Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géopolitique de la nouvelle Asie centrale

 | 
Mohammad-Reza Djalili
, 
Thierry Kellner

I. Identification

Texte intégral

1La prise en compte de la nature de l’espace, de l’importance de la population et de quelques caractéristiques historiques peuvent mener à une première identification de la région.

1. De l’espace

a. Définition et délimitation

  • 3 HAY, D., “Geographical Abstractions and the Historian”, cité in BASSIN, M., “Russia between Europe (...)

We should remember that a geographical region is in the last resort an abstraction with a history which can sometimes tell us much about the past
Denys Hay
3.

  • 4 DJALILI, M.-R., KELLNER, T., « Moyen-Orient, Caucase et Asie centrale : des concepts géopolitiques (...)
  • 5 George Curzon note par exemple dans son ouvrage désormais classique que si l’imagination britanniqu (...)
  • 6 Dictionnaire de Géopolitique, sous la direction de Yves Lacoste, Paris, Flammarion, 1993, p. 1634.
  • 7 Il suffit de voir le nombre d’ouvrages concernant cette région publiés après 1991.

2L’expression « Asie centrale », tout comme celle de « Moyen-Orient », est une abstraction issue de la rationalité occidentale et des subdivisions spatiales propres aux géographes du xixe siècle et du début du xxe siècle4. Dès lors, comme nous le suggère la citation de Denys Hay, il est intéressant de s’interroger en préambule de cet ouvrage sur l’histoire et le contenu de cette construction. Le terme d’Asie centrale est appliqué à une région géographique qui est longtemps demeurée hors d’atteinte pour les Européens à l’exception des Russes5. Les liens entre l’Europe et cette région sont historiquement bien plus relâchés que ceux qu’elle a entretenus avec le « Moyen-Orient » ou le « Caucase ». L’imaginaire occidental s’éveille d’ailleurs bien moins à son évocation qu’à celle des deux autres. Sur le plan géopolitique, alors que le xixe siècle l’avait porté à l’avant de la scène du fait des avancées de Moscou en direction de l’Inde et de la rivalité anglo-russe, pendant la période de la guerre froide, le concept d’ « Asie centrale » avait perdu toute valeur. Le Dictionnaire de Géopolitique, édité en 1993, ne le mentionne pas. Son index renvoie aux entrées « Asie », « Asie du Sud », « Asie du Sud-Est », « Asie Mineure », « désert » et « tatar »6. C’est avec la disparition de l’Union soviétique et l’émergence de nouvelles républiques indépendantes qu’il a commencé à effectuer son retour dans l’imaginaire stratégique7.

  • 8 Voir l’étude de ce terme in BARTHOLD, W., “Ma Wara al-Nahr”, in Encyclofiédie de l’Islam, Dictionna (...)
  • 9 FERDOWSI, Le Livre des Rois (Shahnamé), traduit du persan par Jules Mohl, extraits choisis et revus (...)
  • 10 II existe également une acception linguistique du terme « Touran » visible dans l’expression « lang (...)
  • 11 DAVIS, D., “Turan”, in The Encyclopaedia of Islam, New Edition, Edited by PJ. Bearman, Th. Bianquis (...)
  • 12 Voir l’étude approfondie de ce terme : MINORSKY, I.V., “Turan”, in Encyclopédie de l’Islam, op. cit (...)
  • 13 MINORSKY, I.V., « Turan », in Encyclopédie de l’Islam, op. cit., p. 926.
  • 14 Idem, p. 927.
  • 15 LEWIS, M.W., WIGEN, K.E., The Myth of Continent. A Critique of Metageography, Berkeley, London, Uni (...)
  • 16 MONTESQUIEU, De l’Esprit des Lois, chapitre iii, Livre XVII, Tome I, Paris, Classiques Garnier, 196 (...)
  • 17 Dans les années 30 du xxe siècle, le Britannique Peter Fleming employera encore le terme de « Tarta (...)

3A travers l’Histoire, l’espace géographique qualifié d’« Asie centrale » a porté de nombreuses dénominations dont certaines sont d’origine locale et d’autres européenne. Si on remonte le cours de l’Histoire, c’est à l’Antiquité qu’il faut se reporter pour en découvrir la première appellation. Il s’agit de l’expression grecque « Transoxiane », qui s’applique aux territoires situés « au-delà de l’Oxus ». Les géographes arabes des viiie et ixe siècles utilisèrent pour désigner les pays civilisés conquis par les Arabes et soumis à l’islam au nord de l’Amou Darya, l’expression Mawarah-al-nahr, qui signifie « ce qui (se trouve) de l’autre côté du fleuve »8. Les limites du Mawarah-al-nahr dans les directions du nord et de l’est se trouvaient là où cessait la domination de l’islam. Elles étaient donc variables et dépendaient de la situation politique du moment. Cette expression est passée dans la littérature persane. Ainsi, au xve siècle, Hafiz i-Abru consacre un chapitre de son ouvrage géographique à cette région. A travers la littérature persane, cette expression a pénétré le vocabulaire des populations d’« Asie centrale » où elle a été utilisée jusqu’à l’époque moderne. Outre l’expression Mawarah-al-nahr, on trouve dans l’imaginaire perse cette fois, une autre dénomination. Il s’agit de l’expression « Touran ». Elle s’applique à l’étendue géographique située au nord de l’Iran. Si ce terme a été diversement utilisé, son premier sens est lié à la mythologie de l’ancienne Perse. Il apparaît pour la première fois dans le Livre des Rois (Shahnamé) de Ferdowsi. Au chapitre relatif à la tripartition du monde par le roi Féreydoun, le poète relate, « [...] Féreydoun fit régner la justice. Il pratiquait la magie, mais pour le bien. Ayant éprouvé le caractère de ses trois fils, Salm, Tour et Iradj, il décida de partager entre eux son empire qui embrassait tout l’univers. A Salm, il donna le royaume de l’ouest, le pays des Roum, à Tour celui de l’est, le Turkestan, qu’on appelle depuis le Touran ; à Iradj, le plus jeune, il réserva l’Iran, le milieu du monde »9.Dans ce contexte, l’acception du mot « Touran » est géographique10. Dans le Livre des Rois, il désigne le pays s’étendant au nord-est du centre du monde, c’est-à-dire au nord-est du territoire iranien. Pour Ferdowsi, le « Touran », pays des Turcs et des Chinois, commence au-delà de l’Oxus (l’Amou Darya). Ses limites géographiques sont cependant incertaines. Dans le Livre des Rois, le « Touran » symbolise également le monde nomade, par opposition au monde sédentaire, domaine de Iradj11. Comme l’observe Minorsky, les auteurs musulmans, arabes, persans et turcs n’ont cependant guère été conséquents dans l’utilisation du terme12. En Europe, le mot « Touran » apparaît pour la première fois dans la Bibliothèque orientale d’Herbelot éditée à Paris en 1697. On y lit que « Afrasiyab, Turc de naissance mais descendant de Tur, fils de Faridun, était roi de tout le pays qui s’étend au-delà du fleuve Oxus… vers l’Orient et le Septentrion ; l’on appelait autrefois ce pays-là Touran, mais il a depuis le nom de Turquestan »13. Ce n’est cependant qu’au xixe siècle que le terme se répandit en Europe grâce à son caractère imprécis. Certains, comme le Hongrois Teleki, ont tenté de lui donner un contenu géographique plus explicite. Pour cet auteur, le « Touran » avait pour limites extérieures la mer Caspienne, le plateau iranien, les montagnes aux sources du Syr Darya et de l’Irtych et le plateau d’Akmolinsk. Minorsky conclut à propos de cette tentative que « grosso modo ce “Turan” sans utilité aucune, se substitue au Turkestan, dont il ne possède pas la netteté »14. En Europe existaient en effet d’autres termes pour désigner l’espace situé au nord de l’Iran. Chronologiquement, l’expression « Tartarie » précède cependant celle de « Turkestan » évoquée par Minorsky. Aux xviie et xviiie siècles, les cartes géographiques européennes utilisaient largement cette expression pour désigner de vastes régions situées au cœur du continent asiatique. Dans l’imaginaire européen, cette « Tartarie » était considérée comme le réservoir de la barbarie mais aussi comme le berceau des peuples15. Cet ensemble géographique comprenait deux composantes, la Tartarie indépendante ou Tartarie occidentale et la Tartarie chinoise ou Tartarie orientale, et couvrait plus de la moitié de la superficie de l’Eurasie. Montesquieu évoque dans l’Esprit des Lois cette « grande Tartarie » qu’il situe au « midi de la Sibérie » et qui comprend entre autres les « Boucharies, Turkestan et Charisme » et « la Tartarie chinoise »16. Après les conquêtes militaires russe et chinoise du xixe siècle, l’expression « Tartarie » va disparaître des cartes géographiques et du vocabulaire17. Elle sera supplantée par celle de « Turkestan ». Selon l’Atlas des peuples d’Orient :

  • 18 SELLIER, A., SELLIER, J, Atlas des peuples d’Orient, op. cit., p. 148.

Le nom de Turkestan, d’usage courant jusqu’à la Première guerre mondiale, désignait une vaste région s’étendant des confins de la Mongolie à la mer Caspienne. On distinguait alors le « Turkestan chinois » (que les Chinois appelaient déjà Sinkiang ou Xinjiang) avec le « Turkestan russe », dénommé à partir de 1920 « Asie centrale soviétique ». [...] le Turkestan, littéralement « pays des Turcs », constitue une puissante réalité historique18.

  • 19 BARTHOLD, W., « Turkistan » in Encyclopédie de l’Islam, Tome IV, op. cit., p. 942.
  • 20 Voir LATTIMORE, O., “Chinese Turkistan”, in LATTIMORE, O., Studies in Frontier History, Collected p (...)
  • 21 BARTHOLD, W., « Turkistan » in Encyclopédie, de l’Islam, op. cit., p. 942.
  • 22 D’après Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle, par M. Pierre Larousse, Tome Quinzième, Paris, (...)
  • 23 BEALBY.J.T., KROPOTKIN, P. (Prince), « Turkestan », in The Encyclopaedia Britannica. A Dictionary o (...)

4Étymologiquement, le mot « Turkestan » trouve son origine dans la langue persane où il signifie « pays des Turcs ». Pour les Persans, la frontière de ce « pays des Turcs » dépendait des conditions politiques du moment. Ainsi sous la dynastie iranienne des Sassanides, le « Turkestan » commençait immédiatement au nord de l’Oxus alors qu’après l’invasion arabe, il s’étendait au nord du territoire désigné comme Mawarah-al-nahr19. Dans la littérature, les auteurs ont fait la plupart du temps la distinction entre les Turkestan russe, chinois20 et afghan. Ils se servaient également des termes « Turkestan occidental » et « Turkestan oriental ». Si certains considèrent que l’utilisation du mot « Turkestan » est issue de la langue administrative russe du xixe siècle, le célèbre orientaliste russe W. Barthold note cependant que ce sont les Anglais qui, sous l’influence de l’usage persan et afghan, ont introduit l’expression dans la terminologie scientifique21. Pour le Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle, dans son édition de 1876, le territoire du « Turkestan », « Tartarie » ou « Asie centrale » est borné au nord par la Sibérie, à l’est par la Chine, au sud-est par le royaume de Kachgar, au sud par l’Inde, l’Afghanistan et la Perse, à l’ouest par la mer Caspienne et la Russie d’Europe22. Pour l’Encyclopaedia Britannica, dans son édition de 1911, le « Turkestan » désigne une région qui s’étend entre la Sibérie au nord et le Tibet, l’Inde et l’Afghanistan au sud, la mer Caspienne à l’ouest et la Mongolie et le désert de Gobi à l’est23.

  • 24 BALLAND, D., « Diviser l’indivisible : les frontières introuvables des États centrasiatiques », Hér (...)
  • 25 Voir CARRERE D’ENCAUSSE, H., Le grand défi : Bolcheviks et Nations, 1917-1930, Paris, Flammarion, 1 (...)
  • 26 CARRERE d’ENCAUSSE, H., Réformes et révolution chez les musulmans de l’Empire russe. Bukhara 1867-1 (...)

5En Russie, le terme « Turkestan » a désigné un espace géographique plus restreint. L’administration tsariste a découpé au xixe siècle, l’étendue conquise en Asie par les militaires en deux entités régionales distinctes. Au nord, les steppes kazakhes furent érigées en « Territoire des Steppes » (Stepnoj kraj, aussi Kirgizskij kraj). Au sud, le régime tsariste fonda par un oukase du 11 juillet 1867, le « Gouvernorat général du Turkestan » avec Tachkent comme capitale. En 1886, ce territoire devint le « Territoire du Turkestan » (Turkestanskij kraj)24. Le pouvoir soviétique ne conserva longtemps ni le terme de « Turkestan », ni l’unité géographique du territoire désigné sous cette appellation. Dès 1924, les Républiques soviétiques d’Ouzbékistan et du Turkménistan furent établies sur le territoire de l’ancien « Turkestan ». Le Tadjikistan, détaché de l’Ouzbékistan, fut érigé en République en 1929. Le Kazakhstan et le Kirghizstan acquirent pour leur part le statut de République en 1936. Pour Barthold, c’est principalement pour des raisons ethnographiques que le mot « Turkestan » est peu à peu sorti de l’usage. En fait, de puissantes raisons politiques et stratégiques ont amené les dirigeants soviétiques à diviser le « Turkestan » en tant qu’unité géographique et à éliminer de leur vocabulaire une expression dangereuse pour le pouvoir25. Kaganovitch soulignait en 1923, que l’existence d’une région nommée « Turkestan » était impossible car cela manifestait de manière éclatante « une aspiration grand-turque qui devrait être rayée au plus tôt de la terminologie soviétique »26. Dès la fin des années 1920, le terme « Turkestan » disparut donc du vocabulaire soviétique pour être supplanté par l’expression plus neutre d’« Asie moyenne » (Srednjaja Azija). Le vocabulaire officiel distinguait Srednjaja Azija (Asie moyenne), dont le Kazakhstan était exclu et une Central’naja Azija (Asie centrale chinoise). Un auteur remarque cependant qu’il existait une certaine latitude dans la terminologie soviétique. Ainsi, selon lui,

  • 27 SINNOTT, P., “The Physical Geography of Soviet Central Asia and the Aral Sea Problem” in Geographie (...)

