Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les unions monétaires en droit international

 | 
Moustapha Lô Diatta

Remerciements

A la mémoire de mes grands-parents maternels
Et à celle de mon oncle Dino
Pour leur amour éternel et leur soutien indéfectible
A ma mère Awa, qui a sacrifié ses études pour moi

Texte intégral

1Maintenant qu’une œuvre est sortie de l’ombre, je voudrais, ici, m’acquitter de ma lourde dette de reconnaissance envers ceux qui m’ont guidé dans sa passionnante construction, en l’occurrence les Professeurs Lucius CAFLISCH et Jean-Pierre LAVIEC. Je tiens à leur exprimer toute ma gratitude et leur adresser mes sincères remerciements pour le professionnalisme, la rigueur scientifique et l’ouverture d’esprit avec lesquels ils ont supervisé, en parfaite intelligence, mes travaux tout au long de ces cinq années. Leurs sages orientations, remarques et suggestions m’ont permis de débusquer et d’approfondir les insoupçonnables questions posées, en droit international en général et en droit monétaire international en particulier, par les Unions monétaires. A cela s’ajoutent leur totale disponibilité, nonobstant l’immensité de leurs charges professionnelles respectives, leur courtoisie et leur habilité à vous engager dans une conversation juridique féconde. Qu’ils trouvent dans ces insuffisantes lignes l’expression de ma totale satisfaction pour tout ce qu’ils m’ont apporté, ainsi que de mon bonheur de les avoir longtemps côtoyés.

2J’ai aussi l’énorme chance de bénéficier de l’œil expert du Professeur Geneviève BURDEAU de Paris I Panthéon - Sorbonne, qui m’a beaucoup inspiré, pour ne pas dire influencé, à travers ses nombreux et savants écrits. Sa grande maîtrise du droit monétaire international et son immense expérience internationale font que je ne pouvais rêver mieux. Je voudrais, ici, lui témoigner ma reconnaissance pour la qualité de sa collaboration.

3Mes remerciements vont également à tous ceux qui m’ont enseigné le droit international à l’Institut, notamment les Professeurs Jean-Michel JACQUET et Marcelo KOHEN qui m’ont toujours prêté une oreille attentive.

4Je ne saurais oublier l’Institut universitaire de hautes études internationales (HEI) qui m’a non seulement accepté après une Maîtrise en sciences juridiques et politiques obtenue à l’Université Cheikh A. DIOP de Dakar, mais en plus gratifié, pendant trois années, d’une bourse d’études financée par Tokyo Foundation, laquelle m’a permis d’aller élargir et approfondir, pendant neuf mois, mes recherches à l’Université de Minnesota (Etats-Unis).