devaient être totalement démantelées au 31 juillet 2001. La Russie les a finalement quittées mais Gudauta seulement en novembre 2001. Outre ces deux bases, la Russie en conserve encore deux autres dont la Géorgie demande également la fermeture. La première est situé à Batumi (en Adjarie) près de la frontière géorgio-turque et la seconde à Akhalkalaki en Djavakhétie. Avant le 11 septembre, Moscou craignait que l’OTAN ne soit invité par la Géorgie à occuper sa place sur le territoire de la république et que le rôle de l’organisation dans le Caucase soit renforcé. Voir “Top players of Caucasian Nationaly agree on Collective Security”, CDPSP, vol. 52, n° 13, April 26, 2000, pp. 14-15 ; “Russia gives up base”, CDPSP, vol. 52, n° 17, May 24, 2000, p. 17 ; “Travel expenses for the military in Georgia”, CDPSP, vol. 52, n° 29, August 16, 2000, p. 18 et “Tank sacrified on Georgian holiday”, CDPSP, vol. 52, n° 31, August 30, 2000, p. 18. Egalement, ANTONENKO, O., “Assessment of the potential implications of Akhalkalaki base closure for the stability in Southern Georgia”, Stiftung Wissenschaft und Politik, CPN Javakheti Briefing Study, September 2001, 39 p. in (www.fewer.org/caucasus/dzhavakheti/cpnjavak901.pdf).

280 MOFFETT, J., “Central Asia: US to participate in joint military exercise”, RFE/RL, August 29, 1997. Cette opération a inquiété tant Moscou que Pékin. Elle a été considérée comme une véritable provocation à l’égard de la Russie. Voir BLANK, S., US Military Engagement with Transcaucasia and Central Asia, op. cit., pp. 31-32.

281 “American-led exercise underway in Kazakhstan”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 171, September 15, 2000.

282 BLANK, S., “American Grand Strategy and the Transcaspian Region”, op. cit., pp. 69-70.

283 Voir “Russia’s National Security Concept”, op. cit. et CORNELL, S. E., “Putin’s Past and Russia’s Future In ‘The Near Abroad’”, The Analyst. January 19, 2000.

284 Voir en ce qui concerne la situation lamentable des droits de l’Homme en Asie centrale : Amnesty International Annual Report 2000, Amnesty International Publications, London, 2000, pp. 145,151-152,231-232, 243-244 et 256-258 ; Human Rights Watch, Uzbekistan. Leaving no witnesses: Uzbekistan’s Campaign against rights defenders, Washington, vol. 12, n° 4 (D), March 2000, (www.hrw.org) et les chapitres consacrées au Kazakhstan, à la République kirghize, à l’Ouzbékistan, au Tadjikistan et au Turkménistan in Human Rights Watch, World Report 2000, Washington, 2000 (www.hrw.org/wr2K/).

285 Voir MacFARLANE, N. S., Western engagement in the Caucasus and Central Asia, Royal Institute of International Affairs, Russia and Eurasia Programme, London, RIIA, 1999, 72 p.

286 Selon l’expression de Jean Racine in RACINE, J.-L., « Le cercle de Samarcande : géopolitique de l’Asie centrale », Hérodote, n° 84, 2e trimestre 1997, pp. 6-7.

287 FRANK, A. Gunder, “The Centrality of Central Asia”, op. cit., pp. 50-74.

288 Les relations du monde chinois avec l’Asie centrale furent politiques et militaires mais aussi culturelles et commerciales. Sur le plan stratégique, les contacts furent proches lorsque la Chine connut des périodes d’expansion comme sous la dynastie des Han (206 Av. JC – 220 Ap. JC), des Tang (618 Ap. JC – 907 Ap. JC), et des Qing (1644-1911) mais aussi distendus, dès lors que l’autorité impériale chinoise refluait. Sur les plans culturel et commercial, l’Asie centrale fut longtemps l’intermédiaire privilégié de la circulation, de l’échange et de la transmission des idées, des techniques et des marchandises le long des antiques « Routes de la soie » qui reliaient l’Occident, l’Orient et la Chine. Voir BARFIELD, T. J., The Perilous Frontier: Nomadic empires and China, 221 BC to AD 1757, Oxford, Blackwell Publishers, 1989, 325 p. ; BURTON, A., The Bukharans. A Dynastic, Diplomatic and Commercial History 1550-1702, op. cit., pp. 452-459 et pp. 405-410. ; FLETCHER, J. F., “Ch’ing Inner Asia c. 1800”, in The Cambridge History of China, vol. 10, Late Ch’ing, 1800-1911, Part I, edited by John K. Fairbank, Cambridge, Cambridge University Press, 1978, pp. 35-106 ; FLETCHER, J. F., “China and Central Asia, 1368-1884”, in The Chinese World Order, Traditional China’s Foreign Relations, edited by John King Fair bank, Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press, 1968, pp. 206 224 ; ROSSABI, M., China and Inner Asia. From 1368 to the Present Day, London. Thames and Hudson, 1975, 320 p. et ZHANG, Guangda, Leçon inaugurale faite le vendredi 14 janvier 1994 : la Chine et les civilisations de l’Asie centrale du VIIe au XIe siecle, Paris, Collège de France, 1994, 26 p.

289 PERDUE, P.S., Boundaries, Maps, and Movement: Chinese, Russian, and Mongolian Empires in Early Modern Central Eurasia”, The International History Review, vol. XX, n° 2, June 1998, p. 263. Voir pour cette question BERGHOLTZ, F. W., The partition of the steppe. The struggle of the Russians, Mandchus, and the Zunghar Mongols for Empire in Central Asia, 1619-1758. A study in power politics, American University Studies, Series IX, History, vol. 109, Peter Lang Publishing, New York, 1993, vii-522 p.

290 Voir MILLWARD, J.A., Beyond the pass: economy, ethnicity, and empire in Qing Central Asia, 1759-1864, Stanford, Stanford University Press, 1998, xxii-353 p.

291 Il s’agit de la désignation officielle de la plus grande région administrative de Chine. Située dans le nord-ouest de la Chine, elle s’étend sur près de 1 600 000 km2 et partage une frontière avec la Mongolie, la Russie, le Kazakhstan, la République kirghize, le Tadjikistan, l’Afghanistan, le Pakistan, le Cachemire et l’Inde, ce qui en fait la province la plus extravertie de Chine.

292 KUNZWEILER, W., “The new Central Asian great game”, Strategic Review, vol. XX-VI, n° 3, Summer 1998, p. 28.

293 Voir KELLNER, T., « La Chine et les républiques d’Asie centrale : de la défiance au partenariat », CEMOTI, n° 22, juillet-décembre 1996, pp. 277-313 et BECQUELIN. N., « Pékin et l’Asie centrale après la fin de l’URSS », Perspectives chinoises, n° 44, novembre-décembre 1997, pp. 10-21.

294 La Chine et la Russie ne partagent désormais plus qu’une frontière de 40 km.

295 Contrairement à la présentation historique officielle, cette région a longtemps échappé au contrôle du pouvoir impérial chinois. Owen Lattimore, grand spécialiste de la région, a calculé que le pouvoir chinois ne s’y était exercé qu’environ 425 ans sur près de 2 000 ans d’histoire commune. Voir LATTIMORE, O., Inner Asian Frontiers of China, With an introduction by Alastair Lamb, Second Impression, Hong Kong, Oxford, New York, Oxford University Press, 1992, p. 171. Voir pour le xixe et xxe siècle, l’histoire agitée du Turkestan chinois in BOULCER, Demetrius Charles de Kavanagh, The life of Yakooh Reg, Athalik Chazi, and Badaulet, Ameer of Kashgar, With map and appendix, London, W. H. Allen, 1878, xii-344 p. ; LEE, En-han, Major battles of Tso Tsung-lang’s military campaigns in the recovery of Sinkiang 1875-1877, Occasional paper series, Department of Chinese Studies, National University of Singapore, n° 19, 1984, 25 p. ; JELAVICH, C. et B., Russia in the East 1876-1880. The Russo-Turkish war and the Kuldja Crisis as seen through the letters of A.G.Jomini to N.K. Ciers, Leiden, E.J. Brill, 1959, xi-173p. (spécialement pp. 91 et ss.) ; HSU, I.C.Y., The Ili Crisis. A Study of Sino-Russian Diplomacy 1871-1881, Oxford, Clarendon Press, 1965, xiii-231 p. ; CHU, Wenchang, The Moslem rebellion in northwest China, 1862-1878; a study of government minority policy, The Hague, Mouton, 1966, xiii-232 p. ; KIM, Hodong, The Muslim rebellion and the Kashghar emirate in Chinese Central Asia, 1864-1877, PhD Dissertation, Inner Asian and Altaic Studies, Harvard University, 1986, xix-305 p. ; FORBES, A.D.W., Warlords and Muslims in Chinese Central Asia. A political History of Republican Sinkiang 1911-1949, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, xv-376 p. ; BRAVERMAN, D. A., Chinese nationalism and separatist movements in Mongolia and Sinkiang, 1911-1949, 1980, 127 p. ; HASIOTIS, A.C., Soviet Political, Economic, and Military Involvement in Sinkiang from 1928 to 1949, New York, London, Garland Publishing Inc., 1987, viii-257 p. ; NYMAN, L.E., “Sinkiang 1934-1943. Dark decade for a pivotal puppet”, Cahiers du monde russe et soviétique, vol. XXXII, n° l, janvier-mars 1991, pp. 97-106 ; WU, Aichen, Turkistan tumult, London, Methuen, 1940, xiii-278p.; BENSON, L., The Ili rebellion The Moslem challenge to Chinese authority in Xinjiang 1944-1949, New York, Armonk, London, M.E. Sharpe, 1990, xxvii-265 p. ; WANG, D., Under the Soviet Shadow. The Yining Incident: Ethnic Conflicts and International Rivalry in Xinjiang, 1944-1949, Hong Kong, The Chinese University Press, 1999, 588 p. ; WHITING, A. S., Sinkiang: pawn or pivot? by Allen S. Whiting and Sheng Shih tsai, East Lansing, Michigan State University Press, 1958, xxii-314 p.

296 La frontière sino-kazakhe s’étend sur 1 533 km, la frontière sino-kirghize 858 km sur et la frontière sino-tadjike, sur 414 km. L’Ouzbékistan est également proche de la Chine à travers la vallée du Ferghana.