“Central Asia” (Tsentral’naya Azija) is commonly used toportray an area that incorporates partions of western China along with the Soviet republics of Kazakhstan, Kirgiziya, Uzbekistan, Tadzhikistan, and Turkmeniya. “Middle Asia” (Srednyaya Aziya) is used primarily in référence to an area encompassing the Soviet republics of Kirgiziya, Uzbe-kistan, Tadzhikistan, and Turkmeniya, which is also Consolidated as an economic region. It is also sometimes used, however, to include southern Kazakhstan27.

  • 28 Cité in BOSWORTH, C.E., « Turkestan », in Encyclopédie de l’Islam, New Edition, Edited by PJ. Bearm (...)
  • 29 Le Dictionnaire des noms de lieux signalait cependant en 1992 l’emploi régulier du mot « Turkestan  (...)
  • 30 “Central Asian Arts”, in The New Encyclopaedia Britannica, 15th Edition, vol. 15, Chicago, 1985, p. (...)
  • 31 HUMBOLDT, A. von, Asie centrale. Recherches sur les chaînes de montagnes et la climatologie comparé (...)
  • 32 KHANYKOFF, N. de, Mémoire sur la partie méridionale de l’Asie centrale, Paris, 1862.
  • 33 RICHTHOFEN, F. von, China. Ergebnisse eigener Reisen und darauf gegründuter Studien, vol. I, Berlin (...)
  • 34 MUSHKETOV, I.V., Turkestan. Geologicheskoye i orograficheskoye opisanie po dannim, sobrannim vo vry (...)
  • 35 Voir MIROSHNIKOV, L.I., “A note on the meaning of the term ‘Central Asia’ as used in this book”, in (...)
  • 36 « L’Inde comme facteur principal dans la question d’Asie centrale ».
  • 37 Voir SAGUCHI, T., “Kashgaria”, Acta Asiatica, vol. 34, 1978, pp. 61-78.
  • 38 SNESAREV, A.E., in HAUNER, M., “Central Asian Geopolitics in the Last Hundred Years: A Critical Sur (...)

6Allworth remarque que la suppression du mot « Turkestan » pour désigner la région par les Soviétiques dans les années 1920, a représenté bien davantage qu’un simple changement de désignation, elle a en fait privé les habitants de cette zone géographique de leur droit de déterminer leur propre identité28. A la suite de l’exemple soviétique, le terme « Turkestan » est également progressivement tombé en désuétude dans l’usage courant alors que la région même s’estompait dans l’imaginaire géographique européen et américain29. Le terme « Turkestan » a disparu de la quinzième édition de l’Encyclopaedia Britannica datant de 1985. À sa place, on trouve un chapitre consacré aux arts où apparaît l’expression « Asie centrale »30. L’utilisation de ce terme dans la littérature scientifique remonte donc au xixe siècle. Il a d’abord été utilisé comme synonyme de « Haute Asie », de « Haute Tartarie » ou encore d’« Asie intérieure ». Pour la première fois, en 1843, Alexander von Humboldt décrit la région comme un ensemble géographique distinct31. D’autres géographes tenteront par la suite de redéfinir ce concept et de lui donner un contenu géographique plus précis. Dans le courant du xixe siècle, Nicolay Khanykoff32, Ferdinand Richthofen33 ou Ivan Mushketov34 examineront tour à tour la question sans parvenir à une délimitation géographique rigoureuse et unanime35. L’étendue que les auteurs attribuent à l’« Asie centrale » démontre à quel point le concept est demeuré imprécis sur le plan géographique jusqu’à aujourd’hui. De manière générale, dans l’esprit des géographes russes du xixe siècle, l’« Asie centrale » était considérée comme faisant partie du double continent eurasien. Pour le général russe Snesarev (1865-1937), géographe et orientaliste, auteur d’un ouvrage datant de 1906 intitulé Indiia kak glavnyi faktor v sredne-aziatskom voprose36, l’« Asie centrale » recouvrait la région du Turkestan, Khiva, Boukhara, le nord de l’Inde, la Kachgarie (région de Kachgar dans le Turkestan chinois ou Xinjiang)37, les Pamirs, le Tibet, l’Afghanistan, le Balouchistan et la Perse orientale38. A propos de l’étendue de la région, M. Hauner note :

  • 39 HAUNER, M., cit. in VICHNEVSKI, A., « L’Asie centrale post-soviétique entre le colonialisme et la m (...)

Si l’on considère plus largement la notion de Grande Asie centrale, autrement dit, son espace culturel distinct tant du Moyen-Orient que de l’Asie du Sud [...], nous découvrons une région beaucoup plus vaste s’étendant en latitude de la Mongolie à la mer Caspienne et à la Turquie orientale [...] Son cœur (heartland) est le Turkestan, comprenant trois parties : la Sogdiane (Transoxiana en latin, Mawa ran Nahr en arabe) à laquelle on peut rattacher le Khorezm et le Khorassan, le Yeti Su ou Sémiretchié, le Turkestan de l’Est (Xinjiang) ou Kashgarie39.

  • 40 FRANCFORT, H.-P., « Asie centrale », in Encyclopaedia Universalis, Corpus 3, Paris, 1990, p. 174.

7Dans une édition récente de l’Encyclopaedia Universalis, Henri-Paul Francfort écrit pour sa part que l’« Asie centrale » comprend « les territoires des républiques soviétiques du Turkménistan, de l’Uzbékistan et du Tadjikistan, la province chinoise du Xinjiang et le nord de l’Afghanista »40 alors que dans l’introduction de son ouvrage consacré à l’histoire de la région, J.-P. Roux remarque que dans son acception la plus étroite, cette aire géographique serait seulement

  • 41 ROUX, J.-P., L’Asie centrale. Histoire et civilisations, Paris, Fayard, 1997, pp. 13-14. La définit (...)

ce que nous nommions jadis le Turkestan chinois et qui porte le nom officiel de Sin-Kiang (Xinjiang) ou celui ancien et restrictif, de Sérinde. Dans un sens plus large et plus satisfaisant, elle correspond à tout l’immense territoire qui s’étend de la Caspienne, à la Chine historique des Han – bien qu’aujourd’hui, à la suite des Russes, on préfère nommer Asie moyenne l’ancien Turkestan oriental. Nul ne sait exactement s’il faut ou non y englober le Tibet que l’on tendrait à considérer comme une entité indépendante ou que l’on rattacherait à un autre ensemble géographique tout aussi imprécis, celui de haute Asie. La haute Asie elle-même est constituée, pour ceux qui en traitent, par les monts et les hauts plateaux qui s’étendent entre la Sibérie, la Chine, l’Inde et le Turkestan russe, et inclut la zone dépressionnaire du vaste bassin du Tarim. [...] J’entends donc par Asie centrale la Mongolie et le sud de la Sibérie, l’essentiel de ce qui forme aujourd’hui le Kazakhstan et les quatre autres républiques de la CEI, Uzbékistan, Turkménistan, Tajikistan et Kirghizistan, le nord de l’Afghanistan et le Khorassan iranien lié à Hérat comme à Merv (Mary), le Tibet, le Sinkiang (Xinjiang), le Kansou (Gansu). J’aurais pu encore faire entrer dans mon sujet, en avançant de solides arguments, le Cachemire et, sinon le Pendjab dans son entier, du moins sa partie septentrionale comme la province nord-ouest du Pakistan : Peshawar a longtemps revendiqué d’être le carrefour des routes de l’Asie centrale. Les liens de la Sogdiane avec l’Inde qui découlent de l’antique unité indo-iranienne et de la culture gréco-bactrienne ne cesseront jamais[...]41.

  • 42 Central Asia, Gavin Hambly with Alexandre Bennigsen, David Bivar, Garrère d’Encausse, Mahin Hajianp (...)
  • 43 SINOR, D., “Central Eurasia”, in Inner Asia and ils contacts with Medieval Europe, op. cit., p. 96.
  • 44 “Central Asian Arts”, in The New Encyclopaedia Britannica, op. cit., p. 732.
  • 45 Préface de Federico Mayor in History of civilizations of Central Asia, vol. I, The dawn of civiliza (...)
  • 46 FOURNIAU, V., Histoire de VAsie centrale, Paris, PUF, 1994, p. 3.
  • 47 Certains comme O. Roy, incluent également l’Azerbaïdjan, en tant qu’État à population musulmane, da (...)
  • 48 Pour plus de facilité, nous utilisons le terme « Kirghizstan » par préférence à celui de « Républiq (...)
  • 49 REY, V., BRUNET, R., Europes orientales, Russie, Asie centrale, in Géographie universelle sous la d (...)
  • 50 OLCOTT, M. Brill , “The Myth of ‘Tsentral’naia Aziia”, Orbis, vol. 38, n° 4, Fall 1994, pp. 549-565

8Comme le remarquait Gavin Hambly dans l’introduction à l’ouvrage collectif consacré à l’« Asie centrale », “as a geographical expression the term ‘Central Asia’ tends to elude precise definition42. Denis Sinor note pour sa part que la définition qui peut être donnée à l’« Asie centrale » en terme d’espace est négative. Pour lui, c’est une partie du continent qui s’étend au-delà des frontières des grandes civilisations sédentaires. Ces frontières sont donc instables43. Les historiens de la culture semblent considérer que le terme recouvre cependant une aire géographique regroupant le Kazakhstan, le Turkménistan, l’Ouzbékistan, la République kirghize, le Tadjikistan, des parties de la province chinoise du Xinjiang et l’Afghanistan44. Mais d’autres délimitations géographiques basées également sur des critères culturel et historique ont été proposées. Ainsi, dans le cadre de la rédaction d’une histoire des civilisations de l’« Asie centrale » entreprise sous l’égide de l’Unesco, une commission d’experts a été appelée à se prononcer sur ce qu’il fallait entendre par l’expression « Asie centrale ». Le rapport final de la réunion tenue à Paris en octobre 1978 précise que l’étude consacrée à l’« Asie centrale » portera sur les civilisations d’Afghanistan, du nord-est de l’Iran, du Pakistan, du nord de l’Inde, de l’ouest de la Chine, de la Mongolie et de l’Asie centrale soviétique. Pour l’Unesco, the appellation ‘Central Asia’, [...], refers to this area, which corresponds to a clearly discernible cultural and historical reality45. En l’espèce, en utilisant un facteur de délimitation basé sur un critère culturel, on aboutit également difficilement à une définition unanime de l’aire géographique « Asie centrale ». Le terme désigne donc un ensemble géographique dont les limites varient considérablement selon les critères géographiques, linguistiques, culturels ou politiques que l’on adopte46. Sur le plan géographique, deux conceptions peuvent être schématiquement opposées : une interprétation minimaliste et une interprétation maximaliste. La vision minimaliste considère que l’« Asie centrale » regroupe les cinq républiques issues de la dissolution de l’Union soviétique47. Dans l’interprétation maximaliste, l’« Asie centrale » pourrait s’étendre de la Méditerranée à la Chine ! Une tendance semble cependant s’être dessinée depuis 1991. A l’appui de l’interprétation minimaliste, on remarquera que le vocabulaire russe désigne aujourd’hui comme Central’naja Azija (Asie centrale), les Républiques du Kazakhstan, du Kirghizstan48, de l’Ouzbékistan, du Tadjikistan et du Turkménistan. Un ouvrage géographique français récent considère également que l’« Asie centrale » recouvre le territoire des cinq républiques précitées49. En 1993, les Républiques du Kazakhstan, du Kirghizstan, de l’Ouzbékistan, du Tadjikistan et du Turkménistan ont déclaré officiellement se reconnaître sous le terme d’« Asie centrale »50. C’est donc cette dénomination que nous allons suivre dans cet ouvrage.

1. Pays d’Asie centrale, populations et superficies

1. Pays d’Asie centrale, populations et superficies
  • 51 SELLIER, A., SELLIER, J, Atlas des peuples d’Orient, Moyen-Orient, Caucase, Asie centrale, Cartogra (...)

Note51

  • 52 Étant donné le relief montagneux du pays, au Tadjikistan, la population se concentre sur seulement (...)
  • 53 Environ 94 % du territoire du pays est situé à une altitude qui dépasse les 1 000 m et 40 % de la s (...)
  • 54 Central Asia, Gavin Hambly with Alexandre Bennigsen, David Bivar, Carrère d’Encausse, Mahin Hajianp (...)
  • 55 SINOR, D., “Central Eurasia” in Inner Asia and Us contacts with Medieval Europe, op. cit., p. 96.

