Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géopolitique de la nouvelle Asie centrale

 | 
Mohammad-Reza Djalili
, 
Thierry Kellner

II. Transition

Texte intégral

1. Transition politique

1La « transition » en Asie centrale se décline au moins sur trois registres. D’abord, elle se conçoit comme la sortie du modèle politique soviétique dans le but de l’édification d’une structure nationale. On se trouve donc en présence d’une transition politique qui n’est pas nécessairement le passage du totalitarisme à la démocratie, mais plutôt le passage du totalitarisme à un autoritarisme pour cause de construction nationale, ce qui a l’avantage de permettre aux dirigeants de faire l’impasse sur la démocratisation. L’autre visage de la transition est économique. Il s’agit d’amorcer le passage d’une économie socialiste à une économie de marché. Enfin, la transition a aussi une dimension géopolitique qui se traduit à la fois par l’affirmation des nouveaux États sur la scène internationale et par la transformation de cette scène en raison de l’insertion de ces nouvelles entités. Cette transition géopolitique ne peut évidemment se concevoir qu’en tenant compte des évolutions profondes que connaît le contexte global. En ce qui concerne la dimension politique, la « transition » ne correspond donc pas véritablement à une « rupture ». Pour des raisons que nous allons examiner plus bas, la transition ici, plus qu’ailleurs sans doute, doit être analysée en termes de continuité et de changement et non de fracture brutale, de coupure. En effet, plusieurs données bien concrètes nous renvoient d’abord à la continuité. Parmi celles-ci, deux sont primordiales : les élites et les systèmes politiques

a. Les élites

Si nous voulons que tout continue, il faut que d’abord tout change
Giuseppe Tomasi di Lampedusa, Le Guépard.

  • 117 Voir HIRO, D., Between Marx and Muhammad. The Changing Face of Central Asia, London, Harper Collins (...)
  • 118 DONALDSON, R., NOGEE, J.L., The Foreign Policy of Russia. Changing Systems, Enduring Interests, Lon (...)
  • 119 Voir pour le cas des élites kazakhes, ODGAARD, K., SIMONSENJ., “The new Kazak elite” in Contemporar (...)

2Nous avons vu que l’Empire soviétique a principalement éclaté du fait de l’effondrement de son centre et non en raison des contestations émanant de ses périphéries. Mis à part les pays baltes, les autres républiques soviétiques n’ont pas réellement mis en cause l’Union. C’est particulièrement le cas des républiques d’Asie centrale même si ces dernières ont pu exprimer leur opposition à certains aspects de la politique de M. Gorbatchev117. On notera cependant que lors du référendum sur l’avenir de l’Union soviétique organisé par ce dernier en 1991, les républiques d’Asie centrale ont exprimé leur soutien massif à son maintien118. Ces républiques méridionales ont donc accédé à l’indépendance sans l’avoir vraiment sollicité et, pour ainsi dire, par défaut. Cela a entraîné une conséquence importante : du jour au lendemain, les élites très « soviétiques » de ces États, purs produits de la nomenklatura et apparatchiks du parti communiste local, sont devenues les dirigeants et responsables politiques d’États souverains, ayant théoriquement abandonné l’idéologie marxiste-léniniste dans laquelle elles avaient été formées119. En l’absence d’élites nationalistes ayant mené la lutte pour la « décolonisation », comme ce fut le cas trois ou quatre décennies auparavant dans d’autres pays d’Asie ou d’Afrique, ce sont les cadres administratifs soviétiques qui se sont arrogé le pouvoir. Ces élites, qui ont démontré leur capacité à changer très rapidement leur discours, ont par contre beaucoup de mal à modifier leurs comportements et leurs attitudes mentales issues de leurs expériences passées. Cela d’autant plus que les opinions publiques nationales, habituées depuis plusieurs générations au système soviétique et non préparées à l’indépendance, ne formulent généralement pas de demandes particulières en ce sens. Cette inclination au conservatisme s’explique aussi par le fait qu’en Asie centrale, les dirigeants, bien plus « soviétiques » que « communistes », avaient, de longue date, détourné de l’intérieur les institutions soviétiques à leur profit. Cela a abouti à la fois à la mise en place des réseaux clientélistes et à des reconstructions claniques, qui servent toujours plus efficacement tant les populations que les élites au pouvoir. Les cadres soviétiques de pensée, les attitudes mentales ainsi que les habitudes acquises du temps de l’Union risquent de perdurer au sein des élites dirigeantes de ces États. Ce n’est qu’avec le temps, le changement de générations et la montée de nouvelles élites formées après l’accession à l’indépendance des républiques, que l’influence « soviétique » s’estompera peu à peu.

b. Les systèmes politiques

  • 120 Gagnat relève ainsi que pour les Ouzbeks vivant à la campagne – soit la majorité de cette populatio (...)
  • 121 Politics of language in the ex-Soviet Muslim states: Azerbayjan, Uzbekistan, Kazakhstan, Kyrgyzstan (...)
  • 122 “Kyrgyzstan adopts Russian”, CDPSP, vol. 52, n° 21, June 21, 2000, p. 23 et MAKARENKO, T., “Russian (...)
  • 123 En ce qui concerne l’émigration des populations russes d’Asie centrale, on notera qu’elle a été bea (...)
  • 124 Chiffre cité in “Russian state duma delegation visits Kyrgyzstan”, RFE/RL Newsline, October 5, 2001
  • 125 “Russian to be designated as official language in Kyrgyz constitution?”, KFE/RI. Newsline, August 3 (...)
  • 126 “Kyrgyz parliament amends constitution to give russian status of official language”, RFE/RJ. Newsli (...)
  • 127 Voir KORTH, B., “The limits of language revival”, 2001, 8 p. (wwww.cimera.org/en/publications/ind_m (...)

3Malgré certains changements plus cosmétiques que réels, en Asie centrale, les institutions, les techniques de pouvoir, les cadres socio-économiques, les modes de pensée, l’administration, la bureaucratie, etc. sont le produit de l’expérience soviétique. A l’heure actuelle, le « soviétisme », influence toujours d’une certaine manière les systèmes économiques et les structures politiques. Pour la majorité des pays de la région, un système s’apparentant à un régime de parti unique a été maintenu. Dans quelques cas, les parlements restent encore davantage des « soviets suprêmes » que de véritables assemblées législatives. Le culte de la personnalité (du président), poussé à la caricature au Turkménistan, est maintenu de même que des institutions comme le KGB, sans oublier la persistance de la langue de bois. Cet état de choses est peut-être en partie le produit d’une certaine mentalité due à l’Histoire et aux traditions de la région et répond probablement au souhait d’une fraction des populations centrasiatiques120, souvent nostalgiques de l’époque brejnévienne, et soucieuses de conserver ou de retrouver la protection sociale qu’offraient, tant bien que mal, les institutions soviétiques qui ont été « retraditionnalisées » en Asie centrale. Quant au changement, il est à la fois perceptible dans les domaines politique et économique. En matière politique, le signe le plus tangible est le recours au nationalisme. L’indépendance ainsi que la volonté des élites de conserver le pouvoir nécessite tout naturellement le recours à cette idéologie. Ce nationalisme se manifeste surtout par rapport à la langue et à la réécriture de l’histoire. En ce qui concerne la langue, même si le russe demeure encore la langue de communication et de culture, on a assisté en Asie centrale à la promulgation de lois destinées à promouvoir la « langue nationale », qui est toujours la langue de l’ethnie dominante121. Partout on a rejeté la langue du « colonisateur », même parmi les élites qui, en général, manient mieux le russe que leur langue nationale. Toutefois, signe des difficultés auxquelles les républiques sont confrontées depuis l’indépendance, l’Assemblée nationale de la République kirghize a décidé en mai 2000 que le russe serait considéré avec le kirghiz comme une « langue officielle » de la République122. Cette décision visait, entre autres, à freiner l’émigration des populations d’origine russe ou assimilées. Les Russes sont en effet passés d’environ 900 000 individus en 1991 à 670 000 en 2000123. Pour la seule année 2000, environ 20 000 d’entre eux auraient quitté la république124. Face à ce mouvement, en juillet 2001, le président Akaev déclarait que la constitution de la république pourrait être amendée afin que le russe soit considéré comme une langue officielle du pays125. Cette mesure a été adoptée par les deux chambres de la République en octobre et novembre 2001, si bien que le pays est à présent officiellement bilingue126. Le russe est par ailleurs très largement utilisé dans le pays, au point que de nombreux observateurs considèrent en fait le Kirghiz comme la langue de la minorité, même s’il est politiquement correct de la pratiquer127.