297 Concernant l’agitation politique dans la région voir KOSTRZEWA, T.K., Separatist Nationalism in Xinjiang, Ph.D. dissertation, Indiana, University of Notre-Dame, 1996, 351 p. ; WANG, D., “East Turkestan Movement in Xinjiang”, Journal of Chinese Political Science, vol. 4, n° 1, Summer 1998, pp. 1-18 et WANG, David, The East Turkestan movement in Xinjiang: a Chinese potential source of instability?, Singapore, East Asian Institute, National University of Singapore, 1998, 15 p. (EAI background brief, n° 13).

298 Selon le dernier recensement officiel chinois de 1990, les Ouïgours représentent environ 47,50 % de la population du Xinjiang. Voir Statistical Yearbook of China 1996, Compiled by State Statistical Bureau, People’s Republic of China, Beijing, China Statistical Publishing House, 1996, p. 56. Concernant cette population voir RUDELSON, J. J., Oasis Identities. Uyghur Nationalism Along China’s Silk Road, New York, Columbia University Press, 1997, 209 p., ainsi que le numéro spécial des Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien qui leur est consacré, « Les Ouïgours au vingtième siècle », CEMOTI, n° 25, janvier-juin 1998, pp. 7-192.

299 La population du Xinjiang est estimée à environ 16 millions de personnes. Avant 1949, les Han (chinois ethnique) ne représentaient guère plus de 6 % de la population de la région mais, l’influx de colons et de militaires chinois, encouragé par le pouvoir central, a transformé la composition ethnique de cette province. Les turcophones, c’est-à-dire essentiellement les Kazakhs (plus d’un million d’individus) et surtout les Ouïgours (plus de 7 millions de personnes) sont aujourd’hui considérés comme des minorités ethniques par le pouvoir chinois. Voir YUAN, Qing-Li, “Population Changes in the Xinjiang Uighur Autonomous Region (1949-1984)”, Central Asian Survey, vol. 9, n° 1, 1990, pp. 49-73. Dans le futur cependant, la tendance démographique pourrait s’inverser, ce qui inquiète Pékin.

300 La frontière sino-afghane s’étend sur 76 km.

301 Voir SHI, ZE, “Prospects and impacts of Energy Exploration in the Caspian Region”, International Studies (Beijing), 5-7, 1998, p. 5. Les auteurs chinois évoquent également les dangers du « chauvinisme kazakh » ou des ambitions de l’Ouzbékistan. Voir LIU, M., LIU, W., “Changes of the Strategic Position of Central Asia and the Contest among Outside Forces”, International Strategic Studies (Beijing), n° 3, 1998, p. 28.

302 En janvier 1992, Wang Enmao, ancien chef du gouvernement du Xinjiang appelait à bâtir une « nouvelle Grande Muraille de fer et d’acier », démontrant ainsi les craintes d’une partie du pouvoir chinois face à la situation en Asie centrale, WANG, Enmao, cit in DJALILI, M. R., « Caucase et Asie centrale : entrée en scène et recomposition géostratégique de l’espace », Central Asian Survey, vol. 13, n° l, 1994, p. 11.

303 Sur ce point voir ZHAO, S., “China’s Periphery Policy and its Asian Neighbors”. Security Dialogue, vol. 30, n° 3, September 1999, pp. 335-346.

304 Voir GLADNEY, D. C, « L’expansion du colonialisme intérieur en Chine », Pouvoirs, n° 81, 1997, pp. 50-70 ; ALLES, E., « Stratégies chinoises en Asie centrale et nationalisme minoritaire au Xinjiang », Hérodote, n° 84, 2e trimestre 1997, pp. 201-216 ; BECQUELIN, N., “Xinjiang in the Nineties”, The China Journal, Issue 44, July 2000, pp. 65-90 ; Amnesty International, Xinjiang: Trials After Recent Ethnic Unrest, Report ASA 17/18/97, March 21, 1997 ; Amnesty International, People’s Republic of China. Gross Violations of Human Rights in the Xinjiang Uighur Autonomous Region, Report ASA 17/18/99, April 1999.

305 En accédant à l’indépendance, le Kazakhstan, le Tadjikistan et la République kirghize avaient hérité de l’époque soviétique d’un lourd contentieux frontalier et territorial avec Pékin. Ainsi par exemple, dans la chaîne montagneuse des Pamirs, 20 000 km2 étaient potentiellement en litige entre la Chine et le Tadjikistan. Des négociations ont commencé dès 1990 entre l’URSS et la Chine. Après la chute de l’URSS, elles se sont poursuivies entre les représentants de Pékin d’une part, et ceux de la Russie, du Kazakhstan, du Tadjikistan et du Kirghizstan de l’autre. En juin 1992, un texte définissant les principes généraux à observer quant au règlement de la question a été adopté. Le 26 avril 1994, Pékin et Almaty ont signé un accord réglant la majeure partie de leur différend frontalier. Cet accord a été complété en septembre 1997 et juillet 1998. Avec la République kirghize, Pékin a conclu un premier accord frontalier le 4 juillet 1996. En août 1999, les présidents chinois et kirghize ont signé un accord frontalier supplementaire. Concernant la question frontalière sino-tadjike, les présidents tadjik et chinois se sont accordés, en 1996, sur le principe de son règlement, lançant ainsi le processus de négociation. Le 13 août 1999, ils ont signé une déclaration commune dans laquelle il était fait mention d’un accord concernant la frontière sino-tadjike. Les parties continuent de négocier car certaines sections seraient encore en litige. Voir SUN., S., “Presidents sign border deal”, China Daily, vol. 18, n° 5579, July 6,1998, p. l ; “China, Kazakhstan sign border agreement”, Xinhua in FBIS-CHI-98-185, July 4, 1998 ; “NPC approves Sino-Kazakhstan supplementary border accord”, Xinhua in FBIS-CHI-98-308, November 4, 1998 ; “Kazakhstan ratifies border agreement with China”, Interfax in FBIS-CHI-1999-0310, March 10, 1999 ; Chine : “Tajikistan, China sign border agreement 13 August”, Itar-Tass in FBIS-CHI-l999-0813, August 13, 1999 ; “Chinese, Kyrgyzstan presidents sign supplementary border agreement”, People’s Daily, August 27, 1999 (http://english.peopletlaily.com.cn). Voir également concernant la question des Pamirs, CARVER, J. W., “The Sino-Soviet territorial dispute in the Pamir Mountain Region”, The China Quarterly, n° 85, March 1981, pp. 107-118.

306 Voir par exemple “Text of PRC-Tajikistan Joint Declaration”. Xinhua Domestic Service in FBIS-CHI-96-185, September 20, 1996 ; “Text of PRC-Uzbekistan Joint Declaration”, Xinhua Domestic Service in FBIS-CHI-96-130, July 3, 1996 ; “Text of Sino-Kazakhstan Joint Declaration”, Xinhua Domestic Service in FBIS-CHI-96-13, July 5, 1996;  “Text of Sino-Kyrgyz Joint Declaration”, Xinhua Domestic Service in FBIS-CHI-96-13, July 4, 1996 ; “Text of Sino-Kyrgyz Joint Statement”, Xinhua Domestic Service in FBIS-CHI-98T19, April 29, 1998 ; “Joint statement ensures security, co-operation. Kazakhstan. China, Kyrgyzstan, Russia and Tadjikistan on the Alma Ata meeting”, China Daily, vol. 18, n° 5 579, July 6, 1998, p. 4 et Bishkek Statement, Xinhua Domestic Service in FBIS-CHI-1999-0826, August 25,1999.

307 “Uighur Movement misidentified as ‘Islamic Fundamentalist’”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 93, May 11, 2000 et YUSIN, M., “Uygur Nationalists Borrow Methods of Basayev and Khattab”, CDPSP, vol. 52, n° 29, August 16, 2000, p. 18.

308 “Russia, China, Central Asian States to boost military ties”, Agence France Presse, Mars 30, 2000.

309 Voir « Réunion des ministres des Affaires étrangères de Chine, du Kazakhstan, du Kirghizstan, de Russie et du Tadjikistan, Communiqué conjoint, Douchanbé, 4 juillet 2000 », in Documents d’actualité internationale., n° 18, 15 septembre 2000, p. 767.

310 STERN, D., “Central Asia anti-terrorism plan”, Financial Times, July 6, 2000.

311 Voir “Uzbek president at Shanghai Five summit urges joint security efforts”, Turkistan Newletter, vol. 4, n° 136, July 11, 2000.

312 Voir article VIII de la “Joint Statement between the People’s Republic of China and Turkmenistan”, Ministry of Foreign Affairs, The People’s Republic of China, 7 July 2000 (www.fmprc.gov.cn).

313 Voir articles 6 et 8 de la déclaration de Douchanbé in “Text of the Shanghai Five Declaration”, Turkistan Newsletter, vol. 4, n° 136, July 11, 2000.

314 Un auteur chinois notait à ce propos, “Once the lime is ripe, it will not be impossible for Xinjiang’s national separatists, assisted by domestic and international hostile forces, to counter the local and central governments and seek support from the international community, just as the Albanian separatists in Kosovo, Yugoslavia. At that time, we cannot rule out the possibility that the US – led NATO military bloc will act against China in one way or another, including using military means, under the pretext of safeguarding the human rights of minority ethnic groups” in AI, Yu Kosovo Crisis and Stability in China’s Tibet and Xinjiang”, Ta Kung Pao in FBIS-CHI-1999-0624, June 2, 1999. Sur les conséquences du conflit du Kosovo sur la Chine voir DRIVER, J. Teufel, “The PLA and Kosovo: A Strategy Debate”, Issues and Studies, vol. 36, n° l, January/February 2000, pp. 100-119 ; XIANG, L., The Chinese Military: Problems of Modernization, PSIS Occasional Paper, n° 3, 1999, 46 p. et NIQUET, V., « Les répercussions de la crise du Kosovo en Asie », La revue internationale et stratégique, n° 36, Hiver 1999/2000, pp. 146-152.

315 Voir ZHOU, Xiaohua, “Covert and overt Russia-US rivalry in Central Asia”, Xinhua Domestic Service in FBIS-CHI-99-004, January 4, 1999.