9Même ramenée à son acception géographique minimaliste, en ce qui concerne le contexte spatial, ce qui frappe l’observateur de premier abord, c’est l’immensité de la région. Elle s’étend sur quatre millions de km2 de déserts, de steppes, d’oasis et de montagnes allant de la Caspienne aux frontières de la Chine. Il s’agit d’un espace équivalent à huit fois la France ou encore à la superficie totale de l’Inde à laquelle il faudrait ajouter 1 million de km2. Entre 1924-1936, cet espace a été découpé en cinq entités politiques (républiques soviétiques) de manière très inégale. Le Kazakhstan, avec ses 2,7 millions de km2, regroupe les deux tiers des terres d’Asie centrale. Environ 1 million de km2 est partagé de manière presque égale entre l’Ouzbékistan et le Turkménistan, le reste allant à deux petits pays des régions de montagnes, le Tadjikistan52 et la République kirghize53, ayant respectivement 143 100 et 198 500 km2 de superficie. Ce qui étonne ensuite, c’est l’isolement complet de la zone des influences océaniques. Cette situation réduit considérablement les précipitations et produit une aridité extrême couvrant de grandes parties de l’Asie centrale54. L’Asie centrale est une région de contrastes, on y rencontre des chaînes de montagnes parmi les plus hautes du monde mais aussi des dépressions profondes comme au nord-est de la Caspienne. Dominée par le climat continental, les écarts de température y sont extrêmes. Si la steppe et les déserts couvrent la majeure partie de la superficie de la région, on y trouve aussi des oasis luxuriantes. Denis Sinor a résumé en une phrase les conditions naturelles qui prévalent dans la région. Pour lui, en Asie centrale, la nature, loin d’être l’alliée de l’homme, est en fait le plus obstiné de ses opposants55.

b. L’enclavement

  • 56 LLOYD, S.J., “Land-locked Central Asia: Implications for the future”, Geopolitics and International (...)
  • 57 Voir RABALLAND, G., « Géo-économie des États enclavés », Géo-économie, n° 22, été 2002, pp. 115-128

10C’est cependant l’enclavement qui distingue de la manière la plus caractéristique l’Asie centrale de l’Asie occidentale, de l’Asie du Sud ainsi que de l’Extrême-Orient. En effet, si l’on ajoute aux républiques méridionales de l’ex-URSS, l’Afghanistan et la Mongolie, on se trouve en présence du plus vaste ensemble d’États enclavés de la planète. Cette zone géographique est la plus éloignée des mers ouvertes (2 000 km de la mer Noire et du golfe Persique) et des océans (5 000 km du Pacifique) du monde. L’Asie centrale comprend également un des États les plus enclavés du globe, puisque l’Ouzbékistan n’a de frontières communes qu’avec d’autres États enclavés. Si de cet état de fait on ne peut que conclure, dans le cadre spatial, à la « centralité » de l’Asie centrale, située au cœur de l’Eurasie, il en va tout autrement dans le contexte temporel. A travers l’histoire, mis à part l’époque de Tamerlan (1370-1405) et ce qu’on a appelé le siècle Timouride (démembrement définitif de la dynastie en 1507), cette région a été davantage une périphérie, un carrefour des mondes chinois, turc, russe, iranien ou encore une marche d’empires plutôt que le « milieu des empires », le centre de configurations étatiques. Aujourd’hui, la localisation géographique de la région, située loin des principaux marchés de la planète, mais aussi son caractère enclavé constituent des problèmes fondamentaux56. Ces caractéristiques grèvent le développement économique de ces États car l’enclavement a un coût, notamment en terme de transport mais pas seulement57. C’est aussi une menace qui pèse sur leur souveraineté. L’enclavement ne peut être contourné que par la multiplication d’interactions avec les pays voisins possédant une façade maritime. Indépendance, ouverture sur le monde et désenclavement vont ainsi de pair. Ce qui signifie aussi que d’une manière ou d’une autre les bouleversements intervenus en Asie centrale ont des répercussions qui vont au-delà de l’espace ex-soviétique.

c. Le découpage territorial58

  • 58 Les conflits frontaliers et territoriaux potentiels sont extrêmement nombreux en Asie centrale. D. (...)
  • 59 ROY, O., La nouvelle Asie centrale ou la fabrication des nations, Paris, Editions du Seuil, 1997, 3 (...)
  • 60 Voir SABOL, S., “The creation of Soviet Central Asia: the 1924 national delimitation”, Central Asia (...)
  • 61 C’est la thèse que soutient par exemple Hélène Carrère d’Encausse in CARRERE D’ENCAUSSE, H., Le gra (...)
  • 62 Voir HIRSCH, F., Empire of Nations: Colonial Technologies and the making of the Soviet Union, 1917- (...)
  • 63 Selon l’expression de Francine Hirsch.
  • 64 HIRSCH, F., “Toward an Empire of Nations; border-making and the formation of Soviet national identi (...)
  • 65 Voir l’analyse du tracé des frontières des Républiques d’Asie centrale in BALLAND, D., « Diviser l’ (...)
  • 66 Ainsi par exemple, les républiques qui contrôlent l’eau en Asie centrale (Tadjikistan et Kirghizsta (...)
  • 67 On trouve ainsi des Ouzbeks à Tchimkent et Djamboul au Kazakhstan, à Och en République kirghize, à (...)
  • 68 Chiffres tirés de KHAN, N., “The Afghanistan Campaign: Implications for Uzbekistan”, Caucasus and C (...)
  • 69 Voir infra.
  • 70 ROY, O., « Les républiques musulmanes de l’ex-URSS », Les Cahiers de l’Orient, n° 41, premier trime (...)
  • 71 “Uzbekistan risks instability with self-isolationist strategy”, Eurasia Insight, March 10, 2000.
  • 72 Voir ICG, “Central Asia: border disputes and conflict potential”, Asia Report, n° 33, Osh/ Brussels (...)
  • 73 KHURRAMOV, S., “Building borders”, Transitions Online, 26 June 2000.

11Les pays d’Asie centrale tels qu’ils sont aujourd’hui représentés sur les cartes géographiques doivent leur existence au système soviétique. Les territoires, les frontières, les capitales et même les langues, du moins dans leur forme écrite, sont des « inventions » ou en tout cas des « fixations » nées de l’imaginaire soviétique des années 1920-193059. Le découpage territorial de 1924 est à l’origine d’une bonne partie des frontières actuelles des États indépendants en Asie centrale60. Ces dernières ne seront définitivement fixées qu’en 1936. La logique du processus de délimitation mis en œuvre par les Soviétiques au début des années 1920 est cependant délicate à identifier. Certains historiens estiment que les autorités soviétiques ont simplement été guidées par le principe « diviser pour régner »61. D’autres chercheurs avancent l’idée d’un découpage « national » dans sa forme mais « socialiste » dans son contenu, c’est-à-dire que la logique de l’Union l’emportait en cas de conflit et in fine sur la logique nationale62. L’objectif ultime de ce processus évolutionniste de création de « nations » était que ces dernières finissent un jour par se dissoudre dans une union socialiste de peuples dénationalisés63. En ce qui concerne les découpages territoriaux et la fixation des frontières, la commission soviétique aurait retenu les critères ethnographiques, économiques mais aussi administratifs64. La délimitation était en tout cas conçue pour placer l’administration centrale soviétique en position d’arbitre en cas de conflit entre les entités créées. Est-ce que le processus de découpage a été planifié par le Kremlin pour qu’aucune des unités territoriales constituées ne puisse être viable en dehors du système soviétique ? C’est une question à la laquelle les historiens apporteront sans doute bientôt une réponse précise. On peut en tout cas constater que ces entités étaient fragilisées dès le départ, du fait du tracé complexe des frontières65, de l’allocation des ressources66, de la création d’enclaves et de l’existence de minorités ethniques importantes sur leur territoire. Ainsi, la ville de Och à majorité ouzbèke a été rattachée à la République kirghize alors que Samarkand et Boukhara, à majorité tadjike, ont été attribuées à l’Ouzbékistan. L’enclave de Soukh, entourée par la République kirghize, a ainsi été placée sous la souveraineté de l’Ouzbékistan alors que sa population se compose de 95 % de Tadjiks et 5 % de Kirghizes. On pourrait multiplier les exemples. Les nationalités titulaires vivant en dehors de leur République éponyme constituent une source importante de conflit potentiel. On trouve ainsi une minorité ouzbèke dans les quatre autres républiques d’Asie centrale ainsi qu’en Afghanistan67. Elle représente 2,3 % de la population du Kazakhstan, 13 % de la population de la République kirghize, 25 % de la population du Tadjikistan, et 9,2 % de la population du Turkménistan68. Il est souvent difficile d’identifier une rationalité économique, géographique ou ethnique aux frontières des républiques d’Asie centrale. Le cas de la vallée du Ferghana constitue certainement la meilleure illustration de ce problème. Cet espace, unifié sur les plans géographique et historique, a ainsi été brisé et partagé entre trois républiques69. Le découpage territorial de l’Asie centrale opéré à l’époque soviétique n’a pas fait disparaître le caractère multiethnique des pays (en 1989, 43 % de Kazakhs, 52 % de Kirghizes, 60 % de Tadjiks, 72 % d’Ouzbeks, 72 % de Turkmènes vivaient respectivement dans le pays qui porte le nom de l’ethnie dominante). Au Kazakhstan par exemple, la nationalité éponyme n’était pas majoritaire dans la République au moment où celle-ci a accédé à l’indépendance. Si l’on ajoute à ces éléments la persistance d’attractions de type localiste et clanique ainsi que l’importance du nombre de populations allogènes d’origine « européenne » ou originaires du Caucase en Asie centrale, on mesure mieux la fragilité de ces États au moment de leur accession à l’indépendance. Étant donné la nature complexe des frontières en Asie centrale et malgré leur caractère artificiel, certains observateurs ont relevé que toute remise en cause de cet état de fait « ouvrirait la boîte de Pandore »70. C’est pourquoi au moment de l’indépendance, personne n’a pris la responsabilité de contester les frontières héritées de la période soviétique. Ces frontières, dont le contour reste parfois flou dans certaines régions, se sont cristallisées. Elles ont acquis une certaine solidité, en tout cas dans l’imaginaire des dirigeants des Républiques, à défaut de l’avoir parfois sur le terrain. Le risque de leur remise en cause ne peut cependant être aujourd’hui complètement écarté comme le démontrent les tensions sporadiques entre l’Ouzbékistan et le Kazakhstan71 ou entre l’Ouzbékistan et la République kirghize72. Certains sont en effet tentés d’instrumentaliser ces questions à des fins de politiques internes73.

2. De la population

12S’agissant de la population, il faut relever le faible poids démographique de la région comparée aux autres concentrations de populations en Asie. Peuplées d’environ 55 millions d’habitants, les cinq républiques d’Asie centrale ont moins d’habitants que l’Iran voisin qui, à lui seul, compte 65 millions d’habitants. Du point de vue de l’importance de la population par État, l’Ouzbékistan, avec ses 23 millions d’habitants, est le pays le plus peuplé suivi du Kazakhstan qui compte 16 millions d’habitants. La population des trois autres pays oscille entre 4 et 7 millions d’habitants. Les Ouzbeks sont également le groupe ethnique le plus important d’Asie centrale d’un point de vue numérique. Si on additionne les Ouzbeks vivant en Ouzbékistan et les minorités ouzbèkes habitant en dehors de leur république éponyme, on constate que ce groupe ethnique représente à lui seul environ 37 % de l’ensemble de la population de l’espace centrasiatique.

  • 74 Voir CHUVIN, P., GENTELLE, P., Asie centrale: l’indépendance, le pétrole et l’islam, Paris, Le Mond (...)
  • 75 Voir AKINER, S., Islamic Peoples of the Soviet Union, London, Kegan Paul International, 1983, xiii- (...)
  • 76 Par exemple, SCHATZ, E., “The politics of multiple identities: lineage and ethnicity in Kazakhstan” (...)
  • 77 Voir NEKRIC, A., Les peuples punis : la déportation et le sort des minorités soviétiques à la fin d (...)
  • 78 Sur l’origine de ce groupe ethnique en Ouzbékistan et au Kazakhstan, voir GELIB, M., “An early Sovi (...)
  • 79 Voir FANE, D., “Ethnicity and regionalism in Uzbekistan”, in Ethnic Conflict in the Post-Soviet Wor (...)

13Si on compare cependant la région avec ses voisins proches (Iran, Russie, Pakistan, Inde, Chine), il est clair que, sur le plan démographique, l’Asie centrale peut être qualifiée de « vide entouré de plein »74. Du point de vue ethnolinguistique et ethno-religieux la situation de l’Asie centrale peut paradoxalement se présenter sous deux formes très différentes. A partir d’une certaine perspective, on peut avoir une vision très homogénéisante qui consiste à distinguer dans cette région deux caractéristiques essentielles : la prédominance des langues turques, d’une part, et celle de l’islam sunnite, d’autre part. Si cette vision n’est pas inexacte, on peut néanmoins découvrir un autre aspect de la réalité, celui qui dévoile l’extraordinaire complexité ethnique de la région75. Les groupes, sous-groupes, clans, lignages, tribus sont nombreux et très importants pour comprendre le jeu politique dans la région76 ; les populations immigrées (des ressortissantes Russes, Arméniens, Ukrainiens, Tatars, Azéris mais aussi des autres régions l’ex-URSS), les populations déplacées de force (originaires du Caucase comme les Tchétchènes ou les Meshkets77, les Allemands de la Volga ou les Coréens78) sont d’origines très diverses ; les tendances régionalistes et localistes sont extrêmement nombreuses79 ; orthodoxes, membres d’Églises réformées, juifs, ismaéliens sont presque partout présents. Pour de nombreuses populations, comme par exemple les Tadjiks d’Ouzbékistan, les subdivisions ethniques ne font pas toujours sens dans la mesure où ils sont soit bilingues (ouzbek/tadjik) et même souvent trilingues (parlant aussi le russe) ou, pour des raisons de commodités pratiques et politiques, ils se déclarent comme appartenant à la nationalité dominante de la République.