  • 128 Détails in “Presidents decree encourages ethnic Kyrgyz migration to Kyrgyzstan”, Kabar news agency (...)
  • 129 Voir MEGORAN, N., “Language and ethnicity in Kyrgyzstan”, Eurasia Insight, June 6, 2000.
  • 130 GOBLE, P., “The politics of language”, RFE/RI, August 4, 2000.

4Parallèlement à la décision de mai 2000, la République kirghize avait aussi annoncé son intention d’accueillir les Kirghizes d’Afghanistan. En août 2001, le président Akaev publiait également un décret destiné à faciliter l’installation dans le pays des populations kirghizes provenant de l’étranger128. Ces décisions illustrent la tension qui existe entre la volonté de faire de la République kirghize le foyer national de l’ensemble des populations d’orgine kirghize et la nécessité de ménager les populations d’origine russe ou assimilées dont le pays a besoin en raison de leurs compétences économiques ou techniques129. Contrairement à l’attitude de Bichkek, le Turkménistan a pour sa part renforcé ses exigences en matière linguistique puisqu’il a décidé à l’été 2000 d’imposer à tous les officiels l’obligation de s’exprimer en turkmène130. Cette décision pourrait exposer le pays à des difficultés avec les populations d’origine russe qui représentaient encore en 2000 environ 7 % du total de la population du pays.

  • 131 Voir DUDOIGNON, S. A., « Changements politiques et historiographie en Asie centrale (Tadjikistan et (...)
  • 132 Voir pour le Kazakhstan, EITZEN, H. C, “Nawrïz in Kazakstan: scenarios for managing diversity” in C (...)
  • 133 Concernant le travail sur l’identité kazakhe, voir ANDRUSZ, G., DRESSI.ER, W., TAYLOR, M., « Le Kaz (...)
  • 134 BEEMAN, W.O., “The struggle for identity in Post-Soviet Tajikistan”, Meria, vol. 3, n° 4, December (...)

5De manière générale, la politique de promotion des langues de l’ethnie dominante en Asie centrale s’accompagne aussi d’une tentative de dérussification des langues nationales en remplaçant les mots empruntés au russe par des mots anciens ou par des néologismes. Le changement d’alphabet fait aussi partie du retour au nationalisme linguistique. Certains pays, comme l’Ouzbékistan et le Turkménistan, ont opté pour l’alphabet latin, tandis que le Kazakhstan maintient l’alphabet cyrillique, que la République kirghize hésite et que le Tadjikistan a opté pour le retour progressif à l’alphabet arabo-persan. Le nationalisme linguistique rencontre aussi des limites qui ne s’expliquent pas uniquement par les difficultés ou par rapport à la langue russe – maintenue comme langue de communication, et non pas deuxième langue, au Kazakhstan et au Tadjikistan –, mais encore une fois par rapport au passé soviétique. Ainsi, il n’y a pas de retour au persan ni à l’ancienne langue turque d’Asie centrale, le Chaghatay, mais un maintien des différences linguistiques introduites au temps de l’Union soviétique. Enfin, en ce qui concerne l’histoire, la réinterprétation du passé fait ici, comme partout ailleurs, partie intégrante de l’affirmation nationale depuis les indépendances131. Mais les élites formées à l’école soviétique progressent avec difficulté dans cet exercice. Convaincues de la justesse des thèses soviétiques prônant l’existence de liens indéfectibles entre ethnie et nation, elles ont beaucoup de mal à se référer aux entités politiques traditionnelles comme les khanats, principautés prémodernes fondées sur la loyauté dynastique, l’islam ou au multiethnisme. Ce dernier aspect pose un véritable problème du fait de la théorie dominante chez les historiens soviétiques, à savoir que l’ethnie est un invariant à travers tous les âges et à travers différents modes de production. En d’autres termes, cela signifie que le territoire actuel a toujours été habité par l’ethnie actuellement dominante. Ce qui, bien entendu, pose des problèmes importants à la réécriture historique. Les changements les plus notoires durant ces années d’indépendance concernent la réinvention des traditions anciennes, comme par exemple la fête de Nowrouz, le nouvel an du monde iranien132, la valorisation de certains mythes et légendes (comme Manas, épopée dont on a célébré le millénaire en 1995 en République kirghize ou la mise en valeur des Huns au Kazakhstan)133 ; ou encore la référence à des personnages historiques (Tamerlan, Ulug Beg et Babour en Ouzbékistan), à des poètes comme Navoï en Ouzbékistan, Maghtumkuli au Turkménistan et Rudaki au Tadjikistan, ou à des dynasties glorieuses comme les Samanides au Tadjikistan134. Le zoroastrisme antique et les hommes de lettres et de sciences persanophones sont également vantés au Tadjikistan. La colonisation russe est soumise à la critique et souvent présentée sous un angle négatif. Enfin, certains dirigeants communistes « nationaux » tombés dans la disgrâce comme Rachidov, qui fut premier secrétaire du parti communiste d’Ouzbékistan de 1959 à 1983, sont aujourd’hui réhabilités. Ils sont généralement présentés comme des victimes de la politique de Moscou et des patriotes.

2. Transition économique et crise sociale

  • 135 Pour l’ensemble de l’URSS, environ 11,1 % de la population vivait sous le seuil de pauvreté. Au Kaz (...)
  • 136 Voir KASER, M. C, The Central Asian economies after independence, London, Royal Institute of Intern (...)
  • 137 Voir HAGHAYEGHI, M., The economies of the Central Asian republics, Basingstoke, Macmillan, 1999, 27 (...)

6En 1991, au moment de la dissolution de l’Union soviétique, les républiques d’Asie centrale formaient, avec l’Azerbaïdjan, le groupe de républiques socialistes le plus pauvre de l’Union. Elles comptaient également le plus important pourcentage de population vivant sous le seuil de pauvreté135. Avec l’indépendance, cette situation ne s’est pas améliorée. Les États d’Asie centrale se sont retrouvés confrontés à de graves difficultés économiques136. Aucune des républiques centrasiatiques n’était préparée à entrer dans l’économie de marché. Leur économie était en fait intégrée dans un espace économique et une structure plus vaste, l’Union Soviétique, qui avait généralement organisé la production au profit du centre et de sa puissance sur l’échiquier international. Moscou intervenait toutefois en cas de problème afin d’aider les républiques en difficulté. Les républiques socialistes d’Asie centrale, isolées de l’économie globale, étaient ainsi essentiellement productrices de matières premières ou de produits agricoles (coton) destinés aux régions plus industrielles de la partie européenne de l’URSS. Étant donné la place qu’elle occupait dans la division du travail instituée au sein de l’empire soviétique, l’Asie centrale avait acquis de nombreuses caractéristiques d’une dépendance de type colonial. Avec la fin de l’Union, le « centre » a disparu, alors que les républiques ont hérité d’une structure de production dont la logique ne correspond pas à celle d’une économie nationale. Outre ce handicap structurel, sur le plan des mentalités, il n’existait pas non plus de « mémoire » de l’économie traditionnelle et de marché pouvant servir de socle à la transition économique. Malgré plus de dix ans d’indépendance, les acteurs continuent aujourd’hui encore à se conformer à des modèles normatifs hérités de l’URSS. Il n’est donc guère étonnant que les États d’Asie centrale demeurent confrontés à des défis économiques considérables137.