316 GU, Guanfu, “US Involvement in Central Asia and the Security of China”, in China Society for Strategy and Management Research, Study Reports on Intrenational Situation, 1997-1998, Sun Yefang Economic Science Foundation, Shanghai, Strategy and Management Press, 1998, p. 181.

317 Officiellement, 180 000 Ouïgours vivent au Kazakhstan, 40 000 en République kirghize et 35 000 en Ouzbékistan. L’ensemble de l’Asie centrale compterait au total plus de 300 000 Ouïgours. HALFON, CH., « Chine : séparatisme au Xinjiang », Les Cahiers de l’Orient, n° 35, troisième trimestre 1994, p. 34. Les associations ouïgoures estiment cependant que ce chiffre est sous-évalué. Le nombre réel de Ouïgours en Asie centrale serait plutôt situé entre 800 000 et 1 000 000 d’individus. Voir BESSON, F-J, « Les Ouïgours en Asie centrale », La lettre d’Asie centrale, n° 5, été 1996, pp. 5-6 et BESSON, F-J, « Les Ouïgours hors du Turkestan oriental : de l’exil à la formation d’une diaspora », CEMOTI, n° 25, janvier-juin 1998, p. 165.

318 RASHID, A., “Afghanistan, Epicentre of Terror”, FEER, May 11, 2000, pp. 16-18.

319 “Islamic nerves”, The Economist, October 14, 2000, p. 81.

320 La ville de Taloqan, capitale politique de l’Alliance du nord dirigée par Massoud et proche de la frontière tadjike est tombée le 5 septembre 2000. Les forces de Massoud s’étaient repliées dans la région du Badakhshan alors que les taliban contrôlaient à l’automne 2000 plus de 90 % du territoire afghan.

321 RASHID, A., “On the Spot”, FEER, October 19, 2000, p. 28.

322 “Is Russia Readying ‘Preemptive Strikes Against Taliban?’”, CDPSP, vol. 52, n° 21, June 21, 2000, pp. 9-11.

323 “Taliban reaches out to China”, Stratfor, July 28, 2000.

324 RASHID, A., “China forced to expand role in Central Asia”, The Analyst, July 19, 2000.

325 “Uzbekistan profits from Sino-Russian rivalry”, Stratfor, September 7, 2000.

326 Voir Accord conclu entre la Fédération de Russie, la République du Kazakhstan, la République de Kirghizie, la République du Tadjikistan et la République populaire de Chine sur le renforcement de la confiance dans le domaine militaire dans la région frontalière, Shanghai, 26 avril 1996, in Documents d’actualité internationale, n° 14, 15 juillet 1996, pp. 576-579.

327 La Chine, la Russie, le Kazakhstan, la République kirghize et le Tadjikistan se sont engagés à réduire leurs forces militaires jusqu’à un niveau compatible avec les relations amicales et de bon voisinage. Les parties devront limiter la taille de leurs forces aérienne et terrestre de même que les unités de gardes-frontières déployées dans une zone de 100 km le long des frontières communes. La quantité et la qualité des équipements déployés dans la zone des 100 km sont également déterminées par le traité. Les parties devront échanger des informations concernant leurs forces militaires respectives. Un système de contrôle basé sur des inspections régulières des installations militaires et du personnel des deux côtés de la frontière a été mis en place à l’automne 1999. Voir “Text of Defense White Paper”, Xinhua in FBIS-CHI-98-208, July 27, 1998 et “Mutual Reduction of Military Forces in the Border Areas” in (http://www.fas.org).

328 Voir infra.

329 Voir Information Office of the State Council of the Peoples Republic of China, Narcotics Control in China, Beijing, June 2000 (www.fmprc.gov.en/english/).

330 SEYTOFF, A., “Aids epidemic among Xinjiang’s Liyghnrs”, The Analyst, July 5, 2000.

331 OGD (Observatoire géopolitique des drogues), La géopolitique mondiale des drogues 1998/1999, Rapport Annuel, Avril 2000, p. 61 (www.ogd.org/2000/fr/ogd99_3fr.pdf).

332 Voir “China’s Basic Policy Towards Central Asia”, Beijing Review, vol. 37, n° 18, May 2-8, 1994, p. 18.

333 Voir BECQUELIN, N., “Tensions inter-ethniques et pauvretés endémique”, Perspectives chinoises, n° 39, janvier-février 1997, pp. 19-29.

334 Voir sur ce sujet ZHAO, Yueyao, Pivot or periphery? Xinjiang’s Regional Development and Chinese-Central Asian Relations at the Century’s End, PhD dissertation, Florida International University, Miami, 1997, 297 p.

335 En 1994 la Chine a exporté au Kazakhstan des textiles, des grains, de la nourriture, des machines agricoles et des outils. Elle a importé des fertilisants chimiques, de l’acier et des machines-outils. Pékin a exporté en République kirghize des produits textiles, du petit équipement industriel, des céréales et des machines agricoles et a importé de l’acier, des fertilisants chimiques et du cuir, in “Economic Ties With Central Asian Republics Viewed, Xinhua Domestic Service” in FBIS-CHI-96-082, April 23 1996.

336 IMF Direction of Trade Statistics Yearbook, Washington DC, 2001. Les statistiques ne donnent qu’une idée générale du commerce total entre la Chine et l’Asie centrale. En effet, le « commerce de valise » n’est pas pris en compte étant donné qu’il échappe au contrôle des autorités.

337 IMF Direction of Trade Statistics Yearbook, Washington DC, 1999.

338 Preuve cette faiblesse, le premier joint venture sino-ouzbek a seulement été établi en août 2000 à Shanghai. D’après Turkistan Newsletter, vol. 101, n° 71, August 6, 2000.

339 Les présidents Jiang Zemin et Islam Karimov ont d’ailleurs réitéré, à l’occasion de la visite de ce dernier à Pékin à l’automne 1999, leur souhait de voir les liens économiques se développer rapidement entre leurs deux pays. Voir Chinese, Uzbekistan Presidents Hold Talks”, People’s Daily, November 9, 1999 (http ://english.peopledaily.com.cn).

340 Compilé d’après Almanac of China’s Foreign Economic Relations and Trade, The Editorial Board of the Almanac of China’s Foreign Economic Relations and Trade, China Economics Publishing House Economic Information & Agency, Beijing, 1993-1994, 1994-1995, 1995-1996, 1996-1997.

341 Compilé d’après Idem.

342 Border trade thrives in Xinjiang”, Xinhua in FBIS-CHI-1999-0423, April 23, 1999.

343 “Xinjiang to further develop border trade”, Xinhua in FBIS-CHI-1999-0311, March 11, 1999.

344 LIU, Qingjian, “Sino-Central Asian trade and economic relations: progress, problems and prospects” in ZHANG, Yongjin, AZIZIAN, R., Ethnic challenges beyond Borders, Chinese and Russian Prespectives of the Central Asian Conundrum, New York, St Martin Press, 1998, pp. 188-189.

345 Voir DORIAN, J. et al., “Energy in central Asia and northwest China: major trends and opportunities for regional cooperation”, Energy Policy, vol. 27, 1999, pp. 281-297 et ABD, Challenges and opportunities in Energy, Second Workshop on Economic cooperation in Central Asia, Manille, Asian Development Bank, 1999, 176 p.

346 Parmi 29 projets-clés mentionnés dans le IXe plan quinquennal (1996-2001) adopté le 6 avril 1996 par la région autonome du Xinjiang, cinq concernent les chemins de fer, les routes et les télécommunications. Le plan prévoit également d’accentuer le développement des infrastructures de transport (routes, chemins de fer et aéroports) et les télécommunications. Voir détails in Outline of the Xinjiang Uygur Autonomous Region’s Five-Year Plan for Economic and Social Development and Long-Term Target for 2010 — Adopted at the Fourth Session of the Eighth Xinjiang Uygur Autonomous Regional People’s Congress on 6 April 1996”, Xinjiang Ribao in FBIS-CHI-96-118, April 9, 1996.

347 D’après “Xinjiang Border Markets Booming”, Xinhua in FBIS-CHI-97-258, September 15, 1997. Pour W. Raczka, Pékin a établi sept points de passage transfrontaliers avec le Kazakhstan, trois avec la République kirghize et un avec le Tadjikistan in RACZ-KA, W., “Xinjiang and its Central Asian borderlands”, Central Asian Survey, vol. 17, n° 3, 1998, p. 391. Egalement, MELET, Y., “China’s political and economic relations with Kazakhstan and Kyrghyzstan”, Central Asian Survey, vol. 17, n° 2, 1998, pp. 229-252.

348 La liaison entre Almaty et Urumqi pourrait être plus rapide si le chemin de fer passait par Jinghe puis Horgos avant de rejoindre le Kazakhstan. Cette solution est envisagée par la Banque asiatique de développement.

349 On gardera cependant à l’esprit que l’écartement des voies de chemin de fer de l’ex-URSS est différent de celui de la République populaire de Chine, ce qui occasione des pertes de temps importantes et accroît les coûts de transport.

350 « Les lignes ferroviaires internationales stimulent l’économie de l’Eurasie », Beijing Information, n° 22, 27 mai 1996, p. 4. Depuis l’entrée en service en mai 1996 d’une ligne de chemin de fer reliant l’Iran au Turkménistan, les marchandises peuvent circuler depuis la Chine jusqu’en Iran et potentiellement jusqu’au golfe Persique, à travers l’Asie centrale. Voir PANNIER, B., ‘junction for Planet’ opens on Turkmen-Iranian Border”, OMRI Daily Digest, vol. 2, n° 92, 13 May 1996, p. 3 ; Iran opens ‘Silk Route’ rail link”, China Daily, vol. 16, n° 4 806, May 15, 1996, p. 6.

351 “Southern Xinjiang railway line opens”, China Daily, December 7, 1999 (www.chi-nadaily.com.cn).

352 Second Eurasia Continental Bridge Expected to Open”, People’s Daily, December 30, 1999 (http ://english.peopledaily.com.cn).

353 Voir le point 6 de la declaration bilaterale de 1994 in “Sino-Uzbek Statement on Relations Issued”, Xinhua Domestic Service in FBIS-CHI-94-210, October 27,1994 et le point 12 de la declaration bilaterale de 1996 in “Text of PRC-Uzbekistan Joint Declaration”, Xinhua Domestic Service in FBIS-CHI-96-1 30, July 3, 1996.