  • 80 Voir SMITH, D.L., Opening Pandora’s Box: Ethnicity and Central Asian Militaries, Stratégic Studies (...)

14A titre d’information, le tableau ci-dessous offre une idée de la complexité de la composition ethnique des républiques d’Asie centrale, en ne tenant compte que des groupes numériquement les plus importants. Pour ne prendre qu’un exemple, on retiendra que l’Ouzbékistan ne compterait pas moins de 121 groupes ethniques sur son territoire80.

2. Répartition ethnique de la population en 1999-2000

2. Répartition ethnique de la population en 1999-2000

3. De l’histoire

15Trois caractéristiques distinguent l’Asie centrale contemporaine des autres régions du continent asiatique : la colonisation russe, la domination directe de l’Union soviétique et la forme très particulière d’accession à l’indépendance. Mais avant d’évoquer ces traits, un rapide survol de l’histoire dans la région depuis la formation des Khanats ouzbeks jusqu’à leur absorption par l’Union soviétique s’impose.

a. Des Khanats à l’Union soviétique

  • 81 Concernant l’histoire de la zone avant cette période, voir Central Asia, Gavin Hambly with Alexandr (...)
  • 82 Voir FOLTZ, R., “Central Asian in the Administration of Mughal India”, Journal of Asian History, vo (...)
  • 83 L’influence réelle du commerce maritime sur le déclin commercial de l’Asie centrale est très discut (...)
  • 84 Voir ALLWORTH, E., The Modem Uzbeks, from the Fourteenth Century to the Present. A Cultural History (...)
  • 85 Voir BURTON, A., The Bukharans. A Dynastic, Diplomatie and Commercial History 1550-1702, Richmond S (...)
  • 86 Concernant la montée en puissance de ce khanat, voir SAGUCHI, T., “The Eastern Trade of the Khoqand (...)
  • 87 FOURNIAU, V., Histoire de l’Asie centrale, op. cit., p. 83.

16Après l’effondrement de l’Empire timouride, l’espace centrasiatique se disloque en khanats (principautés, khan étant un titre de noblesse turco-mongole) rivaux81. Ces khanats, connus sous le nom de khanats ouzbeks, sont issus de la tentative d’Abou-Khayr Chaybanide d’instaurer un grand royaume ouzbek au xve siècle, tentative reprise plus tard par son petit-fils, Mohammad Chaybani, qui entre en conflit avec les safavides de Perse. A la fin du xvie siècle, un autre Chaybanide, Abdollah. tente de les réunir sous son autorité, mais le pouvoir chaybanide s’effondre après l’intervention de l’empereur safavide, Shah Abbas. A partir du xvie siècle, l’Asie centrale va connaître un isolement relatif à cause de la montée en puissance de la Russie au nord et d’un pouvoir shi’ite en Iran, pouvoir qui l’isole d’une partie importante du monde musulman. De nombreux individus originaires d’Asie centrale continuent toutefois à voyager, à commercer et aussi à faire carrière chez les empereurs Moghols de l’Inde82. Contrairement à une opinion commune, il reste difficile d’évaluer le rôle réel de l’essor des communications maritimes entre l’Europe et l’Asie sur le commerce de caravanes à travers l’Asie centrale. Ce n’est, semble-t-il, que très progressivement que les liaisons commerciales terrestres à travers cette région vont décliner83. Toutefois, l’affaiblissement et le fractionnement de l’Asie centrale s’amorcent avec le développement des rivalités politiques entre clans ouzbeks84. Le domaine ouzbek fut divisé en deux principautés. Le principal État ouzbek était le khanat de Boukhara85 et l’autre celui de Khorezm, plus connu sous le nom de Khiva, sa capitale. A ces deux États vint s’ajouter un troisième, le khanat de Khokand, dont la vallée de Ferghana était le cœur86. Entre le xviie siècle et le début du xxe siècle, l’histoire des khanats fut essentiellement marquée par les changements dynastiques, les rivalités incessantes, les disputes territoriales. Avant leur arrivée dans la région, durant la période précoloniale, les Russes entrèrent en contact avec les khanats ouzbeks. Comme le souligne Vincent Fourniau, les relations entre Russes et Ouzbeks à l’époque « ont une grande originalité : a) ce furent des relations d’État à État, b) elles ont pris forme dès les débuts de l’histoire des khanats ouzbeks, en Transoxiane, c) la Russie fut l’unique partenaire européen de ces derniers durant trois siècles, d) les souverains ouzbeks ont les premiers cherché à nouer des contacts avec la Russie »87.

  • 88 Concernant l’histoire de la domination russe en Asie centrale voir PIERCE, R., Russian Central Asia (...)
  • 89 Voir “The annexation of Kazakhstan to Russia”, Central Asia Review, vol. 6, n° 4, 1958, pp. 408-414 (...)
  • 90 Voir le récit de la mission du comte Ignatiev in IGNATIEV, N.P., Mission of N.P, Ignatiev to Khiva (...)
  • 91 SARAY M., “The Russian conquest of Central Asia”, Central Asian Survey, vol. 1, n° 2-3, 1982-1983, (...)
  • 92 GOPAL, S., “Driving the Wedge: The Russian Occupation of Tashkent in 1865”, Journal of Indian Histo (...)
  • 93 Concernant le général Kaufman et son administration du Turkestan voir le témoignage contemporain de (...)
  • 94 En février 1865 fut créé l’ oblast du Turkestan soumi au goubernia d’Orenbourg qui comprenait les t (...)

17L’avancée de la Russie en direction de l’Asie centrale procède d’une stratégie de longue durée dont la fondation de la ville d’Orenbourg, au milieu du xviiie siècle sur les bords du fleuve Oural, constitue le premier acte88. Durant ce siècle, les Russes vont surtout jouer de la rivalité entre Kazakhs pour leur imposer progressivement leur protectorat89. Durant près d’un siècle, les Russes bâtirent aux confins nord-est de l’Asie centrale un chapelet de forteresses appelé ligne Irtych. Vers le milieu du xixe siècle, ils commencèrent à se remettre en mouvement dans deux directions différentes. Partant de la ligne Irtych, les troupes russes défont les Kazakhs révoltés et élèvent en 1854 la forteresse de Verny (« La Fidèle »), qui deviendra Alma-Ata puis Almaty après 1991. Cette avancée vers l’est se fait au détriment de l’Empire chinois des Qing qui exerce théoriquement une suzeraineté sur les territoires Kazakhs situés à l’est et au sud du lac Balkach. En 1864, par le traité de Tchougoutchak, Pékin sera contrainte de céder ses droits sur cette région à Saint-Pétersbourg. Parallèlement à cette percée, les Russes avancent d’Orenbourg en direction de la mer d’Aral et arrivent à l’embouchure du Syr Darya en 1847. En 1853, ils contrôlent le cours moyen du fleuve. Le projet de conquête de la Transoxiane se précise90. La conquête et la soumission des trois khanats ouzbeks de Khokand, Boukhara et Khiva par les Russes prendront deux décennies, de 1853 à 187391. La prise en 1853 de la forteresse d’Ak Masdjid, située dans la vallée du Syr Darya, donne le signal de l’avancée russe en territoire du Khokand. Le 15 juin 1865, la conquête de Tachkent, la plus grande ville de l’Asie centrale, par le général Tchernaev, marque le début du conflit avec l’émirat de Boukhara92. En juillet 1867, un général de l’armée du Tsar, von Kaufman, est nommé gouverneur du Turkestan avec Tachkent pour capitale. Il occupera ce poste jusqu’à sa mort en 188293. C’est pendant cette période d’une quinzaine d’années que la quasitotalité de la région sera soumise. Ainsi, en 1868, les forces russes pénètrent dans l’émirat de Boukhara, alors considéré comme principale puissance de la région, et s’emparent de la ville historique de Samarkand (1868). En juin de la même année, l’Emir signe un traité faisant de l’émirat de Boukhara un protectorat russe. Poursuivant leur politique expansionniste, les Russes s’attaquent au khanat de Khiva qui est vassalisé en 1873 et doit céder à la Russie les territoires situés sur la rive droite de l’Amou Darya. En 1876, à la suite d’une révolte dans la vallée du Ferghana, le khanat de Khokand est purement et simplement aboli pour être incorporé d’autorité au gouvernorat général du Turkestan94.

  • 95 Concernant ce chemin de fer voir CURZON, G.N., Russia in Central Asia in 1889 and the Anglo-Russian (...)

18A partir de 1873, les Russes se tournent contre les tribus turkmènes vivant dans une vaste région s’étendant de l’est de la Caspienne aux frontières de l’Iran et de l’Afghanistan. Ils occupent d’abord la rive orientale de la mer et entreprennent, à partir du port de Krasnodovsk, la construction d’un chemin de fer, le « Transcaspien »95. La campagne militaire débute en 1887 et se solde par l’écrasement, en 1881, des tribus turkmènes à Geok-Tepe près du fleuve Atrak. En 1884, l’oasis de Merv située près des frontières iraniennes est annexée. L’année suivante, ce sera le tour d’une autre, Pandjeh, proche quant à elle du territoire afghan. Une commission anglo-russe fixe la frontière de l’Empire russe avec l’Afghanistan en 1887, mais ce tracé sera remis en cause en 1891, quand les Russes vont entreprendre la conquête du Pamir. Dans cette région, la nouvelle ligne frontière avec l’Afghanistan sera établie en 1895.

  • 96 Voir BENNIGSEN BROXUP, M. et al., The North Caucasus Barrier. The Russian Advance toward the Muslim (...)
  • 97 Voir l’examen des motivations de Saint-Pétresbourg in MACKENZIE D., “Russian expansion in Central A (...)
  • 98 Voir JOFFE, M., “Autocracy, Capitalism and Empire: The Politics of Irrigation”, The, Russian Review (...)
  • 99 Sur ce point voir “D.A. Miljutin et la politique extérieure de la Russie” in HAMMER, M., Questions (...)
  • 100 Sur la rivalité anglo-russe en Asie centrale voir GILLARD, D., The Struggle for Asia. 1828-1914. A (...)
  • 101 Voir KLEIN, L, “The Anglo-Russian Convention and the problem of Central Asia, 1907-1914”, Journal o (...)
  • 102 CARRERE d’ENCAUSSE, H., Réformes et révolution chez les musulmans de l’Empire russe. Bukhara 1867-1 (...)

19La colonisation de l’Asie centrale fut dans l’ensemble assez facilement réalisée, surtout si on la compare avec celle du Caucase96. On compte moins de deux mille tués du côté russe. Elle s’inscrit dans la logique de la politique des tsars à l’égard de l’Asie tout en tenant également compte d’autres facteurs97. En effet, sur le plan économique, si Saint-Pétersbourg souhaite accroître son commerce, obtenir de nouveaux marchés et trouver des matières premières. Elle ambitionne également de développer une production de coton98. D’autre part, la motivation des Russes est aussi géopolitique. Ils veulent prévenir toute pénétration britannique par le sud mais aussi prendre des gages afin de menacer la position anglaise dans le sous-continent indien, au cas où Londres déciderait de renouveler l’opération qu’elle avait menée en Crimée en 185399. La rivalité anglo-russe dans la région se traduisit par un demi-siècle de tensions entre les deux puissances impériales, ponctué par la signature de quelques traités mais elle ne dégénéra jamais en conflit ouvert100. Dans la zone britannique, l’Afghanistan et, dans la zone russe, Boukhara, jouèrent le rôle d’États tampons. La question entre Londres et Saint-Pétersbourg sera définitivement réglée par la convention du 31 août 1907 concernant l’Afghanistan, la Perse et le Tibet101. L’Asie centrale fut administrée par les Russes dans le plus pur style colonial. Alors que l’administration du Turkestan était placée sous la tutelle du ministère de la guerre, les khanats de Khiva et de Boukhara, dont les territoires avaient été fortement amputés, jouissaient d’un statut de protectorat relevant du ministère russe des Affaires étrangères. Ainsi, « la Russie était représentée à Bukhara par un agent politique qui prit l’allure d’un ambassadeur [...] et ceci donnait à Bukhara un air de quasi-indépendance qui contribua au prestige extérieur de l’Emir »102. En ménageant l’Emir, la Russie cherchait sans doute à projeter une image positive d’elle-même en direction des populations musulmanes d’Asie, mais cette politique de présence directe avait aussi un autre but : inciter l’Angleterre à faire de même en Afghanistan. La politique russe en Asie centrale n’avait évidemment pas pour unique objectif le partage des zones d’influence avec l’Angleterre en Asie ; elle visait aussi à la colonisation des terres et à l’exploitation économique. Dans les steppes du Kazakhstan, les paysans russes vinrent s’installer en nombre. Dans d’autres régions, le peuplement russe fut surtout lié à l’installation de garnisons, à la construction de routes et de chemins de fer, au développement des infrastructures administratives et à la mise en place de réseaux commerciaux. Du point de vue agricole, la présence russe eut un impact considérable sur l’Asie centrale méridionale : le développement de la culture du coton aux dépens des cultures vivrières et du blé.