  • 138 ABD, Asian Development Outlook 2000, Hong Kong, Oxford University Press, 2000, pp. 72-85. Voir UNDP (...)

7Sur le plan social, depuis 1991, la population doit faire face à une chute substantielle de son niveau de vie. Les inégalités se sont creusées. Une grande partie des habitants de l’Asie centrale, mais aussi de l’Azerbaïdjan voisin, vit au-dessous du seuil de pauvreté (officiellement 60 % en Azerbaïdjan, 83 % au Tadjikistan, 48 % au Turkménistan, 43 % au Kazakhstan et 50 % en République kirghize, 23 % en Ouzbékistan)138.

  • 139 Poverty Reduction, Growth and Debt Suslainability in Low-Income CIS Countries, Prepared jointly by (...)

3. La crise sociale en Asie centrale et au Caucase139
(en pourcentage de la population totale)

3. La crise sociale en Asie centrale et au Caucase139(en pourcentage de la population totale)
  • 140 Voir le cas du Tadjikistan in MASHTA, O., “Building capacity for primary care in, Tajikistan”, The (...)
  • 141 GURGEN, E., SNOEK, H„ CRAIG.J., McHUGH, J., IZVORSKI, I., van ROODEN, R., Economic Reforms in Kazak (...)

8Le système éducatif, le système de santé140 mais aussi celui des pensions se sont détériorés par rapport à l’époque soviétique. Résumant la période de transition économique, le FMI constatait récemment que “per capita incomes ranged from just over 50 percent (Tajikistan) to about 90 percent (Kazakhstan) of the Soviet average, while social indicators, such as life expectancy, infant morlality, health facilities, and housing conditions, were considerably worse in most cases141. A titre d’exemple du niveau de vie des populations centrasiatiques, le salaire mensuel s’élevait en 1998 au Kazakhstan à 127 US $, contre 58 US $ en Ouzbékistan, 54 US $ au Turkménistan, 37 US $ en République kirghize et 12 US $ au Tadjikistan. Ces chiffres ne tiennent cependant pas compte des revenus générés par l’économie parallèle dont de nombreux habitants tirent des moyens de subsistance supplémentaires. L’importance de ces revenus est cependant délicate à évaluer.

  • 142 S. Niyazov in KHALOVA, G.O., ORAZOV, M.V., “Economic reforms and macro-economic policy in Turkmenis (...)
  • 143 Voir le cas du Turkménistan in LUBIN, N., “Energy wealth, development, and stability in Turkmenista (...)
  • 144 Voir les premiers signes d’amélioration économique in “Tajik economy shows signs of life as politic (...)
  • 145 On est passé d’une inflation de 2 963 % en 1992 au Kazakhstan à 11,3 en 1997, en République kirghiz (...)
  • 146 Le processus de privatisation est en standlry dans le pays. Le choix d’une politique de privatisati (...)
  • 147 POMFRET, R., “Living standards in Central Asia”, op. cit., p. 400.
  • 148 Voir “Will Uzbekistan liberalize its economy this year”, Jamestoum Monitor, vol. 6, n° 50, March 10 (...)
  • 149 HORTON, S., “Is Kazakhstan taking reform seriously”, Central Asia Monitor, n° 3, 1999, pp. 1-5.
  • 150 “Life getting better in Kazakhstan”, Jamestoum Monitor, vol. 6, n° 26, February 7, 2000.

9Sur le plan des réformes économiques, deux tendances se sont développées en Asie centrale. Le Kazakhstan et la République kirghize ont opté pour une « thérapie de choc », suivant les programmes préconisés par le FMI, alors que l’Ouzbékistan et le Turkménistan adoptaient une approche plus graduelle que le président Niyazov résume par cette formule “we dont need revolution ; we’re for evolution142. Au vu des résultats, on peut cependant s’interroger sur le fait de savoir si ce « gradualisme » ne cache pas en fait un véritable immobilisme143. Enfin, au Tadjikistan, la guerre civile qui a déchiré le pays jusqu’en 1997 a empêché la mise en place de réformes144. En ce qui concerne la transition économique en Asie centrale, le bilan des dix dernières années est mitigé. Si la chute de l’économie a été freinée, l’inflation en partie maîtrisée145 et la privatisation entamée dans certaines des républiques comme le Kazakhstan146 et la République kirghize, d’importantes difficultés demeurent. Au Kazakhstan, les observateurs s’inquiètent, depuis la seconde moitié des années 1990, de l’échec de la république à établir une structure adéquate au fonctionnement d’une réelle économie de marché. En fait, le problème de la « bonne gouvernance » se pose pour toute la zone. R. Pomfret signale qu’au Kazakhstan, les agents du gouvernement profitent ainsi de leur position pour s’enrichir plutôt que de s’occuper de la mise en œuvre de la loi ou d’assurer le fonctionnement des services publics. En ce qui concerne les privatisations, il ajoute qu’elles ont largement bénéficié aux initiés, membres de l’ancienne nomenklatura, sans amélioration véritable de l’efficacité des entreprises147. Le Kazakhstan, comme la République kirghize, acceptent néanmoins la convertibilité de leur monnaie. Les prix dans ces pays sont largement déterminés par le marché. Au Turkménistan et en Ouzbékistan, les réformes des entreprises et des prix n’ont avancé qu’à petits pas. L’ensemble des républiques ne renoue avec la croissance économique que très lentement. Certains chiffres officiels de la croissance seraient d’ailleurs surévalués, notamment dans le cas de l’Ouzbékistan148. La crise financière russe de l’été 1998 a également produit des effets négatifs sur les économies de la région. Le Kazakhstan par exemple a été forcé de dévaluer sa monnaie au printemps 1999. Ce pays a par ailleurs connu une croissance négative pour l’ensemble de l’année 1998. Pour faire face à ce problème, Astana a augmenté ses tarifs douaniers afin de réduire les importations, ce qui a provoqué une véritable guerre douanière dans la région149. La situation économique de la république s’est quelque peu redressée en 1999, en raison de la hausse des prix du pétrole, d’une bonne récolte, de la reprise en Russie, de l’accroissement de la production industrielle et de la dévaluation du Tenge, la monnaie nationale, qui a favorisé les exportations150. La forte croissance enregistrée en 1999 au Turkménistan est quant à elle liée à la reprise des livraisons de gaz turkmène à l’Ukraine. Elle démontre à quel point ce pays reste dépendant de l’exportation d’un seul produit.

  • 151 EBRD, Transition report update, London, May 2000, p. 4.

4. Croissance du PNB 1992-2000151
(en %)

4. Croissance du PNB 1992-2000151(en %)
  • 152 Voir POMFRET, R. W. T, Central Asia turns south?: trade relations in transition, London, Royal Inst (...)
  • 153 POMFRET, R., “Living standards in Central Asia”, op. cit., p. 398.

10On relèvera de manière générale que les performances commerciales des républiques sont décevantes152. R. Pomfret note ainsi leur incapacité à trouver de nouveaux marchés pour leurs exportations153. Comme le montre le tableau ci-dessous, les économies d’Asie centrale, malgré plus d’une décennie de transition, n’ont pas encore retrouvé leur niveau d’avant l’indépendance

  • 154 EBRD, Transition report update, op. cit., p. 4.

5. Niveau de PNB réel154
(1989 = 100)

5. Niveau de PNB réel154(1989 = 100)
  • 155 EBRD, Transition report update, op. cit., p. 15. En Asie centrale et dans la zone Caspienne, les in (...)