354 “Qian Qichen, Uzbek Prime Minister Meet in Tashkent”, Xinhua Domestic Service FBIS-CHI-1999-0611, June 11, 1999.

355 FERDINAND, “Xinjiang: relations with China and abroad”, in China Deconstructs. Politics, Trade and Regionalism, edited by David S. G. Goodman and Gerald Segal, London and New York, Routledge, 1994, p. 280.

356 “Uzbek-Kyrgyz-Chinese Highway opens”, RFE/RL Newsline, vol. 1, n° 78, Part I, July 22, 1997.

357 PRC, Uzbekistan, Kyrgyzstan Sign Transportation Agreement”, Xinhua Domestic Service in FBIS-CHI-98-056, February 25, 1998.

358 Pakistan, PRC, Kazakhstan, Kyrgysstan Sign Trade Accord”, Xinhua in FBIS-CHI-98-328, November 24, 1998.

359 Voir ADB, Regional Economic Cooperation in Central Asia, Asian Development Bank, Manila, July 1998, pp. 85-116.

360 Voir KELLNER, T., « La Chine et le pétrole, enjeux stratégiques », Transitions (ex-revue des pays de l’Est), vol. XXXIX, n° 2, 1998, pp. 161-187 et infra.

361 Voir TROUSH, S., China’s Changing Oil Strategy and its Foreign Policy Implications, Center for Northeast Asian Policy Studies, Foreign Policy Studies, Washington DC, Brookings Institution, CNAPS Working Paper, Fall 1999 (www.brook.edu/fp/cnaps/pa-pers/1999% 5Ftroush.htm)

362 Cette notion ne signifie pas l’indépendance totale mais plutôt, comme le signale Kenneth Lieberthal, la capacité de conserver l’initiative. Cité in STRECKER DOWNS, E., China’s Quest for Energy Security, Santa Monica, Rand Corporation, MR-1244-AF, 2000, p. 11.

363 Sur l’importance de ces bassins voir PAIK, Keun-Wook, Tarim basin energy development: implications for Russian and Central Asian oil and gas exports to China, Royal Institute of International Affairs, Russia and Eurasia Programme and Royal Institute of International Affairs, Energy and Environmental Programme, London, Royal Institute of International Affairs, 1997/11, 5 p.

364 Article Views Oil Industry Growth”, Beijing Review in FBIS-CHI-98-1 76, June 25, 1998.

365 Voir détails in LI, Peng, China’s Policy on Energy Resources”, Xinhua Domestic Service in FBIS-CHI-97-119, May 28, 1997.

366 YATSKO, P., “China’s Tarim Basin is proving a big disappointment”, FEER, September 1996, p. 69.

367 “Development of Northwestern Oil Fields Planned”, Xinhua in FBIS-CHI-1999-0329, March 29, 1999.

368 “Article Views Oil Industry Growth”, Beijing Review in FBIS-CHI-98-l76, June 25,1998.

369 Voir EIA, International Energy Outlook 1997, (www.eia.doe.gov/oiaf/ieo97/home.html) et YAA, International Energy Outlook 1999, (www.eia.doe.gov/oiaf/ieo99/home.html). La part du Moyen-Orient dans les importations chinoises de pétrole tourne généralement autour de 50 % et pourrait atteindre 80 % en 2010. Cité in TROUSH, S., China’s Changing Oil Strategy and its Foreign Policy Implications, op. cit.

370 STRECKER DOWNS, E., China’s Quest for Energy Security, op. cit., p. 9.

371 D’après XU, X., “China and the Middle East: Cross-investment in the Energy Sector”, Middle East Policy, vol. VII, n° 3, June 2000 (www.mepc.org).

372 D’après STRECKER DOWNS, E., China’s Quest for Energy Security, op. cit., p. 33.

373 Voir infra.

374 Voir PAIK, K.-W., “Energy cooperation in Sino-Russian relations: the importance of oil and gas”, The Pacific Review, vol. 9, n° l, 1996, pp. 77-95 et PAIK, K-W., CHOI, J.-Y, “Pipeline gas trade between Asian Russia, Northeast Asia gets fresh look”, OGJ, vol. 95, n° 33, August 18, 1997, pp. 41-44.

375 Cet argument apparaît clairement dans les cercles académiques chinois. Voir l’article de Zhang Wenmu, “Meiguode shiyou diyuan zhanlue yu Zhongguo Xizang Xinjiang diqu anquan”, Zhanlue yu guanli, n° 2, 1998, cité in STRECKER DOWNS, E., China’s Quest for Energy Security, op. cit., p. 26.

376 La China National Petroleum Corporation a d’ailleurs mis le projet en veilleuse en août 1999. Voir “CNPC Shelves China-Kazakhstan Oil Pipeline”, OGJ, August 30, 1999, p. 44.

377 CLOVER, C, “Kazakhs and Chinese press for oil deals”, Financial Times, 6 July 1998, p. 4.

378 SHI, ZE, “Prospects and impacts of Energy Exploration in the Caspian Region”, op. cit., p. 5.

379 BLANK, S., “The New Russo-Chinese ‘Partnership’ and Central Asia”, The Analyst, August 16, 2000.

380 ANDERSON, J., “The limits of Sino-Russian Strategic Partnership”, Adelphi Paper, n° 315, December 1997, p. 58.

381 Voir sur ce sujet MENON, R., “The Strategic Convergence Between Russia and China”, Survival, vol. 39, n° 2, Summer 1997, pp. 101-125 ; CARVER, J. W., “A Far Eastern Rapallo: The Post Cold War Russian-Chinese Strategic Partnership”, Far Eastern Affairs, n° l, 1998, pp. 53-62 et GARVER.J. W., “Sino-russian Relations” in China and the World. Chinese Foreign Polity Faces the New Millenium, edited by Samuel S. Kim, Fourth Edition, Boulder, Westview Press, 1998, pp. 114-132.

382 Voir KERR, D., “Problems in Sino-Russian Economic Relations”, Europe-Asia Studies, vol. 50, n° 7,1998, pp. 1133-1156 ; HOLLAND, L., “Fragile Friendship”, PEER, April 6, 2000, p. 32 ; “Russian Far East Turning Chinese?”, Stratfor, June 29, 2000 ; BURLES, M., Chinese Policy toward Russia and the Central Asian Republics, Santa Monica, Rand, MR-1045-AF, 1999, pp. 41-49 et Rapprochement or rivalry?Russia-China relations in a changing Asia, edited by Garnett, Sherman W., Carnegie Endowment for International Peace, Washington, Carnegie Endowment for International Peace, 2000, x-437 p.

383 Voir dans le cas de la Russie, VOSKRESSENSKI, A. D., “The Perceptions of China by Russia’s Foreign Policy Elite”, Issues and Studies, vol. 33, n° 3, March 1997, pp. 1-20 et BAZHANOV, E., “Russian Perspectives on China’s Foreign Policy and Military Development”, in In China’s Shadow, Regional Perspectives on Chinese Foreign Policy and Military Development, edited by Jonathan D. Pollack and Richard H. Yang, Santa Monica, Rand, CF-137-CAPP, 1998, pp. 70-90.

384 Voir “Putin and Jiang Disconnect on the Telephone”, Stratfor, June 9, 2000 ; “Shanghai Five Foreshadows Sino-Russo Evolution”, Stratfor, June 29, 2000 ; “Moscow Abandons China for India”, Stratfor, June 30, 2000 et “Uneasy Partners: China and Russia”, Stratfor, September 19, 2000.

385 STAUFFER, T., “Becoming a hub for Central Asian oil exports”, Petroleum Economist, vol. 64, n° 7, July 1997, pp. 29-30; NANAY, J., “Iran belongs in the Caspian picture”, Central Asia Monitor, n° 4, 1998 ; THOMAS, E., “Central Asia’s access to open seas: an Iranian perspective”, Central Asia Monitor, n° 4, 1998 et STAUFFER, T., “Iran trumps the US in the Great Game”, Middle East International, September 1, 2000, pp. 23-24.

386 Turko-Persia in Historical Perspective, edited by Robert L. Canfield, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, xiv-256 p.

387 Canfield note à ce propos, “the Ottoman, Safavid and Mughal empires fostered specific variants of a broadly similar Turko-Persian tradition. Across the territories of Western, Central and South Asia there was a remarkable similarity in culture, particularly among the elite classes. The wealthy and powerful of these empires affected similar manners and customs, wore, similar sty-U of dress, and enjoyed much the same literature and graphic arts. In building their palaces, mosques, and mausoleums, rulers competed for the services of the same great artisans, artists, and scholars, whose eminence enhanced their reputations. (...) These similarities of cultural style were perpetuated by poets, artists, architects, artisans, jurists, and scholars, who maintained relations among their peers in the far-flug cities of the Turko-Persian Islamicate ecumene, from Istanbul to Delhi’, in Turko-Persia in Historical Perspective, op. cit., pp. 20-21.

388 JALALI, A., Iran as a Major Power in the Caspian Sea Basin”, The Analyst, June 7, 2000.

389 Voir DJALILI, M. R., « Téhéran face à l’Asie centrale », Nouveaux Mondes, n° 4, printemps 1994, pp. 175-190 ; KARAM, P., “Realpolitik contre messianisme islamique”, Les Cahiers de l’Orient, n° 41, premier trimestre 1996, pp. 71-80 ; JALALI, A., “Islam as a Political Force in Central Asia: The Iranian Influence”, Central Asia Monitor, n° 2, 1999.

390 D’après PANNIER, B., “A need for common ground in Tadjikistan”, Transition, vol. 1, n° 24, December 29, 1995, pp. 12-15.

391 ROY, O., « Le rôle de l’Islam en Asie centrale et au Caucase », op. cit., p. 24. Voir FURTIG, H., Iran’s rivalry with Saudi Arabia between the Gulf Wars, Readings, Ithaca Press, 2002, pp. 179-214.