  • 103 Concernant le djadidisme, voir le numéro spécial des Cahiers du monde russe consacré à cette questi (...)
  • 104 SOKOL, E.D., The revolt of 1916 in Russian Central Asia, Baltimore, 1954, 188 p. et BROWER, D., “Ky (...)
  • 105 Voir les pages sombres que René Gagnât consacrent à la révolte de 1916 in GAGNAT, R., La rumeur des (...)
  • 106 Voir BUTTINO, M., « Turkestan 1917 : la Révolution des Russes », Cahiers du monde russe et soviétiq (...)
  • 107 Chiffre donné in CAGNAT, R., La rumeur des steppes. Aral, Asie centrale, Russie, op. cit., p. 164.
  • 108 Voir FRASER, G., “Alim Khan and the Fall of the Bokharan Emirate in 1920”, Central Asian Survey, vo (...)
  • 109 OLCOTT, M. Brill, “The Basmachi or Freemen’s Revolt in Turkestan, 1918-1924”, Soviet Studies, vol.  (...)
  • 110 Auteur cité par R. Gagnat. Voir le chapitre que ce dernier consacre à cette période in GAGNAT, R., (...)

20A la fin du xixe siècle, l’Empire est à son apogée, le Tsar règne sur plus de 126 millions de sujets, selon le recensement de 1897, et la “pax russica” s’étend sur près de la moitié de la superficie de l’Eurasie. Les mouvements révolutionnaires, qui se déclenchent en Russie à partir de 1905, vont en une douzaine d’années ébranler ce bel édifice. En Asie centrale, la « révolution » de 1905 met fin provisoirement à la politique de russification entreprise durant les premières années du règne de Nicolas II (1894-1917). A la faveur de quelques libertés obtenues grâce au Manifeste de Nicolas II publié le 30 octobre 1905, les peuples non russes de l’Empire commencent à publier une presse dans leurs langues nationales. Ils seront représentés de manière assez satisfaisante à la première Douma ; de nombreux partis et associations seront créés. Très rapidement, la politique autoritaire reprend ses droits. En 1907, la politique « libérale » inaugurée en 1905 a fait long feu. La « révolution » de 1905 fut un phénomène essentiellement russe. Mis à part la Transcaucasie, les musulmans de l’Empire restèrent à l’écart de cet événement. Cependant, à la suite de la défaite russe face au Japon, une agitation croissante pénètre la vie des campagnes et des villes où les idées réformistes commencent à rencontrer un succès populaire. Ces idées, développées déjà depuis deux décennies au moins par les Tatars de Russie, seront stimulées par les courants réformistes qui à l’époque s’épanouissent dans l’Empire ottoman ainsi qu’en Perse voisine. Elles se traduisent dans ces pays par des mouvements révolutionnaires comme celui des Jeunes turcs ou des constitutionnalistes iraniens. A Boukhara, le réformisme prendra le nom de djadidisme (nouveau, moderne)103. La réforme de l’enseignement, le lancement d’une presse nationale, la mise en place d’un groupe organisé, telles furent les premières préoccupations du djadidisme. Mais à partir des années 1910, face à la réaction des qadimistes (conservateurs), les modernistes durent, à l’image de l’Iran et de la Turquie, constituer des sociétés secrètes. Lorsqu’en juillet 1914, la Russie entra en guerre contre les Empires centraux aux côtés de ses alliés de l’Entente, les populations de l’Asie centrale firent preuve de loyalisme à l’égard de l’État russe. Cependant, en 1916, lorsque le pouvoir central voudra enrôler les musulmans dans l’armée impériale pour les envoyer sur le front européen, la révolte éclatera dans toute la zone104. La répression sera sévère et particulièrement brutale au Kirghizstan105. La révolution de 1917 ne concernera pas vraiment les populations d’Asie centrale106, qui auront cependant à subir les conséquences de la guerre civile, notamment la famine. Entre 1919 et 1923, cette dernière emportera en Asie centrale environ deux millions de personnes107. Le 1er mai 1918 sera créée une république soviétique du Turkestan, intégrée à la Russie soviétique tandis que, sous le nom de République de Boukhara et de République de Khorezm, les émirats autonomes de Boukhara et de Khiva, seront érigés en États indépendants alliés à la République socialiste fédérative des soviets de Russie (RFS de Russie). En février 1920, Khiva est investie par l’Armée rouge. En septembre, l’Armée rouge et les opposants Jeunes Boukhares prennent Boukhara d’où l’Emir avait fui108. De 1918 à 1924, la politique bolchevique à l’égard de ces deux émirats se déroule en trois grandes phases. Dans un premier temps, le nouveau pouvoir se soucie peu des tendances centrifuges qui peuvent apparaître dans ces régions. Sa préoccupation essentielle se limite à éviter l’émergence de mouvements contre-révolutionnaires qui pourraient menacer l’existence du régime bolchevik. A partir de 1920, les bolcheviks modifient leur point de vue. Les révolutions européennes tant attendues tardant à se produire, les nouveaux dirigeants à Moscou se tournent vers les pays d’Orient et, en premier lieu, vers ceux qui avaient appartenu à l’Empire, mais cette fois sans refaire de l’impérialisme. Par rapport à l’Asie centrale, la conciliation du thème de l’indépendance nationale avec celui de la réunification volontaire était désormais le nouvel objectif très subtil de la révolution. Il fallait en effet démontrer que la révolution russe respectait les aspirations nationales, tout en encourageant les élites modernistes à s’intégrer dans le courant révolutionnaire communiste et internationaliste. Ce sera chose faite à partir de 1924. La soumission des peuples musulmans à l’ordre soviétique ne se fera toutefois pas sans heurts. En Asie centrale, le mouvement des Basmatchis (« brigands » en ouzbek) commença dès 1918 et se poursuivit durant une dizaine d’années109. Ce mouvement, dont le foyer principal se trouvait dans la vallée du Ferghana, consistait en un soulèvement populaire antisoviétique regroupant les couches les plus pauvres de la population, des chefs de tribus, des mollahs et quelques nationalistes. Les Basmatchis, malgré quelques tentatives, n’eurent jamais de commandement unique et ne cessèrent d’être un agrégat de bandes armées très dispersées dans la partie méridionale de l’Asie centrale. Outre ce mouvement, la résistance à la collectivisation lancée par Staline en 1928 sera également forte, en particulier chez les nomades kazakhs. Ces derniers payeront très cher leur résistance à la volonté du dirigeant soviétique, puisqu’on estime que la moitié de la population kazakhe disparaîtra en raison de la répression, de l’émigration et surtout de la terrible famine qui la frappera à partir de 1930. Cette période particulièrement tragique de l’histoire kazakhe a été baptisée par Valerii Mikhaïlov, le « grand djout », du nom d’un phénomène climatique qui frappe parfois la steppe en la couvrant d’un bouclier de glace empêchant les troupeaux de se nourrir110. Avec l’écrasement des Basmatchis, la mise au pas des nomades kazakhs et l’élimination, lors des purges des années 1930, des élites politiques locales issues de la révolution au profit d’une nouvelle génération dévouée à Staline, l’Asie centrale intégrait le giron de l’Union soviétique pour n’en sortir qu’en 1991.

b. L’expérience coloniale russe

  • 111 ABDURAKHIMOVA, N. A., “The colonial System of power in Turkistan”, International Journal of Middle (...)
  • 112 Ce phénomène de formation du territoire de la Russie par accrétion constitue la base historique sur (...)
  • 113 FERRO, M., « Colonisation russe-soviétique et colonialismes occidentaux : une brève comparaison », (...)
  • 114 BESANCON, A., Présent soviétique et passé russe, Paris, Hachette, 1986, p. 164.
  • 115 CAGNAT, R., La rumeur des steppes. Aral, Asie centrale, Russie, op. cit., p. 176.

21Traditionnellement, la colonisation moderne, celle qui est associée à la Renaissance et aux Grandes découvertes, est un terme qui s’applique à la mainmise sur une terre lointaine située la plupart du temps au-delà des mers. Mais cette définition ne s’applique pas à la colonisation russe puisqu’il y a contiguïté territoriale entre la métropole et ses « colonies ». Nous sommes en présence d’une colonisation continentale qui a aussi une autre particularité, celle de se produire à la suite de l’expansion territoriale qui donne naissance à la Russie elle-même111. Tenant d’une pièce, cet empire où les limites des terres des conquérants et celles des terres conquises ne sont pas clairement distinguées est comparable aux empires terrestres de l’Antiquité, ou aux empires asiatiques mongol et chinois. En d’autres termes, la colonisation russe n’est pas une rupture dans l’évolution historique de la Russie. Elle fait partie des origines historiques du pays, c’est-à-dire de la formation des assises territoriales de la Russie, à partir d’une lente extension de la Moscovie. Dans ces conditions, il n’y a rien d’étonnant à ce que le problème national russe et le problème colonial de la Russie soient difficilement dissociables112. Ainsi, comme le remarque Marc Ferro, « les Russes sont le seul peuple à considérer que la colonisation constitue l’essence même de leur histoire »113. La prise de Kazan en 1552 et celle d’Astrakan en 1556 marquent une étape historique importante : après trois siècles de joug tatar, l’empire russe succède à l’empire des steppes formé par les nomades venus d’Asie. Désormais, les Russes vont progressivement étendre leur domination sur les steppes d’Asie pour plus tard pénétrer au cœur de l’Asie centrale. Le grand prince succède au khan et devient tsar. Mais dans cet empire qui se forme, le tsar ne considère pas que ses sujets Russes méritent le statut des Tatars sous le prince tatar, mais celui des Russes sous les princes tatars. Le tsar se considère comme « le conquérant de ses propres sujets ». Ceux-ci étaient, ainsi qu’il le dira à un visiteur occidental « tous des esclaves ». Comme le souligne Alain Besançon : « l’Empire russe, c’est son originalité, ne comporte pas de noyau privilégié et une périphérie soumise »114. Cette manière de faire aura par la suite une conséquence importante dans les « colonies ». La distinction entre « colonisés » et « colonisateurs » ne sera en effet pas aussi nette que dans les colonies occidentales. René Cagnat a écrit à propos de la colonisation russe en Asie centrale que « jamais peut-être il n’y eut de colonisateur aussi implacable et, en même temps, aussi proche des populations indigènes »115.

  • 116 SOKOLOFF, G., La Puissance pauvre. Une histoire de la Russie de 1815 à nos jours, Paris, Fayard, 19 (...)

22Une autre particularité de l’Empire russe est d’avoir été formé avec des ressources matérielles et humaines dérisoires. Le conquérant est pauvre et son empire demeurera un empire pauvre116. La force brute peut expliquer la conquête mais le maintien de l’empire s’explique par l’adhésion des élites et du peuple russe au caractère impérial de leur pays, ainsi que par la capacité de la Russie d’inclure dans ses rouages dirigeants les élites locales du fait même d’une certaine égalité de traitement réservée à toutes les populations. Si l’accès à l’or, la fascination qu’exerce l’expérience coloniale de l’Occident et la défense du domaine russe face aux menaces supposées des barbares furent des stimulants à l’expansion, la religion orthodoxe n’entrera en jeu que de manière tardive et sa vocation sera davantage défensive (à l’ouest par rapport à la percée des églises protestantes et catholiques, au sud face à l’islam) qu’offensive. Ainsi, la légitimité du tsar est double : il est à la fois héritier du Khan et du basileus byzantin. Les conséquences de la logique de la colonisation russe sont qu’économiquement, il y a une unité du marché et des communications et que politiquement, le déploiement de l’autorité centrale est facilité. L’Empire puis l’Union forment un tout ; les frontières de la « métropole », se confondent avec celles de la Russie. En cas d’agression, l’« arrière » permet le repli et sa conquête est difficile tant elle est immense. Enfin la continuité territoriale entraîne une certaine homogénéité culturelle, facilitée par les migrations internes dans les deux sens.

b. La phase soviétique

23Les républiques méridionales ex-soviétiques qui ont accédé à l’indépendance en 1991 ont vécu, durant la période soviétique, un processus de développement économique et politique bien particulier. Il est vrai qu’un certain nombre d’États du Tiers-Monde – surtout en Asie mais aussi quelques-uns en Afrique et en Amérique latine – ont également connu une expérience de développement inspirée par celle de l’Union soviétique. Cependant, aucun n’a été totalement intégré à l’URSS et, par conséquent n’a été aussi durablement, aussi directement et aussi profondément touché par le marxisme-léninisme soviétique pratiqué à partir de Moscou et cela durant plus de soixante-dix ans. De ce fait, malgré l’existence de traits communs qu’ils partagent avec d’autres pays du « Sud », ces États possèdent des caractéristiques distinctes à tel point que l’on peut s’interroger sur la possibilité de les placer ou non dans cette catégorie.

c. L’indépendance sans sa revendication

24Parmi les facteurs qui contribuent à donner un intérêt particulier à la réflexion sur le cas de ces nouveaux États indépendants, un aspect important concerne précisément leur indépendance. L’accession de ces pays au statut d’État indépendant se passe dans une situation très différente de celle qu’ont connue les autres pays d’Asie et d’Afrique. Dans l’ensemble, il y a absence totale d’un véritable mouvement politique réclamant l’indépendance à l’intérieur des pays. Le passage à l’indépendance, la rupture avec la « métropole » est le fait de l’effondrement politique du centre et non pas la conséquence d’une volonté politique exprimée par les populations de la périphérie. Ces pays, qui s’engagent malgré eux dans la voie de l’indépendance, le font aussi dans un contexte international très particulier marqué par la fin de la guerre froide, alors que la décolonisation de l’Asie et de l’Afrique s’était déroulée dans une des périodes les plus tendues de la guerre froide (entre 1947, date de l’indépendance de l’Inde et 1960, date de l’indépendance de 17 États africains). De plus, l’indépendance des pays d’Asie centrale et du Caucase se réalise au moment où l’Union soviétique et en son sein la Russie, la puissance colonisatrice, connaît elle-même l’une des plus graves crises de son histoire, ce qui constitue une situation sans précédent comparée à celle de la Grande-Bretagne, de la France, de la Hollande ou de la Belgique au moment où leurs colonies entraient dans l’ère des indépendances. Outre ces particularités qui caractérisèrent l’histoire de l’accession à l’indépendance des ex-républiques soviétiques, l’observation de ce processus s’avère d’autant plus intéressante qu’il sera probablement la dernière grande étape de la décolonisation que l’on peut suivre en temps réel. Si l’on voulait mettre en parallèle la fin de la domination russe en Asie centrale et en Transcaucasie avec d’autres formes de décolonisation, on pourrait trouver des ressemblances avec le démembrement de l’Empire ottoman ou de l’Empire austrohongrois à la suite de la Première Guerre mondiale. Cependant, il faut tenir compte des différences de contexte historique, puisque la désintégration de ces deux empires fait suite à leurs défaites militaires dans la guerre, ce qui n’est absolument pas le cas de l’Union soviétique. Si celle-ci subit une défaite, elle est d’ordre idéologique et économique. De plus, dans les Balkans, en Europe centrale, et au Moyen-Orient arabe, régions ayant appartenu aux empires des Habsbourg et des Ottomans, et où de « nouveaux » États sont formés, il existait des mouvements nationaux actifs depuis un certain nombre d’années, sinon plusieurs décennies. Ce qui, nous l’avons relevé, n’est pas le cas en Asie centrale.