6. Investissements directs étrangers 1992-2000155
(en millions de dollars)

6. Investissements directs étrangers 1992-2000155(en millions de dollars)
  • 156 EBRD, Transition report 1999, Ten years of transition, London, November 1999, p. 24. La part croiss (...)

7. Part du secteur privé dans le PIB en 1999156
(en %)

7. Part du secteur privé dans le PIB en 1999156(en %)
  • 157 OLCOTT, M. Brill, “Pipelines and pipe dreams: energy development and Caspian society”, Journal of I (...)
  • 158 Il est difficile d’évaluer le taux de chômage réel dans les pays d’Asie centrale. Ainsi, au Kazakhs (...)
  • 159 OLCOTT, M. Brill, “Pipelines and pipe dreams: energy development and Caspian society”, op. cit., p. (...)
  • 160 ABAZOV, R., “Problems of economic transition in the CIS: the case of Kyrgyzstan”, Russian and Euro- (...)
  • 161 Voir détails in POMFRET, R, “Living standards in Central Asia”, op. cit., pp. 402-408.

11On peut également relever le fait que l’application d’une politique économique portant des fruits au niveau macroéconomique n’implique pas ipso facto une amélioration réelle des conditions de vie des populations locales. Les inégalités très importantes dans tout l’espace de l’ex-URSS rendent les statistiques trompeuses. Par exemple, le niveau de vie moyen des habitants peut augmenter même lorsque le pourcentage de la population vivant au-dessous du seuil de pauvreté s’accroît157. Le cas de la République kirghize est à ce sujet éclairant. Bichkek, qui a été avec la Lituanie le premier pays de l’ex-union soviétique à entrer à l’Organisation mondiale du commerce le 20 décembre 1998, a en effet choisi de suivre, en matière de réforme économique, la voie de la « thérapie de choc ». Si ce choix a conduit à une reprise de la croissance économique à partir de 1996, elle ne s’est cependant pas traduite par une amélioration des conditions de vie de la population. Au contraire, la situation sociale s’est fortement dégradée ces dernières années. Le pouvoir d’achat s’est effondré. L’augmentation des prix, l’hyperinflation, la montée du chômage158 estimé entre 18 et 21 % et le paiement irrégulier des salaires ont contribué à une forte croissance de la pauvreté dans le pays. La BERD a ainsi noté qu’entre 1993 et 1996, période de décollage économique, la proportion de la population kirghize vivant avec moins de 40 US dollars par mois était passée de 40 % à 60 %159. Selon les statistiques du National Statistical Committee de la République kirghize, dans les années 1990, environ 71 % de la population vivait en fait sous le seuil de pauvreté160. En 1998, le PNB par habitant a été estimé à 350 US $, équivalent au Tadjikistan et inférieur à celui des autres républiques centrasiatiques (870 US $ en Ouzbékistan et 1310 US $ au Kazakhstan pour 1998 et 390 US $ pour le Turkménistan en 1997). La pauvreté n’est cependant pas répartie de manière uniforme sur l’ensemble du territoire kirghiz. Le taux de pauvreté est ainsi beaucoup plus important dans le sud du pays qu’à Bichkek, dans les campagnes que dans les villes et chez les Kirghizs que chez les Russes établis dans le pays161. Ces disparités constituent autant de fractures dans la société kirghize, fractures qui pourraient un jour se traduire dans le champ politique.

  • 162 Voir dans le cas de l’Azerbaïdjan, les mécanismes de mainmise du clan présidentiel sur le secteur p (...)
  • 163 Selon une étude de Transparency International, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et la République kirghi (...)
  • 164 FRANTZ, D., “In Azerbaijan’s new world, an old fox clings to power”, New York Times, July 23, 2000.

12Alors qu’une remontée économique s’amorçait en 1997-1998, la crise financière russe de l’été 1998 a provoqué une nouvelle contraction de l’économie kirghize. Les exportations, dont une partie est toujours destinée au marché russe, ont fortement chuté. La monnaie nationale, le som, a pour sa part perdu 35 % de sa valeur. Outre cette contraction conjoncturelle de l’économie qui pourrait néanmoins être en partie compensée par une reprise en 2000, le programme de privatisation suivi par la République kirghize a également produit des effets pervers qui jettent une ombre sur l’avenir. Selon certains observateurs, comme dans le cas du Kazakhstan, il aurait en fait permis à l’ancienne nomenklatura de l’époque soviétique de concentrer les richesses du pays entre ses mains. Ce problème d’accaparement des richesses par la bureaucratie ou dans d’autres cas par le clan ou les proches du Président162 ainsi que celui de la corruption endémique163 éclairent les difficultés de la transition économique de l’ensemble de l’Asie centrale. Si la situation de crise sociale liée à une transition économique perçue par la population comme profitant essentiellement à un petit groupe se prolonge, les républiques d’Asie centrale pourraient se trouver confrontées à une montée de l’agitation sociale. Le Kazakhstan et la République kirghize qui ménagent un espace restreint à la contestation ont d’ailleurs déjà connu des mouvements de protestations populaires et des grèves organisés par les « victimes » des réformes. Il semble clair que la croissance de la corruption mais aussi les promesses inconsidérées que certains dirigeants centrasiatiques ont faites à leurs concitoyens – concernant les retombées économiques fabuleuses du développement des hydrocarbures – et qui tardent à se matérialiser pourraient engendrer la désillusion parmi les populations et accroître un mécontentement déjà latent164.

  • 165 Voir à ce sujet Pocketing Caspian Black Gold, Who are the real beneficiaries of oil infrastructure (...)
  • 166 En 1997, les habitants ruraux représentaient 44 % de la population totale de l’Azerbaïdjan, 40 % de (...)
  • 167 On compte ainsi que la moitié des ressources du budget de l’État en Azerbaïdjan provient des rentré (...)

13De manière générale, l’expérience montre que la rente générée par les hydrocarbures n’a pas que des effets bénéfiques. Souvent, les conséquences négatives de cette rente sur l’économie contrebalancent les résultats positifs. Dans le domaine politique également, les revenus provenant des hydrocarbures provoquent parfois de graves problèmes. Ainsi, une distribution asymétrique des rentrées peut exacerber la lutte politique au sein de l’Etat entre factions ou clans rivaux mais aussi entre régions. Du point de vue politique, les retombées économiques de la rente peuvent également être utilisées par les gouvernants afin de consolider leur pouvoir et d’accroître leur capacité de contrôle sur la société par l’intermédiaire, entre autres, du renforcement des moyens de répressions. La rente risque également de renvoyer les réformes démocratiques et économiques aux calendes grecques. L’exemple des Etats pétroliers du Moyen-Orient fournit une bonne illustration de ces tendances. Sur le plan international, l’afflux de rentrées financières dans un État peut remettre en cause l’équilibre régional en transformant la puissance relative de ce dernier. Dans cette perspective, les tensions ne sont pas à exclure avec des voisins moins bien dotés. Enfin, en cas de retombées financières liées à l’exploitation des hydrocarbures, il n’est pas non plus certain que les populations locales en bénéficient beaucoup165. Seuls les groupes urbains spécialisés dans le secteur de l’exploitation des ressources énergétiques ou dans des activités annexes tireront profit des rentrées financières liées à l’exploitation de ces richesses, au contraire des campagnes qui abritent pourtant encore une grande partie des populations centrasiatiques166. Les retombées de l’essor du secteur des hydrocarbures risquent simplement d’échapper à la majorité des populations centrasiatiques, pour ne profiter en fait qu’à certains secteurs d’activités économiques, aux élites au pouvoir et aux bureaucraties liées à l’État. L’accroissement de l’écart entre les riches et les pauvres, mais aussi entre les villes et les campagnes qui en résultera ne pourra qu’alimenter la rancœur des laissés pour compte du système, augmentant du même coup les risques d’instabilité sociale. Dans une perspective à long terme, la dépendance des économies d’Asie centrale, de même que celle de l’Azerbaïdjan167, vis-à-vis des exportations de matières premières, énergétiques ou autres, risque de créer des problèmes difficiles à résoudre sans une politique volontariste.