392 KARAM, P., “Realpolitik contre messianisme islamique”, op. cit., p. 74.

393 Ce mot d’origine arabe (au singulier “tâleb” qui devient “taleban” par l’adjonction de la finale persane “an”, marque du pluriel) signifie, « étudiants » ou « étudiants en religion ». Les taliban sont apparus sur la scène afghane en 1994. Il s’agit d’Afghans, majoritairement d’origine pachtoune, qui ont été formés dans les madrasa (« écoles religieuses ») implantées principalement dans la « ceinture pachtoune » du Pakistan. Concernant les taliban, voir RASHID, A., Taliban. Islam, Oil and the New Great Game in Central Asia, London, New York, Tauris, 2000, xiii-270 p. Les taliban ont reçu le soutien de combattants étrangers à l’Afghanistan. Lors de leur offensive sur Taloqan (nord de l’Afghanistan) à la fin de l’été 2000, des militants de plus de 15 nationalités étrangères auraient ainsi combattu à leurs côtés. Ahmed Rashid signalait la présence de Pakistanais (3000), d’Arabes loyaux à Oussama Ben Laden (1000), de combattants du Mouvement islamique d’Ouzbékistan (IMU) (surtout des Ouzbeks), mais aussi de Philippins, de Cachemiris, de Tchétchènes et de quelques Ouïgours. Voir RASHID, A., “Massoud ready to fight on”, Eurasia Insight, October 11, 2000.

394 MAFINAZEM, A, “Iran and Uzbekistan, Friends or Rivals?”, The Analyst, July 19, 1999.

395 “Iran set to create market for Caspian Sea crude oil”, AGOC vol. 5, issue 11, June 23, 2000.

396 “Last component of Korpeje-Kord-Kuy pipeline completed”, AGOC, vol. 5, issue 11, June 23, 2000.

397 Voir FREEDMAN, R.O., “Russian-Iranian Relations in the 1990s”, MERIA, vol. 4, n° 2, June 2000, pp. 64-79. Voir sur les essais de l’Iran de restreindre l’influence de la Russie dans le Caucase, in “Caucasus stability pact: Iran counters Russian expansion”, Strotfor, May 25, 2000.

398 Voir l’interview de Viktor Kalyuzhny, représentant spécial du Président V. Poutine pour la région de la Caspienne in CDPSP, vol. 52, n° 30, August 23, 2000, pp. 16-17.

399 Voir ORAL, Sander, “Turkeyand Turkic World”, Central Asian Survey, vol. 13, n° l, 1993, pp. 37-44 ; ROBINS, P., “Between sentiment and self-interest: Turkey’s policy toward Azerbaijan and the Central Asia states”, Middle East Journal, vol. 47, n° 4, 1993, pp. 593-610; WINROW, G., Turkey in Post-Soviet Central Asia, London, Royal Institute of International Affairs, 1995, 53 p. ; AYDIN, M., “Turkey and Central Asia: challenges of change”, Central Asian Survey, vol. 15, n° 2, 1996, pp. 37-44 et JONES, S.A., “Turkish Strategic Interests in the Transcaucasus”, in Crossroads and conflict. Security and Foreign Policy in the Caucasus and Central Asia, op. cit., pp. 55-65.

400 Voir IDRIS BAL, “The Turkish Model and the Turkic Republics”, Perceptions, vol. III, n° 3, September-November 1998 (www.mfa.gov.tr) . Egalement les analyses in KUBICEK, P., Nation, state, and economy in Central Asia: does Ataturk provide a model?, Seattle, Henry M. Jackson School of International Studies, University of Washington, 1997, 65 p.

401 Frédérique-Jeanne Besson citée in BILLION, D., « La Turquie: des illusions au réalisme », La revue internationale et stratégique, n° 34, été 1999, p. 150.

402 Le Tadjikistan persanophone intéresse évidemment beaucoup moins la Turquie.

403 KRAMER, H., “Will Central Asia become Turkey’s sphere of influence”, Perceptions, vol. III, n° 4, March-May 1996 (www.mfa.gov.fr).

404 Voir COPEAUX, E., Une vision turque du monde à travers les cartes de 1931 à nos jours, Paris, CNRS Editions, 2000, pp. 106 et ss.

405 KRAMER, H., “Will Central Asia become Turkey’s sphere of influence”, op. cit.

406 La Turquie ne partage de frontière commune avec l’Azerbaïdjan qu’au Nakhitchevan, enclave azérie séparée du territoire de l’Azerbaïdjan par l’Arménie. Cette frontière s’étend sur seulement 11 km.

407 Voir infra.

408 KRAMER, H., A Changing Turkey. The Challenge to Europe and the United States, Washington DC, Brooking Institution Press, 2000, pp. 111.

409 Republic of Turkey, Ministry of Foreign Affairs, Relations with the Central Asian Republics, (www.mfa.gov.fr).

410 L’Eximbank aurait ainsi fourni 1,1 milliard de dollars en programmes, crédit d’investissements et subsides pour l’achat de produits alimentaires turcs aux nouvelles républiques.

411 Republic of Turkey, Ministry of Foreign Affairs, Relations with the Central Asian Republics, (www.mfa.gov.tr).

412 Idem.

413 DEMIR, C.E., BALCI, A., AKKOK, F., “The role of Turkish schools in the educational system and social transformation of Central Asian countries: the case of Turkmenistan and Kyrgyzstan”, Central Asian Survey, vol. 19, n° l, March 2000, pp. 141-155. Un des éléments qui a fait le succès de ces établissements est le fait qu’en plus du turc, ils enseignent l’anglais. Les cours de sciences et de mathématiques sont également donnés en anglais.

414 Par exemple l’International Turkmen-Turkish University et la Kyrgyz-Turkish Manas University.

415 PEROUSE, J.F., « Le monde turc à l’épreuve de la réalité », op. cit., p. 72. Voir le succès du mouvement Nurcu en Asie centrale et des écoles fondées par Fethullah GÜ-len qui diffusent une interprétation moderne de l’islam (plutôt pro-occidental, soutenant l’économie de marché sans être véritablement démocratique) combinée au nationalisme turc in YAVUZ, H., “Towards an Islamic Liberalism? The Nurcu Movement and Fethullah Gülen”, Middle East Journal, vol. 53, n° 4, Autumn 1999, pp. 584-605. Le Kazakhstan comptait, en 1997, 27 écoles secondaires implantées par ce mouvement ; l’Azerbaïdjan, 11 écoles secondaires et une université ; l’Ouzbékistan 18 écoles secondaires ; le Turkménistan 12 écoles secondaires et une université ; la République kirghize 11 écoles secondaires et le Tadjikistan 5 écoles secondaires.

416 “Foreign Relations between Israel and the Islamic Newly Independent States”, The Analyst, August 6, 1999 ; PLANSKI, A., « L’Asie centrale : nouvel horizon géopolitique pour Israël », Limes, n° l, Hiver 1999/2000, pp. 27-30 et ENCEL, F, « Un nouvel horizon géopolitique pour Israël ? », La revue internationale et stratégique, n° 34, été 1999, pp. 135-140.

417 “Axis and counteraxis in the Caucasus”, CDPSP, vol. 52, n° 5, March 1, 2000, p. 22.

418 IMF, Direction of Trade Statistics Yearbook, Washington DC, 1999.

419 POPE, N., “Losing the Great Game”, MED, June 16, 2000, p. 16.

420 Voir infra et United States Energy Information Administration, August 2000 (www.eia.doe.gov).

421 BILLION, D., « La Turquie : des illusions au réalisme », op. cit., p. 156.

422 POPE, N., “Losing the Great Game”, op. cit., pp. 15-17.

423 Voir « Déclaration commune des présidents Suleyman Demirel et Edouard Chevardnadze, Tbilissi, 15 janvier 2000 », in Documents d’actualité internationale, n° 7, 1 avril 2000, pp. 276-278.

424 LELYVELD, M., “Turkey challenges leadership role in Caspian Region”, RFE/RL., January 24, 2000 et “Turkey, Georgia launch regional security initiative”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 12, January 18, 2000.

425 “Ankara’s entrance exam”, CDPSP, vol. 52, n° 3, February 16, 2000, pp. 17-18 ; “Turkey challenges Russia”, CDPSP, vol. 52, n° 3, February 16, 2000, p. 18.

426 Voir AKHMEDOVA, A., “Azerbaijan, Georgia move to secure oil pipelines”, Eurasia Insight, April 21, 2002 et “Azerbaijan, Georgia, Turkey sign for regional security”, Azernews, May 1, 2002.

427 « La Force internationale d’assistance pour la sécurité », AFP, 20 juin 2002.

428 On se souviendra des débats autour de l’origine continentale (Asie centrale) ou méridionale (malayo-polynésienne) de la langue japonaise et aussi du peuplement de l’archipel. Pour les défenseurs de la version continentale, le japonais appartiendrait au groupe de langues dites altaïques qui réunit le turc, le toungouse, le mongol, le mandchou et le coréen et couvre un espace en arc de cercle qui s’étend à partir de la Turquie vers l’Asie centrale puis vers la Corée et le Japon. Voir à ce sujet, GARNIER, G, « Langue », in Dictionnaire de la civilisation japonaise, sous la direction d’Augustin Berque, Hazan, 1994, p. 270 et l’étude pionnière sur la parenté existante entre le japonais et les langues altaïques, MILLER, R.A., Japanese and other Altaic Languages, Chicago and London, University of Chicago Press, 1971, xviii-33 p.

429 “Japan’s attempts to formulate a Silk Road Strategy”, The Analyst, February 14, 1999.

430 La firme Mitsui modernise ainsi la Centrale hydroélectrique de Severnaya en Azerbaidjan, grâce à un prêt du Fonds de coopération économique du Japon. De même, des prêts japonais ont été accordés pour la construction d’un pont à Semipalatinsk (Kazakhstan), l’amélioration du réseau de voies ferrées au Kazakhstan, en Ouzbékistan et au Turkménistan, ou encore la modernisation des aéroports d’Astana (Kazakhstan) et de Bichkek (Kirghizstan), la réhabilitattion de la route Och-Bichkek ou la modernisation du dépôt de locomotives d’Achkhabad. Voir Japan’s Official Development Assistance (ODA), Annual Report 1999 (www.mofa.go.jp).

431 Voir Japan’s Official Development Assistance (ODA), Annual Report 1999 (www.mofa.go.jp).

432 “Kazakhstan’s President concludes visit to japan”, RFE/RL Newsline, December 10, 1999.

433 Voir HICKOK, M.R., “The other end of the Silk Road: Japan’s Eurasian initiative”, Central Asian Survey, vol. 19, n° 1, 2000, pp. 35-36.