Les découpages territoriaux à l'époque soviétique

Les découpages territoriaux à l'époque soviétique

D’après « Atlas des Peuples d'Orient », La Découverte, 1993

Notes

3 HAY, D., “Geographical Abstractions and the Historian”, cité in BASSIN, M., “Russia between Europe and Asia: The Ideological Construction of Geographical Space”, Slavic Review, n° 1, Spring 1991, p. 1.

4 DJALILI, M.-R., KELLNER, T., « Moyen-Orient, Caucase et Asie centrale : des concepts géopolitiques à construire et à reconstruire ? », Central Asian Survey, vol. 19, n° 1, 2000, pp. 117-140.

5 George Curzon note par exemple dans son ouvrage désormais classique que si l’imagination britannique s’est échauffée pendant des siècles à la seule évocation du nom de Boukhara, les visiteurs qui y ont pénétré ont cependant été bien rares. Anthony Jenkinson y a séjourné en 1558-1559, le colonel Garber en 1732, George Thompson en 1741, William Moorcroft et George Trebeck en 1825, le lieutenant Burnes en 1832, Stoddart et Conolly y laisseront la vie en 1842, Joseph Wolff ira s’y enquérir du destin tragique des deux précédents voyageurs en 1843, le célèbre Arminius Vambéry la visitera déguisé en derviche en 1863, l’américain E. Schuyler y passera en 1873, de même que le révérend Lansdell en 1882 et le suisse Henri Moser en 1883. Curzon enfin y séjournera en 1889. Voir leurs récits : JENKJNSON, A., Early Voyages and Travels to Russia and Persia by A.J. (1557-1572) and other Englishmen. With some account of the fïrst intercourse of the English with Russia and Central Asia by way of the Caspian Sea, edited by E.D. Morgan and CH. Coote (Hakluyt Society), London, 2 volumes, 1886 ; MOORCROFT, W., TREBECK, G., Travel in Himalayan Provinces of Hindustan and the Panjab, in Ladakh and Kashmir, in Peshawar, Kabul, Kunduz and Bokara jrom 1819 lo 1825, ed. by Horace Hayman Wilson, London, J. Murray, 1841, 2 volumes ; BURNES, A., Travels in Bokhara: containing the narrative of a voyage on the Indus and a account of a journey from India to Caboul, Tartary and Persia, 2rd ed., London, J. Murray, 1835, 3 volumes ; WOLFF, j., Narrative of a Mission lo Bokhara in the Years 1843-1845 to Ascertain the fate of Colonel Stoddart and Captain Conolly, London, 2 volumes, 1846 ; VAMBERY, A., Travels in Central Asia, London, J. Murray, 1864, xvii-443 p. ; SCHUYLER, E., Turkistan: notes of a journey in Russian Turkistan, Khokand, Bukhara and Kuldja, 2 volumes, London, Sampson Low, Marston, Searle and Rivington, 1876, x-411p. et viii-463 p. ; LANSDELL, H., Rusian Central Asia, London, 2 volumes, 1885 ; MOSER, H., A travers l’Asie centrale : la stepe kirghize, le ‘Turkestan russe, Boukhara, Khiva, le pays des Turcoman et la Perse : impressions de voyage, Paris, E. Pion Nourrit, 1885, xi-463 p. et CURZON, ON., Russia in Central Asia in 1889 and the Anglo-Russian Question, London, Longmans, Green and Co, 1889, xxiii-477 p. Concernant la fascination européenne pour Boukhara, voir l’étude de Thierry Zarcone qui reprend des extraits de certains témoignages des voyageurs cités ci-dessus, ZARCONE, Th., Boukhara l’interdite, 1830-1888 : l’Occident moderne à la conquête d’une légende, Paris, Autrement, collection Mémoires, 1997, 189 p.

6 Dictionnaire de Géopolitique, sous la direction de Yves Lacoste, Paris, Flammarion, 1993, p. 1634.

7 Il suffit de voir le nombre d’ouvrages concernant cette région publiés après 1991.

8 Voir l’étude de ce terme in BARTHOLD, W., “Ma Wara al-Nahr”, in Encyclofiédie de l’Islam, Dictionnaire géographique, ethnographique et biographique des peuples musulmans, Première Edition, publié par M. Th. Houtsma, A.J. Wensinck, E. Lévi-Provençal, H.A.M. Gibb et W. Heffening, Tome III, Leyde, E.J. Brill, Paris, C. Klincksieck, 1934, p. 477. Dans le vocable persan, on trouve l’expression Fararud qui signifie également « au-delà du fleuve ».

9 FERDOWSI, Le Livre des Rois (Shahnamé), traduit du persan par Jules Mohl, extraits choisis et revus par Gilbert Lazard, Paris, Sindbad, 1979, p. 34.

10 II existe également une acception linguistique du terme « Touran » visible dans l’expression « langues touraniennes », forgée par l’historien Bunsen en 1854 pour désigner les langues d’Asie et d’Europe qui n’étaient ni indo-européennes, ni sémitiques. Une autre acception du terme « Touran », sur le plan du mythe, a été promue par les initiateurs du mouvement « pantouranien ». Ziya Gok Alp, théoricien du « turquisme » écrira en 1914 : « La patrie des Turks n’est ni la Turquie, ni le Turkestan, leur patrie est le grand pays éternel, le Turan » (Turan, 1914), cité in MINORSKY, I.V., « Turan, in Encyclopédie de l’Islam, Première Edition, Tome IV, op. cit., p. 928. Concernant le « panturquisme » et le « pantouranisme », voir LANDAU, J., Pan-Turkism. From Irredentism to Coopération, 2nd revised ed., London, C. Hurst, 1995, 275p.

11 DAVIS, D., “Turan”, in The Encyclopaedia of Islam, New Edition, Edited by PJ. Bearman, Th. Bianquis, C.E. Bosworth, E. van Donzel and W.P. Heinrichs, vol. x, Leiden, EJ. Brill, 2000, p. 672.

12 Voir l’étude approfondie de ce terme : MINORSKY, I.V., “Turan”, in Encyclopédie de l’Islam, op. cit., pp. 924-930.

13 MINORSKY, I.V., « Turan », in Encyclopédie de l’Islam, op. cit., p. 926.

14 Idem, p. 927.

15 LEWIS, M.W., WIGEN, K.E., The Myth of Continent. A Critique of Metageography, Berkeley, London, University of California Press, 1997, p. 177.

16 MONTESQUIEU, De l’Esprit des Lois, chapitre iii, Livre XVII, Tome I, Paris, Classiques Garnier, 1961, p. 287.

17 Dans les années 30 du xxe siècle, le Britannique Peter Fleming employera encore le terme de « Tartarie » pour désigner les régions qu’il traversera depuis la Chine jusqu’en Union Soviétique en compagnie de l’aventurière suisse, Ella Maillart. Voir FLEMING, P., Courrier de Tartarie, Paris, Payot, 1992, 422p.

18 SELLIER, A., SELLIER, J, Atlas des peuples d’Orient, op. cit., p. 148.

19 BARTHOLD, W., « Turkistan » in Encyclopédie de l’Islam, Tome IV, op. cit., p. 942.

20 Voir LATTIMORE, O., “Chinese Turkistan”, in LATTIMORE, O., Studies in Frontier History, Collected papers 1928-1958, London, Oxford University Press, 1962, pp. 183-199. L’expression « Turkestan chinois » est employée in SKRINE, C.P., Chinese Central Asia. An account of travels in Northern Kashmir and Chinese Turkestan, Methuen & Co. LtD, 1926, Reprint Hong Kong/Oxford, Oxford University Press, 1986, 306 p. A l’heure actuelle, en République populaire de Chine, l’expression « Turkestan oriental » ou « Turkestan chinois » est rejetée par Pékin car, « elle implique un rattachement territorial ou culturel à un autre ensemble que. la Chine et des liens historiques extérieurs qui pourraient remettre en cause, la souveraineté chinoise » in JAN, M., « La politique de Pékin à l’égard de ses populations turcophones », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien (ci-après CEMOTI) n° 16, juillet-décembre 1993, p. 257. En chinois, le terme « Turkestan oriental » est remplacé par le mot Xinjiang” (Sinkiang) qui signifie « nouvelle frontière ». Historiquement, cette expression a été forgée en 1768 par l’empereur Qianlong de la dynastie des Qing (1644-1911) neuf ans après la conquête mandchoue qui a intégré cette région à l’Empire chinois.

21 BARTHOLD, W., « Turkistan » in Encyclopédie, de l’Islam, op. cit., p. 942.

22 D’après Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle, par M. Pierre Larousse, Tome Quinzième, Paris, Administration du Grand Dictionnaire Universel, 1876, p. 595.

23 BEALBY.J.T., KROPOTKIN, P. (Prince), « Turkestan », in The Encyclopaedia Britannica. A Dictionary of Arts, Sciences, Literature and General Information, Eleventh Edition, vol. XXVII, Cambridge at the University Press, 1911, pp. 419-426.

24 BALLAND, D., « Diviser l’indivisible : les frontières introuvables des États centrasiatiques », Hérodote, n° 84, 2e trimestre 1997, p. 100.

25 Voir CARRERE D’ENCAUSSE, H., Le grand défi : Bolcheviks et Nations, 1917-1930, Paris, Flammarion, 1987, pp. 180-186. Egalement BENNIGSEN, A., LEMERCIER-QUELQUEJAY, C., Sultan Galiev, Paris, Fayard, 1986, 305 p.

26 CARRERE d’ENCAUSSE, H., Réformes et révolution chez les musulmans de l’Empire russe. Bukhara 1867-1924, Cahiers de la fondation nationale des sciences politiques, n° 141, Paris, Armand Colin, 1966, p. 272.

27 SINNOTT, P., “The Physical Geography of Soviet Central Asia and the Aral Sea Problem” in Geographie Perspectives on Soviet Central Asia, edited by Robert A. Lewis, London and New York, Routledge, 1992, p. 74.

28 Cité in BOSWORTH, C.E., « Turkestan », in Encyclopédie de l’Islam, New Edition, Edited by PJ. Bearman, Th. Bianquis, CE. Bosworth, E. van Donzel and W.P. Heinrichs, vol. X, Leiden, EJ. Brill, 2000, p. 680.

29 Le Dictionnaire des noms de lieux signalait cependant en 1992 l’emploi régulier du mot « Turkestan » comme terme géographique général in DEROY, L., MULON, M., Dictionnaire des noms de lieux, Paris, Dictionnaires le Robert, 1992, p. 490.

30 “Central Asian Arts”, in The New Encyclopaedia Britannica, 15th Edition, vol. 15, Chicago, 1985, p. 732.

31 HUMBOLDT, A. von, Asie centrale. Recherches sur les chaînes de montagnes et la climatologie comparée, vols. I-III, Paris, Gide, 1843.

32 KHANYKOFF, N. de, Mémoire sur la partie méridionale de l’Asie centrale, Paris, 1862.

33 RICHTHOFEN, F. von, China. Ergebnisse eigener Reisen und darauf gegründuter Studien, vol. I, Berlin, 1877.

34 MUSHKETOV, I.V., Turkestan. Geologicheskoye i orograficheskoye opisanie po dannim, sobrannim vo vryemya puteshestviy s 1884 do 1880 goda, vol. I, St Petersbourg, 1886.

35 Voir MIROSHNIKOV, L.I., “A note on the meaning of the term ‘Central Asia’ as used in this book”, in History of civilizations of Central Asia, vol. 1, The Dawn of civilization: earliest times to 700 B.C., ed. A.H. Dani, V.M. Masson, Paris, Unesco Publishing, 1996, pp. 477-480.

36 « L’Inde comme facteur principal dans la question d’Asie centrale ».

37 Voir SAGUCHI, T., “Kashgaria”, Acta Asiatica, vol. 34, 1978, pp. 61-78.

38 SNESAREV, A.E., in HAUNER, M., “Central Asian Geopolitics in the Last Hundred Years: A Critical Survey from Gorchakov to Gorbachev”, Central Asian Survey, vol. 8, n° l, 1989, pp. 3-4.

39 HAUNER, M., cit. in VICHNEVSKI, A., « L’Asie centrale post-soviétique entre le colonialisme et la modernité », Revue d’études comparatives Est-Ouest, n° 4, 1995, p. 101.