  • 168 COVILLE, T., « Le monde turcopersan sous le choc de la crise asiatique », Le Monde, 31 mars 1998.

8. Part des matières premières dans les exportations des républiques d’Asie centrale168

8. Part des matières premières dans les exportations des républiques d’Asie centrale168
  • 169 Voir KARL, T. L., The paradox of plenty: oil booms and petro-states, Berkeley, University of Califo (...)
  • 170 Voir “Kazakhstan: Economic update”, Turkistan Newsletter, vol101 : 067, July 25, 2000.

14En effet, les républiques d’Asie centrale seront extrêmement vulnérables aux fluctuations des prix de ces matières sur le marché international. La diversification de l’économie constitue le seul moyen d’échapper à cette dépendance. La base industrielle de ces pays étant relativement faible, la tâche risque d’être particulièrement délicate. Même dans l’éventualité d’un essor de l’exportation des productions énergétiques, la tâche des États d’Asie centrale en matière économique ne sera guère aisée. Les économistes parlent à leur propos du risque de « syndrome hollandais » (Dutch Disease), c’est-à-dire du risque de voir le boom pétrolier marginaliser le reste de l’économie169. Astana a semble-t-il commencé à prendre conscience de ce danger. Pour y faire face, elle envisage de créer un fonds destiné à lutter contre une trop grande appréciation de sa monnaie nationale. Cette appréciation risquerait en effet de rendre les autres secteurs de l’économie kazakhe moins compétitifs et d’accroître ses importations de produits à bon marché. Ce fonds offshore aurait aussi pour vocation de financer des infrastructures et d’aider à la diversification de l’économie grâce aux revenus provenant des hydrocarbures. Il serait également destiné à assurer l’avenir des prochaines générations170. La pratique seule nous dira si Astana est capable de mettre en œuvre ce type de solution pour l’instant encore théorique. La transition économique est donc encore loin d’être achevée. Quoi qu’il en soit, pour les pays détenteurs d’hydrocarbures (Kazakhstan, Turkménistan, Azerbaïdjan), l’avenir économique paraît moins sombre même s’il faut rester prudent. L’expérience des autres pays pétroliers n’est en effet guère encourageante. Sur le plan régional, les disparités économiques entre les États qui possèdent des hydrocarbures et ceux qui n’en ont pas vont sans doute croître. Pour les pays moins bien lotis par la providence géologique, rien n’est réglé. Le chemin du développement économique risque d’être encore long et parsemé d’embûches.

3. Transition géopolitique

  • 171 TAYLOR, P.J., Britain and the Cold War: 1945 as Geopolitical Transition, London, Pinter, New York, (...)
  • 172 TAYLOR, P.J., Geopolitical world orders in Political Geography of the Twentieth Century. A Global A (...)
  • 173 Idem, pp. 39 et ss.
  • 174 ROSENAU, J., Turbulence in world politics: a theory of change and continuity, New York, London [etc (...)
  • 175 Voir DJALILI, M.-R., « Emergence du Caucase et de l’Asie centrale, recomposition du paysage régiona (...)
  • 176 Concernant les idées de Mackinder voir MACKINDER, H.J., “The Geographical Pivot of History”, Geogra (...)
  • 177 Selon l’expression de Françoise Aubin in « Donneurs ou preneurs, quelques réflexions sur le jeu des (...)

15L’expression « transition géopolitique » trouve son origine dans la littérature anglo-saxonne où elle a été utilisée pour décrire un épisode-clé du processus historique au cours duquel une puissance hégémonique, en l’espèce les États-Unis, a succédé à une autre, la Grande-Bretagne, à l’intérieur de la structure politico-économique mondiale171. Dans le cadre de cet ouvrage, l’expression « transition géopolitique » que nous avons choisie comme titre de cette section s’applique au passage (transitio) actuellement en cours d’un ordre géopolitique mondial à un autre, l’ordre géopolitique mondial étant défini comme une distribution relativement stable de la puissance politique dans le monde172. Sur le plan historique, les auteurs ont relevé au cours du vingtième siècle l’existence de deux ordres géopolitiques mondiaux successifs. Le premier, baptisé « ordre géopolitique de la succession britannique » par Peter Taylor, a été suivi chronologiquement par l’ordre géopolitique de la guerre froide173. C’est à l’effondrement de ce dernier que nous avons assisté à partir de 1989 du fait de l’implosion du bloc soviétique. Depuis ce moment, l’« ordre » géopolitique mondial est entré dans une phase de transition. Ce processus dynamique de recomposition d’un nouvel ordre géopolitique est caractérisé par l’incertitude, l’apparition de turbulences dans les relations internationales pour reprendre une expression de J. Rosenau174, par la fluidité de ces relations, le métamorphisme (de grec méta : le changement, la succession, et morphê, la forme) du système international et une tendance à la néguentropie, c’est-à-dire à la réorganisation du désordre actuel vers un nouvel ordre. Dans le cadre de l’Asie centrale qui nous préoccupe ici, la disparition de l’ordre géopolitique de la guerre froide a produit des conséquences majeures. Elle signifie la réémergence d’une région sur l’échiquier international, d’où elle était absente depuis son intégration à l’empire des Tsars puis à l’Union soviétique. Le retour sur la scène internationale d’une région géographique de cette ampleur constitue un phénomène d’une portée exceptionnelle. Comme certains observateurs l’ont remarqué depuis 1991, il dépasse en effet la simple reconnaissance par la communauté internationale de cinq nouveaux États (Kazakhstan, République kirghize, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan) n’ayant pas d’existence préalable sur le plan international. L’enjeu est de taille, car il appelle à une recomposition géopolitique complète d’un espace géographique dont l’importance dépasse largement les limites territoriales de ces cinq nouvelles républiques175. Les États d’Asie centrale occupent en effet une situation géographique particulière. Elles forment une partie de ce que le géopoliticien britannique Halford Mackinder appelait dans un célèbre article datant de 1904, le “Geographical pivot of History rebaptisé par la suite dans ses travaux “Heartland, cœur de “l’lle Mondiale dont la domination assurerait à terme, selon lui, le contrôle du monde. Sans entrer dans une discussion sur les thèses de Mackinder, il faut toutefois bien reconnaître la centralité de cet espace. En effet, il est non seulement situé géographiquement au cœur de la masse continentale euro-asiatique mais aussi au carrefour de civilisations millénaires et de voies historiques d’échanges économiques, religieux et culturels entre l’Europe, l’Orient et l’Asie (axe est-ouest, les Routes de la Soie) mais aussi entre l’Orient et le monde slave (axe nord-sud). Adossé au Moyen-Orient et à la Chine, surplombant le sous-continent indien et longeant le « ventre mou » de la Russie, il peut être considéré comme un pont géographique et stratégique entre l’Asie, le Moyen-Orient et l’Europe176. Si l’intégration de cet espace à l’URSS et ensuite la période de guerre froide l’avaient réduit à l’état d’“hinterland amorphe177 en l’isolant du reste du continent euro-asiatique, la disparition de l’Union soviétique transforme radicalement la situation de l’ensemble de la région. L’émergence de l’Asie centrale remet dès lors en cause l’équilibre géopolitique du sous-système régional du continent.

16Les événements du 11 septembre 2001 marquent la fin d’une première période de transition de l’après-guerre froide et inaugurent peut-être en même temps un nouvel épisode de l’histoire mondiale. En Asie centrale, où ces événements, nous le verrons, ont eu des répercussions directes et importantes, ils se traduisent par une recomposition géopolitique fondamentale marquée par la pénétration directe des Etats-Unis dans cet espace pour la première fois dans l’histoire. Nous sommes donc en quelque sorte en présence d’une nouvelle « transition » dans la transition inaugurée par la fin de l’Union soviétique.