434 Cité in Idem, p. 34.

435 IMF, Direction of Trade Statistics Yearbook, Washington DC, 1999.

436 MEDLOCK, K.B. III, SOLIGO, R., “Japanese Energy Demand to 2015”, in Japanese Energy Security and Changing Global Energy Markets: An Analysis of Northeast Asian Energy Cooperation and Japan’s Evolving Leadership Role in the Region, Prepared in conjunction with an energy study sponsored by The Center for International Political Economy and The James A. Baker III Institute for Public Policy, Rice University, May 2000.

437 HICKOK, M.R., “The other end of the Silk Road: Japan’s Eurasian initiative”, op. cit., p. 32.

438 LELYVELD, M., “Russia: Gazprom secures pipeline financing”, RFE/RI, 18 April 2000 et “Gazprom secures export credit for Blue Stream project from Japanese government”, AGOC, vol. 5, issue 8, May 12, 2000.

439 MITO, T., “Japan’s energy strategy, Russian economic security, and opportunities for Russian energy development: major issues and policy recommendations”, in Japanese Energy Security and Changing Global Energy Markets: An Analysis of Northeast Asian Energy Cooperation and Japans Evolving leadership Role in the Region, op. cit.

440 Voir SMIL, V., “China’s greenhouse gas emissions”, Global Environmental Change, vol. 4, n° 4, December 1994, pp. 325-332.

441 Voir MATSUURA, S., “China’s Air Pollution and Japan’s Response to it”, International Environmental Affairs, vol. 7, n° 3, Summer 1995, pp. 235-248 et SMIL, V., China’s environmental crisis. An inquiry into the limits of national development, New York-London, East Gate Book, 1992, xix-254 p.

442 ASUKURA, K., “Concept for a Natural Gas Pipeline that will support Asia’s Symbiosis. Part 1. The Northeast Asian Pipeline, Which Has Entered Into the State of Execution”, Energy (Tokyo) in FBIS-CHI-99-004, January 4, 1999.

443 Voir “Asia in a new century challenge and opportunity”, Speech by Prime Minister of Japan, Junichiro Koizumi at the Boao Forum for Asia, 12 April 2002, Boao, Hainan Island, People’s Republic of China (www.mofa.go.jp/region/asia-paci/china/boao0204/speech.html).

444 BLUA, A., “Central Asia: Japan keen to boost regional ties”, RFE/RI, July 11, 2002.

445 Voir “Joint statement on friendship, strategic partnership and cooperation between Japan and the Republic of Uzbekistan (July 29, 2002)” et “Joint statement of Japan and the Republic of Uzbekistan on development of economic cooperation and assistance to economic reforms in Uzbekistan (July 29, 2002)” in (www.mofa.go.jp/re-gion/europe/ Uzbekistan/pv0207//joint.html).

446 « Inde-Asie centrale. Routes du commerce et des idées », Tachkent, Aix en Provence, Institut Français d’études sur l’Asie centrale, Cahiers d’Asie centrale, n° l-2, 1996, 366 p.

447 RICHARDS, J.F., The Mughal Empire, The New Cambridge History of India, vol. I. 5, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 1993, xvi-320 p.

448 Concernant les « Timourides », descendants de Tamerlan jusqu’à Babur, voir l’article “Timurids” in The Encyclopaedia of Islam, op. cit., pp. 513-527.

449 Voir le témoignage de Babur in BABAR, Zahir al Din Muhammad, Le Livre de Babur : mémoires de Zahiruddin Muhammad Babur de 1494 à 1529, traduction de Jean-Louis Bacqué-Grammont, annoté par J.L. Bacqué-Grammont et Mohibbul Hasan, Paris, Imprimerie Nationale, 1985, 379 p.

450 WATSON, G, “Interpretations of Central Asian influences on Mughal India: the historical debate”, South Asia, vol. 18, n° 2, 1995, pp. 1-22 ; « L’héritage timouride : Iran-Asie centrale-Inde ; xve-xviiie siècles », sous la direction de Maria Szuppe, Tachkent, Aix en Provence, Institut Français d’études sur l’Asie centrale, Cahiers d’Asie centrale, n° 3-4, 1997, 347 p. et FOLTZ, R., Mughal India and Central Asia, New York, Oxford University Press, 1998, 190 p.

451 FOLTZ, R., “Central Asians in the administration of Mughal India”, Journal of Asian History, vol. 31, n° 2, 1997, pp. 139-154.

452 YASMEEN, S., “Pakistan’s cautious foreign policy”, Survival, vol. 36, n° 2, Summer 1994, pp. 115-133.

453 STOBDAN, P., “Central Asia in geo-political transition”, Strategic Analysis, vol. XXII, n° 1, April 1998, pp. 95-118.

454 Voir le point de vue indien in India and Central Asia cultural, economic, and political links, Surendra Gopal editor, Delhi, Shipra Publications, 2001, ix-200 p. et Geopolitics and energy resources in Central Asia and Caspian Sea Region, Shams-Ud-Din editor, New Delhi, Lancer's Books, 2000, iii-280 p.

455 D'après United States Energy Information Administration, February 2000 (www.eia.doe.gov).

456 Voir infra.

457 Voir RASHID, A., Taliban. Islam, Oil and the New Great Game in Central Asia, op. cit., pp. 17-30 et pp. 183-194 et GOODSON.L. P., The Talibanization of Pakistan: Roots Societal Transformation, Paper prepared for delivery at the 2000 Annual Meeting of the American Political Science Association, Washington, DC, August 31-September 3, 2000, 39 p.

458 Voir GRARE, F., “Pakistan and Central Asia: Strategic considerations versus economic opportunities”, World Affairs, vol. 2, n° 4, October-December 1998, pp. 106-122 et HEMERY, C, « Les illusions de la stratégie pakistanaise », La revue internationale et stratégique, n° 34, été 1999, pp. 187-195. Dans une interview, datant de l'automne 2000, Ahmad Shah Massoud accusait le régime pakistanais d'avoir envoyé deux brigades et un bataillon d'artillerie renforcer les taliban lors de leur offensive de la fin de l’été 2000, offensive qui a mené à la chiite de la ville de Taloqan an nord du pays. Ces informations ont été démenties par Islamabad. Pourtant, il ne fait aucun doute qu’il y a eu des conseillers militaires pakistanais en Afghanistan et que des militants islamistes pakistanais ont combattu aux côtés des taliban. D’après RASHID, A., “Massoud ready to light on”, op. cit.

459 MAC DONALD, J.A., “The Reemergence of India as a Central Asian player”, The Analyst, May 24, 2000.

460 Voir sur les relations sino-indiennes, GARVER, J. W., The protracted contest: Sino-Indian rivalry in the twentieth Century, Seattle, University of Washington Press, 2001, xiv-447 p. et SWAMY, S., India’s China perspective, foreword by Roderick MacFarquhar, New Delhi, Konark Publishers, 2001, ix-187 p.

461 Cité in FRAZIER, M.W., “China-India relations since Pokhran II: assessing sources of conflict and cooperation”, AccessAsia Review, vol. 3, n° 2, July 2000 (www.nbr.org).

462 “Nuclear anxiety: India’s letter to Clinton on the nuclear testing”, New York Times, May 13, 1998. Voir les réactions chinoises in MING, ZHANG, China’s Changing Nuclear Posture: Reactions to the South Asian Nuclear Tests, Washington DC, Carnegie Endowment for International Peace, 1999.

463 “Moscow Abandons China for India”, op. cit.

464 “The Shanghai Six?”, Stratfor, July 17, 2000.

465 “Putin Backs India on Kashmir Policy”, International Herald Tribune, October 5, 2000.

466 Ces accords concernent l’aviation (140 Sukhoi SU-30MKI), l’armée de terre (310 chars T-90) et la marine, avec l’acquisition par l’Inde d’un porte-avion, l’Amiral Gorchkov. L’achat d’un porte-avion démontre le volonté de New Delhi de projeter sa puissance dans l’océan Indien et potentiellement en mer de Chine du Sud. Cet achat indien répond en fait au développement de la marine chinoise depuis une dizaine d’années et à la menace qu’elle pourrait faire peser sur l’Inde. Voir COLE, B. D., The great wall at sea: China’s Navy enters the twenty-first Century, Annapolis, Naval Institute Press, 2001, x-288 p. et KONDAPALLI, S., China’s naval power, New Delhi, Knowledge World in association with Institute for Defence Studies and Analyses, 2001, xxxiv-252 p.

467 DHUME, S., “Arming India”, FEER, October 12, 2000, p. 20.

468 Washington avait imposé à New Delhi des sanctions touchant aux garanties de crédit fournies par le gouvernement américain (Eximbank) et s’opposait également aux prêts à l’Inde par les organismes financiers internationaux comme la Banque Mondiale ou le FMI.

469 Mohan Malik, cité in FRAZIER, M.W., “China-India Relations since Pokhran II: Assessing Sources of Conflict ans Cooperation”, op. cit.

470 Voir PURI, M. M., “Central Asian geopolitics: the Indian view”, Central Asian Survey, vol. 16, n° 2, June 1997, pp. 245-262 et NAMBIAR, S., « La sécurité régionale : le point de vue de l’Inde », La revue internationale et stratégique, n° 34, été 1999, p. 185.

471 IMF, Direction of Trade Statistics Yearbook, Washington DC, 2001.

472 D’après United States Energy Information Administration, February 2000 (www.eia.doe.gov).

473 Sur cette organisation voir le chapitre iii le et le chapitre vi 4.

474 YAKEMTCHOUK, R., « La Communauté des États indépendants, CEI », Annuaire, français de droit international, 1995, p. 249.

475 Ce traité est entré en vigueur en avril 1994. Il comptait à l’origine neuf États-parties : l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Géorgie, le Kazakhstan, la République kirghize, la Russie, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan. Le traité devait être renouvelé en avril 1999 mais l’Ouzbékistan, la Géorgie et l’Azerbaïdjan ont décliné l’offre de Moscou de signer le protocole qui prolongeait la validité du traité. Voir “From Guam To Guuam: A Growing Centrifugal Force in the CIS”, Prism, vol. 5, issue 9, May 7, 1999.