40 FRANCFORT, H.-P., « Asie centrale », in Encyclopaedia Universalis, Corpus 3, Paris, 1990, p. 174.

41 ROUX, J.-P., L’Asie centrale. Histoire et civilisations, Paris, Fayard, 1997, pp. 13-14. La définition géographique de l’« Asie centrale » donnée par J.-P. Roux a une extension proche de celle dInner Asia” utilisée dans la Cambridge History of Early Inner Asia. Voir The Cambridge History of Early Inner Asia, Edited by Denis Sinor, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 1990, 518 p. Dennis Sinor considère d’ailleurs que les deux expressions sont synonymes. Voir SINOR, D., Inner Asia: History-Civilization-Languages: A Syllabus, Bloomington, Indiana University, The Hague, Mouton, 1969, p. 5. Il est intéressant de noter que cet auteur, grand spécialiste américain de la région, utilise également l’expression de “Central Eurasia, – l’Eurasie centrale –, dans ses travaux. Voir SINOR, D., “Central Eurasia”, in Inner Asia and its contacts with Medieval Europe, London, Variorum Reprints, 1977, Texte I, pp. 93-119.

42 Central Asia, Gavin Hambly with Alexandre Bennigsen, David Bivar, Garrère d’Encausse, Mahin Hajianpur, Alastair Lamb, Chantai Lemercier-Quelquejay and Richard Pierce, Weidenfeld and Nicolson, London, 1969, p. xi. André Gunder Frank relève que Arnold Toynbee, le célèbre historien britannique, a dans son oeuvre majeure, A Study of History, précisément délimité les limites géographiques de l’« Asie centrale » en donnant les latitudes et les longitudes précises de l’espace qu’il considérait être l’« Asie centrale ». Voir FRANK, A. Gunder, “The Centrality of Central Asia”, Bulletin of Concernée Asian Scholars, vol. 24, n° 2, April-June 1992, p. 52.

43 SINOR, D., “Central Eurasia”, in Inner Asia and ils contacts with Medieval Europe, op. cit., p. 96.

44 “Central Asian Arts”, in The New Encyclopaedia Britannica, op. cit., p. 732.

45 Préface de Federico Mayor in History of civilizations of Central Asia, vol. I, The dawn of civilization: earliest times to 700 B.C., op. cit., p. 2.

46 FOURNIAU, V., Histoire de VAsie centrale, Paris, PUF, 1994, p. 3.

47 Certains comme O. Roy, incluent également l’Azerbaïdjan, en tant qu’État à population musulmane, dans le groupe « Asie centrale ».

48 Pour plus de facilité, nous utilisons le terme « Kirghizstan » par préférence à celui de « République kirghize » qui est la dénomination officielle du pays dans sa constitution de 1993.

49 REY, V., BRUNET, R., Europes orientales, Russie, Asie centrale, in Géographie universelle sous la direction de Roger Brunet, Paris, Belin/Reclus, 1996, p. 449. Les auteurs établissent cependant une distinction entre le Kazakhstan auxquels ils associent la Mongolie et le Xinjiang et les quatre autres Républiques. Selon eux, le Kazakhstan doit être rapproché de l’« Asie des steppes » alors que les quatre autres Républiques se classeraient plutôt dans l’« Asie des oasis », c’est-à-dire, selon eux, l’ancien « Turkestan ».

50 OLCOTT, M. Brill , “The Myth of ‘Tsentral’naia Aziia”, Orbis, vol. 38, n° 4, Fall 1994, pp. 549-565.

51 SELLIER, A., SELLIER, J, Atlas des peuples d’Orient, Moyen-Orient, Caucase, Asie centrale, Cartographie Anne Le Fur, Paris, La Découverte, 1993, 200 p.

52 Étant donné le relief montagneux du pays, au Tadjikistan, la population se concentre sur seulement 7 % du territoire national.

53 Environ 94 % du territoire du pays est situé à une altitude qui dépasse les 1 000 m et 40 % de la superficie du pays atteint plus de 3 000 m.

54 Central Asia, Gavin Hambly with Alexandre Bennigsen, David Bivar, Carrère d’Encausse, Mahin Hajianpur, Alastair Lamb, Chantai Lemercier-Quelquejay and Richard Pierce, op. cit., p. 1.

55 SINOR, D., “Central Eurasia” in Inner Asia and Us contacts with Medieval Europe, op. cit., p. 96.

56 LLOYD, S.J., “Land-locked Central Asia: Implications for the future”, Geopolitics and International Boundaries, vol. 2, n° l, Suramer 1997, pp. 97-133.

57 Voir RABALLAND, G., « Géo-économie des États enclavés », Géo-économie, n° 22, été 2002, pp. 115-128.

58 Les conflits frontaliers et territoriaux potentiels sont extrêmement nombreux en Asie centrale. D. Carlisle, relève la liste non-exhaustive suivante : possible sécession de la République autonome de Karakalpakie de l’Ouzbékistan ; annexion de cette République par le Kazakhstan ; cession d’une partie de la région de Mangistausky du Kazakhstan au Turkménistan ; cession d’une partie de la région de Tashauz. du Turkménistan à l’Ouzbékistan ; cession de la partie nord-ouest de la région de Boukhara à la Karakalpakie ; cession du sud-est de la Karakalpakie à la région du Khorezm en Ouzbékistan ; cession d’une partie de la région du Chardzhou du Turkménistan à l’Ouzbékistan ; cession d’une partie de la région de Boukhara de l’Ouzbékistan au Turkménistan ; cession de la partie sud de la région de Tchimkent du Kazakhstan à l’Ouzbékistan ; parties de la région de Samarkand et Boukhara de l’Ouzbékistan au Tadjikistan ; cession de la région du Surkhandaria de l’Ouzbékistan au Tadjikistan ; cession du sud de la région de Och du Kirghizstan au Tadjikistan ; cession d’une partie de la région du Gorno-Badakhshan du Tadjikistan à la République kirghize ; cession d’une partie de la région de Och du Kirghizstan à l’Ouzbékistan ; cession du sud des districts de Alma-Ata et Taldy-Kurgan du Kazakhstan à la République kirghize ; cession du nord du district de l’Issyk-Kul du Kirghizstan au Kazakhstan ; cession du nord et de l’est du Kazakhstan (Kokchetav, Tselinograd, Kustanai, etc.) à la Russie..., d’après CARLISLE, D. S., “Geopolitics and Ethnie Problems of Uzbekistan and ifs Neighbours” in Muslim Eurasia: Conjticting Legacies, Yaacov Ro’i Editor, The Cummings Center Series, London, Fank Cass, 1995, p. 100.

59 ROY, O., La nouvelle Asie centrale ou la fabrication des nations, Paris, Editions du Seuil, 1997, 326 p.

60 Voir SABOL, S., “The creation of Soviet Central Asia: the 1924 national delimitation”, Central Asian Survey, vol. 14, n° 2, 1995, pp. 225-241 et GOBLE, P. A., “Stalin draws the Borders”, Central Asia Monitor, n° 2, 1995.

61 C’est la thèse que soutient par exemple Hélène Carrère d’Encausse in CARRERE D’ENCAUSSE, H., Le grand défi : Bolcheviks et Nations, 1917-1930, op. cit.. Voir les nuances apportées à cette position in SMITH, J., The Bohheviks and the National Question, 1917-1923, London, Macmillan Press, 1999, p. 85.

62 Voir HIRSCH, F., Empire of Nations: Colonial Technologies and the making of the Soviet Union, 1917-1939, PhD Departement of History, Princeton, Princeton University, June 1998, viii-346p. et HIRSCH, F, “Toward an Empire of Nations: border-making and the formation of Soviet national identifies”, The Russian Review, vol. 59, n° 2, April 2000, pp. 201-226.

63 Selon l’expression de Francine Hirsch.

64 HIRSCH, F., “Toward an Empire of Nations; border-making and the formation of Soviet national identifies”, op. cit., p. 211.

65 Voir l’analyse du tracé des frontières des Républiques d’Asie centrale in BALLAND, D., « Diviser l’indivisible : les frontières introuvables des États centrasiatiques », op. cit., pp. 77-123.

66 Ainsi par exemple, les républiques qui contrôlent l’eau en Asie centrale (Tadjikistan et Kirghizstan) ne sont pas celles qui en consomment le plus pour leur agriculture (Ouzbékistan et Kazakhstan).

67 On trouve ainsi des Ouzbeks à Tchimkent et Djamboul au Kazakhstan, à Och en République kirghize, à Hissar et Khqjend au Tadjikistan, à Tchardjou au Turkménistan et enfin dans la région allant de Koundouz à Mazar-i Sharif en Afghanistan.

68 Chiffres tirés de KHAN, N., “The Afghanistan Campaign: Implications for Uzbekistan”, Caucasus and Central Asia Nexosletter, Issue 2, Summer 2002, p. 3.

69 Voir infra.

70 ROY, O., « Les républiques musulmanes de l’ex-URSS », Les Cahiers de l’Orient, n° 41, premier trimestre 1996, p. 20.

71 “Uzbekistan risks instability with self-isolationist strategy”, Eurasia Insight, March 10, 2000.

72 Voir ICG, “Central Asia: border disputes and conflict potential”, Asia Report, n° 33, Osh/ Brussels, April 4, 2002, 41p.

73 KHURRAMOV, S., “Building borders”, Transitions Online, 26 June 2000.

74 Voir CHUVIN, P., GENTELLE, P., Asie centrale: l’indépendance, le pétrole et l’islam, Paris, Le Monde, Marabout, 1998, p. 11.

75 Voir AKINER, S., Islamic Peoples of the Soviet Union, London, Kegan Paul International, 1983, xiii-462 p., CHOUKOUROV, Charifet Roustam, Peuples d’Asie centrale, trad. du russe par Antoine Garcia et Yves Gauthier, Paris, Syros, 1994, 229 p. et KRADER, L., Peoples of Central Asia, Richmond, Curzon Press, 1997, 296 p.

76 Par exemple, SCHATZ, E., “The politics of multiple identities: lineage and ethnicity in Kazakhstan”, Europe-Asia Studies, vol. 52, n° 3, 2000, pp. 489-506 et GOLLINS, K, The politics of clan networks: understanding regime transition in semi-modem societies, Paper Prepared for delivery at the 1999 Annual Meeting of the American Political Science Association, Atlanta, September 2-5, 1999, 53 p.

77 Voir NEKRIC, A., Les peuples punis : la déportation et le sort des minorités soviétiques à la fin delà Seconde Guerre mondiale, Paris, F. Maspero, 1982, 185 p. et WIMBUSH, S. E. WIX-MAN, R., “The Meskhetian Turks: a new voice in Soviet Central Asia”, Canadian Slavonic Papers, vol. 17, n° 2/3, 1975, pp. 320-340.

78 Sur l’origine de ce groupe ethnique en Ouzbékistan et au Kazakhstan, voir GELIB, M., “An early Soviet ethnic deportation: the fareastern Koreans”, Russian Review, vol. 54, n° 3, pp. 389-412.

79 Voir FANE, D., “Ethnicity and regionalism in Uzbekistan”, in Ethnic Conflict in the Post-Soviet World. Case Studies, edited by Leokadia Drobizheva, Rose Gottemoeller, Catherine Me Ardle Kelleher, Lee Walker, Armonk, New York, London, M.E. Sharpe, 1998, pp. 271-301.

80 Voir SMITH, D.L., Opening Pandora’s Box: Ethnicity and Central Asian Militaries, Stratégic Studies Institute, US Army War College, October 1, 1998, 61 p. Le recensement de 1989 indiquait que 6 millions de résidents en Ouzbékistan n’étaient pas ethniquement ouzbeks.

81 Concernant l’histoire de la zone avant cette période, voir Central Asia, Gavin Hambly with Alexandre Bennigsen, David Bivar, Carrère d’Encausse, Mahin Hajianpur, Alastair Lamb, Chantai Lemercier-Quelquejay and Richard Pierce, Weidentèld and Nicolson, London, 1969, xii-388 p. ; GROUSSET, R., L’empire des steppes : Attila, Gengis-Kahn, Tamerlan, Paris, Payot, 1989, 656 p. ; The Cambridge History of Early Inner Asia, Edited bv Denis Sinor, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, x-518 p. ; History of civilizations of Central Asia, vol. 1, The Dawn of civilization: earliest times to 700 B.C., ed. A.H. Dani, V.M. Masson, Paris, Unesco Publishing, 1996, 535 p. ; History of civilizations of Central Asia, vol. 2, The Development of sedentary and nomadic civilizations: 700 B.C. - to A.D. 250, ed. Janos Harmatta ; co-ed. B.N. Puri and CF. Etemadi, Paris, Unesco Publishing, 1994, 573 p. ; History of civilizations of Central Asia, vol. 3, The crossroads of civilizations: A.D. 250 to 750, ed. B.A. Litvinsky, co-editors Zhang Guangda and R. Shabani Samghabadi, Multiple History Séries, Paris, Unesco Publishing, 1996, 569 p. ; History of civilizations of Central Asia, vol.  4, Part L, The âge of achievement: A.D. 750 to the end of the fifteenth century, ed. M.S. Asimov and CE. Bosworth, Paris, Unesco Publishing, 1998, 458 p. et ROUX, J.-P, L’Asie centrale. Histoire et civilisations, Paris, Fayard, 1997, 520 p.

82 Voir FOLTZ, R., “Central Asian in the Administration of Mughal India”, Journal of Asian History, vol. 31, n° 2, 1997, pp. 1-16.