17La « transition géopolitique » en cours, encore renforcée par les conséquences des attentats du 11 septembre, est ressentie avec une acuité particulière en Asie centrale. Les nouvelles républiques vont effectivement devoir intégrer un système international en pleine mutation, dans une situation historique particulière qui les oblige à affronter en même temps les problèmes résultant de la rupture avec un « centre » avec lequel elles étaient liées depuis plus d’un siècle et demi. Les réajustements géopolitiques ne s’opèrent cependant pas du jour au lendemain. Le passé ne s’estompe pas aussi rapidement qu’il y paraît et il est clair que le legs soviétique va continuer de peser sur la région. Cependant, à l’homophonie de la période soviétique a succédé la polyphonie de la transition. Depuis 1991, les républiques d’Asie centrale et leurs voisins sont à nouveau en contact. Il s’agit de tisser des liens là où il n’y en avait plus. Les facteurs linguistique, ethnique, culturel, historique et géographique devraient permettre aux nouveaux États d’Asie centrale de renouer avec un environnement dont ils avaient été séparés depuis plus de 150 ans par l’impérialisme de la Russie, puis par leur inclusion dans l’Union soviétique. Dans ce processus de recomposition caractérisé par l’incertitude, des périodes de retrouvailles, marquées par l’enthousiasme, suivies par des moments de déception et de désenchantement se succéderont avant que la situation ne se stabilise sur le plan régional. Nous verrons plus loin ce qu’il en est actuellement de cette reconfiguration.

Notes

117 Voir HIRO, D., Between Marx and Muhammad. The Changing Face of Central Asia, London, Harper Collins Publishers, 1995, XXVIII-404 p. Dans la cas du Kazakhstan voir LEMERCIER-QUELQUEJAY, C., « Le monde musulman soviétique d’Asie centrale après Alma-Ata (décembre 1986) », Cahiers du Monde russe et soviétique, vol. XXXII, n° l, janvier-mars 1991, pp. 117-122 et KUZIO, T., “Nationalist riots in Kazakhstan”, Central Asian Survey, vol. 7, n° 4, 1988, pp. 79-100. Concernant la montée du nationalisme en Ouzbékistan pendant la période de la Pérestroïka, voir CRITCHLOW, J., Nationalism in Uzkekistan: A Soviet Republic's Road to Sovereignty, Boulder, Oxford, Westview Press, 1991, 229 p. Concernant la situation de l’Azerbaïdjan où les relations avec M. Gorbatchev ont été très tendues, voir HIRO, D., Belween Marx and Muhammad. The Changing Face of Central Asia, op. cit., pp. 78-93 et l'épisode du « janvier noir » de 1990 où l’Armée rouge est violemment intervenue à Bakou voir ALTSTADT, A.L., The Azerbaijani Turks. Power and Identity under Russian Rule, Stanford, Hoover Institution Press and Stanford University, 1992, pp. 213-219.

118 DONALDSON, R., NOGEE, J.L., The Foreign Policy of Russia. Changing Systems, Enduring Interests, London, New York, M.E. Sharpe, 1998, p. 170.

119 Voir pour le cas des élites kazakhes, ODGAARD, K., SIMONSENJ., “The new Kazak elite” in Contemporary Kazaks: cultural and social perspectives, edited by Ingvar Svanberg, New York, St. Martin Press, 1999, pp. 17-45.

120 Gagnat relève ainsi que pour les Ouzbeks vivant à la campagne – soit la majorité de cette population –, la vie rurale est une véritable école de la soumission. La structure patriarcale de la société ouzbèke n’incite guère à la protestation face à l’autorité. Voir ses remarques à propos de l’Odob (le code de conduite non écrit des Ouzbeks) et de la vie rurale in CAGNAT, R., La rumeur des steppes Aral, Asie centrale, Russie, op. cit., pp. 82-85. Sur les systèmes politiques en Asie centrale et les mentalités des populations centrasiatiques voir Idem, pp. 219-224.

121 Politics of language in the ex-Soviet Muslim states: Azerbayjan, Uzbekistan, Kazakhstan, Kyrgyzstan, Turkmenistan, Tajikistan, edited by Jacob Landau and Barbara Kellner-Heinkele, London, C. Hurst, 2001, xiv-260 p.

122 “Kyrgyzstan adopts Russian”, CDPSP, vol. 52, n° 21, June 21, 2000, p. 23 et MAKARENKO, T., “Russian language in Kyrgyzstan: balancing security with economics”, in Turkistan Newsletter, vol. 4, n° 102, May 16, 2000.

123 En ce qui concerne l’émigration des populations russes d’Asie centrale, on notera qu’elle a été beaucoup moins importante que prévu sauf au Tadjikistan, en raison de la guerre civile qui a ravagé le pays. Selon Nezavisimaya gazeta, la population russe du Kazakhstan est passée de 6 062 000 personnes en 1989 à 4 479 600 en 1999 ; en République kirghize, elle est passée pendant la même période de 916 600 personnes à 603 200 ; au Tadjikistan de 388 500 à 145 000 ; au Turkménistan de 333 900 à 240 000 et en Ouzbékistan de 1 653 500 à 1 150 000. Certains Russes ayant quitté l’Asie centrale au début des années 1990 y seraient en fait retournés. Deux cent mille Russes auraient ainsi regagné le Kazakhstan en 2001. Comme le remarquaient déjà Pierre Gentelle et Pierre Chuvin en 1998, « l’accession de ces Etats à l’indépendance n’a toujours pas provoqué le départ en masse des habitants originaires de l’ancienne puissance coloniale ou assimilés à celle-ci » in CHUVIN, P., GENTELLE, P., Asie centrale: l’indépendance, le pétrole et l’islam, op. cit., p. 99. Chiffres tirés de GOBLE, P., “Russian presence in former republics declines”, RfE/RL, August 9, 2001 et “Over 200 000 ethnic Russians returned to Kazakhstan in 2001”, Interfax, May 27, 2002.

124 Chiffre cité in “Russian state duma delegation visits Kyrgyzstan”, RFE/RL Newsline, October 5, 2001.

125 “Russian to be designated as official language in Kyrgyz constitution?”, KFE/RI. Newsline, August 3, 2001.

126 “Kyrgyz parliament amends constitution to give russian status of official language”, RFE/RJ. Newsline, October 22, 2001 et “Kyrgyzstan upgrades status of Russian language”, RFE/RE Newsline, November 26, 2001.

127 Voir KORTH, B., “The limits of language revival”, 2001, 8 p. (wwww.cimera.org/en/publications/ind_mira_23.htm).

128 Détails in “Presidents decree encourages ethnic Kyrgyz migration to Kyrgyzstan”, Kabar news agency in BBC, August 30, 2001. D’après cet article, la population Kirghize s’est accrue de 900 000 individus entre 1991 et 2001. Une partie de cet accroissement provient de l’émigration des Kirghizs ethniques sur le territoire de la République kirghize. Pour l’année 1999-2000, 42 000 Kirghizs seraient ainsi arrivés dans le pays. Les populations kirghizes migrantes proviendraient principalement du Tadjikistan, du Kazakhstan, d’Ouzbékistan, de Russie et de Chine.