476 L’Ukraine et la Moldavie ont également refusé d’y adhérer.

477 Arménie, Biélorussie, Kazakhstan, République kirghize, Russie et Tadjikistan.

478 “CIS Collective Security treaty moves toward institutionalization”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 104, May 26, 2000.

479 GOBLE, P., “The end of the CIS”, RFE/RL, May 26, 2000.

480 Concernant l’échec de la CEI, voir BREMMER, I., “Whose Eurasia?”, Analysis of Current Events, vol. 10, n° 7-8, July/August 1998, pp. 18-19.

481 Cité in FULLER, L„ “Back to the USSR?”, RFE/RL, August 6, 2001.

482 Voir CORNELL, S., “Geopolitics and strategic alignments in the Caucasus and Central Asia”, Perceptions, June-August 1999, p. 107. La Géorgie et l’Azerbaïdjan ont également refusé d’y adhérer à nouveau malgré les pressions de Moscou.

483 Détails in HALE, H., “The rise of Russian anti-imperialism”, Orbis, vol. 43, n° l, Winter 1999, pp. 111-124. Le protocole de 25 novembre 1997 conclu entre les quatre partenaires explicitait les objectifs suivants : “1) create a common approach to peacekeeping operations; 2 ) resist separatism; 3 ) extend mutual support to one another in settlement of regional conflicts; 4) establish reliable energy supplies; 5) create the trans-Eurasian transportation and industrial corridor; 6) adopt common approaches in international organizations on issues of common interest; 7) jointly promote closer relations with the West through preparation for eventual accession to Trans-Atlantic and Western European institutions cité in “GUUAM: successor to the CIS or competitor? ”, The Analyst, August 6, 1999.

484 “Whither GUUAM?”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 50, March 10, 2000.

485 LELYVELD, M., “Putin seeks to boost ties with Central Asia”, REE/RL, May 22, 2000 et PANNIER, B., “Uzbekistan renews old relations”, REE/RL, May 26, 2000.

486 “Preemptive warning”, CDPSP, vol. 52, n° 21, June 21, 2000, p. 10. Certains doutent cependant de la capacité de Moscou à intervenir en Afghanistan, voir “Don’t go looking for adventures in Asia”, CDPSP, vol. 52, n° 22, June 28, 2000, pp. 20-21.

487 KARASIK, T., “Russian threat to strike Afghanistan tests Central Asian partners”, The Analyst, June 21, 2000.

488 Suite aux déclarations russes du printemps 2000, les taliban avaient renforcé leur dispositif militaire à la frontière avec le Tadjikistan et l’Ouzbékistan. Voir PANNIER, B., “Tensions rising on Afghan border”, RFE/RL, June 2, 2000.

489 BURKE, J., “The makings of a quagmire in Central Asia”, Eurasia Insight, August 23, 2000.

490 PANNIER, B., “Joint military exercise practices common defense”, RFE/RL, March 29, 2000.

491 Voir “Preemptive strike against Wahhabis”, CDPSP, vol. 52, n° 13, April 26, 2000, p. 14.

492 ROY, O., La nouvelle Ask centrale, ou la fabrication des nations, op. cit., p. 287.

493 NOV1KOV, G., « La CEI en 1997 : un point de vue russe », Le courrier des pays de l’Est, n° 417, mars 1997, p. 106.

494 GHEBALI, V.-Y, L’OSCE dans l’Europe post-communiste, 1990-1996, Bruxelles, Bruylant, 1996, p. 111.

495 Voir OSCE, Mission Survey, The OSCE Mission in Tajikistan, (www.osce.org).

496 Voir RHODES, A., TSCHERNE-LEMPIAINEN, P., Human Rights and terrorism in the Central Asian OSCE states”, Helsinki Monitor, n° l, 2002, pp. 36-51.

497 L’OSCE a par exemple cherché à organiser une conférence réunissant les républiques d’Asie centrale pour discuter du problème de l’eau. Voir EGGLESTON, R., “OS-CE seeks agreement on water”, RFE/RL, June 5, 2000. Plus récemment, elle a réuni une conférence à Astana pour examiner la question du développement du radicalisme islamique en Asie centrale. Voir “International Conférence to focus on Islam and national security in Central Asia”, June 20, 2002 (www.osce.org/news/generate.php3 ?neus_id=2533).

498 En octobre 2000, l’OSCE a ainsi organisé en collaboration avec l’UNODCCP une conférence internationale sur la sécurité et la stabilité en Asie centrale, à l’occasion de laquelle, les cinq républiques centrasiatiques ont signé un document visant renforcer leur coopération et leur coordination dans la lutte contre le trafic de la drogue, le crime organisé et le terrorisme grâce à l’échange d’informations et au renforcement des systèmes juridiques. Voir Priorities for Co-operation to Counter Drugs, Organized Crime and Terrorism in Central Asia, Tashkent, October 20, 2000 (www.osce.org).

499 Voir DAILEY, E., “Central Asia: the silk road as a European crossroad?”, Helsinki Monitor, n° 3, 1999, pp. 59-72.

500 Voir Office for Democratic Institutions and Human Rights, “OSCE/ODIHR on presidential election in Uzbekistan”, Press Release, January 11, 2000 ; “OSCE/ODIHR issues preliminary statement on the second round of parliamentary elections in the Kyrgyz Republic”, Press Release, March 13, 2000 ; “Centre in Almaty issues statement on Kazakhstan election commissions”, Press Release, September 18, 2000 et EGGLESTON, R., “OSCE chairwoman urges faster progress toward democracy”, RfE/RL, June 7, 2000.

501 Voir l’étude de l’International Crisis Group au sujet du rôle de l’OSCE dans la région in ICG, “The OSCE in Central Asia: A New Strategy”, Asia Report, n° 38, Osh/ Brussels, September 11, 2002, 24 p.

502 Voir les documents constitutifs de l’ECO in (www.ecmecretariat.org/).

503 Voir HAGHAYEGHI, M., “Economic Cooperation Organization: A Preliminary Assessment”, Central Asia Monitor, n° 1, 1995 ; De CORDIER, B., “The Economic Cooperation Organization: towards a new silk road on the ruins of the Cold War”, Central Asian Survey, vol. 15, n° l, 1996, pp. 47-57 ; HASSAN-YARI, H., « Organisation de la co opération économique (ECO), un pont stratégique entre le Moyen-Orient et l’Asie central », Etudes internationales, vol. XXVIII, n° l, mars 1997, pp. 47-71 et KHAN, A. Z., The economic treaties and relations of the Central Asian Republics with Turkey, Iran and Pakistan, Munchen, Weltforum Verlag, 1998, v-120 p.

504 Voir détails in (www.ecosecretariat.org/ftproot/High_Level_Meetings/Summüi/summit_main.htm).

505 Voir DJALILI, M. R., « La redécouverte de l’Asie centrale par la communauté internationale : du discours aux réalités », Les études de la documentation française, Les pays de la CEI, 1997, pp. 55-91.

506 On relèvera que l’organisation a décidé de mettre sur pied un comité d’experte destiné à discuter du problème de la Caspienne. Cette décision n’a pas été appréciée à Moscou car elle écarte en fait la Russie des discussions et constitue une menace pour ses intérêts. Preuve d’une certaine méfiance russe à l’égard des intentions de Téhéran, la presse russe a attribué à l’Iran l’origine de cette décision. Voir “Moscow without the Caspian?”, CDPSP, vol. 52, n° 24, July 12, 2000, p. 22.

507 IMF, Direction of Traile Statistics Yearbook, Washington DC, 2001.

508 Idem.

509 Idem.

510 PARTRIDGE, B., “Central Asia: Lack of transport links hamper trade”, RFE/RL, January 11, 2000. Quelques progrès ont été réalisés dans ce domaine. Au début de l’année 2002, ont été effectués les premiers tests pour le transport de passagers et de marchandises par voie de chemin de fer enne le Kazakhstan, l’Hizbékistan, le Turkménistan, l’Iran et la Turquie (ligne Almaty-Tachkent-Turkmenabad-Téhéran-Istanbul). De l’aveu même de l’organisation, cette voie reste cependant encore trop chère en raison des tarifs pratiqués par les différents pays de transit, tes transporteurs kazakhs et chinois préfèrent utiliser la voie Kirghize, Kazakhstan, Russie (Port de Novorossiisk sur la mer Noire) puis vers Istanbul ou Varna (Bulgarie), Constanta (Roumanie) et Ilichevsk (Ukraine) par ferryboat et enfin vers l’Europe occidentale. Une réduction des tarifs pourrait permettre à tenne à cette nouvelle ligne de transporter des conteneurs provenant de Chine, de Hong Kong, de Malaisie, de Corée du Sud et de Singapour vers le marché européen. Voir détails in “Focus on Almaty-Tehran-Istanbul Train”, ECO News Bulletin, vol. 30, June 2002, pp. 3-6.

511 PARTRIDGE, B., “Trade with Southern Neighbors fails to Take off”, RFE/RI,, January 10, 2000 également, COVILLE, T., « Les relations économiques entre l’Iran et l’Asie centrale », In revue internationale et stratégique, n° 34, été 1999, pp. 160-165.

512 D’après HASSA-YARI, H., « Organisation de la coopération économique (ECO), un pont stratégique entre le Moyen-Orient et l’Asie centrale », op. cit., p. 62.

513 AFRASIABI, K. L., JALALI, Y. P., “The Economic Cooperation Organization: regionalization in a Competitive Context”, Mediterranean Quarterly, Fall 2001, pp. 62-79.

514 “Central Asian Economic Union leaders meet in Almaty”, REF/RL Kazakh Report, January 5, 2001.

515 Le traité constitutif de l’Organisation de coopération centrasiatique a été signé le 28 février 2002 à Almaty. Le président Karimov a été placé à la tête de la présidence tournante de cette organisation. Voir “Central Asian Cooperation Organization formally constituted in Kazakhstan”, REF/RL Newsline, March 2, 2002.

516 GRETSKY, S., “Regional Integration in Central Asia”, Analysis of Current Events, vol. 10, n° 9/10, September/October 1998, pp. 12-13.

517 DION, R., “The Decline of Central Asian Integration”, The Analyst, March 29, 2000.

518 RABALLAND, R., « L’intégration économique en Asie centrale. Réalité ou chimère ? », le Courrier des Pays de l’Est, n° 1 011, Janvier 2001, pp. 50-60.