83 L’influence réelle du commerce maritime sur le déclin commercial de l’Asie centrale est très discutée. Ce serait plutôt à partir du xviiie siècle que le centre de gravité du commerce mondial aurait basculé vers l’Occident au détriment de l’Asie. Voir la discussion sur ce point in FRANK, A. Gunder, “The Centrality of Central Asia”, op. cit., pp 70-72. Egalement, The World System. Five hundred years or five thousand? Edited by André Gunder Frank et Barry K. Gills, London, Routledge, 1993, pp. 143-199 et FRANK, A. Gunder, Re-Orient. Global Economy in the Asian Age, Berkeley, University of California Press, 1998, xiii-416 p.

84 Voir ALLWORTH, E., The Modem Uzbeks, from the Fourteenth Century to the Present. A Cultural History, Stanford, Hoover Institution Press, 1990, xiv-410 p.

85 Voir BURTON, A., The Bukharans. A Dynastic, Diplomatie and Commercial History 1550-1702, Richmond Surrey, Curzon, 1997, xx-664 p.

86 Concernant la montée en puissance de ce khanat, voir SAGUCHI, T., “The Eastern Trade of the Khoqand Khanate”, Memoirs of the Research Department of the Toyo Bunko, 24, 1965, pp. 48-114 ; également BACQUE-GRAMMONT, J.-L., « Tûrân, une description du khanat de Khohand vers 1832 d’après un document ottoman », Cahiers du monde russe et soviétique, vol. 13, n° 2, 1972, pp. 192-231. A la veille de la conquête russe, le khanat de Khokand était une puissance avec laquelle il fallait compter. Il imposera à Pékin en 1835 le premier « traité inégal » de son histoire. Ce dernier servira de source d’inspiration aux traités ultérieurs que l’Empire des Qing conclura avec les Puissances occidentales à la suite de la guerre de l’opium. Voir FLETCHER, J. F., “The Heyday of the Ch’ing Order in Mongolia, Sinkiang and Tibet”, in The Cambridge History of China, vol. 10, Late Ch’ing, 1800-1911, Part I, edited by john K. Fairbank, Cambridge, Cam-bridge University Press, 1978, pp. 375-385.

87 FOURNIAU, V., Histoire de l’Asie centrale, op. cit., p. 83.

88 Concernant l’histoire de la domination russe en Asie centrale voir PIERCE, R., Russian Central Asia, 1867-1917: a study in colonial rule, Berkeley, Los Angeles, University of California Press, 1960, viii-359 p. ; WHEELER, G., The Modem History of Soviet Central Asia, Weidenfeld ans Nicholson, London, 1964, xi-272 p. ; BECKER, S., Russia’s Protectorates in Central Asia: Bukhara and Khiva, 1865-1924, Harvard University Press, Cambridge (Mass.), 1968, xiv-416 p. et Central Asia: 130 Years of Russian Dominance. AHistorical Overview, Edward Allworth ed., Durham, N.C. Central Asia Book Series, Duke University Press, 1994, 3rd expanded edition, 692 p.

89 Voir “The annexation of Kazakhstan to Russia”, Central Asia Review, vol. 6, n° 4, 1958, pp. 408-414 ; TOLYBEKOV, S.E., “Russia and the Kazakhs in the 18th century”, Central Asian Review, vol. 3, n° 4, 1955, pp. 269-276 ; HAYIT, B., “Some Reflections on the Subject of Annexation of Turkestani Kazakhstan by Russia”, Central Asian Survey, vol. 3, n° 4, pp. 61-75 ; YAROSHEVSKI, D.B., “Imperial Strategy in the Kirghiz Steppe in the Eighteenth Century”‘, Jahrbücher für Ceschichle Osteuropas, vol. 39, n° 2, 1991, pp. 221-234 et OLCOTT, M. Brill, The Kazakhs, Stanford California, Hoover Institution Press, 1995, 2rd ed., xxv-388 p.

90 Voir le récit de la mission du comte Ignatiev in IGNATIEV, N.P., Mission of N.P, Ignatiev to Khiva and Bukhara in 1858, edited with notes, introduction and translated by John L. Evans, Newtonville, Oriental Research Partners, 1984, 133 p. et STRONG, J., “The Ignat’ev Mission. Mission to Khiva and Bukhara in 1858”, Canadian Slavonic Papers, vol. 17, n° 2/3, 1975, pp. 236-260.

91 SARAY M., “The Russian conquest of Central Asia”, Central Asian Survey, vol. 1, n° 2-3, 1982-1983, pp. 1-30.

92 GOPAL, S., “Driving the Wedge: The Russian Occupation of Tashkent in 1865”, Journal of Indian History, vol. 54, n° l, 1976, pp. 163-171.

93 Concernant le général Kaufman et son administration du Turkestan voir le témoignage contemporain de Eugène Schuyler in SCHUYLER, E., Turkistan: notes of a journey in Russian Turkistan, Khokand, Bukhara and Kuldja, 2 volumes, London, Sampson Low, Marston, Searle and Rivington, 1876, x-41l p. et viii-463 p. ; également MACKENZIE, D., “Kaufman of Turkestan: An Assessment of his administration 1867-1881”, Sla-virRevient, vol. xxvi, n °2, June 1967, pp. 265-285 et SISCOE, F.G., “Eugène Schuyler, General Kaufman, and Central Asia”, Slavic Review, vol. xxvii, n°  l, March 1968, pp. 119-130.

94 En février 1865 fut créé l’ oblast du Turkestan soumi au goubernia d’Orenbourg qui comprenait les territoires conquis depuis 1853. En 1867, l’oblast fut transformé en goubernia du Turkestan avec pour capitale Tachkent. Ce goubernia dépendait du ministère de la guerre. En 1887, le Turkestan est appelé krai (région) et son gouverneur est souvent mentionné comme vice-roi.

95 Concernant ce chemin de fer voir CURZON, G.N., Russia in Central Asia in 1889 and the Anglo-Russian Question, London, Longmans, Green and Co, 1889, xxiii-477 p. ; SEARIGHT, S., “Russian Railway Penetration of Central Asia”, Asian Affairs, vol. 23, n° 2, 1992, pp. 171-180 et MORRIS, P., “The Russians in Central Asia, 1870-1887”, Slavonic and East European Review, 53 (133), pp. 521-538.

96 Voir BENNIGSEN BROXUP, M. et al., The North Caucasus Barrier. The Russian Advance toward the Muslim World, London, Hnrst and Company, 1992, xvii-252 p. et BAD-DELEY, John F., The Russian conquest of the Caucasus, with a new foreword by Moshe Gammer, Richmond, Curzon Press, 1999, xxxviii-518 p.

97 Voir l’examen des motivations de Saint-Pétresbourg in MACKENZIE D., “Russian expansion in Central Asia (1864-1885): brutal conquest or voluntary incorporation? A review article”, Canadian Slavic Studies, vol. IV, 4, Winter 1970, pp. 721-735 et MAC-KENZIE D., “Turkestan’s Significance to Russia (1850-1917)”, The Russian Review, vol. 33, n° 2, 1974, pp. 167-188.’

98 Voir JOFFE, M., “Autocracy, Capitalism and Empire: The Politics of Irrigation”, The, Russian Review, vol. 54, n° 3, July 1995, pp. 365-388 et LIPOVSKY, I., “The Central Asian Cotton Epie”, Central Asian Survey, vol. 14, n° 4, 1995, pp. 529-542.

99 Sur ce point voir “D.A. Miljutin et la politique extérieure de la Russie” in HAMMER, M., Questions de méthode et regards sur la Russie pré-révolutionnaire, Genève, IUHEI, 1993, pp. 71-87. Concernant les initiatives personnelles des généraux russes sur le terrain comme facteur de l’expansion en Asie centrale, voir MACKENZIE D., “Expansion in Central Asia: St Petersburg vs Turkestan gênerais (1863-1866)”, Canadian Slavic Studies, vol. III, n° 2, Summer 1969, pp. 286-311.

100 Sur la rivalité anglo-russe en Asie centrale voir GILLARD, D., The Struggle for Asia. 1828-1914. A study in British and Russian imperialism, London, Methuen & Co Ltd, vii-214 p. ; MORGAN, G., Anglo-Russian Rivalry in Central Asia, 1810-1895, London, Frank Cass, 1982, 264 p. et HOPKIRK, P., The great game: on secret service in High Asia, London, J. Murray, 1991, xiv-562 p.

101 Voir KLEIN, L, “The Anglo-Russian Convention and the problem of Central Asia, 1907-1914”, Journal ofBritish Studies, vol. xi, n° 1, November 1971, pp. 133-147 et WHITE, J. A., Transition to global rivalry. Alliance diplomacy and the Quadruple Entente, 1895-1907, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, xxiii-344 p.

102 CARRERE d’ENCAUSSE, H., Réformes et révolution chez les musulmans de l’Empire russe. Bukhara 1867-1924, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1981, p. 72.

103 Concernant le djadidisme, voir le numéro spécial des Cahiers du monde russe consacré à cette question, Cahiers du monde russe, vol. XXXVII, n° 1-2, janvier-juin 1996, pp. 7-233 ; également KHALID, A., The Politics of Muslim Cultural Reform: Jadidism in Central Asia, Berkeley, University of California Press, 1998, xx-335 p.

104 SOKOL, E.D., The revolt of 1916 in Russian Central Asia, Baltimore, 1954, 188 p. et BROWER, D., “Kyrgyz nomads and Russians pioneers: colonization and ethnic conflict in the Turkestan revolt of 1916”, Jahrbücher fur Geschichte. Osteuropas, vol. 44, 1, 1996, pp. 41-53.

105 Voir les pages sombres que René Gagnât consacrent à la révolte de 1916 in GAGNAT, R., La rumeur des steppes. Aral, Asie centrale, Russie, Paris, Editions Payot et Rivages, 2001, pp. 143-152.

106 Voir BUTTINO, M., « Turkestan 1917 : la Révolution des Russes », Cahiers du monde russe et soviétique, vol. XXXII, n° l, pp. 61-77 et KHALID, A., “Tashkent 1917: Muslim Politics in Revolutionnary Turkestan”, Slavic Review, vol. 55, n° 2, 1996, pp. 270-296.

107 Chiffre donné in CAGNAT, R., La rumeur des steppes. Aral, Asie centrale, Russie, op. cit., p. 164.

108 Voir FRASER, G., “Alim Khan and the Fall of the Bokharan Emirate in 1920”, Central Asian Survey, vol. 7, n°4, 1988, pp. 47-61 et CARRERE d’ENCAUSSE, H., Réformes et révolution chez les musulmans de l’Empire russe. Bukhara 1867-1924, Cahiers de la fondation nationale des sciences politiques, n° 141, Paris, Armand Colin, 1966, 311 p.

109 OLCOTT, M. Brill, “The Basmachi or Freemen’s Revolt in Turkestan, 1918-1924”, Soviet Studies, vol. 33, n° 3, 1981, pp. 352-369 ; BROXUP, M., “The Basmachi”, Central Asian Survey, vol. 2, n° l, 1983, pp. 57-81 ; RITTER, W., “The final phase in the liquidation of anti-soviet resistance in Tadzhikistan: Ibrahim Bek and the Basmachi, 1924-1931”, Soviet Studies, vol. 37, n° 4, 1985, pp. 484-493 ; FRASER, G., “Basmachi”, Central Asian Survey, vol. 6, n°l, 1987, pp. 1-73 ; FRASER, G., “Basmachi”, Central Asian Survey, vol. 6, n°2, 1987, pp. 7-42 ; RITTER, W., “Revolt in the mountains: Fuzail Maksum and the occupation of Garni, Spring 1929”, Journal of Contemporary History, vol. 25, n° 4, 1990, pp. 547-580 ; PAKSOY, H.B., “The Basmachi movement from within: an accounl of Zeki Velidi Togan”, Nationalities Papers, vol. 23, n° 2, 1995, pp. 373-399 et BUTTINO, M., « Ethnicité et politique dans la guerre civile : à propos du Basmacestvo au Fergana », Cahiers du monde russe, vol. 38, n° l-2, janvier-juin 1997, pp. 195-222.

110 Auteur cité par R. Gagnat. Voir le chapitre que ce dernier consacre à cette période in GAGNAT, R., La rumeur des steppes. Aral, Asie centrale, Russie, op. cit., pp. 155-176.

111 ABDURAKHIMOVA, N. A., “The colonial System of power in Turkistan”, International Journal of Middle East Studies, vol. 34, Issue 2, May 2002, pp. 239-262.

112 Ce phénomène de formation du territoire de la Russie par accrétion constitue la base historique sur laquelle le pouvoir russe a construit son discours « national », discours intimement lié à l’établissement de l’Empire. Cette particularité historique explique sans doute pour partie les difficultés actuelles de définition et de reconstruction de l’identité « russe ». Voir ROWLEY, D., “Imperial versus national discourse: the case of Russia”, Nations and Nationalism, vol. 6, n° l, 2000, pp. 23-42.

113 FERRO, M., « Colonisation russe-soviétique et colonialismes occidentaux : une brève comparaison », Revue d’études comparatives Est-Ouest, décembre 1999, pp. 75-80.

114 BESANCON, A., Présent soviétique et passé russe, Paris, Hachette, 1986, p. 164.

115 CAGNAT, R., La rumeur des steppes. Aral, Asie centrale, Russie, op. cit., p. 176.

116 SOKOLOFF, G., La Puissance pauvre. Une histoire de la Russie de 1815 à nos jours, Paris, Fayard, 1996, 937 p.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre 1. Pays d’Asie centrale, populations et superficies
Légende Note51
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1137/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 2. Répartition ethnique de la population en 1999-2000
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1137/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Les khanats
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1137/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Les découpages territoriaux à l'époque soviétique
Légende D’après « Atlas des Peuples d'Orient », La Découverte, 1993
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1137/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 514k