129 Voir MEGORAN, N., “Language and ethnicity in Kyrgyzstan”, Eurasia Insight, June 6, 2000.

130 GOBLE, P., “The politics of language”, RFE/RI, August 4, 2000.

131 Voir DUDOIGNON, S. A., « Changements politiques et historiographie en Asie centrale (Tadjikistan et Uzbekistan, 1987-1993) », CEMOTI, n° 16, juillet-décembre 1993, pp. 85-134 ; HEGARTY, S., “The rehabilitation of Temur: reconstructing national history in contemporary Uzbekistan”, Central Asia Monitor, n° 1, 1995 ; ROY, O., La nouvelle Asie centrale ou la fabrication des nations, op. cit., passim. et WHALEN, J., “Warriror ancestors are reborn as role models”, Financial times, ]uly 1, 1999. Du temps de l’Union soviétique, il existait déjà des débats historiques concernant le colonialisme russe en Asie centrale. Voir WEINÉRMAN, E., “The polemics between Moscow and Central Asians on the decline of Central Asia and Tsarist Russia’s role in the history of the Region”, Slavonic and East European Review, 71 (3), 1993, pp. 428-481.

132 Voir pour le Kazakhstan, EITZEN, H. C, “Nawrïz in Kazakstan: scenarios for managing diversity” in Contemporary Kazaks: cultural and social perspectives, op. cit., pp. 73-102.

133 Concernant le travail sur l’identité kazakhe, voir ANDRUSZ, G., DRESSI.ER, W., TAYLOR, M., « Le Kazakhstan et l’art de la synthèse eurasiatique » in DRESSLER, W., Le second printemps des nations, Bruxelles, Bruylant, 1999, pp. 309 et ss.

134 BEEMAN, W.O., “The struggle for identity in Post-Soviet Tajikistan”, Meria, vol. 3, n° 4, December 1999. Ce choix a été contesté par l’Ouzbékistan en 1997 à l’occasion du millénaire de la dynastie fêté par Douchanbé. Le problème est que la capitale des Samanides était située à Boukhara, aujourd’hui en Ouzbékistan.

135 Pour l’ensemble de l’URSS, environ 11,1 % de la population vivait sous le seuil de pauvreté. Au Kazakhstan, cette proportion s’élevait à 15,5 %, en République kirghize à 32,9 %, au Tadjikistan à 51,2 %, au Turkménistan à 35 %, en Ouzbékistan à 43,6 % et en Azerbaïdjan à 33, 6 %. Cité in POMFRET, R., “Living standards in Central Asia”, Moct-Most, vol. 9, n° 4, 1999, pp. 395-396.

136 Voir KASER, M. C, The Central Asian economies after independence, London, Royal Institute of International Affairs, 1992, 73 p. et POMFRET, R.W.T, The economies of Central Asia, Princeton, Princeton University Press, 1995, xii-216 p.

137 Voir HAGHAYEGHI, M., The economies of the Central Asian republics, Basingstoke, Macmillan, 1999, 272 p. et The Euro-Asian world: a period of transition, edited by Yelena Kalyuzhnova and Dov Lynch, New York, St. Martin’s Press, 2000, 244 p.

138 ABD, Asian Development Outlook 2000, Hong Kong, Oxford University Press, 2000, pp. 72-85. Voir UNDP, Fighting poverty for a better future, Human Development Report, Republic of Kazakhstan 2000, Almaty, 2001, 77 p. ; UNDP, Kyrgyzstan: National Human Development Report for 2000, Bichkek, 2001,140 p. (www.undp.kg/english/publications/nh-dr2000/’nhdr2000eng.pdf). Un article du journal kirghiz Delo No signalait en août 2001 que dans la république, 88 % des individus vivaient en fait sous le seuil de pauvreté. Voir “Nearly 90 per cent of people living in poverty”, Delo No in BBC, August 8, 2001.

139 Poverty Reduction, Growth and Debt Suslainability in Low-Income CIS Countries, Prepared jointly by the Europe and Central Asia Region of the World Bank and the European II Department of the IMF in consultation with the staffs of the Asian Development Bank and the European Bank for Reconstruction and Development, February 4, 2002, p. 9.

140 Voir le cas du Tadjikistan in MASHTA, O., “Building capacity for primary care in, Tajikistan”, The Lancet, vol. 355, n° 9200, January 22, 2000 ; de l’Ouzbékistan in STE VÈNSON, P., “Uzbek health care no longer back in the USSR”, The Lancet, vol. 351, n° 9119, June 20, 1998 ; du Kazakshtan in ALMAGAMBETOVA, N., “Overhau ling the healthcare System in Kazakhstan”, The Lancet, vol. 354, n° 9175, July 24, 1999.

141 GURGEN, E., SNOEK, H„ CRAIG.J., McHUGH, J., IZVORSKI, I., van ROODEN, R., Economic Reforms in Kazakhstan, Kyrgyz Republic, Tajikistan, Turkmenistan and Uzbekistan, Occasional Paper, n° 183, FMI, Washington DC, 1999, p. 1.

142 S. Niyazov in KHALOVA, G.O., ORAZOV, M.V., “Economic reforms and macro-economic policy in Turkmenistan”, Russian and East European Finance and Trade, vol. 35, n° 5, September-October 1999, p. 17.

143 Voir le cas du Turkménistan in LUBIN, N., “Energy wealth, development, and stability in Turkmenistan”, NBR Analysis, vol. 9, n° 3, 1999, pp. 61-78. Concernant la « voie ouzbèke », voir les critiques in APOSTOLOU, A., “The mistake of the Uzbek economic model”, Central Asia Monitor, n° 2, 1998.

144 Voir les premiers signes d’amélioration économique in “Tajik economy shows signs of life as political conflicts subside”, Jamestoum Monitor, vol. 6, n° 32, February 15, 2000.

145 On est passé d’une inflation de 2 963 % en 1992 au Kazakhstan à 11,3 en 1997, en République kirghize, de 1 257 % en 1992 à 14,7 en 1997, en Ouzbékistan de 910 % en 1992 à 50,2 % en 1997, au Tadjikistan de 7 343 % en 1993 à 163,7 en 1997 et enfin au Turkménistan de 644 % en 1992 à 21,4 % en 1997. D’après GURGEN, E., SNOEK, H., CRAIG, J., McHUGH, J., IZVORSKI, I., van ROODEN, R., Economie Reforms in Kazakhstan, Kyrgyz Republic, Tajikistan, Turkmenistan and Uzbekistan, op. cit., p. 10.

146 Le processus de privatisation est en standlry dans le pays. Le choix d’une politique de privatisation est d’ailleurs critiqué de manière croissante, y compris en Occident, du fait des effets pervers qu’elle produirait. Voir à ce propos JONES LUONG, P., “Kazakhstan: the long-term costs of short-term gains”, NBR Analysis, vol. 9, n° 3, 1999, pp. 29-60 et EITZEN, H., “Promises and pitfalls: case-by-case privatisation in Kazakhstan”, Central Asia Monitor, n° 5, 1999, pp. 1-9.

147 POMFRET, R., “Living standards in Central Asia”, op. cit., p. 400.

148 Voir “Will Uzbekistan liberalize its economy this year”, Jamestoum Monitor, vol. 6, n° 50, March 10, 2000.

149 HORTON, S., “Is Kazakhstan taking reform seriously”, Central Asia Monitor, n° 3, 1999, pp. 1-5.

150 “Life getting better in Kazakhstan”, Jamestoum Monitor, vol. 6, n° 26, February 7, 2000.

151 EBRD, Transition report update, London, May 2000, p. 4.

152 Voir POMFRET, R. W. T, Central Asia turns south?: trade relations in transition, London, Royal Institute of International Affairs, 1999, 46 p.