519 DIETER, H., “Regional integration in Central Asia: current economic position and prospects”, Central Asian Survey, vol. 15, n° 3/4, 1996, pp. 369-386.

520 Sur les problèmes d’intégration économique voir KASENOV, U., “Problems of cooperation and integration in Central Asia”, Central Asia Monitor, n° 6, 1997.

521 Voir les objectifs de Nazarbev in VIELMINI, E, « Références eurasiennes au Kazakhstan contemporain », Cahiers du Monde russe, vol. 41, n° l, Janvier-mars 2000, pp. 129-132.

522 Traité sur l’approfondissement de l’intégration dans les domaines économique et humanitaire et sur un rapprochement. Biélorussie, Kazakhstan, Kirghizistan, Fédération de Russie, Moscou, 29 mars 1996 in Documents d’actualité internationale, n° 12, 15 juin 1996, pp. 468-471.

523 ZHALIMBETOVA, R., GLEASON G., “Eurasian economic Community (EEC) comes into being”, The Analyst, June 20, 2001.

524 Voir “A close-up glimpse of EAEC’s warts”, Jamestown Monitor, vol. 8, issue 96, May 16, 2002.

525 Voir KUBICEK, P., “Regionalism, nationalism and realpolitik in Central Asia”, Europe-Asia Studies, vol. 49, n° 4, June 1997, pp. 637-655.

526 Concernant le pan-turquisme voir LANDAU, J., Pan-Turkism. From Irredentism to Cooperation, 2nd revised ed., London, C. Hurst, 1995, 275 p.

527 Cité in CRAIG-HARRIS, L., “Xinjiang, Central Asia and the implications for China’s policy in the Islamic World”, The China Quarterly, n° 133, March 1993, p. 125.

528 Lors du sommet des pays de langue turque qui s’est tenu à Bakou, en avril 2000, l’Ouzbékistan a ouvertement critiqué Ankara au motif qu’elle abrite des opposants au régime de Karimov. Le Turkménistan était pour sa part absent. Voir LELYVELD, M., “Turkic Summit Calls for cooperation”, RFE/RL, April 13, 2000.

529 PEROUSE, J.F., « Le monde turc à l’épreuve de la réalité », Limes, n° l, Hiver 1999/2000, pp. 65-79.

530 Roy, O., « Passés recomposés », La revue internationale et stratégique, n° 34, été 1999, p. 69.

531 YALCINKAYA, A., “The frontiers of Turkestan”, Central Asian Survey, vol. 16, n° 3, 1997, p. 437.

532 VIELMINI, F., « Références eurasiennes au Kazakhstan contemporain », op. cit., p. 116

533 “Turkmenistan: The New Hennit Kingdom”, Stratfor, July 27, 2000.

534 LANDAU. J. M., “Ethnonationalism and Pan-nationalism in Turkey and the Ex-Soviet Republics”, Migration, n° 28, 1995, pp. 67-84.

535 CANFIELD, R.L., “The Collision of Evolutionary Process and Islamic Ideology in Greater Central Asia”, in Afghanistan and the Soviet Union: Collision and Transformation, Milan Hauner and Robert L. Canfiled eds., Boulder, Westview Press, 1989, pp. 13-39, CANFIELD, R.L., “Restructuring in Greater Central Asia: Changing political configurations”, Asian Survey, vol. XXXII, n° 10, October 1992, pp. 875-887 ; BELOKRENITSKY, V. Ya., “Russia and Greater Central Asia”, Asian Survey, vol. XXXIV, n° 12, December 1994, pp. 1 093-1 108.

536 CANFIELD, R.L., “Restructuring in Greater Central Asia: Changing political configurations”, op. cit., p. 885.

537 L’Institute for National Strategic Studies utilise également l’expression “Greater Middle East” pour désigner l’Afrique du Nord, le Levant, le golfe Persique, l’Asie du sud et l’Asie centrale ; de même, la RAND Corporation possède maintenant un Greater Middle East Program. D’après KEMP, G, HARKAVY, R., Strategic Geography and the Changing Middle East, op. cit., p. 413, note 27.

538 KEMP et HARKAVY, s’interrogeant sur l’extension de ce nouvel espace, donnent la réponse suivante : Which then should be included in our grouping? First the traditional US State Department list for the Near East must be included (Morocco, Algeria, Tunisia, Libya, Egypt, Israel, Syria, Lebanon, Jordan, Iran, Iraq, the GCC states, and Yemen). We believe Sudan, Ethiopia, and Somalia have to be discussed [...]. Afghanistan, India, Pakistan, Sudan and Turkey must be included as should the energy-producing countries of the Caspian Basin (Azerbaijan, Kazakstan and Turkmenistan). Given their location Georgia and Armenia must also be included [...] (Uzbekistan, Tajikistan and Kyrgyzstan) [...] are shown on our map of the new Middle East [...] oneway to think of the greater Middle East region is as a vast quadrilateral, a geographic centerpoinl and crossroad where Europe, Russia, Asia, and Africa intersect. It is bounded to the west by the Sahara Desert and the Mediterranean Sea, to the north try the Black Sea, the Caucasus Mountains, the Elburz Mountains, and the Hindu Kush, to the East try the plains of ìndia and to the south by the Indian Ocean, in idem, pp. 15, 17.

539 Voir l’analyse d’un observateur iranien in “UAE claims over Iranian islands upset Persian Gulf Security”, Paynaud’s Iran News, September 23, 1999 (www.payvund.com). Les nouvelles orientations de la politique israélienne en direction de l’Asie centrale sont cependant intéressantes à observer. Elles pourraient influer sur la recomposition géopolitique de la région et lier à terme les dynamiques du Moyen-Orient et de l’Asie centrale, ce qui correspondrait alors à une nouvelle réalité dont les concepts géopolitiques auraient à rendre compte.

540 Voir ROY, O., Les illusions du 11 septembre, Le débat stratégique face au terrorisme, Paris, 2002, pp. 13, 49-50 et aussi ROY, O., L’islam mondialisé, Paris, Seuil, 2002, pp. 187-203.

541 Concernant le développement des forces armées en Asie centrale, voir SMITH, D.L., Breaking away from the bear, Strategic Studies Institute, US Army War College, August 3, 1998, 77 p.

542 Voir MAKARENKO, T., “Central Asia commits to military reform”, Jane’s Intelligence Review, September 2000, pp. 30-31.

543 “Kazakhstan: Power Shift in Central Asia”, Stratfor, September 9, 2000.

544 Voir infra.

545 Details in TURSUNOV, B., PIKULINA, M., Severe lessons of Batken, Royal Military Academy Sandhurst, Conflict Studies Research Centre, Camberley, Conflict Studies Research Centre, 1999/11 (www.ppc.pims.org).

546 Il s’agit principalement de l’achat d’avions, d’hélicoptères de combat, de véhicules blindés et d’équipements destinés à la lutte en terrain montagneux. Voir “Russia: seeking foothold in Central Asia”, Stratfor, October 13, 2000.

547 “Governments initiate joint anti-insurgency measures”, Jamestown Monitor, vol. 6, n° 161, August 31, 2000.

548 Voir infra.

549 MAKARENKO, T., “Central Asia commits to military reform”, op. cit., p. 32.

550 BACARERE-BECANE, C, SIECA, E., « L’émergence des armées post-soviétiques : le cas de l’Ouzbékistan », la Lettre d’Asie centrale, n° 5, été 1996, p. 9.

551 “Uzbekistan profits from Sino-Russian rivalry”, op. cit.

552 IISS, The Military Balance 1999-2000, Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 164.

553 IISS, The Military Balance 1992-1993, Oxford, Oxford University Press, 1993, passim et IISS, The Military Balance 1999-2000, op. cit., passim.

554 Idem. Concernant l’Afghanistan, les forces des taliban avaient été estimées à 25 000 hommes. Dans le cadre de l’établissement d’une nouvelle armée nationale, Kaboul envisage la mise en place de forces comptant 60 000 hommes. Elle devrait également établir une force de police de 70 000 hommes et aussi des unités de gardes-frontières (12 000 hommes). D’après CHRISTIE, M., “Afghanistan’s new national army slowly takes shape”, Reuters, June 2, 2002. Sur la mise en place de la nouvelle armée afghane, voir JALALI, A. A., “Rebuilding Afghanistan’s National Army”, Parameters. US Army War College Quarterly, vol. XXXII, n° 3, Autumn 2002, pp. 72-86.

555 ALEXANDROV, M., “Military relations between Russia and Kazakhstan in the post-soviet era (1992-1997)”, Central Asia Monitor, n° 2, 1998, p. 10.

Table des illustrations

Titre 9. Évolution de la part de la Russie dans les exportations des républiques d’Asie centrale 1992-2000190
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 10. Évolution de la part de la Russie dans les importations des républiques d’Asie centrale 1992-2000191
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre 11. Les investissements directs étrangers au Kazakhstan 1993-2001 (en pourcentage du total)268
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 12. Distribution géographique des exportations du Kazakhstan 1995-2001269 (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 13. Distribution géographique des importations du Kazakhstan 1995-2001270 (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 14. Commerce de la République populaire de Chine avec le Kazakhstan, la République kirghize, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Turkménistan 1992-2000336 (en millions de dollars)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 15. La part du Kazakhstan dans les échanges du Xinjiang (in %)340
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 16. La part de la République kirghize dans les échanges du Xinjiang (in %)341
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 17. Importations chinoises de pétrole 1992-1999371 (en millions de tonnes)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 18. Principales sources d’approvisionnements pétroliers de la Chine en 1999372
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 19. Les républiques d’Asie centrale et le Japon 1992-1998435 (en millions de dollars)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 20. Commerce de l’Inde avec le Kazakhstan, la République kirghize, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Turkménistan 1992-2000471 (en millions de dollars)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 21. Les républiques d’Asie centrale et l’Iran 1992-2000507 (en millions de dollars)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 22. Les républiques d’Asie centrale et la Turquie 1992-2000508 (en millions de dollars)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 23. Les républiques d’Asie centrale et le Pakistan 1992-2000509 (en millions de dollars)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 24. Importations et exportations des membres de l’ECO512
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 25. Budget de la défense (en millions de dollars)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 26. Évolution des forces armées entre 1992 et 2000553
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 27. Tableau comparatif forces armées : l’Asie centrale et ses voisins554
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1139/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 141k