153 POMFRET, R., “Living standards in Central Asia”, op. cit., p. 398.

154 EBRD, Transition report update, op. cit., p. 4.

155 EBRD, Transition report update, op. cit., p. 15. En Asie centrale et dans la zone Caspienne, les investissements directs étrangers se sont concentrés géographiquement (an Kazakhstan, en Azerbaïdjan et an Turkménistan) et sectoriellement (dans le domaine des hydrocarbures). En Ouzbékistan, l’absence de réformes, le caractère tatillon de la bureaucratie ainsi que la non-convertibilité de la monnaie nationale, le soum, expliquent la faiblesse des investissements étrangers. En République kirghize et au Tadjikistan, l’enclavement géographique, la faiblesse des ressources naturelles, l’étroitesse du marché ainsi que la pauvreté de la population expliquent en grande partie le désintérêt des investisseurs. Voir sur cette question “Will convertibility of the soum save the Uzbekistani economy?”, The Analyst, July 19, 2000 ; “Despite its promises, Uzbekistan tightens currency controls”, Jamestoum Monitor, vol. 6, n° 88, May 4, 2000 et LABARONNE, D., « Le bilan des privatisations dans les pays de la CEI », le Courrier des pays de l’Est, n° 1 004, Avril 2000, pp. 76 et ss.

156 EBRD, Transition report 1999, Ten years of transition, London, November 1999, p. 24. La part croissante du secteur privé dans le PIB traduit le dynamisme des petites et moyennes entreprises issues soit de la petite privatisation soit créées à la suite de la libéralisation de l’activité économique. Voir sur la question de la petite et de la grande privatisations, LABARONNE, D., « Le bilan des privatisations dans les pays de la CEI », op. cit., pp. 66-83.

157 OLCOTT, M. Brill, “Pipelines and pipe dreams: energy development and Caspian society”, Journal of International Affairs, Fall 1999, vol. 53, n° l, p. 313.

158 Il est difficile d’évaluer le taux de chômage réel dans les pays d’Asie centrale. Ainsi, au Kazakhstan, le taux de chômage est officiellement de 3 à 4 %. Pour The Economist on peut au moins doubler ces chiffres et pour l’opposition, le taux de chômage serait en fait proche des 25 %. En Azerbaïdjan, le taux de chômage était officiellement fixé en 1998 à 0,48 % alors que la BERD l’estimait à la même date à 19,3 %. On peut du reste relever que le sous-emploi des jeunes n’apparaît pas dans les statistiques. Cette question est d’autant plus préoccupante que les populations centrasiatiques sont jeunes. Ainsi, 60 % de la population turkmène a moins de 33 ans. L’arrivée de nombreux jeunes sur un marché de l’emploi sans véritables débouchés risque de créer de graves problèmes pour le pays.

159 OLCOTT, M. Brill, “Pipelines and pipe dreams: energy development and Caspian society”, op. cit., p. 315.

160 ABAZOV, R., “Problems of economic transition in the CIS: the case of Kyrgyzstan”, Russian and Euro-Asian Bulletin, vol. 8, n° 6, June-July 1999.

161 Voir détails in POMFRET, R, “Living standards in Central Asia”, op. cit., pp. 402-408.

162 Voir dans le cas de l’Azerbaïdjan, les mécanismes de mainmise du clan présidentiel sur le secteur pétrolier in HOFFMAN, D.I., “Oil and Development in Post-Soviet Azerbaijan”, NBR Analysis, vol. 10, n° 3, 1999, pp. 5-28.

163 Selon une étude de Transparency International, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et la République kirghize figurent parmi les 10 pays les plus corrompus de la planète. Cette étude se base sur la perception des entrepreneurs internationaux. Cité in FITCHETT, J., “Central Asian regimes backslide on democracy, corruption and repression afflict the region”, International Herald Tribune, August 10, 2000.

164 FRANTZ, D., “In Azerbaijan’s new world, an old fox clings to power”, New York Times, July 23, 2000.

165 Voir à ce sujet Pocketing Caspian Black Gold, Who are the real beneficiaries of oil infrastructure development in Georgia and Azerbaijan?, TNI/CEF. Bankwatch Network, April 2002, 21 p.

166 En 1997, les habitants ruraux représentaient 44 % de la population totale de l’Azerbaïdjan, 40 % de de celle du Kazakhstan, 61 % de celle du Kirghizstan, 68 % de celle du Tadjikistan, 55 % de celle du Turkménistan et 58 % de celle de l’Ouzbékistan. Comme l’a souligné Martha Brill Olcott, dans tous les pays de la zone, l’agriculture reste un secteur essentiel. Ses succès ou son échec joueront un rôle bien plus important sur la stabilité des sociétés centrasiatiques que le développement du secteur de l’énergie. Ainsi par exemple, les jeunes ruraux sans emploi quittent la campagne (exode rural) pour se rendre en ville où, de toute manière, ils ne trouvent pas d’emploi et sont obligés de se tourner vers des activités de type mafieux. Au Kazakhstan, le problème des gangs est ainsi devenu préoccupant. Voir OLCOTT, M. Brill, “Pipelines and Pipe Dreams: Energy Development and Caspian Society”, op. cit., pp. 313-314.

167 On compte ainsi que la moitié des ressources du budget de l’État en Azerbaïdjan provient des rentrées liées à l’exploitation des hydrocarbures alors que ce secteur de l’économie concentre 70 % des investissements étrangers. Voir “Oil industry accounts for 50 % of Azerbaijan ‘s revenue”, Interfax, July 20, 2002.

168 COVILLE, T., « Le monde turcopersan sous le choc de la crise asiatique », Le Monde, 31 mars 1998.

169 Voir KARL, T. L., The paradox of plenty: oil booms and petro-states, Berkeley, University of California Press, 1997, xviii-342 p.

170 Voir “Kazakhstan: Economic update”, Turkistan Newsletter, vol101 : 067, July 25, 2000.

171 TAYLOR, P.J., Britain and the Cold War: 1945 as Geopolitical Transition, London, Pinter, New York, Guilford, 1990, xiii-153 p.

172 TAYLOR, P.J., Geopolitical world orders in Political Geography of the Twentieth Century. A Global Analysis, edited by Peter J. Taylor, London, Belhaven Press, 1993, p. 33.

173 Idem, pp. 39 et ss.

174 ROSENAU, J., Turbulence in world politics: a theory of change and continuity, New York, London [etc.], Harvester Wheatsheaf, 1990, xviii-480 p.

175 Voir DJALILI, M.-R., « Emergence du Caucase et de l’Asie centrale, recomposition du paysage régional et interrogation géopolitique » in Moyen-Orient : migrations, démocratisation, médiations, sous la direction de R. Bocco et M.-R, Djalili, Paris, Presses Universitaires de France, 1994, pp. 343-354 ; également KEMP, G., HARKAVY, R., Strategic Geography and the Changing Middle East, Washington, Carnegie Endowment for International Peace, Brookings Institution Press, 1997, pp. 13 et ss.

176 Concernant les idées de Mackinder voir MACKINDER, H.J., “The Geographical Pivot of History”, Geographical Journal, 23, 1904, pp. 421-444 et MACKINDER, H.J., Democratic Ideal and Reality: A Study in the Politics of Reconstruction, London, Constable, 1919. Concernant les concepts utilisés par Mackinder, voir PARKER, G., Western Geopolitical thought in the twentieth century, Beckenham, Croom Helm, 1985, pp. 15-31 et HAUNER,M., What is Asia to Us? Russia’s Asian Heartland Yesterday and Today, London, Routledge, 1992, pp. 135-146.

177 Selon l’expression de Françoise Aubin in « Donneurs ou preneurs, quelques réflexions sur le jeu des transferts culturels entre Chinois, Turcs et Mongols », in L’Asie centrale et ses voisins, Remi Dor éditeur, Paris, Inalco, 1990, p. 165.

Table des illustrations

Titre 3. La crise sociale en Asie centrale et au Caucase139(en pourcentage de la population totale)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre 4. Croissance du PNB 1992-2000151(en %)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1138/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 5. Niveau de PNB réel154(1989 = 100)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1138/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 6. Investissements directs étrangers 1992-2000155(en millions de dollars)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1138/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre 7. Part du secteur privé dans le PIB en 1999156(en %)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1138/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 8. Part des matières premières dans les exportations des républiques d’Asie centrale168
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1138/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 91k